Vous êtes sur la page 1sur 4

Les autres clauses du contrat Les parties sont libres de convenir de toutes

clauses et de toutes conditions ou modalités dans leur contrat, sous réserve de


celles interdites par la loi ou déclarées nulles. Les principales modalités sont la
condition et le terme. La condition Aux termes de l’article 107 du D.O.C., "la
condition est une déclaration de Vente sous condition
A ce niveau, on distingue deux (2) types de vente :
- vente sous condition suspensive;
- et vente sous condition résolutoire.

1- Vente sous condition suspensive


La vente sous condition suspensive est régie par les dispositions de la
section II du chapitre III du titre premier du deuxième livre du dahir du 9
ramadan 1331 (12 août 1913) formant code des obligations et des contrats
(articles 601 à 612).D.G.I. Avril 2011 92
La condition suspensive reporte la conclusion définitive de la vente jusqu’u au
moment où la condition se réalise effectivement par le transfert définitif de
propriété.

2-Vente sous condition résolutoire


La vente sous condition résolutoire est régie par les dispositions de l’article 121
du chapitre premier du deuxième titre du premier livre du D.O.C. précité.
La condition résolutoire ne suspend point l'exécution de l'obligation, elle oblige
seulement le créancier à restituer ce qu'il a reçu dans le cas où l'évènement
prévu par la condition se réalise.
La vente est réputée avoir été réalisée dès lors que la marchandise a été livrée
au client.
En cas de réalisation de l'évènement prévu par la condition, le vendeur
régularise le retour de la marchandise, au titre : soit de l'exercice au cours
duquel la vente a été réalisée, lorsque les comptes dudit exercice n'ont pas été
arrêtés à la date du retour; soit de l'année au cours de laquelle le retour a eu
lieu, lorsque ce dernier intervient après la clôture des comptes de l'exercice de
la réalisation de la vente volonté, qui fait dépendre d’un événement futur et
incertain, soit l’existence de l’obligation, soit son extinction". Dans le premier
cas la condition est dite suspensive, dans le deuxième cas elle est dite
résolutoire. - Condition suspensive La condition suspensive est celle dont les
parties font dépendre l’existence du contrat. La condition suspensive ne se
présume pas. Un contrat ne peut être considéré comme affecté d’une
condition de cette nature, que si les parties ont formellement exprimé leur
volonté de faire dépendre les effets de leur contrat de la réalisation de cette
condition. Dans les rapports entre les parties, l’article 124 du D.O.C. leur
permet de prévoir que la réalisation de la condition aura un effet rétroactif à la
date de la formation du contrat. Par contre, sur le plan fiscal, la réalisation
d’une condition suspensive n’a pas d’effet rétroactif. Ainsi, le contrat affecté
d’une condition suspensive est soumis aux droits d’enregistrement au taux en
12 vigueur et sur la valeur du bien objet de ce contrat, à la date de la réalisation
de la condition. En effet, la vente faite sous condition suspensive n’est pas
juridiquement translative du droit de propriété. En cas de vente d’immeuble,
celle-ci n’est pas soumise à l’enregistrement tant que la condition n’est pas
réalisée. Au moment de la réalisation de cette condition, la vente devient
parfaite et doit être enregistrée dans le délai de trente (30) jours suivant la
date de cette réalisation.
Exemple : Vente par A à B d’un local, sous la condition suspensive d’obtention
du permis d’habiter par le vendeur ou d’un prêt bancaire par l’acheteur. –

Condition résolutoire La condition résolutoire est celle dont les parties font
dépendre l’extinction du contrat. La vente affectée d’une condition résolutoire
est parfaite dès l’origine et opère le transfert immédiat du droit de propriété.
Cette vente doit être enregistrée au droit proportionnel dans les trente (30)
jours de la date de sa formation.
Exemple : Vente par A à B d’un appartement, sous la condition résolutoire que
A obtienne la mainlevée de l’hypothèque qui grève ledit appartement au profit
d’une banque.

d- 2- Le terme Le terme est régi par les dispositions des articles 127 et suivants
du D.O.C. C’est un événement futur et certain, à la réalisation duquel les
parties font dépendre leur contrat. Le terme peut être suspensif ou résolutoire
- Terme suspensif Le terme est dit suspensif lorsque les parties font dépendre
de ce terme l’exécution de leur contrat. 13 Le terme ne suspend pas la
formation du contrat. Il en retarde seulement l’exécution. Par conséquent, sur
le plan fiscal, il est sans effet sur l’exigibilité des droits d’enregistrement.
Exemple : A vend un appartement à B. Les deux contractants conviennent de
reporter l’exécution du contrat jusqu’au 31 décembre de l’année en cours.
Dans ce cas, le terme est dit suspensif. - Terme résolutoire Le terme est dit
résolutoire lorsque les parties font dépendre de ce terme l’extinction de leur
contrat. Exemple : A fait donation à B d’un appartement. Il est convenu que le
contrat sera résolu au décès de B et que cet appartement sera repris par A ou
ses ayants droit à la date de ce décès. N.B. : Le terme se distingue de la
condition par le fait que la condition rend le contrat incertain dans son
existence même, alors que le terme est un événement futur, mais dont
l’arrivée est certaine.
Vente sous condition A ce niveau, on distingue deux (2) types de vente : - vente
sous condition suspensive; - et vente sous condition résolutoire. b-1- Vente
sous condition suspensive La vente sous condition suspensive est régie par les
dispositions de la section II du chapitre III du titre premier du deuxième livre du
dahir du 9 ramadan 1331 (12 août 1913) formant code des obligations et des
contrats (articles 601 à 612). D.G.I. Avril 2011 92 La condition suspensive
reporte la conclusion définitive de la vente jusqu’u au moment où la condition
se réalise effectivement par le transfert définitif de propriété. b-2-Vente sous
condition résolutoire La vente sous condition résolutoire est régie par les
dispositions de l’article 121 du chapitre premier du deuxième titre du premier
livre du D.O.C. précité. La condition résolutoire ne suspend point l'exécution de
l'obligation, elle oblige seulement le créancier à restituer ce qu'il a reçu dans le
cas où l'évènement prévu par la condition se réalise. La vente est réputée avoir
été réalisée dès lors que la marchandise a été livrée au client. En cas de
réalisation de l'évènement prévu par la condition, le vendeur régularise le
retour de la marchandise, au titre :  soit de l'exercice au cours duquel la vente
a été réalisée, lorsque les comptes dudit exercice n'ont pas été arrêtés à la date
du retour;  soit de l'année au cours de laquelle le retour a eu lieu, lorsque ce
dernier intervient après la clôture des comptes de l'exercice de la réalisation de
la vente