Vous êtes sur la page 1sur 16

ESITH - 2020/2021

Cycle Ingénieur d’Etat


1ère Année

COURS
D’ELECTROTECHNIQUE

2ème partie
LES TRANSFORMATEURS

-1-
SOMMAIRE

► Partie II : LES TRANSFORMATEURS

Chapitre I-1 : Les transformateurs monophasés

1- Introduction
2- Constitution et principe de fonctionnement
3- Le transformateur parfait
4- Le Transformateur réel – schéma équivalent
5- Schéma équivalent ramené au secondaire
6- Bilan des puissances
7- Valeurs nominales
8- Essais sur transformateur - Détermination du schéma équivalent
9- Fonctionnement en charge – Chute de tension
10- Méthode d’étude d’un transformateur monophasé
11-Exercice d’application

Chapitre I-2 : Les transformateurs triphasés

1- circuit magnétique :
2- Circuit électrique – couplage des enroulements :
3- Grandeurs caractéristiques d’un transformateur triphasé :
4- Essais sur transformateur triphasé :
5- Méthode d’étude d’un transformateur triphasé :
6- Exercices d’application

-2-
Chapitre II-1 : Le transformateur monophasé

1 - Introduction :

Le transformateur est un convertisseur statique d’énergie électrique réversible, il permet en alternatif de modifier
les niveaux de tensions et de courants dans les lignes électriques.

Transformateur

Les transformateurs jouent un rôle très important dans le transport et la distribution de l’énergie électrique, ils
permettent d’élever la tension à la sortie des centrales électriques pour le transport sur de longues distances afin de
diminuer les pertes en ligne et de l’abaisser à l’arrivée pour l’adapter aux besoins des consommateurs.

2 - Constitution et principe de fonctionnement :

Le transformateur monophasé est composé essentiellement par deux circuits électriques couplés par un
circuit magnétique.

- Le circuit magnétique est un noyau de carcasse ferromagnétique feuilleté.


- Les deux circuits électriques sont deux bobines : l’une de (N1) spires, reliée à la source et constitue le
primaire. L’autre de (N2) spires, reliée à la charge et constitue le secondaire.

Quand l’enroulement primaire est connecté à une source de tension alternative (v1), il se produit un flux
alternatif Φ, en traversant l’enroulement secondaire ce flux y induit une tension (v2) (Loi de Lenz-Faraday).

Symbole :

-3-
3 - Le transformateur parfait :

Un transformateur est dit parfait lorsqu'il n’y a aucune perte : ( Σ Pertes = 0 ) le rendement est d 100%

► Pas de pertes de puissance active : P1 = P2 La puissance active absorbée au primaire est


égale à la Puissance active fournie par le
secondaire
► Pas de pertes de puissance réactive : Q1 = Q2

Egalité des puissances apparentes : S1 = S2

. .

Avec m : le rapport de transformation

. : Le transformateur parfait multiplie la tension primaire par m

/ : Le transformateur parfait divise le courant primaire par m

si m>1 ; V2 > V1 : transformateur élévateur de tension.


si m<1 ; V2 < V1 : transformateur abaisseur de tension.
si m=1 ; V2 = V1 : transformateur d’isolement

4 - Le Transformateur réel – schéma équivalent :

Un transformateur est dit réel lorsqu’on tient compte des pertes internes :

Transformateur réel ⇔ Transformateur parfait + les pertes

On distingue deux types de pertes : Les pertes de puissance active et les Pertes de puissance réactive.

a- Les pertes de puissance active : (modélisées par des résistances)

► Les pertes joules au primaire : Modélisées par R1 : la résistance des enroulements primaire.
► Les pertes joules au secondaire : Modélisées par R2 : la résistance des enroulements secondaire

► Les pertes fer : Le fer massif soumis à un flux variable dégage de la chaleur, modélisée par RF

b- Les pertes de puissance réactive : (modélisées par des réactances)

► Le flux de fuite au primaire : Modélisé par X1 = L1 ω : la réactance de fuite au primaire.


► Le flux de fuite au secondaire : Modélisé par X2 = L2 ω : la réactance de fuite au secondaire.

► Le flux de magnétisation nécessaire à faire circuler le flux : Modélisé par Xm = Lm ω : la réactance de


magnétisation.

-4-
c- Schéma équivalent global :

En tenant compte des pertes de puissances actives et réactives on obtient le schéma équivalent suivant :

Ce schéma équivalent est compliqué et difficile à exploiter, il faut donc le simplifier.

5- Schéma équivalent ramené au secondaire :

a - 1ère simplification :

on ramène la branche ( RF , Lm ω ) vers l’entrée du quadripôle.

b – 2ème simplification :

on ramène les impédances ( R1 , L1 ω ) du primaire au secondaire.

► Propriété de transfert d’impédances :

V2
V 1 = Z1 .I 1 + m V 1 = Z1 ' I 2 + V 2
m
⇒ V 2 = m V 1 − m Z 1 .I 1 ⇒ V 2 = m V 1 − Z1 ' I 2 ( 2)

⇔ V 2 = m V 1 − m 2 Z 1 .I 2 (1)

Les deux schémas sont équivalents (1) (2) ≡≡≡≡► Z1 ' = m 2 Z1


-5-
Donc le schéma équivalent devient :

On pose : R2t = R2 + m² R1 : la résistance totale ramenée au secondaire.


X2t = L2 ω + m² L1 ω : la réactance totale de fuite ramenée au secondaire.

D’où le schéma équivalent ramené au secondaire :

6- Bilan des puissances :

a-Bilan de puissances actives :

P1 : La puissance active absorbée au primaire : P1 = V1 I1 cosϕ1


P2 : La puissance active débitée au secondaire : P2 = V2 I 2 cosϕ2
PJ : Les Pertes joules totales : PJ = R2t I 22

PFer : V12
Les Pertes fer (consommées par RF) :
PFer =
RF

P1 = P2 + PJ + PFer
Transformateur

Σ
b- Rendement d’un transformateur :

Le rendement (η) d'un transformateur est définit


comme le rapport de la puissance active au secondaire
sur la puissance active au primaire.

-6-
c - Bilan de puissances réactives

Q1 : La puissance réactive absorbée au primaire : Q1 = V1 I1 sin ϕ1


Q2 : La puissance réactive débitée au secondaire : Q2 = V2 I 2 sin ϕ 2
QX2t : Les pertes dues au flux de fuite : QX 2t = X 2t I 22

QXm : V12
La Puissance magnétisante : QXm =
Xm

Q1 = Q2 + Q Xm + QX 2t

7 - Valeurs nominales :
Les valeurs nominales d’une machine électrique sont les valeurs pour lesquelles elle a été dimensionnée et
construite, le constructeur ne garantie son bon fonctionnement que pour les valeurs nominales, elles sont portées
sur la plaque signalétique.

Pour un transformateur monophasé, la plaque signalétique porte les indications suivantes :

Puissance apparente nominale : SN


Tension primaire nominale : V1N
Tension secondaire nominale : V2N

On déduit les courants de nominales :

. .

-7-
8 – Essais sur transformateur - Détermination du schéma équivalent
a - Essai à vide (pas de charge au secondaire): I20 = 0

On effectue cet essai à : V10 = V1N

On mesure : I10 , P10 et V20

Le schéma équivalent lors de cet essai devient :

On déduit :

► Le rapport de transformation m :

V20
∗m=
V10
► La résistances des pertes fer RF

V102 V102
∗ P10 = PF = → RF =
RF P10
► La réactance de magnétisation Xm = Lm ω

V102 V102
∗ S10 = V10 I10 ; Q10 = S − P 2
10
2
10 ; Q10 = QXm = → Xm =
Xm Q10

-8-
b - Essai en court-circuit : V20 = 0
On court circuit le secondaire par un ampèremètre
et on effectue cet essai à tension réduite V1=V1CC tel que I2CC = I2N

On effectue cet essai à : I2CC = I2N

On mesure : I1CC ; V1CC et P1CC


Le schéma équivalent lors de cet essai :

V1CC étant faible (de l’ordre de 4% de V1N ), RF et Xm sont de grande valeurs :

on néglige le rôle de la branche ( RF , Xm ) , Le schéma équivalent devient :

On déduit :

► Le rapport de transformation m :

I1CC
m=
I 2CC
► La résistance totale ramenée au secondaire R2t :

P1CC
∗ P1CC = PJ = R2t I 22CC → R2t =
I 22CC
►la réactance totale de fuite ramenée au secondaire X2t

∗ S1CC = V1CC I1CC ; Q1CC = S12CC − P1CC


2

2
 m.V1CC 
ou bien m.V 1CC = ( R2t + jX 2t ) I 2CC → X 2t =   − R22t
 I 2CC 

-9-
9 – Fonctionnement en charge – Chute de tension :

a- A vide : pas de charge au secondaire : ( I20 = 0)

V2 N
⇒ m= ⇒ V2 N = m .V1N
V1N

b- En charge : transformateur chargé : ( I2 ≠ 0)

⇒ V2 ≠ V2 N

On définit la chute de tension par : ∆V2 = V2 N − V2

On obtient :
V 2 N = R2t I 2 + j X 2t I 2 + V 2
On trace le diagramme de Fresnel :

OD = V2 N & OA = V2 ⇒ ∆V2 = V2 N − V2 = OD − OA = AD

AD ≈ AC ∆V2 = AC = AB + BC = R2t I 2 cos φ2 + X 2t I 2 sin φ2


∆V2 = AC = AB + BC = R2t I 2 cos φ2 + X 2t I 2 sin φ2

∆V2 = R2t I 2 cos ϕ 2 + X 2t I 2 sin ϕ 2


- 10 -
10- Méthode d’étude d’un transformateur monophasé :

► A partir de la plaque signalétique on relève SN , V1N , V2N et on déduit : I1N et I2N

► A partir des essais on détermine les éléments du schéma équivalent ramené au secondaire :
(m , R2t , X2t , Rf , et Xm)

► En suite : Pour un régime de fonctionnement donné V1 , I2 et cosϕ2 on détermine :

1-- la chute de tension ∆V2 : ∆V2 = R2t I 2 cos ϕ 2 + X 2t I 2 sin ϕ 2

► On déduit :

2-- la tension secondaire V2 : V2 = V2 N − ∆V2


► On calcul :

3-- la puissance active secondaire P2 : P2 = V2 I 2 cos ϕ 2

4-- la puissance réactive secondaire Q2 : Q2 = V2 I 2 sin ϕ 2

5-- la puissance active primaire P1 :


V12
P1 = P2 + PF + PJ avec PF = PRF = ; PJ = PR 2t = R2t I 22
RF

6-- la puissance réactive primaire Q1 :

V12
Q1 = Q2 + QXm + QX 2t avec QXm = et QX 2t = X 2t I 22
Xm

7-- la puissance apparente primaire S1 : S1 = P12 + Q12

S1
8-- le courant primaire I1 : I1 =
V1

P1
9-- le facteur de puissance primaire cosϕ1 : cos φ1 =
S1

10-- le rendement η : P2
η=
P1

- 11 -
Chapitre II-2 : Le transformateur triphasé

1 – circuit magnétique :
a-Rappel (transformateur monophasé abaisseur):

Primaire (HT) circuit secondaire (BT)


Magnétique

Notation (transformateur abaisseur HT-BT) :

Primaire : Bornes Haute tension (HT) en lettres majuscules (A, X)


Secondaire : Bornes Basse tension (BT) en lettres minuscule (a,x)

Structure :

La structure où les deux enroulements sont sur deux noyaux différents est purement pédagogique. Dans la
réalité ils sont sur la même colonne (enroulements concentriques) l’enroulement secondaire (BT) à l’intérieur de
l’enroulement primaire (HT)

b-Transformateur Triphasé
Le transformateur triphasé est réalisé à partir de trois transformateurs monophasés :

► Les trois enroulements (HT) sont identiques (N1 spires)


► Les trois enroulements (BT) sont identiques (N2 spires)

Alimentation : On aliment les trois enroulements du primaire (HT) par un système triphasé équilibré de tensions

Symbole :

- 12 -
2- Circuit électrique – couplage des enroulements :

a- Circuit électrique :

b- Couplage :

Les trois enroulements primaires ainsi que les trois enroulements du secondaires peuvent être couplés
indifféremment en étoile (noté λ ou Y) ou en triangle (noté ∆ , D).

Les couplages les plus usuels sont :

► Primaire (HT) en lettres majuscules : en triangle : D ou en étoile : Y

► Secondaire (BT) en lettres minuscules : en étoile : y ou en zig-zag : z


on ajoute l’indice n si le neutre accessible : yn ou zn
on ajoute l’indice horaire i (*)

(*) L’indice horaire : Selon les couplages choisis au primaire et au secondaire et selon le sens d’enroulement des
bobinages, il existe un déphasage θ entre les tensions au secondaire et les tensions au primaire. Ce déphasage θ est un
angle multiple de π/6 rad. A ce déphasage, on associe un nombre de 0 à 11 qui est l’indice horaire (par analogie avec le
cadrant d’une horloge).
Pour un déphasage nul, l’indice horaire est 0. Pour un déphasage de i.π/6 rad, l’indice horaire est i.

Exemple 1 : Couplage Dy

Exemple 2 : Couplage Yyn

- 13 -
Exemple 3 : Couplage Dz

Couplages usuels :

3- Grandeurs caractéristiques d’un transformateur triphasé :

a - Valeurs nominale :

La plaque signalétique d’un transformateur triphasé porte les indications suivantes :

Sn : La puissance apparente nominale


U1n : La tension primaire composée nominale
U2n : La tension secondaire composée nominale

Avec

On déduit les courants de lignes nominales

- 14 -
b - Rapport de transformation :

Le rapport de transformation est le rapport des valeurs des tensions secondaire et primaire homologues

4- Essais sur transformateur triphasé :

a - Essai à vide :

En général On effectue cet essai à U10 = U1N

On mesure : I10 , P1 , P2 , et U20

On déduit : P0 = P1 + P2 , Q0 = √3 (P1 – P2 ) et m = U20 / U10

b - Essai en court circuit :

En général cet essai s’effectue à tension primaire U1CC réduite tel que : I2CC = I2n

On mesure : U1cc , I1cc , P1 , P2 , et I2cc

On déduit : Pcc = P1 + P2 et Qcc = √3 (P1 – P2 )

- 15 -
5- Méthode d’étude d’un transformateur triphasé :

L’idée de base est de considérer chaque colonne comme un transformateur monophasé :

1- On ramène toutes les données du transformateur triphasé à une colonne en tenant


compte des couplages :

- tension par enroulement ( V )


- courant par enroulement ( J )
- Pour les puissances et les pertes on les obtient en divisant
celles du transformateur triphasé par 3.

2- On détermine les éléments du schéma équivalent par phase.

3- On calcule la chute de tension ∆V2 au niveau d’une phase, on déduit V2

4- En tenant compte du couplage du secondaire, on déduit U2

5- Pour le reste on travail en triphasé


(Tensions composés, courants de ligne et puissances en triphasés)
(on calcul P2 , Q2 , P1 , Q1 , S1 , I1 , cosϕ1 et le rendement η )

- 16 -