Vous êtes sur la page 1sur 318

N° d’ordre : 2013ISAL0159

Année 2013

Thèse

Contribution au diagnostic expert et à


l’analyse de risques dans les ouvrages
souterrains en maçonnerie par la
modélisation numérique

Présentée devant
L’institut national des sciences appliquées de Lyon

Pour obtenir
Le grade de docteur

École doctorale
Mécanique, Energétique, Génie Civil, Acoustique (MEGA)
Spécialité : Génie Civil

Par
Taous KAMEL DACA
(Ingénieur)

Soutenue le 06 Décembre devant la Commission d’examen

Jury MM.

P. Breul Professeur (Polytech’Clermont-Ferrand), Rapporteur


F. Emeriault Professeur (ENSE3 et INP de Grenoble), Rapporteur
R. Kastner Professeur – Emérite (INSA de Lyon), Président du jury
A. Limam Professeur (INSA de Lyon), Directeur de Thèse
C. Silvani Maître de conférences (INSA de Lyon), Encadrant
D. Subrin Ingénieur Docteur (CETU - Bron), Examinateur

Laboratoire de Génie Civil et de l’Ingénierie Environnementale (LGCIE) de l’INSA de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
INSA Direction de la Recherche - Ecoles Doctorales – Quinquennal 2011-2015

NOM ET COORDONNEES DU
SIGLE ECOLE DOCTORALE
RESPONSABLE
M. Jean Marc LANCELIN
Université de Lyon – Collège Doctoral
CHIMIE DE LYON Bât ESCPE
CHIMIE http://www.edchimie-lyon.fr 43 bd du 11 novembre 1918
Insa : R. GOURDON 69622 VILLEURBANNE Cedex
Tél : 04.72.43 13 95
directeur@edchimie-lyon.fr
M. Gérard SCORLETTI
ELECTRONIQUE, ELECTROTECHNIQUE,
Ecole Centrale de Lyon
AUTOMATIQUE
36 avenue Guy de Collongue
E.E.A.
69134 ECULLY
Secrétariat : M.C. HAVGOUDOUKIAN
Tél : 04.72.18 65 55 Fax : 04 78 43 37 17
eea@ec-lyon.fr
Gerard.scorletti@ec-lyon.fr
Mme Gudrun BORNETTE
CNRS UMR 5023 LEHNA
EVOLUTION, ECOSYSTEME, Université Claude Bernard Lyon 1
MICROBIOLOGIE, MODELISATION Bât Forel
E2M2
http://e2m2.universite-lyon.fr 43 bd du 11 novembre 1918
Insa : H. CHARLES 69622 VILLEURBANNE Cédex
Tél : 06.07.53.89.13
e2m2@ univ-lyon1.fr
M. Didier REVEL
INTERDISCIPLINAIRE SCIENCES-SANTE Hôpital Louis Pradel
http://www.ediss-lyon.fr Bâtiment Central
EDISS 28 Avenue Doyen Lépine
Sec : Samia VUILLERMOZ 69677 BRON
INSA : M. LAGARDE Tél : 04.72.68.49.09 Fax :04 72 68 49 16
Didier.revel@creatis.uni-lyon1.fr
Mme Sylvie CALABRETTO
Université Claude Bernard Lyon 1
INFORMATIQUE ET MATHEMATIQUES INFOMATHS
http://infomaths.univ-lyon1.fr Bâtiment Braconnier
INFOMATHS
43 bd du 11 novembre 1918
Sec :Renée EL MELHEM 69622 VILLEURBANNE Cedex
Tél : 04.72. 44.82.94 Fax 04 72 43 16 87
infomaths@univ-lyon1.fr
M. Jean-Yves BUFFIERE
INSA de Lyon
MATERIAUX DE LYON
MATEIS
Secrétariat : M. LABOUNE
Bâtiment Saint Exupéry
Matériaux PM : 71.70 –Fax : 87.12 7 avenue Jean Capelle
Bat. Saint Exupéry 69621 VILLEURBANNE Cedex
Ed.materiaux@insa-lyon.fr Tél : 04.72.43 83 18 Fax 04 72 43 85 28
Jean-yves.buffiere@insa-lyon.fr
M. Philippe BOISSE
MECANIQUE, ENERGETIQUE, GENIE INSA de Lyon
CIVIL, ACOUSTIQUE Laboratoire LAMCOS
Secrétariat : M. LABOUNE Bâtiment Jacquard
MEGA
PM : 71.70 –Fax : 87.12 25 bis avenue Jean Capelle
Bat. Saint Exupéry 69621 VILLEURBANNE Cedex
mega@insa-lyon.fr Tél :04.72 .43.71.70 Fax : 04 72 43 72 37
Philippe.boisse@insa-lyon.fr
M. OBADIA Lionel
ScSo* Université Lyon 2
Sec : Viviane POLSINELLI 86 rue Pasteur
ScSo
Brigitte DUBOIS 69365 LYON Cedex 07
INSA: J.Y. TOUSSAINT Tél : 04.78.77.23.86 Fax : 04.37.28.04.48
Lionel.Obadia@univ-lyon2.fr
*ScSo : Histoire, Géographie, Aménagement, Urbanisme, Archéologie, Science politique, Sociologie, An thropologie

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
A
Mon père et mon mari
Ma mère et mon frère
Mes sœurs et tous ceux qui me sont Chers

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Table des matières

Taous Kamel 4
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Sommaire

INTRODUCTION GENERALE ........................................................................................................9

1 C ONTEXTE GENERAL DE L ’ETUDE ............................................................................................... 11


1.1 Introduction ............................................................................................................. 11
1.2 Problématique de la recherche .................................................................................. 12
1.3 Structure de la thèse ................................................................................................. 14

PARTIE 1: BIBLIOGRAPHIE & ANALYSE DES DONNEES ................................................................ 16

1 D EGRADATION ET DURABILITE DES OUVRAGES ET MATERIAUX CONSTITUTIFS ......................................... 17


1.1 Processus d’altérations et leurs influences sur les propriétés physiques et mécaniques 17
1.1.1 Altérations physiques et mécaniques................................................................................. 17
1.1.1.1 Hydratation et dessiccation ...................................................................................... 17
1.1.1.2 Actions mécaniques ................................................................................................. 18
1.1.2 Altérations chimiques ....................................................................................................... 19
1.1.2.1 Concrétions (croûtes et efflorescence) ...................................................................... 20
1.1.2.2 Lixiviation ................................................................................................................ 22
1.1.2.3 Cristallisation et dissolution ..................................................................................... 23
1.1.3 Altérations biologiques ..................................................................................................... 24
1.2 Fissuration dans les ouvrages .................................................................................... 25
1.3 Vieillissement au cours du temps ............................................................................... 26
1.3.1 Fluage .............................................................................................................................. 27
1.3.2 Quelques lois viscoplastiques ............................................................................................ 29
1.3.2.1 Loi power de type Time Hardening TH ....................................................................... 29
1.3.2.2 Loi power de type Strain Hardening SH ..................................................................... 29
1.3.2.3 Loi de fluage de Singh-Mitchell SM ........................................................................... 29
1.3.2.4 Loi de Cowper-Symonds CS ....................................................................................... 29
1.3.2 Radoucissement ............................................................................................................... 30
1.4 Conclusion ................................................................................................................ 32
2 S TABILITE ET INSTABILITE DES EXCAVATIONS SOUTERRAINES .............................................................. 33
2.1 Introduction ............................................................................................................. 33
2.2 Méthodes de calcul à l’équilibre limite....................................................................... 33
2.2.1 Exemples de calcul d’équilibre limite ................................................................................. 34
2.2.1.1 Méthode de Terzaghi (1943) ..................................................................................... 34
2.3 Analyse limite et calcul à la rupture ........................................................................... 36
2.3.1 Approche statique ............................................................................................................ 37
2.3.2 Approche cinématique ...................................................................................................... 37
2.3.3 Exemples d’approches du calcul à la rupture ...................................................................... 38
2.3.3.1 Méthode de Caquot (1956) ....................................................................................... 38
2.3.3.2 Méthode d’Atkinson (1977) ...................................................................................... 40
2.3.3.3 Méthode de Davis (1980).......................................................................................... 40
2.4 Méthodes d’analyse des contraintes et déformations ................................................. 41
1.4.1 Méthode de convergence – confinement ........................................................................... 42
1.4.2 Analyse par éléments finis ................................................................................................ 43
2.5 Conclusion ................................................................................................................ 45
3 A USCULTATION DES GALERIES ET DES TUNNELS DE METRO DE P ARIS ................................................... 46
3.1 Introduction ............................................................................................................. 46
3.2 Géométrie des galeries et tunnels du réseau Parisien ................................................. 46

Taous Kamel 5
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Sommaire

3.3 Méthodes d’auscultation .......................................................................................... 49


3.3.1 Impédance mécanique ...................................................................................................... 49
3.3.2 Essai géoradar .................................................................................................................. 50
3.3.3 Essai pénétrométrique PANDA .......................................................................................... 52
3.3.4 Essai géoendoscopique ..................................................................................................... 52
3.3.5 Essai pressiométrique ....................................................................................................... 54
3.4 Bases et sources des données des matériaux.............................................................. 54
3.4.1 Données des matériaux de construction ............................................................................ 55
3.4.2 Synthèse des données géotechniques ................................................................................ 59
3.4.3 Paramètres de fluage ........................................................................................................ 63
3.4.4 Conclusions ...................................................................................................................... 68
4 M ODELISATION ET COMPORTEMENT DES STRUCTURES MAÇONNEES ET /OU DEGRADEES ............................ 69
4.1 Introduction ............................................................................................................. 69
4.2 Comportement des tunnels maçonnés ....................................................................... 70
4.2.1 Comportement des voûtes maçonnées .............................................................................. 71
4.3 Approches de modélisation d’une maçonnerie ........................................................... 72
4.4 Aspect radoucissant de maçonnerie ........................................................................... 74
4.5 Critères de rupture ................................................................................................... 76
4.5.1 Critère de Mohr-Coulomb ................................................................................................. 77
4.5.2 Critère de Drucker-Prager avec ses différentes formes ....................................................... 77
4.6 Conclusion ................................................................................................................ 79

PARTIE 2: ETAT DE CONTRAINTE INITIAL DES TUNNELS & GALERIES ............................................ 80

1 E STIMATION DE LA CONTRAINTE D’EQUILIBRE INITIALE .................................................................... 81


1.1 Contrainte d’équilibre analytique .............................................................................. 81
1.2 Contrainte d’équilibre numérique 2D ......................................................................... 84
1.3 Validation numérique 2D par 3D ............................................................................... 88
1.3.1 Comparaison des contraintes 2D-3D .................................................................................. 90
1.3.2 Comparaison des tassements et déplacements 2D-3D ........................................................ 95
1.3.3 Evolution de la contrainte dans un point fixe – Modèle 3D ................................................. 99
1.4 Synthèse des résultats de la calibration des taux de déconfinement .......................... 101
2 P ERTINENCE DES PARAMETRES DE L’ENCAISSANT A L ’ETAT INITIAL .................................................... 103
2.1 Introduction ........................................................................................................... 103
2.2 Influence du module d’élasticité E ........................................................................... 104
2.3 Influence de la cohésion c ....................................................................................... 107
2.4 Influence de l’angle de frottement ........................................................................... 109
2.5 Influence de la non-homogénéité du sol encaissant .................................................. 111
2.6 Diagrammes des effets paramétriques à l’état initial des ouvrages ........................... 117
2.7 Conclusion .............................................................................................................. 120

PARTIE 3: TUNNELS & GALERIES EN COURS DE DEGRADATION ................................................. 121

1 M ODELISATION DE DIFFERENTS SCENARIOS DE DEGRADATION ......................................................... 122


1.1 Introduction ........................................................................................................... 122
1.2 Différentes modélisations proposées ....................................................................... 123
1.3 Récapitulatif sur le comportement mécanique retenu – Phase de dégradation .......... 124
1.3.1 Exemple de validation sur des essais de roches ................................................................ 125

Taous Kamel 6
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Sommaire

2 D EGRADATION INSTANTANEE DES OUVRAGES ............................................................................. 126


2.1 Présentation des modèles d’ouvrage ....................................................................... 126
2.1.1 Modèle galerie Geom1 ................................................................................................... 126
2.1.2 Modèle d’ouvrage Tunnel ............................................................................................... 129
2.1.3 Modèle galerie Geom2 ................................................................................................... 130
2.2 Influence de l’épaisseur du piédroit dégradée – Geom1 ............................................ 132
2.2.1 Interface 100% dégradée ................................................................................................ 132
2.2.1.1 Influence de la surcharge ....................................................................................... 135
2.2.1.2 Influence du module d’élasticité des marnes et caillasses ........................................ 138
2.2.1.3 Influence de la rigidité de l’interface ....................................................................... 140
2.2.2 Effet de la dégradation de l’interface .............................................................................. 142
2.3 Influence de l’épaisseur du piédroit dégradée – Tunnel ............................................ 146
2.3.1 Influence de la rigidité de voûte ...................................................................................... 146
2.3.2 Réduction de résistance à la traction en voûte ................................................................. 149
2.3.3 Dégradation entière du piédroit ...................................................................................... 151
2.4 Influence de l’épaisseur du piédroit dégradée – Geom2 ............................................ 154
2.4.1 Sans chute de résistance à la traction en voûte ................................................................ 154
2.4.2 Avec chute de résistance à la traction en voûte ............................................................... 158
2.5 Conclusion partielle ................................................................................................ 161
3 D EGRADATION DIFFEREE DES OUVRAGES ................................................................................... 162
3.1 Dégradation différée d’une galerie .......................................................................... 162
3.1.1 Comparaison entre trois scénario de dégradation ............................................................ 162
3.1.1.1 Déformation inélastique et la probabilité d’apparition des fissures dans le piédroit .. 170
3.1.1.2 Comportement à l’intrados de voûte dans les trois modèles..................................... 171
3.1.1.3 Influence de la cinétique de dégradation ................................................................. 172
3.1.1.4 Conclusion ............................................................................................................. 174
3.1.2 Amélioration du second modèle galerie Md2 ................................................................... 174
3.1.2.1 Influence de la vitesse du PD de fluage sur la cinétique de dégradation .................... 175
3.1.3 Influence des vides après 85 ans d’exploitation – Modèle MAd2 ....................................... 182
3.1.3.1 Déformations au cours de la dégradation dans l’interface ........................................ 183
3.1.3.2 Contraintes au cours de la dégradation dans l’interface ........................................... 187
3.1.3.3 Déformations au cours de la dégradation dans le piédroit ........................................ 190
3.1.3.4 Contraintes au cours de la dégradation dans le piédroit ........................................... 192
3.1.3.5 Etat de contrainte-déformation global .................................................................... 193
3.1.3.6 Déplacements et tassements .................................................................................. 196
3.1.3.7 Influence du moment de la création du vide ............................................................ 197
3.1.4 Influence de l’épaisseur du piédroit dégradé – Geom2 ..................................................... 198
3.1.4.1 Effet de la vitesse de déformation du piédroit ......................................................... 203
3.2 Dégradation différée d’un tunnel ............................................................................ 206
3.2.1 Influence de la courbe d’adoucissement .......................................................................... 207
3.2.2 Influence de la cohésion initiale de l’interface et du PD .................................................... 210
3.2.3 Influence de la vitesse de fluage de l’interface ................................................................. 212
3.2.4 Influence d’une perte de rigidité en interface .................................................................. 213
3.3 Conclusion partielle ................................................................................................ 216

PARTIE 4: SYNTHESE DES RESULTATS ..................................................................................... 217

1 H ISTOGRAMMES ET COURBES D’ANALYSES NUMERIQUES 2D – DEFORMATION INSTANTANEE................... 218

Taous Kamel 7
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Sommaire

1.1 Seuils de rupture en cohésion résiduelle en fonction de l’épaisseur d’ouvrage dégradée


– Geom1 ............................................................................................................................ 218
1.2 Déformation inélastique maximale – Geom1 ............................................................ 221
1.3 Seuils de rupture en cohésion et en éléments plastifiés selon l’épaisseur d’ouvrage
dégradée – Geom2 sans interface ....................................................................................... 222
2 H ISTOGRAMMES ET COURBES D’ANALYSES NUMERIQUES 2D – DEFORMATION DIFFEREE ........................ 224
2.1 Taux d’influence des paramètres – MAd2 ................................................................ 224
2.2 Taux d’influence des vides – MAd2 .......................................................................... 225
2.3 Seuils de rupture en cohésion résiduelle en fonction de l’épaisseur d’ouvrage dégradée
– Geom2 ............................................................................................................................ 227

CONCLUSION GENERALE ....................................................................................................... 229

BIBLIOGRAPHIE .................................................................................................................... 233

ANNEXES ............................................................................................................................. 245

Taous Kamel 8
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Résumé

RESUME:
L’état de contrainte des galeries et tunnels souterrains évolue dans le temps, tout d’abord en raison de
l’avancement du front de taille lors de la construction, mais aussi en raison des changements graduels des
propriétés du terrain ou des caractéristiques mécaniques des matériaux constitutifs de l’ouvrage (réduction
de la cohésion, vieillissement). Ces changements sont causés par des actions combinées comme: les
processus d’altération dus aux infiltrations des eaux météoriques et de réseaux con cessionnaires, mais aussi
par l’apparition des fissures qui induisent par ailleurs des redistributions de contraintes et de déformations,
ainsi que par le fluage des matériaux. Dans cette étude, un travail préliminaire, nous permet de quantifier
l’état de contrainte initial lors de la construction des ouvrages. Notre approche basée sur la modélisation
éléments finis 2D permet de simuler l’état d’équilibre interne des excavations, nos résultats sont en
adéquation avec ceux issus des méthodes analytiques de la littérature. Cet état initial est ensuite calibré via
une modélisation 3D. Puis, une macro-modélisation à base d’éléments finis nous permet d’envisager
différents scénarios de détérioration des soutènements, notamment à l’extrados des galeries de couloir s
d’accès et tunnels de ligne du métro Parisien. Un des scénarios étudié prend en considération la réduction
de la résistance mécanique du piédroit et de la zone interface entre le sol et la paroi, ainsi que le fluage de
l’encaissant et du revêtement. En utilisant une loi qui permet de simuler la perte de cohésion, paramètre qui
évolue en fonction de la déformation inélastique et en fonction du temps, le comportement mécanique des
zones dégradées est ainsi reproduit par un modèle viscoplastique de type adou cissant ou à écrouissage
négatif. Nous mettons bien en exergue les processus de dégradation observés sur ces galeries durant leur
exploitation. Les différentes modélisations permettent de mieux évaluer l’état des différents composants de
l’ouvrage selon le type de dégradation et selon le temps traduisant ainsi son vieillissement. Elles permettent
également de jauger de la sensibilité et la pertinence de différents paramètres. In fine, nous évaluons les
pathologies de ces structures, ce qui permet de fournir des indicateurs quant à la gestion de ce patrimoine.

MOTS-CLES: Ouvrages souterrains, Modélisation numérique, Eléments finis, Dégradation, Ecrouissage


négatif

ABSTRACT:
The stress state of underground tunnels and galleries evolves over time , firstly bec ause of the advancement
of the working face during construction , then due to gradual changes in soil properties and mechanical
properties of materials component of the infrastructures (reduction of cohesion, aging). These changes are
caused by combined actions such as: weathering processes due to infiltration of meteoric waters and
concessionaires networks, but also by the cracks appearance that induce further redistribution of stress and
strain, and the creep. A particular attention is paid to the determination of the initial state of stresses
applied on the structure right after the construction. In order to approach this initial stress state which
corresponds to the construction phase of underground structures, we propose a methodology based on
comparing the numerical model with analytical methods taken from literature. Then we compare 2D and 3D
numerical models. Thereafter, a macro- modeling based on the finite elements method allows considering
different scenarios of the tunnel-linings deterioration, specifically at the extrados of the galleries and Paris
metro line tunnels. One of the studied cases takes into account the mechanical strength loss of the abutment
and the interface between the ground and the wall area including their creeps. Therefore, Elasto-viscoplastic
with strain softening constitutive model is used in this study to reproduce the degraded zone behavior. The
numerical models show that we can reproduce the underground structure behavior during degradation and
assess the state of different structure components. The approach used here for the Parisian metro tunnels
may be used by the other underground structures managers.

KEY-WORDS: Underground structures, Numerical modeling, Finite Element, Degradation, Softening

Taous Kamel 9
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Introduction générale

Taous Kamel 10
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Introduction générale / Contexte général de l’étude

1 Contexte général de l’étude


1.1 Introduction
1.2 Problématique de la thèse
1.3 Structure de la thèse

1.1 Introduction
Les infrastructures du transport urbain ainsi que les autres réseaux souterrains font partie
de nombreux ouvrages qui ont vieilli et/ou se sont dégradés. Les processus de
dégradation de ces ouvrages ont plusieurs causes. L’une d’entre elles est la mauvaise
évaluation qualitative et quantitative des différents éléments constituant la structure
principale, mais aussi, la qualité de la mise en œuvre ou les défauts d’exécution, les
défauts d’étanchéité, la surexploitation. Une autre cause est l’enchaînement des
agressions environnementales qui entraînent une transformation physico -chimique des
matériaux mis en œuvre dans les tunnels. Cette transformation conduit à une altération
superficielle ou profonde (désagrégation, fissuration, dissolution) liée à l’infiltration des
eaux météoriques et/ou de réseaux concessionnaires. A l’heure actuelle, divers systèmes
de revêtements étanches jouent le rôle de support pour une étanchéité d’intrados et de
protection pour une étanchéité d’extrados. En revanche, certains tunnels anciens ne
comportent pas d'étanchement ou bien les dispositifs prévus à l'origine ont été rendus
inopérants par vieillissement, c’est le cas des tunnels du métro de Paris. Ces ouvrages
présentent souvent des défauts ou des désordres qui justifient des interventions de
réparation ou de modernisation. L’incompatibilité des matériaux composants la
maçonnerie pierre-mortier, fait partie des causes qui favorisent la dégradation. Les
pierres des structures en maçonnerie sont parfois liées par des ciment s silicatés ou par de
la chaux fortement hydraulique. Ces liants forment des zones riches en sels et moins
perméables qui favorisent l’accumulation d’eau et de sels dissous. C’est pourquoi sur des
murs anciens, jointoyés avec des mortiers de ciment, une première phase de dégradation
endommage les joints amenant la création de vides, l’évolution de ces pathologies
conduit même en deuxième phase à des perforations qui peuvent affecter les pierres.
La surveillance et le diagnostic nécessaire pour quantifier le vieillissement posent de
nombreuses questions depuis les problèmes de mesure jusqu’à l’analyse des résultats.
Rappelons par ailleurs que les ouvrages sont en service et que les créneaux d’accès sont
de plus en plus étroits. Ainsi, les ouvrages dans les sols urbains comprennent en général
des surfaces ou des linéaires à traiter importants (des dizaines de km) alors que les
contraintes de site et les délais d’intervention sont extrêmement pénalisants. En région
parisienne, on compte plus de 365 km d’ouvrages d’infrastructures ferroviaires
(souterrains, viaducs, ponts et traversées sous-fluviales). Ces ouvrages sont conçus
essentiellement en maçonnerie. Plus précisément, La RATP (Régie Autonome des
Transports Parisiens) dispose d’un parc de galeries et de tunnels important. En effet, il

Taous Kamel 11
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Introduction générale / Contexte général de l’étude

compte aujourd’hui: 68 gares RER. 370 stations métro, comprenant 160 km de couloirs et
42000 m2 de salles de billets. 144000 m2 de planchers et couvertures (ANR-MéDiTOSS
2009). Ce parc contient des ouvrages d’âge et d’état variable.
Du fait de l’importance des flux de voyageurs, des contraintes liées à l’exploitation du
réseau et des problèmes de sécurité, la maintenance comporte généralement un volet
préventif et un autre correctif. La maintenance préventive a pour finalité d’anticiper les
risques potentiels liés à la dégradation des ouvrages et de les traiter avant qu’une
dégradation trop importante ne menace la sécurité et la fonctionnalité des structures.
Dans le cas correctif, la réactivité est primordiale afin de garantir la sécurité des
voyageurs et des biens, ainsi que la continuité de l’exploitation. Cette attention portée au
maintien de la sécurité et des fonctionnalités, résulte du fait qu’une grande part des
risques est bien perçue lors des accidents ou des défaillances spectaculaires . Certains
accidents se sont récemment produits à l’étranger 1; ils restent rares en France, car le
patrimoine a longtemps été mieux entretenu, mais un effondrement s’est déjà produit à la
rivière Sainte en 20072.
Le présent travail traite des tunnels et galeries en maçonnerie du métro de Paris. Il porte
essentiellement sur leur modélisation numérique et entre dans le cadre d’un projet ANR
Méthodologie de Diagnostic des Tunnels et Ouvrages Souterrains en Service
(MéDiTOSS), qui traite le cas des tunnels et galeries en maçonnerie de métro de Paris.

1.2 Problématique de la recherche


L’objectif de cette thèse proposée au sein du projet MéDiTOSS, est de développer une
modélisation numérique basée sur l’analyse mécanique à l’échelle des ouvrages en
question, et prenant véritablement en compte la zone d’interface ouvrage/encaissant. Il
s’agit d’une modélisation la plus réaliste possible, en ce sens qu’elle intègre les
différentes parties de l’ouvrage et de leur comportement. Cette approche permet
d’analyser la réponse globale du système et d’identifier essentiellement les points

1
L’effondrement d'un tunnel au Japon à cause de 670 anomalies de boulons détectées,
http://www.20minutes.fr/ledirect/1063763/effondrement-tunnel-japon-670-anomalies-
boulons-detectees. L’effondrement qui s’est produit le 31 juillet 2011 dans un tunnel
routier à Montréal a ouvert un large débat sur l’état des in frastructures québécoises,
http://209.171.32.187/gouvqc/communiques/GPQF/Aout2011/03/c9137.html .
2
L’effondrement du pont de la Rivière Sainte, long de 520 m [Niandou et Bre ysse 2009].

Taous Kamel 12
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Introduction générale / Contexte général de l’étude

problématiques. La modélisation proposée s’appuie sur l’utilisation de la méthode des


éléments finis (milieu continu).
Ce projet regroupe quatre partenaires parmi lesquels deux laboratoires de recherche: le
Laboratoire de Mécanique et Ingénieries (LaMI) de Clermont-Ferrand qui est également
le coordinateur du projet et le Laboratoire de Génie Civil et Ingénierie Environnementale
(LGCIE) de l’INSA de Lyon. La Régie Autonome des Transports Parisiens (RATP) et le
bureau d’études géotechnique (SOL-SOLUTION) sont partenaires « industrielles ».
La RATP est responsable de l’étude expérimentale comparative avec l’implication des
autres partenaires et plus particulièrement l’entreprise Sol Solution. Leur objectif est de
dégager les outils d’auscultation les plus pertinents en terme d’informations collectées et
les mieux adaptés aux contraintes techniques (accessibilité, ouvrage en service,
multicouches, etc.) et économiques (nécessité de trouver des techniques rapides et peu
traumatisantes) de ce type d’ouvrage. L’objectif est aussi de délivrer des rapports
d’essais et d’analyse de chaque site en auscultation, et les rapports d’études comparant le
diagnostic effectué avec les techniques proposées ainsi qu’avec les outils traditionnels du
gestionnaire d’ouvrage sur ces mêmes tronçons. La mise en évidence d’une méthodologie
de diagnostic adaptée aux contraintes des infrastructures de transport urbain ne repose
pas sur un outil unique mais sur une démarche intégrant plusieurs techniques
complémentaires et sur l’analyse couplée de leurs informations en vue de caractériser les
différents éléments de l’ouvrage (structure, contact et encaissant). Cette tâche est
essentiellement effectuée par le LaMI. Ces deux tâches essentielles accomplies par les
autres partenaires, nous génèrent les éléments d’entrée du modèle numérique développé.
Ce modèle doit permettre d’analyser la réponse globale du système et d’identifier le plus
précisément possible les points problématiques. La tâche finale de ce projet est de
développer une analyse de risque et de créer un outil d’aide à la décision alimenté par les
données quantitatives ou semi-quantitatives issues de la méthodologie de diagnostic
développée par le LaMI, et par le modèle numérique établi dans le présent travail. Ce
travail permettra finalement d’évaluer les risques auxquels le patrimoine est exposé.
L’objectif est d’améliorer le pilotage (en termes de priorisation et de maîtrise des coûts)
des opérations d’entretien à mener sur les infrastructures ferroviaires.
Il s’agit, ici, de développer un modèle numérique alimenté par des paramètres
caractéristiques, intégrant la variabilité de ces paramètres et permettant d’évaluer l’état
global des tronçons en prenant en compte l’interaction sol/structure. Ce modèle servira
d’outil de base pour une aide à la gestion du patrimoine et à la planification de la
politique de maintenance du gestionnaire d’ouvrage. Il en découle les principales
conditions prises en compte par la modélisation numérique, à savoir intégrer la variabilité
spatiale des données aussi bien de l’encaissant que de la structure . La prise en compte de
cette variabilité étant bien entendu conditionnée par la robustesse et l’importance des
données collectées lors des campagnes de reconnaissance. Enfin, il est fondamental de
prendre en considération la dégradation de ces infrastructures en service pour lesquels on
observe typiquement des zones endommagées en tenant compte de l’évolution des

Taous Kamel 13
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Introduction générale / Contexte général de l’étude

déformations au cours du temps et de la perte de résistance de ces ouvrages induite s par


les processus d’altération.
De plus, ces tunnels et galeries du métro de Paris n’ayant pas été instrumentés à l’époque,
leur état de contraintes initial reste une inconnue. Une étude initiale est consacrée à la
détermination de l’état de contrainte lors de la construction de ces ouvrages.
Ce genre d’études présente des avantages mais aussi des limites. Les avantages
scientifiques se situent essentiellement dans:
- une bonne qualité des méthodologies de diagnostic actuelles, en privilégiant
des technologies peu ou pas intrusives et permettant d’avoir accès à une
estimation de la variabilité des caractéristiques des matériaux;
- une estimation convenable des modules de déformation des sols à partir de
l’essai de pénétration permettant l’alimentation des modèles numériques;
-
une prise en compte de l’interaction sol/structure, et de l’incertitude et
variabilité des données dans les modèles numériques.
Parmi les complexités et les limites qui peuvent être rencontrées dans ces études, nous
pouvons citer:
- l’absence d’informations sur les matériaux de la structure;
- l’évolution de certaines caractéristiques comme les paramètres de résistance,
tout au long de l’exploitation de l’ouvrage;
- l’estimation de la cinétique de dégradation de ces ouvrages et des risques
encourus jusqu’à maintenant et dans le futur.
- la validation du modèle numérique par corrélation avec des résultats
expérimentaux particulièrement en termes de déformation et contraintes dans
l’ouvrage.

1.3 Structure de la thèse


Ce rapport présente les différentes études menées au cours de cette thèse, et s’ articule en
quatre parties.
Une première partie synthétise la recherche bibliographique et analyse les données issues
de différents essais de sol et matériaux constitutifs des infrastructures (triaxiaux,
pressiométriques, etc.). Cette analyse est nécessaire afin de bien déterminer les causes de
désordres affectant les ouvrages, particulièrement les structures souterraines qui sont
construites avec une maçonnerie ou des matériaux non-homogènes. Elle permet d’évaluer
l’état actuel des galeries et des tunnels selon les essais de carottage et les essais géo-
endoscopiques et autres. Cette étape, nécessaire, permet de mieux appréhender le
comportement de ces ouvrages, condition nécessaire pour bien définir l’approche de
modélisation qui adhèrerait le mieux possible avec les données dont on dispose, et qui
permettraient d’accéder aux attentes. Cette analyse est importante aussi pour entreprendre
le diagnostic et les travaux de rénovation en appliquant les solutions les plus appropriées.
Dans cette partie, nous évoquerons plusieurs points: la dégradation et la durabilité des
matériaux et ouvrages, la stabilité des ouvrages souterrains, les différentes méthodes

Taous Kamel 14
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Introduction générale / Contexte général de l’étude

d’auscultation des infrastructures et les techniques de modélisation des ouvrages


dégradés, etc.
Dans la deuxième partie nous estimons l’état de contrainte initial lors de la construction
de ces ouvrages souterrains, paramètre essentiel dans l’évaluation des évolutions suite
aux dégradations. Des modélisations numériques 2D puis 3D sont proposées et
comparées aux cas analytiques dédiés à ce sujet, et traités dans la littérature. Les
approches analytiques utilisées, reposent essentiellement sur le calcul à la rupture. Ces
méthodes sont couramment utilisées et leurs fondements théoriques sont appliqués à de
nombreux problèmes mécaniques (Salençon 1983). Il s’agit de valider, à travers ces
comparaisons, la pression d’équilibre exercée par le soutènement pour assurer l’équilibre
des tunnels et galeries. Dans cette partie, plusieurs paramètres sont pris en considération:
type de l’ouvrage (galerie ou tunnel), les caractéristiques de l’encaissant (cohésion, angle
de frottement, la rigidité), la séquence d’excavation et le critère de rupture du sol. Le
comportement du soutènement à cet état initial des ouvrages est élastique.
Une fois les données analysées et l’état de contrainte initial des ouvrages validé, l’étude
des galeries au cours de la dégradation est présentée dans la troisième partie. Cette
dernière, qui représente la principale contribution de cette thèse, intègre différents
scénarios de dégradation. Ces études sont faites à l’état instantané (déformations
irréversibles instantanées) et à l’état différé (déformations irréversibles différées). L’effet de
la dégradation par la réduction de la cohésion dans l’épaisseur du piédroit de l’ouvrage
est analysé à l’état instantané. Dans le cas de l’analyse différée, la théorie de la
viscoplasticité décrit l’écoulement par fluage de la matière, ce qui, par rapport au cas de la
plasticité, permet d’intégrer la dépendance au temps. Cette approche permet de traiter les
problèmes liés à l’évolution temporelle des déformations permanentes, l’endommagement de
l’ouvrage étant défini par des courbes de radoucissement de la cohésion de la zone interface sol
et ouvrage et de la zone extrados du piédroit. Ces courbes de radoucissement évoluent en
fonction de la déformation inélastique. Afin de simuler le développement du fluage dans les
tunnels étudiés, les modèles de fluage et d’écrouissage négatif sont calibrés en utilisant des
données disponibles sur des matériaux assez semblables à ceux utilisés dans la construction des
galeries et tunnels du métro parisien. Après la calibration des paramètres, le modèle est
appliqué via une étude 2D en déformation plane à une section de galerie typique et une section
du tunnel de "métro de Paris". Puis, en raison du constat in situ de l’apparition de vides au
niveau du contact sol-piédroits, vides expliqués par le pourrissement des bois de blindage
et détectés par des essais d’impédance et géoradar, nous avons simulé cette même galerie
typique en prenant en compte l’influence de ces vides autour de la paroi. Ces études sont
complétées par une dernière partie qui présente la synthèse des résultats de simulations
permettant de mettre en valeur ceux qui sont les plus représentatifs de l’état des ouvrages. Ces
résultats synthétiques permettent aux gestionnaires, à partir de scénarios de dégradation,
d’établir des cartes de risque, d’évaluer les conséquences potentielles et d’éclairer la mise
en place d’une politique de prévention.

Taous Kamel 15
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1: Bibliographie & Analyse
des données

Le cycle d’exploitation des ouvrages souterrains entraine une transformation dans


la structure physique et chimique du matériau d’origine et crée une altération
superficielle ou profonde. Les processus de vieillissement e t d’endommagement sont
complexes et font appel à des connaissances liées à différentes disciplines. Le but de
cette synthèse bibliographique est de mieux comprendre ces processus de dégradation
et leurs influences, spécifiquement, l’influence sur le comportement mécanique des
matériaux et / ou ouvrages. L’analyse des données permet de conforter le choix des
paramètres utilisés dans l’étude numérique des galeries et tunnels.

Taous Kamel 16
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Dégradation et durabilité des ouvrages et matériaux constitutifs

1 Dégradation et durabilité des ouvrages et


matériaux constitutifs
1.1 Processus d’altérations et leurs influences sur les propriétés physiques
et mécaniques

1.2 Fissuration dans les ouvrages

1.3 Vieillissement au cours du temps

1.4 Conclusion

1.1 Processus d’altérations et leurs influences sur les propriétés


physiques et mécaniques

1.1.1 Altérations physiques et mécaniques


L’altération physique ou mécanique tend à diminuer l’épaisseur de l’ouvrage en arrachant
des particules transportées par l’infiltration des eaux. Ce type d’altération est un facteur
de développement d’autre processus de vieillissement. Elle facilite le morcellement du
matériau initial. L’altération due aux processus physiques n’affecte pas la composition
chimique et minéralogique du matériau mais augmente la détérioration en surface qui
devient la cible d’actions et d’altérations chimiques et biologiques. En tunnel, les
principaux agresseurs sont le dioxyde de carbone de l'atmosphère (CO 2), les eaux douces
ou peu minéralisées, les eaux sulfatées (CETU 2004).

1.1.1.1 Hydratation et dessiccation


Ce phénomène est dû aux variations du degré de saturation de l’atmosphère ambiante qui
contrôlent le transfert d’eau entre la roche et l’atmosphère. L’hydratation peut entraîner
le développement d’une pression suffisante pour induire des modifications de certaines
propriétés physiques et/ou mécaniques. La déshydratation ou la dessiccation du matériau
entraîne, généralement, un retrait accompagné de fissures de traction. Dans le cas des
matériaux (craie, calcaire) largement exploités en souterrain en France, cette évolution
est souvent lente et se traduit par des changements de la structure et de la texture de la
roche qui peuvent affecter l'intégrité de la matrice rocheuse à long terme et conduire à
une diminution importante des caractéristiques mécaniques des matériaux, à l’échelle
macroscopique (Sorgi et De Gennaro 2006). La succession des cycles gonflement –
retrait due aux cycles d’hydratation – dessiccation peut altérer mécaniquement le
matériau, en induisant des fissurations importantes qui peuvent entraîner à long terme la
fragmentation de la roche ou du matériau concerné. L'effet d'une augmentation de la
saturation en eau se traduit par une perte significative de résistance et par des
déformations irréversibles (Ghabezloo et Pouya 2006). L’expérience montre que la
résistance à la compression des échantillons rocheux diminue avec la variation de la

Taous Kamel 17
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Dégradation et durabilité des ouvrages et matériaux constitutifs

teneur en eau (INERIS 2010). Une baisse significative de R c à l’état saturé est notée
comparativement à l’état sec. La majorité des roches perdent entre 30 et 50% de leur
résistance entre ces deux états de saturation (Figure 1.1). Parfois cette perte dépasse les
60%, les résultats des essais de Beck (2006) confirment qu’il y a une chute de Rc entre
l’état sec et saturé (Figure 1.2) pour le tuffeau.

Figure 1.1. Résistance à la compression en fonction du degré de saturation (INERIS 2010)

Figure 1.2. Courbes contrainte-déformation lors de l’essai en compression uni-axiale à différents


états hydriques de tuffeau blanc (Beck 2006)

1.1.1.2 Actions mécaniques


Ce type de détérioration est, essentiellement, lié à la structure et à la nature de
l’exploitation des infrastructures. En effet, l’augmentation ou la modification des
sollicitations (terrassement, surcharges trafic), du fait de l’évolution rapide des
conditions d’exploitation, peuvent provoquer la fissuration et/ou la rupture d’un ou
plusieurs éléments d’ouvrage. La réalisation de travaux au voisinage des ouvrages ou

Taous Kamel 18
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Dégradation et durabilité des ouvrages et matériaux constitutifs

même l’augmentation de la poussée sur l’ouvrage suite à un remblai peuvent, aussi,


générer des déformations permanentes (Daly et al. 1996).
Le développement des contraintes, dues à des tassements différentiels ou à un séisme,
peuvent dépasser également la résistance des ouvrages.

1.1.2 Altérations chimiques

Les altérations chimiques sont des processus par lesquels la structure interne ou la
composition minéralogique des roches et des matériaux de construction est modifiée par
l'ajout ou la suppression d'éléments. L’altération chimique accompagne l’altération
mécanique et profite de la fissuration créée et de l’élargissement de celle existante pour
atteindre progressivement la totalité des minéraux de la roche. Ce type d’ altération
nécessite la présence d’eau qui est, fréquemment, légèrement acide du fait de la mise en
solution du CO2 atmosphérique et de la présence d’humus. L’intensité de l’altération
chimique est fonction de la quantité d’eau susceptible de lessiver le matériau et du
drainage qui dépend du réseau poreux et de la position de la nappe dans le terrain
(Carroll 1970).
Le vieillissement chimique est donc le résultat de trois processus qui peuvent intervenir
simultanément (Loughnan 1969): rupture de structure et libération des éléments
constituants (ions ou molécules), transport des éléments par l’eau et une série de
réactions entre la roche et l’atmosphère. Toutes ces réactions dépendent essentiellement
de la variation de la température ambiante et du pH de l’eau. Le maintien de tels
processus dans le temps dépend essentiellement des apports d’eau. Des études ont montré
que le taux de réduction des paramètres de résistance dépend du pH de l’eau souterraine
(Hagros et al. 2008), voir la Figure 1.3.

Figure 1.3. Effets d’altération du pH des eaux souterraines dans les roches cristallines (Hagros et
al. 2008)

Taous Kamel 19
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Dégradation et durabilité des ouvrages et matériaux constitutifs

Les anciens mortiers sont très sensibles aux agressions chimiques et sont le point faible
d'une maçonnerie. Ils possèdent une porosité importante mais très fine, introduisant une
succion capillaire forte par rapport à celle des moellons adjacents qui ont des pores plus
importants. Ils jouent un rôle d'éponge protecteur des pierres. Mais comme leur
carbonatation est ancienne et profonde, ils sont très sensibles à toute attaque acide.
Contrairement aux bétons, ils n'ont plus de réserve alcaline susceptible de les protéger ce
qui explique leur désagrégation parfois complète. Cela est attesté par les nombreux
rejointoiements successifs visibles dans certains ouvrages (CETU 2004).
1.1.2.1 Concrétions (croûtes et efflorescence)
C’est l’altération la plus répandue des pierres et maçonnerie, essentiellement, dans le
milieu urbain. Une concrétion est un dépôt de solides et d’adhérents (CETU 2004): carbonate
de calcium CaCO 3 (ou calcite), sulfate de calcium CaSO 4 (ou gypse), hydroxyde de fer (ou
goethite). Les croûtes noires sont plus fréquentes dans les tunnels ferroviaires anciens où
la génération de soufre, qu’imprègne la maçonnerie, est importante. En cas de doute, une
analyse chimique de ces croûtes est recommandée pour rechercher une agression
éventuelle (CETUa 2004). Ces cristallisations dures et cassantes souvent noirâtres
(suies), constituées de gypse, révèlent la présence de sulfates, soit au sein du revêtement
soit en provenance du terrain. Ces encroûtements sont beaucoup plus discrets, voire
absents en tunnels routiers. La Figure 1.4 montre l’apparition des croûtes noires dans les
infrastructures du réseau du métro Parisien.

Figure 1.4. Apparition des concrétions dans la station Pasteur du métro Parisien

Les concrétions calcaires sont le résultat de la précipitation de carbonate de calcium (ou


calcite) sur le parement à partir d'eaux en charge ayant transité dans les terrains (et au
travers d’un revêtement) dont la pression est ramenée à la pression atmosphérique.
L'épaisseur et l'étendue du concrétionnement seront d'autant plus importantes que les

Taous Kamel 20
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Dégradation et durabilité des ouvrages et matériaux constitutifs

eaux sont déjà naturellement chargées en bicarbonates (tunnels en zone calcaire). Un


concrétionnement provoqué par une eau incrustante en provenance du terrain a
généralement une teinte beige à jaunâtre, qui témoigne des impuretés fixées par la calcite.
En revanche, la calcite provenant directement de la dissolution de la chaux est très
blanche, ce phénomène est connu par les efflorescences. Ces concrétions soulignent les
fissures fines (Figure 1.5) ou se forment des stalactites ou des coulures sur le parement
(Figure 1.4).

Figure 1.5. Efflorescences blanches provenant de la maçonnerie d’un tunnel du métro de Paris

Si la cristallisation a lieu au cœur de la maçonnerie, le phénomène d’efflorescences


devient préjudiciable (Beck 2006). Car les sels provenant de la maçonneri e et/ou du sol
peuvent engendrer des pressions de cristallisation importantes ce qui induit une
fissuration à l’intérieur de la maçonnerie (Hammecker 1993). Le résultat d’un essai de
compression uniaxial sur un échantillon de roche altérée par des croûtes noires, réalisé
par Beck (2006), montre que la résistance dans la zone altérée (R c = 3,76 MPa) est plus
faible par rapport à la zone du cœur non altérée et que les déformations sont importantes
dans la zone encroûtée (Figure 1.6).

Figure 1.6. Courbes contrainte-déformation de tuffeau prélevé in-situ (zone cœur et zone altérée)

Taous Kamel 21
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Dégradation et durabilité des ouvrages et matériaux constitutifs

1.1.2.2 Lixiviation
Plusieurs études ont montré que la lixiviation d'un mortier tend à augmenter sa porosité et
à réduire sa résistance mécanique (Carde et al. 1996, Le Bellégo et al. 2000). La
réduction de la résistance à la compression du ciment peut atteindre 77% selon le degré
d’altération (Carde et al. 1996). Les propriétés de transfert de béton lixivié, la
perméabilité par exemple, sont étudiées au moyen d’une formule empirique (Ollivier et
Massat 1992). Selon Xie et al. (2011), la dégradation chimique induit une diminution du
module élastique et de la cohésion du calcaire. La dégradation chimique favorise la
déformation dans le temps et peut générer une augmentation significative de la
perméabilité à travers la formation d’un réseau de pores. Des essais d’altérations
chimiques accélérées ont été réalisés à l’aide d’un double extracteur pour simuler la
lixiviation de roches granitiques (Woo et al. 2008). Plusieurs échantillons de roches
correspondant à différents degrés d’altération ont été testés en Corée du Sud. Ils ont été
soumis à une lixiviation par de l’eau pure et chaude afin de mesurer l’évolution de
certaines propriétés physiques et mécaniques. Les essais montrent une diminution des
caractéristiques des échantillons au cours des cycles de lixiviation. L ’effet de l’altération
chimique a été évalué et la courbe d’évolution de la vitesse de degré d’altération dans le
temps a été tracée (Figure 1.7). L’altération est importante lors de la première exposition
des roches aux conditions atmosphériques (Woo et al. 2008). Des éprouvettes de mortier
à différent taux d’altération ont été mises sous compression par Le Bellégo (2001), voir
la Figure 1.8. Ces essais montrent que pour des taux de dégradation de 48%, 59% et 74%,
la perte de module sécant est respectivement de 23%, 36% et 53%.

Figure 1.7. Schéma conceptuel de la vitesse d’altération d’une roche (Woo et al. 2008)

La résistance peut chuter, aussi, en raison du lessivage des eaux souterraines. La


résistance, d’un revêtement en béton du tunnel Flonzaley (Vaud Canton, Suisse), diminue
de plus de 13% après 30 ans d’exploitation (Sandrone 2008), Figure 1.9.

Taous Kamel 22
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Dégradation et durabilité des ouvrages et matériaux constitutifs

Figure 1.8. Courbes force – déformation des essais de compression sur un mortier en fonction du
taux de dégradation (Le Bellégo 2001)

Figure 1.9. Résistance en compression au cours du temps dans le tunnel revêtu en béton de
Flonzaley (Sandrone 2008)

1.1.2.3 Cristallisation et dissolution


Le mécanisme de cristallisation des sels ne peut avoir lieu qu’en présence d’eau. Les
phénomènes qui en résultent peuvent être divisés en deux catégories selon le sens de la
migration et du transport des particules acheminées par l’eau:
- Phénomènes réversibles: l’eau pénètre et quitte le milieu poreux par la même
voie. L’évaporation se limite à la surface, il ne se produira rien dans la pierre
qui joue le simple rôle de canal alimentant le film liquide extérieur. En effet,
en effectuant un processus de va-et-vient à travers le matériau, à une certaine
profondeur, l’eau chargée de CO 2 sous forme d’acide carbonique décompose
une infime partie du carbonate de calcium en bicarbonate de calcium et le
transporte. Après évaporation, celui-ci est à nouveau recristallisé et déposé
sous forme de carbonate de calcium dans les pores du matériau. Une croûte

Taous Kamel 23
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Dégradation et durabilité des ouvrages et matériaux constitutifs

protectrice se forme et contribue à limiter les phénomènes de migration et de


pénétration de l’humidité. La formation de ces patines devient dangereuse
pour les parties qui ne sont pas exposées régulièrement aux eaux à cause des
sels qui vont s’accumuler dans les pores et contribuer à l’altération de la
pierre. Par contre, un lavage répété et régulier de la surface permet d’enlever
les sels cristallisants des pores de la pierre, les pores restent ainsi ouverts et
respirent (Ezzdine 2009).
- Phénomènes irréversibles: l’eau pénètre à travers une face du milieu poreux
et le quitte à travers une autre où se produisent des recristallisations des sels.
Dans ce cas, il y aura des dépôts des sels à l’intérieur des pores de la pierre
par évaporation complète de l’eau. Ainsi, à chaque cycle d’humidification
dessiccation, la quantité des sels dans la structure poreuse de l’épaisseur
déshydratée augmente. Ce phénomène produit un changement de volume de
sel qui se rétracte à chaque dessiccation et se gonfle à l’humidification.
Lorsque la cristallisation a pris une certaine importance, ce processus devient
la cause des désagrégations internes qui mènent à l’exfoliation de la pierre.
Cette altération affecte surtout les roches qui sont à base du calcaire dont la plupart des
pierres de maçonnerie sont issues. La conséquence mécanique des cycles cristallisation –
dissolution est le développement des vides, donc, une augmentation des pores. La
succession de ces cycles dans le temps peut conduire à la mobilisation des éléments et
une réduction de résistance. L’augmentation de la porosité provoque une réduction de la
résistance à la compression R c , de la résistance à la traction R t et du module d’élasticité E
(Figure 1.10). Cette réduction peut atteindre ou même dépasser les 75% ( Ghabezloo et
Pouya 2006).

Figure 1.10. Réduction de Rc, Rt et E des roches de calcaire en fonction de l’augmentation de la


porosité (Ghabezloo et Pouya 2006)

1.1.3 Altérations biologiques

De nombreux organismes vivants peuvent facilement occuper les pierres mises en œuvre
et aussi être responsables, en plus de leur caractère inesthétique, de dégradations plus ou
moins importantes. Les agents d’altération biologiques sont principalement les mousses,

Taous Kamel 24
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Dégradation et durabilité des ouvrages et matériaux constitutifs

les champignons et les lichens, les algues mais aussi certaines bactér ies. Les bactéries
peuvent être présentes en très grand nombre sur la pierre et sont souvent responsables des
dégradations de certains minéraux par production d’acides organiques, ou par oxydation
de différents composés conduisant à la formation de sulfates ou de nitrates (Beck 2006).
La présence en nombre parfois très élevé de germes oxydants du soufre, générateurs
d'acide sulfurique, implique obligatoirement une activité sulfatante. Si, dans les
structures en atmosphère urbaine, déjà riche en acide sulfurique, ce mécanisme peut être
envisagé comme accessoire, il est au contraire important dans la genèse des lésions en
plaque des structures, qu'ils soient en calcaire ou en grès. Le mécanisme de la formation de
l'acide sulfurique a une très grande importance; sa connaissance permettrait de mettre au point
une ou des méthodes d'intervention et surtout de prévention. Malheureusement les détails de ce
mécanisme ne sont pas prouvés comme les autres processus d’altérations (Torraca 1974).

1.2 Fissuration dans les ouvrages


L’origine des fissures dans la maçonnerie est souvent provoquée par des efforts de
tension trop importants pour être absorbés par l’élasticité de la maçonnerie. Les raisons
de l’importance des tensions sont de natures diverses. Souvent, elles sont complexes car
il s’agit d’une combinaison de différents facteurs (El-Harrouni 2005).

Figure 1.11. Fissurations dans les ouvrages du métro parisien

Ont peut recenser, des facteurs externes, comme les charges mécaniques imprévues, mais
aussi des facteurs internes comme les tensions internes qui peuvent apparaître dans la
maçonnerie sans influence extérieure. Ces tensions internes sont provoquées par les
variations de dimensions que subit la maçonnerie au cours des années. Les causes
principales de ces variations sont l’humidité et les modifications dans la structure
chimique du matériau (Fouchal 2006).
Les ouvrages souterrains du métro parisien datant des années 1890 sont davantage sujets
à certaines pathologies. En effet, ce sont des ouvrages en maçonnerie ancienne
irrégulière. Sur les lignes de métro, on peut observer des fissures qui peuvent être liées à
un pourrissement des bois de blindage et une altération des liants dans la maçonnerie. La
Figure 1.11 montre la propagation des fissures à l’intrados des parois des stations du

Taous Kamel 25
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Dégradation et durabilité des ouvrages et matériaux constitutifs

métro Parisien. Sur certaines lignes, la dégradation de l’étanchéité et du système


d’écoulement a provoqué des infiltrations pouvant conduire à une désagrégation assez
importante dans le revêtement des tunnels. Les principaux dégâts constatés sur certaines
parties des tunnels, où le bois en fait partie, sont la pourriture du matériau, les fissures et
la perte de rigidité. Ils sont dus aux variations d’humidité, à des causes biologiques et à
des problèmes structurels. En outre, les processus biologiques peuvent causer des dégâts
et provoquer la dégradation des parties en bois, dont la pourriture se produit
généralement dans les parties affectées par l’eau. Le bois utilisé dans les ouvrages
souterrains est plus exposé aux altérations car il est en contact à la fois avec le sol et
l’ouvrage.
Les causes de la détérioration du bois peuvent être d’ordre biologique. En effet, certains
champignons se développent dans le bois sous certaines conditions d’humidité
(supérieure à 20 %) et de température (20°C), et peuvent conduire à le pourrir. La plupart
des parties en bois ne présentent pas des caractéristiques géométriques permanentes,
même si elles ont été coupées plusieurs années auparavant. En effet, le changement des
conditions d’humidité et de température entraîne l’expansion ou la contraction du bois,
qui peut se courber, voire se déformer en cas de charge permanente.

1.3 Vieillissement au cours du temps


Les exigences croissantes en termes de fiabilité et durabilité des structures ont stimulé les
recherches sur l’amélioration des équations constitutives qui permettent de mieux décrire
les processus de déformation inélastique. Cela a conduit au développement de la
modélisation phénoménologique des phénomènes complexes de déformation irréversible
y compris les effets dépendant de l’histoire du matériau et du taux de déformation. Au
cours des dernières décennies, de nombreux travaux ont été consacrés à l’élaboration des
modèles en plasticité et viscoplasticité. L’influence de l’évolution des propriétés des
matériaux dans le temps sur la réponse des infrastructures a été modélisée par plusieurs
auteurs en utilisant des lois constitutives visco-élastique et/ou visco-plastique (Gioda et
Cividini 1996). Cristescu (1989) et Ladanyi (1993) ont proposés des modèles qui peuvent
être utilisés pour reproduire le comportement mécanique des tunnels au cours du temps.
Les modèles de type élasto-visco-plastique sont fortement utilisés parce qu’ils permettent
d’analyser les champs de contraintes et de déformations autour d’une excavation, dont le
massif est sous conditions de fluage, et donc de suivre l’évolution d’une zone plastique
(Sulem et al. 1987, 1994). La déformation totale ε peut être décomposée, équation (1.1),
en déformation élastique ε e et en déformation inélastique ε in. La déformation inélastique
ε in est ainsi décomposée, équation (1.2), en déformation plastique ε p et en déformation de
fluage ε c.
(1.1)
ε = εe + εin
(1.2)
εin = εp + εc

Taous Kamel 26
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Dégradation et durabilité des ouvrages et matériaux constitutifs

1.3.1 Fluage
Le fluage a été étudié depuis les années 1900, bien que ce type de comportement ait été
documenté dès 1833 (Griggs 1939). La plupart des premières études sont réalisées sur le
fluage des métaux sous contrainte de traction, cependant, plus tard, des études ont été
menées sur les roches puis les mortiers, les bétons et autres matériaux, (Birchall 2013).
Déterminer les caractéristiques de fluage des matériaux (sol, calcaire, autres) est une
étape importante pour prédire la déformation en fonction du temps d'une cavité
souterraine. Cristescu (1989) souligne que les essais réalisés en laboratoire sont très
importants dans l'amélioration de la conception des ouvrages souterrains, pour garantir
leur sécurité. Le fluage est défini comme une déformation continue sans changement de
contrainte (Dusseault et Fordham 1993). Le plus simple essai de fluage est celui soumis à
une sollicitation uni-axiale en compression. Des essais triaxiaux ont également été
menés, dans ce cas l'échantillon est confiné afin de reprendre les conditions in situ. La
durée d'un essai de fluage peut durer des heures, des semaines ou des mois voire même
des années (Cristescu 1989). Les différents essais de fluage montrent que l’évolution de
la déformation dans le temps peut être décomposée en trois phases caractéristiques
(Singh et Mitchell 1969, Singh 1975):
- Une phase primaire, amortie, durant laquelle la vitesse de déformation
(axiale et radiale) diminue dans le temps.
- Une phase secondaire, stationnaire, à vitesse de déformation constante.
- Un fluage tertiaire, au cours de cette phase, les déformations augmentent
brutalement. Cette augmentation conduit à la rupture du matériau.

Figure 1.12. Phases de fluage (Boidy 2002)

La Figure 1.12 montre les courbes de fluage des roches au cours d’un essai triaxial en
compression sous déviateur constant (Boidy 2002). Pour des roches très résistantes, le
comportement en fluage primaire est prépondérant jusqu’à des déviateurs très élevés,
entre 60 et 70% selon Dayre (1974), et de l’ordre de 80% de la résistance maximale à

Taous Kamel 27
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Dégradation et durabilité des ouvrages et matériaux constitutifs

court terme d’après Morlier (1966). Pour un déviateur plus élevé, un fluage tertiaire se
manifeste à terme. Le fluage initie l’ouverture de microfissures qui peuvent conduire à une
rupture différée (courbe C). Le déviateur pour lequel s’amorce l’endommagement du matériau
peut être défini comme étant le seuil de déclenchement du comportement dilatant (Boidy
2002).

Figure 1.13. Courbes de fluage axial et latéral du marbre (Singh 1975)

Figure 1.14. Influence de la contrainte sur le comportement du calcaire sous fluage

La Figure 1.13 présente le résultat d’un essai de fluage sur un marbre, le comportement de
cette roche passe par les trois phases. La Figure 1.14 montre des courbes de fluage sur un
calcaire (Griggs 1936), le comportement du matériau dépend de la contrainte appliquée. Pour
des déviateurs suffisamment importants, une rupture précédée par une accélération de
déplacement est susceptible d’apparaitre à court ou à moyen terme (Laigle 2004).
Nous citons, par la suite, quelques lois viscoplastiques qui font intervenir le temps
explicitement. Ces lois peuvent être disponibles dans des codes de calcul, ABAQUS ou
autre. Ces lois ont été testées au cours de l’étude afin de valider la loi q ui peut

Taous Kamel 28
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Dégradation et durabilité des ouvrages et matériaux constitutifs

correspondre à la modélisation des ouvrages souterrains au cours de la dégradation. Une


comparaison, effectuée sur une éprouvette sous compression simple, est présentée en
section § 3.4.3.

1.3.2 Quelques lois viscoplastiques

1.3.2.1 Loi power de type Time Hardening TH


Cette loi de type puissance, qui est une fonction du temps (Abaqus 2010), est exprimée
par l’équation (1.3) donnée ci-dessous:
n
 in  c m (1.3)
ε  A σ  (t)
 
ε in : Taux de déformations inélastiques;
c
σ : Représente la contrainte équivalente qui est donnée par l’expression (1.4); β : angle
de frottement ; A, n et m représentent les paramètres du modèle, avec -1< m ≤0; t est le
temps total. Ces paramètres sont souvent calés sur des essais de fluage.
c q  ptanβ
σ  (1.4)
1
1  tanβ
3
p et q représentent, respectivement, la pression et contrainte de Mises équivalente.

1.3.2.2 Loi power de type Strain Hardening SH


Cette loi est une alternative de la loi TH présentée précédemment, la correspondance en
déformation peut être utilisée, voir l’équation (1.5), A et n sont positifs.
1
 c n

ε in   A   m  1 in 
m  m1

(1.5)
   
1.3.2.3 Loi de fluage de Singh-Mitchell SM
Les essais de fluage effectués sur une argile (Singh et Mitchell 1969, Tavenas et al 1978)
ont montré une pente, cette pente est une caractéristique du comportement du sol en
fluage primaire. Singh et Mitchell (1969) ont utilisé cette pente dans une relation
phénoménologique pour représenter le fluage dans les sols:
m
t (1.6)
ε in  Ae   1 
c

 t 
Où α et A sont des paramètres du sol et sont positifs, t1 est un temps de référence et il est
assez faible par rapport à t (1min, 1h,...), 0 < m ≤ 1.

1.3.2.4 Loi de Cowper-Symonds CS


Le modèle de Cowper-Symonds est donné par l’équation (1.7) et permet d’exprimer le
in 0
taux de déformation plastique ε lorsque σ  σ .

Taous Kamel 29
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Dégradation et durabilité des ouvrages et matériaux constitutifs

(1.7)
ε in  D(R - 1)n
Le rapport entre la contrainte équivalente σ , qui peut être choisie comme étant une
contrainte de compression, de traction, ou une limite de cisaillement (cohésion), et la
0
contrainte initiale statique σ est défini par le paramètre R. D et n sont les paramètres du
matériau. Cette loi d’évolution, proposée par Cowper et Symonds (1957), est parmi les
lois les plus simples qui prennent en compte les effets de la vitesse de déformation. Elle
est également très utilisée par certains auteurs (Jones 1993, Ertürk 2009, etc.). Cette loi a
été testée pour simuler le comportement différé des échantillons de roches ainsi que celui
des ouvrages au cours de la dégradation. Cette étude est présentée en annexe A1 et A3.

1.3.2 Radoucissement
Les matériaux peuvent être sollicités jusqu’à leur résistance maximale voire au -delà
amenant dans certains cas l’atteinte des grandes déformations. Les déformations
maximales correspondant à la résistance de pic sont entre 1 à 2 % pour des roches dures
(Laigle 2004) et pour les matériaux à comportement fragile cette déformation dépasse les
3 % comme le montre la Figure 1.15 (Wawersik et Fairhurst 1970). Cette figure montre
que le comportement avant la rupture est essentiellement linéaire, après l’atteinte de la
résistance maximale certains matériaux montrent un comportement ductile et d’autres un
comportement fragile avec un adoucissement. Ce qui conduit à une perte de résistance
(cohésion), parfois totale.

Figure 1.15. Courbes contrainte – déformation de différents type de roche sous compression

Wawersik et Fairhurst (1970) proposent deux classes de matériau liées particulièrement


au radoucissement (Figure 1.15). La classe I représente les matériaux pour lesquels le
comportement post-pic est stable, donc le matériau se déforme selon un radoucissement
stable. Tandis que le comportement en classe II est instable, la perte de résistance est
rapide ce qui génère la rupture totale du matériau.

Taous Kamel 30
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Dégradation et durabilité des ouvrages et matériaux constitutifs

Le comportement en post-pic du matériau est lié à plusieurs facteurs, par exemple, son
environnement, sa nature et sa porosité, etc. (Refai et Swartz 1987, Kasim et Shakoor
1996). Au-delà du post-pic, le comportement et la cinétique d’évolution vers le seuil de
la résistance résiduelle peuvent varier (Laigle 2004). Bieniawski (1967, 1972) a montré
que le matériau peut perdre sa résistance totale au-delà d’une certaine déformation. La
Figure 1.16 montre deux courbes où le matériau perd sa résistante totale, pour deux types
de roche (grès et norite) sous chargement uni-axial.

Figure 1.16. Courbes contrainte-déformation de deux types de roche, Grès (a) et Norite (b), avec
différentes pressions de confinement (Bieniawski 1972)

Bieniawski (1970) a montré par des essais de compression sur un grès l’influence de la
vitesse de déformation sur les courbes effort-déformation. Plus la vitesse est lente plus la
déformation est progressive (Figure 1.17) et plus les fissurations se diffusent au cœur du
matériau en étant associées à des déformations irréversibles.

Figure 1.17. Effet de la vitesse de déformation sur les courbes effort-déformation


complètes pour un grès en compression mono-axiale (Bieniawski 1970)

Tang et al (2000), Fang et Harrison (2002) ont simulé la fracture d'un échantillon de
roche dans des conditions triaxiales à partir d’un modèle radoucissant. Ce modèle

Taous Kamel 31
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Dégradation et durabilité des ouvrages et matériaux constitutifs

montre, en fonction de la pression de confinement, que la création d’une fracture peut


apparaitre après ou avant le pic de résistance. La Figure 1.18 montre les résultats obtenus
par un essai sous compression uniaxiale et un autre sous pression de confinement de 20
MPa. Plus le confinement est important plus le matériau se déforme progressivement
(Fang et Harrison 2002).

Figure 1.18. Courbes contrainte-déformation et énergie dissipée correspondant au processus de


fracture dans la roche (Fang et Harrison 2002)

1.4 Conclusion
Le but de ce chapitre était d’identifier les principaux mécanismes et processus physique s,
chimiques, mécaniques et/ou autres, régissant le comportement mécanique des matériaux
cohérents. Cette analyse doit permettre d’établir une procédure de modélisation des
ouvrages souterrains en cours de dégradation. Nous avons noté essentiellement que le
matériau peut atteindre une perte totale de résistance. Une perte de rigidité des matériaux
quasi-fragiles comme les roches de calcaire et la maçonnerie est aussi possible. Ces
matériaux sont souvent utilisés dans la réalisation des ouvrages souterrains surtout au
début de 20 ème siècle. Pour la suite, une étude bibliographique sur la stabilité des tunnels
est évoquée afin de voir les principales méthodes utilisées pour détermin er l’état
d’équilibre d’une excavation.

Taous Kamel 32
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Stabilité et instabilité des excavations souterraines

2 Stabilité et instabilité des excavations


souterraines
2.1 Introduction
2.2 Méthodes de calcul à l’équilibre limite
2.3 Analyse limite et calcul à la rupture
2.4 Méthodes d’analyse des contraintes et déformations
2.5 Conclusion

2.1 Introduction
Les infrastructures du réseau du métro Parisien n’ayant pas été instrumentées à l’époque,
l’état de contrainte initial des galeries et tunnels reste une inconnue. L’objet est alors,
d’approcher cet état de contrainte initial lors de la construction des ouvrages. Cette partie
explore différentes méthodes analytiques et numériques utilisées, par les ingénieurs et les
chercheurs pour déterminer la pression d’équilibre des excavations souterraines, afin
d’assurer le maintien des ouvrages repris par un soutènement. Elle s’intéresse aussi à la
présentation des méthodes d’analyse des contraintes et déformations autour d’une cavité.
L’excavation d’une cavité s’effectue à partir d’une zone d’attaque du terrain, dite, front
de taille. La stabilité de ce front est l’élément clé en termes de sécurité des ouvrages
souterrains. Le terrain à proximité du front est soumis à de très fortes réductions de
contrainte moyenne et il subit d’importantes déformations. Celles -ci, même en l’absence
de rupture, peuvent engendrer des niveaux de tassement élevés. Si le massif a une tenue
suffisante l’excavation peut se faire sans soutènement pendant un certain temps (Ciblac
1996). Différents auteurs ont étudié la stabilité des tunnels à travers différentes
approches. Parmi celles-ci, les approches analytiques reposent essentiellement sur le
calcul à la rupture. Qui sont couramment utilisées et leurs fondements théoriques sont
appliqués à de nombreux problèmes mécaniques (Salençon 1983). Deux approches sont
principalement utilisées pour estimer l’équilibre d’une excavation:
- Méthodes de calcul à l’équilibre limite;
- Analyse limite et calcul à la rupture (approches statique et
cinématique).

2.2 Méthodes de calcul à l’équilibre limite


Les méthodes basées sur l’équilibre limite de blocs tiennent compte de la résistance du
terrain au niveau des surfaces de glissement et permettent la détermination des forces
nécessaires pour assurer l’équilibre des blocs. Ces méthodes ne peuvent que conduire à
des solutions approchées qui sont souvent supérieures aux charges limites réelles sur les
ouvrages. Comme présenté par la suite (Partie 2 § 1.1) ces méthodes aboutissent à des
résultats assez dispersés. Cette dispersion nous paraît provenaient des hypothèses faites,
d’une part, sur les lignes de glissement, et d’autre part, sur l’état des contraintes dans le

Taous Kamel 33
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Stabilité et instabilité des excavations souterraines

massif qui est normalement très difficile à caractériser (S.N. Antão 1997). Dans le cas
des tunnels à faible profondeur, on utilise la contrainte géostatique en considérant qu’un
effet de voûte peut s’exercer latéralement. Les formules permettant de calculer la
pression d’équilibre sont données par Terzaghi (1943), Protodyakonov, Bierbaumer
(Széchy 1966) et par d’autres méthodes comme celles de Murayama (Pera 1984) et
Anagnostou et Kovári (1996). Eisenstein et Samarasekera (1992) ont étudié la stabilité
globale à long terme des tunnels peu profonds sans soutènement dans des argiles
surconsolidés, cette étude est directement reliée au temps de maintien de stabilité. Ils ont
étudié l’influence du temps à partir d’un calcul de stabilité, prenant des lignes verticales
comme lignes de glissement. Cette nouvelle approche qui combine la méthode des
éléments finis et la théorie d'équilibre limite a été utilisée pour surmonter les limitations
de la pratique courante de conception.

2.2.1 Exemples de calcul d’équilibre limite

2.2.1.1 Méthode de Terzaghi (1943)


Le massif du sol potentiellement instable est une zone rigide, ayant une ouverture de
largeur 2B. Les surfaces de glissement sont verticales et se développent entre les
extrémités de l’ouvrage et la surface (Figure 2.1). La résistance au cisaillement du sol,
donnée par l’équation (2.1), est caractérisée par le critère de Mohr -Coulomb.
τ  c  σtan
(2.1)
max
Où c désigne la cohésion du sol, φ son angle de frottement interne et τ max est le
cisaillement maximal mobilisable à la rupture.

Figure 2.1. Hypothèse de la théorie de Terzaghi (1943)

En introduisant, le poids volumique du sol γ, la surcharge éventuelle (uniformément


distribuée) en surface q et le rapport K entre les contraintes horizontale et verticale,

Taous Kamel 34
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Stabilité et instabilité des excavations souterraines

l’équilibre d’une tranche horizontale élémentaire de sol d’épaisseur dz, située entre les
lignes de rupture, peut s’écrire:
(σ  σ  dσ )2B  2cdz  2σ dz  tan  dW  0
(2.2)
v v v h
Avec: dW = 2B.γ.dz, est le poids d’un élément de sol d’épaisseur dz.
Soit:
dσ v c  Kσ v tan (2.3)
 γ-
dz B
La solution est donnée par:

 c
B γ    (2.4)
 Ktan  
z z
 B  
 Ktan 
σv  1 e B  qe B
Ktan  

Si z = D, la pression verticale est par conséquent égale à:

 c
B γ    (2.5)
 Ktan  
D D
 B   Ktan 
  qe B
σv  1 e B
Ktan  

Figure 2.2. Géométrie d’une excavation non circulaire (Terzaghi 1943)

Terzaghi note que quelle que soit la qualité des dispositions constructives dans les zon es
situées au contact de l’ouvrage, on a un état de poussée dans les piédroits indiquant un
début de rupture par cisaillement. Cela conduit à considérer que les surfaces de
glissement sont des plans partant de la base de l’ouvrage, ce tunnel, présenté en Figure
2.2, est de géométrie non circulaire, et inclinés d’un angle de (π/4 + φ/2) par rapport à
l’horizontale. Dans la partie supérieure du tunnel, ces plans de glissement se développent
verticalement vers la surface. Il est clair que cela ne constitue qu’une simplification de la
forme des surfaces réelles. On se ramène à la configuration représentée sur la Figure 2.2,
avec une longueur d’ouverture:

Taous Kamel 35
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Stabilité et instabilité des excavations souterraines

 π  (2.6)
2B1  2B0  2Htan  
4 2
Dans ce cas, la contrainte verticale est donnée par l’expression (2.7) suivante:

 c 
B1  γ  
B1    Ktan   (2.7)
D
 B1 
σv   1 e 
Ktan 
 
Dans le cas circulaire B 1 = R, R représente le rayon de l’excavation donc la contrainte
verticale de charge s’écrit comme suit:

 c
R γ    (2.8)
 Ktan  
D
 R 
σv  1 e R
Ktan  

La valeur de K joue un rôle important dans l’approche de Terzaghi. Terzaghi et Jelinek
(1954) ont proposé la valeur de 1 pour ce rapport, Galczynski et Wojaszek (1989)
utilisent K = (1-sinφ) / (1+sinφ) et Anagnostou et Kovári (1994) utilisent une valeur de
0,8 ou de 0,4 selon le niveau du sol, au-dessus ou en-dessous de la nappe. Ces valeurs
paraissent cependant difficiles à justifier d’un point de vue théorique.

2.3 Analyse limite et calcul à la rupture


La théorie du calcul à la rupture vise à déterminer si un ouvrage, avec une géométrie
donnée, supportera le chargement qui lui est appliqué compte tenu des caractéristiques
des matériaux qui le constituent. Pour ce faire, on pose comme condition nécessaire à la
stabilité de l’ouvrage, la compatibilité entre son équilibre quasi-statique et les conditions
imposées par ses capacités de résistance. Ce mode de raisonnement a été formalisé par
Salençon (1983).
D’après Sloan (2005), les théorèmes des bornes supérieure et inférieure de type analyse
limite proposés par Drucker et al. (1951), sont des outils puissants pour évaluer la
capacité de charge des géo-structures. Le théorème des bornes inférieures lié à tout
champ de contrainte qui satisfait l'équilibre, les conditions aux limites d es contraintes, et
le critère de charge supporte une charge qui n'est pas plus grande que celle à la rupture.
Un tel champ de contrainte est dit statiquement admissible. En revanche, le théorème de
la limite supérieure, nécessite le calcul d'un champ de vitesse cinématiquement
admissible qui satisfait les conditions aux limites de vitesse et de la règle de l'écoulement
plastique. Pour un tel champ de vitesse, il a été démontré que la limite supérieure de la
charge de rupture est obtenue en assimilant la puissance dissipée par les charges
extérieures à la puissance dissipée en charges internes par la déformation plastique. Les
deux théorèmes limites supposent un matériau parfaitement plastique avec une règle
d'écoulement associée (pas de durcissement ou d’adoucissement), et d'ignorer l'effet de
changement de géométrie (les grandes déformations ne sont pas pris es en compte).

Taous Kamel 36
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Stabilité et instabilité des excavations souterraines

2.3.1 Approche statique


Le théorème statique, qui conduit à une approche par l’intérieur, est inspiré directement
de la définition de chargement potentiellement supportable. Cette approche consiste à se
donner un champ de contraintes virtuel σ statiquement admissible dans une structure Ω
équilibrant un chargement f , T  et tel que σ  G (G un ensemble qui correspond au
domaine de résistance du matériau constituant la structure, au point x) , alors la structure
est potentiellement stable sous ce chargement. L’approche statique basée sur ce théorème
consiste à mettre en évidence des champs de contraintes statiquement admissibles
respectant le critère de résistance. Cette méthode permet d’approcher l’ensemble K par
l’intérieur. L’ensemble résultant de cette approche sera désigné par K stat. Il faut
remarquer que, du fait de la convexité de K stat, toute droite reliant des chargements
potentiellement supportables est aussi contenue dans l’ensemble des chargements
potentiellement supportables (Figure 2.3).
Quelques travaux (Bottero et al. 1980, Mülhaus 1985, Sloan 1988, Mackenzie et al. 1994)
se sont basés sur cette méthode qui présente une difficulté d’application pratique, en
raison de la difficulté à exhiber des champs de contraintes statiquement admissibles,
appartenant au convexe G.

2.3.2 Approche cinématique

Lorsque le système est soumis à un mode de chargement qui dépend d’un paramètre de
chargement unique positif, l’approche par l’extérieur conduit à une valeur approchée «par
excès» du chargement limite ou encore une borne supérieure de ce chargement. Cette approche
fait appel à la définition de fonctions définies comme: πG d  sup σ  d/ σ  G et   
 
π G υ  sup V  σ  n/ σ  G . Où d désigne le tenseur des vitesses de déformation et V le

vecteur des discontinuités des vitesses. La quantité Pm υ  Ω π G d  Σ π G υ représente la
puissance résistante maximale dans le champ de vitesses, et la quantité Lυ  Ω f υ  Σ T υ la
puissance des efforts extérieurs. L’approche cinématique est donnée sous la forme suivante:
f , T   K , υ cinématiquement admissible Jυ  Lυ  Pm υ  0 . On définit l’ensemble
Kcin comme étant l’ensemble des chargements dont la puissance, dans tout champ de vitesses
cinématiquement admissibles, est inférieure à la puissance dissipable par le système. La Figure
2.3 montre que Kcin contient le convexe K et par conséquent le convexe Kstat dans le cas d’un
mode de chargement à deux paramètres Q1  et Q 2  . L’utilisation de cette approche passe
donc par la minimisation de Jυ  Lυ  Pm υ , dans l’ensemble des vitesses cinématiquement
admissibles. Classiquement, l’approche de K par l’extérieur est mise en œuvre en imposant des
mécanismes simples, dépendant d’un nombre fini (petit) de paramètres. La fonctionnelle Jυ
est ensuite minimisée par rapport à cet ensemble de paramètres (Salençon 1983).

Taous Kamel 37
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Stabilité et instabilité des excavations souterraines

Figure 2.3. Approches par l’extérieur et par l’intérieur du convexe K, (Salençon 1983)

2.3.3 Exemples d’approches du calcul à la rupture

2.3.3.1 Méthode de Caquot (1956)


Pour une section courante, Caquot et Kerisel (1956) proposent une approche statique afin
de déterminer la contrainte radiale (et verticale) agissant en clé de voûte. Ils déterminent
cette contrainte en faisant l’hypothèse que les conditions de rupture sont remplies en ce
point particulier. Cette approche de Caquot a été développée pour des tunnels circulaires
et des matériaux caractérisés par un angle de frottement et une cohésion (sol pulvérulent
ou cohérent). Il s’agit d’une approche statique considérant des lignes isostatiques
circulaires concentriques. Le critère de rupture est atteint en clé de voûte. La Figure 2.4
indique en O le centre de l’excavation et autour d’elle deux isostatiques quelconques
infiniment voisines de rayon r et r + dr. L’équation du prisme élémentaire de longueur
unité, ayant une section droite d’élément MNNM compris entre les isostatiques r + dr
et les méridiens θ + dθ, est donnée par l’équation (2.9). Par projection sur le rayon et sur
la direction θ, on trouve respectivement les relations (2.10) et (2.11).
Avec   la pression sur les méridiens et  r sur les éléments cylindriques;   est la 0

pression sur le méridien vertical et  r sur l’élément cylindrique au même point.


0

     0  r1  cos  (2.9)

d (2.10)
  r r   r cos   0
dr
d   rdcos  (2.11)
L’équilibre sera surabondant en tous points quand on aura:   Kr avec K < K p et
  
K p  t an2    , Kp représente le coefficient de butée.
4 2

Taous Kamel 38
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Stabilité et instabilité des excavations souterraines

Figure 2.4. Configuration et notations de l’approche statique de Caquot et Kerisel (1956)

Le rapport K est maximal en M 0 sur le méridien vertical (θ = 0), l’équilibre surabondant


ne pourra pas dépasser ce qui correspond à:
  K pr (2.12)
En remplaçant (2.12) dans (2.9), on trouve:

K pr 0 
d
dr
 
r r 0  r  0
(2.13)

Ce qui a pour solution:


r K 1 (2.14)
r   Cr p

0
Kp  2
La constante C est déterminée par r  0 à la surface et pour r = h, d’où:
0

r  r  r  K p 1  (2.15)
r 0     
K p  2  h  h  
Le rapport  / r est toujours plus petit que K p sauf à la clé de voûte où il est égal à K.
0 0

Lorsque r / h est suffisamment petit et que K p est supérieur à 2, cet équilibre donne à la
r r
clé une pression et à l’angle θ la pression  r 1  cos  qui décroît
Kp 2 Kp  2
proportionnellement à r sur tout cylindre de rayon r.
Pour une profondeur quelconque h entre le centre et la surface libre, la pression a pour
valeur dans cet équilibre:

  K p 1  r K p 1 1  (2.16)
 r   r  cos    K  2 
  K p  2  h p K p  1
 
Pour un sol cohérent, la condition à la rupture est  0  c  K pr0 . Dans ce cas la pression
d’équilibre est donnée par l’équation (2.17).

Taous Kamel 39
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Stabilité et instabilité des excavations souterraines

r   r  p    r  K p 1 
K 2
(2.17)
r  1      c cot g 1    
K p  2   h     h  

2.3.3.2 Méthode d’Atkinson (1977)


Atkinson et Potts (1977) estiment la charge de dislocation sur la base d’un mécanisme
qui ne fait intervenir que la zone proche de la clé de voûte. Ils déterminent la charge par
la méthode cinématique de la théorie de la plasticité.

Figure 2.5. Mécanisme de rupture autour d’une cavité de l’approche cinématique d’Atkinson
(Muttoni et al. 2006)

Le comportement du sol autour des tunnels a été observé dans une série de tests effectués en
laboratoire, sans chargement supplémentaire: un mécanisme de rupture semblable à celui
montré dans la Figure 2.5 a été mis en évidence. L’angle ABC descend, mais se dilate à une
vitesse suffisante pour éviter la séparation le long d’AB et BC. Pour satisfaire la condition
de compatibilité les plans AB et BC doivent former un angle de 2ν en B, où ν est l'angle de
dilatation.
R   (2.18)
σT   cot g     /φ = ν (dans le schéma)
2 cos   2

2.3.3.3 Méthode de Davis (1980)


Les bornes supérieure et inférieure indiquées en Figure 2.6 sont celles proposées par
Davis et al. (1980) pour un tunnel circulaire creusé à des faibles profondeurs .
N est le facteur de charge qui est donné généralement par l’expression (2.19). Où s
désigne la pression exercée en surface, σ T est la pression du soutènement appliquée dans
l’ouvrage, C la couverture du tunnel et D son diamètre, γ le poids volumique du sol et c u
la cohésion non drainée du sol.

 D
 s   T   C   (2.19)
 2
N
cu

Taous Kamel 40
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Stabilité et instabilité des excavations souterraines

Figure 2.6. Bornes inférieure et supérieure (Davis et al 1980)

C 1 (2.20)
N4   
 D 4 
Selon Davis et al. (1980) le facteur de charge pour une approche cinématique est exprimé
par la relation (2.20). Ils ont également proposé deux schémas basés sur une ap proche
statique qui font l’hypothèse que le milieu est non pesant. Ils aboutissent à des valeurs
explicites des bornes suivant que la contrainte principale majeure est normale ou
tangentielle, qui valent respectivement aux expressions (2.21) et (2.22).
 C  (2.21)
N  2  2 ln 2  1
 D 
 C  (2.22)
N  4 ln 2  1
 D 
La mise en œuvre des approches par l’intérieur statique et par l’extérieure cinématique
est orientée, dans la pratique, vers l’obtention de bornes inférieures et supérieures pour
les chargements extrêmes, sans rechercher de façon systématique la détermination exacte
de ceux-ci. Selon Frémond et Friâa (1982), l’équivalence entre ces deux approches n’est
pas assurée.
Bien que les théorèmes d’analyse limite puissent être utiles pour fournir des bornes, des
méthodes numériques fournissent un moyen plus général d'exploiter leur pouvoir et sont
devenus plus populaires. Parmi les diverses options numériques disponibles, les
formulations éléments finis sont devenues la méthode de choix pour des applications
pratiques. Dans cette étude, nous comparons les résultats obtenus à travers les deux
aspects numérique et analytique dans la partie suivante (Partie 2 §1). Les approches
analytiques utilisées sont: la méthode de Terzaghi avec les deux sections de tunnel,
circulaire et rectangulaire, l’approche de Caquot et l’approche d’Atkinson.

2.4 Méthodes d’analyse des contraintes et déformations


Les théories de base utilisées pour déterminer l’état de contraintes et de déformations
autour d’une ouverture souterraine se fondent sur l’hypothèse des milieux continus: les
équations d’équilibre, les conditions aux limites et le comportement du matériau. Il existe

Taous Kamel 41
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Stabilité et instabilité des excavations souterraines

des solutions analytiques et numériques pour le calcul des tunnels soutenus ou non
soutenus (Brady et Brown 2005). Aujourd’hui, l’étude du système tunnel-encaissant se
fait essentiellement à l’aide des méthodes numériques (éléments finis, éléments
distincts). Nous présentons dans cette partie quelques détails et calculs des ouvrages
réalisés par des ingénieurs ou chercheurs par la méthode éléments finis MEF et la
méthode convergence-confinement.

1.4.1 Méthode de convergence – confinement


Les approches de type convergence-confinement sont fréquemment utilisées pour
reprendre les effets tridimensionnels intervenant dans le comportement d’un ouvrage
souterrain au voisinage du front de taille. Les concepts sur lesquels est basée la méthode
convergence-confinement sont la convergence du massif, la pression de pré-confinement
et la perte de confinement (AFTES 2001). Le principe consiste à déterminer le taux de
déconfinement, directement lié à la convergence de l’excavation, à une distance donnée
du front de taille d’un tunnel dans le but de faire une étude bidimensionnelle au niveau de
cette section. Le plus souvent à l’aide d’un calcul éléments finis, permettant de tenir
compte de la géométrie exacte de l’ouvrage et du phasage de réalisation (Guilloux et al.
1996), les calculs 3D restent encore lourds à mettre en œuvre.
Lors de l'excavation d'un tunnel, une redistribution des contraintes et déformations aura
lieu autour de l'excavation qui se traduit par un déplacement de la paroi du tunnel, ce qui
tend à fermer la cavité ouverte. Pour de nombreux massifs, les déformations entraînent
une augmentation des charges sur le soutènement et ne sont pas seulement dues à la
progression de l'excavation, mais aussi à la rhéologie de ce massif. Les processus qui
donnent lieu à l'apparition de déformations dépendant du temps sont: le comportement
rhéologique de l’encaissant et le comportement au fluage du soutènement (González-
Nicieza et al. 2008). La méthode est basée sur une modélisation simple du déconfinement
progressif du massif autour du front de taille par l’introduction d’une pression P i à
l’intérieur de l’excavation (2.23) dont l’évolution est gouvernée par le taux de
déconfinement λ (Figure 2.7). Si λ est nulle P i = P 0, où P0 est la contrainte initiale.

(2.23)
Pi = P0 (1-λ)

Taous Kamel 42
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Stabilité et instabilité des excavations souterraines

Figure 2.7. Principe du taux de déconfinement

1.4.2 Analyse par éléments finis


Il est parfois nécessaire d'obtenir une description détaillée de la répartition des
contraintes dans des configurations complexes, ce qui impose la nécessité d’utiliser des
outils plus performants. La non-homogénéité de l’encaissant, le comportement constitutif
non-linéaire du milieu et même la prise en compte d’un endommagement, sont des
conditions qui s’imposent et présentent des difficultés et qui ne se traitent pas par une
analyse classique. Les méthodes d'analyse des contraintes se répartissent en deux catégories:
les méthodes différentielles et méthodes intégrales. Dans les méthodes différentielles, le
domaine du problème est discrétisé en un ensemble de sous-domaines. Une solution peut alors
être fondée sur des approximations numériques, qui consistent à discrétiser les opérateurs
différentiels aux dérivées partielles des équations d'équilibre en tenant compte de leur
comportement: la relation force-déplacement et les équations de contrainte-déformation,
comme dans les procédés classiques de différences finies (Brady et Brown 2005, Barla 2009).
La méthode EF est basée sur des formulations variationnelles sous forme intégrale ou
énergétique. Elle permet de discrétiser des domaines d’écoules complexes et d’impliquer
facilement la loi de comportement non-linéaire du matériau. Les premières applications
de la MEF aux ouvrages souterrains sont apparues vers les années 1970 (Panet et Guellec
1974). La MEF est aussi utilisée dans un calcul à la rupture pour déterminer les champs
de vitesses, de déplacements, de déformations et de contraintes. Cette approche apporte
de fortes contributions à des divers problèmes. Par exemple, la Figure 2.8 illustre le
champ de vitesse à rupture de deux tunnels avec la même profondeur et le poids mais
avec différentes résistances (Sloan 2005). La Figure 2.9 montre une modélisation
numérique tridimensionnelle, en éléments finis, de l’avancement d’une machine de
creusement. Ce modèle permet de mesurer le tassement à 1 m au dessus de la tête de la
machine (Komiya et al. 1999). Panet et Bernardet (1989) ont donné, à l’aide d’une

Taous Kamel 43
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Stabilité et instabilité des excavations souterraines

analyse en éléments finis (EF) et pour divers taux de déconfinement λ, l’allure des zones
plastifiées autour d’un tunnel (Ciblac 1996).

Figure 2.8. Mécanisme de rupture dans un tunnel circulaire (Sloan 2005)

Figure 2.9. Tassement numérique 3D selon l’avancement de la machine de creusement (Komiya et


al. 1999).

L’approche éléments finis occupe un large éventail d’utilisation dans le domaine


géotechnique, cette méthode est très utilisée pour déterminer l’état de contrainte ou de

Taous Kamel 44
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Stabilité et instabilité des excavations souterraines

déformation d’un ouvrage tout en considérant des configurations à très grandes


complexités (dégradation, diminution de la résistance, effet dynamique, etc.). La Figure
2.10 montre l’apport de la voûte parapluie sur la réduction des tassements de surface (Janin
2012).

Figure 2.10. Effet de voûte sur les tassements en surface (Janin 2012)

2.5 Conclusion
Nous avons présenté dans cette partie les méthodes analytiques et numériques qui
permettent d’estimer la contrainte reprise par le soutènement. Le but de cette étude est la
détermination de la valeur du taux de déconfinement à introduire dans une étude
bidimensionnelle afin de représenter l’état de contrainte initial de l’ouvrage. Seule la
modélisation 3D permet le bon calage du taux de déconfinement λ. Une comparaison
entre les méthodes analytiques (Terzaghi 1943, Caquot 1956 et Atkinson 1977) et les
modèles numériques 2D et 3D est présentée. Deux types d’ouvrages sont étudiés, le cas
d’une galerie à faible ouverture et à faible profondeur, et le cas d’un tunnel de ligne d u
métro à moyenne profondeur. Par la suite, une analyse des données s’imposent afin de
décrire les ouvrages traités, leurs géométries et leurs matériaux constitutifs, et bien
évidemment leur état de santé ou vieillissement.

Taous Kamel 45
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Auscultation des galeries et des tunnels de Métro de Paris

3 Auscultation des galeries et des tunnels du


Métro de Paris
3.1 Introduction
3.2 Géométrie des galeries et tunnels du réseau Parisien
3.3 Méthodes d’auscultation
3.4 Bases et sources des données des matériaux

3.1 Introduction
Le diagnostic de ce type d’ouvrages commence toujours par une inspection visuelle qui
donne des informations préliminaires sur l’état de l’ouvrage et permet d’observer le degré
de détérioration superficiel. Ces dégradations peuvent avoir comme origine des
endommagements au sein de l’ouvrage et leur évolution peut nuire au bon
fonctionnement de ces infrastructures. Ces endommagements peuvent être des fissures
aux grandes ouvertures, zones sonnants creux, désagrégation du mortier et béton de
remplissage, etc. L’inspection peut donner une indication sur les endroits stratégiques
afin de positionner les sondages. Au cours des dernières décennies, des progrès ont été
réalisés dans le développement, de l'électronique et de la mécanique. De ce fait, des
instruments très précis sont fréquemment utilisés dans les projets géotechniques. Ces
instruments sont utiles pour déterminer la performance exacte des structures souterraines
(Moosavi et al. 2004).

3.2 Géométrie des galeries et tunnels du réseau Parisien


La plupart des sections internes des ouvrages sont constituées par une voûte à profil
elliptique reposant sur des piédroits verticaux. La Figure 3.1 montre des modèles
géométriques des galeries des couloirs d’accès. D'après les différents sondages carottés
réalisés dans les piédroits des stations (SP'i), l'épaisseur du piédroit des galeries est
comprise entre 0,80 et 1,10 m. L’épaisseur de la jonction radier-piédroit est de 0,80 à
1,40 m. Des sondages carottés ont été également réalisés en voûte dont l’épaisseur varie
de 0,30 à 0,90 m. Notons la présence de traces de bois de blindage à partir de 0,8 m
d’épaisseur du revêtement. Ce qui confirme l’utilisation d’un pré -soutènement en bois
lors de la réalisation de ces ouvrages. La Figure 3.2 présente des géométries types des
tunnels de ligne du métro. L’ouverture de ces tunnels est plus importante par rapport à
celle des galeries des couloirs d’accès. L'épaisseur du piédroit des tunnels est comprise
entre 0,80 et 1,40 m et parfois peut dépasser 1,40 m (Figure 3.3). L’épaisseur du
revêtement des tunnels en voûte est entre 0,65 et 1,0 m, cette épaisseur dépend du rayon
d’excavation et les voies ferrées du passage du métro.

Taous Kamel 46
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Auscultation des galeries et des tunnels de Métro de Paris

Figure 3.1. Géométries types des galeries des stations du Métro Parisien (RATP)

La Figure 3.4 montre un plan d’implantation dans l’une des stations du métro parisien,
ligne 3. Ce plan permet de repérer les couloirs et les murs des galeries ausculté es.

Figure 3.2. Géométries types des tunnels des lignes du métro, station Porte des Lilas (ligne 3) et
station Assemblée Nationale (ligne 12), RATP

Taous Kamel 47
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Auscultation des galeries et des tunnels de Métro de Paris

Figure 3.3. Tunnel à très grande ouverture (station Porte des Lilas), RATP

Figure 3.4. Plan d'implantation des Auréoles et reconnaissances d’accès de la station Europe
(Ligne 3 du métro), RATP

Taous Kamel 48
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Auscultation des galeries et des tunnels de Métro de Paris

3.3 Méthodes d’auscultation


Le choix du type d’essai dépend de la longueur de l’ouvrage à diagnostiquer, de son
environnement, du désordre recherché et de la nature des sols et du soutènement avec la
prise en compte de l’interaction sol-structure. Les ouvrages de grande dimension en service
(tunnels, routes, canalisations…) sont souvent soumis à de fortes contraintes, et requièrent un
suivi mécanique régulier. Dans la mesure où ils sont en service, les études géotechniques
classiques basées sur des essais destructifs et lourds, nécessitant un arrêt prolongé, peuvent
s’avérer incompatibles ou inadaptés aux contraintes du site. Les différentes méthodes de
diagnostic d’ouvrages classiques sont les essais mécaniques (sondage par carottage), les
essais géotechniques comme les essais à pénétromètre (panda) et pressiométriques
(Haddani et al. 2005). Ces essais géotechniques permettent d’identifier les
caractéristiques de l’encaissant: le module pressiométrique qui nous donne le module
d’élasticité, la résistance limite, la contrainte de fluage, etc. Il y a aussi les m éthodes
géophysiques: radar, impédance mécanique.
Les essais mécaniques par carottage, suivis par des essais en laboratoire, permettent de
disposer d’informations sur les propriétés mécaniques des matériaux. Néanmoins ils sont
très localisés et nécessitent parfois de mobiliser beaucoup de moyens pour des ouvrages à
grande longueur. Les méthodes géophysiques non destructives ont de nombreux
avantages dans la mesure où elles peuvent avoir un grand rendement sur des ouvrages de
grande linéarité tout en n’affectant pas l’intégrité de la structure. Elles permettent de
déterminer les zones susceptibles de comporter des risques de dégradations pour
l’ouvrage.

3.3.1 Impédance mécanique


L’essai impédance est intéressant pour le contrôle non destructif des structures à grande
linéarité. Cet outil permet de localiser les zones dégradées qui nécessit ent l’implantation
de sondages. Cet appareil ne donne pas l’épaisseur du revêtement mais permet de détecter
l’hétérogénéité dans l’épaisseur, le décollement et la présence des vides entre les
éléments d’ouvrage. Des mesures sont prises dans plusieurs stations avec 1 mètre
d’espacement sur 3 lignes horizontales le long des piédroits des galeries des couloirs
d’accès et parfois le long des tunnels des lignes du métro. Ces essais permettent d’établir
une cartographie des hétérogénéités qui peuvent avoir lieu le long des murs du réseau
souterrain (Sol-Solution 2011, 2012). Trois paramètres essentiels sont retenus, par cet
essai, au cours de l’auscultation des ouvrages du métro Parisien:
- la raideur est obtenue pour des valeurs de fréquence inférieure à 100 Hz;
- la pente de mobilité, est la courbe de mobilité entre 100 et 800 Hz de fréquence.
elle traduit la présence de vides internes dans l’ouvrage. Ces vides créent des
réflexions partielles des ondes, augmentant la densité spectrale de la vitesse V qui
induit une augmentation de la mobilité. Une valeur élevée de pente de mobilité
sur un point de la structure se traduit par une forte probabilité de nids de graviers

Taous Kamel 49
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Auscultation des galeries et des tunnels de Métro de Paris

dans en ce point. Une valeur de pente de mobilité supérieure à 4 indique un état


médiocre en terme qualité ou une détérioration de l’interface entre le soutènement
et l’encaissant (Diallo 2011);
- l’indice des vides est le ratio entre le pic initial de la courbe de mobilité et la
mobilité moyenne entre 100 et 200 Hz. Si cette valeur est de 2 à 4, cela indique
une forte désagrégation dans l’ouvrage et un mauvais contact.
Un indice global est calculé à l’aide de ces 3 paramètres qui représente l’indice
d’intégrité de la maçonnerie. L’échelle d’intensité d’indice d’intégrité de la maçonnerie
est de 0 à 2. Une valeur de 0 signifie un cas particulier d’hétérogénéité, 1 indique une zone
potentielle de faibles hétérogénéités et 2 signifie une zone potentielle de fortes hétérogénéités
(Sol-Solution 2011). La Figure 3.5 montre une cartographie en indice des vides, pente de
mobilité et en raideur sur le couloir 200 – 202A de la station d’Europe. Les mêmes zones
endommagées et les mêmes zones assez saines sont obtenues avec la cartographie en mobilité,
en raideur et en indice des vides.

Figure 3.5. Résultat d’essai d’impédance dans le couloir 200 - 202A de la station d’Europe (Sol-
Solution 2012)

3.3.2 Essai géoradar


Il existe de nombreuses applications possibles du géoradar en génie civil, notamment pour
l’auscultation des bétons et des matériaux de construction. Le radar est équipé d’une antenne
haute fréquence, un opérateur est en mesure de détecter rapidement et de localiser très
précisément les composants internes métalliques ou non (ancrages, câbles, défauts, etc.) sur des
murs, radiers, piles et parements, avec une profondeur d’investigation pouvant aller jusqu’à 1

Taous Kamel 50
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Auscultation des galeries et des tunnels de Métro de Paris

mètre. Il est également possible d’estimer l’état de vieillissement interne (cartographie


d’amplitude), ou de détecter la présence de vides. Le radar est actuellement la technique la plus
compétitive dans ce domaine. C’est une méthode géophysique qui, seule, associée à d’autres
méthodes (sismique, électrique, électromagnétique), permet aussi la visualisation d’une nappe
d’eau souterraine, la recherche de vides, failles, ou cavités, etc. Le géoradar, à l’inverse de
l’impédance, donne une idée sur l’épaisseur du revêtement.
Deux antennes de géoradar ont été retenues pour cette étude, les antennes de 400 et 900 Mhz.
Des profils de géoradar ont été réalisés sur les pans des couloirs dans plusieurs stations. Ces
profils sont positionnés en portion haute, moyenne et basse du mur, ces lignes reprennent celles
définies lors des mesures d’impédance. Les profils de géoradar ont été analysés afin de retenir
les points significatifs potentiellement marqueurs de zones dégradées. Quatre types de variation
de la signature ont été retenus:
- Variation ponctuelle, typiquement il s’agit d’une hyperbole unique qui signale un
réseau, un vide ponctuel, ces points sont nommés P;
- Présence d’interface, ces points sont nommés I:
- Variation de texture, lorsqu’une multitude de réflecteurs est présente, une texture
réflective est déclarée par une lettre T;
- Variation de structure, cette dernière correspond à une modification claire du type
de mur rencontré (souvent, il s’agit d’une transition mur maçonné – mur
ferraillé), ces points sont nommés C.

Figure 3.6. Profils géoradar dans un couloir dans la station Champs de Mars, un profil à 400 Mhz
et un autre à 900 Mhz (Sol-Solution 2011a)

La Figure 3.6 montre 2 profils hauts (en haut du mur), le profil de 400 Mhz (R40) montre la
présence d’une interface entre 1 et 3 mètres à une épaisseur de 1 mètre, et la présence des
points singuliers. Le profil de 900 Mhz (R120) présente des zones de textures variables, des
zones réflectives moyennes à fortes, des zones réflectives moyennes à faibles étendues.

Taous Kamel 51
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Auscultation des galeries et des tunnels de Métro de Paris

3.3.3 Essai pénétrométrique PANDA


L’essai au pénétromètre PANDA consiste à enfoncer par battage un train de tiges dans le sol à
l’aide d’un marteau normalisé. Pour chaque coup donné, des capteurs mesurent l’énergie
fournie au train de tiges. D’autres capteurs mesurent simultanément la valeur de l’enfoncement
de la pointe. Le boîtier calculateur reçoit les informations et les données sont transmises à un
micro-ordinateur équipé d’un logiciel. Les résultats sont fournis sous la forme d’un
pénètrogramme donnant l’évolution de la résistance de pointe en fonction de la profondeur
(Sol-Solution 2011).

Figure 3.7. Résultats d’un essai PANDA dans la station Porte des Lilas (Sol-Solution 2012)

La Figure 3.7 montre l’évolution de la résistance de pointe, la célérité des ondes, le


module pénétrométrique et le coefficient d’amortissement le long de la profondeur de
l’enfoncement de la tige dans l’encaissant de la station Porte des Lilas.

3.3.4 Essai géoendoscopique


La géoendoscopie consiste à introduire un endoscope de 8 mm de diamètre dans la cavité
préalablement réalisée suite a un carottage ou forage de diamètre 22 mm (Haddani et al.
2005). Il permet d’enregistrer un film continu de toute la cavité à partir desquelles une
analyse d’images est ensuite menée. Les images obtenues font une surface de 25 mm 2 et
leur grossissement est de l’ordre de 10x. Ces images sont ensuite analysées de manière
automatique afin de caractériser les différents matériaux constitutifs du l’ouvrage, de
repérer des anomalies ou défauts ponctuels tels que les fissures ou vides dans le
revêtement, son épaisseur totale et l’état de contact sol/tunnel ainsi que la composition
des terrains environnants (Llanca et al. 2011). Des carottages et des forages ont été
réalisés selon des plans d’implantation dans des différentes stations. L’analyse complète
des carottes est réalisée par le LaMI (Llanca 2011). La Figure 3.8 met en évidence une
maçonnerie de 50 cm d’épaisseur présentant un RQD de 66% (état moyen). Le carottage a été
volontairement arrêté à 50 cm, dans la maçonnerie, compte tenu du contexte du couloir, donc le
terrain encaissant n’a pas été atteint.

Taous Kamel 52
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Auscultation des galeries et des tunnels de Métro de Paris

Figure 3.8. Résultat d’un essai de carottage C6 et géondoscopie dans la station Champs de Mars
(Sol-Solution 2011a)

Figure 3.9. Résultat d’un essai de forage F2 et géondoscopie dans la station Champs de Mars (Sol-
Solution 2011a)

L’analyse du résultat d’essai de forage, présenté dans la Figure 3.9, met en évidence une
maçonnerie d’épaisseur totale de 99 cm présentant un RQD de 86% (bon état). Le terrain

Taous Kamel 53
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Auscultation des galeries et des tunnels de Métro de Paris

encaissant sablo-limoneux humide présente des valeurs de résistances de pointe moyennes.


L’interface entre le sol et la galerie est mauvaise (Sol-Solutions 2011a).

3.3.5 Essai pressiométrique


D’autres essais de type destructif ont été réalisés dans le sol par le gestionnaire du
patrimoine RATP, de plus à des essais effectués en laboratoire de type mécanique et
analyses d’eau (piézométrique). La Figure 3.10 montre une cartographie géographique,
qui présente les résultats d’un sondage en module pressiométrique, pression de fluage, en
pression limite selon la profondeur.

Figure 3.10. Résultat d’un sondage réalisé à la Ligne 14 par la RATP

3.4 Bases et sources des données des matériaux


Compte tenu de la méconnaissance et de la variabilité spatiale des données, il est
nécessaire de faire le choix des valeurs des paramètres physiques et mécaniques,
notamment les paramètres de résistance des différents matériaux composants ces
infrastructures et leurs encaissants. Nous nous intéressons aux propriétés des calcaires,
grès, meulières, bétons, mortiers, marnes, sables, bois d’interface (pin ou sapin ).
Plusieurs tableaux synthétiques sont présentés : des tableaux de données géotechniques,
données de matériaux de construction. Ces données sont soit issues de la littérature ou
obtenues par l’auscultation de ces ouvrages.

Taous Kamel 54
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Auscultation des galeries et des tunnels de Métro de Paris

3.4.1 Données des matériaux de construction


Le Tableau 3.1 présente des propriétés mécaniques de quelques roches qui sont souvent
utilisées comme des pierres de maçonnerie. La résistance d’une maçonnerie dépend de la
résistance de chacun des matériaux composants comme le montre le Tableau 3.2
(Delebecq 1982, Lateb 1995). Cette résistance diminue avec la résistance de pierres et de
mortiers utilisés. Les données des résistances de Delebecq (1982) ont été mesurées sur
des éprouvettes 40x40x160 mm. Le module élastique de ces blocs est de 4,1 GPa. Dans
les ouvrages anciens, les joints de mortier sont dans un état de conservation relative mais
souvent médiocre, voir M3 et M4 dans le Tableau 3.2. La cohésion des mortiers ou des
joints de la maçonnerie de ces ouvrages anciens est entre 0,5 et 0,6 MPa, l’angle de
frottement entre 30 et 45°, en plus la cohésion de la maçonnerie est souvent pessimiste
même si l’ouvrage est en bon état. M1, M2, M3 et M4 ce sont les mortiers utilisés dans
l’assemblage des blocs, pour plus de détails sur leur propriétés voir Delebecq (1982). De
même pour M30, M5 et Grade III ce sont des mortiers utilisés, respectivement, par Lateb
(1995) et Horng (2010).
Le Tableau 3.3 présente une synthèse des caractéristiques des matériaux des
infrastructures du projet MéDiTOSS. Ces données sont les résultats des essais, de
compression, de traction et autres, réalisés par Llanca (2011 et 2012). Les valeurs de
masse volumique des différents matériaux (calcaire, meulière , mortier, béton et mélange)
évoluent entre 1800 et 2400 kg/m 3 avec une valeur moyenne de 2100 kg/m 3 . La
distribution est assez homogène du fait du regroupement des trois stations et cinq
matériaux différents. Mais, une variabilité assez importante des paramètres mesurés (R c,
E et Rt ) est due principalement à la nature multi-matériau des carottes. La cohésion
donnée dans ce tableau est calculée par les formules (3.1) et (3.2), en utilisant les valeurs
de la résistance à la traction R t et / ou à la compression Rc .
(3.1)
c  R t tan
R c (1  sin) (3.2)
c
2cos
Une recherche bibliographique est effectuée sur les caractéristiques du bois utilisé
généralement dans la construction. Rouger et al. (1993) ont étudié les propriétés du bois
couramment utilisé et ils ont mis en évidence un système de notation basée sur des tests
qui a servi comme outil de révision de la norme de classement française de 1946. Selon la
RATP, le boisage utilisé dans les ouvrages souterrains de la région parisienne est de type
pin ou sapin. Ce sont des bois à faible durabilité, leur densité varie entre 400 à 700 kg/m 3
(Rouger et al. 1993, CNDB, Aratake et al. 2010). Le module d’élasticité du bois peut
varier entre 0,7 et 15 GPa (Laufenberg et al. 1999, Risbrudt et al 2010, Aratake et al.
2010).

Taous Kamel 55
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Auscultation des galeries et des tunnels de Métro de Paris

Tableau 3.1. Propriétés mécaniques de quelques roches et éléments de maçonnerie issus de littérature

Référence Matériau ρ [kg/m 3] E [GPa] ν Rt [MPa] R c [MPa] c [MPa] φ°

Craie [2–10] [0,1–1,5] [2–12]

Delebecq Calcaire
[5–30] [7–40]
(1982) ordinaire
[0,5–5]
Grès [7–50] [7–60]

Bartlesvile
8,00 37,2
Goodman sandstone
(1989) Indiana
6,72 42,0
limestone

Calcaire 2400 12 0,21 2,8 12,8 3,00 40,0


Helal et al.
(1991)
Marne 2600 8,0 0,24 2,3 8,40 2,20 35,0

Martinet
Grès 1800 20 0,22 2,0 19,9
(1992)
Calcaire peu
[10–30]
compact
Calcaire
[2–10]
tendre [0,25–0,35]
Mestat
(1993) Grès [5–6]

Marne [0,05–1]

Gypse [2–6,5] [0,27–0,30]

Héraud et
Durville Calcaire [1800–2300] [8–80]
(1995)
Laigle Argilite de
2,2 0,125 5,0
(2004) Bure
Fabre Argilite de
[2,3–11] [0,17–0,40] [0,9–5,4] [19–48,8]
(2005) l’Est
Abdallah
Maçonnerie 2000 16 0,20 30
(2009)

Taous Kamel 56
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Auscultation des galeries et des tunnels de Métro de Paris

Tableau 3.2. Paramètres mécaniques des mélanges béton, mortier et pierres maçonneries

R c du R c de la
R c du
Type de béton / maçonnerie /
Référence Matériau mortier Rt [MPa] ν ρ [kg/m 3] E [GPa]
mortier bloc assemblage
[MPa]
[MPa] [MPa]
2,0 1,4

5,0 3,5
M1 20,0
10,0 6,2

20,0 9,7

2,0 1,4

5,0 3,4
M2 10,0
10,0 5,3

20,0 8,0
Delebecq
Maçonnerie
(1982)
2,0 1,4

5,0 3,3
M3 5,0
10,0 4,7

20,0 6,9

2,0 1,3

5,0 2,9
M4 2,5
10,0 4,1

20,0 6,1

M30 18,6 15,1 2,1 0,18


Béton de
24,0
ciment
M5 8,2 14,0
Lateb
(1995) Béton
colle 11,5 4,46 4,3 0,20 2,918
cellulaire

Mortier M30 0,25 10,99

Schrefler et Béton
30,0 5,4 0,2 2585 33,0
al. (2002) ordinaire
Bourgeois
Béton 0,2 2000 10
(2002)
Horng
Mortar Grade III 4,96 2059
(2010)

Taous Kamel 57
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Auscultation des galeries et des tunnels de Métro de Paris

Tableau 3.3. Synthèse des données des matériaux des ouvrages du réseau du Métro Parisien

Etat de la Rt
Station Essai Matériau ρ [kg/m3] E [GPa] R c [MPa] c [kPa]
carotte [MPa]

5.2 2170 2,6 13,0


Mélange 1,4 840
7 12,3 13,46
Moyen
11 2210 1,2 8,2 2370
Béton
12 1,7 8,1 2340

13 Mortier 1950 1,9 5,0 1440


Mauvais
17 Meulière 2190 0,5
Pasteur 290
17.1 Mauvais Roche 1910 0,5

20.1 Mauvais Béton 2070 1,5 8,7 2510

22.2 2030 2,0 1150


Mauvais Mortier
26 1800 1,5 3,2 920

34.4 Béton 8,04 15,6

40.2 Moyen Roche 2210 9,2 1,3 750

C3.1 Moyen Calcaire 2030 0,8 460


Champs de
Mars
C6.1 Mortier/Pierre 23 26,45

1H_2 Bon Béton 2030 1,2 5,4 1560

2B_3 Meulière 1950 1,2 4,5 1300


Moyen
6_4 Béton 2290 1,6 7,5 2160
Porte des
Lilas
7_3 Béton 2120 1,0 570

8_1 Bon Calcaire 2208 2,1 1210

11_3 Mélange 2130 0,6 345

Le mécanisme du frottement interne dans le bois est une fonction complexe de la teneur
en eau de la température. En général, il existe une valeur de teneur en humidité pour
laquelle le frottement interne est minimal. De part et d’autre de ce minimum, l’angle de
frottement change avec la variation de la teneur en eau. La teneur en humidité pour
laquelle se produit le frottement interne minimal dépend de la température. A la
température ambiante (23°C), le minimum se produit à environ 6% d’humidité, et à -
20°C, il se produit à une teneur d’environ 14%. Pour des températures supérieures à 0°C,
le taux en humidité est supérieur à 10%. Le frottement interne augmente fortement
lorsque la température augmente. Si le bois est très sec, il y a une tendance générale où
laquelle le frottement interne diminue avec l’augmentation de la température (Risbrudt et
al. 2010). L’influence de ce frottement interne est analysée en utilisant des valeurs issues

Taous Kamel 58
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Auscultation des galeries et des tunnels de Métro de Paris

de la littérature. Selon différents auteurs le coefficient de frottement interne varie entre


0,2 et 0,7 (Gao 1995). Donc, l’angle de frottement φ du bois peut varier entre 12 et 35°.

3.4.2 Synthèse des données géotechniques


Une synthèse des données géotechniques est faite en utilisant les données issues de la
littérature et les données du projet MéDiTOSS. Les tableaux (Tableau 3.4, Tableau 3.5 et
Tableau 3.6) présentent les caractéristiques de quelques types des sols (marne, calcaire,
sable et autres). Le Tableau 3.5 présente les propriétés géotechniques des sols, dans la
région parisienne, données par Filliat (1981). Cette analyse montre que le module
d’élasticité des marnes peut varier entre un minimum de 50 MPa et maximum de 500
MPa et leur angle de frottement peut varier entre de 23 et 35°.
Le Tableau 3.6 donne les caractéristiques géotechniques des sols à l’étude du projet
MéDiTOSS obtenues par les essais d’auscultations (RATP). Les essais donnent comme
caractéristique le module pressiométrique E M , et module d’élasticité d’Young est calculé
à partir des modules pressiométriques E M par la formule (3.3). Les remblais ont les plus
faibles propriétés, une cohésion de 3 kPa et un module d’élasticité entre 1 et 150 MPa.
(3.3)
E = 3EM/4α
α: coefficient rhéologique dépendant de la nature du sol (Fascicule 62).
Les processus d’altération influent sur les propriétés des différents matériaux et sols, le
Tableau 3.7 donne les caractéristiques à l’état sain et après altération de certains
matériaux.

Taous Kamel 59
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Auscultation des galeries et des tunnels de Métro de Paris

Tableau 3.4. Paramètres mécaniques des sols issus de littérature

c c résiduelle
Référence Sol ρ [kg/m 3] E [MPa] E M [MPa] ν φ° ψ°
[kPa] [kPa]
Sable 1760 [45-95]
Marne
1850 [55-95]
sableuse
Marne
[1880-
[200-250]
Sunyach Marne 1980]
(1984) argileuse
Argile 1880
Marne
1980 [150-420]
calcaire
Calcaire
2000
marneux
Grès
2200 2400 1000 [39-32]
Guitton tendre
(1998)
Marne 1400 1500 1000 [35-30]
Massif
traversé
Bourgeois
par le 2000 150 0,3 50 30 30
(2002)
tunnel de
Toulon
Bourgeois 96
Sable de
et al. 0,28 1 36,5 10
Labenne
(2005) 33
Hughes et
1800 80 0,33 100 14
Wu (2007)
Remblai 1960 70 8 30
El-Hichou
0,3
(2009) Marnes de
2153 60 35 26
Meudon
Marnes 2100 [0-108] [23-28]
Janin
(2012)
Socle 2400 120 30 25

Taous Kamel 60
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Auscultation des galeries et des tunnels de Métro de Paris

Tableau 3.5. Propriétés géotechniques des sols dans la région Parisienne (Filliat 1981)

P limite
Site Sol H [m] ρ [kg/m3] E M [MPa] c [kPa] φ°
[MPa]
Remblais
Neuilly sur
sablo- [0-3] 1530 12 34
Marne
limoneux
Remblai
(déchets de
Nanterre carrière [1-5] [35-75] 6,5
Calcaire
grossier
Remblais
Nogent sur
sablo- [1740-1880] [20-40] [20-30]
Marne
graveleux
Alluvions
Paris 8 ème
anciennes
J.F. Broquet [3-10] [1790-1830] [60-120] [8,5-12] 30 [33-36]
(Alluvions
Puteaux
de Seine)
Paris 8 ème
Alluvions
J.F. Broquet [0-10] [1520-1730] [15-35] [1,5-3,5] [41-100] [24-30]
modernes
Nanterre
St-Quentin-
[1-2] 1600 [54,5-72] [5,3-7,3] 40 15
en-Yvelines Limons des
Paris 8 ème plateaux
[1540-1740] [55-75]
R. Cojean
Paris 6 ème Marnes et
[6-13] [1600-2200] [50-280] [7,5-31] [0,14-1800] [16-37]
Puteaux caillasses
Carrière sur Craie
[6-19] 1550 [20-270] [2,8-23] 300 39
Seine compagne
Fontenay-
Marnes
sous-Bois
intercalaires [9-15] [1300-1770] [135-375] [30-35] [330-1000] 41
Neuilly
du Gypse
Plaisance
Paris 5 ème Calcaire
[10-23] [1580-2370] [135-1100] [22-100] [580-1620] [24-33]
Paris 8 ème grossier
Paris 5 ème
Sable
Pont des [13-17] [1550-1710] [95-200] [10,5-25] 5 30
d’Auteuil
Puteaux
Paris 18 ème
Aulnay Calcaire de
[17-28] [1580-1650] [80-530] [13-40] 300 [25-40]
Bobigny St-Ouen
Roissy

Taous Kamel 61
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Auscultation des galeries et des tunnels de Métro de Paris

Tableau 3.6. Caractéristiques du sol dans les différentes lignes de Métro Parisien

P limite P fluage
Site Sol H [m) ρ [kg/m3] E M [MPa] E [MPa] c [kPa] φ°
[MPa] [MPa]

Sableux 1,5 4,20 9,45 0,56 0,26


graveleux
(Remblais) 2,5 17,9 40,3 2,46 1,37

4,5 51,9 117 3,03 1,77


Marnes
Ligne 14 infra- 5,5 30,2 68,0 1,5 2,83
Rue gypseuses
Florence
Paris 8 ème 7,5 105 237 5,94 3,99

[1760-
9,5 16,6 37,4 3,28 1,84 [26–27] [31,6-31,9]
2220]
Calcaires de
11,5 79,7 180 6,34 4,10
Saint-Ouen

12,5 101,2 228 > 4,83 > 4,83

Sable
légèrement
2,0 41,2 92,7 3,83 2,45
argileux
(Remblais)
3,0 38,6 86,9 3,03 1,68
Ligne 14
Rue 5,0 55,4 125 3,44 1,71
Londres
Paris 8 ème 7,0 62,7 141 3,63 2,10
[1530-1740]

Sables de

[28,4-30,5]
Beauchamp
9,0 38,7 87 2,14 1,52 3,0

10,0 84,1 189 4,64 2,65

12,0 121,7 274 5,39 4,14

Remblais 2,0 0,5 0,86 0,08 0,03

4,0 61,4 138 4,37 2,21


Paris Alluvions
15ème anciennes
7,0 60,4 136 4,72 2,92
Calcaire
10,0 103,4 233 5,91 3,31
grossier
Sables de
3,0 27,1 61 1,46 0,97
Fontainebleau
Paris 20ème
Marnes à
8,0 18,3 42 1,85 0,9
Huitres

Taous Kamel 62
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Auscultation des galeries et des tunnels de Métro de Paris

Tableau 3.7. Influence de l’altération sur les paramètres des matériaux

Etat du Type P limite


Référence Matériau ρ [t/m3] E M [MPa] c [kPa] φ°
matériau d’altération [MPa]
Saines [0,14-
[50-280] [7,5-31]
1800]
Marnes et
caillasses Altérées Effondrement
et [0-10] [0-1,4] 0
décompression
Saines [135-
[30-35]
Filliat Marnes 375]
(1981) intercalaires Altérées Décompression
du Gypse et dissolution [30-35] 4,00
du gypse
Sain
[80-530] [13-40]
Calcaire de
St-Ouen Altéré Pourriture et
[25-27] [3-3,5]
décompression
Saine
[1,85-2,2] [100-410] [50-160] [26-34]
Sunyach
Molasse
(1984) Altérée Concrétions
[1,52-1,8] [30-70] [0-40] [12-20]
calcaires

3.4.3 Paramètres de fluage


Le fluage in situ des structures géotechniques commence à être de plus en plus important
et significatif dans la géotechnique. Les changements de conditions climatiques
augmentent le taux de fluage et raccourcissent la durée exploitable pendant laquelle le
bois peut supporter une charge donnée. Cet effet peut être important pour les bois sous de
grands changements cycliques de température et d'humidité relative (Green et al. 1999).
Les paramètres de fluage du bois à long terme, utilisés dans cette étude, sont proposés ou
issus de la littérature (Le Govic 1987, Gamalath 1991, Hayashi et al. 1993, Toratti et
Morlier 1995, Tissaoui 1996, Kobbe 2005, Aratake et al. 2010). Les courbes de
déformations du bois dans le temps, obtenus par les essais de fluage, donnent une allure
de courbe de type puissance. La Figure 3.11 montre les courbes de fluage du bois
Douglas-fir (sapin), qui est souvent utilisé comme boisage dans les ouvrages, et les
courbes de tendance qui peuvent être utilisées pour caler les paramètres de loi puissance
(Aratake et al. 2010).

Taous Kamel 63
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Auscultation des galeries et des tunnels de Métro de Paris

Figure 3.11. Comparaisons entre les déformations d’un essai de fluage réel et d’un calcul par une
loi de puissance. Courbe réelle (noire), la courbe rouge a été calibrée de 0 à 4 ans, la courbe verte a
été calibrée de 6 mois à 4 ans et la courbe bleu a été calibrée de 1 à 4 ans (Aratake et al. 2010).

La Figure 3.12 donne des courbes d’évolution de déplacement du bois de 0 à 50 ans. Une
courbe obtenue par Le Govic (1987), une autre par Gamalath (1991) et une autre courbe à
long terme obtenue par Tissaoui (1996). Ces données permettent de calibrer les
paramètres de fluage qui peuvent être utilisés dans la modélisation de l’ouvrage en
éléments finis. Les paramètres calibrés sont donnés par le Tableau 3.8. Ce tableau
présente une synthèse des paramètres de fluage du bois calibrés à partir des courbes de
fluage qui ont, essentiellement, une allure de type puissance.

Figure 3.12. Courbes d’essais de fluage à long terme (Tissaoui 1996)

Taous Kamel 64
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Auscultation des galeries et des tunnels de Métro de Paris

Tableau 3.8. Les paramètres de fluage du bois calés par rapport aux essais issus de littérature

ρ Temps de
Référence Bois Type d’essai E [GPa] A n m
[kg/m 3] fluage
Le Govic
2,78 e-12 -0,888
(1987) Southern Long
Compression 1
Gamalath pine terme
3,9 e-12 -0,664
(1991)
Tension 6,61 e-14 -0,874
Court
terme
4,18 e-14 1 -0,783
Compression
Southern Long
1,7 e-12 -0,863
pine terme
1,19 e-14 -0,619
Long
Tension 1
terme
1,65 e-13 -0,758
Tissaoui
Tension 2,08 e-14 -0,745
(1996) Court
Douglas- terme
8,67 e-14 1 -0,791
fir
compression
Long
2,63 e-13 -0,873
terme
Court
8,08 e-14 -0,85
terme
Tension
Yellow
2,43 e-15 1 -0,519
poplar Long
terme
Compression 5,32 e-15 -0,55

3,69 e-15 1
[3,0-4,0] -0,446
1,23 e-16 2
695 1500 j
3,06 e-14 1
[5,0-6,0] -0,617
1,6 e-16 2

1 j à 4 ans 1,10 e-8 -0.667


448 10,8 1
6 mois à 4
Aratake 1,27 e-8 -0,707
Douglas- ans
et al.
fir 1 j à 4 ans 8,57 e-9 -0,669
(2010)
463 7,10 1
6 mois à 4
1,25 e-8 -0,786
ans
1 j à 4 ans 8,05 e-9 -0,702
409 6,83 1
6 mois à 4
8,83 e-9 -0,73
ans
1 j à 4 ans 9,15 e-9 -0,644
415 5,34 1
6 mois à 4
1,16 e-8 -0,703
ans

Taous Kamel 65
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Auscultation des galeries et des tunnels de Métro de Paris

L’une des méthodes utilisée pour décrire le comportement au fluage du bois est
l'ajustement de courbe empirique. Le choix du modèle approprié est lié au degré de
précision requis. La loi de type puissance a été largement utilisé pour décrire le fluage du
bois (Schniewind et Barrett, 1972), en utilisant l’équation (3.4) suivante:
(3.4)
D = D0 + atb
D représente le coefficient de fluage dans le temps, D 0 est le coefficient de fluage
instantané, a et b des constantes, et t: le temps de fluage. Ces paramètres sont obtenus via
la courbe expérimentale.
Dans notre étude numérique en élément finis, le fluage est repris par la loi de type
puissance TH présentée au §1.3.2.1. Le passage entre l’équation (3.4) et (1.3) se fait
comme suit:
dD ( t ) (3.5)
 ab(t)b-1
dt
Et
in
  D  c (3.6)
0 0

A partir de (3.5) et (3.6), nous déduisons (3.7):


dD ( t ) c (3.7)
ε in  
dt
Et si n = 1, dans ce cas :
dD ( t ) (3.8)
 ab(t)b-1  At m
dt
Alors: A= ab et m = b-1
La signification théorique du fluage réside dans le comportement mécanique des
géomatériaux en contrainte-déformation qui est complété par une échelle temporelle.
Cette généralisation représente un progrès dans la compréhension des lois régissant le
comportement mécanique des sols (Feda 1992). Les études en laboratoire du fluage des
sols ont été faites par des auteurs avec différents appareils (Havel 2004).
1,2%

0,9%
Déformation axiale

0,6% EXP-Fabre
CS (D=1.5e-3, n=11.5)
0,3% SH et TH (A=1e-20, n=1.83,m=-0.5)
SM (A=3e-5, alpha=1e-10, m=0.3, t1=7)
0,0%
0 50 100 150 200 250 300 350
Temps [Jour]
Figure 3.13. Déformation axiale en fonction du temps d’un essai de fluage d’argilite -
Expérimentale (Fabre 2005) et numérique (CS, SH, TH et SM)

Taous Kamel 66
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Auscultation des galeries et des tunnels de Métro de Paris

Tableau 3.9. Paramètres de fluage des matériaux calibrés par rapport aux données bibliographique

Temps de
Référence Matériau φ0 σ cr [MPa] E [GPa] A n m
fluage
28 à 70 j 3,86 e-12 -0,035

Eurocode2 Béton 16,187 32 70 à 200 j 1,86 e-11 1 -0,662

70 à 700 j 2,26 e-11 -0,803


Bieniawski
Grès 1,76 2,8 e-10 1 -0,969
(1970)
0,087 2,56 e-10 -0,507
Roche 120 min 1
Singh
(Sicilian 0,093 7,08 e-10 -0,431
(1975)
marble)
0,167 180 min 4,91 e-10 1 -0,507

5,48 e-14 1
Malan
Roche 66,0 1600 min -0,397
(1998)
8,3 e-16 2

6,0 1,09 e-12 1,48 -0,9


Argilite 27
Boidy
3,62 4,89 e-16 3,34 -0,64
(2002)
Argilite de
25 2,0 e-14 3,1 -0,875
l’Est
Fabre
Argilite 26 3,4 321 j 1,0 e-20 1,83 -0,5
(2005)
Brickwork 7,0 2,25e-11 0,574 -0,604
Hughes et
4,0 2,04e-14 -0,592
Wu (2007)
Masonry 350 j 1
2,0 1,00e-14 -0,598
Eslami
Roche 13 40j 2,95 e-9 1 -0,5
(2010)

Le Tableau 3.9 présente les paramètres de fluage du béton et de quelques roches, ces
paramètres sont calibrés à partir des essais de fluage issus de littérature. La déformation
du béton due au fluage, donnée dans l’Eurocode 2, dépend essentiellement du coefficient
de fluage total φ 0. L’allure de la courbe de fluage donnée par l’Eurocode 2 est de type
puissance et de même pour le fluage des roches de calcaire, de grès et autres. Plusieurs
simulations sur des éprouvettes sous compression ont été effectuées. Nous présentons ici
l’un des essais calibré, il s’agit d’une éprouvette d’argilite (Fabre 2005) ayant des
propriétés mécaniques voisines de celles des revêtements des ouvrages du métro.
L’échantillon a été soumis à un déviateur (q) de 26 MPa, pendant 321 jours. Le calibrage
est effectué en utilisant les différentes lois de fluage présentées précédemment (§ 1.3.2):
Cowper-Symonds (CS), Time Hardening (TH), Strain Hardening (SH) et Singh-Mitchell
(SM) avec le critère de rupture de Drucker-Prager. La Figure 3.13 montre les résultats
obtenus avec le modèle numérique en utilisant les différentes lois de fluage qui
corroborent avec le résultat expérimental.

Taous Kamel 67
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Auscultation des galeries et des tunnels de Métro de Paris

Tableau 3.10. Paramètres de fluage des sols calibrés par rapport aux données du projet et aux
données bibliographiques

P fluage = σ cr Temps de
Référence Sol E [MPa] c [kPa] A n m
[MPa] fluage
5,83 e-9 1 -0,883
e e
Havel (2004) Clay 18,0 3,5 5 s 1,23 -8 -0,876
1
1,27 e-8 -0,966

[110-75] 28 [1,9-1,49] 3,32 e-11


-0,49
Marnes et [45-31] [0,7-1,07] 3,60 e-7
40 1
caillasses 163 2,51 2 e-10 -0,30

250 25 3,0 e-14 -0,30


MéDiTOSS
189 3,19 1,0 e-7
1 -0,70
Sable 125 1,71 3,0 e-7
3,0
argileux 274 4,14 3 e-10 1 -0,40

212 3,31 8 e-11 1 -0,30

3.4.4 Conclusions
L’analyse visuelle des défauts dans l’ouvrage mentionnent la présence de fissures, cassures
avec indication des ouvertures et arrachement des matériaux, ainsi que les manifestations de
présence d’eau: humidité suintements, égouttements, infiltrations venues et les phénomènes
associés tels que concrétions ou dépôts. Cette analyse révèle que l’état des enduits est détérioré,
des décollements, gonflements, décomposition et faïençage ont été observés.
Les matériaux composites ‘’pierres, mortiers et bétons‘’ ont un comportement mécanique
et des caractéristiques variables qui sont liés notamment aux composants. Cette analyse
était nécessaire afin de connaître l’intervalle de variation des paramètres de résistance, de
rigidité et de fluage des sols et des matériaux de construction de type béton, calcaire,
maçonnerie et mortier. Dans le but de rendre l’analyse des données d’auscultation de ce
projet et les données issues de littérature exploitables et de faciliter l’alimentation des
modèles numériques, les tableaux, présentés précedement, sont proposés.
Par la suite une analyse bibliographique est effectuée sur les différentes méthodes de
modélisation des ouvrages souterrains et des structures maçonnées afin de comprendre
leur comportement et de choisir la loi la plus appropriée à ce type d’ouvrages en cours de
dégradation.

Taous Kamel 68
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Modélisation et comportement des structures maçonnées et/ou dégradées

4 Modélisation et comportement des structures


maçonnées et/ou dégradées
4.1 Introduction
4.2 Comportement des tunnels maçonnés
4.3 Approches de modélisation d’une maçonnerie
4.4 Aspect radoucissant de maçonnerie
4.5 Critères de rupture
4.6 Conclusion

4.1 Introduction
Depuis quelques années, la modélisation des ouvrages souterrains à l’état sain et/ou
dégradé a été traitée par plusieurs chercheurs. Ces recherches ont été fondées sur des
méthodes analytiques (convergence-confinement) et numériques (éléments finis,
différences finis et éléments distincts). Le comportement à long terme de ces structures
souterraines a été abordé (Malan 2002, Daemen 2009) et prennent comme application les
excavations à faible ou à fort confinement (Diederichs 2003). Ils intègrent un ou
plusieurs effets de phénomènes tels que: perte de cohésion dans l’ouvrage ou dans la
roche qui l’entoure (Martin et al. 1999, Diederichs 2003), le fluage de la maçonnerie des
tunnels (Hughes et Wu 2007), l’évolution de la zone fracturée (Malan 2002).
Dans le contexte de la modélisation numérique des structures souterraines au cours de
leur service, deux approches ont été adoptées par les auteurs, l'approche continuum
(Castellanza et al. 2002) et l'approche discontinuum (Calvetti et al. 2005). Les structures
maçonnées, particulièrement, présentent des aspects spécifiques et il existe de multiples
approches numériques pour étudier leur comportement. L'analyse des constructions en
maçonnerie est une tâche complexe (Lourenço 2002), notamment, lorsque l'interaction
sol-structure devient indispensable pour reprendre le comportement réel. Sous une
compression la maçonnerie montre un critère de charge ductile et sous une tension elle
montre des modes de rupture fragiles (Lourenço 1996).
En général, les approches numériques les plus représentatives de la maçonnerie peuvent
s’appuyer sur la micro-modélisation des composants de façon individuelle ou sur la
macro-modélisation de la maçonnerie comme un matériau composite (Rots 1991). Des
modèles macro-spécifiques, ont été mis en évidence, pour l'analyse des structures en
maçonnerie, qui est modélisée comme un matériau isotrope en utilisant le modèle
élastoplastique basé sur le critère de rupture de Drucker-Prager (Lourenço 1994, Pelà et
al 2011).

Dans cette partie, nous présentons des généralités sur le comportement des tunnels d’une
manière générale, une description des approches numériques utilisées pour modéliser les
structures maçonnées, ainsi que les critères de rupture utilisés au cours de cette étude.

Taous Kamel 69
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Modélisation et comportement des structures maçonnées et/ou dégradées

4.2 Comportement des tunnels maçonnés


Le revêtement d’ouvrages souterrains maçonnés travaille essentiellement en compression.
Ce type d’ouvrages est composé d’une voûte qui permet de réaliser des ouvrages dans
lesquels les éléments structurels sont en compression. Cette caractéristique a permis la
construction des tunnels de grandes portées à une époque où les matériaux de
construction représentent des pierres naturelles ou taillées plus ou moins résistantes mais
rigides. Les plus importants efforts de compression sont repris par les piédroits afin de
les transmettre au sol. Les efforts de traction se trouvent à l’intrados de voûte, dans le
rein du tunnel et dans le radier (jonction radier-piédroit). L’intensité de ces efforts en
traction reste plus faible par rapport à celle atteinte en compression. Une action du terrain
encaissant peut se manifester aussi au niveau du radier (fissures axiales, soulèvements)
nécessitant des réparations locales fréquentes (CETU 2004).
Divers facteurs influent sur la répartition des contraintes dans les tunnels et galeries ce
qui induit une production de déformations réversibles et irréversibles dans les ouvrages.
Une analyse des contraintes permet une identification ou une prévention du mécanisme
de déformation dans ces structures. Le type de l’encaissant est l’un de ces facteurs, si les
ouvrages sont réalisés dans des terrains meubles, un tassement de voûte peut être produit
suite à une altération dans ce terrain ou d’une implantation d’une surcharge. Par contre,
une élévation de voûte et un soulèvement de radier sont produits si l’ouvrage est réalisé
dans un terrain gonflant.
La fissuration structurelle est l’une des plus importantes déformations que les
infrastructures présentent et elle peut prendre diverses directions: horizontale, verticale et
oblique. La fissuration oblique traduit généralement un mouvement de torsion de la voûte. Les
fissures obliques présentent, soit un tracé régulier, soit un tracé résultant de la combinaison de
fissures transversales et longitudinales (cas où la fissure suit les joints d’une maçonnerie sans
traverser les moellons). C'est un désordre préoccupant, car il peut constituer l’indication d’un
problème grave pour la structure (tassement de fondation, glissement du versant) ou en section
courante (gonflement, fluage). La fissuration horizontale se manifeste presque exclusivement
dans les joints de mortier qui s'ouvrent sous l'effet de la déformation.
La rupture d'un revêtement ou son amorce, est une alerte sérieuse, c’est la conséquence ultime
d’une convergence de désordres qui n’ont pas été vus et traités en temps voulu (CETU 2004).
La ruine des ouvrages maçonnés est souvent précédée par l’apparition d’un ventre avec fissures
qui s’intensifie au cours du temps. La maçonnerie s'effondre sous son propre poids en piédroits
ou sous le poids des pierres en voûte, en dehors de toute action du terrain. L’origine d’un tel
accident réside souvent dans une altération complète des mortiers, non détectée à cause d'un
manque de surveillance et d'entretien. Quand de l’écaillage est associé aux ventres ou aux
aplatissements, alors que les mortiers sont encore solides, le problème est plus grave car le
terrain est en cause. Les zones écaillées par la déformation prennent un aspect broyé avant la
ruine.

Taous Kamel 70
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Modélisation et comportement des structures maçonnées et/ou dégradées

4.2.1 Comportement des voûtes maçonnées


A l’époque, les ingénieurs s’interrogent sur le mécanisme de rupture des voûtes par une
approche expérimentale. Ils observent la formation des joints de rupture, particulièrement, au
moment du décintrement en clé, en naissance ou aux reins, selon la forme de l’arche3. Amédée
Frézier énonce le problème de dimensionnement en considérant la voûte comme un assemblage
de voussoirs polis sans liaison, qui se poussent mutuellement, en agissant par leur pesanteur
suivant les différentes inclinaisons de leurs lits (Figure 4.1). Ils ont recherché la position des
centres de pression à déterminer en tout point de la voûte pour garantir la stabilité. Cette
période est marquée par les travaux déterminants de Charles-Augustin de Coulomb (1773)4.
Qui ont donné les bases du calcul à la rupture et mentionné que la voûte ne peut être stable sans
frottement entre deux blocs voisins. Cependant la ruine est provoquée par la rotation des blocs
entre eux et non pas par leur glissement relatif. Pour qu’une voûte soit stable, il faut que le
centre de pression soit, en toute section, à l’intérieur de la voûte. Les voûtes peuvent être
déformées puis détruites par écrasement, il ne faut donc que sur aucun point, la pression par
unité de surface ne dépasse la résistance attribuée au matériau qui les compose (Barbotin 2007).
Pour que les piédroits reçoivent la poussée de toute la voûte, il faut calculer cette poussée et lui
en opposer une égale ou plus grande en donnant aux piédroits la largeur requise.

3
FREZIER, A. (1739). La théorie et la pratique de la coupe des pierres et des bois pour la
construction des voûtes, tome 3, qui expose les mécanismes de ruine des voûtes et les méthodes de
détermination en utilisant le principe des vitesses virtuelles de M. de la Hire et l’hypothèse des
voussoirs grenus. Pages 342 à 390.
4
P ublication sur l’application des règles des maximis et minimis à quelques problèmes de st atique
relatifs à l’Architecture dont une partie est consacrée aux voûtes

Taous Kamel 71
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Modélisation et comportement des structures maçonnées et/ou dégradées

Figure 4.1. Mécanisme de ruine des voûtes selon Frézier (Domède 2006)

Après le développement de la théorie de l’élasticité linéaire qui complète les équations de la


statique. Le calcul des contraintes est devenu faisable en des sections choisies de la voûte ce
qui permet de traduire les critères de limitation des contraintes: pas de contraintes de traction
dans le matériau, et limitation de la contrainte normale de compression sont les critères en
général admis. En 1840 la méthode des courbes de pression hypothétiques de Méry a été
publiée, le principe de cette méthode est de décomposer la voûte dont les dimensions sont
établies provisoirement, en un certain nombre de blocs plus grands que les blocs réels afin de
simplifier les calculs mais suffisamment petits pour que les parties des courbes d’intrados et
d’extrados puissent être assimilés à des segments de droite (Barbotin 2007). Ensuite, en
attribuant à chaque bloc les charges propres et extérieures (Delebecq 1982a), l’équilibre exige
que la courbe s’inscrive entre l’intrados et l’extrados en tout point, condition sans laquelle la
voûte se rompt par rotation des blocs, la vérification au glissement est selon lui inutile. Suite
aux développements du calcul à la rupture, à la généralisation des outils numériques et
développement des programmes, il a été constaté que les critères de stabilité se résument
à trois conditions: le contact entre les éléments est régi par le critère de frottement de
Coulomb, la résistance à la traction est nulle et la résistance à la compression est limitée
(Delebecq 1982a, Domède 2006).

4.3 Approches de modélisation d’une maçonnerie


Le choix de l’approche utilisée dépend du niveau de précision et de simplicité
recherchée, il est possible d'utiliser des stratégies de modélisation présentées dans la
Figure 4.2.
Avec l’approche micro-modèle détaillée (Figure 4.2.a), les propriétés élastiques et,
éventuellement, inélastiques des moellons et du mortier sont prises en compte. L'interface
représente un plan potentiel de rupture / de glissement avec une raideur fictive initiale
pour éviter l'interpénétration de l’approche continue. Avec le micro-modèle simplifié, le
joint mortier et les deux interfaces moellon- mortier, sont considérés comme une
interface unique, tandis que les moellons sont élargis afin de conserver la géométrie
inchangée (Lourenço 1996).

Taous Kamel 72
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Modélisation et comportement des structures maçonnées et/ou dégradées

L’approche homogénéisé ne fait pas de distinction entre les différents éléments de


maçonnerie et les interfaces, mais traite la maçonnerie comme un matériau homogène. Le
choix de l’approche est lié au but recherché. Les micro-modèles sont plus ont adaptés
pour les petits éléments structurels comme les murs et les colonnes avec un intérêt
particulier, à des états de contrainte-déformation très hétérogènes (Lourenço et al. 1995).
Ce modèle donne des résultats satisfaisants ainsi qu’une bonne compréhension du
comportement local de la maçonnerie. Le problème se pose lorsque le nombre d’éléments est
important et la géométrie de la structure à traiter est plus complexe ou même lorsqu’il est
nécessaire de prendre en compte d’autres effets mécaniques comme le fluage, etc. Ces aspects
montrent que la méthode est peu utilisable pour une analyse complète d’une structure.

Figure 4.2. Stratégies de modélisation d’une structure maçonnée: (a) micro-modèle détaillé; (b)
micro-modèle simplifié; (c) macro-modèle (Lourenço 1996)

Les macro-modèles sont utilisés lorsque la structure est composée par des parois assez
grandes comme les ponts et les tunnels. Ces modèles équivalents sont capables de décrire
certains aspects du comportement global. Le gain de temps est peut être apporté par cette
approche. De toute évidence, la macro-modélisation est plus précieuse quand un
compromis entre la précision et l'efficacité est nécessaire. Par conséquent, un modèle
homogène équivalent a été choisi pour représenter le revêtement des tunnels et galeries
en maçonnerie, malgré son hétérogénéité. Dans cette approche, le problème réside
principalement dans le choix des propriétés mécaniques représentatives pour le milieu
équivalent. Ce genre de ce modèle exige que le mortier et la pierre ne soient pas
explicitement distingués, les caractéristiques moyennes du matériau sont estimées.
Le choix de l’approche adaptée est lié au choix de la méthode de calcul numérique. Par
exemple, la méthode des éléments finis est associée à la technique d’homogénéisation.
Par contre la méthode des éléments distincts est plus associée avec l’approche micro-
modèle simplifié et détaillée. La MEF avec le macro-modèle réduit le temps de calcul
dans un rapport 1 à 8 par rapport aux éléments distincts, tout en donnant une précision du
même ordre de grandeur, sur les déformations (Domède 2006). Une étude comparative a
été menée par Giordano et al. (2002), en utilisant deux codes éléments finis (ABAQUS et
CASTEM) et un code éléments distincts (UDEC). La Figure 4.3 montre un résultat, en courbe
force-déplacement, de cette comparaison. Malgré les limitations spécifiques de chaque
modèle, les différentes méthodes sont capables, dans une certaine mesure, de reproduire

Taous Kamel 73
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Modélisation et comportement des structures maçonnées et/ou dégradées

correctement le comportement global des échantillons testés, prouvant ainsi qu'ils


peuvent être utilisés efficacement dans l'étude des éléments de structure de maçonnerie.

Figure 4.3. Courbes forces-déplacement numériques et expérimental (Giordano et al. 2002)

4.4 Aspect radoucissant de maçonnerie


Au-delà d’une certaine limite élastique, le comportement du matériau n’est plus
réversible mais plastique, l’écoulement plastique peut avoir un écrouissage positif,
négatif ou même nul, ce qui est le cas d’une plasticité parfaite.
L’écrouissage négatif ou le radoucissement est une diminution progressive de la
résistance mécanique sous une augmentation continue d’une déformation d’un
échantillon de matériau ou d'une structure. Il s'agit d'une caractéristique importante des
matériaux quasi-fragiles comme la brique, mortier, céramique, pierre ou béton, qui se
rompt en raison d'un processus de croissance de la fissure interne progressive. Cette
croissance est due aux contraintes initiales et aux fissures ainsi qu’aux variations de la
rigidité et de la résistance interne lorsque le matériau est soumis à une déformation
progressive. Initialement, les microfissures sont stables ce qui signifie qu'elles ne
croissent que lorsque la charge augmente, ou suite à une dégradation des propriétés
provoquée par une contamination interne ou externe. Autour de la charge de pointe une
accélération de la formation de fissures prend place et la formation de macrofissures
commence. Les macrofissures sont instables, ce qui signifie que la charge doit diminuer
pour éviter une croissance incontrôlée (Lourenço, 1996).
Bazant et al. (1984) avaient traité le phénomène d'adoucissement et analysé son
mécanisme tout en considérant un modèle homogène. Ce phénomène est considéré
comme étant une propriété de la maçonnerie ancienne, et il existe aussi dans de
nombreux autres matériaux, y compris le bois, le papier, les matériaux composites
renforcés par des fibres, bétons renforcés de fibres, bétons bitumineux, bétons polymères
différents bétons réfractaires et aussi certains métaux. Un tel comportement mécanique
est communément attribué à l'hétérogénéité du matériau, en raison de la présence de

Taous Kamel 74
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Modélisation et comportement des structures maçonnées et/ou dégradées

différentes phases et les défauts matériels, comme les fissures et les vides. Même avant le
chargement, le mortier peut contenir des microfissures dues au rétrécissement durant le
durcissement et la présence d'agrégats.

Figure 4.4. Influence de l’altération sur la surface de charge et la résistance à la compression; (a):
la surface de rupture d’une roche avec différents degrés d’altération. Décroissance de résistance à
la traction (ligne OA), décroissance en compression uniaxiale (ligne OB); (b): Détérioration de la
résistance de granite suite à une altération; (c): Réduction de la contrainte de compression
œdométrique par rapport au temps d'exposition à une solution d'acide pour un Calcarénite

Auparavant, l'adoucissement ne pouvait pas être représenté d’une manière fiable à l'aide
d’un modèle classique de mécanique des milieux continus à cause de la réponse
numérique qui dépend du maillage, comme montré par (Bazant et al. 1984 et Needlman
1988). Mais l'importance de reproduire le comportement d'adoucissement a conduit au
développement de plusieurs méthodes de régularisation comme les modèles non-locaux
(Pijaudier-Cabot et Bazant 1987), la régularisation viscoplastique (Needlman 1988, De
Borst et Mühlhaus 1992), et également en introduisant une modification dans les modèles
continus permettant des discontinuités soit dans les champs de déformation ou de
déplacement (Wells et Sluys 2001, Brancherie et Ibrahimbegovic 2009). Dans notre
étude, la méthode de régularisation est assurée par la viscoplasticité dont la robustesse a
déjà été mise en évidence par l'analyse des effets de maille, dans l'échelle des spécimens
et la structure.
La surface de rupture peut évoluer avec les déformations plastiques et elle est également
touchée par les altérations, ce qui dégrade la force d'adhérence et réduit la taille du
domaine élastique (Fernandez-Merodo et al. 2007). Selon Nova et al. (2003), au niveau
microscopique, l'altération entraîne une destruction progressive des liaisons
intergranulaires. Il est possible de conclure que la conséquence la plus importante de
l'altération est la réduction progressive du domaine élastique initial (Figure 4.4. c). Ce
qui équivaut à un retrait progressif de la surface de charge la roche (Figure 4.4. a) .
Nous rappelons que d’après Kasim et Shakoor (1996), sous l’effet de la dégradation, le
calcaire à l’état sec ou saturé peut perdre plus de 50% de sa résistance à la compression,
le grès sec peut perdre plus de 45% mais à l’état saturé, une perte de sa résistance de 65%
est probablement atteinte. Selon d’autres chercheurs (Bieniawski 1967, 1972) le matériau
peu perdre sa résistance totale (voir §1.3.2).

Taous Kamel 75
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Modélisation et comportement des structures maçonnées et/ou dégradées

Dans cette étude, nous proposons de prendre en considération la réduction de la cohésion


(d) en fonction de la déformation inélastique (ε in). L’évolution du radoucissement peut
prendre plusieurs formes: linéaire (Planas et Elices 1991, Engelen et al. 2003),
parabolique, voire exponentiel (Haach et al. 2010). Cette forme dépend, essentiellement,
de la cinétique du processus d'altération. Différentes hypothèses de réduction de cohésion
des matériaux constitutifs des ouvrages souterrains ont été considérées, réduction quasi-
linaire et réduction exponentielle.

4.5 Critères de rupture


La première condition à remplir par une loi de comportement d’un matériau est de
représenter le mieux possible les aspects essentiels du comportement mis en évidence au
cours des essais de laboratoire. La Figure 4.5 et la Figure 4.6 présentent des résultats
d’essais réalisés sur une maçonnerie par, respectivement, Mann et Muller (1982) et Roca
et al. (1998).

Figure 4.5. Enveloppe des différents cas de ruptures d’un mur en maçonnerie dans un plan de
contraintes d’après Mann et Muller (Fouchal 2006)

Figure 4.6. Comportement typique d’un matériau quasi-fragile sous compression et sous
cisaillement (Roca et al. 1998)

Taous Kamel 76
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Modélisation et comportement des structures maçonnées et/ou dégradées

Les critères de plasticité de Mohr-coulomb et de Drucker-Prager ont été utilisés au cours


de cette analyse. Ces deux critères sont souvent utilisés pour modéliser les matériaux
granulaires et quasi-fragiles dans le cas d’une macro – modélisation isotrope.

4.5.1 Critère de Mohr-Coulomb


La loi est élastique parfaitement plastique, est utilisée pour décrire de manière approchée
le comportement des matériaux granulaires, pulvérulents (sable), cohérents à long terme
(argiles et limons), de certaines roches (Marnes, calcaires) et des matériaux quasi-fragile
(maçonnerie, mortier). Les paramètres de résistance de Mohr-Coulomb sont déterminés
couramment à partir des résultats d’essais de laboratoire (oedomètre, triaxial). La surface
de rupture MC est définie par la fonction de charge F donnée par l’équation (4.1). σ 1 et σ3
représentent les contraintes principales extrêmes et φ est l’angle de frottement

F  σ1 - σ3 - σ1  σ3 sin - 2ccos (4.1)

4.5.2 Critère de Drucker-Prager avec ses différentes formes


La maçonnerie est modélisée aussi comme un matériau isotrope (Lourenço 1995), en
utilisant le modèle élastoplastique basée sur le critère de rupture de Drucker-Prager
(1957). Ce modèle a été amélioré par Chen et Mizuno (1990) pour devenir un modèle
avec Cap. Les critères de charge pour cette catégorie de modèles sont basés sur la forme
de la surface de charge dans le plan méridien. La surface de charge peut avoir une forme
linéaire (DPL), hyperbolique (DPH) ou une forme générale exposant (DPE). Ces
différentes formes de surface de charge sont présentées dans la Figure 4.7.
Le modèle linéaire fournit une surface de charge circulaire et non circulaire dans le plan
déviatorique et les modèles hyperbolique et exposant utilisent une surface de charge
circulaire (von Mises) dans le plan de contrainte déviatorique (Figure 4.8).

Figure 4.7. Différentes formes de surface de charge de Drucker-Prager

Le choix du modèle à utiliser dépend largement du type d'analyse, la nature du matériau,


les données expérimentales disponibles pour calibrer les paramètres du modèle, et l’ordre
de grandeur des contraintes de pression que le matériau est susceptible de subir pendant
l'expérience. Le modèle hyperbolique est utile pour les matériaux fragiles pour lesquels
les données d’un triaxial en compression et un triaxial en tension sont disponibles, ce qui
est une situation fréquente pour des matériaux comme la roche. Le plus général des trois

Taous Kamel 77
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Modélisation et comportement des structures maçonnées et/ou dégradées

critères de charge est celui qui a la forme exponentielle (DPE) mais il est utilisé sous des
conditions de confinement élevé, c’est pour cette raison nous n’utilisons pas ce modèle
car notre analyse correspond à des faibles confinements.
Si les paramètres (cohésion, angle de frottement) sont fournis pour un modèle de Mohr-
Coulomb, il est nécessaire de les convertir à des paramètres de Drucker-Prager. Le
modèle linéaire est principalement destiné aux applications où les contraintes de
compression sont importantes. Si ce sont les contraintes de traction qui sont importantes,
les données de tension hydrostatique devraient être disponibles (avec la cohésion et
l'angle de frottement) et le modèle hyperbolique doit être utilisé. Le critère linéaire est
écrit en termes des trois invariants de contrainte et la fonction de charge de Drucker-
Prager linéaire s’écrit comme suit:
F  t - ptanβ - d (4.2)
Avec

1  1  r  
3
1  (4.3)
t  q 1   1    
2  K  K  q  
 
β c’est la pente de la surface de charge linéaire dans le plan des contraintes p-t et il est
appelé l'angle de frottement du matériau; r est le 3 ème invariant des contraintes
déviatoriques. K représente le rapport de la limite d'élasticité en tension triaxiale par
rapport à celle en compression et, par conséquent, il contrôle la dépendance de la surface
de charge en valeur de contrainte principale intermédiaire.
La cohésion, d, du matériau est reliée aux données:
 1 
d  1 - tanβ σ c : Si l’écrouissage est défini par la résistance en compression uniaxiale;
 3 
1 1 
d    tanβ σ t : Si l’écrouissage est défini par la résistance en traction uniaxiale;
K 3 
3  1
d τ 1   : Si l’écrouissage est défini par la cohésion.
2  K

Figure 4.8. Surface de rupture du critère linéaire dans le plan déviatorique et l’intersection entre
MC et DP (K=1)

Taous Kamel 78
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 1 / Modélisation et comportement des structures maçonnées et/ou dégradées

La correspondance entre les paramètres de résistance Mohr-Coulomb (c et φ) et les


paramètres de Drucker-Prager (d et β) en déformation plane se fait par les équations (4.4)
et (4.5) suivantes (Helwany 2007):

tanβ 3(9  tan2 ψ) (4.4)


sin 
9  tanβ  tanψ

3(9  tan2 ψ) (4.5)


c  cos  d
9  tanβ  tanψ
Au cours de cette étude les différents critères ont été comparés (MC, DPL, DPH et DPE),
le modèle d’ouvrage simulé en utilisant ces critères tend vers la même réponse. Quelques
résultats de comparaison sont présentés en annexe (A1.1 et A1.2). La loi de Drucker-
Prager modifiée par un Cap a été également testée au cours de cette étude, pour plus de
détails voir l’annexe A1.2. Le critère de Drucker-Prager linéaire est retenu pour
modéliser l’état dégradé de l’ouvrage. Ce choix est basé sur le fait de pouvoir étendre
cette loi parfaitement plastique vers une loi viscoplastique avec la prise en compte du
radoucissement des propriétés résistances. Le choix dépend aussi des nombre de
paramètres à calibrer ou à valider par rapport aux données réelles. La difficulté imposée
par le critère Drucker-Prager à forme hyperbolique et exponentiel est la nécessité de
calibration des paramètres mécaniques plus nombreux.

4.6 Conclusion
L’objectif de cette partie préliminaire était la présentation du contexte de l’étude, les
idées de base et les différentes hypothèses considérées selon les données. Pour une bonne
démarche, une meilleure compréhension des processus d’altération des matériaux de
constructions et des structures et leurs conséquences sur les propriétés de résistance et de
rigidité était nécessaire. Une analyse des mécanismes comportementaux des ouvrages
souterrains et des structures maçonnées pour lesquels les critères s’expriment dans le
domaine de moyenne à grande déformation. L’analyse montre bien que cet état de
déformation est bien associé à une perte de résistance. Le travail de thèse présent est
inscrit autour de cette idée. Mais, une attention particulière est menée sur la
détermination de l’état d’équilibre initial définit lors de la construction de ces ouvrages
souterrains qui est présenté en Partie 2.

Taous Kamel 79
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2: Etat de contrainte initial
des Tunnels & Galeries

Suite à la non-connaissance de l’état d’équilibre initial des infrastructures du


réseau Parisien, une attention particulière est portée à la détermination de cet état de
contrainte initial lors de la construction de l’ouvrage. Il s’agit ici de déterminer par un
calcul éléments finis (2D et 3D) la pression qui doit être exercée par le soutènement
pour assurer l’équilibre d’un tunnel ou d’une galerie. Afin de valider ce résultat
numérique, nous l’avons comparé à ceux issus des approches analytiques qui reposent
sur le calcul à la rupture.

Taous Kamel 80
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Estimation de la contrainte d’équilibre initiale

1 Estimation de la contrainte d’équilibre initiale


1.1 Contrainte d’équilibre analytique
1.2 Contrainte d’équilibre numérique 2D
1.3 Validation numérique 2D par 3D
1.4 Synthèse des résultats de la calibration des taux de déconfinement

1.1 Contrainte d’équilibre analytique


Les approches analytiques utilisées sont: la méthode de Terzaghi avec les deux sections
de tunnel (circulaire et rectangulaire), l’approche statique de Caquot (1956) et l’approche
cinématique d’Atkinson (1977). Nous rappelons que les méthodes de calcul de pression
d’équilibre sont présentées dans la Partie 1 §2. Plusieurs jeux de données sont testés afin
d’étudier la pertinence des paramètres du sol. Deux types d’ouvrage ont été étudiés
(galerie et tunnel). Les géométries de ces structures sont différentes. La galerie est d’un
rayon R de 2,5 m et d’une hauteur de 4,0 m mais le tunnel est d’un R de 3,5 m et d’une
hauteur de 6,7 m. Les paramètres analysés sont: la cohésion, la profondeur de
l’excavation, l’angle de frottement et le coefficient des terres au repos K 0 avec l’approche
de Terzaghi. Les données du sol prises en compte dans cette étude sont présentées dans le
Tableau 1.1. K 0 de l’approche Terzaghi (1943) est de 0,5. La largeur de l’excavation est
notée B0 dans les ouvrages non-circulaire.
Tableau 1.1. Données utilisées dans le calcul analytique

Type d’ouvrage Profondeur [m] ρ [kg/m3] R / B 0 [m] c [kPa] φ°


Galerie [0-3,2] 2,5 [0-110]
2000 [20-40]
Tunnel [4-25] 3,5 [0-150]

La Figure 1.1 présente l’évolution de la contrainte interne d’équilibre en fonction de la


profondeur d’excavation pour une valeur de cohésion 20 kPa en utilisant les différentes
méthodes analytiques citées précédemment. Ces méthodes donnent des résultats souvent
très éloignés par rapport au réel, et, d’autre part, sur l’état des contraintes dans le massif,
qui est normalement très difficile à caractériser. La théorie d’Atkinson donne des
résultats qui ne dépendent ni de la profondeur ni de la cohésion. La méthode de Terzaghi
rectangulaire donne des pressions plus élevées que celles de Caquot et Terzaghi
circulaire. Les courbes données en (a) représentent l’évolution pour des excavations de
type galerie à faible profondeur. On remarque, que selon Caquot, une telle galerie est
considérée stable pour c ≥ 20 kPa et un angle de frottement de 30°. Les courbes données
en (b) représentent l’évolution pour des excavations de type tunnel à faible et moyenne
profondeur. La Figure 1.2 présente l’évolution de la pression d’équilibre, P, nécessaire
qui doit être assurée par le soutènement selon la cohésion, c, de l’encaissant. La pression
est obtenue par les méthodes analytiques, pour une galerie à une profondeur de 3,2 m et
pour un tunnel à une profondeur de 23 m. Quelle que soit la méthode utilisée et quel que

Taous Kamel 81
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Estimation de la contrainte d’équilibre initiale

soit le type d’ouvrage, l’influence de la cohésion est la même. C'est-à-dire: l’excavation


est plus stable avec une cohésion plus importante. Sauf qu’avec la méthode d’Atkinson,
l’effet de la résistance propre du terrain est ignoré.

a P [kPa]
0 10 20 30 40 50 60 70
0
Géostatic
AtK
-0,8
Profondeur [m]

TerR
TerC
-1,6

c=20 kPa
-2,4

-3,2

b P [kPa]
0 100 200 300 400 500
-4
Géostatic
AtK
Profondeur [m]

-11 CaQ
TerR
TerC
-18

-25

Figure 1.1. Pression d’équilibre en fonction de la profondeur de l’excavation; a: cas d’une galerie;
b: cas d’un tunnel
75 480

60 400
Géostatic AtK CaQ
TerC 320
45 ϕ=30°
P [kPa]

TerR 240
30
160

15
80

0 0
0 20 40 60 80 100 0 30 60 c [kPa]90 120 150
a c [kPa]
b
Figure 1.2. Pression d’équilibre en fonction de la cohésion avec φ =30°; a: dans le cas des
galeries; b: dans le cas des tunnels

Taous Kamel 82
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Estimation de la contrainte d’équilibre initiale

L’influence de l’angle de frottement φ de l’encaissant sur la contrainte d’équilibre P,


estimée par les différentes méthodes et qui doit être assurée par le soutènement, est
analysée dans cette étude et les résultats obtenus sont donnés par la Figure 1.3. Quelle
que soit la méthode utilisée, le confinement nécessaire diminue à mesure que l’angle de
frottement augmente. Donc, l’excavation est plus stable avec un angle de frottement
élevé. Ensuite, nous avons analysé l’effet du coefficient des terres au repos K 0 avec la
méthode de Terzaghi. L’analyse dans les cas des galeries (3,2 m de profondeur) montre
que l’excavation est stable sans confinement à partir d’une cohésion de 45 kPa quelque
soit K 0 . Mais dans le cas des tunnels à moyenne profondeur, l’excavation est stable sans
confinement si c ≥ 65 kPa quelque soit K0 , (voir la Figure 1.4). Cette figure montre aussi
qu’avec des cohésions faibles l’excavation est plus stable avec un coefficient élevé, K 0 =
0,8.
60 270
CaQ (20°) TerC (20°)

CaQ (30°) TerC (30°)


40 180
CaQ (40°) TerC (40°)
P [kPa]

H=3,2 m H=22,88 m
20 90

0 0
0 20 40 60 80
a 0 20 c [kPa] 40 60
c [kPa]
b
Figure 1.3. Influence de φ sur P en fonction de la cohésion; a: dans le cas des galeries; b: dans le
cas des tunnels

60 350
TerC (K0 = 0,1)
TerC (K0 = 0,1)
TerC (K0 = 0,3)
TerC (K0 = 0,3) 280
TerC (K0 = 0,5)
TerC (K0 = 0,5)
40 TerC (K0 = 0,8)
TerC (K0 = 0,8) 210
P [kPa]

CaQ
CaQ
140 H=22,88 m
20 H=3,2 m
70

0
0
0 20 40 60 80
a 0 20
c [kPa]
40 60 c [kPa]
b
Figure 1.4. Influence de K0 sur P donnée par la méthode de Terzaghi; a: dans le cas des galeries;
b: dans le cas des tunnels

Taous Kamel 83
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Estimation de la contrainte d’équilibre initiale

1.2 Contrainte d’équilibre numérique 2D


L’étude numérique bidimensionnelle présentée ici est de type déformation plane. A l’état
initial, lors de la réalisation des ouvrages, la plupart des géomatériaux (sols) ont un
comportement qui est caractérisé par l’apparition de déformations élastiques réversibles
et de déformations plastiques irréversibles. Pour cette raison nous utilisons un
comportement élastique parfaitement plastique avec le critère de Mohr -Coulomb. Par
contre, le comportement des soutènements est considéré élastique à cet état. L’analyse est
faite pour des galeries à faibles dimensions et pour des tunnels à ouvertures grandes.
Dans le cas des galeries, deux géométries différentes situées à une même profondeur ont
été étudiées. Les résultats numériques sont illustrés ici en termes de pression d’équilibre
(σ v) et de taux de déconfinement λ, en faisant varier les paramètres du sol afin de
déterminer les paramètres les plus pertinents sur cette pression. Les résultats obtenus sont
comparés avec les contraintes données analytiquement pour une meilleure estimati on de
l’état d’équilibre initial. La Figure 1.5 représente la géométrie d’un ouvrage de type
galerie et sa position dans l’encaissant, considéré, homogène à cet état. Les dimensions
de la galerie données correspondent au premier modèle géométrique Geom1. Les deux
modèles de type galerie (Geom1 et Geom2) sont donnés en Figure 1.6.

Figure 1.5. Position d’une galerie d’accès dans le terrain (dimensions Geom1)

Le modèle géométrique Geom1 a 1372 éléments au total de type linéaire à quatre points
d'intégration CPE4R, dont 198 éléments dans le revêtement. Le même type d’éléments
est utilisé pour mailler le deuxième modèle géométrique (Geom2), ce modèle est
composé de 1524 éléments au total, dont 228 éléments dans le revêtement. La différence
entre les deux modèles est, essentiellement, dans la taille d’excavation, l’épaisseur et la
forme du revêtement. Les deux modèles se positionnent dans l’encaissant homogène à 3,2
mètre de profondeur. Le modèle géométrique Geom1 correspond à la géométrie de la
galerie du couloir d’accès de la station Pasteur et le modèle Geom2 correspond à la

Taous Kamel 84
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Estimation de la contrainte d’équilibre initiale

géométrie de la galerie du couloir d’accès de la station Champs de Mars. Par contre, la


géométrie de l’ouvrage type tunnel correspond à un tunnel de ligne du métro de la station
Porte des Lilas (Figure 1.7).

Figure 1.6. Modèles numériques de type galerie: géométrie et maillage

Figure 1.7. Tunnel de ligne du métro de la station Porte des Lilas (Ligne3); a: Géométrie et
maillage du modèle numérique (ABAQUS); b: Section et lithographie (AutoCAD)

La Figure 1.7 montre le modèle numérique (a) du tunnel de la ligne du métro considéré et
la lithographie de cette excavation (b).Les couches d’encaissants sont principalement
constituées de la Marne à différents niveaux, pour cela le sol est considéré dans cette
étude comme une seule couche homogénéisée. Les différentes parties de l’ouvrage prises
en compte dans l’analyse à l’état initial des tunnels sont montrés dans la Figure 1.8. Les
éléments de maillage utilisés sont les éléments quadratiques à huit points d'intégration
CPE8R. Le nombre total d’éléments de ce modèle est de 4254, dont 4038 éléments dans

Taous Kamel 85
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Estimation de la contrainte d’équilibre initiale

le sol, 28 éléments dans l’interface (boisage), 168 éléments dans le revêtement et 20


éléments dans le radier. Les paramètres de l’encaissant et du soutènement des ouvrages,
galeries et tunnel, analysés à l’état initial sont données par le Tableau 1.2.

Figure 1.8. Différentes parties de l’ouvrage considérées par le modèle numérique à l’état initial

Tableau 1.2. Données utilisées dans le calcul numérique

Type d’ouvrage ρ [kg/m3] E [MPa] c [kPa] ν φ° ψ°

Encaissant 2000 0,25 [2-110] 30 [0-20]

Revêtement/galerie 2400 6,4 0,30

Revêtement/tunnel 2400 6,4

Boisage/tunnel 560 11 0,23

Radier/tunnel 2200 8,0 0,30

Les méthodes analytiques sont assez limitées, par rapport aux méthodes numériques, et
elles ne prennent pas en considération tous les effets qui résultent de la forme d’une
excavation. La Figure 1.9 montre l’évolution de la contrainte d’équilibre, analytique et
numérique, en fonction de la cohésion de l’encaissant entourant deux galeries à formes
géométriques distinctes. Au point de vue effet géométrique, les méthodes de Caquot et de
Terzaghi circulaire prennent en compte que l’effet du rayon de l’excavation de la voûte et
la méthode de Terzaghi rectangulaire prend en plus l’effet de la hauteur de l’excavation.
Les contraintes obtenues par la méthode analytique de Caquot avec Geom1 et Geom2
sont quasiment similaires. Par contre, les contraintes obtenues par Terzaghi avec Geom2
sont plus importantes que celles obtenues par Geom1. En revanche, dans le cas
numérique, la pression d’équilibre nécessaire pour confiner la galerie Geom1 est plus
importante que celle de Geom2. Mais, ces résultats numériques demeurent bien encadrés
par les méthodes analytiques.

Taous Kamel 86
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Estimation de la contrainte d’équilibre initiale

64 64
Géostatic
AbQ (Psi=0°)
TerC
48 AbQ (Psi=10°) 48
TerR
AbQ (Psi=20°) CaQ
P [kPa]

32 32

16 16

0 0
0 20 40 60 80 0 20 40 60 80
a c [kPa] b c [kPa]

Figure 1.9. Contrainte d’équilibre dans deux modèles géométriques de galerie en fonction de la
cohésion dans le cas numérique et analytique avec ψ = 0, 10 et 20°; a. Geom1; b. Geom2

Avec le modèle de galerie Geom1, la contrainte d’équilibre numérique obtenue avec un


angle de dilatance de 0 et de 10° se rapproche plus vers la solution de Terzaghi (TerC et
TerR). Mais avec un angle de dilatance plus important (ψ = 20°) l a contrainte d’équilibre
tend vers la contrainte de Caquot. Etant donné que la dilatance réduit les déformations, la
courbe numérique trouvée par un ψ = 20° se stabilise plus tôt (c ≥ 25kPa) par rapport à
celle obtenue avec un ψ nul (c ≥ 65kPa). La différence entre ces deux cas numériques est
estimée avec un pourcentage d’environ de 62%. Cependant, les courbes de contrainte
numériques, obtenues avec les trois valeurs de dilatance, dans Geom2 avoisinent la
courbe de Caquot si c ≥ 10 kPa. Sinon, la contrainte P se rapproche de la solution donnée
par Terzaghi. On peut conclure, aussi, que l’effet de la dilatance est bien apparu avec le
modèle de galerie Géom1.
480

400 Géostatic
ϕ=30° AbQ (Psi=0°)
320 AbQ (Psi=10°)
AbQ (Psi=20°)
P [kPa]

240 TerR
TerC
160 CaQ

80

0
0 30 60 90 120 150
c [kPa]

Figure 1.10. Contrainte d’équilibre du tunnel en fonction de c dans le cas numérique et analytique
avec ψ = 0, 10 et 20°

Taous Kamel 87
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Estimation de la contrainte d’équilibre initiale

La Figure 1.10 présente les contraintes d’équilibre, d’un ouvrage type tunnel à 23 m de
profondeur, obtenues numériquement avec trois différentes valeurs de ψ. Ces courbes
sont comparées dans cette même figure avec d’autres courbes analytiques. Les pressions
d’équilibre obtenues numériquement ne forment pas une relation de linéarité avec la
cohésion de l’encaissant comme il est donné par les méthodes analytiq ues. Cependant, le
résultat numérique est bien encadré par les résultats analytiques quelque soit la valeur de
la cohésion c et de l’angle de dilatance ψ.

1.3 Validation numérique 2D par 3D


Les déformations et les contraintes dans le sol peuvent être estimées au moyen d’une
modélisation tridimensionnel qui prend en compte la séquence de creusement et
l'installation du soutènement des ouvrages. Le but de cette partie est la détermination de
la valeur du taux de déconfinement à introduire dans une étude 2D afin de représenter
l’état de contrainte initial des ouvrages. Deux modèles d’ouvrage numériques
tridimensionnels, calés sur les caractéristiques géométriques de la station Pasteur (Geom1) et
le tunnel de ligne du métro Porte des Lilas, ont été réalisés. L’étude de ces ouvrages a été
abordée dans le cas élastique et élastoplastique en utilisant les mêmes propriétés
mécaniques prises dans l’étude 2D (Tableau 1.2). Le critère de plasticité de Mohr-
Coulomb est utilisé dans le cas élastoplastique. Différents effets paramétriques et autres
ont été considérés comme la phase de l’excavation d, la méthode d’excavation dans le cas
des tunnels et ainsi les effets paramétriques de l’encaissant. La comparaison entre les
différents cas étudiés est basée sur l’évolution de la contrainte verticale, du déplacement
en clé de voûte le long de l’axe du tunnel. Ainsi que l’analyse des tassements en surface
et les contraintes en piédroits le long de l’axe horizontal. La Figure 1.11 présente, en (a),
le mode d’excavation général en 3D, et en (b), une coupe géométrique du modèle
d’excavation de la galerie Geom1. La longueur totale de l’ouvrage simulé est de 12 à
12,5 mètres plus 1,5 m de distance non-soutenue par rapport au front d 0 .
L’excavation des galeries à faible dimensions est faite par section pleine. Avec ce modèle
galerie nous présentons, essentiellement, les résultats obtenus avec deux valeurs de phase
de creusement d (2,5 et 4 m). Le modèle tunnel est, ensuite, présenté par la Figure 1.12,
l’ouvrage simulé est d’une longueur totale de 16 mètres. Le tunnel est réalisé avec des
passes de 4 m, et une distance non soutenue par rapport au front de 2 m. Le creusement
des ouvrages de lignes du métro lors de leurs constructions a été réalisé par la méthode
franco-belge, qui procède à enlever la matière (sol) par section divisée. Cette méthode
consiste à exécuter rapidement la voûte pour protéger le chantier, elle est fréquemment
utilisée lorsque la section à excaver est importante ou bien si le terrain n’est pas résistant
(consistant). Deux méthode de creusements sont considérées par le modèle numérique
3D, si le tunnel est réalisé par section pleine SP ou par section divisée SD.

Taous Kamel 88
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Estimation de la contrainte d’équilibre initiale

Figure 1.11.a: Mode d’une excavation en 3D; b: Coupe géométrique du modèle Geom1 en 3D

Figure 1.12. Modèle numérique de l’ouvrage tunnel en 3D

Le nombre total des éléments de maillage dans le modèle Tunnel y compris l’encaissant
(Figure 1.13. a) est de 99903 de type tétraédrique linéaire C3D4 et hexaédrique linéaire
C3D8R. Les éléments de type C3D8R se trouvent dans le soutènement, le nombre

Taous Kamel 89
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Estimation de la contrainte d’équilibre initiale

d’éléments dans chaque plot de soutènement de 4 m de longueur est de 5280. Le radier


possède 948 éléments sur une même longueur. Le nombre des éléments qui restent actif
dans le terrain, après l’excavation totale de l’ouvrage est de 74146. Les mêmes éléments
sont utilisés pour mailler le modèle tridimensionnel de type galerie Geom1, le nombre
d’éléments total est de 91233 dont 296 éléments de type C3D8R le long de chaque plot
de 2,5 m de soutènement. En tenant en compte du temps de calcul, significativement plus
important par rapport à l’approche bidimensionnelle et la symétrie du problème, le
modèle d’ouvrage type Tunnel est modélisé en demi-section. Par contre, la section totale
de la géométrie du modèle type galerie Geom1 est modélisée.

b. Galerie Geom1

a. Tunnel

Figure 1.13. Maillage des modèles numériques Tunnel et galerie Geom1 en 3D

1.3.1 Comparaison des contraintes 2D-3D


Pour valider le taux de déconfinement via une modélisation numérique tridimensionnelle,
l’évolution des contraintes le long de l’axe longitudinal des ouvrages z et le long de l’axe
horizontal x a été comparée entre les modèles 3D et les modèles 2D. La Figure 1.14
montre l’évolution de la contrainte verticale σ v dans le sol franchi par l’ouvrage de type
Tunnel obtenue par le modèle 3D, en zone voûte, en tenant en compte de l’effet du
comportement de l’encaissant élastique ou élastoplastique (MC). Plus la prise en
considération de la méthode du creusement, excavation par section divisée SD ou par
section pleine SP. Cette figure montre aussi la contrainte obtenue par le modèle 2D. Ce
modèle 2D ne prend pas en compte l’évolution de la contrainte le long de l’axe z, donc σ v
est la même quelque soit z. La contrainte est présentée pour deux valeurs différentes de λ
(65 et 55%). En comparant le comportement élastique et élastoplastique, on trouve une
différence dans l’évolution de σ v, spécifiquement, en se rapprochant de la zone non-
soutenue (d 0). Quelque soit la méthode de creusement (SD ou SP), la contrainte obtenue
avec le comportement élastique est plus importante, cette contrainte en voûte dépasse la
contrainte géostatique dans la zone non soutenue (Elst). Par contre , dans le cas
élastoplastique, cette contrainte augmente dans la zone non-soutenue par rapport aux

Taous Kamel 90
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Estimation de la contrainte d’équilibre initiale

autres endroits, le long de l’axe z, mais elle ne dépasse pas la contrainte géostatique. La
contrainte obtenue par le modèle numérique 2D est entre 350 et 385 kPa pour un
déconfinement entre 65 et 55%.
640
E=250MPa, c=20kPa,
ϕ = 30°, ψ=20°

480
σv [kPa]

320 Géostatic
SD_3D (Elst)
SP_3D (Elst)
160 SD_3D (c=20kPa)
SP_3D (c=20kPa)
2D (65%)
2D (55%)
0
0 5 10 15 20 25 30 35
Axe longitudinal du tunnel z [m]

Figure 1.14. Contrainte verticale en voûte, dans le sol, le long de l’axe longitudinal z en 3D
(élastique et élastoplastique) et 2D (λ = 55 et 65%) – Avec modèle Tunnel (c = 20 kPa, ψ = 20°)

d0
120
Géostatic
3D (2,5m; Elst)
E=250MPa, c=20kPa,
3D (4m; Elst)
3D (2,5m; c=20kPa) ϕ = 30°, ψ=20°
90 3D (4m; c=20kPa)
2D (85%)
σv [kPa]

2D (70%)
2D (50%)
60

30

0
0 2,5 5 7,5 10 12,5 15 17,5 20 22,5 25
Axe longitudinal du tunnel z [m]

Figure 1.15. Contrainte verticale en voûte, dans le sol, le long de l’axe longitudinal z en 3D
(élastique et élastoplastique), 2D (λ = 50, 70 et 85%) – Avec modèle Geom1 (c = 20 kPa, ψ = 20°)

La différence entre la contrainte obtenue par creusement en section divisée SD et en


section pleine SP est observée au cours de la réalisation de l’ouvrage, excavation et mise
en place du revêtement. Cette contrainte est plus faible sur toute la longueur de l’ouvrage
(16 m) si l’excavation est par section divisée SD. L’écart est maximal spécifiquement

Taous Kamel 91
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Estimation de la contrainte d’équilibre initiale

lors de l’excavation du premier tronçon. Il est de l’ordre de 105 kPa dans le cas élastique
et 92 kPa dans le cas élastoplastique.
La même analyse des contraintes le long de l’axe longitudinal de l’ouvrage est faite en
modélisant la galerie à faible profondeur (Figure 1.15). En analysant l’influence de la
distance d’excavation (d) de la galerie sur l’évolution de la contrainte, on ne trouve pas
une grande différence entre les deux sauf un écart dans la zone non-soutenue. Cet écart
est dû essentiellement à la longueur totale excavée, dans un 1 er cas 5 plots de 2,5 m
d’avancement et dans un 2 ème cas 3 plots de 4 m. La valeur maximale de σ v atteinte est
quasiment identique dans les deux cas au front, elle est autour de 95 kPa dans le cas
élastique et de 81 kPa dans le cas élastoplastique. La valeur de la contrainte obtenue via
le modèle galerie Geom1-2D se rapproche de la contrainte obtenue, via le modèle 3D, le
long de la zone soutenue si le déconfinement est de 85%. Plus le taux de déconfinement
diminue plus la contrainte dans le sol augmente et se rapproche des contraintes obtenue s
le long de la zone non-soutenue.
Ensuite, l’évolution des contraintes dans le sol le long de l’axe horizontal x, issue des
simulations 3D et 2D à une profondeur de 28 m avec le modèle tunnel (Figure 1.16) et à
6,5 m de profondeur dans le cas d’une galerie (Figure 1.17) plus précisément au même
niveau du piédroit des ouvrages, est illustrée. On remarque en Figure 1.16 qu’il y a une
différence entre les contraintes, obtenues par le modèle 3D, dans le cas élastique et
élastoplastique. Une autre différence est notée entre le tunnel excavé par section pleine
SP et section divisée SD, dans le cas élastoplastique. Les évolutions obtenues par le
modèle 2D en faisant varier la valeur de λ entre 60 et 35% voisinent l’évolution des
contraintes obtenue par le modèle tunnel excavé par SD tout en considérant un
comportement élastoplastique. La contrainte maximale atteinte par ce dernier est de
l’ordre de 840 kPa, cette valeur est rapprochée par le modèle 2D pour un déconfinement
entre 60 et 55%, en tenant en compte 20 kPa de cohésion, un angle de frottement de 30°
et 20° de dilatance.
1400

Géostatic SD_3D (Elst) SP_3D (Elst)


1200

SD_3D (c=20kPa) SP_3D (c=20kPa) 2D (60%)


1000

2D (55%) 2D (35%)
800
σv [kPa]

600

400

200
E=250MPa, c=20kPa
ϕ = 30°, ψ=20°
0
0 10 20 30 40 50

Axe horizontal par rapport à la paroi x [m]

Figure 1.16. Contrainte verticale en 3D (élastique et élastoplastique) et 2D (λ = 35, 55 et 60%)


avec le modèle Tunnel – Avec prise en compte de la méthode de creusement en 3D (SP et SD)

Taous Kamel 92
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Estimation de la contrainte d’équilibre initiale

Avec le modèle galerie Geom1, la comparaison entre les contraintes le long de l’axe x
autour est faite que dans le cas élastoplastique (Figure 1.17), mais en tenant en compte
l’effet de la distance du creusement (2,5 et 4 m). L’évolution de σ v est tracée dans le cas
tridimensionnel à des positions différentes selon l’axe z (0, 4 et 5 m). La moyenne des
contraintes maximales atteintes par le modèles 3D au travers les différentes positions
selon l’axe z est entre 180 à 190 kPa, cette ordre de contrainte est voisiné par la
contrainte maximale obtenue par le modèle 2D si λ = 85%. Notons, aussi, qu’en termes
de rayon plastifié le cas déconfiné à 65% se rapproche du modèle 3D.
240

E=250MPa, c=20kPa
200 ϕ = 30°, ψ=20°

160
σv [kPa]

120

80
Geostatic 3D (2,5m; z=0) 3D (2,5m; z=5m)

40
3D (4m; z=0) 3D (4m; z=4) 2D (85%)

2D (65%)
0
0 3 6 9 12
Axe horizontal par rapport à la paroi x [m]

Figure 1.17. Contrainte verticale le long de l’axe horizontal en 3D (d = 2,5 et 4 m) et 2D (65 et


85%) – Avec le modèle de galerie Geom1 (c = 20 kPa, ψ = 20°)

Les figures (Figure 1.18, Figure 1.19 et Figure 1.20) représentent la même analyse
montrée précédemment par les figures (Figure 1.14, Figure 1.16 et Figure 1.17) mais
avec d’autres valeurs de paramètre de résistance (c = 30 kPa, ψ = 0°), en maintenant la
valeur de l’angle de frottement 30°.

Taous Kamel 93
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Estimation de la contrainte d’équilibre initiale

700

E=250MPa, c=30kPa,
600 ϕ = 30°, ψ=0°

500

400
σv [kPa]

300 Géostatic
SD_3D (Elst)
SP_3D (Elst)
200 SD_3D (c=30kPa)
SP_3D (c=30kPa)
100 2D (75%)
2D (65%)
2D (55%)
0
0 5 10 15 20 25 30 35

Axe longitudinal du tunnel z [m]

Figure 1.18. Contrainte verticale en voûte le long de l’axe longitudinal z en 3D et 2D (λ = 55, 60,
65 et 75%) avec le modèle Tunnel – Avec c = 30 kPa et ψ = 0°

1200

E=250MPa, c=30kPa
ϕ = 30°, ψ=0°
900
σv [kPa]

600

Géostatic SD_3D (Elst) SP_3D (Elst)


300
SD_3D (c=30kPa) SP_3D (c=30kPa) 2D (75%)

2D (65%) 2D (55%)
0
0 10 20 30 40 50
Axe horizontal par rapport à la paroi x [m]

Figure 1.19. Contrainte verticale en 3D (élastique et élastoplastique) et 2D (λ = 35, 55 et 60%) à


28 m de profondeur – Avec le modèle Tunnel (c = 30 kPa, ψ = 0°)

On peut retenir de l’analyse en termes des contraintes, le taux de déconfinement qui peut
être utilisé dans une modélisation bidimensionnelle d’un ouvrage de type tunnel est
compris entre 50 et 65% si c = 20 kPa et ψ = 20° et entre 55 à 75% si c = 30 kPa et ψ =
0°. Le déconfinement est plus important dans le cas des galeries à faible profondeur. Le
déconfinement calibré par le modèle galerie Geom1 en termes de contraintes dans
l’encaissant est de 85 % pour une cohésion de 20 kPa et ψ = 20°.

Taous Kamel 94
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Estimation de la contrainte d’équilibre initiale

240
E=250MPa, c=30kPa
200 ϕ = 30°, ψ=0°

160
σv [kPa]

120

80 Geostatic 3D (2,5m; z=0) 3D (2,5m; z=5m)

3D (4m; z=0) 3D (4m; z=4m) 2D (85%)


40
2D (65%)
0
0 3 6 9 12
Axe horizontal par rapport à la paroi x [m]

Figure 1.20. Contrainte verticale dans le sol le long de l’axe horizontale par rapport à la paroi 3D
et 2D à 6,5 de profondeur– Avec le modèle de galerie Geom1 (c = 30 kPa, ψ = 0°)

1.3.2 Comparaison des tassements et déplacements 2D-3D


L’analyse des mouvements en surface et autour de l’excavation est également faite dans
le cadre de cette comparaison. La Figure 1.21 présente les courbes du tassement en
surface dues l’excavation de l’ouvrage Tunnel. Les courbes sont obtenues via le modèle
3D et 2D, en tenant en compte l’effet du comportement (élastique et élastoplastique) et
l’effet de la méthode de creusement dans le cas 3D.

Distance horizontale en surface x [m]


0 10 20 30 40 50
0

-2

E=250MPa, c=20kPa
Tassement [mm]

ϕ = 30°, ψ=20°
-4

-6
SD_3D (Elst) SP_3D (Elst)

SD_3D (20kPa) SP_3D (20kPa)


-8
2D (35%) 2D (55%)

2D (60%) 2D (65%)
-10

Figure 1.21. Tassements en 3D (élastique et élastoplastique) et 2D (λ = 35, 55, 60 et 65%) avec le


modèle Tunnel – Avec prise en compte de la méthode de creusement en 3D (SP et SD)

Taous Kamel 95
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Estimation de la contrainte d’équilibre initiale

Les valeurs de tassement obtenues par le modèle 3D avec le comportement


élastoplastique sont beaucoup plus importantes par rapport à celles obtenues par le
comportement élastique ou par le modèle 2D. Ces résultats montrent aussi une bonne
adéquation entre les tassements 2D données par un déconfinement de 60 à 65% et les
tassements atteints par le modèle 3D élastique. La méthode de cr eusement influe
légèrement sur l’évolution des tassements en surface dans le cas élastique mais cette
influence augmente dans le cas élastoplastique. La même tendance est remarquée dans la
Figure 1.22 en utilisant d’autres paramètres de résistance (c = 30 kPa et ψ = 0°).

Distance horizontale en surface x [m]


0 10 20 30 40 50
0

-2
E=250 MPa, c=30kPa,
Tassement [mm]

ϕ = 30°, ψ=0°
-4

SD_3D (Elst) SP_3D (Elst)


-6
SD_3D (30kPa) SP_3D (30kPa)

-8 2D (55%) 2D (60%)

2D (65%) 2D (75%)
-10

Figure 1.22. Tassements en 3D (SP et SD) et 2D (λ = 55, 60, 65 et 75%) avec le modèle Tunnel –
Avec c = 30 kPa et ψ = 0°

Distance horizontale en surface x [m]


-15 -10 -5 0 5 10 15
0

-0,5

-1
Tassement [mm]

-1,5 3D (2,5m)

3D (4m)
-2
2D (50%)

2D (65%)
-2,5
E=250MPa, c=20kPa
2D (85%)
ϕ = 30°, ψ=20°
-3

Figure 1.23. Tassements en surface obtenus en 3D (d=2,5 et 4 m) et 2D (λ = 50, 65 et 85%) avec


le modèle de galerie Geom1 – Avec c = 20 kPa et ψ = 20°

Taous Kamel 96
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Estimation de la contrainte d’équilibre initiale

La comparaison des tassements est, également, effectuée avec le modèle galerie Geom1.
L’ordre des tassements dû à l’excavation des galeries est moins important par rapport à
celui obtenu par les tunnels (Figure 1.23). Le tassement maximal atteint par le modèle 3D
avec Geom1 est de 1,83 mm. Une différence maximale d’environ 0,4 mm est provoquée
par l’effet de la phase de l’excavation. Le mouvement augmente avec la distance
d’excavation. La Figure 1.24 présente aussi les tassements dus à l’excavation d’une
galerie à 3,2 m de profondeur, qui peuvent être atteint en prenant une autre valeur de
cohésion (30 kPa) et d’angle de dilatance (0°).
Le mouvement de l’encaissant autour de l’excavation, spécifiquement au dessus de voûte,
est plus significatif par rapport aux autres endroits. Donc, il est nécessaire d’estimer
l’ordre des convergences dus à la réalisation d’ouvrage. La Figure 1.25 présente les
courbes de déplacement vertical u v le long de l’axe longitudinal de l’ouvrage z. Les
courbes sont obtenues via le modèle 3D et les points de convergence via le modèle 2D vu
que ce modèle ne prend pas en considération la 3 ème dimension z. Les déplacements
atteints par les calculs 3D sont plus grands que ceux atteints par les calculs 2D quelque
soit le taux de déconfinement.

Distance horizontale en surface x [m]


-15 -10 -5 0 5 10 15
0

-1
Tassement [mm]

3D (d=2,5m)

3D (d=4m)
-2
2D (50%)

2D (65%)
E=250MPa, c=30kPa
2D (85%) ϕ = 30°, ψ=0°
-3

Figure 1.24. Tassements en surface en 3D et 2D – Avec le modèle de galerie Geom1 (c = 30 kPa


et ψ = 0°)

Une analyse similaire est faite avec le modèle galerie Geom1. La Figure 1.26 montre bien
que l’ordre des déplacements est moins important dans les galeries par rapport aux
tunnels de ligne du métro. Le déplacement maximal atteint par le modèle 3D est moins de
2,5 mm, il représente 8% du déplacement maximal obtenu par un calcul 3D du modèle
Tunnel. La convergence rapportée par le modèle 2D, en faisant varier le taux de
déconfinement, n’est pas loin de la convergence obtenue par le 3D.

Taous Kamel 97
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Estimation de la contrainte d’équilibre initiale

Axe longitudinal du tunnel z [m]


0 10 20 30 40 50
0

-5
E=250MPa, c=20kPa
ϕ = 30°, ψ=20°
-10
uv [mm]

3D_SD (Elst)
-15
3D_SP (Elst)
SD_3D (c=20kPa)
-20
SP_3D (c=20kPa)
2D (65%)
-25
2D (60%)
2D (55%)
-30

Figure 1.25. Convergences uv le long de l’axe longitudinal de l’ouvrage 3D (SP et SD) et 2D (λ =


55, 60 et 65%) – Avec le modèle Tunnel (c = 20 kPa et ψ = 20°)

E=250MPa, c=20kPa
ϕ = 30°, ψ=20°

Axe longitudinal du tunnel z [m]

0 2,5 5 7,5 10 12,5 15 17,5 20 22,5 25


0

-0,5
3D (2,5m)
-1
uv [mm]

3D (4m)
2D (70%)
-1,5
2D (65%)
-2 2D (60%)
2D (55%)
-2,5

Figure 1.26. Convergences uv le long de l’axe longitudinal de l’ouvrage 3D et 2D (λ = 55, 60, 65


et 70%) – Avec le modèle Geom1 (c = 20 kPa et ψ = 20°)

Avec le modèle de galerie à 3,2 m de profondeur, l’ordre du tassement [1 – 3 mm] est


bien proche de celui du déplacement u v autour de l’excavation [1,5 – 3,5 mm]. Par contre,
la différence est significative à l’échelle des tunnels, le tassement maximal peut varier de
4 à 10 mm mais la convergence est plus importante. Le déplacement maximal, qui dépend
essentiellement de certains paramètres, peut varier de 15 à 25 mm.

Taous Kamel 98
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Estimation de la contrainte d’équilibre initiale

1.3.3 Evolution de la contrainte dans un point fixe – Modèle 3D


Pour mieux estimer la valeur de taux de déconfinement des modèles d’ouvrages galerie et
tunnel, nous avons tracé une courbe d’évolution de la contrainte en fonction du
déplacement dans un point fixe repéré au fur à mesure de l’avancement de l’excavation et
la mise en place des revêtements tout au long de la construction de l’ouvrage. La Figure
1.27 montre l’évolution obtenue par le modèle Tunnel en prenant en compte la méthode
d’excavation par section divisée SD. L’effet du comportement mécanique de l’encaissant
est, aussi, considéré, élastique ou élastoplastique). Avec les deux comportements, la
contrainte maximale atteinte par ce modèle, dans un point fixe mentionné en rouge dans
la figure, après l’excavation la zone voûte et la zone rein du premier tronçon de l’ouvrage
est de 950 à 960 kPa, l’équivalent de 2 fois la contrainte géostatique.

E=250MPa, c=20kPa
ϕ = 30°, ψ=20°
d = 4 m, d0 = 2 m

1000

Excavation de la zone
800
Voûte1 et Rein1

Activation du revêtement
de la zone voûte1 et Rein1 3D_SD (Elst)
600
σv [kPa]

3D_SD (Plst)

400

Géostatique
200
Stabilisation de σv

0
0 5 10 15 20 25
uv [mm]

Figure 1.27. Evolution de la contrainte verticale σv, dans un point fixe, en fonction de
déplacement uv le long de l’axe longitudinal z du modèle Tunnel 3D – Creusement par SD

Après l’activation du revêtement dans les zones voûte et rein du premier tronçon de
l’ouvrage cette contrainte diminue jusqu’à 437 kPa dans le cas élastique et à 419 kPa
dans le cas non-élastique. Ce qui signifie une reprise de contrainte par ce soutènement
mise en place d’environ de 54 % dans le cas élastique et de 56 % dans le cas non -
élastique. Après l’activation du revêtement entier de ce premier tronçon de l’ouvrage la
contrainte diminue encore jusqu’à 338 kPa dans le cas élastique et à 317 kPa dans l’autre.
Donc, une reprise de contrainte par le revêtement de la zone piédroit de 23% dans le cas

Taous Kamel 99
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Estimation de la contrainte d’équilibre initiale

élastique et de 25 % dans le cas élastoplastique. Donc, le taux de déconfinement λ de cet


ouvrage des zones voûte et rein peut être entre 40 et 45%. Mais dans la zone piédroit peut
atteindre 75%. Ce qui donne un déconfinement la zone totale de l’ouvrage entre 50 à
60%. Cette valeur est bien encadrée par les résultats analytiques et les résultats de
comparaison 2D-3D (Figure 1.10, Figure 1.14 et Figure 1.16). Au fur à mesure de
l’avancement de la construction de tunnel la contrainte, dans ce point repéré, devient
stable. La contrainte se stabilise autour de 145 kPa dans le cas élastique et à 90 kPa dans
le cas élastoplastique. Cette analyse montre bien que l’effort repris par un point fixe
dépend de l’avancement de la position de front de taille ainsi que son mouvement.

E=250MPa, c=20kPa
ϕ = 30°, ψ=20°
d = 4 m, d0 =1,5 m

90
Excavation 1 et 2

60
3D (Elst)
σv [kPa]

Géostatique
3D (Plst)

30

Stabilisation de σv
Activation du
revêtement 1
0
0 0,5 1 1,5 2 2,5
uv [mm]

Figure 1.28. Evolution de la contrainte verticale σv, dans un point fixe, en fonction de
déplacement uv le long de l’axe longitudinal z de la galerie Geom1 – élastique et élastoplastique

Le taux de déconfinement calibré par les méthodes analytiques et les courbes de


comparaison 2D-3D est entre 80 et 85 % dans une galerie à 3,2 m de profondeur excavée
dans un sol à 20 kPa. Les même limites sont atteintes en déterminant la valeur de
confinement nécessaire à partir des courbes d’évolution de la contrainte dans point fixe
au fur mesure de la construction de la galerie (Figure 1.28). Après l’excavation totale de
la galerie la contrainte, dans ce point fixe analysé, augmente de 10 kPa de la contrainte
géostatique dans le cas non-élastique et de 20 kPa dans le cas élastique. Ce qui nécessite
un confinement de 20% dans le cas élastique et 16% dans le cas élastoplastique. Donc le
déconfinement de cette galerie est peut être entre 80 et 84%.
Plus de résultats sur la modélisation tridimensionnelle des tunnels de ligne du métro sont
présentés en annexe A2.

Taous Kamel 100


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Estimation de la contrainte d’équilibre initiale

1.4 Synthèse des résultats de la calibration des taux de déconfinement


L’état de contrainte initial dépend essentiellement des propriétés de résistance de
l’encaissant sol (c, φ, ψ), de la forme de l’excavation et de sa profondeur. Plusieurs
simulations 2D et 3D avec les modèles galeries (Geom1, Geom2) et le modèle tunnel o nt
été faites afin de valider le taux de déconfinement, tout en considérant la variabilité
spatiale des données de l’encaissant entourant les excavations. Les figures ( Figure 1.29,
Figure 1.30 et Figure 1.31) rassemblent d’une manière synthétique les études
multiparamétriques effectuées en vue de la calibration de l’état de contrainte initial des
ouvrages. Ces courbes présentent, respectivement, l’évolution du taux de déconfinement
en fonction la cohésion dans Geom1, Geom2 et l’ouvrage tunnel pour un angle de
frottement φ=30°. Le taux de déconfinement λ est proportionnel à la cohésion et à l’angle
de dilatance ψ. Après les différentes comparaisons et la validation des résultats 2D, nous
proposons les courbes calibrées pour des sols qui ont un module d’élasticité E ≥ 50 MPa,
avec les deux formes de galerie (à 3,2 m de profondeur). Mais dans l’ouvrage tunnel (à
23 m), ces courbes sont validées pour un module d’élasticité E ≥ 250 MPa.
100 100

≈ 85%
80 80

60 E ≥ 50 MPa 60
λ [%]

ϕ = 30°
40 Psi=0° 40 Phi=40°
Psi=15° Phi=30°
20 Psi=20° 20
Linéaire ( Psi=20°) ψ = 0° Phi=20°
0 0
0 10 20 30 40 50 60 70 0 10 20 30 40 50 60 70
c [kPa] c [kPa]

Figure 1.29. Influence de ψ et φ sur l’évolution du taux de déconfinement λ en fonction de c de la


galerie Geom1
100 100

80 ≈ 85% 80

60 60
λ [%]

E ≥ 50 MPa
ϕ = 30° ψ= 0°
40 40

20
Psi=0° Psi=10° Psi=20° 20 Phi=30° Phi=20°

0 0
0 10 20 30 40 0 10 20 30 40
c [kPa] c [kPa]
Figure 1.30. Influence de ψ et φ sur l’évolution du taux de déconfinement λ en fonction de c de la
galerie Geom2

Taous Kamel 101


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Estimation de la contrainte d’équilibre initiale

100
100

80
80

60 60
λ [%]

E = 250 MPa E = 250 MPa


ϕ = 30° ψ= 0°
40 40
Phi=30°
20
Psi=0° Psi=10° 20
Psi=20° Phi=20°
0 0
0 20 40 60 80 100 0 20 40 60 80 100 120
c [kPa] c [kPa]

Figure 1.31. Influence de ψ et φ sur l’évolution du taux de déconfinement λ en fonction de c d’un


ouvrage du type tunnel avec E = 250 MPa

Plus de 200 calculs éléments finis 2D-3D ont été accomplis pour calibrer le taux
déconfinement pour cette variabilité paramétrique dans le but de proposer ces courbes qui
forment une de base de données qui peut servir aux gestionnaires du patrimoine lors de la
construction d’ouvrages se situant dans les mêmes gammes de paramètres géométriques
et matériaux. Dans cette étude, deux valeurs de taux de déconfinement indispensables
sont retenues pour la suite de l’étude des ouvrages au cours de la dégradation.

Taous Kamel 102


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Pertinence des paramètres de l’encaissan t à l’état initial

2 Pertinence des paramètres de l’encaissant à


l’état initial
2.1 Introduction
2.2 Influence du module d’élasticité E
2.3 Influence de la cohésion c
2.4 Influence de l’angle de frottement φ
2.5 Influence de la non-homogénéité du sol encaissant
2.6 Diagramme des effets paramétrique à l’état initial des ouvrages
2.7 Conclusion

2.1 Introduction
Cette partie est consacrée à l’influence des paramètres mécaniques initiaux en utilisant
des modèles numérique 2D et parfois 3D. Il s’agit d’analyser les paramètres les plus
pertinents de l’encaissant comme le module d’élasticité E, la cohésion c, l’angle de
frottement φ et bien sur l’effet de la non-homogénéité des couches de l’encaissant. Nous
rappelons que deux modèles d’ouvrage sont utilisés galerie (Geom1 et Geom2) et tunnel.
Le sol est modélisé par un comportement élastique parfaitement plastique avec le critère
de rupture MC. Par contre le comportement du soutènement à cet état initial est toujours
élastique. A l'état initial, la galerie est sous un état de contrainte géostatique. Les
paramètres du soutènement des ouvrages sont présentés dans le Tableau 1.2 et les
données de l’encaissant utilisées dans ces simulations sont présentées dans le Tableau
2.1. Les résultats obtenus par ces données représentent la réponse référence avec laquelle
nous comparons les résultats de l’étude paramétrique.
Tableau 2.1. Données utilisées dans l’étude paramétrique

Type d’ouvrage ρ [kg/m3 ] E [MPa] c [kPa] λ% φ° ψ°


Encaissant – Geom1 2000 250* 25* 85 30* 20

Encaissant – Geom2 2000 250* 25* 85 30* 0

Encaissant – Tunnel 2000 250* 25* 40 30* 20


*ces valeurs sont variables selon l’étude paramétrique
Des courbes d’évolution du déplacement et de la déformation inélastique, dans deux
points différents V et P, en fonction du paramètre analysé sont présentées , ainsi que
d’autres résultats sous forme d’iso-valeurs de répartition de contraintes, déplacements,
déformations et/ou zones plastifiées. Le point P se trouve à une profondeur de 6,5 m avec
le modèle galerie Geom1 et à 7,4 m avec le modèle Geom2. Mais avec le modèle
d’ouvrage Tunnel il se trouve plus profondément à 27,3 m.

Taous Kamel 103


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Pertinence des paramètres de l’encaissan t à l’état initial

2.2 Influence du module d’élasticité E


Le mouvement induit suite à une excavation diminue avec l’accroissement du module
d’élasticité E du sol encaissant. Les résultats des simulations accomplies via les deux
modèles galerie Geom1 et Geom2 montrent que le déplacement au point V est plus
important si E est inférieur à 150 MPa. Pour 50 MPa, ce déplacement est estimé par 14,5
mm avec Geom1 et par 19 mm avec Geom2 (Figure 2.1et Figure 2.2).
15 0,35
c=25kPa, λ=85%
ϕ = 30°, ψ=20°
12 Uv (V) 0,28

Uv (P)

εinv [%]
9 0,21
uv [mm]

Def_v (P)
6 0,14
Tendance (Uv (P))

3 0,07
y = 170,59x-0,985
0 0
0 100 200 300 400 500 600
E [MPa]

Figure 2.1. Influence du module d’élasticité E sur le déplacement uv et la déformation inélastique


εinv dans la direction verticale aux points V et P – Modèle Geom1
20 0,15
c=25kPa, λ=85% Uv (V)
ϕ = 30°, ψ=0°
16 Uv (P) 0,12
y = 877,32x-0,98
Def_v (P)
εinv [%]

12 0,09
uv [mm]

Tendance (Uv (v))


8 0,06
Tendance (Uv (P))

4 0,03
y = 298,45x-0,976
0 0
0 100 200 300 400 500 600
E [MPa]

Figure 2.2. Influence du module d’élasticité sur uv et εinv aux points V et P – Modèle Geom2

Cependant la déformation plastique en ce point reste nulle pour toutes les valeurs testées.
Contrairement à ce qui est remarqué au point P, la déformation plastique est maximale
avec un E = 50 MPa, de l’ordre de 0,19% dans Geom1 et de 1,14% dans Geom2. Mais
elle diminue avec l’augmentation du E. En revanche, le déplacement u v dans ce point est

Taous Kamel 104


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Pertinence des paramètres de l’encaissan t à l’état initial

nettement faible par rapport à celui obtenu au point V. V et P sont deux points dans
l’encaissant.
25 0,03
c=25kPa, λ=40%
ϕ = 30°, ψ=20°
20 0,024
Uv (V)
uv [mm]

15 Uv (P) 0,018

εinv [%]
Def_v (P)
10 0,012
Def_v (V)

5 0,006

0 0
0 100 200 300 400 500 600
E [MPa]

Figure 2.3. Influence du module d’élasticité E sur uv et εinv aux points V et P – Modèle Tunnel

Figure 2.4. Influence du E sur la déformation plastique verticale εinv autour de la paroi de
l’ouvrage Tunnel – Traction (-) et Compression (+)

Le mouvement induit par l’excavation de l’ouvrage tunnel est plus important que celui
d’une galerie à 3,2 m de profondeur, essentiellement au point P. Même l’évolution de la
déformation inélastique dans le point V n’est pas nulle mais reste faible, environ de
0,006% au maximum. Ainsi que l’évolution de la déformation au point P est différente, la
déformation dans ce point P augmente avec la rigidité de l’encaissant. Ce qui est expliqué

Taous Kamel 105


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Pertinence des paramètres de l’encaissan t à l’état initial

par l’évolution de rayon de plastification en faisant varier le module d’élasticité comme


le montre la Figure 2.4.
36 0,6
c=25kPa
30 0,4
ϕ = 30°

24 0,2

εinv [%]
uv [mm]

18 -1E-15

12 -0,2

6 -0,4

0 -0,6
50 150 250 350 450 550
E [MPa]
Uv (V, SD) Uv (V, SP) Uv (P, SD) Uv (P, SP)

Def_v (V, SD) Def_v (P, SD) Def_v (V, SP) Def_v (P, SP)

Figure 2.5. Influence du module d’élasticité E sur uv et εinv aux points V et P – Modèle Tunnel 3D
(section divisée SD et section pleine SP); Compression (+) et Traction (-)

Figure 2.6. Influence du module d’élasticité E sur la déformation plastique dans le sens
longitudinal – Modèle d’ouvrage Tunnel 3D-SD; Compression (+) et Traction (-)

Taous Kamel 106


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Pertinence des paramètres de l’encaissan t à l’état initial

Cette analyse est réalisée par une étude tridimensionnelle, la Figure 2.5 montre
l’évolution du déplacement et déformation inélastique dans les points P et V en fonction
de la valeur du module d’élasticité E. Ces courbes sont obtenues via le modèle d’ouvrage
Tunnel en tenant en compte la méthode d’excavation, SP et SD. Avec les deux méthodes
de creusement, le déplacement et la déformation au point P sont identiques. Mais au point
V, le comportement est différent entre les deux méthodes. La déformation en traction
atteinte avec SD est plus importante, en plus la valeur de E influe sur la déformation
plastique atteinte. L’analyse des résultats montrent aussi que la déformation maximale
atteinte au front de taille dépend de la rigidité de l’ouvrage (Figure 2.6, Figure 2.7).
0,9 0

0,6 -1

εinlong [%]
εinv [%]

0,3 Def_v (SD) -2


Def_v (SP)
Def_long (SD)
Def_long (SP)
0 -3
50 150 250 350 450 550
E [MPa]

Figure 2.7. Influence du module d’élasticité E sur la déformation plastique au front de taille dans
le sens vertical et longitudinal (direction du tunnel) – Modèle Tunnel 3D; Compression (+))

2.3 Influence de la cohésion c


L’influence de la cohésion devient significative, sur le mouvement, si sa valeur est
inférieure à 25 kPa sinon son effet peut être considéré faible dans le cas d’une galerie à
faible profondeur (Figure 2.8, Figure 2.9). Le déplacement atteint au point V dans le
modèle Geom1 avec une cohésion de 15 kPa est de plus de 44 mm, c’est à dire une
différence de 41 mm par rapport au déplacement obtenu avec 25 kPa de cohésion.
L’apparition des déformations plastiques de traction au point V apparait avec un c = 15
kPa, cette déformation s’annule si c ≥ 25 kPa. La cohésion du sol influe sur l’étendue de
la surface plastifiée, la Figure 2.10 présente la déformation plastique verticale dans le sol
à deux cohésions différentes. Le rayon de la zone plastifiée s’étend jusqu’à la surface
avec la plus faible valeur (15 kPa). Autrement, la déformation plastique maximale en
traction est atteinte en surface avec une limite de 0,31%. Par contre, avec une cohésion
de 25 kPa, la zone plastifiée contourne l’excavation et n’atteint pas la surface.

Taous Kamel 107


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Pertinence des paramètres de l’encaissan t à l’état initial

45 0,6
E=250MPa, λ=85% Uv (P)
ϕ = 30°, ψ=20°
36 Uv (V) 0,45

Def_v (V)
27 0,3
uv [mm]

εinv [%]
Def_v (P)

18 0,15

9 0

0 -0,15
0 20 40 60 80 100
c [kPa]

Figure 2.8. Influence de la cohésion sur uv et εinv aux points V et P – Modèle Geom1; Traction (-)
et Compression (+)
6 0,036
E=250MPa, λ=85% Uv (V)
ϕ = 30°, ψ=0° Uv (P)
Def_v (P)
4 Poly. (Uv (V)) 0,024

εinv [%]
uv [mm]

Poly. (Uv (P))

y = -1E-05x3 + 0,0031x2 - 0,213x + 7,51


2 0,012

y = 0,0003x2 - 0,0447x + 2,2394

0 0
0 20 40 60 80 100
c [kPa]

Figure 2.9. Influence de la cohésion c sur uv et εinv aux points V et P – Modèle Geom2

La même tendance est notée avec le modèle tunnel, comme le montre la Figure 2.11. Le
déplacement est quasi-constant dans les deux points pour les différentes valeurs de
cohésion. Par contre la déformation augmente avec la diminution de la cohésion et le
rayon de la zone plastifiée est plus important avec les faibles valeurs.

Taous Kamel 108


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Pertinence des paramètres de l’encaissan t à l’état initial

Figure 2.10. Influence de la cohésion sur la déformation plastique verticale εinv autour de la paroi
de la galerie Geom1 – Traction (-) et Compression (+)
7,5 0,03
E=250MPa, λ=40%
ϕ = 30°, ψ=20°

εinv [%]
5 0,02
uv [mm]

Uv (P) Uv (V)

2,5 Def_v (P) Def_v (V) 0,01

0 0
0 25 50 75 100 125
c [kPa]

Figure 2.11. Influence de la cohésion sur uv et εinv aux points V et P – Modèle Tunnel

2.4 Influence de l’angle de frottement


L’angle de frottement a aussi une influence sur le mouvement u v. Mais, son effet est
moins important que l’effet des autres paramètres E et c. L’évolution du déplacement et
de la déformation plastique dans les deux points P et V dans le modèle Geom1, Geom2 et
Tunnel sont présentés, respectivement, dans les figures Figure 2.12, Figure 2.13 et Figure
2.14. La déformation ε inv atteinte dans le point P avec un φ = 20° est beaucoup moins
importante que celle obtenue avec un φ ≥ 25° comme le montre la Figure 2.12. Donc,
l’étendue de la zone plastifiée n’est pas la même. Cette différence est, généralement, la
conséquence d’une diversité de répartition des contraintes après l’excavation de la galerie
ou de l’ouvrage (Figure 2.15).

Taous Kamel 109


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Pertinence des paramètres de l’encaissan t à l’état initial

6 0,075
Uv (P)
Uv (V)
Def_v (P)
4 0,05
Tendance (Uv (P))
uv [mm]

εinv [%]
2 E=250MPa, λ=85% 0,025
c=25kPa, ψ=20°

y = 279,83x-1,728
0 0
20 25 30 35 40 45
ϕ°

Figure 2.12. Influence de l’angle de frottement φ sur uv et εinv aux points V et P – Modèle Geom1
6 0,036
Uv (V)
Uv (P)
4 Def_v (P) 0,024

εinv [%]
uv [mm]

E=250MPa, λ=85%
2 c=25kPa, ψ=0° 0,012

0 0
25 30 35 40 45
ϕ°

Figure 2.13. Influence de l’angle de frottement sur uv et εinv aux points V et P – Modèle Geom2
7,5 0,075

Uv (V)
5 0,05
uv [mm]

Uv (P)

Def_v (P)
εinv [%]

2,5 Def_v (V) 0,025

0 0
20 25 30 35 40 45 c=25kPa, λ=40%
ϕ° ϕ = 30°, ψ=20°

Figure 2.14. Influence de l’angle de frottement sur uv et εinv aux points V et P – Modèle Tunnel

Taous Kamel 110


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Pertinence des paramètres de l’encaissan t à l’état initial

Figure 2.15. Influence de φ sur εinv autour de la paroi Geom1 – Traction (-) et Compression (+)

2.5 Influence de la non-homogénéité du sol encaissant


Il s’agit de comparer deux cas, l’un cas où l’encaissant est homogène (Monocouche) et
l’autre où l’excavation est localisée dans un terrain hétérogène. Le terrain monocouche
est de type marne et caillasse dans les deux modèles d’ouvrage (galerie et tunnel), ses
propriétés sont présentées dans le Tableau 2.1.
Tableau 2.2. Caractéristiques des différentes couches du sol encaissant

Sol encaissant ρ [kg/m3] E [MPa] ν c [kPa] Hauteur [m] φ° ψ°

Remblai – Geom1 1800 9,5 0,3 1,5 30


1,5 0
Remblai – Geom2 2000 7,0 0,3 1,6 27

Remblai – Tunnel 1800 9,5 0,3 3,0 2,2 27 0

Marne et caillasse – Geom1 0,3 25 5,0 20


2000 250 30
Marne et caillasse – Geom2 0,3 25 7,6 0

Marnes gypseuses – Tunnel 2100 140 0,3 27 6,3 30 0

Calcaire grossier – Geom1 2200 350 0,3 75 9,0 34 0

Calcaire grossier – Geom2 2000 350 0,3 75 10 34 0

Calcaire Saint-Ouen – Tunnel 2100 230 0,3 30 10 32 0

Sable Beauchamp – Tunnel 1900 189 0,3 3,0 7,88 31


0
Marne et caillasse – Tunnel 2200 305 0,3 35 33,67 30

Taous Kamel 111


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Pertinence des paramètres de l’encaissan t à l’état initial

Nous rappelons qu’à cet état initial le comportement de l’encaissant est considéré
élastique avec E = 6,4 GPa. Trois couches de sol sont prises en compte avec les deux
modèles géométriques de la galerie, Geom1 et Geom2 (Figure 2.16). D’après la carte
géologique du 20ème arrondissement de Paris au 1/5,000ème, la succession des terrains serait la
suivante à partir de la cote +118,70 environ: Remblais, Sables et grès de Fontainebleau, Marnes
à huîtres, Travertin et Calcaire de Brie , Glaises vertes, Marnes supra-gypseuses, Masses et
Marnes du gypse, Sables verts infragypseux, Marno-calcaire de Saint-Ouen, Sables de
Beauchamp et Marnes et Caillasses. Dans l’étude numérique, nous ne prenons pas en compte
toute cette lithologie mais les différents facies sont pris en compte. La succession des facies par
rapport à la surface est comme suit: Remblais, Marnes gypseuses, Calcaire de Saint-Ouen,
Sables de Beauchamp et Marnes et Caillasses (voir la Figure 2.17). Le Tableau 2.2 présente
les caractéristiques des sols, de Geom1, Geom2 et Tunnel, prises en compte dans la simulation.

Figure 2.16. Différentes couches du sol encaissant dans le modèle galerie Geom1 et Geom2

Figure 2.17. Les différents facies pris en compte par le modèle d’ouvrage tunnel

L’évolution de la contrainte verticale σ v dans l’encaissant le long de l’axe horizontal x


par rapport à la paroi (ligne P), et le long de l’axe vertical y par rapport à la surface
(ligne V) sont comparées entre le cas homogène et multicouche via les deux modèles

Taous Kamel 112


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Pertinence des paramètres de l’encaissan t à l’état initial

d’ouvrage. L’évolution de σ v le long de l’axe x est tracée à une profondeur de 6,0 m avec
Geom1, à 7,8 m avec Geom2 et à 28,3 m avec le modèle tunnel.
240

λ = 85%

160
σv [kPa]

80

GeoS_Mono GeoS_Tri Mono (P) Tri (P)

0
0 3 6 9 12 15
Axe horizontal par rapport à la paroi x [m]

Figure 2.18. Evolution de σv le long de l’axe horizontal par rapport à la paroi de Geom1 – Avec la
prise en compte d’un encaissant homogène et multicouche; Compression (+) et Traction (-)
280
λ = 85%

210
σv [kPa]

140

70

Geostatic Mono (P) Tri (P)

0
0 3 6 9 12 15
Axe horizontal par rapport à la paroi x [m]

Figure 2.19. Evolution de σv le long de l’axe horizontal par rapport à la paroi de Geom2 – Avec la
prise en compte d’un encaissant homogène et multicouche

La contrainte le long de la ligne P n’est pas la même dans l’encaissant Mono et Tri
entourant la paroi du modèle Geom1 comme le montre la Figure 2.18. Par contre, cette
évolution est quasiment similaire dans l’encaissant Mono et Tri de Geom2 ( Figure 2.19),
ainsi que dans le modèle d’ouvrage tunnel (Figure 2.20). Cependant, la contrainte le long
de la ligne V est significativement dispersée, entre le cas homogène et tri-couche dans les
deux modèles galerie Geom1 et Geom2. Dans le cas homogène Geom1, la contrainte est
plus importante en surface, environ 97 kPa, et diminue le long de l’axe y tout en avançant
vers l’excavation (Figure 2.21.a). Elle est importante en surface dans le modèle Geom2
(91 kPa). Mais, la contrainte est maximale une profondeur de 0,4 m par rapport à la
surface, environ 100 kPa. Contrairement à ce qui est obtenu par un encaissant non-
homogène, la contrainte est très faible en surface, plus précisément dans le remblai. Une

Taous Kamel 113


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Pertinence des paramètres de l’encaissan t à l’état initial

augmentation brutale est produite dès que la couche des marnes et caillasses est
traversée. Un écart d’environ 146 kPa est noté entre σ v maximale du remblai et des
marnes du modèle Geom1. Cet écart est plus grand dans le modèle Geom2, il est de
l’ordre de 187 kPa (Figure 2.21).
800

λ = 40%
600
σv [kPa]

400

GeoS_Mono
200 GeoS_Multi
Mono (P)
Multi (P)
0
0 5 10 15 20 25
Axe horizontal par rapport à la paroi x [m]

Figure 2.20. Evolution de σv le long de l’axe horizontal par rapport à la paroi de tunnel – Avec la
prise en compte d’un encaissant homogène et multicouche; Compression (+) et Traction (-)

a σv [kPa] b σv [kPa]
0 60 120 180 0 60 120 180 240
3,775E-15 3,775E-15
Axe vertical par rapport à la surface y [m]

-0,6 -0,6

-1,2 -1,2

-1,8 -1,8

-2,4 -2,4
GeoS_Mono
Geostatic
GeoS_Tri
-3 -3
Mono (V) Mono (V)

λ = 85% Tri (V) λ = 85% Tri (V)


-3,6 -3,6

Figure 2.21. Evolution de la contrainte σv le long de l’axe vertical y par rapport à la surface –
Avec la prise en compte d’un encaissant homogène et multicouche; a: Geom1; b: Geom2

Le comportement tout au long de l’axe vertical dans le tunnel est totalement différent par
rapport à celui d’une galerie. La Figure 2.22 montre l’évolution de σ v au travers des
marnes et caillasses dans le cas Mono, et au travers des remblais, des marnes gypseuses,

Taous Kamel 114


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Pertinence des paramètres de l’encaissan t à l’état initial

des calcaires et du sable dans le cas Multi. La contrainte est plus faible en surface dans
les deux cas, mais elle reste plus importante dans le cas homogène d’environ 37 kPa. Dès
que la couche des marnes gypseuses est traversée, la courbe Multi rejoint le cas Mono.
σv [kPa] λ = 40%
0 50 100 150 200 250 300 350 400 450 500
Axe vertical par rapport à la surface y [m]

-6

-12

GeoS_Mono
-18
GeoS_Multi
Mono (V)
Multi (V)
-24

Figure 2.22. Evolution de σv le long de l’axe vertical y par rapport à la surface – Avec la prise en
compte d’un encaissant homogène et multicouche dans le modèle Tunnel

Figure 2.23. Déformation plastique verticale dans un encaissant homogène et multicouche –


Geom1; Compression (+) et Traction (-)

La comparaison entre les deux cas est aussi faite en termes de déformation plastique.
L’étendue de la déformation dans la direction verticale autour des excavations Geom1,
Geom2 et Tunnel dans le cas homogène et non-homogène est présentée, respectivement,
en Figure 2.23, Figure 2.24 et Figure 2.25. La déformation en compression est maximale
dans le modèle Geom1 dans le cas Mono (0,142 %), elle est presque le double de la

Taous Kamel 115


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Pertinence des paramètres de l’encaissan t à l’état initial

déformation dans le cas Tri (0,0733%). La position de la déformation maximale dans les
deux cas n’est pas la même.

Figure 2.24. Déformation plastique verticale dans un encaissant homogène et multicouche –


Geom2; Compression (+) et Traction (-)

Figure 2.25. Déformation plastique verticale dans un encaissant homogène et multicouche –


Modèle Tunnel; Compression (+) et Traction (-)

Taous Kamel 116


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Pertinence des paramètres de l’encaissan t à l’état initial

En traversant la couche du calcaire grossier (Tri), la déformation plastique devient nulle.


La comparaison entre la déformation en traction montre que le maximum attein t par le
cas non-homogène est plus grand (Figure 2.23). La déformation maximale dans le cas Tri
est de plus de 12 fois celle obtenue par le cas Mono. La réponse en déformation du
modèle Geom2 est différente par rapport au Geom1. La déformation en compression est
presque égale entre le cas Mono et Tri du modèle Geom2. Mais, en traction, elle plus
importante dans le cas Tri (Figure 2.24). La diversité entre le cas Mono et Multi, du
modèle d’ouvrage tunnel, en déformation est légère. La différence entre les maximums en
compression est de 0,26% et de 0,24% en traction (Figure 2.25).

2.6 Diagrammes des effets paramétriques à l’état initial des ouvrages


Dans cette partie, nous présentons une synthèse sous forme de diagrammes du taux
d’impact des paramètres de l’encaissant à l’état initial des ouvrages sous une charge
géostatique. Les paramètres de l’encaissant des modèles d’ouvrage Geom1, Geom2 et
Tunnel sont donnés au Tableau 2.1. Le comportement des ouvrages lors de leur
construction est considéré élastique. Dans ces diagrammes, le taux d’influence du module
d’élasticité E, de la cohésion c, de l’angle de frottement φ, de l’angle de dilatance ψ, du
taux de déconfinement λ et bien évidemment la non-homogénéité des couches du sol
encaissant sur la contrainte de von Mises (σ Mis) dans l’encaissant, la contrainte verticale
σ v au point V, le déplacement vertical au point V, le tassement en surface, la déformation
plastique et l’effort repris par le soutènement des ouvrages sont présentés. L’analyse est
faite en utilisant les modèles d’ouvrage galerie et tunnel. Pour tracer le diagramme du
modèle galerie Geom1, on a fait varier les paramètres analysés: le module d’élasticité
entre 50 et 500 MPa, c entre 15 et 90 kPa, φ de 20 à 40°, ψ de 0 à 30° et le taux de
déconfinement entre 85 et 55%. La Figure 2.26 montre que la diversité des couches du
sol encaissant a un effet potentiel sur sa réponse au cours de l’excavation. Mais son taux
d’influence sur l’effort repris par l’ouvrage est inférieur de 10% avec Geom1.
L’influence du module d’élasticité sur le mouvement et la déformation de l’encais sant est
importante, le taux d’impact de celui-ci sur ces paramètres dépasse 60%. Même son effet
sur l’effort repris par la galerie est considérable, son taux d’influence peut atteindre 30%.
Le taux d’influence de la cohésion et de l’angle de frottement sur le mouvement de
l’encaissant est quasiment similaire. Mais l’influence de la cohésion sur la déformation
plastique est plus importante de presque 90%. Le taux d’influence de l’angle de dilatance
de l’encaissant dans Geom1 sur les contraintes le mouvement et la déformation est assez
faible, il ne dépasse pas 6,5%. Contrairement à ce qui est obtenu par le modèle Geom1,
l’angle de dilatance dans Geom2 influe sur la déformation plastique autour de
l’excavation (Figure 2.27): plus de 24%. L’effort repris par le soutènement de Geom2 est
influé beaucoup plus par l’hétérogénéité des couches du sol et par le module d’élasticité
de l’encaissant.

Taous Kamel 117


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Pertinence des paramètres de l’encaissan t à l’état initial

100
Paramètres références:
90 λ = 85%, E=250MPa, c=25kPa,
ϕ=30°, ψ=20°
80

70

60

50

40

30

20

10

0
Mises σv (V) Uv (V) Tassement en surface Zone plastifiée Effort repris par
l'ouvrage

Influence de E Influence de c Influence de ϕ Influence de ψ Influence de λ Influence de la Non_Hmg du sol

Figure 2.26. Diagramme des effets paramétriques en pourcentage par rapport au modèle référence
Geom1

100
Paramètres références:
90 λ = 85%, E=250MPa, c=25kPa,
ϕ=30°, ψ=0°
80

70

60

50

40

30

20

10

0
Mises σv (V) Uv (V) Tassement en surface Zone plastifiée Effort repris par
l'ouvrage

Influence de E Influence de c Influence de ϕ Influence de ψ Influence de λ Influence de la Non_Hmg du sol

Figure 2.27. Diagramme des effets paramétriques en pourcentage par rapport au modèle référence
Geom2

Taous Kamel 118


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Pertinence des paramètres de l’encaissan t à l’état initial

Rappelons que pour tracer le diagramme du modèle galerie Geom2, les paramètres
analysés ont été modifiés, le module d’élasticité varie entre 50 et 500 MPa, c entre 25 et
90 kPa, φ de 30 à 40°, ψ de 0 à 30° et le taux de déconfinement entre 85 et 55%. Le taux
de déconfinement a également un effet sur la réponse du sol. Cet effet apparait bien sur la
déformation plastique et la contrainte atteint au point V dans les 2 modèles galeries mais
avec des taux variables. La comparaison entre les deux diagrammes de Geom1 et Geom2
montre que l’influence du paramètre est liée à la géométrie de l’ouvrage et la taille de
l’ouverture.
100
Paramètres références:
90 λ = 85%, E=250MPa, c=25kPa,
ϕ=30°, ψ=20°

80

70

60

50

40

30

20

10

0
Mises σv (V) Uv (V) Tassement en surface Zone plastifiée Effort repris par
l'ouvrage

Influence de E Influence de c Influence de ϕ Influence de λ Influence de la Non_Hmg du sol

Figure 2.28. Diagramme des effets paramétriques en pourcentage par rapport au modèle référence
Tunnel

Passons maintenant au modèle d’ouvrage Tunnel, l’influence de l’angle de dilatance n’est


pas présentée pour cet ouvrage. Le module d’élasticité a varié entre 50 et 500 MPa, c
entre 25 et 120 kPa, φ de 25 à 40° et le taux de déconfinement entre 20 et 40%.
Cette étude montre que la réponse du sol induite par l’excavation d’une galerie d’accès, à
3,2 m de profondeur, est différente par rapport à celle obtenue par l’excavation d’un
ouvrage de ligne du métro à 23 mètre de profondeur. La prise en compte des couches du
sol encaissant est nécessaire dans le cas d’estimation des tassements en surface comme le
montre le diagramme d’analyse du modèle Tunnel (Figure 2.28). Tous les paramètres
analysés influent sur la déformation plastique autour du tunnel. Mais, les effets de E et c
sont plus importants par rapport autres paramètres.

Taous Kamel 119


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 2 / Pertinence des paramètres de l’encaissan t à l’état initial

2.7 Conclusion
L’étude présentée dans cette partie montre que l’estimation de l’état d’équilibre est liée à
l’hypothèse considérée (Terzaghi, Caquot ou MEF).
Après les différentes comparaisons et la validation des résultats 2D, nous avons proposé
une synthèse sous forme de courbes d’évolution du taux de déconfinement λ en fonction
de multitudes de paramètres, notamment, la cohésion du terrain.
Ces courbes bilans peuvent être exploitées pour développer des formules analytiques qui
permettent une estimation du taux de déconfinement dans le cas d’une galerie ou d’un
tunnel, sans passer par une modélisation 3D. Cette démarche nécessite bien sûr en
premier lieu une corrélation avec des résultats expérimentaux principalement en termes
de contrainte.
Un taux de déconfinement de 85% pour la galerie et de 40% pour le tunnel, sont retenus
pour la suite de l’analyse en phase de dégradation.
L’étude paramétrique montre que les paramètres de rigidité et de résistance de
l’encaissant, ont un effet variable sur la réponse du sol, qui dépend de la taille de
l’excavation, galerie ou tunnel, et aussi du taux de confinement de l’ouverture
souterraine. On peut ajouter également, que la méthode d’excavation dans le cas des
tunnels à moyennes et grandes ouvertures a une certaine influence.
On peut retenir, aussi, que le module élastique du sol, sa cohésion et l a non-homogénéité
des couches souterraines, ont les effets les plus pertinents sur la déformation et aussi sur
l’effort repris par le soutènement dans le cas des ouvrages à grandes ouvertures.
Après cette détermination de l’état initial de contrainte d ans les ouvrages, nous passons à
l’étude de leur dégradation permanente au cours de leur exploitation.

Taous Kamel 120


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3: Tunnels & Galeries en
cours de dégradation

Les infrastructures du métro parisien font partie des ouvrages dégradés sous
divers processus d’altération. Ces processus ont conduit à la détérioration de la
résistance et de la rigidité dans les ouvrages ou dans les contacts tunnels-encaissants.
Ainsi, le but de cette partie est de proposer un modèle capable de simuler le
comportement au vieillissement des galeries et tunnels du métro parisien. Dans ce
contexte, différents scénarios de dégradation sont proposés. Parmi les effets pris en
compte, citons: la déformation irréversible instantanée ou différée, la réduction de la
cohésion au travers de l’épaisseur du piédroit de l’ouvrage et la création de vides
autour des parois.

Taous Kamel 121


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Différents scénarios de dégradation modélisés

1 Modélisation de différents scénarios de


dégradation
1.1 Introduction
1.2 Différentes modélisations proposées
1.3 Récapitulatif sur le comportement mécanique retenu – Phase de
dégradation

1.1 Introduction
Suite à l’analyse bibliographique présentée en Partie 1, plusieurs constations ont été
retenues afin de proposer une modélisation des dégradations des ouvrages souterrains. Il
s’agit d’une modélisation en éléments finis de type 2D-déformation plane, qui permet de
prendre en compte les constatations suivantes: le matériau (maçonnerie ou autre) peut
perdre totalement sa résistance sous l’effet de différents processus d’altération
(Bieniawski 1972, Laigle 2004); des déformations irréversibles, de type viscoélastique ou
viscoplastique, se développent au cours de l’exploitation d’un ouvrage souterrain (Sulem
1994, Diederichs 2003, etc.).
La démarche proposée doit simuler l’état d’altération comme la réduction progressive de
la cohésion ou de la rigidité dans le temps, afin de voir son impact sur la stabilité et les
déformations atteintes dans les ouvrages du métro parisien. L’exploitation du modèle
peut servir aussi, à l’estimation du potentiel résiduel des ouvrages, les phénomènes
différés sont ainsi traités via des modèles viscoplastiques de type puissance. Par ailleurs,
l’approche choisie pour modéliser le comportement instantané est la théorie de l’élasto-
plasticité. Les mécanismes irréversibles instantanés regroupent le comportement plastique
isotrope et les mécanismes plastiques déviatoires pré-pic et post-pic.
Les modèles d’ouvrage retenus sont: les modèles galeries Geom1, Geom2 et le modèle tunnel
(Tunnel). Mais, dans les études de mécanismes différés, la plupart des simulations sont menées
en utilisant Geom2. Les modèles d’ouvrage sont progressivement améliorés en partant d’un
seul matériau homogène en revêtement et en prenant en compte de façon progressive, avec de
plus en plus de détails, comme l’hétérogénéité des zones matériaux du revêtement et la
localisation des zones dégradées. En outre, en raison d’apparition de vides autour des
parois (et parfois en dessous des parois) suite au pourrissement des bois de blindage ou à
une désagrégation complète des matériaux de soutènement, une création de vides est
réalisée numériquement, via le maillage ou via le comportement du matériau, autour ou à
l’extrados de la paroi de ces mêmes ouvrages dans le cas différé. La durée de vie et les
conditions de service du boisage sont fortement influencées par les effets des
sollicitations hydromécaniques couplées. L’état hydrique du bois se trouve constamment
perturbé par les conditions environnantes. Les gradients hydriques générés agissent sur la
structure en modifiant son état d’équilibre, et sur le comportement du matéri au en
réduisant ses propriétés de résistance mécanique et en amplifiant sa déformation

Taous Kamel 122


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Différents scénarios de dégradation modélisés

inélastique. Nous rappelons que ces vides ont été détectés via les essais d’impédance et
géoendoscopique.

1.2 Différentes modélisations proposées


Dans la partie de l’étude consacrée à la dégradation instantanée (Partie 3 §2), une
réduction instantanée de la cohésion du piédroit est proposée. Par ailleurs, l’influence de
la taille de la zone dégradée en piédroit est analysée afin de déterminer des seuils de
rupture selon l’épaisseur dégradée et selon la cohésion résiduelle de la zone dégradée. La
présence d’une interface entre le sol et l’ouvrage tunnel ou galerie est également prise en
considération. Divers états de santé d’interface ont été simulés: interface entièrement
dégradée, mi- ou non-dégradée. Dans d’autres cas, l’effet d’une perte de rigidité a été
examiné ainsi que celui d’une perte de résistance de la traction en voûte afin de simuler
sa fissuration. Avec la modélisation instantanée, la variabilité spatiale des sols
encaissants est prise en compte avec le modèle galerie Geom1 et le modèle tunnel.
Pour ce qui est de la dégradation différée, la réduction de la cohésion est liée
explicitement au temps. L’évolution de la déformation viscoplastique ou de fluage est
prise en compte également dans le but de considérer l’effet du vieillissement des
matériaux. Les différents paramètres de fluage calibrés via les différentes données ont été
présentés en Partie 1 Tableau 3.8, Tableau 3.9 et Tableau 3.10. Les simulations à l’état
différé sont faites essentiellement avec le modèle de galerie typique Geom2. Un
récapitulatif concernant le modèle du comportement mécanique utilisé est présenté avec
un exemple de validation du modèle sur des essais de compression des roches. Ensuite le
modèle est adapté à l’échelle de l’ouvrage.
Divers scénarios de dégradation ont été supposés afin de trouver la méthode la pl us
appropriée pour modéliser la dégradation des ouvrages souterrains et déterminer les
éléments les plus pertinents qui pilotent la cinétique de déformation. Premièrement, une
dégradation globale de la galerie est supposée, cette dégradation est générée
essentiellement par un adoucissement de cohésion en fonction de l’augmentation de la
déformation inélastique. Ensuite, une zone d’interface fortement endommagée entre
l’ouvrage et l’encaissant est intégrée conformément aux observations in situ. Dans ce cas,
l’adoucissement de la cohésion est localisé sur la zone d’interface. Une autre approche a
consisté à modéliser la dégradation par une perte de matière au niveau de l’interface sans
prendre en compte la réduction de la résistance de l’ouvrage, ce qui permet d’évaluer les
conséquences sur le comportement global et local. Ainsi, deux hypothèses de dégradation
ont été proposées, la première par extraction d’éléments matériaux à un temps donnée, la
deuxième par adoucissement de la résistance, ou une combinaison des deux. Leur
comparaison permet d’évaluer leur efficacité, leurs limites, sachant que le fluage est
maintenu pour tous ces cas étudiés.

Taous Kamel 123


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Différents scénarios de dégradation modélisés

1.3 Récapitulatif sur le comportement mécanique retenu – Phase de


dégradation
Le critère de plasticité de Drucker-Prager à forme linéaire est adapté pour reprendre le
comportement plastique des ouvrages. L’expression régissant ce modèle est présentée en
Partie 1 § 4.5.2. Il y a une correspondance entre les paramètres de résistance de Mohr-
Coulomb (c et φ) et les paramètres de Drucker-Prager (d et β), ces relations sont
également données au même paragraphe. L’endommagement des ouvrages est produit,
notamment, par une réduction de cohésion dans le revêtement entier ou dans des zones
locales comme l’interface et/ou le piédroit. Par ailleurs, en absence des données
expérimentales sur la phase post-pic de la maçonnerie, et face à la nécessité d’intégrer ce
comportement particulier dans le comportement des tunnels en service et e n cours de
dégradation, nous avons proposé de calibrer et/ou de supposer une cinétique de
dégradation pour ces ouvrages. Le manque d’informations sur le comportement en
moyennes et grandes déformations de la maçonnerie des infrastructures du réseau du
métro Parisien est partiellement lié aux difficultés et aux coûts élevés des essais. La non-
homogénéité associée à la maçonnerie représente une difficulté pour la caractérisation du
comportement post-pic de ce type de matériau.

Figure 1.1. Evolution de la surface de charge en fonction de l’adoucissement de la cohésion ou de


la résistance de l’ouvrage

L’ingrédient de base du modèle proposé est la courbe d'adoucissement qui évolue, soit,
en fonction du temps, soit en fonction de la déformation inélastique. L’adoucissement
peut prendre plusieurs formes: linéaire (Planas et Elices 1991, Heeres et al. 2002),
bilinéaire (Guinea et al. 1994, Wang et al. 2012) ou même exponentielle (Vitale et
Mazzoli 2008). Cette forme dépend de la cinétique du processus d'altération physique ou
chimique. Vu la diversité des courbes d’adoucissement des matériaux quasi -fragiles
proposés par différents auteurs, sous diverses conditions de chargements et

Taous Kamel 124


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Différents scénarios de dégradation modélisés

environnementales, nous avons aussi proposé différentes courbes de réduction de la


cohésion afin d’évaluer l’effet de la cinétique à l’échelle de l’ouvrage et d’estimer la
déformation inélastique atteinte à la rupture. Sous l’effet de cet écrouissage négatif la
surface de charge se rétrécit. A l’état initial la surface de charge correspond à la surface
plastique de Drucker-Prager linéaire F=0, Figure 1.1. Aux étapes suivantes d 0 (cohésion
initiale) diminue ce qui induit une réduction de la surface F, la cohésion diminue e n
fonction du développement de la déformation viscoplastique. Enfin, la surface de charge
correspond au critère résiduel pour une importante réduction de résistance. La vitesse de
déformation viscoplastique ou de fluage ne se développe que si l’état de con trainte
excède la surface viscoplastique F c , Figure 1.1.
c
La contrainte σ est définie en termes de résistance au cisaillement ‘cohésion d’:
c (1.1)
σ  q  ptanβ
Nous rappelons que la loi viscoplastique utilisée est de type puissance TH (Time
Hardening). Pour plus de détails voir la Partie 1 § 1.3.2.1.

1.3.1 Exemple de validation sur des essais de roches


Connaitre le comportement des matériaux notamment en phase post pic est indispensable
pour étudier le comportement des ouvrages souterrains à long terme. La Figure 1.2
montre les courbes de contrainte-déformation d’un essai de compression en utilisant le
modèle viscoplastique avec le critère de rupture de Drucker-Prager. Les deux lois
d’adoucissements utilisés dans le cas numérique sont données en Figure 1.2.b. Ces
courbes de réduction de la résistance résiduelle par rapport à la résistance initiale R c0, en
fonction de la déformation inélastique, calibrées via l’essai de Bieniawski 1970, ont des
tendances à un comportement bilinéaire voire tri-linéaire avec une vitesse de 33 e -6 m/s.
Les paramètres de fluage calibrés sur cet essai sont: A = 2,8e-10, n = 1 et m = - 0,96, ces
données sont utilisées comme des paramètres de fluage des voûtes.
120
a b 1,00
Contrainte axiale [MPa]

90 0,75
Rc/Rc0

60 0,50

Num (33e-6)
0,43e-6 m/s
30 Exp (33e-6) 0,25
33e-6 m/s
Num (0.43e-6) Moy.mob 0.43e-6
Exp (0.43e-6) Moy.mob 33e-6
0 0,00
0 0,05 0,1 0,15 0,00 0,03 0,06 0,09 0,12 0,15
Déformation axiale Déformation inélastique axiale
Figure 1.2. a. Courbes contrainte – déformation expérimentale de Bieniawski 1970 et
numérique calibré; b: Courbes d’adoucissement de la résistance à la compression du grès
validées numériquement

Taous Kamel 125


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

2 Dégradation instantanée des ouvrages


2.1 Présentation des modèles d’ouvrage
2.2 Influence de l’épaisseur du piédroit dégradée – Geom1
2.3 Influence de l’épaisseur du piédroit dégradée – Tunnel
2.4 Influence de l’épaisseur du piédroit dégradée – Geom2
2.5 Conclusion partielle

2.1 Présentation des modèles d’ouvrage


Les modèles présentés prennent en considération l’hétérogénéité de zonage des matériaux
du revêtement avec l’intégration d’une zone interface entre le revêtement et l’encaissant.
Dans cette étude, le radier est détaché de la paroi comme pour le cas réel. Ces modèles
aident à déterminer des seuils en résistance/cohésion ou en épaisseur saine du piédroit
nécessaire afin d’assurer la stabilité de l’ouvrage. La cohésion diminue instantanément
dans la zone en cours de détérioration.

2.1.1 Modèle galerie Geom1


Nous rappelons que cette galerie représente l’une des galeries de station Pasteur d’où
l’épaisseur du piédroit de 95 cm. Le piédroit de la galerie est divisé en 3 parties dont
chacune représente environ 1/3 de l’épaisseur totale. La couche d’interface représentant
le boisage mis entre l’ouvrage et l’encaissant est d’une épaisseur de 5 cm. L’interface est,
également, divisée en deux sections. Une interface sol-voûte et une interface sol-piédroit.
Les couches du sol que l’ouvrage traverse sont prises en compte.

Figure 2.1. Géométrie et maillage la galerie d’accès Geom1 considérée à l’état dégradé

Taous Kamel 126


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

a. Interface non dégradée 0%

b. Interface (e = 5 cm) 50% dégradée

c. Interface (e = 5 cm) 100% dégradée


Figure 2.2. Différentes séquences de dégradation dans la galerie Geom1 selon la dégradation de la
zone interface

Le maillage de ce modèle est nettement amélioré par rapport à celui présenté dans la 2 ème
Partie. Les éléments de maillage du modèle présenté en Figure 2.1 sont des éléments

Taous Kamel 127


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

quadratiques à 8 points d'intégration CPE8R. Le nombre total d’éléments est 1578 soit
5148 nœuds.
La dégradation est supposée plus importante dans l’interface et sur l’épaisseur du
revêtement qui se trouve vers l’extrados. L’épaisseur du piédroit est dégradée
progressivement, la zone dégradée est dessinée en bleu Figure 2.2. Une épaisseur de 35
cm de piédroit est initialement dégradée, soit PD = 35 cm. Ensuite la dégradation s’étend
jusqu’à 70 cm et finalement une dégradation entière du piédroit est considérée. La
dégradation de l’interface est aussi considérée. Soit l’interface est saine (0% dégradée),
ou partiellement dégradée (la zone interface sol-piédroit est à 50% dégradée), soit
l’interface est entièrement dégradée (100%). Les propriétés des couches de l’encaissant
sont données par le Tableau 2.1. Le Tableau 2.2 présente les paramètres de différentes
parties de l’ouvrage: voûte, piédroit (PD et PS), interface et radier.
Tableau 2.1. Caractéristiques des différentes couches du sol encaissant de la galerie Geom1

Sol encaissant Hauteur [m] ρ [kg/m3] E [MPa] ν d 0 [kPa] β°


Remblai 1,5 1800 9,5 0,3 4,5 40,9
Marne et caillasse 5,0 2000 250 0,3 41 42,5
Calcaire grossier 9,0 2200 350 0,3 75 44

Tableau 2.2. Paramètres des différentes parties de la galerie Geom1

Matériau ρ [kg/m3] E [GPa] ν d 0 [MPa] β°


Interface saine 560 11 0,23 1,50 20
Voûte 2400 16 0,3 6,00 44,8
Piédroit saine PS 2000 3,2 0,3 2,50
40,9
Radier 2200 8,0 0,3 2,30

Le taux de déconfinement initial λ de cette galerie a été préalablement calibré aux


alentours de 85%. L’effet d’une surcharge, reprenant le poids des immeubles ou la
surexploitation du trafic qui circule en surface, est pris en compte sur une longueur de 6
mètres. La valeur de cette surcharge varie entre 0 et 220 kPa. L’angle de dilatance ψ des
différentes parties de l’ouvrage est considéré nul.
2,5

PD
2

Interface
d0 [MPa]
1,5
1
0,5
0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Step

Figure 2.3. Réduction de la cohésion en zone dégradée – Geom1

Taous Kamel 128


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

La dégradation est simulée par une réduction instantanée de la cohésion de la zone


d’interface et au travers de l’épaisseur du piédroit. Ces courbes sont données Figure 2.3.

2.1.2 Modèle d’ouvrage Tunnel


Le revêtement du tunnel est divisé en quatre parties: voûte, radier et deux sections en
piédroit qui sont égales, plus une zone interface d’une épaisseur de 5 cm. Les différentes
couches de sol que l’ouvrage traverse sont prises en compte et leur propriétés sont
données en Tableau 2.2. L’interface est composée de 28 éléments quadratiques à 8 points
d'intégration CPE8R et le revêtement sans radier de 168 éléments ce qui aboutit à 143
nœuds en interface et 573 dans le revêtement (Figure 2.4). La dégradation est supposée
plus importante dans l’interface et sur l’épaisseur du revêtement qui se trouve vers
l’extrados. Pour ce modèle d’ouvrage, la perte de rigidité en voûte est prise en compte
ainsi qu’une dégradation entière de l’interface (100%). Au premier cas, la moitié du
piédroit est dégradée, ensuite une dégradation entière du piédroit est supposée (rappelons
que l’épaisseur totale du piédroit est de 95 cm). Les courbes en Figure 2.5 représentent la
réduction instantanée de la cohésion de l’interface et de la partie dégradée du piédroit,
ainsi que la perte de rigidité en voûte.

Figure 2.4. Géométrie et maillage de l’ouvrage Tunnel considéré à l’état dégradé

Taous Kamel 129


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

32

8
Réduction de cohésion d [MPa]
PD
24
6

Perte de rigidité E [MPa]


Interface
Perte de rigidité
16
4

Géostatique

8
2

2,1 GPa
0
0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Step

Figure 2.5. Réduction de la cohésion en piédroit et interface, et perte de rigidité en voûte

Les paramètres de différentes parties de l’ouvrage sont donnés e n Tableau 2.3. L’ouvrage
est sous chargement géostatique, le taux de déconfinement est de 40%.
Tableau 2.3. Paramètres des différentes parties de l’ouvrage Tunnel

Matériau ρ [kg/m3] E [GPa] ν d 0 [MPa] β°


Interface saine 560 11 0,23 2,50 20
Voûte 2400 32 0,3 3,00 44,8
Piédroit sain PS 2100 6,4 0,3 5,90
40,9
Radier 2200 8,0 0,3 2,30

2.1.3 Modèle galerie Geom2


Avec ce modèle de galerie, l’hétérogénéité des zones dégradé es de l’ouvrage sont prises
en compte, l’hétérogénéité des couches du sol encaissant n’est pas considérée , le module
moyen de l’encaissant est de 75 MPa. L’interface bois ne fait pas partie de ce modèle
Geom2. Le soutènement d’une épaisseur de 0,8 m est décomposé en trois sections: voûte,
piédroit et radier. Une réduction de la cohésion est considérée sur toute l’épaisseur
extrados du soutènement (e = 13 cm), cette surface est indiquée en rouge en Figure 2.6.
Ensuite, une propagation de la dégradation est supposée, allant de l’extrados vers
l’intrados au travers du piédroit.
La courbe de réduction de la cohésion de la zone dégradée est présentée Figure 2.7. Une
chute de résistance en traction est appliquée afin de voir son impact sur la déformation de
la galerie. Les différents paramètres sont définis selon les zones matériaux au Tableau
2.4. La galerie est soumise en surface à une surcharge de surexploitation du trafic de 22
kPa en plus de la charge géostatique.

Taous Kamel 130


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

Figure 2.6. Modèle de galerie Geom2, géométrie, chargement, conditions aux limites et les zones
d’ouvrage dégradées

Tableau 2.4. Paramètres des différentes parties de la galerie Geom2


Zone ρ [kg/m3] E [GPa] Rt [MPa] d 0 [MPa] β°
Encaissant 2000 0,075 0,0375 40,9
Extrados du soutènement 2000 3,20 1,50* 40,9
Voûte 1,80
2400 16,0 44,8
Zone de chute de R t 1,80,2
Piédroit 2000 3,20 1,50*
40,9
Radier 2200 5,40 2,30
*Réduction progressive de la cohésion
1
Réduction de cohésion d/d0
0,8

Geom2

Expon. (Geom2)
0,6
0,4
0,2

y = 1,6956e-0,499x
0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Step

Figure 2.7. Réduction de la cohésion en zone dégradée

Taous Kamel 131


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

2.2 Influence de l’épaisseur du piédroit dégradée – Geom1

2.2.1 Interface 100% dégradée


Sous le chargement géostatique, la contrainte, le déplacement et la déformation au point
IV situé en interface, et plus précisément au contact interface et extrados de voûte de
Geom1, ne sont pas, ou voire très peu, influencés par la taille dégradée du piédroit tant
qu’il y a 30 cm d’épaisseur saine (PS). Par contre, si l’épaisseur du piédroit est
entièrement dégradée (PD = 95 cm), le mouvement (et la déformation irréversible (ε inv)
augmente dans ce point (Figure 2.8 et Figure 2.9). L’évolution de ces paramètres (σ v, ε in v
et u v) au point IV est sensible à la réduction instantanée de cette interface. La Figure 2.10
montre les courbes de réduction de la cohésion dans l’interface et le piédroit dans le cas
géostatique. Si le piédroit est entièrement sain sa cohésion reste constante (2,5 MPa) et la
dégradation est uniquement dans l’interface. Mais, si le piédroit est entièrement dégradé
la rupture est atteinte dans l’ouvrage à une cohésion de 31,5 kPa.
1

Géostatique IV
d0 (Piédroit) = 2,5 MPa
0,8
0,6
uv [mm]
0,4

Int100% (e=5cm, PD=0) Int100% (e=5cm, PD=35)


0,2

Int100% (e=5cm, PD=65) Int100% (e=5cm, PD=95)


0

0 250 500 750 1000 1250 1500

d [kPa]

Figure 2.8. Déplacement vertical uv au point IV d’interface en fonction de la cohésion de la zone


dégradée – Geom1 sous chargement géostatique

Taous Kamel 132


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

50
0,006
Sv (PD=0) Sv (PD=35)
Sv (PD=65) Sv (PD=95)
Def_v (PD=0) Def_v (PD=35) 0,0035
0

Def_v (PD=65) Def_v (PD=95)


σv [kPa]

εinv [%]
Interface 100% dégradée (e=5cm)
-50

0,001

IV
-100

-0,0015
Géostatique
d0 (Piédroit) = 2,5 MPa
-150

-0,004
0 250 500 750 1000 1250 1500
d [kPa]
Figure 2.9. Contrainte σv et déformation εinv au point IV d’interface en fonction de la cohésion de
la zone dégradée – Geom1 sous chargement géostatique; Compression (+) et Traction (-)
2800

Interface 100% dégradée (e=5cm) Piéd (PD=0)


2100

Interf (PD<65)
Piéd (0<PD<65)
d [kPa]
1400

Interf (PD=65)
Piéd (PD=65)
Interf (PD=95)
700

Piéd (PD=95)
Géostatique
0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Step

Figure 2.10. Evolution de la cohésion dans l’interface et la zone du piédroit dégradée – Geom1

La contrainte en traction au point IV augmente avec la diminution de la cohésion jusqu’à


la valeur de cohésion de 200 kPa. Si d < 200 kPa, la contrainte dans ce point diminue et
tend vers la compression, essentiellement avec les plus faible valeurs de cohésion (d ≤ 50
kPa). L’analyse a été également effectuée dans un autre point d’interface IP qui se trouve
en contact avec la paroi, à une profondeur de 5,7 m. L’évolution de la contrainte et de la
déformation plastique dans la direction de cisaillement en fonction de la réduction
instantanée de la cohésion est tracée. La déformation en ce point IP est plus importante
par rapport à celle du point IV. Sous le chargement géostatique, le comportement de la
galerie Geom1, considérant un piédroit entièrement dégradé (PD = 95cm), est différent
par rapport au cas considérant une partie saine supérieure à 30 cm, tout en considérant la
dégradation entière de l’interface (voir Figure 2.11). La Figure 2.10 regroupe les courbes
(sorties) de réduction de cohésion en zone dégradée pour différentes configuration. Ces
courbes sont légèrement différentes par rapport à la courbe entrée dans le modèle donnée
en Figure 2.3.

Taous Kamel 133


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

0,03

0
Scis (PD=0) Scis (PD=35)
IP
Scis (PD=65) Scis (PD=95)
0,015
-5
Def_cis (PD=0) Def_cis (PD=35)
Def_cis (PD=65) Def_cis (PD=95)
σcis [kPa]

εincis [%]
-10

0
-15

-0,015

Géostatique
d0 (Piédroit) = 2,5 MPa
-20

-0,03
0 250 500 750 1000 1250 1500

Interface 100% dégradée (e=5cm)


d [kPa]

Figure 2.11. Contrainte σcis et déformation εincis au point IP d’interface en fonction de la cohésion
de la zone dégradée – Geom1 sous chargement géostatique; Compression (+) et Traction (-)

280
NV (Int100%, PD=0) NV (Int100%, PD=35cm)

210 NV (Int100%, PD=65cm) NV (Int100%, PD=95cm)

140
σv [kPa]

70

-70
0,0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0 3,5 4,0
Distance par rapport à l'intrados de la paroi [m]

Figure 2.12. Influence de l’épaisseur du piédroit dégradée sur σv à l’instant instantané final (df) le
long de l’axe de naissance de voûte NV – Geom1 sous chargement géostatique

La taille de l’épaisseur dégradée influe sur l’effort repris par l’ouvrage, la Figure 2.12
montre l’évolution de la contrainte le long de la ligne NV en passant au travers du
piédroit, de l’interface et l’encaissant. Ces courbes sont tracées à l’instant final
instantané, donc à la cohésion finale (d f). Si PD < 65 cm la cohésion vaut d f = 15 kPa,
sinon (PD ≥ 65 cm) la cohésion finale correspond à la cohésion résiduelle limite atteinte
juste avant la rupture. L’effort atteint à l’intrados augmente avec la taille de l’épaisseur
dégradée contre une diminution à l’extrados, mais cette répartition change si le piédroit
est entièrement dégradé. La cohésion atteinte à la limite de rupture de la galerie à PD =
95 cm est de 31,5 kPa. La même tendance est indiquée par la contrainte le long de la
ligne PR (jonction radier-piédroit). La Figure 2.13 confirme que la dégradation entière du
piédroit modifie la répartition des efforts dans l’ouvrage.

Taous Kamel 134


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

400
PR (Int100%, PD=0) PR (Int100%, PD=35cm)

300 PR (Int100%, PD=65cm) PR (Int100%, PD=95cm)

200
σv [kPa]

100

-100
0,0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0 3,5 4,0
Distance par rapport à l'intrados de la paroi [m]

Figure 2.13. Influence de l’épaisseur du piédroit dégradée sur σv à l’instant instantané final (df) le
long de ligne PR – Geom1 sous chargement géostatique

2.2.1.1 Influence de la surcharge


Nous poursuivons l’analyse avec une interface entièrement dégradée (100%) en prenant
en compte, cette fois, l’influence d’une surcharge. Deux valeurs sont considérées 110 et
220 kPa. La cohésion finale atteinte avant la rupture change selon la valeur de la
surcharge, la Figure 2.14 montre l’évolution de σ v et ε inv au point IV en fonction de la
cohésion de la zone dégradée pour deux valeurs de surcharge. Deux cas sont présentés, si
l’épaisseur dégradée du piédroit est de 35 cm ou si PD = 95 cm. Si le piédroit est
entièrement dégradé la cohésion finale d f atteinte juste avant la rupture est de 116,8 kPa
pour 110 kPa de surcharge, et d’environ 181,6 kPa pour une surcharge de 220 kPa. La
Figure 2.14.a montre que la déformation plastique dans le point IV augmente et tend vers
l’extension jusqu’à 750 kPa de cohésion pour PD = 95 cm et à 500 kPa pour PD = 35 cm.
A partir de ces valeurs la déformation change de pente et tend vers la compression. Une
comparaison, en termes de contrainte σ cis et déformation ε incis au point IP, entre 110 et
220 de surcharge est présentée Figure 2.15. L’évolution de la contrainte en fonction de la
réduction instantanée de la cohésion en ce point est essentiellement liée à la charge prise
en compte (géostatique et/ou surcharge).

Taous Kamel 135


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

250
0,028
a Sv (110kPa, PD=35)
100
Sv (110kPa, PD=95) IV 0,02

Def_v (110kPa, PD=35)


-50

0,012
σv [kPa]

εinv [%]
Def_v (110kPa, PD=95)
-200

0,004
Interface 100% dégradée
-350

-0,004
-500

-0,012
0 82,5 250 500 750 1000 1250 1500
d [kPa]
1000

b 0,1
500

Sv (220kPa, PD=35)
-0,1
0
σv [kPa]

Sv (220kPa, PD=95)

εinv [%]
Def_v (220kPa, PD=35)
-500

Def_v (220kPa, PD=95) -0,2


-1000

-0,3

Interface 100% dégradée


-1500

-0,4
0 250 500 750 1000 1250 1500
150 d [kPa]
in
Figure 2.14. Evolution de σv et ε v au point IV en fonction de d la zone dégradée pour deux
épaisseurs dégradées 35 et 95 cm; a: surcharge 110 kPa; b: surcharge 220 kPa

0,3
0
-50

0
σcis [kPa]

εincis [%]

Scis (110kPa, PD=95) IP


-100

-0,3
Scis (220kPa, PD=95)

Def_cis (110kPa, PD=95)

Def_cis (220kPa, PD=95)


-150

-0,6
0 250 500 750 1000 1250 1500

Interface 100% dégradée (e=5cm)


d [kPa]

Figure 2.15. Influence de la surcharge sur σcis et εincis au point IP en fonction de d la zone dégradée
avec PD = 95cm

Taous Kamel 136


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

1500
NV (110kPa, PD=95) NV (220kPa, PD=95)
1250 P (110kPa, PD=95) P (220kPa, PD=95)

1000
σv [kPa]

750

500

250

0
0,0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0 3,5 4,0
Distance par rapport à l'intrados de la paroi [m]

Figure 2.16. Influence de la surcharge sur σv le long de lignes NV et P avec un piédroit


entièrement dégradée PD = 95cm – Juste avant la rupture

La ligne de naissance de voûte NV se trouve à une profondeur de 4,8 m et la ligne de


piédroit P à 6,5 m. Les contraintes le long de ces lignes sont données Figure 2.16. La
charge appliquée influe sur l’étendue de la zone plastifiée, la Figure 2.17 montre la
surface plastifiée dans l’encaissant, le revêtement et l’interface juste avant la rupture. La
cohésion atteinte à la limite de rupture est liée aussi au chargement.

Figure 2.17. Influence de la surcharge sur les éléments plastifiés dans l’ouvrage et l’encaissant –
Juste avant la rupture

La réduction de la résistance induit le rétrécissement de la surface de rupture . Donc, la


surface de rupture dans la zone dégradée de l’interface et du piédroit évolue selon la
diminution de la cohésion comme présentée Figure 2.18. La Figure 2.19 montre le
chemin de contrainte p-q dans un élément plastifié dans le piédroit au cours de sa
dégradation. Le chemin est tracé pour deux épaisseurs dégradées PD = 65 et 95 cm, dans
une galerie sous 110 kPa de surcharge, pour une interface entièrement dégradée (100%).

Taous Kamel 137


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

2500

3500
t0: d=1500kPa t0: d=2500kPa
Interface (zone Piédroit (zone
2000 dégradée) dégradée)

2800
t1: d=1000kPa

t2: d=750kPa t7:d=75kPa


1500

2100
q [kPa]

t8:d=50kPa

q [kPa]
t4: d=350kPa t1: d=1000kPa
t9:d=15kPa
t6: d=150kPa
1000

1400
t3: d=500kPa
t6: d=150kPa

700
500

t7:d=75kPa
t8:d=50kPa
t9:d=15kPa

0
0

0 200 400 600 800 1000 0 250 500 750 1000


p [kPa] p [kPa]
Figure 2.18. Rétrécissement de la surface de rupture dans les zones dégradées de l’interface et du
piédroit
500

Piédroit (zone dégradée)


Int100% dégradée
t5: d=200kPa
GeoS + 110kPa
400

t6: d=150kPa

t7: d=75kPa
300
q [kPa]

t8: d=50kPa
t9: d=15kPa
200
100

PD=65 (E103) PD=95 (E103)


0

0 50 100 150 200 250


p [kPa]
Figure 2.19. Chemin des contraintes (p-q) dans un élément déformé dans le piédroit – Avec PD =
65 et 95 cm

2.2.1.2 Influence du module d’élasticité des marnes et caillasses


La réponse de l’ouvrage est associée à son environnement, c’est à dire que le
comportement d’une infrastructure change selon les propriétés du sol encaissant où elle
est creusée. Cette partie présente l’effet du module d’élasticité de la couche des marnes et
caillasses sur le comportement de la galerie Geom1 pour une interface entièrement
dégradée et un PD = 65 cm. Le chargement est géostatique plus une surcharge de 110
kPa. La Figure 2.20 montre que le module d’élasticité de l’encaissant entourant
l’excavation influe sur l’effort repris par la galerie essentiellement du coté extrados.
Pareillement, en ce qui concerne la déformation irréversible, ce paramètre influe sur la
déformation atteinte dans le sol et l’ouvrage. La Figure 2.21 montre que les limites en
déformation changent de position selon la valeur du module E des marnes. Si le module
de cette couche est de 50MPa la déformation maximale en extension est atteinte dans
l’interface et celle en compression est atteinte dans les marnes en contact direct avec
l’interface. Cependant, si E ≥ 150 MPa, ces deux limites se trouvent en surface, plus

Taous Kamel 138


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

précisément dans la couche du remblai. La cohésion finale d f atteinte avec 50 MPa est de
150 kPa contre 81 kPa si ce module d’élasticité des marnes est de 500 MPa.

Figure 2.20. Répartition de contraintes σv avec trois valeurs de E des marnes dans Geom1 à PD =
65cm à l’instant instantané final – Juste avant la rupture; Compression (+) et Traction (-)

Figure 2.21. Déformation inélastique verticale avec trois valeurs de E des marnes dans Geom1 à
PD = 65cm à l’instant instantané final – Juste avant la rupture; Compression (+) et Traction (-)
0,02

E=50MPa (PD=65) E=150MPa (PD=65)


E=250MPa (PD=65) E=500MPa (PD=65)
0,01
0
εinv [%]
-0,01

IV
-0,02

Interface 100% dégradée


GeoS + 110 kPa
-0,03

0 250 500 750 1000 1250 1500


d [kPa]
Figure 2.22. Influence de E des marnes sur εinv au point IV dans Geom1 à PD = 65cm en fonction
de la cohésion – Géostatique + 110 kPa de surcharge; Compression (+) et Traction (-)

Taous Kamel 139


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

Une tendance similaire est remarquée en analysant les résultats en termes local. Avec un
faible module d’élasticité des marnes (50 MPa), la réponse en déformation au point IV
est différente par rapport aux autres cas. Par conséquent, le comportement de l’interface
est lié à ce paramètre (Figure 2.22 et Figure 2.23).
1700
E=50MPa (PD=65)
1450
E=150MPa (PD=65)
1200
E=500MPa (PD=65)
σv [kPa]

950

700 Interface 100% dégradée


GeoS + 110 kPa
450

200

-50
0,0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0 3,5 4,0
Distance par rapport à l'intrados de la paroi [m]

Figure 2.23. Contrainte σv au travers NV avec trois valeurs de E des marnes dans Geom1 à PD =
65cm à l’instant instantané final – Juste avant la rupture

2.2.1.3 Influence de la rigidité de l’interface


L’étude est poursuivie en utilisant le modèle de galerie Geom1 pour une interface
entièrement dégradée et un PD = 65 cm, tout en gardant le chargement géostatique plus
une surcharge de 110 kPa, et le module d’Young des marnes vaut 150 MPa. L’effet de la
rigidité de la zone interface est alors analysé, sa valeur est comprise entre 11 et 0,7 GPa.
Nous rappelons que les autres paramètres du modèle numérique sont présentés en
Tableau 2.1 et Tableau 2.2. Les répartitions globales de contrainte et déformation dans la
direction de cisaillement, pour trois valeurs du module E d’interface (11, 3 et 0,7 GPa),
sont présentées Figure 2.24 et Figure 2.25. Dans cette étude la perte de rigidité est
associée à une diminution du module d’Young. Ce paramètre influe sur la réponse de
l’interface d’après les courbes de contraintes tracées au point IV (Figure 2.26). Pour d ≥
500 kPa, la contrainte en σ cis obtenue avec 0,7 GPa est plus faible par rapport à celles
obtenues avec des valeurs supérieures de rigidité. Si la cohésion est plus faible, dans ce
cas cette courbe rejoint les autres courbes obtenues avec 3 ou 7 GPa. La déformation
irréversible augmente avec la diminution de ce paramètre.

Taous Kamel 140


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

Figure 2.24. Répartition de σcis dans l’ouvrage avec trois valeurs de rigidité de l’interface de
Geom1 à PD = 65cm à l’instant instantané final – Compression (+) et Traction (-)

Figure 2.25. Déformation plastique dans la direction de cisaillement dans Geom1 avec trois
valeurs de rigidité de l’interface de Geom1 à PD = 65cm à l’instant instantané final

0,6
0

Scis (11GPa)
Scis (3GPa)
Scis (0,7GPa)
-250

Def_cis (11GPa) 0,3


Def_cis (3GPa)
Def_cis (0,7GPa)
σcis [kPa]

εincis [%]
-500

0
-750

-0,3
Interface 100% dégradée
GeoS +110 kPa IV
PD = 65cm
-1000

-0,6
0 250 500 750 1000 1250 1500
d [kPa]

Figure 2.26. Contrainte et déformation de cisaillement au point IV avec trois valeurs de rigidité de
l’interface de Geom1 à PD = 65cm en fonction de la cohésion de la zone dégradée

Taous Kamel 141


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

On constate une variation de l’état ultime liée à la rigidité initiale, notamment, avec une
fragilisation lorsque la rigidité est importante. Par exemple , la cohésion résiduelle à la
limite de rupture est de 75 kPa avec une rigidité, associée au module d’Young, de 0,7
GPa mais elle est de 81 kPa avec une rigidité de 7 GPa. Donc, la rupture est atteinte plus
rapidement avec des valeurs de rigidité supérieures. L’évolution de la contrainte σ v le
long de la ligne V par rapport à l’intrados de voûte est tracée juste avant la rupture pour
différentes valeurs de rigidité. Ces courbes sont données en Figure 2.27. L’évolution de
σ v est presque similaire pour les quatre valeurs sauf en interface et son contour.
4,0

11 GPa (PD=65)
3,5
7,0 GPa (PD=65)
Distance par rapport à l'intrados de la paroi [m]

3,0 GPa (PD=65)


3,0

0,7 GPa (PD=65)

2,5

2,0

1,5

1,0

0,5
Interface 100% dégradée
GeoS + 110 kPa
E (Marnes) = 150 MPa
0,0
-100 -50 0 50 100 150 200 250
σv [kPa]

Figure 2.27. Contrainte σv le long de la ligne V avec différentes valeurs de rigidité de l’interface
dans Geom1 à PD = 65cm – Juste avant la rupture

2.2.2 Effet de la dégradation de l’interface


La zone interface est divisée en deux parties, une interface voûte -sol et une interface
piédroit-sol comme indiqué en Figure 2.2. La dégradation de la zone interface est
importante pour cela une comparaison entre le modèle à une interface entièrement
dégradée (100%) et une interface non-dégradée 0% et bien sur une à 50% de dégradation
est proposée. Avec ce dernier cas, l’interface voûte-sol est considérée saine et la
dégradation est attribuée à l’interface piédroit-sol. Si le piédroit est sain (PD = 0), l’état
de contrainte varie et la déformation plastique augmente dans le point IV en fonction de

Taous Kamel 142


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

la réduction de cohésion de l’interface entièrement dégradée (100%, Figure 2.28).


Autrement, si l’interface voûte-sol n’est pas détériorée, la déformation atteinte dans ce
point IV est quasiment constante en fonction de la diminution de la cohésion de la zone
dégradée. Mais, si l’interface est complètement saine et PD = 0, dans ce cas, la galerie est
tout à fait saine et le résultat est représenté par un seul point vu la non réduction de la
cohésion, mentionné en rouge en Figure 2.28.
0,3
0

Scis (100%, PD=0)


Scis (50%, PD=0)
Def_cis (100%, PD=0)
-200

Def_cis (50%, PD=0) GS


0
σcis [kPa]

εincis [%]
-400

IV
-0,3
-600

GeoS +110 kPa GS


PD = 0
-800

-0,6
0 250 500 750 1000 1250 1500
d [kPa]

Figure 2.28. Influence de la dégradation de l’interface sur σcis et εincis au point IV de l’interface de
Geom1 à PD = 0 en fonction de d de la zone dégradée; Compression (+) et Traction (-)
2800
2100

Piéd (110kPa, PD=0)


d [kPa]

Inter (110kPa, PD=95cm)


1400

Piéd (110kPa, PD=95cm)


700

Interface 100%
dégradée (e=5cm)
0

1 2 3 4 Step 5 6 7 8

Figure 2.29. Evolution de la réduction instantanée de cohésion dans l’interface et la zone du


piédroit dégradée – Geom1

L’analyse en contrainte et déformation au point IV est refaite avec un modèle à piédroit


entièrement dégradé. Nous rappelons qu’une même cinétique instantanée de réduction de
cohésion en piédroit et en interface est supposée sauf une différence en cohésion initiale,
d 0 de l’interface est de 1,5 MPa contre 2,5 MPa en piédroit (Figure 2.29). Une interface
entièrement dégradée (100%) se comporte différemment par rapport à une autre non-
dégradée ou moitié dégradée (50%). La courbe de ε incis obtenue augmente dans le sens de
la traction puis une inversion brutale du sens de la pente dès 169,5 kPa de cohésion
(Figure 2.30), la rupture est atteinte dans ce cas à une cohésion finale de 116,8 kPa. La
perte de résistance, induit des déformations plastiques dans l’ouvrage qui peuvent
atteindre la rupture sous certaines conditions.

Taous Kamel 143


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

0,4

0
Scis (100%) Scis (50%)
-200 Scis (0%) Def_cis (100%) 0,2
Def_cis (50%) Def_cis (0%)
-400

0
σcis [kPa]

εincis [%]
-600

-0,2
-800

-0,4
GeoS +110 kPa IV
PD = 95 cm
-1000

-0,6
0 500 1000 1500 2000 2500
d du piédroit [kPa]

Figure 2.30. Influence de la dégradation de l’interface sur σcis et εincis au point IV de l’interface de
Geom1 avec un piédroit dégradé (PD = 95 cm) en fonction de la cohésion de la zone dégradée

Figure 2.31. Influence de la dégradation de l’interface sur la surface plastifiée dans Geom1 avec
piédroit sain (PD = 0) et dégradée (PD = 95 cm) – Juste avant la rupture

Taous Kamel 144


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

La Figure 2.31 présente la surface plastifiée dans l’ouvrage, spécifiquement, en interface


et en piédroit juste avant la rupture. Les iso-valeurs montrent l’effet de la dégradation de
l’interface pour deux cas de configuration de détérioration du piédroit, un piédroit sain
(PD = 0) et un piédroit dégradé (PD = 95 cm). En considérant une dégradation entière de
l’interface et du piédroit, 43/54 éléments plastifiés dans l’interface et 170/207 dans le
piédroit avant la rupture.
750

500
σv [kPa]

GeoS +110 kPa


250

Int0 ( (df=129 kPa) Int50% (df=110,9 kPa) Int100% (df=116,8 kPa)


0
0,0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0 3,5 4,0
Distance par rapport à l'intrados de la paroi [m]

Figure 2.32. Influence de la dégradation de l’interface sur la contrainte atteinte à l’instant final le
long de ligne NV – Geom1 et PD = 95 cm

La contrainte verticale atteinte le long de l’axe de naissance de voûte NV avant la rupture


est presque identique avec une interface entièrement dégradée et mi-dégradée mais avec
des cohésions au final légèrement différentes (Figure 2.32). Par contre, un écart est
constaté si le contact ouvrage-sol est intact et la dégradation que dans le piédroit. Une
différence, en contrainte, de 335 kPa est notée entre l’interface saine et les deux autres
configurations. Cependant, l’effet de cette dégradation d’interface sur l’évolution du
tassement en surface n’est pas pertinent, une différence maximale d’environ 1 mm est
notée entre les différents cas (Figure 2.33).
PD = 95 cm Distance horizontale en surface x [m]
0 3 6 9 12 15
0

-5
Tassement [mm]

-10
Int0 Int50%

-15 Int100%

-20
GeoS +110 kPa
-25

Figure 2.33. Influence de la dégradation de l’interface sur le tassement en surface à l’instant final

Taous Kamel 145


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

2.3 Influence de l’épaisseur du piédroit dégradée – Tunnel

2.3.1 Influence de la rigidité de voûte


Nous comparons ici la réponse de l’ouvrage, en analysant l’influence de la rigidité de la
voûte du tunnel. Le module d’élasticité de cette voûte est considéré dans un premier cas
constant qui est de 32 GPa et dans un autre cas une perte de rigidité aura lieu.
L’évolution de cette réduction est donnée précédemment en Figure 2.5. L’interface sol-
tunnel est entièrement dégradée. La perte de rigidité en voûte entraine une redistribution
des contraintes, la Figure 2.34 montre la répartition de la contrainte verticale juste avant
la rupture de l’ouvrage. La Figure 2.35 présente les courbes d’évolution de la contrainte
au cours de la réduction de la cohésion du piédroit, à l’intrados de voûte avec et sans
perte de rigidité. Ces deux courbes évoluent différemment. Avec une rigidité constante de
32 GPa, la contrainte à l’intrados de voûte est presque stable , son évolution est très lente
voire négligeable au cours de la dégradation de l’interface et du piédroit (PD). La même
tendance est notée à l’intrados du rein de l’ouvrage sauf que cette fois les contraintes en
compression sont plus importantes (Figure 2.36). La cohésion finale atteinte en piédroit
avant la rupture n’est pas la même dans les deux cas. Elle est de 375 kPa sans perte de
rigidité et de 150 kPa avec perte de rigidité.

Figure 2.34. Influence de la perte de rigidité en voûte sur la répartition de la contrainte verticale
dans le tunnel juste avant la rupture; Compression (+) Traction (-)

Taous Kamel 146


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

Mais, les cohésions en interface sont encore plus faibles, la cohésion finale atteinte j uste
avant la rupture dans le cas où la voûte est toujours rigide est de 158,5 kPa et de 63,5 kPa
dans le cas contraire.
0

AvecPerte
SansPerte
-0,5
σv [kPa]
-1
-1,5
-2

0,15 1,15 2,15 3,15 4,15 5,15 6,15


d du piédroit [MPa]

Figure 2.35. Contrainte σv à l’intrados de voûte en fonction de la cohésion du piédroit avec et sans
perte de rigidité du voûte – Traction (-)
2000
1500
σv [kPa]
1000

AvecPerte
500

SansPerte
0

0,15 1,15 2,15 3,15 4,15 5,15 6,15

d du piédroit [MPa]

Figure 2.36. Contrainte σv à l’intrados du rein en fonction de la cohésion du piédroit avec et sans
perte de rigidité du voûte – Compression (+)

Taous Kamel 147


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

0,28
2,8

Cohésion interface [MPa]


0,21
2,1
εinv [%]

0,14
1,4

0,07
0,7

0
0

-2000 -1000 0 1000 2000 3000


σv [kPa]
AvecPerte SansPerte d (Inter, AvecPerte) d (Inter, SansPerte)

Figure 2.37. Contrainte et déformation dans l’élément le plus déformé dans la direction verticale
de l’interface

L’évolution de la déformation inélastique et de la réduction de la cohésion en fonction de


la contrainte dans l’élément le plus déformé, dans la direction verticale de l’interface,
sont tracés Figure 2.37, pour les deux configurations. Les déformations plastiques en
cisaillement, obtenues dans l’ouvrage, sont présentées en iso-valeurs à l’instant final à la
Figure 2.38.

Figure 2.38. Déformation plastique en cisaillement juste avant la rupture avec et sans perte de
rigidité du voûte

Taous Kamel 148


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

2.3.2 Réduction de résistance à la traction en voûte


Étant donné que la voûte est soumise essentiellement à des extensions , sa résistance à la
traction doit être considérable pour que l’ouvrage soit stable. Dans cette partie, nous
analysons l’impact de cette résistance sur le comportement du tunnel. Une réduction de la
résistance à la traction en voûte est proposée selon deux schémas, soit par diminution
progressive ou par chute brutale. L’évolution de cette résistance en voûte est donnée
Figure 2.39 en fonction de la cohésion du piédroit, pour les deux cas. Dans le cas d’une
chute rapide de Rt , la diminution brutale se fait de 1,8 à 0,2 MPa. Le Tableau 2.5
regroupe les valeurs de résistance à la traction, obtenues par les essais brésiliens sur des
éprouvettes extraites des carottes. La rigidité de la voûte est maintenue constante dans ce
cas. La réduction de la cohésion dans l’interface et en piédroit (PD = 47,5 cm) sont prises
en compte.
Tableau 2.5. Résultats d’essais de traction de station Porte des Lilas (Llanca 2012)

Eprouvette 1H_1 2B_2 6_1 7_3 8_1 8_4 10_1 11_3 13


Rt [MPa] 0,8 0,7 3,2 1,0 2,1 3,7 1,7 0,6 0,2

2
0

1,6
-200

Sh (Chute)
Sh (Red_Prog)
1,2
σh [kPa]

Rt [MPa]
Sh (SansRed_Rt)
-400

Rt (Chute) 0,8
Rt (Red_Prog)
-600

0,4
-800

0
0,15 1,15 2,15 3,15 4,15 5,15 6,15
d du piédroit [MPa]

Figure 2.39. Influence de la réduction/chute de la résistance à la traction de voûte sur la contrainte


horizontale σh à l’intrados de voûte

Taous Kamel 149


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

Figure 2.40. Influence de la réduction de la résistance à la traction Rt en voûte sur la contrainte


dans la direction horizontale juste avant la rupture; Compression (+) et Traction (-)

L’évolution de la contrainte σ h à l’intrados de voûte est également tracée Figure 2.39


dans les trois cas : sans réduction de résistance à la traction, avec une chute rapide de la
résistance R t et enfin avec une réduction progressive de R t. L’effet de ce paramètre de
voûte influe sur la répartition de σ h dans les différentes parties de l’ouvrage (Figure
2.40). Le critère de plasticité est atteint en voûte dans le cas où la réduction ou la chute
est introduite (Figure 2.41). A cause de sa diminution, la surface de rupture se rétrécit en
voûte ensuite cette nouvelle surface réduite sera atteinte comme présenté Figure 2.42, ce
qui traduit une fissuration en cette partie de l’ouvrage. Par ailleurs, l’impact de cette
réduction en résistance à la traction en voûte sur la déformation inélastique dans
l’interface a été examiné, la Figure 2.43 montre son évolution en fonction de la cohésion
de l’interface dans les cas étudiés. La déformation inélastique en cisaillement dans
l’interface est plus significative si une chute de résistance à la traction en voûte est
produite.

Figure 2.41. Influence de la réduction de Rt en voûte sur la zone plastifiée dans l’ouvrage – Juste
avant la rupture

Taous Kamel 150


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

2500
Réduction / Chute de Rt en voûte Rt = 1,8 MPa
E = 32 GPa, β = 44,8°
2000
1500

Chute Rt
q [kPa]

Red_Prog Rt
1000

Rt = 0,2 MPa
500
0

0 90 180 270 360 450


p [kPa]

Figure 2.42. Chemin de contrainte p-q dans un élément à l’intrados de voûte avec réduction et
chute de Rt de voûte – Juste avant la rupture

d Interface [MPa]
0 0,5 1 1,5 2 2,5
0
-0,2
εincis [%]
-0,4

Chute Rt

Red_Prog Rt
-0,6

SansRed_Rt
-0,8

E = 32 GPa, β = 44,8°
-1

Figure 2.43. Influence de la réduction de Rt en voûte sur l’évolution de εincis en fonction de la


cohésion d’interface – Traction (-)

Après l’analyse des différents résultats, la modélisation d’une diminution de résistance en


traction R t en voûte par chute semble plus illustrative en termes de reproduction de l’état
actuel et réel de l’ouvrage (Figure 2.41, Figure 2.42 et Figure 2.43).

2.3.3 Dégradation entière du piédroit


Le cas simulé avec la prise en compte de la perte de rigidité de voûte est maintenu pour
l’analyse suivante. Nous avons constaté antérieurement que la reprise des efforts par
l’intrados des piédroits des galeries diminue s’il est entièrement dégradé. Le tunnel
montre une tendance similaire, la Figure 2.44 montre l’évolution de la contrainte
verticale le long d’une ligne horizontale, à travers le piédroit, l’interface et l’encaissant,
ceci pour le cas d’un piédroit entièrement dégradé (PD = 95 cm) et pour le cas d’une
dégradation à moitié (PD = PS = 47,5 cm). La taille de la zone détériorée influe sur
l’étendue de la zone plastifiée et le moment de la rupture. Le nombre d ’éléments
plastifiés dans l’interface et le piédroit d’un modèle à piédroit entièrement dégradé est
moins nombreux par rapport à un modèle à piédroit mi-dégradé (PD = 47,5 cm).

Taous Kamel 151


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

Cependant, la rupture est atteinte plus rapidement avec PD = 95 cm. Outre son effet sur
la déformation plastique, la cohésion finale atteinte avant la rupture est différente entre
les deux cas, d = 150 kPa avec PD = PS = 47,5 cm et de 365 kPa avec un piédroit
entièrement dégradé (PS=0), Figure 2.46. La déformation plastique atteinte dans
l’ouvrage avec PD = 47,5 cm est plus importante (Figure 2.47).
1500

PL1 (PD=47,5cm)

PL1 (PD=95cm)
1000
σv [kPa]
500

Perte de rigidité en voûte


0

0 1 2 3 4 5
Distance horizontale par rapport à l'intrados de la paroi x [m]

Figure 2.44. Effet de l’épaisseur du piédroit dégradée sur la contrainte le long de la ligne PL1

Figure 2.45. Effet de l’épaisseur du piédroit dégradée sur la zone plastifiée juste avant la rupture

Taous Kamel 152


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

800
Perte de rigidité en voûte
600
σv [kPa]
400
200

PD=47,5 PD=95
0

0 1 2 3 4 5 6
d du piédroit [kPa]

Figure 2.46. Effet de l’épaisseur du piédroit dégradée sur σv dans un élément en PD au cours de la
réduction de la cohésion

Figure 2.47. Déformation plastique dans/or plan principal en tunnel à piédroit entièrement dégradé
(95 cm) et moitié dégradé (47,5 cm)

La Figure 2.48 montre les convergences et leurs directions dans l’ouvrage. Le


déplacement atteint à la limite de rupture avec un tunnel à piédroit mi-dégradé est
légèrement plus grand, la différence maximale notée entre les deux cas est de 0,7 mm.

Taous Kamel 153


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

Figure 2.48. Convergences dans le tunnel à piédroit entièrement dégradé (95 cm) et moitié
dégradé (47,5 cm)

2.4 Influence de l’épaisseur du piédroit dégradée – Geom2

2.4.1 Sans chute de résistance à la traction en voûte


La dégradation de l’extrados du piédroit n’influe pas sur le comportement de la voûte.
Par contre, la dégradation de l’intrados du piédroit induit un changement de
comportement en voûte (Figure 2.49).
0

PD (13,5cm) PD (27cm)
-10

PD (40cm) PD (54cm)

PD (67cm) PD (80cm)
σv [kPa]
-20
-30

Sans chute de Rt
-40

0 0,3 0,6 0,9 1,2 1,5


d du PD [MPa]

Figure 2.49. Influence de l’épaisseur du piédroit dégradée sur σv à l’intrados de voûte en fonction
de la réduction de la cohésion en zone dégradée – Sans chute de Rt en voûte

Taous Kamel 154


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

L’effort repris par l’intrados du piédroit augmente avec la dégradation de son extrados
(Figure 2.50). Sauf si cette dégradation s’étend à son intrados, dans ce cas, la contrainte
se répartit d’une manière plus homogène au travers de l’épaisseur du piédroit (e = 80
cm). Par contre, l’état de contrainte obtenu, à travers cette paroi, avec 67 cm d’épaisseur
dégradée est particulier. L’effort repris par la partie saine restante (PS = 13 cm) devient
substantiel par rapport à celui associé à l’épaisseur dégradée. La taille de l’épaisseur
dégradée influe sur la déformation maximale et la cohésion finale atteinte dans les
différentes parties de l’ouvrage. La Figure 2.51 présente la déformation maximale en
cisaillement dans un point en bas du piédroit, atteinte juste avant la rupture. En
correspondance, nous donnons aussi la cohésion finale atteinte dans la zone dégradée.
400
a PD (e=13,5)
PD (e=40)
300 PD (e=54)
PD (e=80)
σv [kPa]

200

100

Sans chute de Rt
0
0,0 0,2 0,4 0,6 0,8
Epaisseur de la paroi [m]
800
b
PD (e=13,5)
PD (e=27)
598
PD (e=67)
σv [kPa]

396

194

-8
0,0 0,2 0,4 0,6 0,8
Epaisseur de la paroi [m]

Figure 2.50. Influence de l’épaisseur du piédroit dégradée sur σv au travers de l’épaisseur du


piédroit à 7,4 m de profondeur, juste avant la rupture – Sans chute de Rt en voûte

Taous Kamel 155


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

1,5

0
Def_cis
-0,16 1,2
df
-0,32

Def_cis 0,9
εincis [%]

df [MPa]
(Max)
-0,48

0,6
-0,64

0,3
-0,8

0
0 20 40 60 80
e [cm]

Figure 2.51. Evolution de la déformation plastique en traction dans l’élément le plus déformé du
piédroit en cisaillement, juste avant la rupture – Sans chute de Rt en voûte

La répartition de contrainte dans la direction verticale est également illustrée en iso -


valeurs, à différents instants pour trois valeurs d’épaisseur dégradée (Figure 2.52). Quand
la dégradation est limitée sur une épaisseur moyennement faible (e < 15 cm), la
déformation est concentrée vers l’extrados du soutènement et la rupture est atteinte plus
rapidement avec une résistance considérable de l’ouvrage et une cohésion finale de 150
kPa en zone dégradée. Avec e = 13,5 cm, la différence en contrainte, entre l’état initial et
final de la galerie est faible.

Taous Kamel 156


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

Figure 2.52. Répartition de la contrainte verticale dans la galerie Geom2 à différents instants
instantanés (d0 = 1500 kPa, d = 150 kPa et à df avant la rupture) avec PD = 13,5; 40 et 67 cm

Taous Kamel 157


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

Par contre, avec une taille d’épaisseur dégradée plus importante (40 et 67 cm), la
répartition des contraintes est différente entre les trois instants, l’état initial d 0 =1500
kPa, d = 150 kPa et d f.
d du PD [MPa]
0 0,3 0,6 0,9 1,2 1,5
-15,4
Tassement maximal [mm]
-15,5
-15,6
-15,7

PD (13,5cm) PD (54cm) PD (80cm)


-15,8
-15,9
-16

Figure 2.53. Influence de l’épaisseur du piédroit dégradée sur le tassement maximal en surface en
fonction de la réduction de la cohésion en zone dégradée – Sans chute de Rt en voûte

Le tassement en surface n’est pas un critère d’endommagement de l’ouvrage, la Figure


2.53 montre que la dégradation du piédroit n’induit pas assez de mouvement en surface.
Une augmentation maximale de 0,5 mm est notée entre l’état initial et l’état final pour
une épaisseur de PD = 80 cm.

2.4.2 Avec chute de résistance à la traction en voûte


Le comportement en voûte est influencé par l’état de santé de la partie intrados de
l’ouvrage et par l’état de la voûte. Cette étude montre que la chute de la résistance à la
traction R t en voûte change la direction des contraintes comparativement au cas précédent
sans chute de R t (Figure 2.49 et Figure 2.54). L’influence du Rt de la voûte persiste avec
une épaisseur du piédroit dégradée plus grande (e ≥ 67 cm).
La chute de résistance en voûte augmente la déformation maximale atteinte en piédroit
(Figure 2.51 et Figure 2.55). La chute de ce paramètre réduit la surface de rupture en
voûte de la galerie ce qui provoque la plastification de la zone voûte. L’étendue de la
zone plastifiée augmente et évolue selon la taille de l’épaisseur détériorée Figure 2.56.

Taous Kamel 158


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

0
PD (13,5cm) PD (27cm) PD (40cm)
1,5
-10

PD (54cm) PD (67cm) PD (80cm)


σv [kPa]

Rt [MPa]
Chute_Rt
1
-20

0,5
-30

0
0 0,3 0,6 0,9 1,2 1,5
d du PD [MPa]

Figure 2.54. Influence de l’épaisseur du piédroit dégradée sur σv à l’intrados de voûte en fonction
de la réduction de la cohésion en zone dégradée – Avec chute de Rt en voûte
1,5
0

Def_cis
-0,16

1,2
df
-0,32

Def_cis 0,9
εincis [%]

df [MPa]
(Max) Avec chute de Rt
-0,48

0,6
-0,64

0,3
-0,8

0
0 20 40 60 80
e [cm]

Figure 2.55. Evolution de la déformation plastique en traction dans l’élément le plus déformé du
piédroit en cisaillement, juste avant la rupture – Avec chute de Rt en voûte

Les courbes de contrainte à travers le piédroit, données Figure 2.57, à l’instant final avant
la rupture, présentent les mêmes allures que celles de la Figure 2.50. Donc, avec ou sans
chute de résistance le piédroit reprend les efforts de la même manière , mais à des limites
différentes si la dégradation s’étend vers l’intrados de la paroi. La contrainte maximale
atteinte avec PD = 67 cm sans chute de R t (Figure 2.50) est de 795 kPa, tandis qu’elle est
inférieure de 110 kPa dans le cas avec chute de R t (Figure 2.57). La dégradation du
revêtement n’influe pas considérablement sur le mouvement en surface sauf si le piédroit
est entièrement dégradé (e = 80 cm), Figure 2.58.

Taous Kamel 159


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

Figure 2.56. Influence de l’épaisseur du piédroit dégradée sur la surface plastifiée dans la galerie
juste avant la rupture – Avec chute de Rt en voûte

730
PD (e=13,5)
605 PD (e=40)
PD (e=54)
480
PD (e=80)
σv [kPa]

355 PD (e=67)

Avec chute de Rt
230

105

-20
0,0 0,2 0,4 0,6 0,8
Epaisseur de la paroi [m]

Figure 2.57. Influence de l’épaisseur du piédroit dégradée sur σv au travers de l’épaisseur du


piédroit à 7,4 m de profondeur, juste avant la rupture – Avec chute de Rt en voûte

d du PD [MPa]
0 0,3 0,6 0,9 1,2 1,5
-15

2
-15,5
Tassement maximal [mm]

1,5
Rt [MPa]
-16

1
PD (13,5cm) PD (54cm)
-16,5

PD (80cm) Chute_Rt
0,5
-17
-17,5

Figure 2.58. Influence de l’épaisseur du piédroit dégradée sur le tassement maximal en surface en
fonction de la réduction de la cohésion en zone dégradée – Avec chute de Rt en voûte

Taous Kamel 160


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation instantanée des ouvrages

2.5 Conclusion partielle


Il y a des seuils d’endommagement pour lesquels le comportement de l’ouvrage peut
changer complètement comme le cas où le piédroit est entièrement dégradé (PD = 95 cm)
ou si le module d’élasticité du sol encaissant est faible E ≤ 50 MPa. L’analyse menée via
le modèle d’ouvrage tunnel et galerie montre l’importance de la partie intrados du
piédroit. Si cette partie est saine cela peut accroître le potentiel résiduel de l’ouvrage et
prolonger sa durée d’exploitation. La dégradation entière du piédroit provoque une
rupture plus rapide et parfois brutale bien que sa résistance résiduelle reste considérable.
A l’échelle d’une galerie nous avons pu conclure que la dégradation de l’extrados du
piédroit (e ≤ 65 cm) n’affecte pas le comportement (en termes de contraintes,
déformations et déplacements) en voûte que ce soit à son intrados ou son extrados.
Cependant, le comportement en voûte est perturbé si la dégradation s’étend vers
l’intrados du piédroit.
La rigidité initiale de l’interface n’influe pas, en terme global, sur l’effort repris par une
galerie (comme Geom1) à la limite de rupture, mais influe sur la déformation de cette
interface et sur le comportement en voûte notamment à son extrados. Avec une rigidité
plus importante en interface, une fragilisation est observée.
L’analyse d’une galerie type, confirme qu’à partir d’une dégradation de 2/3 d’épaisseur
du piédroit, une redistribution des efforts se déclenche.
La chute de la résistance à la traction en voûte modifie la direction de la contrainte à
l’intrados de voûte et favorise la fissuration à son intrados suite à la réduction de sa
surface de rupture.
A l’échelle des tunnels: avec PD = 95 cm la déformation plastique est moins importante
que celle obtenue avec un PD = 47,5 cm, mais la rupture est atteinte bien avant, avec une
déformation inélastique maximale de 0,21% qui correspond à une cohésion limite de 365
kPa en piédroit et de 155 kPa à l’interface. La rupture peut être atteinte avec des faibles
et des grandes déformations.
L’effet d’une perte de rigidité en voûte a été analysé. Une perte de rigidité n’accélère pas
la rupture, bien au contraire, une rupture plus fragile est notée si la rigidité de la voûte est
constante.
Cette étude « instantanée » ne prend pas en considération la déformation permanente
induite par le vieillissement de ces structures et de leurs encaissants. Par la suite nous
proposons de prendre en compte à la fois l’impact des deux actions: perte de résistance et
le développement des déformations viscoplastiques dans le temps.

Taous Kamel 161


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

3 Dégradation différée des ouvrages


3.1 Dégradation différée d’une galerie
3.2 Dégradation différée d’un tunnel
3.3 Conclusion partielle

3.1 Dégradation différée d’une galerie


Le nombre de simulation des galeries menées en considérant l’état différé est consistant,
ainsi, plusieurs procédures ont été proposées dans le but d’approcher le mieux possible
l’état réel des galeries. Nous avons proposé des modèles qui prennent en compte:
- la dégradation globale dans le revêtement, où la réduction de résistance se
produit dans tout le revêtement.
- l’existence d’une couche interface qui représente le boisage détérioré au fil
des années et la zone la plus dégradée du revêtement. Avec ce modèle, la
courbe de réduction de la résistance mécanique est attribuée à la couche
d’interface.
- la création de vides à l’extrados de la paroi par extraction d’éléments à un
instant donné.
- la localisation de l’endommagement en piédroit
- l’influence de la cinétique de dégradation
D’autres effets paramétriques ont été pris en compte comme la vitesse de fluage de s
différentes parties, la cohésion initiale et la taille de la zone dégradée en piédroit, etc.
Leurs effets sur le potentiel résiduel ont été analysés. En plus des résultats présentés dans
cette partie, d’autre sont présentés en annexe A3.

3.1.1 Comparaison entre trois scénarios de dégradation


Nous comparons ici trois scénarios de dégradation d’une galerie souterraine, trois
modèles sont présentés Figure 3.1. Un premier modèle (Md1) considère que la
dégradation est globale dans le revêtement, une réduction de sa cohésion au cours du
temps est prise en compte dans tout le revêtement sauf le radier. Le revêtement dans Md1
est d’une épaisseur de 80 cm. Puis, une couche interface de 25 cm d’épaisseur est ajoutée
à notre premier modèle qui devient un deuxième modèle (Md2). Cette couche représente
une partie de boisage détérioré et une partie du revêtement extrados susceptible d’être la
zone la plus endommagée. Avec ce modèle, la dégradation est localisée sur cette
interface, plus précisément, la réduction de la résistance mécanique est attribuée à la
couche d’interface. L’épaisseur du soutènement entier de Md2 est de 105 cm. Les vides
aperçus entre les parois et l’encaissant, via les essais d’auscultation non destructif
(impédance et radar) réalisés dans le but de repérer les anomalies dans ces ouvrage s, ont
mis en exergue l’idée de simuler l’apparition des vides par une extraction de matière au
lieu d’une perte de résistance, d’où le troisième modèle Md3. La différence principale

Taous Kamel 162


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

entre ce modèle et le second modèle Md2 est dans le comportement mécanique du


revêtement et de l’interface qui est viscoplastique sans adoucissement, leur résistance
n’étant pas détériorée. La dégradation est reprise par une création des vides dans
l’interface et en bas du piédroit, dès 30 ans d’exploitation. La galerie est sous chargement
géostatique avec une surcharge en surface de 220 kPa sur une longueur de 6 mètres.
L’encaissant dans lequel la galerie est construite, est constitué d’une couche de marne s et
caillasses.

Figure 3.1. Trois modèles proposés Md1, Md2 et Md3

La courbe d’adoucissement du revêtement utilisée avec le modèle numérique Md1 et


celle de l’interface utilisée avec le modèle numérique Md2 sont données Figure 3.2, elle
est de forme exponentielle. L’influence de la vitesse de fluage de la zone interface est
également évoquée en utilisant trois jeux de données. Deux jeux de données calibrés sur
les essais d’Aratake et al. 2010 et Gamalath 1991, et un autre jeu de donnée (Num) que
l’on propose, et qui donne une vitesse de déformation plus lente que les autres afin de
voir l’impact de la déformation de l’interface sur le revêtement. Les paramètres sont
regroupés dans le Tableau 3.1.
1,00

Revêtement
0,75 Interface
Tend_Exp
d/d0

0,50

y = 1,077e-0,016x
0,25
d0 (REV) = 2,5 MPa
d0 (Int) = 1,5 MPa
0,00
0 20 40 60 80 100 120 140
Temps [ans]

Figure 3.2. Courbes d’adoucissement de la cohésion adimensionnée en fonction du temps


(revêtement et interface)

Taous Kamel 163


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

Tableau 3.1. Paramètres des différentes parties des 3 modèles Md1, Md2 et Md3

Matériau E [GPa] d 0 [kPa] β° A n m


e
Encaissant 0,25 37,5 40,9 3 -14 1 -0,3
e Num
5 -16 1 -0,4
Interface 0,70 1500 20,0 1,23 e-16 1 2 -0,446
3,9 e-12 2 1 -0,664
Revêtement 3,20 2500 40,9 5 e-19 2 -0,5
Radier 5,00 2300 40,9 2,26 e-11 1 -0,8
1
Aratake et al. 2010, 2 Gamalath 1991

Une comparaison entre les trois modélisations proposées en termes de contrainte est
réalisée, en premier lieu à la Figure 3.3. L’état de contrainte initial, t = 0, correspond à la
fin de la construction de l’ouvrage et au moment de l’activation de la surcharge 220 kPa.
La contrainte maximale atteinte avec Md1, à cet instant, est de 1 MPa à l’extrados de
l’ouvrage (point 1 à 8). Ce modèle présente un comportement singulier tout en bas du
piédroit, la contrainte s’élève à 2,75 MPa au point 9.
3000
a Md1 (0)
2500
Md1 (100ans)
Md1 (240ans)
2000
σv [kPa]

q = 220 kPa
1500 d0 (REV) = 2,5 MPa

1000

500

0
1 2 3 4 5 6 7 8 9
Point

b 1200 Md2_Rev (0)


Md2_Rev (100ans)
1000 Md2_Rev (240ans)
Md2_Int (0)
Md2_Int (100ans)
800
Md2_Int (240ans)
σv [kPa]

600

400

200
q = 220 kPa
Rev (d0 = 2,5 MPa)
0
Int _Gam91
1 2 3 4 5
Point 6 7 8 9

Taous Kamel 164


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

c 1200
Md3 (0)
Md3 (100ans)
1000 Md3 (240ans)
Md3_Int (0)
Md3_Int (100ans)
800
Md3_Int (240ans)
σv [kPa]

600

400

200
Int _Gam91

0
1 2 3 4 5 6 7 8 9
Point

Figure 3.3. Contrainte σv à l’extrados du revêtement à différents instants t = 0, 100 et 240 ans; a:
Md1; b: Md2 en face interface et revêtement; c: Md3

Ce comportement singulier est noté également dans les deux autres modèles mais du coté
de la zone interface et avec une contrainte maximale moins importante 1,12 MPa. L’état
de contrainte atteint à l’extrados de voûte (point 1) est semblable dans les trois modèles,
il va de 110 à 180 kPa entre les 3 instants. La différence est remarquable entre l’état
initial et les deux autres instants, dans les 3 modèles, sauf que l’ordre de différence
atteint n’est pas identique. La contrainte en face interface diminue entre 100 et 240 ans à
l’extrados du piédroit (4 à 7, Figure 3.3.b). L’état de contrainte en face interface est
identique entre les deux instants 100 et 240 ans dans tous les points du modèle Md3 sauf
au point 9 qui présente une légère dispersion due essentiellement aux vides.
0,30%
Md1
Md2_Num
Md2_Gam91
0,20% Md2_Ara2010
Md3_Gam91
εvin

0,10%

0,00%
0 30 60 90 120 150 180 210 240
Temps [ans]

Figure 3.4. Déformation inélastique dans un point en bas du piédroit avec les 3 modèles

Les trois courbes d’évolution de ε vin obtenues via Md2 en bas du piédroit à 8,95 m de
profondeur, avec trois vitesses de fluage différentes (Num, Gam91, Ara2010), sont
présentées Figure 3.4. Elles montrent l’effet de la vitesse de fluage sur cette zone
interface. La vitesse de déformation du revêtement est fortement liée à celle de

Taous Kamel 165


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

l’interface. En utilisant les paramètres de fluage de l’interface calibré s sur Gamalath


(1991), la réponse en ε vin dans ce point de Md2_Gam2 rejoint la courbe de déformation
obtenue par Md1. Vu la particularité de la position de ce point dans Md3, la déformation
évolue différemment. Les vides créés autour de lui augmentent sa vitesse de déformation
dès 30 ans. Mais cette différence est plutôt remarquable sur le long ter me (après 120 ans).
A 100 ans, la déformation inélastique maximale dans la direction principale est
quasiment semblable dans Md2 et Md3 mais moins importante dans Md1, Figure 3.5.

Figure 3.5. Déformation inélastique maximale dans la direction principale à 100 ans avec les 3
modèles

2000 1,2%

1,0%
1600

0,8%
1200

0,6%
σv [kPa]

εvin
800
0,4%

400
0,2%

0 0,0%
0 30 60 90 120 150 180 210 240
S22 (Md1) S22 (Md2_Gam91) S22 (Md2_Num)
S22 (Md2_Ara2010) Def_v (Md1) Def_v (Md2_Gam91)
Def_v (Md2_Num) Def_v (Md2_Ara2010)
Temps [ans]
Figure 3.6. Contrainte et déformation dans Md1 et Md2 avec trois vitesses de fluage d’interface
dans l’élément le plus déformé dans la direction verticale

Taous Kamel 166


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

Figure 3.7. Zones plastifiées dans l’ouvrage à différents temps – Modèle de galerie Md2

Avec Md1, la déformation est maximale dans le revêtement mais dans Md2 elle se trouve
à l’interface. La Figure 3.6 montre l’évolution de la contrainte et la déformation dans
l’élément le plus déformé dans l’ouvrage dans Md1 et Md2, avec trois vitesses de fluages
différentes. En considérant les données numériques Num pour le fluage de l’interface, la
déformation est générée essentiellement sous l’effet du radoucissement. Dans ce cas, la
vitesse de dégradation n’est pas tout à fait constante, elle est lente dans les premières
années mais devient plus importante dès 120 ans. Avec les données d’Aratake et al.
(2010), la déformation est plus importante par rapport à celle obtenue via le modèle Md1.
Il n’y a pas d’éléments plastifiés dans Md1 et Md3 mais dans Md2 le crit ère de rupture
est atteint dans certains éléments d’interface à partir de 120 ans avec les données
viscoplastiques de Gamalath (1991) et avant 100 ans avec les données numérique s
(Figure 3.7). Le mouvement dans l’ouvrage est également analysé, la Figure 3.8 montre
l’un des résultats en convergence à différents instants obtenus via le modèle de galerie
Md2 et une vitesse de fluage d’interface de Gamalath (1991).
Une comparaison en termes global est faite entre ces trois modèles. La Figure 3.9
présente la répartition de la contrainte de Von Mises et la déformation viscoplastique
dans la direction verticale sur le long terme (t f = 240 ans). La contrainte maximale est
atteinte, à cet instant, à l’extrados du piédroit dans le modèle Md1 sans interface. La
même importance en contrainte est remarquée dans cette zone en Md2 sauf que le

Taous Kamel 167


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

maximum est atteint à l’intrados du bas de piédroit de l’ouvrage. L’interface de l’ouvrage


ne reprend pas beaucoup d’efforts sur le long terme vu que son état de déformation est
maximal. La déformation viscoplastique dans la direction verticale est maximale dans
l’encaissant des modèles Md1 et Md3. Une concentration de contrainte en bas du piédroit
du modèle Md3 est induite par l’effet de la perte de matière ( Figure 3.9).

Figure 3.8. Convergence dans l’ouvrage à différents temps dans Md2_Gam91

Taous Kamel 168


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

Figure 3.9. Contrainte de Mises et déformation viscoplastique verticale à l’instant final (tf = 240
ans) dans les 3 modèles

Taous Kamel 169


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

3.1.1.1 Déformation inélastique et la probabilité d’apparition des fissures dans le piédroit


Avec ces modèles de galerie à faible profondeur, excavées dans un sol à 250 MPa de
rigidité, la déformation maximale inélastique atteinte à la rupture, souvent en
cisaillement, est estimée entre 1,25% et 1,4% dans la plupart des cas étudi és. Une
probabilité de fissuration au travers de l’épaisseur du piédroit est proposée à l’état actuel
(t = 100 ans) et sur le long terme (t f = 240 ans). Cette probabilité représente le rapport
entre la déformation inélastique dans un point donné et à un instant donné et la
déformation maximale à la rupture considérée comme étant égale à 1,2%.

80%
Probabilité d'apparition des fissures

Prob_Act 7,4 m de profondeur


Md1 t = 100 ans
60%
Md2_Num
Md2_Gam91
40% Md2_Ara2010
Md3

20%
y = 0,069e2,2427x
Courbe de tendance de la propbalité de
fissuration à l'état actuel des ouvrages
0%
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1
Epaisseur du piédroit e [m]

Figure 3.10. Probabilité d’apparition des fissures à l’état actuel des ouvrages (t =100 ans) via
différents modèles

La Figure 3.10 représente l’évolution de cette probabilité, le long de l’épaisseur de la


galerie à 7,4 m de profondeur, atteinte par les différents modèles à 100 ans. Ces courbes
sont comparées avec la probabilité de fissuration proposée par Llanca et al. (2013) qui
repose sur l’analyse visuelle de l’état des carottages réalisés dans les différentes stations
du Métro de Paris à plusieurs niveaux des piédroits. Les courbes présentent une tendance
assez semblable, une déformation plus importante à l’extrados qu’à l’intrados à ce niveau
du piédroit. L’effet de la vitesse de déformation de l’interface (Md2) est, ainsi, illustré
par cette figure. Sur l’un tiers intrados du piédroit e ≤ 0,3 m, un rapprochement entre
Md2_Num et la courbe analytique est noté, sur le cœur du piédroit le rapprochement est
noté en Md3 et Md2_Gam91. Ces courbes ont été également tracées sur le long terme et
comparées avec la courbe actuelle afin d’estimer l’augmentation de la fissuration en
piédroit de ces ouvrages sur le long terme (Figure 3.11). Une augmentation d’une
moyenne de 11% est estimée sur le long terme à l’intrados de l’ouvrage en comparant la
courbe Md1_Num et la courbe analytique. De 0,4 à 0,8 m d’épaisseur, la fissuration peut
augmenter de 25% de moyenne, à long terme, selon Md2_Gam91. Au-delà de 0,8 m, la
fisuration peut augmenter de 15% selon Md2_Gam91 et de plus de 30% selon
Md2_Ara2010.

Taous Kamel 170


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

100%
7,4 m de profondeur
Prob_Act
Probabilité d'apparition des fissures tf = 240 ans
80% Md1

Md2_Num

Md2_Gam91
60%
Md2_Ara2010

Md3
40%

20%
y = 0,069e2,2427x
Courbe de tendance de la probabilité de
fissuration à l'état actuel des ouvrages
0%
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1
Epaisseur du piédroit e [m]

Figure 3.11. Probabilité d’apparition des fissures à long terme (tf =240 ans) via différents modèles

3.1.1.2 Comportement à l’intrados de voûte dans les trois modèles


Le comportement en voûte a été analysé dans les différents cas étudiés, l’évolution au
cours du temps de la convergence, de la contrainte et la déformation viscoplastique à
l’intrados de voûte sont présentés Figure 3.12 et Figure 3.13. En termes de déformation,
on ne trouve pas une différence entre les 3 modélisations (Md1, Md2 et Md3), un faible
écart est remarqué en convergence sur le long terme entre Md1 et les deux autres
modèles. La Figure 3.12 montre aussi l’influence de la vitesse de déformation de
l’interface sur le comportement en voûte et montre une sensibilité vis-à-vis des
paramètres d’interface.
30
20
u [mm]

Md1
Md2_Gam91
10

Md2_Ara2010
Md3_Gam91
0

0 30 60 90 120 150 180 210 240


Temps [ans]
Figure 3.12. Convergence à l’intrados de voûte au cours du temps avec les 3 modèles

Taous Kamel 171


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

4 0,02%
S22 (Md1) S22 (Md2_Gam91)
S22 (Md3_Gam91) Def_v (Md1)
1,5 Def_v (Md2_Gam91) Def_v (Md3_Gam91) -0,01%

-1 -0,04%
σv [kPa]

εvin
-3,5 -0,07%

-6 -0,10%

-8,5 -0,13%
0 30 60 90 120 150 180 210 240
Temps [ans]

Figure 3.13. Evolution de σv et εvin dans le temps à l’intrados de voûte avec les 3 modèles

3.1.1.3 Influence de la cinétique de dégradation


L’influence de la cinétique de dégradation dans le temps a été examinée en utilisant le
modèle de galerie Md2 avec une vitesse de fluage de Gamalath 1991. Les courbes
d’adoucissement proposées sont présentées Figure 3.14.
1,00
Interface
Int2
0,75
Exp_Interface
d/d0

0,50

0,25
d0 (Int) = 1,5 MPa

0,00
0 25 50 75 100 125
Temps [ans]

Figure 3.14. Courbe d’adoucissement de la cohésion de l’interface en fonction du temps

Le critère de rupture est atteint avec le premier cas, présenté précédemment Figure 3.7,
dès 120 ans sur une zone d’interface qui évolue dans le temps. Tandis qu’avec l’autre
courbe d’adoucissement (Int2), la surface plastifiée en interface apparait dès 100 ans
mais reste constante au-delà de 120 ans, Figure 3.15. La déformation viscoplastique dans
la direction principale de la galerie à 130 ans est comparée entre Md1 et Md2_Gam91
avec les deux cas de réduction (Interface et Int2). En terme global, la différence est
significative entre Md1 et Md2_Gam91 à cet instant. La déformation maximale atteinte
est légèrement plus importante avec l’adoucissement Int2.

Taous Kamel 172


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

Figure 3.15. Zone plastifiée dans le modèle de galerie Md2 à différents instants – Courbe
d’adoucissement Int2

Figure 3.16. Déformation inélastique maximale dans la direction principale à 130 ans dans Md1 et
Md2 – Avec deux courbes d’adoucissement de cohésion d’interface Md2
660 0,9%

440 0,6%
εvin
σv [kPa]

220 S22 (Md2_Gam91_Int2) 0,3%


S22 (Md2_Gam91)
Def_v (Md2_Gam91)
Def_v (Md2_Gam91_Int2) 7,5 m de profondeur
0 0,0%
0 30 60 90 120 150 180 210 240
Temps [ans]

Figure 3.17. Influence de la cinétique de dégradation de l’interface sur σvet εvin dans un élément
d’interface à 7,5 m de profondeur

Taous Kamel 173


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

La déformation permanente dans un élément d’interface à 7,5 m de profondeur, augmente


avec la chute de résistance à 100 ans en utilisant la courbe d’Int2, Figure 3.17. Cette
augmentation de la déformation est notée un peu plus tard, à 120 ans, avec l’autre courbe.
Sur le long terme les deux courbes se rejoignent.

3.1.1.4 Conclusion

Ces modèles numériques confirment que la zone des piédroits qui est en contact avec
l’encaissant se déforme plus que les autres zones du revêtement. Le deuxième modèle
Md2 représente le cas le plus représentatif. Une étude similaire a été faite et publiée par
Kamel et al. (2013b) avec un autre jeu de données et des courbes d’adoucissement
évolutives en déformation inélastique. L’analyse a montré une différence assez
importante entre les 3 modèles.
En considérant un revêtement homogène, nous avons constaté que le comportement en
voûte est faiblement affecté par la dégradation. Pour cela, une amélioration du modèle a
été proposée afin de prendre en compte de l’hétérogénéité des matériaux composant la
galerie et l’hétérogénéité des zones de dégradation.

3.1.2 Amélioration du second modèle galerie Md2

Dans ce qui suit, le modèle numérique de galerie à radier détaché, avec une interface
entre le revêtement et l’encaissant, est utilisé. Ce modèle est amélioré en intégrant l’effet
de l’hétérogénéité des zones matériaux comme présenté Figure 3.18. Le piédroit est
divisé en deux parties, une partie dégradée PD de 27 cm et une partie saine PS de 53 cm.
La liaison entre les différentes parties de l’ouvrage est définie par un contact tie (Abaqus
2010). Les éléments de maillage utilisés sont les éléments quadratiques CPE8R, le
revêtement est composé de 453 nœuds, l’interface comporte 40 éléments et 165 nœuds.
La galerie est sollicitée par un chargement géostatique plus une surcharge en surface de
220 kPa sur une longueur de 6 mètres.
Tableau 3.2. Paramètres des différentes parties du modèle numérique amélioré MAd2

Matériau ρ [kg/m3] E [GPa] d 0 [kPa] β° A n m


e
Encaissant 2000 0,25 37,5 40,9 3 -14 1 -0,3
e
Interface 560 11,0 1500 20 5 -19 2 -0,4
Voûte 2400 16,0 6000 44,8 2,8 e-10 1 -0,9
e
Piédroit partie saine PS 2400 6,40 5850 40,9 5 -19 2 -0,5
e
Piédroit partie dégradée PD 2000 3,20 2500 40,9 5 -19 2 -0,5
e
Radier 2200 8,00 2160 40,9 2,26 -11 1 -0,8

Les paramètres des différentes parties du modèle de galerie MAd2 sont présentés au
Tableau 3.2. Nous rappelons que les différents paramètres de l’ouvrage ont été calibrés
via les données du projet MéDiTOSS et d’autres données bibliographiques, voir la Partie

Taous Kamel 174


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

1 §3.4. Les courbes d’adoucissement de la cohésion du piédroit et d’interface sont


données Figure 3.19. Le rapport d/d 0 représente le rapport entre la cohésion d à un instant
quelconque et la cohésion initiale d 0 .

Figure 3.18. Modèle de galerie amélioré MAd2

1,0
Interface
0,8
PD du piédroit
0,6
d/d0

0,4

0,2

0,0
0,0% 0,3% 0,6% 0,9% 1,2% 1,5%
εin
Figure 3.19. Courbes d’adoucissement de cohésion du piédroit et interface

3.1.2.1 Influence de la vitesse du PD de fluage sur la cinétique de dégradation


Le taux de déformation du piédroit influe sur le développement de la cinétique de
dégradation. Donc, une étude est proposée selon la vitesse de déformation, faible ou
importante. Les paramètres viscoplastiques utilisés sont donnés au Tableau 3.3. Les
résultats obtenus dans les différents cas sont comparés par rapport au modèle de
référence représenté par PD. Les cas analysés par une vitesse de déformation plus ou

Taous Kamel 175


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

moins lente sont nommés PD1, PD2 et PD3. Par contre, PV1 et PV2 représentent les
calculs menés pour une vitesse de déformation plus rapide.
Tableau 3.3. Paramètres viscoplastiques de la partie dégradée PD du piédroit
Cas PD PD1 PD2 PD3 PV1 PV2
e e e
A e
5 -19 5 -16 1 -16 1 -16 5 e-18 5 e-14
n 2,00 1,35 1,20 1,00 2,00 1,35
m -0,5

Nous présentons ici, l’influence couplée de la cohésion initiale et des paramètres


viscoplastiques de la zone PD du piédroit, sur la contrainte et déformation dans la
direction verticale (σ v, ε inv), après 100 ans d’exploitation à 7,58 m de profondeur. La
contrainte et la déformation sont données le long d’une section horizontale depuis
l'intrados de la paroi (Figure 3.20, Figure 3.21). Les résultats obtenus montrent que
l’influence de la vitesse de déformation n’est pas la même avec une faible et une
importante valeur de cohésion initiale d0 .

a
2800

PD
2100
PD1
σv [kPa]

1400 PD2

t = 100 ans
700 d0 = 2500 kPa

0
0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5

Distance horizontale par rapport à l'intrados de galerie [m]

1000
b PD t = 100 ans
d0 = 270 kPa
750
PD1
σv [kPa]

PD2
500

250

0
0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5
Distance horizontale par rapport à l'intrados de galerie [m]

Figure 3.20. Influence des paramètres viscoplastiques de PD du piédroit sur σv à 100 ans –
Dégradation prédominante (PD1, PD2); a: d0 = 2500 kPa; b: d0 = 270 kPa

Taous Kamel 176


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

Avec une vitesse de déformation plus au moins lente (PD1 et PD2) et une cohésion
initiale d 0 du PD assez considérable, l’effort vertical est essentiellement repris par
l’extrados du revêtement le long de cette ligne horizontale (Figure 3.20.a). Mais la
déformation est plus importante dans l’interface (Figure 3.21.a). Tandis que, si d 0 est plus
faible, la partie saine du piédroit reprend plus d’effort (Figure 3.20.b) sous l’effet de
l’augmentation des déformations irréversibles à l’extrados de l’ouvrage ( Figure 3.21.b).
0,6%
a PD
PD1
0,4% PD2
εinv

0,2%
t = 100 ans
d0 = 2500 kPa

0,0%
0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5
Distance horizontale par rapport à l'intrados de galerie [m]
1,0%
b
PD
0,8%

PD1
0,6%
εinv

PD2
0,4%

0,2% t = 100 ans


d0 = 270 kPa
0,0%
0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5
Distance horizontale par rapport à l'intrados de galerie [m]

Figure 3.21. Influence des paramètres viscoplastiques de PD du piédroit sur εinv à 100 ans –
Dégradation prédominante (PD1, PD2); a: d0 = 2500 kPa; b: d0 = 270 kPa

Taous Kamel 177


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

900
PD (2500kPa) PD (270kPa)

PV1 (2500kPa) PV1 (270kPa)

600 PV2 (2500kPa) PV2 (270kPa)


σv [kPa]

300

t = 100 ans
0
0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5
Distance horizontale par rapport à l'intrados de galerie [m]

Figure 3.22. Influence des paramètres viscoplastique de PD du piédroit sur σv à 100 ans avec deux
valeurs de d0 (2500 et 270 kPa) – Vieillissement prédominant (PV1, PV2)

La cohésion initiale de PD du piédroit n’a pas d’influence, sur le développement des


contrainte et déformation dans l’ouvrage, si la vitesse de vieillissement ou de fluage est
importante (PV1 et PV2). Dans ces deux cas, la réponse en contrainte et en déformation
obtenue à 100 ans se superposent pour deux valeurs de cohésion initiale assez éloignées
2500 et 270 kPa (Figure 3.22 et Figure 3.23). Le tassement en surface est aussi examiné,
la Figure 3.24 montre le développement des tassements selon les paramètres de résistance
et de fluage de PD du piédroit. Une tendance similaire à celle notée en contrainte et
déformation est observée, l’effet de la résistance de l’ouvrage est lié à la vitesse de
fluage. Si d0 est faible (270 kPa) la différence est maximale entre PD et PV2 mais elle est
maximale entre PD et PD2 dans le cas inverse (d 0 = 2500 kPa).
1,0%
PD (2500kPa) PD (270kPa)

0,8% PV1 (2500kPa) PV1 (270kPa)

PV2 (2500kPa) PV2 (270kPa)


0,6%
εinv

0,4% t = 100 ans

0,2%

0,0%
0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5
Distance horizontale par rapport à l'intrados de galerie [m]

Figure 3.23. Influence des paramètres viscoplastiques de PD du piédroit sur εinv à 100 ans avec
deux valeurs de d0 (2500 et 270 kPa) – Vieillissement prédominant (PV1, PV2)

Taous Kamel 178


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

Distance horizontale en surface x [m]


0 2,5 5 7,5 10 12,5 15

0
t = 100 ans
-5
Tassement [mm]

-10
-15

PD (2500kPa) PD (270kPa)
-20

PD2 (2500kPa) PD2 (270kPa)

PV2 (2500kPa) PV2 (270kPa)


-25

Figure 3.24. Effet couplé de d0 et des paramètres viscoplastiques de PD sur le tassement en


surface

Au niveau local, l’évolution de la courbe contrainte – déformation dans un point à 7,4


mètre de profondeur en piédroit est tracée pour différentes valeurs de cohésion initiale et
vitesse de déformation (Figure 3.25, Figure 3.26 et Figure 3.27). Ces figures montrent
bien que la cohésion initiale de PD influe sur la phase post-pic si la dégradation est
dominante (faible vitesse de fluage) Plus de résultats illustratifs ont été publiés par
Kamel et al. (2013 et 2013a) sur l’évolution des déformations et contraintes dans le
temps.
Nous présentons également, le pourcentage des éléments plastifiés vers l’extrados du
piédroit. Le nombre des éléments plastifiés (EP) ne dépend pas que de la cohésion initiale
(d 0) mais aussi des paramètres viscoplastiques, essentiellement du paramètre n de la loi
de fluage utilisée. Les courbes à 100 ans sont tracées Figure 3.28. Le nombre total des
éléments dans PD du piédroit est 32. Si la déformation dans l’ouvrage évolue
principalement sous l’effet du vieillissement (PV1 et PV2), la cohésion ou la résistance
initiale n’ont que très peu d’influence, en terme local et global. En revanche, cette
résistance initiale de l’ouvrage a une importante influence si l’évolution de la
déformation est engendrée principalement par l’adoucissement de d 0 (PD1, PD2 et PD3).
Le critère de rupture est atteint à l’extrados de piédroit quand la dégradation est
prépondérante (PD1, PD2 et PD3), quelques cas sont présentés à la Figure 3.29 juste
avant la rupture.

Taous Kamel 179


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

900

600
q [kPa]

300 PD (2500kPa)

PD (300kPa)

PD (270kPa)
0
0,00% 0,25% 0,50% 0,75% 1,00% 1,25%
εinv

Figure 3.25. Influence de d0 (PD) sur l’évolution contrainte-déformation (q-εinv) dans un point fixe
du piédroit à 7,4 m de profondeur avec PD

1200
PD3 (270kPa)
950
PD3 (350kPa)

700
Rupture
PD3 (500kPa)
q [kPa]

450

200

-50
0,00% 0,35% 0,70% 1,05% 1,40%
εinv

Figure 3.26. Influence de d0 (PD) sur l’évolution contrainte-déformation (q-εinv) dans un point fixe
du piédroit à 7,4 m de profondeur avec PD3

Cette étude montre, aussi, que la résistance et la vitesse de déformation de la partie


extrados du piédroit (PD) n’influent pas sur le comportement en voûte. La Figure 3.30
montre l’évolution de la déformation inélastique qui augmente dans le sens de la traction
à l’intrados de voûte. Cette déformation se développe de la même façon dans les
différents cas testés (PD, PD1, PD2, PD3, PV1 et PV2).

Taous Kamel 180


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

500

400

300
q [kPa]

200

100
PV1 (2500kPa) PV1 (270kPa)

0
0,00% 0,25% 0,50% 0,75% 1,00%
εinv
Figure 3.27. Influence de d0 (PD) sur l’évolution contrainte-déformation (q-εinv) dans un point fixe
du piédroit à 7,4 m de profondeur avec PV1
80

PD
PD1
PD2
60
EP. dans PD [%]

PD3
PV1
40

PV2

t = 100 ans
20
0

0 0,3 0,6 0,9 1,2 1,5


d0 (PD) du piédroit [MPa]

Figure 3.28. Pourcentage des éléments plastifiés EP dans PD en fonction de d0 à différentes


vitesse de déformation

Figure 3.29. Plastification des éléments dans l’ouvrage juste avant la rupture

Taous Kamel 181


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

0,06%
MAd2
0,03%

0,00%

PD>=270kPa
εin v

-0,03%

-0,06% PV2>=270kPa

-0,09%

-0,12%
0 30 60 90 120 150 180 210 240
Temps [ans]

Figure 3.30. Evolution de la déformation inélastique à l’intrados de voûte au cours du temps

3.1.3 Influence des vides après 85 ans d’exploitation – Modèle MAd2


Le modèle numérique MAd2 présenté précédemment en Figure 3.18 et les paramètres des
différents matériaux en Tableau 3.2 sont retenus pour cette analyse. Les vides sont créés
soit dans l’interface soit en bas du piédroit. Le Tableau 3.4 présente la taille des éléments
enlevés. Les éléments V0 à V13 et VS1-VS14 sont des éléments dans l’interface mais les
autres VB1 à VB6 sont des éléments dans le revêtement. L’influence des vides sur les
tassements en surface est examinée. Le suivi des convergences est fait aux points A, B et
C. L’évolution de contrainte et déformation inélastique verticale est tracée aux points V
et P du revêtement. Le développement de contrainte et déformation inélastique verticale
et de cisaillement dans l’élément V8 est également analysé.

Figure 3.31. Position des vides créés dans la galerie avec l’indication des points analysés

Taous Kamel 182


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

Nous supposons que les vides sont créés après 85 ans d’exploitation de la galerie. Nous
maintenons aussi l’adoucissement de la cohésion de l’interface et du piédroit.
Tableau 3.4. Taille des vides créés

Vide Largeur [cm] Hauteur [cm]


V0V11; VS1VS12 12,4 20
V12, V13, VS13 et VS14 12,4 12,5
VB1  VB6 13,5 12,5

3.1.3.1 Déformations au cours de la dégradation dans l’interface


L’évolution de la déformation inélastique au cours du temps dans l’élément V8 de
l’interface est tracée pour les différentes configurations d’apparition des vides au de -là de
85 ans. Les vides crées ont la taille d’un élément, 2 éléments, 3 voire 4 éléments. Ces
vides peuvent se trouver autour ou loin de l’élément analysé. Les courbes obtenues sont
comparées par rapport à la courbe de déformation sans vides SV. La Figure 3.32 montre
qu’après l’extraction de V8 la déformation ne se développe plus dans cet élément analysé
dès 85 ans. Les autres figures (Figure 3.33, Figure 3.34, Figure 3.35, Figure 3.36, Figure
3.37 et Figure 3.38) montrent l’impact de la perte de matière sur cet élément au cours de
l’exploitation de la galerie.
0,6%
d0 (PD) = 2,5 MPa

0,4%
εinv

0,2% SV

VB1-VB2-V8-V9

0,0%
0 30 60 90 120 150 180 210 240
Temps [ans]
Figure 3.32. Influence des vides sur εinv en fonction du temps – V8: éléments d’interface analysé
0,6%
d0 (PD) = 2,5 MPa

0,4%
εin v

SV
0,2% VB1-VB2-VS8
VB1-VB2-VS9
VB1-VB2-VS10
0,0%
0 30 60 90 120 150 180 210 240
Temps [ans]

Figure 3.33. Influence des vides sur εinv – 2 vides en bas du piédroit et 1 vide autour de V8 analysé

Taous Kamel 183


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

Le taux d’influence est lié à la position du vide par rapport à l’élément examiné. Mais,
globalement, ces vides ne modifient pas intensément l’évolution de la déformation
inélastique verticale dans V8. Par ailleurs, l’impact de la perte de la matière sur la
déformation inélastique en cisaillement devient plus important. Néanmoins, cette
importance est notamment liée à la position du vide par rapport à V8.
0,6%
d0 (PD) = 2,5 MPa

0,4%
εin v

0,2%
SV V4-V9
VB1-VB2-V9 V9-V10-VS14
0,0%
0 30 60 90 120 150 180 210 240
Temps [ans]

Figure 3.34. Influence des vides sur εinv en fonction du temps – V9 en bas de l’élément analysé

La Figure 3.40 montre que la déformation ε incis , d’un élément d’interface analysé à 8,2 m
de profondeur, se rétrécit si le vide est juste en haut de cet élément. Mais, dans d’autres
cas, cette déformation tend vers des déformations à l’état de rupture (fluage tertiaire),
plus précisément sa vitesse de déformation augmente après la création du vide ( Figure
3.41 et Figure 3.42)
0,6%
d0 (PD) = 2,5 MPa

0,4%
εin v

SV
0,2% V5-V7
V4-V7
V7-VB2-VB3
0,0%
0 30 60 90 120 150 180 210 240
Temps [ans]

Figure 3.35. Influence des vides sur εvin en fonction du temps – V7 en haut de V8

Taous Kamel 184


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

0,63%
d0 (PD) = 2,5 MPa

0,42%
SV
εin v

V7-V9
0,21%
VS8-VS9
VS10-V9
0,00%
0 30 60 90 120 150 180 210 240
Temps [ans]

Figure 3.36. Influence des vides sur εvin en fonction du temps – 2 vides autour de V8

0,64%
d0 (PD) = 2,5 MPa

0,48%
εin v

0,32%
SV V7-VS8-V9

0,16% V7-VS9-V9 VS8-VS9-V9

V7-VS9-VS10 VS8-VS9-VS10
0,00%
0 30 60 90 120 150 180 210 240
Temps [ans]

Figure 3.37. Influence des vides sur εvin en fonction du temps – 3 vides autour de V8

0,6%

0,4%
εin v

SV V0-V13
0,2%
V4-V10 V5-VS6

VS7-V13 V13-VS14
0,0%
0 30 60 90 120 150 180 210 240
Temps [ans]

Figure 3.38. Influence des vides sur εvin en fonction du temps – aucun vide ni en contact avec V8

Taous Kamel 185


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

0,44%

0,33%
εcisin

0,22%
SV
VB1-VB2-VS8
0,11% VB1-VB2-VS9
VB1-VB2-VS10
0,00%
0 30 60 90 120 150 180 210 240
Temps [ans]

Figure 3.39. Influence des vides sur εcisin en fonction du temps – 2 vides en bas du piédroit et 1
vide autour de l’élément d’interface analysé
0,4%

0,3%
εcisin

0,2%
SV
V4-V7
0,1% V5-V7
V7-VB2-VB3
0,0%
0 30 60 90 120 150 180 210 240
Temps [ans]

Figure 3.40. Influence des vides sur εcisin en fonction du temps – V7 en haut de V8
0,6%
SV
V7-V9
0,4% VS8-VS9
εcisin

VS10-V9

0,2%

0,0%
0 30 60 90 120 150 180 210 240
Temps [ans]

Figure 3.41. Influence des vides sur εcisin en fonction du temps – 2 vides autour de V8

Taous Kamel 186


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

0,75%
SV
V7-VS8-V9
V7-VS9-V9
0,50%
VS8-VS9-V9
εcisin

V7-VS9-VS10
VS8-VS9-VS10
0,25%

0,00%
0 30 60 90 120 150 180 210 240
Temps [ans]

Figure 3.42. Influence des vides sur εcisin en fonction du temps – 3 vides autour de V8
0,4%

0,3%
εcisin

0,2% SV
V0-V13
V4-V10
0,1% V5-VS6
VS7-V13
V13-VS14
0,0%
0 30 60 90 120 150 180 210 240
Temps [ans]
Figure 3.43. Influence des vides sur εcisin en fonction du temps – aucun vide autour de V8

3.1.3.2 Contraintes au cours de la dégradation dans l’interface


Au niveau local, la création des vides modifient le développement des contraintes dans le
temps, cette modification est liée à l’effort repris.
1000
SV VB1-VB2-VS8
800
VB1-VB2-VS9 VB1-VB2-VS10
600
σv [kPa]

400

200

0
0 30 60 90 120 150 180 210 240
Temps [ans]
Figure 3.44. Influence de 2 vides en bas du piédroit et 1 vide autour de V8 sur σv

Taous Kamel 187


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

900
SV V7-VS8-V9
700
V7-VS9-V9 VS8-VS9-V9

500 V7-VS9-VS10 VS8-VS9-VS10


σv [kPa]

300

100

-100
0 40 80 120 160 200 240
Temps [ans]
Figure 3.45. Influence de 3 vides autour de l’élément d’interface V8 sur σv en fonction du temps
1000
SV V0-V13
800
V4-V10 V5-VS6

600 VS7-V13 V13-VS14


σv [kPa]

400

200
8,2 m
0
0 30 60 90 120 150 180 210 240
Temps [ans]

Figure 3.46. Influence de 2 vides sur σv en fonction du temps – Pas de vide autour de V8

Suite à la perte de la matière, l’effort repris par le matériau entourant le vide diminue ou
augmente (Figure 3.44 et Figure 3.45). L’effet du vide sur cette contrainte s’étend sur un
rayon étroit, si le vide n’est pas en contact avec la zone examinée. Donc, l’évolution de la
contrainte sera très légèrement modifiée et voire non modifiée, Figure 3.46. L’évolution
de contrainte dans le temps, après la perte de la matière, est liée aussi au sens des efforts.
Le comportement dans la direction de cisaillement est plus affecté par l’apparition des
vides (Figure 3.47, Figure 3.48, Figure 3.49 et Figure 3.50). La contrainte de cisaillement
σcis diminue avec le temps dans l’élément qui est en dessous du vide créé, ce qui veut dire
que les efforts en compression dans la direction de cisaillement ne se transmettent pas
vers la matière qui se trouve juste en bas du vide, Figure 3.47.

Taous Kamel 188


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

35

25

15
σcis [kPa]

-5 SV
V5-V7
-15
V4-V7
-25
V7-VB2-VB3
-35
0 30 60 90 120 150 180 210 240
Temps [ans]
Figure 3.47. Influence des vides sur σcis au cours du temps– V7 en haut de l’élément analysé
35

28
σcis [kPa]

21

14
SV VB1-VB-VS8
7
VB1-VB2-VS9 VB1-VB2-VS10

0
0 30 60 90 120 150 180 210 240
Temps [ans]
Figure 3.48. Influence de 2 vides en bas du piédroit et un vide autour de V8 sur σcis
60
8,2 m
50

40
σcis [kPa]

30

20
SV V9-V10-VS14

10 V4-V9 VB1-VB2-V9

0
0 30 60 90 120 150 180 210 240
Temps [ans]
Figure 3.49. Influence des vides sur σcis en fonction du temps – V9 en bas de l’élément analysé

Par contre, cette contrainte augmente si le vide est en bas de cet élément d’interface
analysé. Donc, les efforts dans la direction de cisaillement se transmettent vers le
matériau constitutif qui est juste en haut du vide. Néanmoins, la reprise des efforts de
cette dernière dépend sa déformation et du volume du vide créé comme le montre la
Figure 3.49.

Taous Kamel 189


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

70

8,2 m
50

30
σcis [kPa]

SV
10
V7-VS8-V9

-10 V7-VS9-V9
VS8-VS9-V9
-30 V7-VS9-VS10
VS8-VS9-VS10
-50
0 30 60 90 120 150 180 210 240

Temps [ans]
Figure 3.50. Influence des vides sur σcis en fonction du temps – 3 vides autour de V8 analysé
35

21

SV
7
σcis [kPa]

V0-V13
V4-V10
-7
V5-VS6
-21 VS7-V13
V13-VS14
-35
0 30 60 90 120 150 180 210 240
Temps [ans]

Figure 3.51. Influence des vides sur σcis en fonction du temps – Pas de vide autour de V8

L’étendu de champs d’influence du vide dans la direction de cisaillement est plus large
que celui dans la direction verticale (Figure 3.46 et Figure 3.51).

3.1.3.3 Déformations au cours de la dégradation dans le piédroit


La déformation inélastique dans la direction verticale au point P du piédroit, à 7,4 m de
profondeur, est en compression. L’impact des vides sur son évolution est presque
négligeable (Figure 3.52, Figure 3.53 et Figure 3.54). Cependant, cet effet est plutôt
considérable dans le sens de cisaillement (Figure 3.55). Notamment s’il y a un grand vide
qui entoure le point P analysé, voir l’effet de V4-VS5 en Figure 3.56

Taous Kamel 190


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

0,8%
7,4 m

0,6%

0,4%
εvin

0,2% SV V4
V5 VB1
0,0%
0 30 60 90 120 150 180 210 240
Temps [ans]
Figure 3.52. Influence d’un vide sur εinv dans un point P en piédroit – V4 et V5 entourent P
0,8%

d0 (PD) = 2,5 MPa


0,6%
εvin

0,4%
SV V4-V5
0,2%
V4-VS5 V5-VS6
VB1-V13 V0-V13
VB1-VB2
0,0%
0 30 60 90 120 150 180 210 240
Temps [ans]
Figure 3.53. Influence de 2 vides sur εinv dans un point P en piédroit – V4 et V5 entourent P

0,8%
d0 (PD) = 2,5 MPa
0,6%
εvin

0,4% SV
V8-V9-VS14
0,2%
VB1-VB2-V9
V6-V8-V10
0,0%
0 30 60 90 120 150 180 210 240
Temps [ans]
Figure 3.54. Influence de 3 vides sur εvin dans le point P – Pas de vide autour de P

Taous Kamel 191


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

0,00%

SV V5
-0,02%
εcisin

-0,04%

7,4 m
-0,06%
0 40 80 120 160 200 240
Temps [ans]

Figure 3.55. Influence d’un vide sur εincis dans un point P en piédroit – V5 autour de P
0,00%

-0,04%
εcisin

SV
-0,08% V4-V5
V4-VS5
V5-VS6
VB1-VB2
-0,12%
0 30 60 90 120 150 180 210 240

Temps [ans]
Figure 3.56. Influence de 2 vides sur εincis dans un point P en piédroit – V4 et V5 entourent P

3.1.3.4 Contraintes au cours de la dégradation dans le piédroit


La réponse en contrainte du piédroit corrobore celle de l’interface, le comportement du
matériau dans la direction de cisaillement de l’ouvrage est plus affectée par la perte du
volume comparativement à la direction verticale (Figure 3.57, Figure 3.58, Figure 3.59 et
Figure 3.60).
1200

900
σv [kPa]

600

300 SV V4 V5 VB1

0
0 30 60 90 120 150 180 210 240
Temps [ans]
Figure 3.57. Influence d’un vide sur σv dans un point P en piédroit – V4 et V5 entourent P

Taous Kamel 192


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

1200

7,4 m
900
σv [kPa]

600

SV V4-V5 V4-VS5
300 V5-VS6 V5-V7 VB1-V13
V0-V13 VB1-VB2
0
0 30 60 90 120 150 180 210
Temps [ans]
Figure 3.58. Influence de 2 vides sur σv dans un point P en piédroit – V4 et V5 entourent P
20

0
σcis [kPa]

-20 d0 (PD) = 2,5 MPa

-40 SV V5

-60
0 40 80 120 160 200 240
Temps [ans]
Figure 3.59. Influence du vide V5 sur σcis dans un point P en piédroit en fonction du temps
40
7,4 m

-10
σcis [kPa]

SV
-60
V4-V5
V4-VS5
V5-VS6
VB1-VB2
-110
0 30 60 90 120 150 180 210 240
Temps [ans]
Figure 3.60. Influence de 2 vides sur σcis dans un point P en piédroit – V4 et V5 entourent P

3.1.3.5 Etat de contrainte-déformation global


L’apparition des vides modifie l’état de contrainte global (Figure 3.61), surtout dans
l’interface et le revêtement.

Taous Kamel 193


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

Figure 3.61. Etat de contrainte de Mises global à l’instant final tf = 240 ans – sans vide SV et avec
3 vides VB2-VB4-VB6

Figure 3.62. Etat de contrainte de Mises, à l’instant final tf = 240 ans, dans l’interface et le
revêtement – sans vide et avec différents cas de vides

Taous Kamel 194


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

La répartition change selon la position et la taille de vide, Figure 3.62. La valeur


maximale atteinte en contrainte de Von Mises est de 627 kPa, obtenue à l’instant final t f,
avec le modèle sans vide, et se positionne en zone rein. Tandis qu’avec 3 vides
discontinus en bas du piédroit, le maximum change de position et devient plus important
en bas du piédroit, soit 826 kPa. Conséquemment, le maximum en contrainte est souvent
en zone entourée par un vide. Mais, ces vides n’induisent pas d’importantes déformations
irréversibles dans l’ouvrage. La Figure 3.63 montre qu’il n’y a que 0,003% de différence
en termes de déformation irréversible maximale entre le modèle de galerie sans vide et le
modèle avec 3 vides en bas du piédroit, à l’instant final. En terme local, la différence est
plus importante dans la direction de cisaillement, une différence de 0,02% est notée entre
les deux cas, Figure 3.64.

Figure 3.63. Etat de déformation global dans le plan principal à l’instant final t f = 240 ans – sans
vide SV et avec 3 vides VB2-VB4-VB6

Taous Kamel 195


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

Figure 3.64. Déformation inélastique en cisaillement dans le piédroit à l’instant final tf = 240 ans –
sans vide SV et avec 3 vides VB2-VB4-VB6 – Compression (+) et Traction (-)

3.1.3.6 Déplacements et tassements


Le tassement en surface n’est pas affecté ni par la position ni par la taille du vide crée en
interface ou en bas du piédroit. La Figure 3.65 montre la superposition des courbes de
tassement avec différentes configurations de perte de matière à 200 ans. L’évolution du
déplacement, en 3 points du revêtement A, B et C (Figure 3.31), a été également analysé.
L’évolution de la convergence à l’intrados du soutènement n’est pas affectée par la perte
de la matière à l’interface et en piédroit (Figure 3.66 et Figure 3.67).

Distance horizontale en surface x [m]


0 2,5 5 7,5 10 12,5 15
Tassement absolu [mm]
-5

200 ans SV
d0 (PD) = 2,5 MPa
V4
VS8-V13
VB1-VB2
-15

V13-VS14
V7-VB2-VB3
VS13-VS9-V9
VB1-VB2-V8-V9
-25

Figure 3.65. Influence de la création des vides sur le tassement en surface

Taous Kamel 196


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

27
uv au point A [mm]
18
9

SV V9-VS9-VS13

V9-V10-VS14 VB1-VB2-VS9
0

0 30 60 90 120 150 180 210


Temps [ans]
Figure 3.66. Convergence uv au point A, à l’intrados de voûte – Avec 3 vides et SV
15
12
uv au point B [mm]

SV
9

V0-V1-VS1
6

V9-VS9-VS13
VB1-VB2-VS9
3
0

0 30 60 90 120 150 180 210 240


Temps [ans]

Figure 3.67. Déplacement uv au point B, à l’intrados de naissance de voûte – Avec 3 vides et SV

Sauf pour le point C, qui se trouve à l’intrados du piédroit, qui montre une légère
augmentation du déplacement u v, sur le long terme, lorsque ces vides surgissent à
l’intrados du bas de piédroit, voir VB4-VB5-VB6 en Figure 3.68.
9
uv au point C [mm]
6

SV
VB2-VB3-VB5
VB3-VB4-VB5
3

VB1-VB3-VB6
VB2-VB4-VB6
VB4-VB5-VB6
0

0 30 60 90 120 150 180 210 240


Temps [ans]
Figure 3.68. Déplacement uv au point C, à l’intrados du piédroit – Avec 3 vides et SV

3.1.3.7 Influence du moment de la création du vide


Dans cette partie, l’effet de l’instant d’apparition des vides est analysé en comparant les
résultats au niveau local et global. Nous rappelons que l’élément V8 d’interface analysé

Taous Kamel 197


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

se trouve à 8,2 m de profondeur. La Figure 3.69 montre que l’instant de l’apparition des
vides n’influe pas sur la déformation inélastique atteinte dans cet élément d’interface. Par
contre, une différence est notée en termes d’évolution de contrainte dans la direction de
cisaillement. Le moment de la création des vides n’influe pas sur les tassements en
surface et le mouvement dans l’ouvrage, Figure 3.70.
60 0,4%

0,3%
40
σcis [kPa]

0,2%

εcisin
SV
20 SV 0,1% V7-VS9-VS10 (85ans)
V7-VS9-VS10 (85ans)
V7-VS9-VS10 (30ans)
V7-VS9-VS10 (30ans)
0,0%
0
0 60 120 180 240
0 60 120 180 240
Temps [ans] Temps [ans]
Figure 3.69. Influence du moment de la création de 3 vides sur σcis et εcisin – 3 vides autour de V8

Distance horzontale en surface [m]


0 2,5 5 7,5 10 12,5 15
0
Tassement absolu [mm]

200 ans
-5

d0 (PD) = 2,5 MPa


-10

SV

VS8-VS9-V9 (30ans)
-15

VS8-VS9-V9 (55ans)
-20

VS8-VS9-V9 (85ans)
-25

Figure 3.70. Influence du moment de la création du vide sur le tassement à t = 200 ans

3.1.4 Influence de l’épaisseur du piédroit dégradé – Geom2


Cette fois, nous reprenons le modèle de galerie Geom2 sans interface présenté en Figure
2.6. Une analyse similaire est refaite en intégrant l’influence d’une vitesse de fluage. En
remplaçant les étapes par le temps, la courbe de réduction est donnée Figure 3.71.
Tableau 3.5. Paramètres viscoplastiques des différentes parties de la galerie Geom2
Zone Encaissant Voûte Piédroit Radier
A e
3,32 -11 2,8 e-10 1 5,48 e-14 2 2,04 e-14 3 2,26 e-11 4
n 1 1 1 1 1
m -0,49 -0,96 -0,397 -0,592 -0,8
1
Bieniawski (1970); 2 Malan (1998); 3Hughes et Wu (2007); 4Eurocode2

Taous Kamel 198


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

Les paramètres des différentes parties sont donnés au Tableau 2.4 et les paramètres
viscoplastiques sont présentés Tableau 3.5. L’étude est réalisée en utilisant deux jeux de
données des paramètres de fluage, des paramètres de roche (Malan 1998) et des
paramètres de fluage de maçonnerie (Hughes et Wu 2007).
1
Réduction de cohésion d/d0
0,8

Geom2
0,6
0,4
0,2
0

0 30 60 90 120 150 180 210


Temps [ans]
Figure 3.71. Réduction de la cohésion en fonction du temps

La galerie est sous le chargement géostatique et une charge de sur exploitation du trafic
en surface de 22 kPa est aussi considérée. La chute de résistance à la traction a été
également prise en compte dans cette étude.

Figure 3.72. Effet de l’épaisseur dégradée sur la contrainte de Mises dans le revêtement juste
avant la rupture – Paramètres viscoplastique du piédroit (Malan 1998)

Taous Kamel 199


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

Figure 3.73. Influence de l’épaisseur dégradée sur la surface plastifiée juste avant la rupture –
Paramètres viscoplastique du piédroit (Malan 1998)

La répartition de contrainte de Mises à la rupture est présentée Figure 3.72 selon


l’épaisseur dégradée de piédroit en utilisant les paramètres de fluage de roche (Malan
1998). Dans les deux premiers cas (e = 13,5 et 27 cm) la contrainte à la rupture, qui est
atteinte à 160 ans avec une cohésion résiduelle de 75 kPa en zone dégradée, est maximale
en voûte. Il en est de même avec une dégradation entière de piédroit, mais cette fois la
rupture est atteinte à 145 ans avec une cohésion résiduelle de 150 kPa en zone dégradée.
Quant aux autres (40, 54 et 67 cm), l’état de contrainte de Mises atteint à la rupture, avec
un d f = 150 kPa, est quasiment identique. Mais le maximum se trouve à l’intrados de la
naissance de voûte. La surface plastifiée à la rupture de l’ouvrage est distincte entre les
différents sauf entre e = 40 et 54 cm (Figure 3.73), tout en considérant les paramètres de
fluage (Malan 1998) en piédroit.
650 0,85%

520 0,68%

Paramètres
390 viscoplastique du 0,51%
σv [kPa]

piédroit (Malan 1998)


εvin

260 0,34%

130 0,17%
S22 (e=13,5) S22 (e=40) S22 (e=80)
Def_v (e=13,5) Def_v (e=40) Def_v (e=80)
0 0,00%
0 30 60 90 120 150 180
Temps [ans]

Figure 3.74. Contrainte σv et déformation εvin en fonction du temps dans un élément en piédroit à
7,4 m de profondeur – Effet d’épaisseur du piédroit dégradée

Taous Kamel 200


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

La Figure 3.74 présente des courbes de contrainte et déformation viscoplastique en


extrados de piédroit à 7,4 m de profondeur pour trois épaisseurs dégradées. Les courbes
sont identiques en terme de contraintes et déformation jusqu’à 145 ans quand la rupture
est atteinte avec e = 40 et 80 cm.
S12 (e=27) S12 (e=54) S12 (e=80)
Def_cis (e=27) Def_cis (e=54) Def_cis (e=80)
10 0,10%

-4 -0,04%
σcis [kPa]

εcisin
-18 -0,18%

-32 -0,32%

-46 Paramètres -0,46%


viscoplastique du
piédroit (Malan 1998)
-60 -0,60%
0 30 60 90 120 150 180
Temps [ans]
Figure 3.75. Contrainte σcis et déformation εcisin en fonction du temps dans un élément en naissance
de voûte à 6,2 m de profondeur – Effet d’épaisseur du piédroit dégradée

Une comparaison similaire est faite en termes de contrainte et déformation en


cisaillement à l’intrados de naissance de voûte. Une dispersion en termes de contrainte
est notée entre les 3 cas (e = 27, 54 et 80 cm).
-0,30%

160
Def_cis
-0,33%

df 120
εincis _Traction [%]

df [kPa]
-0,35%

80
-0,38%

GeoS + 22 kPa
40
E=75MPa
-0,40%

0
0 15 30 45 60 75 90
e [cm]

Figure 3.76. Traction maximale en cisaillement avant la rupture en fonction de l’épaisseur


dégradée – paramètres viscoplastique (Malan 1998)

Taous Kamel 201


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

0,66%
160

0,65%
εincis _Compression [%]

120
0,64%

df [kPa]
80
0,63%

Def_cis
40

df
0,62%

0
0 15 30 45 60 75 90
e [cm]

Figure 3.77. Compression maximale en cisaillement avant la rupture en fonction de l’épaisseur


dégradée – paramètres viscoplastique (Malan 1998)

L’évolution de la déformation maximale en traction en naissance de voûte, et celle en


compression à l’intrados du piédroit, atteintes à la rupture dans la direction de
cisaillement, et en fonction de l’épaisseur dégradée, sont présentées Figure 3.76 et Figure
3.77. Le maximum est atteint en traction pour une épaisseur dégradée entre 13,5 et 27 cm
et avec une cohésion résiduelle identique en zone dégradée d f = 75 kPa. La déformation
est légèrement moins importante si l’épaisseur dégradée est entre 40 et 67 cm mais avec
une cohésion résiduelle plus grande d f = 150 kPa. Une ré-augmentation est notée si le
piédroit est entièrement dégradé avec cette même cohésion résiduelle. L’évolution de la
déformation maximale verticale est également tracée en fonction de l’épaisseur dégradée,
Figure 3.78. Cette déformation est maximale à l’intrados du bas de piédroit (8,6 m de
profondeur) dans les différentes configurations sauf si e = 27 cm, elle sera maximale à
l’extrados du piédroit (point 2).
0,80%

160
2
0,78%

1 120
εinv [%]

0,76%

df [kPa]

80
0,74%

40
Def_v df 1 1 1 1
0,72%

0
0 15 30 45 60 75 90
e [cm]

Figure 3.78. Déformation εinv maximale, avant la rupture, en fonction de l’épaisseur dégradée –
paramètres viscoplastique (Malan 1998)

Taous Kamel 202


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

3.1.4.1 Effet de la vitesse de déformation du piédroit


L’effet des paramètres viscoplastiques du piédroit a été pris en compte, une étude
identique a été faite en utilisant les paramètres de fluage de maçonnerie (Hughes et Wu
2007). Les résultats sont comparés en termes de contrainte et déformation à l’intrados du
rein de la galerie avec une épaisseur dégradée de 54 cm. Le comportement entre les deux
cas montre des dispersions. La rupture est atteinte à 145 ans avec d f = 150 kPa avec les
paramètres Malan (1998) tandis qu’elle est atteinte tardivement à 170 ans avec une
cohésion résiduelle de Hughes et Wu (2007). En revanche la déformation permanente
atteinte dans le cas Mln98 est plus importante.
0 0,00%
S12 (Hu_Wu07)
S12 (Mln98)
-70 Def_cis (Hu_Wu07) -0,03%
Def_cis (Mln98)

-140 -0,06%
σcis [kPa]

εcisin
-210 -0,09%

-280 -0,12%

e (PD) = 54 cm
-350 -0,15%
0 30 60 90 120 150 180
Temps [ans]
Figure 3.79. Influence de la vitesse de fluage du piédroit sur σcis et εcisin dans un élément à
l’intrados du rein de la galerie – Avec e = 54 cm

L’étendue de la zone plastifiée à la rupture est plus importante avec les paramètres de
fluage de maçonnerie (Hughes et Wu 2007), Figure 3.80.

Figure 3.80. Influence de la vitesse de fluage sur la zone plastifiée dans la galerie à différentes
épaisseurs dégradées

La probabilité de fissuration est tracée le long de l’épaisseur du piédr oit à deux


différentes profondeurs 7,8 et 8,2 m et en bas du piédroit à 8,6 m de profondeur à 100 ans

Taous Kamel 203


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

et à la rupture. La probabilité représente le rapport entre la déformation dans le point


analysé et la déformation maximale à la rupture. A 100 ans la probabilité de fissuration,
dans une galerie à 27 cm d’épaisseur du piédroit dégradée, obtenue en utilisant les
paramètres de fluage de Hughes et Wu (2007) et ceux de Malan (1998) sont comparés
Figure 3.81avec la probabilité analytique proposée par Llanca et al. (2013).
80%

t = 100 ans
Probabilité d'apparition des fissures

e (PD) = 27 cm
60%

40%

20%
Courbe de tendance de la probabilité de
fissuration à l'état actuel des ouvrages
0%
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1
Epaisseur du piédroit e [m]
Prob_Act 7,8m (Mln98) 8,2m (Mln98) Moy (Mln98)

7,8m (Hu_Wu70) 8,2m (Hu_Wu70) Moy (Hu_Wu70)

Figure 3.81. Probabilité d’apparition des fissures à deux niveaux de profondeur en piédroit à l’état
actuel de galerie – Avec deux différentes vitesses de déformation du piédroit

La courbe moyenne représente la probabilité de fissuration moyenne entre 7,8 et 8,2 m de


profondeur. Un rapprochement notable est noté entre la courbe moyenne Hu_Wu70 et la
courbe analytique. Par contre, la probabilité de fissuration obtenue avec l’autre cas est
nettement supérieure par rapport à la courbe analytique actuelle. Sur le long terme , et
plus exactement à la rupture, avec le cas présenté Figure 3.82, la fissuration peut
augmenter d’une moyenne de 40% et d’un maximum de 56% à l’extrados et de 13% à
l’intrados avec 27 cm d’épaisseur dégradée, tout en considérant que les paramètres de
fluage de maçonnerie de Hughes et Wu 2007 sont plus représentatifs.

Taous Kamel 204


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

100%
Probabilité d'apparition des fissures Prob_Act 7,8m (Hu_Wu70)

80% 8,2m (Hu_Wu70) Moy (Hu_Wu70)

60%
e (PD) = 27 cm
A la rupture tf = 145 ans

40%

20%
Courbe de tendance de la probabilité de
fissuration à l'état actuel des ouvrages
0%
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1
Epaisseur du piédroit e [m]
Figure 3.82. Probabilité d’apparition des fissures à deux niveaux de profondeur en piédroit à l’état
actuel de galerie – e (PD) = 27cm
80%
e=27cm (Mln98)
Probabilité d'apparition des fissures

e=27cm (Hu-Wu07)
60% e=54cm (Mln98)
e=54cm (Hu_Wu07)

40%

t = 100 ans
20%

0%
0 0,15 0,3 0,45 0,6 0,75 0,9
Epaisseur du piédroit e [m]
Figure 3.83. Probabilité de fissuration en bas de piédroit à 100 ans – Avec deux différentes
vitesses de fluage du piédroit et deux épaisseurs dégradées

La probabilité de fissuration a été également comparée en bas du piédroit pour deux


épaisseurs dégradée à 100 ans et à la rupture en Figure 3.83et Figure 3.84.

Taous Kamel 205


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

100%
e=27cm (Mln98)
Probabilité d'apparition des fissures

e=27cm (Hu-Wu07)
80%
e=54cm (Mln98)
e=54cm (Hu_Wu07)
60%

40%

à la rupture
20%

0%
0 0,15 0,3 0,45 0,6 0,75 0,9
Epaisseur du piédroit e [m]

Figure 3.84. Probabilité de fissuration en bas de piédroit à la rupture – Avec deux différentes
vitesses de fluage du piédroit et deux épaisseurs dégradées

e [cm]
0 15 30 45 60 75 90
-15
Tassement maximal [mm]
-20

tf (Mln98) tf (Hu_Wu07)
-25
-30

Figure 3.85. Tassement maximal en surface en fonction de l’épaisseur dégradée à la rupture avec
les deux jeux de données de fluage du piédroit

Le tassement maximal en surface n’est pas influencé par la taille de l’épaisseur dégradée
mais il est notamment affecté par la vitesse de fluage de ce dernier, voir Figure 3.85.

3.2 Dégradation différée d’un tunnel


Nous reprenons le modèle d’ouvrage présenté Figure 2.4 sauf que l’hétérogénéité de
l’encaissant n’est pas prise en compte à cause de la non disponibilité des paramètres de
fluage des différents sols encaissants. Mais un module d’élasticité assez faible (75 MPa)
de l’encaissant est pris en compte afin de reprendre un cas critique. Deux courbes de
cinétique de réduction de cohésion de l’interface et de la zone extrados du piédroit PD,

Taous Kamel 206


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

présentées Figure 3.86, ont été prises en compte dans cette étude. La première courbe
proposée reprend la même évolution de la réduction considérée dans le cas instantané.
L’autre courbe, calée sur la courbe de diminution de la résistance de la calcarénite dans le
temps, sous l’effet d’une altération chimique, a été proposée par Nova et al. (2003). La
durée de test réel est de plus de 150 min, et dans l’étude en cours, les minutes ont été
remplacées par les années. Il est important de rappeler que cet adoucissement est supposé
dans l’interface, de 5 cm d’épaisseur, et dans l’extrados du piédroit PD qui est à 47,5 m
et qui vaut la moitié du piédroit. La chute de résistance à la traction en voûte est
supposée à 80 ans. L’influence de la vitesse de vieillissement de l’interface et celle de la
cohésion initiale d 0 de l’interface et du PD a été prise en considération.
Tableau 3.6. Paramètres des différentes parties de l’ouvrage tunnel

Matériau E [GPa] d 0 [kPa] Rt [MPa] β° A n m

Encaissant 0,075 37,5 40,9 3,32 e-11 1 -0,49


e
Voûte 16,0 1,8  0,2 44,8 2,8 -10 1 -0,9
1
2,63-13 1 -0,873
Interface 11 2500 * 20
3,9 e-12 2 1 -0,664
Piédroit dégradé PD 6,4 5900 *
40,9 2,04 e-14 3 1 -0,592
Piédroit sain PS 6,4 5900

Radier 8,0 2300 40,9 2,26 e-11 1 -0,8


1 2 3
Int_Num; Gamalath 1991; Hughes et Wu (2007)
1

Num
0,8

Cal_Nova03
0,6
d /d0

Poly. (Num)
0,4

y = 3E-05x2 - 0,0107x + 1,0025


0,2
0

0 30 60 90 120 150 180 210


Temps [ans]

Figure 3.86. Courbes de réduction de cohésion de l’interface et du piédroit PD

3.2.1 Influence de la courbe d’adoucissement


La courbe d’adoucissement influe sur le report de contraintes dans l’ouvrage. Avec la
courbe de réduction de cohésion proposée dans cette étude, la rupture de l’ouvrage est
atteinte à 120 ans tandis qu’avec l’autre courbe calée sur la courbe de réduction de Nova
et al. (2003), la rupture est atteinte 20 ans avant. La Figure 3.87 compare la contrainte et

Taous Kamel 207


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

la déformation inélastique à l’intrados de voûte entre les deux cas. La cohésion résiduelle
à la rupture obtenue, en utilisant la courbe d’écrouissage négatif numérique, est de 381
kPa en interface et 900 kPa en zone dégradée du piédroit. Par contre ces valeurs sont un
peu plus faibles dans l’autre cas, environ 312,5 kPa en interface et 737 kPa en PD.
10 0,02%

d0 (PD) = 5,9 MPa


5 -0,01%
d0 (Int) = 2,5 MPa
σv [kPa]

S22 (Num)

εin v
0 -0,04%
S22 (Cal_Nova03)
Def_v (Num)
Def_v (Cal_Nova03)
-5 -0,07%

zoom
-10 -0,10%
0 30 60 90 120 150

Rupture Temps [ans]

Figure 3.87. Influence de la courbe d’adoucissement sur l’évolution de σv et εvin à l’intrados de


voûte

La déformation inélastique en traction augmente rapidement à l’intrados de voûte au


moment de la rupture comme présenté en Figure 3.88.

-0,082%

-0,083%
εin v

-0,084%

zoom
-0,085%
119,79 119,8 119,81 119,82

Temps [ans]
Figure 3.88. Zoom sur l’évolution de la déformation inélastique en traction à l’intrados de voûte à
la rupture – Courbe d’adoucissement Num

L’analyse de l’évolution de la contrainte et de déformation en cisaillement à l’intrados du


rein de l’ouvrage montre que le comportement de l’ouvrage dans cette zone est identique
dans les deux cas (Figure 3.89). Sauf qu’avec la cinétique Num, la rupture est atteinte 20
ans plus tard par rapport à la cinétique calée sur la courbe de Nova et al. (2003).
Le déplacement atteint à la rupture dans les différents points l’ouvrage est presque
similaire dans les deux cas, la différence maximale notée est de 0,1 mm, voir Figure 3.90.

Taous Kamel 208


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

0 0,00%
S12 (Cal_Nova03) S12 (Num)
-200 Def_cis (Cal_Nova03) Def_cis (Num) -0,07%

-400 -0,14%
σcis

d0 (PD) = 5,9 MPa

εin cis
d0 (Int) = 2,5 MPa
-600 Gam91 -0,21%

-800 -0,28%

-1000 -0,35%
0 25 50 75 100 125
Temps [ans]

Figure 3.89. Evolution de σv et εvin en fonction du temps à l’intrados du rein du tunnel sous l’effet
de deux courbes de cinétique de dégradation

La surface plastifiée, présentée Figure 3.91 est légèrement plus étendue avec
l’adoucissement numérique Num.

Figure 3.90. Influence de la cinétique de dégradation sur les convergences à la rupture

Figure 3.91. Influence de la courbe d’adoucissement sur la surface plastifiée à la rupture

Taous Kamel 209


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

Avec les données utilisées dans cette étude paramétrique, essentiellement les paramètres
de fluage et l’évolution d’adoucissement dans les zones dégradées (Cal_Nova03), il
apparaît que l’endommagement est accéléré par rapport à l’état actuel des tunnels du
métro Parisien. Cependant, ces résultats demeurent raisonnables et envisageables dans
des ouvrages exposés à de fortes altérations chimiques.

3.2.2 Influence de la cohésion initiale de l’interface et du PD


La courbe d’adoucissement numérique est maintenue pour étudier l’effet de la cohésion
initiale d 0 de la zone dégradée. Une valeur de 3 MPa est prise comme d 0 en interface et en
piédroit à la place de 2,5 MPa et de 5,9 MPa. Les résultats obtenus, avec ces données,
montrent que la rupture est atteinte au même moment avec un comportement différent.

2500 0,35%

2000 0,28%
σv [kPa]

1500 S22 (d0_PD=5,9) 0,21%


S22 (d0_PD=3)

εin v
Def_v (d0_PD=5,9)
1000 0,14%
Def_v (d0_PD=3)

500 0,07%

0 0,00%
0 30 60 90 120 150
Gam91
Chut_Rt Temps [ans] Rupture
Figure 3.92. Evolution de σv et εvin en fonction du temps en bas du piédroit du tunnel sous l’effet
de la cohésion initiale de la zone dégradée

Taous Kamel 210


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

10 0,01%

Gam91 -0,01%
5
Chut_Rt
σv [kPa]

-0,03%

0 S22 (d0_PD=5,9)

εin v
S22 (d0_PD=3) -0,05%

Def_v (d0_PD=5,9)
-5
Def_v (d0=3) -0,07%

-10 -0,09%
0 30 60 90 120 150

Temps [ans] Rupture


Figure 3.93. Evolution de σv et εvin en fonction du temps à l’intrados de voûte sous l’effet de la
cohésion initiale de la zone dégradée

La Figure 3.92 montre la déformation et la contrainte au cours du temps en bas du


piédroit, à 29,5 m de profondeur, et pour deux valeurs de d 0 du PD. La déformation est
maximale dans cette zone du piédroit si d 0 est de 3 MPa, la cohésion résiduelle dans ce
cas atteinte à la rupture est de 0,457 MPa. Alors qu’avec une cohésion initiale plus
importante (5,9 MPa), la cohésion résiduelle à la rupture est de 0,9 MPa. Dans les deux
cas, le taux de perte de résistance est de 85%. Mais, à l’intrados de voûte, on ne remarque
pas une dispersion en terme d’évolution de déformation dans le temps (Figure 3.93) sauf
au moment de la rupture, un écart de 5 kPa entre les états de contraintes est observé.

Figure 3.94. Répartition de la contrainte de Mises et de déformation inélastique dans l’interface


pour deux valeurs de cohésion initiale d0 différentes

Le moment de rupture, dans les deux cas de configuration analysés, est identique (120
ans), mais à des limites en contrainte et déformation différentes, principalement en
interface, voir Figure 3.94.
Cette étude montre que la déformation des tunnels est liée à leurs paramètres de
résistance initiale.

Taous Kamel 211


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

3.2.3 Influence de la vitesse de fluage de l’interface


A l’échelle des galeries l’étude a montré que les paramètres de fluage de l’interface
affectent le comportement de l’ouvrage. Dans l’intérêt d’étendre l’étude à l’échelle des
tunnels, l’effet de ces paramètres sur l’état d’endommagement (contrainte et déformation)
de l’ouvrage est analysé. Cette étude a confirmé, que ces paramètres ont un effet
important sur la réponse de l’ouvrage notamment en interface (Figure 3.95). Cette figure
montre que la reprise des efforts évolue différemment dans les deux cas. Si la vitesse de
fluage de cette interface est faible, l’effort repris diminue selon la réduction de sa
résistance. Par contre, son report diminue rapidement si sa vitesse de fluage est plus
importante que celle d’une perte de résistance. En termes de déformation inélastique, la
déformation est plus importante aux cours des premières années avec une vitesse de
fluage plus rapide mais sur le long terme les deux cas tendent vers la même déformation.
3700 0,35%
d0 = 3 MPa; Adoucissement: Num; Chut_Rt
2960 0,28%
σv [kPa]

2220 0,21%

εin v
S22 (Gam91)
1480 0,14%
S22 (Int_Num)
Def_v (Gam91)
740 0,07%
Def_v (Int_Num)

0 0,00%
0 30 60 90 120 150

Temps [ans] Rupture

Figure 3.95. Influence de la vitesse de fluage de l’interface sur σv et εin v dans un élément
d’interface

Taous Kamel 212


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

Figure 3.96. Influence de la vitesse de fluage de l’interface sur la déformation inélastique de


l’ouvrage dans la direction principale

Selon la Figure 3.96, la déformation inélastique atteinte dans l’ouvrage en compression


est majeure en interface si la vitesse de fluage est importante. Cette figure montre que ces
paramètres influent sur le comportement de l’ouvrage bien que le moment de la rupture
est de 120 ans dans les deux cas.

3.2.4 Influence d’une perte de rigidité en interface


Cette fois la réduction de la cohésion est maintenue juste en PD du piédroit, la
dégradation de l’interface est reproduite par une perte de rigidité. La cohésion initiale
prise en compte est de 3 MPa avec la courbe d’adoucissement cal_Nova03. La courbe de
perte de rigidité en interface dans le temps est donnée en Figure 3.97. Les paramètres
numériques viscoplastiques (Int_Num) de l’interface sont pris en compte.
1
0,8

Interface
0,6
E /E0
0,4
0,2
0

0 50 100 150 200


Temps [ans]

Figure 3.97. Courbe de perte de rigidité en interface

La comparaison est faite entre les deux cas en termes de contrainte et déformation dans
l’interface (Figure 3.98) et le piédroit (Figure 3.99), de l’étendue de la surface plastifiée
(Figure 3.100) et de convergence (Figure 3.101).

Taous Kamel 213


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

Nous pouvons constater que l’évolution de la dégradation à l’extrados du piédroit est


affectée par celle de l’interface. La Figure 3.98 montre que l’évolution de la déformation
à l’extrados du piédroit évolue de la même manière dans les deux cas entre 0 et 100 ans.
Mais au-delà, une augmentation rapide en déformation est notée et est maximale avec une
perte de rigidité en interface. Cependant, l’évolution de la déformat ion en interface dans
les deux cas étudiés évoluent de la même façon jusqu’à 30 ans. Puis entre 30 et 80 ans
cette déformation devient plus importante avec une perte de rigidité. Avec une perte de
rigidité, la vitesse de déformation s’annule au-delà de 80 ans. Par contre avec une perte
de résistance, la déformation augmente mais avec une faible vitesse.
2500 0,04%
S22 (Perte_E_Int)
S22 (Perte_d_Int)
2000 0,03%
Def_v (Perte_E-Int)
Def_v (Perte_d_Int)
σv [kPa]

1500 0,02%

εin v
1000 0,01%

500 0,01%

0 0,00%
0 30 60 90 120 150 180
Int_Num, d0 =3MPa
Cal_Nova03 Temps [ans] Rupture
Figure 3.98. Comparaison entre l’effet de la perte de rigidité et de la perte de cohésion en interface
en contrainte et déformation dans un élément à l’extrados de naissance de voûte

5000 0,30%

0,25%
4000
0,20%
σv [kPa]

3000
0,15%
εin v

0,10%
2000
S22 (Perte_E_Int)
0,05%
S22 (Perte_d_Int)
1000
Def_v (Perte_E-Int) 0,00%
Def_v (Perte_d_Int)
0 -0,05%
0 30 60 90 120 150 180
Int_Num, d0 =3MPa
Cal_Nova03 Temps [ans] Rupture
Figure 3.99. Comparaison entre l’effet de la perte de rigidité et de la perte de cohésion en interface
en contrainte et déformation dans un élément d’interface

L’étendue de la surface plastifiée est plus importante avec une perte de résistance
notamment en interface (Figure 3.100). La limite maximale en convergence est quasiment
similaire mais la limite minimale est légèrement plus importante avec une perte de
résistance.

Taous Kamel 214


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

Figure 3.100. Comparaison entre l’effet de la perte de rigidité et de la perte de cohésion en surface
plastifiée dans le tunnel – Juste avant la rupture

Figure 3.101. Comparaison entre l’effet de la perte de rigidité et de la perte de cohésion en


convergences dans le tunnel – Juste avant la rupture

Cette étude montre que l’effet d’une perte de rigidité est plus remarquable dans une analyse
différée vu la prise en compte du développement de la déformation viscoplastique dans le temps.

Taous Kamel 215


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 3 / Dégradation différée des ouvrages

3.3 Conclusion partielle


Afin de comparer le gain d’une étude différée par rapport à celle instantanée le modèle de
galerie Geom2 a été repris avec les mêmes paramètres de l’ouvrage et du sol encaissant
en considérant le même principe de dégradation avec une prise en compte du fluage. La
même courbe de réduction en cohésion est reprise en remplaçant le temps instantané par
un temps explicite. Deux vitesses de fluage ont été testées, une vitesse de fluage de roche
(Malan 1998) et une vitesse de fluage de maçonnerie (Hughes et Wu 2007) . Les écarts
observés entre les deux configurations (instantanée et différée) confirment la nécessité de
la prise en compte du fluage pour une bonne estimation de la déformation engendrée.
Une probabilité de fissuration est proposée sur la base de nos analyses numériques. Ceci
nous permet de prédire la probabilité de fissuration sur le long terme si nous disposons
d’une probabilité de fissuration actuelle et des paramètres de la loi de fluage.
La vitesse de fluage domine parfois la vitesse de dégradation.
Le tassement/déplacement ne permet pas de prédire l’endommagement en piédroit, mais
il permet d’évaluer la vitesse de fluage. Le tassement augmente avec l’augmentation de la
vitesse de fluage.
Une synthèse globale des résultats est proposée ci-après.

Taous Kamel 216


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 4: Synthèse des résultats

Les simulations numériques présentées dans ce rapport de thèse montrent que l’on
peut raisonnablement reproduire le processus de dégradation de ces ouvrages
souterrains dans le temps. Une synthèse des résultats obtenus par les différentes
modélisations proposées est nécessaire pour qu’ils conduisent à l’obtention d’outils de
base pour une aide à la gestion du patrimoine et à la planification de la politique de
maintenance du gestionnaire d’ouvrage. Cette synthèse permettrait aussi d’étayer un
outil d’aide à la décision et d’analyse de risque.

Taous Kamel 217


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 4 / Histogrammes et courbes d’analyses numériques 2D – Déformation
instantanée

1 Histogrammes et courbes d’analyses


numériques 2D – Déformation instantanée
1.1 Seuils de rupture en cohésion résiduelle en fonction de l’épaisseur
d’ouvrage dégradée
1.2 Déformation inélastique maximale

1.1 Seuils de rupture en cohésion résiduelle en fonction de l’épaisseur


d’ouvrage dégradée – Geom1
Nous présentons ici des histogrammes des seuils en cohésion résiduelle atteinte dans la
zone dégradée (interface ou piédroit), de la galerie Geom1, en tenant compte de l’effet de
la dégradation de l’interface, de l’épaisseur du piédroit dégradée, du module d’élasticité
du sol et la surcharge appliquée sont présentées en Figure 1.1, Figure 1.2 et Figure 1.3.
Nous rappelons que les valeurs de cohésion initiale d 0 de l’interface et du piédroit de la
galerie Geom1 sont, respectivement, 1500 kPa et 2500 kPa. La cohésion est réduite
progressivement dans la zone dégradée jusqu’à 15 kPa. Pour plus de détails sur les
données de la galerie voir la Partie 3 §2.1.1 et §2.2
210

180

150

120
df [kPa]

90

60

30

0
50 150 250 500 50 150 250 500 50 150 250 500 50 150 250 500

Geom1
Geos 110 kPa 220 kPa E des marnes [MPa] Interface entièrement dégradée (100 %)

Figure 1.1. Histogramme des seuils en cohésion atteinte avant la rupture en fonction de l’épaisseur
du piédroit dégradée et du module élastique des marnes – Interface entièrement dégradée (100%)

Ces diagrammes montrent bien l’importance du contact entre l’encaissant et l’ouvrage et


particulièrement l’influence de l’interface sol-piédroit. On vérifie bien que plus
l’interface est dégradée plus la cohésion résiduelle nécessaire pour la stabilité de
l’ouvrage est importante, principalement lorsque le confinement est plus fort.

Taous Kamel 218


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 4 / Histogrammes et courbes d’analyses numériques 2D – Déformation
instantanée

L’effet de la charge est le même quelque soit l’état de l’interface (dégradée ou saine) et
quelque soit l’état de l’ouvrage (piédroit sain ou dégradé). La rupture est atteinte plus
rapidement avec l’augmentation du confinement.
Avec une interface saine, la galerie à 3,2 m de profondeur reste stable avec une épaisseur
saine de 30 cm, équivalente à 1/3 de l’épaisseur du piédroit, sous une charge géostatique.
Mais, si le piédroit est entièrement dégradé, il ne faut pas que sa cohésion soit inférieure
à 50 kPa (Figure 1.3), sachant que la voûte est toujours résistante.
210

180

150

120
df [kPa]

90

60

30

0
50 150 250 500 50 150 250 500 50 150 250 500 50 150 250 500
E des marnes [MPa] Geom1
Geos 110 kPa 220 kPa Interface mi-dégradée (50 %)

Figure 1.2. Histogramme des seuils en cohésion atteinte avant la rupture en fonction de l’épaisseur
du piédroit dégradée et du module élastique des marnes – Interface mi-dégradée (50%)
210

180

150
Galerie
120 entièrement
df [kPa]

saine
90 d0 (Interface) =
1500 kPa
60
d0 (Piédroit) =
30
2500 kPa

0
50 150 250 500 50 150 250 500 50 150 250 500 50 150 250 500
E des marnes [MPa] Geom1
Geos 110 kPa 220 kPa Interface non-dégradée (0 %)

Figure 1.3. Histogramme des seuils en cohésion atteinte avant la rupture en fonction de l’épaisseur
du piédroit dégradée et du module élastique des marnes – Interface non-dégradée (0%)

Taous Kamel 219


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 4 / Histogrammes et courbes d’analyses numériques 2D – Déformation
instantanée

Les résultats obtenus par cette modélisation peuvent être e xploités autrement sous forme
de courbes de résistance σ c résiduelle seuil, où σ c est nécessaire pour assurer la stabilité
de la galerie, en fonction de la l’épaisseur du piédroit dégradée. Si la cohésion est
inférieure à la résistance seuil la rupture est atteinte.

70
70

GeoS
GeoS

55
55
σc Résiduelle [kPa]

40
40

25
25

10
10

0 19 38 57 76 95 0 19 38 57 76 95
e [cm] e [cm]
Int0% (50MPa) Int0% (150MPa) Int0% (250MPa) Int0% (500MPa)
Int50% (50MPa) Int50% (150MPa) Int50% (250MPa) Int50% (500MPa)
Int100% (50MPa) Int100% (150MPa) Int100% (250MPa) Int100% (500MPa)

Figure 1.4. Résistance résiduelle seuil en fonction de l’épaisseur dégradée du piédroit – Charge
géostatique
170
290

a 110kPa 110kPa
230

130
σc Résiduelle [kPa]
170

90
110

50
50

0 19 38 57 76 95 0 19 38 57 76 95
e [cm] e [cm]
Int0% (50MPa) Int0% (150MPa) Int0% (250MPa) Int0% (500MPa)
Int50% (50MPa) Int50% (150MPa) Int50% (250MPa) Int50% (500MPa)
Int100% (50MPa) Int100% (150MPa) Int100% (250MPa) Int100% (500MPa)
300
300

b
250
250
σc Résiduelle [kPa]

200
200

150
150

100
100

220kPa 220kPa
50
50

0 19 38 57 76 95 0 19 38 57 76 95
e [cm] e [cm]
Int0% (50MPa) Int0% (150MPa) Int0% (250MPa) Int0% (500MPa)
Int50% (50MPa) Int50% (150MPa) Int50% (250MPa) Int50% (500MPa)
Int100% (50MPa) Int100% (150MPa) Int100% (250MPa) Int100% (500MPa)

Figure 1.5. Résistance résiduelle seuil en fonction de l’épaisseur dégradée du piédroit – Charge
géostatique – Effet d’une surcharge

Taous Kamel 220


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 4 / Histogrammes et courbes d’analyses numériques 2D – Déformation
instantanée

Les Figure 1.4 (charge géostatique) et Figure 1.5 (surcharge, 110 et 220 kPa) montrent
l’évolution de cette résistance résiduelle en zone dégradée en fonction de l’épaisseur du
piédroit détérioré pour différents états de dégradation d’interface: interface entièrement
dégradée, partiellement dégradée et non-dégradée. Ces courbes tiennent compte,
également, de l’influence du module du sol encaissant. Nous rappelons que les
caractéristiques de voûte n’ont pas été détériorées.
Les valeurs de contraintes limites sont faibles dans le cas géostatiques et correspondent à
des résistances faibles par rapport à l’état initial du soutènement (entre 15 et 70 kPa).
Cette limite est liée à son tour à l’épaisseur dégradée dans le piédroit.
Ces résultats paraissent raisonnables étant donné que le confinement nécessaire, pour la
stabilité de ce type de galerie, obtenu (en Partie 2) était faible (15%).
Il se détache de ces trois graphiques une valeur seuil de largeur de piédroit dégradé, à
partir de laquelle la galerie nécessite une résistance beaucoup plus importante. Cette
valeur égale à 2/3 de largeur de piédroit dégradé. On vérifie donc qu’une largeur saine de
1/3 de l’épaisseur totale maintient considérablement la stabilité de ces galeries.
La réponse de la galerie est relative au module d’élasticité du sol encaissant .

1.2 Déformation inélastique maximale – Geom1


Les courbes de déformation maximale, en cisaillement, atteinte juste avant la rupture sont
tracées en fonction de l’épaisseur du piédroit dégradée et selon la dégradation de
l’interface, dans le piédroit et l’interface de galerie Geom1 sous 110 kPa de surcharge.
Les courbes en Figure 1.6 et Figure 1.7 montrent les limites atteintes en traction (bleu) et
en compression (rouge).
1,5

0
Int100% (C) Int50% (C)
Int0% (C) Int100% (T)
1,2

Int50% (T) Int0% (T) -0,07


εincis [C %]
0,9

εincis [T %]

-0,14
GeoS +110 kPa
E=150MPa
Piédroit
0,6

-0,21
0,3

-0,28
-1,55E-15

-0,35
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
e [cm]

Figure 1.6. Limites en déformation plastique de cisaillement dans le piédroit de Geom1 en


fonction de e du piédroit dégradée – Surcharge 110 kPa; Compression (+)

Si l’interface n’est pas détériorée, sa déformation plastique est fai ble et sa limite ne
dépasse pas 0,087% en traction et 0,016% en compression. La rupture est quand même

Taous Kamel 221


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 4 / Histogrammes et courbes d’analyses numériques 2D – Déformation
instantanée

atteinte avec ces faibles déformations. La limite en compression de la déformation


plastique est très importante dans le piédroit si son épaisseur est totalement dégradée (PD
= 95 cm). On voit également qu’à partir de 2/3 de l’épaisseur de piédroit dégradé, les
déformations plastiques notamment en compression augmentent considérablement.
1,2

GeoS +110 kPa -1


0,9

E=150MPa
Interface
εincis [C %]

εincis [T %]
-2
0,6

Int100% (C) Int50% (C) -3


Int0% (C) Int100% (T)
0,3

Int50% (T) Int0% (T)


-4

-5
0

0 20 40 60 80 100
e [cm]

Figure 1.7. Limites en déformation plastique de cisaillement dans l’interface de Geom1 en


fonction de e du piédroit dégradée – Surcharge 110 kPa

Les résultats à l’échelle de cet ouvrage montrent que la rupture peut avoir lieu pour des
déformations permanentes faibles ou importantes. Ceci montre que la déformation est une
condition nécessaire mais pas suffisante.

1.3 Seuils de rupture en cohésion et en éléments plastifiés selon


l’épaisseur d’ouvrage dégradée – Geom2 sans interface
Nous illustrons ici deux histogrammes du nombre d’éléments qui ont atteint le critère de
rupture par rapport au nombre des éléments de la voûte, du piédroit et du sol encaissant
sur un rayon de 4 m, en pourcentage. Le piédroit contient 48 éléments, la voûte 60, et le
sol sur un rayon de 4 m: 136 éléments. Les deux diagrammes montrent la dépendance des
éléments en rupture à la taille du piédroit dégradée et à la résistance à la traction en
voûte. Cette analyse en éléments en rupture est faite pour deux valeurs de cohésion
finales. Premièrement, la cohésion finale résiduelle en zone dégradée PD est égale à 150
kPa. Puis, la deuxième valeur de cohésion est celle de seuil atteinte en PD juste avant la
rupture (AR), cette dernière est liée aux conditions de dégradation imposée.
L’histogramme en Figure 1.8 correspond à l’étude sans chute de résistance R t en voûte et
l’autre, Figure 1.9, avec chute de R t . Ce modèle de galerie typique est sans interface et
soumise à une surcharge de trafic de 22 kPa. Le module d’élasticité du sol encaissant de
75 MPa, pour plus de détails voir la Partie 3 §2.1.3.

Taous Kamel 222


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 4 / Histogrammes et courbes d’analyses numériques 2D – Déformation
instantanée

100

80

60
Voûte
EP [%]

Piédroit
Sol (rayon = 4 m)
40

20

Figure 1.8. Pourcentage des éléments plastifiés en voûte, piédroit et sol selon l’épaisseur dégradée
et la cohésion atteinte – Sans chute de Rt en voûte
100

80

60
Voûte
EP [%]

Piédroit
40 Sol (rayon = 4 m)

20

Figure 1.9. Pourcentage des éléments plastifiés en voûte, piédroit et sol selon l’épaisseur dégradée
et la cohésion atteinte – Avec chute de Rt en voûte

Taous Kamel 223


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 4 / Histogrammes et courbes d’analyses numériques 2D – Déformation
différée

2 Histogrammes et courbes d’analyses


numériques 2D – Déformation différée
2.1 Taux d’influence des paramètres – MAd2
2.2 Taux d’influence des vides – MAd2
2.3 Seuils de rupture en cohésion résiduelle en fonction de l’épaisseur
d’ouvrage dégradée – Geom2

2.1 Taux d’influence des paramètres – MAd2


L’histogramme présenté en Figure 2.1 est proposé après plusieurs simulations effectuées
en faisant varier les paramètres des différentes parties de l’ouvrage: voûte, interface,
piédroit PD et PS. Cette analyse est réalisée via le modèle de galerie MAd2. Plus de
détails sont présentés en Annexe A3.
100

80
Taux d'influence [%]

60

40

20

0
Comportement en Comportement en PD Comportement en Comportement en PS Comportement en sol
voûte (σ, ε) (σ, ε) interface (σ, ε) (σ, ε) (ε, u)

Paramètres du PD (Résistance (d); Viscoplastique (A,n,m)) Paramètres de l'interface (Viscoplastique (A,n,m))


Paramètres de voûte (Viscoplastique (A,n,m)) Paramètres du PS (Viscoplastique (A,n,m))

Figure 2.1. Histogrammes de taux d’influence en pourcentage des paramètres des différentes
parties de l’ouvrage sur le comportement de la galerie, l’interface et le sol

Selon l’analyse faite, le comportement en voûte est essentiellement influencé par les
paramètres de voûte en premier degré ensuite par les paramètres viscoplastique s de
l’interface et dernièrement par les paramètres de l’intrados de l’ouvrage. La réponse de
l’extrados du piédroit PD est fortement liée à son état de santé et à l’état de l’intrados du
piédroit. L’extrados du piédroit est moyennement affecté par les paramètres
viscoplastiques de l’ouvrage. La partie intrados de l’ouvrage (PS) représente le pilier de
la stabilité de l’ouvrage son état de contrainte et sa déformation sont liés à son état de
santé et à l’état de santé de l’extrados du piédroit PD et sa reprise des efforts augmente
avec la dégradation de PD. Les paramètres viscoplastiques de voûte influent sur la

Taous Kamel 224


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 4 / Histogrammes et courbes d’analyses numériques 2D – Déformation
différée

réponse de l’intrados du piédroit. L’interface représente la zone la plus sensible aux


différents paramètres de l’ouvrage et même de l’encaissant. Le mouvement et la
déformation du sol encaissant et en surface se développent, essentiellement, selon les
paramètres et l’état de la voûte. Leur état est aussi influencé par les paramètres
viscoplastiques de la partie intrados et extrados du piédroit ainsi les paramètres de
l’interface.

2.2 Taux d’influence des vides – MAd2


D’après les différentes simulations accomplies, l’influence des vides sur les tassements
en surface et les mouvements à l’intrados de l’ouvrage est négligeable voire nulle. La
différence maximale en tassement notée, entre le cas sans vide et les autres cas avec
vides, est de l’ordre de 0,095 mm. Les vides influent notamment sur la répartition des
contraintes globale dans l’ouvrage et le sol encaissant (Figure 2.2). Nous proposons ici
des notes de l’importance de l’impact des vides sur la répartition des contraintes dans la
direction verticale, horizontale et de cisaillement. La note allant de 0 à 4, 0 effet
négligeable à nul, 1 effet faible, 2 effet moyen, 3 effet important, 4 effet très important.
4,0

3,5

3,0
Note d'importance

2,5

2,0

1,5

1,0

0,5

0,0
Contrainte horizontale σh Contrainte verticale σv Contrainte de cisaillement σcis

1 vide_Int 2 vides_Int 3 vides_Int 2 vides_PD Vides_Int+PD

Figure 2.2. Influence des vides sur le comportement global, ouvrage et encaissant, en contrainte
(σh, σv, σcis)

L’influence des vides sur l’état de contrainte verticale devient très importante si la taille
du vide est très importante, 3 vides en interface, ou si les vides se trouvent en piédroit ou
dans les deux à la fois. Pour plus de détails sur la taille des vides voir la Partie 3 §3.1.3.
Les vides n’influent pas sur les déformations en termes global, mais une faible à
moyenne influence en terme très local est notée. La Figure 2.3 présente la note

Taous Kamel 225


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 4 / Histogrammes et courbes d’analyses numériques 2D – Déformation
différée

d’influence de la présence des vides autour d’un élément d’interface. Les résultats
montrent que le comportement d’interface entouré par un ou plusieurs vides est très
important dans la direction de cisaillement.
4,0

3,5

3,0
Note d'importance

2,5

2,0

1,5

1,0

0,5

0,0
Contrainte verticale Déformation verticale Contrainte de Déformation en
cisaillement cisaillement

1 vide_Int 2 vides_Int 3 vides_Int 2 vides_PD Vides_Int+PD

Figure 2.3. Influence de la création numérique de vides autour d’un élément en interface – Effet
local

Taous Kamel 226


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 4 / Histogrammes et courbes d’analyses numériques 2D – Déformation
différée

4,0

3,5

3,0
Note d'importance

2,5

2,0

1,5

1,0

0,5

0,0
Convergence C Contrainte Déformation Contrainte de Déformation en
verticale verticale cisaillement cisaillement
1 vide_Int 2 vides_Int 3 vides_Int 2 vides_PD Vides_Int+PD

Figure 2.4. Influence de la création numérique de vides autour d’un élément en bas du piédroit –
Effet local

Une analyse similaire est faite si le vide est crée autour d’élément en piédroit,
l’histogramme des notes d’influence est donnée en Figure 2.4. Si le vide est crée en bas
du piédroit, une légère influence sur la convergence au point C (voir Partie 3 Figure 3.31)
sera notée.

2.3 Seuils de rupture en cohésion résiduelle en fonction de l’épaisseur


d’ouvrage dégradée – Geom2
Un histogramme en seuils de cohésion résiduelle atteinte dans la zone dégradée à la
rupture de la galerie Geom2 est présenté en Figure 2.5. Pour plus de détails sur les
données du modèle voir la Partie 3 §2.1.3 et §3.1.4. Les résultats montrent l’importance
de présence d’une zone intrados saine et le comportement en fluage de cet ouvrage.

Taous Kamel 227


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Partie 4 / Histogrammes et courbes d’analyses numériques 2D – Déformation
différée

250

Paramètres viscoplastiques Malan 1998

200 Paramètres viscoplastiques Hughes et Wu 2007

150
df [kPa]

100

50

0
e = 13,5cm e = 27cm e = 40cm e = 54cm e = 67cm e = 80cm

Epaisseur dégradée PD

Figure 2.5. Seuil de rupture en cohésion résiduelle en zone dégradée en fonction de la taille de
l’épaisseur dégradée et en vitesse de déformation du piédroit
400

dif_Hu_wu07
dif_Mln_98 120ans
300

ins_Chut-Rt
σc Résiduelle [kPa]

ins_SChut-Rt
200

145 ans
160 ans
100

170 ans
0

0 10 20 30 40 50 60 70 80 90
e [cm]

Figure 2.6. Résistance résiduelle dans la zone endommagée en fonction de la taille de l’épaisseur
dégradée dans le cas instantané et différé

La Figure 2.6 compare entre les résistances seuils nécessaires pour la stabilité, d’une
galerie type, obtenues par une analyse instantanée et une analyse différée. Les contraintes
limites obtenues par l’analyse instantanée sont plus faibles par rapport à celles obtenues
par l’analyse différée. Cette dernière montre aussi l’effet de la vitesse de fluage sur cette
contrainte résiduelle. En utilisant une vitesse de fluage de maçonnerie (Hughes et wu
2007), nous avons trouvé des résistances résiduelles plus proches du cas instantané
(ins_SChut-Rt) notamment avec une épaisseur dégradée de 13,5 cm.

Taous Kamel 228


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Conclusion générale

Conclusion générale

Taous Kamel 229


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Conclusion générale

Cette étude avait pour objectif principal l’établissement d’un modèle numérique
«éléments finis», basé sur la théorie de la plasticité, capable de modéliser le
vieillissement des ouvrages souterrains et donc l’apparition et l’évolution de leur s
pathologies. Ce modèle doit permettre in fine de quantifier le potentiel résiduel de ce
type d’ouvrages. Pour ce faire nous avons développé un modèle éléments fins intégrant
les lois de comportement non-linéaire des matériaux au travers d’une approche visco-
élastoplastique et intégrant la perte de résistance associée à la localisation des
déformations via un comportement adoucissant. Il a fallu se limiter sur des phénomènes
les plus significatifs mis en exergue par l’analyse in-situ de ces infrastructures du réseau
du métro parisien. La démarche est articulée autour de trois niveaux d’étude.
La première étape, indispensable, permet de déterminer l’état de contrainte d’équilibre
initial des ouvrages galeries et tunnels par le biais d’une modélisation numérique 2D et
3D qui permettent une calibration du taux de déconfinement. Nos résultats corroborent
ceux issus de l’analyse analytique disponibles de la littérature. Cette étude a permis
d’identifier la liaison entre le confinement nécessaire et les paramètres les plus pertinents
de l’encaissant, notamment, la cohésion, l’angle de frottement et la dilatance, en fonction
de la taille et du type d’ouvrage (galerie ou tunnel). Nous avons retenu que le module
élastique du sol, sa cohésion et la non-homogénéité des couches du sol-encaissant, ont les
effets les plus pertinents sur la déformation permanente générée suite à une excavation. Il
ressort de même que la taille de l’excavation influe sur l’effort repris par le soutènement
comme obtenu par les modèles d’ouvrage Geom2 et Tunnel. Pour la suite de l’étude,
deux valeurs du taux de déconfinement ont été retenues : 85% dans les cas des galeries
(Geom1 et Geom2) à 3,2 m de profondeur; et 40% dans le cas d’un tunnel à 23 m de
profondeur. Ces deux valeurs sont bien sur liées aux paramètres des encaissants retenus.
L’incorporation de l’endommagement est reproduite par une perte de résistance dans les
soutènements. Dans le cas instantané, la perte est modélisée par une réduction instantanée
de la cohésion du piédroit et du contact sol-ouvrage. Des seuils en résistance résiduelle
atteints en zone endommagée à la rupture ont été déterminés pour des galeries et tunnels
et dépendent de l’épaisseur de la partie dégradée du piédroit. Il ressort de cette étude
instantanée qu’il est nécessaire d’avoir au moins un 1/3 de piédroit sain. Une
augmentation du seuil en résistance nécessaire est notée si la dégradation dépasse les 2/3
de l’épaisseur, principalement, si le confinement augmente. Il en découle l’obligation
d’une régénération des galeries. Nous avons aussi pu conclure que le comportement en
voûte n’est pas affecté par la dégradation de l’extrados du piédroit , si cette dégradation
ne dépasse pas les deux tiers de son épaisseur. Ce comportement est affecté par la
dégradation si la détérioration s’étend vers l’intrados du piédroit. D’où, la nécessité
d’une auscultation pour prévoir l’étendue de cette dégradation.
Cette modélisation ne prend pas en considération les déformations inélastiques générées
par le vieillissement des matériaux. L’intégration du comportement différé des ouvrages
et leurs encaissants dans la modélisation de ces galeries et tunnels à long terme était
nécessaire. Le comportement différé est traduit concrètement par le fluage qui se
manifeste au fil des années. La comparaison entre le cas instantané et différé, faite en

Taous Kamel 230


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Conclusion générale

termes de résistance indispensable pour la stabilité de ces structures souterraines,


recommande fortement la prise en compte du comportement différé.
La perte de la matière causée par le pourrissement du bois de blindage et la désagrégation
des matériaux constitutifs des ouvrages à leurs extrados est simulée par extraction
d’éléments à un temps donné. La création des vides dans l’ouvrage modifie l’état de
contrainte suite à une redistribution des efforts, spécifiquement autour des vides. Ces
derniers n’influent pas sur le mouvement et la déformation en terme global , mais en
terme local, la déformation devient plus importante sur leur contour. L’effet du vide
devient plus judicieux s’il se développe dans le sol-encaissant.
Nous avons aussi travaillé sur une autre approche qui consiste à considérer la perte de
matière via la loi de comportement en considérant une perte de résistance.
La comparaison entre les différents cas traités a permis de constater qu’il est primordial
de reproduire la dégradation par une perte de résistance plutôt que par une extraction de
la matière.
Une étude paramétrique a permis de cerner l’influence des principaux paramètres
intervenants dans les différents modèles simulés. L’interdépendance de ces paramètres
complexifie parfois l’interprétation des résultats.
Les différents modèles montrent que le comportement de voûte est alt éré par ses propres
paramètres, notamment ceux de fluage et de résistance à la traction, par l’état de
déformation de l’intrados des piédroits des ouvrages, par l’état et les paramètres de
l’interface. Les extensions en voûte peuvent être causées par une chute ou perte de
résistance à la traction. Les voûtes des galeries sont très peut déformées et/ou sollicitées
par rapport à celles des tunnels de ligne de métro.
La réponse d’un tunnel de ligne de métro est différente par rapport à celle d’une galerie,
les états de contraintes et déformations atteints dans les deux ouvrages (tunnel et galerie)
sont assez éloignées, plus précisément, en zone rein et voûte. Cette étude montre aussi
que les tassements et les convergences ne peuvent pas prédire l’état de dégrad ation du
piédroit mais peuvent donner une idée sur leur vieillissement ou comportement en fluage.
Globalement, il ressort de cette étude qu’une reproduction mécanique de la dégradation
des ouvrages souterrains est possible sans la prise en compte directe du processus
d’altération mais en intégrant sa cinétique.
Nous proposons ci-après quelques perspectives à ce travail. Corroborer les résultats
numériques et in situ nous parait important pour affiner le modèle, ainsi on pourrait
modéliser un ouvrage dont on dispose des mesures de déformations voire des contraintes
pour différents temps d’exploitation. Il nous parait aussi incontournable de mieux
caractériser les matériaux constitutifs, ainsi que leur vieillissement dans le temps. Les
processus physico-chimiques mis en jeu sur des matériaux parfaitement représentatifs de
ces ouvrages pourraient être étudiés à l’échelle du laboratoire. Ce type d’analyse devrait
permettre de caractériser les cinétiques d’endommagement et les répercussions sur la loi
de comportement homogénéisée. Cette étude devra être aussi menée sous contrainte

Taous Kamel 231


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Conclusion générale

mécanique. Au-delà de l’approche homogénéisée qui permettrait d’avoir une loi à


l’échelle du matériau considéré, la question des interfaces devra aussi être analysée en
ayant recours aussi à l’expérimentation en laboratoire en veillant à la représentativité des
expériences mises en jeu. Ce travail à l’échelle du laboratoire, et à l’échelle de l’in situ,
permettrait de converger quant à la caractérisation des lois de comportements dans le
temps des matériaux constitutifs et de leurs interfaces. Ceci permettrait d’affiner les
paramètres et les cinétiques retenus pour la modélisation mécanique des ouvrages.

Taous Kamel 232


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Référence bibliographique

Bibliographie
ABAQUS. 6.10. Documentation collection Abaqus/CAE, 2010.
ABDALLAH, M. Vulnérabilité des ouvrages en maçonnerie à des mouvements de terrain:
méthodologie d’analyse par méthodes statistiques et par plans d’expériences
numériques sur les données de la ville de Joeuf. Thèse de doctorat, Nancy, 2009.
AFTES. Recommendations on the convergence-confinement method. Association française
des tunnels et de l'espace souterrain, 2001, version 1, 11 p.
ANAGNOSTOU, G., KOVÁRI, K. The face stability of slurry-shield-driven tunnels.
Tunneling and Underground Space Technology, 1994, vol. 9 (2), pp. 165-
174.
ANAGNOSTOU, G., KOVÁRI, K. Face stability conditions with earth-pressure-balanced
shields. Tunneling and Underground Space Technology, 1996, vol. 11 (2),
pp. 165-173.
ANR-MéDiTOSS. Programme Ville Durable. Document de soumission B, 2009, 55 p.
ARATAKE, S., MORITA, H., ARIMA, T. Bending creep of glulam using sugi laminae with
extremely low young’s modulus for inner layers. World Conference on Timber
Engineering, 2010
ATKINSON, J.H., POTTS, D.M. Stability of shallow circular tunnel in cohesionless soil.
Géotechnique, 1977, vol. 27 (2), pp. 203-215.
BARBOTIN, B. Stabilité des constructions en Pierre: Le cas des voûtes. Brevet Technique des
Métiers Supérieurs, 2007, 70 p.
BARLA, G., Innovative tunnelling construction method to cope with squeezing at Saint
Martin La Porte access adit (Lyon-Torino Base tunnel). Rock Engineering
in Difficult Conditions in Soft Rocks and Karst. Proceedings of Eurock,
ISRM Regional Symposium, Croatia, 2009.
BAZANT, Z.P., BELYTSCHKO, T.B., CHANG, T.P. Continuum theory for strain-
softening. J. Eng. Mech., 1984, vol. 110 (12), pp. 1666-1692.
BECK, K. Etude des propriétés hydriques et des mécanismes d’altération de pierres
calcaires à forte porosité. Thèse de doctorat, Université d'Orléans, 2006.
BIENIAWSKI, Z. T. Mechanism of brittle fracture of rock. Int. J. Rock Mech. Min. Sci.,
1967, vol 4, 395-430.
BIENIAWSKI, Z.T. Time-dependent Behaviour of fractured rock. Rock Mechanics, 1970
vol. 2, pp. 123-137.

Taous Kamel 233


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Référence bibliographique

BIENIAWSKI, Z.T. Propagation of brittle fracture in rock. Proceeding, 10 th Symposium on


Rock Mechanics AIME, 1972, pp. 409-427.
BIRCHALL, T.J. Energy-based models for the design of cavities located in creeping media.
Ph.D. thesis, Durham University, 2013, 165 p.
BOIDY, E., Modélisation numérique du comportement différé des cavités souterraines.
Thèse de doctorat, Grenoble, 2002, 315 p.
BOTTERO, A., NEGRE, R., PASTOR, J., TURGEMAN, S. Finite element method and limit
analysis theory for soil mechanics problems. Computer Methods in Appl.
Mech. and Eng., 1980, vol. 22, pp. 131-149.
BOURGEOIS, E., COQUILLAY, S., MESTAT, P. Exemples d’utilisation d’un modèle
élastoplastique avec élasticité non linéaire pour la modélisation d’ouvrages
géotechniques. Bulletin LPC, 256-257, LCPC, 2005, réf. 4551, pp. 67-84.
BRANCHERIE, D., IBRAHIMBEGOVIĆ, A. Novel anisotropic continuum-discrete damage
model capable of representing localized failure of massive structures, Part
I: theoretical formulation and numerical implementation. Journal of
Engineering Computations, 2009, vol. 26, pp. 100-127.
CALVETTI, F., NOVA, R., CASTELLANZA, R. Weathering of soft rocks: continuum and
discrete approaches. International Conference of Powders & Grains,
Stuttgart, Taylor & Francis Group, 2005, pp. 665-669.
CAQUOT, A., KERISEL, J. Traité de Mécanique des sols, Gauthier -Villars, 3 ème éd., 1956,
558 p.
CARDE, C., FRANÇOIS, R., TORRENTI, J.M. Leaching of both calcium hydroxide and C–
S–H from cement paste: modeling the mechanical behavior. Cement and
Concrete Research, 1996, vol. 28 (6), pp. 1257-1268.
CARROLL, D. Rock weathering. New York-London, Plenum Press, 1970, 203 p.
CASTELLANZA, R., NOVA, R., TAMAGNINI, C. Mechanical effects of chemical
degradation of bonded geomaterials in boundary value problems. Revue
Française de Génie Civil, 2002, vol. 6 (6), pp. 1169-1192.
CETU. Guide de l'inspection du génie civil des tunnels routiers, fascicule amovible. Du
désordre vers le diagnostic, 2004, ISBN:2-11-084749-2, 80 p.
CETUa. Guide de l'inspection du génie civil des tunnels routiers. Du désordre vers le
diagnostic, 2004, ISBN:2-11-084749-2, 45 fiches.
CHEN, W.F., MIZUNO, E. Nonlinear analysis in soil mechanics: Theory and
Implementation. Developments in Geotechnical Engineering, 1990, vol. 53,
660 p.

Taous Kamel 234


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Référence bibliographique

CIBLAC, T. Stabilisation de la zone non soutenue dans le creusement de tunnels en terrains


meubles sans pressurisation: Approches expérimentales et numériques.
Thèse de doctorat, Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat, 1996.
CNDB. Comité National pour le Développement du Bois. Guide d’utilisation du bois, 20 p.
disponible sur: http://bois-et-
vous.fr/component/option,com_publications/Itemid,57/categorie,1/controlle
r, publications.
COWPER, G.R., SYMONDS, P.S. Strain hardening and strain-rate effects in the impact
loading of cantilever beams, Brown University, 1957.
CRISTESCU, N. Rock Rheology. Kluver Academic Pub., 1989, 336 p.
DAEMEN, J.J.K. On the importance, and difficulty, of dealing with the time dependency of
engineered structures in, on, or with hard rock. Rock Mechanics,
Fuenkajorn & Phien-wej (eds), 2009, 34 p.
DALY, F., JEZEQUEL, J., FRANCQ, J. Surveillance, entretien et réparation des ouvrages
de navigation intérieure en maçonnerie. Division Voies Navigables, Notice
STC VN°96.03, 1996, 99 p.
DAYRE, M. Quelques résultats d’essais de fluage de longue durée effectués en compression
monoaxiale sur les roches. Problème de rhéologie et de mécanique des sols,
Symposium Franco-Polonais, Nice, 1974, pp. 121-128.
DE BORST, R., MUHLHAUS, H.B. Gradient-dependent plasticity: Formulation and
algorithmic aspects. Int. J. Num. Meth. Eng., 1992, vol. 35, pp. 521-539.
DELEBECQ, J.M. Les ponts en maçonnerie: Historiques et Constitution. Ministre des
Transports, Département des Ouvrages d’Art du SETRA, 1982, T. 1, 96 p.
DELEBECQ, J.M. Les ponts en maçonnerie: Guide pour l’utilisation du programme Voûte.
Ministre des Transports, Département des Ouvrages d’Art du SETRA,
1982a, T. 3, 156 p.
DIALLO, K. Diagnostic d’ouvrages: Amélioration de la méthode d’auscultation d’ouvrages
par impédance mécanique. Rapport de projet fin d’études, 2011.
DIEDERICHS, M.S. Manuel Rocha Medal Recipient: Rock fracture and collapse under low
confinement conditions. Rock Mechanics and Rock Engineering, 2003, vol.
36 (5), pp. 339-381.
DOMEDE, N. Méthode de requalification des ponts en maçonnerie. Thèse de doctorat, INSA de
Toulouse, 2006.
DRUCKER, D. C., GREENBERG, W., PRAGER, W. The safety factor of an elastic plastic
body in plane strain. Transactions of the ASME, Journal of Applied
Mechanics, 1951, vol. 73, pp. 371-378.

Taous Kamel 235


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Référence bibliographique

DUSSEAULT, M.B., FORDHAM, C.J. (1993). Time-dependent behaviour of rocks.


Comprehensive rock engineering, Hudson, J.A. et al. (eds.), Pergamon
Press, 1993, vol. 3, p. 119-149.
EISENSTEIN, Z. SAMARASEKERA, L. Stability of unsupported tunnels in clay. Canadian
Geotechnical Journal, 1992, vol. 29 (4), pp. 609-613.
EL-HARROUNI, K. Reducing vulnerability of the cultural heritage by re -discovering and
re-evaluating local seismic cultures. World conference on disaster
reduction, Kobe, Hyogo, Japan, 2005.
EL-HICHOU, M. Modélisation du comportement aux éléments finis d’un tunnel ancien en
maçonnerie. Effet de confortement et perspectives d’évolution.TFE, 2009.
ENGELEN, R. A.B., GEERS, M. G.D., BAAIJENS, F. P.T. Nonlocal implicit gradient-
enhanced elasto-plasticity for the modelling of softening behavior. Section
of Materials Technology. Int. J. Plasticity, 2003, vol. 19, pp. 403-433.
ERTÜRK, S. Thermo-mechanical modelling and simulation of magnesium alloys during
extrusion process. GKSS-Forschungszentrum Geesthacht GmbH, 2009, 102
p.
ESLAMI, J. Etude de l’endommagement à court et long terme d’une roche poreuse. Thèse
de doctorat, Institut National Polytechnique de Lorraine, 2010.
EUROCODE 2. Règles unifiées communes pour les constructions en béton. Procédés industriels,
Bâtiment et Génie Civil. Commission des Communautés européennes, 1984
EZZDINE, R. Endommagement des Monuments Historiques en Maçonnerie. Thèse de
doctorat. L’université Bordeaux 1, 2009, 227 p.
FABRE, G. Fluage et endommagement des roches argileuse. Thèse de doctorat. Université
Joseph Fourier-Grenoble I, 2005, 314 p.
FANG, Z., HARRISON, J.P. Application of a local degradation model to the analysis of
brittle fracture of laboratory scale rock specimens under triaxial conditions.
Int. J. Rock Mech. & Min. Sci., 2002, vol. 39, pp. 459-476.
FASCICULE 62 – Titre V. Règles techniques de conception et de calcul des fondations des
ouvrages Génie Civil. Ministère de l’Equipement du Logement et des
Transports. Imprimerie des journaux officiels, Paris, 1993.
FEDA, J. Creep of soils and related phenomena. Developments in Geotechnical
Engineering, Elsevier, 1992, vol. 68, 422 p.
FILLIAT, G. la pratique des Sols et Fondations. Ed. Moniteur, Paris, 1981, 1392 p.
FOUCHAL, F. Contribution à la modélisation numérique des interfaces dans les structures
maçonnées. Thèse de doctorat. Reims, 2006.

Taous Kamel 236


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Référence bibliographique

FREMOND, M., FRIAA, A. Les méthodes statique et cinématique en calcul à la rupture et


analyse limite. Journal de Mécanique théorique et appliquée, 1982, vol. 1
(5), pp. 881-905.
GALCZYNSKI, S., WOJASZEK, A. Loads of high depth tunnels in a soft ground medium.
Colloque:Tunnels et micro-tunnels en terrain meuble, du chantier à la
théorie, 1989, pp. 332-338.
GAMALATH, S. Long term creep modeling of wood using time-temperature superposition
principle. Ph.D. Thesis, Wood Science and Forest Products, Virginia
Polytechnic Institute & State University, 1991.
GAO, H. Dynamic mechanical analysis of wood and wood-based composites. Ph.D. Thesis.
Oregon State University, 1995.
GHABEZLOO, S., POUYA, A. Numerical modelling of the effect of weathering on the
progressive failure of underground limestone mines. Eurock, 2006, Liège
Belgium.
GIODA, G., CIVIDINI, A. Numerical methods for the analysis of tunnel performance in
squeezing rocks. Rock Mech. Rock Engng., 1996, vol. 29 (4), pp. 171-193.
GIORDANO, A., MELE, E., DE LUCA, A. Modelling of historical masonry structures:
comparison of different approaches through a case study. Engineering
Structures, 2002, vol. 24, pp. 1057-1069.
GONZÁLEZ-NICIEZA, C., ÁLVAREZ-VIGIL, A.E., MENÉDEZ-DÍAZ, A., GONZÁLEZ-
PALACIO, C. Influence of the depth and shape of a tunnel in the
application of the convergence-confinement method. Tunnelling and
Underground Space Technology, 2008, vol. 23, pp. 25-37.
GOODMAN, R.E. Introduction to rock mechanics. John & Wiley Sons, 2 nd ed., 1989, 562 p.
GREEN, D.W., WINANDY, J.E., KRETSCHMANN, D.E. Wood as an engineering material.
Wood handbook. Tech. Rep. FPL–GTR–113. Madison, WI: U.S. Department of
Agriculture, Forest Service, Forest Products Laboratory, 1999, 463 p.
GRESS, J.C. Immeubles de grande hauteur et fluage des sols. CIGOS: Immeubles de grande
hauteur et Ouvrage souterrains, 2010.
GRIGGS, D. Deformation of rocks under high confining pressures. Experiments at room
temperature. Journal of Geology, 1936, vol. 44 (5) p. 541-577.
GRIGGS, D. Creep of rocks. Journal of Geology, 1939, vol. 47 (3) p. 225-251.
GUILLOUX, A., BRETELLE, S., BIENVENUE, F. Prise en compte des pré-soutènements
dans le dimensionnement des tunnels. Revue Française Géotechnique,
1996, vol. 76, pp. 3-16.

Taous Kamel 237


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Référence bibliographique

GUINEA, G.V., PLANAS, J., ELICES, M. A general bilinear fit for the softening curve of
concrete. Materials and Structures, 1994, vol. 27, pp. 99-105.
GUITTON, C. Etudes des ouvrages souterrains Atlas. 1st Workshop, Chamonix, France, 1998,
pp. 89-100.
HAACH, V.G., RAMALHO, M.A., CORRÊA, M. R.S. Evaluation of masonry walls
intersections behavior using special and ordinary blocks. Mecánica
Computacional, 2010, vol. XXIX, pp. 9885-9901.
HADDANI, Y., BREUL, P., GOURVES, R. Diagnostic des tunnels par géoendoscopie.
Congrès International AFTES, Les tunnels, clé d’une Europe durable,
Chambéry, 2005, pp. 561-566.
HAGROS, A., JOHANSSON, E., HUDSON, J.A. Time dependency in the mechanical
properties of crystalline rocks: A Literature Survey. Posiva Working
Report, Finland, 2008, 74 p.
HAMMECKER, C. Importance des transferts d’eau dans la dégradation des pierres en
œuvre. Thèse de doctorat, Université Louis Pasteur, Strasbourg, 1993.
HAYASHI, K., FELIX, B., LE GOVIC, C. Wood viscoelastic compliance determination
with special attention to measurement problems. Materials and Structures,
1993, Vol. 26, pp. 370-376 .
HEERES, O.M., SUIKER, A. S.J., DE BORST, R. A comparison between the Perzyna
viscoplastic model and the consistency viscoplastic model. European
Journal of Mechanics A/Solids, 2002, vol. 21: 1-12.
HELAL, H., ABDALLAH, T., BAROUDI, H. Behaviour of ancient cavities in discontinuous
media: the baboon tomb case study, Saqqarah. Int. Sym. on Static and
Dynamic Considerations in Rock Eng., 1991, Swaziland.
HELWANY, S. Applied soil mechanics with ABAQUS applications. Ed. John Wiley & Sons, Inc.,
Hoboken, 2007, 385 p.
HERAUD, H., DURVILLE, J.L. Description des roches et des massifs rocheux. Techniques
de l’ingénieur, Traité de Construction, 1995, C-352.
HORNG, Y.S. Compressive strength study of brick masonry subjected to axial loading. Projet Fin
d’Etude. Universiti Teknologi Malaysia, 2010, 70 p.
HUGHES, T.G., WU, L. The development of in-situ stress in masonry tunnels. ARCH’07 –
5 th International Conference on Arch Bridges, 2007, pp. 389-396.
INERIS. Impact du changement climatique sur la stabilité des cavités souterraines: Etat des
connaissances. Rapport INERIS, 2010, DRS-10-103862-00411A, 76 p.

Taous Kamel 238


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Référence bibliographique

JANIN, J.P. Tunnels en milieu urbain: Prévisions des tassements avec prise en compte des effets
des pré-soutènements (renforcement du front de taille et voûte-parapluie). Thèse
de doctorat, INSA de Lyon, 2012, 267 p.
JONES, N. Material properties for structural impact problems. In Advances in materials and
their applications, Eds Wiley Eastern Ltd, 1993, pp.151-163.
KAMEL, T., LIMAM, A., SILVANI, C. Modélisation numérique du comportement des
galeries du métro parisien: dégradations et potentiel résiduel. CIGOS, 2013.
KAMEL, T., LIMAM, A., SILVANI. Masonry weathering of the Metro de Paris gallery:
modeling via a continuum approach. EUROTUN, Bochum, 2013a.
KAMEL, T., LIMAM, A., SILVANI. Modeling of the strength’s loss and void appearance in
the underground structures of Paris metro. 5 th iYGEC, Paris, 2013b.
KASIM, M., SHAKOOR, A. An investigation of the relationship between uniaxial
compressive strength and degradation for selected rock types, Engineering
Geology, 1996, vol. 44, pp. 213-227.
KOBBE, R.G. Creep behavior of wood-polypropylene composites. Master-thesis,
Washington State University, 2005.
KOMIYA, K., SOGA, K., AKAGI, H., HAGIWARA, T., BOLTON, M.D. Finite element
modelling of excavation and advancement processes of shield tunnelling
machine. Soils and Foundations, 1999, vol. 39 (3), pp. 37-52.
LADANYI, B. Time dependent response of rock around tunnels. Comprehensive rock
engineering, In. Hudson, J.A. et al. (eds.), Pergamon Press, Oxford, 1993,
vol. 2, pp. 77-112.
LAIGLE, F. Modèle conceptuel pour le développement de lois de comportement adaptées à
la conception des ouvrages souterrains. Thèse de Doctorat, Ecole Centrale
de Lyon, 2004.
LATEB, M. Calcul de la capacité portante des murs en maçonnerie de petits éléments sous
charges verticales. Thèse de Doctorat, Ecole Nationale des Ponts et
Chaussées, 1995.
LAUFENBERG, T.L., PALKA, L.C., MCNATT, J.D. Creep and creep rupture behavior of
wood-based structural panels. Res. Pap. FPL–RP–574, 1999, 20p.
LE BELLEGO, C., GÉRARD, B., PIJAUDIER-CABOT, G. Chemo mechanical effects in
mortar beams subjected to water hydrolysis. J. Eng. Mech., 2000, vol. 126,
pp. 266-272.
LE BELLEGO, C. Couplages chimie-mécanique dans les structures en béton attaquées par
l'eau: étude expérimentale et analyse numérique. Thèse de doctorat. ENS
Cachan, 2001.

Taous Kamel 239


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Référence bibliographique

LE GOVIC, C., FELIX, B., BENZAIM, A., ROUGER, F. (1989). Creep behavior of wood as
a function of temperature: Experimental study, modelling and consequences
for design codes. Proc. 2 nd Pacific Timber Engng. Conf., pp. 273-277.
LLANCA, D. Rapport des essais de station Pasteur et Champs de Mars. Annexe du rapport
ANR - MéDiTOSS, 2011.
LLANCA, D. Rapport d’essais mécaniques sur les éprouvettes extraites des carottes réalisées lors
des 3 campagnes d’essais dans les couloirs d’accès de la RATP. Annexe du
rapport ANR - MéDiTOSS, 2012.
LLANCA, D., BREUL, P., TALON, A., BACCONNET, C., HADDANI, Y., GOIRAND, P.,
LEULIET, L. Characterization of composants of an underground structure
in service for the evaluation of its status. AFTES Congress, Lyon, 2011.
LLANCA, D., BREUL, P., BACCONNET, C., SALHI, M. Characterization of the masonry
lining of an underground structure by geoendoscopy. Tunnelling and
Underground Space Technology, 2013, 38, pp. 254-265.
LOUGHNAN, F.C. Chemical weathering of the silicate minerals. New York, American
Elsevier Publishing Co., 1969, 154 p.
LOURENÇO, P.B. Analysis of masonry structures with interface elements: Theory and
Applications. Delft University of Technology. Report: 03-21-22-0-01,
1994.
LOURENÇO, P.B., ROTS, J.G., BLAAUWENDRAAD, J. Two approaches for the analysis of
masonry structures: micro and macro-modeling. HERON, 1995, vol. 40 (4), pp.
313-340.
LOURENÇO, P.B. Computational strategies for masonry structures. Delft University of
Technology. ISBN: 90-407-1221-2, 1996.
LOURENÇO, P.B. Guidelines for the analysis of historical masonry structures. University of
Minho, Portugal, 2002.
MACKENZIE, D., SHI, J., BOYLE, J.T. Finite element modelling for limit analysis by the
elastic compensation method. Comp. & Str., 1994, vol. 51 (4), pp. 403-410.
MALAN, D.F. An investigation into the identification and modelling of time dependent
behaviour of deep level excavations in hard rock. Ph.D. Thesis, University
of the Witwatersrand, Johannesburg, 1998.
MALAN, D.F. Manuel Rocha Medal Recipient: Simulating the time -dependent behaviour of
excavations in hard rock. Rock Mechanics and Rock Engineering, 2002,
vol. 35 (4), pp. 225-254.
MANN, W., MULLER, H., Failure of shear-stressed masonry - an enlarged theory, tests and
application to shear walls, British Ceramic Society, 1982, vol. 30, pp. 223-235.

Taous Kamel 240


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Référence bibliographique

MARTIN, C.D., KAISER, P.K., MCCREATH, D.R. Hoek-Brown parameters for predicting
the depth of brittle failure around tunnels. Canadian Geotechnical Journal,
1999, vol. 36, pp. 136-151.
MARTINET, G. Grès et mortiers du temple d’Amon à Karnak (Haute-Egypte): Etude des
altérations, aide à la restauration. Thèse de doctorat, Université de Tours,
Laboratoire de géologie des systèmes sédimentaires, 1992.
MESTAT, P. Lois de comportement des géomatériaux et modélisation par la méthode des
éléments finis. Etudes et recherches LPC, série géotechnique GT 52, 1993.
MOOSAVI, M., JAFARI, A., PASHA NEJATI, M. Support performance control in large
underground caverns using instrumentation and field monitoring. Ground
Support in Mining and Underground Construction, Villaescusa & Potvin
(eds.), 2004, pp. 871-881.
MORLIER, P. Le fluage des roches. Annales de l’Institut Technique du Bâtiment et des
Travaux Publics, 1966, pp. 90-112
MÜLHAUS, H.B. Lower bound solutions for circular tunnels in two and three dimensions.
Rock Mechanics and Rock Engineering, 1985, vol. 18, pp. 37-52.
NEEDLEMAN, A. Material rate dependence and mesh sensitivity in localization problems.
Comp. Meth. Appl. Mech. Eng., 1988, vol. 67 (1), pp. 69-85.
NIANDOU, H., BREYSSE, D. Introduction à la problématique des risques en Génie Civil.
UNIT: Projet Cyber Ingénierie des Risques en Génie Civil, 2009, 15 p.
Disponible en ligne (consulté le 29/05/2013):
http://www.unit.eu/cours/cyberrisques/rdc/res/Polycopie_rdc.pdf.
NOVA, R., CASTELLANZA, R., TAMAGNINI, C. A constitutive model for bonded
geomaterials subject to mechanical and/or chemical degradation. Int. J. Num.
Anal. Meth. Geomech., 2003, vol. 27, pp. 705-732.
OLLIVIER, J.P., MASSAT, M. Permeability and microstructure of a concrete: a review of
modelling. Cement Concrete Research, 1992, vol. 22, pp. 503–514.
PANET, M., BERNARDET, A., Les méthodes d’équilibre limite et la méthode convergence -
confinement pour le calcul des tunnels peu profonds en sol cohérents.
Tunnel et micro-tunnel en terrain meuble. Du chantier à la théorie. Acte du
colloque, Ecole Nationale des Ponts et Chaussées, Paris, 1989, pp. 645 -653.
PANET, M., GUELLEC, P. Contribution à l’étude du soutènement d’un tunnel à l’arrière du
front de taille. Proc. 3 th Conf. Int. Rock Mechanics, Denver, 1974, vol. IIB,
pp. 1163-1168.
PELÀ, L., CERVERA, M., ROCA, P., Continuum damage model for orthotropic materials:
Application to masonry. Computer Methods in Applied Mechanics and
Engineering, 2011, vol. 200, pp. 917-930.

Taous Kamel 241


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Référence bibliographique

PERA, J. Présentation générale des boucliers à pression de boue. Compte rendu des journées
d’études internationales, AFTES-Lyon, 1984, pp. 3-7.
PIJAUDIER-CABOT, G., BAZANT, Z.P. Nonlocal damage theory. Journal of Engineering
Mechanics, 1987, vol. 113, pp. 1512-1533.
PLANAS, J., ELICES, M. Nonlinear fracture of cohesive materials. International Journal of
Fracture, 1991, vol. 51, pp. 139-157.
REFAI, T.M.E., SWARTZ, S.E. Fracture behaviour of concrete beams in three -point
bending considering the influence of size effects. Engineering Experiment
Station, College of Engineering, Report 190, Kansas State University, 1987 .
RISBRUDT, C.D., RITTER, M.A., WEGNER, T.H. Wood as an engineering material.
General Technical Report, FPL-GTR-190, Madison, WI: U.S., 2010, 508p .
RATP. Documents de reconnaissance des maçonneries des souterrains et des terrains
environnants les infrastructures. Rapports des stations: Pasteur et Champs
de Mars (2009), Porte des Lilas (2010) et station d’Europe (2011).
ROCA, P., GONZÁLEZ, J.L., OÑATE, E., LOURENÇO, P.B. Experimental and numerical
issues in the modelling of the mechanical behaviour of masonry. Structural
Analysis of Historical Constructions II. CIMNE, Barcelona, 1998.
ROUGER, F., DE LAFOND, C., EL OUADRANI, A. Structural properties of French grown
timber according to various grading methods. Int. council for building
research studies & documentation, working commission, W18/26-5-1, 1993
SALENÇON, J. Calcul à la rupture et analyse limite. Ecole Nationale des Pont et Chaussées,
1 ère éd., 1983, 366 p.
SANDRONE, F. Analysis of pathologies and long term behavior of the Swiss national road
tunnels. Ph.D. Thesis. Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, 2008.
SCHNIEWIND, A.P., BARRETT, J.D. Wood as a linear orthotopic viscoelastic material. Wood
Sci. & Tech., 1972, vol.6, pp. 43-57.
SCHREFLER, B.A, BRUNELLO, P., GAWIN, D., MAJORANA, C.E., PESAVENTO, F.
Concrete at high temperature with application to tunnel fire. Computational
Mechanics, 2002, vol 29, pp. 43-51.
SEQUEIRA NUNES ANTÃO, A.M. Analyse de la stabilité des ouvrages souterrains par une
méthode cinématique régularisée. Thèse de Doctorat. Ecole Nationale des
Ponts et Chaussées, 1997, 200 p.
SINGH, A., MITCHELL, J.K. (1969). Creep potential and creep rupture of soils. Proc. 7 th
Int. Conf. Soil Mech. and Foud. Engrg. 1969, vol. 1, pp. 379-384.
SINGH, D.P. A study of creep of rocks. Int. J. Rock Mech. Min. Sci. & Geomech. Abstr.
1975, vol. 12, pp. 271-276.

Taous Kamel 242


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Référence bibliographique

SLOAN, S.W. Lower bound limit analysis using finite elements and linear programming.
Int. Jrn. for Num. and Analytical Meth. in Geom., 1988, vol. 12, pp. 61-77.
SLOAN, S.W. Finite element limit analysis in geomechanics. Proc. of the 11th Int. Conf. on
Computer Methods and Ad. in Geomech., 2005, vol. 4, pp. 141-160.
SOL-SOLUTION. Caractérisation des ouvrages enterrées par couplage d’essais
géophysiques et géotechniques. Compagne station Pasteur. Sol-Solution
Géotechnique Réseaux, Service Innovation et Diagnostic d’Ouvrages, 2011.
SOL-SOLUTION. Auscultation des couloirs d’accès à la station Champs de Mars. Etude
Géophysique réalisée dans le cadre du projet MéDiTOSS. Diagnostic
d’Ouvrages enterrées, 2011a.
SOL-SOLUTION. Caractérisation des ouvrages enterrées par couplage d’essais
géophysiques et géotechniques. Auscultation des ouvrages. Sol-Solution
Géotechnique Réseaux, Service Innovation et Diagnostic d’Ouvrages, 2012.
SORGI, C., DE GENNARO. Observations au MEB environnemental de l’influence de l’eau
sur le comportement des craies dans le contexte des carrières souterraines.
JNGG, Lyon – France, 2006.
SULEM, J., PANET, M. GUENOT, A. An analytical solution for time - dependent
displacements in a circular tunnel. Int. J. Rock Mech. Min. Sc. & Geomech.
Abstr., 1987, vol. 24 (3), pp. 155-164.
SULEM, J. Analytical methods for the study of tunnel deformation during excavation. 5 th
ciclo di conferenze di Meccanica e Ingegneria delle Rocce Politecnico di
Torino, G. Barla ed., 1994, pp. 301-317.
SUNYACH, J. Formations molassiques du bassin d’Aquitaine. Recherche d’une
méthodologie de reconnaissance. Bull. Labo. P. Ch. (131), 1984, Réf. 2896,
pp. 45-60.
SZÉCHY, K., The art of tunneling, Budapest: Akedemiai Kiado, 1966, 891 p.
TANG, C.A., LIU, H., LEE, P.K.K., TSUI, Y., THAM, L.G. Numerical studies of the
influence of microstructure on rock failure in unixial compression, Part I:
effect of heterogeneity. Int. J. Rock Mech. Min. Sci., 2000, vol. 37 (7),
pp.555-569.
TAVENAS, F., LEROUEIL, S., LA ROCHELLE, P., ROY, M., Creep behaviour of an
undisturbed lightly overconsolidated clay. Canadian Geotechnical Journal,
1978, vol. 15 (3), pp. 402-423.
TERZAGHI, K. Theoretical soil mechanics. Press, John Wiley & Sons, New York-London,
1943, 502 p.

Taous Kamel 243


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Référence bibliographique

TERZAGHI, K., JELINEK, R. Theoretische Bodenmechanik. Press, Springer-Verlag.


Berlin, 1954, 505 p.
TISSAOUI, J. Effects of long-term creep on the integrity of modern wood structures. Ph.D.
thesis, Virginia Polytechnic Institute & State University, 1996, 121 p.
TORRACA, G. L'état actuel des connaissances sur les altérations des pierres: Causes et
méthodes de traitement. Matériaux et Constructions, 1974, vol. 7 (42), pp.
375-386.
TORATTI, T., MORLIER, P. Fluage à long terme du bois fléchi en grandeur structurale.
Materials and Structures, 1995, vol. 28, pp. 284-292.
VITALE, S., MAZZOLI, S. Heterogeneous shear zone evolution: The role of shear strain
hardening/softening. Journal of Structural Geology, 2008, vol. 30, pp.
1383-1395.
WANG, C., ZHANG, Y., ZHAO, Z. Fracture process of rubberized concrete by fictitious
crack model and AE monitoring. Computers & Concrete, 2012, vol. 9 (1),
pp. 51-61.
WATELET, J.M. Méthode d’analyse et diagnostique des conditions des stabilités des
carrières souterraines. Projet de fin d’études. 1996, ISAM.SNAM, Paris.
WAWERSIK W.R., FAIRHURST C. A study of brittle rock fracture in laboratory
compression experiments. Int. J. Rock Mech. Min. Sci., 1970, vol 7, pp
561-575.
WELLS, G.N., SLUYS, L.J. A new method for modelling cohesive cracks using finite
elements. Int. J. Num. Meth. Eng., 2001, vol. 50, pp. 2667-2682.
WIID, B.L. The influence of moisture upon the strength behaviour of rock. Ph.D. Thesis.
University of Witwatersrand, 1967, 184 p.
WOO, I., FLEURISSON J.A., PARK, Y.J., HAN, K.C., SONG, W.K., PARK, H.J., KIM,
I.S. Essais d’altération chimique accélérée au laboratoire par le double
extracteur Soxhlet. Application à des roches granitiques de Corée du Sud.
Bull Eng Geol Environ, 2008, vol. 67, pp. 443-452.
XIE, S. Y., SHAO, J. F., XU W. Y. Influences of chemical degradation on mechanical
behavior of a limestone. International Journal of Rock Mechanics and
Mining Sciences, 2011, vol. 48, pp. 741-747.

Taous Kamel 244


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

Taous Kamel 245


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A1 Annexe Partie 1

A1. Bibliographie & Analyse des données

A1.1 Résultats de comparaison entre le critère de MC et DP


Le modèle hyperbolique et le modèle exposant général sont écrits en termes des deux premiers
invariants de contrainte seulement. Le critère de charge hyperbolique est une combinaison continue
entre l'état des contraintes de traction maximale de Rankine et le model linéaire de Drucker-Prager. La
formule de surface de charge est comme suit :

F  l 02  q 2  ptanβ  d'  0 (1)

Avec :
l 0  d' 0  pt 0 tanβ (2)

pt 0 : Force hydrostatique initiale en traction du matériau; d': Paramètre d’écrouissage, il est obtenu à
travers les essais de données :
2 σc
d'  l 02  σ c - tanβ : Si l’écrouissage est défini par une charge de compression uniaxiale ;
3
2 σ
d'  l 02  σ t  t tanβ : Si l’écrouissage est défini par une charge de traction uniaxiale ;
3
d'  l 02  d 2 : Si l’écrouissage est défini par une cohésion.

Tableau A1.1. Propriétés utilisées dans la comparaison entre les deux critères (MC et DP)

Critère ρ (kg/m3 ) E (MPa) ν c (kPa) d (kPa) φ (°) β (°) pt (kPa) ψ(°) K

MC 2000 250 0,3 25 / 30 / 20 /

DPL 2000 250 0,3 / 37,5 / 40,9 / 0 1

DPH 2000 250 0,3 / 37,5 / 40,9 25 0 /

Nous avons comparé la courbe d’évolution de la contrainte verticale dans le sol et soutènement en
utilisant deux critères de plasticité parfaite : Mohr-Coulomb et Drucker-Prager avec deux formes
différentes (linéaire et hyperbolique). La courbe des contraintes en fonction de la distance par rapport
au centre de l’excavation à une profondeur de 6,5 m est identique dans les trois cas (Figure A1.1). Au
point de vue déformation plastique, un rapprochement entre les trois cas a été remarqué. L’effet du
paramètre pt est analysé dans ce rapport en utilisant le critère de rupture de Drucker-Prager
hyperbolique. D’après les courbes de contraintes verticales dans le sol, données par la Figure A1.3, le
rayon plastique change avec la variation de la valeur de la résistance à traction (pt=3, 12 et 25kPa). La
surface de rupture de matériau dépend de ce paramètre, elle accroît avec la diminution de pt. La Figure
A1.3 et Figure A1.4 montrent que le rayon de la zone plastifiée est proportionnel à cette contrainte de
tension initiale (pt).

Taous Kamel 246


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A1 Annexe Partie 1

200

160

120
σv [kPa]

80
λ=85%
40
MC DPL DPH
0
0 2,5 5 7,5 10 12,5 15 17,5
Distance par rapport au centre de l’excavation [m]

Figure A1.1 Contrainte verticale en fonction de la distance par rapport au centre de l’excavation avec
la prise en compte de l’effet de la loi de comportement du sol

Figure A1.2. Effet de critère de charge sur les déformations plastique verticales
200

150
σv [kPa]

100 λ=85%
ψ=20°

50

DPH (pt=3kPa) DPH (pt=12kPa) DPH (pt=25kPa)

0
0 2,5 5 7,5 10 12,5 15 17,5
Distance par rapport au centre de l’excavation [m]
Figure A1.3. Effet du paramètre pt sur la contrainte verticale en fonction de la distance par rapport au
centre de l’excavation à une profondeur de 6,5m

Taous Kamel 247


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A1 Annexe Partie 1

Figure A1.4. Effet de pt sur les déformations plastiques dans le sol avec λ=85%

A1.2 Influence de la loi constitutive du revêtement


A l’état instantané, le comportement plastique du sol est représenté par le critère de rupture
Mohr-Coulomb (Tableau A1.2). Il s’agit ici d’analyse l’influence de la loi constitutive du
revêtement. Les critères de rupture testés sont Mohr-Coulomb, Drucker-Prager avec la forme
linéaire, hyperbolique et Drucker-Prager modifié par un Cap. Nous présentons dans cette partie
le modèle de Drucker-Prager avec Cap et les autres modèles ont été déjà présentés dans la
partie initiale. Dans ce cas la galerie est sous le chargement géostatique et la charge en surface
de 250 kPa.
Tableau A1.2. Propriétés physiques et mécaniques du sol et du revêtement
Matériau ρ (kg/m3 ) E (MPa) ν c (kPa) φ (°) ψ (°)
Sol 2000 250 0.3 25 30 0
Revêtement 2400 3200 0.3 3500 30 0

A1.2.1 Modèle Cap (Drucker-Prager modifié)

Ce modèle a été introduit par Drucker et al. (1957) et il a été modifié dans le temps par (Chen et
Mizuno 1990; Sandler 2002) pour devenir un modèle Cap (Figure A1.5). C’est un modèle qui
reste une référence pour la simulation numérique basée sur une approche de matériau continu. Il
est disponible dans les codes d’éléments finis. On peut utiliser le modèle Drucker-Prager
modifié/Cap pour simuler les matériaux géologiques qui présentent une dépendance de la
pression de charge. L'ajout d'une surface de charge cap contribue à un contrôle de volume de
dilatance lorsque le matériau est chargé en cisaillement et fournit un mécanisme élastique
durcissant pour prendre en compte la compression en plasticité. Il est peut être utilisé dans
Abaqus pour simuler le fluage des matériaux présentant une déformation inélastique à long
terme, et fournit une réponse aux importantes contraintes réversibles dans la région du Cap,
cependant, dans la région de surface de rupture la réponse n'est que pour un chargement
monotone. L'ajout d’une surface de charge Cap pour le modèle de Drucker-Prager a deux
principaux objectifs: il limite la surface de charge en compression hydrostatique, fournissant
ainsi un mécanisme élastique durcissant afin de représenter la compression en plastique, et elle
aide à contrôler la dilatance du volume, lorsque le matériau est chargé en cisaillement en
fournissant un adoucissement en fonction de l'augmentation inélastique du volume créé lorsque
le comportement du matériau est en surface du rupture par cisaillement de Drucker -Prager.

Taous Kamel 248


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A1 Annexe Partie 1

Figure A1.5. Surfaces de charge pour le modèle de Drucker-Prager/Cap dans le plan des contraintes
isotropes (p) contraintes déviatoires (q)

Le modèle est supposé être isotrope et sa surface de charge comprend deux segments
principaux: une surface de rupture par cisaillement, fournissant un flux de cisaillement, un cap,
fournissant un mécanisme élastique durcissant à représenter le compactage (ou la compression)
en plastique, et une région de transition entre ces segments, introduit pour fournir une surface
lisse purement pour faciliter la mise en œuvre.
La surface rupture de par cisaillement Drucker-Prager s’écrit comme suit :

Fs  q  ptanβ  d  0 (3)

1 2
p   trσ  : contrainte hydrostatique, q  (S : S) : contrainte équivalente de Mises avec S
3 3
est la contrainte déviatorique ( S = σ + pI ).
β: Angle de frottement, d: la cohésion et σ représente le tenseur des contraintes.
La surface de charge Cap a une forme elliptique avec une excentricité constante dans le plan
méridien (p-q) et inclut également la dépendance au troisième invariant dans le plan
déviatorique. La surface du Cap durcit ou radoucit en fonction de la déformation volumique
plastique: la compression volumétrique en plastique provoque un durcissement lorsque la
charge est sur le Cap. Tandis que la dilatation volumétrique en plastique provoque un
adoucissement quand la charge sur la surface de rupture de cisaillement (ABAQUS 6.10).
La surface de charge Cap s’écrit comme suit:
2
 Rq  (4)
 - R d  p a tanβ   0
2
Fc  (p  p a )  
1  α  α/cosβ 
p b  Rd
pa 
1  Rtanβ
p a : Paramètre qui représente l'évolution de la déformation plastique volumétrique conduit qui
au durcissement/adoucissement; R est un paramètre du matériau qui contrôle la forme du Cap
(entre 0,0001 et 1000,0); α: Petit nombre (0,01-0,05) utilisé pour définir une surface de
transition entre la surface de rupture de cisaillement et le Cap;

Taous Kamel 249


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A1 Annexe Partie 1

La loi d’écrouissage est une fonction définie par des segments reliant la contrai nte de charge
hydrostatique en compression.
p b  f(ε v )  p b (ε invol0  ε pl cr
vol  ε vol0 )

p b : Déformation inélastique volumique.

Figure A1.6. Courbe d’écrouissage (modèle Cap)

La surface de transition est définit comme suit :


2

2
Ft  (p  p a )  q  (1 
α
d  p a tanβ  - αd  p a tanβ   0 (5)
 cosβ 

A1.2.2 Résultats de comparaison

En utilisant les propriétés du revêtement données par le Tableau A1.3, nous avons trouvé
qu’avec les différents modèles utilisés on tend vers la même solution aux termes de contrainte,
déplacement et déformation. Dans ce rapport, on présente les courbes de cont rainte verticale en
fonction de la distance par rapport au centre de l’excavation à une profondeur de 6,5 m obtenue
par les différents modèles (Figure A1.7). Les déformations plastiques sont nulles dans la paroi.
Grace aux données que nous avons sur la résistance à la traction du soutènement nous avons
analysé l’effet de ce paramètre en utilisant le critère de Drucker -Prager avec la forme
hyperbolique. La surface de rupture de Ducker-Prager hyperbolique dépend du paramètre pt qui
définit la résistance à la traction du matériau. Nous avons constaté que l’effet de la résistance à
la traction est négligeable. En effet début d’apparition des déformations plas tique au niveau du
radier. Ces déformations n’appariaient qu’avec de très faibles valeurs de résistance à la traction
de l’ordre de 250 kPa (Figure A1.8, Figure A1.9).

Tableau A1.3. Propriétés du revêtement avec les différents critères (MC, DPL, DPH et Cap)

Critère E (GPa) c (MPa) d (MPa) φ (°) β (°) pt (MPa) K p b (MPa) R α

MC 3,2 3,5 / 30 / / / / / /
DPL 3,2 / 5,25 / 40,9 / 1,0 / / /
DPH 3,2 / 5,25 / 40,9 2.5 / / / /
Cap 3,2 / 5,25 / 40,9 / 1,0 1.5 0,1 0

Taous Kamel 250


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A1 Annexe Partie 1

1000

800

Etat initial MC
σv [kPa]

600
DPL DPH
Cap
400
c=3,5 MPa
λ=85%, ψ=0°
200

0
0 2,5 5 7,5 10 12,5 15 17,5
Distance par rapport au centre de l’excavation [m]
Figure A1.7. Contrainte verticale en fonction de la distance par rapport au centre de l’excavation avec
différentes lois de comportement du soutènement

Figure A1.8. Contrainte verticale dans le soutènement avec deux valeurs de la résistance à la traction
(0,20 et 2,50 MPa)

Figure A1.9. Déformation plastique verticale dans le soutènement avec deux valeurs de la résistance à
la traction (0,25 et 2,50 MPa)

Taous Kamel 251


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A1 Annexe Partie 1

A1.3 Dépendance en taux de déformation (Strain rate dependent)

Le critère de Drucker-Prager avec ses différentes formes est souvent utilisé comme une surface
de rupture, dans le sens où le matériau peut présenter un écoulement illimité où la contrainte
peut atteindre la limite de rupture. Ce comportement est appelé plasticité parfaite. Les modèles
sont également fournis avec écrouissage isotrope. L'évolution de la surface de rupture avec la
déformation plastique est décrite en termes de la contrainte équivalente ( , qui peut être choisi
comme étant la contrainte de compression uniaxiale, la contrainte de traction uniaxiale, ou la
limite de cisaillement (cohésion) la limite :

, si l’écrouissage est définit par la résistance à la compression ;

, si l’écrouissage est définit par la résistance à la traction ;

, si l’écrouissage est définit par la cohésion.

Le comportement du taux de déformation est définit de sorte que la dépendance contrainte-


déformation est semblable à tous les taux de déformation:

: Comportement contrainte-déformation à l’état élastique;


: Rapport entre la contrainte ( ) équivalent et la contrainte initiale ( ).
: Taux dé déformation plastique équivalent, il est définit comme suit :

Pour un modèle de Drucker-Prager à forme linéaire :

, si l’écrouissage est définit par une compression uni-axial ;

, si l’écrouissage est définit par une traction uni-axial ;

, si l’écrouissage est définit par un cisaillement pur.

Pour un modèle de Drucker-Prager à forme hyperbolique ou puissance:

Sous Abaqus le paramètre est peut être déterminé par deux méthodes: spécifiant une loi
puissance ou définissant la variable directement en tant qu’une fonction tabulaire de .
Définition de paramètre par une loi puissance : la loi puissance de Cowper-Symonds est de la
forme suivante:
Pour , D et n: Paramètres du matériau.

Taous Kamel 252


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A1 Annexe Partie 1

A1.3.1 Influence des paramètres de la loi puissance

n=1.0, R≥1.0
3000

D=1.5e-3
D=100
2500
Taux de déformation plastique (1/S)

D=300
D=500
2000 D=700
D=900
D=1.0e3
1500 D=1.2e3
D=1.4e3

1000

500

0
1 1.2 1.4 1.6 1.8 2 2.2 2.4 2.6 2.8 3
Rapport entre le contrainte et la limite élastique (R)

Figure A1.10. Effet du paramètre D sur le taux de déformation plastique pour R≥1.0 et n=1

D=1.5e3, 1.0≤R≤2.0
1500

n=0
n=1
Taux de déformation plastique (1/S)

n=2
n=3
1000 n=4
n=5

500

0
1 1.1 1.2 1.3 1.4 1.5 1.6 1.7 1.8 1.9 2
Rapport entre la contrainte et la limite élastique (R)

Figure A1.11. Effet du paramètre n sur le taux de déformation plastique pour 1.0≤R≤2.0 et D=1.5e3

Taous Kamel 253


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A1 Annexe Partie 1

x 10
4
D=1.5e3, R>2.0
5
n=0
4.5
n=1
Taux de déformation plastique (1/S)

4 n=2
n=3
3.5
n=4
3 n=5
2.5

1.5

0.5

0
2 2.1 2.2 2.3 2.4 2.5 2.6 2.7 2.8 2.9 3
Rapport entre la contrainte et la limite élastique (R)

Figure A1.12. Effet du paramètre n sur le taux de déformation plastique pour R>2.0 et D=1.5 e3

A1.3.2 Etude numérique bidimensionnel sur un échantillon (3x6m)


L’échantillon est d’une longueur de 3m et d’une hauteur de 6m (Figure A1.13). On effectue
cette étude pour trois valeurs de charge différentes (P=1,0 et 1,2MPa). Cette charge est
maintenue tout au long de cette analyse. On donne dans le Tableau A1.4 les propriétés adoptées
pour ce matériau.

Figure A1.13. Géométrie, maillage et les conditions aux limites de l’échantillon

Tableau A1.4. Propriétés du matériau

Cas E (GPa) ν d(MPa) β(°) Ψ(°) Pt (MPa) Excentricité

Ass. 3.20 0.3 4.25 39.8 39.8 2.5 0.1


NonAss 3.20 0.3 4.25 40.9 0 2.5 0.1

Taous Kamel 254


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A1 Annexe Partie 1

Temps (ans)
0 25,4 50,8 76,2 101,6
0

Ass (D=1.1e-3, n=6, t0=60s)


-0,001
Ass (D=1.5e-3, n=6, t0=60s)
Défor-plast-22

-0,002 Ass (SRate, t0=60s)

-0,003

-0,004

-0,005

-0,006

Temps (ans)
0 25,4 50,8 76,2 101,6
0

-0,01
Défor-plast-22

-0,02

-0,03

-0,04
Ass (D=1.5e-3, n=6, t0=60s)

-0,05
Ass (D=8e-2, n=6, t0=60s)

-0,06

Figure A1.14. Effet du D sur les déformations plastiques axiales pour P=1.20MPa dans le cas associé

Temps (ans)
0 25,4 50,8 76,2 101,6
0
Psi=33° (D=1.5e-3, n=6, t0=60s)
-0,002 Ass (D=1.5e-3, n=6, t0=60s)
Ass (SRate, t0=60s)
Défor-plast-22

-0,004

-0,006

-0,008

-0,01

-0,012

Figure A1.15. Effet de l’angle de dilatance sur les déformations plastiques axiales pour P=1.20MPa

Taous Kamel 255


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A1 Annexe Partie 1

A1.3.1 Influence du radoucissement

Le softening est régi par les courbes représentées dans la Figure A1.16.

4,50E+06

3,75E+06

3,00E+06
Cohésion (Pa)

2,25E+06

1,50E+06

7,50E+05
Soft-1 Soft-2

0,00E+00
0 0,0005 0,001 0,0015 0,002 0,0025

Déformation plastique
Figure A1.16. Evolution de la cohésion en fonction la déformation plastique

15000

12500

10000
q (kPa)

7500

SSoft (d=1.5e-7, n=1, t0=6.35e5s)


5000
Surface de Charge (d=4.25MPa)
Surface de Charge (d=2.50MPa)
2500
Surface de Charge (d=2.1MPa)
Soft-1 (D=1.5e-7, n=1, t0=6.35e5s)
0
-2500 0 2500 5000 7500 10000
p (kPa)
Figure A1.17. Chemins de contraintes sans et avec du softening

15000
Soft-2 (D=1.5e-7, n=1, t0=32e3s)
Surface de Charge (d=4.25MPa)
12500
Surface de Charge (d=2.50MPa)
Surface de Charge (d=2.1MPa)
10000
SSoft (d=1.5e-7, n=1, t0=32e3s)
q (kPa)

7500

5000

2500

0
-2500 0 2500 5000 7500 10000
p (kPa)
Figure A1.18. Chemins de contraintes sans et avec du softening
Taous Kamel 256
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A2 Annexe Partie 2

A2. Etat de contrainte initial des tunnels & galeries


A2.1 Construction des tunnels du réseau de métro Parisien
Le réseau du transport souterrain Parisien a été réalisé sur trois périodes: la mise en place du
service métro entre 1900 et 1920 ensuite la construction des lignes de RER entre 1960 et 1980
et au-delà de 1995 vient l’étape de prolongation des lignes et le développement du réseau
automatique. Les méthodes de construction au cours du temps ont aussi été diverses: entre 1900
et 1970, la conception du soutènement par une maçonnerie en moellons, meulière et béton a été
abondement adoptée. La Figure A2.1 montre un exemple de constitution d’un tunnel de ligne de
métro conçu avant 1969 et ces principaux composants. Les plus anciens tunnels de ligne de
métro ont été creusés par la méthode franco-belge, plus exactement par section divisée décrite
en Figure A2.2.

Figure A2.1. Constitution d’un tunnel de ligne du métro construit avant 1969

Figure A2.2. Excavation d’un tunnel par la méthode franco-belge

Taous Kamel 257


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A2 Annexe Partie 2

A2.2 Excavation d’un tunnel de ligne de métro par section pleine/divisée


Nous comparons dans cette partie entre, les états de contrainte à plusieurs phases d’excavation,
le creusement par section pleine et section divisée. La Figure A2.3 montre bien la différence
entre les états de contrainte entre les deux méthodes à plusieurs étapes d’excavation et mise en
place du soutènement. En section divisée la zone voûte est excavée e n 1ère étape ensuite la zone
du rein puis la zone du centre avec la mise en place du soutènement en zone. Les champs de
déplacements de l’encaissant ont été analysés dans les trois directions horizontale U11,
verticale U22 et longitudinale U33. Le champ de déplacement généré dans la direction verticale
U22 est plus important autour du tunnel excavé par section divisée (Figure A2.4) même
tendance est notée dans la direction horizontale U11, voir Figure A2.5. Tandis que, le
déplacement longitudinale U33 au front de taille du tunnel excavé par section pleine est plus
important (Figure A2.6). Ce champ de déplacement généré est lié au comportement du sol, la
Figure A2.7 montre le champ de déplacement U1 en utilisant une loi élastique pour le sol avec
un module de 250 MPa.
L’étendue de la zone plastifiée dans les deux cas a été également examinée pour deux valeurs de
cohésion c = 20 kPa (Figure A2.8) et c = 30 kPa (Figure A2.9). La surface plastifiée est liée
essentiellement à la méthode d’excavation et à la résistance du sol comme le montre ces
figures. Cette surface est plus large si la cohésion du sol est faible.

Taous Kamel 258


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A2 Annexe Partie 2

Figure A2.3. Etat de contrainte verticale à différentes étape d’excavation du tunnel par deux méthodes
de creusement

Taous Kamel 259


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A2Annexe Partie 2

Figure A2.4. Champs de déplacement U2 dans l’encaissant autour des deux tunnels

Figure A2.5. Champs de déplacement U1 dans l’encaissant autour des deux tunnels

Taous Kamel 260


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A2Annexe Partie 2

Figure A2.6. Champs de déplacement U3 dans l’encaissant autour des deux tunnels

Figure A2.7. Champs de déplacement U1 dans l’encaissant autour des deux tunnels – Elastique

Taous Kamel 261


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A2Annexe Partie 2

Figure A2.8. Surface plastifiée dans l’encaissant suite à l’excavation d’un tunnel avec deux méthodes
de creusement – cohésion c = 20 kPa

Figure A2.9. Surface plastifiée dans l’encaissant suite à l’excavation d’un tunnel avec deux méthodes
de creusement – cohésion c = 30 kPa

Taous Kamel 262


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

A3. Dégradation différée d’une galerie

A3.1 Radoucissement avec Cowper-Symonds


Les ouvrages souterrains et particulièrement les tunnels en maçonnerie peuvent montrer un
comportement radoucissant de leurs propriétés mécaniques au cours du temps. Pour cela nous
avons couplé cette loi viscoplastique de Cowper-Symonds avec une loi de radoucissement du
paramètre de résistance (cohésion). Ce couplage sert à prendre en considération la réduction de
la résistance mécanique du revêtement dans le temps. Le modèle géométrique et de maillage est
donné par la Figure A3.1. Dans cette étude l’état de contrainte initial correspond à un taux de
déconfinement de 60%. La simulation est réalisé avec un demi modèle dans l’objectif est de
réduire le temps de calcul. L’ouvrage est chargé géo-statiquement plus une surcharge de 220
kPa placée en surface sur une longueur de 6 m. Afin de simuler la dégradation de l’ouvrage,
nous avons utilisé le critère de rupture de Drucker-Prager à forme hyperbolique (Figure A3.2.a)
avec un écrouissage négatif illustré en Figure A3.2.b. De plus, la loi de Cowper-Symonds a été
choisie pour prendre en compte le comportement viscoplastique des matériaux. Les propriétés
du sol et du soutènement sont données dans le Tableau A3.1.

Figure A3.1. Géométrie et maillage du modèle numérique bidimensionnel

Tableau A3.1. Propriétés du sol et du soutènement utilisé avec la loi adoucissante

Matériau ρ (kg/m3 ) E (MPa) ν d (kPa) β (°) pt (kPa) D (ans-1) n

Sol 2000 250 0,3 37,5 40,9 25 15 1

Revêtement 2400 3200 0,3 173 40,9 150 15 e-4 1

Les résultats de la simulation numérique du comportement de la galerie sont illustrés aux Figure
A3.3 et Figure A3.4. L’évolution de la déformation inélastique et de la contrainte verticale en
fonction du temps, au niveau du piédroit dans un élément situé à 7 mètre de profondeur est
donnée par la Figure A3.3, pour les deux lois de radoucissement proposées. On remarque que
les déformations sont plus élevées avec la loi d’écrouissage 2 et qu’elles dev iennent stables au-
delà de 30 à 35 ans. Les contraintes diminuent sous l’effet du radoucissement (diminution de la
cohésion et augmentation des déformations viscoplastiques). La Figure A3.4 montre qu’après
100 ans la déformation horizontale en traction et la déformation verticale en compression au
piédroit est égale 5 fois la déformation instantanée.

Taous Kamel 263


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

Le piédroit est la zone la plus comprimée ce qui provoque la détérioration de cette zone. Les
tractions sont visibles en voûte ce qui confirme l’apparition de fissures dans l’ouvrage. La
diminution de la vitesse de déformation, au-delà de 35 ans, nous a poussé de tester d’autres lois
viscoplastiques afin d’atteindre notre objectif.

Figure A3.2. a. Surface de rupture du critère de Drucker-Prager hyperbolique, b. Courbe


d’adoucissement de la cohésion adimensionnée en fonction de la déformation viscoplastique
900 0,006

600 0,004
Sigma_V (Soft-1) Sigma-V (Soft-2)
σv[kPa]

εvp axiale

Défor-vp (Soft-1) Défor_vp (Soft-2)

300 0,002

D=15, n=1 (Sol)


D=15e-4, n=1 (Revêtement)
0 -4,34E-18
0 20 40 60 80 100
Temps [ans]

Figure A3.3. Evolution de la déformation inélastique et la contrainte verticale dans le piédroit du


revêtement en fonction du temps

Taous Kamel 264


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

Figure A3.4. Contrainte horizontale (S11), contrainte verticale (S22), déformation plastique
horizontale (PE11) et déformation plastique verticale (PE22) pour le radoucissement 2 à t=100ans.
(Convention de signe : compression (-), traction (+))

A3.2 Radoucissement avec la loi Time Hardening

Le critère de rupture utilisé dans ce qui suit est celui de Drucker -Prager linéaire (Figure A3.5.a).
Le comportement élastoplastique est adoucissant et cet adoucissement est généré par la
diminution de la cohésion en fonction de la déformation inélastique. Admettant que le
comportement du revêtement des galeries suit cette loi adoucissante dépendante en temps. Nous
présentons des simulations effectuées pour deux jeux données de revêtements. Ce qui varie
principalement entre ces deux revêtements la cohésion initiale, les propriétés de la l oi
viscoplastique et la loi d’écrouissage. Les résultats obtenus sont illustrés ci -dessous par : Figure
A3.6 et Figure A3.7.

Tableau A3.2. Propriétés du sol et du soutènement

Matériau ρ (kg/m3 ) E (MPa) ν d 0 (kPa) β (°) A (Pa -1 ) n m


Sol 2000 250 0,3 37,5 40.9 3 e-14 1 -0.3
e
Rev1 173 1 -16 1.35
2400 3200 0,3 40.9 -0.5
Rev2 2500 5 e -19 2

Taous Kamel 265


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

Figure A3.5. Surface de rupture de DP linéaire et l’effet du radoucissement de la cohésion (d) sur cette
surface, b. Courbes d’adoucissement de d/d0 en fonction de la εin pour deux revêtements

900 1,50%

750 1,25%

600 1,00%

εin axiale
σv [kPa]

450 S22 (Rev1) S22 (Rev2) 0,75%


Défor-vp (Rev1) Défor-vp (Rev2)
300 0,50%

150 0,25%

0 0,00%
0 50 Temps (ans) 100 150

Figure A3.6. Evolution de la déformation inélastique et de la contrainte verticale dans un élément du


piédroit en fonction du temps pour deux revêtements différents

La Figure A3.6 représente l’évolution de la contrainte verticale et de la déformation in élastique


dans le temps dans un élément du piédroit situé à 7 mètre de profondeur pour deux revêtements
différents. Cette courbe montre que la valeur initiale de la cohésion du soutènement influe
beaucoup sur la contrainte à l’état instantané (t = 0). La contrainte est plus élevée avec une
cohésion importante. La courbe de déformation inélastique du revêtement Rev2 ne présente pas
une déformation inélastique instantanée par contre le revêtement Rev1 présente une
déformation inélastique instantanée importante vu la faiblesse de la cohésion initiale. La
distribution des contraintes et des déformations est analysée ( Figure A3.7).
En voûte, une redistribution des contraintes (S11) a bien été remarquée dans les deux
revêtements entre t = 0 et t=153 ans (tractions à l’intrados et compressions à l’extrados au bout
de 153 ans). La rupture est atteinte au bout de 153 ans avec le revêtement Rev1. Les
déformations les plus élevées se concentrent beaucoup plus dans les piédroits de revêtements.

Taous Kamel 266


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

Figure A3.7. Distribution des contraintes (S11, S22) et des déformations inélastiques (PE11, PE22) à
t=0 et à 153 ans dans les deux revêtements

Taous Kamel 267


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

A3.2.1 Influence du maillage

Les éléments de maillage utilisés dans ces analyses précédentes à l’état dégradé (A3.1 et A3.2)
sont des éléments linéaires (Q4). Nous avons analysé l’effet de l’élément de maillage en
comparons le cas maillé avec des éléments rectangulaires linéaires Q4 et d’autres quadratiques.
Selon les résultats aboutis (Figure A3.8) nous n’avons pas trouvé une différence entre les
déformations inélastiques obtenues par les deux maillages par contre une légère différence est
observée entre les contraintes dans les deux cas. Mais le coût en termes de temps de calcul est
plus coûteux avec des éléments quadratiques. Pour des raisons de précision les simulations
illustrées dans ce qui suit sont effectuées avec des éléments de maillage quadratique (Q8)
malgré l’importance du temps de calcul.
900 1,50%

750 1,25%

600 1,00%

εin axiale
σv [kPa]

450 0,75%
S22 (Rev2, Q4) S22 (Rev2, Q8)
Défor-vp (Rev2, Q4) Défor-vp (Rev2, Q8)
300 0,50%

150 0,25%

0 0,00%
0 75 150 225
Temps (ans)
Figure A3.8. Influence de l’élément de maillage sur l’évolution de ε in et de σ v dans un élément
du piédroit du revêtement Rev2 en fonction du temps
A3.2.2 Influence des paramètres du sol au cours de la dégradation

Influence de la cohésion

Les données du sol utilisé dans cette étude sont soit des données réelles ou issues de la
littérature (Gress 2010). Dans ce qui suit les données du revêtement prises en considération sont
celles de Rev2 (Tableau A3.2). Les paramètres du sol analysés dans cette partie sont: la
cohésion d, l’angle de dilatance ψ, le module d’élasticité E et le coefficient des terres au repos
K0 . Rappelons que l’état de contrainte initial dans cette analyse correspond à un taux de
déconfinement de 60% et que les résultats retenus à t = 0 correspondent à l’état instantané, les
déformations ou les déplacements engendrés à cet instant sont dus à l’application de la charge
en surface.

Taous Kamel 268


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

Figure A3.9. Déformation inélastique verticale dans le revêtement à 100 ans à 10 et 47 kPa

Influence de la cohésion du sol au cours de la dégradation a été analysé en faisant varier d entre
10 et 135 kPa. Ce paramètre influe sur l’évolution de la dégradation du revêtement dans le
temps en termes de déformation globale et la Figure A3.9 confirme cette constatation. La
réponse du sol a été ainsi analysée, à différentes instants, en traçant l’évolution de la contrainte
verticale et du déplacement en fonction de la distance par rapport au centre de l’excavation.
Nous avons déjà constaté qu’à l’état initial que la cohésion de l’encaissant à une importante
influence sur la les contraintes et le rayon de plastification autour de la paroi. Par contre cette
contrainte du sol n’évolue pas en fonction de la cohésion au cours de la dégradation du
soutènement comme le montre la Figure A3.10 et Figure A3.11. Mais en termes de déplacement
ou de déformation dans le sol, l’influence de la cohésion est très importante à l’état instantané
et au cours de la dégradation. La Figure A3.12 montre qu’il y a une différence de l’ordre de 1
cm entre les déplacements obtenus, à 100 ans, avec d = 97,5 kPa et d = 10 kPa.
400

300
σv [kPa]

200

100 P (d=97.5kPa, t=0) P (d=97.5kPa, t=100ans)


P (d=37.5kPa, t=0) P (d=37.5kPa, t=100ans)
P (d=10kPa, t=0) P (d=10kPa, t=100ans)
0
1 2 3 4 5 6
x/R
Figure A3.10. Contrainte verticale en fonction de la distance relative par rapport au centre de
l’excavation avec différents valeurs de d du sol à t=0 et 100 ans

Taous Kamel 269


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3
300

250

200
σθ [kPa]

150

100

V (d=10kPa, t=0) V (d=10kPa, t=100ans)


50
V (d=37.5kPa, t=0) V (d=37.5kPa, t=100 ans)
V (d=97.5kPa, t=0) V (d=97.5kPa, t=100 ans)
0
1 x/R 2

Figure A3.11. Contrainte orthoradiale en fonction de la distance relative par rapport au centre de
l’excavation avec différents valeurs de d du sol à t=0 et 100 ans (selon l’axe de voûte)

2
x/R

1
0 6 12 18 24 30 36
V (d=37.5kPa, t=0) V (d=97.5kPa, t=0)
V (d=37.5kPa, t=100ans) V (d=97.5kPa, t=100ans)
V (d=10kPa, t=0) V (d=10kPa, t=100ans)
ur [mm]

Figure A3.12. Déplacement radial en fonction de la distance relative par rapport au centre de
l’excavation avec différents valeurs de d du sol à t=0 et 100 ans (selon l’axe de voûte)

A t = 100 ans, les déplacements radiaux trouvés avec d = 37,5 et 97,5 kPa sont assez similaires.
Nous pouvons constater au-delà de certaine valeur de résistance du sol le déplacement radial
dans le sol est le même.

Influence de l’angle de dilatance

Les courbes de la Figure A3.13 représentent les courbes d’évolution de la contrainte verticale et
de la déformation inélastique en fonction du temps dans un élément du piédroit avec la prise en
compte de l’influence de l’angle de dilatance de l’encaissant. Les déformations inélastiques
trouvées dans le cas non-associé sont plus importantes que celles trouvées en associé. Par
contre la diminution des contraintes est plus rapide dans le cas associé (ψ = β) . L’impact de ce
paramètre de dilatance sur l’évolution de contraintes verticales dans le sol a été examiné et le
résultat obtenu est donné par la Figure A3.14. Cette figure montre que l’état de contrainte n’est
pas le même dans le cas associé et non-associé. Les contraintes dans le sol sont plus
importantes dans le cas associé.

Taous Kamel 270


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

900 0,6%

750

600 0,4%

εin axiale
σv [kPa]

450

S22 (Rev2, Ass)


300 0,2%
S22 (Rev2, dsol=Psi=0°)
150 Défor-vp (Rev2, Ass)
Défor-vp (Rev2, Psi=0°)
0 0,0%
0 75 150 225
Temps (ans)
Figure A3.13. Evolution des contraintes et des déformations dans un élément du piédroit du revêtement
avec un comportement du sol associé (ψ = β) et non-associé (ψ ≠ β)
450

300
σv [kPa]

150
P (Ass, t=0) P (Psi=0°, t=0)
P (Ass, t=100 ans) P (Psi=0°, t=100ans)
0
1 2 3 4 5 6
x/R
Figure A3.14. Contrainte verticale en fonction de la distance relative par rapport au centre de
l’excavation avec un comportement du sol associé (ψ = β) et non-associé (ψ = 0°) à t = 0 et 100 ans

Le comportement associé ou non-associé du sol influe plus fortement sur les déplacements à
long terme voir la Figure A3.15.
2
x/R

1
0 6 12 18 24 30 36
V (Psi=0°, t=0) V (Ass, t=100ans)
V (Ass, t=0) V (Psi=0°, t=100ans)
ur [mm]
Figure A3.15. Déplacement radial en fonction de la distance relative par rapport au centre de
l’excavation avec un comportement du sol associé (ψ = β) et non-associé (ψ = 0°) à t = 0 et 100 ans
(selon l’axe de voûte)

Taous Kamel 271


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

Influence du module d’élasticité

L’influence du module d’élasticité du sol sur l’évolution de la dégradation à long terme a été
étudiée. Les résultats obtenus sont présentés par les Figure A3.16 Figure A3.17. Ces figures
montrent l’influence de ce paramètre sur l’évolution de la contrainte dans le revêtement, ces
contraintes sont plus importantes avec un module d’élasticité faible. Le soutènement reprend
beaucoup plus avec une formation géologique faible. Les déplacements radiaux, après 100 ans,
trouvés avec un E du sol de 100 MPa sont deux fois les déplacements trouvés avec un E = 250
MPa. Ce qui montre que la rupture peut se produire dans le sol surtout dans le cas des remblais
et des sols mous. Avec E = 100 MPa, le déplacement résiduel atteint au bout de 100 ans est de
l’ordre de 26 mm. Afin de voir plus l’effet de ce paramètre nous avant regardé la distribution de
la déformation inélastique a 100 ans dans le sol et le soutènement. Comme la Figure A3.18
montre, les zones le plus déformées avec un E = 100 MPa sont dans le sol par contre avec un E
= 500 MPa c’est la zone du contact entre le sol et le piédroit.

900 0,75%

600 0,50%

εin axiale
σv [kPa]

300 S22 (Rev2, E=100MPa) 0,25%


S22 (Rev2, E=250MPa)
Défor-vp (Rev2, E=100MPa)
Défor-vp (Rev2, E=250MPa)
0 0,00%
0 75 150 225
Temps (ans)
Figure A3.16. Evolution des contraintes et des déformations dans un élément du piédroit avec la prise
en compte l’effet de E du sol
2
x/R

1
0 10 20 30 40 50 60
V (E=500MPa, t=100ans) V (E=500MPa, t=0)
V (E=250MPa, t=0) V (E=250MPa, t=100ans)
V (E=100MPa, t=100ans) V (E=100MPa, t=0)
ur [mm]
Figure A3.17. Déplacement radial en fonction de la distance relative par rapport au centre de
l’excavation avec la prise en compte de l’effet de E du sol (selon l’axe de voûte)

Taous Kamel 272


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

Figure A3.18. Distribution des déformations inélastiques axiale (verticale) dans le sol et le revêtement
avec deux modules d’élasticité du sol différents

Influence de K 0

L’influence du coefficient des terres au repos (K 0) sur les contraintes et les déformations
viscoplastiques dans un élément du revêtement (Figure A3.19) est faible par rapport à son
influence sur les déplacements dans l’encaissant (Figure A3.20), le déplacement augmente avec
la diminution de K 0. A t = 100 ans, la différence maximale entre les déplacements, dans le sol,
obtenus avec un K 0 = 0,5 et 0,8 est de 5 mm.
900 0,006

600 0,004
εin axiale
σv [kPa]

S22 (Rev2, k0=0.5)


300 S22 (Rev2, k0=0.8) 0,002

Défor-vp (Rev2, k0=0.5)


Défor-vp (Rev2, k0=0.8)
0 0
0 75 150 225
Temps (ans)
Figure A3.19. Evolution des contraintes et des déformations dans un élément du piédroit du revêtement
avec la prise en compte de l’effet de K0

Taous Kamel 273


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

2
x/R

1
0 5 10 15 20 25 30
V (k0=0.5, t=0) V (k0=0.5, t=100ans)
V (k0=0.8, t=100ans) V (k0=0.8, t=0)
ur [mm]
Figure A3.20. Déplacement radial en fonction de la distance relative par rapport au centre de
l’excavation avec la prise en compte de l’effet de K0 (selon l’axe de voûte)

Constatations

En analysant les résultats de l’étude paramétrique de l’encaissant au cours de la dégra dation,


nous avons constaté que:
- la cohésion du sol influe principalement sur les déplacements et les déformations du terrain ;
- l’angle de dilatance du sol influe fortement sur le comportement du revêtement et de
l’encaissante en termes de contrainte, déplacement et déformation locales et/ou globales ;
- la réponse du sol et de l’ouvrage, vis-à-vis la de distribution des contraintes, déformations et
même déplacements, dépend de la valeur de module d’élasticité du terrain.

A3.3 Modèle avec interface

A3.3.1 Influence de l’épaisseur de l’interface


Nous avons analysé l’influence de l’épaisseur de l’interface en prenant un autre modèle avec
interface plus épaisse (e = 50 cm). Les résultats obtenus sont données par la Figure A3.21 et
Figure A3.22.

Taous Kamel 274


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

900 1,50%

750
1,20%

600
σv [kPa]

0,90%

εin axiale
450
0,60%
300
S22 (e=25cm)
S22 (e=50cm) 0,30%
150
Défor (e=25cm)
Défor (e=50cm)
0 0,00%
0 75 150 225
Temps (ans)
Figure A3.21. Influence de l’épaisseur de l’interface sur εin et σv dans un élément d’interface

Figure A3.22. Influence de l’épaisseur de l’interface sur la déformation verticale en au temps final

Ces résultats montrent que le comportement est distinct entre les deux cas. Avec une interface
plus épaisse, nous avons d’importantes déformations viscoplastiques, dans l’interface, qui
peuvent atteindre 1,3% dans une durée de 150 ans. On trouve avec une épaisseur de 50 cm, que
des déformations en traction peuvent se produire en bas de l’intrados du piédroit et d’autres en
compression à son extrados.

A3.3.2 Influence des paramètres de l’interface

Influence du module d’élasticité E du bois

Le Tableau A3.3 et Tableau A3.4 présentent, respectivement, les propriétés mécaniques du sol,
revêtement, interface et les paramètres de la loi de fluage à long terme proposés ou issus de la
littérature. L’influence de module d’élasticité du bois a été analysée en utilisant des valeurs
issues de la littérature (Rouger et al. 1993, Laufenberg et al. 1999, Risbrudt et al 2010). Nous
avons fait varier E entre 0,7 et 14 GPa et les résultats trouvés sont illustrés ci-dessous.

Taous Kamel 275


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

Tableau A3.3. Propriétés mécaniques du sol, revêtement et interface


Matériau ρ (kg/m3 ) E (MPa) d 0 (kPa) β (°) A (Pa -1 ) n m

Sol 2000 250 37,5 40,9 3 e-14 1 -0,3

Interface1 1900 700 1500 40,9 \ \ \

Interface2 560 700 1500 20 \ \ \


e
Revêtement 2400 3200 2500 40,9 5 -19 2 -0,5

Radier 2400 3200 2500 40,9 5 e-19 2 -0,5

Tableau A3.4. Paramètre de fluage à long terme utilisé pour l’interface


Matériau A (Pa -1 ) n m

Interface 5 e-19 2 -0,4


e
Gamalath 1991 3,9 -12 1 -0,664

Southern pine (Tissaoui 1996) 1,70 e-12 1 -0,86

Distance x [m]
0 2,5 5 7,5 10 12,5 15
0

ρ = 560 kg/m3
Tassement absolu [mm]
-4

β = 20°

E=0.7GPa
-8

E=2.5GPa
-12

E=5.7GPa
E=11GPa
-16

E=14GPa
-20

Figure A3.23. Influence du E sur le tassement absolu en surface à 100 ans

La Figure A3.24 représente l’évolution de la contrainte en traction à l’intrados de voûte en


fonction du module d’élasticité de l’interface à la fin de la construction (t 0) et au temps final (t f
= 238 ans).

Taous Kamel 276


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

E (GPa)
0,7 2,7 4,7 6,7 8,7 10,7 12,7 14,7
0
ρ = 560
-3 kg/m3
β = 20°
σv [kPa]

-6

-9

-12
t0 tf
-15
Figure A3.24. Contrainte en fonction du E de l’interface à l’intrados du revêtement à t0 et tf

Figure A3.25. Influence du E sur la déformation inélastique dans l’interface à 100 ans

Taous Kamel 277


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

Influence de la densité de l’interface (ρ)

La densité de l’interface est variée entre 450 et 1900 kg/m 3, la Figure A3.26 représente
l’évolution de la contrainte en traction à l’intrados de voûte en fonction de la densité de
l’interface à la fin de la construction (t 0) et au temps final (t f = 238 ans). Il est bien remarquable
que cette contrainte est quasiment constante quelque soit la valeur de la densité de l’interface.
Dans ce qui suit, on garde une valeur de densité de l’interface, qui correspond à celle du sapin
ou pin humide, de 560 kg/m 3 .

ρ [kg/m3]
0 450 900 1350 1800 2250
0
E=11GPa
ψ=0° t0 tf
-2,5
σv [kPa]

-5

-7,5

-10
Figure A3.26. Evolution de la contrainte en fonction de la densité de l’interface à l’intrados du
revêtement à t0 et tf
Influence de l’angle de frottement de l’interface

Le mécanisme du frottement interne en bois est une fonction complexe de la teneur en eau de la
température. La Figure A3.27 présente la contrainte verticale dans différents points à l’extrados
du revêtement, à t = 0 (vers la fin de la construction de l’ouvrage) et t = 100 ans, en prenant en
compte l’influence de β de l’interface. La contrainte à l’extrados du revêtement n’est pas
influencée par l’angle de frottement de l’interface à court et à long terme.
900

750

600
σv [kPa]

450 Béta=40.9° (t=0)


Béta=33° (t=0)
300 Béta=20° (t=0)
Béta=40.9° (t=100ans)
150 Béta=33°(t=100ans)
Béta=20° (t=100ans)
0
ρ = 560 kg/m3
1 2 3 4 5 6 7 ψ=0°
Point
Figure A3.27. Contrainte verticale à l’extrados du revêtement à 0 et 100 ans avec β = 20, 33, et 40.9°

Taous Kamel 278


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

La Figure A3.28 montre qu’il y a une différence, en termes de déformation locale dans
l’interface, entre les 3 cas (β = 20, 33 et 40.9°). La déformation maximale en traction obtenue
par un β = 20° est plus importante et elle n’a pas la même localisation que les autres cas. Sur un
rayon de 5 mètres, les tassements maximaux sont donnés par le modèle à faible angle de
frottement d’interface. La différence maximale atteinte entre β = 20 et 40.9° est de l’ordre de 2
mm (Figure A3.29).

Figure A3.28. Déformation inélastique verticale à tf avec β = 20, 33 et 40.9°

Distance x [m]
0 2,5 5 7,5 10 12,5 15
0

ρ = 560 kg/m3
Tassement absolu [mm]
-3

ψ=0°
-6

Béta =40.9°
-9

Béta=33°
-18 -15 -12

Béta=20°

Figure A3.29. Tassement absolu en surface à 100 ans avec β = 20, 33 et 40.9°
Paramètres de la loi de fluage de l’interface

L’influence des paramètres de la loi de fluage de la couche d’interface est étudiée dans cette
partie en utilisant des paramètres de fluage du bois à long terme issu de la littérature (Le Govic
1987, Gamalath 1991, Hayashi et al. 1993, Toratti et Morlier 1995, Tissaoui 1996, Kobbe
2005). Les propriétés mécaniques du sol, revêtement et interface et les paramètres de la loi de
fluage à long terme proposés ou issus de la littérature utilisés sont donnés, respectivement par
le Tableau A3.3 et Tableau A3.4. Nous comparons les résultats en termes de contrainte,
déformation et déplacement obtenus par les différents jeux données de l’interface utilisés dans
cette étude.
Taous Kamel 279
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

750 0,80%
ρ = 560 kg/m3
β = 20°
0,60%

500

εin axiale
0,40%
σv [kPa]

0,20%
250

S22, Interface S22, Gamalath 1991 0,00%

Déf, Interface Déf, Gamalath 1991


0 -0,20%
0 30 60 90 120 150
Temps (ans)
Figure A3.30. Déformation inélastique et de la contrainte verticale dans un élément d’interface à 7,5 m
de profondeur (Interface, Gamalath 1991)

2100

1800

ρ = 560 kg/m3
1500
β = 20°
Interface
σv [kPa]

1200
SPine 1996
900
Gamalath 1991
600

300

0
0 30 60 90 120 150

Temps (ans)
Figure A3.31. Contrainte verticale dans un élément d’interface à 7,5 m de profondeur (Interface,
Southern pine : Tissaoui 1996, Gamalath 1991)

Taous Kamel 280


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

Figure A3.32. Distribution des contraintes verticales à 100 ans (Interface, Gamalath 1991, Southern
pine : Tissaoui 1996)

Figure A3.33. Déformation inélastique verticale à 100 ans (Interface, Gamalath 1991, Southern pine :
Tissaoui 1996)
0,03%
ρ = 560 kg/m3
β = 20°

0,02%
εvin

0,01%
SPine 1996

0,00%
0 30 60 90 120 150
Temps (ans)
Figure A3.34. Déformation inélastique dans un élément d’interface à 7,5 m de profondeur avec les
paramètres de fluage de Southern pine (Tissaoui 1996)

Taous Kamel 281


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

0,04%

ρ = 560 kg/m3
0,02%
β = 20°
0,00%
εvin

-0,02%

-0,04%
Interface
-0,06% SPine 1996
Gamalath 1991
-0,08%
0 30 60 90 120 150
Temps (ans)
Figure A3.35 Déformation inélastique à l’intrados de voûte (Interface, Southern pine : Tissaoui 1996,
Gamalath 1991)
6
ρ = 560 kg/m3
2 β = 20°

-2
σv [kPa]

-6

-10
Interface SPine 1996 Gamalath 1991

-14
0 30 60 90 120 150

Temps (ans)
Figure A3.36. Contrainte verticale à l’intrados de voûte (Interface, Southern pine : Tissaoui 1996,
Gamalath 1991)
24

ρ = 560 kg/m3
20

β = 20°
16
uv [mm]
12
8

Interface SPine 1996 Gamalath 1991


4
0

0 25 50 75 100 125 150


Temps (ans)
Figure A3.37. Déplacement verticale absolu à l’intrados de voûte (Interface, Southern pine : Tissaoui
1996, Gamalath 1991)

Taous Kamel 282


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

A3.3.3 Autres Influences avec le modèle interface

Influence du radier à court terme

Nous avons analysé l’influence d’un radier attaché et non attaché au revêtement sur le
comportement global de l’ouvrage à court terme en utilisant les mêmes propriétés (Tableau
A3.5) dans les deux cas. En termes de contraintes locales, on trouve un rapprochement entre les
deux modèles mais y a des dispersions entre les contraintes dans quelques points (Figure A3.38,
Figure A3.39). Selon la Figure A3.40, la répartition des contraintes n’est pas identique dans les
deux cas analysés, une concentration de contraintes à l’intrados du rein de la galerie avec le
modèle à radier attaché au revêtement. On remarque, dans le modèle à radier détaché,
l’apparition des tractions en bas du piédroit dans la zone du contact avec le radier.
Les résultats, donnés par la Figure A3.41 et Figure A3.42, montrent que la contrainte de
traction, à 100 ans, en voûte est plus importante dans le modèle à radier détaché que dans
l’autre. La différence entre les déformations maximales atteintes à 100 ans dans les deux
modèles est de 0,12%, les déformations sont plus grandes dans le modèle à radier détaché.
Un radier détaché se déplace plus qu’un radier complètement lié au revêtement ce qui engendre
plus de tassement en surface (Figure A3.43).
Tableau A3.5. Propriétés mécaniques du sol, revêtement, radier et interface

Matériau ρ (kg/m3 ) E (MPa) ν d 0 (kPa) β (°)

Sol 2000 250 0.3 37,5 40,9


Interface 1900 700 0.23 1500 40,9
Revêtement 2400 3200 0.3 2500 40,9
Radier 2400 3200 0.3 2500 40,9

300
V (attaché)
250
V (détaché)
200
σv[kPa]

150

100

50

0
0 2,5 5 7,5 10 12,5 15
Distance par rapport au centre de l’excavation [m]
Figure A3.38. Contraintes verticales le long de la ligne V avec le modèle à radier attaché et détaché, à
l’état instantané

Taous Kamel 283


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3
1000

800 P (attaché)
P (détaché)
σv[kPa]

600

400

200

0
0 2,5 5 7,5 10 12,5 15
Distance par rapport au centre de l’excavation [m]
Figure A3.39. Contraintes verticales le long de la ligne P avec le modèle à radier attaché et détaché, à
l’état instantané

Figure A3.40. Distribution des contraintes verticales avec le modèle à radier attaché et détaché

Influence du radier au cours de la dégradation

Figure A3.41. Contrainte et déformation verticale dans le revêtement avec le modèle à radier attaché et
détaché à 100 ans
Taous Kamel 284
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

0,8%

0,6%

0,4%
εvin

RadAtt
0,2%
RadDét
0,0%
0 75 150 225
Temps (ans)
Figure A3.42. Déformation inélastique verticale dans un point d’interface (7.5 de profondeur) dans le
modèle à radier attaché et détaché à 100 ans

Distance horizontale x [m]


0 3 6 9 12 15
0
Tassement [mm]

-3

-6 RadAtt (t=100ans)
-9 RadDét (t=100ans)
-12

-15
λ=85%
ψ=0°
-18
Figure A3.43. Tassements dans le modèle à radier attaché et détaché à 100 ans

Influence des paramètres du radier détaché au cours de la dégradation

Cette partie traite l’influence des paramètres du matériau du radier détaché du revêtement, dans
le 1er cas on garde les mêmes propriétés du revêtement pour le radier (RadRev) mais dans le
2 ème cas le radier a les propriétés du béton (voir RadBét dans le Tableau A3.6).

Tableau A3.6. Propriétés mécaniques du radier détaché

Matériau ρ (kg/m3 ) E (GPa) Rc (MPa) d 0 (kPa) β (°) A (Pa -1 ) n m

RadRev 2400 3,2 5,8 2500 40,9 5 e-19 2 -0,5

RadBét 2200 8,0 5,0 2160 40,9 2,26-11 1 -0,8

Au cours de la dégradation, les données du radier influent légèrement sur la répartition globale
des contraintes dans l’ouvrage (Figure A3.45). En analysant les résultats dans des points locaux
en voûte et à l’interface (Figure A3.46, Figure A3.47), on trouve avec les deux jeux de données
les courbes de contrainte et de déformation ont la même tendance et les tassements absolus
atteintes en surface à 100 ans dans les deux cas sont identiques (Figure A3.48).

Taous Kamel 285


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

Figure A3.44. Contrainte verticale dans le radier avec les deux jeux de données à t=100 ans

Figure A3.45. Contraintes verticales avec deux jeux de données du radier à t=100 ans

8 0,04%

4
0,02%

0
εin axiale

0,00%
σv [kPa]

-4
-0,02%
-8 S22 (RadRev-
EV)
-0,04%
-12 S22 (RadBét-
EV)
-16 -0,06%
0 30 60 90 120 150
Temps (ans)
Figure A3.46. Evolution de contrainte et déformation verticale inélastique en fonction du temps à
l’intrados de voûte avec deux jeux de données du radier

Taous Kamel 286


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

800 0,8%

0,6%
600

0,4%
σv [kPa]

εin axiale
400
0,2%
S22 (RadRev-EI) S22 (RadBét-EI)
200
Déf (RadRev-EI) Déf (RadBét-EI) 0,0%

0 -0,2%
0 30 60 90 120 150
Temps (ans)
Figure A3.47. Evolution de contrainte et déformation verticale inélastique en fonction du temps dans
un point d’interface (7,5m de profondeur) avec deux jeux de données du radier

Distance horizontale x [m]


0 3 6 9 12 15
0
Tassement absolu [mm]

-3

-6
RadRev (t=100ans)

-9 RadBét (t=100ans)

-12
λ=85%
-15
ψ=0°
-18
Figure A3.48. Influence des paramètres du radier détaché sur le tassement absolu à 100 ans

A3.3.4 Influence du maillage au cours de la dégradation

L’effet de la taille des éléments de maillage, du revêtement et de l’interface, a été évoqué au


cours de la dégradation afin de voir leurs effets lors de l’écrouissage de la résistance de ces
éléments. Le maillage est raffiné dans l’interface et le revêtement. Le premier modèle de
maillage (Mesh) contient globalement 675 éléments et 2219 nœuds. Tel que : le sol a 614
éléments et 1957, le revêtement a 42 éléments et 161 nœuds, l’interface a 14 éléments et 73
nœuds et le radier a 5 éléments et 28 nœuds.
Et l’autre modèle (FinMesh) contient en totale 827 éléments et 2719 nœuds. Avec, le sol a 650
éléments et 2073, le revêtement a 132 éléments et 453 nœuds, l’interface a 40 éléments et 165
nœuds et le radier a 5 éléments et 28 nœuds.

Taous Kamel 287


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

Figure A3.49. Premier modèle de maillage (Mesh)

Figure A3.50. Deuxième modèle de maillage (FinMesh)

Taous Kamel 288


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

Résultats en termes local et global


2

-6
σv [kPa]

-14

-22 Mesh

FinMesh
-30
0 30 60 90 120 150 180 210
Temps (ans)
Figure A3.51. Evolution de contrainte verticale en fonction du temps à l’intrados de voûte dans les
deux modèles de maillage

Figure A3.52. Contrainte dans la direction de cisaillement (S12) dans le revêtement et l’interface à 100
dans les deux modèles de maillage

Figure A3.53. Contrainte verticale (S22) dans le revêtement et l’interface à 100 dans les deux modèles
de maillage

Taous Kamel 289


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

0,07%

0,04%
Mesh FinMesh
0,01%
εvin

-0,02%

-0,05%
ρ = 560 kg/m3
-0,08%
β = 20°

-0,11%
0 30 60 90 120 150 180 210
Temps (ans)
Figure A3.54. Déformation inélastique à l’intrados de voûte avec les deux modèles de maillage

0,8%
ρ = 560 kg/m3
β = 20°
0,6%
εin axiale

0,4%

Mesh FinMesh
0,2%

0,0%
0 30 60 90 120 150 180 210
Temps (ans)
Figure A3.55. Déformation inélastique verticale en fonction du temps dans un point à l’extrados du
revêtement (7,4 m de profondeur) avec les deux modèles de maillage

0,75%
Revêtement Interface

0,50%
εinv [mm]

0,25%

NV (FinMesh) P (FinMesh)
Mesh Mesh
0,00%
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1 1,2 λ=85%
Epaisseur du revêtement et l'interface [m] ψ=0°

Figure A3.56. Déformation inélastique verticale en fonction de l’épaisseur du revêtement et de


l’interface à 100 ans avec les deux modèles de maillage

Taous Kamel 290


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

Figure A3.57. Influence du maillage sur la déformation inélastique de cisaillement à 100 ans
dans le revêtement et l’interface

Figure A3.58. Influence du maillage sur la déformation inélastique verticale à 100 ans dans le
revêtement et l’interface

Taous Kamel 291


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

Distance x [m]
0 2,5 5 7,5 10 12,5 15

0
-3
-6
Tassement [mm]
-9
-12

Mesh
-15

FinMesh
-18
-21

Figure A3.59. Tassement en surface à 100 ans avec deux maillages différents (MA1)

A3.4 Influence des paramètres de voûte


Les voûtes des tunnels de métro parisien sont conçues par des pierres de calcaire et les
paramètres de ce matériau influent sur le comportement global de l’ouvrage. Dans ce contexte,
nous avons regardé l’influence de son module d’élasticité de sa résistance et de sa vitesse de
déformation en utilisant des données réels (Llanca 2011) de l’ouvrage et des données issus de la
littérature (Mestat 1993). Le Tableau A3.7 présente les données utilisées d’une manière
générale. Le module d’élasticité de voûte est varié entre 8 et 32 GPa.
Tableau A3.7. Propriétés mécaniques du sol, revêtement et interface

Matériau ρ (kg/m3 ) E (GPa) d 0 (kPa) β (°) A (Pa -1 ) n m

Sol 2000 0,25 37,5 40,9 3 e-14 1 -0,3

Interface 560 11 1500 20 5 e-19 2 -0,4

Voûte 2400 16 3000 44,8 2,8 e-10 1 -0,9

Piédroit-dégradé 2000 3,2 2500 40,9 5 e-19 2 -0,5


e
Piédroit-sain 2400 6,4 2500 40,9 5 -19 2 -0,5

Radier 2200 8,0 2160 40,9 2,26-11 1 -0,8

Les résultats illustrés ci-dessous montrent que le module E n’influe pas sur les tassements en
surface (Figure A3.60) et même en termes local (Figure A3.61) la différence est négligeable
entre les valeurs de déformation maximales et minimales de ces trois cas (8, 16 et 32 GPa).
Cette différence est de l’ordre de 10 e -5.

Taous Kamel 292


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

Distance x [m]
0 2,5 5 7,5 10 12,5 15
0
-3
Tassement absolu [mm]
-6
-9

EV=8GPa
-12

EV=16GPa
-15

EV=32GPa
-18
-21

Figure A3.60. Tassement absolu en surface à 100 ans avec E = 8, 16 et 32 GPa

Figure A3.61. Déformation inélastique verticale à tf en voûte avec E = 8, 16 et 32 GPa

A3.4.1 Influence de la résistance mécanique de la voûte

Pour cette étude on garde E = 16 GPa


Tableau A3.8. Valeurs de cohésion testées

σc [MPa] 8 16 25.7

d 0 [MPa] 3 6 9,5

Taous Kamel 293


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

Distance x [m]
0 2,5 5 7,5 10 12,5 15
0
Tassement absolu [mm]

-3
-6
-9
-21 -18 -15 -12

dV=3MPa

dV=9.5MPa

Figure A3.62. Influence de la cohésion de voûte sur le tassement absolu en surface à 100 ans

Figure A3.63. Influence de la cohésion de voûte sur la contrainte verticale à tf dans le revêtement

Figure A3.64. Influence de la cohésion de voûte sur sa déformation verticale à t = 100 ans

Taous Kamel 294


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

A3.4.2 Influence des paramètres viscoplastiques


Nous avons fait varier les paramètres de la loi de fluage de voûte en utilisan t des valeurs de
vitesse ou des paramètres de fluage de grès, de l’argilite et de calcaire, donnés par le Tableau
A3.9, issus de la littérature (Fabre 2005, Boidy 2002). Les autres paramètres des matériaux sont
donnés par le Tableau A3.7.
Tableau A3.9. Paramètre de fluage à long terme utilisé pour la voûte
Matériau E (GPa) A (Pa -1 ) n m
e
V1 16 2,8 -10 1 -0,9
V2 (Fabre 2005). ≈16 1.22 e-6 0.5 -0,82
e
V3 (Fabre 2005). ≈16 1.76 -7 0.46 -0,64
e
V4 (Fabre 2005). ≈16 2.36 -7 0.38 -0,62
V5 (Fabre 2005). ≈16 8.05 e-8 0.46 -0,56
e
V6 16 2,8 -10 1 -0,65
V7 16 2,8 e-10 1 -0,8

1200

1000

800
σv [kPa]

600
V1
400
V6
200 V7

0
0 30 60 90 120 150 180 210
Temps (ans)
Figure A3.65. Influence des paramètres de fluage de voûte sur l’évolution de σv en fonction du temps à
l’extrados du revêtement (7,4 m de profondeur)
2

-2

-6

-10
σv [kPa]

-14

-18 V1
-22 V6
-26 V7

-30
0 30 60 90 120 150 180 210
Temps (ans)
Figure A3.66. Influence des paramètres de fluage de voûte sur l’évolution de σv en fonction du temps à
l’intrados de voûte (V1, V6 et V7)

Taous Kamel 295


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

Figure A3.67. Influence des paramètres de fluage de voûte sur la contrainte dans la direction du
cisaillement du revêtement à 100 ans (V1 et V6)

Figure A3.68. Limite élastique dans le sol à 100 ans (V1 et V6)

Taous Kamel 296


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

Figure A3.69. Contrainte verticale de l’ouvrage à 24 min avec V1 et V2

Figure A3.70. Contrainte verticale de l’ouvrage à 3 jours avec V1 et V5

Figure A3.71. Contrainte verticale de l’ouvrage à 4 jours avec V1 et V3

Taous Kamel 297


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

Figure A3.72. Contrainte verticale de l’ouvrage à 12 jours avec V1 et V4


0,8%
V1

0,6% V6
V7
εvin

0,4%

ρ = 560 kg/m3
0,2%
β = 20°

0,0%
0 30 60 90 120 150 180 210
Temps (ans)
Figure A3.73. Influence des paramètres de fluage de voûte sur l’évolution de εvin dans le temps à
l’extrados du revêtement (7,4 m de profondeur)

Taous Kamel 298


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

0,5%
0,07%

0,04% ρ = 560 kg/m3 -1,0% ρ = 560 kg/m3


β = 20° β = 20°
0,01%
-2,5%

εvin
-0,02%
εvin

V1 -4,0% V6
-0,05%
-5,5%
-0,08%

-0,11% -7,0%
0 30 60 90 120 150 180 210 0 30 60 90 120 150 180 210
Temps (ans) Temps (ans)

0,1%
0,0%
-0,1%
-0,2%
-0,3%
εvin

V7
-0,4%
-0,5%
-0,6%
-0,7%
0 30 60 90 120 150 180 210

Temps (ans)
Figure A3.74. Influence des paramètres de fluage de voûte sur l’évolution de εvin dans le temps à
l’intrados de voûte (V1, V6 et V7)

Figure A3.75. Influence des paramètres de fluage de voûte sur sa déformation inélastique verticale à
100 ans (V1 et V6)

Taous Kamel 299


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

Figure A3.76. Influence des paramètres de fluage de voûte sur la déformation inélastique verticale du
piédroit à 100 ans (V1 et V6)

Figure A3.77. Influence des paramètres de fluage de voûte sur la déformation inélastique verticale de
l’interface à 100 ans (V1 et V6)

Taous Kamel 300


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

Figure A3.78. Influence des paramètres de fluage de voûte sur la déformation inélastique verticale de
l’interface à 100 ans (V1 et V7)

Figure A3.79. Déformation inélastique verticale dans l’ouvrage à 24 min avec V1 et V2

Figure A3.80. Déformation inélastique verticale dans l’ouvrage à 3 jours avec V1 et V5

Taous Kamel 301


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

Figure A3.81. Déformation inélastique verticale dans l’ouvrage à 4 jours avec V1 et V3

Figure A3.82. Déformation inélastique verticale dans l’ouvrage à 3 jours avec V1 et V4

Distance x [m]
0 2,5 5 7,5 10 12,5 15
0
Tassement absolu [mm]

-50
-100

V1
-150

V6
V7
-200

Figure A3.83. Influence des paramètres de fluage de voûte sur le tassement absolu en surface à 100 ans
(V1, V6 et V7)

Taous Kamel 302


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

Figure A3.84. Poussées et butées dans l’ouvrage dus à la dégradation d’ouvrage à 100 ans avec V1, V6
et V7

Les paramètres issus de la littérature (Fabre 2005), utilisés dans cette analyse, correspondent
aux paramètres de fluage à court terme.
N.B : les simulations effectuées avec les jeux données (V2, V3, V4 et V5) ont duré, sur 7
processeurs, 11 jours et même les calcules ont été pas achevés. Avec V2 le calcul est arrêté à 24
min, V3 à 4 jours, V4 à 12 jours et V5 à 3 jours. Avec les paramètres proposés (V1), le calcul
peut durer 2h sur 8 processeurs.
A3.5 Influence des paramètres de la partie saine du piédroit
Le piédroit du revêtement est conçu par différents matériaux (mortier, béton, meulière et pierres
de calcaire et de grès). Les propriétés utilisées dans l’analyse sont données en Tableau A3.7

Tableau A3.10. Cohésion du la partie saine du piédroit utilisée

σc [MPa] 5.75 13.5 20.8

d 0 [MPa] 2.5 5.85 9

Taous Kamel 303


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

Figure A3.85. Influence de la cohésion de la partie saine du piédroit sur la déformation inélastique
verticale à 100 ans

Distance x [m]
0 2,5 5 7,5 10 12,5 15
0
-3
Tassement absolu [mm]
-6
-9

d = 2.5MPa
-12

d = 9MPa
-15
-18
-21

Figure A3.86. Influence de la cohésion de la partie saine du piédroit sur le tassement absolu en surface
à 100 ans

A3.5.1 Influence des paramètres viscoplastiques

Tableau A3.11. Propriétés mécaniques du sol, revêtement et interface

Matériau ρ (kg/m3 ) E (GPa) ν d 0 (kPa) β (°) A (Pa -1 ) n m


Sol 2000 0,25 0.3 37,5 40,9 3 e-14 1 -0,3
e
Interface 560 11 0.23 1500 20 5 -19 2 -0,4
Voûte 2400 16 0.3 3000 44,8 2,8 e-10 1 -0,9
PD 2000 3,2 0,3 2500 40,9 5 e-19 2 -0,5
PS 2400 6,4 0,3 5850 40,9 5 e-19 2 -0,5
Radier 2200 8,0 0,3 2160 40,9 2,26-11 1 -0,8

Taous Kamel 304


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

Tableau A3.12. Paramètre de fluage à long terme utilisé pour la zone saine du piédroit
Matériau E (GPa) A (Pa -1 ) n m
e
PS1 6.4 5 -19 2 -0,50
PS2 6.4 5 e-17 1 -0,80
PS3 6.4 5 e-18 2 -0,50
PS4 6.4 5 e-18 2,1 -0,86
PS5 (Grès 1970) 6.4 2.8 e-10 1 -0.96
PS6 6.4 5 e-18 2,1 -0,76
1500

PS1 PS2 PS3 PS4 PS5


1250

1000
σv [kPa]

750

500

250
d (PS) = 5.85MPa
0
0 30 60 90 120 150 180 210
Temps (ans)

Figure A3.87. Influence des paramètres de fluage de la partie saine du piédroit sur l’évolution de σv en
fonction du temps à l’extrados du revêtement (7,4 m de profondeur)
2

-2

-6

-10
σv [kPa]

-14 d (PS) = 5.85MPa


-18 PS1 PS2
-22 PS3 PS4
-26
PS5
-30
0 30 60 90 120 150 180 210
Temps (ans)
Figure A3.88. Influence des paramètres de fluage de la partie saine du piédroit sur l’évolution de σv en
fonction du temps à l’intrados de voûte (PS1, PS2, PS3, PS4 et PS5)

Taous Kamel 305


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

Figure A3.89. Influence des paramètres de fluage de la partie saine du piédroit sur la contrainte
verticale du revêtement à 100 ans (PS1 et PS4)

1,2%
PS1
PS2
PS3
0,9% PS4
PS5 d (PS) = 5.85MPa

0,6%
εvin

0,3%

0,0%
0 30 60 90 120 150 180 210

Temps (ans)
Figure A3.90. Influence des paramètres de fluage de la partie saine du piédroit sur l’évolution de εvin
dans le temps à l’extrados du revêtement (7,4 m de profondeur)

Taous Kamel 306


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3
0,08%

PS1 PS2 PS3 PS4 PS5


0,02%

d (PS) = 5.85MPa
εvin

-0,04%

-0,10%

-0,16%
0 30 60 90 120 150 180 210
Temps (ans)
Figure A3.91. Evolution de εvin dans le temps à l’intrados de voûte avec PS1, PS2, PS3, PS4 et PS5
0,75%
à 100 ans
NV (PS1) NV (PS2) NV (PS3)

0,50%
εvin [mm]

0,25%

0,00%
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1 1,2 λ=85%
e du revêtement et l'interface [m] ψ=0°
Figure A3.92. Déformation en fonction de l’épaisseur (e) du revêtement et de l’interface, à la naissance
de voûte, à 100 ans avec PS1, PS2 et PS3
0,45%
à 100 ans

0,30%
εvin [mm]

0,15% NV (PS1)
NV (PS4)
NV (PS5)
0,00%
0 0,175 0,35 0,525 0,7 0,875 1,05 λ=85%
e du revêtement et l'interface [m] ψ=0°

Figure A3.93. Déformation en fonction de l’épaisseur (e) du revêtement et de l’interface, à la naissance


de voûte, à 100 ans avec PS1, PS4 et PS5

Taous Kamel 307


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3
1,00%
P (PS1)
à 100 ans
P (PS2)
0,75%
P (PS3)
εvin [mm]

0,50%

0,25%

0,00%
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1 1,2 λ=85%
e du revêtement et l'interface [m] ψ=0°
Figure A3.94. Déformation en fonction de l’épaisseur (e) du revêtement et de l’interface au piédroit, à
une profondeur de 7.4 m, à 100 ans avec PS1, PS2 et PS3

0,75%
à 100 ans
P (PS1)
P (PS4)
0,50% P (PS5)
εvin [mm]

0,25%

0,00%
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1 1,2 λ=85%
e du revêtement et l'interface [m] ψ=0°
Figure A3.95. Déformation en fonction de l’épaisseur (e) du revêtement et de l’interface au piédroit, à
une profondeur de 7.4 m, à 100 ans avec PS1, PS4 et PS5

Taous Kamel 308


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

Figure A3.96. Influence des paramètres de fluage de la partie saine du piédroit sur la déformation
verticale du revêtement à 100 ans (PS1 et PS4)

Figure A3.97. Influence des paramètres de fluage de la partie saine du piédroit sur la déformation
verticale de l’interface à 100 ans (PS1 et PS4)

Taous Kamel 309


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

Distance x [m]
0 2,5 5 7,5 10 12,5 15
0
-27 -24 -21 -18 -15 -12 -9 -6 -3
Tassement absolu [mm]

PS1
PS2
PS3
PS4

d (PS) = 5,85MPa

Figure A3.98. Influence des paramètres de fluage de la partie saine du piédroit sur le tassement absolu
en surface à 100 ans (PS1, PS2, PS3, PS4 et PS5)

Figure A3.99. Déplacement dans l’ouvrage dus à la dégradation à 100 ans avec PS1, PS2, PS3 et PS4

Taous Kamel 310


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

A3.6 Dégradation par création des vides avec un modèle sans interface
Dans cette partie, on modélise la création des vides, par enlèvement des éléments :

- dans le sol (à l’extrados des piédroits);


- dans le soutènement (au piédroit);
- dans le sol et le soutènement simultanément.

On regarde comme résultats la distribution des contraintes et les zones de déformation plastique
dans le soutènement et l’encaissant. Le comportement est décrit par un modèle viscoplastique
avec un critère de rupture de Drucker-Parger linéaire, sans adoucissement.
La Figure A3.100 représente la géométrie de la galerie d’une station du Métro. On considère
dans cette étude que la galerie est réalisée dans un sol homogène qui possède les propriétés
d’une marne. Le Tableau A3.13 donne les propriétés du sol et du soutènement. Cette première
analyse est effectuée sous les conditions de chargement géostatique.

Tableau A3.13. Propriétés du sol et du soutènement

Matériau ρ (kg/m 3 ) E (MPa) d 0 (kPa) β (°) A (Pa -1 ) n m

Sol 2000 250 37,5 40,9 3 e-14 1 -0,3

Revêtement 2400 3200 2500 40,9 5 e-19 2 -0,5

Figure A3.100. Géométrie et maillage de la galerie

A3.6.1 Influence de la position de vide


Dans un premier cas nous analysons l’influence de la position de vide sans chargement en
surface, ce cas il est étudié sans adoucir la résistance du revêtement. Nous verrons par la suite
l’effet de la surcharge (220 kPa).
Quelques soit la position du vide (Figure A3.102), une grande différence est bien notée entre un
modèle avec vide (VLS, VL et VS) et un modèle sans vide (SV).

Taous Kamel 311


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

Avec le modèle VS, les contraintes se répartissent plus uniformément au piédroit (points 3, 4, 5
et 6). Il y a une plus grande augmentation des contraintes dans le cas VLS dans le point 4, qui
est à coté du vide créé. C'est-à-dire que plus le volume enlevé augmente, les efforts se
répartissent plus autour de ce vide. Selon la Figure A3.102 et Figure A3.103, les contraintes et
les déformations obtenues en voûte (1) en et base (7) avec les trois positions de vide sont
identiques. Par contre elles sont très dispersées entre le modèle VS et les autres modèles, ce
modèle VS donne des contraintes et des déformations plus importantes aux points 3, 5 et 6 par
rapport aux autres modèles. La différence maximale atteinte en contrainte dans ces points est de
l’ordre de 300 kPa et en déformation inélastique 0.04%. Le modèle VLS et VL se rapprochent
entre eux sauf aux points 4 et 6 où on peut voir que la contrainte et la déformation atteintes
avec VLS au point 4 sont plus grandes par rapport à celles de VL.

Figure A3.101. Différentes positions des vides


575

λ=85%
475
ψ=0°
375
σ22 [kPa]

275

175

75 SV (t=0)
VLS (t=150ans)
-25
VL (t=150ans)
1 2 3 4 5 6 7
Point VS (t=150ans)

Figure A3.102. Contrainte verticale à plusieurs points du revêtement avec différentes positions du vide

Taous Kamel 312


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

0,05

0,00

-0,05
εin %

-0,10

λ=85%
-0,15
ψ=0°
-0,20 SV (t=0)
VLS (t=150ans)
-0,25
VL (t=150ans)
1 2 3 4 5 6 7
Point VS (t=150ans)

Figure A3.103. Déformation inélastique à plusieurs points du revêtement avec les différentes positions
du vide

575
SV (t=0)
475 AV (t=50ans)
AV (t=100ans)
375
σ22 [kPa]

AV (t=150ans)
275

175

75

-25
1 3 5 7 λ=85%
Point ψ=0°
Figure A3.104. Effet de vide dans le sol et le soutènement sur la contrainte dans la direction verticale à
différents instants

Une augmentation progressive de contrainte en fonction du temps est remarquée, elle est
maximale au point 4. Elle augmente entre 50 et 150 ans de 100 kPa (Figure A3.104). Avec VL
et VLS la zone essentiellement endommagée et sollicitée se trouve au niveau des piédroits
(intrados et le centre). Par contre avec VS, on trouve que la zone la plus sollicité est l’ extrados
du piédroit, ce dernier modèle représente mieux le cas réel. La réponse du sol a été aussi
analysée, la Figure A3.108 présente des visualisations en contraintes horizontales et verticales.
En voûte les contraintes S11 et S22 se rapprochent entre les trois cas mais la réponse de
l’ouvrage et même celle du sol se dispersent dans le piédroit et essentiellement autour des vides.
On valide avec ces différents cas de dégradation que les déformations sont plus importantes
dans le piédroit, ainsi que les tractions se concentrent toujours en voûte (Figure A3.105, Figure
A3.106, Figure A3.107, Figure A3.108).

Taous Kamel 313


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

Figure A3.105 Influence du vide créé dans le sol et le revêtement simultanément sur les déformations
inélastiques horizontales (CE11) et verticales (CE22) à différents instants

Figure A3.106. Influence de vide créé dans le piédroit sur les déformations inélastiques horizontales
(CE11) et verticales (CE22) à différents instants
Taous Kamel 314
Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

Figure A3.107. Influence de vide créé dans le sol sur les déformations inélastiques horizontales (CE11)
et verticales (CE22) à différents instants

Taous Kamel 315


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

Figure A3.108. Distribution des contraintes (S11 et S22) à t = 100 ans avec les différentes positions de
vide

A3.6.2 Influence de la surcharge


Un modèle chargé en surface ne converge pas dans le cas de la création de vide dans le sol et
même dans le cas d’un vide créé dans le sol et le revêtement simultanément. Les contraintes
sont plus importantes dans le cas de surchargé en surface avec ou sans vide par rapport au cas
non-surchargé. Les résultats obtenus montrent que les réponses se dispersent. Après la création
de vide, une augmentation de contrainte est notée dans le cas non chargé ce qui signifie que le
revêtement reprend les contraintes en avançant dans le temps (on peut dire l’ouvrage est
toujours en sécurité). Tandis qu’avec le modèle surchargé, une diminution de contrainte est
bien observée après la création de vide, ça veut dire que le reprise des efforts dans le
revêtement diminue dans le temps et sa déformation devient très importante ( Figure A3.110,
Figure A3.109).

Taous Kamel 316


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
Annexes

A3 Annexe Partie 3

1200

1000

800

600
σ22 [kPa]

400

200

-200 λ=85%
1 2 3 4 5 6 7 ψ=0°
SV (P=0, t=0) SV (P=220kPa, t=0)

VL (P=0, t=150ans) VL (P=220kPa, t=150ans)


Point
Figure A3.109. Effet de la surcharge sur la contrainte verticale dans plusieurs points du revêtement à t
= 150 ans, avec le modèle VL

0,2
SV (t=0)
0,1 VL (P=0, t=150ans)
VL (P=220kPa, t=150ans)
0

-0,1
εin %

-0,2

-0,3

-0,4

-0,5

-0,6
λ=85%
1 2 3 4 5 6 7
ψ=0°
Point
Figure A3.110. Effet de la surcharge sur la déformation inélastique dans plusieurs points du revêtement
à t = 150 ans, avec le modèle VL

Taous Kamel 317


Thèse en Génie Civil / 2013
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf
© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés
FOLIO ADMINISTRATIF

THESE SOUTENUE DEVANT L'INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE LYON

NOM : KAMEL (épouse DACA) DATE de SOUTENANCE : 06/12/2013


(Avec précision du nom de jeune fille, le cas échéant)

Prénoms : Taous

TITRE : Contribution au diagnostic expert et à l’analyse de risques dans les ouvrages souterrains en maçonnerie
par la modélisation numérique

NATURE : Doctorat Numéro d'ordre : 2013ISAL0159


Ecole doctorale : Mécanique, Energétique, Génie Civil, Acoustique (MEGA)

Spécialité : Génie Civil

RESUME :
L’état de contrainte des galeries et tunnels souterrains évolue dans le temps, tout d’abord en raison de
l’avancement du front de taille lors de la construction, mais aussi en raison des changements graduels des
propriétés du terrain ou des caractéristiques mécaniques des matériaux constitutifs de l’ouvrage (réduction de la
cohésion, vieillissement). Ces changements sont causés par des actions combinées comme: les processus
d’altération dus aux infiltrations des eaux météoriques et de réseaux concessionnaires, mais aussi par l’apparition
des fissures qui induisent par ailleurs des redistributions de contraintes et de déformations, ainsi que par le fluage
des matériaux. Dans cette étude, un travail préliminaire, nous permet de quantifier l’état de contrainte initial lors de
la construction des ouvrages. Notre approche basée sur la modélisation éléments finis 2D permet de simuler l’état
d’équilibre interne des excavations, nos résultats sont en adéquation avec ceux issus des méthodes analytiques de la
littérature. Cet état initial est ensuite calibré via une modélisation 3D. Puis, une macro-modélisation à base
d’éléments finis nous permet d’envisager différents scénarios de détérioration des soutènements, notamment à
l’extrados des galeries de couloirs d’accès et tunnels de ligne du métro Parisien. Un des scénarios étudié prend en
considération la réduction de la résistance mécanique du piédroit et de la zone interface entre le sol et la paroi, ainsi
que le fluage de l’encaissant et du revêtement. En utilisant une loi qui permet de simuler la perte de cohésion,
paramètre qui évolue en fonction de la déformation inélastique et en fonction du temps, le comportement
mécanique des zones dégradées est ainsi reproduit par un modèle viscoplastique de type adoucissant ou à
écrouissage négatif. Nous mettons bien en exergue les processus de dégradation observés sur ces galeries durant
leur exploitation. Les différentes modélisations permettent de mieux évaluer l’état des différents composants de
l’ouvrage selon le type de dégradation et selon le temps traduisant ainsi son vieillissement. Elles permettent
également de jauger de la sensibilité et la pertinence de différents paramètres. In fine, nous évaluons les
pathologies de ces structures, ce qui permet de fournir des indicateurs quant à la gestion de ce patrimoine.

MOTS-CLES : Ouvrages souterrains, Modélisation numérique, Eléments finis, Dégradation, Ecrouissage négatif

Laboratoire de recherche : Laboratoire de Génie Civil et d’Ingénierie Environnemental

Directeur de thèse: Professeur Ali LIMAM

Président de jury : Richard Kastner

Composition du jury :
Rapporteurs : Pierre Breul, Fabrice Emeriault
Examinateurs : Richard Kastner, Didier Subrin, Claire Silvani, Ali Limam

Cette thèse est accessible à l'adresse : http://theses.insa-lyon.fr/publication/2013ISAL0159/these.pdf


© [T. Kamel Daca], [2013], INSA de Lyon, tous droits réservés