Vous êtes sur la page 1sur 7

183-INF1131

Devoir 1
Professeures : Anne Bergeron et Marie-Jean Meurs

SOLUTIONNAIRE

Question 1 sur la logique propositionnelle (40 points)

On suppose que les quatre propositions suivantes sont vraies :

[1] ¬A ∨ B [2] ¬(C ∧ ¬B) [3] (B ∨ C) → D [4] ¬A → (D ∧ ¬D).

Que pouvez-vous conclure sur la vérité de chacune des propositions A, B, C et D.

Solution :

A est vraie car ¬A implique une contradiction. En effet, par la proposition 4, comme D ∧ ¬D est faux, on
ne peut pas avoir ¬A vraie. Donc B est vraie par la proposition 1, et, puisque (B ∨ C) est vraie, alors D est
vraie par la proposition 3. Par contre, la proposition C peut être vraie ou fausse, et les quatre propositions
restent vraies, car si B est vraie, la proposition 3 est toujours vraie.

Question 2 sur la logique des prédicats (60 points)

La campagne électorale de l’agglomération de Chicoutamek-Saint-Glin dure un mois. Un sondage hebdoma-


daire indique la variation de la popularité, en pourcentage, des candidats dans les quatre semaines précédent
une élection. Soit R le tableau des résultats obtenus :

Sem 1 Sem 2 Sem 3 Sem 4


Rosamaria 5 4 2 10
Jennifer 40 50 30 11
Louis 35 25 14 11
Manon 20 21 54 68

où R[c, s] indique la popularité du candidat c à la fin de la semaine s. La variable c a donc comme domaine
de valeurs l’ensemble {Rosamaria, Jennifer, Louis, Manon} et la variable s, l’ensemble {1, 2, 3, 4}.

a) Les énoncés suivants sont-ils vrais ou faux ? Justifiez.


(i) ∃s, ∀c, R[c, s] ≥ 10
(ii) ∀s, ∃c, R[c, s] ≥ 50
(iii) ∃c, ∀s, (s > 1 → R[c, s] > R[c, s − 1])
(iv) ∃c, ∃s, R[c, s + 1] < R[c, s]

Solution :

i : Vrai, semaine 4.

ii. Faux, semaine 1.

iii. Vrai, Manon.

iv. Vrai, Rosamaria, semaine 1 (d’autres réponses sont possibles).

b) Parmi les phrases suivantes, dites lequel des énoncés précédents traduit le mieux le sens logique de la
phrase. S’il n’y en a aucun, répondez aucun. Une justification n’est pas nécessaire, mais pourrait vous valoir
des points partiels si vous plaidez bien votre cause auprès de votre correcteur.
(1) La popularité du candidat c n’a pas cessé d’augmenter tout au long de la campagne.
(2) En fin de parcours, chaque candidat a réussi à séduire au moins 10% de l’électorat.
(3) Le candidat c a dominé les sondages tout au long de la campagne.
(4) Suite au débat télévisé de cette semaine, la popularité du candidat c a chuté dramatiquement.

Solution [à discuter, pour l’item (4)] :

1. énoncé iii

2. énoncé i

3. Aucun

4. Ambigu : l’énoncé iv décrit une perte de popularité, mais qui peut rester bien inférieure à la marge d’erreur
du sondage. Le ’drame’ n’est pas quantifié. On peut donc répondre iv ou aucun.

c) Donnez la négation des énoncés de l’item a) sous forme d’énoncés quantifiés.

Solution :

i. ∀s, ∃c, R[c, s] < 10

ii. ∃s, ∀c, R[c, s] < 50

iii. ∀c, ∃s, s > 1 ∧ (R[c, s] ≤ R[c, s − 1])

iv. ∀c, ∀s, R[c, s + 1] ≥ R[c, s]

2
Question 3 sur les ensembles (50 points)

On s’intéresse ici à l’ensemble M des compteurs digitaux de taille 4, définis comme des suites de quatre chiffres
décimaux. Un chiffre décimal est un élément de l’ensemble C = {0, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9} et, par exemple, 5347
et 0000 sont des éléments de M, mais pas 00, ni 12345. Un élément quelconque de M est désigné soit par une
simple variable, comme dans x ∈ M, ou par c4 c3 c2 c1 pour mettre en relief les 4 chiffres qui le composent. La
cardinalité de l’ensemble M est 104 = 10000.

On définit les sous-ensembles suivants de M, pour i ∈ {1, 2, 3, 4} :

Mi = {c4 c3 c2 c1 |ci = 9}

Donnez la cardinalité des ensembles suivants. Justifiez.

a) Mi , où i ∈ {1, 2, 3, 4}

b) M × M.

c) P(M), l’ensemble des sous-ensembles de M.

d) Mi ∪ Mj , où i et j sont dans {1, 2, 3, 4}.

e) Mi \ Mj , où i et j sont dans {1, 2, 3, 4}.

Solution :

a) 103 = 1000

b) (104 ) ∗ (104 ) = 108


4
c) 210 = 210000 = . . .

d) Si i = j, la valeur est 103 = 1000. Sinon, c’est 103 + 103 − 102 .

e) Si i = j, la valeur est 0. Sinon c’est 9 ∗ 102 .

3
Question 4 sur les les propriétés des fonctions et des opérations (90 points)

Considérons l’ensemble M défini à la question précédente. Si x, y ∈ M, alors la somme x ⊕ y est l’élément


de M égal aux 4 derniers chiffres de la somme usuelle x + y, en ajustant les zéros au début de la suite, si
nécessaire. Par exemple, 8537 ⊕ 2345 = 0882 et 0350 ⊕ 0042 = 0392.

Le complément-à-neuf d’un chiffre c est le chiffre c = 9 − c. Le complément-à-neuf d’une suite de chiffres est
la suite des compléments-à-neuf de ses chiffres. Par exemple 2039 = 7960. Notez que le complément-à-neuf
de x ∈ M est égal aux 4 derniers chiffres (9999 − x), en ajustant les zéros si nécessaire.

La différence x y de deux éléments de M est donnée par x y = x ⊕ y.

[Note historique : la notion de complément est utilisée dans les systèmes informatiques pour le calcul de
soustractions en utilisant des additions.]

a)
(i) Calculez 0000 0001.
(ii) Montrez que, pour tout x ∈ M, si x 6= 0000 alors (x 0001) est égal à la soustraction usuelle (x − 1),
en ajustant les zéros si nécessaire.

Solution :

i. 0000 0001 = 0000 ⊕ 0001 = 9999 ⊕ 0001 = 0000 = 9999.

ii. x 0001 = x ⊕ 0001 = (9999 − x) ⊕ 0001. On peut réécrire cette dernière expression comme :

(9999 − x) ⊕ 0001 = 9999 − (x − 1) = 9999 − (9999 − (x − 1)) = x − 1

b) Pour chacune des fonctions suivantes, dites si elles sont injectives ou non, surjectives ou non, bijectives
ou non. Justifiez vos affirmations au moyen d’une preuve ou d’un contre-exemple, selon le cas.
(i) Add : M × M −→ M, où Add(x, y) = x ⊕ y.
(ii) Comp : M −→ M, où Comp(x) = x.
(iii) Delta : M −→ M × M, où Delta(x) = (x, x).
(iv) Arg : M × M −→ M × M, où Arg(x, y) = (x, y).

Solution :

i. Non-injective, car Add(0000, 0001) = Add(0001, 0000)par exemple. Donc non-bijective. Surjective, car si
x quelconque dans M, alors Add(x, 0000) = x.

ii. Injective, car si x = y alors (9999 − x) = (9999 − y) donc x = y. Surjective car si x quelconque dans M,
alors Comp(x) = x = (9999 − (9999 − x)) = x. Donc bijective.

4
iii. Injective, car si (x, x) = (y, y) alors x = y. Non-surjective car, par exemple, (0000, 0001) n’est pas dans
l’image du domaine de la fonction. Donc non-bijective.

iv. Injective, car si (x, y) = (x0 , y 0 ) on a x = x0 , donc x = x0 et y = y 0 , donc (x, y) = (x0 , y 0 ). Surjective, car
soit (x, y) quelconque dans M × M, alors Arg(x, y) = (x, y) = (x, y). Donc bijective.

c) Pour chacune des expressions suivantes, dites si les composées sont bien définies. Si c’est le cas, pour
chaque fonction, donnez son domaine et son co-domaine, dites si elle injective ou non, surjective ou non,
bijective ou non. Justifiez vos affirmations au moyen d’une preuve ou d’un contre-exemple, selon le cas.
(i) Add ◦ Delta.
(ii) Add ◦ Add.
(iii) Comp ◦ Comp.
(iv) Comp ◦ Add ◦ Arg.

Solution :

i. Domaine : M, codomaine : M. Non-injective car, par exemple, Add(Delta(0000)) = Add(Delta(5000)).


Non-surjective car, par exemple, 0001 n’est pas dans l’image du domaine de la fonction. Donc non-bijective.

ii. Non-défini.

iii. Domaine : M, codomaine : M. C’est la fonction Identité, donc est injective, surjective et bijective.

iv. Domaine : M × M, codomaine : M. C’est la fonction qui associe à un couple (x, y) la valeur x y. Cette
fonction n’est pas injective car, par exemple, 0000 0000 = 0001 0001, mais (0000, 0000) 6= (0001, 0001).
Cette fonction est surjective car, si x est quelconque dans M alors x 0000 = x. N’étant pas injective, cette
fonction n’est pas bijective.

5
Question 5 sur les suites et les sommes (60 points)

Les parties A, B et C sont indépendantes.

Partie A 20 points

Pour chacune des suites {u0 , u1 , u2 , . . . un }, trouvez une formule pour le terme général ui ainsi que la valeur
de n. Calculez la somme des termes de la suite en utilisant les formules de sommation vues en classe.

(a) { 78 , −7 7
4 , 2 , −7, 14, . . . , 917504}.

Solution :
7(−2)i
ui = 8 ,n = 20
P20 7(−2)i 7 P20 i 7 1−(−2)21 7 1+221
i=0 8 ,= 8 i=0 (−2) = 8 1−(−2) = 8 3 (= 611669, 625)

(b) {−12, 1, 14, 27, 40 . . . , 638}.

Solution :

ui = 13i − 12, n = 50
P50
− 12) = 13( 50
P
i=0 (13i i=0 i) − 51 ∗ 12 = 13(50)(51)/2 − 612 = 15963

Partie B 20 points

Lors de l’ouverture de votre compagnie, vous avez 12 clients enregistrés. Tous sont très contents de vos
services et vous recommandent à tous leurs amis. Ainsi, depuis le jour de l’ouverture, vous avez 7 nouveaux
clients chaque jour.

(a) Combien avez-vous de clients enregistrés les jours 2, 3, 4, 5 et 6 ?

Solution :

c0 = 12 c1 = 19 c2 = 26 c3 = 33 c4 = 40 c5 = 47 c6 = 54

OU

c1 = 19 c2 = 26 c3 = 33 c4 = 40 c5 = 47 c6 = 54 (on considère que le premier terme de la suite est c1 )

OU ÉVENTUELLEMENT

c1 = 12 c2 = 19 c3 = 26 c4 = 33 c5 = 40 c6 = 47

6
(b) Écrivez le nombre de clients enregistrés au jour i sous la forme du terme général ci de la suite C.

Solution :

ci = 12 + 7i (adapter au cas choisi en (a))

(c) Quelle est la propriété de la suite C ? Justifiez.

Solution :

C est arithmétique de premier terme 12 (adapter au cas choisi en (a)) et de raison 7.

(d) Combien auriez-vous de clients après une année (365 jours) si votre progression se maintenait ainsi
chaque jour ?

Solution :

c365 = 12 + 7 × 365 (adapter au cas choisi en (a))


c365 = 2567 (ou 2560 selon le cas choisi en (a))

Partie C 20 points

La minière Raptor extrait 10000 tonnes d’or de son nouveau site la première année. Elle estime que l’exploi-
tation diminuera de 2% chaque année.

(a) Quelle est la quantité d’or extraite les années 2, 3 et 4 ?

Solution :
o1 = 10000, donc o2 = 10000 − 10000 × 2% = 10000 × 0, 98 = 9800,
o3 = 9800 × 0, 98 = 9604
o4 = 9604 × 0, 98 = 9411, 92

(b) Exprimez cette quantité sous la forme du terme général oi de la suite O.

Solution : oi = 10000 × 0, 98i

(c) Quelle est la propriété de la suite O ? Justifiez.

Solution : O est géométrique de premier terme 10000 et de raison 0,98

(d) Quelle sera la quantité totale d’or extraite au bout de 10 ans ?

Solution :
10
QO10 = 10000 1−0,98
1−0,98 ≈ 91463, 6 tonnes

Vous aimerez peut-être aussi