Vous êtes sur la page 1sur 29

Chapitre 1

Tectonique des plaques,


volumes de relief
et grands ensembles
morphostructuraux
Introduction
 Grands volumes de relief et géodynamique globale : le rôle de la
Tectonique des Plaques dans l’organisation des grands
ensembles morphostructuraux du globe

Au cours des années 1960, une révolution dans les Sciences de la Terre :
l’avènement de la théorie de la Tectonique des Plaques, elle-même née de
la « maturation » de 2 théories plus anciennes :
- la dérive des continents ou
l’hypothèse de Wegener (1912)
- l’expansion des fonds océaniques
(démontrée au début des années 60)

Pour la géomorphologie, la Tectonique


des Plaques fournit une explication
cohérente de la répartition planétaire
des grandes volumes de relief et des
grands ensembles morphostructuraux.
Carte de l’âge du fond des océans établie à partir des anomalies magnétiques
(d’après Ch. Pomerol et al.)
1. Les mécanismes de la
Tectonique des Plaques
1.1. Rappel sur la structure interne du globe terrestre

3 enveloppes distinctes :
- Le noyau (interne +
externe)
- Le manteau (inférieur
+ moyen + supérieur)
- La croûte (= écorce)
1. Les mécanismes de la
Tectonique des Plaques
1.1. Rappel sur la structure interne du globe terrestre
La lithosphère = croûte +
manteau supérieur (jusqu’à
100-200 km de profondeur).

Elle est divisée en plaques


lithosphériques rigides qui
sont découplées de
l’asthénosphère plastique

Au sommet de la lithosphère, la
croûte est constituée de :
- la croûte océanique (d=3,2), de
composition basaltique
- la croûte continentale (d=2,7),
de composition granitique
1. Les mécanismes de la
Tectonique des Plaques
1.2. La mobilité des plaques lithosphériques
La lithosphère est découpée en une quinzaine de plaques en mouvement
1. Les mécanismes de la
Tectonique des Plaques
1.2. La mobilité des plaques lithosphériques

• Les plaques prennent naissance D’après C. Allègre


au niveau des dorsales
océaniques (zones d’accrétion)
et disparaissent par plongement
(zones de subduction) au niveau
des fosses océaniques.

• Les plaques sont animées de


mouvements horizontaux liés
aux courants de convection qui
règnent dans le manteau, mais
aussi de mouvements verticaux
liés à l’isostasie (soulèvement
ou subsidence)
1. Les mécanismes de la
Tectonique des Plaques
1.3. Les types de frontières de plaques

Il existe 3 types de limites ou de


frontières de plaques : Zone de divergence :
expansion océanique
- Zones de divergence des
plaques (ou zones d’accrétion) :
elles se situent au niveau des
dorsales océaniques
- Zones de convergence des Zone de convergence :
plaques : elles se situent au Subduction océan-
niveau des fosses océaniques continent
et des chaînes plissées actives
(zones de subduction)
- Zones de transformation : elles Zone de convergence :
correspondent aux failles Subduction continent-
transformantes (ex: San Andrea) continent (collision)
2. Reliefs et géodynamique des
domaines interplaques
2.1. Des domaines instables et des rythmes d’évolution rapides

Les domaines inter-


plaques sont :
- Les plus importantes
zones de déformations
de la planète

- associées aux reliefs


les plus vigoureux :
chaînes de montagnes,
dorsales et fosses
océaniques

- caractérisées par une


instabilité tectonique
(séismicité) et parfois Répartition
La séismicité
des
Grands
duvolcans
globe
volumes
de
actifs
1961 de
sur
àrelief
Terre.
1967. etLa
limites
majorité
de plaques
des séismes
volcans sont
sont
volcanique. localisés dans les zones de frontières de plaques (d’après C. Allègre).
2. Reliefs et géodynamique des
domaines interplaques
2.1. Des domaines instables et des rythmes d’évolution rapides
Les rythmes d’évolution sont
rapides :
- Rythmes de la tectogenèse :
vitesses de soulèvement
comprises entre 500 et 1000
mm/ka dans les Alpes, en
Himalaya ou dans les Andes
- Rythmes de la morphogenèse :
vitesses d’érosion comprises
entre 400 et 700 mm/ka dans
les Alpes centrales
=> d’où un bilan tectogenèse-
morphogenèse en faveur d’un
Relations entre altitude et vitesse de soulèvement
soulèvement topographique topographique dans l’Himalaya central et les Andes
Centrales (d’après Summerfield, 1991)
2. Reliefs et géodynamique des
domaines interplaques
2.2. Reliefs et géodynamique des zones de divergence :
des océans en formation

 Du rift continental à la formation des océans

1 : stade de distension (rifting) (ex


: rift est-africain)
2 : stade du proto-océan ou
« océan étroit » (ex : Mer Rouge)
3 : stade du néo-océan ou « océan
large » (ex : Atlantique)
4 : stade de subduction océanique
(ex : Pacifique Ouest)
5 : stade de collision (ex : Alpes)
D’après Foucault & Raoult, 1983
Un exemple de rift continental en
formation : le rift est-africain
2. Reliefs et géodynamique des
domaines interplaques
2.2. Reliefs et géodynamique des zones de divergence :
des océans en formation

 Conséquences sur la morphologie des fonds océaniques

La formation et l’évolution des océans, telle qu’elle vient d’être décrite à la


lumière de la Tectonique des Plaques, permet aujourd’hui de comprendre
la morphologie et les reliefs des fonds océaniques.

On divise généralement les fonds océaniques en 3 grandes provinces


morphologiques :
- Les marges océaniques (marges passives vs. marges actives)
- Les plaines abyssales (ou cuvettes océaniques)
- Les dorsales océaniques (ou rides océaniques)
2. Reliefs et géodynamique des
domaines interplaques
2.2. Reliefs et géodynamique des zones de divergence :
des océans en formation

 Conséquences sur la morphologie des fonds océaniques


- Les marges océaniques (marges actives vs. marges passives)
- Les plaines abyssales (ou cuvettes océaniques)
- Les dorsales océaniques (ou rides océaniques)
2. Reliefs et géodynamique des
domaines interplaques
2.3. Reliefs et géodynamique des zones de convergence :
des chaînes en formation

 Les chaînes de subduction


- Se forment au niveau des
marges actives, lorsqu’une
plaque océanique (dense)
s’enfonce sous une plaque
continentale (plus légère)

- Ex : Cordillère des Andes

- Structure assez simple :


plissements et failles inverses Les chaînes de subduction et leur évolution
(d’après Mattauer, 1985)
- Zones de sismicité et de a – Subduction océan-continent accompagnée de
volcanisme intenses distension et de volcanisme.
b – Formation d’une chaîne de subduction de type andin.
Un exemple de chaîne de subduction : la
Cordillère des Andes en Amérique du Sud
2. Reliefs et géodynamique des
domaines interplaques
2.3. Reliefs et géodynamique des zones de convergence :
des chaînes en formation

 Les chaînes d’obduction


- Se forment lorsqu’une croûte
continentale s’enfonce sous
une croûte océanique
- A l’origine : subduction
océan-océan ayant entraîné
dans son mouvement un
morceau de croûte
continentale
- Ex : Chaîne de l’Oman Fig. 9 – Les chaînes d’obduction et leur évolution
- Structure complexe : nappes (d’après Mattauer, 1985)
ophiolitiques, plissements a – Subduction océan-océan avec formation d’un arc insulaire
intenses et chevauchements b – Formation d’une chaîne d’obduction : une partie de la
croûte océanique vient chevaucher le continent.
2. Reliefs et géodynamique des
domaines interplaques
2.3. Reliefs et géodynamique des zones de convergence :
des chaînes en formation

 Les chaînes de collision


- Se forment lorsque 2
plaques continentales
entrent en collision
- A l’origine : subduction ou
obduction ayant conduit
jusqu’au stade de collision,
voire d’hypercollision
- Ex : Himalaya, Alpes
- Structure complexe :
plissements, failles inverses,
chevauchements,
décrochements…
Un exemple de chaîne de
collision : l’Himalaya et la
collision Inde-Eurasie
2. Reliefs et géodynamique des
domaines interplaques
2.3. Reliefs et géodynamique des zones de convergence :
des chaînes en formation

 Les chaînes intracontinentales


- Se forment à l’intérieur d’une plaque
continentale, par propagation des
déformations ayant lieu au niveau des
marges actives

- Ex : Montagnes Rocheuses, Pyrénées, Tian


Shan (Asie centrale)

- Structure assez simple : plissements, failles


inverses

La collision Inde-Eurasie et la propagation des


déformations sur le continent asiatique : naissance de
chaînes intracontinentales (d’après Tapponier et al., 1986)
Un exemple de chaîne
intracontinentale :
les Tian Shan (Asie Centrale)
3. Reliefs et géodynamique des
domaines intraplaques
3.1. Des domaines stables et des rythmes d’évolution lents
Les domaines stables (intraplaques) occupent l’essentiel de la surface des plaques.
Ces zones sont peu sismiques et rarement volcaniques. Elles comprennent :
- Les bassins océaniques (à l’exclusion des dorsales et des fosses océaniques)
- Les plates-formes émergées : socles cristallins et bassins sédimentaires

Grands types de volumes de relief dans les domaines stables de plates-formes (d’après Le Cœur)
3. Reliefs et géodynamique des
domaines intraplaques
3.2. Reliefs et géodynamique des socles cristallins :
des plates-formes soulevées (boucliers et massifs anciens)

Les socles sont des plates-formes aplanies et


soulevées (ou bombées), avec des rythmes de
soulèvement et d’érosion lent (1 à 10 mm/ka)

Ils se différencient en 2 types, en fonction de leur


dimension et de leur âge :
- Les boucliers : ce sont de vastes plates-formes
soulevées d’âge précambrien
=> ex : boucliers canadien, guyano-brésilien,
australien…)
- Les massifs « anciens » : ce sont des plates-
formes soulevées de dimensions plus réduites
et d’âge primaire
=> ex : Massif armoricain, Massif central, Un exemple de socle cristallin de type
Vosges… massif « ancien » : le Massif armoricain
3. Reliefs et géodynamique des
domaines intraplaques
3.3. Reliefs et géodynamique des bassins sédimentaires :
des plates-formes affaissées

Les bassins sédimentaires sont des plates-formes affaissées (par subsidence) et


comblées de sédiments.
=> ces sédiments proviennent de l’érosion des chaînes de montagnes plissées,
qui deviennent ensuite des socles

Un exemple de bassin sédimentaire : le Bassin parisien


Conclusion
En résumé, si l’on exclut les reliefs immergés des fonds océaniques,
les types et la répartition des grands ensembles morphostructuraux
se résument comme suit :

de subduction
d’obduction
CHAÎNES PLISSÉES
(domaines instables) de collision

Grands ensembles intracontinentales


morphostructuraux

socles cristallins
PLATE-FORMES
(domaines stables)
bassins sédimentaires
Prolongements et applications :
Géomorphologie planétaire et comparée
dans le système solaire
 Une Tectonique des plaques sur la planète Mars ?

Le grand canyon martien Valles Marineris


serait une structure de rift entre deux plaques
tectoniques, séparées par des failles.
Prolongements et applications :
Géomorphologie planétaire et comparée
dans le système solaire
 Io et Europe (satellites de Jupiter), d’autres exemples d’activité
tectonique et volcanique dans le système solaire

Io, un corps
géologiquement
actif (volcanisme
intense)

Europe,
une tectonique
originale affectant
une calotte glaciaire

Vous aimerez peut-être aussi