Vous êtes sur la page 1sur 3

LE DÉTERMINANT (D)

I) Absence de D :
I.I) Avec les noms communs.
a) Devant le nom apposé ou l’attribut : Louis XIV, roi de France. Je suis
pharmacien.
Mais : Chio, l’île des vins. Etes-vous le pharmacien du village ?
b) Souvent devant le nom mis en apostrophe : Ami, je t’aime pour ton caractère
sérieux.
c) Généralement devant le complément du nom ou déterminatif servant à
caractériser, comme le ferait l’adjectif : Un poète de génie. Une chaîne d’or.
d) Généralement devant les noms de jours, de mois, ainsi que devant midi, minuit :
Venez mardi. Décembre est passé.
Mais : Venez le mardi (tous les mardis). Le premier mardi du mois.
e) Expressions figées : avoir peur, rendre justice, imposer silence, avec soin, sans
gêne, sous clef, etc.
f) Style proverbial : Noblesse oblige. Pierre qui roule n’amasse pas mousse. Blanc
comme neige.
g) Parfois dans des énumérations (litt.) : Hommes, femmes, enfants, tout le monde
dut sortir.
h) Devant les mots ou élément linguistique considérés pour eux-mêmes, les notes
de musique et les nombres :
I est une voyelle antérieure. N’oubliez pas l’accent de bât. Le carré de quatre est
seize. La première note de la gamme est do.
Mais si l’on désigne une réalisation particulière on emploie le D :
Ce quatre est mal dessiné. J’ai perdu le do de ma clarinette. Il y a deux a en
francais. Mettre les points sur les i.
i) Les spécialistes n’emploient pas le D dans les désignations scientifiques :
Rhinoestrus purpureus est un parasite du cheval et du mulet.
j) Dans les titres, les inscriptions, les adresses : Précis d’arithmétique. Maison à
vendre. 20, rue du Commerce.

I.II. Avec les noms propres :


a) Les noms propres des personnes :
Dupont est venu me voir.
Mais :
Pour distinguer : Il y a deux Dupont dans ma classe.
Parlers populaires ou rég. : L’Adélaide
Suivant le modèle italien, pour les cantatrices et les actrices: La Callas, la Bardot.
Valeur stylistique méprisante ou emphatique : Les Pétain.
Quand le nom propre est employé comme un nom commun : C’est un Don
Quichotte.
Les noms d’habitants suivent l’usage des noms communs : Le Parisien est sympa.
b) Les noms des villes s’emploient sans déterminant : Paris m’a plu.
Mais pour distinguer un aspect de la ville, on l’emploie : Le vieux Paris.
Certains noms de ville contiennent un D : Le Havre. Trois-Rivières.
c) Les noms de pays sauf Israel demandent l’article défini : J’ai visité le Portugal.

II) Répétition du D :


D’ordinaire il se répète : Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches.
(Verlaine)
Mais il ne se répète pas :
a) Quand les noms désignent un seul être ou objet :
Ce collègue et ami. Mon seigneur et maître.
b) Quand le second nom est l’explication du premier :
L’onagre ou âne sauvage.
c) Quand les noms forment un tout étroitement uni, surtout dans des
expressions traditionnelles :
Leurs amis et connaissances. Un aller et retour. Plusieurs allées et venues.
Les us et coutumes.

III) Règles d’emploi de « de » à la place de « des » :

a) Règle: de + adj pluriel+ nom pluriel :


Il a mangé de bons chocolats. Il a mangé des chocolats excellents.
La réduction de « des » a « de » ne se fait pas quand l’adjectif forme avec le
nom un mot composé, qu’il y ait ou non un trait d’union : des jeunes gens,
des petits pois.
b) Règle : l’article indéfini et l’article partitif deviennent «  de » dans les phrases
à forme négative :
Il a un ami canadien. Il n’a pas d’ami canadien.
Il a du courage. Il n’a pas de courage.
c) Les articles indéfinis et partififs se maintiennent quand  :
 La phrase a un sens affirmatif : Il n’a que du vin. N’avez-vous pas
des amis pour vous défendre ?
 La négation ne porte pas réellement sur le nom : Je n’ai pas de
l’argent pour le gaspiller (= J’ai de l’argent mais non pour le
gaspiller).
 Le syntagme nié s’oppose à un syntagme de même fonction : Je n’ai
pas demandé du vin mais de la bière.
 La préposition « de » ne peut pas être suivie des articles partitifs, ils
doivent donc s’effacer : Du sable couvre le sol. Le sol est couvert de
sable.
Rencontrer des amis est agréable. La rencontre d’amis est agréable.
 Les adverbes de quantité sont suivis de « de » seul : Peu de gens.
Beaucoup
de gens, asssez de gens, trop de gens.Bien fait exception : bien des
gens, bien de la chance.