Vous êtes sur la page 1sur 6

Introduction 

:
La plupart des enquêtes montrent que les problèmes de communication sont l’un des
principaux obstacles à une bonne performance de l’organisation. C’est là que le besoin d’un
système d’information se fait sentir, afin d’assurer la cohérence entre les communications au
sein de l’entreprise et mettre à disposition de chaque acteur de l'organisation l'ensemble des
informations dont il a besoin pour effectuer au mieux son activité. Ainsi, l'adoption des
systèmes d’information comptables et financiers dans les organisations s'est considérablement
développée au cours des deux dernières décennies, ce qui a conduit à une nouvelle évolution
de ses rôles, notamment suite à l’intégration du critère de l’adaptation à l’évolution
technologique parmi les objectifs des organisations, puisque le contexte actuel du marché
pousse les entreprises à rechercher en permanence de nouvelles façons d'optimiser leurs
processus et d'augmenter leurs indicateurs financiers, Chris Stauskas et Miseviciene, (2012).

De ce fait, l'information comptable et financière se déplace pour devenir le centre des


décisions stratégiques ayant ainsi un impact significatif et direct sur la performance des
organisations, ce qui nécessite donc que le système soit adapté au besoin en information. Tout
d'abord car le rythme et la nature des changements dans l'environnement ont eu une profonde
influence sur les organisations et la manière dont elles sont gérées. La comptabilité et la
finance, en tant que langues des affaires, et leur système d'information, ont également subis
les conséquences. Suite à ces changements, les rôles du système d’information comptables et
financiers sont confrontés à un certain nombre de défis pour s'adapter aux nouvelles
demandes de ses utilisateurs.

En effet, chaque organisation poursuit des objectifs qui évoluent selon l’évolution de son
environnement d’où la nécessité d’adapter ses systèmes d’informations comptables et
financiers (qui sont la base de la prise de décisions stratégiques) à ces changements afin
d’assurer l’atteinte de ses objectifs. Cet article se concentre donc sur la façon dont l'évolution
technologique modifie les rôles du système comptable et financier, à partir de l'analyse du
modèle traditionnel et en essayant de déterminer les tendances futures, ainsi que d’examiner
l’impact de cet évolution sur la performance de l’entreprise à travers la problématique
suivante :

Comment l’évolution des rôles du système d’information comptable et financier est


adapté à l’évolution des objectifs des organisations et comment il a impacté la qualité de
l’information comptable et financière ?

 
This paper is divided into many
sections: the theoretical framework
comes first, to explain the concepts
of accounting information system,
measurement and discloser. In the
second section, we review the
research
methodology. Thirdly, presents the
results of statistical analysis and
testing of hypotheses. Finally, the
paper
states the conclusions and
recommendations that emerged f
Méthodologie de la recherche :
Les hypothèses d’étude :
Pour répondre à cette problématique, on propose quelques hypothèses suivantes :

H1 : le rôle du SICF d’aujourd’hui réussi à s’adapter aux changements de l’environnement de


l’entreprise et ainsi mieux suivre ses objectifs

H2 : l’évolution des rôles du SICF aboutit à la production d’une information comptable et financière
de meilleure qualité (par rapport au système ancien)

(L’output ne dépend pas du système lui-même mais de la qualité de l’input)

Les questions de support :


La validation de ces hypothèses ainsi que la réponse à la problématique ne peuvent être faite sans
trouver des réponses à chacune de ces questions :

 Comment le rôle du SICF a évolué durant le temps ?

 Y’a-t-il une relation entre cet évolution des rôles du SICF, la performance de l’entreprise et la
qualité de l’information comptable et financière ?

Structuration de la recherche
Pour répondre à ces questions, nous avons devisés notre travail en deux chapitres. Un chapitre
théorique qui sera suivi par une étude pratique à la fin pour trouver une réponse à la problématique
posée.

Le premier chapitre traitera les concepts précédemment cités, l’évolution historique du rôle du SICF
ainsi qu’il apportera la contribution de l’ensemble des théories qui répondent aux questions de
support.

En ce qui concerne la validation des hypothèses, le cas pratique dans le deuxième chapitre qui prend
la société X comme un exemple de recherche.

Les méthodes choisis dans la collecte et le traitement des informations  :


Afin de répondre à l’objectif de la recherche, nous avons adoptés la méthode qualitative à travers
duquel nous avons consultés un ensemble des documentations en relation avec le thème ainsi que
nous avons fait recours à la méthode analytique par laquelle nous avons analysé toutes les
informations et les données récoltées.

Chapitre 1 : revue de la littérature


1. Perspective conceptuelle :
1.1 La performance organisationnelle :

Selon Richard Daft (2009), la performance organisationnelle se réfère au «degré auquel une
organisation a réalisé ses objectifs". Cependant, Mondy (1990) l'a bien défini comme étant «le degré
auquel une organisation produit les résultats escomptés», comme l'a justement soutenu Daft « Les
organisations poursuivent des objectifs multiples, et ces objectifs doivent être atteints face à la
concurrence, aux ressources limitées et aux désaccords entre les groupes d'intérêt ». Oguntimehin
(2001) a soutenu que la performance organisationnelle est la capacité de produire des résultats
désirés.
Interprétation :

Les théories traitant la performance organisationnelle, citées au-dessus, se croisent sur une
conceptualisation commune. Ainsi, le concept de performance peut être défini, dans le contexte
d’organisation, comme étant le niveau de réalisation des résultats par rapport aux efforts engagées
et aux ressources consommées. 

1.2 La qualité de l’information (comptable/financière) :

Wand et Wang (1996) définissent la qualité de l’information comme étant la qualité du


rapprochement entre l’état du monde réel et le produit du système d'information. Selon (Juran,
1992) : "On peut considérer la qualité en général et la qualité de l'information en particulier comme
le degré d'utilité ou le degré d'aptitude à l'emploi dans une tâche ou un contexte particulier ».

 Interprétation :

Dans un contexte de comptabilité et finance. La qualité de l’information comptable/financière est


constituée des données jugées les plus adéquates pour récréer la réalité de l’entreprise afin
d’influencer, éventuellement, les choix et les actions de son utilisateur.

2. Perspective historique :
Evolution historique des SICF

3. Perspective théorique :
3.1 SICF et l’évolution des objectifs (l’adaptation aux changements de l’environnement)

L'impact des changements environnementaux sur l'entreprise a constitué la base d'une grande partie
de la littérature récente de la science de gestion. La profession comptable et financière est
consciente de ces changements dans l'environnement et de son impact sur les entreprises. En effet,
SEC (Securities and exchange commission) a confirmée qu’une comptabilité qui ne suit pas le rythme
des changements accélérés dans le monde des affaires, risque de diminuer son utilité. Ce qui a mis
question sur l’évolution du SICF et son adaptation à ces changements.

Théorie de la contingence postulée par Gordon et Miller (1976)

Gordon et Miller (1976) ont conclu que l'incertitude environnementale est un facteur fondamental
pour la conception de systèmes de comptabilité et de gestion. Cette théorie suggère qu'un système
d'information comptable et financier devrait être conçu de manière flexible afin de prendre en
compte les changements de l'environnement auxquels est confrontée une organisation.

Selon (Beaver, 1992) : le système d'information est mal positionné pour répondre aux besoins
changeants de ses utilisateurs, car sa structure tend à le rendre rigide. Ce propos découle d'une
approche historique dans laquelle la comptabilité était considérée comme un système fermé avec
une interaction limitée et structurée avec son environnement.
Hope and Hope (1995) ont également critiqués le SICF en disant que les systèmes informationnels
comptables et financiers non seulement manquent de pertinence mais qu'ils fournissent également
aux gestionnaires des signaux trompeurs et invitent ainsi à la prise de mauvaises décisions qui
détruisent la performance.

(FASB 1996) (Kaplan 1983) note que le modèle comptable traditionnel est basé sur l'hypothèse d'une
technologie stable. De telles hypothèses ne sont clairement plus applicables dans un environnement
caractérisé par la concurrence, l'innovation, l'amélioration continue, l'introduction rapide de
nouveaux produits et services, une courte durée de vie du produit et une croissance exponentielle de
la technologie.

Interprétation :
Le SICF a été critiquée dans les publications pour son manque de souplesse et son incapacité à
s'adapter aux changements subis par l’organisation, ce qui a conduit son produit (l’information
comptable et financière) à ne pas refléter la réalité en ne fournissant pas d'informations pertinentes,
opportunes et utiles pour la prise de décision tout en respectant le contexte d’affaires actuel.

Pour résoudre ce problème, les perspectives changeantes dans l'environnement de la comptabilité et


finance doivent être prises en compte. Dans la théorie de la gestion, par exemple, il y a eu un
changement de paradigme dans la mesure où l'organisation n'est plus considérée comme un système
fermé utilisant une approche rationnelle avec des buts et des objectifs clairement identifiables, mais
comme un système ouvert englobant les variables externes. Le système d'information comptable et
financier est un sous-système de l'organisation et ses perspectives sous-jacentes devraient être
étroitement alignées sur ceux de l'organisation. Cependant, la comptabilité est restée
essentiellement un système fermé axé sur l'intérieur avec une interaction limitée avec son
environnement qui suit une approche mécanique rationnelle. Afin d'aligner la comptabilité avec les
perspectives adoptées dans l'organisation des entreprises, il doit être considéré comme un système
ouvert qui interagit avec l'environnement.

En réponse à cette problématique, Wallman (1995) apporte une suggestion dans une approche
d’accroître la flexibilité des systèmes comptables et financiers ; il suggère que les systèmes
analytiques devraient être développés par les comptables dans la mesure de permettre
d’anticiper les changements dans le monde des affaires et ainsi de permettre à la comptabilité de
réagir de manière appropriée au changement.

Qualité :

The Garbage in Garbage out Theory :

Postule que la qualité du produit (Output) du SICF dépend de la qualité des données à l’entrée
(Input). Cette théorie englobe un ensemble d’acteurs qui l’ont décortiquée :

Selon Lee et Strong (2003) ; le processus de production d’information (collecte de données,


stockage de données et leur traitement) doivent fonctionner correctement afin d'obtenir une
qualité d’information élevée.
Selon Xu (2009), les données inexactes ou incomplètes peuvent endommager les informations
générées par le SICF et ainsi impacter négativement le processus de prise de décision.

Interprétation : ces théories mettent en évidence les obstacles confrontant les systèmes
d'information comptables et financiers dans le processus de réalisation de performance
organisationnelle. En disant que la qualité de l’information ne dépend pas, en premier degrés, du
SICF lui-même, mais cette qualité inclue des facteurs tels que la main-d'œuvre qualifiée et le
personnel compétent collectant et entrant des données dans les systèmes d'information
comptable et financier. (La production d’un output de qualité par le système d'information
comptable et financier dépend de la qualité des données saisies dans le système par du
personnel qualifié)

(Gleick, 1987) a critiqué la théorie « Garbage in Garbage out » du fait qu’elle ne prend pas en
considération la qualité du design des composantes du SICF dans la détermination de la qualité
de l’output. En disant que les informations utiles peuvent devenir erronées ou être perdues en
raison de critères de traitement restrictifs et datés. Ainsi, l’évolution du SICF doit intégrer le
critère des progrès technologiques qui pourrait renforcer les composantes et le fonctionnement
interne du système tout en reflétant la qualité de l’output.

La sélection des données devrait être déterminée par les exigences de sortie des utilisateurs de
l'information, plutôt que par des critères de sélection étroits et datés.