Vous êtes sur la page 1sur 5

Chapitre II : Classification des Equations Différentielles aux Dérivées

Partielles

Chapitre II : Classification des Equations Différentielles aux


Dérivées Partielles
Dans ce second chapitre on procèdera à un bref rappel des notions de bases concernant
les équations différentielles aux dérivées partielles (EDP) et ce du point de vue mathématique
et physique avec quelques exemples d’EDP répandues.

II.1. Définition

Nous allons rappeler brièvement ce qu’est une EDP en ne s’intéressant qu’aux équations
linéaires. Une équation aux dérivées partielles est une équation contenant en plus de la variable
dépendante (qu’on va appeler u) et les variables indépendantes (x,y,z,t) une ou plusieurs
dérivées partielles. Cette équation est ainsi de la forme :

II.2. Classification mathématique

D’un point de vu mathématique les EDP sont tout d’abord classées selon lors ordre. On
appelle ordre d’une EDP, l’ordre de la dérivée partielle la plus élevée en son sein. On trouve
ainsi des EDP d’ordre 2,3 et ainsi de suite.

Exemple d’une EDP de deuxième ordre :

Exemple d’une EDP de troisième ordre :

On a aussi les dimensions d’une EDP. Une EDP à deux dimensions (2D) comportera 1
dimension d’espace et 1 dimension de temps, une équation (3D) comportera par exemple 2

5
Chapitre II : Classification des Equations Différentielles aux Dérivées
Partielles

dimensions d’espace et une de temps etc. Les techniques de résolution changent un peu en
fonction de la dimension du problème mais peuvent néanmoins se généraliser pour n
dimensions.

Exemple d’une EDP 2D :

Exemple d’une EDP 3D :

Les EDP de second ordre peuvent également être paraboliques, hyperboliques ou


elliptiques ceci en fonction des coefficients accompagnants les dérivées partielles.

II.3. Classification physique

La notation physique renvoie aux principaux opérateurs utilisés en analyse vectorielle.


On retrouve :

 L'opérateur nabla représente le jeu des dérivées partielles d'ordre 1

6
Chapitre II : Classification des Equations Différentielles aux Dérivées
Partielles

 Pour une fonction vectorielle , en lui appliquant le produit scalaire par nabla, on définit
la divergence :

La divergence est reliée en physique à l'expression locale de la propriété de conservation d'une


grandeur donnée.

 En utilisant le produit vectoriel, on définit le rotationnel :

Il exprime la tendance qu'ont les lignes de champ d'un champ vectoriel à tourner autour d'un
point comme la rotation des particules d’un fluide.

 Pour une fonction qui associe un nombre scalaire, , on définit le gradient :

En physique, le gradient est un vecteur indiquant comment une grandeur physique varie dans
l'espace.

7
Chapitre II : Classification des Equations Différentielles aux Dérivées
Partielles

 On utilise également l'opérateur laplacien, analogue de la divergence pour la dérivation


d'ordre 2 :

D'une manière générale, il permet d’exprimer des équations physiques traduisant la vitesse
d'évolution d'une grandeur physique.

II.4. Exemples d’EDP

 Equation de Laplace :

L'équation de Laplace est une EDP de base très importante qui se retrouve en
coordonnées cartésiennes ou sphériques.

 Equation de Fourrier

Connu également en transfert thermique sous le nom d’équation de chaleur, k


représentant le coefficient de diffusivité thermique.

8
Chapitre II : Classification des Equations Différentielles aux Dérivées
Partielles

 Equation de propagation

Appelée équation de propagation des ondes, elle décrit les phénomènes de propagation
des ondes sonores et des ondes électromagnétiques. Le nombre c représente la célérité ou
vitesse de propagation de l'onde u.

 Equation de Poisson

Elle permet, entre autres, de calculer le potentiel créé par une répartition de charges
électriques externes dans un domaine fermé vide de charge. Les domaines d'application de cette
EDP elliptique homogène sont multiples : mécanique des fluides, thermique et même analyse
financière.

Δu = -4πρ
Cas du champ électrique ou u est fonction d’onde et ρ la densité de charge.

II.5. Méthodes de résolution

La résolution des systèmes d’EDP peut s’avérer complexe voir même impossible dans
certains cas. Parfois une solution exacte est impossible et seules plusieurs solutions rapprochées
sont envisageables, les problèmes comportent souvent des conditions aux limites qui
restreignent l'ensemble des solutions. Deux principales approches sont utilisées, l’approche
analytique et l’approche numérique. Cette dernière est de loin, la plus utilisée car plus rapide et
offrant une plus vaste possibilité de solutions. Les principales méthodes d’analyse numérique
sont :

- Méthode des différences finies


- Méthode des volumes finis
- Méthode des éléments finis

Ces méthodes seront abordées plus en détails dans le chapitre suivant.

Vous aimerez peut-être aussi