Vous êtes sur la page 1sur 5

Flexion pure

1) BUT DE TP :

Dans ce TP on va faire vérifier une des certains théories c’est la


théorie de la flexion pure, et d’après ça on a besoin de certain équipement
nécessaire :
 Deux dynamomètres
 Deux accroches
 Trois comparateurs
 Un jeu de poids
 Une poutre d’épaisseur 6mm et L=1350mm.
2) Partie expérimentales :

 Choisir sur l’échelle graduée du donc un point de lecture


facile correspond à la mi -portée de la poutre.
 Monter un des appuis dynamiques à un quart de la portée de
la portée à gauche du repère choisi au point 1 (milieu).
 Monter le deuxième appui dynamique à un quart de la portée
de la poutre à droite de son milieu ; bloquer le couteau.
 Mettre la poutre en place, avec un porte à faux d’un quart de
sa portée à chaque extrémité.
 Positionner une accroche poids aux environs de l’extrémité
gauche de la poutre de telle manière que la contrainte
s’applique sur l’axe central de cette dernière.
 Positionner le deuxième accroche poids à l’extrémité de la
poutre de telle manière que les accroches poids se trouve à
une distance égale des appuis (fig-1).

 Positionner un comparateur au milieu de la poutre et les deux


autre à une distance égale de part et d’autre, puis règle les
comparateurs à zéro.
 Suspendre des charges égales aux deux accroches poids.
Tapoter légèrement la poutre aux environ de son milieu et relever les
indications h1, h2, h3 des comparateur
 Augmenter les charges et répéter les opérations précédentes pour les
valeurs de 100 mm à 200 mm.

. h1 h2 h3

b a a b
P P

R R

L/4 L/4 L/4 L/4

-La Théorie : D’après la théorie de la flexion, si f est la


flèche de la poutre à une distance x d’une origine définie on a :

d2 f 1 M
 
Avec : M : moment de flexion.
dx R EI I : moment d’inertie.
E : module d’élasticité.
R : rayon de courbure.

Méthode de SAGITAL :

La méthode de SEGiAL a pour dut de mesurer le rayon de


courbure, le rayon de courbure s’obtient à partir de relation
. h (2R-h) = a2 soit 2Rh – h2 = a2
Avec : h2 : est généralement très petit, d’où :

h
1 2h

R a2 , on a également

a
En (1)
2R  h
1 M Pb 2h
  
R EL EI a 2
P(N) b(mm) a(mm) H1(mm) H2(mm) H3(mm) h(mm)
5 165 100 8 10 10 9.3
10 165 100 20 23 21 21.3
TEST1 15 165 100 31 36 33 33.3
20 165 100 44 50 45 46.3
25 165 100 55 62 56 57.6
5 165 150 8 11 9 9.3
10 165 150 18 23 18 19.6
TEST2 15 165 150 28 36 28 30.6
20 165 150 38 48 38 41.3
25 165 150 48 60 48 52
5 165 200 6 12 8 8.6
10 165 200 15 25 16 18.6
TEST3 15 165 200 21 37 24 27.3
20 165 200 30 49 31 36.6
25 165 200 36 61 40 45.6

Résultats et calcules :

Tableau de calcule :

Ona : 1 -Y= (h1+h3)/2 –h2


2
2 -le gradient G part : G = a .b/2EI

Y 1 0.5 0.5 2 2.5 0.5 1.2 4 3 3 3.5 4 5 2 8


(mm)

6.7 6.7 6.7 6.7 6.7 8.29 8.29 8.29 8.29 8.29 10.11 10.11 10.11 10.11 1
G(si).
7
10

83.15 83.15 83.15 83.15 83.15 83.15 90.01 90.01 90.01 90.01 90.01 93.6 93.6 93.6 9
E(mpa)
3 2.26 2.26 2.26. 2.26 2.26 3.56 3.56 3.56 3.56 3.56 4 4 4 4 4
I(mm).10
La conclusion quand peut tirée de ce TP est que la valeur de module
de Young reste toujours constante est que cette valeur (dépend du matériau
lui-même).

Et d’après les graphes qui ont été fait on voix que les résultas et les
tangentes de ces graphes sont identique, et de ce la on peut dire que la théorie
de la flexion pur est vérifiée.

Et en fin on peut dire quand a trouvée deux méthodes pour calculée


le module de Young :
La première est de trouvée Ymax est calculée directe.
La deuxième est par la méthode de SAGITAL (comme on a fait dans ce TP).