Vous êtes sur la page 1sur 110

INSTITUT DE FORMATION EN MASSO-KINESITHERAPIE DU NORD

DE LA FRANCE

Mémoire en vue de l’obtention de l’UE 28 :


Diplôme d’État de Masso-Kinésithérapie

Utilisation des états modifiés de conscience pour la récupération du


mouvement en Masso-Kinésithérapie

Présenté par :
ACKET Manon

Directeur du mémoire : Mr. B. DERONNE


Suiveur universitaire : Mr. G. SEOANE FERNANDEZ
Masseur-kinésithérapeute expert : Mme. A. GILLOT

Année universitaire 2019-2020


SOMMAIRE

REMERCIEMENTS ............................................................................................................. 1
I. INTRODUCTION ......................................................................................................... 2
II. REVUE DE LITTERATURE ....................................................................................... 5
1. ETATS MODIFIES DE CONSCIENCE .................................................................. 5
1.1. Etats de conscience naturels ................................................................................ 5
1.2. Etats de consciences altérés................................................................................. 5
1.3. Etats de conscience modifiés volontairement ..................................................... 5
1.4. Effets sur le cerveau ............................................................................................ 6
2. TECHNIQUES UTILISEES ..................................................................................... 7
2.1. La méditation....................................................................................................... 7
2.1.1. Définition ..................................................................................................... 7
2.1.2. Historique..................................................................................................... 7
2.1.3. En pratique ................................................................................................... 8
2.2. L’hypnose ............................................................................................................ 9
2.2.1. Définition ..................................................................................................... 9
2.2.2. Historique................................................................................................... 10
2.2.3. En pratique ................................................................................................. 11
2.3. La sophrologie ................................................................................................... 12
2.3.1. Définition ................................................................................................... 12
2.3.2. Historique................................................................................................... 13
2.3.3. En pratique ................................................................................................. 13
2.4. La relaxation ...................................................................................................... 14
2.4.1. Définition ................................................................................................... 14
2.4.2. Historique................................................................................................... 14
2.4.3. En pratique ................................................................................................. 15
2.5. Le yoga, le Tai Chi Chuan et le Qigong ............................................................ 16
2.5.1. Le yoga ...................................................................................................... 16
2.5.2. Le Tai Chi Chuan ....................................................................................... 17
2.5.3. Le Qi-Gong ................................................................................................ 19
2.6. Autres techniques .............................................................................................. 20
3. LA MEDECINE INTEGRATIVE .......................................................................... 22
4. LE MOUVEMENT ................................................................................................. 24
4.1. Définition .......................................................................................................... 24
4.2. La kinésiophobie ............................................................................................... 25
4.2.1. Définition ................................................................................................... 25
4.2.2. Echelle de kinésiophobie ........................................................................... 26
4.2.3. Exemple de la lombalgie............................................................................ 26
5. MOUVEMENT ET KINESITHERAPIE ................................................................ 28
5.1. Rôles et missions du masseur-kinésithérapeute ................................................ 28
5.2. Formation en masso-kinésithérapie ................................................................... 29
III. MATERIEL ET METHODE .................................................................................. 31
1. PROBLEMATIQUE ET QUESTIONS DE RECHERCHE ................................... 31
2. REVUE DE LITTERATURE ................................................................................. 31
2.1. Recherche sur les bases de données .................................................................. 31
2.2. Recherche manuelle .......................................................................................... 32
2.3. Sélection d’articles ............................................................................................ 32
3. INTERVIEWS ......................................................................................................... 35
3.1. Réalisation ......................................................................................................... 35
3.2. Professionnels interviewés ................................................................................ 36
IV. RESULTATS .......................................................................................................... 37
1. ANALYSE DE LA REVUE DE LITTERATURE ................................................. 37
1.1. Articles .............................................................................................................. 38
1.1.1. Méditation de pleine conscience ................................................................ 38
1.1.2. L’hypnose .................................................................................................. 39
1.1.3. Sophrologie ................................................................................................ 41
1.1.4. Yoga, Tai Chi Chuan, Qi Gong ................................................................. 42
1.2. Livres ................................................................................................................. 45
1.2.1. Sophrologie ................................................................................................ 45
1.2.2. Relaxation .................................................................................................. 45
1.2.3. Yoga ........................................................................................................... 46
1.2.4. Qi Gong...................................................................................................... 47
1.3. Mémoires et thèses ............................................................................................ 47
1.4. Les états modifiés de conscience dans les autres domaines .............................. 49
2. ANALYSE DES INTERVIEWS ............................................................................ 50
3. EXPERIENCE PERSONNELLE ............................................................................ 51
V. DISCUSSION .............................................................................................................. 52
1. REPONSE A LA PROBLEMATIQUE ET AUX QUESTIONS DE RECHERCHE
52
1.1. Pourquoi les états modifiés de conscience sont-ils utilisés dans d’autres
domaines ? ................................................................................................................... 52
1.2. Les techniques d’états modifiés de conscience ont-elles un impact sur le
mouvement et la récupération de celui-ci ? ................................................................. 53
1.2.1. Exercices en mouvement ........................................................................... 53
1.2.2. La respiration ............................................................................................. 54
1.2.3. Modification des perceptions ..................................................................... 54
1.2.4. Effets sur le corps ...................................................................................... 55
1.2.5. Prévention et santé ..................................................................................... 56
1.2.6. La douleur .................................................................................................. 56
1.2.7. Visualisation et imagerie mentale .............................................................. 57
1.2.8. Le psychisme ............................................................................................. 58
1.2.9. Comparaison des techniques ...................................................................... 58
1.2.10. Récupération du mouvement .................................................................. 59
1.2.11. Entraînement du patient ......................................................................... 60
1.3. La connaissance de techniques spécifiques en vue d’obtenir un état modifié de
conscience peut-il rendre le kinésithérapeute plus efficient pour faciliter le
mouvement ? ............................................................................................................... 61
1.3.1. Résultats et recommandations en Masso-kinésithérapie............................ 61
1.3.2. Impact sur la pratique du kinésithérapeute lui-même ................................ 62
2. POINTS COMPLEMENTAIRES ........................................................................... 63
3. BIAIS ET LIMITES ................................................................................................ 65
3.1. Limites liées à la méthodologie et aux articles ................................................. 65
3.2. Limites liées aux interviews .............................................................................. 65
4. PROJECTION DANS MA FUTURE PRATIQUE PROFESSIONNELLE ........... 66
4.1. Education thérapeutique du patient ................................................................... 66
4.2. Séances de groupe ............................................................................................. 66
4.3. Formations ......................................................................................................... 67
5. PISTES POUR DE FUTURES RECHERCHES .................................................... 68
5.1. Réalisation de questionnaires ............................................................................ 68
5.2. Comparaison de prises en charge ...................................................................... 69
VI. CONCLUSION ....................................................................................................... 70
VII. BIBLIOGRAPHIE .................................................................................................. 72
VIII. ANNEXES .............................................................................................................. 81
SOMMAIRE DES ANNEXES ........................................................................................... 81
RÉSUMÉ ........................................................................................................................... 106
REMERCIEMENTS

Tout d’abord, je tiens à remercier Bruno Deronne, mon directeur de mémoire


(enseignant à l’Institut de Formation en Masso-Kinésithérapie du Nord de la France)
pour le temps qu’il m’a consacré, ses conseils et son suivi tout au long de l’élaboration
de ce mémoire.

Je souhaite ensuite remercier les personnes interviewées de m’avoir reçue et


d’avoir accepté de répondre à mes interrogations.

Enfin, je remercie ma famille et mes amis de m’avoir aidée et soutenue depuis le


début de mes recherches.

1
I. INTRODUCTION

En septembre 2018, au CHRU de Lille, une opération consistait à remplacer la valve


aortique de manière mini-invasive par incision dans les artères fémorales ; une opération
relativement classique contrairement à la méthode utilisée pour endormir le patient
octogénaire. En effet, l’opération du cœur s’est déroulée entièrement sous hypnose, aucun
produit anesthésiant n’a été utilisé pour endormir le patient. Cette technique d’hypnose m’a
donc intriguée et poussée à rechercher en quoi elle pouvait, ainsi que toutes les autres
techniques de conscience modifiée, être utile dans le domaine médical et para-médical.
L’hypnose est de plus en plus utilisée en chirurgie mais aussi dans beaucoup d’autres
domaines. Le professeur Sztark, chef du pôle anesthésie-réanimation au CHU de Bordeaux,
confiait au magazine Sciences et Avenir « On l'utilise quotidiennement chez les enfants
atteints de cancer, notamment avant un geste douloureux comme une ponction lombaire. Il
s'agit d'une arme thérapeutique supplémentaire dans le traitement de la douleur » 1. Les
professionnels de la santé s’intéressent donc de plus en plus à cette méthode, ils ne sont pas
les seuls. En effet, les pratiques d’états modifiés de conscience suscitent un intérêt croissant
auprès de la population. Pour certains il s’agit d’améliorer leur bien-être, pour d’autres de
trouver des alternatives aux traitements médicamenteux ou chimiques ou même pour
accompagner ceux-ci. Dans le cadre de la Masso-kinésithérapie, nous pouvons supposer
qu’elles peuvent également présenter un intérêt certain notamment dans les cas de restriction
ou de perte de mouvement.

La conscience est définie comme la « perception, connaissance plus ou moins claire


que chacun peut avoir du monde extérieur et de soi-même » 2. Un Etat Modifié de
Conscience (EMC) est donc considéré comme un état mental différent de l’état de conscience
ordinaire. Les EMC rassemblent un certain nombre d’expériences au cours desquelles le sujet
a l’impression que le fonctionnement habituel de sa conscience se dérègle et qu’il vit un autre
rapport au monde, à lui-même, à son corps, à son identité 3. D’après Pierre Etevon, il y a
trois types d’ECM : des états de conscience naturels comme le sommeil paradoxal
correspondant à un vécu de rêve ; les états de conscience altérés comprenant des pathologies
mentales ou neurologiques et les intoxications sous drogue ; et enfin les états de conscience
modifiés volontairement comme lors de l’hypnose ou de la méditation, de la relaxation, des
transes chamaniques ou encore de la sophrologie 4.

2
Les pratiques faisant appel aux états modifiés de conscience peuvent être intégrées
dans une vision plus globale de la médecine dite « médecine intégrative » qui consiste à
combiner les meilleurs soins de la médecine scientifique occidentale à ceux des approches
complémentaires dans le but de maintenir la santé et d’améliorer le bien-être 5. C’est une
médecine qui privilégie des interventions simples et naturelles, elle s’occupe autant du
soulagement et du soutien que de la guérison et est propre à chaque patient même s’ils
présentent le même problème ou sont porteurs de la même maladie. Elle concerne toutes les
facettes du mode de vie (alimentation, activité physique, gestion du stress, bien-être
émotionnel…) 6. La médecine intégrative a donc pour but d’améliorer la santé telle qu’elle
est définie par l’OMS : « La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social
et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité » 7.

Le mot kinésithérapie vient du grec kinêsis qui signifie le « mouvement », la


kinésithérapie est donc la thérapie du « mouvement par le mouvement ». Le mouvement est
défini par « l’action de se mouvoir, de changer de place, de modifier la position d'une partie
du corps. » 2. De nombreuses causes peuvent être à l’origine d’une restriction voire d’une
perte de celui-ci. La douleur est l’une des principales causes mais une immobilisation
articulaire prolongée et ses conséquences ainsi que d’autres pathologies peuvent être à
l’origine d’une limitation de mouvement. Le patient peut vite rentrer dans un système de
cercle vicieux où le fait de ne pas bouger à cause d’une limitation de mouvement ne va faire
qu’aggraver cette restriction. L’un des buts du kinésithérapeute sera de briser ce cercle
vicieux ; les états modifiés de conscience peuvent alors intervenir pour l’aider dans ce sens.

D’après l’arrêté du 2 septembre 2015 relatif au diplôme d’État de masseur-


kinésithérapeute, « La masso-kinésithérapie propose, en toute autonomie et en pleine
responsabilité, en lien avec les autres professions de santé, un ensemble d’actions auprès des
personnes pour préserver, développer, retrouver et suppléer les capacités fonctionnelles et le
mouvement à tous les âges de la vie, lorsqu’ils sont perturbés par les traumatismes, la
maladie et le vieillissement, l’ignorance ou la négligence. » 8. De plus, d’après la loi de
modernisation de notre système de santé (LMNSS) datant du 26 janvier 2016, « La pratique
de la masso-kinésithérapie comporte la promotion de la santé, la prévention, le diagnostic
kinésithérapique et le traitement : 1) des troubles du mouvement ou de la motricité de la
personne ; 2) des déficiences ou des altérations des capacités fonctionnelles. Le masseur-

3
kinésithérapeute peut également concourir à la formation initiale et continue ainsi qu’à la
recherche » 9.
Le traitement des troubles du mouvement est donc une obligation pour le Masseur-
Kinésithérapeute. Il se doit donc de lutter contre la Kinésiophobie (ou peur du mouvement)
mais il peut se trouver limité dans son champ d’action en n’utilisant que des techniques
« habituelles ». Aujourd’hui le recours aux états modifiés de conscience est de plus en plus
fréquent dans de nombreux domaines comme la chirurgie mais ils ne sont pas encore
beaucoup utilisés en Masso-Kinésithérapie.

Pourquoi ces états modifiés de conscience sont plus utilisés dans les autres domaines
qu’en Masso-Kinésithérapie ? Ces techniques d’état modifié de conscience ont-elles un
impact sur le mouvement et la récupération de celui-ci ? La connaissance de techniques
spécifiques en vue d’obtenir un état modifié de conscience peut-il rendre le kinésithérapeute
plus efficient pour faciliter le mouvement ?

A partir de cette étude, nous chercherons donc à montrer l’intérêt des états de
conscience modifiés volontairement dans la récupération du mouvement et comment ils
peuvent améliorer cette récupération. Pour cela, nous allons dans un premier temps interroger
la littérature sur les états modifiés de conscience et les techniques utilisées, puis sur ce qu’est
la médecine intégrative et enfin sur le mouvement et plus particulièrement le mouvement en
kinésithérapie. Dans un second temps, nous interrogerons des masseurs kinésithérapeutes
utilisant ces différentes techniques afin d’en comprendre l’utilité dans la récupération du
mouvement et si elles peuvent améliorer leur efficience.

4
II. REVUE DE LITTERATURE

1. ETATS MODIFIES DE CONSCIENCE

La conscience est « l’organisation dynamique et personnelle de la vie psychique ; elle


est cette modalité de l’être psychique par quoi il s’institue comme sujet de sa connaissance et
auteur de son propre monde », elle est à la fois objective et subjective 10.
Un Etat Modifié de Conscience (EMC) est un état mental différent de l’état de conscience
ordinaire. Ces EMC sont divisés en trois catégories : les états de consciences naturels, les états
de conscience altérés et les états de consciences modifiés volontairement 4.

1.1. Etats de conscience naturels

Certains EMC ne nécessitent pas de procédures d’induction, ils peuvent se produire


spontanément. Par exemple lors du sommeil, le sujet peut se trouver en état hypnagogique
lors du passage de la veille au sommeil ou en état hypnopompique lors du passage du
sommeil à la veille 3.

1.2. Etats de consciences altérés

Les états de conscience altérés regroupent la mort cérébrale, le coma, l’état végétatif,
l’état de conscience minimale ou encore le syndrome « locked-in » (syndrome de « dé-
efférentation » ou de « verrouillage ») (annexe 1) 11. Les substances hallucinogènes et
délirogènes peuvent également entraîner un état de conscience altéré 12.

1.3. Etats de conscience modifiés volontairement

Le terme « états de conscience modifiés volontairement » est utilisé lorsque le sujet a


recours volontairement à une technique afin de modifier son état de conscience. Il se
concentre sur sa respiration, ses tensions musculaires, des objets, des pensées, la voix du
thérapeute… pour accéder à cet état différent. La méditation, l’hypnose, la sophrologie, la
5
relaxation, le yoga, le Tai chi Chuan, le Qi Gong et beaucoup d’autres techniques permettent
volontairement de modifier la conscience 12.
Le point commun entre ces techniques est une dissociation entre l’esprit, le corps et
l’environnement. L’ECM est atteint grâce à un stimulus répétitif (son, phrase,
mouvement…). Ce stimulus va détourner l’attention afin de permettre la libération des
autres fonctions cognitives 13.

1.4. Effets sur le cerveau

L’ElectroEncéphaloGramme (EEG) permet d’enregistrer des ondes en fonction du


niveau d’éveil du cerveau.
Lorsque le cerveau analyse et traite des informations, qu’il est en éveil actif, nous observons
une prédominance des ondes bêta (de 12 à 30 Hz). Lorsque l’activité mentale devient plus
intense, nous constatons l’apparition d’ondes gamma (environ 40 Hz). Quand l’état est calme
mais toujours en éveil, il y a une prédominance des ondes alpha (de 8 à 12 Hz) par exemple
lors de la sophrologie. En relaxation profonde, méditation, hypnose ou transe chamanique,
on observe des ondes thêta (4 à 8 Hz). Enfin, lors du sommeil profond, les ondes delta (de
0,5 à 4 Hz) sont majoritaires. (Annexe 2).

Une expérience a été effectuée par Michael Hove en 2015 : il a mesuré par IRM
(imagerie par résonnance magnétique) l’activité cérébrale de quinze adeptes du chamanisme
par des sessions de huit minutes d’écoute de percussion à une fréquence de 4 Hz. Il a observé
une « activation du cortex cingulaire postérieur impliqué dans la cognition interne, du cortex
cingulaire antérieur dorsal et de l’insula antérieure gauche, qui contrôlent les fonctions
autonomes et cognitives », de plus, le réseau cérébral auditif diminue ce qui traduit une
dissociation des perceptions 13.

6
2. TECHNIQUES UTILISEES

2.1. La méditation

2.1.1. Définition

Nous allons nous intéresser à la méditation de pleine conscience, encore appelée


« mindfulness ». Elle est définie comme « la qualité de conscience qui émerge lorsqu’on
tourne intentionnellement son esprit vers le moment présent. C’est l’attention portée à
l’expérience vécue et éprouvée, sans filtre (on accepte ce qui vient), sans jugement (on ne
décide pas si c’est bien ou mal, désirable ou non), sans attente (on ne cherche pas quelque
chose de précis). » 14.

2.1.2. Historique

Les premières preuves de la méditation datent de 5500-3000 av. J-C., elles


proviennent des anciens citoyens de la vallée des Indus 15.
Par la suite, les religions majeures, à savoir l’hindouisme, le bouddhisme, le judaïsme, le
christianisme et l’islam, ont incorporé la méditation à leur pratique.

La méditation telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui est principalement issue des
religions orientales. La tradition bouddhiste datant du VIème siècle av. J-C. utilise deux
approches de la méditation : les méditations de Samatha (attention vigilante) et Vipassana
(vision pénétrante) 16.

Cette méditation est appelée « méditation de pleine conscience » ou « Mindfulness »,


elle est introduite en Occident par le professeur Jon Kabat-Zinn. Dans les années 70, il a
diffusé des programmes de formation dans le contexte médical hospitalier américain. Le
caractère laïc et les bénéfices décrits par les participants de ses programmes ont permis sa
diffusion aux Etats-Unis puis dans le monde entier. L’intérêt de cette pratique en Europe et
particulièrement en France est très récent, les psychiatres et psychologues sont les premiers
professionnels à avoir inclus la mindfulness dans leur pratique 17.

7
2.1.3. En pratique

La pleine conscience est un état dans lequel « le sujet est hautement conscient du
moment présent, le reconnaissant et l’acceptant ». Son esprit n’est pas parasité par des
pensées, sensations ou émotions, il se concentre uniquement sur le moment présent 18.

En pratique, le sujet est assis confortablement en silence. Il focalise son attention et sa


conscience sur un objet ou un processus (par exemple le processus de respiration). Le sujet
peut aussi être en mouvement : il peut méditer en marchant ou lors d’exercices ; le but étant
de se concentrer sur les sensations sans penser au but ou au résultat. Le sujet se concentre sur
une énergie qu’il peut visualiser dans son corps, il est aidé par des suggestions positives et
répétitives du thérapeute. L’objectif est de « contrôler » cette énergie. La méditation est
différente des autres techniques car il y a un maintien de la vigilance.
La méditation a des effets psychologiques, métaboliques mais aussi physiologiques. Nous
pouvons observer par exemple une augmentation du débit cardiaque, un ralentissement de la
fréquence cardiaque, une relaxation musculaire 19.
Chaque étape de la mindfulness permet d’activer des zones différentes du cerveau et a donc
des effets spécifiques. (annexe 3) 20].

Jon Kabat-Zinn a développé un programme MBSR (« Meditation Based Stress


Reduction »). C’est un entraînement en groupe de dix à vingt-cinq personnes, les séances
durent deux heures trente à trois heures. Ces séances se composent de pratiques « formelles »
et « informelles ». Lors des pratiques « formelles », le sujet effectue un temps de méditation
statique (assis ou allongé) ou des exercices en mouvement (fig.1). Les pratiques
« informelles » se déroulent au quotidien, lors d’actions de la vie courante afin de casser le
mode de fonctionnement automatique.
Ces exercices peuvent se focaliser soit sur le corps (= « body scan »), soit sur la respiration,
soit sur les pensées ou encore les émotions. Les exercices en mouvement sont adaptés à
chaque patient et à ses limites 17.

8
Figure 1 : la pratique méditative propose des exercices statiques et des exercices en
mouvement. Les pratiques en mouvement peuvent se baser sur des exercices de Yoga ou de la
marche 17.

2.2. L’hypnose

2.2.1. Définition

L’hypnose est définie comme « un état de fonctionnement psychologique par lequel un


sujet, en relation avec un praticien, fait l’expérience d’un champ de conscience élargie » 21.

En 1955, la commission de la British Médical Association propose une définition de


l’hypnose : « un état passager d'attention modifié chez le sujet ; état qui peut être produit par
une personne et dans lequel divers phénomènes peuvent apparaître spontanément ou en
réponse à des stimuli verbaux ou autres. Ces phénomènes comprennent un changement dans
la conscience et la mémoire, une susceptibilité accrue à la suggestion et l'apparition chez le
sujet de réponses et d'idées qui lui sont familières dans son état d'esprit habituel. En outre, des
phénomènes comme l'anesthésie, la paralysie, la rigidité musculaire et des modifications
vasomotrices peuvent être dans l'état hypnotique produits ou supprimés » 22.

9
2.2.2. Historique

Les premières traces de l’hypnose remontent à 6000 ans avant J-C., ce sont des
tablettes de Sumériens qui décrivaient certaines méthodes d’hypnose. Les Grecs ont aussi
pratiqué ces techniques : la doctrine Pythagoricienne décrit un fluide émanant de tous les
corps ; Socrate plongeait ses auditeurs dans un état modifié de conscience. La médiation
profonde permettait des pouvoirs curatifs dans la culture Indoue 23.

Au XVIème siècle, Paracelse est l’un des premiers à évoquer la notion de fluide
réparateur. Mais l’hypnose débute réellement avec Franz Anton Mesmer en 1778 24. 25.
Il développe la notion de fluide universel. Selon lui, c’est une mauvaise conductance du fluide
qui est à l’origine des pathologies. Il introduit la notion de « magnétisme animal » qui est la
capacité d’un être humain à influencer le corps d’un autre, ainsi il est possible de rétablir
l’équilibre du fluide par des impositions de mains. Durant cette période, les premiers principes
de l’hypnose sont mis en place. A partir de 1784, la théorie du fluide et la pratique du
magnétisme sont rejetées. Quelques années plus tard, le chirurgien écossais James Braid
démontre que l’état hypnotique peut être atteint en fixant l’attention sur un élément 22.
25.

En 1860, le professeur Azam, chirurgien, se sert de l’hypnose comme anesthésique à


la place du chloroforme. En 1878, Jean Martin Charcot commence à étudier l’hypnose. Il la
présente comme « un fait somatique propre à l’hystérie ». Il décrit quatre états du « Grand
Hypnotisme » des malades hystériques : la léthargie, la catalepsie, le somnambulisme et
l’amnésie totale au réveil. Il s’oppose aux travaux du docteur Liébault et du professeur
Bernheim pour qui l’hypnose est un phénomène naturel. Liébault a fondé sa thérapie sur la
suggestion verbale. En 1887, Freud pratique l’hypnose au début de ses traitements
psychanalytiques, il utilise la suggestion indirecte.
Dans les années 1920, Milton Erickson marque un tournant dans l’histoire de l’hypnose. Il
fonde l’hypnose Ericksonnienne et rend la discipline plus accessible en proposant des
formations 24. 25.

En France, François Roustang reprend les travaux des américains, et il démontre que
l'hypnose permet « un lâcher prise, une rencontre de soi à l'autre et de soi-même ». L’hypnose
est placée au centre de l’approche thérapeutique 25. 26.

10
2.2.3. En pratique

L’hypnose se base sur cinq caractéristiques. La première est une modification de


l’orientation temporo spatiale : le sujet peut ressentir soit une sensation de légèreté soit au
contraire de lourdeur et le temps de la séance peut lui paraître plus long ou plus court que la
réalité. La seconde est une sensation de détente mentale : l’hypnose permet d’obtenir une
sensation de relâchement. La troisième est une attention « facilement concentrée et focalisée
sur un élément donné » : l’hypnose permet au patient de décrire avec précision une sensation
physique ou un lieu, un objet… La quatrième est une diminution du jugement et de la
censure : les expériences du patient ne passent pas par le processus d’intellectualisation, elles
ne sont pas analysées. Et enfin la dernière est une expérience de réponse quasi-automatique ou
« principe d’involontarité » : le patient n’a plus l’impression que c’est lui qui effectue l’action
25.

Quatre techniques de base sont utilisées en hypnose.


Tout d’abord, nous avons l’entretien : cette technique a pour but de sécuriser le patient,
d’éliminer les idées fausses préconçues ; elle est très importante car elle va déterminer la suite
de la séance.
Ensuite, nous avons la suggestion qui peut se présenter sous différentes formes. Par exemple,
dans le cas de la suggestion directe, la proposition au patient est claire, positive et réaliste et la
réponse est très rapide. Pour la suggestion indirecte, la proposition au patient est indirecte, elle
passe à travers la métaphore et a recours à l’imagination. La suggestion post-hypnotique,
quant à elle, consiste à demander au patient de faire quelque chose lorsqu’il n’est plus en
hypnose, cela permet de créer de nouveaux automatismes. La suggestion de conviction ou de
réalisation est directe ou post-hypnotique, elle permet au patient de prendre conscience de
l’effet de l’hypnose. La suggestion d’approfondissement a pour but d’aller encore plus loin
dans l’hypnose, d’aller vers des niveaux plus profonds. Et enfin, l’autosuggestion est une
forme de suggestion durant laquelle le patient va lui-même répéter les suggestions directes ou
post-hypnotiques.
La technique suivante est l’induction qui permet d’accéder à un état de relaxation de plus en
plus profond grâce à des suggestions directes et d’approfondissement. C’est le passage de
l’état d’éveil vers l’état hypnotique.
Et enfin, la visualisation qui consiste à imaginer une situation, un évènement, un lieu… 22.

11
Une séance d’hypnose se déroule en trois phases (fig. 2).
En phase 1, la séance débute par une isolation sensorielle. Le patient fixe son attention sur un
stimulus précis, il doit faire abstraction des autres éléments (intérieurs et extérieurs) et se
couper du monde qui l’entoure.
Durant la phase 2, il y a une dissociation entre l’activité imaginative du patient et ses
perceptions sensorielles corporelles, elle est accompagnée d’une analgésie. Il y a également
une fascination lorsque le patient fixe intensément ce qui lui est proposé par le thérapeute.
Enfin, la dernière phase, la phase 3, est une phase d’ouverture. Le patient utilise ses
ressources personnelles pour résoudre un problème 24.

Figure 2 : Etapes d’une séance d’hypnose. 24.

2.3. La sophrologie

2.3.1. Définition

Le mot sophrologie vient du grec « sos » se traduisant par la quiétude, la sérénité ou


l’harmonie ; « phren » : le cerveau ou la conscience et « logos » : la science, connaissance ou
étude. Sa définition selon son étymologie serait donc « la science de l’harmonie et de la
conscience » 27.
La sophrologie est définie par son fondateur comme « l’étude de la conscience humaine et de
ses modifications par des moyens physiques, chimiques et psychologiques » 28.
Selon le Petit Larousse, la sophrologie est un « ensemble de pratiques fondées sur des
techniques de relaxation physiques et mentales, utilisées notamment en accompagnement
thérapeutique dans les troubles psychiques ou psychosomatiques. » 2.

12
2.3.2. Historique

La sophrologie est née de l’hypnose. Le docteur Alfonso Caycedo fonde la


sophrologie Caycedienne en 1932. Il s’inspire de l’hypnose, de la relaxation de Jacobson et de
techniques orientales. En 1992, la sophrologie devient une nouvelle profession 22.

2.3.3. En pratique

Les séances de sophrologie sont individuelles ou en groupe, elles durent trente minutes
à une heure. Elles se déroulent dans un lieu calme et aéré, le patient est allongé ou assis. Le
sophrologue débute par des exercices respiratoires, puis un travail de relaxation pour arriver à
une détente du corps et de l’esprit. Ces exercices de relaxation sont dynamiques.
Le thérapeute peut proposer des « sophronisations », c’est-à-dire des suggestions qui ont pour
but d’amener à des perceptions positives. La séance se termine par un retour à la réalité avec
un temps de parole. Le patient peut également pratiquer seul ce type de séance grâce à un
support audio 28.

Il y a quatre principes fondamentaux de la sophrologie.


Le premier principe est « Le schéma corporel comme réalité vécue » : l’harmonie avec le
corps est recherchée en multipliant les sensations corporelles. Le but est d’élargir le champ
perceptivo-affectif du patient et de faire coïncider la représentation imaginaire du corps et la
constatation somesthésique et sensorielle.
Le second est « L’action positive » : la pensée positive est renforcée, toute action positive
dirigée vers la conscience permet une dynamique positive de l’ensemble de l’être humain.
Le principe suivant est « La réalité objective » : le thérapeute doit pouvoir percevoir son
propre état de conscience ainsi que celui du patient. C’est voir objectivement la situation telle
qu’elle est.
Enfin, le dernier est « L’adaptabilité » : toutes les méthodes doivent être adaptées aux
pratiquants.

13
La sophrologie s’appuie énormément sur la respiration. La prise de conscience de la
ventilation et son utilisation volontaire sont utilisées à chaque étape de la séance. La
synchronisation des mouvements ventilatoires avec les mouvements corporels, les pensées et
sensations, appelée Sophro-Respiration Synchronique, permet de se détendre et de se relaxer
29.

2.4. La relaxation

2.4.1. Définition

Le mot relaxation vient du latin « relaxationem, relaxare », c’est un relâchement, une


tension diminuée. Ce relâchement concerne les fibres musculaires. Lors de la relaxation, est
recherchée une position ne demandant aucune contraction musculaire 30.

2.4.2. Historique

La relaxation est une technique qui a toujours été utilisée au fil des décennies mais elle
s’est développée au début du XXème siècle avec les méthodes occidentales.
Dans les années 1930, Johannes Heinrich Schultz est à l’origine du training autogène qui se
base sur l’autosuggestion, la pesanteur, la chaleur, le contrôle de la respiration et des
battements du cœur. Durant la même période, Edmund Jacobson met au point la
psychothérapie physiologique. Selon lui, on peut agir sur le tonus psychique et les émotions
en améliorant le tonus musculaire. Aujourd’hui, de nombreuses techniques de relaxation,
dérivées des techniques de Schultz et Jacobson, existent 31.

14
2.4.3. En pratique

Une séance de relaxation dure en moyenne vingt minutes. Elle nécessite un endroit
calme, avec une lumière tamisée et une température tempérée. Le sujet doit être dans une
position confortable, assise ou couchée sur une surface appropriée. La séance nécessite un
outil sur le plan psychique : le patient va porter son attention sur un objet, un point, un mot…
afin d’occuper l’esprit pour stopper le processus de la pensée (stopper le discours intérieur et
l’imagerie mentale). Enfin, le patient doit avoir une attitude passive, il doit se concentrer sans
faire d’effort.

Une séance de relaxation provoque des modifications sur le corps humain. Tout
d’abord, une diminution de l’activité psychique entraîne une diminution de l’anxiété et de la
tension psychique. Il y a par conséquent une diminution de la stimulation du système nerveux
autonome périphérique entraînant le passage de l’action du système nerveux autonome
sympathique à celle du système nerveux autonome parasympathique. Enfin, sont obtenues des
modifications physiologiques (« the relaxation response » selon Benson) : diminution du
rythme cardiaque et respiratoire, de la tenson artérielle, de la tension musculaire,
vasodilatation périphérique…
Les deux principales techniques utilisées sont la relaxation progressive de Jacobson et le
training autogène de Schultz.

Selon Jacobson, l’anxiété et les tensions psychiques vont provoquer des contractions
musculaires. Le but de sa technique est donc de décontracter l’ensemble de la musculature.
Cette relaxation s’effectue en plusieurs phases. Durant la première phase, « la phase active »,
le patient contracte successivement les groupes musculaires les plus importants afin de bien
les localiser et ressentir l’effet de tension musculaire. Durant l’étape suivante, « la phase
différentielle », le patient contracte toujours certains muscles mais il va porter son attention
sur les autres groupes musculaires afin de les relâcher. Il doit être capable de relâcher les
muscles non impliqués dans l’activité en cours. Enfin, pendant la dernière phase, « La phase
passive », le patient reste immobile et essaye de relâcher, les uns après les autres, tous les
groupes musculaires pour éliminer toutes les zones de tension.

15
Schultz utilise l’autosuggestion afin de reproduire les sensations de lourdeur et de
chaleur. Il reproduit les sensations de l’hypnose sans l’inconvénient de l’assistance d’une
autre personne. Le sujet se met en position de détente et répète mentalement des phrases
suggérant la lourdeur et la chaleur qui se diffusent dans le corps. Ensuite, des suggestions
concernant le système respiratoire, digestif, le cœur et le front sont apportées afin d’obtenir
une relaxation maximale 32.

2.5. Le yoga, le Tai Chi Chuan et le Qi Gong

Le yoga, le Tai Chi Chuan et le Qi Gong sont des « mind-body practice » (= pratiques
corps-esprit). Le « mind-body practice » est une « pratique de santé qui combine
concentration mentale, respiration contrôlée et mouvements du corps pour aider à détendre le
corps et l’esprit. Il peut être utilisé pour aider à contrôler la douleur, le stress, l’anxiété et la
dépression, ainsi que pour la santé en général. Une pratique corps-esprit est un type de
médecine complémentaire et alternative. » 33.

2.5.1. Le yoga

Le mot yoga vient du Sanskrit (langue indienne) « jug » qui signifie relier, unir,
joindre, mettre ensemble, en particulier pour le corps, le cœur et l’esprit 34.
Le Yoga est défini comme une « discipline spirituelle et corporelle […] qui vise à libérer
l’esprit des contraintes du corps par la maîtrise de son mouvement, de son rythme et du
souffle. » 2.

Les premières traces du yoga datent d’environ 3000 ans avant J-C., en Inde. Le yoga
est à l’origine associé à la religion, sa pratique permettait d’atteindre un état d’extase (l’état de
« Samâdhi ») pour s’unir à la divinité et ne plus devoir se réincarner 35.
Au VIème siècle avant J-C., le yoga est réellement abordé dans les Upanishads (ensemble de
textes sur la religion Hindoue) dans lesquels les sages décrivent des expériences de rapport
entre le corps et l’esprit.
Au début de notre ère, le yoga est décrit dans une synthèse de Patanjali : les Yoga Sûtra.

16
Aujourd’hui, le yoga est toujours très présent en Inde mais il se développe aussi en Occident.
Il compte de plus en plus de pratiquants, il peut être pratiqué à la fois comme une perspective
spirituelle, comme une gymnastique de loisir mais aussi comme une activité préventive ou
curative 34. (Annexe 4)

Le yoga se base sur l’asana et le pranayama. L’asana regroupe des postures qui
permettent d’assouplir les articulations, de relâcher des tensions et d’étirer des muscles. Le
pranayama est la « discipline du souffle », la respiration contrôlée va accompagner ces
postures 35.
Il existe cinq catégories différentes de yoga : le Karma Yoga qui pousse le sujet à agir de
façon juste et désintéressée dans la vie quotidienne ; le Bhakti Yoga qui est un yoga de
dévotion associé à des courants religieux ; le Gnana Yoga est un yoga de connaissance qui
affine l’intelligence, le Hatha yoga est la forme la plus pratiquée en Occident, il regroupe le
corps, le souffle et les énergies et enfin le Raja Yoga regroupe les quatre autres types de yoga,
il réunit toutes les possibilités de l’être humain 30.
Une séance de yoga débute par un temps de relaxation et de préparation respiratoire, puis le
sujet enchaîne différentes postures espacées de temps de repos. Ces postures sont réalisées
debout, assis ou couché ; le sujet peut utiliser des accessoires (sangles, coussins…). Elles sont
adaptables afin d’être réalisables par tous 35.
Pour favoriser l’équilibre, une contre-posture est associée à chaque posture, le yoga renforce
l'homéostasie physiologique et psychologique 30].
Le yoga a de nombreux effets sur le squelette, la respiration, le système cardio-vasculaire, le
sommeil, le stress… 35. (annexe 5).

2.5.2. Le Tai Chi Chuan

Le mot Tai Chi Chuan (TCC) vient du mandarin et se traduit par « boxe du faîte
suprême » : le Tai Chi Chuan signifie « suprême ultime » et Chuan signifie « boxe ».
Le TCC est un art martial chinois qui lie cognition et action. Il se base sur l’équilibre, le
déplacement du poids du corps, la lenteur et la souplesse des mouvements, l’alignement du
tronc, le tout lié à la ventilation. Il est officiellement reconnu comme un exercice physique
d’intensité modérée 37.

17
Au XIIème siècle, c’est Zhang San Feng qui évoquerait pour la première fois le TCC
s’inspirant d’un combat entre un oiseau et un serpent. Mais le TCC serait réellement conçu
par Chen Wang Ting quelques années plus tard. Au fil des années, de nombreuses écoles de
Tai Chi émergent : la Yang qui est la plus populaire, la Chen, la Sun et la Yin.
En 1956, le comité national d'athlétisme chinois crée une forme unique de Tai Chi qui
regroupe tous les types de Tai Chi Chuan. Aujourd’hui, le TCC compte des millions de
pratiquants en Chine et dans le monde entier 38.

Le TCC s’effectue à une faible vitesse et a un faible impact, les mouvements sont lents
et gracieux. La respiration diaphragmatique est coordonnée avec ces mouvements. La position
semi-accroupie est la position de base et l’intensité peut être modifiée selon l’angle du genou.
Le TCC classique comprend cent huit postures (fig. 3).
Une séance dure en moyenne une heure : vingt minutes d’échauffement, vingt-quatre minutes
d’entraînement et dix minutes de récupération. L’échauffement se compose d’exercices
d’amplitude articulaire, d’étirement et d’équilibre.
Le TCC a de nombreux effets : maintien de l’équilibre, augmentation de la force musculaire
et de la souplesse, amélioration de la fonction cardio-respiratoire et de la circulation
périphérique, réduction de la douleur, de l’anxiété et des troubles émotionnels, meilleure
gestion du stress 39.

Figure 3: an example of a typical tai chi chuan form 39

18
2.5.3. Le Qi Gong

Le Qi se traduit par « le souffle », « l’énergie ». Hiria Ottino le définit comme une


« substance matérielle primordiale ou tout simplement l’essence qui par impulsion de son
énergie permet aux « choses » animées ou inanimées et aux organismes vivants du monde
d’exister et de se développer sous les formes dans lesquelles ils se matérialisent ».
Le Gong se traduit par « le travail », « la maîtrise », « la pratique ». Le terme Qi Gong signifie
« maîtrise de l’énergie » ou « travail sur le souffle ». Le Qi Gong appartient au champ de la
médecine chinoise traditionnelle, il existe plusieurs centaines de Qi Gong différents 40.

Les premiers exercices, qui appartiennent aujourd’hui au Gi Gong, sont retrouvés en


Chine il y a environ 6000 ans 30. Les Chinois pratiquent le Gi Gong en lui-même depuis
plus de 3000 ans et cette pratique est mentionnée pour la première fois dans un ouvrage, le
Nei King (plus ancien traité de médecine chinoise) datant du IIème siècle. La médecine
traditionnelle chinoise, les arts martiaux, le taoïsme, le bouddhisme et le confucianisme sont à
l’origine du Qi Gong 40. Son arrivée en Occident date du XVIIIème siècle. Aujourd’hui, il
est pratiqué dans une quarantaine de pays en Orient et en Occident 41.

On peut distinguer les Qi Gong externes et les Qi Gong internes. Les externes
consistent à lever les blocages du Qi du patient à l’aide du praticien qui va lui-même utiliser
son propre Qi. Les internes se réalisent plutôt seul, ils se pratiquent dans un état de méditation
avec des mouvements lents et simples.
Il y a des Qi Gong plus méditatifs, passifs où la concentration est importante et des Qi Gong
plus actifs, dynamiques où les mouvements sont lents et réalisés dans une posture stationnaire
40.
Il y a trois postures de base : assis, debout et couché. Dans ces trois positions, les exercices
sont soit statiques, soit dynamiques et se concentrent sur des points particuliers du corps (le
sommet du crâne, le périnée, le bassin, la voute plantaire). Ces positions sont accompagnées
d’exercices de respiration, de relaxation et de méditation.
Ceux-ci s’effectuent les yeux mi-clos ou fermés afin de se concentrer sur les afférences
kinesthésiques, proprioceptives et cutanées.

19
Les gestes effectués se doivent de respecter certaines conditions. Les mouvements sont
« arrondis », légèrement courbes et souples. Ils sont souples et flexibles, s’effectuent sans
dureté et sans rupture mais avec fermeté. Ils sont également lents et à vitesse constante. Ils
respectent le principe de « vide et plénitude » qui est une alternance entre des points d’appui
sur la jambe droite et gauche, sur les talons et la pointe des pieds et une alternance du geste
dont « le dynamisme passe de la main gauche à la main droite lorsque le mouvement n’est pas
symétrique ». Enfin, ils respectent le principe « d’ouverture et de fermeture », les membres
sont aussi bien en ouverture qu’en fermeture, en flexion qu’en extension.

Le Qi Gong a pour but d’atténuer les tensions musculaires, articulaires ou


ligamentaires car il s’effectue quasiment sans force musculaire, les mouvements lents
permettent au sujet de prendre conscience de ses tensions, de régler sa respiration et
d’observer ses pensées 41. Il permet une modulation du système nerveux autonome
(activation du système nerveux parasympathique, régulation négative du système nerveux
sympathique), une sensation de bien-être, une diminution du stress et de l’anxiété, une
meilleure coordination, une fortification des muscles, des tendons et des articulations et une
diminution des douleurs 40.

2.6. Autres techniques

De nombreuses autres techniques permettent volontairement d’accéder à un état


modifié de conscience :

Par exemple, l’eutonie d’Alexander est une technique qui met en relation le corps et
l’esprit afin d’atteindre un tonus musculaire idéal.
Les séances se déroulent une à deux fois par semaine et sont individuelles ou collectives.
Elles regroupent plusieurs exercices : « la représentation de l’être humain sous forme de
dessins ou de modelage », « l’inventaire » (prise de conscience des sensations), « le contact
perméable », « les postures » et « les mouvements alternés » (alternance de contractions et
décontractions afin de diminuer les tensions musculaires) 30.

20
Nous pouvons aussi évoquer la transe chamanique qui consiste à passer dans un état
modifié de conscience grâce à des techniques de visualisation, de respiration et surtout de
musique (le rythme du tambour). Le but de cette transe serait d’accéder au monde des esprits
mais elle a aussi un impact positif sur le corps et l’esprit 42.

Enfin, nous pouvons aussi citer l’Expérience de Mort Imminente (EMI) au cours de
laquelle le sujet est en état de mort clinique ou de coma très profond. Les sujets qui ont vécu
cette expérience relatent des hallucinations, des visions d’un tunnel et de lumière, une
accélération des pensées et une sensation de décorporation (impression de sortir de son propre
corps) 13.

21
3. LA MEDECINE INTEGRATIVE

La médecine conventionnelle est de plus en plus limitée pour les affections


chroniques. En effet, « les médicaments luttent contre les réactions chimiques souvent
physiologiques et n’ont aucune capacité de s’adapter à une physiologie humaine en constant
mouvement » et l’opération ne peut être utilisée qu’en dernier recours. La médecine doit donc
évoluer 43.
Entre 2002 et 2012, la demande des thérapies complémentaires a augmenté de 120%, ce type
de médecine est avant tout une demande des patients mais se développe petit à petit dans les
établissements de santé 43. 44.

La médecine intégrative permet d’intégrer des médecines naturelles ou


complémentaires et des thérapies de bien-être (sport, gestion du stress, nutrition, thérapie de
style de vie…) à la médecine scientifique conventionnelle. L’utilisation de ce type de
médecine a déjà montré de bons résultats dans la prise en charge de maladies chroniques.
La médecine intégrative est née dans les années 90 à l’initiative de Jon Kabat-Zinn
(précurseur de la méditation de pleine conscience) et du Duke Center for Integrative
Medecine aux Etats-Unis 43.

Le CAHCIM (Consortium des Centres de Santé Universitaires pour la Médecine


Intégrative) a été crée en 2000 afin d’intégrer la formation des médecines complémentaires et
alternatives dans les programmes d’étude des facultés de médecine. Le CAHCIM se base sur
« des études scientifiques rigoureuses, de nouveaux modèles de soins cliniques et des
programmes éducatifs novateurs intégrant la biomédecine, la complexité de l'être humain, la
nature de la guérison et la riche diversité des systèmes thérapeutiques », il compte aujourd’hui
quarante-trois centres de santé universitaires 44.

La médecine intégrative repose sur certains principes. Elle s’intéresse à la maladie


mais aussi à la santé en général, le but est d’obtenir le bien-être du patient. De plus, elle
s’attache autant à la guérison qu’au soulagement et au soutien. Elle s’intéresse, en plus des
influences physiques, aux influences non physiques (l’alimentation, l’activité physique, la
gestion du stress et du bien être émotionnel, l’esprit, le social) sur la santé physique et la
maladie. La prévention et le maintien de la santé sont très importants en médecine intégrative.

22
Elle a pour but de faciliter les processus de santé et de guérison, elle cherche à réduire les
obstacles à la guérison innée. De plus, le patient est acteur de ses soins et de la gestion de sa
santé, la relation thérapeutique entre le patient et le praticien est primordiale, ils sont
partenaires.
La médecine intégrative favorise l’interdisciplinarité et la collaboration avec le patient. La
guérison est propre à chacun même pour une maladie identique. Les valeurs, les croyances et
la culture du patient ont une importance primordiale dans le processus de guérison. Les
techniques interventionnistes et coûteuses ne sont utilisées qu’en dernier recours. Le praticien
utilise aussi ces techniques pour lui-même afin d’être plus efficace avec le patient et de
comprendre le mécanisme d’auto-guérison. Les méthodes utilisées sont efficaces et ne sont
pas nuisibles, la médecine intégrative présente « le plus grand potentiel de bénéfice avec le
moins de risque de préjudice. ».
Enfin, c’est une pratique qui est fondée sur la recherche [6]. 43. 44.

23
4. LE MOUVEMENT

4.1. Définition

Le mouvement est défini par « l’action de se mouvoir, de changer de place, de


modifier la position d'une partie du corps. » 2.
Le mouvement correspond au « déplacement des différents segments du corps dans l’espace
ou le maintien de ceux-ci dans une position contrôlée ».
La mobilité est gérée par le système nerveux 45. Elle met en jeu le cortex, le cervelet et la
moelle épinière afin de mobiliser l’appareil moteur (os, articulations et muscles) 45. 46.

Le mouvement volontaire est majoritairement contrôlé par la voie pyramidale. Elle est
issue du cortex cérébral puis traverse la capsule interne et se dirige verticalement vers le tronc
cérébral et la moelle épinière.
Une partie des fibres (9/10) décusse au niveau du tronc cérébral et descend dans la moelle
(côté opposé à l’origine) et forme le faisceau pyramidal croisé. Le reste des fibres reste du
même côté et forme le faisceau pyramidal direct 46].
Elles font ensuite synapse avec des motoneurones dans la moelle épinière qui vont innerver
les muscles. L’ensemble des fibres musculaires innervées par un même motoneurone forme
une unité motrice. Il y a des unités motrices rapides avec un niveau de force important mais
fatigables ou des unités motrices qui se fatiguent moins vite mais qui développent moins de
force.
La motricité involontaire est, quant à elle, majoritairement contrôlée par le système extra-
pyramidal, composé de cinq faisceaux 47.

24
4.2. La kinésiophobie

4.2.1. Définition

La kinésiophobie est la peur du mouvement. C’est un syndrome de « peur-


évitement » : on parle de peur « irrationnelle, excessive et débilitante » qui va entraîner un
évitement du mouvement et de l’activité physique.
Elle fait souvent suite à une blessure douloureuse ou une répétition d’une même blessure, le
sujet a alors une sensation de fragilité et de vulnérabilité. La peur d’aggraver la blessure ou de
recréer ou augmenter la douleur pousse le patient à éviter certains mouvements 48.
Le patient va alors rentrer dans un cercle vicieux (fig.4), le fait d’éviter certains mouvements
entraîne un déconditionnement et une incapacité qui vont à leur tour favoriser la blessure ou
empêcher la guérison. Le vécu du patient, sa personnalité (pessimisme, anxiété, tendance au
catastrophisme…), ses croyances peuvent avoir un impact négatif, entraîner une
chronicisation de la douleur et renforcer la kinésiophobie. Ce cercle vicieux peut avoir un
impact sur la vie professionnelle, les loisirs, le bien-être du patient. Le seul moyen de briser ce
cercle vicieux est de bien gérer la douleur et de continuer à bouger 49. 50.

Figure 4 : Comprendre les interactions entre douleur et mouvement pour lutter contre la
kinésiophobie 49.

La kinésiphobie diminue l’efficacité de la prise en charge kinésithérapique car le patient ne


participe pas activement à sa rééducation 48.

25
4.2.2. Echelle de kinésiophobie (Annexe 6)

Une échelle permettant de diagnostiquer la kinésiophobie a été élaborée : la TSK


(Tampa Scale of Kinésiophobia). Cette échelle est un outil de diagnostic clinique mais aussi
de pronostic et d’évaluation.
Les items décrivent des situations de la vie quotidienne et des ressentis du patient. Celui-ci
peut entourer un numéro (entre 1 et 4) qui correspond dans l’ordre à « fortement en
désaccord », « quelque peu en désaccord », « quelque peu en accord », « fortement en
accord ». Au plus le score est élevé, au plus la kinésiophobie est importante ; elle est
significative à partir de 40/68. Cette échelle permet de guider la prise en charge et la
rééducation du patient par la suite 48. 50.

4.2.3. Exemple de la lombalgie

Dans le cas de la lombalgie, il est conseillé « de bouger progressivement et


d’améliorer régulièrement son niveau d’activité » pour éviter que le mal de dos ne devienne
chronique.
Il faut que l’activité physique soit régulière, le sujet ne doit pas forcément pratiquer un sport
de haut niveau mais doit simplement bouger dans la vie quotidienne.
Le mouvement va permettre d’entretenir la musculature du dos, d’éviter le déconditionnement
et l’installation d’un cercle vicieux (fig.5) 51.

Figure 5 : Cercle vicieux de la lombalgie 51.

26
Le mouvement permet aussi la prévention de la lombalgie. Il est conseillé de changer
régulièrement de position, de marcher, se lever, s’étirer…
Des exercices quotidiens (fig.6) permettraient de prévenir l’apparition de la lombalgie, de
lutter contre celle-ci lorsqu’elle est déjà présente ou bien de prévenir une rechute. Ce sont des
exercices qui sont retrouvés dans les techniques de conscience modifiée comme la médiation
de pleine conscience, le Yoga, le Qi Gong… 51.

Figure 6 : Je bouge et je dose mon effort : 4 exercices à faire chez soi 51.

27
5. MOUVEMENT ET KINESITHERAPIE

5.1. Rôles et missions du masseur-kinésithérapeute

Selon l’Ordre National des Masseur-Kinésithérapeutes (ONMK), la kinésithérapie est


« une discipline de santé et une science clinique. Elle est centrée sur le mouvement et
l’activité de la personne humaine à tous les âges de la vie, que ce soit dans un but
thérapeutique ou pour favoriser le maintien ou l’amélioration de la santé physique, psychique
et sociale, la gestion du handicap et le mieux-être des personnes. Les interventions de masso-
kinésithérapie s’inscrivent dans les politiques de santé et participent aux actions de santé
publique. Tenant compte de l’activité des autres professions de santé, la masso-kinésithérapie
met au cœur de sa pratique le patient et vise à le rendre co-auteur dans la gestion de ses
capacités fonctionnelles, de son autonomie et de sa santé ».
Cette définition montre que le mouvement est au cœur de la kinésithérapie. Elle montre aussi
que la rééducation est centrée autour du patient et qu’il est acteur de sa rééducation, un
principe retrouvé dans la médecine intégrative 52.

Selon l’article L4321-1 du code de la santé publique, « La pratique de la masso-


kinésithérapie comporte la promotion de la santé, la prévention, le diagnostic kinésithérapique
et le traitement des troubles du mouvement ou de la motricité de la personne ainsi que des
déficiences ou des altérations des capacités fonctionnelles ». Le traitement des troubles du
mouvement ou de la motricité (par exemple la kinésiophobie) est une obligation du
kinésithérapeute et fait partie des ses rôles et missions 52.

L’ordre des MK accorde aussi une place importante au mouvement dans le contexte
d’intervention du MK : « La masso-kinésithérapie place le fonctionnement et le mouvement
humains au cœur du concept de santé. Pour ce faire, elle porte son action thérapeutique sur
trois catégories de mouvements : les mouvements externes produits par le corps humain : sa
gestuelle ; les mouvements animant l’intérieur du corps : l’ensemble des systèmes circulants
assurant les fonctions vitales ; les mouvements de la pensée, processus aboutissant à
l’élaboration, l’organisation et l’intégration de ces manifestations externes et internes. » 52.

28
Concernant l’utilisation des états modifiés de conscience, dans l’article L4321-1 du
code de la santé publique, le MK est tenu d’utiliser les techniques qu’il estime les plus utiles
pour la rééducation du patient : « Dans l'exercice de son art, seul le masseur-kinésithérapeute
est habilité à utiliser les savoirs disciplinaires et les savoir-faire associés d'éducation et de
rééducation en masso-kinésithérapie qu'il estime les plus adaptés à la situation et à la
personne, dans le respect du code de déontologie précité » 53.
De plus, selon l’article R.4321-2 du code de la santé publique, « Dans l'exercice de son
activité, le masseur-kinésithérapeute tient compte des caractéristiques psychologiques,
sociales, économiques et culturelles de la personnalité de chaque patient, à tous les âges de la
vie. » 54.

5.2. Formation en masso-kinésithérapie

Dans la formation initiale en masso-kinésithérapie, nous pouvons retrouver des Unités


d’Enseignements (UE) qui comportent des éléments en faveur de l’intérêt des états modifiés
de conscience pour la récupération du mouvement.

Par exemple, un des objectifs de l’UE2 « Sciences humaines et sciences sociales » est
d’ « appréhender les dimensions humaines et sociales de l’intervention thérapeutique grâce
aux connaissances scientifiques et références abordées ».
Les recommandations de cet UE sont : «
- Représentation psycho-sociale du corps, du mouvement, de la santé et de la maladie
chez une personne, et conséquences en termes de besoins et de participation.
- Diversité culturelle et sociale, diversité des valeurs, des rites et des croyances en
santé.
- L’expérience de santé vécue par une personne et la singularité des situations, exemples
: schéma corporel et image de soi, phénomènes psychosomatiques, situations de
vulnérabilité et de dépendance, souffrance psychique, bénéfice secondaire du
problème de santé, … ».
Cet enseignement place donc le patient au cœur de la rééducation et met en avant
l’importance du respect de sa singularité, de ses valeurs, croyances…

29
L’UE4 « Sciences de la vie et du mouvement (anatomie, physiologie, cinésiologie) » a
pour objectif « d’analyser les postures, les mouvements et les activités fonctionnelles ».
Cet enseignement s’intéresse aux fonctions de l’appareil musculo-squelettique et à tous les
composants du mouvement.

L’UE 6 « Théories, modèles, méthodes et outils en kinésithérapie » a pour objectifs


de : «
- Comprendre les principaux modèles et concepts des sciences biomédicales, des
sciences humaines et sociales et des sciences du mouvement utilisés en masso-
kinésithérapie.
- Connaitre les concepts de physique et de sciences des activités physiques permettant
de comprendre la réalisation et l’adaptation des mouvements humains ainsi que leurs
modélisations.
- Connaître les cadres théoriques et les technologies utilisés pour l’analyse du
mouvement perturbé et pathologique ainsi que pour la restauration du mouvement
humain ».
Cet enseignement s’intéresse plus particulièrement aux perturbations du mouvement 55.

De plus, à l’IFMKNF des cours de sophrologie et de yoga thérapeutique sont proposés


au cours de la formation.

30
III. MATERIEL ET METHODE

1. PROBLEMATIQUE ET QUESTIONS DE RECHERCHE

Afin d’établir la problématique et les questions de recherche, nous nous sommes basés
sur la méthode PICO (Tab I) 56 :

Tableau I : méthode PICO 56

A qui s’adresse l’intervention ? elle s’adresse aux patients présentant


Patient
une perte ou une peur du mouvement.

Sur quoi cherchons-nous des renseignements ? nous cherchons des


informations sur les états modifiés de conscience car ils sont de plus en
Intervention
plus utilisés dans de nombreux domaines mais encore très peu en
masso-kinésithérapie.

A quoi peut être comparée l’intervention ? la rééducation du


Comparaison mouvement à l’aide des états modifiés de conscience peut être
comparée à une rééducation habituelle ou plus conventionnelle.

Quelle est l’issue clinique ? le but est de montrer l’intérêt de ces


Outcome
techniques et si elles améliorent l’efficience du kinésithérapeute.

2. REVUE DE LITTERATURE

2.1. Recherche sur les bases de données

Les recherches ont été effectuées sur les moteurs de recherche suivants : « Google
Scholar », « ScienceDirect », « Kinédoc », « Pubmed » et « PEDro ». Les mots clés utilisés
sont « états modifiés de conscience » (« altered states of consciousness » en anglais),
« médecine intégrative » (« integrative medicine »), « mouvement » (« movement »), « masso-
kinésithérapie » ou « kinésithérapie » (« physiotherapy ») et « techniques » (« techniques »).

31
Concernant ces techniques développées dans la revue de littérature, les mots utilisés
sont : « La méditation » (« meditation » ou « mindfulness » en anglais), « L’hypnose »
(« hypnosis »), « La sophrologie » (« sophrology »), « La relaxation » (« relaxation ») et « Le
yoga », « le Tai Chi Chuan », « le Qi gong » (ces mots donnent à la fois des résultats en
français et en anglais). L’utilisation des termes anglophones a permis d’élargir le champ de
recherche.

Concernant le croisement des mots clés, nous avons recherché « états modifiés de
conscience et masso-kinésithérapie », « mouvement et masso-kinésithérapie », « état modifié
de conscience et mouvement », « méditation et mouvement », « hypnose et mouvement »,
« sophrologie et mouvement », « relaxation et mouvement », « Yoga et mouvement », « Tai
Chi Chuan et mouvement » et « Qi Gong et mouvement ».

2.2. Recherche manuelle

Les recherches ont aussi été effectuées à la Bibliothèque Universitaire en Médecine de


Lille ainsi qu’à la bibliothèque du lycée des Flandres d’Hazebrouck. Cette recherche manuelle
a permis l’accès à différents ouvrages sur la conscience, les états modifiés de conscience et
sur des techniques, notamment l’hypnose et la relaxation.

2.3. Sélection d’articles

La première étape pour sélectionner les articles pertinents est une lecture du résumé. Si
le résumé semble pertinent, la seconde étape est une lecture complète de l’article. Les articles
sont choisis d’une part en fonction de leur date de parution et d’autre part en fonction de leur
capacité à apporter des connaissances nouvelles ou d’approfondir ou aider à la compréhension
des données déjà recueillies.
La sélection des articles s’est effectuée par des critères d’inclusion et d’exclusion dans le
tableau suivant (Tab II) :

32
Tableau II : critères d’inclusion et d’exclusion

Critères d’inclusion Critères d’exclusion

- Patients présentant une perte ou une - Troubles du mouvement


peur du mouvement. ne relevant pas des
Population champs de compétences
- Pratiquant ou non les techniques d’états
modifiés de conscience de la masso-kinésithérapie

Utilisation des états modifiés de


Intervention conscience dans le cadre de la
récupération du mouvement.

Pratiquants et non pratiquants des états


Comparaison modifiés de conscience pour récupérer le
mouvement.

Intérêt de l’utilisation de ces techniques


pour la récupération du mouvement en
Outcome
masso-kinésithérapie et amélioration de
l’efficience du kinésithérapeute.

- Articles en anglais et en français


- Études contrôlées, randomisées et
Autres
méta-analyses, revues systématiques,
littérature grise.

Le choix des articles a donné lieu à l’exclusion des articles concernant les troubles du
mouvement ne relevant pas des champs de compétences de la masso-kinésithérapie.

Un diagramme de flux selon PRISMA 2009 (Fig. 7) 57. a été réalisé afin de
rapporter les références identifiées et progressivement sélectionnées pour la synthèse
qualitative de cette revue de littérature.

33
Figure 7 : Diagramme de flux selon PRISMA 2009 57.

Ce diagramme a été élaboré en partant de nos 76 références. Parmi celles-ci, 60


provenaient de recherches sur les bases de données et 16 provenaient d’autres sources.
Les doublons, c’est-à-dire les références qui reprenaient les mêmes idées, ont été ensuite
supprimés, ce qui a ramené notre nombre de références à 56. Sur ces 56 références, seules ont
été sélectionnées celles provenant d’articles scientifiques, de livres d’auteurs considérés
comme experts et de mémoires de masso-kinésithérapie permettant de répondre à notre
problématique, ce qui nous a donné un nombre de 48 références. Sur celles-ci, 11 ont été
exclues car elles ne concernaient pas l’entretien ou la récupération du mouvement et

34
n’apportaient donc pas de réponse à la problématique. Sur les 37 références restantes et
évaluées en texte intégral, 4 ont été exclues par manque de validité. Ce qui nous amène à un
total de 33 références qui ont servi ensuite à l’élaboration des résultats.

3. INTERVIEWS

3.1. Réalisation

Des interviews de trois masseurs-kinésithérapeutes ainsi que d’une sophrologue ont


été réalisés sous la forme d’entretiens semi-directifs de quatre questions, d’une durée
maximum de trente minutes (environ quatre à cinq minutes par question).
Les questions posées aux kinésithérapeutes Anaïs Bouthors, François Bracquart, Nicolas
Grumiaux sont les suivantes :
1. Pratiquez-vous des techniques d’états modifiés de conscience dans le cadre de vos
séances ? Si oui, laquelle ou lesquelles, sous quelle forme, à quelle fréquence, pour
quel(s) objectif(s) ?
2. Avez-vous appris cette (ces) technique(s) lors de votre formation initiale et/ou en
formation continue ? Quels sont les enseignements « spécifiques » que vous y avez
trouvés ?
3. Pensez vous que ces techniques améliorent votre efficience en Masso-Kinésithérapie ?
En trois mots « clés » pourriez vous dire pourquoi ?
4. Quel est pour vous l’apport de ces techniques dans l’aide à la récupération du
mouvement pour et/ou par le « patient » ?

Les questions posées à la sophrologue Isabelle Lermytte sont les suivantes :


1. Pourquoi vous êtes vous intéressée à la sophrologie ?
2. Connaissez-vous d’autres techniques qui permettent « un état modifié de conscience
» ? Si oui, les pratiquez-vous ?
3. Comment pratiquez-vous la sophrologie dans votre quotidien ?
4. Concernant plus particulièrement le mouvement, quels sont les effets de la
sophrologie que vous observez chez vos patients ?

35
3.2. Professionnels interviewés

L’interview de Anaïs Bouthors (Annexe 7) a été réalisée le 19 novembre 2019 dans


son cabinet à Lille. Anaïs Bouthors est masseur-kinésithérapeute DE, elle a suivi une
formation de sophrologie Caycedienne à Bruxelles. Elle a également suivi des formations de
médecine chinoise et de transe chamanique. Elle est kinésithérapeute pour une équipe de
hockey sur gazon.

L’interview de François Bracquart (Annexe 8) a été réalisée le 18 novembre 2019 dans


son cabinet à Lille. François Bracquart est masseur-kinésithérapeute DE, il a suivi une
formation en hypnose Ericksonienne à l’institut Psynapse à Lille. Il pratique également la
méditation de pleine conscience et des techniques de transe chamanique.

L’interview de Isabelle Lermytte (Annexe 10) s’est déroulée le 23 novembre 2019 à


Saint Jans Cappel. Isabelle Lermytte est titulaire depuis 2018 d’une certification RNCP
(Répertoire National des Certifications Professionnelles) de l’institut de sophrologie de Paris
et d’une certification PILATES de l’IFM2S (Institut de Formation aux Métiers du Sport et de
la Santé). Elle anime des séances individuelles et collectives (en entreprise ou dans des
écoles) de sophrologie et de pilate. Elle est l’auteure de « Les Animaux Sophro Rigolos »
Tome 1 (Octobre 2018) et Tome 2 (Mars 2019).

L’interview de Nicolas Grumiaux (Annexe 10), s’est déroulée le 29 novembre 2019


au sein de l’Institut de Formation en Masso-Kinésithérapie du Nord de la France (IFMKNF) à
Lille. Nicolas Grumiaux est masseur-kinésithérapeute spécialisé en rééducation vestibulaire à
Bachant dans le Nord. Il est formé en Naturopathie et pratique différentes techniques d’états
modifiés de conscience notamment la méditation de pleine conscience et la cohérence
cardiaque.

36
IV. RESULTATS

1. ANALYSE DE LA REVUE DE LITTERATURE

Pour classer les études, nous utilisons des niveaux de preuves basés sur les grades de
recommandation qui sont fondés sur le niveau de preuve scientifique de la littérature (Tab III)
58.

Tableau III : Grade des recommandations 58.

Grade des recommandations Niveau de preuve scientifique fourni par la littérature

Niveau 1
- Essais comparatifs de forte puissance
A → Preuve scientifique
- Méta-analyse d’essais comparatifs randomisés
établie (prouvé)
- Analyse de décision fondée sur des études bien
menées

Niveau 2
B → Présomption - Essais comparatifs randomisés de faible puissance
scientifique (probable) - Études comparatives non randomisées bien menées
- Études de cohortes

Niveau 3
- Etudes cas – témoins

Niveau 4
C→ Faible niveau de
- Études comparatives comportant des biais
preuve scientifique
importants
(accepté)
- Études rétrospectives
- Séries de cas
- Études épidémiologiques descriptives (transversale,
longitudinale).

Les recommandations sont fondées sur un accord


En l’absence d’études
professionnel.

37
1.1. Articles

La pertinence des différentes techniques d’états modifiés de conscience dans la


récupération du mouvement selon les auteurs de différents articles est résumée dans les
tableaux IV (Tab IV), V (Tab V), VI (Tab VI), VII (Tab VII), VIII (Tab VIII) et IX (Tab IX)

1.1.1. Méditation de pleine conscience

Tableau IV : intérêt de la méditation de pleine conscience dans la récupération du


mouvement dans les articles scientifiques

Auteur Type Résultat

Morone NE, Greco RCT (Randomized - La méthode MBSR (« meditation based stress
CM , Weiner, DK. Controlled Trial) reduction ») a un effet bénéfique sur
2008. [59]. l’acceptation de la douleur et sur la fonction
physique.

Isnard-Bagnis C. SR (systematic - Le sujet peut effectuer des exercices de


2017. [17]. revue) méditation en mouvement.
- Ces exercices en mouvement respectent les
limites du corps, ils sont adaptés aux
limitations physiques, aux douleurs et aux
handicaps.
- L’intention des exercices de méditation est de
ressentir les sensations dans le corps en
mouvement.
- Exercices de « body scan » pour porter
l’attention sur toutes les parties du corps, les
sensations.

Perez-De-Albeniz, SR (systematic - La méditation se base sur des exercices de


A, Holmes, J. revue) visualisation.
2000. [19]. - La méditation peut être pratiquée en marchant
ou en faisant des exercices dynamiques.

38
- Le sujet se concentre sur une « énergie » qui
circule dans son corps.
- La méditation permet de libérer le patient de
ses « constructions défensives habituelles ».
- La méditation permet une relaxation
musculaire.

1.1.2. L’hypnose

Tableau V : intérêt de l’hypnose dans la récupération du mouvement dans les articles


scientifiques.

Auteur Type Résultat

Jalen S, Wulf G. RCT (Randomized - L’hypnose peut améliorer l’apprentissage


2014. [60]. Controlled Trial) moteur.
- Durant la suggestion, les performances motrices
sont améliorées par une focalisation externe sur
le mouvement.

Bioy A, Crocq L, SR (systematic - L’hypnose est une méthode de nature


Bachelart, M. revue) psychologique qui a des effets sur le corporel.
2013. [21]. - François Roustang montre que l’hypnose
permet de ressentir autrement ses perceptions et
ce qui les nourrit : l’hypnose permet de
« dépasser un état, motif à une plainte ».
- L’hypnose permet au patient de se plonger dans
ses visualisations avec une plus grande acuité
par une absorption de l’attention.
- L’hypnose entraîne une modification des
ressentis et des perceptions corporelles.

Wehbe J, Safar SR (systematic - L’hypnose est un état de perméabilité mentale,


Y. 2015. [22]. revue) ou suggestibilité qui permet une modification
des sensations physiques.
39
- L’hypnose permet une meilleure efficacité dans
la rééducation en traumatologie, rhumatologie
et neurologie.
- L’hypnose agit au niveau du subconscient qui
transmet la commande à l’inconscient qui va
lui-même entraîner des réactions somatiques.
- L’amélioration fonctionnelle est un des
objectifs de l’hypnothérapie.
- l’hypnose est définie comme un processus
relationnel qui est accompagné par une
modification du tonus musculaire.
- La suggestion permet d’influencer le système
nerveux moteur donc le mouvement, elle
augmente l’excitabilité corticospinale.

Moreni A, SR (systematic - Dans sa pratique de l’hypnose, Erickson amène


Barber A. 2015. revue) son patient en état de transe. Cet état permet de
[23]. réorganiser les croyances et remettre le patient
en mouvement.

Vervaeke C. SR (systematic - La transe hypnotique durant une séance de


2009. [61]. revue) kinésithérapie va permettre au patient de
dissocier son corps et son esprit afin de ne plus
ressentir la douleur. Le kinésithérapeute peut
ainsi le mobiliser sans provoquer de douleur.
- Le patient peut gérer sa douleur grâce à
l’autohypnose.

Kanji, N. 1997. SR (systematic - Le training autogène entraîne une relaxation


[62]. revue) musculaire et permet au patient une meilleure
prise de conscience de son corps et de son
esprit.
- Le training autogène est indiqué pour les
troubles de l’appareil locomoteur.

40
1.1.3. Sophrologie

Tableau VI : intérêt de la sophrologie dans la récupération du mouvement dans les articles


scientifiques.

Auteur Type Résultat

Fiorletta P. SR (systematic - En sophrologie, les mouvements corporels sont


2010. [29]. revue) synchronisés aux mouvements respiratoires ; ce qui
permet de se relaxer puis d’activer la présence du
corps.
- La sophrologie utilise la méthode de relaxation de
Jacobson qui consiste en des techniques de
contracté-relâché.

Fiorletta P. SR (systematic - A la fin de la séance de sophrologie, la


2010. [63]. revue) « désophronisation » consiste en une reprise d’un
tonus musculaire permettant les activités de la vie
quotidienne.

Fiorletta, P. Etude de cas - Les séances de sophrologie ont pour objectifs le


2010. [64]. bien-être, une actualisation du schéma corporel, un
renforcement des capacités physiques et le maintien
de la santé.
- Après un traumatisme, la sophrologie Caycédienne
permet une redécouverte du schéma corporel, c’est
une méthode rééducative.

Un article [64]. prend pour exemple l’accompagnement sophrologique d’une personne


tétraplégique victime d’un locked-in syndrom par un masseur-kinésithérapeute (MK). Le MK
utilise le principe de réalité objective afin que son patient imagine des mouvements. Par
exemple, le patient s’est vu « ouvrir la porte de son appartement après avoir monté tout
l’étage à pied ». Le fait d’imaginer ce type d’action va faciliter la rééducation.

41
1.1.4. Yoga, Tai Chi Chuan, Qi Gong

Tableau VII : intérêt du yoga dans la récupération du mouvement dans les articles
scientifiques.

Auteur Type Résultat

Zydziak, F. 2010. SR (systematic - Les postures de yoga permettent le relâchement


[35] revue) des tensions, l’étirement des muscles et
l’assouplissement des articulations.
- Le yoga permet de lutter contre la perte de
tonicité et le durcissement des ligaments liés à la
vieillesse.
- La respiration est importante dans le yoga, elle
permet un relâchement des muscles antagonistes
lors des postures.
- Les postures permettent de soulager les pressions
et libérer les articulations.
- Le yoga entraîne une mobilisation de la colonne
vertébrale et des vertèbres.
- Le yoga joue un rôle dans la prévention des
chutes qui est un facteur de perte de mobilité.
- La pratique régulière du yoga permet de
« développer, conserver ou même corriger les
capacités physiques. ».

42
Tableau VIII : intérêt du Tai Chi Chuan dans la récupération du mouvement dans les articles
scientifiques.

Auteur Type Résultat

Dechamps A, RCT - Le Tai Chi Chuan est une activité qui permet
Quintard B, Lafont (Randomized une souplesse des mouvements.
L. 2008. [37]. Controlled Trial) - C’est une pratique physique qui permet le
développement et le maintien de la santé sur
le long terme.
- Le Tai Chi Chuan permet un maintien de
l’équilibre et de la force musculaire.
- L’apprentissage de l’équilibre dans le Tai Chi
Chuan permet d’acquérir une motricité souple
utile dans la vie quotidienne.

Jin, P. 1992. [65]. RCT - Le Tai Chi Chuan est une pratique de
(Randomized méditation en mouvement.
Controlled Trial) - La charge physique du Tai Chi Chuan est
similaire à la marche à la vitesse de 6 km/h.
- La libération de noradrénaline par le système
nerveux sympathique durant la pratique du
Tai Chi Chuan est bénéfique pout la santé et
le mouvement.

Lan C, Lai J-S, SR (systematic - Le Tai Chi Chuan regroupe des mouvements
Chen S-Y. 2002. revue) lents et gracieux qui sont coordonnés à la
[39]. respiration.
- Le Tai Chi Chuan permet d’améliorer la
force, l’équilibre, la souplesse, la flexibilité
des tendons et la mobilité thoraco-lombaire.
- Le Tai Chi Chuan permet un ralentissement
de la perte de la fonction physique liée à l’âge
et une diminution du risque de chutes chez les

43
personnes âgées.
- Le Tai Chi Chuan se pratique en position
semi-accroupie (squat) et l’intensité de
l’exercice est en fonction de l’angle du genou.
Les mouvements sont adaptés à chacun.
- Le Tai Chi Chuan améliore le contrôle du
mouvement des bras dans la vie quotidienne
et permet une meilleure mobilité de l’épaule
après une pratique de 12 semaines.

Tableau IX : intérêt du Qi Gong dans la récupération du mouvement dans les articles


scientifiques.

Auteur Type Résultat

Gorgy O. 1996. RCT - En Qi Gong, le sujet visualise la forme du


[41]. (Randomized mouvement avant de l’exécuter.
Controlled - Lors du mouvement, le sujet harmonise et
Trial) corrige son geste par des contractions et
décontractions, des étirements et des actions
musculaires et articulaires.
- La respiration accompagne les mouvements :
élévation des bras, extension du corps lors de
l’inspiration et abaissement des bras, retour à la
position initiale lors de l’expiration. A chaque
respiration il y a une diminution des tensions
musculaires.
- Les mouvements sont lents et les contractions
musculaires sont moindres afin d’améliorer la
souplesse, l’extensibilité et le relâchement
tendineux.
- En Qi gong, le sujet travaille ses muscles et
tendons sans contraintes ni efforts violents.

44
1.2. Livres

La pertinence des différentes techniques d’états modifiés de conscience dans la


récupération du mouvement selon les auteurs de différents ouvrages est résumée dans les
tableaux X (Tab X), XI (Tab XI), XII (Tab XII) et XIII (Tab XIII).

1.2.1. Sophrologie

Tableau X : intérêt de la sophrologie dans la récupération du mouvement dans les livres.

Auteur Informations sur Résultat


l’auteur

Auriol B. 1993. Médecin - La sophrologie permet de contrôler le tonus


[30]. psychiatre et musculaire et un éveil des sensations.
psychothérapeute

Abrezol R. 2007. Docteur - Des exercices en mouvements sont effectués lors

[66]. d’une séance de sophrologie : par exemple un


mouvement de tête en rotation (« non ») et en
flexion – extension (« oui »), mouvement des
épaules…

1.2.2. Relaxation

Tableau XI : intérêt de la relaxation dans la récupération du mouvement dans les livres.

Auteur Informations Résultat


sur l’auteur

Auriol B. 1993. Médecin - La méthode de relaxation de Jacobson débute par


[30]. psychiatre et des mouvements de flexion – extension des bras
psychothérapeute afin de les relaxer et permettre au patient de
ressentir la tension musculaire.

45
- Le bio feed-back en relaxation consiste à envoyer
un signal positif au patient lorsque la tension
musculaire diminue et un signal négatif
lorsqu’elle augmente.
- Autour de certaines zones qui ont subi un
traumatisme, des contractures permanentes sont
présentes et empêchent le mouvement.
- L’intensité des réflexes est diminuée (voire
supprimée) lors de la relaxation.

Benson H, Klipper H. Benson : - L’anxiété et la tension psychique sont à l’origine


M-Z. 2000. [32]. professeur de de tensions musculaires. Et inversement.
médecine à - Lors d’un mouvement dans la vie quotidienne,
l'université l’attention est portée sur les groupes musculaires
de Harvard. qui ne sont pas impliqués dans ce mouvement
dans le but de les relâcher.
- En relaxation, les mouvements sont combinés
avec la respiration : contraction en inspiration et
décontraction en expiration (par exemple flexion
– extension du coude, de la cheville, « pont »
grâce à l’extension de la colonne vertébrale,
élévation – abaissement des épaules,
mouvements de scapula, rotations et flexion –
extension de tête…).

1.2.3. Yoga

Tableau XII : intérêt du yoga dans la récupération du mouvement dans les livres.

Auteur Type Résultat

Auriol B. 1993. Médecin - Le yoga est utilisé dans la rééducation des


[30]. psychiatre et handicapés moteurs et pour améliorer la marche
psychothérapeute chez la personne âgée.

46
1.2.4. Qi Gong

Tableau XIII : intérêt du Qi Gong dans la récupération du mouvement dans les livres.

Auteur Type Résultat

Auriol B. 1993. Médecin - Le Qi Gong regroupe des postures, des


[30]. psychiatre et mouvements lents et souples, une régulation de la
psychothérapeute respiration et une maîtrise du mental avec des
exercices de visualisation.
- Les exercices peuvent être statiques,
dynamiques, debout, assis ou couchés et ils sont
adaptés à chacun.
- Le Qi gong améliore la tonicité musculaire et la
souplesse et soulage les rhumatismes.

1.3. Mémoires et thèses

L’intérêt des états modifiés de conscience dans la rééducation de certaines pathologies en


Masso-Kinésithérapie est présenté dans le tableau ci-dessous (Tab XIV).

Tableau XIV : intérêt des états modifiés de conscience dans la rééducation de certaines
pathologies.

Auteur Type Résultat

Mulot L. 2019. Mémoire de - L’hypnose permet de diminuer la spasticité chez

[67]. masso- des patients paralysés cérébraux diplégiques

kinésithérapie spastiques.

Serra J. 2010. [68]. Mémoire de - Le Qi Gong permet d’améliorer l’équilibre, la


masso- stabilité de la marche et la respiration chez un
kinésithérapie patient blessé médullaire.
- Le Qi Gong regroupe tous les gestes nécessaires
à la rééducation d’un blessé médullaire.
47
Berger T. 2012. Mémoire de - Le Yoga, le Tai chi Chuan, la relaxation et la

[69]. masso- sophrologie sont considérés comme de nouvelles


kinésithérapie approches dans la rééducation d’un diplégique
spastique.

Belloche A. 2010. Mémoire de - Le Tai Chi Chuan permet une meilleure qualité

[70]. masso- de marche, une augmentation du périmètre de

kinésithérapie marche et une diminution des boiteries chez un


patient atteint d'une neuropathie motrice aigue
axonale.

Glodt A. 2019. Mémoire de - La méditation de pleine conscience permet de

[71]. masso- diminuer la spasticité suite à un accident


kinésithérapie vasculaire cérébral.

Villerot J. 2019. Mémoire de - Le Tai Chi Chuan permet d’améliorer l’équilibre,

[72]. masso- la marche, la coordination, la souplesse, la


kinésithérapie concentration, l’attention, la mémoire et de
diminuer l’anxiété, la dépression, les troubles du
sommeil chez un patient atteint de la maladie de
Parkinson.

Mansuy B. 2008. Mémoire de - La sophrologie permet d’agir sur l’aspect

[73]. masso- psychique des lombalgiques chroniques.


kinésithérapie

Floch L. 2015. Mémoire de - La sophrologie permet aux patients

[74]. masso- polytraumatisés de mieux gérer leurs douleurs, de

kinésithérapie diminuer leurs tensions musculaires et de mieux


connaître leur corps.

48
1.4. Les états modifiés de conscience dans les autres domaines

Les états modifiés de conscience sont énormément utilisés dans de nombreux


domaines autres que la masso-kinésithérapie, leurs intérêts sont regroupés dans le tableau
suivant (Tab XV).

Tableau XV : intérêt des états modifiés de conscience dans les autres domaines.

Auteur Type Résultat

Ducloy-Bouthors SR (systematic - L’hypnose est utilisée en gynéco obstétrique pour


A. S, Hamdani revue) diminuer la douleur lors de l’accouchement ou des
A., Richart P. et gestes de diagnostic anténatal, pour
al. 2012. [75]. l’accompagnement de l’anesthésie lors de la
césarienne, pour les urgences obstétricales et les
pathologies de la grossesse, pour les pathologies de
la reproduction ainsi qu’en oncologie et en
sénologie.
- Une mastectomie est réalisée chez une patiente
hypnotisée en 1829.

Jacques Prieur. Mémoire/thèse - L’hypnose permet de diminuer le stress, l’anxiété et


2010. [76]. la douleur lors d’un soin dentaire.
- En Suède, l’enseignement de l’hypnose est
obligatoire dans les études dentaires.
- Aux Etats-Unis, l’hypnose est incluse au
programme officiel d’enseignement dentaire.

Defechereux T, Étude - L’utilisation de l’hypnose en anesthésie permet au


Degauque C, prospective patient un confort maximal durant l’intervention et
Fumal I. et al. randomisée d’éviter un coma pharmacologique.
2000. [77]. - Sa période de convalescence est réduite et
améliorée.
- l’hypnose améliore la fatigue et l’anxiété
postopératoires.

49
2. ANALYSE DES INTERVIEWS

Le tableau suivant (Tab XVI) regroupe les différents mots et idées qui ressortent de
chaque interview ainsi que les idées communes aux différentes interviews.

Tableau XVI : occurrence des mots et idées dans les interviews.

Professionnels Anaïs François Isabelle Nicolas Total


Bouthors Bracquart Lermytte Grumiaux
Masseur- Masseur- sophrologue Masseur-
Mots/ Kinésithérape Kinésithérapeute (Annexe 9) Kinésithérapeute
ute (Annexe 8) (Annexe 10)
Idées
(Annexe 7)

Sophrologie 20 / 14 6 40

Etats modifiés 4 3 4 / 11
de conscience

Conscience 3 3 11 3 20

Récupération 3 4 / 4 11

Mouvement 6 4 8 2 20

Douleurs 3 2 5 5 15

Hypnose 1 14 8 / 23

Inconscient / 7 / / 7

Respiration / / 8 / 8

Méditation / 1 5 7 13

Détente 2 / 12 / 14

Relaxation 3 / 6 15 24

Cohérence / / / 11 11
cardiaque

50
3. EXPERIENCE PERSONNELLE

A la suite de son interview (Annexe 9), Isabelle Lermytte m’a proposé une séance de
sophrologie d’environ quarante-cinq minutes. Nous avons débuté la séance avec des exercices
dynamiques (pompage des épaules, rotation de tronc…) puis avec un temps de relaxation avec
une prise de conscience des appuis, une détente de chaque partie du corps et un temps de
visualisation. J’ai pu ainsi découvrir les exercices en pratique, la façon de parler d’Isabelle
(les mots utilisés, la puissance et le tempo de la voix…) et les effets physiques et mentaux de
la sophrologie.

51
V. DISCUSSION

1. REPONSE A LA PROBLEMATIQUE ET AUX QUESTIONS DE RECHERCHE

1.1. Pourquoi les états modifiés de conscience sont-ils utilisés dans d’autres
domaines ?

Les états modifiés de conscience sont de plus en plus utilisés dans le domaine médical
et ce depuis très longtemps. En effet, en chirurgie, l’hypnose est utilisée depuis plus d’un
siècle : une mastectomie a été réalisée sous hypnose en 1829 [75]. Plus récemment, une
opération du cœur s’est déroulée totalement sous hypnose au CHRU de Lille 1.
L’utilisation de cette technique permet un certain confort au patient lors de l’intervention, elle
permet d’éviter des complications comme par exemple un coma pharmacologique et d’éviter
les effets secondaires des traitements habituellement utilisés (morphine, anxiolytiques,
sédatifs…). De plus l’hypnose permet d’améliorer le rétablissement du patient et limiter la
fatigue et l’anxiété après l’opération [77].

L’hypnose est également utilisée en gynéco-obstétrique. Lors de l’accouchement, cette


technique permet de limiter la douleur, elle peut accompagner l’anesthésie lors de la
césarienne. Elle a également son utilité lors d’urgences obstétricales, lors des gestes de
diagnostic anté-natal, pour des pathologies de la grossesse et de la reproduction et dans les
domaines de l’oncologie et de la sénologie. L’hypnose est une technique reconnue en gynéco-
obstétrique, son efficacité est prouvée scientifiquement [75].

Les états modifiés de conscience sont aussi utilisés en odontologie. En effet, l’hypnose
permet, lors des soins dentaires, de diminuer la douleur ainsi que l’anxiété et le stress du
patient. L’hypnose est enseignée dans les écoles dentaires en Suède et aux Etats-Unis [76].

Les états modifiés de conscience ont donc prouvé leur utilité dans de nombreux
domaines, ils sont mêmes enseignés dans certains d’entre eux.

52
1.2. Les techniques d’états modifiés de conscience ont-elles un impact sur le
mouvement et la récupération de celui-ci ?

1.2.1. Exercices en mouvement

Les techniques d’états modifiés de conscience permettent d’entretenir ou de récupérer


le mouvement car elles se pratiquent en mouvement pour la plupart.
La méditation peut se pratiquer en faisant des exercices dynamiques ou en marchant [19]. La
technique MBSR (« Meditation Based Stress Reduction ») consiste en des exercices en
mouvement qui se basent sur la marche et le yoga [17].
En sophrologie, des exercices en mouvements sont pratiqués : par exemple des rotations et
des flexions-extensions de têtes, des mouvements d’épaules… [66]. Une séance de
sophrologie peut débuter par des exercices dynamiques, comme par exemple le « pompage
d’épaule », qui sont répétés trois fois (annexe 9).
La méthode de relaxation de Jacobson quant à elle débute par des mouvements de flexion-
extension des bras [30].
Le Tai Chi Chuan, le Qi Gong et le Yoga sont des « mind-body practice » (pratiques corps-
esprit), ce sont donc des techniques en mouvement 33.
Le Tai Chi Chuan est une pratique particulière de méditation en mouvement qui consiste en
des mouvements lents et gracieux. Ceux-ci s’effectuent en position « semi-accroupie » ou
« squat » [65]. [39].
Il en est de même pour le Qi Gong, c’est une pratique qui regroupe des postures et des
mouvements lents et souples. Les exercices pratiqués peuvent être statiques ou dynamiques,
debout, assis ou couchés [30]
Enfin, le yoga se base également sur des postures [35].

Tous les exercices pratiqués ont pour point commun d’être adaptés au patient.
Par exemple en méditation, les mouvements effectués respectent les limites du corps et les
douleurs ; ils sont adaptés aux limitations physiques. L’important est de ressentir la sensation
de mouvement et non de réaliser parfaitement les exercices présentés [17]. En sophrologie,
tous les mouvements se doivent d’être doux (annexe 9). En Tai Chi Chuan, ils sont adaptés à
chacun en jouant sur l’angle de flexion du genou en position squat afin de moduler l’intensité
[39]. En Qi Gong, les mouvements sont aussi adaptés ; ils sont lents, les contractions sont
moindres ; les contraintes et les efforts violents sont ainsi évités [30] [41].

53
1.2.2. La respiration

La respiration est un élément que l’on retrouve dans de nombreux états modifiés de
conscience. Par exemple en relaxation, la respiration est couplée avec les mouvements : la
contraction est associée à l’inspiration et la décontraction à l’expiration [32].
En sophrologie, est utilisée la « Sophro-Respiration Synchronique » qui consiste à
synchroniser la respiration avec des mouvements corporels ou des formulations mentales [29].
Lors d’une séance de sophrologie, nous pouvons bloquer la respiration puis réaliser une
expiration puissante pour relâcher les muscles et stimuler le mouvement (annexe 3).
La respiration est aussi essentielle en Yoga et en Qi Gong. En effet, elle accompagne les
mouvements sur le même principe « d’inspiration-contraction » et « d’expiration-
relâchement ». Le but de cette expiration est de relâcher les tensions musculaires [35]. En Qi
Gong, la respiration abdominale permet une stabilité du corps lors des exercices [41].
La respiration est donc un outil essentiel, utilisé dans plusieurs techniques d’états modifiés de
conscience, qui permet de faciliter le mouvement.
Inversement, les états modifiés de conscience permettent d’améliorer la respiration. Ils
permettent de diminuer la fréquence respiratoire, de rétablir un bon rapport
inspiration/expiration et de travailler la respiration abdominale.

1.2.3. Modification des perceptions

Les techniques d’états modifiés de conscience permettent de développer les sensations


et une meilleure prise de conscience des tensions musculaires dans le corps.
En effet, la méditation permet un meilleur ressenti du corps en mouvement. De plus,
l’exercice de « body-scan » qui est pratiqué en méditation consiste à porter l’attention sur
toutes les parties du corps une à une ainsi que sur les différentes sensations [17].
L’hypnose permet de ressentir autrement les perceptions corporelles [21].
La sophrologie permet quant à elle une redécouverte du schéma corporel [64] et un éveil des
sensations [30]. C’est une pratique qui permet d’être plus conscient de son corps, de la
perception de celui-ci (annexe 7) ainsi qu’une prise de conscience des points de tension
(annexe 9).
La relaxation est aussi une technique qui va aider à ressentir la différence entre contraction et
relâchement (annexe 7) : les mouvements de flexion et extension des bras dans la méthode de
relaxation de Jacobson vont permettre au patient de ressentir la tension musculaire. De plus,
54
un signal positif est envoyé au patient lorsque cette tension diminue et un signal négatif
lorsqu’elle augmente : c’est le bio feed-back [30]. La relaxation consiste aussi à porter son
attention sur les groupes musculaires qui ne sont pas utilisés dans le mouvement dans le but
de les relâcher et d’éviter des tensions inutiles [32].

1.2.4. Effets sur le corps

L’éveil des sensations et la modification des perceptions du corps ont pour but d’agir
sur la musculature afin de diminuer les tensions, lever les blocages et faciliter le mouvement.
Les contractures qui sont présentes vont empêcher le mouvement, l’un des principaux buts de
la relaxation est donc d’obtenir le relâchement musculaire pour lever ces contractures [19].
[30].
L’hypnose permet une modification du tonus musculaire [22].
La sophrologie permet aussi de contrôler ce tonus ainsi qu’une reprise de celui-ci lors de la
phase de « désophronisation » à la fin d’une séance [30]. [63]. C’est une technique qui se base
sur du contracté-relâché [29].
Le Qi Gong se base également sur des contractions et des décontractions, ainsi que sur des
étirements [41]. Le but est aussi d’améliorer la tonicité musculaire [30].
Le Tai Chi Chuan permet un maintien de la force musculaire [37] et le Yoga, un relâchement
des tensions et un étirement des muscles [35].
Enfin tous les exercices de respiration vus précédemment permettent également de diminuer
les tensions musculaires.

Les techniques d’états modifiés de conscience n’ont pas que des effets musculaires. En
effet, le yoga permet de soulager les pressions, de libérer et d’assouplir les articulations. Cette
pratique a également pour but de mobiliser les vertèbres et l’ensemble de la colonne
vertébrale [35].
Le Qi Gong améliore la souplesse, l’extensibilité et le relâchement tendineux [41].
Enfin, le Tai Chi Chuan permet quant à lui une souplesse des mouvements [37]. Cette
technique favorise à la fois, la force, l’équilibre, la flexibilité des tendons, la mobilité thoraco-
lombaire ainsi que le contrôle et la mobilité du complexe de l’épaule [39].

55
1.2.5. Prévention et santé

Les techniques d’états modifiés de conscience permettent de prévenir des altérations


de la santé qui pourraient être à l’origine de limitations de mouvements.
En effet, les buts de la sophrologie sont le bien-être, le maintien de la santé et le renforcement
des capacités physiques [64].
Le Qi Gong va améliorer la souplesse et soulager les rhumatismes qui pourraient limiter le
mouvement [30].
Le Yoga, quant à lui, permet un maintien de la santé en luttant contre le durcissement des
articulations, contre la perte de tonicité et en améliorant la marche chez la personne âgée. Il
permet également une prévention des chutes qui est un des facteurs majeurs de perte de
mobilité. Une pratique régulière de cette discipline permet de «développer, conserver ou
même corriger les capacités physiques. » [30]. [35].
Enfin, le Tai Chi Chuan favorise un apprentissage de l’équilibre ou un maintien de celui-ci
ainsi qu’une motricité souple, utile dans les activités de la vie quotidienne. C’est une
discipline qui permet le développement et le maintien de la santé sur le long terme [37]. En
effet, chez les personnes âgées, la pratique du Tai Chi Chuan diminue le risque de chutes et
entraîne un ralentissement de la perte de la fonction physique liée à l’âge [39]. Enfin, lors de
cette pratique, la libération de noradrénaline, un neurotransmetteur du système nerveux
sympathique, est bénéfique pour la santé et pour le mouvement [65].

1.2.6. La douleur

Ces techniques d’états modifiés de conscience permettent de diminuer la douleur qui


va être source de limitation de mouvement. En effet, si le sujet est douloureux, il va limiter
ses mouvements douloureux, il va mettre en place une stratégie d’évitement et rentrer dans un
cercle vicieux. Il est donc important de traiter la douleur pour briser ce cercle vicieux de
kinésiophobie 49.
La méthode Mindfulness Based Stress Reduction (MBSR) favorise justement l’acceptation de
la douleur [59].
Il en est de même pour la sophrologie qui est une pratique se basant sur l’écoute de soi et
l’écoute de sa douleur afin de mieux la gérer et de trouver le seuil infra-douloureux qui
permet une mobilisation (annexe 7).

56
L’hypnose est utilisée comme antalgique chez des patients avec des douleurs persistantes qui
sont réfractaires aux traitements médicamenteux (annexe 8). Le fait de dissocier son corps et
son esprit lors de la transe hypnotique entraîne une diminution de la douleur ; un patient peut
donc être mobilisé sans souffrance sous hypnose lors d’une séance de kinésithérapie. Le corps
du patient a donc une bonne mémoire de la séance de kinésithérapie, ce qui facilite alors les
séances suivantes. L’hypnose permet donc au patient de contrôler sa douleur, son intensité et
l’angoisse qui y est liée et ainsi favoriser sa confiance en lui-même et la récupération du
mouvement [61].

1.2.7. Visualisation et imagerie mentale

La visualisation est une capacité mentale qui est utilisée dans de nombreuses
techniques d’états modifiés de conscience. La méditation se base sur des exercices de
visualisation [19].
L’hypnose consiste à se « plonger » dans des visualisations [21], une focalisation externe sur
le mouvement va permettre de faciliter celui-ci et d’améliorer les performances motrices [60].
La sophrologie est une pratique qui allie l’imagerie mentale et la relaxation (annexe 7), la
visualisation est une étape importante d’une séance de sophrologie (annexe 8). Nous pouvons
allier la kinésithérapie et la visualisation en sophrologie : par exemple chez des personnes en
fauteuil roulant afin de préparer la marche en la visualisant (annexe 7) ou alors pour des
personnes tétraplégiques qui vont imaginer et visualiser différents mouvements [64]. Les
séances de sophrologie sont aussi utilisées pour des sportifs avant des compétitions pour les
aider à visualiser les mouvements qu’ils vont effectuer, cela va activer le cerveau de la même
façon que lors de la pratique (annexe 7).
Enfin, le Gi Gong regroupe, en plus des postures, des mouvements et de la respiration, des
exercices de visualisation et une maitrise du mental [30]. Avant d’exécuter un mouvement, le
patient va visualiser la forme de celui-ci [41].

En méditation, les travaux de Mathieu Ricard (moine Bouddhiste) ont permis de


montrer que chaque étape de la mindfulness permet d’activer des zones différentes du
cerveau. La méditation de pleine conscience entraîne une réorganisation de l’activité
neuronale, elle augmente la connectivité des circuits cérébraux. Le fait de « bouger dans sa
tête » est donc la première étape pour remettre en mouvement [20].

57
1.2.8. Le psychisme

Les techniques d’états modifiés de conscience ont la particularité d’agir sur le


psychique, l’esprit pour entraîner des réactions sur le corps. En effet, la tension psychique et
l’anxiété sont sources de tensions musculaires, et inversement [32]. Le fait de diminuer
l’anxiété va permettre de lever ces tensions musculaires (annexe 10).
En méditation, nous allons tenter de libérer le patient de ses « constructions défensives
habituelles » [19].
Lors d’une séance de sophrologie, il y a un moment particulier pendant lequel le sujet est
entre l’état de veille et l’état de sommeil, c’est à ce moment là que les filtres sont tombés et le
corps est donc plus réceptif pour enregistrer de nouvelles informations (annexe 9).
L’hypnose est une méthode de « nature psychologique » qui a des effets sur le corporel [21].
C’est une pratique agissant au niveau du subconscient qui va transmettre la commande à
l’inconscient qui lui-même entraînera des réactions somatiques. Le patient est amené en état
de perméabilité mentale, de suggestibilité et cet état particulier entraîne une modification des
sensations physiques [22]. La transe hypnotique durant la séance aboutit à la dissociation du
corps et de l’esprit du patient [61]. C’est cet état de transe qui va permettre de remettre en
mouvement le patient [23]. Le but de l’hypnose est de lever les barrières mises en place par
l’inconscient (annexe 8).

1.2.9. Comparaison des techniques

Les effets de chaque technique sont globalement similaires mais nous pouvons noter
tout de même quelques différences à l’aide des données précédentes.
Concernant les points similaires, toutes les techniques citées précédemment utilisent la
respiration et ont des effets sur le corps en particulier sur la fonction musculaire.
Concernant les différences, si toutes les techniques se pratiquent en partie ou en totalité en
mouvement, ce n’est pas le cas de l’hypnose où le sujet est plutôt immobile. Le yoga, le Tai
Chi Chuan et le Qi Gong s’éloignent des autres techniques car ils n’entraînent pas forcément
une modification des perceptions, n’ont pas pour but premier de diminuer la douleur et
n’agissent pas au premier abord sur le psychisme. Sur ce point, il y a une différence entre
l’hypnose et la sophrologie : la sophrologie cherche à unifier le corps et l’esprit alors que
l’hypnose cherche plutôt à déconnecter le corps et l’esprit. De plus le yoga et le Tai Chi
Chuan n’incluent pas d’exercices de visualisation, alors que le Qi Gong oui. Enfin, nous
58
avons pu voir que la sophrologie, le yoga, le Tai chi Chuan et le Qi Gong ont un rôle de
prévention et de maintien de la santé ; ce rôle ne se présente pas au premier abord en hypnose,
en relaxation ou en méditation.
Il est donc intéressant pour le thérapeute de connaître ou de pratiquer plusieurs techniques car
elles n’ont pas forcément le même but et sont par ailleurs complémentaires.

1.2.10. Récupération du mouvement

Ces techniques permettent tout d’abord de récupérer une mobilité car elles se
pratiquent en mouvement. Les mouvements se font d’abord en fonction des capacités du
patient puis, petit à petit, en douceur, le patient va effectuer des exercices qu’il n’était pas
capable de faire au début de la prise en charge.

Ensuite, ces techniques se basent sur la respiration. La respiration en elle-même


permet un mouvement des côtes et du diaphragme mais elle permet également au patient de
prendre conscience des zones de tensions musculaires dans le corps. Les états modifiés de
conscience forcent le patient à se concentrer sur ses sensations, le but étant toujours de
prendre conscience de ces tensions musculaires qui vont limiter le mouvement.
Pour relâcher les muscles, nous allons donc utiliser la respiration en alliant contraction et
inspiration et relâchement et expiration. Certaines techniques comme l’hypnose ou la
sophrologie jouent sur le tonus musculaire afin de le diminuer et faciliter le mouvement.

Ces pratiques vont également agir sur tous les autres facteurs qui limitent la mobilité :
les articulations enraidies, une raideur de la colonne vertébrale, un manque de souplesse, une
perte de flexibilité des tendons… Elles vont aussi agir en prévention, avant la perte de
mouvement, en permettant un entretien de toutes les capacités physiques : un maintien de
l’équilibre, de la marche, un entretien musculaire…
Les états modifiés de conscience permettent également de lutter contre la douleur qui est une
des causes principales de la perte de mouvement. Le fait de gérer cette douleur va briser le
cercle vicieux de la kinésiophobie.

Enfin, ces techniques permettent de récupérer le mouvement en agissant sur le


psychique. Le fait d’entraîner le patient dans un état de conscience modifié volontairement
permet de lever les barrières mises en place par l’inconscient. Cet état permet au patient de
59
réaliser un mouvement qu’il n’aurait pas pu réaliser en temps habituel. L’utilisation des
exercices de visualisation permet également une récupération de la mobilité : le fait
d’imaginer le mouvement va activer les mêmes régions cérébrales que lors de l’exécution
réelle de celui-ci. La visualisation permet la création de circuits neuronaux à l’origine d’une
meilleure récupération du mouvement.

1.2.11. Entraînement du patient

Le thérapeute peut enseigner au patient l’auto-hypnose ou le training autogène de


Schultz afin de favoriser l’« auto-remise en mouvement ».

L’auto-hypnose va permettre au patient de mieux gérer ses douleurs. Après s’être


plongé dans un état modifié de conscience en séance avec le thérapeute, il pourra, chez lui, se
replonger dans cet état. Par exemple, la méthode « en gant » permet de contrôler la douleur du
patient : celui-ci doit s’installer confortablement, imaginer un lieu agréable puis visualiser sa
main ; il va ensuite se représenter un gant dans lequel sa main sera en sécurité et sans
douleur ; il pourra ainsi contrôler ses douleurs et faciliter le mouvement de sa main [61].

Le training autogène de Schultz est une technique de relaxation qui comporte plusieurs
phases à suivre par le patient. Le premier exercice de ce training a pour but une relaxation
musculaire. Le training autogène est indiqué dans les troubles de l’appareil locomoteur, par
exemple dans le cas de « faibles maux de dos », de la polyarthrite rhumatoïde et d’autres
rhumatismes. Cet entraînement permet aussi aux patients une meilleure prise de conscience de
leur corps et de leur esprit. Le training autogène de Schultz a également pour but d’aider le
patient à gérer son stress et ainsi améliorer son bien-être et sa santé en général. La technique
est enseignée par le thérapeute mais le patient peut ensuite l’effectuer seul [66].

60
1.3. La connaissance de techniques spécifiques en vue d’obtenir un état modifié de
conscience peut-il rendre le kinésithérapeute plus efficient pour faciliter le
mouvement ?

1.3.1. Résultats et recommandations en Masso-kinésithérapie

Les états modifiés de conscience peuvent donc jouer un rôle en kinésithérapie.

Pour la rééducation des traumatismes, dans le cas d’un patient polytraumatisé, la


sophrologie permet de mieux gérer la douleur et diminuer les tensions musculaires. En effet,
elle permet au patient de mieux connaître son corps et donc de mieux gérer sa fatigue et son
activité [74]. La sophrologie est également utile dans la rééducation de la lombalgie
chronique, notamment en agissant sur l’aspect psychique qui a des répercutions sur la
fonction physique [73].

Dans le cas de patients paralysés cérébraux diplégiques spastiques, l’hypnose est


utilisée en séance de kinésithérapie pour réduire la spasticité et ainsi faciliter le mouvement
[67]. Le Yoga, le Tai chi Chuan, la relaxation et la sophrologie sont considérés comme de
nouvelles approches utiles en séance de kinésithérapie dans la rééducation d’un diplégique
spastique [69]. La méditation de pleine conscience permet également de diminuer la spasticité
dans la rééducation kinésithérapique suite à un accident vasculaire vertébral [71].
Dans le cas d’un blessé médullaire, la rééducation par le Qi Gong dans le cadre de séance de
kinésithérapie permet une amélioration de l’équilibre, de la stabilité à la marche, une
amélioration sur le plan respiratoire. C’est également une discipline qui regroupe tous les
gestes nécessaires à la rééducation en se distinguant des séances classiques [68].

Les états modifiés de conscience sont utiles dans la rééducation des maladies
neurodégénératives.
Par exemple dans le cas de la maladie de Huntington (maladie héréditaire, neuro-dégénérative
génétique, qui débute au niveau des noyaux gris centraux), le yoga, la relaxation, le Tai Chi
Chuan, le Qi Gong sont proposés dans le protocole national de diagnostic [78].
Dans le cas de la maladie de Parkinson, le Tai Chi Chuan permet d’améliorer l’équilibre, la
marche, l’endurance, la coordination, la souplesse. La pratique du Tai Chi Chuan permet un
ralentissement de l’évolution de la maladie. De plus, cette discipline a un impact sur les

61
fonctions cognitives : meilleure attention, concentration, mémoire… et permet une diminution
de l’anxiété, de la dépression, des troubles du sommeil… [72].

Enfin, concernant la rééducation de la marche, le Tai chi Chuan, dans le cas d’une
neuropathie motrice axonale, permet une meilleure qualité de marche, une augmentation du
périmètre et une diminution des boiteries [69].

1.3.2. Impact sur la pratique du kinésithérapeute lui-même

D’après les interviews réalisées auprès de kinésithérapeutes pratiquant des techniques


d’états modifiés de conscience, celles-ci leur permettent d’améliorer leur pratique.
En effet, ces techniques permettent au kinésithérapeute d’être plus à l’écoute des patients, plus
présents dans les soins afin d’améliorer son « feed-back » donc de mieux ressentir les
mouvements, les douleurs, la structure, les tensions. Le kinésithérapeute apprend à davantage
se fier à son intuition et à son ressenti.
Le thérapeute va être plus posé, aura une meilleure conscience de son corps et va également
diminuer son stress et ses ruminations mentales.
Par exemple, la sophrologie permet au masseur-kinésithérapeute de prendre conscience et de
développer ses capacités de préhension, de toucher et de mieux gérer son stress [64].

62
2. POINTS COMPLEMENTAIRES

La musique ne fait pas parti des états modifiés de conscience mais c’est un outil qui
peut être utile pour atteindre ces états modifiés de conscience, pour diminuer la douleur ou
directement pour récupérer le mouvement.

La musique a plusieurs effets sur le corps : sensoriel (effet gate control avec une
atténuation de la conduction des fibres afférentes), cognitif (permet de détourner l’attention et
éviter au patient de se focaliser sur la douleur), affectif (diminue l’anxiété et le stress),
comportemental (diminue l’hypertonie musculaire et entraîne un impact positif sur la
psychomotricité) et psychosocial (améliore la relation soignant-soigné).
En musicothérapie, la séquence en « U » se base sur les principes de l’hypnoanalgésie et a
pour but de modifier l’état de conscience. Les suggestions verbales en hypnose sont
remplacées par une induction musicale, personnalisée en fonction des préférences du patient.
Le patient sera progressivement emmené dans un état de relaxation. Il est prouvé que cette
technique permet une diminution de la douleur aigue et de la douleur chronique [79].

La musique entraîne le mouvement : nous tapons des pieds ou frappons des mains à
l’écoute de la musique, pas forcément de façon volontaire. Les sujets synchronisent leurs
mouvements avec la musique ; le rythme de celle-ci influence le rythme de marche. Les
oscillations neuronales internes peuvent modifier leur fréquence pour se synchroniser sur les
oscillations musicales, c’est l’entraînement neuronal [80].
La musique a un effet moteur, elle entraîne des contractions musculaires. Une étude se basant
sur une détection electromyographique simultanée de l’activité musculaire a montré l’effet
dynamogénique de la musique [81].
De plus, elle agit directement sur le système nerveux central. Quand elle est synchronisée
avec le pattern de mouvement, elle permet d’améliorer la performance. Elle est également
source de motivation. Il est prouvé que la musique améliore la mobilité [82].

Il n’existe pas de centre cérébral dédié au traitement de la musique donc la musique


stimule des régions corticales et sous corticales dans les deux hémisphères cérébraux. Ainsi,
l’écoute musicale mais aussi la pratique d’un instrument de musique ont des impacts positifs
sur des compétences non musicales comme le mouvement [83].

63
Enfin, La musique est un outil intéressant dans le traitement de la maladie de
Parkinson. La maladie de Parkinson est une affection neurologique dégénérative qui entraîne
une altération de l’initiation et du contrôle du mouvement ainsi que des tremblements, une
instabilité posturale et des troubles de la marche. La musique va permettre de faciliter les
actions volontaires, une meilleure automaticité et fluidité du mouvement. La musique va
également favoriser l’imagerie auditive et motrice, ce qui facilite l’initiation du mouvement et
sa régulation. Les personnes atteintes cette maladie doivent fournir moins d’efforts cognitifs
pour réaliser le mouvement grâce à la musique [84].

64
3. BIAIS ET LIMITES

3.1. Limites liées à la méthodologie et aux articles

Ce mémoire est une revue de littérature non exhaustive car tous les articles concernant
ce sujet n’ont pas été étudiés.
Nous avons fait le choix d’essayer d’inclure le maximum d’articles de haut grade mais
également de garder des articles de grade moins élevés, des mémoires et des livres dont les
idées étaient très intéressantes et permettaient de répondre à la problématique.
Toutes les techniques d’états modifiés de conscience n’ont pas été abordées, nous avons fait le
choix de n’étudier que sept techniques : la méditation de pleine conscience, l’hypnose, la
relaxation, la sophrologie, le Yoga, la Tai Chi Chuan et le Qi Gong.
Concernant le rôle des états modifiés de conscience en kinésithérapie, toutes les pathologies
n’ont pas été abordées, nous avons fait le choix de ne garder que quelques pathologies en
exemple.

3.2. Limites liées aux interviews

Il aurait été intéressant de réaliser plus d’interviews auprès de masseur-


kinésithérapeutes proposant d’autres techniques d’états modifiés de conscience dans leur
pratique afin d’avoir un retour sur chaque technique et ainsi pouvoir les comparer. Les
masseurs-kinésithérapeutes interviewés pratiquent seulement en libéral donc nous aurions
également pu interviewer des kinésithérapeutes salariés dans des hôpitaux ou centres de
rééducation par exemple.
Il aurait aussi été intéressant d’interviewer d’autres professionnels de santé, par exemple des
médecins, pour montrer l’importance des états modifiés de conscience dans leur profession.
Il aurait été également intéressant d’interviewer des patients ayant reçu des soins avec ces
techniques afin d’avoir leur ressenti.

65
4. PROJECTION DANS MA FUTURE PRATIQUE PROFESSIONNELLE

L’utilisation des états modifiés de conscience pour entretenir ou récupérer le


mouvement dans une séance de kinésithérapie se révèle être un bon outil pour le masseur
kinésithérapeute.
Ces techniques ont à la fois un impact sur le patient et sur sa récupération mais aussi sur le
masseur-kinésithérapeute lui-même qui sera plus efficient dans ses soins.

4.1. Education thérapeutique du patient

Nous pouvons également imaginer, dans le cadre de l’Education Thérapeutique du


Patient (ETP), un travail de collaboration entre le masseur-kinésithérapeute et le sophrologue
ou l’hypnothérapeute ou tout autre professionnel pratiquant les états modifiés de conscience.
En effet, selon le décret de compétences relatif aux actes professionnels et à l’exercice de la
profession de masseur-kinésithérapeute, le thérapeute se doit de participer à la mise en place
et à l’exécution de l’ETP [85].
Le patient pourrait ainsi bénéficier des techniques d’état modifié de conscience en dehors des
séances de kinésithérapie mais les réutiliser ou en garder quelques composantes pour les
séances.

4.2. Séances de groupe

Nous pouvons imaginer dans la future pratique professionnelle la mise en place de


séances de groupe.
Il a été prouvé que l’exercice en groupe avait un effet positif sur la santé avec une
amélioration de la santé mentale, physique, émotionnelle et une réduction du stress [86].
Ces séances collectives avec par exemple 5-6 personnes permettraient une approche différente
des états modifiés de conscience. Nous pouvons imaginer des séances collectives de
relaxation, de méditation ou de sophrologie ou encore des séances de Yoga, Tai Chi Chuan ou
Qi Gong pour les personnes plus réticentes qui recherchent une rééducation plus « active ».

66
4.3. Formations

Il existe désormais des formations aux états modifiés de conscience proposées pour les
kinésithérapeutes. Par exemple, l’Institut de Pelvi-Périonéologie de Paris (IPPP) propose des
formations aux kinésithérapeutes comme « Yoga en Pré et Post Natal » ou « sophrologie,
auto-hypnose & pleine conscience dans les douleurs pelvi-périnéales » [87]. L’école ASSAS
propose aux kinésithérapeutes une formation d’hypnose permettant de maîtriser les bases de
la technique [88]. De plus, même si ces techniques ne sont pas remboursées par la sécurité
sociale, certaines mutuelles commencent à les rembourser [89]. Les masseurs
kinésithérapeutes peuvent donc être formés à ces techniques et les patients peuvent être
remboursés, ce qui constitue un intérêt supplémentaire à intégrer les états modifiés de
conscience dans notre pratique.

67
5. PISTES POUR DE FUTURES RECHERCHES

5.1. Réalisation de questionnaires

Afin de compléter ce travail, il serait intéressant de réaliser un questionnaire à grande


échelle auprès des masseur-kinésithérapeutes pratiquant des techniques d’états modifiés de
conscience afin d’avoir un retour d’un plus grand nombre de professionnels. Le but de ce
questionnaire serait de savoir quelles techniques ils utilisent, lesquelles sont les plus efficaces
selon eux et lesquelles seraient les plus efficaces dans la récupération du mouvement.
Il serait également intéressant de réaliser un recensement afin de savoir combien de masseur-
kinésithérapeutes connaissent les états modifiés de conscience et si beaucoup d’entre eux les
intègrent dans leur prise en charge.

Un questionnaire pourrait également être envoyé aux Instituts de Formation en Masso-


Kinésithérapie pour savoir s’ils forment aux états modifiés de conscience ; si oui, si ils
forment seulement en théorie ou également en pratique.
La deuxième partie du questionnaire pourrait s’adresser aux élèves de quatrième année pour
évaluer leur connaissance sur ces techniques.
Nous avons vu que les états modifiés de conscience étaient plus enseignés à l’étranger, en
particulier dans le domaine dentaire. Ce questionnaire pourrait donc être envoyé dans les
écoles étrangères pour comparer la formation française à d’autres formations.

Enfin, concernant les questionnaires, il serait également intéressant d’en réaliser un à


destination des patients afin d’avoir leur point de vue sur les états modifiés de conscience. Le
but serait de savoir s’ils connaissent ces états, leurs effets, s’ils en ont déjà pratiqué, dans quel
contexte et ainsi connaître leur retour sur ce type d’expérience. Ce questionnement aurait
notamment pour objectif de savoir si les patients estiment que les états modifiés de conscience
pourraient avoir un intérêt dans le cadre de leurs séances de kinésithérapie.

68
5.2. Comparaison de prises en charge

Il serait également instructif de suivre des prises en charge similaires de récupération


du mouvement. L’une étant une prise en charge « classique » de masso-kinésithérapie avec les
techniques habituelles recommandées. L’autre étant une prise en charge avec l’aide des
techniques d’états modifiés de conscience (hypnose, méditation, sophrologie, relaxation,
Yoga, Tai Chi Chuan et Qi Gong).
Le but serait de comparer les résultats de ces prises en charge afin de déterminer si les états
modifiés de conscience ont un impact positif sur la récupération du mouvement.

69
VI. CONCLUSION

Les états modifiés de conscience sont de plus en plus utilisés dans de nombreux
domaines médicaux mais ils le sont encore peu en Masso-Kinésithérapie.
Ils ont fait leurs preuves en gynéco obstétrique pour aider lors de l’accouchement et diminuer
les éventuelles douleurs. Ils sont également enseignés dans les études dentaires et ont fait
preuve d’efficacité lors des soins dentaires. Ils sont également de plus en plus utilisés en
anesthésie afin de remplacer les produits médicamenteux et leurs effets secondaires. Ces
techniques sont donc validées et utilisées régulièrement dans ces domaines, ce qui n’est pas
encore le cas en kinésithérapie.

Pourtant, les techniques comme l’hypnose, la sophrologie, la méditation, la relaxation,


le Yoga, le Tai Chi Chuan ou le Qi Gong peuvent avoir une utilité en Masso-Kinésithérapie,
notamment sur le mouvement et la récupération de celui-ci.
En effet, la plupart d’entre elles se pratiquent en mouvement et incitent donc le patient à
bouger. De plus, elles luttent contre la douleur et permettent donc d’éviter la kinésiophobie.
Elles favorisent la récupération du mouvement en ayant une action sur la respiration et sur les
perceptions corporelles : le sujet prend ainsi conscience de ses tensions musculaires qui
limitent la mobilité et il peut ainsi diminuer les tensions, lever les blocages et faciliter le
mouvement. Ces techniques permettent également de retrouver une plus grande mobilité
articulaire.
Les états de conscience modifiés ont aussi une action de prévention, ils permettent d’éviter
des altérations de la santé comme une chute, des troubles de l’équilibre, un enraidissement
articulaire qui pourraient entraîner une limitation de mouvement.
Enfin, ces techniques combinent le corps et l’esprit. Elles ont une action sur l’esprit afin de
lever les blocages qui empêchent le mouvement, le sujet est amené en état de perméabilité
mentale, ses filtres tombent et le corps est ainsi plus réceptif. La plupart de ces techniques se
basent sur des exercices de visualisation, le patient visualise le mouvement ce qui va activer
les mêmes zones cérébrales que lorsqu’il effectue réellement le mouvement.

La connaissance de ces techniques spécifiques améliore l’efficacité du


kinésithérapeute dans sa rééducation.
Les états modifiés de conscience permettent de retrouver le mouvement dans des rééducations
bien précises : pour des patients polytraumatisés, pour des patients paralysés cérébraux
diplégiques spastiques ou des blessés médullaires. Ces techniques favorisent aussi la mobilité
70
dans les maladies neuromusculaires comme la maladie de Parkinson ou la maladie de
Huntington.
La pratique du kinésithérapeute est aussi impactée : il est plus à l’écoute de son patient et de
son corps et peut ainsi proposer une meilleure rééducation. La relation soignant-soigné est
ainsi améliorée ce qui facilite les soins.

Les états modifiés de conscience ont donc un effet positif sur la récupération du
mouvement en Masso-Kinésithérapie. Mais chaque personne peut avoir une sensibilité
différente à ces techniques. En effet, certaines y sont peu sensibles car elles sont réticentes à
ces pratiques ; d’autres n’y sont pas nécessairement réticentes mais ne parviennent pas à
atteindre ce lâcher prise utile aux états modifiés de conscience. Dans ces cas, le masseur-
kinésithérapeute devra adapter sa pratique et éventuellement explorer d’autres techniques
adjuvantes.

71
VII. BIBLIOGRAPHIE

[1]. Desmichelle S. L'hypnose : une technique médicale à part entière, [en ligne] Sciences et
Avenir 2014. Disponible sur : https://www.sciencesetavenir.fr/sante/l-hypnose-une-
technique-medicale-a-part-entiere_27086. Consulté le 12/01/2019.

[2]. Le petit Larousse illustré. Éditions Larousse; 2010.

[3]. Lapassade G. États modifiés de la conscience. Éditions PU; 1987.

[4]. Etevenon P, Santerre B. États de conscience, Sophrologie et Yoga. Éditions Tchou; 2006.

[5]. Médecine traditionnelle : définition. In Principes méthodologiques généraux pour la


recherche et l'évaluation de la médecine traditionnelle. Organisation Mondiale de la
Santé. [en ligne]. 2000. Disponible sur :
http://www.who.int/topics/traditional_medicine/definitions/fr/index.html. Consulté le
12/01/2019.

[6]. Pélissier-Simard L, Xhignesse M. Qu’est ce que la médecine intégrative ? Le Médecin du


Québec 2008; 43: 21-22.

[7]. Constitution de l’OMS: ses principes. Organisation Mondiale de la Santé. [en ligne].
Disponible sur : https://www.who.int/about/mission/fr/. Consulté le 12/01/2019.

[8]. Arrêté du 2 septembre 2015 relatif au diplôme d’État de masseur-kinésithérapeute.


Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes. [En ligne].
Disponible sur : http://medecine-pharmacie.univ-fcomte.fr/download/ufr-
smp/document/metiers-de-la-reeducation/annexes-de-kine.pdf Consulté le 12/01/2019.

[9]. Tamburini S. Masseurs-kinésithérapeutes : cadre d'exercice depuis la loi de santé de


2016. MACSF. [En ligne]. Mai 2019. Disponible sur : https://www.macsf-
exerciceprofessionnel.fr/Responsabilite/Cadre-general/FAQ-reeducateur. Consulté le
10/10/2019.

72
[10]. Baud S, Midol N. La conscience dans tous ses états : approches anthropologiques et
psychiatriques : cultures et thérapies. Elsevier Masson ; 2009. 164p.

[11]. Schnakers C, Majerus S, Laureys S. Diagnostic et évaluation des états de conscience


altérée. Réanimation. 2004 ; 13(5) : 368–375.

[12]. Etevenon P. Le transpersonnel et les nouveaux courants de pensée en neurosciences ou


lorsque l’étude scientifique des méditations remet en cause le « Réel ». Bulletin du
Transpersonnel. 2007 ; 86.

[13]. Sender E. La conscience dans tous ses états. Science & Avenir. 2018 ; 196.

[14]. André C. La méditation de pleine conscience. Cerveau & Psycho. 2010; 41: 18-24.

[15]. Rita P. Wright. The Ancient Indus: Urbanism, Economy, and Society, Cambridge
University Press. 2009.

[16]. Trousselard D, Steiler D, Claverie F, Canini. L’histoire de la Mindfulness à l’épreuve


des données actuelles de la littérature : questions en suspens. L’Encéphale. 2014.

[17]. Isnard-Bagnis C. La pleine conscience au service de la relation de soin : méditer pour


mieux soigner. Louvain-la-Neuve. De Boeck ; 2017. 221 p.

[18]. Berghmans C, Godard R, Joly J, Tarquinio C, Cuny P. Effets de l’approche de réduction


du stress Mindfulness Based Stress Reduction (MBSR) sur la santé psychique (stress,
anxiété, dépression) et le mode de coping chez des patients diabétiques : une étude
pilote contrôlée et randomisée. Annales Médico-Psychologiques, Revue Psychiatrique.
2012 ; 170(5) : 312–317.

[19]. Perez-De-Albeniz, A, Holmes, J. (2000). Meditation: Concepts, effects and uses in


therapy. International Journal of Psychotherapy. 2000 ; 5(1): 49–58.

[20]. Ricard M, Lutz A, Davidson R. Méditation : comment elle modifie le cerveau. Pour la
science. 2015 ; 448.

73
[21]. Bioy A, Crocq L, Bachelart, M. Origine, conception actuelle et indications de
l’hypnose. Annales Médico-Psychologiques, Revue Psychiatrique. 2013 ; 171(9) : 658–
661.

[22]. Wehbe J, Safar Y. Hypnose et kinésithérapie. Kinesither Rev. 2015 ; 15(162) : 20-30.

[23]. Moreni A, Barber A. Origines et histoire de l’hypnose. Kinésither Rev. 2015 ; 15(162) :
14–19.

[24]. Benhaim J-M. L’hypnose médicale. Med-Line. 2003 ; 252p.

[25]. Bioy A. L’hypnose. Que sais-je ? 2017 ; 125p.

[26]. Benhaim J-M. L’hypnose aujourd’hui. In press. 2012 ; 289p.

[27]. Abrezol R. Vaincre par la sophrologie : exploiter son potentiel physique et


psychologique. Ed Lanore. 2007 ; 298p.

[28]. Célestin-Lhopiteau I, Wanquet-Thibault P. Guide des pratiques psychocorporelles :


ressources pour les soins et la santé. Issy-les-Moulineaux. Elsevier Masson. 2018 ; 306
p.

[29]. Fiorletta, P. Fondements et théories de la Sophrologie Caycédienne. Kinésither Rev.


2010 ; 10(103) : 24–30.

[30]. Auriol B. Introduction aux méthodes de relaxation : techniques et orientations tendant à


faciliter la détente et la disposition de soi. Privat. 1993 ; 196p.

[31]. Salem G, Bonvin E. Soigner par l’hypnose. Elsevier Masson. 2012 ; 352p.

[32]. Benson H, Klipper M-Z. The Relaxation Response. Harper Collins. 2000 ; 240p.

[33]. NIH National Cancer Institute. NCI Dictionary of Cancer Terms. [en ligne]. Disponible
sur https://www.cancer.gov/publications/dictionaries/cancer-terms/def/mind-body-
practice. Consulté le 25/09/19.
74
[34]. Tardan-Masquelier Y. La réinvention du yoga par l'Occident. Études. 2002 ; 396(1) :
39-50.

[35]. Zydziak, F. Bien vieillir avec le yoga. NPG Neurologie - Psychiatrie – Gériatrie. 2010 ;
10(57) : 131–135.

[36]. Yoga as a Complementary Health Approach. NIH national center for complementary
and integrative health. [en ligne]. Disponible sur
https://nccih.nih.gov/news/multimedia/infographics/yoga. Consulté le 25/09/19.

[37]. Dechamps A, Quintard B, Lafont L. Effets d’une intervention courte en tai-chi-chuan


sur le sentiment d’efficacité, l’anxiété et les troubles émotionnels chez des étudiants
ayant un style de vie sédentaire. Revue Européenne de Psychologie Appliquée/European
Review of Applied Psychology. 2008 ; 58(2) : 125–132.

[38]. Koh T-C. Tai Chi Chuan. The American Journal of Chinese Medicine. 1981; 09(01) :
15–22.

[39]. Lan C, Lai J-S, Chen S-Y. Tai Chi Chuan. Sports Medicine. 2002 ; 32(4) : 217–224.

[40]. Beaumont M. Qi gong et douleur : définitions et revue de la littérature. Douleurs :


Evaluation - Diagnostic – Traitement. 2013 ; 14(2) : 67–74.

[41]. Gorgy O. Introduction du mouvement lent en rééducation psychomotrice de la personne


âgée par la pratique du Qi-Qong. Evol psychomot. 1996 ; 8(31) : 39-49.

[42]. Dumas G, Fortier M, González, J. Les enjeux des états modifiés de la conscience et de
la cognition : limites passées et émergence de nouveaux paradigmes. Intellectica. 2017 ;
67 : 7-24.

[43]. Qu’est-ce que la médecine intégrative ? Institut de Médecine Intégrative. [en ligne].
Disponible sur : https://www.institutdemedecineintegrative.com/newpage. Consulté le
12/10/19.

75
[44]. Maizes V, Rakel D, Niemiec C. Integrative Medicine and Patient-Centered Care.
EXPLORE: The Journal of Science and Healing. 2009 ; 5(5) : 277–289.

[45]. Rabischong P. Anatomie compréhensive des fonctions motrices. De Boeck. 2013. 171p.

[46]. Bioulac B, Burbaud P, Cazalets J-R, Gross C. Fonctions motrices. EMC – Neurologie.
2004 ; 1(3) : 277–329.

[47]. Hug F. Le mouvement humain. Médecine/sciences. 2018 ; 34 : 6–8.

[48]. Perrot S, Trouvin A-P, Rondeau V, Chartier I, Arnaud R, Milon J-Y, Pouchain D.
Kinésiophobie et douleur induite par la kinésithérapie dans la prise en charge des
douleurs d’origine musculo-squelettique : étude d’une cohorte nationale multicentrique
de patients et leur médecin généraliste. Revue Du Rhumatisme. 2018 ; 85(4) : 339–345.

[49]. Rousseau L. Comprendre les interactions entre douleur et mouvement pour lutter contre
la kinésiophobie. Kinésithér Scient. 2015 ; 0570 : 23-29.

[50]. Campbell Y. Douleur et kinésiophobie. Bulletin de l’institut de kinésiologie du Québec.


2005. 1(2).

[51]. Mal de dos : le bon traitement, c’est le mouvement ! Ameli. 2019. [en ligne] Disponible
sur : https://www.ameli.fr/flandres-dunkerque-
armentieres/assure/sante/themes/lombalgie-aigue/traitement-prevention Consulté le
13/10/19.

[52]. Le référentiel de la profession. Ordre des masseurs-kinésithérapeutes. 2013. [en ligne]


Disponible sur : http://publications.ordremk.fr/wp-content/uploads/2012/12/Le-
référentiel-2013.pdf Consulté le 15/10/2019.

[53]. Code de la santé publique - Article L4321-1. Légifrance. [en ligne]. Disponible sur :
https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=D3EA3228DD09445A
D0F568D8A88E1288.tplgfr23s_1?idArticle=LEGIARTI000031930031&cidTexte=LE
GITEXT000006072665&dateTexte=20160128. Consulté le 15/10/2019.

76
[54]. Code de la santé publique - Article R4321-2. Légifrance. [en ligne]. Disponible sur :
https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=D3EA3228DD09445A
D0F568D8A88E1288.tplgfr23s_1?idArticle=LEGIARTI000020953322&cidTexte=LE
GITEXT000006072665&dateTexte=20191015. Consulté le 15/10/2019.

[55]. Arrêté du 2 septembre 2015 relatif au diplôme d’État de masseur-kinésithérapeute.


Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes. [en ligne].
Disponible sur : http://medecine-pharmacie.univ-fcomte.fr/download/ufr-
smp/document/metiers-de-la-reeducation/annexes-de-kine.pdf. Consulté le 15/10/2019.

[56]. Van den Bruel A, Boland B, Vermeire E, Buntinx F, Aertgeerts B. Du PICO aux termes
de recherche par Internet : comment accéder a l’information pertinente ? les nouveaux
Coxibs : ont-ils réellement une meilleure sécurité digestive ? Rev Med Liege. 2005 ;
60(1) : 52-60.

[57]. Laboratoire ER3S. Traduction française des lignes directrices PRISMA pour l’écriture
et la lecture des revues systématiques et des méta-analyses. Kinesither Rev. 2015;
15(157): 39-44.

[58]. Niveau de preuve et gradation des recommandations de bonne pratique. État des lieux.
HAS [en ligne]. 2013. Disponible sur : https://www.has-
sante.fr/upload/docs/application/pdf/2013-
06/etat_des_lieux_niveau_preuve_gradation.pdf. Consulté le 18/11/2019.

[59]. Morone NE, Greco CM , Weiner, DK. Mindfulness meditation for the treatment of
chronic low back pain in older adults: A randomized controlled pilot study. Pain ; 2008.
134(3) : 310–319.

[60]. Jalen S, Wulf G. Brief Hypnotic Intervention Increases Throwing Accuracy.


International Journal of Sports Science & Coaching. 2014; 9(1) : 199–206.

[61]. Vervaeke C. Douleur et hypnose en kinésithérapie. Kinésither Rev. 2009 ; 9(95) : 35–
37.

77
[62]. Kanji, N. Autogenic training. Complementary Therapies in Medicine. 1997; 5(3) : 162–
167.

[63]. Fiorletta P. Les « techniques-clés » de la Sophrologie Caycédienne. Kinésither Rev.


2010 ; 10(103) : 31–36.

[64]. Fiorletta, P. Exemples de cas pratiques de Sophrologie Caycédienne en masso-


kinésithérapie. Kinésither Rev. 2010 ; 10(103) : 37–43.

[65]. Jin, P. Efficacy of Tai Chi, brisk walking, meditation, and reading in reducing mental
and emotional stress. Journal of Psychosomatic Research. 1992 ; 36(4) : 361–370.

[66]. Abrezol R. Vaincre par la sophrologie : exploiter son potentiel physique et


psychologique. Lanore. 2007 ; 293p.

[67]. Mulot L. Évaluation de l'effet de l'hypnose associée à la masso-kinésithérapie dans la


réduction de la spasticité chez les diplégiques spastiques : un protocole d'essai ouvert
randomisé. Mémoire de masso-kinésithérapie. IFMK Berck-Sur-Mer. 2019.

[68]. Serra J. Utilisation du qi gong dans la prise en soins masso-kinésitherapique d'un blesse
médullaire de 29 ans. Mémoire de masso-kinésithérapie. IFMK Dijon. 2010.

[69]. Berger T. Rééducation d’un adulte diplégique spastique après injection de toxine
botulique : vers l’amélioration fonctionnelle. Mémoire de masso-kinésithérapie. IFMK
Limoges. 2012.

[70]. Belloche A. Rééducation de la marche et intérêt du tai chi chuan chez un jeune karatéka
atteint d'une neuropathie motrice aigue axonale. Mémoire de masso-kinésithérapie.
IFMK Rennes - IFPEK. 2010.

[71]. Glodt A. Etude préliminaire sur l’impact du mindfulness ou méditation de pleine


conscience sur la spasticité suite à un accident vasculaire cérébral. Mémoire de masso-
kinésithérapie. IFMK Amiens. 2019.

78
[72]. Villerot J. Maladie de parkinson idiopathique : impacts de la danse, du tai-chi et de la
méditation. Mémoire de masso-kinésithérapie. IFMK Dijon. 2019.

[73]. Mansuy B. Intérêt sophrologie dans la prise en charge masso-kinésithérapique de la


lombalgie chronique. Mémoire de masso-kinésithérapie. IFMK Nancy. 2008.

[74]. Floch L. Prise en charge d’un patient polytraumatisé. Mémoire de masso-kinésithérapie.


IFMK Limoges. 2015.

[75]. Ducloy-Bouthors A. S, Hamdani A, Richart P. et al. Hypnose en anesthésie et analgésie


en obstétrique et en gynécologie. Revue de Médecine Périnatale. 2012 ; 4(3) : 114–118.

[76]. Prieur J. Pourquoi et comment introduire l’hypnose au cabinet dentaire ? Sciences du


Vivant. 2010.

[77]. Defechereux T, Degauque C, Fumal I. et al. L’hypnosédation, un nouveau mode


d’anesthésie pour la chirurgie endocrinienne cervicale. Étude prospective randomisée.
Annales de Chirurgie. 2000 ; 125(6) : 539–546.

[78]. Protocole National de Diagnostic et de Soins (PNDS) Maladie de Huntington. Texte du


PNDS. Centre de Référence National sur la maladie de Huntington. [en ligne]. 2015.
Disponible sur : https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2015-08/pnds_-
_maladie_de_huntington.pdf. Consulté le 27/02/2020.

[79]. Guétin S, Touchon J. Musique et douleur  : la séquence en « U », une solution


thérapeutique standardisée et validée. Douleur et Analgésie. 2017.

[80]. Ferreri L. Musique et plasticité cérébrale. Revue internationale d’éducation de Sèvres.


2017 ; 75 : 55-63.

[81]. Fraisse P, Oléron G, Paillard J. Les effets dynamogéniques de la musique. Étude


expérimentale. L'année psychologique. 1953 ; 53(1) : 1-34.

[82]. Chtourou H, Briki W, Aloui A, et al. Relation entre musique et performance sportive :
vers une perspective complexe et dynamique. Science & Sports. 2015 ; 30(3) : 119–125.
79
[83]. Moussard A, Rochette F, Bigand E. La musique comme outil de stimulation cognitive.
L’Année Psychologique. 2012 ; 112(03) : 499–542.

[84]. Costas I. et al. The BASES Expert Statement on the Use of Music for Movement among
People with Parkinson’s. The Sport and Exercise Scientist. 2020 ; 63 : 6-7.

[85]. Bouric G, Beaumont M. L’éducation thérapeutique du patient. Kinésither Rev. 2011 ;


11(115-116) : 17–19.

[86]. Yorks D. M, Frothingham C. A, Schuenke, M. D. Effects of Group Fitness Classes on


Stress and Quality of Life of Medical Students. The Journal of the American
Osteopathic Association. 2017 ; 117(11) : 17-25.

[87]. Formations. Institut de Pelvi Perineologie de Paris. [en ligne]. Disponible sur :
https://www.ippp.fr. Consulté le 01/03/2020.

[88]. Formation continue sur l’hypnose au service du patient : fondamentaux 1. Assas.


Formation continue. [en ligne]. Disponible sur :
https://www.assasformationcontinue.com/formations-kinesitherapeute/medecines-
paralleles-methodes-complementaires/lhypnose-service-patient/fondamentaux-1.
Consulté le 10/03/2020.

[89]. Remboursement des séances de sophrologie. La chambre syndicale de la sophrologie.


[en ligne]. Disponible sur : https://www.chambre-syndicale-
sophrologie.fr/remboursement-des-seances-de-sophrologie/. Consulté le 01/03/2020.

80
VIII. ANNEXES

SOMMAIRE DES ANNEXES

annexe 1 : caractéristiques de différents états de conscience altérée ....................................... 73


annexe 2 : le cerveau dans tous ses états .................................................................................. 74
annexe 3 : la méditation sous toutes ses formes ....................................................................... 75
annexe 4 : Yoga as a Complementary Health Approach .......................................................... 76
annexe 5 : tableau regroupant les effets du yoga ...................................................................... 77
annexe 6 : Tampa Scale of Kinesiophobia ……………………………………………...........78
annexe 7 : interview de Anaïs Bouthors ................................................................................... 79
annexe 8 : interview de François Bracquart ............................................................................. 83
annexe 9 : interview de Isabelle Lermytte……………………………………………………86
annexe 10 : interview de Nicolas Grumiaux ……………………………………………........92

81
Annexe 1 : caractéristiques de différents états de conscience altérée 10.

82
Annexe 2 : le cerveau dans tous ses états 12.

83
Annexe 3 : La méditation sous toutes ses formes 20.

84
Annexe 4 : Yoga as a Complementary Health Approach 35.

85
Annexe 5 : tableau regroupant les effets du yoga 35. 29.

Squelette Respiration Système cardio Sommeil et


vasculaire gestion du stress
Effets - allongement des - augmentation de - les postures - diminution du
muscles et la capacité inversées temps
ligaments. respiratoire. permettent d’endormissement
- relâchement des - diminution de la d’irriguer la tête et - augmentation du
muscles fréquence le cou et de nombre d’heures
antagonistes. respiratoire. reposer le cœur. de sommeil.
- renforcement du - activation du - diminution des - diminution de la
tonus musculaire. péristaltisme (le varices. sécrétion
- libération les mouvement - action bénéfique d’adrénaline.
articulations et diaphragmatique sur l’hypertension
- diminution du
soulager les influe sur les artérielle.
stress par une
pressions. organes digestifs). - régulation du meilleure gestion
- meilleure - meilleure cœur et de la de celui-ci.
répartition du oxygénation du tension artérielle.
poids du corps sur cerveau →
le squelette. augmentation des
capacités
- meilleure stabilité
intellectuelles, de
et perception du
la vigilance et de
corps.
l’attention.
→ diminution des
chutes.

86
Annexe 6 : Tampa Scale of Kinesiophobia 50.

87
Annexe 7 : interview de Anaïs Bouthors

INTERVIEW DE ANAIS BOUTHORS

Réalisée le 19/11/2019

« Pratiquez-vous des techniques d’états modifiés de conscience dans le cadre de vos


séances ? Si oui, laquelle ou lesquelles, sous quelle forme, quelle fréquence, dans quel(s)
objectif(s) ?

Je ne fais pas vraiment de la kiné et de la sophro en même temps, il m’arrive de faire une
séance de sophrologie à des patients que je vois en soin de kiné mais je leur fait de la sophro
et c’est tout, je le mixe pas. Des vraies séances de sophro entières ça dure 45 minutes-une
heure, du coup je ne fais pas de la sophro dans une séance de kiné mais par contre, les
principes de la sophrologie je les ai en moi, je les ai intégrés pour moi et du coup je suis
quand même sensibilisée à ça et je sensibilise mes patients avec. Les grands critères de la
sophro c’est d’objectiver les choses quand on a des problèmes, de prendre les choses avec
plus de positivisme, d’essayer de relativiser, d’être conscient de ce qui nous arrive du coup
conscient de son corps, des sensations. Tout ça dans la kiné c’est systématique du coup j’ai
plus tendance à y faire attention et à donner des clés pour y faire attention. Je ne fais pas des
vraies séances de sophro à tous mes patients mais j’intègre les principes qui vont avec la
sophro à mes patients. Et après je peux conseiller aussi du coup de la relaxation, j’ai déjà fait
de la relaxation avec mes patients pour les aider à sentir la différence entre les contractions et
le relâchement parce que la majorité de nos patients ne savent pas se détendre. Je ne les mets
pas dans un niveau de conscience modifié pendant les séances de kiné mais je leur donne des
clés pour les aider à le faire.
Quand je fais des séances de sophro, j’en fais beaucoup à des gens qui font des séances de
kiné à côté du coup c’est assez complémentaire, ça peut être de patients à moi ou des
collègues qui ont des patients et ils sentent qu’ils n’arrivent pas à se détendre du coup je fais
quelques séances de sophro avec eux pour les aider justement à avoir ce truc de trouver un
niveau de conscience différent pour se sentir mieux, détendu. C’est plutôt complémentaire.

Après moi je suis kiné pour une équipe de hockey sur gazon donc j’ai fais des séances de
sophro pour les joueuses de hockey pour travailler leurs performances mentales et physiques.
On partait avec eux faire des coupes d’Europe, on prenait un temps tous les jours pour essayer
88
de faire une séance de sophrologie pour préparer le match du lendemain, faire en sorte
qu’elles se sentent le mieux possible. Après mon mémoire de fin d’année était sur ça, le fait
que plus tu fais de la sophro, plus tu peux évoluer dans ton geste dans ta capacité de
mouvement, ça c’est clairement des choses qu’il faut faire dans le sport, dans des gestes ect.

Avez-vous appris cette (ces) technique(s) lors de votre formation initiale et/ou en formation
continue ? Quels sont les enseignements « spécifiques » que vous y avez trouvés ?

Du coup moi j’ai découvert la sophrologie en dernière année de kiné donc moi j’’étais en 4 ème
année de kiné à Bruxelles et je cherchais un thème de mémoire sans vraiment savoir, je suis
arrivé par là un peu par hasard, j’ai rencontré quelqu’un qui s’appelle Eric Medaets et qui est
kinésithérapeute sophrologue et qui s’occupe des joueurs de tennis belges. Et en fait, par
hasard on m’a remonté vers lui avec les questions que je posais autour de mon mémoire et en
le rencontrant on s’est mis d’accord sur le fait que ce serait bien de faire un mémoire du coup
j’ai fait un mémoire pratique avec statistiques, test et contrôle où on voulait voir l’influence
de la sophrologie sur la performance motrice, ce qu’il faisait avec ses joueurs. Du coup on
s’est mis en relation mais comme je n’étais pas formée moi mais que c’est moi qui devait faire
les séances de sophro je suis allée faire des séances chez lui toutes les semaines parce que lui
il faisait des cours de sophro en groupe et du coup j’ai suivi pendant 3 mois des séances en
tant que cobaye avec lui et ses patients et ça m’a donné la pratique sans être formé vraiment
de manière théorique, il m’a donné beaucoup de bouquins. J’ai créé le mémoire avec lui j’ai
du coup appris des choses et donc j’ai fait pour mon mémoire des petites séances de sophro à
des collègues à l’école.
Une fois que j’ai été diplômé ça m’a intéréssé de me former de manière plus sérieuse et donc
j’ai tout de suite fait ça quand je suis sortie de mes études de kiné, je me suis inscrite à la
formation de sophrologie caycedienne à Bruxelles, c’était une formation en 2 ans de 5 week-
ends par an.

Pensez vous que ces techniques améliorent votre efficience en Masso-Kinésithérapie ? En


trois mots « clés » pourriez vous dire pourquoi ?

Oui, clairement. La sophrologie ça me fait travailler moi et mes patients, ce que j’inculque à
mes patients je me l’inculque moi aussi.
Les 3 mots clés sont les trois mots clés de la sophrologie : confiance, objectivité et positivité.
89
La sophro c’est une attitude de vie, si moi j’arrive à être comme ça je serai plus à l’écoute de
mes patients, je vais être consciente dans mon corps quand je travaille, je vais travailler de
manière plus consciente pour ressentir les mouvements, les douleurs ect.. donc tout ce que
j’apprends à mes patients je me l’apprends à moi. Ca m’apprend à être plus ancrée, quand je
travaille, être ancrée c’est important.
Après j’ai d’autres formations qui m’aident à faire ça, je travaille en médecine chinoise et en
médecine chinoise il faut être beaucoup dans l’ancrage, sentir les choses et la sophrologie ça
regroupe ça aussi. Avec François on a fait une formation chamanisme du coup le chamanisme
c’est aussi un autre moyen de rentrer dans un état modifié de conscience du coup quand j’ai
fait la formation de chamanisme ça m’a redonné envie de refaire plus de sophro avec mes
patients parce que je me suis rendue compte de tous les effets que ça pouvait avoir et du
bonus que ça pouvait être pur eux.
La par exemple on va essayer avec François de créer des séances en collectif, 5-6 séances par
exemple pour que les patients découvrent ce qu’est l’état modifié de conscience que ce soit
avec l’hypnose, avec la sophrologie, avec le chamanisme. Mais voila donner à nos patients
plus de moyens d’être à l’écoute de leur corps et de comprendre à quel point on peut
s’éloigner du stress du quotidien ect.

Quel est pour vous l’apport de ces techniques dans l’aide à la récupération du mouvement
pour et/ou par le « patient » ?

Dans la récupération ce qui va aider avec la sophro c’est qu’on est à l’écoute de soi, du coup
dans la récupération si on s’écoute, on va sentir les douleurs, les gènes, on aura plus envie de
s’étirer. Si on s’étire en étant conscient de son corps, on est à l’écoute de sa douleur, on va pas
aller trop loin, on va chercher le seuil suffisant pour bien récupérer.
Après moi la sophro je l’ai plus travaillé pour avoir un meilleur mouvement pendant l’action.
Mais après sur l’après ça a aussi des effets, si on fait de la sophro avant un entrainement par
exemple, la récupération sera meilleure parce qu’on s’est bien échauffé mentalement et du
coup le corps sera déjà prêt et l’après sera meilleur aussi. Tout est lié. C’est ce que moi je fais
le plus avec le hockey mais pas trop avec mes patients, le mouvement en tant que tel je l’ai
pas trop développé, avec mes patients je développe plus la sophro pour le stress, j’ai plus vu
des gens pour préparer des examens, des entretiens d’embauche, des gens qui sont en

90
surmenage au boulot, on sent qu’il sont un peu à vif, qu’ils ont un peu de mal à gérer leur
émotions, moi c’est plus la dessus que j’axe, après il y a tellement de possibilités.
Il y a plein d’exercices en sophrologie qui travaillent le mouvement. J’ai une patiente qui est
en fauteuil roulant et du coup on travaille ensemble la sophrologie pour l’aider à préparer sa
marche, si elle visualise qu’elle marche de la bonne façon, qu’elle arrive à gérer ses douleurs,
elle va réussir à marcher, à faire plus de tours, être plus concentrée sur son relâchement, ses
sensations de détente, et elle aura moins les épaules contractés et elle va moins tirer sur son
déambulateur quand elle marche.
Du coup tout ça, clairement ça a eu un impact sur le mouvement en tant que tel, c’est
vraiment de la visualisation mentale dans un état de détente pour que ça soit emmagasiné en
soi et qu’on soit plus a l’aise pour faire le geste. C’est ce que font tous les sportifs avant un
grand match, genre les skieurs quand ils sont en haut de la montagne avant le coup de sifflet,
il fait des petits gestes en fait il visualise la descente, il visualise la descente parfaite. C’est ce
qu’on fait par exemple en neurologie, pour tout ce qui est travail de mouvement, on imagine
qu’on bouge le bras même quand on le bouge pas parce que tout ce que tu visualises dans ta
tête une fois dans ton cerveau il se passe exactement la même chose que quand tu le fais pour
de vrai. Donc en fait la sophrologie ça allie l’imagerie mentale et la relaxation, c’est un mix
de deux choses dont on sait que ça fonctionne, on les mélange pour avoir une meilleure
performance. ».

91
Annexe 8 : interview de François Bracquart

INTERVIEW DE FRANCOIS BRACQUART

Réalisée le 20/11/2019

« Pratiquez-vous des techniques d’états modifiés de conscience dans le cadre de vos


séances ? Si oui, laquelle ou lesquelles, sous quelle forme, quelle fréquence, dans quel(s)
objectif(s) ?

Moi je pratique l’hypnose thérapeutique, Ericksonienne, et je le fais mais en dehors des


séances de kiné pour des problématiques variées, du tabac, des phobies, pour du sommeil…
Mais pour l’instant je l’ai pas utilisé en kiné, à part sur le traitement de la douleur, l’analgésie,
chez des patients qui sont réfractaires au traitement médicamenteux et qui ont des douleurs
persistantes mais pas dans la récupération du mouvement ou de fonctions diverses, ça je n’ai
pas fait pour l’instant. Avec les patients j’utilise l’hypnose, après moi personnellement je fais
de l’auto-hypnose et de la méditation de pleine conscience et des techniques de transes
chamaniques. Mais ça c’est pour améliorer ma pratique à moi, pour avoir un état de présence
plus important.

Avez-vous appris cette (ces) technique(s) lors de votre formation initiale et/ou en formation
continue ? Quels sont les enseignements « spécifiques » que vous y avez trouvés ?

C’est une formation « technicien et praticien ». Technicien c’est 4 jours de formation


continue, c’est en gros un stage avec validation et un examen à la fin et praticien c’est 2 fois 4
jours et c’est validé par un examen en fin de parcours. C’est de la formation continue, moi je
l’ai fait dans un institut qui s’appelait psynapse ici à Lille, c’est de l’hypnose Ericksonienne.

Pensez vous que ces techniques améliorent votre efficience en Masso-Kinésithérapie ? En


trois mots « clés » pourriez vous dire pourquoi ?

Le chamanisme pas avec les patients, je me sens pas légitime là-dessus. Des états de pleine
conscience, il faut que le patient soit formé, c’est pas quelque chose que tu peux faire comme
92
ça. Et l’hypnose c’est une discussion avec ton inconscient donc potentiellement tu peux
travailler avec un patient en hypnose et je suis persuadé que tu pourras avoir des résultats sur
l’amélioration, la récupération d’un mouvement ect. C’est d’ailleurs l’histoire de Milton
Erickson, c’est un monsieur qui a eu quand il était petit la polio et par un travail d’état
hypnotique il a récupéré les mouvements en s’inspirant des mouvements de sa petite sœur qui
était en phase d’évolution motrice.
Ca c’est l’aspect patient, moi dans ma pratique à moi, le fait que je pratique l’auto-hypnose ou
la transe chamanique ça me permet d’être plus présent dans mes soins, c’est-à-dire que dans
un soin avec quelqu’un, t’attends que le patient ait un feedback, pas verbal, que la structure
lâche, si t’es bien présent dans la structure ect tu sens ce qui se passe.
Trois mots clés, par rapport à moi, la présence, ça améliore la présence. Quand tu soignes
quelqu’un tu te fais une histoire, tu dis « bon il doit avoir ça, si c’est ça on va aller voir là… »
non. En fait moi maintenant grâce aux états modifiés de conscience je travaille simplement en
fonction de ce que la structure me dit, je pose mes mains sur le patient et puis après c’est la
structure qui me dirige, là j’ai une tension, ce que j’ai sous les mains me fait aller en étant
présent vers un autre endroit sur le corps pour travailler cet endroit. On pourrait appeler ça de
l’intuition presque, c’est une forme d’intuition différente.
Et sur un troisième mot, le lâcher prise. Si tu lâches prise sur tes croyances tu peux ouvrir le
champ des possibilités. Et après avec le patient, le lâcher prise c’est redondant, c’est dur.
Après l’hypnose c’est un travail avec l’inconscient et l’inconscient il est écologique pour lui,
c’est-à-dire que tu travailles en sécurité parce que l’inconscient si il doit pas lâcher, si il y a
quelque-chose qui fait qu’il ne lâche pas c’est pour le bien du patient, si il ne lâche pas sur ce
sujet là c’est que c’est pas l’heure, ça viendra plus tard, il y a une raison pour laquelle il est
bloqué et si t’essayes de forcer les verrous, tu peux avoir des réactions un peu compliquées
mais généralement t’arrives pas à la forcer le verrou. En technique, c’est des techniques
douces qui sont bienveillantes avec les patients et ça leur permet de s’ouvrir à ces états de
conscience modifiés donc c’est intéressant. Que ça soit l’hypnose ou la pleine conscience,
même les transes chamaniques, ce qu’on appelle en occident la transe cognitive, c’est bien
professionnellement, c’est bien pour soigner des gens mais c’est aussi bien pour ton
développement personnel à toi, pour évoluer, pour sortir de ton cadre, pour ouvrir le champ
des possibles.

93
Quel est pour vous l’apport de ces techniques dans l’aide à la récupération du mouvement
pour et/ou par le « patient » ?

En fait ça va lever les barrières. Si tu travailles en hypnose, quand l’inconscient il met quelque
chose en place, par exemple, il met une restriction, quelqu’un qui a été immobilisé pendant 3-
4 mois et puis il doit récupérer une amplitude, ton inconscient il a ancré une boiterie ou une
malposition ect. Et tu dois faire « lever » la boiterie par le fait que c’est, on pourrait dire un
blocage psychologique, mais en fait c’est son inconscient qui a ancré ça en lui pour de bonnes
raisons à ce moment là mais aujourd’hui c’est plus le cas donc tu peux lever ces blocages là.
Les états d’hypnose c’est pas forcément allongé, les yeux fermés ect, tu peux travailler en
hypnose éveillé avec les gens qui bougent avec toi. Tu peux travailler sur la qualité du
mouvement et augmenter le ressenti des patients sur le mouvement, sur le levé des barrières
par ces méthodes et ces états de conscience modifiés. »

94
Annexe 9 : interview de Isabelle Lermytte

INTERVIEW DE ISABELLE LERMYTTE

Réalisée le 23/11/2019

« Pourquoi vous êtes vous intéressé à la sophrologie ?

Parce que j’ai traversé une épreuve compliquée, donc j’ai eu un cancer du sein, j’ai été en
arrêt pendant un an à la maison et je me suis intéressée à des exercices de respiration pour
réussir moi-même à me calmer qui se rapprochent un peu de la sophrologie. Mais je ne faisais
pas vraiment de la sophrologie à ce moment là, mais je m’étais mise au yoga et on verra qu’il
y a quand même une similitude. Donc après ma maladie j’ai repris le travail et puis finalement
au bout de quelques mois je me suis dit mais il me manque quelque chose, j’ai pas envie de
retourner dans le train-train quotidien et je voulais trouver quelque chose, une formation qui
me permette d’être plus proche des autres, de les aider, de les rebooster parce que je suis
quelqu’un de nature vraiment positive et j’avais envie d’être une « reboosteuse » de
personnes. Et c’est vrai que même pendant la maladie, je me souviens, j’étais dans les salles
d’attente, je voyais les gens autour de moi, j’avais envie de leur dire « Et ! ca va aller, on va y
arriver ! ». Et après une fois que je suis retournée à mon travail, le contact avec les gens ça me
manquait et puis notamment j’ai fais la connaissance de pleins de personnes que je n’aurais
pas été amenée à rencontrer si j’étais restée dans mon bureau derrière l’ordinateur en tant
qu’assistante commerciale. Et donc j’ai cherché une formation qui pouvait éventuellement me
convenir et puis je suis tombée sur la sophrologie donc j’ai tapoté un peu, je me suis
renseignée et en fait ça a beaucoup évolué par rapport au temps ou je pratiquais pendant mes
grossesses, pour préparer mes accouchements, en fait ça n’avait plus rien à voir, c’est
beaucoup plus développé, je me suis dit que ça pouvait m’intéresser. Et puis j’ai retrouvé des
exercices de respiration aussi que j’avais pratiqué quand j’étais en arrêt et du jour où j’ai
commencé à faire la formation je me suis dit mais c’est exactement ce que je voulais, il n’y a
pas mieux. Et j’étais vraiment enchantée de voir tout ce que ça pouvait m’apporter à moi et
aux autres.

95
Connaissez-vous d’autres techniques qui permettent « un état modifié de conscience» ? si oui,
les pratiquez-vous ?

Oui, alors quand j’ai commencé la formation on a abordé un peu tous ces sujets parce qu’on a
vu les origines de la sophrologie et donc ça a été créé à la base par Alfonso Caycedo qui était
un neuropsychiatre et qui pratiquait à la base l’hypnose. Et puis l’hypnose ça devenait un peu
un phénomène de foire et il a voulu vraiment diversifier cette méthode là. Et donc lui il avait
déjà remarqué justement ce que pouvait apporter cet état de conscience modifié, et puis il a
beaucoup voyagé, il a été en Inde, en Asie… Il a puisé dans différentes méthodes dont le yoga
justement, dont le zazen japonais, le bouddhisme, mais en oubliant toute la partie théologique
et religieuse du bouddhisme, il s’est inspiré aussi de la méthode d’Emile Coué, il s’est inspiré
de la méthode Jacobson… Enfin de pleins de méthodes différentes qui ont toutes pour but
d’apporter de la détente mais en associant également justement une phase, où dans une séance
de sophrologie on met la personne en état de conscience modifié, c’est-à-dire on la place juste
dans un état entre l’état de veille et l’état de sommeil. Et donc on a appris lors de la formation
que c’est dans ce moment là où le corps est juste entre l’état de veille et l’état de sommeil, que
tous les filtres sont tombés, que le corps est beaucoup plus réceptif pour enregistrer des
informations qui peuvent après resservir, il les enregistre à ce moment là, il en a conscience
quelque part au fond de lui et il peut les réactiver.
Et donc on a appris aussi que, en pratiquant l’hypnose, on peut obtenir un état de conscience
modifié, la méditation également mais il y a des différences. En sophrologie on essaye
toujours d’unifier le corps et l’esprit, c’est-à-dire qu’on essaye vraiment de faire ressentir la
personne, on utilise vraiment les 5 sens et on essaye toujours de faire en sorte que la personne
soit connectée à ses sensations. Alors que dans l’hypnose, bien que je ne pratique pas
l’hypnose, j’ai jamais essayé, on nous a appris en formation que l’hypnose on essaye de
déconnecter le corps et l’esprit donc ça n’a pas les mêmes objectifs. Les clients qui viennent
me voir en séance me disent à la fin « ça ressemble un peu à de l’hypnose ce que vous faites »
dans le sens où quand on plonge le corps dans un état de quasi somnolence on commence par
détendre tout le corps de la tête aux pieds et c’est vrai que ça peut ressembler à de l’hypnose
mais il y a quand même des différences entre les deux.
Quand à la méditation là c’est encore complètement autre chose, la méditation j’en fais un
tout petit peu parce que c’est le temps qui est à la fin d’une séance de yoga mais là c’est
encore différent dans le sens ou on détend la personne, on la projette dans un paysage
agréable, par exemple, on la fait se concentrer sur son corps mais c’est beaucoup moins
approfondi que le temps de relaxation de la sophrologie. En sophrologie c’est vraiment tout
96
chronométré, on fait d’abord prendre conscience à la personne des points d’appuis de son
corps, après on revient à la tête et là on lui fait détendre toutes les parties de sa tête et pour
chaque partie on lui fait attendre 3 secondes avant d’atteindre la partie suivante. C’est-à-dire
on lui dit d’abord « sentez votre cuir chevelu se relâcher, on compte 3 à 5 secondes, après on
lui parle de son front qui va se lisser, 3 à 5 secondes. Une fois qu’on a fait une zone complète
de son visage là on lui dit, « maintenant prenez conscience que votre visage est bien détendu,
relâché » et là on marque un temps de pause de 10 à 15 secondes et on passe à une autre zone
et ainsi de suite. Ce qui fait que de, à la fois poser sa voix, la tonalité de la voix descend, le
tempo descend et c’est ça aussi qui met la personne dans un état de quasi-somnolence alors
que en méditation pas du tout. En méditation on va te détendre mais ça sera pas du tout aussi
précis, pas chronométré comme ça, et tu ne vas pas obtenir le même état de détente.
Et à la fin d’une séance de relaxation-sophrologie, donc inversement, on doit faire reprendre
conscience à la personne des points de contact de son corps, progressivement ré-élever la voix
et progressivement accélérer la voix pour la faire revenir à elle et on a pas le droit de la
toucher à la fin, on doit réussir à faire un sorte que la personne soit de nouveau consciente
sans l’avoir touché si jamais elle s’est endormie, on va répéter les phrases de nouveau
« revenez à vous progressivement, percevez les bruits extérieurs, visualiser de nouveau
comment vous êtes installé… » en élevant progressivement la voix sans jamais la toucher
pour que d’elle-même elle arrive à faire surface. Une fois que le corps est complètement
détendu, là on atteint vraiment le niveau sophro-liminal, c’est-à-dire le niveau vraiment où le
corps est entre l’état de veille et l’état de sommeil et c’est à ce moment là que du coup on va
placer le message important qui est en rapport avec la séance. Si c’est un personne qui vient
nous voir pour un état de stress c’est à ce moment là qu’on va mettre une visualisation de
paysage, on lui aura demandé préalablement ce qui lui plait comme paysage, ce qui la détend
ect et c’est à ce moment là qu’on va placer la visualisation pour qu’elle se détende de façon
plus approfondie. Si on veut la préparer à un accouchement, c’est à ce moment la qu’on va lui
faire imaginer son accouchement qui se passe bien ect ; un sportif, on va lui faire prendre
confiance, il imagine que sa compétition est déjà finie, il a déjà gagné, on lui fait sentir les
sensations physiques que ça lui procure, le bien-être, la fierté… Bref c’est à ce moment là
qu’on fait passer le message en rapport avec l’objectif de la séance.

Il n’y a pas que le temps de relaxation à la fin de la séance qui est important, on fait avant ce
temps là 4 exercices dynamiques qui préparent le corps à se détendre, ce que tu n’as pas avec
l’hypnose et la méditation. Les exercices dynamiques il y en a 27 différents, à chaque fois tu
peux détendre une partie du corps et là aussi tu la détends mentalement et physiquement. A
97
chaque fois, c’est 3 mouvements qui sont répétés. Donc le début de la séance je demande
toujours par demander à la personne de se mettre debout, de fermer les yeux, de prendre
quelques secondes, d’inspirer profondément et de souffler tout doucement le plus longtemps
possible et rien que ça, déjà la personne elle se calme et son rythme cardiaque se calme. Il y a
un exercice de « pompage des épaules » : « vous imaginez une journée où vous avez eu
beaucoup de problèmes », quand on dit qu’on a un poids trop lourd sur les épaules, on a une
partie qui se contracte facilement au niveau des trapèzes, « vous allez inspirer profondément
et fermer les poings puis vous allez retenir votre respiration et faire des mouvements de
pompage d’épaule puis quand vous le souhaitez vous allez souffler fortement ». Cet exercice
là on le fait vraiment à un rythme posé, après la personne elle attend quelques secondes,
« reprenez votre respiration, portez attention à votre zone douloureuse au niveau des trapèzes,
des épaules » et on recommence une deuxième fois, elle prend un peu plus conscience puis de
nouveau troisième fois et elle se détend un peu plus. Mais en même temps on lui dit « vous
allez imaginer que vous allez pomper tout ce qui a pu vous énerver dans la journée et vous
allez vous en débarrasser » non seulement il y a la volonté physique de détendre une partie du
corps mais en plus la volonté mentale de se décharger, de se débarrasser et c’est pas la même
puissance, pas la même importance d’exercice. Tu peux détendre les épaules, le buste, les
jambes, il y a des séances sur le sommeil qui sont très bien aussi où on fait prendre conscience
du poids du corps, des bras, des jambes, tout le corps et au final la personne, avant même le
temps de relaxation, elle a déjà l’impression que son corps est anesthésié, qu’il est plus lourd,
elle s’est détendu, elle se laisse déjà aller. Et si tu mets ces exercices là avant le temps de
relaxation, ça favorise cet état de conscience modifié après, si tu fais juste le temps de
relaxation c’est pas suffisant, c’est pas le même état de détente. C’est pour ça aussi que
l’hypnose, t’as pas les exercices physiques avant, tu la détends pas sur le plan musculaire, ça a
d’autres objectifs mais t’as pas la même détente physique.
Du coup la personne, dans le cas de la sophrologie, vu que tu lui demandes de re-pratiquer les
exercices, tu lui donnes les consignes des exercices, elle refait chez elle, du coup
concrètement elle apprend à se détendre et le jour où elle a vraiment un coup de stress elle
peut refaire un exercice ou deux et déjà ça va l’aider et la soulager. Et le but de la sophrologie
c’est biensûr tu accompagnes la personne, tu lui proposes plusieurs séances jusqu’à obtenir
l’objectif qui était fixé dès la première séance et on fixe un délai et donc tu envisages un
certain nombre de séances. Au fur à mesure la personne elle s’entraîne, elle fait les exercices
et elle devient autonome et généralement j’ai pas besoin de dire on est arrivé à la fin du
protocole, d’elle-même elle arrive à la séance et quand tu lui demande comment ça va, elle dit
« ah ça va beaucoup mieux ».
98
Comment pratiquez-vous la sophrologie dans votre quotidien ?

En ce qui me concerne, vu que déjà j’accompagne des personnes à mon domicile mais
également des séances collectives que je fais tous les mercredis soir, du coup j’ai la chance de
pratiquer régulièrement, de faire des exercices avec eux. C’est ça qui est bien en tant que
sophrologue, quand tu fais une séance avec quelqu’un, tu fais aussi les mouvements devant lui
donc finalement tu te détends aussi et le fait de poser ta voix, d’être beaucoup plus lent… A la
fin de la séance je suis quasi aussi bien qu’eux, pas tout à fait mais très détendue aussi.
Donc à côté de ça je pratique quand même un petit peu par moment mais par énormément
parce que j’ai la chance de pouvoir faire déjà ces séances qui me font du bien. De temps en
temps j’avoue je pratique aussi des respirations profondes ou quand j’ai un point de tension
dans le corps, je vais choisir un exercice ou deux qui vont me détendre facilement à cet
endroit là. Mais j’ai le reflexe de la faire naturellement maintenant, quand tu prends l’habitude
de le faire, le corps fait ça de façon systématique, un petit peu quand tu te réveilles et que tu
vas t’étirer, tu le fais naturellement tu ne vas pas te dire « tiens je vais m’étirer ça va me faire
du bien » et là c’est pareil. Quand j’ai des réveils nocturnes la nuit et bien de moi-même je
répète ma petite voix intérieure et progressivement je me détends et j’arrive à m’endormir
facilement.

Concernant plus particulièrement le mouvement, Quels sont les effets de la sophrologie que
vous observez chez vos patients ?

Actuellement je fais des séances du la gestion de la douleur au quotidien et donc forcément la


sophrologie ne va pas être un remède miracle pour faire passer une douleur très intense mais
que oui, pour des points de contractions, on peut obtenir une détente et même à la rigueur, une
douleur intense on ne peut pas complètement la faire disparaître mais au moins la diminuer
par la respiration. Et donc lors d’une séance collective que j’ai faite mercredi d’avant, il y a
une dame qui disait qu’elle avait des problèmes de cou, souvent des torticolis et j’ai fait faire
un exercice du cou, très simple aussi, mais je l’ai vu en séance mercredi là et elle m’a dit « ah
mon cou ça va vachement mieux » donc j’étais contente. Mais c’est toujours basé sur des
mouvements qui sont très doux, le fait de les répéter, tu te rends effectivement compte de tes
points de tension parce que au départ t’as pas forcément conscience de où t’as vraiment mal,
le fait de faire l’exercice tu te dis « ah oui là ça me fait quelque chose, ça semble aller mieux »
et puis de le répéter et de l’intensifier avec la respiration et bien ça aide beaucoup. J’ai des
99
personnes comme ça qui avaient des problèmes dans les épaules avec les trapèzes qui allaient
beaucoup mieux après, donc là cette dame elle avait mal au cou. Après j’ai des personnes qui
ont mal au niveau des lombaires, donc ça c’est plus compliqué je trouve par la sophrologie, on
va faire des exercices qui permettent de détendre le buste mais complètement détendre les
lombaires c’est pas évident. Et après on peut intervenir également même sur des douleurs
comme des céphalées, quand la douleur elle est naissante par la respiration, donc là pour le
coup il n’y a pas vraiment de mouvement de corps mais simplement par la respiration, en
inspirant profondément, en soufflant et en imaginant souffler sur le point qui te fait mal
comme si tu pouvais l’apaiser et bien tu réussis progressivement, mentalement, c’est aussi un
exercice mental, et donc là même s’il n’y a pas forcément de mouvement, simplement par la
respiration ça apporte une détente.
Mais, les exercices dynamiques qui se font en début de séance, les 4 exercices dynamiques,
sont tous des exercices qui se font avec du mouvement et qui apportent effectivement une
détente. Et toutes les personnes me le disent, dès qu’on a commencé la séance et qu’on a fait
un exercice ou deux, et ça se traduit aussi par des bâillements, tu vois que la personne non
seulement elle détend son corps mais elle commence déjà à bailler, preuve que déjà ils se
détendent.
Par rapport au mouvement, dans les origines de la sophrologie, j’ai parlé de la méthode
Jacobson, en fait c’est une méthode qui contracte et relâche les muscles. En fait on demande à
la personne d’inspirer, contracter un muscle puis en soufflant le relâcher, et le fait qu’il y ait
d’abord contraction, blocage de la respiration puis après relâchement, ça permet de relâcher
d’avantage le muscle, plus que si tu essayes de détendre simplement comme ça sans
contracter d’abord.
Un même exercice peut avoir deux intentions différentes, tout à l’heure le pompage des
épaules, j’ai dis tu évacues tout ce qui t’as pesé, énervé dans la journée, ton stress… Tu peux
utiliser le même exercice pour une personne qui manque de dynamisme et au contraire tu vas
lui dire de pomper pour remettre en énergie. Même exercice mais là au contraire pour
recharger ses batteries, pomper mais pour redonner de l’énergie au corps. Tu changes
l’intention de l’exercice et tu vas obtenir deux effets différents. ».

100
Annexe 10 : interview de Nicolas Grumiaux

INTERVIEW DE NICOLAS GRUMIAUX

Réalisée le 29/11/2019

Pratiquez-vous des techniques d’états modifiés de conscience dans le cadre de vos séances ?
Si oui, laquelle ou lesquelles, sous quelle forme, quelle fréquence, dans quel(s) objectif(s) ?

Alors c’est vrai que maintenant ma spécialité en vestibulaire fait que je n’ai plus forcément
beaucoup de traitement en rééducation fonctionnelle. Mais par contre même en vestibulaire on
peut utiliser des techniques de relaxation parce que justement, j’ai dis là pendant une
vingtaine d’heures de cours avec les K3 et les K4, que l’anxiété et les vertiges faisaient que
c’était pour certaines personnes encore un frein à notre rééducation et dans ces cas là on va
encourager effectivement des techniques de relaxation comme la cohérence cardiaque, la
sophrologie et les méditations de pleine conscience. On a aussi recours à certaines lectures,
certains patients vont plus répondre à la cohérence cardiaque, d’autres à des petits tutos sur
YouTube avec de la méditation de plein conscience, de choses comme ça. Il y en a d’autres ça
va plus être de la lecture, dans un bouquin par exemple ils vont se dire, Laurent Gounelle par
exemple, c’est un médecin, un psychologue mais romancier en même temps et quand il écrit
ses bouquins des fois on se repère, on a l’impression de s’y voir dans ses bouquins, de trouver
des fois des solutions à nos angoisses, ça permet aussi de travailler sur l’émotionnel avec les
gens donc en leur donnant des indications comme ça.
Donc je les utilise oui mais pas en tant que technique en elle-même où je vais faire une séance
de relaxation ect parce que la pratique maintenant fait que je peux plus faire ça mais je vais
leur donner des conseils, leur montrer comment ça fonctionne et je vais les encourager surtout
à le refaire parce que la fréquence est importante.
Donc là je pense que vraiment la fréquence, je trouvais que moi en tant que patient, j’ai fait
pendant mes études surtout au lycée, j’étais plutôt stressé avec les examens, j’ai fait de la
sophrologie effectivement qui m’apportait du bien être mais au moment de la séance, par
contre je trouvais que en dehors je n’arrivais pas à mettre en pratique réellement, ça
m’apportait pas pour moi quelque chose alors que des gens avec la sophrologie ils vont
trouver ça super. Encore une fois je pense que c’est une sensibilité qui est différente selon les
individus qui vont plus répondre à la cohérence cardiaque, ou à la sophrologie, ou à la
méditation, des choses comme ça. Donc moi je me suis plus tourné après et encore maintenant
101
je le fais régulièrement que ça aille ou ça aille moins bien, c’est plus après une habitude de vie
à faire, ou un peu de méditation ou de la cohérence cardiaque parce que la cohérence
cardiaque c’est vrai quand elle est faite régulièrement pour parler de fréquence, on sensibilise
et on formate un peu le cerveau en essayant de se mettre dans cet état un peu plus de
relaxation. Et je trouvais que ça, ça m’apportait plus sur le lâcher prise et de bien être
psychologique, de le faire régulièrement je pense que ça formate le cerveau à se mettre dans
des conditions dans lesquelles on voudrait être. Quand on le fait qu’une fois tous les six mois,
il prend ça comme un exercice mais sans plus, il va forcément avoir le temps, je pense que la
fréquence elle est importante. C’est pour ça que les techniques de relaxation qui peuvent être
faites directement par le patient lui-même, quand on lui a montré avant d’un point de vue
professionnel comment ça fonctionnait, pour moi je pense que c’est vraiment efficace parce
que plus on le fait, plus on va arriver effectivement à se mettre dans des états de relaxation
qu’on souhaite avoir. Et puis c’est pas toujours évident en plus, une séance de sophrologie, il
y a des gens timides, moins timides qui vont s’exprimer, qui vont pas s’exprimer ; la séance
de sophrologie parfois on est 7 ou 8 et il y a des gens qui vont pas forcément être… voilà.
Refaire chez eux directement après par contre ça va être plus facile dans un cadre plus cosy
quoi.

Avez-vous appris cette (ces) technique(s) lors de votre formation initiale et/ou en formation
continue ? Quels sont les enseignements « spécifiques » que vous y avez trouvés ?

Donc j’avais fait un diplôme de naturopathe il y a pas très longtemps d’ailleurs, Heilpraktiker
en fait c’est une formation qui se trouve près de Genève à Ferney-Voltaire exactement. Et
donc où on a parlé beaucoup de médecines naturelles, de médecines je dirais un peu
alternatives à la médecine classique, plus « médicamenteuse », qui est importante aussi
évidemment. Mais des fois on peut trouver des solutions un peu plus douces et parallèles pour
arriver à ses fins. Et donc la naturopathie ça englobe la technique, enfin ça englobe on va dire
l’homéopathie, les huiles essentielles, la gemmothérapie avec les bourgeons, le
conditionnement alimentaire, la rééducation alimentaire parce que ça c’est important et puis
après l’émotionnel est tellement important dans pleins de choses que souvent ils nous
coachent beaucoup sur des techniques de relaxation. Donc on nous avait beaucoup décrit la
cohérence cardiaque parce que le gros avantage de la cohérence cardiaque, pour celui qui a
jamais trop de temps pour lui, c’est que ça prend 5 minutes au bas mot et que les résultats sont

102
quand même plusieurs heures après encore là donc le quotient de rentabilité il est quand
même intéressant.
Mais, c’est vrai qu’à chaque cours on avait le docteur Inthavong je me souviens donc qui lui
faisait de la méditation à fond à fond à fond, c’est un psychiatre, avec ses patients et à chaque
cours qu’il nous faisait donc il nous faisait 10 minutes ou un quart d’heure de mise en
méditation en fait. Donc là il y a des gens que ça va intéresser, des gens qui vont rigoler, qui
vont dire ça c’est trop bien donc selon les affinités. Et moi après je me suis un peu, pas
reformé, mais je suis allé voir d’autres indicateurs, pour développer par exemple la cohérence
cardiaque que je fais toujours, la méditation de pleine conscience avec les exercices du
docteur André. Donc Christophe André c’est un psychiatre de l’hôpital Saint Anne qui donc
travaille avec une patientèle essentiellement orientée psy et où il va beaucoup travailler
justement les techniques de relaxation, de méditation pour le fameux lâcher prise ect,
déconnecter un petit peu et donc tout ça, ça me parle et c’est vrai que je le fait régulièrement.
Mais une formation en cohérence cardiaque ça existe je l’ai pas faite, je n’ai pas fait de
formation à proprement parler mais je me suis renseigné après puis j’ai amplifié des choses
qui me paraissent mieux pour moi et que j’ai lu, j’ai pratiqué ect mais c’est vrai qu’il y a des
formations qui pratiquent tout ça.

Pensez vous que ces techniques améliorent votre efficience en Masso-Kinésithérapie ? En


trois mots « clés » pourriez vous dire pourquoi ?

Alors nous, en tant que thérapeutes, je pense que ça nous apporte aussi le côté essayer d’être
euh, enfin par rapport aux gens mais aussi par rapport à nous égoïstement, je dirai ça nous
apporte beaucoup de choses dans la vie courante en terme de relaxation, d’essayer d’être assez
posé et d’aller à l’essentiel ect sans trop parasiter les choses avec idées ruminatives, la
rumination mentale on la combat avec tout ça. Mais c’est surtout que ce sont des freins toutes
ces ruminations mentales et ces stresses, aussi bien émotionnellement que d’un point de vue
kinésithérapie pour nos patients. Il y a des gens qui vont figer leur état émotionnel sur des
douleurs et qui vont des fois se freiner une rééducation parce que une prothèse de genou qui
avec un genou hyper douloureux, il y a des gens qui vont avoir une relation à la douleur
apaisée avec des techniques de relaxation en plus et qui vont rester bloqués sur leur douleur
avec des amplitudes qu’ils ne vont pas récupérer. Donc on peut tout à fait effectivement
imaginer, même si moi je le pratique plus maintenant, que de mettre en confiance les gens
sans forcément faire de la relaxation mais déjà une mise en confiance ça gère un peu les
103
émotions effectivement de nos patients, l’empathie ect. Et donc de faire gérer les émotions
des gens avec des techniques comme ça, ça ne peut que favoriser leur récupération, qu’elle
soit psychologique ou locomotrice ou rééducative ; plus ils seront dans un schéma apaisé, plus
ils vont lâcher prise sur des états de tensions musculaires ou articulaires.

Donc pour les mots clés, donc « relaxation » je dirais, « rentabilité » dans le sens où comme la
cohérence cardiaque par exemple, 5 minutes de cohérence cardiaque c’est prouvé que ça fait
baisser notre taux de cortisol, l’hormone du stress, pendant plusieurs heures donc c’est quand
même hyper rentable. Donc relaxation, rentabilité et puis « efficacité » parce que je trouve
que, pourvu qu’on le fasse à une fréquence quand même régulière, qu’on fasse pas ça
uniquement juste quand ça va pas bien mais qu’on continue à le faire également quand ça va
bien comme une nourriture, certains diront spirituel ou je sais pas mais du moins émotionnel,
que ça puisse nous aider dans la vie de tous les jours, à long terme. Donc effectivement
efficacité ça l’est quand on le fait régulièrement, rentabilité parce que on voit vite le rapport
de cause à effet et puis relaxation parce que c’est quand même le but d’essayer effectivement
de lâche prise, de relaxer…

Quel est pour vous l’apport de ces techniques dans l’aide à la récupération du mouvement
pour et/ou par le « patient » ?

En fait des fois au niveau d’une récupération d’un, on va reprendre une épaule gelée par
exemple surtout que l’épaule gelée j’ai pas fait exprès de prendre ça mais t’as déjà
certainement vu les phénomènes d’algoneurodystrophie. Souvent dans l’algoneurodystrophie,
on a un blocage d’une articulation qu’elle soit l’épaule, le poignet ou la cheville parce que ça
touche souvent ça, qui est souvent enraidi. On sait que l’algoneurodystrophie : algo douleur,
neuro parce que il y a un phénomène quand même neuro-psychique émotionnel qui souvent,
on a des profils type à l’ algoneurodystrophie de gens qui vont être très tendus, craintifs pour
leur boulot de devoir arrêter, il faut récupérer vite parce que sinon ça va pas aller avec mon
boulot, des états anxieux qui vont créer un bocage par exemple pour une algo d’épaule. Et
souvent les algoneurodystrophie pour récupérer les mouvements et pour diminuer la
pathologie, on a des fois recours malheureusement, ou des fois on a pas le choix, à des
antidépresseurs qui prouvent bien justement que gérer l’émotionnel, ça libère des
mouvements et puis toutes les techniques de relaxation évidemment vont être hyper
intéressantes pour essayer de lâcher prise aussi bien au niveau mental qu’au niveau articulaire.
104
Mais une prothèse de genou qui récupère pas parce que les gens sont très anxieux par rapport
à leur douleur et tout ça, si on leur enlève un peu d’anxiété on a des fois des tensions
musculaires qui vont se libérer sans qu’on comprenne pourquoi mais peu importe le principal
c’est que ça aille mieux et des fois c’est vrai que les gens agissent plus sur leur récupération
d’amplitude en gérant leur stress que des fois nous ce qu’on pourrait leur apporter. Alors
l’idéal c’est les deux et c’est ce qu’on essaye de faire en tant que praticien. Mais oui,
effectivement, je pense que ça peut vraiment aller dans le sens d’une libération des mobilités
et d’une récupération des mobilités plus rapides quand on a à faire à des gens avec un affect
émotionnel important.

105
RÉSUMÉ

Contexte : Les états modifiés de conscience tels que l’hypnose, la sophrologie, la relaxation, la médiation,
le Yoga, le Tai Chi et le Qi Gong sont de plus en plus utilisés dans de nombreux domaines comme en
anesthésie, en dentaire, en obstétrique… Mais ces techniques ne sont pas encore beaucoup utilisées en
Masso-Kinésithérapie. L’objectif de ce mémoire est de démontrer que les techniques d’états modifiés de
conscience peuvent être utiles en Masso-Kinésithérapie dans le cadre de la récupération du mouvement et
qu’elles peuvent rendre le kinésithérapeute plus efficient pour faciliter ce mouvement.
Méthode : Cette revue de littérature non exhaustive est complétée par la réalisation d’interviews.
Résultats : Les résultats de ce travail ont démontré que l’hypnose, la sophrologie, la relaxation, la
médiation, le Yoga, le Tai Chi et le Qi Gong s’effectuent en mouvement, se basent sur la respiration,
entraînent une modification des perceptions et des effets corporels en particulier une détente musculaire,
une diminution de la douleur, une prévention contre les altérations du mouvement, se basent sur des
exercices de visualisation et agissent sur le psychique dans le but de récupérer le mouvement.
Conclusion : Les états modifiés de conscience ont prouvé leur efficacité dans les autres domaines mais ils
sont aussi efficaces en Masso-Kinésithérapie, en particulier dans la récupération du mouvement. La
connaissance de ces techniques rend le kinésithérapeute plus efficient pour faciliter le mouvement.

MOTS CLÉS : états modifiés de conscience, médecine intégrative, mouvement, masso-kinésithérapie,


techniques.

ABSTRACT

Background : Altered states of consciousness such as hypnosis, sophrology, relaxation, mediation, Yoga,
Tai Chi and Qi Gong are increasingly used in many areas such as anesthesia, dentistry, obstetric… But
these techniques are not widely used in Physiotherapy yet. The aim of this memory is to demonstrate that
the techniques of altered states of consciousness can be useful in Physiotherapy in the context of movement
recovery and they can make the physiotherapist more efficient in facilitating this movement.
Method : This non-exhaustive literature review is supplemented by interviews.
Results : The results of this work demonstrated that hypnosis, sophrology, relaxation, mediation, Yoga, Tai
Chi and Qi Gong are practised in movement, are based on breathing, cause a change in perceptions and
body effects, in particular muscle relaxation, reduction of pain, prevention against impaired movement, are
based on visualization exercises and act on the mind in order to recover movement.
Conclusion : Altered states of consciousness have proved their effectiveness in other areas but they are
also effective in Physiotherapy, in particular in the recovery of movement. Knowledge of these techniques
makes the physiotherapist more efficient in facilitating movement.

KEYWORDS : altered states of consciousness, integrative medicine, movement, physiotherapy, techniques

106