Vous êtes sur la page 1sur 2

Comment mesurer la croissance

économique?
20 août 2017 par Admin

Définition, Théorie et impact de la croissance économique : cette leçon


passera par les différentes théories de la croissance économique qui
tentent d’expliquer comment un pays continue d’augmenter la
production?
Il existe des principaux types de théories de la croissance économique au
fil du temps qui ont tous tenté de répondre à cette question précise.

Théorie classique :
La théorie classique de la croissance économique était une combinaison
de travail économique réalisé par Adam Smith, David Ricardo et Malthus
aux XVIIIe et XIXe siècles. La théorie affirme que chaque économie a un PIB
de l’état d’équilibre et tout écart hors de cet état d’équilibre est temporaire
et finira par revenir. Ceci est basé sur le concept que lorsqu’il y a une
croissance du PIB, la population augmentera. L’augmentation de la
population a donc un effet négatif sur le PIB en raison de la hausse de la
demande sur les ressources limitées d’une plus grande population. Le PIB
baissera finalement à l’état stable. Lorsque le PIB diffère en dessous de
l’état stationnaire, la population diminue et donc baisse de la demande sur
les ressources. À son tour, le PIB augmentera à son état d’équilibre.

La théorie néo-classique :

Dans la théorie néo-classique, deux économistes, Trevor Winchester


Swan et Robert Solow, ont largement contribué à la théorie de la
croissance économique dans le développement de ce qui est maintenant
connu comme le modèle de Swan. La théorie met l’accent sur trois
facteurs qui ont une incidence sur la croissance économique: le travail, le
capital et la technologie, ou plus précisément, les progrès
technologiques. La production par travailleur (croissance par unité de
travail) augmente avec la production par habitant (croissance par unité de
capital), mais à un taux décroissant. Ceci est appelé rendement marginal
décroissant. Par conséquent, il deviendra un point qui peut être mis en
main d’œuvre et du capital pour atteindre un état d’équilibre.
Étant donné qu’une nation ne peut théoriquement déterminer la quantité
de travail et le capital nécessaire pour rester à ce point d’équilibre, ce sont
les progrès technologiques qui ont un impact vraiment la croissance
économique. La théorie affirme que la croissance économique ne se fera
pas à moins que des progrès technologiques et les avancées produit par
hasard. Une fois qu’une avance a été effectuée, le travail et le capital
doivent être ajustés en conséquence. Il suggère également que si toutes
les nations ont accès à la même technologie, le niveau de vie deviendra
tous égaux.
Il y avait deux préoccupations majeures à cette époque des théories. La
première est la conclusion que la croissance économique continue ne peut
se produire avec les progrès technologiques, qui se trouvent par hasard et
ne peut donc être modélisé. D’autre part, il repose sur la diminution des
rendements marginaux du capital et du travail. Cependant, il n’y a aucune
preuve empirique de la vie réelle ou pour étayer cette affirmation. Par
conséquent, le modèle est connu pour identifier la technologie comme
facteur de croissance, mais ne jamais expliquer comment
substantiellement.