Vous êtes sur la page 1sur 56

UNIVERSITE HASSAN II DE CASABLANCA ‫جامعة الحسن الثاني بالدار البيضاء‬

--------- -------
Faculté des Sciences Aïn Chock ‫كلية العلوم عين الشق‬

________________________________________________________________________________________
_

Département de Mathématiques et Informatique

Filière : SMPC

Module : Analyse 2

Semestre S2

Cours d’analyse II

Réalisé par:

Pr. Mohamed El Hamma


et
Pr. Radouan Daher

Année universitaire 2020-2021

________________________________________________________________________________________
____
‫ المغرب‬20100 ‫ المعاريف الدار البيضاء‬5366 ‫ب‬.‫ ص‬- ‫ طريق الجديدة‬8 ‫ كلم‬- ‫ كلية العلوم عين الشق‬
 Faculté des Sciences Aïn Chock - Km 8 Route d’El Jadida - B.P 5366 Mâarif Casablanca 20100 Maroc
 Tel.: 0522 23 06 80 Fax: 0522 23 06 74.  http://www.fsac.ac.ma
UNIVERSITÉ HASSAN II
FACULTE DES SCIENCES
AIN CHOCK CASABLANCA
DEPARTEMENT DE MATHEMATIQUES
ET INFORMATIQUE

*******************************************************

Cours d’analyse 2
**********************
Semestre S2
Analyse 2

************************************************
************************************************

Filière : SMPC (Semestre 2, première année)

Réalisé par :
Prof. Radouan Daher.
Prof. Mohamed El Hamma.

2020/2021
Table des matières

1 Calcul Intégral 3
1.1 Primitive d’une fonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.2 Calcul des intégrales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.3 Téchniques d’intégration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.3.1 Intégration par partie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.3.2 Changement de variable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.4 Intégrale d’une fraction rationnelle : PQ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
1.5 Intégrale dépendant d’un paramètre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11

2 Intégrales Généralisées 13
2.1 Définition des intégrales
R +∞ généralisées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
2.2 Intégrale de type a f (x)dx . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
2.3 Convergence absolue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16

3 Equations différentielles 18
3.1 Equations différentielles d’ordre 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
3.2 Equations différentielles linéaire d’ordre 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
3.3 Equation différentielle du second ordre à coefficients constants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22

4 Les séries numériques 27


4.1 Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
4.2 Convergence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
4.3 Opérations simples sur la convergence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
4.4 Séries à termes positifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
4.4.1 Critères de comparaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
4.4.2 Critère d’équivalence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
4.4.3 Comparaison avec une intégrale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
4.4.4 Séries de Riemann . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
4.4.5 Critère de D’Alembert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
4.4.6 Critère de Cauchy . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
4.5 Critère de convergence des séries alternées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

5 Suites et Série de fonctions 33


5.1 Suites de fonctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
5.2 Séries de fonctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
5.3 Séries entières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
5.4 Séries Trigonométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
5.5 Séries de Fourier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39

6 Elément de calcul différentiel 43


6.1 Fonctions à plusieurs variables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
6.2 Limite et continuité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
6.3 Dérivées partielles premières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
6.4 Dérivées partielles d’ordre supérieur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46

2
TABLE DES MATIÈRES El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

6.5 Dérivées partielles premières des fonctions à trois variables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46


6.6 Dérivées partielles d’ordre 2 des fonctions à trois variables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
6.7 Extremums des fonctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
6.8 Tangentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48

7 Intégrales doubles 51
7.1 Intégrale double d’une fonction continue bornée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
7.2 Théorème de Fubini . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
7.3 Changement de variables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52

3
Chapitre 1

Calcul Intégral

1.1 Primitive d’une fonction


Définition 1.1.1 Soient I un intervalle de R et f : I → R une fonction. On dit que f admet une fonction primitive
sur I s’il existe une fonction F : I → R telle que
1. F est dérivable,
2. ∀x ∈ I, F ′ (x) = f (x).

Remarque :
Si F est une fonction primitive de f , alors F + c (avec c est une constante dans R) est une fonction primitive de
f , c’est-à-dire les fonctions primitives d’une fonction différent que d’une constante.

Fonction f Fonction primitive Intérvalle I


a 2
ax + b 2 x + bx + c R
1
cos(ax + b) a sin(ax + b) + c R
1
sin(ax + b) − a cos(ax + b) + c R
π
1 + tan2 x tan x + c ]− 2 + kπ, π2 + kπ[, k ∈ Z
π
tan x − ln | cos x| + c ]− 2 + kπ, π2 + kπ[, k ∈ Z
1 1 x
x2 +a2 , a > 0 a arctan( a ) + c R
√ 1 ,a > 0 arcsin( xa ) + c ] − a, a[
a2 −x2
−1

a2 −x2
,a > 0 arccos( xa ) + c ] − a, a[
shx chx + c R
chx shx + c R
1
x ln(|x|) + c R∗

Opérations sur les fonctions primitives

Soient u et v deux fonctions dérivables sur un intervalle I.

Fonction Primitive
u′ + v ′ u+v
ku′ ku
u′ v + uv ′ uv
1
u′ ur r+1 u r+1 , (r 6= −1)
u′
u ln |u|, (u 6= 0)
u′ v−uv′ u
v2 v
u′ eu eu
u′ (v) × v ′ u(v)

4
1.2. CALCUL DES INTÉGRALES El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

1.2 Calcul des intégrales


Définition 1.2.1 On appelle intégrale définie de la fonction f sur l’intervalle [a, b] le nombre
Z b
f (x)dx = [F (x)]ba = F (b) − F (a),
a
Rb
avec F est la fonction primitive de la fonction f . On lit a f (x)dx Somme de a à b de f (x)dx ou bien l’intégrale de
f sur [a, b].

Exemples
R6√
1. Calculons l’intégrale I = 2 2 + tdt.

On pose f (t) = 2 + t pour tout t ∈] − 2, +∞[. Donc f (t) = v ′ (t)(v(t))1/2 avec v ′ (t) = 1 et v(t) = 2 + t. La
fonction primitive de f est donnée par

2
F (t) = (2 + t)3/2 .
3
Alors

Z 6√
I = 2 + tdt
2
 6
2 3/2
= (2 + t)
3 2
2 3/2 2 3/2
= 8 − 4
3 3
16 √
= (2 2 − 1)
3
R ln 2 et
2. Calculons J = 0 et +1 dt. Donc

ln 2
et
Z
J = dt
0 et + 1
Z ln 2 t
(e + 1)′
= dt
0 et + 1
ln 2
= ln(et + 1) 0


= ln(eln 2 + 1) − ln(e0 + 1)
= ln 3 − ln 2
3
= ln( ).
2

Propriétés 1.2.2 Soient f : [a, b] → R et g : [a, b] → R deux fonctions intégrables sur [a, b] et k ∈ R alors on a les
propriétés suivantes
Rb Rb
1. a kf (x)dx = k a f (x)dx,
Rb Rb Rb
2. a (f (x) + g(x))dx = a f (x)dx + a g(x)dx,
Rb
3. Si f ≥ 0, alors a f (x)dx ≥ 0,
Rb Rb
4. Si f ≥ g, alors a f (x)dx ≥ a g(x)dx,
R R
b b
5. a f (x)dx ≤ a |f (x)|dx,

5
1.2. CALCUL DES INTÉGRALES El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

6. Relation de Chasles : pour tout a < c < b on a :


Z b Z c Z b
f (x)dx = f (x)dx + f (x)dx,
a a c
Ra Rb
7. f (x)dx =− f (x)dx,
Rba a
8. a f (x)dx = 0, pour tout a ∈ R

Proposition 1.2.3 Soit f une fonction définie et continue sur [a, b], alors la fonction
Z x
F (x) = f (t)dt
a
est une primitive de f sur [a, b] telle que F (a) = 0.

Proposition 1.2.4 Soit f : I → R une fonction continue sur un intervalle I de R, et u, v deux fonctions définies de
J → I de classe C1 . On pose
Z v(x)
G(x) = f (t)dt.
u(x)

Alors la fonction G est dérivable sur I et on a

G′ (x) = f (v(x))v ′ (x) − f (u(x))u′ (x)

Preuve. Soit F une fonction primitive de la fonction f sur I, alors on a


v(x)
G(x) = [F (t)]u(x) = F (v(x)) − F (u(x))
Donc

G′ (x) = F ′ (v(x))v ′ (x) − F ′ (u(x))u′ (x)


= f (v(x))v ′ (x) − f (u(x))u′ (x)

D’où le résultat. 

Exemple Soit F une fonction définie par


Z 2x
F (x) = ln(et + t)dt
−x

La fonction f : t → ln(et
+ t) est continue sur R et les deux fonctions u : x → −x et v : x → 2x sont dérivables
sur R, donc F est dérivable et on a

F ′ (x) = 2 ln(e2x + 1) + ln(e−x + 1)

Théorème 1.2.5 (Théorème de la moyenne) Soit f : [a, b] → R et g : [a, b] → R deux fonctions continues, avec
f (x) > 0 sur [a, b], alors il existe c ∈ [a, b] tel que
Z b Z b
f (t)g(t)dt = g(c) f (t)dt
a a

6
1.2. CALCUL DES INTÉGRALES El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

Preuve. Puisque g est une fonction continue sur [a, b] alors il existe m et M dans R tel que g([a, b]) = [m, M ] avec
m = min{g(x)/ x ∈ [a, b]} et M = max{g(x)/ x ∈ [a, b]}. Alors ∀t ∈ [a, b] on a m ≤ g(x) ≤ M , et par suite on obtient
Z b Z b Z b
m f (t)dt ≤ f (t)g(t)dt ≤ M f (t)dt,
a a a
car f (t) > 0.

Par conséquence on a
Rb
a f (t)g(t)dt
m≤ Rb ≤M
a f (t)dt
ce qui implique d’après le théorème des valeurs intérmidaires il existe c dans [a, b] tel que
Rb
a f (t)g(t)dt
g(c) = Rb .
a f (t)dt
D’où le résultat 

corollaire 1.2.6 Soit f une fonction continue sur [a, b]. Alors il existe c ∈ [a, b] tel que
b
1
Z
f (c) = f (t)dt
b−a a

Définition 1.2.7 Soit f une fonction continue sur [a, b]. La valeur moyenne de la fonction f sur [a, b] est le nombre
réel suivant
b
1
Z
µ= f (t)dt
b−a a

Exemples
1. Calculons la valeur moyenne de la fonction f (x) = ln(x) sur [1, e].
On a
Z e
1
µ = f (t)dt
e−1 1
Z e
1
= ln(t)dt
e−1 1
1
= [t ln t − t]e1
e−1
1
=
e−1

2. Calculons la valeur moyenne de la fonction f (x) = cos(x) sin3 (x) sur [0, π4 ]
On a
Z π
1 4
µ = π f (x)dx
4 0
π
4
Z
4
= cos(x) sin3 (x)dx
π 0
π
4
Z
4
= sin′ (x) sin3 (x)dx
π 0
 π
4 1 4
4
= sin (x)
π 4 0

7
1.3. TÉCHNIQUES D’INTÉGRATION El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

√ !4
 
1 2 
=
π 2
1
=

1.3 Téchniques d’intégration


1.3.1 Intégration par partie
Proposition 1.3.1 Soient u et v deux fonctions de classe C1 . Alors on a
Z b Z b
u′ (t)v(t)dt = [u(t)v(t)]ba − u(t)v ′ (t)dt
a a
Rx Rx
Preuve. On pose F (x) = a u′ (t)v(t)dt et G(x) = u(x)v(x) − u(a)v(a) − a u(t)v ′ (t)dt. Alors on obtient

F (a) = G(a) = 0.
De plus G′ (x)
= u′ (x)v(x) + u(x)v ′ (x) − u(x)v ′ (x)
= u′ (x)v(x) et F ′ (x) = u′ (x)v(x). Donc F (x) = G(x) + c (c est
une constante) et puisque G(a) = F (a) = 0 alors la constante c est nulle. D’où F (x) = G(x) pour tout x ∈ [a, b] en
particulier pour b. 

Exemples
Re
1. Calculons l’intégrale I = 1 ln xdx. On fait une intégration par partie, on pose
 ′
u (x) = 1 et v(x) = ln x
u(x) = x ; v ′ (x) = x1
Alors
Z e
I = ln xdx
1
Z e
= [x ln x]e1 − dx
1
= e−e+1
= 1
R √3
2. Calculons l’intégrale J = 1 t arctan tdt. On fait une intégration par partie, on pose
(
u′ (t) = t et v(t) = arctan t
t2 1
u(t) = 2 ; v ′ (t) = 1+t2

Alors

Z 3
J = t arctan tdt
1
√3 Z √3
t2 t2

= arctan t − dt
2 1 1 2(t2 + 1)
Z √3  
3π 1
= − 1− 2 dt
8 1 t +1
3π √ π
= − 3−1−
8 √ 12
5π 1 3
= + −
12 2 2

8
1.3. TÉCHNIQUES D’INTÉGRATION El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

1.3.2 Changement de variable


Proposition 1.3.2 Soit f une fonction continue sur [a, b] et soit g : [α, β] → [a, b] de classe C1 avec g(α) = a et
g(β) = b. Alors
Z b Z β
f (x)dx = f (g(t))g′ (t)dt
a α

Preuve. Si F une fonction primitive de la fonction f , alors

(F (g(t))′ = F ′ (g(t))g′ (t) = f (g(t))g′ (t).


Donc F (g(t)) est une fonction primitive de f (g(t))g ′ (t), et alors

Z β
f (g(t))g′ (t)dt = [F (g(t))]βα
α
= F (g(β)) − F (g(α))
= F (b) − F (a)
Z b
= f (x)dx
a

D’où le résultat. 

Exemples
R1√
1. Calculons I = 0 1 − t2 dt. On pose le changement de variable t = sin(u), donc dt = cos(u)du

t=0 alors u=0
t=1 alors u = π2

Z 1p
I = 1 − t2 dt
0
Z π q
2
= 1 − sin2 (u) cos(u)du
0
Z π
2
= cos2 (u)du
0
π
1 cos(2u)
Z
2
= ( + )du
0 2 2
1 π 1 π
= [u]02 + [sin(2u)]02
2 4
π
=
4
Re 1
2. Calculons l’intégrale J = √
e−2 t dt. On pose le changement de variable x = ln(t), donc dx = 1t dt et
3+ln(t)

t = e−2

alors x = −2
t=e alors x=1

e
1
Z
J = p dt
e−2 t 3 + ln(t)
e
(ln(t))′
Z
= p dt
e−2 3 + ln(t)

9
1.3. TÉCHNIQUES D’INTÉGRATION El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

1
1
Z
= dx √
−2 3+x
 √ 1
= 2 3 + t −2
= 2.

Proposition 1.3.3 Soit f une fonction continue sur [−a, a] avec a > 0. Alors
Ra
1. −a f (t)dt = 0 si f est impaire,
Ra Ra
2. −a f (t)dt = 2 0 f (t)dt si f est paire,
3. Soit f une fonction continue sur R et périodique de période T , alors
Z α+T Z T
f (t)dt = f (t)dt, ∀α ∈ R.
α 0

Preuve. (Exercice) 

Proposition 1.3.4 Soit f : [a, b] → R une fonction continue, alors les deux suites suivantes
n−1 n
b−aX b−a b−aX b−a
un = f (a + k ) et vn = f (a + k )
n n n n
k=0 k=1

sont convergentes vers la même limite, et on a


Z b
lim un = lim vn = f (x)dx.
n→+∞ n→+∞ a

Exemples
1. Calculer la limite de la suite suivante
√ √ √
1+ 2 + .... + n
Un = √ .
n n
En effet

√ √ √ !
1 1 + 2 + .... + n
un = √
n n
r r r !
1 1 2 n
= + + ..... +
n n n n

Donc
1√
2
Z
lim un = xdx = .
n→+∞ 0 3
n
P 1
2. Calculer la limite de la suite suivante un = n+k .
k=1

En effet
n
1X 1
un = k
.
n 1+ n
k=1

Donc

10
P
El Hamma,
1.4. INTÉGRALE D’UNE FRACTION RATIONNELLE : QDaher: Analyse 2 SMPC2

2
1
Z
lim un = dx
n→+∞ 1 x
= ln(2)

P
1.4 Intégrale d’une fraction rationnelle : Q

On procéde par étapes


♣ Etape 1 :

Si deg P ≥ deg Q : On fait d’abort une division Euclidienne et donc on a

P = EQ + R
P (x) R(x)
Donc Q(x) = E(x) + Q(x) , avec deg R < deg Q
♣ Etape 2 :
R(x)
On fait la décomposition en éléments simples dans R[x] de Q(x) .

Exemples
R2
1. Calculons I = 1 xx−1
3 +4x dx.

Dans cet exemple on passe directement à l’étape 2, donc

x−1 x−1 a bx + c
3
= 2
= + 2
x + 4x x(x + 4) x x +4
On calcule a, b et c

x(x − 1) bx + c
2
= a+x 2
x(x + 4) x +4
−1
et on donne x = 0, on trouve a = 4 et on a

x−1 (a + b)x2 + cx + 4a
=
x(x2 + 4) x(x2 + 4)
ceci implique que a + b = 0, donc b = 41 . Et puis f (1) = 0 = a + b+c
5 =⇒ c = 1. Alors

2 Z 2
−1 x+4
Z
I = dx + 2
dx
1 4x 1 4(x + 4)
1
−1 2 1 1 2 2x 1 2
Z Z Z
2
= dx + dx + dx
4 1 x 8 1 x2 + 4 2 1 ( x2 )2 + 1
−1 1 2 1 h x i2
= [ln x]21 + ln(x2 + 4) 1 + arctan
4 8 2 2 1
1 1 π 1 1
= ln 2 − ln 5 + − arctan
4 8 8 2 2
R x4 +x2 +4
2. Calculons J = x3 +5x 2 +8x+4 dx.

On fait d’abord une division Euclidienne et on trouve

x4 + x2 + 4 18x2 + 36x + 24
= x − 5 +
x3 + 5x2 + 8x + 4 x3 + 5x2 + 8x + 4
et x3 + 5x2 + 8x + 4 = (x + 1)(x + 2)2 .

11
ElÈTRE
1.5. INTÉGRALE DÉPENDANT D’UN PARAM Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

Et on va décomposer en éléments simples la fraction rationnelle

18x2 + 36x + 24 a b c
= + +
(x + 1)(x + 2)2 x + 1 x + 2 (x + 2)2
D’après le calcul, on trouve a = 6, b = 12 et c = −24. Donc

1 24
J = (x − 5)2 + 6 ln(|x + 1|) + 12 ln(|x + 2|) + + const
2 x+2

1.5 Intégrale dépendant d’un paramètre


Soit I un intervalle de R et f une fonction définie sur [a, b] × I par f : (t, x) → f (t, x). On suppose que, pour
chaque x ∈ I la fonction fx : [a, b] → R telle que fx (t) = f (t, x) est intégrable sur [a, b]. On définit ainsi la fonction F
sur I par
Z b Z b
F : x → F (x) = fx (t)dt = f (t, x)dt
a a

R1
Exemple Soit f : [0, 1] × R → R une fonction définie par f (t, x) = cos(tx), calculons l’intégrale K = 0 f (t, x)dt.
On a si x 6= 0, alors
1  1
1 sin x
Z
cos(tx)dt = sin(tx) =
0 x 0 x
R1
Si x = 0, alors on a 0 dt = 1
Donc
sin x

x si x 6= 0
K=
1 si x = 0

12
ElÈTRE
1.5. INTÉGRALE DÉPENDANT D’UN PARAM Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

UNIVERSITÉ HASSAN II Année Universitaire : 2020/2021


FACULTE DES SCIENCES
AIN CHOCK CASABLANCA SMPC
DEPARTEMENT DE MATH. INFO Analyse 2

SERIE 1
Exercice 1 : Calculer
R e−2 dt
R e4 1 R eπ cos(ln(x))
A= e−1 t ln2 (t) B = e3 t ln(t) dt C= 1 x dx
Rπ 1
Rπ 2
D = 04 1+sin(2x) dx E = 02 sin(2x)ecos (x) dx.
R √3 π
ex cos(x)dx.
R
Exercice 2 : Calculer A = 1 t arctan(t)dt B= 2
0
R1 √
Exercice 3 : Soit In = 0 xn 1 − xdx, ∀n ∈ N.
1. Calculer I0
2. Montrer que (2n + 5)In+1 = (2n + 2)In , ∀n ∈ N
Exercice 4 : Calculer
R 1 √x √
1. A = 0 x+1 dx (poser t = x)

2. B = 04 ln(1 + tan(x))dx (poser x = π4 − t)
R1 1
Exercice 5 : Montrer que 0 x2 −x+1 dx = 32π√
3

t2
Exercice 6 : Soit f (t) = t+1 ∀t 6= −1
1. Décomposer f en éléments simples
R √2 t2
2. Calculer I = 1 t+1 dt
R ln(2) ex
3. Calculer J = 0 − x dx
1+e 2

n n−1
√ 1 1
P P
Exercice 7 : Calculer lim n2 +k
lim n n2 +k 2
.
n→+∞ k=1 n→+∞ k=0

13
Chapitre 2

Intégrales Généralisées

2.1 Définition des intégrales généralisées


Définition 2.1.1 Soit f une fonction continue sur [a, b[ (resp. sur ]a, b]). On dit que l’intégrale de la fonction f sur
Rx Rb
[a, b[ (resp. sur ]a, b]) est convergente si lim a f (t)dt (resp. lim x f (t)dt) existe et finie.
+
R xx→b x→a

Rb Rb Rb
On note, dans ce cas a f (t)dt = lim a f (t)dt (resp. a f (t)dt = lim x f (t)dt) et on l’appelle intégrale généralisée
x→b− x→a+
(ou impropre) de f sur [a, b[ (resp. sur ]a, b]). Dans le cas contraire on dit qu’elle est divergente.

Exemples
R1
1. l’intégrale I = √ dt est convergente.
0 1−t2

En effet
x
dt
Z
√ = [arcsin(t)]x0 = arcsin(x)
0 1 − t2
π
Puisque lim arcsin x = 2, alors I converge et on a
x→1−
π
I= .
2
R1 dt
2. l’intégrale J = 0 1−t est divergente.

En effet
x
1
Z
dt = − ln(1 − x)
0 1−t
Puisque lim (− ln(x − 1)) = +∞, alors J diverge.
x→1−
R1
3. l’intégrale L = 0 t12 est divergente.

En effet

1
L = lim (−1 + ) = +∞
x→0 + t
Donc L diverge.

Théorème 2.1.2 Soient f et g deux fonctions définies sur [a, b[ telles que ∀x ∈ [a, b[,

0 ≤ f (x) ≤ g(x)
Alors on a

14
R +∞
2.2. INTÉGRALE DE TYPE A F (X)DX El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

Rb Rb
1. Si a g(x)dx converge, alors a f (x)dx converge
Rb Rb
2. Si a f (x)dx diverge, alors a g(x)dx diverge
Rb dx
Théorème 2.1.3 I = a (b−x)α converge, si et seulement si α < 1
Rt dx
Preuve. Soit F (t) = a (b−x)α
1
(b − t)1−α − (b − a)1−α

1. Si α 6= 1, alors F (t) = α−1

(a) Si α < 1, alors I converge


(b) Si α > 1, alors I diverge
2. Si α = 1, alors I diverge (faite le calcul)


corollaire 2.1.4 Soit f une fonction intégrable sur tout segment [a, t[ avec a ≤ t < b et
1
f (x) ∼
b− (b − x)α
Rb
Alors a f (x)dx converge si et seulement si α < 1

Conséquence Soit a ∈ R∗+ , alors


a
1
Z
dt converge ⇐⇒ α < 1
0 tα
π
√ 1 dx.
R
Exemple Soit I = 2
0 cos x

π
On pose x = 2 − t, donc
1 1 1
√ =√ ∼√ .
cos x sin t 0+ t
D’où
1 1
√ ∼ π
cos x π2 − ( 2 − x)1/2
1
Puisque α = 2 < 1, donc l’intégrale I converge
Rb Rb
Proposition 2.1.5 Soient f et g deux fonctions continues et positives sur [a, b[. Si f ∼ g, alors a f (x)dx et a g(x)dx
b−
sont de même nature

R +∞
2.2 Intégrale de type a f (x)dx
R +∞ Rx
Définition 2.2.1 On dit que l’intégrale I = a f (t)dt est convergente si et seulement si lim f (t)dt existe et
x→+∞ a
finie.

15
R +∞
2.2. INTÉGRALE DE TYPE A F (X)DX El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

Exemple
R +∞
1. Soit l’intégrale généralisée I = 0 cos tdt.

On a
Z x
cos tdt = [sin t]x0 = sin x
0
R +∞
Or, on sait que sin x n’admet pas de limite lorsque x → +∞, donc l’intégrale généralisée 0 cos tdt est
divergente.
R +∞ 1
2. Soit l’intégrale généralisée J = 1 t2
dt.

On a
x
1 1
Z
2
dt = − + 1
1 t x
1
R +∞ 1
Or, on sait que lim 1 − x = 1, donc l’intégrale généralisée 1 t2
dt est convergente.
x→+∞

Théorème 2.2.2 Soient f et g deux fonctions sur [a, +∞[→ R intégrables sur tout segment [a, t], t ≥ a telles que

0 ≤ f (x) ≤ g(x)
Alors on a
R +∞ R +∞
1. Si a g(x)dx converge, alors a f (x)dx converge
R +∞ R +∞
2. Si a f (x)dx diverge, alors a g(x)dx diverge

Exemples
R +∞ 2
1. Etudier la convergence de l’intégrale I = 1 e−x dx.

On a
2
0 ≤ e−x ≤ e−x
Or,

Z +∞ Z t
−x
e dx = lim e−x dx
1 t→+∞ 1

= lim [−e−x ]t1


t→+∞
= lim (e − e−t )
t→+∞
= e
Donc l’intégrale généralisée I est convergente.
R +∞ dx 1 1
2. Etudier la nature de l’intégrale généralisée I = 1 x+x2
. On remarque que 0 ≤ x+x2
≤ x2
pour tout x > 0. Et
R +∞ 1
puisque 1 x2
dx converge, alors l’intégrale généralisée I est convergente.
Théorème 2.2.3
+∞
1
Z
dx converge ⇐⇒ α > 1
1 xα
Preuve. (Exercice) 

R +∞
Théorème 2.2.4 Soient f et g deux fonctions continues et positives sur [a, +∞[ et f ∼ g. Alors a g(x)dx est de
+∞
R +∞
même nature que a f (x)dx

16
2.3. CONVERGENCE ABSOLUE El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

R +∞ 1
Exemple Etudier la nature de l’intégrale généralisée I = 1 ln(sh(xα )) dx.

1
On pose f (x) = ln(sh(xα )) est continue et positive sur [1, +∞[. De plus

ex
sh(x) ∼
+∞ 2

Donc
α
ex
sh(xα ) ∼
+∞ 2

D’où

ln(sh(xα )) ∼ xα − ln 2 ∼ xα
+∞ +∞

Par suite
1 1
α
∼ α
ln(sh(x )) +∞ x
R +∞ 1
Or, 1 xα dx converge si et seulement si α > 1 et alors
Z +∞
1
dx converge ⇐⇒ α > 1
1 ln(sh(xα ))

2.3 Convergence absolue


Rb Rb
Définition 2.3.1 Soit f une fonction continue sur ]a, b[. On dit que a f (x)dx est absolument convergente si a |f (x)|dx
est convergente

Proposition 2.3.2 La convergence absolue entraı̂ne la convergence


Z b Z b
|f (x)|dx converge =⇒ f (x)dx converge
a a

R +∞ sin x
Exemple On a 1 x2
dx
est absolument convergente, donc convergente car

sin x 1
∀x ∈ [1, +∞[; 2 ≤ 2

x x
R +∞ 1 R +∞ sin x
Or, on sait que 1 x2 dx converge, donc 1 x2 dx est absolument convergente.
Remarque La réciproque est fausse.

Proposition 2.3.3 (Critère d’Abel) Soit f une fonction continue positive et décroissante sur [a, +∞[, tel que lim f (x) =
x→+∞
R +∞ R +∞
0. Alors a cos(kt)f (t)dt et a sin(kt)f (t)dt convergent pour tout k 6= 0
R +∞ sin t
Exemple Soit l’intégrale I = 1 t dt. On pose la fonction f (t) = 1t est continue positive et décroissante sur
+∞ sin t
[1, +∞[, de plus lim 1t = 0. Donc l’intégrale généralisée 1
R
t→+∞ t dt est convergente.

17
2.3. CONVERGENCE ABSOLUE El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

UNIVERSITÉ HASSAN II Année Universitaire : 2020/2021


FACULTE DES SCIENCES
AIN CHOCK CASABLANCA SMPC
DEPARTEMENT DE MATH. INFO Analyse 2

SERIE 2
Exercice 1 : Déterminer la nature des intégrales suivantes
R +∞ 1−cos x R +∞ x2 R0 dx
A= 1 x2 dx ; B= 0 17 dx ; C = −1 x(x+2)
x 5 +1
R +∞ √ Rπ R1  
D = 0 (x + 2 − x2 + 4x + 1)dx ; E = 02 (tan(x))a dx, a ∈ R F = 0 sin 1

t
dt ;
R1 e−t
G = 0 √t3 −2t 2 +t
dt.

Exercice 2 :
R +∞ x2
1. Montrer que I = 0 (1+x2 )2 dx converge.
2. En faisant le changement de variable x = tan(θ). Calculer I.
Exercice 3 :
R +∞ 4x
1. Montrer que A = 2 x4 −1 dx converge.
4x
2. f (x) = x4 −1 . Décomposer en éléments simples f (x).
3. Calculer A.
Exercice 4 :
Etudier la nature de l’intégrale généralisée suivante
1
1
Z
A= √
3
dx
0 x2 − x3
Exercice 5 : R +∞ α−1
Discutez suivant les valeurs de réel α la nature de l’intégrale I(α) = 0 √x dx.
x+x3

18
Chapitre 3

Equations différentielles

Dans ce chapitre, on donnera des méthodes pour trouver l’ensemble de toutes les solutions à une certaine classe
d’équations différentielles.

3.1 Equations différentielles d’ordre 1


Définition 3.1.1 On appelle équation diffŕentielle d’ordre 1 toute relation donnée par

y ′ = f (x, y) (E)
avec x une variable réelle et y la fonction inconnue, y ′ sa dérivée par rapport à x et f (x, y) une fonction donnée par
deux variables.

Exemples
1. xy ′ − x2 y 2 + 3x = 0 est une équation différentielle d’ordre 1.
2. (4 + x)y ′ = 1 + y est une équation différentielle d’ordre 1.
3. (2x + x2 )y ′ + 5xy = 0 est une équation différentielle d’ordre 1.
Résolution :

Résoudre ou intégrer l’équation (E), c’est trouver toutes les solutions y = g(x) qui vérifient l’équation suivante

g′ (x) = f (x, g(x))

Définition 3.1.2 On appelle équation à variables séparées toute équation différentielle d’ordre 1 de la forme

f (x)
y′ =
φ(y)

On a

dy f (x)
=
dx φ(y)
D’où

f (x)dx = φ(y)dy ⇐⇒ F (x) = G(y) + c/ c ∈ R


où F et G sont deux primitives de f et g respectivement.

19
El Hamma,
3.1. EQUATIONS DIFFÉRENTIELLES D’ORDRE 1 Daher: Analyse 2 SMPC2

Exemple Résoudre l’équation différentielle

(1 + x2 )y ′ + 3xy = 0
Si y = 0 est une solution évidente.

Si y 6= 0, alors

−3x dy −3x
y′ = 2
y ⇐⇒ = y
1+x dx 1 + x2
Donc

dy −3x
= dx
y 1 + x2
D’où
3
ln(|y|) = − ln(1 + x2 ) + c
2
Par suite
1
|y| = ec √
(1 + x2 ) 1 + x2
Donc

λ
y= √ , λ∈R
(1 + x2 ) 1 + x2

Définition 3.1.3 On appelle équation différentielle homogéne d’ordre 1 une équation différentielle de la forme
y
y′ = f (H)
x
Résolution :

y
On pose x = t d’où y = xt donc

dy dt
=t+x
dx dx
alors

y ′ = t + xt′
Donc (H) sera équivalente à
1
t + xt′ = f (t) ⇐⇒ t′ = (f (t) − t)
x
qu’est une équation à variable séparée.

Exemple Résoudre l’équation différentielle

2x2 y ′ − y 2 = 4xy
On a

2x2 y ′ = 4xy + y 2
Donc

20
El Hamma,
3.2. EQUATIONS DIFFÉRENTIELLES LINÉAIRE Daher:
D’ORDRE 1 Analyse 2 SMPC2

4xy + y 2
y′ =
2x2
D’où
1 y 2 y
y′ =
( ) + 2( )
2 x x
Donc il s’agit d’une équation homogéne. Alors on pose t = xy ⇐⇒ y = xt.
Par conséquent

y ′ = t + xt′
1 2
t + xt′ = t + 2t
2
1 2
xt′ = t +t
2
dt t2 + 2t
x =
dx 2
2dt dx
=
t2 + 2t x
2dt dx
=
t(t + 2) x

Donc

dt dt
Z
− = ln(|x|) + c
t t+2
 
t
ln = ln(|x|) + c
t + 2
t
= kx
t+2
2kx
t =
1 − kx
D’où

2kx2
y= , k ∈ R.
1 − kx

3.2 Equations différentielles linéaire d’ordre 1


Définition 3.2.1 Une équation différentielle linéaire d’ordre 1 est une équation différentielle qui s’écrit sous la forme

a(x)y ′ + b(x)y = c(x)


avec a, b et c des fonctions continues sur un intervalle donné I.

Résolution :

On commence par résoudre l’équation sans second membre c’est-à-dire

b(x)
a(x)y ′ + b(x)y = 0 ⇐⇒ y ′ = − y
a(x)
qui est une équation à variable séparée, et on sait la résoudre.

21
El Hamma,
3.2. EQUATIONS DIFFÉRENTIELLES LINÉAIRE Daher:
D’ORDRE 1 Analyse 2 SMPC2

Exemple Résoudre l’équation différentielle suivante


x
xy ′ − y =
x2 −1
On a l’équation différentielle sans second membre est

xy ′ − y = 0
Donc

y′ 1
=
y x
dy dx
=
y x
ln(|y|) = ln(|x|) + c
|y| = ec |x|

Donc

y0 = kx, k ∈ R

Théorème 3.2.2 On considère l’équation linéaire d’ordre 1

a(x)y ′ + b(x)y = c(x) (L)


si yp est une solution particulière de (L). Alors toute autre solution y de (L) vérifie

a(x)(y − yp )′ + b(x)(y − yp ) = 0

Donc y − yp est une solution de l’équation homogéne (E.S.S.M), donc y − yp = y0 , d’où y = yp + y0

Recherche de yp
Méthode de la variation de la constante

Soit u0 une solution de l’équation sans second membre. On pose yp = h(x)u0 avec h(x) est une fonction a chercher.
Donc yp′ = h′ (x)u0 + h(x)u′0 puis on remplace dans l’équation (L) et on aura

a(x)(h′ u0 + hu′0 ) + b(x)hu0 = c(x)


ce qui entraı̂ne que

a(x)h′ (x)u0 + a(x)h(x)u′0 + b(x)h(x)u0 = c(x)


Donc

c(x)
h′ (x) = .
a(x)u0 (x)

22
3.3. EQUATION DIFFÉRENTIELLE DU SECOND ORDRE À COEFFICIENTS
CONSTANTS El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

Exemple Résoudre l’équation différentielle


x
xy ′ − y = .
−1 x2
On commence par résoudre l’équation différentielle sans second membre E.S.S.M.

xy ′ − y = 0
Donc

dy dx
=
y x

y = kx, k∈R
On va chercher une solution particulière yp = h(x)u0 avec u0 (x) = x, donc yp′ = h′ (x)u0 + h(x)u′0 , d’où
x
x(h′ u0 + hu′0 ) − hu0 =
x2 −1
Ceci implique
x
x2 h′ (x) =
x2 −1
alors
1 −1 1 1
h′ (x) = = + +
x(x − 1)(x + 1) x 2(x − 1) 2(x + 1)
Donc
1
h(x) = − ln(|x|) + ln(|x2 − 1|)
2
Alors la solution est
1
y = kx + x(− ln(|x|) + ln(|x2 − 1|)) avec k ∈ R
2

3.3 Equation différentielle du second ordre à coefficients constants


Définition 3.3.1 On appelle équation différentielle du second ordre toute équation différentielle qui s’écrit sous la
forme

ay ′′ + by ′ + cy = f (x)
avec a, b, c des constantes réelles et f une fonction continue sur un intervalle I.

Résolution :

La solution de l’équation sans second membre

ay ′′ + by ′ + cy = 0
Pour résoudre cette équation, on remarque d’abord que l’ensemble des solutions est un espace vectoriel de di-
mension 2 et pour chercher sa base on a besoin de l’équation caractéristique ar 2 + br + c = 0. Il y a trois cas
possibles
1. ∆ = b2 − 4ac > 0 dans ce cas nous avons deux racines réelles r1 6= r2 , alors les solutions de l’équation
ay ′′ + by ′ + cy = 0 sont de la forme

y = λer1 x + µer2 x , (λ, µ) ∈ R2

23
3.3. EQUATION DIFFÉRENTIELLE DU SECOND ORDRE À COEFFICIENTS
CONSTANTS El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

2. ∆ = b2 − 4ac = 0 dans ce cas l’équation caractéristique admet une seule solution double r et donc les solutions
de l’équation sans second membre sont données par la formule suivante

y = (λx + µ)erx ,
avec λ, µ deux réelles quelconques.
3. ∆ = b2 − 4ac < 0 dans ce cas nous avons deux racines complexes distincts z1 6= z2 avec z1 = α+ iβ et z2 = α− iβ
et dans ce cas les solutions de l’équation sans second membre sont données par la formule suivante

y = [A cos(βx) + B sin(βx)]eαx ,
avec A et B deux réelles
Rechereche d’une solution particulière

♣ Considérons l’équation différentielle suivante

ay ′′ + by ′ + cy = eαx Pn (x)
avec α un réel et Pn un polynôme de degré n.

Dans ce cas on cherche une solution particulière de la forme

yp = eαx xs (A0 + A1 x + ... + An xn )


où A0 , A1 , ..., An des constantes réelles à déterminer. Et s vérifie
1. s = 0 si α n’est pas racine de l’équation caractéristique
2. s = 1 si α est racine simple de l’équation caractéristique
3. s = 2 si α est racine double de l’équation caractéristique

Exemple Résoudre l’équation différentielle suivante

y ′′ − 3y ′ − 4y = 6e2x
On commence par résoudre l’équation caractéristique suivante

r 2 − 3r − 4 = 0
on trouve r1 = 4 et r2 = −1 et donc la solution de l’équation sans second membre est

yssm = λe4x + µe−x , λ, µ ∈ R


On cherche maintenant une solution particulière de la forme

yp = e2x x0 (A) = Ae2x


Alors yp′ = 2Ae2x et yp′′ = 4Ae2x et on remplace dans l’équation différentielle 4Ae2x − 6Ae2x − 4Ae2x = 6e2x , donc
A = −1. En fin la solution générale est

y = yssm + yp = λe4x + µe−x − e2x


♣ Considérons l’équation différentielle suivante

ay ′′ + by ′ + cy = eαx Pn (x) cos(βx)


avec α, β deux réels et Pn un polynôme de degré n.

Dans ce cas on cherche une solution particulière sous la forme

24
3.3. EQUATION DIFFÉRENTIELLE DU SECOND ORDRE À COEFFICIENTS
CONSTANTS El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

yp = eαx xs (Qn (x) cos(βx) + Rn (x) sin(βx))


où Qn et Rn sont des polynômes de degré n, et s vérifie
1. s = 0 si α + iβ n’est pas racine de l’équation caractéristique.
2. s = 1 si α + iβ est racine de l’équation caractéristique.

Exemple Résoudre l’équation différentielle suivante

y ′′ − 3y ′ − 4y = −8ex cos(2x)
L’équation caractéristique : r 2 − 3r − 4 = 0, donc r1 = −1 et r2 = 4. La solution sans second membre est

yssm = λe4x + µe−x


Donc la solution particulière sous la forme

yp = ex (A cos(2x) + B sin(2x))
3 −5
on calcule yp′ et yp′′ puis on remplace dans l’équation différentielle, on trouve A = 17 et B = 17 .
Donc
 
4x −x x 3 −5
y = λe + µe + e cos(2x) + sin(2x)
17 17

Remarque Pour résoudre une équation du type

ay ′′ + by ′ + cy = eαx Pn (x) sin(βx)


On trouve que la solution particulière sous la forme

yp = eαx xs (Qn (x) cos(βx) + Rn (x) sin(βx))

Principe de superposition Soit l’équation différentielle

ay ′′ + by ′ + cy = f1 + f2 (F )
où f1 et f2 deux fonctions.

Pour chercher une solution particulière de (F), on cherche une solution particulière y1 de ay ′′ + by ′ + cy = f1 et
une solution particulière y2 de ay ′′ + by ′ + cy = f2 , alors yp = y1 + y2 sera une solution particulière de (F).

Exemple Résoudre l’équation différentielle suivante

y ′′ + y ′ − 2y = ex + e−2x
L’équation caractéristique r 2 + r − 2 = 0, donc r1 = −2 et r2 = 1. La solution de l’équation sans second membre
est

yssm = λex + µe−2x , λ, µ ∈ R


Pour chercher une solution particulière de cette équation on cherchera les solutions particulières de y ′′ +y ′ −2y = ex
et de y ′′ + y ′ − 2y = e−2x .

Pour la première équation y1 = Axex et y1′ = (Ax + A)ex et y1′′ = (Ax + 2A)ex puis on remplace dans l’équation
on trouve A = 13 . Pour l’autre équation y2 = Bxe−2x , on a y2′ = (−2Bx + B)e−2x et y2′′ = (4Bx − 4B)e−2x , donc
B = −13 . Par suite

25
3.3. EQUATION DIFFÉRENTIELLE DU SECOND ORDRE À COEFFICIENTS
CONSTANTS El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

1 1
yp = xex − e−2x
3 3
Donc la solution générale de l’équation (F) est
1 1
y = λex + µe−2x + xex − e−2x .
3 3

26
3.3. EQUATION DIFFÉRENTIELLE DU SECOND ORDRE À COEFFICIENTS
CONSTANTS El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

UNIVERSITÉ HASSAN II Année Universitaire : 2020/2021


FACULTE DES SCIENCES
AIN CHOCK CASABLANCA SMPC
DEPARTEMENT DE MATH. INFO Analyse 2

SERIE 3
Exercice 1 :
Intégrer les équations différentielles suivantes
 
1
1. y ′ = cos2 (y) 5e−2x + (2x+3) 2 .

2. y ′ cos2 (x) − y = etan(x) .


3. y ′ . sin(x) − y cos(x) + 1 = 0.
4. xy ′ − 2y = x2 .
5. y ′ + 2y = x2 − x + 3.
Exercice 2 :
1
Soit l’équation différentielle suivante : xy ′ − y = x (E)
1. Intégrer (E).
2. Trouver la solution de (E) qui vérifie y = 2 pour x = 12 .
Exercice 3 :
Intégrer l’équation différentielle : xy ′ = 2y − x.

Exercice 4 : Intégrer l’équation différentielle suivante :

y ′′ − 4y ′ + 3y = 6x + 1 + 4ex + 7e−x
Exercice 5 :
x
Intégrer l’équation différentielle suivante : y ′′ − 2y ′ + y = sh2

2 .

Exercice 6 :
x−1 −x
Intégrer l’équation différentielle suivante : y ′′ + 3y ′ + 2y = x2 e .

27
Chapitre 4

Les séries numériques

4.1 Généralités
Définition 4.1.1 Soit (un ) une suite de nombres réels, on pose une nouvelle suite (Sn )n définie par

S0 = u0 , S1 = u0 + u1 , S2 = u0 + u1 + u2 , Sn = u0 + u1 + ... + un .
La suite (Sn )) est appelée la suite des sommes partielles. On appelle série numérique une somme infinie de type :
u0 + u1 + ... + un + ...., où un est appelée le terme général de la série.

P +∞
P
Notation : Une série de terme général un est notée un ou un .
n≥0 n=0

Exemples
+∞
P n
1. 2n
n=0
+∞
1
P 
2. sin n2
n=0

4.2 Convergence
Définition 4.2.1 Une série de terme général un est dite convergente si la suite des sommes partielles (Sn )n est
convergente. Dans ce cas, la limite de la suite (Sn )n appelée somme de la série et on note
+∞
X
lim Sn = un .
n→+∞
n=0

Une série qui n’est pas convergente est dite divergente.

En autres termes, si on note l = lim Sn , on a alors


n→+∞
X
un converge vers l ⇐⇒ lim Sn = l
n→+∞

⇐⇒ ∀ε > 0, ∃n0 ∈ N ∀n ≥ n0 =⇒ |Sn − l| < ε.

Exemples
+∞
P
1. Si un = 1 ∀n ∈ N. Alors la série un diverge car la suite Sn = n + 1 est divergente.
n=0

28
4.2. CONVERGENCE El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

2. La série géométrique : une série géométrique est une série dont le terme général est de la forme un = an ; a 6= 0.
Pour ce type de série, le calcul de la somme partielle est donnée par la formule suivante

Sn = u0 + u1 + .... + un
= 1 + a + a2 + .....an
1 − an+1
=
1−a

Donc
(
1−an+1
1−a si a 6= 1
Sn =
n+1 si a = 1

On remarque que lim Sn existe si et seulement si |a| < 1. Dans ce cas la série géométrique converge et on a
n→+∞
+∞
X 1
an =
n=0
1−a
1
3. Soit la série de terme général un = n(n+1) avec n ≥ 1 on a

1 1
un = −
n n+1
1
Donc Sn = 1 − n+1 , d’où lim Sn = 1. Par suite la série est convergente.
n→+∞
1
4. Série harmonique. C’est la série dont le terme
 général
 est de la forme un = n où n ∈ N∗ . Pour n assez grand on
ln(n)
a ln(n) ≥ ln(2). Alors, si on note m = E ln(2) , on obtient

ln(n)
m≤ <m+1
ln(2)
et donc m ln(2) ≤ ln(n). Par suite

2m ≤ n

Alors

n 2 m
X 1 X1
Sn = ≥
k k
k=1 k=1

Or

2m      
X 1 1 1 1 1 1 1 1
= 1+ + + + + ... + + ... + + .... + m
k 2 3 4 5 8 2m−1 + 1 2
k=1
1 1 1 1
≥ 1+ + 2. + 4 + .... + 2m−1 m
2 4 8 2
m
= 1+ → +∞
2

Par conséquent Sn ≥ 1 + m
P1
2 . Il en résulte donc que la série n diverge

29
El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2
4.3. OPÉRATIONS SIMPLES SUR LA CONVERGENCE

Remarque Dans le cas complexe : Si le terme général un est complexe un = an + ibn , la somme partielle est
n
X n
X n
X
Sn = u0 + u1 + u2 + .... + un = (ak + ibk ) = ak + i bk .
k=0 k=0 k=0
Alors on a les deux conditions suivantes sont équivalentes
+∞
P
1. un converge
n=0
+∞
P +∞
P
2. an et bn convergent en même temps.
n=0 n=0

+∞
P
Proposition 4.2.2 Soit un une série convergente alors lim un = 0.
n=0 n→+∞

La réciproque est fausse.

Remarque La proposition donne le résultat suivant


X
lim un 6= 0 =⇒ un diverge
n→+∞

4.3 Opérations simples sur la convergence


P P
Proposition 4.3.1 Soit un et vn deux séries convergentes respectivement vers α et β. Alors
P P
1. La série (un + vn ) est convergente et on a (un + vn ) = α + β
P P
2. Pour tout λ ∈ R, la série λun est convergente et on a λun = λα
P P P
Définition 4.3.2 Soit un une série de terme général un . On dit que un converge absolument si la série |un |
converge.

Proposition 4.3.3 Toute série absolument converge est convergente.

4.4 Séries à termes positifs


P
Définition 4.4.1 Une série un est dite série à termes positifs, si un ≥ 0 pour tout n ∈ N.
P
Proposition 4.4.2 Soit un une série à termes positifs. Alors les conditions suivantes sont équivalentes
P
1. un converge
2. (Sn )n est majorée

4.4.1 Critères de comparaison


P P
Théorème 4.4.3 Soit un et vn deux séries à termes positifs. On suppose que 0 ≤ un ≤ vn pour tout n ∈ N.
Alors :
P P
1. Si vn converge, alors un est convergente
P P
2. Si un diverge, alors vn est divergente

+∞
1
P 
Exemple Soit la série sin 7n . On a
n=0
1 1
0 ≤ sin
n
≤ n
7 7
+∞ +∞
1 1
P P 
et donc 7n est une série géométrique converge, alors la série sin 7n est convergente.
n=0 n=0

30
4.4. SÉRIES À TERMES POSITIFS El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

4.4.2 Critère d’équivalence


P P un
Théorème 4.4.4 Soit un et vn deux séries à termes strictement positifs, on suppose que lim = l, l 6= 0
n→+∞ vn
et l 6= +∞. Alors les deux séries sont de même nature.

+∞ +∞
P P 1 4n2 +5 un
Exemple Soient les séries un et vn tels que un = n et vn = , on a lim = 1. La première série
n=1 n=1
4n3 +2n n→+∞ vn
étant la série harmonique qui est divergente, donc il en est de même de la seconde.

4.4.3 Comparaison avec une intégrale


Théorème 4.4.5 Soit f : [1, +∞[→ R+ une fonction continue, décroissante et positive. Alors les deux conditions
suivantes sont équivalentes
+∞
P
1. f (n) converge
n=1
R +∞
2. 1 f (x)dx existe

Exemples
Rt Rt
1. Considèrons la fonction f : [1, +∞[→ R+ définie par f (x) = x1 , or 1
1 x dx = ln t et lim 1
dx = +∞. Donc la
t→+∞ 1 x
+∞
P 1
série n diverge.
n=1
1
2. Soit la fonction f : [1, +∞[→ R+ définie par f (x) = x(x+1) , f est continue, décroissante et positive. On a
Rt   Rt +∞
t 1 P 1
1 f (x)dx = ln t+1 − ln( 2 ), et comme lim 1 f (x)dx = ln 2. Donc la série n(n+n) est alors convergente.
t→+∞ n=1

4.4.4 Séries de Riemann


1
Définition 4.4.6 Soit α ∈ R. On appelle série de Riemann toute série dont le terme général est de la forme un = nα ,
n ≥ 1 et α ∈ R.

Remarque Les séries de Riemann sont donc des séries à termes positifs.
P 1
Proposition 4.4.7 Une série de Riemann nα converge si et seulement si α > 1.

Exemples
+∞
√1 1
P
1. La série n
est divergente car α = 2 < 1.
n=1
+∞
P 1
2. La série n3
est convergente car α = 3 > 1.
n=1

4.4.5 Critère de D’Alembert


P
Proposition 4.4.8 Soit un une série à termes strictement positifs.
un+1 P
1. S’il existe λ ∈]0, 1[ tel que un ≤ λ, pour tout n ∈ N, alors la série un est convergente.
un+1 P
2. Si un ≥ 1 alors la série un diverge.

lim un+1
P
corollaire 4.4.9 Soit un une série à termes strictement positifs, posons = l. Alors
n→+∞ un
P
1. Si l < 1, alors un converge
P
2. Si l > 1, alors un diverge
3. Si l = 1, on ne peut rien conclure.

31
El Hamma,
4.5. CRITÈRE DE CONVERGENCE DES SÉRIES ALTERNDaher:
ÉES Analyse 2 SMPC2

1
Exemple Soit la série de terme général un = n! . On a

un+1 n! 1
lim = lim = lim = 0 < 1.
n→+∞ un n→+∞ (n + 1)! n→+∞ n+1
+∞
P 1
Donc la série n! est convergente.
n=0

4.4.6 Critère de Cauchy


P
Proposition 4.4.10 Soit un une série à termes positifs. Alors
√ P
1. S’il existe λ ∈]0, 1[ tel que n un ≤ λ alors la série un converge

2. Si n un ≥ 1, la série est alors divergente
P √
corollaire 4.4.11 Soit un une série à termes positifs, posons lim n un = l. Alors
n→+∞
P
1. Si l < 1 alors un converge
P
2. Si l > 1 alors un diverge
3. l = 1 on ne peut rien conclure

Exemple Soit la série de terme général  n


1 1
un = + 3
2 n
et on a
 
√ 1 1 1
lim n
un = lim + 3 = <1
n→+∞ n→+∞ 2 n 2
P
Donc la série un est convergente.

4.5 Critère de convergence des séries alternées

P Une
Définition 4.5.1
n
série alternée est une série dont les termes sont alternativement positifs et négatifs. On écrit
sous la forme (−1) un avec un ≥ 0 ∀n ∈ N
n
P
Théorème 4.5.2 Soit (−1) P un une série alternée, si la suite un est décroissante ( à partir d’un certain rang) et
lim un = 0. Alors la série (−1)n un est convergente.
n→+∞

+∞ n
P (−1) √1
Exemple La série √
n
converge car un = n
est décroissante et lim un = 0.
n=1 n→+∞

32
El Hamma,
4.5. CRITÈRE DE CONVERGENCE DES SÉRIES ALTERNDaher:
ÉES Analyse 2 SMPC2

UNIVERSITÉ HASSAN II Année Universitaire : 2020/2021


FACULTE DES SCIENCES
AIN CHOCK CASABLANCA SMPC
DEPARTEMENT DE MATH. INFO Analyse 2

SERIE 4
Exercice 1 :
Donner la nature des séries numériques suivantes
+∞ +∞ +∞  
P 1 P 1 P cos(nπ)
n(n+1)(2n+1) n−1 sin 1+ n2
n=1 n=2 n=1
+∞ +∞
P (−1)n P n!
n+en n2+n .
n=0 n=1

Exercice 2 : Etudier la nature des séries numériques suivantes dont les termes généraux sont
n n
  n2
1
un = √ un = an! avec a > 0 un = nn! un = n+1 n
.
n(n+1)(n+2)

Exercice 3 :
Soient α > 0 et la suite numérique un définie par

(−1)n
un =
αn + 1
1. Montrer que la série numérique de terme général un est convergente et que

+∞ 1
1
X Z
un = dt.
0 1 + tα
n=0

+∞ +∞
P (−1)n P (−1)n
2. En déduire n+1 et 2n+1 .
n=0 n=0

Exercice 4 :
+∞
P
Soit un une série à termes positifs, convergente.
n=1
P √un
+∞
Montrer que la série n est convergente.
n=1

Exercice 5 :
+∞
P (−1)n
Soit la série n+(−1)n
n=2
1. Expliquer pourquoi le critère des séries alternées ne s’applique pas
(−1)n (−1)n
2. Calculer n+(−1)n − n , et en déduire la nature de la série proposée.

33
Chapitre 5

Suites et Série de fonctions

5.1 Suites de fonctions


Définition 5.1.1 On appelle suite de fonctions toute application de N ( on d’une partie de N) vers l’ensemble des
fonctions à valeurs reélles définies sur un intervalle I de R, et on note par (fn )n

Exemples
nx +
1. fn (x) = 1+nx avec I = R
2n x
2. fn (x) = 1+n2n x2
avec I = [0, 1]

Remarque ∀x ∈ I (fn (x))n est une suite numérique.

Définition 5.1.2 1. On dit que la suite de fonctions (fn )n converge simplement sur I vers la fonction f , si pour
tout x ∈ I, la suite numérique (fn (x))n converge vers f (x).
2. On dit que la suite de fonctions (fn )n converge uniformément sur I vers la fonction f si

sup |fn (x) − f (x)| converge vers 0


x∈I

Proposition 5.1.3 Si la suite de fonctions (fn )n converge uniformément vers f alors (fn )n converge simplement
vers f .

Remarque Pour montrer que fn → f converge uniformément, on majore |fn (x) − f (x)| par une quantité un
indépendante de x telle que un → 0.

nx 5
Exemple Soit fn (x) = 1+nx 4.
Pour x = 0 on a fn (0) = 0
Si x 6= 0 on a lim fn (x) = x. Alors la suite de fonctions (fn ) converge simplement sur R vers la fonction f (x) = x.
n→+∞
Si |x| ≤ √1 , on a
n

−x
|fn (x) − x| =
≤ |x|
1 + nx4
Alors
1
|fn (x) − x| ≤ √
n
nx4 |x| 1 √1
Puisque 1+nx4 ≤ 1 alors 1+nx4 ≤ n|x3 | . Il s’ensuit alors que si |x| ≥ n
on a

|x| 1 1 1
|fn (x) − x| = 4
≤ 3
≤ 2√ ≤ √
1 + nx n|x | n n n

34
5.2. SÉRIES DE FONCTIONS El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

Par suite

sup |fn (x) − x| → 0


x∈R

Alors, la suite de fonctions (fn )n converge aussi uniformément sur R vers la fonction f (x) = x.

Théorème 5.1.4 La limite uniforme, d’une suite de fonctions continues sur I, est continue.

Théorème 5.1.5 Soit fn : [a, b] → R. On suppose que fn → f uniformément sur [a, b].
1. Si les fn sont intégrables alors f est intégrable et
Z b Z b
lim fn (x)dx = f (x)dx.
n→+∞ a a
Rx Rx
2. On définit Fn (x) = a fn (t)dt et F (x) = a f (t)dt. Alors Fn → F uniformément sur [a, b]

Remarque Le théorème précédent n’est plus vrai si I n’est pas un intervalle fermé bornée.

Théorème 5.1.6 Soit fn : [a, b] → R une suite de fonctions vérifiant


1. Il existe x0 ∈ [a, b] tel que fn (x0 ) converge vers l

2. fn → g uniformément
Alors fn converge uniformément vers une fonction f qui est la primitive de g prenant la valeur l au point x0 , et

on a f = g.

5.2 Séries de fonctions


P
Définition 5.2.1 1. Soit (fn ) une suite de fonctions. On pose Sn = fk , on appelle série de fonctions une
k≤n
+∞
P
somme infinie fn .
n
P
2. Soit (fn ) une suite de fonctions, on dit que la série fn converge simplement sur I ⊂ R si la suite (Sn )n
n
converge simplement sur I
P P
3. La fonction Rn : x → fk (x) est appelée reste de la série fn .
k≥n
P
4. La série fn converge uniformément sur I si et seulement si la suite de fonctions (Sn )n converge uniformément
sur I vers F .

+∞
P
⇐⇒ ∀ε > 0, ∃N, ∀x ∈ I, ∀n > N =⇒ fn (x) − F (x) < ε.
n=0

⇐⇒ Rn (x) → 0 uniformément.
P P
5. La série fn converge absolument sur I si la série |fn | converge simplement sur I.
P
Définition 5.2.2 Une série de fonctions fn converge normalement sur I si et seulement si il existe une suite (vn ),
vn ≥ 0 telle que
P
1. vn converge
2. ∀n, ∀x ∈ I, on ait |fn (x)| ≤ vn .

35
5.3. SÉRIES ENTIÈRES El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

e−nx
Exemple Soit fn (x) = n2 +1
avec I = R+ .

On a −nx
e 1 1
n2 + 1 ≤ n2 + 1 ≤ n2

+∞ +∞
P 1 P
Puisque la série n2
converge, alors la série fn converge normalement.
n=1 n=1
P P
Proposition 5.2.3 Si la série
P fn converge normalement, alors la série fn converge uniformément, et donc
fn converge simplement.

+∞
P e−nx
Exemple La série n2 +1 est convergente uniformément.
n=1
P P
Théorème 5.2.4 Soit fn une série de fonctions définies sur I = [a, b]. On suppose que fn converge uni-
n n
formément sur I vers F et que les fn sont continues. Alors
P
1. La fonction F = fn est continue
n
P R b 
2. La série a f n (t)dt converge et on a
n
!
Z b X X Z b 
fn (t) dt = fn (t)dt
a n n a

Théorème 5.2.5 Soit fn une suite de fonctions de classe C 1 vérifiant


P
1. fn converge simplement
n
P ′
2. fn converge uniformément
n
Alors, on a
P
1. fn converge uniformément
n
2. f = fn est de classe C 1
P
n
 ′

f′
P P
3. = fn = fn
n n

5.3 Séries entières


P
Définition 5.3.1 On appelle série entière toute série de fonctions fn dont le terme général est de la forme fn (x) =
n
xn , an xn . Comme pour les
P
an où (an )n désigne une suite réelle ou complexe et x ∈ R. Une série entière est notée
n
séries de fonctions, on cherche l’ensemble
X
D = {x ∈ R/ an xn converge}
n

qu’on appelle domaine de convergence de la série entière.

36
5.3. SÉRIES ENTIÈRES El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

+∞
xn n
Posons fn (x) = xn! et appliquons le critère D’Alembert,
P
Exemple Soit la série n! .
n=0

fn+1 (x) x
lim = lim =0
n→+∞ fn (x) n→+∞ n + 1

Donc la série est absolument convergente pour tout x ∈ R, d’où D = R.

an xn une série entière. Alors il existe R ∈ [0, +∞] tel que


P
Définition 5.3.2 (Théorème) : Soit
n
an xn converge
P
1. Si x ∈ R tel que |x| < R, alors la série
n
an xn diverge
P
2. Si x ∈ R tel que |x| > R, alors la série
n
an xn .
P
R est appelé rayon de convergence de la série entière
n

Exemples
+∞
xn est de rayon de convergence R = 1, et elle diverge pour tout x ∈ R tel que |x| = 1.
P
1. La série
n=0
P xn
2. La série n2
est de rayon de convergence R = 1
n≥1

an+1
Proposition 5.3.3 ( Règle D’Alembert) Si lim an = l ∈ [0, +∞], alors le rayon de convergence de la série
n→+∞
an xn est
P
entière
n
1
R=
l
1 1
avec les conventions 0 = +∞ et +∞ = 0.

+∞
P xn 1
Exemple Soit la série n! . On a an = n! ,
utilisons le critère de D’Alembert :
n=0

an+1 1
lim = lim =0
n→+∞ an n→+∞ n + 1

donc le rayon de convergence est R = +∞. La série est absolument convergente pour tout x ∈ R.

Dérivée d’une série entière

an xn une série entière de rayon de convergence R, et soit f :] − R, R[→ R la fonction


P
Proposition 5.3.4 Soit
n
+∞ +∞
xn . Alors f est dérivable et on a f ′ (x) = nan xn−1
P P
définie par f (x) = an
n=0 n=1

an xn . Alors la série entière dérivée nan xn−1 a le même rayon de


P P
Proposition 5.3.5 Soit la série entière
n≥0 n≥1
an xn
P
convergence que la série
n≥0

+∞
an xn de rayon de convergence R, f est indéfiniment dérivable, et
P
corollaire 5.3.6 Soit la série entière f (x) =
n=0
l’on a
+∞ (n)
X f (0)
∀x ∈] − R, R[, f (x) = xn .
n!
n=0

37
5.4. SÉRIES TRIGONOMÉTRIQUES El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

Primitive d’une série entière


+∞
an xn une série entière de rayon de convergence R, et soit f :] − R, R[→ R la fonction
P
Proposition 5.3.7 Soit
n=0
+∞ +∞
an n+1
an xn . on considère la fonction F :] − R, R[→ R défine par F (x) = Alors F ′ (x) =
P P
défine par f (x) = n+1 x .
n=0 n=0
f (x) ∀x ∈] − R, R[

Développement en série entière

an xn de
P
Définition 5.3.8 On dit qu’une fonction f est développable en série entière s’il existe une série entière
n
rayon de convergence R tel que
X
f (x) = an xn , x ∈ I ⊂] − R, R[
n

et on a f est de classe C ∞ sur I et

f (n) (0)
an =
n!
an xn , alors
P
Proposition 5.3.9 Si f est développable en série entière avec f (x) =
n
1. Si f est paire, alors a2p+1 = 0
2. Si f est impaire, alors a2p = 0

Exemples
+∞
xn
1. ex =
P
n! , R = +∞
n=0
+∞
1
xn , R = 1
P
2. 1−x =
n=0
P xn
3. ln(1 − x) = n , R=1
n=1
+∞
P x2n
4. cosh x = (2n)! , R = +∞
n=0
+∞
P x2n+1
5. sinh x = (2n+1)! , R = +∞
n=0
+∞
P (−1)n 2n+1
6. sin x = (2n+1)! x , R = +∞
n=0
+∞
P (−1)n 2n
7. cos x = (2n)! x , R = +∞
n=0

5.4 Séries Trigonométriques


Définition 5.4.1 On appelle série trigonométrique réelle, toute série de fonctions de la forme
+∞
a0 X
+ an cos(nwx) + bn sin(nwx) (5.1)
2
n=1

avec x ∈ R, w > 0, an , bn ∈ R, pour tout n dans N.

Le problème est de détrminer l’ensemble ∆ tel que la série (5.1) soit convergente pour tout x ∈ ∆.

38
5.4. SÉRIES TRIGONOMÉTRIQUES El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

Remarque Supposons que la série (5.1) converge et posons


+∞
a0 X
f (x) = + an cos(nwx) + bn sin(nwx).
2
n=1

Sachant que pour tous n ∈ N et k ∈ Z, on a


  
2kπ
cos nw x + = cos(nwx)
w
et
  
2kπ
sin nw x + = sin(nwx)
w
Alors la série (5.1) converge en tout point de la forme x + 2kπ
w , k ∈ Z. Si la série (5.1) converge dans R, on aura
f (x) = f x + w et par suite la fonction f est périodique de période 2kπ
2kπ

w .
P P
Proposition 5.4.2 Si les séries numériques an et bn sont absolument convergentes alors la série trigonométrique
(5.1) est normalement convergente sur R, donc absolument et uniformément sur R.

+∞ +∞ +∞
1 1
cos(2nx) + n13 sin(2nx). Puisque les séries 1 1
P P P
Exemple Soit la série 2 + (n+1)2 (n+1)2 et n3 sont absolument
n=1 n=1 n=1
convergentes, alors cette série est normalement convergente.

Proposition 5.4.3 Si les suites numériques (an ) et (bn ) sont décroissantes et tendent vers 0, alors la série trigo-
nométrique (5.1) est convergente pour x 6= 2kπ
w où k ∈ Z

Calcul des coefficients de la série trigonométrique : Mettons nous dans les conditions de convergence uniforme
de la série trigonométrique (5.1) et posons
+∞
a0 X
f (x) = + an cos(nwx) + bn sin(nwx).
2 n=1

Alors les coefficients par les expressions suivantes



w
Z
w
an = f (x) cos(nwx)dx
π 0
et

w
Z
w
bn = f (x) sin(nwx)dx
π 0
Ces expressions sont valables même pour n = 0.

Représentation complexe d’une série trigonomt́rique D’après les relations d’Euler, on trouve
+∞
a0 X X
+ an cos(nwx) + bn sin(nwx) = Cn einwx
2
n=1 n∈Z
avec

an − ibn an + ibn a0
Cn = , C−n = Cn = et C0 =
2 2 2

39
5.5. SÉRIES DE FOURIER El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

Calcul des coefficients de la série trigonométrique. Cas complexe On a


+∞
X
f (x) = Cn einwx
n=−∞

Les coefficients sont alors donnés par la relation



w
Z
w
Cn = f (x)e−inwx dx
2π 0

5.5 Séries de Fourier


Dans cette partie, on ne va considérer que les fonctions de période 2π. A chaque fois on précisera les formules pour
une période quelconque. Soit f : R → R une fonction périodique de période 2π.

Lemme 5.5.1 Soit f une fonction périodique de période T > 0 et intégrable dans l’intervalle [0, T ]. Alors pour tout
α ∈ R, on a
Z T Z α+T
f (t)dt = f (t)dt
0 α

Définition 5.5.2 On appelle série de Fourier associée à f , la série trigonométrique


+∞
a0 X
+ an cos(nx) + bn sin(nx)
2 n=1
avec
2π 2π
1 1
Z Z
an = f (x) cos(nx)dx et bn = f (x) sin(nx)dx.
π 0 π 0

Définition 5.5.3 Une fonction f admet une discontinuité de première espèce en un point x0 si les limites à droite
et à gauche de x0 existent. (Celles-ci ne sont pas forcément égales sauf en cas de continuité).

Théorème 5.5.4 (Dirichlet) Soit f : R → R une fonction périodique de période 2π satisfaisant aux conditions
suivantes.
1. Les discontinuités de f sont de première espèce et sont en nombre fini dans tout intervalle fini.
2. f admet en tout point une dérivée à droite et une dérivée à gauche.
Alors la série de Fourier associée à f et convergente et on a
+∞
(
a0 X f (x) si f est continue en x
+ an cos(nx) + bn sin(nx) = f (x+ )+f (x− )
2 n=1 2 si f est discontinue en x

De plus la convergence est uniforme sur tout intervalle où la fonction f est continue. Les notations f (x+ ) et f (x− )
respectivement les limites à droite et à gauche de f au point x.

Proposition 5.5.5 1. Si f fonction paire, alors


π
2
Z
an = f (x) cos(nx)dx
π 0
et

bn = 0, ∀n ∈ N

40
5.5. SÉRIES DE FOURIER El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

2. Si f fonction impaire, alors

an = 0, ∀n ∈ N
et
π
2
Z
bn = f (x) sin(nx)dx
π 0

Exemple Soit f :] − π, π[→ R une fonction périodique de période 2π défine par

f (x) = x
Rπ 2(−1)n+1
f est une fonction impaire donc a0 = an = 0 et bn = π2 0 x sin(nx)dx = n et par suite
+∞
X (−1)n+1
f (x) = 2 sin(nx).
n=1
n

Egalité de Parseval

Théorème 5.5.6 Soit f une fonction développable en série de Fourier et de période T = w > 0, alors on a pour α
réel qualconque
+∞ α+ 2π
a20 X 2 w
Z
w X
+ an + b2n = f 2 (x)dx = 2 |Cn |2
2 π α
n=1 n∈Z

Remarque
1. Si f est de période 2π, on a

+∞ 2π π
a20 X 2 1 1
Z Z
+ an + b2n = 2
f (x)dx = f 2 (x)dx
2 π 0 π −π
n=1
+∞
a20 2

2. (a) f fonction paire =⇒ f 2 fonction paire =⇒ a2n = f 2 (x)dx
P
2 + π 0
n=1
+∞ Rπ
2
(b) f fonction impaire =⇒ f 2 fonction paire =⇒
P 2
bn = π 0 f 2 (x)dx
n=1

Exemple f étant une fonction 2π-périodique telle que



1 si x ∈]0, π[
f (x) =
−1 si x ∈] − π, 0[

f étant une fonction impaire =⇒ an = 0, ∀n ∈ N, on a


2 π

2
Z
0 si n est pair
bn = sin(nx)dx = (1 − (−1)n ) = 4
π 0 π nπ si n est impaire

La série de Fourier associée à f est


+∞ 
4 X sin((2n + 1)x) 1 si x ∈]0, π[
S(x) = =
π n=0 2n + 1 0 si x = 0 ou si x = π

♣ Appliquons l’égalité de Parseval


π +∞
2 16 X 1
Z
2
f (x)dx = 2
π 0 π n=0 (2n + 1)2

41
5.5. SÉRIES DE FOURIER El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

et l’on tire donc


+∞
X 1 π2
=
(2n + 1)2 8
n=0
π
♣ Pour x = 2, on trouve
+∞ +∞
π 4 X sin((2n + 1) π2 ) 4 X (−1)n
S =1= =
2 π 2n + 1 π 2n + 1
n=0 n=0

Donc
+∞
X (−1)n π
=
n=0
2n + 1 4

42
5.5. SÉRIES DE FOURIER El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

UNIVERSITÉ HASSAN II Année Universitaire : 2020/2021


FACULTE DES SCIENCES
AIN CHOCK CASABLANCA SMPC
DEPARTEMENT DE MATH. INFO Analyse 2

SERIE 5
Exercice 1 :
ne−x +x2
1. Etudier la convergence uniforme de la suite de fonctions définie sur [0, 1] par fn (x) = n+x , n ≥ 1.
2. On pose fn (x) = e−nx sin(nx). Etudier la convergence uniforme de la suite de fonctions (fn ) sur [a, +∞[ avec
a > 0.
3. Etudier la convergence uniforme de la suite de fonctions définie sur [0, 1] par fn (x) = xn .
fn avec fn (x) = sin(nx)
P
Exercice 2 : On considère la série n3
.
n≥1

1. Montrer que cette série converge pour tout x ∈ R.


P
2. Montrer que f (x) = fn (x) est une fonction continue.
n≥1
Rπ +∞
P 1
3. Montrer que 0 f (x)dx = 2 (2n−1)4
.
n=1
+∞
cos(nx)
4. Montrer que ∀x ∈ R, f ′ (x) =
P
n2
.
n=1
 +∞  +∞
R π2 P cos(nx) P (−1)n
5. Montrer que 0 n2
dx = (2n+1)3
.
n=1 n=0
Exercice 3 :
Déterminer le rayon de convergence des séries entières suivantes :

X (2n)! +∞ +∞
X 1 n X 2
n
xn x e−n xn .
n!n n!
n≥1 n=0 n=0

Exercice 4 : Donner le développement en série entière à l’origine de f (x) = ln(1 + x − 2x2 ).

Exercice 5 : Donner le rayon de convergence et exprimer leur somme :


+∞
P 2 +∞
P n
S1 (x) = (n + n − 3)xn S2 (x) = n
(n−1)! x .
n=0 n=1

Exercice 6 : Soit f une fonction 2π-périodique définie par

f (x) = |x|, x ∈ [−π, π]


1. Déterminer les coefficients de Fourier associés à f .
+∞ +∞
P 1 P 1
2. Calculer (2n+1)2 et (2n+4)4
.
n=0 n=0

43
Chapitre 6

Elément de calcul différentiel

6.1 Fonctions à plusieurs variables


Pour simplifier, les énoncés seront dans le cas de 2 et 3 variables.

Définition 6.1.1 Une fonction à deux variables est un objet qui à tout couples de nombres réels (x, y) associe au
plus un nombre réel. Si f est une fonction, on note

f : R×R →R
Si f associe un nombre à (x, y), on note f (x, y) ce nombre. On dit que f (x, y) est la valeur de f en (x, y).

Exemples
1. Soit f : R × R → R une fonction définie par

f (x, y) = exy

2. Soit f : R × R → R une fonction définie par

f (x, y) = x2 − y

Définition 6.1.2 Une fonction à 3 variables est un objet qui à tout triplet de nombres réels (x, y, z) associe au plus
un nombre réel. Si f est une fonction, on note

f :R×R×R→R
Si f associe un nombre à (x, y, z), on note f (x, y, z) ce nombre. On dit que f (x, y, z) est la valeur de f en (x, y, z).

Exemples
1. Soit f : R × R × R → R une fonction définie par

f (x, y, z) = x + y + z − 6

2. Soit f : R × R∗ × R → R une fonction définie par

x2 + z
f (x, y, z) =
y

Définition 6.1.3 Soit f une fonction à 2 variables (resp. à 3 variables). On appelle ensemble de définition de f et
on note Df l’ensemble des points (x, y) (resp. (x, y, z)) tels que f (x, y) existe (resp. f (x, y, z) existe).

44
6.2. LIMITE ET CONTINUITÉ El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

Exemples
1. Soit f (x, y, z) = x + y + z. Alors

Df = R × R × R
2. Soit la fonction f (x, y) = xy . Alors

Df = R × R∗
p
3. Soit f (x, y) = 1 − x2 − y 2 . Alors

Df = {(x, y) ∈ R2 / 1 − x2 − y 2 ≥ 0}
Donc

Df = {(x, y) ∈ R2 / x2 + y 2 ≤ 1}

6.2 Limite et continuité


Définition 6.2.1 Soit f une fonction de 2 variables réelles soit (x0 , y0 ) un point de Df l’ensemble de définition de
f ou de sa frontière.
On dit que f (x, y) a pour limite l quand (x, y) tend vers (x0 , y0 ) et on note

lim f (x, y) = l ⇐⇒ ∀ε > 0 ∃α > 0 / |x − x0 | < α et |y − y0 | < α =⇒ |f (x, y) − l| < ε.


(x,y)→(x0 ,y0 )

Remarque Les théorèmes sur les sommes et produits de limites sont utilisables de la même façon que sur R.

Exemples
1. Soit f une fonction définie par

f (x, y) = x + y + 2
on a Df = R × R et lim f (x, y) = 4.
(x,y)→(1,1)
2. Soit f une fonction définie par

1
f (x, y) =
x+y
on a Df = {(x, y) ∈ R2 / x + y 6= 0}, donc lim f (x, y) = +∞ dans P1 = {(x, y) ∈ R2 / x > 0 et y > 0}
(x,y)→(0,0)

Définition 6.2.2 Soit f une fonction numérique de 2 variables réelles


1. Soit (x0 , y0 ) un point de Df l’ensemble de définition de f . On dit que f est continue en (x0 , y0 ) si et seulement
si lim f (x, y) = f (x0 , y0 ).
(x,y)→(x0 ,y0 )
2. f est dite continue sur I ⊂ Df si et seulement si f est continue en tout point de I

Exemple
(
(x+y)2
x2 +y 2 si (x, y) 6= (0, 0)
f (x, y) =
0 si (x, y) = (0, 0)
f est continue sur R × R − {(0, 0)} car c’est la composée de fonctions continues.
Problème en (0, 0).
Si x = y on a f (x, x) = 2 et donc lim f (x, x) = 2.
(x,x)→(0,0)
Si x = 0 on a f (0, y) = 1 et donc lim f (0, y) = 1.
(0,y)→(0,0)
Donc f n’est pas continue en (0, 0).

45
6.3. DÉRIVÉES PARTIELLES PREMIÈRES El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

6.3 Dérivées partielles premières


Soit f une fonction à valeurs réelles définie sur une partie A de R2 .

Soit (x0 , y0 ) ∈ A. Les dérivées partielles de f en (x0 , y0 ) sont les dérivées des fonctions partielles

∂f f (x0 + h, y0 ) − f (x0 , y0 )
(x0 , y0 ) = lim
∂x h→0 h
et

∂f f (x0 , y0 + h) − f (x0 , y0 )
(x0 , y0 ) = lim
∂y h→0 h
Autrement dit

Soit f une fonction à deux variables. On dit que f admet une dérivée première par rapport à x en (x, y) si la
dérivée de la fonction

fy : x → f (x, y)
existe en x, on note

∂f ′
: (x, y) → fy (x, y).
∂x
∂f
Pour calculer ∂x , on dérive f par rapport à la variable x en considérant y comme un nombre constant.

On dit que f admet une dérivée première par rapport à y en (x, y) si la dérivée de la fonction

fx : y → f (x, y)
existe en y. On note

∂f ′
: (x, y) → fx (x, y).
∂y
∂f
Pour calculer ∂y , on dérive f par rapport à la variable y en considérant x comme un nombre constant.

Exemple Soit f une fonction définie par



f (x, y) = x2 y + y
On a l’ensemble de définition de f est Df = {(x, y) ∈ R2 / y ≥ 0}.
√ √
Si y est constant, la dérivée de x2 y + y par rapport à x est 2x y donc

∂f √
(x, y) = 2x y
∂x
La fonction f admet une dérivée partielle par rapport à x sur Df .
√ 1
Si x est constant, la dérivée de x2 y + y par rapport à y est x2 2√ y + 1 donc

∂f 1
(x, y) = x2 √ + 1
∂y 2 y
La fonction f admet une dérivée partielle par rapport à y sur {(x, y) ∈ R2 / y > 0} ⊂ Df .
∂f ∂f
Définition 6.3.1 Si les fonctions dérivées partielles ∂x et ∂y sont continues sur A, on dit que f est de classe C 1
sur A.

46
El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2
6.4. DÉRIVÉES PARTIELLES D’ORDRE SUPÉRIEUR

6.4 Dérivées partielles d’ordre supérieur


Si les fonctions dérivées partielles admettent elles-mêmes des dérivées partielles, ces dérivées sont appelées dérivées
partielles secondes, ou dérivées partielles d’ordre 2, de f en (x, y). on les note

∂2f ∂2f
   
∂ ∂f ∂ ∂f
= ; =
∂x2 ∂x ∂x ∂y 2 ∂y ∂y
et

∂2f ∂2f
   
∂ ∂f ∂ ∂f
= ; =
∂x∂y ∂x ∂y ∂y∂x ∂y ∂x
Les dérivées partielles d’ordre supérieur à 2 se définissent par récurrence de façon analogue.

Définition 6.4.1 Si les fonctions dérivées partielles d’ordre k sont continues sur A, on dit que f est de classe C k
sur A. Si les dérivées partielles de tous ordres existent, f est dite de classe C ∞ sur A.
∂2f ∂2f
Théorème 6.4.2 (Schwartz) Si au moins des dérivées partielles ∂x∂y et ∂y∂x est continue en (x0 , y0 ), alors

∂2f ∂2f
(x0 , y0 ) = (x0 , y0 )
∂x∂y ∂y∂x

Exemple Soit f une fonction définie sur R × R par


( 2 −y 2
xy xx2 +y 2 si (x, y) 6= (0, 0)
f (x, y) =
0 si (x, y) = (0, 0)
∂2f ∂2f
On a ∂x∂y (0, 0) = 1 et ∂y∂x (0, 0) = −1. Comme

∂2f ∂2f
(0, 0) 6= (0, 0)
∂x∂y ∂y∂x
∂2f ∂2f
le théorème de Schwartz permet de conclure que les dérivées secondes ∂x∂y et ∂y∂x ne sont pas continues en (0, 0).

6.5 Dérivées partielles premières des fonctions à trois variables


Soit f : (x, y, z) → f (x, y, z) une fonction à trois variables. On dit que f admet une dérivée première par rapport
à x en (x, y, z) si, la dérivée de la fonction

fy,z : x → f (x, y, z)
existe en x. On note

∂f ′
: (x, y, z) → fy,z (x, y, z)
∂x
∂f
Pour calculer ∂x , on dérive f par rapport à la variable x en considérant y et z comme des nombres constants.
De même ∂f
∂y est la fonction de trois variables obtenue en dérivant f par rapport à y après avoir supposé x et z
constants.

∂f
De même ∂z est la fonction de trois variables obtenue en dérivant f par rapport à z après avoir supposé x et y
constants.

Exemple Soit f une fonction définie par

f (x, y, z) = ex + xy + z 2 y 3
On a
∂f x ∂f ∂f
∂x = e + y, ∂y = x + 3z 2 y 2 et ∂z = 2zy 3

47
6.6. DÉRIVÉES PARTIELLES D’ORDRE 2 DES FONCTIONS À TROIS
VARIABLES El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

6.6 Dérivées partielles d’ordre 2 des fonctions à trois variables


Si a est l’une des lettrs x, y et z.
Si b est l’une des lettrs x, y et z

∂2f
 
∂ ∂f
=
∂a∂b ∂a ∂b
est la dérivée partielle première par rapport à a de la dérivée partielle de f par rapport à b. on l’appelle dérivée
partielle seconde de f par rapport à (a, b).

∂f
Exemple Soit f (x, y, z) = x2 + y 2 + z 2 x, on a ∂z (x, y, z) = 2zx. Donc

∂2f
(x, y, z) = 2z
∂x∂z

6.7 Extremums des fonctions


Définition 6.7.1 Soit f : (x, y) → f (x, y) une fonction de deux variables. On dit que (x0 , y0 ) est un point critique
de f lorsque

∂f ∂f
(x0 , y0 ) = 0 et (x0 , y0 ) = 0
∂x ∂y

Définition 6.7.2 1. Soit f une fonction à deux variables f admet un maximum local en (x0 , y0 ) ∈ Df si :
(a) (x0 , y0 ) est un point critique de f
(b) Pour tout couple (x, y) ∈ Df , on a

f (x, y) ≤ f (x0 , y0 )

2. Soit f une fonction à deux variables f admet un manimum local en (x0 , y0 ) ∈ Df si :


(a) (x0 , y0 ) est un point critique de f
(b) Pour tout couple (x, y) ∈ Df , on a

f (x, y) ≥ f (x0 , y0 )

Condition suffisante d’extremum local Soit f une fonction de classe C 2 sur Df et (x0 , y0 ) un point critique,
posons

∂2f ∂2f ∂2f


R= (x ,
0 0y ); S = (x ,
0 0y ); T = (x0 , y0 )
∂x2 ∂x∂y ∂y 2
On a alors
1. Si S 2 − RT < 0, f présente un extremum relatif en (x0 , y0 ), il s’agit d’un maximum si R < 0 et d’un minimum
si R > 0.
2. Si S 2 − RT > 0, f présente un point-selle (ou point-col) en (x0 , y0 ), ce n’est pas un extremum.
3. Si S 2 − RT = 0, on ne peut pas conclure à partir des dérivées secondes.

Etude directe Après avoir détrminé un point critique (x0 , y0 ), on peut aussi étudier directement le signe de la
différence

D = D(h, k) = f (x0 + h, y0 + k) − f (x0 , y0 )


Si cette différence est de signe constant pour h et k voisins de 0, il s’agit d’un extremum local (un miximum si
D < 0, un minimum si D > 0). Sinon, il s’agit d’un point-col

48
6.8. TANGENTES El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

Exemples
1. Soit f une fonction de classe C 1 définie par

f (x, y) = x2 − 2x + xy + y 2
Montrons que f admet un minimum local en 34 , −2

3 . On a

∂f
 ∂x (x, y) = 2x − 2 + y = 0

∂f
∂y (x, y) = x + 2y = 0

4 −2
est l’unique point critique de f sur R2 . On a

On trouve que (x, y) = 3, 3

R = 2, S = 1 et T = 2
4 −2
Puisque S 2 − RT = 1 − 4= −3 < 0, alors f présente un extremum local en

3, 3 , or R > 0 donc f admet un
minimum local en 43 , −23 qui vaut f 34 , −2
3 = 34 .
2. Soit f une fonction définie sur R3 par

x2
f (x, y, z) = + xyz − z + y
2
On a

∂f

 ∂x = x + yz = 0




∂f
∂y = xz + 1 = 0




 ∂f
= xy − 1 = 0

∂z

Donc

 x=1
y=1
z = −1

Pour étudier la nature du point critique obtenu, nous pouvons étudier le signe de f (x, y, z) − f (1, 1, −1) lorsque
x est voisin de 1 , y voisin de1 et z voisin de −1. Mais il est plus intéressant de considérer la différence

h2
D(h, k, l) = f (1 + h, 1 + k, −1 + l) − f (1, 1, −1) = kl + hl − hk + hkl +
2
avec h, k et l voisins de 0.
On a

3
D(h, 0, h) = h2 > 0 pour h 6= 0
2
et

1
D(h, h, 0) = − h2 < 0 pour h 6= 0.
2
Donc la fonction f n’admet pas un extremun au point (1, 1, −1).

6.8 Tangentes
Définition 6.8.1 Si f est une fonction d’une variable, la tangente au graphe de f au point x0 est une droite d’équation

y = f (x0 ) + (x − x0 )f ′ (x0 )

49
6.8. TANGENTES El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

Exemple Si f (x) = 2x2 , on a f ′ (x) = 4x. si x0 = 1, la tangente au graphe de f au point 1 est

y = 2 + (x − 1) × 4 = 4x − 2.
Dans le cas d’une fonction à 2 variables, c’est le plan tangent qu’on étudie

Définition 6.8.2 Si f est une fonction à deux variables dont on sait calculer les dérivées premières, l’équation du
plan tangent à f au point (x0 , y0 ) est

∂f ∂f
z = f (x0 , y0 ) + (x0 , y0 )(x − x0 ) + (x0 , y0 )(y − y0 )
∂x ∂y

Exemple Si f (x, y) = x2 y 3 , on a

∂f ∂f
= 2xy 3 et = 3x2 y 2
∂x ∂y
L’équation du plan tangent au point (1, 2) est

∂f ∂f
z = f (1, 2) + (1, 2)(x − 1) + (1, 2)(y − 2)
∂x ∂y
Donc

z = 16x + 12y − 32.

50
6.8. TANGENTES El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

UNIVERSITÉ HASSAN II Année Universitaire : 2020/2021


FACULTE DES SCIENCES
AIN CHOCK CASABLANCA SMPC
DEPARTEMENT DE MATH. INFO Analyse 2

SERIE 6
Exercice 1 :
Déterminer l’ensemble de définition des fonctions suivantes :

x2 + y 2 x y ln(x)
f (x, y) = , g(x, y) = + , h(x, y) =
x+y y x x2 + y2 − 4
Exercice 2 :
1. La fonction f définie sur R2 par

√ xy
(
si (x, y) 6= (0, 0)
f (x, y) = 2 x +y 2
0 si (x, y) = (0, 0)

est-elle continue en (0, 0).


2. La fonction f définie sur R2 par

√x+y
(
si (x, y) 6= (0, 0)
f (x, y) = 2 x +y 2
0 si (x, y) = (0, 0)

est-elle continue en (0, 0).


Exercice 3 : Soit f une fonction définie par

f (x, y) = ex cos y
1. Calculer les dérivées partielles d’ordre 1.
∂2f ∂2f
2. Calculer ∂x2 + ∂y 2
Exercice 4 : Soit f une fonction définie par

f (x, y) = 5x2 − 6xy + 2x + 2y 2 − 2y + 1


∂f ∂f
1. Calculer ∂x et ∂y .
2. Déterminer le point critique de f et prouver que f atteint un minimum en ce point.
Exercice 5 :
1. Déterminer les extremums de la fonction f définie sur R2 par f (x, y) = xy(x + y − 1).
2. Donner l’équation du plan tangent à f au point (1, 1).

51
Chapitre 7

Intégrales doubles

Dans ces notes nous résumons les propriétés importantes concernant le calcul de l’intégrale d’une fonction f à
valeurs réelles et définie sur un domaine D ⊂ R2

7.1 Intégrale double d’une fonction continue bornée


Définition 7.1.1 Une pavé D de R2 est un rectangle de la forme D = [a, b] × [c, d]. Soit f : D → R une fonction
continue et bornée. L’intégrale double de f sur D est un nombre réel que l’on note
ZZ ZZ
f ou f (x, y)dxdy
D D

Nous donnons maintenant une liste de propriétés concernant l’intégrale double. Celle-ci sont analogues à ce qui a
été vu pour l’intégrale simple sur un segment.

Propriétés 7.1.2 1. Si D et P sont disjoints on a


Z Z ZZ ZZ
f (x, y)dxdy = f (x, y)dxdy + f (x, y)dxdy
D∪P D P

2. Pour f et g deux fonctions continues sur D et λ ∈ R on a


ZZ ZZ ZZ
(f + λg)(x, y)dxdy = f (x, y)dxdy + λ g(x, y)dxdy
D D D

3. Pour f et g deux fonctions continues sur D on a


ZZ ZZ
f ≤g⇒ f (x, y)dxdy ≤ g(x, y)dxdy
D D

RR
Remarque Si f ≥ 0, alors f (x, y)dxdy ≥ 0.
D

7.2 Théorème de Fubini


Théorème 7.2.1 (Théorème de Fubini)
Soit D = [a, b] × [c, d] et f : D → R une fonction continue. Alors
ZZ Z b Z d  Z d Z b 
f (x, y)dxdy = f (x, y)dy dx = f (x, y)dx dy.
a c c a
D

52
7.3. CHANGEMENT DE VARIABLES El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

Exemple Soit D le domaine défini par 1 ≤ x ≤ 2 et 0 ≤ y ≤ 1 et f : (x, y) → f (x, y) = xexy + 3xy 2 . Alors

ZZ Z 2 Z 1 
xy 2
f (x, y)dxdy = (xe + 3xy )dy dx
1 0
D
2h
x xy
Z i1
= e + xy 3 dx
1 x 0
Z 2
= (ex − 1 + x)dx
1
2
x2

x
= e −x+
2 1
1
= e2 − e −
2

Remarque Dans le cas f (x, y) = g(x)h(y), il est évident que


Z Z Z b Z d
g(x)h(y)dxdy = g(x)dx. h(y)dy
a c
[a,b]×[c,d]

♣ On étend aussi cette définition au cas où le domaine d’intégration D est de la forme

D = {(x, y) ∈ R2 / a ≤ x ≤ b, φ(x) ≤ y ≤ ψ(x)}


En posant
!
ZZ Z b Z ψ(x)
f (x, y)dxdy = f (x, y)dy dx
a φ(x)
D

x2 ydxdy où
RR
Exemple Calculons
D

D = {(x, y) ∈ R2 / 0 ≤ x, 0 ≤ y, x + y ≤ 1}
Le domaine D peut aussi s’exprimer sous la forme

D = {(x, y) ∈ R2 / 0 ≤ x ≤ 1, 0 ≤ y ≤ 1 − x}
Donc

ZZ Z 1 Z 1−x 
2 2
x ydxdy = x ydy dx
0 0
D
1 1−x
y2
Z 
2
= x dx
0 2 0
1
(1 − x)2 1
Z
= x2 dx = .
0 2 60

7.3 Changement de variables


♣ Cas affine

x = au + bv + c
y = a′ u + b′ v + c

Dans ce cas on a

53
7.3. CHANGEMENT DE VARIABLES El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

ZZ ZZ
f (x, y)dxdy = f (au + bv + c, a′ u + b′ v + c)|ab′ − a′ b|dudv
D ∆

où ∆ = {(u, v) ∈ R2 / (x, y) ∈ D}.

Exemple Soit D = {(x, y) ∈ R2 / |x| + |y| ≤ 1}. Avec le changement de variable


( √ √
x = √22 u − √22 v
y = 22 u + 22 v
h √ √ i h √ √ i
On a ∆ = {(u, v) ∈ R2 / (x, y) ∈ D} = − 22 , 22 × − 22 , 22 . Donc
√ √
2 2
ZZ Z
2
Z
2 √ √
dxdy = √ du √ dv = 2. 2 = 2
− 22 − 2
2
D

♣ Coordonnées polaires

x = r cos θ
y = r sin θ

Dans ce cas on a
ZZ ZZ
f (x, y)dxdy = f (r cos θ, r sin θ)rdrdθ
D ∆

où ∆ = {(r, θ), (r cos θ, r sin θ) ∈ D}.

Exemples
1. Soit D = {(x, y); x2 + y 2 ≤ R2 }
Donc

ZZ ZZ
dxdy = rdrdθ
D ∆
Z 2π Z R
= dθ rdr
0 0
R2
= 2π. = πR2 .
2

(x2 + y 2 )dxdy, avec D le quart de cercle de centre O(0, 0), de rayon 2 avec x ≥ 0 et y ≥ 0.
RR
2. Calculons I =
D
Sachant que x2 + y 2 = r 2 , donc I = r 2 rdrdθ avec ∆ = {(r, θ), 0 ≤ r ≤ 2, 0 ≤ θ ≤ π2 }. Alors
RR

π
2
π
Z Z
2
I= dθ r 3 dr = × 4 = 2π.
0 0 2

54
7.3. CHANGEMENT DE VARIABLES El Hamma, Daher: Analyse 2 SMPC2

UNIVERSITÉ HASSAN II Année Universitaire : 2020/2021


FACULTE DES SCIENCES
AIN CHOCK CASABLANCA SMPC
DEPARTEMENT DE MATH. INFO Analyse 2

SERIE 7
Exercice 1 :
Calculer l’intégrale double

dxdy
ZZ
I=
(1 + x + y)2
D

avec D = {(x, y) ∈ R2 / 0 ≤ x ≤ 1, 0 ≤ y ≤ 1}.

Exercice 2 :
Calculer l’intégrale double
ZZ
I= xydxdy
D

avec D = {(x, y) ∈ R2 / x ≥ 0, y ≥ 0, x + y ≤ 1}.

Exercice 3 :
Calculer l’intégrale double avec un changement de variables

dxdy
ZZ
I= p
1 + x2 + y 2
D

où D = {(x, y) ∈ R2 / x2 + y 2 ≤ 1}.

Exercice 4 :
Calculer
ZZ
I= sin(x2 + y 2 )dxdy
D

où D désigne le disque de centre O et de rayon π.

55