Vous êtes sur la page 1sur 85

ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN

ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page i


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

MEMOIRE DE LICENCE
ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL
MOBILIER DANS UN ETABLISSEMENT FINANCIER :
CAS DE LA BICEC

Stage effectué à la Banque Internationale du Cameroun pour l’Epargne et le Crédit du 06 Février


2019 au 30 Avril 2019 en vue de l’obtention du diplôme de Licence en Sciences de Gestion.

OPTION : COMPTABILITE-CONTRÔLE-AUDIT

Rédigé par :

HURELKA PATRICE MOUKORY DIN

Sous l’encadrement

Académique de : Professionnel de :
Dr. FORBENEH JUDE M. EBONG CALVIN

Enseignant à SJD Responsable Département


Reporting & Fiscalité à la BICEC

ANNEE ACADEMIQUE 2018-2019

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page i


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

SOMMAIRE

DEDICACE ....................................................................................................................................... II
REMERCIEMENTS ...................................................................................................................... III
RESUME.......................................................................................................................................... IV
ABSTRACT ....................................................................................................................................... V
LISTE DES TABLEAUX ............................................................................................................... VI
LISTE DES FIGURES .................................................................................................................. VII
LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS ............................................................................. VIII
INTRODUCTION GENERALE ...................................................................................................... 1
PREMIERE PARTIE : PRESENTATION DE LA BICEC ET DEROULEMENT DU STAGE
.............................................................................................................................................................. 3
CHAPITRE 1 : PRESENTATION GLOBALE DE LA BICEC ................................................... 4
SECTION I : HISTORIQUE ET FONCTIONNEMENT DE LA BICEC ...................................... 4
SECTION II : LES DIFFERENTS PRODUITS ET LES PARTENAIRES DE LA BICEC ........ 12
CHAPITRE 2 : DEROULEMENT DU STAGE A LA BICEC ................................................... 17
SECTION I : LE QUOTIDIEN DU DEPARTEMENT REPORTING ET FISCALITE DE LA
BICEC ............................................................................................................................................ 17
SECTION II : TÂCHES EFFECTUEES ET JUSTIFICATION DU CHOIX DU THEME ......... 20
DEUXIEME PARTIE : CONTRIBUTION AU SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER :
APERCU THEORIQUE ET ANALYSE ....................................................................................... 28
CHAPITRE 3: APPROCHE THEORIQUE ET MISE EN EVIDENCE DES GENERALITES
SUR LE CREDIT-BAIL MOBILIER ......................................................................................... 29
SECTION I : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LE CREDIT-BAIL ET RISQUES
ENCOURUS .................................................................................................................................... 29

SECTION II : ENJEUX ET PRESENTATION DE L’OUTIL D’ANALYSE ............................. 40


CHAPITRE 4: PERSPECTIVE D’AMELIORATION DU PROCESSUS DE SUIVI DU
CREDIT-BAIL MOBILIER A LA BICEC................................................................................ 47
SECTION I: DESCRIPTION DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER A
LA BICEC : OBSERVATIONS ET INSUFFISANCES ............................................................... 47
SECTION II : LE PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER A LA BICEC :
OBSERVATIONS ET SUGGESTIONS ....................................................................................... 56
CONCLUSION GENERALE ......................................................................................................... 61
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ....................................................................................... 62
LISTE DES ANNEXES ................................................................................................................... 63
TABLE DES MATIERES ............................................................................................................... 71

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page i


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

DEDICACE

A MA FAMILLE

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page ii


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

REMERCIEMENTS

Nous tenons à exprimer notre profonde gratitude au Seigneur notre Dieu pour la santé, la
protection et toutes les grâces reçues durant toute notre année académique.

Notre gratitude va également à l’endroit de ceux dont l’apport considérable a rendu possible
ce mémoire et a favorisé sa bonne rédaction, nous pensons ainsi à :

 Docteur FORBENEH JUDE, notre encadreur académique, pour ses recommandations et son
soutien.
 Monsieur EBONG CALVIN, notre encadreur professionnel, pour ses orientations et ses
encouragements donnés durant notre passage en entreprise.
 Messieurs DODJOU DAVIN, CHENOUHASSI ERIC, MENZEPO VALENTIN et
EKOTTO LYONEL, membres du département Reporting & Fiscalité pour la formation
reçue.
 Tout le personnel du siège de la Banque Internationale du Cameroun pour l’Epargne et
le Crédit, pour leur attention à notre égard tout au long de notre stage.
 Tout le personnel enseignant de la Saint Jérôme Management Sciences and Business
School, pour le suivi et les enseignements prodigués depuis notre première année.
 L’administration de l’Institut Universitaire Catholique Saint-Jérôme de Douala, pour le
soutien académique.
 Toute notre famille, pour l’amour et l’encouragement moral.
 Maître MOUKORY EYANGO et Madame, nos chers parents, pour tout l’amour, l’effort
qu’ils consacrent à notre éducation et la présence.
 Notre sœur HORNELA MOUKORY, pour son amour et son soutien moral.
 Nos camarades et amis, pour leur collaboration et leur disponibilité.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page iii


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

RESUME

Dans la perspective d’étaler leur charge et de réduire leurs bases imposables, les entreprises
souscrivent de plus en plus au crédit-bail : particulièrement celui ayant pour objets les mobiliers. Elles
font donc appel à un établissement financier ayant pour offre de service le Crédit-Bail Mobilier. Ce
dernier est un moyen de financement très prisé à l’heure actuelle. Le financement étant le nerf de la
guerre, il est crucial de s’en préoccuper activement. Le stage que nous avons effectué à la BICEC,
nous a donné d’analyser le processus de suivi du Crédit-Bail Mobilier dans un établissement
financier. Notre objectif principal était donc d’améliorer la qualité du processus de suivi du Crédit-
Bail Mobilier à la BICEC et par conséquent réduire les pertes financières et matérielles. Pour ce faire,
notre méthode se matérialisait par l’usage de la matrice SWOT et du diagramme d’Ishikawa qui nous
ont permis de faire une analyse du processus et ressortir les insuffisances. Nous avons alors émis des
propositions dont la principale est la mise sur pieds d’un manuel de procédures destiné à mettre en
place des dispositions afin de maîtriser les différents risques.

Mots clés : crédit-bail mobilier, processus, qualité, analyse.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page iv


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

ABSTRACT

By adopting an approach based on spreading their charges and reducing their tax bases,
companies are increasingly subscribing to leasing, particularly that relating to furniture. Therefore,
they call on a financial institution whose service offer is leasing. The latter is a very popular means
of financing at the moment. Financing being the sinews of war, it is crucial to pay attention to it. The
internship we did at BICEC gave us an opportunity to analyze the process of monitoring the financial
leasing in a financial institution. Therefore, our main goal was to improve the quality of the process
of monitoring the Financial Leasing to BICEC and consequently reduce financial and material losses.
To do this, our method was materialized by the use of the SWOT matrix and the Ishikawa diagram
which enabled us to analyze the process and highlight the shortcomings. Then, we made proposals,
the main one being the setting up of manual procedures designed to put in place provisions to control
the different risks.

Key words: financial leasing, process, quality, analyze.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page v


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1: Récapitulatif des tâches effectuées .............................................................................. 21


Tableau 2: Les différents statuts des biens liés au CBM ............................................................. 24
Tableau 3: Comptabilisation de la conclusion du contrat ............................................................ 38
Tableau 4: Comptabilisation de l’entrée du bien dans le patrimoine ........................................ 39
Tableau 5: Comptabilisation de la mise en force du contrat ....................................................... 39
Tableau 6: Comptabilisation du dépôt de garantie....................................................................... 41
Tableau 7: Comptabilisation du passage des biens en ITNL ....................................................... 41
Tableau 8: Comptabilisation conclusion du contrat à la BICEC ................................................ 50
Tableau 9: Comptabilisation mise en force du contrat à la BICEC ............................................ 50
Tableau 10: Comptabilisation de l’échéance à la BICEC ........................................................... 51
Tableau 11: Comptabilisation règlement à la BICEC .................................................................. 51
Tableau 12: Echantillon bien loués................................................................................................. 57

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page vi


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

LISTE DES FIGURES

Figure 1: Répartition du capital à ce jour ....................................................................................... 6


Figure 2 : Mécanisme d'une opération de Crédit-Bail Mobilier ................................................. 34
Figure 3 : Exemple de diagramme de Causes et Effets ................................................................ 45
Figure 4 : Mécanisme du processus de suivi des crédits baux à la BICEC ................................ 48
Figure 5 : Diagramme Causes-Effets appliqué au processus de suivi du CBM à la BICEC ... 56
Figure 6: Ratios impayés-Valeurs d'Origines ............................................................................... 58

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page vii


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS

ACEP : Agence de Crédit pour l’Entreprise Privée

APECCAM : Association Professionnelle des Etablissements de Crédits du Cameroun

BAD : Banque Africaine de Développement

BCI Congo : Banque Commerciale Internationale du Congo

BEAC : Banque des Etats d’Afrique Centrale

BEI : Banque Européenne d’Investissement

BICEC : Banque Internationale pour l’Epargne et le Crédit

BNCI : Banque Nationale pour le Commerce et l’Industrie

BPCE : Banque Populaire-Caisse d’Epargne

BRED : Banque Régionale d’Escompte et de Dépôts

CBM : Crédit-Bail Mobilier

CFAO : Compagnie Française de l’Afrique Occidentale

COFACE : Compagnie Française d’Assurance pour le Commerce Extérieur

CSP : Contrôle Sur Pièces

CEMAC: Communauté Economique et Monétaire d’Afrique Centrale

CFC : Crédit Foncier du Cameroun

CNC : Conseil National du Crédit

CNPS : Caisse Nationale de Prévoyance Sociale

COBAC: Commission Bancaire d’Afrique Centrale

DGI : Direction Générale des Impôts

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page viii


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

ENEO Cameroon: Energy Of Cameroon

FCFA: Franc de la Communauté Financière Africaine

GAB : Guichets Automatiques de Billets

GICAM : Groupement Inter-Patronal du Cameroun

ICBP : Instituto Centrale delle Banche Populari

ITNL : Immobilisations Temporairement Non Louées

NTIC : Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication

PCEC : Plan Comptable des Etablissements de Crédits

PROPARCO : Promotion et Participation pour la Coopération économique

OHADA : Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des affaires

RF: Reporting et Fiscalité

SWOT: Strengths, Weaknesses, Opportunities and Threats

TVA : Taxe sur la Valeur Ajoutée

VGC : Vérification Générale de la Comptabilité

VNC : Valeur Nette Comptable

VO : Valeur d’Origine

VR : Valeur Résiduelle

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page ix


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

INTRODUCTION GENERALE

Le souci majeur pour l’entreprise est de trouver la meilleure solution de financement de ses
besoins et en particulier ses investissements. Pour ce faire, les entreprises doivent investir
régulièrement afin d’assurer le niveau de croissance requis et surtout pour le renouvellement de leurs
moyens de production, soit en raison de leurs usures, soit en raison de leurs caractères obsolètes.
Toutefois, ces entreprises sont souvent confrontées à plusieurs défis en matière de croissance, qui
sont dû à l’insuffisance d’accès au financement bancaire compte tenu des besoins de certains projets
d’investissement tel que l’exigence de garantie. Dès lors, les entreprises peuvent opter pour un
nouveau mode de financement des investissements susceptible de répondre à ce genre de besoin de
l’économie, il s’agit du « leasing » appelé également en français « crédit-bail » qui est une formule
qui s’adapte à la situation des entreprises exprimant de tels besoins, avec un financement intégral des
investissements et des garanties réduites. Aussi, il est encore plus sollicité par les entreprises car il
allège leurs bases imposables tout en étalant leurs charges. Ce qui font de lui un produit très sollicité
par les entreprises particulièrement les Petites et les Moyennes Entreprises. Le leasing est donc un
mode ancestrale de financement des biens meubles et immeubles à usage professionnel. Cette
technique de financement s’est depuis, largement rependue dans le monde.
Au Cameroun, principalement le crédit-bail ayant pour objets des biens meubles (c'est-à-dire
le Crédit-Bail Mobilier) est pratiqué. En effet, ce dernier est un moyen de financement actuellement
prisé dans notre pays. Il se définit comme étant un contrat de location à l’issue duquel le locataire
peut renouveler le contrat, restituer le matériel ou l’acheter à un prix fixé dès la signature du contrat.
Le matériel en question peut être roulant ou fixe et doit être à usage professionnel. Les principaux
intervenant étant le locataire (une entreprise industrielle, commerciale, prestataire de service, etc) et
le bailleur (un établissement financier).
La Banque Internationale du Cameroun pour l’Epargne et le Crédit est l’un des établissements
financiers de notre pays ayant pour offre le Crédit-Bail Mobilier. Lors de notre séjour en son sein,
précisément en sa Direction Comptable au département Reporting et Fiscalité ; nous avons eu à
remarquer qu’il y’a une défaillance dans le suivi des Crédits-Baux Mobiliers. Les causes de ce
problème sont entre autres : un système limité, l’inexistence d’un manuel formel de procédures sur le
CBM, la non exigence d’un dépôt de garantie sur les biens; l’insuffisance du personnel pour le suivi
du CBM, le non suivi au jour le jour des biens en CBM, l’inachèvement et le retard des procédures

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 1


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

judiciaires. Ces causes entraînent inévitablement des conséquences plus ou moins graves notamment :
des écarts comptabilité-gestion des encours financiers, des difficultés pour le personnel remplaçant,
la perte de biens, la surcharge du personnel, un coût du risque élevé, une grande quantité d’impayés,
un amoindrissement et une sous-évaluation du résultat comptable. Sachant que l’information
financière est en jeu, le défi qui est la qualité du suivi des CBM à la BICEC nous amène à nous poser
la question principale suivante : comment s’effectue le suivi du Crédit-Bail Mobilier à la
BICEC ? Celle-ci va nous servir de fil conducteur tout au long de notre recherche. Néanmoins, elle
suscite en nous deux questions secondaires qui sont : que pourrait entrainer un mauvais suivi du
Crédit-Bail Mobilier sur la lecture du bilan ? Comment est-ce qu’un mauvais suivi du Crédit-
Bail Mobilier pourrait impacter sur le résultat comptable ? Afin d’apporter un éclairage à ces
interrogations, nous avons choisi d’orienter nos recherches sur le circuit de suivi du CBM à la BICEC ;
d’où le choix du sujet : « Analyse du processus de suivi du Crédit-Bail Mobilier dans un
Etablissement Financier : cas de la BICEC ».
L’objectif principal visé à travers cette étude est d’améliorer la qualité du processus de suivi
du Crédit-Bail Mobilier à la BICEC afin de réduire les pertes. De cet d’objectif principal découlent
les objectifs secondaires suivants : décrire le processus, analyser chaque étape du processus grâce aux
informations recueillies après entretien, faire des suggestions sur les faiblesses décelées afin de
contribuer à l’amélioration du processus. L’intérêt de cette étude est qu’elle nous permettra, de ressortir
des défaillances auxquelles la Banque n’a pas encore prêté attention et proposer des solutions pour réduire
les pertes financières et matérielles y afférentes. Pour mener à bien notre étude, nous avons segmenté
notre travail en deux parties. La première partie consistera à présenter la BICEC dans son ensemble ainsi
que notre séjour en son sein. Quant à la seconde partie, elle portera sur notre contribution au processus de
suivi du Crédit-Bail Mobilier à la BICEC.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 2


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

PREMIERE PARTIE : PRESENTATION DE LA BICEC ET


DEROULEMENT DU STAGE

Au Cameroun, les banques se classent en plusieurs catégories selon la nature de l’activité et


l’actionnariat. Nous avons les banques purement privées, les banques étrangères à participation
publique, les banques purement nationales, les banques nationales à participation étrangère, les
banques étrangères à participation nationale minoritaire. Quant à la Banque Internationale du
Cameroun pour l’Epargne et le Crédit, elle est recensée au sein des banques commerciales selon la
nature de son activité et étrangères à participation publique selon l’actionnariat. En effet, l’Etat
Camerounais a toujours été présent dans l’actionnariat de la BICEC bien qu’ayant perdu une bonne
partie de ses parts sociales au fil du temps. La BICEC a donc connu une vie sociétale mouvementée
entre crise, fusion et propulsion du capital social. Aujourd’hui, elle est l’une des meilleures banques
au Cameroun ; sa mission majeure est de satisfaire ses clients tout en leurs étant proche. Ceci, grâce
à un personnel motivé et performant d’où elle est la présence bancaire au Cameroun (son slogan
commercial).

Dans la perspective de donner une image précise du fonctionnement organisationnel de la


BICEC ainsi que le cadre de découverte de notre thème. Cette partie sera décomposée en deux
chapitres dont le premier (Chapitre 1) étayera sur la présentation globale de la BICEC et le second
(Chapitre 2) sur notre séjour en son sein.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 3


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

CHAPITRE 1 : PRESENTATION GLOBALE DE LA BICEC

Au sein de chaque structure économique, on retrouve plusieurs types d’agents économiques,


l’Etat, les ménages, les entreprises, et les institutions financières. La Banque Internationale du
Cameroun pour l’Epargne et le Crédit se classe au niveau de la dernière catégorie à savoir celle des
institutions financières. Elle a pour rôle principal la collecte de l’épargne et l’octroi de crédit. Elle est
également une société anonyme au capital de 12.000.000.000 FCFA qui voit le jour le 27 Octobre
1962 sous l’appellation BICIC (Banque Nationale pour le Commerce et l’Industrie du Cameroun).
C’est l’un des premiers réseaux bancaires au Cameroun. Il sera question pour nous dans ce chapitre
de mettre en exergue dans un premier temps l’historique et le fonctionnement de la BICEC (Section
I) et ensuite, ses différents produits (offres de services) et ses partenaires (Section II).

SECTION I : HISTORIQUE ET FONCTIONNEMENT DE LA BICEC


Le dictionnaire Larousse définit la banque comme un établissement financier qui, recevant
des fonds du public, les emplois pour effectuer les opérations de crédit et des opérations financières,
et est chargée de l’offre et de la gestion des moyens de payement. Pour mieux connaitre une
entreprise, il est primordial de connaitre sa source, son fonctionnement, ses valeurs, ainsi que les
différentes activités qu’elle exerce. Il sera question pour nous dans cette section de présenter dans un
premier temps l’historique et le fonctionnement de la BICEC et dans un second temps l’organisation
et les attributions de la BICEC.

I.1- HISTORIQUE ET EVOLUTION DE LA BICEC


La BICEC avant d’atteindre son niveau actuel a connu plusieurs modifications. Cette section
articulera donc dans un premier temps sa genèse, et, dans un second temps son organisation et son
fonctionnement.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 4


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

I.1.1- Genèse de la BICEC


A l’époque de la BICIC, elle naissait de la fusion de la BNCI (Banque Nationale pour le
Commerce et l’Industrie) du Cameroun oriental et la BARCLAYS BANK du Cameroun Occidental,
la réunification du Cameroun vient effectivement marquer cette fusion. Elle avait alors un capital de
2 milliards de FCFA (dont 25% des parts étaient détenues par l’Etat) et ne comptait que 4 agences
sur le territoire national pour un effectif de 140 employés. Avec l’accroissement important de sa
clientèle et par son vaste réseau de distribution, 11 nouvelles agences sont ouvertes et l’effectif du
personnel est propulsé à 315 salariés.

L’Etat camerounais devient en 1978 actionnaire majoritaire et son nouveau capital est de 3
milliards de FCFA.

Entre 1981 et 1991, l’effectif de la BICIC croit de 315 à 947 membres du personnel pour 10
nouvelles agences. Ayant été affectée par la crise économique des années 80-90, ainsi que le départ
de ses trois autres principaux actionnaires soient : SFIO, Barclays Bank et la BNP (Banque Nationale
de Paris), la BICIC se voit dans l’obligation de mettre la clef sous la porte après 35 ans d’existence :
il a fallu la restructurer.

Après un conseil d’administration le 14 Mars 1997, la BICIC est dissoute et le 17 Mars la


BICEC voit le jour. Cette dernière est confiée à Natixis Banque Populaire qui a fort bien accompli sa
mission : rentabiliser la Banque et la préparer à la privatisation dans un délai de 3 ans.

I.1.2- Evolution de la BICEC


La naissance en 2000 de la BICEC a pour mission première de récupérer les actifs de la
BICIC. Elle est dorénavant une filiale du groupe Banque Populaire de France (51% du capital) et
compte 27 agences avec environ 557 employés pour un capital de 3 milliards de FCFA.

Jusqu’en 2009 le capital de la BICEC a été de 3 milliards de FCFA. En 2011 le groupe Banque
Populaire devient le groupe BPCE (Banque Populaire Caisse d’Epargne), et la surface financière de
la BICEC double et passe à 6 milliards de FCFA ; il détient désormais 68,5% du capital de la BICEC
jusqu’à nos jours. Deuxième groupe bancaire en France, le groupe BPCE est également présent à
l’international à travers sa holding. La BICEC bénéficie donc de l’expertise et de la solidité financière
de ce grand groupe international, tout en conservant son identité camerounaise : prise de décision
locale, cadres nationaux ; l’organigramme est présenté en Annexe 7. Au 12 mars 2012, le capital de
la banque redouble et est désormais de 12 milliards. Elle détient à son actif 38 agences (Annexe 8) et
plus de 700 collaborateurs.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 5


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

Aujourd’hui, la BICEC connait une renommée sur le marché national. Elle fait partie des
meilleures banques au Cameroun en terme d’épargne et d’octroi de crédits sur l’investissement. Elle
est aussi l’un des leaders en termes de la qualité du service avec plus de 380 000 clients. En 2017, la
BICEC a reçu avec émotion et satisfaction le trophée ZOE organisé par Algoo International le 24
février au GICAM.

La BICEC se présente aujourd’hui comme un acteur de référence du paysage bancaire au


Cameroun avec des performances d’ensemble solides.

Figure 1: Répartition du capital à ce jour

ACTIONNARIAT DE LA BICEC
Personnel BICEC;
5,00% ICBP; 1,50%
Privés Camerounais;
7,5%

Etat Camerounais;
17,50%

BPCE; 68,50%

Source : BICEC Daily

I.2- ORGANISATION ET ATTRIBUTIONS DE LA BICEC


La BICEC s’est armée pour défendre les intérêts de ses clients. Cette section articulera donc
dans un premier temps son organisation, et, dans un second temps ses attributions.

I.2.1- Organisation de la BICEC


Taylor (1880) est le premier acteur à s’intéresser à l’organisation du travail dans les ateliers.
L’organisation est un groupe de personnes ayant des objectifs à réaliser. La BICEC se doit d’avoir
une bonne organisation structurelle et stratégique lui permettant d’assurer la sécurité, la bonne gestion
des fonds de ses clients, ainsi que sa propre visibilité. Pour ce faire, sa structure est subdivisée en trois
pôles d’activités soient : le pôle décisionnel, le pôle opérationnel, le réseau. Nous allons les mettre en
exergue en étalant leurs missions et leurs contenus.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 6


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

I.2.1.1- Le pôle décisionnel


Il est constitué du Conseil d’Administration, de la Direction Générale, du Comité de Direction
et du Comité Exécutif. Celui-ci constitue la sphère décisionnelle des ambitions stratégiques de la
banque.

I.2.1.1.1- Le Conseil d’Administration

Le conseil d’administration est un groupe de personnes physiques appelées administrateurs


chargées d’administrer une institution. Il comprend plusieurs membres dont le président du conseil
d’administration, un secrétaire du conseil, un vice-président et trésorier. L’organisation, le
fonctionnement et les prérogatives du conseil d’administration sont fixés par les statuts. Le conseil
d’administration est investi des pouvoirs les plus étendus pour agir en toute circonstance au nom de
la société. Il exerce dans les limites de l’objet social. Les pouvoirs essentiels du conseil
d’administration sont :

- Préciser les objectifs de la société et l’orientation qui doit être donnée à son administration
- Exercer le contrôle permanent de la gestion assurée par la direction générale
- Arrêter les comptes de chaque année en fin d’exercice
- Convoquer les assemblées générales, fixer leur ordre du jour et exécuter leurs décisions

I.2.1.1.2- La Direction Générale

Elle est administrée par le directeur général sur qui la responsabilité en tout acte de l’entreprise
repose. Il est vu ici comme le commandant de bord de la banque ; il est assisté par deux directeurs
adjoints et un secrétaire général. Il est investi des pouvoirs pouvant lui permettre d’accomplir les
missions qui lui sont assignées.

A cet effet la direction générale définit les stratégies et les grandes orientations de la société,
établit un organigramme, nomme, sanctionne, récompense et révoque le personnel. Elle autorise les
décaissements, coordonne les activités des structures opérationnelles et fonctionnelles, assure la
pérennité de l’entreprise.

La direction adopte une stratégie de conquête de part de marché basée sur un processus ayant
pour finalité l’amélioration continue des standards de qualité qui se mesure par :

- La satisfaction et la fidélisation de la clientèle


- Le respect des engagements contractés

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 7


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

- La mise en place d’un cadre de travail attractif favorisant le développement personnel et


des rapports humains conviviaux.

I.2.1.1.3- Le Comité de Direction

C’est un ensemble restreint de personnes investies d’un pouvoir de surveillance et de décision.


Dans le cadre de la stratégie ou de la politique générale définie par le conseil d’administration, le
comité de direction assure et concours à la direction effective de la banque. A ce titre le comité de
direction est doté d’un règlement intérieur qui en définit les prérogatives et les règles de
fonctionnement afin d’assurer les compétences suivantes :

- le pilotage des différentes activités concourant à l’objet social de l’organisation


- le suivi des décisions du conseil d’administration
- l’autorisation des investissements dont le montant excède une valeur définie ; cette
prérogative pouvant être soumise à l’information préalable du conseil d’administration.

Sa composition est la suivante : un président du conseil, un directeur général, deux directeurs


généraux adjoint, un secrétaire général, un directeur central corporates1, un directeur marketing et
communication, un directeur de la comptabilité, un directeur des marchés des grandes entreprises. Un
directeur du recouvrement amiable et contentieux, un directeur des ressources humaines, un directeur
du risque de crédit, un directeur des affaires sensibles et fiscales, un directeur central de la production
, un directeur du contrôle de gestion et les directeurs réseau (un directeur régional du littoral, un
directeur régional du centre /sud/est, un directeur régional de l’ouest, un directeur régional du sud-
ouest et un directeur régional du nord ).

I.2.1.1.4- Le Comité Exécutif

Le comité exécutif supervise l’administration de la banque et formule les recommandations


au conseil d’administration.

I.2.1.2- Le pôle opérationnel


Il est question à ce niveau de présenter le fonctionnement de la banque. Il constitue la cellule
fonctionnelle de la banque dans la mesure où il active l’ensemble du personnel à déployer leurs

1
Le mot anglais « Corporates » fait référence dans le monde banquier et financier aux entreprises et aux investisseurs
institutionnels, d’une manière plus générale, aux flux et aux activités qui y sont associés.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 8


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

compétences pour l’intérêt général de la banque. Les différentes fonctions relatives à ce pôle sont le
secrétariat général, les directions centrales et les départements.

I.2.1.2.1- Le Secrétariat Général

C’est l’organe qui fait aussi partie de la direction générale de la BICEC. Il est le plus souvent
chargé de traduire les informations venant de la direction générale et les différentes directions
centrales. De ce fait, il est chargé de filtrer les informations utiles pour la prise de décision.

I.2.1.2.2- Les Directions Centrales

On retrouve dans cet établissement 5 directions centrales à savoir :

 La direction centrale de l’audit interne : cette direction a pour mission d’assurer la


préservation des actifs de la banque, la conformité effective de ses actifs avec les livres
comptables et l’assurance que les procédures retenues à cette fin soient saines et efficaces.
 La direction centrale corporates : la mission de cette direction consiste à optimiser et
assurer une efficacité des actions commerciales sur le segment de marché. Elle comprend
la direction du marché des grandes entreprises ; le département pré-décision et
recouvrement amiable corporates ; le département support commercial.
 La direction centrale risque et conformité : elle est chargée de mettre en place les
risques auxquels la banque pourrait être exposés, les analyser et mettre les mécanismes
adéquats pour les contrôler. Aussi, elle est chargée de mettre en place un système de
contrôle de conformité des activités de la banque à la réglementation en vigueur, les
diverses conventions professionnelles ainsi que les codes de conduite et de déontologie de
la profession bancaire. Elle est composée de deux sous directions qui sont :

o La direction des risques crédits


o La direction risques opérationnels et conformité

 La direction centrale organisation, qualité et moyens généraux : elle a pour mission


de développer et implémenter la stratégie qualité de la banque, d’améliorer l’ensemble des
processus existants dans toutes les unités de la banque et enfin de communiquer, diffuser
et vulgariser les principes de la culture de la gestion par la qualité parmi le personnel de
la banque. Elle comprend : la direction immobilier, sûreté incendie ; le département
logistique ; le département organisation et téléphonie ; le département qualité ; le service
support ; le service monétique.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 9


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

 La direction centrale production bancaire : elle est chargée du traitement des


opérations, des ordres de virement locaux, nationaux et internationaux. Elle comprend: la
direction des opérations ; le département gestion clients ; le département back office
engagements.

I.2.1.2.3- Les Départements

La BICEC est constituée de 9 départements rattachés aux différentes directions qui sont :

o Le département pré-décision et recouvrement amiable corporates


o Le département support commercial
o Le département du contrôle comptable
o Le département des affaires juridiques
o Le département logistique
o Le département organisation et téléphonie
o Le département qualité
o Le département de gestion des clients
o Le département back office des engagements

I.2.1.3- Le réseau
Il constitue l’ensemble des agences de la BICEC. L’étendue de ces agences constitue un atout
pour la banque dans la mesure où elle exerce son influence sur le marché national et international.
C’est grâce à ce réseau qu’elle se rapproche réellement de sa clientèle. Il est constitué actuellement
de 38 agences, avec 5 directions régionales :

 La direction régionale du Littoral (11 agences)


 La direction régionale du Centre/Sud/Est (12 agences)
 La direction régionale de l’Ouest (5agences)
 La direction régionale Nord (4 agences)
 La direction régionale Sud-Ouest (6 agences)

I.2.2- Attributions de la BICEC


Il sera question pour nous de présenter ici les valeurs, les missions et les « macro-
contributeurs » de la BICEC.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 10


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

I.2.2.1- Les valeurs de la BICEC


La BICEC s’est construite autour de 3 valeurs fondamentales : la proximité, le partenariat et la
performance.

 La proximité : filiale d’un grand groupe international avec une prise de décision locale, la
BICEC place l’écoute, l’assistance et le conseil au centre de ses relations avec la clientèle.
Avec plus de 380 000 clients et 38 agences. La BICEC est l’un des premiers réseaux bancaires
au Cameroun. A ce titre, elle est effectivement la présence bancaire au Cameroun (son
slogan commercial).
 Le partenariat : la BICEC accompagne sa clientèle au quotidien et détient une place de leader
aussi bien au niveau des grandes entreprises que des fonctionnaires. Près d’un fonctionnaire
sur deux est client à la BICEC. En outre, de nombreux partenariats sont développés avec des
institutions telles que PROPARCO, BEI, BAD et ACEP pour l’accompagnement des PME.
 La performance : l’implication et la motivation du personnel, la qualité du service, la
stratégie de croissance sont de principaux atouts qui expliquent la bonne performance de la
BICEC, qui entend toujours faire mieux.

I.2.2.2- Les missions de la BICEC


Les différents pôles de BICEC sont pilotés par des hommes et des femmes qui ne cessent
d’adopter des stratégies pour :

 Offrir des produits et des services pour répondre aux attentes de la clientèle
 Réserver un accueil de qualité à sa clientèle
 Etre toujours à l’écoute de sa clientèle
 Manifester sa présence sur l’étendue du territoire Camerounais par la multiplication du
nombre des agences
 Devenir un partenaire à notre stratégie de développement à l’international.

I.2.2.3- Les « macros contributeurs » de la BICEC


Il s’agit ici des facteurs sans lesquels la BICEC ne pourrait accomplir les missions sus
présentées ; qui peuvent sembler plus éloignés mais peuvent avoir une incidence positive ou négative
sur le fonctionnement de l’entreprise et sa performance.

Au Cameroun, nous avons les détenteurs du pouvoir réglementaire et les détenteurs du pouvoir
consultatif.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 11


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

 Les détenteurs du pouvoir réglementaire : ce pouvoir est exercé par trois autorités
différentes et complémentaires.
o L’autorité monétaire nationale : au Cameroun c’est le ministre des finances, il définit et
applique la politique monétaire et économique du pays, détient le pouvoir d’accorder et
de retirer les agréments, applique correctement les sanctions suite aux infractions
constatées par la COBAC ou par lui-même sur le terrain.
o La COBAC : elle est essentiellement technique et plurinationale, elle exerce des qualités
et des missions purement techniques et professionnelles. Pour finir, elle prend les
décisions les plus difficiles mais l’application de celles-ci est laissée à l’autorité monétaire
nationale.
o La BEAC: car c’est elle qui gère la masse monétaire en circulation dans le pays. Elle
définit et veille à l’application des conditions de banque et éventuellement assure le
refinancement des banques secondaires.

 Les détenteurs du pouvoir consultatif : ils sont au nombre de deux. On distingue :


o Le CNC : il peut consulter et peut également donner son avis sur les orientations de la
politique bancaire.
o L’APECCAM : c’est le syndicat unique auquel tous les établissements de crédits
doivent adhérer, il représente les intérêts de la profession et de la transmission des
informations auprès des adhérents et du public. Il peut aussi mener des études d’intérêt
commun et faire des propositions.

Dans cette section, il a été question pour nous de retracer l’histoire de la BICEC et ainsi
montrer comment elle est organisée car sans organisation préalable aucune entité ne peut survivre.
La section suivante étayera sur les différents produits proposés par la BICEC ainsi que ses multiples
partenaires.

SECTION II : LES DIFFERENTS PRODUITS ET LES PARTENAIRES DE LA BICEC


Pour l’accomplissement de ses missions, la BICEC se doit d’avoir des produits répondants
aux besoins de sa clientèle et des partenaires solides. Il sera question pour nous dans cette section, de
présenter dans un premier temps ses différents produits et dans un second temps ses partenaires.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 12


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

II.1- LES PRODUITS OFFERTS PAR LA BICEC


La BICEC s’est agrée auprès des autorités de tutelle pour réaliser ses différentes activités. Elle
se livre de ce fait à la commercialisation de divers produits et services.

II.1.1- Produits et services particuliers


- Packages BICEC (dont les services dépendent du revenu)
- Cartes Bancaires (Annexe 9)
- Assurances (Voyage ; Retraite Plus; BICEC Secure Plus ; sécuricartes ; BICEC secure
compte ; Super Capi)
- Financement à court terme (Crédit scolaire ; Achat terrain/Amélioration habitat ;
Autorisation de découvert ; Cautions scolaires ; Crédit JOKER)
- Financement à moyen terme (Prêt personnel ; Crédit immobilier)
- Epargne-placement (Bicec IMMO ; Bon de caisse ; Bicec Junior, Bicec Optima)
- Banque à distance (Bicec info ; Bicec.com)
- Prestataire de service d’investissement

II.1.2- Produits et services entreprises


- Cartes Visa business
- E PAY BOX : pour les entreprises, la BICEC met à la disposition de tous les commerçants
de Douala et Yaoundé cette offre afin qui ’ils disposent d’un Terminal de Payement
Electronique(TPE) leur permettant d’accepter la carte Visa comme moyen de payement.
- Financement court terme (Bail BICEC ; Facilité de caisse ; Escompte de papier
commercial ; Crédit de campagne ; Crédit documentaire ; Lettre de crédit stand-by ;
Caution sur marché ; Crédit spot ; BICEC FACTOR)
- Financement moyen terme (Bail BICEC ; Crédit d’investissement)
- Assurance (securibusiness)

II.1.3- Produits et services à l’international


La BICEC accompagne ses clients au quotidien avec son réseau d’experts, des offres
s’articulant autour des préoccupations majeures.

 Offres pour les entreprises


o Financement
o Gestion de la trésorerie

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 13


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

o Stratégie export
o Règlements à l’import, export
o Gestion du risque de change
o Banque à distance
 Offres pour les particuliers
o Transferts
o Achats de devises et chèques de voyage
o Banque à distance
o Service Monétique

II.2- LES PARTENAIRES DE LA BICEC


Ils sont essentiellement constitués des clients, des fournisseurs et des correspondants.

II.2.1- Les clients de la BICEC


Le client est toute personne physique ou morale à qui l’entreprise offre ses biens et /ou
services moyennant une rémunération. Les clients de la BICEC sont aussi nombreux que
diverses. Nous pouvons distinguer :

- Les particuliers
- Les fonctionnaires
- Les étudiants
- Les professionnels
- Les agriculteurs
- Les entreprises
- Les institutionnels

II.2.2- Les fournisseurs de la BICEC


Un fournisseur est une personne physique ou morale qui offre un bien ou un service à un
tiers en contrepartie d’une rémunération. Afin d’assurer de la meilleure des manières ses
prestations, et de mieux entretenir sa clientèle, la BICEC sollicite les services d’autres entreprises
dans différents domaines, nous allons en citer quelques-uns :

 Communication
o En interne : nous faisons référence ici à la télécommunication, la BICEC achète
du crédit téléphonique chez bien d’opérateurs à l’instar d’Orange Cameroun.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 14


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

o En externe : ici, il s’agit de médias. MEDIA PLUS est l’entreprise qui offre ses
services publicitaires à la BICEC.
 Energie électrique

Il s’agit bien évidemment d’ENEO étant le seul distributeur d’énergie électrique au Cameroun.

 Matériels informatiques et fournitures de bureau

L’achat du matériel informatique et fourniture de bureau est fait chez divers fournisseurs à l’instar
de SADRY, CFAO Technologie, La Meublerie etc.

II.2.3- Les correspondants de la BICEC


Pour une banque, la correspondance bancaire revient à collaborer avec d’autres établissements
financiers pour faciliter les opérations de sa clientèle en cas de mobilité. Elle existe aux niveaux
national et international.

 Au niveau national
Il s’agit des autres établissements financiers avec lesquelles la BICEC collabore.
o Les autres banques : la BICEC donne la possibilité à ses clients de faire des
transferts vers des comptes d’autres banques et d’utiliser leurs GAB. Nous pouvons
en citer quelques-unes : Afriland First Bank ; Société Générale Cameroun ; Banque
Atlantique etc.
o Les micro-finances : il s’agit de celles-là qui ont un compte à la BICEC à l’instar
d’ACEP, PRO-PME.
o La Banque Centrale : comme toutes les autres banques secondaires du Cameroun,
la BICEC a un compte à la BEAC par lequel des transactions monétaires sont
effectuées.
 Au niveau international

Pour accompagner ses clients à l’échelle internationale, la BICEC s’appuie sur le réseau du
groupe BPCE en l’occurrence: Natixis, BCI CONGO, BRED, COFACE. Elle revient donc à ouvrir
un compte dans une banque étrangère pour y effectuer des opérations dans une devise locale (euro,
dollar, yen, rouble, etc).

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 15


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

 Les autres partenaires

Il s’agit des partenaires financiers, conseils… Plusieurs acteurs gravitent autour de la BICEC
pour lui fournir des ressources complémentaires : financières, compétences. Nous pouvons par
exemple citer les cabinets d’expertise comptable tels qu’Ernst & Young, Mazars et KPMG.

Cependant, au vu de l’hyper concurrence (autres banques, compagnies d’assurance, micro-


finances), la BICEC se doit d’assurer ses performances tout en se conformant aux normes de la
COBAC.

En définitive, nous avons pu au cours de ce chapitre mettre en relief la BICEC à travers son
historique et fonctionnement ainsi que ses différents produits (offres de services) et ses partenaires.
Il en résulte qu’au fil des années, elle a su se frayer un chemin favorable dans le marché bancaire. En
effet depuis sa genèse jusqu’à présent elle ne cesse de faire tout son possible pour fidéliser sa clientèle
et encourager son équipe multiculturelle et dynamique. Ainsi, le séjour en son sein ne peut qu’être
fascinant et débordant de découvertes. Dans le chapitre qui suivra, nous mettrons en exergue notre
séjour au sein de la Banque et le chantier sur le crédit- bail mobilier.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 16


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

CHAPITRE 2 : DEROULEMENT DU STAGE A


LA BICEC

Toute grande entreprise est subdivisée en plusieurs entités collaborant les unes les autres pour
l’atteinte d’un objectif commun (réalisation du profit). Le stage académique est un moyen pour
l’étudiant d’apprécier leur quotidien et déceler les problèmes majeurs qui y sévissent. En ce qui nous
concerne, du 06 février au 30 Avril 2019, nous avons effectué notre stage académique au sein de la
Banque Internationale du Cameroun pour l’Epargne et le Crédit située à Bonanjo. Ce parcours de
connaissances a commencé par deux semaines à l’agence de Bonanjo où nous avons pu observer et
toucher du doigt le Front Office. Après cette période de deux semaines, nous avons été affectée au
siège sis dans le même bâtiment et remise entre les mains du responsable du département Reporting
et Fiscalité. Alors, ce chapitre nous éclairera sur les différentes articulations de notre stage ainsi que
le contexte dans lequel notre thème a été découvert. De ce fait, en section (I) nous parlerons du
quotidien du département reporting et fiscalité où notre thème a été découvert, en seconde section(II)
nous parlerons du chantier CBM et justifierons le choix du thème.

SECTION I : LE QUOTIDIEN DU DEPARTEMENT REPORTING ET FISCALITE DE LA


BICEC
La comptabilité est un système d’organisation des données financières d’une entreprise
permettant de fournir de manière continue et en temps réel un état sur la situation financière de
l’entreprise, mais également le moyen d’évaluer et d’optimiser les performances de l’entreprise. Le
comptable travaille en étroite collaboration avec les dirigeants, les salariés, les clients, les
fournisseurs, et l’administration fiscale. Le département RF est une composante de la direction
comptable comprenant aussi les départements normes et méthodes, rapprochements, fournisseurs &
états réglementaires. Nous avons aussi pu bénéficier de l’appui et des conseils de l’auditeur chef de
mission de la BICEC. Notre département d’affectation est constitué de deux Services : Fiscalité d’une
part, Reporting & Production comptable d’autre part.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 17


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

I.1- LES ACTIVITES EFFECTUEES PAR LE SERVICE FISCALITE DE LA BICEC

La fiscalité est l’ensemble des pratiques utilisées par l’Etat ou une autre collectivité pour
percevoir des impôts et d’autres prélèvements obligatoires.

Dans une entreprise, la fiscalité occupe une place déterminante. L’imposition des bénéfices
est un élément qui pèse sur les choix des dirigeants, tant en termes d’achats, d’implantation, que
d’investissement. L’Etat, étant conscient des risques y afférent et dans l’optique de simplifier les
procédures fiscales, a instauré depuis la Loi de Finance de 2014 la télé déclaration. Il est désormais
possible d’envoyer les déclarations fiscales et sociales via les plates-formes du fisc ou de la CNPS.
La BICEC étant une grande entreprise exécute cette nouvelle démarche.

Nanti de ses connaissances, le fiscaliste de la BICEC en dehors de prodiguer ses conseils sur
la veille fiscale :

 S’assure que les assiettes de calcul des impôts (Impôt sur les Sociétés, Impôt sur le Revenu
des Capitaux Mobiliers, etc) et taxes (Taxe foncière, TVA, etc) sont bonnes et se rassure de
leurs règlements dans les délais
 Elabore les déclarations sociales (Allocation familiale, Pensions vieillesses, Accident de
travail)
 S’assure du suivi des contrôles : VGC et CSP

En effet, il s’agit de s’assurer par la vérification des pièces comptables liées aux états déclarés
à la DGI sont en cohésion avec les normes fiscales, il peut s’agir :

- Des bons de commandes


- Des factures
- Des chèques
- Des pièces de caisses
- Des quittances
 Suit les contentieux pour le compte de la banque

Tout ceci sous le contrôle et la supervision du Responsable du département RF.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 18


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

I.2- LES ACTIVITES EFFECTUEES PAR LE SERVICE PRODUCTION COMPTABLE


ET REPORTING DE LA BICEC
Dans le cadre de notre stage, nous avons pu effectuer des tâches au niveau du service
Production Comptable et Reporting. Celles-ci nous ont permis de parcourir les différentes activités
faites par ce service, nous allons dans les lignes ultérieures les expliciter.

I.2.1- Le reporting
Le reporting comptable c’est l’établissement et la diffusion d’informations financières et
comptables à des destinataires bien précis selon la nature des informations à diffuser.

A la BICEC, plusieurs types de reporting sont établis. En effet toutes les déclarations émises
par le fiscaliste à destination du fisc sont aussi des reporting réglementaires.

Le comptable chargé du reporting au service Production comptable et Reporting émet ceux-


là qui sont destinés à la BEAC, la COBAC et/ou le CNC. Ils peuvent être :

- décadaires (Déclaration des dépôts de la clientèle, Position Extérieure)


- mensuels (Bilan Publiable, Répartition géographique, etc)
- trimestriels (Balance des paiements)
- annuels (Fiche de renseignement annuel)

I.2.2- La Production comptable et Résultat


Le Résultat désigne la différence entre les produits et les charges d’une entreprise sur un
exercice comptable donné. Dans les banques, il se calcul non seulement en fin d’année, mais aussi
tous les mois.

A la BICEC, le chargé de cette fonction:

 Fait des contrôles quotidiens sur les comptes internes et comptabilise les écritures servant à
la détermination du Résultat(les écritures liées à l’étalement et l’abonnement des charges et
des produits)
 Contrôle l’équilibre de la position de change : il s’agit de vérifier si les opérations effectuées
en devises existent en contrevaleur XAF et inversement ; pour ainsi voir s’il y a suspens (un
écart : écriture existant en position mais pas en contrevaleur) ou pas.
 Justification de la réévaluation de la position de change : il s’agit de connaître la valeur de la
devise et calculer le résultat de la position de change qui peut être un gain ou une perte.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 19


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

 Contrôle des flux Orange Money : il s’agit de vérifier l’ensemble des opérations réalisées par
Orange. Le contrôle permet de déceler les anomalies et les reporter vers Orange en cas
d’irrégularité. La BICEC étant l’établissement financier qui couvre Orange sur le marché
bancaire au Cameroun, les opérations réalisées sont matérialisées au niveau de ses livres
comptables.
 Contrôle des Opérations Diverses : il s’agit de contrôler si les lots comptabilisés ont été validé.
Une opération diverse étant une démarche comptable matérialisée par une écriture en vue de
centraliser ou de corriger une autre écriture comptable (Achat, Vente, Facturation, etc).
 Evalue les prévisions mensuelles : pour prévoir les charges de chaque entité.

I.2.3- Le Chef Service RF


Il coordonne et supervise le Reporting et la Production comptable. Aussi, il effectue :

 Le contrôle des agios (sommes prélevées dans les comptes des clients chaque fin du mois)
et la vérification de leurs calculs
 Les travaux d’arrêtés mensuels, trimestriels et annuels
 Les travaux de consolidation
 La supervision des inventaires de l’économat et le rapport d’inventaire
 La production des Etats H (Bilan) et G (Compte de Résultat)
 Le suivi des comptes liés aux opérations d’activité Crédit- Bail Mobilier

Voici, sans être exhaustives, quelques activités effectuées par le département RF.

Il était question pour nous dans cette section d’étaler le quotidien du département RF, notre
sein d’affectation, qui est en charge du traitement comptable et fiscal des crédits-baux. Dans la section
suivante, il sera question pour nous de présenter dans un premier temps les tâches réalisées durant
notre stage et le chantier CBM puis, dans un second, de justifier le choix de notre thème.

SECTION II : TÂCHES EFFECTUEES ET JUSTIFICATION DU CHOIX DU THEME


Durant notre séjour au sein de la Banque Internationale du Cameroun pour l’Epargne et le
Crédit, nous avons eu l’opportunité de toucher du doigt le front et le back office. Ce parcours de
connaissances pratiques nous a permis en trois mois de nous imprégner du langage bancaire de la
collecte des informations à leur diffusion au niveau des Etats financiers. Cette section sera donc
consacrée à la mise en exergue des tâches effectuées, du chantier CBM ainsi que les raisons qui nous
ont poussées à choisir notre thème.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 20


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

II.1- TÂCHES EFFECTUEES ET CHANTIER CREDIT-BAIL MOBILIER A LA


BICEC
Notre insertion à la direction comptable a été plus fluctueuse que nos attentes. En effet, nous
avons pu réaliser des tâches à notre niveau impactant dans l’avancée de certains travaux et du
suivi mensuel de certains états. Il sera question dans cette sous-section de récapituler quelques
tâches réalisées depuis le passage en agence jusqu’à notre sein d’affectation qui est le département
RF.

II.1.1- Tâches effectuées à la BICEC


Tout au long de notre séjour à la BICEC, nous avons effectué et participé aux tâches
suivantes :

Tableau 1 : Récapitulatif des tâches effectuées

Tâches Description et moyens utilisés

Au niveau d’autres entités

Accueil des clients et délivrance de Nous l’avons effectué lors de notre court séjour en agence. A
codes secrets au niveau du guichet l’accueil, nous avons orienté les clients en fonction de leur
codes secrets et chéquiers besoin : création de compte, retrait de carte etc. Les codes, nous
les délivrions aux guichets chéquiers et codes secrets.

Mise à jour de la classe 7 du plan de Cette tâche a été effectuée lors de notre passage au département
comptes BICEC (comptes internes) Normes et Méthodes de la Direction Comptable dont. Elle nous
a permis de découvrir et pratiquer l’implémentation des
comptes dans le plan comptable de la BICEC. Elle a été faite au
moyen de Microsoft WORD.

Au niveau du département RF : notre département d’affectation

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 21


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

Dépôts et Crédits des Petites et Il permet d’établir un récapitulatif sur les dépôts et crédits
Moyennes Entreprises (Reporting accordés par la BICEC. Ainsi ressortent le nombre de créances
règlementaire) douteuses et le nombre de provisions émises à cet effet. Il a une
périodicité mensuelle (au plus tard le 15 de chaque mois). Nous
l’avons fait aux moyens de Microsoft WORD et EXCEL

Déclaration des dépôts de la Toutes les banques de la CEMAC agrées par la COBAC sont
clientèle tenues de déclarer auprès de la BEAC l’ensemble des dépôts de
(Reporting règlementaire) la clientèle. Elle sert de base de calcul de la réserve obligatoire
(il s’agit d’un montant variable et fixé par la BEAC que les
banques doivent verser dans leurs comptes courants chaque
mois). Ainsi, la BEAC pourra évaluer la masse monétaire
économique et pourra agir en cas d’économie dormeuse,
d’inflation ou de déflation. Il a une périodicité décadaire(le 10,
le 20 et le 30 de chaque mois). Nous l’avons effectué au moyen
d’EXCEL.

Position Extérieure (Reporting Il permet de diffuser le niveau des avoirs et des engagements en
règlementaire) devises de la BICEC auprès des banques étrangères. En effet, la
BEAC a besoin de connaître les fluctuations d’importations
(devises entrées) et d’exportations (devises sorties, payement de
scolarité à l’étranger, etc) ; elle pourra donc revoir sa politique
monétaire si le nombre d’importations et important. Il a une
périodicité décadaire (le 08, le 18 et le 28 de chaque mois).
Nous l’avons effectué aux moyens de Microsoft EXCEL,
WORD ainsi que DELTA BANK.

Bilan publiable Il permet de publier la situation bilancielle mensuelle. C’est à


dire l’état mensuel du patrimoine de la banque. Il est fait au
moyen d’extractions tirées dans les bases de données DELTA
BANK (module comptable) par la division informatique,
ajournées par les données comptables du mois et renvoyées

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 22


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

dans un fichier EXCEL. Il est adressé à la SOPECAM (Société


de Presses et d’Edition du Cameroun).

Contrôle de cohérence des montants Il s’agissait d’assister le Chargé de Production Comptable et le


inscrits en provisionnement au Fiscaliste dans l’observation des Déclarations des deux années
niveau des Déclarations Statistiques antérieures( spécifiquement les tableaux 6 et 8), la vérification
et Fiscales et l’explication des possibles anomalies dans le cadre de la
vérification générale de la comptabilité avant l’arrivée des
contrôleurs de la Direction Générales des Impôts.

Rapprochement comptabilité- Il s’agissait au moyen de Microsoft EXCEL de vérifier si les


gestion des encours financiers (reste encours financiers (reste à facturer) des clients en CBM
à facturer) des biens en CBM équivalent à ceux en gestion et justifier les écarts. Nous avons
alors exploité l’utilisation du Tableau Croisé Dynamique dans
la réalisation de cette tâche. Les écarts étaient généralement dus
soit à des opérations diverses non extournées ; soit aux doubles
facturations.

Source : par nos soins.

Voici, sans être exhaustive, quelques tâches que nous avons effectuées pendant notre séjour.
Néanmoins, parallèlement, nous étions confrontée à une activité d’actualité au niveau du département
RF, notre sein d’affectation et nous avons jugé judicieux d’y consacrer la seconde partie de cette sous-
section : il s’agit du chantier CBM.

II.1.2- Chantier Crédit-Bail Mobilier à la BICEC


Le crédit-bail mobilier(« leasing » en anglais ) se définit comme étant un contrat de location
à l’issue duquel le locataire peut renouveler le contrat, restituer le matériel ou l’acheter (levée d’option
d’achat) à un prix fixé dès la signature du contrat. Le matériel en question peut être roulant (véhicule
de transport, engin de travaux publics, etc) ou fixe (machine industrielle, matériel de bureau, etc) et
doit être à usage professionnel. C’est la solution de financement à privilégier pour l’acquisition d’un
matériel neuf.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 23


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

A la BICEC, seules les entreprises ont droit à cette offre et pour en bénéficier, le crédit-preneur
(le locataire) doit y être client.

Pour bien comprendre le fonctionnement des crédits-baux à la BICEC, nous devons étaler son
langage.

II.1.2.1- Les statuts


Le Progiciel de Gestion Intégré, plus connu sous le sigle ERP (Enterprise Resource Planning)
en anglais, utilisé à la BICEC est DELTA-BANK de SOPRA BANKING AMPLITUDE. Il est
constitué de plusieurs modules dont DELTA LEASING, celui-là qui traite les crédits-baux en ce qui
concerne sa gestion proprement dite ensuite les écritures comptables sont déversées automatiquement
au niveau du système. Les statuts décrivent la situation d’un bien, d’un contrat ou d’une commande
dans le système.

Tableau 2:Les différents statuts des biens liés au CBM


STATUTS DESCRIPTION DU BIEN
00 Saisi
10 Affecté à une commande
20 Livré
30 En cours de location
40 En ITNL (Immobilisation Temporairement Non louée)
60 Cédé
90 Annulé

Source : par nos soins sur la base des informations recueillies.

II.1.2.2- Les contrats


Afin de concrétiser les liens entre le client et la banque au terme d’un accord et amoindrir les
risques judiciaires, le contrat est un document indispensable pour le déroulement légal d’un accord.
En effet , l’article 1101 du Code Civil dispose que: « Le contrat est une convention par laquelle
une ou plusieurs personnes s’obligent, envers une ou plusieurs autres, à donner, à faire ou à ne pas
faire quelque chose »2. Dans le cadre de la gestion du Crédit-Bail Mobilier, la BICEC prend
l’engagement d’acheter le matériel en question dans le contrat et le client celui de régler ses
échéanciers (loyers).

2
MEVOUNGOU (2013), Droits des obligations, non publié

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 24


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

Un contrat de crédit-bail mobilier peut être sous-seing privé ou notarié.

 Sous-Seing Privé : il est conçu par l’entreprise. En cas d’anomalie, une procédure
judiciaire doit être engagée.
 Notarié : il est conçu par le notaire. En cas d’anomalie, la BICEC peut saisir le
bien sans toutefois recourir à une procédure judiciaire car le notaire délivre à la
banque un titre exécutoire (grosse).

Dans le cadre d’un chantier justement sur le Crédit- Bail Mobilier, qui consistait à répertorier
les contrats selon leurs statuts respectifs de façon numérique. Ceci, dans le but de servir d’éléments
probants pour le fisc en cas de provisionnement ou de litige et de connaître la situation réelle de
chaque bien (Confère Tableau 2). Nous avons décelé des anomalies de fonctionnement au niveau du
suivi dont les risques et les conséquences, tant sur le plan de la comptabilité que sur le plan de la
gestion, impactent sur les Etats Financiers (le Bilan et le Compte de Résultat) et remettent en cause
la vie du produit dans l’entreprise.

II.2- PROBLEMES OBSERVES ET JUSTIFICATION DU CHOIX DU THEME


Tout d’abord, nous allons mettre en exergue les manquements observés pendant notre stage ;
ensuite nous allons donner les raisons qui justifient le choix de notre thème.

II.2.1- Problèmes observés


Durant notre séjour, alors que nous effectuons nos tâches et pendant le chantier CBM, nous
avons constaté au niveau du suivi des biens en CBM :

 Qu’il existe un écart comptabilité-gestion des encours financiers (niveau de loyer facturé)
 Qu’il existe un bon nombre de matériels dans les situations suivantes :
- Non retrouvés
- Dont les contrats sont échus mais ces matériels n’ont pas été restitués à la banque
- Dont les contrats sont en impayés mais les matériels y afférent n’ont pas été saisis

Ces remarques ont été confirmées par le département RF et nous avons donc pu relever
les insuffisances entrainant ces défaillances, citons-les crescendo:

 un manque de schéma comptable d’amortissement biens loués-biens en ITNL au niveau du


système au moment du déclassement du cumul des amortissements d’immobilisations louées
à ITNL
 Le système qui n’émet pas d’alertes impayés permettant de ne pas aboutir à des créances
douteuses, donc aux provisionnements

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 25


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

 Le non suivi au jour le jour des biens en CBM


 Retard de la facture du fournisseur entraînant une mise en loyer tardive au niveau du système
bien que réellement, le client ait déjà commencé à user du bien
 L’insuffisance du personnel pour le suivi du CBM tandis que dans d’autres structures, le CBM
mobilise tout un service voir un département qui ne s’occupe que de ça
 L’inexistence du dépôt de garantie sur la majorité des biens
 Le coût du risque élevé

II.2.2- Justification du choix du thème


Au regard des problèmes sus listés, des conséquences plus ou moins graves peuvent être
ressorties parmi lesquelles :

 Le mauvais reflet de l’image fidèle du patrimoine de la Banque


 La perte de la clientèle
 La perte du bien
 L’atteinte à l’image et la crédibilité de la Banque
 La surcharge du travail entraînant le stress du personnel
 L'amoindrissement du Résultat Comptable
 La sous-évaluation du Résultat Comptable

Il est important pour toute entreprise de bien effectuer la gestion de son patrimoine pour qu’il
reflète une image fidèle. De ce fait, le mauvais suivi du CBM aurait pour conséquence de causer des
pertes financières et d’impacter négativement sur la situation réelle du patrimoine de la banque. Nous
avons donc constaté que ces faiblesses ont un impact au niveau de la qualité de l’information
comptable et financière de la BICEC ainsi que celle du contrôle interne. C’est donc à cet effet que
nous avons trouvé judicieux de parler de fond en comble du processus de suivi des CBM à la BICEC
en vue d’améliorer la qualité de l’information comptable et d’amoindrir le coût du risque d’où
l’intitulé de notre thème : ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL
MOBILIER DANS UN ETABLISSEMENT FINANCIER : CAS DE LA BICEC.

En conclusion, dans ce chapitre, nous avons pu mettre en relief notre département


d’affectation au niveau de la direction comptabilité qui est le département Reporting et Fiscalité ainsi
que des tâches que nous avons réalisées, ayant eu l’occasion de toucher du doigt le front et le back
office. Par ricochet, nous avons présenté le chantier CBM permettant préalablement de prendre
connaissance de quelques notions pratique et juridiques sur le sujet. Néanmoins, nous avons observé

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 26


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

des irrégularités pouvant empiéter sur la qualité de l’information comptable de la Banque. Plus
précisément en ce qui concerne le processus de suivi du Crédit-Bail Mobilier au sein de la Banque
susceptibles de causer des pertes énormes à la Banque. Delà, nous avons démontré le choix de notre
thème.

Dans cette première partie, il a été question pour nous de présenter de manière détaillée la
BICEC, et notre séjour en son sein. C’est ainsi que dans le premier chapitre, nous avons globalement
présenté la BICEC, à travers son historique et évolution, ses produits et ses partenaires ; et, à travers
le deuxième chapitre, nous avons présenté les activités effectuées par le service RF, les différentes
tâches que nous avons effectuées et le chantier CBM. Ce qui nous a permis de déceler des problèmes
qui ont été présentés de façon généreusement détaillée. Nous apporterons une proposition de
résolution des défaillances liées au suivi du crédit-bail mobilier à la BICEC dans notre deuxième
partie. C’est tour à tour que, cette dernière sera consacrée à l’analyse théorique et réelle à travers un
échantillonnage, au terme duquel, nous ferons des suggestions suite aux problèmes soulevés, relatifs
à l’analyse du processus de suivi du Crédit-Bail Mobilier à la BICEC.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 27


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

DEUXIEME PARTIE : CONTRIBUTION AU SUIVI DU CREDIT-


BAIL MOBILIER : APERCU THEORIQUE ET ANALYSE

L’activité bancaire par son rôle d’intermédiation financière et ses services connexes expose la
banque à de nombreux risques. Dans le cadre du CBM, le degré du risque est significatif quant à
l’optimisation de la situation et la santé financière de l’entreprise. Car, les pertes susceptibles d’en
résulter peuvent être néfastes. Le dispositif de suivi du CBM doit donc être efficace et efficient pour
limiter le coût du risque.

Notre objectif dans cette partie est d’éclairer sur ce que c’est que le crédit-bail en apportant des
nuances, généralités et spécificités. De même, nous voulons apporter notre contribution quant à
l’optimisation du processus de suivi du CBM à la BICEC.
C’est pourquoi, tout au long de cette partie, il sera nécessaire pour nous, dans un premier temps
de faire une approche théorique de la notion de crédit-bail mobilier (chapitre 3). Et dans un second temps,
d’effectuer une analyse critique du mécanisme de suivi du CBM à la BICEC, tout en apportant nos
propositions pour remédier aux défaillances sur le processus et prévenir sur l’impact au niveau de la
qualité de l’information financière (chapitre 4).

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 28


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

CHAPITRE 3: APPROCHE THEORIQUE ET MISE EN


EVIDENCE DES GENERALITES SUR LE CREDIT-
BAIL MOBILIER

Pour être pérenne, toute organisation se doit de dégager une marge de profit et d’atteindre
une autonomie financière. A cet effet il se doit de sécuriser ses informations et de maîtriser les
dissemblances et les contours de chacun de ses produits. Le Crédit-Bail Mobilier est un produit assez
particulier aux multiples facettes. Il conviendra donc pour une meilleure compréhension de son
processus de suivi de passer préalablement par une explicitation des notions fondamentales et les
risques liés au CBM(I). Ensuite,une présentation des enjeux y afférent et l’outil d’analyse que nous
utiliserons ultérieurement(II).

SECTION I : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LE CREDIT-BAIL ET RISQUES


ENCOURUS
Avant toute analyse, il est nécessaire d’expliciter les fondamentaux sur le CBM. Cette section
consistera donc à étaler, les généralités, spécificités, nuances ainsi que les risques liés au CBM dans
le contexte Camerounais.

I.1- DESCRIPTION DU CREDIT-BAIL MOBILIER


Dans cette sous-section, il s’agira d’arguer d’abord le fonctionnement du suivi du CBM ;
ensuite de dénouer ses différentes approches de définitions.

I.1.1- Fonctionnement du suivi du Crédit-Bail Mobilier dans le cadre légal


Il s’agira de mettre en exergue l’historique du Crédit-Bail au Cameroun ainsi que la nuance
entre le Crédit-Bail Mobilier et Immobilier.

I.1.1.1- Historique du Crédit-Bail

La pratique a précédé la loi. C’est ce que l’on peut dire du crédit-bail qui est réglementé au
Cameroun depuis 2010, alors qu’il y était déjà pratiqué depuis plusieurs années 3. Il est vrai que cette

3
Loi N° 2010/020 du 21 Décembre 2010 portant sur l’organisation du crédit-bail au Cameroun.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 29


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

pratique restait assez timide et que l’expansion véritable du crédit-bail se heurtait à divers obstacles
dont un obstacle psychologique. L’absence d’un régime complet du crédit-bail sans être un obstacle
destructeur pouvait, à certains égards, être considérée aussi comme un frein. La loi camerounaise du
10 décembre 2010 est considérée comme une avancée considérable.

I.1.1.2- Nuance Crédit-Bail Mobilier et Crédit-Bail Immobilier


Dans bien de documents explicatifs, le Crédit-Bail Mobilier est simplement formulé sous
l’appellation « Crédit-Bail ». Pourtant il existe aussi le crédit-bail immobilier. Pour éviter toute
confusion, il conviendra de montrer la différence entre les deux concepts qui, malgré qu’ayant la
même finalité (option d’achat, renouvellement du contrat, cession du bien) n’ont pas le même objet
: notre étude étant centralisée sur le CBM.

 Le Crédit-Bail Mobilier

Comme définit dans le précédent chapitre, le crédit-bail mobilier recouvre les opérations de
location de biens d’équipement ou de matériels et outillages achetés en vue de cette location par des
établissements de crédit. Ces derniers, qui en demeurent propriétaires. Toutefois, ces opérations
quelle que soit leur qualification donnent au locataire la possibilité d’acquérir tout ou une partie des
biens loués, moyennant un prix convenu tenant compte des versements effectués à titre de loyers.

 Le crédit-Bail Immobilier

Le crédit-bail immobilier quant à lui comprend les opérations par lesquelles un établissement
financier donne en location des biens immobiliers (bâtiments) à usage professionnel, achetés par
lui ou construits pour son compte. Le locataire peut en devenir propriétaire au plus tard à l’expiration
du bail soit par cession, soit par acquisition du droit de propriété du terrain sur lequel ont été identifiés
le ou les immeubles loués, soit par le transfert de plein droit de la propriété des constructions édifiées
sur le terrain appartenant au dit locataire.

Lorsque les biens objet de la transaction sont destinés à un usage privé, le contrat est dénommé
« Location avec option d’achat ». Le crédit-bail ne désigne donc, en principe, que les transactions
portant sur des biens à usage professionnel.

Aux termes de l’article 6 de l’annexe à la Convention du 17 janvier 1992 portant


harmonisation de la réglementation bancaire dans les Etats de l’Afrique Centrale, les opérations de
crédit-bail ne peuvent être effectuées que par les établissements de crédit4.

4
NJAMPOU (2009), Comptabilité des établissements de crédit CEMAC, Edition N.P.L, page 161.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 30


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

Nuance étant faite, nous retenons que le crédit-bail dont nous parlerons dans notre sujet
est exclusivement celui ayant pour objets des mobiliers.

I.1.2- Présentation des différentes approches de définition, obligation des parties et


risques encourus
Il conviendra tout d’abord de définir la notion de CBM pour encore mieux se familiariser avec
le concept, ensuite étaler les obligations des parties prenantes, nous verrons que les principales parties
sont le locataire et le bailleur. Pour ces derniers, il s’agira par la suite de mettre en exergue les risques
qu’ils encourent.

I.1.2.1- Définitions du crédit-bail


La notion de crédit- bail pouvant s’avérer ambiguë pour certains, plusieurs définitions lui ont
été données pour une même réalité : mettre à la disposition des entreprises des biens moyennant le
versement des loyers pour une durée irrévocable (sauf en cas de fin anticipée dû au règlement anticipé
des échéances).

 Selon la norme 17 de l’International Accounting Standard


Le leasing ou la location financière est un contrat ayant pour effet de transformer
substantiellement au preneur des avantages et risques inhérents à la propriété d’un bien que la
propriété soit ou non finalement transférée5.

 Selon le droit anglo- saxon


Appelé « Leasing », ce terme désigne une location assortie éventuellement d’une promesse de
vente à la clôture de la location, dont le prix peut être déterminé au moment de la levée de l’option
d’achat selon la valeur du bien sur le marché.

 Sur le plan économique


Le crédit-bail constitue un moyen de financement des acquisitions d’immobilisations et de
financement d’investissement pour l’entreprise.

5
BACHY Bruno et SION Michel, (2009), Analyse financière des comptes consolidés. Normes IFRS,Dunod, Paris,
page 111.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 31


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

 Sur le plan juridique


Il peut être considéré comme un contrat de location de biens permettant au locataire d'acquérir
ces biens, en fin de contrat, moyennant le paiement d'un prix convenu (option d’achat).
 Sur le plan comptable
Les sommes versées par l'utilisateur du bien constituent des charges dénommées redevances,
payables d’avance ou terme à échoir. Elles sont enregistrées en produit chez le bailleur. Aussi, le
bien durant la période de location restera-t-il la propriété du crédit bailleur qui en droit de pratiquer
les dotations aux amortissements, conformément à la législation en vigueur.

I.1.2.2- Obligation des parties


Très différent par sa nature d’un crédit bancaire à long et moyen terme qui implique en général
deux parties le créditeur et le débiteur. Le crédit-bail met en jeu trois principaux intervenants ayant
des obligations distinctes mais complémentaires :

 Le bailleur, le crédit bailleur ou la société de leasing


 Le preneur, le locataire ou le crédit preneur
 Le fournisseur, le fabricant ou le vendeur

 Le bailleur, le crédit bailleur ou la société de leasing

Le bailleur peut être une société de leasing, un établissement financier ou une filiale de
banque, il acquiert le bien chez le fournisseur pour le donner en location au preneur et reçoit en contre
partie des redevances périodiques. C’est le propriétaire juridique du bien. Ainsi, ses obligations sont
les suivantes :

o Le financement de l’achat du bien : le crédit bailleur se charge de payer au fournisseur du


bien l’intégralité du montant dû et prévu au moment de l’achat. Une fois cette condition
remplie, le bailleur n’a pas à s’assurer que la livraison du bien a eu lieu dans les délais
prévus : en cas de retard ou de non livraison, c’est au crédit-preneur d’intervenir et de
contacter le fournisseur.

o La garantie de jouissance : le crédit bailleur doit permettre au preneur de pouvoir jouir du


bien loué. En cas de vice caché ou si le bien n’est pas livré, le contrat de crédit-bail et la

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 32


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

vente s’annulent. Le bailleur est aussi chargé d’avertir le crédit-preneur de ses droits sur
l’acquisition du bien.

 Le preneur, le locataire ou le crédit preneur

Le preneur reçoit le bien en location, il détient le droit d’usage et d’utilisation pour ses besoins
d’exploitation. Ses obligations sont les suivantes :

o Le règlement des loyers à chaque échéance : en cas de retard de payement, des intérêts
peuvent être exigés.
o La maintenance de l’état du bien loué : il doit garantir son entretien contre l’usure,
assumer l’intégralité des risques (défaillance du fournisseur ou du matériel,…) et
prendre en charge les frais qui en découlent (entretien, assurances, …).
o À la fin du contrat de crédit-bail ou en cas de rupture de l’entente, le locataire est tenu
de restituer le bien s’il ne compte pas lever l’option d’achat.

 Le fournisseur, le fabricant ou le vendeur

C’est celui qui livre au locataire un bien commandé par le crédit- bailleur suivant les
conditions arrêtées entre le preneur et lui. La mise au point de ce mode de financement des ventes
présente de nombreux attraits pour le fournisseur. Il lui permet de mieux contrôler son marché,
d’accroitre les parts qu’il en détient, d’obtenir des revenus auxiliaires et d’accroitre sa rentabilité 8.
Son obligation est donnée dans sa définition c'est-à-dire la livraison du bien acheté par le crédit
bailleur au client.
Le preneur (l’entreprise) et le bailleur (la banque) sont donc les principaux intervenants et
les signataires du contrat.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 33


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

Figure 2 : Mécanisme d'une opération de Crédit-Bail Mobilier

Source : Cours d’ANTRAIGUE, Comptabilité Approfondie : Crédit-bail mobilier et immobilier,


publié.

I.1.2.3- Risques liés au Crédit-Bail Mobilier


Comme toute activité de gestion, la gestion du CBM est soumise à plusieurs risques. Par
risque, nous entendons tout événement aléatoire, qui peut provoquer des dommages plus ou moins
importants s'il se produit.

Comme types de risques en matière de CBM nous pouvons citer entre autres :

- Les risques encourus par les principaux intervenants : le preneur et le bailleur


- Les risques liés au système d’information
- Les risques liés à l’organisation et à la tenue de la comptabilité
 Les risques encourus par les principales parties

Que ce soit chez le preneur ou le bailleur, des risques peuvent surgir.

 Le preneur

Le plus courant est le suivant :

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 34


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

 Risque de perte financière

La perte financière peut survenir en cas de destruction totale ou de vol du bien, dans le cas où
sa valeur estimée par l'assurance dommage, est inférieure au capital restant dû sur le contrat de crédit-
bail. Le risque est alors de devoir payer la différence entre le remboursement de l'assurance dommage
et capital restant dû sur le crédit.

 Le bailleur

Certes, le matériel est la propriété de du crédit bailleur, mais ce dernier n’est pas totalement
protégé. Les risques étant multiples, citons les principaux :

 Risque de Valeur résiduelle

La valeur résiduelle désigne la valeur du bien à la fin du contrat et après règlement des
échéanciers. C’est la somme que le preneur doit payer pour acheter le bien s’il opte pour l’option
d’achat à la fin du contrat. En effet le risque de valeur résiduelle (VR) se caractérise par l’impossibilité
de revendre le matériel en cas de restitution du bien par le preneur à cause de la faible demande. Ce
risque varie en fonction de la fluctuation de la demande.

 Défaillance du preneur

Il s’agit de l’incapacité du preneur à rembourser ses échéanciers. Ceci pouvant être dû à une
situation d’insolvabilité.

 Risques liés au Système d’information(SI)

L’information est aujourd’hui unanimement considérée comme un actif stratégique pour


l’entreprise. En même temps, il s’agit d’un actif intangible, dont la valeur est difficilement mesurable.
Néanmoins, par mesure de précaution il est judicieux de numériser les données physiques tout en
évitant les traitements manuels. Ceci pour limiter les risques opérationnels. L’exploitation des
données est donc une préoccupation majeure. Une gestion efficace des données est le prérequis pour
avoir des analyses pertinentes, des processus performants et contrôlés et des informations de valeur.
Le risque lié au SI peut donc être inhérent au paramétrage du logiciel ou à la sécurité des informations.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 35


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

 Risque inhérent au paramétrage du logiciel de gestion

Les impayés représentent un risque pour l'entreprise même seulement en cas de retards de
paiement, car la société est obligée de constituer une trésorerie pour compenser le manque d'argent.
Le système informatique doit être capable d’émettre des alertes impayés à partir des informations
collectées (cessation de payement, insolvabilité du client). De détecter et anticiper sur le non
règlement d’un échéancier pour ainsi éviter le coût du risque.

 Risques inhérents à la sécurité et à la conservation des données

Les informations telles que les contrats et les biens y afférent doivent être stockées pour servir
d’élément probant au niveau du fisc en cas de litige. Mais il peut avoir une perte de contrôle
accompagnée de panne, de programmes malveillant ou de virus. Les données doivent donc être
sécurisées, datées, classées, facilement accessibles, fiables, traçables et disponibles en cas de besoin.

 Les risques liés à l’organisation et à la tenue de la comptabilité

De la réception de la schématisation des écritures comptable dans le système jusqu’à


l’établissement des états financiers, plusieurs risques jonchent le suivi comptable du CBM. Tout en
expliquant chaque étape, nous évoquerons les risques possibles.

 Risques inhérents à la schématisation des écritures


Dans un souci de transparence et de respect des principes comptables, toute écriture comptable
doit être justifiée. Ainsi, avant de procéder à la mise sur pieds des schémas comptables dans le
système il faut au préalable faire des simulations pour vérifier leur bonne implantation et leur
efficacité. Dans le cadre du CBM, un manque de schémas écritures peut donc fausser l’information
comptable.
 Risques inhérents à la saisie et à la centralisation des écritures

La saisie et la centralisation des écritures doivent nécessiter une attention particulière. Les
prescriptions des normes comptables obligent les entreprises à effectuer les enregistrements
comptables de manière chronologique, fidèle et complète, quotidiennement et sans retard dans les
livres comptables et ceci dans un souci de refléter l’image fidèle. Il est vrai que l’insertion des NTIC
notamment les Progiciels de Gestion Intégrés dans la gestion de la comptabilité permet une gestion
plus sécurisé. Mais ils doivent être compatibles aux activités de la banque au risque de plomber le
système.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 36


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

Au vu des risques sus listés, il est important d’explorer la comptabilité des Crédits-Baux
Mobiliers. Ayant des particularités propres à elle. Son exploration servira à détecter et confirmer
l’ampleur de certains risques.

I.2- CHRONOLOGIE GENERALE D’UNE OPERATION DE CBM


Il s’agira dans cette sous-section de présenté la chronologie générale d’une opération de CBM
en amont et en aval.

I.2.1- Chronologie en amont


Théoriquement, le déroulement d’une opération de crédit-bail comprend trois phases
distinctes:

I.2.1.1- Première phase : La constitution du dossier et la mise en place des rapports

Le preneur choisit librement le matériel et le fournisseur et il négocie avec lui sur les
spécifications techniques (caractéristiques, conditions d’utilisation, de livraison et de garantie). Ainsi,
le locataire doit présenter auprès du bailleur une fiche de demande de financement et un dossier
comprenant des renseignements sur son activité, ensuite le crédit bailleur accepte de financer
l’opération après l’examen de la situation financière ( calcul de la rentabilité, solvabilité, liquidité et
passage en revue des états financiers) de cette entreprise et commande elle-même l’équipement auprès
du fournisseur choisi, elle paie le prix convenu entre l’entreprise et le fournisseur et acquiert la
propriété des biens commandés et achetés.

I.2.1.2- Deuxième phase : La proposition de financement

Le bailleur tout en retenant le titre de propriété comme garantie, accorde la jouissance du


matériel acquis à la disposition du preneur pour une période irrévocable qui est généralement
inférieure à la durée économique du bien. En contrepartie le preneur paie des redevances (échéances)
périodiques (entre 3 et 7 ans) calculées de manière à couvrir le prix initial d’achat et la marge
bénéficiaire.

I.2.1.3- Troisième phase : le dénouement de l’opération

A la clôture du contrat, le preneur dispose des options suivantes :

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 37


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

- Devenir le propriétaire du bien, en levant l’option d’achat contre le paiement d’une valeur
résiduelle préalablement déterminée.
- Prolonger la location du bien avec une durée variable et un loyer réduit par rapport aux
loyers précédents, calculés sur la valeur résiduelle.
- Restituer le bien au propriétaire qui est la société de leasing, qui peut soit le reformer, soit
le revendre sur le marché de l’occasion.

I.2.2- Chronologie en aval

Dans les Etats de la zone BEAC, la comptabilité financière du CBM est transcrite dans les
comptes de hors-bilan.

Le hors-bilan désigne habituellement un engagement, une garantie ou une activité de


financement ne figurant pas au bilan de l'entreprise, que ce soit à l'actif ou au passif, parce qu'il ne
répond pas aux principes de comptabilisation. Retraçons les opérations dès la conclusion du contrat.

I.2.1- Conclusion du contrat


Dans l’hypothèse où le bien faisant l’objet du contrat ne figure pas déjà dans le patrimoine de
l’établissement de crédit au moment de la conclusion du contrat. L’engagement pris par le bailleur de
fournir ce bien en location est, dans l’attente de l’acquisition dudit bien enregistré pour le montant de
l’investissement ainsi qui suit :

Tableau 3 : Comptabilisation de la conclusion du contrat

Débit Crédit Libellé Débit Crédit Nature Opération


943 Engagement de CBM donné à la X Valeur d’origine
clientèle
994 Engagement de CBM X Valeur d’origine
Source : NJAMPOU, (2009), Comptabilité des établissements de crédit CEMAC, Edition N.P.L,
page 169.

I.2.2- L’entrée du bien dans le patrimoine


L’écriture antérieure est contrepassée au moment de l’entrée du bien dans le patrimoine du
bailleur. Si la commande de l’immobilisation donne lieu à des versements d’avance ou d’acompte
l’écriture doit être contrepassée.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 38


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

Tableau 4 : Comptabilisation de l’entrée du bien dans le patrimoine

Débit Crédit Libellé Débit Crédit Nature Opération


994 Engagement de CBM X Valeur d’origine
943 Engagement de CBM donné à la X Valeur d’origine
clientèle
Source : NJAMPOU, (2009), Comptabilité des établissements de crédit CEMAC, Edition N.P.L,
page 169.

I.2.2.3- Mise en force du contrat


Elle consiste à mettre le bien en location. Interviennent les notions de loyer et encours financier.

 Le loyer : est la redevance facturée à chaque échéance.


 L’encours financier : c’est le reste de loyer à facturer.

Tableau 5 : Comptabilisation de la mise en force du contrat

Débit Crédit Libellé Débit Crédit Nature Opération


994 Engagement de CBM X Total des loyers
9421 Encours financier X Encours financier capital
9422 Autres engagements X Encours financier intérêt
Source : NJAMPOU,(2009), Comptabilité des établissements de crédit CEMAC, Edition N.P.L, page
170.

Les soldes des sous comptes 9421 et 9422 sont mis à jour à chaque échéance. De sorte qu’à
tout moment leur sommation doit correspondre au montant total des loyers échus.

Au vu de tout ce qui a été dit, nous pouvons constater dans cette section que le concept du
CBM peut s’avérer ambiguë. Pour y remédier, nous avons présenté ses nuances tout en arguant ses
particularités notamment au niveau de sa comptabilisation et en explicitant les risques les plus
probables quant au processus de suivi. Il sera question pour nous dans la section subséquente de
présenter les enjeux liés au processus de suivi du CBM ainsi que l’outil d’analyse.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 39


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

SECTION II : ENJEUX ET PRESENTATION DE L’OUTIL D’ANALYSE


Un enjeu est ce qu’on peut gagner ou perdre lors de l’exécution d’une action. Il s’agira dans
cette section de présenter dans une première sous-section les enjeux du CBM qui sont le respect des
principes de comptables de prudence, importance significative et transparence. Puis, dans une
deuxième sous-section l’outil d’analyse que nous utiliserons.

II.1- ENJEUX : LES ETATS FINANCIERS (BILAN ET COMPTE DE RESULTAT) ET


LE CBM
Le crédit-bail mobilier ayant une place propre à lui au niveau du bilan de la Banque doit être
soigneusement suivi afin de limiter le coût du risque.

Les principes comptables en jeu

 Principe de prudence : qui consiste à enregistrer les pertes probables et non les plus-
values latentes.
 Principe de l’importance significative : selon lequel l’information significative serait
celle dont l’omission où l’inexactitude pourrait influencer l’opinion des lecteurs des
états financiers.
 Principe de transparence : les informations importantes doivent être présentées
clairement sans intention de dissimuler la réalité : le patrimoine doit donc refléter une
image fidèle de l’entreprise.

II.1.1- Le Bilan
C’est un état de synthèse qui permet de décrire en terme d´emplois et de ressources la situation
patrimoniale de l´entreprise à une date donnée.

II.1.1.1- Contrat avec clause de garantie


Le contrat peut comporter une clause de dépôt de garantie. Ce dernier est parfois exigé en début
du contrat (et restitué à la fin) et devrait toujours l’être pour amoindrir les pertes probables. En
principe il ne doit pas dépasser 15% du prix du bien6 et est souvent équivalent à la valeur résiduelle
du bien. L’enregistrement est le suivant :

6
Les DELAHAYE, (2009), DCG6 Finance d’entreprise, Dunod, Paris, page 351.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 40


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

Tableau 6 : Comptabilisation du dépôt de garantie

Débit Crédit Libellé Débit Crédit Nature


Opération

5 Trésorerie X Garantie

377 Dépôt de garantie sur X Garantie


opération de CBM et assimilées

Source : NJAMPOU (2009), Comptabilité des établissements de crédit CEMAC, Edition N.P.L, page
163.

II.1.1.2- Le passage en ITNL


Le passage des biens du statut de location à ITNL dû soit à la résiliation du contrat, soit au
non exercice de l’option d’achat par le preneur doit nécessiter beaucoup d’attention. Théoriquement,
il se matérialise par l’écriture suivante :

Tableau 7 : Comptabilisation du passage des biens en ITNL

Débit Crédit Libellé Débit Crédit Nature Opération


2232 Immobilisations non louées X Valeur d’origine
2231 Immobilisations louées X Valeur d’origine

Source : NJAMPOU,(2009), Comptabilité des établissements de crédit CEMAC, Edition N.P.L, page
167.

II.1.1.3- Les créances


Le risque que le client ne règle pas ses échéanciers est imminent. Au sens du règlement
COBAC R-2018/01 on entend par créances l'ensemble des engagements au bilan et en hors bilan
détenus par un établissement de crédit sur une contrepartie (personne physique ou morale).On
distingue les créances saines, sensibles (douteuses) et en souffrances (douteuses, en impayé). Ainsi,
toute chaîne d’impayés dont le plus ancien date de 3 mois doit être transférée en impayé.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 41


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

II.1.2- Le Compte de Résultat


Le compte de résultat est un document comptable présentant l'ensemble des produits et des
charges d'une société durant un exercice comptable.

II.1.2.1- Les provisions


Les provisions correspondent à des charges probables qu'une entreprise aura à supporter dans
un avenir plus ou moins proche et pour un montant estimable mais non connu définitivement.

 D’une manière générale on distingue 2 types de provisions :


o La provision à caractère général
Elle est calculée sur la base minimale annuelle de 0,5% de l’encours global des créances (confère
article 16 du règlement COBAC R-2018/01). Ceci à cause du principe de contagions. Car à noter
qu’en dehors du crédit-bail un client peut souscrire à un autre type de crédit. Le montant minimal de la
provision à caractère général est de 2% minimum de l’encours des créances brutes inscrites au bilan.

o La provision pour créances en souffrance


Les créances douteuses sont des créances de toute nature même assorties de garantie qui présentent
un risque probable de non recouvrement total ou partiel. En faisant une correspondance avec les CBM
nous voyons qu’elles sont constituées entre autre par : les encours de CBM comportant au moins une
échéance impayée depuis plus de 180 jours.
 D’une manière plus centrée sur le CBM on a :

o La provision pour perte latente


A chaque arrêté comptable, la Banque doit déterminer une réserve latente (RL) de crédit-bail.

RL= Loyer couru-Loyer perçu d’avance –VNC


Elle sert à évaluer le niveau de risque.

II.1.2.2- Les pertes


La créance est passée en perte lorsqu’elle est totalement irrécouvrable (abandon de créance).
L’encours financier d’un bien perdu peut aussi être passé en perte en cas de perte du bien en question.
Les pertes sur créances irrécouvrables permettent de mesurer l’impact réel des provisions pour créances
douteuses et des abandons de créances sur les états financiers.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 42


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

II.2- PRESENTATION DE L’OUTIL D’ANALYSE


L’analyse des dysfonctionnements d’un processus ne saurait être crédible sans toutefois
utiliser un outil performant. En fonction du contexte et de la problématique, on distingue les outils
d’analyse suivant :

 Diagramme causes et effets (ou diagramme d’Ishikawa)


 Matrice SWOT (Strengths, Weaknesses, Opportunities and Threats) ou FFOP (Forces,
Faiblesses, Opportunités et Menaces)
 Brainstorming
 Diagramme de Pareto
 QQOQCCP : Quoi, Qui, Où, Quand, Comment, Combien, Pourquoi ?
 Analyse de la relation client fournisseur interne (RCFI)
 Analyse des risques encourus par les parties et ceux liés à l’activité
 AMDEC : Analyse de Modes de Défaillance et leur Effet et de leur Criticité.
 (MITONNEAU, 2006)

Notre analyse consistera pour chaque faille (confère chapitre 2 II.4.2), à rechercher les causes
apparentes ou réelles ainsi que leurs conséquences sur le fonctionnent de l’activité.
Il faut noter que les causes réelles d’un phénomène sont souvent fort éloignées des causes
apparentes (pointe de l’iceberg). D’où nous avons opté pour le diagramme de Causes et Effets.

II.2.1- Origine, définition et rôle du diagramme de Causes-Effets


C’est est un outil d’analyse conçu par Kaorou ISHIKAWA (1962). Son but principal est
d’analyser les grandes catégories de causes pour parvenir à un effet particulier. Il est parfaitement
adapter pour la gestion de la qualité et du risque.

En effet, le diagramme d’Ishikawa ou diagramme causes-effets ou diagramme en arêtes de


poisson est un outil qui permet d’identifier les causes d’un problème. Il permet d’avoir une vision
globale des causes génératrices d’un problème avec une représentation structurée de l’ensemble des
causes qui produisent un effet. Ainsi, il y a une relation hiérarchique entre les causes et on est en
mesure d’identifier les racines des causes d’un problème.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 43


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

II.2.2- Les étapes de réalisation d’un diagramme de Causes-Effets et présentation de


l’échantillon d’analyse
Il est nécessaire pour la réalisation d’un diagramme en arêtes de poisson de présenter ses
différentes étapes.

II.2.2.1- Les différentes étapes de réalisation d’un diagramme de Causes et Effets


S’agissant de la réalisation du diagramme causes-effets, 05 étapes sont à étaler, à savoir :
 Étape 1: Définir clairement le problème
o Placer une flèche horizontale, pointée vers le problème.
 Étape 2: Classer les causes recherchées en grandes familles
o La matière: matière première, fourniture, pièces, ensemble et qualité.
o Le matériel: machines, outils, équipement, maintenance. Il recense les causes qui ont pour
origine les supports techniques et les produits utilisés.
o La main d’œuvre: directe, indirecte, motivation, formation, absentéisme, expérience,
problème de compétence.
o Le milieu: environnement physique, lumière, bruit, poussière, localisation, aménagement,
température et législation.
o La méthode: instructions, manuels, procédures, modes opératoires utilisés.
On peut ajouter aux 5M deux critères supplémentaires (Management et Moyens financiers)
pour obtenir les 7M.
 Étape 3: Flèches secondaires
o Ces flèches secondaires correspondent au nombre de familles de causes identifiées. Il faut
les raccorder à la flèche horizontale. Chaque flèche identifie une des familles de causes
potentielles.
 Étape 4: Mini -flèches
o Les causes rattachées à chacune des familles sont inscrites sur des mini-flèches. Il faut avoir
toutes les causes potentielles.
 Étape 5: Finalisation
o Il faut rechercher parmi les causes potentielles les causes réelles du problème et agir dessus,
les corriger en proposant des solutions.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 44


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

Figure 3 : Exemple de diagramme de Causes et Effets

DIAGRAMME CAUSES EFFETS

Mini Flèche
flèche secondaire
Matières Méthodes

Problème

Materiel Milieu Main d’oeuvre

Source : par nos soins.

II.2.2.2- Présentation de l’échantillon d’analyse


L’échantillon est une partie de la population pouvant être représentatif. Étant donné que, nous
travaillons sur le suivi du CBM et son impact sur l’information financière c'est-à-dire le Résultat et
la qualité du Bilan. Nous avons pu obtenir un échantillon d’une population composée de biens. Les
variables sont :
- Leurs années de mise en place (2009-2019)
- Leur état de bien loués : Nombre de biens par année, Valeur d’Origine (VO), le cumul des
Valeurs Nettes Comptables (VNC)
- Les encours financiers
- Les impayés
Aussi, nous illustrerons le processus de suivi en prenant pour référence le cas d’un contrat X.

En somme, dans ce chapitre, nous avons procédé par approche théorique du suivi du CBM. En
présentant, dans un premier temps, les notions fondamentales sur le CBM et les risques encourus.
Une vision large du concept et une description de ses spécificités et des nuances y afférent ont été
mises en relief. Nous avons ainsi présenté quelques écritures comptables démontrant la particularité

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 45


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

de son traitement comptable. Dans un deuxième temps nous avons présenté les enjeux qui sont le
respect des principes de prudence, importance significative et transparence dans la tenue du Bilan et
le Compte de Résultat en montrant le contact direct entre le CBM et les Etats financiers. Puis nous
avons présenté l’outil d’analyse qui nous aidera à analyser le processus en question ainsi que notre
échantillon d’analyse. Dans le chapitre suivant, il s’agira de décrire le processus de suivi du CBM à
la BICEC tout en arguant les défaillances par diagnostic grâce à la Matrice SWOT et proposant des
solutions à notre niveau.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 46


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

CHAPITRE 4: PERSPECTIVE D’AMELIORATION DU


PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER
A LA BICEC

Le suivi du CBM pouvant varier d’un établissement financier à un autre, nous nous
intéresserons dans ce chapitre au cas particulier de la Banque Internationale du Cameroun pour
l’Epargne et le Crédit. Dans une première section (I) nous décrirons le processus. Dans une seconde
(II) nous expliciterons nos observations et donnerons les insuffisances retenues.

SECTION I: DESCRIPTION DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER A


LA BICEC : OBSERVATIONS ET INSUFFISANCES
Un processus représente une ou plusieurs activités dont la réalisation concourt à l’atteinte d’un
objectif. Dans cette section nous présenterons d’abord le suivi du CBM à la BICEC afin de ressortir
les causes qui ont pour effets de donner une mauvaise image du patrimoine de la banque ainsi que
l’amoindrissement du résultat comptable.

I.1- PRESENTATION DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER A


LA BICEC
L’objet de cette section est de décrire le processus de suivi des Crédits-Baux Mobilier à la
BICEC en faisant ressortir les différentes étapes qui le constitue.
Le processus de suivi du CBM à la Banque Internationale du Cameroun pour l’Epargne et le
Crédit se fait par compilation de la chronologie amont et en aval. Il peut être décomposé en trois
grandes phases :

- une phase préliminaire ;


- une phase d’exécution du contrat;
- une fin de contrat

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 47


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

Figure 4 : Mécanisme du processus de suivi des crédits baux à la BICEC

PHASE PHASE FIN DU


PRELIMINAIRE D'EXECUTION CONTRAT
DU CONTRAT

• Besoin du client et • Mise en place • Renouvellement


présentation du au niveau de la du contrat
client en agence gestion dans • Résiliation du
• Analyse des risques DELTA contrat
et montage du LEASING
dossier de crédit • Levée d'option
• Mise en place d'achat
• Acceptation du au niveau de la
contrat par les • Recouvrement
comptabilité
entités habilitées • Contentieux
• Signature du
Contrat

Source : par nos soins sur la base des informations recueillies après entretien.

I.1.1- De la phase préliminaire à la phase d’exécution du contrat


La phase préliminaire se passe en agence. Nous avons dû aller collecter des informations de
ce côté-là car le processus par de là. Aussi, s’il faille s’en tenir au système d’information comptable
à la BICEC, la collecte des données se fait en agence (front office).

I.1.1.1- La phase préliminaire


Cette phase regroupe le besoin réel du client X, sa présentation en agence et le montage du
dossier de crédit après analyse des risques, l’acceptation du contrat par les entités habilitées et la
signature du contrat.

 Besoin et présentation du client en agence

Avant d’accorder un CBM au client le gestionnaire se rassure qu’il a vraiment besoin du bien.
En général, il s’agit des entreprises industrielles ou commerciales qui ont très souvent besoin d’un
matériel mobilier dans le cadre de leurs activités d’exploitation. Après vérification de la pertinence
de l’information, certains documents sont demandés au client pour une analyse.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 48


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

 Analyse des risques et montage du dossier de crédit

L’analyse du risque se fait en 2 phases : l’analyse économique et l’analyse financière. Elle se


fait au niveau du département risques et crédits par des analystes de crédits. Ces derniers vont donc
conclure si la demande est justifiée ou pas.

o L’analyse économique

Elle consiste à faire une étude sur l’environnement du client ; notamment, ses clients, ses
fournisseurs et ses autres partenaires.

o L’analyse financière

Après l’analyse économique, une analyse financière est faite à partir des documents dont
dispose le client. Le principal document exigé est la Déclaration Statistique et Fiscale : c’est à partir
d’elle que sont calculés les ratios de rentabilité, de solvabilité et de liquidité.

Le montage du dossier de crédit vient juste après avis favorable des analystes. Il est constitué
en particulier de la facture pro-forma, déposée par le client après son passage chez le fournisseur.

 Acceptation du contrat par les entités habilitées et signature du contrat

En fonction du montant du bien, la décision d’acceptation peut être prise par le comité de
direction ou une seule personne ayant ce pouvoir. Lorsque le montant est trop élevé (des milliards)
c’est au groupe BPCE de prendre la décision d’accorder le paiement du bien ou pas.

Lorsque la décision est favorable, le système édite le contrat. (Confère les types de contrats
Chapitre 2-Section II.1.2.2).

I.1.1.2- Phase d’exécution du contrat


Cette phase s’étend de la mise en place en gestion par la direction centrale production bancaire
à notre direction d’affectation qui est la direction comptable plus précisément au département RF.

 Mise en place au niveau de la gestion dans DELTA LEASING

Après signature, la commande est validée et éditée. Le matériel peut être traqué s’il s’agît d’un
véhicule. La réception de la facture du fournisseur vient par la suite puis le règlement de la facture et
le déclenchement des échéanciers et des amortissements au taux de 25%.

 Mise en place au niveau de la comptabilité dans DELTA COMPABILITE

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 49


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

Les schémas d’écritures comptables sont préalablement mis en place dans le système. Ainsi,
les transactions faites en gestion dès la conclusion du contrat sont déversées automatiquement en
comptabilité.

Le plan comptable BICEC est donc élaboré à partir du PCEC. Des schémas comptables sont
émis dans le système et paramétrés en correspondance à chaque opération comptable. DELTA
LEASING crée des évènements qui sont déversés automatiquement dans DELTA COMPTABILITE
sous forme d’écritures comptables.

o Conclusion du contrat

Il s’agit ici de la comptabilisation de l’engagement donné au client. En effet lors de la conclusion


du contrat, la BICEC prend l’engagement de payer le bien lié au contrat. Cette opération est
enregistrée au niveau du hors-bilan dédié aux opérations d’engagement. Ceci étant pour mesurer
l’engagement et pouvoir le retracer.

Tableau 8 : Comptabilisation conclusion du contrat à la BICEC

Débit Crédit Libellé Débit Crédit Nature Opération


943000 Accord de financement donné X VO
994000 Engagements CBM donnés X VO
Source : Département RF.

o Mise en force du contrat

La mise en force d’un contrat se caractérise par la mise en loyer du bien. Alors, d’abord, on
annule l’écriture d’engagement donné par la BICEC par l’engagement reçu du client de payer toutes
ses échéances capitaux et intérêts réunis.

Tableau 9 : Comptabilisation mise en force du contrat à la BICEC

Débit Crédit Libellé Débit Crédit Nature Opération

994000 Engagements CBM donnés X VO

943000 Engagements CBM donnés à X VO


la clientèle (compte clientèle)

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 50


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

994100 Compte général engagements reçus X Loyer + divers frais et


CBM intérêts
942100 Encours financier X Encours financier capital
942200 Autres engagements X Encours financier intérêt
Source : Département RF.

o Ecriture à l’échéance

A l’échéance, le loyer mensuel est facturé. Le 376 est un compte de passage. Il est crédité du
montant total de l’encours financier lors du règlement du loyer.

Tableau 10 : Comptabilisation de l’échéance à la BICEC

Débit Crédit Libellé Débit Crédit Nature Opération

942100 Encours financier X Encours financier capital


mensuel

942200 Autres engagements X Encours financier intérêt

994100 Compte général reçus CBM X Capital+ intérêt mensuel


376000 Loyer de CBM avec option d’achat X Capital + intérêt + taxe
mensuel
4713 Loyer de CBM & opérations X Capital + intérêt mensuel
assimilées à recevoir
4340 TVA collectée sur CBM X Taxe sur loyer mensuel
Source : Département RF.

o Ecriture de règlement
Les loyers sont prélevés automatiquement dans le compte du client. Etant donné qu’il a un
compte à la BICEC.

Tableau 11 : Comptabilisation règlement à la BICEC

Débit Crédit Libellé Débit Crédit Nature Opération

371100 Compte courant client X Capital + intérêt + taxe


mensuel

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 51


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

376000 Loyer de CBM avec option X Capital + intérêt + taxe


d’achat mensuel

4340 TVA collectée sur CBM X Taxe sur loyer mensuel


4340 TVA collectée sur CBM X Taxe sur loyer mensuel
Source : Département RF.

I.1.2- De la phase d’exécution à la fin du contrat


A la fin du contrat, suivant la « loi » du CBM, il peut arriver qu’il y ait renouvellement,
résiliation du contrat, levé d’option d’achat. Mais il peut aussi arriver qu’on fasse recours au
recouvrement et au contentieux en cas d’impayés.

 Le renouvellement du contrat

Le client a le choix au terme du contrat de le renouveler. Dans ce cas un nouveau plan


d’amortissement est mis sur pied à partir de la valeur résiduelle qui est d’1% à la BICEC.

 La résiliation du contrat

Le client peut aussi décider après avoir réglé tous ses échéanciers de mettre fin au contrat. Il
peut aussi le faire par anticipation. Dans ce cas, le bien passe en ITNL et le continue à s’amortir là-
bas.

 La levée d’option d’achat

Si et seulement s’il n’est pas en impayé, le client a le choix de lever l’option d’achat c'est-à-
dire acheter le bien. Dans ce cas il ne payera que 1% de la VO qui est la VR.

 Le recouvrement et contentieux

En cas d’impayé (au bout de 90 jours) le client passe en recouvrement à l’amiable et/ ou en
contentieux (en cas de litige). Le bien doit être saisi. Ce sont les départements pré-décision &
recouvrement amiable corporates et affaires juridiques qui s’en chargent. La durée du litige varie en
fonction du type de contrat (sous-seing privé ou notarié). Dans le cas du contrat notarié, le bien est
directement saisi mais le contrat sous-seing privé suscite généralement plus d’inconvénients à saisir
le bien en raison des formalités juridiques qui sont très longues.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 52


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

I.2- DIAGNOSTIC DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER A LA


BICEC

Pour notre diagnostic, il sera nécessaire de ressortir les faiblesses, forces, menaces et
opportunités liées au processus de suivi du CBM à la BICEC. De même, nous ferons aussi usage de
notre outil d’analyse qui est le diagramme de Causes-Effets.

I.2.1- Les forces et faiblesses du processus de suivi du Crédit-Bail Mobilier à la BICEC


Les forces sont l’ensemble des opportunités internes de croissance de l’institution. Les
faiblesses sont des éléments internes à l’institution qui freinent sa croissance. Nous présenterons
d’abord les forces et puis les faiblesses.

I.2.1.1- Les forces du processus de suivi du Crédit-Bail Mobilier à la BICEC


Les principales forces du système de suivi du CBM à la BICEC sont :

 Un système d’information comptable sécurisé : en effet le système d’information


comptable de la BICEC est sécurisé évitant les fuites d’informations. Les documents concernant les
contrats sont sauvegardés numériquement et physiquement (archivage).

 La décentralisation des tâches : en effet, le personnel intervenant dans le circuit de suivi du


CBM à la BICEC est diversifié et le processus fait intervenir au moins 3 Directions front office
compris.

 Une main d’œuvre qualifiée, dynamique : en effet le personnel de la BICEC en général et


celui intervenant dans le circuit de suivi du CBM à la BICEC est jeune ce qui lui donne plus
d’engouement dans la réalisation du bon suivi du CBM. Aussi, il est qualifié.

 Le déroulement de la comptabilité: en effet, le suivi comptable et fiscal des biens en CBM


se déroule au département RF. Son équipe veille à ce que tous les principes comptables soient
respectés ainsi que la règlementation COBAC relative au Crédit-Bail.

I.2.1.2- Les faiblesses du processus de suivi du Crédit-Bail Mobilier à la BICEC


Les faiblesses du système de suivi du CBM à la BICEC sont entre autres :

 Un système limité : le Progiciel de Gestion Intégrée doit correspondre au maximum aux


activités de chaque entité. Cependant, dans le cas de DELTA LEASING, il y’a quelques limites

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 53


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

notamment un manque d’alerte impayé pour pouvoir relancer le client. La dette étant quérable et non
portable. Aussi, le système n’est pas capable de générer et analyser les écarts. Cette opération se fait
manuellement. De plus, étant donné qu’il y a un manque d’écritures comptable dans le système il faut
faire une requête au niveau des prestataires ce qui dilue l’efficacité du système rendant la Banque
dépendante

 L’absence de procédures7 : en effet, il n’existe pas de manuels formels en interne permettant


un suivi efficient et efficace du CBM à la BICEC. Ceci entraîne la débrouillardise du personnel actuel
et des difficultés en cas de remplacement de post car le prochain employé n’aura que le travail

 La non-exigence d’un dépôt de garantie8 : en effet cela peut provoquer le non règlement de
tous ses échéanciers par le client.

 La faible quantité de la main d’œuvre: bien que la banque compte plus de 700 salariés, celui
dédié exclusivement au suivi du CBM est moindre. Ce personnel est donc susceptible de se démotiver.
Surtout s’il faille comparer aux autres établissements financiers qui ont toute une division dont le
travail est dédié au suivi du CBM en plus des établissements dont l’activité entière est basée sur le
CBM. La concurrence est donc à tenir en compte.

 Les tableaux d’amortissements manuels : les plans d’amortissement sont établis


manuellement ce qui est susceptible de diminuer la productivité car ce temps peut être plus utile pour
effectuer d’autres missions.

 L’inachèvement et le retard des procédures de recouvrement judicaire : à la BICEC, rare


sont les procédures de recouvrement judiciaires concernant les CBM qui sont initiées ou achevées.
Cela a une conséquence directe sur le niveau de restitutions des biens et de remboursement des crédits
et une conséquence indirecte sur la psychologie des clients. En effet, comme précisé ci-dessus, le
recouvrement judiciaire est en principe initié lorsque la créance devient douteuse. Mais à la BICEC,
la plupart des recouvrements sont négociés à l’amiable. Cela non seulement n’envoie pas un bon
signal, mais fait aussi perdre l’argent à la Banque et du temps. Une conséquence en entraînant une
autre, au bout de 3-4 ans on ne retrouve plus certains biens pourtant ils font encore partie du

7
Règles à suivre pour atteindre un objectif.
8
Somme d'argent demandée par le propriétaire au locataire à la signature du contrat de bail, sachant que le propriétaire
conserve cette somme pendant toute la durée de la location.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 54


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

patrimoine de la banque ce qui porte atteinte à l’image fidèle du patrimoine de la BICEC. La non
restitution des biens et le provisionnement excessif quant à eux, entraînent respectivement une sous-
évaluation (car les biens auraient générés des produits financiers) et un amoindrissement du
Résultat Comptable.

Nous venons de voir les forces et faiblesses liées au processus de suivi du CBM à la BICEC.
Maintenant, nous ferons une revue des principales opportunités et menaces.

I.2.2- Les opportunités et menaces du processus de suivi du Crédit-Bail Mobilier à la


BICEC
Les menaces sont des éléments extérieurs à la Banque susceptibles de nuire à sa croissance.
Les opportunités sont ces facteurs externes qui influencent positivement le développement de la
Banque. Nous présenterons d’abord les opportunités et ensuite les menaces.

I.2.2.1- Les opportunités du processus de suivi du Crédit-Bail Mobilier à la BICEC


Les éléments externes à la BICEC susceptibles d’influencer positivement sa croissance sont:

 Ses partenaires : en effet les partenaires de la BICEC notamment ses divers fournisseurs et
le réseau qu’offre le groupe BPCE dont elle est une filiale lui procure à l’échelle internationale un
champ d’accès et de manœuvre potentiellement élevée.

I.2.2.2- Les menaces du processus de suivi du Crédit-Bail Mobilier à la BICEC


Les menaces qui prônent sur le processus de suivi du CBM sont entre autres :

 La mauvaise foi et la mauvaise gestion des clients : en effet, les clients font souvent preuve
de mauvaise foi par exemple en détournant le bien.
 La concurrence : elle s’est intensifiée sur le marché du CBM ces dernières années, ce qui
pousse les Banques à rendre un peu plus souple les conditions de garantie relatives au CBM. La
BICEC ne fait pas l’exception.

En se basant sur notre diagnostic effectué ci-dessus, qui nous a permis d’identifier les
faiblesses du processus de suivi du CBM à la BICEC, notre diagramme de Causes-Effets prend la
forme suivante :

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 55


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

Figure 5 : Diagramme Causes-Effets appliqué au processus de suivi du CBM à la BICEC

DIAGRAMME CAUSES EFFETS

Matières Méthodes

Système limité
Absence de procédures traitant sur le suivi du CBM
Biens non restitués Inachèvement et retard des procédures judiciaires
Tableaux d’amortissements manuels
Biens non retrouvés(Pertes)
Non exigence du dépôt de garantie
Non suivi au jour le jour des biens en CBM

Défaillance du
processus de
suivi.
Mauvaise organisation
Support informatique
Intensification de la Quantité faible de la main d’œuvre

concurrence

Materiel Milieu Main d’oeuvre

Source : monté par nos soins.

Dans cette section, nous avons mis en exergue le processus de suivi du CBM à la BICEC. Par
la suite, nous avons fait un diagnostic du suivi du processus du CBM à la BICEC grâce à la Matrice
SWOT. Cette dernière nous a servi de tremplin pour monter le diagramme de Causes-Effets de la
BICEC. Dans la section qui suit, nous présenterons les observations et les suffisances de ce processus
de suivi.

SECTION II : LE PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER A LA BICEC :


OBSERVATIONS ET SUGGESTIONS
Pour garantir la fiabilité des Etats Financiers et amoindrir le coût du risque, tout établissement
financier se doit de veiller au suivi de toutes les branches de ses activités. Dans le cadre du suivi du

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 56


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

CBM à la BICEC, le bien qui est l’objet du crédit doit être retracé. La banque doit donc veiller à ce
que le client règle les échéanciers.

II.1- PRESENTATION DE L’ECHANTILLON D’ANALYSE : OBSERVATIONS


Il s’agit d’un ensemble de biens en CBM, nous observerons comment ont évolué les impayés
au fil des années.

II.1.1- Illustration
Il s’agit d‘un échantillon de 243 biens au cours des 10 dernières années allant de 2009 à
janvier 2019. Les montants sont en FCFA.

Tableau 12: Echantillon bien loués

ANNEES BIENS LOUES ENCOURS IMPAYES RATIOS


DE FI + VR
MISE
EN
PLACE
NOMBRE VO VNC
2009 16 476 870 905 0 107 787 737 31 125 572 7%
2010 10 139 534 963 0 24 563 140 33 149 263 24%
2011 19 405 904 997 0 33 972 680 263 758 427 65%
2012 6 126 026 735 0 19 830 928 41 529 510 33%
2013 14 347 672 231 6 976 028 6 218 230 208 360 286 60%
2014 13 360 299 165 0 3 602 992 214 612 629 60%
2015 18 380 525 052 3 100 108 27 426 421 65 359 624 17%
2016 76 841 820 657 91 520 291 100 891 249 51 344 270 6%
2017 30 1 409 772 994 716 379 931 614 056 191 156 923 382 11%
2018 34 1 791 392 015 1 441 636 265 1 349 430 36 420 016 2%
765
2019 7 322 435 011 316 426 527 306 727 941 4 017 665 1%

Source : par nos soins sur la base des informations recueillies.

 Interprétation des Ratios

Il s’agira de faire une interprétation sur l’évolution des impayés.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 57


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

Figure 6: Ratios impayés-Valeurs d'Origines

RATIOS IMPAYES-VO
70%

60%

50%

40%

30%

20%

10%

0%
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11

Source : par nos soins.

Nous avons choisis de faire cette analyse spécialement pour les impayés car ils sont la cause
principale de l’amoindrissement du résultat comptable en ce qui concerne les CBM. Nous avons
calculé le ratio des impayés par rapport aux VO et nous pouvons constater que les impayés des
contrats échus dépassent de loin 5% qui est le seuil limite. Ceci implique une grosse quantité de
provisionnements au fil des années et donc une augmentation du coût du risque. Nous pouvons
constater une diminution considérable en 2015 ce qui est normal car les biens sont encore en force.

II.1.2- SUGGESTIONS
Notre étude tirant presque à sa fin, nous allons dans les lignes qui suivent faire des propositions
pour une amélioration du processus de suivi du CBM à la BICEC.

En effet, au risque d’empiéter sur la lecture de ses états financiers, la BICEC doit bien suivre
ses biens en CBM. Alors, pour pallier aux défaillances retenues après les différentes démarches ci-
dessus, nous proposons les solutions suivantes :

II.1.2.1- Suggestions à court terme

 L’insertion d’un système de relance client pour limiter les impayés : en effet,
comme nous l’avons signifié au niveau d’une des lignes ultérieures, la dette est

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 58


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

quérable et non portable. La banque devrait donc mettre en place un système de relance
que ce soit par mail ou par appel afin d’anticiper voir même éviter un impayé.
 L’interpellation du prestataire du Progiciel de Gestion Intégrée pour l’insertion
de schémas comptables adéquats : en effet, pour pallier au problème de manque
schémas comptables, la BICEC pourrait directement aller vers le prestataire SOPRA
BANKING l’associer à la division du système d’information de la Banque. Ceci
peut se dérouler à distance à l’aide de Skype.
 Des recrutements et formations : en effet le personnel dédié au suivi du CBM est
peu. Il s’agira donc de le renforcer pour mieux gérer le suivi et instaurer un suivi
quotidien. Il s’agira aussi de former des agents du Front Office pour une meilleure
gestion en amont car c’est de là que sont collectées les informations.

II.1.2.2- Suggestions à long terme

 Une négociation d’un dépôt de garantie en fonction de la valeur résiduelle pour


les biens aux Valeurs d’Origines les plus importantes : ceci, pour encourager le
remboursement des loyers et optimiser la garantie.
 Mettre une clause d’opposabilité sur les contrats sous-seing privé: en effet cette
clause consistera à protéger les intérêts de la Banque en cas d litige ce qui limitera la
durée des procédures judiciaires et favorisera une saisi plus rapide des biens donc une
meilleure lecture du bilan de la Banque.
 L’implémentation d’un service dédié au Crédit-Bail Mobilier : pour ainsi faire face
à la concurrence et mieux gérer l’activité.
 L’installation d’un dispositif de tracking sur tous les biens : il est vrai que la
BICEC compte déjà des biens traqués mais pas en exhaustivité. Nous proposons donc
de le faire sur tous les biens avant de les mettre en force pour ainsi les retracer au jour
le jour et annuler les pertes physiques.
 Par-dessus tout, la mise sur pieds d’un manuel de procédures du Crédit-Bail
Mobilier : il servira à mieux maîtriser l’activité tout en facilitant le déroulement du
processus. Ceci, en contenant une fiche de tâches décrites qui narrera le circuit et les
opérations à réaliser.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 59


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

Pour conclure, il était question pour nous de présenter le processus de suivi du CBM à la BICEC
et de montrer les limites qui en découlent. Il en ressort que, la BICEC a un Système d’Information
comptable sécurisé, décentralise les tâches. La main d’œuvre qualifiée et dynamique et une bonne tenue
de sa comptabilité sont ses forces. Néanmoins, le processus de suivi du CBM à la BICEC est miné par
son système limité, la non exigence du dépôt de garantie, la faible quantité de la main d’œuvre, les
tableaux d’amortissement manuels, l’absence de procédure. Ce qui entraine une défaillance du processus
de suivi et est susceptible d’entraîner un amoindrissement du Résultat à cause des impayés, une sous-
évaluation du résultat dû au manque à gagner en produits financiers. C’est pourquoi la BICEC, pour
optimiser son processus de suivi et limiter les pertes devrait principalement penser à mettre en place un
manuel de procédure du suivi du CBM destiné à mettre en place des dispositions afin de maîtriser les
différents risques.

Dans cette partie, il était question pour nous de présenter le processus de suivi du CBM dans un
premier temps, par une approche théorique et dans un second temps, par une approche réelle. Nous avons
donc d’abord présenté les généralités sur le CBM ainsi que les risques encourus. Ensuite, nous avons
présenté les enjeux qui sont les principes comptables de prudence, transparence et importance significative
et la méthode d’analyse soit le diagramme de Causes-Effets. Nous avons ensuite fait une approche critique
à partir du processus réel pratiqué à la BICEC. De là, nous avons montré par un diagnostic SWOT les
forces et les faiblesses du processus de suivi du CBM à la BICEC pour ainsi appliquer le diagramme de
Causes-Effets. Il en est ressorti des propositions de notre modeste part quant à l’amélioration du processus
de suivi du CBM à la BICEC.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 60


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

CONCLUSION GENERALE

Arrivés au terme de notre étude, nous rappelons que notre objectif était d’améliorer la qualité
du processus de suivi du Crédit-Bail Mobilier à la Banque Internationale du Cameroun pour l’Epargne
et le Crédit et de proposer des solutions en vue de réduire les défaillances constatées. Nous nous
sommes posée des questions secondaires pour davantage suivre notre fil conducteur, se résumant à
connaître l’impact que pourrait avoir un mauvais suivi du CBM sur le Bilan et le Compte de Résultat.

Alors, pour se faire nous avons procédé en deux parties. La première consistait dans un
premier temps à présenter la Banque en donnant son historique et ses attributions, ensuite notre séjour
à la BICEC les activités effectuées et le cadre dans lequel nous avons découvert notre thème. La
seconde consistait d’abord à faire une approche théorique du processus de suivi du CBM dans un
établissement financier nous avons donc expliqué et défini le CBM dans tous ses contours tout en
étalant les risques liés pour permettre une meilleure compréhension de la suite de notre devoir. Nous
avons aussi étalé la chronologie générale d’une opération de CBM et les enjeux s’y afférent soient
les principes comptables de prudence, transparence et importance significative. Ensuite, nous avons
procédé par une approche pratique en déclinant le processus de suivi des CBM à la BICEC ainsi que
les défaillances constatées par les démarches SWOT et Ishikawa. Nous avons enfin fait des
propositions notamment l’implémentation d’une division dédiée au CBM, une négociation d’un dépôt
de garantie en fonction de la valeur résiduelle pour les biens aux Valeurs d’Origines les plus
importantes, la mise sur pied d’un manuel de procédures destiné à mettre en place des dispositions
afin de maîtriser les différents risques
Nous pouvons donc répondre à nos questions. En effet, après avoir analysé comment
s’effectue le suivi du CBM à la BICEC, nous pouvons dire qu’un mauvais du suivi du CBM pourrait
effectivement impacter sur la lecture du Bilan. Notamment le haut du bilan coté actif précisément les
immobilisations corporelles. Aussi, il pourrait impacter sur le Résultat Comptable en l’amoindrissant
à cause de la quantité importante des impayés. Il pourrait aussi avoir sous-évaluation du Résultat
Comptable dans la mesure où les biens détenus par les clients sans contreparties (redevances)
pourraient constituer des produits financiers pour la Banque. Enfin, étant donné que la notion de Crédit-
Bail Mobilier constitue un thème d’actualité pour biens des établissements financiers, ce travail n’a pas
la prétention d’être parfait.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 61


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

 Ouvrages
1) BACHY Bruno et SION Michel, (2009), Analyse financière des comptes consolidés. Normes
IFRS, Dunod, Paris, page 111.
2) DELAHAYE Jacqueline et DELAHAYE Florence, (2009), DCG6 Finance d’entreprise,
Dunod, Paris, pages 351-356.
3) GERVAIS Jean-François, (2004), Les clés du leasing, Edition d’Organisation.
4) NJAMPOU Philibert Legrand, (2009), Comptabilité des établissements de crédit CEMAC,
Edition N.P.L, pages 161-174.
5) VALSCHERTS Marie-Christine et Olivier de CHIPPELEL, (2008), Leasing immobilier,
Edition Larcier, Belgique.

 Textes
1) Loi N° 2010/020 du 21 Décembre 2010 portant sur l’organisation du crédit-bail au Cameroun.
2) Règlement COBAC R-2018/01 relatif à la classification, la comptabilisation et au
provisionnement des créances des établissements de crédit.

 Articles
Alain CAPIEZ, (2002), « Évaluation du crédit-bail : vers une approche unifiée du risque »,
Dans Revue française de gestion 2 (no 139), pages 73 à 89.

 Cours
1) ANTRAIGUE Daniel, Comptabilité Approfondie : Crédit-bail mobilier et immobilier, publié.
2) MANGA Etgard, (2017), Méthodologie de rédaction du rapport/mémoire de stage, non
publié.
3) MEVOUNGOU Romy(2013), Droits des obligations, non publié.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 62


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

LISTE DES ANNEXES

Annexe 1: Fiche d’identification de la BICEC .................................................................................. 64


Annexe 2: Eléments d’un contrat de Crédit-Bail Mobilier ................................................................ 65
Annexe 3: Liste de comptes ............................................................................................................... 66
Annexe 4 : Actionnaires et répartition du capital de la BICIC en 1978 ............................................ 66
Annexe 5: Actionnaires et répartition du capital de la BICIC en 1996 ............................................. 67
Annexe 6: Actionnaires et répartition du capital de la BICEC en 1997 ........................................... 67
Annexe 7: Organigramme bannière de la BICEC ............................................................................. 68
Annexe 8: Dictionnaire des agences .................................................................................................. 69
Annexe 9 : La gamme de cartes Visa ................................................................................................. 70

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 63


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

Annexe 1: Fiche d’identification de la BICEC

Raison sociale Banque Internationale du Cameroun pour


l’Epargne et le Crédit

Sigle BICEC

Siège social Avenue du Général de Gaulle

Date de création 1962

Forme juridique Société Anonyme

Capital social 12.000.000.000 FCFA

Boîte Postale 1925 Douala-Cameroun

Tel (238) 33 43 60 00

Fax (238) 33 43 12 26 / 33 42 60 47

Télex 55225 KN

RCCM R.C. Douala 017.217

N° Contribuable M 129.600.008.006 J

Email bicec@bicec.banquepopulaire.com

Site internet http://www.bicec.com

Nombre d’agences 38

Source : par nos soins sur la base des informations recueillies.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 64


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

Annexe 2: Eléments d’un contrat de Crédit-Bail Mobilier

ELEMENTS D’UN CONTRAT DE CBM DETAILLES


Identification des parties (crédit bailleur et Noms et adresses, sièges sociaux
crédit preneur)

Informations sur le matériel Caractéristiques


Conditions de la location Durée, périodicité, valeur résiduelle HT, dépôt de
garantie (ou pas)

Montant des échéances Loyer HT, Intérêts, Assurance, TVA


Conditions générales Les différentes clauses
Suppléments
Opposabilité (facultative) Elle assure la banque en cas de litige. Emise par le
notaire

Grosse (en cas de contrat notarié) Emise par le notaire

Source : par nos soins sur la base des informations recueillies.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 65


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

Annexe 3: Liste de comptes

NUMEROS DE COMPTES INTITULES

4340 TVA collectée sur CBM

4713 Loyer de crédit-bail et opérations assimilées à recevoir

371100 Compte courant client

376000 Loyer de crédit-bail avec option d’achat

942100 Encours financier

942200 Autres engagements

943000 Engagements crédit-bail donnés et opérations assimilées

994000 Engagements crédit-bail donnés et opérations assimilées données


à la clientèle

Source : par nos soins sur la base du PCEC.


Annexe 4 : Actionnaires et répartition du capital de la BICIC en 1978

ACTIONNAIRES POURCENTAGES MONTANTS


Etat camerounais 51% 1 530 000 000
SFIO 24% 720 000 000
Barclays Bank 13% 390 000 000
BNP 12% 360 000 000
TOTAL 100% 3 000 000 000
Source : Direction des Ressources Humaines.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 66


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

Annexe 5: Actionnaires et répartition du capital de la BICIC en 1996

ACTIONNAIRES NOMBRES PRIX DE POURCENTAGES MONTANTS


D’ACTIONS VENTE
Etat camerounais 239 940 10 000 79,98% 2 399 400 000
CFC 34 980 10 000 11,66% 349 800 000
CSPH 24 990 10 000 8,33% 249 900 000
Administrateurs 90 10 000 0,03% 900 000
TOTAL 300 000 10 000 100% 3 000 000 000
Source: Direction des Ressources Humaines.

Annexe 6: Actionnaires et répartition du capital de la BICEC en 1997

ACTIONNAIRES NOMBRES PRIX DE POURCENTAGES MONTANTS


D’ACTIONS VENTE

Banque Populaire 156 000 10 000 52% 1 560 000 000

Privés 58 500 10 000 19,5% 585 000 000


Camerounais

Personnel BICEC 15 000 10 000 5% 150 000 000


Banque Mondiale 22 500 10 000 7,5% 225 000 000

PROPARCO 22 500 10 000 7,5% 225 000 000


Autres 25 500 10 000 8.5% 255 000 000

TOTAL 300 000 10 000 100% 3 000 000 000

Source : Direction des Ressources Humaines.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 67


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

Annexe 7: Organigramme bannière de la BICEC

Source : par nos soins sur la base des informations recueillies à la Direction des Ressources
Humaines.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 68


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

Annexe 8: Dictionnaire des agences


DICTIONNAIRE DES AGENCES
CODE AGENCE LIBELLES
06800 Agence de Bonanjo
06802 Agence du personnel
06803 Agence de Bali
06805 Agence d’Akwa Liberté
06807 Agence de Bassa
06808 Agence de Madagascar
06810 Agence de Bonaberi
06811 Agence de Bonamoussadi
06812 Agence de Bessengue
06814 Agence Hôtel de l’air
06815 Direction Générale
06820 Agence d’Edéa
06821 Agence de Kribi
06825 Agence de Nkongsamba
06828 Agence de Bafang
06835 Agence de Bafoussam
06838 Agence de Dschang
06840 Agence de Limbé
06841 Agence de Tiko
06842 Agence de Buéa
06843 Agence de University of Buea
06845 Agence de Bamenda
06850 Agence de Kumba
06851 Agence de Manfé
06858 Agence d’Abong Bang
06860 Agence de Yaoundé-Centre
06861 Agence de Biyem-Assi
06862 Agence de Yaoundé Omnisport
06863 Agence de Bastos
06864 Agence de Yaoundé Parc
06865 Agence de la Vallée
06866 Agence de Sangmélima
06867 Agence de Mbalmayo
06868 Agence de Bertoua
06869 Agence d’Ebolowa
06870 Agence de Garoua
06871 Agence de Kousseri
06872 Agence de Maroua
06873 Agence de Ngaoundéré

Source : Département RF.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 69


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

Annexe 9 : La gamme de cartes Visa

Source : BICEC Daily.

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 70


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

TABLE DES MATIERES

SOMMAIRE ....................................................................................................................................... I

DEDICACE ....................................................................................................................................... II

REMERCIEMENTS ...................................................................................................................... III

RESUME.......................................................................................................................................... IV

ABSTRACT ....................................................................................................................................... V

LISTE DES TABLEAUX ............................................................................................................... VI

LISTE DES FIGURES .................................................................................................................. VII

LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS ............................................................................. VIII

INTRODUCTION GENERALE ...................................................................................................... 1


PREMIERE PARTIE : PRESENTATION DE LA BICEC ET DEROULEMENT DU STAGE
.............................................................................................................................................................. 3
CHAPITRE 1 : PRESENTATION GLOBALE DE LA BICEC ................................................... 4
SECTION I : HISTORIQUE ET FONCTIONNEMENT DE LA BICEC ...................................... 4
I.1- HISTORIQUE ET EVOLUTION DE LA BICEC................................................................ 4
I.1.1- Genèse de la BICEC ...................................................................................................... 5
I.1.2- Evolution de la BICEC .................................................................................................. 5
I.2- ORGANISATION ET ATTRIBUTIONS DE LA BICEC ................................................... 6
I.2.1- Organisation de la BICEC ............................................................................................. 6
I.2.1.1- Le pôle décisionnel ................................................................................................ 7
I.2.1.2- Le pôle opérationnel .............................................................................................. 8
I.2.1.3- Le réseau.............................................................................................................. 10
I.2.2- Attributions de la BICEC ........................................................................................... 10
I.2.2.1- Les valeurs de la BICEC ..................................................................................... 11
I.2.2.2- Les missions de la BICEC ................................................................................... 11
I.2.2.3- Les « macros contributeurs » de la BICEC ......................................................... 11

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 71


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

SECTION II : LES DIFFERENTS PRODUITS ET LES PARTENAIRES DE LA BICEC ........ 12


II.1- LES PRODUITS OFFERTS PAR LA BICEC ............................................................... 13
II.1.1- Produits et services particuliers................................................................................. 13
II.1.2- Produits et services entreprises .................................................................................. 13
II.1.3- Produits et services à l’international .......................................................................... 13
II.2- LES PARTENAIRES DE LA BICEC .............................................................................. 14
II.2.1- Les clients de la BICEC ............................................................................................. 14
II.2.2- Les fournisseurs de la BICEC .................................................................................... 14
II.2.3- Les correspondants de la BICEC ............................................................................... 15

CHAPITRE 2 : DEROULEMENT DU STAGE A LA BICEC ................................................... 17


SECTION I : LE QUOTIDIEN DU DEPARTEMENT REPORTING ET FISCALITE DE LA
BICEC ............................................................................................................................................ 17
I.1- LES ACTIVITES EFFECTUEES PAR LE SERVICE FISCALITE DE LA BICEC ....... 18
I.2- LES ACTIVITES EFFECTUEES PAR LE SERVICE PRODUCTION COMPTABLE ET
REPORTING DE LA BICEC .................................................................................................... 19
I.2.1- Le reporting ................................................................................................................. 19
I.2.2- La Production comptable et Résultat........................................................................... 19
I.2.3- Le Chef Service RF .................................................................................................... 20
SECTION II : TÂCHES EFFECTUEES ET JUSTIFICATION DU CHOIX DU THEME ......... 20
II.1- TÂCHES EFFECTUEES ET CHANTIER CREDIT-BAIL MOBILIER A LA BICEC 21
II.1.1- Tâches effectuées à la BICEC .................................................................................... 21
II.1.2- Chantier Crédit-Bail Mobilier à la BICEC .............................................................. 23
II.1.2.1- Les statuts .......................................................................................................... 24
II.1.2.2- Les contrats ....................................................................................................... 24
II.2- PROBLEMES OBSERVES ET JUSTIFICATION DU CHOIX DU THEME ............... 25
II.2.1- Problèmes observés .................................................................................................... 25
II.2.2- Justification du choix du thème ................................................................................. 26

DEUXIEME PARTIE : CONTRIBUTION AU SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER :


APERCU THEORIQUE ET ANALYSE ....................................................................................... 28

CHAPITRE 3: APPROCHE THEORIQUE ET MISE EN EVIDENCE DES GENERALITES


SUR LE CREDIT-BAIL MOBILIER ......................................................................................... 29

SECTION I : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LE CREDIT-BAIL ET RISQUES


ENCOURUS .................................................................................................................................... 29

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 72


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

I.1- DESCRIPTION DU CREDIT-BAIL MOBILIER ............................................................. 29


I.1.1- Fonctionnement du suivi du Crédit-Bail Mobilier dans le cadre légal........................ 29
I.1.1.1- Historique du Crédit-Bail .................................................................................... 29
I.1.1.2- Nuance Crédit-Bail Mobilier et Crédit-Bail Immobilier ..................................... 30
I.1.2- Présentation des différentes approches de définition, obligation des parties et risques
encourus ................................................................................................................................. 31
I.1.2.1- Définitions du crédit-bail..................................................................................... 31
I.1.2.2- Obligation des parties .......................................................................................... 32
I.1.2.3- Risques liés au Crédit-Bail Mobilier ................................................................... 34
I.2- CHRONOLOGIE GENERALE D’UNE OPERATION DE CBM ..................................... 37
I.2.1- Chronologie en amont .................................................................................................. 37
I.2.1.1- Première phase : La constitution du dossier et la mise en place des rapports ...... 37
I.2.1.2- Deuxième phase : La proposition de financement ............................................... 37
I.2.1.3- Troisième phase : le dénouement de l’opération .................................................. 37
I.2.2- Chronologie en aval..................................................................................................... 38
I.2.1- Conclusion du contrat ............................................................................................. 38
I.2.2- L’entrée du bien dans le patrimoine ........................................................................ 38
I.2.2.3- Mise en force du contrat ....................................................................................... 39
SECTION II : ENJEUX ET PRESENTATION DE L’OUTIL D’ANALYSE ............................. 40
II.1- ENJEUX : LES ETATS FINANCIERS (BILAN ET COMPTE DE RESULTAT) ET LE
CBM ........................................................................................................................................... 40
II.1.1- Le Bilan ...................................................................................................................... 40
II.1.1.1- Contrat avec clause de garantie ........................................................................... 40
II.1.1.2- Le passage en ITNL ........................................................................................... 41
II.1.1.3- Les créances ...................................................................................................... 41
II.1.2- Le Compte de Résultat ............................................................................................... 42
II.1.2.1- Les provisions ..................................................................................................... 42
II.1.2.2- Les pertes ........................................................................................................... 42
II.2- PRESENTATION DE L’OUTIL D’ANALYSE .............................................................. 43
II.2.1- Origine, définition et rôle du diagramme de Causes-Effets ....................................... 43
II.2.2- Les étapes de réalisation d’un diagramme de Causes-Effets et présentation de
l’échantillon d’analyse ........................................................................................................... 44
II.2.2.1- Les différentes étapes de réalisation d’un diagramme de Causes et Effets ....... 44
II.2.2.2- Présentation de l’échantillon d’analyse............................................................. 45

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 73


ANALYSE DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER DANS UN
ETABLISSEMENT FINANCIER: CAS DE LA BICEC

CHAPITRE 4: PERSPECTIVE D’AMELIORATION DU PROCESSUS DE SUIVI DU


CREDIT-BAIL MOBILIER A LA BICEC................................................................................ 47
SECTION I: DESCRIPTION DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER A
LA BICEC : OBSERVATIONS ET INSUFFISANCES ............................................................... 47
I.1- PRESENTATION DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER A LA
BICEC ........................................................................................................................................ 47
I.1.1- De la phase préliminaire à la phase d’exécution du contrat ........................................ 48
I.1.1.1- La phase préliminaire ........................................................................................... 48
I.1.1.2- Phase d’exécution du contrat ................................................................................ 49
I.1.2- De la phase d’exécution à la fin du contrat ................................................................. 52
I.2- DIAGNOSTIC DU PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER A LA
BICEC ........................................................................................................................................ 53
I.2.1- Les forces et faiblesses du processus de suivi du Crédit-Bail Mobilier à la BICEC .. 53
I.2.1.1- Les forces du processus de suivi du Crédit-Bail Mobilier à la BICEC ................ 53
I.2.1.2- Les faiblesses du processus de suivi du Crédit-Bail Mobilier à la BICEC ......... 53
I.2.2- Les opportunités et menaces du processus de suivi du Crédit-Bail Mobilier à la
BICEC .................................................................................................................................... 55
I.2.2.1- Les opportunités du processus de suivi du Crédit-Bail Mobilier à la BICEC ...... 55
I.2.2.2- Les menaces du processus de suivi du Crédit-Bail Mobilier à la BICEC ............ 55
SECTION II : LE PROCESSUS DE SUIVI DU CREDIT-BAIL MOBILIER A LA BICEC :
OBSERVATIONS ET SUGGESTIONS ....................................................................................... 56
II.1- PRESENTATION DE L’ECHANTILLON D’ANALYSE : OBSERVATIONS ............. 57
II.1.1- Illustration .................................................................................................................. 57
II.1.2- SUGGESTIONS ........................................................................................................... 58
II.1.2.1- Suggestions à court terme ...................................................................................... 58
II.1.2.2- Suggestions à long terme ...................................................................................... 59

CONCLUSION GENERALE ......................................................................................................... 61

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ....................................................................................... 62

LISTE DES ANNEXES ................................................................................................................... 63

TABLE DES MATIERES ............................................................................................................... 71

Rédigé et présenté par Hurelka Patrice MOUKORY DIN Page 74

Vous aimerez peut-être aussi