Vous êtes sur la page 1sur 54

Département de Physique Appliquée

Projet de Fin d’Études

Licence en Sciences et Techniques


Electronique Electrotechnique Automatique

Sujet

LA COMMANDE MLI DU MOTEUR A


INDUCTION PAR ARDUINO

Présenté par : Sous la direction de :

NOUHAYLA MOUFAKIR M.Ahmed ERRKIK


ILYAS DARIF

Soutenu devant le jury composé de :

M.Ahmed ERRKIK FST de Settat


M.Jamal ZBITOU FST de Settat
M.Larbi ELABDELLAOUI FST de Settat

Année Universitaire 2019-2020


Dédicace :

Nous dédions ce modeste travail

À nos chers parents

Pour leur grand soutien, leurs sacrifices que rien au monde ne peut les
récompenser.

Et sans lesquels nous n’aurions jamais pu parcourir ce chemin.

Que Dieu vous protège.

À nous chers ami(e)s.

À toutes les personnes chères à nos cœurs nous dédions ce travail.

2
Remerciements :

Nous tenons, tout d’abord, à remercier notre encadreur


monsieur Ahmed ERRKIK de nous avoir dirigés et de
nous avoir encouragés tout au long de la réalisation de ce
mémoire. Nous lui sommes très profondément
reconnaissantes.
Nous remercions, par ailleurs, les membres de jury de
soutenance, Mr. ELABDELLAOUI et Mr. ZBITOU,
d’avoir accepté d’examiner notre travail.
A toutes les personnes, qui ont contribué de près ou de
loin, à l’aboutissement de ce travail, nous les remercions tous,
Particulièrement notre famille et nos amis.
Enfin, nous ne pourrions terminer, ces remerciements
sans une pensée à l’ensemble de nos enseignants qui sont à
l’origine de notre savoir.

3
Résumé :
Le contrôle de la vitesse d’un moteur asynchrone monophasé occupe une
place de choix dans diverses applications industrielles. Grace à l’évolution
technologique récente de l’électronique de puissance qui a permis de varie la
vitesse de moteur asynchrone avec un variateur de vitesse facilement sans
changer les caractéristiques du moteur par des lois de commande plus
robuste, qui est le réglage par la technique modulation de largeur
d’impulsion (Pulse Width Modulation) utilisant l’ARDUINO.

L’application de variateur de vitesse “technique de commande “ dans


l’industrie qui présente plusieurs avantages à savoir régulation de la vitesse
du moteur, réduit les harmoniques de tension de sortie, protection du
moteur.

Mots clés : moteur asynchrone monophasé, commande MLI, ARDUINO.

4
Sommaire :
Chapitre I : généralité sur les machines électriques ................................ 11

I.1 Introduction ............................................................................ 12

I.2 les moteurs électriques................................................................ 12

I.2.1 Présentation… .....................................................................12

a) Schéma fonctionnel ............................................................... 12

b) Principe de fonctionnement..................................................... 12

I.2.2 Description interne ................................................................ 13

I.2.3 Définitions et caractéristiques générales ...................................... 14

a) La vitesse de rotation ............................................................ 14

b) Couple utile ........................................................................ 14

c) Puissance utile ..................................................................... 14

d) Puissance absorbé .................................................................. 14

e) Rendement........................................................................... 15

I.2.4 Modèle électrique .................................................................... 15

I.3 Les différents types de moteurs ....................................................... 16

I.3.1 Le moteur synchrone ............................................................. 16

a) Principe de fonctionnement .................................................... 16

b) Les avantages de moteur synchrone .......................................... 17

c) Les inconvénients de moteur synchrone ..................................... 17

I.3.2 Le moteur asynchrone ............................................................. 17

I.3.3 Le moteur à courant continu ..................................................... 18

a) Principe de fonctionnement ..................................................... 19

b) Avantage et inconvénients ..................................................... 19

I.3.4 Le moteur pas à pas................................................................. 19

a) Principe de fonctionnement ..................................................... 20

b) Avantages de moteur pas à pas ................................................. 21

5
c) Inconvénients de moteur pas à pas ................................................ 21

Chapitre II : généralité sur les machines asynchrones monophasé ...................22

II.1 Introduction ................................................................................ 23

II.2 définition .................................................................................... 23

II.3 Construction de la MAS monophasé ................................................... 23

II.3.1 Stator ou inducteur ..................................................................... 23

II.3.2 Rotor ou induit.......................................................................... 24

II.4 Principe de fonctionnement ..............................................................25

II.5 Classification des MAS monophasé .................................................... 27

II.6 Circuit équivalent d’un MAS monophasé ............................................. 29

II.7 Bilan énergétique ........................................................................... 32

II.8 Variation de la vitesse de MAS ........................................................... 33

II.8.1 Intérêt de la variation de vitesse .................................................... 33

II.8.2 Type de variation de vitesse de MAS .............................................. 35

II.8.3 Alimentation d’un MAS à fréquence variable ................................... 36

Chapitre III : commande MLI du MAS monophasé par ARDUINO ................... 39

III.1 Introduction .................................................................................. 40

III.2 Le MLI (PWM : Pulse Width Modulation) ........................................... 40

III.2.1 Cycle d’utilisation du MLI ......................................................... 40

III.2.2 Fréquence d’un MLI ................................................................. 41

III.3 Présentation général d’ARDUINO ...................................................... 41

III.3.1 Synthèse des caractéristiques ...................................................... 42

III.3.2 Le logiciel ARDUINO ...............................................................42

III.4 Commande MLI d’un moteur à induction monophasé utilisant ARDUINO .....44

III.4.1 Composants requis ................................................................... 44

III.4.2 Fonctionnements de la commande de moteur AC en utilisant

ARDUINO ............................................................................ 44

a) Détecteur de passage à zéro ........................................................... 44

6
b) Circuit de commande d’angle de phase............................................ 45

c) Potentiomètre pour contrôler la vitesse du moteur .............................. 47

d) Circuit de génération de signale MLI ............................................. 47

7
Liste des figures :
Chapitre-I : Généralités sur les machines électriques.

Figure I-1 : schéma fonctionnel de moteur .....................................................12

Figure I-2 : représentation de fonctionnement de moteur .................................. 12

Figure I-3 : représentation du fonctionnement des moteurs ................................ 13

Figure I-4 : schéma équivalent de moteur...................................................... 15

Figure I-5 : schéma équivalent de moteur en régime permanent ...........................15

Figure I-6 : moteur synchrone ..................................................................... 16

Figure I-7 : moteur asynchrone .................................................................. 17

Figure I-8 : moteur à courant continu .......................................................... 19


Figure I-9 : moteur pas à pas....................................................................... 20

Figure I-10 : principe de base de la création de champ tournant ...........................21

Chapitre II : Généralités sur les machines asynchrones monophasées.

Figure II-1 : constituant de la MAS monophasé .............................................24

Figure II-2 : Enroulement de la machine diphasé ............................................. 25

Figure II-3 : champ magnétique crées par une seul bobine ................................ 26

Figure II-4 : Courants et flux pendant le démarrage d'un moteur monophasé les …27
enroulements principal et auxiliaire produisent ensemble un champ tournant.

Figure II-5 : moteur à phase auxiliaire résistive ............................................ 27

Figure II-6 : moteur à démarrage par condensateur ....................................... 28

Figure II-7 : moteur à démarrage par condensateur permanent ...........................29

Figure II-8 : schéma équivalent d’un moteur seule sont enroulement principale sous
tension ................................................................................................ 30

Figure II-9 : circuit équivalent d’un MAS monophasé avec rotor à l’arrêt ............ 31
Figure II-10 : circuit des deux parties d’entrefer ............................................ 31

Figure II-11 : circuit simplifie du MAS monophasé seul l’enroulement principale est
alimenté .............................................................................................. 32

Figure II-12 : bilan de puissance de moteur ..................................................33

Figure II-13 : diagramme de couple en fonction de la vitesse.............................. 35

8
Figure II-14 : couple moteur de différente fréquence ....................................... 38

Figure II-15 : variation linéaire de la tension de moteur avec variation de fréquence 38

Chapitre III : la commande MLI de moteur asynchrone monophasé par ARDUINO.

Figure III-1 : un signale MLI avec un rapport cyclique 50% ................................41

Figure III-2 : Présentation des éléments de l’ARDUINO software ....................... 43

Figure III-3 : Détecteur de passage de zéro .................................................. 45

Figure III-4 : L’angle de déclanchement du TRIAC ..........................................46

Figure III-5 : Diagramme de connexion TRIAC et OPTOCOUPLEUR............... 46

Figure III-6 : Potentiomètre ...................................................................... 47

Figure III-7 : Circuit de contrôle de vitesse de moteur basé sur ARDUINO 230V 48

Figure III-8 : Programme de l’ARDUINO ..................................................... 48

9
Introduction générale :
Au 19éme siècle, le problème de variation de vitesse a été résolu avec les moteurs à
courant continu, mais ces machines ne peuvent servir ni dans le domaine des grandes
puissances, ni en milieux corrosifs, s’y ajoute aussi l’entretien que nécessite le collecteur.

Ces contraintes ont donc orienté la recherche dans le domaine de la vitesse variable
vers les machines à courant alternatif, et plus particulièrement vers les machines
asynchrones. Celles- ci ont en effet de nombreux avantages: coût de fabrication réduit,
construction relativement simple, support des surcharges, vitesse de rotation plus élevée
et n’exigent pas d’entretien permanent. L’inconvénient de cette catégorie de machines
réside dans la complexité de leur fonctionnement, car elles se comportent comme des
systèmes multi variables, non linéaires et fortement couplés, d’où la difficulté de leur
commande.

Grâce à l’évolution technologique récente de l’électronique de puissance, les problèmes


inhérents aux commandes des machines alternatives ont été résolus, rendant ainsi les
machines à courant continu de moins en moins utilisées. Dont il existe une nouvelle
solution utilisant la machine alternative fonctionnant dans un mode un peu particulier,
c’est la commande MLI.

Ce mémoire est structuré en 3 chapitres :

-Le premier chapitre est consacré à la présentation des machines électriques en générale,
leur principe de fonctionnement, leurs avantages et inconvénients.

- Le deuxième chapitre présente le principe de fonctionnement des machines à induction


monophasées et une brève présentation des configurations principales des MAS
monophasés. Ensuite nous citons les différents types de variation de vitesse de MAS.

-Le dernier chapitre consiste à présenter la commande MLI de moteur à induction


monophasé. Et nous allons parler de l’ARDUINO qui génère des signaux de commande
MLI en citant ses caractéristiques, sa programmation et son fonctionnement.

10
Chapitre I :
Généralité sur les
machines électriques

11
I.1 Introduction :
Ce chapitre présente les différents types de moteur électriques et leurs principes de
fonctionnement ainsi que les avantages et inconvénients de chaque moteur.

I.2 Les moteurs électriques :


I.2.1 Présentation :
a) Schéma fonctionnel :
Un moteur est un élément qui permet de transformer une énergie électrique (tension,
courant) en énergie mécanique (rotation) caractérisée par son couple utile (T) et sa
vitesse(ω).

Figure (I. 1) : Schéma fonctionnel des moteurs.


b) Principe de fonctionnement :
On place une spire de fil de cuivre dans le champ d’un aimant. Lorsque les conducteurs
sont parcourus par un courant, ils sont soumis à des forces F1 et F2 qui tendent à faire
tourner la spire. Le collecteur permet d'inverser le sens du courant dans les conducteurs
lorsque ceux-ci passent le plan vertical. Ainsi le sens du couple des forces F1 et F2 et
donc le sens de rotation du moteur est conservé.

Figure (I.2) : Représentation de fonctionnement des moteurs.


12
I.2.2 Description interne :

Figure (I. 3) : Représentation de fonctionnement des moteurs

 Le stator appelé aussi 'inducteur' est la partie fixe du moteur, il est constitué d'un
électro-aimant, alimenté en courant continu, dont le rôle est de produire un
champ magnétique. Cette partie est fixée sur la carcasse cylindrique du moteur et
entoure le rotor.
 Le rotor appelé aussi "induit', placé à l'intérieur du stator, est la partie tournante
du moteur. Il est constitué d'un cylindre portant des bobinages (conducteurs),
disposés latéralement sur sa surface. Les extrémités des fils de ces bobinages sont
reliées au collecteur, qui entoure l'arbre moteur.
 Le collecteur est monté sur l'arbre du moteur et il ressemble à une couronne. Ce
dernier comporte des contacts métalliques isolés les uns des autres, qui assurent la
distribution du courant continu aux bobinages du rotor par l'intermédiaire de deux
'balais' (contacts glissants). Ces balais, parfois appelés 'charbons', sont reliés à la
source de tension continue. L'ensemble collecteur-balais, est la partie la plus
fragile d'un moteur On alimente à la fois le stator, qui crée un champ magnétique,
et les bobinages du rotor, qui sont donc parcourus par un courant électrique. Or,
un conducteur placé perpendiculairement à un champ magnétique et parcouru par
un courant est soumis à une force électromagnétique : il se déplace en coupant le
champ magnétique. Ce conducteur (ou bobinage) étant solidaire du rotor, celui-ci
tourne autour de son axe, ou arbre : il peut alors entraîner une roue, une poulie,
une hélice, etc

13
I.2.3 Définitions et caractéristiques générales :
a) La Vitesse de rotation :
Elle s’exprime soit en tours par minute, soit en radian par second. On a donc :

[Ω] = rd/s, [n]= tr/min


Pour un moteur à courant continu, elle est proportionnelle à la tension d’alimentation

b) Couple utile :
C’est la somme du moment des couples de forces électromagnétiques qui agissent sur
la partie tournante. Il s’exprime en Newton. Mètre (N.m).

Pour un moteur à courant continu, il est proportionnel au courant consommé.

c) Puissance utile :
C’est la puissance mécanique fournie par le moteur. Elle s’exprime par :

[Pu]= Watt, [T] = Newton. Mètre ; [Ω] = radian par seconde.


d) Puissance absorbée :
C’est la puissance électrique absorbée par le moteur. Elle s’exprime (en continu) par :

[Pa] = Watt, [U] = Volt, [I] = Ampère.


La puissance absorbée peut aller de quelques mW à quelques centaines de MW (TGV).

14
e) Rendement :
C’est le rapport de la puissance utile sur la puissance absorbée.

η est compris entre 0 et 1 ou s'exprime en %. Il représente la qualité de la transmission de


l’énergie électrique en énergie mécanique. Plus il se rapproche de 1, plus le moteur est
performant. Le rendement d’un moteur peut aller jusqu'à 90 à 95 %.
I.2.4 Modèle électrique :
Pour faire une étude, il est possible de remplacer un moteur électrique par son schéma
équivalent :

Figure (I. 4) : Schéma équivalent de moteur électrique.


En régime permanent, le courant est pratiquement constant, on peut donc simplifier le
schéma précédent, par le schéma suivant :

Figure (I. 5) : Schéma équivalent de moteur en régime permanent.


On a donc l’équation suivante :

Où E représente la force électromotrice du moteur en volts.


R : la résistance équivalente du moteur (~ ohms).

15
I.3 Les différents types de moteurs :
I.3.1 Le moteur synchrone :
Une machine synchrone est une machine électrique qui :
- soit produit un courant électrique dont la fréquence est déterminée par la vitesse de
rotation du rotor : fonctionnement en génératrice dans deux quadrants du plan couple
vitesse.
- soit absorbe un courant électrique dont la fréquence détermine la vitesse de rotation du
rotor : fonctionnement moteur.
Récemment, ce type de moteur revenir en force parallèlement au développement des
variateurs de vitesse.
a) Principe de fonctionnement :

Le moteur synchrone se compose, comme le moteur asynchrone, d'un stator et d'un


rotor séparés par un entrefer. La seule différence se situe au niveau de la conception du
rotor. La figure ci-dessous montre un rotor à pôles saillants constitués d'aimants
permanents ou d'électro-aimants alimentés en courant continu.

Figure (I. 6) : moteur synchrone

Après le démarrage, le moteur tourne en synchronisme avec le champ tournant. A vide


les axes des pôles du champ tournant et du rotor sont confondus. En charge, les axes sont
légèrement décalés.

La vitesse du moteur synchrone est constante quelle que soit la charge.


On notera aussi que :

- La charge ne doit pas dépasser l'effort de démarrage entre le rotor et le champ tournant.
- Le couple moteur est proportionnel à la tension à ses bornes.

16
b) Les avantages de moteur synchrone :
- il peut travailler avec un facteur de puissance proche de 1 (cos φ~ 1). Il contribue donc
à redresser le cos φ global de l'installation électrique.
- la vitesse du moteur est constante quelle que soit la charge.
- Il peut supporter des chutes de tension important sans décrocher.
c) Les inconvénients de moteur synchrone :
- S'il n'est pas associé à un variateur de vitesse, il a des difficultés au démarrage.
- il peut décrocher en cas de forte charge.

I.3.2 Le moteur asynchrone :


- La machine asynchrone, connue également sous le terme anglo-saxon de machine à
induction, est une machine électrique à courant alternatif sans connexion entre
le stator et le rotor.
- Les machines asynchrone possédant un rotor en cage d'écureuil sont aussi connues sous
le nom de machines à cage ou machines à cage d'écureuil.
- Le terme asynchrone provient du fait que la vitesse de rotation du rotor de ces
machines n'est pas exactement déterminée par la fréquence des courants qui traversent
leur stator.
- Quant au moteur asynchrone seul, sa popularité résulte du peu d'entretien nécessaire,
de sa simplicité de construction, de sa standardisation et de sa robuste.

Figure (I. 7) : moteur asynchrone

Principe de fonctionnement :
Le principe de fonctionnement d'un moteur asynchrone repose sur:

17
- la création d'un courant électrique induit dans un conducteur placé dans un champ
magnétique tournant. Le conducteur en question est un des barreaux de la cage
d'écureuil ci-dessus constituant le rotor du moteur. L'induction du courant ne peut
se faire que si le conducteur est en court-circuit (c'est le cas puisque les deux
bagues latérales relient tous les barreaux).
- la création d'une force motrice sur le conducteur considéré (parcouru par un courant
et placé dans un champ magnétique tournant ou variable) dont le sens est donnée
par la règle des trois doigts de la main droite.
Comme montré sur le schéma ci-dessus, le champ tournant, à un instant donné, est
orienté vers le haut. En considérant deux conducteurs diamétralement opposés, on
constate que les courants induits dans ces deux conducteurs sont en sens inverse et,
associés au champ magnétique, créent des forces motrices en sens inverse. Le rotor
étant libre de tourner sur l'axe X-Y, les deux forces s'associent pour imprimer aux
deux conducteurs un couple permettant la rotation de la cage d'écureuil : le moteur
électrique est inventé.
- Pour entretenir la rotation du moteur, il est nécessaire de faire varier soit le courant
dans les conducteurs de la cage, soit le champ magnétique. Dans un moteur
asynchrone, c'est le champ magnétique qui varie sous forme de champ tournant
créé dans le stator.
- Au démarrage, le champ tournant balaye les conducteurs de son flux à la vitesse
angulaire de synchronisation. Le rotor mis en rotation tend à rattraper le champ
tournant. Pour qu'il y ait un couple entretenu au niveau des conducteurs, la
variation de flux doit être présente en permanence ; ce qui signifie que si les
conducteurs tournent à la vitesse de synchronisation comme le champ tournant, la
variation de flux sur les conducteurs devient nulle et le couple moteur disparaît.
- Un rotor de moteur asynchrone ne tourne donc jamais à la vitesse de
synchronisation, il intervient ici la notion de glissement.
I.3.3 Le moteur à courant continu :
Le moteur à courant continu est un convertisseur électrique en énergie mécanique avec
quelques pertes.

18
Figure (I. 8) : Moteur à courant continu
a) Principe de fonctionnement :
Le moteur à courant continu est essentiellement composé de trois parties :
- Le stator ou inducteur : il est formé d’aimant pour les petits moteurs et de bobine
parcouru par un courant pour les moteurs plus puissants. Grâce aux progrès sur les
aimants ses derniers sont de plus en plus employés. Les aimants ou bobines permettent
la création d’un flux magnétique.
- Le rotor ou induit : il est alimenté par une tension U et parcourue par un courant I, le
circuit électrique appelé induit est obtenue en associant en série des conducteurs logés
dans des encoches du rotor.
- Le collecteur : il est formé d’un ensemble de lames de cuivre isolées latéralement les
unes des autres et disposées suivant un cylindre en bout de rotor. Deux balais portés par
le statuer frottent sur les lames des collecteurs.

b) Avantages et inconvénients :
- L'avantage principal des machines à courant continu réside dans leur adaptation simple
aux moyens
permettant de régler ou de faire varier leur vitesse, leur couple et leur sens de rotation.
- Le principal problème de ces machines vient de la liaison entre les balais et le collecteur
rotatif. Ainsi que le collecteur lui-même et la complexité de sa réalisation.
- Plus la vitesse de rotation est élevée, plus la pression des balais doit augmenter pour
rester en
contact avec le collecteur donc plus le frottement est important donc ils doivent être
remplacés très régulièrement.
- le collecteur imposant des ruptures de contact provoque des arcs, qui usent rapidement
le commutateur et génèrent des parasites dans le circuit d'alimentation, ainsi que par
rayonnement électromagnétique.
I.3.4 Le moteur pas à pas :
Le moteur pas à pas est un moteur qui tourne en fonction d’impulsions électriques
19
reçues dans ses bobinages. L'angle de rotation minimal entre deux modifications des
impulsions électriques s'appelle un pas. On caractérise un moteur par le nombre de pas
par tour (c'est à dire pour 360°).
Les moteurs pas à pas sont des moteurs spéciaux, composés simplement d’un stator
réunissent des pièces polaires et des bobinages, et utilisés pour commander avec grande
précision le déplacement et la position d’un objet.

Figure (I. 9) : Moteur pas à pas

L'usage le plus connu des moteurs pas à pas du grand public est dans les imprimantes
et les scanner. Mais ils sont présents dans de nombreuses applications.

a) Principe de fonctionnement :
Le principe de base est la création d’un champ tournant, les pôles magnétiques de
rotation de même nom se repoussent et les pôles des noms contraires s’attirent, le champ
magnétique entraînera le rotor alimenté dans le même sens.
Ceci traduit le fait qu’on transforme une grandeur numérique en une grandeur
analogique. La fréquence de rotation, ou vitesse est donc commandée par des impulsions
(consigne de rotation) contrôlées elle-même par un dispositif électronique en technologie
câblée programmée.
Analysant théoriquement un moteur composé d'un aimant permanent (boussole) et de
deux bobinages constitués chacun de deux bobines. Le passage d'un courant,
successivement dans chaque bobinage, fait tourner l'aimant.

20
Figure (I. 10) : Principe de base de la création d’un champ tournant

- Nous avons créé un moteur de quatre pas par tour.


- Les impulsions électriques sont du type tout ou rien, c'est à dire passage de courant ou
pas de passage de courant.

b) Avantages des moteurs pas à pas :


- Rotation constante pour chaque commande.
- Contrôle de la position, de la vitesse et synchronisation de plusieurs moteurs (pas de
besoin de contre-réaction).
- Moteur sans balais.
c) Inconvénients des moteurs pas à pas :
- Plus difficile à faire fonctionner qu’un moteur a courant continu.
- Vitesse et couple relativement faible.
- Couple décroissant rapidement lorsque la vitesse augmente.

21
Chapitre II :
Généralités sur les
machines asynchrones
monophasé

22
II.1 Introduction :
La machine asynchrone a été inventée par Nikola Tesla en1887.

Du fait de sa simplicité de construction, d'utilisation Et d'entretien, de sa


robustesse et son faible prix de revient, la machine asynchrone est aujourd'hui
très couramment utilisée

 Comme moteur dans une gamme de puissance allant de quelques


centaines de watts à plusieurs milliers de kilowatts.

 Comme génératrice dans les éoliennes, les hydroliennes et les systèmes de


génération d’électricité à vitesse variable.

II.2 Définition du MAS monophasé :

Les moteurs asynchrones monophasés sont des moteurs utilisés pour des applications de
pite puissance .La vitesse de rotation d’un moteur monophasé est toujours inférieure à la
vitesse du synchronisme. Ces moteurs ont généralement une puissance à 1KW, ils sont
utilisés dans l’industrie et les installations domestiques ou ils équipent une bonne partie
des appareils électroménagers.

II.3 Constitution de la machine asynchrone monophasée :


II.3.1 Stator ou inducteur :

Il est identique à celui d'une machine synchrone, les conducteurs logés dans les
encoches du stator sont associées pour former 3 enroulements destinés à être alimentés
par un réseau monophasé. Ces enroulements créent alors un champ tournant à
répartition sinusoïdale comportant 2P (pôles) donc la vitesse Ωs est liée à la pulsation ω
des courants qui alimentent le stator et au nombre de paire de pôle P destiné par le
bobinage du stator : Ωs = ω/p ou ns= f/p

23
Ωs: vitesse de synchronisme (en rad/s)

ω: pulsation du réseau (en rad/s).

p: nombre de pair de pole.

f : fréquence du réseau (en Hz).

Généralement le stator porte l'enroulement inducteur qu'on appelle aussi primaire du


moteur. Il peut être couplé soit en triangle, soit en étoile. Dans tous les cas enroulement
doit supporter entre ses bornes la tension la plus faible de la plaque signalétique.

II.3.2 Rotor ou induit :

C'est lui qui définit le type de masse. On parle de moteur à rotor bobiné ou de moteur à
cage d'écureuil (en court-circuit), en fonction du type de rotor contenu dans la machine.

Rotor bobiné :

Il est constitué exactement comme l'induit d'un alternateur. C'est pour cela qu'on
l'appelle rotor bobiné. Les pôles de ce rotor sont munis d'encoches où sont logés les
conducteurs formant un bobinage à structure généralement semblable à celle des
enroulements du stator. Dans le cas très fréquent où le bobinage du rotor est triphasé, 3
ballais et 3 bobines prévues pour accéder à ces enroulements. Ce dispositif permet de
modifier certaines caractéristiques du circuit du rotor et par là les propriétés électriques de
la machine asynchrone.

Rotor à cage :

L'induit est constitué par une série de barres reliées entre elles aux extrémités par deux
anneaux de courant d'où le nom de rotor à cage.

Figure(II.1) : constituant de la MAS monophasé.


24
II.4 Principe de fonctionnement :
Le principe de fonctionnement des machines asynchrone est basé sur la production
d’un champ tournant qui provoque la variation de la f.é.m., induite produisant des
courants induits dans les enroulements du rotor. Ces courants d’après la loi de Lenz,
s’opposent par leurs effets à la cause qui lui a donné naissance par la création d’un couple
électromagnétique entraînant la rotation du moteur à sa vitesse nominale.

Champ pulsant :

LEBLANC démontre qu’un enroulement parcouru par un courant alternatif , crée un


champ magnétique pulsant dans l’espace et dans le temps, décomposé en deux champs
glissants de même amplitude maximale, de la même vitesse et de sens de rotation inverse,
l’induction magnétique en un point de l’entrefer, figure (II-2) est donnée par
l’expression(I.2)
Lorsque qu'un bobinage est soumis à un courant alternatif, il crée un champ
magnétique pulsant. Ce champ est décomposable en deux champs magnétiques glissants
direct et inverse de sens opposé, figure (II-3)

Figure (II-2): enroulement de la machine diphasé.

25
Figure (II-3) : champ magnétique crées par une seul bobine.

II.5 Classification des machines asynchrones monophasées :

Les machines asynchrones monophasées se classifient en trois catégories selon le type de


l'enroulement auxiliaire. Nous distinguons ainsi les machines à enroulement auxiliaire :
1. Résistif.
2. Avec condensateur de démarrage.
3. Avec condensateur permanent.

Machine asynchrone monophasée à enroulement auxiliaire :

Le fonctionnement du moteur que nous venons d'étudier est satisfaisant une fois qu'il est
en marche, mais le fait qu'il ne démarre pas seul constitue un grave inconvénient. C'est
pourquoi on place sur le stator un enroulement auxiliaire qui rend possible le démarrage
du moteur.
Comme on l'a vu, cet enroulement possède le même nombre de pôles que l'enroulement
principal, mais ses pôles sont décalés dans l'espace de 90° électriques par rapport aux
pôles de l'enroulement principal (Fig. II.4).

26
Figure (II.4) : Courants et flux pendant le démarrage d'un moteur monophasé les
enroulements principal et auxiliaire produisent ensemble un champ tournant.

 Moteur à phase auxiliaire résistive :


Dans le moteur à phase auxiliaire résistive (Fig. II.5), l'enroulement principal comporte
un nombre considérable de spires de gros fil. Sa réactance inductive est donc élevée et sa
résistance est faible ; le courant qui y circule est donc fortement en retard sur la tension E.
D'autre part, l’enroulement auxiliaire compte un nombre moindre de spires de fil fin. Sa
résistance est donc plus élevée et sa réactance inductive plus faible que pour
l'enroulement principal ; le courant qui parcourt l'enroulement auxiliaire est presque en
phase avec la tension E de la source.

Figure (II.5) : moteur à phase auxiliaire résistive.

27
 Moteur à démarrage par condensateur :

Le moteur à démarrage par condensateur (Fig. II.6) ressemble au moteur à démarrage


par phase auxiliaire résistive. Cependant, son enroulement auxiliaire a pratiquement
autant de spires mais de fil plus petit que l'enroulement principal. De plus, un
condensateur est connecté en série avec l'enroulement auxiliaire.

Un interrupteur centrifuge met la phase auxiliaire hors circuit lorsque la vitesse atteint
environ 75 % de la vitesse nominale. La réactance capacitive du condensateur est choisie
de façon que le courant dans la phase auxiliaire soit déphasé en avance sur la tension
appliquée E. Le courant dans la phase principale est évidemment en retard sur la tension
(Fig. II.6).On réussit ainsi à obtenir un déphasage entre les courants et (donc entre les
flux) plus grand que dans le cas du moteur à phase auxiliaire résistive.

Figure (II.6) : Moteur monophasé à phase auxiliaire résistive démarrage par


condensateur.

 Moteur à démarrage par condensateur permanent :

Le moteur à condensateur permanent est essentiellement un moteur diphasé, il comporte


un enroulement auxiliaire en série avec un condensateur à papier imprégné d’huile

(Fig. II.7). La phase auxiliaire, aussi bien que la phase principale, reste alimentée par la

28
source tant que le moteur est en marche. On emploie ce moteur particulièrement
silencieux dans les hôpitaux, les studios radiophoniques, etc. ., pour entraîner des charges
constantes. Son facteur de puissance est très bon et sa construction mécanique est plus
simple que celle des moteurs à phase auxiliaire et à démarrage par condensateur car il ne
comporte pas d'interrupteur centrifuge. Son couple de démarrage est généralement faible.

Figure (II.7) Moteur à démarrage par condensateur permanent.

II.6 Circuit équivalent d'un moteur à induction monophasé :

Le Circuit équivalent d'un Moteur à induction monophasé peut être obtenu par deux
méthodes nommées comme double théorie des champs en rotation et théorie des champs
en croix. Premièrement, le circuit équivalent est développé sur la base de la théorie du
champ tournant double lorsque seul son enroulement principal est alimenté.

Considérant le cas où le rotor est à l'arrêt et seul l'enroulement principal est excité. Le
moteur se comporte comme un transformateur monophasé avec son secondaire court-
circuité.

29
Figure(II.8) : Le schéma équivalent du moteur monophasé avec uniquement son
enroulement principal sous tension.

R1m est la résistance du bobinage principal du stator.


X1m est la réactance de fuite de l'enroulement principal du stator.
XM est la réactance magnétisante.
R ’2 est la résistance du rotor à l'arrêt par rapport à l'enroulement principal du stator.
X'2 est la réactance de fuite du rotor à l’arrêt par rapport à l’enroulement principal du
stator.
Vm est la tension appliquée.
jem est le courant d'enroulement principal.
On supposera que la perte principale est regroupée avec les pertes mécaniques et les
pertes parasites faisant partie des pertes en rotation du rotor. Le flux de l'entrefer pulsé
dans le moteur à l'arrêt est résolu en deux flux égaux et opposés avec le moteur.
L'impédance à l'arrêt de chacun des rotors par rapport à l'enroulement principal du stator
est donnée par

Le circuit équivalent d'un moteur à induction monophasé avec rotor à l'arrêt est
présenté ci-dessous. Les flux allé et retour induisent une tension Emf et Emb respectivement
dans l'enroulement principal du stator. Em est la tension induite résultante dans
l'enroulement principal.

30
À l’état d’arrêt Emf = Emb

Maintenant, avec l'aide d'un enrouleur auxiliaire, le moteur est démarré. Lorsque le
moteur atteint sa vitesse normale, l'enroulement auxiliaire est supprimé. La résistance
effective du rotor d'un moteur à induction dépend du glissement du rotor.

Figure(II.9) : circuit équivalent d'un moteur à induction monophasé avec rotor à l’arrêt.

Dans le schéma de circuit ci-dessous, la portion d’entrefer est divisée en deux parties. La
première partie montre l’effet du flux en rotation vers l’avant et la seconde partie l’effet
du flux en rotation vers l’arrière. La résistance effective du rotor par rapport au flux en
rotation directe est R«2/ 2S et par rapport au flux tournant en arrière est R ’2/ 2 (2-s).

Lorsque les glissements avant et arrière sont pris en compte, le circuit équivalent illustré
ci-dessous est formé. Dans cette condition, le moteur tourne uniquement sur
l'enroulement principal.

Figure (II.10): circuit des deux parties d’entrefer.

31
L'impédance du rotor représentant l'effet du champ direct par rapport à l'enroulement
du stator m est donné par une impédance indiquée ci-dessous.

L'impédance du rotor d'un moteur à induction monophasé représentant l'effet du champ


arrière par rapport à l'enroulement de stator m est donné par une impédance indiquée ci-
dessous.

Le circuit équivalent simplifié d’un moteur à induction monophasé dont l’enroulement


principal est uniquement alimenté est illustré dans la figure ci-dessous.

Figure(II.11) : circuit simplifié du MAS monophasé seul l’enroulement principale


alimenté.

32
L'équation ci-dessus (3) est l'équation du courant dans l'enroulement du stator.

II.7 Bilan énergétique :

Figure (II.12): bilan de puissance de moteur.

Le moteur absorbe au réseau la puissance 𝑷𝒂.

Une partie de cette puissance est perdue dans le stator sous forme de pertes dans le fer
(𝑷𝒇𝒓) et de pertes dans le cuivre dues {l’effet joule (𝑷𝒋𝒔).

La puissance restante est transmise au rotor par le champ tournant sous la forme de
puissance électromagnétique : 𝑷𝒕𝒓=𝑷𝒂− (𝑷𝒋𝒔+𝑷𝒇𝒔).

Une partie de la puissance transmise est gaspillée par le rotor et ces roulements, l’autre
partie se trouve en puissance mécanique 𝑷𝒎 disponible sur l’arbre de moteur.

 Rendement :

Le rendement d’un moteur asynchrone est la puissance de sortie sur la puissance d’entrée
alors est le rapport de la puissance utile à la puissance absorbée. 𝜼=𝑷𝒖/𝑷𝒂

II.8 Variation de vitesse d’un moteur asynchrone :


II.8.1 Intérêt de la variation de vitesse :

De nombreux systèmes industriels entraînés par des moteurs électriques


utilisent la variation de vitesse pour optimiser leur fonctionnement.

L’intérêt de cette variation peut être illustre en deux choses :

33
Économie d'énergie :
La consommation électrique de beaucoup de moteurs fonctionnant à vitesse
fixe et connectés directement au réseau peut être réduite en utilisant un variateur
de vitesse.
Performance de la commande :

Le variateur de vitesse permet d'améliorer les performances des moteurs afin


qu'ils répondent aux besoins de l'industrie ou des usagers. Les paramètres à gérer
sont : l'accélération, la vitesse, la température, la tension, le flux, le courant et le
couple.

Les moteurs ayant une charge fixe sont sujets à des courants de démarrage
allant jusqu'à huit fois leur courant nominal. Les variateurs de vitesse permettent
de limiter ce pic en faisant accélérer progressivement le moteur. Cela limite les
contraintes électriques et mécaniques que subissent la machine tournante et donc
son besoin en maintenance et en réparation, sa durée de vie s'en trouve allongée.

Formules de base définissant la vitesse :

Vitesse de synchronisme :

ns : vitesse de synchronisme tr/s


f : fréquence : Hz
p : nombre de paires de pôles

Glissement :

g: glissement

Ωs: vitesse de synchronisme (en rad/s)

Ω: vitesse angulaire au rotor

34
* 𝑔=0 pour Ω = Ωs 𝑖𝑙 𝑛′𝑦𝑎 𝑝𝑎𝑠 𝑑𝑒 𝑐𝑜𝑢𝑝𝑙𝑒.

* 𝑔<0 pour Ω > Ωs 𝑙𝑎 machine 𝑓𝑜𝑛𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛𝑛𝑒 𝑒𝑛 𝑔é𝑛é𝑟𝑎𝑡𝑟𝑖𝑐𝑒.

* 𝑔>0 pour Ω < Ωs 𝑙𝑎 machine𝑓𝑜𝑛𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛𝑛𝑒 𝑒𝑛 𝑚𝑜𝑡𝑒𝑢𝑟.

* 𝑔=1 pour Ω =0 𝑙𝑎 machine 𝑒𝑠𝑡 à 𝑙′𝑎𝑟𝑟𝑒𝑡.

* 𝑔>1 pour Ω <0 𝑙𝑎 𝑣𝑖𝑡𝑒𝑠𝑠𝑒 𝑑𝑒 𝑟𝑜𝑡𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑒𝑠𝑡 𝑙′𝑖𝑛𝑣𝑒𝑟𝑠𝑒𝑑𝑒 𝑐𝑒𝑙𝑙𝑒 𝑑𝑢 𝑐h𝑎𝑚𝑝𝑠

𝑡𝑜𝑢𝑟𝑛𝑎𝑡 𝑙𝑒 𝑚𝑜𝑡𝑒𝑢𝑟 𝑓𝑜𝑛𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛𝑒 𝑒𝑛 𝑚𝑜𝑑𝑒 𝑓𝑟𝑒𝑖𝑛𝑎𝑔𝑒.

II.8.2 Types des variateurs de vitesse de la machine asynchrone :

Le point de fonctionnement(C, Ω) dans le quadrant I en régime établi de l’ensemble


machine plus charge se situe à l’intersection des caractéristiques Ce = f(Ω) du moteur et

Cr = f(Ω) de la charge. Le réglage de la vitesse de la machine asynchrone est donc


obtenu en agissant sur le couple qu’elle produit, soit, si l’on se réfère à son expression ci-
dessus : le nombre de paires de pôles, la tension d’alimentation de la machine, le
glissement ou la fréquence d’alimentation de la machine.

Figure (II-13): diagramme de couple en fonction de la vitesse.

 Réglage par variation du nombre de paires de pôles :

35
Ceci donnant une variation non continue de la vitesse, ce mode n’est donc pas envisagé
pour un réglage fin du point de fonctionnement désiré.
 Si le nombre de pair de pôle augmente, la fréquence de rotation d'un moteur diminue.
 Si le nombre de pair de pôles diminue, la fréquence de rotation d'un moteur augmente.

 Réglage par variation de tension :

Le couple électromagnétique de la machine asynchrone est proportionnel au carré de la


tension d’alimentation statorique. Il est donc possible d’envisager un ajustement de la
vitesse au-dessous de la vitesse nominale en modifiant la tension d’alimentation
statorique avec un gradateur triphasé. Cette solution est le plus souvent utilisée pour le
démarrage de charges à caractéristique de couple quadratique.

 Réglage par action sur le glissement :

L’utilisation de résistances rotorique permet un réglage de la vitesse au-dessous de la


vitesse nominale mais avec un rendement déplorable. On essaiera donc de récupérer cette
énergie transmise au rotor : c’est la cascade hypo synchrone réservée à la très forte
puissance pour des machines à rotor bobiné.

 Réglage par variation de fréquence :

La fréquence de rotation de la machine étant au glissement près proportionnel à la

Fréquence d’alimentation des enroulements statoriques, on essaiera de créer pour ces


enroulements un réseau à fréquence variable ce sont les onduleurs de tension. On peut
aussi chercher à injecter des courants dans l’enroulement pour imposer le couple de la
machine ce sont les onduleurs de courant ou commutateurs de courant. On peut
également convertir directement la fréquence du réseau industriel en une fréquence
variable plus faible
a. Si la fréquence augmente, la fréquence de rotation d'un moteur augmente.
b. Si la fréquence diminue, la fréquence de rotation d'un moteur diminue.

36
II.8.3 Alimentation d'une M. A. S à fréquence variable :

 Étude du couple dans le cas ou U=cte :

La f.é.m aux bornes d'un enroulement est de la forme :

Avec :
f : Fréquence d'alimentation du moteur (Hz)

S : Section du fer

Bm : Induction dans le moteur

N : Nombre de conducteurs

U : Tension aux bornes du moteur

a. Si f varie, U étant constant, Bm va varier pour garder l'égalité dans la relation.


b. Si f diminue Bm va augmenter et va saturer le circuit magnétique, provoquant un
échauffement du moteur et surtout une baisse du couple moteur.

Alors si l'on souhaite garder B୫ constant, tout en faisant varier la fréquence, on doit faire
varié U pour maintenir constant le rapport U/f.

 Étude du couple U/f = cte:

Dans ces conditions, les caractéristiques du couple moteur pour différentes fréquences
d'alimentation opèrent une translation sur la gauche figure (II-12).

37
Figure (II-14): Couple moteur pour différentes fréquences.

Le variateur délivre au moteur une tension et une fréquence proportionnelles jusqu'à la


valeur de 50 Hertz.
Pour des fréquences supérieures à 50 Hertz, la tension du moteur ne pouvant plus
augmenter, (l'enroulement est alimenté sous sa tension nominale) le rapport U/f
diminue, le flux décroît, entraînant une diminution du couple maximum. Figure (II-13).

Figure (II-15): la variation linéaire de la tension de moteur avec la variation de fréquence.

38
Chapitre III:
Commande MLI d’un
moteur à induction
utilisant un
ARDUINO

39
III.1 Introduction :
Il est facile d'allumer ou d'éteindre n'importe quel appareil domestique en utilisant un
interrupteur ou en utilisant un mécanisme de contrôle basé sur ARDUINO. Mais il existe
de nombreuses applications où nous devons contrôler partiellement l'alimentation
secteur, par exemple, pour contrôler la vitesse du moteur ou l'intensité d'une lampe. Dans
ce cas, la technique MLI est utilisée, nous allons donc ici apprendre à utiliser le MLI
généré par ARDUINO pour contrôler la vitesse du moteur AC avec ARDUINO.

III.2 Le MLI (PWM: Pulse Width Modulation):


MLI signifie (PWM : Pulse Width Modulation); nous verrons la raison d'un tel nom
plus tard. Mais, pour l'instant, comprendre MLI comme un type de signal qui peut être
produit à partir d'un microcontrôleur. Le signal ainsi produit aura un train d'impulsions
et ces impulsions seront sous la forme d'une onde carrée. C'est-à-dire qu'à tout moment
donné, l'onde sera soit haute, soit basse. La durée à laquelle les signaux restent élevés est
appelée “ON TIME” et la durée à laquelle le signal reste bas est appelée “OFF TIME”.

Pour un signal MLI, nous devons examiner deux paramètres importants qui lui sont
associés, l'un est le rapport cyclique MLI et l'autre est la fréquence MLI.

III.2.1 Cycle d’utilisation du MLI:

Comme indiqué précédemment, un signal MLI reste allumé pendant un certain temps,
puis reste éteint pendant le reste de la période. Ce qui rend ce signal MLI spécial et plus
utile, c'est que nous pouvons définir la durée pendant laquelle il doit rester allumé en
contrôlant le rapport cyclique du signal MLI.

Le pourcentage de temps pendant lequel le signal MLI reste ÉLEVÉ est appelé cycle de
service. Si le signal est toujours sur ON, il est dans un rapport cyclique de 100% et s'il est
toujours éteint, il est sur un rapport cyclique de 0%. Les formules pour calculer le rapport
cyclique sont présentées ci-dessous.

Duty Cycle =Turn ON time/ (Turn ON time + Turn OFF time)

40
Figue(III.1) : un signal MLI avec un rapport cyclique de 50%.

En contrôlant le rapport cyclique de 0% à 100%, nous pouvons contrôler le «temps


d'activation» du signal MLI et donc la largeur du signal. Comme nous pouvons moduler
la largeur de l'impulsion, il a obtenu son nom emblématique «Modulation de largeur
d'impulsion».

III.2.2 Fréquence d'un MLI :

La fréquence d'un signal MLI détermine la vitesse à laquelle un MLI termine une
période. Une période correspond à la durée complète d'activation et de désactivation d'un
signal MLI, comme illustré dans la figure ci-dessus. Les formules pour calculer la
fréquence sont données ci-dessous

Frequency = 1/Time Period

Time Period = on time + off time

Normalement, les signaux MLI générés par le microcontrôleur seront d'environ 500 Hz,
de telles hautes fréquences seront utilisées dans des dispositifs de commutation à grande
vitesse comme des onduleurs ou des convertisseurs. Mais toutes les applications ne
nécessitent pas une fréquence élevée. Par exemple, pour contrôler un servomoteur, nous
devons produire des signaux MLI avec une fréquence de 50 Hz, de sorte que la fréquence
d'un signal MLI est également contrôlable par programme pour tous les
microcontrôleurs.

III.3 Présentation générale de l’ARDUINO :


Le système ARDUINO est une carte électronique basée autour d’un microcontrôleur
et de composants minimum pour réaliser des fonctions plus ou moins évoluées à bas
coût. Elle possède une interface USB pour la programmer. C’est une plateforme open-
source qui est basée sur une simple carte à microcontrôleur (de la famille AVR), et un

41
logiciel, véritable environnement de développement intégré, pour écrire, compiler et
transférer le programme vers la carte à microcontrôleur.

ARDUINO peut être utilisé pour développer des applications matérielles industrielles
légères ou des objets interactifs (création artistiques par exemple), et peut recevoir en
entrées une très grande variété de capteurs. ARDUINO peut aussi contrôler une grande
variété d’actionneurs (lumières, moteurs ou toutes autres sorties matériels). Les projets
ARDUINO peuvent être autonomes, ou communiquer avec des logiciels sur un
ordinateur. Pour programmer cette carte, on utilise logiciel IDE ARDUINO.

III.3.1 Synthèse des caractéristiques (voir annexe A) :

• Microcontrôleur : Atmega328

• Tension de fonctionnement : 5V

• Tension d’alimentation (recommandée) : 7-12V

• Tension d’alimentation (limites) : 6-20V

• Broches E/S numériques : 14 (dont 6 disposent d’une sortie PWM)

• Broches d’entrées analogiques : 6 (utilisables en broches E/S numériques)

• Intensité maxi disponible par broche E/S (5V) : 40 mA (ATTENTION : 200mA

Cumulé pour l’ensemble des broches E/S)

• Intensité maxi disponible pour la sortie 3.3V : 50 mA

• Intensité maxi disponible pour la sortie 5V : Fonction de l’alimentation utilisée –

500 mA max si port USB utilisé seul

• Mémoire Programme Flash : 32 KB (Atmega328) dont 0.5 KB sont utilisés par le

Boot loader

• Mémoire SRAM (mémoire volatile) : 2 KB (Atmega328)

• Mémoire EEPROM (mémoire non volatile) : 1 KB (Atmega328)

• Vitesse d’horloge : 16 MHz.

III.3.2 Le logiciel ARDUINO :

Le logiciel ARDUINO a pour fonctions principales :

• de pouvoir écrire et compiler des programmes pour la carte ARDUINO.


42
• de se connecter avec la carte ARDUINO pour y transférer les programmes.

• de communiquer avec la carte ARDUINO.

Cet espace de développement intégré (EDI) dédié au langage ARDUINO et à la


programmation des cartes ARDUINO comporte :

• une BARRE DE MENUS comme pour tout logiciel une interface graphique

(GUI).

• une BARRE DE BOUTONS qui donne un accès direct aux fonctions essentielles
du logiciel et fait toute sa simplicité d'utilisation,

• un EDITEUR (à coloration syntaxique) pour écrire le code de vos programmes,

Avec onglets de navigation,

• une ZONE DE MESSAGES qui affiche indique l'état des actions en cours.

• une CONSOLE TEXTE qui affiche les messages concernant le résultat de la

Compilation du programme.

• un TERMINAL SERIE (fenêtre séparée) qui permet d'afficher des messages textes
reçus de la carte ARDUINO et d'envoyer des caractères vers la carte ARDUINO. Cette
fonctionnalité permet une mise au point facilitée des programmes, permettant d'afficher
sur l'ordinateur l'état de variables, de résultats de calculs ou de conversions analogique-
numérique : un élément essentiel pour améliorer, tester et corriger ses programmes.

Figure(III.2) : présentation des éléments de l'ARDUINO software.


43
III.4 Commande MLI d’un moteur à induction monophasé utilisant un
ARDUINO :
Dans ce projet, nous démontrerons le contrôle de la vitesse du moteur AC ARDUINO
en utilisant TRIAC. Ici, la méthode de contrôle de phase du signal AC est utilisée pour
contrôler la vitesse du moteur AC, en utilisant des signaux MLI générés par ARDUINO.

III.4.1 Composants requis :

 ARDUINO UNO
 4N25 (ZERO CROSSING DETECTOR)

 10k POTENTIOMETRE
 MOC3021 OPTO-COUPLER
 (0-9)V, 500 mA STEP DOWN TRANSFORMER
 BT136 TRIAC
 230 VAC Axial AC moteur
 CONNECTING WIRES

 RESISTORS

III.4.2 Fonctionnement de la commande MLI de moteur AC en utilisant


ARDUINO :

Le travail peut être divisé en quatre parties différentes. Ils sont comme suit :

a) Détecteur de passage à zéro

b) Circuit de contrôle d'angle de phase

c) Potentiomètre pour contrôler la vitesse du moteur

d) Circuit de génération de signal MLI

a) Détecteur de passage à zéro :

L'alimentation AC que nous avons ici est de 220v AC, 50 HZ. Ce signal alternatif est de
nature alternée et change périodiquement de polarité. Dans la première moitié de chaque
cycle, il circule dans une direction pour atteindre une tension de crête puis diminue

44
jusqu'à zéro. Ensuite, dans le demi-cycle suivant, il circule dans une direction alternative
(négative) jusqu'à une tension de crête, puis revient à zéro. Pour contrôler la vitesse du
moteur à courant alternatif, la tension de crête des deux demi-cycles doit être contrôlée.
Pour cela, nous devons détecter le point zéro à partir duquel le signal doit être contrôlé.
Ce point sur la courbe de tension où la tension change de direction est appelé passage à
tension nulle.

Figure(III.3) : détecteur de passage à zéro.

b) Circuit de commande d'angle de phase :

Après avoir détecté le point de passage à zéro, nous devons maintenant contrôler la
quantité de synchronisation pour laquelle l'alimentation sera activée et désactivée. Ce
signal MLI décidera de la quantité de tension de sortie vers le moteur AC, qui à son tour
contrôle la vitesse de celui-ci. Ici, un BT136 TRIAC est utilisé, qui contrôle la tension
alternative car il s'agit d'un interrupteur électronique de puissance pour contrôler un
signal de tension alternative.

TRIAC est un commutateur AC à trois bornes qui peut être déclenché par un signal de
faible énergie à sa borne de grille. Dans les SCR, il ne conduit que dans une seule
direction, mais dans le cas de TRIAC, la puissance peut être contrôlée dans les deux
directions.

45
Figure(III.4) :l’angle de déclanchement de TRIAC.

Comme la montre la figure ci-dessus, le TRIAC est déclenché à un angle de tir de 90


degrés en lui appliquant un petit signal d'impulsion de grille. Le temps "t1" est le temps
de retard qui est donné selon l'exigence de variation. Par exemple, dans ce cas, l'angle de
tir est de 90%, donc la puissance de sortie sera également divisée par deux et donc la
lampe brillera également avec une demi-intensité.

Nous savons que la fréquence du signal AC est de 50 Hz ici. La période sera donc de 1 / f,

soit 20 ms. Pour un demi-cycle, ce sera 10 ms ou 10 000 microsecondes. Par conséquent,


pour contrôler la puissance d'une lampe à courant alternatif, la plage de «t1» peut varier
de 0 à 1 000 microsecondes.

OPTOCOUPLEUR:

L'OPTOCOUPLEUR est également connu sous le nom d'OPTOISOLATOR. Il est


utilisé pour maintenir l'isolement entre deux circuits électriques tels que les signaux DC
et AC. . Ici, un OPTOCOUPLEUR MOC3021 est utilisé pour contrôler le moteur AC à
partir des signaux du microcontrôleur, qui est un signal DC.

Figure(III.5) : Diagramme de connexion TRIAC et OPTOCOUPLEUR.


46
c) Potentiomètre pour contrôler la vitesse du moteur :

Figure(III.6) : potentiomètre.

Ici, un potentiomètre est utilisé pour faire varier la vitesse du moteur à courant
alternatif. Nous savons qu'un potentiomètre est un appareil à 3 bornes qui agit comme un
diviseur de tension et fournit une sortie de tension variable. Cette tension de sortie
analogique variable est donnée à la borne d'entrée analogique ARDUINO pour définir la
valeur de vitesse du moteur AC.

d) Circuit de generation de signal PWM:

Dans la dernière étape, une impulsion MLI est donnée au TRIAC selon les exigences de
vitesse, ce qui à son tour fait varier la synchronisation ON / OFF du signal AC et fournit
une sortie variable pour contrôler la vitesse du moteur. Ici, ARDUINO est utilisé pour
générer l'impulsion MLI, qui prend l'entrée du potentiomètre et fournit une sortie de
signal MLI au TRIAC et au circuit OPTOCOUPLEUR qui entraîne en outre le moteur
AC à la vitesse souhaitée.

47
Schéma de circuit sur le logiciel PROTEUS ISIS (voir annexe C) :

Figure (III.6): circuit de contrôle de vitesse de moteur basé sur ARDUINO 230V.

Programmation de l’ARDUINO pour le contrôle de la vitesse du moteur AC MONOPHASE :

Figure(III.7) : programme de l’ARDUINO. (Voir annexe B)

48
Conclusion générale :

Dans le cadre de notre formation en sciences et technique FST Settat, le


PFE a pour objectif d’élargir nos connaissances et enrichir nos compétences
analytiques. Ce travail vise à contrôler la vitesse du moteur asynchrone
monophasé.

Le travail effectué est une étude théorique et simulation de la commande


MLI du moteur asynchrone monophasé par l’utilisation d’ARDUINO afin
de varier la vitesse de moteur.

La simulation de la commande MLI a été réalisée sur le logiciel Proteus


Isis. En plus, de la programmation de l’ARDUINO qui va permettre de
générer des signaux MLI pour commander le moteur.

49
Bibliographie :
https://illustrationprize.com/fr/378-equivalent-circuit-of-a-single-phase-induction-
motor.html
https://www.electronique-mixte.fr/formation-pdf/formation-pdf-
microcontroleursmicroprocesseurs/cours-2-la-carte-arduino-uno/
https://circuitdigest.com/tutorial/what-is-pwm-pulse-width-modulation
https://circuitdigest.com/microcontroller-projects/ac-fan-speed-control-using-arduino-
and-triac

Mr. BOUCHAHMA ABD ELKADER et Mr. METATIDJ MOHAMED «Etude et


réalisation d’un variateur de vitesse d’un Moteur Asynchrone Monophasé » Mémoire
master Université DJILALI BOUNAAMA KHEMIS MILIANA 2017/2018.

BADRI MERIAM « Etude et réalisation d’un variateur de vitesse d’un moteur pas à pas
à base de microcontrôleur PIC16F876 » Mémoire master Université LARBI BEN
M’HIDI DE OUM EL BOUAGHI 2015/2016.

50
Annexes :
Annexe A : carte ARDUINO UNO

Constitution de la carte ARDUINO UNO.

"UNO" signifie un en italien et a été choisi pour marquer la sortie d’ARDUINO


Software (IDE) 1.0. Le conseil UNO et la version 1.0 du logiciel ARDUINO (IDE) ont
été les versions de référence ARDUINO, maintenant évolué pour les nouvelles versions.
Le conseil UNO est la première d'une série de cartes ARDUINO USB, et le modèle de
référence pour la plateforme ARDUINO.

51
Architecture interne de la carte ARDUINO UNO.

Annexe B : Plateforme de programmation ARDUINO :

Interface de la plateforme ARDUINO.

52
Barre de boutons ARDUINO.

Structure générale de programme (IDE ARDUINO).

Annexe C: Logiciel PROTEUS ISIS


Il existe plusieurs logiciels de simulation des circuits électroniques tels que WORKBENCH,
PROTEUS, Tina…etc.

PROTEUS ISIS est le logiciel fameux des simulations des montages électroniques. En plus
de sa capacité de simuler des montages à base de microcontrôleur, il permet davantage de
donner une idée sur la réalisation matérielle et la conception des circuits imprimés. Grâce à
des modules additionnels, ISIS est également capable de simuler le comportement d'une carte
ARDUINO et son interaction avec les composants qui l'entourent (capteur ultrason, écran
LCD…ex).

53
Symbole d’ISIS Exemple d’une simulation sur PROTEUS ISIS

54

Vous aimerez peut-être aussi