Vous êtes sur la page 1sur 29

UNIVERSITÉ D’ANTANANARIVO

Faculté de Droit, d’Économie, de Gestion et de Sociologie

Gestion de Trésorerie
Exercices d'Application

DÉPARTEMENT GESTION
Année Académique 2014 - 2015
Document préparé par : Seth RAVOKATRA ANDRIAMIARISOA
Gestion de Trésorerie
Exercices d'Application
Exercice # 1 : SUJET
1. Quelle est l’importance de la trésorerie dans la vie de l’entreprise ?
2. Quel est le moyen de prévoir et d’anticiper les problèmes de trésorerie ?
3. Quels sont les éléments qui expliquent la différence entre le taux nominal et le taux réel des
crédits de trésorerie ?
4. Quel est l’impact des jours de valeur sur le coût des crédits de trésorerie ?
5. Énoncer les étapes du processus de la gestion de trésorerie.
6. Expliquer brièvement le concept de besoin en fonds de roulement ou de besoin de financement
de l'exploitation.
7. Énoncer les différences et les ressemblances entre les manières d'expliquer la trésorerie de
l'entreprise
Seth RAVOKATRA ANDRIAMIARISOA

8. Expliquer brièvement le lien temporel entre le cycle des encaissements et celui des
décaissements.

Exercice # 2 : SUJET
La situation, au 31 décembre 2006, de ASA-TAO Sarl est la suivante (en millier d’MGA) :
Bilan au 31 décembre 2006
ACTIF PASSIF
POSTES BRUT AM & Prov NET POSTES MONTANT
Terrain 2 000 2 000 Capital social 50 000
Construction 80 000 20 000 60 000 Réserves diverses 25 000
Installation tech & matériels 20 000 13 000 7 000 Résultat 15 000
sous-total (A1) 102 000 33 000 69 000 sous-total (P1) 90 000
Stocks 94 000 500 93 500 Emprunts 32 000
Créances 118 000 10 000 108 000 Dettes 163 500
Disponibilités 15 000 15 000
| Document préparé par :

sous-total (A2) 227 000 10 500 216 500 sous-total (P2) 195 500
TOTAL 329 000 43 500 285 500 TOTAL 285 500

Travail à faire :
Sachant que les emprunts comprennent des concours bancaires courants de 3.500 :

Gestion de Trésorerie | Année Académique 2014 - 2015


1. Procédez au montage du bilan fonctionnel
2. Calculez les grandeurs structurelles y afférentes.

Exercice # 3 : SUJET
JORO S.A. fabrique un produit unique. Toutefois, les ventes sont soumises à des variations
saisonnières. Depuis quelques années, son activité a beaucoup décliné.
Début 2013, elle envisage de lancer une grande campagne de publicité axée sur les performances
technologiques de ce produit. Pour l’exercice 2013, les prévisions sont données dans l’annexe 02.
Travail à faire :
Sachant que la TVA, à régulariser par bimestre, est de 20% :
1. Établir pour l’exercice 2013 :
1.1. Le budget de TVA
1.2. Le budget des encaissements
1.3. Le budget des décaissements
2. En déduire le budget de trésorerie et conclure
3. Équilibrer le budget de trésorerie ; pour cela, répondre aux questions suivantes :
3.1. Procéder à un ajustement du budget en escomptant les effets détenus en portefeuille,
au taux de 10% l’an.
3.2. Comparer la trésorerie à la fin du mois d’avril avec le budget précédent.
3.3. Quel est le montant du plafond d’escompte que JORO S.A. doit négocier avec son
banquier ? Ce montant est-il raisonnable ?
1
Annexe 1 : Bilan simplifié de JORO S.A. au 31 décembre 2012

ACTIF PASSIF
Rubriques Brut Amort, Net Rubriques Montant
Actif non courant Capitaux propres
Immo. Corporelles 2.400.000 720.000 1.680.000 Capital social 2.000.000
s/total (ANC) 2.400.000 720.000 1.680.000 Réserves légales 200.000
Actif courant Réserves diverses 140.000
Stock MP 270.000 270.000 Résultat (290.000)
Stock PF 600.000 600.000 s/total (CP) 2.050.000
Clients & assimilés 500.000 500.000 Emprunt 500.000
Créances diverses 250.000 250.000 Concours bancaire 450.000
Disponibles 50.000 50.000 DCT 350.000
s/total (AC) 1.670.000 - 1.670.000 s/total (D) 1.300.000
TOTAL ACTIF 4.070.000 720.000 3.350.000 TOTAL PASSIF 3.350.000
Les règlements des clients seront réalisés en 2013 suivant le calendrier ci-après :
Seth RAVOKATRA ANDRIAMIARISOA

− Janvier : 50 %
− Février : 30 %
− Mars : le reliquat.
Les créances diverses seront encaissées en février 2013.
Les dettes à court terme (DCT) concernent :
− des fournisseurs d’exploitation de 200.000 MGA dont :
Janvier : 75.000
Mars : 125.000
− la TVA à payer en janvier 2013 d’un montant de 80.000 MGA
− et des commissions des représentants à régler en janvier 2013.
Annexe 2 : Renseignements sur l’activité prévisionnelle de 2013
a. Ventes annuelles de 1.800 produits au prix unitaire de 5.000 MGA hors taxes, en tenant compte
des coefficients saisonniers (CS) ci-après :
| Document préparé par :

Mois CS Mois CS Mois CS Mois CS


Janvier 0,9 Avril 1,3 Juillet 1,2 Octobre 0,8
Février 0,7 Mai 1,2 Août 1,3 Novembre 0,8
Mars 1,5 Juin 0,9 Septembre 0,8 Décembre 0,6
Les clients règlent en moyenne 20% de leurs achats au comptant et le reste à 30 jours fin de mois.

Gestion de Trésorerie | Année Académique 2014 - 2015


b. Achats de matières premières : 4.000 kg à 60 MGA hors taxes le kg, tous les 3 mois ; le premier
achat ayant lieu en janvier.
Les fournisseurs sont payés au comptant.
c. Production mensuelle : 160 unités.
d. Frais de fabrication :
Variables : Proportionnels à la production 1.800 MGA hors taxes par produit. Ils sont réglés
le mois même de leur apparition. Seule, la moitié de ces frais est soumise à la TVA.
Fixes : Montant annuel 432.000 MGA, ils comprennent 72.000 MGA d’amortissement et
supportent la TVA. Ils se répartissent uniformément sur les douze mois de l’année et réglés
le mois même.
e. Frais administratifs :
Ils s’élèvent annuellement à 276.000 MGA et peuvent être considérés comme fixes. Ils sont réglés
le mois même. Ils comprennent 36.000 MGA d’amortissements. À l’exception des
amortissements, ces frais ne sont pas soumis à la TVA.
f. Frais de distribution :
Les représentants sont rémunérés à la commission. Ils perçoivent leur dû le mois suivant celui
des ventes correspondantes soit 10% du chiffre d’affaires hors taxes.
g. Emprunt :
JORO S.A. doit rembourser en mars un emprunt pour un montant de 200.000 MGA. Les intérêts
sont compris dans les frais administratifs.
2
h. Un matériel de production doit être acheté en mars. Sa valeur est de 400.000 MGA hors taxes.
Il est envisagé de le payer en juin.
i. Le stock final de matières premières est égal au stock initial.
j. Il n’y aura pas d’acomptes d’impôts sur les sociétés, compte tenu du résultat déficitaire de
l’exercice 2012. Par contre, l’imposition forfaitaire sera négligée.

Exercice # 4 : SUJET
L’entreprise SOLOFO Sarl tient une comptabilité prévisionnelle. Pour l’année 2014, les budgets des
encaissements et des décaissements ont été établis par les Services compétents concernés. Ils sont
par la suite transmis au Directeur Financier qui souhaite renégocier, avec les banquiers de
l’entreprise, les conditions d’escompte et de découvert bancaire, en l’occurrence en ce qui concerne
le taux et le plafond.
Pour équilibrer sa trésorerie, l’entreprise utilise les moyens de financement décrits ci-après :
Seth RAVOKATRA ANDRIAMIARISOA

Escompte en priorité des effets en portefeuille : Les agios sont calculés au taux de 10% l’an.
Si l’escompte est insuffisant, la banque accepte un découvert bancaire au taux annuel de
12%. Les agios sur découvert sont prélevés en fin de chaque trimestre civil.
Les Responsables du Service de la comptabilité estiment que la trésorerie au 1er janvier 2014 sera
égale à – 30.000.000 MGA. Aucun effet n’a été escompté en décembre 2013.
Travail à faire :
1. Établir le budget général de trésorerie pour 2014.
2. Équilibrer le budget de trésorerie en utilisant les moyens de financement préconisés. Pour des
raisons de simplification, les agios sont à arrondir au millier de MGA le plus proche et les
effets en portefeuille pourront être escomptés au millier de MGA près.
3. Déterminer le montant du plafond d’escompte que l’entreprise doit demander à son banquier.
Le banquier acceptera-t-il cette demande ?
4. Le découvert est-il nécessaire ? Dans l’affirmative, pour quel montant ? Dans le cas inverse,
| Document préparé par :

pourquoi ?
Annexe n°1
« BUDGET DES ENCAISSEMENTS »

en millier MGA Janv. Fév. Mars Avril Mai Juin


Ventes

Gestion de Trésorerie | Année Académique 2014 - 2015


Cash 3.000 3.300 3.630 3.990 4.395 4.833
30 j par effet 5.400 6.000 6.600 7.260 7.980 8.790
TOTAL 8.400 9.300 10.230 11.250 12.375 13.623

en millier MGA July Août Sept. Oct. Nov. Déc.


Ventes
Cash 5.310 5.520 4.500 4.950 5.445 5.100
30 j par effet 9.666 10.620 11.040 9.000 9.900 10.890
TOTAL 14.976 16.140 15.540 13.950 15.345 15.990

Annexe n°2
« BUDGET DES DECAISSEMENTS »

en millier MGA Janv. Fév. Mars Avril Mai Juin


Décaisse 12.000 12.600 10.500 11.025 12.000 12.600
TOTAL 12.000 12.600 10.500 11.025 12.000 12.600

en millier MGA July Août Sept. Oct. Nov. Déc.


Décaisse 13.230 14.100 14.805 15.000 14.400 12.600
TOTAL 13.230 14.100 14.805 15.000 14.400 12.600

3
Exercice # 5 : SUJET
Les dirigeants de ZINA Sarl s’interrogent sur les modalités de financement à court terme des
activités de leur société. Le Responsable Financier est alors mandaté pour mener la négociation y
afférente auprès de sa banque concernant les conditions ci-après :
I. RECOURS À L’ESCOMPTE
Les 3 effets sont escomptés, soit une valeur nominale de 156.000.000 MGA, alors que le déficit de
trésorerie à couvrir est de 150.000.000 MGA.
Détermination du nombre de jours d’escompte :
Compte tenu du déficit apparaissant le 15 février, il est nécessaire d’escompter les effets dès le 14
février pour que le compte soit crédité le 15 même (jour de valeur = 1 jour) :
Effet à échéance du 20 mars
1. Escompte :
Seth RAVOKATRA ANDRIAMIARISOA

Taux d’escompte : 10 %
Commission d’endos : 0,60 %
Commission de manipulation : 1.800 MGA par effet
Jour de banque : 1
Effet remis à l’escompte : 1 jour de valeur
2. Découvert :
Taux du découvert : 12 %
Commission du plus fort découvert : 0,05 %
Pour le 1er trimestre 2015, un déficit de trésorerie de 150.000.000 MGA apparaîtrait le 15 février et
ceci jusqu’au 18 mars. La société a des effets en portefeuille dont les caractéristiques sont :
Effet échéant le 20 mars : 72.000.000 MGA
Effet échéant le 31 mars : 78.000.000 MGA
Effet échéant le 02 avril : 6.000.000 MGA
Travail à faire :
| Document préparé par :

1. Déterminer le coût de l’escompte dans le cas où la société préfèrerait ce financement pour


résorber le déficit de trésorerie.
2. Déterminer le coût du découvert dans le cas où la société préfèrerait ce financement pour
résorber le déficit de trésorerie.
3. Envisager une troisième solution, en renonçant à l’escompte du dernier effet et en recourant
au découvert pour le complément. Ce mode de financement est-il intéressant ?
4. Proposer une autre solution mixte qui pourrait être plus intéressante.

Gestion de Trésorerie | Année Académique 2014 - 2015


5. Conclure.

Exercice # 6 : SUJET
L’entreprise KATROKA Sarl dispose, au cours du mois de mai 2014, d’un excédent de trésorerie
allant jusqu’à 900.000.000 MGA. Le Directeur chargé des finances de l’entreprise envisage de placer
cet excédent au taux annuel de 7 % pendant un mois.
Le budget de trésorerie prévoit cependant un paiement important le 15 mai 2014. Ce qui, dans
l’hypothèse où cet excédent aurait été placé, entraînerait un déficit de trésorerie de 450.000.000
MGA pendant une semaine. Puis, la trésorerie serait à nouveau équilibrée.
Les conditions du découvert sont les suivantes :
Taux : 12 %
Commission du plus fort découvert : 0,05 %
Travail à faire :
1. Expliquer le problème auquel se trouve confrontée l’entreprise
2. Quelle option est-elle la plus intéressante pour l’entreprise ?

Exercice # 7 : SUJET
Le Directeur Financier de la société ZAKA S.A. fait appel à votre expertise pour diligenter des études
sur le coût de diverses sources de financement à court terme. Outre le taux de la TVA de 20%, les
informations y afférentes vous sont données dans les annexes ci-après.

4
Travail à faire :
1. Pour l’opération d’escompte :
1.1. Déterminer :
a.- Le taux d’intérêt pratiqué par la banque
b.- Le nombre de jours pour le calcul de l’escompte
c.- Le montant des agios hors taxes
d.- Le taux réel de l’opération
e.- Les avantages de ce mode de financement
1.2. Justifier le résultat obtenu
1.3. Établir la formule générale montrant que le taux réel d’escompte est une fonction
décroissante du capital prêté et du temps. On négligera les jours de valeurs et on
retiendra une année de 360 jours.
Remarque
Pour l’établissement de la formule générale, retenir les symboles ci-après :
Seth RAVOKATRA ANDRIAMIARISOA

C : Montant du capital escompté


F : Montant des commissions fixes
i : Taux pour 1 MGA des commissions proportionnelles au capital prêté
t : Taux d’intérêt pour 1 MGA des commissions proportionnelles au capital et à
la durée
n : Durée de l’escompte
2. Pour l’opération de découvert :
2.1. Déterminer :
a.- Le montant des agios
b.- Le taux réel de l’opération
2.2. Conclure sur l’opportunité du découvert
2.3. Quel est le taux maximal et le taux minimal de découvert que la société peut supporter
au cours du mois, si l’on ne prend en compte que le commission du plus fort découvert ?
| Document préparé par :

3. Pour le recours à une obligation cautionnée, déterminer :


3.1. Déterminer :
a.- Le montant net du crédit
b.- Le montant versé par la société
c.- Le taux réel du crédit
3.2. Conclure.

Gestion de Trésorerie | Année Académique 2014 - 2015


Annexe n°1
« ESCOMPTE »
EZAKA S.A. souhaite escompter le 28 avril 2015, un effet de 297.000 MGA, échéance 31 mai 2015 :
Taux de base bancaire : 9 %
Commission d’endos : 0,60 %
Majoration spécifique à la société : 3 %
Commission de service : 2.400 MGA
Remise à l’escompte : 1 jour de valeur
Remise à l’encaissement : 4 jours de valeurs
Jour de banque : 1
Annexe n°2
« DÉCOUVERT »
Les soldes de trésorerie prévisionnels de la société sont les suivants :
du 28/04 au 03/05 (inclus) : - 288.000 MGA
du 04/05 au 10/05 (inclus) : - 180.000 MGA
du 11/05 au 20/05 (inclus) : - 202.500 MGA
Les soldes sont ensuite positifs jusqu’au 30 juin 2015.
Il n’y pas d’autres découverts durant le mois d’avril 2015 :
Taux de découvert négocié : 12,5 %
Commission du plus fort découvert : 0,05 %
Commission de dépassement : 0,25 %
Plafond de découvert négocié : 285.000 MGA
5
Annexe n°3
« OBLIGATIONS CAUTIONNÉES »
Émission d’une obligation cautionnée d’un montant de 300.000 MGA :
Durée : 4 mois
Taux : 12,3 %
Commission Receveur des impôts : 1 %
Commission de caution bancaire : 0,6 % (prorata temporis)

Exercice # 8 : SUJET
La société JARY exploite plusieurs points de vente, spécialisés dans les quincailleries diverses. Elle
tient sa trésorerie en jours de valeur. Pour les jours ouvrés de la première quinzaine du mois de
mars 2014, les prévisions de recettes sont les suivantes :
Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi
en millier MGA
03 mars 04 mars 05 mars 06 mars 07 mars
Seth RAVOKATRA ANDRIAMIARISOA

Espèce 3.360 3.760 3.630 4.950 5.950


Chèque sur place 7.350 7.960 6.490 8.340 10.570
Chèque hors place 780 760 150 970 1.260
Carte bancaire 3.760 4.950 3.730 4.630 5.680
Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi
en millier MGA
10 mars 11 mars 12 mars 13 mars 14 mars
Espèce 3.360 3.760 3.630 4.950 5.950
Chèque sur place 7.350 7.960 6.490 8.340 10.570
Chèque hors place 780 760 150 970 1.260
Carte bancaire 3.760 4.950 3.730 4.630 5.680
Les prévisions de dépenses concernent :
Des petits chèques pour 15.765.000 MGA le 03 mars 2014
Trois effets domiciliés échéant respectivement :
| Document préparé par :

02 mars : 6.900.000 MGA


05 mars : 9.450.000 MGA
10 mars : 7.800.000 MGA
Un chèque adressé à la CNaPS de 33.000.000 MGA émis le 03 mars 2014
Un virement pour 4.680.000 MGA émis le 05 mars 2014.
Les conditions appliquées par la banque de la société, en matière de jours de valeur, sont présentées

Gestion de Trésorerie | Année Académique 2014 - 2015


dans le tableau ci-après :
Opérations débitrices Opérations créditrices
Typologie Date de valeur Typologie Date de valeur
Retrait d’espèces Jour d’opération Versement d’espèces Jour d’opération
Paiement de chèque Avant-veille calendrier Remise de chèques
Paiement effet domicilié Veille calendrier Sur place Surlendemain ouvré
Virement émis Veille calendrier Hors place 5 j calendrier
Effet à l’encaissement 4 j calendrier
Virement reçu 1 j calendrier
Carte bancaire 3 j calendrier
La banque est fermée le samedi et le dimanche. Un employé de la société se rend chaque matin à
la banque avant l’heure de caisse. Il n’existe pas de guichet en libre-service. L’ordinateur de
compensation est fermé le weekend.
Pour les petits chèques, l’observation du Service en charge des statistiques des derniers mois fournit
la loi de débit des chèques émis exprimée en jours débitables :
J: 10% J+1 : 20% J+2 : 50% J+3 : 15% J+4 : 5%
Pour le chèque CNaPS, un chèque envoyé à la CNaPS le jour « J » est débité par la banque en
moyenne le jour « J+4 ».
Travail à faire :
Pour la première quinzaine du mois de mars 2014, établir la fiche de suivi de la trésorerie de la
société JARY Sarl.

6
Exercice # 1 : CORRIGÉ
1. Quelle est l’importance de la trésorerie dans la vie de l’entreprise ?

2. Quel est le moyen de prévoir et d’anticiper les problèmes de trésorerie ?

3. Quels sont les éléments qui expliquent la différence entre le taux nominal et le taux réel des
crédits de trésorerie ?
Seth RAVOKATRA ANDRIAMIARISOA

Le taux réel inclut toutes les majorations qui s’ajoutent au taux nominal. Il faut prendre en
considération la commission de compte.
Supposons le taux nominal du découvert est de 12 %. Si la banque accorde à l’entreprise un
découvert du 1er du mois au 20, l’entreprise remet des chèques sur place le 20 du mois. Les
jours de valeur appliqués sont 2 c’est à dire le 22 du mois, alors que l’entreprise n’a
bénéficié que de 20 jours, d’où le taux réel du découvert est de :
22
12% 13,20%
20
Pour l’escompte, il faut par ailleurs tenir compte de la pratique bancaire d’un nombre de jours
minimum pour le calcul des intérêts, de l’existence de jours de valeur et de jours de banque
qui accroissent le coût des crédits.
Pour le calcul des intérêts, la banque ajoute des jours supplémentaires appelés « jours de
banque » lors d’une opération d’escompte d’effets. Ces jours augmentent la durée de crédit
et majorent ainsi le montant des intérêts et, par conséquent, le coût du crédit. Les banques
| Document préparé par :

justifient cette pratique en déclarant qu’elle constitue une composante de leur rémunération.

4. Quel est l’impact des jours de valeur sur le coût des crédits de trésorerie ?
La date de valeur est la date de référence pour le calcul du solde des comptes bancaires portant
intérêts. En général, elle ne coïncide pas au jour de l’opération.

Gestion de Trésorerie | Année Académique 2014 - 2015


La pratique des jours de valeur par la banque a une incidence significative sur la trésorerie des
entreprises. Ainsi, l’impact de la prise en compte de l’existence des jours de valeur sur le coût
des crédits de trésorerie diminue les soldes créditeurs et accroît les découverts.
5. Énoncer les étapes du processus de la gestion de trésorerie.
La prévision (différentes méthodes)
L'ajustement (arbitrage, rapprochement)
Le contrôle (directif, normatif)

6. Expliquer brièvement le concept de besoin en fonds de roulement ou de besoin de financement


de l'exploitation.
Le BFE qui exprime le décalage temporel généré par les flux des encaissements et les flux
des décaissements d'un cycle d'exploitation s'obtient ainsi :
é é
Il peut prendre l'une des situations ci-après :
0 : Au titre d'un cycle, les flux des encaissements n'arrivent pas à suivre ceux
des décaissements. L'exploitation accuse ainsi un besoin de financement.
Ce besoin peut se renouveler sur quelques cycles, c'est pourquoi il devient
permanent. Les éventualités qui s'offrent à l'entreprise :
(i) Réduire ce BFE autant que faire se peut : Revoir entre autre ses
politiques (stratégies) commerciales

7
(ii) Financer régulièrement ce besoin dans l'objectif d'assurer la bonne
marche de l'exploitation
(iii) La combinaison de ces deux premières éventualités peut être aussi
envisagée.
0 : Au titre d'un cycle, les flux des encaissements surpassent ceux des
décaissements. Certes, l'exploitation dégage ainsi une capacité de
financement. Mais, la mobilisation (par exemple, placement) de cette
dernière appelle certaine prudence (définir le seuil de mobilisation).
0 : Très rare.

Dans tous les cas, il sera mieux d'apprécier le BFE conjointement avec le fonds de roulement et la
trésorerie.
7. Énoncer les différences et les ressemblances entre les manières d'expliquer la trésorerie de
l'entreprise
Seth RAVOKATRA ANDRIAMIARISOA

Il existe deux manières d'expliquer la Trésorerie (cf. Note de cours)


d'une part, par le BILAN permettant surtout d’analyser et de justifier la position globale
de la trésorerie et ses variations en masse, sans donner aucune ventilation entre les
différents postes constitutifs de la trésorerie. Il s’agît de donner une photo (statique) de
la position, et
d'autre part, par les FLUX permettant d’avoir un film (dynamique) de l’évolution, et
donc d’expliquer les variations de la position par l’étude des entrées et des sorties.

8. Expliquer brièvement le lien temporel entre le cycle des encaissements et celui des
décaissements.
Il y a un lien temporel entre le cycle des encaissements et celui des décaissements se
traduisant par un retard du premier (cycle des encaissements) sur le second (cycle des
décaissements).
Pour être en mesure de couvrir ses dépenses d’exploitation, toute entreprise doit respecter
| Document préparé par :

deux conditions :
Sur une longue période, le total des encaissements doit être au moins égal au total des
décaissements. Faute de respecter cette règle, l’entreprise ne peut qu’entamer une
partie de sa substance (par exemple, réduire une trésorerie initiale existante) ou
recourir à des aides extérieures pour faire des échéances.

Gestion de Trésorerie | Année Académique 2014 - 2015


Plus le déséquilibre entre encaissements et décaissements se prolonge, plus grande est
la fragilité de l’entreprise, car plus difficile est la pente qu’il faut ensuite remonter ou
plus impatients se font les créanciers. L’analyse doit donc distinguer un déséquilibre
conjoncturel ou saisonnier d’un déséquilibre structurel.
Si le cycle des encaissements est en retard sur celui des paiements, il faut assurer à
l’entreprise un volant de trésorerie sous forme d’un solde initial positif suffisant. Cette
trésorerie de départ permet d’assurer les premières échéances jusqu’à ce que les
encaissements assurent la couverture des décaissements.
Les fonds de départ ne sont pas perdus, mais ils demeurent « immobilisés ». En effet, ils
ne peuvent être récupérés qu’en fin d’exploitation, lorsqu’on encaisse les ventes alors
que les derniers paiements ont déjà été faits.
En général, l’étude de la trésorerie débouche sur une formulation pragmatique des règles de l’équilibre
financier d’exploitation. Cependant, même détaillée, l’étude des encaissements et des décaissements
ne peut constituer à elle seule un bon outil d’analyse.

8
Exercice # 2 : CORRIGÉ
BILAN FONCTIONNEL
en milliers de Ariary
ACTIF PASSIF
POST ES BRUT POST ES MONT ANT
T errain 2 000 Capital social 50 000
Construction 80 000 Réserves diverses 25 000
Installation tech & matériels 20 000 Résultat 15 000
Amortissements 43 500
Emprunts 32 000
Concours bancaire courant (3 500 )
ACTIF STABLE 102 000 PASSIF STABLE 162 000
Stocks 94 000 Dettes 163 500
Seth RAVOKATRA ANDRIAMIARISOA

Créances 118 000


ACTIF COURANT 212 000 PASSIF COURANT 163 500
Disponibilités 15 000 Concours bancaire courant 3 500
TRESORERIE " ACTIF " 15 000 TRESORERIE " PASSIF " 3 500
TOTAL 329 000 TOTAL 329 000

GRANDEURS STRUCTURELLES

Fonds de roulement 60 000 PASSIF ST ABLE - ACT IF ST ABLE


Besoin en fonds de roulement 48 500 ACT IF COURANT - PASSIF COURANT
T résorerie 11 500 Fonds de roulement - Besoin en fonds de roulement
T résorerie nette 11 500 T RESORERIE " ACT IF " - T RESORERIE " PASSIF "
| Document préparé par :

Gestion de Trésorerie | Année Académique 2014 - 2015

9
Exercice # 3 : CORRIGÉ
BUDGET DE VENTES
Rubriques Janv. Fév. Mars Avril Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Total
CS 0,9 0,7 1,5 1,3 1,2 0,9 1,2 1,3 0,8 0,8 0,8 0,6
Qté vendues 135 105 225 195 180 135 180 195 120 120 120 90 1.800
Prix de ventes 675.000 525.000 ####### 975.000 900.000 675.000 900.000 975.000 600.000 600.000 600.000 450.000 9.000.000
TVA collectée 135.000 105.000 225.000 195.000 180.000 135.000 180.000 195.000 120.000 120.000 120.000 90.000 1.800.000
CA TTC 810.000 630.000 ####### ####### ####### 810.000 ####### ####### 720.000 720.000 720.000 540.000 10.800.000
Au comptant 162.000 126.000 270.000 234.000 216.000 162.000 216.000 234.000 144.000 144.000 144.000 108.000 2.160.000
A crédit 30 j 648.000 504.000 ####### 936.000 864.000 648.000 864.000 936.000 576.000 576.000 576.000 432.000 8.640.000

Calculs annexes sur le budget de charges


Achats :
PA HT : 60 × 4.000 $% = 240.000
TVA : 240.000 × 20% = 48.000
Frais de fabrication
CV HT : 1.800 × 160 /( = 288.000
)**.+++
TVA : 20% = 28.800
)
,-.).+++/0).+++1
CF Autres : = 30.000
2)

TVA : 30.000 × 20% = 6.000


Frais administratifs
.3.+++
Amort. : 2)
= 3.000
TVA : 3.000 × 20% = 6.000
,)03.+++/.3.+++1
CF Autres : = 20.000
2)
BUDGET DES CHARGES
Rubriques Janv. Fév. Mars Avril Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Total
Achats
Qté achetées 4.000 4.000 4.000 4.000 16.000
PA HT 240.000 240.000 240.000 240.000 960.000
TVA 48.000 48.000 48.000 48.000 192.000
PA TTC 288.000 288.000 288.000 288.000 1.152.000
Au comptant 288.000 288.000 288.000 288.000 1.152.000
A crédit - - - - -
Fabrication
CV 288.000 288.000 288.000 288.000 288.000 288.000 288.000 288.000 288.000 288.000 288.000 288.000 3.456.000
TVA 28.800 28.800 28.800 28.800 28.800 28.800 28.800 28.800 28.800 28.800 28.800 28.800 345.600
CV TTC 316.800 316.800 316.800 316.800 316.800 316.800 316.800 316.800 316.800 316.800 316.800 316.800 3.801.600
Au comptant 316.800 316.800 316.800 316.800 316.800 316.800 316.800 316.800 316.800 316.800 316.800 316.800 3.801.600
A crédit - - - - - - - - - - - - -

CF
Amort. 6.000 6.000 6.000 6.000 6.000 6.000 6.000 6.000 6.000 6.000 6.000 6.000 72.000
TVA 1.200 1.200 1.200 1.200 1.200 1.200 1.200 1.200 1.200 1.200 1.200 1.200 14.400
Amort. TTC 7.200 7.200 7.200 7.200 7.200 7.200 7.200 7.200 7.200 7.200 7.200 7.200 86.400

Autres 30.000 30.000 30.000 30.000 30.000 30.000 30.000 30.000 30.000 30.000 30.000 30.000 360.000
TVA 6.000 6.000 6.000 6.000 6.000 6.000 6.000 6.000 6.000 6.000 6.000 6.000 72.000
Autres TTC 36.000 36.000 36.000 36.000 36.000 36.000 36.000 36.000 36.000 36.000 36.000 36.000 432.000
Cash 36.000 36.000 36.000 36.000 36.000 36.000 36.000 36.000 36.000 36.000 36.000 36.000 432.000
A crédit - - - - - - - - - - - - -
Administratif
CF
Amort. 3.000 3.000 3.000 3.000 3.000 3.000 3.000 3.000 3.000 3.000 3.000 3.000 36.000
TVA 600 600 600 600 600 600 600 600 600 600 600 600 7.200
Amort. TTC 3.600 3.600 3.600 3.600 3.600 3.600 3.600 3.600 3.600 3.600 3.600 3.600 43.200

Autres 20.000 20.000 20.000 20.000 20.000 20.000 20.000 20.000 20.000 20.000 20.000 20.000 240.000
Cash 20.000 20.000 20.000 20.000 20.000 20.000 20.000 20.000 20.000 20.000 20.000 20.000 240.000
A crédit - - - - - - - - - - - - -
Distribution
Montant 67.500 52.500 112.500 97.500 90.000 67.500 90.000 97.500 60.000 60.000 60.000 45.000 900.000
Cash - - - - - - - - - - - - -
A crédit 67.500 52.500 112.500 97.500 90.000 67.500 90.000 97.500 60.000 60.000 60.000 45.000 900.000
TOTAL 739.100 436.100 496.100 769.100 473.600 451.100 761.600 481.100 443.600 731.600 443.600 428.600 6.655.200
CV 672.300 369.300 429.300 702.300 406.800 384.300 694.800 414.300 376.800 664.800 376.800 361.800 5.853.600
CF 66.800 66.800 66.800 66.800 66.800 66.800 66.800 66.800 66.800 66.800 66.800 66.800 801.600
BUDGET DES INVESTISSEMENTS
Rubriques Janv. Fév. Mars Avril Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Total
Prix d'achats 400.000 400.000
TVA 80.000 80.000
CA TTC - - 480.000 - - - - - - - - - 480.000
Au comptant - - - - - - - - - - - - -
A crédit - - 480.000 - - - - - - - - - 480.000

BUDGET DE TVA
Rubriques Janv. Fév. Mars Avril Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Total
TVA collectées 135.000 105.000 225.000 195.000 180.000 135.000 180.000 195.000 120.000 120.000 120.000 90.000 1.800.000
TVA déductibles 84.600 36.600 116.600 84.600 36.600 36.600 84.600 36.600 36.600 84.600 36.600 36.600 711.200
Achats 48.000 - - 48.000 - - 48.000 - - 48.000 - - 192.000
Fabrication
sur CV 28.800 28.800 28.800 28.800 28.800 28.800 28.800 28.800 28.800 28.800 28.800 28.800 345.600
sur CF 7.200 7.200 7.200 7.200 7.200 7.200 7.200 7.200 7.200 7.200 7.200 7.200 86.400
Administratif
Amort. 600 600 600 600 600 600 600 600 600 600 600 600 7.200
Invest. 80.000 80.000
TVA à payer
Bilan 2012 80.000 80.000
Période 50.400 68.400 108.400 110.400 143.400 98.400 95.400 158.400 83.400 35.400 83.400 53.400 1.088.800
Échéance 80.000 118.800 218.800 241.800 253.800 118.800 1.032.000
Bilan 2013 136.800
BUDGET DES ENCAISSEMENTS
Rubriques Janv. Fév. Mars Avril Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Total
Clients 250.000 150.000 100.000 500.00
Créances 250.000 250.00
Bilan 2012 250.000 400.000 100.000 - - - - - - - - - 750.00

Ventes
Au comptant 162.000 126.000 270.000 234.000 216.000 162.000 216.000 234.000 144.000 144.000 144.000 108.000 2.160.00
A crédit 30 j 1.152.000 1.080.000 936.000 864.000 648.000 864.000 936.000 576.000 576.000 576.000 8.208.00
Exploitation 162.000 126.000 1.422.000 1.314.000 1.152.000 1.026.000 864.000 1.098.000 1.080.000 720.000 720.000 684.000 10.368.00

TOTAL 412.000 526.000 1.522.000 1.314.000 1.152.000 1.026.000 864.000 1.098.000 1.080.000 720.000 720.000 684.000 11.118.00

Bilan 2013
Clients 432.00
BUDGET DES DECAISSEMENTS
Rubriques Janv. Fév. Mars Avril Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc.
F/sseurs 75.000 125.000
Commis. 70.000
TVA à payer 80.000
Bilan 2012 225.000 - 125.000 - - - - - - - - -

Achats 288.000 - - 288.000 - - 288.000 - - 288.000 - -


Fabrication
CV 316.800 316.800 316.800 316.800 316.800 316.800 316.800 316.800 316.800 316.800 316.800 316.800
CF 36.000 36.000 36.000 36.000 36.000 36.000 36.000 36.000 36.000 36.000 36.000 36.000
Administratif
Autres 20.000 20.000 20.000 20.000 20.000 20.000 20.000 20.000 20.000 20.000 20.000 20.000
Distribution
Commis. 67.500 52.500 112.500 97.500 90.000 67.500 90.000 97.500 60.000 60.000 60.000
TVA - 118.800 - 218.800 - 241.800 - 253.800 - 118.800 -
Exploitation 660.800 440.300 425.300 773.300 470.300 462.800 728.300 462.800 470.300 720.800 432.800 432.800

Matériel 480.000
Investissement - - - - - 480.000 - - - - - -

Emprunt 200.000
Financement - - 200.000 - - - - - - - - -

TOTAL 885.800 440.300 750.300 773.300 470.300 942.800 728.300 462.800 470.300 720.800 432.800 432.800

Bilan 2013
Commis.
BUDGET GENERAL DE TRESORERIE
Rubriques Janv. Fév. Mars Avril Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc.
Encaissement 412.000 526.000 1.522.000 1.314.000 1.152.000 1.026.000 864.000 1.098.000 1.080.000 720.000 720.000 684.000
Décaissement 885.800 440.300 750.300 773.300 470.300 942.800 728.300 462.800 470.300 720.800 432.800 432.800

VARIATION (473.800) 85.700 771.700 540.700 681.700 83.200 135.700 635.200 609.700 (800) 287.200 251.200

Trésorerie
Début mois 50.000 (423.800) (338.100) 433.600 974.300 1.656.000 ####### 1.874.900 2.510.100 ####### ####### #######
Fin mois (423.800) (338.100) 433.600 974.300 1.656.000 1.739.200 ####### 2.510.100 3.119.800 ####### ####### #######

La trésorerie de JORO S.A. est en déséquilibre pour les mois de janvier et février 2013. L’entreprise peut pallier ce déséquilibre en
escomptant des effets de commerce.
AJUSTEMENT DU BUDGET DE TRESORERIE
Rubriques Janv. Fév. Mars Avril Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc.
Clients 250.000 150.000 100.000 - - - - - - - - -
Créances - 250.000 - - - - - - - - - -
Bilan 2012 250.000 400.000 100.000 - - - - - - - - -

Ventes
Au comptant 162.000 126.000 270.000 234.000 216.000 162.000 216.000 234.000 144.000 144.000 144.000 108.000
A crédit 30 j - - 1.152.000 1.080.000 936.000 864.000 648.000 864.000 936.000 576.000 576.000 576.000
Effet escompté 427.361 - - - - - - - - - -

Encaissement 412.000 953.361 1.522.000 1.314.000 1.152.000 1.026.000 864.000 1.098.000 1.080.000 720.000 720.000 684.000
Décaissement 885.800 440.300 750.300 773.300 470.300 942.800 728.300 462.800 470.300 720.800 432.800 432.800

VARIATION (473.800) 513.061 771.700 540.700 681.700 83.200 135.700 635.200 609.700 (800) 287.200 251.200

Trésorerie
Début mois 50.000 - 513.061 1.284.761 1.825.461 2.507.161 ####### 2.726.061 3.361.261 ####### ####### #######
Avant ajust (423.800) 513.061 1.284.761 1.825.461 2.507.161 2.590.361 ####### 3.361.261 3.970.961 ####### ####### #######

Effet à escompter 427.361


Agio (3.561)

Trésorerie
Après ajust - 513.061 1.284.761 1.825.461 2.507.161 2.590.361 ####### 3.361.261 3.970.961 ####### ####### #######
Calcul annexes :
Soit 4 le montant des effets à escompter au cours du mois de janvier 2013 :
4 10%
4 = 423.800
12

D’où :
4 = 427.361
Le montant de l’agio correspondant s’élève à :
% = 427.361 − 423.800 = 3.561
Le plafond d’escompte à négocier avec la banque correspond au montant des effets à
escompter de 427.361 MGA.
Exercice # 4 : CORRIGÉ
BUDGET GÉNÉRAL DE TRÉSORERIE
en millier MGA Janv. Fév. Mars Avril Mai Juin July Août Sept. Oct. Nov. Déc.
Ventes
Cash 3.000 3.300 3.630 3.990 4.395 4.833 5.310 5.520 4.500 4.950 5.445 5.100
30 j par effet 5.400 6.000 6.600 7.260 7.980 8.790 9.666 10.620 11.040 9.000 9.900 10.890
Encaissement 8.400 9.300 10.230 11.250 12.375 13.623 14.976 16.140 15.540 13.950 15.345 15.990
Décaissement 12.000 12.600 10.500 11.025 12.000 12.600 13.230 14.100 14.805 15.000 14.400 12.600
VARIATION (3.600) (3.300) (270) 225 375 1.023 1.746 2.040 735 (1.050) 945 3.390
Trésorerie
Début mois (30.000) (33.600) (36.900) (37.170) (36.945) (36.570) (35.547) (33.801) (31.761) (31.026) (32.076) (31.131)
Avant Ajust (33.600) (36.900) (37.170) (36.945) (36.570) (35.547) (33.801) (31.761) (31.026) (32.076) (31.131) (27.741)

Le budget général de trésorerie est en déséquilibre sur toute l’année. Il faut ainsi procéder à régulariser ses soldes négatifs de trésorerie.

AJUSTEMENT BUDGET GÉNÉRAL DE TRÉSORERIE


en millier MGA Janv. Fév. Mars Avril Mai Juin July Août Sept. Oct. Nov. Déc.
Ventes
Cash 3.000 3.300 3.630 3.990 4.395 4.833 5.310 5.520 4.500 4.950 5.445 5.100
30 j par effet 5.400 6.000 6.600 7.260 7.980 8.790 9.666 10.620 11.040 9.000 9.900 10.890
Effet escompté (6.000) (6.600) (7.260) (7.980) (8.790) (9.666) (10.620) (11.040) (9.000) (9.900) (10.890)
Encaissement 8.400 3.300 3.630 3.990 4.395 4.833 5.310 5.520 4.500 4.950 5.445 5.100
Décaissement 12.000 12.600 10.500 11.025 12.000 12.600 13.230 14.100 14.805 15.000 14.400 12.600
VARIATION (3.600) (9.300) (6.870) (7.035) (7.605) (7.767) (7.920) (8.580) (10.305) (10.050) (8.955) (7.500)
Trésorerie
Début mois (30.000) (27.650) (30.405) (30.956) (30.077) (28.965) (28.046) (25.434) (23.066) (25.211) (25.443) (23.598)
Avant Ajust (33.600) (36.950) (37.275) (37.991) (37.682) (36.732) (35.966) (34.014) (33.371) (35.261) (34.398) (31.098)
Effet à escompter 6.000 6.600 7.260 7.980 8.790 9.666 10.620 11.040 9.000 9.900 10.890
Agios sur escompte (50) (55) (60) (66) (73) (80) (88) (92) (75) (82) (90) -
Agios sur découvert (881) (900) (765) (743)
AJUSTEMENT 5.950 6.545 6.319 7.914 8.717 8.686 10.532 10.948 8.160 9.818 10.800 (743)
Trésorerie
Après Ajust (27.650) (30.405) (30.956) (30.077) (28.965) (28.046) (25.434) (23.066) (25.211) (25.443) (23.598) (31.840)
Découvert 27.650 30.405 30.956 30.077 28.965 28.046 25.434 23.066 25.211 25.443 23.598 31.840
L’ajustement du budget se réalise mois par mois.
JANVIER :
Trésorerie avant ajustement : (33.600)
1. Opération d’escompte
Effet en portefeuille à escompter : 6.000 (cf. Ventes à 30 j par effet du mois de février)
6.000 × 10%
% (7 = = 50
12
Les agios sur escompte sont précomptés, d’où :
8 9 é = 6.000 − 50 = 5.950
2. Opération de découvert
Trésorerie après ajustement : (27.650)
FEVRIER :
Trésorerie avant ajustement : (36.950)
1. Opération d’escompte
Effet en portefeuille à escompter : 6.600 (cf. Ventes à 30 j par effet du mois de mars)
6.600 × 10%
% (7 = = 55
12
Les agios sur escompte sont précomptés, d’où :
8 9 é = 6.600 − 55 = 6.545
2. Opération de découvert
Trésorerie après ajustement : (30.405)
MARS :
Trésorerie avant ajustement : (37.275)
1. Opération d’escompte
Effet en portefeuille à escompter : 7.260 (cf. Ventes à 30 j par effet du mois d’avril)
7.260 × 10%
% (7 = = 60,5 ∼ 60
12
Les agios sur escompte sont précomptés, d’où :
8 9 é = 7.260 − 60 = 7.200
2. Opération de découvert
Trésorerie après ajustement : (30.956)
2)%
Agio du trimestre écoulé : ;30.000 + 27.650 + 30.405< = 881
2)

AVRIL :
Trésorerie avant ajustement : (37.991)
1. Opération d’escompte
Effet en portefeuille à escompter : 6.000 (cf. Ventes à 30 j par effet du mois de février)
6.000 × 10%
% (7 = = 50
12
Les agios sur escompte sont précomptés, d’où :
8 9 é = 6.000 − 50 = 5.950
2. Opération de découvert
Trésorerie après ajustement : (30.077)
MAI :
Trésorerie avant ajustement : (37.682)
1. Opération d’escompte
Effet en portefeuille à escompter : 8.790 (cf. Ventes à 30 j par effet du mois de juin)
8.790 10%
% (7 73
12
Les agios sur escompte sont précomptés, d’où :
8 9 é 8.790 73 8.717
2. Opération de découvert
Trésorerie après ajustement : (28.965)
JUIN :
Seth RAVOKATRA ANDRIAMIARISOA

Trésorerie avant ajustement : (36.732)


1. Opération d’escompte
Effet en portefeuille à escompter : 9.666 (cf. Ventes à 30 j par effet du mois de juillet)
9.666 10%
% (7 80
12
Les agios sur escompte sont précomptés, d’où :
8 9 é 9.666 80 9.586
2. Opération de découvert
Trésorerie après ajustement : (28.046)
2)%
Agio du trimestre écoulé : ;30.956 30.077 28.965< 900
2)

JUILLET :
| Document préparé par :

Trésorerie avant ajustement : (37.991)


1. Opération d’escompte
Effet en portefeuille à escompter : 10.620 (cf. Ventes à 30 j par effet du mois d’août)
10.620 10%
% (7 88
12

Gestion de Trésorerie | Année Académique 2014 - 2015


Les agios sur escompte sont précomptés, d’où :
8 9 é 10.620 88 10.532
2. Opération de découvert
Trésorerie après ajustement : (25.434)

AOUT :
Trésorerie avant ajustement : (34.014)
1. Opération d’escompte
Effet en portefeuille à escompter : 11.040 (cf. Vente à 30 j par effet du mois de septembre)
11.040 10%
% (7 92
12
Les agios sur escompte sont précomptés, d’où :
8 9 é 11.040 92 10.948
2. Opération de découvert
Trésorerie après ajustement : (23.066)

1
SEPTEMBRE :
Trésorerie avant ajustement : (33.371)
1. Opération d’escompte
Effet en portefeuille à escompter : 9.000 (cf. Ventes à 30 j par effet du mois d’octobre)
9.000 10%
% (7 75
12
Les agios sur escompte sont précomptés, d’où :
8 9 é 9.000 75 8.925
2. Opération de découvert
Trésorerie après ajustement : (30.956)
2)%
Agio du trimestre écoulé : ;28.046 25.434 23.066< 765
2)
Seth RAVOKATRA ANDRIAMIARISOA

OCTOBRE :
Trésorerie avant ajustement : (35.261)
1. Opération d’escompte
Effet en portefeuille à escompter : 9.900 (cf. Ventes à 30 j par effet du mois de novembre)
9.900 10%
% (7 82
12
Les agios sur escompte sont précomptés, d’où :
8 9 é 9.900 82 9.818
2. Opération de découvert
Trésorerie après ajustement : (25.443)
| Document préparé par :

NOVEMBRE :
Trésorerie avant ajustement : (34.398)
1. Opération d’escompte
Effet en portefeuille à escompter : 10.890 (cf. Ventes à 30 j par effet du mois de décembre)

Gestion de Trésorerie | Année Académique 2014 - 2015


10.890 10%
% (7 90
12
Les agios sur escompte sont précomptés, d’où :
8 9 é 10.890 90 10.800
2. Opération de découvert
Trésorerie après ajustement : (23.598)
DECEMBRE :
Trésorerie avant ajustement : (31.098)
1. Opération d’escompte
Effet en portefeuille à escompter : Aucune information sur l’existence d’effet en portefeuille
pouvant être mobilisé en décembre, l’entreprise doit se
rabattre sur l’opération de découvert
2. Opération de découvert
Trésorerie après ajustement : (31.840)
2)%
Agio du trimestre écoulé : ;25.211 25.443 23.598< 743
2)

PLAFOND D’ESCOMPTE :
Le montant maximal (11.040) d’escompte se situe en août.

2
=8 é =8 =8 30 7

157.119 53.973 103.146


157.119
=8 é ( > ( 99 13.093
12
Le plafond à négocier représente nettement moins d’un mois d’encaissement de chiffre d’affaires.
En principe, la banque l’acceptera.
DÉCOUVERT :
L’entreprise SOLOFO Sarl recourt constamment au découvert sur toute l’année, pour parvenir au
mois de décembre à un montant maximal de 31.840. Apparemment, le déséquilibre n’est pas
conjoncturel, mais plutôt structurel. D’ailleurs, à aucun mois de l’année l’encaissement des ventes
n’arrive pas couvrir le décaissement correspondant de son cycle d’exploitation.
En conclusion, la situation de trésorerie de l’entreprise présentant des soldes négatifs sur toute
Seth RAVOKATRA ANDRIAMIARISOA

l’année est un indicateur de sa difficulté future. Des mesures structurelles doivent ainsi être
préconisées pour inverser la tendance.
| Document préparé par :

Gestion de Trésorerie | Année Académique 2014 - 2015

3
Exercice # 5 : CORRIGÉ
1. RECOURS À L’ESCOMPTE
Les 3 effets sont escomptés, le total de leur valeur nominale étant de 156.000.000 MGA, alors que
le déficit de trésorerie à couvrir est de 150.000.000 MGA.

Nombre Taux Manipu-


Échéance Montant Taux d'endos Agios
de jours d'escompte lation
20/03/15 72.000.000 35 j 10% 0,60% 1.800 743.800
31/03/15 78.000.000 46 j 10% 0,60% 1.800 1.058.266
2/4/2015 6.000.000 48 j 10% 0,60% 1.800 86.600
156.000.000 1.888.666
2. RECOURS AU DÉCOUVERT
Les jours de découvert courent du 15 février inclus au 18 mars inclus.
Seth RAVOKATRA ANDRIAMIARISOA

Nombre de jours Commission


Échéance Montant
Début Fin Taux Montant

20/03/15 150.000.000 15/02/15 18/03/15 32 j 12% 1.600.000

CPFD
Mois
Taux Montant AGIOS
Février 0,05% 75.000
1.750.000
Mars 0,05% 75.000
150.000

3. SOLUTION MIXTE
Le recours à l’escompte d’effet dont l’échéance est la plus éloignée augmente le coût du crédit. Il
| Document préparé par :

serait alors judicieux d’envisager une solution intermédiaire consistant en l’escompte des 2
premiers effets, la différence va être financée par un découvert.
3.1. Recours à l’escompte : Les 2 premiers effets d’un montant total de 150.000.000 MGA

Nombre Taux Manipu-


Échéance Montant Taux d'endos Agios
de jours d'escompte lation

Gestion de Trésorerie | Année Académique 2014 - 2015


20/03/15 72.000.000 35 j 10% 0,60% 1.800 743.800
31/03/15 78.000.000 46 j 10% 0,60% 1.800 1.058.266
150.000.000 1.802.066

Net 148.197.934
3.2. Recours au découvert : Complément de financement
Le montant du découvert correspond au montant de l’agio sur escompte (principe du précompté).

Nombre de jours Commission


Échéance Montant
Début Fin Taux Montant

20/03/15 1.802.066 15/02/15 18/03/15 32 j 12% 19.222

CPFD
Mois
Taux Montant AGIOS
Février 0,05% 901
21.024
Mars 0,05% 901
1.802

4
3.3. Coût total du financement mixte

Agios sur 2 escomptes 1.802.066


Agios sur découvert 21.024
TOTAL 1.823.090
Le coût de la solution mixte est plus cher que celui du financement intégral par découvert. La durée
de l’escompte des 2 effets (respectivement au 20 mars et au 31 mars) dépasse de quelques jours, ce
qui serait strictement nécessaire (18 mars) à la couverture de l’insuffisance de trésorerie.
4. AUTRES OPTIONS
Escompter seulement l’effet dont l’échéance est la plus proche de celle de la fin du déficit de
trésorerie et compléter la différence par un financement par découvert.
4.1. Recours à l’escompte : L’effet à échéance du 20 mars 2015

Nombre Taux Manipu-


Seth RAVOKATRA ANDRIAMIARISOA

Échéance Montant Taux d'endos Agios


de jours d'escompte lation
20/03/15 72.000.000 35 10% 0,60% 1.800 743.800
72.000.000 743.800
4.2. Recours au découvert : Complément de financement

Nombre de jours Commission


Échéance Montant
Début Fin Taux Montant

20/03/15 78.743.800 15/02/15 18/03/15 32 j 12% 839.933

CPFD
Mois
Taux Montant AGIOS
Février 0,05% 39.371
918.675
Mars 0,05% 39.371
| Document préparé par :

78.742
4.3. Coût total du financement

Agios sur 1 escompte 743.800


Agios sur découvert 918.675

Gestion de Trésorerie | Année Académique 2014 - 2015


TOTAL 1.662.475

5. CONCLUSION
L’option « Un effet à échéance plus proche de celle du déficit de trésorerie avec le concours d’un
découvert pour le financement de la partie non couverte » est la moins chère pour l’entreprise.

5
Exercice # 6 : CORRIGÉ
1. EXPOSÉ DE LA SITUATION
Le Directeur chargé des finances de l’entreprise envisage de placer l’excédent de trésorerie d’un
montant de 900.000.000 MGA au taux annuel de 7 % pendant un mois. Toutefois, l’entreprise doit
faire face à un déficit de trésorerie de 450.000.000 MGA pendant une semaine.
Il y a lieu donc de procéder à la comparaison entre :
Le produit généré par le placement de l’excédent de trésorerie pendant 1 mois
Le coût induit par le déficit de trésorerie à financer par découvert pendant 1 semaine.
2. DÉCISION
2.1. Le produit du placement pendant 1 mois

Excédent Produit

900.000.000 5.425.000
Seth RAVOKATRA ANDRIAMIARISOA

2.2. Le coût du découvert

Découvert Agio CPFD Coût

450.000.000 1.050.000 225.000 1.275.000

2.3. L’option la plus intéressante pour l’entreprise


L’entreprise a intérêt à procéder au placement de son excédent de trésorerie pendant 1 mois et à
recourir au financement par découvert de son déficit pendant 1 semaine.
| Document préparé par :

Gestion de Trésorerie | Année Académique 2014 - 2015

6
Exercice # 7 : CORRIGÉ
1. OPÉRATION D’ESCOMPTE
1.1. Détermination de différents paramètres
a. Détermination du taux d’intérêt
En général, le taux d’intérêt se réfère au taux directeur de la Banque Centrale (appelé aussi taux
de base bancaire ou TBB) et à l’appréciation de la banque de son client. Par ailleurs, puisque la
commission d’endos se calcule comme l’intérêt, on peut ainsi la prendre en compte dans la
détermination du taux d’intérêt, d’où :
? 4 @ A é ê ? C 7é D à 9 A 7 F (( @′ @
Soit :
? 4 @ A é ê 9% 3% 0,60% 12,60%
b. Détermination de la durée de l’escompte
Seth RAVOKATRA ANDRIAMIARISOA

Le nombre de jours d’escompte court depuis le jour de la remise de l’effet à l’escompte (ce jour étant
exclu) jusqu’à la date d’échéance de l’effet (cette date étant incluse). Il faut également considérer les
jours de banque.

Montant de Jour de
Avril Mai Total
l'escompte banque

297.000 2j 31 j 1j 34 j

c. Détermination du montant des agios sur escompte


Nombre Taux Taux de Commission
Montant TBB Agios
de jours d'endos majoration de service

297.000 34 j 9% 0,60% 3,00% 2.400 5.934


| Document préparé par :

d. Détermination du taux réel de l’escompte


Si l’effet avait été remis à l’encaissement, l’entreprise n’aurait bénéficié des fonds que le 04 juin
2015. En fait, la banque affecte 4 jours de valeur pour les effets remis à l’encaissement.
Du fait de la remise à l’escompte le 28 avril 2015, l’entreprise dispose des fonds dès le 29 avril en
tenant compte de 1 jour de valeur :

Gestion de Trésorerie | Année Académique 2014 - 2015


H é (7 é %

Montant net de
Avril Mai Juin Total
l'escompte

291.066 2j 31 j 4j 37 j

Soit 37 jours avant le 04 juin 2015.


Le taux réel de l’opération d’escompte noté « ?% » se déduit de l’équation ci-après :
?%
5.934 ;297.000 37<
365
? 4 é 9 @′ (7 19,71%
e. Avantages du mode de financement par escompte
Le coût du mode de financement par escompte est relativement modéré. Désormais, ce mode de
financement évite à l’entreprise que la banque ne s’ingère dans sa gestion, du fait du caractère peu
personnalisé de ce type de crédit.
La banque assure en outre à son client un service d’encaissement.

7
1.2. Justification du taux réel
Dans le présent cas, le taux réel (19,71%) est supérieur au taux nominal. Ceci est l’effet du surcoût
de la commission de service qui a un effet opposé (plus cette commission est élevée, plus cet effet
est important) de celui de la durée réelle du crédit (37 j) par rapport à la durée nominale.
1.3. Formule générale du taux réel d’escompte
C : Montant du capital escompté
F : Montant des commissions fixes
i : Taux pour 1 MGA des commissions proportionnelles au capital prêté
t : Taux d’intérêt pour 1 MGA des commissions proportionnelles au capital et à la durée
n : Durée de l’escompte
F
C @ % F
360
Le taux réel de l’escompte « T% » est défini comme le taux qui, appliqué à « n » jours ; conduit au
même montant d’agios, soit :
Seth RAVOKATRA ANDRIAMIARISOA

F F?
C @ % F
360 360

297.000 12,6% 34 297.000 19,71% 34


C @ % 0 2.400 5.934
360 360

2. OPÉRATION DE DÉCOUVERT
2.1. Détermination de différents paramètres
a. Montant des agios

Montant des Période


Avril Mai Total Intérêts
découverts Début Fin
288.000 28/04/15 03/05/15 3j 3j 6j 600
| Document préparé par :

180.000 04/05/15 10/05/15 7j 7j 437


202.500 11/05/15 20/05/15 10 j 10 j 703
1.740

Période Montant des

Gestion de Trésorerie | Année Académique 2014 - 2015


CPFD Dépas.
Début Fin découverts
28/04/15 30/04/15 288.000 144 8
01/05/15 03/05/15 288.000 144 8
04/05/15 10/05/15 180.000 - -
11/05/15 20/05/15 202.500 - -
288 16 2.044
b. Taux réel du découvert
Le taux réel du découvert, noté « Y% », est solution de l’équation ci-après :
J%
2.044 I,288.000 61 ,180.000 71 ,202.500 101 K
365
? 4 é 9 @ @é L 14,88%
2.2. Conclusion sur l’opportunité du découvert
En principe, de nombreuses commissions s’ajoutent au taux de base bancaire. Dans ce cas,
certaines commissions n’ont pas été prises en compte, entre autres la commission de compte et les
frais d’écritures.
Toutefois, le découvert est un mode de financement souple, puisqu’il s’adapte exactement à la durée
et au montant des besoins.

8
2.3. Taux maximal et taux minimal de découvert
a. Taux maximal
La CPFD est calculée pour chaque mois. En principe, elle est plafonnée à la moitié des intérêts
débiteurs du mois. Elle représente donc au maximum la moitié du taux du découvert négocié avec
la banque.
Dans ce cas, pour un taux de 12,5% négocié, le taux maximal qui puisse être supporté par
l’entreprise est de :
12,5%
12,5% 18,75%
2
b. Taux minimal
Le taux minimal est obtenu lorsque l’entreprise utilise le découvert sur la totalité du mois.
Si 4 est le montant du découvert, la commission est de : 4 0,05%
Seth RAVOKATRA ANDRIAMIARISOA

A
Le supplément de taux résultant de la CPFD est solution de l’équation ci-après :
4 A
4 0,05%
365
n t'
Février 28 j 0,652% 13,152%
Février 29 j 0,629% 13,129%
Avril, juin, … 30 j 0,608% 13,108%
Janv, mars, … 31 j 0,589% 13,089%
Il est à noter que :
les suppléments de taux sont indépendants du taux négocié et du montant du découvert ;
la CPFD pénalise fortement les découverts sur des périodes courtes ; il serait alors mieux de
recourir à des modes de financement moins coûteux sur des courtes périodes.
| Document préparé par :

3. OBLIGATION CAUTIONNÉE
3.1. Détermination de paramètres
a. Le montant net du crédit
300.000 1% 4
300.000 300.000 1.000 299.000

Gestion de Trésorerie | Année Académique 2014 - 2015


12
b. Le montant versé par la société
À l’échéance, l’entreprise doit payer :
300.000 12,3% 4 300.000 0,6% 4
300.000 300.000 ,12.300 6001 312.900
12 12
c. Le taux réel du crédit
Le taux réel du crédit, noté « Z% », est solution de l’équation ci-après :
299.000 M
;1000 ,12.300 6001<
365
? 4 é 9 @ 9 A N9 % é 14,14%
NB. :
doit se référer au nombre de jours calendaires.
Hypothèse : 1 mois = 30 jours
3.2. Conclusion
MODE DE FINANCEMENT TAUX REEL
ESCOMPTE 19,71%
DECOUVERT 14,88%
OBLIGATION CAUTIONNEE 14,14%

9
Exercice # 8 : CORRIGÉ
Explications :
1. RECETTES
a. Espèces
Les espèces du lundi 03/03 sont déposées à la banque le mardi 04/03 avant l’heure de
caisse. La date de valeur est la date d’opération, c’est-à-dire le mardi 04/03, et ainsi de
suite.
Les recettes du vendredi 07/03 ne peuvent être déposées à la banque que le lundi 10/03
en raison de la fermeture de la banque le weekend (samedi et dimanche). La date de
valeur est alors le lundi 10/03.
b. Chèques sur place
Les chèques du lundi 03/03 seront remis à la banque le mardi 04/03 avant l’heure de
caisse. La date de valeur est le surlendemain jour ouvré soit le jeudi 06/03.
Il faut enlever sur la ligne « Chèques sur place », les jours de fermeture de l’ordinateur
de compensation (samedi et dimanche). Par conséquent, le lundi 10/03 comporte le
cumul d’opérations :
- Date de valeur (le surlendemain jour ouvré) : Chèques sur place des mercredi
05/03 et jeudi 06/03 soit 6.490 + 8.340 = 14.830
- Date de remise à la banque : Chèques sur place du vendredi 07/03, soit date de
valeur le mercredi 12/03 de 10.570, et ainsi de suite.
c. Chèques hors place
Les chèques du lundi 03/03 seront remis à la banque le mardi 04/03 avant l’heure de
caisse. La date de valeur est 5 jours calendaires, soit le dimanche 09/03.
d. Cartes bancaires
Elles sont télétransmises le jour même à la banque. La date de valeur étant 3 jours
calendaires, le jour de valeur de l’opération du lundi 03/03 est ainsi le jeudi 06/03, et
ainsi de suite.
2. DEPENSES
a. Petits chèques
Les dates de valeur sont déterminées statistiquement. Les dates de valeur ne peuvent
pas être appliquées sur les opérations débitrices indiquées dans l’énoncé. En effet, les
dates d’encaissement des chèques dépendent de nombreuses variables le traitement des
chèques par le créancier, le traitement des chèques par la banque du créancier, soit :
(J) : 10%, (J+1) : 20%, (J+2) : 50%, (J+3) : 15% et (J+4) : 5%
b. Effets domiciliés
La connaissance de la date de valeur (veille calendaire) permet de positionner facilement
les dépenses.
c. CNaPS
Le chèque envoyé le lundi 03/03 est débité le vendredi 07/03 (J+4).
d. Virements
Le virement effectué le mercredi 05/03 est positionné le mardi 04/03 (veille calendaire).