Vous êtes sur la page 1sur 46

Energies Renouvelables et Développement Durable

SOURCES D’ENERGIES PRIMAIRES


NON RENOUVELABLES

1
Y. MIR – FSTM - Département de Physique
Energies Renouvelables et Développement Durable

Définition

• Énergie non renouvelable est une source d'énergie qui ne se


renouvelle pas, ou qui se renouvelle selon un cycle relativement lent à
l'échelle humaine et de ce fait est épuisable : hydrocarbures, nucléaire,
bois

• Les réserves sont constituées des gisements qui sont géographiquement


et géologiquement bien déterminées (qualité, quantité) et qui peuvent
être exploitées économiquement dans les conditions technologiques
actuelles.
• Elles peuvent augmenter avec les progrès techniques et avec un coût
élevé du pétrole par exemple.
• Les ressources sont composées de gisement reconnus, mais
incomplètement étudiés, on classe aussi dans cette catégorie les
ressources qui conduiraient à des coûts de production non acceptables
dans les conditions actuelles du marché.

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable

Les énergies fossiles

Définition

L’énergie fossile est une source d’énergie non renouvelable stockée dans le
sous-sol sous forme d’hydrocarbures.

Les hydrocarbures, sont issus de la sédimentation de matière organique et


sont enfouis dans le sol depuis 100 à 300 millions d’années en moyenne.

Energie fossile : pétrole, charbon et gaz naturel.

80% : pourcentage des énergies fossiles dans la consommation d’énergie


mondiale. Les trois principales ressources énergétiques sont aujourd’hui le
pétrole (35%), le charbon (25%) et le gaz (20%).

Les 20% restants sont partagés entre le bois, le nucléaire, l’hydroélectricité


et les énergies renouvelables.

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable

Les énergies fossiles


De la matière organique aux gisements de roches carbonées

Les hydrocarbures sont des combustibles d’origine biologique.

• 2 conditions nécessaires à la formation d’une roche carbonée : la


conservation d’une importante biomasse et son enfouissement
enfouissement;
• En fonction de la profondeur de l’enfouissement et de la composition
initiale de la matière organique, une transformation lente peut conduire à
du charbon, du pétrole ou du gaz.
• Du fait de leur faible densité, les hydrocarbures remontent vers la
surface.
• Seuls 1% des hydrocarbures formés sont piégés (conditions de piégeage
difficiles)

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable
Le pétrole

Genèse du pétrole

Il faut 23 tonnes de matières organiques et plus d’un million


d’années pour obtenir 1 litre d’essence.

Etape 1 : Formation de kérogène

Les bactéries anaérobies


consomment l’oxygène et l’azote
présents dans la matière organique
et conduisent à un résidu riche en
C et H : le «kérogène ». La couche
sédimentaire riche en kérogène,
qui se situe initialement jusqu’à
environ 1000 m de profondeur,
constitue la « roche mère ».

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable
Le pétrole

Genèse du pétrole

Il faut 23 tonnes de matières organiques et plus d’un million


d’années pour obtenir 1 litre d’essence.

Etape 2 : Pyrolyse

Le mouvement des plaques


tectoniques provoque un
enfoncement de cette roche
mère, la T° augmente à cause de
l’énergie géothermique (0,5 à
20°C par Mannées. Entre 50 °C à
120 °C le kérogène est soumis à
une « pyrolyse » qui produit :
• à - 2000 m le pétrole
• à - 5000 m le GN

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable
Le pétrole

Genèse du pétrole

Il faut 23 tonnes de matières organiques et plus d’un million


d’années pour obtenir 1 litre d’essence.

Etape 3 : Migration

Sous l’effet de la pression les


hydrocarbures plus légers (et
l’eau), sont expulsés de la
roche mère et migrent vers les
roches perméables
supérieures.

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable
Le pétrole

Genèse du pétrole

Il faut 23 tonnes de matières organiques et plus d’un million


d’années pour obtenir 1 litre d’essence.

Etape 4 : Piégeage

Seulement 1% sont piégés lors de


leur remontée par une roche
imperméable; « la roche
réservoir ». Si celle-ci a une forme
concave, il y a formation d’un
gisement d’hydrocarbures. Petit à
petit sous l’effet de leur densité
différente, gaz, pétrole et eau se
séparent.

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable
Le pétrole

Caractéristiques
De point de vue chimique, les hydrocarbures qui constituent le pétrole sont
principalement des carbures d’hydrogène saturés. Ils se caractérisent par une
grande stabilité. Leur formule générale est : CnH2n+2.

Les principaux sont : C5H12 pentane liquide C>5


CH4 méthane C6H14 hexane
C7H16 heptane
C2H6 éthane
C3H8 propane
(C6-C12) l'essence,
C4H10 butane gaz C<5
(C12-C15) le kérosène,
(C14-C17) le gazole ...

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable
Le pétrole

La combustion du pétrole :

CnH2n+2 + ((3n+1)/2) O2 -> n CO2 + (n+1) H2O + 403 kJ/mole O2

Le pétrole est utilisé pour la production d'électricité (centrales thermiques), le


chauffage collectif et individuel, les transports, et en chimie (plastiques,
infrastructures routières, composés organiques)

La masse volumique du pétrole brut varie de 0,73 t/m3 pour les plus légers
jusqu’à 1 t/m3 pour les plus lourds. Plus il est lourd plus il est difficile à
extraire et à traiter

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable
Le gaz

Formation
• Le gaz naturel est souvent associé à la production du pétrole, il
s’agit seulement d’hydrocarbure plus léger.

• Dans un gisement de pétrole, on trouve en général d'abord une


nappe de gaz, puis une nappe de pétrole et enfin de l'eau chaude.

Composition
• Le gaz naturel contient les différents éléments chimique:
Carbone/Hydrogène/Oxygène/Azote.

• Le gaz naturel est constitué principalement de méthane, en plus, on


trouve CO2, H2S et N2

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable
Le gaz

Propriétés physiques

• La masse volumique du gaz est toujours inférieure à celle de l’air;

• Le PCS du gaz naturel est d’environ 50 MJ/kg ou entre 30 et 44 MJ/m3 (selon


la masse volumique (0,6 à 0,9 kg/m3 );

La combustion du gaz :

CH4 + 2 O2 -> CO2 + 2 H2O + 403 kJ par mole O2

Il est principalement utilisé pour la production d'électricité et pour le chauffage.


Plus rarement dans les transports.

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable

Le charbon

Le charbon est une forme d’énergie solaire stockée dans des roches
carbonées, formées il y a plus de 300 millions d'années, à l’époque
carbonifère.
Il est formé à partir de végétaux engloutis par les eaux lors des
bouleversements géologiques importants. Ils se sont lentement
décomposés à l’abri de l’air pour aboutir au minerai de charbon.

Alors que le pétrole et le gaz naturels sont issus d’un kérogène d’origine
marine (plancton, algues…), le charbon provient d’un kérogène formé à
partir de biomasse végétale (fougères, arbres…). La pyrolyse prolongée
fournit aussi du pétrole et du gaz naturel. Ce dernier, présent dans les
mines de charbon, est responsable des « coups de grisou ».

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable

Le charbon

La classification du charbon

Selon la durée et la température de la pyrolyse naturelle, sont générés


des charbons de plus en plus riches en carbone. On obtient différentes
classes de charbon.

• Cette classification est basée sur :


• l’indice de matière volatile (à 900°C);
• le carbone fixe (masse du charbon sans Humidité, MV ni cendres) ;
• les pouvoirs calorifiques CPS et CPI en (MJ/kg);
• la masse volumique;
• la granulométrie…

Les différents charbons se distinguent par l’aspect physique, la


composition chimique et les propriétés spécifiques en tant que
combustibles :

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable
Le charbon

 La tourbe : couleur noirâtre ou brune, contient peu de


carbone (65 % de carbone), sa combustion dégage bq de
fumée, peu de chaleur et laisse bq des résidus;

 La lignite : de couleur plus foncée que la tourbe, plus riche en


carbone (70 à 80 % de C) que la tourbe mais reste un
combustible assez médiocre;

 la houille (85 % de C) est le charbon à proprement parler, il


est riche en carbone que la lignite,

 l’antharacite (92 à 95 % de C) est une variété supérieure de


la houille.

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable

L’énergie nucléaire

L’énergie nucléaire est l’énergie de liaison des constituants du noyau des


atomes.

Pour un noyau AZX quelconque composé de Z protons et A-Z neutrons, on a :

El
M ( X )  [Zmp  ( A  Z )mn ]  M ( X )  2  0
c
Où mp, mn et M(X) : masses du proton, du neutron et du noyau X.

M est appelé défaut de masse, alors que El est l’énergie de liaison. C’est
l’énergie qu’il faudrait fournir pour séparer un noyau en ses constituants.

El augmente avec le nombre de nucléons mais pas d’une manière linéaire.

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable

L’énergie nucléaire

Défaut de masse
La masse d'un noyau est légèrement
inferieure à la somme des masses des
protons et des neutrons qui le constituent. La
différence entre ces deux masses, est
appelée défaut de masse et est notée m.

Pour un noyau AZX quelconque composé de Z protons et A-Z neutrons, on a :

E
M ( X )  [Zmp  ( A  Z )mn ]  M ( X )  >2l 0 0
c

Où mp, mn et M(X) : masses du proton, du neutron et du noyau X.

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable

L’énergie nucléaire

Défaut de masse

Exemple

Calculer le défaut de masse Δm pour un noyau d'hélium :

données :
mn=1,67496.10-27 kg , mp = 1,67265.10-27 kg et m(42He) =6,6447.10-27 kg

Δm = 2.mp + 2.mn – m(42He)


= (2 x 1,67265+2 x 1,67496 – 6,6447).10-27
= 5,05.10-29 kg

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable

L’énergie nucléaire

Equivalence masse-énergie

Relation d’Einstein  E = m c2

E = Efinale – Einitiale > 0

L’énergie du système a augmenté de


E  le système a reçu de l’énergie

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable

L’énergie nucléaire

Energie de liaison

On appelle énergie de liaison d'un noyau, notée El , l'énergie que le milieu


extérieur doit fournir à un noyau au repos pour le dissocier en nucléons
séparés au repos. Lorsque le noyau se dissocie, la masse augmente de Δm et
l'énergie de Δm.c2.

L'énergie de liaison d'un noyau a pour expression : El = Δm.c2

Pour un noyau d'hélium :

El = Δm.c2 = 5,05.10-29 x (3,0.108)2 = 4,54.10-12 J = 28,4 MeV

Remarque: Inversement, lorsque le noyau se forme à partir de ses nucléons


libres, le système cède l'énergie au milieu extérieur : E = |Δm|.c2 (la masse du
système diminue et Δm<0)
Y. MIR – FSTM - Département de Physique
Energies Renouvelables et Développement Durable

L’énergie nucléaire

Courbe d'Aston

La courbe d'Aston est la courbe -EA= f(A).

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable

Energie nucléaire

Elle permet de visualiser facilement les noyaux les plus stables. Ceux-ci se
trouvent au bas du graphe comme le noyau de fer.
Les noyaux des atomes de masses moyennes (fer, nickel, cuivre) sont les plus
fortement liés donc plus stables que les noyaux lourds (uranium) ou légers
(hydrogène).

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable

Energie nucléaire

Conséquence sur les réactions nucléaires

Les noyaux instables peuvent évoluer de 2 façons :

• Les noyaux qui contiennent peu de nucléons (< 20) peuvent s'unir et former
des noyaux plus gros et plus stables : c'est la fusion.

• Les noyaux qui contiennent beaucoup de nucléons (> 180) peuvent se casser
et former des noyaux plus petits et plus stables appartenant au domaine de
stabilité, c'est la fission.

En général, ces réactions ne sont pas spontanées, il faut fournir de l'énergie


pour les déclencher.

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable

Energie nucléaire

Unité de masse atomique : uma

En physique nucléaire, on utilise plutôt l'unité de masse atomique (u.m.a) pour


la masse et l'électronvolt (eV) pour l'énergie.

Une unité de masse atomique est égale au douzième de la masse d’un isotope
de référence, le Carbone 12 (6 protons + 6 neutrons).

1 u.m.a = 1,660 540·10-27 kg et 1 eV = 1,602 177·10-19 J.

Enfin, la relation d'Einstein permet d'établir que :

1 u.m.a correspond à 931,5 MeV.

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable

Energie nucléaire

Bilan énergétique d’une réaction nucléaire

Lors d'une réaction nucléaire, l'énergie libérée est la différence entre l'énergie de
masse des particules qui réagissent et l'énergie de masse des particules qui
sont produites.

1. Cas des réactions nucléaires spontanées


Si la réaction se produit avec perte de masse, le milieu extérieur reçoit de
l‘énergie.

L’énergie fournie à l’extérieur en valeur absolue est :

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable

Energie nucléaire

Bilan énergétique d’une réaction nucléaire

2. Cas des réactions de fission


235 + n1 90 + 143 + 3 0n1  90 + 143 + 8 -1e0 +3 0n1
92U 0  36Kr 56Ba 40Zr 60Nd

Krypton et Baryum riches en neutrons, sont instables, transforment leurs neutrons


excédentaires en protons par désintégration bêta (émission d’électron -1e0)

Le bilan des masses (en u.m.a) avant et après est donné par :
90
40Zr 89,904700
235 14
92U 235,043915 60Nd 142,909779
1 3 0n1
0n 1,008665 3,025995
__________________ ___________________
236,052580 235,840474 7

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable

Energie nucléaire

Bilan énergétique d’une réaction nucléaire

2. Cas des réactions de fission

Le défaut de masse vaut donc :

M = 236,052580 - 235,840474 7 = 0,212106 u.m.a

Soit :

E = 0,212106 u.m.a x 931,5 MeV/ u.m.a = 198 MeV

235 + n1 90 + 143 + 8 -1e0 +3 0n1 + 198 MeV


92U 0  40Zr 60Nd

alors que gaz naturel : CH4+2O2  CO2+2H2O + 8.37 eV

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable
Energie nucléaire

Bilan énergétique d’une réaction nucléaire

3. Cas des réactions de fusion


3 He + 3 4 + 2 11p
2 2He --> 2He

L’ énergie E libérée par cette réaction est :

E = m c² = -[ m(42He) + 2m(11p) - 2m(32He)] c²



E = -[4,0015u + 2 x 1,0073u - 2 x 3,0149u] c²

E = [0,0137 u] c²
E = 0,0137 x 931,5 Mev = 12,76 Mev

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable

Énergies non renouvelables = Énergies épuisables

Le Pic de Hubbert

Marion King Hubbert, (1903-1989 ) : géophysicien américain


Hubbert avait remarqué qu’en 1930 la découverte de pétrole avait atteint un
pic et que depuis elle déclinait. De là, il extrapole la production totale du
pétrole.
découverte

1930
Temps
Y. MIR – FSTM - Département de Physique
Energies Renouvelables et Développement Durable

Énergies non renouvelables = Énergies épuisables

Le Pic de Hubbert

La production débute forcement plus tard puisqu’il faut d’bord trouver des
gisements avant de pouvoir les exploiter. Les deux courbes se terminent à zéro.

Pic de
Pic de Production
découverte = Pic de Hubert

1930
Temps
Y. MIR – FSTM - Département de Physique
Energies Renouvelables et Développement Durable

Le pétrole = Énergie épuisable


Le Pic Hubbert du pétrole

Hubbert avait prévu que les USA atteint ce pic en 1970.


Quelques 20 ans plus tard, l’expérience lui donna raison :

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable

Le pétrole = Énergie épuisable

Le Pic Hubbert du pétrole


Hubbert avait prévu que le déclin de la production mondiale se
produirait en 2000
Extrapolation de la courbe de Hubbert à toute la terre

Le Pic de Hubbert

La partie avant 2007 est un fait historique. La partie qui vient après est une
extrapolation ASPO. Nous sommes au pic en 2008
Y. MIR – FSTM - Département de Physique
Energies Renouvelables et Développement Durable

Le Pic du pétrole = Énergie épuisable

Le Pic Hubbert du pétrole L‘âge du pétrole durera en tout et pour


tout 3 siècles, et nous atteignons la
moitié de cette période.
Calcul simpliste de réserves
Depuis le début de l'industrie
Nous sommes ici ?
pétrolière, en 1859, jusqu'à présent,
cette industrie est caractérisée par la
surproduction.

Le bas prix du pétrole n’a pas incité à


chercher des alternatives.
1850 2050

Le pétrole : des réserves prouvées : de 780 à 1200 milliards de barils


Fin du pétrole 2030 ? 2050 ? Ou au-delà ?

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable

Le pétrole = Énergie épuisable

Le Pic Hubbert du pétrole

Le pétrole tire à sa fin. Dans le long terme, il n'a pas duré longtemps
seulement quelques siècles.

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable

Le charbon = Énergie épuisable

Le Pic Hubbert du charbon

Nous sommes ici ?


Le charbon : des réserves prouvées pour
250 ans ou plus ?

1850 2150

• 26 % du bouquet énergétique actuel


• Répartie équitablement dans le monde
• Facile à stocker et bon marché
• Pose peu de problèmes de sécurité sur le plan géopolitique ou de son
exploitation

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable

Le gaz = Énergie épuisable


Le Pic Hubbert du gaz

Nous sommes ici ?


Le gaz naturel : réserves prouvées 65 ans ou plus ?
prudence avec ces chiffres…

1900 2100

Le Gaz (et le pétrole) n’est pas chez ses consommateurs (USA, Europe, Chine,
Inde)
Concentré au Moyen-Orient et en Russie
21 % du bouquet énergétique actuel

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable

Le nucléaire = Énergie épuisable

Le Pic Hubbert du nucléaire


Sous la pression de l’opinion
publique, plusieurs pays, suivant
l ’exemple de l ’Allemagne, ont décidé
la sortie du nucléaire.
Nous sommes ici

Opposition encore plus forte aux


surgénérateurs (au Pu) qu’au
nucléaire traditionnel.

Uranium (Fission)
1950 2075 Fusion : propre (?) mais pas d ’espoir
dans un avenir proche car énormes
problèmes techniques … et politiques.

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable

Énergies non renouvelables = Effet de serre


Effet de serre naturel
L’effet de serre est un phénomène naturel qui permet la vie sur Terre. La
combustion des énergies fossiles peuvent le perturber.

Une partie des rayons du soleil est envoyée


dans l’espace par l’atmosphère.

La moitié de l’énergie solaire passe à


travers l’atmosphère pour réchauffer la
terre

L’énergie émise par la terre est en partie


absorbée par les gaz à effet de serre (GES).

Une partie est renvoyée directement dans


l’espace

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable

Énergies non renouvelables = Effet de serre


Effet de serre anthropique
La combustion des énergies fossiles augmente de plus en plus la quantité de
GES dans l’atmosphère.
Ainsi de plus en plus de rayons solaires sont retenus dans l’atmosphère. Cela
augmente le phénomène de l’effet de serre et réchauffe le climat de notre
planète.

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable

Énergies non renouvelables = Effet de serre


Effet de serre anthropique

Le zéro est la température moyenne 1961-1990.

Températures mondialesde
Y. MIR – FSTM - Département moyennes
Physique de surface 1856-2005
Energies Renouvelables et Développement Durable

Énergies non renouvelables = GES


L’exploitation et la combustion des hydrocarbures sont à l’origine de
plusieurs GES anthropiques :

Le dioxyde de carbone (CO2)

Responsable à lui seul de 60 % de l'effet de serre anthropique.


70 à 90 % des émissions de CO2 proviennent de la combustion des énergies
fossiles,
10 à 30 % sont issues de la déforestation.

Le méthane (CH4)

Provoque environ 15% de l'effet de serre anthropique.


Le réchauffement climatique accentué provoque un dégagement important de
méthane piégé sous forme d’hydrates dans les sédiments sous-marins et les
sols.

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable

Énergies non renouvelables = GES

Le protoxyde d'azote (N2O)

Contribue à 6% de l'effet de serre additionnel. Ses principales sources humaines


d’émission sont :
• l’agriculture : épandage des fertilisants minéraux (engrais azotés) et des
déjections animales
• la combustion de matière organique et de combustibles fossiles.

Le sol et les océans sont les principales sources naturelles de ce gaz

4 gaz à effet de serre indirect : SO2, NOx, COVNM, CO

Participent indirectement à l’accroissement de l’effet de serre en tant que


polluants primaires intervenant dans la formation de polluants secondaires
contribuant à l’effet de serre comme l’ozone ou les aérosols.
Ozone troposphérique

Les NOx : oxydants photochimiques : NOx + O2 O3 : un GES


Y. MIR – FSTM - Département de Physique
Energies Renouvelables et Développement Durable

Énergies non renouvelables = GES


Le pouvoir de réchauffement global

Afin de pouvoir comparer les effets des GES sur le réchauffement climatique,
on utilise l’indicateur « pouvoir de réchauffement global », PRG.

Le PRG se définit comme le « forçage radiatif » (la puissance radiative que


le GES renvoie vers le sol) cumulé sur une durée de 100 ans d’une quantité
de gaz donnée relativement au CO2. C’est un indicateur qui permet
d’appréhender à la fois sa puissance radiative et sa durée de vie dans
l’atmosphère comparée à celle du CO2.

Exemple

Le PRG du méthane = 25

 si on met 1 kg de méthane dans l’atmosphère aujourd’hui, on produira le


même effet , sur 100 ans, que si on émet 25 kg de CO2 au même moment.

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable

Énergies non renouvelables = GES

GES Formule Durée de Vie PRG


Une dizaine de jours 8
H2Ov H2Ov

Dioxyde de 50 à 200 ans 1


CO2
carbone

Méthane CH4 12 ans 23

Protoxyde 114 ans 296


N2O
d’azote
HFC 23 à 260 ans 1930
(hydrofluorocarbone)
Gaz fluorés > 50000 ans 7200
PFC (CF4, C2F6, … )
SF6 3 200 ans 22200

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable

Avantages et Inconvénients

Gaz à effet de serre


Pétrole Gaz Charbon
Déchets Nucléaire

Abondant Abondant
Abondant Abondant
Gaz nocifscoût
Avantages coût Déchets
coût coût
Liquide Gazeux
radioactifs

Marée Réserves
Réserves Réserves
noire Réserves Déchets
Inconvénients
Effet serre Effet serre Effet serre Sûreté
Pollution Pollution Pollution Rendement

Y. MIR – FSTM - Département de Physique


Energies Renouvelables et Développement Durable

Conclusion

Les énergies non renouvelables permettent un modèle de développement


non durable et inefficace

Conséquences négatives pour toute la planète

Les changements climatiques constituent l'élément le plus visible

Alternative  Energies renouvelables

46
Y. MIR – FSTM - Département de Physique

Vous aimerez peut-être aussi