Vous êtes sur la page 1sur 50

MIAGE RABAT

Etablissement de Formation Professionnelle Privée


Autorisation n° : 4/07/8/98 – Accréditation n° : 15/DFPP/K0102-S2/65
Tél./Fax : 0537 20 40 90
E-mail : miage01@menara.ma Site Web : www.miage.ma

Mémoire de Projet de Fin d’Année

Niveau
TECHNICIEN SPECIALISE
Filière
GESTION DES ENTREPRISE
Sujet

LA PRODUCTION ET LA COMMERCIALISATION DE
PARFUMS BIOLOGIQUE ET LA LIVRAISON

À DOMICILE

Réalisé par : Encadré par  :

Mr. : Adil Zahni Mr. HAMMOUCHA Yassine


En collaboration avec Mr : LAARAGE Brahim

M. : Chaima Berhadda

2020-2021
2

Dédicace

C’est à la personne la plus idéale dans ce monde


Ma mère.
Qu’elle trouve dans ce travail un témoignage de nos profonds
amours et éternelles.
Et que dieu la procure la bonne santé et la longue vie.
A mon cher papa Aucun hommage ne pourrait être à l’hauteur
de son amour .
A mes chers frères et sœurs
Qu’ils trouvent le témoignage de mes immenses affections.
En leurs souhaitant la réussite et le bonheur.
A mon chers mari, Une pensée très spéciale pour son soutien
moral .
Ainsi que tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à la
réalisation de ce projet.
3

Remerciement

Nous adressons nos remerciements en particulier à


Monsieur le directeur de MIAGE, pour le dynamisme de
l’institut, et à toute l‘équipe enseignante pour la qualité de
l‘enseignement qui nous a été dispensé.
Nous tenons à remercier Mr HAMMOUCHA Yassine pour son
encadrement, ses explications, sa disponibilité et son soutien
dans nos recherches d’informations, sa bonne formation et
surtout son assistance lors de l’élaboration du projet.
Enfin, nous tenons à remercier également les membres du
jury, qui nous ont fait l’honneur d’accepter et d’évaluer ce
projet.

Introduction générale :
4

De nos jours, le voyage s’est transformé en un produit qu’il faut concevoir avant de
distribuer. Les producteurs et distributeurs de voyages sont chargés d’organiser au mieux
les vacances des personnes qui les sollicitent. Dans ce contexte, personne ne peut
négliger le rôle des organisations de tourisme, des établissements d’accueil et surtout les
agences de voyages et les tours opérateur que ce soit sur le plan national ou
international.

De la réservation d’hôtels et l’organisation des excursions à la location des voitures, les


agences de voyages s’activent à fournir toute une gamme de services pour que leur
clients puissent profiter d’un agréable séjour. C’est ainsi que les agences de voyages sont
devenues un des maillons les plus primordiaux de la chaine d’activité touristique.

Se lancer, devenir son propre patron, être indépendant est un rêve que beaucoup
évoquent pendant leur vie active. Ceci dit, en tant qu’étudiants, nous avons choisi
d’aborder dans le cadre de création de projets. il s’agit de l’implantation d’une agence de
voyages et de tourisme le choix est né d’une idée partagée qui devint un rêve. Cette idée
ne vaut rien en soi, elle n’a pas de valeur marchande et personne ne lui prêtera attention,
mais pour lui accorder cette valeur, nous devons l’amener à maturation et en faire un
projet.

Ce qui nous enthousiasme et nous pousse à croire en la réussite future de notre


projet, c’est l’avenir prometteur du tourisme marocain.

Créer son entreprise est une initiative courageuse, un projet qui nécessite une
préparation psychologique qui est l’arme principale de son créateur : son sens de
compétitivité, sa volonté de réussir, sa capacité d’innovation et de vouloir concrétiser son
rêve, car sans ces derniers, il n’y a pas de projet.

Résumé :
5

Ouvrir une agence de voyage : avec quel concept ?


Lorsque vous aurez effectué votre étude de marché et abordé les principaux points de réglementation
propres au secteur, l'étape suivante pour ouvrir votre agence de voyage consistera à définir votre
positionnement commercial.
Quels facteurs différenciant et propres à vous constituer une clientèle allez-vous adopter ?
Nous l'avons vu, l’agence de voyages traditionnelle et généraliste arrive en bout de course. Pour lancer
une structure qui fonctionne, peut-être aurez-vous intérêt à vous positionner sur un concept original et
à vous spécialiser soit dans un type d’activité (thalasso, randonnées, croisière, vélo comme cité
précédemment) ou une destination (Asie, Afrique du Sud, Europe de l’Est, etc.).
Les voyages expérientiels, pour ceux qui souhaitent vivre et découvrir des expériences originales, ont la
cote (Les Echos). Se lancer sur ce créneau peut être une idée judicieuse.
Une fois votre concept défini, vous pourrez alors en toute connaissance de cause choisir de créer votre
agence de voyage en franchise ou en indépendant. Sauf évidemment si vous reprenez une agence de
voyages déjà existante.
Certes, la franchise réduit considérablement votre autonomie, mais comporte tout de même quelques
avantages à mettre dans la balance avant de se décider : accompagnement avant, pendant et après la
création, renommée de l'enseigne du réseau, et appui marketing sont des atouts de poids au moment
de se lancer dans la création de son agence de voyages (Toute la franchise).
De nombreuses enseignes sont à la recherche d’entrepreneurs désireux d’ouvrir une agence de voyage
et de rejoindre leur réseau. C’est par exemple le cas de Promo vacances, Carrefour Voyages, Club Med,
Jet Tours, Marmara ou encore Thomas Cook (Observatoire de la franchise).
La recherche d’un local pour votre agence de voyage
Le choix de l’emplacement de votre agence de voyage est un élément important de la création de votre
entreprise. Elle doit se situer dans une zone facile d’accès, assez fréquentée. Vous pouvez opter soit
pour une zone de centre-ville avec des commerces, soit pour une proximité directe avec les voyageurs
et vous installer à proximité d’une gare par exemple.
Dans le cas d’une agence de voyage en ligne, sans accueil de la clientèle, on privilégiera un bon rapport
prix/desserte par les transports pour simplifier les trajets de vos collaborateurs.
Quelle structure juridique pour créer une agence de voyage ?
Comme pour toute création d’entreprise, l'ouverture de votre agence de voyage passera par la création
d’une structure juridique, et donc le choix d'un statut.
Cette démarche est particulièrement importante car le statut juridique définit en partie le mode de
gouvernance de votre société, le régime fiscal de l'entreprise, et le régime social du dirigeant.
6

De nombreuses options existent : Entreprise Individuelle, Société par Action Simplifiée (SAS), Société à
Responsabilité Limitée (SARL), ... vous devrez choisir l’option la plus conforme à ce que vous imaginez
pour votre société et à la façon dont vous souhaitez qu’elle évolue.
Pour choisir le statut juridique le plus adapté à votre projet d'agence de voyage, vous pouvez consulter
notre guide des statuts juridiques.
Les besoins humains et matériels pour lancer son agence de voyage
Étape suivante : la définition des besoins humains et matériels indispensables pour ouvrir votre agence
de voyage. Cette analyse vous permettra d’élaborer votre prévisionnel financier.
Les besoins matériels nécessaires à l’ouverture d’une agence de voyage
Les investissements nécessaires pour lancer une agence de voyages sont relativement limités.
Comme pour toute ouverture de boutique, il vous faudra prévoir l’achat du mobilier et de la décoration
(comptoir, bureaux, fauteuils, plantes vertes, lampes, affiches encadrées, etc.), ainsi que des postes
informatiques et terminaux de paiement nécessaires à votre activité commerciale.
Dans le cas d’une agence en ligne, tout le matériel nécessaire à l’accueil du public devient évidemment
superflu.
Il vous faudra également prévoir de faire réaliser un site internet, ici le prix variera fortement en
fonction du type de site souhaité : simple site vitrine pour présenter les services offerts par votre
agence, ou site e-commerce.
Les besoins en personnel d’une agence de voyage
Les besoins en personnel sont bien évidemment aussi à prendre en compte dans votre budget
prévisionnel.
Pour y voir plus clair, chiffrer au mieux les dépenses en personnel et vous pencher sur le recrutement de
manière efficace : nous vous conseillons de commencer par dresser une liste détaillant les horaires de
travail souhaités, les compétences, les missions, ainsi que les rémunérations envisagées.
Les services annexes à prendre en compte lors de l’ouverture d’une agence de voyages
Comme pour toute entreprise, lancer son agence de voyage nécessite d’avoir recours à plusieurs
services annexes tant au moment de la création (constitution d’une garantie financière, immatriculation
de votre agence comme nous l’avons vu plus haut), que sur la durée.
Ainsi, vous devrez assurer votre entreprise, notamment au moyen d’une assurance responsabilité civile
professionnelle. Mais vous devrez aussi avoir recours aux services d’un cabinet de comptabilité pour
s’occuper de la bonne tenue de vos comptes, et pourquoi pas d'une agence de communication pour
vous aider à mettre en place une stratégie marketing efficace.
Pour estimer au mieux ces dépenses et obtenir des prix compétitifs, n’hésitez pas à vous rapprocher de
plusieurs professionnels afin de leur demander des devis.
7

Le plan marketing d’une agence de voyages


L’objectif du plan marketing est d'identifier et de chiffrer les actions à mettre en place afin d’acquérir
puis de fidéliser votre clientèle.
Plusieurs canaux marketing et de communication peuvent être activés pour une agence de voyage. Le
plus important d’entre eux sera probablement le site web de votre agence, passage obligé pour ce type
d'activité et sur lequel vous devrez engager des moyens conséquents.
En effet, les voyageurs ont de plus en plus recours au web pour préparer eux-mêmes leurs voyages via
les sites des compagnies aériennes et spécialistes de l’hébergement. Vous devrez donc aller les chercher
là où ils sont, c’est-à-dire sur la toile, et leur proposer une offre compétitive et différenciée en vue de les
convaincre de faire appel à vos services.
Veillez donc à optimiser votre site web afin qu’il bénéficie d’un référencement naturel optimum,
suscitez l’envie de partir avec des photos à couper le souffle et rassurez avec des commentaires et
témoignages clients. Pensez également à la publicité en ligne (sur les moteurs de recherche ou réseaux
sociaux), ainsi qu'aux partenariats avec des plateformes de réservation en ligne ou des comparateurs.
Vous pouvez également envisager de mettre en place des partenariats avec les hôtels et chambres
d'hôtes de votre région en vue de proposer vos services de billetterie ou d'organisation d'excursions à
leurs clients, ou encore de démarcher les PME des environs pour leur proposer des services d'affaires
(voyages d'affaires, organisations de conférences ou séminaires, etc.).
Le business plan d’une agence de voyages
Le business plan est le document de synthèse de votre projet d'ouvrir une agence de voyage. Il permet
de vérifier, du moins sur le papier, que l'entreprise sera pérenne, et sert de document de référence lors
de la recherche de financement.
De façon schématique, le business plan d'une agence de voyage comprend deux parties : une partie
rédigée visant à présenter en détails le projet et à convaincre de ses atouts, et une partie chiffrée
mettant en avant le besoin de financement et le potentiel de rentabilité de votre agence de voyage.
Le business plan est le document que vous présenterez à votre banque, ou vos investisseurs potentiels,
lors de votre recherche de financement, il doit être parfait tant sur le fond que sur la forme.

Abstrait :
Ouvrir une agence de voyage: avec quel concept?
8

Une fois que vous aurez terminé votre étude de marché et abordé les principaux points de régulation
spécifiques au secteur, la prochaine étape pour ouvrir votre agence de voyages sera de définir votre
positionnement commercial.
Quels facteurs différenciant et spécifiques à la construction d'une clientèle allez-vous adopter?
Comme nous l'avons vu, l'agence de voyages traditionnelle et générale prend fin. Pour lancer une
structure qui fonctionne, vous voudrez peut-être vous positionner sur un concept original et vous
spécialiser soit dans un type d'activité (thalassothérapie, randonnée, croisière, vélo comme mentionné
ci-dessus) soit dans une destination (Asie, Afrique du Sud, Europe de l'Est, etc. .).
Les voyages expérientiels, pour ceux qui souhaitent vivre et découvrir des expériences originales, sont
populaires (Les Echos). Entrer dans ce créneau peut être une bonne idée.
Une fois votre concept défini, vous pouvez alors choisir sciemment de créer votre agence de voyages en
franchise ou en freelance. Sauf évidemment si vous reprenez une agence de voyages déjà existante.
Certes, la franchise réduit considérablement votre autonomie, mais a tout de même quelques avantages
à mettre en balance avant de se décider: l'accompagnement avant, pendant et après la création, la
notoriété de la marque du réseau, et l'accompagnement marketing sont des atouts de poids pour se
lancer dans la création de son agence de voyage (Toute la franchise).
De nombreuses marques recherchent des entrepreneurs qui souhaitent ouvrir une agence de voyages et
rejoindre leur réseau. C'est par exemple le cas de Promo vacances, Carrefour Voyages, Club Med, Jet
Tours, Marmara ou encore Thomas Cook (Observatoire de la Franchise).
Trouver une place pour votre agence de voyage
Le choix de l'emplacement de votre agence de voyage est un élément important du démarrage de votre
entreprise. Il doit être situé dans une zone facilement accessible et assez fréquentée. Vous pouvez opter
soit pour un centre-ville avec commerces, soit pour une proximité directe avec les voyageurs et vous
installer à proximité d'une gare par exemple.
Dans le cas d'une agence de voyages en ligne, sans accueil client, nous privilégierons un bon rapport prix
/ prestation de transport pour simplifier les déplacements de vos collaborateurs.
Quelle structure juridique pour créer une agence de voyages?
Comme pour toute création d'entreprise, l'ouverture de votre agence de voyages passera par la création
d'une structure juridique, et donc le choix d'un statut.
Ceci est particulièrement important car le statut juridique définit en partie la gouvernance de votre
entreprise, le régime fiscal de l'entreprise et le régime social du dirigeant.
De nombreuses options existent: Entreprise individuelle, Société par actions simplifiée (SAS), Société à
responsabilité limitée (SARL), ... vous devrez choisir l'option qui correspond le mieux à ce que vous
imaginez pour votre entreprise et à la manière dont vous souhaitez qu'elle évolue.
Pour choisir le statut juridique le mieux adapté à votre projet d'agence de voyages, vous pouvez
consulter notre guide des statuts juridiques.
Besoins humains et matériels pour lancer une agence de voyage
9

Prochaine étape: définir les besoins humains et matériels nécessaires à l'ouverture de votre agence de
voyages. Cette analyse vous permettra d'élaborer vos prévisions financières.
Le matériel nécessaire pour ouvrir une agence de voyage
Les investissements nécessaires pour créer une agence de voyages sont relativement limités.
Comme pour toute ouverture de magasin, vous devrez prévoir l'achat de mobilier et de décoration
(comptoir, bureaux, fauteuils, plantes vertes, lampes, affiches encadrées, etc.), ainsi que les postes
informatiques et terminaux de paiement nécessaires à votre activité commerciale.
Dans le cas d'une agence en ligne, tout le matériel nécessaire pour accueillir le public devient
évidemment superflu.
Il vous faudra également prévoir la réalisation d'un site internet, ici le prix variera fortement selon le
type de site souhaité: simple site vitrine pour présenter les services proposés par votre agence, ou site
e-commerce.
Besoins en personnel des agences de voyages
Les besoins en personnel sont évidemment également à prendre en compte dans votre budget
prévisionnel.
Pour y voir plus clair, calculez au mieux les frais de personnel et regardez efficacement le recrutement:
nous vous conseillons de commencer par dresser une liste détaillant les heures de travail souhaitées, les
compétences, les missions, ainsi que la rémunération envisagée.
Services supplémentaires à prendre en compte lors de l'ouverture d'une agence de voyages
Comme pour toute entreprise, lancer une agence de voyages nécessite d'avoir recours à plusieurs
services complémentaires tant au moment de la création (constitution d'une garantie

Partie I : la partie théorique


Créer son entreprise et être son propre patron, c’est le rêve de beaucoup d’entre nous. Pourtant, ceux
qui franchissent le pas et créent leur propre entreprise ne sont pas légion.
Pour créer son propre entreprise, il faut d’abord répondre à plusieurs questions :
 Ai-je le profil d’un chef d’entreprise ?
 Mes produits ou services auront-ils un marché ?
 Comment préparer mon plan d’affaires ?
 Le banquier voudra-t-il financer mon projet ?
 Quelle forme juridique choisir pour mon entreprise ?
 Sur quels conseillers pourrai-je compter ?
I. Etude de marché
Cette étude doit permettre de savoir si votre marché cible est porteur, s’il recèle des niches non encore
exploitées ou un angle d’approche ignoré, si les produits ou services à commercialiser possèdent le
détail qui permet de faire la différence avec les concurrents.
10

L’étude de marché doit précisément permettre :


 D’identifier la clientèle cible (taille, catégories socioprofessionnelles, âge,…);
 D’approcher la clientèle cible pour juger de sa réaction aux produits ou services à commercialiser
(par sondages, mini-tests,…) ;
 De définir les caractéristiques du produit ou service à commercialiser (niveau de qualité,
présentation, prestations connexes,…) ;
 D’analyser les atouts du produit ou service à commercialiser (gain de temps, de place, d’argent,
de confort, de sécurité,…) ;
 De s’informer sur l’environnement réglementaire, professionnel, économique,…) ;
 D’analyser l’évolution technologique dans le secteur ;
 D’identifier ses futurs concurrents et fournisseurs ;
 De déterminer le chiffre d’affaires prévisionnel et sa montée en puissance durant les premières
années d’activités ;
 De définir une stratégie commerciale pour réaliser le chiffre d’affaires escompté (positionnement
tarifaire, techniques de vente, plan de communication, canaux de distribution,…) ;
 De dimensionner les moyens humains et matériels à mettre en œuvre pour atteindre le chiffre
d’affaires prévisionnel.
ENVIRONNEMEN Constituent les principaux axes d’une étude de marché
T
CLIENTELE
CONCURRENCE
FOURNISSEURS
1-1 : L’environnement :
Il s’agit de l’étude de l’environnement général ( local ou régional selon le marché cible ) et ce, afin
d’appréhender la toile de fond dans laquelle le projet est supposé s’insérer, de manière à identifier et à
évaluer la nature, l’état et les perspectives de facteurs qui génèrent ou catalysent les flux de demande ;
ce qui requiert la disponibilité de données macro-économiques ( démographie, infrastructures,
transports,…) propres au périmètre visé ( quartier, ville ou région ). L’on ne peut, par exemple, lancer un
projet de parc de jeu pour enfants sans s’assurer de l’existence, dans le périmètre visé, d’une certaine
proportion d’enfants, d’un certain pouvoir d’achat, de moyens de transport et d’infrastructures
permettant l’accès au parc.
L’étude de l’environnement doit permettre, par ailleurs, de déterminer et d’analyser :
 L’organisation de la profession ou du secteur ;
 Les tendances et évolutions du marché et de la profession ;
 L’état et l’évolution des réglementations appliquées au marché et à la profession;
 Etc…
Le but étant de savoir si le marché est porteur et s’il y a une place, et pour combien de temps, pour le
produit ou le service à commercialiser.
1-2 : La clientèle :
Elle doit être identifiée de façon aussi précise que possible. La démarche consiste à raisonner en terme
de segmentation et de positionnement qui reflètent, en fait, votre rapport qualité/prix ; démarche qui
permet, en fin de parcours, d’appréhender votre marché cible qui ne doit pas être confondu avec :
 Le secteur d’activité qui est constitué de tous les vendeurs de produits ou services concurrents ;
11

 Le marché potentiel qui est constitué de tous les clients potentiels et réels d’un produit ou service
;
 Le marché disponible qui est constitué de tous les clients qui ont intérêt à acheter et la capacité
de le faire :
- L’intérêt est influencé par la publicité et les promotions ;
- La capacité dépend du pouvoir d’achat et peut être influencée par la politique de prix.
Le marché cible est la partie du marché disponible que le créateur d’entreprise décide d’atteindre et
que l’on peut également appeler segment de marché. La segmentation du marché se faisant
généralement en fonction de variables comme l’âge, le sexe, le revenu, la catégorie
socioprofessionnelle,…
La règle d’or : éviter, autant que faire se peut, de dépendre d’un seul client ; ses difficultés seront les
vôtres, ses caprices vous en serez la victime, sa politique sera la vôtre,…Autrement dit, le sort de votre
entreprise sera entre ses mains. Cette dépendance est aussi à éviter vis-à-vis d’un distributeur (une
chaîne de supermarchés par exemple).
1-3 : La concurrence :
Pour cerner la concurrence sur le marché visé, il est essentiel de connaître la façon dont elle est
organisée, de savoir si le marché est géré par un ou plusieurs intervenants, de s’informer sur les
pratiques et les habitudes du secteur. Pour ce faire, il y a lieu de sélectionner les principaux concurrents
et d’en étudier :
 Les forces et faiblesses (capacité de production et de stockage, assise financière, implantation
géographique, mode de vente,…);
 La notoriété (image de marque, ancienneté et présence sur le marché);
 la politique de prix (rapports qualité/prix) et de promotion des ventes ;
 les conditions accordées aux clients : délais de livraison, mode et délais de règlement, service
après-vente,…);
Ces informations peuvent être obtenues auprès :
- des concurrents eux-mêmes et de leurs clients ;
- des syndicats professionnels ;
- des chambres de commerce ;
- etc…
Deux techniques peuvent être utilisées pour la collecte d’informations :
 L’évaluation sur site (surtout cas d’une clientèle localisée) ;
 Les entretiens et les enquêtes par questionnaires (clientèle identifiable ou de masse).
Ce volet de l’étude de marché est très important car il peut permettre d’obtenir des informations
précieuses sur les concurrents ; informations qui pourraient faciliter grandement la détermination du
chiffre d’affaires prévisionnel ainsi que les moyens à mettre en place pour le réaliser.
1-4 : Les fournisseurs :
Parce que la solidité financière, l’organisation, le savoir-faire, la capacité d’innovation, les conditions
financières,… des fournisseurs conditionnent le développement voire la survie de nombre d’entreprises,
il est essentiel de procéder à une analyse de la situation es des pratiques de ses futurs fournisseurs qui
ne doivent pas être choisis uniquement sur la base de leurs tarifs.
L’analyse doit permettre au créateur d’entreprise de savoir si ses futurs fournisseurs ‘ de matières, de
marchandises et de matériel et ses pièces de rechange) permettront ou non à l’entreprise :
12

 D’être à l’abri d’une rupture de stocks qui peut être fatale (perte de la clientèle, pénalités pour
livraison hors délai, …) ;
 D’être soutenue dans les situations difficiles et dans son développement (commandes
exceptionnelles, difficultés financières par suite de la défaillance d’un gros client, d’une grève, d’une
chute des prix,…) ;
 De respecter les normes sanitaires, environnementales, sociales,… pour éviter une disqualification
dans certains marchés notamment à l’export ;
 De disposer des pièces de rechanges pour maintenir en état de marche son outil de production (il
est vivement recommandé d’éviter l’acquisition, même à très bon compte, du matériel d’un fabriquant
en perte de vitesse ; à sa disparition, les pertes peuvent être dramatiques pour l’entreprise) ;
 De profiter des avancées technologiques moyennant des adaptations de son outil de production
plutôt que d’un remplacement de celui-ci ;
 De bénéficier d’un bon service après-vente et de garanties suffisantes en cas de défaillance du
matériel ou de défectuosité des marchandises;
 Etc…
Une règle d’or : éviter, autant que faire se peut, de dépendre d’un seul fournisseur, ses difficultés seront
les vôtres, ses caprices vous en serez la victime, sa politique sera la vôtre. Autrement dit, le sort de votre
entreprise sera entre ses mains.
1-5 : La stratégie commerciale :
Après avoir identifié votre clientèle, choisi vos fournisseurs et cerner vos concurrents et
l’environnement dans lequel évoluera l’entreprise, vous devez définir la façon dont vous allez vendre
vos produits ou services et ce en arrêtant:
- Une politique de prix ;
- Un positionnement par rapport aux concurrents (prix, quantité, prestations connexes,…) ;
- Le mode de commercialisation (vente directe, par distributeurs, par franchise,…);
- Une politique de communication et de promotion (quelle image véhiculer et sur quel(s)
support(s),…);
- Une politique d’approvisionnement (où, comment et à quel prix ?) ;
Sachez enfin que « les moyens qui permettent d’agir sur le marché peuvent être classés en trois
catégories :
 Ceux qui visent à attirer le consommateur vers le produit. Ils relèvent de l’action publicitaire.
Vous déciderez, en fonction de votre budget et de l’étendue de votre rayon d’action, du type de support
le plus efficace : insertion dans les pages jaunes, signalétique et/ou publicité sur le lieu de vente,
prospectus, cartes de visites, encarts publicitaires dans la presse locale ou spécialisée ainsi que dans les
annuaires professionnels, annonces sur les radios locales,…
 Ceux qui visent à pousser le produit vers le consommateur. Ils relèvent de l(action
promotionnelle ( qui ) permet d’inciter ponctuellement à l’achat en accordant un avantage
exceptionnel : journées portes ouvertes, petits événements, dégustations, démonstrations,
participations à des foires, cartes de fidélité,…
 Ceux qui visent à établir un contact direct avec le consommateur. Ils relèvent des actions de
prospection ou de relance : porte-à-porte, prospection téléphonique, par courrier, fax, avec coupon-
réponse,…
Ces moyens ont naturellement un coût qu’il convient, à ce stade, d’évaluer de manière à les prendre en
compte dans vos comptes prévisionnels
13

1-6 : L’évaluation du chiffre d’affaires prévisionnel :


Il existe plusieurs méthodes pour déterminer le chiffre d’affaires prévisionnel qui dépendent de la
nature du produit ou service à commercialiser et des moyens à mettre en œuvre. Parmi ces méthodes,
l’on peut citer celles se basant sur :
 Un objectif à atteindre : le fabriquant d’une nouvelle lessive qui se fixe l’objectif d’atteindre 5%
de la demande sur le marché en y mettant bien entendu les moyens nécessaires. Ainsi, pour une
demande sur le marché de 3.000.000 d’unités, son chiffre d’affaires prévisionnel seraitil de 150.000
unités qu’il suffirait de multiplier par le prix de vente unitaire pour d »terminer le chiffre d’affaires en
Dirhams.
 Des intentions d’achat : appréhendées au moyen de sondage ; méthode utilisée surtout pour le
lancement de produits ou services n’ayant pas d’équivalents sur le marché. Ainsi, si 4% des femmes de
plus de 25 ans se disent intéressées par l’achat d’un mensuel traitant d’astrologie, en tablant sur le
passage à l’acte de la moitié d’entre elles, pour une population de 2.000.000, le chiffre d’affaires
pourra*-t-il atteindre les 40.000 exemplaires par numéro, soit 480.000 par an à multiplier par le prix de
vente unitaire et à augmenter des recettes publicitaires s’il y a lieu.
 Les réalisations des concurrents : en tenant d’un café qui se fixe, par exemple, une recette
journalière de moitié supérieure à celles de ses concurrents de taille similaire. Cette approche requiert
que l’on s’interroge sur les raisons pour lesquelles l’on pourrait faire au moins bien que les concurrents.
 Les ventes par anticipation : c’est à dire en essayant, durant un certain temps, d’obtenir des
commandes d’avance pour en faire des extrapolations de ventes.
La détermination du chiffre d’affaires prévisionnel est la partie la plus difficile et celle qui requiert le plus
d’attention, voire de prudence. Un chiffre d’affaires surévalué poussera à mettre en place des moyens
surdimensionnés qui pourront plomber le projet des années durant.
A noter enfin qu’aucune des méthodes que nous venons de voir ne permet de déterminer de façon
précise le chiffre d’affaires prévisionnel ; celui-ci doit, en tout état de cause, vous paraître raisonnable.
II. Evaluation des moyens matériels et humains à mettre en œuvre
Une fois le chiffre d’affaires prévisionnel arrêté, il faut déterminer les moyens à mettre en œuvre pour
l’atteindre et ce, en terme :
 De ressources humaines :
• Quel effectif ?
• Quelles compétences ou qualifications ?
• Pour quel (s) niveau (x) de rémunération ?
Si les besoins en ressources humaines sont importants et les profits recherchés pointus, faîtes appel à
un cabinet de recrutement ; et sachez qu’un mauvais recrutement peut être aussi coûteux qu’un
mauvais investissement.
 De locaux :
• Où s’installer ?
• Sur quelle surface ?
• A quel prix (construction, acquisition, leasing, ou location) ?
• Etc.
Les locaux qui limitent les possibilités d’extension sont, bien entendu, à éviter.
 De matériel :
• Lequel et à quel prix ?
14

• Neuf ou d’occasion ?
• Location, acquisition ou leasing ?
• Importation ou acquisition sur place ?
• Etc.
Les fournisseurs devant, bien entendu, être bien choisis et ce, pour les raisons évoquées supra.
III. Estimation du coût du projet
Après avoir ciblé sa clientèle, identifié ses concurrents, choisi le matériel et le lieu d’installation,… le
créateur d’entreprise doit procéder, avec le plus grand soin, à l’estimation du coût de son projet car une
sous-estimation peut gêner le démarrage de ce dernier, voire en sonner le glas et ce, surtout lorsque ni
le créateur et ses associés, ni le banquier ne peuvent ou veulent apporter le soutien financier
nécessaire.
Le coût du projet est constitué, selon les cas, de celui des éléments suivants :
• Frais préliminaires ;
• Brevets, licences et assimilés ;
• Fonds de commerce ;
• Terrains ;
• Constructions ;
• Aménagements et installations ;
• Matériel de production ;
• Matériel de transport ;
• Matériel et mobilier de bureau ;
• Frais préliminaires ;
• Fonds de roulement de démarrage ;
• Divers imprévus.
Le tableau, ci-après, précise le contenu de chacun de ces éléments ainsi que les documents sur lesquels
doit s’appuyer l’estimation de leur coût ; de même qu’il rappelle certaines précautions à prendre au
moment de la réalisation de l’investissement et ce, pour éviter quelques déboires

Eléments de Contenu et/ou précautions à prendre Documents de base


l’investissement
Frais préliminaires - Il s’agit des dépenses à engager pour lancer - Factures pro forma pour
le produit ou créer l’entreprise : frais de partie (honoraires, publicité,…)
formalités administratives, de conseils, de - Estimation pour le reste
prospection, de publicité, d’acquisition des (frais de formalité,…)
immobilisations,…
Licences, brevets - S’assurer de la validité des - Compromis de vente ;
et brevets et licences (dépôts, durée de - Certificat de dépôt faisant
assimilés protection,…) - Bien délimiter la zone ressortir la durée de validité du
géographique d’exclusivité. brevet ;
15

- Contrat de franchise.

Fonds de - Il peut s’agir : - Compromis de vente détaillant


commerce • Soit d’un fonds de commerce avec un actif les éléments composant le fonds
et un passif ; dans ce cas-là, il ne faut pas et faisant ressortir la clause de
oublier d’insérer dans l’acte de cession une garantie du passif ;
clause de garantie du passif ; - Rapport d’expertise (le cas
• Soit d’un simple pas de- porte. échéant) ;
- Dans tous les cas, il faut : - Extrait du registre de commerce
• S’assurer que le fonds n’est pas grevé de ;
nantissement et ne fait pas l’objet de - Contrat (s) de bail.
procédure de saisie ; et que les locaux
recensés en font bien partie ;
• Analyser les contrats de bail.
Terrain - S’assurer : - Certificat de la conservation
• Que le terrain n’est pas situé dans une zone foncière ;
non constructible ; - Compromis de vente ; - Rapport
• Que les autorités sont disposées à autoriser d’expertise (le cas échéant).
l’installation de l’entreprise ;
• De la valeur du terrain par un expert avant
de conclure ;
• Que le terrain choisi ne limite pas les
possibilités d’extension de l’entreprise.
Constructions (à - Demander plusieurs devis et les soumettre - Devis faisant ressortir le délai de
réaliser) à un bureau d’études pour évaluation ; - Se réalisation ;
renseigner sur le sérieux et le - Plan d’architecte;
professionnalisme de l’entreprise retenue ; - Autorisation de construire (si
- Prévoir des cautions de bonne fin et de terrain est déjà acquis).
retenue de garantie ;
- Prévoir une astreinte en cas de
dépassement du délai de réalisation.
Aménagements - Idem - Compromis de vente ; - Devis
et installations faisant ressortir le délai de
réalisation ;
- Plan d’architecte ;
- Autorisation d’aménagemt.

Matériel de - Demander plusieurs devis et ne pas hésiter à


production consulter des fournisseurs étrangers ; - Pour - Devis ou factures pro forma ;
le matériel à importer, se renseigner sur les - Rapport d’expertise (si matériel
droits de douane ; d’occasion) ; - Extrait de la
- S’il s’agit d’un matériel d’occasion, une nomenclature douanière faisant
expertise est nécessaire ; ressortir les droits de douane à
- Ne pas hésiter à recueillir l’avis de payer sur le matériel à importer.
spécialistes sur le matériel à acquérir
(performances et faiblesses, niveau
technologique,…).
16

Matériel de - Idem - Idem


transport
Matériel et - Idem - Idem
mobilier de
bureau
Fonds de - Il s’agit des fonds nécessaires à - Tableau de détermination du
roulement de l’exploitation en attendant les premières BFR (voir infra).
démarrage recettes ;
- Prévoir une marge de sécurité pour le cas où
les objectifs commerciaux ne seraient pas
atteints.
Divers imprévus - Généralement de 10 à 15% de - Eventuellement, une note
l’investissement pour parer à toute expliquant les raisons justifiant
éventualité. cette précaution.
IV. Evaluation de la viabilité financière du projet
Cette évaluation se base sur une projection dans le futur des résultats attendus du projet en termes de
cash-flows (flux de trésorerie). Elle est aussi importante que celle du coût du projet, car une
surestimation de la rentabilité peut pousser à la réalisation d’un investissement qui n’en vaut pas la
peine.
Elle donne lieu à l’élaboration :
• D’un compte de produits et charges prévisionnel sur 3 à 5 ans ;
• D’un tableau de détermination des besoins prévisionnels en fonds de roulement sur 3 à 5ans ;
• D’un plan de trésorerie ou de financement prévisionnel sur 3 à 5 ans.

Le but étant de savoir si les cash-flows que dégagera le projet permettront ou non :
• D’une part, de couvrir les échéances d’emprunts, s’il y a lieu ;
• Et d’autre part, de dégager un surplus acceptable par l’investisseur.
4-1 : Etablissement du compte de produits et charges prévisionnel
4-1-1 : Détermination du chiffre d’affaires :
Le chiffre d’affaires prévisionnel, qui peut être déterminé comme indiqué précédemment, doit être :
1° comparé, si possible, avec celui réalisé par des concurrents de même taille ou avec les normes du
secteur ;
2° soumis, si possible, à l’appréciation de quelques professionnels ;
3° rapproché du seuil de rentabilité du projet, c’est à dire du chiffre d’affaires à partir duquel le projet
commencera à dégager des bénéfices.
Le seuil de rentabilité étant calculé comme suit : CF = (Marge/coût variable * Q)
Où Q = Chiffre d’affaires en quantité et CF = Charges fixes.
Le seuil de rentabilité en Dirhams étant égal à : Q * prix de vente unitaire.
Si le seuil de rentabilité paraît irréalisable, le projet ne pourra être viable que si l’entreprise revoie ses
prix de vente, ou la structure de se coûts (fixes et variables).
Le chiffre d’affaires retenu la première année n’étant pas forcément égal au seuil de rentabilité ; il peut
être inférieur comme supérieur.
Une fois le chiffre d’affaires de la première année validé, se croissance d’une année sur l’autre doit tenir
compte de l’évolution du marché, de l’augmentation de la notoriété et des moyens de l’entreprise ainsi
que du perfectionnement de son personnel.
17

La première année d’exploitation étant généralement consacrée à la mise en route et au « cadrage » de


l’outil de production et des équipes, à faire connaître l’entreprise et ses produits,…, le chiffre d’affaires
doit monter en puissance les années suivantes.
4-1-2 : Détermination des charges :
Il s’agit du recensement de toutes les charges que l’entreprise aura supporter. Pour éviter d’en oublier,
l’on se réfère, dans la pratique, à la classification du plan comptable.
4-1-2-1 : Les achats :
a : Les achats stockés (revendus et/ou consommés) :
Lorsque l’activité est commerciale, les achats ne concernent que les approvisionnements en
marchandises à revendre en l’état en y adjoignant, le cas échéant, l’emballage. Lorsque l’activité est
industrielle, les achats englobent les approvisionnements en matières premières et consommables en
plus de l’emballage, le cas échéant.
Les achats peuvent être déterminés à partir du chiffre d’affaire prévisionnel et de la marge que compte
pratiquer l’entreprise. Ainsi, par exemple, pour le chiffre d’affaires de 1.000 KDH et une marge sur les
achats de 30%, les achats prévisionnels seront de 796,2 KDH, soit 79,62 % du chiffre d’affaires déterminé
selon la formule suivante :
Taux d’achat P = (1/(1+taux de marge))*100
Ainsi, en retenant une croissance annuelle de 10% du chiffre d’affaires, pour 1.000KDH de chiffra
d’affaires, les achats devront évoluer, pour les cinq premières années d’exploitation, comme suit :

Année1 Année 2 Année Année 4 Année 5


3
Achat 769 846 930 1024 1126
s
Dans la pratique, la marge est rarement constante d’une année sur l’autre sauf pour les produits dont la
marge est réglementée.
b : Les achats non stockés :
Il s’agit :
• De la consommation d’eau et d’électricité qu’il faut estimer en fonction de l’activité prévisionnelle et
de la puissance des installations ;
• Des fournitures de bureau, de petits outillages,… que l’on ignore généralement dans les prévisions en
raison de leur valeur non significative ;
• Des travaux et prestations de services fournis par les tiers (en relation directe avec l’activité de la société
telle que la sous-traitance) ; qu’il faut estimer en fonction de l’activité prévisionnelle.
5-1-2-2 : Les autres charges externes :
Elles englobent toutes les consommations de biens et services en provenance des tiers dont les
principales sont ventilées dans le tableau suivant :
Nature de la charge Modalités de calcul de la charge à inscrire au CPC prévisionnel
Loyers et charges locatives - A déterminer à partir des contrats de bail (tenir compte des
augmentations qui sont prévues).
Redevances de crédit-bail - A déterminer à partir des simulations auprès des sociétés de
leasing.
Entretien et réparations - Pour les biens immeubles, l’on peut retenir un certain % de leur
valeur, en général 1 à 2%.
- Pour le matériel, l’on retient la redevance fixée pour sa
18

maintenance ; à défaut, l’on peut retenir le % appliqué dans le


secteur ou encore 1 à 2% de la valeur du matériel voire
plus si l’utilisation est intensive
(fonctionnement 16 H /24 ou 24H/24).
Primes d’assurances : - Obtenir une estimation par un courtier en assurances.
• Multirisques (vol, incendie,…)
• Risques d’exploitation
• Matériel de transport
Rémunérations d’intermédiaires : - Honoraires fiduciaire : selon devis ;
• Honoraires (transitaires, - Commissions d’avocat : % du CA dans certains cas ;
fiduciaire, avocats,…) - Commissions et courtages : ce poste n’est à évaluer que dans le
• Commissions et courtages. cas des entreprises faisant appel à des commissionnaires dont la
rémunération est généralement fonction soit des achats soit du
CA.
Redevances de brevets, licences - A déterminer à partir des contrats à signer
et assimilés. (ne pas y inclure les droits d’entrée généralement exigés des
franchisés et qui sont à immobiliser).

Documentation (technique et - A déterminer en fonction des abonnements à souscrire.


générale)
Transports : - Si le transport du personnel est à assurer par un tiers, demander
• Du personnel des devis ;
• Sur achats - Le coût du transport sur achats et ventes, est à estimer sur la base
• Sur ventes des tarifs des sociétés de transport.
Déplacements, missions et - Variables selon la nature de l’activité et peuvent être estimés par
réceptions pourcentage du CA.
Publicité (insertion, cadeaux,…) - Les frais de publicité dépendant de la politique de communication
de l’entreprise, et représentent généralement un certain % du CA.

Frais postaux et de téléphone - Si l’activité de l’entreprise en est très consommatrice, ils peuvent
également être estimés par un % du CA.
Services bancaires - Ils ne sont significatifs que pour les entreprises traitant un volume
important d’opérations (multitude de chèques et d’effets à
l’encaissement) ou d’opérations d’importations couvertes par des
accréditifs. Ils peuvent dans, ce cas, être estimés par un % du CA
et/ou des achats.
Une fois les charges externes de la première année évaluées, les prévisions pour les années suivantes
doivent tenir compte de l’évolution de l’activité et de l’organisation de l’entreprise. Lorsque la part des
charges variables est prépondérante, le % des charges externes par rapport au CA de la première année
sert généralement de base pour évaluer, sans les détailler, les charges externes des années suivantes.
Ainsi, si les charges externes et le CA de la première année sont estimés respectivement à 200 et 1000
KDH, et qu’il a été retenu, pour les quatre années suivantes, une augmentation annuelle de 10% du CA,
les charges externes et le CA, pour les cinq premières années d’exploitation, se présenteront comme
suit:
Année 1 Année Année 3 Année Année 5
2 4
Chiffre d’affaires 1000 1100 1210 1331 1464
Charges 200 220 242 266 293
19

externes
4-1-2-3 : Les impôts et taxes :
Ce poste regroupe les principaux impôts et taxes indirects à payer par l’entreprise selon les taux en
vigueur changé selon les lois de finance, on peut citer :
- Taxe urbaine (TU)
- Taxe d’édilité(TE)
- Patente (taxe professionnelle)
- Vignettes
L’évolution de ce poste durant les années suivantes doit tenir compte de celle du matériel, des locaux de
l’entreprise et dans la mesure du possible de la législation fiscale.
4-1-2-4 : Les charges du personnel :
Sont déterminées en fonction des effectifs qui seront employés, de leur profil, du planning de leur
recrutement et des cotisations sociales.
Elles sont en général synthétisées dans des tableaux comme ceux qui suivent:
* Les salaires :
fonction Date d’embauche Nombre Salaire brut mensuel Salaire brut
annuel
- Directeur
général
- Directeur
financier
- Directeur
commercial
-Directeur du
personnel
- Comptable
- Secrétaire
-Ouvriers
spécialisés
- ouvriers
- Etc
Total
* Les charges sociales :
Charges Catégorie 1 Catégorie 2 Catégorie 3
sociales Base Cotisations Base Cotisations Base Cotisations
- CNSS
- CIMR
- Ass maladie
-Ass accident
de travail
- Etc.
Total
La détermination des charges sociales doit, bien entendu, tenir compte de la méthodologie de leur
calcul par les organismes sociaux concernés. Pour simplifier la démarche, l’on se contente, dans la
pratique, d’appliquer à la masse salariale un % forfaitaire censé couvrir toutes les cotisations sociales,
allant de 20 à 25 %, voire à 30 % pour les entreprises à fort taux d’encadrement.
20

Si l’effectif de la première année n’est pas appelé à augmenter de façon significative, la masse salariale
des années suivantes est, dans la pratique, calculée par application d’un % de croissance, 5 à 10 %,
censé couvrir les augmentations de salaires et les recrutements d’appoint.
Le tout étant regroupé dans le tableau suivant :
Année 1 Année 2 Année 3 Année 4 Année 5
- Salaires
- Charges sociales
- Divers
Total
La rubrique « divers » est censée tenir compte des autres dépenses à engager en faveur du personnel :
frais de cantine, médecine de travail, allocations aux œuvres sociales, vêtements de travail,…qui
peuvent être estimés de façon forfaitaire (2 à 5 % des salaires).
4-1-2-5 : Les dotations aux amortissements :
Elles permettent de répartir le coût des investissements sur leur durée de vie ou utilisation. Se
traduisant pas par une sortie de trésorerie, les dotations aux amortissements sont une affectation d’une
partie des bénéfices à la reconstitution de capital investi.
Elles sont à calculer à partie des taux usuels d’amortissement et du rythme d’utilisation des biens.
Les taux usuels d’amortissement
Nature d’immobilisations Taux
Frais d’établissement ou préliminaires 20 %
Bâtiments administratifs 4%
Bâtiments industriels 5%
Constructions légères 10 %
Mobilier, aménagements et installations 10 %
Gros matériel informatique 10 %
Matériel et outillage de production 10 %
Micro-ordinateur, périphériques et logiciels 15 %
Matériel de transport 20 %
Matériel et outillage de faible valeur 30 %
A noter que l’entreprise peut opter pour l’amortissement dégressif qui permet de calculer une dotation
plus élevée les premières années et ce, en retenant un taux d’amortissement égal à celui de
l’amortissement linéaire multiplié par un coefficient variant avec la durée d’utilisation du bien et qui est
de :
• 1,5 si la durée d’utilisation est de 3 à 4 ans ;
• 2 si la durée d’utilisation est de 5 à 6 ans ;
• 3 si la durée d’utilisation est supérieure à 6 ans.
Il est à préciser :
• Que ce taux d’amortissement, dit dégressif, est appliqué sur une base de calcul dégressive, c’est à dire
déduction faite des amortissements antérieurs, appelée valeur comptable nette ;
• Que lorsque la dotation calculée au dégressif devient inférieure au quotient de la CCN par le nombre
d’années restant à courir, c’est ce quotient qui doit être retenu comme dotation.
Pour faciliter le report dans le CPC prévisionnel, les dotations aux amortissements des différents
éléments de l’investissement sont synthétisées dans un tableau comme suit :
Investissements à amortir Taux Amort An.1 An.2 An.3 An.4 An.5
21

Frais préliminaires
Constructions
Aménagement et installations
Matériel de production
Matériel de transport
Etc
Total
4-1-2-6 : Les charges financières
Sont à déterminer en fonction des taux d’intérêt et du montant des crédits à contracter et qui peuvent
être de deux catégories :
a : Les crédits à moyen et long terme
Qui financent les investissements et dont les intérêts à inscrire au CPC prévisionnel sont à tirer de
simulations à obtenir auprès d’un banquier ou par l’utilisation d’un tableau alimenté par les formules
des mathématiques financières.
b : Les crédits dits d’exploitation ou de fonctionnement
Qui financent l’exploitation et se subdivisent en deux sous-catégories :
c Les crédits dits par caisse ou par décaissement
Qui permettent à l’entreprise de compléter le financement de son cycle d’exploitation. Il s’agit du
découvert, de l’escompte d’effets de commerce, de la mobilisation de créances nées à l’étranger, des
avances sur marchandises, des avances sur marchés publics, du préfinancement à l’export,… Ces crédits
sont consentis généralement dans le respect des limites suivantes :
Nature du crédit Modalités de calcul du plafond
Découvert 10 % du CA TTC
Escompte effets de commerce (CA TTC local*délai règlement clients locaux)/360

Mobilisation des créances nées à l’étranger (CA export*délai règlement clients étrangers)/360

Avances sur marchandises 70 à 80 % des stocks moyens


Avances sur marchés (CA avec l’administration *délai règlement
Administration)/360
Préfinancement export 10 % du CA à l’export
Les intérêts afférents à ces crédits sont fonction de leur utilisation prévisionnelle qui dépend :
• Du fonds de roulement de démarrage (plus il est important, plus le recours à ces crédits sera
moindre) ;
• De la nature et de l’évolution de l’activité qui peut être génératrice de besoins ou de ressources
en fonds de roulement.
Pour déterminer le niveau d’utilisation de ces crédits, l’on se base généralement sur des budgets de
trésorerie annuels qui confrontent les prévisions d’encaissements et de décaissements, et font ainsi
ressortir, mois par mois, les besoins de trésorerie. Les budgets de trésorerie, dont l’élaboration est
quelque peu fastidieuse, se présentent comme suit :
Budget de trésorerie de l’exercice :……………….
Mois 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 1
2

ENCAISSEMENTS
- Ventes
22

-…
-…
- subventions
DECAISSEMENTS
- achats
- patente,
- Salaires
- IS
- TVA
-…
- remboursements
emprunts
Solde initial
Solde final
Couverture déficit
trésorerie :
- découvert
- escompte
- MCNE - ASMA
- ASM
Les crédits par signature qui n’engagent que la signature du banquier qui peut être appelé, dans
certains cas, à décaisser de l’argent pour le compte de l’entreprise. Il s’agit des cautions marchés
délivrées pour le compte de l’entreprise en faveur de l’administration publique pour permettre de
participer et réaliser certains marchés publics ; des obligations cautionnées délivrées pour le compte de
l’entreprise en faveur de l ‘administration des douanes pour permettre de différer le paiement des
droits de douane ; des crédits documentaires pour permettre à l’entreprise d’effectuer des importations
auprès de fournisseurs établis à l’étranger ne faisant pas confiance dans l’entreprise,…
Ces crédits donnent lieu à des commissions (et non à des intérêts) qui sont à inclure dans le poste «
Charges externes », rubrique « services bancaires » et non dans le poste « Charges financières ».
4-1-2-7 : L’impôt sur les bénéfices :
• Si le projet est réalisé dans le cadre d’une société, il y a lieu de payer sur le bénéfice l’impôt sur les
sociétés dont le taux est déterminé selon a loi de finance de chaque année.
• Si le projet est réalisé dans le cadre d’une entreprise individuelle ou d’une société de personne (SNC,
SCS, SF), il y a lieu de payer sur le bénéfice l’IR, qui est calculé selon le barème indiqué par
l’administration générale des impôts.
A noter que :
Tout changement des dispositives fiscales sera mentionné dans la loi de finance de l’année ou il y a la
modification effectuée.
4-1-3 : Détermination des résultats et cash-flows prévisionnels :
La synthèse des produits et charges déterminés comme indiqué plus haut se fait à travers un tableau
pluriannuel appelé « Tableau d’exploitation prévisionnelle » qui se présente comme suit :
Tableau d’exploitation prévisionnelle
An.1 An.2 An.3 An.4 An.5
I : Chiffre d’affaires
- Export
- Local
23

II: Achats:
- Mat. Premières consommables
- marchandises
III : Marge brute :
- autres charges externes
- impôts et taxes
- frais de personnel
- dotations aux amortissements
IV : Résultat brut d’exploitation
- charges financières
- produits financiers
V : Résultat courant
Impôts sur les bénéfices
VI : Résultat net
VII : Marge brute d’autofinancement
Le tableau d’exploitation prévisionnelle permet de connaître le résultat et les cash-flows que dégagera
le projet et partant de juger de sa rentabilité et ce, notamment à travers un certain nombre
d’indicateurs tels que la VAN (Valeur Actuelle Nette), le TIR (Taux interne de rentabilité), le Pay-back
period (Délai de récupération du capital investi), l’IP (Indice de profitabilité),…
4-1-3-1 : La Valeur Actuelle Nette (VAN) :
Elle est égale à la différence entre la somme des cash-flows nets prévisionnels, actualisées à un taux
donné, et les sommes investies dans un projet. Si cette différence est positive, cela veut dire que le taux
de rentabilité du projet est au moins égale au taux d’actualisation. Lorsqu’il y a à choisir entre plusieurs
projets, celui dont la VAN est la plus importante est, bien entendu, celui le plus rentable.
Le taux d’actualisation retenu est théoriquement égal au taux de placement ou de réinvestissement des
flux financiers dégagés par le projet. En cas de flux négatifs, le taux d’actualisation à retenir est
théoriquement égal au taux de facturation des ressources par les bailleurs de fonds.
VI. Choix du statut juridique de l’entreprise
Il existe plusieurs formes juridiques pour habiller un projet et dont le choix est fonction de plusieurs
critères dont notamment :
• Les fonds propre du ou des créateur (s) de l’entreprise ;
• Le nombre d’associés contribuant au projet ;
• La protection du patrimoine privé ou des créateur (s) de l’entreprise ;
• Le statut fiscal et social du ou des dirigeant (s) de l’entreprise à créer ;
• La nature de l’activité (la banque et l’assurance doivent s’exercer obligatoirement en S.A) ;
• L’importance du projet ;
• Le fonctionnement juridique de la forme choisie ;
• Le coût de la forme choisie ;
• Les possibilités de transmission ;
• Etc…
Ces critères devant être pris en compte simultanément, l’assistance d’un expert-comptable ou d’un
conseil juridique est vivement recommandée. Au Maroc, le créateur d’entreprise a le choix entre les
formes juridiques suivantes :
• L’Entreprise Individuelle ( E.I) ;
• La Société en Nom Collectif (S.N.C) ;
24

• La Société en Commandite Simple (S.C.S) ;


• La Société à Responsabilité Limitée (S.A.R.L) ;
• Les Sociétés en Commandite par Actions (S.C.A) ;
• La Société Anonyme à Conseil d’Administration (S.A-C.A) ;
• La Société Anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance (S.A-D.C).
Les caractéristiques et principales règles de fonctionnement des formes juridiques les plus courantes ( EI, SNC,
SARL et SA)

Partie II : la partie Pratique


Section 1 : Présentation du Projet
I. le choix du Projet
Une entreprise est une unité de production qui combine les facteurs
de production en vue de réaliser les produits et les services à être vendue sur
le marché dans le but de réaliser un bénéfice.
D’après cette définition en constate que l’objectif d’une entreprise est de réaliser des bénéfices c’est pour cela
que chaque idée de projet doit être bien choisie et bien étudié en détail pour s’assurer de l’existence d’un marché
et de la rentabilité de l’investissement qui sera fait. Il s’agit donc de choisir parmi les idée de projet celles qui sont
porteuses et de faire des évaluation, sommaire et préliminaires de la faisabilité économique, technique et
financière des idées envisagées.
L’idée qui nous attire est la création d’une agence de voyages au Maroc ce qui nous distingue c’est la qualité de
notre services qui sont essentiellement 
essentiellement : la fiabilité, le confort, la rapidité de nos processus, etc, de ces services on
aura à votre à votre disposition des agents qui sont bienveillants.
Cette étude nous permettra de savoir si notre projet est rentable ou non dans la ville de Rabat
Par ailleurs toute demande de financement d’un projet n’est réellement prise au sérieux par un banquier ou un
25

éventuel associé, que si elle est soutenue par une étude de faisabilité d’une manière générale, qui doit comporter
les quatre aspects suivants 
suivants :
1. Une étude commerciale.
2. Une étude technique.
3. Une étude financière.
4. Une étude juridique.
II. Présentation générale
Objet de l’entreprise Agence de voyages
Forme juridique SARL
Adresse bd Hassan II, rue Oujda imm. Aicha, 80000 
80000 AGADIR
Nombre d’associés Deux
Marché visé Région de Marrakech Agadir
Le local Superficie=300m2.loyer 
Superficie=300m2.loyer :10000dh/mois
Equipement Matériel de transport
Coût de projet 600.000.000 dhs
Crédit sollicité Crédit bancaire
III. Présentation des Créateurs et logo du projet :
Assise
Noms et prénoms Age Formations
financière
Mohammad BAKALI Licence
25 300000 DH
HADJI
Oussama ENNIR 21 Bac +2 300000 DH

IV. logo du projet :


26
27

Section 2 : Etude Commerciale


I. Introduction :
L’étude commerciale est une étape nécessaire qui permet de savoir à partir des études argumentatives
tous les dépenses et les recettes pour l'exécution d'un projet.
Le marché désigne le lieu concret ou abstrait où se rencontrent les agents économiques pour effectuer
des opérations d'échange ou de transactions économiques. La confrontation des décisions de ces agents
détermine le prix de l'échange et les quantités à échanger de biens et services.
Un marché n’a d’existence que si les quatre éléments suivants
sont réunis 
réunis :
- Un besoin clairement défini 
défini ;
- Une demande solvable liée à la satisfaction de ce besoin 
besoin ;
- Une offre répondant d’une manière plus ou moins complète à ce besoin 
besoin ;
- Un prix découlent de la confrontation entre l’offre et la demande et correspondant à la valeur
d’échange observé du produit 
produit : exprimée en unités monétaires.
Il existe plusieurs types de marchés:

II. Analyse Questionnaire :


Dans le cadre de notre formation nous avons lancé une enquête concernent le lancement d’une agence
de voyages pour avoir une idée sur les avis de la clientèle potentielle sur un échantillon de 100
personnes et les réponses étaient comme suites :

Sexe

masculin
féminin

II- Local :
Le local qui arbitrera notre entreprise est situé à Agadir, sa surface est de 300m2. Le loyer du local est à
10000dh/mois.
Une partie de local sera réservée pour le bureau d’administration et le secrétariat, une partie pour le
parc.
Le local nécessite un aménagement au niveau de la plomberie, la forgerie, d’électricité, et autres travaux
en fonction de chaque partie. Le coût de ses aménagements est évalué à 100.000,00dhs qui se présente
comme suit :

Eléments Prix
- Peinture 27 000.00 DH
28

- Vitrage 10 000.00 DH
- Caméra 10 000.00 DH
- Installation Sanitaire 3 000.00 DH
- Installation électricité 2 000.00 DH
- Alarme 45 000.00 DH
- Mezzanine 3 000.00 DH

III- Les équipements et installations techniques :


Procédure d’acquisition des équipements :
Chercher à acheter la qualité à moindre prix.
Chercher dans plusieurs points de vente pour avoir une comparaison.
Acheter les véhicules d’une maison proche de local.
Acheter des marques convenables.
I-Introduction :
Cette partie de l’étude de faisabilité traite les volets qui se rapportent à l’implantation du projet, aux
matériels et aux moyens humains nécessaires.
Les composantes essentielles de ces moyens sont : Le local, Les besoins en personnel et les matériels
d’exploitation.

vous avez

18 à 25 ans
25 à 35 ans
35 à 55 ans
55 ou +

utilisez vous les services d'une agence


de voyage?

oui
non
29

quel budget prévoyez-vous ?

0 - 200 dhs
200 - 500 dhs
500 - 1000 dhs
1000 dhs ou plus

vous préfériez plutôt ?

sejour
circuit

quel type de voyage ?

détente
sportif
culturel
autres
30

Avez-vous une destination favorite ?

mer
montagne
campagne

Combien de temps partiriez-vous

1 semaine
2 semaines
plus d 2 sem

votre salaire mensuel

1500 - 3000
3000 - 5000
5000 - 7000
plus de 7000
31

Vous donnez la priorité à

prix
activités
confort
rapidité

Quel est la période qui vous convient


le mieux ?

Période hors vacances


scolaire
Période de vacances
scolaire
32

III : L’environnement interne et externe : EXEMPLE


- Avoir un grand capital pour bien supporter
les charges opérationnelles.
- La bonne gestion.
- Présenter des meilleurs véhicules et des
meilleurs services.
S forces - Les répartitions des tâches.
- L’intégralité entre les associés.
- Le bon comportement avec les clients.
- Carte de fidélité pour nos clients.

- Difficulté d’obtenir les papiers


administratifs.
- Manque de communication entre les
W Faiblesses associés.
- Manque de compétences des ouvriers.

 Avantage du CRI (centre régional


d’investissement).
 Facilité d’obtention des pièces juridiques.
 Avantage de l’ANAPEC(agence nationale
Opportunité de promotion de l’emploi et des
O compétences).
s  Avoir des conseils pour une bonne gestion
de notre projet.
 L’accompagnement pour obtenir des
crédits de fonctionnement à court terme ou à
long terme.
- La pluralité dans notre région.
- La crise économique.
- Difficulté pour obtenir des assurances.
T Menaces - Les problèmes avec les clients.
- Des trous dans la loi qui organise notre
domaine.

IV : Le plan d’action commercial:


Le Plan d’Action Commerciale est un document interne à l’entreprise qui regroupe et détaille
l’ensemble des actions commerciales et marketing à entreprendre sur une période donnée pour
atteindre les objectifs commerciaux de l’entreprise. Il constitue une feuille de route pour les dirigeants

de l’entreprise.
33

Produit :
L’agence de voyages est une entreprise qui conçoit des produits et services dans l’objectif de
satisfaire les besoins et les attentes d’une clientèle donnée dans un but lucratif.

Ainsi, les bénéfices recherchés par les touristes correspondent à leurs besoins et désirs, qui peuvent
être sensoriels, esthétique, psychologiques ou sociaux.

A cet effet, nous avons relevé que la ville d’Agadir est privilégiée en premier par sa situation
géographique :

 Proximité des villes touristiques connues (Marrakech, Essaouira, Ouarzazate...)


 Considéré comme une station balnéaire réputée mondialement.
 Son arrière-pays fascinant (paysages pittoresques, villages exotiques, villes culturelles…
Ensuite, par ses équipements et infrastructure haut standing (hôtels, restaurants..)

Parmi ces prestations on trouvera :

 Les réservations et les confirmations.


 Location de voiture ou transport touristiques.
 Transferts de et à l’aéroport.
 Assistance des clients.
En ce qui concerne les produits qui seront offerts par AFRO Travel il y a

a- Les courtes excursions :

 Imouzzer 1 jour
 Tafraoute 1 jour
 Taroudant 1 jour
 Essaouira 1 jour
 Marrakech-Essaouira 2 jours
 Agadir-Tafraout-Tiznit 1 jour
 Agadir-Marrakech-Taroudant 2 jours
 Agadir-Massa-Tiznit 2 jours
b- Les longues excursions :

 Villes impériales 8jours / 7 nuits


 Grand sud et kasbah 8 jours / 7 nuits
 Oasis dunes et désert jours 8 jours / 7 nuits
 Agadir-Tafraoute-Taroudant 3 jours / 2 nuits
 Agadir-Essaouira-Taroudant 4 jours / 3 nuits

c- Produits sport et loisirs :


34

La pratique des sports et des loisirs constitue un motif de voyage très important qui commence à
prendre de l’ampleur.

En effet, les produits que nous pouvons proposé sont reliés essentiellement aux pratiques du sport et
des activités de loisir, parmi les sports les plus pratiqués à agadir sont le golf, le jet ski, le surf, la planche
à voile, le catamaran, l’équitation, le tennis, les sorties en quads et VTT.

A cet effet, AFRO Travel bénéficiera des potentialités dont jouit la ville d’Agadir afin de concevoir des
produits innovants, rentables et à la hauteur.
A ce propos, Agadir avec son potentiel balnéaire, facilitera la pratique des activités sportives liées à la
mer notamment le surf, le jet ski, la planche à voile et le catamaran, des compétitions et des stages
seront organisés pour les intéressées.

D’ailleurs, on va établir une collaboration avec plusieurs marchés, tels que les autres agences de
voyages spécialisés en autres activités, en prenant une commission.

Le prix :
On peut suivre deux stratégies :

 La hausse des prix : Dans le but d’améliorer la rentabilité ou de répercuter une hausse des couts
quand cela est possible.
 La baisse des prix : Afin de gagner des parts de marché, pour répercuter une baisse du cout de
revient, pour faire face à une concurrence.
Pour ce qui est de notre politique de prix que nous allons adopté, il faut tenir compte des éléments
suivant :

 Satisfaire nos clients par des prix raisonnables.


 Des couts engendrés par les conceptions des produits ; de ce fait il faut que les prix arrivent à
couvrir nos charges et à réaliser un bénéfice.
 De la concurrence.
En ce qui concerne les produits classiques déjà existants sur le marché, nous allons suivre une
politique de pénétration.

En effet, nous essayerons d’observer les différents prix pratiqués par nos concurrents et proposer par
la suite des prix bas dans le but de vendre de grandes quantités. C’est ainsi que nous arriverons à
conquérir une forte part de marché. Concernant les nouveaux produits (excursions et circuit) que nous
lancerons pour la première fois sur le marché, nous essayerons de tester ces produits et faire en sorte à
ce que ces produits soit acceptés et appréciés par nos clients.

A cet effet, les prix que nous proposerons seront de niveau moyen et à la portée. Il s’agit de présenter
un prix de lancement au début, puis l’augmenter si ces produits réussirent sur le marché.

Pour ce qui est des produits comme l’écotourisme et les sports et les loisirs, nous suivrons une
politique d’écrémage en offrant ces opérations à des prix élevé. En effet, nous ciblerons une clientèle
limitée, pour laquelle les prix un peuvent être hauts.
35

Par ailleurs, nos prix seront différents également par rapport au type de client que ce soit les groupes,
enfants, étudiants, familles, clientèle fidèle…

La distribution et la communication :
a- La distribution :
Nous allons créer notre réseau de distribution en fonction de nos besoins et des caractéristiques de
chaque marché, ça nous vas réaliser plusieurs buts, tels que :

 Toucher une clientèle dispersée grâce à une multiplication des points de vente répartis en fonction
de la concentration de la clientèle.
 la consommation et l’écoulement de produits.
 Offrir des services à la clientèle : conseils, recherche, choix, réservation, facilités de paiement.
A cet effet, nous essaierons de positionnes nos produits sur le marché et les rendre facilement
accessibles aux clients. Pour ce qui est de notre cas, nous allons adopter une stratégie de distribution
sélective, c’est-à-dire que nous allons sélectionner nos points de vente selon des critères quantitatifs et
qualitatifs (taille, l’emplacement, compétence, rentabilité…)

Nous pourrions également choisir les hôtels comme point de vente en exposant des affiches et des
brochures de nos différents produits soit, dans le hall de la réception, de louer un bureau de vente
spéciale.

De même, la vente à distance constitue un autre canal de distribution à ne pas négligé, ou le client
n’aura pas de contact direct avec nous. L’offre est accessible à partir du domicile du client. Le support de
l’offre peut être une brochure classique, informatisée ou audiovisuel. Les moyens de communication
utilisés sont : le téléphone, le fax, l’internet.

b- communication :
Notre politique de promotion aura pour but d’augmenter la demande des produits de notre agence
en attirant l’attention des clients potentiels sur l’existence et les caractéristiques de nos produits tout en
influençant le groupe en faveur de ce produit. Il est donc essentiel d’établir une communication entre
l’agent et le client à propos de l’objet de transaction à savoir le produit et d’être informé des résultats
de notre action.

Notre stratégie de communication visera à atteindre les objectifs suivants :

 Faire connaitre l’entreprise, ses produits et ses services


 Faire aimer l’entreprise et ses produits, et leur donner une bonne image de marque.
 Faire agir, c’est-à-dire pousser le client à acheter.
Le facteur le plus essentiel c’est la media. Les réseaux sociaux, la télévision, les journaux…,
constituent un avantage pour tous les projets, il y a aussi la distribution de notre publicités ou cartes
visite dans la rue où se rencontre une immense quantités des clients.
36

Il existe une autre option pour attirer l’attention des clients, c’est la promotion des produits, c’est un
moyen de communication dont l’objectif est de stimuler les ventes auprès des consommateurs, des
distributeurs et des vendeurs.

Section 3: Etude Technique


1. Les installations :

Immobilisation Quantité Montant


Des ordinateurs 4 15000 dhs
37

Bureau 4 10000 dhs


Fauteuil 3 12000 dhs
Armoires +table basse 2+1 9000 dhs
Fax : Imprimante + Télécopieuse +
Photocopieuse + scanner 1 20000 dhs
Matériel de transport 1 334000 dhs
Total - 400000 dhs

2. Le personnel :
Le personnel est le créateur de richesse au sein de l’entreprise. Dans notre entreprise on va commencer
l’activité par 11 personnes.
On va publier des annonces aux journaux ou déposer des demandes auprès de l’ANAPEC pour recruter :
 Une secrétaire.
 6 chauffeurs et mécanicien titulaire d’un diplôme avec son aide (option mécanique automobile).
 Une femme de ménage.
 technicien d’électricité.
L’entreprise embouchera du personnel temporaire en cas de besoin et faire des contrats avec des
personnels intermédiaire et extérieur à l’entreprise pour des travaux divers.

Tableau de personnel :
LE PERSONNEL LES REMUNERATIONS
- Gérant de l’entreprise 4000.00 DH
- Secrétaire 3500.00 DH
38

- Chauffeur et mécanicien 6000.00 DH


- Femme de ménage 2000.00 DH
D’après cette étude on a arrivé à fixer les charges en matérielles et en personnels et du local nécessaires
pour réaliser notre entreprise.

3. L’organigramme de départ :

Gérant

Assistant manager

femme de
secrétaire chauffeur
ménage
39

Section 4: Etude Financière


I-Introduction:
L’étude financière est déterminante. Elle complète les études économiques et techniques en mettant en
relief les dépenses d’investissement et de fonctionnement qui se dégagent de l’étude économique pour
se prononcer sur la rentabilité de notre projet.
Cette étude déterminer les modalités de financement. Elle détaille la part de financement propre et
celle qui proviendra des crédits. C’est à ce niveau que se calculent les intérêts et s’élabore le plan
d’amortissement des emprunts et le plan global de financement.
II- Description de l’investissement et de son financement :
Montan
Investissement Financements Montant
t
- Frais préliminaire 20000 Capital 600000
- Aménagement 100000 Augmentation du capital
- Matériel de
334000 Apport en compte d'associés
transport
- Matériel mobilier de
31000 Subventions d'équipement
bureau
- Matériel
35000 Emprunts
d'informatique
Fournisseur
- FDR de démarrage 414000 334000
d’immobilisations

Total 934000 Total 934000

III. Tableaux d’amortissement :

Durée Taux
Désignations d’amortissemen d’amortissemen
t t
- Aménagement et mobilier du
10 12.5%
bureau
- Matériel informatique 4 25%
- Matériel de transport 5 20%
- Frais préliminaire 4 25%
IV- Tableau d’amortissement cumulé  :
Dur At. At. At. AT VN
Immobilisation ée Taux VO At. N N+1 N+2 N+3 N+4 A
Am et Matériel
et mobilier de 131 1310 1310 1310 1310 655
bureau 10 10% 000 13100 0 0 0 0 00
Matériel 350
informatique 4 25% 00 8750 8750 8750 8750 0 0
Matériel de 334 6680 6680 6680 6680
transport 5 20% 000 66800 0 0 0 0 0
Frais 4 25% 200 5000 5000 5000 5000 0
40

préliminaire 00
9365 9365 9365 7990
-   - 93650
Total 0 0 0 0
V- Exploitation prévisionnelle :
A. Le chiffre d’affaire:

Année Année Année Année Année


Marché %
1 2 3 4 5
Les particuliers 65 325000 487500 650000 312500 975000

Les commerçants 20 100000 150000 200000 250000 300000

Les sociétés 12 60000 90000 120000 150000 180000

Autres 3 15000 22500 30000 37500 45000

CA 100% 500000 750000 1000000 1250000 1500000


L’acquisition du matériel de transport s’est effectuée auprès du stand de wafasalaf situé chez le
concessionnaire de voiture. Au taux de 7.5% sur 60 mois

B. Remboursement de l'emprunt par amortissement constant


DEMANDE 334 000,00 TAUX 7,50% TVA 10,00% Date Débl 1 ère ECH
DIFFERE 0 FREQ 1 NB ECH 60 01/07/2020 01/08/2020
CAPITAL 334 000,00 INTERETS 67 946,26 TVA 6 794,63 TOTAL 408 740,88
N° DATE ECH CAP ECH INTERET TVA ECH K RESTE RELIQUAT CH TAUX
1 01/08/2020 4 516,10 2 087,50 208,75 6 812,35 329 483,90 401 928,54 7,50%
2 01/09/2020 4 547,15 2 059,27 205,93 6 812,35 324 936,76 395 116,19 7,50%
3 01/10/2020 4 578,41 2 030,85 203,09 6 812,35 320 358,35 388 303,84 7,50%
4 01/11/2020 4 609,88 2 002,24 200,22 6 812,35 315 748,46 381 491,49 7,50%
5 01/12/2020 4 641,58 1 973,43 197,34 6 812,35 311 106,89 374 679,14 7,50%
6 01/01/2021 4 673,49 1 944,42 194,44 6 812,35 306 433,40 367 866,80 7,50%
7 01/02/2021 4 705,62 1 915,21 191,52 6 812,35 301 727,78 361 054,45 7,50%
8 01/03/2021 4 737,97 1 885,80 188,58 6 812,35 296 989,81 354 242,10 7,50%
9 01/04/2021 4 770,54 1 856,19 185,62 6 812,35 292 219,27 347 429,75 7,50%
10 01/05/2021 4 803,34 1 826,37 182,64 6 812,35 287 415,93 340 617,40 7,50%
11 01/06/2021 4 836,36 1 796,35 179,63 6 812,35 282 579,56 333 805,05 7,50%
12 01/07/2021 4 869,61 1 766,12 176,61 6 812,35 277 709,95 326 992,71 7,50%
13 01/08/2021 4 903,09 1 735,69 173,57 6 812,35 272 806,86 320 180,36 7,50%
14 01/09/2021 4 936,80 1 705,04 170,50 6 812,35 267 870,06 313 368,01 7,50%
15 01/10/2021 4 970,74 1 674,19 167,42 6 812,35 262 899,31 306 555,66 7,50%
16 01/11/2021 5 004,92 1 643,12 164,31 6 812,35 257 894,40 299 743,31 7,50%
17 01/12/2021 5 039,32 1 611,84 161,18 6 812,35 252 855,08 292 930,97 7,50%
18 01/01/2022 5 073,97 1 580,34 158,03 6 812,35 247 781,11 286 118,62 7,50%
19 01/02/2022 5 108,85 1 548,63 154,86 6 812,35 242 672,25 279 306,27 7,50%
41

20 01/03/2022 5 143,98 1 516,70 151,67 6 812,35 237 528,28 272 493,92 7,50%
21 01/04/2022 5 179,34 1 484,55 148,46 6 812,35 232 348,94 265 681,57 7,50%
22 01/05/2022 5 214,95 1 452,18 145,22 6 812,35 227 133,99 258 869,23 7,50%
23 01/06/2022 5 250,80 1 419,59 141,96 6 812,35 221 883,18 252 056,88 7,50%
24 01/07/2022 5 286,90 1 386,77 138,68 6 812,35 216 596,28 245 244,53 7,50%
25 01/08/2022 5 323,25 1 353,73 135,37 6 812,35 211 273,03 238 432,18 7,50%
26 01/09/2022 5 359,85 1 320,46 132,05 6 812,35 205 913,19 231 619,83 7,50%
27 01/10/2022 5 396,69 1 286,96 128,70 6 812,35 200 516,49 224 807,49 7,50%
28 01/11/2022 5 433,80 1 253,23 125,32 6 812,35 195 082,70 217 995,14 7,50%
29 01/12/2022 5 471,15 1 219,27 121,93 6 812,35 189 611,54 211 182,79 7,50%
30 01/01/2023 5 508,77 1 185,07 118,51 6 812,35 184 102,77 204 370,44 7,50%
31 01/02/2023 5 546,64 1 150,64 115,06 6 812,35 178 556,13 197 558,09 7,50%
32 01/03/2023 5 584,77 1 115,98 111,60 6 812,35 172 971,36 190 745,75 7,50%
33 01/04/2023 5 623,17 1 081,07 108,11 6 812,35 167 348,19 183 933,40 7,50%
34 01/05/2023 5 661,83 1 045,93 104,59 6 812,35 161 686,36 177 121,05 7,50%
35 01/06/2023 5 700,75 1 010,54 101,05 6 812,35 155 985,60 170 308,70 7,50%
36 01/07/2023 5 739,95 974,91 97,49 6 812,35 150 245,66 163 496,35 7,50%
37 01/08/2023 5 779,41 939,04 93,90 6 812,35 144 466,25 156 684,01 7,50%
38 01/09/2023 5 819,14 902,91 90,29 6 812,35 138 647,10 149 871,66 7,50%
39 01/10/2023 5 859,15 866,54 86,65 6 812,35 132 787,96 143 059,31 7,50%
40 01/11/2023 5 899,43 829,92 82,99 6 812,35 126 888,52 136 246,96 7,50%
41 01/12/2023 5 939,99 793,05 79,31 6 812,35 120 948,54 129 434,61 7,50%
42 01/01/2024 5 980,83 755,93 75,59 6 812,35 114 967,71 122 622,27 7,50%
43 01/02/2024 6 021,95 718,55 71,85 6 812,35 108 945,76 115 809,92 7,50%
44 01/03/2024 6 063,35 680,91 68,09 6 812,35 102 882,42 108 997,57 7,50%
45 01/04/2024 6 105,03 643,02 64,30 6 812,35 96 777,39 102 185,22 7,50%
46 01/05/2024 6 147,00 604,86 60,49 6 812,35 90 630,38 95 372,87 7,50%
47 01/06/2024 6 189,26 566,44 56,64 6 812,35 84 441,12 88 560,52 7,50%
48 01/07/2024 6 231,82 527,76 52,78 6 812,35 78 209,30 81 748,18 7,50%
49 01/08/2024 6 274,66 488,81 48,88 6 812,35 71 934,64 74 935,83 7,50%
50 01/09/2024 6 317,80 449,59 44,96 6 812,35 65 616,85 68 123,48 7,50%
51 01/10/2024 6 361,23 410,11 41,01 6 812,35 59 255,61 61 311,13 7,50%
52 01/11/2024 6 404,97 370,35 37,03 6 812,35 52 850,65 54 498,78 7,50%
53 01/12/2024 6 449,00 330,32 33,03 6 812,35 46 401,65 47 686,44 7,50%
54 01/01/2025 6 493,34 290,01 29,00 6 812,35 39 908,31 40 874,09 7,50%
55 01/02/2025 6 537,98 249,43 24,94 6 812,35 33 370,33 34 061,74 7,50%
56 01/03/2025 6 582,93 208,56 20,86 6 812,35 26 787,41 27 249,39 7,50%
57 01/04/2025 6 628,18 167,42 16,74 6 812,35 20 159,22 20 437,04 7,50%
58 01/05/2025 6 673,75 126,00 12,60 6 812,35 13 485,47 13 624,70 7,50%
59 01/06/2025 6 719,64 84,28 8,43 6 812,35 6 765,83 6 812,35 7,50%
60 01/07/2025 6 765,83 42,29 4,23 6 812,35 0,00 0,00 7,50%

VI- CPC prévisionnelle :


Années Années 1 Années 2 Années 3 Années 4 Années 5

I - Chiffre d'affaire 500000 750000 1000000 1250000 1500000


II - Achat matière
et fourniture 60000 75000 90000 105000 120000
consommable

III - Marge brute 440000 675000 910000 1145000 1380000


Autres charges
150000 187500 225000 262500 300000
externes

Impôt et taxe 20000 20000 20000 20000 20000


42

Frais de
186000 232500 279000 325500 372000
personnel
Dotation
93650 93650 93650 93650 79900
d'exploitation
IV- Résultat brut
-9650 141350 292350 443350 608100
d'exploitation
Charge
23143,75 18758,64 13997,79 8828,93 3217,17
financières
Produits
0 0 0 0 0
financiers
V- Résultat
-23143,8 -18758,6 -13997,8 -8828,93 -3217,17
financier
VI- Résultat
-32793,8 122591,4 278352,2 434521,1 604882,8
courant
Impôt sur le
0 12259,14 27835,22 76041,19 105854,5
bénéfice

VII- Résultat net -32793,8 110332,2 250517 358479,9 499028,3

VII- Cash-flow :
Année Année 1 Année 2 Année 3 Année 4 Année 5

+ Résultat Net -32793,8 110332,2 250517 358479,9 499028,3

-                  23143,75 18758,64 13997,79 8828,93 3217,17


Remboursement

+ Amortissement 93650 93650 93650 93650 79900

Cash-flow 37712,5 185223,6 330169,2 443301 575711,2

Section 5: Etude juridique :


I- Choix de la forme juridique :
Le cadre juridique dans un projet de création d’entreprise requiert une grande importance, partant de la
connaissance des différentes formalités juridiques, au choix d’une forme juridique.
43

La forme juridique que nous choisissons est la SARL (société à responsabilité limitée). Ce choix n’est pas fait
hasardeusement. Une SARL, nous permettra de disposer de nos besoins en capitaux et de mieux s’adapter à
différentes situations par sa souplesse. Il est nécessaire de signaler le capital social avec lequel nous démarrons
notre activité, le nombre d’associés ainsi que la responsabilité des associés.

 Capital social : Nous créons notre entreprise « AFRO Travel» avec un capital de 600000 Dirhams, répartis
entre 3 associés dont les différentes parts sont mentionnées en annexe dans les statuts préétablis.
 Associés : Pour notre projet, nous serons 2 associés après diverses négociations nous sommes mis d’accord
sur les conditions de travail et, avons aussi la volonté de travail en commun. Vu que le nombre d’une SARL peur
aller jusqu’à cinquante, nous sommes en phase avec la législation marocaine.
 Responsabilité : les associés ne sont responsables qu’à concurrence de leurs apports, et même en cas de
perte. Cependant ils sont solidairement responsables de la valeur attribuée aux apports en nature lorsqu’il n’y a
pas eu de commissaire aux apports ou lorsque la valeur retenue est différente de celle proposée par le
commissaire aux apports.
II- Formalité de constitution :
La création d’une société SARL, se fait en plusieurs étapes qui sont les suivantes :
- Demande de certificat négatif :
- Le certificat négatif est pour l’identification et l’enregistrement de l’entreprise. La demande se fait au
niveau de l’OMPC (Office Marocain de la Propriété Industrielle et Commerciale) représenté par les CRI (Centre
Régional d’Investissement)
- Etablissement des statuts (Statuts préétablis en annexe)
- Blocage du montant du capital libéré
- Dépôt des actes de création et formalités d’enregistrement
- Inscription à la Taxe professionnelle et l’identification fiscale
- Immatriculation au registre de commerce
- Affiliation à la CNSS
- Publications officielles
- Chaque étape se fait au niveau d’une entité déterminée et avec des conditions précises (pièces requises,
délai de dépôt, de retrait, de paiement des frais, …)
III- Caractéristiques générales :
 Fiche signalétique :

Forme juridique : SARL

Dénomination : BERRADA VOYAGE

Siège social : bd Hassan II, rue Oujda imm. Aicha, 80000 


80000 AGADIR

Capital social : 600000 DHs

Nombre d’associé : 2

Activités : organisation des voyages

 Choix de la dénomination :

Nous avons choisi «BERRADA VOYAGE» Pour refléter le caractère africain


SOCIETE ‘BERRADA VOYAGE’ SARL
SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE
CAPITAL SOCIAL : 600000DHS
SIEGE SOCIAL : bd Hassan II, rue Oujda imm. Aicha, 80000 AGADIR
44

STATUTS 

Les soussignés :

Nom et Prénom Date et lieu de Nationalité Domicile N° CIN


naissance

Adil Zahni 30/11/1998 Marocain Salé AS4280

Chaima Berrada 06/04/1998 Marocain Salé AE176203

TITRE PREMIER
FORME-OBJET-DENOMINATION-SIEGE-DUREE
ARTICLE 1 : FORMATION 
Il est formé par les présentes entre les comparants attributaires des parts ci-après créées et tous ceux qui
pourraient devenir cessionnaires, à un titre quelconque, des parts ci-après créées ou des parts créées en
représentation d’augmentation de capital, une Société à Responsabilité Limités régie par la loi en vigueur au
Maroc et notamment le dahir n° 1-97-49 du 5 Chaoual 1417 (13 Février 1997) portant promulgation de la loi n° 5-
96, le dahir n° 1-06-21 Du 15 Moharam 1427 (14 Février 2006) portant promulgation de la 21-05 et le dahir n° 1-
11-39 du 29 Joumada II 1432 (02 Juin 2011) portant promulgation de la loi 24-10 modifiant et complétant la loi 5-
96 sur la société en nom collectif, la société en commandite simple, la société en participation, ainsi que par les
présents statuts.
ARTICLE 2 : OBJET
La société a pour objet tant au Maroc qu’à l’étranger tant pour son compte que pour le compte des tiers :
- Le lavage des voitures toutes catégories par vapeur ;
- Le lavage des bâches par vapeur ;
- Et plus généralement, toutes opérations commerciales, industrielles, financières, mobilières et immobilières, se
rattachant directement ou indirectement aux objets précités, ou susceptibles de favoriser la réalisation et le développement.
ARTICLE 3 : DENOMINATION
La société prend la dénomination de : ‘’ AFRO Travel ‘’ Société à Responsabilité Limitée ;
Dans tous actes, factures, bordereaux et pièces quelconques concernant la société, la dénomination devra être
suivie des mots écrits visiblement et en toutes lettres, SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE.
ARTICLE 4 : SIEGE SOCIAL
Le siège social est fixé à : bd Hassan II, rue Oujda imm. Aicha, 80000 AGADIR
Il pourra être transféré en tout autre endroit au Maroc en vertu d’une décision collective des associés, des
succursales ou agences peuvent être créées, dans la même ville par simple décision de gérant.
ARITCLE 5 : DUREE
La société est constituée pour une durée de Quatre Vingt Dix-neuf (99) années à compter de son immatriculation
au registre du commerce, sauf les cas de dissolution anticipée ou prorogation prévue par la loi ou par les présents
statuts.
TITRE DEUXIEME
APPORT-CAPITAL SOCIAL
ARTICLE 6 : APPORTS 
Il est fait apport à la présente société :
45

Par Adil Zahni


De la somme en espèces de 300000 Dirhams
Par Chaima Berrada
De la somme en espèces de 300000 Dirhams
TOTAL  : 600000 DH
ARTICLE 7 : CAPITAL SOCIAL :
Le capital social est fixé à la somme de 600000 DHS divisé en deux parts, un part de 300000 Dirhams et le restant
de 300000 Dirhams.

ARTICLE 8 : AUGMENTATION REDUCTION DE CAPITAL :


Le capital social pourra être augmenté en une ou plusieurs fois pour la création de parts sociales en vertu d’une
décision collective, prise dans les termes de l’article 22 ci-après, ces parts qui ne pourront en aucun cas faire
l’objet d’une souscription publique devront être entièrement libérées et toutes réparties lors de leur création.
Le capital pourra être également réduit pour quelque cause que ce soit et de quelque manière que ce soit,
notamment au moyen d’un remboursement aux associés, d’un rachat de parts ou d’une réduction du montant
nominal ou du nombre de parts, le tout dans les limites fixées par la loi.
ARTICLE 9 : PARTS SOCIALES :
Les parts ne peuvent en aucun cas être représentées par des titres négociables, les droits de chaque associé dans
la société résultent des présentes, des actes modificatifs ultérieurs et des cessions qui seraient régulièrement
consenties ; chaque associé peut se faire délivrer à ses frais des copies ou des extraits de ces actes certifiés par un
gérant.
ARTICLE 10 : INDIVISIBILITE DES PARTS SOCIALES
Les parts sociales sont indivisibles et la société ne reconnait qu’un porteur pour chaque part sociale.
Les propriétaires indivis sont tenus de se faire représenter auprès de la société par l’un d’eux.
ARTICLE 11 : DROITS DES PARTS SOCIALES
Chaque part a droit, dans les avantages attribués à l’ensemble des parts sociales par les articles 27 et 30 à une
fraction proportionnelle au nombre de parts existantes.
ARTICLE 12 : LIMITATION DE LA RESPONSABILITE DES ASSOCIES
Les associés ne sont tenus, même à l’égard des tiers que jusqu’à concurrence du montant de leurs apports ;
Ils ne peuvent être soumis, au-delà, à aucun appel de fonds et sous réserve de l’application de la loi au Maroc, ils
ne peuvent être assujettis à aucune restitution des dividendes.
ARTICLE 13 : CESSION DES PARTS
Les cessions de parts se feront par acte sous signatures privées ou par acte authentique, elles devront être
signifiées à la société ou acceptées par elle dans un acte, le tout dans les formes et conditions prévues par l’article
193 du Dahir formant Code des Obligations et Contrats. Les parts sociales sont librement cessibles entre associés
à leur valeur nominale.
Elles ne pourront être cédées à des tiers étrangers qu’en vertu d’une décision prise à l’unanimité des associés. En
cas de cession projetée à une personne autre qu’un associé, le cèdent doit en faire la déclaration au gérant par
lettre recommandée, en indiquant les noms, prénoms, professions et domiciles des cessionnaires, le nombre des
parts à céder et le prix de cession.
Dans la quinzaine qui suit la réception de cette déclaration, le gérant en adresse une copie certifiée à chacun des
associés par lettre recommandée et les invite en même temps, à lui faire connaitre au moyen d’un vote écrit,
dans le délai de dix (10) jours à compter de la date de l’envoi de cette copie, s’ils donnent ou non leur
consentement à la réalisation de la cession projetée.
Si ce consentement n’est pas obtenu, la cession ne peut être régularisée.
En tout état de cause, les associés fondateurs auront un droit de préemption sur tout acquéreur étranger pour le
rachat des parts cédées à leurs valeur nominale,  même si l’exercice de ce droit entraine la dissolution de la
société et à pour conséquence de transporter à un seul associé la totalité de l’actif et du passif social.
46

Les dispositions qui précédent sont applicables à tous les cas de cession, même par adjudication publique en
vertu d’une ordonnance de justice ou autrement, elles également applicables aux mutations par décès et aux
transmissions entre vifs par voie de donation.

TITRE TROISIEME
ADMINISTRATION DE LA SOCIETE
ARTICLE 14 : LES GERANTS
La société est administrée par un ou plusieurs gérants prix parmi les associés ou en dehors d’eux, nommés par les
associés à la majorité ;
Chacun d’eux signe les engagements contractés au nom de la société, de sa signature personnelle précédée ou
suivie des mots pour la société à responsabilité limitée d’un des gérants ou le gérant.
Les gérants ne peuvent faire usage de cette signature que pour les besoins de la société, à peine de révocation et
de dommage intérêts et même de dissolution.
Conformément à la loi au Maroc comme il est dit ci-dessus, les gérants jouissent des pouvoirs les plus étendus
pour agir au nom de la société, mais ils ne peuvent bien entendu valablement accomplir que des actes rentrant
dans l’Objet de la société, tel qu’il est défini à l’article ci-dessus.
Et dès à présent, Adil Zahni est nommée gérante de la société pour 5 ans.
ARTICLE 15 : DROITS DES GERANTS
Les gérants pourront sous leur responsabilité et d’un commun accord constituer un ou plusieurs mandataires
généraux ou spéciaux pouvant autoriser ou signer tous actes dans la limite que leur conféreront leurs pouvoirs
mais devant, dans ce cas, faire précéder la signature de la mention de procuration concédée et de leur qualité.
ARTICLE 16 : POUVOIRS DES GERANTS :
Les gérants ont les pouvoirs les plus étendus pour agir au nom de la société et pour faire autoriser toutes les
actions ou opérations de gestion et tous les actes de dispositions ordinaires.
Toutefois, les gérants ne pourront pas sans l’autorisation de la majorité des associés.
Vendre, échanger, hypothèque, se porter, au nom de la société, caution solidaire ou aval au profit d’un tiers …)
La décision collective des associés délibérant selon le cas ou la forme ordinaire ou extraordinaire, statue sur
toutes les questions pouvant excéder les pouvoirs des gérants.
Le gérant peut sous leur responsabilité, constituer des mandataires pour un ou plusieurs objets déterminés.
Le gérant est responsable individuellement ou solidairement envers la société ou envers les tiers, soit des
infractions aux dispositions législatives ou réglementaires applicables aux sociétés à responsabilité limitée, soit
des violations des présents statuts, soit des fautes commises dans leur gestion.
ARTICLE 17 : REMUNERATION
Le gérant doit consacrer tout le temps et tous soins nécessaires au bon fonctionnement de la société.
Sa rémunération qui sera portée aux frais généraux pourra comprendre un traitement fixé et mensuel et sera
déterminée dès la constitution de la société, par décision des associés prise à la majorité des voix.
Cette décision restera jusqu’à décision nouvelle.
ARTICLE 18 : RESPONSABILITE
Le gérant ne contacte à raison de sa gestion aucune obligation personnelle ou solidaire relative aux engagements
de la société.
Il est responsable, conformément au droit commun envers la société et envers les tiers, soit des infractions aux
dispositions de la loi au Maroc, soit des violations des présents statuts, soit des fautes lourdes qu’il pourrait
commettre dans sa gestion.
47

ARTICLE 19 : CONTROLE DE GESTION


Chaque associé non gérant pourra, dans le mois suivant la clôture de l’inventaire, prendre connaissance, soit
personnellement soit par un mandataire agréé par la gérance, de toutes les opérations de la société, et obtenir au
siège, communication des livres et de la comptabilité.
ARITCLE 20 : DEMISSION ET REVOCATION DES GERANTS
Le gérant ne pourra de démettre de ses fonctions qu’à la fin de chaque exercice à condition de faire connaitre son
intention à cet égard, trois mois à l’avance, par lettre recommandée avec accusé de réception a adressée aux
associés.
Le gérant ne pourra être révoqué que pour motif légitime conformément à la loi.
ARITCLE 21 : CESSATION DE FONCTION 
La cessation de fonction de la gérante n’entraine pas la dissolution de la société.
L’incapacité légale, ou l’incapacité physique, continue pendant trois mois, de gérant entraine de plein droit la
cessation des fonctions et des avantages afférents à ces fonctions.
En cas de dissolution ou l’impossibilité de remplir les fonctions par suite d’accident ou de décès de tous les
gérants si ceux-ci étaient associés, pourront soit nommer un ou plusieurs gérants propriétaires ou non de parts
sociales, soit dissoudre la société.
TITRE QUATERIEME
DECISION COLLECTIVE
ARTICLE 22 : DECISIONS ORDINAIRES
Les décisions intéressant la gestion des affaires sociales sont prises aux conditions fixées par la loi au Maroc.
Dans les apports des associés entre eux, aucune forme spéciale n’est prescrite pour la constatation des décisions
mais lorsque celles-ci, doivent être publiées ou opposées aux tiers, il est dressé, soit un acte soit un procès-verbal
valablement signé par un seul gérant.
ARTICLE 23 : MODIFICATION DES STATUTS
Les Statuts pourront toujours être modifiés aux conditions de quorum fixées par la loi au Maroc, dans toutes leurs
dispositions, d’accord entre les associés, qui peuvent décider notamment la fusion de la société avec une autre
Société, sa dissolution anticipée, sa prorogation, sa transformation en société d’un autre type et ce, sans qu’il
n’en résulte la création d’une nouvelle société.
L’unanimité des associés est toutefois nécessaire pour changer la nationalité de la société ou augmenter les
engagements de ses membres.
ARTICLE 24 : VOTE PAR CORRESPONDANCE
L’avis de chaque associé peut être demandé et donne par correspondance, dans ce cas, si la rédaction d’un
procès-verbal est nécessaire pour des formalités de publicité et autres il est procédé comme suit :
Le texte des résolutions proposées est adressé par lettre recommandée avec accusé de réception, à chacun des
associés.
Les associés ainsi consultés, doivent faire parvenir leur vote au siège social, dans les dix jours de l’envoi de la
lettre recommandée, ci-dessus, et les votes formulés par chaque résolution.
Tout associé régulièrement consulté qui n’aura pas fait parvenir sa réponse dans le délai fixé, sera avisé, par une
seconde lettre recommandée, reproduisant les termes de la première que faite par lui d’avoir fait parvenir son
vote dans un nouveau délai de cinq jours, il sera considéré comme s’étant prononcé pour l’adoption des
résolutions proposées.

ARTICLE 25 : PROCES-VERBAUX


Les procès-verbaux prévus à l’article 23 ci-dessus, sont transcrits sur un registre spécial, si la consultation a lieu
par correspondance, les lettres contenant le vote des associés, y sont sommairement visées et les procès-verbaux
sont signés par un gérant.
Tous extraits ou copies à fournir en justice ou ailleurs sont valablement signés par un seul gérant.
48

TITRE CINQUIEME
REPARTITION BENEFICES ET DES PERTES
ARTICLE 26 : ANNEE SOCIALE
L’année sociale commence le 1er janvier pour prendre fin le 31 décembre de l’année suivante.
Par exception, le premier exercice comprendra le temps écoulé entre la date de constitution et le 31 décembre de
l’année en cours.
ARTICLE 27 : INVENTAIRE BILAN
Il est dressé, chaque année, en fin d’exercice, et au plus tard, dans les trois mois de la clôture de celui-ci, un
inventaire général de l’actif et du passif de la société et un bilan résumant l’inventaire.
Dans chaque inventaire, le gérant tient compte des dépréciations survenues dans la valeur des biens composant
l’actif social et opère tous amortissements qu’il juge nécessaires ;
Le bilan est transcrit sur un registre spécial et signé par les gérants dans le mois qui suit la clôture de l’inventaire.
Chaque associé a le droit de prendre communication de l’inventaire et du bilan, mais seulement au siège social.
ARTICLE 28 : REPARATITION DES BENEFICES
Les produits de l’exerce, déduction faite de tous frais généraux et charges sociales afférents à l’exercice et de tous
amortissements décidés par le gérant, constituent les bénéfices nets.
Sur ces bénéfices, il est prélevé 5% pour constitution de la réserve légale, jusqu’à ce que cette réserve représente
au moins le 1∕10éme du capital social
Après ce prélèvement, la distribution des dividendes sera décidée par l’assemblée générale ordinaire statuant en
application de l’article 22 des présentes.
Toutefois, les associés, peuvent, sur la proposition de gérant, et à la majorité, effectuer tout ou partie de ce solde
de bénéfice, à un fonds de réserve général ou spécial dont ils déterminent l’emploi ou la destination.
Les pertes, s’il en existe, seront supportées par tous les associés, gérants ou non gérants proportionnellement au
nombre de parts leur appartenant, sans qu’aucun d’eux puisse être tenu au-delà du montant de ses parts, la mise
en paiement des dividendes aura lieu chaque année aux époques fixées par le gérant.
ARTICLE 29 : COMPTE COURANT
Les associés, peuvent avec le consentement de gérant, verser des sommes en compte courant dans la caisse
sociale, ces sommes seront productives d’intérêts aux taux fixe chaque année par le gérant et les retraits ne
pourront être effectués qu’après préavis d’un an, à moins d’accord contraire avec le gérant spécialement
autorisée par décision collective des associés.
ARTICLE 30 : CAS DE DECES D’UN ASSOCIE :
La société n’est pas dissoute par la mort, l’interdiction la faillite ou la déconfiture d’un des associés, même gérant.
En cas de décès d’un associé, la société continue d’exister entre les associés, survivants et les héritiers et
représentants du prédécédé pour le montant des droits de leur auteur dans la société, sous réserve de ce qui est
dit à l’article 13.
Les héritiers et représentants d’un associé ne peuvent sous aucun prétexte, requérir l’opposition des scellés sur
les biens et papiers de la Société, ni ne s’immiscer en aucune manière dans les actes de son administration.
Ils doivent pour l’exercice de leurs droits s’en rapporter au dernier inventaire social et aux décisions prises
régulièrement par la collectivité des associés.
Toutefois, les ayants droit d’un associé décédé auront la faculté, dans les six mois de décès, d’examiner au siège,
soit par eux, soit par un expert les livres comptables.
En cas de décès d’un associé, il y aura lieu d’appliquer les dispositions de l’article ci-dessus.
ARTICLE 31 : LIQUIDATION
En cas de dissolution de la société pour quelque cause que ce soit, autre que celles de l’exercice du droit de
préemption prévu à l’article 13, il sera procédé à la liquidation par les soins du ou des gérants alors en fonction,
par un liquidateur étranger désigné aux conditions prévues par l’article 22 ci-dessus.
49

Le ou les liquidateurs auront les pouvoirs les plus étendus, selon les lois usagers du commerce, pour réaliser l’actif
mobilier et immobilier, éteindre le passif et régler tous comptes :
1°) A éteindre le passif et toutes les charges sociales ;
2°) A rembourser aux associés les montants amortis de leurs parts sociales possédés par chacun d’eux.
ARTICLE 32 : INTERDICTION DES SCELLES ET D’INVENTAIRE
En aucun cas et pour quelque cause que ce soit, il ne pourra être requis d’apposition de scelles ni fait d’inventaire
civil sur l’actif de la Société, soit à la requête des associés, soit à la requête de leurs héritiers ou ayants droit.
ARTICLE 33 : ATTRIBUTION DE JURIDICTION
Toutes les contestations qui pourraient naitre au sujet de l’exécution des présents seront soumises au Tribunal de
Commerce du lieu du siège social.
Les notifications et assignations ne seront valablement faites, qu’au social de la société objet des présentes.
ARTICLE 34 : FRAIS DE CONSTITUTION
Tous frais concernant la constitution de la présente société, seront portés au compte des frais généraux.
ARTICLE 35 : GREFFE DU TRIBUNAL
Les statuts seront déposés au greffe du Tribunal de Commerce de Rabat.
ARITCLE 36 : PUBLICATIONS
Tous pouvoirs sont donnés au porteur d’un original ou d’une copie des présentes pour effecteur les dépôts et
publications prescrites par loi et accomplir toutes autres formalités concernant directement ou indirectement la
constitution.

FAIT ET SIGNE A Rabat

Pour :
……………………………….
……………………………….
……………………………….
……………………………….

BIBLIOGRAPHIE
 http://groupemiage.net/
 http://droit-afrique.com/
50

SOMMAIRE
Introduction générale……………...……………………………………………...……….……1

Résumé………………………………………………...…………………………………...….…….…2

Partie 1 : la partie théorique………………………………………………………….……….7

1-étude de marché……………………………………………………………………….….…….7

2-evaluation des moyens matériels et humains à mettre en œuvre…..….11

3-estimation du coût du projet……………………………………………………………...11

4-evaluation de la viabilité financière du projet……………………………………..14

5-choix du statut juridique de l’entreprise………………………………………….…..22

Partie 2 : la partie pratique………………………………………………………………………23

1- présentation du projet…………………………………………………………………….….23

2- étude commerciale………………………………………………………………………….….25

3-etude technique……………………………………………………………………………….….34

4-etude financière…………………………………………………………………………….…….36

5- Etude juridique…………………………………………………………………………….……..42

Vous aimerez peut-être aussi