Vous êtes sur la page 1sur 10

Contenu du cours 

: Sociologie et psychologie
de l’habitat
Introduction
Chapitre 1 : Outils de réflexion
Ce chapitre a pour objectif d’initier l’étudiant
à la maîtrise de certains concepts
fondamentaux des modes d’habiter et l’effet
du ressenti (attachement, rejet, appréciation,
refus, repli sur soi, pour la compréhension du
chapitre suivant.
1- Champ et objet de la psychologie sociale :
la perception de l’espace vécu
2- Maîtrise conceptuelle de la perception de
l’espace vécu
a- pratiques résidentielles : Apprentissage et
socialisation
b- Rapports résidentiels : Les pratiques et
usages du quartier résidentiel
c- Usage de l’espace (quartier, logement,
habitation)
Chapitre 2 : Habitat, habitant et Habiter
1- Habitat : définition
2- Habiter : définition
3- Habitat et interaction avec l’habiter
1
a) Degré de satisfaction à l’égard du niveau de
cohérence du rapport habitat/mode d’habiter
b) Degré de satisfaction à l’égard du niveau de
préservation de l’intimité familiale
c) Degré de satisfaction en regard du niveau
des sociabilités, fréquentation, ambiance
4- Symbolique de l’espace de l’habiter :
Habitat traditionnel, habitat moderne, l’habitat
spontané
4- Effets psychologiques : les ressentis
Chapitre 3 : Analyse de terrain : la recherche
de l’identité résidentielle
A travers ce chapitre, on évaluera les divers
ressentis et sentiment d’habitants.
1- Examen des différentes variables de cadrage
2 – Choix du quartier résidentiel

Chapitre 4 : Synthèse comparative de l’analyse


des modes d’habiter
A travers ce chapitre, on démontrera la relation
entre habitat et habiter et les facteurs influents
sur ces derniers.
a) Amélioration de l’image de soi

2
b) Degré de satisfaction au vu de l’historicité
du quartier résidentiel
c) Degré de satisfaction à l’égard du niveau de
la qualité (quartier, logement)
d) conditions d’installation
2- Mesure et Evaluation de la perception du
point de vue du sentiment d’ancrage
3- Le sens du parcours résidentiel : mobilité
résidentielle
a) appel au changement
b) le ressentiment d’évitement : rejet et
isolement
c) appréciation
d) attrait résidentiel

Préambule
Le cours s’inscrit au cœur des sciences
sociales et psychologique de l’habitat. Il a pour
but de révéler les dynamiques des pratiques
habitantes (mode d’habiter) et les enjeux
spatiaux (ségrégation, vides, pleins, insécurité)
sur l’espace vécu (espace de l’habiter).

3
Le cours insistera en premier sur la définition
du contexte psychologique d’habitant à travers
ses modes d’habiter traduits par ses ressentis
pour son espace du quotidien. L’explication
des divers ressentis visera surtout à démontrer
la relation entre la psychologie sociale et
l’architecture.
Cette réflexion épistémologique cherche à
comprendre les rapports résidentiels, leurs
fonctions et les pratiques résidentielles mises
en place entre l’espace vécu d’habitants et leur
manière de pratiquer l’espace au quotidien.
En effet, si de nombreuses études en sciences
cognitives ont réfléchi à la compréhension du
rapport entre l’habitant et son environnement
(contexte psychologique), elles cherchent
surtout le sens des rapports résidentiels. Tout
en sachant que l’habitant est l’acteur d’une
partie la réalité résidentielle, celle du contexte
psychologique (environnement immédiat).
Cette double dimension, Cette double
dimension, montre que d’un point de vue
méthodologique, il s’agit de mettre en
perspective deux niveaux d’appréhension
4
différents par l’utilisation de doubles
entretiens :
-le premier s’attache à recueillir des
significations (informations sur l’espace de
l’habiter) pour mettre en perspective les
pratiques résidentielles par rapport au sens
donné à chaque lieu en tenant copte de l’usage
et des activités se déroulant dans ces lieux.
-Le second s’attache à comprendre pour
quelles raisons l’habitant a besoin de donner
telles significations sur son espace de vie. Ces
significations apportent des éclaircissements
sur la relation habitant / mode d’habiter sur le
contenu des ressentis nécessaire pour
appréhender méthodologiquement l’espace
vécu au quotidien.
1 - La perception
La perception est la connexion entre l’homme
et l’espace environnant (espace de l’habiter ;
espace vécu ou espace perçu). Elle s’exprime
grâce à une multitude de messages (ressentis
qui déclenchent des sentiments de joie, des
sentiments d’appréciation, de rejet, d’ancrage

5
ou d’isolement) que l’individu perçoit pour
avoir une image de son contexte immédiat.
La perception aide l’homme à communiquer
avec son environnement. C’est un outil que
tous les hommes possèdent, mais
différemment.
1.1 Sensation
D’après Larousse : « Reflet dans la conscience
d’une réalité extérieure, dû à l’activation des
organes de sens. » Ce qui nous concerne :
« Etat psychologique résultant des impressions
perçues relié au ressentis d’habitants
(affection, appréciation …).
D’après le Littré : « Impression produite par
les objets extérieurs sur les organes de sens. »

L’ordre de la perception entre le mode


d’habiter et les rapports résidentiels
L’installation de l’habitant dans son lieu
d’habitation (logement, quartier) est fonction
des expériences affectives, poétiques, sociales
et psychologiques. L’espace de l’habiter
(logement, habitation, maison, demeure) est un
espace intégrateur de valeurs et significations
6
des représentations perceptives et cognitives
définies comme intentions résidentielles.
Les représentations perceptives de l’espace de
l’habiter, identifiées a partir des différentes
observations et entretiens effectués doivent
montrer que l’habitat est conditionné par des
références bibliographiques (histoires de vie),
des modèles culturels et un contexte (social et
psychologique) qui imposent une conformité
des pratiques et de normes d’usage qui passent
de l’objectivisme au subjectivisme (Poirier,
Clapier-Valladon : 1993).
Dans cette mesure, l’expérience vécue tiendra
de l’attente qui remplit intuitivement
l’anticipation intentionnelle qui veut avant tout
faire de l’essence pure de l’habiter une norme-
mémoire.
Dans la perception de l’espace de Heidegger
(1927) et Merleau Ponty (1945), on retrouve
les énonces d’un mode de perception l’espace,
qui servira à dévoiler les problèmes
fondamentaux des modes d’habiter pour saisir
la distinction entre les pratiques habitantes et
leurs implications quotidiennes tels que les
7
usages et rapports relationnels résultants de ses
ressentis comme le désir, le réve et toutes les
aspirations.
Sur ce plan, il s’git de vérifier les résultats
obtenus sur les modes d’habiter et voir dans
quelle mesure l’étude sociale et psychologique
de l’habitat est indispensable pour la
compréhension de la complexe rencontre de la
perception intuitive avec le sens de l’espace
vécu ou perçu (Gély, 1966 ; 2005 : 180).
En plus, il s’agit de mesurer l’effet des
rapports relationnels pour savoir comment se
développe les ressentis de chaque habitants.
Ainsi, pour évaluer l’écart situationnel fixé
entre la perception de l’espace de l’habiter et
la conception de cet espace.
Ceci revient à vérifier si l’habitant développe à
partir de son propre perçu ses pratiques
résidentielles. Dès lors l’appel au changement
(modifications et mobilités) se raccorde
inévitablement à l’idée de l’implication des
rapports relationnels au contenu des vécus.
Ces relations resteront ouvertes car tout ce
qu’on peut relever des résultats obtenus est
8
structuré autour de la dichotomie entre
l’espace de l’habiter et l’habiter comme
modalités de l’imaginaire de l’habiter collectif
évaluant à travers les rapports relationnels.
La validation de l’analyse des modes d’habiter
par rapport aux hypothèses avancées par
chacun des étudiants associées aux diverses
variables de cadrages choisies et répondant
aux diverses questions de notre recherche
fournissent un recueil clair et actualise des
activités de l’habiter. Il en découle également
que ces connaissances recueillies, avant d’etre
des connaissances empiriques reposant avant
tout sur l’idée d’une catégorisation et une
hiérarchisation de l’espace de l’habiter
permettant ainsi, la distinction des diverses
perceptions de l’espace vécu au quotidien.

1 - La perception
La perception est la connexion entre l’homme
et l’espace environnant (espace de l’habiter ;
espace vécu ou espace perçu). Elle s’exprime
grâce à une multitude de messages (ressentis
qui déclenchent des sentiments de joie, des
9
sentiments d’appréciation, de rejet, d’ancrage
ou d’isolement) que l’individu perçoit pour
avoir une image de son contexte immédiat.
La perception aide l’homme à communiquer
avec son environnement. C’est un outil que
tous les hommes possèdent, mais
différemment.
1.1 Sensation
D’après Larousse : « Reflet dans la conscience
d’une réalité extérieure, dû à l’activation des
organes de sens. » Ce qui nous concerne :
« Etat psychologique résultant des impressions
perçues relié au ressentis d’habitants
(affection, appréciation …).
D’après le Littré : « Impression produite par
les objets extérieurs sur les organes de sens. »

1-2 L’impression
1-3 L’image
1-4 le signe
1-5 la représntation

10

Vous aimerez peut-être aussi