Vous êtes sur la page 1sur 128

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Université des Sciences et de la Technologie d’Oran M.BOUDIAF

Faculté des Sciences

Département de Chimie

Spécialité : Chimie Option : Contrôle et Gestion de

L’Environnement

MEMOIRE DE MAGISTER

Présenté par : Mr. REZIG Chérif

Ingénieur d’état en chimie industrielle

Thème :

Suivi du Fonctionnement de la STEP du Complexe GP1/Z par


l’Etude de décantation & Coagulation-Floculation

Soutenu le : 03/02/2012

Devant le jury :
Président Mr. BETTAHAR. Noureddine Professeur USTO-MB
Encadreur Mr. HADJEL. Mohammed Professeur USTO-MB
Examinateur Mr. ZEROUALI. Djilali Maître de conférences USTO-MB

Examinateur Mr. BENDROUA. Abdelaziz Maître de conférences USTO-MB

Année universitaire : 2012/2013


REMERCIEMENTS

Ce travail a été réalisé au Laboratoire de Physico-chimique des Matériaux et de

Catalyse et de l’Environnement sous la direction du Monsieur le Professeur HADJEL

Mohamed. Qu’il trouve ici l’expression de mes sentiments les plus nobles. Je tiens à vous

remercier Monsieur le professeur HADJEL, vos précieux conseils et votre savoir-faire m’ont

guidé et amené à réaliser cette présente thèse.

Je tiens à remercier Monsieur Ferhat, chercheur au Laboratoire de chimie des eaux de

l’université USTO pour son précieux aide qui m’a apporté dans l’optimisation et la

détermination des doses et les concentrations des produits injectent.

Mes remerciements s’adressent également aux membres du jury qui ont voulu ce

travail :

Monsieur Noureddine BETTAHAR, Professeur au département de chimie de

l’USTO-MB.

Monsieur Abdelaziz BENDRAOUA, Maitre de conférences au département de chimie

de l’USTO-MB.

Monsieur Djilali ZEROUALI, Maitre de conférences au département de chimie de

l’USTO-MB.

Mes remerciements particuliers s’adressent aux membres du Laboratoire de chimie

des eaux de l’université USTO-MB, Messieurs : A. IDDOU, Ferhat.

Mes remerciements s’adressent aux membres du Laboratoire de complexe GP1/Z,

Messieurs : A. BOUFELDJA. M. DJEBAR. M. HAMDADOU. R. OUMOUSSA.

A toutes les personnes, dont les nombre sont très élevé pour le citer ici, qui ont

contribué de près ou de loin, directement ou indirectement à l’aboutissement de ce travail,

trouvent ici le témoignage de ma profonde reconnaissance.


DEDICACES

Je dédie cette présente thèse :

A mon père

A ma mère

A mes frères

A ma sœur

A ma fille : Khadîdja

A mes chers (es)

Ali chérif, Djamel, Miloud,


Ibrahim, Rabah et Mansour.
Table des matières

CHAPITRE -I : Connaissance et Contrôle du Fonctionnement d’une STEP


à Boues Activées et Généralités sur Les cultures des Stations D’épuration
Introduction…………………………………………………………………………..….…1

I -Le cycle de l’eau…………………………………………………………………..…..…2


II-Les usages de l’eau………………………………………………………………..…….2
III-La pollution de l’eau et ses impacts………………………………………...….…......3
IV-L’épuration de l’eau………………………………………………………...……...…..3
V-Caractéristiques Générales Sur Le traitement des Eaux Sanitaires……...….…..….3

V-1. Traitement Préalable……………………………………………………….….…..4


V-2. Principes de Base et Critères de Conception ……………………………….…..5
V-2.1. Réacteur Biologique…………………..………..……………………………..5
V-2.2. Système d’Aération………………………………………………….………..7
V-3. Décanteur secondaire ………………………………………………….….…........8
V-4. Recirculation des boues ………………………………………………..….……...9
V-5. Sélecteur …………………………………………………………………..….…….9
V-6.Extraction des boues ……………………………………………………………....9
V-7. Réacteurs biologiques séquentiels (RBS) ………………………….……….……9
V-7.1. Rendement ……………………………………………………….…………..10
V-8. Exploitation …………………………………………………………….…….…..10
V-9. Traitement Physico-chimique ………………………………………….…….…11
VI-La Cellule Bactérienne………………………………………………………...……...12
VI-1. Structure…………………………………………….…………………….……...12

VI-2. Les Enveloppes……………………………………………...…………….….….13


VI-2.1. Capsule…………………..……………………………....……………...….…13
VI-2.2. Paroi ………………………………..…………………………………………13
VI-2.3. Membrane Cytoplasmique……..…………………………………………...14
VI-3. Cytoplasme…………………………………………………………………........14
VI-4. Appareil Nucléaire (Chromosome) …………………………………………...14
VI-5. Flagelles…………………………………………………………………………..14
VI-6. Physiologie……………………………………………………………….………14
VI-6.1. la phase de latence…………………………………………………………..15

VI-6.2. la phase exponentielle…………………………………………………........15

VI-6.3. Phase de ralentissement…………………………………………...……….15

VI-6.4. la phase maximale stationnaire ………………………………………...…15


VI-6.5. la phase de déclin………………………………………………...…………15

VI-7. Besoin Nutritifs et Facteurs de l’Environnement ………………….…….…...16


VII-La Désinfection ………………………………..……………………………………...16

VII-1. Effet Bactéricide et Effet Rémanent………………………………………......16


VII-1.1. Effet bactéricide………………………………………….…………………16

VII-1.2. Effet rémanent………………………………………………………...……16

VII-2. Conditions Générales Pour une Bonne Désinfection ………………………17

VII-3. Les Principaux Moyens de Désinfection Reconnus ……………………......17


VII-3.1. Le chlore ………………………………………………………………........17
VII-3.1.a. Principe de la désinfection au chlore…...……………………………….18

VII-3.1.b. Toxicité du chlore …………………...……………………………............18

VII-3.1.c. Différentes sources de chlore ……..…………………………………….18


Le chlore gazeux…..………….……………………………………………………18

L’hypochlorite de sodium (eau de javel) ………………………………….........18

L’hypochlorite de calcium……………………………………………………......18

Production de chlore à partir de sel …………………………………………….19

VII-3.2. L’ozonation………………………………………………………………….19
VII-3.2.a. Toxicité de l’ozone…………………..…………………………………...19

VII-3.2.b. Application de l’ozone…………………………………….…………….20

VII-3.2.c. Production de l’ozone……………………………………………..……..20

VII-3.3. Le dioxyde de chlore ………………………………………………………21


VII-3.4. Les chloramines ……………………………………………………………21
VII-3.5. Le lagunage …………………………………….…………………………..21
VII-3.6. Le rayonnement UV ……………………….….…………………………...22
VII-3.7. Le brome ……………………………………….…………………………...22
VII-3.8. Procédés électro -physiques cuivre/argent ……………………………..22
VII-3.9. Permanganate de potassium ……………………………………………..22
VII-3.10. Les autres moyens de désinfection ……………………………………..22

VII-4. Sous-produits et Résidu de Produits de Désinfection …………………….22


CHAPITRE-II Etude du Procédé de Traitement Des Eaux Sanitaires
Dans La STEP du Complexe GP1/Z

Introduction ………………………………..……………………………………………………23

I-Présentation de La station à Boue Activée.………………………………………………23

II- Les moyens d’autocontrôle des rejets liquides au complexe GP1Z ………………25
II-1. L’échantillonnage …………………………………..………………………………..25
III- Qualité des eaux rejets ……………………………………………………………………25

IV- Dimensions et dispositifs ………………………………………………………………...26


V-Différentes étapes du traitement de la station du GP1/Z …………………………...26
V-1. Traitement primaire (dégrillage) …………………………………………………...27
V-1.1. Déshuilage ……...…………………………………………………………………..27
V-2. Traitement biologique ………………………………………………………………..27

V-2.1. Bassin sélectif ……………………………………………………………………....27


V-2.2. Bassin d’aération primaire et secondaire ……………………………………27
V-2.2.a. Bassin d’aération primaire ………………………………………………….28

V-2.2.b. Bassin d’aération secondaire ………………………………...………….….28

V-2.3. Clarificateur ………………………………………………………………………...29


V-2.4.Bassin de désinfection …………………………………………………………….30
V-2.5.Digesteur …………………………………………………………………………….30
V-2.6.Traitement des boues………………………………………………………………31
V-3. La Centrifugation………………………………………………………………………32

V-3.1. Déshydratation Mécanique : Filtration – Compression …………………...32


V-3.2. Mise en Œuvre ……………………………………………………………………32

V-3.2.a. La filtration centrifuge………………………...………………………………..32


V-3.2.b. Filtration sous pression……………………………...…………………………32

CHAPITRE-III Suivi de la Station par Etude de la Décantation et l’effet


de Coagulation-Floculation
Introduction ……………………………………………………………………………………..34
I- Détermination de La Qualité de L’eau…………………………………………………...34
I-1. Conductivité……………………………………………………………………………...34
I-2. pH…………………………………………………………………………………………..34
I-3. Couleur vraie……………………………………………………………………………..34
I-4. Matières en suspension………………………………………………………………...35
I-5. Turbidité…………………………………………………………………………………..35
I-6. Phosphore total…………………………………………………………………………..35
I-7. Nitrites et nitrates…………………………………………………………………35
I-8. Azote ammoniacal………………………………………………………….…......36
I-9. Azote total………………………………………………………….…………..……36
I-10. Oxygène……………………………………………………………………………36

I-11. Métaux lourds………………………………………………………………..…....36


I-12. Demandes en oxygène …………………………………………………………. 37

I-12.1. Demande chimique en oxygène DCO…………..….……………………......37

I-12.2. Demande biochimique en oxygène DBO……………………...…………….37

I-12.3. Rapport DCO/DBO5…...………………………………………………………37

II-Optimisation du traitement physico-chimique et biologique ………….………….38


II-1. Objectifs de qualité ………………………………………………….…………….38

II-2. Les analyses Physico-chimiques …………………………………………….…...38

III-La décantation …………………………………………………………………….…...40


III-1. Etude sur la décantation…………………………………………………….……43

III-1.1. Détermination des matières en suspension…………..……………………..43

III-1.2. Détermination des matières organiques…………..………………………...43

III-1.3. Détermination de la Demande Chimique en Oxygène (DCO) ……….….44

III-2. La courbe de KYNCH……………………………………………………….……45

III-2.1. Paramètres bassin de décantation……………………………………………45

IV-Dimensionnement de la Station………………………………………………….…. 47

IV-1. Calcul des pertes de charge de dégrilleur………………………………………..48

IV-2. Calculs du Bassin Biologique……………………………………………………48

IV-3. Calculs de Bassin de Décantation ………………………………………........... 49


IV-4. Indice de MOHLMAN………………………………………………………….. 50
V-Coagulation-Floculation……………………………………………………………… 51

V-1. Les colloïdes en solution…………………………………………………….…….51

V-2. Etat de surface des colloïdes………………………………………………..…… 51

V-3. Déstabilisation des colloïdes…………………………………………………. … 52

V-4. Décantation des Colloïdes en Fonction du Diamètre des Particules………... 53

V-5. Agents de Coagulation et de Floculation………………...……………………...53

V-6. Dosage des Eaux Traitées par des Coagulants et des Floculants Concentrés 54

V-6.1. Coagulation-Floculation par FeCl3.6H2O & Ca(OH)2…………………….…55

V-6.2. Coagulation-Floculation par AlCl3.6H2O & Ca(OH)2 ………………….…...56


V-6.3. Coagulation par le Sulfate d’Aluminium Hydraté et Ca(OH)2…………... 57

V-6.4. Coagulation des eaux brutes par la chaux Ca(OH)2…………………… …. 58

V-6.5. Coagulation-Floculation par Aquatreat 912………………………………... 59

V-6.5.a. Caractéristiques …………………………………………………………….. 60

VI-La décantation des boues………………………………………….………………….60

VI-1. Application ………………………………………………………….…………….60

VI-2. Epaississement gravitaire ………………………………………….…………….60


VI-3. Déshydratation naturelle ………………………………………………………. 60
VI-4. Déshydratation mécanique …………………………………….………………..60
CHAPITRE - IV Résultats & Discussion

Introduction……………………………………………………………………..………….61
I-Elimination de la matière carbonée MES, DBO & DCO …………………..…………61

I-1. Demande biochimique en oxygène DBO5……………………………….………. 61

I-2. Demande chimique en oxygène DCO…………………………………..…………61

I-3. Matières en suspension MES……………………………………………..………...62

I-4. Température..……………………………………………………………….……….62
I-5. pH ……………………………………………………………………………..……...62
I-6. nitrites NO2- …………………………………………………………………..….…..63
I-7.Les phosphates PO43-…………………………………………………………..……..63
I-8.Le fer……………………………………………………………………………..…….63
I-9.Effets des pollutions……………………………………………………………..…...64

II-Discussions et interprétation de la décantation …………………..…..………..…….64

II-1. Les matières en suspension M.E.S…………………………………………..…….65

II-2. Les matières organiques M.O…………………………………………………..….65

II-3. Les matières minérales M.M……………………………………….…………….. 66

II-4. Courbe de KYNCH de décantation……………………………………….…….. 66

III-Interprétation des Résultats de Dimensionnement de la Station…..…..………….66

III-1. Critères pour le choix d’une filière de traitement …………………….……… 67

III-2. Règles générale & Hypothèses de dimensionnement ………………..………..67

III-3. Les points-clés du dimensionnement………………………………..…………..67

III-3.1. Le débit de pointe QP…………………….……………………………………..68


III-3.2. Pertes de charge de dégrilleur ………………………………………………..68

III-3.3. Bassin Biologique……………………………………………………...…….…68

III-3.3.a. Temps de Séjour Hydraulique………………………………………….…..68

III-3.3.b Volume du Bassin……………………………………………..…………......69

III-3.4. Bassin de décantation ……………………………………..……………….….69

III-3.4.a. Concentration des Matières Décan tables…..………….……………….....69

III-3.4.b. Surface Unitaire……..……………………………………………………….69

III-3.4.c. Surface & Volume ……………………………...…………………………...69

III-3.4.d. Charge Massique ………………………………...…………………………70

III-3.4.e. Charge spécifique.…………………………………...………………………70

III-3.4.f. Indice de MOHLMAN…...………………………………..………………....70

IV-Coagulation-Floculation...…………………………………………………………......70
IV-1. Evaluation du temps et dose optimale des Coagulants…………….………….71

IV-1.1. Coagulation-floculation par FeCl3.6H2O plus Ca(OH)2………….……….……72

IV-1.2. Coagulation-floculation par AlCl3.6H2O plus Ca(OH)2…..….……….…….73

IV-1.3. Coagulation par Al2(SO4)3.18H2O plus Ca(OH)2………….……………...….74

IV-1.4. Coagulation des eaux brutes par la chaux ………………….…………....….74

IV-2. Influence du pH optimal sur la coagulation-floculation……………….......….75

CONCLUSION……………………………………………………………………......….75
V-La décantation des boues..……………………………………………….…….....….....76

V-1. La conductivité ….……………………………………..……………….….....….....76

V-2. Les matières en suspension MES ………...……..…………………….….....….....77

V-3.Volume et Indice des Boues……………..…...……………………….…….…......77

CONCLUSION……………..…………………………………..…………….….....….....78

VI- La décantation par l’injection de Aquatreat 912……………..…………….....…......79

CONCLUSION……………………………………………....……………….….....…......81
LISTE DE FIGURES

CHAPITRE -I
Figure 1. La Chaine Biologique des Transformations de L’eau ……………….….….2
Figure 2. Schéma de procédé de boues activées ………………………….....….......…4
Figure 3. Traitement Secondaire par l’Aération Puis la Décantation…...…….......…9
Figure 4. Schéma de Traitement des Eaux Usées et Elimination des Boues par
Clarificateur ou par Membrane Bioréacteur………………………...…………......…12
Figure 5. Cellule bactérienne avec son organisation simple………….….……….…13
Figure 6. Courbe de Croissance d’une Culture Bactérienne………….…......………15
Figure 7. Générateur de décharge corona………..............................................…....…21

CHAPITRE-II

Figure 1. Schéma de procédé de la STEP de GP1/Z - phase I………….........…....…26


Figure 2. Mécanisme de circulation des boues (Clarificateur)…………..........….… 29
Figure 3. Capots de Succion Hydraulique………………………………........….........30
Figure 4 : La filtration centrifuge. ......…………………………………………………32
Figure № II-05. Filtre presse à plateaux......……………………………...……………33

CHAPITRE-III

Figure 1. Evaluation MES en fonction du temps à la sortie et l’entrée de STEP…..39


Figure 2. Evaluation DCO en fonction du temps à la sortie et l’entrée de STEP….39
Figure 3. La décantation des solides………………………………………………......42
Figure 4. Décantation en piston………………………………………………..…........ 45
Figure 5. Les hauteurs d’interfaces en fonction du temps………………...…………46
Figure 6. Décantation en piston…………………...…………………………...…........50
Figure 7. Les couches de la surface des colloïdes ……………………….…………...52
Figure 8. Installation de l’analyse JAR-TEST…………………………….……………54
Figure 9. Coagulation-floculation…………………………………...…….…………...55

CHAPITRE - IV

Figure1 : Graphe de l’élimination de la turbidité par FeCl3 ………..….….……...…72


Figure 2 : Courbe de Kynch décantation……………………………........….………...72
Figure 3 : Graphe de l’élimination de la turbidité par AlCl3.6H2O…….….………..73
Figure 4 : Courbe de Kynch décantation………………………………....….……….. 73
Figure 5 : Courbe de Kynch décantation.….………………………………….……… 74
Figure 6 : Variation de turbidité et conductivité en fonction de la concentration...75
Figure 7 : Décantabilité des Boues Activées en fonction du temps……...………….76
Figure 8 : Photographie microscopique d’un floc de boue activée………...……… 77
Figure 9 : Abattement de composés organiques par le Aquatreat 912-5 ml……….80
Figure 10 : Abattement de composés organiques par le Aquatreat 912-10 ml…….80
Nomenclature

Abréviations et Signes
ℓ Litre

j Jour

% Pourcentage

kg Kilo gramme

mg Milli gramme

mℓ Milli litre

m Mètre

m2 Mètre carré

m3 Mètre cube

µm Micro mètre

nm Nano mètre

1/2 Demi

t Temps

h Heure

s Seconde

min Minute

kW Kilo watt

°C Degré Celsius

pH Potentiel d’hydrogène

N Nitrogène (azote)

N-NTK Azote total Kjeldahl

MO Matières Organiques

MVS Matières Volatile en Suspension

MES Matières en Suspension

CO2 Dioxyde de Carbone

H2 S Sulfure d’Hydrogène

H2O Eau

H2 Dihydrogène
O3 Ozone

Cl2 Chlore gazeux


NaClO Hypochlorite de sodium (eau de javel)
HOCl Acide hypochloreux
-
ClO Ions hypochlorite
HCl Acide chlorhydrique
Ca(ClO)2 Hypochlorite de calcium
Ca(OH)2 Hydroxyde de calcium
NaCl Chlore de sodium
KMnO4 Permanganate de potassium
THM Tri halon de méthane
°
HO2 Peroxyde d’hydrogène
°
OH Radical d’hydroxyles

2+
Cu Ion de cuivre
UV Ultra violet
COT Carbone organique total
COA Carbone organique assimilable
M Masse biologique
Yt Coefficient de synthèse
Q Débit d’eaux usées
Sa Concentration de substrat à l’affluent
Se Concentration de substrat à l’effluent
Kd (T) Coefficient de respiration endogène à température T
Kd (20 °C) Kd à 20 °C
V Volume
T Température
θc Age des boues
X Concentration de la liqueur mixte
QB Volume de boues extraites par jour
XB Concentration de biomasse dans les boues extraites
Xe Concentration de biomasse à l’effluent
Px Masse de boues produites (partie volatile)
θ Coefficient de température
MI Masse en solides inertes en suspension
PI Production de boues (partie inerte)
MESIa Solides inertes en suspension à l’affluent
MESIe Solides inertes en suspension à l’effluent
PT Production de boues totales
O2 Besoins en oxygène
DBO Demande biologique en oxygène
DCO Demande chimique en oxygène
DBOU Concentration en DBO ultime
Na Concentration en azote Kjeldahl à l’affluent
Ne Concentration en azote Kjeldahl à l’effluent
RBS Réacteurs biologiques séquentiels

ADN Acide désoxyribonucléique

ARN Acide ribonucléique

G Temps de génération
n Nombre de divisions

µ Taux de croissance
INTRODUCTION GENERALE

Les eaux usées, qu’elles soient d’origine domestique ou industrielle, sont


collectées par un réseau d’assainissement complexe pour être traitées dans une
station d’épuration avant d’être rejetées dans le milieu naturel. Dans la station, le
traitement varie en fonction de la nature de ces eaux usées et de la sensibilité à la
pollution du milieu récepteur. Ces stations sont dimensionnées pour traiter une
certaine charge de pollution et assurer un rejet conforme. Les principales tâches
effectuées sont le prétraitement (dégrillage, dessablage, déshuilage), le traitement
primaire (décantation, coagulation, floculation), traitement complémentaire
(filtration sur lit de sable, désinfection, élimination de l’azote et phosphore en excès),
traitement des boues (déshydratation, séchage thermique ou incinération,
stabilisation).
Le traitement d’un mètre cube d’eaux usées produit 350 à 400 grammes des
boues. Ces boues généralement très liquides, contiennent une forte proportion de
matières organiques. Après le traitement et l’élimination des boues des décanteurs
primaires et secondaires qui sont relativement concentrées, putrescibles et chargées
de bactéries, on a le séchage ou la déshydratation de la matière solide pour
l’utilisation dans plusieurs domaines soit agriculture ou marine. On a deux types de
déshydratation des boues : naturelle et mécanique ; Type naturelle : se fait sur des lits
de séchage de huit mètres de large et de 30 à 63 mètres de longueur, les eaux
récupérées par les drains sont envoyée vers la station de traitement des eaux. Type
mécanique : on a déshydraté la boue soit par centrifugation ou par des filtres presse.
L’importance de la décantation dans les procédés du traitement des eaux
usées est pour que la station de traitement des effluents liquides garantit une bonne
qualité d’eaux recyclées ou rejetées respectant les normes en vigueur, la décantation
a un rôle primordial dans la chaîne de traitement. Lorsqu’on utilise un réacteur
biologique à culture libre (boues activées) pour épurer les eaux usées, il faut lui
adjoindre un décanteur secondaire pour séparer l’eau épurée des solides biologiques.
Dans le procédé du traitement et l’épuration des eaux, la décantation secondaire
joue un rôle indispensable dans l’efficacité et le rendement final. C’est pour cela
l’automatisation des stations de traitement par boues activées dépend principalement
de la gestion de cette opération en contribuant à l’automatisation de la mesure des
MES dans les décanteurs afin d’instaurer le régime hydraulique convenable pour
augmenter le rendement et économiser l’énergie et finalement, faciliter le travail de
la station en gagnant du temps par un contrôle et un suivi en temps réel et éviter
finalement tout impact négatif sur l’environnement. Le traitement des eaux usées de
notre station se fait par boues activées. Cependant, souvent pour la conception ou
l'exploitation il faut déterminer expérimentalement les principaux paramètres
comme: La concentration en MES et la vitesse de décantation, la fraction de la liqueur
mixte se trouvant dans le clarificateur à un instant donné, le niveau de voile de boues
dans le clarificateur. Lorsque la concentration des matières en suspension (MES) est
trop élevée dans l’effluent du décanteur secondaire, on recommande de mesurer
l’indice de volume de boues (IVB) du liquide mixte. Un faible indice des boues révèle
que les caractéristiques de décantation des boues sont satisfaisantes ; dans ce cas, les
causes d’une mauvaise décantation sont d’ordre physique.
Les essais se sont déroulés sur des eaux sanitaires d’une industrie pétrolière
de composés organiques. Les substances organiques présentes dans les eaux usées
engendrent des problèmes qui sont globalement représentés par une détérioration de
la qualité organoleptique, un développement bactérien dans les conduites du réseau
de distribution puis des impacts sur le milieu récepteur. L’objectif de cette étude est
d’observer l’efficacité de la coagulation-floculation par des réactifs comme (chlorure
d’aluminium, chlorure ferrique, sulfate d’aluminium et la chaux) sur l’élimination de
composés organiques pressentes en excès par les essais de Jar-test. Les résultats
obtenus indiquent que l’efficacité du procédé dépend de la charge du composé
organique ainsi que des paramètres réactionnels (dose de coagulant, pH et temps
optimal). La coagulation-floculation peut réduire d’une façon notable ces substances
organiques malgré leur état dissous. L’efficacité de cette étape de traitement est
rattachée au pH, au type et à la dose du coagulant ainsi qu’à la nature des particules,
le pH du milieu pourrait donc influer donc directement à la fois sur la dissociation
des groupements fonctionnels des composés organiques. Le pH optimal constitue un
compromis entre le pH nécessaire pour la coagulation (lié à la nature des colloïdes) et
le pH nécessaire à la floculation (lié à la croissance du floc d'hydroxyde de fer ou
d'aluminium).
CHAPITRE-I
Connaissance et Contrôle du Fonctionnement d’une STEP à
Boues Activées et Généralités sur Les cultures des Stations
D’épuration
Introduction
Le traitement d’un mètre cube d’eaux usées produit de 350 à 400 grammes de
boues, ces boues généralement très liquides, contiennent une forte proportion de
matières organiques. Alors le traitement pour but de réduire leur volume par
épaississement, déshydratation, séchage thermique ou incinération et pour
diminution de leur pouvoir de fermentation par stabilisation biologique, chimique
ou thermique (rajout de chaux par exemple), les différents types de boues sont :

*Les boues primaires sont produites par simple décantation (traitement primaire), ces
boues sont fraîches c'est-à-dire non stabilisées (forte teneur en matière organique).

*Les boues secondaires (les boues activées): sont récupérées après la décantation
secondaire (traitement secondaire ou clarificateur), composées par la biomasse
présente en excès dans le système.

*Les boues mixtes est le mélange de boues primaire et secondaire conduit à


l’obtention des boues mixtes. Leur composition est dépendante de la quantité de
boues primaires et secondaires produites, très fermentescibles.

*Les boues physico-chimiques : Ces boues sont produites par le traitement utilisant
des floculants minéraux (sels de fer ou d’aluminium).

Une fois collectées les boues il faut traitées avant leur rejet pour trois objectifs, la
réduction du pouvoir fermentescible, la réduction de la masse des boues et la
réduction des risques sanitaires. On à deux étapes principales de traitement des
boues,

1) L’épaississement c’est pour concentrer les boues, et donc réduire leur volume,
alors cette opération se fait par décantation gravitaire ou par flottation ou par fois par
centrifugation.

2) La stabilisation permet de réduire le pouvoir fermentescible des boues ainsi


que les nuisances olfactives.

Il existe trois grands types de stabilisation : c’est la stabilisation biologique par


la digestion aérobie (Procédé utilisé dans les petites et moyennes stations d’épuration
dans ou Taux de mortalité > Taux de croissance et la réduction des MVS est de 20 à
50%). La digestion anaérobie c’est la méthode traditionnelle de stabilisation des
boues (La fermentation anaérobie est lente et se fait vers 35 - 37°C et la fermentation
initiale forme des acides organiques, acides aminés et d’alcool, après la formation de
méthane accompagné de CO2, H2S et H2). Une digestion efficace réduire les matières
volatiles en suspension de 50% et donne 0,9 m3 de gaz par kg de matière détruite. La
valorisation en deux étapes compostage est appliqué sur des boues organiques
déshydratées pour transformation des MO en matière humiques, et la durée de
compostage est de 1 jour à 3 semaines dépend de l’intensité du traitement.
L’épandage c’est la décharge des boues humides dans les lagunes pour les boues
minérales industrielles, et l’évacuation par canalisations vers des décharges.

I-Le cycle de l’eau [02]


Entre les quatre grands réservoirs d’eau de l’hydrosphère que sont: Les mers,
les océans, Les eaux continentales (superficielles ou souterraines), l’atmosphère. La
biosphère, L’échange d’eau est permanent et forme ce que l’on appelle le cycle
externe de l’eau. Le moteur de ce cycle est le soleil.

Figure № I-01. La Chaine Biologique des Transformations de L’eau


En résumé, on retiendra les phénomènes suivants!:
* L’évaporation!: chauffée par le soleil, l’eau des océans, des rivières, des lacs
s’évapore et monte dans l’atmosphère.
* La condensation!: au contact des couches d’air froid de l’atmosphère, la vapeur
d’eau se condense en minuscules gouttelettes qui, poussées par les vents se
rassemblent et forment les nuages.
* Les précipitations!: les nuages déversent leur contenu sous forme de pluie, neige ou
grêle.
* Le ruissellement!: la plus grande partie de l’eau tombe dans les océans. Le reste
s’infiltre dans le sol ou ruisselle pour aller grossir les rivières qui, à leur tour vont
alimenter les océans et le cycle recommence.
II-Les usages de l’eau [02]
Les principaux usages de l’eau tournent donc autour de ces fonctions
essentielles: Boire, Irriguer, Arroser. D’autres usages sont également importants. Ils
concernent la vie quotidienne et les activités industrielles: Laver des objets, Usages
récréatifs, Usages industriels. Parmi ces usages, certains nécessitent de l’eau pure et
d’autres polluent l’eau.
III-La pollution de l’eau et ses impacts
La pollution de l’eau est une altération qui rend son utilisation dangereuse
et/ou perturbe l’écosystème aquatique. Les origines sont multiples: Les villes, Les
industries, L’agriculture, Les décharges de déchets domestiques et industriels.
Elle se manifeste par:
* La présence de produits toxiques provenant des activités industrielles ou agricoles.
* La présence de bactéries ou virus dangereux provenant des foyers domestiques ou
d’élevages.
* Une prolifération d’algues entraînant une diminution de la teneur en oxygène
dissous provoquant, dans certains cas, des mortalités importantes de poissons.
* Une modification physique du milieu récepteur (augmentation de la turbidité de
l’eau, modification de la salinité, augmentation de la température).
Ces différentes manifestations permettent de classer la pollution en trois catégories:
physique, chimique, biologique.
Les éléments polluants arrivent au milieu naturel de deux façons différentes:
* Par des rejets localisés (à l’extrémité d’un réseau d’égouts).
* Par des rejets diffus (lessivage des sols…).
Une fois dans l’eau, ces éléments polluants peuvent provoquer des effets:
* Immédiats!: mort rapide de différents organismes.
* Différés ou à long terme!: accumulation des substances chez certains organismes au
cours du temps entraînant des maladies ou la mort.
L’eau pouvant s’infiltrer dans le sous-sol, elle peut entraîner les polluants avec elle,
ce qui provoque une pollution des eaux souterraines caractérisée par:
* Une propagation lente et durable,
* Une grande difficulté de résorption ou de traitement.

IV-L’épuration de l’eau
Si le niveau de pollution n’atteint pas un seuil critique, l’eau est capable de
s’auto-épurer, c’est-à-dire, d’éliminer progressivement les agents polluants. Dans la
plupart des cas, le niveau de pollution est trop important pour que cette auto-
épuration soit efficace, il est donc nécessaire de dépolluer l’eau, soit avant son
utilisation (eau potable), soit avant de la rejeter dans le milieu naturel (eaux usées),
cette dépollution, ou épuration, est réalisée dans des installations appelées ‘’stations
d’épuration’’.
V-Caractéristiques Générales Sur Le traitement des Eaux Sanitaires [03]
Le procédé de traitement par boues activées est un procédé de traitement
biologique à culture en suspension. Il est constitué d’un réacteur biologique dans
lequel les eaux usées sont mélangées avec une biomasse aérée et maintenue en
suspension. Le substrat contenu dans les eaux usées sert de nourriture pour la
multiplication et le développement des micro-organismes contenus dans la biomasse.
La biomasse est ensuite séparée par décantation et une partie de cette biomasse est
recyclée dans le réacteur. La biomasse excédentaire est extraite du système et
constitue les boues secondaires. Les systèmes de boues activées sont le plus souvent
conçus pour être exploités en mode continu avec un réacteur biologique, un
décanteur secondaire et des équipements de retour des boues du décanteur vers le
réacteur. Un schéma de procédé typique est montré à la figure № 01. Ils peuvent
aussi être conçus pour être exploités en mode séquentiel, une période étant réservée
à la décantation directement dans le réacteur. Le principe de traitement des eaux
usées par boues activées est connu depuis le début du 20e siècle. Ce procédé est
répandu, tant au Québec qu’ailleurs dans le monde.
Les fossés d’oxydation et les réacteurs biologiques séquentiels sont inclus dans
les boues activées. Certaines variantes de boues activées sont conçues pour permettre
un enlèvement biologique des nutriments soit par nitrification-dénitrification ou par
enlèvement biologique du phosphore. Le choix des boues activées n’est pas
recommandé pour des applications où les eaux usées sont diluées ou là où il y a des
débits importants d’eaux parasites. Il en est de même pour des applications à usage
irrégulier comportant des périodes de faibles charges ou d’absences de charges
susceptibles d’entraîner une détérioration de la biomasse et un mauvais
fonctionnement de la station. Bien que ce procédé soit applicable en théorie autant
pour des petites stations que pour des grandes, il est relativement complexe à
exploiter et fait appel à des connaissances pointues de microbiologie qui le rendent
peu approprié pour les petites stations.

Figure № I-02. Schéma de procédé de boues activées [03]

V-1. Traitement Préalable [03]


Les systèmes de traitement par boues activées doivent être précédés d’un
dégrillage. Un dessablage peut être requis, particulièrement en présence d’un réseau
d’égout unitaire. La chaîne de traitement peut aussi inclure un système de traitement
primaire, surtout dans des grandes installations, avec un taux de charge hydraulique
maximal de 60 m3/m2.j au débit de pointe et muni d’un système d’extraction de
boues.
Dégraissage-déshuilage c’est une opération à éliminer les graisses et les huiles
présentes dans les eaux résiduaires, pour améliorer la vitesse de la séparation et la
décantation. Pour qu’un dégraissage soit efficace, il faut que la température de l’eau
soit inférieure à 30 °C.
V-2. Principes de Base et Critères de Conception [03]
V-2.1. Réacteur Biologique
La conception d’un système de boues activées doit nécessairement être basée
sur un bilan de masse qui tient compte de l’affluent, de l’effluent, des boues extraites
et de la cinétique biologique dans le réacteur. Le volume des bassins d’aération doit
être suffisant pour que le substrat ait le temps d’être transformé en biomasse.
Cependant, il ne doit pas être trop grand, afin de pouvoir maintenir une
concentration suffisante de biomasse dans les bassins tout en limitant l’âge des boues
pour favoriser une qualité de biomasse propice à sa floculation et à sa décantation.
Il faut s’assurer que la masse biologique pouvant être engendrée sous
différentes conditions d’exploitation est suffisante compte tenu du volume de
réacteur choisi. Une conception basée uniquement sur un temps de résidence
hydraulique n’est pas acceptable. Différents modèles cinétiques peuvent être utilisés
pour effectuer les calculs. Un modèle qui a été largement utilisé est celui proposé par
Lawrence et Mc Carty, en 1970 (Béland 1984, Metcalf & Eddy Inc 1991, WEF-ASCE,
1998). Des équations tirées de ce modèle sont présentées ci-après, en considérant que
lorsque le réacteur est à l’équilibre, la masse biologique est constante.

Yt Q (Sa - Se)/1000 - Kd M – M/ θc = 0 Eq : 01
M = VX Eq : 02
V = [Yt Q (Sa - Se) θc] / [(1+ Kd θc) X] Eq : 03
θc = V X / [QB XB + Q Xe] Eq : 04
Kd(T°) = Kd (20°C) θ (T−20)
Eq : 05
PX = [Q (Sa - Se) Yt] / [1000 (1+ Kd θc)] Eq : 06

Où M = masse biologique, kg MVS


Yt = coefficient de synthèse, kg MVS/kg DBO5
Q = débit d’eaux usées, m3/j
Sa = concentration de substrat à l’affluent, mg/ℓ DBO5
Se = concentration de substrat à l’effluent, mg/ℓ DBO5
Kd = coefficient de respiration endogène, j-1
T = température, °C
Kd (T) = Kd à température T, j-1
Kd (20 °C) = Kd à 20 °C, j-1
θc = âge des boues, j
X = concentration de la liqueur mixte, mg/ℓ MVS
V = volume du réacteur, m3
QB = volume de boues extraites par jour, m3/j
XB = concentration de biomasse dans les boues extraites, mg/ℓ MVS
Xe = concentration de biomasse à l’effluent, mg/ℓ MVS
Px = masse de boues produites (partie volatile), kg MVS/j
θ = coefficient de température
Le bilan ci-dessus porte uniquement sur les matières volatiles. Pour connaître
la concentration ou la masse totale de solides en suspension dans le réacteur ainsi
que la production de boues, il faut également effectuer un bilan des matières inertes
en suspension, qui peut s’exprimer de la façon suivante lorsque le réacteur est à
l’équilibre :

MI = [Q (MESIa - MESIe) θc]/ 1000 Eq : 07


PI = Q (MESIa - MESIe) / 1000 Eq : 08
PT = Px + PI Eq : 09
Où MI = masse en solides inertes en suspension, kg
PI = production de boues (partie inerte), kg/j
MESIa = solides inertes en suspension à l’affluent, mg/ℓ
MESIe = solides inertes en suspension à l’effluent, mg/ℓ
PT = production de boues totales, kg/j
Des valeurs typiques des paramètres cinétiques et coefficients pour le traitement des
eaux usées domestiques sont présentées ci-dessous :
Yt = 0,5 kg MVS/kg DBO5 Kd (20 °C) = 0,06 j-1 θ = 1,04
Bien que le modèle de Lawrence et Mc Carthy soit une approximation
acceptable pour le traitement des eaux usées domestiques, il ne tient pas compte de
la partie non active des matières volatiles. Un modèle élaboré par Eckenfelder permet
d’effectuer un calcul plus rigoureux en tenant compte de la fraction biodégradable
des matières volatiles en suspension.
Cette méthode a servi de base à la création d’un logiciel de simulation de
bioréacteurs à boues activées (Desjardins, 1986). Des modèles plus sophistiqués ont
été créés par l’International Association on Water Quality (IAWQ). Il s’agit des
modèles IAWQ 1 et 2. Divers logiciels de calculs et de simulation dynamique de
boues activées sont maintenant disponibles. Lors de l’utilisation de ces outils, le
concepteur de la station doit apporter un soin particulier au calibrage des modèles et
aux valeurs retenues pour les différents paramètres. Des références doivent être
fournies à l’appui des modèles et paramètres utilisés.
Peu importe le modèle utilisé, certains facteurs doivent être pris en
considération lors de la conception du bioréacteur. Il doit être conçu de façon à
assurer la stabilité du rendement en fonction des diverses conditions d’alimentation.
Il faut entre autres être en mesure de maintenir une concentration de liqueur mixte
suffisante pour favoriser la floculation et la décantation de la biomasse. Une
concentration d’au moins 2000 mg/ℓ en MVS est recommandée dans la liqueur mixte.
L’âge des boues visé à la conception doit également être choisi de façon à
favoriser une qualité de biomasse qui offre de bonnes caractéristiques de décantation.
Selon des références citées par Béland (1984), la valeur optimale de biopolymères
dans la liqueur mixte est obtenue pour un âge de boues d’environ 20 jours. Il n’est
généralement pas recommandé de dépasser 30 jours d’âge de boues.

V-2.2. Système d’Aération


Les calculs du système d’aération sont basés sur les besoins en oxygène en
conditions réelles, le taux de transfert d’oxygène en conditions standard des
équipements considérés et le rapport entre le taux de transfert en conditions réelles et
le taux de transfert en conditions standard. Il faut aussi s’assurer que les conditions
de mélange sont suffisantes pour permettre une bonne répartition de l’oxygène
dissous et maintenir les solides en suspension dans la liqueur mixte.
Les besoins en oxygène comprennent la demande carbonée et la demande
azotée. Une façon courante de calculer la demande carbonée est de considérer la
masse totale en DBO ultime utilisée et d’y soustraire la demande qui correspond aux
micro-organismes contenus dans les boues extraites (Metcalf & Eddy Inc., 1991). La
demande totale en oxygène en conditions réelles peut être exprimée au moyen de
l’équation suivante :
O2 = [Q (Sa - Se) DBOu /1000 DBO5] - 1,42 Px + [4,57 Q (Na - Ne) /1000] Eq : 10

Où O2 = besoins en oxygène, kg/j


DBOU = concentration en DBO ultime, mg/ℓ
Na = concentration en azote Kjeldahl à l’affluent, mg/ℓ N-NTK
Ne = concentration en azote Kjeldahl à l’effluent, mg/ℓ N-NTK
Le rapport typique DBOu/DBO5 est de 1,47

Un facteur de pointe d’au moins 2 est généralement appliqué à la charge en


DBO pour calculer la capacité maximale du système d’aération. Un facteur plus élevé
peut être requis en fonction de conditions particulières d’alimentation. En plus de
prévoir les besoins en oxygène, il faut vérifier si la capacité du système d’aération est
suffisante pour assurer des conditions adéquates de mélange dans les bassins. Les
valeurs typiques citées à cette fin dans la littérature sont :

• 20 à 30 m3 d’air/min.1000 m3 pour un système de diffusion d’air entraînant un


mouvement en spirale;
• 10 à 15 m3 d’air/min.1000 m3 pour un système de diffusion d’air réparti
uniformément sur la superficie du bassin;
• 20 à 40 kW/1000 m3 pour des aérateurs mécaniques.

Les caractéristiques du système d’aération doivent être précisées : puissance


installée, nombre et type d’aérateurs s’il s’agit d’aérateurs mécaniques ou débit d’air,
pression de service, nombre et type de soufflantes et de diffuseurs, réseau de
distribution d’air s’il s’agit d’un système de diffusion. Dans ce dernier cas, les pertes
de charge dans le réseau de distribution doivent être calculées. On doit prévoir une
soufflante en attente. La tuyauterie doit être conçue de telle sorte que les pertes de
charge dans celle-ci sont relativement faibles comparativement aux pertes de charge
dans les diffuseurs. Les diffuseurs doivent être facilement accessibles ou amovibles
pour en permettre l’entretien.
V-3. Décanteur secondaire [03]
La biomasse produite dans le réacteur biologique est normalement séparée de
l’effluent au moyen d’un décanteur par gravité, bien que dans certains cas cela peut
se faire par flottation à air dissous ou encore par membrane dans certaines nouvelles
technologies.
Les principaux critères de conception d’un décanteur secondaire sont le taux
de charge hydraulique à débit moyen et à débit maximal, le taux de charge massique,
la profondeur minimale et le taux de débordement. Les critères de conception
retenus doivent être validés en fonction des conditions réelles de concentration de
liqueur mixte, d’indice de volume des boues et de taux de recirculation. Les taux de
charge hydraulique maximaux recommandés, par rapport au débit d’affluent de la
station, sont les suivants :
• à débit moyen Q = 8 à 16 m3/m2.j

• à débit maximal Q = 24 à 36 m3/m2.j

Le taux de charge massique maximal recommandé est de 100 à 150 kg/m2.j, la


profondeur minimum recommandée en périphérie est de 3,6 m. Bien qu’il n’y ait pas
de relation précise d’établie entre la profondeur et les taux de charge, les taux de
charge les plus faibles doivent être appliqués pour les décanteurs les moins profonds.
Les taux de débordement maximaux recommandés sont de 125 à 250 m3/j par mètre
linéaire de déversoir, les valeurs les plus faibles étant recommandées pour les plus
petits décanteurs. Pour des décanteurs circulaires, l’utilisation d’un déversoir
périphérique est généralement acceptable. Pour des décanteurs rectangulaires, des
déversoirs parallèles au sens de la longueur sur environ 25 à 30 % de la longueur et
espacés de 3 m sont souvent utilisés.
Le dispositif d’entrée doit être conçu pour dissiper l’énergie, assurer une
bonne distribution du débit, prévenir les courants de densité, éviter de perturber le
voile de boues et favoriser la floculation. La vitesse d’entrée ne doit pas dépasser 0,6
m/s. Dans le cas d’un décanteur circulaire à alimentation centrale, le puits d’entrée
occupe de 25 à 30 % du diamètre du décanteur. Les décanteurs secondaires doivent
être conçus de façon à permettre une bonne reprise des boues et empêcher que celles-
ci séjournent trop longtemps dans le décanteur.
Les décanteurs secondaires sont généralement munis de racleurs et peuvent
être munis de conduites de succion. Dans le cas de petits décanteurs qui ne sont
munis d’aucun dispositif mécanique, des pentes fortes d’au moins 50° à 60° sont
recommandées pour prévenir les dépôts de boues. Un dispositif de captage des
matières flottantes et des écumes est requis. S’il s’agit d’un dispositif à entraînement
mécanique, il doit pouvoir être mis hors service si requis en hiver.

Figure № I-03. Traitement Secondaire Par l’Aération Puis la Décantation


V-4. Recirculation des boues [03]
Les équipements de recirculation des boues doivent être conçus de façon à
pouvoir en ajuster le débit en fonction des conditions d’exploitation.
Les taux de recirculation doivent pouvoir être ajustables de 25 % jusqu’à 150 %
ou 200 % par rapport au débit de l’affluent de la station.
V-5. Sélecteur [03]
La décantabilité des boues activées dépend des variétés de bactéries qui
composent la liqueur mixte. Il est possible d’influencer la composition de la liqueur
mixte de façon à favoriser davantage le développement de bactéries floculantes
plutôt que de bactéries filamenteuses en créant des conditions propices de contact
substrat micro-organismes. Pour ce faire, il est recommandé d’ajouter un sélecteur,
ou bassin à court temps de rétention, à l’entrée du bioréacteur (WEF-ASCE, 1998).
Pour des eaux usées domestiques, le volume du bassin est généralement basé
sur un temps de rétention hydraulique de l’ordre de 10 à 30 minutes (Metcalf & Eddy
Inc., 1991) et pourrait aller jusqu’à 0,75 à 2,0 heures (WEF-ASCE, 1998). Il peut s’agir
d’un bassin à compartiment unique ou subdivisé en sections. Le bassin doit être
muni d’un dispositif de brassage mécanique de façon à pouvoir fonctionner sans
apport d’oxygène s’il y a lieu.
V-6.Extraction des boues [03]
Les boues en excès doivent être extraites de la chaîne liquide. L’extraction des
boues peut se faire à partir du décanteur, de la conduite de recirculation des boues
ou encore directement de la liqueur mixte du bassin d’aération.
V-7. Réacteurs biologiques séquentiels (RBS) [03]
Les RBS constituent une variante particulière de procédé par boues activées,
les mêmes principes de base du traitement biologique telles la formation d’une
biomasse en suspension, la concentration de celle-ci dans un réacteur biologique et la
séparation de la biomasse de l’effluent traité s’appliquent aux RBS, de sorte que les
mêmes modèles et paramètres cinétiques peuvent être utilisés, en intégrant des
adaptations nécessaires pour tenir compte des cycles.
La particularité de cette variante est que la décantation de la biomasse
s’effectue directement dans les bassins d’aération plutôt que dans un décanteur
séparé. Le procédé fonctionne en mode discontinu selon une séquence comprenant
typiquement les phases suivantes : remplissage, réaction, décantation, soutirage du
surnageant et repos. L’extraction des boues peut se faire soit en phase de réaction,
soit en phase de repos. Cette technologie s’est largement développée aux États-Unis
depuis le début des années 1980. En 1997, on comptait plus de 200 stations, dont 70 %
sont de capacité inférieure à 1 900 m3/j. Au Québec, trois stations d’importance ont
été réalisées pour le traitement des eaux usées, en Algérie plusieurs stations
d’épuration à été réalisent pendant les années dernières surtout au niveau des zones
industrielles.
V-7.1. Rendement [03]
Le rendement d’une station de type boues activées permet d’atteindre une
concentration moyenne annuelle à l’effluent de 40 mg/ℓ ou moins en DBO5 et en MES
ou assurer au moins 85 % d’enlèvement pour ces paramètres. Ce rendement
correspond aux exigences de rejet standard fixées pour les stations d’épuration de
type boues activées au Algérie.
V-8. Exploitation [03]
Tableau № I-01. Exploitation des Paramètres au Niveau de la Station

Boues Activées Exploitation


(Aération Prolongée)
Traitement préalable Dégrillage
Dessablage (facultatif)
Décantation primaire (facultatif)
Réacteur biologique
Volume Basé sur bilan de masse
Concentration de liqueur mixte ≥ 2000 mg/ℓ MVS
Âge des boues ≤ 30 Jours
Calcul du bilan de masse Équations № :01, 04 et 05 ou autre modèle
Paramètres cinétiques reconnu
Yt 0,5 kg MVS/kg DBO5
Kd (20 °C) 0,06 j-1
θ 1,04
Aération
Besoins en oxygène Équation № : 10
Oxygène dissous 2 mg/ℓ en conditions moyennes et 0,5 mg/ℓ
en conditions de pointe
Mélange
20 à 30 m3 d’air/min.1000 m3
aération diffuse avec mouvement

spiral 10 à 15 m3 d’air/min.1000 m3
aération diffuse uniforme 20 à 40 kW/1000 m3
aérateurs mécaniques
Décanteur secondaire
Taux de charge hydraulique
à Q moyen 8 à 16 m3/m2.j
à Q maximal 24 à 36 m3/m2.j
Taux de charge massique 100 à 150 kg/m2.j
Profondeur en périphérie ≥ 3,6 m
Taux de débordement 125 à 250 m3/j
Pente du fond conique (si non raclé) 50° à 60°
Recirculation des boues Ajustable de 25 % jusqu’à 150 ou 200 %
V-9. Traitement Physico-chimique [03]
Dans une station d’épuration, plusieurs composantes ou étapes de traitement
peuvent faire appel à des mécanismes physiques, à des mécanismes chimiques ou à
une combinaison des deux. L’expression traitement physico-chimique est ici limitée
aux stations d’épuration dont le procédé principal de traitement est basé sur le
principe de la coagulation chimique des eaux usées suivi d’une séparation des
solides par décantation. La déphosphatation chimique, qui constitue une application
particulière de ce principe, et qui est intégrée dans divers types de chaîne de
traitement des eaux usées.
Le traitement physico-chimique des eaux usées est un procédé établi depuis
plus de cent ans, notamment en Angleterre et aux États-Unis. Il a été moins utilisé
pour le traitement des eaux usées domestiques par la suite en raison du
développement des procédés biologiques, qui permettent un enlèvement plus poussé
de la charge organique, en particulier celle sous forme soluble. Cette technologie est
utilisée plus couramment dans certains pays, comme la Norvège, dans des régions
côtières où le phosphore est plus problématique que la charge organique.
Un système de traitement physico-chimique peut permettre d’enlever environ
60 à 90 % des MES, 40 à 70 % de la DBO5 et 70 à 90 % de phosphore (WEF-ASCE,
1998).
Le schéma d’une chaîne de traitement typique est montré à la figure № I-04.
Un système de dégrillage est normalement utilisé en amont d’un traitement physico-
chimique. Un système de dessablage est utilisé si requis, ce qui est le cas pour les
stations qui desservent de grandes agglomérations comportant des réseaux d’égout
unitaire ou du moins de vieux réseaux avec beaucoup d’eaux parasites. Les
coagulants les plus courants sont l’alun et le chlorure ferrique mais d’autres sels de
fer ou d’aluminium sont parfois utilisés. Des polymères sont souvent employés
comme aide-coagulant.
Les dosages de produits chimiques pour une installation donnée doivent être
estimés afin de déterminer la capacité d’emmagasinage et des équipements de
dosage. Le dosage dépend des caractéristiques des eaux usées à traiter et du
rendement visé. Il peut être déterminé à partir d’essais en laboratoires.
Les coagulants doivent être injectés dans une zone de mélange rapide assurant
une dispersion adéquate. Le gradient de vitesse typique, G, est de 300 m/m.s. Le
temps de rétention est de l’ordre de 0,5 à 2 minutes. La floculation se fait avec une
agitation plus douce, soit avec un gradient, G, de l’ordre de 50 à 80 m/m.s et un
temps de rétention typique de 20 à 30 minutes. L’ajout de polymères comme aide-
coagulant se fait généralement à cette étape, le cas échéant.
Les critères de conception des décanteurs sont similaires à ceux d’un
décanteur primaire. Le taux de charge hydraulique superficiel recommandé au débit
de pointe est de 48 m3/m2.j (Metcalf & Eddy Inc., 1991) pour un décanteur
conventionnel d’un système de traitement physico-chimique. Certains équipements
disponibles utilisent le principe de la décantation lamellaire, en adaptant les critères
de dimensionnement en conséquence, et intègrent souvent l’étape de la floculation.
La chaîne de traitement des boues doit être conçue en fonction de la quantité
et de la nature des boues produites. La quantité de boues produites dépend à la fois
des caractéristiques des eaux usées à traiter et des produits chimiques ajoutés en
tenant compte des précités chimiques qui en résulteront. Les boues produites sont un
mélange de boues primaires non stabilisées et de boues chimiques.

Figure № I-04. Schéma de Traitement des Eaux Usées et Elimination des Boues par
Clarificateur ou par Membrane Bioréacteur [03]

VI-La Cellule Bactérienne


VI-1. Structure [04]
Le cytoplasme d'une bactérie ne contient ni organites ni noyau cellulaire. Le
diamètre est habituellement d’environ 1µm. Le chromosome de la bactérie, constitué
d'ADN, est libre dans le cytoplasme, dans lequel « flottent » également les
ribosomes. Ce cytoplasme est entouré, comme pour n'importe quelle cellule, par une
membrane plasmique constituée de phospholipides.
Autour de cette dernière se trouve toujours une paroi peptidique, plus ou
moins épaisse. C'est l'épaisseur de la paroi qui détermine la réaction à la coloration
de Gram, qui permet de classer les bactéries en gram + (paroi épaisse) et gram -
(paroi fine). Une troisième couche protège encore la cellule bactérienne : la capsule.
De nombreuses bactéries possèdent, en outre, des excroissances diverses telles que
des pili (cils) et un ou plusieurs flagelles servant à la propulsion de la cellule.

Figure № I-05. Cellule bactérienne avec son organisation simple [04]

VI-2. Les Enveloppes


VI-2.1. Capsule
De nombreuses bactéries élaborent des substances organiques visqueuses, qui
entourent leur paroi d’une plus ou moins compacte. Lorsque cette couche gélatino-
muqueuse présente une surface externe libre et nettement définie, on l’appelle
capsule.
VI-2.2. Paroi
La pression osmotique interne, dans la cellule bactérienne, est comprise entre 5 et 20
atmosphères. Pour équilibrer cette énorme pression, la bactérie est pourvue d’un
exosquelette rigide et résistant, la paroi constituée d’un polymère le peptidoglycane
(encore appelé mucopéptide). Elle assure le maintien du volume cellulaire et
régularise les mouvements d’eau.
VI-2.3. Membrane Cytoplasmique
La membrane cytoplasmique des bactéries est principalement constituée de
phospholipides et de protéines. La membrane cytoplasmique exerce plusieurs
fonctions importantes :
1- elle intervient dans la régulation de la pression osmotique ;
2- elle contrôle les échanges cellulaires entre les milieux intérieur et extérieur qui
peuvent s’effectuer, soit directement par diffusion, soit par l’intermédiaire de
pores, soit par transport actif, grâce à des enzymes qui facilitent le transfert
des substances ;
3- elle est le siège d’activités métabolique essentielles, en particulier la
respiration, processus quoi permet à la cellule de produire de l’énergie
nécessaire à la biosynthèse.

VI-3. Cytoplasme
Son pH est situé entre 7 et 7.2, il renferme les ribosomes et peut accumuler des
substances de réserves. Les ribosomes sont de petites granulations sphériques (10 à
30 nm), qui sont dispersées dans tout le cytoplasme, excepté les régions nucléaires.
Ils sont constitués d’ARN (60%) et de protéines (40%). Ils sont le siège de la synthèse
des protéines.

VI-4. Appareil Nucléaire (Chromosome)


Il présente une structure fibrillaire. Les fibrilles ont un diamètre de 2 à 6 nm et
sont constituées principalement, sinon exclusivement, d’ADN. Elles sont enroulées
les unes dans les autres en faisceaux parallèles, formant ainsi une véritable corde.
Elles gardent la même structure au cours du processus de division.

VI-5. Flagelles
Les flagelles, ou cils sont des organites extrêmement ténus, invisible au
microscope optique, sur des cellules vivantes. Ils apparaissent sous forme d’organites
simples, filamenteux, sinueux, généralement plus long que la bactérie elle même, de
l’ordre de 6 à 20 µm. les flagelles sont des appareils locomoteur qui permettent a la
bactérie de se déplacer en milieu liquide ou semi-solide.

VI-6. Physiologie

Les bactéries se multiplient à partir des aliments ou nutriments qu’on leur


fournit dans les milieux de culture, ou qui son à leurs disposition dans leur
environnement naturel. La croissance d’une bactérie, placée dans des conditions
idéales de culture, peut être définie par deux constantes : le temps de génération
G = t/n, (t) étant le temps, (n) le nombre de divisions et le taux de croissance µ, qui
est l’inverse de G, soit µ= n/t. la courbe de croissance d’une bactérie, cultivée en
milieu liquide, peut être reproduite en milieu liquide, peut être reproduite en
représentant le nombre de bactéries en fonction du temps. On distingue quatre
phases principales (Fig. I-06), caractérisée par la valeur du taux de croissance :
VI-6.1. la phase de latence (1), où le taux de croissance est nul : µ = 0, c’est la
première phase d’adaptation du milieu ;
VI-6.2. la phase exponentielle (2), où le taux de croissance est constant et maximal :
µ = cte = max, c’est la seconde phase physiologique par excellence, au cours de
laquelle les bactéries se multiplient sans entrave ;
VI-6.3. Phase de ralentissement (3), Elle correspond à l'épuisement du milieu de
culture avec disparition de un ou plusieurs éléments nécessaires à la croissance
bactérienne. Dans certains cas, la phase de ralentissement peut être due à
l'accumulation de produits inhibiteurs provenant du métabolisme bactérien.
VI-6.4. la phase maximale stationnaire (4), au cours de laquelle µ = 0 ;
VI-6.5. la phase de déclin (5), où le taux de croissance diminue : µ < 0.
La phase stationnaire et celle de déclin pourraient traduire un taux de mortalité de
plus en plus élevé de la population.

Figure № I-06. Courbe de Croissance d’une Culture Bactérienne [03]

X : le nombre de bactéries,

T : temps d’incubation en heures.


VI-7. Besoin Nutritifs et Facteurs de l’Environnement

 Besoins nutritifs : Pour leur croissance, les bactéries ont besoin d’une source
de carbone (certaines peuvent utilisées le CO2 ), une source d’azote, et des
éléments minéraux ;
 La lumière : Elle constitue la source d’énergie pour les bactéries phototrophes,
en aérobiose, ou en anaérobiose ;
 La température : Les mécanismes vitaux de tous les micro-organismes sont
affectés par la température : taux de croissance, besoins nutritionnels,
métabolisme….etc;
 pH : Les bactéries se multiplies en milieu neutre ou légèrement alcalin (pH 7 à
7.5) ;
 Matière organique : La croissance bactérienne est dépendante des besoins
nutritionnels et, en particulier de la matière organique. Les matières
organiques sont oxydées ou minéralisées en sous-produit, CO2, nitrate et
sulfate.
 De L’eau ;
 Une teneur appropriée en oxygène.

VII-La Désinfection [1, 2 & 4]


La désinfection est l'étape ultime du traitement des eaux. Elle permet
d'éliminer tous les micro-organismes pathogènes de l'eau. Il peut subsister dans l'eau
quelques germes banals, car la désinfection n'est pas une stérilisation (destruction de
tous les germes présents dans un milieu).

VII-1. Effet Bactéricide et Effet Rémanent


La désinfection des eaux comporte deux étapes importantes, correspondant à
deux effets différents d'un désinfectant donné.
VII-1.1. Effet bactéricide capacité de détruire les germes en une étape donnée du
traitement.
VII-1.2. Effet rémanent c'est un effet du désinfectant qui se maintient dans le réseau
de distribution et qui permet de garantir la qualité bactériologique de l'eau. C'est à la
fois un effet bactériostatique contre les reviviscences bactériennes et un effet
bactéricide contre des pollutions faibles et ponctuelles survenant dans le réseau. Le
tableau suivant rappelle les qualités de quelques désinfectants utilisés.
Tableau № I-02. Les Qualités de Quelques Désinfectants Utilisés [03]

O3 Cl2 NaClO Chloramines UV


Effet Bactéricide Très bon bon bon faible bon

Effet Rémanent nul faible bon bon nul


VII-2. Conditions Générales Pour une Bonne Désinfection [3 & 4]
Pour être efficace, la désinfection doit être effectuée sur une eau de bonne
qualité. La teneur en matières en suspension doit être aussi réduite que possible, et
au maximum égal à 1 mg/l. En effet, les bactéries et micro-organismes peuvent
s'agglomérer sur les MES, qui les protègent de l'effet des désinfectants. La teneur en
MO, en COT, et surtout en Carbone Organique Assimilable (COA) doit être la plus
faible possible. S'il subsiste une teneur trop importante de ces paramètres, l'eau va
consommer le résiduel du désinfectant, ce qui permet la reviviscence éventuelle de
bactéries. En outre, il sera difficile, voire impossible, de maintenir une teneur
constante en désinfectant résiduel dans le réseau. L'application d'un désinfectant à
une eau conduit, dans de nombreux cas, à la formation de sous-produits de réaction
qu'il importe de réduire, dans la mesure du possible. Il faut cependant que la
recherche de cette réduction ne se fasse pas au détriment de l'efficacité de la
désinfection elle-même.

VII-3. Les Principaux Moyens de Désinfection Reconnus [4]


Le choix d'un moyen de désinfection se fait normalement en considérant les
contraintes techniques, économiques et environnementales qu'il présente. En ce sens,
le mode de désinfection idéal est celui qui regroupe les caractéristiques suivantes :
 efficacité pour les micro-organismes pathogènes sous différentes conditions;
 absence de sous-produits indésirables formés à la suite de son utilisation;
 produit non dangereux pour les humains et pour la vie aquatique;
 faibles coûts d'investissement et d'exploitation et facilité d'utilisation;
Il existe plusieurs moyens pour désinfecter les eaux usées :
VII-3.1. Le chlore
La chloration utilisée pour le traitement des déchets en phase liquide est une réaction
d'oxydation permettant de détruire certains composés organiques. La chloration agit
également sur l'ammonium et ses composés. L’efficacité du chlore ne doit pas pour autant
masquer les fortes contraintes d’exploitation qu’il génère : il faut éviter les rejets trop chargés
en chlore résiduel pour préserver l’environnement récepteur.

Tableau № I-3. Quelques caractéristiques du chlore gazeux [03]

Cl
Symbole chimique
Nombre atomique 17
Nombre de masse 35,45
Formule chimique Cl2
Densité (air =1) 2,48
Température critique 144 °C
Pression critique 7713 K Pa
VII-3.1.a. Principe de la désinfection au chlore [04]

Les désinfectants à base de chlore sont des oxydants. En tant qu’oxydants ils
captent les électrons à partir du matériel ou des enzymes cellulaires bactériens,
entraînant la mort de l’organisme. Quelle que soit la forme sous laquelle il est
introduit, une fois dans l’eau, le chlore entraîne la formation d’acide hypochloreux
(HOCl). L’acide hypochloreux (HOCl) se décompose dans l’eau et il y a formation
-
d’ions hypochlorite (ClO ). Le taux de dissociation dépend du pH et dans une
moindre mesure de la température. La dissociation est très faible pour des pH
inférieurs à 6. Par contre, elle est pratiquement totale pour un pH de l’ordre de 8,5.

VII-3.1.b. Toxicité du chlore [04]


Le chlore gazeux est très toxique, attaquant rapidement les muqueuses des
voies respiratoires et les yeux. Il provoque très vite de l’irritation et une toux violente
et, à concentration suffisante, une asphyxie fatale. L’eau de chlore est fortement acide
et oxydante. Elle dégage des vapeurs d’acide chlorhydrique et de chlore. Son contact
avec les yeux ou la peau doit être évité.

VII-3.1.c. Différentes sources de chlore [04]


Le chlore gazeux: C’est un gaz verdâtre, toxique, suffocant. Le chlore gazeux se
dissout dans l’eau pour former de l’eau de chlore, mélange d’acide hypochloreux
(HOCl) et d’acide chlorhydrique (HCl).

Cl2 + H2O HOCl + HCl

L’hypochlorite de sodium (eau de javel) : L’eau de javel est une solution


d’hypochlorite de sodium et de chlorure de sodium. Mélangée à de l’eau, l’eau de
javel forme de la soude et de l’acide hypochloreux.

NaClO + H2O HOCl + NaOH

Cette réaction tend à augmenter le pH de l’eau ce qui est défavorable à l’action


désinfectante du chlore. Il est donc préférable d’utiliser l’eau de javel pour des eaux
d’adduction ayant un pH entre 6,5 et 8 et il est déconseillé de l’utiliser si l’eau
présente un pH élevé car cela impliquerait l’usage d’une quantité plus importante de
correcteur de pH.

L’hypochlorite de calcium : Son utilisation est plus limitée. L’hypochlorite de calcium


se présente sous forme de poudre, de granulés, de pastilles ou de galets. Il est injecté
dans le circuit de traitement par une pompe doseuse après dilution.

Ca(ClO)2 + 2H2O Ca(OH)2 + 2HClO


Production de chlore à partir de sel : Un procédé de fabrication d’hypochlorite de
sodium sur site est réalisable à partir de l’électrolyse d’une solution de chlorure de
sodium. Celui-ci est obtenu par électrolyse de solutions saturées en NaCl. Lorsqu'il
est produit sur le lieu même de son utilisation, il s'agit alors d'électrochloration.

VII-3.2. L’ozonation
L'ozonation est un traitement chimique par oxydation. L'ozone a l'avantage de permettre des
actions complémentaires dans la destruction d'un grand nombre de micropolluants et dans
l'amélioration des goûts, des odeurs et dans la destruction des couleurs.

Tableau № I-04. Quelques caractéristiques de l’ozone [03]

O3
Symbole chimique
Nombre atomique 48
Pression critique 55,30 105Pa
Densité (air =1) 1,657
Température critique (-12 ± 0,1) °C
Température d’ébullition (-111,9 ± 0,3) °C
Solubilité dans l’eau max. 3,0 mg/l à 30°C
Masse volumique 2,143 Kg.Nm3
L’ozone est instable et une fois dans l’eau, il se décompose. Cette
décomposition conduit à la formation d’espèces réactives telles que les radicaux
o o
libres de peroxyde d’hydrogène (HO2 ) et d’hydroxyles (OH ), Ces radicaux
possèdent un pouvoir oxydant élevé et jouent un rôle important dans le processus de
désinfection. De plus, l'ozone possède un temps de demi-vie maximum d'une demi-
heure. Ce temps de demi-vie signifie qu'après 1/2 heures, la moitié de l'ozone
résiduel contenu dans une pièce ou dans l’eau aura été dégradé, Elle varie
notamment en fonction de la présence de bactéries et autres contaminants dans l'air
et de la qualité de l’eau, de son pH de sa température et de la quantité de matières
organiques dissoutes qui réagiront plus ou moins rapidement avec l’ozone. L’ozone
est très instable à température ordinaire ; il se dégrade facilement en oxygène. Sa
demi-vie est d’environ 20 minutes dans l’air et de l’ordre de 15 minutes dans l’eau.
L'ozone est donc un composé très puissant, mais de durée de vie courte... il fait son
travail et disparaît.
VII-3.2.a. Toxicité de l’ozone [03]
Le seuil d’odeur, en regard de l’ozone, se situe selon les individus entre 0.02 et
0.05 mℓ/m3. Quand à ses effets physiologiques, Lors d’exposition de courte durée à
une concentration dans l’air de 1.0 mℓ/m3 occasionne des maux de tête, de gorge, à
une irritation du nez ou des yeux, L’intensité et la localisation de cette réaction
inflammatoire dépendent de la concentration en ozone et de la durée d’exposition,
Une teneur de 10 mℓ/m3 est nettement toxique en 2 heures d’exposition.
VII-3.2.b. Application de l’ozone [06]
• Dans le cas des virus, l’oxydant altère les macromolécules complexes des acides
nucléiques (ADN, ARN) réduisant ainsi son pouvoir infectant.
• Dans le cas des bactéries, ce désinfectant oxyde des éléments constitutifs de la paroi
cellulaire avant de pénétrer dans la cellule.
• Détruits les colorants, cyanides, phénols, aromatiques, oléfines,…
• Détruit les mauvaises odeurs: fumée, cuisson, poisson, …
• Élimine le fer, le manganèse, le plomb des eaux souterraines
• Élimine les métaux lourds de cuivre, fer-blanc, plomb, or, argent, …
* Détruit les composés organométalliques en phase gazeuse.
VII-3.2.c. Production de l’ozone [05]
Typiquement, 2 méthodes sont principalement utilisées : la production par
Ultra-violets, et la décharge Corona. La plupart des équipements utilisent la
décharge Corona comme c’est le cas de l’ozoniseur OZOMAX du complexe GP1.Z,
reproduisant le phénomène des éclairs. Les avantages de la méthode de décharge
corona sont une plus grande durabilité de l'unité, une meilleure production d'ozone
et un meilleur rapport coût/efficacité.
Les équipements utilisant la technologie UV sont plus rares, car peu fiables,
inefficaces, et très onéreux, en comparaison avec les appareils utilisant la décharge
Corona. La lumière UV peut être utilisable lorsque des petites quantités d'ozone sont
désirées. L'air ambiant, ou des générateurs d'oxygène peuvent être utilisés afin de
fournir le gaz d'alimentation des générateurs d'ozone. L'utilisation de générateurs
d'oxygène permet d'obtenir une concentration en ozone plus élevée, permettant ainsi
des rendements plus efficaces lors de la désinfection. L'ozone étant instable, il est
donc produit sur le lieu de consommation. Une unité de production d'ozone avec
une décharge-corona est composée des parties suivantes: une source d'oxygène ou de
l’air, des filtres à poussières, de sécheurs de gaz, de générateurs d'ozone et d'unités
de contact.
A l'échelle industrielle, l'ozone est produit par décharges électriques dans des
générateurs tubulaires. Cette production est due à un générateur d'ozone, qui est
essentiellement composé de deux électrodes conductrices maintenues en regard l'une
de l'autre. L'air ou l'oxygène est comprimé, puis séché, et passe entre ces deux
électrodes où il est soumis à un effluve électrique dans un champ de courant
alternatif à haute tension dont les voltages se situent entre 5000 à 20 000 volts. Une
partie de l'oxygène se transforme en ozone. L’énergie consommée lors de la
production d’1 Kg d’ozone est de 2.4 KWh. La réaction de transformation de
dioxygène en ozone est ;

3 O2 2 O3
Schéma № I-07. Générateur de décharge corona [05]

Un circuit de refroidissement absorbe l'excès de chaleur produite par la


décharge soit par l’air soit par l’eau si nécessaire. Pour homogénéiser la décharge,
l'une des électrodes ou parfois les deux comme c’est le cas d’OZOMAX, sont
recouvertes d'un diélectrique à permittivité élevé, d'épaisseur uniforme réalisant une
surface équipotentielle. Généralement, les diélectriques mis en œuvre sont de nature
céramique ou de verres.
L'ozone est donc produit en faisant circuler lentement dans l'espace restant un
fluide oxygéné et en créant dans l'espace gazeux une tension alternative sinusoïdale
d'amplitude suffisamment élevée. Un générateur d'ozone industriel comporte
plusieurs générateurs élémentaires en batterie. Les appareils se distinguent selon le
gaz d'origine et la capacité de production d'ozone.
VII-3.3. Le dioxyde de chlore
Contrairement au chlore, l’efficacité de désinfection du dioxyde de chlore ne
dépend pas du pH. Cette désinfection est efficace contre tous les types de micro-
organismes pathogènes. En outre, le dioxyde de chlore peut aussi réagir avec certains
réducteurs organiques et minéraux pour former des chlorites et des chlorates qui
contribuent au contrôle de la reviviscence bactérienne (effet rémanent).
Cependant, le dioxyde de chlore doit être produit sur place, ce qui en limite
l’utilisation.
VII-3.4. Les chloramines
Elles ne sont pratiquement pas utilisées pour leur effet bactéricide, mais plutôt
pour leur effet rémanent, tout particulièrement dans la distribution des eaux
relativement chaudes (25 °C ou plus), car elles sont plus stables que le chlore à cette
température.
VII-3.5. Le lagunage
Ce procédé rustique consiste à faire séjourner l’effluent pendant un temps plus
ou moins long dans un ou plusieurs bassins. Les mécanismes de désinfection mis en
jeu sont essentiellement l’irradiation des organismes pathogènes par les rayons UV
solaires, et l’action de micro-organismes. Ce procédé est particulièrement adapté au
traitement de faibles volumes. L’eau produite peut être utilisée pour des besoins
agricoles.
VII-3.6. Le rayonnement UV
La désinfection des eaux usées par rayonnement ultraviolet consiste à faire
passer les eaux usées dans un réacteur dans lequel sont placées des lampes à vapeur
de mercure qui émettent des rayons UV.
VII-3.7. Le brome
Le brome comme le chlore est un élément chimique appartenant à la famille
des halogènes. Tout comme le chlore, le brome est un oxydant. Les pouvoirs
désinfectants du chlore et du brome sont comparables. Il a cependant été reconnu
que l’acide hypobromeux tue les microorganismes plus rapidement que son
homologue l’acide hypochloreux.
VII-3.8. Procédés électro -physiques cuivre/argent
Ces systèmes utilisent des électrodes en cuivre et en argent. Le courant
+ 2+
électrique qui circule entre les électrodes produit des ions Ag et Cu qui assurent à la
2+ +
fois la floculation et la désinfection. Les ions Cu et Ag en solution dans l’eau ont des
propriétés algicides et bactéricides, ce sont ces caractères qui ont conduit au
développement de ce procédé. La synergie des deux métaux a un pouvoir bactéricide
plus important que les composés isolés.
VII-3.9. Permanganate de potassium
La fonction du permanganate de potassium (KMnO4) est d'agir sur le goût, les
odeurs, la couleur, la croissance bactériologique dans les stations de traitement et de
favoriser le traitement du fer et du manganèse. Une seconde utilisation du
permanganate de potassium permet de faire de celui-ci un bon moyen de lutte contre
la formation de THM et autres sous-produits, en oxydant les précurseurs.
VII-3.10. Les autres moyens de désinfection
Il faut ajouter qu’il existe aussi d’autres technologies, comme la filtration sur
sable ou sur d’autres médias, qui permettent de réduire le nombre de micro-
organismes. De nouveaux systèmes de filtration sur tourbe ou géotextile sont
particulièrement intéressants pour les petites installations.

VII-4. Sous-produits et Résidu de Produits de Désinfection [06]


L'Environmental Protection Agency (EPA) a publié en 1999 une liste des sous-
produits et de résidus de désinfection susceptibles d'affecter la santé humaine. Ceux-
ci sont classés dans 4 catégories précises :
 Les résidus de produits de désinfection (Chlore libre, chloramines)
 Les sous-produits inorganiques (Ions Chlorites, Ammoniaque)
 Les sous-produits organiques d'oxydation Aldéhydes, Acides carboxyliques,
Carbone organique assimilable)
 Les sous-produits organiques halogénés (Trihalométhanes)
CHAPITRE-II

Etude du Procédé de Traitement


Des Eaux Sanitaires Dans La STEP du Complexe GP1/Z
Introduction

La station de traitement des eaux industrielles et sanitaires générées par


l’activité du complexe, les eaux usées en provenance, des toilettes, lavabos, douches,
planchers, cuisines, des différents bâtiments du complexe. Ces eaux sont
essentiellement constituées de Matière Organique biodégradables, de germes
pathogènes et de produits chimiques, caractérisées par une pollution organique, les
filières de traitement des eaux sanitaires est présentes par le tableau II - 01.
Tableau№ II - 01. Les filières de traitement des eaux usées [07]

Produits solubles Produits colloïdaux Matières en suspension

Pollution ● neutralisation Coagulation - Dégrillage


 oxydoréduction - Dessablage
minérale  précipitation Floculation - Décantation
 échange d’ions - Flottation
 électrodialyse - Filtration
 osmose inverse

 Adsorption sur Coagulation - Dégrillage/tamisage


charbon actif - Déshuilage/dégraiss
 Extraction liquide / age
liquide - Décantation
Floculation
 oxydation - Flottation
Pollution
organiqu Traitements biologiques aérobies :

e a- cultures bactériennes en suspension : - Clarification


- Décantation
- Boues activées et lagunage - Flottation
b- cultures bactériennes fixées : lits bactériens

I-Présentation de La station à Boue Activée

La station rejette quotidiennement une moyenne de 205 m3 par jour des eaux
sanitaires. Ces eaux qui proviennent essentiellement du circuit de la cuisine et
plusieurs départements au niveau du complexe. Cette étude proposée, suivant le
cadre de la certification ISO 14001, le complexe à défini un plan d’action qui consiste
en une prise en charge totale des aspects environnementaux au sein du complexe
GP1/Z, parmi ses aspects, les rejets liquides. Le complexe GP1/Z assure le traitement
des eaux usées et industrielles par plusieurs stations d’épuration et de déshuilage et
de neutralisation et pour déterminer les caractéristiques des eaux, on à le tableau
II-02 qui montre les systèmes de traitement au niveau du ce complexe.
Tableau № II-02. Les différents systèmes de traitement au niveau GP1/Z

Système de Procédé utilisé Types des eaux à l’entrée Types des eaux à destination
traitement la sortie

Eaux sanitaires Eaux traitées Rejet vers mer


Débit : 175 m3/j
Traitement Débit : 200 m3/j ;
biologique à DBO5 = 10 mg/l
WWT phase I boues activées à DBO5 = 200 mg/l ;
aération MES = 15 mg/l
(AERO-MOD) prolongée MES = 200 mg/l ; +
N-NH4+ = 1 mg/l
N-NH4+ = 45 mg/l ;

Huiles = 50 mg/l ;

T °C = 20 ° C boues séchées prévue vers décharge

Traitement Eaux sanitaires Eaux traitées Rejet vers mer


biologique à
Débit : 50 m3/j ;
boues activées à
DBO5 = 10 mg/l
WWT phase II aération DBO5 = 200 mg/l ;
prolongée MES = 15 mg/l
accompagnées MES = 200 mg/l ; +
d’un traitement N-NH4+ = 1 mg/l
N- NH = 45 mg/l ;
4+
physico-
chimique T°C = 20 °C boues séchées Prévue Vers décharge

Eaux huileuses Eaux traitées Rejet vers mer


Débit : 104 m3/j
Débit : 104 m3/j ;
pH = 6,8 – 8,5
Traitement pH = 6,8 – 7,2 ;
DBO5 = 40 mg/l
par DBO5 = 40 mg/l ; +
MES = 30 mg/l
Unité de gravité MES = 30 mg/l ;
déshuilage HC totaux = 20 mg/l
naturelle HC totaux = 150 mg/l.

- Pentane (d = 0,63) Huiles

- Huile chaude (d = 0,874)


- Huile lubrifiante (d = 0,82 Prévue évacuation
- 0,92) par Naftal
- Huile combustible (fuel
+
oil) (d = 0,85)
- Méthanol (d = 0,792)
- GPL : propane (d =
0,586)
- Butane (d = 0,599) Rejet vers mer
boues

Unité de Neutralisation Eaux chimiques Eaux neutralisées

Neutralisation Eaux acides et basiques. Vers mer


II-Les moyens d’autocontrôle des rejets liquides au complexe GP1Z
Pour les autocontrôles, le complexe GP1Z dispose de plusieurs appareils de
contrôle des rejets liquides.
Tableau № II-03. Les moyens d’autocontrôle du complexe GP1Z

Item Autocontrôle Elément de contrôle fréquence


Température Existe pH mètre 1 fois/jour
pH Existe pH mètre 1 fois/jour
MES Existe spectrophotomètre 2 fois/mois
DBO5 Existe DBO mètre 2 fois/mois
DCO Existe spectrophotomètre 2 fois/mois
NO2¯ Existe spectrophotomètre 2 fois/mois
NO3¯ Existe spectrophotomètre 2 fois/mois
Azote Kjeldahl Existe spectrophotomètre 2 fois/mois
Phosphates Existe spectrophotomètre 2 fois/mois
Fer Existe spectrophotomètre 2 fois/mois

II-1. L’échantillonnage
L’échantillon destiné à l’analyse est plus souvent prélevé de façon à représenter
le plus exactement possible le milieu d’où il provient, la concentration étant supposée
être la même dans le milieu d’origine et dans l’échantillon tout en respectant les
modes de conservation cités en ANNEXES. Nous avons prélevé deux échantillons
pour chaque prélèvement : 1er point : Entrée station : du bassin de sélection.
2eme point : Sortie station : du canal de rejet vers mer.
III-Qualité des eaux rejets

Le tableau ci-dessous présente les caractéristiques du rejet de la station à pleine


production.

Tableau№ II-04. La charge polluante moyenne dans l’eau brute produite par la station

Paramètres Valeurs Moyennes Pic Maximum Décret Algérien 93-160


pH 7,25 8,5 5,5 à 8,5
Température (°C) 26,5 44 30
O2 dissous (mg/l) 2,2 9,25 2
DCO (mg/l) 370 420 120
DBO5 (mg/l) 200 244 40
MES (mg/l) 200 266 30
TNK (mg/l) 45 45 40
Fe (mg/l) 0,6 2,11 05
NO2¯ (mg/l) 0,3 0,65 -
PO43¯ (mg/l) 7 22,3 02
IV-Dimensions et dispositifs
Le dimensionnement d’une installation d’épuration biologique à boues
activées porte à la fois sur l’ouvrage d’aération, l’ouvrage de clarification, et son
système de recirculation, cette station comprend six (06) bassins.

Tableau № II-05. Dimensionnement des ouvrages [08]

Bassins Dimensions Diffuseurs


Bassin de Sélection 1,25 m x 3,05 m 02 Diffuseurs d’Air
Bassin d’Aération Primaire 4,35 m x 5,21 m 08 Diffuseurs d’Air
Bassin d’Aération Secondaire 3,90 m x 5,25 m 08 Diffuseurs d’Air
Clarificateur 3,05 m x 3,66 m Aucun Diffuseur
Bassin de Désinfection 1,00 m x 3,66 m 01 Diffuseur
Digesteur 2,15 m x 3,90 m 02 Diffuseurs d’Air
V-Différentes étapes du traitement de la station du GP1/Z [04]
Dans le complexe GP1/Z on utilise les procédés biologiques pour le traitement
des eaux sanitaires comme suit :

Figure № II-01. Schéma de procédé de STEP - phase I de GP1/Z [08]


V-1. Traitement primaire (dégrillage)
Les trois récepteurs d’eau sanitaire déversent leurs eau usée dans un bassin
d’homogénéisation muni à l’entrée de grilles métalliques assurant un dégrillage afin
d’éliminer les débris grossiers.

Les eaux usées traversent par la suite deux pompes broyeuses déclenchées
grâce aux sondes à niveau, dans les quelles les matériaux susceptibles de gêner les
traitements ultérieurs ou d’obstruer les canalisations sont réduits, afin de garantir par
la suite un traitement performant.

Cette eau arrive alors au premier maillon de la chaîne de traitement est entre
dans le premier bassin de la station : le bassin sélectif

Photo № II-01. Dégrilleur

V-1.1. Déshuilage
Il existe au niveau de la cantine un séparateur d’huiles et graisses végétales.

V-2. Traitement biologique

V-2.1. Bassin sélectif


Volume total 13,6 m3, Nombre de bassin 01, Temps de rétention 48 min. Le
liquide pénètre dans le bassin sélectif aéré où les eaux usées brutes sont combinées
avec la biomasse des boues recirculées du clarificateur, pour fournir ainsi un pré
conditionnement de l’eau usée brute qui empêche la croissance filamenteuse
permettant alors un arrangement rapide. Le principe des bassins communicants
permet à ce mélange de s’écouler ensuite dans le bassin d’aération primaire.

V-2.2. Bassin d’aération primaire et secondaire


Nombre de bassin 02, Volume total exigé 200 m3, Age des boues 24 jours,
Température de la liqueur mixte 20 °C
V-2.2.a. Bassin d’aération primaire

L’aération est constante et assurée par les huit (08) diffuseurs installés au fond
du bassin. La turbulence crée par l’air, mélange les bactéries avec la matière
organique, et les maintient en suspension, donc en contact permanent.

A ce stade, un temps de rétention adéquat est assuré pour permettre la


consommation (oxydation) de la matière organique par les bactéries en transformant
le carbone en CO2 et l’azote en nitrates (la nitrification) d’où l’extraction de la DBO
et de l’ammoniaque.

+ O2 + O2
NH4+ NO2¯ NO3¯
Nitritation par les Nitratation par les
Ammonium bactéries nitreuses bactéries nitriques
(Nitrosomonas) (Nitrobacter)

Une partie de la boue formée suite à cette oxydation de la charge organique


passe dans le deuxième bassin d’aération (boues fraîches), l’autre partie est pompée
vers le digesteur aérobie (boues en excès).

Photo № II-02. Bassin de nitrification [08]

V-2.2.b. Bassin d’aération secondaire

L’aération est assurée par huit (08) diffuseurs installés au fond du bassin,
fonctionnant en intermittence. Lors de l’arrêt de l’aération, la biomasse se dépose, et
maintenant qu’elle est concentrée, elle passe rapidement d’anoxique à anaérobie,
alors un certain nombre d’espèces de bactéries utilisent le nitrate comme source
d’oxygène en libérant l’azote à l’état d’élément. A ce stade, la pollution de la phase
liquide est transférée vers la phase « boues ». Le mélange passe au travers de deux
filtres et pénètre alors dans le clarificateur.
NO3¯ NO2 NO N2O N2

Bactérie Bactérie Bactérie Bactéries


s s s

Photo № II-03. Bassin de dénitrification puis filtration [08]

V-2.3. Clarificateur
Durée 1 heure, Volume total 40,8 m3, Nombre de réservoir 01, Taux des boues
recyclées 100 %. L’affluent est dirigé depuis la surface du bassin d’aération, vers la
grille d’entrée du clarificateur. Cet ouvrage non aéré permet la décantation des
boues dans des conditions optimales et assure sa séparation de l’eau traitée.

Figure № II-02. Mécanisme de circulation des boues (Clarificateur) [07]

Pour conserver un stocke constant et suffisant de bactéries dans les bassins de


boues activées, les boues décantées sont rapidement enlevées du fond du
clarificateur par le biais des capots de succion hydrauliques, ces dispositifs
pneumatiques fournissent la tête de succion nécessaire pour la récupération rapide
des boues.
La boue activée à recirculer est aspirée dans un canal sur le dessus du
clarificateur et déversée à nouveau dans le bassin sélectif, ce phénomène est appelé
retour des boues activées « RAS ». Des déversoirs submergés répartissent l’effluent
de façon uniforme à la surface du clarificateur et l’écoulement se fait par un système
breveté de réglage du débit vers le bassin de désinfection.

Figure № II-03. Capots de succion hydraulique [07]

V-2.4.Bassin de désinfection
Les eaux ainsi traitées restent toutefois polluées par des particules virales et
des germes pathogènes, ce qui a poussé le traitement vers une désinfection. L’eau
purifiée passe dans le bassin de désinfection où une injection d’ozone est assurée par
un dispositif de production de l’ozone à partir de l’air ambiant appelé « OZOMAX »
fournissant en moyenne 120 g/h d’ozone, celui ci n’assure pas que la désinfection, il
permet aussi la désodorisation et le blanchissement.

V-2.5.Digesteur
Volume total 42,5 m3, volume soutiré du digesteur 1,04 m3/j, le nombre de
bassin 01, L’âge des boues dans le digesteur 38 jours. Durant les étapes précédentes,
les bactéries respirent, se nourrissent et se reproduisent. A un certain moment il y a
plus de bactéries qu’initialement. Cette augmentation du stocke est évacuée une fois
par jour pendant 15 minutes d’une manière routinière du circuit du bassin d’aération
primaire pour maintenir une concentration optimale de la population des micro-
organismes d’où un bon traitement.
L’évacuation des boues du système est dite déchargement des boues activées
« WAS » vers le digesteur aérobie, lors de cette évacuation, l’aération dans le
digesteur assurée par deux diffuseurs d’air (O2), est arrêtée. Une fois les boues
arrivées au digesteur une faible aération est déclenchée dont le but de maintenir le
mélange en suspension et prévenir des dégagements d’odeurs. Les boues sont
soumises à un régime de respiration endogène caractérisé par un taux de mortalité
supérieur au taux de croissance.
On interrompt, l’aération environ une heure (01) avant le pompage des boues
fraîches afin de permettre aux vieilles boues de se déposer et d’être évacuées du
digesteur. Ce soutirage se fait pendant une demi-heure vers le système de traitement
des boues. Le liquide surnageant se décante et retourne au bassin d’aération
secondaire

V-2.6.Traitement des boues

Les boues stabilisées en provenance du digesteur sont aspirées à travers une


canalisation souterraine par une pompe et refoulées dans une cuve en polyéthylène
reliée à une pompe doseuse permettant l’ajout du floculant « ZETAG 7587 » pour
casser la stabilité colloïdale et pour augmenter artificiellement la taille des
particules ceci permet alors la formation d’un floc de boue et d’un liquide claire, cette
mixture est pompée par la suite vers le dispositif de déshydratation naturelle
« DRAIMAD » où sont suspendus six (06) sacs poreux en polyéthylène, qui reçoivent
la mixture refoulée.

Les particules solides sont retenues et compactées dans les sacs et le liquide
est drainé à travers un dispositif de drainage situé en bas du « DRAIMAD », les sacs
sont laissés dans l’unité pendant 12 à 24 heures. Le temps de séchage varie de 3
semaines à un mois et demi, selon les conditions climatiques. Le mécanisme entier est
contrôlé automatiquement, les boues séchées sont transportées vers la décharge.

Photo № II-04. DRAIMAD (Déshydratation des boues) [07]


V-3. La Centrifugation

V-3-1. Déshydratation Mécanique : Filtration – Compression [09]


La déshydratation mécanique permet, de façon générale de séparer
mécaniquement les particules solides d’une suspension du fluide porteur, en
excluant tout apport annexe (thermique, électrique ou chimique). Le faible coût
énergétique induit, contrairement au séchage thermique par exemple, rend attractif
ce type de technique dans de nombreux domaines d’application : l’industrie
pharmaceutique et chimique, le traitement de boues urbaines ou industrielles. Parmi
les techniques de séparation liquide – solide, la filtration – compression, consiste à
concentrer et déshydrater une suspension à traiter.
V-3-2. Mise en Œuvre [09]

La séparation par filtration frontale peut être mise en œuvre en utilisant deux
techniques différentes : La filtration centrifuge et La filtration sous pression.
V-3-2.a. La filtration centrifuge
La filtration centrifuge consiste à placer la suspension dans un champ
d’accélération centrifuge. Le gradient de pression qui apparaît dans le liquide permet
à celui-ci de traverser le media filtrant et le gâteau formé. La suspension est
introduite dans un bol cylindrique à parois perforées, équipé d'une toile filtrante ou
d'un sac amovible de filtration qui retient les particules solides et autorise le passage
du liquide. Le bol est entraîné à très grande vitesse de rotation (variable suivant le
diamètre du bol) qui provoque, sous l'effet de la force centrifuge, la séparation des
phases liquide et solide, certaines de ces machines peuvent atteindre 2000 G.

Figure № 04 : La filtration centrifuge [09].

V-3-2.b. Filtration sous pression


La séparation liquide - solide est assurée grâce à la pression qui dirige la
suspension à traiter vers la surface filtrante. Cette technique est utilisée dans
plusieurs types de filtres (filtre presse, filtre à bandes presseuses). Classiquement, les
pressions de filtration sont de l’ordre de 16 bars. Un filtre presse est constitué de
plateaux verticaux, évidés et recouverts d’une toile filtrante, ces plateaux sont
disposés en batterie et serrés les uns contre les autres par des vérins hydrauliques
(Figure 05). Les chambres ainsi aménagées entre chaque plateau sont ensuite
alimentées avec la suspension prétraitée, par l'intermédiaire d'une pompe haute
pression. Une fois ces chambres remplies, l'introduction continue de la suspension à
déshydrater provoque la montée en pression jusqu'à 15 bar à l'intérieur du filtre, en
fin de cycle, lorsque la pression est maximale, les plateaux sont séparés afin
d'évacuer un à un les gâteaux formés. L'ensemble de ces phases (serrage,
remplissage, filtration) constitue la pressée. Le fonctionnement du filtre-presse est
donc discontinu. Après un certain nombre de pressées, les toiles filtrantes sont
encrassées.

Figure № II-05. Filtre presse à plateaux [09]

1. Pompe
2. Collecteur du filtrat
3. Plateau équipé de ses toiles
4. Châssis en acier
5. Toile filtrante
6. Réservoir
7. Alimentation centrale en suspension
CHAPITRE-III

Suivi de la Station par Etude de la Décantation et l’effet de


Coagulation-Floculation sur les Eaux Usées
Introduction
Le terme eaux résiduaires ou usées regroupe les eaux d’origine urbaine ou
domestique et les eaux d’origine industrielle et agricole, ces eaux sont constituées par
(les eaux ménagères, lavage de voirie et eaux pluviales). Elles contiennent des
matières minérales et organiques dans les trois phases solide, liquide et gazeuse et
dans les trois états de dispersion : débris grossiers, suspension (émulsions), colloïdes,
molécules dissoutes dissociées ou non. Ces eaux véhiculent aussi micro organismes
pathogènes ou saprophytes et virus. L’évolution globale de la qualité d’une eau usée
s’appuie sur les paramètres suivants : Paramètres physiques (pH, Température,
Turbidité, MES et répartition des matières organiques et minérales), les paramètres
chimiques (DBO et DCO). On à aussi un paramètre biologique c’est la toxicité (test
«équitox»).
Les décanteurs sont des bassins par courues par des eaux usées et dans les
quel la vitesse de circulation des eaux est réduite à un point tel que la matière
décantable puissent se déposer en bas sous forme de boues épaisse tendu que les
matières flottantes rassemblent sur la surface sous forme d’une boue surnageant
d’une manière générale d’épaisseur de la couche de boue qui se dépose au fond du
bassin. Sauf l’eau usée contient des substances à l’état MES très fines et de faible
densité ou faible diamètre ne peuvent se décanter.
I- Détermination de La Qualité de L’eau [10]
Les méthodes globales d’appréciation de la qualité des eaux usées

I-1. Conductivité
La conductivité est un indice de l’abondance des ions dans l’eau. Les acides et
les bases inorganiques ainsi que les sels contribuent fortement à la conductivité de
l’eau. La mesure de la conductivité permet donc d’estimer le degré de minéralisation
d’un échantillon, et l’unité de la conductivité est (ms/cm).
I-2. pH
Le pH indique le caractère acide ou basique de l’eau. Le pH des eaux est
déterminé, en partie, par la nature géologique du bassin de drainage. Le pH est
également influencé par les précipitations acides, l’activité biologique et certains
rejets industriels. Les valeurs du critère de qualité pour l’eau brute
d’approvisionnement se situent entre 6,5 et 8,5 et entre 6,5 et 9,0 pour la protection de
la vie aquatique.
I-3. Couleur vraie
La couleur vraie est un indice de la présence de différentes substances colorées
dissoutes dans l’eau, comme les acides humiques en particulier, mais aussi de
certains ions métalliques (fer et manganèse) d’origine naturelle ou industrielle. Le
critère de qualité associé à la couleur a été établi à 15 unités Hazen pour l’eau brute
d’approvisionnement et à 100 unités Hazen comme critère esthétique aux fins
d’activités récréatives. Comme la majorité des stations d’épurations inférieures à 20
unités Hazen, des traitements sont généralement appliqués pour réduire la couleur
de l’eau.
I-4. Matières en suspension
Les matières en suspension (MES) désignent les particules présentes dans
l’eau, qu’elles soient d’origine terrigène, sédimentaire ou biologique.
Les MES sont un facteur important sur le plan esthétique, car elles contribuent
à la turbidité de l’eau, qui est toujours perçue négativement par la population. Les
MES produites par l’activité humaine et ajoutées aux eaux de surface ne devraient
pas dépasser 10 mg/ℓ afin de protéger la vie aquatique, l’unité de MES est (mg/ℓ).
I-5. Turbidité
La turbidité est causée par la présence de MES, d’oxydes et d’hydroxydes
métalliques, d’organismes planctoniques et de substances dissoutes colorées. L’effet
le plus important de la turbidité est sa capacité de protection des bactéries et des
virus contre la désinfection. Pour l’eau potable, il existe une norme de 5 NTU à des
fins esthétiques, mais sur le plan sanitaire la norme est de 1 NTU avant chloration. La
turbidité présente une image composite reflétant la répartition des MES et de la
couleur, notamment en ce qui a trait à la répartition générale.
I-6. Phosphore total
On considère généralement que le phosphore est l’élément limitant de la
croissance du phytoplancton et des plantes aquatiques en eau douce. Les apports en
phosphore constituent donc la cause directe de l’eutrophisation des cours d’eau,
c’est-à-dire la croissance excessive de phytoplancton et de plantes aquatiques
pouvant mener, lors de la décomposition de cette biomasse végétale, à un déficit en
oxygène nuisible aux autres communautés. Par la suite, des efforts considérables ont
été entrepris dans les pays industrialisés afin de réduire les rejets de phosphore
provenant des stations d’épuration des eaux. Au Québec, on à établi le seuil de
l’eutrophisation à 0,03 mg/ℓ de phosphore total. En Suède, où les conditions
climatiques, hydrologiques, pédologiques et écologiques s’apparentent à celles du
Québec, on a établi une classification (en termes de phosphore et d'azote total) visant
la protection des lacs et des cours d’eau.
I-7. Nitrites et nitrates
Les nitrites-nitrates constituent la forme la plus oxydée et la plus abondante de
l’azote. Ils résultent du processus de nitrification, c’est-à-dire de l’oxydation de
l’azote organique et ammoniacal. Généralement présents en faible concentration dans
les eaux de surface, les nitrites-nitrates peuvent causer la méthémoglobinémie chez
les nouveau-nés quand les concentrations atteignent des valeurs élevées. À cet effet,
un seuil de 10 mg/ℓ a été décrété pour l’eau brute d’approvisionnement. Les nitrates
constituent une composante majeure des engrais chimiques. En Suède, on considère
comme faibles ou très faibles des concentrations inférieures à 0,45 mg/ℓ.
I-8. Azote ammoniacal
L’ammoniac est la forme réduite de l’azote inorganique. Dans les eaux
l’ammoniac provient des processus de dégradation de l’azote organique. Les eaux
usées peuvent contenir des quantités importantes d’ammoniac. Toxique, mais non
cumulatif et non persistant, l’ammoniac ne doit pas être présent à des concentrations
supérieures à 0,5 mg/ℓ dans l’eau brute d’approvisionnement. La toxicité de
l’ammoniac dépend de la température et du pH de l’eau, et aux valeurs de pH
normalement retrouvées dans les cours d’eau, le seuil pour la protection de la vie
aquatique est de l’ordre de 1-1,5 mg/ℓ.
I-9. Azote total
L’azote est essentiel à la croissance du phytoplancton et des plantes
aquatiques, mais, contrairement au phosphore, il est rarement un facteur limitant en
eau douce. L’azote total comprend les formes organiques et inorganiques de l’azote
(nitrites-nitrates, ammoniac). Dans l'ensemble du réseau-rivières, les médianes
d'azote total sont du même ordre de grandeur que celles des nitrites-nitrates, et la
plupart des stations ont des valeurs inférieures à 0,5 mg/ℓ.
Ntotal = (NH4+ + Norg) + (NO2- + NO3-)

Azote kjeldahl Azote oxydé

I-10. Oxygène

L’oxygène est l’élément indispensable à la vie aquatique. Un des objectifs


fondamentaux de tous les programmes d’assainissement consiste à préserver ou à
rétablir l’oxygénation des cours d’eau. L’oxygène est un paramètre très dynamique et
sa concentration est déterminée par plusieurs processus physiques et biologiques très
variables dans le temps et dans l’espace. La solubilité de l’oxygène varie selon la
température. La photosynthèse, qui constitue une importante source d’oxygène,
donne aux concentrations d’oxygène une variabilité qui s’étend de l’échelle semi-
diurne à l’échelle annuelle. Les échanges avec l’atmosphère aussi sont importants,
mais varient selon l’intensité de brassage de l’eau : un plan d’eau stagnant pourra
être en déséquilibre avec l’atmosphère, alors que la présence de rapides entraînera la
saturation en oxygène de l’eau. En contrepartie, la respiration des communautés
biologiques consomme de l’oxygène. En outres, la respiration des microorganismes
responsables de la dégradation de la matière organique provenant de
l’eutrophisation d’un cours d’eau ou apportée par des rejets d’origine anthropique
peut entraîner un déficit en oxygène. Le critère de qualité pour la préservation de la
vie aquatique varie en fonction de la température.
I-11. Métaux lourds
Les métaux lourds se présentent dans les eaux polluées sous forme de
substances toxiques. Ces dernières ne sont pas dégradables, et même à de faibles
concentrations, les métaux peuvent entraîner une inhibition partielle ou totale de
l’activité des micro-organismes aquatiques. Ces éléments sont généralement
caractérisés par les cations suivants : Hg2+ - Zn2+ - Ni2+ - Cr3+ - Pb2+ - Fe2+ - Cu2+

I-12. Demandes en oxygène

Les matières oxydables présentes dans l’eau appauvrissent le milieu naturel


en oxygène dissous, c'est pourquoi elles sont considérées comme des matières
polluantes. Cette demande en oxygène peut être représentée chimiquement ou
biologiquement (DCO- DBO).

I-12.1. Demande chimique en oxygène « DCO » :

C’est la quantité d’oxygène consommée par les matières oxydables qu’elles


soient d’origine organique ou minérale (fer ferreux, nitrites, ammonium, sulfures et
chlorures). Elle s'exprime en milligramme par litre (mg/ℓ) d’oxygène. La DCO
constitue un moyen de mesurer le degré de pollution des rejets et permet aussi le
contrôle d’efficacité d’un traitement.

I-12.2. Demande biochimique en oxygène « DBO »:

La demande biochimique en oxygène exprime la quantité d'oxygène


nécessaire à la destruction ou à la dégradation des matières organiques d'une eau par
les micro-organismes du milieu. Il s'agit d'un paramètre mesurant une oxydation
biologique des matières organiques qui fait intervenir des réactions enzymatiques
complexes intra ou extra cellulaires. Ce paramètre traduit la consommation
d'oxygène relative au phénomène d'autoépuration.

I-12.3. Rapport DCO/DBO5 :

La DCO représente l'ensemble des matières oxydables et la DBO5 représente la


part des matières organiques biodégradables. La différence entre la DCO et la DBO5,
représente la charge en matières organiques peu ou pas biodégradable.

Le rapport DCO/DBO5 est un indicateur de la biodégradabilité de la pollution


organique par conséquent l’intérêt du choix d’un procédé de traitement.

Soit le rapport A : A= DCO/DBO5 Eq : 01

 Si A ≤ 2,5 l’effluent peut être facilement épuré par les traitements biologiques.
 Si 2,5 < A < 5 l’épuration nécessite soit un traitement chimique, soit un apport de
micro-organisme spécifique à l’élément chimique dominant dans l’eau résiduaire.
 Si A ≥ 5 l’épuration biologique est impossible car les micro-organismes ne
pourraient vivre dans un tel milieu, seuls les traitements chimiques adéquats sont
a envisagés.
II-Optimisation du traitement physico-chimique et biologique
II-1. Objectifs de qualité : Pour un débit nominal de 200 m3/j

Entrée Sortie

MES = 200 mg/ℓ MES < 40 mg/ℓ

DBO5 = 200 mg/ℓ LA STATION DBO5 < 40 mg/ℓ

DCO = 370 mg/ℓ DCO < 120 mg/ℓ

NTOTAL = 45 mg/ℓ NTOTAL < 40 mg/ℓ

II-2. Les analyses Physico-chimiques

Les méthodes d’analyses de ces paramètres sont détaillées en Annexes, les


indicateurs principaux de qualités sont la Température, pH, Conductivité, l’O2
dissous, la Demande Biochimique en Oxygène sur 5 jours (DBO5) et la Demande
Chimique en Oxygène (DCO). Les indicateurs relatives aux substances indésirables
sont les MES, nitrates, l’azote kjeldahl, phosphates et fer. L’évaluation des
performances et l’optimisation des procédés biologiques s’appuient très largement
sur une caractérisation globale de la matière organique à traiter à l’aide des
paramètres communs, tels que la DCO, DBO5 et le COT.

Tableau № III-01. Résultats des analyses des paramètres de la pollution de rejets


liquides à la sortie de la station du Complexe GP1/Z

Date T°C pH MES (mg/ℓ) DCO (mg/ℓ)


Entrée STEP 20 - 28 6,2 - 8,5 200 ≤ 400
26/04/2011 24 7,1 45 120
03/05/2011 26 6,7 09 101
10/05/2011 27,6 6,6 26 113
18/05/2011 26 7,1 52 208
26/05/2011 26 7,2 18 99
02/06/2011 23 7,1 02 53
08/06/2011 25 7,4 111 199
14/06/2011 24 7,1 44 132
22/06/2011 30 6,6 26 173
Moy 25,7 07 37 133
Norme 30 5,5 - 8,5 30 120
Les rejets liquides du complexe GP1/Z sont soumis à la réglementation du
décret algérien 93-160 du 10 juillet 1993 réglementant les rejets d’effluents liquides
industriels, et qui fixe les critères de qualité exigibles pour les eaux résiduaires
industrielles. Pour dire que le rendement des traitements biologiques est assez
satisfaisant il faut respecter ces normes, car il favorise une bonne élimination de la
matière organique ainsi que minérale qui entraînera une diminution de la production
des sous produit due a la désinfection par système de chloration ou ozonation. La
détermination de bon fonctionnement de la station est basée sur les résultats obtenus
après traitement, c’est la quantité des matières en suspension (MES) qui sont
constituées de toutes les particules organiques ou minérales véhiculées par les eaux
et la demande chimique en oxygène (DCO) c’est-à-dire la majeure partie de la
matière organique biodégradable.

MES en fonction du Temps


400
300
MES (mg/l)

200
100
0 MES Entrée (mg/l)
MES Sortie (mg/l)

Temps (Jours)

Figure № III-01. Evaluation des MES en fonction du temps à la sortie et l’entrée de la


station du GP1/Z - phase I
Les matières en suspension (MES) constituent une bonne partie de la pollution
carbonée. Leur abattement contribue donc à un meilleur rendement sur la DBO5 et la
DCO. Parmi les facteurs qui peuvent influencer sur l’élimination les (MES), on cite :
les phénomènes physico-chimiques tels que la diffusion de particules dans l’eau, les
forces électrostatiques négative, la collision. Par conséquent, une diminution de pH
peut entraîner une neutralisation des charges électrostatiques par libération d'ions H+
et favoriser la diffusion de particules dans l’eau.

Figure № III-02. Evaluation de la DCO en fonction du temps à la sortie et l’entrée de


la station du GP1/Z - phase I
La DCO et les MES évolue en sens inverse avec l’oxygène dissous, ce qui
traduit une probable utilisation de l’oxygène pour la dégradation de la matière
carbonée. L’abattement de la DCO et des MES est très rapide dans les premiers jours,
puis se stabilise lorsque les concentrations en DCO démunie, alors si les paramètres
de traitement physico-chimique atteignent les normes les rendements d’élimination
dans les bassins de la station est de 66 % pour la DCO et de 80 % pour les MES.
Tableau № III-02. Evolution temporelle des concentrations en azote, fer et

phosphates à la sortie de la station en fonction du temps

Date pH T°C Fer (mg/ℓ) Phosphate (mg/ℓ) N-NO2¯ (mg/ℓ)


Entrée STEP 8,30 23 3,20 22,3 0,67
31/07/2011 7,30 26 1,50 9,90 0,34
01/08/2011 7,50 28 0,20 0,35 0,40
02/08/2011 7,30 22 2,50 2,11 0,56
03/08/2011 8,10 34 2,40 8,60 0,33
04/08/2011 7,40 23 0,20 0,56 0,47
Moy 7,52 26,6 0,96 4,30 0,42
Norme 6,5 – 8,5 ≤ 30 5 2 -

Parmi les techniques présentées, la spectrométrie d’absorption atomique qui


est utilisée pour déterminer les concentrations en fer. Les teneurs en Fe2+ sont élevées
et peuvent atteindre jusqu'à 10 mg/ℓ, ces teneurs élevées en Fer sont probablement
dues à la forte présence des matières organiques.
Le phosphore est un constituant essentiel pour le développement des
microorganismes, sa disponibilité ayant une influence directe sur leur croissance. La
décantation et la coagulation-floculation crée un environnement physico-chimique
favorable à l'absorption et à la complexation du phosphore inorganique.
L’élimination du phosphore dans les bassins est principalement contrôlée par
le prélèvement des métaux et les réactions de complexation. Le pH et le potentiel
redox contrôlent la mobilité du phosphore, en milieu acide, le phosphore
inorganique réagit avec les ions ferriques et aluminiums pour former des composés
insolubles qui précipitent, à pH basique, il précipite préférentiellement avec le
magnésium et le calcium.
L'azote se trouve sous la forme organique d'ammonium (NH4+) et de nitrate
(NO3¯) dans les eaux usées, les différentes réactions qui conduisent à l'élimination de
l'azote dans un milieu aquatique sont l'ammonification (transformation de l'azote
organique en ammonium), la nitrification (oxydation de l'ammonium en nitrate), la
volatilisation (transformation de l'ammonium en ammoniac) et la dénitrification
(réduction des nitrates en azote gazeux, N2). Chacune des ces réactions est
dépendante de l'état d'oxydation du milieu et de la disponibilité en oxygène dissous.
III-La décantation [11]
Les eaux résiduaires prétraitées contiennent encore des matières minérales et
organiques sédimentables. Les matières organiques en suspension (matières
sédimentables et colloïdes) représentent 60% en moyenne de la charge DCO des eaux
et 30 à 40% en DBO. La décantation, processus essentiel du traitement primaire, a
pour but :
• de retenir une fraction importante de la pollution organique,
• d’alléger la charge du traitement biologique ultérieur,
•de réduire les risques de colmatage des systèmes de traitement biologique par
culture fixée (lits bactériens, disque biologique,…),
•d’éliminer 30 à 35% de la DBO5, 60% des MES et 90% des matières décantables.
On distingue deux types de matières décantables, pour le premier types c’est les
particules grenues, qui conservent les mêmes dimensions au cours de leur chute ;
elles sédimentent indépendamment les unes des autres avec une vitesse de chute
constante, Les particules coalescentes qui s’agglomèrent pendant la sédimentation ;
ces particules décantent selon deux mécanismes différents suivant les conditions :
•décantation diffuse lorsque la concentration en MES est faible, le floc dispersé
décante comme s’il était seul, sa vitesse de chute augmente au fur et à mesure que
d’autres particules plus fines s’y agglomèrent,
• décantation en piston lorsque la concentration en MES est élevée, on a une
décantation d’ensemble des flocs qui sont freinés au cours de leur chute.
Lorsqu'une particule grenue est laissée dans un liquide au repos, elle est soumise à
une force motrice FM (pesanteur) et à une force résistante FT (traînée du fluide)
résultante des forces de viscosité et d'inertie.
Ft
FM  (s  l ).gv Eq :02
C.s.l .v²
FT  Eq :03
2

ρS, ρℓ: masses volumiques de la particule grenue et du fluide, Fm


d,s,v : diamètre, surface et volume de la particule grenue,
V : vitesse de décantation de la particule,
g: accélération de la pesanteur,
C : coefficient de traînée (adimensionnel). Très vite un équilibre s'établit et la
décantation de la particule assimilée à une sphère se fait à vitesse constante V0
4 (    l ) g .d Eq : 04
V ²0  . s
3 C l
La valeur de C, coefficient de traînée, est définie par la perturbation, elle-
même fonction de la vitesse de chute. Cette perturbation est caractérisée par le
nombre de Reynolds de grain défini par :  l Vd Eq :05
Re 

Re = adimensionnel,
avec = viscosité dynamique.
Si Re est petit, les forces de viscosité sont bien supérieures aux forces d'inertie.
Si Re est grand, les forces de viscosité sont négligeables.
Le coefficient de traînée est donné par : C  a. Re n Eq : 06
avec a et n constantes.
Tableau № III-03. Les différentes valeurs de a, n et C en fonction du nombre de Reynolds.

Re Régime a n c Formule
10-4 < Re < 1 Laminaire 24 1 24. Re-1 Stokes
1 < Re < 103 Intermédiaire 18,5 0,6 18,5 Re-0,6 Allen
103 < Re < 2.105 Turbulent 0,44 0 0,44 Newton

Ces formules sont à la base du calcul du mouvement des grains dans un fluide
et sont utilisées en décantation (solides grenus dans un liquide, gouttes d'eau dans
l'air), en ascension (bulles d'air dans l'eau, gouttes d'huile dans l'eau), en
centrifugation, en fluidisation. En régime laminaire, la loi de Stokes donne:
g
V0  .(  s   l ). d ² Eq : 07
18 .
Il faut dans les opérations précédentes remplacer c par c' = .c
Et ce facteur est donné par  (Facteur de sphéricité du matériau)

Volume de sphère de la même surface Eq :08


 
Volume du grain
Tableau № III-04. Facteurs de sphéricité des différents matériaux

Valeurs de 
Sable 2
Charbon 2.25
Talc 3.25
Gypse 4
Lamelles de graphite 22
Mica 170
VI : vitesse horizontale du fluide égale à Q/S,
V0: vitesse verticale limite donnée par la loi de Stokes.
Pour la décantation dans des bassins rectangulaire à fond horizontal on à la hauteur
de profondeur d'eau H et la longueur L et la largeur I, et sa superficie sera S = L.I
Sa section transversale perpendiculaire à la direction de l’écoulement sera de surface
A = H.I. Le débit qu’il reçoit détermine une charge hydraulique superficielle définie
par le quotient Ch = Q/SH la figure suivante présente le bassin rectangulaire à fond
horizontal.

Figure № III-03. La décantation des solides


III-1. Etude sur la décantation

III-1.1. Détermination des matières en suspension

En raison de la forte charge de à analyser, les matières en suspension sont


déterminées par filtration ou par centrifugation.

Mode opératoire

Peser un papier filtre sans cendres soit P1. Mettre le dispositif de filtration en
marche. Homogénéiser l’échantillon et prendre 100 ml et les verser sur le papier
filtre. Rincer le flacon ayant contenu l’échantillon par quelques gouttes d’eau
distillée. Après filtration, mettre le papier filtre dans une étuve réglée à 105 °C
jusqu’à évaporation totale de l’eau. Refroidir dans un dessiccateur, puis peser-le une
deuxième fois, soit P2. Mettre le papier filtre dans un creuset en platine ou en
porcelaine taré soit P’ auparavant dans un four réglé à 525 ± 25 °C pendant deux (02)
heures, refroidir dans le dessiccateur et peser le creuset avec le papier filtre soit P’’.
Soit P3 = (P’’ – P’) Eq : 09
M.E.S = (P2 – P1)*103 ……… (mg/ℓ) Eq : 10

M.M = (P’’ – P’)*103 ……… (mg/ℓ) Eq : 11

P1 : le poids du papier filtre sans cendres

P2 : le poids de boues à 105°C plus le poids du papier filtre

P3 : le poids des matières minérales (calcination à 525°C)

M.E.S : Matières En Suspension (séchage à 105°C)

M.M : Matières Minérales en Suspension (calcination à 525°C)

M.O : Matières Organiques en Suspension

III-1.2. Détermination des matières organiques

C’est la différence entre les matières en suspension et les matières minérales,


ce sont les matières déterminées par évaporation de l’eau brute, alors :

M.O = M.E.S – M.M Eq : 12

Résultats

Tableau № III-05. Le poids du papier filtre, boues et matières en suspension

P1 (g) P2 (g) P’ (g) P’’ (g)


0,640 0,660 32,245 32,250
M.E.S = (P2 – P1)*10 = (0,66 – 0,64)*103 = 20 mg/ℓ
3

M.M = (P’’ – P’)*103 = (32,250 – 32,245)*103 = 5 mg/ℓ


M.O = M.E.S – M.M = 20 – 5 = 15 mg/ℓ

Tableau № III-06. Paramètres du bassin de décantation

Paramètres T°C pH Cond M.E.S (mg/ℓ) M.M (mg/ℓ) M.O


(µs/cm) (mg/ℓ)
Valeurs 23,2 6,6 461 20 5 15
III-1.3. Détermination de la Demande Chimique en Oxygène (DCO) : Méthode
Semimicro à Reflux Fermé

La valeur de DCO caractérise la quantité de substances chimiquement


oxydables présentes dans l’eau. Il s’agit de la quantité d’oxygène nécessaire pour
oxyder principalement les composes organiques présents dans l’eau. Les substances
organiques sont traitées chimiquement dans des conditions d’oxydation très sévère,
de façon à estimer aussi celles qui sont difficilement dégradables biologiquement,
comme les composes chlorés. En conditions normales d’exploitation, les seuils à ne
jamais dépasser on été fixés à 40 mg/ℓ pour la DBO5, 120 mg/ℓ pour la DCO et 30
mg/ℓ pour les matières en suspension (Décret 1993). Par ailleurs, les eaux rejetées ne
doivent pas contenir de substances qui peuvent favoriser les odeurs, leur pH doit
être compris entre 5,5 et 8,5 et leur température inférieure à 30°C. Les matières
oxydables dans l’eau sont oxydées quantitativement par une quantité connue (en
excès) de bichromate de potassium en milieu acide fort H2SO4 et au reflux pendant
deux heures. L’excès de bichromate qui en fin de réaction n’a pas réagit est titré par
une solution de fer (II) (solution de sel de mohr, Fe(NH4)2(SO4)2). On obtient la DCO
en faisant la différence entre la quantité initiale de bichromate et l’excès non
consommé par l’oxydation chimique. On opère en présence d’un catalyse (Ag2SO4)
pour facilité l’oxydation de certains composés aliphatiques et en présence d’un
complexant d’ions Hg2+ empêchant l’oxydation des ions chlorures en Cl2 gazeux par
le bichromate. La concentration de la solution de Fer (II) n’étant pas stable (oxydation
à l’air), il est indispensable de déterminer le titre de la solution avant chaque dosage.
La mesure de la DCO doit être faite simultanément sur les échantillons et sur l’eau
distillée. Cette mesure constitue ce qu’on appelle un «blanc». Les échantillons sont
traités par le MnO2, dans l’étude la réaction de dosage (oxydation-réduction) est :

Cr2O72- + 6Fe2+ + 14H+ → 2Cr3+ + 6Fe3+ + 7H2O

La valeur de la DCO est calculée à partir de l’expression :


DCO(mgO /ℓ) = 8000.[(V(SDM)tém-V(SDM)éch).CSDM]/V0
2 Eq : 13
Avec :
V(SDM)tém : volume de sulfate de fer II et d’ammonium (SDM) versé pour l’essai à blanc
V(SDM)éch : volume de solution (SDM) versé pour l’échantillon
CSDM : titre de la solution (SDM)

V0 : volume d’échantillon
III-2. La courbe de KYNCH

La courbe de KYNCH est tracée en suivant les variations des hauteurs


d’interfaces en fonction du temps. Dans ces essais de décantation le temps de séjour
de la boue à traiter est d’une heure. La théorie de KYNCH repose sur l’hypothèse que
la vitesse de chute d’une particule uniquement de la concentration locale C
particules. Une courbe de sédimentation d’une solution concentrée présente les
phases suivantes :

H I II III IV

Ci.Hi = C0.H0 Eq : 14

H0

Hi C

Hm M

D E

20 40 60 80 100 120
(min)

Figure № III-04. Décantation en Piston [06]

Une phase très courte relative à la concentration du floc. Une seconde phase,
un peu plus longue, correspondant à une chute constante des particules. Une
troisième phase représentée par un fléchissement de la courbe. La décantation est
freinée et le calcul de la surface du décanteur est basé sur le comportement de la
boue de cette phase. Une quatrième phase ou les vitesses de sédimentation sont très
faibles et correspondent au tassement de la boue, cette phase sert à déterminer la
hauteur de boue du décanteur. Alors la théorie de Kynch s’applique aux phases deux
et trois

III-2.1. Paramètres bassin de décantation

Les analyses de ce bassin est détermines au niveau de laboratoire de complexe


GP1/Z et puis dans laboratoire de chimie des eaux de USTO-MB, sont les mêmes.

pH = 7 MES = 132 mg/ℓ T = 19,3°C Conductivité = 518 µs/cm

Pour tracer la courbe de Kynch on mesurant les hauteurs en fonction du temps.


Tableau № III-07. Les hauteurs d’interfaces en fonction du temps (bassin de
décantation)

T (min) H (cm)
0 30
3 28
6 27
9 25
12 21
15 16
18 14
21 13
24 12,1
27 11
30 10,4
33 9,8
36 9,2
39 8
42 7,5
45 7,1
48 6,5
51 6,0
54 5,8
57 5,5
60 5,1

Figure № III-05. Les hauteurs d’interfaces en fonction du temps


IV-Dimensionnement de la Station [08]

Tableau № III-08. Les différents paramètres à la sortie et l’entrée de STEP du


GP1/Z

Système Procédé utilisé Types des eaux à l’entrée Eaux à la sortie destination

Traitement biologique Eaux sanitaires Eaux traitées Rejet vers mer


à boues activées à Débit = 175 m3/J
aération prolongée Débit = 200 m /J
3

DBO5 = 10 mg/l
STEP DBO5 = 200 mg/l +
MES = 15 mg/l
(AERO-MOD) MES = 200 mg/
N-NH4+ = 01 mg/l
N-NH4+ = 45mg/l

T = 20 ° C boues séchées Prévue Vers décharge

Le débit moyen journalier est le débit moyen observé au cours de la journée, mesuré
à l’arrivée à la station d’épuration, est donné par :

Qm = Qj/24 Eq : 15

Le débit moyen diurne correspond à la période de 16 h consécutives au cours de


laquelle, la station reçoit le plus grand volume des eaux usées. Elle s’étend
généralement de 8 à 24 h est donné par : Qd = Qj/16 Eq : 16

Le débit de pointe de temps sec conduit à définir un coefficient de pointe comme


étant le rapport de débit moyen de l’heure la plus chargée au débit moyen journalier.
Ce coefficient de pointe peut être calculé à partir du débit moyen journalier Qm (ℓ/s)
par la formule :

CP = 1,5 + (2,5/ √Qm) pour Qm > 2,8 ℓ/s Eq : 17 avec Cp = 3 Si Qm < 2,8 ℓ/s

Le débit de pointe du temps sec est donné par :

QP = CP.Qm Eq : 18 avec Qm et QP en (ℓ/s)

Qd = Qm = Qj/16 = 200/16 = 12,5 m3/h = 3,5 ℓ/s

Pour calculer le débit de pointe on à la formule : QP = CP.Qm avec CP = 1,5 + (2,5/


√Qm)

CP = 1,5 + (2,5/ √3,5) = 2,83 → QP = 2,83 . 3,5 = 9,9 ℓ/s = 35,66 m3/h = 856 m3/J

Le tableau ci-dessous regroupe les valeurs des paramètres de fonctionnement pour


les différentes variantes de traitement.

Tableau № III-09. Paramètres de fonctionnement d’une STEP à aération prolongée

Aération Charge volumique Charge massique Temps Taux Recyclage (%) Efficacité
prolongée (g DBO/m3.J) (g DBO/g MES.J) Aération (h) boues (%) Elimination DBO
Valeurs 150 à 500 0,05 à 0,2 20 à 30 100 85 à 95
IV-1. Calcul des pertes de charge de dégrilleur [06-07]

Kirschmer a établi une relation entre la perte de charge, le coefficient de forme


des barreaux et l’angle de la grille avec l’horizontale.

ΔH = β (a/e)4/3.(V2/2g)Sinα Eq : 19

ΔH est la perte de charge (mm) ; β est le coefficient de forme des barreaux ; a


est épaisseur de barreau ; e est espace entre les barreaux ; V est la vitesse de l’eau ; g
est la gravité ; α est l’angle de grille avec l’horizontale. Les valeurs de β dépendent de
la forme des barreaux.

Tableau № III-10. Les valeurs de β suivant la forme des barreaux

Types de barreaux β
Section circulaire 1,79
Section rectangulaire 2,42
Section rectangulaire arrondi en semi-circulaire à l’amont 1,67
D’après le manuel opératoire de la STEP du complexe GP1/Z on à :

V = 0,6m/s HMAX = 0,4m e = 50mm a = 5mm g = 9,81 α = 80° β = 2,42

ΔH = β (a/e)4/3.(V2/2g)Sinα = 2,42 (5/50)4/3.(0,62/2 . 9,81)Sin80 = 2,045 mmH2O

Pour la section de passage d’eau on à : S = QP/V = 35,66/(0,6 . 3600) = 0,016 m2

La largeur : L = (S.sinα)/[HMAX (1 - θ)δ] Eq : 20

Avec : Le coefficient de colmatage (grille manuelle) : δ = 0,25

La fraction occupée par les barreaux : θ = e/(e + a) = 50/(50 + 5) = 0,91

Alors : L = (0,016.sin80)/[0,4 (1-0,91)0,25] = 1,75m = 175 cm

Le nombre des barreaux : n = [L/(a+e)] + 1 = [1,75/(0,005 + 0,05)] + 1 = 32,82 ≈ 33


Barreaux

IV-2. Calculs de Bassin Biologique [08] après les données suivant on à,

Qm = 12,5 m3/h = 300 m3/J = 3,5 ℓ/s

K = 2 J-1 Constante de Vitesse

Ks = 80 mg/ℓ DBO Constante de MONOD

Y = 0,5 Kg MVS/Kg DBO5 Taux de Conversion de DBO5 en Biomasse (MVS)

Kd = 0,06 J-1 Coefficient de Respiration Endogène

Cm = 0,2 Kg DCO/Kg MVS la Charge Massique


Sf = 20 Coefficient de Sécurité

S0 = 200 mg/ℓ Concentration Initiale en DBO5

S0 = 60 Kg/J Charge Initiale en DBO5

X = 1320 mg/ℓ Concentration en MVS

IV-2.1. Temps de Séjour Hydraulique

Cm = S0/(θ.X) Eq : 21

→ θ = S0/(Cm.X) = 200/(0,2 . 1320) = 0,76J = 18h

IV-2.2. Volume du Bassin

V = θ. Qm = 18 . 12,5 = 225 m3 Eq : 22

Alors le volume du bassin d’aération utiliser 200 m3 est bon par rapport au
volume calculé dans ce chapitre.

IV-2.3. Taux de Croissance


µm = Y . K = 0,5 . 2 = 1 J-1 Eq : 23

IV-2.4. Temps de Résidence Minimum


1/θcM = Y . K - Kd = 0,5 . 2 - 0,06 = 0,94 → θcM = 1,06 J Eq : 24

IV-2.5. Temps de Résidence Design


Sf = θcd/θcM → θcd = Sf . θcM = 20 . 1,06 = 21,2 J Eq : 25

IV-3. Calculs de Bassin de Décantation [06]


tu = 10 h temps de séjour

H0 = 3,5 m la hauteur total

Hi = 0,35 m la hauteur de la zone de tassement

C0 = 200 mg/ℓ concentration moyenne en MES initiale

Qm = 12,5 m3/h débit moyen

IV-3.1. La concentration des Matières Décantables

Ci.Hi = C0.H0 Ci = C0.H0/Hi = 0,2 . 3,5/0,35 = 2 g/ℓ

IV-3.2. La Surface Unitaire

Su = tu /C0.H0 = 10/(0,2 . 3,5) = 14,28 m2.h/Kg

IV-3.3. La surface de Décanteur

On à le flux massique F = Qm . C0 = 12,5 . 0,2 = 2,5 Kg/h Eq : 26


A = Su . F = 14,28 . 2,5 = 35,7 m2 Eq : 27

IV-3.4. Volume de Décanteur V = A . H0 = 35,7 . 3,5 = 125 m3 Eq : 28

IV-3.5. La charge Massique Cm = F/A = 2,5/35,7 = 0,07 Kg/h. m2 Eq : 29

IV-3.6. La charge Hydraulique Ch = Qm /A = 12,5/35,7 = 0,35 m3/h. m2 Eq : 30

IV-4 .Indice de MOHLMAN [06]

Le rendement du décanteur secondaire est contrôlé par : la turbidité de


l’effluent, mesure des MES, la concentration des boues recyclées. L’un des tests les
plus courants pour suivre les opérations d’un système d’aération est l’indice de
volume des boues appelé aussi Indice de MOHLMAN (I), avec :

I = Volume des boues après décantation (ml)/masse des boues (g) (III-….)

I = Vi (ml) / MES (g) Eq : 31

La procédure consiste à déterminer la concentration en MES et la décantabilité des


boues en utilisant une éprouvette de un litre. Ce volume prélevé dans le bassin
d’aération laisse décanter au bout de 30 minutes un volume Vi de boues. Une
deuxième prise d’essai de un litre sert à déterminer la teneur en MES. Donc en
général une valeur comprise entre 50 et 150 ml/g indique la boue décante bien, si I est
supérieur à 150, il y a mauvaise décantation et les boues recyclées sont trop claires.

Tableau № III-11. Bassin Digesteur

Paramètres Valeurs ……..1000 ml


pH 7,5
Q, Effluent
T°C 21
Conductivité 181 µs/cm
M.E.S 34 mg/ℓ
Volume de boues décantées (ml)
PO43- 25,2 mg/ℓ
FeTOTAL 3,2 mg/ℓ

Figure № III-06. Décantation en Piston


Tableau № III-12. Mesure de l’indice de MOHLMAN

Paramètres pH T°C Vi (ml) MES (g) I


Valeurs 6,5 23,7 386 5,9 65,4
La concentration en MES dans les boues recyclées peut être calculée à partir de
l’indice de MOHLMAN : CR (g/ml) = 1/I = 0,015 Eq : 32

CR (g/m3) = 106/I = 106/65,4 = 15290

Si 50 < I < 125 8000 < CR < 20000

V-Coagulation-Floculation [13]

La décantation primaire permet d’éliminer les composés organiques et


minéraux les plus denses. La fraction colloïdale, constituée de particules de petites
dimensions (10-8 à 10-2 mm) n’est pas éliminée. Les substances colloïdes sont
caractérisées par une surface spécifique importante et de ce fait les propriétés de
surface prennent le pas sur les propriétés de volume. Pour éliminer ces particules, on
a recours aux procédés de coagulation et de floculation. La coagulation a pour but
principal de déstabiliser les particules en suspension, c'est-à-dire de faciliter leur
agglomération. En pratique, ce procédé est caractérisé par l'injection et la dispersion
de produits chimiques. La floculation a pour but de favoriser, à l'aide d'un mélange
lent, les contacts entre les particules déstabilisées. Ces particules s'agglutinent pour
former un floc qu'on pourra facilement éliminer par décantation.
V-1. Les colloïdes en solution [13]

On distingue deux catégories de colloïdes

* les colloïdes hydrophiles qui ont une forte affinité pour les molécules d’eau
auxquelles elles s’unissent par liaison hydrogène. Ces colloïdes possèdent des
groupements hydrophiles ‒OH, ‒NH2, ‒COOH, etc, totalement ou partiellement
ionisés.

* les colloïdes hydrophobes qui sont des particules ayant peu d’affinité pour l’eau et
dont la stabilité est due à la charge électrique qu’ils portent ; ces charges engendrent
des répulsions mutuelles qui les empêchent de s’agglomérer. Entre deux catégories
de colloïdes, il est possible de trouver tout un éventail de comportements
intermédiaires.

V-2. Etat de surface des colloïdes [13]

Les particules colloïdes possèdent une charge électrique de surface, le plus


souvent négative. Elles acquièrent ces charges, soit par ionisation de leurs
groupements constitutifs, soit par adsorption sélective d’ions provenant du milieu.
Lorsqu’une particule colloïdale est en suspension dans l’eau, elle acquiert sa charge
primitive généralement négative, puis s’entoure de plusieurs couches.

* une couche d’ions de charge opposée accompagnés de leur eau de solvatation ; cette
couche fixe est dite Couche de Stern;
* entre cette couche fixe et la phase liquide, il existe une couche diffuse ou Couche de
Gouy, siège de transferts d’ions entre la couche fixe et la couche liquide. Dans la
couche diffuse on rencontre des anions et des cations. L’importance relative de ces
deux couches dépend de : la charge centrale primitive, l’agitation thermique des
molécules et des ions.

L’agitation thermique tend à réduire l’importance de la couche fixe et à dilater


la couche diffuse. La différence de potentiel entre la surface qui séparer les couches
fixe et diffuse et la surface extérieure de cette couche est appelée Potentiel Zêta.

Figure № III-07. Les couches de la surface des colloïdes

Ȥ = 4.π.e.q / D Eq : 33

e : épaisseur de la couche diffuse

q : la charge de la couche fixe par unité de surface

D : constante diélectrique du milieu

Lorsqu’une particule est soumise à un champ électrique, elle atteint une vitesse telle
qu’il y ait équilibre entre les forces d’attraction électrique et les forces de frottement
due à la viscosité du milieu. m = Ȥ.D / 4.π.µ Eq : 34

m : mobilité électrophorétique en µS / V.cm µ : viscosité dynamique de milieu

En remplaçant Zêta par sa valeur, on a : m = e.q / µ Eq : 35

V-3. Déstabilisation des colloïdes [13]

Deux particules colloïdes en solution sont soumises à deux types de forces :


Les forces d’attraction de London-Van Der Waals et les forces de Répulsion
Electrostatique. Pour déstabiliser les colloïdes il faut réduire ou annuler le potentiel
zêta soit par compression de la couche diffuse ou par accroissement de la couche fixe
qui pue annuler la charge primitive de la particule. Dans les eaux résiduaires le
potentiel zêta est compris entre - 15 et - 50 mV. En pratique la déstabilisation peut
être réalisée :
* Soit en réduisant le potentiel zêta, en ajoutant des réactifs minéraux contenant des
cations multivalents qui seront adsorbés au niveau de la surface du colloïde ; on a
alors une neutralisation de la charge électrique et une diminution du potentiel zêta
qui va jusqu’à s’annuler. Cette opération est appelée Coagulation.

* Soit par agglomération des colloïdes déchargés par mouvement Brownien puis par
agitation douce. L’utilisation des polyélectrolytes (Macromoléculaires Organiques)
permet non seulement de réduire la charge des colloïdes mais de les agglomérer par
pontage. Cette opération est appelée Floculation.

* Pour annuler le potentiel zêta, on peut :


Ajuster le pH pour atteindre le point de charge nulle des particules colloïdales
Augmenter la salinité pour comprimer la couche diffuse
Neutraliser la charge de surface par des cations polyvalents
Piéger les colloïdes dans des précipités
Adsorber les colloïdes sur des polymères chargés à longue chaîne.
V-4. Décantation des Colloïdes en Fonction du Diamètre des Particules

La difficulté de séparation de ces colloïdes résulte de la charge négative, la


répulsion mutuelle des particules empêche s’agglutiner sous l’effet de forces VAN
DER WAALS et d’acquérir une dimension suffisante pour devenir décantables ou
filtrables.

Tableau № III-13. Temps de Décantation des Colloïdes en Fonction du Diamètre


des Particules

Diamètre de Particules Type de Pécule Temps de Décantation Surface Spécifique


mm A° pour 1 m d’eau m2.m-3
10 108 Gravier 1 seconde 6. 10
1 10 7
Sable 10 secondes 6. 103
10-1 106 Sable Fin 2 minutes 6. 104
10-2 105 Argile 2 heures 6. 105
10-3 104 Bactérie 8 jours 6. 106
10-4 103 Colloïde 2 ans 6. 107
10-5 102 Colloïde 20 ans 6. 108
10-6 10 Colloïde 200 ans 6. 109
La coagulation consiste donc à ajouter à la suspension un électrolyse
permettant de neutraliser électriquement les impuretés chargées négativement par
les ions formés à partir de sels métalliques solubles, généralement trivalent.

V-5. Agents de Coagulation et de Floculation [13]

Les tableaux ci-dessus donnent les principaux produits par la coagulation et la


floculation des eaux traitées comme suit :
Tableau № III-14. Produits de Coagulation des eaux traitées

Coagulants Formule Forme Commerciale


Sulfate d’Aluminium Al2(SO4)3.14H2O Poudre et Solution à 48,3%
Chlorure d’Aluminium AlCl3.6H2O Liquide
Polychlorure d’Aluminium Aln(OH)mCl3n Préparation in-situ
Basique
Aluminate de Sodium NaAlO2 Poudre et Solution à 50%
Sulfate Ferreux FeSO4.7H2O Cristallisé
Chlorure Ferrique FeCl3.6H2O Solution à 40%
Chaux Ca(OH)2 Poudre
La chaux est souvent utilisée en combinaison avec les sels métalliques. Les
doses de coagulant sont déterminées par des tests de laboratoire sur l’eau à traiter ;
Ces tests sont appelé Jar-Tests.

Tableau № III-15. Produits de Floculation des eaux traitées

Floculants Mode d’Action


Polyélectrolyte Cationique Neutralisation de Charges
Polyélectrolyte Anionique Adsorption
Polyélectrolyte non Ionique Adsorption
bentonite Adsorption
Silice Adsorption
V-6. Dosage des Eaux Traitées par des Coagulants et des Floculants Concentrés

Cette étape a pour but de rechercher la nature et les doses de réactifs qui
permettent de traiter les effluents de la station du complexe GP1/Z dans les
meilleures conditions. La détermination de ces grandeurs en laboratoire est réalisée
par ce qu'on appelle le JAR- TEST. Il consiste en une rangée de béchers alignés sous
un appareillage permettant de tous les agiter à la même vitesse. Les différents
béchers ont reçus une dose différente de réactifs et à la fin de l'expérimentation, on
détermine quel sont les couples quantités de réactifs / vitesse et temps d'agitation qui
permettent d'obtenir l'eau la plus limpide, les flocs les plus gros et les mieux
décantés. Concernant les vitesses d'agitation, la seule certitude est que la coagulation
nécessite une vitesse d'agitation plutôt rapide (afin de bien mélanger l'eau et que les
colloïdes et les cations métalliques se rencontrent et se neutralisent) et que la
floculation - quant à elle - nécessite une vitesse relativement lente (afin de favoriser la
rencontre et l'agrégation des colloïdes mais sans détruire les flocs déjà formés).

15

Figure № III-08. Installation de l’analyse JAR TEST


Figure № III-09. Coagulation-Floculation

V-6.1. Coagulation-Floculation par FeCl3.6H2O & Ca(OH)2

- Présentation commercial: liquide brun correspondant à une solution à 594,5 g/ℓ en


FeCl3

- La solution commerciale est présentée comme étant une solution de densité 1,45 à
41% de pureté en chlorure ferrique.

- Réaction au contact de l’eau : FeCl3 H2O Fe3+ + 3Cl-

Fe3+ + 3Cl- + 3H2O Fe(OH)3 + 3H+ + 3Cl-

Cette réaction est optimale à pH comprise entre 5 et 9 (prédominance de la formule


Fe(OH)3)

La méthode du Jar Test, pour évaluer le temps optimal on fixe la concentration du


réactif puis en mesure la turbidité en fonction du temps, avec la masse moléculaire
des produits est : Le Chlorure Ferrique Hexa Hydraté M = 270,5 g/mole La Chaux M
= 74,09 g/mole.

pH = 8,1 T = 21,5°C DCO = 185 mg/ℓ Turbidité = 167 NTU

Tableau № III-16. Evaluation du Temps Optimal de Coagulation par FeCl3.6H2O

[FeCl3.6H2O] (g/ℓ) 2,5 3,0 3,5 4,0


Agitation 250 TPM (30 Minutes)
Ca(OH)2 (g/ℓ) 1,705 2,048 2,390 2,730
Agitation 50 TPM (02 Minutes)
TURBIDITE (NTU) 135 322 808 560
Pour la détermination de la concentration optimale en évaluer la quantité de
coagulant utilisée dans la méthode Jar Test, ce Protocol fait par la variation croissante
du réactif mis en jeu à différentes concentration.
Tableau № III-17. Expression des hauteurs d’interfaces en fonction du temps

Cône № 01 Cône № 02 Cône № 03 Cône № 04


T (min) H (cm) T (min) H (cm) T (min) H (cm) T (min) H (cm)
0 35 0 35 0 35 0 35
3 27,8 3 31,4 3 28,7 3 32,7
6 23,3 6 27,6 6 25,8 6 29,9
9 19,1 9 23,5 9 23 9 27,5
12 15,4 12 20 12 20,4 12 25,3
15 12 15 16,2 15 17,9 15 23,1
18 10,3 18 13,6 18 15,8 18 21,3
21 8,8 21 11,7 21 13,9 21 19,4
24 7,9 24 10,4 24 12 24 17,5
27 7,1 27 9,2 27 11,1 27 16,1
30 6,9 30 8,2 30 10 30 12,8
33 6,3 33 7,9 33 9,1 33 13,5
36 6 36 7,6 36 8,4 36 12,4
39 5,7 39 7,2 39 8 39 11,6
42 5,5 42 6,8 42 7,7 42 10,9
45 5,2 45 6,5 45 7,3 45 10,4
48 5,1 48 6,2 48 7,1 48 10
51 4,9 51 6,1 51 6,8 51 9,6
54 4,7 54 5,9 54 6,6 54 9,2
57 4,6 57 5,7 57 6,3 57 9
60 4,5 60 5,6 60 6,2 60 8,7
La concentration optimale nécessaire pour éliminer au maximum la turbidité
déterminée, en traçant les turbidités en fonction des doses des réactifs, l’optimum en
concentration se situe en ordre croissant de concentration.

V-6.2. Coagulation-Floculation par AlCl3.6H2O & Ca(OH)2

Dans le traitement physico-chimique coagulation-floculation des eaux


sanitaires par la chaux en utilisant la méthode du Jar Test, pour évaluer le temps
optimal et la concentration des produits utilises pour une bonne élimination de la
pollution.

pH = 7,6 T = 24°C DCO = 200 mg/ℓ Turbidité = 137 NTU

Tableau № III-18. Evaluation du Temps Optimal de Coagulation par AlCl3.6H2O

[AlCl3.6H2O] (g/ℓ) 2,0 2,5 3,0


Agitation 250 TPM (30 Minutes)
Ca(OH)2 (g/ℓ) 1,66 2,076 2,490
Agitation 50 TPM (02 Minutes)
TURBIDITE (NTU) 107 111 129
Tableau № III-19. Expression des hauteurs d’interfaces en fonction du temps

Cône № 01 Cône № 02 Cône № 03


T (min) H (cm) T (min) H (cm) T (min) H (cm)
0 35 0 35 0 35
3 29,9 3 27,4 3 12,8
6 22,9 6 21,9 6 9,3
9 2,9 9 14,4 9 8,4
12 1,9 12 10,9 12 7,3
15 1,7 15 7,1 15 6,6
18 1,4 18 5,8 18 5,8
21 1,3 21 4,9 21 5,7
24 1,3 24 4,4 24 5,5
27 1,1 27 4,1 27 5,3
30 1 30 3,7 30 5,2
33 0,4 33 3,4 33 4,9
36 0,3 36 3,2 36 4,7
39 0,3 39 3,0 39 4,5
42 0,3 42 2,9 42 4,4
45 - 45 2,6 45 4,2
48 - 48 2,4 48 4,2
51 - 51 2,3 51 -
54 - 54 2,2 54 -
57 - 57 2 57 -
60 - 60 2 60 -
V-6.3. Coagulation par le Sulfate d’Aluminium Hydraté Al2(SO4)3.18H2O &
Ca(OH)2

- Présentation commercial: poudre blanche à 18 molécules d’eau Al2(SO4)3,18H2O

- Réaction au contact de l’eau : Al2(SO4)3,18H2O H2 O 2Al3+ + 3SO42- + 18H2O

Al3+ + 3H2O Al(OH)3 + 3H+

Cette réaction est optimale à pH comprise entre 6 et 7,5 (prédominance de la


formule Al(OH)3). Nous avons adopté la méthode du Jar Test, pour évaluer le temps
optimal on fixe la concentration du réactif puis en mesure la turbidité en fonction du
temps. Pour la détermination de la concentration optimale en évaluer la quantité de
coagulant utilisée dans la méthode Jar Test, ce Protocol fait par la variation croissante du
réactif mis en jeu à différentes concentration.

Les analyses :

pH = 6,5 T = 23,7 °C DCO = 191 mg/ℓ Turbidité = 91 NTU


Tableau № III-20. Evaluation de la Dose Optimale de Coagulation par Al2(SO4)3.18H2O

[Al2(SO4)3.18H2O] (g/ℓ) 0,5 0,7 1


Agitation 250 TPM (30 Minutes)
Ca(OH)2 (g/ℓ) 0,325 0,457 0,653
Agitation 50 TPM (02 Minutes)
TURBIDITE (NTU) 103 39 -
La concentration optimale nécessaire pour éliminer au maximum la turbidité
déterminée en traçant les turbidités en fonction des doses des réactifs, l’optimum en
concentration se situe en ordre croissant de concentration.

Tableau № III-21. Evaluation du Temps Optimal de Coagulation par


Al2(SO4)3.14H2O

Cône № 01 Cône № 02 Cône № 03


T (min) H (cm) T (min) H (cm) T (min) H (cm)
0 35 0 35 0 35
3 27,7 3 31,9 3 -
6 22,7 6 22,1 6 -
9 16,3 9 12,4 9 -
12 13,7 12 6,3 12 -
15 11,5 15 5,2 15 -
18 9,9 18 4,5 18 -
21 9,0 21 4,2 21 -
24 8,4 24 3,9 24 -
27 7,9 27 3,7 27 -
30 7,5 30 3,2 30 -
33 7,2 33 3,4 33 -
36 7,0 36 3,3 36 -
39 6,7 39 3,1 39 -
42 6,4 42 2,8 42 -
45 6,2 45 2,7 45 -
48 6,0 48 2,7 48 -
51 5,9 51 2,5 51 -
54 5,8 54 2,4 54 -
57 5,8 57 2,3 57 -
60 5,7 60 - 60 -
Le cône № 03 : pas de résultat à cause de la quantité importante de coagulant Sulfate
d’Aluminium Hydraté mélangée avec la chaux dans un pH de 6,5.

V-6.4. Coagulation des eaux brutes par la chaux Ca(OH)2

- Réaction au contact de l’eau : CaO + H2O → Ca(OH)2


Pour ce but en utilisant l’installation Jar-Test et l’homogénéisation du mélange
eaux résiduaire-coagulant donne la dose optimale pour l’élimination de la pollution.

Tableau № III-22. Variation des paramètres chimiques de l’eau brute en fonction


des doses de la chaux

Dose (g/l) Turbidité NTU Conductivité (µs/cm) pH


0,1 959 1212 11
0,2 937 1076 10,9
0,3 1382 1366 11,2
0,4 956 1764 11,4
0,5 1532 2000 11,5
0,6 1432 2390 11,5
0,7 1518 2470 11,7
0,8 1690 3050 11,8
0,9 157 864 8,8
1,0 1482 593 12
Remarque

1- D’après les expériences faites au niveau de laboratoire de chimie des eaux dans
des cônes on à la bonne coagulation c’est pour la dose 0,3 g/ℓ c’est-à-dire une bonne
élimination de la turbidité.

2- Pour la dose de 0,9 g/ℓ : Possible faute opératoire, problème du poids de la chaux.

V-6.5. Coagulation-Floculation par Aquatreat 912

L’AQUATREAT 912 est un polymère organique cationique à base de poly-imines, est


utilisé comme floculant, coagulant et comme aide à la filtration. Les applications de
ce produit est dans les raffineries, eaux résiduaires d’origine organique et eaux
résiduaires des traitements de surfaces.

Tableau № III-23. Caractéristiques d’Aquatreat 912

Aspect liquide visqueux de couleur jaune brune

Dosage (coagulation-floculation) 10 à 100 gr/m3

Dosage (filtration) 5 à 50 gr/m3

Solubilité dans l’eau infinie

Matière active 25%

Densité 1,07 ± 0,02

pH 5,6 ± 1
VI-La décantation des boues

VI-1. Application [14]


Dans la pratique, on attribue le terme de clarificateur aux décanteurs recevant
une suspension diluée (MES < 30 mg/l). De ce fait le domaine d’utilisation est très
varié dans : le traitement des eaux brutes, les effluents liquides industriels, la
récupération des eaux pour recyclage interne dans les unités industrielles. Le
traitement des effluents liquides demande la clarification de débit important de
suspensions diluées. Pour cela, on doit disposer d’une surface et d’un volume
suffisant pour permettre la décantation et l’épaississement des boues.
VI-2. Epaississement gravitaire [14 & 13]
Cette opération a pour objet la séparation de l’eau interstitielle des particules
de boue. Il représente un moyen de séparation solide liquide sous l’effet de la
pesanteur et permet de réduire de moitié le volume des boues. L’épaississement par
gravité est réaliser dans des bassins circulaires équipes de racleurs, ces bassins est
dimensionnés sur la base de la charge de solides par mètre carré de surface du
bassin, les valeurs communes sont comprises entre 2500 et 500 kg/m2.
VI-3. Déshydratation naturelle [13]
La déshydratation naturelle se fait sur lit de séchage, ils consistent par des
couches de sable et gravier et les eaux récupérées par les drains et collecteurs sont
renvoyés en tête de la station de traitement des eaux. Ces lits doivent refaits tous les
deux ans.
VI-4. Déshydratation mécanique [13]
- Filtration sous vide par des disques de vitesse de 8 à 20 Toure par heure et sous
vide de 300 à 600 mm de mercure (mmHg) et on utilisant une toile filtrante de 0,2
mm.
- Filtration sous pression par des filtres presse à chambres, le cycle de filtration est de
1 à 2 heures avec une pression de filtration de 8 à 15 bars, l’inconvénient majeur de ce
procédé est la discontinuité de l’alimentation.
- Centrifugation, soit par centrifugeuse à axe horizontale ou centrifugeuse à disque,
avec l’accélération centrifuge est a = 0,01.N2.R avec a : en nombre de G
R : Rayon moyen de l’anneau liquide en m, N : Vitesse angulaire en Toure/minute
Tableau № III-24. Variation de la décantabilité et de la charge des Boues Activées
en fonction du temps
Temps (J) pH T°C Cond (µs/cm) MESBA (g) Volume Boues (ml) Im (ml/g)
15/07/2011 7,00 26,3 664 4,7 483 102,7
16/07/2011 7,20 26,2 692 6,5 494 76
17/07/2011 6,90 24,8 446 7,5 490 65,3
18/07/2011 7,27 22,7 625 3,7 470 127
19/07/2011 7,11 23,6 675 2,28 407 178,5
20/07/2011 7,10 24,1 629 7,25 511 70,5
21/07/2011 6,85 24,3 538 2,36 693 293,6
22/07/2011 6,85 23,4 377 4,65 700 150,5
23/07/2011 6,90 25,3 500 3,11 687 221
24/07/2011 7,03 24,4 469 6,00 541 90,2
CHAPITRE –IV
RESULTATS & DISCUSSIONS
Introduction
Les boues produites par les stations d’épuration sont considérées comme des
déchets. Elles doivent par conséquent être éliminées en respectant les nouvelles
contraintes réglementaires, environnementales, sanitaires, économiques. Cette étude
s’est intéressée à évaluer l’effet d’un traitement biologique par aération prolongée (de
charge volumique de 150 à 500g DBO/m3.j) sur la biodégradabilité des matières
particulaires des boues, le devenir des activités biologiques et chimiques et la
déstructuration des flocs et particules. D’après les résultats des analyses et les valeurs
obtenues on peut caractérises la nature finale des déchets (boue solide, solution très
concentrée, particules saturées en polluant…) dans les effluents traites par la station
d’épuration du complexe GP1/Z à partir des différentes techniques d'épuration
comme la décantation, coagulation-floculation, l'extraction du polluant de la phase
liquide et minéralisation des composés organiques par aération, ces techniques sont
utilisées en cascade de façon à traiter plusieurs types de polluants par une seule
chaîne.
I-Elimination de la matière carbonée MES, DBO & DCO

D’après l’optimisation du traitement physico-chimique et biologique selon le


chapitre III (Tableau III-1) on à les facteurs qui peuvent influencer sur le
fonctionnement de STEP pour l’élimination de la pollution des eaux sanitaires.

I-1. Demande biochimique en oxygène DBO5

Est un des paramètres physico-chimiques d'estimation du carbone organique


biodégradable dans une eau. En milieu pollué, le carbone est utilisé par les bactéries
comme source d'énergie et pour la synthèse de nouvelles cellules et cette dégradation
peut se faire en présence ou en absence d'oxygène. Alors d’après (Tableau № II-02) la
dégradation des charges organiques sous l’action des micro-organismes exige une
quantité d’oxygène dissout donne l'abattement de la DBO dans les bassins qui est
soumis à la réglementation et sa liée à la dégradation des composés glucidiques,
protidiques et lipidiques.

I-2. Demande chimique en oxygène DCO

Dans les conditions expérimentales définies par la méthodologie, la DCO


correspond à la teneur en oxygène nécessaire pour dégrader l’ensemble des matières
oxydables, biodégradables ou non. La DCO présente environ 95% des polluants
organiques industriels mais le traitement des eaux dans ce cas qui est utilise une
culture à boue activée élimine jusqu’à 67% de la DCO et pour certains composés
peuvent échapper à l’oxydation dans les conditions de mesure de la DCO et c’est le
cas de certains composés azotés, noyaux aromatiques, chaines aliphatiques.
I-3. Matières en suspension MES

La décantation primaire génère une boue dite primaire (particules de taille


supérieure à 200 microns) qui compte pour 50-70% des MES des eaux usées. Malgré
la diminution de la concentration en MES d’environ 80 % d’après (Tableau № III-1),
l’augmentation de la vitesse de décantation semble importante. Cette diminution des
MES puis la turbidité pourrait indiquer l’absence de petites particules détachées des
flocs, sauf le point de la date 08/06/2011 environ de 111 mg/l qui est relier avec la
valeur du pH et la température (pH = 7,4 et T = 25°C) alors on à mauvaise floculation
des particules des micros taille, si les pertes de MES en sortie sont maîtrisée la
réduction de la production de boue elle est parfaite.

I-4. Température
Les réactions métaboliques sont des réactions enzymatiques soumises aux lois
de la cinétique chimique, la vitesse des réactions décroit avec une baisse de la
température. Les baisses températures occasionnent une augmentation de la viscosité
donc une décantation plus lente. Dans le cas de la STEP du complexe GP1/Z-Arzew
on à une moyenne de température de 25,7 °C, c-a-d on parle de bactéries mésophiles
lorsqu'elles croissent à des températures comprises entre 25 et 40 °C, et on parle de
bactéries psychrophiles lorsqu'elles vivent dans des milieux froids, leur température
optimale de vie doit être inférieure à 15 °C et ils ne croissent pas ou meurent au delà
de 15 °C, et de bactéries thermophiles, lorsqu'elles vivent dans des milieux chauds,
vivre et se multiplier entre 50 et 70 °C. Les bactéries est ont besoin de matière
organique pour vivre et qui consomment de l'oxygène, alors s'activent avec la
température est transforment la matière organique soluble en énergie et en matière
organique de synthèse en consommant O2, puis la température élevée des eaux usées
présente une accélération des réactions d'oxydation ce qui entraîne par voie de
conséquence une plus forte consommation d'oxygène dissous.
I-5. pH
Représente le degré d'acidité ou d'alcalinité du milieu aquatique. Un pH
compris entre 6,5 et 7,5 permet un développement à peu près correct de la faune et
de la flore. Quant aux valeurs de pH, les résultats obtenus sont acceptables et
conforment avec ceux des normes qui sont entre 5,5 - 8,5. Si on augmente la
température du milieu on à provocation d‘augmentation du pH et une diminution
de la demande chimique en oxygène (DCO), les bactéries se multiplient en milieu
neutre ou légèrement alcalin entre 7 à 7,5 mais peuvent se développer en milieu acide
ou basique, on distingue alors :
* Bactéries Acidophiles qui exige un pH relativement bas, voisin de 6.
* Bactéries Basophiles qui exige un pH relativement haut, supérieur à 8.
I-6. Nitrites NO2-
Le rendement d'élimination de l'azote total est selon la charge en azote
appliquée dans les bassins pendent un temps de séjour bien déterminer, l'azote est
éliminé par décantation avec les MES ou par réduction en azote élémentaire, cette
dernière réaction est réalisée par nitrification et dénitrification, ou par oxydation
anaérobie de l'ammonium. D’après le tableau III-2 l’élimination des nitrites jusqu’à
0,4 mg/ℓ c’est-à-dire la dégradation selon le fonctionnement du bassin de nitrification
(la nitratation par les bactéries nitriques - Nitrobacter). Si les conditions ne
permettent pas la survie de Nitrobacter pour l’oxydation des nitrites formés, la
formation de nitrite est l’étape limitante dans la réaction de nitrification. En
conclusion, on peut dire que les conditions sont favorables pour amorcer la
nitrification dans les derniers bassins ou l’oxydation anaérobie de l’ammonium.

I-7.Les phosphates PO43-


La dégradation du phosphore par voie biologique n’étant pas ou pas toujours
suffisante, il était indispensable de disposer d’un traitement complémentaire : un
traitement physico chimique au chlorure ferrique FeCl3, qui est réagit avec le
phosphore selon la réaction suivante :
FeCl3 + NaH2PO4 → FePO4 + NaCl + 2HCl
Il y a donc création d’un précipité FePO4 qui piège le phosphore qui se
retrouve alors dans les boues. Une réaction parasite est toutefois à prévoir dans le
bassin aéré et conduit à la production de boue supplémentaire :
Fe3+ + 3OH- → Fe(OH)3
Sur notre STEP un taux de traitement de quantité en g de FeCl3/m3 d’eau
entrante est appliqué, mais d’après le tableau № III-2 la valeur moyenne de
l'élimination du phosphore est supérieur aux normes des rejets des eaux
industrielles, par ce que aussi contrôlée par un ensemble d'interactions physico-
chimiques contrôlées par le potentiel redox, le pH, les ions Fe3+, Al3+, Ca2+ et Mg2+ et la
quantité de phosphore naturel dans les eaux brutes.
I-8.Le fer
L'analyse chimique détaillée par les spectrophotomètres de quelques éléments
chimiques présents dans le sédiment, nous montre que le fer est très présent dans
l’entrée des bassins par rapport aux autres éléments. Il précipite souvent sous
différentes formes avec une dominance de la forme hydroxylée (apatite ferrique), la
forte oxygénation favorise la précipitation chimique avec la variation du pH. La forte
charge de fer forme des complexes plus stables avec les ions hydroxydes et en plus
les orthophosphates sont rapidement piégés sous forme de FePO4.
La désinfection de dernier bassin par un débit de 120 g/cm3 de l’ozone
produire par compresseur de l’ozonation (OZO-MAX) est faire la destruction des
bactéries et élimine les odeurs des eaux traitée et précipite les matières non
dissolutions ; Fe2+ + O3 + 2H2O → Fe2O3 + O2 + 4H+

Mn2+ + O3 + H2 O → MnO2 + O2 + 2H+


I-9. Effets des pollutions

Les effets de la pollution sont de différentes natures et s'étendent sur des


périodes de temps différentes, comme suit:
Tableau № IV-1. Les effets de la pollution en fonction du temps

Paramètre Echelle d'action Conséquences immédiates


Température heure, jour écart avec le milieu, destratification
et mélange, modification de la
solubilité des gaz
MES heure, jour, semaine augmentation de la turbidité de
l'eau, sédimentation, colmatages,
consommation d'O2, nutriments en
excès
DBO et NH4 jour, semaine augmentation de la turbidité de
l'eau, sédimentation, colmatages,
consommation d'O2, nutriments en
excès.
DCO, azote mois, année modification des chaînes trophiques
Phosphore Semaine, mois, année nutriment en excès eutrophisation
Hydrocarbures heure, jour couche de surface, réduction des
échanges interfaciques, modification
de capillarité
Flottants heure, jour, semaine Pollution visuelle, colmatage et
dépôt
Paramètres toxiques heure, jour Toxicité aiguë
(métaux, pesticides)
Microbiologie heure, jour Développements de pathogènes,
(bactéries…) modification des équilibres
trophiques
Micropolluants mois, année, décennie Accumulation, dispersion,
concentration, adsorptions, effets
toxiques différés
Remarque : chaînes trophiques ou les chaines alimentaires sont des éléments
minéraux, plancton végétal, plancton animal, champignons

II-Discussions et interprétation de la décantation

Les causes d’une mauvaise décantation peuvent être d’ordre physique ou


d’ordre biologique. Les causes d’ordre physique sont principalement le choix ou
l’utilisation inadéquate des équipements du décanteur (primaire ou secondaire). Les
causes d’ordre biologique sont plutôt le déséquilibre de la flore microbienne qui se
développe dans le liquide mixte.
Lorsque la concentration de matières en suspension (MES) est trop élevée dans
l’effluent du décanteur secondaire, on recommande de mesurer l’indice de volume
de boues (IVB) du liquide mixte, un faible indice de volume de boues révèle que les
caractéristiques de décantation des boues sont satisfaisantes ; dans ce cas les causes
d’une mauvaise décantation sont plutôt d’ordre physique. Si l’indice de volume de
boues élevé indique que les caractéristiques de décantation des solides biologiques
ne sont pas satisfaisantes ce qui est imputable à un déséquilibre d’ordre biologique
dans la communauté des microorganismes présentes dans le liquide mixte.

II-1. Les matières en suspension M.E.S

L’élimination des matières en suspension présentes dans le milieu liquide est


réalisée par sédimentation, en utilisant uniquement les forces de gravité. D’après les
résultats de la décantation (tableau III-5) les teneurs en matières en suspension (MES)
mesurées dans les bassins est de 20 mg/l pour un pH de 6,6 et température de 23°C.
L’augmentation des MES engendrés par la charge carbonique élevée, l’absence du
phosphore dans les MES évite toute adsorption physique par des liaisons vanderwals
ou chimique par un échange de ligand OH¯ avec les complexes du phosphore avec
les MES. Le suivi des teneurs en MES laisse apparaître une évolution saisonnière
marquée par une diminution des teneurs en hiver et au printemps et une élévation
des valeurs en été (Suivi de laboratoire du complexe GP1/Z).
II-2. Les matières organiques M.O

Les matières organiques sont soumises tout d’abord à l’action des enzymes. Il
est basé sur un cycle biologique, où les bactéries assurent l’élimination des matières
organiques en présence d’O2 fourni par les soufflantes d’aération, les micro-
organismes, en particulier les bactéries sont nourris par les matières organiques et
éliminent les polluants par différents processus (Absorption des particules sur les
floques bactériens, Conversion en matière cellulaire: croissance bactérienne et des
microorganismes associés ou par oxydation en CO2 et H2O qui produit l’énergie
nécessaire au fonctionnement et à la croissance bactérienne). Les valeurs de la teneur
en matières organiques oxydables (DBO) à la sortie de la station est inférieur de 40
mg/l, d’après les analyses de la détermination des matières organiques on à
concluent que la désoxygénation brutale liée avec la décomposition des matières
organiques, cette évolution de dépollution est vraisemblablement attribuable d’une
part à l’oxydation des matières organiques dans les eaux sanitaires.

Nos résultats mettent en évidence une chute des teneurs en matières


organiques contenues dans la station, cette décroissance des teneurs est liée aux
phénomènes de décantation et à la dégradation de la matière organique oxydable par
les micro-organismes.
II-3. Les matières minérales M.M

Les matières minérales des eaux sanitaires sont constituées essentiellement de


chlorures, sulfates, bicarbonates, potassium, sodium et ammonium. Les micro-
organismes ne peuvent vivre qu’en présence d’oxygène, soit moléculaire, soit
exceptionnellement incorporé à des éléments minéraux (cas du nitrate), ces germes
sont capables de garantir la transformation de la matière organique dissoute en
matière minérale (nutriments et gaz). Alors d’après ces résultats on distingue deux
types de matières décantables (les particules grenues qui conservent les mêmes
dimensions au cours de leur chute et les particules coalescentes qui s’agglomèrent
pendant la sédimentation). Ces particules décantent selon deux mécanismes
différents suivant des conditions : décantation diffuse lorsque la concentration en
M.E.S est faible et décantation en piston lorsque la concentration en M.E.S est élevée.
II-4. Courbe de KYNCH de décantation

D’après la théorie de KYNCH [figure III-3] le début de chute correspond à la


durée initiale de floculation et est souvent inexistant si la floculation. Essentiellement
on à deux parties de l’application, c’est le domaine entre [5 à 15 minutes] où les flocs
commencent à se rassembler en flocons et où la vitesse de décantation est constante,
et le domaine entre [15 à 50 minutes] des actions perturbatrices entre les flocons et les
particules qui la vitesse de chute d’une particule dépend uniquement de la
concentration locale en particules. Après 50 minutes c’est la zone de compression, les
éléments solides isolés et les flocons sont en contact.
III-Interprétation des Résultats de Dimensionnement de la Station

Toute pollution en milieu aqueux peut se caractériser par trois données (débit,
paramètres et concentration ou flux) Sur le plan réglementaire, les paramètres
imposés pour le contrôle du rejet dépendent du type d'eaux (eaux urbaines, eaux
industrielles). Les compagnes des mesures effectuées sur des échantillons prélevés en
continu de façon que les volumes de prises soient proportionnels aux débits
instantanés de l’effluent avec constitution d’un échantillon moyen conservé. Ces
compagnes de mesure permettront en outre de vérifier la cohérence des rapports
entre eux : DCO/DBO5 , MES/DBO5 , DBO5/NTK , N-NH4/NTK , DCO/Pt et MES/MVS

Tableau № IV-2. Caractéristiques moyennes des eaux sanitaires en Complexe GP1/Z

Paramètres Echelle de variation Fraction décantable


pH 6 – 8,5 -
Température 20 – 30 °C -
DCO 300 – 500 mg/ℓ 55 – 70 %
DBO5 200 – 300 mg/ℓ 80 – 85 %
MES 200 – 300 mg/ℓ 80 – 87 %
Remarque : La fraction décantable calculée d’après les résultats des analyses dans les
tableaux III-1 & III-2.
III-1. Critères pour le choix d’une filière de traitement [15]

Liste des critères qui devraient intervenir dans le choix de la filière de traitement

* Niveau de traitement requis (rendement, concentration….)

* Cout d’investissement et d’exploitation

* Variation saisonnière de la charge polluante

* Capacité de l’installation et surface au sol disponible

* Destination des boues et contraintes environnementales

* Fiabilité de la filière (sensibilité du milieu et traitement tertiaire)

III-2. Règles générale & Hypothèses de dimensionnement [15]

Le prétraitement, clarificateur, réacteur biologique et le traitement des boues


sont dimensionnés pour la situation future avec le clarificateur sera toujours
dimensionné sur le débit maximum biologique (admis sur le réacteur biologique) et
non sur le débit de pointe horaire. En règle générale, la dénitrification endogène dans
le cas d’un effluent urbain standard (par phase d’anoxie sur le bassin d’aération) sera
préférée à la dénitrification par zone d’anoxie séparée. L’effluent d’entrée est
homogène en concentration ainsi que la variation des flux de pollution que se fait
proportionnellement au débit. Dans le cas général le rendement à atteindre associés à
un niveau de rejet seront déterminés en fonction de l’objectif de qualité du milieu
récepteur.

III-3. Les points-clés du dimensionnement

A l’arrivée d’une station de traitement des eaux usées, on est contraint


d’installer une armoire (control le temps et les séquences automatique) et assurer un
écoulement gravitaire sur l’ensemble des ouvrages, et cela jusqu’au point de rejet.

Tableau № IV-3. Résultats des calculs de dimensionnement des paramètres

Paramètres Valeurs Obtenues


débit de pointe QP 9,9 ℓ/s = 35,66 m3/h = 856 m3/J
pertes de charge de dégrilleur ΔH 2,045 mmH2O
Bassin Biologique
Temps de Séjour Hydraulique θ 0,76J = 18h
Volume du Bassin V 225 m3
Taux de Croissance µm 1 J-1
Temps de Résidence Minimum θcM 1,06 J
Temps de Résidence Design θcd 21,2 J
Bassin de Décantation
Concentration des Matières Décantables Ci 2 g/ℓ
Surface Unitaire Su 14,28 m2.h/Kg
Surface de Décanteur A 35,7 m2
Volume de Décanteur V 125 m3
Charge Massique Cm 0,07 Kg/h.m2
Charge Hydraulique Ch 0,35 m3/h.m2
Indice de MOHLMAN I 65,4 ml/g
III-3.1. Le débit de pointe QP

C’est le débit maximum pomper vers la station d’épuration, une vérification


sera nécessaire en calculant les vitesses obtenues avec les différents régimes
hydrauliques journaliers, pour d’une part éviter de déposer du sable pour les petits
débits et arriver sur le dégrilleur trop vite pour les débits maximum. Alors le débit
obtenu (856 m3/J) est sur dimensionné par apport à le débit donné, si le débit
maximum de recirculation est supérieur à cette valeur, il est nécessaire de passer à
deux clarificateurs.

III-3.2. Pertes de charge de dégrilleur

La vitesse au travers du dégrillage doit être comprise entre 0,3 et 0,6 m/s, pour
le dimensionnement on prendra une vitesse de 0,6 m/s. On utilise l’équation de
Kirschmer pour suivi l’évolution des pertes de charge par frottement en m dans les
conduites pleines. Pour un dégrilleur idéal il faut prise en compte la qualité et la
quantité de l’eau à traiter, vitesse de filtration et le mode de lavage des dégrilleur. La
perte de charge maximale admissible ne soit pas atteinte trop rapidement pour
rendre l’opération économiquement rentable, la perte de charge est indépendante de
la rugosité (ε) en écoulement laminaire et intermédiaire. Les pertes de charge de
notre dégrilleur est 2,045 mmH2O, la durée de fonctionnement d’une grille est
d’environ de 3 à 4 heures par jour et il est souhaitable de prévoir un by-pass de la
grille, équipé d’une grille manuelle de secours, en cas de réparation de la grille
principale.
III-3.3 Bassin Biologique

III-3.3.a. Temps de Séjour Hydraulique

C’est la durée théorique pendant laquelle un fluide séjourne dans une unité ou
un système donné, la valeur maximum de ce temps d’après les caractéristiques de
notre STEP est de 24 heures. Alors avec une faible charge entrante constatée, il
faudrait travailler à de très faibles concentrations dans les bassins ou utiliser un taux
de recirculation supérieur, c’est-à-dire parmi les causes qui augmente le temps de
séjour le taux de recirculation de clarificateur et la masse filtrée pendant le pré
traitement.
III-3.3.b. Volume du Bassin

Le volume du bassin biologique est presque égale au volume de bassin


nécessaire diminué du volume de la zone anoxie, ce volume est fixé de façon à
satisfaire trois contraintes (l’une portant sur la charge massique, l’autre sur la charge
volumique et la dernière sur l’âge des boues). Le besoin en oxygène se compose de la
quantité d’oxygène à fournir pour éliminer la pollution carbonée plus quantité
d’oxygène à fournir pour éliminer la pollution azotée. Et d’après le tableau VI-3 on a
le volume de ce bassin qui est de 225 m3, c’est-à-dire il est abordable pour cette
station dans le but de maintenir une activité biologique optimale.
III-3.4. Bassin de décantation
Ouvrage dans lequel les boues activées, ou les boues de cultures fixées sont
séparées des eaux épurées pour des boues activées ou des cultures fixées.

III-3.4.a. Concentration des Matières Décantables

L’application de la théorie de KYNCH détermine la concentration d’interface


(concentration des matières décantables) puis la vitesse de déplacement de
l’interface, la vitesse de chute d’une particule dépend uniquement de la
concentration en particules. Le fonctionnement idéal d’un décanteur parfait est
perturbé par plusieurs facteurs : Le régime d’écoulement est rarement laminaire,
l’existence d’une inertie à l’entrée et à la sortie du décanteur et la différence de
densité de l’eau partiellement décantée et celle de l’eau brute.

III-3.4.b. Surface Unitaire

L’unité de cette surface est en m2.h/Kg, et définie en fonction de la charge


massique appliquée en traitement ou d’un volume des boues ou d’une charge
volumique de boue. Le temps unitaire est obtenu à partir de la courbe de
sédimentation des boues, ce temps correspond à l’intersection de la droite
d’ordonnée Hi joignant la tangente à la courbe. Etant donné, qu’il s’agit de
dimensionner un décanteur rectangulaire afin de provoquer le tassement de la boue
sur le seul poids de la masse solide. Dans ce cas la valeur de la surface unitaire est de
14,28 m2.h/Kg cela dépend de la vitesse de chute des particules ou vitesse de Hazen
(charge hydraulique) et dépend de la concentration local en particules (courbe de
Kynch).

III-3.4.c. Surface & Volume

Les dimensions du bassin doivent être calculées de façon que la charge


hydraulique superficielle Q/S soit égale à la vitesse de chute Vs préalablement
choisie. D’après les valeurs obtenues on constate qu’un tel décanteur est plus efficace
qu’un décanteur à fond horizontal, parce qu’il peut accepter une charge hydraulique
superficielle plus importante.
III-3.4.d. Charge Massique

La diminution de la charge massique selon le fonctionnement du système de


traitement primaire en tête de station. Si la surcharge organique est très importante
(traitement en forte charge massique) et la croissance dispersée des bactéries les
boues faiblement agglomérées et la teneur des MES en sortie anormalement élevée.
Parmi les solutions il faut découvrir la source de surcharge, augmenter l'aération en
cas de surcharges temporaire (variations saisonnière) ou ajouter en dernier recours
un agent floculant pour améliorer la décantabilité. Mais d’après le résultat de la
charge massique obtenue [Cm = 0,07 Kg/h.m2] notre STEP est fonctionne dans les
normes, sauf dans le cas ou quelques équipements est à l’arrêt (dysfonctionnement).
La valeur maximum de cette charge est < 0,12 Kg/h.m2, donc le classement des
procédés de traitement biologique est selon la gamme de charge massique comme
suit ;
Tableau № IV-4. Classement des procédés de traitement selon la charge massique

Charge massique Classement du procédé (symbole)


Cm < à 0,1 Aération prolongée (A.P)
0,1 < Cm < 0,2 Faible charge (F.C)
0,2 < Cm < 0,5 Moyenne charge (M.C)
Cm > 0,5 Forte charge (F.C)
III-3.4.e. Charge spécifique

La charge spécifique ou la charge Hydraulique (en m3/h. m2) est à calculer


pour le débit de pointe et pour le débit maximum, et pour un débit de pointe on
prend une charge maximale de l’ordre de 50 m/h (soit m3/h. m2), avec cette charge les
particules de diamètre supérieur à 200 µm sont retenues à 90 %. C’est pour ca la
valeur obtenue dans notre cas [0,35m3/h. m2] montrée que on à la possibilité de
augmenter la vitesse de chute des particules qui est dépendante de la concentration
locale en particules (Théorie de KYNCH).

III-3.4.f. Indice de MOHLMAN

Est défini après décantation pendant 30 minutes d’un litre de boue et exprimé
en ml/g, il caractérise ainsi la capacité d’une boue à la décantation. D’après le tableau
III-12 le volume de boue décantée pendant trente minutes est de 386 cm3 on calculant
l’indice de MOHLMAN qui égale 65,4 ml/g c’est-à-dire on à une bonne décantation.
Pour les constructeurs, les garanties peuvent être données en reliant l'indice de
MOHLMAN à la concentration des boues. Cet indice peut être estimé selon la charge
massique du réacteur, à partir de cet indice on déduit une vitesse ascensionnelle
correspondant à un rejet donné.
IV-Coagulation-Floculation
La coagulation a pour objectif d'amorcer l'agrégation des particules colloïdales
qui présentent un comportement très stable en solution, l'adjonction du coagulant
produit dans un premier temps un ensemble de réactions complexes d'hydrolyse,
d'ionisation et également de polymérisation. Il apparaît que l'action de coagulation se
produit d'autant mieux que les cations présentent une forte valence, ainsi Fe3+ est dix
fois plus efficace que Fe2+ (Théorie de Schulze Hardy). L'efficacité des réactifs est
conditionnée par la zone de pH, ainsi, chlorure ferrique et sulfate d'alumine sont
injectés respectivement entre pH 6 et 7,4 et pH 5,5 et 7,4, le sulfate ferreux étant
employé au tour de pH 8,7 à 9,5. L'utilisation de ces sels d'acides forts a pour effet
une montée du pH (la formation d'hydroxydes est associée à la libération d'un
proton), ce qui implique souvent le recours à des produits tampons pour contrôler le
pH, tels que la soude ou la chaux.
* La coagulation est la déstabilisation des particules colloïdales par addition d'un
réactif chimique, le coagulant.
* La floculation est l'agglomération de ces particules "déchargées" en microfloc, puis
en flocons volumineux et décantables.
Les temps nécessaires pour les réactions de coagulation et de floculation sont
des paramètres essentiels. La cinétique est influencée par la nature du milieu, la
température, la concentration en colloïdes, la présence d'inhibiteurs. Pour la
production de boue la formation d'hydroxyde métallique entraîne la production d'un
volume de boue important. Ces boues sont à éliminer dans le processus de
séparation liquide – solide ultérieur.
D’après les essais coagulation-floculation par jar-tests au niveau de laboratoire
de chimie des eaux université de l’USTO-MB en détermine les points suivants : choix
du coagulant spécifique, pH optimal de la réaction, dosage optimal du coagulant,
détermination de la vitesse d'agitation et du temps de contact, choix du floculant,
dosage du floculant, temps de contact. Parmi les résultats obtenues dans le chapitre
III on à les valeurs pH optimal de coagulation-floculation.
Tableau № IV-5. pH Optimal Coagulation-Floculation

La formule Al(OH)3 Fe(OH)3


pH Optimal du 5,8 → 7,5 5,5 → 8,3
Coagulation-Floculation
On prend les doses optimales des coagulants d’après les tableaux III-16, III-18 et III-
20.

Tableau № IV-6. Les doses optimales de coagulation-floculation (Analyses


laboratoire chimie des eaux USTO-MB)

Coagulant FeCl3 AlCl3 Al2(SO4)3


Dose (g/ℓ) 2,5 3,0 0,7
IV-1. Evaluation du temps et dose optimale des Coagulants

Les essais de jar-test ont été réalisés sur un dispositif à 6 agitateurs. Au cours
de notre étude, les solutions enrichies en composés organiques et en coagulant sont
soumises pendant 3 min à une agitation rapide de 250 tr/min. La vitesse est par la
suite réduite à 50 tr/min pour une durée d’une demi-heure. Après une décantation de
30 minutes, le surnageant est récupéré pour être filtré sur papier filtre de porosité
0,11 mm, le filtrat est ensuite dosé par analyse au turbidimètre.
IV-1.1. Coagulation-floculation par FeCl3.6H2O plus Ca(OH)2

D’après les cônes de notre test par le chlorure ferrique les résultats obtenus
confirment les données concernant l’élimination de molécules organiques pour des
pH se situant globalement entre 5 et 8 selon la charge du composé ainsi que la nature
du coagulant chlorure ferrique. Alors pour une dose de 2,5 g/ℓ on a diminué la
turbidité jusqu’à 135 NTU, pour éliminer au maximum la turbidité déterminée en
traçant les turbidités en fonction des doses des réactifs (figure IV-1). Nous avons
aussi observés qu’à des pH basiques supérieurs à 7, les rendements d’élimination des
composés organiques décroissent, ceci peut s’expliquer par une complexation des
hydroxydes OH- du milieu avec le fer, les anions minéraux tels que les chlorures, les
sulfates peuvent être considérés comme des ligands concurrents des ions hydroxyles.

2 FeCl3 + 3 Ca(OH)2 = 2 Fe(OH)3 + 6 Cl- + 3 Ca2+

D’après les résultats des doses en traitement des eaux résiduaires (tableau№ III-16), il
faut 500 à 2000 g.m-3 de chaux pour 500 à 3000 g.m-3 de chlorure ferrique commercial
solide, parfois cristallisé.

Turbidité en fonction Dose


1000
Turbidité NTU

800
600
400
200
0
2,5 3 3,5 4

Dose FeCl₃ g/ℓ

Figure№ IV-01 : Graphe de l’élimination de la turbidité par FeCl3

Hauteur en fonction Temps


40
Hauteurs (cm)

30
20
10
0
0 20 40 60 80

Temps (mn)

Figure№ IV-02 : Courbe de Kynch décantation


IV-1.2. Coagulation-floculation par AlCl3.6H2O plus Ca(OH)2

Les expériences Jar-test par le chlorure d’aluminium plus la chaux a montré


que les valeurs du cône № 03 (tableau III-19) est compatible avec la dose du réactif et
la zone du pH qui est comprise entre 6 et 7,5 pour diminuer la plupart des espèces
vivantes, l’effet du pH sur l’ensemble de l’activité cellulaire est très important. Par
contre les cônes 01 et 02 on a la déstabilisation des particules colloïdales mais il n’y a
pas d’agglomération de particules déchargées en microfloc c.-à-d. pas de floculation
à cause de précipitation de la chaux dans le fond des cônes. Les figures № IV-3 et 4
donnent toutes les explications de la variation de décantation coagulation-floculation
à différentes doses. 2 AlCl3 + 3 Ca(OH)2 = 2 Al(OH)3 + 6 Cl- + 3 Ca2+

Brevet de Degrémont : pour obtenir un polymère d'aluminium plus performant, il est


nécessaire de le préparer sur place juste avant son utilisation.

Turbidité en fonction Dose


150
Turbidité NTU

100
50
0
2 2,5 3

Doses AlCl₃ (g/ℓ)

Figure№ IV-03 : Graphe de l’élimination de la turbidité par AlCl3.6H2O

Hauteur en fonction Temps


40
30
Hauteur (cm)

20
10
0
0 10 20 30 40 50 60

Temps (mn)

Figure№ IV-04 : Courbe de Kynch décantation

La décantation par le chlorure d’aluminium montrée qu’il est un produit


efficace mais dont l'emploi est réservé à des cas particuliers. Dans les gammes
optimales de pH les formes dissoutes Al3+ sont quasi-inexistantes, alors on minimise
le risque sanitaire par contamination de l'eau par les cations d’aluminiumAl3+.
IV-1.3. Coagulation par Al2(SO4)3.18H2O plus Ca(OH)2

La mise en solution de sulfate d’aluminium se déroule en deux étapes ;


Al2(SO4)3 1ere étape Alx(OH)y(SO4)z 2eme étape Al(OH)3
L'étape 1 est une phase d'hydrolyse et l'étape 2 permet la formation du précipité
d'Al(OH)3, cette réaction dépend de l'agitation du milieu. Ce précipité est l'élément
qui assure la coalescence des colloïdes déstabilisés c'est la forme floculant. Pour la
dose, d’après le tableau III-20 il faut en chaux Ca(OH)2 environ 50 % de la dose de
sulfate d’aluminium commercial Al2(SO4)3, 18 H2O forme liquide ou solide.
Al2(SO4)3 + 3 Ca(OH)2 = 2 Al(OH)3 + 3 Ca2+ + 3 SO42-

Hauteur en fonction Temps


40
Hauteur (cm)

30
20
10
0
0 10 20 30 40 50 60

Temps (mn)

Figure№ IV-05 : Courbe de Kynch décantation

IV-1.4. Coagulation des eaux brutes par la chaux

Il convient de signaler que la chaux peut être utilisée sur les boues liquides, la
précipitation par la chaux nécessite l'ajout d'un floculant, elle est réalisée à des pH
élevés (pH > 9); une dose de la chaux excessive entraîne une augmentation du coût
d’exploitation, tandis qu’un dosage insuffisant conduit à une qualité de l’eau traitée
insuffisante. Dans une certaine plage de turbidité, l’augmentation de la concentration
en particules doit être suivie d’une augmentation de la dose de coagulant. Quand la
turbidité de l’eau est trop faible, on peut augmenter la concentration en particules
par addition de la chaux. D’après les résultats [tableau III-22] nous remarquons que
la chaux donne un très bon rendement d’élimination de la pollution avec une dose
efficace de 0,3 g/ℓ.
Parmi les effets de la chaux on à la précipitation des métaux sous forme
d’hydroxyde, ou d’hydroxycarbonate ;
Elimination de la dureté temporaire :
Précipité de carbonate de calcium

Ca(OH)2 + Ca (HCO3)2 = 2 CaCO3 + 2 H2 O


Précipité d’hydroxyde de magnésium

2 Ca(OH)2 + Mg(HCO3)2 = 2 CaCO3 + Mg(OH)2 + 2 H2O


Déphosphatation

2 H3PO4 + Ca(OH)2 = Ca(H2PO4)2 + 2 H2O

Ca(H2PO4)2 + 2 Ca(OH)2 = Ca3(PO4)2 + 4 H2O

Turbidité & Conductivité en fonction de Concentration


Turb NTU & Cond µs/cm

3500
3000
2500
2000
1500 Turbidité NTU
1000 Conductivité (µs/cm)
500
0
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1 1,2

Concentrations (g/ℓ)

Figure№ IV-06 : Variation de turbidité et conductivité en fonction de la concentration

IV-2. Influence du pH optimal sur la coagulation-floculation

En général, il est souhaitable de commencer par un essai à différent pH (entre


pH 5,5 et 7,5 pour Al et pH 4,5 et 8 pour Fe) à dose constante de coagulant. Cette
phase de l’étude a pour but d’apprécier l’influence du pH sur l’élimination de
composés organiques. Les flocs sont des précipités d'hydroxydes de métaux, leur
formation et leur stabilité dépendent donc du pH. Le fonctionnement dans un pH
optimal du chlorure ferrique évite la pollution colorée par (Fe3+) et la corrosion du
réseau, du fait de l'existence de ferrobactéries et de phénomènes d'oxydoréduction.
La perte d'alcalinité (consommation de HCO3-) se traduit par une chute de pH,
et cette acidification peut donc perturber la formation du précipité d'hydroxyde et il
est parfois nécessaire d'ajouter de la soude, de la chaux ou du calcaire pour rester
dans la zone de pH optimal.
CONCLUSION
Les facteurs qui peuvent améliorer la coagulation-floculation sont le gradient
de vitesse, le temps et le pH, par ce que c’est important pour augmenter la
probabilité de chocs entre les particules. L'efficacité de ces coagulants est directement
liée à la valence des cations utilisés. La difficulté principale est de déterminer la
quantité optimale de réactif à injecter en fonction des caractéristiques de l’eau brute,
pour ce problème on a proposé l’installation d’un analyseur on ligne au laboratoire, à
l’aide d’un essai expérimental appelé « Jar-test » ; pour déterminer le taux de
coagulant tous les jours.
La coagulation : la température de l’eau joue un rôle déterminant dans le choix
du coagulant, le chlorure ferrique et le chlorure d’aluminium étant plus adaptés aux
eaux froides que le sulfate d’alumine. Le pH optimum de coagulation correspondant
à la solubilité minimum de l’hydroxyde d’aluminium, augmente quand la
température diminue par exemple 6,3 à 25°C et 6,8 à 4°C. Une température basse
augmente la viscosité de l’eau, ralentie la coagulation et la décantation du floc, et diminue la
plage optimale du pH.
La floculation : le temps de séjour de l’eau dans les bassins de floculation
dépend de sa température. Plus celle-ci sera élevée, moins le temps de floculation
sera long. Le gradient de vitesse est l’un des paramètres agissant sur la probabilité de
rencontre des particules dans le processus de floculation. Il dépend de la viscosité
dynamique de l’eau et donc de sa température.
V- La décantation des boues
Les boues biologiques sont un sous-produit inévitable du traitement des eaux
usées. Elles sont la conséquence d’un transfert partiel de polluants initialement sous
forme dissoute ou particulaire organique et minérale en boues. Ces boues se
présentent sous forme d’agrégats ou de flocs de tailles réduites (autour de 100 µm).
Cet état physique résulte de la transformation de molécules organiques en bactéries
et en polymères. Ces boues constituent donc un gisement de carbone et/ou d’énergie.
Industriellement, une des voies de valorisation les plus exploitées est la digestion
anaérobie de ces boues qui conduit à une transformation du carbone organique en
méthane. Le tableau ci-après présente les paramètres de décantation des boues.

Variation de la décantabilité & la charge des boues


800
700
Paramètres

600
500
400
300 Cond (µs/cm)
200
100 MESBA (g)
0 Volume Boues (ml)
Im (ml/g)

Temps (jours)

Figure№ IV-07 : Décantabilité des Boues Activées en fonction du temps


V-1. La conductivité
Les valeurs de la conductivité électrique enregistrées au cours du suivi
montrent des fluctuations très élevées, les valeurs les plus fortes sont observées dans
le tableau (III-24) entre 370 à 690 µS.cm-1, les fortes valeurs de conductivités à cause
des teneurs fortes en ions chlorures produits pendant la coagulation-floculation, ce
qui entraîne un maximum de contact entre l'eau et les coagulants. D'après nos
résultats on constate que la conductivité est plus élevée pour les jours [15, 16 et
19/07/2011], cette forte conductivité se traduit par des teneurs élevées en Cl-, en
HCO3¯ et en cations majeurs, l’analyse au niveau de laboratoire montre que la
conductivité électrique des eaux sanitaires est influencée par tous les éléments
majeurs.
V-2. Les matières en suspension MES
La décroissance des concentrations en MES dans les bassins est très nette et
liée à l'augmentation de l'activité photosynthétique. La présence du phosphore
[tableau II-04] dans les MES criée une adsorption physique par des liaisons
Vanderwals ou chimique par un échange de ligand avec les complexes
hydrométalliques du phosphore avec les MES. L’étude de l’évolution du taux des
MES (tableau III-24) met en évidence des abattements qui varient de 50 à 70 % avec
un maximum d’abattement enregistré [19/07/2011] est (2,28 g/ℓ), cependant on
constate que les étapes coagulation et floculation ont éliminés une grande partie des
MES provenant des eaux brutes ainsi que les MES engendrées par l’activité
photosynthétique.
V-3. Volume et Indice des Boues

Dans le procédé par boues activées, une grande partie des boues sédimentées
(≈ 97%) retourne en tète du bassin d’aération de façon à y maintenir une
concentration en biomasse stable et suffisante. Le reste (≈ 3%) sera extrait (boues en
excès) et traité spécifiquement par la suite avec les boues produites dans l’étape du
traitement primaire (traitement des boues). L’indice de Molhman défini après
décantation pendant 30 minutes d’un litre de boue et exprimé en ml/g. Il caractérise
ainsi la capacité d’une boue à la décantation. On estime que pour un indice de 150
ml/g la boue aura une bonne aptitude à la décantation.

Malgré l’influence sur la capacité des boues à décanter engendré par le dosage
en FeCl3, la décantation des boues sur la STEP ne semble pas très performante. En
effet, de 15/07/2011 à 24/07/2011, l’Im a fluctué entre 70 et 290 ml/g avec une valeur
moyenne à 137,5 ml/g alors que pour une station très faible charge comme la notre,
on devrait se situer aux alentours de 100 ml/g. Cette mauvaise aptitude de la boue à
la décantation pourrait bien être due aux variations de la charge sur la station. Pour
améliorer encore l’efficacité des coagulants, le point d’injection initialement placé à
l’entrée sur la conduite d’alimentation en boue. Si on a une mauvaise décantabilité
des boues malgré une bonne épuration et une eau traitée claire il faut augmenter la
recirculation et l’aération et neutraliser les effluents.
Figure№ IV-08 : Photographie microscopique d’un floc de boue activée.

CONCLUSION

Des solutions proposées pour résoudre les problèmes de la décantation ;

* Faible concentration du liquide mixte : pour augmentant la concentration on peut


réduire le volume du réacteur ou mettre hors service ou plusieurs bassins d’aération.
* Forte concentration en substrat soluble et faible concentration des MES dans le
liquide mixte (< 1000 mg/ℓ) : il faut réduire le volume du bassin d’aération parce que
dans cette zone de contact le mélange est parfaitement homogène

* pH élevé à l’affluent : il suffit d’installer les équipements qui permettent d’ajuster le


pH des eaux usées, ou il est plus économique d’ajouter du chlore dans la conduite de
recirculation des boues.

* pH faible à l’affluent : si le pH est faible en permanence ou si les baisses de pH sont


prévisibles, on ajoute de la chaux à l’affluent.

* Nitrification : lorsque les baisses de pH dues à une nitrification sont fréquentes, il


faut tamponner les eaux, c’est-à-dire augmenter leur alcalinité.

* Déficience en azote et phosphore : le traitement par boues activées d’un affluent


dont les concentrations en azote et en phosphore sont faibles est plus efficace lorsque
l’âge des boues est élevé. Pour éviter si les concentrations d’éléments nutritifs sont
suffisantes, on mesure les concentrations d’azote inorganique soluble et
d’orthophosphates soluble dans l’effluent du réacteur secondaire. La concentration
d’azote inorganique soluble doit toujours être supérieure à 0,2 mg/ℓ et celle des
orthophosphates soluble doit être d’environ 0,2 mg/ℓ (PO4-3) (JENKINS et al., 1986 et
RICHARD et al., 1985). Le rapport optimal entre les concentrations de carbone, d’azote
et de phosphore (DBO5/N/P) est de (100/5/1), si après analyse des eaux, on constate
une déficience en azote, on peut ajouter de l’azote dans l’affluent jusqu’à ce qu’il y en
ait une faible quantité résiduelle dans l’effluent du décanteur secondaire.
* Soulèvement du voile de boue : lorsqu’il y a dénitrification dans le décanteur
secondaire, le soulèvement du voile de boue est d’autant plus important que ce
dernier est compact et épais. Lorsque la nitrification n’est pas nécessaire, on l’évite de
préférence en réduisant le temps de rétention hydraulique dans les bassins
d’aération.

* D’après les études et les essais en laboratoire (JONES, 1964. YASUDA, 1976. SEZGIN,
1978. PIPES, 1979. SHIMIZU, 1980. WAGNER, 1984. CHUDOBA, 1985. BLANCHARD,
1987), on a remarqué une augmentation du nombre d’organismes (bactéries) avec un
affluent dont la valeur du pH variait de 6 à 9, en deçà de cette plage de pH, une
mauvaise décantation est plutôt imputable à des champignons. Lorsque la valeur du
pH de l’affluent atteint 9, la croissance de bactéries est favorisée, et dans les cas au
l’alcalinité et le pH sont faibles (alcalinité ≤ 100 mg/ℓ CaCO3 et pH ≤ 6,5), il y a
développement de champignons. Si la concentration du liquide mixte est faible et
l’âge des boues élevé il y a défloculation des boues [16].

* Le traitement des eaux usées produit des volumes importants de boues, pour
minimiser ces volumes, une solution par centrifugation assure leur déshydratation
maximum. Le tableau ci-après présente les avantages et les inconvénients des
différentes techniques de déshydratation :
Tableau № IV-7. Les procédés de déshydratation des boues et leur Avantages et
Inconvénients

Procédés Avantages Inconvénients


Centrifugeuses Fonctionnement continu, Maintenance & entretien
Automatisation facile, spécialisés, Nuisances sonores
Equipement compact, Consommation électrique
élevée
Filtres à bandes Fonctionnement continu, Siccité réduite,
Equipement ca potable, Consommation élevée d'eaux
Simplicité & facilité de lavage,
d'exploitation, Surveillance nécessaire,
Coût d'investissement modéré
Filtres presses Siccité élevée, Fonctionnement discontinu,
Bonne texture des boues, Equipement lourd,
Automatisation facile Surveillance nécessaire, coût
d'investissement élevé
Lits de séchage Siccité élevée, Sensibilité aux variations
Facilités d'exploitation, climatiques,
Coût d'investissement faible Coût d'exploitation élevé
Surface nécessaire importante
VI- La décantation par l’injection de Aquatreat 912

Le pourcentage d’abattement de composés organiques est évalué par le rendement


qui s’exprime par : R% = [(C0 – Cf)/C0].100
Tableau № IV-8. Effet de coagulant-floculant Aquatreat 912, la dose 05 ml

pH Coagulation C0 (mg/ℓ) Cf (mg/ℓ) R (%)


pH = 4,0 140 113 19,0
pH = 5,0 144 84 41,5
pH = 6,0 138 36 74,0
pH = 7,0 130 41 68,5
pH = 8,0 136 79 42,0
Tableau № IV-9. Effet de coagulant-floculant Aquatreat 912, la dose 10 ml

pH Coagulation C0 (mg/ℓ) Cf (mg/ℓ) R (%)


pH = 4,0 136 84 38,0
pH = 5,0 134 77 42,5
pH = 6,0 136,5 53 61,0
pH = 7,0 127 61 52,0
pH = 8,0 131 95 27,5

Au cours de cette étape de l’étude, les essais de coagulation-floculation sont conduits


sur des solutions naturelles contenant une concentration constante de composés
organiques, et des doses croissantes d’Aquatreat 912 sont introduites dans les
différentes solutions, le tableau IV-8 et IV-9 présente les résultats obtenus. Le pH du
milieu influé donc directement sur la dissociation des composés organiques. Cela
revient à discuter ce paramètre pour bien comprendre les mécanismes mis en jeu au
cours de l’élimination des ces composés testés. Les doses d’Aquatreat 912 introduites
sont de 5 ml/l pour la première expérience et de 10 ml/l pour la deuxième.
L’ajustement du pH (globalement de 4 à 8) a été réalisé durant la phase rapide de
l’agitation, et effectué grâce à des solutions de HCl et de NaOH (1N). Nous
présentons, sur les figures IV-09 et 10, l’évolution des rendements d’élimination des
composées organiques en fonction du pH initial des solutions, le rendement maximal
obtenu pour la dose 5 ml/l est de 74,0% et pour 10 ml/l on a 61,0%. D’une façon
générale, les composés organiques testés semblent mieux éliminés dans une gamme
de pH acide avec un optimum pour pH= 6.
80

Rendement (%)
60

40

20

0
1 2 3 4 5
pH Coagulation-Floculation

Figure№ IV-09 : Le pourcentage d’abattement de composés organiques par le

Aquatreat 912, Dose = 5,0 ml

70
60
Rendement (%)

50
40
30
20
10
0
0 1 2 3 4 5 6
pH Coagulation-Floculation
Figure№ IV-10 : Le pourcentage d’abattement de composés organiques par le

Aquatreat 912, Dose = 10 ml

Concernant l’élimination de molécules organiques pour des pH se situant


globalement entre 5 et 7 selon la structure du composé ainsi que la nature du
coagulant (sulfate ferrique ou d’aluminium, chlorure ferrique et Aquatreat), et selon
la composition chimique des eaux traitées.
Nous avons aussi observé qu’à des pH basiques supérieurs à 7, les rendements
d’élimination des composés organiques décroissent, ceci peut s’expliquer par une
complexation compétitive des OH- du milieu avec les métaux de l’Aquatreat comme
l’aluminium et le fer. La présence de quantités appréciables en calcium et en
magnésium constituant la dureté des eaux peut par ailleurs contribuer à
l’amélioration de l’élimination des composés organiques. Le mécanisme
prédominant dans ce cas est la complexation entre les ions Ca2+ ou Mg2+ et les espèces
hydrolysées de l’aluminium.
CONCLUSION GENERALE

La finalité du traitement des eaux résiduaire est essentiellement la protection du milieu


naturel, c'est-à-dire l’obtention d’une eau épurée qui satisfait aux normes de rejets édictés
par la législation, mais peut être aussi, dans le cadre des mesures nécessaire à une bonne
gestion de l’eau en milieu industriel, la réutilisation de l’eau traitée en particulier pour le
refroidissement et certains lavage.

En faite, les effluents du complexe GP1/Z peuvent constituer un risque de pollution


lorsqu’ils sont déversés sans traitement convenable dans le milieu naturel.

Nos analyses préliminaires que nous avons effectuées entre Laboratoire du complexe
GP1/Z et Laboratoire de chimie des eaux au niveau de l’Université USTO-MB montrent que la
DCO maximum ≈ 420 mg.L-1 avec les matières en suspension 266 mg.L-1 et pH ≈ 8,5. Après
l’application du procédé à boues activées sur cette eau usée et les résultats obtenues, on
remarque une nette amélioration dans la qualité des eaux usées traitées. Nos travaux de
thèse devisés on deux parties, la première partie c’est le processus essentiel de la décantation
des matières organiques en suspension sédimentables qui représentent 60% en moyenne de
la charge DCO, la deuxième partie est la coagulation-floculation pour les colloïdes, on a un
phénomène physico-chimique sur la surface des solides pour déstabiliser la suspension puis
l’agglomération où la coagulation maximale sera obtenue pour le point de potentiel Zêta nul.

Dans la partie de la décantation on a déterminé tous les paramètres physico-chimiques


M.E.S, M.M, M.O et la courbe de KYNCH qui montre les variations des hauteurs d’interfaces
en fonction du temps, pour trouver le temps de séjour de la boue à traiter. Les causes d’une
mauvaise décantation peuvent être d’ordre physique ou d’ordre biologique. Les causes
d’ordre physique sont principalement le choix ou l’utilisation inadéquate des équipements
du décanteur (primaire ou secondaire). Les causes d’ordre biologique sont plutôt le
déséquilibre de la flore microbienne qui se développe dans le liquide mixte, cette cause est
déterminée après le contrôle des paramètres physico-chimiques.

L’étude de l’indice des boues peut être estimée selon la charge massique du réacteur, à
partir de cet indice on déduit une vitesse ascensionnelle correspondant à un rejet donné,
alors on a une bonne décantabilité d’après le volume de boue décanté pendant trente
minutes. Si on a une mauvaise décantabilité des boues malgré une bonne épuration et une
eau traitée claire il faut augmenter la recirculation et l’aération et neutraliser les effluents.
Le dosage des eaux usées par les produits de coagulation-floculation a pour but de
rechercher la nature et les doses de réactifs qui permettent de traiter les effluents de la
station, d’après les essais de JAR-TEST réaliser au niveau de Laboratoire de chimie des eaux
permet de mettre en œuvre différent types de coagulants, qui agissent sous l’action d’une
forte agitation provoquant une succession de réaction d’hydrolyse des cations trivalents de
fer et d’aluminium à fin de neutraliser les charges négatives des colloïdes (dues
essentiellement au ions OH-) sous forme d’hydroxyde de fer ou d’aluminium, suivie d’une
lente agitation afin de provoquer le grossissement des flocs.

Pour la détermination de la concentration optimale on a évalué la quantité de coagulant


utilisée dans la méthode Jar Test, ce protocole a était fait par la variation croissante du réactif
mis en jeu à différentes concentrations. La concentration optimale nécessaire pour éliminer
au maximum la turbidité déterminée en traçant les turbidités en fonction des doses des
réactifs. Dans la plage de pH entre 5 et 7 le chlorure ferrique a une dose de 2,5 g/ℓ élimine au
maximum de la turbidité, mais à pH basiques supérieurs à 7, le rendement d’élimination des
composés organiques diminue a cause des ions d’hydroxyde produits pendant l’ajout du
chlorure ferrique. Selon les expériences réalisées après l’utilisation de chlorure d’aluminium
en présence de la chaux, on a constaté que le troisième cône est compatible avec la dose du
réactif (3 g/ℓ) dans une zone du pH comprise entre 6 et 7 pour diminuer le maximum
possible des matières organiques, par contre dans les cônes 01 et 02 la déstabilisation des
particules colloïdales n’a pas été totalement obtenu. Au cours de nos essais, nous avons
utilisés comme réactif le sulfate d'aluminium en poudre (Al2(SO4)3,18 H2O). Enfin, notons que
le pH peut lui-même être influencé par la température du milieu, ce qui aura un impact sur
la solubilité des formes de l'aluminium et la dissociation des substances organiques. Les
effets chimiques du sulfate d'aluminium en poudre Al2(SO4)3 expliqueraient la baisse de
rendement. Selon les données bibliographiques [01] les sels d'aluminium sont plus sensibles
aux variations de température que les sels ferriques. Alors les résultats obtenus confirment
les données de la littérature concernant l'élimination de composés organiques pour des pH
se situant globalement entre 5 et 7 selon la nature du coagulant.

L’AQUATREAT 912 est un polymère organique cationique à base de poly-imines, est utilisé
en même temps comme floculant et coagulant. Le rendement d'élimination des composés
organiques est efficace pour un pH = 6,5. Le mécanisme prédominant serait une
complexation entre les fonctions imines hydrolysées solubles de l’AQUATREAT 912 et
certains groupements organiques présents dans les charges organiques. Les teneurs de
l’AQUATREAT conditionnent les pourcentages d'élimination qui seront importants et lorsque
sa concentration initiale augmente.
Le processus de coagulation-floculation a fait apparaître divers mécanismes, souvent
complexes et dépendant fortement du pH de l'eau à traiter. En outre, les chercheurs
s'intéressent de plus en plus à optimiser cette étape pour un meilleur abattement des
polluants, notamment organiques. Certains ont portés leur choix sur l'amélioration des
performances des réactifs coagulants et adjuvants de floculation (coagulants pré hydroxylés
minéraux, polymères organiques,...), mais la plupart des travaux s'accordent à conclure que
l'optimisation et l'ajustement de paramètres physico-chimiques de l'eau ou du dosage du
coagulant peuvent conduire à une floculation et une élimination efficaces des matières
organiques.
Substance T °C pH Dose optimale/Rendement
FeCl3 21,5 8,1 2,5 g/ℓ + 1,705 de Ca(OH)2
AlCl3 24 7,6 3,0 g/ℓ + 2,49 de Ca(OH)2
Al2(SO4)3 23,7 6,5 0,7 g/ℓ + 0,457 de Ca(OH)2
AQUATREAT 912 à 05 ml - 6,0 74 %
AQUATREAT 912 à 10 ml - 6,0 61 %
Dans notre étude l’utilisation des coagulants-floculants [chlorure ferrique FeCl3, chlorure
d’aluminium AlCl3 et sulfate d’aluminium Al2(SO4)3] et ces produits individuelles en
présence de la chaux, qu’on a testé dans le système de traitement des eaux sanitaires de la
STEP du complexe GP1/Z et en comparaison avec le coagulant-floculant actuellement utilisé
Aquatreat 912, nous a permis l’utilisation de coagulant FeCl3 avec une dose de 2,5 g/ℓ est
meilleure que l’Aquatreat 912 et on propose en deuxième position le sulfate d’aluminium
Al2(SO4)3 à 0,7 g/ℓ.
Annexes

ANNEXE I : Tableaux…….………….[17]
ANNEXE II : Modes Opératoires…....[18]
ANNEXE III : Produits Chimiques…..[19]
ANNEXE IV : Photos…………...……..[20]
Annexe I : Tableaux
Tableau 1 - Normes des rejets des eaux industrielles du décret algérien

93-160 du 10/07/1993

Paramètres Unités Valeurs maximales


physico-chimiques

Température °C 30

pH - 5.5 à 8.5

MES mg/l 30

DBO5 mg/l 40

DCO mg/l 120

Azote Kjeldahl mg/l 40

Phosphates mg/l 2

Cyanures mg/l 0.1

Aluminium mg/l 5

Cadmium mg/l 0.2

Chrome 3+ mg/l 3

Chrome 6+ mg/l 0.1

Fer mg/l 5

Manganèse mg/l 1

Mercure mg/l 0.01

Nickel mg/l 5

Plomb mg/l 1

Cuivre mg/l 3

Zinc mg/l 5

Huiles et graisses mg/l 20

Hydrocarbures mg/l 20

Phénols mg/l 0,5

Solvants organiques mg/l 20

Chlore actif mg/l 1,0

PCB mg/l 0,001

Détergents mg/l 2

Tensio-actifs anioniques mg/l 10


Tableau 2 – Mode de conservation d’échantillons d’eaux résiduaires

(D’après ISO 5667/3-1994)

Paramètres Type de Conservation Temps max. Observations


récipient* de conserv.

Physico-chimiques

Température - - -
Mesure sur place de préférence
Conductivité P ou V 2 à 5 °C Mesure sur place de préférence

pH P ou V - Mesure sur place de préférence

Oxygène dissous P ou V Néant

ou fixer sur place, 4 jours


obscurité

Turbidité P ou V 24 heures Mesure sur place de préférence

Couleur 2 à 5°C, obscurité 24 heures Mesure sur place de préférence


P ou V
Pollution particulaire et organique globale

MES P ou V - 24 heures Mesure le plus tôt possible

DBO5 P ou V 2 à 5°C, obscurité 24 heures

DCO P ou V 2 à 5°C, obscurité 5 jours

ou pH<2 5 jours Si matières organiques élevées

ou congélation 1 mois

COT V pH<2 et 2 à 5°C 1 semaine Mesure le plus tôt possible

ou congélation 1 mois

Composés azotés et phosphorés

Azote Kjeldahl P ou V pH<2 et 2 à 5°C 24 heures

Azote ammoniacal P ou V pH<2 et/ou 2 à 6 à 24 heures


5°C

Nitrites P ou V 2 à 5°C - Mesure le plus tôt possible

Nitrates P ou V pH<2 ou 2 à 5°C 24 heures

Phosphates P ou V 2 à 5°C 24 heures Mesure le plus tôt possible

Composés minéraux

Alcalinité P ou V 2 à 5°C 24 heures Mesure sur place de préférence


Aluminium P pH<2 1 mois

Arsenic pH<2 1 mois

Chlorures P ou V - 1 mois

Cyanures P PH>12 24 heures

Fer total P pH<2 1 mois

Fluorures P - 1 mois

Manganèse P pH<2 1 mois

Mercure V brun pH<2 1 mois


(HNO3)+K2Cr2O7

Plomb P pH<2 1 mois

Sulfures P ou V Filtr.+Na2CO3 1 semaine Mesure le plus tôt possible


+ZnCH3COO

Sulfates P ou V 2 à 5 °C 1 semaine

Métaux totaux P pH<2 1 mois

Composés organiques
Agents de surface V pH<2 (H2SO4) et 2 48 heures Mesure le plus tôt possible
à 5°C

Indice phénols V bun CuSO4 24 heures

+pH<2 (H3PO4)

Hydrocarbures V pH<2 24 heures Extraction sur place de


totaux préférence.

Bactéries
Coliformes P ou V 2 à 5°C, obscurité <24 heures Un délai maximal 8heures, après
le recueil de l’échantillon

Streptocoques P ou V 2 à 5°C, obscurité <24 heures Un délai de maximal 8heures,


fécaux après le recueil de l’échantillon

* P : polyéthylène

* V : verre
Annexe II : Modes Opératoires
I-Modes opératoires

1- Mesure de la température
But : Il est important de connaître la température de notre échantillon, c’est un
paramètre qui influe sur tous les processus chimiques. Pratiquement la température
est mesurée sur site soit avec un thermomètre à mercure gradué en (°C) soit avec un
appareil électrométrie.

Mode opératoire

 Rincer l’électrode de l’oxymétrie avec de l’eau distillée.


 Plonger l’électrode dans l’eau à analyser.
 Effectuer la lecture après la stabilisation.

2- Mesure de pH
Le pH est l’un des paramètres chimiques importants l’or qu’il s’agit de déterminer la qualité
d’une eau à l’entrée et à la sortie de la station d’épuration.
La mesure de pH peut être effectuée de différentes manières :

1- Par méthode électrométrie à l’aide d’un pH-mètre.


2- Par la méthode colorimétrique à l’aide des indicateurs pour des gammes de
pH plus étroites.
Mode opératoire : (la même chose que celui de la mesure de la température).

3- Matière en suspension MES


Le but de cette mesure est la détermination des matières décanteuses dans l’eau à analyser.
Les MES dans notre cas est déterminées par la méthode de filtration.
Mode opératoire :

 Peser le papier filtre ; soit P1.


 Mettre le dispositif de filtration en marche.
 Verser l’échantillon (V) sur le filtre.
 Rincer la fiole ayant contenu l’eau à analyser avec 10ml de l’eau distillée et
faire passer sur le filtre cette eau de lavage.
 Après filtration ; sécher à 105°C pendant quelques minutes.
 Peser le papier + les MES ; soit P2.
 La teneur de l’eau en MES (mg/l) est donnée par l’expression :
MES = (P2 – P1) * 1000 /V
4- Mesure de la turbidité
La turbidité d’une eau due à la présence des matières en suspension finement divisées :
argiles, grains de silice, matière organique, etc. l’appréciation de l’abondance de ces matières
mesure son degré de turbidité. Celui-ci sera d’autant plus faible que le traitement de l’eau aura
été plus efficace.
Mode opératoire

 Avant toute mesure, vérifier l’étalonnage de l’appareil.


 Remplir la cuve de mesure avec de l’eau à analyser.
 Effectuer la lecture photométrique après l’introduction de la cuve dans
l’appareil.
5- Demande chimique en oxygène DCO
La DBO5 est la quantité d’oxygène nécessaire aux micro-organismes aérobies de l’eau pour
oxyder les matières organiques, dissoutes ou en suspension dans l’eau. Il s’agit donc d’une
consommation potentielle d’oxygène par voie biologique. Ce paramètre constitue un bon
indicateur de la teneur en matières organiques biodégradables d’une eau au cours des
procédésd’auto-épuration.
Mode opératoire
 Homogénéiser 100ml d’échantillon pendant 30 secondes dans un
homogénéisateur.
 Allumer le réacteur DCO, préchauffer à 150 °C.
 pipetter 2 ml d’échantillon dans le tube de réactif DCO de la gamme
appropriée
 Fermer hermétiquement le bouchon du tube, rincer le tube DCO à l’eau
désionisée et l’essuyer soigneusement avec un papier absorbant.
 En tenant le tube par le bouchon au-dessus d’un évier, le retourner plusieurs
fois pour mélanger le contenu .placer le tube dans le réacteur DCO
préchauffé.
 Chauffer les tubes pendant 2 heures
 Eteindre le réacteur attendre environ 20 minutes le refroidissement des tubes.
 introduire le tube dans le spectrophotomètre pour lire directement la valeur
de la DCO en mg/l.
6- Demande biologique en oxygène DBO5
L’appareil utilisé pour effectuer cette analyse est : « BOD track »

La méthode BOD track ne nécessite pas d’analyse chimique car l’appareil BOD track
effectue une mesure physique de l’oxygène consommé par un échantillon.

Principe de fonctionnement

1- Transfert d’O2 vers l’échantillon.


Un échantillon mesuré d’eau est placé dans chacun des 6 flacons bruns. Les flacons
sont placés sur l’appareil est connectés par leur bouchons au conteur. Les bactéries
présentes utilisent l’O2 pour oxyder la matière organique dans l’échantillon. L’air
dans les flacons contient 21% d’O2 et remplace l’O2 consommé par les bactéries
pendant la période de mesure. L’échantillon est continuellement agité par un barreau
d’agitation magnétique entraîné par un moteur d’agitation qui aide le transfert d’O2
de l’air à l’échantillon et permet de simuler les conditions naturelles.

2- Elimination du gaz carbonique :


Le gaz carbonique CO2 est produit par les micro-organismes qui oxydent les matières
organiques et doit être éliminé du système de manière à ce que la différence des
pressions mesurée dans le système soit seulement proportionnelle a la quantité d’O2
utilisée. Des cristaux d’hydroxyde de lithium classé dans la cupule de chaque flacon
absorbent le gaz carbonique.

Mode opératoire

 Au moyen d’une éprouvette graduée propre verser 355 ml d’échantillon dans


l’un des flacons de l’appareil BOD track.
 Placer un barreau d’agitation magnétique dans chacun des flacons
d’échantillon.
 Ajouter le contenu d’une gélule tampon nutritif DBO à chaque flacon pour
robinet sur le bord de chaque flacon et la lèvre de la cupule.
 Placer une cupule dans le goulot de chaque flacon.
 Avec l’entonnoir ; ajouter le contenu d’une gélule d’hydroxyde de lithium à
chaque cupule. Ne pas laisser tomber de particules d’hydroxyde de Li dans
l’échantillon. si cela se produit éliminer l’échantillon et en préparer a nouveau.
 Placer les flacons sur l’appareil BOD track, raccorder le tuyau approprié au
flacon et serrer correctement le bouchon ; chaque tuyau est étiqueté avec le
numéro de voie et la disposition des numéros de flacon correspond à celle du
panneau de commande.
 Placer l’appareil BOD track dans un incubateur à une température de 20°C.
 Lire les résultats de DBO après 5 jours directement à l’affichage de l’appareil
BOD track en pressant le numéro de voie correspondant à chaque échantillon.
7- Analyse des phosphates
Analyse des phosphates suivant la méthode «Vanado-molybdo-phosphorique » ASTM D517
(C)
Mode opératoire

 Introduire 25 ml d’échantillon d’une cellule spectro HACH jaugée.


 Ajouter 2 ml du réactif Vanadomolybdique, agiter.
 Attendre 5 minutes jusqu’à l’apparition d’une couleur jaune.
 Passer au spectrophotomètre à une longueur d’onde = 410 nm et lire la
concentration en phosphate en mg/l.

8- Analyse de fer
Dosage du fer par la méthode HACH utilisant le réactif « Ferrover ».
Mode opératoire

 Introduire 25 ml d’échantillon d’une cellule spectro HACH jaugée.


 Ajouter une pilule de Ferrover HACH et agiter.
 Attendre jusqu’à l’apparition d’une couleur orange.
 Passer au spectrophotomètre à une longueur d’onde = 510 nm et lire la
concentration en fer en mg/l.
9- Analyse des nitrites

Dosage des nitrites en utilisant la méthode HACH « Nitriver 3 »


Mode opératoire :

 Introduire 25 ml d’échantillon d’une cellule spectro HACH jaugée.


 Ajouter une pilule de Nitriver 3, boucher et agiter 60 secondes.
 Laisser reposer 10 minutes (apparition d’une couleur rose).
 Passer au spectrophotomètre à une longueur d’onde = 500 nm et lire la
concentration en nitrites en mg/l.
10- Analyse de l’azote Kjeldahl
Pour effectuer cette analyse on utilise l’appareil Kjeldahl (appareil à entraînement par la
vapeur avec matras).
Mode opératoire

 Dans un matras de 250 ml introduire 50 ml d’eau a analyser et l’adapter sur


l’appareil.
 Placer aussi un erlenmeyer avec 25 ml de la solution de l’acide borique
(40 g/l) pour récupérer les vapeurs de la distillation.

 Après l’évaporation d’un grand volume de l’eau à analyser, on tire


l’erlenmeyer.
 Laisser refroidir et ajouter un réactif spécifique
 Passer au spectrophotomètre à une longueur d’onde = 345 nm et lire la
concentration en azote Kjeldahl en mg/l.
II-Spectrométrie d'absorption atomique
Principe

La spectrométrie d'absorption atomique est utilisée pour détecter et quantifier la

présence d'éléments dans des solutions. Cette technique repose sur la capacité des
atomes à absorber la lumière à certaines longueurs d'onde l ; ces longueurs d'onde
dépendent des positions des niveaux d'énergie des différents éléments et leur sont
donc spécifiques. La mesure est effectuée en faisant traverser par un faisceau
lumineux de longueur d'onde donnée une flamme contenant l'élément à doser sous
forme ionisée. Le rapport entre les intensités lumineuses avant et après la traversée
de la flamme permet de calculer la concentration C de l'élément considéré à l'aide de
la loi de Beer-Lambert A = .l.C avec A = - ln10(I0/I) l'absorbance de la
flamme ; I0 l'intensité du faisceau émis ; I l'intensité du faisceau après la traversée de
la flamme ;  (L.mol-1.cm-1) le coefficient d'extinction molaire, propre à chaque
élément, et l (cm) la longueur de flamme traversée. La quantité .l est déterminée par
un étalonnage aux longueurs d'onde l sélectionnées avant chaque série de mesure.
III-Jar-Test
L’échantillon : eaux usées GP1/Z

1°/ Analyses des échantillons brutes

Mesure sont pH initial

Mesure sont DCO

Mesure sa Turbidité

Mesure d’UV

2°/ Jar-Test

Partager les échantillons en huit quantités identiques soit 1 litre.

Lancer l’agitation à 250 tpm pour 30 minutes.

Peser six quantités de FeCl3 et Al2(SO4)3 de [0,5 – 1 – 1,5 – 2 – 2,5 – 3 – 3,5 – 4 g/ℓ]

Peser huit quantités variables de la chaux qui sont en rapport avec le FeCl3 et
Al2(SO4)3 suivant la méthode :

Pour le FeCl3

1ere Peser 0,5 g on à FeCl3 + 3H2O → (Fe3+,3OH¯) + 3HCl

162,5 g → 56 g de Fe

0,5 g → X1 X1 = 0,172 g de Fe

Fe3+ + 3OH¯ → Fe(OH)3

56 g → 3 . 17 g de OH¯

0,172 g → Y1 Y1 = 0,156 g de OH¯

On à la formation de la chaux Ca2+ + 2OH¯ → Ca(OH)2

40 g → 2 . 17 g de OH¯

Z1 → 0,156 g de OH¯ Z1 = 0,183 g de Ca2+

Ca(OH)2 → Ca2+ + 2OH¯

74 g → 40 g

m1 → 0,183 g

m1 = 0,338 g de Ca(OH)2

2eme Peser 1,0 g on à FeCl3 + 3H2O → (Fe3+,3OH¯) + 3HCl


162,5 g → 56 g de Fe

1g → X2 X2 = 0,344 g de Fe

Fe3+ + 3OH¯ → Fe(OH)3

56 g → 3 . 17 g de OH¯

0,344 g → Y2 Y2 = 0,313 g de OH¯

On à la formation de la chaux Ca2+ + 2OH¯ → Ca(OH)2

40 g → 2 . 17 g de OH¯

Z2 → 0,313 g de OH¯ Z2 = 0,368 g de Ca2+

Ca(OH)2 → Ca2+ + 2OH¯

74 g → 40 g

m2 → 0,368 g

m2 = 0,681 g de Ca(OH)2

3eme Peser 1,5 g on à FeCl3 + 3H2O → (Fe3+,3OH¯) + 3HCl

162,5 g → 56 g de Fe

1,5 g → X3 X3 = 0,517 g de Fe

Fe3+ + 3OH¯ → Fe(OH)3

56 g → 3 . 17 g de OH¯

0,517 g → Y3 Y3 = 0,471 g de OH¯

On à la formation de la chaux Ca2+ + 2OH¯ → Ca(OH)2

40 g → 2 . 17 g de OH¯

Z3 → 0,471 g de OH¯ Z3 = 0,554 g de Ca2+

Ca(OH)2 → Ca2+ + 2OH¯

74 g → 40 g

m3 → 0,554 g

m3 = 1,025 g de Ca(OH)2

4eme Peser 2,0 g on à FeCl3 + 3H2O → (Fe3+,3OH¯) + 3HCl

162,5 g → 56 g de Fe

2,0 g → X4 X4 = 0,689 g de Fe

Fe3+ + 3OH¯ → Fe(OH)3


56 g → 3 . 17 g de OH¯

0,689 g → Y4 Y4 = 0,627 g de OH¯

On à la formation de la chaux Ca2+ + 2OH¯ → Ca(OH)2

40 g → 2 . 17 g de OH¯

Z4 → 0,627 g de OH¯ Z4 = 0,737 g de Ca2+

Ca(OH)2 → Ca2+ + 2OH¯

74 g → 40 g

m4 → 0,737 g

m4 = 1,363 g de Ca(OH)2

5eme Peser 2,5 g on à FeCl3 + 3H2O → (Fe3+,3OH¯) + 3HCl

162,5 g → 56 g de Fe

2,5 g → X5 X5 = 0,861 g de Fe

Fe3+ + 3OH¯ → Fe(OH)3

56 g → 3 . 17 g de OH¯

0,861 g → Y5 Y5 = 0,784 g de OH¯

On à la formation de la chaux Ca2+ + 2OH¯ → Ca(OH)2

40 g → 2 . 17 g de OH¯

Z5 → 0,784 g de OH¯ Z5 = 0,922 g de Ca2+

Ca(OH)2 → Ca2+ + 2OH¯

74 g → 40 g

m5 → 0,922 g

m5 = 1,705 g de Ca(OH)2

6eme Peser 3,0 g on à FeCl3 + 3H2O → (Fe3+,3OH¯) + 3HCl

162,5 g → 56 g de Fe

3,0 g → X6 X6 = 1,034 g de Fe

Fe3+ + 3OH¯ → Fe(OH)3

56 g → 3 . 17 g de OH¯

1,034 g → Y6 Y6 = 0,941 g de OH¯

On à la formation de la chaux Ca2+ + 2OH¯ → Ca(OH)2


40 g → 2 . 17 g de OH¯

Z6 → 0,941 g de OH¯ Z6 = 1,107 g de Ca2+

Ca(OH)2 → Ca2+ + 2OH¯

74 g → 40 g

m6 → 1,107 g

m6 = 2,048 g de Ca(OH)2

7eme Peser 3,5 g on à FeCl3 + 3H2O → (Fe3+,3OH¯) + 3HCl

162,5 g → 56 g de Fe

3,5 g → X7 X7 = 1,206 g de Fe

Fe3+ + 3OH¯ → Fe(OH)3

56 g → 3 . 17 g de OH¯

1,206 g → Y7 Y7 = 1,098 g de OH¯

On à la formation de la chaux Ca2+ + 2OH¯ → Ca(OH)2

40 g → 2 . 17 g de OH¯

Z7 → 1,098 g de OH¯ Z7 = 1,292 g de Ca2+

Ca(OH)2 → Ca2+ + 2OH¯

74 g → 40 g

m7 → 1,292 g

m7 = 2,390 g de Ca(OH)2

8eme Peser 4,0 g on à FeCl3 + 3H2O → (Fe3+,3OH¯) + 3HCl

162,5 g → 56 g de Fe

4,0 g → X8 X8 = 1,378 g de Fe

Fe3+ + 3OH¯ → Fe(OH)3

56 g → 3 . 17 g de OH¯

1,378 g → Y8 Y8 = 1,255 g de OH¯

On à la formation de la chaux Ca2+ + 2OH¯ → Ca(OH)2

40 g → 2 . 17 g de OH¯

Z8 → 1,255 g de OH¯ Z8 = 1,476 g de Ca2+

Ca(OH)2 → Ca2+ + 2OH¯


74 g → 40 g

m8 → 1,476 g

m8 = 2,730 g de Ca(OH)2

Pour le AlCl3 1ere Peser 0,5 g on à AlCl3 + 3H2O → (Al3+,3OH¯) + 3HCl

133,5 g → 27 g de Al

0,5 g → X1 X1 = 0,101 g de Al

Al3+ + 3OH¯ → Al(OH)3

27 g → 3 . 17 g de OH¯

0,101 g → Y1 Y1 = 0,191 g de OH¯

On à la formation de la chaux Ca2+ + 2OH¯ → Ca(OH)2

40 g → 2 . 17 g de OH¯

Z1 → 0,191 g de OH¯ Z1 = 0,224 g de Ca2+

Ca(OH)2 → Ca2+ + 2OH¯

74 g → 40 g

m1 → 0,224 g

m1 = 0,414 g de Ca(OH)2

2eme Peser 1,0 g on à AlCl3 + 3H2O → (Al3+,3OH¯) + 3HCl

133,5 g → 27 g de Al

1,0 g → X2 X2 = 0,202 g de Al

Al3+ + 3OH¯ → Al(OH)3

27 g → 3 . 17 g de OH¯

0,202 g → Y2 Y2 = 0,381 g de OH¯

On à la formation de la chaux Ca2+ + 2OH¯ → Ca(OH)2

40 g → 2 . 17 g de OH¯

Z2 → 0,381 g de OH¯ Z2 = 0,448 g de Ca2+

Ca(OH)2 → Ca2+ + 2OH¯

74 g → 40 g

m2 → 0,448 g

m2 = 0, 829 g de Ca(OH)2
3eme Peser 1,5 g on à AlCl3 + 3H2O → (Al3+,3OH¯) + 3HCl

133,5 g → 27 g de Al

1,5 g → X3 X1 = 0,303 g de Al

Al3+ + 3OH¯ → Al(OH)3

27 g → 3 . 17 g de OH¯

0,303 g → Y3 Y3 = 0,572 g de OH¯

On à la formation de la chaux Ca2+ + 2OH¯ → Ca(OH)2

40 g → 2 . 17 g de OH¯

Z3 → 0, 572 g de OH¯ Z3 = 0,673 g de Ca2+

Ca(OH)2 → Ca2+ + 2OH¯

74 g → 40 g

m3 → 0, 673 g

m3 = 1,245 g de Ca(OH)2

4eme Peser 2,0 g on à AlCl3 + 3H2O → (Al3+,3OH¯) + 3HCl

133,5 g → 27 g de Al

2,0 g → X4 X4 = 0,404 g de Al

Al3+ + 3OH¯ → Al(OH)3

27 g → 3 . 17 g de OH¯

0,404 g → Y4 Y4 = 0,763 g de OH¯

On à la formation de la chaux Ca2+ + 2OH¯ → Ca(OH)2

40 g → 2 . 17 g de OH¯

Z4 → 0,763 g de OH¯ Z4 = 0,897 g de Ca2+

Ca(OH)2 → Ca2+ + 2OH¯

74 g → 40 g

m4 → 0,897 g

m4 = 1,660 g de Ca(OH)2

5eme Peser 2,5 g on à AlCl3 + 3H2O → (Al3+,3OH¯) + 3HCl

133,5 g → 27 g de Al

2,5 g → X5
X5 = 0,505 g de Al

Al3+ + 3OH¯ → Al(OH)3

27 g → 3 . 17 g de OH¯

0,505 g → Y5 Y5 = 0,954 g de OH¯

On à la formation de la chaux Ca2+ + 2OH¯ → Ca(OH)2

40 g → 2 . 17 g de OH¯

Z5 → 0,954 g de OH¯ Z5 = 1,122 g de Ca2+

Ca(OH)2 → Ca2+ + 2OH¯

74 g → 40 g

m5 → 1,122 g

m5 = 2,076 g de Ca(OH)2
6eme Peser 3,0 g on à AlCl3 + 3H2O → (Al3+,3OH¯) + 3HCl

133,5 g → 27 g de Al

3,0 g → X6 X6 = 0,606 g de Al

Al3+ + 3OH¯ → Al(OH)3

27 g → 3 . 17 g de OH¯

0,606 g → Y6 Y6 = 1,144 g de OH¯

On à la formation de la chaux Ca2+ + 2OH¯ → Ca(OH)2

40 g → 2 . 17 g de OH¯

Z6 → 1,144 g de OH¯ Z6 = 1,346 g de Ca2+

Ca(OH)2 → Ca2+ + 2OH¯

74 g → 40 g

m6 → 1,346 g

m6 = 2,490 g de Ca(OH)2

7eme Peser 3,5 g on à AlCl3 + 3H2O → (Al3+,3OH¯) + 3HCl

133,5 g → 27 g de Al

3,5 g → X7 X7 = 0,707 g de Al

Al3+ + 3OH¯ → Al(OH)3

27 g → 3 . 17 g de OH¯
0,707 g → Y7 Y7 = 1,335 g de OH¯

On à la formation de la chaux Ca2+ + 2OH¯ → Ca(OH)2

40 g → 2 . 17 g de OH¯

Z7 → 1,335 g de OH¯ Z7 = 1,570 g de Ca2+

Ca(OH)2 → Ca2+ + 2OH¯

74 g → 40 g

m7 → 1,570 g

m7 = 2,904 g de Ca(OH)2

8eme Peser 4,0 g on à AlCl3 + 3H2O → (Al3+,3OH¯) + 3HCl

133,5 g → 27 g de Al

4,0 g → X8 X8 = 0,808 g de Al

Al3+ + 3OH¯ → Al(OH)3

27 g → 3 . 17 g de OH¯

0,808 g → Y8 Y8 = 1,526 g de OH¯

On à la formation de la chaux Ca2+ + 2OH¯ → Ca(OH)2

40 g → 2 . 17 g de OH¯

Z8 → 1,526 g de OH¯ Z8 = 1,795 g de Ca2+

Ca(OH)2 → Ca2+ + 2OH¯

74 g → 40 g

m8 → 1,795 g

m8 = 3,321 g de Ca(OH)2
Annexe III : Produits Chimiques
CHLORURE FERRIQUE
Nom du produit Chlorure ferrique hexahydraté
Nom chimique Trichlorure de fer
Symbole Chlorure de fer III
Formule Brute FeCl3.6H2O
Poids moléculaire 270,33 g/mole
Aspect Morceaux
Couleur Brune jaune
Odeur de chlore
Point d’ébullition 110 °C
Point de fusion 37°C à 1013 mbar
Pression de vapeur 17 mbar à 20°C
Densité 1,43 g/cm3 à 20°C
pH 1,8 à 25°C
Viscosité 9 mPa.s à 20°C
Température de décomposition 160°C
Identification des Dangers Nocif en cas d’ingestion. Irritant pour la
peau. Risque de lésions oculaires graves
Solubilité * Miscible en toutes proportions avec l’eau
* Soluble dans solvants organiques usuels

CHLORURE d’ALUMINIUM
Nom du produit Aluminium chlorure hexahydraté
Nom chimique Trichlorure d’aluminium
Symbole Chlorure d’aluminium
Formule Brute AlCl3.6H2O
Poids moléculaire 241,5 g/mole
Aspect Solide
Couleur Incolore
Odeur Inodore
Point d’ébullition -
Point de fusion 100°C à 1013 mbar
Pression de vapeur -
Densité 2,40 g/cm3 à 20°C
pH 2,5 à 20°C
Viscosité -
Température de décomposition -
Identification des Dangers Irritant pour les yeux et la peau
Solubilité 1330 g/ℓ dans l’eau à 20°C
SULFATE d’ALUMINIUM
Nom du produit Aluminium Sulfate 18-hydraté
Nom chimique Sulfate d’Aluminium hydraté
Symbole Sulfate d’Aluminium
Formule Brute Al2(SO4)3.18H2O
Poids moléculaire 666,42 g/mole
Aspect Solide
Couleur Incolore
Odeur Inodore
Point d’ébullition -
Point de fusion 90 °C à 1013 mbar
Pression de vapeur -
Densité 1,72 g/cm3 à 20°C
pH 2,5 – 4,0 à 20°C
Viscosité -
Température de décomposition > 87 °C
Identification des Dangers Produit non considéré comme dangereux
Solubilité 364 g/ℓ dans l’eau à 20°C

OXYDE DE CALCIUM
Nom du produit Calcium oxyde
Nom chimique Hydroxyde de calcium
Symbole Hydroxyde de calcium
Formule Brute Ca(OH)2
Poids moléculaire 74,10 g/mole
Aspect Solide
Couleur Blanc
Odeur Inodore
Point d’ébullition 2850 °C
Point de fusion 550 °C à 1013 mbar
Pression de vapeur -
Densité 2,24 g/cm3 à 20°C
pH 12,6 à 20°C
Viscosité -
Température de décomposition 550 – 600 °C
Identification des Dangers Risque de lésions oculaires graves
Solubilité 1,7 g/ℓ dans l’eau à 20°C
AQUATREAT 912

Généralité
AQUATREAT 912 un polymère organique cationique à base de poly-imines.
AQUATREAT 912 est utilisé comme floculant, comme aide à la filtration.
Caractéristiques
pH 5,6 ± 1
Couleur jaune brune
Aspect liquide visqueux
Densité 1,07 g/cm3 ± 0,02
Solubilité dans l’eau infinie

Dosage
Filtration 5 à 50 g/m3
Floculation 10 à 100 g/m3
Briseur d’émulsion 20 à 100 g/m3
Emballage
Futs en polyéthylène de 25 à 220 litres ou des containers de 1000 litres
Manipulation
Ce produit ne pas toxique, en cas de contact avec la peau ou les yeux, rincer
abondamment à l’eau.
Application
Raffineries
Eaux résiduaires d’origine organiques
Eaux résiduaires des traitements de surface
Annexe IV : Photos
Photo №-01. Bassin Nitrification

Photo №-02.Bassin Dénitrification

Photo №-03.Bassin Clarificateur


Photo №-04.Les soufflantes d’Aération

Photo №-05.Réservoir Coagulation des Boues

Photo №-06.Unité Séchage des Boues (DRAMED)


Bibliographie

[01] : J.P.BEAUDRY, Thèse de doctorat en Pharmacie Etude de la Qualité Physico-


chimique et Bactériologique de l’eau des puits 2005.
[02] : C.HASLAY, H. LECLERC, Microbiologie des eaux d’alimentation. Institut
national de santé publique du Québec 2002.

[03] : 10éme édition du Mémento technique de l’eau de DEGREMONT, 2005.

[04] : A.IBOUZIDENE & Z.BAAZIZ, Mémoire d’ingénieur, Etude comparative de la


désinfection des eaux résiduaire par système d’ozonation et de chloration au niveau
du complexe GP1/Z-ARZEW 2005.

[05] : Manuel Opératoire d’OZOMAX. Document officiel de la désinfection par O3.


Département de production, Service fabrication, Complexe GP1/Z-ARZEW 2003.

[06] : M.BOUZIANI, Livre de L’eau dans tous ses états, Source de vie, Ressource
épuisable, Maladies hydriques et pollution chimique 2006.

[07] : K.TOUIL et E.YADADENE, Etude des unités de traitement des rejets liquides et
contrôle de la qualité, Mémoire projet d’étude de fin d’induction. Département de
sécurité, Service prévention, Complexe GP1/Z-ARZEW 2005.

[08] : Manuel Opératoire de la STEP-W.W.T phase I. Document officiel de traitement


des eaux sanitaires par boue activées. Département de production, Service
fabrication, Complexe GP1/Z-ARZEW 2003.

[09] : S.COUTURIER, Thèse de doctorat. Etude de la Déshydratation Mécanique


Assistée Thermiquement 2002.
[10] : J.Painchaud, Ph.D. biologiste. Direction des écosystèmes aquatiques, la qualité
de l’eau des rivières du Québec, état et tendances. Ministère de l’Environnement et
de la Faune Mars 1997.
[11] : Y.AIMER, Thèse de Magister. Etude et contrôle de la décantation dans le
traitement des eaux, 2009.
[12] : A. GAID, Livre de l’Epuration Biologique des Eaux Usées Urbaines, 1984.

[13] : M.S. OUALI, Livre de Procédés Unitaires Biologiques et Traitements des Eaux
2003.

[14] : A. Tayeb, Thèse de Magister. Etude de mise au point d’un procédé de


traitement des effluent de la maïserie de maghnia 2005.

[15] : A.G.SADOWSKI, responsable du laboratoire. Méthode de Calcul d’une Filière


de Traitement « Boues activées – Très faible charge – Nitrification et dénitrification –
traitement de phosphore » 2002.
[16] : P.H.JONES, Study on the ecology of the filamentous sewage fungus,
Geotrichum candidum. Thèse de doctorat, Northwestern University, Blinois, 1964.
J.CHUDOBA, J.S.CECH, J.FARKAC, P.GRAU. Control of activated sludge
filamentous bulking – Experimental verification of a kinetic selection theory 1985.
M.YASUDA, Influence of pH and organic loading on the filamentous bulking of
activated sludge 1976. M.SEZGIN, D.JENKINS, D.S.PARKER,. A unified theory of
filamentous activated sludge bulking. J. Water Pollut. Control Fed 1978. W.O.PIPES,
Bulking, defloculation and pinpoint floc. J. Water pollut. Control fed 1979.
T.SHIMIZU, K.WAKIMURA, K.TANEMURA, K.ICHIKAWA, Factors affecting
sludge bulking in the activated sludge process 1980. F.WAGNER., Studies on the
causes and prevention of bulking sludge in Germany 1984. B.BLANCHARD,
Détérioration du floc biologique occasionnée par le surdimensionnement de bassins
d’aération. Mémoire de maitrise, Ecole Polytechnique, Université de Montréal, 1987.

[17] : Journal Officiel de la République Algérienne, Valeurs limites des paramètres de


rejets d’effluents liquides industriels. Décret exécutif № 93-160 du 1993.

[18] : Manuel des Modes Opératoires. Document officiel de laboratoire. Département


Technique, Service laboratoire, Complexe GP1/Z-ARZEW.

[19] : FDS, Fiche de Sécurité, Document officiel des produits chimiques. Département
de production, Service fabrication, Complexe GP1/Z-ARZEW.

[20] : Archive de la STEP-W.W.T phase I. Département sécurité, Service prévention,


Complexe GP1/Z-ARZEW.