Vous êtes sur la page 1sur 27

REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON

Paix-Travail-Patrie Peace-Work-Fatherland
******** ********
MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT MINISTRY OF HIGHER
SUPERIEUR EDUCATION
******* *******
UNIVERSITE DE YAOUNDE I UNIVERSITY OF YAOUNDE I
******* *******
ECOLE NATIONALE SUPERIEURE NATIONAL ADVANCED SCHOOL
POLYTECHNIQUE OF ENGINEERING
******* *******
DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL DEPARTMENT OF CIVIL
ET URBANISME ENGINEERING AND URBANISM
******** ********

RAPPORT DE TRAVAUX PRATIQUES DE


RESISTANCE DES MATERIAUX
UE :GCU 432

Laboratoire de Génie Civil et Urbanisme


GROUPE TP N°10
TP N° : 03
Intitulé : FLEXION DES POUTRES
Date : Jeudi 16 Novembre 2017
Classe : 4 GCU

Noms des membres Matricules


TEKONANG NEVILLE 13P082
TJOMB Gaël Noé 14P168
TODOU Zacharie 14P169
TSOBENG Aurélie 14P173
YOMBI Sedrick 13P055

ENCADREURS : Dr.ing. NJANKOUO Jacques M. & Ing. OKPWE MBARGA R.


TP N°3 : FLEXION DES POUTRES

Table des matières


INTRODUCTION ............................................................................................................................................... 4
I. OBJECTIFS ET APPAREILLAGES UTILISES........................................................................................ 5
1. Objectif .................................................................................................................................................... 5
2. Dispositif expérimental ........................................................................................................................... 5
II. RAPPELS THEORIQUES .......................................................................................................................... 6
1. Enoncé des théorèmes ............................................................................................................................. 6
a) Théorème de la linéarité ........................................................................................................ 6
b) Théorème de superposition .................................................................................................... 6
c) Théorème de réciprocité de Maxwell Betti ........................................................................... 6
2. Calcul des déplacements : Par la méthode de Castiligliano .................................................................... 7
3. Ligne d’influence................................................................................................................................... 10
a) Définition ............................................................................................................................. 10
III. MANIPULATION ................................................................................................................................ 11
1. Théorème de la linéarité ........................................................................................................................ 11
a) Principe ................................................................................................................................ 11
b) Exploitation et interprétation des résultats .......................................................................... 12
 Approche théorique ............................................................................................................. 12
 Partie pratique ...................................................................................................................... 13
2. Superposition des états de déformations ............................................................................................... 13
a) Principe ................................................................................................................................ 13
b) Exploitation et interprétation des résultats .......................................................................... 13
 Approche théorique ............................................................................................................. 13
 Partie pratique ...................................................................................................................... 15
3. Réciprocité des travaux de Maxwell Betti ............................................................................................. 16
a) Principe ................................................................................................................................ 16
b) Exploitation et interprétation des résultats .......................................................................... 16
 Partie pratique ...................................................................................................................... 19
4. Lignes d’influence ................................................................................................................................. 19
a) Principe ................................................................................................................................ 19

GROUPE 10 Page 2
TP N°3 : FLEXION DES POUTRES
b) Analyse des données et présentation des résultats............................................................... 21
 Approche théorique ............................................................................................................. 21
5. SYSTEME HYPERSTATIQUE ........................................................................................................... 23
a) Principe ................................................................................................................................ 23
b) Analyse des données ............................................................................................................ 23
 Approche théorique ............................................................................................................. 23
 Exploitation et interprétation des résultats ............................................................................... 24
IV. COMMENTAIRES ET OBSERVATIONS .......................................................................................... 26
CONCLUSION ................................................................................................................................................. 27
ANNEXES ........................................................................................................................................................ 27

GROUPE 10 Page 3
TP N°3 : FLEXION DES POUTRES

INTRODUCTION

Parmi les modes de fonctionnement permettant de caractériser les structures de génie civil, on
peut citer la flexion qui est définie comme étant la courbure d’une pièce (élément de poutre en
général) sous l’action de forces perpendiculaires à l’axe longitudinal, et appliquées en des points où
la pièce n’est pas soutenue. Il s’agit donc d’un phénomène nuisible dont l’ingénieur doit toujours
tenir compte lors du dimensionnement des pièces. Ses effets sont ont pour conséquence la perte de
stabilité et de rigidité du système. Ainsi, notre manipulation nous permet de mieux nous familiariser
avec ce phénomène (ici constaté sur une poutre isostatique reposant sur deux appuis, qui une
modélisation du système généralement rencontré en construction), certes appris pendant le cours de
Résistance des matériaux, mais une approche plus pratique permet d’avoir une meilleure visibilité
des enjeux, des effets et des résultats établis en théorie. A cet effet, le présent rapport tient à rendre
compte des résultats obtenus au cours des cinq manipulations que nous avons eu à effectuées dans le
but de vérifier les théorèmes de: linéarité, réciprocité, MAXWELL-BETTI, la notion de la ligne
d’influence et d’hyperstatisme

GROUPE 10 Page 4
TP N°3 : FLEXION DES POUTRES

I. OBJECTIFS ET APPAREILLAGES UTILISES

1. Objectif

Les objectifs du TP soumis à notre étude s’articulent autour des points ci-dessous :

 Etudier une poutre reposant sur deux appuis et sollicitée en flexion


 Vérifier le théorème de linéarité
 Vérifier le principe de superposition
 Vérifier le théorème de réciprocité de Maxwell Betti
 Déterminer l’équation de la ligne d’influence pour une section d’abscisse x
 Utiliser une ligne d’influence pour résoudre les systèmes hyperstatiques

2. Dispositif expérimental

1. Poutre en acier de section


2. La charge
3. L’appui
4. Appui fixe ayant un dynamomètre
5. Le comparateur de vitesse
6. Un crochet ajustable

GROUPE 10 Page 5
TP N°3 : FLEXION DES POUTRES

Schéma du dispositif expérimental en vue réelle au Laboratoire

II. RAPPELS THEORIQUES

1. Enoncé des théorèmes

a) Théorème de la linéarité

Une force appliquée en un point d’abscisse α d’une poutre crée un déplacement en un point
d’abscisse x VP (α, x) de la poutre qui lui est proportionnel. Soit F= k VP (α, x), k∈ R.

b) Théorème de superposition

Le déplacement engendré au point d’abscisse x par l’application simultanée de deux charges F 1 en


α1 et F2 en α2 est égale à la somme des déplacements engendrés par l’application unique et
indépendante des systèmes de chargesF1 en α1 et F2 en α2.

c) Théorème de réciprocité de Maxwell Betti

GROUPE 10 Page 6
TP N°3 : FLEXION DES POUTRES

Le travail produit par une force F1 pour le déplacement du à une force F2 est égal au travail fourni
par la force F2 pour le déplacement du a la force F1.

2. Calcul des déplacements : Par la méthode de Castiligliano

Il est question ici de trouver l’expression du déplacement crée en un point d’abscisse sous
l’action d’un changement vertical F appliqué au point d’abscisse pour une poutre isostatique
de longueur l reposant sur deux appuis dont l’un est simple.

Partant de cette modélisation, nous pouvons distinguer 2 cas de figure

Cas 1 : Cas 2 :

Déterminons le déplacement ( ) crée au point d’abscisse x dans chacun de ces cas :

Cas 1 :

Appliquons un chargement fictif P en x ;

En utilisant le théorème de CASTIGLIANO, on a ( ) )

Par application du PFS à la structure, on a :

( ) ( )
{

{ ( )

GROUPE 10 Page 7
TP N°3 : FLEXION DES POUTRES
 Efforts intérieurs

( )
{ ( ) ( )
( ) ( ) ( )

( ) ( )
Ainsi ( ) ( ) ( )

{( )( )

Energie interne

∫ ( ) et ∫

( )

( ) ( )

{ ( )

( ) ( )( )

On déduit ( ) ( ) ( )( )

{ ( )( )

déplacement

( ) )

( ) [∫ ( )( ) ∫ ( )( ) ∫ ( ) ]

( ) ( ) ( )( )

( )+

( ) * ( ) +

GROUPE 10 Page 8
TP N°3 : FLEXION DES POUTRES
Cas 2 :

Appliquons un chargement fictif P en x ;

En utilisant le théorème de CASTIGLIANO, on a ( ) )

Par application du PFS à la structure, on a :

( ) ( )
{

{ ( )

 Efforts intérieurs

( )
{ ( ) ( )
( ) ( ) ( )

( ) ( )
Ainsi ( ) ( ) ( )

{ ( )( )

 Energie interne

∫ ( ) et ∫

( )

( ) ( )

{ ( )

GROUPE 10 Page 9
TP N°3 : FLEXION DES POUTRES
( ) ( )( )

On déduit ( ) ( ) ( )( )

{ ( )( )

Déplacement : ( ) )

[∫ ( )( ) ∫ ( )( ) ∫ ( ) ]

( ) ( )( ) ( +

( ) * ( ) ( )+

3. Ligne d’influence

a) Définition

Soit une poutre à plan moyen chargée dans son plan, on peut définir : Une fonction d’influence de la
manière suivante : la fonction d’influence d’un effet élastique à une section fixe d’une membrure est
celle qui donne la valeur de cet effet pour toute position de la charge. L’effet recherché pouvant être
un effort intérieur, une déformation ou une réaction d’appui. La fonction d’influence est notée F(α).
Où α représente la position de la charge. Le graphique qui représente cette fonction est appelé :
ligne d’influence. On l’obtient en portant en ordonnée la valeur de la fonction et en abscisse la
position de la charge.

La ligne d’influence est donc une courbe qui donne la valeur d’un effet élastique à une section fixe
pour toute position de la charge.

GROUPE 10 Page 10
TP N°3 : FLEXION DES POUTRES

III. MANIPULATION

Le principal matériel est une poutre en acier dont les caractéristiques sont :
avec

1. Théorème de la linéarité

a) Principe

Le principe de cette partie de la manipulation s’articule autour des points ci-dessous

 Choisir une position α et x


 Positionner le comparateur en x permettant de mesurer le déplacement transversal
 Appliquer un effort F en α croissant et relever l’évolution de Vpl(α,x) en fonction de F

La poutre a une longueur de L=90cm et on choisit α=18cm et x=54cm.En appliquant


progressivement en α une force d’intensité croissante on obtient le tableau suivant :

Courbe expérimentale

F(N) 0 2.5 5 7.5 10 15

Vpl(α,x)(mm) 0.24 1.9 4.05 6.04 7.98 12.12

Courbe théorique

F(N) 0 2.5 5 7.5 10 15

Vpl(α,x)(mm) 0 2.05 4.11 6.17 8.22 12.34

Commentaires : Sur le graphe tracé en annexe I du présent rapport nous pouvons remarquer que la
courbe expérimentale se rapproche très rapidement de la courbe théorique avec une certaine marge
d’erreurs assez faibles, due en grande partie aux incertitudes sur les appareils de mesure au
laboratoire, quelques erreurs de lecture, voire même de chargement de la poutre.

GROUPE 10 Page 11
TP N°3 : FLEXION DES POUTRES

b) Exploitation et interprétation des résultats

 Approche théorique

Théoriquement, la relation liant les deux grandeurs est établie plus haut (cas où a≤x).

( ) * ( ) ( )+

On fixe a=18 cm et x=54 cm on obtient donc

( )= 8.22.10-4 F mètres

En prenant le cas F= 5N on obtient :

( )= 4.11 mm

En modélisant ce cas sur RDM 6, on obtient le résultat ci-dessous :

GROUPE 10 Page 12
TP N°3 : FLEXION DES POUTRES

 Partie pratique

Pour F=5 N, nous avons les valeurs de déplacement suivant en mm :

Calcul à la main Modélisation RDM 6 Résultat pratique

4.11 4.114 4.105

On peut donc écrire,

On observe donc une variation entre les valeurs théoriques et


pratiques. Ce décalage proviendrait des conditions de la manipulation.

De même la superposition des courbes pratiques et théoriques montre aussi des similitudes au niveau
de cette marge d’erreur car la courbe pratique obtenue est sous forme de ligne droite qui oscille
autour de la courbe pratique. Il convient donc de dire en dépit des écarts observés que le théorème de
linéarité est vérifié car observé sur la courbe vaut :

2. Superposition des états de déformations

a) Principe

 Appliquer une force F1 en α1 et mesurer la flèche VP1 à l’abscisse x choisie ;


 Appliquer une force F2 en α2 et mesurer la flèche VP2 à la même abscisse x ;
 Appliquer les forces F1 en α1 et F2 en α2 simultanément et mesurer la flèche VP3 en x ;
 Faire les mesures pour 3 configurations différentes du triplet {α1, α2, x}.

b) Exploitation et interprétation des résultats

 Approche théorique

En utilisant le théorème de superposition, on écrit : ( ) ( ) (( ) )

( )
Où{ ( )
(( ) )

GROUPE 10 Page 13
TP N°3 : FLEXION DES POUTRES
Dans le cadre de notre manipulation on prendra le cas : = 36 cm, = 45 cm, = 3 N, =2.5 N

Par modélisation sur RDM 6, on a :

Forces Modélisation
= 3 N(en )

=2.5 N(en )

GROUPE 10 Page 14
TP N°3 : FLEXION DES POUTRES
= 3 N(en ) et
=2.5 N(en )

 Partie pratique
On obtient le tableau suivant pour les valeurs :

Pour = 36 cm et = 45 cm
= 3 N(en ) Vp1 ( x)=4.01
=2.5 N(en ) Vp2 ( x)=3.59
= 3 N(en ) et =2.5 N(en ) Vp3 ( x)=7.63
Posons l’incertitude sur la valeur de vaut alors 0.03 mm

avec = 36 cm, = 45 cm et x=54 cm.

L’ erreur commise entre les valeurs théoriques et celles mesurées au laboratoire est décrite dans le
tableau ci-dessous :

GROUPE 10 Page 15
TP N°3 : FLEXION DES POUTRES
=3N =2.5 N = 3 N(en ) et
(en ) (en ) =2.5 N(en )

( ) théorique =4.197 3.79 7.989 0.002


( ) pratique 4.01 3.59 7.63 0.03
| ( )| 0.187 0.2 0.359 0.0028

Remarque : Ce tableau nous montre que malgré les écarts entre les résultats théoriques et les
résultats pratiques, le théorème de superposition reste vérifié avec un écart maximum obtenu dans la
pratique de 0.03 mm . D’où le fait que les résultats trouvés sont assez acceptables

3. Réciprocité des travaux de Maxwell Betti

a) Principe

 Appliquer une force F1 en α et mesurer la flèche Vp(α,x) à l’abscisse x choisie ;


 Appliquer une force F2 en x et mesurer la flèche Vp(x, α) à l’abscisse α précédente ;
 Faire les mesures pour 3 configurations différentes du doublet {α, x}.

b) Exploitation et interprétation des résultats

En effet, Pour un c qui vaut :

( ) * ( ) +

( ) * ( ) ( )+

On calcule l’expression

( )

Donc .

GROUPE 10 Page 16
TP N°3 : FLEXION DES POUTRES
Par modélisation sur RDM 6 , on a :

= 3N et = 2.5 N
Pour appliqué en =
45 cm et
x =54 cm,
VP1( x) =4.55 mm

Pour appliqué en x=
54 cm et = 45 cm,
VP2( x) =3.793 mm

GROUPE 10 Page 17
TP N°3 : FLEXION DES POUTRES

Pour appliqué en =
54cm et
x =45 cm,
VP1( x)=4.551 mm

Pour appliqué en x=
45 cm et le
déplacement au point
est = 54 cm
VP( x)=3.793 mm

GROUPE 10 Page 18
TP N°3 : FLEXION DES POUTRES

F1= 3 N et F2= 2.5 N VP1( x) F2 VP2( x) F1 VP1( x) F2 - VP2( x) F1


x= 45 cm et VP1( x) =4.551 mm ; 38.1 38.08 0.02
=54cm VP2( x) =3.793 mm
x= 54 cm et =45 VP1( x) =4.55 mm ; 32.775 32.8 0.025
cm VP( x) =3.793 mm

 Partie pratique
Pour une valeur de α et x on a :

NB : Toutes les valeurs de Vpl ont une incertitude de 0,02 mm.

F1= 3N et F2= 2.5 N


α X VP1( x) VP2 VP1( x) VP2( x) F1 |VP1( x) F2 - VP2( x) F1|
(mm) (mm) ( x) F2
(mm) (mm)
450 540 4.44 3.72 11,1 11.16 0.06
540 450 4.45 3.71 11,125 11,13 0.005

Commentaires : On peut remarquer que le théorème de Maxwell Betti est vérifié avec une erreur
maximale de l’ordre de 0.06 J soit une erreur de précision inférieure à 1%. Ceci est grande partie aux
incertitudes sur les instruments de mesure ainsi quelques erreurs d’appréciation des déplacements lus
sur le comparateur durant les manipulations.

4. Lignes d’influence

a) Principe
Cette partie consiste à tracer la ligne d’influence plus précisément la valeur de la flèche en un point
fixé x dû à une force dont le point d’application α est variable. En effet nous avons fixé pour cela
x=45cm et F=1N et nous avons fait varier la position α de la force et relever à chaque fois la valeur
de ( ) en à l’aide du comparateur placé en celui-ci.

GROUPE 10 Page 19
TP N°3 : FLEXION DES POUTRES

Première mesure

(mm) 90 180 270 360 540 630 720 810

( )( ) 1.18 2.23 2.30 2.08 6.64 7.54 7.97 7.87

Deuxième mesure

(mm) 90 180 270 360 540 630 720 810

( )( ) 1.22 1.81 2.24 2.00 6.22 7.10 7.69 7.86

Moyenne mesure

(mm) 90 180 270 360 540 630 720 810

( )( ) 1.20 2.02 2.27 2.04 6.43 7.32 7.83 7.87

Mesures théoriques :

NB : Ces mesures découlent de l’équation de la courbe obtenue dans la partie b .

(mm) 90 180 270 360 540 630 720 810

( )( ) 1.39 2.15 2.35 2.13 6.73 7.58 8.007 7.90

Il s’agira donc pour nous ici de vérifier la courbe de ( ) et de vérifier avec celui donné avec
la théorie. Cette courbe est donnée par le graphe de l’annexe II du présent rapport.

Commentaires

Sur cette courbe on peut remarquer que pour des valeurs de α comprises entre la
courbe expérimental se rapproche très rapidement de la courbe théorique. Toutefois pour des valeurs
de α appartenant à l’intervalle on note néanmoins un léger écart entre les 2
courbes. Ceci pourrait être dû à quelques défauts de manipulation.

GROUPE 10 Page 20
TP N°3 : FLEXION DES POUTRES

b) Analyse des données et présentation des résultats

 Approche théorique

On reconsidère notre structure initiale ci-dessous avec une charge F appliquée à une distance de
La liaison articulation et à l’aide du comparateur on mesure la flèche en un point de la liaison
articulation.

Il s’agit ici pour nous de déterminer l’expression générale de la déformée ( ).

L’expression de la déformée est obtenue par intégration de l’équation différentielle

( )
( )

L’intégration de cette équation nécessite la connaissance du moment fléchissant M(x) le long de la


poutre :

Après calcul et application du PFS vue en RDM, nous obtenons ainsi :

Calcul du moment fléchissant

En utilisant la méthode de droite il vient :

( ) ( )
{
( ) ( )

GROUPE 10 Page 21
TP N°3 : FLEXION DES POUTRES

Intégration de l’équation différentielle :

Après intégration on obtient

( )
( )

( ) ( )
{
Conditions aux limites :

( ) ( )
, et ,
() ( )

( )

Qui nous permet déduire : { ( ) ( )

( ) ( )
( )
( ) ( )
( ) ( )
{

Or puisque est fixé nous avons donc pour inconnu d’où :

( ) ( )
( ) ( )

( )
{

( ) ( )
{
( )

GROUPE 10 Page 22
TP N°3 : FLEXION DES POUTRES

5. SYSTEME HYPERSTATIQUE

a) Principe
Il s’agit d’une autre méthode d’étude de la ligne d’influence. En effet lors de la manipulation
précédente, on mesurait le déplacement verticale en un point fixé préalablement et en faisant varier
la position du point d’application de la charge. Ici, on fait également varier le point d’application de
la force mais en lieu et place du déplacement, on mesure la réaction au même point où l’on mesurait
les déplacements précédemment.

b) Analyse des données

 Approche théorique

La structure qui a fait l’objet de notre étude peut être représentée de façon simplifiée par le schéma
suivant :

GROUPE 10 Page 23
TP N°3 : FLEXION DES POUTRES

Détermination de à partir de la ligne d’influence

En considérant comme réaction hyperstatique, on peut affirmer en utilisant le théorème de


MENABREA que le déplacement résultant au point C est nul.

Nous considérons le cas où

Notons ( ) le déplacement résultant au point C.

On a ( ) ( ) ( ) ( )

En utilisant les équations des lignes d’influence précédemment établies, on obtient

( ) * ( ) ( )+

( ) * ( ) +

( ) * +
{

En posant ( ) , on obtient :

* + [ ( ) ]

* ( ) ( )+

* ( ) ( )+ * ( ) +
Donc
* +

Exploitation et interprétation des résultats

Lors de notre manipulation, pour les valeurs suivantes :

Nous avons obtenus

En appliquant la formule théorique obtenue ci-dessus, on obtient

GROUPE 10 Page 24
TP N°3 : FLEXION DES POUTRES
En utilisant le logiciel RDM 6, on obtient le résultat ci-dessous :

Calcul à la main Modélisation RDM 6 Résultat pratique

3.96 N 4N 3.8 N

On peut donc écrire,

On constate que la réaction d’appui Rc trouvée au laboratoire est très proche de celle obtenue par
théoriquement avec une incertitude de 0.16 N. Ce qui est dû en grande partie au fait que nous ayons
bien effectué les réglages du dispositif expérimental afin de réduire au maximum les erreurs sur les
résultats obtenus.

. Lorsqu’une poutre repose sur 2 appuis soumis à une charge verticale cette dernière accuse une
flèche et on constate que les fibres situées en partie supérieure sont sollicitées en compression tandis
que celles qui sont situées en partie inférieure sont sollicitées en traction.

GROUPE 10 Page 25
TP N°3 : FLEXION DES POUTRES

IV. COMMENTAIRES ET OBSERVATIONS

Le dispositif expérimental rencontré est hypostatique car au lieu d’un appui simple et une
articulation, notre montage possédait 2 appuis simples verticaux donc il n’était pas en mesure de
répondre à un effort normal. Cela n’a pas posé de problème particulier car tous les chargements
appliqués étaient verticaux. Une limite de chargement 10 N nous a été fixé pour nos essais. Par
ailleurs nous avons noté que lors des mesures des valeurs expérimentales les premières mesures
étaient généralement éloignées des valeurs théoriques escomptées, ce qui nous a poussés à effectuer
dans chaque manipulation plusieurs mesures pour chacune des valeurs et en prenant la moyenne des
résultats obtenus nous avons pu avoir des résultats acceptables.

GROUPE 10 Page 26
TP N°3 : FLEXION DES POUTRES

CONCLUSION

En sommes, notre TP qui était centré sur la notion de flexion d’une poutre en acier qui mettait en
exergue divers théorème appliqué en RDM à savoir : théorème de linéarité (proportionnalité des
effets et des causes, superposition des états) ainsi que le théorème de réciprocité des travaux de
MAXWELL-BETTI et enfin la ligne d’influence et aussi d’introduire la notion d’hyperstatisme. Il
ressort de notre manipulation : en ce qui concerne le théorème de linéarité que le déplacement est
proportionnel à l’intensité de la force, pour ce qui est du théorème de réciprocité des travaux de
MAXWELL-BETTI nous avons pu vérifier à partir de la manipulation que le travail produit par une
force F1 pour le déplacement du à une force F2 est égal au travail fourni par la force F2 pour le
déplacement du a la force F1. Cette manipulation nous permet aussi de vérifier expérimentalement
les théorèmes énergétiques et de traiter les problèmes hyperstatiques en utilisant la ligne d’influence.
Elle a donc été une expérience particulièrement riche en connaissance qui nous permet de poursuivre
notre formation avec un peu plus de sérénité du fait de la connaissance pratique des effets de causes
et conséquences des théories développés en cours magistraux.

ANNEXES

GROUPE 10 Page 27

Vous aimerez peut-être aussi