Vous êtes sur la page 1sur 2

Madhab Maliki

L’imam Malik est né dans les environs de 93H à Médine. Son père est Anas ibn
Malik et son grand-père Malik ibn Abi Amir (sahaba). On appelait Malik l’imam
Dar el Hijra.
Il mémorisa le Quran des son plus jeune âge, cela était la tradition dans la
société musulmane de l’époque.
Son premier maitre fut Ibn Hurmuz (tabi’i) qu’il fréquenta pendant 13 ans.
Son maitre ne voulait pas être cité dans les chaînes de transmission des
ahadiths, c’est la raison pour laquelle on ne trouve pas son nom dans les
ahadiths rapportes par Malik.
Il suivi ensuite Nafi, ibn Shihab Zuhri et Rabi’a.
Nafi était l’affranchi de Abdallah Ibn Umar qui avait tiré son éducation du
Prophète (ṣalla l-Lâhou `alayhi wa salam) lui-même.
Cette chaine de transmission est nommée « la chaine d’or  ».
Le nombre de maitre qu’a eu l’imam Malik dépasse la centaine.
Il a commencé à enseigner qu’après avoir reçu l’autorisation de 70 savants de
Médine. Il avait environ 40 ans. Il anima son cercle de sciences (hadith, fiqh,
Quran…) au sein de la mosquée du Prophète (ṣalla l-Lâhou `alayhi wa salam).
Il habitait dans l’ancienne demeure d’Abdallâh ibn Mas’ud.
Après de nombreuses années et ayant une maladie gênante (incontinence
urinaire), il décida de donner les cours chez lui.
Vers la fin de sa vie, il coupa tout contact public (cours, prêches, visites
familiales) et révéla sa maladie en leur disant : « je ne voulais point parler de sa
maladie, afin de ne pas sembler me plaindre de Allah et de Ses décisions »
Il est mort en 179H.
Parmi ses œuvres la plus connu est al Muwatta (traduit par « l’aplani au sens
où il aplanit les difficultés). On rapporte que Shafi’i a dit sur ce livre : « il
n’existe pas sut terre de livre contenant autant de vérités que le Muwatta de
Malik. »
Il y a une lettre de Malik Risala fil qadr pour répondre à la secte des qadaria.
Il y a également al Mudawwana (la somme, le recueil du fiqh de Malik) qui est
un recueil des réponses sur un grand nombre de questions posées à Malik.
Asad ibn al Farut récolta les réponses auprès de différents disciples et nomma
son recueil Al Asadiyya. Ce recueil fut ordonné en chapitres par Sahnun, de son
vrai nom Abu Said Abd As-Salam ibn Said At-Tannuki. Il y introduit des
arguments (Quran, ahadiths) mais ne put le terminer et son disciple le fit.
Parmi ses disciples les plus connu on peut citer Abdallah ibn Wahb, Abd Ar-
Rahman ibn al Qasim. On demanda à l’imam Malik son opinion sur eux, il
répondit : « Ibn Wahb est un savant, Ibn al Qasim est un faqih. »
Les sources utilisées par Malik sont le Quran, la Sunna qui intégrait les ahadiths,
les avis religieux des Sahabas et la tradition médinoise.
Il considère le hadith mursal comme un argument sur lequel il s’appuie.
Il utilisait aussi le qiyas qu’il faisait prévaloir sur certains ahadiths mais pas sur
la parole du Prophète (ṣalla l-Lâhou `alayhi wa salam).
Ensuite, sad adh dhara’i (principe de prévention) et l’imam Malik était ferme
dessus.
Pour finir, le concept al maslaha (utilité publique). Malik s’est inspiré des avis
et du comportement de Umar ibn El Khattab. D’ailleurs Malik vécu les deux
années du califat de Umar ibn Abd Al-Aziz et celui-ci utilisait lui aussi l’utilité
publique et l’intérêt général.