Vous êtes sur la page 1sur 23

Modèle de l’ Amplificateur opérationnel

Ad est le gain différentiel : VS = Ad . e ; VS limité en grandeur par les tensions


d’alimentation +VCC > VS > –VEE.
Les principales caractéristiques de l‘AO idéal sont :
AO idéal AO réel
Gain en tension  20,000 et +
Ad permet d’écrire e (V+-V-)=0 en régime linéaire
Impédance d’entrée  Grande
permet d’écrire i+ = i- = 0 qlq M
Impédance de sortie 0 Faible
Vs  A(V V) qlq 100
bande passante  finie
Offset Pas d’offset: e = 0  V =V V V  e0
Présence d’offset

i+
V+ Adxe
VS
e e Z
ZS
i- e

V-

1
Amplificateur opérationnel
en
fonctionnement (en régime) non linéaire
Cette structure est peu intéressante (excepté pour le
fonctionnement en comparateur) puisque :
si e > 0 alors VS = +Vsat
si e < 0 alors VS = -Vsat
Mais, si on prélève une partie du signal de sortie pour l’injecter :

Sur la borne (-) on obtient : Sur la borne (+) on a alors :

Un fonctionnement linéaire Un fonctionnement non linéaire

 montage avec contre réaction  montage avec réaction positive


(ou réaction négative)

2
Imperfection statique de l’AO
Effet de la tension de décalage: exemple 1
A I
Hypothèses :
R2
 i+ = i- = 0 I
R1
 ve=0,3.sin( t) e
 e (V+-V-)≠0 ve
 e 2 mV (LM741) vS
 R1=1K, R2=100K
Exprimer Vs=f(Ve)
Or VA=V- et V+=0 donc VA=-e
Ve  VA VA  VS
I 
R1 R2
R2 R
VS   Ve  VA (1  2 )
R1 R1
R2 R
VS   Ve  e (1  2 )
R1 R1

VS  30sin( t )  0, 202 dons ce cas, on peut négliger e .


3
Exemple 2:
Cas d’un signale de très faible amplitude:

 ve=0,01.sin( t)  vemax=10mV


 e (e+-e-)≠0
 e2 mV (LM747)
 R1=1K, R2=100K
R2 R2
VS   Ve  e (1  )  VS   sin(t )  0, 202
R1 R1

Vsmax (théorique) =1V

Vsmax (pratique) =1-0,202=0,798 V e20% de Vsmax


Dons ce cas là on ne peut plus négliger e
4
Imperfection dynamique de l’AO
 Slew Rate (Vitesse de balayage)
La pente dVs/dt , qui informe sur la vitesse d'évolution de la tension du signal de
sortie Vs de l'AOP, est limitée par une valeur maximale appelée Slew Rate qui
caractérise la rapidité de réponse de l'AOP et s'exprime en V/µs
(exemple: pour l'AOP TL081 SR = 13 V/µs et 0,5 V/µs pour TL741).
V dV
On appelle Slew Rate: SR le rapport: SR   SR  Max( )
t dt
Donc pour augmenter la rapidité de réponse de l'AOP , il faut réduire l'amplitude
des tensions d'entrées.
On applique à l’entrée non
inverseuse une tension échelon (*).
ve VS
vemax
V

ve vS
t
(*) On appelle échelon de tension une source de tension dont la valeur passe
5
brutalement de 0 à E à un instant: t=t0 .
 Calcul de Slew Rate
Cas d’un signale sinusoïdale :
dVS
 VS=E.sin( 2f t) donc le SR de ce signale est: SR  Max ( )  E.2 f
dt
Condition et régle :
 Données techniques
a) Si E2fSRpas de SR
 LM741: SR=0,5V/s
b) Si E2fSRprésence de SR  TL081: SR=13V/ s

Cas: LM741: V=0,5V pour t=10-6 s


 Si V0,5V pour t=10-6 s  un Slew Rate;
 Si on prend un signale de E=0,5V et une fréquence f=106Hz Slew Rate
 Si on prend un signale de E=1V et une fréquence f=106Hz Slew Rate
 Donc l’augmentation de E et de f vont aggraver le SR,

Cas: LM081: V=13V pour t=10-6 s


 Si on prend un signale de E=13V et une fréquence f=106Hz Slew Rate
 Pour un signale de E=3V et une fréquence f=106Hz pas de Slew Rate
 En résumé l’amplitude ainsi que la fréquence vont avoir des effets sur le SR.

6
I. L’amplificateur opérationnel : structure idéale

Fonctionnement en régime linéaire :


Montage avec contre réaction Mise en équation :  Hypothèse: i+ = i- = 0
R2 • V+=Ve 0 VS

R1 R2 R1
R1 • Millman : V  1 1  VS  kVS
-  R1  R2

e R1 R 2
+ vS e V+-V-= ve - kVS
v
ve e
e

Représentation graphique :
VS
vS   droite de pente
vsat k k –1/k

𝑽𝒆
𝒌
pente: -1/k
e Discussion :
v𝑒 Un point de fonctionnement :
e= 0 donc V+ = V-
-vsat

7
I. L’amplificateur opérationnel : structure idéale

Fonctionnement non linéaire :


montage avec réaction positive Mise en équation :  Hypothèse: i+ = i- = 0
R2 • V-=Ve
• On a diviseur de tension en V+ :
R1 R1
+ V  VS  kVS
e R1  R2
-
ve vS
e V+-V-= kVs - Ve
Représentation graphique : ve e
VS VS  
+vsat A k k
𝒗𝒆 droite de pente 1/k
pente : +1/k
𝒌
-v𝑒 e Discussion :
Ve/k n’est pas un point de fonctionnement
B stable :
-vsat e > 0 conduit à VS = +Vsat
e < 0 conduit à VS = -Vsat
8
II. L’amplificateur opérationnel : montages linéaires
 Hypothèse: i+ = i- = 0
a) Circuit de base : Ampli inverseur
Avec Z1 et Z2 sont des dipôles

e 0V+=V-
−𝑽𝒆 + 𝒁𝟏 𝒊 − 𝜺 = 𝟎  𝑽𝒆 = 𝒁𝟏 𝒊
e
−𝑽𝑺 − 𝒁𝟐 𝒊 − 𝜺 = 𝟎  𝑽𝑺 = −𝒁𝟐 𝒊

VS Z2
Amplificateur inverseur généralisé AV  
Ve Z1

 Gain G > 1 facile à fixer à partir de la valeur de Z1 et Z2.


 On peut aussi obtenir une atténuation : (0 < G < 1)
 Impédance d’entrée Zi facile à déterminer : Zi = Z1
 Inversion de polarité : VS = - G Ve
9
II. L’amplificateur opérationnel : montages linéaires
i
b) Ampli non-inverseur
e 0V+=V- i
 Hypothèse: i+ = i- = 0
e
−𝑹𝟏 𝒊 − 𝜺 + 𝑽𝒆 = 𝟎  𝑽𝒆 = 𝑹𝟏 𝒊
−𝑽𝑺 + (𝑹𝟏 + 𝑹𝟐 )𝒊 = 𝟎  𝑽𝑺 = (𝑹𝟏 + 𝑹𝟐 )𝒊

VS R2
AV   1
Ve R1
 Gain G ≥ 1 facile à fixer à partir de la valeur des résistances R1 et R2.
 On ne peut pas obtenir une atténuation.
 Impédance d’entrée Zi = ∞ (très grande)
 Sortie en phase : VS = G Ve
10
II. L’amplificateur opérationnel : montages linéaires
c) Ampli suiveur ou d’isolation  Hypothèse: i+ = i- = 0
e 0V+=V-

 Gain G = 1 facile à fixer en reliant VS à l’entrée inverseur (-) ou à partir


d’un ampli non inverseur avec à R1 = ∞ et R2 = 0.
 Impédance d’entrée Zi = ∞ (très grande)
 Permet de passer d’une impédance élevée à l’entrée à une impédance
faible à la sortie sans affecter la valeur du signal.
 Le signal de sortie VS « suit » le signal d’entrée Ve.

11
II. L’amplificateur opérationnel : montages linéaires

Sommateur inverseur  Hypothèse: i+ = i- = 0 Ve1  R1i1


On a souvent besoin de mélanger plusieurs signaux ensemble
Ve 2  R2i2
e 0V+=V- Ve 3  R3i3
i  i1  i2  i3
VS   R.i

 Ve1 Ve 2 Ve 3 
VS   R    
 R1 R2 R3 
Remarque:
On voit qu'on peut ajuster le gain globalement en jouant sur R, et le gain de chaque
entrée en jouant sur les résistances Ri. Ce montage offre donc toutes les souplesses.

12
Montage dérivateur
 Hypothèse: i+ = i- = 0
e 0V+=V- =0 uc

Ve  uC  e  0  Ve  uc
e
VS
VS   R.i  i  
R
duc
iC
dt
duc dVe VS
iC C 
dt dt R

dVe
VS   RC
dt 13
II. L’amplificateur opérationnel : montages linéaires

Ampli soustracteur ( différentiel)  Hypothèse: i+ = i- = 0


Pour calculer le gain en tension de cet étage, on va faire appel à la formule du pont
diviseur et au théorème de superposition.
e 0V+=V- (pont diviseur)

(théorème de superposition)

VS = Ve1 – Ve2
si R1=R2=R3=R4

Ce montage n'est pas un ampli de différence ; il faut imposer des conditions


sur les résistances. Si on pose :

14
Montage intégrateur
Le cas de l’intégrateur est intéressant pour deux raisons. D’une part, la fonction
intégrateur est très utile en électronique. D’autre part, c’est un exemple de traitement
différent de la composante continue et de la partie variable d’un signal par un même
circuit.

 Hypothèse: i+ = i- = 0 e 0V+=V-
Ve  Ri  e  0  Ve  Ri
VS  uc  0  VS  uc
duc
iC
dt
du dV V
i  C c  C S  e
dt dt R

1
VS  
RC  Ve dt

15
Considérons la réponse de l’intégrateur au signal suivant :

Ve  V0  cos( t ) où V0 est une constante

1  1 
On aura alors : VS   V .t  sin( t )
RC   
0

 On constate que l’intégration de la composante continue va finir par
faire saturer l’ AO est on sera plus au Régime Linéaire.

 Pour remédier à ce problème classique en rajoute une résistance en


parallèle avec le condensateur,

 On traite alors séparément, grâce au théorème de superposition, la


réponse de l’intégrateur à la composante continue , de celle à la
composante variable.

16
 Pour le continue, le condensateur se comporte comme un circuit ouvert.
La réponse à la composante continue est
donc la réponse du circuit sans le
condensateur c-à-d la réponse de
l’inverseur: soit: R
VS  V0 C

R
RC permet donc de limiter l’effet de la CC
à une valeur finie (sa valeur est bien
choisie afin de limiter cet effet.
 Quel est l’effet de RC sur le fonctionnement de l’intégrateur ? Recalculons
pour cela la réponse du circuit avec RC. En remplaçant dans les calculs de
l’amplificateur inverseur R2 par RC //C, on obtient :
VS 1 RC 1
  .
Ve 1 R (1  j 
R( jC  ) 0 )
RC

0  1 R C
C

17
Caractéristiques
Avantages de l’intégrateur actif
 Bonnes caractéristiques tant que T << ARC
 Meilleur comportement à basse fréquence
 Courant dans R indépendant de Vout

Réalisation pratique
 Rf fournit une contre-
réaction pour le DC
 Suffisamment grande pour
ne pas perturber en AC
18
Ampli différentiel (2 amplis)
Grande impédance d’entrée
Sortie unipolaire

Pour résoudre, utiliser


le principe de
superposition

VS = (k+1) (e1 – e2)


si k = 1 alors VS = 2 (e1 – e2)
19
Ampli d’instrumentation (3 amplis)

Pour résoudre,
utiliser le principe
de superposition

Grande impédance d’entrée


Sortie bipolaire

Vs1 = (1+R/r) e1 – (R/r) e2


- Vs2 = (R/r) e1 – (1+ R/r) e2
Si r = R alors Vsd = 3 (e1 – e2)

20
Fonction comparateur
La fonction "comparateur" simple consiste à comparer une grandeur d'entrée uE à une valeur
constante Uo.
La tension de sortie ne peut donc prendre que deux états (US1 et US2).

Exemple :
e
e =U0-uE

Le passage de l'un des états à l'autre est appelé basculement et la tension constante Uo est
appelé seuil de basculement.

Caractéristique de transfert d'un comparateur à un seuil:

 Si e 0  U0  uE alors US=US1
 Si e  0  U0  uE alors US=US2
Remarque:
US1 et US2 peuvent être égaux ou différents. 21
Exercice :
On applique à l'entrée du montage précédent une tension triangulaire symétrique de valeur crête
à crête UEpp= 10 V, de période T. Le seuil du comparateur est Uo = +2 V et |VSAT| = 14 V.
 Tracer en fonction du temps les courbes uE(t) et uS(t):
e =U0-uE
 Calculer le rapport cyclique du signal de sortie:

 Si e 0  U0  uE alors US=US1  Si e  0  U0  uE alors US=US2

U0

22
Pr. B. ABBOUD 4-23

Vous aimerez peut-être aussi