Vous êtes sur la page 1sur 280

RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

SOMMAIRE
CHAPITRE 1 LA TECHNIQUE DES OUVRAGES: DESCRIPTION ET DÉVELOPPEMENT ..................... 11
1. DESCRIPTION DE LA TECHNIQUE ................................................................................................... 11
1.1 Définition d’un mur en sol cloué ................................................................................................... 11
1.2 L'exécution par phases ................................................................................................................... 12
2. HISTORIQUE ET DÉVELOPPEMENT................................................................................................. 14
2.1 Origine du clouage ......................................................................................................................... 14
2.2 Le développement du clouage en soutènement .............................................................................. 16
2.3 Le clouage et les brevets ................................................................................................................ 20
2.4 Avantages et limitations ................................................................................................................. 20
3. LE PROJET NATIONAL CLOUTERRE ............................................................................................... 23
3.1 Contexte général ............................................................................................................................ 23
3.2 Les participants et le financement .................................................................................................. 24
3.3 Programme de recherche................................................................................................................ 24
3.4 Expérimentations en vraie grandeur sur les murs en sol cloué du CEBTP .................................... 26
BIBLIOGRAPHIE ....................................................................................................................................... 30
CHAPITRE 2 LE CLOUAGE EN SOUTÈNEMENT: MÉCANISME ET COMPORTEMENT ....................... 35
1. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DES OUVRAGES..................................................................... 35
2. INTERAGTION SOL/CLOU .................................................................................................................. 40
2.1 Le frottement latéral sol/clou ......................................................................................................... 40
2.1.1. Similitude entre frottement latéral dans un remblai et dans un sol en place ...................... 40
2.1.2. Mobilisation du frottement latéral le long d’un clou.......................................................... 44
2.1.3. Influence du type de clou ................................................................................................... 46
2.1.4. Corrélations entre les paramètres (kβ, qs) et P1................................................................... 46
2.1.5. Influence de la teneur en eau sur le frottement .................................................................. 48
2.1.6. Mobilisation du frottement latéral avec les défomations ................................................... 48
2.2 Butée latérale du sol sur le clou ..................................................................................................... 50
2.2.1. Analogie avec les pieux sollicités horizontalement ........................................................... 50
2.2.2. Essais de cisaillement d'un sol renlorcé par des barres rigides .......................................... 51
2.2.3. Influence de l’orientation des clous sur la mobilisation des efforts ................................... 53
2.2.4. Mobilisation de l'effort nonnal, de l'effort tranchant et du moment fléchissant ................. 55
3. COMPORTEMENT DES OUVRAGES ................................................................................................. 58
3.1 Répartltion des tractions dans les clous et ligne des tractions maximales ..................................... 58
3.2. Etat des contraintes dans le sol du massif en sol cloué ................................................................. 60
3.3. Mobilisation de la résistance à la flexion des clous ...................................................................... 61

1/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

3.4. Déformations et déplacements d’un mur en sol cloué .................................................................. 63


3.4.1. Déformations internes des murs sous contraintes de service ............................................. 63
3.4.2. Les déplacements du parement .......................................................................................... 64
3.4.3. Comportement du mur durant sa construction ................................................................... 67
3.5 Comportement du parement ........................................................................................................... 68
4. TYPES DE RUPTURE DES MURS EN SOL CLOUÉ .......................................................................... 68
4.1 Rupture par cassure des clous (rupture Interne) ............................................................................. 68
4.2 Rupture par défaut d’adhérence (rupture interne) .......................................................................... 70
4.3 Rupture durant les phases d’excavation ......................................................................................... 71
4.3.1. Rupture par trop grande hauteur d’excavation continue (rupture interne) ......................... 71
4.3.2. Rupture par débourrage (rupture interne)........................................................................... 72
4.4. Rupture externe et rupture mixte................................................................................................... 72
5. LES OUVRAGES MIXTES .................................................................................................................... 73
5.1 Mur en sol cloué avec lits d'ancrages précontraints en tête............................................................ 74
5.2. Tervoile cloué ............................................................................................................................... 75
5.3 Berlinoise clouée ............................................................................................................................ 75
BIBLIOGRAPHIE ....................................................................................................................................... 76
CHAPITRE 3 CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT ............................................................................... 80
1. CONCEPTION DES OUVRAGES - RÈGLES DE L’ART .................................................................... 80
1.1 Domaine et limites d’emploi du procédé ....................................................................................... 80
1.1.1. Contraintes liées à l'environnement ................................................................................... 80
1.1.2. Conditions particulières de sols ......................................................................................... 81
1.1.3. Présence de nappes............................................................................................................. 82
1.2 Choix du procédé de réalisation des clous ..................................................................................... 82
1.3 Dispositions géométriques générales ............................................................................................. 83
1.3.1. Parement - Élévation et tracé en plan ................................................................................. 83
1.3.2. Longueur, répartition et inclinaison des clous ................................................................... 85
1.4 Dispositions de construction .......................................................................................................... 87
1.4.1. Protection contre les eaux .................................................................................................. 87
1.4.2. Profondeur de fiche du parement ....................................................................................... 89
1.4.3. Esthétique des ouvrages ..................................................................................................... 90
1.5 Ouvrages mixtes............................................................................................................................. 90
1.6 Prédimensionnement ...................................................................................................................... 91
1.6.1. Objectifs du prédimensionnement...................................................................................... 91
1.6.2. Influence de la technologie et poids des paramètres géométriques .................................... 92
1.6.3. Paramètre densité de clouage ............................................................................................. 95

2/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

1.6.4. Abaques de prédimensionnement ...................................................................................... 96


2. PRINCIPES DE JUSTIFICATION DES OUVRAGES .......................................................................... 99
2.1 Analyse de la stabilité .................................................................................................................. 100
2.1.1. Calculs en déformation .................................................................................................... 100
2.1.2. Calculs à la rupture .......................................................................................................... 100
2.1.3. Calculs en rupture - déplacement ..................................................................................... 102
2.2 Estimation des déformations ........................................................................................................ 102
2.3 Justifications expérimentales ....................................................................................................... 104
2.3.1. Comportements en état de service et à la rupture............................................................. 104
2.3.2. Les quatre modes de rupture ............................................................................................ 105
2.3.3. Justification à partir des ruptures sur ouvrages réels........................................................ 106
2.3.4. Mobilisation simultanée des résistances .......................................................................... 106
2.4. Contexte français et international................................................................................................ 108
2.4.1. Contexte français.............................................................................................................. 108
2.4.2. Contexte international ...................................................................................................... 110
2.4.2.1. La méthode allemande de calcul de Stocker et al. (1979)..................................... 110
2.4.2.2. La méthode de Shen aux États-Unis (1978) .......................................................... 112
2.4.2.3. La méthode de Juran (1990) .................................................................................. 113
3. METHODE GENERALE D’ETUDE DE LA STABILITE DU MASSIF CLOUÉ .............................. 115
3.1 Hypothèses et données du calcul aux états-limites ...................................................................... 115
3.1.1. Principes du calcul aux états-limites ................................................................................ 115
3.1.1.1. Formule fondamentale .......................................................................................... 116
3.1.1.2. Prise en compte des clous et des tirants précontraints........................................... 117
3.1.2. Actions ............................................................................................................................. 118
3.1.2.1. Nature des actions ................................................................................................. 118
3.1.2.2. Valeurs caractéristiques des actions ...................................................................... 119
3.1.2.3. Combinaisons d'actions et sollicitations de calcul ................................................ 121
3.1.3. Résistances ....................................................................................................................... 123
3.1.3.1. Critères de rupture des matériaux.......................................................................... 123
3.1.3.2. Valeurs caractéristiques des paramètres de résistance .......................................... 124
3.1.3.3. Valeurs de calcul des résistances .......................................................................... 125
3.1.4. Situations.......................................................................................................................... 127
3.2 Méthodes de calcul ...................................................................................................................... 127
3.2.1. Étapes du calcul ............................................................................................................... 127
3.2.2. Détermination des efforts à la rupture dans les clous (règle du multicritère)................... 128
3.2.2.1. Critères de résistance et méthodes de calcul à la rupture ...................................... 128

3/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

3.2.2.2. Combinaison des critères de résistance ................................................................. 133


3.2.2.3. Règle de détermination des efforts ........................................................................ 134
3.2.3. Calcul de la stabilité du massif en sol cloué..................................................................... 137
3.2.4. Exemples de calcul et de dimensionnement ..................................................................... 139
3.2.4.1. Exemple du mur des Eparris ................................................................................. 139
3.2.4.2. Exemple de l'expérimentation n° 1 du CEBTP ..................................................... 142
3.2.4.3. Exemple d'un mur cloué mixte avec surcharges et drainage partiel dans un
multicouche ........................................................................................................................ 145
3.2.5. Méthodes simplifiées ....................................................................................................... 148
3.2.5.1. Hypothèse.............................................................................................................. 148
3.2.5.2. Conditions d'utilisation ......................................................................................... 149
3.3 Prise en compte de la sécurité ...................................................................................................... 150
3.3.1. Règles pratiques ............................................................................................................... 150
3.3.2. Illustration ........................................................................................................................ 151
4. JUSTIFICATION DU PAREMENT ..................................................................................................... 151
4.1 Rôles mécaniques du parement - Modélisation de calcul ............................................................ 151
4.2 Détermination des efforts appliqués au parement ........................................................................ 152
4.3 Calcul du parement ...................................................................................................................... 153
4.4 Justifications de resistance ........................................................................................................... 154
4.4.1. Justification à la flexion ................................................................................................... 154
4.4.2. Justification au poinçonnement autour de la tête d'un clou. ............................................. 155
BIBLIOGRAPHIE ..................................................................................................................................... 155
Annexe 1 ABAQUES DONNANT LE FROTTEMENT LATÉRAL UNITAIRE qs POUR LE
PRÉDIMENSIONNEMENT DES CLOUS............................................................................................... 158
1. CONSTITUTION DE LA BANQUE DE DONNÉES .................................................................. 158
2. ABAQUES DE PRÉDIMENSIONNEMENT ............................................................................... 160
3. MÉTHODE DE DIMENSIONNEMENT ...................................................................................... 160
Annexe 2 ABAQUES DE STABILITÉ POUR LE PRÉDIMENSIONNEMENT DES MURS EN SOL
CLOUÉ ...................................................................................................................................................... 164
1. DENSITÉ DE CLOUAGE............................................................................................................. 164
2. ABAQUES DE STABILITÉ ......................................................................................................... 164
3. UTILISATION DES ABAQUES .................................................................................................. 168
4. CALCUL DE LA SÉCURITÉ ....................................................................................................... 168
4.1 Calcul traditionnel ................................................................................................................ 168
4.2 Calcul aux ELU .................................................................................................................... 168
Annexe 3 STABILITÉ D'UN COIN DE SOL TENU PAR UN CLOU .................................................... 169

4/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

CHAPITRE 4 RECONNAISSANCE ET ESSAIS ............................................................................................ 171


1. ÉTUDE GÉOTECHNIQUE .................................................................................................................. 171
1.1 Enquête préalable ......................................................................................................................... 171
1.2 Reconnaissance des sols............................................................................................................... 171
1.3 Essais de laboratoire et essais en place ........................................................................................ 172
1.3.1. Sols granulaires ................................................................................................................ 172
1.3.2. Sols cohérents .................................................................................................................. 173
1.3.3. Valeurs caractéristiques des résistances ........................................................................... 173
1.4 Détermination du potentiel de corrosion du sol ........................................................................... 174
1.5 Étude hydrogéologique ................................................................................................................ 174
2. ESSAIS DE CLOUS .............................................................................................................................. 174
2.1 But des essais ............................................................................................................................... 174
2.2 Différents types d’essais .............................................................................................................. 174
2.3 Objectifs des différents essais ...................................................................................................... 175
2.3.1. Essais préalables .............................................................................................................. 175
2.3.2. Essais de conformité en début de chantier ....................................................................... 176
2.3.3. Essais de contrôle en cours de chantier ............................................................................ 176
2.4 Obligalions des divers contractants .............................................................................................. 177
2.5 Réalisalion des clous d’essai et des massifs d’appul.................................................................... 177
2.5.1. Emplacement des clous d'essais ....................................................................................... 177
2.5.2. Massifs d'appui................................................................................................................. 177
2.5.3. Exécution des clous pour les trois types d'essai ............................................................... 177
2.6 Modes opératoires des essais de traction ..................................................................................... 179
2.6.1. Choix du mode opératoire ................................................................................................ 179
2.6.2. Choix de la capacité maximale du clou d’essai................................................................ 180
2.6.3. Matériel et dispositif pour l’exécution des essais............................................................. 180
2.7 Essais de traction à déplacement contrôlé (vitesse constante) ..................................................... 181
2.7.1. Processus de l'essai........................................................................................................... 181
2.7.2. Interprétations des résultats de l'essai .............................................................................. 182
2.7.2.1. Généralités ............................................................................................................ 183
2.7.2.2. Comportement du clou en état de service (To < TL) .............................................. 185
2.7.2.3. Comportement du clou à la rupture T0 = TL .......................................................... 188
2.7.2.4. Calcul du frottement latéral unitaire qs.................................................................. 188
2.8 Essais de traction à effort contrôlé (paliers de fluage) ................................................................. 189
2.8.1. Processus de l'essai à effort contrôlé ................................................................................ 189
2.8.2. Interprétation des résultats de l’essai à effort contrôlé ..................................................... 191

5/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

2.8.2.1. Tracé des courbes de fluage .................................................................................. 191


2.8.2.2. Détermination de la traction critique de fluage ..................................................... 191
2.8.2.3. Tracé de la courbe effort-déplacement .................................................................. 192
2.9 Détermination de la valeur caractéristique de la traction limite ................................................... 192
BIBLIOGRAPHIE ..................................................................................................................................... 193
ANNEXE CALCULS DES DÉPLACEMENTS D'UN CLOU ................................................................. 194
1. GÉNÉRALITÉS ............................................................................................................................ 194
2. CALCULS DES DÉPLACEMENTS ............................................................................................ 196
2.1 Première phase (Y0< Y1) ...................................................................................................... 196
2.2 Dernière phase: phase ultime à la rupture ............................................................................ 198
2.3 Exemple de calcul complet .................................................................................................. 199
CHAPITRE 5 EXÉCUTION DES OUVRAGES .............................................................................................. 202
1. DISPOSITIONS GÉNÉRALES ............................................................................................................ 202
1.1 Généralités - Principe d’exécution des ouvrages ......................................................................... 202
1.2 Terrassements .............................................................................................................................. 204
1.3 Choix du procédé de mise en œuvre des inclusions ..................................................................... 204
1.4 Choix du procédé de mise en œuvre du béton du parement ......................................................... 206
1.5 Moyens mis en œuvre - Matériels ................................................................................................ 206
1.6 Contrôles - Suivi des déformations des ouvrages ........................................................................ 207
1.7 Programme d’exécution des ouvrages ......................................................................................... 208
2. EXÉCUTION......................................................................................................................................... 208
2.1 Terrassements .............................................................................................................................. 208
2.1.1. Hauteur de terrassement ................................................................................................... 209
2.1.2. Dispositions particulières ................................................................................................. 210
2.1.3. Délais ............................................................................................................................... 212
2.1.4. Anomalies - Incidents ...................................................................................................... 213
2.2 Protection contre les venues d'eau ............................................................................................... 213
2.3 Mise en œuvre des inclusions ...................................................................................................... 214
2.3.1. Inclusions directement battues dans le sol ....................................................................... 215
2.3.1.1. Constitution des inclusions ................................................................................... 215
2.3.1.2. Mise en œuvre (Fig. 7) .......................................................................................... 216
2.3.1.3. Blocage de l'inclusion contre (ou dans) le parement ............................................. 217
2.3.2. Armatures scellées dans un forage ................................................................................... 217
2.3.2.1. Constitution des inclusions ................................................................................... 217
2.3.2.2. Mise en œuvre ....................................................................................................... 218
2.3.2.3. Blocage de l'inclusion contre le parement ............................................................. 221

6/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

2.4 Mise en place des armatures du parement.................................................................................... 222


2.5 Mise en œuvre du béton du parement .......................................................................................... 223
2.5.1. Béton banché .................................................................................................................... 224
2.5.2. Béton projeté .................................................................................................................... 225
2.6 Stabilité du parement ................................................................................................................... 226
BIBLIOGRAPHIE ..................................................................................................................................... 227
CHAPITRE 6 DURABILITÉ DES OUVRAGES ............................................................................................. 228
1. INTRODUCTION ET DOMAINE D'APPLICATION ......................................................................... 228
2. CLASSIFICATION DES OUVRAGES SELON LEUR DESTINATION ........................................... 229
3. CLASSIFICATION DES SOLS SELON LEUR AGRESSIVITÉ ........................................................ 230
3.1 Objet et domaine d'application ..................................................................................................... 230
3.2 Principes généraux ....................................................................................................................... 231
3.3 Évaluation de la corrosivité des sols ............................................................................................ 231
3.3.1. Indice global de corrosivité .............................................................................................. 231
3.3.2. Action électrolytique des courants électriques : courants vagabonds .............................. 232
3.4 Détermination des caractéristiques retenues pour l’évaluation de la corrosivité des sols ............ 232
3.4.1. Nature du sol .................................................................................................................... 232
3.4.2. Résistivité ......................................................................................................................... 232
3.5 Nappe phréatique ......................................................................................................................... 233
3.6 pH................................................................................................................................................. 233
3.7 Interprétation des résultals ........................................................................................................... 233
4. PROTECTION DES RENFORCEMENTS METALLIQUES .............................................................. 234
4.1 Généralités ................................................................................................................................... 234
4.2 Aciers ordinaires (limite élastique σe ≤ 500 MPa) ................................................................... 234
4.2.1. Epaisseur sacrifiée à la corrosion ..................................................................................... 235
4.2.2. Protection par gaine plastique .......................................................................................... 236
4.2.3. Galvanisation ................................................................................................................... 237
4.2.4. Protection par revêtement non-métallique ....................................................................... 237
4.3 Aciers à haute limite élastique (σe > 500 MPa)............................................................................ 238
4.4 Matériaux passivables et alliés ..................................................................................................... 238
5. PROTECTION DES RENFORCEMENTS EN « MATÉRIAUX SYNTHÉTIQUES » ....................... 239
6. DURABILITÉ DU PAREMENT .......................................................................................................... 239
6.1 Parement en béton ........................................................................................................................ 239
6.2 Parement en panneaux d’acier ..................................................................................................... 240
6.3 Parement en autres matériaux ...................................................................................................... 240
7. PROTECTION DES TÊTES DE CLOUS ET DES ZONES D’INTERFACE AVEC LE PAREMENT

7/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

................................................................................................................................................................... 241
7.1 Généralités ................................................................................................................................... 241
7.2 Types de protection ...................................................................................................................... 242
8. SUIVI DU VIEILLISSEMENT ............................................................................................................. 246
BIBLIOGRAPHIE ..................................................................................................................................... 246
ANNEXE MODES OPÉRATOIRES DES ESSAIS SPÉCIFIQUES........................................................ 248
1. DETERMINATION DE LA VALEUR DU pH D’UN ÉCHANTILLON DE SOL ..................... 248
2. DETERMINATION DU DEGRE D’HUMIDITE D’UN ECHANTILLON DE SOL .................. 248
3. DÉTERMINATION SUR SITE DE LA RÉSISTIVITÉ D'UN SOL ............................................ 249
4. DÉTERMINATION SUR SITE DE LA RÉSISTIVITÉ D’UN ÉCHANTILLON DE SOL ........ 250
CHAPITRE 7 SPÉCIFICATIONS ET CONTRÔLES ...................................................................................... 251
1. SPÉCIFICATIONS ET CONTRÔLES DES MATÉRIAUX ................................................................ 251
1.1 Matériaux constitutifs des armatures des clous ............................................................................ 251
1.1.1. Armatures métalliques ..................................................................................................... 251
1.1.2. Armatures non-métalliques .............................................................................................. 252
1.2 Procédés et produits de protection des armatures des clous contre la corrosion .......................... 253
1.2.1. Protection des aciers ordinaires ........................................................................................ 253
1.2.2. Protection des aciers pour précontrainte .......................................................................... 253
1.3 Coulis de scellement des clous..................................................................................................... 253
1.3.1. Spécifications relatives aux constituants .......................................................................... 253
1.3.1.1. Ciments ................................................................................................................. 253
1.3.1.2. Eau ........................................................................................................................ 253
1.3.1.3. Adjuvants et ajouts spécifiques ............................................................................. 254
1.3.2. Spécifications relatives à la composition et au dosage..................................................... 254
1.3.3. Contrôle de la qualité du coulis........................................................................................ 254
1.3.3.1. Contrôle de conformité des constituants ............................................................... 254
1.3.3.2. Essais de convenance et contrôle d'exécution ....................................................... 254
1.3.3.3 Fréquence des essais .............................................................................................. 257
1.4 Armatures du parement en béton ................................................................................................. 258
1.5 Béton du parement (béton projeté ou coulé en place) .................................................................. 258
1.5.1. Béton projeté .................................................................................................................... 258
1.5.1.1. Spécifications relatives aux constituants ............................................................... 258
1.5.1.2. Spécifications relatives à la composition et au dosage du béton frais ................... 261
1.5.1.3. Contrôle de la qualité du béton projeté ................................................................. 263
1.5.2. Béton coulé en place ........................................................................................................ 265
1.5.2.1. Spécifications relatives aux constituants, à la composition et au dosage .............. 265

8/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

1.5.2.2. Contrôle de la qualité du béton ............................................................................. 265


1.6 Dispositifs et matériaux de drainage ............................................................................................ 266
1.6.1. Objet du drainage ............................................................................................................. 266
1.6.2. Dispositifs de drainage utilisés......................................................................................... 266
1.6.3. Matériaux de drainage ...................................................................................................... 267
2. CONTRÔLE D’EXÉCUTION DU MUR EN SOL CLOUÉ ................................................................ 267
2.1 Documents à établir avant le commencement des travaux .......................................................... 267
2.1.1. Document précisant le dimensionnement du mur en sol cloué ........................................ 267
2.1.2. Dispositif de drainage ...................................................................................................... 268
2.1.3. Plan de phasage détaillé des différentes opérations de terrassement, de clouage et
d'exécution du parement en béton armé ..................................................................................... 268
2.2 Contrôles à effectuer en cours de travaux .................................................................................... 268
2.2.1. Contrôle de la conformité des terrains et de l'hydrogéologie avec les documents
géotechniques............................................................................................................................. 268
2.2.2. Contrôle de la conformité des travaux avec les documents d'exécution .......................... 268
2.2.2.1. Mise en place des clous ......................................................................................... 269
2.2.2.2. Phasage d'exécution des travaux ........................................................................... 270
2.2.2.3. Mise en place du béton projeté.............................................................................. 270
3. ESSAIS DE TRACTION SUR LES CLOUS EN COURS DE CHANTIER ........................................ 270
4. CONTRÔLE DU COMPORTEMENT DU MUR EN SOL CLOUÉ .................................................... 271
4.1 Contrôle du comportement du mur en sol cloué pendant son exécution...................................... 271
4.1.1. Nécessité du contrôle ....................................................................................................... 271
4.1.2. Définition des contrôles ................................................................................................... 271
4.1.3. Nature des contrôles et leur obligation............................................................................. 271
4.1.3.1. Contrôle des déformations .................................................................................... 271
4.1.3.2. Contrôle de la traction dans les clous .................................................................... 272
4.1.3.3. Examens visuels du parement béton et contrôle du drainage et des niveaux
piézomètriques ................................................................................................................... 272
4.1.4. Fréquences des contrôles.................................................................................................. 272
4.2 Contrôle du comportement du mur en sol cloué en service ......................................................... 273
4.2.1. Nécessité du contrôle ....................................................................................................... 273
4.2.2. Définition des contrôles ................................................................................................... 273
4.2.3. Nature des contrôles et leur obligation............................................................................. 273
4.2.3.1. Contrôle des déformations .................................................................................... 273
4.2.3.2. Contrôle de la traction dans les clous .................................................................... 273
4.2.3.3. Contrôle du drainage et des niveaux piézométriques ............................................ 274

9/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

4.2.3.4. Contrôle de durabilité des clous: témoins de durabilité ........................................ 274


4.2.4. Fréquence des contrôles ................................................................................................... 275
4.2.4.1. Contrôle des déformations de la paroi clouée et de la traction dans les clous ...... 275
4.2.4.2. Contrôle du drainage ............................................................................................. 275
4.2.4.3. Contrôle de durabilité............................................................................................ 275
4.2.5. Entretien du réseau de drainage ....................................................................................... 276
BIBLIOGRAPHIE ..................................................................................................................................... 276
LISTE DES SYMBOLES ET DÉFINITIONS .................................................................................................. 277

10/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

CHAPITRE 1 LA TECHNIQUE DES OUVRAGES: DESCRIPTION ET


DÉVELOPPEMENT

1. DESCRIPTION DE LA TECHNIQUE

1.1 Définition d’un mur en sol cloué

Réaliser un mur en sol cloué consiste à renforcer un sol en déblai, au fur et à mesure de son
excavation, par la mise en place de barres passives, peu inclinées sur l'horizontale, travaillant
essentiellement à la traction et généralement placées parallèlement les unes aux autres. Ces barres
peuvent également travailler partiellement à la flexion et au cisaillement. C'est par le biais du
frottement qui s'exerce entre le sol et les barres que ces dernières peuvent se mettre en traction.

On construit ainsi progressivement et de haut en bas un massif de sol renforcé. Pour éviter que la
terre ne s'écroule entre les barres, on doit placer un parement généralement constitué d'un treillis
soudé et d'un béton projeté. Ce parement peut être vertical, incliné à des angles très variables ou
constitué de redans (Fig. 1).

Dans cette technique, les barres passives sont souvent appelées des clous et le sol renforcé est dit
sol cloué.

Une fois construit, un mur en sol cloué présente une similitude certaine avec un mur en Terre
Armée. Cependant, le fait qu'un mur en sol cloué soit réalisé en descendant et en renforçant un
sol en place, alors qu'un mur en Terre Armée est obtenu en édifiant un remblai que l'on arme au
fur et à mesure, constitue une différence essentielle.

De par sa définition, un mur en sol cloué est difficile à réaliser sous la nappe. Il nécessite alors
des dispositions spéciales telles que rabattement, drainage, etc.

11/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

1.2 L'exécution par phases

La construction d'un mur en sol cloué se fait par phases successives descendantes comprenant
(Fig. 2) :

1) un terrassement, généralement limité à 1 ou 2 m de hauteur et éventuellement limité en


longueur selon les terrains,

2) la mise en place de clous subhorizontaux ou inclinés au sein du sol en place,

3) la réalisation d'un parement qui peut être fait sur place (béton projeté sur treillis soudé ou
béton de fibres) ou à l'aide d'éléments préfabriqués et qui peut être habillé de diverses
manières.

12/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Lors de la phase de terrassement, le sol doit rester stable. Cela requiert l'existence d'une cohésion
à court terme dans le sol en place, mais qui n'a pas besoin d'être élevée. Pour la stabilité des
phases d'excavation du mur en sol cloué de l'expérimentation n°1 du CEBTP, projet
CLOUTERRE, qui avaient 1 mètre de hauteur dans du sable de Fontainebleau, une cohésion de
l'ordre de 4 kPa fut suffisante. Lorsque le sol présente peu de cohésion, on peut réaliser
l'excavation par plots alternés tout en gardant l'ordre des phases 2,3 ou on peut inverser ces deux
phases, c'est-à-dire réaliser le béton projeté avant la mise en place des clous.

Les barres peuvent être mises en place de deux façons principales:

- soit par scellement au coulis de ciment ou au mortier dans un forage préalable,

- soit par battage ou vibrofonçage.

Le clouage avec barres scellées représente, en 1989, un peu plus de la moitié du nombre total de
m2 de clouage réalisé en France.

D'autres techniques se développent actuellement, combinant à la fois vibrofonçage et injection.


Récemment sont apparues en Grande-Bretagne et en France des techniques consistant à foncer
des barres à l'aide respectivement d'un canon à air comprimé et d'un canon pyrotechnique.

Les armatures sont généralement en acier bien que là aussi d'autres matériaux aient été utilisés

13/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

(fibres de verre notamment).

Le parement, dans le cas du béton projeté armé, a une épaisseur calculée qui est principalement
fonction du maillage adopté pour la mise en place des barres. Mais le volume réel de béton
projeté mis en place est souvent plus important compte tenu des hors-profils qui se créent à
l'excavation. Contrairement à d'autres techniques, comme par exemple la Terre Armée,
l'exécution d'un mur en sol cloué constitue une phase critique vis-à-vis de la stabilité locale ou
globale. Cette dernière peut être plus faible en phase d'exécution qu'une fois le mur construit. La
stabilité locale de l'excavation lors de la phase de terrassement est directement fonction de la
hauteur de sol excavé comme l'ont montré notamment les essais et expérimentations réalisés lors
de l'expérimentation n°2 du CEBTP, projet CLOUTERRE (Fig. 3).

Il faut toujours prévoir des barbacanes pour évacuer toute infiltration d'eau et, dans les sites
soumis à des écoulements hydrauliques internes, il convient de prévoir des dispositifs drainants
tels que:

- drains subhorizontaux,

- additifs de structure drainants, tels que géotextiles mis en place avant le parement.

2. HISTORIQUE ET DÉVELOPPEMENT

2.1 Origine du clouage

On peut voir l'origine du clouage, d'une part dans le boulonnage des roches et les systèmes à

14/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

ancrages multiples, d'autre part dans la Terre Armée qui présente, de par son fonctionnement, une
grande similitude avec cette technique.

Parmi les ouvrages ou techniques de renforcement des sols en place qui sont assez proches des
murs en sol cloué, on doit citer les réalisations suivantes :

- des murs de soutènement, avec barres scellées et parement en béton armé dans des
schistes, réalisés en 1961 (Bonazzi et Colombet, 1984) (Fig. 4) ;

- la méthode autrichienne pour les soutènements de galeries et de tunnels, développée par


Rabecwiz (1964) et qui remplace souvent les soutènements traditionnels.

15/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Cette dernière technique consiste à renforcer le terrain par des barres scellées, tout autour de la
galerie et immédiatement après l'excavation du front, ce qui permet de réduire très sensiblement
le revêtement définitif à mettre en place (Fig. 5). Les barres ont généralement de 3 à 6 m de
longueur.

2.2 Le développement du clouage en soutènement

Le développement des murs en sol cloué a comporté les étapes suivantes.

1) Premier mur réalisé en 1972/1973 à Versailles par les entreprises Bouygues et Solétanche
pour un élargissement de voies SNCF (Rabejac et Toudic, 1974). Il s'agissait d'un mur
provisoire dans le sable de Fontainebleau, construit avec une forte densité de barres courtes
et scellées au coulis (Fig. 6). Ce mur a été à l'origine du clouage en France.

2) Première expérimentation sur ouvrage réel en Allemagne (Stocker et al., 1979). Le mur
construit avec des barres scellées a été poussé à la rupture par surcharge en tête.

3) Première tentative d'industrialisation avec le développement des premiers éléments de


parement préfabriqués en France (Louis, 1981).

4) Projet national de recherche sur le clouage (CLOUTERRE 1986-1990) à l'initiative du


ministère de l'Equipement (DAEI) avec le concours de la Fédération nationale des Travaux
publics et du ministère de la Recherche.

16/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Il convient de mentionner le développement parallèle de certaines techniques de soutènement par


renforcement des sols en place, assez proches du clouage, comme:

- la technique des pieux racines, appelés en France micropieux, qui a été développée en
Italie par Lizzi (1979) et qui est également utilisée pour la construction d'ouvrages de
soutènement, à mi-chemin entre la stabilisation des pentes et les murs en sol renforcé
(Fig. 7) ;

- la technique des murs à ancrages actifs multiples, appelés communément «murs


épinglés», dans laquelle l'ouvrage est également construit par phases, en descendant (Fig.
8) (Blondeau et al., 1987). La principale différence avec un mur en sol cloué réside dans
l'utilisation d'ancrages précontraints à la place des clous. Cette technique permet de
limiter les déplacements horizontaux consécutifs aux terrassements.

17/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

A l'heure actuelle, l'ouvrage de soutènement à parement vertical le plus haut réalisé par clouage
est le mur provisoire construit pour la fouille de l'Opéra à Montpellier. Ce mur, ceinturant
l'excavation, a 21 m de hauteur et a été réalisé avec la technique des barres battues (méthode
hurpinoise) dans du sable fin cimenté (Fig. 9a). Il s'agit en fait d'un mur mixte puisqu'il comporte
enpartie haute un lit de tirants précontraints. Le mur le plus haut jusqu'à présent réalisé en
clouage sans tirant actif est celui de la tête sud du tunnel de Dombes pour le contoumement est de
Lyon par le TGV; sa hauteur est de 28 m et il a un fruit de 17° (Fig. 9b).

18/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

En France, au cours de l'année 1988, et bien que le recensement soit difficile, on peut considérer
qu'au minimum 50000 m2 de parement de murs en sol cloué ont été construits. A titre d'exemple,
pour la réalisation des passages en tranchée couverte du TGV Atlantique, à la sortie de Paris, près

19/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

de 40000 m2 de murs en sol cloué ont été construits en deux ans. En dehors de la France, la
technique est assez bien développée en Allemagne et en Autriche et elle commence à se
développer en Amérique du Nord; mais, dans l'ensemble, le développement mondial en est
encore à ses débuts.

La plus grande part des ouvrages réalisés sont encore des ouvrages provisoires bien que 1988 et
1989 aient vu se construire, en France, beaucoup d'ouvrages temporaires et permanents.

Un développement plus rapide de la technique nécessiterait:

- l'utilisation du clouage pour des ouvrages définitifs, ce qui a été l'un des objectifs du
projet national CLOUTERRE ; c'est le manque d'expérience sur la durabilité du clouage
(corrosion des barres) qui a, jusqu'à maintenant, limité la technique aux ouvrages
provisoires;

- une meilleure esthétique du parement par la mise en place de nouvelles technologies


(éléments préfabriqués en béton, etc.).

2.3 Le clouage et les brevets

L'idée du clouage n'a pas été brevetée, et n'est pas brevetable, compte tenu des nombreuses
antériorités qui existent dans ce domaine.

Par contre, de nombreux brevets technologiques ont été et peuvent être pris. Ils portent
principalement sur les clous et sur le parement (éléments préfabriqués). Ainsi plusieurs brevets
portent sur les systèmes de protection des clous contre la corrosion.

2.4 Avantages et limitations

Les principaux avantages du clouage pour les soutènements sont:

- un matériel réduit pour la construction,

- une rapidité d'exécution,

- une bonne adaptation aux sites,

- une bonne adaptation aux sols hétérogènes,

- un coût très compétitif.

20/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

La construction d'un mur cloué ne nécessite qu'un matériel limité et léger: un engin de
terrassement pour l'excavation, un engin de forage et une centrale d'injection ou un engin de
battage pour la mise en place des barres, une machine à projeter le béton dans le cas où le
parement est en béton projeté armé.

L'exécution en est rapide puisque la construction se fait en même temps que les terrassements.

Même si la technique est simple, la mise en œuvre d'un mur en sol cloué requiert à la fois
prudence et compétence de la part de l'entreprise ayant à sa charge la construction.

Le clouage est bien adapté aux sites délicats dans la mesure où il ne nécessite pas d'excavation
préalable et où le matériel utilisé est léger. Il permet en particulier de réaliser des ouvrages dans
des pentes d'accès difficile. Il peut être réalisé par plots, en courbe ou avec un parement incliné,
par murs superposés.

Bien que la plupart des études et recherches menées jusqu'à présent dans le domaine du clouage
aient été limitées à des sols homogènes, cette technique est également bien adaptée aux sols
hétérogènes dans la mesure où la densité des clous peut être adaptée à la nature et à la résistance
des sols rencontrés. Les clous scellés peuvent passer sans difficulté au travers des sols localement
hétérogènes comportant des blocs; il est également possible, pour des raisons d'encombrement, de
modifier localement l'orientation, la longueur ou la densité des clous.

La technique du clouage est également d'un coût très compétitif dans la mesure où elle conjugue
rapidité et simplicité d'exécution avec l'utilisation de matériels légers.

Le clouage présente cependant certaines limitations, à savoir:

- des déplacements latéraux et verticaux inhérents au fonctionnement même de la


technique,

- une utilisation limitée aux sols hors nappe ou à l'abri d'un rabattement de nappe,

- une utilisation difficile ou délicate dans certains sols: sables pulvérulents sans cohésion,
sables boulants et sols comprenant des poches d'eau, sols très argileux où la teneur en
eau peut augmenter après la construction, sols gélifs.

En ce qui concerne les ouvrages temporaires et définitifs, c'est-à-dire autres que provisoires (cf.
chap. 6, § 1), une attention toute particulière doit être portée à la durabilité des clous dans les sols

21/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

corrosifs et aux déformations à long terme résultant notamment du fluage des sols argileux.

Les déplacements latéraux et verticaux constituent une limitation qui est surtout importante en
site urbain à cause des ouvrages existants situés à proximité. En effet, comme cela sera précisé au
paragraphe 3.4 du chapitre 2, la partie supérieure du parement d'un sol cloué se déplace
latéralement et verticalement durant la construction d'une valeur comprise entre un millième et
quatre millièmes de la hauteur du mur (Fig. 10). Ce déplacement se répercute à la surface du sol
avoisinant, tout en s'amortissant en fonction de la distance au parement; aussi convient-il de
vérifier que la structure existante va pouvoir supporter sans dommage une déformation
horizontale du sol en extension εh ainsi qu'une déformation verticale de tassement différentiel
(distorsion γv) sur une distance λ à partir du parement dont les valeurs sont précisées au
paragraphe 3.4.2 du chapitre 2.

L'amortissement des déplacements εh et εv en fonction de la distance au parement n'est pas en


général linéaire (Peck 1969) et peut parfois se concentrer sous la forme d'une fissure au droit des
extrémités des clous.

Dans le cas où la structure existante ne pourrait pas résister à ces déformations, on pourra avoir
recours à des tirants précontraints ou à un butonnage en tête du mur à condition de vérifier une
deuxième fois que les déplacements provenant de la réalisation du mur resteront compatibles
avec la déformabilité des ouvrages existants.

La construction de murs cloués sous la nappe n'est pas envisageable, tant pour des problèmes

22/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

d'exécution que pour la stabilité à long terme, sans un rabattement mettant l'ouvrage à l'abri des
surpressions interstitielles.

La limitation due à la nature des sols recouvre plusieurs aspects. Avec les sables sans cohésion, il
n'est pas possible d'assurer la stabilité d'une excavation subverticale, même limitée en longueur et
en hauteur. Les sables boulants et les poches d'eau provoquent des instabilités à la construction
qui peuvent être graves de conséquences; afin de les éviter, un drainage du sol au fur et à mesure
de l'excavation est nécessaire. Dans le cas des sols argileux, des précautions doivent être prises
pour empêcher les infiltrations d'eau qui entraîneront une forte diminution du frottement latéral
sollbarres, associée à une perte de résistance du sol. Enfin, de récentes expériences concernant la
construction de murs en sol cloué en montagne ont montré que les sols gélifs pouvaient conduire
à des désordres par suite du gonflement sous l'effet du gel et de son association avec le
mécanisme du clouage. Il convient donc de prendre des mesures appropriées, soit en
surdimensionnant les clous pour absorber les efforts dus à la pression de gonflement, soit en
plaçant au contact du parement une structure tampon (mur en Texsol, mur-caisson en éléments
préfabriqués, etc.) pour empêcher la pénétration du gel.

3. LE PROJET NATIONAL CLOUTERRE

3.1 Contexte général

La technique du clouage des sols est une technique récente, ainsi que cela a été vu au paragraphe
précédent, et, en ce domaine, la France possède, depuis l'origine, une avance certaine, tant au
niveau de la pratique qu'au niveau théorique. Néanmoins, après le démarrage rapide du clouage
des sols en ouvrages de soutènement provisoires, le développement de cette technique, pour des
ouvrages permanents ou mixtes, butait au début des années 80 sur le manque de
recommandations et de réglementations.

Pour répondre à ce besoin, le Projet national CLOUTERRE a été créé en 1985 à l'initiative de la
DAEI et de la FNTP (Mémoire de présentation CLOUTERRE, avril 1986). Ce projet national,
dont la structure est conforme à celle de tous les autres projets nationaux, a permis d'associer,
grâce à un financement original, plus de 21 organismes d'origines différentes sur un projet de
recherche qui a abouti, en 1991, à la rédaction des recommandations présentées ici-même.

23/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

3.2 Les participants et le financement

A côté de la DAEI, qui est à l'initiative du projet et qui a apporté environ 15% du budget global
de 21 millions de francs, on trouve 21 participants d'horizons très divers: organismes publics et
para-publics (7), maîtres d'ouvrages publics et privés (3), entreprises (11), qui ont financé à plus
de 85% le projet CLOUTERRE soit par des cotisations directes, soit en fournissant des
prestations en nature.

3.3 Programme de recherche

L'objectif était de promouvoir le clouage des sols, aussi bien pour des ouvrages provisoires que
pour des structures permanentes, grâce à la rédaction de recommandations. Il fallait clairement
délimiter les domaines d'application et compléter l'état des connaissances. C'est à cela que s'est
attaché le programme de recherche lancé en 1986 et achevé en 1990. Le projet CLOUTERRE
n'ayant pas vocation à développer des recherches technologiques, qui sont du domaine des
entreprises, seules les recherches visant à améliorer les connaissances sur le comportement et le
dimensionnement des ouvrages ont été réalisées.

Quatre axes de recherches ont été ainsi définis et étudiés:

1) une meilleure connaissance du comportement des murs cloués;

2) la détermination des limites du procédé;

3) l'amélioration des méthodes de dimensionnement des ouvrages;

4) l'utilisation du clouage pour des ouvrages permanents.

Le premier axe a concerné non seulement le comportement global d'un mur en sol cloué à la
rupture (stabilités interne et externe) et en état de service (déformations et déplacements
d'ensemble du mur en sol cloué), mais aussi le comportement local de l'interaction sol-clou, qui
est un des éléments déterminants pour la stabilité interne du massif en sol cloué. L'étude de la
stabilitéinterne d'un mur en sol cloué en cours d'excavation a été faite grâce à l'expérimentation
du mur en sol cloué de l'expérimentation n° 2 du CEBTP (CLOUTERRE, CEBTP, décembre
1989) et à l'étude en centrifugeuse de modèles réduits de murs en cours de construction
(CLOUTERRE, LCPC, octobre 1987 et décembre 1989). Les déformations et déplacements d'un
mur en sol cloué en état de service, ont été, quant à eux, étudiés expérimentalement sur plusieurs

24/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

ouvrages et modélisés numériquement (CLOUTERRE, CERMES, octobre 1986, octobre 1988 et


décembre 1989).

En plus du mur en sol cloué de l'expérimentation n° 1 du CEBTP, suivi et instrumenté depuis sa


construction jusqu'à sa mise en rupture (CLOUTERRE, CEBTP, mai 1986), cinq ouvrages en sol
cloué réalisés en France par différents organismes, ont été instrumentés dans le cadre du projet
CLOUTERRE : Autoroute A 71 Vierzon-Bourges (CLOUTERRE, CEBTP, octobre 1987 et
décembre 1989) ; RN90-déviation d'Aigueblanche, tranchée des Esserts (CLOUTERRE, CETE
Rhône-Alpes, mars 1988 et CLOUTERRE, LRPC, décembre 1989) ; A 30-section
Knutange-Hayange, tunnel du Bois des Chênes (CLOUTERRE, CETE de l'Est, novembre 1987
et mars 1988) ; tranchée du terminus de la ligne D du métro de Lyon, Vénissieux (CLOUTERRE,
INSA Lyon, octobre 1988) ; talus de la bifurcation A6-A40 Mâcon (CLOUTERRE,
SCETAUROUTE, mars 1988).

Dans le domaine de l'interaction sol-clou, déterminante dans le clouage, les connaissances ont pu
être sensiblement améliorées grâce aux nombreuses recherches expérimentales, numériques et
théoriques, conduites dans le cadre du projet CLOUTERRE.

Les études expérimentales ont comporté non seulement des recherches originales en laboratoire:
mise au point d'un capteur local de pression normale sur un clou de 2 cm de diamètre placé au
sein d'un échantillon à l'appareil triaxial (CLOUTERRE, CERMES, décembre 1989);
cisaillement d'échantillons de sable renforcés par des tiges ou des plaques métalliques
(CLOUTERRE, CERMES, septembre 1987, juin 1988 et décembre 1989); cisaillement direct
entre sable et plaque à rigidité normale imposée (CLOUTERRE, IMG, octobre 1989);
arrachement de clous en cuve d'étalonnage (CLOUTERRE, IMG, mai 1987) ; mais aussi des
essais en vraie grandeur au CEBTP: essais d'arrachement sur plusieurs types de clous
(CLOUTERRE, CEBTP, juin 1987, juin 1988 et décembre 1989) ; cisaillement d'un massif de
sable renforcé par des clous verticaux (CLOUTERRE, CEBTP, juin 1988).

De plus, la collecte des données relatives à plus de 450 essais d'arrachement de clous, réalisés par
les entreprises, a permis la constitution de la seule banque de données existante en ce domaine
(CLOUTERRE, CEBTP, décembre 1987, juin 1988, janvier 1989 et mars 1989). Elle permet le
prédimensionnement des paramètres d'interaction sol-clou par utilisation d'abaques (chap. 3,
annexe 1).

25/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

L'aspect théorique et numérique de l'interaction sol-clou a été, quant à lui, développé selon deux
directions:

1) l'établissement de la loi de mobilisation du frottement latéral à partir des courbes d'essais


d'arrachement (CLOUTERRE, CEBTP, juin 1988 et décembre 1989) ;

2) le développement et l'utilisation d'éléments d'interface dans des logiciels de modélisation du


comportement des murs en sol cloué (CLOUTERRE, CERMES, décembre 1989 et
CLOUTERRE, IMG, mai 1988 et mars 1989).

Le deuxième axe de recherches, dont l'objectif était de déterminer les limites du procédé, a
rassemblé les expériences de tous les participants dans le domaine du clouage. Cela a permis de
préciser les sols pouvant faire l'objet de clouage, ceux présentant des risques ou ceux à exclure.

Le troisième axe de recherches, sur l'amélioration des méthodes de dimensionnement, a consisté


à comparer les principales méthodes de calcul actuellement utilisées en France, à étudier
l'influence des divers paramètres, notamment ceux de l'interaction sol-clou, et à caler ces
méthodes sur des cas réels.

Le dernier axe de recherches a concerné l'étude de la corrosion et de la durabilité des clous


(CLOUTERRE, TERRASOL, décembre 1989).

3.4 Expérimentations en vraie grandeur sur les murs en sol cloué du CEBTP

L'originalité du projet CLOUTERRE a consisté dans la réalisation par le CEBTP, de trois murs
expérimentaux en sol cloué qui ont été instrumentés, suivis tout au long de leur construction, puis
poussés à la rupture.

Chacun de ces murs expérimentaux avait été conçu pour étudier un mode de rupture différent. Le
mur en sol cloué de l'expérimentation n° 1 du CEBTP s'est ainsi rompu par cassure des armatures
sous l'effet de la saturation du sol à partir de la tête (CLOUTERRE, CEBTP, mai 1986) ; le mur
en sol cloué de l'expérimentation n° 2 du CEBTP a, quant à lui, été rompu en augmentant la
hauteur de la phase d'excavation (CLOUTERRE, CEBTP, décembre 1989); le mur en sol cloué
de l'expérimentation n° 3 du CEBTP a été conduit à la rupture par réduction progressive de la
longueur des clous (CLOUTERRE, CEBTP, décembre 1989).

Pour se placer dans les meilleures conditions d'expérimentation, chacun des trois murs avait été

26/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

construit dans un grand massif de sable de Fontainebleau rapporté, mis en place et compacté sous
contrôle très strict. Comme pour beaucoup de sables naturels, celui-ci avait une légère teneur en
fines qui, combinée à la teneur en eau avec laquelle il avait été compacté, possédait une cohésion
apparente suffisante pour assurer la stabilité des phases d'excavation en cours de construction.

 Expérimentation CLOUTERRE n° 1 du CEBTP (1986)

Le mur en sol cloué de cette expérimentation a été réalisé par phases d'excavation de 1 m de
hauteur avec des clous scellés de 6 à 8 m de longueur. Sa hauteur totale était de 7 m. L'ouvrage
avait été calculé avec un coefficient de sécurité suffisamment faible vis-à-vis d'une rupture par
cassure des clous (F=1,1), pour pouvoir être rompu facilement en saturant progressivement le sol
à partir de la tête du mur. L'effet de la saturation a été de diminuer la cohésion apparente et
d'augmenter le poids volumique total. La ruine complète de l'ouvrage a été empêchée par
l'encastrement du parement en béton projeté dans le sol de fondation. Grâce à l'instrumentation
mise en place, il a été possible d'effectuer de nombreuses mesures (tractions dans les armatures,
déplacements du parement et déformation du massif en sol cloué...) durant et après la
construction jusqu'à la rupture. De plus, l'excavation du mur en sol cloué, une fois rompu, a
permis une investigation très complète et très fructueuse du comportement de l'ouvrage à la
rupture (Fig. 11).

27/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

 Expérimentation CLOUTERRE n° 2 du CEBTP (1989)

L'objectif du mur expérimental n° 2 du CEBTP était d'étudier la stabilité, aussi bien locale que
globale, du massif en sol cloué en phase d'excavation. Pour cela, un mur cloué de 3 m de haut a
été construit puis poussé à la rupture, par augmentation de l'excavation en pied de mur de 1 à 3 m
de hauteur. A la première passe (1 m de hauteur d'excavation), l'excavation comme le mur était
stable. A la deuxième passe (2 m de hauteur d'excavation) il y a eu rupture locale et stabilisation
de l'excavation par formation d'une voûte, le mur est resté globalement stable. A la troisième
passe (3 m de hauteur d'excavation) l'effet de voûte a été détruit et la rupture locale s'est propagée
jusqu'à la surface conduisant à une rupture globale et interne du mur (Fig. 12).

28/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

 Expérimentation CLOUTERRE n° 3 du CEBTP (1989)

La troisième expérimentation d'un mur en sol cloué au CEBTP avait pour but d'étudier le mode
de rupture par insuffisance de longueur des armatures. Un mur cloué de 6 m de hauteur a donc été
construit et poussé à la rupture, en diminuant progressivement la longueur des clous
télescopiques constitués de barres coulissant dans des tubes. Après réduction au minimum de la
longueur des clous, l'ensemble de la masse de sol cloué s'est affaissé de 30 cm et a glissé le long
d'une surface de rupture, bien localisée, délimitée par les clous (Fig. 13).

29/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Les longueurs des clous, uniformes au début de l'essai, ont été réduites progressivement au cours
de l'expérimentation pour atteindre une répartition de clous très courts à la base du mur (0,50 m)
et augmentant en fonction de la hauteur jusqu'à 2,30 m en tête.

Cette disposition a imposé la forme de la surface de glissement qui a correspondu à une rupture
limite entre le mode par défaut d'adhérence et le mode par rupture externe.

BIBLIOGRAPHIE

Rapports internes Clouterre

Mémoire de présentation du Projet national «CLOUTERRE», avril 1986.

CEBTP (1986), Compte-rendu de l'expérimentation en vraie grandeur de la paroi clouée n° 1.


Rupture d'une paroi clouée par cassure des armatures, mai 1986.

CERMES (1986), Modélisation numérique du clouage, octobre 1986.

30/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

CERMES (1986), Étude du clouage en modèle réduit, octobre 1986.

IMG (1987), Essais de laboratoire réalisés en chambre de calibration (pré-rapport), mai 1987.

SETRA (1987), Le renforcement des ouvrages en terre armée, août 1987.

CEBTP (1987), Essais de traction sur différents types de clous dans du sable de Fontainebleau
(pré-rapport), juin 1987.

CERMES,( 1987), Rapports d'avancement, juillet 1987 :

I- Etude du fluage des sables.

II- Essais d'arrachement au triaxial.

III- Influence de la mise en place des barres sur le frottement en laboratoire.

CERMES (1987), Essais de sable renforcé par plaques à la boîte de cisaillement (rapport
d'avancement), septembre 1987.

LCPC - CERMES (1987), Premiers essais en centrifugation, octobre 1987.

CEBTP (1987), Projet d'instrumentation du mur cloué M4 de l'autoroute A 71 à Vierzon, octobre


1987.

CETE DE L'EST (1988), Projet d'instrumentation des parois clouées du tunnel du Bois des
Chênes, autoroute A 30, 1987.

CEBTP (1987), Banque de données des essais d'arrachement de clous et autres inclusions rigides,
doc. n° l, décembre 1987.

CETE RHÔNE ALPES (1988), Projet d'instrumentation de la paroi clouée de la tranchée des
Esserts RN 90, mars 1988.

CETE DE L'EST (1988), Compte rendu d'instrumentation et de mesures des parois clouées du
tunnel du Bois des Chênes, autoroute A 30, mars 1988. .

IMG (1988), La méthode des équations intégrales aux frontières appliquée au renforcement des
sols, mai 1988.

CEBTP (1988), Banque de données des essais d'arrachement de clous et autres inclusions rigides,
doc. n° 2, juin 1988.

31/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

CEBTP (1988), Essais de traction de tubes battus dans du sable de Fontainebleau, juin 1988.

CEBTP (1988), Essais de traction en vraie grandeur de différents types de clous dans du sable: de
Fontainebleau, juin 1988.

CEBTP (1988), Essais de cisaillement in situ sur sol renforcé, juin 1988.

CEBTP (1988), Rapport final interaction sol-clou, juin 1988.

CERMES (1988), Pluage des sables, juillet 1988.

SEMALY - INSA DE LYON (1988), Instrumentation d'une paroi clouée à Vénissieux, octobre
1988.

CERMES (1988), Modélisation numérique du mur de Saint-Rémy, octobre 1988.

CEBTP (1989), Banque de données des essais d'arrachement de clous et autres inclusions rigides,
doc. n° 3, janvier 1989.

IMG (1989), La méthode des équations intégrales aux frontières appliquée au renforcement des
sols, mars 1989.

CEBTP (1989), Banque de données des essais d'arrachement de clous et autres inclusions rigides,
(comparaison avec DTU 13.2 et SETRA 1985), doc. n° 3 bis, mars 1989.

IMG (1989), Essais de cisaillement direct à rigidité normale imposée sur matériaux fins, octobre
1989.

CEBTP (1989), Mur M4, autoroute A 71 Vierzon-Bourges, décembre 1989.

CEBTP (1989), Compte-rendu de l'expérimentation en vraie grandeur de la paroi clouée n° 2.


Rupture du massif de sol cloué en cours de terrassement, décembre 1989.

CERMES (1989), Interaction sol-clou, étude en laboratoire, décembre 1989.

CERMES (1989), Modélisation non linéaire des murs cloués: cas du mur de Saint-Rémy,
décembre 1989.

TERRASOL (1989), Synthèse des études de corrosion pour des ouvrages métalliques enterrés,
décembre 1989.

CEBTP (1989), Détermination du mode opératoire de l'essai de traction sur clou. Test sur deux
types de clous suivant un essai à vitesse constante et un essai par palier de fluage,

32/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

décembre 1989.

CERMES (1989), Interaction sol-clou. Étude à la boîte de cisaillement, décembre 1989.

LCPC (1989), Expérimentation en centrifugeuse sur massifs en sols cloués, décembre 1989.

CEBTP (1989), Compte-rendu de l'expérimentation en vraie grandeur de la paroi clouée n° 3.


Rupture du massif de sol cloué par raccourcissement des clous, décembre 1989.

CETE RHÔNE ALPES (1989), Compte-rendu de l'instrumentation de la paroi clouée de la


tranchée des Esserts, décembre 1989.

Publications

BLONDEAU F., LUCAS E. (1987), Soutènement d'une fouille de grande hauteur (36 m) par un
mur à ancrages multiples et environnement sensible (Monaco). Actes du Colloque
Interactions Sols-structures, Paris, Presses de l'ENPc.

BONAZZI D., COLOMB ET G. (1984), Réajustement et entretien des ouvrages de talus.


Colloque renforcement en place des sols et des roches, Presses ENPC, Paris, 1984.

GOULESCO N., MEDIO J.M (1981), Soutènements des sols en déblais à l'aide d'une paroi
hurpinoise (autoroute A 86 Nogent-sur-Marne), Revue de l'AFTES (47), septembre-
octobre 1981.

GUILLOUX A., GONIN H., NOTIE G. (1983) Experiences on a retaining structure by nailing in
moraine soils. 8 th ECSMFE Helsinki 1983.

LIZZI F., CARNAVALE G. (1979), Networks of root piles for the consolidation of soils:
theoretical aspects and tests on models. International Symposium on Soil Reinforcement,
Paris.

LOUIS C. (1981), Nouvelle méthode de soutènement des sols en déblais, Revue Travaux, N°553.

MEDIO J.M, GOULESCO N., GUEGAN Y, Exemples d'application de soutènements cloués: dix
ans d'hurpinoise. Sols et Fondations 184.

PECK, R.B. (1969), Deep excavations and tunelling in soft ground. State of the art report. 7th
international conference on soil, Mechanics and foundation engineering, Mexico, 1969.

RABCEWICZ L. V (1964, 1965), The new austrian tunneling method, Parts 1 to 3, Water Power,

33/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

London, novembre, décembre 1964, janvier 1965.

RABEJAC S., TOUDIC P. (1974), Construction d'un mur de soutènement entre Versailles-
Chantiers et Versailles-Matelots, Revue générale des chemins de fer, 93e année, pp. 232-
237.

SCHLOSSER F. (1982), Behaviour and design of soil nailing, Symp. Recent Developments in
Ground Improvement Techniques, AIT, Bangkok, pp. 399-413.

SCHLOSSER F. (1983), Analogies et différences dans le comportement et le calcul des ouvrages


de soutènement en terre armée et par clouage des sols, Annales de l'ITBTP(418), série:
sols et fondations 184 - 10.1983.

STOCKER M., KORDER G., GÂSSLER G., GUDEHUS G. (1979), Soil Nailing, c.R. Coll.
intern. Renforcement des sols (2), Paris, Presses ENPC, pp. 469-474.

34/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

CHAPITRE 2 LE CLOUAGE EN SOUTÈNEMENT: MÉCANISME ET


COMPORTEMENT

1. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DES OUVRAGES

Le suivi des murs en sol cloué des expérimentations nos 1, 2 et 3 du CEBTP et leur interprétation
ont permis de mieux connaître les principes de fonctionnement des ouvrages en sol cloué. En ce
domaine, il faut d'ailleurs reconnaître que l'état des connaissances était assez limité, du fait du
nombre important de paramètres (géométrie, longueur, inclinaison des barres, nature des terrains,
etc.) qui peuvent intervenir, à l'inverse de techniques de renforcement de sols rapportés, comme
la Terre Armée, où les géométries, les sols, armatures et parements utilisés sont beaucoup plus
standardisés. Afin de mieux comprendre le fonctionnement du clouage, celui-ci sera présenté en
faisant référence à la Terre Armée, et en précisant les différences et les analogies.

La première différence fondamentale entre les deux techniques réside dans le mode et le phasage
de la construction (Schlosser, 1983). Le clouage est une technique de renforcement des sols en
place, où l'ouvrage en sol cloué est réalisé en déblai, par passes descendantes successives. La
Terre Armée, quant à elle, est une technique de renforcement de sols rapportés, où l'ouvrage
renforcé est construit en remblai, par passes ascendantes successives. Il en résulte, tant pour les
déplacements et déformations que pour les contraintes dans le sol et les armatures, des
répartitions très différentes entre les deux techniques, pour des géométries équivalentes.

Au cours des excavations successives, le sol qui va constituer le mur cloué se décomprime
latéralement en même temps qu'il tasse. Il en résulte ainsi, en fin de construction, un léger
déversement du parement où les déplacements horizontaux et verticaux sont maximaux en tête.
Au contraire, pour les murs en Terre Armée, au cours des phases successives de remblaiement,
les déplacements latéraux en pied de mur augmentent par suite de la compression des couches
inférieures sous l'effet du poids des terres. Il en résulte, après construction, une légère
déformation du parement en pied de mur, où les déplacements horizontaux sont maximaux (Fig.
1).

35/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Pour ce qui concerne la mise en traction des renforcements, les techniques diffèrent là aussi
notablement. Dans le cas des murs en sol cloué, la décompression horizontale du massif au cours
des excavations successives a pour effet de solliciter préférentiellement les clous subhorizontaux
en traction. La mise en traction d'un lit de clous ne commence à se produire que sous l'effet des
excavations des niveaux inférieurs. On peut considérer par exemple le cas typique du clou n° 3
du mur en sol cloué de l'expérimentation n° 1 du CEBTP, présenté sur la figure 2. On y observe
que l'effort dans ce clou, nul à la phase d'excavation n° 3, croît au fur et à mesure des phases
ultérieures nOS 4, 5, 6 et 7.

36/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

En outre, l'accroissement de traction dans le clou n° 3, dû à l'excavation j, (j = 4, 5, 6 et 7), est


d'autant plus petit que j est plus grand; plus précisemment, la traction d'un clou i dépend
essentiellement des trois phases d'excavation suivantes i + 1, i + 2 et i + 3. Il en résulte ainsi que
les derniers lits de clous sont les moins sollicités. Cependant, on observe en fin de construction
une mise en traction progressive de ces lits sous l'effet des déformations à long terme.

A l'inverse, dans les murs en Terre Armée qui sont construits de bas en haut, les armatures les
plus basses sont les premières et les plus sollicitées en traction.

En dépit de ces modes de mise en traction très différents, on observe, au niveau de la répartition
finale des tractions dans les armatures et dans les clous, des similitudes importantes et très
intéressantes. Pour les deux techniques, comme cela a été observé aussi pour beaucoup d'autres
techniques de renforcement, les efforts normaux dans les clous ne sont pas maximaux au
parement, mais à l'intérieur du massif cloué. Ce résultat est de portée très générale et caractérise
les techniques de renforcement dans lesquelles l'interaction avec le sol est continue tout au long
de l'inclusion. Le lieu géométrique des points de traction maximale Tmax permet alors de séparer
le massif en deux zones:

1) Une zone active située derrière le parement et où les contraintes de frottement latéral

37/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

exercées par le sol sur les barres sont dirigées vers l'extérieur;

2) Une zone résistante où les contraintes de frottement latéral sont dirigées vers l'intérieur et
s'opposent ainsi au déplacement latéral de la zone active.

Pour la Terre Armée, le lieu des tractions maximales Tmax est bien connu, du fait de la simplicité
des géométries et de la standardisation des matériaux. Il n'en est pas de même pour les sols cloués,
où les paramètres qui interviennent sont plus nombreux et complexes; la détermination du lieu
des tractions maximales Tmax y est alors plus compliquée a priori. C'est d'ailleurs une des raisons
pour lesquelles la mise au point d'une méthode générale de dimensionnement du type équilibre
local (c'est-à-dire permettant de calculer les efforts de traction dans les clous) n'a pu jusqu'à
présent être faite, en dépit de tentatives intéressantes (Juran et al., 1990).

Une explication mécanique, intéressante et applicable à tout type de renforcement, de la forme et


de la ligne des tractions maximales, considérée comme surface de rupture potentielle, a été
fournie par Basset et Last (1978). En s'appuyant sur le concept proposé par Roscoe (les lignes de
rupture dans un matériau correspondent aux lignes d'extension nulle ε=0), ces derniers ont montré
que la présence d'inclusions horizontales résistant à la traction derrière un écran de soutènement
vertical modifiait complètement le champ des déformations et que, dans la mesure où le sol
renforcé pouvait être considéré comme un matériau ne présentant pratiquement pas de variation
de volume sous cisaillement (angle de dilatance nul ν=0), les lignes de rupture devenaient
verticales en tête (Fig. 3).

38/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Il est intéressant de noter que la distinction entre renforcements passifs, du type armature ou clou,
et renforcements actifs du type tirants précontraints, est très nette si l'on considère la répartition
des efforts normaux. Dans un tirant actif, l'effort normal est constant sur toute la longueur libre,
alors que dans une armature ou un clou, l'effort normal varie sur toute la longueur de l'inclusion.

Les armatures de Terre Armée et les clous des murs en sol cloué difîerent dans leur
comportement. Alors que les armatures de Terre Armée sont souples, travaillent uniquement à
l'effort normal et ne reprennent aucun effort tranchant ni moment fléchissant, les clous possèdent
parfois une rigidité suffisante qui leur permet de travailler non seulement en traction, mais aussi
en flexion-cisaillement. Il est à noter cependant que les clous, dans un ouvrage en service, ne sont
pratiquement pas sollicités à la flexion et au cisaillement, sauf parfois localement près du
parement. Ce dernier, lorsqu'il est d'épaisseur importante et que le frottement à court terme du
terrain est faible, peut parfois être plus ou moins suspendu aux clous pendant les premières
phases de construction.

La mobilisation d'efforts tranchants ou de moments fléchissants non négligeables n'intervient,


lorsque les clous ont une rigidité suffisante, qu'au voisinage de la rupture, lorsque se développe
dans le massif une zone de cisaillement autour de la surface de rupture potentielle.

39/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Le clouage, en France, s'est principalement développé suivant deux procédés:

- le premier procédé du type « Hurpinoise » met en œuvre des clous de faible capacité, de
faible longueur, assez rapprochés (Sv, Sh≤1 m) comme dans la technique de la Terre
Armée et sont généralement constitués d'armatures battues;

- le second procédé consiste à sceller dans le sol des armatures généralement de forte
capacité (TG>200 kN), de plus grande longueur et plus espacées (Sv, Sh > 1 m). Son
comportement global est considéré comme similaire à celui du procédé précédent tant
que Sv . Sh ≤6 m2.

Les deux procédés se distinguent par deux différences principales:

- la première concerne les efforts repris par le parement (traction T0 en tête de clou,
pression locale p du sol); ces derniers sont beaucoup plus faibles dans le procédé dit de
la «Hurpinoise» conduisant à mettre en place un parement plus mince;

- la seconde est relative aux efforts mobilisés dans les clous. Dans le procédé du type
«Hurpinoise», aucun cisaillement et moment de flexion n'est mobilisé dans les clous,
compte tenu de leur faible inertie.

2. INTERAGTION SOL/CLOU

Deux types d'interaction se rencontrent dans le clouage utilisé en soutènement:

- l'interaction la plus importante est le frottement latéral que le sol exerce le long du clou
et qui permet la mise en traction du clou,

- une deuxième interaction, secondaire, est la butée du sol le long du clou lors du
déplacement latéral. de ce dernier. Cette butée permet de mobiliser dans le clou des
moments fléchissants et des efforts tranchants; elle nécessite que se développe une zone
de cisaillement dans le massif cloué.

2.1 Le frottement latéral sol/clou

2.1.1. Similitude entre frottement latéral dans un remblai et dans un sol en place

L'expérience de la Terre Armée a montré que le frottement latéral le long d'une inclusion linéaire
placée au sein d'un sol et sollicitée en traction était affecté par le caractère tridimensionnel des

40/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

surfaces en contact. Dans un sol granulaire dense, sous l'effet des contraintes de cisaillement τ
exercées par l'inclusion, la zone de sol entourant l'inclusion voit sa tendance à augmenter de
volume contrariée par la faible compressibilité du sol avoisinant; il en résulte un accroissement
Δ de la contrainte normale initiale 0 s'exerçant à la surface de l'inclusion. C'est le phénomène
de la dilatance empêchée (Schlosser et Elias, 1978) qui, dans le cas de la Terre Armée, a conduit
à définir un coefficient de frottement apparent μ défini par :

μ=τ/0

et pouvant être largement supérieur au frottement réel:

μ=τ/(0+Δ)

Ce phénomène a été mesuré en place, pour la première fois, par Plumelle (1979) au CEBTP lors
d'essais de traction de tirants passifs préalablement enterrés dans un remblai en sable de
Fontainebleau. La figure 4 montre qu'au voisinage immédiat du tirant, l'augmentation Δ peut
atteindre quatre fois la 1 valeur de la contrainte normale initiale 0.

Dans le cadre du projet CLOUTERRE (CLOUTERRE, CERMES, décembre 1989), ce


phénomène a également été observé lors d'essais d'extraction de clous en modèle réduit en
mini-chambre d'étalonnage, avec mesure locale du supplément de contrainte normale engendré.
La figure 5 montre, dans le cas d'un clou lisse et en fonction de la densité du sable, les variations
de μ en fonction de la contrainte initiale.

41/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Dans le clouage et les sols en place, il a été observé (Cartier et Gigan, 1983) le même phénomène
de dilatance empêchée pour le frottement latéral sur les clous. Il a par ailleurs été montré
(Schlosser, 1983) que la résistance latérale unitaire sol-clou qs était pratiquement indépendante
de la profondeur; la diminution du coefficient de frottement apparent μ avec la profondeur,
résultant de la diminution de la dilatance, est compensée par l'augmentation de la contrainte
normale verticale v = γz , soit:

qs =μ (z).γz = constante

La figure 6, tirée des observations sur l'expérimentation du mur en sol cloué avec cornières
battues de l'autoroute A86 (Cartier et Gigan, 1983), illustre ce point.

42/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Il en résulte une certaine similitude entre le frottement latéral dans les pieux et dans les clous, qui
justifie l'utilisation de corrélations entre les résultats d'essais in situ et la résistance latérale
unitaire sol-clou qs le long des clous.

Boulon et al. (1986) ont étudié théoriquement et expérimentalement l'influence de la


compressibilité du sol autour de l'inclusion sur la valeur de qs, en se fondant sur une analogie
avec la boîte de cisaillement à raideur normale (k =/u) contrôlée. En supposant que l'épaisseur e
de la zone de sol cisaillée soit petite devant le rayon R de l'inclusion, la raideur peut être
exprimée en fonction du module pressiométrique EM par la formule:

k=/u=2EM/R

où R est le rayon du clou.

Des graphiques (Fig. 7) permettent d'estimer qs en fonction de la contrainte normale initiale 0 et


de la valeur k dans le cas des sables.

43/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

2.1.2. Mobilisation du frottement latéral le long d’un clou

De nombreuses études expérimentales ont été faites sur la mobilisation du frottement latéral dans
les clous dans le cadre du projet CLOUTERRE, permettant de préciser et de compléter les
résultats d'études antérieures (Plumelle 1979, 1984).

La mobilisation du frottement latéral unitaire ne nécessite, comme dans le cas des pieux, qu'un
très faible déplacement relatif du clou par rapport au sol, de l'ordre de quelques millimètres ainsi
que l'ont confirmé les essais d'extraction en mini-chambre d'étalonnage précédemment cités.

La mobilisation du frottement unitaire local sol-inclusion peut être valablement représentée par
une loi bilinéaire de type Frank et Zhao (1982) ainsi que le montre la comparaison entre courbes
d'arrachement théorique et expérimentale, pour les essais réalisés dans du sable de Fontainebleau
au CEBTP (CLOUTERRE, CEBTP, juin 1988 et décembre 1989) (Fig. 8).

Cette loi est représentée dans le plan (τ, y) par un palier à qs et deux droites ayant des pentes dans
un rapport de 1 à 5 et se coupant à une ordonnée égale à qs/2. Le frottement latéral local peut
donc être caractérisé par deux paramètres: ka, pente du premier segment, et qs frottement latéral

44/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

unitaire limite.

La figure 9 montre les courbes expérimentales effort-déplacement obtenues dans les essais
d'arrachement de clous réalisés par paliers de chargement au CEBTP dans du sable de
Fontainebleau (Deguillaume, 1981). On constate que, pour un même type de clou, le déplacement
nécessaire pour atteindre le palier sur la courbe de chargement est d'autant plus grand que le clou
est plus long. Cela est dû à la déformation du clou, qui se comporte en clou rigide pour les faibles
longueurs et en clou souple pour les fortes longueurs.

45/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Il y a dans ces résultats beaucoup d'analogie avec les résultats obtenus, par le LCPC notamment,
sur le frottement latéral des pieux.

2.1.3. Influence du type de clou

Dans le cadre du projet CLOUTERRE, il a été procédé à l'étude du frottement latéral de plusieurs
types de clous placés dans du sable de Fontainebleau :

- barres battues (cornières),

- tubes battus et injectés,

- barres scellées par injection gravitaire dans des forages préalables,

- barres scellées par injection à basse pression dans des forages préalables,

- barres scellées par injection à haute pression dans des forages préalables.

Les résultats (CLOUTERRE, CEBTP, juin 1988 et décembre 1989) ont montré que les clous
scellés de façon gravitaire présentaient, par rapport aux autres types de clous, une grande
variabilité dans les paramètres kβ et qs de la courbe d'arrachement. Il apparaît, en particulier, que
plus les parois du forage sont lisses et régulières, plus les valeurs de kβ et qs sont faibles. Cela
semble dû au fait que le forage réduit la contrainte normale à zéro et que la contrainte initiale 0
après réalisation du clou est de ce fait très faible. Par ailleurs, les irrégularités du forage se
traduisent par des effets de dilatance empêchée importants, conduisant à de fortes valeurs de
l'accroissement de contrainte normale Δ.

2.1.4. Corrélations entre les paramètres (kβ, qs) et P1

En fonction des divers types de clous indiqués au paragraphe précédent et des principaux types de
sols (sables, graves, argiles, marnes, rocher altéré), le projet CLOUTERRE a établi des abaques
permettant d'estimer qs (Chap. 3, annexe 1). Ces abaques reposent sur une banque de données
regroupant plus de 450 essais d'arrachement de clous obtenus auprès des divers membres du
projet. Les corrélations retenues sont différentes de celles données par le DTU 13.2, le SETRA
1985 et TA 86, mais elles n'en diffèrent pas fondamentalement comme le montre la figure 10. Il
est également possible d'évaluer la valeur du paramètre kβ à partir de la formule suivante, adaptée
des travaux de Frank:

46/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

kβ=EM/(mR)

où R est le rayon du clou, EM le module pressiométrique et m un facteur dépendant de la nature


du sol et pouvant varier de 1 à 5.

La figure 11 montre une comparaison des valeurs ainsi obtenues avec les valeurs expérimentales
pour divers types de clous.

47/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

2.1.5. Influence de la teneur en eau sur le frottement

Dans un sol ayant un caractère frottant, mais comportant une fraction non négligeable de fines, le
frottement à court terme sol-clou peut être très influencé par le degré de saturation Sr. La figure
12, qui illustre l'influence de ce paramètre, est tirée d'expérimentations réalisées dans le cadre de
recherches effectuées par la société Terre Année: l'effort d'arrachement maximal est divisé par un
facteur supérieur à 2 lorsqu'on passe de la teneur en eau correspondant à l'Optimum Proctor
Normal (OPN) à la teneur en eau de saturation. Quant au déplacement correspondant à cet effort
maximal, il est divisé par 3.

Dans un sol fin (argile, limon), le degré de saturation est un paramètre capital, puisqu'en
cisaillement rapide sur sol saturé le frottement sol-clou peut se réduire à l'adhérence non drainée
(fraction de la cohésion non drainée).

2.1.6. Mobilisation du frottement latéral avec les défomations

Ce sont les déformations internes du mur cloué, et notamment les extensions dans la direction
horizontale, qui provoquent la mobilisation du frottement latéral le long des clous et la mise en
traction de ces derniers. Ces déformations du mur sont dues aux déchargements latéraux du sol au
fur et à mesure des excavations.

La figure 13, relative à l'expérimentation n° 1 du CEBTP, montre que dans le cas d'un mur en
sable cloué, ayant un rapport de la longueur des clous à la hauteur H du mur (L/H) égal à 1,1, la

48/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

zone d'extension se situe principalement à l'avant du massif cloué, entre 0 et 4 m de distance du


parement.

Par contre, dans le cas d'un mur en argile clouée (mur M4, autoroute A71 Vierzon-Bourges;
CLOUTERRE, COFIROUTE-SOCASO-CEBTP, décembre 1989), l'extension horizontale
apparaît beaucoup plus uniforme au sein du massif de sol cloué (Fig. 14).

49/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

2.2 Butée latérale du sol sur le clou

2.2.1. Analogie avec les pieux sollicités horizontalement

L'expérimentation n° 1 du CEBTP conduite dans le cadre du programme CLOUTERRE a


clairement montré qu'au voisinage de la rupture par cassure des armatures, il se développe dans
un mur cloué une zone de cisaillement où se concentrent les distorsions du sol (Fig. 15a). Les
clous, lorsqu'ils ont une certaine rigidité, sont donc sollicités, en plus de la traction, par des
efforts de flexion et de cisaillement, à la manière d'un pieu soumis à une force horizontale et à un
moment en tête (Fig. 15b).

50/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Le calcul de la résistance des clous se fait dans ce cas, comme pour les pieux sollicités en tête,
par la méthode approchée du module de réaction du sol, ce qui conduit à la résolution de
l'équation:

EId4y/(dz4) + ksDY = 0

Ks : module de réaction du sol

y : déplacement latéral du clou

z : abcisse le long du clou

p = ks . y : pression latérale sur le clou

D : diamètre du clou

La solution de cette équation introduit la longueur de transfert l0, donnée par :

l0 = (4EI/ks D)1/4

Lorsque la longueur L du clou de part et d'autre de la zone de cisaillement dépasse 3l0, le clou
peut être considéré comme infiniment long et symétrique par rapport à la zone de cisaillement, où
le moment est donc nul.

Le module de réaction ks est généralement calculé à partir du module pressiométrique EM,


comme pour les pieux. Les longueurs de transfert des clous sont habituellement de l'ordre de la
dizaine de centimètres.

Généralement, le calcul en phase élastique doit être complété par une phase de mise en plasticité
du sol. On utilise alors une courbe de réaction de la pression latérale comportant une phase
élastique linéaire correspondant au module de réaction ks et un palier plastique limité par la
pression latérale ultime Pu prise égale à la pression limite P1 ou à la pression de fluage Pf de
l'essai pressiométrique.

Dans les sols déformables, c'est la plastification du sol qui limite la pression latérale sur le clou;
dans les sols raides, c'est la plastification du clou.

2.2.2. Essais de cisaillement d'un sol renlorcé par des barres rigides

Plusieurs études expérimentales portant sur des essais de cisaillement à la boîte ou in situ d'un sol
renforcé par des barres rigides verticales ou inclinées ont été réalisées, notamment par: luran et al.

51/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

(1981), MarchaI (1984), Plumelle (CLOUTERRE - CEBTP, juin 1988), Delage et al.
(CLOUTERRE-CERMES, décembre 1989)

Les résultats concordent pour montrer (Fig. 16) que le sol renforcé présente, en plus d'un
frottement interne du sol renforcé, une cohésion apparente c due à la présence des barres.
L'angle de frottement apparent φ est plus faible que l'angle de frottement φ du sol, car les barres
empêchent le développement d'un plan de rupture franc. Tant que la contrainte de confinement
n'est pas trop élevée, la présence des barres améliore la résistance au cisaillement. Mais la valeur
expérimentale de la cohésion c est en général plus élevée que la valeur théorique donnée par la
formule:

c =∑T0/S

52/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

où T0 est l'effort tranchant dans une barre sur le plan de cisaillement, et S la section droite totale
des barres cisaillées.

Cela s'explique par le fait que la présence des barres modifie sensiblement la répartition de la
contrainte normale φ et de la contrainte tangentielle τ le long du plan de cisaillement. Des études
par éléments finis ont montré que le comportement était complexe (luran et al., 1981).

Les essais réalisés par le CEBTP dans le cadre du projet CLOUTERRE, sur un massif de sable en
place renforcé par des clous scellés, présentés à la figure 16, ont montré que les courbes
effort-déformation dans des essais de cisaillement sans clou et avec clous avaient le même
module de déformation initiale et que le pic était atteint pour sensiblement la même valeur du
déplacement.

2.2.3. Influence de l’orientation des clous sur la mobilisation des efforts

Toutes les études expérimentales réalisées, et en particulier celles de Marchal (1984), montrent
que l'orientation des clous par rapport à la surface potentielle de rupture joue un rôle dans la
mobilisation de la traction et du cisaillement (Fig. 17), et plus généralement dans la résistance au
cisaillement globale du sol renforcé.

Jewell (1980) a vérifié expérimentalement que les directions optimales pour la mobilisation de la
traction dans des clous souples correspondaient aux directions d'extension maximale dans le sol

53/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

non renforcé (soit environ 30° par rapport à la normale à la surface de cisaillement) (Fig. 18),
comme avaient pu le montrer théoriquement Basset et al. (Cf Chap. 2, § 1). Il en résulte par
exemple qu'une grande inclinaison des clous vers le bas dans un mur à parement vertical réduit
les efforts de traction mobilisés au profit du cisaillement et de la flexion comme le montre les
résultats d'études théoriques par la méthode des éléments finis (Shaffie, 1986) (Fig. 19).

54/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

2.2.4. Mobilisation de l'effort nonnal, de l'effort tranchant et du moment fléchissant

En ce qui concerne la mobilisation de l'effort normal, de l'effort tranchant et du moment


fléchissant dans une sollicitation de cisaillement, des études théoriques en élasto-plasticité
(Schlosser, 1982, 1983; Blondeau et alo, 1984) et expérimentales (Marchal, 1984) ont mis en
évidence les points suivants :

1) Dans le cisaillement d'un massif en sol cloué, la rupture du clou peut se produire soit par
traction-cisaillement à l'intersection avec la surface de rupture, soit par plastification aux
points de flexion maximale, situé en dehors de la surface de rupture (Fig. 15). Le matériau
constituant les armatures des clous étant choisi pour être ductile (acier doux ou semi-dur) la
plastification aux points de flexion maximale ne correspond pratiquement jamais à la rupture
du clou. Elle se poursuit par une phase de déformation en plasticité contenue qui peut être
schématisée par deux rotules plastiques dans le clou, le déplacement latéral étant limité par la
mobilisation de la résistance latérale du sol pu, Au cours de cette mobilisation le clou peut se
rompre par traction -cisaillement.

2) La liaison sol-clou peut également se rompre suivant les deux modes de rupture
correspondant aux deux types d'interaction:

- le frottement latéral unitaire peut atteindre sa valeur limite qs provoquant une rupture par
défaut d'adhérence,

- la pression latérale p exercée par le clou sur le sol peut atteindre sa valeur limite pu
provoquant le découpage du sol par les clous (phénomène analogue à celui du « fil à
couper le beurre»).

3) Dans le cadre d'un calcul élasto-plastique du système sol-clou, l'étude de la mobilisation et


de la combinaison des différents critères de résistance du clou et de l'interaction sol-clou
permet de définir la règle dite du multicritère et de déterminer le mode de rupture du système
sol-clou. Le principe consiste à combiner les courbes représentatives des différents critères
du clou et de ses interactions, dans le plan (Tn, Tc) correspondant au point de flexion nulle
(M=0) du clou, c'est-à-dire au point d'intersection du clou avec la surface de rupture
potentielle.

Il est commode d'utiliser le critère de résistance propre du clou pour lequel Anthoine (1987) a

55/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

proposé la formule simplifiée suivante:

(Tn/Rn)2 + (Tc/Rc)2 + |M/M0|≤1

dans laquelle Rn, Rc et M0 sont respectivement les résistances du clou à la traction, à l'effort
tranchant et à la flexion.

La rupture du clou par traction et cisaillement pur (M=0), qui correspond au comportement limite
d'un clou cisaillé le long d'un joint dans une roche, est représentée par l'ellipse d'équation:

(Tc/Rc)2 + (Tn/Rn)2 = 1

et la plastification du clou au point de moment maximal (Tc = 0) par la parabole d'équation:

Tc0=aM0/l0[1-(Tn/Rn)2]

où a est une constante égale à 3,12 et où Tc0 est l'effort tranchant correspondant sur la surface de
rupture potentielle.

La plastification du clou correspond à une pression latérale sol-clou dont la valeur maximale sur
la surface de rupture potentielle est:

P0= 2Tc0/(Dcl0)

Suivant la valeur de la pression latérale ultime Pu du solon a des ruptures différentes,


caractérisées par les expressions suivantes de l'effort tranchant sur la surface de rupture
potentielle:

pu≤p0 Tc1 = Pu Dl0/2

(rupture par plastification du sol avant l'armature)

pu≥p0 Tc2 = bM0/l0[1-(Tn/Rn)2] + c Pu Dl0

(rupture par plastification du sol avec rotules plastiques sur l'armature)

où b et c sont des coefficients égaux respectivement à 1,62 et à 0,24.

NOTA: Dans le cas d'un calcul à la rupture, où l'on suppose que le sol est plastifié tout le long du
clou entre les deux points de moment maximal, on obtient une fonnule différente, mais qui
conduit à un multicritère assez proche dans les applications numériques:

Tc2=(2PuM0D)1/2[1-(Tn/Rn)2]1/2

56/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

La rupture par défaut d'adhérence se traduit par le critère:

Tn= qsπDLa

L'intersection de ces différents critères donne, dans le plan (Tn, Tc) correspondant au point du
clou sur la surface potentielle de rupture, le multicritère de la figure 20 qui pennet, en
généralisant au cas présent la règle de normalité, de définir les valeurs respectives de Tc, Tn et M
mobilisés à la rupture dans le clou.

Il convient de remarquer que ce multicritère a été établi en considérant que la rupture du sol en
butée, dans l'interaction de pression latérale sol-clou, correspondait à la plastification d'un
premier point du sol. C'est une hypothèse conservatrice et l'on peut de façon plus réaliste
considérer que le sol est plastifié sur une certaine longueur du clou.

Une autre approximation a été faite en supposant que, dans la phase de plasticité contenue, la
plastification de l'armature se réduisait à deux rotules fixes. C'est une hypothèse optimiste, dans
la réalité il n'y a pas forcément plastification complète des sections les plus sollicitées avec
développement de deux rotules plastiques. Il y a généralement une plastification partielle des
sections sur une certaine longueur de l'armature et qui peut évoluer au fur et à mesure de la
sollicitation.

Lorsque ces résultats théoriques et expérimentaux sont confrontés aux observations sur les
ouvrages réels, il faut garder à l'esprit que les sollicitations dans un mur en sol cloué sont
différentes et plus complexes que le simple cisaillement à la boîte. Il y a en effet, au cours de la

57/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

construction, une décompression latérale du sol qui met préférentiellement en traction les clous.
Le cisaillement ne se développe vraiment qu'à l'approche de la rupture et, localement au sein du
massif, le long de la surface de rupture; il est alors possible de mobiliser des efforts tranchants
dans les clous, comme cela a été observé sur le mur en sol cloué de l'expérimentation n° 1 du
CEBTP.

Il faut cependant remarquer, que les efforts tranchants ainsi mobilisés restent généralement
faibles comparés aux tractions et qu'ils peuvent être considérés comme négligeables dans le cas
de clous métalliques battus (barres de faible section).

Par ailleurs, pour faire travailler au mieux les clous en traction et pour limiter les déformations, il
est préférable d'avoir, notamment dans la partie supérieure du mur, des clous placés le plus
horizontalement possible pour réduire les déplacements verticaux, comme l'illustre la figure 19
qui résulte d'une étude théorique par éléments finis.

3. COMPORTEMENT DES OUVRAGES

3.1 Répartltion des tractions dans les clous et ligne des tractions maximales

Plusieurs expérimentations en vraie grandeur, précédant le projet national CLOUTERRE, avaient


déjà montré que la répartition des tractions le long des clous dans un mur en sol cloué était assez
similaire à ce qui pouvait être observé et calculé (méthode des éléments fmis) dans les murs en
Terre Année.

En l'occurence, le lieu des tractions maximales dans les clous sépare le massif en une zone active
et une zone résistante (Cf. Chap.2, §2.1). Les expérimentations en vraie grandeur, les
instrumentations d'ouvrages en service, les modèles réduits en laboratoire et les calculs effectués
dans le cadre du projet CLOUTERRE ont permis d'améliorer la connaissance de cette répartition.

En règle générale, la forme et la position de la ligne des tractions maximales, qui peut être
considérée comme une surface de rupture potentielle, sont très différentes de la droite de
Coulomb. Cette ligne est située plus près du parement et a une forme incurvée, avec en tête une
partie verticale à peu près distante de 0,3 H du parement (H étant la hauteur du mur) dans le cas
d'un mur à parement vertical et d'un sol à surface horizontale (Fig. 21). Cependant, l'inclinaison
des clous par rapport à l'horizontale, de même que l'inclinaison du parement par rapport à la
verticale et la présence d'un talus en tête de mur modifient cette position de la ligne des tractions

58/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

maximales.

Si l'influence de l'inclinaison des clous a été bien étudiée dans le cadre du projet CLOUTERRE
(modèles réduits, expérimentations, calculs en éléments finis), l'influence de l'inclinaison du
parement reste encore à analyser. Comme dans la Terre Année, le rapport T0/Tmax de la traction
au parement à la traction maximale, toujours inférieur à 1, varie en fonction de nombreux

59/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

paramètres: un large maillage des clous (espacement horizontal Sh et vertical Sv), une rigidité
accentuée du parement ont tendance à augmenter ce rapport. Des mesures faites jusqu'à présent, il
ressort qu'en état de service la valeur de ce rapport apparaît plus faible que dans la Terre Armée,
avec une moyenne autour de 0,4 à 0,5 à maillage identique. Cela s'explique par le déconfinement
latéral du sol qui se produit lors des phases de terrassement avant la mise en place des clous dans
la 'construction d'un mur en sol cloué.

3.2. Etat des contraintes dans le sol du massif en sol cloué

Il est possible d'approcher l'état des contraintes dans le sol d'un mur en sol cloué, le long de la
ligne des tractions maximales, à partir de la connaissance de ces tractions maximales Tmax, en
considérant le rapport K défini par :

K = Tmax.cosθ/(γz . Sv Sh)

où γz : pression des terres au-dessus du point de traction maximale,

Sv, Sh : espacements vertical et horizontal entre clous,

θ : inclinaison des clous par rapport à l'horizontale.

Cette formule, valable dans le cas d'un mur en Terre Armée à parement vertical, revient à
comparer les tractions maximales dans les clous à la force de poussée qui s'exercerait sur le
parement si l'on supprimait les clous tout en maintenant les mêmes déplacements latéraux.

On constate, tant à partir des expérimentations faites sur des ouvrages réels que des modèles
réduits ou calculs par éléments finis, que l'état des contraintes est proche de l'état K0 (coefficient
de pression latérale des terres au repos) en tête d'un mur cloué, alors que, dans le bas, il est au
contraire inférieur au coefficient de poussée Ka (Fig. 22). Cela s'explique d'une part par le fait que
les clous limitent assez fortement les déplacements du parement, d'autre part par le fait que le
frettage du mur à sa base et le développement d'un effet de voûte entre le haut du mur et sa base,
lorsque la géométrie le permet (L≈H), tendent à réduire les tractions maximales à la base (K < Ka)
et à les augmenter en tête (K> K0).

60/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Cette diminution du coefficient K avec la profondeur, de K0 à Ka, est beaucoup plus marquée
dans les murs en sol cloué que dans les murs en Terre Armée. Cela provient du mode de
construction de haut en bas et des phases d'excavation successives qui, une fois le haut du mur
construit, mobilisent des effets de voûte entre le haut du mur et sa base.

3.3. Mobilisation de la résistance à la flexion des clous

Les clous, notamment les barres scellées, ont une certaine résistance à la flexion. Cette résistance
nécessite pour être mobilisée des déformations concentrées et suffisamment importantes. Les
modèles et expérimentations en vraie grandeur ont montré que cette résistance à la flexion des
barres n'est réellement mobilisée qu'au voisinage de la rupture, lorsque s'initie une surface ou

61/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

zone de cisaillement dans le mur en sol cloué.

De fait, tant que les déformations d'un mur en sol cloué restent faibles, c'est-à-dire sous les
contraintes de service, la résistance à la flexion des clous est peu mobilisée.

A l'état de service et dans les ouvrages courants à clous subhorizontaux, la valeur maximale du
rapport Tc/Tn de l'effort tranchant à l'effort normal est négligeable dans le cas des clous
métalliques battus et généralement faible à très faible dans le cas des clous scellés. Les plus fortes
valeurs sont atteintes dans le haut du mur, près du parement là où la flexion est la plus grande,
résultant du mode de construction (Fig. 23) par excavations successives de haut en bas.

Par contre, lorsque se développe une zone de cisaillement au voisinage de la rupture, la flexion
devient importante, comme le montre la figure 24 relative au mur en sol cloué de
l'expérimentation n° 1 du CEBTP. L'angle moyen de flexion des clous est de 20° pour une
longueur de transfert l0 = 20 cm. La résistance à la flexion des clous participe donc à l'état-limite
ultime.

62/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

La flexion des clous, lorsqu'elle est importante, a tendance à orienter les tractions le long de la
surface de rupture, ce qui a un effet favorable sur la sécurité. Ce point n'est pas pris en compte
dans le dimensionnement actuel des ouvrages.

3.4. Déformations et déplacements d’un mur en sol cloué

3.4.1. Déformations internes des murs sous contraintes de service

Les résultats des diverses expérimentations et instrumentations sur ouvrages réels, conduites
notamment dans le cadre du projet CLOUTERRE (CEBTP1, CEBTP3, Vierzon, Knutange,
Aigueblanche, Mâcon), ont permis de définir des ordres de grandeur pour les extensions et les
distorsions subies par un mur en sol cloué.

Comme indiqué sur la figure 25, on peut schématiquement considérer que les déformations
moyennes d'un mur en sol cloué à surface horizontale peuvent être estimées à partir des valeurs
de trois paramètres de déplacement:

0: déplacement horizontal en surface à l'arrière du mur,

h: déplacement horizontal de la tête du parement,

v: déplacement vertical de la tête du parement.

63/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Dans l'ensemble des ouvrages instrumentés, il apparaît que le déplacement horizontal h en tête
du parement est sensiblement égal au déplacement vertical v.

Par ailleurs, le déplacement 0 est généralement compris entre 4H/10000 et 5H/10000, sa valeur
variant en sens inverse du rapport L/H, et dépendant également de la nature du sol.

Ces déplacements montrent qu'il y a une légère distorsion du massif en sol cloué. Cependant, très
peu de mesures de flexion des clous ont été effectuées et les résultats n'ont pas permis de donner
un ordre de grandeur de la flexion mobilisée en état de service: elle reste de toute façon très faible
pour les ouvrages normalement dimensionnés.

3.4.2. Les déplacements du parement

La figure 26a montre un ensemble de résultats de mesures des déplacements du parement, en tête
de murs en sol cloué à l'état de service, obtenu dans le cadre du projet CLOUTERRE. Les
déplacements horizontaux et verticaux en tête de parement apparaissent sensiblement égaux. Ils
sont par ailleurs compris entre H/1000 et 4H/1000, H étant la hauteur du mur en sol cloué,
comme l'indique la figure 26b.

64/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Plus précisément, les déplacements de la tête du parement dépendent des paramètres suivants:

- la vitesse d'exécution,

- la hauteur des phases d'excavation et le maillage des clous,

65/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

- l'extensibilité des clous,

- le niveau général de sécurité du mur,

- le rapport L/H,

- l'inclinaison des clous et dans ce cas leur rigidité à la flexion,

- la capacité portante du sol de fondation.

Lorsque le mur en sol cloué a une faible valeur du coefficient global de sécurité, les valeurs de 0
et de h ont tendance a être plus élevées. Pour le mur en sol cloué de l'expérimentation n° 1 du
CEBTP de CLOUTERRE, dimensionné proche de la rupture (F≈1,1), le déplacement h valait
3H/1000.

D'une façon générale, le mur déverse plus lorsque son élancement H/L est élevé. Il est donc
normal que les déplacements du parement varient en sens inverse du rapport L/H, comme le
montre la figure 26c, qui correspond aux phases de construction du mur en sol cloué de
l'expérimentation n° 1 du CEBTP du projet CLOUTERRE.

En outre, comme cela a été indiqué au paragraphe 2.23 de ce chapitre, une forte inclinaison des
clous sur l'horizontale favorise la mobilisation de la flexion et de l'effort tranchant au détriment
de la traction. Il en résulte donc de plus grands déplacements du parement, comme l'ont montré
les études paramétriques par éléments finis (Fig 19). On peut noter que, sur le plan de la
mobilisation des efforts dans les clous, le déplacement horizontal h est en relation avec les
tractions, alors que le déplacement vertical v a plus tendance à mobiliser les flexions, de façon
analogue au fonctionnement d'un pieu sollicité latéralement en tête.

Lorsqu'il s'agit de vérifier que les structures existantes au voisinage d'un mur en sol cloué
dimensionné et exécuté selon les présentes recommandations peuvent résister au champ de
déplacements provoqué par la construction du mur, on prendra en l'état actuel des connaissances
les règles suivantes:
Sols semi- rocheux Sables Argiles
y = h H/1000 2H/1000 4H/1000
κ 0,8 1,25 1,5
où κ permet de déterminer la longueur λ sur laquelle les déformations s'amortissent:

66/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

λ= H (1- tan η) κ

On retiendra par ailleurs que la fondation du mur peut jouer un rôle impor tant sur les
déplacements en tête.

3.4.3. Comportement du mur durant sa construction

Durant la construction du mur, la mise en traction des clous au parement (T0) se fait au cours des
3 à 4 excavations ultérieures puis cette traction se stabilise (Fig. 2). Cette mise en traction
correspond principalement à la décompression latérale du sol ainsi qu'au développement d'effets
de voûte successifs au fur et à mesure de l'excavation. Elle est d'autant plus rapide que la hauteur
d'excavation est plus grande. Il faut par ailleurs noter que la répartition des tractions le long des
armatures évolue au fur et à mesure de la construction du mur: le rapport T0/Tmax, voisin de 1 au
début de la mise en traction, atteint progressivement des valeurs beaucoup plus faibles, fonction
du niveau du lit considéré, allant de 0,3 à 0,7 dans le cas du mur en sol cloué CEBTP 1 (Fig. 27)
et pouvant être encore plus faibles pour des maillages plus serrés.

Les déplacements du parement h et v, faibles au début de la construction, augmentent plus vite
que proportionnellement à la profondeur. Cela est dû à l'influence du rapport L/H qui diminue au
fur et à mesure de la construction du mur (paragraphe 3.4.2. de ce chapitre, Fig 26c).

La stabilité locale des phases d'excavation est l'un des points très importants de la construction
d'un mur en sol cloué. Ce point a fait l'objet de nombreuses études dans le projet CLOUTERRE

67/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

(expérimentation en vraie grandeur, modèles réduits centrifugés, modélisations numériques).


C'est l'effet de voûte qui est le phénomène majeur dans la stabilité locale de l'excavation. Il
nécessite de bons points d'appuis au niveau des clous supérieurs et au niveau de la base de
l'excavation et est, par ailleurs, très sensible aux déplacements de ces appuis. Il faut, en outre,
éviter les venues d'eau et limiter le fluage en réduisant la durée des phases d'excavation.

Il existe une hauteur critique d'excavation à ne pas dépasser, faute de quoi l'effet de voûte est
détruit, ce qui provoque une rupture globale avec écoulement du sol tout au long du parement.
Les clous, s'ils sont souples, résistent généralement à ce type de rupture, mais le parement
descend, ce qui nécessite de le reprendre complètement. La hauteur critique est principalement
fonction de la nature du sol; elle est généralement limitée à 2 m. Seule l'expérience permet de la
déterminer.

Lorsque la nature et le comportement du sol conduisent à une trop faible hauteur critique, on
améliore la stabilité locale par un effet de voûte dans le sens horizontal en réalisant l'excavation
par plots continus ou alternés.

Toutes les observations et instrumentations ont montré un fluage des murs en sol cloué après leur
construction. Il se traduit par une légère augmentation des déplacements et des tractions
supplémentaires dans les clous, notamment dans ceux du bas du mur.

3.5 Comportement du parement

Les études et instrumentations, faites dans le cadre du projet CLOUTERRE, n'ont pas permis de
faire une investigation précise du comportement des parements des murs. D'une façon générale,
le parement est soumis aux tractions T0 des clous en tête et à la pression des terres P0(z) entre les
clous. Il se comporte ainsi plus ou moins comme un plancher dalle. La connaissance des valeurs
des deux paramètres T0 et P0 est nécessaire au dimensionnement du parement.

4. TYPES DE RUPTURE DES MURS EN SOL CLOUÉ

On distingue les ruptures internes d'un mur en sol cloué et la rupture externe dans laquelle le mur
se comporte comme un monolithe.

4.1 Rupture par cassure des clous (rupture Interne)

La rupture par cassure des clous est celle qui a été la plus étudiée, à la fois dans les modèles

68/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

réduits et les quelques expérimentations en vraie grandeur poussées jusqu'à la rupture.

L'expérimentation n° 1 du CEBTP, où le mur en sol cloué a été poussé à la rupture par saturation,
a montré qu'il se développe dans le mur, au voisinage de la rupture et autour de la ligne des
tractions maximales, une zone de sol cisaillé où les armatures sont en flexion. La surface de
rupture qui se développe dans le sol est très proche de la ligne des tractions maximales, qui peut
donc être considérée comme une surface de rupture potentielle (Fig. 28).

C'est la résistance à la flexion des barres qui empêche le développement d'une surface de rupture
nette comme celle que l'on peut observer dans les essais en modèle réduit avec des clous
parfaitement flexibles.

Avec des clous flexibles, la rupture est brutale et ne prévient généralement pas. La résistance à la
flexion des clous permet de plus grandes déformations avant la rupture, ce qui constitue un signal
d'alarme et permet en outre une rupture plus progressive.

Ce type de rupture peut se produire dans les cas énumérés ci-dessous:

1) Il peut provenir d'un sous-dimensionnement des sections d'armatures;

2) Il peut être dû à une corrosion des armatures métalliques des clous. Ce type de rupture a été
provoqué sur un mur en terre armée expérimental (Guilloux et Jailloux, 1979). La rupture
observée a été très brutale et correspondait tout à fait à la ligne des tractions maximales;

69/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

3) Il peut être provoqué par un chargement en tête, si le mur n'a pas été dimensionné pour y
résister. Ce type de rupture a été provoqué dans l'expérimentation d'un mur en sol cloué en
Allemagne (Stocker et al., 1979). La rupture étant là aussi assez brutale et la surface de
rupture, dont la position en tête était liée à la surcharge, correspondait bien à la ligne des
tractions maximales;

4) Il peut provenir d'une saturation du mur sous l'effet d'infiltration d'eau (pluies ou dégel). C'est
ce processus de mise en rupture qui a été utilisé pour le mur en sol cloué de l'expérimentation
n° 1 du CEBTP. La résistance à la flexion des barres a empêché la rupture complète et la
destruction de l'ouvrage;

5) Il peut être provoqué par le gel dans les sols gélifs. Ce processus de mise en surtension des
clous au voisinage du parement lors de la formation d'un front de gel a été observé
récemment sur des murs en montagne et a conduit à des désordres dans le parement. Au cas
où le parement serait très résistant, on peut craindre une cassure des clous en traction et une
rupture du mur par dégrafage du parement.

4.2 Rupture par défaut d’adhérence (rupture interne)

Cette rupture est plus difficile à modéliser en laboratoire et à provoquer en vraie grandeur. C'est
la raison pour laquelle elle a été beaucoup moins étudiée que la rupture par cassure des armatures.
Cependant, ce type de rupture plus fréquent que le précédent dans les ouvrages réels, résulte
d'une mauvaise évaluation du frottement sol-clou et/ou d'erreurs d'exécution. Deux ouvrages
connus se sont rompus de cette façon, un mur en service, dit « des Eparris », en 1980 et le mur en
sol cloué de l'expérimentation n° 3 du CEBTP (CLOUTERRE, CEBTP, décembre 1989)

La rupture par défaut d'adhérence se caractérise par le fait que les clous n'ont pas une longueur
suffisante dans la zone résistante pour pouvoir équilibrer les tractions maximales. Les clous sont
donc arrachés du sol. L'expérience montre que cette rupture n'est généralement pas brutale, sauf
dans certains cas au cours de la construction, et qu'il s'accompagne de grandes déformations.

La figure 29 montre l'allure des déplacements dans la rupture du mur des Eparris, construit dans
un sol très argileux. Dans ce cas c'est la diminution des caractéristiques mécaniques et donc du
frottement sol-clou, à la suite de fortes pluies, qui fut la cause de la rupture.

Dans l'expérimentation n° 3 du CEBTP, la rupture a été obtenue en diminuant la longueur des

70/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

clous dans la zone résistante grâce à des clous télescopiques (Fig. 13, chap. 1).

Ce type de rupture peut se produire:

- dans les sols fins sous l'effet d'une saturation ou d'une augmentation de la teneur en eau;

- lors de la construction, si la longueur des clous en tête du mur est insuffisante,


notamment par suite d'une mauvaise évaluation du frottement solclou.

4.3 Rupture durant les phases d’excavation

4.3.1. Rupture par trop grande hauteur d’excavation continue (rupture interne)

Durant la construction du mur, si la hauteur des phases d'excavation est trop grande, il peut
survenir une rupture assez brutale par instabilité locale et propagation jusqu'au haut du mur. Dans
ce type de rupture, le sol s'écoule derrière le parement par suppression successive des effets de
voûte.

Le parement descend d'un bloc et peut se ficher dans le sol de fondation, les armatures se
déformant par flexion, mais pouvant ne pas se rompre.

Ce type de rupture et d'instabilité a fait l'objet d'une recherche particulière dans le projet
CLOUTERRE (Cf. Chap. 1, §3). Elle s'avère être beaucoup plus fréquente que les deux
précédentes. Pour s'en prémunir, il convient de respecter une hauteur d'excavation inférieure à la

71/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

hauteur critique ou de procéder à une excavation par plots.

4.3.2. Rupture par débourrage (rupture interne)

Ce type de rupture est assez analogue au précédent dans la forme que prend la rupture. Il en
difîere par la cause qui est, dans ce cas, l'existence d'une poche d'eau dans le sol à clouer. Au
moment de l'excavation, les pressions interstitielles dans cette poche, jointes aux forces
d'écoulement qui apparaissent, déstabilisent localement le sol au droit de la zone d'excavation et,
par une rupture rapide et régressive, font s'écouler le sol derrière le parement. Il en résulte un
brusque affaissement du parement, qui peut se répercuter sur une certaine distance de part et
d'autre de la poche d'eau. Ce type de rupture est fréquent et résulte soit de l'hétérogénéité des sols,
soit d'un manque de drainage durant la construction.

4.4. Rupture externe et rupture mixte

La rupture externe d'un mur en sol cloué se produit généralement par glissement le long d'une
surface de rupture englobant tout l'ouvrage et passant donc dans le sol de fondation (Fig. 30b).

Il s'agit d'un type de rupture commun à tous les ouvrages de soutènement. Une rupture externe est
due, soit à un mauvais sol de fondation, soit à une trop faible longueur des clous entraînant une
rupture d'ensemble comprenant pour partie un glissement du mur sur sa base.

La rupture mixte se rapporte à une surface de glissement passant à la fois dans le mur et à
l'extérieur du mur (Fig. 30c). Elle combine donc à la fois une instabilité interne et une instabilité
externe du mur. Une rupture mixte est généralement provoquée par une trop faible longueur des
clous, associée à un défaut de résistance des clous ou du frottement sol-clou.

72/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

5. LES OUVRAGES MIXTES

Les ouvrages mixtes sont des ouvrages de soutènement par renforcement du sol en place qui
combinent à la fois la technique du clouage et d'autres modes de soutènement (ancrages
précontraints, butonnage).

Le but d'un ouvrage mixte est en général de limiter les déplacements latéraux de l'ouvrage ou
d'éviter les problèmes d'instabilité (blocage des déplacements en tête de mur, très grande hauteur
de mur). Mais on utilise également des ouvrages mixtes pour procéder à de plus grandes hauteurs
de phases d'excavation ou lorsqu'on est confronté à des problèmes d'instabilité par circulations
d'eau.

73/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

5.1 Mur en sol cloué avec lits d'ancrages précontraints en tête

Il s'agit de l'ouvrage mixte le plus classique, destiné à réduire les déplacements latéraux du mur
cloué par blocage des déformations en tête. La figure 31 montre quelques exemples d'ouvrages
mixtes déjà réalisés.

74/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Il est important que les scellements des tirants actifs soient séparés du mur en sol cloué et placés
à l'arrière de celui-ci. Une règle approximative consiste à placer les scellements au-delà de la
surface de rupture la plus critique englobant l'ouvrage, notamment lorsqu'il s'agit de prévenir des
désordres sur des structures avoisinantes et déjà existantes.

5.2. Tervoile cloué

Le Tervoile cloué est une technique dans laquelle le mur est construit par excavations successives
et en plaçant au fur et à mesure les clous et les ancrages actifs. Le parement est posé au fur et à
mesure de l'excavation (Fig. 32) et comprend des tronçons de poteaux préfabriqués, assemblés à
l'avancement.

5.3 Berlinoise clouée

Cette technique diffère de la précédente par la mise en place de poteaux avant l'excavation (Fig.
33). Le clouage permet d'allonger la distance entre poteaux en diminuant les moments dans le
parement et les efforts dans les poteaux.

75/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

BIBLIOGRAPHIE

ANTHOINE A. (1987), Stabilité d'une fouille renforcée par clouage, Proc. 4th Franco-Polish
Conf., Applications of Soil Mechanics, Grenoble, France.

BASSETT R.H., LAST H.C. (1978), Reinforced Earth below footings and embankments, Proc.
AS CE Symp, Earth Reinforcement, Pittsburgh, 222-221.

BLONDEAU F., CHRISTIANSEN M., GUILLOUX A., SCHLOSSER F. (1984), TALREN:


Méthode de calcul des ouvrages en terre renforcée, Proc. Int. Conf. ln Situ Soil and Rock
Reinforcement, Paris, Presses de l'ENPC 219-224.

BOULON M., PLYTAS C., FORAY P. (1986), Comportement d'interface et prévision du


frottement latéral le long des pieux et des tirants d'ancrage, Revue Française de
Géotechnique, Vol. 2, 31-48.

CARTIER G., GIGAN, J P (1983), Experiments and observations on soil nailing structures, Proc.
8th ECSMFE, Vol, 2, Helsinki, 473-476.

CSTB (1983), Travaux de fondations profondes pour le bâtiment. Document technique unifié 13-
2, sept. 83. Cahier 1877. Commentaires au cahier des charges de juin 1978.

76/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

DEGUILLAUME J. (1981), Influence du dimensionnement et des modes de sollicitations sur la


capacité des tirants d'ancrage dans un sable fin. Thèse de Docteur Ingénieur de
l'Université Pierre et Marie Curie, Paris 6.

77/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

FRANK R., ZHAO S.R. (1982), Estimation par les paramètres pressiométriques de l'enfoncement
sous charge axiale de pieux forés dans les sols fins. Bulletin de liaison des laboratoires
des Ponts et Chaussées n° 119, Réf. 2712, pp. 17-24 et Journal of Southwestern
Jiaotong University, Sichmuan, n° 1, 1983, pp. 1-10 (en chinois).

GASNIER R, PLUMELLE C. (1984). Étude expérimentale en vraie grandeur de tirants d'ancrage.


Proc. Int. Conf. Renforcement en place des sols et des roches. Paris, Presses de l'ENPC.

GUILLOUX A. et SCHLOSSER F. (1982), Soil nailing. Practical application. Symposium on


Soil and Rock improvement Techniques Geotextiles Reinforcement Earth and Modem
Piling Methods, Bangkok, nov/déc 1982.

JEWELL RA. (1980), Some Effects of Reinforcement on the Mechanical Behavior of Soils.
Doctor of Philosophy Thesis, Cambridge University.

JURAN I., SCHLOSSER F., LOUIS C., KERNOA M., ECKMANN B. (1981), Soil Reinforcing
by Passive Bars. Proc. 10th International Conference on Soil Mechanics and Foundation
Engineering, Stockholm.

JURAN I., SHAFFIE S., SCHLOSSER F. (1985), Les soutènements par clouage - Étude sur
modèles numériques. CR XI Conf. int. Mec. Sols et Trav. Fond., San Francisco, (3),
pp.1713-1716.

JURAN I., BAUDRAND G., FARRAG K., ELIAS V. (1990), Kinematical limit analysis for
design of soil nailed structures. Journal of Geotech. Div., ASCE, vol. 116, janv. 90,
54-72.

MARCHAL J. (1984), Renforcement des sols par clouage. Étude expérimentale en laboratoire.
CR Conf. int. Renforcement en place des sols et des roches, Presses de l'ENPC, Paris,
275-278.

MARCHAL J. (1986), Clouage des sols. Étude expérimentale en laboratoire de l'interaction


sol-clou. Bulletin de liaison des Laboratoires des Ponts et Chaussées n° 143.

PLUMELLE C. (1979), Étude expérimentale du comportement des tirants d'ancrage. Thèse de


Docteur Ingénieur de l'Université Pierre et Marie Curie, Paris 6.

BUREAU SECURITAS (1986), Recommandations concernant la conception, le calcul,

78/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

l'exécution et le contrôle des tirants d'ancrage (TA 86). Paris, Eyrolles, 1986.

SETRA - LCPC (1985), Règles de justification des fondations sur pieux à partir des résultats des
essais pressiométriques. Ministère de l'Urbanisme du Logement et des Transports.

SCHLOSSER F., ELIAS V. (1978), Friction in Reinforced Earth, Proc. Symp. Earth
Reinforcement, ASCE, Pittsburgh 735-763.

SCHLOSSER F. (1982), Behaviour and design of soil nailing Proc. Symp. Recent Developments
in Ground Improvement Techniques, Bangkok, 399-413.

SCHLOSSER F. (1983), Analogies et différences dans le comportement et le calcul des Ouvrages


de Soutènement en Terre Armée et par Clouage du Sol, Annales de l'Institut Technique
du Bâtiment et des Travaux Publics n° 418.

SCHLOSSER F., JACOBSEN H., JURAN I. (1983), Soil Reinforcement, General Report for
Specialty Session n° 5, Proc. 8th European Conf. on Soil Mechanics and Foundation
Engineering, Vol 3, Helsinki, 83-104.

SHAFIEE S. (1986), Simulation numérique du comportement des sols cloués. Interaction sol
renforcement et comportement de l'ouvrage. Thèse de Doctorat de l'Ecole Nationale des
Ponts et Chaussées, Paris.

STOCKER M.F., KORBER G.W., GASSLER G., GUDEHUS G. (1979), Soil nailing. CR Conf.
int. Renforcement des sols (2), Paris, Presses de l'ENPC, 469-474.

79/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

CHAPITRE 3 CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT

1. CONCEPTION DES OUVRAGES - RÈGLES DE L’ART

1.1 Domaine et limites d’emploi du procédé

Le clouage des sols en place est un procédé qui s'est largement développé pour la construction
d'ouvrages de soutènement provisoires ou définitifs exécutés en déblai en raison (Cf. Chap. 1) :

- de sa bonne adaptation aux sites, dans la mesure où il ne nécessite pas d'excavations


préalables au-delà du parement de l'ouvrage et où le matériel utilisé, par sa légèreté, est
bien adapté aux sites d'accès difficiles;

- de sa bonne adaptation aux sols hétérogènes, dans la mesure où la hauteur des passes, le
mode d'exécution des inclusions et la densité de ces dernières peuvent être assez
aisément adaptés à la nature et à la résistance des sols rencontrés;

- de sa rapidité d'exécution, dans la mesure notamment où les travaux d'exécution des


différentes phases de construction de l'ouvrage peuvent être en grande partie masqués
par les travaux de terrassement généraux.

Techniquement, les limites d'emploi du procédé sont posées principalement par des contraintes
liées à l'environnement de l'ouvrage, par des conditions particulières de sols pour lesquelles le
procédé est mal adapté, ou par la présence de nappes.

1.1.1. Contraintes liées à l'environnement

Le fonctionnement même des ouvrages cloués engendre des déplacements et des déformations
qui peuvent constituer un obstacle à l'emploi du procédé, notamment en site urbanisé.

La partie supérieure du parement de l'ouvrage se déplace latéralement et verticalement,


essentiellement durant la construction, d'une valeur généralement comprise entre un millième et
quatre millièmes de la hauteur verticale de celui-ci. L'importance de ces déplacements dépend de
nombreux facteurs, dont notamment, la hauteur du mur, l'inclinaison du parement, la densité et la
rigidité des clous, les qualités des terrains concernés et les conditions d'exécution de l'ouvrage (Cf.
Chap. 2, §3.4).

80/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Ces déplacements se répercutent à la surface du sol avoisinant tout en s'amortissant avec la


distance au parement. En pratique, il convient de vérifier que les structures avoisinantes
intéressées par ces déformations peuvent les supporter sans dommage (Cf Chap. 1, §2.4, Chap. 2,
§3.4.2.).

Certaines dispositions particulières de conception comme l'association de tirants d'ancrage


précontraints (ouvrages mixtes) ou le butonnage en tête permettent de réduire cette distance à
condition de s'assurer que les déplacements latéraux et verticaux restent encore compatibles avec
la déformabilitédes structures existantes.

Il importe cependant de ne pas perdre de vue également, et tout particulièrement pour les
ouvrages temporaires et permanents, que l'emprise juridique des ouvrages s'étend bien au-delà du
parement, jusqu'à l'extrémité la plus éloignée des inclusions (clous et tirants) (Fig.l).

1.1.2. Conditions particulières de sols

Si le clouage des sols en place est un procédé qui peut s'avérer bien adapté techniquement dans la
plupart des sols rencontrés, il l'est moins dans certains cas, pour des raisons d'exécution ou même
de conception.

Ainsi, le procédé est généralement mal adapté dans les cas suivants:

- dans les sables sans cohésion apparente dans lesquels il n'est pas possible d'assurer la
stabilité d'une excavation même limitée en longueur et en hauteur; d'une manière plus
générale, l'emploi du procédé dans des sols granulaires crus, sans cohésion apparente,

81/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

même s'il est parfois possible, moyennant certaines dispositions d'exécution (traitement
préalable des sols par injection, passes de terrassement de faible hauteur ...), perd bien
souvent de son intérêt;

- dans les argiles très plastiques et les sols très sensibles, en raison notamment des valeurs
relativement faibles du frottement latéral sol/inclusion;

- dans les argiles gonflantes et les sols gélifs (dans les sites à fort indice de gel), en raison
de l'importance des efforts qui peuvent se développer dans les clous et dans le parement;
il est à noter toutefois que pour les sols gélifs, certaines dispositions (mise en place d'une
protection le long du parement, par exemple) peuvent permettre de limiter ou d'éviter le
gel du sol en place et donc ses effets;

- dans les sols reconnus très agressifs vis-à-vis des matériaux constituants les clous et le
parement, tout particulièrement pour les ouvrages permanents.

1.1.3. Présence de nappes

La construction d'un mur en sol cloué sous le niveau d'une nappe ne peut être envisagée, à la fois
pour des problèmes d'exécution et de conception (stabilité de l'ouvrage, venues d'eau à travers le
parement, ...), sans un rabattement efficace garantissant l'ouvrage contre l'action de cette nappe
durant sa construction et durant toute sa durée de service. D'une manière générale, une telle
disposition ne pourra s'avérer techniquement et économiquement réalisable que dans des sols peu
perméables.

Le problème est sensiblement le même dans les terrains contenant des lentilles de sols granulaires
emprisonnant des poches d'eau qui peuvent provoquer des instabilités graves de conséquences à
la construction, et une mise en charge de l'ouvrage en service.

1.2 Choix du procédé de réalisation des clous

Les procédés les plus couramment employés pour la mise en place des clous sont le fonçage
(battage ou vibrofonçage) direct de l'armature dans le sol ou le scellement de celle-ci, dans un
trou préalablement réalisé, généralement par forage.

Du point de vue de l'exécution, l'un et l'autre de ces deux procédés présentent des avantages et
des inconvénients (Cf Chap. 4).

82/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

● Le fonçage (battage essentiellement) est surtout adapté aux sols meubles ne contenant pas
d'obstacles durs ou de trop nombreux blocs de fortes dimensions, et aux clous de faible à
moyenne longueur, n'excédant pas une huitaine de mètres environ. Pour des raisons de mise en
œuvre, les armatures doivent présenter une certaine rigidité; elles sont donc constituées de profils
présentant un rendement mécanique assez élevé (cornières, tubes métalliques, ...).

Les clous constitués d'armatures battues posent des difficultés technologiques pour leur
protection contre la corrosion, de ce fait il convient d'être prudent pour leur utilisation dans des
ouvrages temporaires ou permanents dans des terrains agressifs (Cf Chap. 6).

● Le forage est un procédé qui permet la réalisation de clous de longueur quelconque et ce,
pratiquement dans tous les sols. En particulier, cela reste le seul procédé possible pour les clous
de grande longueur et dans les sols où le fonçage est inopérant.

Lorsque ces deux procédés peuvent être mis en œuvre, le choix de l'un ou l'autre dépendra, en
plus du critère économique, d'autres facteurs techniques et, en particulier, de la nature et des
difficultés éventuelles de réalisation des clous (tenue de la paroi du forage par exemple), de
l'efficacité de ceux-ci dans ces terrains (résistance à l'arrachement) et de la hauteur des passes de
terrassement qu'il sera possible d'adopter (Cf. Chap. 5). Ainsi, dans des sols grenus peu à
moyennement compacts de faible cohésion apparente, le battage pourra s'avérer mieux adapté
pour les différentes raisons évoquées cidessus.

1.3 Dispositions géométriques générales

1.3.1. Parement - Élévation et tracé en plan

En pratique, la hauteur maximale de soutènement qu'il est possible de réaliser par le procédé du
clouage des sols en place reste davantage limitée par des contraintes liées à l'environnement ou
par l'intérêt économique du procédé que par des contraintes d'exécution.

A l'heure actuelle, des ouvrages de soutènement jusqu'à 28 m de hauteur ont été réalisés.

En site urbain, et pour des raisons évidentes liées à l'emprise disponible pour réaliser les travaux,
les ouvrages sont généralement conçus avec des parements verticaux (Fig. 2a). Il s'agit le plus
souvent d'ouvrages provisoires, même si de plus en plus fréquemment le parement est conçu pour
s'intégrer à l'ouvrage définitif.

83/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Pour des ouvrages temporaires ou permanents, il est recommandé de donner, dans toute la mesure
du possible, une inclinaison au parement (Fig. 2b). Celle-ci permet d'améliorer sensiblement la
stabilité, tant durant la construction qu'à long terme, pour l'ouvrage en service.

Pour ces ouvrages temporaires ou permanents, et tout particulièrement lorsqu'ils sont de grande
hauteur, une disposition en gradins s'avère généralement la mieux adaptée techniquement et
esthétiquement (Fig. 2c). Elle permet par ailleurs d'apporter une meilleure solution au problème
du drainage, tout en offrant la possibilité d'un accès facile aux différentes parties de l'ouvrage,
très utile dans le cadre de la surveillance et de l'entretien de celuici, ou pour toute intervention
ultérieure éventuelle.

En règle générale, les clous sont disposés en lits, légèrement inclinés par rapport à l'horizontale.
De ce fait, le tracé en plan des ouvrages est essentiellement limité par les possibilités de
réalisation des clous et, plus spécialement par l'emprise disponible pour l'évolution des machines,
pour les angles rentrants, et par les risques d'intersection des clous entre eux, ou avec une partie
voisine du parement, pour les angles saillants. En pratique, à l'exception de tels cas particuliers,
pour lesquels des solutions techniques peuvent être parfois trouvées (par exemple butonnage
local des angles aigus rentrants d'une paroi provisoire), il est tout à fait possible de concevoir des
ouvrages dont le tracé en plan est courbe ou constitué de lignes brisées (Fig. 3).

84/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

1.3.2. Longueur, répartition et inclinaison des clous

Le choix de la longueur, de l'inclinaison et de la répartition des clous dépend de nombreux


facteurs et en particulier de la hauteur et de l'inclinaison du parement, du type de clou retenu
(foncés ou réalisés par forage du sol), des qualités des terrains concernés (desquelles dépend le
frottement latéral unitaire sol-clou) et des contraintes d'environnement éventuelles.

En règle générale, pour un ouvrage à parement vertical, la longueur moyenne des clous est
d'environ:

- 0,5 à 0,7 H (H hauteur totale de l'ouvrage) pour des clous foncés (battus ou vibrofoncés
dans le sol), disposés avec une maille relativement serrée (environ un à deux clous par
mètre carré) ;

- 0,8 à 1,2 H (H hauteur totale de l'ouvrage) pour des clous réalisés par forage, disposés à
raison d'environ un clou pour 2,5 à 6 m2 de parement.

En règle générale, en-deçà d'un clou pour 6 m2 de parement on admet que l'on ne peut plus
considérer que l'ensemble sol et clous se comporte comme un matériau «sol-renforcé»
suffisamment homogène à l'échelle de l'ouvrage pour satisfaire aux règles de calcul des présentes
recommandations.

Il est à noter que si l'emploi de clous foncés dans le sol conduit en principe à des linéaires de
clous plus importants qu'avec des clous réalisés par forage, il autorise par ailleurs des parements
plus minces et moins ferraillés. En tout état de cause, le choix de l'un ou l'autre de ces deux types
de clous est en pratique assez largement conditionné par d'autres considérations (Cf. § 1.6.2.).

85/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Une distribution de clous de longueur constante sur toute la hauteur de l'ouvrage est une
disposition courante et souvent la plus pratique, en particulier pour des raisons
d'approvisionnement et d'exécution. Toutes choses égales par ailleurs, elle permet le plus souvent
aussi de minimiser l'emprise de l'ouvrage (Fig. 4a).

Il est toutefois possible de concevoir une distribution différente des clous dans des situations
particulières ou pour répondre à certaines contraintes d'environnement. Ainsi la mise en oeuvre
de clous plus longs en partie supérieure peut s'avérer bien adaptée pour des ouvrages de forte
hauteur (Fig. 4b). Elle permet également de réduire légèrement le déplacement latéral en tête de
l'ouvrage. Par contre, la distribution inverse (longueur des clous croissant avec la profondeur) est
mal adaptée et, d'une manière générale, déconseillée (Fig. 4c).

Les clous sont disposés par nappes (ou lits). Ils sont distribués (en densité) sur toute la hauteur de
l'ouvrage pour répondre à certains impératifs liés à la stabilité de celui-ci ou à son environnement.

Ainsi les clous disposés en partie supérieure de l'ouvrage ont une plus grande efficacité vis-à-vis
du déversement de celui-ci et, d'une manière générale, vis-à-vis des déplacements latéraux en tête
du parement. Les clous disposés en partie basse ont une plus grande efficacité vis-à-vis des
ruptures par glissement sur la base, en raison de leur inclinaison par rapport aux surfaces de
rupture potentielles et de leur plus grande longueur d'ancrage au-delà de ces surfaces de rupture, à
condition que la liaison clou-parement soit suffisamment résistante.

Il est possible de faire varier la «distribution» des clous en modifiant la capacité unitaire
(longueur, section de l'armature) de ceux-ci ou les espacements verticaux Sv et les espacements
horizontaux Sh entre les clous.

86/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Le choix entre ces différentes possibilités résulte généralement de considérations d'ordre pratique
liées à la technologie des clous et aux structures enterrées existantes (réseaux divers, fondations
d'ouvrages ...), c'est-à-dire, dans une certaine mesure aussi, à l'entreprise chargée de l'exécution
des travaux.

En règle générale, au stade du prédimensionnement de l'ouvrage (Cf. §1.6) et sauf à disposer


d'une expérience particulière, on optera pour une distribution sensiblement uniforme des
inclusions.

Pour des raisons d'exécution, les clous sont légèrement inclinés vers le bas sur l'horizontale.
Toutefois, ceux-ci sont plus efficaces et les déplacements latéraux de l'ouvrage plus faibles,
lorsque cette inclinaison est nulle, de telle sorte que l'on cherchera donc en principe à adopter la
plus faible inclinaison compatible avec une bonne exécution des clous. Bien que cette inclinaison
puisse dépendre de la technologie et des conditions d'exécution des clous, ainsi que de la nature
et des qualités des sols concernés, elle reste en pratique comprise entre 5° et 15° environ dans les
technologies actuelles.

Pour des raisons pratiques évidentes, on cherchera aussi à donner, dans toute la mesure du
possible, la même inclinaison à tous les clous. Des dispositions différentes peuvent toutefois se
justifier dans certains cas particuliers, et, localement, du fait par exemple de la présence d'un
obstacle reconnu (élément de fondation d'une construction existante, canalisation).

1.4 Dispositions de construction

1.4.1. Protection contre les eaux

Il est indispensable de protéger efficacement les ouvrages contre les venues d'eau, qui peuvent
provoquer notamment une mise en charge du parement, l'éclatement de celui-ci ou une
dégradation rapide de sa résistance (par corrosion des armatures par exemple) ou de son aspect
(coulures, éclatement, ...) et une accélération de la corrosion des armatures des clous, tout
particulièrement lorsque ces eaux véhiculent des agents agressifs.

Même lorsque le sol n'est pas le siège d'une véritable nappe reconnue (situation pour laquelle, en
règle générale, le clouage est mal adapté), il peut y avoir des venues d'eau dues par exemple aux
infiltrations des eaux de ruissellement, à des écoulements souterrains aléatoires, à la présence de
poches d'eau ou encore à des fuites accidentelles de canalisations.

87/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Pour protéger les ouvrages contre les effets des venues d'eau, il est nécessaire de prévoir un
drainage. Pour éviter ou limiter l'infiltration des eaux de ruissellement dans le sol il faut prévoir
leur collecte et leur évacuation.

● Drainage (Fig. 5a)

Le drainage peut être assuré par divers dispositifs. On peut utiliser des drains subhorizontaux,
généralement constitués par des tubes crépinés mis en place par forage ou par battage. Une telle
disposition est recolllmandée pour les ouvrages temporaires et permanents, et tout
particulièrement lorsque la surface des terres soutenues ne comprend pas de système de
protection efficace contre l'infiltration des eaux de ruissellement, ou encore pour «décharger» des
poches d'eau connues ou reconnues durant les travaux. La densité minimale de ces drains est
d'environ un pour 50 m2 de parement.

On doit, dans tous les cas, disposer des barbacanes, éventuellement associées à des complexes
drainants disposés à l'arrière du parement, avant bétonnage de celui-ci (dalles poreuses,
demi-coquilles, complexes géotextiles). Elles sont régulièrement réparties à raison d'au moins
une pour 10 m2 de parement.

● Protection contre les eaux de ruissellement (Fig. 5b)

La protection contre les infiltrations d'eau de ruissellement dans le sol et le long du parement de
l'ouvrage passe par la mise en œuvre, dans tous les cas, de dispositifs de collecte et d'évacuation
de ces eaux, faciles d'accès et d'entretien et, lorsque cela est possible, par la mise en place d'une
étanchéité à la surface des terres soutenues.

Ainsi, lorsque ces terres supportent une chaussée, la protection passe par une bonne étanchéité de
celle-ci et par la réalisation de caniveaux étanches également et correctement conçus pour
collecter les eaux et les évacuer au-delàdes zones concernées. Lorsque cela est possible, il est
souhaitable de donner à la plate-forme soutenue une légère pente vers l'arrière de manière à ce
que les caniveaux et réseaux d'assainissement soient disposés suffisamment loin du parement,
au-delà de la chaussée.

Lorsque l'ouvrage supporte un talus, l'ensemencement de la surface de celui-ci, à proximité de


son parement du moins, pourra aider à l'étanchéité.

Pour les ouvrages provisoires, l'objectif recherché sera le même, même si, d'une manière générale,

88/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

des solutions provisoires plus simples peuvent être rmses en œuvre.

1.4.2. Profondeur de fiche du parement

Pour des raisons de stabilité bien souvent et pour éviter que la contrainte sous le parement ne
dépasse la capacité portante du sol sous-jacent, il est généralement nécessaire de donner au
parement une certaine fiche sous le niveau de terrassement. Il s'agit également d'une bonne
disposition pour éviter l'entrâmement de fines par d'éventuels écoulements d'eau sous un
parement localement mal « fermé» et pour maintenir le sol confiné derrière le parement (Fig. 6).

La profondeur de fiche dépend essentiellement de la qualité des terrains et de la géométrie du


parement (hauteur, inclinaison). Pour les ouvrages temporaires ou permanents, elle ne saurait être

89/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

inférieure, dans tous les cas, à 0,20 m dans un sol rocheux, et à la plus grande des deux valeurs
suivantes, dans un sol meuble: 0,40 m et H/20. Il est à noter qu'une telle disposition pourra être
aisément respectée en pratique, par exemple par l'épaisseur de la couche de fondation d'une
chaussée, s'il s'agit de réaliser une plate-forme routière.

1.4.3. Esthétique des ouvrages

Cet aspect des ouvrages revêt une certaine importance pour les ouvrages temporaires ou
permanents. La recherche architecturale passe notamment par la conception même de l'ouvrage
(inclinaison du parement, disposition en gradins...) et par le traitement des parements. Pour des
raisons évidentes, on cherchera à noyer les têtes de clous dans le béton des parements. Cela peut
conduire à épaissir ces derniers, d'autant plus que les têtes de clous devront être correctement
enrobées pour éviter l'éclatement du béton. Une disposition permettant d'améliorer l'esthétique du
parement pourra consister par exemple à revêtir celui-ci d'éléments architecturaux préfabriqués
ou coulés en place. Il peut être envisagé également que ces éléments puissent constituer la
structure résistante définitive. Dans ce cas, il conviendra de prévoir le transfert des efforts du
parement provisoire au parement définitif.

Enfin, il faut noter aussi que l'aspect des ouvrages reste bien souvent lié à une bonne conception
de ceux-ci, à des dispositions de construction bien étudiées et à une exécution soignée.

1.5 Ouvrages mixtes

Les parois uniquement ancrées par tirants précontraints ou uniquement butonnées sortent du
cadre de ce document où l'on ne considèrera que des ouvrages en sol cloué avec au maximum
deux lits de tirants précontraints ou deux rangées de butons en partie haute. Ces ouvrages seront
appelés ouvrages mixtes.

Les tirants précontraints ou les butons en tête sont utilisés pour limiter les déformations du massif
cloué lorsqu'existent des ouvrages sensibles à proximité (Cf. Chap. 1, §2.4 et Chap. 2, §3.4.2).

1) Dans la conception des ouvrages mixtes, les tirants précontraints doivent avoir une longueur
libre suffisante pour que le scellement du bulbe soit audelà de la zone de sol cloué. Il est en
effet important que les bulbes de scellement des tirants soient placés dans une zone
suffisamment à l'arrière du massif en sol cloué pour pouvoir être considérés comme fixes par
rapport au mur en sol cloué dont on souhaite limiter les déplacements.

90/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

2) En outre, on doit vérifier que la surface de rupture potentielle la plus critique pour l'ouvrage
mixte complet ne recoupe pas le bulbe et reste à une distance suffisante de celui-ci (Fig. 7).

Il est à noter que les tirants précontraints, contrairement aux clous, ne peuvent reprendre que des
efforts de traction constants le long de leur partie libre.

Pour le calcul du massif cloué on appliquera les recommandations du paragraphe 3 de ce


chapitre.

Pour les tirants précontraints, on se réîerera aux recommandations concernant la conception, le


calcul, l'exécution et le contrôle des tirants d'ancrage (TA 86).

Pour les butons on prendra en compte dans le calcul à la rupture la compression limite élastique
de chaque buton en considérant les possibilités de flambement.

1.6 Prédimensionnement

1.6.1. Objectifs du prédimensionnement

Le prédimensionnement s'impose pour un mur en sol cloué de la même manière qu'il s'impose
pour tout ouvrage de génie civil ou toute partie d'ouvrage comme par exemple les fondations.

Il permet dans le cadre d'un avant-projet ou d'une variante de déterminer la faisabilité d'un mur en
sol cloué et de le calculer de façon suffisamment précise pour en apprécier le coût.

En outre, les méthodes de justification des soutènements en sol cloué, recommandées dans la
suite de ce chapitre, sont dans la pratique utilisées comme des méthodes d'analyse des stabilités
interne et externe d'un ouvrage dont la géométrie, la résistance et la disposition des clous ont été
préalablement définies. Elles ne permettent pas de calculer les efforts à l'état de service dans les
différents lits de clous.

91/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Aussi le projeteur doit-il disposer de règles simples de prédimensionnement des ouvrages lui
permettant d'en définir les caractéristiques essentielles relatives aux résistances, longueurs et
espacements, nécessaires par la suite au dimensionnement.

Ces règles de prédimensionnement reposent sur l'expérience acquise dans la construction des
ouvrages et sur des études paramétriques effectuées à l'aide des méthodes de calcul à la rupture
précisées dans ce chapitre. Elles utilisent notamment des abaques issus de ces mêmes méthodes
de calcul.

Pour des conditions de sol données, la conception de l'ouvrage et donc son prédimensionnement
dépendront principalement:

- de la technologie de clouage employée,

- des déformations acceptables pour l'environnement de l'ouvrage.

Ce dernier facteur n'est pris en compte que de façon globale en vérifiant que les déformations
estimées sont compatibles avec les ouvrages existants.

Au stade du dimensionnement la prise en compte de clous plus longs que les autres en tête
permet de réduire légèrement les déplacements latéraux. Lorsque ces derniers restent trop
importants, on pourra avoir recours à des tirants précontraints ou à un butonnage en tête.

Le prédimensionnement ne constitue qu'une étape préliminaire dans l'élaboration des projets de


murs en sol cloué et, quelle que soit la méthode adoptée pour ce prédimensionnement, l'ouvrage
final doit être justifié conformément aux méthodes de calcul présentées au paragraphe 3.2 de ce
chapitre, sauf pour les ouvrages dits simples rentrant dans la catégorie des ouvrages courants
(Cf.Chap. 6, §2) et présentant en outre les caractéristiques suivantes: sol homogène et sans eau,
hauteur ≤5m, pas de surcharge, répartition des clous conforme aux abaques, absence de tirants
précontraints, géométrie de l'ouvrage et des clous conforme aux abaques, absence de
constructions existantes pouvant être affectées par une rupture du mur, stabilité externe assurée
par ailleurs.

1.6.2. Influence de la technologie et poids des paramètres géométriques

La plupart des soutènements cloués réalisés en France relèvent de deux procédés distincts (Cf.
Chap. 2 §1) :

92/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

procédé du type de la Hurpinoise à maillage serré de clous (Sv et Sh ≤1 m),

procédé à maillage large de clous (1 m2 < Sv . Sh ≤ 6 m2).

Dans le premier cas, les clous sont relativement courts (longueur de l'ordre de 0,5 à 0,7 fois la
hauteur du soutènement), à maillage serré, et généralement constitués d'armatures battues ou
vibrofoncées.

Dans le cas du procédé à maillage large, les clous sont généralement plus longs (L = 0,8 à 1,2 H
pour un terre-plein horizontal, jusqu'à L = 1,6 H pour certains ouvrages avec talus en tête) et
constitués de barres scellées dans le terrain.

Le choix du procédé de clouage est donc un facteur important de la conception des ouvrages
puisqu'il conditionne en grande partie leur géométrie.

Si, comme on peut le voir sur le tableau I, le procédé à maillage serré conduit à des linéaires de
clous élevés, il autorise des parements minces et peu ferraillés.

Tableau I - Ordres de grandeur des principales caractéristiques dimensionnelles des murs en sol
cloué.

(cas d'un parement vertical et d'un terre-plein horizontal)


Ouvrages à maillage Ouvrages à maillage
serré large
Longueur des clous 0,5 à 0,7 H 0,8 à 1,2 H
Nombre de clous par m2 de parement 1à2 0,15 à 0,4
Périmètre des clous 150 à 200 mm 200 à 600 mm
Résistance en traction de l'armature 120 à 200 kN 100 à 600 kN
Densité de clouage (§ 1.6.3.) 0,4 à 1,5 0,13 à 0,6

Les paramètres géométriques importants vis-à-vis de la stabilité du massif sont:

- la longueur L des clous,

- leur inclinaison θ,

- le fruit η du parement,

- l'angle β du talus avec l'horizontale au-dessus du massif en sol cloué.

 armatures battues ou vibro-foncées, armatures scellées de petit diamètre.


 armatures de gros diamètre scellées dans le terrain.

93/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

A stabilité identique, il est possible de jouer sur ces paramètres au niveau d'un
prédimensionnement. La figure 8 montre le poids des paramètres θ, η et β sur la longueur totale
(ΣL) de clous par mètre de largeur dans un lit. Les calculs sont relatifs à un sol sans cohésion à
long terme et à un mur en sol cloué dont tous les clous sont identiques, travaillent uniquement en
traction (même longueur, même section, même inclinaison, même résistance) et correspondent à
une stabilité normale (coefficient de sécurité global F = 1,5) dans la définition traditionnelle. Les
résultats sont les suivants:

- l'inclinaison θ des clous a généralement peu d'influence. Pour le prédimensionnement on


pourra négliger l'influence de l'inclinaison dans l'intervalle : 0°≤θ≤ 20° ;

- le fruit du parement permet de gagner 10% sur la longueur des clous lorsque l'on passe
de la valeur tanη= 0 à la valeur tanη= 0,2. Dans le cas d'un sol possédant de la cohésion,
l'influence est plus grande et l'on gagne environ 30%, toutes choses égales par ailleurs,
avec une cohésion c' = 20 kPa ;

- l'inclinaison β du talus au-dessus du massif en sol renforcé est le paramètre le plus


influent. Une pente de tanβ égale à 1/5 augmente de près de 20% la longueur totale des
clous et une pente de tanβ égale à 2/5 conduit à une augmentation de 55 %.

94/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

1.6.3. Paramètre densité de clouage

Dans le cas d'un mur en sol cloué homogène et avec des clous tous identiques (même longueur,
même section, même inclinaison) et répartis de façon uniforme, il est intéressant d'introduire le
paramètre adimensionnel suivant, appelé densité de renforcement:

χ= TR/(γShSvL)

où TR=min(TG, TL) est la traction de rupture en tête d'un clou et où Sh, Sv sont les espacements
vertical et horizontal entre les clous, L la longueur des clous.

95/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Ce paramètre représente ainsi l'effort maximal de traction dans un clou ramené au poids du sol
correspondant à la maille de sol cloué. Il peut donc être utilisé pour caractériser, dans un mur en
sol cloué quelconque et comportant en particulier des clous différemment résistants, la densité de
renforcement mise en place en tout point du parement.

De façon plus précise on peut distinguer dans un clou la traction maximale mobilisable TG
résultant de la rupture de l'armature et la traction maximale mobilisable T L en tête résultant du
frottement latéral sol-clou. A l'aide de cette dernière on peut alors définir un nouveau paramètre d
adimensionnel, caractéristique du frottement sol-clou (Gigan, 1987) et appelé, pour le
différencier du précédent, densité de clouage:

d=TL/(γShSvL)=t/(γShSv)

Le rapport TL/L représente l'effort de frottement t par mètre de clou et la densité de clouage d a
pour intérêt de faire abstraction de la seule résistance à la traction TG.

1.6.4. Abaques de prédimensionnement

Le prédimensionnement d'un mur en sol cloué a pour objet de définir de façon approchée les
longueurs, espacements et résistances des clous, pour qu'à la fois la stabilité interne et la stabilité
externe de l'ouvrage soient assurées.

On ne considèrera à ce stade, sauf cas particulier, que des murs dans lesquels tous les clous sont
identiques et régulièrement distribués. On supposera également le sol homogène. Le mur à
prédimensionner est alors caractérisé par une densité de renforcement χ ou une densité de clouage
d uniforme.

Le calcul peut également être mené à ce stade en traction pure, c'est-à-dire en supposant que, quel
que soit leur angle d'incidence sur la surface de rupture potentielle, les clous sont sollicités en
traction seule, ce qui revient à négliger les effets de la flexion des clous.

A partir des méthodes de calcul à la rupture, il a été publié des abaques dont les principaux sont
ceux de Gigan (1986) et de Juran (1990). On ne considèrera ici que les abaques de Gigan.

Les abaques de Gigan ont été développés à partir d'un programme de calcul en utilisant la
méthode classique des tranches verticales avec surfaces de rupture circulaires et en négligeant
toute flexion des clous. Les sections résistantes des armatures y sont déterminées de telle sorte

96/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

que la résistance à la traction de l'armature TG soit un majorant de la résistance à l'arrachement TL


du clou calculée pour la longueur totale du clou. Il s'agit là d'une règle conservative qui peut se
justifier pour un prédimensionnement et qui présente l'avantage de simplifier considérablement
l'analyse de la stabilité du mur en sol cloué. En effet, dans ce cas, le seul critère de rupture des
clous à considérer est celui de la rupture par défaut d'adhérence.

Les abaques proposés par Gigan sont établis dans le système des coordonnées (tan φ, N = c/γH),
où H est la hauteur du mur en sol cloué, qui caractérisent la résistance au cisaillement du sol
considéré, supposé homogène. On y trouve des courbes d'isovaleurs de la densité de clouage d
correspondant à la stabilité limite du mur. Chaque abaque est établi pour une valeur déterminée
du rapport L/H.

La figure 9 montre des exemples de ce type d'abaques et de leur utilisation. Après avoir placé le
point M (tan φ, c/γH), on détermine le point A correspondant au coefficient de sécurité global et
traditionnel F souhaité (dans ce cas le coefficient F sera le même pour la stabilité interne vis-à-vis
des ruptures par défaut d'adhérence et pour la stabilité externe - ou mixte-étudiée par des cercles
de rupture). Compte tenu de la définition retenue pour le coefficient de sécurité
(Tmax=c/F+tanφ/F, le point A est tel que OM/OA=F, et la densité de clouage correspondante est
déterminée par la courbe d'isovaleur de d passant par le point A.

97/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Considérons par exemple le cas d'un mur en sol cloué de hauteur H =10m et dont le sol a pour
caractéristiques géotechniques γ= 20 kN/m3, φ = 35°, c = 20 kPa. Si la valeur choisie pour L/H
est 0,8, il en résulte par interpolation une densité de clouage d = 0,33 pour F = 1,5

soit: d=TL/(γShSvL)=0.33

et TL/SLSv=52,8kPa

98/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Si les clous sont constitués de barres scellées, on pourra adopter Sh = Sv = 1,5 m, ce qui conduit à
la valeur TL = 118,8 kN avec TG > TL.

Il est à noter que ces abaques n'ont été établis que pour un angle d'inclinaison des clous i = 20°,
en considérant que l'incidence d'une variation de i était négligeable, et pour des géométries
simples (parement vertical, sol horizontal en tête, section de mur rectangulaire ou trapézoïdale).

La totalité des abaques est présentée à l'annexe 2 de ce chapitre 3.

Ces abaques sont simples et rapides d'utilisation. En ce sens, ils sont bien adaptés à un
prédimensionnement, mais leurs résultats sont assez conservatifs eu égard à l'hypothèse faite sur
les résistançes à la traction et à l'adhérence des clous, surtout dans le cas d'un clouage avec barres
scellées.

2. PRINCIPES DE JUSTIFICATION DES OUVRAGES

Conformément à l'évolution de la règlementation en vigueur en France pour le calcul des


ouvrages de génie civil, ces recommandations sont présentées dans l'esprit du «calcul aux
états-limites », tel qu'il est défini par la circulaire 79.25 du 13 mars 1979 relative au calcul des
constructions (Directives Communes, 1979). Elles sont ainsi en concordance avec l'esprit des
règlementations européennes en cours de préparation (Eurocodes, normes européennes). Il est à
noter que dans ce cadre, le coefficient de sécurité global correspondant à la démarche
traditionnelle est remplacé par un ensemble de coefficients (coefficients de sécurité partiel,
coefficients de pondération des actions ...) qui permet de répartir la sécurité sur chacun des
paramètres (résistances, actions) intervenant dans le calcul de la stabilité.

Cette règlementation en vigueur en génie civil distingue:

- le calcul aux états-limites ultimes (ELU) qui a pour objet de s'assurer que la probabilité
de ruine de l'ouvrage est acceptable;

- le calcul aux états-limites de service (ELS) qui peut avoir pour but de s'assurer:

 que la probabilité de dépasser un seuil de déformation jugé critique est acceptable,

 que les sollicitations des matériaux ont une probabilité acceptable de respecter des
seuils au-delà desquels la durabilité pourrait être compromise.

L'application stricte de l'ensemble de ces principes (ELU et ELS) aux sols cloués n'est pas

99/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

possible dans l'état actuel des connaissances. L'objet de cette partie du chapitre 3 est d'exposer et
de justifier les adaptations de ces principes au dimensionnement des ouvrages en sol cloué, lequel
se limite à un calcul de stabilité aux ELU.

2.1 Analyse de la stabilité

L'analyse de la stabilité d'un mur en sol cloué peut a priori être abordée soit par un calcul en
déformation, soit par un calcul à la rupture.

2.1.1. Calculs en déformation

Ce type de calcul, habituellement effectué par éléments finis, n'est pas utilisable dans l'état actuel
des connaissances pour l'étude de la stabilité et du dimensionnement. Il a fait l'objet de recherches,
notamment dans le cadre du projet CLOUTERRE, et continue à être développé en vue d'une
utilisation pratique.

2.1.2. Calculs à la rupture

Les méthodes de calcul à la rupture étudient l'équilibre d'une partie du massif à la rupture en
prenant en compte des critères de résistance des matériaux; elles analysent les stabilités interne et
externe de l'ouvrage et consistent à vérifier l'équilibre statique d'une partie du système limitée par
une surface de rupture potentielle. La stabilité est définie par rapport à la surface de rupture
potentielle la plus critique. Ces méthodes ne permettent pas de calculer la répartition des efforts
entre les différents lits de clous en état de service et donc de placer au mieux les clous pour
limiter les déformations du mur et prévenir tout risque de rupture progressive par cassure des lits
de clous les uns après les autres.

On peut distinguer les deux types de méthodes suivantes:

1) Les méthodes, que nous appelerons méthodes classiques de calcul à la rupture, vérifient
l'équilibre d'une partie du massif limitée par une surface de rupture potentielle sous l'effet des
actions extérieures et des efforts mobilisés dans le sol et les clous. Ces derniers sont
déterminés à partir des critères de rupture des matériaux ainsi que de diverses hypothèses.
Les méthodes classiques des «tranches» (Fellenius, Bishop) ou des perturbations (Raulin et
al, 1974) en sont des exemples. Ces méthodes présentent l'avantage d'avoir été largement
utilisées depuis des dizaines d'années pour les sols non renforcés et d'être bien calées par

100/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

rapport à la réalité. Leur application aux ouvrages en sol renforcé (Terre Armée, clouage) est
courante depuis plus de dix ans. Elles permettent un passage continu de l'étude de la stabilité
interne à l'étude de la stabilité externe, puis à celle de la stabilité générale vis-à-vis d'un
grand glissement englobant l'ouvrage.

2) Les méthodes basées sur l'analyse limite et plus récemment sur la théorie du calcul à la
rupture (Salençon, 1983), utilisant notamment l'approche cinématique, examinent l'équilibre
statique d'une partie du système limitée par une surface de rupture potentielle sous l'effet des
efforts extérieurs et des efforts résistants mobilisables dans le sol et les clous, le long de la
surface de rupture potentielle, en fonction des critères de rupture des matériaux. Ces
méthodes, bien que présentant de l'intérêt, car mécaniquement plus rigoureuses puisqu'elles
ne nécessitent pas d'hypothèse complémentaire, contrairement aux méthodes classiques, n'ont
pas encore été suffisamment comparées à la réalité. En outre, elles n'ont, jusqu'à présent, été
développées pour le clouage (Anthoine, 1990) que dans des cas simples: sol homogène, géo-
métries simples, absence d'eau, pas de flexion-cisaillement dans les clous.

Dans ces deux types de méthodes de calcul à la rupture, les effets du clouage sont pris en compte
sous forme d'efforts ponctuels appliqués aux points d'intersection des clous avec la surface de
rupture potentielle. Les efforts dans les clous sont déterminés à partir de la connaissance des
différents modes de rupture du massif en sol cloué et des critères de rupture correspondant pour
les matériaux clou et sol, et pour lesjnteractions sol/clou.

La validité pratique de ces méthodes suppose avant tout la possibilité de mobiliser simultanément
les états-limites du sol et des différents lits de clous. Ceci implique la compatibilité des
déformations à la rupture des clous et du sol: ductilité des clous, plastification progressive du sol.
Cette hypothèse de mobilisation simultanée des résistances reste, malgré tout, approchée par
rapport au comportement réel complexe des murs en sol cloué.

En outre ces méthodes supposent que les déplacements et les défonnations restent suffisamment
petits pour ne pas tenir compte des changements de géométrie de l'ouvrage précédant la rupture.
Dans le cas de clous ductiles, leur réorientation à la rupture le long de la surface de glissement est
bénéfique à la stabilité, mais il n'en sera pas tenu compte dans les présentes recommandations.

On peut mentionner en outre les méthodes d'homogénéisation (De Buhan et Salençon, 1987) dont
le principe de base consiste à substituer au milieu hétérogène constitué par le sol et les clous

101/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

(supposés distribués de manière périodique) un milieu homogène équivalent du point de vue des
capacités de résistance à l'échelle macroscopique. Cette approche, dont les applications peuvent
être plus générales, avait déjà été tentée pour le dimensionnement des ouvrages en Terre Armée
(Schlosser et Long, 1972). Elle s'avère difficile à utiliser pour les applications pratiques
courantes.

2.1.3. Calculs en rupture - déplacement

On peut mentionner une approche qui, partant d'une méthode classique de calcul à la rupture,
consiste à y ajouter un paramétrage des efforts dans les clous en fonction du déplacement le long
de la surface de rupture potentielle. Elle ne se classe donc formellement dans aucune des deux
classes de méthodes précédentes.

Cette approche, qui a été développée initialement pour l'étude de la stabilisation par clouage des
pentes instables (Delmas et al. 1986), nécessite des hypothèses de comportement pour relier les
efforts mobilisés dans les clous aux déplacements sur la surface de rupture potentielle. Elle
permet d'apprécier les conditions de stabilité, à la fois en fonction de critères de déplacement et
des critères de résistance des matériaux. Elle parrot, dans sa généralité, peu adaptée au cas des
soutènements, dans la mesure où il n'existe pas de surface de rupture préexistante comme dans le
cas de certaines pentes naturelles instables. Par contre, si l'on ne fait pas intervenir les critères de
déplacement, cette méthode se ramène à une méthode classique de calcul à la rupture.

Dans Pétat actuel des connaissances et en l'absence de méthode de calcul en déplacement,


l'ensemble des méthodes de calcul à la rupture par surfaces de rupture potentielles constitue l'outil
retenu pour la justification et le dimensionnement des ouvrages en sol cloué. Il faut souligner que
la stabilité d'un mur en sol cloué doit être étudiée non seulement sur l'ouvrage terminé, mais aussi
à toutes les phases de la construction, dont certaines peuvent être les plus critiques.

2.2 Estimation des déformations

Dans la pratique, pour de nombreux ouvrages, en particulier en sites urbains, la prévision des
déformations est une préoccupation importante du projeteur. Le calcul à la rupture ne donnant pas
d'information sur les déplacements, seules l'expérience et les mesures. permettent actuellement
d'estimer les déplacements en tête des murs pour des ouvrages en état de service. On rappelle que
l'ordre de grandeur des déplacements mesurés en tête des murs en sol cloué varie de H/1000 à

102/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

4H/1000 pour ce qui concerne les déplacements horizontaux et verticaux (Cf. Chap. 2, §3.4.2.).
Le manque de connaissances sur les déformations et les déplacements est, dans la pratique,
compensé par la prise en compte de quelques règles de l'art parmi lesquelles on peut citer:

- le surdimensionnement des renforcements des premiers lits par rapport aux résultats des
calculs de stabilité, de manière à réduire les déformations entête;

- le choix d'une hauteur appropriée des tranches d'excavation successives pour limiter les
décompressions du terrain provoquées par le terrassement et donc les déformations de
l'ouvrage (Cf. Chap.2, §3.4.1.).

Par ailleurs, on peut noter que des distributions très différentes des longueurs ou sections de clous
sur une même verticale peuvent conduire, pour l'ouvrage terminé, à des conditions de stabilité
calculées identiques, bien que les déplacements et les efforts dans l'ouvrage ne soient pas
équivalents.

Enfin, on ne peut séparer le calcul de la stabilité de l'ouvrage terminé de celles des différentes
phases de réalisation, et le calcul de la stabilité doit être continu depuis le début de l'excavation
jusqu'à la fin de la réalisation de l'ouvrage. La disposition des clous y joue alors un rôle important
et peut même être optimisée par rapport à ce critère de stabilité des phases intermédiaires. La

103/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

figure 10 illustre ce propos. Les deux géométries considérées présentent les mêmes conditions de
stabilité en fin de construction et le même linéaire de clous. Toutefois, la deuxième géométrie est
préférable: les conditions de stabilité sont améliorées en phase intermédiaire de construction, les
efforts de clouage sont mieux répartis sur la surface de rupture et les déformations en tête sont
moindres.

2.3 Justifications expérimentales

2.3.1. Comportements en état de service et à la rupture

L'analyse de la stabilité des murs en sol cloué étant faite à partir de méthodes de calcul à la
rupture, la justification expérimentale des différentes hypothèses doit se faire sur des ouvrages à
la rupture. Il s'agit là d'une difficulté, car les instrumentations et observations d'ouvrages poussés
à la rupture sont toujours plus rares et plus déliçates que celles des ouvrages en service.

L'étude du comportement à la rupture peut s'envisager de trois façons différentes :

- sur des modèles réduits en laboratoire,

- sur des modèles réduits en centrifugeuse,

- sur des ouvrages en vraie grandeur.

Les essais sur modèles réduits en laboratoire sont apparemment simples de réalisation mais en
fait ils s'avèrent longs et complexes si l'on veut respecter le véritable mode de construction des
murs en sol cloué, à savoir excaver un massif de sol et y placer les clous au fur et à mesure des
phases d'excavation. Beaucoup de modèles réduits de murs en sol cloué ont été en fait construits
comme des murs en Terre Armée, ce qui influe sensiblement sur les résultats. Une solution
intermédiaire consiste à monter simultanément un mur type Terre Armée et un remblai devant le
mur, puis à enlever progressivement le remblai une fois le mur terminé (CLOUTERRE,
CERMES, 1986). Très peu de modèles réduits ont pu respecter le véritable mode de construction
(Fau, 1987).

Par ailleurs, les modèles réduits en laboratoire ne respectent pas les lois de similitude entre le
prototype et le modèle, lois qui résultent des équations de la mécanique.

Il en résulte que les modèles réduits en laboratoire ne permettent pas d'étudier de façon fiable le
comportement des murs en sol cloué tant avant la rupture qu'à la rupture. Les résultats ne peuvent

104/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

être que qualitatifs et parfois même non représentatifs.

Les essais en centrifugeuse permettent de respecter les lois de la similitude, mais ils se heurtent
eux-aussi au problème de la bonne représentativité du mode de construction. Ils sont par ailleurs
longs et coûteux. Dans le cadre du projet national CLOUTERRE, le LCPC a étudié la stabilité
des phases d'excavation des murs en sol cloué à partir de modèles réduits en centrifugeuse.

Les expérimentations en vraie grandeur sur des ouvrages poussés à la rupture restent le plus sûr
moyen d'étudier le comportement à la rupture des murs en sol cloué. Compte tenu de leur coût,
ces expérimentations sont en très petit nombre (Stocker et al. 1979, Plumelle et al. 1986). Dans le
cadre du projet CLOUTERRE trois expérimentations à la rupture ont été conduites pour étudier
trois modes de rupture: celui par cassure des armatures, celui par défaut d'adhérence et celui par
instabilité des phases d'excavation.

Par contre, de très nombreuses observations et expérimentations sur des ouvrages en service ont
été faites depuis plus d'une dizaine d'années tant en France qu'à l'étranger. Même si elles
n'apportent pas d'élément direct sur le comportement à la rupture, elles s'avèrent être un
complément indispensable, notamment pour estimer les déformations des murs en sol cloué en
état de service.

2.3.2. Les quatre modes de rupture

Les modèles réduits en laboratoire, complétés par les quelques expérimentations à la rupture et
par des observations sur des ouvrages accidentellement rompus, ont permis de bien mettre en
évidence quatre types de rupture, résultant des phénomènes suivants:

- la cassure des clous,

- le défaut de frottement entre le sol et les clous,

- l'instabilité des phases d'excavation à la construction,

- le déplacement d'ensemble de la masse de sol renforcé.

Les trois premiers types de rupture caractérisent une instabilité interne du mur en sol cloué, la
dernière concerne l'instabilité externe.

On observe dans ces ruptures des surfaces de glissement, hormis dans le cas du défaut de
frottement où l'ensemble du massif en sol cloué se déforme.

105/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Il s'agit là d'une première justification des méthodes de calcul utilisant des surfaces de rupture
potentielle pour analyser la stabilité au regard de ces quatre types de rupture.

2.3.3. Justification à partir des ruptures sur ouvrages réels

Parmi les quelques ruptures accidentelles ou provoquées qui ont été observées durant ces dix
dernières années, seules deux ruptures typiques ont permis de comparer valablement les
méthodes de calcul par surfaces de rupture potentielle avec la réalité. Ce sont:

- le mur des Eparris (Schlosser, 1982), rompu accidentellement à la suite de pluies par un
défaut de frottement latéral entre les clous et le sol;

- le mur expérimental n° 1 du CEBTP (CLOUTERRE, 1986), rompu par cassure des


armatures à la suite de l'augmentation de la teneur en eau (alimention par un bassin en
tête).

Le mur des Eparris a fait l'objet, après rupture, d'une série d'essais d'arrachement de clous et a été
reconstruit avec un coefficient de sécurité global suffisant (F = 1,5).

Le mur n° 1 du CEBTP, très instrumenté, a pu, sans difficulté, être poussé jusqu'à la rupture, car
le coefficient de sécurité global initial du mur (avant augmentation de la teneur en eau) était
faible (F = 1,10 calculé par une méthode de calcul à la rupture).

Dans les deux cas, on a pu constater (chap. 3, §3.2.4.) que le coefficient de sécurité global,
calculé par une méthode de surfaces de rupture potentielle, donnait un coefficient de sécurité très
voisin de 1. Dans les deux cas, il a été nécessaire de faire des hypothèses sur les effets de l'eau,
néanmoins les fourchettes correspondantes pour le coefficient de sécurité global restent petites.

Cela constitue une deuxième justification des méthodes de calcul de stabilité à partir de surfaces
de rupture potentielle, à condition bien sûr que toutes ces méthodes soient équivalentes entre elles,
c'est-à-dire notamment qu'elles donnent la même valeur, ou presque, du coefficient de sécurité
global, quel que soit le mur de soutènement en sol cloué considéré.

2.3.4. Mobilisation simultanée des résistances

L'une des hypothèses fondamentales de toutes les méthodes de calcul à la rupture est la
mobilisation simultanée de toutes les résistances mises en jeu dans un mur en sol cloué, à savoir:

106/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

- la résistance du clou, principalement sa résistance à la traction;

- la résistance au cisaillement du sol;

- la résistance du clou à l'arrachement (interaction de frottement latéral) ;

- la résistance de butée du sol (pression ultime Pu) perpendiculairement au clou.

Cette hypothèse de simultanéité des résistances n'est qu'approchée dans la réalité. En effet, la
résistance à la traction du clou, comme sa résistance à l'arrachement, est mobilisée pour de très
faibles déplacements, comme ont pu, par ailleurs, le montrer les recherches et les études sur les
fondations profondes. En revanche, la résistance au cisaillement du sol nécessite, pour être
mobilisée complètement (résistance de pic), des déformations angulaires de plusieurs pour-cent.
Quant à la résistance de butée de sol, caractérisée par la pression ultime Pu, l'expérience montre
(fig. 15 du chap. 2) qu'il faut atteindre le stade des grandes déformations pour la mobiliser
complètement.

Schlosser et Long (1972) ont montré expérimentalement que, dans le cas de renforcements
quasi-inextensibles par rapport aux déformations du sol, la résistance à la traction des inclusions
était mobilisée plus rapidement que l'angle de frottement interne du sol. C'est en revanche le
contraire (Schlosser et de Buhan, 1990) dans le cas de renforcements extensibles (géotextiles).
On peut donc penser qu'avec des clous en acier doux et un sol suffisamment raide, les résistances
à la traction des clous et au cisaillement du sol se mobilisent, sinon simultanément, du moins
pour des déformations pas trop différentes.

Quant à la pression ultime Pu, résistance à la butée du sol contre les clous, sa mobilisation
nécessite l'apparition d'une zone de cisaillement dans le mur en sol cloué (figure 15, chap. 2) et
par suite de grands déplacements le long de la surface de rupture, ce qui correspond plus à la
mobilisation de l'angle de frottement résiduel qu'à celle de l'angle de pic. La mobilisation de Pu
permet, dans le cas de clous à armature ductile, de compenser la diminution de l'angle de
frottement interne après le pic (frottement résiduel) par la résistance à la flexion des clous et par
une réorientation plus favorable de ces derniers le long de la surface de rupture.

Même si la question de la simultanéité des mobilisations des diverses résistances reste encore
posée, il apparaît, néanmoins, qu'en utilisant des matériaux ductiles pour les armatures des clous,
le coefficient de sécurité global à la rupture d'un mur rompu par cassure des clous est voisin de 1

107/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

(expérimentation n° 1 du CEBTP). C'est une justification supplémentaire des méthodes de calcul


de stabilité à partir de surfaces de ruptures potentielles, mais qui demanderait à être complétée
par d'autres études d'ouvrages à la rupture.

2.4. Contexte français et international

2.4.1. Contexte français

Comme il a été indiqué au chapitre 1, paragraphe 2.2., le premier mur en sol cloué fut réalisé en
France en 1972. La caractéristique de ce mur était d'avoir un maillage d'inclusions (barres
scellées) du même ordre que celui utilisé dans la Terre Armée (Sh = Sv = 0,75 m). L'ensemble
permettait d'avoir un massif en sol cloué très homogène et traité du point de vue des calculs
comme un bloc monolithique. A l'inverse, les barres étaient relativement courtes, ce qui était
justifié par la forte inclinaison du parement sur la verticale (1/8).

Les premiers dimensionnements de murs en sol cloué ont été calqués sur ceux de la Terre Armée.

La première méthode spécifique de dimensionnement est apparue en 1980 avec les débuts du
logiciel TALREN (Schlosser, 1982) développé pour la construction d'un mur en sol cloué à La
Clusaz en 1980 (Guilloux et al., 1984). Elle se différenciait des méthodes de calcul aux états de
service, type Terre Armée, par le fait qu'il s'agissait d'une méthode de calcul classique à la
rupture et qu'elle pouvait tenir compte de longueurs et d'inclinaisons variées des clous, de flexion
et de cisaillement dans ces clous, ainsi que de couches de sol quelconques, comme de la présence
d'eau dans le sol. Ce choix, très différent de celui fait pour la Terre Armée, était dû
principalement aux géométries très variées des murs en sol cloué par rapport aux murs en Terre
Armée: longueurs de clous différentes au sein d'un même mur, inclinaison des clous d'un ouvrage
à l'autre, fruit du parement, géométrie souvent quelconque du sol en tête de mur. Le logiciel a été
également conçu pour pouvoir traiter la confortation des pentes par un clouage quasi-vertical
(Schlosser et Guilloux, 1982), dans lequel l'effet majeur mobilisé dans les clous est la flexion et
non la traction. Ce logiciel TALREN se raccorde aux calculs de stabilité des pentes, puisqu'il
utilise les méthodes classiques, soit des tranches de Bishop, soit des perturbations, dont
l'utilisation intensive, depuis une trentaine d'années, a donné à ce type de méthodes une
validation et un calage tout à fait remarquables.

Le logiciel TALREN, développé par le bureau d'études TERRASOL, a été calé sur des ouvrages

108/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

en sol renforcé, poussés à la rupture dans le cadre de recherches, ou accidentellement rompus. A


l'heure actuelle plusieurs centaines de murs en sol cloué calculés par le logiciel TALREN ont été
effectivement construits. Ce logiciel permet, grâce à la méthode des perturbations (Raulin et al.,
1973) de prendre en compte des surfaces de rupture quelconques. Il permet de travailler en sol
hétérogène (multicouches, lentilles) avec ou sans eau.

Deux autres logiciels permettant le calcul de la stabilité des murs en sol cloué, en tenant compte
de la flexion et du cisaillement dans les clous, ont été développés au milieu des années 80 : le
programme PROSPER, mis au point par le Laboratoire central des Ponts et Chaussées (Delmas et
al., 1986) et le programme NIXESC, mis au point par l'École nationale des Travaux publics de
l'État (Rajot, 1983). Ces deux logiciels sont, l'un et l'autre, très proches de TALREN et utilisent,
en particulier, le multicritère pour la prise en compte d'une mobilisation des clous en
flexion-cisaillement.

Le programme de calcul PROSPER est, en outre, une tentative intéressante pour la prise en
compte des déplacements. Mais ces derniers sont supposés être répartis le long et autour de la
surface de rupture potentielle, ce qui rend le programme plus apte à traiter en déplacements le cas
des pentes instables renforcées par clouage que celui des murs de soutènement en sol cloué.

Au cours des années 80, ont été développés soit par les entreprises, soit par les laboratoires ou
bureaux d'études, plusieurs programmes de calcul de murs en sol cloué, directement dérivés de la
méthode classique des tranches de Bishop et ne prenant en compte que la traction dans les clous.
Ces programmes donnent des résultats corrects à condition que la prise en compte des clous soit
faite au niveau des équations d'équilibre du sol renforcé et non pas du moment global dans le sol
non renforcé. La présence des clous modifie, en effet, les contraintes normales s'exerçant le long
de la surface de rupture.

Tout récemment, a été développé par le Laboratoire de mécanique des solides à l'École
polytechnique le logiciel STARS (Anthoine et al., 1990), utilisant comme surfaces de rupture
potentielle des spirales logarithmiques et reposant sur la théorie du calcul à la rupture (Salençon,
1983). Les auteurs indiquent qu'avec cette théorie, et en sol homogène, la spirale logarithmique,
qui conduit à un calcul très simple, permet une bonne estimation de la sécurité par rapport à
toutes les autres formes de surfaces de rupture potentielle. La méthode de calcul difÎere
sensiblement des autres méthodes classiques (méthode des tranches, méthode perturbations)

109/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

notamment sur les points suivants:

- elle ne requiert aucune hypothèse mécanique supplémentaire;

- la surface de rupture potentielle la plus critique n'est jamais un cercle, sauf dans le cas
d'un sol purement cohérent.

Ce logiciel n'a jusqu'à présent été développé que pour des géométries simples, en sol homogène,
sans eau, et en ne prenant en compte que des efforts de traction dans les clous.

2.4.2. Contexte international

2.4.2.1. La méthode allemande de calcul de Stocker et al. (1979)

Stocker et al. ont proposé, dès 1979, une méthode de dimensionnement à la rupture des murs en
sol cloué, en utilisant des surfaces de rupture potentielle essentiellement bilinéaires. Cette
méthode, qui a résulté de l'expérience acquise sur des essais en modèles réduits en laboratoire
(Fig. 11) a également fait l'objet de comparaisons avec des essais en vraie grandeur (Gassler et
Gudehus, 1981).

Le coefficient de sécurité global de l'ouvrage y est défini par le rapport de la puissance des forces
résistantes (réactions du sol le long de la surface de rupture, tractions dans les clous) à la
puissance des forces motrices (poids, surcharges) et est calculé en utilisant l'approche

110/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

cinématique de l'analyse limite.

La résistance à la rupture TR dans chaque clou est prise égale à la plus petite des résistances à la
cassure par traction TG et à l'arrachement TL:

TR = min(TG, TL)

On ne tient pas compte de la flexion dans les clous.

L'inclinaison θ1 du coin passant par le pied du mur est détenninée de façon itérative pour obtenir
un minimum du coefficient de sécurité. La valeur de l'angle θ2 est prise égale à (π/4 +φ/2) où φ
est l'angle de frottement interne du terrain.

Le calcul est fait en considérant l'équilibre de deux blocs glissant l'un par rapport à l'autre, suivant
une droite verticale. Le sol est supposé homogène et sans eau. Dans le cas de couches de sol de
caractéristiques mécaniques différentes, il est conseillé d'utiliser une valeur unique pondérée par
la résistance au cisaillement.

Depuis quelque temps, la méthode a été proposée avec des coefficients de sécurité partiels pour
l'angle φ, pour la cohésion c, pour le frottement latéral sol/clou qs et la résistance en traction de
l'armature du clou Rn (Gassler et Gudehus, 1983).

Deux questions restent posées vis-à-vis de cette méthode de calcul à la rupture, qui a par ailleurs
l'avantage de la simplicité:

1) la surface de rupture bilinéaire retenue pour le dimensionnement se réduit, dans le cas d'une
rupture entièrement interne du mur en sol cloué, à une droite passant par le pied du mur,
alors que de nombreuses expériences ont montré que la surface de rupture interne est très
courbe et ne peut être schématisée par une droite;

2) la méthode résulte principalement d'observations et de comparaisons sur des essais en


modèles réduits. Quelques expériences en vraie grandeur ont été réalisées qui ont été
poussées à la rupture par des surcharges localisées. On observe bien le mécanisme de rupture
mixte par deux blocs, lorsque la surcharge est à l'arrière du mur. Le mécanisme retenu pour
le dimensionnement est-il bien le plus défavorable vis-à-vis de tous les mécanismes de rup-
ture observés dans la réalité?

111/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

2.4.2.2. La méthode de Shen aux États-Unis (1978)

Cette méthode, mise au point à l'Université Davis en Californie, est également une méthode de
calcul à la rupture. Elle considère comme surfaces de rupture potentielle des paraboles d'axe
vertical ayant leur sommet au pied du parement (fig. 12).

Le sol est supposé homogène et sans eau, et la géométrie du mur est simple (parement vertical,
surface du sol horizontale en tête, lits de clous parallèles, équidistants et de même longueur). Les
clous ne sont supposés travailler qu'en traction.

Comme dans la méthode de Stocker, on considère deux blocs séparés par une verticale passant
par l'extrémité des clous, lorsque la surface de rupture ressort en tête à l'arrière du mur. Pour le
calcul de la, force s'exerçant à l'interface de ces deux blocs, on utilise un coefficient K, rapport
des contraintes horizontale et verticale, pris égal à 0,4 dans le cas des sols frottants et à 0,5 dans
le cas des sols cohérents.

Il est pris un même coefficient de sécurité F global sur le sol et sur les clous, défini par :

Tmob = c/F + tangφ/F

112/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Tmob= min{TG/F, TL/F}

On calcule de cette manière la valeur minimale du coefficient de sécurité correspondant à la


parabole la plus critique.

La validité de cette méthode de calcul, limitée à des géométries très simples et un mécanisme de
rupture particulier, a été évaluée par l'analyse des surfaces de rupture observées dans des
ouvrages réels ainsi que par les hauteurs de murs à la rupture obtenues dans des modèles réduits
en centrifugeuse. L'accord entre la prédiction et les résultats expérimentaux apparaît convenable
pour les quelques expériences simples réalisées. La méthode a été récemment modifiée pour tenir
compte de géométries plus complexes.

2.4.2.3. La méthode de Juran (1990)

Juran a récemment mis au point (Juran et al., 1990) une méthode de calcul à la rupture pour les
murs en sol cloué, analogue à celle qu'il a développée pour la Terre Armée (Juran, 1977) et qui a
servi de base à la méthode de dimensionnement actuelle des murs en Terre Année. Les surfaces
de rupture potentielle utilisées sont des spirales logarithmiques passant par le pied du mur et le
massif cloué est découpé en tranches parallèles aux lits de clous pour lesquelles on fait
l'hypothèse que la composante horizontale Eu de la force entre deux tranches reste constante (Fig.
13a). Le sol est supposé homogène et sans eau.

113/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Il est par ailleurs considéré que le lieu des tractions maximales et des efforts tranchants
maximaux dans les lits de clous coïncide avec la surface de rupture potentielle la plus critique,
c'est-à-dire correspondant au coefficient de sécurité global minimal.

Cette méthode de calcul présente l'intérêt de pouvoir, à partir de l'équilibre local de chaque
tranche, calculer la force de traction et l'effort tranchant qui se développent dans chaque lit de
clous au point d'intersection avec la surface de rupture et ainsi dimensionner le mur en sol cloué
de façon à prévenir tout risque de rupture progressive par propagation de la cassure des clous à
partir de la rupture d'un lit. En revanche, elle ne pennet pas d'étudier les ruptures mixtes. .

Le calcul des efforts tranchants est effectué à partir de l'hypothèse que la contrainte de
cisaillement maximale dans un clou est mobilisée dans le plan correspondant à la surface de

114/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

rupture potentielle considérée.

La résistance à la flexion des clous est prise en compte à partir du paramètre adimensionnel N
suivant:

N = (ksDl02) / (γHSvSh)

où ks est le coefficient de réaction latérale du sol, l0 la longueur de transfert du clou


l0=(4EI/ksD)1/4 et D le diamètre du clou.

La traction Tn et l'effort tranchant Tc maximaux dans un lit de clous sont déterminés à partir des
deux paramètres adimensionnels suivants:

TN=Tn/γHSvSh

TC=Tc/γHSvSh

La figure 13b montre les types d'abaques proposés qui pennettent de calculer Tn et Tc à partir de
la valeur du paramètre adimensionnel N.

Cette méthode de calcul a été proposée (Juran et al., 1990) pour le dimensionnement des murs en
sol cloué aux états-limites de service. L'hypothèse fondamentale retenue consiste à supposer que
la résistance au cisaillement du sol est totalement mobilisée à l'état de service le long de la ligne
des tractions maximales, quelle que soit la valeur du coefficient de sécurité global du mur. Cette
hypothèse, basée sur l'analyse des résultats de quelques ouvrages en vraie grandeur instrumentés
(Juran et al., 1990), demanderait à être justifiée à la fois théoriquement et expérimentalement.
Mais l'approche est intéressante et mériterait d'être approfondie dans la perspective de mettre au
point une méthode de dimensionnement interne des murs en sol cloué aux états-limites de
service.

3. METHODE GENERALE D’ETUDE DE LA STABILITE DU MASSIF CLOUÉ

3.1 Hypothèses et données du calcul aux états-limites

3.1.1. Principes du calcul aux états-limites

La justification de la stabilité d'un ouvrage en sol cloué est effectuée aux ELU en considérant un
nombre suffisant de surfaces de rupture potentielle, recoupant ou non les clous, afin de
déterminer la surface la plus critique (Fig. 14).

115/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Les méthodes de calcul à la rupture appliquées aux murs en sol cloué consistent à comparer sur
une série de surfaces de rupture potentielle les efforts résultant des actions extérieures avec les
efforts résistants mobilisables dans le sol cloué.

3.1.1.1. Formule fondamentale

Pour les méthodes classiques de calcul à la rupture (méthodes des tranches ou méthode des
perturbations), l'analyse de l'équilibre se présente sous la forme symbolique suivante:

Γs3.τ(ΓGG + ΓQQ + ΓGWGw + ΓA FA + ΓT FT + ΓR FR) ≤ τmax (sol cloué)/ Γm

avec Γs3 : coefficient de méthode qui tient compte des approximations inhérentes à la
méthode de calcul .

Γm : coefficient de sécurité partiel

dans laquelle l'expression τ(ΓGG + ΓQQ + ΓGWGw + ΓA FA + ΓT FT + ΓR FR) représente l'effort sur
la surface de rupture potentielle résultant de la combinaison (notée +) des actions indiquées entre
parenthèses et où τmax(sol cloué) représente l'effort résistant mobilisable dans le sol cloué sur la
surface de rupture potentielle.

Le terme τmax(sol cloué) «incorpore» donc l'augmentation (ou la diminution) de la résistance au


cisaillement du sol le long de la surface de rupture potentielle due à la présence des clous, dont
l'effet est d'augmenter (ou de diminuer) la contrainte normale sur la surface de rupture potentielle.

Les actions définies par les notations.

G : actions permanentes

Q : actions variables

Gw : action de l'eau

116/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

FA : actions accidentelles

FT : actions des tirants

FR : actions des clous (renforcements)

interviennent dans la formule précédente par leur valeur représentative qui est, soit la valeur
caractéristique définie sur des bases statistiques, soit la valeur nominale (valeur forfaitisée par un
règlement).

La valeur caractéristique est définie par le rapport de la valeur la plus probable au coefficient de
dispersion. On prend pour valeur la plus probable la moyenne arithmétique. La valeur du
coefficient de dispersion est déterminée pour assurer à la valeur caractéristique (maximale ou
minimale) une probabilité minimale de ne pas être atteinte (supérieurement ou inférieurement).

Les valeurs nominales sont fixées réglementairement à partir des valeurs extrêmes connues ou de
ce qui est raisonnablement envisageable.

Pour chaque action, le calcul des valeurs représentatives est explicité au paragraphe 3.1.2.
Chaque action est affectée d'un coefficient pondérateur (ΓG, ΓQ, ΓGW, ΓA, ΓT, ΓR).

La résistance d'un matériau intervient par sa valeur caractéristique qui est, en principe, celle qui
présente une probabilité acceptée a priori de ne pas être atteinte. Pour ce qui concerne les sols, le
géotechnicien indique les valeurs caractéristiques à prendre en compte et qui seront associées aux
coefficients Γm correspondants.

3.1.1.2. Prise en compte des clous et des tirants précontraints

La distinction entre actions extérieures et résistances est conventionnelle et pourrait faire l'objet
d'interprétations différentes selon la méthode de calcul utilisée et le point de vue adopté sur les
tirants précontraints et les clous. Sous la forme adoptée ci-dessus, les efforts dans les clous et les
tirants précontraints apparaissent comme des actions extérieures (FR et FT) par leurs composantes
tangentielles sur la surface de rupture potentielle et interviennent dans la résistance [τmax (sol
cloué)] par l'intermédiaire de leurs composantes normales à la surface de rupture potentielle.

Dans toutes les méthodes de calcul à la rupture, la valeur des actions dans les clous FR se calcule
pour chaque surface de rupture potentielle, en tenant compte des résistances des clous et de
l'interaction sol-clou (on pourra utiliser par exemple le multicritère (Cf. paragraphe 3.2.2. de ce

117/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

chapitre)). C'est pourquoi le coefficient pondérateur ΓR de FR sera écrit sous la forme de l'inverse
du coefficient de sécurité partiel sur les clous Γm,R :

ΓR = 1/Γm,R

La règlementation actuelle, dans le cadre des calculs aux ELU, considère que les efforts dans les
tirants précontraints sont des actions extérieures et sont donc connus. Ils sont indépendants de la
surface de rupture potentielle considérée.

Dans un calcul aux ELU, il conviendrait formellement de prendre pour la tension d'un tirant
précontraint la plus petite valeur entre la limite élastique garantie de l'armature et l'effort limite
d'arrachement du bulbe. En outre, il serait toujours nécessaire de vérifier la compatibilité entre le
déplacement total correspondant (sol + tirant) et les déformations à la rupture des clous et du sol.
Cette procédure s'avérant le plus souvent délicate, on prendra pour valeur de calcul des actions
des tirants la tension de blocage Tb, en tenant compte éventuellement du fluage du sol et de la
relaxation des aciers.

Le coefficient pondérateur ΓT de l'action FT dans le tirant précontraint sera pris égal à 1 puisque
la tension à la rupture ne peut-être que supérieure à la tension de blocage.

Pour la valeur de la tension de blocage on se réfèrera à la règlementation actuelle


(Recommandations TA 86).

3.1.2. Actions

3.1.2.1. Nature des actions

Les actions à considérer sont les suivantes:

a) Les actions permanentes (G) sont dues au poids propre du sol, en place ou rapporté, et des
structures faisant partie de l'ouvrage et/ou agissant sur celui-ci, telles que les charges
apportées par les immeubles situés dans la zone d'influence de l'ouvrage et les surcharges de
longue durée;

b) Les actions variables (Q) peuvent être:

- les actions dues aux charges roulantes, aux vibrations, aux sollicitations cycliques,

- les actions climatiques (effet du gel sur les têtes d'ancrage par exemple).

118/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

c) L'action due à l'eau (Gw) résulte des pressions interstitielles dans le massif en sol cloué. En
principe les ouvrages cloués doivent, dans toute la mesure du possible, être drainés dans leur
zone d'influence. Si, malgré tout, subsistent des pressions interstitielles, celles-ci doivent être
impérativement prises en compte.

d) Les actions accidentelles (FA) peuvent être dues:

- aux séismes et aux chocs,

- à des conditions hydrauliques exceptionnelles (crues).

e) Les «actions» dues aux clous (FR)

f) Les actions dues aux tirants (FT)

3.1.2.2. Valeurs caractéristiques des actions

On adoptera la valeur caractéristique minimale ou maximale d'une action suivant que son effet
sur la stabilité de l'ouvrage est stabilisateur ou déstabilisateur vis-à-vis de la surface de rupture
potentielle considérée.

Sauf spécifications contraires stipulées dans les documents du marché, on adoptera dans les
formules précédentes les valeurs caractéristiques des actions indiquées ci-après.

1) Actions permanentes (G)

● Actions dues au poids propre

Pour les sols et les autres matériaux susceptibles d'être inclus dans un ouvrage en sol cloué, on
adoptera les valeurs caractéristiques des poids volumiques suivantes:

- sols:

Les poids volumiques sont évalués sur la base de mesures représentatives. En l'absence de telles
mesures, on pourra prendre les valeurs nominales suivantes, à condition qu'il en résulte à
l'évidence une sécurité accrue pour l'ouvrage (Tableau II).

119/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Tableau II - Valeurs nominales des poids volumiques des sols


Etat du sol
Poids volumique (kN/m3) Poids volumique (kN/m3)
(peu compact) (compact)
Nature du sol
Limon 17 20
Argile 17 19
Marne 20 22
Sable 18 20
Graves 18 21
Craie 17 19
Rochers altérés 20 22
- béton armé: γbmin = γbmax = 25 kN/m3

- acier: γamin = γamax = 78,5 kN/m3

Le principe de cohérence impose qu'un même matériau soit considéré avec la même valeur
caractéristique de poids volumique, quel que soit son effet stabilisateur ou déstabilisateur par
rapport à la surface de rupture potentielle considérée.

● Actions dues à l'eau (Gw)

Les pressions interstitielles sont déduites du réseau d'écoulement le plus critique en prenant
comme poids volumique de l'eau:

γwmin = γwmax= 10 kN/m3

● Actions dues aux tirants précontraints (FT)

Les tractions Ft dans les tirants précontraints seront calculées en se basant sur la procédure
développée paragraphe 3.1.1.2. Il est recommandé d'adopter FT,min = FT,max = Tb (tension de
blocage).

● Actions dues aux clous (FR)

Les valeurs caractéristiques des actions d'un clou seront prises égales aux efforts limites dans ce
clou déterminés par exemple, à partir du multicritère, en utilisant les valeurs caractéristiques de
résistance des matériaux (Cf. § 3.2.2. de ce chapitre).

2) Actions variables de type (Q)

Les valeurs caractéristiques des actions variables sont définies dans les documents du marché. A

120/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

défaut, on prendra comme valeurs caractéristiqes de la charge variable sur terre-plein:

FQ,min = 0 kPa

FQ,max = 10 kPa

3) Actions accidentelles de type (FA)

● Actions d'origine sismique

Les actions d'origine sismique, définies par les documents du marché ou par la règlementation en
vigueur, se traduisent par une valeur d'accélération nominale (aN) et par un coefficient
topographique (ωt). De ces valeurs sont déduites les valeurs caractéristiques maximales des
coefficients sismiques à appliquer au poids propre de toutes les parties de l'ouvrage. Ces
coefficients valent:

kH =±aN / g.ωt (composante horizontale)

kv = + 0,5 kH (composante verticale)

Le signe positif correspond respectivement à l'horizontale dirigée vers l'aval et à la verticale


descendante.

Les valeurs caractéristiques minimales sont kH = 0 et kv = 0

3.1.2.3. Combinaisons d'actions et sollicitations de calcul

Les combinaisons d'actions et sollicitations de calcul à considérer sont les suivantes:

● Combinaisons fondamentales

ΓS3 . τ (ΓS1Gmax + Γ'S1Gmin + Gw +ΓQQ +ΓTFT + FR/Γm,R)

● Combinaisons accidentelles

τ (Gmax + Gmin + Gw +Q +FA + ΓTFT + FR/Γm,R)

avec Gmax: actions permanentes ayant un effet déstabilisateur

Gmin : actions permanentes ayant un effet stabilisateur

ΓS1 : coefficient pondérateur de l'action Gmax

Γ'S1 : coefficient pondérateur de l'action Gmin

121/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Par souci de simplification, on ne considèrera qu'une seule action variable de base dans toutes les
combinaisons d'action.

Les valeurs des coefficients de pondération des actions sont données dans le tableau III.
Tableau III – Justification de la stabilité du massif cloué aux ELU.
Valeurs des coefficients de pondération
COEFFICIENTS PONDERATEURS
NATURE DES ACTIONS Not.
DES ACTIONS
Combinaison Combinaison
fondamentale accidentelle
1) Actions permanentes type G
Poids propre du sol G
effet déstabilisateur Γs1=1,05 Γs1=1
effet stabilisateur Γ’s1=0,95 Γ’s1=1
Autres actions permanentes
effet déstabilisateur Γs1=1,2 Γs1=1
effet stabilisateur Γ’s1=0,9 Γ’s1=1
Action de l’eau GW ΓGW=1 ΓGW=1
Action des clous FR 1/Γm,R 1/Γm,R
Action des tirants FT ΓT=1 ΓT=1
2) Actions variable type Q Q ΓQ=1,33 ΓQ=1
(charges roulantes, actions climatiques)
3) Actions accidentelles FA - ΓFA=1
type FA
Coefficient de méthode ΓS3=1,125 ΓS3=1
On rappelle que l'action des clous FR est pondérée par le coefficient de sécurité partiel Γm,R
affectant le critère de rupture de l'armature.

● Commentaires

1) ΓS1 = 1,05 pour les actions gravitaires défavorables et Γ'S1 = 0,95 pour les actions gravitaires
favorables.

Ces valeurs différentes de celles appliquées aux autres actions permanentes, (ΓS1=1,2 et Γ'S1=0,9),
sont justifiées par le fait que les actions gravitaires, prépondérantes dans le cas des ouvrages
cloués, sont connues avec une bonne précision. Les incertitudes sont éventuellement
géométriques (cotes de terrain, cotes de terrassement ...).

2) Le principe de cohérence, déjà utilisé au paragraphe 3.1.2.2. de ce chapitre, impose qu'un


même volume de sol soit considéré avec la même valeur caractéristique de poids volumique,

 voir tableau IV – Calcul des résistances

122/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

ainsi qu'avec le même coefficient pondérateur des actions ΓS1 ou Γ'S1, quelle que soit la
surface de rupture potentielle considérée.

3) On prendra un coefficient pondérateur égal à 1 sur le poids volumique de l'eau. La valeur de


calcul du poids volumique déjaugé sera égale à :

γ = ΓS1 γ - γw (effort globalement déstabilisateur)

γ' = Γ's1γ - γw (effort globalement stabilisateur)

4) ΓGW =1. Cela revient à considérer que dans le cas où des forces liées aux pressions
interstitielles ou à l'écoulement des eaux seraient à prendre en compte, on considérera par
simplification que la pondération serait déjà effectuée dans le choix des valeurs
représentatives de Gw.

3.1.3. Résistances

3.1.3.1. Critères de rupture des matériaux

Comme indiqué au paragraphe 2.1 de ce chapitre, l'application aux murs en sol cloué des
méthodes de calcul à la rupture nécessite la compatibilité des déformations à la rupture des clous
et du sol (ductilité du clou, du sol et de la liaison sol-clou). On supposera par la suite, dans
l'exposé des méthodes de calcul, que cette compatibilité existe pour les clous courants et la
plupart des sols. L'ensemble des méthodes de calcul à la rupture ne prend en compte que les
critères de rupture suivants des matériaux.

● Sol

Le sol est caractérisé par un critère de type Mohr-Coulomb (angle de frottement φ, cohésion c).
Les conditions à long terme étant toujours les plus défavorables, on prendra pour φ et c les
caractéristiques φ' et c' en conditions drainées, que le sol soit saturé ou non pour l'étude de la
stabilité interne et externe du mur en sol cloué après construction. En phase provisoire, on pourra,
suivant la teneur en eau du sol, adopter les caractéristiques à court terme Cu et φu du sol saturé ou
celles c et φ du sol non saturé mesurées à l'appareil triaxial à la teneur en eau du sol en place.

● Clous

Les clous seront caractérisés par les trois résistances suivantes:

123/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Rn résistance à la traction simple,

Re résistance à l'effort tranchant,

Mo moment de plastification du clou en flexion pure;

qui seront déterminés comme indiqué ci-après.

● Liaison sol-clou

Pour la liaison sol-clou on considèrera les deux critères relatifs aux deux modes d'interaction:

- le frottement latéral limite, qui sera caractérisé par la résistance latérale unitaire qs ;

- la résistance latérale ultime Pu du sol sur le clou, qui sera prise égale à la pression limite
pressiométrique P1.

3.1.3.2. Valeurs caractéristiques des paramètres de résistance

Comme indiqué en 3.1.1.1. les valeurs caractéristiques de résistance du sol et des interactions
sol-clou seront prises égales aux valeurs moyennes les plus représentatives.

● Sol

Il appartient au géotechnicien de définir les valeurs caractéristiques des paramètres de résistance


des sols. Leur détermination doit tenir compte de la dispersion, de la qualité et de la
représentativité des résultats des essais.

Pour le solon prendra les valeurs caractéristiques à long terme de l'angle de frottement interne φ'
et de la cohésion c' déterminés à partir des essais in situ ou en laboratoire.

● Clou

Pour les clous constitués d'une armature métallique scellée dans un coulis, on ne prendra
généralement pas en compte la résistance propre du coulis, sauf justifications particulières
s'appuyant sur les règlements du béton armé (BAEL 83).

Les valeurs caractéristiques des résistances du clou (Rn, Rc Mo) seront calculées à partir de la
limite d'élasticité garantie e de l'acier pour des clous comportant une armature métallique.

● Liaison sol-clou

Au stade du projet, la valeur caractéristique du frottement latéral unitaire solclou qs sera

124/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

déterminée à partir des abaques présentés en annexe de ce chapitre. Au stade de la construction,


la valeur de qs sera déduite des essais de traction obligatoires selon la procédure définie au
chapitre 4. Pour ce qui concerne la butée du sol contre le clou, la valeur caractéristique de la pres-
sion latérale ultime Pu du clou sur le sol sera prise égale à la pression limite pressiométrique Pl.

3.1.3.3. Valeurs de calcul des résistances

Les valeurs de calcul des résistances à introduire dans la justification de l'ouvrage seront déduites
des valeurs caractéristiques par réduction d'un facteur Γm appelé coefficient de sécurité partiel:

valeur de calcul = valeur caractéristique / Γm

Les valeurs des coefficients Γm , en combinaison fondamentale et en combinaison accidentelle,


sont données au tableau IV.

On y apportera les commentaires suivants.

1) Résistance au cisaillement du sol

Pour la résistance au cisaillement du sol τmax = c + tanφ, les coefficients de sécurité partiels Γm,c
et Γm,φ s'appliquent respectivement sur c et tanφ, ce qui donne pour la valeur de ca cul de la
résistance

τmax = c / Γm,c + tanφ / Γm,φ

Les coefficients Γm proposés pour la résistance au cisaillement du sol tiennent compte


notamment:

- des écarts possibles entre les valeurs de résistance du sol dans l'ouvrage et celles
déduites de différentes procédures d'essais en laboratoire ou in situ;

- des conséquences possibles pour l'ouvrage d'une zone de sol à résistance localement
inférieure aux valeurs caractéristiques.

Il convient de rappeler, comme dans les études de stabilité des pentes, que le dimensiùnnement
d'un ouvrage cloué est très sensible aux valeurs prises pour les caractéristiques de résistance au
cisaillement du sol et notamment à la cohésion. Ceci justifie l'adoption de valeurs différentes des
coefficients Γ pour l'angle de frottement interne et la cohésion.

2) Interaction normale sol-clou

125/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

a) Les valeurs du coefficient de sécurité partiel Γm,Pl proposées pour la pression limite
pressiométrique Pl sont:

Γm,Pl = 1 pour les sollicitations de courte durée, en particulier les phases de terrassement

Γm,Pl = 2 pour les sollicitations permanentes, ce qui revient à considérer que la pression ultime du
sol au contact du clou est proche de la pression de fluage.

b) La valeur du coefficient de sécurité partiel Γm,EM sur le module pressiométrique EM, qui
intervient dans la détermination du coefficient de réaction du sol ks sera prise égale à 1,0 pour
toutes les combinaisons à condition que la valeur retenue par le géotechnicien pour EM résulte
d'un nombre suffisant d'essais représentatifs.
Tableau IV – Valeurs de cacul des résistances – Coefficients de sécurtiels Γm
appliqués aux valeurs caractérstiques des matériaux
PROPRIETES DES COEFFOCIENTS DE SECURITE PARTIELS Γm appliqués aux valeurs
MATERIAUX caractéristiques des matériaux
Combinaison fondamentale Combinaison accidentelle
courant sensible courant sensible
1) SOL
tangente de l’angle de frottement
effectif tanφ’ Γm,φ’ 1,2 1,3 1,1 1,2
cohésion effective c’ Γm,c’ 1,5 1,65 1,4 1,5
cohésion non-drainée (φu=0) cu Γm,cu 1,3 1,4 1,2 1,3
2) ACIER PASSIF
limite élastique e Γm,e 1,15 1,15 1 1
3) INTERACTION SOL-CLOU
frottement latéral Γm,qs essais 1,4 1,5 1,3 1,4
unitaire sol-clou qs Γm,qs abaques 1,8 1,9 1,6 1,7
pression limite pressiométrique pl Γm,pl 1,9 2 1 1,1
module pressiométrique EM Γm,EM 1 1 1 1
3) Frottement latéral unitaire sol-clou: qs

Les valeurs de Γm diffèrent selon que la valeur caractéristique du frottement latéral unitaire
sol-clou est déduite d'abaques ou mesurée par des essais de traction.

On notera que les valeurs proposées pour Γm sont plus élevées que celles utilisées pour le calcul
des fondations profondes. Ceci est dû à la forte sensibilité de ce paramètre aux conditions de
réalisation des clous.

4) Aciers

On prendra Γm,e = 1,15 pour les armatures de béton armé et autres aciers à limite élastique
inférieure à 500 MPa, conformément aux textes règlementaires existants.

126/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

3.1.4. Situations

L'ensemble de l'ouvrage doit être justifié dans les situations énumérées ci-dessous:

- En cours de construction

Cette situation correspond aux phases de terrassement et à la mise en place progressive des
renforcements.

Une phase particulière à considérer est celle où le terrassement d'une tranche d'excavation est
réalisé, alors que ni les clous ni le parement n'ont été mis en place.

On notera qu'il peut être nécessaire de considérer un jeu de paramètres particulier à cette situation,
pour les résistances des sols et pour le régime hydraulique;

- En cours d'exploitation

Cette situation correspond à l'ouvrage terminé.

- En situation accidentelle

Cette situation peut correspondre aux cas suivants:

 séisme,

 conditions hydrauliques exceptionnelles.

On se placera dans le cas de la combinaison accidentelle des actions.

3.2 Méthodes de calcul

3.2.1. Étapes du calcul

● Premier dimensionnement (Cf. § 1.6)

Pour l'ouvrage prédimensionné on cherchera la surface de rupture potentielle la plus critique en


considérant à la fois les ruptures internes, mixtes et externes (Cf. § 3.1.1. et Fig. 14)

● Itérations et optimisations

Dans le cas où l'ouvrage est instable on modifiera autant de fois que nécessaire le projet et on
recommencera la vérification. Dans le cas contraire on pourra soit garder le projet vérifié, soit
l'optimiser en le modifiant et en recommençant la vérification.

127/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

3.2.2. Détermination des efforts à la rupture dans les clous (règle du multicritère)

3.2.2.1. Critères de résistance et méthodes de calcul à la rupture

La sollicitation du clou en son point d'intersection O avec la surface de rupture potentielle peut
être représentée par un torseur de composantes:

Tn : effort normal,

Tc : effort tranchant,

M : moment fléchissant.

La détermination de ces efforts à la rupture dans les clous fait intervenir quatre critères de rupture
portant sur chacun des constituants et sur leurs interactions:

- interaction de frottement latéral sol-clou: τ≤ qs

- interaction de pression latérale sol-clou: p ≤ Pu

- matériau constitutif: τ≤ k

où k est la cission du matériau de l'armature du clou.

1) Pour les méthodes basées sur la théorie du calcul à la rupture, il est théoriquement possible
de prendre en compte la flexion et le cisaillement dans les clous. Jusqu'à présent cet aspect n'a pas
été développé, seule la résistance à la traction des clous ayant été considérée. Le calcul
reviendrait àdéterminer la contribution résistante maximale des clous permise d'une part par les
critères de l'interaction sol-clou:

frottement latéral: q ≤ qs soit |Tn|≤ qs π D La

pression latérale : p ≤ Pu

et d'autre part par le critère de résistance propre des clous. Pour celui-ci on peut, par exemple,
adopter la formule simplifiée (Anthoine, 1987) :

(Tn/Rn)2 + (Tc/Rc)2 + |M/Mo| - 1≤ 0

expression légèrement conservative par rapport aux formules données par Sobotka (1954,1955) :

(Tn/Rn)2 + (Tc/Rc)2 + |M/Mo| [1- (Tc/Rc)2]1/2- 1≤ 0

ou par Neal (1961) :

128/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

(Tn/Rn)2 + (Tc/Rc)4/[1 - (Tn/Rn)2] +|M/Mo| - 1 ≤ 0

et qui est beaucoup plus commode d'emploi.

En ce qui concerne le critère de pression latérale (p ≤ Pu), sa formulation en fonction de Tc et M


nécessite, par contre, une hypothèse sur la distribution de la pression latérale le long du clou
(distributions uniformes et opposées de part et d'autre de la surface de rupture (Fig. 15),
distribution de type Brinch-Hansen, etc.) dont la validité serait à vérifier expérimentalement.

La contribution maximale permise par ces critères pourrait être calculée de façon similaire à ce
qui est actuellement proposé pour les clous travaillant uniquement à la traction, c'est-à-dire en
vérifiant l'équilibre global de la partie du massif limitée par une surface de rupture potentielle
(Anthoine, 1990).

La mise en œuvre de ces méthodes, pour le moment limitée à la prise en compte de la résistance à
la traction des clous, conduit, sans l'introduction d'hypothèse complémentaire, à considérer des
surfaces de rupture potentielle définies par des arcs de spirales logarithmiques (d'angle φ) et pour
lesquelles il suffit alors de contrôler l'équilibre en moment par rapport au foyer. Comme pour les
méthodes classiques on recherche le volume de sol renforcé ainsi délimité, qui présente les
conditions de stabilité les plus critiques.

Dans la suite de ce paragraphe, ces méthodes basées sur la théorie du calcul à la rupture ne seront
plus développées puisque, dans leur état actuel, elles ne prennent pas en compte la flexion et le
cisaillement des clous.

2) Pour les méthodes classiques de calcul à la rupture, la combinaison des critères de résistance

129/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

des matériaux et de leurs interactions, et la détermination des relations correspondantes entre Tn,
Tc et M ont été développées dans le cadre d'une étude en élasto-plasticité du comportement du
système solclou (Chap. 2, § 2.2). Le multicritère correspondant est utilisé depuis de nombreuses
années dans le dimensionnement d'ouvrages réels en sol renforcé (clouage, micropieux) et a fait
l'objet de vérifications expérimentales (§ 2.3). Quatre critères correspondant à quatre modes de
rupture des clous sont à considérer.

● Critère (C1) de frottement latéral sol-clou.

Ce critère, qui correspond à la rupture par arrachement des clous, s'écrit pour un sol homogène:

Tn≤qs π D La

où qs est le frottement latéral unitaire sol-clou;

πD le périmètre du clou où D = Dc (diamètre du forage) pour les clous scellés


et D = Da (diamètre équivalent) pour les armatures battues;

La longueur de scellement des clous au delà de la surface de rupture, sauf en


l'absence de parement ou de liaison de la tête de clou avec le parement,
auquel cas La = L*, la longueur L* étant la plus courte des deux longueurs
entre la surface de rupture et le parement ou l'extrémité du clou dans le
massif (Fig. 16).

● Critère (C2) de pression latérale sol-clou

130/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

La pression latérale exercée par le clou sur le sol est limitée par la pression latérale ultime du sol
Pu. La rupture du sol en butée sur un clou pourra être définie soit lorsque P u est atteint au seul
point O de l'effort tranchant maximal (Fig. 17) (hypothèse la plus conservative), soit lorsque le
sol est plastifié sur une certaine longueur maximale à définir. Dans le premier cas, le plus simple
et le plus conservatif, on obtient à partir de l'analyse du clou sous chargement combiné (effort
normal, effort tranchant et moment de flexion) présentée au chapitre 2, paragraphe 2.2.1., le
critère suivant:

(C2) Tc ≤ Tc2,max

avec Tc2,max=Dcl0pu/2

où De : diamètre du clou (coulis et armature)

l0 : longueur de transfert

Pu : pression latérale ultime

Dans le deuxième cas, on considérera que la longueur de plastification du sol sous le clou est,
sauf justifications particulières, limitée à la valeur πl0/2, correspondant à la distance entre les
deux points de moment maximal détenninédans un comportement élastique du clou et du sol (Fig.
17).

Dans les deux cas on aboutira à un critère portant sur l'effort tranchant Tc du type Tc ≤ Tmax.

● Critères (3) et (4)

Les deux critères (C3) et (C4) portent sur les efforts (Tn, Tc, M) dans le clou quand celui-ci

131/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

plastifie soit en effort tranchant en O (point d'effort tranchant maximal), soit en moment de
flexion en A et A' (points de moment maximal). Par souci de simplification on considérera que
l'effort normal Tn ne varie pas dans la zone en flexion autour de la surface de rupture potentielle.

Pour modéliser la résistance propre du clou en adoptera le critère proposé par Anthoine (1987)
qui est simple et légèrement conservatif :

(Tn/Rn)2 + (Tc/Rc)2 +M/Mo - 1≤ 0

● Critère (C3)

La plastification du clou par effort tranchant se fera au point O d'effort tranchant maximal.
Celui-ci correspond (par raison de symétrie) à l'intersection du clou avec la surface de rupture, à
condition que les longueurs de clou de part et d'autre de la surface de rupture potentielle soient au
moins égales à 3l0.

Au point O le moment fléchissant est nul (M = O) et le critère de rupture s'écrit à partir du critère
de rupture général du clou:

(C3) (Tn/Rn)2 + (Tc/Rc)2 ≤ 1

On prend généralement Rc = Rn/2.

Le critère (C3) dans le plan (Tn,Tc) est représenté par une ellipse.

● Critère (C4)

On supposera (hypothèse simplificatrice, Cf. Chap. 2, § 2.2.4) que la plastification du clou par
moment de flexion se fait aux points de moment maximal A et A' situés de part et d'autre de la
surface de rupture potentielle, à une distance de celle-ci égale à lp = πl0/4 et calculée dans un
comportement élastique du sol et des clous.

La plastification en ces points (fig. 14) où l'effort tranchant est nul (Tc = 0), correspond au critère:

(C4) M ≤ Mmax

avec Mmax = M0 [1 - (Tn/Rn)2] déduit du critère de résistance du clou.

A cette valeur correspond, l'expression suivante de l'effort tranchant au point O:

Tco = aM0/l0 [1-(Tn/Rn)2]

où a est une constante égale à 3,12. .

132/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Dans la pratique où on impose que les clous soient ductiles, la plastification aux deux points A et
A' de moment maximal dans la phase initiale, ne correspond pas à la rupture du système. Il se
produit un phénomène de plasticitécontenue avec deux rotules plastiques dans le clou. Ces rotules,
initialement en A et A', se déplacent lorsque le clou continue à se déformer. La valeur de lp,
initialement égale à πl0/4, varie alors pour respecter les équations d'équi libre et le critère de
résistance du clou. Le calcul de lp en phase élastoplastique est complexe et des expérimentations
telles que le mur en sol cloué n° 1 du CEBTP tendent à indiquer que lp varie à l'intérieur d'un
même ouvrage. En l'absence d'informations plus précises, une hypothèse simple consiste à
prendre lp constante et égale à πl0/4. Au point O, la plastification du sol sous le clou, après
apparition des deux rotules plastiques en A et A', conduit au critère (C4) suivant:

Tc ≥ Tc4,max

Tc4,max = b (M0/l0) [1 - (Tn/Rn)2] + cDcl0Pu

où b et c sont deux constantes respectivement égales à 1,62 et 0,24.

Ce critère respecte les équations d'équilibre, mais pas le critère de résistance du clou. Néanmoins,
en combinant (C4) et (C3) ce dernier critère est respecté, ce qui est la démarche adoptée pour la
détermination du multicritère, démarche qui est conservative.

Une hypothèse différente sur la distance lp conduirait à un critère similaire.

3.2.2.2. Combinaison des critères de résistance

Comme indiqué au paragraphe 2.2.3. du chapitre 2, la règle du multicritère (Schlosser,


1981,1982,1983) consiste à traduire les quatre critères C1, C2, C3 et C4 dans le plan (Tn,Tc) des
efforts au point O du clou sur la surface de rupture potentielle et à considérer leur intersection
comme le critère résultant pour les efforts dans les clous au point O. Les efforts Tn,Tc sont
exprimés en valeurs de calcul, en tenant compte des différents coefficients (coefficients
pondérateurs Γ et de sécurité partiels Γm), L'intersection des critères (Fig. 18) définit un «domaine
de stabilité» convexe dans lequel le point représentatif de l'effort à la rupture dans un clou au
point d'intersection avec la surface de rupture potentielle peut a priori occuper n'importe quelle
position, sur la frontière du domaine.

133/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Il est intéressant de constater l'importance de la pression latérale ultime Pu dans la valeur


maximale de l'effort tranchant Tc,max résultant du multicritère :

Tc,max = inf {Tc1,Tc2}

où Tc1 et Tc2 sont tous les deux fonctions de Pu, Si Pu est suffisamment élevée Tc,max peut atteindre
la valeur de Rc et dans ce cas l'intersection des critères se réduit à C1. C'est le cas limite du clou
dans un sol rocheux, cisaillé le long d'un joint.

Le multicritère ayant été déterminé, il faut se fixer une règle pour calculer les efforts à la rupture
dans un clou.

3.2.2.3. Règle de détermination des efforts

1) Traction et compression des clous

134/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Les efforts normaux Tn dans les clous peuvent être des tractions (Tn > 0) ou des compressions
(Tn< 0). La distinction se fait en fonction de l'orientation du clou par rapport à la surface de
rupture potentielle considérée.

Les expériences réalisées sur des échantillons de sable renforcé par des barres métalliques dans
une grande boîte de cisaillement (Marchal, 1984. Cf. Chap. 2, § 2.2) ont montré que le clou reste
tendu pour un angle i d'inci-dence par rapport à la normale à la surface de rupture potentielle
variant entre - 15° et + 90° (Fig. 19a). Dans la pratique, la limite négative sur i, qui correspond à
un clou incliné dans le sens contraire au cisaillement, peut être considérée comme indépendante
de la forme de la surface de rupture varie entre - 10° et - 20° en fonction de la rigidité relative
sol-clou. Dans les méthodes classiques à la rupture, les clous peuvent, le long de la surface de
rupture potentielle, être tendus ou comprimés suivant la valeur de l'angle i précédemment défini
(Fig.19b).

135/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Quelle que soit la méthode de calcul à la rupture utilisée dans l'analyse de la stabilité interne d'un
mur en sol cloué, on ne tiendra pas compte en général des efforts de compression dans les clous
sur la surface de rupture potentielle étudiée.

2) Règle du travail maximal

Une règle couramment adoptée pour déterminer les efforts dans les clous est la « règle du travail
maximal ».

L'application de cette règle au clouage (Schlosser, 1981, 1982, 1983) consiste à supposer qu'à la
rupture, le point P, représentatif de l'effort dans un clou, est situé sur la frontière du domaine de
stabilité délimité par le multicritère de rupture. La position de ce point P sur la frontière est alors

choisie de façon à maximaliser le travail T . δ de l'effort T, dans le clou, dans le mécanisme


de rupture considéré, par rapport au travail T *δ
. de tout effort virtuel T * satisfaisant au
multicritère dans le clou dans le même mécanisme de rupture. Ceci revient à choisir le point

représentatif P de telle façon que sa projection sur le vecteur déplacement δ soit maximale, δ
étant le déplacement du point du clou sur la surface de rupture potentielle considérée. Pour

déterminer l'effort T dans le clou, seule la connaissance de la direction du vecteur δ est


nécessaire.

Cette procédure revient à choisir le point P tel que la normale en P à la frontière du domaine de

stabilité soit parallèle au déplacement δ. Sous cette dernière forme, la règle du travail maximal
peut s'interpréter comme une règle de normalité.

Concrètement (Fig. 18), la détermination du point P et des efforts Tc, Tn à la rupture se fait en

considérant le déplacement δ tangent au point O à la surface de rupture potentielle, ce qui


conduit à chercher le point P sur la frontière du domaine de stabilité, où la tangente est
perpendiculaire à la direction δ.

NOTA: La méthode de calcul en rupture-déplacement utilisée pour le clouage des pentes


instables et citée au début de ce chapitre, dans laquelle l'effort dans le clou est paramétré en
fonction du déplacement le long de la surface de rupture potentielle, utilise une règle de
maximalisation tout à fait analogue.

136/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Cette règle revient à considérer qu'à partir du moment où l'un des critères de résistance est atteint
(pour une amplitude de déplacement δ), le point représentatif de l'effort se déplace sur la frontière
du domaine de stabilité jusqu'à atteindre (pour une amplitude de déplacement δ2 > δ1) la même
position que dans le schéma de la figure 18.

Cette méthode de calcul doit donc conduire aux mêmes résultats que les méthodes classiques à la
rupture dans la mesure où elle utilise des critères de résistance définis de la même manière, avec
le même multicritère.

Par contre, cette méthode permet d'introduire d'autres règles de calcul des efforts dans les
renforcements, basées sur des critères de déplacement ou des seuils de résistance. Ces règles ne
sont cependant valables que lorsque le champ des déplacements avant la rupture est influencé par
la surface de rupture préexistante qui canalise les déplacements, ce qui est généralement bien le
cas de la stabilisation des pentes instables par clouage.

3.2.3. Calcul de la stabilité du massif en sol cloué

Dans les méthodes classiques de calcul à la rupture, l'étude de la stabilité interne, mixte ou
externe d'un ouvrage en sol cloué est conduite de manière similaire à l'étude de la stabilité des
pentes non renforcées, en tenant compte en plus, le long de la surface de rupture potentielle des
efforts apportés par les clous et des suppléments de contraintes qui en résultent dans le sol.

Il conviendra ainsi, que l'équilibre de la partie du massif limité par la surface de rupture
potentielle soit assuré en tenant compte des efforts ponctuels des clous dans les trois équations
d'équilibre statique. Toute méthode adaptée des calculs de stabilité de pentes non renforcée et ne
respectant pas cette condition est déconseillée.

Plusieurs méthodes de calcul sont disponibles parmi lesquelles on peut distinguer les méthodes
des tranches (Fellenius, Bishop simplifiée) et les méthodes globales (méthode des perturbations).

Chaque méthode est caractérisée par la nature des hypothèses complémentaires retenues afin
d'obtenir le nombre d'équations nécessaires à la résolution. Parmi les méthodes des tranches, la
méthode de Bishop simplifiée est celle dont les hypothèses complémentaires donnent les résultats
les plus réalistes. Son adaptation aux ouvrages renforcés consiste à introduire l'effet des
inclusions en projetant (Tn, Tc) sur la normale et sur la tangente à la surface de rupture potentielle
à la base de chaque tranche concernée, sous forme de composantes δN et δT qui viennent

137/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

s'ajouter ou se retrancher aux composantes Ni et Ti de la réaction calculée sans renforcement dans


la méthode classique de Bishop (Fig. 20). L'équilibre est alors assuré lorsqu'on a l'inégalité:

Σ(Ti-δTi) ≤ Σ[(Ni-δNi)tanφi+cili]

Dans cette expression, φi et ci sont l'angle de frottement interne et la cohésion du sol de la tranche
i.

Parmi les méthodes globales, on citera la méthode des perturbations (Raulin, Rouques et Toubol,
1974) qui est bien calée sur la pratique et qui permet, par ailleurs, d'examiner des surfaces
quelconques.

Dans le dimensionnement à la rupture des ouvrages en sol cloué, les surfaces de rupture
potentielle à considérer sont de forme a priori quelconque afin de déterminer la surface la plus
critique. Les surfaces de rupture potentielles à explorer systématiquement sont de section
circulaire. En plus, il conviendra notamment d'examiner des surfaces plus particulières passant
sous le pied du parement avec un faible rayon de courbure qui pourront être schématisées par une
surface circulaire à l'amont du parement et un coin de butée à l'aval (fig. 21).

138/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Les surfaces de rupture potentielle planes, même si elles sont présentées en annexe pour illustrer
la prise en compte de la sécurité au ni veau des coefficients, sont déconseillées, car elles
conduisent à des résultats trop grossiers, notamment dans le cas de sols purement cohérents.

Quelle que soit la méthode utilisée, il y a lieu de rechercher le volume de sol renforcé présentant
les conditions de stabilité les plus critiques, dont il est important de souligner qu'il peut être très
différent du volume critique de sol non renforcé.

L'étude de la stabilité externe est conduite de façon analogue à celle de la stabilité globale des
ouvrages de soutènement en utilisant les méthodes aux ELU avec les valeurs des coefficients de
sécurité partiels données dans ce chapitre.

Dans le cas particulier où l'ouvrage en sol cloué est construit dans un site dont la stabilité initiale,
bien qu'assurée, est faible par rapport au critère retenu pour le mur en sol cloué, il conviendra, en
outre, de vérifier que ce dernier ne diminue pas la stabilité initiale du site.

Dans le cas d'une pente, il convient de vérifier la stabilité de toutes les surfaces de rupture
potentielle remontant le long de la pente jusqu'à une distance 3H à partir du parement, H étant la
hauteur de l'ouvrage en sol cloué.

3.2.4. Exemples de calcul et de dimensionnement

On présente ci-après trois exemples de calcul de murs en sol cloué. Les deux premiers ont trait,
l'un à une rupture accidentelle par défaut d'adhérence, l'autre à la rupture par cassure des clous du
mur expérimental n° 1 du CEBTP du projet CLOUTERRE. Ces deux premiers exemples, déjà
publiés dans la littérature, constituent en quelque sorte un calage des méthodes de calcul à la
rupture vis-à-vis de deux des principaux modes de rupture rencontrés dans le clouage des sols. Le
troisième exemple constitue un cas de dimensionnement assez complet d'un mur en sol cloué
avec eau et plusieurs couches différentes de sol.

3.2.4.1. Exemple du mur des Eparris

Le mur cloué des Eparris (Schlosser et Guilloux, 1982) fut construit en février 1981 dans une
formation superficielle argileuse comportant quelques passages de sable. L'eau n'était rencontrée
qu'à plusieurs mètres de profondeur, mais avec des niveaux variables, témoins d'une
hydrogéologie complexe. Au moment de la construction du mur, des drains subhorizontaux de 6

139/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

m de longueur furent installés dans les zones humides.

Les tubes utilisés pour les clous furent vibrofoncés dans un forage préalable, puis injectés au
coulis sous une pression de 100 à 200 kPa. Le diamètre final équivalent du clou était de 100 mm.

Au mois de mai 1981, après une période de très fortes pluies, le mur se rompit. La figure 22
montre la cinématique de la rupture, très différente de celle d'une rupture par cassure des
armatures. Des essais d'arrachement de clous, effectués après l'accident, montrèrent que le
frottement latéral sol/clou avait une valeur bien plus faible que celle qui avait été retenue dans le
dimensionnement (qs = 45,5 kPa en moyenne, au lieu de qs = 100 kPa), indiquant que le mur
s'était rompu par un défaut de frottement sol/clou.

Le mur fut reconstruit par la suite avec le même type de clous (tubes), le même diamètre final des
clous (DC = 100 mm) et les mêmes espacements (Sv = Sh = 2 m), mais avec une longueur de clous
plus importante (L = 10 m) et une inclinaison du parement sur la verticale plus forte (η = 30° au
lieu de 20°). Il s'est parfaitement comporté depuis.

Le calcul de la stabilité du mur rompu a d'abord été fait en prenant égaux à 1 tous les coefficients
de sécurité partiels, tous les coefficients de pondération et le coefficient de méthode ΓS3. Avec
ces valeurs a été calculé un coefficient Γmin défini par le rapport :

Γmin = τmax/τ

qui représente en quelque sorte l'écart de la méthode de calcul par rapport à la réalité, ou le
coefficient de sécurité global F dans la méthode de calcul traditionnelle.

On a ensuite remarqué qu'une valeur du coefficient partiel Γm, R supérieure à 1 ne modifiait pas
Γmin tant que Γm,R restait inférieur ou égal au minimum du rapport Rn/TL égal à 7,0 et calculé sur
les longueurs de clous situées au delà de la surface potentielle de rupture la plus critique. Cela
montre que la rupture du mur en sol cloué a bien été une rupture par défaut d'adhérence.

On constate qu'en faisant l'hypothèse pessimiste d'une nappe à la surface du sol dans le versant, la
valeur du coefficient r min est de 0,71 (fig. 22).

140/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

A l'inverse, en faisant l'hypothèse d'un parfait drainage et d'une absence de pressions


interstitielles dans la zone de sol intéressé par le massif cloué, la valeur du coefficient Γmin est de
1,00.

La réalité se situe entre ces deux extrêmes et est sans doute plus proche de la valeur Γmin = 1,00,

141/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

compte tenu de la mise en place de drains subhorizontaux.

Il convient aussi de noter l'incertitude sur le diamètre final des clous (DC=100mm), les
constatations faites après la rupture ayant montré d'assez fortes variations dans ce paramètre. Ce
diamètre DC résulte de l'expansion du forage sous la pression du coulis injecté; l'hétérogénéité du
sol et les pressions différentes du coulis peuvent expliquer les variations de ce paramètre
fondamental dans une rupture par défaut d'adhérence.

Ce calcul a posteriori a également permis de mettre en évidence l'influence de la résistance à la


flexion des clous sur le coefficient Γmin. En négligeant cette résistance, la valeur Γmin est, dans
l'hypothèse d'une absence de pression interstitielle, de 0,92 au lieu de 1,00, ce qui indique que
dans ce cas l'effet de la résistance à la flexion des clous est d'augmenter le coefficient de sécurité
global des clous d'à peu près 9% par rapport à la valeur correspondant à la prise en compte des
résistances à la traction seulement.

3.2.4.2. Exemple de l'expérimentation n° 1 du CEBTP

Le mur de la première expérimentation du CEBTP, faite dans le cadre du projet CLOUTERRE, a


été conçu pour se rompre par cassure des clous. Comme indiqué au paragraphe 3.4 du chapitre 1,
la rupture a été provoquée par saturation partielle du massif cloué à partir d'un bassin placé en
tête. Le dimensionnement du mur avait été fait pour obtenir un faible coefficient de sécurité
global qui fut calculé égal à 1,10 par le programme TALREN avec la méthode des tranches de
Bishop. Des comparaisons ont été faites après la rupture à l'aide de ce même logiciel (Schlosser,
1989).

Pour transformer l'inégalité fondamentale du paragraphe 3.1.1.1. en égalité, on introduit le


coefficient Γmin tel que:

Γmin ΓS3 τ = τmax

La figure 23a montre le calcul du dimensionnement interne du mur, tel qu'on peut le refaire à
partir de l'inégalité fondamentale, vis-à-vis d'une rupture par cassure des armatures. En prenant
dans l'inégalité précédente tous les coefficients égaux à 1, sauf Γmin à déterminer et Γm,qs pris égal
à 4,3, valeur représentant le minimum du rapport TL/Rn calcule pour les longueurs de clous
situées au-delà de la surface de rupture potentielle la plus critique, on obtient Γmin = 1,10, ce qui
montre que ce coefficient correspond tout à fait, pour les hypothèses prises ici, au coefficient

142/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

global de sécurité F = 1,10 trouvé dans la méthode traditionnelle.

La figure 23b montre l'étude de la rupture réelle pour laquelle il a été supposé qu'à la suite de la
mise en eau il pouvait être distingué deux couches de sol: l'une quasi saturée à la base du mur
avec une cohésion nulle (c = 0), l'autre non saturée avec la cohésion initiale (c = 3 kPa). Cette

143/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

schématisation résulte de l'observation, faite au moment de la rupture, d'une partie inférieure du


parement assez fortement mouillée. La hauteur h de cette partie mouillée a été prise comme
paramètre de calcul et le graphique de la figure 24a montre la variation du coefficient Γmin à la
rupture en fonction de h. On constate que, pour Γmin = 1,00, la valeur de h varie de 2,25 m sans
prendre en compte la résistance à la flexion des clous, à 3,25 m lorsqu'on tient compte de cette
résistance, alors que la valeur observée est aux alentours de 2,5 m.

Cette décomposition en deux couches de sol de caractéristiques physiques et mécaniques

144/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

différentes constitue un cas extrême. Une autre approche consiste à supposer que la quantité d'eau
déversée dans le mur s'est répartie de façon uniforme sur toute la hauteur de la partie de mur
située sous le bassin. Cette hypothèse conduit à une teneur en eau moyenne w = 19 % alors que la
valeur initiale était W0= 10,7 %.

En supposant par ailleurs que la cohésion varie linéairement en fonction du degré de saturation SΓ
(avec c = 0 pour SΓ= 100 %) et donc de la teneur en eau, on peut tracer les deux courbes de
variation du coefficient Γmin (fig. 24b) dans les deux cas de prise en compte et de non prise en
compte de la flexion des clous. On constate que la valeur du coefficient Γmin à la rupture est ainsi
comprise entre 0,95 et 0,98.

Dans l'ensemble, et en dépit des incertitudes inhérentes au type de chargement utilisé dans cette
expérimentation en vraie grandeur, les résultats montrent que les valeurs Γmin , calculées avec des
méthodes classiques à la rupture, constituent une approche correcte de la réalité.

3.2.4.3. Exemple d'un mur cloué mixte avec surcharges et drainage partiel dans un
multicouche

On traite ici le cas d'un mur en sol cloué à parement vertical, d'une hauteur totale H = 17 m,
comportant cinq lits de clous et un lit de tirants précontraints en tête. Les clous sont plus courts à
la base, mais également plus resserrés (fig. 25).

Les tirants précontraints ont été utilisés compte tenu du caractère sensible de l'ouvrage (bâtiments
et route à construire en partie supérieure du mur), afin de réduire à des valeurs admissibles les
déplacements en tête.

L'ouvrage étant implanté dans un versant avec nappe, un drainage du massif cloué a été prévu,
mais qui ne déjauge que partiellement les clous les plus bas et les scellements des tirants
précontraints.

La figure 25 montre les résultats du calcul effectué à l'aide du logiciel TALREN. Les
caractéristiques des sols, celles des surcharges, celles des clous et des tirants sont indiquées dans
le tableau V.

145/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

146/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Tableau V - Valeurs des paramètres de l'exemple de dimensionnement

SOLS
Sol N γ ΓS1 c φ qs pl ks
1 19,0 1,05 10,0 25,0 0,0 0 0
2 19,0 1,05 10,0 35,0 120,0 1000 17000
3 19,0 1,05 20,0 35,0 160,0 1500 26000
4 19,0 1,05 30,0 36,0 200,0 2000 46000
5 20,0 1,05 200,0 40,0 0,0 0 0
6 17,0 1,05 20,0 30,0 80,0 500 5500
7 0,0 1,00 0,0 0,0 0,0 0 0
SURCHARGES SURFACIQUES
N° 1 2 ΓQ
Sr 1 20 20 1,330
Sr 2 110 110 1,200
Sr 3 22,5 22,5 1,000
Sr 4 45 30 1,200
CLOUS
N° TG Sh Cote L i Dc M0 EI
Cl 2 400 2,00 10,50 13,0 10,0 0,13 1,9 26,4
Cl 3 400 2,00 8,00 13,0 10,0 0,13 1,9 26,4
Cl 4 400 2,00 5,50 13,0 10,0 0,13 1,9. 26,4
Cl 5 400 2,00 3,50 12,0 10,0 0,13 1,9 26,4
Cl 6 400 2,00 1,50 10,0 10,0 0,13 1,9 26,4

TIRANTS

N° TG Sh Cote 1 libre 1 scell. i TL

Ti 1 900 2,00 13,00 13,0 12,0 10,0 1350

(Unités en kN, mètre et degré)

Dans la conception, les caractéristiques des clous et des tirants ont été prises telles que le
coefficient Γmin, associé aux valeurs requises des coefficients pondérateurs et de sécurité partiels,
ait une valeur de 1,00. On constate (fig. 25) que cette valeur correspond à deux surfaces de
rupture potentielles: un premier cercle intéressant principalement le massif cloué et un autre
englobant une grande partie du massif cloué et passant par les centres des bulbes des tirants
précontraints, donc plus représentatif d'une stabilité globale de l'ouvrage.

147/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

3.2.5. Méthodes simplifiées

3.2.5.1. Hypothèse

Ces méthodes sont dites simplifiées du fait qu'elles font l'hypothèse que les clous sont sollicités
uniquement en traction.

Dans ces conditions ne subsistent que le critère de résistance du clou et le critère de frottement
latéral sol-clou (τ< qs) qui s'explicitent comme indiqué ci-après.

a) Critère d'interaction de frottement latéral.

Tn ≤ qs π D La

qs : valeur unitaire du frottement latéral limite

πD : périmètre du clou

La : longueur d'ancrage des clous au delà de la surface de rupture.

D=DC : pour les clous scellés

D=Da : pour les armatures battues

b) Critère de résistance du clou

Il se réduit à :

Tn ≤ Rn

Rn : résistance de l'armature en traction simple

La traction de calcul s'exprime alors sous la forme:

Tn ≤ min {qsπDLa/Γm,qs, Rn/Γm,e}

Γm,qs : coefficient de sécurité partiel sur le frottement latéral

Γm,e : coefficient de sécurité partiel sur la résistance en traction de l'armature.

Les valeurs de ces coefficients sont données dans le tableau IV.

Excepté cette hypothèse de fonctionnement en «traction seule» du clou, les conditions d'étude de
la stabilité du massif en sol cloué sont identiques à celles du cas général.

L'hypothèse d'un clou ne travaillant qu'en traction peut être justifiée pour les raisons énumérées

148/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

ci-dessous.

 Elle correspond au fonctionnement des clous observé pour la plupart des ouvrages en
conditions de service. En effet, le mécanisme d'interaction de frottement latéral est
prépondérant pour les soutènements en sol cloué et se développe pour de faibles
déformations, avant celui de la pression latérale qui n'est observé qu'au voisinage de la
rupture;

 Les clous utilisés en soutènement présentent, dans certaines techniques (barres métalliques
battues), une section et une inertie suffisamment faibles pour que les résultats des calculs
dans l'hypothèse de « traction seule» soient très peu différents de ceux résultant d'une prise
en compte du cisaillement.

Sur ce point, on doit cependant faire le commentaire suivant.

Sur le plan théorique, dans les méthodes classiques de calcul à la rupture, il n'y a pas forcement
un effet bénéfique de la prise en compte de la flexion et du cisaillement. En effet, comme le
montre la règle du multicritère la valeur de l'effort à la rupture en traction pure Rn peut être
largement supérieure à la composante en traction Tn de l'effort à la rupture résultant de la
combinaison de la traction et du cisaillement. Dans les méthodes basées sur la théorie du calcul à
la rupture, la prise en compte de la flexion et du cisaillement serait par contre toujours bénéfique.

On se gardera donc, dans l'état actuel des connaissances, de considérer que le calcul «simplifié»
fournit systématiquement une appréciation par défaut des conditions de stabilité.

3.2.5.2. Conditions d'utilisation

Les méthodes ne tenant compte que de la sollicitation à la traction des clous ne sont applicables
qu'aux ouvrages, dans lesquels la traction est largement prépondérante par rapport à l'effort
tranchant et au moment fléchissant et qui respectent les conditions suivantes:

- faible inertie des clous,

- faible inclinaison des clous sur l'horizontale (ne dépassant jamais 20 degrés),

- déformations du massif résultant essentiellement d'un déchargement latéral du sol,

- pas de surcharge notable en tête.

149/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Dans certaines techniques de clouage, ces conditions sont assez bien réalisées.

3.3 Prise en compte de la sécurité

3.3.1. Règles pratiques

Chaque paramètre est introduit directement dans la formule fondamentale (Cf. paragraphe
3.1.1.1.) par sa « valeur de calcul».

 La valeur de calcul des actions est le produit de la valeur caractéristique, définie au


paragraphe 3.1.2.2. par un coefficient pondérateur Γ différent selon l'action et la combinaison
d'actions considérées, donné au tableau III.

 La valeur de calcul des résistances du sol et des clous est le quotient de la valeur
caractéristique définie au paragraphe 3.1.3.2. par un coefficient de sécurité partiel Γm,
variable selon le matériau et la combinaison d'actions, qui est donné au tableau IV.

La méthode de calcul utilisée pour le dimensionnement (méthode des tranches, méthode des
perturbations ...) est affectée d'un coefficient ΓS3, dit coefficient de méthode, qui apparaît dans la
formule fondamentale avec pour valeurs minimales:

ΓS3 = 1,125 en combinaison fondamentale

ΓS3= 1 en combinaison accidentelle.

En théorie, il y aurait lieu de faire varier ce coefficient de méthode en fonction du réalisme du


mécanisme de rupture et du calage de la méthode. Par exemple, plus le type de surface considéré
serait simple, plane par exemple, plus le coefficient de méthode devrait être élevé. Mais en
l'absence actuelle d'étude approfondie sur ce sujet, on utilisera les valeurs minimales données
ci-dessus à condition d'explorer au moins toutes les surfaces circulaires possibles (méthodes
classiques de calcul à la rupture) ou tous les arcs de spirale logarithmique possibles (approche
basée sur la théorie du calcul à la rupture). La distinction entre ouvrages provisoires, temporaires
et permanents (Cf. Chap. 6) est prise en compte au niveau du dimensionnement en calculant les
surépaisseurs d'acier nécessaires pour tenir compte de la corrosion des aciers à la fin de la durée
de service de l'ouvrage. La procédure détaillée est développée au chapitre 6.

150/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

3.3.2. Illustration

En annexe 3 le calcul aux ELU d'un coin retenu par un clou est développé, afin de familiariser le
lecteur avec l'emploi des coefficients de pondération Γ et de sécurité partiels Γm intervenant dans
le calcul aux ELU. Il apparaît alors des équivalences existant entre ces coefficients et le
coefficient de sécurité traditionnel global F.

4. JUSTIFICATION DU PAREMENT

4.1 Rôles mécaniques du parement - Modélisation de calcul

Le parement a plusieurs fonctions.

a) Il réalise le confinement latéral du sol en assurant l'équilibre entre la pression locale p du sol
(supposée uniforme dans les calculs) et la traction T0 en tête des clous:

p= T0/( Sh Sv)

Dans la pratique, la pression locale p du sol entre les clous n'est pas uniforme. Elle dépend de la
déformabilité et du déplacement local du parement. Des effets de voûte ont tendance à se créer
entre les clous, concentrant la pression locale au voisinage des clous.

b) Il peut supporter des charges extérieures, telles que panneaux d'habillage ou dispositifs de
retenue de véhicule. Ces cas de charge ne seront pas traités dans ce paragraphe.

Le calcul du parement se fait aux ELU. Les tractions T0 en tête des clous et les pressions du sol
sur le parement sont alors considérées comme des actions extérieures permanentes s'exerçant sur
le parement. Il faut, par ailleurs, rappeler que le calcul de la stabilité du massif en sol cloué aux
ELU se fait sans tenir compte de la résistance du parement, lorsque la surface de rupture
potentielle considérée intercepte ce dernier. Ceci est justifié par le fait que durant la construction
de l'ouvrage, le point bas d'émergence de la surface de rupture potentielle la plus critique recoupe
généralement la phase d'excavation.

Le calcul du parement comporte les étapes suivantes:

1) détermination des efforts en tête des clous et de la pression des terres sur le parement;

2) vérification de la résistance du parement.

151/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

4.2 Détermination des efforts appliqués au parement

Par souci de simplification, on admet généralement que le torseur des efforts à la liaison
clou-parement se réduit à un effort axial de traction T0 et que la pression des terres p est
uniforme.

Deux approches sont possibles: soit calculer les tractions T0 à partir des efforts maximaux
mobilisables dans les clous pour en déduire p, soit calculer p comme une poussée locale des
terres dans un mécanisme de rupture approprié pour en déduire T0. En l'absence actuelle de
données fiables sur les répartitions de la pression des terres sur le parement, il est recommandé
d'utiliser la première approche, décrite ci-après. La valeur de T0 se déduit de celle de l'effort
maximum de traction Tmax mobilisable sur la surface de rupture potentielle la plus critique en
considérant une valeur unique pour le rapport T0/Tmax dans le mur.

L'évaluation de Tmax dans un lit de clous se fait en prenant le minimum entre la résistance à la
traction des clous pondérée par le coefficient de sécurité partiel correspondant et la résistance à
l'arrachement des clous calculée sur une longueur d'ancrage La définie sur la figure 3.16 soit:

Tmax=min[qsπ D La/Γm,qs, Rn/Γm,e]

où D = Dc pour un clou scellé

D = Da pour un clou battu

La = longueur de scellement (fig. 13)

Dans les faits, les résultats expérimentaux sur les ouvrages en service indiquent généralement des
rapports T0/Tmax plus faibles que ceux observés dans les murs en Terre Armée, ce qui est
compréhensible compte tenu du déconfinement du sol qui se produit lors de la construction du
mur en sol cloué. Les valeurs de T0/Tmax dépendent d'un certain nombre de paramètres (raideur
du sol, rigidité du parement, rigidité des clous, profondeur, espacement des clous), parmi lesquels
le plus important est l'espacement entre clous. Compte tenu des résultats expérimentaux
disponibles à ce jour, il est actuellement conseillé d'adopter pour la valeur maximale du rapport
T0/Tmax la formule empirique suivante:

T0/Tmax = 0,5 +(S-0,5)/5 pour 1≤S ≤3 m

T0/Tmax = 0,6 pour S ≤1 m

152/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

T0/Tmax = 1 pour S ≥ 3 m

où S = sup (Sv, Sh) est exprimé en mètre.

Cette formule résulte de l'analyse de mesures de la répartition des tractions dans des murs où les
clous étaient disposés suivant une maille rectangulaire avec Sv ≤ Sh.

Dans les cas contraires, la formule sera adaptée de manière conservative.

Sauf cas particulier, le parement sera dimensionné avec des valeurs de T max correspondant à la
phase finale de l'ouvrage et il ne sera pas fait de dimensionnement du parement en phase
d'excavation.

4.3 Calcul du parement

Le parement est en équilibre sous l'action de son poids, des tractions T0 en tête des clous, de la
pression et des contraintes de cisaillement exercées par le sol. C'est dans les premières phases
d'excavation que l'équilibre vertical du parement peut être critique (chap. 5, § 2.3.2.3, fig. 10).
Dès les phases suivantes, le frottement mobilisé à l'interface assure l'équilibre. Pour le
dimensionnement du parement de l'ouvrage terminé, on ne tiendra généralement pas compte du
poids du parement, des contraintes de cisaillement dans le sol et des efforts tranchants en tête des
clous.

On admet que la pression est répartie uniformément sur la surface afférente à chaque clou, ce qui
est conservatif par rapport à la réalité pour le calcul à la flexion du parement. Le modèle de calcul
du parement est celui des planchers-champignons: dalle chargée perpendiculairement à son plan
et appuyée sur des points localisés aux têtes des clous. (Fig. 26).

Suivant le mode de réalisation du parement on distingue les schémas de calcul suivants.

153/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

1) Parement réalisé avec continuité des armatures (avec longueurs de recouvrement


réglementaires).

a) Paroi provisoire (durée de service égale à 18 mois) : on calcule le parement comme une dalle
continue dans les deux directions, en négligeant les fissures éventuelles. Les conditions
d'exécution (mise en place des armatures et projection du béton) devront respecter la continuité
effective du parement (Fig. 26-1 a).

b) Paroi temporaire (de 18 mois à 30 ans) ou permanente (au-delà de 30 ans) : On tient compte
dans le calcul de la fragilité des reprises de bétonnage entre les passes d'exécution en introduisant
des rotules dans le modèle (Fig. 26-1b).

2) Parement réalisé sans continuité des armatures ou avec continuité minimum de construction.

Le parement est dans ce cas discontinu et découpé par bandes horizontales. Chaque bande est
alors calculée comme une plaque indépendante de ses voisines. On peut parfois ramener le
problème à une dimension et calculer chaque bande horizontale comme une poutre (Fig. 26-2).

4.4 Justifications de resistance

Les justifications du parement sont de deux ordres:

- justification à la flexion,

- justification au poinçonnement autour de la tête de clous.

L'ensemble des justifications est effectué conformément au règlement de béton armé en vigueur
(BAEL 83). Les points essentiels sont rappelés ciaprès.

4.4.1. Justification à la flexion

Les efforts retenus dans le calcul du parement sont ceux décrits au paragraphe 4.2 et sont de type
ELU.

Les sollicitations sont celles résultant des calculs définis au paragraphe précédent (4.3).

a) Parement de mur en sol cloué provisoire

Les calculs de béton armé des sections du parement sont menés exclusivement aux ELU, avec les
coefficients suivants :

154/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

- charges pennamentes : ΓG = 1,35 appliqué sur les tractions T0 en tête des clous

- béton: Γm,b = 1,5

- acier: Γm,s = 1,15

b) Parement de mur en sol cloué temporaire ou permanent

Les calculs de béton armé des sections du parement sont menés aux ELU et aux ELS. Le calcul
aux ELU est identique à celui effectué pour un mur en sol cloué provisoire. Le calcul aux ELS est
effectué lorsque l'on tient compte de la fissuration. Les actions permanentes apportées par les
clous sur le parement sont dans ce cas les valeurs de T0 définies au paragraphe 4.2 et non
pondérées. .

Les actions ainsi obtenues sont examinées suivant les prescriptions de l'article A.4.5 du BAEL
83.

4.4.2. Justification au poinçonnement autour de la tête d'un clou.

Pour tenir compte des concentrations de la pression des terres p sur le parement autour des clous,
on adoptera, pour la justification au poinçonnement du parement, des valeurs de T0 telles que
T0/Tmax = 1 quel que soit le maillage.

Les actions T0 et p seront à traiter comme des charges Qu au sens de l'article A.5.2.4 du BAEL
83.

Outre les articles évoqués dans les précédents alinéas, on devra également respecter l'ensemble
du règlement BAEL et notamment les règles relatives à la non-fragilité et aux pourcentages
minimaux.

BIBLIOGRAPHIE

ANTHOINE A. (1990), Une méthode pour le dimensionnement à la rupture des ouvrages en sols
renforcés. Revue Française de Géotechnique n° 50, p. 5-17.

BANGRATZ J.L., GIGAN J.P. (1984), Méthode rapide de calcul des massifs cloués. CR. Du
Colloque international sur le Renforcement en place des sols et des roches, Paris,
Presses de l'ENPC, p. 293-299.

BLONDEAU F., CHRISTIANSEN M., GUILLOUX A., SCHLOSSER F. (1984) TALREN,

155/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

méthode de calcul des ouvrages en terre renforcée, C.R. du Colloque international sur
le Renforcement en place des sols et des roches, Presses ENPC, Paris, p. 219-224.

DE BUHAN P., SALENÇON J. (1987), Analyse de la stabilité des ouvrages en sols renforcés par
une méthode d'homogénéisation. Revue Française de Géotechnique n° 41 p. 29.43.

DE BUHAN P., MARIGIAVACCHI R., NOVA R., PELLEGRINI G., SALENÇON J., Yield
design of reinforced earth walls by a homogenization method. Géotechnique n° 39.2,
p. 189 à 201.

DELMAS Ph., BERCHE J.C., CARTIER G., ABDELHEDI A. (1986), Une nouvelle méthode de
dimensionnement du clouage des pentes: programme PROSPER. Bulletin de Liaison
des laboratoires des Ponts et Chaussées n° 141, janvier février 1986.

FAU D., (1987), Le clouage des sols, application au soutènement de fouille, étude expérimentale
et dimensionnement. Thèse de Doctorat, ENPC.

GÄSSLER G., GUDEHUS G. (1981), Soil Nailing. Some Aspects of a New Technique, Proc. 10
th ICSMFE, Stockholm (3), pp. 665-670.

GÄSSLER G., GUDEHUS G. (1983), Soil Nailing. Statistical Design, Proc. 8 th ECSMFE,
Helsinki (2), pp. 401-494.

GIGAN J.P. (1986), Application du clouage en soutènement; paramètres de conception et de


dimensionnement des ouvrages. Bulletin de liaison des laboratoires des Ponts et
Chaussées n° 143, mai-juin.

GIGAN J.P., DELMAS P. (1987), Mobilisation des efforts dans les ouvrages cloués. Étude
comparative des différentes méthodes de calcul. Bulletin de liaison des laboratoires
des Ponts et Chaussées n° 147.

GUILLOUX A., SCHLOSSER F. (1982), Soil Nailing : practical application. Symposium on


Soil and Rock Improvement Techniques including Geotextiles Reinforcement Earth
and Modem Piling Methods, Bangkok AIT nov.-déc. 1982.

JURAN I., BAUDRAND G., FARRAG K., ELIAS V. (1990), Kinematical limit analysis for
design of soil-nailed structures. Journal of Geotech. Div., ASCE, vol. 116, janv. 90,
pp. 54-72.

156/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

RAJOT J.P. (1983), Introduction du clouage dans une méthode globale de calcul de stabilité des
pentes. Travail de fin d'études, Ecole nationale des Travaux Publics de l'Etat, 177 p.

SCHLOSSER F. (1982), Behaviour and design of soil nailing. Symposium on Soit and Rock
Improvement Techniques including Geotextiles Reinforcement Earth and Modem
Piling Methods, Bankok AIT nov.-déc. 1982.

SCHLOSSER F. (1982), Le clouage des sols: comportement et dimensionnement. Stage sur le


renforcement des sols, Formation continue ENPC.

SCHLOSSER (1983), Analogie et différence dans le comportement et le calcul des ouvrages de


soutènement en Terre Armée et par clouage du sol. Annales de l'ITBTP n° 418, p. 8-
23,oct.

SCHLOSSER F. (1989), Le Projet national CLOUTERRE. Annales de l'ITBTP n° 473,


marsavril.

SCHLOSSER F., LONG N.T., (1972), Comportement de la Terre Armée dans les ouvrages de
soutènement. Proceedings of the 5th European Conference on Soil Mechanics and
Foundation Engineering, Volume I, p. 299-306, Madrid.

Instruction technique sur les directives communes de 1979 relatives au calcul des constructions
(DC 79). Bulletin officiel du ministère de l'Environnement et du Cadre de Vie, et du
ministère des Transports. Fasc. spécial 79-12 bis circulaire n° 79-25 du 13 mars 1979.

BUREAU SECURITAS (1986), Recommandations concernant la conception, le calcul,


l'exécution et le contrôle des tirants d'ancrage (TA 86), Ed. Eyrolles.

Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant
la méthode des états-limites BAEL 83. Bulletin officiel fasc. spécial n° 83-45 bis,
fasc n° 62 titre 1er section 1.

Règles techniques de conception et de calcul des fondations des ouvrages de génie civil. Facs
62-titre 5 (document provisoire).

Eurocode 7 Geotechnics - Preliminary draft for the European Communities.

157/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Annexe 1 ABAQUES DONNANT LE FROTTEMENT LATÉRAL UNITAIRE qs POUR


LE PRÉDIMENSIONNEMENT DES CLOUS

1. CONSTITUTION DE LA BANQUE DE DONNÉES

Dans le cadre du projet national CLOUTERRE, le CEBTP a été chargé, auprès des différents
membres, de collecter les résultats des essais de traction de clous effectués sur les chantiers ou
sur les sites expérimentaux.

Ces essais, au nombre de 450, sont répartis sur 36 chantiers différents (Fig. 1). Cependant, si on
appelle site l'ensemble constitué par un chantier, un sol et une seule technique d'exécution, les
essais sont répartis sur 87 sites.

L'ensemble des résultats des essais constitue la banque de données (CLOUTERRE, CEBTP,
janvier et mars 1989) qui comporte pour chaque résultat d'essai:

- l'organisme source,

- le site,

- les caractéristiques du sol,

- les caractéristiques du clou,

- les résultats des essais.

Le nombre total d'essais par type de sol est représenté à la figure 2.

158/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

En ce qui concerne les méthodes d'exécution, l'injection gravitaire est la plus utilisée, 60% des
cas contre 30% pour le battage et 10% pour l'injection basse pression.

Les essais de sol réalisés sur les sites des essais de traction des clous étaient répartis de la façon
suivante:

- essais pressiométriques (et essais de laboratoire) 86%

- essais de laboratoire 9%

- données incomplètes 5%

Les essais de traction ont été réalisés suivant deux modes opératoires:

- la grande majorité, par des essais à effort contrôlé (paliers de fluage) comparables aux
essais effectués sur les tirants d'ancrage, mais généralement suivant un processus allégé;

- le reste par des essais à déplacement contrôlé (vitesse de déplacement constante).

Parmi tous les essais, 27% n'ont pas été menés jusqu'à la traction limite du scellement pour
essentiellement deux raisons:

1) l'objectif de l'essai était seulement de vérifier une traction de service,

2) la limite élastique de l'armature était inférieure à la traction de rupture du scellement.

159/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

2. ABAQUES DE PRÉDIMENSIONNEMENT

L'établissement de la banque de données a permis de proposer des abaques de


prédimensionnement qui établissent, comme pour les pieux et les tirants d'ancrage, une
corrélation entre la pression limite p1 mesurée au pressiomètre et le frottement latéral unitaire qs.
Comme pour les pieux et les tirants d'ancrage, la dispersion des résultats des essais est assez
grande (CLOUTERRE, CEBTP, janvier et mars 1989, Bel Hadj Amor, 1990).

En aucun cas, l'utilisation de ces abaques ne dispense des essais préalables, essais de conformité
en début de chantier et essais de contrôle en cours de chantier (Cf. Chap. 4).

Les abaques ont été tracés pour cinq types de sol, pour lesquels on avait un nombre significatif de
résultats d'essais:

- sable,

- grave,

- argile et limon,

- marno-calcaire,

- rocher altéré.

Deux techniques d'exécution ont été retenues: clous forés et scellés gravitairement au coulis de
ciment, clous directement battus dans le sol. Un autre abaque a été établi pour les clous scellés
basse pression dans les graves (pression d'injection en tête généralement comprise entre 0,2 et 0,5
MPa).

On a adopté des ajustements par des huperboles, en se référant aux résultats des essais de
cisaillement à rigidité imposée réalisés à l'Institut de Mécanique de Grenoble (Boulon et al. 1986)
qui ont montré un bon ajustement àce type de courbe, particulièrement dans le cas des sols
granulaires.

3. MÉTHODE DE DIMENSIONNEMENT

Pour un clou scellé sur une longueur La, la traction limite, par rapport au frottement latéral, est
égale à :

TL = π D La qs

160/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

avec D = Dc : diamètre du forage pour les clous scellés

D = Ds: diamètre équivalent pour les clous battus (cornières généralement).

Les valeurs du frottement latéral limite qs sont données à partir du tableau suivant par les abaques
des figures 3 à 7.

Correspondance entre les figures des abaques, les sols et les techniques d'exécution
TECHNIQUE D'EXÉCUTION
ABAQUES
Scellement
SOLS CORRESPOND Scellement
basse Battage
ANTS gravi taire
pression
sable FIG.3 S1 S2 S3
grave FIGA G1 G2 G3
argile limon FIG.5 A1
marne
marno-ca1caire
FIG.6 M1
craie altéréeà
fragmentée
rocher altéré FIG.7 R1

161/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

162/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

163/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Annexe 2 ABAQUES DE STABILITÉ POUR LE PRÉDIMENSIONNEMENT DES MURS


EN SOL CLOUÉ

1. DENSITÉ DE CLOUAGE

La densité de clouage d s'exprime sous la forme adimensionnelle suivante:

d =t/(γ Sv Sh)

avec: t (kN/m) : effort de frottement latéral par unité de longueur de clou

γ (kN/m3) : poids volumique du sol

Sv et Sh (m) : espacements vertical et horizontal.

Ce paramètre caractérise l'effort de renforcement développé par l'interaction de frottement latéral


sol-clou, rapporté à l'unité de volume du massif.

La valeur de cet indicateur du taux de renforcement du massif a pu être évalué sur un grand
nombre d'ouvrages. Selon la nature du sol, les valeurs trouvées varient de 0,5 à 1,5 pour les
ouvrages à barres scellées.

2. ABAQUES DE STABILITÉ

Cette caractérisation de l'effort de renforcement du massif par un paramètre unique peut être mise
à profit pour la réalisation d'abaques de stabilité dans le cas de sols homogènes (Bangratz et
Gigan, 1984).

Le principe est illustré par la figure 9 du chapitre 3.

Pour une géométrie d'ouvrage définie par le rapport L/H de la longueur des clous à la hauteur des
murs, les diagrammes de stabilité correspondant à différentes valeurs de la densité de clouage d
sont tracés dans un repère de coordonnées tanφ et N = c/γH, où φ et c sont les caractéristiques de
résistance au cisaillement du sol considéré.

La linéarité des relations entre les différents paramètres conduit à une détermination graphique du
coefficient global de sécurité sous la forme F = OM/OA, M étant le point représentatif du sol.

Inversement, pour un coefficient de sécurité globale F prédéterminé, les abaques fournissent la


densité de clouage, d'où peut être déduit le maillage.

164/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Le parement, de hauteur H, est vertical et le terre-plein horizontal non chargé.

Deus hypothèses de distribution des clous ont été étudiées:

a) clous de longueur constante L/H : 0,6 - 0,8 - 1 - 1,2

b) clous de longueur décroissant linéairement avec la profondeur, de telle sorte que les longueurs
situées au-delà du coin de poussée (incliné à π/4+φ/2 sur l'horizontale) soient constantes.

Les longueurs à mi-hauteur du parement sont telles que

L/H = 0,6 - 0,8 - 1 - 1,2.

Les abaques présentés (Fig. 1 et 2) ont été établis pour des clous de longueur constante et une
inclinaison sur l'horizontale des clous θ= 20°. Les résultats peuvent. être corrigés pour des
inclinaisons différentes en utilisant les courbes de la figure 3.

Les densités de clouage varient de d = 0,1 à d = 1.

165/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

166/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

167/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

3. UTILISATION DES ABAQUES

1) Sélectionner l'abaque en fonction de la valeur du rapport L/H et de la géométrie (longueur


constante des clous ou longueur décroissante).

2) Placer dans le repère (tanφ, N = c/γH) le point M représentatif du sol.

3) Calculer la densité de clouage:

d=t/(Γm,qs γ ΓS1 Sv Sh)

avec t = p . qs

p : périmètre de la section du clou

qs: frottement latéral unitaire

4) La droite OM recoupe la courbe de stabilité correspondant à la valeur de d au point A. Le


coefficient global de sécurité est alors égal au rapport OM/OA.

4. CALCUL DE LA SÉCURITÉ

4.1 Calcul traditionnel

La valeur de qs est prise égale à la valeur admissible du frottement latéral unitaire. Le coefficient
global de sécurité du mur en sol cloué est F = OM/ OA.

4.2 Calcul aux ELU

Les coordonnées du point M sont dans ce cas égales à (tanφ/Γm,φ, c/Γm,c) où Γm,φ et Γm,c sont les
coefficients de sécurité partiels sur l'angle de frottement interne et la cohésion du sol.

La densité de clouage a pour valeur de calcul:

d=t/(Γm,qs γ ΓS1 Sv Sh)

La droite OM recoupe la courbe de stabilité correspondant à la valeur de d au point A, on doit


alors avoir:

Γs3 ≤ OM/OA

168/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Annexe 3 STABILITÉ D'UN COIN DE SOL TENU PAR UN CLOU

Le calcul de stabilité d'un massif en sol cloué sur une surface de rupture potentielle plane est
présenté uniquement à des fins pédagogiques. Ce type de calcul est déconseillé dans la pratique
ainsi que cela a déjà été mentionné au paragraphe 3.2.3.

Les hypothèses et notations sont présentées sur la figure 1. Les actions et résistances sont
considérées avec leurs valeurs de calcul.

Dans le cas d'une rupture plane, la seule condition d'équilibre à vérifier s'écrit:

Γs3T ≤ Tmax

avec T : projection de la résultante des actions sur le plan de glissement

Tmax : résistance au cisaillement le long de ce même plan

Γs3 : coefficient de méthode.

On a : T = W sinα - Tn cosχ

Tmax = (Wcosα + Tn sinχ ) tanφ + cH/sinα

où α : inclinaison du plan de rupture potentiel sur l'horizontale

χ: inclinaison du clou par rapport au plan de rupture potentiel.

La fonnule fondamentale avec les valeurs de calcul s'écrit alors:

Γs3 (W sinα - Tn cosχ) ≤ (W cosα + Tn sin χ) tanφ + cH/sinα

En faisant apparâttre les coefficients de pondération Γ des actions et les coefficients partiels de

169/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

sécurité Γm, on obtient:

Γs3 (Γs1 W sinα - Tn/Γm,R cosχ) ≤ Γs1 W cosα tanφ /Γm,φ+ Tn/Γm,R sin χ tanφ/Γm,φ+ cH/Γm,c sinα

On constate comme indiqué au paragraphe 3.4.1. que les efforts de clouage interviennent bien à
la fois dans les sollicitations agissantes (par la projection Tncosχ de l'effort) et dans les
sollicitations résistantes (par la résistance au cisaillement apportée par la composante nonnale : Tn
sinχtanφ).

Commentaires: Relations entre les coefficients de pondération Γ, les coefficients partiels de


sécurité Γm et le coefficient de sécurité traditionnel F.

Dans un calcul traditionnel, les coefficients de sécurité sont pris en compte sur les divers critères
de rupture du clou (ils peuvent être exprimés par FR), puis sur la stabilité globale au glissement
(coefficient global de sécurité F).

Dans cet exemple du coin cloué, le coefficient global de sécurité F au glissement s'exprime par:

F = [W cosα tanφ + (Tn /FR) sin χ tanφ + cH/sinα]/[W sinα - (Tn/FR) cosχ]

En rapprochant les deux fonnules précédentes on peut mettre en évidence les équivalences
suivantes qui ne sont pas des égalités:
Coefficients traditionnels de Coefficients de pondération Γ et
sécurité coefficient partiel Γm de sécurité
FR ΓS1 . Γm,R
F sur tanφ ΓS3 . Γm,φ
F sur c ΓS3 . ΓS1 . Γm,c

170/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

CHAPITRE 4 RECONNAISSANCE ET ESSAIS

1. ÉTUDE GÉOTECHNIQUE

L'objectif de l'étude géotechnique est de fournir les données relatives au comportement du sol,
nécessaires à la conception, au dimensionnement et à l'exécution des murs en sol cloué. Elle doit
également permettre de contrôler leur interaction avec les ouvrages existants.

1.1 Enquête préalable

Le maître d'ouvrage devra remettre un dossier comprenant la topographie complète des lieux en
indiquant particulièrement les accès et l'implantation des ouvrages mitoyens et de leurs
fondations ainsi que les réseaux et voiries. Les plans, élévations, coupes décriront les ouvrages à
construire et leur périmètre sur une distance autour de l'ouvrage d'au moins 1,5 fois la profondeur
de la fouille. Les pièces écrites préciseront la durée de service requise pour l'ouvrage de
soutènement.

Une visite sur place et l'examen des cartes géologiques doivent permettre à ce stade de prévoir
dans quel domaine se situe le sol à clouer (Cf. Chap. 1, § 2.4.).

Dans le cas de domaine normal ou exceptionnel, une note de synthèse doit définir le programme
de la reconnaissance.

1.2 Reconnaissance des sols

A partir du programme de reconnaissance réalisé, on fournira une stratigraphie complète tous les
200 à 600 m2 de murs en sol cloué, selon l'importance et la complexité du projet de mur en sol
cloué ou à chaque changement significatif de la géologie, jusqu'à une distance du mur égale à une
fois et demie sa hauteur et jusqu'à deux mètres au moins en dessous de la base, à condition d'être
certain que le sol plus en profondeur est au moins de la même qualité (Fig. 1a). Dans le cas de
sols en pente, la distance au mur sera portée à trois fois la hauteur du mur (Fig. 1b).

171/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Les sondages par forages mécaniques et les prélèvements d'échantillons remaniés ou intacts
seront exécutés conformément aux normes françaises en vigueur.

Pour des chantiers importants, la stratigraphie pourra être complétée par des forages destructifs
avec enregistrement des paramètres de foraget ces derniers étant calés sur des sondages remaniés
ou intacts effectués précédemment.

On pourra également utiliser en complément pour cette stratigraphie les résultats de sondages
pressiométriques et/ou d'essais au pénétromètre statique. Les essais au pénétromètre dynamique
peuvent permettre d'établir le toit du substratum ou d'une couche de sol compact et donnent, par
ailleurs, des informations intéressantes sur la possibilité de battre des clous métalliques.

1.3 Essais de laboratoire et essais en place

Le but de ces essais est triple:

1) Identification des sols;

2) Détermination des caractéristiques mécaniques de résistance au cisaillement des sols φ et c,


indispensable quelle que soit la méthode de calcul utilisée;

3) Estimation du frottement latéral limite sol-clou qs à partir des résultats des sondages
pressiométriques.

1.3.1. Sols granulaires

1) L'identification consistera dans ce cas à déterminer la courbe granulométrique jusqu'à la


fraction micrométrique et à mesurer la teneur en eau.

172/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

2) Dans la recherche des caractéristiques φ et c, il convient de noter que l'exécution du mur en sol
cloué nécessite l'existence d'une petite cohésion, qu'il est généralement très difficile de mesurer
étant donné sa faible valeur. A défaut d'une expérience régionale permettant de fixer φ et c, on les
déterminera de préférence à l'essai triaxial plutôt qu'à la boîte de cisaillement. Si le prélèvement
intact s'avère impossible, on utilisera le phicomètre, tout en prenant avec beaucoup de
précautions la valeur obtenue pour la cohésion c.

Le SPT ou le pénétromètre statique permettront, éventuellement, avec les corrélations habituelles,


d'approcher la valeur de l'angle de frottement interne φ.

1.3.2. Sols cohérents

1) L'identification consistera à déterminer les limites d'Atterberg, le poids volumique total, la


teneur en eau w et le poids volumique sec γd.

2) Pour les caractéristiques de résistance au cisaillement φ et c, il est recommandé de déterminer


les caractéristiques mécaniques à court terme et à long terme, pour vérifier la stabilité du massif
de sol cloué durant l'exécution et au-delà, que le mur soit provisoire ou permanent.

 Caractéristiques mécaniques à court terme du sol saturé

On déterminera φu et cu pour le comportement à court terme du massif de sol cloué en vérifiant


que l'on a φu = 0 puisque le sol est un sol fin saturé.

 Caractéristiques mécaniques à long terme du sol saturé

On déterminera φ' et c’, caractéristiques intrinsèques du sol qui sont toujours, dans le cas des sols
fins, très différentes des caractéristiques apparentes à court terme φu et cu. L'essai triaxial sera là
aussi préféré à l'essai à la boîte de cisaillement.

NOTA: Dans le cas d'un sol fin non saturé et loin de la saturation, les caractéristiques à court
terme et à long terme sont confondues et l'angle de frottement interne est proche de φ', par contre
la cohésion est nettement supérieure à c' par suite des effets de capillarité.

1.3.3. Valeurs caractéristiques des résistances

Il est de la responsabilité du géotechnicien de fournir les valeurs les plus probables mesurées par
essais en laboratoire et essais en place, sur un nombre suffisant d'échantillons.

173/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

La valeur caractéristique du frottement latéral unitaire qs est donnée soit par les abaques (Cf.
annexe de ce chapitre), soit à partir des résultats d'essais en place (Cf. paragraphe 2.8).

1.4 Détermination du potentiel de corrosion du sol

Le chapitre 6 sur la Durabilité des ouvrages définit un indice global de corrosivité qui nécessite
la connaissance de la résistivité du sol et la mesure du pH.

1.5 Étude hydrogéologique

Pour la' recherche de la présence possible de nappes, on mettra en place des dispositifs de mesure
pour définir le régime hydraulique du site et suivre ses fluctuations avec une fréquence fonction
de la nature du massif. Généralement, on utilisera des piézomètres ouverts (tubes crépinés).

En cas de présence effective de nappes, il y a lieu de déterminer la valeur de la perméabilité des


différents horizons sur la hauteur des fouilles recoupant la nappe.

2. ESSAIS DE CLOUS

2.1 But des essais

La justification de la stabilité d'un ouvrage en sol cloué étant effectuée aux ELU, le but principal
des essais de clous, est de déterminer la valeur du frottement latéral unitaire qs. Toutefois, il est
conseillé de procéder au cours de l'essai aux mesures nécessaires à l'établissement des courbes de
mobilisation de ce frottement latéral unitaire en fonction du déplacement relatif clou-sol.

2.2 Différents types d’essais

Suivant les objectifs recherchés et la place qu'ils occupent dans le processus de réalisation du
massif de sol cloué, on distingue:

- les essais préalables, bien avant le début du chantier, au moment du projet,

- les essais de conformité en début de chantier,

- les essais de contrôle en cours de chantier.

Tous les essais sont identiques et consistent à éprouver la qualité du frottement sol-clou par
application de tractions statiques en tête d'un clou jusqu'àatteindre la rupture par défaut
d'adhérence, après avoir choisi pour le clou une section de l'armature suffisante pour éviter une

174/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

cassure prématurée.

Aucun des clous utilisés pour les trois types d'essais ne peut être réemployé et incorporé à
l'ouvrage.

2.3 Objectifs des différents essais

2.3.1. Essais préalables

Les essais préalables sont en principe réservés aux sols hors du domaine normal défini au
chapitre 1 ou pour la validation d'une nouvelle technique de clous, un chantier important ou à la
demande du maître d'ouvrage.

Ils peuvent être exécutés par une entreprise différente de l'entreprise adjudicataire des travaux.

Ils ont pour but de déterminer une traction limite. L'exécution des essais préalables précède
obligatoirement de plusieurs semaines la mise en place des clous de service; ils sont réalisés sur
des clous appartenant à des plots d'essai.

Le nombre minimal d'essais préalables tient compte de la forte dispersion des résultats d'essai
exécutés sur les chantiers. Il est fixé dans le tableau I pour chaque nature différente de sols en
fonction de la superficie de parement du mur en sol cloué intéressant cette nature de sols ().

Tableau I
m2 de parement N m2 de parement N
Jusqu'à 800 6 4000 à 8000 15
800 à 2 000 9 8000 à 16000 18
2000 à 4000 12 16000 à 40000 25

175/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

2.3.2. Essais de conformité en début de chantier

Ces essais visent à vérifier la validité des hypothèses prises sur le frottement latéral unitaire
sol-clou qs au niveau du projet.

Les essais de conformité sont exécutés à chaque niveau de nature différente de sol et dès que la
zone de terrassement correspondante est accessible. Le parement du mur pourra être utilisé
comme massif de réaction. Dans ce cas, on devra s'assurer que le parement est dimensionné pour
ne subir aucun désordre, lors de l'application des tractions maximales d'essai.

A défaut d'essais préalables, les essais de conformité en début de chantier sont obligatoires pour
toutes les réalisations de mur en sol cloué. Le nombre minimal N est fixé dans le tableau II pour
chaque nature différente de sol rencontré en fonction de la superficie du parement intéressant
cette nature de sol.

Il conviendra de répartir uniformément le nombre total d'essais sur l'ensemble de l'ouvrage.

Tableau II
m2 de parement N m2 de parement N
jusqu'à 800 6 4000 à 8000 15
800 à 2000 9 8000 à 16000 18
2000 à 4000 12 6000 à 40000 25
Dans le cas où l'entreprise qui a réalisé les essais préalables n'est pas celle qui est adjudicataire du
marché de travaux, les essais de conformité en début de chantier devront quand même être
effectués.

Si c'est la même entreprise, aucun essai de confonnité en début de chantier n'est exigé; si c'est une
autre entreprise, mais employant une mise en œuvre strictement identique, le nombre d'essais sera
divisé par 2.

2.3.3. Essais de contrôle en cours de chantier

Les essais de contrôle sont exécutés sur des clous désignés à l'avance, pour lesquels l'armature a
été dimensionnée pour être certain d'atteindre l'effort de traction correspondant à la rupture par
défaut d'adhérence sans provoquer la rupture de l'armature.

Les essais de contrôle en cours de chantier sont obligatoires sur tous les chantiers. Le nombre
minimal N est fixé pour chaque couche différente de sol rencontrée à 5 essais jusqu'à 1000 m 2

176/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

avec au minimum 1 essai par phase de terrassement. Au-delà de 1000 m2, on augmentera le
nombre d'essais de 1 pour chaque 200 m2 supplémentaires.

Il conviendra de répartir unifonnément le nombre total d'essais sur l'ensemble de l'ouvrage.

2.4 Obligalions des divers contractants

Si le maître de l'ouvrage estime possible d'exempter l'entreprise des essais préalables, tels que
définis au paragraphe 2.2.1., les modalités d'exemption seront précisées dans le cahier des clauses
techniques particulières.

L'exécution des essais préalables, de conformité ou de contrôle, le. dépouillement et


l'interprétation des résultats incombent à l'entrepreneur, qui propose ses conclusions au maître
d'œuvre. Ce dernier doit donner son accord avant toute exécution ou poursuite des travaux.

2.5 Réalisalion des clous d’essai et des massifs d’appul

2.5.1. Emplacement des clous d'essais

Les clous pour les essais préalables, seront implantés dans le terrain de façon qu'ils soient scellés
dans la couche de sol, objet de la mesure de l'interaction sol-clou.

Les clous pour les essais de conformité en début de chantier seront implantés sur le parement en
béton dès le début de l'exécution du mur en sol cloué dans chaque nature de sol différente.

Les clous pour les essais de contrôle seront implantés entre les clous de service du mur en sol
cloué.

2.5.2. Massifs d'appui

 Essais préalables: les massifs d'appui seront réalisés spécialement pour les clous d'essais. Ils
devront être dimensionnés pour éviter toute rotation sensible du massif.

 Essais de conformité: le parement sera utilisé comme massif d'appui. On devra s'assurer qu'il
est dimensionné pour ne subir aucun désordre lors de l'application des tractions maximales
d'essai.

2.5.3. Exécution des clous pour les trois types d'essai

L'exécution du clou (forage dans le cas d'un clou scellé, inclinaison, mise en place, scellement),

177/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

sera strictement identique à celle prévue lors de l'exécution des travaux, mais l'armature pourra
avoir une résistance supérieure pour obtenir la rupture par manque d'adhérence sans cassure de
l'armature.

La longueur scellée ou battue sera égale, soit à la longueur réelle des clous de l'ouvrage, soit à 5
m. Une longueur libre minimum de 1 m sera prévue pour éviter les effets de bord dans le cas où
la plaque de répartition de l'effort du vérin prend appui sur le sol directement à la sortie du clou
(Fig. 5).

Dans le cas où aucune longueur libre de clou n'aura été prévue, il conviendra de reporter les
efforts du vérin sur le sol par un chevêtre à une distance suffisante du clou.

La section d'acier de l'armature sera dimensionnée de telle sorte que la traction maximale reste
inférieure à 0,9 TG.

La longueur libre pourra être nettement supérieure pour les clous des essais préalables si l'on veut

178/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

une hauteur de couverture comparable à celle du chantier (Fig. 3).

2.6 Modes opératoires des essais de traction

Les modes opératoires des trois types d'essai (essais préalables, de conformité et de contrôle) sont
identiques.

2.6.1. Choix du mode opératoire

Compte tenu des résultats des recherches et des études effectuées à l'occasion du Projet national
CLOUTERRE (CLOUTERRE, CEBTP, juin 1988 et décembre 1989/CLOUTERRE, CERMES,
décembre 1989) le mode opératoire de référence retenu est l'essai d'extraction à déplacement
contrôlé (vitesse constante) complété par des essais à effort contrôlé (paliers de fluage).

L'essai d'extraction à déplacement contrôlé permet de déterminer, la valeur maximale de la


traction, la valeur résiduelle de la traction ou le palier, ainsi que la valeur de la pente à l'origine
de la courbe effort-déplacement en tête du clou (Fig. 4). Cela permet d'en déduire les valeurs
correspondantes du frottement latéral unitaire sol-clou, à savoir la valeur maximale, la valeur
résiduelle ou le palier, ainsi que la valeur de la pente à l'origine de la loi du frottement latéral
unitaire en fonction du déplacement local du clou (Cf. annexe 1 de ce chapitre).

L'essai à effort contrôlé permet de déterminer la traction critique de fluage Tc et éventuellement


la valeur de la traction limite TL, Les résultats d'un très grand nombre d'essais réalisés dans le
cadre du programme CLOUTERRE ou fournis par l'ensemble des membres du Projet national
(CLOUTERRE, CEBTP, juin 1988, mars 1989, décembre 1989), ont permis d'établir des cor-
rélations entre la traction limite TL et la traction critique de fluage Tc obtenue dans l'essai à effort
contrôlé. Elles sont résumées dans le tableau III qui donne en fonction de la technologie des clous
et de la nature des sols l'ordre de grandeur du rapport k = TL/Tc.

Tableau III

k=TL/Tc

Sables 1,2
INJECTION
GRAVITAIRE Argiles 1,3
Marnes et Craies 1,3
BATIAGE Sables 1,4

179/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Pour les essais préalables et les essais de conformité, quelle que soit la nature du sol, on réalisera
en nombre égal des essais à déplacement contrôlé et des essais à effort contrôlé.

Pour les essais de contrôle on réalisera des essais à déplacement contrôlé pour les sols non
susceptibles de fluer (Ip < 20) et des essais, en nombre égal, à déplacement contrôlé et à effort
contrôlé pour les sols susceptibles de fluer (Ip ≥ 20) (tableau IV).

Tableau IV - Essais de contrôle


Sol Tous types d'ouvrages
Ip < 20 100 % essais à déplacement contrôlé
Ip ≥ 20 50 % essais à déplacement contrôlé
50 % essais à effort contrôlé

2.6.2. Choix de la capacité maximale du clou d’essai

Dans les trois types d'essai on déterminera le frottement latéral unitaire réel de façon à contrôler
la valeur du frottement latéral unitaire estimé à partir du pressiomètre ou de toute autre façon par
l'entreprise ou le bureau d'études, en fonction de la nature du sol et du type de clou. Dans le cas
où le frottement latéral unitaire réel serait supérieur au frottement latéral unitaire estimé, on
poursuivra l'essai jusqu'à l'extraction complète du clou.

La section de l'armature sera telle que:

2T*LE ≤ 0,9 TG

TG étant la valeur correspondant à la limite élastique de l'armature du clou utilisée pour l'essai.

T*LE étant la traction limite du clou estimée à partir des données géotechniques ou de l'expérience
de l'entreprise.

2.6.3. Matériel et dispositif pour l’exécution des essais

L'équipement comprend (Fig. 5) une cale de rattrapage pour exercer l'effort de traction dans l'axe
de l'armature, un vérin annulaire et sa pompe, un dynamomètre. La cale dynamométrique doit
donner les efforts avec une précision d'au moins 1% de la traction maximale.

180/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Chaque mesure, en particulier pour les essais à effort contrôlé (paliers de fluage), doit être
reproductible avec une erreur inférieure à 0,1 % de la traction maximale pendant toute la durée du
palier de fluage, quelles que soient les variations de température.

Le déplacement en tête du clou doit être mesuré par rapport à un point rigoureusement fixe:
potence encastrée dans le sol (Fig. 5) ou tout autre montage assurant une base stable.

Dans ce montage, simple et rapide à réaliser sur un chantier, une plaque d'appui de mesure
suffisamment grande sera collée sur l'armature pour que le palpeur du comparateur au 1/100 mm
soit toujours en contact durant toute la durée de l'essai.

2.7 Essais de traction à déplacement contrôlé (vitesse constante)

2.7.1. Processus de l'essai

A vant la mise en tension de l'armature on vérifiera les points suivants:

- la longueur libre du clou devra être gainée et un jeu suffisant devra exister entre la gaine
et la chape d'appui pour éviter tout contact pendant toute la durée de l'essai;

- dans le cas où il n'y a pas de longueur libre, les efforts du vérin seront repris par
l'intermédiaire d'un chevêtre dont les appuis seront situés à une distance minimum de 1
mètre de l'axe du clou;

- l'ensemble plaques, vérin, dynamomètre devra être calé avec un matériel approprié pour

181/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

que l'armature ne soit pas fléchie avant sa mise en tension, garantissant ainsi la qualité de
la courbe effort-déplacement.

La mise en tension de l'armature se fera à une vitesse de 1 mm/min, de préférence avec une
pompe manuelle. L'incertitude sur la vitesse d'arrachement doit être inférieure à 10%. Cette
vitesse pourra, par exemple, être contrôlée par un cadencemètre équipé d'un comparateur au
1/100 mm d'une course minimum de 50 mm,

On arrêtera l'essai après que l'effort de traction soit passé par un maximum ou soit stabilisé. Si
l'on veut tracer la courbe effort de traction en tête, déplacement en tête, ce qui est vivement
conseillé, les lectures des efforts se feront tous les 1/10 mm (ou toutes les 6 secondes) jusqu'à 5
mm, puis tous les 1/2 mm (ou toutes les 30 secondes) jusqu'au palier.

En l'absence de palier on arrêtera l'essai quand l'effort de traction en tête aura varié de moins de
1% pour 1 mm de déplacement (Fig. 6).

Au déchargement on fera une lecture des efforts et des déplacements tous les dizièmes de la
traction maximale.

La traction limite TL sera donnée par la valeur de l'effort maximum atteint durant l'essai. Elle
correspondra, sur la courbe effort-déplacement, à la valeur de l'effort soit au pic, soit au palier,
soit à une valeur sur un pseudopalier telle que la variation de l'effort pour un déplacement de 1
mm soit inférieure à 1 %, soit à un déplacement maximum de 30 mm.

2.7.2. Interprétations des résultats de l'essai

Si au cours de l'essai, seuls les efforts ont été mesurés, le seul résultat sera celui de la traction
limite T1.

Si au cours de l'essai, les efforts et les déplacements en tête de clou ont été mesurés, on peut

182/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

interpréter les résultats de l'essai pour non seulement déterminer la traction limite, seule valeur
indispensable pour le calcul aux ELU, mais également pour déterminer la loi de mobilisation du
frottement latéral sol-clou. La détermination de cette loi est utile pour estimer les déplacements
du massif en sol cloué et sera indispensable pour des calculs futurs aux ELS. L'interprétation des
résultats tient compte d'une loi de mobilisation du frottement latéral sol-clou. On adoptera, pour
loi de mobilisation du frottement latéral sol-clou, celle présentée schématiquement à la figure 7.
Eventuellement on tiendra compte de la participation du coulis de scellement dans les calculs de
la résistance et de la déformation du clou (CLOUTERRE, CEBTP, juin 1988).

Les calculs des déplacements tout le long du clou lors d'un essai de traction sont développés en
annexe de ce chapitre. On retiendra les résultats importants suivants qui permettent de guider
l'interprétation de l'essai. On distinguera le comportement du clou dans le mur en sol cloué en état
de service, loin de la rupture, et le comportement du clou à l'état ultime, à la rupture.

2.7.2.1. Généralités

Sous un effort T0 appliqué en tête du clou, le clou se déplace par rapport au sol en mobilisant des
efforts de frottement latéral qui équilibrent T0.

La mobilisation du frottement latéral se fait progressivement de la tête vers le pied, d'autant plus
rapidement que le clou est court (Fig. 8a, 8b et 8c).

183/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

184/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Quand l'effort T0 augmente le frottement latéral unitaire commence à être saturé en tête (τ = qs),
la saturation s'étend ensuite de la tête vers le pied (Fig. 9a et 9b).

2.7.2.2. Comportement du clou en état de service (To < TL)

Le frottement latéral est en cours de mobilisation (Fig. 8 et Fig. 9) le pied d'un clou court aura un
déplacement peu différent de celui de la tête, par contre le pied d'un clou long aura un
déplacement négligeable par rapport à celui de la tête (Fig. 10).

185/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

La modélisation du comportement du clou et les expérimentations montrent que le déplacement


de la tête du clou yo n'est proportionnel à l'effort en tête T0 que tant que le déplacement yo de la
tête ne dépasse pas la valeur y1 correspondant au premier coude de la loi de mobilisation du
frottement latéral (Fig. 7).

Avec cette condition y0<y1 on a les relations suivantes démontrées et développées en annexe de
ce chapitre.

186/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Y0 = T0/(ESa thaLs)

YLs= T0/(ESa shaLs)

avec yo : déplacement de la tête du clou

yLs: déplacement du pied du clou

To : effort en tête du clou

Ls : longueur du clou (adhérente au sol).

a = [p kβ/(E S)]1/2

avec p : périmètre du clou

kβ : pente initiale de la loi de mobilisation du frottement latéral sol-clou

Au-delà le déplacement en tête n'est plus linéaire en fonction de l'effort en tête bien que le
frottement latéral ne soit pas saturé et qu'on puisse être encore loin de la rupture (Fig. 11).

187/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

2.7.2.3. Comportement du clou à la rupture T0 = TL

Le frottement latéral est totalement mobilisé (Fig. 8 et 9).

A la rupture les déplacements de la tête et du pied du clou auront théoriquement les expressions
suivantes:

y0 = yLs+ p qs(2 ES)LS2

avec y0 : déplacement de la tête du clou à la rupture

yLs : déplacement du pied du clou à la rupture

p : périmètre du clou

qs : frottement latéral unitaire

ES : rigidité du clou à l'effort normal

Ls : longueur du clou (adhérente au sol)

Les mesures expérimentales sont en bon accord avec le calcul théorique (Cf. annexe de ce
chapitre).

Au moment de la rupture, tout clou aura un déplacement du pied yLS égal à la valeur y2 de la loi
de mobilisation du frottement latéral.

2.7.2.4. Calcul du frottement latéral unitaire qs

Le but de l'essai d'extraction étant d'atteindre la traction limite T1 à l'arrachement pour déterminer
le frottement latéral unitaire qs, on le calculera à partir de T1 défini au paragraphe 2.7.1. et à la
figure 6.

qs = TL/(pLs)

avec p : périmètre du clou

Ls : longueur du clou (adhérente au sol)

NOTA: On se gardera, même en première approximation, de comparer la courbe


effort-déplacement en tête, en considérant que le pied du clou est fixe et que le frottement latéral
unitaire est constant tout au long du clou quelle que soit la valeur de l'effort en tête, avec la
courbe réelle effort-déplacement, qui est bien approchée en tenant compte de la loi de

188/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

mobilisation du frottement latéral sol-clou.

La figure 11 donne les résultats des deux modélisations et montre clairement que la première est
erronée! Elle est d'autant plus fausse que le clou est court.

2.8 Essais de traction à effort contrôlé (paliers de fluage)

Les essais de traction à effort contrôlé et à déplacement contrôlé ont montré, lorsqu'ils sont
réalisés dans des conditions expérimentales rigoureuses sur un même sol non susceptible de fluer,
qu'ils donnent la même valeur de la traction limite TL.

2.8.1. Processus de l'essai à effort contrôlé

La préparation sera la même que pour l'essai à déplacement contrôlé en supprimant le


cadencemètre.

Pour réaliser un essai à effort contrôlé, il est nécessaire d'estimer préalablement la traction limite
TLE de l'essai afin de déterminer les valeurs de paliers de chargement.

Le plus souvent l'estimation de TLE est faite à partir des résultats des essais à déplacements

189/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

contrôlés qui sont toujours réalisés en premier.

Le clou est progressivement soumis à une traction égale à la traction limite estimée TLE, qui doit
être inférieure à 0,6 TG pour limiter le fluage de l'acier, Les paliers successifs sont de soixante
minutes, sauf pour le palier à 0,7 TLE où il sera maintenu pendant trois heures, Le premier palier a
lieu à 0,2 TLE.

Une première mesure du déplacement est effectuée à 0,1 TLE, sans arrêt au cours de la montée en
charge de 0 à 0,2 TLE et les paliers suivants croissent de 0,1 TLE en 0,1 TLE.

A chaque palier de chargement, la mesure du déplacement de fluage s'effectue de la façon


suivante:

- l'effort de traction exercé sur le clou est mesuré au moyen de la cale dynamométrique,
Cet effort est maintenu rigoureusement constant pendant toute la durée du palier,
toutefois il peut être accepté une variation de l'effort jusqu'à 0,1 % de la traction limite
estimée TLE. On ne saurait trop souligner l'importance de réaliser un véritable essai de
fluage (effort constant), sinon les variations de l'effort appliqué au clou durant la durée
du palier masquent les phénomènes de fluage qui, surtout pour les premiers paliers,
n'excèdent pas 1 à 2 dizièmes de millimètre pour une heure;

- l'origine des temps t0 est prise à l'instant où l'on atteint la valeur de l'effort du palier
considéré;

- les mesures des déplacements sont pour chaque palier effectuées aux temps ci-après
mesurés par rapport à t0 : 1, 2, 3, 4, 5, 8, 10, 15, 20, 25, 30, 45, 60 min, puis toutes les 15
min pour le palier à 0,7 TLE jusqu'à 3 heures.

Chacune de ces mesures est précédée par la correction, si nécessaire, de la pression au vérin pour
que la mesure soit effectuée sous l'effort fixé pour le palier de fluage.

Des mesures de température sont effectuées au début et à la fin de chaque palier.

Si la rupture du scellement n'était pas atteinte à la traction limite estimée T LE présumée, on pourra
continuer l'essai de 0,1 TLE en 0,1 TLE jusqu'au 15e palier pour ne pas dépasser 0,9 TG.

A l'issue du dernier palier, on procédera au déchargement en faisant une lecture des efforts de
déplacements tous les dizièmes de la traction limite atteinte dans l'essai.

190/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

2.8.2. Interprétation des résultats de l’essai à effort contrôlé

2.8.2.1. Tracé des courbes de fluage

Pour chaque palier de fluage on porte en abcisses les temps en échelle logarithmique décimale
entre t0+1 min et t0+60 min (ou t1+180 min pour le palier à 0,7 TLE) et en ordonnées les
déplacements portés en échelle arithmétique (Fig. 12).

Pour chaque palier on caractérise la courbe de fluage reportée sur le graphique par la pente a de la
tangente à cette courbe à t0+60 min (où t0+180 min pour le palier à 0,7 TLE). Généralement pour
les faibles charges on a des droites de fluage, puis des courbes pour des charges plus élevées;
mais dans certains cas, même pour des paliers proches de la traction limite, on obtient encore des
droites.

2.8.2.2. Détermination de la traction critique de fluage

Les pentes α sont reportées sur un graphique en coordonnées arithmétiques avec:

- en abcisses: les valeurs de la traction T correspondant à chaque palier de chargement.

- en ordonnées: la pente α.

Les points représentatifs des diverses valeurs de a. définissent une courbe qui permet de déduire
la traction critique de fluage Tc (Fig. 13).

191/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

La première partie de la courbe est sensiblement linéaire puis la courbe présente une concavité
dirigée vers le haut.

La traction critique de fluage est la valeur Tc correspondant à l'effort du dernier palier avant le
coude. On peut définir également Tc' point de concours des deux segments de droite.

De nombreux essais ont permis de montrer que:

Tc ≈ 0,9 Tc'.

2.8.2.3. Tracé de la courbe effort-déplacement

On tracera la courbe effort-déplacement en tenant compte du fluage à chaque palier. La traction


limite est généralement donnée par l'effort pour lequel on doit agir constamment sur la pompe du
vérin pour le maintenir constant.

2.9 Détermination de la valeur caractéristique de la traction limite

La valeur du frottement latéral unitaire qs, prise en compte dans le dimensionnement des murs en
sol cloué, sera déterminée à partir de la valeur de la traction limite TL.

Le nombre minimum d'essais est de 6 (Cf. paragraphe 2.2) et l'on retiendra pour TL la valeur
moyenne la plus représentative des essais de traction à déplacement contrôlé et à effort contrôlé.

La formule donnant la valeur de qs est:

qs = TL/(pLs)

avec p : périmètre du clou

Ls : longueur du clou adhérente au sol.

On définira, à partir de cette valeur qs , une valeur caractéristique du frottement latéral unitaire.

La surface latérale du clou est calculée à partir de la longueur théorique en contact avec le sol,
c'est-à-dire en enlevant l'éventuelle longueur libre.

Lorsque les essais à effort contrôlé ne permettront pas de déterminer la traction limite TL on
déterminera cette dernière àpartir de la traction de fluage Tc en utilisant les valeurs du rapport
TL/Tc donné dans le tableau III de ce chapitre.

192/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

BIBLIOGRAPHIE

Rapports internes Clouterre

CEBTP (1988), Essais de traction en vraie grandeur de différents types de clous dans du sable de
Fontainebleau. Juin 1988.

CEBTP (1988), Rapport final interaction sol-clou. Juin 1988.

CEBTP (1989), Banque de données des essais d'arrachement de clous et autres inclusions rigides,
(comparaison avec DTU 13.2 et SETRA 1985, doc. n° 3 bis), mars 1989.

CERMES (1989), Interaction sol-clou. Étude en laboratoire. Décembre 1989.

CEBTP (1989), Détermination du mode opératoire de l'essai de traction sur clou. Test sur deux
types de clous suivant un essai à vitesse constante et un essai par palier de fluage. Décembre
1989.

Publications

BUREAU SECURITAS (1986), Recommandations concernant la conception, le calcul,


l'exécution et le contrôle des tirants d'ancrage (TA 86) Ed. Eyrolles.

PLUMELLE C. (1979), Étude expérimentale du comportement des tirants d'ancrage. Thèse de


Docteur-Ingénieur, Université P. et M. Curie 1979.

GASNIER, PLUMELLE C. (1984), Étude expérimentale en vraie grandeur de tirants d'ancrage.


C. R. Colloque international Renforcement en place des sols et des roches. Presses ENPC,
Paris.

193/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

ANNEXE CALCULS DES DÉPLACEMENTS D'UN CLOU

1. GÉNÉRALITÉS

Contrairement aux notations de la mécanique, on adoptera les conventions habituellement


utilisées en mécanique des sols dans le calcul des déplacements des inclusions: pieux, micropieux,
ancrages, clous...

On notera y le déplacement et les abcisses x seront comptées positivement de la tête vers le pied
du clou.

Quand on applique un effort T0 en tête de clou, le clou se déplace par rapport au sol pour
mobiliser des efforts de frottement latéral équilibrant T0 suivant la loi indiquée à la figure 1. Si le
clou était infiniment rigide par rapport au sol, les déplacements de la tête et du pied seraient
identiques; par contre, si le clou était infiniment souple par rapport au sol, le déplacement du pied
serait nul; le comportement réel est généralement intermédiaire, il dépend en particulier de la
longueur du clou qui est généralement faible dans un essai de traction.

Le calcul exact du déplacement du clou en fonction des efforts appliqués en tête est fonction:

- de l'élasticité propre du clou: loi de Hooke,

- de la loi de mobilisation du frottement latéral τ(x) définie à la figure 1,

- de la longueur du clou.

Le cas général doit tenir compte d'une mobilisation progressive du frottement latéral le long du

194/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

clou en fonction de l'augmentation de l'effort en tête (Fig. 2).

1: y0<y1 Les déplacements de la tête et du pied du clou se situent sur la


première portion linéraie de la courbe.

21: y1 < y0 < y2, 0 < yl <y1 Le déplacement de la tête se situe sur la deuxième portier linéaire,
le déplacement du pied sur la première.

22: y0 < y2, 0 < yl < y1 Le déplacement de la tête est sur le palier, le frottement latéral en
tête est saturé, le déplacement du pied est sur la première portion
linéaire.

3: y1 < y0 < y2, y1 < yl < y2 Les déplacements de la tête et du pied se situent sur la deuxième
portion linéaire.

4: y0 > y2, y1 <yl <y2 Le déplacement de la tête est sur le palier le frottement latéral en
tête est saturé, le déplacement du pied est sur la deuxième droite.

5: y0> y2, yl = y2 Le déplacement en tête est déjà sur le palier et le déplacement du


pied arrive sur le palier. On atteint l'effort ultime, le clou périt par
défaut d'adhérence.

195/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

2. CALCULS DES DÉPLACEMENTS

Parmi toutes les phases de mobilisation du frottement latéral le long du clou, deux phases sont
particulièrement itnéressantes : la première, durant laquelle le déplacement de la tête reste
inférieur à y1 qu'on peut considérer comme phase «élastique» et la dernière pour laquelle on
obtient l'effort de traction limite TL quand le pied du clou atteint y2.

2.1 Première phase (Y0< Y1)

Hypothèse: On considère qu'on reste en petits déplacements et petites déformations. L'état de


référence sera l'état initial.

On prendra l'exemple d'un profilé battu pour ne pas avoir à tenir compte de l'influence du clous.

y< y1

ε(x) = dy/dx (petites déformations)

σ(x) = E ε(x) (loi élastique linéaire de Hooke pour l'armature)

T(x) = E ε(x) . S

dy/dx =T/(SE) S : module de Young de l'armature

d2y/dx2 = dT/dx. 1/(SE) SE : section droite de l'armature

dT= -τ p dx p : périmètre frottant de l'armature

τ= - kβ y

d2y/dx2 = p/(SE) kβ y

En posant a = [pkβ/(SE)]1/2 homogène à l -1,

On obtient l'expression de y(x) et de T(x) :

y = M1 chax + N1 shax

T = aES (M1 shax + N1 chax)

Connaissant les conditions aux limites x=0 T = T0

x =l T=0

On en déduit les déplacements et les efforts en tout point en fonction de l'effort T0 en tête et des

196/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

caractéristiques mécaniques de l'armature et du sol.

y = - F0/(ESa) ch a (1- x)/shal

F = F0 sh a (l-x)/shal

- déplacement en tête: y est négatif avec les convections adoptées

y0 = -F0 /(ESa thal)

- déplacement en pied:

yl = -F0 /(ESa shal)

La modélisation utilisée montre que théoriquement il y a un déplacement du pied dès qu'on


applique un effort en tête et correspond tout à fait aux résultats des essais effectués pour lesquels
on mesurait les déplacements, en tête et en pied, d'inclusions de différentes longueurs: de 2 à 12
m ; mais le déplacement du pied du clou se produit dès le début de l'essai de traction pour un clou
court (Fig. 10a de ce chapitre) alors qu'il n'est mesurable que pour un effort proche de la traction
limite dans le cas d'un clou long (Fig. Ilb de ce chapitre).

On peut remarquer que si on voulait se limiter à la phase « élastique » 0 < y0 < y1 on obtiendrait
une longueur d'ancrage limite au-delà de laquelle le clou ne transmettrait pratiquement plus
d'effort au terrain.

Si on limite y0 = y1, domaine « élastique »,

T0 (y1) =y1 ESa thal

or, th2 = 0,964 # 1 on peut donc poser:

alt = 2 lt = 2/a

lt = 2 [ES/(pkβ)]1/2

lt augmente avec la rigidité ES à l'effort normal de l'armature et diminue avec la rigidité du sol kβ,
il représente la longueur de transfert de l'effort normal dans le clou, au sol.

NOTA: En fait, dans notre cas d'étude, s'agissant d'un essai à la rupture, il n'y a aucune raison de
limiter la capacité à la traction du clou à sa phase «élastique» et il y aura équilibre tant que le
déplacement du pied du clou n'aura pas atteint le palier sur la courbe de mobilisation du
frottement latéral limite.

197/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

2.2 Dernière phase: phase ultime à la rupture

On atteint la phase ultime quand le déplacement du pied est égal à y2 :

yl = y2

A ce stade le frottement latéral unitaire devient constant tout le long du clou et égal à qs :

τ= qs

T = T0 - pqs x et T0 = pqsl

dy/dx =T/(SE)

y =1/(ES) (T0x – pqsx2/2) + y0

yl =1/(ES) (T0 - pqs l2/2) + y0

yl=1/2 T0l/(ES)+y0

y0=yl-1/2 T0l/(ES)

(y est négatif avec les conventions adoptées)

On a donc en prenant y en valeur absolue:

y0=yl -1/2 T0l/(ES)

y0=yl+pqsl2/(2ES)

On constate dans la première relation que le terme 1/2 T0l/(ES) représente l'allongement du clou
dont l'extrémité serait fixe et le frottement latéral unitaire constant tout le long du bulbe. Il faut
ajouter yl le déplacement du pied pour obtenir la valeur exacte du déplacement en tête.

Pour un même type de clou dans la même nature de sol, à la rupture, le déplacement du pied sera
évidemment le même quelle que soit la longueur, par contre, la différence de déplacement entre
la tête et le pied sera proportionnelle au carré de la longueur.

Expérimentalement on a pu retrouver ce résultat théorique sur des clous de 2 à 12 m de longueur


(Deguillaume 1981, Plumelle 1984). Les résultats indiqués sur la figure 3 donnent les
déplacements théoriques et expérimentaux de la tête et du pied à la traction critique de fluage Tc.

198/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

2.3 Exemple de calcul complet

Le calcul exact, pour toutes les phases de mobilisation, a été appliqué à une cornière de section
70 mm x 70 mm x 7 mm dont on a étudié la mobilisation du frottement latéral sans tenir compte
d'un dépassement possible de la limite élastique.

La loi d'interaction expérimentale sol-inclusion de frottement latéral est indiquée à la figure 4.

On présente les résultats des calculs théoriques pour deux longueurs: 2 m et 12 m sur les figures 5
et 6.

199/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

200/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

On a reporté pour chaque phase, sur les courbes efforts-déplacements, les positions respectives
des déplacements de la tête et du pied du clou.

On remarquera le comportement rigide de la cornière courte de 2 mètres et celui beaucoup plus


«élastique» de la cornière longue.

Dans les deux cas, la phase « élastique» est évidemment limitée à 1,8 mm, de déplacement
sol/clou, c'est-à-dire à la valeur de y1.

A titre d'exemple, on a porté sur chacune des courbes la droite correspondant à la simulation du
déplacement de la tête des mêmes clous en considérant le pied fixe et le frottement latéral unitaire
constant pour chaque phase. La comparaison avec les courbes réelles montre à l'évidence qu'il est
incorrect et dangereux de vouloir utiliser ce type de simulation.

201/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

CHAPITRE 5 EXÉCUTION DES OUVRAGES

1. DISPOSITIONS GÉNÉRALES

1.1 Généralités - Principe d’exécution des ouvrages

La réalisation d'un ouvrage cloué se présente comme une succession de phases de terrassement
entre lesquelles sont réalisées des opérations d'insertion d'inclusions résistantes dans le sol en
place et de mise en œuvre d'un parement en béton armé, le plus souvent par projection de béton.

Dans la technologie actuelle, les inclusions sont généralement métalliques et mises en place dans
le sol directement par battage ou à l'intérieur d'un forage. Dans ce dernier cas, elles sont toujours
scellées au terrain, en principe à l'aide d'un coulis de ciment ou d'un mortier.

Les terrassements sont réalisés par passes (généralement horizontales) de hauteur suffisamment
faible pour que la stabilité générale et locale des massifs soit en permanence assurée, dans des
conditions acceptables pour l'ouvrage lui-même et pour son environnement (Fig. 1).

202/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

En particulier, la nécessité que la stabilité locale soit assurée en permanence, et notamment après
chaque phase de terrassement, fait que l'emploi de la technique n'est en principe bien adapté
qu'aux sols qui présentent une cohésion suffisante, à court terme du moins, et en l'absence de
nappe (éventuellement après rabattement de celle-ci, si cela est possible).

Il convient de souligner que le clouage dont il s'agit ici est un clouage passif même si, pour des
raisons diverses (pour assurer la stabilité du parement avant le terrassement sous-jacent, par
exemple), les inclusions peuvent être bloquées contre le parement avec une légère tension.
L'association de tirants d'ancrage précontraints à un clouage passif n'est certes pas exclue, et
constitue même une technique assez fréquente, tout particulièrement lorsque des contraintes
d'environnement imposent de limiter assez strictement les déplacements de l'ouvrage. Toutefois,
la mise en œuvre de ces tirants, qui est largement développée dans le document de

203/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Recommandations T.A. 86, ne sera pas évoquée ci-après.

1.2 Terrassements

Il est impératif que durant les travaux les conditions d'exécution des ouvrages, telles qu'elles ont
été prévues et prises en compte dans les justifications par le bureau d'études, soient strictement
respectées. Il est donc indispensable qu'il y ait une bonne coordination des travaux, celle-ci
devant s'étendre également aux travaux de terrassements généraux, ou du moins à une partie de
ceux-ci, dès lors que ces derniers peuvent avoir une incidence sur la stabilité des ouvrages. Il est
donc recommandé que les terrassements, y compris une certaine partie des terrassements
généraux, s'ils ne sont pas exécutés par l'entreprise chargée de la réalisation de l'ouvrage cloué,
soient exécutés directement sous le contrôle et le pilotage de celle-ci.

1.3 Choix du procédé de mise en œuvre des inclusions

Les procédés les plus couramment employés pour la mise en œuvre des inclusions dans les
terrains sont le battage et le forage. Il existe toutefois certains procédés particuliers, peut-être
encore assez peu développés; en tout état de cause, l'essor que connaît le développement de la
technique du clouage ne permet pas d'exclure d'éventuelles améliorations des procédés existants,
voire même des innovations dans ce domaine.

En règle générale, le choix du procédé de mise en œuvre des inclusions dans les terrains est
pratiquement une donnée du projet; en effet, il est assez fréquent que ce choix soit imposé par
certaines contraintes liées à la nature et aux qualités des terrains concernés, ou par certaines
exigences liées à l'ouvrage lui-même (caractéristiques géométriques et caractère provisoire ou
définitif de celui-ci, caractéristiques des inclusions, ...) ; dans les cas contraires, il est assez
fréquent aussi que la conception même de l'ouvrage résulte d'un choix préalable du procédé.

 Le battage

Généralement, lorsque les inclusions sont mises en œuvre par battage, il n'est pas procédé au
scellement de celles-ci par injection d'un coulis, la résistance à l'arrachement des inclusions étant
directement obtenue par l'adhérence de celles-ci aux terrains. Toutefois, certains procédés
particuliers peuvent permettre le scellement à l'aide d'un coulis (ou d'un mortier) d'une inclusion
mise en place par battage.

204/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Le battage est un procédé qui peut s'avérer particulièrement performant dans les terrains meubles
pulvérulents ne contenant pas d'obstacles durs ou de trop nombreux blocs de fortes dimensions.

En principe, il est surtout adapté aux inclusions de faible à moyenne longueur (n'excédant pas une
huitaine de mètres environ), principalement en raison, d'une part, de l'encombrement des
machines lorsque, comme cela est souvent le cas, l'inclusion métallique est d'une seule pièce, et,
d'autre part, de la puissance des engins de battage eu égard à la rigidité des inclusions. Dans tous
les cas, il est recommandé que celles-ci soient correctement guidées durant le battage.

Le principal inconvénient du battage réside dans ses limites d'emploi; parmi ses avantages, on
peut citer notamment, lorsqu'il est employé à bon escient, la rapidité d'exécution, la souplesse
d'emploi et, surtout, le fait que l'efficacité des inclusions est immédiate lorsque, comme cela est
le plus souvent le cas, la résistance à l'arrachement de celle-ci est directement obtenue par leur
adhérence au terrain (pas de scellement au coulis).

 Le forage

Lorsque les inclusions sont mises en place dans un forage, elles sont toujours scellées au terrain
et ce, généralement, à l'aide d'un coulis de ciment ou d'un mortier.

Les principaux avantages du forage sont le domaine d'emploi du procédé, qui couvre
pratiquement tous les terrains, sous réserve naturellement que les moyens mis en œuvre soient
bien adaptés, la possibilité d'obtenir toujours la longueur requise et celle d'obtenir, le plus souvent,
la résistance à l'arrachement recherchée, en recourant si nécessaire à une injection de scellement
sous pression.

Parmi les inconvénients du procédé, on peut citer la nécessité, bien souvent, d'adapter la
technique de forage en fonction des variations de la nature et des qualités des terrains rencontrés,
et parfois une certaine lourdeur du procédé.

Par ailleurs, le fait que la résistance à l'arrachement d'inclusions scellées au coulis de ciment ne
puisse être pleinement mobilisée qu'une fois que le coulis a atteint une certaine résistance peut,
dans une certaine mesure, constituer une gêne appréciable, tout particulièrement dans les terrains
relativement «boulants» ou pour des petits chantiers (ralentissement de la cadence d'exécution
des phases de terrassement). Des conditions de scellement particulières peuvent permettre
toutefois de remédier, en partie, à cet inconvénient.

205/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Pour des raisons d'exécution (forage et mise en œuvre du coulis de scellement), les inclusions
mises en place dans un forage sont inclinées sur l'horizontale (vers le bas) ; en règle générale,
cette inclinaison ne doit pas être inférieure à 10° environ. Si l'inclinaison des clous est inférieure
à cette valeur il conviendra d'attacher un soin tout particulier à la réalisation du scellement.

1.4 Choix du procédé de mise en œuvre du béton du parement

En règle générale, le parement des ouvrages en sol cloué est constitué de béton armé, le béton
pouvant être banché ou mis en œuvre par projection. Dans certains cas, des éléments préfabriqués
en béton ou métalliques ont pu être utilisés, mais il s'agit là d'applications très particulières qui
n'ont pas connu un réel développement.

La mise en œuvre de béton banché peut convenir lorsque ne se pose pas de problème de stabilité
à court terme (terrains suffisamment cohérents ou mise en oeuvre préalable d'un voile de
protection en béton projeté, par exemple). Ce procédé de mise en œuvre est bien adapté lorsque le
ferraillage est important ou que l'aspect recherché pour le parement est celui d'un béton coffré. Il
impose généralement une exécution de l'ouvrage par plots.

La mise en œuvre du béton par projection s'applique bien à la technique du clouage; elle est
souple d'emploi et permet une «protection» rapide de la paroi terrassée. Initialement, seule la
projection par voie sèche était recommandée pour une mise en œuvre directe sur le terrain (Cf.
Recommandations AFTES). L'expérience récente montre que la projection par voie mouillée peut
être tout aussi efficace. Toutefois, la projection par voie sèche est plus souple d'emploi; elle
permet en cas de besoin (éboulements locaux susceptibles d'évoluer rapidement) une utilisation
plus immédiate.

1.5 Moyens mis en œuvre - Matériels

L'une des principales conditions de la bonne exécution des ouvrages en sol cloué est la capacité
de l'entreprise à répondre promptement à d'éventuelles adaptations du projet, rendues nécessaires
par les aléas liés aux conditions d'exécution des ouvrages dans des terrains dont l'hétérogénéité
n'a pas toujours été reconnue.

Cela impose l'emploi d'un personnel qualifié et expérimenté, capable d'apprécier certains risques
prévisibles et de réagir promptement et efficacement en cas de besoin. Cela impose aussi la mise
en œuvre de moyens en matériel bien adaptés et susceptibles de permettre des interventions

206/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

rapides (remblaiement partiel, projection rapide de béton, pompages, ...) ou d'éventuelles


adaptations des conditions d'exécution (changement de technique de forage ou même de procédé
de mise en œuvre des inclusions, s'il y a lieu...).

Pour les ouvrages d'une certaine importance, ou en cas de forte hétérogénéité des terrains, il est
recommandé de prévoir la possibilité de changer de technique de mise en œuvre des inclusions
durant les travaux et, en particulier, de pouvoir recourir au forage lorsqu'il est prévu une mise en
œuvre par battage. Une telle disposition doit être envisagée dès l'élaboration du programme
d'exécution des travaux (Cf. paragraphe 1.7), dans la mesure où une improvisation tardive
risquerait d'avoir de graves conséquences, pour le moins sur les délais.

1.6 Contrôles - Suivi des déformations des ouvrages

L'exécution des ouvrages cloués, qu'ils soient provisoires ou définitifs, est assortie de contrôles
qui, en pratique, concernent presque toutes les étapes de leur exécution:

- contrôle avant travaux du respect des spécifications relatives aux matériaux et produits
qui seront mis en œuvre;

- contrôle de la convenance des moyens et des conditions de mise en œuvre prévus, eu


égard aux résultats escomptés, notamment pour les coulis, les bétons et la résistance à
l'arrachement des inclusions;

- contrôles durant les travaux, relatifs notamment à la nature et aux qualités des terrains
rencontrés (terrassements, relevés de forage ou de battage, ...), aux qualités des coulis et
bétons mis en œuvre, à la résistance à l'arrachement des inclusions, au respect des
tolérances.

Par ailleurs, il est procédé également, dans tous les cas, au contrôle du comportement des murs en
sol cloué (notamment suivi des déplacements et des déformations des parements et,
éventuellement, de la traction dans certaines inclusions), tant durant l'exécution de ceux-ci que
pendant toute leur durée de service.

La nature de ces contrôles, leur consistance et la fréquence avec laquelle ils doivent être effectués
sont définies dans les chapitres 4 et 7. Il convient toutefois de rappeler que les dispositions
relatives à ces contrôles doivent être définies avant les travaux et consignées dans un cahier des
charges ou dans un plan d'assurance qualité.

207/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

1.7 Programme d’exécution des ouvrages

Pour les raisons déjà exposées, liées à la stabilité des ouvrages durant leur construction, mais
également en raison des contraintes particulières imposées par les conditions de mise en œuvre
des matériaux constitutifs des ouvrages, la conception et l'exécution de ces derniers sont très
étroitement liées. Il importe donc que les conditions d'exécution des ouvrages soient mises au
point en même temps que les dessins d'exécution de ces derniers, en étroite collaboration avec le
bureau d'études.

Ainsi, et tout autant pour un ouvrage provisoire que pour un ouvrage définitif, il importe d'établir
avant le début des travaux un programme d'exécution précisant notamment:

- l'implantation et les conditions de réalisation des inclusions destinées aux essais


préalables ou aux essais de conformité; la technologie de ces inclusions ;

- le choix du (ou des) procédé(s) de mise en place des inclusions, en fonction notamment
de la nature et des qualités des terrains concernés;

- les conditions générales de réalisation de l'ouvrage et, en particulier, les différentes


phases de terrassement et la succession des opérations réalisées à chacune de ces phases;

- les conditions particulières de mise en œuvre (armatures, béton, phases prévues, zones
particulières, ...) et les moyens prévus en fonction notamment des dispositions de
construction figurant sur les plans d'exécution;

- les contrôles (résistance des inclusions, coulis de scellement, béton, ...), les relevés
particuliers et les mesures (suivi des mouvements des murs, ...) prévus, leur fréquence,
les moyens de mise en œuvre et le nom des personnes (et organismes éventuellement)
responsables de ces différentes tâches (Cf. § 1.6) ;

- le nom et la qualification du personnel d'encadrement et du personnel d'exécution affecté


aux différentes tâches, et les moyens qu'il est prévu de mettre en œuvre.

2. EXÉCUTION

2.1 Terrassements

Il est impératif de respecter strictement les conditions d'exécution des travaux de terrassement

208/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

(phasage, hauteur de terrassement à chaque phase, longueur des plots, éventuellement délais
avant de procéder à une nouvelle phase de terrassement, ..,), telles qu'elles ont été prévues et
prises en compte dans les justifications par le bureau d'études. Leur modification ne peut être
effectuée qu'avec l'accord du bureau d'études, celui-ci devant s'assurer au préalable de leur
incidence sur la stabilité de l'ouvrage et définir, s'il y a lieu, les dispositions à adopter pour que
cette stabilité soit assurée dans les conditions normales de sécurité.

Ces dispositions concernent aussi bien les terrassements contigus à l'ouvrage que les
terrassements généraux, dont l'incidence sur la stabilité des massifs pourrait paraître a priori
moins évidente.

2.1.1. Hauteur de terrassement

Les terrassements contigus à l'ouvrage sont réalisés par phases. Le choix de la hauteur maximale
de terrassement à chaque phase relève des justifications en phases de travaux et de l'appréciation
de la stabilité locale des terrains. Il dépend de nombreux facteurs et notamment de la nature et des
qualités des terrains concernés, de la plus ou moins bonne connaissance de ces derniers
(reconnaissance préalable, travaux analogues déjà réalisés sur le site ou à proximité dans les
mêmes formations, terrassements généraux préalables), de la présence éventuelle d'eau, des
conditions d'environnement et de l'inclinaison du parement.

A l'heure actuelle, il n'existe pas de règle générale permettant d'apprécier la hauteur maximale des
terrassements. A titre d'exemple, on peut citer le mur en sol cloué de l'expérimentation n° 1 du
CEBTP (CLOUTERRE 1986), où des terrassements de 1 m de hauteur dans du sable de
Fontainebleau étaient stables avec une cohésion apparente de l'ordre de 4 kPa. La hauteur doit
être adaptée en fonction des risques d'éboulements locaux (Fig.2). Ainsi, dans des terrains
susceptibles de s'ébouler facilement (sols granulaires lâches sans cohésion apparente), il peut être
nécessaire de recourir à une autre technique. Toutefois, certaines dispositions particulières
peuvent permettre de limiter ces risques d'éboulements locaux (Cf. ci-après).

209/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

En tout état de cause, il est recommandé de réduire la hauteur des premières phases de
terrassement (et tout particulièrement de la première) dans la mesure où, en début de travaux, les
difficultés éventuelles n'ont pu encore être réellement appréciées et qu'il est souvent difficile d'y
répondre promptement.

Il est recommandé également qu'à chaque phase de terrassement il soit procédé à la mise en
œuvre d'au moins un lit d'inclusions.

2.1.2. Dispositions particulières

Certaines dispositions particulières peuvent permettre d'apporter une solution à des problèmes de
stabilité des massifs ou de stabilité locale.

 Réalisation de l'ouvrage par plots de faible longueur, continus ou alternés

Une telle disposition, plus spécialement adaptée pour répondre à des problèmes de stabilité de
l'ouvrage en cours de construction, est généralement prévue avant travaux. Elle est contraignante
dans la mesure où elle ne pennet pas des cadences élevées, et nécessite une très bonne
organisation du chantier ; elle permet toutefois, dans de bons terrains, d'envisager des hauteurs de
terrassement plus importantes (fig. 3).

210/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

 Mise en place d'inclusions avant terrassement (réservation d'une risberme)

Il peut s'agir soit des inclusions prévues, soit d'inclusions complémentaires, généralement plus
courtes. Une telle disposition permet de renforcer la tenue locale des terres et de diminuer le laps
de temps entre les terrassements et la mise en œuvre du béton. Elle ne peut s'avérer réellement
efficace que si la densité de ces inclusions est suffisante, et paraît mieux adaptée et plus facile à
mettre en œuvre avec des inclusions directement battues dans le sol (Fig.4).

 Projection d'un voile mince de béton

On projettera immédiatement après terrassement un voile mince de béton. Une telle dispositon est
essentiellement destinée à limiter les risques d'éboulements locaux en limitant la décompaction et
l'altération des terrains qui en sont à l'origine (Fig. 4).

Lorsque le mur en sol cloué comporte des angles, ceux-ci sont généralement réalisés dans une
même phase lorsqu'ils sont «rentrants» (Fig. 5) et, pour des raisons de stabilité, en deux phases
lorsqu'ils sont saillants.

211/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Par ailleurs, lorsque la partie déjà réalisée d'un mur en sol cloué comporte des tirants d'ancrage
précontraints, comme cela est souvent le cas à proximité de constructions existantes, il y a lieu
d'examiner si des dispositions particulières doivent être prises, pour éviter que l'action de ces
derniers, et notamment celle de la composante verticale des efforts qu'ils induisent, ne puisse
avoir d'incidence néfaste lors de la réalisation des parties sousjacentes de l'ouvrage.

2.1.3. Délais

Il est impératif de respecter les délais prévus entre la fin de la réalisation d'une partie de l'ouvrage
et la phase de terrassement suivante. En effet, ces délais ont pour but de permettre aux parties
d'ouvrage déjà réalisées (parement, inclusions, ...) d'offrir la résistance prise en compte dans les
justifications relatives à cette nouvelle phase de terrassement.

Cette disposition concerne tout particulièrement le béton du parement (résistance du parement et


de la liaison inclusion/parement) et, lorsqu'il y a lieu, le coulis de scellement des inclusions

212/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

(résistance à l'arrachement de l'armature dans son coulis), pour lesquels il est donc nécessaire de
s'être assuré au préalable (épreuve de convenance, essais de conformité, contrôles en cours de
travaux, ...) qu'ils seront en mesure d'offrir les résistances requises à cette phase d'exécution.

On notera qu'en règle générale il est nécessaire de respecter un délai minimal de 24 heures au
moins pour qu'un coulis, un mortier ou un béton puisse offrir une certaine résistance.

Par ailleurs, même si la stabilité d'ensemble des massifs est assurée, il est recommandé de ne pas
procéder à une nouvelle phase de terrassements (contigus au parement), si la partie d'ouvrage
correspondante ne peut être achevée dans la journée (mise en place des inclusions, ferraillage et
bétonnage du parement). Une telle disposition a essentiellement pour objet d'éviter que des
éboulements locaux ne se produisent et que, par manque d'intervention rapide pour y remédier, ils
n'entraînent des désordres autrement plus importants tels que des éboulements derrière les voiles
en béton sus-jacents.

2.1.4. Anomalies - Incidents

En cas d'anomalie et, notamment, si la nature ou les qualités des terrains rencontrés sont
sensiblement différentes de celles prévues, de telle sorte que le dimensionnement de l'ouvrage
puisse en être affecté, ou que les conditions d'exécution doivent être modifiées, il y aura lieu
d'avertir le bureau d'études pour fixer avec celui-ci les dispositions nouvelles à adopter. En cas
d'incidents (déplacement anormal de la paroi, éboulements...), il y aura lieu, par ailleurs, de
prendre immédiatement des dispositions pour éviter une accentuation des désordres.

2.2 Protection contre les venues d'eau

En règle générale, il est interdit de procéder aux terrassements sous le niveau d'une nappe dont la
présence a été reconnue lors de la reconnaissance préalable ou durant les travaux sans que celle-ci
n'ait été préalablement et efficacement rabattue (puits filtrants, drains profonds, ...).

Il est recommandé également de protéger les massifs contre les eaux de ruissellement qui peuvent
migrer vers le parement et s'infiltrer le long de celui-ci. On peut, par exemple, capter ces eaux et
les évacuer par des caniveaux au-delà des zones concernées.

Toutefois, malgré de telles dispositions et même en l'absence de nappes reconnues, les. terrains
peuvent être le siège de venues d'eau (eaux d'infiltration, notamment), parfois même inhérentes

213/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

aux conditions d'exécution (par exemple, forages réalisés à l'eau). Il est nécessaire dans ces cas
d'assurer la protection des «talus» contre ces venues d'eau. Cette protection s'effectue
généralement par la mise en place de drains subhorizontaux destinés à capter et à évacuer ces
eaux. Pour éviter la mise en pression éventuelle du béton du parement encore frais, il est
nécessaire de prévoir également l'installation de barbacanes (Fig. 6).

Cette disposition peut être complétée par la mise en œuvre de systèmes de drainage
complémentaires à l'interface terrainlbéton. Toutefois, il convient de s'assurer que la présence de
ces systèmes ne puisse pas nuire à la qualité de la mise en œuvre du béton du parement, même
s'ils sont correctement fixés au terrain. En tout état de cause, il est recommandé que ces systèmes,
s'ils sont prévus, soient constitués de bandes ou éléments discontinus.

2.3 Mise en œuvre des inclusions

Les inclusions sont généralement mises en œuvre après terrassement de la passe correspondante.
Il peut arriver cependant que l'ordre d'exécution de ces opérations puisse être modifié (Cf. §2.1.2).
Lorsque c'est le cas, il est impératif que la dernière passe de terrassement (réglage du talus) soit
exécutée manuellement au voisinage des inclusions de manière à éviter leur endommagement.

214/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

D'une manière générale, les conditions d'exécution des différentes opérations nécessaires à la
mise en œuvre des inclusions sont définies à l'issue des essais de référence (essais préalables ou
essais de conformité) réalisés avant travaux ou au tout début de ceux-ci. Durant les travaux, toute
modification de ces conditions d'exécution susceptible d'affecter le comportement des inclusions
(et en particulier leur résistance à l'arrachement) imposera la réalisation d'essais complémentaires
destinés à apprécier l'incidence de ces modifications sur le comportement des inclusions et, s'il y
a lieu, à fixer les dispositions nouvelles à adopter.

NOTA : Il existe de nombreux types d'inclusions, différant par leur constitution et/ou leur mise en
œuvre. Les plus couramment employées sont les inclusions directement battues dans le sol,
généralement constituées d'un simple profilé métallique du commerce, et les inclusions mise en
place dans un forage et scellées au terrain au moyen d'un coulis de ciment ou d'un mortier,
généralement constituées d'une armature à haute adhérence pour béton armé ou d'un tube
métallique.

Les dispositions ci-après ne concernent que ces deux types d'inclusions. En cas d'emploi
d'inclusions différentes par la nature et les qualités des matériaux constitutifs (fibres de verre, ...),
leur technologie (gaines de protection, séparateurs, tubes d'injection, ...) ou leur mise en œuvre
(mode d'insertion de l'inclusion dans le sol, mode de scellement, ...), il y aura lieu de se reporter
aux règles les concernant ou, le cas échéant, de définir celles-ci avant, les travaux, en accord avec
le maître d'œuvre et les organismes de contrôle. Dans ce dernier cas, des essais préalables de
convenance sont indispensables.

2.3.1. Inclusions directement battues dans le sol

2.3.1.1. Constitution des inclusions

En règle générale, les inclusions métalliques sont d'une seule pièce. Dans le cas contraire, les
dispositions prévues pour assurer le raboutage des éléments sont définies par le bureau d'études et
exécutées dans les règles de l'art. Ces dispositions doivent garantir la continuité géométrique
(rectitude, notamment) et mécanique des inclusions, et ne pas affecter l'adhérence de celles-ci au
terrain.

Par ailleurs, les inclusions directement battues dans le sol doivent être suffisamment rigides eu
égard notamment à leur longueur, à la nature et à la compacité des terrains, et à la puissance des

215/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

engins de fonçage utilisés, pour éviter leur flambement, limiter les risques de déviation et
conférer à l'inclusion une bonne capacité à pénétrer les terrains.

2.3.1.2. Mise en œuvre (Fig. 7)

Les inclusions sont guidées durant leur fonçage, ce qui assure une meilleure efficacité du fonçage
tout en limitant les risques de déviation ou de flambement des inclusions.

Il est recommandé de relever le temps de fonçage de chaque inclusion, une chute brutale de
celui-ci pouvant indiquer la présence de zones de caractéristiques plus faibles que prévu. Si une
telle anomalie, qui peut se traduire par une insuffisance d'adhérence sol-inclusion, est très
localisée, il est généralement possible d'y remédier simplement, par exemple en procédant à la
mise en place d'une inclusion supplémentaire à proximité de celle dont la résistance à
l'arrachement est présumée insuffisante. Si l'anomalie concerne une zone importante, il y a lieu de
procéder à un contrôle de la résistance à l'arrachement des inclusions et en cas d'insuffisance
constatée de celle-ci, de fixer avec le bureau d'études les dispositions nouvelles à adopter (en
principe, densification des inclusions).

La même démarche peut être adoptée en cas de refus prématuré (impossibilité de foncer les
inclusions ou déviation de celles-ci sur des obstacles durs), dû par exemple à la présence
d'obstacles durs (naturels ou rapportés) ou de terrains de forte compacité. Toutefois, si l'anomalie
risque de concerner une zone importante, il y aura lieu d'envisager le recours à un autre procédé

216/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

de mise en œuvre des inclusions.

En tout état de cause, il est fortement déconseillé d'arracher une inclusion déjà battue. Par ailleurs,
il est conseillé de remplir totalement par un coulis ou un mortier une inclusion battue constituée
par un tube ouvert ou obturé à sa base.

2.3.1.3. Blocage de l'inclusion contre (ou dans) le parement

Les inclusions étant généralement constituées de profilés métalliques du commerce, les


dispositions adoptées pour assurer leur blocage contre le parement (ou dans celui-ci) sont
étroitement liées au type de profilé utilisé. Il importe toutefois que ces dispositions soient
correctement conçues, justifiées et exécutées dans le strict respect des règles de l'art. Par ailleurs,
elles ne doivent pas constituer une gêne pour une mise en œuvre correcte du béton du parement
(notamment, risque d'effet d'ombre si le béton est projeté; Cf. § 2.5).

2.3.2. Armatures scellées dans un forage

2.3.2.1. Constitution des inclusions

Les inclusions sont généralement constituées d'armatures à haute adhérence pour béton armé
(parfois de tubes en acier) scellées au terrain au moyen d'un coulis de ciment ou d'un mortier.

En règle générale, sauf dispositions particulières à justifier, «l'accrochage» de l'armature au


parement s'effectue au moyen d'un écrou vissé à l'extrémité de celle-ci et bloqué contre une
plaque d'appui métallique.

Si nécessaire, les armatures sont raboutées à l'aide de manchons de raccordement assurant la


continuité géométrique (rectitude, notamment) et mécanique de celles-ci.

Les armatures scellées dans un forage doivent être équipées de centreurs (non métalliques de
préférence pour les structures définitives), régulièrement répartis et en nombre suffisant (au
moins un tous les 3 m) pour assurer un enrobage de coulis de scellement sensiblement régulier.

Dans le cas contraire (armatures de petits diamètres non équipées de centreurs), il conviendra de
justifier la qualité de l'exécution des clous par des essais supplémentaires de traction, dont le
nombre est à déterminer par le maître d'œuvre.

Les armatures peuvent être équipées également d'un dispositif permettant une injection «à la

217/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

source» (injection à la base du forage, généralement réalisée au moyen d'un petit tube fixé sur
l'armature), lorsque le coulis ou le mortier de scellement est injecté après mise en place des
armatures dans leur forage.

2.3.2.2. Mise en œuvre

La mise en œuvre d'armatures scellées dans un forage comprend les opérations suivantes:

- le forage du trou,

- la mise en place des armatures,

- le scellement de celles-ci au terrain.

En règle générale les travaux de clouage, par opposition à ceux relatifs à l'exécution de tirants
d'ancrage précontraints, ne nécessitent que des forages subhorizontaux de dimensions modestes
(longueurs dépassant rarement 15 à 18 mètres et diamètres couramment compris entre 60 et 120
mm), exécutés en l'absence de nappe phréatique (du moins en tête de forage), et le scellement des
armatures au terrain s'effectue généralement simplement, de manière gravitaire. Toutefois,
malgré l'apparente simplicité de la mise en œuvre d'armatures scellées dans un forage, celle-ci
reste une opération délicate nécessitant l'emploi d'un personnel qualifié et expérimenté.

Le choix des méthodes et des moyens de forage à utiliser est largement conditionné par la nature
et les qualités des terrains à traverser. Il l'est aussi par les caractéristiques dimensionnelles des
forages, par les cadences préalablement fixées et par la nécessité d'assurer la bonne tenue du trou
jusqu'au scellement de l'armature, de linlÎter le remaniement de la paroi du forage et aussi de ne
créer aucun désordre dans les terrains, dans le voisinage ou dans l'ouvrage lui-même. Les moyens
mis en œuvre doivent permettre de répondre à ces exigences, pour l'ensemble des formations
concernées.

Le forage peut être réalisé par rotation, par percussion ou par rotopercussion. La perforation en
rotation peut être pratiquée:

- avec une tarière continue (Fig. 8), dans les terrains fins peu compacts ne contenant pas
de blocs, et pour des longueurs de forage modestes;

- avec un outil désagrégateur (tricône, outil à lames, taillant, ...) en bout de tige, lorsqu'il
n'y a pas de risque d'éboulement de la paroi de forage;

218/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

- avec un tube ouvert, quand les risques d'éboulement ou de resserrement de la paroi du


forage imposent le maintien de celle-ci, et que les terrains traversés sont exempts de
blocs;

- avec un tube (Fig. 9) et une tige portant un outil (tricône ou taillant) destiné à détruire les
éléments ou horizons durs du terrain.

Dans la plupart des cas, le forage est réalisé au moyen d'un fluide de perforation (air, eau, boue,
coulis à base de ciment, mousse, ...) destiné à remonter les sédiments et parfois, à assurer le

219/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

maintien de la paroi du forage. Le choix du fluide de perforation est important dans la mesure où
le respect des exigences évoquées ci-dessus est souvent assez largement tributaire de ce choix. En
règle générale toutefois, et sauf cas spécifiques (terrains rocheux, éboulis, ...), le forage à l'eau
doit être évité.

La perforation par percussion seule n'est en principe pratiquée que pour foncer des tubages avec
pointes perdues, dans des terrains meubles peu compacts. En pratique, elle est très peu utilisée,
mais elle peut s'avérer extrêmement bien adaptée dans les (rares) cas où la nature et les qualités
des terrains permettent son emploi.

La rotopercussion permet d'utiliser séparément la rotation et la percussion ou de les combiner, si


nécessaire. C'est la méthode la plus employée et la mieux adaptée dans des terrains hétérogènes
ou variés, en raison notamment de sa polyvalence.

Une fois le forage réalisé, il est procédé à la mise en place de l'armature dans celui-ci puis à
l'injection du coulis ou du mortier ou, inversement, suivant les dispositions initialement prévues.

Ces dispositions doivent permettre d'assurer la bonne tenue de la paroi du forage et un enrobage
continu de l'armature. Lorsque celle-ci est introduite après la mise en place du coulis, elle doit
être descendue suffisamment lentement pour éviter que des éboulements de la paroi du forage ne
se produisent (par effet de piston, notamment).

Dans tous les cas, le coulis ou le mortier de scellement est injecté «à la source », c'est-à-dire à la
base du forage, soit par le train de tige (ou le tubage), soit par un petit tube prévu à cet effet, et
dans ce cas généralement associé à l'armature avant l'insertion de celle-ci dans le trou.

Le coulis de scellement des armatures est généralement un coulis à base de ciment,


éventuellement stabilisé par une faible quantité de bentonite, et dont le rapport C/E est en
principe compris entre 1,7 et 2,4.

Le mortier de scellement des armatures est généralement un mortier fluide, sans décantation
(chargé de sable fin à granulométrie serrée), et dont le rapport C/E est en principe compris entre
1,7 et 2,4.

Dans certains cas, des coulis ou mortiers spéciaux peuvent être utilisés, pour répondre à certaines
particularités des terrains (coulis avec charges ou coulis rigidifiés à prise rapide dans des terrains
ouverts, par exemple). Il est à noter, toutefois, qu'il peut être préférable de traiter les terrains de

220/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

ce type au préalable, par injection.

La nécessité de répondre à des exigences parfois contradictoires, comme celle de disposer d'un
coulis à la fois suffisamment fluide pour enrober correctement les armatures et suffisamment
rigide pour éviter des déperditions importantes (qui pourraient s'avérer néfastes vis-à-vis du
scellement et de l'enrobage des armatures), peuvent conduire à adopter des dispositions par-
ticulières. Ainsi, en milieu rocheux très ouvert (roche avec fractures importantes, éboulis de
pentes, terrains karstiques, ...) le scellement correct des armatures peut s'avérer extrêmement
difficile, voire même impossible dans les conditions habituelles; l'un des dispositifs parfois
employé pour y remédier consiste à mettre en place une gaine très souple autour de l'armature
avant l'insertion de celle-ci dans son forage.

Rappelons que, d'une manière générale, l'ensemble des conditions d'exécution des différentes
opérations nécessaires à la réalisation des inclusions sont définies avant les travaux, à l'issue des
essais préalables ou, le cas échéant, en début de travaux. En cas de modification des conditions
d'exécution en cours de travaux ou d'anomalies constatées lors du forage (variations significatives
de certains paramètres de forage, pertes importantes de fluide de forage...) ou de la mise en œuvre
du coulis de scellement, il y aura lieu de procéder à des essais de contrôle du comportement de
l'inclusion. En cas d'insuffisance constatée, il y aura lieu de fixer, avec le bureau d'études, les
dispositions particulières à adopter.

2.3.2.3. Blocage de l'inclusion contre le parement

Les dispositions adoptées pour assurer le blocage des inclusions contre le parement (ou dans
celui-ci) doivent être correctement conçues, justifiées et exécutées dans le strict respect des règles
de l'art. Par ailleurs, elles ne doivent pas constituer une gêne pour la mise en œuvre correcte du
béton du parement.

Généralement, sauf dispositions particulières, le dispositif de blocage des inclusions est


simplement constitué par un écrou vissé à l'extrémité de l'armature et s'appuyant sur une plaque
métallique. Cette plaque doit parfaitement s'appuyer sur le béton du parement. Lorsque le béton
est mis en oeuvre par projection, il ne peut être mis en place, sous la plaque d'appui, en présence
de celle-ci (effet d'ombre).

S'il est envisagé de procéder à une mise en tension partielle des inclusions (fût-ce simplement

221/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

pour assurer le placage du parement contre le terrain), il est indispensable, d'une part, que le
coulis de scellement et le béton du parement aient les résistances requises (Cf. § 2.1.3) et, d'autre
part, que des dispositions soient prises pour permettre la désolidarisation de l'armature du
parement et du terrain, sur la longueur désirée dans celui-ci. La disposition la plus courante
consiste à entourer l'armature d'une gaine étanche obturée à sa base (Fig. 10).

2.4 Mise en place des armatures du parement

Dans tous les cas, il est recommandé d'armer le parement en béton, même s'il est faiblement
sollicité et si la densité des clous est importante.

Les armatures sont constituées de ronds à béton ou de treillis soudés disposés généralement en
nappes parallèles au plan moyen du parement.

Les dispositions générales relatives aux armatures des ouvrages en béton armé (dispositions
réglementaires et règles de l'art) sont applicables et complétées ou modifiées par les dispositions
particulières définies ci-après.

Lorsque le béton est mis en place par projection, toute disposition susceptible de créer un effet

222/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

d'ombre et de favoriser ainsi la formation de vides derrière les armatures lors de la projection est
à éviter. Ainsi, la distance entre deux barres parallèles doit être égale ou supérieure à 10 cm et,
dans la mesure du possible, on évitera de disposer les armatures en paquets. S'il est prévu deux
nappes d'armatures, il est conseillé que celles-ci soient mises en place l'une après l'autre, la nappe
extérieure n'étant placée qu'après que la nappe intérieure soit entièrement recouverte de béton.
Les plaques d'appui des inclusions, ainsi que tout autre obstacle, ne doivent être placées qu'après
projection du béton(Cf. § 2.3).

Les armatures doivent être maintenues par arrimages et calages suffisants pour qu'elles puissent
participer au maintien du béton lors de la projection de celui-ci, sans subir des déplacements ou
déformations excédant les tolérances admises.

Pour ce faire, les armatures sont assemblées par des ligatures ou par soudage en croix, en principe
à tous les points de croisement. Les éléments ainsi constitués sont fixés rigidement, d'une part,
aux parties adjacentes du parement déjà réalisées, en prévoyant dans celles-ci des armatures en
attente et, d'autre part, à la paroi de l'excavation concernée, en prévoyant des systèmes de fixation
en nombre suffisant.

Ces systèmes de fixation peuvent être constitués par des tronçons de barres (ronds à béton, petits
profilés métalliques ...) rigides, préalablement fixés sur la paroi de l'excavation (par battage, par
exemple). Ils peuvent être également constitués par les armatures métalliques des inclusions, sous
réserve toutefois qu'il ne soit pas prévu la mise en tension même partielle de cellesci. En principe,
une telle disposition n'est donc possible que lorsqu'il s'agit d'inclusions métalliques battues en
forte densité.

Pour les ouvrages définitifs, l'enrobage minimal des armatures est de 3 cm. Il est de 2 cm lorsque
la paroi extérieure du parement est coffrée.

2.5 Mise en œuvre du béton du parement

Le béton du parement peut être coulé en place, derrière un coffrage (béton banché), ou mis en
œuvre par projection. Le choix de l'une ou l'autre de ces techniques dépend de nombreux facteurs
(Cf. § 104) et, notamment, des conditions d'exécution prévues, de l'épaisseur et du ferraillage du
parement, de l'aspect définitif recherché. Il est effectué en principe au cours de l'établissement des
plans d'exécution de l'ouvrage, dans la mesure où il peut être étroitement lié aux dispositions de

223/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

construction envisagées. Cependant, la mise en œuvre par projection est la solution la plus
couramment employée pour la réalisation des parements, en raison essentiellement de la
souplesse d'emploi de ce procédé.

Le béton doit être mis en œuvre dans les plus brefs délais après la mise à nu du terrain. Si ces
deux opérations ne peuvent être effectuées dans la même journée, il est recommandé de les
différer. Dans le cas où aucune autre solution n'est possible et où les conditions de terrain et
d'environnement le permettent, on peut retarder la réalisation du béton à condition d'assurer la
protection du terrain mis à nu, par exemple par réalisation d'un voile mince en béton projeté. En
règle générale, ce voile de protection n'est pas pris en compte dans la résistance du parement.

Il conviendra dans tous les cas de respecter les règles générales de bétonnage relatives au procédé
adopté, en particulier pour ce qui concerne le bétonnage par temps froid, la cure du béton et les
reprises de bétonnage. Il est à noter en ce qui concerne ce dernier point qu'il sera généralement
très difficile, et le plus souvent impossible, d'assurer une véritable reprise de bétonnage
(continuité mécanique du parement) au droit des joints longitudinaux et transversaux entre les
différentes passes (ou plots), en raison notamment de la salissure de ces surfaces et de
l'impossibilité de les traiter correctement pour les nettoyer à vif et les rendre rugueuses (Fig. 11).

2.5.1. Béton banché

Compte tenu de l'impossibilité de procéder au vibrage du béton, il est recommandé de donner à

224/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

celui-ci une maniabilité suffisante pour permettre une mise en œuvre correcte, et notamment un
bon enrobage des armatures.

Il est recommandé par ailleurs, de prévoir des lumières de bétonnage (zones d'insertion du béton
par le coffrage) en nombre suffisant et permettant une légère charge du béton mis en œuvre
contre le béton durci de la partie supérieure du parement déjà réalisée.

2.5.2. Béton projeté

Les recommandations générales pour la mise en œuvre du béton par projection sont définies dans
les documents visés en référence au paragraphe 1.1 de ce chapitre. Seules quelques règles
essentielles sont rappelées ci-après, en y apportant, lorsqu'il y a lieu, quelques précisions plus
particulières à l'emploi du béton projeté pour la réalisation du parement des massifs cloués.

 Qualification du personnel

L'une des conditions essentielles de bonne exécution des travaux est l'emploi d'un personnel
qualifié et expérimenté.

 Epreuve de convenance

En règle générale, on doit procéder à des contrôles avant travaux pour s'assurer que les qualités
requises pourront être obtenues dans les conditions d'exécution prévues (composition du béton,
technique de projection, matériels, mode de projection, ...). Cela est l'objet de l'épreuve de
convenance (Cf. Chap. 7, §1.5.1.3. ). Pour les ouvrages définitifs, et tout particulièrement lorsque
les conditions de mise en œuvre sont difficiles (forte épaisseur, ferraillage important,...), il est
recommandé de réaliser de véritables plots d'essais.

 Mise en œuvre du béton

En règle générale, la lance de projection est tenue perpendiculairement à la surface à traiter; de


légères inclinaisons permettent toutefois d'assurer un meilleur enrobage des armatures,
particulièrement lorsque le ferraillage est important.

En principe, l'épaisseur requise est obtenue en plusieurs couches, la projection d'une nouvelle
couche intervenant toutefois avant la fin de la prise de la couche précédente. Aucune préparation
de reprise n'est alors nécessaire, à condition que cette dernière couche n'ait pas été souillée.

Lorsque la projection intervient alors que la couche précédente a déjà fait prise, il est nécessaire

225/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

de procéder simplement à l'arrosage de celle-ci, si sa résistance n'est pas prise en compte dans
celle du parement (voile de protection par exemple), mais aussi à son traitement, dans le cas
contraire, pour assurer une bonne reprise de bétonnage.

A chaque couche, la progression du béton se fait de bas en haut, pour limiter les risques
d'affaissement de celui-ci.

Il est interdit de procéder au réemploi des retombées.

2.6 Stabilité du parement

Il est nécessaire que des dispositions soient prises pour éviter tout risque de déplacement vertical
du parement susjacent déjà réalisé lors de la phase suivante de terrassement (Cf. Fig. 10).

L'importance de ce risque dépend notamment de certaines dispositions de conception (inclinaison


du parement, épaisseur de celui-ci, type d'inclusions, nombre, ...) et de construction (longueur des
plots, ferraillage, recouvrement des armatures avec celles des plots voisins, ...), des qualités des
terrains en contact avec le parement, et de la résistance du béton de celui-ci au moment des
terrassements sous-jacents.

Ainsi, dans la technologie actuelle, ce risque est beaucoup moins à craindre avec des inclusions
directement battues dans le sol, généralement disposées en forte densité, avec un parement de
faible épaisseur, qu'avec des inclusions forées, en principe beaucoup plus distantes les unes des
autres, et nécessitant par ailleurs un parement plus épais.

Certaines dispositions de construction ou d'exécution permettent de limiter ce risque. Il pourra


s'agir en particulier:

- d'améliorer l'adhérence du parement au terrain, par exemple par adjonction d'éléments


métalliques de faible longueur (épingles) préalablement battus dans celui-ci ;

- d'améliorer l'accrochage de l'élément de parement aux éléments adjacents, en disposant


dans ces derniers des armatures en attente;

- de réaliser l'ouvrage par plots primaires et secondaires;

- de construire un retour de parement en tête le long du talus sur une distance de l'ordre du
mètre.

226/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

- de procéder à une mise en tension partielle des armatures des inclusions;

Cette dernière disposition, bien adaptée aux inclusions forées, impose toutefois que béton et
coulis aient une résistance suffisante pour supporter les efforts qui les sollicitent, et que les
inclusions aient une certaine longueur libre en tête (Cf. § 2.3.2, dernier alinéa).

BIBLIOGRAPHIE

Recommandations TA 86.

Recommandations AFTES, publiées dans le n° spécial d'avril 1981 de la revue de l'AFTES


Tunnels et ouvrages souterrains.

Recommandations STRRES et AFB (Septembre 1985).

Fascicule 65 du CCTG (exécution des ouvrages de génie civil en béton armé ou béton
précontraint).

227/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

CHAPITRE 6 DURABILITÉ DES OUVRAGES

1. INTRODUCTION ET DOMAINE D'APPLICATION

Le présent chapitre a pour but de donner des règles de conception et de dimensionnement des
ouvrages cloués, vis-à-vis du vieillissement des matériaux constituant un tel ouvrage:
renforcements (barre résistante, coulis de scellement), parement.

Ces recommandations ne s'appliquent bien sûr qu'aux ouvrages dont la durée de service et
l'environnement sont tels que les phénomènes de vieillissement aient le temps de se développer.

A titre indicatif, on distinguera:

- les ouvrages provisoires, dont la durée de service est inférieure ou égale à 18 mois,

- les ouvrages temporaires, dont la durée de service est comprise entre 18 mois et 30 ans,

- les ouvrages permanents, dont la durée de service est comprise entre 30 ou 100 ans.

Les présentes recommandations ne s'appliquent qu'aux ouvrages temporaires ou permanents, car


on peut considérer que les phénomènes de vieillissement susceptibles de se développer pendant
18 mois sont négligeables, et donc que les ouvrages provisoires ne nécessitent pas de protection,
sauf dans le cas de sites particulièrement agresssifs (Cf. § 4). Toutefois, pour les ouvrages réalisés
avec des clous en acier pour précontrainte, on se réfèrera aux règles du TA 86 pour leur
protection.

A priori, l'essentiel des ouvrages cloués étant réalisé avec des clous en acier non allié et un
parement en béton, ces recommandations s'appliquent surtout à ces deux types de matériau.

Il est à noter à ce sujet qu'un mur expérimental avec des clous en fibre de verre a été réalisé dans
le cadre du projet CLOUTERRE, mais les études ont porté essentiellement sur les aspects du
frottement sol-clou, et pas sur la durabilité (CLOUTERRE, SCETAUROUTE-SAPRR, mars
1988).

D'une façon générale, la prise en compte du vieillissement des matériaux peut se faire selon l'un
ou l'autre des principes suivants.

 Protection par surépaisseur (passive)

228/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Dans ce cas, on laisse le phénomène de vieillissement se dérouler naturellement, mais on prend


en compte dans le dimensionnement des ouvrages les résistances résiduelles des clous estimées
pour les matériaux à la fin de la durée de service.

 Protection par revêtement

Dans ce cas, on cherche à ralentir les phénomènes de vieillissement, en protégeant le clou des
attaques agressives par des revêtements (galvanisation, peintures ...) qui ont un effet retardateur
sur le vieillissement, sans toutefois le supprimer totalement. On prendra alors en compte une
résistance résiduelle des clous (qui pourra être supérieure à celle du cas précédent, mais inférieure
à celle de la barre non corrodée).

 Protection par gaine (active)

On cherche alors à supprimer totalement le vieillissement, en entourant les matériaux résistants


par d'autres matériaux qui ne jouent pratiquement aucun rôle mécanique, mais uniquement celui
de barrière. La résistance à prendre en compte est alors celle du matériau d'origine, sans
réduction.

NOTA: On exclut a priori la protection cathodique, pour des raisons technologiques et de mise en
œuvre difficilement compatibles avec la technique du clouage.

2. CLASSIFICATION DES OUVRAGES SELON LEUR DESTINATION

Même pour des ouvrages permanents, la destination de l'ouvrage (supportant éventuellement des
surcharges), son environnement (milieu agressif, par exemple sous chaussée avec les risques
d'infiltration d'eaux chargées en sels de déverglaçage), et les risques résultant d'une éventuelle
rupture de l'ouvrage conduisent à retenir des niveaux de sécurité différents selon les ouvrages.

En pratique, on définit un indice C, qui caractérise la classification de l'ouvrage, et qui sera utilisé
pour le dimensionnement des protections (Cf. § 4.21 de ce chapitre).

On distinguera deux classes d'ouvrages:

• Les ouvrages sensibles: ce sont les murs en sol cloué présentant au moins l'une des
caractéristiques suivantes:

- hauteur importante ≥ 10 m,

229/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

- ouvrage supportant des surcharges significatives: circulation, voies ferrées, charges


concentrées (pylones, etc.),

- environnement agressif: eaux souterraines polluées, ouvrages sous chaussée (sels de


déverglaçage),

- ouvrage dont des déformations excessives ou la ruine pourraient entraîner des dégâts
importants: bâtiments et réseaux sensibles à proximité de l'ouvrage (situées à une
distance horizontale inférieure à trois fois la hauteur de l'ouvrage, cette distance inclut
une marge de sécurité), déblai longeant des voies de circulation très fréquentées
(autoroutes, routes nationales, voies ferrées).

On prend C ≥ 2 pour les ouvrages sensibles (la valeur 2 est une valeur minimale recommandée; le
maître d'ouvrage pourra retenir une valeur supérieure, qui sera alors définie dans le CCTP).

• Les ouvrages courants: ce sont les murs en sol cloué ne présentant aucune des caractéristiques
précédentes.

On prend C=0 pour les ouvrages courants.

3. CLASSIFICATION DES SOLS SELON LEUR AGRESSIVITÉ

3.1 Objet et domaine d'application

Ce texte a pour objet la description d'une méthode d'évaluation de la probabilité de corrosion des
ouvrages cloués utilisant des barres en acier non allié en contact direct avec le sol ou susceptible
de l'être par suite de la fissuration du coulis.

La probabilité de corrosion de ces éléments est fonction, non seulement des propriétés du
matériau métallique et des facteurs de corrosion liés au sol, mais également de l'hétérogénéité des
terrains traversés par un même clou, ainsi que des influences électriques extérieures.

Etant donné le grand nombre de facteurs régissant les phénomènes de corrosion, l'application du
présent document a pour but l'appréciation d'une probabilité de corrosion dont l'interprétation,
dans les cas douteux, devrait être réservée à des spécialistes. Par ailleurs, le présent chapitre
s'applique aux ouvrages construits en site terrestre, en présence ou non d'eau douce ou saumâtre.

230/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

3.2 Principes généraux

Les renforcements en acier constituant les clous peuvent subir, lorsqu'ils sont au contact du sol et
de l'eau, une corrosion sous deux formes distinctes:

- une corrosion uniforme, se traduisant par une perte d'épaisseur moyenne des barres,

- une corrosion localisée en certains endroits, sous forme de piqûres plus ou moins
profondes, qui peut être nettement plus intense que la corrosion uniforme.

3.3 Évaluation de la corrosivité des sols

3.3.1. Indice global de corrosivité

Le tableau ci-dessous précise les poids attribués à chacun des quatre paramètres principaux
retenus pour l'évaluation de la corrosivité d'un sol donné. Ce tableau a été établi à partir d'une
analyse d'observations sur des canalisations métalliques enterrées (Réf. CEFRACOR).

Tableau 1 - Indice global de corrosivité


Critère Caractéristiques Poids A du critère
NATURE • Texture
- lourde, plastique, collante, imperméable 2
- argilo-sableuse 1
- légère, perméable, sableuse, sols pulvérulents 0
DE • Tourbe et marécages 8
• Déchets industriels
- mâchefer, cendres, charbon 8
- déchets de construction (plâtres, briques) 4
SOL • Pollution liquide
- eaux usées, industrielles 6
8
- stockage de sels de déneigement
ρ< 1000 Ω cm 5
l000<ρ<2000 3
RESISTIVITE
2000<ρ<5000 2
5000<ρ 0
Nappe d'eau saumâtre (variable ou permanente) 8
Nappe d'eau douce variable ou permanente 4
HUMIDITE
Hors nappe-sol humide (Teneur en eau w > 20 %) 2
Hors nappe-sol sec (Teneur en eau w < 20 %) 0
<4 4
4à5 3
pH
5à6 2
>6 0

231/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Indice global ΣA
La corrosivité du sol est caractérisée par un indice global ΣA obtenu par la sommation des
valeurs maximales des poids déterminés pour chacun des quatre critères d'évaluation. Plus
précisément, le poids du critère «nature de sol» est celui du sous-critère adapté au cas considéré
et ayant le poids maximal (toujours inférieur ou égal à 8).

3.3.2. Action électrolytique des courants électriques : courants vagabonds

Certains courants électriques, continus ou alternatifs de très faible fréquence (16,67 Hz = 50 Hz/3)
circulant dans le sol à partir d'installations industrielles, de protections cathodiques voisines, etc.,
peuvent entraîner des corrosions par électrolyse. L'évaluation de ce risque doit faire l'objet d'une
étude spécifique.

3.4 Détermination des caractéristiques retenues pour l’évaluation de la corrosivité des sols

3.4.1. Nature du sol

Elle est appréciée en première approche à partir d'éléments géologiques. L'examen se limitera à la
distinction entre les sols à texture très fine, caractérisée par une teneur élevée en argile (sols
plastiques, lourds, collants, imperméables) et les sols légers pauvres en colloïdes, de faible
cohésion, perméables, pulvérulents.

A priori, les sols à texture lourde correspondent aux sols fins de la classification LPC (plus de
50% d'éléments inférieurs à 80 μm), et les sols à texture légère aux sols grenus (moins de 50 %
d'éléments inférieurs à 80 μm).

En l'absence d'essais d'identification, une méthode simple d'appréciation de texture d'un sol et de
son degré de compacité consiste à réaliser à la main une boulette avec un échantillon de sol un
peu humide: un sol à texture lourde permet d'obtenir une boulette cohérente.

3.4.2. Résistivité

La mesure de résistivité se fait par les méthodes classiques de mesure de résistivité globale du sol
sur une profondeur sensiblement égale à la distance entre les électrodes (Cf. annexe). La
profondeur d'investigation devra correspondre à la hauteur du mur en sol cloué.

D'autres méthodes de mesure peuvent être également employées (par exempIe: pénétration d'une

232/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

canne-sonde, méthode magnéto-tellurique ...).

3.5 Nappe phréatique

La présence d'une nappe phréatique permanente ou variable intervient dans les processus de
corrosion par son incidence sur la perméabilité à l'air, la résistivité... Les reconnaissances
effectuées (Cf. Chap. 4) permettent en général d'en prévoir l'existence. De plus, on contrôlera, à
l'occasion du prélèvement de sol, la venue éventuelle d'eau dans le sondage après une dizaine de
minutes au minimum.

Dans le cas de l'absence de nappe, on mesurera la teneur en eau du sol sur l'échantillon prélevé.

La teneur en eau d'un échantillon de terrain est déterminée selon les méthodes usuelles:

- soit au laboratoire par une méthode classique d'étuvage,

- soit éventuellement sur site par séchage à l'alcool.

3.6 pH

Dans la majorité des cas, les pH des sols naturels sont compris entre 5 et 9. Les terrains de pH
inférieur à 6 ne se rencontrent à l'état naturel que pour des tourbes ou pour des sols siliceux
correspondant à des étapes géologiques primaires. Des pH très acides ou très alcalins sont
généralement l'indice d'une pollution d'origine industrielle (scories, mâchefer, remblais
industriels, rejets divers, ...).

La mesure du pH sera effectuée selon la procédure d'essai présentée en annexe.

3.7 Interprétation des résultals

Compte tenu de l'indice global de corrosivité ΣA obtenu au moyen du tableau I, les sols peuvent
être qualifiés comme indiqué dans le tableau II.

Tableau II
INDICE ΣA CARACTERE DU SOL CLASSE
> 13 Fortement corrosif 1
9 à 12 Corrosif II
5à8 Moyennement corrosif III
<4 Peu corrosif IV

233/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

4. PROTECTION DES RENFORCEMENTS METALLIQUES

4.1 Généralités

Les phénomènes de corrosion, et donc les dispositifs de protection contre ces phénomènes, sont
de nature très différente selon le type de l'acier (ordinaires, à haute limite élastique, métaux alliés
ou passivables).

Les renforcements sont soit mis en place directement par battage, soit disposés à l'intérieur d'un
forage et scellés au terrain au moyen d'un coulis de scellement. Ce coulis sera en particulier
soumis à des efforts de traction, et on peut considérer qu'il sera l'objet d'une fissuration plus ou
moins fine et régulière. Dans l'inlpossibilité d'apprécier avec précision l'épaisseur de cette
fissuration, et bien que celle-ci doive rester très faible (de l'ordre de quelques dixièmes de
millimètres), il n'y a pas de certitude absolue que le coulis forme une barrière étanche entre
l'armature et le sol. Par l'intermédiaire des fissures, l'armature peut être en contact avec
l'électrolyte que constitue l'eau incluse dans le sol.

Aucun confinement de l'électrolyte n'est cependant à redouter et, par là même, la fissuration du
coulis ne saurait générer des phénomènes de corrosion plus intenses que ceux qui se produiraient
pour une armature en contact direct avec le sol.

Le phénomène de fissuration du coulis ne devrait donc pas constituer un facteur aggravant pour le
déclenchement et le développement des phénomènes de corrosion. En conclusion, quels que
soient le mode de réalisation et la technologie adoptés, on fera l'hypothèse que toute armature non
protégée par une gaine est en contact direct avec le sol.

4.2 Aciers ordinaires (limite élastique σe ≤ 500 MPa)

D'une manière générale, tout élément métallique en acier ordinaire en contact avec un sol se
corrode par dissolution plus ou moins homogène. Cela se traduit par une perte d'épaisseur lente,
progressive et relativement uniforme des surfaces exposées. L'acier dissous est remplacé par de
l'hydroxyde ferrique compact et de plus expansif.

L'utilisation d'acier ordinaire disposé dans des sols de toute nature est très répandue et remonte à
de nombreuses années (pieux, canalisations, palplanches, etc.). Des études menées en laboratoire,
jointes à des constatations effectuées sur des ouvrages réels ont permis d'acquérir une bonne

234/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

connaissance des phénomènes de corrosion auxquels peuvent être soumis ces aciers.

Il est ainsi possible maintenant d'effectuer des prévisions relativement fiables sur le
comportement de ces aciers noyés dans un sol, en fonction du degré d'agressivité du milieu
ambiant, du temps d'exposition et du dispositif de protection envisagé. D'une manière générale,
ces prévisions sont traduites en perte d'épaisseur correspondant à l'épaisseur neutralisée par la
corrosion. En fait, en raison de la non-uniformité parfaite de ces pertes d'épaisseur, le rapport
relatif «perte de résistance relative/perte d'épaisseur relative» est supérieur à 1. Dans la pratique,
ce coefficient est directement intégré dans les valeurs de perte d'épaisseur données ci-après (qui
incluent donc à la fois la perte d'épaisseur «géométrique» moyenne et l'effet de sa
non-uniformité).

Les systèmes de protection peuvent être classés en quatre catégories:

- épaisseur sacrifiée à la corrosion,

- protection par gaine plastique ou acier,

- galvanisation,

- protection par revêtement non-métallique.

Les deux premières sont d'un emploi courant, alors que les deux dernières ne bénéficient guère
d'expériences pratiques pour ce type d'ouvrages.

4.2.1. Epaisseur sacrifiée à la corrosion

Il s'agit du système de protection le plus simple et le plus courant. Les produits de corrosion qui
vont se former au cours du temps forment une gangue protectrice entre l'acier et le milieu
environnant. Cette gangue ne forme pas autour de l'acier une barrière au sens mécanique du terme,
mais, en modifiant le milieu ambiant à proximité immédiate de l'armature, change la cinétique
des réactions chimiques, ce qui se traduit par un ralentissement de la corrosion.

La détermination de l'épaisseur sacrifiée à la corrosion se fera selon la démarche suivante:

1) On détermine l'indice C caractérisant la classe de l'ouvrage (Cf. § 2) ;

2) On détermine l'indice ΣA, indice global de corrosivité du sol (Cf. § 3) ;

3) En fonction de l'indice global I = ΣA + C, on détermine la surépaisseur à prendre en compte

235/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

pour le dimensionnement des aciers nus en fonction de la durée de service (réduction de diamètre
ou d'épaisseur totale, incluant les deux faces), à l'aide du tableau ci-après.

Tableau III
Indice global Ouvrages provisoires Ouvrages temporaires Ouvrages permanents
I/classe ≤18 mois 1,5 à ≤30 ans 30 à ≤100 ans
≤ 4/ IV 0 2mm 4mm
5 à 8/ III 0 4mm 8mm
9 à 12/ II 2mm 8mm gaine plastique
≥ 13/ I Protection par gaine plastique obligatoire.

4.2.2. Protection par gaine plastique

Ce système consiste à mettre en place une gaine en matière plastique ondulée (polypropylène,
polyéthylène ou équivalent, ou plus rarement en acier). L'espace annulaire entre la gaine et
l'armature est rempli d'un coulis de ciment ou de tout autre produit de scellement non agressif
vis-à-vis de l'acier et de la gaine. Ce système est à déconseiller pour les clous battus, du fait des
risques de détérioration à la mise en œuvre.

Ce système revient donc à empêcher tout contact entre le sol et l'armature; ainsi, toute dissolution
de l'acier constituant l'armature est impossible. Pour que le système soit réellement efficace, il est
nécessaire que la gaine soit parfaitement étanche et obturée à la base, donc qu'elle soit continue, y
compris jusqu'au parement.

Par ailleurs, les gaines devront être capables de résister aux efforts auxquels elles seront soumises.
On recourra en général à des gaines plastiques ondulées de façon à assurer la transmission de
l'effort de traction auquel est soumise l'armature. Pour toutes précisions, on se reportera aux
Recommandations sur les tirants d'ancrage - TA 86.

Dans ce cas de protection par gaine plastique, qui est fortement conseillé pour les sols «corrosifs»
(classe II), et indispensable pour les sols «fortement corrosifs» (classe I), on ne prendra pas en
compte l'épaisseur sacrifiée à la corrosion.

NOTA: En cas d'utilisation de gaines métalliques, l'épaisseur de ces dernières devra être au
minimum égale à la moitié de la surépaisseur définie dans le tableau III pour assurer qu'elles

 Une gaine métallique n'est pas souhaitable dans ces cas, sauf justification particulière.

236/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

joueront leur rôle protecteur pendant toute la durée de service de l'ouvrage.

4.2.3. Galvanisation

Ce type de protection est actuellement très peu demandé dans les ouvrages en sol cloué. Le
principe en est le suivant: dans le cas de l'acier galvanisé, les produits de corrosion du zinc
(hydroxydes de zinc en particulier), commencent par former un écran de protection. En fait, le
zinc, d'une part retarde l'apparition de la corrosion de l'acier et, d'autre part, ralentit également
son développement une fois la transformation du zinc achevée.

En outre, le zinc est plus électro-négatif que l'acier: si l'acier est mis à nu localement (par accident
lors de sa manutention ou par dissolution du fait de sa corrosion), il se forme une pile
électro-chimique où le zinc adjacent va se «sacrifier» pour protéger le fer. Par ce phénomène de
protection cathodique spontanée, le zinc assure également une uniformisation de la corrosion.

L'épaisseur de zinc doit être suffisamment forte (au minimum 80 μm) pour assurer une protection
efficace, mais pas trop forte pour assurer sa bonne tenue sur l'acier. En tout état de cause, le
revêtement de zinc devra être conforme à la norme: Galvanisation à chaud NF A 91121.

Toutefois, la protection par zinc, s'il s'agit d'un procédé tout à fait valable dans son principe, ne
bénéficie pas encore d'une grande expérience dans le domaine du clouage, et de plus impose
partout le même type de métal pour l'ensemble du système, notamment au niveau des têtes
d'ancrage et des manchons de raccordement éventuels (filetage). De plus, des risques importants
de détérioration existent à la mise en œuvre (notamment clous battus).

En conséquence, en l'état actuel des connaissances et de la technologie, on retiendra les mêmes


surépaisseurs que dans le cas de l'acier nu (Cf. § 4.2.1.).

4.2.4. Protection par revêtement non-métallique

Il s'agit ici de revêtements par peinture tels que peintures bitumineuses épaisses, brais
traditionnels ou brais améliorés aux résines, epoxy-zinc. Ces revêtements constituent un écran
susceptible de protéger l'acier pendant un certain temps seulement, en général de l'ordre d'une
dizaine d'années.

En effet, à l'inverse de la galvanisation, les produits de décomposition du revêtement ne forment


pas de barrière de protection susceptible de modifier la nature électrolyte au contact de

237/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

l'armature.

De plus, ce type de revêtement pose encore des problèmes d'adhérence et de détérioration à la


mise en œuvre. Pour toutes ces raisons, on considèrera que, pour les ouvrages définitifs,
l'efficacité d'un revêtement par peinture sera nulle (en pratique, on utilisera donc les mêmes
valeurs de surépaisseurs que pour l'acier nu – Cf. § 4.2.1. de ce chapitre).

4.3 Aciers à haute limite élastique (σe > 500 MPa)

Ce type d'acier se caractérise par sa forte sensibilité à la corrosion fissurante sous tension,
essentiellement pour les aciers dont la limite élastique est supérieure à 900 MPa,et ce même à de
faibles taux de contrainte de travail.

Afin de s'affranchir de cette forme d'altération, la seule solution efficace pour un ouvrage définitif
consiste à empêcher tout contact entre l'acier et l'électrolyte. On utilisera donc systématiquement
la protection par gaine, et on se reportera au document TA 86 en ce qui concerne les dispositions
à adopter.

4.4 Matériaux passivables et alliés

Il s'agit des matériaux métalliques tels que les aciers inoxydables ou les alliages d'aluminium. En
contact avec le milieu ambiant, ces matériaux se recouvrent d'une couche protectrice d'oxydes qui
empêche tout attaque du métal de base. Cependant, lorsque cette couche protectrice est détruite
localement, mécaniquement ou chimiquement, il se forme une pile électrochimique où la couche
d'oxyde joue le rôle de cathode et le métal de base celui d'anode (phénomène inverse de celui qui
se produit dans le cas de l'acier galvanisé).

Cette pile est alors le siège d'un intense courant de corrosion, qui conduit, à partir d'une simple
piqûre, à une destruction très rapide du métal de base. La présence dans le sol de certaines
espèces chimiques, notamment les chlorures, accroît la probabilité d'apparition de ces désordres.
Le phénomène de corrosion de ces matériaux est donc difficilement prévisible, et de plus leur
évolution est impossible à maîtriser.

Ces matériaux ne pourraient donc être utilisés qu'à condition d'être parfaitement isolés de
l'électrolyte. En fait, le manque d'expérience d'utilisation de ce type de matériaux dans le clouage
conduit, en l'état actuel des connaissances, à rejeter leur utilisation.

238/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

5. PROTECTION DES RENFORCEMENTS EN « MATÉRIAUX SYNTHÉTIQUES »

Plusieurs types de matériaux synthétiques sont, dans l'état actuel des connaissances,
envisageables pour les renforcements par clouage. Ils sont formés à base de :

- fibres de verre,

- fibres de carbone,

- matières plastiques,

- KEVLAR.

D'une façon générale, le manque d'expérience d'utilisation de ces matériaux conduit à


recommander la plus grande prudence. On les réserve, dans l'état actuel des connaissances, à des
ouvrages de caractère expérimental, et uniquement pour des ouvrages courants.

On peut, par contre, envisager de procéder à la protection des clous par des matières plastiques,
dans certaines conditions: ainsi le projet de norme anglaise BSI DD 81-1982 admet l'utilisation
de matières plastiques (polypropylène, polyéthylène) pour la protection d'ancrages définitifs, à
condition que cette protection soit réalisée en usine, ou encore l'utilisation de plastiques sensibles
aux UV, à condition qu'ils soient chargés au noir de carbone.

6. DURABILITÉ DU PAREMENT

Dans le cas des ouvrages permanents, le parement fait partie intégrante du procédé de clouage, sa
durabilité doit être prise en compte au même titre que celle du clou proprement dit.

6.1 Parement en béton

• Béton projeté: on se réîerera au texte des recommandations sur la mise en œuvre du béton
projeté dans les travaux souterrains, édités dans la revue de l'AFTES (juillet 1982), ainsi qu'aux
règles techniques du BAEL 83.

Notamment :

- Les ciments employés doivent répondre aux normes AFNOR NFP 15-300 à 305 - 311 -
350 et on tiendra compte du fait que les ciments Portland purs (CPA) ne conviennent pas
pour les sols agressifs.

239/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

- Les adjuvants éventuels (notamment accélérateurs de prise) devront être compatibles


avec le ciment utilisé, exempts de chlorures et ne pas corroder les armatures.

- La position des armatures (le plus souvent treillis soudé) dans l'épaisseur du béton
projeté ainsi que leur enrobage devront correspondre aux recommandations et règles
données précédemment. On retiendra un enrobage minimum de 3 cm dans le cas présent.

• Béton coulé en place: on se réfèrera aux règles usuelles du béton armé concernant le béton
proprement dit ainsi que les armatures. Notamment, les ciments devront correspondre aux mêmes
critères que dans le cas du béton projeté. On retiendra un enrobage minimum de 2 cm.

On attire toutefois l'attention sur le problème des joints de reprise de bétonnage, qui sont toujours
très difficiles à réaliser (Cf. Chap. 5), et qui conduisent fréquemment à des fissurations, qui
peuvent favoriser la corrosion des armatures du béton. Ce problème ne peut être traité que par un
soin particulier apporté à la réalisation de ces reprises (injection de collage, etc.).

• Plaques préfabriquées en béton: les mêmes règles que précèdemment s'appliquent avec en plus:

- respect d'une épaisseur minimum (5 cm) ;

- durcissement suffisant avant mise en œuvre afin d'éviter les risques de cassure et/ou de
fissuration;

- prise en compte des problèmes de dilatation thermique.

6.2 Parement en panneaux d’acier

Le parement peut être constitué de panneaux en acier ordinaire; il faut simplement prendre en
compte la perte prévisible d'épaisseur due à la corrosion, en fonction de la durée de vie admise de
l'ouvrage ainsi que les problèmes de dilatation thermique (mise en place de joints).

6.3 Parement en autres matériaux

En ce qui concerne la durabilité, les matières plastiques utilisées en panneaux de parement posent
des problèmes de tenue vis-à-vis des sols et des matériaux à base de ciment avec lesquels elles
sont en contact. Pour certaines matières plastiques, dans tous les cas, y compris lorsqu'elles sont
utilisées en bardages, viennent s'ajouter des problèmes de vieillissement créés par les conditions
atmosphériques.

240/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Un bardage étant soumis à des conditions d'agressivité généralement moins défavorables que les
clous, notamment au niveau des contraintes mécaniques, on pourra utiliser, pour les bardages, des
matériaux de moins bonnes caractéristiques (matières plastiques, bois, pierre, etc.) à condition
d'en justifier la durabilité et la résistance pendant une période suffisante vis-à-vis de la durée de
service de l'ouvrage.

7. PROTECTION DES TÊTES DE CLOUS ET DES ZONES D’INTERFACE AVEC LE


PAREMENT

7.1 Généralités

L'extrémité ou tête du clou est en généralliaisonnée au parement par l'intermédiaire d'une pièce
d'appui. Cette zone de tête, en particulier celle située au droit de l'interface parement-terrain, est
la zone la plus exposée à la corrosion.

• En effet, en-dehors des contraintes plus ou moins constantes qui ont été appliquées ou qui se
sont développées au cours des travaux, de nombreux efforts d'intensité variable peuvent exister,
en particulier:

- les efforts dus aux dilatations engendrées par des variations de température qui se
produisent suivant des cycles de fréquence variable de quelques heures à quelques mois,

- les efforts dus aux variations d'hygrométrie du terrain qui provoque la respiration du sol
avec l'aide de variations thermiques,

- les efforts sur le parement provoqués par des mises en pression partielle ou momentanée
en cas de fortes pluies,

- les efforts dus à la dilatation de l'eau du terrain en cas de gel.

• Ces efforts peuvent provoquer la fissuration de l'enrobage du clou si cet enrobage n'est pas
renforcé, fissuration qui peut aller jusqu'au décollement du produit de scellement.

Dans ce phénomène, l'acier est soumis directement aux attaques de la corrosion dues aux
circulations alternatives d'air et d'eau, cette dernière pouvant être chargée de divers sels de
déneigement, d'engrais, de dissolution de fumée ou de rejets industriels, etc.

• Cependant, au-delà d'une certaine distance à partir du parement, les efforts décrits ci-dessus sont

241/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

amortis et la protection courante, constituée par le coulis de scellement normalement fissuré et la


surépaisseur d'acier, permet un fonctionnement pérenne du procédé.

Cette distance est variable suivant les types de terrain; on peut l'estimer entre 0,30 m et 0,50 m
au-delà de l'interface parement-terrain.

• De l'autre côté de cette interface, côté parement, la tête du clou est généralement noyée dans un
béton projeté ou banché. Elle est alors à l'abri de la corrosion pour autant que l'épaisseur de
recouvrement soit conforme aux normes.

Dans le cas où la tête n'est pas noyée (cas d'un parement préfabriqué) elle doit alors recevoir une
protection du type capot rempli d'un produit anticorrosif à base de coulis (C/E = 2,4 à 2,6) ou de
mortier dosé à 500 kg de ciment/m3 ou d'un produit défini pour la protection P2 dans le TA 86
(Fig. 1).

7.2 Types de protection

• Il s'agit de renforcer mécaniquement la zone de la tête du clou et d'empêcher que la fissuration


du béton et du coulis, qui se développe du fait des efforts variables précédemment décrits, ne soit
en communication avec l'extérieur.

L'utilisation d'une trompette constituée par un tube métallique ou plastique, placée autour de
l'armature du clou, permet de réaliser cette protection.

La mise en place de cette trompette et de la pièce d'appui nécessite des précautions de mise en
œuvre qui sont décrites sur la figure 1.

• Il en découle, pour les têtes noyées dans le béton, les obligations suivantes:

- la tête doit être dimensionnée et disposée dans le parement de manière à transmettre au


béton les efforts sans rompre celui-ci, tant du côté du terrain que du côté extérieur;

- la trompette de 0,30 m de longueur minimum doit être solidaire de la tête;

- la disposition de l'ensemble «tête, trompette et ferraillage du parement » doit être telle


que le bétonnage par béton projeté ou banché puisse se réaliser correctement;

- il faut prévoir des tubes de remplissage et d'évent pour la mise en place des produits de
protection entre trompette et clou, de même qu'entre trompette et terrain. On sera

242/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

particulièrement attentif à la zone située juste audelà de la trompette, zone qui doit être
parfaitement enrobée;

- en cas d'existence d'élément drainant proche des têtes, le scellement du tube trompette au
terrain sera réalisé avec un produit non pénétrant ou avec un système isolant, type
séparateur injectable.

Les schémas des figures 2a, 2b et 2c donnent des exemples de protection de têtes de clou (têtes de
clous noyées ou non, parement en béton projeté ou coffré, plaques préfabriquées, etc.).

• Pour les têtes non noyées, on appliquera des Recommandations TA 86 de la protection P2, avec
possibilité de remplissage au coulis de ciment.

243/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

POINTS DELICATS DE LA LIAISON ‘TETE - CLOU – PAREMENT’


(A) Surface de rupture du béton qui doit être calculée suivant le BAEL 83
(B) Zone de liaison tête-trompette qui doit être parfaitement enrobée. La solidarisation de la
trompette à la tête est une bonne méthode.
(C) Cette zone devient une zone dangereuse si elle est mal enrobée; il est nécessaire de s'assurer
de l'enrobage par remplissage de coulis.
(D) Cette zone doit être remplie, car elle témoigne du remplissage correct de C.

① Plaque d'appui disposée pour que h et e permettent la transmission des efforts et


empechent la formation d'épaufrure.
② Clou: généralement barre nervurée ou acier haute adhérence.
③ Béton de structure du parement en béton: projeté ou banché.
④ Trompette en acier ou plastique.
⑤ Coulis ou mortier de remplissage de la trompette
⑥ Coulis ou mortier de remplissage du forage.
⑦ Acier de structure.

244/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

245/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

8. SUIVI DU VIEILLISSEMENT

Les recommandations présentées dans ce chapitre, qui s'appliquent à des ouvrages dont la durée
de service est de plusieurs dizaines d'années et qui traitent de phénomènes dont l'évolution n'est
pas toujours bien connue, ne peuvent se concevoir que si elles sont associées à un suivi précis de
l'évolution dans le temps des phénomènes de vieillissement.

Ce suivi, qui passe par un contrôle périodique de l'état des armatures vis-àvis des phénomènes de
corrosion, doit être réalisé au moyen de témoins de durabilité. Des éléments d'armature, mis en
place lors de la construction de l'ouvrage, sont extraits à intervalles réguliers, afin de s'assurer que
la corrosion suit une évolution qui ne remet pas en cause les hypothèses prises en compte pour le
dimensionnement des ouvrages.

Les modalités pratiques (procédures de mise en place, nombre, calendrier, essais à réaliser)
concernant ces témoins de durabilité sont décrites au paragraphe 4.2.3.4. du chapitre 7, auquel on
se reportera.

BIBLIOGRAPHIE

AFNOR (1990), Corrosion pour les sols. Évaluation de la corrosité : Canalisations enterrées en
matériaux ferreux non et peu alliés. Norme A05250.

Évaluation de la corrosité: Ouvrages en acier enterrés (palplanches et pieux). Norme


A05251.

Acier galvanisé ou non mis au contact de matériaux naturels de remblais (sols). Norme
A05252.

BUREAU SECURITAS (1986), Recommandations concernant la conception, le calcul,


l'exécution et le contrôle des tirants d'ancrage (TA 86), Ed. Eyrolles, 1986.

DARBIN M., JAILLOUX J.M., MONTUELLE J. (1979), Expériences et recherches concernant


la durabilité des armatures de Terre Armée - Bulletin de liaison des Laboratoires des
Ponts et Chaussées n° 99, janvier/février 1979.

LCPC - SETRA (1979), Ouvrages en Terre Armée - Recommandations et Règles de l'art,


septembre 1979.

NEVEUX M. (1968), La corrosion des conduites d'eau et de gaz, Eyrolles.

246/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

RAHARINAIVO A. (1985), La durabilité des matériaux pour le renforcement des sols. Congrès
européen de corrosion, Nice, novembre 1985.

ROMANOFF N. (1957), Underground corrosion. National Bureau of Standard, 579 USN/1957.

247/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

ANNEXE MODES OPÉRATOIRES DES ESSAIS SPÉCIFIQUES

1. DETERMINATION DE LA VALEUR DU pH D’UN ÉCHANTILLON DE SOL

On mélange avec de l'eau distillée l'échantillon de sol dans la proportion d'une partie de sol pour
deux parties d'eau (en masse).

Les sols dont la teneur en eau est élevée (> 40%), sols boueux, vase par exemple, sont analysés à
l'état de réception.

Dans tous les cas, le sol doit avoir une consistance nettement fluide. On utilise pour la
détermination du pH des appareils usuels, on se réfèrera aux normes suivantes pour les
procédures d'étalonnage et de mesures:

- NF T 01 - 012 pH métrie - Solutions étalon pour l'étalonnage d'un pH mètre.

- NF T 01 - 013 pH métrie - Mesure électrochimique au moyen d'une électrode de verre.


Vocabulaire et méthode de mesure

2. DETERMINATION DU DEGRE D’HUMIDITE D’UN ECHANTILLON DE SOL

• Au laboratoire

On pèse environ 5 g de l'échantillon de sol dans un creuset en porcelaine ou dans une coupelle à
incinération. On chauffe dans une étuve pendant deux heures à 105°C. On laisse refroidir dans un
dessicateur, on pèse et on chauffe une nouvelle fois à 105°C pendant une heure.

On poursuit le séchage jusqu'à obtenir un poids constant. Le degré d'humidité est calculé comme
suit:

Degré d'humidité =(P0-P)/P0x100

P0= poids de l'échantillon avant séchage (g)

P = poids constant après séchage (g)

• Sur site

On pèse environ 100 g de l'échantillon de sol que l'on aura «émietté» dans un récipient
métallique.

248/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

On arrose l'échantillon avec de l'alcool à brûler (environ 20 cm3). On brûle ce mélange. On pèse à
nouveau l'échantillon après combustion de l'alcool.

Le degré approximatif d'humidité de l'échantillon est calculé comme pour l'essai en laboratoire.

Degré d'humidité =(P0-P)/P0x100

P0= poids de l'échantillon avant séchage

P = poids de l'échantillon après séchage.

3. DÉTERMINATION SUR SITE DE LA RÉSISTIVITÉ D'UN SOL

• Méthode de Wenner dite «des quatre terres» (Cf. fige 1)

C'est une mesure qui s'effectue à partir de la surface. On dispose de façon équidistante sur une
ligne droite quatre piquets métalliques (longueur 50 cm, diamètre 1 cm). On raccorde ces piquets
par des conducteurs à un pont de résistance quadripolaire en courant alternatif.

La profondeur du sol englobée par la mesure correspond approximativement à l'écartement a


entre piquets. La résistance spécifique apparente du sol peut être calculée d'après la formule:

p=2 π a R

où R est la résistance électrique mesurée entre les deux piquets centraux.

• Méthode de la canne-sonde (Cf. fig. 2)

Elle consiste a enfoncer dans le sol une sonde portant deux ou quatre électrodes reliées à un pont
de résistances en courant alternatif (Kohlrausch ...). Elle n'intéresse qu'un volume réduit de terre à
la profondeur envisagée.

Pour plus de précisions, voir Neveux, 1968.

249/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

4. DÉTERMINATION SUR SITE DE LA RÉSISTIVITÉ D’UN ÉCHANTILLON DE SOL

L'échantillon de terre prélevé est débarrasé des graviers et cailloux qu'il peut contenir. On
effectue la mesure de la résistivité dans une cellule spécifique (à deux ou quatre électrodes).

Le sol naturellement humide est fortement comprimé dans la cellule de manière à retrouver une
compression voisine de celle qu'il avait dans le sol.

On cernera le minimum de résistivité que peut atteindre le terrain analysé en effectuant la mesure
de la résistivité de l'échantillon avec addition d'eau déminéralisée: des ajouts d'eau de 10, 20 et
30% en volume seront mélangés à l'échantillon de sol; on veillera à obtenir une bonne
homogénéité et la mise en solution des sels solubles du terrain avant d'effectuer la mesure de la
résistivité.

La valeur minimale de la résistivité trouvée après addition d'eau sera prise en compte pour la
cotation du tableau de la corrosivité absolue.

Cette valeur de résistivité aura été corrigée de l'effet de température selon la relation ci-dessous:

ρ(t0) = ρ(t) / [1 + x (t0 - t)]

où t = température du sol au moment de la mesure en degré Celsius.

t0 = 18°C

x = 0,03 pour t < 18°C

x = 0,02 pour t > 18°C.

250/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

CHAPITRE 7 SPÉCIFICATIONS ET CONTRÔLES

1. SPÉCIFICATIONS ET CONTRÔLES DES MATÉRIAUX

REMARQUE PRELIMINAIRE

Le clouage passif est fréquemment associé à l'emploi de tirants d'ancrage précontraints,


notamment en site urbanisé, pour limiter l'amplitude des déplacements des ouvrages.

Il est extrêmement important de souligner que la distinction entre clous passifs et tirants
d'ancrage précontraints ne saurait en aucun cas se limiter au seul fait que ces derniers soient
préalablement mis en tension, d'autant plus qu'il n'est pas rare que, pour des raisons diverses, les
clous dits passifs puissent être bloqués contre le parement après une mise en tension (ou en
traction) partielle.

La distinction entre clous passifs et tirants d'ancrage précontraints s'étend bien au-delà de cet
aspect particulier de leur mise en œuvre et porte plus encore sur leur technologie, la nature et les
qualités des aciers employés, les dispositions relatives à la protection et la durabilité de ces aciers,
celles relati ves aux contrôles durant les travaux et à la surveillance des ouvrages en service, et
même les justifications de ces derniers.

Pour les tirants d'ancrage précontraints, l'ensemble de ces dispositions est traité dans les
Recommandations TA 86 établies par le Bureau SECURITAS, auxquelles il conviendra donc de
se reporter. Seules celles relatives aux inclusions passives sont présentées ci-après.

1.1 Matériaux constitutifs des armatures des clous

1.1.1. Armatures métalliques

On limite l'utilisation des armatures métalliques aux aciers suivants:

- armatures à haute adhérence en acier pour béton armé qui figurent sur la liste des
armatures agréées ou autorisées (liste établie par le Commission d'agrément et de
contrôle des armatures pour béton armé) et dont la limite d'élasticité spécifiée est
inférieure ou égale à 500 MPa ;

- aciers non alliés ne relevant pas d'une procédure d'agrément (profilés ou laminés

251/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

marchands, barres, barres refoulées ...), qui sont conformes aux normes françaises les
définissant (normes «Nuances et Qualités», normes «Dimensions et Tolérances») et dont
la limite d'élasticité spécifiée est inférieure ou égale à 400 MPa ;

- aciers non alliés mi-durs type pétrolier.

L'emploi d'armatures de précontrainte (limite d'élasticité spécifiée supérieure à 500 MPa) pour les
inclusions passives est toutefois déconseillé en raison essentiellement de leur faible résistance à
des efforts parasites de flexion.

Il est rappelé, par ailleurs qu'en raison de leur forte sensibilité à la corrosion fissurante sous
tension, l'utilisation des armatures de précontrainte impose, sans aucune exception, l'application
des dispositions prévues pour la protection des tirants d'ancrage précontraints, conformément aux
Recommandations TA 86. Les têtes d'ancrage doivent correspondre à des dispositifs agréés pour
les armatures de précontrainte et les pièces d'ancrage (écrous, manchons, plaques d'appui, etc.)
doivent être en acier non allié pour éviter la formation de couple galvanique.

En tout état de cause, les armatures de précontrainte doivent figurer sur la liste d'agrément établie
par la Commission interministérielle de la Précontrainte.

REMARQUE: Pour les différentes raisons indiquées dans le chapitre 6 les aciers passivables et
alliés ne doivent pas être utilisés pour le clouage.

1.1.2. Armatures non-métalliques

En règle générale les armatures des inclusions sont métalliques. Toutefois, dans certains cas
particuliers et pour répondre à des exigences très particulières d'autres matériaux ont été parfois
utilisés. Cela a été le cas par exemple des fibres de verre dont l'emploi a été réalisé à titre
provisoire pour faciliter la destruction ultérieure des inclusions.

Les matériaux autres que l'acier n'ont cependant été utilisés que dans des ouvrages cloués
provisoires et à titre expérimental, en raison notamment des connaissances encore insuffisantes
que nous avons actuellement sur le comportement de ces matériaux et, tout particulièrement, sur
leur comportement et leur durabilité à long terme.

Pour les raisons précédentes, et dans l'attente d'une meilleure connaissance de ces matériaux,
seules les inclusions métalliques en acier font l'objet de spécifications.

252/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

1.2 Procédés et produits de protection des armatures des clous contre la corrosion

1.2.1. Protection des aciers ordinaires

Il convient de se reporter aux recommandations exposées dans le chapitre 6.

1.2.2. Protection des aciers pour précontrainte

La nature de la protection et ses conditions de mise en œuvre doivent être conformes aux
Recommandations TA 86 établies par le Bureau SECURITAS (janvier 1986).

1.3 Coulis de scellement des clous

Ne sont examinés dans ce paragraphe que les coulis à base de ciment qui sont utilisés dans la
grande majorité des cas.

1.3.1. Spécifications relatives aux constituants

1.3.1.1. Ciments

Les ciments doivent être conformes aux spécifications de la norme NFP 15-301 et figurer sur les
listes NF- VP publiées par l'AFNOR.

Le type de ciment doit être choisi en fonction des conditions d'agressivité du milieu (terrain-eau),
de la nature de l'ouvrage (permanent ou provisoire) et de la durée des phases d'excavation.

Dans les milieux considérés comme agressifs (Cf. Chap. 6) on doit se référer pour le choix du
ciment aux listes d'aptitude établies par la COPLA.

D'autres critères peuvent intervenir dans le choix du ciment, telles que la résistance à court terme
ou la régularité de prise dans les premiers jours.

Dans le cas d'utilisation éventuelle d'acier de précontrainte, on doit respecter les spécifications
indiquées dans le TA 86 concernant les teneurs en chlore et en soufre:

- chlore total : ≤0,05 % du poids du ciment,

- soufre des sulfures :≤ 0,15 % du poids du ciment.

1.3.1.2. Eau

L'eau entrant dans la composition du coulis doit être conforme à la norme NFP 18-303.

253/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

1.3.1.3. Adjuvants et ajouts spécifiques

Les adjuvants utilisés doivent répondre aux spécifications des normes NFP 18-103, NFP 18-331 à
338 et bénéficier d'un droit d'usage de la marque NF ou être choisis parmi ceux figurant sur la
liste des adjuvants établie par la COPLA.

Dans le cas des parois clouées temporaires ou permanentes, les adjuvants ne doivent contenir
aucun élément agressif vis-à-vis des aciers.

Une étude de compatibilité doit être faite si plusieurs adjuvants sont utilisés.

1.3.2. Spécifications relatives à la composition et au dosage

Les coulis sont des mélanges de ciment et d'eau, éventuellement stabilisés par une faible quantité
de bentonite.

Le rapport pondéral C/E est généralement compris entre 1,5 et 2,2. Le dosage en bentonite
n'excède pas 10 à 15 kg/m3.

Des coulis particuliers peuvent être utilisés dans des terrains fissurés, karstiques ou très ouverts,
dans le but de limiter les surconsommations. Il peut s'agir :

- de coulis avec charge (fillers, sables fins ou cendres volantes),

- de coulis rigidifiés et à prise accélérée par l'emploi d'adjuvants (le silicate de soude est le
produit le plus couramment utilisé),

- éventuellement de coulis spéciaux ...

1.3.3. Contrôle de la qualité du coulis

1.3.3.1. Contrôle de conformité des constituants

Il convient de vérifier que les constituants sont conformes aux spécifications du paragraphe 1.3.1.
et aux spécifications des documents du marché.

1.3.3.2. Essais de convenance et contrôle d'exécution

Les essais courants qui peuvent être réalisés de façon simple, soit avant démarrage du chantier
(essais de convenance et essais réalisés à l'occasion d'essais préalables de traction), soit en cours
d'exécution, ont pour objet de contrôler: la composition, la régularité de fabrication, la conformité

254/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

aux essais de convenance, la résistance mécanique du coulis. Il s'agit des essais suivants:

- mesures de densité,

- mesures de viscosité,

- mesures de résistance en compression simple.

Ces essais sont suffisants dans la plupart des cas. D'autres essais peuvent être exécutés dans des
cas particuliers (mesure de temps de prise, mesure de température, mesure de décantation en
éprouvette, mesure d'essorage au filtre presse), mais ne sont pas à prévoir de manière
systématique.

• Mesures de densité

Elles sont réalisées indifféremment :

- à la balance BAROID sur coulis liquide,

- par pesée hydrostatique sur coulis durci.

Ces mesures constituent un contrôle de la composition du coulis. En effet, en considérant les


poids volumiques des matériaux:

- ciment γc = 29,5 kN/m3 (CLK) à 31 kN/m3 (CPA)

- bentonite γb = 25,5 à 26,5 kN/m3

- eau γw = 10 kN/m3

et les dosages pondéraux respectifs de ciment (C), de bentonite (B) et d'eau (E), la densité du
coulis s'exprime en fonction des rapports pondéraux C/E et B/C par la formule:

C B
1+ E 1+ C
d=
γ
1+ C γ + γ B
w w

E cγ C b

• Mesures de viscosité

La mesure de viscosité s'effectue classiquement au moyen du cône d'écoulement Marsh à ajutage


de 5 mm de diamètre.

255/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

La viscosité v s'exprime en secondes et correspond au temps d'écoulement de 946 cm3 de coulis


(norme API 13 B).

La viscosité initiale des coulis est généralement réglée, quelle que soit leur composition, de
manière à assurer leur stabilité (absence ou faible taux de ressuée). L'expérience montre que ce
résultat est obtenu pour des valeurs de l'ordre de 50 secondes. Dans cette gamme de valeurs,
l'essai au cône Marsh, simple de réalisation, convient parfaitement.

Par contre, pour des viscosités plus élevées, les valeurs deviennent rapidement non significatives
(v > 80 secondes). Dans ce cas, on utilise le cône Marsh modifié - encore appelé cône LCPC à
ajutage variable.

• Mesures de résistance en compression simple

Il n'existe pas actuellement de mode opératoire pour ce type d'essai et les dimensions des
éprouvettes ne sont pas normalisées.

Le prélèvement du coulis dans des moules cylindriques de faible section (environ 12 cm 2),
hermétiquement fermés, est la méthode recommandée. Les éprouvettes doivent avoir un
élancement de 2.

Toutefois, d'autres modes de prélèvement sont acceptables, notamment sous forme de cubes. Il
est alors nécessaire de préciser la forme des éprouvettes.

Les résistances en compression simple sont mesurées pour des âges de coulis de 7 jours et 28
jours, et dans la mesure du possible à 24 ou 48 heures.

La nécessité de connaître la résistance à court terme du coulis provient du fait que les clous sont
sollicités dès la réalisation de la tranche d'excavation suivant celle de leur mise en oeuvre
(souvent dans un délai n'excédant pas 24 heures).

Dans la mesure où des essais d'écrasement à très court terme ne sont pas toujours réalisables sur
chantier, on peut se référer pour le choix des coulis aux diagrammes joints ci-après (Fig. 1),
donnant l'évolution des résistances du coulis dans le temps en fonction:

- de la classe et de la nature du ciment,

- du rapport C/E.

256/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

L'examen de ces diagrammes permet de faire les constatations suivantes: .

- la dispersion des résultats d'essais est relativement élevée pour les coulis à base de
ciment CPA classe 55, dosé à C/E = 1,5. Ce ciment à hautes performances n'est pas
spécialement recommandé en milieu dilué et son évolution de résistance est sensible aux
conditions de température;

- la dispersion observée avec les ciments CLK s'explique essentiellement par les
différences de composition des laitiers de diverses provenances.

Dans le cas où les clous sont sollicités dans un délai de 24 heures, une résistance minimale
indicative de 5 MPa à 24 heures peut être demandée pour les coulis. Une résistance supérieure
peut être obtenue avec des coulis spéciaux.

L'attention est attirée sur le fait que la résistance à la compression simple peut présenter des
dispersions très élevées pour des délais aussi courts.

Si besoin est, des essais complémentaires de traction à des jeunes âges pourront être effectués
pour vérifier l'adhérence coulis-armature.

1.3.3.3 Fréquence des essais

Les mesures de densité et de viscosité doivent être réalisées lors des essais de convenance et en
cours d'exécution une fois par poste de travail.

Les mesures de résistance en compression simple sont à prévoir lors des essais de convenance.

257/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Par contre, en contrôle d'exécution, ce type d'essai n'est pas à prévoir de manière systématique,
compte tenu du fait que les délais d'obtention des résultats d'essais sont souvent incompatibles
avec les délais de travaux.

1.4 Armatures du parement en béton

Les armatures du parement peuvent être constituées de barres à haute adhérence ou de treillis
soudés.

Les aciers utilisés doivent répondre aux spécifications des normes NF A 35-015 à NF A 35-022.

De plus, les barres à haute adhérence et les treillis soudés doivent être agréés par la Commission
interministérielle d'homologation et de contrôle des armatures pour béton armé.

Les fiches d'agrément doivent être fournies préalablement au commencement des travaux.

1.5 Béton du parement (béton projeté ou coulé en place)

1.5.1. Béton projeté

Il existe actuellement deux méthodes de mise en œuvre du béton projeté.

• Projection par voie sèche

Le mélange des granulats et du ciment est transporté dans un flux d'air comprimé. L'addition de
l'eau de gâchage s'effectue au niveau de la lance.

• Projection par voie mouillée

Le béton frais, préalablement malaxé avec l'eau de gâchage, est transporté jusqu'à la lance de
projection. Le transport peut se faire soit de façon pneumatique (flux dilué), soit à l'aide d'une
pompe à béton (flux dense).

1.5.1.1. Spécifications relatives aux constituants

• Granulats

Les granulats employés pour la projection par voie sèche ou par voie mouillée doivent être
conformes aux normes en vigueur: NFP 189-301 ou NFP 18-302.

Les courbes granulométriques doivent être continues de manière à obtenir un bon rendement de

258/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

projection. On peut à titre indicatif se reporter aux fuseaux granulométriques qui sont indiqués
dans les Recommandations AFTES ou AFB et sont joints ci-après (Fig. 2).

La tolérance admissible par rapport à la courbe granulométrique optimale retenue par le maître
d'œuvre à la suite d'essais préalables ou de convenance doit être inférieure à 10 %. Il est conseillé

259/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

d'utiliser un sable avec un faible pourcentage de grains plats et un gravillon dont le coefficient
d'aplatissement est inférieur à 0,30. On emploie de préférence des granulats roulés à des granulats
concassés.

Pour la projection par voie sèche, la teneur en eau des granulats doit être homogène et rester
faible (2 à 4 %). Il est recommandé d'entreposer les granulats sous un abri.

• Ciments

Les ciments doivent être conformes aux spécifications de la norme NFP 15-301 et figurer sur les
listes NF- VP publiées par l'AFNOR.

Dans le cas des ciments exposés aux eaux de mer et aux eaux à haute teneur en sulfate, il
convient de se référer aux listes d'aptitude des ciments établies par la COPLA et publiées
annuellement par le ministère compétent.

En présence d'eau acide ou d'eau très pure le choix du ciment doit être justifié. Les ciments CLK
et CHF peuvent être utilisés.

• Eau

L'eau doit être conforme à la norme NFP 18-303.

• Adjuvants et ajouts spécifiques

On peut faciliter la mise en œuvre du béton projeté ou améliorer sa qualité en place en utilisant
les produits suivants :

- des adjuvants traditionnels pour béton: par exemple accélérateurs de prise, fluidifiants,
etc. qui doivent répondre aux spécifications des normes NFP 18-103 et NFP 18-331 à
338 et bénéficier d'un droit d'usage de la marque NF ou être choisis parmi ceux figurant
sur la liste des adjuvants établie par la COPLA ;

- des raidisseurs qui doivent être conformes à la norme NFP 18-103 qui les définit comme
des «adjuvants dont la fonction principale est de permettre l'adhérence et le maintien en
place immédiats, sans fluage, du béton dès sa projection sur le support quelle que soit
l'inclinaison de celui-ci ».

Il est recommandé de procéder à des essais préalables ou de convenance sur le chantier pour fixer
le dosage d'adjuvant compte tenu du ciment utilisé et des conditions de mise en œuvre.

260/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

En cas d'emploi de plusieurs adjuvants une étude de compatibilité doit être faite avant l'épreuve
de convenance.

L'emploi de chlorure de calcium et d'adjuvants chlorés n'est autorisé que dans les limites prévues
par le DTU n° 21-4 «Prescriptions techniques concernant l'utilisation du chlorure de calcium et
des adjuvants contenant des chlorures dans la confection des coulis, mortiers et bétons».

NOTA: On utilise le terme adjuvant dans le cas où ces produits représentent moins de 5 % du
poids du ciment et le terme d'ajout pour un pourcentage supérieur à 5 %.

1.5.1.2. Spécifications relatives à la composition et au dosage du béton frais

• Composition et fuseaux granulométriques

La composition du béton projeté doit être définie en tenant compte du fait que le béton en place a
une teneur en ciment supérieure à sa teneur initiale, ceci en raison des rebonds qui modifient le
pourcentage de gros éléments (en particulier pour la projection par voie sèche).

Le béton projeté doit avoir une proportion d'éléments fins (≤0,08 mm) supérieure ou égale à 17 %
en poids du mélange (granulats, ciment et fines éventuelles). On peut se référer, à titre indicatif,
aux fuseaux granulométriques indiqués dans les Recommandations AFTES ou AFB pour la voie
sèche et mouillée, et joints ci-après (Fig. 3).

261/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

• Dosage en ciment

Pour la projection par voie sèche, le dosage en ciment doit être au moins égal à 300 kg par mètre
cube de sable et gravier.

Pour la projection par voie mouillée le dosage en ciment est supérieur et doit atteindre au
minimum 400 kg par mètre cube de béton.

• Rapport E/C

Pour la projection par voie sèche, il est recommandé d'avoir un rapport E/C compris entre 0,4 et
0,5 de façon à réduire le rebond et à améliorer la résistance.

Dans le cas de la projection par voie mouillée, le rapport E/C dépend principalement des
conditions de maniabilité imposées par le procédé employé. Toutefois, ce rapport ne doit pas être

262/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

trop élevé car il peut en résulter des phénomènes de retrait. Un fluidifiant peut être utilisé pour
réduire le rapport E/C.

1.5.1.3. Contrôle de la qualité du béton projeté

• Contrôle de conformité des constituants du béton projeté

Il convient de vérifier que les constituants sont conformes aux spécifications du paragraphe
1.5.1.1. et aux spécifications des documents particuliers du marché.

Les principaux éléments à fournir sont les suivants:

- courbe granulométrique des granulats,

- fiche technique du ciment,

- analyse de l'eau,

- fiche technique des adjuvants et des ajouts.

• Essais de convenance et contrôles d'exécution du béton projeté

Les contrôles courants qui peuvent être réalisés soit avant démarrage du chantier (essais de
convenance) soit en cours d'exécution, comprennent:

- des prélèvements de béton frais pour analyses en laboratoire,

- des prélèvements de béton durci pour essais mécaniques en laboratoire.

• Prélèvements de béton frais

Les prélèvements doivent être effectués dans le parement en béton immédiatement après la
projection.

On contrôle, sur ces prélèvements, la granulométrie et la composition réelles du béton en place.

• Prélèvements de béton durci

Les prélèvements peuvent se faire:

a) En place dans le parement en béton.

Les prélèvements sont réalisés par carottage, après durcissement suffisant du béton.

Cette méthode présente toutefois un inconvénient: les carottes obtenues peuvent contenir des

263/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

fragments d'armatures susceptibles de fausser les résultats des essais mécaniques.

b) Dans des caisses fabriquées spécialement à cet effet.

Cette méthode est la plus couramment utilisée.

Pour la méthodologie du prélèvement, on peut se référer aux Recommandations AFTES ou AFB


qui sont rappelées ci-après.

La projection du béton se fait dans des caisses plates selon un mode opératoire rigoureusement
identique à celui des travaux: machine, constituants, méthodes, adjuvants, ajouts, etc.

On utilise des caisses à fond en bois, de surface supérieure ou égale à 0,25 m2, et de largeur
supérieure ou égale à 0,40 m.

Le petit côté de la caisse est placé verticalement ou avec une inclinaison inférieure à 20° par
rapport à la verticale. L'épaisseur du béton est de l'ordre de 15 cm, de manière à pouvoir obtenir
par carottage et sciage des éprouvettes de 12 cm de hauteur et de 6 cm de diamètre (élancement
égal à 2). Ces éprouvettes sont prélevées dans la partie centrale de la caisse à l'intérieur d'un
cercle de 30 cm de diamètre environ (Fig. 4).

Le conditionnement et la conservation des caisses de prélèvement et des échantillons doivent être


conformes aux normes en vigueur pour le béton.

• Essais en laboratoire sur éprouvettes de béton durci

On procède le plus souvent aux essais suivants:

- densité apparente,

264/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

- résistance à la compression simple.

Dans certains cas particuliers, des essais de traction ou de fendage peuvent également être
effectués.

• Fréquence des prélèvements et essais

a) Essais de convenance

Des essais de convenance doivent être faits systématiquement pour les ouvrages temporaires et
permanents. Ils comprennent au minimum:

- 3 mesures de la résistance à la compression à 7 jours,

- 3 mesures de la résistance à la compression à 28 jours.

Les essais de convenance sont également recommandés pour les ouvrages provisoires.

b) Essais en cours de travaux

La fréquence des prélèvements ainsi que la nature et le nombre des essais doivent être définis par
les documents du marché.

A titre indicatif, pour des volumes de travaux importants, il est recommandé d'effectuer au
minimum tous les 80 m3 :

- 3 mesures de la résistance à la compression à 7 jours,

- 3 mesures de la résistance à la compression à 28 jours.

1.5.2. Béton coulé en place

Le parement de la paroi clouée peut être réalisé en béton coulé en place à l'aide de banches.

1.5.2.1. Spécifications relatives aux constituants, à la composition et au dosage

Ces spécifications doivent être conformes au DTU 2.3.1 «Parois et murs en béton banché».

Le dosage en ciment est en général au moins égal à 350 kg par mètre cube en béton.

1.5.2.2. Contrôle de la qualité du béton

• Contrôle de la conformité des constituants

265/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Ce contrôle est identique à celui défini pour le béton projeté (Cf. § 1.5.1.3.1).

• Contrôle en cours d'exécution

Le contrôle en cours d'exécution consiste à réaliser des essais de compression simple sur des
éprouvettes prélevées lors du coulage du béton banché.

La fréquence des prélèvements ainsi que la nature et le nombre des essais doivent être définis par
les documents du marché.

A titre indicatif, pour des volumes de travaux importants, il est recommandé d'effectuer au
minimum tous les 80 m3 :

- 3 mesures de la résistance à la compression à 7 jours,

- 3 mesures de la résistance à la compression à 28 jours.

1.6 Dispositifs et matériaux de drainage

1.6.1. Objet du drainage

Le drainage doit éviter toute mise en charge accidentelle du parement, les parois clouées n'étant
généralement pas étudiées pour supporter une pression hydraulique.

Les dispositifs de drainage doivent faire face:

- aux nappes saisonnières ou suspendues éventuelles et aux écoulements souterrains


aléatoires,

- aux infiltrations des eaux météoriques ou aux fuites accidentelles de réseaux.

1.6.2. Dispositifs de drainage utilisés

Les ouvrages de drainage peuvent comporter les éléments suivants:

- des barbacanes, éventuellement associées à des complexes drainants (densité minimale


1/10 m2),

- des drains subhorizontaux constitués de tubes crépinés mis en place par forage. Ces
drains peuvent être protégés par un géotextile filtrant,

- des éléments drainants disposés verticalement à l'arrière du parement béton:

266/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

demi-coquilles, dalles poreuses, saignées, complexes géotextiles, etc.,

- de plus, il est nécessaire de capter les eaux de ruissellement circulant audessus de la


paroi (cunettes, fossés, etc.).

1.6.3. Matériaux de drainage

Les matériaux de drainage doivent être conformes aux normes, aux recommandations en vigueur
et aux fiches techniques préalablement fournies par les fabricants.

• Tubes drainants crépinés

Il s'agit de tubes PVC ou métalliques crépinés en usine. L'ouverture des crépines est comprise
entre 0,5 et 2 mm. La densité et l'ouverture des crépines sont déterminées par l'analyse des débits
et les possibilités de colmatage.

L'attention est attirée sur le risque de corrosion des tubes métalliques.

• Céramiques ou bétons poreux

Les fiches techniques des fabricants doivent préciser la composition granulométrique et le dosage
de ces éléments ainsi que leur perméabilité et leur pouvoir drainant.

• Sables et graviers drainants

Ils sont constitués de matériaux non évolutifs. Leur passant à 80 μm ne doit pas dépasser 3 à 5 %,
et l'équivalent de sable doit être supérieur à 50.

• Géotextiles filtrants

Ils doivent être conformes aux Recommandations du Comité français des géotextiles.

2. CONTRÔLE D’EXÉCUTION DU MUR EN SOL CLOUÉ

2.1 Documents à établir avant le commencement des travaux

2.1.1. Document précisant le dimensionnement du mur en sol cloué

- Vue en plan, coupes et élévations du mur en sol cloué avec report sur celles-ci des
couches présumées de terrains, des bâtiments existants et des réseaux (situés en arrière
du mur en sol cloué sur une distance au moins égale à 1,5 fois la hauteur de la fouille),

267/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

du fond de fouille général et des foujlles plus ou moins localisées pour semelles,
longrines, ascenseurs, etc.

- Epaisseur et ferraillage du parement en béton armé.

- Type de clous, longueur, diamètre, inclinaison, espacements horizontal et vertical.

- Dispositions prévues pour assurer la liaison entre les clous et le parement en béton armé.

2.1.2. Dispositif de drainage

- Description, dimensionnement et positionnement des ouvrages drainants.

- Mesures prévues pour la collecte des eaux.

2.1.3. Plan de phasage détaillé des différentes opérations de terrassement, de clouage et


d'exécution du parement en béton armé

2.2 Contrôles à effectuer en cours de travaux

2.2.1. Contrôle de la conformité des terrains et de l'hydrogéologie avec les documents


géotechniques

- Vérifier au cours des terrassements et du forage des clous que les terrains correspondent
à ceux définis par l'étude géotechnique: nature, épaisseur, pendage des différentes
couches de terrains.

- Établir un relevé des zones fracturées, des poches de terrains perméables ainsi que des
venues d'eau, suintements, etc.

- En cas de divergence entre les constatations effectuées et les hypothèses prises en


compte pour l'établissement du projet, il y a lieu de procéder dans les délais les plus
rapides aux aménagements nécessaires.

2.2.2. Contrôle de la conformité des travaux avec les documents d'exécution

Les déformations présentées par les parois clouées dépendent de façon notable des conditions
d'exécution.

On doit contrôler plus particulièrement les opérations suivantes:

268/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

2.2.2.1. Mise en place des clous

• Clous scellés dans des forages

- Réalisation des forages: la méthode de forage doit être adpatée aux terrains rencontrés.

- Conditions d'injection du coulis ou du mortier de scellement: le coulis de scellement doit


être injecté par le fond du forage.

- En cas de perte de coulis ou du mortier, des mesures doivent être prises.

- Centrage des clous: on doit prévoir des centreurs en nombre suffisant et régulièrement
répartis. Dans le cas contraire (armatures de petits diamètres) il conviendra de justifier la
qualité de l'exécution des clous (Cf. Chap. 5, § 2.3).

- La mise en place de chaque clou doit s'accompagner de l'établissement d'une fiche


individuelle ou collective suivant la densité de clous et les spécifications du maître
d'œuvre, fournissant les renseignements suivants:

 date, responsable de l'équipe,

 zone d'implantation et numéro des clous,

 température,

 matériel de forage, fluide de foration,

 longueur, inclinaison et diamètre du forage,

 consommation de coulis ou de mortier de scellement, pression d'injection,

 longueur et diamètre des armatures des clous,

 incidents constatés au cours du forage, du scellement ou de la mise en place des


armatures: venues d'eau, perte du fluide de foration, perte du coulis de scellement,
difficultés d'enfoncement des armatures, etc.

• Clous battus

- Pénétration des clous dans le terrain: en cas de difficultés d'enfoncement (terrains


résistants, présence de blocs), il peut s'avérer nécessaire de revoir le choix du matériel de
battage, de modifier la section des cornières ou éventuellement de changer de technique

269/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

de mise en place des clous.

- Une fiche doit être établie pour chaque poste de 8 heures. Cette fiche doit fournir des
renseignements sur le battage des clous:

 date, responsable de l'équipe,

 nombre de clous battus, zone d'implantation des clous,

 matériel de battage,

 longueur, inclinaison et caractéristiques des armatures,

 nature du terrain au droit du parement,

 incidents constatés au cours du battage: difficultés de pénétration, déviation,


enfoncement rapide, etc.

2.2.2.2. Phasage d'exécution des travaux

- En cas de rencontre de terrains instables, on peut être amené à réduire la longueur et la


hauteur des passes de terrassement (et éventuellement à construire par plots alternés).

- De plus, le terrassement et la mise en place du béton du parement doivent s'effectuer


dans la même journée.

- Un délai minimal doit être respecté entre les passes successives de terrassement afin que
le coulis ou le mortier de scellement des clous et le béton du parement présentent une
résistance suffisante.

2.2.2.3. Mise en place du béton projeté

Des précautions doivent être prises pour assurer un bon accrochage du parement en béton projeté
sur les terrains présentant une mauvaise tenue.

3. ESSAIS DE TRACTION SUR LES CLOUS EN COURS DE CHANTIER

Comme le recommande le chapitre 4, des essais de contrôle en cours de chantier doivent être
réalisés sur des clous non réutilisés afin de vérifier les hypothèses de calcul prises en compte pour
le dimensionnement des longueurs de scellement. Le nombre et les modes opératoires de ces
essais de contrôle sont définis dans le chapitre 4.

270/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

Il y a lieu de prévoir des essais de conformité complémentaires sur des clous non réutilisés en cas
de rencontre d'anomalies, d'hétérogénéités locales ou de difficultés d'exécution pouvant remettre
en cause les résultats des essais préalables ou de conformité. Ces essais doivent être effectués
selon les modes opératoires indiqués dans le chapitre 4.

4. CONTRÔLE DU COMPORTEMENT DU MUR EN SOL CLOUÉ

4.1 Contrôle du comportement du mur en sol cloué pendant son exécution

4.1.1. Nécessité du contrôle

Tout mur en sol cloué provisoire, temporaire ou permanent doit faire l'objet de contrôles pendant
son exécution. Certains types de contrôle sont obligatoires, d'autres sont conseillés et peuvent être
imposés par le maître d'ouvrage ou le maître d'œuvre.

4.1.2. Définition des contrôles

Les contrôles doivent être définis préalablement aux travaux de terrassement et de clouage par un
cahier des charges précisant:

- le responsable et l'exécutant des contrôles,

- la nature des contrôles et leur obligation,

- la fréquence des contrôles,

- les seuils prévisibles et les seuils admissibles,

- les mesures à prendre en cas de dépassement de ces seuils.

4.1.3. Nature des contrôles et leur obligation

4.1.3.1. Contrôle des déformations

• Contrôle des déplacements horizontaux et verticaux du parement

Ce premier contrôle est obligatoire. Il est effectué généralement par des visées optiques entre une
base fixe et des plots repères scellés sur le parement.

Ce contrôle peut également, dans le cas d'une fouille en tranchée, être réalisé par des mesures de
convergence à l'aide d'instruments extensomètriques.

271/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

• Contrôle des déformations dans la masse du massif cloué

Ce contrôle peut être effectué dans certains cas particuliers:

- site en pente instable,

- massif supportant des structures sensibles aux déformations,

- etc.

Ce contrôle est réalisé à l'aide d'inclinomètres qui sont descendus dans des tubes scellés dans le
massif cloué à une profondeur telle que leur base soit fixe (au minimum ancrage de 4 à 5 m).

Des inclinomètres peuvent éventuellement être implantés à l'arrière du massif cloué.

4.1.3.2. Contrôle de la traction dans les clous

Dans certains cas particuliers, on peut vérifier les efforts de traction dans quelques clous au
moyen de dispositifs appropriés (cales dynamométriques, jauges de déformation, etc.).

4.1.3.3. Examens visuels du parement béton et contrôle du drainage et des niveaux


piézomètriques

Il y a lieu de procéder obligatoirement à un relevé des venues d'eau sur le parement béton et dans
les drains, et de suivre leur évolution en fonction des conditions climatiques.

Les résultats de ces examens visuels peuvent conduire à modifier le système de drainage prévu
par les plans d'exécution.

Dans le cas particulier où des piézomètres sont mis en place en arrière du parement béton, il
convient de contrôler obligatoirement l'évolution des niveaux d'eau.

4.1.4. Fréquences des contrôles

Les contrôles doivent être effectués:

- systématiquement à chaque nouvelle phase de terrassement,

- après achèvement de la paroi: périodiquement jusqu'à stabilisation des déformations.

En cas de déformations importantes, la fréquence des contrôles doit être accrue.

Si des piézomètres ont été posés, leur relevé doit s'effectuer au moins une fois par semaine en

272/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

phase d'exécution.

4.2 Contrôle du comportement du mur en sol cloué en service

4.2.1. Nécessité du contrôle

Les murs en sol cloué doivent faire l'objet d'un contrôle périodique pendant leur durée de service.
Ce contrôle s'impose particulièrement dans les cas suivants :

- mur en sol cloué de hauteur importante (≥ 10 m),

- site en pente,

- massif supportant des structures sensibles aux déformations.

4.2.2. Définition des contrôles

Les contrôles du mur en sol cloué pendant sa durée de service doivent être définis dans un cahier
des charges spécifique précisant:

- le ou les organismes chargés des contrôles et de leur exploitation;

- la nature des contrôles et leur obligation;

- la fréquence des contrôles;

- les valeurs de mesures normalement prévisibles et les seuils d'alerte.

4.2.3. Nature des contrôles et leur obligation

4.2.3.1. Contrôle des déformations

Les contrôles à effectuer sont identiques à ceux définis en 4.1.3.1. Le contrôle des déplacements
du parement est obligatoire. Le contrôle des déformations dans la masse du massif cloué peut être
rendu nécessaire dans certains cas particuliers:

- site en pente instable,

- massif supportant des structures sensibles aux déformations.

4.2.3.2. Contrôle de la traction dans les clous

Les types de contrôles pouvant être effectués sont identiques à ceux définis au paragraphe

273/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

4.1.3.2.

4.2.3.3. Contrôle du drainage et des niveaux piézométriques

Le contrôle du fonctionnement des dispositifs drainants doit obligatoirement comporter les


relevés suivants :

- état du parement (zones humides, égouttures, etc.),

- débits d'exhaure des drains et barbacanes,

- niveau de l'eau dans les piézomètres.

Il convient de signaler les modifications de l'état des dispositifs drainants : concrétions,


altérations, colmatage, corrosion, etc.

4.2.3.4. Contrôle de durabilité des clous: témoins de durabilité

Pour les murs en sol cloué temporaires ou permanents, on doit obligatoirement prévoir un
contrôle périodique de l'état des armatures vis-à-vis des phénomènes de corrosion.

Ce contrôle nécessite la pose préalable de témoins de durabilité au cours de l'exécution du mur en


sol cloué. Ils sont constitués d'éléments d'armatures identiques à celles des clous et de faible
longueur (1,0 m à 1,5 m environ). Dans le cas de clous scellés, les témoins ne sont pas enrobés de
coulis afin de tenir compte d'une fissuration de ce coulis dans le temps.

La mise en place des témoins s'effectue par enfoncement ou par battage à travers des réservations
ménagées dans le parement.

Les témoins doivent être conçus de manière à être extraits ultérieurement (extrémité filetée par
exemple).

La tête des témoins doit être protégée contre la corrosion (brai, coulis, graisse, etc.).

Le choix des emplacements des témoins doit tenir compte de la corrosivité des terrains, qui sont
répartis en classe de corrosivité I à IV conformément au chapitre 6. Les témoins doivent être
représentatifs des différents degrés de corrosivité existant sur le site. Toutefois, il n'y a pas lieu de
disposer des témoins de durabilité dans les terrains où sont réalisés des clous munis d'une gaine
de protection.

274/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

A vant sa mise en place, chaque témoin doit être numéroté, pesé et localisé sur un plan de
récollement conservé par le maître d'ouvrage.

Les contrôles à réaliser sur chaque témoin sont les suivants:

- examen visuel des armatures pour vérifier l'importance de la corrosion et la profondeur


des piqures ;

- pesée comparative du témoin débarrassé totalement de la rouille (décapage, lavage,


brossage);

- essais mécaniques de traction pour déterminer la résistance résiduelle à la rupture.

4.2.4. Fréquence des contrôles

4.2.4.1. Contrôle des déformations de la paroi clouée et de la traction dans les clous

Ces contrôles sont effectués au moins une fois par an pendant les dix premières années, puis tous
les cinq ans par la suite.

En cas d'anomalies, ces fréquences doivent être augmentées.

4.2.4.2. Contrôle du drainage

La fréquence des contrôles du drainage doit être adaptée au contexte hydraulique de l'ouvrage.
Elle peut être identique à la fréquence des contrôles de comportement définis en 4.2.4.1.

Dans certaines régions la fréquence des contrôles du drainage doit être augmentée pour avoir lieu
en saison humide et en saison sèche.

4.2.4.3. Contrôle de durabilité

La fréquence des contrôles doit être adaptée au degré de corrosivité des terrains.

Pour les terrains peu ou moyennement corrosifs le contrôle doit être réalisé au moins tous les dix
ans. Il est recommandé d'effectuer un premier contrôle dans les cinq premières années.

A chaque contrôle, deux témoins au minimum sont extraits pour chaque classe de corrosivité. Ces
témoins ne sont pas remis en place.

275/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

4.2.5. Entretien du réseau de drainage

L'entretien du réseau drainant doit autant que possible être pris en compte dans la conception du
mur en sol cloué en prévoyant des ouvrages accessibles et visitables.

Cet entretien comporte le nettoyage des tubes drainants, barbacanes et collecteurs (lançage,
curage ...).

En cas de colmatage des tubes drainants et d'impossibilité d'améliorer leur fonctionnement par
nettoyage, on doit procéder à un renouvellement de ces dispositifs.

BIBLIOGRAPHIE

RESSE C., VENUAT M. (1981), Projection des mortiers, bétons et platres.

BUREAU SECURITAS (1986), Recommandations concernant la conception, le calcul,


l'exécution et le contrôle des tirants d'ancrage (TA.86) - Ed. Eyrolles, 1986.

AFTES, Groupe de travail n° 6, Texte des recommandations relatives à la technologie et à la mise


en œuvre du béton projeté, juillet 1982.

Association française du Béton (AFB) Guide du béton projeté - Recommandations pour la mise
en œuvre.

DTU n° 21-4 (1977), Prestations techniques concernant l'utilisation du chlorure de calcium et des
adjuvants contenant des chlorures dans la confection des coulis, mortiers et bétons,
octobre 1977.

DTU n° 23-1 (1976), Parois et murs en béton banché, janvier-février 1976.

Recommandations du Comité français des géotextiles.

276/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

LISTE DES SYMBOLES ET DÉFINITIONS


GEOMETRIE
Notation Unité Signification
H m Hauteur du mur cloué
L m Longueur des clous
Sv m Espacement vertical des clous
Sh m Espacement horizontal des clous
La m Longueur d'ancrage des clous
Ls m Longueur de scellement des clous
Dc m Diamètre du forage (armatures scellées)
Da m Diamètre de l'armature
θ degré Inclinaison des clous par rapport à l'horizontale
β degré Angle d'inclinaison du talus sur l'horizontale
η degré Fruit du parement
i degré Angle d'incidence des clous par rapport à la normale de la surface de rupture
Aa m2 Section des armatures métalliques
Ac m2 Section du coulis
EFFORTS - MOMENTS
Notation Unité Signification
Tc kN Effort tranchant dans le clou
Tn kN Effort normal (ou traction) dans le clou
M kN.m Moment fléchissant dans le clou
T0 kN Effort normal (ou traction) dans le clou au parement
Tmax kN Effort normal (ou traction) maximal dans le clou
TC kN Effort normal critique de fluage
TL kN Traction limite conventionnelle par rupture d'adhérence
TG kN Traction limite élastique conventionnelle de l'armature
CONTRAINTES
Notation Unité Signification
σ kPa Contrainte normale
τ kPa Contrainte tangentielle
p kPa Pression latérale sur le clou
σ0 kPa Contrainte initiale normale au clou
Δσ kPa Accroissement de la contrainte normale dû à la dilatance
σv kPa Contrainte normale verticale dans le sol

277/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

REPÈRES, DÉPLACEMENTS, DÉFORMATIONS


Notation Unité Signification
x m Axe horizontal parallèle au mur cloué
y m Axe horizontal perpendiculaire au mur
z m Axe vertical
X m Axe longitudinal selon le clou
Y,Z m Axes transversaux au clou
δX, δY, δZ m Déplacements relatifs sol-clou
δh m Déplacement horizontal en tête du parement
δv m Déplacement vertical en tête du parement
εij sans Tenseur des déformations linéarisé

VITESSES
Notation Unité Signification
V m/s Viscosité du coulis

ACCÉLÉRATIONS
Notation Unité Signification
ah m/s2 Accélération horizontale
av m/s2 Accélération verticale
an m/s2 Accélération nominale

COEFFICIENTS DE SÉCURITÉ
Notation Unité Signification
Γm Sans Coefficient de sécurité partiel
Γs1, ΓQ, ΓT Sans Coefficients de pondération des actions

278/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

CARACTÉRISTIQUES DU SOL ET DES CLOUS


Notation Unité Signification
φ' degré Angle de frottement effectif du sol
φu degré Angle de frottement non drainé du sol
υ degré Angle de dilatance du sol
μ sans Coefficient de frottement réel sol-clou
μ* sans Coefficient de frottement apparent sol-clou
c' kPa Cohésion drainée du sol
cu kPa Cohésion non drainée du sol
wL % Limite de liquidité
wP % Limite de plasticité
IP % Indice de plasticité
Ic % Indice de consistance
Sr % Degré de saturation
w % Teneur en eau
wOPN % Teneur en eau à l'Optimum Proctor Normal
e sans Indice des vides
K sans Coefficient de pression des terres
K0 sans Coefficient de pression latérale des terres au repos
Ka sans Coefficient de poussée des terres
Kp sans Coefficient de butée des terres
p0 kPa Pression horizontale des terres entre les clous
γ kN/m 3
Poids volumique total du sol
γ' kN/m3 Poids volumique déjaugé
γd kN/m 3
Poids volumique du sol sec
γw kN/m3 Poids volumique de l'eau
γs kN/m 3
Poids volumique des grains
I m4 Moment d'inertie du clou
E kPa Module d'Young
Ea kPa Module d'Young de l'armature
Ec kPa Module d'Young du coulis
EM kPa Module pressiométrique du sol
Es kPa Module de réaction du sol (Es = ksD)
l0 m Longueur de transfert du clou
ks kN/m3 Coefficient de réaction du sol
3
kβ kN/m Pente initiale de la loi de mobilisation du frottement latéral sol-clou
p1 kPa Pression limite pressiométrique
qs kPa Frottement latéral unitaire sol-clou
Rn kN Résistance du clou à la traction simple
Rc kN Résistance du clou à l'effort tranchant
M0 kN.m Moment de plastification du clou en flexion simple
Mmax kN.m Moment de plastification du clou en flexion composée
σe kPa Limite élastique de l'acier
σc kPa Contrainte de traction de rupture du coulis

279/280
RECOMMANDATIONS CLOUTERRE 1991

CARACTÉRISTIQUES DU COULIS
Notation Unité Signification
C kN/m3 Dosage pondéral du ciment
B kN/m3 Dosage pondéral de la bentonite
E kN/m3 Dosage pondéral de l'eau
C/E sans Rapport pondéral ciment/eau
γc kN/m3 Poids volumique du ciment
γb kN/m3 Poids volumique de la bentonite
ACTIONS
Notation Unité Signification
G kN Actions permanentes
Fw kN Actions dues à l'eau
Q kN Actions variables
FA kN Actions accidentelles
DIVERS
Notation Unité Signification
d sans Densité de clouage
n sans Nombre total de clous
N sans Nombre minimal d'essais préalables
C sans Indice de classification des ouvrages
ΣA sans Indice global de corrosivité
I sans Indice global de classification des ouvrages
R Ω Résistance mesurée (Méthode de Wenner)
ρ Ω cm Résistance spécifique apparente
Opposé du logarithme décimal de la molarité en ions H3O+ exprimée en
pH sans
molesllitre
CONVENTIONS DE SIGNES

EFFORTS Tn : positifs en traction

CONTRAINTES σ,p: positives en compression

DEPLACEMENTS X : orientés de la tête du clou au pied (vers l'intérieur du massif cloué)

ANGLES θ : positif au-dessous de l'horizontale

i : positif au-dessous de la normale à la surface de rupture

β : positif au-dessus de l'horizontale

η : positif pour un parement incliné vers l'aval.

280/280