Vous êtes sur la page 1sur 8

Les services de la commune visités :

1. Bureau d’ordre :
Le bureau d’ordre est un service administratif dans lequel sont déposées les importations de
personnes physiques et morales. Il envoie également des exportations.
2. Service technique :
Services d’urbanisme :
Ce département délivre :
Permis de construction après étude par un comité régional.
Permis de réparation et construction des routes pour introduire les canaux d’eau et
d’assainissement liquide.
Preuve administrative liée à l'immobilier à mémoriser.
Permis d’habité dont ce bureau délivre les certificats d'achèvement des travaux.
Bureau de contrôle :
Un certain nombre de techniciens veillent sur ce service en suivant les travaux de construction et de
conception pour la réalisation du projet. Et lorsqu'une infraction est détectée, ils écrivent le procès-
verbal.
De plus, ils sont membres du comité technique municipal.
3. Etat civile :
Le service de l’état civil assure la prestation de bons services au citoyen.
Les services fournis :
Actes d'état civil : naissances - décès – condamnations
Livret de faille.
Les archives
4. Service de ressource humaines :
Les ressources humaines sont considérées comme le noyau de la gestion et la base de
développement de la commune et de sa modernité.
Il s'occupe de toutes les démarches administratives des employés depuis le début de leurs
parcours professionnels jusqu'à la retraite.
5. Services Sanitaire :
Les tâches les plus importantes du bureau municipal pour la préservation de la santé :
Maintenir l'hygiène alimentaire et préserver la santé publique.
Désinfection - Lutte contre les insectes et les souris. .
6. Service de stock
Le magasin municipal reçoit les fournitures réclamées par les différents services municipaux.
7. Service de patrimoine locale
Le service a pour mission la vérification des statuts juridiques de tous les biens locaux, y compris
les acquisitions, les transferts, la préservation, etc. la saisie des biens immobiliers de la commune
et leur inscription dans le registre des contenus et leur transmission aux services de province à la
fin de chaque année.
8. Service de litige
Il reçoit toutes les plaintes et faire soumettre les dossiers des infractions de la construction à la
justice
9. Le Service des Marchés :
Le service des marchés s’occupe des contrats à titre onéreux, conclus entre, d’une part, la
municipalité d’Ahfir et d’autre part, une personne physique ou morale appelée entrepreneur,
fournisseur ou prestataire de services. Il a pour mission l’exécution de travaux, la livraison des
fournitures ou la réalisation de prestations de services.
I. La comptabilité financière de la commune :
Le budget :
Le budget est un acte par lequel est prévu et autorisé pour chaque année budgétaire, l’ensemble
des ressources et des charges de la commune.
Le budget de la commune présente une image sincère de l’ensemble de ses recettes et dépenses
Le budget est divisé en deux parties :
 La première partie d’écrite les opérations de fonctionnement tout en recettes qu’en
dépenses.
 La deuxième partie est relative aux opérations d’équipement,
L’année budgétaire commence le 1erejanvier et se termine le 31 décembre de la même année
Le budget doit être équilibré dans chacune de ses parties.
1. Recettes :
La régie de recette est instaurée par décision du gouvernement de la province sur proposition du
président du conseil communal.
La régie des recettes comprend les bureaux suivants :
o Bureau central.
o Bureau d’assiette fiscale.
o Bureau de comptabilité et régisseur.

1.1 Bureau central :


Le bureau central a pour objet de recouvrer les impôts et taxes municipales fixées par la loi 47/06,
la loi 17/20 et l’arrêté fiscal.
Le bureau central s’occupe de collecter certains droits et taxes par voie de quittances et de
vignettes.
o Quittances :
Définition
o Vignettes :
Ce sont des timbres fiscaux qui se subdivisent en deux sortes :
▪ Ceux de 50 dh destinés aux divers livrets d’état civil
▪ Ceux de 2 dh destinés aux extraits d’acte de naissance et à la légalisation de signature et à
la certification des documents.
Remarques importantes :
Dès le juillet 2020, le service de recette de la commune d’Ahfir a commencé à utiliser le système
GIR.
Ce système permet aux régisseurs au niveau à la réception des recettes, de déclarer la recette et
d’extraire un reçu livré au citoyen de manière entièrement digitalisée.
1.2 Bureau d’assiette fiscale :
Il est entre les mains d’un fiscaliste. Ce bureau est chargé de l’évaluation de la matière imposable à
partir des déclarations faites par les redevables. Il s’occupe également du recensement des
assujetties aux impôts et taxes municipaux.
La détermination de l’assiette fiscale dont le calendrier est variable se fait par deux méthodes
a) Sur déclaration :

o Pour les débits des boissons : on multiplie le chiffre d’affaires annuel réalisé par 2%. Ce taux
est fixé par la commune.
o Pour les spectacles : la taxe de spectacle est de 5 dh pour chaque cassette vidéo déclarée.
o Pour les hôtels (taux de séjour) : la déclaration trimestrielle est faite sur le nombre de nuits
passées par personne.
En cas de fausse déclaration, le redevable doit payer une amende de taxation fixée d’office.
Si un retard est constaté la somme due est majorée de 2% pour chaque mois de retard.

b) Sur rôle :
Le recensement est effectué par les agents de la régie de recettes, en général ces derniers
utilisent la méthode de mesurage.
1.3 Bureau de la comptabilité et régisseur :
a) La comptabilité :
Pour enregistrer les vignettes et les quittances, le bureau de comptabilité utilise plusieurs registres :
Le livre de caisse : Le régisseur des recettes tient obligatoirement un livre de caisse pour enregistre
toutes les opérations en numéraires. Le livre caisse doit être cacheté et paraphé par le percepteur.
Registre compte courant précepteur (R. C.C.P) : Ce registre permet de tenir le compte global des
recettes effectuées par le régisseur et versées au percepteur.
Ce registre est divisé en deux parties :
1ere partie : sont enregistrés par date de retrait. Les montants par valeur unitaire et valeurs globale
des tickets retirés de la perception par le régisseur.
2éme partie : sont portés séparément les versements de recettes effectuées par tickets et par
quittances
Le R. C.C.P est arrêté à la fin de chaque mois.
b) Le régisseur :
Le régisseur est nommé par décision interministériel par proposition du président du municipal et
l’approbation de gouverneur de la province.
Étant à la tête de l’administration fiscale locale, le régisseur est responsable de la gestion des
services relevant de la régie des recettes.
Le régisseur et ses préposés tiennent la comptabilité de l’emploi des tickets et autres valeurs ainsi
que celle de recouvrement qu’ils opèrent.
Le montant de recouvrements du régisseur et de ses préposés doit être versé à la caisse du
percepteur dès qu’il dépasse une somme importante.
Le régisseur en sa qualité de comptable, est responsable de détournement, malversation, déficits
et débit commis ou constaté dans sa caisse ou celle de ses préposés.
2. Dépenses :
Pour la préparation du budget, les propositions sont émises par les chefs des services au préalable
et sont adoptées ensuite par le président. L’approbation dans une ultime étape est faite par les
conseillers dans la session ordinaire du mois d’octobre.
L’établissement de mandats se fait en quatre phases : L’engagement dans un premier temps puis la
liquidation, ensuite L’ordonnancement et à l fin le paiement.
A partir du premier janvier 2014, les collectivités territoriales sont obligées de prendre en
considération ces quatre étapes. Cela se fait en utilisant et en adoptant le système GID (gestion
intégrée de dépenses).
La clôture de l’exercice se fait pendant la session ordinaire du mois de février. C’est un travail
purement comptable qui se fait de la part des régisseurs de recettes et de dépenses.
2.1 L’engagement :
L’engagement est l’acte administratif par lequel la commune crée ou constate une obligation de
nature à entrainer une charge. Il doit rester dans la limite des autorisations budgétaires.
Ces engagements sont subordonnés à la disponibilité des crédits budgétaires pour les opérations
de travaux des fournitures, des services des opérations de transfert pour le recrutement.
Procédure d’engagement :
Toute proposition d’engagement, d’annulation ou de réduction d’engagement est communiquée
sans délai au trésorier payeur concerné, à la fin de certification et de prise en charge comptable.
Les dépenses permanentes, crées à travers une action à durée indéterminé, sont engagé dès le
début de l’année budgétaire.
Sont considérées comme engagées :
o Au début de l’année budgétaire, les dépenses permanentes ;
o Au fur et à mesure des décisions prises par l’ordonnateur, toutes les autres dépenses.
o Au mois de janvier de chaque année, l’ordonnateur établit :
▪ Un relevé nominatif du personnel de la commune comportant Le montant de leurs
rémunérations, deux copies sont remises au trésorier payeur.
▪ Un relevé détaillé des autres dépenses permanentes telles que les loyers, les abonnements
et les annuités d’emprunt.
o Les modifications éventuellement intervenues, en cours d’année, au titre des dépenses
permanentes ou de la liste du personnel, font l’objet de relevés modificatifs dûment visés, et signés
par l’ordonnateur compétent et adressés, sans délai en double exemplaire au trésorier payeur
communal.
2.2 La liquidation :
La liquidation a pour objet de vérifier la réalité de la dette et d’arrêter le montant de la dépense.
La liquidation est faite par le chef du service compétent.
2.3 L’ordonnancement :
C’est l’acte administratif donnant conformément aux résultats de la liquidation, l’ordre de payer la
dette de la commune. Il incombe à l’ordonnateur compétent. L’ordonnancement donne lieu à
l’émission d’une ordonnance de paiement.
Les dépenses de la commune sont soumises :
o A un contrôle budgétaire, au stade de l’engagement ;
o A Un contrôle de validité de la dépense, au stade de paiement
Procédure de liquidation et d’ordonnancement :
o Aucune dépense ne peut être liquidée et ordonnancée par une commune qu’après
constatation des droits du créancier.
 Cette constatation résulte, soit d’un certificat attestant l’exécution du service, soit d’un
décompte exprimé en quantité et en montant des fournitures ou prestations livrées ou des travaux
effectués.
 Les mémoires et factures présentant ce décompte doivent être totalisés en chiffre et arrêtés
en toutes lettres, datés et signés par les créanciers qui doivent y porter, en outre, l’indication de leur
adresse et leur identité bancaire.
 Lesdits mémoires et factures doivent être revêtus d’une certification du service fait de ces
travaux, fournitures ou services par l’ordonnateur, à moins que leur livraison n’ait été constatée soit
par un procès- verbal compris au nombre des pièces justificatives, soit par la déclaration d’un agent
compétent.
 Le chef du service compétent, dûment habilité par l’ordonnateur, vérifie si les dépenses
liquidées ont été préalablement engagées dans les formalités réglementaires. Il vérifie également
les calculs et décomptes que la régularité des pièces justificatives.
Les dépenses liquidées et arrêtés donnent lieu à ordonnancement.
Cet ordonnancement ne peut, sauf exceptions prévues par la réglementation en vigueur, ou par
arrêté conjoint du ministre chargé de finances et du ministre de l’intérieure, intervenir avant
l’exécution du service, l’échéance de la dette, décision individuelle d’attribution de subvention ou
l’allocation prévue par les lois et règlements en vigueur.
o Les ordonnances de paiement sont datées et portent, par ordonnateur ou sous ordonnateur,
un numéro d’ordre d’une série unique et interrompue par année budgétaire, Ils doivent comporter
les indications suivantes :
 La désignation de l’ordonnateur ou de sous-ordonnateur
 L’imputation budgétaire ;
 L’année d’origine de la créance ;
o La désignation précise du créancier :
 nom, prénom, ou raison sociale et, le cas échéant, son adresse ;
 Le montant l’objet de la dépense et, le cas échéant la référence du titre auquel les
justifications ont joint
 S’il y a lieu, la référence de visa de la proposition d’engagement.
o L’ordonnancement des dépenses donne lieu à un paiement par virement.
o Les ordonnances de paiement sont arrêtées ; signées et émises par l’ordonnateur, dès
réalisation du service fait au plus tard dans les soixante jours qui suivent ladite de réalisation et sont
transmises au trésorier payeur, appuyées des pièces justificatives correspondantes.
2.4 Le paiement :
Le paiement est l’acte par lequel la commune se libère de sa dette. Le paiement ne doit intervenir
qu’au profit du véritable créancier ou son représentant qualifié.
Le paiement ne peut intervenir avant, soit l’exécution du service, soit l’échéance de la dette, soit la
décision individuelle d’attribution de la subvention, ou de l’allocation.
Par dérogation au principe de l’exécution du service prévu à l’alinéa précédent, il peut être procédé
au paiement des dépenses relatives :
o Aux abonnements à des journaux, à des périodiques, au (bulletin officiel), à des publications
diverses, à des revues spécialisées ou à l’abonnement pour accès à des bases de données en
ligne ;
o A la commande pour l’achat d’ouvrage à l’unité
Les dépenses du budget comprennent les dépenses de fonctionnement et les dépenses
d’équipement :
o Les dépenses de fonctionnement comprennent par exemple les dépenses des
fonctionnaires.
o Les dépenses d’équipement sont destinées essentiellement à la réalisation des plans
d’action de la commune.
3. Mandatement
3.1 Comment établir un état d’engagement :
3.1.1 Description du document :
C’est un imprimé qui retrace l’ensemble des composantes du salaire perçu par l’agent. En effet, il
détaille les avantages reçus, les déductions faites et les rappels ou diminutions s’il y en a lieu.