Vous êtes sur la page 1sur 7

MPSI2 À RENDRE LE 16.10.

20

DEVOIR MAISON 4
EXERCICE 1 : SOMMES D’ARCTANGENTES
Le but de l’exercice est d’obtenir une formule pour Arctan(x) + Arctan(y), où x, y sont deux réels.
√ √ 
0. Question préliminaire : montrer que Arctan( 3) + Arctan(1) et Arctan −2 − 3 ont la même tan-


gente. Pourquoi sont-ils différents ?

I. Première méthode : une preuve trigonométrique


 π π
1. Pour a ∈ − , , donner une expression de cos2 (a) en fonction de tan(a).
2 2
1
2. En déduire que pour tout x ∈ R, cos(Arctan(x)) = √ .
1 + x2
x
3. Prouver alors que pour tout x ∈ R, sin(Arctan(x)) = √ .
1 + x2
1 − xy
4. Montrer que : ∀(x, y) ∈ R2 , cos(Arctan(x) + Arctan(y)) = √ .
1 + x 2 1 + y2
p
 π π
5. En déduire que pour tous réels x, y tels que xy , 1, Arctan(x) + Arctan(y) ∈] − π , π [\ − , .
2 2
6. Simplifier alors, pour xy , 1, tan(Arctan(x) + Arctan(y)).
 π π
7. Premier cas : on suppose que xy < 1. En utilisant la question 4, montrer que Arctan(x) + Arctan(y) ∈ − , .
2 2
x +y
!
En déduire alors que Arctan(x) + Arctan(y) = Arctan .
1 − xy
8. Second cas : on suppose à présent que xy > 1 et x > 0.
π
Montrer que Arctan(x) + Arctan(y) ∈ , π et en déduire que
2
x +y
!
Arctan(x) + Arctan(y) = Arctan + π.
1 − xy

9. Troisième cas : en
! vous inspirant de la question précédente, donner une formule reliant Arctan(x) + Arctan(y)
x +y
à Arctan dans le cas où xy < 1 et x < 0.
1 − xy
10. Si x et y sont deux réels tels que xy = 1, simplifier Arctan(x) + Arctan(y) à l’aide d’un résultat du cours.

II. Seconde méthode : avec du calcul différentiel


Cette partie est facultative.
x +y
!
On considère à présent y ∈ R∗ fixé, et on note φy la fonction φy : x →
7 Arctan .
1 − xy
11. Déterminer le domaine de définition Dy de φy .
1
12. Montrer que φy est dérivable sur Dy , et montrer que pour tout x ∈ Dy , φy0 (x) = .
1 + x2
13. Retrouver alors les résultats des questions 7,8 et 9.

III. Bonus : la formule de Machin


14. Pour x ∈ [0, 1[, exprimer 2 Arctan(x) sous forme d’une arctangente.
1 120
! !
15. En déduire que 4 Arctan = Arctan .
5 119

MPSI2 LYCÉE CHAMPOLLION 2020–2021


1 1
! !
π
16. Prouver alors la formule de JOHN MACHIN (1680–1751) : = 4 Arctan − Arctan .
4 5 239
Cette formule d’apparence anecdotique a en fait une importance historique, puisque couplée à une formule qui
permet le calcul efficace de valeurs approchées des arctangentes, elle a permis dès 1706 le calcul de 100 décimales
de π . Jusqu’au début du XXème siècle cette formule et ses variantes formaient la meilleure solution pour le calcul
des décimales de π .

EXERCICE : AUTOUR DE LA SÉRIE HARMONIQUE


Partie I. Un calcul de somme
n n
1 n 1
X ! X
Pour tout n ∈ N∗ ,
on pose Sn = (−1)k−1 et Hn = .
k k k
k=1 k =1
n+1
1 n+1
" ! !#

X n
1. Prouver que pour tout n ∈ N , Sn+1 − Sn = − (−1)k−1 .
k k k
k =1
1 n n+1
! !
2. Pour (n, k) ∈ N × N∗ , exprimer en fonction de .
k k −1 k
1
3. Montrer alors que pour tout n ∈ N∗ , Sn+1 − Sn = .
n+1
4. En déduire, sans récurrence, que pour tout n ∈ N∗ , Sn = Hn .

Partie II. Un équivalent de Hn


Cette partie est facultative.
5. Justifier que (Hn )n>1 possède une limite finie ou égale à +∞.
1
6. Prouver que pour tout n ∈ N∗ , H 2n − Hn > . En déduire lim Hn .
2 n→+∞
7. a. Soit k un entier supérieur ou égal à 2.
Z k +1
1
Z k
dt dt
Sans calculer les intégrales en jeu, montrer que 6 6 .
k t k k −1 t
1
Z n ! Z n
dt dt
b. En déduire que pour tout n > 2, + ln 1 + 6 Hn 6 1 + .
1 t n 1 t
Sn
c. Prouver alors que lim = 1.
n→+∞ ln n

MPSI2 LYCÉE CHAMPOLLION 2020–2021


CORRECTION 1

CORRECTION DU DEVOIR MAISON 4

PROBLÈME : SOMMES D’ARCTANGENTES


0. On a

√ tan(Arctan( 3)) + tan(Arctan(1))
tan Arctan( 3) + Arctan(1) =
 

1 − tan(Arctan( 3)) tan(Arctan(1))
√ √
1 + 3 (1 + 3)2 √ √ 
= −2 − 3 = tan Arctan −2 − 3 .
 
= √ =
1− 3 −2
√ √
Pour autant, puisque Arctan(−2 − 3) 6 0 et Arctan( 3) + Arctan(1) > 0, donc ces deux
nombres ne sauraient être égaux.
1 1 Ce sont les deux formes de
1. C’est un grand classique : on sait1 que 1 + tan2 (a) = , et donc
cos2 (a) la dérivée de t 7→ tan t .

1
cos2 (a) = .
1 + tan2 (a)
 π π
2. Puisque pour tout x ∈ R, Arctan(x) ∈ − , , son cosinus est positif. Et donc
2 2
s
1 1
q
2
cos(Arctan(x)) = cos (Arctan(x)) = = √ .
2
1 + tan (Arctan(x)) 1 + x2

1 x2
3. On a donc, pour tout x ∈ R, sin2 (Arctan(x)) = 1 − cos2 (Arctan(x)) = 1 − 2
= .
1+x 1 + x2
Cette fois, le sinus n’est pas toujours positif.  π
Toutefois, notons que si x > 0, alors Arctan(x) ∈ 0, et donc sin(Arctan(x)) > 0, de
2
sorte que
x2
r
x
q
2
sin(Arctan(x)) = sin (Arctan(x)) = 2
=√ .
1+x 1 + x2
 π 
En revanche, si x 6 0, alors Arctan(x) ∈ − , 0 et donc sin(Arctan(x)) 6 0.
2
Et donc
|x| x
q
sin(Arctan(x)) = − sin2 (Arctan(x)) = − √ =√ .
1 + x2 1 + x2
4. Il s’agit cette fois d’utiliser la formule d’addition pour le cosinus : pour x, y réels,

cos(Arctan(x) + Arctan(y)) = cos(Arctan(x)) cos(Arctan(y)) − sin(Arctan(x)) sin(Arctan(y))


1 1 x y
=√ −√
1 + x 2 1 + y2 1 + x 2 1 + y2
p p

1 − xy
= √ .
1 + x 2 1 + y2
p

 π π
5. Puisque chacun des deux nombres Arctan(x) et Arctan(y) est dans − , , leur somme
2 2
est dans ] − π , π [.
Et comme xy , 1, cos(Arctan(x) + Arctan(y)) , 0, de sorte que Arctan(x) + Arctan(y) ne Rappel
π
peut être égal à ± . La formule pour tan(a + b)
2 ne s’applique que si les trois
6. Utilisons la formule pour tan(a + b), qui s’applique bien ici puisque les trois nombres nombres tan a, tan b et
Arctan(x), Arctan(y) et Arctan(x) + Arctan(y) ne sont pas congrus à π2 modulo π . Il vient tan(a + b) sont bien défi-
alors nis.
C’est-à-dire lorsque a, b et
tan(Arctan(x)) + tan(Arctan(y)) x +y a + b ne sont pas congrus à π2
tan(Arctan(x) + Arctan(y)) = = . modulo 2π .
1 − tan(Arctan(x)) tan(Arctan(y)) 1 − xy

MPSI2 LYCÉE CHAMPOLLION 2020–2021 M. VIENNEY


2 DEVOIR MAISON 4

7. Premier cas.
Il s’agit de remarquer que 1 − xy > 0, et donc cos(Arctan(x) + Arctan(y)) > 0. 
π π
Mais un réel de ] − π , π [ ne possède un cosinus strictement positif que s’il est dans − , ,
2 2
de sorte que  π π
Arctan(x) + Arctan(y) ∈ − , .
2 2
 π π
Nous avons donc prouvé que Arctan(x) + Arctan(y) est un réel de − , dont la tan-
2 2
x +y
gente vaut .
1 − xy
x +y x +y
! !
Or, il existe un seul tel réel, c’est Arctan . Et donc Arctan(x) + Arctan(y) = Arctan .
1 − xy 1 − xy
8. Second cas : cette fois, cos
 (Arctan(x) + Arctan(y)) < 0, de sorte que
π  π 
Arctan(x) + Arctan(y) ∈ −π , − ∪ ,π .
2 2
π
Mais puisque x > 0, Arctan(x) > 0, de sorte que Arctan(x)+Arctan(y) > Arctan(y) > − .
π  2
Donc nécessairement, Arctan(x) + Arctan(y) ∈ ,π .
2
 π   π π
Mais alors Arctan(x) + Arctan(y) − π ∈ − , 0 ⊂ − , .
2 2 2
Et de plus, par π -périodicité de la fonction tangente,
x +y
tan (Arctan(x) + Arctan(y) + π ) = tan (Arctan(x) + arctan(y)) = .
1 − xy
On en déduit, comme à la question précédente, que

x +y x +y
! !
Arctan(x) + Arctan(y) − π = Arctan ⇔ Arctan(x) + Arctan(y) = Arctan + π.
1 − xy 1 − xy

9. Troisième cas. On a toujours, pour les mêmes raisons qu’à la question précédente,
 π  π 
Arctan(x) + Arctan(y) ∈ −π , − ∪ ,π .
2 2
Mais Arctan(x) < 0, donc Arctan(x) + Arctan(y) < Arctan(y) < π2 et donc
 π  π π
Arctan(x) + Arctan(y) ∈ −π , − . Ainsi, Arctan(x) + Arctan(y) + π ∈ − , , et donc Remarque
2 2 2
x +y Ce cas est celui où on ne peut
!
Arctan(x) + Arctan(y) = Arctan − π. pas appliquer, à la question 6,
1 − xy
la formule pour la tangente
10. Si xy = 1 ⇔ y = x1 , alors nous savons que d’une somme.
En effet, bien que
tan(Arctan(x )) et
1 si x > 0
! π
2
Arctan(x) + Arctan(y) = Arctan(x) + Arctan = . tan(Arctan(y)) soient dé-
x − π
 2 si x < 0 finies, la tangente de leur
somme ne l’est pas.
Mais si on ne voit pas ceci,
Seconde méthode : avec du calcul différentiel on sent bien que la présence
11. Le seul problème et celui où le dénominateur est nul, c’est-à-dire si x = y1 . du 1 − xy au dénominateur
nous interdit implicitement
1 1
# " # "
xy = 1.
Donc Dy = −∞, ∪ , +∞ .
y y
x +y
12. La fonction ay : x 7→ est dérivable sur Dy , et la fonction Arctan est dérivable sur R
1 − xy
tout entier, donc par composition de fonctions dérivables, φy est dérivable sur Dy .
On a alors, pour tout x ∈ Dy ,
1 1 − xy + y(x + y) 1
φy0 (x) = ay0 (x) 2
= 2  x +y  2
1 + ay (x) (1 − xy) 1+ 1−xy
y2 + 1 (1 − xy)2 y2 + 1 y2 + 1
= = =
(1 − xy)2 (1 − xy)2 + (x + y)2 1 − 2xy + x 2y 2 + x 2 + 2xy + y 2 (1 + x 2 )(1 + y 2 )
1
= .
1 + x2

MPSI2 LYCÉE CHAMPOLLION 2020–2021 M. VIENNEY


CORRECTION 3

13. On en déduit que sur chacun des intervalles −∞, y1 et y1 , +∞ , φy est une primitive de
g f g f A Danger !
Ne pas conclure trop vite, il
1 s’agit bien de se restreindre
x 7→ .
1 + x2 à des intervalles, ce que n’est
Ceci signifie qu’il existe une constante A telle que pour tout x ∈ −∞, y1 ,
g f
pas Dy .
fy (x) = Arctan(x) + A.
x +y 1
Or, lim = − , de sorte que
x →−∞ 1 − xy y

1 1
! !
π π
A = lim φy (x) − Arctan(x) = Arctan − + = − Arctan

.
x →−∞ y 2 2 y

Si y > 0, nous reconnaissons là Arctan(y).


x +y
!
1
Et donc pour y > 0 et x < ⇔ xy < 1, on a donc Arctan(x)+Arctan(y) = Arctan .
y 1 − xy
1
Si y < 0, on a donc pour x < y ⇔ xy > 1,

1 1
! !
π π
Arctan(x) + Arctan(y) = − Arctan = π − − Arctan = π + Arctan(y).
2 y 2 y

x +y
!
Et donc Arctan(x) + Arctan(y) = Arctan + π.
1 − xy
De même, il existe une constante B telle que pour x > y1 , φy (x) = Arctan(x) + B.
1
!
2 π 2 Cette fois en +∞.
Un passage à la limite nous donne alors toujours B = − Arctan − .
y 2
Pour y > 0, et pour x > y1 ⇔ xy > 1, on obtient donc

x +y
!
π π
φy (x) = − Arctan(y) − − donc Arctan(x) + Arctan(y) = Arctan − π.
2 2 1 − xy

Enfin, on conclut sur le même principe dans le dernier cas.

Bonus : la formule de Machin


14. Si x ∈ [0, 1[, alors x 2 < 1, et donc
 x +x 
2 Arctan(x) = Arctan(x) + Arctan(x) = Arctan .
1 − x2

15. En appliquant une première fois la formule, on obtient


2
1 + = Arctan 5 .
! !
2 Arctan = Arctan * 5
5 ,1 −
1 12
52 -

Et alors une seconde application de cette même formule nous conduit à


10
1 5 120
! ! !
4 Arctan = 2 Arctan = Arctan * 12 25 + = Arctan .
5 12 , 1 − 144 - 119

16. Et donc il vient enfin,


120 1
1 1 120 1 − 239
! ! ! !
4 Arctan − Arctan = Arctan + Arctan − = Arctan * 119 120 +.
5 239 119 239 , 1 + 119×239 -
3 Sans calculatrice !
Mais3 :
120 1
119 − 239 120 × 239 − 119 120 × 239 − 120 + 1 120 × 238 + 1 120 × 119 × 2 + 1
= = = = = 1.
1+ 120
119×239
119 × 239 + 120 119 × 239 + 119 + 1 119 × 240 + 1 119 × 2 × 120 + 1

π
Et puisque Arctan(1) = , on a bien prouvé la formule de Machin.
4
MPSI2 LYCÉE CHAMPOLLION 2020–2021 M. VIENNEY
4 DEVOIR MAISON 4

EXERCICE
Partie I. Un calcul de somme.
n+1
1 n
! !
n X
1. Il s’agit de remarquer que pour k = n + 1, = 0, et donc Sn = (−1)k −1 . Et donc
k k k
k=1

n+1 n+1 n+1


1 n+1 1 n 1 n+1
! ! " ! !#
X
k −1
X
k −1
X n
Sn+1 − Sn = (−1) − (−1) = − (−1)k −1 .
k k k k k k k
k =1 k=1 k=1

n−1
! !
n 4 La «formule du capitaine».
2. C’est la formule4 donnée en cours sous la forme k =n .
k ! 1
k−
n+1
!
n
En utilisant n + 1 plutôt que n, on a k = (n + 1) , soit encore
k k −1

1 n 1 n+1
! !
= .
k k −1 n+1 k

Si vous ne pensez pas à la formule en question, tout ceci se retrouve aisément à l’aide de factorielles.
n+1
! ! !
∗ n n
3. On a, pour n ∈ N et k ∈ n1, n + 1o, d’après l’identité de Pascal, − = .
k k k −1
Et donc
n+1 n+1
1 n 1 n+1
X ! X !
k −1
Sn+1 − Sn = (−1) = (−1)k −1
k k −1 n+1 k
k =1 k =1
n+1
1 * n+1 1  1
!
(−1)k −1 − (−1)0 + =
X
(1 − 1)n+1 + 1 =

= .
n+1, k n + 1 n + 1 Astuce
k =0 -
Il s’agit d’une somme télesco-
n−1
X pique.
4. On a alors, pour n ∈ N∗ , (Sk +1 − Sk ) = Sn − S 1 . Lorsqu’on connaît v n =
k =1 u n+1 − u n , il est facile de faire
1 apparaître u n à l’aide d’une
1 1
!
somme de v k .
X
Mais S 1 = (−1)k −1 = 1.
k k
k =1
n−1 n−1 n n
X 1 X 1 1 X1 X1
Et donc Sn − S 1 = , soit encore Sn = S 1 + = + = = Hn .
k +1 k + 1 1 i=2 i i
k =1 k =1
i=1

Partie II. Un équivalent de Hn .


5. La suite (Hn )n>1 est croissante puisque pour tout n > 1,
n+1 n
X 1 X 1 1
Hn+1 − Hn = − = > 0.
k k n+1
k =1 k=1

Donc par le théorème de la limite monotone, elle admet une limite, finie ou égale à +∞.
6. Soit n ∈ N∗ . Alors
2n n 2n 2n Détails
1 X1 1 1 1 1
Tous les k1 , pour n + 1 6 k 6
X X X
H 2n − Hn = − = > >n > .
k k k 2n 2n 2 1
2n sont inférieurs à 2n .
k =1 k =1 k =n+1 k =n+1

Supposons par l’absurde que (Hn ) possède une limite finie `. Alors lim H 2n = `, et donc
n→+∞
lim (H 2n − Hn ) = ` − ` = 0. Remarque
n→+∞ Bien entendu, si H n → +∞,
1 on ne peut pas calculer
Mais alors par passage à la limite dans l’inégalité de la question précédente, 6 0, ce qui
2 lim H 2n − H n , puisqu’il
est absurde. n→+∞
s’agit d’une forme indétermi-
On en déduit donc que lim Hn = +∞. née.
n→+∞
1
7.a. Il s’agit de remarquer que la fonction t 7→ t est décroissante sur [k − 1, k], et donc que
pour tout t ∈ [k, k + 1], k1 6 1t .

MPSI2 LYCÉE CHAMPOLLION 2020–2021 M. VIENNEY


CORRECTION 5
Z k k
dt dt
Z
Et donc par croissance de l’intégrale, 6 .
k k−1 t
Z k+1 k−1
dt
Ne perdons pas de vue que est l’intégrale d’une constante : elle vaut donc
Z k +1 k k 1/k
1 1 1 1
1 dt = . Sur le même principe, en notant que pour t ∈ [k, k + 1], 6 , on
k k k t k
prouve l’autre inégalité.
k −1 k
7.b. Soit n > 2. Rk
L”aire de la partie colorée est k −1 dkt .
Sommons les inégalités précédemment obtenues pour k allant de 2 à n. L’aire de la partie hachurée (qui est
n Z k +1 n−1 n Z
X dt X 1 X k dt un rectangle de longueur 1 et de
Il vient alors 6 6 . Rk
hauteur 1/k ) est k −1 dkt .
k t k k −1 t
k=2 k =2 k =2
5 Pour les intégrales.
Mais par la relation de Chasles5 , le membre de gauche n’est rien d’autre que
3 4 n+1 n+1
dt dt dt dt
Z Z Z Z
+ +···+ = .
2 t 3 t n t 2 t
n
dt
Z
De même pour le membre de droite, qui vaut .
1 t
2
dt
Z
Mais, comme à la question précédente, on a 6 1.
1 t
Et donc Z 2 n
1
Z n+1 Z n Z n+1
dt dt X dt dt
+ 6 1+ ⇔ + 6 Hn .
1 t 2 t k 1 t n t
k =2

Ne reste alors qu’à constater que


n+1
n+1 1
! !
dt  n+1
Z
= ln t n = ln(n + 1) − ln(n) = ln = ln 1 + .
n t n n
n
1 n
dt
X Z
Et pour l’autre inégalité, il suffit d’ajouter 1 aux deux membres de l’inégalité 6
k 2 t
k =2
pour obtenir l’inégalité souhaitée.
n
dt
Z
7.c. Cette fois nous pouvons calculer les intégrales de la question précédente : = ln(n).
1 t
Et donc pour n > 2, on obtient
1
ln 1 + 1

Hn
1+ n
6 6 + 1.
ln n ln n ln n

Hn
Par le théorème des gendarmes, en passant à la limite lorsque n → +∞, il vient lim = 1.
ln n n→+∞
Commentaire : ceci signifie que la suite (Hn ) tend bien vers +∞, mais très lentement, «à la même
vitesse» que ln(n), puisque le quotient des deux finit par être très proche de 1.

MPSI2 LYCÉE CHAMPOLLION 2020–2021 M. VIENNEY