Vous êtes sur la page 1sur 37

Année académique 2019-2020

Ouvrages de
soutènement
BUREAU D’ETUDE GENIE CIVIL

Audrick Verbruggen et Manon Dandois


M15P ET B35
Enoncé 1 :

Dimensionner la palplanche encastrée libre suivante.

Fournissez la fiche technique de la palplanche choisie.

Données :

S=1T /m 2=1000 kg/m 2=10 000 N /m 2=10 kN /m 2


γ =18 kN /m 3
φ=31°
s=1

Hypothèses :

Dans cette approche :


-le rideau ou écran de soutènement est supposé rigide
-il est soumis aux forces de poussée et butée de Rankine
-le pied est libre de se déplacer, la tête tourne autour de l’ancrage

Calcul de a :

1
φ 31
( ) ( )
K a =tg 2 45−
2
=tg 2 45−
2
=0,32

2 φ 31
K = ∗tg ( 45+ )=2∗tg ( 45+ ) =6,248
2 2
p
s 2 2

σ C poussée =( S+ γ∗( h+ a ) )∗K a

¿ ( 10+18∗( 5,8+a ) )∗0,32

¿ ( 10+18∗5,8+18∗a )∗0,32

¿ 3,2+33,408+5,76∗a kN /m2

σ C butée =K p∗γ∗a

¿ 6,248∗18∗a=112,464∗a kN /m2

En C, nous avons un équilibre entre la poussée et la butée. Donc, nous égalons ces deux équations et
obtenons ainsi a :

σ C poussée =σ C butée

3,2+33,408+5,76∗a=112,464∗a
36,608=106,704∗a
a=0,343 m

Calcul de t 0:

2
σ A =S∗K a=10∗0,32=3,2 kN /m2

σ B=σ A + K a∗γ∗h=3,2+0,32∗18∗5,8=36,608 kN /m2

Avec cela, nous pouvons trouver :

( σ A +σ B )∗h ( 3,2+36,608 )∗5,8


R AB= ∗1= ∗1=115,443 kN
2 2
Justification : Nous considérons nos calculs pour un mètre de palplanche.

Sachant que le premier correspond au bras de levier du trapèze par rapport à B tandis que le second
est en fonction de D, nous obtenons les résultats suivants :

2∗σ A +σ B
∗h 2∗3,2+36,608 ∗5,8
bis σ A + σ B 3,2+36,608
y AB= = =2,0887 ≈ 2,089 m
3 3

y AB= y bis
AB + a+t 0=2,089+0,343+t 0=2,432+t 0 m

Pour calculer la résultante R BC, nous faisons :

σ B∗a 36,608∗0,343
R BC = ∗1= ∗1=6,277 kN
2 2
Justification : Nous considérons nos calculs pour un mètre de palplanche.

Et nos bras de levier sont :

2 2
y bis
BC ( pour≤triangle par rapport à C ) = ∗a= ∗0,343=0,2286 ≈ 0,229 m
3 3

y BC ( en fonction de D)= y bis


BC +t 0=0,229+t 0 m

Pour avoir la contrainte au point D, nous devons effectuer le calcul ci-dessous (car nous pouvons
observer sur le schéma que la butée est plus grande que la poussée à cet endroit) :

σ D =σ D butée−σ D poussée

¿ K p∗γ∗( a+ t 0 ) −( S+ γ∗( h+ a+t 0 ) )∗ K a

¿ 6,248∗18∗( 0,343+t 0 ) −( 10+18∗( 5,8+ 0,343+ t 0 ) )∗0,32

¿ 38,575+112,464∗t 0−3,2−33,408−1,976−5,76∗t 0

¿−0,009+106,704∗t 0=106,704∗t 0 kN /m2


à négliger
3
En connaissant σ D, nous allons remplacer son résultat dans l’équation :

σ D∗t 0 ( 106,704∗t 0 )∗t 0 2


RCD = ∗1= ∗1=53,352∗t 0 kN
2 2
Justification : Nous considérons nos calculs pour un mètre de palplanche.

Avec un bras de levier par rapport à D de :

t0
y CD = m
3

Maintenant, nous faisons l’équilibre des moments par rapport à D. Ainsi, nous aurons une équation
du troisième degré en t 0 dont nous obtiendrons sa valeur :

M D =R AB∗y AB+ RBC∗ y BC −RCD∗ yCD =0

¿ 115,443∗( 2,432+t 0 ) +6,277∗( 0,229+t 0 )−53,352∗t 20∗ ( t3 )


0

¿ 280,757+115,443∗t 0 +1,437+6,277∗t 0−17,784∗t 30

¿−17,754∗t 30 +121,72∗t 0 +252,194=0


t 0=3,394 m

En connaissant t 0, nous pouvons à présent déduire la valeur de σ D:

σ D =106,704∗t 0 =106,704∗3,394=362,153 kN /m2

Calcul de x :

Pour calculer la situation la plus défavorable (donc du coté de la sécurité) nous considérons la plus
grande contrainte en D donc quand la partie DE est en butée.

σ D =( S+ γ∗( h+a+ t 0 ) )∗K p −K a∗γ∗(a+t 0)

¿ ( 10+18∗( 5,8+0,343+3,394 ) )∗6,248−0,32∗18∗(0,343+3,394)

¿ 1113,524 kN /m2

4
Nous déterminons l’équilibre de translation et nous supposons que la résultante DE n’est pas un
trapèze mais un rectangle.

R AB + R BC −RCD + RDE =0

115,443+ 6,277−53,352∗( 3,394 )2 + R DE=0

R DE=492,854 kN /m

Justification : Nous avons remis cette valeur en kN/m pour nous permettre d’obtenir ci-après la
longueur x de notre palplanche.

R DE
R DE=x∗σ D → x=
σD
x=0,443 m

Nous avons maintenant les paramètres permettant de déterminer notre fiche.

Dans la pratique : 1,2∗( a+t 0 )=1,2∗(0,343+ 3,394)=4,4844 ≈ 4,484 m=f

Fiche nécessaire : a+ t 0 + x=0,343+ 3,394+0,443=4,18 m

La fiche pratique doit être plus grande que la nécessaire → 4,484> 4,18 → ok.

Calcul du moment maximum :

En faisant l’équilibre vertical, nous trouvons RCx :

RCx =R AB + RBC =115,443 +6,277

RCx =121,72kN

Grâce aux deux triangles semblables situés juste en-dessous de CD, nous obtenons l’équation
suivante :

5
y σx y∗σ D
= → σ x=
t0 σ D t0

En remettant cela dans l’expression RCx , nous trouvons ainsi y :

σ x∗ y σ D∗y 2
RCx = = → R Cx∗( 2∗t 0) =σ D∗y 2
2 2∗t 0

RCx∗( 2∗t 0 ) 121,72∗(2∗3,394)


y=
√ σD √
=
362,153
y=1,510 m

Ensuite, nous faisons l’équilibre du moment par rapport à y :

M y =R AB∗( 2,089+0,343+1,510 ) + R BC∗( 0,229+1,510 )−RCx∗ ( 1,510


3 )
=404,726 kNm

Calcul du module de flexion élastique (I/v) :

M max =404,726 kNm

R e 235∗103 2
σ adm = = =156 666 ,666 kN / m
s 1,5
M
σ adm ≥
( I / v)
I M 404,726
=W el → W el ≥ →W el ≥ =2,5833∗10−3 m3 =2583 cm3
v σ adm 156 666,666

W el ≥ 2583 cm3

Choix du profilé :

W el ( calcul )=K∗W el ( catalogue )

Profilé Z → K =1

Nous avons choisi dans le catalogue :

Profilé Z= AZ 26−700(W el=2600 cm3 )

6
La fiche technique correspondante :

Vérification à l’effort de cisaillement :

σ adm =σ critique =√ σ 2 +3∗τ 2

7
¿ au point D , moment=0 → Existe pas de contrainte dû e au moment

σ 2adm 156 666,6662


τ=
3√ √ =
3
=90 451,54 kN /m2

T max T max
τ≥ → A≥
A τ

Dans notre cas l’effort tranchant maximum (Tmax) = R DE=492,854 kN .

AZ 26-700 :

492,854
Amin ≥ =54,49 cm2
90 451,54
1,22∗46
Aâme =( section axe de AZ 26−700 ) = =68,34 cm2
sin 55,2 °

2
Nous avons bien : Aâme ≥ Amin → 68,34 ≥ 54,49 cm → ok

Conclusion :

Notre palplanche à une longueur de +/- 11 m avec une fiche de 4.48 m. Le choix s’oriente sur un
profilé AZ 26-700 que nous avons vérifié au cisaillement et à la flexion.

8
Enoncé 2 :

Dimensionnez la palplanche ancrée en tête suivante par les 3 méthodes européennes vues au
cours.

Développez vos calculs et justifiez vos hypothèses.

Présenter vos résultats sous forme d’un tableau récapitulatif reprenant les moments max, les
fiches et les réactions dans le tirant.

Fournissez la fiche technique de la palplanche choisie.

Ici, grâce à l’appui en tête, nous allons réduire notre fiche. De plus, les diagrammes de pression vont
aussi être modifiés.

9
Données :

S=1T /m2=1000 kg/m2=10 000 N /m2=10 kN /m 2

γ =18 kN /m3
φ=31°
c=0
s=1
Méthode de Blum :

Hypothèses :
-le point d’application de la résultante de la contre-butée en DE est D
-le point de moment nul est confondu avec le point de pression nul en C

φ 31
( ) ( )
K a =tg 2 45−
2
=tg 2 45−
2
=0,32

2 φ 31
K = ∗tg ( 45+ )=2∗tg ( 45+ ) =6,248
2 2
p
s 2 2

La valeur de a se trouve de la même manière que le travail pratique précédent donc nous avons :

a=0,343 m

Nous pouvons donc considérer la palplanche comme une poutre sur deux appuis et la décomposons
en deux poutres équivalentes.

Dans l’exercice précédent, nous avions :

10
σ A =S∗K a=10∗0,32=3,2 kN /m2

σ B=σ A + K a∗γ∗h=3,2+0,32∗18∗5,8=36,608 kN /m2

R AB=115,443 kN

y bis
AB ( pour≤trapèze par rapport à B)=2,089 m

R BC =6,277 kN

y bis
BC ( pour≤triangle par rapport à C ) =0,229 m

Pour déterminer RT , nous faisons la somme des moments par rapport à C égale à 0.

M C =R BC∗y bis bis


BC + R AB ∗( a+ y AB )−R T∗ ( a+4,3 ) =0

¿ 6,277∗0,229+115,443∗( 0,343+2,089 ) −RT ∗( 0,343+4,3 )=0

RT =60,778 kN

Pour déterminer RC , nous faisons la somme des moments par rapport à T égale à 0.

M T =R C∗( a+ 4,3 ) −RBC∗ ( 13 ∗a+ 4,3)−R ∗( 5,8−1,5−2,089 )=0


AB

1
¿ R ∗ ( 0,343+4,3 ) −6,277∗( ∗0,343+ 4,3 )−115,443∗( 5,8−1,5−2,089 )=0
C
3
RC =60,942kN

Nous considérons la deuxième poutre :

Nous avons :

11
σ D∗t 0
RCD =
2
avec σ D=γ∗( K p −K a )∗t 0

Si nous faisons le moment par rapport à D, nous trouvons :

RCD ∗t 0
M D =RC ∗t 0 − =0 → RCD =3∗RC =3∗60,942=182,826 kN
3

L’équilibre vertical nous donne l’équation :

R D + RC =R CD =3∗R C → RD =2∗R C =2∗60,942=121,884 kN

Pour déterminer t 0, nous revenons à l’expression :

σ D∗t 0 γ∗( K p−K a )∗t 0∗t 0


RCD =3∗RC → =3∗RC → =3∗RC
2 2

6∗RC 6∗60,942
t 0=
√ γ∗(K p−K a )
=

18∗(6,248−0,32)
=1,851 m

Donc,

σ D =γ∗( K p −K a )∗t 0 =18∗ ( 6,248−0,32 )∗1,851=197,509 kN /m 2

Et la fiche :

f =1,2∗ ( a+t 0 )=1,2∗( 0,343+1,851 )=2,6328 ≈ 2,633 m

Ensuite, nous déterminons la valeur du moment maximum qui agit sur la palplanche ainsi que son
endroit :

12
Le point où l’effort tranchant T s’annule est situé à l’abscisse x c’est-à-dire le lieu où l’aire du trapèze
hachuré en rouge est égale à RT :

( y +σ A ) ( σ A + x∗tg φ+ σ A )
RT = ∗x= ∗x
2 2
σ B−σ A 36,608−3,2
tg φ= = =5,76
h 5,8
y=σ A + x∗tg φ

Quand nous mettons y dans l’expression de RT , nous arrivons à une équation du second degré en x
dont sa valeur va pouvoir être déterminée ainsi que par après celle de y.

( 2∗σ A + x∗tg φ ) ( 2∗3,2+ x∗5,76 )


RT = ∗x →60,778= ∗x
2 2

3,2∗x +2,88∗x 2−60,778=0

2,88∗x 2+3,2∗x−60,778=0

∆=b 2−4∗a∗c=3,22−4∗2,88∗(−60,778 )=710,40256


Nous la supprimons car ce résultat
−b ± √ ∆
→ x=4,071 ou−5,182 nous donne une distance négative.
2∗a
Nous supprimons le deuxième résultat car c’est une valeur négative.

Et donc,

y=26,65 kN /m2

Maintenant, grâce à cela, nous pouvons calculer R Ax (surface du trapèze) et y Ax (bras de levier) :

( σ A + y )∗x ( 3,2+26,65 )∗4,071


R Ax = ∗1= ∗1=60,778 kN
2 2
Justification : Nous considérons nos calculs pour un mètre de palplanche.

2∗σ A + y
∗x 2∗3,2+26,65 ∗4,071
σ A+ y 3,2+26,65
y Ax = = =1,502m
3 3

13
Nous faisons l’équilibre du moment par rapport à x et obtenons ainsi M 1.

M x =R T∗( 4,071−1,5 ) −R Ax∗1,502=64,972 kNm=M 1

Dans la seconde poutre :

σ D =γ∗( K p −K a )∗t 0

σD 18∗( 6,248−0,32 )∗1,851


tg φ= → tg φ= =106,704
t0 1,851
x∗y
RC =
2

En mettant y dans RC , nous obtenons x et ensuite y :

x 2∗tg φ x 2∗106,704
y=x∗tg φ → RC = =60,942=
2 2

60,942∗2
x=
√ 106,704
=1,069 met donc y =114,042 kN /m 2

Avec cela, nous déterminons RCx (résultante dutriangle hachuré ) et y Cx (bras de levier ):

x∗ y 1,069∗114,042
RCx = ∗1= ∗1=60,942 kN
2 2
Justification : Nous considérons nos calculs pour un mètre de palplanche.

1
y Cx = ∗x=0,356 m
3

14
Enfin, nous réalisons l’équilibre du moment par rapport à x pour obtenir M 2.

M x =R Cx∗0,356−RC ∗1,069=−43,452kNm=M 2

Méthode Allemande :

Nous remplaçons le diagramme trapézoïdal par le diagramme rectangulaire dont la surface est la
même.

R AB=H∗hterre

Nous connaissons R AB par la méthode précédente et donc H vaut :

R AB 115,443
H= = =19,904 kN /m2 =σ A '=σ B '
hterre 5,8

Justification : Ici, nous avons remis R AB en kN/m pour nous permettre d’obtenir la contrainte H en
kN/m2 (bonne unité).

Puisque nous avons une forme rectangulaire, R AB va alors agir au milieu (en hterre / 2). Cela implique
que nous nous rapprochons du tirant et donc sa réaction (tirant) augmente au détriment de la fiche.
Conclusion, nous allons devoir recalculer la valeur de a qui a diminuée ainsi que t 0. Pour cela, nous
procéderons de la même manière qu’avant.

σ C poussée =H + γ∗K a∗a

σ C butée =K p∗γ∗a

En C :

σ C poussée =σ C butée

H +γ∗K a∗a=K p∗γ∗a

H=γ∗K p∗a−K a∗γ∗a=( K p−K a )∗γ∗a

15
Et nous obtenons comme résultat :

H 19,904
a= = =0,186 m
( K p−K a )∗γ ( 6,248−0,32 )∗18

Nous allons maintenant regarder ce que nous aurons pour t 0. Nous garderons les mêmes hypothèses
de Blum et par conséquent, nous pouvons diviser notre palplanche en deux poutres :

R AB=115,443 kN

σ B∗a 19,904∗0,186
R BC = ∗1= ∗1=1,851 kN
2 2
Justification : Nous considérons nos calculs pour un mètre de palplanche.

Pour déterminer RT , nous faisons la somme des moments par rapport à C égale à 0.

( 2∗a3 )−R ∗( a+2,9 )=0


M C =RT ∗( a+ 4,3 ) −RBC∗ AB

2∗0,186
¿ R ∗( 0,186+ 4,3 )−1,851∗(
T )−115,443∗( 0,186+2,9)
3
RT =79,466 kN

Pour déterminer RC , nous faisons la somme des moments par rapport à T égale à 0.

M T =−RC∗( a+4,3 )+ R BC∗ ( 31 ∗a+ 4,3)+ R ∗( 1,4 )=0


AB

1
¿−R ∗( 0,186 +4,3 ) +1,851∗( ∗0,186+ 4,3 ) +115,443∗( 1,4 )
C
3

16
RC =37,827 kN

Avec la formule de t 0 que nous avons obtenu plutôt, nous trouvons sa valeur puisque RC vient d’être
calculé :

6∗RC 6∗37,827
t 0=
√ γ∗(K p−K a ) √
=
18∗(6,248−0,32)
=1,458 m

Ici, la fiche vaut donc :

f =1,2∗ ( a+t 0 )

¿ 1,2∗( 0,186+1,458 )=1,9728 ≈ 1,973 m

Maintenant, nous allons calculer la valeur du moment maximum qui agit sur la palplanche ainsi que
son endroit c’est-à-dire où l’effort tranchant est nul.

Le point où l’effort tranchant T s’annule est situé à l’abscisse x c’est-à-dire le lieu où l’aire du
rectangle hachuré en rouge est égale à RT :

RT 79,466
RT =x∗σ B → x= = =3,992m
σ B 19,904

17
Avec cela, nous déterminons R Ax :

R Ax =x∗σ B∗1=79,466 kN

Justification : Nous considérons nos calculs pour un mètre de palplanche.

Nous faisons l’équilibre du moment par rapport à x et obtenons ainsi M 3.

R Ax∗3,992
M x =R T∗ ( 3,992−1,5 )−
2
79,466∗3,992
¿ 79,466∗( 3,992−1,5 )− =39,415 kNm=M 3
2

Pour la deuxième poutre :

σ D =γ∗( K p −K a )∗t 0 =18∗ ( 6,248−0,32 )∗1,458=155,574 kN / m2

σ D 18∗ ( 6,248−0,32 )∗1,458


tg φ= = =106,704
t0 1,458
y=x∗tgφ

Nous mettons y dans RC , nous obtenons ainsi x et ensuite y :

x∗y x 2∗tg φ
RC = =
2 2

R C∗2 2∗RC 2∗37,827


x 2=
tg φ
=¿ x=
√ tg φ
=

106,704
=0,842m

Et donc y=x∗tg φ=89,847 kN /m 2

18
Maintenant, nous pouvons déterminer RCx (résultante dutriangle hachuré ) et y Cx (bras de levier ):

x∗ y 0,842∗89,847
RCx = ∗1= ∗1=37,827 kN
2 2
Justification : Nous considérons nos calculs pour un mètre de palplanche.

1
y Cx = ∗x=0,28 m
3

Enfin, nous réalisons l’équilibre du moment par rapport à x pour obtenir M 4 .

M x =R Cx∗ ( x3 )−R ∗x=37,827∗0,28−37,827∗0,842=−21,259 kNm=M


C 4

Méthode de Blum corrigée :

Avec les méthodes précédentes, nous faisons une légère erreur où la contrainte en A est modifiée et
la position du moment nul aussi. Alors, nous ne pouvons plus couper la poutre en C. En conséquence,
nous étudierons la palplanche dans son entièreté.
'
Nous allons prendre t 0 ( réel ) que nous trouvons par le calcul :

t '0 ( réel )=f ( Blum )−a ( Blum )

¿ ( a+ t 0 )∗1,2−a

¿ ( 0,343+1,851 )∗1,2−0,343
¿ 2,2898 ≈ 2,29 m
La fiche vaut donc :

f =1,2∗ ( a+t 0 )

¿ 1,2∗( 0,343+ 2,29 )=3,1596 ≈ 3,16 m

'
En remplaçant t 0 ( réel ) dans l’expression de σ D réel , nous avons :

σ D réel =γ∗( K p−K a )∗t '0 réel

¿ 18∗( 6,248−0,32 )∗2,29

¿ 244,352 kN /m2

Et RCD a une valeur de :

19
σ D réel∗t '0 réel 244,352∗2,29
RCD = ∗1= ∗1=279,783 kN
2 2
Justification : Nous considérons nos calculs pour un mètre de palplanche.

Pour déduire RT , nous allons faire l’équilibre des moments par rapport à D.

R CD∗t '0 réel 2∗a


M D=
3 (
−RBC ∗ t '0 réel +
3 )
−R AB∗( t '0 réel +a+ y bis '
AB ) + RT ∗( t 0 réel +a+ 4,3 ) =0

279,783∗2,29 2∗0,343
¿
3
−6,277∗ 2,29+ (3 )
−115,443∗( 2,29+0,343+2,089 ) + RT ∗( 2,29+ 0,343+ 4,3 ) =0

RT =50,1029 ≈ 50,103 kN

En faisant l’équilibre vertical, nous obtiendrons R D:

R D + R BC + R AB =RCD + RT

R D=R CD + RT −R BC −R AB

¿ 279,783+50,103−6,277−115,443
¿ 208,166 kN

Comme pour les deux autres méthodes, nous allons


maintenant calculer la valeur du moment maximum qui agit
sur la palplanche ainsi que son endroit.

20
σ D réel + y
R D= ∗x
2

Grâce aux deux triangles semblables, nous obtenons l’équation suivante :

σ D réely '
=avec|DC|=t 0 réel
|DC| |DC|−x

Et en isolant y :

σ D réel∗( t '0 réel −x )


y=
t '0 réel

Nous remplaçons y dans l’équation de R D:

σ D réel∗(t '0 réel−x )

R D=
σ D réel +
( t '0 réel ) ∗x
2
'
σ ∗x σ D réel∗( t 0 réel−x )∗x
R D= D réel +
2 2∗t '0 réel

σ D réel∗x x x2
R D=
2
+ σ D réel∗ −
(
2 2∗t '0 réel )
σ D réel∗x σ D réel∗x x 2∗σ D réel
R D= + −
2 2 2∗t '0réel

Nous mettons tout du même côté :

21
x2∗σ D réel
'
−σ D réel∗x + R D=0
2∗t 0 réel

σ D réel =γ∗( K p−K a )∗t '0 réel=18∗( 6,248−0,32 )∗2,29=244,352kN /m2

53,352∗x 2−244,352∗x+ 208,166=0

∆=b 2−4∗a∗c=15 283,61


−b ± √ ∆
→ x=1,131 ou3,448
2∗a

y=123,6269 ≈ 123,627 kN /m2


Nous ne prenons pas x=3,448 m car il est plus grand que notre t 0.

Maintenant, nous pouvons déterminer R Dx ( surface du trapèze hachuré ) et y Dx (bras de levier ):

(σ D réel + y )∗x ( 123,627+244,352 )∗1,131


R Dx = ∗1= ∗1=208,166 kN
2 2
Justification : Nous considérons nos calculs pour un mètre de palplanche.

σ D réel +2∗y
∗x 244,352+2∗123,627 ∗1,131
σ D réel + y 244,352+123,627
Sonbras de levier = = =0,5038 ≈ 0,504 m
3 3

Et pour finir, nous réalisons l’équilibre du moment par rapport à x pour obtenir M 5.

M x =R D∗x−R Dx∗( x−0,504 )

¿ 208,166∗1,131−208,166∗( 1,131−0,504 )=104,916 kNm=M 5

Tableau récapitulatif :

Blum Allemande Blum corrigée


Moments M 1=64,972 M 3=39,415 M 5=104,916
M 2=−43,452 M 4 =−21,259

Fiche f =2,633 f =1,973 f =3,16

22
Réaction dans le tirant RT =60,778 RT =79,466 RT =50,103
Avec les 7 ° : Avec les 7 ° : Avec les 7 ° :
RT =61,234 RT =80,063 RT =50,479

Remarque :

 La présence de tirant permet de réduire la longueur de la fiche et le moment maximum dans


la palplanche. Nous en déduisons que cela réduit le profilé de palplanche (et donc aussi son
prix).
 Nous remarquons aussi que les méthodes de Blum privilégient les efforts repris par la
palplanche tandis que la méthode Allemande ceux repris par le tirant. Pour se mettre donc
du côté de la sécurité, nous dimensionnons le profilé de palplanche par les résultats de la
méthode de Blum corrigée et le tirant par les résultats de la méthode Allemande.

Calcul du module de flexion élastique (I/v) :

M max =104,916 kNm

R e 235∗103 2
σ adm = = =156 666 ,666 kN / m
s 1,5
M
σ adm ≥
( I / v)
I M 104,916
=W el → W el ≥ →W el ≥ =6,6967∗10−4 m 3=669,67 cm3
v σ adm 156 666,666

W el ≥ 669,67 cm3

Choix du profilé :

W el ( calcul )=K∗W el ( catalogue )

Profilé Z → K =1

On a choisi dans le catalogue :

Profilé Z= AZ 12−700

La fiche technique correspondante :

23
Vérification à l’effort de cisaillement :

σ adm =σ critique =√ σ 2 +3∗τ 2 ( M =0)

σ 2adm 156 666,6662


τ=
3√ √ =
3
=90 451,54 kN /m 2

T max T max
τ≥ → A≥
A τ

Dans notre cas l’effort tranchant maximum (Tmax) = R D=208,166 kN .

AZ 12-700 :

208,166
Amin ≥ =2,301∗10−3 m 2=23,01 cm2
90 451,54
0,85∗31,4
Aâme =( section axe de AZ 12−700 )= =39,28 cm2
sin 42,8°

24
Nous avons bien : Aâme ≥ Amin → 39,28 ≥23,01 cm2 → ok

Conclusion :

Nous avons dimensionné notre palplanche en tenant compte du moment maximum obtenu par la
méthode de Blum corrigée et nous avons choisi un profilé dont la longueur d’onde était la plus
proche possible de 3 m car en effet la distance entre deux tirants doit approximativement être 3 m.
Pour ce faire, nous avons choisi le profil AZ 12-700.

25
Enoncé 3 :

1. Avec la valeur maximum dans le tirant (TP précédent) arrondie, dimensionner la filière par la
méthode des 3 moments. Fournir la fiche technique de la filière choisie.

2. Déterminer la longueur du tirant par la méthode graphique ainsi que son diamètre.

3. Calculer le massif d’ancrage, de base de 1,5 m de côté, du tirant.

Dimensionnement de la filière :

Equation de Clapeyron :

lA lA lB lB 6
IA (
IA IB IB)
∗M i −1 +2∗ + ∗M i+ ∗M i+1 =
−6 A
∗S − ∗S
I A∗l A G I B∗l B D
B

q∗l 4
-charge continue uniforme sur toute la longueur de la poutre : SG =S D =
24
-même inertie et même longueur des travées grâce à la continuité de la poutre : I A=I B =I et
l A =l B=l

-symétrie de notre poutre au niveau forme et chargement : M i−1=M i+1

-nous allons étudier uniquement sur la travée A : M i−1=M i

−6 6
∗q∗l 4 ∗q∗l 4
l l l l I∗l I∗l
I I I ( )
∗M +2∗ + ∗M + ∗M =
I 24

24
−6 6
∗q∗l 3 ∗q∗l 3
l 4∗l l I I −12∗q∗l 3 −q∗l 3
∗M + ∗M + ∗M = − = =
I I I 24 24 24∗I 2∗I

6∗l −q∗l3 −q∗l 2


∗M = →M=
I 2∗I 12

−q∗l 2 −80∗2,80 2
M= = =−52,27 kNm
12 12
26
-avec q : réaction dans le tirant arrondi

-avec l : longueur entre les tirants (Dans le tp précédent nous avons décidé d’utiliser des palplanches
avec un écart de 1,4 m (voir schéma p 24) et puisque la théorie dit que la distance entre deux tirants
doit être à peu près de 3 m. Alors, en doublant nos 1,4 m, nous nous en rapprochons et donc dans
notre cas : l = 2,80 m).

Calcul du module de flexion élastique (I/v) :

M max =−52,27 kNm

R e 235∗103 2
σ adm = = =156 666 ,666 kN / m
s 1,5
M
σ adm ≥
( I / v)
I M I 52,27
≥ → ≥ =3,33638∗10−4 m 3=333,638 cm3
v σ adm v 156 666,666

( I /v )c alculé ≥ 333,638 cm 3

Pour la filière, nous devons utiliser deux UPN.

Et dans le catalogue, nous prenons :

27
2 UPN 200=2∗191=382 cm3=( I / v)choisi

( I /v )choisi > ( I /v )calculé


382>333,638 → ok

Vérification des contraintes de cisaillement :

Recherche des réactions d’appuis dues aux charges extérieures.

Pour ce faire, nous considérons deux tronçons de filière AB et BC.

R A 2+ R B 1=q∗l R B 2+ R C 1=q∗l
q∗l q∗l
R A 2=RB 1= R B 2=RC 1=
2 2

Par superposition :

R B=R B 1+ R B 2=q∗l → idem pour R A et RC dans≤cas où la filière est considérée continue

Réactions aux appuis :

R A =R B=RC =80∗2,8=224 kN

Diagramme des efforts tranchants :

28
Vérification à l’effort tranchant :

σ adm =σ critique =√ σ 2 +3∗τ 2

¿ quand T =max à l ' appui : M ≠ 0 et T ≠ 0

R e 235∗103 2
σ adm = = =156 666 ,666 kN / m
s 1,5
M 52,27
σ= = =136 832,46 kN /m2
( I /v ) 382∗10 −6

σ 2adm −σ 2 2 σ 2 −σ 2
σ adm =√ σ 2+ 3∗τ 2 →
3 √
=τ → adm
3

156 666,6662 −136 832,462


τ=
√ 3
=44 050,43 kN /m2

→ on considère que l ' effort tranchant est repris par l ' âmedes profilés

T max T max 112 −3 2 2


τ= → A âme = = =2,543∗10 m =25,43 cm
A âme τ 44 050,43
Cette valeur correspond à la section minimum de l’âme.

AmeUPN 200 ≥ A âme

Calcul de l’âme du profilé = 2∗ ( 20−2∗1,15 )∗0,85=30,09 cm 2

3 0 , 0 9 cm2> 25,43 cm2 → ok 2 UPN 200

29
Déterminer la longueur du tirant :

Nous supposons que le tirant passe par le centre de cette face du massif d’ancrage :

30
Schéma :

Grâce au schéma, nous trouvons facilement les équations suivantes qui correspondent à la première
moitié de notre massif :
´ BE=
EF=0,75= BF− ´ ( v+ z ) − y

avec v =x∗tg i

y= ( h+tg ϕf −x)∗tg ϕ
Nous remettons v et y dans la première relation :

0,75=( x∗tg i+ z )−( h+f


tg ϕ
−x )∗tg ϕ

5,8+3,16
0,75=( x∗tg 7 ° +1,5 ) −( −x )∗tg 31°
tg 31°
0,75=x∗tg 7 ° +1,5−5,8−3,16+ x∗tg31 °
0,75−1,5+5,8+3,16=x∗(tg 7 ° +tg31 °)

Nous trouvons ainsi le premier résultat de x = valeur du tirant projeté horizontalement :

31
0,75−1,5+ 5,8+3,16
x= =11,345 m
tg 7 °+ tg31 °

Maintenant, nous prenons les équations de la seconde moitié de notre massif :


´ BF
FG=0,75=BG− ´ =w−( v+ z )

ϕ
(
avec w=u∗tg 45 °−
2 )
ϕ
[ (
v= u+ ( h+ f )∗tg 45 °−
2 )]
∗tg i

Nous remettons w et v dans la relation de FG :

ϕ ϕ
(
0,75=u∗tg 45 °−
2) ([ (
− u+ ( h+ f )∗tg 45 °− ∗tg i+ z
2 )] )
31° 31°
(
0,75=u∗tg 45 °−
2 ) ([
− u+ ( 5,8+3,16 )∗tg 45 °− (
2 )]
∗tg 7 °+ 1,5
)
0,75=u∗tg 29,5 °−u∗tg 7 °−( 5,8+ 3,16 )∗tg 29,5°∗tg 7 ° −1,5
0,75+ ( 5,8+3,16 )∗tg 29,5°∗tg 7 ° +1,5=u∗( tg 29,5° −tg 7 ° )

Cela nous permet de trouver u :

0,75+ (5,8+ 3,16 )∗tg 29,5 °∗tg7 °+1,5


u= =6,484 m
tg 29,5 °−tg 7 °

En obtenant u, nous déduisons ainsi le deuxième résultat de x = valeur du tirant projeté


horizontalement :

ϕ
(
x=u+ ( h+f )∗tg 45 °−
2 )
31°
(
¿ 6,484+ (5,8+ 3,16 )∗tg 45 °−
2 )
¿ 11,553 m

Nous allons prendre la valeur la plus élevée de x qui est 11,553 m et nous pouvons maintenant
déterminer la longueur du tirant :

32
x max
lT = +0,5( sécurité)
cos i
11,553
¿ + 0,5=12,14 m
cos 7 °
Déterminer le diamètre du tirant :

Nous allons utiliser de l’acier S235.

235∗103 kN /m 2 2
σ traction= =156 666 ,666 kN /m
1,5
RT 224
T= = =225,682 kN
cos i cos 7 °
T 225,682
Ω= = =1,44∗10−3 m 2
σ traction 156 666 , 666

Nous pouvons maintenant obtenir le diamètre de notre tirant puisque nous venons de calculer sa
section (circulaire).

surface=π∗r 2

1,44∗10−3 =π∗r 2

r 2=4,584∗10− 4
r =0,0 214 m
Et donc,

diamètre=2∗r=0,0 428 m=42,8 mm

Nous arrondirons notre résultat en fonction de la valeur trouvée dans les manuels.

Calcul du massif d’ancrage :

Il doit pouvoir résister à l’effort appliqué dans le tirant. Nous allons calculer l’équilibre de ce massif
avec les formules de Rankine.

33
enfoncement=w−1,5
ϕ
(
¿ u∗tg 45 °−
2 )
−1,5

31 °
(
¿ 6,484∗tg 45° −
2 ) −1,5=2,168 m

-poussée des terres :

φ 31
(
K a =tg 2 45−
2) (
=tg 2 45−
2 )
=0,32

σ A =S∗K a=10∗0,32=3,2 kN /m 2

σ B=σ A + K a∗γ∗| AB|=3,2+0,32∗18∗2,168=15,687 kN /m 2

σ C =σ A + K a∗γ∗| AC|=3,2+ 0,32∗18∗( 2,168+1,5 )=24,327 kN /m 2

( 15,687+24,327 )∗1,5
R BC =( σ B +σ C )∗¿ BC∨ ¿ ∗1= ∗1=30,0105 kN ¿
2 2
Justification : Nous considérons nos calculs pour un mètre du massif.

-butée :

34
φ 31
(
K p =tg2 45+
2 ) (
=tg 2 45+
2
=3,124 )
σ A =0 kN /m 2

σ B=K p∗γ∗|BC|=3,124∗18∗2,168=121,911 kN /m 2

σ C =K p∗γ∗|BC|=3,124∗18∗( 2,168+1,5 )=206,259 kN /m2

( 121,911+206,259 )∗1,5
R BC =( σ B +σ C )∗¿ BC∨ ¿ ∗1= ∗1=246,1275 kN ¿
2 2
Justification : Nous considérons nos calculs pour un mètre du massif.

-poids des terres :

Pterre =enfoncement∗1,5∗y∗γ

¿ 2,168∗1,5∗y∗18=58,536∗y kN

-force de frottement surface supérieure :

Pterre∗tg φ=58,536∗y∗tg 31 °=35,172∗y kN

-poids massif :

Nous allons prendre un massif en béton armé dont le poids volumique est de 25 kN/m 3.

V =1,5∗1,5∗y=2,25∗y m3
Pmassif =2,25∗y∗25=56,25∗y kN

-force de frottement face inférieure :

( Pterre + Pmassif −R vertical tirant )∗tg ϕ


¿ ( 58,536∗y+ 56,25∗y −79,466∗sin 7 ° )∗tg 31 °
¿ ( 114,786∗y−9,684 )∗tg 31 °
¿ 68,970∗y−5,819 kN

Maintenant, nous avons toutes les forces en présence. Donc, nous pouvons faire un équilibre des
forces horizontales pour voir si c’est stable. Et ainsi, nous trouvons notre y qui doit être plus grand
qu’une certaine longueur.

butée−poussée+ ff supérieur +ff inférieur ≥ F tirant∗1,15

246,1275−30,0105+ 35,172∗y +68,970∗y−5,819 ≥ 80∗2,80∗1,15

35
210,298+104,142∗ y ≥ 257,6
104,142∗y ≥ 47,302
y ≥0,454 m=45,4 cm

Conclusion :

Nous utiliserons donc une palplanche AZ 12-700 ancrée de 3.16 m dans le sol pour une longueur
totale d’environ 9 m. Pour l’ancrage en tête on utilisera un tirant en acier d’un diamètre minimum de
42,8 mm ancré dans un massif de dimension 1,5 m x 1,5 m x 0,454 m en béton, une filière sera
composée de deux UPN 200 assemblées suivant le principe ci-dessous (les cotes ne correspondent
pas à notre cas  schéma de principe) :

36

Vous aimerez peut-être aussi