Vous êtes sur la page 1sur 4

Chapitre 10 - Indépendance des exercices :

la régularisation des charges, des produits et


des stocks

I. Les exercices comptables et leur indépendance


• Les différents utilisateurs de l’information comptable ont besoin d’informations périodiques. Pour
cela, il est nécessaire de découper la vie des entreprises en périodes de douze mois appelées
« exercices comptables ». La date de clôture est en général le 31 décembre.
• L’article 313-1 du plan comptable général précise que le résultat d’un exercice se détermine par
différence entre les produits acquis à cet exercice et les charges supportées par l’exercice : c’est le
principe d’indépendance des exercices.
• Ce principe conduit notamment, lors de l’inventaire, à ajuster :
– le montant des charges et des produits comptabilisés durant l’exercice ;
– la valeur des stocks détenus à la clôture.

II. La régularisation des charges et des produits


1. Les charges constatées d’avance
Il s’agit des charges enregistrées au cours de l’exercice, mais qui correspondent à des achats de
biens ou de services dont la fourniture ou la prestation doit intervenir ultérieurement.
Exemple. Une prime d’assurance payée le 1er juillet N pour une période de douze mois (clôture le
31 décembre N).
31/12/N
486 Charges constatées d’avance
616 Primes d’assurance
Assurance payée d’avance

2. Les charges à payer


Ce sont les consommations de l’exercice non encore comptabilisées à la clôture de l’exercice.
Exemple. Facture non reçue pour la livraison de matières le 28 décembre.
31/12/N
601 Achats stockés matières et fournitures
4458 TVA à régulariser
408 Fournisseurs, factures non parvenues
Bon de livraison n° XXX

Comptabilité et finance d'entreprise – TSTG2


1
Chapitre 10 – Indépendance des exercices : la régularisation des charges, des produits et des
stocks
3. Les produits constatés d’avance
Il s’agit des produits comptabilisés au cours de l’exercice, avant que la prestation ou la fourniture
ait été effectuée.
Exemple. Un loyer encaissé le 1er décembre N pour une période de deux mois (clôture le 31
décembre N).
31/12/N
752 Revenus des immeubles non affectés aux
activités professionnelles
487 Produits constatés d’avance
Loyer janvier N+1 encaissé d’avance

4. Les produits à recevoir


Ce sont des prestations ou fournitures réalisées durant l’exercice, mais dont la comptabilisation n’a
pu être effectuée.
Exemple. Facture non encore établie pour la prestation de dépannage chez un client.
31/12/N
4181 Clients, factures à établir
706 Prestations de services
4458 TVA à régulariser
Dépannage à facturer

Remarque : les écritures de régularisation des charges et des produits comptabilisées à la clôture
d’un exercice comptable doivent faire l’objet d’une contre-passation dès l’ouverture de l’exercice
comptable suivant.

III. Le traitement comptable des stocks à la clôture


de l’exercice
Le principe d’indépendance des exercices impose de déterminer la consommation de l’exercice
pour les matières et marchandises et la production de l’exercice (produits finis notamment).
Pour cela, il faut donc procéder à l’ajustement des stocks.

1. L’inventaire intermittent et l’inventaire permanent

a) L’inventaire intermittent
Ce type d’inventaire est mis en œuvre dans les entreprises qui n’assurent pas un suivi permanent des
existants en stock. La connaissance des actifs nécessite donc un traitement comptable généralement
effectué en fin d’exercice.

b) L’inventaire permanent
L’inventaire permanent est une organisation des comptes de stocks qui, par l’enregistrement des
mouvements, permet de connaître de façon constante, en cours d’exercice, les existants chiffrés en
quantités et en valeurs.

Comptabilité et finance d'entreprise - TSTG2


2
Chapitre 10 – Indépendance des exercices : la régularisation des charges, des produits et des
stocks
c) Le plan comptable général
Il privilégie le principe de l’inventaire intermittent. La mise à jour des différents stocks est réalisée
à la clôture de chaque exercice comptable.

2. L’évaluation des stocks à la clôture de l’exercice


En fin d’exercice, il faut procéder à l’évaluation des stocks. Cela signifie :
– dénombrer les éléments de stocks grâce à un inventaire physique, catégorie par catégorie (matières,
marchandises, produits), qui permet de déterminer les quantités détenues à la date de clôture ;
– valoriser les quantités au coût d’achat pour les biens achetés et au coût de production pour les
biens produits.

3. La comptabilisation des stocks à la clôture de l’exercice

a) Le schéma d’écritures
Dans le cadre de l’inventaire intermittent, les comptes de stocks présentent, avant inventaire, un
solde qui correspond au stock constaté à la clôture de l’exercice précédent.
La régularisation d’inventaire consiste à :
– annuler le stock initial en créditant le compte de stock concerné ;
– comptabiliser le stock final (stock inventorié à la clôture) en débitant le compte de stock concerné.

b) Les comptes utilisés


La contrepartie de ces mouvements est un compte de variation de stocks (603 ou 713).
Les comptes à utiliser sont les suivants :
Comptes de stocks Comptes de variation des stocks

6031 Variation des stocks de matières et


310 MATIÈRES PREMIÈRES ET FOURNITURES
fournitures

321 MATIÈRES CONSOMMABLES


322 FOURNITURES CONSOMMABLES 6032 Variation des stocks des autres
approvisionnements
326 EMBALLAGES

370 MARCHANDISES 6037 Variation des stocks de marchandises

355 PRODUITS FINIS 7135 Variation des stocks de produits

IV. Les incidences sur le bilan, le compte de résultat


et la trésorerie
1. L’incidence sur le compte de résultat

a) Les régularisations de charges et de produits


Ces régularisations ont, par définition, un impact sur le montant des charges et des produits de
l’exercice et une conséquence directe sur le résultat de l’exercice.

Comptabilité et finance d'entreprise - TSTG2


3
Chapitre 10 – Indépendance des exercices : la régularisation des charges, des produits et des
stocks
b) L’ajustement des stocks
Cet ajustement a également un impact sur le montant des charges et des produits de l’exercice :
– les consommations de marchandises et de matières sont déterminées en ajoutant la variation de
stock (SI – SF) aux achats de l’exercice ;
– la production de l’exercice est établie en ajoutant la production stockée (SF – SI) à la production
vendue.
Par exemple :

Compte de résultat de l’exercice N (Extrait)


Consommation de l’exercice

Production de l’exercice
Charges d’exploitation Produits d’exploitation
Achats de marchandises 1 254 620 Ventes de marchandises 18 541 521
Variation de stock (a) (46 550) Production vendue 27 452 632
Coût d’achat des marchandises vendues
1 208 070 Chiffre d'affaires net 45 993 153
Achats de matières premières
8 452 954 Production stockée (b) 546 654
Variation de stock (a) 126 655
Coût d’achat des matières consommées
8 579 609
(a) Stock initial – stock final = montant de la variation en moins entre parenthèses ou précédée du signe (–).
(b) Stock final – stock initial = montant de la variation en moins entre parenthèses ou précédée du signe (–).
Les variations de stocks ont donc une conséquence directe sur le résultat de l’exercice.

2. L’incidence sur le bilan


L’incidence au bilan peut être synthétisée par le schéma suivant.
Bilan au 31/12/N
Actif N Passif N
Stock Actif circulant Dettes
final Stocks et en-cours 2 040 525 Emprunts 2 041 525

Charges à payer
Clients et rattachés 5 049 025 Fournisseurs et rattachés 3 682 954
Créances diverses 234 658 Dettes fiscales et sociales 654 999
Produits à
recevoir

Valeurs mob. de placement 97 049 Dettes sur immobilisations 123 084


Disponibilités 51 151 Autres dettes 45 658
Charges constatées 54 621 Produits constatés d’avance 37 652
d’avance
Total II Total III

3. L’incidence sur la trésorerie


Les régularisations et ajustements réalisés à la clôture de l’exercice pour les charges, les produits et
les stocks ne génèrent aucun flux financier. Il n’y a donc aucune incidence sur la trésorerie.

Comptabilité et finance d'entreprise - TSTG2


4

Vous aimerez peut-être aussi