Vous êtes sur la page 1sur 4

Ecole National d’Architecture de Tétouan

Année universitaire 2020-2021

Initiation à l’urbanisme
Examen final

***
Votre Nom et prénom BOUREKBA Nada

Rendu :

Recommandations pour l’écriture :


− Titres : Police Times New Roman, Talle 14, Gras
− Paragraphes : Police Times New Roman, Talle 12
− Interligne : 1,5
− Nombre de pages : 2 à 4 max
NB : Le rendu doit être transmis sous format PDF sur la plateforme Google Room

**********
Enoncé :
Discutez et commentez l’énoncé suivant :
La description des figures de l’urbanisme vise à montrer le rôle constructif qu’elles ont en
cette discipline.
**********

INTRODUCTION :

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il serait intéressant de s’attarder sur une petite définition
qui est celle de : l’urbanisme.
L’urbanisme, qui bien qu’il soit en réalité une discipline complexe, rassemblant à la fois la
science, l‘art, la sociologie, et la politique, désigne l'ensemble des dispositifs qui prévoient et
préviennent les désordres et dommages qui menacent la ville, il en fait son projet même et
s’inquiète de son avenir, on peut dire alors que l’urbanisme est sans conteste une pensée et
une technique d’organisation et l'aménagement des espaces urbains.

1
Ayant plusieurs figures, nous allons aborder chacune d’entre elles plus en détail en nous
intéressant à leurs rôles dans cette discipline individuellement et puis en tant qu’ensemble, en
d’autres termes nous allons essayer de répondre à la question de : quel est le but de la
description de ces figures.

DEVELOPPEMENT :

Dans un premier lieu nous allons décortiquer les 6 principales figures de l’urbanisme-
théorisés par plusieurs auteurs et urbanistes- une par une pour mieux les assimiler et
comprendre par la suite l’impact de leur description sur la discipline.
En les distinguant en 2 grandes familles, nous avons d’une part :
Les figures du discours, dans lesquelles l’urbaniste cherche les fondements de sa discipline et
cherche à construire son programme - en essayant de donner une cohésion a travers des
arguments universels.

- La continuité : de l’espace urbain qui est à la fois urbaine et sociale, a travers laquelle on
recherche une sorte de transparence, de régularité de perméabilité du tissue urbain et de la
libre circulation, c’est également une sorte de continuité qui est d’ordre hiérarchique
représenté en formes de lignes, de façades, de perspectives et de circulation … elle construit
de cette façon une image esthétique d’un espace urbain, ordonné, régulier et infini.

Exemples : Paris – avec Haussmann : A la place de l’étoile ou il y’a une continuité entre
l’ensembles des perces réalisées et qui permettent cette transparence et régularité mentionnes
ci-dessus… ou encore on a les exemples de : avenue Med 5 Rabat – 5th avenue NY - Champs
Elisée- Paris ….

- La régularité : dont le meilleur exemple est le plan de Cerda de Barcelone qui repose sur un
principe essentiel qui est une trame sous forme d’un tissue transparent : organisé pour donner
lieu à un système rationnel du projet urbain permettant son homogénéisation.

Plus simplement c’est la répartition en série et en ilots de mêmes dimensions avec la


particularité d’avoir une trame a angles droits : le tout pour avoir une ville ouverte, verte avec
des services à proximité.

- L’équilibre : qui est parmi les plus anciennes figures, et stipule qu’il faut considérer la ville
comme un organisme vivant, comparable au corps humain, si un des membres est touché, le

2
tout se retrouve déséquilibré.
D’où le projet de la Roue de la prospérité urbaine (par UN habitat) qui nous assure qu’afin
d’atteindre un équilibre il faut mener un certain nombre d’actions sur la ville qui se résument
en ces 4 piliers : habiter, se divertir, circuler et se cultiver le corps et l’esprit, dans le but
d’atteindre une bonne équité et inclusion sociale.
Malheureusement pour le cas Maroc, on se trouve plutôt dans un état ou cette roue est
incomplète et boiteuse.

D’autre part, nous trouvons :

Les figures du regard : qui sont des figures choisies par les urbanistes praticiens qui cherchent
les racines de la discipline, et qui construisent les projets en prenant le sens de relation dans le
contexte.
Ce sont des figures qui ne se contredisent pas, mais se superposent et se complètent.

- La concentration : qui est un phénomène important illustré par une autre figure : celle de la
densité elle-même liée à la croissance démographique rapide au sein des villes qui donne
naissance a des métropoles. Cette concentration transmet des sentiments d’oppression qui se
traduisent par un état de congestion et de chaos … c’est une dégénérescence urbaine et sociale
de la population.
Elle se manifeste sous deux formes : en une architecture de densité comme à Hongkong ou
sous forme de surpeuplement (principe de la métropole urbaine) : Casablanca.

- Le fragment : fragmentation : qui est un concept topologique de l’espace, permettant de


différencier les lieux et de les spécifier, en passant donc d’un lieu à un autre on passe d’un
fragment a un autre, il y ‘a des éléments endogènes qui les différencies et qui créent des
inégalités visibles que ça soit à l’échelle de la ville ou à l’échelle du quartier.
Au Maroc c’est la fragmentation sociale qui cause majoritairement la fragmentation urbaine.
Exemples : La fragmentation socio-spatiale à Mumbai : Des inégalités visibles dans le
paysage
La fragmentation sociale et la structure en archipels – pont de rabat
Les gated comunities : caractérisés par populations sociales de même niveau dans lesquelles
ils peuvent trouver tout ce dont ils ont besoins en matière de services de proximité.

- Procès -débat : dont le principe est simple : la ville n’appartient plus seulement aux
professionnels de l’urbanisme et de l’habitat, mais elle appartient à tout le monde : on parle
d’une approche participative, citoyenne et de démocratie locale : et donc du budget

3
participatif
exemple : Maroc cas de Chefchaouen, Tiznit et Larache, qui ont opté pour des budgets
participatifs.

La question qui se pose après est donc quel est le but derrière ces descriptions ; question à
laquelle je répondrai en disant que l’objectif principal est de mieux comprendre l’organisation
de l’espace dans la ville afin d’en sortir ses points forts et points faibles et donc de trouver des
solutions adaptées.
La description de chacune de ses figures prend donc part dans la mise en place et la
construction même de cette discipline, qui est en constante évolution et changement.
De la même façon que sont construits les édifices, en étage, chaque nouvelle observation ou
mutation au niveau d’une de ces figures, nous pousse à repenser l’un des aspects de
l’urbanisme en tant que discipline.
L’assimilation de ces figures joue donc un rôle majeur dans la construction de l’urbanisme et
est donc indispensable à son évolution et la pérennité.

CONCLUSION :

Pour conclure, on peut dire que le rôle de l’urbanisme qui est d’essayer de réparer et de
donner une réponse anticipée aux problèmes et problématiques des villes et quartiers actuels
et ce à travers leur étude et compréhension qui est facilité par la description de ses figures
qu’on les rencontre durant nos balades quotidiennes et donc avec lesquelles nous sommes déjà
familiers.