Vous êtes sur la page 1sur 15

1.

Présentation de la simulation :
Comme une technique de modélisation et d’aide à la décision , la simulation
consiste à évaluer à échelle réduite des scénarios d’organisation d’un
système avant de les mettre en œuvre tout en reproduisant son
comportement dynamique sur ordinateur pour mieux le connaître,
maîtriser son évolution dans le temps dans un environnement donné et
évaluer ses performances. Elle se base particulièrement sur la
conceptualisation du problème et sa traduction au moyen d'un modèle
constitué de primitives relativement abstraites qui imitent la réalité pour
bien étudier le système et prédire son comportement futur.

Pour un processus de production, la simulation doit répondre aux questions


suivantes :

 Comment on produit ?
 Comment fonctionne-t-il ?
 Quels sont les paramètres qui l’expliquent ?
 Connaît-on le serveur ?
 Quelles sont les variables ?
 Quelle est la relation entre ces variables ?
 Est-il possible de faire un modèle ?

Ensuite, on réfère à la simulation dans le cas ou on ne peut pas


appliquer les modèles mathématiques ou les heuristiques classiques à
cause de la variabilité des échelles temporelles et spatiales ou bien de
la complexité de la situation.

La simulation a été, pour la première fois, utilisée en 1950 dans la


planification stratégique au niveau militaire. Elle n'a gagné sa popularité
dans les domaines manufacturiers et de services qu'au début des
années quatre-vingt. Pour plusieurs compagnies, la simulation est
devenue une pratique standard lorsqu'une nouvelle usine est à
implantée ou un changement de procédé nécessite d'être évalué. Les
études indiquent que la simulation se classe au premier rang devant les
techniques de recherche opérationnelle et de sciences de gestion en
terme de popularité et d'utilité.

2. Classification des modèles de simulation des flux de


production :
Un modèle de simulation consiste à représenter d’une manière simplifiée les
systèmes ou les processus réels.

En effet, la classification des modèles de simulation se divisent en trois


modèles principaux.

2.1. Modèles physiques :


Le système réel est représenté ainsi par une réplique ou une maquette,
à une échelle différente et éventuellement à l'aide de matériaux
différents. Ils sont utilisés à des fins d'entraînement : simulateurs de vol,
de conduite, maquettes de véhicules pour des essais aérodynamiques.

2.2. Modèles basés sur les types de variables :


2.2.1. Modèle déterministe :
Dans ce cas le système est indépendant de l'influence de variables
aléatoires ou imprévisibles, et les relations sont de type mathématique,
statistique ou logique.
2.2.2. Modèle stochastique :
Les variables sont aléatoires dans ce cas et se sont selon des
distributions différentes :

 Le modèle dynamique :
Le comportement du système dans ce modèle est une fonction du
temps, les résultats des variables sont donnés à un intervalle de temps.

Exemple : système de manutention dans une usine.

Ce type de modèle est lui même comporte

- les modèles à événements discrets (ou discontinus) dans lesquels on


n’assiste pas aux changements d'état

Exemple : la disposition en attente d'une pièce dans un stock, la


libération d'une ressource, ...

- les modèles continus qui sont à la base adaptés aux flux continus, et
utilisent des équations mathématiques généralement pour prendre en
compte les changements d'état qui s'effectuent de façon continue au
cours du temps.

Exemple : un réacteur chimique.

- les modèles combinés (ou mixtes), qui intègrent les deux aspects
précédents.

 Le modèle statique :
Les résultats sont donné à un instant donné t .
y
h
c
u
q
r
é
e
t
is
p
ti
d
n
o
a
m Figure : Classification des modèles de simulation

4. Les outils de simulation des systèmes de production :


Il existe des divers logiciels de simulation dont chacun entre eux à des
caractéristiques spécifiques et on cite essentiellement :

Figure :
 Witness fondé en 1996 par lanner group
c’est un logiciel de modélisation des flux
qui permet de développer des modèles et
des applications de simulation grâce à une
visualisation dynamique (2D et 3D) des
données  offrant une visibilité inégalée et
une liberté de tester des choix dans un
environnement virtuel sans risque.. Ce
software utilise des blocks modulaires
compartimentés que l’on vient glisser dans
les éléments de construction.il supporte
aussi les librairies de code externes écrites
en langages tels que C++, C#, VB.net, Java,
Python, JavaScript, etc.
Il fournit un très grand écran virtuel pour représenter les éléments de
simulation et comporte un environnement multifenêtre prédéterminé
et contient des éléments prédéfinis pour la construction rapide d’un
modèle de base comportant Article(s), Machine(s), Stock(s) et
Convoyeur(s)

Figure :

Ainsi pour chaque élément on trouve une fenêtre de description


Figure :

Figure :
 Arena crée en 2000 ; SIMAN est son langage
intégré, grâce à cela il n’est pas nécessaire
d’écrire des lignes de codes car l’ensemble du
process de création du modèle de simulation est
graphique, visuel et intégré, Connaitre et analyser
les process en l’état il permet d’effectuer des
analyses du présent et évaluer les alternatives
possibles , Identifier les goulots d’étranglements,
quantifier les coûts de process, réduire les temps
 extendsim crée en 1987 ; est un logiciel de
simulation pour la modélisation de systèmes
discrets, continus et hybrides pour permettre
l’optimisation des flux. Il permet de modéliser des
systèmes dans l’industrie manufacturière la
Figure : logistique, les communications, la fiabilité, les
services, les flux d’information et les loisirs.
 crée en 2006 ; est un logiciel de planification et
de simulation qui permet de réaliser de la
Figure : conception d’installations et d’analyser les
changements. La partie planification permet
d’améliorer les opérations quotidiennes tout en
respectant des délais et des budgets.

 Repast est une boîte à outils de simulation


d’événements discrets. Ce logiciel de simulation
Figure : de flux comprend plusieurs outils intégrés
d’enregistrement et de représentation graphique
des résultats de simulation.il permet aussi de
3. Objectifs et limites
faire dede la simulation :
la modélisation dynamique de systèmes
intégrés et prend en charge les scripts Java, C #,
C ++ managé, Visual Basic.Net, et Python.
3.1. Objectifs :

 La simulation est considérée comme un outil d’aide à la décision :

En effet, elle permet l’analyse du fonctionnement global et l’évaluation


des performances d’un atelier dans le but d’améliorer la
compréhension de l'utilisateur concernant comment le système opère
de telle sorte que des décisions intelligentes et habiles peuvent être
prises, afin de réduire le temps et le coût associés avec
l'expérimentation sur le système réel et de diminuer les risques d'erreur
sur celui-ci.

 La simulation présente un outil de communication :

Elle reflète une réalité virtuelle à l’aide des modèles simplifiés et faciles
à comprendre ; c’est en général un outil de dialogue et de
formalisation.

 La simulation présente un outil de Formation :

Elle peut être utilisée dans un but d’apprentissage par le test des
raisonnements, attitudes, décisions et l’étude de leurs conséquences
(apprentissage par l’erreur).
Exemples : Simulateurs de vol, de combat..
 La simulation est un outil d'analyse et de vérification qui devrait
être utilisé le plutôt possible afin de déceler les erreurs avant qu'elles
ne soient coûteuses.

 La simulation aide à réaliser d'importantes améliorations de la


performance des systèmes manufacturiers et de service dans les plus
courts délais. D’où le coût et le temps de simulation d'un système
deviennent minuscules comparés aux gains à long terme apportés par
une opération efficace des systèmes.

3.2. Limites :
La simulation engendre certains limites telle que en principal ; cette
technique ne fournit pas des résultats optimales immédiates ce n'est
pas une technique d'optimisation au sens propre, elle renseigne juste
sur des indicateurs bien définit en se basant sur les variables entrés
ainsi les modèles de simulation peuvent être inutiles si ils ne sont pas
réalisées avec attention ou dans le cas ou les variables entrés sont mal
calibrées.
Aussi, Les modèles de simulation exigent un nombre considérable de
données et de caractéristiques d’entrée qui peuvent être difficiles voire
impossible à obtenir..
Ensuite, le développement d’un modèle de simulation exige des
connaissances dans un grand nombre de disciplines, y compris la
programmation, les probabilités, la prise de décision et l’analyse
statistique.
5. La démarche de la simulation des flux de production  :
5.1.classification des flux de production :
 Les flux poussés
A partir des prévisions de la demande on planifie les ressources dont on
aura besoin pour y répondre à l’aide d’un plan de production. On ne se
base donc pas sur les commandes réelles pour dimensionner stocks et
ressources nécessaires.

 Les flux tirés :


On se base sur la demande réelle pour déterminer stocks,
approvisionnements, ressources, etc. avec objectif de la satisfaire au
plus vite. Les flux tirés visent à supprimer les coûts dus à la possession
des stocks.

 Les flux tendus :


Les quantités produites correspondent au plus juste à la demande du
marché. L'application la plus connue des flux tendus est le Juste à
Temps.

 Les flux synchrones :


L'approvisionnement des différents composants est réalisé en fonction
de leur ordre d’utilisation dans le processus de production. Les
composants sont donc livrés au dernier moment, juste quand ils sont
nécessaires, ce qui permet de limiter les stocks et les coûts qui y sont
liés.
5.2.étapes de la simulation des flux de production :
Étape 1 : l’analyse du problème :

On précise le contexte de l'étude tout en assurant :

- L’identification du problème; spécification des objectifs.


- La réalisation d'une première ébauche du modèle qui a pour but d'en
délimiter les frontières et de spécifier les données dont on a besoin.

- La validation auprès de l'utilisateur (celui qui est à l'origine de l'étude).

Le but à atteindre dans cette étape est de construire un modèle valide


qui soit le plus simple possible, tout en restant cohérent avec les
objectifs de l'étude.

Étape 2 : la construction du modèle :

Elle comprend la modélisation logico-mathématique qui peut être


facilitée par un outil graphique, et la programmation proprement dite. Il
est important dès cette étape de construire un programme facilement
modifiable et en particulier de distinguer clairement le système
physique, le système de conduite et le système d'information. Dans sa
première itération, cette étape se termine par une validation qui
consiste à comparer le comportement du modèle avec celui du système
physique qu'il est censé représenter.

Étape 3 : l’exploitation du modèle :

Quand le modèle est validé, il peut servir à l'évaluation du


comportement dynamique du système. Cette phase nécessite une
définition précise de la campagne d'exploitation (quelles hypothèses
veut-on vérifier, dans quel contexte), la production de mesures par la
simulation proprement dite, la mise en forme et la comparaison des
résultats obtenus aux objectifs poursuivis. S'ils n'ont pas été atteints, de
nouveaux scénarios sont proposés et testés jusqu'à satisfaction.
Figure :
6. Les applications de la simulation aux systèmes de
production :

 Gestion des systèmes :

Dans la gestion de l'opération d'un système, la mission de la


simulation consiste à déterminer le meilleur moyen pour contrôler
le flux des clients et de matières en termes d'ordonnancement et
de déploiement des ressources.

Le gestionnaire peut prédire avec plus de précision les sorties du


système et peut ainsi prendre des décisions plus intelligentes.

Ainsi, la simulation assiste dans la prise des décisions suivantes :

- Ordonnancement de la production et des clients : quel est la


meilleure séquence et le meilleur moment pour introduire les
produits ou pour l'admission des clients dans le système?

- Ordonnancement des ressources : quel ouvrier et quel


équipement sont requis et à quel quart de travail?

- Ordonnancement des travaux de maintenance : Quelle cédule de


maintenance préventive qui perturbe le moins l'opération du
système?

-Détermine la priorité de traitement des travaux : Quel est l'ordre


de priorité des tâches qui maximisent l'effort?
 Gestion du flux :
- Gestion des délais et des inventaires : Quel est le moyen le plus
efficace pour garder les temps d'attente des clients ou le niveau
d'inventaire au minimum?

- Gestion de la qualité : Quel est l'impact sur les opérations si les


points d'inspection sont éliminés.

 Communication et ventes :
Dans les systèmes de communication et des ventes, l'animation
affichée durant la simulation offre un excellent aide visuel pour
démontrer comment le système fonctionne.

La simulation animée est assez convaincante dans la


démonstration de l'efficacité d'un concept lors de la vente d'une
solution particulière à un consommateur ou à un client.

 Conception des systèmes de production :

- dimensionner les lots de fabrication et les lots de transferts.


- Dimensionner les besoins en effectifs.
- Dimensionner les moyens de manutention.
- Équilibrage des lignes d’assemblage.
- Sélection des processus et de technologies.

 Evaluation des performances :


- Evaluer la disponnibilité des machines.
- Évaluer la mise en place de la méthode kanban.
- Evaluer les actions de maintenance.
https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00821121/document

nloads/16-Simulation%20(1).pdf
https://www.optiflux-sas.com/top-10-des-logiciels-de-simulation-de-flux/

http://www.logistiqueconseil.org/Articles/Logistique/Tableau-de-bord.htm

https://perso.imt-mines-albi.fr/~fontanil/THESE/10_Partie4_p87_133.pdf

Vous aimerez peut-être aussi