Vous êtes sur la page 1sur 184

L’INGENIERIE DE LA FORMATION

PRESENTATION ANALYSER

LES ORIGINES DE L’INGENIERIE DE LA FORMATION Exercice Corrigé

DEFINIR L'INGENIERIE CONCEVOIR

CARACTERISER L'INGENIERIE Corrigé Ref Corrigé CdC

LES PIEGES ET RISQUES DE L'INGENIERIE REALISER

LES ACTEURS Corrigé Plan

LES METIERS DE LA FORMATION EVALUER

LES ETAPES DE LA DEMARCHE – ACRE Quizz Corrigé

Auteur
Thierry Ardouin,

Professeur des universités,


Département Sciences de l’Education Université de Rouen.
Membre du laboratoire CIVIIC (EA 2657) www.univ-rouen.fr/civiic/

Auditeur Social Agréé Institut International de l’Audit Social (IAS)

Dernières publications :

• (2010), « Du DESS « Ingénierie de la formation » au master « Métiers de la


formation » à l’université de Rouen. In Brémaud L., Guillaumin C. (dir).
L’archipel de l’ingénierie de la formation, Rennes : PUR.
• (2010) Ingénierie de la formation pour l’entreprise, Paris, Dunod, 2010 (3ème
éd.).
• Ardouin T., Bonmati J-M., Juillet J-L., dir. (2009).- Les ressources humaines à
l'hôpital : un patrimoine à valoriser, Berger Levraut.
• (2009) Audit de Formation, Paris, Dunod, 2009 (2ème éd.).
• (2008).- « Formation tout au long de la vie et professionnalisation à
l’université : le cas des métiers de la formation à l’université de Rouen »,
Hébrard P., Formation tout au long de la vie et professionnalisation dans
l’enseignement supérieur, Paris, L’harmattan.
• (2003) Où en est l’ingénierie de formation ? ,coord., Education permanente,
N°157, déc. 2003.

Bibliographie Glossaire Sigles


Présentation

L
a thématique de l'Ingénierie de la formation est bien entendu au cœur de la
formation Master « Métiers de la Formation » - Parcours « Ingénierie et conseil
en Formation ». Que ce soit le futur ingénieur de la formation ou le praticien
accompli qui souhaite formaliser sa pratique, ce cours doit répondre aux attentes des
futurs professionnels et des personnes ayant déjà un parcours assuré.

Objectifs du cours :

Ce cours s'inscrit dans une double optique :

- Former des praticiens réflexifs et réfléchis, c'est à dire des professionnels


capables d'intervenir dans le champ de la formation d'adultes ;

- Porter une réflexion sur les concepts de l'ingénierie de formation.

Modalités d'apprentissage

Compte tenu des objectifs et des orientations du parcours ICF du Master, notre
approche se situera à plusieurs niveaux :

- Des apports théoriques ;


- Des temps de réflexion personnelle vis à vis de sa situation actuelle ou à
venir ;
- Des apports pratiques et méthodologiques pour appréhender le réel ;
- Des moments de recherche personnelle et de (re)construction de son système
d'information ;
- Une bibliographie, un glossaire et des ressources documentaires.

Ce cours "Ingénierie de la Formation " correspond à un temps de travail, en fonction


de son parcours, ses connaissances et de son expérience professionnelle, de l'ordre de
40 heures.

Tout au long de son travail, l’étudiant sera amené à réaliser des travaux périphériques :
de lectures complémentaires, de recherches documentaires, de rédaction ponctuelle, de
prise d’informations contextuelles et/ou sectorielles ou de réalisation d’entretien(s). Ce
cours s’inscrit donc en partie dans une démarche de formation–action où l’étudiant,
professionnel en devenir ou en activité, aura à réaliser des ponts entre le cours et sa
situation, actuelle ou à venir.

Ingénierie de la Formation 2010 – T Ardouin 1


Résumé du cours

Notre approche s'articule donc dans une double démarche : former des praticiens et
donner un recul critique aux acteurs.
Ce cours est construit par chapitres en trois ensembles complémentaires.

Un premier ensemble situe le cadre théorique de l’ingénierie de formation où on


cherchera à définir ce terme et ce à quoi il renvoie. Vous trouverez donc des éléments
sur :
- L’historique et les évolutions de l’ingénierie de formation ;
- Des grilles pour déconstruire et définir l’ingénierie et sa démarche ;
- Les risques et pièges de l’ingénierie ;
- Les niveaux et les acteurs de l’ingénierie de formation ;
- Les métiers de la formation ;
- Les temps et étapes de l’Ingénierie de formation.

Un deuxième ensemble, plus pratique et méthodologique, où l’ingénieur de formation


(re)trouvera les outils et moyens d’action s'inscrivant dans des pratiques d’ingénierie
de formation. Cette partie présente et décline la démarche d’ingénierie – ACRE -
Analyser, Concevoir, Réaliser, Evaluer.

Vous trouverez ici :


- Analyser : la politique de formation, les besoins de formation ;
- Concevoir : des référentiels, des cahiers des charges ;
- Réaliser : le plan de formation, des tableaux de bord ;
- Evaluer : la formation, les dispositifs de formation.

Enfin le troisième ensemble apporte des éléments et informations complémentaires :

• Présentation de l’auteur ;
• Bibliographie ;
• Glossaire ;
• Liste des sigles ;
• Documents (articles, vidéos, textes et travaux etc.)

Démarche de travail

Ce cours, et la démarche générale du Master « Métiers de la formation », ne peut


s'appréhender sans une mobilisation personnelle importante et finalisée
professionnellement.

Ingénierie de la Formation 2010 – T Ardouin 2


Nous ne pouvons que vous conseiller de prendre le temps de vous arrêter et de réaliser
les travaux demandés, dans la mesure où cela nous semble un moyen de réflexion et
d'appropriation bénéfique.

Ces travaux peuvent ainsi prendre plusieurs formes :


- un questionnement préalable à des apports,
- des approfondissements sous forme de bibliographie ou renvois à d'autres
cours,
- des exercices ou des mises en situation,
- des demandes de recherches complémentaires,
- des analyses de situations de travail.

Pour compléter

Une présentation générale de l’ingénierie de la formation et les liens avec le master


« métiers de la formation » parcours Ingénierie et Conseil en Formation est réalisée
lors de la conférence de novembre 2009 peut être visualisée (documents).

Voir l’article sur la construction du Master « métiers de la formation » (documents).

Ingénierie de la Formation 2010 – T Ardouin 3


LES ORIGINES DE L’INGENIERIE DE FORMATION

Deux textes présentent les origines et l’historique de l’ingénierie de formation :

• Ardouin T. (2005) Dynamique des ingénieries de formation : entre démarches et


domaines, « Se former à l’ingénierie de formation : diversité, temporalité et
interdisciplinarité », Colloque franco-québécois, Tours, 23-24 juin. (Introduction)
• Ardouin T. (2003).- "La formation est elle soluble dans l'ingénierie ? Petite histoire de
l'ingénierie", Où en est l'ingénierie de la formation, Education permanente,
n°157/2003-4.

Repérer :

• Les origines du terme ;


• Les grandes périodes de « construction du terme » ;
• Les domaines constitutifs ;
• Les acteurs et auteurs à l’origine du terme ;
• Les débats.

Pour aller plus loin :

voir les contributions de Jean Marie Peretti et Alain Meignant dans le numéro : Ardouin T.,
dir. (2003).- "Où en est l'ingénierie de la formation", Education permanente, n°157/2003-4.

Cette partie peut être accompagnée de la vidéo de novembre 2009 sur l’ingénierie
(documents)

1
Texte 1 :
Ardouin T. (2005) Dynamique des ingénieries de formation : entre démarches et domaines,
« Se former à l’ingénierie de formation : diversité, temporalité et interdisciplinarité »,
Colloque franco-québécois, Tours, 23-24 juin. (Introduction)

Temporalité de l’ingénierie de formation et détour historique

L’ingénierie n’est pas nouvelle, et d’une certaine façon a toujours existée dès lors
qu’existaient une volonté et une nécessité de construction, d’innovation et de planification.
Nous pouvons faire remonter à l'Antiquité et à la période de construction des pyramides la
démarche d'ingénierie. La construction de tel projet nécessite en effet tout un travail de
prévision, de planification, d'organisation mais aussi de régulation et de coordination de
ressources humaines, techniques et matérielles que l'on retrouve en ingénierie.
Cependant, si l'ingénierie a toujours existé, le terme d'ingénierie tel que nous l'utilisons
aujourd'hui s'est construit sur plusieurs siècles et est constitutif de notre histoire.

Au XIIIème siècle, les engins désignaient les machines de guerre utilisées notamment pendant
les croisades. Ces engins relativement précis, mais techniques et encombrants, nécessitaient la
présence de personnes capables de les rendre opérationnels afin d'obtenir un résultat optimal.
Ces personnes étaient appelées des engeigneurs. Cet aspect se renforce au Moyen Age où on
parle de génie militaire et le terme engignerie apparaît par la constitution d'un corps
d'ingénieurs chargé de concevoir, construire et faire manœuvrer les machines de guerre ou de
construire des fortifications. Le génie est au départ militaire pour se fixer en 1776 par la
création d'un corps du génie. A partir du XVIIème siècle, d'autres corps d'ingénieurs se
spécialisent et s'organisent par secteur avec notamment la création de concours et d'écoles qui
deviendront rapidement prestigieux comme ; les mines (Paris, 1783), ponts et chaussées
(1747), arts et métiers (1794), école centrale des travaux publics qui deviendra polytechnique
(1794). C'est le début d'une reconnaissance sociale et professionnelle. Au XIXème siècle, la
révolution industrielle renforce le rôle des ingénieurs dans une société en développement où la
dimension technique est omniprésente. Le terme engineering apparaît dans les pays anglo-
saxons pour désigner l'ensemble des activités intellectuelles qui permettent de concevoir un
ouvrage d'un façon fonctionnelle et rationnelle en assurant la coordination des différents
services et disciplines intervenant dans le projet et concourant à sa réalisation. Parallèlement

2
à ce développement les écoles d’ingénieurs de type industriel se créent et se spécialisent dans
le domaine de la chimie, la télégraphie (1878) ou l’électricité industrielle (1901).
Enfin en 1965, l'Académie Française reconnaît le terme engineering et propose de le traduire
en ingénierie qu'elle définit comme "l'ensemble des activités essentiellement intellectuelles
ayant pour objet d'optimiser l'investissement, quelle que soit sa nature, dans ses choix, dans
ses processus techniques de réalisations et dans sa gestion". Cette définition sera d'ailleurs
reprise dans le rapport du Comité du VIème plan en 1970.
Le terme d’ingénierie apparaît comme éminemment technique et procédural, ainsi nous
devons à Jean Louis Le Moigne1 de le situer dans une perspective critique intéressante à partir
de l’exploitation des textes anciens de Giambattista Vico2 (1668-174), philosophe napolitain
du début du XVIIIème qui parle de l’ingegno (ingenium en latin). L’ingénium de G. Vico se
caractérise par la puissance de l’imagination, la fertilité de l’esprit et la capacité de
« reliance », c’est à dire de pouvoir relier les choses entre elles. Et J.L. Le Moigne3 d’écrire
« l'Ingenium, cette étrange faculté de l'esprit humain qui est de conjoindre ou de
contextualiser, de concevoir, de former projet, d'inventer (le Disegno de Léonard de Vinci , le
Arte de Ingenio de Balthazar Gracian-1642), restaure cette capacité pragmatique à former
projet dans et par l'action humaine. »
L’ingenium est cette faculté spécifique qui allie le domaine de la connaissance et de l’action.

Le mot ingénierie se situe donc au confluent de trois origines4 :


• L'utilisation, à partir du XVIIIème siècle en France, du terme anglo-saxon,
engineering, qui correspond à "l'art de l'ingénieur". Ce mot anglais est dérivé de to
engineer, deverbal de enginneer, ingénieur.
• L'origine française, génie, terme plus ancien qui prend ses racines dans le domaine
militaire.
• Du latin ingenium issu des travaux des philosophes du XVII et XVIII ème siècle qui
allie et relie connaissance, action et contexte.

Cette origine multiple se retrouve dans le sens à la fois complexe et ouvert de l’ingénierie.
Depuis le terme s'est développé pour être présent dans de nombreux domaines. Le terme

1
Le Moigne J.L., 2002, L’ingenium, cette étrange faculté de l’esprit humain de relier. Sur l’épistémologie des sciences d’ingénieries, in
Guillaumin C. (coord), p.17-49. Cité par Pineau G ., 2005, Se former à l’ingénierie de formation, L’Harmattan, p.11.
2
Vico G. , 1708, Le discours sur la méthode des études de notre temps, trad. française A. Pons, Grasset, 1981.
3
http://www.mcxapc.org/docs/conseilscient/lemoign4.htm
4
Dans nos premiers écrits, nous repérions deux origines principales, suite aux travaux cités précédemment force est de constater trois
origines concomitantes.

3
d’ingénierie en ressources humaines et dans la formation apparaît en 1985. Et si les
dimensions de l'ingénierie se sont élargies et complexifiées elles doivent, de manière encore
plus importantes, articuler esprit créatif, coordination interdisciplinaire et prise en compte du
contexte.

4
Texte 2 :
Ardouin T. (2003).- "La formation est elle soluble dans l'ingénierie ? Petite histoire de
l'ingénierie", Où en est l'ingénierie de la formation, Education permanente, n°157/2003-4.

La formation est elle soluble dans l'ingénierie ?

Petite histoire de l'ingénierie de la formation

La formation d’adultes a vu le développement de nombreux concepts et notions, ainsi


que le transfuge de certains termes. Il en est ainsi pour l’ingénierie de la formation où il existe
désormais une littérature devenue abondante qu’il convient de regarder et formaliser voire
conceptualiser. Nous nous attachons donc ici à repérer et analyser l'évolution de l'ingénierie
de la formation avec ses caractéristiques et son contenu.
Si le terme d'ingénierie est relativement ancien, son utilisation de manière commune
date de 1970 lorsqu'il est employé dans le rapport du comité pour le VIème plan. Son passage
dans le domaine de la formation date des années 1985 (Pain 1985, Collardyn 1985, Le Boterf
1985, Viallet 19865). Cependant ce "passage" est loin d'être automatique et perçu comme une
évolution pertinente de la formation.
Jacky Beillerot (1988) en effet nous donne sa perception de l'ingénierie : "L'ingénierie
est à la mode ; on utilise le terme de plus en plus y compris en matière de formation. Si on
voulait dire que l'éducation mérite une attention aussi soutenue que celle que l'on déploie pour
les objets manufacturés, ou bien si on voulait dire que les activités de formation se
développent dans des contextes sociaux et pédagogiques pour lesquels il est nécessaire de
mobiliser réflexion, rationalité, organisation, moyens, il n'y aurait rien à redire, on se
réjouirait même. Mais il ne s'agit pas de cela. Il s'agit de faire croire que des termes importés
d'ailleurs font modernes. Que des termes d'ailleurs vont aider à résoudre les problèmes
spécifiques de la formation, à la faire comprendre pour la maîtriser. Mode et imposture, bluff
et misère de pensée: systémisme, ingénierie et autres analyses transactionnelles ne sont que
des oripeaux du temps, chargés de la même besogne que l'astrologie : tromper et faire
illusion".

A l'inverse de cette position très marquée, nous trouvons Guy Le Boterf (1990) qui
situe : "L'ingénierie, comme l'ensemble coordonné des activités permettant de maîtriser et de
synthétiser les informations nécessaires à la conception et à la réalisation d'un ouvrage (unité
de production, bâtiment, système de formation, réseaux de télécommunication, ...) en vue :
- d'optimiser l'investissement qu'il contient;
- d'assurer les conditions de sa viabilité".
Ainsi, "L'ingénierie de formation constitue l'ensemble coordonné des travaux méthodiques de
conception et de réalisation des systèmes de formation".

Entre ces deux positions, l'un très critique et polémique, l'autre pouvant apparaître
comme technique, il nous semble donc important de situer cette notion en cours, sans doute,
de conceptualisation (Le Boterf, 1999).

5
Les auteurs entre parenthèse renvoient au corpus étudié et mis en annexe

5
La question de l'ingénierie

L'ingénierie, comme tous les termes nouveaux ou innovants, ne s'est installée que
progressivement dans le monde de la formation. Ce terme issu du "génie" et des métiers de
l'"ingénieur" a effectivement été "récupéré" de ces disciplines pour être incorporé puis digéré
par ce secteur en expansion qu'est la formation. Mais, nous semble-t-il, il est important qu'un
corps professionnel utilise et adapte des termes issus d'autres disciplines pour définir et
construire son langage. Comme Pierre Gillet (1998), pour la compétence, nous utiliserons
l'idée du "concept-outil" comme "moyen d'aide à la conception (qui) fonctionne à l'aise dans
le champ de la praxéologie". L'ingénierie est ainsi usité dans le domaine de la formation
comme un concept-outil, c'est à dire partant de la pratique vers une conceptualisation, au
risque de la logomachie tant décriée par Jean Pierre Legoff (1999). Ce dernier interpelle ainsi
le lecteur : "La fascination pour l'entreprise va finir par vider la notion d'éducation
permanente de son sens. Le mélange entre le jargon des formateurs et celui du management
va atteindre son paroxysme. La pédagogie devient avant tout affaire d'"ingénierie", de
méthodologies, de "boîtes à outils"…" (Legoff, 1999).
Dans cette polémique, il nous paraît alors intéressant de nous arrêter sur ce "nouveau"
terme d'ingénierie et d'analyser ce dernier, notamment au regard des étapes qui la composent.

L'ingénierie de la formation, et ses grandes étapes, semble désormais stabilisée


cependant cette conceptualisation s'est construite au fur et à mesure et ses différents moments
ne sont pas présents d'emblée. Ainsi notre hypothèse est la suivante : si l’évaluation a
longtemps été dissociée de l’action de formation et plus encore de la démarche d’ingénierie,
elle devient un élément indissociable du montage et de la réalisation d’action, de dispositif ou
système de formation notamment en formation des adultes. Ainsi, si il est maintenant
communément admis que l'évaluation fait partie intégrante de l'ingénierie de formation, cette
relation explicite n'a pas toujours été existante.
Nous avons ainsi mené une recherche documentaire et théorique sur un corpus de près
de cinquante travaux, ouvrages, et/ou articles définissant l'ingénierie en général et l'ingénierie
de formation en particulier, sur une période couvrant ces trente dernières années. Cette
analyse "généalogique" nous amène à interroger les rapports existants entre ingénierie et
évaluation. Notre propos est ici résolument théorique et problématique.

Pour notre part, nous définirons l'ingénierie de formation comme une démarche
socioprofessionnelle où l'ingénieur-formation a, par des méthodologies appropriées, à
Analyser, Concevoir, Réaliser et Evaluer des actions, dispositifs et/ou système de formation
en tenant compte de l'environnement et des acteurs professionnels. L'ingénierie de formation
(niveau organisationnel) se trouve à l'interface de l'ingénierie des politiques (niveau
stratégique et décisionnel) et de l'ingénierie pédagogique (niveau pédagogique). Ces actions,
dispositifs ou systèmes sont mis en œuvre de manière optimale en vue du développement des
personnes et des organisations (Ardouin, 2003).

6
Genèse et étymologie

Comme M.Jourdain faisait de la prose sans le savoir, il est possible de dire que
l'ingénierie existait bien avant le terme. Il est en effet bien question d'ingénierie pour la
réalisation de travaux de construction qui ont bien souvent traversé les siècles que ce soit pour
les pyramides, tant sud-américaines ou égyptiennes, que les châteaux forts ou les cathédrales.
Nous sommes bien là sur une planification des chantiers, une optimisation de l'énergie et des
matières premières et une coordination de moyens. C'est à travers ces travaux souvent
gigantesques puis industriels que le terme d'ingénierie nous est arrivée.
Le Robert, Dictionnaire de la Langue Française, en 1985, remarque que le terme
"ingénierie" a été proposé et approuvé par l'Académie Française (JO du 18 janvier 19736)
pour remplacer l'anglicisme engineering avec lequel il était en concurrence. Pour le
dictionnaire Quillet (1989), le néologisme ingénierie est créé en 1965. "L'ingénierie est
définie comme l'ensemble des activités essentiellement intellectuelles ayant pour objet
d'optimiser l'investissement, quelle que soit sa nature, dans ses choix, dans ses processus
techniques de réalisation et dans sa gestion" (Rapport du Comité du VIème plan).

Le mot ingénierie se situe donc au confluent de deux origines :


- l'origine anglo-saxonne (ou plutôt le passage par la langue anglaise), engineering, utilisée
dans la langue française à partir de la fin du siècle dernier et qui correspond à "l'art de
l'ingénieur". "Le mot anglais est dérivé de to engineer, deverbal de enginneer , ingénieur. Ce
mot est lui même emprunté à l'ancien français engigneor "(A. REY, 1998).
- l'origine française, génie, terme plus ancien qui prend ses racines dans le domaine militaire.
Le génie est apparu au XVIème siècle quand la guerre de siège nécessite un corps
d'ingénieurs, et se fixe en 1776 avec la création, en France, du corps du génie.

L'ingénierie en question

L'analyse chronologique, voire généalogique à partir de l'étude d'un corpus d'une


quarantaine de définitions dont les références sont mises en annexe), nous a permis de
dégager quatre périodes spécifiques, en prenant le parti de démarrer à partir de 1971, nous
avons ainsi : 1970-1975, 1976-1982, 1983-1992, 1993-1999. Ces périodes ont été à la fois
"imposées" et "découvertes".
Imposées par le fait que chacune de ces périodes s'est constituée dans un cadre socio-
économique et législatif déterminant, tel la loi de 1971 portant sur l'organisation de la
formation professionnelle, les années 1975/76 avec l'installation de la crise, 1983 avec les lois
de décentralisation et 1993 avec la loi quinquennale. La prochaine période est celle de la
réforme de la formation professionnelle, annoncée depuis près de trois ans, et maintenant en
voie de réalisation après "l'accord national interprofessionnel du 20 septembre 2003 relatif à
l'accès des salariés à la formation tout au long de la vie professionnelle".
Découvertes, par le fait que ces découpages imposés se retrouvent en grande partie
dans l'évolution et l'implantation de l'ingénierie en formation des adultes.

Nous déclinerons donc ces quatre périodes en dégageant notamment les relations entre
évaluation et ingénierie de la formation.
6
Suite à nos recherches, une coquille a d'ailleurs été détectée dans Le Robert, édition 1985, puisque c'était la date du 18 janvier 1873 qui
était inscrite au lieu du 18 janvier 1973. Donc acte !

7
1971-1975 : L'obligation de former

Après la guerre, la période des "Trente Glorieuses" est caractérisée par une ère de
mécanisation à outrance où la production est le maître mot d'une société industrielle taylorisée
et cloisonnée. L'organisation du travail est parcellisée, standardisée dans le cadre d'un poste
de travail. La formation se limite, durant ces années, à l'adaptation au poste de travail et au
renforcement de la fiabilité technique. Même si l'offre de formation est nettement inférieure à
la demande, la formation n'apparaît pas comme un moyen important et incontournable
d'évolution professionnelle.
Dans cette période de croissance économique, on parle d’ingénierie dans les champs
de l’industrie, du génie civil, des systèmes de gestion et d’organisation. L’ingénierie s’attache
aussi à des activités réflexives, intellectuelles et non opérationnelles (Rapport VIème
plan,1970), en vue de la réalisation optimale (Nasser, 1971, Bernard, 1971) d’un ouvrage dans
une logique d'investissement. Sa tâche est donc de :
- optimiser un investissement
- réduire la complexité des technologies en vue de les rendre exploitables pour une
utilisation de masse

On ne parle pas encore d’ingénierie en ce qui concerne la formation, celle-ci


fonctionne en autarcie, sans réel échange avec d’autres champs notamment celui du travail.
Rien ne fait valoir dans l'environnement professionnel l'importance d'une convergence des
objectifs individuels, de groupes de salariés et de l'entreprise. Il n'y a pas ou peu d'évaluation,
la formation est l'objectif où seuls la participation et la contribution sont mesurées, le plus
souvent dans une dimension quantitative.

Cependant, les lois de 1971 sur la formation professionnelle marquent une rupture
avec la période précédente et un démarrage particulier pour la formation d'adultes. Tout
d’abord, elle devient obligatoire pour les entreprises : si ce n’est dans l’obligation de former,
tout au moins dans l’obligation de financer. Les conséquences sont d’une part : que la
formation est considérée par les entreprises comme une charge et un coût, et d’autre part
qu’en raison de la manne financière apportée par cette obligation financière des entreprises,
les organismes de formation fleurissent et donnent un nouveau paysage social.

1976-1982 : l'ère du catalogue

A cette période, la crise s'installe et "le bout du tunnel" semble de plus en plus éloigné.
Le chômage ne cesse de croître dans un environnement instable et une incertitude sur
l'emploi. A l’époque, on analyse les problèmes de chômage comme une non-adéquation de la
population par rapport aux offres de travail. La formation devient un outil de réparation des
désordres du marché du travail et un moyen de réponse à la crise économique d'une part et à
l'insertion des jeunes sortant du système scolaire d'autre part. La formation apparaît comme un
outil de réparation des dysfonctionnements mal identifiés et non anticipés. Ce sont les
décisions politiques qui organisent la réponse de formation par des mesures à court terme et
volontairement visibles.
Les organismes de formation se multiplient et les entreprises ne voient toujours pas la
formation comme un progrès potentiel et une façon de mieux appréhender l’avenir. L’offre a
progressivement primé le besoin, et parfois même a créé celui-ci : le stage est la référence –

8
formation. Au sein des entreprises, cela se traduit par le fait que c’est l’offre des organismes
de formation qui structure la demande des employeurs. Nous sommes dans "l'ère du
catalogue".

Le contexte de mondialisation recentre les préoccupations des entreprises sur la


réduction des coûts et par conséquent sur l’optimisation des investissements. L'ingénierie se
situe toujours au niveau général (Nasser, 1976) centrée sur l'analyse et la réalisation.
L'ingénierie de formation n'est pas présente et l'évaluation reste quantitative, le plus souvent
exprimée en nombre de stagiaires et de pourcentage de la masse salariale.

1983 – 1992 : L'émergence du concept d'ingénierie en formation

Le changement des conditions économiques entraîné par la crise va susciter d’autres


démarches dans le domaine de la formation. En effet, tant que l’offre était inférieure à la
demande et que l’organisation du travail et le poste de travail étaient figés dans le système
économique, les entreprises ont éloigné la formation de leurs priorités. Un certain nombre de
facteurs vont faire évoluer la position de la formation.
Un premier facteur d’évolution est lié à l’inversion du marché. L’offre des
entreprises devenant supérieure à la demande, ces dernières sont contraintes pour faire face à
leurs concurrents, à être meilleures en qualité, en coût, en délai et en service.
Un deuxième facteur d’évolution est lié aux restructurations. Les entreprises ont mis
sur le marché du travail des personnes sans qualification, restées des années sur le même
poste de travail, ne sachant exécuter que les gestes de leur poste. Le phénomène de
restructuration a donc fait prendre conscience de la nécessité d’une modification de l’attitude
des entreprises dans la gestion de leur personnel, l’entreprise devait pouvoir permettre à son
personnel de disposer d’une qualification suffisante pour faciliter sa mobilité.
Un troisième facteur a trait à l’exigence de plus en plus grande des clients. D’un
système où le client devait acheter ce qu’on lui proposait, c’est maintenant lui qui exige qu’on
lui prépare et lui donne un produit adapté à ses besoins. Cela signifie que l’entreprise doit
travailler en terme de réactivité pour s’adapter à la demande de son client, et en terme de
qualité pour lui assurer le meilleur service possible.
Quatrième facteur : l’évolution technologique. Le passage de la mécanisation à
l’automatisation signifie un changement assez radical du mode du travail. L’homme n’est plus
« attaché » à la machine, mais dorénavant la contrôle. Pour assurer son travail il doit maîtriser
les éléments techniques qui vont lui permettre de corriger éventuellement ce que la machine
ne sait pas faire.
Le cinquième facteur d’évolution est que les entreprises se sont trouvées confrontées
au manque de capitaux, ce qui les a contraintes à optimiser les ressources dont elles
disposaient : ressources techniques, ressources financières et aussi ressources humaines, elles
ont donc du s’interroger sur les problèmes posés par la qualification et la compétence de leur
personnel.
La formation n’apparaît plus seulement comme une solution curative des problèmes
d’emplois, mais comme un outil possible d’accompagnement face aux évolutions
économiques. Durant cette période les préoccupations sont centrées sur les mécanismes de
transition entre milieu de travail et de formation. On s’interroge sur la conception de systèmes
éducatifs et particulièrement de système de formation professionnelle. La formation devient
une action parmi d'autres de l'art du management, elle n'est plus une réparation mais une

9
anticipation. La formation n'est plus considérée comme une dépense sociale mais peut
participer à la stratégie de la performance des entreprises et des organisations.
A ce contexte des entreprises, est associé la volonté politique de moralisation du
marché de la formation liée à la fois à la qualité, l'efficacité et une certaine déontologie.
Parallèlement, en continuité de la période précédente, l'information sur la formation devient
de plus en plus importante et précise. Dans le discours et certaines applications, la formation
est considérée comme un investissement en tant que tel.

C’est une période charnière, transitionnelle, le concept d’ingénierie émerge dans le


champ de la formation.

De nombreux écrits apparaissent déclinant l'ingénierie de la formation (LeBoterf,


1985; Caspar,1986; Weiss,1988; Figari, 1988; Aubigny, 1989). L'objectif principal reste
l'optimisation de l'investissement mais les différentes étapes de l'ingénierie apparaissent de
plus en plus clairement. Au début de cette période, l'ingénierie renvoie majoritairement à
l'analyse, la conception et la réalisation : L'ingénierie de l'éducation fonde un outil
méthodologique dont le principe est la prise en compte du maximum de variables possibles
dans le but de créer un système d'action. Elle suppose une démarche prévisionnelle, la
concertation avec différents partenaires et une capacité de traduction des objectifs en actions.
Elle comprend la conception, l'étude, la planification et la réalisation d'un ouvrage éducatif
(Pain, 1986).

Sauf pour Danièle Collardyn (1985), où l'ingénierie s'inscrit dans un rapport de


médiation : " La médiation dans une situation pédagogique doit pouvoir, ingénierie parlant,
disposer d'une : série d'instruments finalisés de conception, d'organisation, de
fonctionnement, d'évaluation et d'actualisation permanente de la formation. Des instruments
méthodologiques spécifiques à chacun des quatre niveaux traduisent des préoccupations
centrées sur les mécanismes de transition entre milieu de travail et de formation.( ... ),
l'évaluation n'est pas directement présente dans l'ingénierie de formation.

Nous retrouvons bien cette séparation entre l'ingénierie de la formation et l'évaluation


par la définition donnée, entre autres, par Guy Le Boterf : un ensemble coordonné de travaux
méthodiques de conception et de réalisation des systèmes de formation (Le Boterf, 1990),
mais plus encore par le titre même de son ouvrage intitulé "L'ingénierie et l'évaluation de la
formation". L'évaluation peut être effectivement réalisée mais ne semble pas directement
intégrée comme étape incontournable de l'ingénierie. L'évaluation se décline ici comme une
étape spécifique. Elle fait cependant son entrée dans l'ingénierie de formation, tout d'abord à
côté puis incorporée à celle-ci.
L'évaluation apparaît donc de plus en plus comme partie intégrante de l'ingénierie
(Blandin, 1990) et en fin de cette période dans la normalisation des termes de la formation et
cette définition de l'Afnor (1992) élaborée par un groupe pluri-institutionnels d'acteurs :
"L'ingénierie de la formation désigne l'ensemble des démarches méthodologiques articulées.
Elles s'appliquent à la conception de systèmes d'actions et de dispositifs de formation pour
atteindre efficacement l'objectif fixé. L'ingénierie de formation comprend l'analyse des
besoins de formation, la conception du projet formatif, la coordination et le contrôle de sa
mise en œuvre et l'évaluation des effets de la formation."

1993 – 1999 : L'ingénierie de Formation, une nouvelle nécessité

10
Pour faire preuve de compétitivité les entreprises doivent tenir compte des cinq
facteurs d’évolution cités précédemment. On peut dire qu’aujourd’hui les deux grands axes
d’amélioration identifiés pour être compétitif sont :
- l’organisation du travail et le développement des compétences,
- une organisation qui n’est plus figée mais ouverte.

Cette organisation du travail et ce développement de compétences nécessitent


d’aborder le problème de la qualification et de la formation de façon très différente. Il faut
désormais intégrer le dispositif de formation dans la vie de l’entreprise et l’adapter « sur
mesure » à son besoin. Et c’est cela qui conduit à la mise au point d’un processus complet
que l’on pourra appeler : ingénierie de formation qui s’attache :

- en amont, à l’analyse du travail réel, tant dans sa dimension technique que dans
son cadre socio-organisationnel, intégrant les objectifs politiques ou stratégiques,
- à la mesure des écarts entre les compétences requises par ce travail et celles des
personnes et des équipes qui sont dans le collectif de travail,
- à la mise au point d’un projet individuel et/ou collectif de formation, de façon à
faire acquérir les compétences complémentaires requises,
- à la prise en compte des différents acteurs intervenants dans les dispositifs,
- à la mise en œuvre du projet de formation, par étapes successives et itératives, en
vue de créer les conditions les plus favorables possibles, dans une logique
"d'ensemblier",
- enfin à une évaluation du résultat, car la compétence est liée à la performance et
donc à la mesure d’un résultat.

L’ingénierie de formation consiste ainsi à faire l’analyse complète du travail et à


monter un projet de formation adapté, pour aider l’entreprise à évoluer et à devenir plus
performante mais aussi pour que l’individu puisse progresser à l’intérieur de son projet. Mais,
il faut bien garder à l'esprit que l'ingénierie est et reste un moyen au service d'objectifs et non
une finalité. L'architecture mise en place, tout en étant pertinente et efficiente, doit donc être
en cohérence avec l'objectif assigné. Dans ce contexte, l'évaluation est de plus en plus
nécessaire et présente. Elle apparaît aussi de plus en plus dans la déclinaison de l'ingénierie de
formation. Contrairement aux périodes précédentes, l'évaluation devient, pour bon nombre
d'auteurs (de Gaulejac, 1995; Barnier, 1996; Raynal, 1996; Lenoir, 1998; Gauthier, 1998), une
étape incontournable et inscrite dans le processus d'ingénierie de formation. Nous rejoignons
André Voisin (1997) lorsqu'il dit :"L’application à la formation des démarches de l’ingénierie,
dès les années 60, en France, correspond à une évolution des pratiques qui a déplacé de façon
substantielle le centre de gravité même de la formation. Il ne s’agit plus, désormais,
simplement d’organiser des actions de formation, mais de construire au sein d’un projet plus
global, une réponse spécifique à un problème qui n’est d’ailleurs pas nécessairement éducatif.
L’ingénierie adopte alors une méthodologie qui est largement fondée sur les notions de
conduite ou de management de projet et s’appuie sur des connaissances multidisciplinaires
empruntant notamment à l’économie et à la gestion. Les formalisations issues de la pratique et
les constructions théoriques auxquelles donnent lieu l’ingénierie sont tardives. Elles
apparaissent dans la deuxième moitié des années 80 et concernent tout aussi bien l’ingénierie
de la formation que l’ingénierie sociale, l’ingénierie des projets de développement,
l’ingénierie des ressources humaines ou l’ingénierie culturelle. Toutes cependant ont en
commun de vouloir articuler de façon rationnelle l’analyse et l’action".

11
Mais si l'étape évaluation est maintenant bien repérée et inscrite dans le processus de
formation, sa réalisation renvoie à une problématique plus large qui n'est pas
systématiquement mise en œuvre, ou tout du moins que de manière partielle. L'évaluation
peut effectivement se réaliser dans un ensemble de dimensions : pédagogique,
organisationnelle, des acquis, de satisfaction et/ou d'exploitation en situation de travail.

L'évaluation partie intégrante de l'ingénierie de formation

Ce travail montre ainsi que, en ingénierie, l'étape "évaluation" :


- premièrement; n'est pas posée systématiquement par les auteurs,
- deuxièmement; n'apparaît que dans les années 90 et
- troisièmement ; les modalités d'évaluation ne sont que rarement précisées.

Néanmoins, cette action d'évaluation est plus présente en ingénierie de formation que dans
l'ingénierie en général. A la fois étape, procédures et outils, l'évaluation nécessite une co-
réalisation entre l'ingénieur-formation, les formés et les commanditaires de l'action. Au delà
d'une situation spécifique, cette analyse critique permet un positionnement historique de
l'évaluation dans l'ingénierie de la formation. L'étape de l'évaluation est donc depuis peu
inscrite, de manière formelle, dans l'ingénierie de formation. Cette dimension de l'évaluation
est donc à prendre en compte à la fois dans les pratiques et dans la formation des ingénieurs-
formation. Même si le débat avec certains auteurs comme Guy Le Boterf reste posé (voir
entretien dans ce numéro).

A partir de notre corpus et des grandes tendances qui se dégagent, dans le rapport entre
évaluation et formation, nous pouvons distinguer trois temps, répartis en quatre niveaux :

L'évaluation régulation renvoie à l'évaluation en formation. Elle permet la maîtrise du


processus pendant qu'il se déroule, tant au niveau pédagogique qu'organisationnel.
L'évaluation sommative, certifiante ou normative, correspond à l'évaluation de la formation,
c'est à dire à la vérification, en fin de formation des acquis des formés.
L'évaluation finale ou de réalisation, soit l'évaluation sur la formation, dans le sens de
l'examen d'une question ou situation, renvoie à l'analyse de sa mise en œuvre avec les critères
de pertinence, cohérence ou d'efficience.
L'évaluation confrontation en situation professionnelle, soit l'évaluation pour la formation,
dans le sens de l'intérêt des effets de la formation, c'est à dire la vérification de l'exploitation
de la formation en milieu ou situation de travail en vue de faire évoluer celle-ci.

Ces différentes situations de l'évaluation dans la formation nécessite que l'ingénieur-


formation se situe dans le système formation et plus spécifiquement dans le système et/ou
dispositif d'évaluation. Il doit ainsi porter une attention particulière aux différents référentiels,
; emploi, compétences et formation, utilisés. En fonction de son positionnement professionnel
(Ardouin, 2001) le responsable formation, ingénieur-formation, est porteur d'interactions entre
évaluation et formation et développe des attitudes à la fois différenciées, en tant que
compétences professionnelles, et différentes, en tant que postures identitaires que nous avons
appelées conseiller en orientation professionnelle, ingénieur de la formation, ergonome de la
formation et consultant en formation.

12
Et aujourd'hui l'ingénierie de formation

Nous voyons bien que l’ingénierie de la formation s’est peu à peu imposée comme une
nécessité dès lors que la formation est devenue une préoccupation pour les entreprises et les
collectivités, dans la mesure où elle est apparue comme un facteur de développement de la
compétitivité des organisations et de régulation des territoires. Cette conception de la
formation et les dispositifs mis en œuvre amènent, nous l'avons vu, un recouvrement entre les
notions de compétence et de performance mais aussi un rapprochement entre formation,
travail et organisation.

Formation et organisation sont ensemble dans un processus dynamique où le développement


des compétences est complètement lié au développement de l’organisation et réciproquement
(on parle d'ingénierie des compétences collectives). Dans ce cadre, les personnes chargées de
l’encadrement doivent être fortement impliquées, c’est un changement radical de leur mission
que de se consacrer au développement de la compétence (on parle d'ingénierie des
compétences). Il est par conséquent nécessaire qu’existe un lien très fort avec le référentiel du
métier. L’objectif de la formation se déplace sur la professionnalisation des personnes afin
qu’elles soient plus performantes au sein de leur organisation mais aussi qu’elles disposent
d’une qualification suffisante pour faciliter leur mobilité sur un marché du travail instable (on
parle d'ingénierie des parcours ou de professionnalisation). Le travail et la formation ont
donc une tendance de plus en plus affirmée à parfois se superposés pour les salariés en poste
mais aussi pour les jeunes en formation en alternance.
L’ingénierie de formation consiste ainsi à faire l’analyse la plus complète du travail et à
monter un projet de formation adapté, pour aider l’entreprise à évoluer et à devenir plus
performante (on parle ci d'ingénierie de projet formation ou du plan) mais aussi pour que
l’individu puisse progresser à l’intérieur de son projet.

Si, la formation est l'action de se doter de moyens pour permettre l'acquisition de savoirs par
une personne ou un groupe, dans une perspective contractuelle, en lien avec un contexte
donné en vue d'atteindre un objectif, (Ardouin, 2003) alors l'ingénierie de formation ne
s'arrête ni à l'acquisition de techniques ou capacités, ni à la mise en œuvre de "recettes" mais
bien à la recherche de la "création" des conditions les plus favorables pour permettre ou
faciliter les apprentissages.

Ainsi, l'ingénierie de formation regroupe les différentes actions et dispositifs liée au


développement du savoir faire de l'entreprise, tant au niveau individuel, d'équipe, collectif ou
de l'organisation que nous pouvons décliner dans une mise en perspectives de quatre pôles
structurés en deux axes :
- un axe individu – collectif
- un axe formation – production

La démarche d'ingénierie, dans la fonction formation, recouvre ainsi quatre domaines à la fois
spécifiques et complémentaires.

13
- Au niveau individuel, la formation participe au développement et à la
transformation des personnes non seulement par l'apport de connaissances mais
aussi par la socialisation qu'elle permet. En définitive la formation est toujours
mise en œuvre par l'individu qui seul apprend. Il reste toujours pertinent, et il faut
rester vigilant vis à vis de cet aspect, qu'elle soit aussi mise en œuvre pour
l'individu.
- Au niveau organisation, en tant que collectif de travail, la formation s'inscrit dans
une logique de développement des structures et de pérennité de celles-ci.
- Au niveau production, la formation a aussi pour objectif le renforcement de
l'efficacité et une logique d'utilisation des savoirs dans le process de travail en vue
de son amélioration.
- Au niveau formation, la formation a bien évidemment comme ambition première
le développement des savoirs.

Le responsable de formation doit en effet intégrer dans le système - formation de


l'organisation les dimensions individuelle et collective mais aussi permettre l'appropriation de
nouveaux savoirs en lien avec le système de travail ou la production. Il s'agit de concilier
formation et production, niveau individuel et niveau collectif. Le croisement de ces axes
permet une lecture globale de l'ingénierie.

L'ingénierie de la formation est un ensemble cordonné de quatre domaines :


- Ingénierie des compétences individuelles, entre production et individu
- Ingénierie des compétences collectives, entre production et organisation
- Ingénierie de parcours et de professionnalisation, entre individu et formation
- Ingénierie du plan de formation, entre formation et organisation

Dynamique de l'ingénierie de la formation

14
Formation
Ingénierie de
parcours et Ingénierie du
professionnalisation plan de
formation
Collectif
Individu Organisation
Ingénierie des Ingénierie des
compétences compétences
individuelles collectives

Production

Ces différents domaines, de la dynamique de l'ingénierie de formation, renvoient à des


finalités particulières qui se traduisent par des actions spécifiques, comme nous le
synthétisons dans le tableau ci après.

Ingénierie de formation
=
une démarche
des domaines
T. Ardouin

Domaines Finalité Actions de formation

Ingénierie des compétences Développement des Adaptation à l'emploi


individuelles compétences individuelles Formations techniques

Ingénierie des compétences Développement des Accompagnement et gestion de


collectives compétences collectives et projet
des groupes de travail Formation –action d'équipe ou
de projet
Formation au management et à
l'encadrement

Ingénierie de parcours et de Développement des Formation diplômante ou


professionnalisation qualifications et qualifiante
accompagnement de Accompagnement de promotion
parcours de Parcours de socialisation
professionnalisation professionnelle
Développement des "hauts
potentiels"
Proposition de CIF

15
Ingénierie du plan de Développement du plan de Plan de formation de l'entreprise
formation formation Formation public cible
Intégration des actions dans une
logique d'ensemble

Conclusion

En définitive, l'ingénierie est donc passée du domaine du génie à l'industrie et au


secteur du bâtiment travaux publics, au secteur tertiaire, notamment dans le montage de projet
commercial puis informatique pour s'étendre aux domaines des services dont la formation.
Son intégration dans le champs social et plus spécifiquement dans la formation n'est pas
seulement un effet de mode. Cela, nous semble-t-il, renvoie à une réalité professionnelle et à
la revendication légitime de savoir–faire professionnels particuliers. Cependant, si nous
sommes favorable à cette importation lexicale et sémantique avec ce qu'elle comporte de
nouvelle lisibilité professionnelle, elle n'enlève rien aux risques de "jargonnage" et de
"technicisation". Plus que jamais, cette revendication de l'ingénierie de la formation doit
s'accompagner d'une vigilance dans la justesse des propos et dans les innovations proposées.

Nous pouvons alors reprendre notre définition de l'ingénierie de formation, véritable interface
de l'ingénieries des politiques et de l'ingénierie pédagogique, comme une démarche
socioprofessionnelle où l'ingénieur-formation a, par des méthodologies appropriées, à
Analyser, Concevoir, Réaliser et Evaluer des actions, dispositifs et/ou système de formation
en tenant compte de l'environnement et des acteurs professionnels. Ces actions, dispositifs
ou systèmes sont mis en œuvre de manière optimale en vue du développement de
l'organisation et des personnes.

Bibliographie

ARDOUIN T., "Interface et posture professionnelle", in Professionnalisation des acteurs de


la formation, Actualité de la Formation Permanente, n°171, mars-avril 2001.
ARDOUIN T., Ingénierie de la formation pour l'entreprise, Dunod, 2003.
BEILLEROT J., Voies et voix de la formation, Paris, Ed Universitaires, 1988.
GILLET P., "Pour une écologie du concept de compétence", Education permanente, n°135,
1998, p.23-32.
LE GOFF JP. La barbarie douce. La modernisation aveugle des entreprises et de l'école,
Paris, La Découverte, 1999.
VOISIN A., "Où va l'ingénierie de la formation", Actes du colloque L’ingénierie de la
formation : inventaires, Dijon, l’ENESAD, juin 1997.

16
ANNEXES

Références : présentées volontairement par ordre chronologique

Références chronologiques

1970, Rapport du Comité du VIème plan, Paris.


1971, NASSER F., L'ingénierie et son organisation, Paris, Les éditions d'Organisation.
1975, BERNARD, COLLI, LEWANDOWSKI, Dictionnaire économique et financier,
Editions du Seuil, Paris.
1976, NASSER F., L’ingénierie, Paris, PUF.
1985, LE BOTERF Guy, "L'ingénierie du développement des ressources humaines : de quoi
s'agit-il?", Education Permanente, n°81, p.9
1985, COLLARDYN Danièle, "Vers une ingénierie des formations", Education Permanente,
n°81, p.33.
1986, CASPAR Pierre, VONDESCHER M. J, Profession, responsable de Formation,
Editions d'organisation.
1986, PAIN Abraham, Cité par J. Aubigny in Formation et développement : vers une
ingénierie de la formation, L'Harmattan, Paris, 1989, p.248.
1988, WEISS Dimitri, La fonction ressources humaines, Les éditions d'organisation, p.498-
499.
1988, WEISS Dimitri , La fonction ressources humaines, Les éditions d'organisation, p.498-
499, (reprise de Caspar et Vonderscher, 1986)
1988, FIGARI Gérard, Se former à l'ingénierie de la formation par l'action et la recherche,
Education Permanente, La formation continue des enseignants, n°96, p.243.
1989, AUBIGNY Jean, Formation et développement : vers une ingénierie de la formation,
L'Harmattan, Paris, p.230 .
1989, AUBIGNY Jean Formation et développement : vers une ingénierie de la formation,
L'Harmattan, Paris, p.33.
1990, PONCHELET Anne, "Ingénierie ou ingénieries", Actualité de la Formation
Permanente, n°107.
1990, BLANDIN Bernard, "L'ingénierie de formation : des projets aux actes", Actualité de la
Formation Permanente, n°107.
1990, LE BOTERF Guy, L'ingénierie et l'évaluation de la formation, Les éditions
d'organisation, p.31.
1990, LE BOTERF Guy, L'ingénierie et l'évaluation de la formation, Les éditions
d'organisation, p.32
1992, Dictionnaire, Le ROBERT
1992, DE LANDSHEERE Viviane, L'éducation et la formation, PUF, p.370-371.
1992, DANVERS Francis, 700 mots clefs pour l'éducation, 500 ouvrages recensés (1981-
1991), Presses Universitaires de Lille.
1994, MINVIELLE Yvon, Ingénierie de la formation, initiation à l'ingénierie de la
formation, p.51
1994, FABRE Michel, Penser la formation, PUF, p.223-224.
1994, FABRE Michel , Penser la formation, PUF, p.225-226.

17
1995, De GAULEJAC V, BONETTE M, FRAISSE J., L'ingénierie sociale, Paris, Syros.
1995, FAVRY J, La formation au service de ses clients, Paris, ESKA.
1995, PERROTEY Jean, "Le DESS Ingénierie de la Formation", CNED Canal Education,
n°4, p.24.
1995, GUITTET A., Développer les compétences, Paris, ESF.
1996, MARTIN JP., SAVARY E., Se professionnaliser, exercer au quotidien, Cafoc de
Nantes, EVO Chroniques Sociales.
1996, BARBIER JM, BERTON F, BORU JJ, Situations de travail et formation, Paris,
L'Harmattan.
1997, MINVIELLE Yvon, L'ingénierie de formation, Actes du Colloque ENESAD, Dijon.
1997, KOKOSOWSKI Alain, L'ingénierie de formation, Actes du Colloque ENESAD, Dijon,
p.43.
1997, Encyclopédie ENCARTA
1997, RAYNAL Françoise, MEUNIER Alain, Pédagogie : dictionnaire des concepts clés,
apprentissage, formation et psychologie cognitive, ESF éditeur.
1998, MEIGNANT Alain, Manager la formation, Editions Liaisons.
1998, REY Alain, Dictionnaire historique de la langue française, Edition "Le Robert", Paris.
1998, MEUGLIN Pierre, L'industrialisation de la formation en question, CNDP .
1998, LENOIR Hugues, "L'avenir radieux de l'ingénierie", in Analyser les pratiques
professionnelles, C Blanchard Laville, D Fablet, collection Savoir et formation, L'Harmattan,
p.129.
1998, P.GAUTTIER – MOULIN, F. GERARD, Les activités et les fonctions de la formation,
Guide technique, Centre Inffo, Paris.
1998, P.GAUTTIER – MOULIN, F. GERARD, Les activités et les fonctions de la formation,
Guide technique, Centre Inffo, Paris.
1999, INSA, Plaquette Ingénieur.
1999, Plaquette des Universités de Technologie, Compiègne, Belfort, Montbéliard, Troyes.
1999, LE BOTERF Guy, Ingénierie des compétences, Les éditions d'organisation, p.14-15.
1999, Dictionnaire encyclopédique Larousse, Internet.

18
DEFINIR L'INGENIERIE
Objectif de cette partie :

Cette partie a pour objectif de doter le lecteur d'une terminologie sur l'ingénierie de formation
et questionner celle-ci. Ce chapitre doit permettre d'appréhender les différentes dimensions de
la notion d'ingénierie à partir d'un corpus de données articulé à sa propre réflexion. Les
apports présentés donnent lieu à une analyse critèriée où chacun doit se questionner et se
positionner. Pour atteindre cette confrontation entre les auteurs proposés, sa perception et le
rapport aux réalités professionnelles, cette partie peut être mise en relation avec la partie sur
les métiers de la formation.

Cette partie est une première confrontation entre vos perception et/ou pratique, des éléments
théoriques à mettre en perspective avec l'analyse des situations professionnelles. Elle doit
permettre aussi, pour les praticiens plus expérimentés de formaliser et/ou dire sa pratique.

Avant de démarrer la lecture de cette partie nous vous proposons de prendre le temps de
rédiger votre propre définition de l'ingénierie de formation en formation des adultes.

Ainsi en quelques mots ou phrases dites :

" Qu'est-ce que, pour vous, l'ingénierie de la formation ? ".

Définir l’Ingénierie
Le terme d'ingénierie est relativement récent et parfois controversé (voir chapitre sur les
origines du terme). Nous voulons ici donner les éléments clés d'apparition de ce terme et
porter la réflexion sur son utilisation dans le domaine de la formation.

Nous pouvons constater une certaine profusion des travaux dans notre domaine. La formation
d’adultes a vu en effet le développement de nombreux concepts et notions, ainsi que le
transfuge de certains termes. Il en est ainsi pour l’ingénierie de la formation où il existe
désormais une littérature devenue abondante qu’il convient de regarder et formaliser voire
conceptualiser. Nous nous attachons donc ici à repérer et analyser les différents éléments et
leurs relations dans l’ingénierie de la formation.

Ainsi il existe d'assez nombreuses définitions (dont maintenant la votre si vous avez
effectivement pris le temps de la rédiger comme mentionné précédemment), données et écrits
sur l'ingénierie en général et, depuis ces vingt dernières années, sur l'ingénierie de formation.

Nous vous proposons ci après un ensemble de "définitions" classées chronologiquement et


tirées de différentes sources documentaires ou théoriques.

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 4


INGENIERIE - TABLEAU CHRONOLOGIQUE

Année Auteurs Sources Définitions et Citations


1970 Rapport du Comité du VIème L'ingénierie est l'ensemble des activités, essentiellement intellectuelles, ayant pour objet d'optimiser
plan l'investissement, quelle que soit sa nature, dans ses choix, dans ses processus techniques de réalisation et
dans sa gestion .
1971 NASSER F. L'ingénierie et son organisation L'ingénierie peut être définie comme étant une activité spécifique de conceptions, d'études et de
Les éditions d'Organisation coordination de diverses disciplines exercées par des ingénieurs et techniciens agissant généralement en
équipe pour la réalisation et la mise en service d'un ouvrage ou d'un ensemble d'ouvrages (machine,
bâtiment, usine ou partie d'usine, équipement ou complexe industriel, aménagement urbain ou rural, etc.)
1975 BERNARD, Dictionnaire économique et Activité de conception, d'étude et de coordination portant sur les diverses disciplines exercées par des
COLLI, financier ingénieurs et techniciens pour la réalisation la modification ou la mise en service d'un ouvrage ou d'un
LEWANDOWS Editions du Seuil, Paris ensemble d'ouvrages. (De l'anglais : engineering).
KI L'ingénierie est généralement exercée par des équipes intégrées et s'applique à des machines, bâtiments,
usines ou parties d'usine, équipements ou complexes industriels, aménagements urbains ou ruraux, systèmes
de gestion et d'organisation. L'apport d'ingénierie se fait, soit par une équipe spécialisée travaillant dans le
sein de l'entreprise, soit par disjonction des problèmes d'ingénierie qui sont alors traités tout entiers au sein
d'une entreprise spécialisée, exemple moderne d'unité de services (ingénieurs-conseils, bureaux d'études,
nécessités d'ingénierie). Ce terme désigne donc à la fois une fonction et un métier
L'ingénierie s'applique essentiellement à des complexes de niveau technique élevé et diversifié dont il
convient d'assurer la conception, de préparer et de coordonner la réalisation et le fonctionnement dans de
bonnes conditions de fiabilité et de rentabilité (notion analogue à celle d' «architecte» ou d' « ensemblier »).
Dans une certaine mesure, on peut également dire que le rôle de rapporteur d'ingénierie consiste à réduire la
complexité des technologies avancées mises en œuvre à des éléments connus, et prêts à être exploités selon
des méthodes et à un rythme industriel. C'est notamment l'ingénierie qui permet d'offrir, à partir de schémas
scientifiques élaborés, des usines dites « clés en mains ».

Actuellement, l'activité d'ingénierie s'exerce principalement dans trois secteurs : 1) le génie civil (bâtiment,
travaux publics, ouvrages d'art, infrastructures, voies et réseaux divers), pour le compte, le plus souvent, de
collectivités publiques; 2) l'industrie, pour laquelle on distingue parfois « l'ingénierie de procédé » (process
engineering) et « l'ingénierie de construction » (design engineering), et dont les principaux secteurs
concernés sont les mines, la sidérurgie, la métallurgie, le pétrole, la chimie, la mécanique lourde, 3)
l'organisation (conseils de gestion, formation, information, informatique, recherche opérationnelle).
1976 NASSER F. L'ingénierie L'ingénierie d'un ouvrage consiste à traiter toutes les informations nécessaires à sa réalisation, en cherchant
PUF à optimiser l'investissement correspondant au sein du système global dans lequel il devra s'intégrer.

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 5


1985 LEBOTERF Guy L'ingénierie du développement C'est probablement autour de la conception de systèmes éducatifs, particulièrement de système de formation
des ressources humaines : de professionnelle, que se sont forgés les premiers concepts et les méthodes de l'ingénierie de la formation.
quoi s'agit-il? L'élaboration des plans de formation et la définition des programmes techniques et architecturaux
Education Permanente, n°81, P.9 d'équipements éducatifs et culturels constituèrent par la suite de nouvelles occasions pour cette approche
d'ingénierie.
1985 COLLARDYN Vers une ingénierie des La médiation dans une situation pédagogique doit pouvoir, ingénierie parlant, disposer d'une : série
Danièle formations d'instruments finalisés de conception, d'organisation, de fonctionnement, d'évaluation et d'actualisation
Education Permanente, n°81, permanente de la formation. Des instruments méthodologiques spécifiques à chacun des quatre niveaux
p.33 traduisent des préoccupations centrées sur les mécanismes de transition entre milieu de travail et de
formation.( ... ) Parmi les différents instruments d'une ingénierie des formations, certains paraissent plus
particulièrement répondre au souci de transférabilité des compétences, d'assimilation des mutations
technologiques comme de la mobilité professionnelle. Il s'agit : des études prospectives sur la formation ;
des référentiels pour la définition des objectifs de formation des référentiels pour la définition des situations
pédagogiques intégrées aux objectifs de formation.

1986 CASPAR Pierre, Profession, responsable de Faire un travail «d’ingénierie en formation , c’est d’abord analyser chaque situation rencontrée, comme un
VONDESCHER Formation, Editions ingénieur géologue analyserait les berges d’une rivière, les points d’ancrage d’un barrage, le terrain dans
M. J d'organisation. lequel sera exploitée une veine de minerai. Il s’agit d’inventer, à chaque fois, la réponse éducative la mieux
adaptée à une situation problématique, de préparer ou d’accompagner un changement, d’associer une
approche de formation à d’autres modes de transformation de la réalité. Bien connaître cet existant constitue
la première condition de réussite. Formuler les objectifs, c’est à dire le sens du changement que l’on
souhaite opérer, le situer par rapport à un projet plus global, y associer ceux qu’il va concerner n’est pas
moins important
1986 PAIN Abraham Cité par J. Aubigny in : L'ingénierie de l'éducation fonde un outil méthodologique dont le principe est la prise en compte du
Formation et développement : maximum de variables possibles dans le but de créer un système d'action. Elle suppose une démarche
vers une ingénierie de la prévisionnelle, la concertation avec différents partenaires et une capacité de traduction des objectifs en
formation, L'Harmattan, Paris, actions.
1989, p.248 Elle comprend la conception, l'étude, la planification et la réalisation d'un ouvrage éducatif.
1988 WEISS Dimitri La fonction ressources humaines Le concept d'ingénierie éducative peut surprendre, tant l'ingénieur et le pédagogue renvoient à des positions
Les éditions d'organisation, statutaires et sociales différentes, à des cultures, à des modes de pensée apparemment en opposition, à des
p.498-499 pratiques qui n'ont eu, historiquement, que fort peu de points de contact. Or, aujourd'hui, l'expression a
droit de cité ; des colloques lui sont consacrés. Ce n'est pas affaire de mode, ou bonheur d'une expression
provocatrice. C'est parce que le concept permet effectivement de progresser sur des champs éducatifs
nouveaux, caractérisés par l'étendue et la complexité dans l'espace et le temps, le nombre de partenaires
impliqués, et les investissements consentis. Tout cela oblige à croiser les approches pédagogiques
traditionnelles avec des techniques directement issues de la conduite de grands projets industriels ......
Il y a donc ingénierie lorsqu’un certain nombre de caractéristiques se trouvent réunies :
- réalisation d’une démarche prévisionnelle d’étude de problème ;

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 6


- prise en compte d’un très grand nombre d’informations et importance accordée à l’organisation et à
la cohérence de l’ensemble ;
- travail d’équipe réunissant, le plus souvent, plusieurs spécialités complémentaires, associées dans
une approche systémique ;
- centration sur la conception et la mise en œuvre d’un projet d’envergure, représentant lui-même un
élément d’un système plus vaste et plus complexe ;
- détermination technique et financière visant à réduire les coûts, à faire des économies d’échelle,
optimiser les investissements.

1988 WEISS Dimitri La fonction ressources humaines Faire un travail «d’ingénierie en formation , c’est d’abord analyser chaque situation rencontrée, comme un
Les éditions d'organisation, ingénieur géologue analyserait les berges d’une rivière, les points d’ancrage d’un barrage, le terrain dans
p.498-499 lequel sera exploitée une veine de minerai. Il s’agit d’inventer, à chaque fois, la réponse éducative la mieux
adaptée à une situation problématique, de préparer ou d’accompagner un changement, d’associer une
(reprise de Caspar et approche de formation à d’autres modes de transformation de la réalité. Bien connaître cet existant constitue
Vonderscher, 1986) la première condition de réussite. Formuler les objectifs, c’est à dire le sens du changement que l’on
souhaite opérer, le situer par rapport à un projet plus global, y associer ceux qu’il va concerner n’est pas
moins important : on se retrouve là dans un terrain reconnu dès le premier chapitre.

Faire un travail d’ingénierie de formation, c’est ensuite établir un plan. C’est à dire une combinaison
d’actions de formation de nature à répondre aux problèmes rencontrés, aux demandes individuelles et
collectives qui ont été recensées, ou de faciliter l’atteinte d’objectifs qui incarnent la politique générale. Le
tout est évidemment organisé dans un champ de contraintes qui tient compte des stratégies et du jeu des
acteurs.

L’ingénierie de formation, c’est aussi connaître la gamme de possibilités sur laquelle jouer. C’est choisir, à
chaque fois, le mode de travail le plus approprié à une population, à des objectifs et à un champ de
contraintes donnés. Et c’est agencer l’ensemble au sein d’un plan de formation cohérent. C’est être en
mesure d’engager en temps utile les investissements ou les personnels correspondants et savoir gérer trois
budgets majeurs qui sont relatifs aux temps, aux espaces et à l’argent.

Enfin, notre présentation de l’ingénierie de formation ne serait pas complète si l’on n’y intégrait pas l’amont
et l’aval de la partie émergée de l’iceberg que constituent la conception, la conduite et l’évaluation du plan
de formation formalisé. L’amont c’est le recrutement et l’accueil, lorsque l’on arrive, ou que l’on change de
fonction ; c’est aussi l’orientation et le conseil, si important pour aider celles et ceux qui le désirent à
construire un projet personnel qui transcende les demandes de formation. L’amont, c’est aussi, de plus en
plus, des rencontres et des projets préparatoires pour concevoir en commun la formation projetée,
s’interroger sur les attentes à son égard, les problèmes qu’on veut lui voir résoudre. Dans un certain nombre
d’entreprises que nous connaissons, cette partie amont peut prendre parfois 40% à 50% du budget temps
total consacré à la formation. Si l’amont permet d’affiner la demande et de préciser les situations dans

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 7


lesquelles on pourra y répondre, l’aval de la formation formalisée constitue le moment le plus privilégié
dans lequel le transfert en situation de travail, se fait… ou ne se fait pas. C’est pourquoi l’établissement d’un
plan d’action personnel en fin de séminaire, plan revu éventuellement une année plus tard, les séances de
travail avec la hiérarchie pour analyser la mise en application des connaissances acquises et les problèmes
qu’elle peut faire surgir, les « piqûres de rappel », la création de « clubs » d’échange et d’approfondissement
entre anciens participants à une même formation, prennent aujourd’hui autant d’importance. Et parfois plus
que l’évaluation proprement dite.
1988 FIGARI Gérard Se former à l'ingénierie de la Dérivé du mot anglais «engineering», le mot ingénierie a désigné, dans les sciences de l’ingénieur, en génie
formation chimique mais aussi en psychophysiologie et en ergonomie :
par l'action et la recherche - la recherche «des meilleures combinaisons », «des meilleurs compromis techniques » permettant
Education Permanente, La d’analyser et de traiter les situations de travail ou de production ;
formation continue des - la recherche de lois communes à plusieurs techniques et appliquées à une même situation
enseignants, n°96, p.243 permettant de maîtriser l’ensemble d’un environnement et de s’y adapter.
Appliqué à l’éducation, ce concept peut désigner la combinaison nécessaire de différentes sciences,
techniques, outils et attitudes pour concevoir et maîtriser une démarche de formation au niveau : a) d’une
microstructure (le groupe de formation, la classe) ; b) d’une mésostructure (l’organisme de formation,
l’établissement scolaire) ; c) d’une macrostructure (le système éducatif, une filière de formation
professionnelle…).

1989 AUBIGNY Jean Formation et développement : Le terme d’ingénierie met l’accent sur la volonté affichée d’aborder la formation d’adultes comme une
vers une ingénierie de la science nouvelle. La planification apparaît dès lors comme le processus qui permet de donner un sens aux
formation actions de formation, en fournissant notamment des finalités et des objectifs opérationnels.
L'Harmattan, Paris, p.230
Formation et développement : L'ingénierie de la formation est un ensemble de démarches méthodologiques et instrumentales, se référant
vers une ingénierie de la au paradigme systémique, et visant, dans une perspective prévisionnelle et concertée, à créer ou à modifier
formation des systèmes d'action en vue d'une efficience. Ce projet d'ingénierie de la formation a un double but :
L'Harmattan, Paris, p.33. - donner à chacun des bases théoriques et des outils méthodologiques sur la formation des adultes ;
- permettre une réflexion sur les dispositifs actuels de formation....
1990 PONCHELET Ingénierie ou ingénieries L’ingénierie de la formation est un ensemble d’activités, de conception, d’étude et de coordination de
Anne Actualité de la Formation diverses disciplines pour réaliser et piloter « un processus » visant à optimiser l’investissement formation.
Permanente, n°107
1990 BLANDIN L'ingénierie de formation : des Les termes d’ingénierie de la formation pour désigner les actions de conception, de coordination et de
Bernard projets aux actes contrôle de la mise en œuvre de dispositifs de formation
Actualité de la Formation
Permanente, n°107.
1990 LE BOTERF L'ingénierie et l'évaluation de la D’une manière générale, on peut définir l’ingénierie comme l’ensemble coordonné des activités permettant
Guy formation de maîtriser et de synthétiser les informations nécessaires à la conception et à la réalisation d’un ouvrage
Les éditions d'organisation, p.31 (unité de production, bâtiment, système de formation, réseaux de télécommunication…) en vue :
- d’optimiser l’investissement qu’il contient ;

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 8


- d’assurer les conditions de sa viabilité.
Sur la base de cette définition générale, on peut avancer que l’ingénierie de la formation constitue
l’ensemble coordonné des travaux méthodiques de conception et de réalisation des systèmes de formation.

L'ingénierie et l'évaluation de la Dans tous les cas de figure, la démarche d’ingénierie se traduira dans la mise en œuvre systématique et
formation explicite d’étapes, de méthodes et d’instruments pertinents par rapport au type de résultat attendu. Elle
Les éditions d'organisation, p.32 procédera à une analyse systématique des sources documentaires.
1992 Dictionnaire ROBERT Le mot d'ingénierie étant compris comme «l'étude globale d'un projet (industriel) sous tous ses aspects
(techniques, économiques, financiers, sociaux), coordonnant les études particulières de plusieurs équipes de
spécialistes
1992 DE L'éducation et la formation, L'ingénierie ou génie des procédés éducatifs a pour objet la conception, la réalisation, l'expérimentation et la
LANDSHEERE PUF, p.370-371. diffusion de procédés d'enseignement utilisant les moyens technologiques.
Viviane
1992 DANVERS 700 mots clefs pour l'éducation, Ingénierie de l’éducation : conception et théorie de l'éducation pour laquelle la prise en charge par les
Francis 500 ouvrages recensés (1981- machines d'une partie d'un processus d'apprentissage est possible. Dans ce cas on parle d'ingénierie (ou de
1991) technologie dans l'éducation) où l'on s'interroge sur l'utilisation des machines.
Presses Universitaires de Lille Par extension, on désigne par "ingénierie pédagogique" : des savoir-faire professionnels réclamant une
haute technicité dans la gestion des situations d'apprentissage.
Dans la conduite des projets en formation, l'ingénierie désigne la formalisation du déroulement anticipé
d'une action, à partir d'une image pré-repérée des résultats escomptés. Elle permet de repérer et de
déterminer des étapes de réalisation, des fonctions à assurer, des partenariats à mettre en place. Les
démarches d'ingénierie sont diverses - il conviendrait de parler "d’ingénieries en formation".

"L'ingénierie de la formation désigne l'ensemble des démarches méthodologiques articulées. Elles


s'appliquent à la conception de systèmes d'actions et de dispositifs de formation pour atteindre efficacement
l'objectif fixé. L'ingénierie de formation comprend l'analyse des besoins de formation, la conception du
projet formatif, la coordination et le contrôle de sa mise en œuvre et l'évaluation des effets de la formation."
(AFNOR 1992)

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 9


1994 MINVIELLE Ingénierie de la formation, L’ingénierie de la formation est en évidence l’architecture de dispositif d’action allant de la simple séquence
Yvon initiation à l'ingénierie de la cours, au système de formation complet en passant par des programmes et des programmations plus ou
formation, p.51 moins définis et définitifs.
1994 FABRE Michel Penser la formation Dans la technique, l’homme appelle la nature à se dévoiler comme fond. Dans la formation, c’est l’homme
PUF, p.223, 224. lui-même qui est ainsi interpellé. La formation devient moyen : on forme quelqu’un pour quelque chose.
C’est, comme disent les technocrates, un outil de gestion des ressources humaines. La formation est ainsi
liée à la planification économique et sociale, à la normalisation des comportements Enfin, elle se rationalise
sur le mode scientifique et technologique comme ingénierie.
1994 FABRE Michel Penser la formation Ambiguïté : risque de “récupération technicienne”: le meilleur exemple en est encore le concept tout récent
PUF, p.225, 226. d’ingénierie de la formation. Avec ce concept semble bien concerné le triomphe de l’arraisonnement
technique. Alors en effet, l’homme lui-même est considéré comme une ressource dont l’exploitation doit
être optimisée, comme un objet que l’on forme, conditionne, stocke, déplace ou recycle en fonction
simplement de ses usages possibles. Cette conception d’inspiration technocratique et taylorienne est
davantage qu’un danger : elle est la réalité des méthodes traditionnelles de l’ingénierie. Mais c’est bien le
souci de l’optimisation de la gestion qui oblige à mettre en place, en formation, un processus d’ingénierie
qui soit lui-même éducatif. Et c’est l’optimisation technologique elle-même qui requiert que les hommes ne
soient plus considérés comme de simples objets, comme de simples exécutants pris en main par des experts.
Si l’ingénierie semblait de prime abord reléguer au second plan la démarche psychosociologique, elle doit à
présent l’intégrer.
1995 De GAULEJAC L'ingénierie sociale, L'ingénierie sociale (…) un ensemble de méthodes et de compétence qui visent à aider les acteurs locaux,
V, BONETTE Paris, Syros. les associations, les usagers des équipements et des services publics à conduire des actions permettant
M, FRAISSE J. d'améliorer les conditions de vie, de développer des réseaux de solidarité, gérer les conflits sociaux. Plus
qu'un savoir-faire, il s'agit d'un savoir faire faire. L'ingénierie sociale recouvre des capacités de diagnostic,
d'organisation, de négociation et d'évaluation mises à la disposition des acteurs locaux pour favoriser le
développement des initiatives et soutenir leur mise en œuvre en vue de dynamiser la vie sociale.
L'ingénierie proprement dite ne consiste pas à réaliser ces actions, mais à les conditions, mobiliser les
moyens des dispositifs, pour exploiter les potentialités économiques, sociales, urbaines d'un site, et
développer les capacités des acteurs. Il s'agit donc d'une fonction d'appui logistique et d'assistance
méthodologique aux acteurs
L'outil d'intervention privilégié est la conduite de projet, avec pour objectif de la diffusion d'une culture de
projet parmi des acteurs locaux afin qu'il soit à terme en capacité de les développer eux-mêmes. L'ingénierie
suppose une compétence de diagnostic des problèmes, de repérages des potentialités inexploitées et des
possibilités de mobilisation et de développement des capacités d'action.

L'ingénierie sociale suppose donc à la fois une compréhension des processus et des capacités de
négociation, d'organisation et de communication aussi bien avec les personnes en difficulté qu'avec les
décideurs. Cela implique de pouvoir agir à la fois sur des relations entre les habitants et sur le
fonctionnement des organismes sociaux, éducatifs et culturels. Cela demande une certaine maîtrise des

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 10


montages administratifs et financiers, et de la gestion des conflits. Ce sont donc avant tout des capacités de
stratégie que ces formes d'action exigent.
1995 FAVRY J La formation au service de ses L'ingénierie de formation : regroupe les méthodes techniques et outils qui servent à préparer le matériau
clients, pour monter une action de formation. Cela peut aller d'une étude de motivation à la méthode de composition
Paris, ESKA d'une action de formation.
L'ingénierie pédagogique : méthodes et outils de la conception de l'action. La pédagogie par objectifs est
l'exemple historique de cette ingénierie.
1995 PERROTEY Le DESS Ingénierie de la Ingénierie: capacité à concevoir des politiques, des systèmes ou des pratiques de formation et à les
Jean Formation, CNED Canal implanter et développer dans des situations sociales nouvelles.
Education, n°4, p.24
1995 GUITTET A. Développer les compétences, Ingénierie de formation : ensemble des démarches méthodologiques articulées qui s'appliquent à la
Paris, ESF. conception de systèmes d'actions et de dispositifs de formation afin d'atteindre d'une façon efficace un
objectif fixé.
L'ingénierie de formation comprend le diagnostic des besoins de compétences, la définition des objectifs de
formation, des objectifs pédagogiques, la conception de projets de formation, la coordination et la mise en
œuvre d'actions pédagogiques et le contrôle et l'évaluation des effets de la formation (normes AFNOR);

1996 MARTIN JP., Se professionnaliser, exercer au AFNOR, Terminologie en Formation


SAVARY E. quotidien Ingénierie pédagogique : fonction d’étude, de conception et d’adaptation des méthodes et/ou des moyens
Cafoc de Nantes, EVO pédagogiques.
Chroniques Sociales
1996 BARBIER JM, Situations de travail et La formalisation de la démarche d'ingénierie de la formation a obéi à plusieurs types de préoccupations :
BERTON F, formation, Paris, L'Harmattan. d'une part, la rationalisation des procédures et une exigence de rigueur méthodologique et d'autre part, le
BORU JJ souhait d'une meilleure insertion de l'action de formation dans l'entreprise. Elle comprend les quatre étapes
habituelles de l'élaboration d'une offre : analyse de la demande, élaboration du projet, mise en œuvre et
évaluation. Son apport principal se situe dans la première étape notamment, où l'exploration de la demande
embrasse de la façon la plus large possible le contexte dans lequel le problème à résoudre se situe. La
première demande est considérée comme le point de départ qu'il s'agit de vérifier sur le terrain, pour arriver
à un diagnostic et , ensuite, définir la commande.
1997 MINVIELLE L'ingénierie de formation On peut dire aujourd'hui que les pratiques d'ingénierie de formation dans leur forme politique, systémique
Yvon Actes du Colloque ENESAD, ou pédagogique désignent la recherche du bon agencement de ressources de toutes natures (humaines,
Dijon matérielles, financières) qui permet de produire l'effet éducatif attendu.

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 11


1997 KOKOSOWSKI L'ingénierie de formation L’ingénierie naît à partir du moment où, on essaie à la fois de formaliser les innovations conduites par les
Alain Actes du Colloque ENESAD, acteurs de terrain, et d’opérationnaliser les avancées les plus récentes des différents savoirs de base. c’est à
Dijon, p.43. dire quand on essaie de tenir les deux bouts de la chaîne.
Il y a également ingénierie, quand on a accepté de mettre en question la fonction formation, et qu’on essaie
de la confronter d’une part aux évolutions des identités individuelles et collectives, et d’autre part, aux
projets et aux stratégies des organisations.
Et enfin, il y a ingénierie quand on tente de qualifier des méthodes, des outils, en ressources éducatives,
qu’on se préoccupe de savoir s’ils peuvent devenir des ressources, et d’autre part si on peut, en les
mobilisant, générer des activités nouvelles chez les apprenants.
1997 Encyclopédie ENCARTA Ingénierie, domaine dans lequel la connaissance des sciences et des techniques est appliquée de façon à
utiliser efficacement les matériaux et les forces de la nature. Le terme ingénieur désigne à proprement
parler une personne qui possède des connaissances scientifiques vastes et précises, et un savoir-faire en
sciences pures et appliquées sanctionné par des diplômes universitaires ou de grandes écoles.
1997 RAYNAL Pédagogie : dictionnaire des Ingénierie pédagogique : ingénierie provient du terme américain engineering qui signifie analyse, conduite,
Françoise, concepts clés, apprentissage, évaluation de projet dans quelque domaine que ce soit.
MEUNIER Alain formation et psychologie L'entreprise ou l'individu qui se prétend spécialiste «d'ingénierie pédagogique » ou d’ingénierie de
cognitive formation, affirme donc sa compétence dans les domaines de l'analyse des besoins, ainsi que dans la
ESF éditeur conception, la conduite, l’animation et l'évaluation des actions ou des projets de formation.
1998 MEIGNANT Manager la formation Objectif : construction d'un programme de formation « sur mesure » adapté à une situation spécifique.
Editions Liaisons Caractéristiques : le principe général est de mettre en œuvre, par des spécialistes, un processus d'ensemble
qui, de l'analyse de situation et des besoins aboutit à la construction d'un programme de formation
particulier, incluant la définition précise d'objectifs éducatifs, la construction des moyens pédagogiques
adaptés, la formation des formateurs, une organisation pédagogique d'ensemble (modules, séquences), les
tests de validation des connaissances, les modalités et systèmes de gestion et de suivi, etc.…Utilisée de plus
en plus dans les entreprises, l'ingénierie de formation trouve aussi des applications dans des transferts de
technologies accompagnant des ventes d'installations industrielles "produits clés en main".
Avantages : Disposer d'un ensemble éducatif correspondant précisément à un besoin spécifique. Permettre à
l'encadrement et aux techniciens de l'entreprise de jouer un rôle formateur.
Limites, contraintes : Elles se trouvent dans le coût des travaux d'ingénierie de formation rapporté à
l'importance de l'enjeu de la formation et à la dimension de la population à former.
1998 REY Alain Dictionnaire historique de la Ingénierie : n. f. est un dérivé d’ingénieur, d’après l’anglais engineering, lui-même employé en français par
langue française emprunt graphique. Le mot anglais est dérivé de to engineer, déverbal de engineer « ingénieur ». Ce mot
Edition "Le Robert", Paris. est lui-même emprunté à l’ancien français engigneor. En concurrence avec le mot anglais, c’est un terme
technique désignant l’étude globale d’un projet industriel sous tous ses aspects : il s’emploie aussi en
sciences (ingénierie génétique).
1998 MEUGLIN L'industrialisation de la Ingénierie de formation : ensemble des activités intellectuelles visant à optimiser la conception, la mise en
Pierre formation en question œuvre, la réalisation et la coordination des systèmes de formation. En tant que prise en charge globale d’un
CNDP projet industriel, elle introduit donc le découpage de l'acte de formation en différentes tâches et fonctions,

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 12


celles-ci constituant alors les unes par rapport aux autres une chaîne continue d'opérations, parmi lesquelles
certaines peuvent être automatisées.
1998 LENOIR Hugues L'avenir radieux de l'ingénierie, Nous entendons par ingénierie de formation l'ensemble des pratiques de conception, de construction, de
in "Analyser les pratiques planification, de conduite et d'évaluation. Elle tend en règle générale à englober l'ensemble du processus de
professionnelles" C Blanchard formation. Elle est une pratique d'anticipation et de concrétisation d'un projet, considéré comme «
Laville, D Fablet, collection l'intention d'une transformation du réel fondée par une représentation de cette transformation prenant en
Savoir et formation, considération les conditions réelles et animant une activité » (Castoriadis, 1975, p. 106). Mon propos vise à
L'Harmattan, p.129. interroger le désir d'une totale maîtrise de l'action par le formateur et à souligner les dangers potentiels d'une
ingénierie trop bien pensée qui, souvent, se révèle enfermante.
1998 P.GAUTTIER – Les activités et les fonctions de On appelle ingénierie de formation, l’activité globale qui recouvre l’architecture d’un système de formation,
MOULIN, F. la formation, Guide technique, de l’amont à l’aval, et nécessite des compétences politiques, organisationnelles et pédagogiques pour
GERARD Centre Inffo, Paris. réaliser l’ensemble de ces activités.
1998 P.GAUTTIER – Les activités et les fonctions de L’ingénierie pédagogique recouvre plus précisément la conception, la réalisation et le suivi de la réponse de
MOULIN, F. la formation, Guide technique, formation (choix, élaboration d’un programme, des méthodes et outils pédagogiques).
GERARD Centre Inffo, Paris.
1999 INSA Devenir ingénieur c'est s'ouvrir aux métiers de l'avenir; travailler autrement, dans des domaines nouveaux,
avec des méthodes évoluant en permanence dans un contexte de mondialisation de l'économie et de
l'information : tels sont les enjeux qui concernent l'ingénieur aujourd'hui et demain.
L'ingénieur est un acteur du progrès (…), il est polyvalent, ouvert aux innovations. Il fait preuve
d'adaptabilité tout au long de sa carrière et se forme en permanence aux nouvelles technologies.
1999 Plaquette des Universités de Un ingénieur doit être capable de mener à bien une opération industrielle ou un projet technique mettant en
Technologie, Compiègne, œuvre des ressources humaines, des moyens techniques et financiers dont les résultats sont soumis à la
Belfort, Montbéliard, Troyes réalité de la vie socio-économique… Le futur ingénieur devra travailler dans des secteurs en constante
mutation, dans les environnements les plus divers.

1999 LE BOTERF Ingénierie des compétences, Les Une approche en terme d’ingénierie de la formation suppose une explication des processus et des moyens
Guy éditions d'organisation, p.14-15. qui sont requis pour atteindre tel ou tel résultat attendu. De la typologie des problèmes d’ingénierie
dépendra le choix des méthodes à mettre en œuvre.
1999 Dictionnaire encyclopédique Ingénierie : n.f (de ingénieur).
Larousse, Internet 1. Etude d'un projet industriel sous tous ses aspects (techniques, économiques, financiers, monétaires et
sociaux) et qui nécessite un travail de synthèse coordonnant les travaux de plusieurs équipes de spécialistes ;
discipline, spécialité que constitue le domaine de telles études.
SYN. (anglic. déconseillé) : engineering.
2. Ingénierie génétique, génie génétique.
2000 A vous, à nous, d’écrire la suite….

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 13


Travaux proposés

À partir de ces différents extraits et définitions, nous vous demandons après une lecture
attentive et analytique de :

Premièrement : dégager les éléments clés de l'ingénierie de la formation à partir des thèmes
suivants :
- La finalité de l'ingénierie,
- Les différents champs d'intervention,
- Les niveaux de l'ingénierie de formation,
- Les acteurs,
- Les étapes de la démarche,
- Les outils de l'ingénierie,
- Les savoirs et connaissances mobilisés dans la démarche ingénierie,
- Les qualités et compétences des opérateurs et intervenants.

Deuxièmement : à partir de l'analyse de ces thèmes, confronter ces éléments avec sa propre
définition et reconstruire, si besoin est, une nouvelle définition de l'ingénierie de formation.

Troisièmement : compléter votre corpus théorique sur l'ingénierie de formation à partir de vos
propres lectures et documents. Peut être avez vous lu et repéré d’autres définitions. Ne pas
hésiter à nous les transmettre pour poursuivre cette construction et réflexion (via le
forum ou le mail universitaire).

Notre définition de l'ingénierie de formation :

L’ingénierie de formation, à l’interface de l'ingénieries des politiques et de l'ingénierie


pédagogique, est une démarche socioprofessionnelle où l'ingénieur-formation a, par des
méthodologies appropriées, à analyser, concevoir, réaliser et évaluer (ACRE) des actions,
dispositifs et/ou système de formation en tenant compte de l'environnement et des acteurs
professionnels. Ces actions, dispositifs ou systèmes sont mis en œuvre de manière optimale
en vue du développement de l'organisation et des personnes.

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 14


L'ingénierie en question ou la question de l'ingénierie

Si le terme d'ingénierie est relativement ancien, son utilisation de manière commune date de
1970 lorsqu'il est employé dans le rapport du comité pour le VIème plan. Son passage dans le
domaine de la formation date des années 1985 (Pain 1985, Collardyn 1985, Le Boterf 1985,
Viallet 1986). Cependant ce "passage" est loin d'être automatique et perçu comme une
évolution pertinente de la formation.

L'ingénierie, comme tous les termes nouveaux ou innovants, ne s'est installée que
progressivement dans le monde de la formation. Ce terme issu du "génie" et des métiers de
l'"ingénieur" a effectivement été "récupéré" de ces disciplines pour être incorporé puis digéré
par ce secteur en expansion qu'est la formation. Mais, nous semble-t-il, avec d'autres, il est
important qu'un corps professionnel utilise et adapte des termes issus d'autres disciplines pour
définir et construire son langage. Comme Pierre Gillet1 pour la compétence, nous utiliserons
l'idée du " concept-outil " comme "moyen d'aide à la conception (qui) fonctionne à l'aise
dans le champ de la praxéologie". L'ingénierie est ainsi usité dans le domaine de la formation
comme un concept-outil, c'est à dire partant de la pratique vers une conceptualisation, au
risque de la logomachie tant décriée par Jean Pierre Legoff 2. Il interpelle ainsi le lecteur : "La
fascination pour l'entreprise va finir par vider la notion d'éducation permanente de son sens.
Le mélange entre le jargon des formateurs et celui du management va atteindre son
paroxysme. La pédagogie devient avant tout affaire d'"ingénierie", de méthodologies, de
"boîtes à outils"…".

Dans cette polémique, où nous sommes directement impliqués, voire mis en cause, il est donc
important et nécessaire de nous arrêter sur ce "nouveau" terme d'ingénierie et d'analyser ses
différentes composantes dans l'ingénierie de la formation.

Une clarification légitime de l'ingénierie de formation


Nous avons vu apparaître un glissement dans l'utilisation de l'ingénierie. Ainsi d'une
définition générale centrée sur les projets industriels ou de construction, elle se décline au fur
et à mesure dans les différents aspects des sciences sociales.

L'aspect économique est peu présent dans ces déclinaisons de l'ingénierie. On parle pourtant
désormais d'ingénierie financière. Pour Pierre Gensse et Patrick Topsacalian (1999)3,
"l'ingénierie financière propose un ensemble d'outils destinés à favoriser les opérations de
haut de bilan. Discipline récente, elle se caractérise par l'utilisation de méthodes innovantes,
élaborées, transversales, et par la recherche de solutions originales à des problèmes
financiers qui touchent aux structures de l'entreprise en général et au capital en particulier.

1
Gillet Pierre (1998), "Pour une écologie du concept de compétence", Education permanente, n°135, p.23-32.
2
LE Goff JP. (1999), La barbarie douce. La modernisation aveugle des entreprises et de l'école, Paris, La
Découverte, p.90.
3
Gensse P., Topsacalian P. (1999). Ingénierie financière. Paris : Economica.

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 15


Ses techniques permettent de minimiser les apports tout en favorisant le maintien, voire la
prise de contrôle". Nous retrouvons cette fonction "d'ensemblier" dans la recherche, la
coordination, et la mise en œuvre de différents financements pour la réalisation d'actions ou
de dispositifs de formation. Il n'est pas rare en effet de combiner divers financeurs et
institutions dans le cadre de projets de développement en général et/ou de formation comme
les financements européens (Fonds Social Européen), les OPCA, les Régions, la DRTEFP et
l'entreprise. Cette fonction de l'ingénierie financière sera d'ailleurs de plus en plus présente et
demandée dans l'élaboration de projets et le montage d'actions de formation.

En définitive, l'ingénierie est donc passée du domaine du génie à l'industrie et au secteur du


bâtiment travaux publics, au secteur tertiaire, notamment dans le montage de projets
commerciaux puis informatiques pour s'étendre aux domaines des services dont la formation.
Son intégration dans le champ social et plus spécifiquement dans la formation n'est pas
seulement un effet de mode. Cela, nous semble-t-il, renvoie à une réalité professionnelle et à
la revendication légitime de savoir-faire professionnels particuliers. Cependant, si nous
sommes favorable à cette importation lexicale et sémantique avec ce qu'elle comporte de
nouvelle lisibilité professionnelle, elle n'enlève rien aux risques de "jargonnage" et de
"technicisation" (voir chapitre sur els pièges et risques de l’ingénierie).

Nous sommes en effet bien conscient de la nébuleuse ou du manque de rigueur qui entoure le
terme et l'usage de l'ingénierie de formation. Cette pratique se retrouve parfois par ceux là
même qui la propose ou la défende. C'est notamment le cas de Guy Le Boterf qui est à
l'origine du développement du terme de l'ingénierie de formation (1985) et qui passe de
"l'ingénierie et évaluation de formation" (1990) à "l'ingénierie et évaluation des compétences"
(2000) pour poursuivre par "de la compétence à la navigation professionnelle" (1997) pour
finir par parler "d'ingénierie de professionnalisation4 (2006), sans que les distinctions nous
apparaissent toujours clairement. De même, Philippe Eray5 distingue dans un premier temps
l'ingénierie de formation de l'ingénierie des compétences : "d'importantes différences existent
entre elles concernant : les objectifs visés (…), les moyens mis en œuvre (…), les modalités de
conduite" (p.33), dans lesquelles nous ne nous retrouvons absolument pas. Mais il explique
ensuite que "dans la pratique, les deux approches sont intimement mêlées, au gré des
missions et des contextes. Nous utiliserons de préférence le terme d'ingénierie de formation,
car l'ingénierie de formation constitue une base technique commune aux deux approches et
adaptables à la plupart des problèmes de l'entreprise" (p.33).

Ces positions mouvantes et contradictoires créent du trouble et ne participent pas à la


clarification du domaine. À l'inverse, à vouloir positionner l'ingénierie de formation dans une
logique spécifique, nous sommes aussi conscient du risque d'un dogmatisme conceptuel et
d'une dictature lexicale. Ce n'est pas notre ambition et nous cherchons à garder une approche
critique en prenant du recul par rapport aux situations sociales ou professionnelles d'une part
et en modélisant la démarche d'autre part.

4
Le Boterf G. (2006). Professionnaliser. Le modèle de la navigation professionnelle. Paris : Ed.
Organisation.
5
Eray P. (1999). Précis de développement des compétences. Paris : Ed. Liaisons.

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 16


Plus que jamais, cette revendication de l'ingénierie de la formation doit s'accompagner d'une
vigilance dans la justesse des propos, pour éviter une "bouillie conceptuelle", pour reprendre
les termes de J-P Le Goff6 (p.33).

Construire l'ingénierie de formation


Nous voyons bien que l’ingénierie de la formation s’est peu à peu imposée comme une
nécessité, dès lors que la formation est devenue une préoccupation pour les entreprises et les
collectivités, dans la mesure où elle est apparue comme un facteur de développement de la
compétitivité des organisations et de régulation des territoires. Cette conception de la
formation, et les dispositifs mis en œuvre, amène un recouvrement entre les notions de
compétence et de performance, mais aussi un rapprochement entre formation, travail et
organisation.

Formation et organisation sont ensemble dans un processus dynamique où le développement


des compétences est complètement lié au développement de l’organisation et réciproquement.
On parle alors d'ingénierie des compétences collectives. Dans ce contexte, les personnes
chargées de l’encadrement doivent être fortement impliquées, c’est un changement radical de
leur mission que de se consacrer au développement de la compétence des personnes ; on parle
d'ingénierie des compétences individuelles où il est nécessaire qu’existe un lien très fort entre
les différents référentiels : formation, compétence et métier. L’objectif de la formation se
déplace sur la professionnalisation des personnes afin qu’elles soient plus performantes au
sein de leur organisation mais aussi qu’elles disposent d’une qualification suffisante pour
faciliter leur mobilité sur un marché du travail instable ; c'est l'ingénierie des parcours ou de
professionnalisation. Le travail et la formation ont donc une tendance de plus en plus affirmée
à parfois se superposer pour les salariés en poste mais aussi pour les jeunes en formation en
alternance.
L’ingénierie de formation consiste ainsi à faire l’analyse la plus complète du travail et à
monter un projet de formation adapté, pour aider l’entreprise à évoluer et à devenir plus
performante ; d'ingénierie de projet formation ou du plan, mais aussi pour que l’individu
puisse progresser à l’intérieur de son projet.

Si, "la formation est l'action de se doter de moyens pour permettre l'acquisition de savoirs
par une personne ou un groupe, dans une perspective contractuelle, en lien avec un contexte
donné en vue d'atteindre un objectif" (Ardouin, 2003), alors l'ingénierie de formation ne
s'arrête ni à l'acquisition de techniques ou capacités, ni à la mise en œuvre de "recettes" mais
bien à la recherche de la "création" des conditions les plus favorables pour permettre ou
faciliter les apprentissages.

L'ingénierie de formation se situe à différents niveaux et domaines


d’intervention
L’ingénierie intervient à différents niveaux de la relation emploi-formation, ce qui amène une
diversité des domaines de la formation et des positions professionnelles.

6
Le Goff J-P. (1996). L'érosion des idéaux de l'éducation permanente. Éducation Permanente. 126.
29-33

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 17


Cette diversité de niveaux d’intervention est illustrée par le schéma suivant où nous mettons
classiquement en regard un axe espace et un axe temps :

− l’axe " espace " peut se structurer en trois territoires ou niveaux différents : micro,
mezzo (méso) et macro. Chacun de ces niveaux ou territoires n'est pas formel en soi
mais doit être défini en référence aux objectifs et à l’environnement.
− l’axe " temps " peut également s'analyser en trois échelles : court terme, moyen terme
ou long terme. Chacune de ces temporalités est à définir en fonction du contexte
socioprofessionnel dans lequel elle est utilisée.

L’ingénierie se décline alors au croisement de ces espaces-temps, d'une manière structurante


mais non fermée, et amène à repérer différents niveaux où l’ingénierie de formation entre en
œuvre :
− Au niveau macro et long terme, nous parlerons d'une ingénierie de la relation emploi-
formation. Nous sommes là dans la mise en œuvre d'un système global de formation ou
d’étude à grande échelle, comme dans les contrats d’études prospectives (CEP) ou de
programmes régionaux.
− Au niveau mezzo et moyen terme, nous sommes au cœur de l’ingénierie de formation
dans sa dimension organisationnelle, prenant en compte l’environnement et ses acteurs,
apportant une inventivité pédagogique et construisant un dispositif particulier dans une
organisation.
− Au niveau micro et court terme, l’ingénierie se fait plus pédagogique, plus proche du
terrain et des individus. Nous sommes sur la situation de formation en elle-même.

Diversité des niveaux de l’ingénierie en formation

Espace

Macro Relation Emploi-Formation

Dispositif de
Mezzo
formation

Situation de
Micro formation

Court terme Moyen terme Long terme Temps

T. Ardouin

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 18


Les trois niveaux de l'ingénierie
Nous pouvons distinguer trois grands types d'ingénierie qui renvoient aux trois niveaux de
toute organisation, mais aussi aux trois niveaux de la mise en œuvre de l'éducation tels que
développés par Louis d'Hainaut7 : politique - fins ; organisation - buts ; opérationnel ou
pédagogique - objectifs.

L'ingénierie des politiques


Les systèmes de formation comme les pratiques pédagogiques prennent corps au sein de
cadres plus généraux, qui renvoient à des décisions politiques, et témoignent elles-mêmes de
choix plus fondamentaux dans le domaine du social et des ressources humaines. C'est le
niveau stratégique et décisionnel, c'est-à-dire celui du maître d'ouvrage qui donne les
orientations politiques. Pour atteindre ces "fins", la formation peut être un moyen intégré à un
ensemble. Le maître d'ouvrage passe alors commande de "l'ouvrage de formation" à un maître
d'œuvre, qui fera appel autant que de besoin à différents fournisseurs ou prestataires de
service. Cette commande est toujours une reconstruction entre la demande initiale et la réalité
du projet. À cette étape, le maître d'ouvrage peut s'adjoindre des compétences d'experts,
consultants ou conseillers pour guider sa réflexion. Ces différentes personnes peuvent se
trouver à l'intérieur de l'organisation ou mandatées en externe.

L'ingénierie des systèmes de formation


Il s'agit de la construction et de l'ossature du projet de formation traduit en dispositif et en
action. Ce niveau désigne le système de formation, tel qu'il existe dans le cadre contractuel et
juridique, en prenant en compte les attentes du maître d'ouvrage, les réalités du contexte, les
contraintes de l'environnement et la réalité des publics. C'est le niveau organisationnel qui
correspond au maître d'œuvre de la formation. Ce dernier traduit les "fins" en "buts" à
atteindre. On parle aussi "d'objectifs de formation". Le maître d'œuvre a pour fonction la
réalisation partielle ou totale de l'ouvrage commandé. Il en assure la mise au point,
l'architecture d'ensemble, le pilotage et la régulation de la réalisation à partir d'un cahier des
charges. Il met donc en œuvre les différentes phases et étapes du projet, ou ouvrage.

L'ingénierie des pratiques pédagogiques ou Ingénierie pédagogique


Nous retrouvons ce qui caractérise le travail pédagogique : le choix des supports, des
contenus, des formateurs ou intervenants, le choix des logiques de transmission et des
méthodes d'apprentissage. C'est le niveau pédagogique et opérationnel qui correspond aux
prestataires ou aux fournisseurs. Ils traduisent les "buts" en "objectifs" ; ici les "objectifs
pédagogiques" c'est-à-dire directement opérationnels dans l'action éducative. Ces différents
prestataires, avec les professionnels qui les composent, ne sont plus seulement des centres de
formation plus ou moins spécialisés, mais aussi un ensemble de prestataires qui vont
intervenir à différents niveaux du processus d'apprentissage et /ou d'orientation
professionnelle, comme les centres de bilans, cabinets conseils ou de recrutement, centres de
validation des acquis ou sociétés de produits multimédia ou à distance.

Ces termes : maître d'ouvrage, maître d'œuvre, fournisseurs ou prestataires, sont relativement
récents dans le domaine de la formation. Ils ont en effet été importés du secteur du bâtiment.
Ils sont encore peu présents dans les écrits même s'ils sont de plus en plus utilisés notamment

7
D'Hainaut L. (1980). Des fins aux objectifs de l'éducation. Paris : Nathan.

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 19


par les collectivités territoriales. Marcel Lesne et Yvon Minvielle8 nous disent : "Ces activités
de maître d'ouvrage, maître d'œuvre et fournisseurs n'ont pas toujours été pleinement
développées. Elles s'affirment aujourd'hui à un moment où les ouvrages de formation n'ont
plus forme unique". Cependant si "les activités de maître d'ouvrage, maître d'œuvre et
fournisseur se sont progressivement différenciées. Elles ont peu à peu émergé, sans pour
autant être attribuées à des acteurs sociaux précis" (p.192).

Nous pouvons alors synthétiser ces trois niveaux en lien avec les types d'ingénierie, les
acteurs et les principaux domaines d'intervention. Le tableau suivant peut, et doit, bien
évidemment être complété et ajusté en fonction des situations socioprofessionnelles que vous
découvrirez.

L'INGENIERIE EN FORMATION

Types d'ingénierie Niveaux Acteurs Domaines


- Politique générale
- Management
- Politique sociale et salariale
INGENIERIE Stratégique Maître d'ouvrage - Gestion du personnel et des
DES Décisionnel emplois
POLITIQUES - Politique de formation
- Politique de
communication
- Réglementation sociale
- Politique Qualité

- Analyse des emplois et


compétences
- Analyse des besoins de
formation
- Montage d'actions,
INGENIERIE dispositifs de formation
DE LA Organisationnel Maître d'œuvre adapté à la culture de
FORMATION l'organisation
- Planification de la
formation
- Gestion du plan de
formation
- Logistique matérielle
- Choix de prestataires
- Recherche de financements
complémentaires et montage
de projets en
multifinancement
- Coordination des projets et
formations
- Evaluation de la formation

8
Lesne M., Minvielle Y. (1990). Socialisation et formation. Paris : Païdeïa.

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 20


Fournisseurs - Identification des prérequis
Prestataires - Recrutement des stagiaires
- Evaluation des acquis
INGENIERIE Opérationnel Organismes de - Préparation et mise en
Apprentissage formation, œuvre des démarches
PEDAGOGIQUE Pédagogique Centres de bilans, pédagogiques en lien avec
Cabinets et centres les contraintes
spécialisés - Préparation et utilisation
(recrutement, des contenus, supports et
multimédia, conseil, matériels
…) - Coordination pédagogique
Centre de - Recrutement des
Validation des formateurs et animation de
Acquis, l'équipe pédagogique
Prestataires de - Evaluation des acquis
services - Validation des acquis

T. Ardouin

Les domaines de l'ingénierie de formation


À l’intérieur même des grands niveaux d’intervention de l’ingénierie, nous pouvons croiser
deux axes qui permettent de décliner les domaines de l’ingénierie de formation.

Ainsi, l'ingénierie de formation regroupe les différentes actions et dispositifs liés au


développement des savoirs et savoir-faire d’une entité, tant au niveau individuel, d'équipe,
collectif ou de l'organisation, que nous pouvons décliner dans une mise en perspective de
quatre pôles structurés en deux axes : un axe individu/collectif ou organisation ; un axe
apprentissage /production.

La démarche d'ingénierie, dans la fonction formation, recouvre ainsi quatre domaines à la fois
spécifiques et complémentaires.
− Au niveau individuel, la formation participe au développement et à la transformation des
personnes, non seulement par l'apport de connaissances mais aussi par la socialisation
qu'elle permet. En définitive la formation est toujours mise en œuvre par l'individu qui
seul apprend. Cet élément est primordial, et les concepteurs de formation et de dispositifs
d'apprentissage se doivent de rester vigilants vis à vis de cet aspect : la formation est mise
en œuvre pour l'individu. Cette dimension renvoie au développement des savoirs et des
compétences de la personne et par là même participe de son identité.
− Au niveau organisation, en tant que collectif de travail, la formation s'inscrit dans une
logique de développement des structures et de pérennité de celles-ci. L'ingénierie s'inscrit
alors comme une composante de l'organisation apprenante sur laquelle nous reviendrons
par la suite.
− Au niveau production, la formation a aussi pour objectif le renforcement de l'efficacité et
une logique d'utilisation des savoirs dans le process de travail en vue de son amélioration
ou sur un territoire donné.

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 21


− Au niveau apprentissage, la formation a bien évidemment comme ambition première le
développement des savoirs. Les apprentissages peuvent être en lien direct avec les
situations professionnelles en cours mais aussi dans le cadre d'un projet personnel plus
large.

Le croisement de ces axes permet une lecture globale de l'ingénierie de formation et des
différentes facettes de la fonction formation. L'ingénierie de la formation apparaît alors
comme un ensemble cordonné de quatre domaines dans un processus dynamique :
− Ingénierie des compétences individuelles, entre production et individu : les personnes
chargées de l’encadrement doivent être fortement impliquées, c’est un changement radical
de leur mission que de se consacrer au développement de la compétence où la référence au
métier, et donc au référentiel métier, devient incontournable.

− Ingénierie des compétences collectives, entre production et organisation : le


développement des compétences est complètement lié au développement de l’organisation
et réciproquement.

− Ingénierie de parcours et de professionnalisation, entre individu et apprentissage : afin


que les personnes soient plus performantes au sein de leur organisation mais aussi qu’elles
disposent d’une qualification suffisante pour faciliter leur mobilité sur un marché du
travail instable

− Ingénierie de la relation emploi-formation, entre apprentissage et organisation:


l’ingénierie de formation consiste ainsi à faire l’analyse la plus complète du travail et à
monter un projet de formation adapté, pour aider l’organisation ou l’entité à évoluer et à
devenir plus performante ou adaptée aux évolutions de l’environnement mais aussi pour
que l’individu puisse progresser à l’intérieur de son projet.

Diversité des domaines d’intervention de l’ingénierie de formation

APPRENTISSAGE

Ingénierie de parcours Ingénierie de la relation


et de Emploi - Formation
professionnalisation

INDIVIDU ORGANISATION

Ingénierie des Ingénierie des


compétences compétences collectives
individuelles

PRODUCTION

T. Ardouin

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 22


Les fondements socioconstructivistes de l'ingénierie

Pour agir avec efficacité et pertinente au niveau opérationnel, l'ingénierie de formation prend
appui, au niveau conceptuel, sur des fondements constructivistes correspondants alors aux
fondamentaux et savoirs de l'ingénierie.

La finalité de l’ingénierie de formation est la production de compétences et de savoirs en


lien avec les situations professionnelles ou sociales. L’ingénierie de formation n’existe pas en
soi, c’est bien l’objectif de production de connaissances et de compétences qui est la finalité
première. Si ces connaissances et compétences sont reliées au contexte d’usage, qu’il soit
professionnel ou social (activité professionnelle, diplôme, certification, production), elles ne
se réduisent absolument pas aux seules connaissances opérationnelles et techniques mais les
intègrent dans des connaissances plus vastes et des savoirs génériques. Autrement dit la
finalisation des savoirs contextués n’est pas uniquement opératoire mais plus largement
sociétale. Dans ce sens, l'ingénierie de formation renvoie à la socialisation des personnes
c'est-à-dire à leur professionnalisation et à leur identité. Une des difficultés des formations est
bien le maintien de l'ouverture culturelle des participants et, un des risques de toute formation
professionnelle est de n'être que ciblée sur des opérations techniques et gestuelles sans
intégrer du sens à l'action et de lien avec l'environnement social.

Les besoins de formation n’existent pas en soi, ce sont des écarts entre des situations
souhaitées et des situations existantes. Les besoins de formation sont à extraire à partir des
demandes, des situations observées ou voulues et des attentes des différents acteurs.
L’ingénierie est ici l’outil d’analyse et la formation la traduction de cette analyse d’écarts
comme action de transformation.

La prise en compte de l’environnement, et la mobilisation des acteurs, le plus en amont


possible, est nécessaire. Mettre en œuvre des formations, c’est les intégrer dans une réalité
sociale, culturelle ou/et professionnelle. Cette réalité nécessite non seulement de s’arrêter et
s’interroger sur l’environnement des apprenants mais de les rendre acteurs de leur formation,
et donc de les mobiliser dans la définition et la contractualisation de la formation. L’ingénierie
de formation interroge donc les contextes et les acteurs - partie prenante de l’action - afin de
cibler au mieux les conditions de faisabilité et de réalisation de la formation.

L’ingénierie est une transformation, une optimisation et une architecturation de ressources


disponibles et/ou à mobiliser. L’objectif premier de l’ingénierie est l’optimisation, c’est-à-dire
la meilleure réalisation au regard des ressources disponibles et utilisables. Il ne s’agit donc pas
de construire le plus beau dispositif, mais bien le plus efficient au regard des objectifs et des
contraintes. Cette optimisation passe par une transformation des situations personnelles,
techniques, sociales ou professionnelles pour le meilleur apprentissage. Elle passe aussi par
une architecturation des ressources disponibles ou à mobiliser. C’est à dire que l’ingénierie ne
se suffit pas des moyens qu’on lui donne ou propose, voire lui impose, mais est source de
créativité, d’inventivité, d’innovation bref fait preuve d’ingéniosité (l’ingenium) pour
rechercher de nouvelles voies et répondre de manière pertinente aux acteurs dans leur
contexte. C’est dans ce sens que l’ingénieur de formation est un ensemblier des ressources
matérielles, techniques, financières et humaines.

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 23


L’ingénierie de formation n’est pas une méthode mais une démarche par étapes successives
et itératives dans un processus continu. Réduire l’ingénierie à une méthode c’est rester dans
un schéma cartésien et applicatif. Nous préférons le principe de démarche, qui tout en étant
méthodique et méthodologique, ne se limite pas à l’usage d’une méthodologie infaillible qu’il
s’agirait d’appliquer, mais s’inscrit dans la complexité et ré-interroge les différentes étapes du
processus. La démarche s’inscrit donc dans un continuum en quatre temps : analyser,
concevoir, réaliser et évaluer, où chaque étape fait suite à la précédente, mais en questionnant
toujours le processus en effectuant des allers et retours constants entre les différentes étapes,
de manière itérative. Travailler dans une démarche d’ingénierie de la formation c’est entrer
dans une logique d’adaptation, de réactivité, et donc de régulation.

Au regard du développement de l'ingénierie, faut-il parler d'ingénierie, ou d'ingénieries? Pour


Annie Ponchelet9, "l'ingénierie ne serait pas plurielle puisque ses acteurs s'attacheraient
conjointement au système de formation (infrastructure) et au système pédagogique (mise en
œuvre) dans la perspective unique d'un service de qualité rendu à la fois aux entreprises et
aux apprenants". L'ingénierie est avant tout un processus qui, comme nous l'avons vu, prend
en compte le maximum d'éléments pertinents d'un système. Ainsi, nous pouvons dire que
l'ingénierie (au singulier) renvoie à une démarche, tandis que les ingénieries (au pluriel)
renvoient à des domaines et des pratiques comme l'ingénierie de l'alternance, l'ingénierie de
l'insertion, l'ingénierie financière, l'ingénierie de professionnalisation et bien sur l'ingénierie
de la formation.

L’ingénierie est un moyen et non une fin en soi. Il y a toujours primauté de l’objectif et non
du moyen. Ce n’est donc pas la réalisation en soi qui importe, ce qui n’empêche pas et
n’interdit surtout pas " le bel ouvrage ", mais bien la production de savoirs et de compétences
et donc la finalité. L’ingénierie de formation est une ingénierie du "design", puis une
ingénierie de gestion. Il s’agit bien d’inventer des solutions nouvelles et adaptées, de
développer de l’ingéniosité tout en respectant le cadre socioculturel dans lequel on se trouve.
Dans ce sens, nous sommes dans une ingénierie du " design " qui n’oublie pas cependant la
réalité socioéconomique et dans une ingénierie de gestion mais celle ci devrait venir en
second.

De cet ensemble d’éléments fondamentaux, nous définissons l’ingénierie de formation


comme une démarche socioprofessionnelle où l’ingénieur-formation a, par des
méthodologies appropriées, à analyser, concevoir, réaliser et évaluer des actions,
dispositifs et/ou systèmes de formation en tenant compte de l’environnement et des
acteurs professionnels. Ces actions, dispositifs ou systèmes sont mis en œuvre de manière
optimale en vue du développement des organisations et des personnes. L’ingénierie de
formation (niveau organisationnel) se trouve à l’interface de l’ingénierie des
politiques (niveau stratégique et décisionnel) et de l’ingénierie pédagogique (niveau
opérationnel ou pédagogique).

Cette définition est développée lors de la conférence du 18 novembre 2010 (cf. documents)

9
Ponchelet A. (1990). Ingénierie ou ingénieries ? Actualité de la Formation Permanente. 107. 29-37.

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 24


Travaux réflexifs :

Au regard de cette partie, reprendre votre première définition de l'ingénierie.


Quelles adaptations, évolutions faites vous de celle-ci ?

En quoi votre pratique s'inscrit-elle dans la démarche d'ingénierie ?

Dans cette partie :


- Qu'est-ce que j'ai appris ?
- Qu'est ce que je connaissais déjà ?
- Qu'est ce qui est vraiment nouveau pour moi ?
- Qu'est ce que j'ai envie d'approfondir ?
- ….

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 25


CARACTERISER L'INGENIERIE

L’ingénierie de formation, à l’interface de l'ingénieries des politiques et de l'ingénierie


pédagogique, est une démarche socioprofessionnelle où l'ingénieur-formation a, par des
méthodologies appropriées, à analyser, concevoir, réaliser et évaluer (ACRE) des actions,
dispositifs et/ou système de formation en tenant compte de l'environnement et des acteurs
professionnels. Ces actions, dispositifs ou systèmes sont mis en œuvre de manière optimale
en vue du développement de l'organisation et des personnes.

L'ingénierie en question ou la question de l'ingénierie

Si le terme d'ingénierie est relativement ancien, son utilisation de manière commune date de
1970 lorsqu'il est employé dans le rapport du comité pour le VIème plan. Son passage dans le
domaine de la formation date des années 1985 (Pain 1985, Collardyn 1985, Le Boterf 1985,
Viallet 1986). Cependant ce "passage" est loin d'être automatique et perçu comme une
évolution pertinente de la formation.

L'ingénierie, comme tous les termes nouveaux ou innovants, ne s'est installée que
progressivement dans le monde de la formation. Ce terme issu du "génie" et des métiers de
l'"ingénieur" a effectivement été "récupéré" de ces disciplines pour être incorporé puis digéré
par ce secteur en expansion qu'est la formation. Mais, nous semble-t-il, avec d'autres, il est
important qu'un corps professionnel utilise et adapte des termes issus d'autres disciplines pour
définir et construire son langage. Comme Pierre Gillet1 pour la compétence, nous utiliserons
l'idée du " concept-outil " comme "moyen d'aide à la conception (qui) fonctionne à l'aise
dans le champ de la praxéologie". L'ingénierie est ainsi usité dans le domaine de la formation
comme un concept-outil, c'est à dire partant de la pratique vers une conceptualisation, au
risque de la logomachie tant décriée par Jean Pierre Legoff 2. Il interpelle ainsi le lecteur : "La
fascination pour l'entreprise va finir par vider la notion d'éducation permanente de son sens.
Le mélange entre le jargon des formateurs et celui du management va atteindre son
paroxysme. La pédagogie devient avant tout affaire d'"ingénierie", de méthodologies, de
"boîtes à outils"…".

Dans cette polémique, où nous sommes directement impliqués, voire mis en cause, il est donc
important et nécessaire de nous arrêter sur ce "nouveau" terme d'ingénierie et d'analyser ses
différentes composantes dans l'ingénierie de la formation.

1
Gillet Pierre (1998), "Pour une écologie du concept de compétence", Education permanente, n°135, p.23-32.
2
LE Goff JP. (1999), La barbarie douce. La modernisation aveugle des entreprises et de l'école, Paris, La
Découverte, p.90.

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 1


Une clarification légitime de l'ingénierie de formation
Nous avons vu apparaître un glissement dans l'utilisation de l'ingénierie. Ainsi d'une
définition générale centrée sur les projets industriels ou de construction, elle se décline au fur
et à mesure dans les différents aspects des sciences sociales.

L'aspect économique est peu présent dans ces déclinaisons de l'ingénierie. On parle pourtant
désormais d'ingénierie financière. Pour Pierre Gensse et Patrick Topsacalian (1999)3,
"l'ingénierie financière propose un ensemble d'outils destinés à favoriser les opérations de
haut de bilan. Discipline récente, elle se caractérise par l'utilisation de méthodes innovantes,
élaborées, transversales, et par la recherche de solutions originales à des problèmes
financiers qui touchent aux structures de l'entreprise en général et au capital en particulier.
Ses techniques permettent de minimiser les apports tout en favorisant le maintien, voire la
prise de contrôle". Nous retrouvons cette fonction "d'ensemblier" dans la recherche, la
coordination, et la mise en œuvre de différents financements pour la réalisation d'actions ou
de dispositifs de formation. Il n'est pas rare en effet de combiner divers financeurs et
institutions dans le cadre de projets de développement en général et/ou de formation comme
les financements européens (Fonds Social Européen), les OPCA, les Régions, la DRTEFP et
l'entreprise. Cette fonction de l'ingénierie financière sera d'ailleurs de plus en plus présente et
demandée dans l'élaboration de projets et le montage d'actions de formation.

En définitive, l'ingénierie est donc passée du domaine du génie à l'industrie et au secteur du


bâtiment travaux publics, au secteur tertiaire, notamment dans le montage de projets
commerciaux puis informatiques pour s'étendre aux domaines des services dont la formation.
Son intégration dans le champ social et plus spécifiquement dans la formation n'est pas
seulement un effet de mode. Cela, nous semble-t-il, renvoie à une réalité professionnelle et à
la revendication légitime de savoir-faire professionnels particuliers. Cependant, si nous
sommes favorable à cette importation lexicale et sémantique avec ce qu'elle comporte de
nouvelle lisibilité professionnelle, elle n'enlève rien aux risques de "jargonnage" et de
"technicisation" (voir chapitre sur els pièges et risques de l’ingénierie).

Nous sommes en effet bien conscient de la nébuleuse ou du manque de rigueur qui entoure le
terme et l'usage de l'ingénierie de formation. Cette pratique se retrouve parfois par ceux là
même qui la propose ou la défende. C'est notamment le cas de Guy Le Boterf qui est à
l'origine du développement du terme de l'ingénierie de formation (1985) et qui passe de
"l'ingénierie et évaluation de formation" (1990) à "l'ingénierie et évaluation des compétences"
(2000) pour poursuivre par "de la compétence à la navigation professionnelle" (1997) pour
finir par parler "d'ingénierie de professionnalisation4 (2006), sans que les distinctions nous
apparaissent toujours clairement. De même, Philippe Eray5 distingue dans un premier temps
l'ingénierie de formation de l'ingénierie des compétences : "d'importantes différences existent
entre elles concernant : les objectifs visés (…), les moyens mis en œuvre (…), les modalités de
conduite" (p.33), dans lesquelles nous ne nous retrouvons absolument pas. Mais il explique
ensuite que "dans la pratique, les deux approches sont intimement mêlées, au gré des
missions et des contextes. Nous utiliserons de préférence le terme d'ingénierie de formation,
car l'ingénierie de formation constitue une base technique commune aux deux approches et
adaptables à la plupart des problèmes de l'entreprise" (p.33).
3
Gensse P., Topsacalian P. (1999). Ingénierie financière. Paris : Economica.
4
Le Boterf G. (2006). Professionnaliser. Le modèle de la navigation professionnelle. Paris : Ed.
Organisation.
5
Eray P. (1999). Précis de développement des compétences. Paris : Ed. Liaisons.

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 2


Ces positions mouvantes et contradictoires créent du trouble et ne participent pas à la
clarification du domaine. À l'inverse, à vouloir positionner l'ingénierie de formation dans une
logique spécifique, nous sommes aussi conscient du risque d'un dogmatisme conceptuel et
d'une dictature lexicale. Ce n'est pas notre ambition et nous cherchons à garder une approche
critique en prenant du recul par rapport aux situations sociales ou professionnelles d'une part
et en modélisant la démarche d'autre part.

Plus que jamais, cette revendication de l'ingénierie de la formation doit s'accompagner d'une
vigilance dans la justesse des propos, pour éviter une "bouillie conceptuelle", pour reprendre
les termes de J-P Le Goff6 (p.33).

Construire l'ingénierie de formation


Nous voyons bien que l’ingénierie de la formation s’est peu à peu imposée comme une
nécessité, dès lors que la formation est devenue une préoccupation pour les entreprises et les
collectivités, dans la mesure où elle est apparue comme un facteur de développement de la
compétitivité des organisations et de régulation des territoires. Cette conception de la
formation, et les dispositifs mis en œuvre, amène un recouvrement entre les notions de
compétence et de performance, mais aussi un rapprochement entre formation, travail et
organisation.

Formation et organisation sont ensemble dans un processus dynamique où le développement


des compétences est complètement lié au développement de l’organisation et réciproquement.
On parle alors d'ingénierie des compétences collectives. Dans ce contexte, les personnes
chargées de l’encadrement doivent être fortement impliquées, c’est un changement radical de
leur mission que de se consacrer au développement de la compétence des personnes ; on parle
d'ingénierie des compétences individuelles où il est nécessaire qu’existe un lien très fort entre
les différents référentiels : formation, compétence et métier. L’objectif de la formation se
déplace sur la professionnalisation des personnes afin qu’elles soient plus performantes au
sein de leur organisation mais aussi qu’elles disposent d’une qualification suffisante pour
faciliter leur mobilité sur un marché du travail instable ; c'est l'ingénierie des parcours ou de
professionnalisation. Le travail et la formation ont donc une tendance de plus en plus affirmée
à parfois se superposer pour les salariés en poste mais aussi pour les jeunes en formation en
alternance.
L’ingénierie de formation consiste ainsi à faire l’analyse la plus complète du travail et à
monter un projet de formation adapté, pour aider l’entreprise à évoluer et à devenir plus
performante ; d'ingénierie de projet formation ou du plan, mais aussi pour que l’individu
puisse progresser à l’intérieur de son projet.

Si, "la formation est l'action de se doter de moyens pour permettre l'acquisition de savoirs
par une personne ou un groupe, dans une perspective contractuelle, en lien avec un contexte
donné en vue d'atteindre un objectif" (Ardouin, 2003), alors l'ingénierie de formation ne
s'arrête ni à l'acquisition de techniques ou capacités, ni à la mise en œuvre de "recettes" mais

6
Le Goff J-P. (1996). L'érosion des idéaux de l'éducation permanente. Éducation Permanente. 126.
29-33

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 3


bien à la recherche de la "création" des conditions les plus favorables pour permettre ou
faciliter les apprentissages.

L'ingénierie de formation se situe à différents niveaux et domaines


d’intervention
L’ingénierie intervient à différents niveaux de la relation emploi-formation, ce qui amène une
diversité des domaines de la formation et des positions professionnelles.
Cette diversité de niveaux d’intervention est illustrée par le schéma suivant où nous mettons
classiquement en regard un axe espace et un axe temps :

− l’axe " espace " peut se structurer en trois territoires ou niveaux différents : micro,
mezzo (méso) et macro. Chacun de ces niveaux ou territoires n'est pas formel en soi
mais doit être défini en référence aux objectifs et à l’environnement.
− l’axe " temps " peut également s'analyser en trois échelles : court terme, moyen terme
ou long terme. Chacune de ces temporalités est à définir en fonction du contexte
socioprofessionnel dans lequel elle est utilisée.

L’ingénierie se décline alors au croisement de ces espaces-temps, d'une manière structurante


mais non fermée, et amène à repérer différents niveaux où l’ingénierie de formation entre en
œuvre :
− Au niveau macro et long terme, nous parlerons d'une ingénierie de la relation emploi-
formation. Nous sommes là dans la mise en œuvre d'un système global de formation ou
d’étude à grande échelle, comme dans les contrats d’études prospectives (CEP) ou de
programmes régionaux.
− Au niveau mezzo et moyen terme, nous sommes au cœur de l’ingénierie de formation
dans sa dimension organisationnelle, prenant en compte l’environnement et ses acteurs,
apportant une inventivité pédagogique et construisant un dispositif particulier dans une
organisation.
− Au niveau micro et court terme, l’ingénierie se fait plus pédagogique, plus proche du
terrain et des individus. Nous sommes sur la situation de formation en elle-même.

Diversité des niveaux de l’ingénierie en formation

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 4


Espace

Macro Relation Emploi-Formation

Dispositif de
Mezzo
formation

Situation de
Micro formation

Court terme Moyen terme Long terme Temps

T. Ardouin

Les trois niveaux de l'ingénierie


Nous pouvons distinguer trois grands types d'ingénierie qui renvoient aux trois niveaux de
toute organisation, mais aussi aux trois niveaux de la mise en œuvre de l'éducation tels que
développés par Louis d'Hainaut7 : politique - fins ; organisation - buts ; opérationnel ou
pédagogique - objectifs.

L'ingénierie des politiques


Les systèmes de formation comme les pratiques pédagogiques prennent corps au sein de
cadres plus généraux, qui renvoient à des décisions politiques, et témoignent elles-mêmes de
choix plus fondamentaux dans le domaine du social et des ressources humaines. C'est le
niveau stratégique et décisionnel, c'est-à-dire celui du maître d'ouvrage qui donne les
orientations politiques. Pour atteindre ces "fins", la formation peut être un moyen intégré à un
ensemble. Le maître d'ouvrage passe alors commande de "l'ouvrage de formation" à un maître
d'œuvre, qui fera appel autant que de besoin à différents fournisseurs ou prestataires de
service. Cette commande est toujours une reconstruction entre la demande initiale et la réalité
du projet. À cette étape, le maître d'ouvrage peut s'adjoindre des compétences d'experts,
consultants ou conseillers pour guider sa réflexion. Ces différentes personnes peuvent se
trouver à l'intérieur de l'organisation ou mandatées en externe.

L'ingénierie des systèmes de formation


Il s'agit de la construction et de l'ossature du projet de formation traduit en dispositif et en
action. Ce niveau désigne le système de formation, tel qu'il existe dans le cadre contractuel et
juridique, en prenant en compte les attentes du maître d'ouvrage, les réalités du contexte, les

7
D'Hainaut L. (1980). Des fins aux objectifs de l'éducation. Paris : Nathan.

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 5


contraintes de l'environnement et la réalité des publics. C'est le niveau organisationnel qui
correspond au maître d'œuvre de la formation. Ce dernier traduit les "fins" en "buts" à
atteindre. On parle aussi "d'objectifs de formation". Le maître d'œuvre a pour fonction la
réalisation partielle ou totale de l'ouvrage commandé. Il en assure la mise au point,
l'architecture d'ensemble, le pilotage et la régulation de la réalisation à partir d'un cahier des
charges. Il met donc en œuvre les différentes phases et étapes du projet, ou ouvrage.

L'ingénierie des pratiques pédagogiques ou Ingénierie pédagogique


Nous retrouvons ce qui caractérise le travail pédagogique : le choix des supports, des
contenus, des formateurs ou intervenants, le choix des logiques de transmission et des
méthodes d'apprentissage. C'est le niveau pédagogique et opérationnel qui correspond aux
prestataires ou aux fournisseurs. Ils traduisent les "buts" en "objectifs" ; ici les "objectifs
pédagogiques" c'est-à-dire directement opérationnels dans l'action éducative. Ces différents
prestataires, avec les professionnels qui les composent, ne sont plus seulement des centres de
formation plus ou moins spécialisés, mais aussi un ensemble de prestataires qui vont
intervenir à différents niveaux du processus d'apprentissage et /ou d'orientation
professionnelle, comme les centres de bilans, cabinets conseils ou de recrutement, centres de
validation des acquis ou sociétés de produits multimédia ou à distance.

Ces termes : maître d'ouvrage, maître d'œuvre, fournisseurs ou prestataires, sont relativement
récents dans le domaine de la formation. Ils ont en effet été importés du secteur du bâtiment.
Ils sont encore peu présents dans les écrits même s'ils sont de plus en plus utilisés notamment
par les collectivités territoriales. Marcel Lesne et Yvon Minvielle8 nous disent : "Ces activités
de maître d'ouvrage, maître d'œuvre et fournisseurs n'ont pas toujours été pleinement
développées. Elles s'affirment aujourd'hui à un moment où les ouvrages de formation n'ont
plus forme unique". Cependant si "les activités de maître d'ouvrage, maître d'œuvre et
fournisseur se sont progressivement différenciées. Elles ont peu à peu émergé, sans pour
autant être attribuées à des acteurs sociaux précis" (p.192).

Nous pouvons alors synthétiser ces trois niveaux en lien avec les types d'ingénierie, les
acteurs et les principaux domaines d'intervention. Le tableau suivant peut, et doit, bien
évidemment être complété et ajusté en fonction des situations socioprofessionnelles que vous
découvrirez.

L'INGENIERIE EN FORMATION

Types d'ingénierie Niveaux Acteurs Domaines


- Politique générale
- Management
- Politique sociale et salariale
INGENIERIE Stratégique Maître d'ouvrage - Gestion du personnel et des
DES Décisionnel emplois
POLITIQUES - Politique de formation
- Politique de
communication
- Réglementation sociale
- Politique Qualité

8
Lesne M., Minvielle Y. (1990). Socialisation et formation. Paris : Païdeïa.

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 6


- Analyse des emplois et
compétences
- Analyse des besoins de
formation
- Montage d'actions,
INGENIERIE dispositifs de formation
DE LA Organisationnel Maître d'œuvre adapté à la culture de
FORMATION l'organisation
- Planification de la
formation
- Gestion du plan de
formation
- Logistique matérielle
- Choix de prestataires
- Recherche de financements
complémentaires et montage
de projets en
multifinancement
- Coordination des projets et
formations
- Evaluation de la formation

Fournisseurs - Identification des prérequis


Prestataires - Recrutement des stagiaires
- Evaluation des acquis
INGENIERIE Opérationnel Organismes de - Préparation et mise en
Apprentissage formation, œuvre des démarches
PEDAGOGIQUE Pédagogique Centres de bilans, pédagogiques en lien avec
Cabinets et centres les contraintes
spécialisés - Préparation et utilisation
(recrutement, des contenus, supports et
multimédia, conseil, matériels
…) - Coordination pédagogique
Centre de - Recrutement des
Validation des formateurs et animation de
Acquis, l'équipe pédagogique
Prestataires de - Evaluation des acquis
services - Validation des acquis

T. Ardouin

Les domaines de l'ingénierie de formation


À l’intérieur même des grands niveaux d’intervention de l’ingénierie, nous pouvons croiser
deux axes qui permettent de décliner les domaines de l’ingénierie de formation.

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 7


Ainsi, l'ingénierie de formation regroupe les différentes actions et dispositifs liés au
développement des savoirs et savoir-faire d’une entité, tant au niveau individuel, d'équipe,
collectif ou de l'organisation, que nous pouvons décliner dans une mise en perspective de
quatre pôles structurés en deux axes : un axe individu/collectif ou organisation ; un axe
apprentissage /production.

La démarche d'ingénierie, dans la fonction formation, recouvre ainsi quatre domaines à la fois
spécifiques et complémentaires.
− Au niveau individuel, la formation participe au développement et à la transformation des
personnes, non seulement par l'apport de connaissances mais aussi par la socialisation
qu'elle permet. En définitive la formation est toujours mise en œuvre par l'individu qui
seul apprend. Cet élément est primordial, et les concepteurs de formation et de dispositifs
d'apprentissage se doivent de rester vigilants vis à vis de cet aspect : la formation est mise
en œuvre pour l'individu. Cette dimension renvoie au développement des savoirs et des
compétences de la personne et par là même participe de son identité.
− Au niveau organisation, en tant que collectif de travail, la formation s'inscrit dans une
logique de développement des structures et de pérennité de celles-ci. L'ingénierie s'inscrit
alors comme une composante de l'organisation apprenante sur laquelle nous reviendrons
par la suite.
− Au niveau production, la formation a aussi pour objectif le renforcement de l'efficacité et
une logique d'utilisation des savoirs dans le process de travail en vue de son amélioration
ou sur un territoire donné.
− Au niveau apprentissage, la formation a bien évidemment comme ambition première le
développement des savoirs. Les apprentissages peuvent être en lien direct avec les
situations professionnelles en cours mais aussi dans le cadre d'un projet personnel plus
large.

Le croisement de ces axes permet une lecture globale de l'ingénierie de formation et des
différentes facettes de la fonction formation. L'ingénierie de la formation apparaît alors
comme un ensemble cordonné de quatre domaines dans un processus dynamique :
− Ingénierie des compétences individuelles, entre production et individu : les personnes
chargées de l’encadrement doivent être fortement impliquées, c’est un changement radical
de leur mission que de se consacrer au développement de la compétence où la référence au
métier, et donc au référentiel métier, devient incontournable.

− Ingénierie des compétences collectives, entre production et organisation : le


développement des compétences est complètement lié au développement de l’organisation
et réciproquement.

− Ingénierie de parcours et de professionnalisation, entre individu et apprentissage : afin


que les personnes soient plus performantes au sein de leur organisation mais aussi qu’elles
disposent d’une qualification suffisante pour faciliter leur mobilité sur un marché du
travail instable

− Ingénierie de la relation emploi-formation, entre apprentissage et organisation:


l’ingénierie de formation consiste ainsi à faire l’analyse la plus complète du travail et à
monter un projet de formation adapté, pour aider l’organisation ou l’entité à évoluer et à
devenir plus performante ou adaptée aux évolutions de l’environnement mais aussi pour
que l’individu puisse progresser à l’intérieur de son projet.

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 8


Diversité des domaines d’intervention de l’ingénierie de formation

APPRENTISSAGE

Ingénierie de parcours Ingénierie de la relation


et de Emploi - Formation
professionnalisation

INDIVIDU ORGANISATION

Ingénierie des Ingénierie des


compétences compétences collectives
individuelles

PRODUCTION

T. Ardouin

Les fondements socioconstructivistes de l'ingénierie

Pour agir avec efficacité et pertinente au niveau opérationnel, l'ingénierie de formation prend
appui, au niveau conceptuel, sur des fondements constructivistes correspondants alors aux
fondamentaux et savoirs de l'ingénierie.

La finalité de l’ingénierie de formation est la production de compétences et de savoirs en


lien avec les situations professionnelles ou sociales. L’ingénierie de formation n’existe pas en
soi, c’est bien l’objectif de production de connaissances et de compétences qui est la finalité
première. Si ces connaissances et compétences sont reliées au contexte d’usage, qu’il soit
professionnel ou social (activité professionnelle, diplôme, certification, production), elles ne
se réduisent absolument pas aux seules connaissances opérationnelles et techniques mais les
intègrent dans des connaissances plus vastes et des savoirs génériques. Autrement dit la
finalisation des savoirs contextués n’est pas uniquement opératoire mais plus largement
sociétale. Dans ce sens, l'ingénierie de formation renvoie à la socialisation des personnes
c'est-à-dire à leur professionnalisation et à leur identité. Une des difficultés des formations est
bien le maintien de l'ouverture culturelle des participants et, un des risques de toute formation
professionnelle est de n'être que ciblée sur des opérations techniques et gestuelles sans
intégrer du sens à l'action et de lien avec l'environnement social.

Les besoins de formation n’existent pas en soi, ce sont des écarts entre des situations
souhaitées et des situations existantes. Les besoins de formation sont à extraire à partir des
demandes, des situations observées ou voulues et des attentes des différents acteurs.
L’ingénierie est ici l’outil d’analyse et la formation la traduction de cette analyse d’écarts
comme action de transformation.

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 9


La prise en compte de l’environnement, et la mobilisation des acteurs, le plus en amont
possible, est nécessaire. Mettre en œuvre des formations, c’est les intégrer dans une réalité
sociale, culturelle ou/et professionnelle. Cette réalité nécessite non seulement de s’arrêter et
s’interroger sur l’environnement des apprenants mais de les rendre acteurs de leur formation,
et donc de les mobiliser dans la définition et la contractualisation de la formation. L’ingénierie
de formation interroge donc les contextes et les acteurs - partie prenante de l’action - afin de
cibler au mieux les conditions de faisabilité et de réalisation de la formation.

L’ingénierie est une transformation, une optimisation et une architecturation de ressources


disponibles et/ou à mobiliser. L’objectif premier de l’ingénierie est l’optimisation, c’est-à-dire
la meilleure réalisation au regard des ressources disponibles et utilisables. Il ne s’agit donc pas
de construire le plus beau dispositif, mais bien le plus efficient au regard des objectifs et des
contraintes. Cette optimisation passe par une transformation des situations personnelles,
techniques, sociales ou professionnelles pour le meilleur apprentissage. Elle passe aussi par
une architecturation des ressources disponibles ou à mobiliser. C’est à dire que l’ingénierie ne
se suffit pas des moyens qu’on lui donne ou propose, voire lui impose, mais est source de
créativité, d’inventivité, d’innovation bref fait preuve d’ingéniosité (l’ingenium) pour
rechercher de nouvelles voies et répondre de manière pertinente aux acteurs dans leur
contexte. C’est dans ce sens que l’ingénieur de formation est un ensemblier des ressources
matérielles, techniques, financières et humaines.

L’ingénierie de formation n’est pas une méthode mais une démarche par étapes successives
et itératives dans un processus continu. Réduire l’ingénierie à une méthode c’est rester dans
un schéma cartésien et applicatif. Nous préférons le principe de démarche, qui tout en étant
méthodique et méthodologique, ne se limite pas à l’usage d’une méthodologie infaillible qu’il
s’agirait d’appliquer, mais s’inscrit dans la complexité et ré-interroge les différentes étapes du
processus. La démarche s’inscrit donc dans un continuum en quatre temps : analyser,
concevoir, réaliser et évaluer, où chaque étape fait suite à la précédente, mais en questionnant
toujours le processus en effectuant des allers et retours constants entre les différentes étapes,
de manière itérative. Travailler dans une démarche d’ingénierie de la formation c’est entrer
dans une logique d’adaptation, de réactivité, et donc de régulation.

Au regard du développement de l'ingénierie, faut-il parler d'ingénierie, ou d'ingénieries? Pour


Annie Ponchelet9, "l'ingénierie ne serait pas plurielle puisque ses acteurs s'attacheraient
conjointement au système de formation (infrastructure) et au système pédagogique (mise en
œuvre) dans la perspective unique d'un service de qualité rendu à la fois aux entreprises et
aux apprenants". L'ingénierie est avant tout un processus qui, comme nous l'avons vu, prend
en compte le maximum d'éléments pertinents d'un système. Ainsi, nous pouvons dire que
l'ingénierie (au singulier) renvoie à une démarche, tandis que les ingénieries (au pluriel)
renvoient à des domaines et des pratiques comme l'ingénierie de l'alternance, l'ingénierie de
l'insertion, l'ingénierie financière, l'ingénierie de professionnalisation et bien sur l'ingénierie
de la formation.

L’ingénierie est un moyen et non une fin en soi. Il y a toujours primauté de l’objectif et non
du moyen. Ce n’est donc pas la réalisation en soi qui importe, ce qui n’empêche pas et
n’interdit surtout pas " le bel ouvrage ", mais bien la production de savoirs et de compétences
et donc la finalité. L’ingénierie de formation est une ingénierie du "design", puis une
ingénierie de gestion. Il s’agit bien d’inventer des solutions nouvelles et adaptées, de
9
Ponchelet A. (1990). Ingénierie ou ingénieries ? Actualité de la Formation Permanente. 107. 29-37.

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 10


développer de l’ingéniosité tout en respectant le cadre socioculturel dans lequel on se trouve.
Dans ce sens, nous sommes dans une ingénierie du " design " qui n’oublie pas cependant la
réalité socioéconomique et dans une ingénierie de gestion mais celle ci devrait venir en
second.

De cet ensemble d’éléments fondamentaux, nous définissons l’ingénierie de formation


comme une démarche socioprofessionnelle où l’ingénieur-formation a, par des
méthodologies appropriées, à analyser, concevoir, réaliser et évaluer des actions,
dispositifs et/ou systèmes de formation en tenant compte de l’environnement et des
acteurs professionnels. Ces actions, dispositifs ou systèmes sont mis en œuvre de manière
optimale en vue du développement des organisations et des personnes. L’ingénierie de
formation (niveau organisationnel) se trouve à l’interface de l’ingénierie des
politiques (niveau stratégique et décisionnel) et de l’ingénierie pédagogique (niveau
opérationnel ou pédagogique).

Cette définition est développée lors de la conférence du 18 novembre 2010 (cf. documents)

Travaux réflexifs :

Au regard de cette partie, reprendre votre première définition de l'ingénierie.


Quelles adaptations, évolutions faites vous de celle-ci ?

En quoi votre pratique s'inscrit-elle dans la démarche d'ingénierie ?

Dans cette partie :


- Qu'est-ce que j'ai appris ?
- Qu'est ce que je connaissais déjà ?
- Qu'est ce qui est vraiment nouveau pour moi ?
- Qu'est ce que j'ai envie d'approfondir ?
- ….

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 11


LES PIEGES ET RISQUES DE L'INGENIERIE

Développer une démarche d'ingénierie de la formation renvoie à un ensemble de


connaissances, de moyens humains et méthodologiques et de compétences. Cependant,
l'approche de l'ingénierie n'est pas forcement reconnue par tous et elle peut même être décriée
voire vilipender. L'intérêt de cette démarche, encore jeune dans le domaine de la formation,
doit, pour certain acteurs ou auteurs, donc être démontrée. L'ingénieur de la formation est
donc à la fois un professionnel mais il porte aussi, d'une certaine manière, la responsabilité de
la diffusion de la démarche de l'ingénierie de la formation.

Ainsi l'ingénieur-formation n'est il pas à l'abri de tomber dans quelques pièges et risques
d'"hyper-ingénierie ".

Les pièges d'une logomachie


Si il est important que les professionnels élaborent leur langage, même en incorporant des
termes issus d'autres domaines ou disciplines, il ne faut pas tomber dans l'excès inverse où les
mots perdraient leur sens.
Sur ce point nous rejoignons Jean Pierre Legoff1 lorsqu'il écrit : " Combattre la barbarie
douce commence par le refus individuel d'entrer dans cette logomachie qui déstructure les
significations. Dans la vie professionnelle comme dans la vie politique, il s'agit de ne plus
accepter sans réagir les discours qui dissolvent les réalités et les contradictions dans un
verbiage tournoyant, le jargon faussement savant qui masque l'inconsistance du propos. Dans
les réunions interminables où sévissent les rhéteurs du modernisme, il faut prendre la parole
pour dire (si possible avec humour) qu'on ne comprend rien et poser simplement la question :
"Que signifient au juste ses circonvolutions ? Quel est l'objet précis du propos ?"

Et cet auteur d'ajouter : "


"De tels" actes de rupture" n'ont de sens que s'il" s'accompagnent de l'exigence de ne pas
tricher avec les mots et de "serrer le langage" en s'efforçant de nommer correctement les
choses et en mettant en cohérence ses paroles et ses actes. Ce qui , là aussi, n'a rien de
naturel dans une société où les clichés et les "petites phrases abondent", les paroles engagent
de moins en moins de ce qui les prononcent. Mais cette exigence d'ordre éthique peut
contribuer à redonner confiance dans le langage et dans l'action. Au sein des entreprises, des
administrations, de l'école …, de tels actes individuels et collectifs peuvent se développer, et
par là même redonner sens au dialogue si mielleusement invoqué alors qu'il est inséparable
de la confrontation".
Ainsi, pour faire savant, un "pseudo ingénieur-formation", poussé par son contexte
professionnel, par l'ambition de "briller" ou plus sûrement par manque de recul théorique
pourrait être amener à présenter ces actions, orientations ou projets de manière confuse et
"jargonnée".

1
LE GOFF J P. (1999), La barbarie douce, La modernisation aveugle des entreprises et de l'école, Paris, La
Découverte, p.114.

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 1


Le piège de la logomachie en ingénierie de la formation

I II III IV
A • Pour être • la lise en œuvre • nous conduit à • une approche
concret d'une gestion envisager systémique de
prévisionnelle des l'organisation
emplois
B • En synergie • la nécessité de • nous amène à • un vaste
avec les rapprochements prendre en compte maillage des
initiatives interpartenariaux acteurs
complémentair
es
C • Pour parler • le renforcement • devrait nous inciter • des procédures
clair des capacités de à promouvoir incontestables
nos salariés d'évaluation
D • Dans une • l'adaptation de • ne peut que nous • des démarches
logique de nos collaborateurs amener à parallèles et
concentration à leurs nouvelles développer convergentes
renforcée des misions
moyens
d'actions
E • Dans un • le défi d'un • peut nous permettre • la pratique
contexte en environnement en d'instaurer déconcentrée
devenir mutation d'entretiens
permanent individuels
annuels
F • Dans une • notre • sera un élément • l'anticipation de
perspective de préoccupation déterminant pour compétences en
lutte pour permanente de choisir émergence
l'emploi concertation
G • Compte tenu • la recherche d'un • nous amène à • un véritable
des éléments effet adopter dans les système de
d'appréciation démultiplicateur meilleurs délais reconnaissance
dont nous de nos
disposons qualifications
aujourd'hui
H • Au delà du • notre souci de • constitue un critère • la consolidation
dynamisme cohérence majeur pour irréversible de
propre de notre stratégique apprécier notre culture
action d'entreprise
Elaborez toutes les combinaisons possibles en passant d'une colonne à l'autre.
Exemple : "Pour être concret / la nécessité de rapprochements interpartenariaux / devrait
nous amener à prendre ne compte / de démarches parallèles et convergentes".

A continuer ainsi indéfiniment mais à ne pas suivre !

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 2


Les risques de l'ingénierie
Nous reprendrons ici les limites et risques repérés par Yvon Minvielle2 . Cet auteur dégage en
effet trois grands risques principaux :

- La confusion des niveaux, des moments, de la position des acteurs.


- L'hyper-technologisation.
- L'hyper-rationalisation.

La confusion des niveaux, des moments, de la position des acteurs.

La confusion des niveaux :


Yvon Minvielle nous rappelle le risque de confusion des niveaux de l'ingénierie :
"L'ingénierie de formation n'est pas Une. Elle est plurielle, elle se pense et se développe dans
des ensembles de pratiques que l'on peut considérer comme homogènes et qui appellent
chacun à leur manière une ingénierie spécifique.(…) Ces trois niveaux correspondent à des
sous ensembles de pratiques. (…) On distingue l'ingénierie des politiques et stratégie de
formation, l'ingénierie des systèmes et plans de formation, l'ingénierie des pratiques
pédagogiques".
Le risque ici est de prendre un niveau pour l'autre ou de croire que si la structuration d'un
niveau est effectuée, les autres niveaux suivront d'eux mêmes. Il y bien différenciation des
genres, des actions et des rôles de chacun des niveaux.

La confusion des moments et des séquences :


L'ingénierie de formation, dans la logique de projet permet effectivement de repérer le rythme
de tout processus d'action avec un avant, un pendant et un après. Là encore le risque vient du
fait que ces différents temps ne soient pas ou mal repérés, ou amalgamés. Le risque vient
aussi d'un regard trop simpliste sur l'action, et penser que la planification et le découpage de
l'action suffisent à rentre cette action "simple" et réalisable par tous, sans mesurer
qualitativement les différents éléments qui sont en jeu dans chaque étape, moment ou
séquence.
La segmentation temporelle, propre à chaque projet, est nécessaire mais pas suffisante. Elle
doit être accompagnée et pilotée. Et Yvon Minvielle de rappeler : "La gestion de projet, avec
ses outils et ses démarches a progressivement apporté à l'ingénieur de formation un ensemble
d'appuis et d'étais lui permettant une meilleure maîtrise du processus d'action. Mais cette
planification est quelque peu simpliste. Elle ne permet pas de dire que qualitativement, ces
moments ou ces séquences d'action ont des identités différentes".

La confusion entre les différentes positions d'opérateurs :


Mettre en œuvre une démarche d'ingénierie nécessite de bien repérer les acteurs, et les
opérateurs ayant en charge les différents niveaux. Là encore nous rejoignons Yvon Minvielle
lorsqu'il écrit "La non spécification de la position des opérateurs engagés dans le processus
d'ingénierie, pourrait laisser à penser que celui-ci n'est qu'un appareillage technique livré à
lui même ou bien pensé et conduit par des opérateurs complètement neutralisés, non
travaillés par des intérêts sociaux et présentant des compétences identiques".

2
MINVIELLE Yvon (1993), L'Hebdo – Emploi et Formation, n°115.

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 3


Il ne doit pas y avoir confusion entre les rôles de maître d'ouvrage, maître d'œuvre,
fournisseurs ou prestataires. De même, les opérateurs en tant qu'acteurs ont chacun leur vision
de leur rôle dans l'ingénierie. Il convient donc de cadrer et positionner ces rôles avant et
pendant l'action.

Les risques d'une hyper-technologisation

Si l'ingénierie de formation amène le responsable à être dans une posture d'ingénieur, il ne


doit pas pour autant entrer dans une logique techniciste et réductrice de la formation. Le
risque étant de construire uniquement un ensemble de procédures avec une hypertrophie des
technologies pédagogiques et l'abus des d'outils de planification et de gestion.

Même si il est important de montrer ce que l'on fait et de valoriser la conduite d'un projet
notamment par sa structuration, travailler en formation c'est aussi et surtout travailler sur de
l'information, de tout type, et avec des personnes en changement. Le risque ici est de vouloir
tout modéliser et formaliser et de tout "rentrer" en procédures. Il y a risque d'abus de
procédures, tout d'abord en enfermant l'action dans une réponse type qui du coup devient
identique, et de vouloir reproduire, unilatéralement, les procédures connues et identifiées. "Le
risque est de voir ces procédures et démarches qui ne sont que des algorithmes
provisoirement fabriqués répondant à une situation donnée, devenir des normes, des règles et
des principes d'action. Ainsi, ce qui a été pensé dans le singulier, dans l'occasionnel et le
spécifique va prétendre à l'universel".

L'abus de technologie pédagogique :


Si les moyens modernes de traitement de l'information et de représentation de celle-ci sont
intéressantes et font de plus en plus partie de la mise en œuvre de la formation au niveau
pédagogique, en ayant été pensée et intégrée au niveau organisationnel, le risque est de voir
une inversion du processus d'ingénierie. Cette inversion pousserait au fait que ce n'est plus la
réflexion et l'action qui amènent à employer des nouvelles technologies de l'information et de
la communication mais leur existence et leur utilisation "obligatoire" et forcenée qui guide
l'ingénierie. Le risque est donc tout à la fois que ce soient les outils qui construisent l'action et
que leur utilisation soit plus ou moins intégrée à l'action. L'ingénierie de formation n'est donc
pas la "mise bout à bout "de séquences "pédagogico- technologiques". C'est bien l'ingénierie
de formation, et surtout l'ingénierie pédagogique, qui doit intégrer le multimédia et ses
composantes et non l'inverse.

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 4


L'hyper-rationalisation.

Un autre risque est l'abus d'outils de planification et de gestion


Si l'ingénierie de formation s'appuie grandement sur la gestion de projet et donc sur des
moyens de planification, de structuration, il n'est pas inutile de rappeler, avec Y Minvielle,
que "l'action de formation est avant tout une action humaine". Si l'ingénierie permet
effectivement de préparer l'action, elle ne peut pas tout prévoir et elle ne doit pas nous faire
oublier "l'humanité particulière du chantier de formation". La formation doit pouvoir aussi se
saisir des opportunités, des événements, des apports des participants c'est à dire des situations
apprenantes autres que celles explicitement préparées. L'ingénierie est un moyen, non une
raison en soi, elle doit permettre de se dégager du quotidien, par la préparation et
l'organisation, pour pouvoir travailler avec le quotidien.

Organiser, structurer, planifier, gérer, permet en effet de rationaliser l'action et l'activité de


formation, mais peut aussi avoir pour risque une hyper-rationalisation qui enfermerait
l'humain dans une simplification à outrance où la complexité humaine pourrait être oubliée,
voire niée.

Ainsi la formation est un système, et comme tout système il est ouvert. Sans tomber dans
l'excès inverse qui serait de ne rien préparer et de se laisser guider par le mouvement (de
foule, du groupe, de mode, …) nous rejoignons Y Minvielle lorsqu'il dit qu' "Il ne peut y avoir
de système de formation complètement bouclé. Il ne peut y avoir de dispositifs de formation
qu'ouverts, c'est à dire acceptant et intégrant les mouvements de l'environnement, se laissant
féconder et porter par ce qui entre par les parois du système".

En définitive, l'ingénierie n'est pas à l'abri d'un certain nombre de dérives :

 Dérive de l'idéalisation de l'ingénierie comme moyen miracle et réglant tous les


problèmes,
 Dérive de la rationalisation conservatrice, où tout étant "bouclé", tout devient
"bloqué".
 Dérive de la rationalisation et de la " technologisation ", tout n'est qu'instrument.
 Dérive de l'uniformisation des savoirs, du plaquage de la formation standardisée
pour tous.

Définir Ingénierie de la Formation - T. Ardouin 5


LES ACTEURS

La démarche d'ingénierie nécessite de coordonner un grands nombre d'acteurs, individuels,


structurels ou institutionnels, ou tout du moins de se positionner vis à vis de ces différents
acteurs.

Les acteurs du système formation


Sans entrer dans une longue liste des acteurs, il nous apparaît cependant intéressant de repérer
et positionner les grandes catégories d’acteurs comme nous le proposons dans le schéma ci
après.

Chaque acteur a une place et une identité particulière qu’il fait jouer en fonction de ses
intérêts, ses logiques et ses projets. Et chacun des acteurs : institutions, organisations ou
prestataires, a aussi un rapport particulier avec l’audit de formation.

L’Etat, les régions et les partenaires sociaux concourent à la définition des politiques de
formation professionnelle, par le biais d’accords ou de conventions cadres. L’Etat et les
régions se partagent la responsabilité politique de mise en œuvre de la formation
professionnelle continue. Ils sont aussi en lien direct avec les partenaires sociaux pour des
conventions de branche par secteur professionnel. Cette dimension est réaffirmée dans la loi.
Pour l’Etat et les régions, la formation est un outil de régulation sociale important surtout en
période de difficulté d’emplois et de restructurations.
Les partenaires sociaux interviennent directement dans la gestion de la formation par le
truchement des organismes collecteurs (OPCA, OPACIF) puisque ces derniers sont gérés
obligatoirement de manière paritaire. Dans ce domaine, ces organismes ne sont plus
seulement des collecteurs dans une dimension uniquement financière, mais ils interviennent
de plus en plus en amont du processus de formation par des actions de conseil ; tant auprès
des individus en les informant, voire les pré-orientant, sur le CIF, la VAE, les bilans de
compétences ou leur projet de formation en général, que des organisations en les
accompagnant dans le montage de dossiers avec multi- financements ou les informant sur les
prestataires de formation, voire montant des actions régionales. Devant l’accroissement de la
demande des usagers et l’hétérogénéité de l’offre, ces structures veulent pouvoir assurer une
prestation de qualité pour les individus.

Les prestataires de formation ne sont plus les seuls organismes de formation. Il faut aussi
compter sur les structures d’information, les centres de bilan de compétences, les cabinets de
recrutement, d’accompagnement ou de placement et les structures de validation. Chacune de
ces structures peuvent intervenir dans ou pour la construction de parcours de formation. A ces
prestataires s’ajoutent les prestataires périphériques liés à l’organisation logistique de la
formation : établissements hôteliers, sociétés de transport ou de sonorisation. Et, avec des
évolutions pédagogiques comme la formation à distance, d’autres intervenants auparavant
invisibles dans le face à face pédagogique apparaissent de manière plus visible comme les
fournisseurs de plate-forme Internet et les producteurs de logiciels et supports multimédias.

Les entreprises sont depuis l’origine des acteurs essentiels de la formation. Elles apparaissent
et interviennent en fait à trois niveaux : le financement, les orientations et les prestations.

1. Le financement puisque l’entreprise abonde obligatoirement les Opacif pour le Congé


Individuel de Formation, les Opca pour la gestion de l’alternance et le contrat de
professionnalisation, et enfin, de manière volontaire ou par accord de branche, au
titre du plan de formation. Ces mêmes entreprises financent aussi leurs propres
actions de formation.

2. Les orientations car c’est bien à la direction que revient les décisions stratégiques, le
choix des prestataires, le départ en formation des salariés et la déclinaison des
actions de formation.

3. Les prestations car les entreprises peuvent assurer elles mêmes les interventions de
formation, avec des formateurs internes, dans la mesure où celles ci s’inscrivent
dans un programme avec des objectifs, un contenu, une durée, des moyens repérés
et déconnectés de la production.

La formation, malgré les disparités, fait partie intégrante de la réalité sociale et économique
des entreprises. Elle est un véritable outil intégré à la gestion des ressources humaines et
s’inscrit comme un moyen de la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences.

Le public enfin recouvre une variété de possibilités selon son statut et sa situation
professionnelle. Un premier travail des personnels d’information et d’orientation est d’ailleurs
bien souvent de décrypter cette situation afin de décliner les formations possibles.
Acteurs et Ingénierie de formation

ACTEURS ET INGENIERIE

Niveaux Acteurs Organisation et Acteurs


Externes Hiérarchie Internes

Etat, Région Comité d'Entreprise


Branches Syndicats
professionnelles
Ingénierie des Direction Générale
Politiques OPCA
Directions
administratives et
Fonctionnelles
Direction des
Ressources
Humaines

Ingénierie de Organismes de Responsable de Cadres et responsables


Formation Formation Formation de services
Ingénieur-
Formation

Prestataires de Collaborateurs et Personnels, salariés,


services assistants public cible

Ingénierie Formateurs Formateurs Apprenants


Pédagogique internes Stagiaires

Autres
établissements
Autres
responsables

T Ardouin

Ce schéma montre bien les interactions entre les acteurs et les niveaux. De même, la limite ou
frontière entre les niveaux n'est pas systématique ni toujours lisible. Les niveaux, et les
acteurs peuvent se superposer, être mouvants. Ce schéma doit donc être "lu" comme une grille
d'analyse de l'environnement professionnel, dégageant la nécessité de prendre en compte ce
dernier.
Travaux personnels :

A partir de l'analyse de votre situation professionnelle et en utilisant les schémas ci dessus,


construire :

1. Son tableau des acteurs ; en quoi le tableau proposé est-il valide? Qu'avez-vous ajouté
, enlevé ? Quels sont les similitudes et les différences ? Pour quelles raisons ? Les
niveaux sont-ils clairement repérables et identifiés ? Peut-on tracer une ligne
(horizontale) précise, entre les niveaux, dans votre entreprise, établissement ou
institution ? Ce découpage est-il valable pour toutes les organisations?

2) Son carnet d'adresses des acteurs de la formation professionnelle :


A partir du repérage de votre système d'acteurs, établir votre carnet d'adresses (structures,
personnes connues ou à contacter) tel que : DIRECCTE, Conseil Régional, Conseil Général,
OPCA de Branche, OPACIF, principaux organismes de formation , …

Repérer les acteurs en jeu est donc une nécessité pour l'ingénieur de la formation. Il a aussi à
constituer son propre système d'acteurs.

Les attentes des différents acteurs

De la même façon, l'analyse du système d'acteurs permet de dégager les attentes de ces
derniers, tel qu'il nous est proposé dans l'ouvrage "L'investissement –formation" (Editions
d'organisation) et que nous reprenons ci après.

L’analyse de ces attentes peut aussi se lire et/ou se situer :


• L’attente des acteurs vis à vis de la formation ;
• Les attentes des acteurs vis à vis des autres acteurs.
LES ATTENTES DES ACTEURS VIS A VIS DE LA FORMATION

attendent de ceux là, à propos de la formation.


Ce que ceux ci Directions Hiérarchiques Gestionnaires de la Concepteurs Formateurs Bénéficiaires
⇓ formation Stagiaires
 Comment investir  Améliorations des  Rendement de  Contenu adapté aux  Respecter le système  Motivation
Directions dans la formation des performances (prise en l'investissement spécificités de de valeurs de  Adhésion aux
salariés compte et valorisation l'entreprise et à ses l'entreprise objectifs d'évolution
des acquis) objectifs d'évolution  Accroissement des
compétences
 Politique explicite de  Concertation sur les  Tenir compte des  La formation doit  Technicité pointue  Opérationnalité et
Hiérarchiques développement objectifs impératifs de contribuer à améliorer  Evaluation des démultiplication des
 Créditer au service  Mesure et production (planning, les performances et à personnes acquis
les heures passées en comparaison des durée, …) réduire les  Repérage des
formation résultats dysfonctionnements potentiels

 Adéquation des  Prise en compte du  Echanges  Ecoute,  Compétences  Conformité aux


Gestionnaires de la moyens et des besoins moyen "Formation" d'expériences compréhension de la techniques attentes
formation  Sélection des  Informations sur le demande et des  Feed Back sur  Motivation pour
stagiaires marché de la formation contraintes l'apprentissage continuer à se former
 Feed Back sur les  Rapport Qualité-Prix
effets
Concepteurs  Reconnaissance du  Témoignage sur le  Les moyens adéquats  Opérer par analogie  Conformité au cahier  Contrôle et
(internes ou externes) professionnalisme milieu du travail et les (financement, durée,  Echanges de des charges évaluation de la
 Liberté d'action situations concrètes participants …) pratiques  Contrôle et qualité du "produit" et
 Aide logistique Rôle pédagogique évaluation du formateur
pédagogiques
 Non intervention ou  Susciter des  Mise à disposition du  Un projet réaliste,  Cohérence  Implication
Formateurs intervention volontaires matériel pédagogique prenant en compte les pédagogique  Instauration d'une
(témoignage, apport  Adéquation des nécessaire contraintes  Coordination dynamique de groupe
d'expertise) sujets abordés et du d'animation  Co-animation  Travail personnel
public de la formation
 Enrichissement des  Reconnaissance des  Bonne conditions  Contenu adapté aux  Apport de  Echanges
Bénéficiaires tâches compétences acquises matérielles de la réalités de l'entreprise connaissances d'expériences
stagiaires  Promotions  Moyens de la mise formation  Enseignement  Stimulation  Enrichissement
en œuvre concret intellectuelles mutuel
"La formation – investissement" , Les Editions d'organisation.
Travaux personnels :

A partir de la grille d’analyse des attentes des différents acteurs :

- Repérer les acteurs liés à votre situation professionnelle et/ou un dispositif particulier.
- Décliner les attentes des différents acteurs, tels que vous les percevez et/ou les analyser.
LES METIERS DE LA FORMATION

Le domaine de la formation s'est fortement développé entraînant ainsi de nouvelles fonctions


et de nouveaux métiers. Guy Le Boterf et François Viallet (1976) ont en effet, dans les années
70, recensé plus de cent termes qui désignent les formateurs.

Professionnalité, Professionnalisme et Professionnalisation


Cette "prolifération" des dénominations révèle à quel point il est nécessaire de classer et de
définir "des familles de formateurs". Le développement des métiers de la formation et
l'accroissement des terminologies sont accompagnés par la volonté des acteurs d'être connus
et reconnus, engendrant un processus de professionnalisation.

Rappelons que pour Guy Jobert (1979), la construction d'une profession s'articule autour
"d'une rhétorique à trois termes : le besoin, le savoir et l'éthique". Premièrement, pour qu'une
profession émerge il faut qu'il existe un besoin social à satisfaire. Deuxièmement, cela
nécessite "l'existence et la possession d'un ensemble de connaissances et de savoir-faire
complexes, organisés et formalisés de façon à être transmissibles, et suffisamment objectifs"
mais aussi troisièmement, "la nécessité de soumettre les savants à quelques règles d'éthique
qui les différencient des profanes et qui vont assurer l'orientation des praticiens vers l'intérêt
public, et non seulement vers la défense d'intérêts particuliers". Il existe alors un contrôle par
les pairs. De plus, la profession contrôle son propre marché du travail.

Pour J.M. Chapoulie (1973), la professionnalisation désigne le processus selon lequel un


corps de métier tend à s'organiser sur les modèles des professions établies rejoignant G. Jobert
pour qui la professionnalisation est le processus faisant évoluer une catégorie de praticiens
d'un statut occupationnel vers un statut professionnel. De même pour G. Morand (1992), "la
professionnalisation s'apparente au processus politique par lequel une occupation acquiert,
de ses transactions avec les autorités légitimes, une délégation d'autorité pour se contrôler
elle-même". Il s'agit alors d'obtenir des intérêts matériels et symboliques associés à l'exercice
d'une profession.

La professionnalisation c'est aussi le fait "d'accroître ses compétences et de passer d'un statut
d'amateur à un statut de professionnel"; avec ce que le mot de professionnel suggère de
compétences et de sérieux dans la pratique.

L'ensemble des compétences du "professionnel" constitue sa professionnalité. La


professionnalité correspond, pour un individu ou un groupe, à sa connaissance d'un domaine
spécifique et à la capacité à le mettre en œuvre dans un environnement adéquat. Nous
retrouvons cette approche dans la définition de A. Monasta (1985), "la professionnalité est la
capacité à intervenir de manière pertinente sur un processus de production, afin de le réguler
et de le régler ». En même temps la pratique s'inscrit dans un système de normes et de
valeurs, c'est à dire pour François Aballéa (s.d.) "un savoir et une déontologie". Il nous dit:
"j'appelle professionnalité, et j'attribue cette professionnalité à un individu ou à un groupe,
une expertise complexe et composite, encadré par un système de références, valeurs et
normes, de mises en œuvre, ou pour parler plus simplement, un savoir et une déontologie,
sinon une science et une conscience".
Et ce dernier d'ajouter qu' "il n'y a pas de profession sans professionnalité. En revanche, il
peut y avoir professionnalité sans profession, c'est à dire notamment sans système de
légitimation et de contrôle de l'accès à la profession".

Il existe ainsi deux aspects de la professionnalisation à la fois distincts et étroitement liés : une
dimension collective du travail et une dimension individuelle du travail.

Cette approche sociologique renvoie à des indicateurs formels tirés du champ social.
Nous pouvons dire alors que nous assistons à la professionnalisation des métiers de la
formation et des formateurs dans la mesure où l'on repère certains indices pertinents de
professionnalisation. Nous en retenons quatre principaux :

- l'apparition progressive d'un réel marché de l'emploi ; nous savons que la formation
professionnelle continue constitue un réel marché économique et financier. Ce marché
emploie un grand nombre de personnes et est dorénavant un élément constitutif, essentiel et
incontournable de notre société. Il suffit pour cela de constater le nombre d'organismes de
formation existants, leur progression et les chiffres d'affaires correspondants. Ce marché est
bien mis au jour par le Contrat d'Etudes Prospectives (CEP, 1997).

- une syndicalisation tant pour les salariés que les employeurs ; sans connaître le nombre
précis de personnes syndiquées, nous constatons cependant que la profession s'organise. Les
syndicats patronaux se sont réunis au sein d'une fédération (Fédération de la Formation
Professionnelle), de même que les formateurs-consultants (Chambre Syndicale des
Formateurs Consultants) et des regroupements de salariés voient le jour au sein de grands
syndicats nationaux.

- une codification des savoirs et savoir-faire nécessaires à l'exercice professionnel ; il existe


une littérature de plus en plus abondante sur les techniques, les pratiques et les moyens sur
lesquels le praticien peut s'appuyer. En parallèle, les organismes de formation privés voient
leur fonctionnement encadré par une convention collective, présentée plus après, où dans son
article 11, " les organismes de formation considèrent que la convention collective doit être un
élément de garantie de la qualité des prestations fournies à leurs utilisateurs et un facteur de
promotion de l'image de leur profession en France". Sans compter les démarches qualité, les
labels et la certification d'assurance qualité.

- une augmentation des possibilités de formation et de perfectionnement ; depuis les vingt


dernières années, les formations de formateurs se sont fortement développées répondant aux
orientations des pouvoirs publics et à la demande des formateurs (Centre Inffo, 1995).

Le formateur devient et se reconnaît alors comme un professionnel "le professionnel se


reconnaît à ce qu'il maîtrise son activité dans tous ses aspects et de donne ainsi le maximum
de chance de réussir ce qu'il fait" (Cannac, 1984). Il cherche à développer et renforcer son
professionnalisme. "Le professionnalisme des formateurs a trait avant tout à la qualité de leurs
prestations. Cette compétence spécifique est acquise par les formateurs tant par leur propre
formation que par l'expérience accumulée au fil de la pratique, suivant le niveau et la nature
de leurs interventions" (Vocabulaire des formateurs, AFPA, 1991).

Pour Michel Develay (1994), est professionnel celui qui est capable d'intervenir dans des
conditions exceptionnelles, et celui qui sait aussi se mettre à distance de son action.
"L'enseignant est un professionnel non seulement s'il est capable d'aider à apprendre à des
élèves en échec mais si de surcroît cette situation ne lui en coûte pas trop
psychologiquement".

Le professionnalisme apparaît alors comme la résultante des deux aspects de la


professionnalisation, c'est à dire le produit d'un travail de construction de la compétence au
niveau individuel et la reconnaissance de ce résultat d'un point de vue social. Il nous apparaît
que comme la compétence, la professionnalisme se reconnaît dans et par l'action. Le potentiel
contenu dans sa professionnalité est alors mis au jour dans une situation professionnelle
concrète.

Pour aller plus loin sur la question de la professionnalisation :

Voir notamment les travaux de Richard Wittorski.

Métiers de la formation : quelle typologie ?


Nous exposerons ici quelques typologies significatives présentant les différents métiers de la
formation. Nous nous apercevons rapidement que ces préoccupations ne sont pas nouvelles.

Chanteloupe (1987)
Dés 1987, Jean Pierre Chanteloube, à partir de l'analyse d'un inventaire, en 14 tâches, repère
quatre grandes familles de métier :

- La direction générale, recouvre globalement l'ensemble des tâches mais est fortement
influencée par les caractéristiques mêmes des organismes (taille, secteur, statut juridique).
Nous verrons dans le tableau ci après que cinq tâches sont dominantes auxquelles il faut
ajouter les relations aux partenaires (Etat, Région, entreprises, ...) et la gestion du personnel.
L'action a une dimension politique et stratégique à laquelle peut être associée la fonction
financière de la formation.

- La direction adjointe ou sectorielle recouvre soit un secteur professionnel, un domaine


d'intervention, un territoire géographique ou une catégorie de public spécifique comme nous
avons pu le voir dans le premier chapitre de ce module (alphabétisation, entreprise,
particuliers, insertion, développement local, ...). D'une façon générale, les fonctions de
direction adjointe ou sectorielle assurent le lien entre le demandeur de formation et
l'animateur de la formation. L'action est à orientation organisationnelle et commerciale à
laquelle peut être associée la mise en œuvre administrative et comptable de la formation.

- La formation regroupe quatre fonctions qui, selon les cas, peuvent être distinctes ou réunies.
L'action est à visée pédagogique et opérationnelle.
Les animateurs-coordinateurs, sont responsables du fonctionnement et du suivi pédagogique
d'une ou plusieurs sessions de formation dans lesquelles ils interviennent en tant qu'animateur.
Ils sont chargés de l'organisation temporelle et spatiale de la formation, de la coordination et
de la régulation des groupes.

Les formateurs et animateurs, ces deux termes sont distincts pour l'auteur mais ils recouvrent
en fait une même réalité professionnelle. Le terme varie en effet plus en fonction du lieu
d'activité et de la taille de la structure que dans les activités. Nous prenons donc le parti de les
réunir. Leur activité est principalement centrée sur la fonction pédagogique, en terme de
conception, animation et évaluation d'interventions ou d'outils pédagogiques.

Les enseignants ont principalement en charge l'animation des séances de formation à partir de
leur spécialité disciplinaire ou de leur expérience professionnelle. Ces personnels peuvent être
salariés de la structure ou intervenir ponctuellement comme vacataires ou indépendants.

- Les formateurs individuels peuvent intervenir sur les différents champs et activités en
fonction du commanditaire et de leur spécialité. Ils ont alors des tâches d'enseignant ou de
formateur-animateur.

Dans le tableau suivant, nous positionnons (X) les tâches principales en fonction des métiers.

Activités Direction Direction Animateur Formateur Enseignant


générale sectorielle Coordinateur Animateur
1-Définition des politiques X
de formation
2-Analyse des besoins X X
3-Elaboration de plan de X
formation
4-Gestion de budget X
5-Information sur la X
formation
6-Analyse de la demande X
7-Elaboration de X X
programmes
8-Animation de stage X X X
9-Conception d'outils X X X
pédagogiques
10-Evaluation de stages X X
11-Commercialisation de X
formation
12-Sélection - orientation X X
des stagiaires
13-Recherche et choix X
d'intervenants
14-Travaux administratifs X X
cf : JP Chateloube, 1987.

Ce tableau permet de repérer les activités dominantes mais ne reflète pas toute la complexité
du secteur de la formation et toute la diversité des situations de travail. Les interventions de
différents acteurs ne sont pas figées et uniques et peuvent se mêlées étroitement selon, nous
l'avons vu, la taille et la structure de l'organisme de formation ou de l'entreprise.

De Witte (1988)
Nous retrouvons les trois grands métiers déclinés par l'APEC et par JL Chanteloube dans le
travail de Serge de Witte (1988) qui décline les métiers de la formation en cinq fonctions :
- responsable de formation,
- ingénieur de formation,
- didacticien,
- les fonctions complémentaires; de gestion, assistance et de conception médiatique,
- conseil.

Convention Collective Nationale des Organismes de Formation (1988)

Le 10 juin 1988 est signée la Convention Collective des Organismes de Formation. Celle ci
donne lieu à des ajustements et des modifications contractuelles, notamment l'accord du 11
juillet 1994 portant sur les compétences des formateurs et la prise en compte du parcours
professionnel. Nous nous arrêterons présentement qu'aux aspects liés aux métiers de la
formation.

La classification dans la convention collective des métiers de la formation s'appuie sur un


certain nombre de critères. Ces critères s'appliquent pour établir le positionnement des salariés
dans les emplois. Ces critères sont :

• L'autonomie : par la fréquence, la distance et l'intensité du contrôle.


• La responsabilité : l'importance des initiatives, l'enjeu institutionnel et/ou
économique pour l'entreprise, le degré d'implication et le niveau de délégation.
• La formation : diplôme et acquis.
• L'expérience professionnelle : ancienneté, diversité et utilisation pour la structure.
• La polyvalence des compétences : la variété et l'étendue des compétences mises en
œuvre.
• L'approfondissement des compétences : niveau de maîtrise d'un domaine spécifique.

La convention collective classe donc les salariés dans une grille de A à I, dont nous proposons
une première analyse à partir du niveau de formation et de l'intitulé de l'emploi afin de faire
ressortir notamment la correspondance entre classification/diplôme ou niveau de
formation/intitulé d'emploi (en gras dans le tableau suivant).
Classification des emplois dans la convention collective nationale
des organismes de formation

Niveau Classification Diplôme, Niveau Type d'emploi


A Employé pas de qualification personnel d'entretien et de service,
spécialisé particulière (niveau agent de bureau
VI et V bis)
B Employé qualifié CAP, BEP employé de bureau, employé
(niveau V) administratif
C Technicien BAC, BT secrétaire administrative ou de
er
qualifié 1 degré (niveau IV) formation
D Technicien BTS, DUT, DEUG secrétaire de direction, documentaliste,
ème
qualifié 2 (niveau III) formateur ayant, dans le cadre de sa
degré spécialité, à adapter l'animation et
l'enseignement à son auditoire.
E Technicien Formation niveau I assistant de direction, comptable,
hautement (Dess, Ingénieur, chargé d'études, formateur ayant à sa
qualifié Grandes Ecoles) disposition des programmes et matières
ou II (Licence, à enseigner avec adaptation,
Maîtrise) conception, réalisation, innovation ou
commercialisation, responsable du
service documentation.
Programmeur définition de cahier des
charges, réaliser des actions de
formation
F Cadre Formation niveau I formateur ayant à participer à des
ou II projets en respectant les contraintes
pédagogiques, techniques et
économiques, chef de groupe,
cadre qui a la charge de gérer un
chantier de technologie éducative
G Cadre Formation niveau I chef de service ou de département,
ou II formateur, responsable d'études,
formateur ou consultant responsable
d'un centre
H Cadre Formation niveau I responsable de secteurs techniques ou
ou II pédagogiques
directeur d'établissement,
formateur ou consultant
I Cadre Formation niveau I directeur d'établissement ou régional
ou II
APEC (1990)
L'APEC (1990) repère les différents métiers en partant de deux axes qui caractérisent les
activités de la formation (voir le schéma et sa déclinaison dans les documents) :
- l'un centré sur le champ d'intervention du formateur ; intervention ponctuelle ou continue,
- le second centré sur la nature des compétences ; celles-ci plutôt situées sur un pôle de
spécialiste ou sur un pôle de méthodologie.

Ces deux axes font ressortir trois métiers principaux :


• les responsables de formation,
• les formateurs - animateurs,
• les formateurs - consultants.

Les activités entre les trois types de métier ne peuvent être strictement séparées, d'où
l'existence de zones de recoupement.

• Les responsables de formation travaillent dans la durée. Leur compétence peut être
spécialisée s'ils ont la charge de formations bien précises. Leur compétence peut aller vers
l'ingénierie s'ils s'occupent, par exemple, de la gestion prévisionnelle des emplois.

• Les formateurs-animateurs interviennent souvent ponctuellement. Détenteurs d'un


contenu précis, ils mettent en œuvre cette compétence de spécialiste. S'ils pilotent un groupe
en formation leur position se rapproche du centre des deux axes.

• Les formateurs-consultants sont nettement du côté de la compétence méthodologique. Ils


peuvent intervenir ponctuellement (audit) ou avoir une action plus continue (conseil,
intervention sur le changement en entreprise).

ROME (depuis 1993)


Ces différentes activités et fonctions peuvent aussi se lire au travers les fiches ROME
(Répertoire Opérationnel des Métiers et des Emplois) de l’ANPE (1993) reprises et mises à
jour par de Pôle Emploi.
Nous avons ainsi sept fiches descriptives des emplois/métiers existants dans le domaine de la
formation qui ont évalué avec la nouvelle nomenclature.

Code actuel Intitulé Code ANPE


(2010) (1993)
K211 Formateur/Formatrice 22 211
K2101 Conseiller/Conseillère en formation 22 212
K2102 Responsable pédagogique 22 213
K2101 ; M1402 Consultant/Consultante en formation 22 214
K211 Concepteur - Organisateur/Conceptrice organisatrice 22 215
en formation
K1801 Conseiller/Conseillère en emploi et insertion 23 221
professionnelle
M1502 Responsable de formation en entreprise 32 122
Chaque fiche décline pour chaque emploi/métier : les appellations principales, la définition,
les conditions générales d'exercice, la formation et expérience, les compétences communes et
les compétences spécifiques. Nous gardons volontairement ici le terme emploi/métier, sachant
qu'il ne faut en aucun cas les confondre ni les amalgamer, mais avoir à l'esprit l'idée qu'il
existe bien différents emplois dans les métiers de la formation et que ces emplois sont liés
directement aux situations dans les organismes et les entreprises.

Interface – CEP (1997)


Le cabinet Interface, lors du Contrat d'Etudes Prospectives (1997) classe les activités de la
formation en quatre familles professionnelles. En effet pour ce cabinet, dans la mesure où "la
diversités des termes utilisés pour désigner les emplois du secteur, le fait qu'un même emploi
puisse recouvrir des activités différentes, ainsi que l'absence d'emploi type dans la branche ont
mis en évidence le besoin d'élaborer un référentiel, non des emplois, mais des activités,
regroupées en quatre familles professionnelles".

Ces familles sont ainsi situées dans une cible qui part du centre vers l'extérieur, c'est à dire de
l'acte de formation par lui même vers les activités périphériques :

Animation de dispositifs de formation et prestations d'orientation :


• animer des formations de groupes,
• animer un centre de ressources,
• réaliser des bilans de compétences,
• assurer le suivi des stagiaires sous contrat d'insertion,
• gérer les supports d'intervention.

Ingénierie de la formation - Ingénierie pédagogique :


• concevoir un dispositif de formation,
• concevoir des supports pédagogiques
• réaliser des études, audits, enquêtes.

Management - gestion d'un organisme :


• assurer la gestion de l'organisme,
• manager une équipe de formateurs,
• assurer la gestion administrative et/ou budgétaire des formations.

Marketing - commercial :
• gérer la fonction marketing,
• analyser la demande et répondre aux appels d'offre.
Réflexion personnelle

Pour chacune des typologies proposées :


- faites une analyse critique de ces typologies ;
- positionnez, si possible, votre situation actuelle, à venir et celle souhaitée ;
- à partir du schéma proposé par l'APEC; avec ces deux axes et ces quatre pôles, se
positionner parmi les trois principaux métiers de la formation.

Pour aller plus loin

Voir le référentiel d’activités et de compétences du Réseau National des Universités préparant


aux Métiers de la Formation.

Travaux personnels : réaliser un entretien avec un professionnel

Quelque soit votre situation professionnelle, nous pensons que la confrontation entre les
modèles théoriques et le terrain est riche d'enseignements et intéressant dans sa perspective
méthodologique. Ainsi, que cela soit pour votre mémoire, dans le cadre de votre chantier ou
en complément de ce cours nous vous proposons de rencontrer un acteur de la formation
mettant en œuvre des actions pouvant relever de l'ingénierie de formation. Nous vous
demandons de réaliser avec cet acteur un entretien d'enquête de type semi-directif. Cet
entretien a pour objectif de recueillir de l'information sur sa fonction, son poste et sa
perception et/ou analyse de l'ingénierie de formation.

Nous vous soumettons le guide d'entretien suivant :

Ce guide d'entretien est une proposition à adapter en fonction de votre interlocuteur, de votre
propre expérience professionnelle et de votre pratique en terme de conduite d'entretien.
Après avoir pris rendez vous avec votre interlocuteur, vous pouvez utiliser la consigne de
départ suivante :
Vous travaillez dans le champ de la formation en tant que responsable de formation
(conseiller en formation, responsable pédagogique, mettre l'intitulé correspondant à l'acteur
rencontré) j'aimerais que vous me parliez de votre fonction, dans votre centre (entreprise ou
institution) de vos activités et de vos pratiques par rapport à la formation…

Ne pas utiliser le terme d'ingénierie afin de voir si cet acteur emploie ce terme de lui même et
comment il se positionne vis à vis de l'ingénierie.
Le guide d'entretien avec ces thèmes peut être :
Thème 1 : La personne rencontrée et sa fonction
- Parcours de la personne
- Place, position et situation professionnelle
- Contexte, l'environnement de l'organisation

Thème 2 : Les pratiques en formation


- Stratégie de l'organisation en ressources et formation
- Les attentes par rapport à la formation
- Les évolutions des pratiques les étapes de ces pratiques les résultats et
évaluations

Thème 3 : Les acteurs


- Le public en formation
- Les acteurs internes
- Les acteurs externes

Thème 4 : Les méthodes et outils


- Les différentes méthodes
- Les différents outils
- NTIC

Dans le cadre de cet entretien si l'interviewé n'utilise à aucun moment le terme "d'ingénierie",
en fin entretien, et seulement en fin d'entretien, poser la question : "on parle de plus en plus
d'ingénierie de formation qu'en pensez vous?".

En complément de cet entretien un questionnaire d'accompagnement peut être utilisé. A


demander en fin d'entretien afin de ne pas cristalliser l'interviewer sur ce questionnaire ni
induire une situation directive.

Nous proposons de dégager les items suivants :


Sexe, âge, formation initiale, formation continue, durée dans le poste, durée dans l'entreprise,
durée, dans la fonction formation, intitulé du poste.

Analyse de contenu
Suite à cet entretien, nous vous proposons de réaliser votre propre analyse de contenu de cet
entretien.

Premièrement en repérant le contexte de l'entretien, le lieu, le climat et l'attitude de la


personne.

Deuxièmement, reprendre les huit thèmes de l'exercice précédent et "passer" l'entretien dans
cette grille d'analyse afin de voir et savoir comment l'acteur rencontré se positionne,
explicitement mais surtout implicitement ou de manière sous-jacente (voir ou revoir la partie
sur le récit de vie du cours "Identité sociale et professionnelle") :
- La finalité de l'ingénierie,
- Les différents champs d'intervention,
- Les niveaux de l'ingénierie de formation,
- Les acteurs,
- Les étapes de la démarche,
- Les outils de l'ingénierie,
- Les savoirs et connaissances mobilisés dans la démarche ingénierie,
- Les qualités et compétences des opérateurs et intervenants.
Les étapes de la démarche - ACRE

Comme nous l'avons vu précédemment, nous définissons l'ingénierie de formation comme


une démarche socioprofessionnelle où l'ingénieur-formation a, par des méthodologies
appropriées, à Analyser, Concevoir, Réaliser et Evaluer des actions, dispositifs et/ou
système de formation en tenant compte de l'environnement et des acteurs
professionnels. L'ingénierie de formation (niveau organisationnel) se trouve à l'interface
de l'ingénierie des politiques (niveau stratégique et décisionnel) et de l'ingénierie
pédagogique (niveau pédagogique).

L'ingénieur de la formation a donc à COORDONNER et PILOTER quatre étapes


principales dans la démarche d'ingénierie dans deux grandes phases :

LA DEMARCHE D'INGENIERIE

PHASES ETAPES

ANALYSER
INVESTIGATION
CONCEVOIR

REALISER
MISE EN OEUVRE
EVALUER

En vue de mener une action, un dispositif ou un système de formation de manière


OPTIMALE.

Les quatre étapes

 ANALYSER

Cette étape est primordiale, et différencie notamment la démarche d'ingénierie d'une


démarche seulement basée sur l'offre de formation et la déclinaison de l'action. Le passage par
cette étape est une condition essentielle de la réussite de la démarche. Il s'agit de l'analyse de
la demande et de son contexte. C'est une compréhension fine de l'environnement, du cadre
socioprofessionnel dans lequel on se situe et des enjeux ou objectifs des commanditaires.
Nous pouvons rappeler ici que les besoins de formation n'existent pas en soi. Ils sont
constitués par l'écart existant entre un profil professionnel requis, ou souhaité, et un profit
réel.
Le premier temps est pour l'ingénieur de formation de formaliser la demande. De la faire
passer d'une expression floue et désordonnée à un objectif « opérationalisable ». Ce manque
de clarté et de précision n'indique absolument pas un niveau d'incompétence de la part des
dirigeants dans la formulation de leur demande mais est bien la représentation de la
complexité des situations et des entreprises et de la difficulté à cerner l'objet du travail.
L'analyse doit rechercher à être la plus complète possible dans une approche systémique.

L'analyse s'appuie sur un ensemble de questionnements et de confrontations – vérifications


qui permet, comme pour toute intervention de conseil, de circonscrire l'objet et les moyens d'y
répondre.
On s'attachera donc à comprendre l'organisation, son fonctionnement, les acteurs et leurs
enjeux, les objectifs déclinés, voire les objectifs sous-jacents ou cachés. On tâchera aussi de
repérer le climat social, le mode de management et le système de gestion des ressources
humaines

Ce questionnement à l'égard de l'organisation et du conteste nous permet de prolonger notre


investigation sur les conditions de travail et les relations sociales.

Bien évidemment l'analyse de l'environnement est toujours nécessaire mais doit aussi être
adaptée et dimensionnée aux contraintes. En effet, il ne paraît pas cohérent de réaliser une
analyse de plusieurs jours si l'intervention envisagée ou programmée n'est que de deux ou
trois jours. Ce temps d'analyse représente un coût et une charge de travail importante. Bernard
Masingue1, du cabinet interface lors du travail mené pour le Contrat d'Etudes Prospectives,
pose bien les questions de "Qui va payer ? Et qui va la faire (l'ingénierie)? "

Suite à l'analyse et à son diagnostic, l'ingénieur-formation est alors en mesure de définir les
objectifs opératoires attendus et de les formuler en termes de résultats attendus. Un avant
projet se dessine alors.
On trouvera notamment dans ces avant-projets :
- l'identification du contexte,
- les grandes orientations du projet,
- la présentation des différentes étapes et leur planification,
- la logique d'organisation,
- la définition des moyens humains, techniques, matériels et financiers.

Ces éléments serviront d'ailleurs à l'évaluation en cours et en fin de formation en utilisant un


cahier des charges de l'action. La deuxième étape peut alors être mise en œuvre.

 CONCEVOIR

Cette étape de conception doit permettre d'imaginer des dispositifs innovants, de créer des
actions spécifiques et adaptées à l'environnement étudié précédemment. Cette étape et les
différents éléments de réflexion et de construction sont négociés avec le commanditaire par le
biais d'avant-projets.

1 MASINGUE Bernard, Inffo Flash, Centre Inffo, n°479, juillet 1997.


Il s'agit pour l'ingénieur de formation d'expérimenter, d'imaginer des dispositifs innovants ou
spécifiques, de proposer des réponses adaptées, de formuler les objectifs, d'expérimenter,
d'accompagner les décisions, de planifier et coordonner le projet.
Ces négociations, et échanges instrumentés, rendent possible l'ajustement du projet au plus
près des objectifs et de la réalité sociale de l'organisation. L'ingénieur-formation fournira un
projet d'action, finalisé à partir du ou des avant-projets rédigés et discutés. Cette étape de
conception et de formalisation du projet permet ainsi d'aboutir au projet final qui sera mis en
œuvre.

Le projet comprendra :

 les objectifs généraux et opérationnels,


 les acteurs concernés par le projet,
 l'organisation générale de l'action ou du dispositif,
 le calendrier et délais de réalisation,
 les moyens, disponibles et nécessaires, à mettre en œuvre,
 les résultats attendus (quantitatifs et qualitatifs)
 le dispositif d'évaluation aux différentes étapes avec les critères et les modalités,
 l'évaluation finale.

 REALISER

Durant cette étape, le responsable de l'ingénierie de la formation devra assurer trois grandes
activités : l'animation, le pilotage et la communication.

L'ingénieur de formation assurera en effet l'animation du dispositif par un ensemble de


fonctions :

- La mise en œuvre les partenariats,


- Le recrutement, la mobilisation et l'animation d'une équipe pluri-disciplinaire,
- La coordination des différentes parties du projet.

Il assurera aussi le pilotage du projet par la gestion, le contrôle et la régulation de celui-ci,


notamment par:

- L'ajustement régulier des moyens aux buts,


- La logistique matérielle et humaine,
- L'optimisation de méthodes de travail et l'enchaînement des actions,
- La création et l'utilisation de tableaux de bord,
- Le suivi pédagogique, organisationnel et financier.

Enfin, la fonction communication a un rôle important dans la réalisation du projet.


L'ingénierie ne doit pas être considérée comme une mise en œuvre technocratique et
déshumanisée de décisions dirigistes. Les participants ne sont pas de simples objets d'une
planification fonctionnaliste mais les acteurs, partie prenante, du projet.
Il est souvent intéressant, voire nécessaire, de mettre en place un comité de pilotage, ou
groupe de suivi. Le responsable en est alors souvent le conseiller technique. Par ce groupe et
son travail personnel, le responsable de l'ingénierie de formation, organisera la circulation de
l'information.
Cet ensemble d'activités amènera à l'évaluation du, et dans, le dispositif.

 EVALUER

Comme nous l'avons vu précédemment, l'étape "évaluation" n'est apparue que récemment en
tant que telle dans l'ingénierie de la formation. Cela ne veut bien évidemment pas dire
qu'auparavant, il n'y avait aucune évaluation mais celle-ci était le plus souvent peu existante
ou déconnectée du projet.

L'évaluation peut se trouver pendant l'action dans le cadre d'une évaluation régulation, c'est
l'évaluation en formation. Et en fin d'action pour l'évaluation-contrôle, c'est l'évaluation de la
formation.
De même, l'évaluation peut être tournée vers les personnes, le groupe, les objectifs ou vers le
dispositif. L'évaluation peut être qualitative et/ou quantitative.
L'évaluation permet la comparaison, ou la confrontation entre les résultats attendus ou prévus
et ceux effectivement atteints, en cours ou en fin de formation. Cette analyse des écarts
constatés profite à la fois à l'entreprise et au responsable de la formation :
L'entreprise peut apporter les ajustements nécessaires, en cours de formation, et les
améliorations à moyen ou long terme dans la reconduction des formations.
L'ingénieur de la formation analyse et capitalise les données et son expérience renforçant par
la même son professionnalisme et ses compétences.
Les outils de l'ingénierie

A partir d'un travail avec des responsables de formation, nous avons tenté de recenser les
outils utilisables en ingénierie de la formation.

Par "outil", il faut entendre les moyens, documents, supports de tous types (informatiques,
papiers, communicationnels) et les matériels.

Le tableau de synthèse que nous vous proposons est là encore à adapter à chaque organisation,
chaque situation de formation.

Vous trouverez donc, en utilisant le principe du tableau sur les attentes des acteurs entre eux
vis-à-vis de la formation, les outils correspondants aux interrelations entre ces mêmes acteurs.

Travaux personnels :

A partir du tableau suivant et de votre situation professionnelle actuelle, ou de votre stage :

- Recenser les outils existants et les resituer dans le tableau. Ces moyens se retrouvent-ils ou
non dans cette liste ? Qu'est ce qui peut amener ces différences ?

- Réaliser votre propre classeur des "outils de la formation", sorte de "boîte à outils " de
l'ingénieur de la formation.
Interactions et "outils" en ingénierie de la formation.
Directions Hiérarchiques Gestionnaires de la Concepteurs Formateurs Bénéficiaires
1 2 formation 3 4 5 Stagiaires 6
 Projet d'établissement  Réunions services,  Bilan social  Rapport de mission  Contrats et
Directions  Note d'orientations cadres, direction  Evaluations à froid  Projets pédagogiques conventions
 Réunions de  Projet de direction,  Tableaux de bord de  Veille réglementaire
A concertation (D° - F° - de services ou unités suivi de la formation  Réseaux inter-établt
Organisations  Plan de formation  Bilans financiers et intra-établlt
syndicales) prévisionnel, de mensuels et annuel
carrière et recrutement
 Projet d'établissement  Réunions  Visites des services  Plan de formation  Programme et  Fiche d'évaluation
Hiérarchiques ou d'orientation d'informations  Programmation Contenu de formation individuelle
B  Confirmation des  Compte rendu des
inscriptions actions de formation
 Projet d'établissement  Tableau de recueil de  Veille documentaire  Budgets  Factures, contrats  Attestation de
Gestionnaires de la  Tableau masse besoins (collectif et factures de frais, ordre prévisionnels  Convention présence
formation salariale individuels)  Fiche de mission, Facturation  Trames  Attestations de  Notes de frais
C  Moyens matériels, technique individuelle  Planification d'organisation présence
humains, techniques,  Rencontre avec les  Fichiers des OF et
logistiques - Budget resp et hiérarchiques formateurs
 Projet de service validé  Réunions de service
 Retour des fiches  Budget et gestion de  Grille d'évaluation  Fiche de présentation  Fiche d'évaluation
Concepteurs d'évaluation la formation des modules, support individuelle
(internes ou idem C1 pédagogique  Fiche de besoins
externes) idem C2  Fiche d'évaluation (précis et motivé)
D  Bilan pédagogique  Fiche de demande
 Fiche de présence
 Rencontres  Mat péda -Salles  Cahier des charges  Classeur
Formateurs  Liste participants  Rencontres pédagogique pour le
E émargement suivi d'une action
 Bon de commande
 Ordre de paiement
Bénéficiaires  Autorisation  Présentation F°  CIF  Support pédagogique
stagiaires d'absence  Prise en charge  Plan de formation
F  Salle, mat  Affichage
pédagogique  Documentation
 Convocation
En définitive nous pouvons synthétiser les « outils » au service de l’ingénierie dans le tableau
suivant.

Les "outils" en ingénierie de la formation

T. Ardouin
Fonction Acteurs "Outils"

 Projet d'entreprise, d'établissement, de


direction
Direction Générale  Bilan social et tableaux de bord
 Politique et objectifs de formation
Politique DRH  Budgets prévisionnels
 Réunions de cadres, de concertation
 Plan prévisionnel de carrières
 Procédure d'achat
 Organigramme

 Veille réglementaire
 Tableaux de bord de suivi de la formation
 Budgets
Responsable formation  Fichiers et catalogues des organismes de
formation et des formateurs
 Réseaux inter institutionnels et
professionnels
 Plan de formation
Organisationnelle  Conventions et contrats de formation
 Planification des inscriptions

 Projet de service
 Evaluation et retour en emploi
Hiérarchique  Visite et entretiens dans les services
 Fiche de recensement de formation
 Autorisation d'absence

 Evaluation des formations


Formateur  Programme et contenu de formation
 Fiche de présence
Opérationnelle ou
pédagogique
 Fiche de demande de formation
Salarié  Fiche d'évaluation individuelle
 Rencontres de groupe et entretiens
L'ingénierie une résultante de l'induit, du construit et du produit
L'ingénierie est contingente, réactive et concourante c'est-à-dire complexe et nécessite la prise
en compte d'une diversité de variables. Si nous trouvons la définition de l'ingénierie de Gérard
Figari2 par trop restrictive : "L'ingénierie constitue l'art de la conduite d'un dispositif", nous
sommes cependant intéressé par sa formalisation donnée d'un dispositif éducatif : "il a été
posé qu'un dispositif éducatif peut se décrire à travers trois dimensions indissociables et
interactives qui sont appelées l'induit (les déterminismes), le construit (les stratégies) et le
produit (les résultats)" (1997, p.77).

Nous reprenons donc les trois dimensions du triangle pour les transposer à l'ingénierie de
formation.

Construit

Induit Produit

G Figari, 1997

L'induit : "La première dimension de tout dispositif est sa contextualisation : il s'agit des
déterminations et des origines de la formation. C'est ce qu'un diagnostic, des caractéristiques
économiques et sociologiques de la situation dans laquelle le dispositif s'insère et à laquelle il
doit répondre, va permettre de définir" (p.77).

Le construit : "La seconde dimension du dispositif est son fonctionnement : il s'agit des
processus d'élaboration de la formation. C'est ce qui relève du projet de l'organisation, des
modalités de choix des stratégies et des méthodes. On est au cœur du processus d'ingénierie
avec la programmation de la formation" (p.77).

Le produit : "La troisième dimension du dispositif constitue ses performances : il s'agit des
productions, des résultats obtenus, des effets produits par la formation. C'est ce qui se voit, se
mesure, se compare, se "vend" ... Mais c'est surtout la phase où le processus d'ingénierie
prend tout son sens, lorsque la boucle de rétroaction peut agir pour réguler le dispositif"
(p.77).

Nous nous retrouvons dans ces trois dimensions que nous complétons pour une vision plus
ouverte et itérative de l'ingénierie de formation où nous retrouvons les quatre temps de la
démarche de l'ingénierie : analyser l'environnement (l'induit), concevoir le dispositif et les
2
Figari G. (1997). L'ingénierie de Formation: inventaires. Dijon : ENESAD, 3-4 juin 1997.
curricula (le construit), réaliser la formation et les apprentissages (le produit) dans une
démarche itérative, de régulation et d'évaluation (évaluer) tout le long du processus. Nous
proposons alors la formalisation ci après (à partir de G. Figari, 1997).

Construit
Concevoir

Evaluer Evaluer
Ingénierie
de
formation

Induit Produit
Analyser Réaliser
Evaluer
Analyser

Nous invitons le lecteur à prendre un temps de réflexion en réalisant « l’exercice »


proposé dans ce chapitre.

Ce qui caractérise l'évolution de la formation dans une démarche d'ingénierie c'est tout
d'abord l'introduction de l'étape « analyser » puis par la suite celle « d'évaluer ». La
prise en compte de cette étape - analyser - est primordiale dans l'optimisation de la
formation. Ainsi il est nécessaire de savoir d'où l'on part, et donc d'identifier la
demande de formation, mais aussi de connaître les objectifs et orientations générales
pour pouvoir caler de manière optimale la fonction formation.

Nous examinerons donc ici la politique de formation d'une organisation et l'analyse


des besoins.

Quelque que soit l’organisation (entreprise, hôpital, établissement, …), le type de


formation (plan de formation entreprise, programme régional, perfectionnement, lutte
contre l’illettrisme etc.) ou le territoire la mise en œuvre de logique formation est la
traduction d’une politique et de la situation des personnels dans une double démarche :

 La démarche descendante,

 La démarche ascendante.

L'élaboration d’un plan de formation est itérative et doit tenir compte de cette double
démarche. Il doit permettre un ajustement de ces deux tensions.

Le plan de formation au cœur d'une double démarche

Politique de formation

Démarche Descendante

Plan de formation

Démarche ascendante

Besoins et demandes de formation

1
La démarche descendante : l'ingénieur formation, responsable de formation en
entreprise ou conseiller formation, tire de la politique générale les implications en
terme de formation. Le plan de formation décline alors les volontés de la direction et la
définition des axes prioritaires de politique de formation.
La politique de formation est par définition un moyen de réaliser les orientations prises
par la direction dans la gestion de l'entreprise ou de l'institution (ou d’un territoire).
Cette politique, par un travail d'étude préalable s'appuie sur un certains nombre
d'éléments et de critères développés par la suite.

La démarche ascendante : tient compte des besoins exprimés par les personnels,
l'encadrement et les partenaires sociaux. Il ne s'agit surtout pas d'un simple recueil
d'opinions des "besoins " exprimés mais la combinaison et la mutualisation de
plusieurs sources :
- Le recueil des attentes et /ou demandes des différentes catégories de
personnel.
- Le recueil des besoins exprimés par la hiérarchie.
- La prise en compte de l'"expression" des partenaires sociaux.
- L'analyse effectuée par le service formation.
- L'analyse des dysfonctionnements.

La politique de formation
La politique de formation est l'élément de la démarche descendante dans la
construction du plan de formation. L'élaboration de la politique de formation ne
s'élabore pas de manière indépendante et décontextualisée. Sa construction s'appuie sur
la prise en compte, itérative, de sept facteurs.

1) Le marché, le produit, la concurrence (environnements sociaux et économiques)


imposent des orientations politiques (objectifs de performance, de qualité,....).

2) La technologie : évolution des moyens de production (investissements en cours ou


à moyen terme)

3) L’organisation : le système socio-organisationnel qui doit prendre en compte l’état


actuel de la structure, l’évolution de l’organigramme et l’évolution des emplois

4) Le management ou animation hiérarchique : gestion participative des hommes pour


valoriser l’humain dans un cadre institué (évolution sociale)

5) Etat des ressources humaines :


- les données factuelles : pyramide des âges, pyramide d’ancienneté, état et

2
répartition des qualifications, état des emplois.

- les données liées aux modes de gestion des ressources humaines, où apparaît tout
ce qui est lié aux pratiques
 entretien annuel d’évaluation,
 entretien d’évolution de carrière,
 entretien de formation.

6) Situation sociale en terme de climat et relations sociales


- relations sociales : consultation avec les partenaires sociaux : obligations
formelles, constitution des commissions réglementaires, mise en place des
calendriers.

- climat social : dans quelle situation générale se trouve l’entreprise


(licenciements, plans sociaux, rachats, reprise économique)

- culture et histoire
culture descendante liée au management
culture d’entreprise : construction sociale des acteurs qui fait partie de
l’inconscient collectif de l'organisation.

7) Environnements socio- géographiques


Ce facteur prend de plus en plus de place notamment avec les normes environnement
(ISO 14000) et qualité (ISO 9000).

L'ingénierie de formation se situe à l’interface de l’ingénierie politique et de


l'ingénierie pédagogique. Elle est donc la concrétisation d’une politique et la
facilitation d’une pédagogie.

Pour aller plus loin :


sur le diagnostic de la formation dans l'entreprise :
- LE BOTERF Guy (1990), L'ingénierie et l'évaluation de la formation, Editions
d'organisation.
Fiches 24, 25, 26 : "la formation dans l'entreprise".
- VINCENT Charles (1990), La formation, relais de la stratégie d'entreprise, Editions
d'organisation.
Le chapitre 4 : "préparer le changement et identifier les résistances".
- SAINT SAUVEUR Annick (1990), Le plan de formation dans les PME – PMI,
Editions d'organisation.
Le chapitre 1 : "A quoi sert aujourd'hui la Formation Professionnelle dans mon
entreprise ?".
- MEIGNANT Alain (1991), Manager la formation, Editions Liaisons.
Le chapitre 4 .4 : " Les cinq piliers de la qualité du système de formation".

Sur la culture d'entreprise :


- THEVENET Maurice (1986), Audit de la culture d'entreprise, Editions
d'organisation.

3
Les besoins en formation
Les "besoins" peuvent émaner de plusieurs sources. Il est même souhaitable et
nécessaire que le plan de formation, comme traduction de la politique de formation et
des remontées des services et du personnel, soit la mutualisation de ces deux
démarches.

De la même façon, nous rejoignons tout à fait Alain Meignant1 quand il écrit : "La
notion de "besoin" est ambiguë, si on la comprend comme quelque chose qui existerait
indépendamment de son contexte" et l'auteur d'ajouter "En réalité, il n'y a pas un
gisement de "besoins de formation" plus ou moins caché, qui ne demanderait que
l'arrivée d'un spécialiste armé des méthodologies pertinentes pour le repérer et
procéder à son exploitation". Jacques Soyer2 parle quant à lui " d'abus de langage (…)
qui peut présenter des dangers "Il préfère en effet dire que l' " expression "besoin de
formation" devrait être remplacée par "problème à régler par la formation" ou par
"objectifs à atteindre par la formation".

Il est donc important d'être vigilant dans l'utilisation des termes et ne pas confondre en
effet le besoin et l'envie, ou le souhait, les attentes et les demandes de formation.

Le besoin 3 renvoie à un manque ou à un état de manque. Celui ci n'est jamais donné


à voir directement et de manière lisible et explicite. Le besoin amène alors à
s'interroger sur l'écart, ou le différentiel, entre la situation actuelle et la situation
souhaitée. Le besoin est donc la résultante de l'analyse, ou confrontation, entre un état
initial et un état souhaité, souhaitable ou nécessaire. Cette différence, amenant le
manque et donc le besoin de formation, peut être due à l'évolution du poste, du
système de travail ou à la politique de l'entreprise. Le problème peut avoir été identifié
et donc correspondre à des dysfonctionnements ou des écarts mais pour lesquels les
objectifs de formation n'ont pas encore été cernés. Ainsi pour Guy Le Boterf4 " Les
besoins de formation expriment l'écart de connaissances ou de compétences existant
entre le profil professionnel requis et le profil professionnel réel. Les besoins de
formations sont exprimés en terme d'objectifs opératoires de formation ".

Il faut alors distinguer se qui renvoie au besoin de l'entreprise ; en qualification, en


postes, en compétences, du besoin du salarié pour s'adapter, maintenir ou combler
l'écart de compétences.

Les besoins se dégagent donc à partir de la confrontation entre l'existant et la situation


attendue. Il faut donc tout à la fois prendre en compte la politique de l'entreprise, dont

1
MEIGNANT Alain (1991), Manager la formation, Editions Liaisons, p.111.
2
SOYER Jacques (1998), Fonction Formation, Editions d'organisation, p.100.
3
voir aussi un ouvrage de référence ; LESNE M., BARBIER JM. (1977), L'analyse des besoins en formation,
Paris, Robert Jauze.
4
LE BOTERF Guy (1990), L'ingénierie et l'évaluation de la formation, Editions d'organisation, p.96.

4
sa politique de formation telle que nous l'avons développée précédemment, les
évolutions de l'entreprise et les orientations des différents services. Les besoins ne se
donnent à voir que par une analyse, qu'après la mise au jour d'un écart : ce différentiel
à traiter, éventuellement par la formation.

Les attentes renvoient à des souhaits individuels ou collectifs, en lien avec la stratégie
de l'entreprise ou non. Elles peuvent être aussi la traduction d'un besoin déjà repéré et
analysé comme une volonté individuelle ou une mode. Ces attentes ne correspondent
donc pas nécessairement avec les besoins de l'entreprise, ou des services. Elles sont
l'expression, plus ou moins implicite et exprimée, d'une demande latente.

La demande correspond, elle, à des attentes, individuelles ou collectives exprimées de


manière explicite, voire rédigée en vue d'effectuer une ou des formations.

Nous proposons de situer ces termes dans le tableau de synthèse suivant ci dessous.

Les "besoins" en formation


Situation-problème Visible Non visible
Explicite Implicite
Objectif formation

Non exprimé DYSFONCTIONNEMENT MANQUE


ECART

Exprimé DEMANDE ATTENTE

T Ardouin

Jacques Soyer5 présente une autre approche dans le tableau suivant :

Les types de besoin Mode de recueil Formation sur Sous la


l'initiative responsabilité

COLLECTIFS Travaux de groupe,


En rapport avec les lors de l'élaboration De l'entreprise Du manager de l'unité
objectifs des plans d'action des
opérationnels des unités
unités
INDIVIDUELS
En rapport avec les Entretien d'activité De l'entreprise Du manager de l'unité
postes occupés ou à
occuper dans la même
unité

5
SOYER Jacques, cf. p102.

5
PERSONNELS Entretien
D'évolution dans une d'appréciation du De l'entreprise ou du Du salarié + de la
autre unité de potentiel salarié (CIF) DRH
l'entreprise
PERSONNELS Enquêtes du
Sans liaison avec les département De l'entreprise Du département
objectifs économiques Formation ou de la Formation
de l'entreprise, mais commission
en rapport avec ses formation
objectifs sociaux
PERSONNELS
Sans liaison avec les Pas de recensement Du salarié (CIF) Du salarié
objectifs économiques systématique
ou sociaux de
l'entreprise

Nous imaginons bien désormais qu'il existe autant de modalités de recueil des
"besoins" que d'entreprises ou d'organisations. Chaque responsable de formation aura
sa méthode, sa procédure ou ses questionnaires. L'analyse des "besoins" n'est pas
unique, elle s'appuie notamment sur :

- le recensement des demandes individuelles.


- le recensement des demandes collectives.
- la rencontre des salariés en entretien individuel.
- les réunions avec l'encadrement.

6
Analyser

Etude de cas : Politique de formation et mise en oeuvre


(à partir de : Entreprise et Personnel, Le suivi d’une politique de formation, 1987)

Dialogue imaginaire ( ?) entre le responsable de formation (RF) et un directeur


d'établissement (D) à l’occasion de la préparation du Plan de Formation.

RF : Notre investissement formation pour l’année prochaine sera de 1,2 millions d’euros, soit
près de 4% de la masse salariale.

D : Vous voulez encore faire augmenter les dépenses ! L’an dernier, le plan prévoyait 3,5 %.
Pourtant vous savez que nos budgets sont très serrés et le seront de plus en plus.

RF : Oui, mais il y a de plus en plus de demande à satisfaire. Et tous les services n’ont pas
répondu … Et il faut que je prépare pour les entretiens individuels et le DIF. Vous savez à
quel point il est important d’investir dans le développement de la compétence des hommes. Et
vous savez que le service recrutement a de plus en plus de mal à attirer les jeunes.

D : Qu’est ce que c’est encore que ce DIF ? Et pourquoi pas la VAE tant que vous y êtes ?
Vous ne voyez pas nos problèmes ! Et d’abord, quels sont les résultats de ce que nous avons
fait cette année ?

RF : Je n’ai pas encore tous les chiffres mais j’ai des résultats partiels (le RF sort un document
informatique et énumère le nombre d’heures stagiaires réalisés).

D : (l’interrompant) Vous ne me répondez pas ! Je ne vous parle pas de réalisations mais de


résultats ! Vous me parlez tout le temps d’investissement, dites moi ce que cela nous rapporte.
Comme cette action de formation - action à la conduite de projet pour une équipe
commerciale, ca nous a coûté cher, sans compter les absences. Qu’est ce que cela a donné ?

RF : Les gens étaient très satisfaits.

D : J’en suis ravi, mais qu’est ce que ça a rapporté à l’entreprise ?

RF : Je ne sais pas exactement. Il faudrait faire une étude, c’est de l’investissement à long
terme.

D : Bon, excusez moi, j’ai un rendez vous. Il faudrait revoir tout cela en détail. Pour cette
année encore débrouillez vous pour rester à 3,5%. Vous n’aurez qu’à expliquer aux chefs de
service qu’ils laissent passer trop de demandes. Et puis, si on fait 4%, les syndicats ne
voudront jamais plus redescendre en dessous. Tenez moi au courant, vous savez quelle
importance j’attache à ces problèmes. Je me sauve, je vais voir le fabricant pour le nouveau
logiciel de suivi client. Avec ce matériel, on devrait gagner 20% en productivité et gain de
papier, ça vaut le coup de s’en occuper.

RF : Et c’est pour quand cette installation ? Il n’y a pas de formation à prévoir pour la mise en
place ? Le directeur technique ne m’en a pas parlé !

Mise en situation- Ingénierie Formation – T Ardouin 1


D : Si, bien sur, il faudra de la formation, mais on verra cela plus tard, il y a assez de boulot
comme cela avec les problèmes techniques et le financement. Et puis le fabricant a des
programmes tout faits.

RF : D’ailleurs je vous avais parlé aussi des modifications informatiques nécessaires à faire…

D : Ah oui ! Nous en reparlerons plus tard. Allez, à bientôt …

Réflexion suite à ce dialogue

1) Que pensez vous de cette structure et de sa logique formation ?

2) Dégager cinq constats clés de cette organisation.

3) Dégager trois axes de progrès de cette organisation en terme de ressources humaines et


formation

Mise en situation- Ingénierie Formation – T Ardouin 2


Analyser

Corrigé

Sans réaliser un corrigé exhaustif, pour dégager l’état de l’entreprise et ses pistes de
progrès, le lecteur pourra prendre appui sur :
- La typologie des pratiques de formation ;
- Les fiches de recueil des « besoins » ;
- Les aspects temporels et spatiaux.

Les pratiques de formation des entreprises


On peut dénombrer de nombreuses pratiques dans la façon d'utiliser la formation dans
les organisations. Afin de donner plus de lisibilité à cet ensemble, on peut cependant
dégager quatre pratiques ou niveaux types.

L'attitude COMPTABLE ET FISCALE

C'est l'attitude qui consiste à considérer la formation comme une charge


financière légale dont il faut s'acquitter. Dans ce cadre, le plan de formation
présente l'essentiel des dépenses et recettes engagées sur l'année pour des stages
demandés au coup par coup en satisfaisant à l'obligation financière.
Cette attitude est sans doute plus présente dans les petites unités compte tenu du
faible budget formation, de la prise en charge de la fonction formation par une
personne souvent en plus, voire à part, de son activité principale et de la
difficulté de monter des actions.
Mais si cette attitude est plus compréhensible dans les petites entreprises, on la
trouve encore parfois dans des entreprises plus importants et disposant de
moyens, financiers et humains, plus conséquents.

La formation ŒUVRE SOCIALE

La formation rentre dans une logique à la fois de formation récompense, c'est la


"formation pactole", ou de gestion du climat social, c'est la "formation sécurité".
Dans ce deuxième type d'attitude, on essaie de satisfaire le maximum de
personnes en cherchant à donner satisfaction aux demandes personnelles ou en
récompense de quelque chose. L'entreprise cherche à partager le "gâteau-
formation" au nom d'un principe égalitariste vis à vis des possibilités de se
former.
On trouve ici la mise en œuvre de principe de liste d'attente par ancienneté ou
autres critères.
Cependant, la logique sociale n'est pas forcément conciliable avec des
impératifs de qualification, de perfectionnement ou de développement des
logiques des services, et de service.

1
La formation RECENSEMENT ET CATALOGUE

Cette pratique mêle à la fois les logiques individuelles, c'est le recensement des
attentes et desiderata des personnes, et les demandes des services par une
certaine prise en compte des besoins exprimés par les services. La réponse
apportée s'effectue par la mise en œuvre de formation à partir des catalogues de
formation. Dans ce cas, la formation est plus l'expression de l'offre (de
formation) que de l'analyse effective du besoin et la mise en œuvre spécifique
d'une formation ou de résolution d'une situation-problème où la formation est
un élément de réponse. Cette pratique se situe à cheval entre la formation
"Œuvre sociale" et le niveau suivant de formation – développement

La formation INVESTISSEMENT

La formation investissement renvoie à la combinaison de deux optiques :


premièrement, la formation coûte cher et il convient de la rationaliser et de
maîtriser son utilisation. Deuxièmement, La formation est un moyen
d'accompagnement efficace de la mise en œuvre de projets de développement et
de perfectionnement.
La formation est alors comprise comme un "atout stratégique de
développement" de l'établissement ou de l'entreprise. Elle participe à la
politique générale de l'organisation. Les intérêts individuels s'inscrivent dans un
intérêt général de perfectionnement, de qualification et de compétences.
Attention, cela ne veut pas dire que toutes les actions à titre individuel doivent
s'arrêter, et qu'il n'y a plus de promotions individuelles. Cela nécessite un
équilibrage entre individu et établissement, et, que la promotion et l'évolution
individuelle participe, tout ou partie, au développement de l'organisation.
La formation investissement nécessite une démarche d'ingénierie de formation
où nous retrouvons les quatre temps : Analyser, Concevoir, Réaliser, Evaluer.

Pour aller plus loin sur L'investissement formation

Dès les années 80, différents auteurs et travaux donnent des typologies assez proches
les uns des autres comme :

GOGUELIN Pierre (1987), La formation animation, une vocation, Entreprise Moderne


d'Edition.
HAUSER, MASINGUE, MAITRE, VIDAL (1988), L'investissement formation,
Editions d'organisation.
MEIGNANT Alain (1986), La formation : atout stratégique pour l'entreprise, Editions
d'organisation.

2
L’analyse des besoins

L'analyse des "besoins" s'appuie notamment sur :


- Recensement des demandes individuelles.
- Recensement des demandes collectives.
- Rencontre des salariés en entretien individuel.
- Réunions avec l'encadrement.

REPERAGE ET RECUEIL DES "BESOINS"


Pour les actions collectives et/ou individuelles

Note de présentation et d'information du service Formation sur l'objet et la procédure


de repérage et de recensement.

Fiche action collective envoyée à toutes les unités (services, département)


Fiche action individuelle envoyée à chaque salarié

Date d'envoi et date de retour

ACTION COLLECTIVE ACTION INDIVIDUELLE

 Identification du service ou unité  Identification de la personne


 Projet (ou évolution) de service  Projet personnel et/ou professionnel
 Population concernée  Formations antérieures
 Nombre de personnes  Objectifs de formation
 Projet de formation  Capacités, connaissance, compétences
 Priorité action recherchées
 Priorité temporelle (année n+1, n+2, …)  Thématiques de formation
 Avis du responsable  Avis du responsable
 Date et signature  Date et signature

3
Prendre en compte la dimension temporelle
Le recueil de "besoins", et sa transcription en objectifs de formation se retrouve dans
les trois grands axes temporels de la stratégie de l'entreprise et du plan de formation.

STRATEGIE ET FORMATION

COURT TERME MOYEN TERME LONG TERME


(1 an) (2 à 3 ans) (3 à 5 ans)
CONSOLIDER ACCOMPAGNER ET PREPARER L'AVENIR
L'EXISTANT FACILITER LES
CHANGEMENTS
 Perfectionnement  Réussir un investissement  Changer de culture
individuel et/ou un changement
d'organisation  Développer l'adaptabilité
 Perfectionnement  Développer des potentiels et prévenir les risques
collectif pour améliorer les  Optimiser les flux d'inadaptation et
performances promotionnels d'obsolescence des
 Former aux métiers compétences
 Formations d'insertion  Faciliter des projets
individuels

d'après Alain Meignant, Manager la formation, éditions Liaisons, 1991

Prendre en compte la dimension spatiale


De la même façon, la formation répond aux trois niveaux de l'entreprise ou de toute
organisation : macro, meso, micro.

Niveau macro : est le niveau le plus global, correspond à l'entreprise entière en lien
avec son environnement. La formation prend ici en compte les objectifs transversaux
(qualité, évolution socio-organisationnelle, environnement, management de
l'encadrement).

Niveau meso : il s'agit ici de la prise en compte des spécificités des besoins d'une
unité, ou d'un atelier, comme un changement de ligne de production, l'arrivée de
nouveaux matériels, la réponse à une commande spécifique.

Niveau micro : est le niveau individuel, soit dans le cadre d'un projet mobilité interne,
ou externe, d'un salarié ou une demande individuelle de perfectionnement dans un
domaine repéré par l'agent et/ou sa hiérarchie.

4
Corrigé Cahier des Charges
Nous proposons ici des fiches guides réalisées suite à différents travaux avec des
professionnels, synthèse ou productions du rédacteur du cours.

Fiche Guide
CAHIER DES CHARGES
DE LA DEMANDE DE FORMATION

Date du RDV :

Nom, direction et fonction du commanditaire :

1 – Objet : (Thème de la demande de formation)

2 - Contexte et situations professionnelles concernées : (Décrire la situation,


qu’est-ce qui justifie la demande, quelles solutions déjà envisagées, quelle est la problématique à
résoudre ? … )

3 – Objectifs et enjeux : (Quels sont les résultats attendus, quelle « plus-value »


apportera la formation qu’est-ce qui va changer ? … )

4 – Public : (Faire préciser le public concerné)

5 – Compétences à développer : (quels sont les manques, quelles sont les compétences à
développer et/ou à acquérir ? … )

6 - Délai souhaité : (définir les délais, faire préciser les contraintes, le rythme souhaité)

7 – Conditions de réussite : (que faut-il prévoir pour garantir la réussite de la formation :


phase de préparation, suivi et accompagnement, rôle et implication du manager…)

8 – Interventions envisagées : (Quels contacts préalables avec les différents


intervenants ? Quelle serait l’organisation la plus efficace … )

9 – Méthodes et modalités pédagogiques : (quelle sera l’organisation le plus efficace,


externe, interne, intra, apports extérieurs à l’activité … )

10 – Exploitation et application : Résultats attendus

11 – Approche budgétaire : (Est-ce une demande prévue au Plan de formation ou hors


budget ? …)

1
Fiche Guide
CAHIER DES CHARGES DE FORMATION

Identification de la formation et du demandeur


• Titre de la formation
• Entreprise demandeur (Nom, statut, coordonnées, responsable de la
formation, responsable des relations avec le prestataire)

Projet de Formation
• Origine du projet de formation (projet de changement)
• Contexte (contexte général, antécédent au projet de formation)
• Objectifs de la formation (objectifs globaux, spécifiques)
• Public (nombre de personnes, grades et fonction, niveau de formation
initiale,…)
• Méthodes pédagogiques souhaitées
• Durée, dates et lieu (les contraintes, planification,…)
• Moyens mis à disposition (salle de formation, matériels, documents,
reprographie,…)

Exigences de l’entreprise
• Remise de l’offre (délimitation de l’offre, nombre d’exemplaires, réception
de l’offre, forme obligatoire, rencontre avec les organismes)
• Contacts préalables à la remise de l’offre (noms, coordonnées)
• Conditions de prix (frais pédagogiques, frais de conception, frais de
déplacements, frais d’hébergement, documentation)
• Intervenants et prestataires de formation (qualification souhaitée,
références du prestataire)
• Contrat de formation (planification de la formation, délais et pénalités de
retard, règlement en cas de litige)
• Conditions générales d’achat (commande, signature, facturation

Processus de sélection
• Les critères de sélection
• Le calendrier et modalités pratiques (mode de réception, dates)
• Correspond de l’action

Confidentialité
• Rappel de la clause de confidentialité

Cette fiche guide s’inspire d’un cahier des charges d’une délégation régionale du secteur hospitalier public et des
échanges avec des professionnels du secteur.

2
Fiche Guide

FORME DE LA REPONSE ATTENDUE


PAR LES ORGANISMES DE FORMATION

Identification de l'organisme
- Nom, coordonnées, situation réglementaire (numéro de déclaration d'existence, statut)
- Contact pour l'action ou personne référente
- Informations complémentaires : ancienneté, chiffre d'affaires, expérience en général et
dans le domaine concerné, nombre de formateurs dont nombre de permanents)
- Démarche qualité, label ou certification

Réponse pour l'action


- Description de la prestation (étapes, contenu, organisation)
- Eléments pédagogiques (programme, contenu, modalités et moyens pédagogiques,
évaluations)
- Les intervenants (qualifications, expérience, références, intervention dans le dispositif,
souvent il est demandé de joindre les curriculum vitae)
- Les validations (attestations, labels, certifications, diplômes)

Eléments budgétaires
- Coût prévisionnel de l'action (détail par étapes, sessions, groupes ou journées)
- Répartition des coûts (frais pédagogiques, documentation, préparation, déplacements, frais
de mission)

Eléments commerciaux
- Engagement sur les délais de réalisation
- Durée de validité de l'offre
- Conditions de règlement en cas de litige

3
Fiche Guide
MATRICE DE CHOIX D’UN ORGANISME DE FORMATION

Une structure de financement de la formation dans le secteur public hospitalier propose une
grille en 10 points pour choisir un prestataire de formation :

1 Pérennité et références de l'organisme


2 Références des formateurs
3 Offre de formation
4 Ingénierie de formation
5 Méthodes pédagogiques
6 Expertise
7 Public de la formation
8 Documentation stagiaire
9 Implication de l'organisme
10 Coût

Fiche guide
SELECTION DES ORGANISMES DE FORMATION
Le Centre Inffo1 propose une grille de lecture en quinze items :

1 - Présentation de l'organisme
2 - Perception du contexte et du problème
3 - Organisme spécialisé du domaine ou du public
4 - Objectifs de formation correspondant au problème posé
5 - Caractère novateur de la proposition
6 - Compétences des intervenants
7 - Préparation de la formation
8 - Déroulement pédagogique
9 - Méthodes et supports pédagogiques adaptés
10 - Modalités d'évaluation pédagogique
11 - Suivi et accompagnement du transfert des acquis sur le poste de travail
12 - Questionnements pertinents
13 - Durée cohérente avec la population et les objectifs de formation
14 - Coût et modalités de facturation
15 - Références, label, certification, démarche qualité.

Pour chacun de ces items une appréciation est donnée en quatre niveaux :
- Très satisfaisant
- Satisfaisant
- Peu satisfaisant
- Paramètre absent

1 L'achat de formation, Collection Guide technique, Paris, Centre Inffo, 1998.

4
Fiche Guide
PRESENTATION D’UNE ACTION DE FORMATION

TITRE DE L’ACTION DE FORMATION

CONTEXTE (si nécessaire)

OBJECTIFS DE FORMATION :

OBJECTIFS PRINCIPAUX

LES COMPÉTENCES ATTENDUES (ou objectifs spécifiques)

PUBLIC :
Pré-requis, population attendue

CONTENU/ PROGRAMME :

METHODES OU MODALITÉS PÉDAGOGIQUES :

Apports théoriques en rapport avec la demande


Exposés, mises en situation, travaux de groupe sur supports écrits

ÉVALUATION :
Certification, qualification, attestation…

INTERVENANT(S) :

LIEUX, DUREES ET HORAIRES :

COÛT (ou prix) selon mode de diffusion

5
Corrigé

De votre point de vue quels sont les intérêts et limites des référentiels en formation ?
Quels sont les usages des référentiels ?
Quelles sont les conditions de leur usage ?

+
Deux fiches guides :
Référentiel métier
Référentiel de formation

De votre point de vue quels sont les intérêts et limites des référentiels en formation ?

Le fait de construire, élaborer et utiliser des référentiels ne doit nous empêcher d'avoir un
regard critique sur ceux ci et surtout sur leurs conditions d'utilisation. Nous proposons un
éclairage à partir d'un tableau de synthèse sur les limites et les intérêts des référentiels.

Pour les limites dans l'utilisation des référentiels, nous avons repéré des difficultés au niveau
de la personne, de l'emploi et de la formation.
Pour les intérêts, nous avons pu relever des effets positifs au niveau de la personne, de la
formation et de l'institution. Par institution, nous entendons la structure sociale du secteur
professionnel, c'est à dire les différents partenaires sociaux (ministères, fédérations, branche
professionnelle).

Approche critique des référentiels


T.Ardouin
Limites Intérêts

au niveau de la personne au niveau des apprenants


- Vocabulaire difficile, spécialisé voire - Reconnaissance et validation des
hermétique compétences
- Risque d'enfermement dans le cas d'une - Evaluation formative intéressante et
utilisation autoritaire ou d'une évaluation non progressive favorisant la régulation
négociée - Evaluation sommative explicitée et
négociable
au niveau de l'emploi - Prise en compte par les apprenants
- Lourdeur de la démarche (individus, salariés) des objectifs de formation
- Lisibilité des référentiels et d'emploi et visualisation de la progression
- Complexité de la démarche et de la - Engagement personnel et participation des
présentation apprenants
- Risque d'évaluation autoritaire des
compétences au niveau de la formation et de l'équipe
- GRH plaquée sans concertation pédagogique
- Référentiels utilisés de manière normative - Précision dans les objectifs pédagogiques et
- Existence d'une instance de régulation dans les méthodes choisies
la constitution des référentiels et le suivi. - Démarche pédagogique d'appropriation
Instance à faire vivre - Support pédagogique

1
- Echanges pédagogiques
au niveau de la formation - Connaissance de l'environnement interne et
- Risque de standardisation exhaustive de la externe
formation à l'encontre d'une différenciation
pédagogique ou contextuelle au niveau de l'institution
- Normalisation excessive des méthodes - Création d'un lexique ou d'une terminologie
- Centralisation sur les programmes au delà de professionnelle
la personne - Stabilité du référentiel pour une
reconnaissance officielle de la formation
- Evaluation des dispositifs et des situations

Le référentiel est un outil et son élaboration par la référentialisation une méthode, et comme
tout outil ou méthode, ce qui pose question est plus l'utilisation de ceux ci que leur existence
en tant que tel. Il convient donc dans la mise en œuvre de référentiels d'être vigilant dans leur
élaboration et surtout dans leurs conditions d'utilisation.

Quels sont les usages des référentiels ?

La démarche de référentialisation nous paraît un processus inhérent aux logiques de formation


et de management par les compétences. Si cette méthodologie est effectivement intéressante
et pertinente, elle n'est évidemment pas sans risque de détournement et, à l'inverse de son
principe, de sclérose. Les référentiels s'inscrivent donc comme outils de la gestion des
ressources humaines à différents niveaux et moments qu nous pouvons repérer dans le tableau
ci après.

Les référentiels comme outils de professionnalisation

Les différents référentiels permettent


 
une aide au recrutement
la construction de parcours d'intégration ou de mobilité
Référentiel d'emploi professionnelle
des grilles d'évaluation des pratiques
une réflexion sur l'organisation
l'analyse des besoins en formation
la formalisation et la capitalisation d'expériences
Référentiel de compétences
des grilles d'évaluation des pratiques
positionnement et évolution des salariés
la construction d'outils et méthodes pédagogiques
la lisibilité de la formation et de donner sens à celle ci
Référentiel de formation
la construction d'un parcours d'apprentissage
la validation des acquis

2
Quelles sont les conditions de leur usage ?

Un certain nombre de conditions sont à mettre en œuvre si l'on veut intégrer la démarche
de référentialisation dans une logique positive de gestion des ressources humaines. Ces
conditions sont :

- le repérage et la formalisation du système de travail


- l'existence de critères et d'indicateurs connus et pertinents pour l'évaluation
- une volonté de lisibilité et de clarté
- une politique d'information et de communication sur les référentiels et leur utilisation
- des acteurs formés pour accompagner la démarche et la hiérarchie
- une intégration de la démarche dans la politique GRH
- un suivi des référentiels et de leur évolution.

Ainsi, la relation entre la référentialisation et la professionnalisation nous paraît extrêmement


intéressante et fructueuse.

Cette relation existe en effet à trois niveaux : de l'individu, du métier et de l'institution.

Au niveau de l'individu, la professionnalisation est le fait d'accroître ses compétences et de


passer d'un statut d'amateur à un statut professionnel, avec ce que le mot de professionnel
suggère de compétences et de sérieux dans la pratique. L'ensemble des compétences, de ces
différents savoirs utilisés dans l'action constitue sa professionnalité, c'est à dire pour F Aballéa
" un savoir et une déontologie "1.
Dans ce sens la création de référentiels emploi, compétences et formation est bien un moyen
de progression professionnelle, de développement de compétences et de reconnaissance de ce
savoir-faire. Par l'existence de ces référentiels il y a aussi une lisibilité du travail réalisé, de sa
spécificité et donc une forme de reconnaissance professionnelle. De même, le référentiel
formation permet la construction de parcours de formation et de carrière dans le secteur
professionnel considéré.

Au niveau du métier, la professionnalisation désigne le processus par lequel un corps de


métier tend à s'organiser sur les modèles des professions établies. Pour Guy Jobert2, " la
professionnalisation est le processus faisant évoluer une catégorie de praticiens d'un statut
occupationnel vers un statut professionnel ". Il y a là reconnaissance d'un métier comme entité
sociale nécessaire répondant à un besoin de la société, possédant des savoirs spécifiques et
s'inscrivant dans une éthique professionnelle.

1ABALLEA F. (1994). La notion de professionnalité, ronéo, Université de Rouen.


2JOBERT G. (1989). La professionnalisation des formateurs, approche sociologique, Actualité de la Formation
Permanente, Centre Inffo n°103, 25-58.

3
Là encore, la référentialisation participe à la professionnalisation, au sens sociologique du
terme comme nous venons de l'approcher, dans la mesure où par la réalisation des référentiels
il y a un positionnement social du métier et un moyen de sa reconnaissance. Il est en effet
clairement identifié que cette profession, en train de se construire, nécessite des compétences,
des savoirs et des "tours de main" acquis par l'expérience mais aussi par la formation qui la
différencie des autres métiers. Ainsi, être ingénieur de la formation correspond à une réalité
sociale et professionnelle avec des caractéristiques élaborées et construites.

Au niveau de l'institution, la référentialisation donne des outils, des instruments et plus


globalement des moyens de régulation, de contrôle et d'évaluation de la profession et participe
donc à la professionnalisation.
Il y a professionnalisation dans le sens où il y a développement de la qualification du secteur
et structuration professionnelle.
Par la démarche de référentialisation, un secteur se professionnalise. Il y a en effet un
repérage des métiers et des postes de travail qui favorise l'agencement des fonctions entre
elles. D'une façon générale, par la référentialisation, c'est toute la profession qui augmente sa
qualification. La référentialisation par la diffusion du référentiel d'emploi et compétences
permet la répartition des tâches et missions au sein du secteur professionnel. Ce sont aussi des
outils d'évaluation tant internes, pour une gestion des ressources humaines au sein d'une
entreprise, qu'externes sur le marché du travail. Mais ces instruments d'évaluation nécessitent
formation et discernement dans leur utilisation.

D'une manière générale, et pour bien prendre en compte les limites du référentiel ; celui-
ci n'a de sens que si il s'inscrit dans une logique dynamique offrant évaluation et
évolution. Il n'est pas un instrument exclusivement normatif et de contrôle mais il se doit
d'être un outil de dialogue et de concertation.

4
Le référentiel métier
INTITULE DU METIER (OU EMPLOI)

Définition générale : Q1Quelle est l'objectif principal de votre fonction? : Définition de


l'emploi
Statut en lien avec la convention collective
Coefficient en lien avec la convention collective

Conditions générales d'activité


Localisation: siège, magasin, agence Relations internes: Q3:Avec qui êtes vous en
relation à l'interne?
Formation et expérience:
niveau de formation, ancienneté nécessaire

Conditions de travail particulières: Relations externes: Q3


déplacements, horaires,... à l'externe?

Activités et Domaines de compétences Q2,Q4,Q5


Compétences génériques Techniques de Techniques Sociales
Q2, Q4, Q5 base spécifiques
Q2: Quelles sont Q4: De quoi
vos activités (matériel,
principales et connaissance,
leur répartition? personnes) avez
vous besoin pour
travailler?
Q5 : Quelles sont les évolutions
possibles ou souhaitables de votre
travail?

compétences
exprimées en
verbe d'action

Responsabilité : ici est donné le niveau de responsabilité du poste occupé et donc le niveau
d'autonomie attendue.
Indicateurs : repérage des principaux indicateurs qui permettent de mesurer l'activité dans le
métier.
Evolution professionnelle : les métiers proches du métier occupé et permettant une évolution.

La fiche se voulant évolutive, non fermée mais correspondant à une logique d'entreprise, le
service de référence est ainsi repéré et une place est laissée pour les prochaines évolutions.
Création date : Evolution
certifié service formation date certifié service formation

5
Le référentiel de formation
D'une façon générale, on retrouve dans un référentiel de formation les éléments suivants :

 THEME : de la formation, du chapitre ou séquence.

 OBJECTIF DE FORMATION, PEDAGOGIQUES


Les objectifs de formation correspondent à la déclinaison des savoirs et
compétences à acquérir, perfectionner ou maintenir par la formation et à mettre
en œuvre dans l'activité. Les objectifs de formation sont présents dans le cahier
des charges et c'est à partir d'eux que les effets de la formation pourront être
évalués. Ils sont le plus souvent exprimés en verbes d'action ou sous la forme
"être capable de …" en précisant les conditions ou critères dans lesquels ils se
réalisent.

Les objectifs pédagogiques sont construits par le formateur et correspondent


aux capacités et connaissances que le formé doit avoir acquis au cours des
différentes séquences de la formation dans une logique de progression des
apprentissages. L'objectif pédagogique sert donc à construire et à conduire
l'action de formation et à évaluer les acquis.

 CONTENUS : de la formation, du chapitre, de la séquence ou du thème.

 METHODES : exposé, cours, étude de cas, présentation d'expériences, travaux


dirigés, mise en situation, production d'outils…

 SUPPORTS : transparents, vidéo, multimédia, tableau, grille individuelle, …

 EVALUATIONS : intermédiaires ou finale : examen, grille auto correctrice, auto


évaluation, dossier individuel ou collectif, QCM, …

6
7
CONCEVOIR

Initialement l'ingénierie se caractérise par cette étape de conception, étape nouvelle et


nécessaire en amont de toute réalisation d'importance. Depuis, cette étape, toujours présente et
indispensable, se situe dans le continuum : analyser – concevoir – réaliser – évaluer.

Tout au long de son activité le professionnel de la formation, dans la démarche d'ingénierie de


formation, ne cesse de concevoir en s'appuyant notamment sur l'étape d'analyse.
Professionnel, en position d'interface, il doit en effet retranscrire les besoins et objectifs
généraux en objectifs de formation opérationnels. Cette étape de conception est ainsi le lien
entre le souhaitable et le réalisable.
Pour ce faire, l'ingénieur formation cherche à objectiver la démarche et les contenus de
formation en s'appuyant sur les référentiels et les cahiers des charges dans une
démarche de contractualisation.

Référentialisation et référentiels
Dans un monde du travail en perpétuelle évolution et changement où il est demandé
polyvalence, innovation, autonomie et adaptation aux changements, nous assistons cependant,
en parallèle, au développement de référentiels. Si ce concept de référentiel existe dans
différents domaines et s'applique à des contextes variés, il connaît un véritable développement
avec son entrée dans le monde du travail. Ainsi, les référentiels envahissent de plus en plus
notre environnement professionnel. Que cela soit au niveau de la formation, des entreprises ou
des ressources humaines, les référentiels sont présents. Le référentiel apparaît comme un
passage obligé de toute action de formation.

La société est mouvante et évolutive et il est demandé aux organisations adaptation et


réactivité. Dans ce contexte, les référentiels peuvent apparaître comme figés voire
anachroniques. Cette structuration et cette forme de stabilisation de la réalité deviennent donc
une nouvelle norme ou la "référence". Au delà d'une perception où tout serait bon ou au
contraire tout serait mauvais, il ne s'agit donc ni de faire l'apologie ni une contestation des
référentiels et de leur démarche de construction mais d'examiner la logique de
référentialisation et les principes d'utilisation de ces référentiels.

La référentialisation

Gérard Figari1 nous propose une définition intéressante; " La référentialisation consiste à
repérer un contexte et à construire, en le fondant sur des données, un corps de références
relatif à un objet (ou une situation) par rapport auquel pourront être établis des diagnostics,
des projets de formation et des évaluations ". Il poursuit en disant " La référentialisation veut
être une méthode de délimitation d'un ensemble de référents et se distingue en cela du

1FIGARI G. (1994), Evaluer, quel référentiel?, De Boeck - Wesmael.

1
référentiel qui désigne, lui, un produit fini, et plus exactement une formulation momentanée
de la référentialisation ".

La référentialisation répond donc un double objectif : de description d'une réalité qui permet
alors de définir des objectifs, et d'évaluation. La référentialisation est donc un processus de
construction de référentiels. Ces référentiels étant indispensables pour évaluer une action et
ses effets (Hadji, 19892, Peretti 19873). La référentialisation est donc bien une lecture de la
réalité, une modélisation qui permet de mieux la comprendre et l'appréhender. Il s'agit alors
d'une reconstruction de la réalité qui n'est jamais donnée directement à voir et qu'il faut
analyser, disséquer et reconfigurer. Si la référentialisation est la méthode d'élaboration, le
référentiel est le produit de cette démarche.

Le référentiel est donc une " liste d'une série d'actes, de performances observables détaillant
un ensemble de capacités (référentiel de formation) ou de compétences (référentiel de métier)
" (Terminologie Formation professionnelle, AFNOR X50-750 avril 1992).

Produire un référentiel nécessite d'avoir une vision large et ouverte sur l'environnement et de
mettre en relation les différents éléments entre eux. Un référentiel n'a en effet de sens qu'en
tenant compte du contexte dans lequel il s'élabore et s'utilise. Il est à la fois difficile, inopérant
voire dangereux pour les acteurs de réaliser un référentiel en dehors de toute concertation et
liaison avec les situations professionnelles.

Ainsi, travailler sur les référentiels nécessite de s'interroger et d'analyser un ensemble de


domaines tel que :

 Situation professionnelle et analyse du système de travail

 Emploi et son environnement

 Compétences professionnelles

 Référentiel et Différentiel
Emploi, Compétences, Formation

Validation des acquis

La situation professionnelle et analyse du système de travail. La situation professionnelle est


la prise en compte d'une double dimension : premièrement la composante personne/poste et
donc l'analyse de la personne dans son poste de travail et deuxièmement l'analyse du poste de
travail en tant que tel mais aussi l'évolution dans le temps et le contexte de cette situation. Une
situation professionnelle est un poste mis en relation mais c'est aussi un poste en devenir qui
est donc examiné en dynamique. La compréhension de cette situation ne peut se faire qu'en
intégrant une analyse du système de travail, c'est à dire la prise en compte élargie du système
de relations, des moyens et techniques utilisés et du système de management.

2 HADJI C. (1989) L'évaluation, règles du jeu, ESF, Paris.


3 PERETTI J M, VACHETTE JL. (1987), L'audit social, Ed d'Organisation.

2
L'emploi et son environnement. En fonction du type de référentiels attendues, l'analyse du
travail et de la situation professionnelle devra plus ou moins tenir compte de la position de
l'emploi dans son environnement global, donc non seulement au sein de son organisation mais
aussi dans ses rapports avec un contexte élargie : prise en compte du marché économique et
de ses évolutions, compréhension culturelle de pays partenaires, système de relations
nationales ou internationales.

Les compétences professionnelles. De manière plus précise, les compétences sont déclinées
par rapport aux métiers de l'entreprise ou de l'organisation. Sans rentrer ici dans le débat, riche
et pertinent, sur les compétences nous reprendrons seulement deux définitions ; une
opérationnelle, l'autre, plus élaborée, permettant de mesurer le travail de conceptualisation en
cours.
"Compétence professionnelle : Mise en œuvre, en situation professionnelle, de
capacités qui permettent d'exercer convenablement une fonction ou activité" (AFNOR
X 50-750, 1996)

"La compétence est la formalisation d'une dynamique complexe d'un ensemble


structuré de savoirs (savoirs, savoir faire, savoir être, savoir agir, savoirs sociaux et
culturels, savoirs expérientiels) mobilisés de manière finalisée et opératoire dans un
contexte particulier. La compétence est la résultante reconnue de l'interaction entre
l'individu et l'environnement" T Ardouin (2002).

L'analyse des compétences et la mise en mot de l'action permettent de repérer et de répartir les
types et niveaux de savoirs nécessaires pour l'emploi.

La validation des acquis. De par l'idée même de formation tout au long de la vie, de la
demande sociale de qualification et les lois sur la validation des acquis (1985, 1992, 2002), la
démarche de référentialisation nécessite de s'interroger sur les liens entre les référentiels et
leur exploitation et valorisation dans le cadre de la validation des acquis.

La démarche de référentialisation est bien se travail de production de référentiels et en ce


qui concerne notre domaine, la référentialisation s'inscrit dans un travail qui permet de
passer du champ professionnel au champ éducatif, par la transposition du métier en
référentiel d'activités ou d'emploi puis en référentiel de compétences pour aboutir au
référentiel de formation. Le schéma suivant résume cette démarche et le positionnement
des trois référentiels.

La référentialisation en formation

champ professionnel
champ éducatif

REFERENTIEL REFERENTIEL REFERENTIEL


D'ACTIVITE  DE  DE
D'EMPLOI COMPETENCES FORMATION

3
Démarche de référentialisation

Pour illustrer la démarche de référentialisation, nous pouvons récapituler les différentes étapes
de ce travail dans le tableau suivant :

Référentialisation et Professionnalisation des acteurs


Démarche Méthodologie Terrain Production

- visites Référentiel d'emploi


d'établissements, Identification et
- Analyse de site ou poste de synthèse des activités et
Analyse du travail documentaire travail de l'emploi dans son
et de environnement.
l'environnement - questionnaires - entretiens avec la
socio- socio- direction et/ou les Référentiel de
professionnel professionnels des hiérarchiques compétences
acteurs Repérage et déclinaison
- entretiens et des différents "savoirs"
- entretiens questionnaires des sollicités dans la
acteurs concernés relation
- observation individu/emploi.

Référentiel de
- Groupes métier - Réunions de formation
Analyse des groupes métiers Ensemble des objectifs,
compétences et du - Grille d'auto programmes et
référentiel positionnement - entretiens contenus de formation
compétences permettant une
progression
pédagogique et une
appropriation par
l'apprenant.

Cycle de Axes prioritaires - groupe d'acteurs Plan de formation


Formation (pilote ou mise en Dispositif et
œuvre directe) programme

Nous pouvons explicitement remarquer que la référentialisation s'appuie sur un important


travail :
- premièrement, de conception d'outils d'enquête adapté aux finalités et au contexte,

- deuxièmement, de recueil de données et de réalisation de terrain,

- troisièmement, d'analyse et de formalisation de la réalité recueillie et décryptée,

4
- quatrièmement, ces différentes étapes sont en interaction comme nous l'avons vu
précédemment mais aussi dans un principe d'itération c'est à dire de confrontation, de
vérification et de validation des différentes étapes et production.

De plus, il est pertinent que chacune des étapes puisse être validée par un groupe de pilotage.

Réflexion - exercice :

De votre point de vue quels sont les intérêts et limites des référentiels en formation ?
Quels sont les usages des référentiels ?
Quelles sont les conditions de leur usage ?

Les référentiels
La référentialisation aboutie ainsi, dans le domaine socio-éducatif, à l'élaboration de trois
référentiels : emploi, compétences, formation.

Le référentiel d'activités ou d'emploi

Le référentiel d'emploi est une information de synthèse sur une activité professionnelle ou sur
un métier. Il est obtenu à partir du référentiel des réalisations et activités actuelles (description
du poste de travail, modalités d'exercice, compétences observées, relations à l'intérieur de
l'entreprise et avec l'environnement, ...) et du référentiel des réalisations et activités futures
(prévision d'évolution des activités et des compétences requises à court ou moyen terme). Le
référentiel s'attache donc à saisir les différents degrés et niveaux de l'emploi : la mission, les
fonctions, les activités voire les tâches de l'emploi en tenant compte des environnements
interne et externe c'est à dire la retranscription de l'analyse de la situation professionnelle. Le
référentiel emploi permet donc de repérer la finalité, le sens et l'activité de l'emploi.
Pour Marie France Reinbold4, le référentiel d'emploi est "l'identification à un moment donné,
de la ou des finalités que l'entreprise veut confier spécifiquement aux titulaires de cet
emploi".

Le référentiel d'emploi s'élabore par le repérage, la description et l'analyse des :

 MISSIONS
 FONCTIONS
 ACTIVITES
 TACHES
En lien avec
 L'ENVIRONNEMENT EXTERNE

 L'ENVIRONNEMENT INTERNE

4REINBOLD MF. (1996). Du référentiel d'emploi au programme de développement des compétences, Actualité
de la Formation Permanente, Centre Inffo n°143,p.47.

5
 LE SYSTEME TECHNIQUE

Guy Le Boterf5 nous rappelle les distinctions entre les termes présentés ci-dessus.

La mission, ou finalité de l'emploi, "indique le service rendu de cet emploi ou de ce


poste, ce que l'entreprise en attend. En d'autres termes, on s'attachera à mettre en
évidence le sens de l'emploi, sa contribution spécifique aux objectifs de l'unité
(département, service, …) de l'entreprise ".

La fonction est "la combinaison d'activités ou de tâches " regroupée en différentes


fonctions complémentaires (par exemple pour le responsable de la formation : fonction
information - orientation, conseil, gestion et administration, ingénierie du plan, …).

Les activités "indiquent ce que doit faire la personne qui occupe un emploi. Elles sont
donc exprimées en terme de verbe d'action. Les activités sont à considérer dans un
sens générique : on emploie le terme d'activité pour décrire un emploi type ou un
emploi cible. Une activité désigne une famille de tâches similaires dans plusieurs
postes de travail correspondant à un emploi".

Les tâches "désignent les opérations élémentaires à effectuer sur un poste de travail.
Elles constituent l'unité élémentaire de l'acte de travail".

Le référentiel de compétences

Le référentiel de compétences est directement issu du référentiel d'activités. Il en est déduit. Il


décline l'ensemble des connaissances et attitudes professionnelles mises en œuvre pour
occuper un emploi. C'est donc une transcription du premier référentiel en éléments
observables et déclinables en lien avec la méthode d'observation et d'analyse utilisée. Ce
référentiel compétences est effectivement dépendant de la méthode usitée ; elle même liée aux
objectifs des référentiels. Une vigilance particulière est donc de mise tant dans la
méthodologie utilisée que dans la retranscription en compétences afin de préserver l'individu
dans son espace professionnel.

Comme nous l'avons signalé, il existe un débat important et de nombreuses définitions de la


compétence. Pour ce travail opérationnel, nous avons retenu la définition de l'AFNOR comme
illustration de notre propos : "La compétence est la mise en œuvre de capacités en situation
professionnelle qui permettent d'exercer convenablement une fonction ou une activité".6

De cette définition, il faut retenir trois idées majeures :


- L'articulation étroite de la compétence et de l'activité. La compétence est en effet
inséparable de l'action et elle ne peut être véritablement appréhendée qu'au travers
des activités par lesquelles elle s'exprime et dont elle permet la mise en forme.

5 LE BOTERF Guy (1999), L'ingénierie des compétences, Editions d'organisation, p.189.


6 AFNOR (1992). Formation et terminologie.

6
- La compétence est composée d'un ensemble d'éléments en interaction dynamique
les uns par rapport aux autres, connaissances, savoir-faire pratiques, savoir-faire
relationnels, expérience.
- La compétence est à mettre en relation avec les situations de travail et avec les
types d'organisation. la compétence mise en œuvre est donc en partie dépendante
du lieu, et des moyens donnés, où elle s'exerce.

A ces trois points nous ajoutons autres quatre autres dimensions importantes :
- La compétence est apprise, elle n'existe pas en soi. Elle est donc le résultat de
divers apprentissages : sociaux, expérientiels, théoriques ou méthodologiques
- La compétence comme composante de différents facteurs en interaction, s'inscrit
dans le processus identitaire de l'individu.
- La compétence, pour être validée, est reconnue et socialement légitimée.
- La compétence est une construction sociale, c'est à dire la modélisation d'un
rapport social entre l'action, l'individu et le contexte de réalisation.

Quant à la déclinaison du contenu de la compétence, nous pouvons observer que la trilogie


classique: savoir (que faut-il connaître ?), savoir-faire (que faut-il maîtriser ?), savoir être
(comment faut-il se comporter ?) existe, certes sous des formes ou des appellations variées,
mais est toujours présente dans l'ensemble des travaux. Ce triptyque, bien qu'imparfait et
global, reste tout de même toujours d'actualité et présent dans de nombreux référentiels
existants ou mis en œuvre dans les entreprises.

Le référentiel de compétences apparaît comme l'interface entre l'individu et l'emploi, c'est


pourquoi le référentiel compétences est le plus souvent directement lié au référentiel métier.
Lorsque le référentiel compétences est disjoint c'est généralement pour dégager des points
particuliers de l'activité, repérer le cœur du métier ou illustrer le niveau de maîtrise souhaitée
ou exigée pour l'occupation du poste.

Pour aller plus loin :

Voir les fiches ROME et leur déclinaison.


Voir la proposition de fiche métier dans le « corrigé ».

Le référentiel de formation

Le référentiel de formation décrit les objectifs de formation et les moyens pour atteindre ces
derniers. Ainsi pour l'Education Nationale7 c'est "un document qui définit les compétences
attendues des candidats à un diplôme. Il précise les connaissances et savoir faire à acquérir à
cette fin et le niveau d'exigence requis. Annexé à l'arrêté créant ou modifiant le diplôme, le
référentiel a un caractère réglementaire".
Pour L'AFPA8, il s'agit d'un "inventaire d'actes, de performances observables détaillant un
ensemble de capacités liées au référentiel de métier. Le référentiel de formation se concrétise

7 Les référentiels de diplômes sont publiés et consultables dans les CRDP.


8 AFPA (1998), L'ingénierie de formation, Collection repères, ouvrage et CD Rom.

7
par un support comprenant en particulier la liste des objectifs, savoirs et savoir faire
nécessaires à la réalisation des activités".
Le référentiel de formation se situe à l'interface de l'emploi, avec son analyse et sa traduction
dans le référentiel d'emploi et de compétences, et l'action de formation proprement dite. Ce
référentiel peut être utilisé à différent moment de la formation, il est en effet indispensable
pour repérer et évaluer les acquis à l'entrée, pendant et à l'issue de la formation.
Ce référentiel est élaboré à partir du référentiel de compétences. Ce référentiel est produit par
l'expertise du formateur et du pédagogue. Le formateur effectue le lien entre l'emploi, les
compétences et la transposition en objectifs de formation. Le pédagogue retranscrits les
objectifs de formation en objectifs pédagogiques et les inscrits dans une progression
pédagogique qu'il élabore. Ce sont eux, formateurs et pédagogues, à partir de leur
connaissances pédagogiques et d'un questionnement didactique, qui vont définir cet ensemble
structuré de connaissances, de capacités cognitives, de savoir-faire, de modalités
pédagogiques et de savoir être nécessaire à acquérir pour occuper l'emploi avec les
compétences adéquates.

Le référentiel formation, en fonction de la nature de la formation et de son volume, est décliné


de manière générale puis pour chacun des modules (thématiques ou chapitres) puis par
séquence (session ou face à face pédagogique). Il s'agit alors de produire les fiches
descriptives de la formation, des modules et des séquences.

La référentialisation est donc une étape de construction importante et incontournable dans


l'élaboration d'un dispositif de formation. Cet outil s'intègre tout à fait dans la démarche
d'ingénierie.

Pour aller plus loin :

Rechercher les référentiels formation existants dans votre domaine.


Voir la proposition de référentiel de formation dans le « corrigé ».

8
Contractualisation et Cahier des charges

Le cahier des charges est un instrument pertinent dans l'ingénierie de la formation.


Considérant que la formation n'est pas une fin en soi, et l'ingénierie de la formation ne se
résume ni au cahier des charges, ni aux référentiels, ces "outils" sont pourtant indispensables
pour une réalisation finalisée et une implication importante des différents acteurs dans un
projet plus global. Le cahier des charges est donc ce document qui va faciliter et permettre la
contractualisation entre le client et le prestataire, l'entreprise et le fournisseur.
Le cahier des charges de la formation s'inscrit ainsi dans le cahier des charges du projet de
l'entreprise ou organisation.

En reprenant les termes de l'AFNOR, le cahier des charges est un " document rassemblant les
obligations et les éléments nécessaires pour définir un besoin et les principales contraintes à
respecter pour le satisfaire ". (NF X50-106-2)

Et le cahier des charges d'une action de formation est un " document contractuel fixant les
modalités d'exécution d'une action de formation. Ce document contient les éléments
administratifs, pédagogiques, financiers et organisationnels pour atteindre des objectifs
déterminés ". (NF X50-750-1)

Intérêts de la démarche cahier des charges


La mise en œuvre d'un cahier des charges présente un certain nombre d'intérêts, tant pour
l'entreprise – client, que pour le formateur – prestataire.

 Pour le client

La rédaction du cahier des charge amène le client à :


- Analyser son besoin.
- Construire sa demande.
- Définir et documenter ses exigences.

Cette partie renvoie l'entreprise, ou le client, à formuler sa demande de formation. Elle peut
s'appuyer sur la norme AFNOR X50-755, "aide à l'analyse des besoins de formation".

 Pour le fournisseur

La recherche de la conformité au cahier des charges astreint le fournisseur à :


- Analyser la demande et les exigences du client.
- Evaluer ses propres capacités de réponse.
- Rechercher avec le client les solutions pour résoudre les différences entre les
exigences de la demande et les capacités de réponse.
- Concevoir les modalités, organiser et mettre en œuvre les moyens de réponse
appropriée.

Ce travail se retrouve alors dans la réponse à l'appel d'offre.

9
Ainsi, l'existence du cahier des charges, son élaboration et sa mise en œuvre :
- renforce la régulation des actions à conduire,
- favorise et recherche la qualité des prestations,
- fonde des relations de confiance entre les différents acteurs.

Le cahier des charges : un document parmi d'autres


Si le cahier des charges est important, celui-ci s'inscrit dans un ensemble de documents
articulés les uns aux autres, chacun ayant sa fonction. De même, chaque document renvoie à
des utilisations spécifiques selon les acteurs. Les principaux documents utilisés dans la mise
en œuvre de la formation sont repris dans le tableau ci après.

Documents en relation avec le cahier des charges


Documents Documents à valeur Spécifications Outils de
d'intention juridique méthodologie ou de
mise en œuvre
Convention cadre
Protocole d'accord Référentiel(s)
ou Convention
accord cadre d'application Cahier des charges Guide
méthodologique
Charte Contrat
Guide technique
Avenant
à partir de : Cahier des Charges en Formation, Les essentiels, MEN, 19959.

Les documents d'intention


Comme leurs noms l'indiquent, il s'agit de donner ses intentions, les axes de travail en
commun, le contexte d'une relation, les grandes orientations d'échanges sans
contractualisation directe et effective qui amèneraient des résultats spécifiques. Nous trouvons
notamment ici l'accord cadre et la charte.

L'accord cadre ou protocole d'accord, est un "texte qui atteste de la rencontre de volontés en
vue de produire un effet de droit recherché par les deux parties. Il se borne à poser des
principes généraux". Exemple : un accord entre une branche professionnelle et l'Etat
concernant la volonté d'organiser et de favoriser l'insertion des jeunes.

La charte est un "écrit instituant des règles fondamentales. C'est un document énonçant un
ensemble d'engagements auquel un organisme déclare se conformer". C'est le cas par exemple
des chartes qualité ou de service. Elle engage moralement le signataire.

9Les citations qui suivent sont tirés de : GUILLEN R, VINCENT J, "Lexique des termes juridiques", Dalloz,
1993, in Le cahier des charges, Les essentiels, MEN, 1995.

10
Les documents à valeur juridique
Ces documents structurent la relation et donne des indications sur les différentes modalités.
Ces documents engagent les signataires. Si dans la pratique, le terme de "convention" et celui
de "contrat" sont souvent utilisés indifféremment, ils renvoient pourtant à des spécificités.
D'une façon générale, une convention se définit comme un accord passé entre deux ou
plusieurs parties ou volontés (groupes, organisations) en vue de créer, modifier ou clore une
obligation. Le contrat est une forme de la convention qui précise les obligations entre une ou
plusieurs personnes.

Pour être valide, le contrat (ou convention) doit remplir quatre conditions :
- les parties doivent avoir la capacité de contracter. Les personnes signataires sont celles
effectivement autorisées, mandatées ou compétentes à le faire.
- la convention ou le contrat doit avoir une cause licite, c'est à dire acceptable et valide
dans le cadre de la loi.
- l'objet qui forme la matière de l'engagement, doit être certain. Cet objet doit être repéré
et repérable de manière explicite sans avoir à rechercher la finalité qui oblige cette
contractualisation.
- l'échange nécessite le consentement verbal ou écrit pour être conclu et pour déterminer
son contenu. Cependant la formalisation écrite est toujours préférable à titre de preuve,
d'engagement et de protection réciproque. Le consentement doit être exempt de vices
c'est à dire ne pas comprendre d'erreurs (sur l'objet, les personnes ou parties, sur la
légalité de l'action et du contrat), ni de dol (c'est à dire de mensonge ou tromperie), ni
de violence (physique ou morale), ni de lésion (c'est à dire sur la réalité du prix ou de
la valeur).

Dans les documents à valeur juridique, nous avons donc la convention cadre, les conventions,
les contrats et l'avenant à ces derniers.

La convention cadre est "un acte juridique passé entre le client et un fournisseur attestant de
la rencontre de volontés de produire un effet de droit. La convention définit le cadre général
de champ d'application et laisse aux instances concernées le soin de la développer par des
conventions ou contrats d'application". Ce document fixe les objectifs généraux et repère les
acteurs concernés par la mise en œuvre et l'application de la convention.

La convention est un "acte juridique passé entre individus ou groupes sociaux, manifestant
une volonté de produire un effet de droit quelconque, cette volonté détermine tous les
éléments et effets de l'acte, sous réserve des éléments complémentaires éventuellement prévus
et imposés par le droit ; ces éléments complémentaires donnent lieu à l'établissement d'un
contrat".

La convention de formation est un "contrat signé qui lie juridiquement le client et


l'organisme de formation. Dans ce contrat l'organisme de formation s'engage à réaliser et
conduire, pendant une durée déterminée, une action de formation spécifique. Ce contrat
stipule également les modalités que chacune des parties devra respecter". Toute action de
formation doit être organisée dans le cadre d'une convention de formation conformément à un
programme. Ainsi outre le numéro d'enregistrement du dispensateur de formation (numéro de
déclaration d'existence) et la raison sociale des cocontractants, la convention doit déterminée

11
l'intitulé et la finalité de la formation en mentionnant les différentes phases prévues (périodes,
durée) pour atteindre les objectifs recherchés, ainsi que leur organisation matérielle (lieu et
moyens de réalisation), pédagogique (objectif, contenu, programme) ou technique (effectif,
public). La convention de formation comprend donc l'ensemble des informations juridiques,
financières, administratives, pédagogiques et logistiques pour la mise en œuvre d'une action
de formation. Elle lie les deux parties.

Le contrat est une "variété de convention entre deux ou plusieurs personnes faisant naître une
ou plusieurs obligations".

Le contrat de formation est un "contrat signé qui lie juridiquement le client individuel et
l'organisme de formation". Il est réglementé par le code du travail.

L'avenant est une modification apportée à un contrat antérieur ou à un contrat type. Il faut
donc qu'il y ait eu une convention ou un contrat préalable et l'avenant complète, affine,
perdure ou affine ceux ci.

Les documents de spécification correspondent au(x) cahier(s) des charges tel que nous
l'avons défini précédemment.

Les documents de méthodes et de mise en œuvre


Nous retrouverons le référentiel. Celui ci décrit les exigences, critères et niveau de
performances auxquelles doit satisfaire une entité (emploi, poste, service, …). Le référentiel
est un outil de base pour la formation, l'analyse du travail ou l'audit. Nous avons aussi les
guides méthodologiques qui décrivent les moyens et méthodes appropriés pour réaliser une
action ou intervention.

Le guide technique est un document qui fournie sur un sujet donné des indications de travail
et les procédures de mise en œuvre.

Le cahier des charges s'inscrit donc dans une logique de contractualisation et de formalisation
de l'action dans un esprit de négociation et de clarification des attentes et rôles des différents
acteurs où, dans ce marché de la formation en pleine expansion, les professionnels ont voulu
se doter d'outils minimum communs par l'élaboration des normes AFNOR.

Les normes AFNOR de la formation professionnelle

Les premiers documents datent de 1982, par la publication de deux référentiels de


normalisation. Ce sont des normes expérimentales concernant l'offre de formation et les
informations à mentionner dans un catalogue de formation (X50-760) et le cahier des charges
de la demande de formation par une entreprise (X50 –756). Il s'agit, par ce travail et ces
productions, de donner des bases d'échanges d'informations entre les demandeurs de
formation et les offreurs de formation (prestataires, fournisseurs). Parallèlement à ces normes
la commission de normalisation a aussi pour mission de définir une liste de termes et concepts
fréquemment utilisés dans les relations contractuelles de la formation professionnelle et qui
pourraient être la base d'un vocabulaire commun (X50-750). Ce travail sur la terminologie

12
s'est poursuivi et à donné lieu à un complément de la norme (X50-750-2). D'autres normes ont
par la suite été élaborées et introduites sur le marché de la formation, comme nous le
synthétisons dans les tableaux ci-après.

Les normes AFNOR de la formation professionnelle


Références Domaine Objet
d'application

X50-750 Document visant à la clarification des termes et


Terminologie concepts utilisés par les clients et les prestataires.
X50-751 Donner aux partenaires en formation un vocabulaire
minimum commun.
(juillet 1996)
Demande de
X50-755 formation Définit l'étape d'analyse des besoins en formation.
Méthode Etape préalable à l'élaboration d'un cahier des charges
(février 1998) d'élaboration de d'achat de formation
projet

X50-756 Demande de Définit un cahier des charges relatif à l'expression de


formation la demande de Formation émanant d'une entreprise et
(novembre Cahier des charges s'adressant à des prestataires de formation
1995) de la demande

X50-760 Informations Définit les critères facilitant l'expression d'une offre


relatives à l'offre de de formation
(novembre formation
1995)

Organisme de Définit les caractéristiques d'un service de formation


X50-761 formation au sens du résultat des activités d'un organisme de
Service et prestation formation ainsi que les moyens nécessaires à la
(février 1998) de service réalisation du service

X50-763 Service de Spécifie les exigences de base pour les prestataires de


formation dans le service de formation dans le cadre de l’éducation et de
(octobre 2010) cadre de l’éducation la formation non formelles, en matière de
NF ISO 29 990 et de la formation détermination des besoins d’apprentissage, de
non formelles conception, de fourniture, de suivi et d’évaluation de
prestations d’éducation, de formation et de
développement non formel.

Ces différents éléments structurent la relation entre l'organisme de formation et l'entreprise.

13
Entre Besoin et Offre, l'articulation des normes françaises de la formation
BESOINS EN OFFRE
FORMATION Normes DE FORMATION

ENTREPRISE Prestataire

NF X50-750
NF X50-751
 
Terminologie

NF X50-755
Demande de formation 
 Méthode d'élaboration

NF X50-756
 Demande de formation
Cahier des charges

NF X50-760
Informations relatives à 
l'offre de Formation

NF X50-761
Organisme de Formation 
Service et Prestation

NF X50-763
Service de Prestations de 
Formation

,  : applicable par l'entreprise et/ou l'organisme de formation

Pour aller plus loin :

Rechercher et étudier les normes AFNOR et/ou ISO de la formation et de l’assurance qualité.
Voir en quoi elles favorisent et structurent votre activité ou la brident.

14
Démarche de contractualisation par cahier des charges

Mettre en œuvre une démarche d'élaboration et d'utilisation d'un cahier des charges nécessite
un certain nombre d'étapes et/ou de phases. Selon les approches ou les auteurs, nous pouvons
avoir trois10, cinq11 ou sept étapes12. Le nombre exact importe peu, c'est bien la démarche
qui est intéressante où, pour notre part, nous distinguons trois temps clés et sept étapes de
réalisation.

La contractualisation en formation
T Ardouin
Trois temps Sept étapes
Elaboration du cahier des charges du
Analyse de la demande et de son projet
contexte pour la rédaction des cahiers des
charges  Elaboration du cahier des charges de la
formation

Pré sélection des organismes


Diffusion de l'appel d'offre et examen
des propositions
Appel d'offre

Examen des propositions

Sélection de l'organisme
Contractualisation des parties dans le
cadre du cahier des charges Contractualisation

 Premier temps :

Analyse du cadre, de la demande et rédaction des cahiers des charges

Elaboration du cahier des charges du projet

Cette étape correspond à l'analyse de la demande, la compréhension générale de celle ci et à la


détermination des besoins de formation. A l'issue de ce travail, qui spécifie la démarche
d'ingénierie, le cahier des charges du projet est élaboré permettant de repérer les grandes
orientations du projet et les principaux axes de la formation. Nous retrouvons là l'étape
Analyse de l'ingénierie. Nous voyons bien l'intérêt de construire le cahier des charges en deux
parties : le cahier des charges du projet, et le cahier des charges de la formation.

10 LE BOTERF Guy (1999), L'ingénierie des compétences, Editions d'organisation, Paris, p.265.
11 Entreprises et Carrières (1997), L'achat de formation, n°404, octobre.
12 Document de travail d'un groupe de responsables formation d'une branche professionnelle, Sélection et
évaluation des prestataires de formation, ronéo, 1998.

15
Les objectifs du travail sur la demande et la rédaction d'un cahier des charges du projet
(de formation) sont :
- Avoir une première approche du contexte : entreprise, service, unité de travail.
- Appréhender et vérifier le degré d'engagement du demandeur (client, direction,
responsable de service).
- Avoir une première vision de la situation en question.
- Repérer les acteurs en jeu, les points d'appui et les points de blocage éventuels.
- Repérer et décliner les résultats souhaités.
- Rechercher les informations afin de pouvoir élaborer les hypothèses de travail, les
orientations de celui –ci et les premières propositions en s'assurant que les objectifs
de formation permettent de passer de la situation actuelle à la situation souhaités.

Le questionnement doit permettre de dégager les éléments à prendre en considération avec les
différents niveaux ; stratégique, organisationnel et opérationnel, pour la construction du
cahier des charges.

Exercice :

Construire un guide d’analyse de la demande

Le cahier des charges du projet devra fournir les informations selon trois aspects principaux :
- Historique
- Origine du projet
- Contexte et état des lieux
- Définition
- La finalité et les attentes
- Les acteurs concernés
- Les caractéristiques à connaître
- Modalités
- Moyens nécessaires
- Les contraintes formelles ou institutionnelles
- Les orientations professionnelles ou de formation
- Les résultats attendus

Cette démarche est effectuée à l'interne par le responsable de formation, de ce fait la rédaction
de cette étape, comme formalisation de la demande, se doit d'être succincte et synthétique,
dans la mesure où c'est le responsable de formation qui assure la suite du projet de formation.
Cependant cette étape ne doit être oubliée ni laissée sans écrits. C'est un temps de validation
de la compréhension de l'objet et des orientations qui suivront.
Cette étape peut aussi être effectuée par un formateur-consultant dans le cadre d'un conseil ou
d'un travail préparatoire à une action de formation un peu conséquente.

Ainsi après avoir :


- analyser l'existant en prenant en compte le système de contraintes,

16
- cerner les besoins,
- repérer et décliner les objectifs attendus,
le cahier des charges de la formation peut être rédigé, le plus souvent par la personne qui a en
charge le pilotage de l'action, c'est à dire le maître d'œuvre. Le responsable doit en effet
intervenir dès le début du processus, tant dans la construction que dans la formalisation des
besoins. Il apporte son savoir-faire professionnel dans le domaine de la formation.

 Elaboration du cahier des charges de la formation

La rédaction du cahier des charges de la formation


Le cahier des charges de la formation correspondant à la traduction de la demande. On
l'appelle parfois le cahier des charges de la demande (de formation).

Le cahier des charges est un document opérationnel. Sa formulation doit être la plus précise
possible et ne pas donner lieu à interprétation confuse ou ambiguë. Il doit cependant permettre
différentes modalités de réponse et laisser une part d'innovation aux prestataires.
Ainsi, le cahier des charges doit posséder deux caractéristiques principales : la rigueur et la
souplesse.

Rigueur
La rédaction, et la lecture du cahier des charges, doit permettre à la fois de répondre aux
principes de clarté et de précision, et être adapté à chaque contexte.
Le langage est clair et accessible à l'ensemble des acteurs concernés. Il mentionne ce qui est
important et déterminant pour la réalisation de l'action.

Souplesse
Le cahier des charges rassemble les obligations et les contraintes à prendre en compte pour la
mise en œuvre de l'action, notamment :
- Les résultats attendus,
- Les principes qui sont et resteront intangibles pendant la réalisation.

Au delà de ces contraintes et obligations à respecter, le cahier des charges ne cherche pas à
induire ni figer :
- les démarches
- les techniques
- les modalités de mise en œuvre.

Il s'agit de dégager les axes clés et les éléments incontournables sans transformer la demande
dans une commande pré-établie et fermée. Tout l'intérêt de la démarche d'appel d'offre est de
laisser "la porte ouverte" aux innovations, à des modalités pédagogiques centrées sur les
spécifications et apportant un regard nouveau par les professionnels de la formation.

Cette rédaction est préférable au présent, sous forme de rubriques structurées, et doit être
testée et validée par la commission de l'appel d'offre ou le groupe qui aura en charge le suivi
de la réalisation.

Nous pouvons alors décliner le contenu du cahier des charges avec ses principales rubriques.
En effet pour être opérationnel le cahier des charges doit indiquer un certain nombre de

17
données. En nous appuyant notamment sur la norme AFNOR X50-756, nous pouvons relever
les différents items.

Exercice :

Construire un cahier des charges de la formation.

Les caractéristiques du cahier des charges

Le cahier des charges s'inscrit donc dans deux axes : donner et demander.

 Informations à donner aux organismes de formation pour leur permettre


d'établir leur proposition.

 Informations à demander aux organismes de formation pour permettre à


l'entreprise d'établir une comparaison des propositions sur une même base.

Ainsi la déclinaison du cahier des charges donne les informations nécessaires à la construction
d'une offre appropriée et par la même indique les informations à recueillir en retour au delà
des informations administratives. Nous avons ainsi la possibilité d'avoir un cadre sur la nature
de la réponse attendue.

Exercice :

Construire une trame de réponse à un appel d’offre par un organisme de formation.

L'intérêt premier du cahier des charges est bien de structurer la demande et d'engager une
relation professionnelle avec les prestataires de formation, dans cette double logique de
rigueur et de souplesse. Cette démarche relativement lourde doit nécessairement s'ajuster au
contexte et à la prestation envisagée, tant pour les documents proposés que pour ceux
demandés. Ainsi, le cahier des charges doit donc être pertinent par rapport à l'objet traité et
utilisé en conséquence du projet comme pour les formations collectives ou des dimensions
stratégiques. Il ne paraît pas adéquat pour des formations individuelles ou déjà élaborées. De
même, il se doit d'être concis et lisible en étant construit pour donner l'essentiel des
informations de manière claire et intelligible. Le cahier des charges est opportun et congruent,
en effet, dans un esprit d'échanges et d'innovation potentielle, il convient de respecter un
calendrier adapté à l'offre, permettant une réelle appropriation par l'organisme de formation
voire des propositions originales et non la simple reconduction d'actions existantes. Enfin le
cahier des charges engage l'organisation et le maître d'ouvrage dans ses spécifications et la
mise en œuvre de la formation à venir.

18
En définitive, le cahier des charges doit articuler plusieurs qualités, parfois antinomique :
Rigueur et Souplesse
Pertinence et Engagement
Concision et Lisibilité
Opportunité et Congruence

 Deuxième temps :

Procédure d'appel d'offre

Une fois le cahier des charges rédigé, le maître d'œuvre organise les modalités de choix des
organismes de formation par la présélection des organismes, le lancement de l'appel d'offre et
l'examen des propositions.

Pré sélection des organismes

L'entreprise, ou le commanditaire quelque il soit, n'a pas intérêt à diffuser de manière


exhaustive ou très ouverte son projet et son cahier des charges. Cela représente tout d'abord
un coût d'émission mais surtout cela engendre un travail d'analyse qui peut très vite devenir
titanesque. C'est pourquoi le demandeur a tout intérêt à réaliser une présélection des
organismes de formation. Cette présélection, en fonction des critères retenus et du type
d'action envisagée, peut donc être plus ou moins fermée13. Elle est tout de même liée à la
capacité a priori qu'un organisme a de répondre.

Les critères que l'on peut retenir pour cette présélection sont notamment :

- la proximité,
- la disponibilité,
- le coût,
- l'innovation,
- la connaissance de l'organisme de formation,
- son domaine d'intervention,
- le souhait de démarrer une collaboration éventuelle.

Ce travail est le plus souvent réalisé par le maître d'œuvre, le service formation, qui a une
connaissance professionnelle et expérientielle du secteur notamment par le travail de veille et
d'analyse effectué en amont (cf. chapitre 2, analyse de l'offre). Il peut alors, sur des critères
objectifs, proposer une présélection à la commission d'appel d'offre.


Appel d'offre

Pour mener à bien cette étape, selon la nature et l'importance du marché, il est intéressant de
mettre en place une commission d'appel d'offre.

13Cet aspect doit cependant s'inscrire dans la réglementation des appels d'offre, notamment le code des marchés
public.

19
Commission d'appel d'offre
Cette commission, groupe de projet ou ad hoc, est composée d'utilisateurs finaux, de
représentants de la hiérarchie, de l'acheteur de formation (responsable formation, acheteur,
service financier) et de représentants de la direction ; commanditaire et signataire de la
convention, ou son délégué (DRH, Direction). La représentation des utilisateurs finaux est
intéressante car elle permet un ajustement de la demande et peut éviter le montage de
dispositif, intellectuellement intéressant, mais peu opérationnel. Elle permet aussi d'impliquer
très tôt dans le processus de formation et/ou de changement les acteurs concernés. C'est aussi
un moyen de communication interne pour l'entreprise.

Cette commission a pour rôle, dans un premier temps, de valider la rédaction de l'appel
d'offre, de présélectionner les organismes, de lancer l'appel d'offre puis d'analyser les dossiers
de réponse. Ainsi le cahier des charges est transmis aux organismes présélectionnés avec les
éléments de calendrier et éventuellement les conditions commerciales et juridiques
particulières comme la confidentialité par exemple.

Examen des propositions

Dans le cadre de sa mission, la commission d'appel d'offre établit une cotation par centre
d'intérêts, d'importance ou d'urgences. Elle rend un premier rapport qui tient surtout compte
de la conformité de la réponse, dans les objectifs et orientations stratégiques, et du rapport
qualité/coût. Ce rapport concis, argumenté, précis et structuré permet au maître d'œuvre de
convoquer les candidatures retenues pour une présentation orale du projet. Il ne s'agit pas de
recevoir tous les candidats mais bien d'entendre les organismes les plus proches de la
demande, les plus pertinents en vue de faire un choix final et définitif, et non un moment
d'informations plus "commerciales".

 Troisième temps:

4.3 Audition des candidats et choix du prestataire

Sélection de l'organisme

La commission reçoit et auditionne les candidats retenus précédemment. Après un court


exposé de présentation de la part du représentant de l'organisme de formation, un jeu de
questions-réponses amène à faire préciser les modalités de mise en œuvre, le niveau de
compréhension de la demande et de l'organisation, et la faisabilité budgétaire. Il est important
que la commission se dote pour ces entretiens d'une grille de cotation des projets afin
d'objectiver son analyse.

Exercice :

Construire une grille de sélection d’un organisme de formation.

20
Si chaque entreprise, ou organisation, élabore sa propre grille de lecture et de choix des
organismes et des réponses fournies, nous pouvons cependant relever certains points
importants. Il ressort globalement la nécessité de porter l'attention sur :

- La compréhension et la reformulation du problème évoqué.


- L'adaptation aux spécificités de l'entreprise, ou demandeur.
- La pertinence des questions et la demande d'informations complémentaires, par
l'organisme de formation, nécessaires à la mise en œuvre de l'action.
- La personnalisation de la réponse, dans le sens du repérage des interlocuteurs
devant intervenir.
- La faisabilité générale et pédagogique.
- Le respect des indications budgétaires.
- Le temps et délais de réponse de l'organisme de formation.

Contractualisation

La direction des ressources humaines, la direction générale si nécessaire, ou le responsable


formation, chef de projet, par délégation réalise la contractualisation finale de l'intervention
avec le prestataire. L'entreprise rédige une " lettre commande ", ou une convention de
formation, où est mentionnée les conditions juridiques, commerciales, de confidentialité,
comme pour toute convention de prestation de services à laquelle s'ajoute une annexe
pédagogique reprenant les éléments du cahier des charges, ou le plus souvent la proposition
de l'organisme de formation.

A la suite de quoi, cette dernière étape réalisée, le pilote de l'action, maître d'œuvre, diffuse
l'information à toutes les personnes concernées.

Exercice :

Construire une trame de présentation d’une action de formation.

Bien entendu, le mise en œuvre de cette procédure, à la fois lourde et impliquant de nombreux
acteurs sur un temps conséquent, doit être totalement adaptée au type du projet. Si la
démarche générale se retrouve pour toute intervention, elle est évidemment modulée et
temporisée différemment si il s'agit d'une action, un dispositif ou un système de formation. Il
n'est pas concevable de mettre en œuvre l'ensemble de la procédure et des acteurs pour une
action de deux jours de formation, dans des domaines techniques repérés et non directement
stratégiques.

21
Vous avez dit évaluation ?
Tester vos connaissances

Quizz : T. Ardouin

Entourez votre réponse : V= Vrai ; F = Faux ; NSP = Ne sais pas


1 L’évaluation des actions de formation est plus récente que V F NSP
l’évaluation des apprenants
2 Il existe deux moments forts d’évaluation d’une action de V F NSP
formation : à la fin immédiate de l’action et quelques mois après
3 L’évaluation dite « à chaud » permet de mesurer précisément la V F NSP
qualité de la formation
4 Donald Kirpatrick (1959) distingue 3 niveaux d’évaluation V F NSP
5 L’évaluation sommative a une fonction de sélection V F NSP
6 Evaluer c’est contrôler, mesurer et porter un avis V F NSP
7 L’évaluation « diagnostic » fait le bilan des acquis de la formation V F NSP
8 L’évaluation « diagnostic » a deux fonctions principales : une V F NSP
pédagogique, une sociale
9 Réaliser une évaluation, c’est mettre en rapport le référent et le V F NSP
référé
10 L’acronyme VAE signifie « Validation des Acquis de V F NSP
l’Enseignement »
11 L’évaluation est dite « formative » parce qu’elle se passe pendant V F NSP
la formation
12 La formation fait partie intégrante de la démarche qualité V F NSP
13 En évaluation, le rapport Faisabilité /Pertinence est inversé V F NSP
14 L’évaluation de la formation n’a de sens que par rapport aux V F NSP
objectifs et moyens et s’inscrit dans un continuum.
15 L’évaluation est avant tout quantitative V F NSP
16 L’évaluation d’une formation peut porter à la fois sur les processus V F NSP
et sur les résultats
17 Il faudrait supprimer l’évaluation à chaud V F NSP
18 Ce qui est important dans l’évaluation ce sont les objectifs non les V F NSP
outils
19 L’intérêt d’un tableau de bord est de donner le plus de données V F NSP
20 Seuls les stagiaires et les managers ont des attentes vis à vis de la V F NSP
formation
Proposez 2 questions (à poser à vos collègues)
Vous pouvez proposer des questions à mettre sur le forum et/ou à V F NSP
l’enseignant du cours.

V F NSP

(à partir de : Thierry Ardouin, Ingénierie de formation pour l’entreprise, Dunod, 2006


et Marc Dennery, Evaluer la formation, ESF, 2001)

Auto évaluation sur l’évaluation – T Ardouin


Vous avez dit évaluation ?
Tester vos connaissances

Quizz : T. Ardouin

Entourez votre réponse : V= Vrai ; F = Faux ; NSP = Ne sais pas


1 L’évaluation des actions de formation est plus récente que V F NSP
l’évaluation des apprenants
2 Il existe deux moments forts d’évaluation d’une action de V F NSP
formation : à la fin immédiate de l’action et quelques mois après
3 L’évaluation dite « à chaud » permet de mesurer précisément la V F NSP
qualité de la formation
4 Donald Kirpatrick (1959) distingue 3 niveaux d’évaluation V F NSP
5 L’évaluation sommative a une fonction de sélection V F NSP
6 Evaluer c’est contrôler, mesurer et porter un avis V F NSP
7 L’évaluation « diagnostic » fait le bilan des acquis de la formation V F NSP
8 L’évaluation « diagnostic » a deux fonctions principales : une V F NSP
pédagogique, une sociale
9 Réaliser une évaluation, c’est mettre en rapport le référent et le V F NSP
référé
10 L’acronyme VAE signifie « Validation des Acquis de V F NSP
l’Enseignement »
11 L’évaluation est dite « formative » parce qu’elle se passe pendant V F NSP
la formation
12 La formation fait partie intégrante de la démarche qualité V F NSP
13 En évaluation, le rapport Faisabilité /Pertinence est inversé V F NSP
14 L’évaluation de la formation n’a de sens que par rapport aux V F NSP
objectifs et moyens et s’inscrit dans un continuum.
15 L’évaluation est avant tout quantitative V F NSP
16 L’évaluation d’une formation peut porter à la fois sur les processus V F NSP
et sur les résultats
17 Il faudrait supprimer l’évaluation à chaud V F NSP
18 Ce qui est important dans l’évaluation ce sont les objectifs non les V F NSP
outils
19 L’intérêt d’un tableau de bord est de donner le plus de données V F NSP
20 Seuls les stagiaires et les managers ont des attentes vis à vis de la V F NSP
formation
Proposez 2 questions (à poser à vos collègues)
Vous pouvez proposer des questions à mettre sur le forum et/ou à V F NSP
l’enseignant du cours.

V F NSP

(à partir de : Thierry Ardouin, Ingénierie de formation pour l’entreprise, Dunod, 2006


et Marc Dennery, Evaluer la formation, ESF, 2001)

L’ensemble des réponses se trouve dans la partie sur l’évaluation. Un « corrigé » sera donné
en cours d’année. Cependant les étudiants peuvent aussi confronter leur réponse et approche.
Niveau 1 : L'évaluation "de satisfaction"

Quoi Cherche à mesurer le niveau immédiat de satisfaction des participants


(stagiaires, apprenants). Cette évaluation s'appuie sur le ressenti des personnes
et donne une vision globale de la formation.
Elle informe sur les conditions de la prestation.
Qui Généralement conçue et fournie par le formateur lui même ou l'organisme de
formation. Elle est remplie par les formés et peut être exploitée par le
formateur, l'organisme prestataire ou le responsable de formation de
l'entreprise.

Où Généralement sur le lieu de formation, si la passation est réalisée chez soi, le


taux de retour est souvent faible.
Quand En fin de formation

Comment Soit à l'oral (mise en commun et tour de table), soit à l'écrit (un questionnaire
ou grille d'évaluation) ou plus intéressant un mixe des deux (écrit et oral).
Cette évaluation peut avoir lieu individuellement ou collectivement, en
présence ou non du formateur.

Pourquoi L'évaluation est facilement réalisable techniquement et économiquement.


On a un retour direct (ce qui ne veut pas forcément dire objectif et exhaustif)
du groupe, du climat, sur les contenus et les méthodes pratiquées.
Elle permet un taux de réponse quasi total.
Elle permet de clore la formation et d'envisager des possibles ou des suites.

Niveau 2 : L'évaluation des acquis pédagogiques

Quoi Cherche à vérifier ou à mesurer les acquis des participants en terme de


connaissances, de méthodologies et/ou de savoir faire. Autrement dit les objectifs
pédagogiques ont-ils été atteints ?

Qui Différentes catégories d'acteurs en fonction du type d'évaluation : formative,


sommative ou diagnostique et du type de moyens (comment). Mais le plus
souvent évaluation des formés par les formateurs.

Où En fonction du type d'évaluation : la salle de formation, ateliers ou dans une


structure externe de certification ou de validation.

Quand En cours et/ou en fin de formation.

Comment De manière très différentes en fonction du type d'évaluation : diplôme, concours,


rapports de stage, jury, devoirs, tests, attestations, certificats, mise en situation

Pourquoi Pour attester de l'obtention de connaissances et/ou de compétences, vérifier les


acquis par rapport à un cahier des charges préétabli, valider une évolution
professionnelle
L'évaluation des acquis pédagogiques (niveau 2)

INTERETS LIMITES

 Nécessité de repérer voire travailler les référentiels  On retrouve tous les risques et travers de la
utilisés docimologie : fiabilité, régularité,
 Lisibilité des attendus pour les apprenants objectivité/subjectivité
 Permet de mesurer les acquis et d'apporter des  Nécessite une concertation entre les évaluateurs
mesures correctrices à la formation pour une homogénéité de l'évaluation
 Outil de régulation pédagogique et  Rigueur et pertinence des critères et indicateurs dans
psychopédagogique de la formation la construction de la grille
 Permet une traçabilité des acquis et une exploitation  Evaluation liée à la qualité des évaluateurs et des
ultérieure conditions de passation
 Implication des apprenants dans les apprentissages  Evaluation des acquis décontextualisés, en dehors de
 Auto évaluation de la formation la situation professionnelle
 Positionnement personnel, professionnel ou social  Appréhende des savoirs et des savoir faire avec une
prédictibilité plus ou moins aléatoire en fonction des
situations d'utilisation
 Une image "scolaire" pouvant être source de malaise
(échec scolaire)
 Valeur de l'évaluation si l'évaluateur est le formateur
 Lourdeur, coût et difficulté de mise en œuvre

Niveau 3 : L'évaluation professionnelle

Quoi Evaluation du transfert et de l'application des acquis de la formation en situation de


travail.
Mesure de l'évolution professionnelle.

Qui Le stagiaire par rapport à lui même.


Le service formation sur le processus de formation.
Le responsable hiérarchique sur le retour de la formation et sa mise en œuvre.

Où En situation de travail réelle au sein de l'entreprise ; au poste, en mise en situation,


dans le cadre d'un projet

Quand Evaluation a posteriori, en différé, dans un laps de temps après la formation plus
ou moins défini

Comment Auto évaluation des stagiaires sur leurs acquis et la transférabilité en situation
professionnelle
Entretien spécifique et entretien annuel entre le hiérarchique et le participant à la
formation
Réalisation professionnelle effective
En confrontation avec le référentiel de formation ou d'emploi avec des grilles
d'objectifs de compétences préétablies avant la formation
Pourquoi Pour mesurer l'efficacité de la formation
Pour mesurer l'efficience de la formation dans le service considéré c'est à dire le
rapport objectifs initiaux/ formation/ efficacité/ situation professionnelle effective
Pour faire évoluer la formation.

L'évaluation professionnelle (niveau 3)


INTERETS LIMITES

 Vérification de l'efficacité de la formation et  La définition même de la situation professionnelle


constatation des effets de la formation effective
 Correspond aux besoins de l'entreprise et des unités  Décliner les critères et indicateurs de manière
 Implication et motivation de la personne dès le objectives, observables et mesurables
montage de la formation  Mouvance et impondérables de la situation
 Donne du sens à la formation professionnelle qui ne permettent pas une lecture du
 Est en correspondance avec les référentiels métiers "avant" et "après" la formation
 Développement de la collaboration entre le service  Attentes des hiérarchiques et diversité des niveaux
formation et les hiérarchiques d'exigence
 Travail en amont de la formation  Diversité de l'évaluation et difficulté
 Inscription dans un processus formation en continuité d'homogénéisation
 La formation s'inscrit comme un outil de la GPEC  Nécessité de créer une co-évaluation
 Dégage et mesure la dimension technique d'une  Nécessité de moyens et de prendre du temps
formation  Difficulté de séparer l'aspect formation des
dimensions du contexte et de l'organisation du
travail
 La formation est complexe et non réduite à une
seule application. Approche simpliste de la
formation
 Centré sur la seule dimension technique, quasi
impossible pour les formations générales et
culturelles

Niveau 4 : Evaluation des résultats socio-économiques

Quoi Les paramètres (indicateurs) socioéconomiques : paramètres


d'exploitation, de performance, de résultats, de fonctionnement.

Qui Les hiérarchiques, les directions opérationnelles

Où Variable en fonction des paramètres et de la situation professionnelle : au


poste de travail, dans le process de production, le circuit de distribution,

Quand Variable, à déterminer selon la nature des indicateurs et l'activité

Comment Mesure des écarts entre la situation "avant" et "après" la formation à


partir des indicateurs choisis

Pourquoi Mesurer l'investissement formation


Mesurer les gains de productivité et l'efficacité économique
Niveau 4 : L'évaluation des résultats socioéconomiques

INTERETS LIMITES

 Valorisation de la formation et intégration dans la  Approche uniquement économique et en terme de


logique de l'entreprise coûts/gains
 Développement d'une culture formation et d'une  Perte de la dimension humaine et culturelle de la
logique investissement formation formation
 Intérêt de la formation dans le GRH  Difficulté, voire impossibilité, de dégager l'aspect
 Traçabilité de la formation formation dans une situation complexe avec une
multitude de variables
 Difficulté de mettre en œuvre l'évaluation
 Coût de l'évaluation
 Une relation formation – action - résultats – effets
"simpliste"
 Comment prendre en compte les formations
générales et/ou culturelles
Evaluer
Exercice : tester vos connaissances !

Avant de démarrer la lecture de cette partie, nous vous invitons à « tester vos
connaissances » et compléter le quizz (dans la rubrique exercice.

L'évaluation est partout comme nous le rappelle Jacques Ardoino ; "Dés nos plus jeunes âges,
et la formation précoce de notre sensibilité, nous évaluons spontanément ce qui nous plait ou
nous déplait, ce que nous préférons ou ce que nous aimons moins. En ce sens évaluer est déjà
lié à une faculté de discerner, reconnaître, différencier, distinguer, juger, apprécier, estimer,
encore en devenir, et nous sommes progressivement amenés, de la sorte, à élaborer très tôt¸
individuellement et collectivement des pratiques évaluatives"1. Si l'évaluation est partout,
serait –telle, de fait, nul part en particulier ? Et faudrait-il dire comme Raymond Janin, de
manière un peu provocatrice que " l'évaluation est une erreur "2 ?

S’il s'agit de concevoir l'évaluation comme un moment unique, final et déconnecté de son
contexte, c'est effectivement une erreur. Disons d'emblée que l'évaluation fait partie intégrante
du processus de contrôle permanent et continu lié au processus même d'apprentissage.

Mettre en œuvre une évaluation amène à se poser au moins trois questions fondamentales ; le
"qui" de l'évaluation ? le "quoi de l'évaluation ? et le "quand" de l'évaluation ?

L'évaluation pour qui ?

Ou en d'autres termes quel est le client en formation ? Des divergences apparaissent


rapidement quand il s'agit de repérer le client en formation. Nous retrouvons la même
problématique que dans la démarche qualité, quand il s'agit de définir le client en formation,
c'est à dire, pour qui et sur quoi agit la formation.
Pour Françoise Leplâtre, le premier client, "c'est celui qui paye dans la mesure où si personne
ne paye, il n'y aura pas de formation"3. Pour Pierre Candeau4 le client est "le responsable
hiérarchique du formé, celui qui constate qu'à l'issue de la formation, il y a eu un changement
de comportement, que des défauts de qualité qui avaient été considérés comme importants et
donnant lieu à l'envoi en formation ont été éliminés".

Alain Meignant appelle "client" le formé (ou apprenant), mais également les personnes qui,
dans son environnement professionnel ont besoin de sa compétence. On parle alors de
système –client, ce qui est intéressant mais ne règle pas le repérage a priori de notre "client ".

1
ARDOINO Jacques (1997), L'intrication du contrôle et de l'évaluation, in Pratiques de l'évaluation,
Educations, n°12, pp 18-20.
2
JANIN Raymond, responsable département Développement des Ressources Humaines et des Organisations
Rhône Poulenc, "L'évaluation est une erreur", in L’évaluation, Entreprises-Formation, n°70, sept.1993, p.36.
3
LEPLATRE Françoise, "Qualité et formation : la normalisation en marche", Flash Formation Continue, n°431,
1996.
4
CANDEAU Pierre, "De la conformité légale à la qualité", conférence colloque Consultants et décideurs : les
dimensions de l'audit.

1
Nous pouvons donc distinguer sept positions de personnes qui attendent des effets de la
formation et pour lesquelles l'évaluation peut avoir un sens et/ou un intérêt :

- Ceux qui se forment ; les formés, apprenants ou les "se formant",


- Ceux qui financent ; les directions, les OPCA, les institutions publiques,
- Ceux qui emploient les personnes formées ; les employeurs, les hiérarchiques
- Ceux qui organisent la formation ; les organismes de formation et différents
prestataires, responsables de formation et services formation des entreprises,
- Ceux qui transmettent la formation ; les formateurs, les tuteurs,
- Ceux qui accompagnent le formation ; structures d'accueil et d'information,
- Ceux qui évaluent ; organismes de certification, structures comptables,

La question de l'évaluation pour qui amène alors la question de l'évaluation par qui.

Evaluer quoi ?

Là encore, l'évaluation peut porter sur de nombreux objets :

- La satisfaction des stagiaires ou participants,


- L'organisation de la formation : la logistique, le matériel, les périphériques
(restauration, salles, …),
- L'organisme de formation : son sérieux et sa réactivité, sa fiabilité, sa gestion, le
respect de la convention,
- Le formateur – animateur : son contenu, l'animation du groupe, les qualités
pédagogiques, sa qualification, la prise en compte du groupe,
- La session de formation en tant que telle : son contenu technique, le déroulement
et la progression pédagogique,
- La correspondance entre les objectifs définis et la population accueillie,
- L'acquisition de connaissances, l'évolution de compétences et les changements de
comportements,
- Les résultats effectifs en milieu de travail,
- Le retour sur investissement et les retombées économiques : accroissement de
parts de marché, réduction ou arrêt de dysfonctionnements, amélioration de la
qualité du produit, …
- Le potentiel du stagiaire et ses possibilités d'évolution,
- Le professionnalisme du responsable de formation et de son service : par le respect
des procédures, l'adéquation entre demande et réalisation, le respect budgétaire, …
- La cohérence du système de formation avec la stratégie annoncée de l'entreprise ou
des volontés politiques.

Et cette liste n'est évidemment pas exhaustive mais fait bien ressortir que l'évaluation porte
soit sur des aspects particuliers d'une formation ou sur des domaines que nous pouvons
regrouper en quatre catégories :

- Les résultats des formés,


- L'action de formation dans sa dimension pédagogique et organisationnelle,
- Le dispositif de formation dans son élaboration et sa traduction par le cahier des
charges,
- Les effets de la formation.

2
C'est seulement après s'être questionner sur évaluer quoi ? Que viendra celle d'évaluer par
quoi ?

Evaluer quand ?

Une autre question à se poser est, en continuité des précédentes : "à quel moment se pratique,
ou pratiquer, l'évaluation ? Avant, pendant, après une formation ? ". Si pendant longtemps,
l'évaluation renvoyait à une pratique a posteriori d'une action de formation, il en est tout
autrement aujourd'hui. L'évaluation est de plus en plus intégrée à l'ensemble du processus de
formation.

D'une façon générale, il est nécessaire de s'interroger sur les enjeux de l'évaluation ; pourquoi
évaluer, pour qui évaluer, pour quoi faire, autrement dit toute évaluation doit être précédée de
cette question :

Qui évalue quoi par rapport à quoi, pour qui et pour quoi faire ?

Cependant, nous avons toujours à l'esprit un parti pris éthique de l'évaluation où nous
rejoignons l'approche de Guy Avanzini5 lorsqu'il écrit "L'évaluation doit se concevoir comme
solidaire d'une philosophie de l'exigence de la promotion des personnes, de l'éducabilité de
tous. Elle doit se placer et se comprendre au sein d'une relation spécifique, dont elle est un
langage qui établit, entre l'évaluateur et l'évalué, un mode de communication qui soit clair
aux yeux de l'un et de l'autre". Même si cette préface s'adresse au monde de l'éducation et à la
scolarité des élèves, nous pouvons transposer cet impératif éthique à la formation et aux
situations qui nous concernent.

Ainsi les rapports entre évaluation et formation posent de nombreuses questions. L'évaluation
renvoie aux actions et aux dispositifs de formation, mais aussi à la prise en compte du niveau
individuel.

Nous posons rapidement une distinction entre l'évaluation de la formation et l'évaluation en


formation.

L'évaluation en formation renvoie aux processus de régulation des apprentissages où nous


retrouvons principalement le contrôle de la performance, le contrôle des connaissances et de
la maîtrise des savoirs, et l'évaluation formative. L'évaluation en formation correspond donc à
la dimension pédagogique de la formation et des systèmes d'apprentissage6.

L'évaluation de la formation est pour l'AFNOR7: "L'opération ayant pour objet la production
d'un jugement de valeur de la formation à partir de résultats mesurables. Elle permet de
5
AVANZINI Guy (1987), Préface in Delorme C. (dir.), L'évaluation en questions, Paris, ESF, p.13,5ème édition,
1994.
6
Cet aspect n'est pas l'objet de ce présent ouvrage.
7
AFNOR (1992), Formation Professionnelle - Terminologie, X50-750, Paris, Afnor.

3
vérifier si les objectifs de la formation ont été atteints". L'évaluation de la formation travaille
aussi bien sur l'analyse, et la valeur, des trajectoires individuelles que sur les systèmes de
formation.

Qu'est ce qu'évaluer ?

Si la définition la plus courante de l'évaluation est de Tyler8 et date de 1942 : "Opération qui
mesure l'écart entre un objectif prédéterminé que l'on poursuit et le résultat obtenu", le terme
évaluation, ou le verbe, a en effet plusieurs sens, évaluer c'est :

- Vérifier la présence de quelque chose d'attendu ou connu.


- Situer quelque chose, ou quelqu'un, par rapport à un niveau, une cible ou un seuil.
- Juger la valeur de quelque chose, voire quelqu'un.

Et Charles Hadji9, nous rappelle aussi que ce terme, évaluation, a évolué dans le temps et
dans les travaux tant des chercheurs que des praticiens.

Tout d'abord,
E=M
Evaluer c'est Mesurer,
c'est à dire faire état de quelque chose de manière quantitative en utilisant des outils de
mesure à notre disposition. L'évaluation aboutit alors à des résultats existants en tant que tels.

Puis
E = (P/O)
Evaluer c'est déterminer la congruence10 entre la Performance et les Objectifs,
où l'on cherche à vérifier l'efficacité, voire l'efficience, de l'action menée, c'est à dire les
résultats sont ils à la hauteur des objectifs annoncés au regard des moyens mis en œuvre.

Enfin
E=JP
Evaluer c'est donner un Jugement Professionnel
A partir des mesures effectuées et de l'analyse de celles ci sur l'efficacité de l'action,
l'évaluateur portera un avis avec un recul professionnel. Il apporte un plus à la mesure et la
situe dans une dynamique.

8
Cité par BONNIOL J.J. (1986), A la recherche de la qualité : fonctionnements par objectifs et évaluation,
ronéo, Université Aix en Provence.
9
HADJI C. (1989), L'évaluation, règles du jeu, ESF, 190p (chap. 1).
10
La congruence, terme issu des mathématiques et de la chirurgie, désigne la qualité d'une relation dont les deux
parties s'adaptent parfaitement.

4
Ainsi nous rejoignons C Hadji lorsqu'il écrit : "l'évaluation est l'acte par lequel on formule
un jugement de valeur portant sur un objet déterminé (individu, situation, action, projet,…)
par le moyen d'un confrontation entre deux séries de données qui sont mise en rapport :
- des données qui sont de l'ordre du fait et concernent l'objet réel à évaluer (le
référé),
- des données qui sont de l'ordre de l'idéal et qui concernent des attentes, des
intentions ou des projets s'appliquant au même objet (le référent ou référentiel)."

Nous retrouvons ces éléments dans différents travaux et auteurs comme André De Perreti11
lorsqu'il écrit : "L'évaluation est une démarche opératoire par laquelle on apprécie une
réalité donnée en référence à des critères déterminés (jugement de valeur) ; en d'autres
termes, opération qui mesure l'écart entre un résultat et un objectif, et en recherche les
causes. Elle peut avoir lieu par consultation, individuellement ou en groupe ou de façon
mixte".

Ainsi pour poursuivre la logique de présentation proposée par C. Hadji nous pouvons dire
maintenant que :

E = D/JP
Evaluer = Décider à partir d'un jugement professionnel

Autrement dit l'évaluer n'a plus seulement comme au départ la seule ambition de mesurer, ni
par la suite d'émettre un jugement, aussi professionnel soit il, mais d'être un outil au service
de l'action et donc de permettre une décision. L'évaluation s'inscrit de plus en plus en
dynamique avec une logique régulatrice et formative qu'uniquement de vérification –
contrôle.

Pour D.L. Stufflebeam, repris par J.M. De Ketele12, "Le but de l'évaluation n'est pas de
prouver mais d'améliorer". De ce fait, l'évaluation n'est pas le contrôle et va au delà de la
"simple" mesure de conformité.

Ainsi, l'évaluation en donnant de la valeur, en portant un jugement et étant un moyen d'aide à


la décision ne peut être que qualitative comme nous le rappelle C. Hadji (1989) "il n'y aura
d'évaluation qu'au moment où émerge le qualitatif dans le quantitatif. En ce sens, il n'existe
d'évaluation que qualitative".

En définitive, nous pouvons dire que l'évaluation est donc :


- Un jugement ou une analyse restituant du sens à une situation,
- La mise en relation de phénomènes observés à partir d'objectifs,
- L'analyse en fonction de critères spécifiques et préalables,
- La mise en évidence de différentiels entre le Référé (résultats observés ou ce qui est retenu
de l'objet) et le Référent (résultats prévus, souhaités ou grilles de lecture de l'objet à
évaluer).
- Une prise de décision en lien avec les objectifs initiaux.

11
DE PERRETI A. (1998), Encyclopédie de l'évaluation en formation et en éducation, ESF.
12
DE KETELE J.M. (1993), L'évaluation conjuguée en paradigmes, Revue Française de Pédagogie, n°103,59-
80. (p.67)

5
Evaluation et Formation
L'évaluation fait partie intégrante du processus de formation, de même qu'elle est
complètement partie prenante de l'ingénierie de formation. Cependant, comme nous l'avons
vu précédemment, l'évaluation est plurielle et multiforme, il convient donc de poser quelques
bases de la place et du rapport entre l'évaluation et la formation. Pour ce faire, nous partirons
des éléments de synthèse proposés par C. Hadji et A. De Perreti13.

Fonctions de l'évaluation selon sa place dans le processus de formation

Séquence ou Action
de Formation

AVANT L'ACTION PENDANT L'ACTION APRES L'ACTION DE


DE FORMATION FORMATION

Evaluation : Evaluation : Evaluation :


 Diagnostique  Formative  Sommative
 Pronostique  "Progressive"  Terminale
 Prédictive

Fonction : Fonction : Fonction :


 Orienter  Réguler  Vérifier
 Adapter  Faciliter (l'apprentissage)  Certifier

Centrée sur : Centrée sur : Centrée sur :


 Le producteur et ses  Les processus et  Les produits
caractéristiques  Les activités de production
(Identification)
C HADJI (1989), L'évaluation, règles du jeu, ESF, p.59.

Nous pouvons dégager les différents types d'évaluation présents en formation : l'évaluation
diagnostique, l'évaluation sommative et l'évaluation formatrice. Celle dernière s'est d'ailleurs
largement développée en formation des adultes.

13
DE PERRETI André (1998), Encyclopédie de l'évaluation en formation et éducation, ESF.

6
L'évaluation diagnostique

L'évaluation diagnostique est une "évaluation qui, effectuée avant une action de formation ou
une séquence d'apprentissage, a pour but de produire des informations permettant soit
d'orienter le formé vers une filière adaptée à son profil, soit d'ajuster la formation à son
profil"14.

J.M. Barbier parle lui d'identification lorsque l'on rapproche le profil de départ des formés,
non seulement en creux par rapport à ce qui doit être acquis, mais aussi positivement par
rapport aux compétences existantes. Il nous dit : "L'évaluation diagnostique doit déboucher
ainsi sur une identification des acquis"15.

L'évaluation diagnostique permet ainsi de situer, et positionner, des performances, de détecter


des potentialités et de vérifier des capacités ou des connaissances.
L'évaluation diagnostique débouche à la fois sur :
- une fonction pédagogique : elle donne à voir les éléments acquis et les points
faibles notamment par les relevés de performances et la vérification de
compétence.
- une fonction sociale d'orientation par le pronostic de potentiel d'aptitudes.

Ce type d'évaluation peut prendre plusieurs formes. Ainsi pour C Hadji, cette évaluation peut
être diagnostique, pronostique et /ou prédictive et pour André De Perreti, elle prend les
formes d'évaluation critèriée, appréciative et/ou prédictive.

Une évaluation critèriée est une évaluation où la performance est établie en référence à un
ou des critères pré-établis et objectivables. Le but principal de l'évaluation critèriée est
d'établir le niveau d'apprentissage (connaissances, compétences, capacités) d'un apprenant au
regard des objectifs poursuivis, plutôt que par référence au groupe. Elle est surtout utilisée
dans le domaine des apprentissages scolaires. Ainsi l'évaluation critèriée permet de déterminer
de quel enseignement à besoin tel élève. Pour fonctionner, l'évaluation critèriée a besoin de
deux opérations principales :
- La formation et la précision d'objectifs d'apprentissage,
- La préparation d'épreuves critèriée qui permettent de vérifier le niveau d'atteinte ou
de réalisation de chacun des objectifs.

L'évaluation appréciative cherche à mettre en valeur la dimension qualitative de l'objet


évalué ou de la compétence. Cette évaluation est tournée délibérément vers le qualitatif,
s'attachant à dire la valeur de son objet. L'évaluation appréciative amène un regard particulier
sur les données quantitatives de l'évaluation rejoignant en cela ce que nous dit C. Hadji : "Il
n'y aura d'évaluation qu'au moment où émerge le qualitatif dans le quantitatif".

L'évaluation pronostique " porte sur les chances de réussite ultérieure en fonction de ce qui
apparaît actuellement maîtrisé". L'évaluation prédictive, à partir des pronostics, "a pour objet
de guider et d'orienter".

14
HADJI C.(1989), L'évaluation, règles du jeu, ESF, 190p.
15
BARBIER J.M, "L'évaluation" in Les cahiers pédagogiques, n°256.

7
L'évaluation sommative

L'évaluation sommative, pour C Hadji, se situe en fin ou l'après l'action de formation. Elle est
sommative ou terminale. Pour De Perreti, elle est : de contrôle, normative ou certificative. Ce
type d'évaluation cherche à fournir un bilan du niveau des connaissances acquises. Elle a pour
but de sanctionner (positivement ou négativement) une activité d'apprentissage. Elle peut
aussi intégrer une fonction de classement, de vérification-contrôle, de fidélité et nous disent
Raynal et Rieunier16 de sélection : "l'évaluation sommative est donc l'évaluation qui
correspond à la fonction de sélection". L'évaluation sommative revêt le caractère d'un bilan.
Elle intervient donc après une ensemble de tâches d'apprentissages ; une séquence, un
chapitre, un cours trimestriel , "les examens périodes, les interrogations d'ensemble sont des
évaluations sommatives "17, ou en fin de formation.

L'évaluation sommative, pour la Délégation à la Formation Professionnelle18 "se fait à partir


de critères observables à l'objet évalué (épreuves critériées des acquis) permettant de faire le
point sur les connaissances et les capacités acquises par le stagiaire. L'évaluation sommative,
pas plus que l'évaluation normative, ne cherche à analyser le processus par lequel les
performances sont atteintes. C'est un bilan comptable des succès et des échecs".

L'évaluation sommative renvoie aux procédures connues de notations, classements et


examens, et peut se présenter sous différentes formes.

L'évaluation de contrôle renvoie, pour André De Perreti, au contrôle continu et a pour but de
produire des informations sur l'assimilation des savoirs enseignés. Celle-ci peut être
instantanée, en cours, dès la fin de la formation ou différée.

L'évaluation normative. L'évaluation est dite normative lorsque le résultat du test, des
performances ou productions, d'un individu ou apprenant est comparé aux résultats obtenus
par le groupe. Charles Hadji19 de nous dire "Evaluation dont le cadre d'interprétation est
constitué par les scores obtenus, lors d'une épreuve semblable, par les membres du groupe de
référence? Les performances d'un ensemble de sujets confrontés à la même situation
problème constituent un barème de classement".
Ainsi, déclaré qu'un individu court rapidement, qu'il est grand ou bon en mathématiques, c'est
porter un jugement qui prend sa valeur en fonction d'un point de repère connu, dans un groupe
de référence. "L'évaluation se fait par rapport à un modèle de référence, à une norme
extérieure à l'objet évalué. Ce peut être les performances obtenues à des épreuves identiques
par une autre groupe en formation ou la manière dont se distribuent les résultats au sein du
groupe lui-même"20.

L'évaluation certificative, ajoute à des bilans, une sanction officielle par certificat, diplôme
ou attestation professionnelle. L'évaluation certificative engage celui qui atteste du degré de
réussite ou de performance de la personne évaluée.

16
RAYNAL F., RIEUNIER A., Petit vocabulaire de pédagogie, éd. IPNETP, 253p, (p.87-88).
17
De LANDSHEERE G.(1979), Dictionnaire de l'évaluation et de la recherche en éducation, PUF.
18
Délégation de la Formation Professionnelle (1988), L'évaluation qualitative, Une approche Appliquée à la
Formation, ADEP Editions, p.59.
19
HADJI C.(1989), L'évaluation, règles du jeu, ESF, 190p.
20
Délégation de la Formation Professionnelle (1988), L'évaluation qualitative, Une approche Appliquée à la
Formation, ADEP Editions, p.59.

8
L'évaluation formative

L'évaluation formative, comme nous le rappelle Charles Hadji, a été proposée par Scriven en
1967 dans le travail des curriculums. C'est une évaluation qui s'effectue pendant la période
d'apprentissage, à l'intérieur d'une phase pédagogique et qui a pour but de guider les
apprenants dans, et au cours, de leur travail scolaire ou d'apprentissage. Elle cherche à situer
les difficultés pour aider la personne à découvrir les procédures qui lui permettent de
progresser dans son apprentissage. Elle permet de saisir ce qui est compris ou non, ce qui est
acquis ou non. Cette évaluation a pour but d'informer l'apprenant, puis l'enseignant, du degré
d'atteinte des objectifs.

"L'évaluation formative est d'abord à visée pédagogique, ce qui la distingue de l'évaluation


administrative, à visée probatoire et certificative"21.

Cette évaluation ne doit pas donner lieu à l'attribution d'une note ou d'une sanction mais est un
moyen à la fois de situation dans l'apprentissage et de régulation de celui-ci.
"L'évaluation formative est l'évaluation intervenant, en principe, au terme de chaque tâche
d'apprentissage et ayant pour objet d'informer l'élève et maître du degré de maîtrise atteint et
éventuellement, de découvrir où et en quoi un élève éprouve des difficultés d'apprentissage,
en vue de lui proposer ou de lui faire découvrir des stratégies qui lui permettent de
progresser"22.

L'évaluation formative prend donc place tout au long du processus éducatif et permet, à la
fois, d'estimer les progrès individuels par rapport à l'objectif visé, et d'intervenir pour rectifier
les modalités de l'action en cours. "C'est dire que l'évaluation formative porte aussi sur les
méthodes appliquées au maître, sur le contenu des programmes et sur la structure de
l'établissement scolaire"23.

Pour André De Perreti, l'évaluation formative peut prendre plusieurs formes :


- Evaluation formative visant l'appropriation par l'apprenant lui même des objectifs de réussite
et d'actualisation de ses connaissances et capacités.
- Evaluation instituée, établies par contrats entre apprenants et les enseignants ou formateurs.
- Auto-évaluation permettant à chaque apprenant une vérification immédiate et une possibilité
d'auto-rectification de ses activités d'apprentissage et de transfert de connaissances. Ce type
d'évaluation favorise la valorisation des apprenants.

L'évaluation formative développe une nouvelle logique de l'évaluation qui est celle de la
régulation, comme nous le dit Pierre Dominicé24 "En passant de la mesure à l'appréciation
des performances, on évolue et on passe d'une problématique de la relation : relation de
l'homme à sa tâche (ou à sa formation), mais aussi relation de l'homme à autrui (incluant la
collectivité, le groupe de travail ou de formation). L'évaluation formative découle de ce qui
précède et constitue un pas de plus par rapport à l'appréciation des performances. La mesure
n'est plus qu'un moyen à utiliser éventuellement. La notation et l'appréciation des qualités n'y
trouvent pas de place. Car il s'agit, par procédure adéquate, de permettre une régulation de

21
HADJI C.(1989), L'évaluation, règles du jeu, ESF, 190p. (p.59)
22
De LANDSHEERE G.(1979), Dictionnaire de l'évaluation et de la recherche en éducation, PUF.
23
LEON A.(1977), Manuel de psychologie expérimentale, PUF.
24
DOMINICE P. (1981), L'éducation des adultes et ses effets, Berne, édition Lang.

9
l'action éducative et une autorégulation de la formation des acteurs et des collectivités qui les
englobent".

L'évaluation formative, présentée et issue de l'Ecole, s'est développée en formation. Pour la


Délégation à la Formation Professionnelle25, dans un travail pour l'évaluation qualitative,
l'évaluation formative "est utilisée pour apprécier la progression du stagiaire notamment
dans le cadre d'une pédagogie individualisée ou différenciée. Elle se fait à partir de critères
de performances observables mais, à la différence de l'évaluation sommative, elle s'inscrit
dans une démarche analytique puisque sa fonction est de faciliter et d'orienter l'apprentissage
en cours. C'est une évaluation centrée sur le processus d'apprentissage".

Ainsi, l'évaluation formative, intégrant cette notion de régulation26, a pour fonction d'aider les
personnes en formation :
- à donner un sens à la situation de formation,
- à se situer par rapport à la formation acquise ou en cours et se construire une
identité d'apprenant toujours en évolution,
- à comprendre la relativité de leur position et à connaître celle d'autrui,
- à utiliser cette analyse en vue de l'orientation de leur action, en tenant compte du
contexte et de son environnement c'est à dire des données organisationnelles et
institutionnelles.

Charles Hadji (1989) rappelle les fonctions annexes que peut avoir l'évaluation formative :
- Sécurisation : affirmer la confiance en soi de l'apprenant.
- Assistance : fournir des repères, donner des points d'appui possible pour
progresser.
- Feedback : donner le plus vite possible une information utile sur les étapes
franchies et les difficultés rencontrées.
- Dialogue : nourrir un véritable dialogue enseignant/apprenant qui sera fondé sur
des données précises.

L'évaluation en formation

L'évaluation est présente à tous les moments du processus de formation. L'évaluation en


formation est avant tout pédagogique et s'inscrit dans la pratique des formateurs. Elle est
tournée vers les apprenants en lien aux objectifs assignés à la formation. Cette dimension
renvoie donc aux méthodes pédagogiques des formateurs liées aux domaines d'intervention, à
la relation pédagogique instituée et à l'évaluation assignée.

Nous pouvons synthétiser les fonctions de l'évaluation des apprenants (ou en formation) dans
le tableau ci après.

25
Délégation de la Formation Professionnelle (1988), L'évaluation qualitative, Une approche Appliquée à la
Formation, ADEP Editions, p.59.
26
VIAL Michel (1997), "La régulation cybernétique et la régulation systémiste", in Pratiques de l'évaluation,
Educations n°12, p.52-57. L'auteur parle de la régulation cybernétique comme dépassée, de même que la
régulation systémiste pour parler de régulation complexe.

10
Fonctions de l'évaluation en formation

USAGE ET ACTIVITE FONCTION TYPE D'EVALUATION FONCTIONS


PRINCIPALE COMPLEMENTAIRES

Explorer ou
Prédire à partir de la Diagnostique identifier
vérification des acquis, Pronostique Guider
des pré requis et des Orienter Appréciative Comprendre (un
potentiels Critériée mode de
Prédictive fonctionnement)
Adapter (des
profils)
Informer
Sommative
Vérifier à partir de Certifier Contrôle Classer
situation de contrôle et Normative Situer
d'examens Certificative Informer

Inventorier
Situer un niveau, repérer Formative Harmoniser
et comprendre les Instituée Sécuriser
difficultés et agir sur le Réguler Auto évaluation Valoriser
processus Assister
d'apprentissage Guider
Renforcer
Corriger
Créer un dialogue
A partir de : A de Perreti (1998), Encyclopédie en formation et éducation, ESF, fiche 37
C. Hadji (1989), L'évaluation, règles du jeu, ESF, p.61.

11
Evaluation de la formation

L'évaluation de la formation distingue deux dimensions spécifiques :

Une dimension tournée vers la personne, l'individu, en tant que personne sociale et
professionnelle et recouvre les champs de la reconnaissance, de l'accompagnement, de
l'orientation et de la validations des acquis.

Une dimension plus globale qui analyse les systèmes de formation dans ces différents
agencements : actions, dispositifs, programmes et/ou dans ces différentes structures
organismes de formation, entreprise ou politique publique.

Nous nous attacherons ici à l'évaluation de la formation en tant que dispositif ou action. Nous
dégagerons les différents niveaux d'évaluation, les conditions de mise en œuvre et les
différents outils et méthodes repérées.

Les niveaux d'évaluation de la formation


Parler d'évaluation de la formation implique de repérer les différents niveaux sur lesquels
l'évaluation peut et va porter.
Dès 1959, Donald Kirkpatrick, 27ancien professeur de l'université du Wisconsin, propose une
démarche d'évaluation en quatre niveaux :

Réaction, ou niveau des opinions, où il s'agit de recueillir l'avis des participants sur
l'action qu'ils viennent de vivre.

Apprentissage, ou niveau des acquis, où sont évaluer les connaissances, techniques ou


savoir faire appris pendant la formation et le plus souvent vérifier en fin de formation.

Comportement en milieu de travail ou niveau du transfert pédagogique, où sont


analysés les acquis pédagogiques et leur exploitation en situation de travail. Le savoir
faire de la personne a t-il évolué suite à la formation ?

Résultats, ou niveau socio-économique, où est mesuré l'impact de la formation, et


donc son utilisation en situation de travail, sur les performances de l'entreprise en
terme sociaux et/ou économiques, donc mesurables et chiffrables.

Ces quatre niveaux se retrouvent globalement chez les principaux auteurs travaillant dans le
domaine de la formation et sont relativement généralisés dans les entreprises même si, comme
nous le verrons, ce découpage en quatre niveaux est repris et répartie de manière plus directe
en évaluation à chaud et évaluation à froid.

Si nous examinons rapidement quelques auteurs, nous retrouvons l'évaluation de la formation


en trois ou quatre niveaux.

27
Cité par DENNERY Marc (2001), Evaluer la formation, ESF.

12
Guy Le Boterf28 repère trois niveaux d'évaluation des effets de la formation ou d'impacts d'un
plan ou d'une action. Depuis, cet auteur29 a développé et affiné son modèle et positionné
l'évaluation par rapport un type de référentiel : pédagogique, de compétences, ou
opérationnel.
1er niveau : Les effets sur les capacités et connaissances acquises en cours ou en fin de
formation. "Il s'agit de vérifier si les objectifs pédagogiques on été atteints, c'est à dire
si les capacités et connaissances acquises ont été effectivement intégrées par ceux qui
ont suivi l'action de formation".
Les ressources acquises sont confrontées à un référentiel pédagogique.

2ème niveau : Les effets sur les comportements professionnels en situation de travail.
"Contrairement au premier niveau, il s'agit d'une évaluation "en différé" Il s'agit
d'évaluer dans quelle mesure les capacités acquises en formation sont traduites en
comportements professionnels dans les situations réelles de travail. Dans ce cas, le
vérification des compétences s'effectue sur le poste de travail".
Les compétences construites et mises en œuvre sont confrontées à un référentiel des
compétences requises.

3ème niveau : L'évaluation des effets sur les conditions d'exploitation


"Ce troisième niveau est plus complexe à mettre ne œuvre. Il est pourtant essentiel du
point de vue d'une démarche d'investissement de la formation. Il consiste à estimer
dans quelle mesure le plan ou l'action de formation influencera les modes opératoires
et les paramètres physiques d'exploitation. On cherchera alors à identifier les
paramètres d'exploitation particulièrement sensibles à l'action de formation".
Les impacts sur le fonctionnement et les performances sont confrontés à un référentiel
opérationnel.

Nous retrouvons aussi trois niveaux chez J.M. Barbier avec parfois une autre terminologie.

Le premier niveau d'évaluation "interne", "intra formative", "immédiate" ou "à chaud" où


nous voyons qu'il existe de nombreux qualificatifs. Ce niveau intègre à la fois l'analyse des
comportements et apprentissage pendant celui ci, donc de l'évaluation en formation, dans sa
dimension pédagogique. Mais intègre aussi, de manière différente et complémentaire,
l'évaluation "de satisfaction" en fin de formation et l'évaluation des acquis.

Le deuxième niveau d'évaluation "externe" concerne la conformité des actions de formation


aux objectifs de changements prévus en situation de travail. C'est "l'évaluation en situation
réelle" ou "évaluation à froid", en opposition au type précédent.

Le troisième niveau, est aussi une" évaluation externe". Elle s'intéresse aux effets des activités
de formation sur le fonctionnement général de l'entreprise, ou organisation. C'est ce niveau
qui permet de "mesurer", autant que faire se peut, l'investissement formation.

Alain Meignant30 parle lui de quatre niveaux d'évaluation.

Niveau 1 : Evaluation de satisfaction.

28
LE BOTERF Guy (1990), L'ingénierie et l'évaluation de la formation, Les éditions d'Organisation, p.152.
29
LE BOTERF G. (1998), L'ingénierie des compétences, Editions d'Organisation, p.387.
30
MEIGNANT A.(1991), Manager la formation, Editions Liaisons, p.274.

13
"Quelle est l'opinion "à chaud" des stagiaires sur la prestation de formation ?"

Niveau 2 : Evaluation pédagogique


"Les stagiaires ont-ils acquis les connaissances et les savoir-faire prévus?
Les ont-ils mémorisés ? (Evaluation pédagogique différée)"

Niveau 3 : Evaluation du transfert sur les situations de travail


"Les stagiaires appliquent-ils ce qu'ils ont appris ?"

Niveau 4 : Evaluation des effets de formation


La formation a-t-elle permis d'atteindre les objectifs individuels ou collectifs fixés ?"

En définitive, il apparaît que la typologie proposée par Donald Kirkpatrick est relativement
admise et relayée par les différents auteurs même si ceux-ci n'y font pas toujours directement
référence. Une logique commune se dégage avec deux grands types d'évaluation et quatre
niveaux ou modes d'application.

Typologie des évaluations de la formation

Evaluation "à chaud" de la satisfaction des stagiaires

Evaluation directe Evaluation des acquis pédagogiques et des


apprentissages

Evaluation du transfert en situation professionnelle


Evaluation différée
dite "à froid" Evaluation des résultats socio-économiques de
l'entreprise

A partir de ce repérage, il est alors intéressant de s'interroger sur la logique et la mise en


œuvre de chacune de ces évaluations. Pour ce faire nous utiliserons la grille de
questionnement en conduite de projet QQOQCP (Quoi, Qui, Où, Quand, Comment, Pourquoi)
à la suite de quoi nous pourrons dégager les intérêts et limites de chacune de ces évaluations.

L'évaluation de fin de formation, dite "de satisfaction" (niveau 1)

Cette première évaluation de la formation, aussi appelée "évaluation à chaud est sans doute la
plus couramment, et souvent la seule, pratiquée. Dans le même temps, elle est aussi la plus
critiquée dans la mesure où l'objet de l'évaluation n'est pas le changement ni les acquisitions
mais le niveau de satisfaction et donc les opinions personnelles, voire les impressions, des
participants. Charles Vincent31 parle ainsi "d'évaluation à chaud" et même "d'évaluation du
show". Et Jacques Soyer32 parle lui de "pseudo – évaluation".
Si cette première évaluation est limitée, elle présente aussi un certain nombre d'intérêts
comme nous le verrons après son analyse.
31
C. VINCENT (1990), La formation, relais de la stratégie d'entreprise, Les éditions d'organisation, p.124.
32
J. SOYER (1998), Fonction Formation, Editions d'organisation, p.195.

14
Exercice : Compléter le tableau QQOQCP

Niveau 1 : L'évaluation "de satisfaction"

Quoi

Qui

Quand

Comment

Pourquoi

Une grille d'évaluation de satisfaction

Chaque entreprise, formateur ou organisme de formation doit bâtir sa propre grille mais d'une
façon générale un certain nombre de critères sont à prendre en compte comme :

L'organisation générale
concernant l'environnement, les locaux et la logistique.

La qualité pédagogique avec


Les contenus théoriques
Les contenus pratiques ou méthodologiques
La documentation
Les connaissances du formateur

L'animation pédagogique avec


Animation du formateur
L'écoute et la prise en compte du groupe et de chacun
Rythme de travail
Les méthodes pédagogiques (adaptées, diversité)
Les échanges entre participants

L'intérêt personnel et/ou professionnel avec


La réponse aux attentes
La constitution d'u réseau professionnel
La transférabilité possible ou envisagée en situation
L'intégration (ou le renforcement) dans le métier

De l'ensemble de ces critères, un avis d'ensemble peut être dégagé.


La présentation doit donner envie de répondre, il ne faut donc pas un questionnaire tassé de
plusieurs pages, une fiche aérée et structurée est plus adéquat.

15
Afin d'avoir un traitement efficace et il est préférable d'avoir recours à une échelle (de 1 à 4 ;
des signes de types ++, +, +/-, -, -- ; ou des figurines plus ou plus souriantes ☺, ). L'échelle
en quatre valeurs peut éviter une valeur moyenne qui peut devenir une valeur "refuge". Ce
type de tableau permet une lecture rapide et une objectivation de l'évaluation.

En complément rien n'empêche d'avoir quelques questions plus ouvertes notamment sur les
points clés de la formation et les suites possibles. Le traitement de ces questions amène une
approche plus qualitative.

Intérêts et limites de l'évaluation de satisfaction

Cette évaluation tout en étant subjective n'est pas sans quelques intérêts. En effet même si
cette évaluation correspond plus à un échantillon des représentations, il est important de se
rappeler qu'en formation les opinions ont une place conséquente dans les apprentissages.

L'évaluation "de satisfaction"


INTERETS LIMITES

 Représente un retour direct de la formation  Risque de saturation le dernier jour


et permet de restituer l'évaluation aux  N'a pas valeur d'engagement de la part
participants des participants
 Permet de détecter les autres "besoins" en  S'inscrit dans une logique de changement
formation individuel mais pas de l'organisation ni de
 Garde une trace de la formation la hiérarchie
 Facilite un sentiment de groupe et  Privilégie les liens affectifs avec
d'appartenance l'intervenant et peut se focaliser sur lui
 Permet d'envisager des suites possibles faible recul sur ce qui vient de se passer
(personnelles, professionnelles, de formation)  Choix des critères
 Facilite le questionnement pour l'utilisation  Focalise sur l'intervenant toutes les
de la formation dans l'emploi difficultés sans remise en cause de
 Favorise le dialogue et le point qualitatif l'organisation ou du fonctionnement de
l'entreprise
 Faible prédictibilité de la réutilisation des
acquis

A partir de C. VINCENT (1990), La formation, relais de la stratégie d'entreprise, Les éditions d'organisation.

L'évaluation pédagogique (niveau 2)

L'évaluation pédagogique n'est pas faite de manière systématique. Elle est le plus souvent
effectuée par le formateur en cours de formation afin de vérifier les acquis et la progression
du groupe, mais cette évaluation est le plus souvent informelle et dans une perspective de
régulation, du groupe et des apprentissages. Lorsqu'elle est pratiquée en fin de formation de
manière formelle, c'est le plus souvent dans le cadre d'un examen (certification ou
habilitation) ou de la préparation à ce dernier.

16
Exercice : Compléter le tableau QQOQCP

Niveau 2 : L'évaluation des acquis pédagogiques

Quoi

Qui

Quand

Comment

Pourquoi

Construire une grille d'évaluation des acquis pédagogiques

Il n'existe évidemment pas de grille universelle d'évaluation des acquis. Celle ci est existante
(diplôme, concours, habilitations) ou construite (tests, mise en situation, QCM,…) en
référence aux objectifs de formation et aux contenus de la formation. Elle est déclinée à partir
des référentiels emploi/compétences et des référentiels de formation. Les acquis à évaluer sont
donc illimités et cette évaluation n'a de sens que si elle s'inscrit dans le processus de
formation.
Pour être pertinente, cette évaluation doit donc être pensée en même temps que la formation,
l'une et l'autre sont complémentaires et doivent pouvoir être articulées.

Exercice
En poursuivant la démarche initiée par C Vincent, sur la seule évaluation à chaud, nous
pouvons analyser les avantages et inconvénients de cette évaluation.

Intérêts et limites de l'évaluation des acquis pédagogiques

L'évaluation des acquis pédagogiques

INTERETS LIMITES

Cette évaluation n'est ni simple ni évidente et nécessite un réel savoir faire de la part des
formateurs s'appuyant sur des bases théoriques solides tant dans son domaine qu'en

17
évaluation. L'évaluation pédagogique doit être donc pratiquée qu'en rapport avec les objectifs
- clairement énoncés - qu'elle poursuit, c'est dire qu'une évaluation des acquis pédagogiques
sans retour soit en terme de certification et/ou de régulation pédagogique n'apparaître que
comme un exercice "scolaire" vidé de sens et d'intérêt au service du formateurs, voire du
commanditaire, et non comme outil de formation au service des apprenants.

L'évaluation du transfert en situation professionnelle (niveau 3)

Cette évaluation est parfois aussi appelée évaluation professionnelle.

Exercice : Compléter le tableau QQOQCP

Niveau 3 : L'évaluation professionnelle

Quoi

Qui

Quand

Comment

Pourquoi

Cette évaluation ne peut être mise en œuvre que de manière concertée entre les différents
acteurs : responsable de formation, responsable hiérarchique, formateur et le stagiaire. De
plus, cette évaluation doit être prévue dès l'élaboration de la formation donc en amont de l'acte
pédagogique afin d'établir les critères et les indicateurs observables, et par la suite, en tenant
compte de ce qui a réellement été effectué en formation, enfin des conditions réelles de la
situation professionnelle. Cette évaluation est donc éminemment complexe et nécessite une
synergie des acteurs, notamment dans la construction de la grille d’évaluation.

Intérêts et limites de l'évaluation professionnelle

Ainsi, si on repère bien l'intérêt de cette démarche, il est facile aussi de dégager ses
difficultés.

Exercice
Analyser les avantages et inconvénients de cette évaluation.

18
Niveau 3 : L'évaluation professionnelle

INTERETS LIMITES

Evaluation des résultats socio-économiques (niveau 4)

Cette évaluation pose la question de la mesure des effets de la formation sur les résultats
socio- économiques. Si cette dimension existe dés le repérage des différents niveaux par D.
Kirkpatrick, elle semble être de plus en plus présente dans les discours sur l'investissement
formation. Cependant ce type d'évaluation n'est pas sans poser de difficultés, tant d'ordre
technique qu'intellectuel.

Exercice : Compléter le tableau QQOQCP

Niveau 2 : L'évaluation des acquis pédagogiques

Quoi

Qui

Quand

Comment

Pourquoi

Quelle grille d'évaluation des résultats ?

Cette évaluation n'est donc pas sans poser un certain nombre des questions. A partir du
tableau précédent, il apparaît nettement que ce type d'évaluation est subordonnée à une
nombre très important de variables : de contexte, de repérage de la situation concernée, des
conditions de réalisation faisant suite à la formation, de la définitions des indicateurs, en
conséquence de quoi, il est légitime de se demander premièrement la faisabilité technique
et méthodologique de ce type d'évaluation, deuxièmement de la valeur des éventuels
résultats et troisièmement de sa pertinence générale.

Evaluer la formation à partir des résultats socioéconomiques c'est occulté toute la


dimension systémique de la formation, c'est considéré la formation et son application par

19
une personne comme indépendante de la personne elle même, du contexte et des conditions
de réalisation et du système d'organisation. Qui peut être en mesure de contrôler les
paramètres de son activité pour pouvoir l'infléchir suite à une formation ?

Ce type d'évaluation prête donc à caution. Elle peut cependant être intéressante dans des
formation-action accompagnant une équipe ou un projet où la prise en compte de ces
paramètres socioéconomiques sont alors des indicateurs de l'action collective et des
informations pour l'action.

Exercice
Analyser les avantages et inconvénients de cette évaluation.

L'évaluation des résultats socioéconomiques

INTERETS LIMITES

Toute évaluation est difficile et délicate et doit prendre en compte un nombre conséquent et
pertinent de facteurs et de variables. De ce fait l'évaluation des résultats socioéconomiques, si
elle est intéressante pour la réflexion, est éminemment ambiguë et ne paraît pas pouvoir être
mise en place de manière systématique et continue. Ce type d'évaluation peut faire l'objet soit
d'une action ponctuelle et donc "outillée" en conséquence, soit accompagnée une démarche
spécifique avec toutes les précautions méthodologiques et déontologiques qui s'imposent.

Les conditions de mise en œuvre de l'évaluation


D'une manière générale, l'évaluation est en rapport direct avec l'objectif opérationnel de
l'action de formation.
Ainsi, si l'objectif est stratégique, le type d'évaluation utilisé s'intéresse à l'aspect économique,
ou social, en s'interrogeant sur l'apport de la formation.
Si l'objectif est énoncé en terme de "compétences à acquérir et à appliquer en situation
professionnelle", l'évaluation s'organise sur le terrain en confrontant l'avant et l'après
formation.
Si l'objectif est pédagogique et se traduit en terme d'apprentissage, on contrôle alors les acquis
en lien avec les outils utilisés.

Cependant, nous nous apercevons bien que plus l'évaluation est globale et intégrée à l'emploi,
plus la faisabilité est délicate ou difficile,
De la même façon, plus on passe des domaines techniques, aux domaines généraux, à la
formation culturelle et plus la difficulté d'évaluation s'accroît voire remet en cause sa
pertinence.

20
Nous avons donc un schéma inversé où : Plus l'évaluation est pertinente, plus la complexité
augmente et moins l'évaluation est faisable et la réalisation possible.

Relation Faisabilité/Pertinence dans l'évaluation de la formation


T.Ardouin

Faisabilité

Pertinence

Evaluation de Evaluation des Evaluation Evaluation des


satisfaction acquis professionnelle résultats

L'évaluation de la formation n'a de sens que par rapport aux objectifs et aux moyens.

La logique de l'évaluation s'inscrit donc dans un continuum.

1) Situer et articuler le projet de l'entreprise, ou de toute organisation, par rapport :


- aux pratiques professionnelles et aux ressources humaines,
- aux différents types de formations possibles,
- à la culture d'entreprise.

2) Formuler un diagnostic, état des lieux, avant ou au moment de la formation

3) Définir le référentiel opératoire de l'évaluation


en fonction du niveau attendu et du diagnostic :
- référentiel "pédagogique" ou "des objectifs pédagogiques"
- référentiel "compétences" ou "des objectifs de formation"
- référentiel "professionnels" ou "des objectifs finaux"

4) Développer la coopération entre les personnes concernées


- direction,
- hiérarchie,
- responsable de formation
- formateurs

Ainsi, de la même façon que dans l'ingénierie, nous retrouvons dans l'évaluation à la fois les
trois niveaux d'acteurs : stratégique, organisationnel, pédagogique ou opérationnel et les trois
niveaux de "regard" sur lesquels peut porter l'évaluation : produit, procédure, processus. J.J
Bonniol33 nous parlait de définir l'objectif de l'évaluation autour de la question "comment se
définit la qualité?"

33
BONNIOL J.J (1986), A la recherche de la qualité : fonctionnements par objectifs et évaluation, ronéo
Université Aix en Provence.

21
"Trois réponses on été données à cette question (…) elles concernent l'évaluation mais
elles impliquent des phases différentes dans la recherche de la qualité. La première
réponse concerne les résultats34. Ce sont les résultats qui disent la vérité. La deuxième
réponse, c'est ce que sont les procédures, les méthodes, les démarches, les techniques
qui fondent la qualité, dans lesquelles par conséquent il faut la rechercher. La
troisième réponse, c'est ce que sont les processus, sous–jacents à l'usage des
procédures et à la construction des stratégies, qui fondent la qualité".

En définitive, pour reprendre un titre un peu provocateur nous pouvons dire avec Monica
Gather Thurler35 que "L'efficacité de la formation ne se mesure pas : elle se construit, se
négocie, se pratique et se vit".
Ainsi au delà de l'évaluation sommative sur les contenus de formation, l'évaluation s'inscrit
dans une perspective systémique et qualitative où les acteurs sont partie prenante du processus
d'évaluation.

En définitive, nous pouvons tenter de synthétiser les différents moments de l'évaluation dans
la démarche d'ingénierie en lien avec les acteurs concernés.

34
Souligné par nous.
35
GATHER THURLER M., (1994), "L'efficacité des établissements ne se mesure pas : elle se construit, se
négocie, se pratique et se vit" in Evaluation et analyse des établissements de formation, De Boeck Université,
p.203-219.

22
L'évaluation dans la démarche d'ingénierie de la formation

EVALUATION DE LA FORMATION ET
INGENIERIE DE LA FORMATION
T. Ardouin
ETAPES DE TYPES D'EVALUATION ACTEURS
L'INGENIERIE CLES
 Des besoins de formation
 Des populations cibles
 Des compétences attendues Hiérarchiques,
ANALYSE   Du cahier des charges de la  formateurs,
demande responsable
 Des référentiels existants formation,
 Du diagnostic consultant
 De la politique de formation

 De l'offre de formation
 Du cahier des charges de la Formateur,
CONCEPTION  formation responsable
 Des référentiels construits ou  formation,
adaptés consultant
 De la planification

 Diagnostique et/ou
pronostique des participants
 Evaluation formative en cours Formateur,
 de formation  responsable formation
REALISATION  De l'application du cahier des
charges
 De l'assiduité et participation
 Du processus, Régulation
 "A chaud ou de satisfaction"

 Sommative et/ou certificative


des acquis pédagogiques Structure certifiante,
 De l'action ou du dispositif de Formateur,
formation Responsable de
EVALUATION   Des effets (résultats)  formation,
pédagogiques, des acquis ("à
froid" ou différé) Hiérarchique,
 En situation de travail
 Du retour sur investissement Consultant
(paramètres sociaux et/ou
économiques)
 De la politique de formation

23
REALISER LA FORMATION

La réalisation de toute formation est bien la traduction d'une volonté, que cet objectif soit
individuel, personnel, collectif ou liée à la stratégie de l'organisation. Toute la démarche
d'ingénierie, par ses différentes étapes ; déterminer les ressorts de l'action - Analyser ; créer
les conditions de l'action – Concevoir ; en vue de la mettre en œuvre de manière efficace –
Réaliser ; à la suite de quoi l'évaluation sera effectuée – Evaluer, concoure à la réussite de cet
objet.

Que l'ingénieur formation soit responsable de formation en entreprise, responsable de


formation dans un organisme ou formateur consultant, dans la mesure où il travaille dans,
pour ou avec une entreprise, l'action de formation s'inscrit dans un plan de formation, et la
compréhension de celui-ci et de son montage est indispensable.

Ainsi, dans l'ingénierie de formation, l'étape réaliser renvoie à la production du plan de


formation, celui-ci s'appuyant sur une démarche avec différents "outils" exploitables. Il s'agit
aussi d'assurer une veille documentaire par la production de documents adéquats et la
recherche d'informations nécessaires à l'exercice du métier. Enfin, le suivi et l'information sur
le plan de formation amène à produire et à utiliser des tableaux de bord.

Le plan de formation
Toute entreprise, quelque soit sa taille et son statut juridique se doit de participer au
développement de la formation professionnelle. Il n'existe pas de définition unique et
univoque du plan de formation dans les textes réglementaires. Le terme de plan de formation
renvoie en réalité à deux réalités différentes et complémentaires :
- Le plan de formation au sens fiscal et financier comme contribution obligatoire à la
participation au développement de la formation, avec les déclarations fiscales
correspondantes.
- Le plan de formation dans sa logique de gestion des ressources humaines avec la
déclinaison des actions de formation et de bilan de compétences qui se retrouvent
sous forme d'une "liste".

Le plan de formation est donc un document, plus ou moins fourni et stratégique, établi par
l'employeur comprenant a minima l'ensemble des actions de formation qui sont organisées au
bénéfice du personnel de l'entreprise. Il est soumis à l'avis, donc à titre consultatif, aux
représentants du personnel dans le cadre du comité d'entreprise. Pour être imputables au plan,
de formation, les actions doivent correspondre à certaines caractéristiques (cf. chapitre 8).

En définitive, pour toute entreprise ou organisation, le plan de formation est la partie émergée
de l'iceberg formation. C'est en effet la concrétisation premièrement de la double démarche
d'analyse : descendante - analyse et intégration de la politique de l'organisation et ascendante
- recueil et l'analyse des "besoins", des personnes et des services, et deuxièmement de la
conception et formalisation des actions.

1
Dans une logique optimale, le plan de formation se construit dans une démarche
"d'investissement formation".

L'INVESTISSEMENT FORMATION, c'est


Cordonner et Piloter

 Le Projet de l'entreprise
Politique économique
Politique sociale

 Les Projets de service

 L'analyse des dysfonctionnements et action qualité

 Le contrat individuel
A l'initiative du salarié
A l'initiative de la hiérarchie

 L'évolution des métiers et de l'environnement

Dans une démarche d'ingénierie de formation

Ingénierie et domaines de formation


Nous avons vu que l'ingénierie de la formation se situe dans une double axe :
individu/organisation et formation/production. Cette articulation amène quatre domaines
d'action pour le responsable de formation : ingénierie de parcours, ingénierie du plan,
ingénierie des compétences individuelles et ingénierie des compétences collectives. Pour agir
dans chacun de ces domaines le responsable de la formation a à sa disposition une palette
d'actions de formation que nous pouvons représenter dans le schéma qui suit.

Tableau 1
Ingénierie et actions de formation

Formation

Formation diplômante Plan de formation


Formation sociale Formation insertion
Congé individuel de formation Public cible
Demande individuelle Organisation
Individu

Adaptation à l'emploi Formation technique


Promotion Restructuration
professionnelle Projet de service

Production
Le plan de formation, un projet à planifier
Le plan de formation s'élabore, se construit, se réalise et s'évalue selon un ensemble d'étapes
planifié (Quand) qui amène des actions particulières (Quoi), avec des acteurs principaux en
jeu (Qui) et des moyens (Comment). Nous pouvons dégager les principales opérations à
effectuer pour élaborer, construire et suivre un plan de formation.

Le plan de formation : étapes et planification


T. Ardouin
Quand Quoi Qui Comment

N-1 Objectifs N et Direction réunions


mai orientations de Commission bilan d'étape du plan
Définition des l'établissement formation en cours
objectifs Politique de formation note d'information

juin Recensement des service formation questionnaires aux


besoins cadres de service
identification des cadre, personnel réunions de services
"besoins" (agent, salarié) fiche individuelle au
personnel
juin - août Projet de service cadres, DRH

Recueil et
exploitation des service formation document
septembre demandes récapitulatif
Traitement des fiches
de synthèse
analyse des Priorisation des direction plan prévisionnel
données besoins de formation service formation
Budgétisation
arbitrage - Consultation direction
hiérarchisation - commission service formation
budgétisation formation
octobre Priorisation des direction
actions de formation

Proposition à la direction
mise en forme du commission service formation
plan formation organisation syndicale
Réajustement

Novembre - décembre Présentation au CE direction édition du plan de


présentation aux service formation formation

3
instances ou
direction
Transmission aux service formation
cadres des services
novembre - décembre Définition des cahiers
des charges service formation Cahier des charges
Lancement des
Appels d'offre

N Information aux
janvier cadres et salariés
Communication
diffusion du plan
janvier - décembre Mise en œuvre et des service formation gestion informatique
actions du plan de services concernés
Action - régulation formation personnels

N+1 Bilan quantitatif et service formation tableaux de bord


janvier - mars qualitatif gestion informatique
fiche d'évaluation de

Evaluation - bilan Envoi des stage


déclarations fiscales

Les étapes du plan de formation

A partir de ce tableau de synthèse, nous pouvons décliner les grandes étapes où nous
retrouvons la démarche d'ingénierie de la formation.

Les étapes 1 et 2 correspondent à la phase d'analyse avec ses deux dimensions.


L'étape 1 de définition des objectifs, correspond à la démarche descendante liée à
l'identification des fondements du plan dans ses aspects politiques et stratégiques, où il s'agit
de prendre en compte :
- Les projets de changement ou d’investissement de l'organisation. Ils correspondent
à des choix volontaristes de la direction pour l'entreprise dans son ensemble ou
pour une unité particulière (département, service, antenne ou agence). Ces projets
s'inscrivent dans un projet global ou sectoriels de l’entreprise (projet
d'informatisation, de modification du process industriel, …)
- L’évolution des métiers et des professions, il s'agit surtout d'accompagner, voire
anticiper, les évolutions techniques et sociales de métiers en lien avec le
développement des savoirs techniques et scientifiques. C'est aussi
l'accompagnement des vers de nouveaux métiers ou de nouveaux savoir faire.
- Les problèmes ou dysfonctionnements répétés (pannes, manque de qualité, retards,
manque de lisibilité dans la gestion) et repérés et qui nuisent à la bonne marche de
l'organisation. Il s'agit de circonscrire ces problèmes et de voir dans quelle mesure
la formation peut accompagner le règlement de ceux ci.

4
- Les changements culturels. C'est aspect s'inscrit dans une logique à moyen et long
terme dans la mesure où il s'agit de modifications des valeurs, des modes de
fonctionnement, de système de communication, voire des styles de vie qui se sont
construits dans la durée et dans l'histoire de l'organisation et de ses personnels. Les
évolutions sociétales, législatives ou de l'environnement peuvent amener des
modifications culturelles, comme par exemple le développement des chartes
éthiques ou du développement durable.

Ces différents points d'analyse sont le support à l'élaboration de la politique de formation où


se dégageront les objectifs généraux

L'étape 2 d'identification des besoins correspond à la démarche ascendante où sont donc


analysés les attentes, besoins et demandes des services, des personnels et des individus à
partir :
- des informations du service formation
- du recensement des demandes individuelles
- du recensement des actions collectives et ou projet de service
A chaque fois il s'agit d'entrer dans une démarche itérative avec les personnes et les
responsables afin de bien identifier la demande et d'analyser en quoi la formation peut et va
jouer un rôle, il s'agit ainsi de :

- dégager la place de la formation pour la résolution des besoins. Il s’agit


d’identifier les situations problèmes, d'analyser en quoi et sur quoi la formation
peut agir et de transcrire les moyens d'action en objectifs de formation. Ces
objectifs de formation doivent pouvoir dégager les objectifs attendus en terme
opératoires et donc évaluables.
- inscrire la formation dans les évolutions professionnelles des personnes et des
services. A partir des référentiels emploi –compétences (emploi – type), des
évolutions de ceux –ci (emploi – cible) , il s'agit de réaliser les bilans des acquis et
des compétences et/ou savoirs requis correspondant aux emplois types et aux
emplois cibles. C'est cette analyse des écarts qui amènera sa traduction en objectifs
de formation et en actions nécessaires.
- inscrire les formations dans les orientations et respecter les cohérences dans le
cadre du schéma directeur des emplois et des ressources humaines et de manière
générale les liens avec la politique de formation.
- dégager les contraintes et les spécificités à prendre en compte en terme de
fonctionnement : types de matériel, rythmes et plans de charge, horaires, délais
disponibilité des personnels.

Les étape 3 et 4 d'arbitrage et de hiérarchisation, se situent dans la phase de conception avec


la nécessité de rechercher ou d'élaborer si nécessaire des référentiels, mais aussi de construire
des scénarii différents ou hiérarchisés afin de dégager les faisabilités techniques et financières
et de déterminer des priorités. Ces étapes sont réalisées de manière itérative où il s'agit de :

- Localiser et décrire les actions de formation à partir de la reprise des cahiers de


charges de la demande, en prenant en compte la priorité des objectifs, les
contraintes techniques, financières et pédagogiques.
- Hiérarchiser les actions de formation en fonction des priorités et du niveau de
faisabilité. Les actions non réalisables sur le plan à venir sont classées
chronologiquement. A ce moment les actions proposées sont mises en regard avec

5
la cohérence de l'organisation (politique générale, politique de formation, objectifs
spécifiques, culture).
- Budgétiser les actions et le plan, à partir de l'ensemble des cahiers des charges de
la demande, le responsable de formation retire les informations qualitatives et
quantitatives (nombres de personnes, types de formation, nombre de jours, nombre
de sessions) nécessaires. Ces informations sont croisées avec celles sur les
formations et les organismes de formation afin de réaliser le budget prévisionnel
ou les scénarii qui permettront de décider.
- Arrêter les actions et le plan, c'est à dire transcrire le choix définitif des actions à
mener et leur organisation dans le temps en vue de leur inscription dans le plan de
formation.

L'étape 5 Tout au long des deux étapes précédentes, l'élaboration du plan de formation doit
donner lieu à consultation auprès des représentants du personnel par le biais du comité
d'entreprise. Le comité d'entreprise doit en effet être réuni par l'employeur, dans le cadre de la
formation, a minima à deux reprises dans l'année :
- pour délibérer sur l'exécution de la formation du personnel de l'année (avant le 15
novembre avec fourniture des informations avant le 25 octobre)
- pour délibérer sur le projet de plan pour l'année à venir (avant le 31 décembre)
Le plan de formation ne peut être engagé qu'après la présentation et la délibération du comité
d'entreprise. L'employeur doit pouvoir justifier de la consultation du comité d'entreprise par
l'établissement d'un procès verbal de délibération. Ce dernier devant d'ailleurs être joint à la
déclaration fiscale.

Le procès verbal doit mentionner :


- la date, le lieu, les participants et leur qualité
- le texte de la direction introduisant le débat
- les aspects techniques du plan, présenté par le responsable RH ou le
responsable formation
- les remarques des représentants du personnel
- les avis des différentes organisations syndicales, ou le résultat du vote
- la signature du secrétaire du CE et du président.
Cette étape clôt la phase d'élaboration du plan et correspond à la validation de celui-ci.

Une fois les choix et orientations décidés et planifiés, les cahiers des charges sont finalisés par
le service formation et la procédure de contractualisation est mise en œuvre à partir de la
présélection des organismes et de la connaissance du secteur (cf.chap.3)

Les étapes 6 et 7 sont celles de la phase de réalisation avec la mise en œuvre effective des
actions de formation et la communication qui s'y rattache : information de l'encadrement et
des salariés sur les formations, les inscriptions et les convocations, les aspects administratifs
et l'organisation générale.

L'étape 8 est donc celle de l'évaluation avec ses différentes dimensions. Cette dernière bien
qu'apparaissant en dernier doit se penser dès la conception des formations et leur intégration
dans l'organisation. De même l'évaluation est présente tout au long du processus du plan de
formation.
Cette étape comprend aussi les déclarations fiscales à renseigner par les entreprises et à
envoyer aux servies fiscaux, soit :
- déclaration "2483" pour les employeurs de 10 salariés et plus

6
- déclaration "2486" pour les employeurs de moins de 10 salariés
- déclaration "2068" pour le crédit d'impôt formation

Ainsi, nous voyons bien que la vie d'un plan de formation pour une année (N), phase de
réalisation, se situe au minimum sur trois ans : de N-1, phase d'analyse et de conception, à
N+1, phase d'évaluation. L'élaboration doit donc se penser sur cette temporalité en s'inscrivant
elle même le plus souvent dans un plan pluriannuel de trois ans. Il est en effet intéressant
d'inscrire le plan de formation sur cette durée de trois ans, à la fois dans une logique
d'anticipation et d'accompagnement des changements et en même temps pour avoir une
visibilité de la formation et de son intérêt dans une perspective stratégique. Ce plan sur trois
ans amène une déclinaison annuelle devant intégrée cette durée et les besoins de l'année. Il ne
s'agit pas en effet de bloquer le plan de formation dans un calendrier immuable sans
possibilité d'évolution ni réactivité. Le plan doit s'inscrire dans une logique d'anticipation et
de prévision tout en permettant des actions ponctuelles nécessaires à la bonne marche du
travail et de l'organisation. Il s'agit ni de travailler, et donc former, dans l'urgence, ni de rester
sur un schéma bloqué. Peut on imaginer un service d'hospitalisation qui n'accepterait que les
interventions prévues et planifiées sans réaction aux nécessités de l'environnement.

La réalisation du plan de formation s'inscrit donc dans un ensemble de huit étapes principales.
Celles ci amènent des actions différentes et diversifiées, devant prendre en compte un
ensemble d'acteurs, eux mêmes très hétérogènes avec des enjeux et attentes spécifiques (cf.
chap. 1). Le travail du responsable de formation est bien entendu de "produire de la relation"
et "de tenir la tension entre les acteurs". Le responsable de formation est un homme, ou une
femme, d'interface, un médiateur avec tout ce que cela comporte d'intéressant mais aussi de
positionnement plus ou moins délicat.

Les périodes indiquées sont données à titre de repérage mais sont à adapter à chaque
organisation notamment dans les relations avec les OPCA. La temporalité de la démarche doit
être telle que la planification des différentes étapes ne doit être ni trop avancée dans le temps,
de manière à être cohérente et de permettre une réactivé, ni trop tardive pour entrer dans une
procédure d'analyse, de consultation et d'organisation du plan de formation.

Enfin, pour la mise en œuvre du plan de formation, le responsable de formation, ingénieur-


formation, a à sa disposition un nombre conséquent "d'outils" qu'il doit adapter à sa propre
organisation et à son propre système de travail tout en ayant bien conscience qu'il doit le plus
souvent "courir après l'information".

Comme nous l'avons vu précédemment le responsable de formation n'est pas sans ressources
pour élaborer le plan de formation. A lui de rechercher les documents, informations et autres
observations qui seront exploités dans la logique formation. Nous pouvons ainsi proposer la
synthèse des " outils pour la fonction formation " dans le tableau qui suit, sachant qu'il
convient d'appréhender chaque organisation de manière spécifique.

Exercice :

Repérer et lister les principaux « outils » dans la mise en œuvre du plan de formation.

7
Le plan de formation en tant que document
Si le plan de formation, en tant que document, n'est que rarement utilisé dans une dimension
stratégique en lien avec les ressources humaines, il apparaît cependant pertinent de lui donner
une place, et donc une forme, plus importante. Ainsi au delà de la "liste" obligatoire des
actions de formations et des données, là encore obligatoires, de la "2483", il est possible de
dégager des éléments clés qui traduisent la politique de l'entreprise ou de l'établissement.

Cette démarche de formalisation du plan de formation participe à la lisibilité des objectifs, à la


dimension stratégique et intégrée de la formation mais aussi au professionnalisme du service
et du responsable de formation. Ce document doit être à la mesure de son objet, c'est à dire
être construit, concis, synthétique et dynamique.

Ainsi, le document "plan de formation" n'est pas standard et doit s'adapter à l'entreprise et à la
culture de celle-ci. Il doit donc être en cohérence avec la politique et les pratiques du service
formation. Le plan de formation peut ainsi faire ressortir des rubriques clés :

- Repérage de l'entreprise, établissement ou service


- Information sur le service formation
- Présentation des grandes orientations ou objectifs prioritaires donnés, et validés,
par la direction, en terme de politique de formation
- Déclinaison des objectifs prioritaires du plan
- Déclinaison des principales caractéristiques et données du plan et des actions de
formation

Mais le plan de formation n'est pas non plus un document unique. Si il doit comprendre de
nombreuses données pour le service formation, toutes ne sont pas utiles, nécessaires ou
exploitables pour une présentation au comité d'entreprise. De même, en tant qu'outil de
communication et de promotion de logique d'"investissement formation", le plan de formation
intéresse les salariés. Le plan de formation est donc décliné en différentes versions en fonction
des informations à traiter et du public auquel il est destiné. Ainsi le plan de formation doit
pouvoir répondre aux critères de gestion pour le service formation et être un moyen de
communication au service du responsable de formation. Sans être dans un esprit de
"camouflage", le service formation produit et utilise plus de données et d'informations que ce
qu'il est nécessaire de présenter aux instances et aux salariés. Le responsable formation
structure les informations dans une double logique de gestion et de communication. Ainsi, le
plan de formation est un document avec trois versions.

8
Le plan de formation
Un document - trois versions
T.Ardouin

Ensemble des
informations
produites et
utilisées

Informations
structurées et
présentées Informations
synthétiques
communiquées
Service Comité Services et
Formation d'Entreprise salariés

Gestion Communication

C'est par la production de documents de cette sorte que l'entreprise marque son intérêt pour la
formation et que le responsable de formation révèle son professionnalisme.

Exercice :

Proposer une trame de présentation d’un plan de formation en entreprise.

Réflexion pour la qualité du plan de formation


Le plan de formation est donc tout à la fois une institution, un produit et un processus. Une
institution parce que le plan de formation, par sa dimension législative et stratégique, est de
plus en plus inscrit dans les politiques des organisations. Un produit par la rédaction d'un
document présentant les actions et leur logique d'une part et par la réalisation effective des
actions d'autre part. Un processus du fait que le plan est une construction dans la durée devant
mettre en interaction de nombreux acteurs. L'ensemble de ces aspects renvoyant à la réalité de
pratiques dans les organisations c'est à dire engageant des personnes, des collectifs de travail
et les organisations.

9
Le plan de formation traduit de manière opérationnelle la politique de formation de
l'entreprise, cette dernière étant elle même intégrée à une politique globale. Sans entrer dans
une évaluation, nous pouvons cependant repérer un certain nombre de critères qui préfigurent
une réflexion pour la qualité du plan de formation.

Exercice :

Quels sont les critères d’un plan de formation réussi ?

L’analyse de ces différents éléments permet de "boucler" la logique du plan et d'inscrire celui-
ci dans un cycle où l'évaluation finale est utilisée comme un outil d'analyse pour (re)définir
les objectifs. En définitive, le plan de formation est un outil dynamique et facteur de
communication. Sa construction, son suivi et son évaluation s'appuient sur un ensemble de
données et d'information organisées en tableaux de bord.

10
Les Tableaux de bord
Mettre en œuvre une démarche d'ingénierie implique de s'outiller en terme de suivi de l'action.
En effet pour pouvoir Analyser, d'une part, suivre et Evaluer d'autre part, l'ingénieur de
formation doit se doter d'instruments de connaissance des situations. Les tableaux de bord
sont alors des guides nécessaires à mettre en place. Nous verrons ici les modalités de
construction, l'intérêt des tableaux de bord dans le suivi et la gestion de la formation et des
éléments constitutifs des tableaux de bord.

Mais qu'est ce qu'un tableau de bord ? Dès que l'on interroge ce terme, l'analogie avec le
tableau de bord d'une voiture s'impose à nous. Ainsi que nous apprend ce tableau de bord et à
quoi nous est –il utile ? Ainsi le tableau de bord automobile nous :
- donne des informations sur l'état du véhicule (kilométrage total, niveaux d'essence,
de batterie, liquide de frein,…)
- informe sur le fonctionnement en cours (ceinture bouclée, phares allumés, vitesse,
kilométrage parcouru, …)
- donne des informations sur l'environnement (température extérieure, …)
- signale des dysfonctionnements ou des points de vigilance par des signaux d'alerte
(voyant de surchauffe, problème de freinage, niveau d'essence sur la réserve, … )
- permet, à partir des informations, de prendre les décisions adéquates (se reposer
après un temps de parcours, d'adapter sa vitesse aux conditions, s'arrêter pour
éviter une panne plus importante, …)

Il s'agit bien d'avoir un certain nombre d'informations sélectionnées afin de conduire son
véhicule de manière adaptée en tenant compte de son objectif (arriver à bon port dans un
temps raisonnable), de l'état du véhicule et des conditions de l'environnement.

Ainsi, le tableau de bord permet au conducteur :


- d'avoir une vision d'ensemble en instantanée du fonctionnement du véhicule
- de contrôler sa conduite et de ne pas se mettre en situation irrégulière ou de danger
- d'intervenir dès qu'une information spécifique ou d'alerte est donnée.

Objectif d'un tableau de bord

Alain Meignant nous rappelle qu' "un tableau de bord est un moyen de mise sous contrôle
d'un processus et de pilotage d'une action. Il est composé d'un nombre limité d'indicateurs
concernant des points sur lesquels le destinataire de l'information a effectivement un pouvoir
de décision, ou au moins d'influence"1.

Au regard de notre analogie avec l'automobile, le tableau de bord est donc un outil de :

Information,
Gestion,
Pilotage d'action,
Communication.

1
MEIGNANT Alain (1991), Manager la formation, Paris, Editions Liaisons, p.251.

11
Le tableau de bord doit donc contenir les informations nécessaires pour agir. C'est un outil
d'aide à la décision à tout moment de l'action : en amont dans le choix de stratégie de
formation, pendant l'action comme moyen d'analyse d'une situation et mise en application de
mesures correctrices et en fin d'action pour mesurer et/ou évaluer l'impact. Le tableau de bord
n'est donc pas un ensemble de données éparses et exhaustives mais bien une sélection
stratégique et pertinente d'indicateurs au regard des critères pris en compte.
Le tableau de bord est un instrument de pilotage. Ainsi, en ingénierie de la formation, il est
important de ne pas se limiter à renseigner les tableaux seulement à partir des indicateurs liés
aux obligations fiscales. Le tableau de bord n'a d'intérêt que si il participe à la conduite et au
pilotage de l'action.

Caractéristiques
Un tableau de bord doit être présenté sous une forme lisible, claire et rapide d'utilisation, qui
n'empêche pas, au contraire, une certaine dimension à la fois esthétique, dans un équilibre
d'ensemble. Autrement dit, le tableau de bord est un outil diffusable et diffusé et doit pouvoir
servir celui qui l'emploie plutôt que le desservir, sans être manipulateur pour autant. Les
indicateurs doivent surtout être pertinents, cohérents et fiables. Mais, là encore, il n'existe pas
de tableaux de bord universels, celui ci doit donc être construit en fonction de ses objectifs, de
l'environnement et de son utilisation. Il peut donc être nécessaire de réaliser plusieurs tableaux
comme un tableau de suivi des actions, un autre de suivi de l'activité avec les organismes de
formation ou de suivi de la formation interne. Ces différents tableaux sont alors une base pour
un tableau de bord de synthèse. Compte tenu de la taille de l'entreprise, de l'organisation du
service formation et des moyens techniques dont il dispose, le suivi et la gestion de la
formation peuvent être réalisés à partir des outils bureautiques existants ou de progiciels.2 Le
tableau de bord étant un document de synthèse issu des informations recueillies, il est toujours
possible de consolider ou de synthétiser des données détaillées, mais il est impossible de
reconstituer les données à partir des consolidations ou des synthèses. Il est donc absolument
nécessaire de conserver les données détaillées, selon un temps à déterminer, en vue de
consultations ultérieures ou de contrôle.

Démarche pour l'élaboration d'un tableau de bord


Comme pour toute démarche, plusieurs étapes sont nécessaires. Celles ci sont à la fois
chronologiques et itératives. L'intérêt d'un tableau de bord se mesure à son degré d'utilisation.
Il convient donc de bien réfléchir à celle-ci et aux éléments premièrement que l'on utilise et
deuxièmement sur lesquels on communique.

1 Détermination des éléments à mesurer et à suivre.

Déterminer les éléments à mesurer renvoie à rechercher quels sont les objectifs et les résultats
attendus au niveau de l'activité professionnelle, des moyens mis en œuvre ou des éléments

2
Voir sur ce sujet le dossier "Gestion de la formation : solutions progiciels", Actualité de la Formation
Permanente, Centre Inffo, n°179, juillet -août 2002.

12
quantitatifs et financiers. C'est aussi déterminer les points de vigilance ou les données
"obligatoires" à récupérer.

L'ingénieur de formation, concepteur de tableau de bord, doit donc se poser un certain nombre
de questions sur ces objectifs, résultats et utilisation future. Comme le rappelle Jean Marie
Peretti3, il n'existe pas de tableaux de bord unique et universel, " Il n'y a pas de ratios
obligatoires, pas de tableau de bord type, il n'y a que des tableaux de bord particuliers à
chaque organisme, à chaque entreprise dont le caractère est éminemment évolutif ", il
convient donc de s'interroger, notamment sur :

- Qu'est ce que je veux mesurer?


- Quelles sont les informations dont j'ai besoin actuellement ? Dont j'aurai besoin à
terme?
- Quels sont les axes de décision à prendre ? A partir de quelles données ?
- Les informations obtenues sont-elles fiables et représentatives des situations
observées ?
- Ces informations sont-elles abordables dans un rapport coût /efficacité raisonnable ?
- Que dois je communiquer ? A quel interlocuteur ?

A partir de cette première étape, les grandes lignes directrices sont repérées et vont permettre
de dégager les indicateurs nécessaires, pertinents et suffisants.

2 La création des indicateurs

Cette deuxième étape est l'étape de détermination des indicateurs et de définition de ceux-ci
de manière qualitative et/ou quantitative.
Il ne s'agit pas de créer une multitude d'indicateurs, sans doute très intéressants, mais dont
l'amalgame serait d'une utilisation complexe et ne facilitera pas la vision d'une situation. Ces
indicateurs sont donc peu nombreux. Il est intéressant qu'ils puissent être reliés et structurés
entre eux afin de donner facilement des résultats globaux et des éléments explicatifs plus
précis.
Si un critère est un caractère, utilisé comme repère, qui permet de distinguer une chose d'une
autre et de qualifier, apprécier ou juger d'une situation ou d'une chose, un indicateur est un
élément significatif, mesurable et observable qui permet de rendre compte de cette situation
ou cet objet.
Ainsi, Pierre Candau4 nous dit : "Un indicateur est un instrument de mesure se rapportant à
une grandeur caractérisant un phénomène qui n'est jamais directement appréhendé, mais
seulement cerné dans ses manifestations " Et cet auteur d'ajouter : "un indicateur s'applique
à des résultats évalués en termes de quantités, de coûts, de comportements, d'attitudes, ou
d'opinions".
"Il adopte la forme soit de données brutes en quantité ou en francs (nombre de personnes,
d'accidents, total de dépenses de formation,…) soit plus généralement de ratios (rapport
raisonnable entre deux grandeurs caractéristiques) ".

Pour être utilisable et pertinent un indicateur doit être avoir un certain nombre de
caractéristiques :
3
PERETTI Jean Marie (1990), Ressources Humaines, Paris, Vuibert, p.418.
4
CANDAU Pierre (1985), Audit social, Paris, Vuibert, p.72.

13
- La fiabilité, " est définie comme la capacité d'un indicateur à mesurer, avec une
relative absence d'erreurs, le phénomène étudié, c'est à dire d'obtenir le même
résultat si cet indicateur est appliqué dans les mêmes conditions "5. C'est la
permanence du résultat de la mesure effectué dans le temps. C'est par exemple,
l'analyse du recensement des demandes individuelles ou le nombre de formation
faisant suite aux entretiens individuels par le hiérarchique.

- La validité " recouvre la capacité de l'indicateur à mesurer ce qu'il est censé


mesurer"6. Autrement dit la mesure permet effectivement de dégager de
l'information sur l'objet ou la situation étudiée. Ainsi, par exemple, l'adéquation
d'une formation à un public donné est mesurée par le taux de participation de cette
catégorie à la dite formation.

- L'audibilité, les indicateurs doivent être en cohérence avec la culture de


l'organisation et ses modes de fonctionnement et pouvoir être entendus. Ainsi sur
certains aspects, comme la parité, la répartition entre catégories ou la mesure des
performances économiques de la formation, il convient, selon les établissements,
d'être progressif. Dans ce sens, ils doivent aussi être lisibles c'est à dire produire de
l'information avec une certaine simplicité de lecture de celle-ci.

- L'utilité, les indicateurs doivent être utiles et utilisés. Par exemple il est d'abord
intéressant d'utiliser des indicateurs institutionnels qui sont intégrés à diverses
déclarations plutôt que de chercher à en créer d'autres moins opérationnels.

Autrement dit, il s'agit d'utiliser l'indicateur pertinent et en cohérence avec l'objectif


d'information attendu. Ainsi, par exemple, vouloir mesurer la qualité d'une formation par la
durée de la formation n'a qu'une validité réduite dans la mesure où il ne nous donne que peu
d'informations sur la formation, son contenu, la participation des stagiaires et son
déroulement.

Cela nous amène à préciser qu'un indicateur à lui seul n'est pas suffisant. C'est la
combinaison de différents indicateurs, et leur analyse, qui permet de dégager des
éléments de compréhension d'une situation et par la même de décision. Le résultat d'un
indicateur est toujours une donnée brute qu'il convient d'analyser. C'est cette analyse qui
donne du sens aux résultats.

Il existe un grand nombre de données à rechercher et à exploiter. Comme nous l'avons précisé
précédemment, ce n'est pas la multiplicité des indicateurs qui donne la pertinence de
l'observation mais bien la cohérence entre les objectifs, les moyens et les données recueillies.

Dans un premier temps il est intéressant de partir de la collecte des données légales et
obligatoires et du croisement de certaines de ces données. Nous parlons ici notamment, en
fonction de sa structure, de la "2483 relative à la participation des employeurs au
développement de la formation professionnelle continue ", du bilan pédagogique et financier
des organismes de formation ou des fiches de suivi des formations avec l'Etat et les Régions.
5
P Candau, op. cité p.76.
6
P Candau, op. cité p.77.

14
Suite à cette collecte de données préexistantes, dont il faut de toute manière recueillir les
éléments, il est possible de les organiser et de construire ses propres grilles d'analyse.

3 Des indicateurs et ratios

Il existe un nombre illimité d'indicateurs, du plus utilisé (comme le pourcentage de la masse


salariale pour la formation) au plus spécifique dans le cas d'une enquête par exemple (comme
le taux de participation à une formation d'une population spécifique dans tel service par
rapport à la moyenne de l'entreprise).

Dès 1979, l'AFREF7 propose un certain nombre d'indicateurs repris notamment par Pierre
Candau puis d'autres auteurs par la suite.

Indicateurs en formation

DOMAINES INDICATEURS
Total des dépenses de Variation dépense de formation/Masse salariale
formation Reversement au trésor public
Evolution de la masse du budget formation

Répartition des dépenses Ecarts dans la structure des dépenses selon critères :
de formation - Catégorie professionnelle
- Sexe
- Service
- Par heures
- Age
- Ancienneté
- Stages par types de salariés

Effectif formé Nombre de formés selon les critères précédents


Heures de formation Nombre d'heures de formation par formé

Organisation du stage Durée moyenne de formation par catégorie


Nombre d'heures rémunérées/heures non rémunérées
Nombre d'inscriptions par stage
Taux de participation par stage
Taux d'encadrement : nombre formateur/nombre formés
Nombre d'abandon au cours du stage
Nombre d'années d'existence du stage
Nombre de formés par type de stage

Résultats de la formation Variation de la production après le stage


Variation de la qualité de la production après le stage
Taux de promotion dans la population formée
Taux de refus de formation
Service formation Coût du service formation central/coûts services formation des

7
Association Française des Responsables de Formation, in P. CANDAU (1985), Audit de la formation, Paris,
Vuibert, p.240-241.

15
établissements
Coût service formation/total dépenses de formation
Qualification du service formation

Nous voyons bien qu'un grand nombre d'indicateurs existe. Il apparaît donc nécessaire de
choisir les chiffres clés et les ratios opérationnels qui permettent de comprendre une situation
et/ou un contexte, et d'avoir ainsi les outils d'aide à la décision adaptés à l'environnement
professionnel. Les ratios8 que nous trouverons ci après doivent permettre de suivre les actions
et la politique formation d'une part et d'étayer les choix stratégiques des décideurs d'autre part.

La liste n'est, bien entendu, pas exhaustive, chacun, à partir de son analyse et de son contexte
est alors à même de travailler à construire les ratios les plus adéquats.

De l'usage des ratios en formation

RATIOS UTILISATION ET COMMENTAIRES

SUR LES PUBLICS OU POPULATIONS


Heures de formation par Ces ratios permettent de vérifier la répartition de la formation
tranche d'âge/total annuel par tranche d'âge et donc de voir les différences éventuelles. La
des heures de formation question de l'équité devant l'accès à la formation se pose.
Durée globale Soit le temps moyen de formation par personne. Chaque
formation/nombre de formés formation, formé ou dispositif peut être comparé à ce temps
moyen
Calculé au niveau de l'entreprise, il donne la moyenne de la
Nombre de formés/Effectif participation des personnels (ou d'accès) à la formation. Calculé
global par service ou par catégorie socioprofessionnelle, il permet la
comparaison inter service, inter établissement ou par CSP.
Temps de formation par Equité et politique vers les jeunes arrivants (nouveaux diplômés
ancienneté dans l'entreprise/ ou recrutement) ? Les plus anciens sont-ils formés pour
Total annuel des heures de accompagner les évolutions ?
formation
SUR LES DOMAINES DE FORMATION
Montant budget de
formation par
domaine/Budget total de Quels sont les domaines privilégiés (en temps, en budget) ? Ces
formation domaines correspondent-ils aux priorités ? Aux évolutions de
Heures de formation par l'organisation en terme de compétences
domaines /Total des heures
de formation
SUR LES METIERS DE L'ENTREPRISE
Heures de formation par
métier (ou CSP)/total heures Repérage des catégories les plus ou moins formées.
de formation Cohérence avec la politique de gestion des ressources humaines
Montant budget de ? Equité ?
formation par métier (ou

8
Certains ratios sont tirés d'un document d'une branche professionnelle.

16
CSP)/Montant budget total
Nombre de changement de Ce ratio donne une indication sur l'impact de la formation sur
postes de travail/nombre de l'évolution des personnes formées (ne pas en déduire de
formés résultats systématiques)
SUR LES ACTIONS
Ensemble de Ce ratio donne la dépense moyenne par personne formée. Il
dépenses/nombre de formés permet la comparaison entre différents dispositifs, public ou
action
Nombre de jours
annulés/nombre de jours Ce ratio permet de repérer soit la place de la formation pour
total l'entreprise ou les services, soit l'efficacité de la procédure
d'inscription en formation
Ensemble des
dépenses/nombre d’heures Nous avons ici le coût d'une heure de formation.
de formation
Montant dépenses formation Cela donne la part des dépenses de formation affectées à
externe/Total dépenses l'externe, et donc la part de la formation interne déclarée. Ce
formation pose la question de la valorisation de la formation interne ?
Répartition par catégories ?
…/…

Une fois le choix des indicateurs effectué, en fonction des critères de l'entreprise et de
l'utilisation prévue, le mode de traitement est envisagé (traitement informatique ou non)
parallèlement aux modalités de recueil des données et aux moyens d'exploitation et de
diffusion.

4 Formalisation du tableau de bord

A partir de la finalité, des indicateurs, des moyens d'analyse et de traitement, l'ingénieur de


formation a une vue d'ensemble de ce que doit être le tableau de bord. Il réalise un maquette
permettant de visualiser le tableau, de le tester et de le valider.

Alain Meignant9 nous rappelle qu'il est intéressant qu'un tableau contienne différentes parties :
- informative sur l'action,
- qualitative sur les points de vigilance,
- quantitative par l'utilisation de données et indicateurs,
- résultats qui donne les principaux éléments d'évaluation.

Une fois testé et validé, le tableau de bord rentre dans sa phase d'utilisation et d'exploitation.

9
cf. p.255.

17
5 Utilisation et maintenance

Le tableau de bord devient un outil de gestion de la formation, de synthèse de données


qualitatives et quantitatives, et de diffusion de l'information.
Il doit cependant lui même être suivi afin de l'adapter si nécessaire et d'évaluer toujours sa
pertinence et son actualité. De la même façon, un tableau de bord est un outil au service de la
formation et non l'inverse, ce qui veut dire qu'il est tout à fait possible de prendre en compte
des demandes non prévues initialement ou supplémentaires. La logique de tableau de bord et
de suivi de l'activité ne doit pas enfermer l'action et donc permettre une réactivité pertinente.
Dans ce cas d'urgence, d'adaptation ou de demande particulière, il convient sans doute de
mettre en place une procédure particulière où le service formation a toute sa place et où la
formation envisagée s'effectue après une concertation entre le hiérarchique et le responsable
formation. Il s'agit de garder à ces actions le caractère ponctuel et de ne pas en faire un mode
de fonctionnement.

En définitive, le tableau de bord est effectivement un instrument de l'ingénierie de la


formation. C'est un outil d'aide à la décision. Il participe aux différentes étapes de l'ingénierie,
puisque l'on peut le trouver dans l'Analyse, la Conception, la Réalisation et l'Evaluation
d'action, de dispositif ou de système de formation.

Ce moyen est maintenant largement favorisé par l'utilisation de l'informatique et par


l'existence même de logiciels de traitement de système ressources humaines et formation.
Cependant, l'ingénieur de formation doit bien garder à l'esprit le nécessaire regard critique sur
ces "outils clé en main". Il doit pouvoir garder toute latitude et ne pas se laisser enfermer dans
un modèle unique. C'est la finalité et l'action qui produisent le tableau de bord et non l'inverse
où il faudrait agir de telle ou telle manière afin de "rentrer" dans les rubriques du tableau de
bord. L'intérêt et la réussite d'un tableau de bord reposent notamment sur une définition
précise des attentes dans l'utilisation de celui-ci et sur la situation, ou action, à suivre mais
aussi sur une collaboration entre le concepteur, le destinataire et l'utilisateur.

Pour aller plus loin :

- Rechercher dans votre contexte professionnel les indicateurs et tableaux de bord


existants.
- Sont-ils utilisés ? Comment et par qui ? Quelle communication sur les résultats ?
- Extraire quelques indicateurs et les analyser, dans leur fiabilité, pertinence et validité.

- Rechercher et étudier un (ou plusieurs) bilan social d'entreprise. Quels sont les
indicateurs et les ratios utilisés ? Que nous apprennent-ils ?

18
Corrigé
Réaliser la formation

Les "outils" pour la réalisation du plan de formation

Niveaux d'ingénierie
Politique Organisationnel Opérationnel
Etapes d'ingénierie stratégique pédagogique
Phase Etapes du plan
 Projet
d'entreprise
 Bilans sociaux
 Schéma
directeur des
emplois et
1 Définition des ressources
objectifs humaines
 Politique de
formation
 Tableaux de
bord de l'entreprise
 Budget
prévisionnel
ANALYSE  Politique
Qualité ou de
certification
 Réunion de  Recensement
services (et dans individuel (si
 Organigramme les services) existant)
 Projet de  Entretiens
2 Identification  Veille service  Référentiels
des besoins réglementaire et  Plan métiers et
documentaire prévisionnel de compétences
carrières  Liste des
 Contrat  Fiche de demandes
d'Etudes formation dans les
Prospective (CEP) services
(questionnaire)
 Référentiels
métiers et
compétences
 Cahiers des
charges des
demandes
3 Arbitrage  Réunions de  Réunions de  Fichiers des
direction service formations et des
 Budgets  Recherche de organismes de
 Plan(s) financements formation
prévisionnel(s) complémentaires  Catalogues et
4 Hiérarchisation  Logiciel de bases de données
gestion de projet  Réseaux (inter
ou d'aide à la établissements,
CONCEPTION décision professionnels,
branche, GARF,
Centre Inffo,
Carif…)
 Réunions de la
5 Consultation commission
formation
 Réunions de CE
 Plan de  Information  Information
6 formation dans les services des personnes
Communication  Communication  Affichage retenues ou non
institutionnelle  Convocations
 Fiche
d'inscription aux
formations
proposées
 Tableaux de  Autorisation  Cahier des
bord de suivi de la d'absence charges
REALISATION 7 Action formation  Suivi  Conventions de
régulation  Information et administratif et formation
communication financier (tableaux  Référentiels ou
des modifications de bord de programme de
conjoncturelles du gestion) formation
plan de formation  Moyens
matériels et
pédagogiques
 Fiche de
présence
 Fiche
d'évaluation "à
chaud"
 Tableaux de  Evaluation de  Fiche(s)
bord de suivi de la retour dans d'évaluation
formation l'emploi individuelle
EVALUATION 8 Evaluation  Information et  Visites et  Compte rendu
retour aux entretiens dans les des formateurs
financeurs (OPCA, services  Suivi
FSE, Etat, Région)  Documents individuel des
législatifs et parcours
réglementaires
(2483)
Fiche Guide

LE PLAN DE FORMATION
Année N

Etablissement Le service Formation


Nombre de salariés : personne responsable :
répartition/catégories :
Présentation au CE (dates)

A – OBJECTIFS ET ORIENTATIONS DU PLAN


- Les orientations du projet d'établissement ou d'entreprise :

Donner les grandes lignes de la politique de l'entreprise et des évolutions


Situer les orientations de la gestion des ressources humaines
Enoncer les priorités

- Plan de formation :
Annuel et/ou pluriannuel
Objectifs du plan
Donner les orientations et objectifs principaux du plan en lien avec la politique générale
Enoncer les priorités du plan
Orientation vers un public cible

B- ELABORATION DU PLAN

- Méthode d'analyse des besoins


Rappeler les modalités et modes de recueils des demandes individuelles, de service, de
catégories,…
Rappeler (selon le public) les modalités d'accès à l'information et l'accueil par le service
formation.

C - BUDGET

année N-1 : bilan


pourcentage de la masse salariale

année N : prévisionnel
pourcentage de la masse salariale

D – DONNEES PRINCIPALES
(bilan social de l'année N-1 et "2483")
- heures de formation

- répartition /catégories, public, actions

- Les actions de formation et de bilan de compétences, année N


données en fonction des obligations et du public destinataire.
Exercice :

Quels sont les critères d’un plan de formation réussi ?

Réflexion pour la qualité du plan de formation

Le plan de formation traduit de manière opérationnelle la politique de formation de


l'entreprise, cette dernière étant elle même intégrée à une politique globale. Sans entrer dans
une évaluation, nous pouvons cependant repérer un certain nombre de critères qui
préfigurent une réflexion pour la qualité du plan de formation.

Critère de conformité
C'est souvent le premier aspect perçu, c'est à dire le plan respecte –t-il la réglementation en
vigueur et est –il conforme aux procédures tant légales que de l'institution.

Critère de pertinence
La pertinence est la qualité qu'une action se rapporte exactement à ce dont il est question.
Pour être pertinent, le plan de formation est centré sur sa mission où les actions de formation
sont réalisées en vue de participer à résolution de problèmes ou dysfonctionnements,
d'accompagner des projets, de suivre et anticiper l'évolution des emplois et des compétences,
de favoriser les parcours professionnels et de faciliter les changements culturels. La formation
est bien un moyen au service de l'individu et de l'organisation.

Critère de cohérence
Le plan de formation par ses objectifs, son contenu et sa mise en œuvre assure est en
cohérence avec la politique des ressources humaines et ses différentes composantes
(recrutement, gestion de carrières, parcours de professionnalisation), mais aussi avec les
moyens de formation prenant en compte le contexte, les ressources et les contraintes.

Critère d'efficience
L'efficience est la capacité de rendement et de performance au regard des moyens utilisés.
Pour être efficient, le plan est finalisé sur des objectifs de formation identifiés où chaque
action est décrite par un cahier des charges et où les modalités d'évaluation sont présentes de
manière opératoire. De cette manière, il est possible de rendre compte de l'efficacité de
l'action par rapport aux moyens mis en œuvre.

Critère d'efficacité
Est efficace ce qui produit l'effet attendu. Pour ce faire le plan de formation est conçu de telle
sorte qu'il est possible d'appréhender ses effets de actions. Ainsi les actions de formation sont
élaborées de façon à ce que la hiérarchie soit impliquée dès l'identification des besoins, la
conception des actions et surtout la lisibilité du réinvestissement professionnel. De même les
formés sont consultés et informés ainsi que les partenaires sociaux. Dans la mesure où c'est
toujours l'individu qui apprend, l'efficacité de la formation repose beaucoup sur le désir de se
former, l'envie d'apprendre et donc sur l'information et l'intérêt de la formation dans
l'organisation.
Critère d'opportunité
Est opportun ce qui convient au temps, aux lieux ou aux circonstances. La planification des
actions de formation doivent donc être programmer "au bon moment", c'est à dire ni trop tôt,
ni trop tard, tant dans le temps que dans une progression pédagogique ou professionnelle.
Pour ce faire, le plan doit s'inscrire dans les échéanciers des projets d'évolution, de carrière, de
production, d'acquisition de matériel, de besoin de compétences ou d'innovation. Ainsi plus
les actions de formation sont pensées en amont, en lien avec les facteurs de prise de décision,
plus il est possible d'organiser et planifier celles ci.

Ces différents éléments permettent de "boucler" la logique du plan et d'inscrire celui-ci dans
un cycle où l'évaluation finale est utilisée comme un outil d'analyse pour (re)définir les
objectifs.

Vous aimerez peut-être aussi