Vous êtes sur la page 1sur 29

Chapitre I: Etude et dimensionnement de l’installation photovoltaïque.............................

I.1. Introduction :...........................................................................................................2

I.2. Conception du champ photovoltaïque :..................................................................2

I.3. Dimensionnement de l’installation.........................................................................3

I.3.1. Détermination du nombre de panneau de la Centrale Photovoltaïque..............3

I.3.2. Dimensionnement des onduleurs......................................................................3

I.3.2.1. Nombre des modules Max en série pour chaque onduleur..........................4

I.3.2.2. Nombre de modules Min en série de chaque onduleur................................4

I.3.2.3. Nombre de chaines Max en parallèle de chaque onduleur..........................4

I.3.2.4. Les conditions de vérifications des onduleurs :...........................................5

I.3.3. CABLAGE D’UNE CENTRALE PHOTOVOLTAÏQUE...............................6

I.3.3.1. Généralités sur les câbles.............................................................................6

I.3.3.2. CÂBLAGE DE LA PARTIE COURANT CONTINU (DC)......................7

I.3.3.3. CÂBLAGE DE LA PARTIE COURANT ALTERNATIF (AC)..............30


Chapitre I: Etude et dimensionnement de
l’installation photovoltaïque

I.1. Introduction :

I.2. Conception du champ photovoltaïque :

Boite de jonction Boite de jonction


Champs PV Coffret DC
de groupe générale

Raccordement au réseau à travers


Onduleur (s) Coffret AC
d’un transformateur BT/HTA
I.3. Dimensionnement de l’installation

I.1.1. Détermination du nombre de panneau de la Centrale Photovoltaïque

La centrale solaire est de puissance crête totale de 334 kWc. D'après le cahier de charge on va
utiliser les panneaux de marque LONGI et de puissance 450 Wc.

Le tableau 8 décrit les caractéristiques du panneau solaire de LR4-72HBD 425 ~ 455M (en
silicium Monocristallin) que nous avons choisi pour cette installation.

CARACTERISTIQUES DU MODULE

LONGI/Réf : LR4-72HBD 425 ~ 455M

Puissance maximale WP 450 Wc

Tension à puissance maximale Vmpp 41.4 V

Courant à puissance maximale Impp (STC) 10.87 A

Tension en circuit ouvert Voc (STC) 49.6 V

Courant en court-circuit Isc (STC) 11.58 A

Courant max du fusible Imax 25A

α + 0.050 %/°C

Coefficients de température β - 0.284 %/°C

δ (P/P) - 0,350 %/°C


Les caractéristiques du panneau

Le nombre des panneaux est obtenu d’après la formule suivant :

Pc centale 334
Nombre des panneaux= = =742.222
Pc module 0.450

Donc le nombre des panneaux est égal à 742.

I.3.1. Dimensionnement des onduleurs

Suivant notre cahier de charge nous avons choisir la marque PVS-50-TL-SX2 comme onduleur
(voir annexe aa)

I.3.1.1. Nombre des modules Max en série pour chaque onduleur


Le nombre maximal des modules en série est déterminé par cette formule :
Vmax ond
Nmax=
Vocmax mod

Or Voc (T) = Voc (STC) ٠ (1 + β(T- TSTC))

AN : Voc max(−10)=49.6 x ¿

950
Nmax= =17.42
54,53

 Nmax = 17 modules

Nb : Dans le but de travailler au point de fonctionnement maximal (MPPT) On va travailler avec
Vmax ond =800 v donc le nombre de module maximal en série égale 14 modules

I.3.1.2. Nombre de modules Min en série de chaque onduleur


Le nombre minimal des modules en série est déterminé par cette formule :

Vmppt min ond


Nmin=
Vmpp min mod

Or Vmpp (T) = Vmpp (STC) ٠ (1 + β(T- TSTC))

AN : Vmpp min (80 ° C)=41,4 x ¿

 Vmpp min (80°C) = 34.93 V

480
Nmin= =13.7
34,933

 Nmin = 14 module

I.3.1.3. Nombre de chaines Max en parallèle de chaque onduleur


Le nombre de chaines maximal en parallèle est déterminé par cette formule :

Idc max ond


Nmax=
Impp max pv

Or Impp max (T) = Impp (STC) ٠ (1 + α(T- TSTC))

( 0,050 )
AN:Impp max(80 ° C)=10,87 x (1+ ( 80−25 ))
100

 Impp max (80°C) = 11,169 A


36
Nmax=
11,169

 Nmax = 3 chaines

 donc on va utiliser 6 onduleurs PVS-50-TL-SX2 comme suite :


o 5 onduleurs PVS-50-TL-SX2 comme suite :

MPPT1 MPPT2 MPPT3


3 chaines de 14 panneaux 3 chaines de 14 panneaux 3 chaines de 14 panneaux
 42 panneaux  42 panneaux  42 panneaux
Totale = 126 panneaux

o un onduleur PVS-50-TL-SX2 comme suite :

MPPT1 MPPT2 MPPT3


3 chaines de 14 panneaux 3 chaines de 14 panneaux 2 chaines de 14 panneaux
 42 panneaux  42 panneaux  28 panneaux
Totale =112 panneaux

I.3.1.4. Les conditions de vérifications des onduleurs :

I.3.1.4.1. Règle de choix de l’onduleur PVS-50-TL-SX2


On peut dimensionner le convertisseur DC-AC (l’onduleur) selon les règles suivant :
 Règle 1 : 0,8 Ppv < Pac nom < 1,2 Ppv

 Règle 1 : 36720 < 52000 < 55080 vérifié

 Règle 2 : Uco max < tension d’entrée max de l’onduleur

 Règle 2 : Uco max= 17 x 54.53 =927.01V < tension d’entrée max de l’onduleur = 1000V

vérifié

 Règle 3 : Umppt-min< Umpp à (80°C)

 Règle 3 : Umppt-min= 480V< Umpp à (80°C)=17*34.933=593.861V vérifié

 Règle 4 : Umppt-max > Umpp à (-10°C)

 Règle 4 : Umppt-max=800 > Umpp à (-10°C)=17*45.51= 773.67V vérifié

Or Vmpp (T) = Vmpp (STC) x (1 + β(T- TSTC))


AN :Voc max (−10 )=41.4∗¿

 Règle 5 : Impp max < Courant max de l‘onduleur

 Règle 5 : Impp max =3*11.169= 33.5 7A< Courant max de l‘onduleur Imppt max= 36A

vérifié

I.1.2. CABLAGE D’UNE CENTRALE PHOTOVOLTAÏQUE

Le câblage des différentes composantes d’une centrale photovoltaïques (CPV) nécessite la


mise en œuvre des câbles et des appareils de sectionnement, coupure et protection qui
répondent aux exigences des normes relatives aux centrales photovoltaïques.

I.3.1.5. Généralités sur les câbles


Les câbles des installations PV sont divisés en deux types :

 Câbles installés côté DC (câbles solaires) : ils ont été mis au point pour répondre aux
spécificités du solaire PV.
 Câbles installés côté AC : ils se conforment aux règles applicables aux installations
électriques standards.

On distingue trois termes des câbles :

 Conducteur isolé : ensemble formé par une âme conductrice entourée d'une enveloppe
isolante.

 Câble monoconducteur : conducteur isolé comportant, en plus, une ou plusieurs


gaines de protection.

 Câble multiconducteurs : ensemble de conducteurs distincts, mais comportant une


ou plusieurs gaines de protection commune.
I.3.1.6. CÂBLAGE DE LA PARTIE COURANT CONTINU (DC)
Tous les composants du câblage courant continu (câbles, interrupteurs, connecteurs, modules
etc.) doivent être de classe II de protection (12).

Les composants du câblage de classe II c’est un matériel dans lequel la protection contre les chocs
électriques ne repose pas uniquement sur l'isolation principale mais qui comporte des mesures
supplémentaires de sécurité, telles que la double isolation ou l'isolation renforcée. Ces mesures ne
comportent pas de moyen de mise à la terre de protection et ne dépendent pas des conditions
d'installation (14).

I.3.1.6.1. Dimensionnement des dispositifs de protection (fusible)


Dans une installation avec plusieurs chaînes de modules PV en parallèle, les modules doivent
être protégés contre l’effet des courants inverses pouvant prendre naissance dans les chaînes
en défaut.

Si le générateur PV est constitué d’une chaîne unique, le courant de défaut inverse n’existe
pas, et aucun dispositif de protection contre les surintensités n’est exigé.

Si le générateur PV est constitué de deux chaînes en parallèle, le courant inverse maximal qui
peut circuler dans la chaîne en défaut peut valoir jusqu’à Iscmax. Les modules de la chaîne en
défaut sont toujours capables de supporter ce courant inverse et aucun dispositif de protection
des chaînes contre les surintensités n’est exigé.

Si le générateur PV est constitué de Nc chaînes en parallèle (Nc > 2), le courant inverse
maximal qui peut circuler dans la chaîne en défaut peut valoir jusqu’à (Nc -1) Iscmax Un
dispositif de protection des chaînes contre les surintensités est exigé uniquement si le nombre
de chaînes du générateur Nc est supérieur à Ncmax, nombre maximal de chaînes en parallèle
sans protection. Sauf déclaration du fabricant de modules PV sur le nombre maximal de
chaînes en parallèle sans protection, les règles suivantes s’appliquent(14).
La détermination de Ncmax est donnée par le Tableau aa, en fonction de la valeur du courant
inverse maximal des modules IRM et du courant de court-circuit STC des modules IscSTC.

a. Nombre Maximal de chaines en parallèle sans protection


Le tableau aa décrit le nombre maximal de chaines en parallèles sans protection : Ncmax

Tenue en courant inverse du module Ncmax


1 IscSTC ≤ IRM < 2 IscSTC 2
2 IscSTC ≤ IRM < 3 IscSTC 3
3 IscSTC ≤ IRM < 4 IscST 4
4 IscSTC ≤ IRM < 5 IscSTC 5
Cas général : Ncmax ≤ (1 + IRM / IscSTC)

Le document constructeur indique que le calibre max du fusible est égal 25A donc Valeur
limite du courant inverse (IRM) ≥ 25 on prend IRM =25A

Si Nc > Ncmax Prévoir dispositif de protection contre les courants inverses Tenue en
courant inverse du module

IscSTC= 11.58 A IRM = 25 A

( 1+ IRM /IscSTC )=3.159

Ncmax < 3.159 alors Nc max = 3

Or Nc = 3 donc protection des chaines de modules PV n’est pas nécessaire, mais pour des
raisons de sécurité on va utiliser des fusibles.

NB : Si le choix est fait d’utiliser des dispositifs de protection dans le cas Nc  Ncmax, les mêmes
règles de dimensionnement que le cas Nc > Ncmax seront utilisées. (13)

b. Nombre Maximal de chaines en parallèle par dispositif de


protection
Le tableau aa décrit le nombre maximal de chaines en parallèles avec protection : Npmax
Avec Iscmax = Ki Isc(STC) avec Ki = 1,25 (guide C15 712-1 p 62)

IscSTC= 11.58 A et IRM = 25 A

Npmax ≤0.5 (1 + IRM / Iscmax) Npmax ≤ 1.36

Alors Np=1

c. Dimensionnement des dispositifs de protection des modules


PV
Le tableau aa permet le Dimensionnement des dispositifs de protection

1,1 Iscmax ≤ In ≤ IRM soit 12.738 A ≤ In ≤ 25 A

Selon la fiche technique de l’onduleur on va choisir In =15A comme calibre de


fusible de chaine (voir annexe aa)

La figure si dessous montre les fusibles sur chaque polarité de chaque chaine (+ et -)
I.3.1.6.2. Dimensionnement des câbles de chaînes et de groupes PV

a. Acheminements des câbles (12)


Les câbles de la partie DC d’une centrale photovoltaïque doivent :

 être Protégés des conditions climatiques sévères et des rayonnements ultraviolets afin
de ralentir le processus de vieillissement et à minimiser les risques de point chaud et
d’arc.
 cheminer côte à côte et le câble d’équipotentialité doit emprunter le même
cheminement pour éviter les boucles de câblage préjudiciables en cas de surtensions
dues à la foudre.
 être posés sans contact avec des arrêtes tranchantes pour éviter les dommages
mécaniques.
 être choisis et mis en œuvre de manière à réduire au maximum le risque de défaut à la
terre ou de court-circuit ; cette condition est assurée en utilisant des câbles mono-
conducteurs d’isolement équivalent à la classe II (isolation double).
 doivent cheminer dans des conduits fermés, non encastrés (Chemin de cables),
distincts de ceux des circuits alternatifs, sauf ponctuellement au niveau des
croisements.

b. Caractéristiques techniques des câbles (12) ;(13)


Les câbles de la partie DC sont des câbles rigides (U 1000 RO2V) ou souple (HO7RNF), ce sont des
câbles unipolaires spécifiques soumis à des conditions de fonctionnement particulières. Ces câbles
doivent être conçus avec une âme de classe 5(âmes souples pour installations mobiles (multi-brins))
en cuivre étamé, pour fonctionner avec des températures ambiantes comprises entre -35 °C et +70°C.

Le câble doit avoir les caractéristiques techniques suivantes :


 Type de câble : unipolaire, double isolation, résistant aux ultraviolets.
 Section des câbles : normalisée.
 Respect des normes des câbles pour courant continu.
 le dimensionnement des canalisations est effectué conformément aux règles de la
NF C 15- 100 sur la base de câbles à isolation PR.
 les câbles sont au minimum de type C2 (non propagateur de la flamme) et choisis
parmi ceux ayant une température admissible sur l’âme d’au moins 90 °C en
régime permanent.
 les câbles des chaînes PV, des groupes PV et les câbles principaux PV
d’alimentation continue doivent être choisis de manière à réduire au maximum le
risque de défaut à la terre ou de court-circuit. Cette condition est assurée en
utilisant des câbles mono-conducteurs d’isolation équivalente à la classe II.

c. Conditions de mise en œuvre des boites de jonction (12)


L’utilisation d’une boite de jonction à proximité du générateur photovoltaïque, en amont du câble
photovoltaïque principal, est exigée dans les cas suivants :

 Limiter le nombre de câbles entre les modules photovoltaïques et les coffrets électriques en
aval.
 Lorsque le nombre de chaine de module est strictement supérieur à 2.
 Lorsque la distance entre champ photovoltaïque et onduleur dépasse 30 mètre et
qu’une protection contre la foudre est recommandée (il est possible d’installer une
boite de jonction avec parafoudre intégré).

d. SECTIONS DES CABLES DE LA PARTIE DC


Le choix des sections des câbles de polarité côté DC s’effectue selon deux critères majeurs :
 Le courant admissible Iz.
 La chute de tension maximale admise

NB 1 : la chute de tension doit être calculée pour chaque câble de chaîne PV et chaque câble
de groupe PV. On calcule ensuite le cumul des chutes de tension des câbles compris entre
chaque chaîne et l'onduleur, et on retient le cumul le plus important.,,,,

NB 2 : Le conducteur neutre éventuel doit avoir la même section que les conducteurs de
phase quelle que soit la section des conducteurs. (14)

 Calcul du courant admissible Iz d’une chaine (partie DC) (13) (14)


Le tableau aa permet de préciser et borner le Courant admissible Iz dans les câbles de chaînes PV

Avec :
 Iz : courant admissible dans le câble
 I2 = 1,45 In pour les fusibles et I2 = 1,3 In pour les disjoncteurs
On a NC = 3 < 20 donc il faut que Iz ≥ I2

 I2 = 1.45 In = 1.45 x 15 = 21.75 A

Donc il faut que Iz ≥ I2 = 21.75 A

o Dans le calcul du courant admissible Iz on va prenant en compte les conditions


suivantes :
• 2 Câbles unipolaires adjacents sur parois (T âme = 90°Cmax)
• 3 chaines par chemin de câble
• Câbles posés en 2 couches
• Câble isolé aux élastomères (famille PR)
• Mode de pose : Les conducteurs isolés et les câbles disposés dans des
ensembles sont considérés comme posés dans des goulottes (mode de pose 31
ou 32 suivant le tableau 52C). (14)
Pour obtenir la valeur réelle (pratique) du courant admissible il faut tout d’abord
déterminer la méthode de référence et les facteurs de correction.

 Détermination du facteur k1 et de la méthode de référence

Pour chacun des modes de pose décrits dans le tableau 52C, le tableau 52G indique la méthode de
référence (repérée par l'une des lettres : B, C, D, E ou F) à appliquer et les facteurs de correction
éventuels.

Les descriptions de chaque lettre comme suite :

Méthode de référence B

 deux conducteurs isolés ou deux câbles monoconducteurs ou un câble à deux


conducteurs ;
 trois conducteurs isolés ou trois câbles monoconducteurs ou un câble à trois
conducteurs.

Méthode de référence C

 deux câbles monoconducteurs ou un câble à deux conducteurs, - trois câbles


monoconducteurs ou un câble à trois conducteurs.

Méthode de référence D

 deux câbles monoconducteurs ou un câble à deux conducteurs, - trois câbles


monoconducteurs ou un câble à trois conducteurs.

Méthode de référence E

 un câble à deux ou trois conducteurs.

Méthode de référence F

 deux ou trois câbles monoconducteurs


 D’après la norme, soit B la méthode de référence et le facteur de correction k1 = 1
 Détermination du courant admissible (sans correction) à température
ambiante de 30 °C, pour les câbles dans l'air, quel que soit le mode de pose

Pour la détermination du courant admissible on a choisir par défaut une section de cales égale 4 mm²

 D’après le tableau 52H le courant admissible (sans correction) Iz =42A

 Détermination du Facteurs de correction K2 pour des températures


ambiantes différentes de 30 °C 

Pour le calcul des câbles de chaînes, la température à prendre en compte pour leur dimensionnement
est considérée égale à 70°C et un facteur de correction de 0,58 est à appliquer conformément au
Tableau 52K de la NF C 15-100. (13) Voir diapo 10 rouge PowerPoint
 D’après le tableau 52K si dessus le facteur de correction k2 = 0.58

 Détermination du Facteurs de correction K3 pour groupement de


plusieurs circuits

 D’après le tableau 52N si dessus le facteur de correction k3 = 0.7


 Détermination du Facteurs de correction K4 pour pose en plusieurs
couches

Lorsque les câbles sont disposés en plusieurs couches, les facteurs de correction suivants
doivent être appliqués aux valeurs de courants admissibles :

 Courant admissible Iz prenant en compte les conditions précédentes

NC = 3 < 20 Iz ≥ I2

IL faut que Iz = 42 x K1 x K2 x K3 x K4 > I2 (21.75A)

AN: Iz = 42 x 1 x 0.58 x 0.7 x 0.8 = 13.64 A < In (21.75A)

La section de 4 mm² est inappropriée pour le courant admissible, Donc on va Augmenter la


section du câble S = 10 mm²

AN: Iz = 75 x 1 x 0.58 x 0.7 x 0.8 = 24.36 A > In (16A)

Conclusion : La section de 10 mm² est appropriée pour le courant admissible mais reste
à vérifier la chute de tension correspondante.

 Calcul de la chute de tension maximale admise d’une chaine (partie DC)


(12)

L’optimisation technico-économique conduit à réduire au maximum les chutes de tension


dans la partie DC d’une centrale photovoltaïque.

La chute de tension recommandée dans la partie DC de la champ PV est de 1%, toutefois la


chute maximale autorisée de l’installation est de 3 % à une valeur de courant égal à ImppSTC
(STC : conditions d’essais normalisées). Le calcul de cette chute de tension est effectué dans
les conditions suivantes :
 la résistivité du câble est celle correspondant à la température maximale de l’âme en
service normal (ρ = 1,25 x ρ0) ;
 la tension de référence dans les calculs est la tension UmppSTC.
 le courant de référence dans les calculs est le courant ImppSTC.

U
Δu ( en % )=100 x
UA

L
U =UA−UB=2 x ρ x x ImppSTC
S

Avec :

 𝑢 ∶ 𝐶h𝑢𝑡𝑒 𝑑𝑒 𝑡𝑒𝑛𝑠𝑖𝑜𝑛 𝑒𝑛 𝑉𝑜𝑙𝑡


 𝜌 ∶ 𝑅é𝑠𝑖𝑠𝑡𝑖𝑣𝑖𝑡é 𝑑𝑒𝑠 𝑐𝑜𝑛𝑑𝑢𝑐𝑡𝑒𝑢𝑟𝑠 𝑒𝑛 𝑠𝑒𝑟𝑣𝑖𝑐𝑒 𝑛𝑜𝑟𝑚𝑎𝑙 = 0.023 Ωmm²/m pour le cuivre
 𝐿 ∶ 𝐿𝑎 𝑙𝑜𝑛𝑔𝑢𝑒𝑢𝑟 𝑠𝑖𝑚𝑝𝑙𝑒 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑐𝑎𝑛𝑎𝑙𝑖𝑠𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑒𝑛 𝑚è𝑡𝑟𝑒 (25m)
 𝑆 ∶ 𝑆𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑒𝑠 𝑐𝑜𝑛𝑑𝑢𝑐𝑡𝑒𝑢𝑟𝑠, 𝑒𝑛 𝑚𝑚²
 𝐼𝑚𝑝𝑝𝑆𝑇𝐶 : 𝐶𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 𝑑′𝑒𝑚𝑝𝑙𝑜𝑖 𝑑𝑎𝑛𝑠 𝑙𝑒𝑠 𝑐𝑜𝑛𝑑𝑖𝑠𝑡𝑖𝑜𝑛𝑠 𝑑𝑒 𝑡𝑒𝑠𝑡 𝑆𝑡𝑎𝑛𝑑𝑎𝑟𝑑
 𝑈𝐴 : 𝑇𝑒𝑛𝑠𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑒 𝑟é𝑓é𝑟𝑒𝑛𝑐𝑒 𝑐𝑎𝑙𝑐𝑢𝑙é𝑒 𝑠𝑢𝑟 𝑙𝑎 𝑏𝑎𝑠𝑒 𝑑𝑒 𝑈𝑚𝑝𝑝𝑆𝑇𝐶
 𝛥𝑢 ∶ 𝑙𝑎 𝑐h𝑢𝑡𝑒 𝑑𝑒 𝑡𝑒𝑛𝑠𝑖𝑜𝑛 𝑟𝑒𝑙𝑎𝑡𝑖𝑣𝑒 𝑒𝑛 %

25
AN: U =2 x 0 .023 x x 10 . 87=1.2 5
10
1 . 25
Alors Δu 1 ( en % )=100 x =0. 22
( 41 . 4 x 14)

Δu1 ( en % ) <1 % Donc la section du câble (10 mm²) est Acceptable.


 Calcul du courant admissible Iz du groupe (13) (14)
Le tableau aa permet de préciser le Courant admissible Iz dans les câbles des groupes PV

Avec :
 Iz : courant admissible dans le câble
 I2 = 1,45 In pour les fusibles et I2 = 1,3 In pour les disjoncteurs
On a Na = 1 il faut que Iz  Iscmax_GROUPE

Où Iscmax_GROUPE = (Nc/Na) x Iscmax =3 x 14.475 = 43.425 A

Avec Iscmax = Ki Isc(STC) = 1.25 x 11.58 =14.475 A

 Iz  Iscmax_GROUPE = 43.425 A

 Détermination du facteur k1 et de la méthode de référence

 D’après la norme, soit B la méthode de référence et le facteur de correction k1 = 1


Détermination du courant admissible (sans correction) à température ambiante de 30 °C,
pour les câbles dans l'air, quel que soit le mode de pose

Pour la détermination du courant admissible on a choisir par défaut une section de cales égale 6 mm²
 D’après le tableau 52H si dessus le courant admissible (sans correction) Iz = 54A

 Détermination du Facteurs de correction K2 pour des températures ambiantes


différentes de 30 °C 

Pour le calcul des câbles de chaînes, la température à prendre en compte pour leur dimensionnement
est considérée égale à 70°C et un facteur de correction de 0,58 est à appliquer conformément au
Tableau 52K de la NF C 15-100. (13).

 D’après le tableau 52K si dessus le facteur de correction k2 = 0.58


 Courant admissible Iz prenant en compte les conditions précédentes
 Na = 1 Iz  Iscmax_GROUPE

Iz = 54 x K1 x K2 x K3 x K4 > Iscmax_GROUPE = 43.425 A Avec K3 = K4 = 1

AN : Iz = 54 x 1 x 0.58 = 31.32 A < Iscmax_GROUPE = 43.425 A

La section de 6 mm² est inappropriée pour le courant admissible dans la condition de


température ambiante de 70°C

 Donc on va Augmenter la section du câble S = 16 mm²


 AN: Iz = 100 x 1 x 0.58 = 58 A > Iscmax_GROUPE = 43.425 A

Conclusion : La section de 16 mm² est appropriée pour le courant admissible mais reste
à vérifier la chute de tension correspondante.

 Calcul de la chute de tension maximale admise d’un groupe (partie DC)


(12)
Le calcul de la chute de tension du groupe est effectué dans les mêmes conditions que les
câbles de chaine et avec la même formule suivantes :
U
Δu ( en % )=100 x
UA

L
U =UA−UB=2 x ρ x x ImppSTC
S

25
AN: u=2 x 0 .023 x 16 x 3 x 10 . 87=2.34 v

2 . 34
Alors Δu 2 ( en % )=100 x (41 . 4 x 14 ) =0 . 4

Δu ( en % )<1 % Donc la section du câble (16 mm²) est Acceptable.

 Calcul de la chute de tension total


On calcule ensuite le cumul des chutes de tension Δu total ( en % )

Δu total ( en % )=Δu 1+ Δu 2=0.22+ 0.4=0.62<1 % Vérifié

 Mise à la terre des masses et éléments conducteurs (13)


Pour minimiser les effets dus à des surtensions induites, les structures métalliques des
modules et les structures métalliques support (y compris les chemins de câbles métalliques)
doivent être reliées à une liaison équipotentielle de protection elle-même reliée à la terre. Ces
structures métalliques étant généralement en aluminium, il convient d’utiliser des dispositifs
de connexion adaptés. Les conducteurs en cuivre nu ne doivent pas cheminer au contact de
parties en aluminium.

Les conducteurs de mise à la terre (isolés ou nus) ont une section minimale de 6 mm² cuivre
ou équivalent. Les conducteurs isolés doivent être repérés par la double coloration vert-et-
jaune.

Ces masses et éléments conducteurs d’une installation PV doivent être connectés à la même
prise de terre.
NB : La masse de l’onduleur doit être reliée à la liaison équipotentielle par un conducteur de
section minimale égale à 6 mm² Cu ou équivalent, et au conducteur de protection de
l’installation.

I.3.1.6.3. Choix d’un parafoudre du côté courant continu

a. Conditions d’installation d’un parafoudre


NB : En cas de cheminement des câbles dans des chemins de câble métalliques raccordés aux
conducteurs PE Il n’est pas nécessaire d’installer des parafoudres

Pour statuer sur la nécessité d’installer un parafoudre du côté DC, il est nécessaire de
commencer par le calcul de la distance L (La longueur L est la distance cumulée entre le(s)
onduleur(s) et les points d’entrée des chaînes les plus éloignés, en considérant chaque chemin)
avec la formule suivante :

L = Lc1 +Lc2 +Lc3


 En cas de plusieurs onduleurs, la longueur à considérer est la somme de toutes les
longueurs L par onduleur

Les tableaux si dessous montrent les conditions d’installation des parafoudres côté D.C

 Tableau 9 –Conditions d’installation des parafoudres côté D.C. (13)


L=L C 1+ L C 2+ LC 3 ≃85 m

Ng = 5.9 (région de Sfax)


L crit=450/5.9=76.27 m

 Parafoudre coté DC est obligatoire si L > 76.27 m


b. Règles de dimensionnement (13)
Puisque notre installation est sans paratonnerre en va utiliser les parafoudres de type 2

 Tension maximale de régime permanent Ucpv :

Uoc max(−10)=49.6 x ¿

Uoc max Total = Uocmax x 14 = 54.53 x 14 = 763.42 V

 Il faut que Ucpv > 763.42 V


 Niveau de protection d’un parafoudre Choix de Up :

La tension assignée de tenue aux chocs Uw pour les modules et les équipements de
conversion est donnée dans le Tableauaa si dessous.

 Les modules classe A (classe II) ont en général une tension max de 1000 V, alors Up
du parafoudre doit être inferieure a 8000 x 0,8 = 6400 V
 Le Up de ce parafoudre doit être également correct pour I ’onduleur (6000 x 0,8 = 4800V)

 Il faut que Up < 4800 V


 Courant nominal de décharge d’un parafoudre In :

 Il faut que In < 5 KA

 Courant de tenue en court-circuit d’un parafoudre Iscpv

( 0,050 )
(
ISCmax ( 80 ° C )=11,58 x 1+
100 )
( 80−25 ) =11.898 ≃ 11.9 A

ISC maxTotal = ISCmax x 3 = 11.9 x 3 = 35.7 A

 Il faut que Iscpv > 35.7 A

 Choix du parafoudre :
Le tableauaa si dessous représente la Fiche Technique d’un Parafoudre DC Type II (voir Annexe)

 On va choisir un parafoudre de référence (08404)

La distance séparant l’onduleur aux modules dépasse 10 m, la tension vue par les équipements
peut être doublée sous l’effet de résonances (phénomènes d’amplification du fait des
fréquences élevées des surtensions d’origine foudre). Dans ce cas on va installer un deuxième
parafoudre coté champ photovoltaïque ayant un niveau de protection Up inférieur à 50% de la
tension de tenue aux chocs des modules photovoltaïque. (Voir power point couleur noir)

 On va monter un autre parafoudre de référence (08404)

I.3.1.6.4. Choix d’un sectionneur (interrupteur sectionneur) du côté courant continu


 Tension de l’interrupteur sectionneur 𝑈sec :

Usec > Uoc max Total du champ PV = Uocmax x 14 = 54.53 x 14 = 763.42 V

 Intensité de l’interrupteur sectionneur Isec :

Isec > 1,25 x Isc du champ PV x3 = 1.25 x 11.58 x 3 = 43.425 A

 On va choisir deux sectionneur (interrupteur sectionneur ??) de caractéristique


technique suivant : 1 000 V / 60 A pour chaque MPPT

I.3.1.7. CÂBLAGE DE LA PARTIE COURANT ALTERNATIF (AC)