Vous êtes sur la page 1sur 5

III La reproduc on des plantes à fleurs

1) Organisa on de la fleur

Les fleurs ont une organisa on commune en ver cilles(couronnes concentriques) malgré la diversité
apparente de forme, de couleurs , de l’extérieur vers l’intérieur on trouve :
- ver cille 1 ou calice formé de sépales
- ver cille 2 ou corolle formé des pétales
- ver cille 3 cons tué par les étamines. Ce ver cille est impliqué dans la reproduc on, ce sont les
organes reproducteurs mâles dont les anthères con ennent les gamètes mâles (grains de pollen).
- Ver cille 4 cons tué par le pis l, organe reproducteur femelle contenant les gamètes femelles
ovules.

2) La mise en place des ver cilles est sous contrôle géné que
Supports : Photographies des différentes fleurs mutantes d’Arabidopsis, documents ci-dessous sur mise en
place des différentes pièces florales (modèle ABC)
SITES qui peuvent vous aider :
h p://www.ens-lyon.fr/RELIE/Fleurs/forma on/module4/demo-m4-1.htm
h p://acces.ens-lyon.fr/acces/thema ques/dyna/dossiers-thema ques/morphogenese-
vegetale/morphogenese-florale/index_html#3-

Les photographies peuvent être visibles en couleurs page 103 document 5 de votre livre.

On connaît un groupe de gènes appelés MAD box, ou encore gènes appartenant aux classes ABC. La combinaison
des protéines résultant de leur expression détermine le devenir des différentes zones du méristème floral ; ainsi, les
gènes de classe A induisent seuls la formation des sépales et combinés à ceux de classe B la formation des pétales.
Les gènes de classe B combinés à ceux de classe C produisent les étamines tandis que les gènes C sont seuls
responsables de la formation des carpelles.

En dehors du gène AP2, tous les gènes ABC (gènes architectes ou de développement) codent des facteurs de
transcription. Ces facteurs de transcription sont capables de se lier à l'ADN sous forme de dimères. Ces protéines
sont présentes chez les champignons, les animaux et les végétaux. En plus du domaine MADS de liaison à l'ADN, les
protéines de plantes possèdent un second domaine conservé, le domaine K, analogue au segment en double hélice
de la kératine qui serait impliqué dans des interactions protéine-protéine.

Question :
A l’aide de vos connaissances et des supports précédents, proposez une hypothèse afin d’expliquer les
phénotypes mutants précédents (pis llata, agamous et apetala). Vous préciserez pour chaque mutant la
classe de gène mutée A, B ou C.
3) De la fleur au fruit
● Vidéo du padlet de la fleur au fruit dans partie reproduction à visionner

Schéma de la fleur de cerisier

Schéma de la féconda on chez les plantes à fleurs


Chez la plupart des fleurs la féconda on est dite croisée c’est à dire que les grains de pollen d’une fleur
sont déposés sur le pis l d’une autre fleur de la même espèce. La pollinisa on croisée favorise le brassage
géné que.
D’autres plantes pra quent une autoféconda on et le pollen féconde le pis l de la même fleur.
Une fois déposé sur un s gmate, le grain de pollen développe un tube pollinique qui croît dans le style
jusqu’aux ovules. Puis a lieu la féconda on.
Après féconda on, la fleur se transforme en fruit.
Dans certains cas, c’est la paroi de l’ovaire qui dans certains cas formera la paroi du fruit. Les ovules
fécondés formeront les graines qui seront dispersées, disséminées pour redonner un nouveau plant.

4) Pollinisa on et coévolu on
Les plantes à fleurs du fait de leur fixa on, ont développé certaines adapta ons favorisant la pollinisa on
croisée.
Remplir le tableau suivant à l’aide des éléments du PADLET et du livre page 104 à 107. Pour la pollinisa on,
privilégiez l’exemple de la chauve-souris avec le baobab (voir padlet et vidéo). Pour a dispersion des
graines, prendre exemple de votre choix.

Mécanismes POLLINISATION DISPERSION des GRAINES

Exemples qui illustrent


Adapta ons et stratégies évolu ves
sélec onnées chez l’animal
pollinisateur et chez la plante
pollinisée.

COEVOLUTION

Pollinisa on : le transport du pollen par différents vecteurs (insectes, mammifères, eau, vent etc.)
Coévolu on : évolu on conjointe de deux espèces ayant des interac ons par culières lors de la
reproduc on

Les fleurs pollinisées par les insectes (entomogames)


Les fleurs pollinisées grâce au vent (anémogames)

5) Dispersion des graines et coévolu on


Sans transport, les graines peuvent éventuellement germer auprès de la plante mère. Cependant la
colonisa on du milieu est alors limitée et les nouveaux plants peuvent subir la concurrence de leurs
parents pour accès aux substances nutri ves.
L’eau ou le vent peuvent disperser les graines.
Des animaux peuvent transporter aussi des graines accrochées sur leurs poils ou leurs plumes
(épizoochorie). D’autres consomment les ma ères organiques et reje ent dans leurs excréments des
graines capables de germer (endozoochorie).