Vous êtes sur la page 1sur 12

Mll : Principes de la thermodynamique

TMEA

2. Quantité d'énergie
L'énergie permet le mouvement. L'unité internationale de l'énergie est le joule qui
correspond à la levée d'un poids d'un newton (", 100 grammes), sur une hauteur de 1 m.
L'énergie, « déplacement d'un poids (force) sur une hauteur» est une grandeur physique
composée de longueur, de masse et de temps.
Le joule est l'unité d'énergie: le kg m2 / s
Toutes les énergies peuvent se transformer en chaleur. Si l'on soulève de 1 m un objet de 1
newton à l'intérieur e cuve d'eau isolée de 1 nr', lorsque tout sera revenu au repos, l'eau
aura reçu 1joule de ch eur, qui se sera traduit par une augmentation de température de
0,00000024 °C...
Le joule peut être utilisé po quantifier les quantités de chaleur, mais c'est une unité très
petite. On utilisera plutôt :

~ le kiloj ule : kJ = 1 000 J /


~ le mégaj e : MJ = 1 000 000 J

La lettre symbole de représentation d

3. Chaleur massique
La chaleur massique est la quantité de cha r qu'il faut apporter à 1kg d'un corps
pour en élever la température de 1°C.
Elle permettra de calculer les quantités de c à apporter ou à enlever, pour réchauffer ou
refroidir les corps, sans changement d'état ysiq (solide, liquide, gazeux). Ainsi, pour
élever la température de 1 kg d'eau de 1° il faut 1 . apporter une quantité de chaleur de 4
180joules (4,18 kJ).

La lettre symbole représentant la chale

La chaleur massique dépend de la si tion moléculaire d'un co . Aussi, elle diffère pour
chaque matière, et pour une matière onnée, elle est différente seloI\l'état physique (solide,
liquide, gazeux).

Ainsi, il faut :

~ 2,1 kJ pour réchauffe 1 kg de glace de 1°C: Cm glace = 2,1 kJ / (kg.X')


~ 4,18 kJ pour réchau er 1 kg d'eau de 1°C: Cm eau = 4,18 kJ / (kg.X')
~ 1,83 kJ pour récha er 1 kg de vapeur de 1°C: Cm vapeur = 1,83 kJ / (kg.oC)

Et dans chacun des états physi ues, ces chaleurs massiques varient avec la température ...

Bellourni Ahmed Page 2


Mll : Principes de la thermodynamique
TMEA
1. Notion de température.
1.1 Mesure des températures
Au 18ème siècle, différentes échelles de température furent définies.
Le Suédois Anders Celsius décida :
~ de définir le 0° C au point de passage de l'eau à la glace ;
~ de définir le 100°C au point de passage de l'eau à la vapeur.
En conséquence, le « °C » fut défini comme 1/100ème de l'écart de température entre la
formation de la glace et l'évaporation de l'eau (à l'air libre, sous la pression atmosphérique).

Evidemment, les savants du 18ème siècle savaient que le 0 de l'échelle Celsius était mal
placé puisque que les températures pouvaient descendre bien en dessous de ce 0 °C.'Mais
ils ne savaient pas jusqu'à combien.
C'est au 19ème siècle que l'anglais William Kelvin démontra que l'on pouvait au maximum
descendre à -273°C. 11proposa donc de déplacer le 0 de Celsius pour le positionner à cette
température. En conséquence, lorsque Celsius indique -273 cC, Kelvin indique de 0 K
(Kelvin).
Lorsque Celsius indique 0 cC, Kelvin indique +273 K. Lorsque Celsius indique +20 cC,
Kelvin indique +293 K. Le passage du degré Celsius au Kelvin consiste à rajouter +273.
Lorsque l'on indique la température en K, on parle de température absolue.
En 1960, le kelvin [K] fut adopté comme unité internationale de température.
Pour notre branche professionnelle, nous continuerons à parler en °C, car nous y sommes
très habitué.
La lettre symbole représentant la température est: T.

ëxerc ice : tr ansform ez les tem p érature du ,)C au K {ou inversem ent)

Tem pérature Température


1 o ':'C +273 K 1

- 2~, ,)C :t% K


1

+ 20 ':'C -\-sl :)3 K


~ ')C
318 K '-\\

Belloumi Ahrned
Pa•• /5
COURS DE THERMODYNAMIQUE
TEMPERATURE ET CliALEUR

1.1 Température

1.1.1 Notion de température

La température est liée à la sensation physiologique du chaud et du froid. Cette sensation


permet de dire qu'un corps est plus chaud qu'un autre, ou que sa température est plus élevée.

1.1.2 Echelles de température

+ Echelle Celsius

10 20 30 40 50 60 70 80 90
O°C """" Il'' """'1" '"'" "" ,",",,1"",,",1, '"' Il,,1,"1111' d,,,,,,, "l,,,,,,, "l,,,,, III d1 OO°C
i
Point de fusion de la
i
Point de l'ébullition de
glace l'eau

+ Echelle absolue ou Kelvin

L'expérience a montré qu'il y a une limite à la notion de froid. A la température -273' °C , les
substances ne possèdent plus d'énergie thermique et on ne peut pas descendre en dessous de
cette température qui est appelée Zéro absolu: 0 K.

Zéro absolu:

Point de fusion de la glace 273 K ou O°C

Point d'ébullition de l'eau 373 K ou ioo-c


L'échelle absolue ou Kelvin a le point fixe inférieur confondu avec le Zéro absolu.
100 200 300 400 500 600 100 800 900 1000 1100 1200. 1300. 1400. 1500. 4000. 6000.
OK
1
t
l 1 . 1
It 1
't
1
t
Zéro absolu 273t173K =
630K 1340 K
=
~
4000 K 6000 K

Point fixe Point Ebullition Point ébullition Point ébullition de Centre de la Terre Surface du soleil
inférieur glace eau du mercure l'or

l division de l'échelle Kelvin = Idivision de l'échelle CelsÎ11"

+ Conversion des températures

Si ~I.1.note l' l.~température ~~.Kelvin et ~ la température el). degrés Celsius :


T= e + 273
EXEMPLE:
Si e = O°C ~ T=273 K
Si e = 20°C ~ T=293 K
I.2 Chaleur

I.2.I Notion de chaleur

Lorsqu'on place un corps porté à une certaine température u contact d'un autre corps à
température plus élevée, un transfert d'énergie Q se produi du corps le plus chaud vers le
corps le plus froid jusqu'à égalisation des températures des

I.2.1.I Capaclté calorifique

Le rapport de la q e.la température ~ T est appelé capacité


calorifique C
Unit' de C : Joule / Kelvin 011 J.I(-l

C est la chaleur nécessaire our élever 0 diminuer de 1°C (1K) la température du


.corps considéré.

I.2.1.2 Capacité thermique massique

Unité: J Kg-1 K-1 ,

c est la chaleur nécessaire pour élever d ) la température de 1Kg du corps considéré.

Relation entre C, c et Q

a) Calculer la quantité 'énergie nécessaire pour éle er la température de l'eau


jusqu'à 600C.

b) Le temps que cela p ndra si le rése


5 KW. La chaleur spécifique d l'eau est: -) /

~oir est alimenté par un système de puissance


C = 4200 J Kg-1 K-1

Q = c m ~T = 4200 x 160 x 40 26.880.000 J

Q~27MJ

b) Puissance = ~nergie
emps
Mll : Principes de la thermodynamique
TMEA
2. Quantité d'énergie
L'énergie permet le mouvement. L'unité internationale de l'énergie est le joule qui
correspond à la levée d'un poids d'un newton ('" 100 grammes), sur une hauteur de 1 m.
L'énergie, « déplacement d'un poids (force) sur une hauteur» est une grandeur physique .
composée de longueur, de masse et de temps.
Le joule est l'unité d'énergie: le kg m2 / s
Toutes les énergies peuvent se transformer en chaleur. Si l'on soulève de 1 m un objet de 1
newton à l'intérieur d'une cuve d'eau isolée de 1 m3, lorsque tout sera revenu au repos, l'eau
aura reçu 1 joule de chaleur, qui se sera traduit par une augmentation de température de
0,00000024 De. ..
Le joule peut être utilisé pour quantifier les quantités de chaleur, mais c'est une unité très
petite. On utilisera plutôt:

);> le kilojoule : kJ = 1 000 J


);> le mégajoule : MJ = 1~000 000 J

La lettre symbole de représentation de la chaleur est: Q.

3. Chaleur massique
La chaleur massique est la quantité de chaleur qu'il faut apporter à 1 kg d'un corps
pour en élever la température de 1°C.
Elle permettra de calculer les quantités de chaleur à apporter ou à enlever, pour réchauffer ou
refroidir les corps, sans changement d'état physique (solide, liquide, gazeux). Ainsi, pour
élever la température de 1 kg d'eau de 1DC, il faut lui apporter une quantité de chaleur de 4
180 joules (4,18 kJ).

La lettre symbole représentant la chaleur massique est Cm.

Cm eau = 4,18 (kJ / kg.oC)

La chaleur massique dépend de la situation moléculaire d'un corps. Aussi, elle diffère pour
chaque matière, et pour une matière donnée, elle est différente selon l'état physique (solide,
liquide, gazeux).

Ainsi, il faut :

~ 2,1 kJ pour réchauffer 1 kg de glace de 1DC : Cm glace = 2,1 kJ / (kg. CC)


);> 4,18 kJ pour réchauffer 1 kg d'eau de 1DC : Cm eau = 4.18 kJ / (kg. CC)
);> 1,83 kJ pour réchauffer 1 kg de vapeur de 1DC : Cm vapeur = 1,83 kJ / (kg. CC)

Et dans chacun des états physiques, ces chaleurs massiques varient avec la température ...

Belloumi Ahmed
Mll : Principes de la thermodynamique
TMEA

3.1 Calcul des guantites de chaleur sans changement d'etat


nhysigue
Si l'on connaît la chaleur massique d'un corps, on sait combien il faudra lui apporter de
chaleur pour en élever 1 kg de 1 cc.
Si l'on travaille sur plusieurs kg, il suffira de multiplier
par le nombre de kg, si l'on élève la température de plusieurs degrés, il suffira de multiplier
par le nombre de degrés :
Q = M: x Cm X l'1T
Avec :
Q : Quantité de chaleur en kJ
M : Masse chauffée ou refroidie en kg
Cm :Chaleur massique en kJ/(kg.oC)

l'1T : écart de température d'élévation (ou de refroidissement).

Exercice: Quelle quantité de chaleur faut-t-il en kJ, pour réchauffer 3 kg d'eau de 1 °C?
Q ~ ?, -c t{ )"3 X A..= ..1L . S "-1 "'cS
1

Exercice: Quelle quantité de chaleur (aut-t-il en kJ, pour réchauffer 1 kg d'eau de 85°C?

Exerc\$e: Quelle quantité de chaleur (en kJ) faudra-t-il enlever à 3 500 kg d'eau pour les
refroidir de 12°C à 6°C?

Exercice: Quelle quantité de chaleur (en kJ) faudra-t-il pour réchauffer 150 kg d'air de 5 à 2:
°C?
(Cm air = 1 kJ / kg CC)

3.2 Utilisation de la formule 0 = M Cm AT


Cette formule a été étudiée pour calculer des quantités de chaleur Q. Mais, on peut la
manipuler pour calculer des masses réchauffées ou des écarts de températures, les autres
données étant connues :
M= Q
CmxM

~T= Q
MxOn

Il ne s'agit pas de nouvelles formules mais de mises en forme selon ce que l'on connaît et ce
que l'on recherche.
Les unités utilisées doivent évidemment être les mêmes quelle que soit la présentation de la
formule soit:
~ QenkJ
~ M: masse en kg
~ Cm en kJ fkgOC
~ AT en °C
Exercice: Quelle masse d'eau en kg pourra-t-on réchauffer de 40°C si l'on dispose de
162000 kJ ?
.......• -
Bellou-ni Ahmed
ËNERGIE LATENTE DE FUSION ~NERGIE LATENTE DE VAPORISATION
température L, -- - v.aporisation Lv
nature de fusion (), ( J 1 kg ) nature à ev ( J 1 kg )
aluminium 660 390000 ammoniac ..33 1 368004

ammoniac -75 452000 benzène 80' .'


394700

azote - 210 26000 éther 35 359700

cuivre 1083 205000 eau 100 226100(


"
eau 0 330000 éthanol 79 844 400

éthanol -117 906000 hélium .. 269 . 25000


(

'--- ,
--
éther (
-120 370000 hydrogène ..253 451 400
~
fer 1 535 268000 mercure 357 212000
--~-
mercure ~39 12000 oxygène -183 212800
"

plomb 328
,
25000
~

IERGIE LATENTE DE VAPORISATION ~

v.aporisation Lv :rD
ure à Ov ( J 1 kg ) 2
..33 ~
ndac 1 368000
,,-

:ène 80' .'


394700

er 35 359700

u 100 2261 000


c
.-
nol 19 844 400

lm ..269 25000
r

tJène -253 451 400

ure
....
357
- 212000
-~
,

àne -183 212800]


CYCLE MOTEUR ESSENCE

1er temps: Admission P => A


L'abaissement du piston et l'ouverture de la soupape d'admission permettent
l'introduction dans le cylindre du mélange air carburant à la pression ambiante et à la
température ambiante. Les volumes extrêmes sont Vb (PMH ) et Va (PMB).
Le rapport Va/Vb est le taux de compression volumétrique. Les conditions initiales
au point A sont donc Pa = 1, Va et Ta = 300K.

2ième temps: Compression A => '1J


Le mécanisme d'entraînement du piston comprime le gaz de manière isentropique.
La pression Pb se déduit de : Pb.VbY = Pa.VaY.
La température Tb se déduit de : Tb.Vby-l = Ta.Vay-l.

3ième temps: Allumage et détente B => C => D


Après l'explosion la température est élevée dans la chambre de combustion. Elle
dépend du taux de compression et de la nature du combustible. 1800 K est un ordre de
grandeur réaliste.
La pression Pc se déduit de : Pb.Tc = Pc.Tb
Après l'explosion, se produit la détente (temps de travail du cycle). Elle est
isentropique.
La pression en D est donnée par Pd = Pc.(Vc / Vd)Yet la température par:
Td = Tc.(Vc / Vd)'Y-1

4ième temps: Echappement D => A => P


En D, la soupape d'échappement est ouverte. Les gaz brûlés subissent une détente DA
en principe isochore.
Dans ce cycle les transformations PA et AP étant de sens inverses, seul est à prendre
en compte le contour ABCD.
Le rendement est 11 = 1- Ta / Tb. Montrer qu'il est seulement fonction du taux de
compression,
Le cycle réel d'un moteur 4 temps diffère notablement de ce diagramme théorique
: AP est en réalité une boucle et il n'existe pas de points anguleux dans la
boucle ABCD.

1
c'Ll ~\lOTElTR DIESEL.

1er temps: Admission 1 ~ 2


L'abaissement du piston et l'ouverture de la soupape d'admission permettent
l'introduction dans le cylindre d'air à la pression ambiante et à la température
ambiante.
Les volumes extrêmes sont VI (PMH) et V2 (PMB). Le rapport V2/V 1 est le
taux de compression volumétrique, noté p
Les conditions initiales au point 1 sont donc Pl = L Vl et Tl = 300 K.

2ièl71etemps: Compression 2 ~ 3
Le mécanisme d'entraînement du piston comprime l'air de manière
isentropique.
La pression Pb se déduit de : P:,'V2-" = P3'V,/-
La température Tb se déduit de: T.,.\\y-I = T2.V2-/-1.

3ième temps: Combustion et détente 3 ~ 4 ~ 5


La combustion du carburant injecté dans l'air à haute pression est spontanée.
On peut considérer qu'elle se produit de manière isobare.
Le rapport entre les volumesv. et \r.~(voisin de 3) correspond donc aussi au
rapport entre les températures T ~ et T.,.
Après l'explosion, se produit la détente (temps de truvail du cycle). Elle est
isentropique.
La pression en 5 est donnée par P: = P.4' (V J,./V:;)-i
La température par: T:: = T~.(V~i\":;),'-1

4ième temps: Echappement 5 ~ 2 ~ 1


En 5, la soupape d'échappement est ouverte. Les gaz brûlés subissent une
détente 5 ~ 2 en principe isocho re.
Dans ce cycle les transformations J .-.;, 2 et 2. --:- l étant de sens inverses, seul est
à prendre en compte le contour 2 -"<3 .--;-4--~5 _.: 2.
La chaleur o fournie au cours de l'évolution
~ _ •
f.\oht!ï_: --"A est (Dour l'unité de
\ ..L

masse)
.0: l -,-- --i", La chaleur cédée au cours de l'échappement
. ." ~: est (pour l'unité de masse}
CYCLE THEORIQUE MOTEUR A ESSENCE

ession
c:

Pa P~ -======='._IA _
Vb Va Volume

P.M.H. P.M.B.
C'YCLE crr-lEORIQliE IVI0TEUR DIESEL

P3

PS

Pl

Vl V4 V2 Volume
(PMH) (PMB)

Vous aimerez peut-être aussi