Vous êtes sur la page 1sur 3

Février 2020

CÔTE D’IVOIRE

Commerce bilatéral entre la France et la Côte d’Ivoire en 2019

D’après les Douanes françaises, les échanges commerciaux entre la France et la Côte d’Ivoire se sont élevés à 2
Mds EUR, en progression de 6% en g.a., en raison de l’augmentation des importations françaises de près de
15% à 940,2 M EUR. Les exportations françaises vers la Côte d’Ivoire sont quant à elles restées stables à 1,1 Md
EUR. La Côte d’Ivoire demeure le 2ème client de la France en Afrique subsaharienne (52ème au niveau mondial),
derrière l’Afrique du Sud (43ème mondial avec des ventes de 1,7 Md EUR), mais est talonnée par le Sénégal (53ème
mondial avec des exportations de 1,07 Md EUR, dynamisées notamment par les ventes liées au projet du TER
de Dakar). Grâce à ses ventes de produits agricoles, la Côte d’Ivoire est le 3ème fournisseur de la France en Afrique
subsaharienne (57ème mondial), derrière le Nigéria (31ème en raison des achats français d’hydrocarbures) et
l’Afrique du Sud (49ème, notamment du fait d’importations françaises de véhicules automobiles). L’excédent
commercial français s’est mécaniquement réduit passant de 281,2 M EUR en 2018 à 161,8 M EUR en 2019.

Les exportations françaises vers la Côte d’Ivoire sont restées stables par rapport à 2018 à 1,1 Md
EUR et les préparations pharmaceutiques demeurent notre premier poste de ventes.

Les exportations françaises vers la Côte d’Ivoire sont restées stables par rapport à 2018 à 1,1 Md EUR et
présentent une ventilation sectorielle globalement comparable à celle de l’année précédente. Pris dans leur
ensemble, les équipements mécaniques, matériel électrique, électronique et informatique représentent toujours
un peu plus d’1/4 des ventes, suivis des produits agricoles, sylvicoles, de la pêche et d’aquaculture. C’est sur ce
dernier poste que la France a enregistré la plus forte augmentation de ses ventes, de 29,4% en g.a., représentant
ainsi 20,3% des exportations françaises (contre 15,7% en 2018) ; pour cette catégorie, la Côte d’Ivoire est le
premier client de la France en Afrique subsaharienne et le 12 ème au niveau mondial.
A contrario, la plus forte baisse est à déplorer au niveau de nos ventes de matériels de transport, qui ont chuté
de 44,3% en g.a. à 35,8 M EUR (-28,5 M EUR) et ne représentent plus que 3,2% des exportations françaises
(contre 5,8% en 2018) ; la Côte d’Ivoire est le 6ème client de la France au niveau de l’Afrique subsaharienne, très
loin derrière l’Ethiopie (594 M EUR), l’Afrique du Sud (292,7 M EUR) ou même le Sénégal (242,5 M EUR, en
progression de 121,2% grâce notamment aux ventes de matériels ferroviaires (109 M EUR) liées au projet de
TER de Dakar).
D’après la nomenclature plus détaillée, les préparations pharmaceutiques demeurent le premier poste de
ventes françaises (11,7% des exportations françaises), en très léger recul de 1% en g.a. à 129,7 M EUR. Cette
stabilisation constitue un progrès après la chute marquée que nous avions enregistrée en 2018 (-29,1% par
rapport à 2017). La Côte d’Ivoire est le 2ème client de la France en Afrique subsaharienne pour les
préparations pharmaceutiques, derrière l’Afrique du Sud (213 M EUR, en recul de 4,3%) et devant le Sénégal
(109,7 M EUR, en augmentation de 4,2%). Au niveau mondial, la Côte d’Ivoire est le 40 ème client de la France.
Suivent les céréales (110,5 M EUR en progression de 33,4%) et le tabac brut (103,3 M EUR en augmentation de
30,6%) qui représentent respectivement 10% et 9,4% des ventes françaises.
A noter l’important recul des ventes de véhicules automobiles (-62,3% en g.a. soit -26 M EUR de ventes, à
15,6 M EUR) qui ne représentent plus que 1,4% de nos ventes (contre 3,8% en 2018), une part identique aux
ventes d’équipements de communication également en repli (-33,9% en g.a. soit -8 M EUR à 15,7 M EUR). En
revanche, les produits laitiers et fromages et les vins de raisin se hissent dans le classement des 10 premiers
postes d’exportations françaises vers la Côte d’Ivoire, à respectivement 19,4 M EUR et 18,2 M EUR.
La Côte d’Ivoire demeure le 2ème client de la France en Afrique subsaharienne (52ème au niveau mondial),
derrière l’Afrique du Sud (43ème mondial avec des ventes de 1,7 Md EUR), mais est talonnée par le Sénégal (53ème
mondial avec des exportations de 1,07 Md EUR, dynamisées notamment par les ventes liées au projet du TER
de Dakar). La Côte d’Ivoire réceptionne 25,8% des exportations françaises à destination de la CEDEAO et
34% à destination de l’UEMOA.
Composition des exportations françaises vers la Côte d’Ivoire en 2019 (en %) - Source
: Douanes françaises
Produits agricoles, sylvicoles, de la pêche et de
l’aquaculture
8% Produits des industries agroalimentaires (IAA)
3% 5% 20%
Equipements mécaniques, matériel électrique,
électronique et informatique
Matériels de transport
12%
Produits chimiques, parfums et cosmétiques
14%
Produits pharmaceutiques
9%
Produits en caoutchouc et en plastique, produits
minéraux divers
Produits métallurgiques et métalliques
3% 26%
Autres

Les importations françaises en provenance de Côte d’Ivoire ont progressé de près de 15% à 940,2
M EUR, principalement composées de produits agricoles dont 1/3 de cacao.

Les importations françaises en provenance de Côte d’Ivoire ont progressé de 14,8% à 940,2 M EUR. La
Côte d’Ivoire est le 3ème fournisseur de la France en Afrique subsaharienne (57ème mondial), derrière le Nigéria
(31ème en raison des achats français d’hydrocarbures) et l’Afrique du Sud (49ème, notamment du fait
d’importations françaises de véhicules automobiles). La Côte d’Ivoire est à l’origine de 77,2% des
importations françaises en provenance de la zone UEMOA, une part qui descend à 16,5% s’agissant des
achats à la communauté CEDEAO (loin derrière le Nigéria à l’origine de 68,5% de nos achats à la communauté).
La structure de nos achats à la Côte d’Ivoire est restée peu ou prou la même, reflet du profil peu diversifié
des ventes ivoiriennes à l’étranger, principalement composées de matières premières agricoles, notamment
le cacao et l’anacarde, pour lesquelles le pays est le premier producteur mondial. La Côte d’Ivoire est même le
10ème fournisseur de la France au niveau mondial de produits agricoles, sylvicoles, de la pêche et
d’aquaculture.
Ainsi, les importations de cacao, chocolat et produits de confiserie se sont élevées à 317,6 M EUR en progression
de 10,7% et constituent 33,8% de nos achats ; la France achète quatre fois plus de cacao à la Côte d’Ivoire qu’au
Ghana (achats quasi stables de 72,2 M EUR en 2019), 2ème producteur mondial.
Ont suivi les fruits tropicaux et subtropicaux (23,5% des importations, en progression de 22,5%) et les plantes à
boissons (18,5% des importations, en augmentation de 10,3%).
Nos achats de pétrole brut ont fortement progressé de 62,4% en g.a. à 112,8 M EUR pour constituer 12% de
nos achats (contre 8,5% en 2018). En revanche, les préparations et conserves à base de poissons ont chuté de
21,7% en g.a. à 52 M EUR et ne représentent plus que 5,5% de nos achats (contre 8,1% en 2018).

Composition des importations françaises vers la Côte d’Ivoire en


2019 (en %) - Source : Douanes françaises
2%
Produits agricoles, sylvicoles, de
la pêche et de l’aquaculture

Hydrocarbures naturels, autres


produits des industries
40% 46% extractives, électricité, déchets
Produits des industries
agroalimentaires (IAA)

Autres
12%
La balance commerciale demeure structurellement excédentaire pour la France bien que l’excédent
se soit mécaniquement réduit en 2019

L’excédent commercial français s’est mécaniquement réduit passant de 281,2 M EUR en 2018 à 161,8 M
EUR. Il s’agit à présent du 9ème excédent de la France en Afrique subsaharienne (4ème en 2018).

Evolution annuelle des échanges commerciaux entre la France et la Côte d'Ivoire entre
2010 et 2019 (en EUR) - Source: Douanes françaises
1 400 000 000

1 200 000 000

1 000 000 000

800 000 000

600 000 000

400 000 000

200 000 000

0
2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019

Solde commercial français avec la Côte d'Ivoire Exportations françaises vers la Côte d'Ivoire
Importations françaises en provenance de Côte d'Ivoire

Positionnement du pays par rapport aux autres partenaires de la CEDEAO et de l’UEMOA – Source : Douanes françaises
Rang des Rang des
Exportations Importations Solde
clients fournisseurs
PART PART PART PART
En M EUR 2018 2019 Var. % 2018 2019 Var. % 2018 2019 2019
CEDEAO UEMOA CEDEAO UEMOA
Bénin 222,7 162,8 -26,9 3,8% 5,0% 2,4 2,1 -12,1 0,0% 0,2% 220,2 160,6 102 185
Burkina Faso 270,4 264,3 -2,3 6,2% 8,2% 20,0 22,7 13,6 0,4% 1,9% 250,4 241,5 86 135
Cap-Vert 18,9 28,4 50,0 0,7% 0,9% 0,3 0,3 -2,8 0,0% - 18,7 28,1 149 212
Côte d'Ivoire 1100,4 1102,0 0,1 25,8% 34,0% 819,2 940,2 14,8 16,5% 77,2% 281,2 161,8 52 57
Gambie 7,9 17,6 123,7 0,4% - 0,2 1,0 437,6 0,0% - 7,7 16,6 166 197
Ghana 213,6 233,3 9,2 5,5% - 450,8 431,3 -4,3 7,6% - -237,1 -198,0 91 70
Guinée 170,0 148,4 -12,7 3,5% - 75,8 46,7 -38,3 0,8% - 94,3 101,7 107 118
Guinée Bissau 3,3 5,3 61,2 0,1% 0,2% 0,1 0,3 120,8 0,0% 0,0% 3,1 5,0 195 211
Libéria 9,0 5,4 -39,8 0,1% - 49,7 82,4 65,8 1,5% - -40,7 -77,0 194 104
Mali 341,2 334,3 -2,0 7,8% 10,3% 9,0 9,6 7,3 0,2% 0,8% 332,2 324,7 84 153
Mauritanie 177,6 200,1 12,6 - - 42,5 91,2 114,7 - - 135,2 108,8 96 100
Niger 108,4 127,2 17,3 3,0% 3,9% 5,2 51,3 881,1 0,9% 4,2% 103,2 75,9 113 116
Nigéria 625,3 587,1 -6,1 13,7% - 3746,4 3891,7 3,9 68,5% - -3121,1 -3304,6 65 31
Sénégal 820,7 1072,0 30,6 25,1% 33,1% 91,1 79,6 -12,6 1,4% 6,5% 729,6 992,3 53 105
Sierra Leone 16,2 14,0 -13,7 0,3% - 19,0 11,1 -41,5 0,2% - -2,8 2,9 170 150
Togo 239,3 168,7 -29,5 3,9% 5,2% 19,7 112,0 468,8 2,0% 9,2% 219,6 56,6 100 92
TOTAL
4167,2 4270,7 2,5 100,0% - 5308,9 5682,5 7,0 100,0% - -1141,7 -1411,8 - -
CEDEAO
TOTAL UEMOA 3106,3 3236,4 4,2 75,8% 100,0% 966,8 1218,0 26,0 21,4% 100,0% 2139,4 2018,5 - -

Pays membres de l’UEMOA : Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal, Togo

Pays membres de la CEDEAO : Bénin, Burkina Faso, Cap Vert, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée Bissau, Libéria, Mali, Niger, Nigéria, Sénégal, Sierra
Leone, Togo (accord d’association pour la Mauritanie)

Clause de non-responsabilité - Le service économique s’efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront
signalées. Toutefois, il ne peut en aucun cas être tenu responsable de l’utilisation et de l’interprétation de l’information contenue dans cette publication.