Vous êtes sur la page 1sur 3

Chapitre 3

Torseur de Cohésion
Les efforts intérieurs ou de cohésion sont des efforts qui agissent à l’intérieur des poutres et
assurent la cohésion et l’équilibre de la structure sous l’action des efforts extérieurs exercés.

La connaissance de ces efforts nous renseignera sur l’état de sollicitation de la poutre étudiée
et permet d’évaluer sa résistance à ces efforts.

I - Détermination du torseur de cohésion :

Sur une poutre droite 𝐴𝐵, on considère une coupure imaginaire par un plan
perpendiculaire à sa ligne moyenne. Ce plan défini une section droite de centre 𝐺 qui
divise la poutre en deux parties fictives 𝐴𝐺 𝑒𝑡 𝐺𝐵.
𝐹2/1
𝑧
(1)
𝐴 𝑥
⃗⃗⃗ 2/1

𝐴 𝐺 𝐵
𝑦 ⃗⃗⃗ 1/2 (2)

𝐵 𝑥
𝑥

𝐹1/2
Les deux parties (1) 𝑒𝑡 (2) sont en équilibre. Les actions mécaniques entre elles sont les
efforts intérieurs à la poutre que l’on peut modéliser par un torseur appelé torseur de
cohésion {𝑇𝑐𝑜ℎ } 𝐺 dont les éléments de réduction sont :

⃗,ℳ
{𝑇𝑐𝑜ℎ }𝐺 = [𝑅 ⃗⃗⃗ 𝐺 ] = {𝑇𝑒𝑓𝑓𝑜𝑟𝑡𝑠 𝑖𝑛𝑡 }
𝐺 𝐺

2 conventions : {𝑇𝑐𝑜ℎ }𝐺 modélise les actions de (2) sur (1)

− {𝑇𝑐𝑜ℎ }𝐺 modélise les actions de (1) sur (2).

1) Equilibre de la poutre :

L’équilibre de la partie (1) se traduit par :


⃗ ,0
{𝑇𝑐𝑜ℎ } 𝐺 + {𝑇𝑒𝑥𝑡/(1) } = [0 ⃗ ] , d’où : { 𝑇𝑐𝑜ℎ }𝐺 = − {𝑇𝑒𝑥𝑡/(1) }
𝐺 𝐺

De même, la poutre est en équilibre alors :

⃗ , ⃗0] , d’où : { 𝑇𝑐𝑜ℎ }𝐺 = + {𝑇𝑒𝑥𝑡/(2) }


{𝑇𝑒𝑥𝑡/(2) } + {𝑇𝑒𝑥𝑡/(1) } = [0
𝐺 𝐺 𝐺

Le calcul du torseur de cohésion à partir de la première ou la deuxième relation selon


l’expression la plus simple du torseur des efforts extérieurs à gauche ou à droite de la
position de G considérée.

1
𝑁 𝑀𝑡
2) Composantes du torseur de cohésion : {𝑇𝑐𝑜ℎ }𝐺 = [𝑅, ℳ𝐺 ] = { 𝑇𝑦
⃗ ⃗⃗⃗ 𝑀𝑓𝑦 }
𝐺
𝑇𝑧 𝑀𝑓𝑧
𝐺
avec 𝑁 : effort normal
𝑇𝑦 ∶ effort tranchant suivant l’axe (𝐺, 𝑦)
𝑇𝑧 ∶ effort tranchant suivant l’axe (𝐺, 𝑧)
𝑀𝑡 ∶ moment de torsion suivant (𝐺, 𝑥)
𝑀𝑓𝑦 ∶ moment fléchissant suivant (𝐺, 𝑦)
𝑀𝑓𝑧 ∶ moment fléchissant suivant (𝐺, 𝑧)

Remarque : Les éléments de réduction au point 𝐺 du torseur de cohésion sont calculés à


partir des équations d’équilibre de la poutre.

On peut identifier un certain nombre de sollicitations dites élémentaires qui sont


caractéristiques de cas de charges couramment rencontrées.

Traction/compression : → {𝑇𝑐𝑜ℎ } 𝐺 = {𝑁 𝑥 }
⃗0 𝐺

𝑇𝑦 𝑦 𝑇𝑧 𝑧
Cisaillement pur : → {𝑇𝑐𝑜ℎ } 𝐺 = { } ou { }

0 𝐺
⃗0 𝐺


0
Torsion pure : → {𝑇𝑐𝑜ℎ } 𝐺 = { }
𝑀𝑡 𝑥 𝐺

⃗0 ⃗0
Flexion pure : → {𝑇𝑐𝑜ℎ } 𝐺 = { } ou { }
𝑀𝑓𝑦 𝑦 𝑀𝑓𝑧 𝑧
𝐺 𝐺

𝑇𝑦 𝑦
Flexion simple : → {𝑇𝑐𝑜ℎ } 𝐺 = { }
𝑀𝑓𝑧 𝑧
𝐺

3) Diagrammes :

Les composantes algébriques 𝑁, 𝑇𝑦 , 𝑇𝑧 , 𝑀𝑡 , 𝑀𝑓𝑦 𝑒𝑡 𝑀𝑓𝑧 varient en fonction de la position 𝑥 du


centre de surface 𝐺 de la section droite fictive 𝑆. La représentation graphique des fonctions
𝑁(𝑥), 𝑇𝑦 (𝑥), 𝑇𝑧 (𝑥), 𝑀𝑡 (𝑥), 𝑀𝑓𝑦 (𝑥) 𝑒𝑡 𝑀𝑓𝑧 (𝑥) donne les diagrammes des composantes des
éléments de réduction en 𝐺 du torseur de cohésion.

II – Notion de contraintes :

Le torseur de cohésion est défini en tout point de la ligne moyenne. Il ne permet de conclure
sur le dimensionnement de la poutre puisqu’il ne représente qu’une vision globale. Les efforts
intérieurs se répartissent en tout point de la section droite 𝑆. Il est donc nécessaire d’étudier,
dans cette section droite, l’évolution des grandeurs locales.

1) Vecteur contrainte :

⃗,
On définit en un point 𝑀 de la section droite un élément de surface 𝑑𝑆 de normale 𝑛
𝑑𝑆 = 𝑑𝑆 𝑛 ⃗.

2
Les efforts intérieurs sont alors représentés par des densités surfaciques de forces au point
𝑀, 𝐶 (𝑀, 𝑛⃗ ) = 𝐶 (𝑀, 𝑥 ) appelées vecteurs contraintes.

⃗ ) 𝑑𝑆 élément de force appliqué à l’élément de surface 𝑑𝑆.


𝑑𝐹 = 𝐶 (𝑀, 𝑛

Le vecteur contrainte 𝐶 (𝑀, 𝑛


⃗ ) est exprimé comme suit :
𝜏
⃗) = 𝜎 𝑛
𝐶 (𝑀, 𝑛 ⃗ + 𝜏𝑡 , 𝑛
⃗ normal à la section au point 𝑀 ; 𝑡
𝐶 (𝑀, 𝑛
⃗)
(𝑆)
𝑡 , vecteur tangent au plan de la section.
𝑀

𝑛
⃗ 𝜎

2) Etat de contrainte sur une section droite de la poutre :

En tout point 𝑀 d’une section droite, l’état de contrainte peut se représenter dans la base
locale (𝑥 , 𝑦 , 𝑧), 𝑥 tangent à la ligne moyenne et 𝑦 et 𝑧 dans le plan de la section droite et
axes principaux de la section :
𝑧
⃗ ) = 𝜎𝑥𝑥 𝑥 + 𝜏𝑥𝑦 𝑦 + 𝜏𝑥𝑧 𝑧,
𝐶 (𝑀, 𝑛 𝜏𝑥𝑧

d’où la forme matricielle pour le tenseur des contraintes :


𝜎𝑥𝑥 𝜏𝑥𝑦 𝜏𝑥𝑧 𝜏𝑥𝑦 𝑦
𝝈𝒊𝒋 = (𝜏𝑥𝑦 𝟎 𝟎)
𝜎𝑥𝑥
𝜏𝑥𝑧 𝟎 𝟎 (𝑥 ,𝑦⃗ ,𝑧)
𝑥
3) Expressions des éléments de réduction du torseur de cohésion :

∬ 𝐶 (𝑀, 𝑛
⃗ ) 𝑑𝑆
{𝑇𝑐𝑜ℎ }𝐺 = { }
∬ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐺𝑀 ∧ 𝐶 (𝑀, 𝑛
⃗ ) 𝑑𝑆
𝐺

∬ 𝐶 (𝑀, 𝑛
⃗ ) 𝑑𝑆 = ∬ 𝜎𝑥𝑥 𝑥 𝑑𝑆 + ∬ 𝜏𝑥𝑦 𝑦 𝑑𝑆 + ∬ 𝜏𝑥𝑧 𝑧 𝑑𝑆

𝜎 𝜏 𝑥𝑧 𝑦−𝜏 𝑥𝑦 𝑧
𝐺𝑀 ⃗ ) = (0𝑦 ) ∧ ( 𝜏𝑥𝑥
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ∧ 𝐶 (𝑀, 𝑛 𝑥𝑦 ) = ( 𝜎𝑥𝑥 𝑧 ) , d’où :
𝑧 𝜏 𝑥𝑧 −𝜎𝑥𝑥 𝑦

𝑵 = ∬ 𝜎𝑥𝑥 𝑑𝑆 𝑴𝒕 = ∬(𝜏𝑥𝑧 𝑦 − 𝜏𝑥𝑦 𝑧) 𝑑𝑆


{𝑻𝒚 = ∬ 𝜏𝑥𝑦 𝑑𝑆 , { 𝑴𝒇𝒚 = ∬ 𝜎𝑥𝑥 𝑧 𝑑𝑆
𝑻𝒛 = ∬ 𝜏𝑥𝑧 𝑑𝑆 𝑴𝒇𝒛 = − ∬ 𝜎𝑥𝑥 𝑦 𝑑𝑆

Remarques : + la flexion pure ne dépend que de la contrainte normale.

+ la torsion pure ne dépend que des contraintes tangentielles.

Vous aimerez peut-être aussi