Vous êtes sur la page 1sur 27

UL – ENSI – GM Dessin technique : Dessin d’ensemble

ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D’INGENIEURS

GEM200 : DESSIN D’ENSEMBLE


CTT S2 GE

DROVOU
2019 - 2020

1
LP CTT S2 GM Support de l’UE GEM 200 Par Dr. Ing. Soviwadan DROVOU
UL – ENSI – GM Dessin technique : Dessin d’ensemble

Table des matières


Chapitre 1 : AJUSTEMENT .............................................................................................................. 4
1.1 DEFINITION ET ECRITURE ............................................................................................ 4
1.2 NATURE D’UN AJUSTEMENT ....................................................................................... 4
1.2.1 Ajustement avec jeu ..................................................................................................... 4
1.2.2 Ajustement avec serrage............................................................................................... 4
1.2.3 Ajustement incertain .................................................................................................... 5
1.2.4 Images a retenir ............................................................................................................ 6
1.3 AJUSTEMENT COURAMMENT UTILISES (système à alésage normal) ....................... 6
1.4 EXEMPLES D’AJUSTEMENTS ....................................................................................... 6
1.4.1 Liaison bielle/axe ......................................................................................................... 6
1.4.2 Liaison piston/axe ........................................................................................................ 7
Chapitre 2 : LIAISONS ...................................................................................................................... 8
2.1 VOCABULAIRE................................................................................................................. 8
2.1.1 Définition d’un solide indéformable ............................................................................ 8
2.1.2 Définition d’un mécanisme .......................................................................................... 8
2.2 DEGRES DE LIBERTE ...................................................................................................... 8
2.3 CLASSES D’EQUIVALENCE ........................................................................................... 8
2.4 GRAPHE DE LIAISONS .................................................................................................... 9
2.5 LIAISONS LES PLUS UTILISEES ................................................................................... 9
2.6 CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DES CONTACTS ..................................... 10
2.6.1 Contact Ponctuel ........................................................................................................ 10
2.6.2 Contact Linéique ........................................................................................................ 10
2.6.3 Contact Surfacique : ................................................................................................... 11
2.7 NOMS ET SCHEMAS DES LIAISONS CINEMATIQUES ........................................... 11
2.8 METHODE POUR RECHERCHER UNE LIAISON ...................................................... 12
2.9 EXEMPLE ......................................................................................................................... 12
2.10 METHODE D’ETABLISSEMENT D’UN SCHEMA CINEMATIQUE: ....................... 13
Chapitre 3 : ASSEMBLAGES ......................................................................................................... 15
3.1 DEFINITION.......................................................................................................................... 15
3.1.1 Types d’assemblage ......................................................................................................... 15
3.1.2 Dessins et noms des assemblages .................................................................................... 15
3.2 MOYENS D’ASSEMBLAGE DEMONTABLES ................................................................. 18
3.2.1 Par éléments filetés .......................................................................................................... 18
3.2.2 Freinage des vis et écrou .................................................................................................. 19
3.2.3 Par obstacle ...................................................................................................................... 20

2
LP CTT S2 GM Support de l’UE GEM 200 Par Dr. Ing. Soviwadan DROVOU
UL – ENSI – GM Dessin technique : Dessin d’ensemble

3 Composants ........................................................................................................................... 21
4 Mobilités................................................................................................................................ 21
3.2.4 Par adhérence ................................................................................................................... 22
3.3 MOYENS D’ASSEMBLAGE NON DEMONTABLES (PERMANENTS) ......................... 22
3.3.1 Par rivetage ...................................................................................................................... 22
3.3.2 Par collage ........................................................................................................................ 22
3.3.3 Par emmanchement forcé ................................................................................................. 22
3.3.4 Par soudage ...................................................................................................................... 23
3.3.5 Par sertissage .................................................................................................................... 23
3.3.6 Par insertion au moulage .................................................................................................. 23
Chapitre 4 : COTATION FONCTIONNELLE ................................................................................ 24
4.1 RAPPEL ............................................................................................................................ 24
4.2 NECESSITE DE LA COTATION FONCTIONNELLE .................................................. 24
4.3 VOCABULAIRE............................................................................................................... 24
4.3.1 Cote-condition (cc) ..................................................................................................... 24
4.3.2 Surfaces terminales .................................................................................................... 25
4.3.3 Surfaces de liaison (ou de contact) :........................................................................... 25
4.4 CHAINES DE COTES ...................................................................................................... 25
4.4.1 Méthodes d’etablissement d’une chaine de cotes ...................................................... 25
Une des surfaces de la nouvelle pièce est elle la surface terminale liée à l’extrémité du vecteur
cote-condition (la flèche)? ............................................................................................................ 26
4.4.2 Règles a respecter ....................................................................................................... 26
4.5 EQUATION DE PROJECTION ET CALCUL ................................................................. 27

3
LP CTT S2 GM Support de l’UE GEM 200 Par Dr. Ing. Soviwadan DROVOU
UL – ENSI – GM Dessin technique : Dessin d’ensemble

Chapitre 1 : AJUSTEMENT

1.1 DEFINITION ET ECRITURE


On parle d'ajustement lorsque l'on assemble un arbre et un alésage de même côte
nominale.
On utilise le système ISO pour quantifier un ajustement. Un ajustement est composé de la
cote nominale commune suivie des symboles correspondants à la tolérance de chaque
pièce …………………………………………..………………………………..………………………
……………………………………………………………………………………………………..

Les ajustements sont inscrits sur les dessins d’ensembles.


Exemple : Chape de frein arrière

Biellette

Axe

Chape

L’ajustement entre la bielette et la chape a l’écriture suivante :


Symbole de la tolérance de l’ARBRE

20 H7 / e6
Cote nominale commune Symbole de la tolérance de l’ALESAGE (toujours inscrit en premier)

Dans notre exemple, l’ALESAGE est ………………………et l’arbre est ………...……………………

1.2 NATURE D’UN AJUSTEMENT


1.2.1 Ajustement avec jeu
❑ Exemple : H7/ f6 La cote réalisée (cote effective) de
❑ l’ALESAGE est toujours ………………… à la cote de l’arbre Les IT ne se chevauchent pas.

❑ Jeu Maxi = ……………………………….


❑ Jeu mini = ……………………………….
Alésage Maxi
Alésage mini

Arbre Maxi

❑ IT jeu = ……………………………….
arbre mini

Pour vérification :
❑ IT jeu = ………………………………

1.2.2 Ajustement avec serrage


❑ Exemple : H8 / p7
4
LP CTT S2 GM Support de l’UE GEM 200 Par Dr. Ing. Soviwadan DROVOU
UL – ENSI – GM Dessin technique : Dessin d’ensemble

La cote réalisée (cote effective) de l’ALESAGE est toujours …………………………………… à la cote de


l’arbre. Les IT ne se chevauchent pas.

❑ Serrage Maxi = ……………………………….


(jeu mini)
Serrage mini = ……………………………….
Alésage Maxi


Alésage mini

arbre Maxi
arbre mini
(jeu Maxi)
❑ IT jeu = …………………………………….
Pour vérification :
❑ IT jeu = …………………………………….

1.2.3 Ajustement incertain


❑ Exemple : H7 / js6
L’ajustement obtenu sera soit ………………………….……………………………….……………………
……………………………….…………………………….……….……………………………….………………..

❑ Jeu Maxi = ……………………………………


Alésage Maxi

Alésage mini

arbre Maxi

Serrage maxi = ……………………………….


arbre mini


(jeu mini)

5
LP CTT S2 GM Support de l’UE GEM 200 Par Dr. Ing. Soviwadan DROVOU
UL – ENSI – GM Dessin technique : Dessin d’ensemble

1.2.4 Images a retenir

1.3 AJUSTEMENT COURAMMENT UTILISES (système à alésage normal)


Le choix d'un ajustement se fait en fonction du jeu ou du serrage désiré, et en fonction
du type de mécanisme dans lequel il est nécessaire.
 Remarque :
- Système de l’alésage normal : On conserve la même position H de la zone tolérancée de
l’alésage.
- On associe habituellement un alésage de qualité de tolérance donnée avec un arbre de
qualité de tolérance voisine inférieure. Exemple : H6 – k….. ou D8 – p…..

Pièces Mobiles l’une par Guidage avec jeu H8…..…..


rapport à l’autre Guidage précis H7…..…..
Assemblage à la main H7…..…..
Pièces immobiles l’une par
Assemblage au maillet H8…..…..
rapport à l’autre
Assemblage à la presse H7…..…..

1.4 EXEMPLES D’AJUSTEMENTS


12 F7/f7 12 H6/p6

Piston

Axe
Bielle

(Liaison entre un piston et une bielle)


(µm)
1.4.1 Liaison bielle/axe
30
 Désignation de l’ajustement : …..…..……...…..…. 20
10
Ligne " zéro"
 Position des IT par rapport à la ligne « zéro » : -10
0

…..…..…..…..…..…..…..…..…..…..…..…. -20
-30
6
LP CTT S2 GM Support de l’UE GEM 200 Par Dr. Ing. Soviwadan DROVOU
UL – ENSI – GE Dessin technique : Dessin d’ensemble

 Nature de l’ajustement (avec jeu, avec serrage ou incertain) : …..…..…..…..……...…..…...….…


 Compléter le tableau :

ARBRE : ….…..…...….. ALESAGE : ….…..…...…..


Cote (mm)
Ecart supérieur (mm)
Ecart Inférieur (mm)
IT (mm)
Cote Maxi. (mm) arbre Maxi = Alésage Maxi =
Cote mini (mm) arbre mini = Alésage mini =

 Calculer : (Serrage ou jeu) ….…….... Maxi = …..…..…..…..…..…..…..…..…..…..…..….….…


(Serrage ou jeu) ..…….... mini = …..…..…....…...…..…..…..…..…..…..…….…...…
IT jeu = …..…..…..…..…..……..…....…………………………….....…..…..…..…..……
Vérification de l’IT : …..…..…..…..…..…..…..…..….…..…..……..…………………….
(µm)
1.4.2 Liaison piston/axe
30
 Désignation de l’ajustement : …………..…..…..…..…. 20
10
Ligne "
 Position des IT par rapport à la ligne « zérozéro"
»:
-10
0

…..…..…..…..…..…..…..…..…..…..…..…. -20
-30

 Nature de l’ajustement (avec jeu, avec serrage ou incertain) : …..…..…..…..……...…..…...….…


 Compléter le tableau :

ARBRE : ….…..…...….. ALESAGE : ….…..…...…..


Cote (mm)
Ecart supérieur (mm)
Ecart Inférieur (mm)
IT (mm)
Cote Maxi. (mm) arbre Maxi = Alésage Maxi =
Cote mini (mm) arbre mini = Alésage mini =

 Calculer : (Serrage ou jeu) …..…….... Maxi = …..…..…..…..…..…..…..…..…..…..…..…..…….…


(Serrage ou jeu) …..……. mini = …..…..…..…..…..…..…...…..…..…..…..…….…...…
IT jeu = …..…..…..…..…..…..…........…………………………….....…..…..…..…..……
Vérification de l’IT : …..…..…..…..…..….…..…..…..…..…..……..…………………….

7
LP CTT S2 GE Support de l’UE GEM 200 Par Dr. Ing. Soviwadan DROVOU
UL – ENSI – GM Dessin technique : Dessin d’ensemble

Chapitre 2 : LIAISONS

2.1 VOCABULAIRE
2.1.1 Définition d’un solide indéformable
…………………………………………………………...………………………………………………………...
………………………………………………………………………...…………………………………………...

2.1.2 Définition d’un mécanisme


……………………………………...……………………………………………………………………………...
………………………………………...…………………………………………………………………………...

2.2 DEGRES DE LIBERTE


Entre les sous-ensembles existent des mouvements. Il peut y avoir 6
mouvements appelés degrés de liberté :
par rapport aux 3 axes X, Y et Z

…………………………………………………………………………………………

………………………………………………………………….………………………

Une objet libre dans l’espace (un avion) peut se déplacer dans un
repère R (oxyz) selon
……………………………………………………...
………………………………………………..…….
Z

……………………………………………………...
Y
………………………………………………..…….
……………………………………………………...
………………………………………………..……. O
………………………………………………..…….
………………………………………………..……. (Exemple : Un avion volant dans les airs)
X
………………………………………………..…….

Le nombre de degrés de liberté d’une liaison entre 2 solides est égal ……………..

2.3 CLASSES D’EQUIVALENCE


Une fois que l’on a reconnu les liaisons complètes, dans l’ensemble d’un mécanisme, on peut
regrouper les pièces liées complètement dans des sous-ensembles ou classes d’équivalence :
……………………………………………………………………………………………………………..
……………………………………………………………………………………………………………..

8
LP CTT S2 GM Support de l’UE GEM 200 Par Dr. Ing. Soviwadan DROVOU
UL – ENSI – GE Dessin technique : Dessin d’ensemble

2.4 GRAPHE DE LIAISONS


Il permet de mettre en évidence les liaisons entre les classes d'équivalence. On y indique pour
chaque liaison :

- Le nom de la liaison mécanique


- Le centre de la liaison mécanique
- L’axe de la liaison et/ou la normale au plan de contact.

E1 Liaison entre E1 et E2 E2 Liaison entre E2 et E3


d’axe …………….. d’axe ……………..
E3
Liaison entre E1 et E4
E4 Liaison entre E3 et E4
d’axe ……………..
d’axe ……………..

2.5 LIAISONS LES PLUS UTILISEES

Entre les sous-ensembles A et B : Entre les sous-ensembles C et D :


● Contact par 4 surfaces planes ● Contact par 1 surface cylindrique
● Mouvements possibles : …………….. ● Mouvements possibles : …..…………………………
● Degré de liberté : …………………….. ● Degré de liberté : …………..…………..……………..
● Liaison : ………………………………. ● Liaison : ……………………………………………….
Entre les sous-ensembles E et F : Entre les sous-ensembles G et H :
● Contact par 1 surface cylindrique 1 surf plane ● Contact par 1 surface hélicoïdale
● Mouvement possible : ………………... ● Mouvements possibles : ……………….…………….
● Degré de liberté : ……………………... ● Degré de liberté : …………….……………………….
● Liaison : ……………………………….. ● Liaison : ……………………………………………….

9
LP CTT S2 GE Support de l’UE GEM 200 Par Dr. Ing. Soviwadan DROVOU
UL – ENSI – GE Dessin technique : Dessin d’ensemble

2.6 CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DES CONTACTS


2.6.1 Contact Ponctuel
Y Y

A A
X
Z X
Z

Le contact se fait sur ………………………………..……. On supprime …………………………………


Tableau des mouvements dans le repère (A, x, y, z) :
Translation Rotation
Ty Tz Rx Ry Rz
2.6.2 Contact Linéique

Contact linéique rectiligne Contact linéique circulaire

Y Y

A
A X
X Z
Z

Le contact se fait sur ………………………………….……..………………………………………………….


On supprime au minimum ……………….…………………...…………………………………………..……
Tableau des mouvements dans le repère (A,x,y,z) :
Translation Rotation Translation Rotation
Tx Ty Tz Rx Ry Rz Tx Ty Tz Rx Ry Rz

10
LP CTT S2 GE Support de l’UE GEM 200 Par Dr. Ing. Soviwadan DROVOU
UL – ENSI – GE Dessin technique : Dessin d’ensemble

2.6.3 Contact Surfacique :


Surface plane Surface sphérique Surface cylindrique
Y Y Y

A
A A
Z X X X
Z Z

Le contact se fait sur ………………………………..………….……………………………………………….


On supprime au minimum ………………………………………………………………………………..……
Tableau des mouvements dans le repère (A,x,y,z) :
Translation Rotation Translation Rotation Translation Rotation
Tx Ty Tz Rx Ry Rz Tx Ty Tz Rx Ry Rz Tx Ty Tz Rx Ry Rz

2.7 NOMS ET SCHEMAS DES LIAISONS CINEMATIQUES


Degrés Symbole
Nom de la Mouvements
de liberté Exemples
liaison relatifs Représentation plane Perspective
(d.d.l)

Encastrement Translation
0
ou Fixe Rotation
Pièces assemblées par
Translation vis
Pivot 1
Rotation

(Principe)
Translation
Glissière 1
Rotation

(Principe)
Translation
Hélicoïdale 1 Rotation
Translation et
(vis + Ecrou)
rotation
Translation
Pivot glissant 2 conjuguées
Rotation

(Principe)
Translation

11
LP CTT S2 GE Support de l’UE GEM 200 Par Dr. Ing. Soviwadan DROVOU
UL – ENSI – GE Dessin technique : Dessin d’ensemble

Sphérique à 2 Rotation
doigt
Translation
Appui plan 3
Rotation

Rotule Translation
3
ou sphérique Rotation

Linéaire Translation
annulaire ou 4
Rotation
sphère-
cylindre
Linéaire Translation
4
rectiligne Rotation

Ponctuelle ou Translation
5
Sphère-plan Rotation

2.8 METHODE POUR RECHERCHER UNE LIAISON


a. Rechercher les différents liaisons complètes, en déduire les sous-ensembles.
b. Rechercher les surfaces de contact entre les sous-ensembles
c. Rechercher le mouvement qui découle de ces surfaces
d. En déduire la liaison cinématique entre les sous-ensembles

2.9 EXEMPLE
a. Pièces liées : ……………………..……………………..
b. Surfaces de contact : ……………….…………………
c. Mouvement possible : ……….……………………….
d. Liaison : …………………………………..……………..

12
LP CTT S2 GE Support de l’UE GEM 200 Par Dr. Ing. Soviwadan DROVOU
UL – ENSI – GE Dessin technique : Dessin d’ensemble

2.10 METHODE D’ETABLISSEMENT D’UN SCHEMA CINEMATIQUE:


• Exemple : Serre joint pour le bricolage
A

Y C
B

Z
X

ETAPE 1 : Identification des classes d’equivalence

CLASSE D’EQUIVALENCE
Groupe de pièces n’ayant aucun mouvement entre elles : Pièces en liaison fixe.
Sont exclues : Les pièces déformables (Joints, ressorts) et les roulements.

a) Repérer les pièces élastiques à exclure de toutes classes d’équivalence


b) Coloriage des classes d’équivalence sur le plan
AUCUNE PIECE NE DOIT RESTER BLANCHE
c) Ecritures des classes d’équivalence en extension :
E1 = {1, 2, 3} E2 = {4} E3 = {5, 6} E4 = {7}
(3 est riveté à 1 et 2 est soudé à 1 : 1,2 et 3 forment donc la classe d’équivalence E1).

ETAPE 2 : Identification des liaisons entre les classes d’équivalence


a) Déterminer la nature du ou des contacts entre les classes d’équivalence cinématique.
On ne s’intéresse qu’aux contacts permanents entre les pièces lors du fonctionnement
considéré du mécanisme.
b) En déduire les degrés de mobilité entre les « E » (0 ou 1)
c) Identifier les liaisons mécaniques entre les « E » (nom de la liaison normalisée + centre de
la liaison + axe et/ou normale au plan de contact). Remplir le tableau des mobilités.
Repère Nature des surfaces de Translation Rotation
suivant l'axe suivant l'axe Nom, centre et axe
de la contact (cylindrique,
de la liaison
liaison plane, …) X Y Z X Y Z
Entre Plan de normale Ay +
E1 et E2
L12 1 0 0 0 0 0 Glissière (A, Ax)
Plan de normale Az
Entre Filetage/taraudage d’axe
L23 1 0 0 1 0 0 Hélicoïdale (B, Bx)
E2 et E3 Bx
Entre Surface sphérique de
L34 0 0 0 1 1 1 Rotule de centre C
E3 et E4 centre C

13
LP CTT S2 GE Support de l’UE GEM 200 Par Dr. Ing. Soviwadan DROVOU
UL – ENSI – GE Dessin technique : Dessin d’ensemble

ETAPE 3 : Etablissement du graphe des liaisons


Il permet de mettre en évidence les liaisons entre les classes d'équivalence. On y indique pour
chaque liaison :

- Le nom de la liaison mécanique


- Le centre de la liaison mécanique
- L’axe de la liaison et/ou la normale au plan de contact.

E1 Glissière (A, Ax) E2 Hélicoïdale (B, Bx)

E3

E4 Rotule (C)

ETAPE 4 : Etablissement du schéma cinématique minimal


Schéma : Parce qu’il sert à expliquer ou comprendre le fonctionnement du mécanisme.

Cinématique : Parce qu’il représente les mouvements possibles entre les pièces.

Minimal : Car il est constitué de classes d’équivalence. Le nombre de solides représenté est donc
minimal, ainsi que le nombre de liaisons entre solides.

• Principe :
- Les liaisons que l’on a trouvées doivent être disposées si possible de la même manière que sur
le dessin d’ensemble.
- Les traits reliants les liaisons doivent faire apparaître la silhouette générale des pièces du
dessin. Le schéma représente le dessin d’ensemble du mécanisme. Il doit donc y ressembler.
- Il est élaboré avec les couleurs des classes d’équivalence en utilisant la représentation
normalisée des liaisons (toutes les classes d’équivalence ont la même épaisseur de traits).
- La pièce immobile par rapport à la terre (ou s’il n’y en a pas, celle qui sert de référence par
rapport aux autres), sera repérée par des hachures ou le symbole
A
E1
E2

Y
C B
Z E3
X E4

14
LP CTT S2 GE Support de l’UE GEM 200 Par Dr. Ing. Soviwadan DROVOU
UL – ENSI – GE Dessin technique : Dessin d’ensemble

Chapitre 3 : ASSEMBLAGES

3.1 DEFINITION
Une solution constructive d’assemblage a pour fonction de LIER DES PIECES LES UNES AUX

AUTRES, en utilisant différents moyens d’assemblage : Par organes filetés, par collage, par
soudages …

3.1.1 Types d’assemblage


Chaque moyen d’assemblage peut être défini par cinq critères :

3.1.1.1 Assemblage complet ou partiel


- Assemblage COMPLET : Aucun mouvement possible entre les pièces assemblées.
- Assemblage PARTIEL : Mouvement(s) possible(s) entre les pièces assemblées.

3.1.1.2 Assemblage démontable ou non démontable (permanent)


- Assemblage DEMONTABLE : Il est possible de supprimer la liaison sans détériorer les
pièces ou les éléments liés.
- Assemblage NON DEMONTABLE (PERMANENT) : Impossible de supprimer la liaison
sans provoquer la détérioration des pièces ou des éléments liés.

3.1.1.3 Assemblage élastique ou rigide


- Assemblage ELASTIQUE : Un déplacement d’une pièce provoque la déformation d’un
élément élastique (ressort, caoutchouc).
- Assemblage RIGIDE : L’assemblage n’est élastique dans aucune direction de déplacement.

3.1.1.4 Assemblage par obstacle ou par adherence

- Assemblage PAR OBSTACLE : Un élément fait obstacle au mouvement entre deux


pièces.
- Assemblage PAR ADHERENCE : L’assemblage est obtenu par le phénomène
d’adhérence dû au frottement entre les pièces.

3.1.1.3 Assemblage direct ou indirect

- Assemblage DIRECT : La forme des pièces liées est directement en contact. Il n’y a pas
d’élément intermédiaire.
- Assemblage INDIRECT : L’assemblage nécessite un ou des éléments intermédiaires.

3.1.2 Dessins et noms des assemblages


Voir feuille ci-jointe : "ASSEMBLAGE ou LIAISON ENCASTREMENT : solutions"

15
LP CTT S2 GE Support de l’UE GEM 200 Par Dr. Ing. Soviwadan DROVOU
UL – ENSI – GE Dessin technique : Dessin d’ensemble

3.1.2.1 Caractères des assemblages


Pour définir un assemblage en plus du nom il faut définir 5 caractères, à chaque fois il faut
choisir entre 2 caractères opposés sauf exception.
1er caractère : Complet ou partiel
Complet
Exemples : ..................................................................................................................................................................
Partiel
Exemples : ..................................................................................................................................................................
2ème caractère : Indémontable ou démontable
Indémontable
Exemples : ..................................................................................................................................................................
Démontable
Exemples : ..................................................................................................................................................................
3ème caractère : Rigide ou élastique
Rigide
Exemples : ..................................................................................................................................................................
Élastique
Exemples : ..................................................................................................................................................................
4ème caractère : Directe ou indirecte
Directe
Exemples : ..................................................................................................................................................................
Indirecte
Exemples : ..................................................................................................................................................................
5ème caractère : Par obstacle ou par adhérence
Par obstacle
Exemples : ......................................................................................................................................................... .........
Par adhérence
Exemples : ..................................................................................................................................................................

16
LP CTT S2 GE Support de l’UE GEM 200 Par Dr. Ing. Soviwadan DROVOU
UL – ENSI – GE Dessin technique : Dessin d’ensemble

3.1.2.2 Exercice d’application


Ecrivez le nom des 2 assemblages ci – dessous et écrivez leurs 5 caractères.

Nom assemblage: ................................................. Nom assemblage: ..................................


caractères: ............................................ caractères: ............................................
.............................., ............................. .............................., .............................
.............................., ............................. .............................., ................................................
* Remarque : Les moyens d’assemblages qui suivent sont complets et rigides.

17
LP CTT S2 GE Support de l’UE GEM 200 Par Dr. Ing. Soviwadan DROVOU
UL – ENSI – GE Dessin technique : Dessin d’ensemble

3.2 MOYENS D’ASSEMBLAGE DEMONTABLES


3.2.1 Par éléments filetés
L’assemblage est considéré obtenu par adhérence indirecte.

Fig. 1 Fig. 2 Fig. 3 Fig. 4

1. VIS D’ASSEMBLAGE (fig. 1)

La pièce (3) seule possède un trou ……….……………. recevant la partie filetée de la vis.
Les autres pièces possèdent ……………………………………………………………………………………
2. BOULON (fig. 2)

BOULON = VIS + ECROU

Les pièces à assembler possèdent ………………… Le trou taraudé se trouve dans l’écrou.

3. GOUJON (fig. 3)

Il est composé d’une tige, filetée à ses 2 extrémités séparées par une partie lisse.

Le goujon (1) est implanté dans la pièce (5) possédant un trou …………………..………..…….

L’effort de serrage axial nécessaire au Maintien en Position (MAP) est réalisé par l’écrou
(2).

4. VIS DE PRESSION (fig. 4)

L’effort de serrage nécessaire au maintien en position est exercé par …………………

…..……………………………………………………………………………………………………………………………...…………

18
LP CTT S2 GE Support de l’UE GEM 200 Par Dr. Ing. Soviwadan DROVOU
UL – ENSI – GE Dessin technique : Dessin d’ensemble

3.2.2 Freinage des vis et écrou


FONCTION DU FREINAGE DES VIS ET ECROU

…………………………………………………………………………………………………………………………………………...

…………………………………………………………………………………………………………………………………………...

3.2.2.1 FREINAGE PAR ADHERENCE (sécurité relative)

Rondelle à dents Rondelle élastique Rondelle conique lisse


(éventails) (Grower) (Belleville)

Détail : Détail :

Contre-écrou Ecrou auto-freiné (Nylstop)

3.2.2.2 FREINAGE PAR OBSTACLE (sécurité absolue) :


Rondelle frein
Plaquettes, arrêtoir à (Utilisée avec un écrou à encoches pour
Goupille « V »
ailerons le serrage des roulements)

A TRAVERS L’ECROU Languette de la rondelle


(écrou a créneaux) rabattue dans une encoche
de l’écrou
Rondelle frein

DERRIERE L’ECROU Ecrou à encoches

Clé

19
LP CTT S2 GE Support de l’UE GEM 200 Par Dr. Ing. Soviwadan DROVOU
UL – ENSI – GE Dessin technique : Dessin d’ensemble

3.2.3 Par obstacle


Les pièces qui ont une fonction d’obstacle sont souvent des pièces standards.
3.2.3.1 les goupilles
- Goupille cylindrique : La goupille doit être montée serrée (Sans jeu entre la
goupille et le perçage). Cette goupille de précision est utilisée lorsque l’on
veut un positionnement précis des 2 pièces l’une par rapport à l’autre.
- Goupille élastique (Mécanindus) : Elle est maintenue dans son logement par
expansion élastique. Elle se loge dans un trou brut de perçage beaucoup moins
onéreux.
Goupille
- Goupille fendue (symbole « V ») et goupille cavalier : Elles servent à freiner cavalier
ou à arrêter des axes, tiges, écrous …
Goupille « V »
- Goupille cannelée : La réalisation de trois fentes à 120° provoquent un léger
gonflement de la matière en périphérie qui assurent le maintien en position par
coincement dans le logement cylindrique.
3.2.3.2 Anneaux elastiques
Les anneaux élastiques sont destinés à arrêter en translation une pièce cylindrique par rapport
à une autre.
Anneaux élastiques à montage AXIAL (CIRCLIPS) Anneaux élastiques à montage
Pour Arbres Pour Alésages RADIAL (Anneaux d’arrêts)

3.2.3.3 dentelures
Les axes dentelés permettent transmission d’un couple et le calage
angulaire d’un organe de commande dans plusieurs positions.
L’immobilisation de l’organe est réalisée par ajustement serré (sans jeu)
ou par pincement (voir assemblage par adhérence). Dentelures

3.2.3.4 cannelures Cannelures

Les cannelures sont utilisées pour transmettre un couple entre arbre et


moyeu. Elles sont plus performantes que les goupilles et les clavettes
mais réservées à des fabrication en série. Moyeu
Arbre cannelé

20
LP CTT S2 GE Support de l’UE GEM 200 Par Dr. Ing. Soviwadan DROVOU
UL – ENSI – GE Dessin technique : Dessin d’ensemble

3.2.3.4 clavettes 3 - Clavette

Un clavetage se réalise entre un arbre (1) et un moyeu (2)


2
s’assemblant par l’intermédiaire de formes cylindriques
ou coniques.
Eléments constitutifs
1
1. Rainure de clavette dans l’arbre
2. Rainure de clavette dans le moyeu
3. Clavette
Réalisation de l’assemblage y y

Jeu

z O O x

3 Composants 4 Mobilités
Tx Ty Tz Rx Ry Rz

1 Arbre + Moyeu  Repasser en bleu sur les vues en coupe, les


surfaces de mise en position du moyeu par
rapport à l’arbre.
Tx Ty Tz Rx Ry Rz

2 Arbre + Moyeu + Clavette  Repasser en rouge sur les vues en coupe,


les surfaces permettant l’arrêt en rotation
du moyeu par rapport à l’arbre.
Tx Ty Tz Rx Ry Rz
Arbre + Moyeu + Clavette
3 + Arrêt en translation
 Repasser en vert sur les vues en coupe, les
(ex : vis + rondelle plate surfaces permettant l’arrêt en translation
Ou Anneau élastique …) du moyeu par rapport à l’arbre.

FONCTION D’UNE CLAVETTE


……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………...

Différents types de clavettes


Clavette parallèle Clavette parallèle Clavette parallèle Clavette disque
forme A forme B forme C

21
LP CTT S2 GE Support de l’UE GEM 200 Par Dr. Ing. Soviwadan DROVOU
UL – ENSI – GE Dessin technique : Dessin d’ensemble

3.2.4 Par adhérence


Tampon

Fig. 1 Fig. 2 Fig. 3


3.2.4.1 Par deformation ou pincement (fig. 1)
La liaison est assurée par déformation d’une des deux pièces à lier.
3.2.4.2 Par tampons tangents (fig. 2)
Le rapprochement des deux tampons assure le MAintien en Position (MAP) des pièces à
lier.
3.2.4.3 Par coïncement (Fig. 3)
La conicité des pièces à lier est telle que l’adhérence entre les matériaux maintient les pièces
liées.
3.3 MOYENS D’ASSEMBLAGE NON DEMONTABLES (PERMANENTS)
3.3.1 Par rivetage
La liaison entre deux pièces minces
(toles) est réalisée par déformation de
l’extrémité d’un rivet. Cette
déformation est appelée « rivure ».

3.3.2 Par collage


La construction collée est un mode d’assemblage qui utilise les qualités d’adhérence de
certaines matières synthétiques. Principaux adhésifs : Polychloroprène « Néoprène »,
Polyamide, Epoxyde « Araldite », Silicone…
*Préparation des pièces : Le joint de colle doit travailler au « cisaillement » en évitant l’effet de
« pelage ».

A éviter : Risque de pelage A préférer !!!


3.3.3 Par emmanchement forcé
Avant le montage, la cote effective de l’arbre (d2) est
légèrement supérieure à la cote effective de l’alésage (d1).
On oblige l’arbre à pénétrer dans l’alésage avec un maillet
ou une presse …

22
LP CTT S2 GE Support de l’UE GEM 200 Par Dr. Ing. Soviwadan DROVOU
UL – ENSI – GE Dessin technique : Dessin d’ensemble

3.3.4 Par soudage


1. Soudage autogène (fig. 1) : Les pièces à assembler, de même nature ou de composition
voisine, participent à la constitution du cordon de soudure (fig. 2). L’assemblage est
« homogène », c’est à dire « fait du même métal ».
Exemple : Soudage au chalumeau oxyacéthylénique surtout employé pour souder des toles
minces.
2. Brasage (fig. 1) : L’assemblage est hétérogène. La formation du cordon de soudure
(fig. 2) est assurée par la seule intervention du métal d’apport qui agit comme une colle
(les pièces conservent leurs contours primitifs).
Brasage tendre : Soudage à l’étain pour souder des fils éléctriques.
Brasage fort : Soudage à l’argent ou au cuivre pour souder des canalisations.
3. Soudage électrique par résitance : Aucun métal d’apport. Le passage du courant crée
un échauffement qui provoque une fusion locale et le soudage des pièces.
Soudage par point ou à la molette : Surtout employé pour les travaux de tôlerie.
Fig. 1

Représentation simplifiée (ex : soudure d’angle) (Fig. 2) Symbole

Cordon de
soudure Cordon de
soudure

3.3.5 Par sertissage


Le sertissage consiste à rabattre ensemble les bords de deux pièces en tôle, ou le bord
d’une pièce contre celui d’une autre, afin de les assembler.
Exemple : Assemblage du couvercle et du corps d’un détendeur de gaz.
Couvercle
Couvercle
Le rebord du corps est
rabattu sur le couvercle

Corps Corps

3.3.6 Par insertion au moulage


Une pièce est emprisonnée au moulage dans la matière constitutive d’une
autre pièce.
Exemple : Moulage du manche plastique sur la lame d’un tournevis en acier.

23
LP CTT S2 GE Support de l’UE GEM 200 Par Dr. Ing. Soviwadan DROVOU
UL – ENSI – GE Dessin technique : Dessin d’ensemble

Chapitre 4 : COTATION FONCTIONNELLE

4.1 RAPPEL
Etant donné l’imprécision des procédés de fabrication (fraisage, tournage …), on tolère
que les cotes réalisées, en théorie égales à la cote nominale, soient comprises entre une
cote Maximale et une cote minimale.
Intervalle de Tolérance (IT)

Cote mini.
Cote Maxi.

4.2 NECESSITE DE LA COTATION FONCTIONNELLE


Un mécanisme est constitué de différentes pièces. Pour que ce mécanisme fonctionne,
…………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………..…..

Ces conditions fonctionnelles sont susceptibles d’être modifiées en fonction des


dimensions de certaines pièces.
La cotation fonctionnelle permet de rechercher …………………………………………………… à
respecter afin que les conditions fonctionnelles soient assurées.

 REMARQUE : Les cotes fonctionnelles déterminées sont ensuite inscrites sur le dessin de
définition de chaque pièce.

4.3 VOCABULAIRE
Afin d’illustrer la suite des explications, nous prendrons un exemple simple : Une
allumette dans sa boîte.
1 2

4.3.1 Cote-condition (cc)

 Condition : Pour que l’allumette puisse être placée dans la boîte, il faut qu’il y ait un
jeu entre l’allumette et la boîte.
La cote-condition (CC) sera représentée sur le dessin par : ………………………………………………..
……………………………………………………………………………………………………….……

4.3.1.1 Cote-Condition HORIZONTALE 4.3.1.2 Cote-Condition VERTICALE

De gauche à droite : De bas en haut :


- Un point à gauche - Un point en bas
- Une flèche à droite - Une flèche en haut
24
LP CTT S2 GE Support de l’UE GEM 200 Par Dr. Ing. Soviwadan DROVOU
UL – ENSI – GE Dessin technique : Dessin d’ensemble

 Reporter le vecteur cote-condition a


identifiant le jeu nécessaire entre la
boîte et l’allumette sur le dessin ci- 1 2
contre :
4.3.2 Surfaces terminales
Les surfaces auxquelles se rattachent une cote-condition (ex. : a ), sont des …………..……

 ATTENTION ! : Les surfaces terminales sont …………..……...……..……..… à la direction


de la cote-condition. 1 2

 Identifier les surfaces terminales liées


à la cote-condition a a
Surface terminale en contact avec la boîte (1), nous
1 l’appellerons : ………… 1 2
Surface terminale en contact avec l’allumette (2),
2
nous l’appellerons : ……….………

4.3.3 Surfaces de liaison (ou de contact) :


Les surfaces de contact entre les pièces, assurant la cote-condition (ex. a :), sont des ……………...
………………………………………………………...……………………………………………………………….

 ATTENTION ! : Les surfaces de liaison sont …………..……...………...…… à la direction


de la cote-condition.
a
 Identifier la surface de liaison entre (1)
et (2) assurant la cote-condition a 1 2

4.4 CHAINES DE COTES


La cote-condition et les cotes fonctionnelles associées sont représentées ………..…………………..
………………………………………………………………………………..………………………………………..

4.4.1 Méthodes d’etablissement d’une chaine de cotes

1 2

4.4.1.1 Dessiner la cote condition (si ce n’est déjà fait)

 Représenter le corps du vecteur par 2 traits fins parallèles


 Orienter le vecteur cote – condition dans le sens positif, pour cela :
- Dessiner le point origine du vecteur cote-condition
- Dessiner la flèche d’extrémité du vecteur cote-condition
25
LP CTT S2 GE Support de l’UE GEM 200 Par Dr. Ing. Soviwadan DROVOU
UL – ENSI – GE Dessin technique : Dessin d’ensemble

 Nommer la cote – condition

4.4.1.2 Repérer les surfaces terminales et les surfaces de liaison (ou de contact)

 Pour notre exemple, les surfaces terminales sont : …..…… et la surface de liaison est : ….…
 ATTENTION ! : Ces surfaces doivent être perpendiculaires à la direction de la cote-
condition.
4.4.1.3 Coter la première pièce

 Partir toujours de l’origine du vecteur cote-condition.


Dans notre exemple, l’origine touche la pièce ….….….….….….….….….….….….….….….………..…..

 Coter cette pièce jusqu’à la surface de liaison en contact avec une autre pièce.

 Nommer la cote fonctionnelle obtenue de la façon suivante : ….….….….….….


Nom de la cote – condition N° de la pièce

4.4.1.3 Coter la pièce en contact


En cotant cette nouvelle pièce, il faut se poser la question suivante :
Une des surfaces de la nouvelle pièce est elle la surface terminale liée à
l’extrémité du vecteur cote-condition (la flèche)?

NON OUI

Coter la nouvelle pièce : Dernière cote fonctionnelle :

 Coter cette nouvelle pièce de la surface de  Coter cette nouvelle pièce de la surface de
liaison jusqu’à l’autre surface de liaison en liaison (ici .…), à la surface terminale (ici .…)
contact avec une autre pièce.
 Nommer la cote fonctionnelle. Ici : …………..
 Nommer la cote fonctionnelle obtenue.
Fin de la chaîne de cotes
4.4.2 Règles a respecter

• Les cotes sont positives dans le sens du vecteur cote-condition et négatives dans le sens
opposé
• Il n’y a qu’une seule cote par pièce dans une chaîne de cote
• Une cote relie toujours deux surfaces d’une même pièce
• L’origine du premier vecteur est confondue avec l’origine du vecteur cote – condition
(le point)
• L’extrémité du dernier vecteur est confondue avec l’extrémité du vecteur cote-
condition (la flèche).

26
LP CTT S2 GE Support de l’UE GEM 200 Par Dr. Ing. Soviwadan DROVOU
UL – ENSI – GE Dessin technique : Dessin d’ensemble

4.5 EQUATION DE PROJECTION ET CALCUL


Soit la chaîne de cotes de la cote-condition a :
Avec : a1
a1 max. = ………..…..…………
+0,5 a a2
0 a1 min. = ………..…..…………
a1 = 70
a2 max. = ……………………… 1 2
 0,8
a2 = 55
a2 min. = …………..…………

❑ EQUATION DE PROJECTION :
Les cotes sont positives .….….….….….….……………………..……………….….….…………....….
et négative .….….….….….….………………..……………………….….….………….….……………….
La cote-condition = .….….….……………………………………….….….……….….…………………

 Ecriture de l’équation de la cote-condition a : …..………………………….…………...


❑ JEU MAX (J MAX)
Le jeu de la cote-condition est maximal quand les dimensions des vecteurs positifs sont
.………………..…..… et les dimensions des vecteurs négatifs sont .…………………..…….…..…

 Calculer a max : .……………………………….………………………………………………


.……………………………….………………………………………………
❑ JEU MIN (J MIN)
Le jeu de la cote – condition est minimal quand les dimensions des vecteurs positifs sont
.…………..…...…..… et les dimensions des vecteurs négatifs sont .………...…………………...…

 Calculer a min : .……………………………….………………………………………………


.……………………………….………………………………………………

❑ INTERVALLE DE TOLERANCE DU JEU (IT J)

 Désigner l’IT du jeu : .…………………………………….……….….………….…

 Calculer l’IT du jeu : .………….………………………………………………..….………….


Ou
………….….……………………………………………..……………………………………..….………….

………….….……………………………………………..……………………………………..….………….

………….….……………………………………………..……………………………………..….………….

………….….……………………………………………..……………………………………..….………….

27
LP CTT S2 GE Support de l’UE GEM 200 Par Dr. Ing. Soviwadan DROVOU