Vous êtes sur la page 1sur 22

Suite Chapitre 1:

Rappel sur
l’architecture de base
de données Oracle

Enseignante: Mme Sourour DJEBALI


Processus Instance
utilisateur Zone de mémoire Mémoire SGA
partagée
Cache Cache de tampons de Tampon de
« library » la base de données journalisation
Processus
serveur
Mémoire PGA Cache du
Zone de mémoire Java Zone de mémoire
dictionnaire de
LARGE POOL
données

PMON SMON DBWR LGWR CKPT Autres

Fichiers de Fichiers de Fichiers de Fichiers de


paramètres données contrôle journalisation Fichiers de
journalisation
archivés
Fichiers de mots
de passe
Base de données
2
3 - Contenir les informations - Enregistrer les modifications
- Contenir les données nécessaires au maintien et à la apportées à la base;
de la base vérification de l’intégrité de la - Récupérer des données après
base. incident

Fichiers de Fichiers de Fichiers de Fichiers de


paramètres données contrôle journalisation
Fichiers de
journalisation
archivés
Fichiers de mots
de passe

Base de données

➢ Un ensemble de données traité comme une seule et même entité

➢ Elle est constituée de trois types de fichiers


• Programme qui demande une interaction avec le serveur Oracle.
• Doit d’abord établir une connexion.
• N’entre pas directement en interaction avec le serveur Oracle.

Processus
serveur
Connexion
établie

Processus
utilisateur

Utilisateur de la base
de données
4
DBWn écrit dans les cas suivants:
✓ Point de reprise (checkpoint) Instance
Zone de mémoireMémoire SGA
✓ Seuil des tampons “dirty” atteint partagée
Cache de Tampon de
Cache
« library » tampons de la journalisation
✓ Aucune mémoire tampon disponible base de données
Cache du
✓ Temps imparti dépassé dictionnaire
Zone de mémoire Zone de m.
Java LARGE POOL
de données
✓ Tablespace hors ligne
PMON SMON DBWR LGWR CKPT Autres

✓ Tablespace en lecture seule


✓ DROP ou TRUNCATE sur une table
Fichiers de Fichiers de Fichiers de
✓ BEGIN BACKUP sur un tablespace données contrôle journalisation

Base de données
5
LGWR effectue une opération d’écriture dans les cas suivant:

Instance
✓ Validation (COMMIT), Zone de mémoireMémoire SGA
partagée
✓ Un tiers du cache est occupé, Cache Cache de Tampon de
« library » tampons de la journalisation

✓ Aucune mémoire tampon disponible, base de données


Cache du
Zone de mémoire Zone de m.
✓ La journalisation atteint 1Mo, dictionnaire
de données
Java LARGE POOL

✓ Toutes les trois secondes, PMON SMON DBWR LGWR CKPT Autres


Fichiers de Fichiers de Fichiers de
données contrôle journalisation

Base de données
6
Instance
Zone de mémoireMémoire SGA
partagée
Cache de Tampon de
➢ Récupération d’instance Cache
« library » tampons de la journalisation
base de données
➢Fusion de l’espace libre, Cache du
Zone de mémoire Zone de m.
dictionnaire
➢ Libération des segments temporaires. de données
Java LARGE POOL

PMON SMON DBWR LGWR CKPT Autres

Fichiers de Fichiers de Fichiers de


données contrôle journalisation

Base de données
7
Instance
Suite à un échec, le PMON exécute des Zone de mémoireMémoire SGA
partagée
opérations de nettoyage : Cache Cache de Tampon de
« library » tampons de la journalisation
• Annulation de la transaction en cours base de données
Cache du
Zone de mémoire Zone de m.
• Libération des verrous (sur tables ou dictionnaire
de données
Java LARGE POOL

lignes) PMON SMON DBWR LGWR CKPT Autres

• Libération d’autres ressources


• Redémarrage des répartiteurs
interrompus
Mémoire PGA

8
Instance
Zone de mémoireMémoire SGA
• Signalement de DBWn aux points de reprise partagée
Cache de Tampon de
Cache
« library » tampons de la journalisation
• Mise à jour des en-têtes de fichiers de base de données
Cache du
Zone de mémoire Zone de m.
dictionnaire
données avec les informations sur le point de Java LARGE POOL
de données

PMON SMON DBWR LGWR CKPT Autres


reprise

• Mise à jour des fichiers de contrôle avec les


Fichiers Fichiers Fichiers
informations sur le point de reprise données contrôle journali.

Base de données

9
© Enseignante: DJEBALI Sourour
11

Instance Oracle

Zone de mémoireMémoire SGA


partagée
Cache Cache de tampons de Tampon de
« library » la base de données journalisation

Cache du
Zone de mémoire Java Zone de mémoire
dictionnaire de
LARGE POOL
données

Fichier de PMON SMON DBWR LGWR CKPT Autres


paramètres

CONNECT / AS SYSDBA
STARTUP
OPEN

STARTUP

MOUNT

NOMOUNT

Instance
SHUTDOWN démarrée SHUTDOWN

• L’affectation de la mémoire SGA


• Le démarrage des processus d’arrière-
plan

12
OPEN
STARTUP

MOUNT
Fichier de contrôle
NOMOUNT ouvert pour cette
instance
Instance
SHUTDOWN démarrée
SHUTDOWN

- Associer une base de données à une instance démarrée.


- Localiser et ouvrir des fichiers de contrôle indiqués dans le fichier
de paramètres.
- Lire des fichiers de contrôle pour extraire le nom et le statut des
fichiers de données et des fichiers de journalisation en ligne
13
OPEN
STARTUP
Tous les fichiers sont
ouverts, comme indiqué
MOUNT
par le fichier de contrôle
Fichier de de cette instance
NOMOUNT
contrôle ouvert

Instance
SHUTDOWN démarrée
SHUTDOWN

• Ouvrir des fichiers de données en ligne,


• Ouvrir des fichiers de journalisation en ligne.

14
• Ouvrir une base de données en mode lecture seule :

STARTUP MOUNT
ALTER DATABASE OPEN READ ONLY;

• Une base de données en lecture seule permet :


- d’exécuter des interrogations,
- d’exécuter des tris sur disque,

15
16

▪ La commande shutdown d'Oracle déclenche l'arrêt de


la base de données en passant par différentes étapes
suivant l'option d'arrêt choisie :

• Fermeture de la base de données, la base de données est


fermée.
• Démontage de la base de données, la base de données est
démontée.
• Arrêt de l’instance, l'instance est arrêtée.
▪ Il existe différents mode d'arrêt de base de données:
▪ ABORT
▪ IMMEDIATE
▪ TRANSACTIONAL
▪ NORMAL
 Shutdown Abort est l'arrêt le plus rapide, le plus violent et brutal pour une

17base Oracle.

Ce mode d'arrêt Abort est utilisé qu'en cas d'urgence, et si aucun autre
mode d'arrêt ne fonctionne.

• La base de données est ni fermée, ni démontée.

• L'instance est arrêtée sans fermeture des fichiers.

• Les redo log buffer ne sont pas écrits sur disques

• Les transactions sont interrompues.

• Pas de check point.

• Les utilisateurs sont déconnectés.


18Shutdown Immediate est le mode d'arrêt le plus utilisé, notamment dans
les scripts, la base de données Oracle est fermée proprement et assez
rapidement selon les transactions en cours dans la base.

• Les transactions non validées actives sont annulées (ROLLBACK).


• Les redo log buffer sont écrits sur disques.
• Les utilisateurs sont déconnectés.
• La base de données est fermée.
• La base de données est démontée.
• L'instance est arrêtée.
19
Shutdown Transactional est un mode d'arrêt utilisé pour éviter des pertes
de données sur des transactions en cours. Il attend la fin de toutes les
transactions en cours en interdisant toute nouvelle transaction. Ce
mode d'arrêt peut être long.

• Les transactions actives restent en attente.


• Les nouvelles transactions sont interdites.
• Les utilisateurs sont déconnectés à la fin de la transaction.
• La base de données est fermée.
• La base de données est démontée.
• L'instance est arrêtée.
Shutdown Normal est le mode d'arrêt par défaut si aucun mode n'est
20précisé. C'est le plus long car Oracle attend que l’ensemble des
utilisateurs soit déconnecté pour fermer la base de données.

• Attente de déconnexion des utilisateurs.


• Les nouvelles transactions sont autorisées.
• Les Redo Log Buffer sont écrits sur disques.
• Processus d'arrière-plans sont arrêtés.
• Mémoire SGA libérée.
• La base de données est fermée.
• La base de données est démontée.
• L'instance est arrêtée.
21

Mode d’arrêt A I T N

Permet de nouvelles connexions Non Non Non Non

Attend la fin des sessions en cours Non Non Non Oui

Attend la fin des transactions en cours Non Non Oui Oui


Applique un point de reprise et ferme les
Non Oui Oui Oui
fichiers

Mode d’arrêt :

•A = ABORT
•I = IMMEDIATE
•T = TRANSACTIONAL
•N = NORMAL
22