Vous êtes sur la page 1sur 47

SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724

NORME HARMONISEE SADC POUR

LES STRUCTURES EN PISE –


CODE DE PRATIQUE
THC 03
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724
AVANT-PROPOS LOCAL

La présente norme SADC ZW HS 983:2014: Structures en pisé - Code de pratique, représente l'adoption
nationale de la norme régionale de la Coopération en normalisation de la Communauté de Développement
d'Afrique Australe (SADCSTAN).

Cette norme remplace la norme ZWS 724:2000 qui est dorénavant retirée.

L'adhésion à la SADCSTAN est ouverte aux Organismes nationaux de standardisation des états
membres de la Communauté de Développement d'Afrique Australe (SADC), ou lorsque un Organisme
national de standardisation n'a pas été établi par un Etat membre, à toute autre institution désignée
par son Ministre responsable de l'industrie et du commerce. L'Association du Zimbabwe pour la
normalisation, étant l'organisme national de standardisation, est membre de la SADCSTAN. La
SADCSTAN promeut la coordination des activités et des services de normalisation dans la région avec
pour but d'atteindre l'harmonisation des normes et des règlements techniques (à l'exception des
règlements légaux de la métrologie) en soutien aux objectifs du Protocole sur le commerce de la
SADC.

La participation du Zimbabwe au développement de cette norme régionale a été pilotée par le Comité
technique de l'Association du Zimbabwe pour la normalisation (TC) BC 042: Structures en pisé, au
sein duquel étaient représentés les parties suivantes :

L'Université de Zimbabwe, Département de Génie civil


Le Forum civique (Loger la population de Zimbabwe) (Civic Forum (Housing People of Zimbabwe))
La Fédération de l'industrie de la construction de Zimbabwe (Construction Industry Federation of Zimbabwe )
L'Institut des architectes de Zimbabwe (Institute of Architects of Zimbabwe)
Le Groupe pour le développement de la technologie intermédiaire (Intermediate Technology Development
Group)
L'entreprise John Sisk and Son
Le cabinet d'architectes Julian Keable and Partners
Le Ministère du logement national et des équipements sociaux (Ministry of National Housing and Social
Amenities)
Le Ministère du développement du transport infrastructurel (Ministry of Transport Infrastructural Development)
Le Centre pour la recherche scientifique et industrielle (Scientific and Industrial Research and Development
Centre)
L'Association du Zimbabwe pour la normalisation (Standards Association of Zimbabwe)
L'Association du Zimbabwe des ingénieurs consultants (Zimbabwe Association of Consulting Engineers)
L 'Association Rammed Earth Consulting CIC

i
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724

Sommaire

LES STRUCTURES EN PISE — CODE DE PRATIQUE ................................................................................. 1

1 Champ d'application ...................................................................................................................... 1


2 Références et abréviations ............................................................................................................ 1
2.1 Références normatives ............................................................................................................... 1
2.2 Abréviations ............................................................................................................................... 1
2.3 Termes et définitions .................................................................................................................. 1

SECTION 1 - MATERIAUX ...................................................................................................................... 2

3 La terre .......................................................................................................................................... 2
4 Eau ................................................................................................................................................ 2
4.1 Qualité de l'eau .......................................................................................................................... 2
4.2 Teneur en eau optimale (TEO) .................................................................................................... 2
5 Malaxage et mélange .................................................................................................................... 2
6 Stabilisation ................................................................................................................................... 3

SECTION 2 - LE COFFRAGE .................................................................................................................... 3

7 Les exigences du coffrage .............................................................................................................. 3


8 Le coffrage lors de son utilisation .................................................................................................. 3

SECTION 3 - CONSTRUCTION SOUS LE SOL ........................................................................................... 3

9 Les fondations ............................................................................................................................... 3


10 Protection contre les remontées capillaires dans les murs........................................................... 5
11 Les sols ........................................................................................................................................ 5

SECTION 4 - STRUCTURES HORS SOL .................................................................................................... 6

12 La résistance à la compression des murs ..................................................................................... 6


12.1 Guide ........................................................................................................................................ 6
12.2 Résistance moyenne à la compression ...................................................................................... 6
13 La masse volumique des murs ..................................................................................................... 7
13.1 Guide ........................................................................................................................................ 7
13.2 La masse volumique sèche ....................................................................................................... 7
14 L'absorption d'humidité par les murs .......................................................................................... 7
14.1 Guide ........................................................................................................................................ 7
14.2 La pratique de base recommandée ........................................................................................... 7
15 L'érosion climatique des murs ..................................................................................................... 7
15.1 Guide ........................................................................................................................................ 7
15.2 L'érosion ................................................................................................................................... 9
16 Test visuel des murs .................................................................................................................... 9

ii
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724
16.1 Guide ........................................................................................................................................ 9
16.2 Bords effrités et fissures ........................................................................................................... 9

SECTION 5 - STABILITE ........................................................................................................................ 11

17 La stabilité des murs : élancement............................................................................................. 11


17.1 Guide ...................................................................................................................................... 11
18 La stabilité des murs : ouvertures et linteaux ............................................................................ 11
18.1 Guide ...................................................................................................................................... 11
18.2 Les ouvertures ........................................................................................................................ 13
18.3 Réputé satisfaire..................................................................................................................... 13
18.4 Les arcs ................................................................................................................................... 15
19 La stabilité des murs : l'appareillage .......................................................................................... 16
19.1 Guide ...................................................................................................................................... 16
19.2 Les joints ................................................................................................................................ 16

SECTION 6 - DETAILS ET FINITIONS ..................................................................................................... 17

20 Fixations et liens............................................................................................................................ 17
20.1 Guide ...................................................................................................................................... 17
20.2 Ancrage du toit et fixations..................................................................................................... 18
20.3 Réputé satisfaire..................................................................................................................... 18
21 Traitements des surfaces (Voir Figure 9) .................................................................................... 19
21.1 Guide ...................................................................................................................................... 19
21.2 Finitions de surface ................................................................................................................ 19
21.3 Enduits (voir Figure 10) ........................................................................................................... 21
21.4 Traitement de surface ............................................................................................................ 24
22 Insertion des "boîtes" (ou "négatifs") de service ........................................................................ 25
22.1 Guide ...................................................................................................................................... 25
22.2 Les trous traversant les murs .................................................................................................. 25
23 Les murs, les sols et la santé ...................................................................................................... 27

Annexe A .................................................................................................................................... 28

A.1 Objet ........................................................................................................................................ 28


A.2 Procédure ................................................................................................................................ 28
A.3 Résultat .................................................................................................................................... 28

Annexe B .................................................................................................................................... 29

B.1 Objet ........................................................................................................................................ 29


B.2 Procédure ................................................................................................................................ 29

iii
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724
Annexe C .................................................................................................................................... 31

C.1 Objet ........................................................................................................................................ 31


C.2 Procédure................................................................................................................................. 31
C.3 Réputé satisfaire ...................................................................................................................... 31

Annexe D .................................................................................................................................... 33

D.1 Objet ........................................................................................................................................ 33


D.2 Procédure ................................................................................................................................ 33

Annexe E .................................................................................................................................... 34

E.1 Objet ........................................................................................................................................ 34


E.2 Procédure ................................................................................................................................. 34

Annexe F .................................................................................................................................... 35

F.1 Généralité................................................................................................................................. 35
F.2 Procédure ................................................................................................................................. 35
F.3 Résultats................................................................................................................................... 35
F.4 Pénétration de l'humidité ......................................................................................................... 36
F.5 Enduits de surface .................................................................................................................... 36

Annexe G.................................................................................................................................... 37

G.1 Généralité ................................................................................................................................ 37


G.2 Mesure de la profondeur de la dépression ............................................................................... 38
G.3 Enduits de surface .................................................................................................................... 38
G.4 Pénétration de l'humidité ........................................................................................................ 38
G.5 Résultats .................................................................................................................................. 39

Annexe H .................................................................................................................................... 40

H.1 Objet ........................................................................................................................................ 40


H.2 Procédure ................................................................................................................................ 40

iv
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724
Avant-propos

Ce texte consiste en un Projet de texte harmonisé de la Communauté de développement


d'Afrique australe (SADCSTAN DHT) couvrant les exigences pour la conception, la
construction et les méthodes d'essai des structures en pisé.

L'harmonisation des normes et des règlements techniques dans la région de la Communauté


de développement d'Afrique australe (SADC) est une obligation sous le Protocole de
commerce de la SADC qui vise à éliminer les barrières non tarifaires au commerce à
l'intérieur de la région pour promouvoir le développement économique et l'établissement
d'une zone de libre échange.

v
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724
Introduction
Le pisé est le terme français le plus couramment employé pour la terre damée, méthode de construction
utilisée depuis des siècles dans différentes parties du monde. La terre est extraite du sol et compactée en
couches à l'intérieur d'un coffrage spécialement fabriqué. Après compaction, le coffrage est desserré et avancé
jusqu'à sa nouvelle position plus loin dans le mur ou plus haut sur la couche supérieure. Ainsi le bâtiment
monte rapidement, couche par couche, rangée par rangée.

Cette technique peut produire des bâtiments qui sont résistants, durables, solides et attrayants. Surtout, parce
que la terre représente une ressource abondante et peu chère, les bâtiments en pisé sont très économiques ;
de plus, la majorité de l'investissement bénéficie directement à l'économie locale. La méthode est
essentiellement simple, et vu la part élevée de main d'œuvre non qualifiée, le pisé peut être considéré comme
un outil privilégié pour la construction de logements sociaux dans les pays en voie de développement à la fois
en zones urbaines et rurales.

Bien construits, les murs en pisé seront favorablement comparables à d'autres matériaux de maçonnerie, tels
les briques en terre cuite ou les blocs de ciment, au niveau de leur résistance à la compression, l'érosion par
l'humidité ou les changements saisonniers de dimensions. Leurs coûts seront également, dans la plupart des
cas, fortement compétitifs. Il faut garder en vue, par contre, que "la terre" varie en qualité tout comme le font
les briques ou les blocs de ciment. Des normes de comparaison sont nécessaires.

Ce code de pratique n'inclut pas les blocs de terre. Pour atteindre des normes comparables en utilisant des
blocs de terre, un niveau plus élevé de contrôle de la production et du site est nécessaire que pour le pisé. La
terre superficielle ou la couche arable, qui sert à cultiver des plantes, ne doit pas être utilisée - tout au long de
ce code de pratique la terre signifie le sous-sol.

De nos jours, la sélection et l'analyse de terres pour la construction peut se faire avec une certaine précision,
et il existe de bonnes techniques pour stabiliser ou protéger les murs en terre des dégâts des eaux ou des
effets de retrait. Ce document entend montrer que, avec un contrôle et une protection adéquats, les bâtiments
construits en pisé peuvent atteindre des niveaux de qualité élevés. Le document établira les normes définitives
grâce auxquelles les bâtiments et les techniques de construction en pisé peuvent être jugés.

Le document peut être utilisé par :

a) les maçons locaux pour montrer les normes de base qui donneront des résultats durables ;

b) les maîtres d'œuvre plus importants et les concepteurs comme spécification globale pour le pisé ;

c) les régulateurs officiels du bâtiment pour montrer comment juger de la pertinence pour toute structure en
pisé sous leur contrôle ;

d) les agences de prêt et d'aide pour rassurer quant à la durabilité et la valeur hypothécaire.

vi
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724

LES STRUCTURES EN PISE — CODE DE PRATIQUE

1 Champ d'application

Ce code de pratique donne des orientations sur la conception, la construction et les méthodes d'essai des
structures en pisé.
.

2 Références et abréviations

2.1 Références normatives


Les documents référencés suivants sont indispensables à l'application de ce document. Pour les références
datées, seule l'édition citée est applicable. Pour les références non-datées, la dernière édition du document
référencé (y compris toute modification) est applicable.

EN 197-1, Cement - Part 1: Composition, specifications and conformity criteria for common cement.

NZS 4298, Materials and workmanship for earth buildings.

ZWS 162, Structural use of timber - Part 1: Limit states design.

ZWS 162, Structural use of timber - Part 2: Allowable stress design.

ZWS 170, Structural use of concrete - Part: Code of practice for design and construction.

ZWS 185, Methods of testing soils for civil engineering purposes - Part 1: Preparation, classification and
density of soils.

2.2 Abréviations

En ce qui concerne ce document, les abréviations suivantes sont applicables :

CE : couche d'étanchéité

RE : revêtement d'étanchéité

TEO : Teneur en eau optimale.

2.3 Termes et définitions

Efflorescence : cristaux poudreux, sur la surface des briques. Habituellement de couleur blanche.

Effritement : il s'agit de la perte de couches de terre soit sous l'effet de l'humidification soit après séchage.

1
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724

SECTION 1 - MATERIAUX

3 La terre

La terre utilisée pour créer des structures en pisé doit être libre de toute matière végétale et autres substances
étrangères, telles que les ordures, les matériaux délétères, etc.

Les terres pour le pisé doivent contenir entre 50% et 70% (possible d'obtenir en mélangeant, voir clause 5) de
gravier fin et de sable, entre 15% et 30% de limons et entre 5% et 15% d'argiles. Il convient de tester les
mélanges de terre en utilisant la méthode du "cigare" et le point de rupture devrait être entre 80 mm et 120 mm
(voir Annexe A).

NOTE Les matériaux délétères dans ce contexte signifient une terre qui contient des sels tels que des sulfates qui
interfèrent dans le durcissement du liant.

4 Eau

4.1 Qualité de l'eau

L'eau utilisée pour le pisé doit provenir d'une origine propre. Elle doit être libre de matière végétale et toute
autre substance nocive.

4.2 Teneur en eau optimale (TEO)

La TEO est importante car elle a un impact direct sur la résistance du mur achevé. Trop peu d'eau et la terre ne
peut pas être compactée correctement ; trop d'eau et elle devient trop mouillée et l'eau elle-même résiste à la
compaction. Le volume idéal d'eau variera entre un mélange de terre et un autre. Heureusement, avec un peu
d'expérience du pisé, il devient rapidement évident quand la terre est trop humide ou trop sèche. Le mélange
de matériaux à utiliser dans les structures en pisé doit avoir une "teneur en eau optimale", en fonction de l'essai
de "la boule" (voir Annexe B).

5 Malaxage et mélange

Les terres doivent être bien malaxées avant d'être compactées lorsque :

a) il existe plusieurs terres d'origines différentes à compacter ;

b) des stabilisants seront ajoutés ;

c) il faut ajouter davantage d'eau pour atteindre une TEO.

Le malaxage à la main ou par malaxeur mécanique doit se poursuivre jusqu'à ce que l'on obtienne une
distribution uniforme des matériaux dont la couleur et la consistance sont uniformes.

2
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724

6 Stabilisation

On peut ajouter à la terre des matériaux de stabilisation pour améliorer sa résistance, pour améliorer sa
résistance à l'eau, ou pour en diminuer le retrait. Les matériaux approuvés pour la stabilisation sont :

a) le ciment Portland ordinaire - voir EN 197-1 ;

b) la chaux ou la chaux hydratée ;

c) la chaux en combinaison avec des pouzzolanes tels que la cendre de combustible pulvérisée et le laitier de
haut fourneau broyé et granulé ;

d) le ciment allongé par l'ajout de pouzzolanes tel que la cendre de combustible pulvérisée et le laitier de haut
fourneau broyé et granulé ;

e) toute autre stabilisant approuvé par le responsable du chantier.

SECTION 2 - LE COFFRAGE

7 Les exigences du coffrage

Le coffrage doit permettre d'accéder partout à l'intérieur du coffrage pour permettre la compaction.

Le terre doit être introduite à l'intérieur du coffrage, puis damée jusqu'à ce qu'elle soit entièrement compactée,
de façon à satisfaire aux exigences de l'essai de masse volumique du mur. (Voir 13.2)

8 Le coffrage lors de son utilisation

Déformation du coffrage : les éléments principaux (côtés, têtes et coins) ne doivent pas s'écarter de plus de 3
mm de leur position originale lors de l'essai de l'application d'un poids de 150 kg à mi-distance entre les cordes
ou les tiges de serrage (voir Annexe C).

Le démontage du coffrage doit être effectué avec soin pour ne pas endommager le travail.

SECTION 3 - CONSTRUCTION SOUS LE SOL

9 Les fondations

Le matériel utilisé pour les fondations en pisé - et pour tous les murs inférieurs au niveau de la couche
d'étanchéité - doit consister en de la maçonnerie conforme aux exigences de la règlementation locale
applicable pour la construction en pisé stabilisé à condition d'être protégé de l'humidité.

La résistance à la compression et la masse volumique doivent être conformes aux exigences de la Section 4.

Les semelles filantes des fondations en pisé doivent être au moins aussi épaisses que le mur qu'elles
soutiennent, et par ailleurs respecter les dimensions indiquées dans le Tableau 1.

3
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724

TABLEAU 1 – LARGEUR MINIMUM DE SEMELLES FILANTES EN PISE

Type de soul-sol Etat du sous- Essai de terrain Largeur de la Epaisseur de


sol applicable fondation la fondation
I pas inférieur au exige au moins une égale à la sans objet
grès, au calcaire pioche à opération largeur du mur
roche ou à une craie mécanique pour l'extraction (S/O)
ferme
II exige une pioche pour
l'extraction ; égale à la S/O
gravier dense piquet en bois 50 mm x 50 largeur du mur
mm difficile à enfoncer plus
sable dense de 150 mm
III F–M
ne peut pas être moulue
argile dur entre les doigts et exige une 400 mm 2
pioche ou un pelle ou
argile sableuse dur mécanique pour l'extraction
la largeur du
mur, selon
laquelle est la
plus grande
IV F–M
2
argile ferme peut être moulue en ou
appliquant une pression 500 mm
argile sableuse ferme ferme avec les doigts et peut la largeur du
être extraite avec une pelle mur, selon
laquelle est la
plus grande

peut être extraite avec une donc mieux vaut


meuble pelle ; creuser plus
piquet en bois 50 mm x 50 profond jusqu'à
meuble mm facile à enfoncer un sous-sol plus
ferme puis
meuble appliquer la
largeur
nécessaire pour
ce type de terre
VI
donc creuser
limon mou assez facile à mouler entre plus profond
les doigts et facile à extraire jusqu'à un sous-
argile mou sol plus ferme

(et argiles
sablonneuses/limoneuses)
VII
échantillon naturel dans la donc creuser
limon très mou saison des pluies exsude plus profond
entre les doigts quand serré jusqu'à un sous-
argile très mou dans le poing sol plus ferme

(et argiles
sablonneuses/limoneuses)

NOTE 1 F est la largeur de la fondation ; M est la largeur du mur.

NOTE 2 Une fondation de conception d'ingénierie peut être utilisée.

4
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724
10 Protection contre les remontées capillaires dans les murs

Les murs en pisé doivent être construits de façon à empêcher l'humidité dans le sol de remonter dans le
bâtiment (voir Figure 1).

11 Les sols

11.1 Les sols en pisé doivent être protégés contre les remontées capillaires pour que l'humidité ne pénètre pas
dans le bâtiment (voir Figure 1).

Prévoir un large débord pour protéger le mur

Protéger la base du mur jusqu'en dessous du


niveau du sol

Prévoir une pente pour emporter l'eau du mur CE


RE
vers un caniveau ou un drain (matériau damé)

Drain
Prévoir un caniveau ou un drain sous l'avant-toit pour recevoir Combler le sol avec un matériau qui draine
l'eau puis l'emporter hors du bâtiment vers un fossé bien - gravier ou galets

2/ Enduit qui continue sous le sol


1/ Point étanche
Emulsion de bitume

4/ Remblai uniquement de terre


3/ Revêtement : briques,
- doit être réparé ou remplacé
pierre et tuiles
régulièrement selon la saison

FIGURE 1 – PROTECTION CONTRE LES REMONTEES CAPILLAIRES DANS LES MURS

11.2 Si les sols seront lavés, la surface du sol doit être rendue étanche, et le point de jonction entre sol et murs
doit être protégé par une plinthe de hauteur adéquate.

Les niveaux des sols doivent être au moins 150 mm au-dessus de la surface environnante, et 300 mm dans des
zones de pluviométrie forte et intense (plus de 1 000 mm par an) ou lorsque la nappe phréatique se trouve à
moins de 750 mm de la surface (voir Figure 2).

5
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724

Minimum 300 mm en cas de forte CE


pluviométrie > 1000 mm par an Protéger si les sols sont lavés

Niveau RE
normal
Minimum 150 mm du sol

Empêcher les remontées capillaires

FIGURE 2 – PROTECTION CONTRE L'HUMIDITE POUR LES SOLS

SECTION 4 - STRUCTURES HORS SOL

12 La résistance à la compression des murs

12.1 Guide

Le pisé peut habituellement atteindre des niveaux élevés de résistance à la compression sans recours à la
stabilisation. Dans certains cas il peut s'avérer nécessaire d'ajuster le mélange de matériaux dans la terre. Trop
d'argile dans la terre augmentera sa capacité de compression, pas assez l'empêchera de se lier. Dans certains
cas il peut s'avérer nécessaire d'ajouter à la terre un stabilisant (voir clause 6).

Un facteur important pour atteindre la résistance à la compression la plus élevée possible consiste en s'assurer
de la masse volumique sèche maximale du matériau. Contrôler cet aspect en obtenant la teneur en eau
optimale (voir clause 4).

L'essai de la boule (voir Annexe B), doit être refait chaque fois que l'origine de la terre change, ou que l'équipe
de chantier est renouvelé ou encore en cas de changement de conditions climatiques.

Les autres facteurs pour améliorer une bonne résistance sont de s'assurer que le matériau initial est bien
mélangé (voir clause 6) et que de bonnes techniques de damage et de coffrage sont employées (voir Section 2).

12.2 Résistance moyenne à la compression

Les murs en pisé doivent être testés pour leur résistance à la compression. La résistance moyenne à la
compression ne doit pas être inférieure à 1.5 N/mm2 de façon générale, ou à 2.0 N/mm2 pour des murs entre 3.0
m et 6.0 m de hauteur à un âge minimum de 7 jours.

6
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724
13 La masse volumique des murs

13.1 Guide

La masse volumique du matériau est un indicateur important de la résistance et de la durabilité du mur achevé.
Une masse volumique maximale sera obtenue quand le matériau damé est à la TEO.

Les exigences en masse volumique supposent des agrégats de masse volumique normale. Les matériaux
aérés tels que la pierre ponce (matériau volcanique) n'atteindrait pas la masse volumique recommandée,
malgré que leur résistance pourrait être adéquate lors d'essais pour la compression.

13.2 La masse volumique sèche

La masse volumique sèche (pd) des murs en pisé doit être >95 % de la résistance à la compression obtenue en
laboratoire pour la masse volumique sèche maximale (voir clause 15 de ZWS 185, Part 1:1997). Voir Annexe
E.

14 L'absorption d'humidité par les murs

14.1 Guide

L'humidité sur les murs en terre a pour effet de briser les liens entre particules, diminuant ainsi la résistance à
l'écrasement. Il est important de protéger contre l'absorption de l'humidité pour la durabilité du mur. Partout où
pourrait apparaître la nappe phréatique (même peu fréquemment) il convient de protéger la partie basse de la
structure à l'aide d'une couche d'étanchéité (voir clause 10). La partie haute de la structure doit être protégée
par une toiture ou une couverture (voir clause 5).
L'absorption de l'humidité peut être réduite par un bon mélange de terre, une bonne compaction et une teneur
en eau optimale lors du damage. La stabilisation de la terre peut être utilisée pour améliorer de mauvais
résultats relatifs à l'absorption de l'humidité (voir clause 15). Une approche alternative consiste en protéger le
mur en traitant la surface.

Divers types d'enduits sont examinés en plus de détail à la clause 20.

14.2 La pratique de base recommandée

Les murs doivent être protégés contre l'absorption excessive d'humidité à la base, au sommet, et à la face en
conformité avec les clauses 10, 15 et 21.

15 L'érosion climatique des murs

15.1 Guide

La surface des murs en terre peut être érodée par des pluies battantes, qui peuvent décoller les particules les
plus fines. Ceci peut se produire pendant ou après la construction.

7
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724
La performance des murs sera meilleure si l'on utilise un bon mélange de terre (voir clause 3) et si la terre est
bien compactée (voir clause 8) avec une teneur en eau optimale (voir clause 5);

Prévoir toujours "un bon chapeau, des bottes et un manteau" pour une longue vie (voir Figure 3).

Ex. 0.8m

Ex.2.4m

Ne pas négliger de protéger des


rejaillissements

FIGURE 3 – PROTECTION DE L'EROSION DES MURS

15.1.1 Un bon chapeau

Les murs seront protégés par de larges débords de la toiture. Il s'agit là d'un point primordial. Ne prévoir qu'un
mince débordement serait une fausse économie. Pour un bon niveau de protection, prévoir un débord
équivalent à un tiers de la hauteur du mur, là où les conditions de vent ne sont pas sévères. Bien entendu, le
toit lui-même ne doit pas laisser passer l'eau.

15.1.2 Des bottes

Sans protection, la partie basse des murs sera érodée par les rejaillissements de pluie. Il faut prendre des
mesures de protection contre les rejaillissements de pluie à la base des murs, mais au-dessus de la couche
d'étanchéité. Il s'agit là d'un point primordial, particulièrement quand il s'agit de terre non stabilisée (voir Figure
1). Il existe deux approches possibles :

15.1.2.1 On obtiendra une surface résistante à aide d'un enduit, de la brique ou de la pierre, ou en construisant
la partie inférieure du mur en utilisant un stabilisant, même si la partie supérieure sera en terre non stabilisée.

15.1.2.2 Une couche 'sacrificielle' peut être ajoutée et remplacée quand elle est usée. L'approche plus
économique d'utiliser une couche supplémentaire de terre qui sera érodée par les rejaillissements de la pluie, et
ensuite remplacée, est efficace à condition d'un bon entretien.

15.1.3 Un manteau

La surface principale peut être soit recouverte par un revêtement, soit construite pour résister aux pluies
battantes. Différentes sortes de revêtements et d'enduits sont examinées en plus de détail en clause 20. La
stabilisation représente une autre approche à des mauvais résultats d'érosion due aux intempéries, qui peuvent
être améliorés de façon très importante (voir clause 6).

8
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724

Il est possible de tolérer des murs avec de faibles performances en matière d'érosion à condition de pouvoir
prévoir un niveau important d'entretien de la structure bâtie.

Dans certaines régions, l'érosion éolienne, l'effet de la projection de particules de sable qui enlèvent les
surfaces fines (tout comme peut le faire une pluie battante) aura lieu si aucune protection n'est prévue (voir
clause 15.1.2).

15.2 L'érosion
Les murs en pisé exposés aux intempéries doivent être testés (y compris tout traitement de la surface
proposée) en utilisant l'essai d'érosion (méthode de la pulvérisation sous pression ou la méthode de l'essai
d'érosion). Voir Annexes F and G.

16 Test visuel des murs

16.1 Guide

Les coins et les bords exposés doivent être protégés de l'érosion soit en insérant un "négatif" triangulaire dans
le coffrage (pour produire un coin chanfreiné) soit en construisant le coin avec des cales en ciment, ou de la
pierre/brique.

Un effet "nid d'abeilles" est dû à différentes causes :

i) du gravier surdimensionné au ras du coffrage (écarter le gravier des côtés du coffrage en créant un
espace avant de damer) ;

ii) une terre mal mélangée (mélanger mieux la terre) ;

iii) pas assez d'argile pour permettre la compaction (changer la composition de la terre) ;

iv) teneur en eau incorrecte (pas assez/trop).

Les fissures des joints et les trous pour la construction doivent être remplis rapidement après la construction, à
moins qu'on entend recouvrir les murs d'un enduit, car dans ce cas les trous serviront de système d'accrochage
pour l'enduit.

Les fissures de retrait peuvent être dues à une part élevée d'argile dans la terre. On peut les réduire en
réduisant le contenu d'argile ; la stabilisation diminuera également le retrait. Des mélanges de chaux et de
pouzzolanes fonctionnent bien avec l'argile (voir clause 6).

Ralentir le séchage du mur, surtout quand on travaille sous un soleil chaud et sans nuages :

i) maintenir l'humidité de la surface du mur en arrosant légèrement avec de l'eau ;

ii) protéger le mur du soleil direct, par exemple en utilisant des graminées séchées ou des écrans de
feuilles de palmier.

Ceci vaut aussi pour les enduits fraichement appliqués.

16.2 Bords effrités et fissures

Les murs doivent être libres de tous bords effrités et de "nid d'abeilles" (voir Figure 4).

9
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724

Les fissures des joints, les trous laissés par la construction, les trous dus au démontage du coffrage doivent
être comblés en utilisant un matériau compatible moins de 24 heures après leur apparition, ou bien le mur doit
être recouvert d'un enduit.

Les fissures de retrait ne doivent pas excéder 3 mm en largeur et 75 mm en longueur, ni dépasser vingt
fissures par mètre carré. Toutes les fissures de retrait doivent être comblées ou bien le mur enduit.

Effet "nid d'abeilles"


 écarter le gravier Fissures de joints et trous dus à la construction
 mélanger mieux la terre  combler
 ajouter de l'argile
 vérifier la teneur en eau

Fissures dues au retrait


Effritement des coins
 améliorer le mélange
 ajouter un "négatif" pour créer un chamfrein
 stabiliser
 appliquer un enduit  construire les coins en brique ou en ciment

Réparer les dégâts aux murs

FIGURE 4 – BORDS EFFRITES ET EFFET "NID D'ABEILLES"

10
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724
SECTION 5 - STABILITE

17 La stabilité des murs : élancement

17.1 Guide

Les murs en pisé stabilisés au ciment peuvent être construits plus minces car ils peuvent résister un peu mieux
aux forces de flexion.

Parce que le damage est souvent fait par une personne debout entre les deux parois du coffrage, une largeur
minimum du mur de 300 mm doit être respectée.

17.2 Les taux d'élancement pour les murs en pisé doivent être conformes aux limites montrées dans le
Tableau 2 et en aucun cas les murs ne doivent mesurer moins de 300 mm en épaisseur.

TABLEAU 2 – TAUX D'ELANCEMENT POUR LES MURS EN PISE

Longueur Solidarisation Stabilisé Taux


maximale (m) (largueur : hauteur)

9 non solidarisé non stabilisé 1:8

9 non solidarisé stabilisé au ciment 1 : 10

9 solidarisé non stabilisé 1 : 12

9 solidarisé stabilisé au ciment 1 : 16

NOTE Un mur solidarisé est un mur qui est lié au moins par des rangées alternant avec un mur de refend et/ou un pilier de
pas moins de 450 mm de longueur à chaque extrémité; ou mieux encore, là où se trouve le mur de refend, être construit de
façon continue avec celui-ci.

On peut progressivement diminuer l'épaisseur des murs au fur et à mesure qu'ils montent en hauteur, à
condition que le taux d'élancement pour le mur au-dessus reste conforme avec le Tableau 2 (voir Figure 5).

18 La stabilité des murs : ouvertures et linteaux

18.1 Guide

Les ouvertures vont affaiblir le mur dans lequel elles sont placées, et devront supporter les charges qui sont
placées au-dessus. Ce guide examine d'abord quels matériaux utiliser au-dessus des ouvertures, puis ajoute
des points de construction généraux.

18.1.1 Les linteaux en bois

11
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724
La taille des linteaux en bois dépend de l'espèce et de la qualité du bois. Le bois doit être conçu pour être
conforme au ZWS 162: Part 1 or 2. Les linteaux en bois doivent être protégés de l'humidité (qui mène à la
pourriture), et des attaques d'insectes xylophages et des termites si l'espèce n'est pas naturellement résistante.

NOTE Les linteaux en béton armé sont préférables.

Solidarisé
Non stabilisé 1:12
Stabilisé

L'épaisseur du mur peut être diminuée par étapes Non solidarisé


ex. pour non solidarisé non stabilisé Non stabilise 1:8
Stabilisé

FIGURE 5 - LA STABILITE DES MURS

12
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724
18.1.2 Les linteaux en béton armé (BA)

Les linteaux en BA peuvent être coulés soit à l'avance soit sur place. Les barres doivent être fixées en place au
moment de couler le ciment. Les linteaux en BA doivent être conçus pour être conformes avec ZWS 170: Part
1.

18.2 Les ouvertures

Le nombre, la taille ou la position des ouvertures ou des recoins dans un mur en pisé ne doivent pas être de
nature à menacer la stabilité des murs.

Les linteaux au-dessus des ouvertures et des renfoncements dans les murs en pisé doivent être suffisamment
résistants pour pouvoir porter la structure supérieure. Les appuis des linteaux doivent mesurer pas moins de
200 mm au delà de l'ouverture (voir Figure 6).

Les ouvertures sont possibles sans linteaux lorsque les ouvertures montent jusqu'à la poutre sablière du toit
(sous réserve que la sablière peut supporter toute charge qui est placée sur elle), ou lorsqu'on utilise une
ouverture en forme d'arc.

18.3 Réputé satisfaire

Les ouvertures de tout mur ne doivent pas excéder la moitié de la longueur du mur (voir Figure 6), et, lorsque la
distance entre les ouvertures est moins que leur largeur, les linteaux doivent être continus sur toute la série
d'ouvertures (voir Figure 6).

La distance minimale entre ouvertures avec des linteaux séparés doit être de 600 mm (voir Figure 6).

Un linteau n'est pas nécessaire si :

a) il n'y a pas de mur au-dessus de l'ouverture (l'ouverture atteint la sablière) ;

b) l'ouverture est fermée par un arc (plein cintre, surbaissé ou pointue) ; (voir Figure 6).

i) avec un minimum de 450 mm de mur au-dessus du point le plus haut de l'ouverture ;

ii) les ouvertures ne dépassent pas 1 000 mm de largeur ;

iii) la flèche (qu'elle soit pointue ou arrondie) mesure au moins la moitié de la portée ;

iv) veiller à ce que le coffrage soutienne les charges du damage (habituellement il faudra utiliser un
"négatif" - voir Section 2).

13
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724

Mur plus de la moitié


de la longueur

Linteau continu nécessaire si les


ouvertures sont rapprochées

Moins large que


l'ouverture
Barreaux

Ancrage
Absence de
linteau

FIGURE 6 – LES OUVERTURES ET LES LINTEAUX

14
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724
Linteau en bois, en acier
ou redimensionné pour
convenir

Appui minimum 200 mm de chaque côté

Arcs pas moins de


0,5 de la portée

Sablière doit supporter charge du toit - vérifier ou repositionner

Ouverture dans un Ouverture hauteur


coin entière

Si solidarisé au niveau du toit

FIGURE 6 (Suite et fin)

18.4 Les arcs

Les arcs non armés peuvent être utilisées sans problème dans les murs en terre, à condition d'être conformes
aux dispositions fournies en 18.3. Les arcs contribuent à la descente des charges. Eviter l'utilisation de l'acier et
le risque de rouille en zones humides.

Si la portée excède 1 000 mm, dimensionner les linteaux et les arcs en conformité avec ZWS 170: Part 1 (voir
Figure 6).

On peut prévoir des ouvertures en dehors des limites de 18.3 si l'on peut démontrer que le mur reste stable.

Généralement, ce sont les piliers sans contreforts qui sont les points faibles. Ces piliers peuvent être renforcés
ou améliorés par la stabilisation. Renforcer le mur au-dessus et près des ouvertures améliorera la stabilité et
contribuera à renforcer les piliers et les coins.

S'assurer que les charges des fermes, des poutres ou des chevrons sont toujours réparties à l'aide de plaques
(en bois, en acier ou en béton).

S'assurer que les linteaux ont suffisamment de dépassement à chaque extrémité (200 mm exigés).

15
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724
19 La stabilité des murs : l'appareillage

19.1 Guide
Il existe deux façons de déplacer le coffrage: latéralement et verticalement (voir Section 2). Le système
d'appareillage utilisé pour lier les différentes parties du mur dépendra en partie de quelle méthode de coffrage
doit être employée.

19.1.1 Le déplacement latéral du coffrage nécessite normalement des joints employant un système
d'appareillage semblables à ceux de la maçonnerie des blocs ou des briques. Chaque "banchée" (un coffrage
entièrement damé) peut être considéré comme un bloc. Le point le plus faible sera dans le coin où le
dépassement se limitera à la largeur du mur. D'où la recommandation d'employer un coffrage qui permet de
damer les coins en une seule pièce. Voir Figure 7.

19.1.2 Un coffrage qui fait le tour du coin va améliorer l'appareillage des coins, mais rappelons que la forme en
'L' que cela demande doit avoir un côté plus long et un plus court, de façon à pouvoir l'inverser sur la prochaine
assise et ainsi donner un appareillage où les banchées se chevauchent. (Voir Figure 7).

19.1.3 Pour le déplacement vertical du coffrage, utiliser un joint à emboîtement positif entre chaque panneau,
avec des espaces de compensations d'au moins 25 mm et de préférence 50 mm (voir Figure 7).

L'appareillage des murs de refend doit les lier aux murs extérieurs ou aux piliers.

19.2 Les joints


Les murs en pisé doivent être construits de façon à permettre à chaque partie du mur d'être liée au reste du
mur grâce à des joints qui sont décalés d'au moins la largeur du mur.

Dérogation : les joints verticaux dans les sections des murs sont permis à condition que :

 les fondations soient en béton armé

 ou si les sections adjacentes se chevauchent sur plan par un minimum de 25 mm.

16
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724

Un appareillage complet lie


toutes les parties du mur

Appareillage alterné aux coins

Mieux encore :
Coffrage en forme de L qui fait le
tour du coin (le coffrage est
inversé à chaque rangée)

Remplissage du haut
Exemples de systèmes d'emboitement
pour les coffrages verticaux

FIGURE 7 - L'APPAREILLAGE

SECTION 6 - DETAILS ET FINITIONS

20 Fixations et liens
20.1 Guide
On peut percer des trous dans le pisé.

Lorsque le toit est léger, le soulèvement par le vent peut être supérieur au poids de la toiture, alors il est
important de bien fixer les éléments de la toiture. Les liens doivent être bien ancrés dans le mur, pour exploiter
le poids du mur.

Une attention particulière prêtée à la menuiserie permet d'éviter beaucoup de problèmes. Eviter les portes et
les fenêtres pivotant sur un coin du mur, ce qui solliciterait trop les charnières : si les portes et les fenêtres sont
posées au nu du mur elles seront moins exposées aux dégâts. Sinon, les portes, les volets ou les fenêtres
peuvent être munis de butées. L'utilisation d'ancrages standards pour les châssis est adéquate.

L'utilisation de châssis fixes en métal contribuera à fixer les parties amovibles, et ils ne seront pas attaqués par
les termites; les portes et les fenêtres constamment utilisées doivent aussi être à l'abri d'attaques de termites.

17
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724
Lorsqu'on emploie du métal, il convient de le protéger de la corrosion d'une manière conforme, telle la
galvanisation.

20.2 Ancrage du toit et fixations


Les toits doivent être ancrés pour les permettre de résister aux forces attendues du vent.

Les pièces de menuiserie importantes, telles les portes et les fenêtres, et tout autre objet lourd qu'on doit fixer à
un mur en pisé, doivent être fixés fermement, et de façon à ne pas endommager le mur.

20.3 Réputé satisfaire


La charpente et/ou les sablières (ou les chaînages en bois) doivent être ancrées à des intervalles centrés de
900 mm à l'aide de :

a) deux torons de fil galvanisé de diamètre minimum 4.064 mm, fixés aux plaques et enfoncés à un minimum
de 450 mm en profondeur dans le mur, en utilisant des éléments d'ancrage de 150 mm de long au fond
(voir Figure 8);

b) un ruban de métal galvanisé ou non-ferreux, minimum 25 mm x 2 mm, fixée aux plaques et enfoncée à un
minimum de 450 mm en profondeur dans le mur, en utilisant des éléments d'ancrage de minimum 150 mm
au fond (voir Figure 8);

c) tout autre système d'ancrage approuvé par l'inspecteur des travaux.

Ruban galvanisé
Fil de fer de 4.064 mm 25 x 2 mm cloué à Extrémité aplatie à
Boulon de 12
enroulé autour d'une une plaque de 100 l'aide d'un marteau
mm
plaque de 100 x 50 mm x 50 mm

Plaque
Clous de carrée
150mm de
Barre en 100mm
acier
recourbée

Entreaxe de 900 mm

Réputé satisfaire Système alternatif qui fonctionne bien

Ancrage dans le mur

Fixation du châssis

Ancrage
Percer
Insérer double
cale dans trou

FIGURE 8 - FIXATIONS

18
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724

21 Traitements des surfaces (Voir Figure 9)

21.1 Guide
La plupart des murs en terre, même les murs stabilisés, peuvent être améliorés par des traitements de surface.
Les enduits peuvent être appliqués à l'extérieur ou à l'intérieur. On ajoutera une surface pour une des raisons
suivantes :

pour l'étanchéité ;

 pour augmenter la résistance à l'usure ;

 pour réduire le nombre de points qui pourraient abriter les vermines, améliorant ainsi la structure ;

 pour la santé ;

 pour réduire l'entretien ;

 pour réduire l'échauffement par la réflexion ;

 pour faciliter le nettoyage de la surface ;

 pour améliorer l'apparence de le structure.

Parmi les raisons pour lesquelles on évitera d'ajouter un enduit citons :



 le coût supplémentaire (on accepte d'effectuer un entretien continu) ;

 le manque de matériaux adaptés ;

 la manière de procéder est plus compliquée (les savoir-faire ne sont peut-être pas disponibles).

Bien construits, les murs en pisé peuvent résister à une certaine quantité de pluie, à condition que l'eau ne
puisse pas rester sur la face supérieure de toute surface (tel l'appui d'une fenêtre). Ceci dit, avec le passage du
temps, les particules les plus fines seront lessivées, laissant une surface plus rugueuse. Avec une terre idéale
et un travail effectué dans les règles de l'art, un tel mur durera longtemps, mais sinon il deviendra de plus en
plus usé. Ainsi, un traitement de surface qui fixera les fines en place est utile, mais les enduits ne sont pas
spécifiquement nécessaires si le mur une fois terminé est conforme à la pratique standard recommandée sans
enduit.

21.2 Finitions de surface

21.2.1 Badigeon (blanc de chaux)

Un badigeon est traditionnellement utilisé par beaucoup de maçons comme finition de surface et cela reste une
bonne solution.

Il faudra renouveler le badigeon périodiquement, dans l'idéal une fois par an.

21.2.2 Emulsion de polymère (PVA ou poly acétate de vinyle)

19
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724
L'émulsion de polymère est un produit plus récent (non pas une peinture à l'eau mais plutôt semblable à une
colle blanche pour le bois non traité) qu'on applique au pinceau, ou mieux encore à l'aide d'un pulvérisateur à
dos ou manuel. La PVA s'utilise à différents niveaux de solutions aqueuses ; elle est utile pour améliorer
l'adhésion des enduits, ou elle pourra servir de couche de finition lorsqu'on souhaite un enduit transparent
(exposant l'aspect de la terre). Un système à base de solvants de mastic acrylique est recommandé pour les
murs exposés à des conditions extrêmes de pluie battante et de vent.

21.2.3 Emulsion de bitume

Une émulsion de bitume, comme celle utilisée par les constructeurs de routes (ex. Colas) est une autre
approche (là, on utilisera une finition peinte ou "à la tyrolienne"). Celle-ci ne doit pas être appliquée quand le
mur est encore dans les premières phases de séchage, car la bitume n'adhérera pas et sera "rejetée" par la
surface du mur.

21.2.4 Peinture à l'eau

Utilisée seule, la peinture à l'eau sera absorbée, mais elle peut servir si elle est mélangée avec du sable qui est
ensuite "projeté" sur une couche de base d'émulsion de bitume alors que la couche de base est encore
collante.

21.2.5 Peinture acrylique

Voir ci-dessous pour les règles de l'art en ce qui concerne l'application d'une peinture acrylique :

 rappel : un mur en terre absorbera tout ce qui est soluble ;

 une peinture qui pénètre la surface ne contribue pas à la durabilité, ainsi éviter les couches d'apprêt qui
pénètrent les murs ;

 les murs doivent être complètement secs et brossés à l'aide d'un balai ;

utiliser une peinture qui contient au moins 88% d'huile de lin dans le liant et dans l'idéale au moins 50% de
céruse (blanc de plomb) et pas plus de 30% d'oxyde de zinc dans le pigment ;

 ne pas appliquer de couches épaisses.

20
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724

Surface lisse plus facile à


Vermine peindre/nettoyer

Eviter l'eau (qui ramollirait


la terre) sur les rebords

Fines emportées par la pluie -


surface rugueuse

Surface liée avec PVA (peut être


appliqué au mur humide)
ou
Emulsion de bitume (appliquer
uniquement au mur sec)

FIGURE 9 –TRAITEMENTS DE SURFACE

21.3 Enduits (voir Figure 10)

On pourra se dispenser d'enduit si la terre utilisée a été soigneusement sélectionnée et si le dessin du bâtiment
est bien adapté, ou bien on pourra utiliser les enduits uniquement sur les murs les plus exposées à la pluie et à
l'érosion par le vent.

Un enduit bien mélangé et appliqué durera très longtemps, mais tout dégât, quelle que soit son origine, doit être
réparé avant de s'étendre. Un mauvais lien entre l'enduit et le mur qu'il recouvre est la principale raison pour les
mauvaises performances, et ainsi de l'impératif d'une bonne maintenance.

Types d'enduit :

 enduit de terre ;

21
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724
 ciment/sable ;

 ciment/chaux/terre ;

 ciment/terre et chaux/terre ;

 suspensions de ciment et de chaux (lait de chaux) ;

 chaux/pouzzolane avec sable ou avec terre ;

 plâtre/chaux et plâtre/chaux/sable ;

 bitume/terre (bitume chauffée) ;

 mélanges traditionnels en partie végétaux ;

 autres enduits traditionnels et modernes.

21.3.1 Un enduit de terre consiste en environ trois parts de sable fin contre une part d'argile. Le matériel doit
être criblé pour n'utiliser que les fines (un moustiquaire peut servir de crible). Quand une terre riche en argile
est disponible, deux parts de sable contre une part de fines de terre peut convenir - faire un essai.

Humidifier le mur avant de l'enduire et s'assurer d'un bon support physique pour éviter un échec.

Cet enduit là ne résistera pas à une pluie battante et il convient de peindre le mur s'il est voué à être exposé de
la sorte. Il convient pour des pièces intérieures si les murs ne seront pas lavés à l'eau.

22
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724

Terre Crible

Fines

Terre Ciment
Emulsion de bitume
2,25 litres

Eau de malaxage

45 kg enduit de terre sec


3 sable : 1 argile
Toujours humidifier
d'abord le mur Humidifier ou ombrager
pendant le séchage

FIGURE 10 - ENDUITS

21.3.2 On peut ajouter à l'eau de malaxage d'un enduit de terre une émulsion de bitume, là où elle est
disponible, dans des proportions de 2.25 litres par 45 kilos de matériel d'enduit sec. Ceci donnera un enduit
bien plus résistant aux pluies battantes, et donc d'une bonne durabilité - la couleur sera plus foncée.

On peut également améliorer un enduit de terre en ajoutant du ciment; le mélange ne doit pas être plus
concentré qu'une part (ciment) pour quatre "enduit de terre"; soit 1 : 3 : 1 (ciment : sable : argile).

21.3.3 Enduit sable ciment

Un enduit sable ciment ne doit pas être trop concentré : 3.5 à 4 parts de sable pour une de ciment. Là encore,
le mur doit être humidifié pour empêcher que l'eau du mélange ne soit résorbé. Il convient aussi de prévoir un
bon support physique.

Dans l'idéal, il s'agira d'un filet de métal étiré, mais d'habitude cela coûtera trop cher. Enfoncer des clous dans
les murs, laissant les têtes pénétrer l'enduit, a donné des résultats satisfaisants. Au minimum, on doit donner au

23
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724
mur une face rugueuse à l'aide d'une pioche et le brosser pour éliminer tout matériel meuble avant d'appliquer
l'enduit. L'enduit ne doit pas sécher trop rapidement ; faire de l'ombre ou l'asperger d'eau pour l'en empêcher. Il
est recommandé d'appliquer l'enduit "à la tyrolienne"; on peut utiliser une taloche pour obtenir une finition plus
lisse le cas échéant.

21.3.4 Ajouter de la chaux, là où elle est disponible, sera très utile ; elle adoucira l'enduit et améliorera le lien
avec le mur.

Un mélange typique consisterait en des proportions de un (ciment) : deux (chaux) : neuf (sable). Lorsque l'on
utilise de la terre à la place du sable, il faut la cribler (on utilisera uniquement les fines) ; si elle est riche en
argiles, la chaux agira mieux que le ciment comme durcisseur.

La chaux prend beaucoup plus longtemps pour durcir que le ciment, ce qui est utile à la longue.

Quelques détails pratiques qui contribueront à une bonne adhésion des enduits (voir Figure 11) :

 utiliser des enduits qui sont compatibles avec la surface de base du mur. La surface d'un mur riche en
argile donnera une mauvaise base pour un enduit ;

 pour un enduit sable-ciment, il est recommandé d'utiliser des fines criblées récupérées de la terre utilisée,
mélangées avec un ciment/chaux ;

 les enduits plus mous ont une meilleure chance de durabilité et de réparation ;

 si des enduits durs sont nécessaires, les appliquer par couches, en augmentant progressivement la
proportion de ciment ;

 prévoir un système d'accrochage tel que des clous, un grillage, du métal expansé et des surfaces
rainurées ;

 l'application "à la Tyrolienne" des divers enduits s'est montré une méthode économique donnant de bons
résultats.

21.3.5 Autres parements

Lorsque le mur sera sévèrement exposé, ou bien pour protéger la base du mur, on pourra penser à d'autres
parements, tels les briques cuites, le ciment ou les tuiles cuites, des ardoises ou de la pierre - si disponible (voir
clause 15).

Lorsqu'il il existe une tradition locale encore pratiquée d'utiliser d'autres matériaux - y compris des produits
végétaux - pour préparer des enduits performants, ceci est autorisé.

21.4 Traitement de surface

On pourra appliquer des traitements de surface aux murs en pisé pour être en conformité avec les exigences
des clauses 14, 15 and 16.

De tels traitements doivent tous être compatibles avec la surface du mur à laquelle ils sont appliqués.

Si le traitement de surface prend la forme d'un enduit ou d'une couche de plus de 2 mm d'épaisseur, il est
préférable de faire un test d'adhésion d'enduit, après avoir laissé au moins sept jours pour le séchage de
l'enduit. Le test doit être refait pour chaque nouvelle spécification de l'enduit, ou pour chaque livraison de
matériel d'origine différente (voir Annexe H).

24
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724
22 Insertion des "boîtes" (ou "négatifs") de service

22.1 Guide

Prévoir l'emplacement des tuyaux et des fils avant de démarrer la construction.

Les drains des eaux usées et les tuyaux d'alimentation en eau doivent pénétrer sous le niveau du sol, mais au-
dessus des fondations. Soit mettre en place une "boite" ou bloc d'évidement ce qui (un fois le bloc retiré)
formera le trou nécessaire, ou tailler le trou peu après la construction du mur (avant qu'il ne durcisse).

Mur sec

Brosser tout matériel


meuble

Brosser (ou pulvériser)


Emulsion de bitume

Sable ajouté à peinture à l'eau

Projeter sur bitume


encore collant

FIGURE 11 – L'APPLICATION D'UN ENDUIT

Lors du remplissage autour des tuyaux de service qui pénètrent sous le niveau du sol, s'assurer que le matériel
utilisé pour le remplissage est aussi résistant que le mur ou la dalle, et utiliser un matériel compatible. Un
mélange fort en ciment dans un mur mou produira une fissure permettant aux termites d'entrer. Les agents de
scellement en bitume, si disponibles, s'avéreront utiles (voir Figure 12 (b)).

Les câbles d'alimentation électrique, habituellement sous forme de fils aériens sur des poteaux, doivent de
préférence être reliés aux structures du toit (les fermes, les pannes) et non pas fixés sur le mur en terre.

Les conduits électriques pour les interrupteurs de l'éclairage et pour les prises peuvent être prévus le long du
centre du mur jusqu'aux points de sortie ; fixer provisoirement une "boîte" (petit bloc d'évidement) sur la face du
coffrage pour faciliter la localisation du conduit, et pour fixer ou encastrer l'interrupteur ou la prise, voir Figure
12 (a).

22.2 Les trous traversant les murs

Les trous qui traversent les murs pour prévoir le raccordement aux services d'évacuation des eaux,
l'alimentation en eau et en électricité et d'autres services ne doivent pas dépasser 300 mm en largeur, ni avoir
de linteaux comme en clause 18.

25
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724
Les conduits de service verticaux ou horizontaux doivent être insérés uniquement dans le tiers central de
l'épaisseur du mur et ne doivent pas excéder 10% de cette épaisseur.

Les trous qui pénètrent dans la maison en dessous de la chape d'étanchéité doivent être bouchés pour
empêcher les vermines, les insectes ou les termites de rentrer.

Conduit - placer
dans le tiers central
du mur
Brosser (ou pulvériser)
Emulsion de bitume

Négatif pour interrupteur


ou prise - ou boîte placée
directement dans le mur

Empêcher les termites

Alimentation
en eau
Au-dessus de
fondation

Tailler rapidement le
trou une fois le mur Tuyau pour conduit
construit ou utiliser
des négatifs

FIGURE 12 - LES SERVICES

26
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724
23 Les murs, les sols et la santé

23.1 Les murs et les sols


Les murs et les sols doivent être construits en évitant de créer des endroits qui vont attirer les insectes et les
prédateurs arthropodes (voir Figure 13).
Sceller le
mur au toit

Eviter les
gouttières

Plafond

Eviter les fissures


dans les murs Eviter les
fissures entre
châssis et Ventilation
mur
Eviter les
mares d'eau

Eviter les fissures


entre mur et sol
intérieur
Eviter les fissures dans
le sol intérieur

FIGURE 13 – LES MURS, LES SOLS ET LA SANTE

27
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724
Annexe A
(normatif)

L'essai du 'cigare'

A.1 Objet

Vérifier si la terre peut être utilisée pour le pisé.

A.2 Procédure

A.2.1 Prendre une poignée de terre non tamisée, humidifier, former une boule et laisser sécher au soleil. Si
elle se désagrège, elle ne contient pas assez d'argile, et elle ne convient donc pas au pisé : chercher une autre
source de terre.

A.2.2 Si la boule reste intacte quand elle est sèche, écraser la terre pour enlever les grumeaux. Ajouter
progressivement de l'eau. Former une boule et placer la sur un sol dur. Prendre un fer à béton de diamètre 10
mm longueur 500 mm, et le tenir verticalement, avec un bout reposant au milieu de la boule de terre humide.
Laisser le s'enfoncer sous son propre poids. (Ne pas le pousser.)

Quand le fer à béton s'enfonce d'exactement 20 mm, la teneur en eau est la bonne pour faire l'essai.

A.2.3 Prendre suffisamment de la terre humide pour former une boule ; puis former entre ses mains un
rouleau, le 'cigare', de 25 mm d'épaisseur et 200 mm de longueur. Placer le cigare sur une table et le pousser
doucement au delà du bord. Mesurer sa longueur avant qu'il ne se casse. Vérifier la longueur du morceau qui
tombe.

A.3 Résultat

Si le 'cigare' se casse à moins de 80 mm, le contenu d'argile est insuffisant. Si le 'cigare' se casse à plus de 120
mm; le contenu d'argile est trop important.

NOTE On pourra utiliser toute autre méthode d'essai qui convient.

28
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724
Annexe B
(normatif)

L'essai de la 'boule'

B.1 Objet

Trouver la teneur en eau optimale et la vérifier au cours de la construction.

B.2 Procédure

B.2.1 Prendre de la terre à laquelle on aura ajouté un peu d'eau. Former de la terre humide entre ses mains
une boule de 40 mm de diamètre.

Puis, en tenant son bras à l'horizontal à hauteur d'épaule (1.5 m), laisser tomber la boule sur un morceau de
contre-plaqué lisse et propre (de minimum 12 mm d'épaisseur) placé sur un sol plat et observer le résultat.

a) si la boule reste intacte, la terre est trop humide, laisser la sécher un moment et réessayer ;

b) si la boule se désagrège en de nombreux morceaux, la terre est trop sèche, ajouter de l'eau et réessayer ;

c) quand la boule se sépare en seulement quelques morceaux, la terre est proche de la TEO et convient à la
construction (voir Figure 14).

NOTE Lors de la stabilisation au ciment, il convient d'utiliser un peu plus d'eau que le contenu montré par l'essai de la
'boule'.

B.2.2 Continuer d'utiliser l'essai de la 'boule' pour vérifier la teneur en eau de la terre au cours de
la construction.

NOTE On pourra utiliser toute autre méthode d'essai qui convient.

29
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724

Trop sec
Quand la terre est trop sèche, on ne peut pas la
former en boule

Trop humide
Convient

FIGURE 14 – ILLUSTRATION DE L'ESSAI DE LA 'BOULE'

30
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724

Annexe C
(normatif)

L'essai de la déformation du coffrage

C.1 Objet

Déterminer combien le coffrage à utiliser fléchira une fois rempli.

C.2 Procédure

C.2.1 Placer l'élément du coffrage à tester à plat, entre des supports (ex. des lattes de 50 mm x 50 mm) fixés
à la même distance qu'entre les tiges de serrage. Placer un bloc de chaque côté du point central et mettre une
marque sur chaque pour montrer où se trouve la face du coffrage.

C.2.2 Placer un poids de 150 kg (trois sacs de ciment par exemple) sur le point central. Mettre une deuxième
marque sur les deux blocs pour montrer où se trouve maintenant la face du coffrage.

C.2.3 Mesurer la différence entre les deux marques sur chacun des deux blocs ; la moyenne donnera la
déformation. Si elle est supérieur à 3 mm, il convient soit de réduire la distance entre les tiges de serrage, soit
de renforcer le coffrage, voir Figure 15 (a).

C.3 Réputé satisfaire

C.3.1 L'espacement du coffrage sera à la fois horizontale et vertical (voir Figure 15).
Les côtés doivent être en contreplaqué de sapin de 15 mm sur un cadre en acier doux d'entre 1.897 et 1.519
mm à 300 mm d'espacement ; ou en contreplaqué de sapin de 15 mm sur un cadre 75 mm x 50 mm en sapin
de première qualité à 450 mm d'espacement ; ou en planches de sapin vieillis de 20 mm visées sur le cadre en
acier ou en bois décrit ci-dessus.

C.3.2 Les têtes doivent être en contreplaqué en sapin de 15 mm bloqué jusqu'à une profondeur de 45 mm
avec des supports à 300 mm d'espacement, ou en planches de sapin de 20 mm avec un cadre en sapin de 75
mm x 50 mm à l'arrière à 450 mm d'espacement.

C.3.3 Les boulons servant de tiges de serrage doivent être en acier doux de 13 mm avec écrous et rondelles
correspondant au filet du fer.

C.3.4 Lorsque les coins sont une extension des côtés du coffrage, et non pas un ensemble complet : des
faces de 1.897 mm sur un cadre d'acier doux de 4.176 mm à espacements comme pour les côtés. Lorsque les
coins sont un ensemble complet, la déformation ne doit pas excéder les valeurs recommandées pour les côtés.
Mêmes matériaux que les côtés.

31
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724

Pas plus de 3 mm

Longueurs égales
Longueurs égales
Distance entre supports doit être la même que l'intervalle entre boulons

Essai de "déformation du coffrage"

Côtés

Acier 14g

Têtes Contreplaqué bloqué

Cadre en
Boulons bois
Boulons
max
max
300 mm
450 mm

Boulons Coins Acier 14g

Acier 8g

FIGURE 15 – ELEMENTS DU COFFRAGE

32
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724
Annexe D
(normatif)

Essai de résistance à la compression

NOTE Voir aussi l'essai de la masse volumique du mur en Annexe E.

D.1 Objet

Appliquer une force de compression au mur égale aux valeurs recommandées données en 12.2. Si le mur ne
porte pas de marques au moins huit fois sur dix, il sera conforme (voir NOTE).

NOTE On pourra utiliser toute autre méthode d'essai qui convient.

D.2 Procédure

D.2.1 Sélectionner la tension du ressort nécessaire pour donner la résistance à la compression que le mur
devra supporter : 1.5 N/mm² pour des murs d'un étage jusqu'à 400 mm en épaisseur et 2.0 N/mm² pour des
murs de deux étages, à un âge minimum de sept jours (voir Figure 16).

D.2.2 Placer la face du ressort fermement contre le mur à tester - dans l'idéal une surface horizontale
supérieure, mais on peut utiliser la face du mur. Puis pousser l'appareil doucement mais fermement contre le
mur jusqu'à ce que la plaque plate touche la face du mur, puis retirer l'appareil.

D.2.3 Examiner le mur. Aucune dépression ne doit apparaitre là où l'on a appliqué la force. Si une dépression
apparait, le mur a échoué; il doit ne pas échouer au moins huit fois sur dix.

Plaque

Ressort

Tube

Vis d'ajustement

Disque de pression

FIGURE 16 – EQUIPEMENT POUR L'ESSAI DE LA COMPRESSION

33
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724
Annexe E
(normatif)

L'essai de la masse volumique du mur


(Voir aussi l'essai de la résistance à la compression en Annexe D)

NOTE Cet essai doit être fait pour chaque rangée du mur.

E.1 Objet

Trouver la masse volumique à sec des murs en construction.

E.2 Procédure

E.2.1 (Voir NOTE 1 et NOTE 2 pour des méthodes alternatives). Immédiatement après avoir construit les
murs, enlever tout matériel meuble, et puis tailler un bloc de 150 mm x 150 mm x 150 mm. Mesurer les
dimensions des échantillons avec précision. Peser l'échantillon au gramme le plus près. Préparer au total trois
échantillons pour chaque rangée.

NOTE 1 Au lieu de tailler un bloc dans le mur, un appareil pour prendre des échantillons de diamètre 150 mm et de
longueur de 150 mm peut être enfoncé dans le mur pour en extraire un échantillon cylindrique.

NOTE 2 On peut aussi utiliser le carottage.

E.2.2 Prélever un échantillon représentatif du bloc et utiliser-le pour mesurer la teneur en eau de la terre. La
teneur en eau doit être mesurée en employant la méthode de séchage au four ou la méthode du bain de sable
(voir Clause 6 de ZWS 185: Part 1:1997). La méthode du bain de sable est moins rapide mais plus précise que
la méthode de séchage au four. Elle est donc plus adaptée pour une utilisation sur site.

E.2.3 Calculer la masse volumique ainsi :


La masse volumique apparente de chaque bloc-échantillon Pb est exprimée par la formule :

Masse non séchée du matériel (kg)


Pb (kg/m3) = —————————————
3
Volume du cube (m )

La masse volumique sèche de chaque bloc-échantillon est exprimée par la formule :

100Pb
3
Pa (kg/m ) = ————
(100 + e)

où e est la teneur en eau de la terre (%).

La masse volumique sèche moyenne des trois blocs-échantillons ne doit pas être inférieure aux valeurs
recommandées (voir 13.2).

34
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724

Annexe F
(normatif)
L'essai de l'érosion (méthode de pulvérisation sous pression)

F.1 Généralité

L'essai consiste en la pulvérisation à l'eau de la face d'un échantillon de terre préparée pour une période d'une
heure, ou jusqu'à la pénétration de l'échantillon.

NOTE Cet essai est un essai empirique développé par l'ancien National Building Technology Centre, actuellement
l'Organisation de recherche scientifique et industrielle du Commonwealth (CSIRO - Australie), voir NZS 4298.

F.2 Procédure

F.2.1 Les éléments de l'appareil sont montrés Figure 17.

F.2.2 Le spécimen sera séché pendant un minimum de 28 jours avant l'essai.


La partie exposée du spécimen est sujette à la pulvérisation standard pendant une heure ou jusqu'à ce que le
spécimen soit érodé (traversé). L'essai est interrompu à intervalles de 15 minutes et la profondeur de l'érosion
notée.

F.3 Résultats

La profondeur maximale du point d'érosion le plus profond après une heure est mesurée en millimètres à l'aide
d'une baguette de 10 mm de diamètre à bout plat. Lorsque la pulvérisation creuse un trou traversant
complètement le spécimen en moins d'une heure le taux de l'érosion est obtenu en divisant la largeur du
spécimen par le temps pris pour permettre une pénétration complète.

L'indice d'érodibilité doit être calculé en se référant au Tableau F.1.

Tableau F.1 — Indices d'érodibilité obtenus par l'essai d'érosion par


pulvérisation sous pression

Propriété Critères Indice


d'érodibilité

Profondeur d'érosion P (mm/hr) 0 < P <20 1

20 < P <50 2

50 < P <90 3

90 < P <120 4

P >120 5 (échec)

Profondeur de pénétration (briser < 120 Réussite


l'échantillon immédiatement après avoir
terminé les essais ci-dessus) si > 120 Echec
l'échantillon mesure plus de 120 mm en
épaisseur

35
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724
F.4 Pénétration de l'humidité

Une fois l'essai de pulvérisation terminé, on mesure la pénétration de l'humidité en brisant le spécimen là où
l'érosion est la plus profonde et en inspectant la surface brisée si l'échantillon mesure plus de 120 mm en
épaisseur.

Manomètre

Soupape Tuyau Buse Eau


pulverisé
Joint de culasse
Protection
Spécimen

FIGURE 17 – ESSAI DE PULVERISATION SOUS PRESSION : DISPOSITION GENERALE

F.5 Enduits de surface

L'échantillon sera testé sans enduit de surface.


Surface sphérique rayon 153

Angle du trou

Trous dia. 1,3


Ebarber les trous
1 trou sur ligne centrale
6 trous diamètre du cercle primitif 11 angle de trou 2°3' (1 sur 28)
12 trous diamètre du cercle primitif 21 angle de trou 3°55' (1 sur 15)
16 trous diamètre du cercle primitif 31 angle de trou 5°47' (1 sur 10)

FIGURE 18 – ESSAI DE PULVERISATION SOUS PRESSION : BUSE DE PULVERISATION

36
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724

Annexe G
(normatif)

Essai de l'érosion (Méthode de Geelong)

G.1 Généralité

Pour tester le pisé, confectionner des "briques" 300 mm x 300 mm d'une épaisseur de 125 mm, en damant la
terre sur la face de 300 mm x 300 mm dans un moule de ces dimensions intérieures.

G.1.1 Des échantillons en terre versée peuvent être confectionnés en coulant des "briques" dans un moule de
dimensions similaires.

La personne qui fait l'essai doit décider quelle face tester. Cependant, il est généralement admis que le côté
300 mm x 300 mm de la face du mur/échantillon face aux intempéries doit être testé.

G.1.2 On peut tailler des échantillons dans les murs existants de n'importe lesquelles dimensions et les tester
en laissant tomber les gouttes sur la face d'un mur non taillé.

G.1.3 Le spécimen doit être séché pour un minimum de 28 jours avant l'essai.

G.1.4 Cet essai doit être fait dans un endroit à l'abri du vent et du soleil direct.
NOTE Si on le souhaite, on peut utiliser d'autres dimensions de moule ou de "briques" de pisé.

Mèche, bande de
"wettex" largeur 16
mm)

Hauteur Marques montrant


initiale 60 100 ml d'eau

Eau

Recipient
(typiquement 375

Gouttes d'eau

Brique d'essai

FIGURE 19 – DETAILS DE L'ESSAI D'EROSION / METHODE GEELONG

37
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724
G.2 Mesure de la profondeur de la dépression

G.2.1 On mesure la profondeur de la dépression avec une sonde cylindrique dont le diamètre à l'extrémité est
de 3.15 mm.

La méthode est la suivante :

G.2.1.1 Permettre à 100 ml d'eau de s'égoutter à une hauteur de 400 mm sur la face en pente de la brique à
tester.

G.2.1.2 Le temps demandé pour que 100 ml s'égoutte à partir du récipient doit être entre 20 minutes minimum
et 60 minutes maximum.

NOTE La sonde pour mesurer la profondeur de la dépression peut consister en un clou non galvanisé de 3.15 mm de
diamètre, limé pour obtenir une extrémité carrée.

G.3 Enduits de surface

L'échantillon sera testé sans enduit de surface.

G.4 Pénétration de l'humidité

G.4.1 Immédiatement après avoir terminé l'essai d'érosion, méthode Geelong, on mesure la pénétration de
l'humidité en brisant le spécimen là où l'érosion est la plus profonde et en inspectant la surface brisée si la
brique mesure plus de 120 mm en épaisseur.

G.4. 2 Sécher l'échantillon après l'essai et le contrôler pour les pathologies listés ci-dessous :
a) Micro fissures

b) Fissures en forme d'étoile

c) Gonflement local

d) Dépressions locales dans au moins 5 endroits différents

e) Effritement local ou général

f) Pénétration d'eau, indiquée visuellement sur les surfaces extérieures de la brique sur plus de 70% de la
larguer de la brique

g) Perte de fragments de la brique de plus de 50 mm dimension maximum ; ne pas inclure les fragments qui
viennent de moins de 50 mm des bords de la brique.

h) Efflorescence.

L'apparence de ces pathologies donnera lieu au rejet du matériel.

38
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724

G.5 Résultats

L'indice d'érodibilité doit être calculé en se référant au Tableau G.1 ci-dessous.


Un indice d'érodibilité de 1 doit être calculé uniquement par l'utilisation de l'essai de pulvérisation
sous pression donné en Annexe E.

Tableau G.1 — Indices d'érodibilité obtenus par la méthode Geelong - essai


d'érosion

Propriété Critères Indice


d'érodibilité

Profondeur de la dépression P 0 <P<5 2


(mm)
5 < P <10 3

10 < P <15 4

P >15 5 (échec)

Profondeur de pénétration < 120 Réussite


(briser l'échantillon
immédiatement après avoir > 120 Echec
terminé les essais ci-dessus) si
l'échantillon mesure plus de 120
mm en épaisseur

NOTE Cet essai a été développé par Peter Yttrup et les étudiants de l'université de Deakin, Geelong, Victoria,
Australie.

39
SADCSTAN TC 1/SC 5/CD SAZS 724
Annexe H
(informatif)

Essai de l'adhésion d'un enduit

H.1 Objet

Trouver la force nécessaire pour arracher une surface enduite du mur sur lequel elle est appliquée (voir Figure
20).

H.2 Procédure

H.2.1 Préparer une surface de mur en appliquant la surface d'enduit proposé ; entailler profondément l'enduit
humide au tour d'une plaque plate de 150 mm x 150 mm.

H.2.2 Lorsque l'enduit (ainsi que le mur support) sont complètement secs, attacher la plaque plate à l'enduit à
l'aide d'une colle à base d'époxy ; attacher une corde résistante à la face de la plaque et passer la corde autour
d'une roue de poulie.

H.2.3 Attacher un récipient dont le poids est connu à la corde; puis ajouter des poids de 250 gm au récipient;
laissant passer 10 minutes entre chaque. Noter le poids auquel la plaque arrache la surface enduite au mur et
noter aussi combien du mur se détache.

Si seul l'enduit est arraché du mur, laissant la surface du mur essentiellement sans marque, le lien entre l'enduit
et le mur est mauvais. Si autant de mur que d'enduit est arraché, l'adhésion est bonne. La masse nécessaire
pour arracher la plaque doit être supérieur à 2 kg.

Entailler autour de
la plaque

Poids

FIGURE 20 – ESSAI DE L'ADHESION D'UN ENDUIT

40

Vous aimerez peut-être aussi