Vous êtes sur la page 1sur 2

Commentaire :

Méthode des couts complets traditionnelle vs Méthode des couts complets rationnelle :

Le résultat analytique global dégagé par l’entreprise ‘’MAKHLOUF’’ qui fabrique deux
produits A et B en utilisant la méthode des couts complets traditionnelle est de 10108, par contre
le résultat analytique global obtenu par la méthode des couts complets rationnelle est de 7911,4,
donc le premier résultat est supérieur au 2ème résultat, cela s’explique par :

Pour la méthode des couts complets traditionnelle, toutes les charges indirectes (variables et
fixes) sont réparties dans le tableau de répartition des charges indirectes pour obtenir le coût
de l’unité d’œuvre, ensuite toutes ces charges sont stockées en totalité, donc toutes charges
entrent dans la base de calcul du cout de revient.

Par contre, pour la méthode des couts complets rationnels, toutes les charges indirectes sont
réparties dans le tableau mais à condition que les charges fixes indirectes soient multipliées par
le coefficient d’imputation rationnel (Activité réel/Activité normal) pour obtenir des charges
fixes imputées en les ajoutant aux charges variables puis en continuant la procédure comme la
1ère méthode.

Donc la différence entre les deux résultats est dû à la différence entre le montant des charges
indirectes qui sont réparties dans le tableau et qui sont stockées pour entrer dans le calcul du
cout de revient. Dans notre exemple :

+ Pour la section approvisionnement, on a un CIR=1 donc les charges restent sans changement.

+ Pour l’atelier 1 et la section distribution, on a un CIR inférieur à 1, donc les charges fixes
indirectes sont inférieurs à celles de la méthode du cout complet traditionnel (sous-activité).

+ Pour l’atelier 2, on a un CIR supérieur à 1, donc les charges fixes indirectes sont supérieures
à celles de la méthode du cout complet traditionnel (suractivité).

Méthode des couts complets traditionnelle vs Méthode du Direct Costing Simple :

Le résultat analytique global dégagé par l’entreprise ‘’MAKHLOUF’’ qui fabrique deux
produits A et B en utilisant la méthode des couts complets traditionnelle est de 10108, par
contre le résultat analytique global obtenu par la méthode du Direct Costing Simple est de -
30202, donc le premier résultat est supérieure au 2ème résultat, cela s’explique par :
Dans cette méthode, on calcul la marge sur cout variable qui est considérée comme l’indice de
rentabilité pour les produits fabriqués.

On obtient toujours un résultat analytique calculé par la méthode du Direct Costing Simple
supérieure à celle calculé par la méthode du cout complet traditionnel parce qu’on prend
seulement en considération les charges variables dans le calcul du cout de revient variable alors
que les charges fixes directes et indirectes sont neutralisées. Les charges variables entrent dans
le stock mais les charges fixes ne sont pas stockés donc elles n’impactent pas le cout de revient
variable mais elles sont neutralisés jusqu’à la fin en les déduisant de la marge sur cout variable
pour obtenir le résultat analytique, mais dans la méthode du cout complet on prend on
considération toutes les charges, variables et fixes, dans le calcul du cout de revient.

Méthode des couts complets traditionnelle vs Méthode du Direct Costing évoluée :

Le résultat analytique global dégagé par l’entreprise ‘’MAKHLOUF’’ qui fabrique deux
produits A et B en utilisant la méthode des couts complets traditionnelle est de 10108, par

contre le résultat analytique global obtenu par la méthode du Direct Costing Evolué est de -

23848, donc le premier résultat est supérieure au 2ème résultat, cela s’explique par :

Dans cette méthode, on calcul la marge sur cout spécifique qui est considérée comme l’indice
de rentabilité pour les produits fabriqués.

On obtient toujours un résultat analytique calculé par la méthode du Direct Costing Evolué
supérieure à celle calculé par la méthode du cout complet traditionnel parce qu’on prend
seulement en considération les charges variables et les charges fixes directes dans le calcul du
cout de revient spécifique alors que les charges fixes indirectes et communes sont neutralisées.
Les charges variables et les charges fixes directes entrent dans le stock mais les charges fixes
indirectes ne sont pas stockés donc elles n’impactent pas le cout de revient spécifique mais elles
sont neutralisés jusqu’à la fin en les déduisant de la marge sur cout spécifique pour obtenir le
résultat analytique, mais dans la méthode du cout complet on prend en considération toutes les
charges, variables et fixes, dans le calcul du cout de revient.

Vous aimerez peut-être aussi