Vous êtes sur la page 1sur 49

Chapitre III

DECANTATION
Chapitre III Décantation
III.1 Définition:
La décantation est un procédé de clarification
des eaux .
Elle a pour but d’éliminer les MES et les flocs
issus de la coagulation floculation.
Sous l’action de pesanteur, les particules dont la
masse volumique > à celle de l’eau atteignent
le fond et l’eau claire est collectée à la
surface.
Chapitre III Décantation
III.2 DIFFÉRENTS TYPES DE DÉCANTATION:
- Décantation des particules discrètes:
- Décantation des particules floculantes
(décantation diffuse)
- Décantation en piston(décantation freinée)
- Décantation en compression de boues.
Chapitre III décantation
III.2.1 Décantation des particules discrètes:
Les Particules chutent indépendamment les unes aux autres et elles gardent leurs
propriétés physiques initiales (vitesse,diamètre, forme,…). (dessableur)
- Décrite par des équations mathématiques.
III.2.1.1 Théorie:
Si on laisse une particule chute dans un liquide au repos. Elles est soumise aux forces
suivantes:
- Force de gravité FG=m.g= FG=ρp.Vp.g
- Force de résistance(viscosité) FF=Cd.Ap.ρ.v2/2
- Force de poussée d’Archimède FA=ρ.VP g
• ρ, ρP: sont respectivement masse volumique de l’eau et de la particule
• Cd= coef de frottement (trainée) FA
FF
• Vp : volume de la particule
• Ap : surface de la particule
• v : vitesse de chute de la particule
• g : accélération de la pesanteur FG
Chapitre III Décantation
à l’équilibre la force résultante est nulle et la
particule chute avec une vitesse constante.
La force résultante Fr = FG - FA – FF = 0
On trouve vitesse de chute v pour une
particule sphérique:
1/ 2
 4g( P  ).d 
v 
 3C d .  (1)
d:diamètre de la particule
Cd est fonction du nombre de Reynolds des grains
Re (Pseudo nombre de Reynolds). Re  .v.d ( 2)

Chapitre III Décantation
a) Pour Re<1 régime décantation laminaire
Cd=24/Re (3)
en combinant (1) (2) et (3)
g( P  )d 2 (4)
On trouve : v
18
C’est la loi de Stockes donnant l’expression de la vitesse de chute des
particules discrètes sphériques en régime laminaire (le cas du
dessableur)
Chap III DECANTATION
b) Cas intermédiaire: 18.5
Si 1 < Re < 500 alors Cd  0.6
Re
dans ce cas l’équation (1) devient:

0.71 1.14 0.71


0.153.g .d ( p   ) (5)
v 0.29 0.43
 .
c) Equation de Newton:
si 500<Re<10.000 Cd=0.44 constant
L’équation (1) devient:

g.d( p  ) (6)
v  1.74

Chapitre III Décantation
III.2.1.2 Calcul de la vitesse de chute d’une particule de
diamètre connu:
On a le pb:
Re=f(v) et v=f(Re) donc on a un Pb non linéaire
On peut le résoudre soit:
1 -méthode itérative :
- on suppose le régime est laminaire
- on calcule la vitesse loi de stockes
- On vérifie le régime si l’hypothèse de Départ est juste
on s’ arrête si non on applique l’autre formule d’autre
régime jusqu' ‘à que l’hypot de départ soit vérifiée.
Chapitre III Décantation
2ème méthode:
On calcule k;  ( P  )..g 
1/ 3

k  d 2  (7)
  
Si k<2.6 on applique la loi de Stockes
Si 2.5 <k<44 on applique le cas intermédiaire
Si 44<k<2360 on applique la loi de Newton
Exemple:
Calculer la vitesse de chute d’un grain de sable dont la taille
est de 0.10mm dans l’eau stagnante à 5°c
On donne: ρs=2650kg/m3 , µ=1.5*10-3 pa.s
Réponse : v=0.6cm/s
Chapitre III Décantation
III.2.1.3 Calcul de la taille d’une particule dont la vitesse
de chute est connue:
d= f(Re) et Re=f(d) pb non linéaire
On procède à ce calcul en posant l’hypothèse que l’une
des trois équations s’appliquent et après résolution de
l’équation on vérifie l’hypothèse de départ par le calcul
k. si l’hypothèse de départ n’est pas vérifiée on
applique d’autre formule de vitesse la plus probable.
Exemple: quelle est la taille d’un flocon d’alumine
hydraté(densité relative =1.18) dont la vitesse de chute
est 0.0040m/s dans l’eau à 10°c .
Réponse d=0.23mm
Chapitre III Décantation
III.2.1.4 Décanteur idéal (parfait):
La figure 2 représente un décanteur à écoulement horizontal «
parfait » . Il s’agit d’un bassin rectangulaire à fond horizontal
de longueur effectif L de profondeur H et de largeur l.
Le bassin a une superficie S=L.l et une section transversale
A=H.l).
Chapitre III Décantation
La charge hydraulique superficielle =Q/S
Q est le débit traversant le bassin.
Le régime d’écoulement est laminaire.
Pour qu’il y’ait une décantation complète de toute les particules ayant une
vitesse de chute sup ou égale à V0 (vitesse choisie) ou vitesse cible
(limite) il faut que les dimensions de bassin soient calculées de façon que
les particules provenant au bassin à une distance de radier H puissent
atteindre le fond. Donc le temps de séjours

H , d’autre part
L = L = H
t t
V0 v1 Q / A V0
Donc on trouve
Q Q
v0  
l.L S
(8)
c’est la vitesse de Hazen
Toute les particules ayant une vitesse sup ou égale V0 sont
éliminées
Chapitre III Décantation
Les particules dont la vitesse de chute < v0 seront éliminées si
seulement si elles pénètrent à une hauteur h <H
en effet, on a
h H
t  v1
v p V0
h
vp

ce qui donne h=vp.H/v0


La fraction des particules éliminées devient :
F=h/H=Vp/V0
Conclusion: pour calculer le rendement d’élimination des
particules discrètes de même type qui décantent avec une
vitesse Vp< V0 dans un décanteur idéal à flux horizontal est
donné par:

vP
R  .100 (9)
V0
Chapitre III Décantation
Lorsque les vitesses de chute des particules sont différentes, on peut
calculer le rendement global d’un bassin de décantation si on
connait la distribution de ces vitesses de chute fig(3).
F0: Fraction des particules dont la vitesse de chute < v0
Alors la fraction des particules éliminées est (1-f0) dont la vitesse >=v0
Pour les particules 1
Fraction des
Dont la vitesse de
particules dont la
chute vP< v0
vitesse de chute F0
la fraction éliminée
< à celle portée I
est vp/v0 en abscisse
Par intégration de la courbe v0 Vitesse de chute
Fig.3 courbe de distribution des vitesses
De distribution entre 0 et f0 de chute
On obtient la fraction des particules éliminée dans un bassin idéal
f0
L’intégral est l’aire de la partie hachurée 1
F  1  f0   v pdf
F=1-f0+I/v0 v0 0
Chapitre III Décantation
Exemple :des particules non floculantes en suspension chutent
dans une colone où les conditions sont favorables, on prélève
à différents intervalles de temps des échantillons. On évalue
la fraction des solides dans chaque échantillons en dévisant
sa mesure de la concentration au temps t par la concentration
au temps t0.
Quelle est la fraction totale des part.eliminées dans le bassin de
décantation idéal si la charge superficielle est 4.9m/h.
Temps de Fraction du poids Vitesse de
décantation (min) qui reste décantation (m/h)
5 0.96 18
10 0.81 9.0
15 0.62 6.0
20 0.46 4.5
30 0.23 3.0
60 0.06 1.5
Chapitre III Décantation
On calcule les vitesses à chaque interv de temps
V5 =1.5*60/5=18m/h
On trace la courbe fraction=f(vitesse de chute)
V0=4.9m/h donc f0=0.51
On trouve R=82%
1
0,9
0,8
0,7
0,6
fraction

0,5
0,4
0,3
0,2
0,1
0
0 5 10 15 20
vitesse

Fig 4. courbe de distribution de vitesse


Chapitre III Décantation
III.2.2 Décantation dise des particules floculées (décantation
diffuse)
Dans ce type de décantation les particules ne gardent pas leurs
propriétés physiques initiales au cours de leur chute (agglomération).
Il n’existe pas une loi mathématique qui régit ce type de décantation.
Ce processus se produit dès que la concentration en matières floculées
est supérieure à environ 50 mg.l-1.(Degrément).
Des essais au laboratoire permet le calcul le rendement d’élimination
, la vitesse superficielle et les dimensions du décanteur.

Fig 5. décanteur idéal à flux horizontal


Chapitre III Décantation

Essai de décantation en colonne


On prend une colonne de décantation de prof égale à la
profondeur du décanteur et de diamètre 0.15m muni de
prises d’échantillons, espacés de 0.6m.
1. On prélève des échantillons à différents 0.6m
intervalles de temps et à différentes
Profondeurs 0.6m

2. on calcule le % d’élimination
par la formule suivante:
Ct
R  (1  ).100
C0
3. on trace les courbes d’isorendement (égale rendement) dans
un plan d’axes profondeur – temps de décantation. Le tracé
se fait par interpolation entre les rendements calculés.
chapitre III Décantation
Ct: concentration au temps t
C0 :concentration initiale à t0
R%: pourcentage d’élimination
h1 100

h2

h3

h4

ts

Figure 6 . Décantation diffuse


CHAP III Décantation
4. On calcule le rendement global d’élimination pour un temps
de décantation ts en utilisant la formule suivant:
R1  R 2 h1 R 2  R 3 h 2 R 3  R 4 h3 R 4  R 5 h 4
R%  .  .    .......
2 H 2 H 2 H 2 H
Ri=courbe d’isorendement
Pour notre cas R1=100, R2=70, R3=60, R4=50, R5=50
hi : distance verticale entre deux courbes successives
d’isorendement
5.On trace les graphiques rendement global en fonction ts et
rendement global en fonction V0
6.On tire le temps de séjours et v0 qui correspondent au
rendement d’élimination voulu.
7. On les multiplier des facteurs de correction
8.On calcule la superficie du décanteur.
Chap III Décantation
III.2.3 Décantation en piston et en compression de
boues:(théorie de Kynch)
Lorsque la concentration de l’eau en MES dépasse les
1000mg/l la décantation se fait par piston et par
compression de boues et on observe une nette interface
entre eau surnageant -boue. On trouve ces types de
décantation dans les cas d’adoucissement, boues activées
(décanteur secondaire et dans l’ épaississeur.
Courbe de Kynch (figure 7)
Si on laisse décanter une eau concentrée en flocs (boues)
dans une éprouvette de 1l
- On trace la hauteur de l’interface eau-boue au cours de
temps on trouve une courbe semblable à celle de la figure
Chap III Décantation

Figure 7 courbe de Kynch


on observe 04 zones :
L'hypothèse fondamentale de Kynch est que la vitesse de chute d'une
particule ne dépend que de la concentration locale C en particules.
De A à B, la surface de séparation est plus ou moins nette: c'est la
phase de coalescence des flocons. Cette phase est parfois
inexistante.
De B à C, une partie rectiligne qui traduit une vitesse de chute
constante Vo (pente de la droite)
Chap III Décantation
Le tronçon CD, concave vers le haut, correspond à
un ralentissement progressif de la vitesse de
chute de la couche supérieure du dépôt.
A partir de D, les flocons se touchent en exerçant
une compression sur les couches inférieures.
Chapitre III Décantation
Structure des décanteurs:
en réalité il n’existe pas de décanteur idéal.
Il existe toujours des tourbillons au sein du liquide qui affectent
le régime d’écoulement (n’est pas laminaire).
Il faut s’efforcer d’obtenir autant que possible le régime
laminaire en calculant Re
• Re: Nombre de Reynolds v.d h
(caractérisant l'écoulement du fluide). Re 
• V : Vitesse de circulation de l'eau m.s-1. 
• dh : Diamètre hydraulique équivalent m. v2
Fr 
• ν: Viscosité cinématique de l'eau m2.s-1 g.d h
Par ailleurs le nombre de Froude permet d’apprécier la stabilité
de l’écoulement circulatoire (mouvement vertical négligeable
/ mouvement horizontal).
Pour les décanteurs à flux horizontal on recommande
Des valeurs de Re< 20.000 et Fr>10-5
Design du décanteur rectangulaire
Décanteur rectangulaire à flux horizontal:
Pour alléger le traitement , on recommande deux décanteurs au minimum. 04
décanteur semble n’est pas économique.
Zone d’entrée: la zone d’entrée est caractérisée par une chicane perforée
permet la diffusion du flux (même cas du floculation). La chicane sépare le
bassin du floculation du bassin de décantation.

Si l’eau provient du floculateur par conduite vers le décanteur, alors on


recommande une vitesse de 0.15 à 0.60m/s. la chicane est placée à 2m de
la conduite d’arrivée.la vitesse dans les pores (orifices) est entre 0.2 à
0.30m/s. les orifices ont 0.10 à 0.20m de diamètre et espacés de 0.25 à
0.60m. L’orifice la plus basse se situe à 0.6m au dessus du fond du
décanteur (Willis 2005).
Design du décanteur rectangulaire
Zone de décantation:
Les critères de design de la zone de sédimentation dans un
décanteur à flux horizontal sont: 1) charge hydraulique
superficielle 2) profondeur effective de l’eau 3) Temps de
rétention 4) vitesse du flux horizontal 5) rapport minimal
longueur/largeur
Le valeurs typiques de la charge hydraulique superficielle sont
représentées par le tableau ( )
Zone de sortie:
La zone de sortie est constituée de canaux à ciel ouvert muni de
déversoirs parallèles à la longueur du bassin . La longueur
des déversoirs varie de 1/3 à ½ la longueur du bassin.
La vitesse de surverse ne doit pas excéder 250m3/j .m de
déversoir. Les orifices submergées ne doivent pas dépasser
1m au dessous de la surface d’eau. La vitesse à travers l’orifice
< =0.15m/s
Design du décanteur rectangulaire
à flux horizontal
Zone de boue: une hauteur entre 0.6 et 1m à
ajouter à la profondeur d’eau , réservée à
l’accumulation des boues et aux équipement
d’extraction des boues.
flight
Chapitre III Décantation
III.3 Décantation lamellaire:
Dans les décanteurs à flux horizontal, la capture
d’une particule discrète est indépendante de la
profondeur H. elle dépend seulement de la
vitesse de Hazen V0.
Toute fois on peut garder la même vitesse V0 en
traitant soit:
• un débit nQ, dans le même ouvrage, en
superposant n étages de hauteur élémentaire H/n
(figure 8 a et b),
Chapitre III Décantation
• un débit Q en
superposant n étages de
hauteur élémentaire H/n
et de longueur L/n
(fig. 8 a et c).
Mais le problème
d’évacuation en de boues
Se pose on doit les
Incliner (principe de la
Décantation lamellaire)
Fig 8. décantation lamellaire
Chapitre III Décantation
La décantation lamellaire consiste à augmenter la surface de décantation sans
augmenter l’espace en ajoutant des paliers inclinés (plaques ou tubes) càd
plusieurs sous décanteurs dans un seul ouvrage.
La vitesse limite ou de Hazen dans un élément est donnée par:
Q
u1 
n .S L . cos 
Trois types de décantation lamellaire existent:
- Co courant: l’écoulement et la décantation se font dans le même sens

- Contre courant : écoulement se fait au sens contraire de la décantation

- Courant croisé: écoulement perpendiculaire à la décantation


E: distance orthogonale entre 2 lamelles
Chapitre III Décantation
Le choix de type de
décantation lamellaire:
La décantation à contre
Courant est la plus fiable et
Efficace. C’est la plus utilisée
Dans la décantation à
co-courant il est difficile de
Collecter l’eau traitée.
Chapitre III Décantation
Décanteur à tubes:
Des empilements de tubes inclinés de 5°, 7° ou 60° / à l’horizontal.
Les formes de tubes :carrée , hexagonale ou ondulée
De longueur 0.6m, 1.2, 1.8, ou 2.4m,il fonctionne à contre courant.
Les tubes d’inclinaison 7° fonctionnent dépendamment des filtres.
Alors que les tubes d’incl 60° fonctionnent indépendamment des
filtres. Partie d’eau de lavage
coagulant Partie d’eau de lavage filtre filtre (début de lavage)
(fin de lavage)

Eau brute

Evacuation d’eau de
lavage
Chapitre III Décantation
Décanteur à plaques:
Le décanteur est constitué d’un empilement de
plaques inclinés de 35 ° /horizontal
L’écoulement doit être laminaire entre les
plaques.
Types de décanteur
• Décanteur rectangulaire (caniveau)
Types de décanteurs
Décanteur Pulsatube(degrément)
Décanteur Superpulsator(degrément)
Décanteur Actiflo
FLOTTATION
Définitions:
 Flottation naturelle: la masse volumique est inférieure à celle de
l’eau (séparation naturelle)
• Flottation assisté : elle met en œuvre des moyens extérieurs pour
améliorer la séparation de particules naturellement flottables.
• Flotation provoquée: la masse volumique à l’origine > à celle de
l’eau , est artificiellement réduite suite d’un mélange avec des
bulles de Gaz.
En traitement des eaux , on réserve le terme flottation à la flottation
provoquée.
Principe:
La flottation à l’air dissout (FAD) (dissolved air flotation DAF) est un
procédé qui utilise les fines bulles d’air pour la séparation solide -
liquide. Les microbulles de 40 à 70 microns de diamètre
semblables à celles dans « l’eau blanche » Au contraire, en
minéralurgie, on donne le nom de flottation mécanique à
l'utilisation d'air dispersé avec production de bulles de 0,2 à 2 mm
de diamètre.
flottation
des bulles d’air fines sont introduites à coté du
fond du bassin pour se mélanger avec l’eau à
traiter à l’entrée du bassin.
On a Les bulles d’air se déplacent vers le haut
, Les solides vers le bas . Les deux s’attachent
et la force résultante tend à faire élever les
floc vers la surface (masse volumique
résultante inferieure à l’eau). La figure ( )
montre la variation de la vitesse
ascensionnelle en fonction du diamètre des
bulles.
Flottation
Description du procédé:
Le FAD date depuis les années 1920 quant les systèmes à
vides ont été utilisés.
La première mise en application du FAD était à USA à la fin
des années 80.
L’eau a priori coagulée et floculée arrive au bassin du FAD.
L’eau est introduite dans la zone de contact à coté du fond du
bassin figure ( ). Il existe une chicane qui sépare la zone de
contact et la zone de séparation. Dans la zone de
séparation les flocs se dirigent vers la surface en flux
ascendant formant une couche flottante de boue. Un
racleur de surface permet l’ évacuation de la matière
flottante. La récupération de l’eau traitée se fait par une
conduite perforée placée au fond du bassin.
Flottation
Flottation
Dans le traitement des eaux le FAD est utilisée pour éliminer les
matières suivantes:
 Particules de faible densité comme les algues
 Matière organique dissoute (couleur)
 Particules de turbidité faible à modérée
 MES des eaux de lavages du filtre.
Plusieurs facteurs influent sur la flottation on cite: 1) caractéristiques
des flocs 2) taille des bulles et la vitesse ascensionnelle 3) débit d’air
4) attachement floc – bulles et 5) solubilité des gaz en pression
élevée
Volume minimal de gaz pour assurer la flottation
Le volume minimal Vg de gaz, de masse volumique Qg, nécessaire
pour assurer la flottation d'une particule de masse S et de masse
volumique Qs, dans un liquide de masse volumique Q1, est donné
par la relation
Design du FAD
Le Design du système de flottation inclue le
bassin , système de recirculation, système
d’évacuation des eaux clarifiées et système de
raclage des flottants.
Le basin de flottation peut être circulaire ou
rectangulaire voir figure ( ).
Le tableau ( ) montre les critère de
dimensionnement d’un système de DAF
Design de la Flottation