Vous êtes sur la page 1sur 124

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR


ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

Université Larbi Ben M’Hidi * Oum El Bouaghi *


Faculté des Sciences et de la Technologie
Département De Génie Civil & Hydraulique
Mémoire De Fin d’Etude Pour l’Obtention Du Diplôme

Master en Hydraulique

OPTION : HYDRAULIQUE URBAINE

Thème :

CONTRIBUTION A L’EVALUATION DE LA
QUALITE DES EAUX SOUTERRAINES DE LA
REGION DE FISDIS, DJERMA ET EL MADHER
(NORD EST DE BATNA)

Présenté par :

@ BIDI KHADIDJA.

@ BOUMARAFI ZAHRA.

Devant le jury :
@ Président : Mme. FEMMAM H.
@ Examinateur : Mlle. SEHTAL S.

@ Encadreur : Dr. TAMRABET L.

Promotion : 2012-2013
Remerciement
Je remercie mon Dieu qui m’a donné la force et la sagesse pour
achever ce modeste travail.
J’adresse tous mes respects et mes remerciements à ceux qui m’ont
aidé de prés ou de loin pour l’élaboration de cette étude et
particulièrement à :
· Mon encadreur Monsieur TAMRABTE.L pour ses orientations et
son soutien.
· A tous les enseignants de l'université qui ont contribués à ma
formation.
· Aux membres de jury qui ont bien voulue examiner mon travail et
de l’apprécier à sa juste valeur.

? BOUMARAFI ZAHRA
Je dédie ce modeste travail en signe de reconnaissance et de respect :

· A mes très chers parents .

· A mon frère et mes sœurs .

· A toute la famille :ZIANE.

· A mes amis Abla, Karima, Houda, Hayet ,Soulef ,loubna,DJalila

· Mon copain de chambre :Meriem.

• A Tous mes amis de l’univercité en particuliers : Kanza, Tefaha,

Sihem, Soumia, Hala, Nadia , Kamelia , Razika .

? ZIANE Hadda
Je dédie ce modeste travail en signe de reconnaissance et de respect :

· A mes très chers parents .

· A mes frère :Ilyase ,Hichem ,Soufian ,Oussama .

· A toute la famille :SLOUGUI et MARWANI.

· A mes amis : Hadda, Sarra , Soumia, Abla, Karima, Houda,

Hayet ,Mona, Meriem.

· mon copain de chambre :fella.

• A Tous mes amis de l’univercité en particuliers : Kanza, Tefaha,

Sihem, Soumia, Soumia, Hala, Nadia, Kamelia ,

Razika ,Fatiha,Nawel.

? SlOUGUI Meriem
Remerciement
Je remercie mon Dieu qui m’a donné la force et la
sagesse pour achever ce modeste travail.
J’adresse tous mes respects et mes remerciements à ceux qui
m’ont aidé de prés ou de loin pour l’élaboration de cette étude et
particulièrement à :
· Mon encadreur Monsieur TAMRABTE.L pour ses
orientations et son soutien.
· A tous les enseignants de l'université qui ont
contribués à ma formation.
· Aux membres de jury qui ont bien voulue examiner mon
travail et de l’apprécier à sa juste valeur.

? BIDI KAHDIJA
Dédicace
Je dédie ce modeste travail en signe de respect et de reconnaissance à :
-Mon père qui a fait tout son possible pour que je réussisse avec toute ma reconnaissance
et ma gratitude.
-Ma chère mère qui ma toujours reste dans mon cœur (que dieu ait son âme)

-Ma sœur : Soumia.


-Mes frères :Badredinne et Nordinne.

-Mes copines : Fatima, Zahra, Imen, Dounia, Amel, Nadia, Imen.m et


Samiha
-Tous mes collegues de classe,
-Mes professeurs, qui ont la plus grand part du mérite dans ma formation.
-En un mot à touts les gens qui ont contribué ma réussite de prés ou de
loin.

Bidi khadidja
Dédicace
Je dédie ce modeste travail en signe de respect et de reconnaissance à :
-Mon père qui a fait tout son possible pour que je réussisse avec toute ma reconnaissance
et ma gratitude.
-Ma chère mère qui ma toujours reste dans mon cœur (que dieu ait son âme)

-Mon chère mari qui m’éclairée mon chemin est toujours été la pour moi
-Mes sœurs : Linda, Samara et nona.
-Mes frères :Faras, Fouaze

-Mes copines : Fatima, Khadija, Imen, Dounia, Amel, Nadia, Imen.m


Samiha, Riyad et Lakder
-Tous mes collegues de classe,
-Mes professeurs, qui ont la plus grand part du mérite dans ma formation.
-En un mot à touts les gens qui ont contribué ma réussite de prés ou de
loin.

Boumarafi Zahra
INTRODUCTION GENERALE

CHAPITRE I : REVUE BIBLIOGRAPHIE

I.1.Introduction…………………………………………………………….1
I.2.Ressources hydriques naturelles………………………………… ........... 1
I.2.1.Eaux souterraine ................................................................................... 1
I.2.2.Eaux de surface. .................................................................................... 2
I.2.3. Eaux de mers et océans ........................................................................ 3
I.3.La pollution de l’eau ................................................................................ 4
I.3.1.Origine de la pollution ………………………………… ...................... 4
I.3.1.1.L’industrie .......................................................................................... 4
I.3.1.2.L’agriculture ...................................................................................... 4
I.3.1.3.Pollution domestique ......................................................................... 5
I.3.1.4.Pollution par les eaux pluviales ......................................................... 5
I.3.1.5.Pollution d’origine naturelle ………………………………… .......... 5
1.3.1.6. La pollution par les hydrocarbures (pollution pétrolières) ............... 6
I.3.2.Les principaux polluants des eaux naturelles ....................................... 6
I.3.2.1.Polluants physique ............................................................................. 6
I.3.2.2.Polluants chimiques………… ... ........................................................ 7
I.3.2.3.Polluants microbiologique ............................................................... 12
I.4.Les paramètre de qualités de l’eau ......................................................... 12
I.4.1.Les paramètres organoleptiques .......................................................... 12
I.4.1.1.La turbidité ....................................................................................... 12
I.4.1.2.La couleur ........................................................................................ 13
I.4.1.3.Goût et odeur ................................................................................... 14
I.4.2.Les paramètres physico-chimiques ..................................................... 14
I.4.2.1.La température ................................................................................. 14
I.4.2.2.La dureté .......................................................................................... 15
I.4.2.3.Le pH ............................................................................................... 15
I.4.2.4.L’alcalinité ....................................................................................... 15
I.4.2.5.La conductivité ................................................................................ 16
I.4.3.Les paramètres indésirables ................................................................ 16
I.4.3.1.Les matières organiques ................................................................... 16
I.4.3.2.L’azote ............................................................................................. 17
I.4.3.3.Le fer ................................................................................................ 18
I.4.3.4.Les hydrocarbures dissous .............................................................. 18
I.4.3.5.Les métaux lourds ou Éléments en trace métalliques(ETM) ........... 18
I.4.4.Les paramètres toxiques ………………………………….................. 21
I.4.5.Les caractéristiques biologiques ......................................................... 22
I.5.Transferts des pollutions dans les eaux souterraines …… .................... 22
I.5.1 Les transferts d’ordre physique ........................................................... 22
I.5.2. Les transferts d’ordre chimique ......................................................... 22
I.5.3.Les transferts d’ordre biologique : ....................................................... 23
I.6.La différente réglementation dans le monde des eaux destinées .......... 24
I.6.1.L’organisation mondiale de sante (OMS) .......................................... 24
I.6.2.L’organisation européenne (CEE) ...................................................... 24
I.7. Conclusion ............................................................................................ 25

CHAPITRE II : PRESENTATION DE SITE D’ETUDE

II.1. Introduction. ........................................................................................ 26


II.2.Le site étude. ......................................................................................... 26
II.3. Localisation de la plaine d’El Madher ................................................. 27
II.4.La topographie ...................................................................................... 28
II.4.1. Les reliefs. ........................................................................................ 28
II.4.2. La plaine. .......................................................................................... 28
II.4.3. Les montagnes ................................................................................... 28
II.5.Les piémonts ......................................................................................... 28
II.6.Perméabilité .......................................................................................... 29
II.6.1.Formation de moyenne perméabilité. ................................................ 29
II.6.2. Formation à perméabilité faible ou nulle. ......................................... 29
II.6.3.Formation à forte perméabilité .......................................................... 29
II.7. Analyse des conditions climatiques .................................................... 30
II.7.1. Précipitations ................................................................................... 30
II.7.2. Les températures .............................................................................. 31
II.7.3. Les évaporations .............................................................................. 31
II.7.4. L’Humidité relative ........................................................................ 32
II.7.5. La vitesse du vent ........................................................................... 32
II.7.6. L’Ensoleillement ............................................................................. 32
II.8. Aperçu géologique .............................................................................. 33
II.8.1. L’Aquifère ....................................................................................... 33
II.9. Aperçu hydrogéologique …………………………… ........................ 34
II.9.1. État piézométrique .......................................................................... 35
II.9.1.1. Piézométrique 2001 ....................................................................... 35
II.9.1.2.Caractéristiques hydrodynamiques ................................................ 36
II.9.1.3. État d’exploitation …..…..… ........................................................ 36
II.10. L’Oued El Gourzi et l’Oued El Madher ............................................. 37
II.11. Conclusion .......................................................................................... 38

CHAPITRE III : ETUDE EXPREMENTALE

III .1. Introduction ....................................................................................... 39


III.1.1. Le choix de site .............................................................................. 39
III.1.2. Fiche synthétique des points de prélèvement……………………...39
III.1.3. Préparation de sortie sur site………………………………..……...42
III.1.4. Conservation des échantillons d’eau………………………….........42
III.2. Les analyses chimiques ...................................................................... 44
III.3. Conclusion .......................................................................................... 46

CHAPITRE IV : PRESENTATION DES RESULTATS

IV Introduction ............................................................................................. 47
IV.2. Interprétation des résultats .................................................................. 48
IV.2.1 La température de l’eau .................................................................... 48
IV.2.2 pH ...................................................................................................... 49
IV.2.3 La conductivité électrique et la salinité………… ... ........................ 50
IV.2.4 Turbidité ............................................................................................ 51
IV.2.5 L’alcalinité ........................................................................................ 52
IV.2.6 Dureté, dureté calcique et magnétique ............................................. 53
IV.2.7 Chlorure ............................................................................................ 54
IV.2.8 L’ammonium et nitrate ..................................................................... 55
IV.2.9 Sulfate ............................................................................................... 56
IV.2.10 Phosphor ......................................................................................... 57
IV.2.11 Fer, zinc........................................................................................... 58
IV.2.12. Cuivre et chrome ........................................................................... 59
IV.2.13 Brome.............................................................................................. 60
IV.3. Synthèse de typologie spatiale des les valeurs des paramètres ….61
IV. 3.1. L’application d’analyses statistiques de L’utilisation de ………61
IV.3.2.Corrélation entre les différents paramètres étudiés……………….61
IV.3.3. Distribution du variable physico-chimique sur le plan de l’axe ….62
IV.4. Conclusion………………………………………………..................64

CONCLUSION GENERALE
Tableau I.1. Principales différence entre eaux de surfaces et eaux souterraines…...3
Tableau I.2. Représente la toxicité des Métaux Lourds…………………………..21
Tableau II.1. Pluviométrie Moyenne mensuelles de la région d’études calculées sur
les périodes 1974 à 1994 et 1994 à 2012…………….. …………………………...30
Tableau II.2. Données thermométrique mensuelles moyennes en(C°) de la région
d’études calculées sur les périodes 1919-1994 et 1994-2012……………………..31
Tableau II.4. L’Humidité relative (%) de 2012………. …………………………32
Tableau II.5. La vitesse moyenne du vent sur 12 ans ………………………….32
Tableau II.6. L’Ensoleillement moyen sur une période de 12 ans……………….32
Tableau II.7. L’état d’exploitation des forages étudié………………..…………...36
Tableau III.1. Localisation des forages et des puits ……………………………...41
Tableau III.2.Conditions de conservation des prises d’essais pour l’analyse
physico-chimique. ……………………………………….………………… …….43
Tableau III.4. Récapitulatif des éléments chimiques doses………………………...45
Figure II.1. Localisation de la plaine d’El Madher ...................................... 26
Figure II.2. Localisation de la plaine d’El Madher (image satellite) ........... 27
Figure II.3.La situation géographique du site étude ..................................... 29
Figure III.1. Implantation des stations d’études ........................................... 40
Figure III.2. Implantations des stations d’études (image satellite) .............. 40
Figure IV.1. La variation spatiale moyenne de la température de l’eau ...... 48
Figure IV.2. La variation spatiale moyenne de Ph de l’eau ......................... 49
Figure IV.3. La variation spatiale moyenne de conductivité de l’eau ......... 50
Figure IV.4. La variation spatiale moyenne de la turbidité de l’eau ............ 51
Figure IV.5. La variation spatiale moyenne de l’alcalinité de l’eau ............ 52
Figure IV.6. La variation spatiale moyenne de dureté de l’eau ................... 53
Figure IV.7. La variation spatiale moyenne de chlorure de l’eau ................ 54
Figure IV.8. La variation spatiale moyenne d’ammonium de l’eau ............ 55
Figure IV.9. La variation spatiale moyenne de sulfate de l’eau................... 56
Figure IV.10. La variation spatiale moyenne de phosphore de l’eau........... 57
Figure IV.11. La variation spatiale moyenne de fer, zinc de l’eau .............. 58
Figure IV.12. La variation spatiale moyenne de cuivre de l’eau ................ 59
Figure IV.13. La variation spatiale moyenne de brome de l’eau ................. 60
Figure IV.14. Distributions des variables physico-chimique ...................... 62
Figure IV.15. Représentation graphique du site du prélévement ................. 63
L’eau est une matière précieuse, source de vie et revêt de l’importance pour
d’innombrables activités humaines, comme elle est vecteur de diverses maladies et épidémies
dans le monde.

L’eau peut être rare à certains endroits, comme les zones arides et semiarides, ou tout
simplement d’une qualité médiocre à d’autres endroits. Il est certain que l’augmentation de la
demande en eau pour les activités humaines accentuera les contraintes sur cette ressource. En
outre, les facteurs naturels, telle que la sécheresse ou les contraintes géologiques, ont un effet
sur l’approvisionnement en eau potable et sa distribution.

Les eaux souterraines de la plaine d’El Madher (Nord Est de Batna), qui assurent une
partie des besoins de la ville de Batna ainsi que ceux de plusieurs localités (El Madher,
Fesdis, Djerma), ont fait l’objet de plusieurs études. Aujourd’hui, cette nappe est confrontée à
deux problèmes majeurs :

L’Oued El Madher draine les rejets industriels et urbains de la ville de Batna ainsi que
ceux des agglomérations avoisinantes qu’il traverse (Bouielf, Fesdis, Djerma), pour atteindre
la plaine d’El Madher qui est situé à environ 15 Km au Nord-Est de la ville de Batna. Le plus
souvent, les oueds polluent les eaux souterraines étant donné qu’ils communiquent avec les
nappes souterraines.

La région Nord de Batna qui comprend les communes d’El Madher, Djerma et Fisdis est
caractérisée un développement sans précédant du secteur agricole, ce dernier est source de
surexploitation et de détérioration des eaux souterraines.

Cette situation peut modifier le chimisme des eaux de la nappe et la rend impropre aux
usages souhaités. En effet, de nombreux puits de profondeur n’excédant pas la trentaine de
mètres sont implantés dans l’aquifère alluvionnaire de la plaine d’El-Madher et sont destinés
surtout à l’irrigation des terres.

Ce travail a pour objectif de déterminer à travers les résultats obtenus des analyses des
différents paramètres physico-chimiques, de pollution, de minéralisation globale et d’éléments
Indésirables d’identifier les eaux des forages et puits pollués et appropriés pour la
consommation humaine.

Afin de mieux cerner ce problème, le travail est abordé dans les chapitres suivants:

· Chapitre I : Revue bibliographique ;

· Chapitre II : Présentation de site d’étude ;

· Chapitre III : Etude expérimentale ;

· Chapitre IV : Présentation des résultats.


Chapitre I
Revue bibliographie

I.1. Introduction :

L’altération de l’environnement naturel, notamment le milieu aquifère est devenu


progressivement une préoccupation mondiale. En Algérie la principale source de satisfaction
de la demande en eau est l’eau souterraine, du fait de son exploitation relativement facile. La
croissance démographique et la modernisation de l’agriculture entraînent un grand problème
de détérioration de la qualité de cette source souterraine, déjà en quantité limitée.
Actuellement, les cours d’eau de la région étudiée reçoivent en permanence les rejets urbains
et industriels chargés d’éléments chimiques et organiques, souvent toxiques. Ces substances
polluantes peuvent affecter de façon dangereuse la santé publique, si elle continue à être
déversée dans la nature sans traitement préalable. Le mécanisme de pollution des eaux
souterraines est un processus évolutif dans l’espace et dans le temps, difficilement maîtrisable
[1].

L’eau, élément nécessaire pour toute survie sur terre, constitue une base pour le
développement humain. L’eau est un vecteur de diverses maladies et épidémies dans le
monde comme : Le choléra, la fièvre typhoïde et gastro-entérite, la tuberculose ...etc et même
le cancer. En Algérie, les eaux souterraines sont polluées à partir de la surface et sont
irréversiblement endommagées par l’intrusion d’eau saline, la surexploitation des couches
aquifères entame la capacité de celle-ci à retenir l’eau, ce qui provoque l’enfoncement des
couches sous-jacentes. Nombre de villes se révèlent incapables de fournir en quantité
suffisante de l’eau potable et des équipements d’hygiène . Donc, l’eau est menacée dans sa
qualité et sa quantité [2].

I.2. Ressources hydriques naturelles :

Les réserves disponibles d’eaux naturelles sont constituées des eaux souterraines
(infiltration on, nappe), des eaux de surface retenues ou en écoulement (barrages, lacs,
rivières) et des eaux de mer [3].

I.2.1. Eaux souterraine :

Du point de vue hydrogéologique les couches aquifères se divisent en :

1
Chapitre I
Revue bibliographie

I.2.1.1. Nappes phréatiques ou alluviales :

Peu profondes et alimentées directement par les précipitations pluvieuses ou les


écoulements d’eau en dessus.

I.2.1.2. Nappes captives :

Plus profondes que le premier et séparées de la surface par une couche imperméable,
l’alimentation de ces nappes est assurée par l’infiltration sur leurs bordures.

La nature du terrain sous lequel se trouvent ces eaux est un déterminant de leurs
compositions chimiques, cependant elles ont appelées aussi les eaux propres car ils répondent
en général aux normes de potabilité. Pourtant, ces eaux sont moins sensibles aux pollutions
accidentelles, elles perdent totalement leur pureté originale dans le cas de contamination par
des polluants. Quand une eau souterraine contient une concentration en certains minéraux
dépassant les normes de potabilité, mais elle représente des propriétés thérapeutiques on la
distribue en bouteilles avec parfois un traitement bien définit, ces eaux sont dites eaux
minérales.

I.2.2. Eaux de surface :

Ce type d’eaux englobe toutes les eaux circulantes ou stockées à la surface des continents
(rivières, lacs, étangs, barrages.). La composition chimique des eaux de surface dépend de la
nature des terrains traversés par ces eaux durant leurs par cours dans l’ ensemble des bassins
versants. Ces eaux sont le siège, dans la plupart des cas, d’un développement d’une vie
microbienne à cause des déchets rejetés dedans et de l’importante surface de contact avec le
milieu extérieur. C’est à cause de ça que ces eaux sont rarement potables sans aucun
traitement [3].

2
Chapitre I
Revue bibliographie

Tableau I.1. Principales différence entre eaux de la surface et eaux souterraines [3]

Caractéristiques Eaux de surface Eaux souterraines

Température Variable suivant les saisons Relativement constante

Faible ou nulle (sauf en


Turbidité Variable, parfois élevée
terrain karstique)

Liée surtout aux MES sauf Liée surtout aux matières


Couleur dans les eaux très douces et en solution (acides
acides (acides humiques) humique…)

Sensiblement constante en
Variable en fonction des général nettement plus
Minéralisation globale terrains, des précipitations, élevée que dans les eaux
des rejets… de surface de la même
région.

Fer et Manganèse dissous Généralement absents Généralement présents

Nitrates Peu abondants en général Teneur parfois élevée

Présents dans les eaux des


Généralement absents
Micropolluants minéraux pays développés, mais
mais une pollution
susceptibles de disparaître
et organiques accident elle subsiste
rapidement après
beaucoup plus longtemps
suppression de la source

Éléments vivants Bactéries, virus Ferro bactéries fréquentes

I.2.3. Eaux de mers et océans :

Les mers et les océans constituent des énormes réservoirs d’eau, elles représentent près de
97.4% du volume d’eau existant actuellement sur notre planète, le reste est la part des eaux
continentales (eaux souterraine et superficielles). Les eaux de mers sont caractérisées par une
grande salinité, elles sont dénommées aussi « Eaux saumâtres », ce qui rend leur utilisation
difficile, notamment leur coût très élevé pour leur traitement [2].

3
Chapitre I
Revue bibliographie

I.3. Pollution de l’eau :

La pollution de l'eau est une dégradation physique, chimique, biologique ou


bactériologique de ses qualités naturelles, provoquée par l'homme et ses activités. Elle
perturbe les conditions de vie de la flore et de la faune aquatique et elle compromet les
utilisations de l'eau et l'équilibre du milieu aquatique.

I.3.1.Origine de la pollution :

I.3.1.1. L’industrie :

Les activités industrielles rejettent un bon nombre de substances qui vont polluer nos
rivières et nos nappes, parfois d’une manière intensive que l’on n’en connaît pas les effets à
long terme [2].

Les rejets industriels renferment des produits divers sous forme insoluble ou soluble
d’origine minérale ou organique, à caractère Plus ou moins biodégradable et par fois toxique
même à très faible concentration. Selon l'activité industrielle, on va donc retrouver des
pollutions aussi diverses que :

v Des matières organiques et des graisses (abattoirs, industries agro-alimentaires.) ;


v Des hydrocarbures (industries pétrolières, transports) ;
v Des métaux (traitements de surface, métallurgie) ;
v Des acides, bases, produits chimiques divers (industries chimiques, tanneries...) ;
v Des eaux chaudes (circuits de refroidissement des centrales thermiques) ;
v Des matières radioactives (centrales nucléaires, traitement des déchets radioactifs).

I.3.1.2. L’agriculture :

L’agriculture, l'élevage, et l'aviculture sont responsables du rejet de nombreux polluants


organiques et inorganiques dans les eaux de surface et souterraines. L’agriculture constitue la
première cause des pollutions diffuses des ressources en eau. Lorsque l'on considère les
pollutions d'origine agricole, il faut englober à la fois celles qui ont trait aux cultures et à
l’élevage [4]. Les activités agricoles sont, en particulier, largement impliquées dans les
apports d'azote et, surtout, de ses dérivés, nitrates et nitrites, que l'on trouve en forte
concentration dans les engraines chimiques azotés et phosphorés, des produits phytosanitaires
destinés à protéger les cultures, ces produits parfois toxiques lorsqu’ils sont utilisés en excès

4
Chapitre I
Revue bibliographie

vont contaminer en période de pluie les eaux de surface et les eaux souterraines par
infiltration.

I.3.1.3. Pollution domestique :

Due principalement aux rejets domestiques (eaux de lavage, huiles de vidange, matières
fécales, etc.). Nos eaux usées urbaines sont constituées de matière organique biodégradable
certes mais de grandes consommatrices d’oxygène, de germes pathogènes et de produits
chimiques [5].

Les matières organiques que nous rejetons dans les eaux usées proviennent principalement
de nos excrétions (urines et matières fécales) évacués par les eaux des vannes (eaux des
toilettes). Elles contiennent des nombreux micro-organismes, plus ou moins pathogènes. Les
pollutions qu'elles engendrent sont doublement problématiques : en raison de leur impact en
matière de santé publique et parce qu'elles perturbent les écosystèmes. Cette pollution
présente un danger pour les écosystèmes aquatiques. Dans l'eau, en présence d'oxygène, les
micro-organismes dits aérobies dégradent la matière organique en composés minéraux, en
consommant au passage cet oxygène, par le processus d'oxydation. Ainsi, lorsqu'une eau usée,
très riche en matières organiques, est rejetée sans traitement préalable dans les eaux de
surface, les micro-organismes aérobies utilisent alors une grande partie de l'oxygène dissous
dans l'eau, provoquant la diminution da la quantité d'oxygène disponible pour les autres
organismes aquatiques. Or, la vie aquatique dépend de la teneur en O2 dissous dans l'eau. Ce
phénomène d'asphyxie perturbe donc l'écosystème aquatique dans son ensemble.

I.3.1.4. Pollutions par les eaux pluviales :

Il ne faut pas oublier par ailleurs la pollution générée par les eaux pluviales. L’eau de
puise. Se charge d’impuretés au contact de l’air (fumées industrielles).

I.3.1.5. Pollution d’origine naturelle :

Certaines substances naturellement présentes dans l’environnement entraînent parfois des


problèmes de contamination de l’eau potable. Des composés inorganiques comme le
baryum, l’arsenic, les fluorures, le sodium, les chlorures, le mercure, le cadmium et les
cyanures peuvent contaminer l’eau potable. L’eau souterraine est particulièrement
vulnérable lors qu’il y a présence de métaux dans les formations géologiques environnantes
[6].
5
Chapitre I
Revue bibliographie

1.3.1.6. La pollution par les hydrocarbures (pollution pétrolière) :

Elle est généralement accidentelle à l’image des naufrages des pétroliers (marées noire). Le
pétrole est un composant organique biodégradable qui s’élimine facilement s’il est en faible
quantité, mais en cas de marée noir la concentration est trop importante pour les capacités
d’autoépuration de milieu .Cependant une large part de la pollution pétrolière est voltaire elle
est du aux opérations de vidange ou dégazage des pétroliers en haute mer.

I.3 .2. Les principaux polluants des eaux naturelles :

I.3.2.1. Polluants physiques :

La pollution physique représente les éléments solides entraînés par l’eau. Ils se subdivisent
en plusieurs catégories selon leur nature et leur dimension.

I.3.2.1.1. Les éléments grossiers :

Leur dimension est suffisamment grande pour être retenue par des simples grilles. Dans
les eaux de surface, ces éléments sont généraux : les Brindilles, les Feuilles est Arbres … etc.

I.3.2.1.2. Les sables :

Les sables sont des particules minérales d’une certaine dimension. Ils sont généralement à
base de silice ou de composition minérale équivalente. Leur masse spécifique est de 2,5 à 2.6
g/cm3 [7].

I.3.2.1.3. Les matières en suspension (MES) :

Les matières en suspension rencontrées dans les eaux (essentiellement superficielles) sont
très diverses tant par leur nature que leur dimension .Elle sont constituées de quartz,
d’argiles, des sels minéraux insolubles, des particules organiques composées des micro-
organismes, et des produits des dégradations animaux ou végétaux [8].

-Selon leur dimension :

Les états dispersés que l’on peut diviser en suspension et état colloïdal, se distinguent de
l’état dissout, notamment par les dimensions particulaires.

ü Matières en solution inferieure à 1nm ;

6
Chapitre I
Revue bibliographie

ü Matières colloïdales entre 1nm à 1µm ;


ü Matières en suspension supérieur à1µm ;

-Selon leur nature :

La nature des matières solides en suspension peut être soit minérale soit organique, les
polluants minéraux constituent une gêne physique pour l’environnement mais n’évoluent
pas dans le temps. Les rejets minéraux colmatent les sols sur les quels ils sont évacués
aboutissant ainsi à l’asphyxie de ce sol ou contribuent a une pollution par leur volumes
(dépôts) ainsi que les polluants organiques évoluent qui ont besoin d’oxygène et qui dégager
ont des odeurs par putréfaction dans ce cas les métabolismes continuent créant des besoins
et occasionnant des rejets qui gênent l’environnement ces éléments doivent être traités avant
leur évacuation [7].

I.3.2.2. Polluants chimiques :

La pollution chimique d’une eau est autrement plus complexe et peut provenir des
plusieurs sources. On distingue selon la nature de la pollution chimique :

ü Les éléments chimiques minéraux.


ü Les éléments chimiques organiques.

I.3.2.2.1. Les éléments chimiques minéraux :

Une eau naturelle pure par définition c’est une eau qui renferme des sels minéraux dissous
et dissocier en cations et anions ne contenant ni matière en suspension ou colloïdale, et ni
matières organiques, la corrosion des métaux et dissolution des acides et des bases sont des
phénomènes qui donnent lieu à des eaux de rejets caractérisées par certaines formes de
pollution dont les plus représentatives sont :

a) La température :

L’évolution de la température dépend du mode d’utilisation de l’eau avant son rejet et


surtout le parcours de l’eau avant l’exutoire ou la station d’épuration. En général l’eau doit
être évacuée vers l’environnement à des températures Inférieures à 30°C une eau plus chaude
constitue une pollution.

7
Chapitre I
Revue bibliographie

b) Le pH:

Le pH d’une eau est du a la concentration de cette eau en ions H+ ou OH- une eau
équilibrée aura un pH neutre de 7. Des variations trop élevées du pH par rapport à cette valeur
moyenne de 7 constitue une pollution. Des eaux dont PH présente de grands écarts par rapport
à la neutralité sont polluées [9].

c) Les sels :

Dans beaucoup de procédé de production ainsi que lors de l’élaboration des matières, il se
forme parfois des sels en grandes quantités, avant tout des chlorures, des nitrates, des Sulfates
et des Phosphates, qui ont une grande importance vis-à-vis l’environnement [1].

d) Les métaux lourds :

Les métaux lourds, qui parviennent dans les eaux, font partie des polluants de l’eau, les
métaux lourds existent sous formes dissoutes et en suspension ainsi que sous une forme
difficilement soluble dans les sédiments [1].

-Origines naturelles et humaines des métaux lourds dans l’environnement :

Une quantité importante de métaux lourds est introduite dans l’environnement par
l’intermédiaire de sources naturelles et humaines. Cette contamination a plusieurs origines
telles que la combustion de fossiles, les gaz d’échappement des véhicules, l’incinération,
l’activité minière, l’agriculture et les déchets liquides et solides. Mais elle peut également être
d’origine naturelle via les volcans, l’activité des sources thermales, l’érosion, l’infiltration,
etc.

a) Les cations :
ü Calcium (Ca2+) :

Le calcium est un métal alcalino-terreux extrêmement répandu dans la nature et en


particulier dans les roches calcaires sous forme de carbonates. Ses sels se rencontrent dans
presque toutes les eaux naturelles, leur teneur dans l’eau, qui peut varier de 1à 150m/l est
directement liée à la nature géologique des terrains traversés. L’oxyde de calcium (CaO) est
utilisé dans le traitement des eaux brutes et résiduaires. Il constitue l’élément cationique

8
Chapitre I
Revue bibliographie

dominant des eaux superficielles et il est l’élément principal de la dureté de l’eau. Dépendant
de la température, du PH et de l’alcalinité de l’eau.

ü Magnésium (Mg2+) :

La plupart des eaux naturelles présentes des teneurs comprises entre 5 et 10 mg/l. Cette
concentration en relation directe avec la géologique des terrains traversés. Le magnésium
dans l’eau provient de l’attaque par l’acide carbonique des roches magnésiennes et de la mise
en solution de magnésium sous forme de carbonate (Mg2+, CO32-) et bicarbonates
(Mg2+,2HCO3-). Le magnésium contribue à la dureté de l’eau sans en être l’élément essentiel.
En effet, le rapport (magnésium/calcium) est en général très inférieur à 1.

ü Sodium (Na+) :

Ce métal, très abondant (2.83% dans la croûte terrestre) ne se rencontre pas naturellement à
l’état natif mais toujours associé à d’autre élément chimiques (chlorures, sulfates) le principal
minéral contenant du sodium et l’un des plus répondus est le sel gemme (chlorures de
sodium). L’omniprésence du sodium et la grande solubilité de ses sels expliquent qu’il se
trouve dans la majorité des eaux (souterraines, surfaces). Des teneurs anormalement élevées
peuvent provenir d’apports industriels ou domestiques, du lessivage ou de la percolation de
terrains salés et d’infiltrations d’eaux saumâtres. Dans les régions côtières, les embruns jouent
un rôle considérable. Les concentrations dans l’eau de boissons son normalement inférieurs á
50mg/l.(en moyenne 20mg/l) ; mais elles peuvent augmenter au cours des traitements
d’adoucissement (par échange d’ions) des eaux calcaires. Des doses de plus de 1000mg/l ont
été signalées dans certaines eaux de boisson. Le sodium est un élément vital qui participe á
des fonctions essentielles, il est nécessaire de fournir respectivement á un organisme adulte et
enfant 200 et 2000mg/jour.

ü Potassium (K+) :

Le Potassium est un élément naturel des eaux, où sa concentration, á peu prés constante, ne
dépasse habituellement pas 10 á 15mg/l. sauf dans certains contextes géologiques
particulières où elle atteint 20 á 25mg/l. Le part de l’eau représente généralement moins de
1%de la quantité totale journalière ingérée par un adulte (2 á 4.5gramme) fournie
essentiellement par l’apport alimentaire (légumes verts, fruits) [10].

9
Chapitre I
Revue bibliographie

b) Les anions :
ü Les Chlorures (Cl-):

En plus de l’agressivité et de la minéralisation qu’ils confèrent à ces eaux, des taux élevés
modifient la saveur de l’eau et contribuent aux dépôts des sels néfastes pour l’agriculture [7].

ü Les Sulfates (SO42-) :

En plus des inconvénients qui caractérisent les chlorures, les sulfates participent aux
métabolismes des bactéries contenues dans l’eau, les bactéries contenues dans l’eau, les
bactéries sulfato-réductrice transforment les sulfates en sulfures avec dégagement de gaz
sulfureux créant des désagréments à L’environnent [7]. Autre indicateurs de pollution
chimique :

ü L’Aluminium (Al3+) :

L’aluminium est le troisième élément le plus abondant de la croûte terrestre. Il entre dans
la composition de tous les sols, plantes et tissus d’animaux. De ce fait, et á cause de l’activité
humaine, il est présent dans l’air, les aliments et l’eau sous forme des sels solubles, des
colloïdes ou des composés insolubles. Les rejets industriels, l’érosion, le lessivage des
minéraux et des sols, la contamination par les poussières atmosphérique et les précipitations
constituent pour l’aluminium les principales voies d’accès au milieu aquatique [10].

ü Phosphore (PO4ˉ³):

Le phosphore existe sous forme minérale ou organique. Les ions phosphates(PO4ˉ³)


contenus dans les eaux de surface ou de nappe peuvent être d’origine naturelle (produit de
décomposition de la matière organique, lessivage des minéraux), mais á l’heure actuelle, leur
présence dans l’eau est essentiellement due aux rejets industriels, domestique ou agriculture,
ils peuvent aussi provenir des traitements des eaux contre la corrosion et l’entartage. Dans les
eaux surfaces, la teneur naturelle en phosphates ou orthophsphates est de l’ordre de 0.1 á
0.3mg/l. La présence de phosphore dans les eaux souterraines est généralement un indice de
pollution [10].

10
Chapitre I
Revue bibliographie

ü Les nitrates (NO3 -) :

Les nitrates sont présents naturellement dans les eaux, les apports excessifs ou mal
maîtrisés d’engrais azotés provoquent une augmentation des nitrates dans les ressources. Les
nitrates se transforment en nitrite dans l’estomac. Ces nitrites peuvent provoquer la
transformation de l’hémoglobine du sang en méthémoglobine, impropre à fixer l’oxygène. Ce
phénomène est à l’origine de cyanoses, notamment chez les nourrissons. La consommation
d‘eau chargée en nitrates ou nitrites par la femme enceinte ou le nourrisson peut constituer un
risque pour le nouveau-né [11].

I.3.2.2.2. Les matières organiques :

La matière organique est principalement issue de la décomposition des végétaux, des


animaux et des microorganismes. Il est donc difficile d’en donner une description précise ou
une composition moyenne. Elle participe à beaucoup des paramètres de qualité de l’eau :
couleur, sous produits des désinfections, odeurs, saveurs…etc.

I.3.2.2.3. Les matières en suspension :

Elles sont hétérogènes et des formes variées, dans une taille supérieure a 10µm.

ü Dans les eaux de forage : se sont fin, le fer oxyde, et quelques algues.
ü Dans les eaux de rivières : il ya des matières volumineuses foulantes et
indécrassables et les matières fines comme les sables, les argiles, les débris
végétaux et animaux [5].

I.3.2.2.4. Les matières dissoutes :

Se sont des matières dispersées de façon homogène dans l’eau, faiblement polarisées ou
ionisées [5].

I.3.2.2.5. Les matières Colloïdales :

Sont des particules en suspension de l’ordre de 0.1 à 2µm .Ont une surface spécifique
considérable et charge électronégative.

11
Chapitre I
Revue bibliographie

I.3.2.3. Polluants microbiologiques :

L’eau peut contenir des micro-organismes pathogènes (des virus, des Bactéries, des
parasites). Il dangereux pour la santé humaine, et limitent donc les usages que l’on peut faire
de l’eau.

I.4. Les paramètre de qualité des eaux :

I.4.1. Les paramètres organoleptiques :

Les paramètres organoleptiques correspondent à la précision de la qualité de l’eau par les


sens. Essentiellement la vue ; le gout et l’odorat c’est paramètres sont importants pour le
plaisir du consommateur mais peuvent également, dans certains cas, être en relation avec la
qualité hygiénique du produit. La détermination de ces paramètres est subjectives car par
définition ,elle fait appel aux sens qui sont différents d’un indivis a l’autre .Cependant, les
méthodes normalises s’appuient sur des méthodologies les plus précises possible, pour éviter
une trop grande variabilité entre les laboratoire . Par exemple, pour les paramètres visuels , on
utilise des appareils de mesure de la lumière qui traverse l’échantillon, remplaçant ainsi la
perception visuelle.

I.4.1.1. La turbidité :

Est la mesure de l’aspect trouble de l’eau .C’est la réduction de la transparence d’un


liquide due à la présence des matières non dissoutes. Elle est causée, dans les eaux, par la
présence des matières en suspension (MES), comme les argiles, les limons et les micro-
organismes. Un faible part de la turbidité peut être dû également à la présence des matières
colloïdales d’origine organique ou minérale [13,14].

La turbidité résulte de la diffusion de la lumière qui est ainsi dévié dans toutes les
directions. Ce sont des particules en suspension dans l’eau qui diffuent la lumière. Leur
origine peut être extrêmement variable : érosion des roches, entraînement des matières
minérales ou organiques du sol, déversement d’eaux usées domestiques ou industrielles riches
en matières en suspension grossière Pour mesurer la turbidité on utilise certains instruments
[15,16].

- Le turbidimètre de Jackson (méthode visuelle).

12
Chapitre I
Revue bibliographie

- L’opacimétrie.

- Le turbidimètre de Hellige.

- La néphélémétrie e de Hach.

La turbidité est mesurée par trois unités qui sont équivalentes : Unité J.T. U (Jackson
Turbidity Unit) = Unité F.T.U (Formazine Turbidity Unit)=Unité N.T.U (Néphélémétric
Turbidity Unit). La mesure de la turbidité, très utile pour le contrôle d’un traitement, ne
donne pas d’indications sur la nature, la concentration et la taille des particules en suspension
qui en sont responsable cette turbidité doit être éliminée pour améliorer l’aspect esthétique
de l’eau de consommation mais aussi pour permette une désinfection efficace et éviter les
dépôts dans l’usine ou dans le réseau. En effet, les MES peuvent servir de support aux
microorganismes qui seront ainsi partiellement protégés de l’action des désinfectants et qui
pour ont ensuite se développer dans les réseaux et entraîner des problèmes sanitaires [14].

I.4.1.2. La couleur :

Une eau pure observée sous une lumière transmise sur une profondeur des plusieurs mètres
émet une couleur bleu claire car les longueurs d’onde courtes sont peut adsorbées alors que
les grandes longueurs d’onde (rouges) sont adsorbées très rapidement. La couleur des eaux
des surfaces ou des eaux souterraines est due généralement a des substances colorées
d’origines variées et proviennent de la décomposition de la matière végétale ou des algues
pouvant donner une coloration variable en fonction des pigment qu’elle contiennent, des
substances minérales ,en particulière le fer et le manganèse ,dont les formes précipitées sont
colorises ,ainsi le rejets industriels ,par exemple des teinturerie ,pouvant aussi colorer l’eau.
Le terme de couleur décrit la perception visuelle d’une combinaison d’effet chromatique et
achromatique, mais la norme distingue différents types de coloration :

- La couleur d’une eau : propriété optique consistant à modifier la composition spectrale


de la lumière transmise ;
- La couleur apparente d’une eau : couleur due aux substances dissoutes et aux matières
suspension ;
- La couleur vraie d’une eau : couleur due seulement aux substances dissoutes.

13
Chapitre I
Revue bibliographie

I.4.1.3. Goût et odeur :

La mesure de ces paramètres est plutôt une évaluation qui consiste à rechercher la
délutions la plus forte de l’eau a laquelle la sensation apparait. La norme NFV00-150 donne
les définitions suivantes pour ses sensations :

- Goût :

Ensemble des sensations gustatives, olfactives et des sensibilités chimiques communes qui
est perçu lorsque l’aliment ou la boisson est dans la bouche. Ces aussi la propriété des
produits qui provoquent ces sensations.

- Odeur :

Sensations perçu par organe olfactives en flairant certaines substance volatiles comme on
peut voir, la notion de gout intègre celle de l’odeur et sera utilise eau sens large. La savoir
d’une eau est dû à la combinaison de nombreux facteurs, parmi lequel interviennent. La
minéralisation de l’eau certains sels minéraux donnent des gouts particuliers à l’eau. Les
matières organiques dissoutes provenant de la décomposition de matières organiques
végétales des résidus agricoles, de rejets urbains ou industriels. Les métabolites de certains
microorganismes vivant dans l’eau comme certains algues ou champignons microscopiques
Cette détermination peut donc donner des renseignements sur la composition d’une eau
inconnue ainsi que sur la nature d’une pollution de cette eau [17].

I.4.2. Paramètre physico-chimique :

Ces ont eux qui font l'identité de base de l'eau. Ils sont essentiellement représentés par les
sels minéraux (Calcium, Sodium, Potassium, Magnésium, Sulfates...) ou par des indicateurs
plus globaux comme la conductivité électrique, qui permet d’avoir une idée de la salinité de
l’eau, et le titre alcalimétrique une, qui permet d’apprécier la concentration de tous les
carbonates et bicarbonates dans l’eau.

I.4.2.1. La température :

Il est primordial de connaître la température d'une eau. En effet, elle joue un rôle très
important dans la solubilité des sels et surtout des gaz, et la détermination du pH .Donc cette

14
Chapitre I
Revue bibliographie

grandeur physique permet de déceler les conditions extrêmes préjudiciables au bon


fonctionnement du processus biologique [1].

I.4.2.2. La dureté :

La dureté ou titre hydrométrique correspond essentiellement à la présence de sels de


calcium et de magnésium. Elle est directement liée à la nature des terrains traversés. Ils
proviennent des roches calcaires ou dolomitiques. Dans une eau naturelle, on peut distinguer
différents types de dureté [14,21] :

· Dureté totale : somme des concentrations en Calcium et Magnésium ;


· Dureté calcique : concentration globale en Calcium ;
· Dureté magnésienne : concentration globale en Magnésium.

La dureté calcique et La dureté magnésienne peuvent s’exprimer en mg/l de Ca et en mg/l


de Mg. Ces diverses teneurs ne peuvent évidemment pas être additionnées et pour calculer la
dureté totale e, on doit exprimer la concentration de chaque ion participant dans une unité
commune. La dureté s’exprime généralement en degré Français ou en milli -équivalents/l :
1°F=5 méq/l ,1°F = 4 mg/l de Ca ou 2,43mg/ l de Mg ou 10 mg/ l de CaCO 3, la mesure de la
dureté se fait par une réaction de complexassions entre les ions Ca²+et Mg²+ et une substance
d’acide éthylène diamanté tracétique (EDTA) en présence d’un indicateur coloré [15,23].

I.4.2.3. Le pH :

Le pH est la mesure du caractère acide (1 < pH < 7) ou basique (7 < pH < 14) des eaux.
En général, l'activité biologique se situe entre 6.5 et 8 unités de pH. En dehors de cet
intervalle, le pH affecte la vie aquatique et par conséquent influence l'autoépuration du milieu
naturel [15].

I.4.2.4. L’alcalinité :

L’alcalinité d’une eau correspond à sa capacité à réagir avec les ions hydrogène (H+)
qui est due à la présence des ions hydrogénocarbonate (HCO-3), carbonate (CO32-) et
hydroxyde (OH-). Autrement dit, on est amené à considérer deux types d’alcalinité qui
correspondent, encore une fois à deux bornes de pH :

15
Chapitre I
Revue bibliographie

- Alcalinité au virage du rouge de méthyle :

Elle correspond à l’alcalinité totale eau pH de 4.5, ce qui revient à déterminer les ions
HCO3-, CO32- et OH-. Cette alcalinités se nomment également titre alcalimétrique complet
TAC.

- Alcalinité au point de virage de la phénophtaléine (alcalinité composite) :

– 2-
Elle correspond à l’alcalinité entraînée par les ions OH et à la moitié des ions CO 3

Cette alcalinité composite est nul pour une eau dont le pH est inférieur ou égal à 8.3,
l’alcalinité composites nomme également titre alcalimétrique TAC [15, 18,20].

I.4.2.5. La conductivité :

La conductivité, caractéristique physico-chimique de l’eau liée à la concentration des


substances dissoutes et à leur nature. Les matières organiques et colloïdes ne présentent
qu’une faible conductivité. Elle varie avec la température. La conductivité électrique d’une
eau est la conductance d’une colonne d’eau comprise entre deux électrodes métalliques de 1
cm² de surface et séparées l’une de l’autre de 1 cm. La conductivité électrique s’exprime en
micro siemens/ cm. La mesure de la conductivité permet d’avoir très rapidement une idée sur
la concentration des sels dissous dans l’eau. Une conductivité élevée traduit soit des pH a
normaux, soit le plus souvent une salinité élevée [15,14].

I.4.3. Les paramètres indésirables :

Sont dites indésirables certaines substances qui peuvent créer soit un désagrément pour le
consommateur : goût et odeur (matières organiques, phénols, fer...), couleur (fer,
Manganèse...), soit causé des effets gênants pour la santé (nitrates, fluor…). On sur veille
donc prioritairement la contamination des eaux par des matières organiques (mesurée par
l'oxydabilité au permanganate de potassium), la concentration en ammonium, la présence de
et de nitrates et la concentration en fer.

I.4.3.1. Les matières organiques :

a) L’oxydabilité au Permanganate de Potassium (KMnO4) :

Cette mesure renseigne sur la concentration en matières organiques présentes dans une eau
peu chargée .On utilise un oxydant, le permanganate de potassium (KMnO-4), qui dans des

16
Chapitre I
Revue bibliographie

conditions opératoires précises, vaoxyder des molécules présentes dans l’eau. Ces molécules
sont essentiellement des molécules organiques mais des molécules minérales peuvent être
également oxydées et l’on devrait parler plutôt de matières oxydables. Le KMnO-4 n’attaque
pas toutes les molécules organiques mais il est très utilisé pour suivre l’évolution de la
matière organique dans une station de traitement. L’oxydation des matières organiques et des
substances oxydables est effectuée par le permanganate de potassium à chaud ou à froid. La
méthode à chaud est la Plus utilisée à cause de sa rapidité [15,14].

b) Absorbance UV 254 nm :

La mesure de l’absorption à 254 nm est un indice caractéristique des substances possédant


une ou plusieurs doubles liaisons (carboxyliques, benzéniques…..).La mesure de l’absorbance
peut nous renseigner sur le contenu organique d’une eau, notamment la fonction aromatique.
L’absorbance (densité optique) lue sur un spectrophotomètre peut permettre une estimation de
la teneur en substances humiques d’une eau naturelle (eau de surface) [16].

c) Le carbone organique total (COT) :

Le COT est définie comme la concentration en mg de carbone/l d’échantillon, c’est


une méthode directe pour mesurer la teneur en matières organiques d’une eau. Il consiste à
brûler l’échantillon d’eau à 950°C sous l’action de l’oxygène gazeux et de mesurer le CO2
dégagé, et par suite de mesurer le carbone total (organique et minéral). Le COT est une
méthode rapide et présente plusieurs avantages tels que : on peut analyser l’eau quelle que
soit sa qualité (de forte salinité, acide basique, ou contient des composés toxiques). Mais
malgré ses avantages, il exige un appareillage coûteux [1,8].

I.4.3.2. L’azote :

L’élément azote existe principalement sous forme ionique, à savoir NH4+, NO2- et NO3-, la
pollution en ions NH4+existe principalement pour les eaux de Surface. Leur oxydation conduit
à la formation d’ions NO2- . Ils sont en équilibre avec la forme gazeuse NH3. Ces deux
espèces sont très toxiques pour la faune aquatique et problématique pour la santé publique.

Elles induisent une Prolifération bactérienne sur le réseau, pour conséquence, la


dégradation des qualités organoleptiques de l’eau et la corrosion des canalisations. Mais les
Nitrates sont la principale source d’inquiétude. Ces ions se transforment en milieu acide faible
et à hauteur de 5%, en ions nitrites. Ceux-ci sont toxiques pour l’organisme humain. Ce sont
17
Chapitre I
Revue bibliographie

des agents vasodilatateurs puissants qui causent vertiges et hypotension. Ils s’oxydent au
niveau des ions ferreux de l’hémoglobine pour redonner des nitrates. On obtient alors de la
méthémoglobine (MetHb) contenant des ions ferriques incapables de transporter les
molécules d’oxygène [5,20].

I.4.3.3. Le fer :

Le fer est classé au quatrième rang des éléments de la croûte terrestre par ordre
d’abondance. Il s’emploie largement dans la métallurgie et ses utilisations secondaires dans la
chimie sont très variées dans les eaux bien aérées, sa concentration est rarement importante en
revanche, dans les eaux souterraines, on peut observer de fortes teneurs en fer quand les
conditions de solubilisation sont réunies. Le fer se trouve en solution dans les eaux privés
d’oxygène. Suivant les cas, le fer pourra exister á l’état colloïdal, sous forme de complexes
organique ou minéraux. Au contact de l’air, on assiste á une précipitation due á l’oxydation de
ce métal. Le fer est fréquemment associé au manganèse avec lequel il a la propriété de
précipiter [10].

I.4.3.4 Les hydrocarbures dissous :

Les hydrocarbures (ou huiles minérales) rencontrés dans les eaux brutes proviennent,
hormis les hydrocarbures d’origine naturelle, d’effluents divers : usines á gaz, pétrochimie,
ateliers de mécanique, bitumes, mais aussi de fumées dont les particules sont entraînés par les
eaux des pluies. La biodégradabilité des hydrocarbures est lente dans l’environnement. Dans
les eaux souterraines, les hydrocarbures peuvent persister longtemps (jusqu’á quelques années
en raison du pouvoir de rétention du sol et de la roche réservoir). Aussi, les ressources utilises
pour l’alimentation humaine doivent être particulièrement protégés pour éviter un quelque
risque de pollution [10].

I.4.3.5. Les métaux lourds ou éléments en trace métalliques (ETM) :

Les métaux lourds sont des polluants engendrés par l'activité humaine qui ont un fort
impact toxicologique. L’appellation métaux lourds est cependant une appellation courante qui
n’an fondement scientifique, ni application juridique. Les métaux lourds sont présents dans
tous les compartiments de l’environnement, mais en général en quantités très faibles. On dit
que les métaux sont présents “ en traces ”. Ils sont aussi “ la trace ” du passé géologique et de
l’activité de l’homme. La classification en métaux lourds est d’ailleurs souvent discutée car

18
Chapitre I
Revue bibliographie

certains métaux toxiques ne sont pas particulièrement “ lourds ” (le zinc), tandis que certains
éléments toxiques ne sont pas tous des métaux (l’arsenic par exemple). Pour ces différentes
raisons, la plupart des scientifiques préfèrent à l’appellation métaux lourds, l’appellation “
éléments en traces métalliques ”ETM” ou “élément traces”. La toxicité des métaux lourds a
conduit les pouvoirs publics à réglementer les émissions en fixant des teneurs limites. Cette
réglementation n’est cependant d’aucun secours pour déterminer sans ambiguïté une liste de
cependant aucun secours pour déterminer sans ambiguïté une liste de métaux à surveiller car
la liste varie selon les milieux considérés: émissions atmosphériques, rejets dans l’eau, règles
sur l’épandage des boues ou la mise en décharge en décharge. Les métaux toxiques sont
nombreux, mais on peut citer surtout l'arsenic, le cadmium, le plomb et le mercure. Ils ont des
impacts sur les végétaux, les produits de consommation courante et sur l'homme comme suit
[24]:

-Fer (Fe) et Manganèse (Mn) :

Ces deux éléments chimiques sont souvent rencontrés ensemble dans la nature. La
présence de fer dans l’eau peut avoir diverses origines: naturelle par le lessivage des terrains
argileux, ou industrielle (métallurgiques, sidérurgiques). Par contre, la présence du
manganèse, du point de vue industriel, est liée à la métallurgie, l’industrie électrique et
l’industrie chimique. Dans les eaux bien aérées, les concentrations de ces deux éléments sont
souvent faibles. En revanche dans les eaux peu aérées (nappe captive), on observe de fortes
concentrations. Le manganèse peut apparaître dans l’eau à un potentiel redox plus élevé que
celui du fer.

-Chrome (Cr) et étain (Sn4+) :

Dans la nature, le chrome se retrouve dans les roches basiques avec des teneurs plus
importantes et sous forme de traces dans les silicates (pyroxène et grenat).Son origine
industrielle est liée à la galvanoplastie, tannerie, raffinerie, métallurgie, colorants, textile et
peinture. Dans les eaux, le chrome se présente sous deux formes chimiques : la forme
hexavalente (Cr6+) et la forme trivalente (Cr3+). Le chrome représente la forme la plus toxique
pour l’homme. L’étain est issu de la cassitérite (SnO2) à l'état naturel, par contre sur le plan
industriel, il est lié à la production d'alliages communs de bronze (étain et cuivre), d'étain à
braser (étain et plomb), et de métaux pour caractères d'imprimerie (étain, plomb et antimoine),

19
Chapitre I
Revue bibliographie

la chimie industrielle (catalyseurs et base de pigments colorés), la soudure et les produits de la


galvanoplastie.

-Zinc (Zn2+) :

Le zinc est un métal très répandu sur le globe. Il entre dans les alliages, la galvanisation
des pièces métalliques et dans la fabrication des pigments pour la teinture.

-Plomb (Pb2+) :

Le plomb se présente sous la forme des sulfures, des carbonates et phosphates


(Pyrophosphite). Dans l’industrie, on le trouve dans la fabrication des accumulateurs acides,
de la soudure, des pigments.

-Aluminium (Al3+) :

On trouve couramment l’aluminium sous la forme de silicate d’aluminium ou combiné


avec d’autres éléments, tels que le sodium, le potassium, le fer, le calcium et le magnésium,
dans l’industrie, il est utilisé dans le traitement de surface, la métallurgie, l’industrie de
l’alumine, les colorants et l’industrie pétrochimique.

-Nickel (Ni2+) :

Le nickel présente une large gamme d’utilisations dans le domaine industriel (alliages,
revêtement, céramique, verre).

-Cuivre (Cu2+) :

Il est très employé dans les alliages (laiton, bronze, maillechort), l’industrie électrique, le
traitement de surface, la galvanoplastie ainsi que dans les traitements agricoles.

-Cadmium (Cd2+) :

Le cadmium est un métal relativement rare dans la nature. Sa stabilité dans l’eau est
fonction du pH et du potentiel d’oxydoréduction. Son origine, d'un point de vue industriel, est
liée aux matières plastiques, huiles de moteurs, piles et dans les produits de stabilité
thermique.

20
Chapitre I
Revue bibliographie

a)-Contamination de l'eau par les métaux lourds :

Il est assez difficile de prévoir l’évolution des métaux dans l’environnement, car ils
peuvent subir un grand nombre de transformations (oxydation, réduction, complexation, etc.),
et car cette évolution dépend fortement du milieu. En effet, la migration des métaux lourds
vers la nappe phréatique est fonction de nombreux paramètres:

ü La forme chimique initiale du métal,


ü La perméabilité du sol et du sous-sol,
ü La porosité du sol.

I.4.4. Les paramètres toxiques :

Une pollution industrielle du captage ou une dégradation des réseaux de distribution peut
entraîner la présence d'éléments toxiques dans l'eau, dangereux pour la santé en cas de
consommation régulière. Les matières toxiques sont constituées de micropolluants minéraux
(Métaux lourds : chrome, cadmium, nickel...) ainsi que de substances telles que les cyanures,
ou des molécules organiques présentant une action d'inhibition des mécanismes biologiques.

Tableau I.2. Représente la toxicité des Métaux Lourds [25].

Toxicité
Particules

Troubles du système nerveux, affection du foie et


Plomb
des reins.

Cadmium Affections respiratoires, Troubles rénaux

Troubles du système nerveux


Mercure
(mémoire, fonctions sensorielles de coordination)

Maladies respiratoires, asthme, malformations


Nickel
congénitales, cancers

Chrome Cancer, troubles dermatologiques, anémie.

21
Chapitre I
Revue bibliographie

I.4.5. Les caractéristiques biologiques :

L’eau potable ne doit contenir aucun microorganisme pathogène et être exempte de toute
bactérie indiquant une pollution par excréments. Le principal Indicateur bactérien
recommandé pour suivre la pollution humaine est constitué par l’ensemble des
microorganismes du groupe coliformes. Une eau qui est porteuse d’un seul Escherichia Coli
par 100 ml devient potentiellement dangereuse. Ce point est important, car le critère de
potabilité de l’eau se fixe partir de la présence ou de l’absence de ces germes témoins [25,20].

I.5.Transferts des pollutions dans les eaux souterraines :

A partir de la surface du sol, des processus de nature physique, chimique et biologique


vont commander les mécanismes du transfert des polluants vers les nappes des eaux
souterraines.

I.5.1 Les transferts d’ordre physique :

L’eau se déplace par gravité en s’infiltrant dans le sous-sol, entraînant vers la nappe les
polluants qui se trouvent à la surface. La couche de milieu poreux non saturé constitue certes
un filtre, mais un filtre imparfait qui va laisser passer une partie des polluants. Le sol est
divisé en plusieurs horizons successifs. La couche végétale superficielle est le lieu des
échanges biologiques. Au dessus de la nappe, les couches suivantes représentent la zone non
saturée où coexistent la matière solide, l’eau et l’air. L’épaisseur de cette zone est variable
(quelque mètres à quelque dizaines de mètres). La durée du transfert va dépendre de deux
facteurs principaux) les caractéristiques du sol, (composition, perméabilité, homogénéité,
épaisseur de la zone non saturée) son humidité : touts choses égales par allures, plus le sol est
humidité et plus le temps de transfert est rapide, la conductivité hydraulique étant maximale à
saturation.

I.5.2. Les transferts d’ordre chimique :

Au cours de leur parcours dans le sol, les molécules peuvent subir diverses transformations
chimiques, la dissolution (le polluant se dissout dans l’eau ; cas des hydrocarbures par
exemple) la précipitation ou le dépôt (le polluant se fixe dans le sol) l’oxydoréduction ; en
effet, certains polluants peuvent s’oxyder, comme l’ammonium, présent dans les engrais qui
au contact avec l’oxygène et des bactéries, se transforme en nitrates (NO3-). Les nitrates, une

22
Chapitre I
Revue bibliographie

fois formés, sont transportés par gravité avec l’eau en profondeur puis suivent les écoulements
de la nappe.

I.5.3. Les transferts d’ordre biologique :

Ce processus implique l’action des bactéries et des micro-organismes vivants. On distingue


deux phénomènes :

a)- La biodégradation :

La plupart des molécules chimiques apportées au sol en agriculture sont soit absorbées par
les systèmes racinaires des plantes (c’est d’ailleurs leur objectif), soit sont biodégradables et
disparaissent sous l’action des bactéries. La réalité de cette dégradation est l’une des
conditions de mise sur le marché des produits phytosanitaires.

Le premier filtre biologique est donc bien celui du sol et des plantes. Tout ce qui échappe
au système racinaire et à la biodégradation se trouve tôt ou tard dans les nappes souterraines.
Cette phase a lieu dans la première couche superficielle du sol, qui regorge de bactéries : 1cm3
de terre contient de 1 à 10 milliards de bactéries. L’une des processus connus de
biodégradation concerne la dénitrification biologique des nitrates : les bactéries consomment
l’oxygène présent dans les molécules des nitrates qui se transforment en azote gazeux inerte
(N2), ou en protoxyde d’azote (N2O), un gaz à effet de serre très préoccupant.

Un excès d’apport en nitrates entraîne la persistance de molécules potentiellement


polluantes pour la ressource en eau. Le processus microbien est le premier mode de
dégradation, mais il se raréfie au fur et à mesure que l’ont descend dans le sol, car les
bactéries, chiffrées par milliards dans la première couche superficielle, sont de moins en
moins nombreuses en profondeur. Un deuxième phénomène intervient alors : le transport
colloïdal.

b)- Le transport colloïdal :

Si certaines bactéries ont un rôle de destruction des molécules chimiques, d’autres ont un
rôle de transporteur. Certaines molécules organiques ou minérales (métaux lourds) ont la
faculté de se fixer aux bactéries de très petite taille. Les molécules dont la taille est inférieur à
celle des particules argileuses (de l’ordre du micron) peuvent être ainsi transportées et
transférées au travers de couches de sol imperméable et pénétrer dans les nappes captives. Les

23
Chapitre I
Revue bibliographie

virus peuvent ainsi contaminer les eaux souterraines les plus profondes. Les pesticides et les
métaux lourds présentent cette caractéristique de se fixer sur des bactéries. La tempe de
transfert dans les couches profondes est beaucoup plus long que celui des nitrates, qui sont
transportés par les écoulements hydrodynamiques. Mais les pollutions qui s’ensuivent sont
beaucoup plus durables.

I.6. La différente réglementation dans le monde des eaux destinées a la consommation


humaine :

I.6.1. L’organisation mondiale de sante (OMS) :

Crée en 1948, est une institution spécialisée du système des nations unies qui agit entant
qu’autorité directrice et coordonnatrice pour toutes les questions internationales de sante et
de publique. Elle est tenue par sa constitution des informations et des avis objectifs et faibles
dans le domaine de la sante humaines, fonction dont elle s’acquitte en partie grâce à son vaste
programme de publications. Pour qu’information et anis autorise en matière de sante soient
connus le plus largement possible, l’OMS veille à ce que ses publications aient leur une
infusion internationale et elle encourage leur traduction et leur adaptation. En aidant à
promouvoir et protéger la sante ainsi qu’a prévenir et a combattre les maladies dans le
monde, les publications de l’OMS contribuent a la réalisation de but premier de l’organisation
amener tous les peuples au niveau de sante le plus élève possible (ANNEX I).

I.6.2 L’organisation européenne (CEE) :

L’union européenne (UE) a établi un cadre communautaire pour la protection et la gestion


des eaux. La directive cadre prévoit notamment l’indentification des eaux européennes et de
leurs caractéristiques, recensées par bassin et district hydrographiques, ainsi que l’adoption de
plans de gestion et de programmes de mesure appropriées à chaque masse d’eau. Par cette
directive cadre, l’union européenne (UE) organise la gestion des eaux intérieures de surface,
souterraines de transition et côtières afin de prévenir et de réduire leur pollution, de
promouvoir leur utilisation durable, de protéger leur environnement, d’améliorer l’état de
l’écosystème aquatiques et d’atténuer les effets des inondations et des sécheresses
(ANNEXII).

24
Chapitre I
Revue bibliographie

I.7. Conclusion :

L’eau est un élément nécessaire pour toute survie sur terre, constitue une base pour le
développement humain. L’eau est un vecteur de diverses maladies .En Algérie, les eaux
souterraines sont polluées à partir de la surface et sont irréversiblement endommagées par
l’intrusion d’eau saline, la surexploitation des couches aquifères entame la capacité de celle-ci
à retenir l’eau, ce qui provoque l’enfoncement des couches sous-jacentes. Nombre de villes se
révèlent incapables de fournir en quantité suffisante de l’eau potable.

25
Chapitre II
Présentation de site d’étude

II.1. Introduction :

Pour ce chapitre, nous avons essayé de donner une aperçu sur Localisation de la plaine d’El
Madher ainsi que analyser et à évaluer la situation du milieu physique et identifier ses différentes
composantes (Topographie, Climat, Hydrologie, Hydrogéologie et Géologie…), ainsi que la
situation socio-économique de la ville afin de comprendre son état d’équilibre, les différents aspects
du déséquilibre et les mécanismes responsables de cet état Les donnés climatiques utilisées dans le
cadre de cette étude, la hydrogéologique et Aperçu géologique. .

II.2. Cadre physique de site étudie :

La daïra d'El Madher est située dans la willaya de Batna à une distance de 22 km à l'est du chef
lieu de la willaya. La zone échantillon d'El Madher couvre la majorité du territoire de la daïra d'El
Madher, notamment les communes d'El Madher, de Boumia et de Djerma et la commune de Fesdis
(daïra de Batna). L'ensemble de ces communes couvre une superficie de 438, 69 km 2 dont 19.980
ha d. Se situant à 900 m d'altitude, la zone d'El Madher est caractérisée par des terres fertiles situées
au pied du Djebel Bouarif point culmunant Ras fourrare 1.741 m. Cette zone est dominée par un
relief simple et relativement plat. La pente représente environ 8 %, c'est pourquoi elle est souvent
dite (la plaine d'El Madher) [26].

El Madher

Figure II.1.Localisation de la plaine d’El Madher.

26
Chapitre II
Présentation de site d’étude

II.3. Localisation de la plaine d’El Madher :

La plaine d’El Madher est localisée à environ 450 Km au Sud-Est d’Alger entre les degrés 35.5
et 35.7 de la altitude Nord. Cette plaine se situe à 15 Km au Nord-Est de la ville de Batna, et à 100
Km au Sud de Constantine (voire La Figure II.1).

Le bassin versant de Oued El Madher s’étend sur une superficie d’environ 200 Km2 et Englobe
l’aquifère alluvionnaire de la plaine d’El Madher qui couvre une superficie d’environ 90 Km2.Cet
aquifère est limité par les monts de Batna à l’Ouest-Nord Ouest et par le Djebel Bou Arif à l’Est-
Sud Est .Ces deux monte convergent au Sud pour pratiquement fermer le bassin versant de cette
plaine et ne laisser subsister qu’un mince seuil alluvionnaire , où coule Oued El Madher
(prolongement naturel de Oued El Gourzi). Oued El Madher traverse toute la plaine jusqu’à
Machtat Arour, où il se divise en plusieurs bras.Merdja Mazouala est l’exutoire du bassin, elle est
située au Nord de la plaine, entre la Dgebel Tafrout et Koudiat Tfouda.

La plaine d’El Madher est traverseé par la RN3 reliant Batna à Constantine, en plus de la RD26
et 40 qui relient respectivement El Madher à Chemora et Batna à Seriana. Des pistes permettent
également d’accéder aux endroits les plus reculés de la plaine et les zones inondables. [27].

Localisation de la
plaine d’El Madher

Figure II.2 : Localisation de la plaine d’El Madher (image satellite)

27
Chapitre II
Présentation de site d’étude

II.4. La topographie :

II.4.1. Les reliefs :

La ville est une cuvette de faibles dimensions à pentes abrupte son peut distinguer les principaux
ensembles de relief dans la région de BATNA, qui sont : la plaine, les montagnes et les piémonts.

II.4.2. La plaine :

La plaine de BATNA est une grande étendue ayant une forme allongée de l’Est vers

L’Ouest, c’est une plaine de montagne encadrée au Sud par Djebel Ich-Ali, à l’Est par Djebel Azzeb
et Djebel Bouarif, tandis que Djebel Kasserou et Boumer zoug , Au Nord. Et Djebel Tugur à
l’Ouest. La plaine de madher est un synclinal à couverture Moi-plio-Quaternai-re interrompue par
des formations de calcaire. Les terrains alluvionnaires, sont alimentes par infiltration, partir des
structures carbonatées avoisinantes a perméabilités très faibles.

II.4.3. Les montagnes :

Chaque montagne observée présente des caractéristiques particulières telles que L’altitude et
l’exposition :

Au Nord : Nous remarquons Djebel Boumerzoug est à l’altitude de 1692 m ainsi que DjebelKasserou à
1641 m, tous les deux ont une exposition Sud-est.Au Nord-Est : Notons bien que Djebel Azzeb à 1365
m et Djebel Bouarif qui atteint 1584m sont exposés au Sud.

A l’Ouest : Djebel Tugur à1154 m d’altitude et Djebel Boukezzaz à 1442 m, sont exposés au
Sud –Est.

Au Sud: Djebel Ich-Ali avec 1800 m d’altitude.

II.5. Les piémonts :

Les piémonts justifient des surfaces d’accumulation à pente douce et régulière étalée au pied
d’un ensemble montagneux, ils sont situés à l’interface de deux domaines opposés qui sont la plaine
et les montagnes ils se localisent généralement sur toutes les bordures de la plaine.

28
Chapitre II
Présentation de site d’étude

Figure II.3: La situation géographique du site d'étude

II.6. Perméabilité :

La perméabilité des roches est un facteur déterminant des possibilités d’infiltration des eaux
superficielles. L’ensemble des données géologiques a permis de distinguer trois classes des
formations ayant des perméabilités différentes.

II.6.1. Formations de moyenne perméabilité : Représentées surtout par les marno- Calcaires
situées dans la zone montagneuse (Djebel Ich Ali) et ponctuellement dans Djebel Kessrou et
Azzeb, ces reliefs alimentent la plaine de Batna.

II.6.2. Formations à perméabilité faible ou nulle : Représentées par les calcaires massifs aussi
l'imperméabilisation des chaussées et la densité de la construction réduisent sensiblement
l'infiltration dans la ville, ce qui peut abaisser localement le niveau des nappes et augmenter
fortement les débits de surface des eaux de pluie). La nappe est alimentée latéralement par les
reliefs environnants par infiltration souterraine.

II.6.3. Formations à forte perméabilité : Représentées surtout par les calcaires fissurés, ces
formations laissent s’infiltrer les eaux des pluies, elles se situent surtout dans les monts de Bellezma
(Djebel Kassrou).

29
Chapitre II
Présentation de site d’étude

II.7. Analyse des conditions climatiques :

Les donnés climatiques utilisées dans le cadre de cette étude sont ceux de la station
météorologique de Ain-Skhouna pour une période qui s’étale de 1974 à1994 et 1994 à2012.

Le choix de la station météorologique d’Ain-Skhouna est base sur le fait qu’elle est la station la
plus proche de la région d’étude. D’un autre côté, l’altitude de la station (827m) est proche de
l’altitude moyenne de la plaine d’El Madher (830 m), les cordonnées géographiques de la station
sont :

-Altitude : 827 ;

-Latitude : 35° 45 N ;

-Longitude : 06° 21 N [28].

II.7.1. Précipitations :

Tableau II.1. Pluviométrie moyenne mensuelles de la région d’études calculées sur les périodes
1974-1994 et 1994- 2012

Années 1974-1994 1994-2012


Mois P (mm) P (mm)
Janvier 25.7 67.9
Février 28.5 21.4
Mars 28.8 27.9
Avril 36.8 75.1
Mai 51.6 53.3
Juin 13.5 0
Juillet 7.2 7.3
Août 14.2 10.5
Septembre 41.3 47.1
Octobre 22.6 36.4
Novembre 19.2 15.3
Décembre 30.2 15.6
Total 319.6 377.8
Remarque : (P : moyennes mensuelles des pluviométries).

D’après le (tableau II.1) des précipitations, le mois le plus abondant on pluie pendant de 20 ans
c’est le Mais, par une moyenne de 51.6 mm, alors que le mois de marque une moyenne de 53.3 mm
pendant la deuxième période 1994- 2012.

30
Chapitre II
Présentation de site d’étude

Les précipitations dans cette région sont irrégulières dans le temps, ce qui fait que les
écoulements superficiels le sont également.

Oued El Gourzi charrie les eaux des rejets domestiques et industriels de la ville de Batna. En
période pluvieuse, les eaux des précipitations sont additionnées à la charge de l’Oued qui est
drainée vers la plaine d’El Madher. Malheureusement, en l’absence d’une station de jaugeage, il est
impossible d’étudier les variations de débit de cet Oued.

II.7.2. Les températures

Tableau II.2. Données thermométriques mensuelles moyennes en (C°) de la région des de la Batna
calculées sur les périodes 1919-1994 et 1994-2012 [27]

Années 1974-1994 1994-2012


Mois M M (m+M)/2 m M (m+M)/2
Janvier 0.3 9.5 4.9 1.6 11.2 6.4
Février 0.6 11.5 6.05 0.4 12.2 6.3
Mars 2.7 14.3 8.5 1.7 16.7 9.2
Avril 5 18.9 11.95 4.6 17 10.8
Mais 8.3 23.6 15.95 8.5 25.8 17.15
Juin 13 28.9 20.95 12.3 33 22.65
Juillet 16.1 33.3 24.7 18.3 38.2 28.7
Août 15.7 32.3 24 17.6 35.7 26.65
Septembre 13 27.7 20.35 13.5 26.2 19.85
Octobre 8.5 21.2 14.85 10.5 22.3 16.4
Novembre 4.2 15 9.6 3.7 15.1 9.4
Décembre 1.1 10.7 5.9 0.7 11.4 6.05
Remarque : M : moyennes des températures maximales ; m: moyennes des températures
minimales ; (m+M)/2 : moyennes mensuelles.

Les températures les plus basses sont enregistrées durant le mois de Janvier où les moyennes
respectivement de (4.9°C, 6.3°C) par contre les températures les plus élevées sont enregistrées
durant le mois Juillet (24.7°C, 28.7°C).

L’augmentation des températures favoris l’évaporation des eaux qui coulent dans Oued El
Gourzi, par conséquent la concentration des éléments chimiques dissous dans ces aux est élevée.

II.7.3. Les évaporations :

L’évaporation Piche moyenne mesurée pour le mois de Juillet à la station d'Ain Skhouna est de
349 mm. Le cumul pluviométrique annuel est de 221.2 mm (ONM Ain Skhouna, 2006).
31
Chapitre II
Présentation de site d’étude

II.7.4. L’Humidité relative :

Tableau II.4. L’Humidité relative (%) 2012 [27]

Mois Jan Fév Mar Avr Mai Juin Juill Aoû Sept Oct Nov Déc

Hr % 75.5 71.3 63.9 59.2 54.7 48.4 40.4 43.2 56.7 63.9 68.5 74.9

Le mois de Juillet enregistre une humidité relative minimale de 40.4 %, c’est le mois le plus
sec. Par contre le mois de Janvier enregistre le pourcentage le plus élevé de l’humidité relative avec
75.5 %.

II.7.5. La vitesse du vent :

Tableau II.5. La vitesse moyenne du vent sur 12 ans [27]

Mois Jan Fév Mar Avr Mai Juin Juill Aoû Sept Oct Nov Déc
V
4.0 3.9 4.5 5.2 4.6 3.8 4.2 4.5 3.3 3.8 3.1 3.2
(m/s)

La vitesse du vent dans la région d’Ain Skhouna est importante surtout pour le mois d’Avril avec
une vitesse de 5.2 m/s. Le vent favorise l’évaporation surtout en période sèche, en présence des
températures élevées. Dans cette région, les vents de direction Sud-Ouest sont les plus dominants,
surtout le sirocco.
II.7.6. L’Ensoleillement :
Tableau II.6. L’Ensoleillement moyen sur une période de 12 ans [27]

Mois Jan Fév Mar Avr Mai Juin Juill Aoû Sept Oct Nov Déc

Ens
55.2 65.7 61.5 64.2 67.5 70.1 79.8 77.3 68.9 67.1 62.9 60.3
(%)

Le mois de Juillet est le plus ensoleillé avec un taux de 79.8%, alors qu’on n’enregistre que
55.2% pour le mois de Janvier [29].

32
Chapitre II
Présentation de site d’étude

II.8. Aperçu géologique :

La plaine d’El Madher est bassin de sédimentation sous la forme d’un synclinal à substratum
marneux très épais d’âge Cénomanien. Il est limité par deux structures anticlinales.

-D’une part, au nord, par l’anticlinal des monts de Batna de direction SW-NE ;

-D’autre part, au sud par l’anticlinal de Djebel Bou Arif, de même direction ;

-Ces structures sont affectées par de nombreux accidents tectoniques. ;

-Des accidents longitudinaux aux axes des anticlinaux. ;

-Des accidents traverses aux structures, de direction générale NW-SE ;

-Des accidents de direction N-S à 20°E, à l’origine de nombreux décrochements, comme celui à
proximité du douar Ouled Lakhdar.

Dans la partie nord, la plaine d’El Madher, constitue une fosse d’origine tectonique, comblée
d’une forte épaisseur de sédiments détritiques issue principalement du démantèlement des reliefs
voisins. Les phénomènes de subsidence décelés tout le long du secondaire, peuvent s’être à
nouveau manifestés au courant du quaternaire pour contribuer à la mise en place d’épaisseurs
considérables de sédiments détritiques, dépassant 200 m par endroits.

II.8.1. L’Aquifère :

L’aquifère de la plaine d’El Madher couvre une superficie d’environ 90 Km2, c’est une aquifère
de formation mio- plio-quaternaires qui s’étendent des massif céracés des monts de Batna et du
Djebel Bou Arif au Sud jusqu’au Djebel Tafraout et Koudiate Tfouda au Nord. [29].
Pour l’étude géologique, hydrogéologique et tout ce qui concerne la géophysique de la région du
bassin versant de la plaine d’El Madher on se base dans cette étude sur les recherches .Il existe deux
catégories d’aquifères :

-Les aquifères souterraines :

Ils sont localisés dans la grande dépression située au Nord-Est de la plaine où la fosse tectonique
a favorisé leur accumulation. Dans cette zone on trouve des forages (parmi ces forages le forage F6
le cas que na étudier, qui ont atteint la base du recouvrement, où les éléments grossiers sont
prédominants. Les niveaux captés par les sondages se situent en grande majorité, jusqu’à des
33
Chapitre II
Présentation de site d’étude

profondeurs de 277m, c’est un ensemble inférieur. L’ensemble supérieur est de nature semi
perméable à dominant argilo-sableuse.
Selon le même auteur, il existe une communication entre les niveaux inférieurs et supérieurs de
l’aquifère mio-plio-quaternaire, donc si l’un des niveaux est pollué l’autre niveau risque d’être
contaminé à son tour, notamment aux endroits prédisposés.

-Les aquifères de surfaces :

Localisé au Sud de la dépression, le sondage de forage F1 d’une profondeur de 89m, capte une
alternance de niveaux grossiers et de niveaux argileux, au dessus du substratum imperméable. Ces
niveaux, captés entre 3m et 68m de profondeur, font corps avec l’aquifère de surface, dans un
ensemble à nappe libre. L’aquifère de surface est capté également par de nombreux puits : le cas de
notre étude citons : P3, P4, P5, P7et P8 implantés à des profondeurs variant entre 20 et 30m en
général. La nappe s’écoule du Sud ver le Nord, jusqu’à l’exutoire du bassin à Merdja Mazouala.

II.9. Aperçu hydrogéologique :

Une partie des besoins en eau de la ville de Batna est assurée par la nappe souterraine de la
plaine d’El Madher, par l’intermédiaire de forages de captage, le champ captant externe est
composé de 3 forages et 5 puits sont implantés dans la plaine d’El Madher, Ces forages roulent
l’eau vers la station principale de Djerma. Cette dernière, à travers un réseau d’adduction, refoule
l’eau traitée vers les réservoirs de la ville de Batna notamment.

Le forage de Privé (F2) et le forage Prés de El Madher (F6) sont actuellement les seuls
fonctionnels dans la plaine d’El Madher, selon le service de l’exploitation des eaux de ville de
Batna. Les eaux du forage Fisdis (F1) n’alimentent plus la ville de Batna, mais elles sont destinées
pour l’alimentation de la ville d’El Madher, et ses environs, puisque leurs besoins en eau
augmentent de plus en plus.Le puits Saoudane Aval de Dejrma (P4) voisin de Forage de DjermaII
(Qui est étudiée par Zouita 2002) C’est un puits qui est situé à mechtat Soukhal dans les terrains
Brahimi, qui connaît une importante activité agricole. En plus des forages implantés dans la nappe
souterraine de la plaine d’El Madher, il y a également 225 puis, en profondeur d’un maximum de
30m.
Donc la nappe souterraine de la plaine d’El Madher, constitue un réservoir non négligeable d’eau
potable qui doit être préservé des différents types de pollution.
Les eaux souterraines sont généralement affectées par la pollution générée par l’activité
humaine. Cette pollution est d’autant plus inquiétante que les nappes constituent une source
34
Chapitre II
Présentation de site d’étude

importante d’eau potable .Les pollutions accidentelles des nappes d’eau souterraine sont une réelle
préoccupation, surtout par l’infiltration des eaux de ruissellement.
En ce qui concerne l’aquifère alluvionnaire de la plaine d’El Madher, Oued El Guorzi joue le
rôle de vecteur principal du cheminement de tous les rejets de la ville de Batna (industriels et
urbains).Cette nappe souterraine doit être protégée de tout type de pollution surtout qu’elle
comporte des zones qui y sont prédisposées [30].

II.9.1. État piézométrique :

II.9.1.1. Piézométrique 2001 :

Du 22 Avril 2001 au 16 Juin de la même année, des mesures de niveaux piézométriques ont été
effectuées sur la nappe souterraine de la plaine d’El Madher sur une quarantaine de puits par Mr
Amiour dans le cadre d’une étude sur la région de la plaine d’El Madher. La période qui a précédé
les mesures était sèche sauf pour la fin du mois d’Avril entre le 27 et le 28 de ce mois où il y a eu
d’importantes précipitations qui ont rendu certaine endroits de la plaine inaccessibles.
A Mechtat Arour où se situent les plus importants exploités par l’E.P.E.B.A. Les niveaux
statiques de 21.20 m dans l’un des puits situé prées du forage F6.Entre les puits : P3, P4, P5, P7 et
P8 ont des niveaux statiques entre 9.2m et 15.6m.
La comparaison entre l’étude fait 1991 et celle effectuée après 10 ans (2001) n’est possible que
pour certains endroits de la plaine, sachant que pour la première étude, le nombre de puits mesurés
est supérieurs à 200 (entre puits et forages), pour 5 compagnes piézométriques qui s’étaient étalées
entre Mars 1989 à Mai 1990. Alors que pour la deuxième étude, le nombre est limité à une
quarantaine entre les forages et puits. On peut noter que plusieurs puits sont délaissés ou asséchés
surtout vers la bordure d’El Madher. Sur la totalité de la plaine d’El Madher, il y a un abaissement
de 5m en moyenne dans le niveau de la nappe.
Dans la partie Est de la plaine, il est constaté un abaissement du niveau de la nappe. La
comparaison des deux états piézométriques par exemple) montre clairement cette baisse de niveau
de la nappe. A Mechtat Arour, au niveau du puits 145, le niveau statique était d’environ 3.25m pour
l’année 1989/90 et en Avril 2001 celui-ci a baissé de 3m environ pour atteindre 6.55m. La baisse de
niveau peut être considérée comme moyenne si on tient compte du rythme d’exploitation
grandissant qui est opéré aux forages et aux puits avoisinants [30].
En l’an 2001 l’EPEBA nous a fournit une mesure du niveau statique du forage F6 : 5m le 15
Avril 2000. On peut conclure que malgré le rythme d’exploitation élevé dans la région de Mechtat
Arour, la nappe se charge rapidement et continuellement. La profondeur de la nappe augment
35
Chapitre II
Présentation de site d’étude

progressivement vers sa limite Nord Nord-Est et vers le Sud pour atteindre 30m, pour diminuer
ensuite et finir par s’équilibrer à une profondeur de 12m à Gseya [26].

II.9.1.2. Caractéristiques hydrodynamiques :

La détermination des caractéristique hydrodynamique d’un aquifère.L’aquifère alluvionnaire de


la nappe souterraine de la plaine d’El Madher a subi en 1970 cinq pompages d’essai pour le compte
de la direction de l’hydraulique de la wilaya de Batna, exécution dans les sondages destinés à l’AEP
de cette ville, et ce afin de déterminer les caractéristiques technique des ouvrages.
Les résultats de ces pompages d’essai exécutés dans les sondages (F6, F2, et F1) ont révélé une
réaction très nerveuse de la nappe, dans le sens où l’évolution du rabattement se stabilise vite pour
tendre vers un régime d’équilibre, qui démontre une bonne transmissivité des niveaux aquifères
profonds.
II.9.1.3. État d’exploitation :

Comme on l’a déjà signalé auparavant, la nappe souterraine de la plaine d’El Madher, assure une
partie des besoins en eau de ville de Batna, ainsi que de quelques localités avoisinantes, à partir des
forages (F6, F2, F1, et le puis P4 proche de Djerma II).

Dans le Tableau II.7 sont reportés les débits d’exploitation actuels. Le niveau statique des
forages ainsi que l’année de réalisation vont être présentés, selon les donnés de la direction de
l’exploitation des eaux potables de la ville de Batna EPEBA (an 2001).

Tableau II.7. L’état d’exploitation des forages étudié [26].

F1 F2 F6
Forages

11 l/s 28 l/s
Débit d’exploitation 5 l/s

1970 avec un débit 1990 avec un débit 1969 avec un


Année de réalisation débit 25 l/s
17.5 l/s 17.5 l/s

-18 -5
Profondeur du niveau
/
statique (m) le 16/09/1997 le 15/04/2000

Pour les autres puits implantés dans la zone d’étude, il y a un manque concernant ce genre de
données [26].

36
Chapitre II
Présentation de site d’étude

II.10. Oued El Gourzi et Oued El Madher :


Oued El Gourzi est le collecteur principal du réseau d’assainissement de la ville de Batna ainsi
que des eaux pluviales. C’est un oued à ciel ouvert qui franchit cette ville, avec un
écoulemenpermanent et débit qui varie selon les saisons. Avant la sortie de la ville il passe par zone
industrielle dans les quartiers de Kchida, où il collecte, en plus des rejets urbains, tout le rejet
industriel. Par la suite il s’écoule vers la plaine d’El Madher, en longeant Bou Lief, Fisdis et Djerma
Oued El Madher est le prolongement naturel de Oued El Gourzi qui draine les eaux superficielles
du bassin de Batna, avec un écoulement permanent. En saison pluvieuse, il collecte les eaux issues
des nombreux sous bassins versants par l’intermédiaire de cours d’eaux secondaires tels que les
oueds Belkhez et Tezzbennt.
Oued El Madher traverse la plaine d’El Madher et se ramifie en un réseau dense au Sud de
Mechtat Arrour qui se réunit à nouveau à l’exutoire du bassin à Merdja Mezouala.

37
Chapitre II
Présentation de site d’étude

II.11. Conclusion :

Pour ce chapitre, nous avons essayé de donner un aperçu sur les différents regroupements
recensés au niveau de la Commune d’EL Madher à savoir le chef lieu de la d’aira en prenant en
compte certaines variables jugés primordiales à connaître avant d’entamer notre étude.

38
Chapitre III
C Etude expérimentale

III.1. Introduction :
Nous traiterons dans le présent chapitre les éléments suivants :

· Le choix des stations


· Le mode de prélèvement des échantillons d’eau
· La conservation des échantillons d’eau prélevés et enfin
· Les méthodes d’analyse des échantillons d’eau.

III.1.1. Le choix des stations:

Pour évaluer la qualité des eaux souterraines de la région d’étude (triangle Fisdis-El
Madher-Djerma), huit sites de prélèvement ont été échantillonnés pendant la période d'étude
allant du mois de Mars au mois de Mai 2013. Ces sites de prélèvement qui ne sont que des
forages et puits, sont désignés, selon le service de l’exploitation des eaux de ville de Batna,
par : le forage de Privé (F2) et le forage Près d’El Madher (F6) sont actuellement les seuls
fonctionnels dans la plaine d’El Madher, Les eaux du forage Fisdis (F1) n’alimentent plus la
ville de Batna, mais elles sont destinées pour l’alimentation de la ville d’El Madher, et ses
environs, puisque leurs besoins en eau augmentent de plus en plus. Le puits Saoudane (P4),
situé en aval de Djerma, est proche du Forage de Djerma II (Figure III.1).

III.1.2. Fiche synthétique des points de prélèvement :

Nous avons choisi de faire les prélèvements à partir de 08 puits et forages qui sont situés
dans le triangle de Fisdis-EL Madher-Djerma (région de Batna), et ceci au cours de la période
du 24 Mars au 18 Mai 2013 (Figure III.1) et (Figure III.2) :

39
Chapitre III
C Etude expérimentale

Figure III.1 : Implantation des stations d’études

Figure III.2 : Implantation des stations d’études (image satellite)

40
Chapitre III
C Etude expérimentale

Une partie des besoins en eau de la ville de Batna est assurée par la nappe souterraine de la
plaine d’El Madher, par l’intermédiaire de forages de captage, le champ captant externe est
composé de 3 forages et 5 puits sont implantés dans la plaine d’El Madher, Ces forages
assurent l’approvisionnement en eau vers la station principale de Djerma. Cette dernière, à
travers un réseau d’adduction, refoule l’eau traitée vers les réservoirs de la ville de Batna
notamment

Tableau III.1. Localisation des forages et puits

Débit
Coordonnées Profondeur Niveau
Forages et puits d’exploitation
Lambert (m) statique(m)
(l /s)
X =827
Forage F1 réalise en 1970
avec un débit
Y =266,4 90 / 5
d’exploitation de 10 l /s
profondeur de captage 3m
Z =879
X =827,1
Forage F2 réalise en 1990
Y =267,95 80 18 11
avec un débit de 17,5 l /s

ForageF6 réalise en 1969 X =832,3


avec un débit
d’exploitation de 25 l /s Y =266,4 120 5 28
profondeur de captage
53m Z =857
X =828,75
Le puits Agoune ayaiche
25 11,7 /
P3 Y =267,3

Le puits Saoudaine Aval


/ 20 9,2 /
de Djema P4
X=830
Ferme Riche
20 / /
P5 Y=265,52

Puits ben Abdallah P7 / 19 / /

Puits Abidi P8 / 20 / /
Le Forage F1 : Madher 5 Fisdis ; Le Forage F2 : privé Djerma; Le puits P3 : Agoune ayaiche;
Le puits P4 : Saoudaine Aval de Djema ; Le puits P5 : Ferme Riche (ancien) ; Le Forage F6 :
Près de Madher ; Le puits P7 : Ben Abdelah ; Le puits P8 : Abidi lakhder en aval de Fisdis.

41
Chapitre III
C Etude expérimentale

III.1.3. Préparation de sortie sur site :

Le travail de terrain dans n’importe quelle discipline doit être précédé par des
préparations:

D’abord préparer les bouteilles propres avec des étiquettes explicatives (nom de forage).
Les bouteilles qui on été utilisées sont en plastique et couvertes de papier aluminium pour
protéger le contenu de la lumière. Ces bouteilles doit être rincées avec de l’eau à prélever.

Préparer du matériel de mesure qui sera utilisé sur terrain : conductimètre courantomètre ;
chronomètre, carte topographie et de l’eau distillée.

Cinq paramètres physico-chimiques (T, pH, conductivité, Turbidité, TDS) sont mesurés in
situ, immédiatement après le prélèvement de l’échantillon à l’aide d’un appareil multi
paramètres (une description détaillée de la méthode des mesures et de la précision des
appareils est présentée à l’annexe IV).

III.1.4. Conservation des échantillons d’eau :

Le tableau ci-dessous donne quelques conditions de conservation des prises d’essais pour
l’analyse physico-chimique :

42
Chapitre III
C Etude expérimentale

Tableau III.3. Condition de conservation des prises d’essais pour L’analyse physico-
chimique

Volume
Température
Eléments Technique minimum du Effectuer
Récipient de
analysé de un la mesure
conservation
conservation prélèvement avant
(°C)
(ml)

Mesure in
PH P ou V situ de 100 4 24h (obsc)
préférence

Mesure in
Conductivité P ou Vb situ de 100 4 48h (obsc)
préférence

Alcalinité
P ou Vb / 200 4 24h (obsc)
(TA, TAC)

Turbidité P ou V / 100 4 24h (obsc)

Acide
Dureté (TH) P ou V nitrique 100 / 1 moins
q.s.p.pH<2

Calcium et Acide Plusieurs


V 800 /
Magnésium nitrique mois

Nitrates P ou V / 300 4 48h (obsc)

Phosphates P ou V / 300 4 48h (obsc)

Sulfates P ou V / 300 4 7 Jours

Ammonium Pou V / / 4 48h (obsc)

43
Chapitre III
C Etude expérimentale

Chlorure P ou V / 100 / 15 Jours

Résidus sec P ou V / 200 4 7 h (obsc)

Odeur
Couleur P ou V / 500 4 6h (obsc)
Saveur
V : Verre, Vb : Verre Borosilicaté, Obsc : obscurité, P : Polyéthylène

III.2. Les analyses chimiques :

III.2.1. Analyses in situ: On procède au prélèvement des échantillons :

Les forages possèdent généralement des vannes d’où se fera le prélèvement. On laisse
l’eau couler pendant quelque temps ensuite on rince les bouteilles avec cette eau et on ferme
soigneusement de sorte que les bouteilles ne contiennent pas de l’air (2 à 3 bouteilles pour
chaque point de prélèvement).

III.2.2. Analyses au laboratoire : Au cours de cette étape, on doit tout d’abord mettre les
échantillons qui seront analysés ultérieurement au réfrigérateur, sauf ceux qui sont utilisés
dans les 24 heures qui suivent le prélèvement.

III.2.3. Méthodes d’analyse au laboratoire : Les analyses chimiques de l’eau prélevée ont
été effectuées selon les méthodes standards (annexe IV) au Laboratoires de traitement des
eaux (Département de GC & Hydraulique) et RNAMS de l’Université d’Oum El Bouaghi.Et
les résultats final sont présentée dans (annexe V).

44
Chapitre III
C Etude expérimentale

Tableau III.3. Récapitulatif des éléments chimiques doses

Symbole des Unité de Méthode et appareil


Elément dosé éléments mesure utilisé
dosés
Thermomètre
Température de l’eau T °C
Multi paramètre de type Consort
C535 ou un conductimètre
pH mètre / papier pH
pH PH /
Multi paramètre de type Consort
C535 ou un conductimètre
Conductivité Conductivimétre type consort C35
CE mS/cm
électrique à 25 °C
Alcalinité TAC mg/l Méthode titrimétrique à HCl
Multi paramètre analysé de type
Salinité Salinité %
consort C35
Turbidité Turb NTU Turbidimètre type Hanna HI 93703
Dureté TH mg /l Méthode titrimétrique à l’EDTA
Calcium Ca2+ mg /l Méthode titrimétrique à l’EDTA
Magnésium Mg2+ mg /l
Nitrate NO-3 mg /l Méthode spectrophotométrique
Phosphore P mg /l Méthode spectrophotométrique
Sulfates SO2-4 mg /l Méthode spectrophotométrique
Ammonium NH+4 mg /l Méthode spectrophotométrique

Chlorures Cl- mg /l Méthode de Mohor

Multi paramètre Photomètre HI


Aluminium Al3+ mg /l
83200
Multi paramètre Photomètre HI
Zinc Zn mg/l
83200
Multi paramètre Photomètre HI
Cuivre Cu mg/l
83200
Multi paramètre Photomètre HI
Potassium K+ mg/l
83200
Multi paramètre Photomètre HI
Nickel Ni mg/l
83200
Multi paramètre Photomètre HI
Brome Br mg/l
83200
Multi paramètre Photomètre HI
Fer Fe mg/l
83200
Multi paramètre Photomètre HI
Argent Ag mg/l
83200
Multi paramètre Photomètre HI
Chrome Cr+6 µg/l
83200

45
Chapitre III
C Etude expérimentale

III.3. Conclusion :

Dans le but d’une bonne évaluation de la qualité chimique des eaux souterraines de la
plaine d’El Madher, le suivi des consignes et des règles recommandées au cours des étapes de
prélèvement, et conservation et d’analyses est primordiale. Le choix des éléments polluants à
doser a été fait d’une part en fonction des sources de pollution potentielles existantes et du
genre des polluants rejetés et d’autre part selon la disponibilité des réactifs utilisés pour ce
genre d’analyses.

46
Chapitre III
C Etude expérimentale

47
Chapitre IV
Présentation des résultats

IV.1.Introduction:

Nous traiterons dans le présent chapitre l’interprétation des analyses physico-chimiques


des échantillons des eaux de puits et des forages de la région NORD- EST Batna pour
expliquer l’origine et l’évolution de chaque élément. Et ainsi, comparer ces résultat d'analyse
avec les différentient règlementation dans le monde des eaux destines a la consommation
humaines (l’organisation mondiale de sante (l'OMS), l’organisation européenne (CEE), les
normes algérienne, et norme d'irrigation de (FAO)). Pour permettre une explication des
phénomènes, les données d’analyses de l’eau ont été soumises à une analyse en composante
principale (ACP).

47
Chapitre IV
Présentation des résultats

IV.2. Interprétation des résultats :

IV.2.1. La température de l’eau :

Dans la zone d’étude, (Figure IV.1) nous avons remarqué que cette température ne
présente pas de grandes variations d’une station est d’autre et reste toute fois voisine de la
température moyenne annuelle de la région soit 19°C, Avec un minimum de 18,5°C forage F6
et puits P3 et un maximum de 19,7°C forage F1. Il est évident que la température des eaux
souterraines ne varie pas largement.

Ces valeurs ne semblent pas poser des problèmes sanitaires ni d’affecter le bon
développement des végétaux en cas d’utilisation en irrigation agricole.

Temp

19,8
19,6
19,4
19,2
Tesure °C

19
18,8
18,6
18,4
18,2
18
17,8
F1 F2 P3 P4 P5 F6 P7 P8

Stations

Figure IV.1 : La variation spatiale moyenne de la température de l’eau

48
Chapitre IV
Présentation des résultats

IV.2.2. pH :

Les prélèvements analysés des eaux souterraines de la plaine d’El Madher (Figure IV.2)
ont montré que le pH varie enter 7,055 de Puits P5 et 7,29 de forage F2. On peut considérer
que vis-à-vis du pH, les eaux souterraines de la plaine d’El Madher sont dans les normes de
potabilité.

Pour l’eau destinée à la consommation humaine, l’OMS précise qu’un faible pH pose des
problèmes de corrosion alors qu’un pH élevé entraine des problèmes de gouts, elle
recommande un pH inférieur à 8 pour une bonne désinfection par le chlore. Concernant les
normes de la CCE, l’intervalle recommandé est 6,5 et 8,5.

pH

7,3
7,25
7,2
7,15
pH

7,1
7,05
7
6,95
6,9
F1 F2 P3 P4 P5 F6 P7 P8

Stations

Figure IV.2 : La variation spatiale moyenne de pH de l’eau

49
Chapitre IV
Présentation des résultats

IV.2.3. La conductivité électrique et Salinité :

Pour nos échantillons, la conductivité électrique est entre 0.8 pour le forage F6 et 1.85
ms/cm pour le puits P7, l’OMS n’a pas fixé des valeurs limites pour la conductivité électrique
des eaux potables.

La salinité entre 0.49 pour le forage F6 et 1.38 (mg/l) pour le puits P8 ce qui montre qu’il
y a une minéralisation forte et la salinité la localisation des les puits P8 est proche de l’oued
El Madher et P7 proche le effluent de l’Oued El Gourzi s’expliquer par infiltration des eaux
usées dans les nappe, les fosses septiques avoisinantes pourraient en être la source et
irrigation en agriculture des eaux de l’oued, FAO fixé des valeurs limites pour la salinité
(2000).

CE Salin

2
1,8
1,6
1,4
Teneurs (mS/sm; mg/l)

1,2
1
0,8
0,6
0,4
0,2
0
F1 F2 P3 P4 P5 F6 P7 P8
Stations

Figure IV.3 : La variation spatiale moyenne de la conductivité et salinité de l’eau

50
Chapitre IV
Présentation des résultats

IV.2.4. Turbidité :

Pour les prélèvements des forages et des puits (Figure IV.4), la turbidité est entre 0,125
NTU de forage F6 et 0,41 NTU de puits P5, les eaux souterraines de la plaine d’El Madher
sont dans les normes de potabilité.

Solon les dernières recommandations de l’OMS, la turbidité ne doit pas dépasser 5 unités
NTU. La turbidité est produite par des matières en suspension comme les argiles.

Turbidité

0,45
0,4
0,35
0,3
Tenures (NTU)

0,25
0,2
0,15
0,1
0,05
0
F1 F2 P3 P4 P5 F6 P7 P8
Stations

Figure IV.4 : La variation spatiale moyenne de Turbidité de l’eau

51
Chapitre IV
Présentation des résultats

IV.2.5. L’alcalinité :

Les valeurs de l’alcalinité de l’eau des différent points de région Batna, illustrées
(Figure IV.5) sont comprise enter 270 mg/l de puits P5 et 350 mg/l de forage F1 cette valeurs
représente extrêmes minimale et maximale respectivement.

Les valeurs de l’alcalinité est eaux norme FAO des eaux destinées à l’irrigation agricole
(75-425mg/l).

TAC

350

300

250
Teneurs (mg/l)

200

150

100

50

0
F1 F2 P3 P4 P5 F6 P7 P8
Stations

Figure IV.5 : La variation spatiale de l’alcalinité de l’eau

52
Chapitre IV
Présentation des résultats

IV.2.6. Dureté, dureté calcique et magnésienne :

Le calcium est un composant majeur de la dureté de l’eau, sa tenure varié essentiellement


suivant la nature des terrains traversé. Pour nos échantillons (Figure IV.6), la dureté calcique
est entre 128 pour le puits P8 et 180 (mg/l) pour le forage F1, les normes algériennes indiqué
que la valeur ne doit pas dépasser (100 mg/l). Le magnésium c’est un élément très rependu
dans la nature, ses sels sont très solubles dans l’eau, il est également utilisé dans les
industries. Pour nos échantillons dureté magnésienne entre 31.677 (mg/l) pour le puits P8 et
177.48 (mg/l) pour le forage F1, les normes algériennes indiqué que la valeur ne doit pas
dépasser (50 mg/l).Le calcium et magnésium produisent la dureté totale de l’eau, mais la
concentration du magnésium y est toujours inférieure à celle du calcium. Elle est liée à la
nature géologique des terrains traversés. Pour nos échantillons dureté totale entre 159.677
(mg/l) pour le puits P8 et 357.48 (mg/l) pour le forage F1 cette concentration s’expliqué par la
nature du substratum marneux très épais déjà existe dans la nappe d’El Madher. Pour
comparaison avec les normes algériennes (50 mg/l) on retrouve une contamination sur les
eaux souterraines avec soluble et infiltration des rejets industrielle dans la nappe de la plaine
d’El Madher.

TH Ca Mg

400

350

300

250
Teneurs (mg/l)

200

150

100

50

0
F1 F2 P3 P4 P5 F6 P7 P8
Stations

Figure IV.6 : La variation spatiale moyenne de la dureté totale, calcique et magnésienne


de l’eau

53
Chapitre IV
Présentation des résultats

IV.2.7. Chlorure :

La chloration est la méthode la plus courante pour assure le maintien d’une eau
bactériologiquement saine. Le chlore présent dans l’eau se combine aux bactéries, les forages
et puits étudiés présentent le chlorure qui varie de 177.5mg/l pour F6 à 1491mg/l pour P8.
Les valeurs minimales enregistrées F6, F1 et P5 et les valeurs maximales enregistrées F2, P3,
P4, P7 et P8. Ces valeurs dépassent les normes recommandées par l'OMS par une valeur de
dépasse pas 250 mg/l. Donc d’après nos résultats tous les prélèvements est contaminé ne sont
pas dans les normes de potabilité, cette variation liées principalement activités humaines par
dissolution les rejets.

Cl

1600

1400

1200

1000
Teneurs (mg/l)

800

600

400

200

0
F1 F2 P3 P4 P5 F6 P7 P8
Stations

Figure IV.7 : La variation spéciale moyenne de Chlorure de l’eau

54
Chapitre IV
Présentation des résultats

IV.2.8. L’ammonium et le nitrate :

Les valeurs de l’ammonium de l’eau des différents points étudiés, sont comprises entre 0.1
pour le puits P7 et 1.233 (mg/l) pour le forage F1, les valeurs de l’ammonium ne dépassent
pas les valeurs recommandées par l’OMS (1.5 mg/l).

La figure IV.8 montre les variations de la concentration en ions ammonium des eaux de la
nappe alluviale de l’El Madher. Ces teneurs, très faibles, laissent prédire que cet élément ne
constitue pas un risque de pollution pour les eaux de la nappe alluviale étudiée.

Le nitrate constitue la forme azotée la plus dominante dans les cours d’eau et dans les
nappes souterraines. L’histogramme des teneure en nitrates montre une variation entre 0.018
mg/l pour le forage F1 et 1.039 (mg/l) pour le forage F2 en remarquent qui restent inférieures
à la valeur admissible par les normes de l’OMS (50 mg/l), pour le forage F1 on peut dit que
élevé par apport à les autre station à cause de l’irrigation des culture à partir des eaux usées
riches en azote (toutes les formes) constitue sans nul dont un facture de contamination des
eaux souterraines par infiltration.

NH4- NO3-

1,4

1,2

1
Teneurs (mg/l)

0,8

0,6

0,4

0,2

0
F1 F2 P3 P4 P5 F6 P7 P8
Stations
Figure IV.8 : La variation spatiale moyenne d’ammonium et nitrate de l’eau

55
Chapitre IV
Présentation des résultats

IV.2.9. Les sulfates :

Pour nos prélèvement (Figure IV.9) le sulfate est présent une tenure entre 134.625 (mg/l)
pour le puits P3, 148.645 (mg/l) pour le puits P4 toute cette valeurs ou norme par contre
pour le forage F6 avec une valeur de 1614.1 on peut dire que la station F6 dépassent les
valeurs de sulfate recommandée par l’OMS (250 mg/l) pour contamination humaine cette
teneur élevée semblent être liées à une potentielle intrusion de la nappe alluviale par les eaux
polluées de l’oued. Certes ont étudié les sulfates et ont constaté que les valeurs élevées de ce
paramètre peuvent être observées dans les cours d’eau polluée, au niveau des zones de rejets
industriels (industrie minière, fonderie, usines de pates et papiers, usines de textiles,
tanneries…). Ces fortes teneurs peuvent être dues aussi l’agriculture, principale activité dans
la zone d’étude, emploie de manière excessive des insecticides et des fongicides à base de
sulfates ou d’acide sulfurique ainsi que des engrais au sulfate d’ammonium, transformation
naturelle dans les eaux souterraines.

SO4

1800
1600
1400
1200
Teneurs (mg/l)

1000
800
600
400
200
0
F1 F2 P3 P4 P5 F6 P7 P8
Stations

Figure IV.9 : La variation spatiale moyenne de sulfate de l’eau

56
Chapitre IV
Présentation des résultats

IV.2.10. Le phosphore :

Dans les eaux prélevées étudiés (Figure IV.10) entre 0.4 pour le puits P8 et 3.015 (mg/l)
pour le puits P3 ne dépassent pas les 5 (mg/l) les normes des directives de la CCE, l’OMS
n’a pas fixé de valeur guides. Les nappes peuvent être contaminées par les rejets surtout P3
peut être d’origine agricole et irrigation directement par les eaux usés dans ce puits qui situe
à Fisdis. Pour les autre puits sous forme des traces à cause de la nature alcaline des terrains
traversés par les eaux souterraines et aussi bien fixé par les particules des sols.

3,5

2,5
Teneurs (mg/l)

1,5

0,5

0
F1 F2 P3 P4 P5 F6 P7 P8
Stations

Figure IV.10 : La variation spatiale moyenne de phosphore de l’eau

57
Chapitre IV
Présentation des résultats

IV.2.11. Fer, zinc et aluminium :

Le fer c’est un élément qui est présent dans tous nos prélèvements avec des concentrations
qui varient entre 0.015 (mg/l) pour le forage F2, 0.1 (mg/l) pour le puits P3 et 0.15 (mg/l)
pour forage F6, on remarque que le puits P7 est nul. Tous nos prélèvements sont conformes
aux normes de l’OMS qui sont de 0.3 (mg/l) actuellement mais qui à long terme peuvent
augmenter par l’infiltration des eaux de l’oued.

Le zinc est nul dans le forage F1 et pour le puits P8 dans les autre prélèvements est présent
entre 0.01 (mg/l) pour le puits P7 et 0.1 (mg/l) pour le forage F6. Tous nos prélèvements sont
conformes aux normes de l’OMS qui sont de 3 (mg/l).

Fe Zn Al

0,16

0,14

0,12
Teneurs (mg/l)

0,1

0,08

0,06

0,04

0,02

0
F1 F2 P3 P4 P5 F6 P7 P8

Stations

Figure IV.11 : La variation spatiale moyenne de fer, zinc et aluminium de l’eau

58
Chapitre IV
Présentation des résultats

IV.2.12. Cuivre, chrome :

Pour nos échantillons (Figure IV.12), le chrome est presque négligeable 0.004 mg/l pour le
forage F6 et P7 égale à 0.007 (mg/l) par contre pour le puits P4 également de 0.023 (mg/l)
par se que il plus proche d’oued qui passe Djerma bien sur que il à relation de déversement
directe de rejet industrielle, Le chrome est présent dans les nappes souterraines de la plaine
d’El Madher est très problèmes d’origine industrielle. Le chrome est utilisé surtout dans
l’industrie des transformations de peau en cuire, sachant que la ville de Batna compte au
moins deux tanneries. Alors que les normes de l’OMS pour les eaux potables sont fixées pour
cet élément à une valeur de 0.050 (mg/l).

Le cuivre est l’un des métaux lourds présent en quantité est négligeable dans eaux
souterraines pour nos prélèvements le cuivre est présentent avec des tenures qui sont
généralement inférieure à 1 (mg/l) entre 0 pour F1, P3, P7et P8 et 0.075 (mg/l) pour le puits
P4 alors que les normes de l’OMS pour les eaux potables sont fixées pour cet élément à une
valeur de 2 (mg/l) pour un risque sanitaire. Sachant que pour 1 (mg/l) il y a un risque d’avoir
des taches sur les appareils sanitaires. Le cuivre peut également provenir de la corrosion
tuyauteries.

Cu Cr6+

0,08

0,07

0,06
Teneurs (mg/l)

0,05

0,04

0,03

0,02

0,01

0
F1 F2 P3 P4 P5 F6 P7 P8
Stations

Figure IV.12 : La variation spatiale moyenne de chrome et cuivre de l’eau

59
Chapitre IV
Présentation des résultats

IV.2.13. Brome :

Le brome qui peut également avoir une origine naturelle il est présent dans la majorité des
prélèvements entre 0.01 (mg/l) pour le puits P8 et 0.2 (mg/l) pour le puits P7 toujours ne
dépasse les normes de l’OMS (0.3 mg/l).

Br2

0,2
0,18
0,16
0,14
Teneurs (mg/l)

0,12
0,1
0,08
0,06
0,04
0,02
0
F1 F2 P3 P4 P5 F6 P7 P8
Stations

Figure IV.13 : La variation spatiale moyenne de brome de l’eau

Remarque : on a faire aussi les deux paramètres Nickel et Argent mais les résultats reste
nulle il n’ya pas aucune contamination par les deux paramètres.

60
Chapitre IV
Présentation des résultats

IV.3. Synthèse de typologie spatiale des les valeurs des paramètres physiques chimiques
de l’eau de puits et forages :

A partir des différentes paramètres mesures, nous avons calcules les coefficients de
corrélation a l’aide du logiciel. Dans le but de déterminer les relations entre les variables,
nous avons pratique une analyse composante principales (ACP) sur la matrice de donnes
formée par 21 paramètres effectues dans 8 stations a l’occasion de 2 compagne pour mieux
évalue les qualités des eaux de forages et puits et leurs effet sur la nappe alluviale d’El
Madher, nous avons utilise une méthode statistique dite -Analyse en Composante Principale-
(A.C.P).

IV. 3.1. L’application d’analyses statistiques de L’utilisation de l’A.C.P :

D’une manière générale a permis de réduire le maximum possible de nombre de


dimensions sans pertes majeurs d’information. Cette réduction est d’autant plus intéressante
afin de mieux interpréter les données. Elle est considérée comme outils de gestion, cet outil se
présente comme une bonne application pour le traitement des données statistiques. De plus,
cette analyse descriptive permet, à partir d’une matrice à n échantillons et p variables, la
description du nuage dans un espace à p dimensions. Les résultats de cette analyse sont
représente dans (Voir ANNEX III).

IV.3.2. Corrélation entre les différents paramètres étudiés :

L’étude des corrélations linéaires variées entre les paramètres étudiés nous renseigne sur
la force des associations entre ceux-ci. La matrice de corrélation des 21 paramètres mesurés
durant la période d’étude est présentée dans le tableau ci-dessous des corrélations
intéressantes sont observées aussi durant notre travail. Les associations qui présentent des
corrélations significatives et positives sont : TH- Ca2+, TH-Mg, Ca2+-Cl- et TH- Salin - CE.

Les l’analyse en composante principale (A.C.P) a permis également de trouve des


associations entre les variables, donc réduire les dimensions du tableau de donnes.

61
Chapitre IV
Présentation des résultats

IV.3.3. Distribution du variable physico-chimique sur le plan de l’axe (F1.F2) et


(F1.F 3) :

Variables (axes F1 and F2: Variables (axes F1 and F3:


59,95 %) 51,32 %)
1 1

Mg
TH
Br
Cr Trb TNO3
TACpH
0,5 T 0,5
-- axis F2 (21,87 %) -->

-- axis F3 (13,23 %) -->


Ca NH4 CE
P Ca THMg Br
Al
NH4 Cr
K K
0 Sln 0 SO4 Cl
Cl P
Sln
Cu
NO3
Fe Cu
Al Zn CE
Trb Fe
-0,5 pH -0,5
SO4 Zn
TAC

-1 -1
-1 -0,5 0 0,5 1 -1 -0,5 0 0,5 1
-- axis F1 (38,08 %) --> -- axis F1 (38,08 %) -->

Figure IV.14. : Distribution des variables physico-chimiques sur le plan de l’axe (F1.F2) et
(F1.F 3)

L’ACP nous montre l’existence de deux groupes d’eau de puits et de forages: Les
paramètres physicochimiques appartenant à l’axe F1, la conductivité, les chlorures, la salinité
présentent de bonnes corrélations entre. On constate que ces trois paramètres physiques (la
salinité, les chlorures, conductivité électrique) sont essentiels pour la mesure la salinité et de
la minéralisation ( Figure IV.14).

Ce qui concerne la projection des individus (puits et forages) sur le plan factoriel F1 et F2,
nous avons noté que 38.08 % des individus sont bien représentés par l’axe F1 et 21.87% des
individus sont bien représentés par l’axe F2 (Figure IV.14), donc les individus les mieux
expliqués par l’axe F1 sont : P7 et p8 et Les individus les mieux expliqués par l’axe F2 est F6.

L’axe F1 permet de classer les puits selon le gradient de pollution avec les groupes:
(P8, P7) ≥F6 .P8 et P7 sont caractérisés par les taux élevés de minéralisation, et par les taux
élevés en chlorures.

62
Chapitre IV
Présentation des résultats

Observations (axes F1 and F2: Observations (axes F1 and


59,95 %) F3: 51,32 %)
8 8

6 6

4 F1 4
-- axis F2 (21,87 %) -->

-- axis F3 (13,23 %) -->


F2
2 2 F1
P4
P3
P5
0 P7 0 F6 P7P8
P4 P3
F2
-2 -2
P8
F6 P5
-4 -4

-6 -6

-8 -8
-8 -6 -4 -2 0 2 4 6 8 -8 -6 -4 -2 0 2 4 6 8
-- axis F1 (38,08 %) --> -- axis F1 (38,08 %) -->

Figure IV.15. : Représentation graphique des sites du prélèvement sur l’axe (F1.F2) et
(F1.F 3).

63
Chapitre IV
Présentation des résultats

IV.4. Conclusion :

Dans cette étude nous avons essayé d’évaluer les paramètres de qualité des eaux d’une
nappe souterraines. Nous a avons détecte la présence de quelques éléments toxiques mais à
des teneurs à l’état de traces et en conséquence ne dépassent pas les normes admissibles
actuellement mis en vigueur. Toutefois, il est possible qu’à long terme le problème de
contamination se posera à cause de la présence des eaux usées domestiques et industrielles
s’écoulant sur un sol alluvial. L’impact de ces éléments sur la santé, même à dose faible, peut
être dangereux et à l’origine de graves maladies.

Malgré la charge polluante qui franchit la plaine d’El Madher à travers l’oued on remarque
que sa nappe souterraine résiste partiellement à cette charge dans les endroits éloignés de
l’oued, donc les sols de la plaine joue le rôle d’un protecteur naturel. Mais on ne sait pas
jusqu’a quelle point cette protection.

64
Le présent travail vise à évaluer les paramètres de qualité physicochimique, pollution
globale et éléments indésirables des eaux de la nappe d’El Madher à travers les eaux de
forages et puits de la région. Les valeurs moyennes s’étendent sur une période de 03 mois (de
Mars à Mai 2013).

L’étude est conduite, au cours de la période Mars-Mai 2013, en partie sur terrain et au
niveau du laboratoire de traitement des eaux (Département de GC & Hydraulique) et du
laboratoire de recherche RNAMS de l’Université Ben Mhidi, Oum El Bouaghi.

Les paramètres physicochimiques, de pollution et indésirables étudiés sont : T, pH, CE,


Salinité, Turbidité, MES, TH, TAC, Ca2+, Mg2+, Cl-, NH4, NO3, SO4, PO4 et ETM.

La nappe de d’El Madher est, en effet, exposée aux risques d’infiltration des eaux usées
jalonnant la plaine et l’intensification de l’agriculture. Le diagnostic à révélé la présence
d’une pollution pour quelques paramètres qui dépassent les normes algériennes de potabilité à
savoir les chlorures, la dureté pour les forages en amont (F1), l’ammonium uniquement pour
tous les forages et les sulfates pour le forage (F6). Le risque de contamination par les ETM
n’est pas alarment. De ce constant, il apparait que la nappe profonde alimentant les forages est
la plus touchée par la pollution.

Pour préserver cette nappe, il est primordial de mieux traiter les effluents, an amont,
préalablement à leur rejet dans les cours d’eau et de pratiquer une agriculture qui maintient le
développement durable.

.
[1] :Bliefrt Claus ; Perraud Robert, Chimie de l’environnement en 2002, P291.
[2] :Boeglin Jean-Claude, Propriétés des eaux naturelles, Technique de ingénieur,
traité environnement, en 1998, p110.
[3] :Tomed gremont, technique de l’eau, Technique et documentation, en 1989, p 167.
[4] : Gauthier Villars, Dajozr, Précis d’écologie, 4ème édition, en1982, p525.
[5]: CardotARDOT Claude, Génie de l’environnement ; le traitement de l’eau,. Paris,
En 1999, p 901.
[6] :Djabri. L ,Mécanismes de la pollution vulnérabilité des eaux de la Seybouse,
origine géologiques, industrielles, agricoles et urbaines, , Thèse de doctorat d’état,
université d’Annaba, Algérie, en 1996.p102
[7] :MIZI Abdelkader,Traitement des eaux de rejets d’une raffinerie des corps gras
région de Bejaia et valorisation de déchets oléicoles, Thèse de doctorat État,
université d’Annaba, Algérie, 2006, P: 26, 27.
[8] : Marsel Dore, Chimie des oxydants et traitement des eaux l’université de
Poitiers (E.S.I.P),en 2000, en P : 2, 3.
[9] :Seghiri .R, Elimination des substances humiques extraites de l’eau de la retenue
de Hammam-Gourzi par coagulation -floculation avec le fer ferrique et les sels
d’aluminium, , thèse de magister, université de Constantine, en 1996.p 76.
[10] : J.L , le guide des analyses de l’eau potable, 7éme édition, en1998, p 98
[11] : Nadeau.A ;Malenfant.G, La contamination par les nitrates : Prévention des
risques à la santé, La ferriere.M, 1995, P 38.
[12] : WWW.DTQD Etat des lieux htm, dernière consulté le 12/05/2010.
[13] :Alberta Environmental Protection. Standards and Guidelines for Municipal
Waterworks, Wastewater and Storm Drainage, en 2002, pages 110.
[14] : Analyse des eaux aspects réglementaires et techniques, lycée de borda, en 2007,
P 67.
[15] : Jean Rodier. L’Analyse de l’eau. 8 Edition. Paris. En 1997.
[16] :Chimie des eaux, Ed. Le Griffon d’argile INC, , BEAURY J.P, Canada, en 1984.

65
[17] : le livre analyse des eaux aspects réglementaires et techniques Franck Rejsek,
en 2002.
[18] : Ronalad.v, Environnement et Santé Publique, 2ème édition, PARIS, en 2003.
[19] : Livre Technique, Traitement des eaux "les eaux potables", Alger, en 1992.
[20] : Jean-Paul, Traitement des eaux, Ed. Le Griffon d’argile INC, BEAUDRY Jean-
Paul, Canada, en1984.
[21] :Pommery j ; Thomas p ; Evolution d’une eau de surface au cours des traitements
de potabilisation, comportement des espèces métalliques au contact des matières
humiques, Philippo, en 1981.
[22] :Edeline M.F Epuration physico-chimique des eaux, 2ème édition,Ed
CEBEDOC, en 1992.
[23] :Valiron F Gestion des Eaux : alimentation en eau - assainissement, Presses de
l’école Nationale des ponts et chaussées, Paris, en 1989.
[23] : Potelon J-L ; Zyman yman k, Le guide des analyses d’eau potable,la lettre du
Cadre territorial, en 1998.
[24] :Debieche T.H, Evolution de la qualité des eaux (salinité, azote et métaux lourds)
sous l’effet de la pollution saline, agricole et industrielle. Th. Doct. Univ Franche-
Comté, (2002), P: 199.
[25] :Software sensor design based on empirical data, Masson, M. H., Canu, S,
Grandvalet, Y, Lyngaard-Jensen, A, Ecological Modelling, P: 139,
[26] :Manani, Etude hydrogéologie de la plaine d’El Madher et modélisation des
écoulements souterraines de l’aquifère, 1991,
[27] :Station météorologique d’Ain Skhouna- Batna, données de l’année 2012.

[28] : Agence nationale de ressource hydrauliques ANRH, Constantine, 2012.

[29] :Menani, Evaluation et cartographique de la vulnérabilité à la pollution de


l’aquifère alluvionnaire de la plaine d’El Madher, Menani, 2001.

[30] :Menani, Etude hydrologique sur la plaine d’El Madher, Thèse magister non
soutenue.

[31] : Rodier .J ,Analyse des eaux, en1989, p 360.

[32] : ezziene, traitement des eaux, en 2007,p 124.

[33] : Rodier .J ,Analyse des eaux, en2002,P 360.

66
67
ANNEX I

Tableau 1. Réglementation française et algérienne des eaux destinées à la consommation


humaine [16,19]
Alimentation en eau potable

Limites de qualité Normes de qualité


des eaux brutes
destinées à pour les eaux distribuées

l’alimentation Valeur Valeur


humaine Niveau
Paramètres maximale minimale
guide
admissible requise

Paramètres en relation avec la structure naturelle des eaux

/ pH 6.5 à 8.5 9.5 6

Conductivité en
/ 400 / /
mS/cm

Dureté totale ou TH
/ 35 50 10
en ° Français

/ O2 dissous mg/L 5 / /

30 % teneur
30 O2 saturation en % / /
en O2

/ DBO5 mg/l

/ Calcium mg/l 100 10

/ Magnésium mg/l 30 50 5

/ Sodium mg/l <20 150 /

/ Potassium mg/l <=10 12 /

/ Aluminium mg/l / 0.2 /

250 Sulfate mg/l 5 250 /

67
ANNEX I

250 Chlorures mg/l 5 200 /

Paramètres concernant les substances indésirables

100 Nitrates mg/l (NO3) / 50 /

/ Nitrites mg/l (NO2) / 0.1 /

4 Ammoniac mg/l 0.05 0.5 /

/ Fer mg/l 0.1 0.2 /

/ Manganèse mg/L 0.02 0.05 /

/ Cuivre mg/L / 1 /

68
ANNEX I

69
ANNEX II

Concentra
Concentration
tion
Variable Niveau guide maximale
minimale
admissible
requise

pH 6.5-8.5 9.5 6.0

Conductivité µS/cm 400 1250 /

Minéralisation totale
/ 1500 /
résidu sec mg/l

Dureté totale
35 / 10
degrés français

Calcium mg/l 100 / 10

Magnésium mg/l 30 50 5

Sodium mg/l <20 100 /

Potassium mg/l <10 12 /

Aluminium mg/l / 0.05 /

Alcalinité mg/l VO3H 30 / /

Sulfates mg/l SO4 5 250 /

Chlorures mg/l CI 5 200 /

Nitrates mg/l NO3 / 50 /

Nitrites mg/l NO2 / 0.1 /

Ammoniac mg/l NH4 0.05 0.5 /

Substances extractibles 0.1 / /

69
ANNEX II

Oxygène dissous 5 / /

Oxydabilité mg/l KMnO4 1 5 /

50% teneur
DBO5 mg/l / /
initiale O2

Argent µg/l / 10 /

Arsenic µg/l / 50 /

Baryum µg/l / 100 /

Cadmium µg/l / 5 /

Cyanures µg/l CN / 50 /

Chrome total µg/l / 50 /

Cuivre µg/l / 50 /

Fluor µg/l / 700-1500 /

Fer µg/l 100 300 /

Mercure µg/l 1 /

Manganèse µg/l 20 50 /

Nickel µg/l 5 50 /

Phosphore µg/l 300 2000 /

Plomb µg/l / 50 /

Sulfure d’hydrogène µg/l S / Absence /

Antimoine µg/l / 10 /

Sélénium µg/l / 10 /

Zinc µg/l / 100 /

70
ANNEX II

71
ANNEX III : Matrice de corrélation.

T CE pH Trb TAC Sln TH Ca Mg Cl Cu Cr NO3 SO4 NH4 P Fe Br Zn K Al

- - - - - - - - - -
T 1 0,067 0,023 0,490 0,303 0,511 0,046 0,187 0,146 0,212 0,231
0,051 0,081 0,066 0,387 0,416 0,428 0,413 0,631 0,327 0,206

- - - - - - - - - - - - - -
CE 1 0,651 0,574 0,371 0,075 0,145 0,424
0,051 0,016 0,547 0,459 0,317 0,591 0,243 0,142 0,768 0,355 0,512 0,273 0,192 0,834

- - - - - - - - - - - - - -
pH 1 0,455 0,772 0,335 0,361 0,713 0,137
0,081 0,016 0,552 0,514 0,537 0,192 0,086 0,063 0,427 0,553 0,045 0,436 0,154 0,121

- - - - - - - -
Trb 0,455 1 0,516 0,037 0,329 0,380 0,340 0,650 0,188 0,025 0,114 0,487 0,700
0,066 0,547 0,393 0,030 0,333 0,174 0,043 0,073

- - - - - - - - - - - -
TAC 0,067 0,772 0,516 1 0,189 0,267 0,497 0,217 0,176
0,459 0,480 0,305 0,499 0,090 0,333 0,322 0,345 0,161 0,562 0,266 0,358

- - - - - - - - - - - - -
Sln 0,023 0,651 0,335 0,189 1 0,985 0,265 0,037
0,393 0,545 0,872 0,449 0,382 0,747 0,748 0,125 0,611 0,203 0,601 0,753 0,846

- - - - - - - -
TH 0,490 0,037 1 0,848 0,993 0,404 0,063 0,604 0,129 0,154 0,452 0,353 0,295
0,317 0,552 0,480 0,545 0,574 0,006 0,326 0,081

- - - - - - -
Ca 0,303 0,329 0,848 1 0,779 0,336 0,071 0,509 0,764 0,521 0,283 0,334 0,620 0,705
0,591 0,514 0,305 0,872 0,874 0,171 0,042

- - - - - - - - - -
Mg 0,511 0,993 0,779 1 0,462 0,543 0,163 0,066 0,471 0,278 0,191
0,243 0,537 0,030 0,499 0,449 0,483 0,082 0,347 0,039 0,170

- - - - - - - - - - - - - -
Cl 0,046 0,574 0,361 0,267 0,985 1 0,127
0,333 0,574 0,874 0,483 0,452 0,010 0,675 0,825 0,156 0,610 0,270 0,607 0,802 0,787

- - - - - - - - - -
Cu 0,380 0,336 1 0,191 0,216 0,471 0,414 0,723 0,684 0,641 0,492
0,387 0,142 0,192 0,090 0,382 0,006 0,082 0,452 0,312 0,066

- - - - - - -
Cr 0,187 0,371 0,265 0,404 0,071 0,462 0,127 0,191 1 0,134 0,208 0,098 0,414 0,086
0,086 0,174 0,333 0,552 0,231 0,385 0,399

71
ANNEX III : Matrice de corrélation.

- - - - - - - - -
NO3 0,146 0,075 0,713 0,340 0,497 0,037 0,216 0,134 1 0,171 0,202 0,154
0,326 0,171 0,347 0,010 0,122 0,142 0,336 0,213 0,073

- - - - - - - - -
SO4 0,650 0,217 0,063 0,509 0,471 1 0,242 0,004 0,746 0,723 0,567 0,961
0,416 0,768 0,063 0,747 0,039 0,675 0,552 0,122 0,288

- - - - - - -
NH4 0,212 0,604 0,764 0,543 0,414 0,208 0,171 0,242 1 0,451 0,253 0,380 0,538 0,410
0,355 0,427 0,043 0,322 0,748 0,825 0,052

- - - - - - - - - - - -
P 0,145 0,137 0,129 0,163 0,098 0,004 1 0,508 0,342
0,428 0,073 0,345 0,125 0,042 0,156 0,312 0,142 0,052 0,268 0,023 0,050

- - - - - - - - - -
Fe 0,188 0,154 0,521 0,066 0,723 0,746 0,451 1 0,887 0,461 0,725
0,413 0,512 0,553 0,161 0,611 0,610 0,231 0,336 0,268 0,402

- - - - - - - - -
Br 0,231 0,424 0,025 0,452 0,283 0,471 0,414 0,202 0,253 0,508 1 0,527
0,045 0,562 0,203 0,270 0,066 0,288 0,402 0,215 0,162

- - - - - - - - - - - -
Zn 0,114 0,334 0,684 0,723 0,380 0,887 1 0,591 0,626
0,631 0,273 0,436 0,266 0,601 0,081 0,170 0,607 0,385 0,213 0,023 0,215

- - - - - -
K 0,487 0,353 0,620 0,278 0,641 0,086 0,154 0,567 0,538 0,342 0,461 0,527 0,591 1 0,631
0,327 0,192 0,154 0,358 0,753 0,802

- - - - - - - - -
Al 0,700 0,176 0,295 0,705 0,191 0,492 0,961 0,410 0,725 0,626 0,631 1
0,206 0,834 0,121 0,846 0,787 0,399 0,073 0,050 0,162

72
ANNEX IV

I-Les analyses physico-chimiques :

I-1- Méthode électrochimique :

Cette méthode permet de l’analyse des paramètres physico-chimiques simple par des
techniques qui peuvent être mises en œuvre avec des appareilles de laboratoire usuel.

I.-1-.1- Mesure du pH :

I.-1-2-Principe :

Le pH ou le potentiel d’hydrogène est le logarithme décimal de l’inverse de sa


Concentration en ions d’hydrogène H3O+.Le pH en relation avec la concentration en ions
hydrogène H⁺ présents dans une eau. La différance de potentiel existant entre une électrode de
verre et une électrode de référence. Plongeant dans une même solution neutre. Le potentiel
des électrodes est lies à l’activité des ions H⁺ [13].

I-1-3-Appareil : Le pH ou le potentiel d’hydrogène est mesurée par un pH mètre de type


HANNA pH 201.

I-1-3-Mode opératoire :

- plonger la sonde du pH mètre dans l’eau ;

-attendre quelques secondes la stabilisation de l’affichage sur l’écran, puis lire le résultat de la
mesure.

Figure 01 : La mesure de PH

73
ANNEX IV

I-2- Mesure de la température (T) :

I-2-1- Principe :

Il est important de connaître la température de l’eau avec une bonne précision. En effet,
celle-ci joue un rôle dans la solubilité des sels et surtout des gaz, dans la dissolution des sels
dissous donc sur la conductivité, dans la détermination du pH, pour la connaissance de
l’origine de l’eau et des mélanges éventuels, etc (Rodier, 1984). [31].

I-2-2- Matériel spécial :

La température est mesurée par un thermomètre.

I-2-3- Mode d’opératoire :

Plonger immédiatement le thermomètre dans la bouteille d’eau à analyser pendant 5


minutes, (La lecture doit se faire à travers les parois de la bouteille). La mesure de la
température a été effectuée sur le terrain, de même celle de l’air au même endroit et au même
moment à l'aide d'un thermomètre portatif. La mesure de la température a été effectuée sur le
terrain, le résultat est exprimé en degré Celsius (°C).

I-3- Mesure de la conductivité électrique (CE) :

I-3-1- Principe :

La mesure de la conductivité électrique, est probablement l’une des plus simples et plus
importantes pour le contrôle de la qualité des eaux. Valeur inverse de la résistivité, paramètre
très largement utilisé en hydrochimie, la conductivité est fonction de la concentration en
espèces ionisés, principalement de nature minérale (Rodier, 1984) le résultat est donné en
(µS/cm)[31].

I-3-2- Matériel spécial :

La conductivité électrique est mesurée par un conductimètre de type HANNA EC 215.

I-3-3- Mode opératoire :

74
ANNEX IV

· Plonger l’électrode dans l’échantillon à analyser.


· Laisser se stabiliser pendant quelques minutes.
· Lire la valeur de la conductivité directement.
· Après chaque détermination de conductimètre, on retire l’électrode, on la rince et à la
fin de l’expérience on la laisse tremper dans l’eau distillée.

Figure 02 : La mesure de la conductivité électrique par un conductimètre

I-4- Mesure de La salinité :

I-4-1- Matériel spécial :

La détermination de la salinité dans l’eau a été réalisée à l’aide d’un multi-paramètre de


types analyse CONSORT C535, après calibration avec des solutions tampons.

I-4-2- Mode opératoire :

Nous avons introduire l’électrode dans l’eau a analysée, ensuite après la stabilisation de la
valeur on lit la salinité. La mesure de la salinité a été effectuée sur le terrain, le résultat est
donné en (mg/l ou %).

75
ANNEX IV

Figure 03 : Un multi-paramètre

I-5- Mesure de la turbidité :

I-5-1- Principe :

Pour tout échantillon d’eau, la mesure de la lumière diffusée et de la lumière transmise


permet la détection de matières non dissoutes, absorbant mais diffusant mal, qui passeraient
inaperçues par la seule mesure de la lumière diffusée [32].

I-5-2- Matériel spécial :

La turbidité de l'eau a été évaluée à l'aide d'un turbidimètre de type EUTECH TN-100, et
une cuvette dévaluation de la transparence constituée d’une cuvette de verre incolore de 50
mm de diamètre.

I-5-3- Mode opératoire :

Remplir une cuvette de mesure propre et bien essuyer avec du papier hygiénique avec
l’échantillon à analyser bien homogénéisé et effectuer rapidement la mesure, il est nécessaire
de vérifier l'absence de bulle d’aire avant la mesure. La mesure est obtenue directement en
NTU.

76
ANNEX IV

Figure 04 : La mesure de la turbidité par un turbidimétre.

I-6- Détermination du résidu sec (RS) :

I-6-1- Principe :

Le résidu sec correspond au poids de la totalité des matières dissoutes par litre d'eau, une
certaine quantité d'eau bien mélangée est évaporée dans une bécher. Le résidu desséché est
ensuite pesé. [7]

I-6-2-Matériel :

· bécher.

· Balance analytique.

· Etuve réglable.

I-6-3- Mode opératoire :

· Tarer une bécher préalablement lavée, rincer avec de l'eau distillée et dessécher, peser le
bécher (P1) ;

· Prélever 200 ml d'eau à analyser ;

· Porter à l'étuve à 180°C pendant 24 heures ;

· Laisser refroidir pendant 1/4 heur au dessiccateur ;

77
ANNEX IV

· Peser immédiatement et rapidement (P2).

v Expression des résultats :

RS (mg/l) = (Rs non filtré-Rs filtré)

II-1- Détermination de la dureté totale par la méthode titrimétrique à l’EDTA :

II-1-1- Principe (norme NFT 90-003) :

La norme réalise ce dosage à un pH de 10 en présence de NET. L’EDTA va complexer


d’abord les ions calcium du fait que le complexonate de calcium est plus stable que le
complexonate de magnésium. Cette complexation du calcium n’entraine pas de virage de
l’indicateur car il ne se lie pas aux ions calcium mais uniquement aux ions magnésium. Quand
tout le calcium est complexe, l’EDTA complexe le magnésium en libérant en fin de dosage
l’indicateur sous forme libre. Cette technique est applicable si l’eau à analyser renferme une
quantité suffisante de magnésium est présent sous forme de traces, le virage ne sera pas net.il
est alors nécessaire d’ajouter au mélange, une petite quantité de complexonate de magnésium.
Lors de l’addition de l’EDTA, il y a libération des ions magnésium du complexonate par les
ions calcium présents dans l’eau en quantité équivalente, la fin du dosage est identique et le
virage de l’indicateur correspond exactement aux ions calcium et magnésium présents dans
l’eau[33].

II-1-2- Domaine d’application :

Cette norme s’applique aux eaux souterraines, de surface et aux eaux de boisson. La
méthode n’est pas applicable aux effluents et aux eaux ayant une forte concentration en sels,
telles que les eaux de mer, la plus faible concentration pouvant être mesurée est de 0.05
mmol/l (Rejsek, 2002).

II-1-3- Préparation des solutions :

- Sel disodique de l’EDTA à 0.01 mol/l :


Peser 3.72g de complexon pour 1000ml d’eau distillée.
- Solution tampon pH=10 ammoniacal :
Ammoniaque 32%................................................316ml.

78
ANNEX IV

- NH4Cl pur…………………………….........54g.
Eau distillée q .s.p……………………...............1000ml.
- Noir Eriochrome T :
Peser 0.80g de complexons pour 200ml d’éthanol à 95º.

II-1-4- Mode opératoire :

Dans un erlen de 250 ml, introduire 5 ml d’eau à analyser, préalablement filtrée. A l’aide
d’une pipette jaugée, diluer les échantillons avec l’eau distillée à 50 ml ayant une
concentration totale en Ca et Mg > 3.6 mmol/l. Ajouter 4ml de la solution tampon pH10 et 3
gouttes d’indicateur au noir ériochromeT. La solution doit se colorer en rouge foncé, et son
pH doit être de 10 à 0.1. Si le pH est inferieur à 10, ajouter la quantité de tampon nécessaire.

Doser immédiatement à l’aide de la solution l’EDTA en agitant constamment. Verser cette


solution rapidement au début, puis lentement vers la fin du dosage, dés que la couleur
commence à virer du rouge au violet bleu. Le dosage est terminé lorsque la dernière nuance
de rouge à disparu.la couleur ne doit plus changer par ajout d’une goutte supplémentaire de la
solution d’EDTA. Noter le volume versé : VEDTA .répéter au moins deux (2) fois.

- Si le volume versé est inferieur à 2ml, effectuer un autre dosage en prenant un volume plus
grand d’échantillon.
- Si le volume versé est supérieur à 20ml, effectuer un autre titrage avec un volume
d’échantillon inferieur et en complétant avec de l’eau distillée à environ 50ml.

Une durée limite de 5min est recommandée pour effectuer ce dosage, afin de limiter la
précipitation du carbonate de calcium au pH utilisé [33].

II-1-5- Expression des résultats :

La concentration totale en calcium et magnésium, en mmol/l est donnée par la formule


suivante :

CEDTA : concentration molaire de la solution d’EDTA.

VEDTA : volume en ml de chute de burette.

79
ANNEX IV

E : volume en ml de la prise d’essai.

Le résultat de ces dosages titrimétrique est donné en mmol/l de cations d’eau, en


considérant qu’une mole d’EDTA complexe une mole de cations. Lorsque la dureté précipite
sous forme de carbonate de calcium, il faut multiplier par la masse moléculaire de CaCO3[M
(CaCO3)=100 g/mol], pour l’obtention de la dureté en mg/l de CaCO3.

Figure 05: dosage de la dureté total (TH).

II-1-Détermination de la dureté calcique par la méthode titrimétrique à l’EDTA :

II-1-1-Principe (norme NFT 90 016) :

Le pH est rendu supérieur à 12 par une solution d’hydroxyde de sodium. Dans cette
conduction, l’indicateur de fin de réaction, l’acide calcone carboxylique ou murexide, forme
un complexe avec les ions calcium de coloration rouge pour l’acide calcone carboxylique et
reuse clair pour le murexide. Au fur et à mesure de l’ajout de l’EDTA, les ions calcium se
séparent du complexe avec l’indicateur pour se complexer avec l’EDTA. La fin de réaction,
lorsque tout le calcium est complexé avec l’EDTA, est visualisée par l’indicateur devenu
libre, de couleur bleu clair pour l’acide calcone carboxylique et de couleur violet pour le

80
ANNEX IV

murexide. Au pH du dosage, les ions magnésium n’interférent pas car ils précipitent sous
forme d’hydroxyde [33].

II-1-2-Domaine d’application :

Cette norme s’applique au dosage du calcium dans les eaux souterraines, de surface et les
eaux de boisson dont la concentration varie de 2à 100 mg/l (0.05 à 2.5 mmol/l). Elle n’est pas
applicable aux eaux de mer ou fortement concentrées en sels [33].

II-1-3-Préparation des solutions :

- EDTA à 0.01 mol/l :


3.72g de complexons EDTA.
Eau distillée………….q.s .p 1000ml
- Solution d’hydroxyde de sodium à 2 mol/l :
- Peser 8g de complexons pour 100ml d’eau distillée.
- Indicateur : l’acide calcone carboxylique ou HSN : mélange soigneusement 0.2g d’acide
calcone carboxylique (acide[hydroxy 2sulfo 4naphtylazo 1naphtaléne
carboxylique]) et 100g de NaCl.
- Le Meruxide :
peser 0.2g.

II-1-4- Mode opératoire :

Dans un erlen de 250 ml, introduire 5 ml d’eau à analyser, préalablement filtrée. A l’aide
d’une pipette jaugée, diluer les échantillons avec l’eau distillée à 50 ml ayant une
concentration en Ca > 100 mg/l ou faire une prise d’essai plus faible. Ajouter 2ml de la
solution d’hydroxyde de sodium et environ 0.2 g de l’indicateur Meruxide. Dans le cas ou le
pH reste inferieur à 12 ajouter la qualité de solution d’hydroxyde de sodium nécessaire pour
amener le pH à12. Doser immédiatement avec la solution d’EDTA en mélangeant. Verser
lentement enfin de dosage quand la couleur devient nettement violet.la couleur ne doit plus
changer avec l’ajout d’une goutte supplémentaire d’EDTA. Noter le volume versé VEDTA.

81
ANNEX IV

II-1-5- Expression des résultats :

La concentration en calcium en mmol/l est donnée par la formule suivante :

CEDTA : concentration molaire de la solution d’EDTA ;

VEDTA : volume en ml de chute de burette ;

E : volume en ml de la prise d’essai.

On la convertira en concentration massique en multipliant par la masse moléculaire de


calcium M Ca+2 = 40 g/mol.

Figure 06: Détermination de la dureté calcique.

II-2- Détermination de la dureté magnésienne :

La concentration globale en magnésium est la différence entre la dureté totale et la dureté


calcique.

Les teneurs de la dureté en mg/l de CaCO3 équivalent seront calculées en multipliant les
valeurs trouvées, en mg/l, par les coefficients ci-dessous :

Ca……………………………………………………………………2497

82
ANNEX IV

Mg…………………………………………………………………..4,116

v Expression des résultats :

C (Mg2+) = (C (Ca2++Mg2+) -[C (Ca2+) ×2,497]) /4,116

II-3- Détermination de l’alcalinité :

II-3-1- Principe (Norme EN ISO 9963 -1) :

Si l’on mesure, au cours du dosage par un acide fort, l’évolution du PH et différentes


formes chimiques responsables de l’alcalinité d’une eau, on peut monter différentes étapes:

Dans un premier temps, neutralisation disions OH- et des ions CO32- pour des eaux dont le
PH est supérieur à 8,3. Au premier point équivalent, PH=8, qui correspond à la zone de virage
de la phénolphtaléine, il n’y a plus d’ions CO32-, ils se sont transformes en HCO3-. Dans un
deuxième temps, neutralisation des ions HCO3-. Au deuxième point équivalent, PH= 4, la
neutralisation est total et donc la l’alcalinité totale de l’eau a disparu. L’échantillon d’eau va
donc être dosé par une solution acide étalonné en mesurant des valeurs fixe de virage : à PH=
8.3 pour le TA, et à PH= 4.5 pour le TAC. Pour cette mesure, on peut utiliser deux
méthodes :

- Méthode potentiométrique à l’aide d’un pH-mètre qui permet de suivre en continu le pH.
- Méthode visuelle en utilisant des indicateurs colorés : la phénolphtaléine pour le pH = 8.3
et le rouge ou le rouge de méthyle pour le PH= 4.5. La norme IOS 9963 indique
l’utilisation d’un indicateur mixte : vert de bromocrésol et rouge de méthyle [33].
- II-3-2- Domaine d’application :

Elle destinée à l’analyse de l’eau naturelle et traitée, de l’eau résiduaire, et peut être
directement utilisée pour les eaux ayant une concentration d’alcalinité inferieure à 20 mmol/l.
Pour les échantillons contenant des concentrations supérieures d’alcalinité, il convient de
prendre une prise d’essai plus faible pour l’analyse. La limite inférieure est de 0.4 mmol /l. La
détection du point de virage à l’aide d’un pH mètre est moins sujette aux interférences que
l’usage d’un indicateur coloré qui dépend de la perception visuelle du technicien

II-3-3- Préparation des solutions :

83
ANNEX IV

- Acide chlorhydrique à 0.100 mol/l :


Diluer 8.6 ml d’acide chlorhydrique concentré (1.16 g/ml) dans 1000 ml d’eau distillée.

I-3-4- Mode opératoire :

Introduire à l’aide d’une pipette 100 ml d’échantillon dans un erlen de titrage et placer sur
un agitateur magnétique en insérant dans la solution un barreau magnétique. Mettre en marche
l’agitateur et agiter à une vitesse à laquelle un tourbillon est à peine perceptible. Plonger
l’électrode reliée au pH-mètre dans l’eau à analyser. Mesurer le pH de l’échantillon :

- Si ce pH est inferieur à 8.3, considérer l’alcalinité composite comme égale à 0.


- Si ce pH est supérieure à 8.3, titrer l’échantillon avec l’acide chlorhydrique à 0.1mol /l
jusqu’à pH=8.3. Noter le volume V1 ml d’acide versé.

Mais dans le cas des eaux naturelles le pH de l’échantillon est inferieur à 8.3 donc, titrer
directement la solution avec l’acide chlorhydrique de 0.1 mol /l.

I-4-4- Expression des résultats :

La norme exprime les résultats d’alcalinité en mmol d’alcalinité capable de réagir avec les
ions hydrogène par litre d’eau, selon la formule suivante :

CHCl : concentration en mol/l de la solution d’HCl.

VHCl: volume en ml versé pour atteindre le pH recherché.

: Volume de la prise d’essai (100 ml).

L’alcalinité peut également être exprimée en d’autres unités, souvent utilisées dans le
traitement de l’eau, grâce aux facteurs de conversion des milli moles par litre (mmol/l) en ces
unités. Pour 1mmol/l =1 meq/l Pour l’obtention de l’alcalinité en mg/l de CaCO3 il faut
multiplier par 50. Le tableau dessous représente les facteurs de conversion de l’alcalinité
exprimé en d’autres unités d’alcalinité.

84
ANNEX IV

Tableau 01 : Facteurs de conversion de l’alcalinité exprimé en milli mol/L ou en


milliéquivalent / L ou en d’autres unités d’alcalinité [33].

Unité d’expression de l’alcalinité Facteur de conversion


- CaCO3 en mg/L………………… …………50

- HCO3¯ en mg/L………………… …………61

- CaO en mg/L………………….. …………28

- Degré français (F°)…………… …………05

- Degré allemand………………. ……….2.80

- Degré U.S…………………….... ……….2.80

Figure 10 : Détermination de l’alcalinité.

III-1- Dosage des chlorures (Cl-) par la méthode argentimétrique :

III-1-1- Principe (Norme NFT 90-014) (méthode de Mohr) :

Les ions chlorure sont précipités à l’état de chlorure d’argent par une solution titrée de
nitrate d’argent (Ag NO3). L’indicateur de fin de réaction est le chromate de potassium qui, en
présence d’un excès d’ions argent, forme un précipité rouge.

85
ANNEX IV

- Réaction nitrate d’argent / ions Cl- :

Ag++ Cl+ Ag Cl [chlorure d’argent (précipité blanc)].

- Réaction nitrate d’argent/chromate de potassium :

CrO42-+ 2Ag+ Ag2CrO4 [chromate d’argent (précipité rouge)].

Ce dosage doit être réalisé en milieu neutre, le chromate d’argent étant soluble à pH acide
alors qu’un milieu alcalin entraine la formation d’un précipité noir d’oxyde d’argent[33].

III-1-2-Préparation des solutions :

- Solution de nitrate d’argent (N/10) :


Dissoudre 1.6987g de nitrate d’argent cristallisé dans un 100 ml d’eau distillée.
- Solution de chromate de potassium 5% :
Dissoudre 50g de chromate de potassium dans un 1000 ml d’eau distillée.
- Phénolphtaléine.
- Acide nitrique concentré à environ 0.1N.

III-1-3- Mode opératoire :

Dans un erlen de 250 ml, introduire 5 ml d’eau à analyser, préalablement filtrée. A l’aide
d’une pipette jaugée, diluer les échantillons avec l’eau distillée à 50 ml. Vérifier la
neutralisation à la phénolphtaléine (PP), c’est-à-dire l’absence de coloration rose après ajout
de 2 à 3gouttes de cet indicateur de pH. S’il y a une coloration rose ajoute l’acide nitrique
dilué 1/10 jusqu’a décoloration de la PP. Ajouter 3gouttes de chromate de potassium 5% et
doser par l’AgNO3, le virage se fait du jaune citron à la coloration à peine brunâtre. Soit V le
nombre de millilitres de nitrate d’argent N/10 utilisés.

86
ANNEX IV

Figure 7 : Dosage des chlorures par la méthode argentimétrique.

III-1-4- Expression des résultats :

Dans ce dosage titrimétrique, au virage de l’indicateur, toutes les moles de chlorure auront
été précipitées par les ions argent. D’après l’équation de principe, une mole d’ion chlorure est
précipitée par une mole d’ion argent, donc, au virage de l’indicateur; il y aura équivalence
entre les deux types de mole. On peut ainsi déterminer la concentration en mole de chlorure
par titre d’eau analysée. On la convertira en concentration massique multipliant par la masse
moléculaire des ions chlorure M=35.5 g/mol.

Ccl (mg/l)= en g de Cl/l

NaCl (mg/l)= en g de NaCl/l

CAg : concentration molaire de la solution du nitrate d’argent.

VAg: volume en ml de chute de burette de la solution du nitrate d’argent.

E : volume en ml de la prise d’essai.

IV-1- Dosage des Nitrates (NO3-) (Méthode par spectrométrie d’absorption moléculaire):

Le dosage des nitrates fait appel à des méthodes relativement complexes avec une grande
probabilité de présence de constituants interférents (sauf pour la méthode par
chromatographie ionique). De ce fait, la détermination des nitrates est délicate. Pour chaque
type d’échantillon, le choix de la méthode est déterminé par la concentration à doser et les

87
ANNEX IV

interférences probables. La méthode est la méthode par spectrométrie d’absorption –


moléculaire avec l’acide sulfosalicylique.

IV-1-1- Domaine d’application :

La méthode est la méthode par spectrométrie d’absorption – moléculaire avec l’acide


sulfosalicylique, applicable aux quantités comprises entre 1 et 5 μg N (soit 0,2 à 1 mg/L de
nitrates). Les méthodes spectrométriques exigent un échantillon limpide, les échantillons
turbides doivent être filtrés sur membrane 0,45 μm après avoir vérifié qu’elle ne contient pas
de nitrates. De plus, les colorations développées sont très sensibles aux interférences

IV-1-2- Principe :

En présence de salicylate de sodium, les nitrates donnent du paranitrosalicylate de sodium,


coloré en jaune et susceptible d’un dosage spectrométrique

I-1-3- Réactifs :

-Solution de salicylate de sodium à 0.5 % à renouveler toutes les 24 heurs.

· Acide sulfurique concentré (d (densités) = 1,84).

-Solution d’hydroxyde de sodium et de tartrate double de sodium et de potassium :

· Hydroxyde de sodium…………………………………100 g.
· Tartrate double de sodium et de potassium …………….15g.
· Eau distillée q.s.p……………………………………1000ml.

IV-1-4- Mode opératoire :

Introduire 10 ml d’eau (pour des teneurs en azote nitrique supérieures à 10 mg/L, opérer
une dilution) dans une fiole jaugée de 25 ml, Ajouter 1 ml de solution de salicylate de sodium,
mélanger puis évaporer à sec au bain marie ou dans une étuve portée à 75 à 80 °C. Laisser
refroidir et répandre le résidu par 2 ml d’H2SO4 concentré. Attendre 15 min ajouter 15 ml
d’eau distillée puis 15 ml d’hydroxyde de sodium qui développe la couleur jaune. Effectuer
les lectures au spectromètre à la longueur d’onde de 415 nm [31].

88
ANNEX IV

IV-1-5- Dosage de Phosphore (PO43-) (Méthode par spectrométrie d’absorption


moléculaire) :

IV-1-6- Principe :

En milieu acide et en présence de molybdate d’ammonium, les orthophosphates donnent


un complexe phosphomolybdique qui, réduit par l’acide ascorbique, développe une coloration
bleue susceptible d’un dosage spectrométrique. Certaines formes organiques pouvant être
hydrolysées au cours de l’établissement de la coloration et donner des orthophosphates, le
développement de la coloration est accélérée par l’utilisation d’un catalyseur, le tartrate
double d’antimoine et de potassium [31].

IV-1-7- Réactifs :

- Solution d’acide sulfurique (d = 1,84) à 15 % environ en volume.


- Solution de molybdate d’ammonium à 40 g/L.
Molybdate d’ammonium tétrahydraté 20 g.
Eau déionisée q.s.p…………………………………….. 500 ml.
Filtrer si nécessaire, à conserver en flacon de polyéthylène à 4 °C.
- Solution d’acide ascorbique à 20 g/L :
Acide ascorbique 2 g.
Eau déionisée q.s.p……………………………………..100 ml.
A préparer chaque jour.
- Solution de tartrate double d’antimoine et de potassium à 2,8 g/l :
Tartrate double d’antimoine et de potassium 0,28 g.
Eau déionisée q.s.p ……………………………………..100 ml.

v Réactif combiné :
- Solution d’acide sulfurique 50 ml
- Solution de tartrate double d’antimoine et de potassium 5 ml
- Solution de molybdate d’ammonium 15 ml
- Eau déionisée q.s.p……………………………………..100 ml
- Conserver le réactif au réfrigérateur à 4 °C.

89
ANNEX IV

Introduire dans chaque fiole 1 ml de solution d’acide ascorbique, agiter, puis ajouter 4 ml
de réactif, mélanger soigneusement, compléter éventuellement le volume à 25 ml. Attendre 30
minutes la stabilisation de la coloration et effectuer les mesures au spectromètre à la longueur
d’onde de 700 ou 800 nm en cuve de 1 cm. Construire la courbe d’étalonnage.

IV-1-8- Mode opératoire :

Introduire 20 ml d’eau dans une fiole jaugée de 25 ml, ajouter 1 ml de solution d’acide
ascorbique agiter, puis ajouter 4 ml de réactif, mélanger soigneusement, Attendre 30 minutes
la stabilisation de la coloration et effectuer les mesures au spectromètre à la longueur d’onde
de 700 ou 800 nm en cuve de 1 cm.

IV-1-9- Dosage de Sulfate (SO4-2) (Méthode néphélométrique) :

Pour le dosage des sulfates, l’analyste a le choix entre plusieurs méthodes, Les méthodes
néphélométriques, directe ou par flux continu, sont d’une mise en œuvre plus aisée et se
prêtent bien à la série. Elles conviennent pour les eaux contenant 5 à 40 mg/L. Cependant, la
couleur de l’eau, les matières en suspension, les matières organiques, sont susceptibles de
gêner le dosage [31].

IV-2- Principe :

Les sulfates sont précipités en milieu chlorhydrique à l’état de sulfate de baryum. Le


précipité ainsi obtenu est stabilisé à l’aide d’une solution de Tween 20 ou de polyvinyl-
pyrrolidone. Les suspensions homogènes sont mesurées au spectromètre [31].

IV-2-1- Réactifs :

- Solution d’acide chlorhydrique au 1/10.


- Solution de polyvinyl-pyrrolidone ou de Tween 20 à 25 %.
- Solution de chlorure de baryum stabilisée :
Chlorure de baryum (BaCl2, 2 H2O)…………………………… ….10 g.
- Solution de Tween 20 [polyoxyéthylène (20) sorbitan monolaurate]
Ou 5 ml de solution de polyvinyle-pyrrolidone……………………20 ml.
Eau déionisée q.s.p …………………………………………….....100 ml.

90
ANNEX IV

IV-2-3- Mode opératoire :

Introduire 50 ml de prise d’essai, ajouter 1ml d’acide chlorhydrique et 5 ml de solution de


chlorure de baryum, Agiter 2 ou 3 fois énergiquement. Après 15 minutes de repos, agiter à
nouveau et faire la lecture au spectromètre à la longueur d’onde de 650 nm.

IV-2-4- Dosage d’Ammonium (NH4+):

IV-2-5- Principe:

Réactif de Nessler (iodo-mercurate de potassium alcalin) en présence d’ions ammonium


est décomposé avec formation d’iodure de dimercuriammonium qui permet le dosage
colorimétrique des ions ammonium (Rodier, 2008).

IV-2-6- Réactifs:

- Solution de tartrate double de potassium K+ et de sodium Na+:

Tartrate double de potassium K+ et de sodium Na+……….……………500g


Eau distillée chaude…….……………………………………………1000 ml.
- Solution de nessler :
Après refroidissement, ajouter 125 ml de réactif de nessler, laisser reposer deux jours, puis
filtrer, à conserver ensuite au réfrigérateur.

IV-2-7- Mode opératoire:

Introduire 50 ml de prise d’essai, ajouter 2 ml Solution de tartrate double de potassium


K+ et de sodium Na+, mélanger, puis 2 ml de réactif de Nessler et mélanger nouveaux. Laisser
au repos 20 min, effectuer les lectures au spectromètre. A la longueur d’onde 420 nm.

N.B : Si le résultat du Phosphore, le Sulfate, nous donne hors gamme de mesure, on peut
faire une dilution en prenant un volume V1 de l’échantillon en le diluant avec un volume V2
d’eau distillée. On repère l’opération pour l’échantillon dilué et on lit le résultat (x). La valeur
vraie de l’échantillon est la lecture (X) multipliée par le facteur de dilution (fd) dont :

fd = V1+V2/V1

91
ANNEX IV

Figure 08 : Un spectrophotomètre.

V-1- Mesure de métaux lourds en général de (K+, Fe+2, Cu2+, NH4+, Cr 2+


, NO3-, NO2-,
SO4-2, PO43-, Br2, Cl-, Al3+, Ni, Zn) :

V-1-1- Matériel spécial :

Un multi paramètre-photomètre de type HANNA HI 83200.

V-1-2- Mode opératoire:

La détermination de Aluminium (Al3+), Ammonium (NH4+ ), Brome (Br2), Chrome (Cr2+),


Cuivre (Cu+2), chlorure (Cl- ), Fer (Fe+2), Nickel (Ni), Nitrate (NO3- ), Nitrite (NO2-),
Potassium (K+), Sulfate (SO4-2), les ortho phosphates (PO43-), Zinc, dans l’eau a été réalisée à
l’aide d’un multi-paramètre photomètre de type HANNA HI 83200. Dans une cuve fournie
avec l’appareil, On introduit 10ml d’eau à analyser et un sachet relatif au paramètre à
déterminer en suivant un protocole spécial jusqu’à l’obtention du résultat sur l’écran du
photomètre.

92
ANNEX IV

Figure 09 : Un multi paramètre-photomètre.

93
ANNEX V : Tableau de résultat.

Les stations OMS FAO ALG/FR


Les paramètres F1 F2 P3 P4 P5 P6 P7 P8
T(°) 19,7 19,1 18,5 18,85 18,75 18,5 19 19 / / 25
CE (ms/cm) 1,2 1,55 1,65 1,7 1,85 0,8 1,9 1,3 / 3 /
PH 7,09 7,29 7,2 7,115 7,055 7,15 7,19 7,21 / / 8.5
Trb (NTU) 0,25 0,345 0,215 0,3 0,125 0,41 0,3 0,24 5 / /
TAC (mg/l) 290 340 290 285 270 320 300 350 / 75-425 /
SALI (mg/l) 0,72 1,01 1,05 1,13 0,98 0,49 1,2 1,38 1/2000
TH (mg/l) 357,48 181,76 223,91 269,08 197,12 242,58 184,68 159,67 / / 50
ca (mg/L) 180 144 140 156 146 172 136 128 / / 100
Mg (mg/l) 177,48 37,7615 83,917 113,0865 51,1245 70,58 48,689 31,677 / / 50
Cl (mg/l) 461,5 825,375 878,625 962,05 773,9 177,5 1242,4 1491 250 / /
Cu (mg/l) 0 0,05 0 0,075 0,05 0,07 0 0 2 / /
Cr+6 (mg/l) 0.014 0.014 0.015 0.023 0.010 0.004 0.007 0.009 0.050 / /
NO3- (mg/l) 0,018 1,0395 0,086 0,04 0,0315 0,048 0,06 0,045 50 / /
Sulfate (mg/l) 190,67 185,75 134,625 148,645 152,455 1614,1 150 155 250 / /
Ammonium (mg/l) 1,233 0,9305 0,67 0,719 1,032 0,95 0,1 0,26 1.50 / /
P (mg/l) 1,063 0,8425 3,015 0,92 0,785 1,252 1,4 0,4 / 2 /
Fer (mg/l) 0,04 0,015 0,015 0,08 0,1 0,15 0 0,04 0.3 / /
Br (mg/l) 0,2 0,18 0,195 0,17 0,13 0,05 0,2 0,01 0.3 / /
Zin (mg/l) 0 0,012 0,02 0,03 0,08 0,1 0,01 0 3 / /
Al (mg/l) 0,02 0,01 0 0,01 0 0,07 0 0 0.2 / /

94
Résumé

Le présent travail vise à évaluer les paramètres de qualité physicochimique, pollution


globale et éléments indésirables des eaux de la nappe d’El Madher à travers les eaux de
forages et puits de la région. Les valeurs moyennes s’étendent sur une période de 03 mois (de
Mars à Mai 2013).L’étude est conduite, au cours de la période Mars-Mai 2013, en partie sur
terrain et au niveau du laboratoire de traitement des eaux (Département de GC &
Hydraulique) et du laboratoire de recherche RNAMS de l’Université Ben Mhidi, Oum El
Bouaghi.Les paramètres physicochimiques, de pollution et indésirables étudiés sont : T, pH,
CE, Salinité, Turbidité, TH, TAC, Ca2+, Mg2+, Cl-, NH+4, NO-3, SO2-4, PO3-4 et ETM. La
nappe de d’El Madher est, en effet, exposée aux risques d’infiltration des eaux usées jalonnant
la plaine et l’intensification de l’agriculture. Le diagnostic à révélé la présence d’une pollution
pour quelques paramètres qui dépassent les normes algériennes de potabilité à savoir les
chlorures, la dureté pour les forages en amont (F1), l’ammonium uniquement pour tous les
forages et les sulfates pour le forage (F6). Le risque de contamination par les ETM n’est pas
alarment. De ce constant, il apparait que la nappe profonde alimentant les forages est la plus
touchée par la pollution.

Mots clés : nappe souterraine, pollution, oued, forage, puits.

The present work aims to evaluate the physicochemical parameters of quality, global
pollution and undesirable elements of water from the body of El Madher through water
boreholes and wells in the region. Mean values extend over a period of 03 months (March-
May 2013). The study was conducted during the period March-May 2013, partly on land and
in the laboratory water treatment (Department of Hydraulic & GC) and the Research
Laboratory of the University RNAMS Ben Mhidi, Oum El Bouaghi.Physicochemical,
pollution and unwanted studied parameters are: T, pH, EC, salinity, turbidity, TH, TAC, Ca2 +,
Mg2+, Cl-, NH+4, NO-3, SO2-4, PO3-4 and ETM. The web of El Madher is indeed exposed to the
risk of infiltration wastewater punctuating the plains and the intensification of agriculture.
Diagnosis revealed the presence of pollution for some parameters that exceed drinking water
standards Algerian namely chloride, hardness for drilling upstream (F1), ammonium only for
drilling and sulfates for drilling (F6). The risk of contamination by the ETM is not alarmed.
This constant, it appears that the deep aquifer supplying drilling is the most affected by
pollution.
Keywords: groundwater, pollution, wadi, drilling wells.

Vous aimerez peut-être aussi