Vous êtes sur la page 1sur 12

[TITRE DU DOCUMENT]

[Sous-titre du document]

[DATE]
[NOM DE LA SOCIÉTÉ]
[Adresse de la société]
2
Remerciement
Nous tenons à saisir cette occasion et adresser nos
profonds remerciements et notre immense reconnaissance
à Madame EL KADIRI et Monsieur BENAMAR, pour le temps
qu’ils ont consacré à nous apporter les outils
méthodologiques indispensables à la conduite de ce projet.
Leur exigence nous a grandement stimulé, leur patience,
leur disponibilité et surtout leurs judicieux conseils ont
contribué à alimenter notre réflexion afin de mener notre
travail à bon port.
Grâce à leur concours, nous avons pu aborder un sujet
captivant nous permettant ainsi d’inculquer en nous un
esprit innovant et d’acquérir de nouvelles techniques.
Pour clôturer, l’enseignement de qualité dispensé par notre
département a également su nourrir nos réflexions et a
représenté une profonde satisfaction intellectuelle, merci
donc à tous nos professeurs.

3
AVANT-PROPOS :

La recherche de plus de portée est un des problèmes de structure et de


conception des systèmes structuraux des constructions de grande portée. Dans
les éléments d’allure horizontale, c’est le phénomène de flexion qui domine le
comportement structural sous l’effet de charges et surcharges verticales. Cette
sollicitation de flexion qui domine le comportement structural sous l’effet de
charges et surcharges verticales. Cette sollicitation de flexion laisse apparaitre
sur la section de l’élément fléchi des contraintes de traction (étirement) des
fibres inférieures et des contraintes de compression(écrasement) des fibres
supérieures.
On a souvent remarqué le bon comportement de la plupart des matériaux vis-
à-vis des efforts de compression, alors que pour la traction les choses sont
presque totalement différentes. Il est donc aisé de transmettre les charges et
les surcharges et les surcharges de haut en bas (vers le soi par exemple), il est
au contraire beaucoup plus difficile si cette transmission est horizontalement
de gauche à droite ou vice versa.
C’est dans cette constatation que se résume le problème de portée dans les
structures des différentes constructions. Différents systèmes structuraux se
sont développés pour répondre à cette exigence architecturale et structurale.
Et parmi ces structures on trouve essentiellement Les structures
tridimensionnel 

4
Introduction :

C’est dans le domaine des ponts, ouvrages d’art par excellence, que les ingénieurs et
architectes ont appliqués leurs connaissances avec la plus grande créativité, en développant
des techniques audacieuses, originales, qui ont permis la réalisation d’ouvrages
exceptionnels par leurs portées, leurs hauteurs ou leurs procédés de construction. C’est
aussi dans ce domaine que les que les architectes et les ingénieurs ont pu le mieux exprimer
leurs complémentarités. Au fil des années, les progrès des matériaux et notamment le béton
armé et le béton précontraint, l’évolution des exigences et des moyens de calcul.
Parmi les différents types de ponts on trouve le pont suspendu, un ouvrage métallique dont
le tablier est attaché par l'intermédiaire de tiges de suspension verticales à un certain
nombre de câbles flexibles ou de chaînes dont les extrémités sont reliées aux culées sur les
berges. Contrairement à tous les autres ponts, les ponts suspendus exercent une traction
horizontale sur leur point d'appui.
Toutefois c’est construction fait face à des inconvénients dont la principal d’entre eux est les
déformations dues à la souplesse de l’ouvrage, principalement au niveau les dispositions
techniques de ces ouvrages, d'abord légers et assez mobiles, ont évolué pour en faire des
ouvrages de déformation comparables (quoique plus grandes) à celles des ponts rigides. Au
début, le tablier n'avait pas de rigidité propre et subissait tous les mouvements du câble (qui
étaient très importants) au passage des surcharges et du vent. Par la suite, ces mouvements
ont été réduits par l'emploi de haubans fixés directement aux pylônes, qui immobilisaient le
tablier à leur point d'attache. Enfin, on a rendu le tablier rigide (emploi de poutre de
rigidité), ce qui, en répartissant l'action des surcharges sur l'ensemble des suspentes, a
assuré une stabilité de forme à la construction.

I- Présentation générale
I-1- Morphologie du site

Le présent travail porte sur la réalisation d'un ouvrage d'art, permettant le franchissement
d’Oued ENDJA (Figure 1). Le pont fera partie intégrante du projet plus général de la
construction d'une nouvelle voie reliant les communes de Sidi MEROUANE et CHIGARA au
niveau de la wilaya de Mila. La nouvelle Route sera située, au-dessus de barrage BENI
HAROUN. Elle impose deux ouvrages d'art permettant le franchissement de différentes
ravines qui devront être traités avec beaucoup de soins, la « Route» se situant sur la plus
grande entité paysagère de la Région(Figure 1 : Carte de la Région). La Ravine D’OUED ENDJA
est située à proximité d’El-zaouïa et mesure 600m de langueur et environ 51m de

5
profondeur (Figure 2). Le Pont de franchissement est positionné sur la ligne droite qui relie
les coordonnées topographiques PK : 4+700 et P.K : 5+300.

Figure1 : carte de la région de l’ouvrage.

Figure.2. Coupe verticale de la brèche à franchir

Le profil en long :
La pente longitudinale est de 0.04%constante sur toute la langueur.
Le profil en travers :
Le pont à une largeur de 11m dont deux trottoirs de sécurité de 1.5m chacun.

6
I-2- Géotechnique :
Les données, qui concernent la nature du sol et du sous-sol, le recueil constitue
Une étape décisive pour le choix du type de fondation, le substratum est situé sur une
Profondeur de 25 m environ.

I-3- Donnés topographiques :


Il convient de disposer d’un levé topographique et d’une vue en plan du site
Indiquant les possibilités d’accès, ainsi que les aires disponibles pour les installations du
Chantier et les stockages.

I-4- Donnés sismologiques :

7
La région de MILA est classée comme une zone de moyenne sismicité selon le règlement
parasismique algérien.

I-5- Donnés climatiques :


a) La température :
Les effets de température sont bien évidement pris en compte dans le calcul des
constructions, elle a son effet au niveau des joints de chaussée et des appareils d’appui, la
région où se trouve l’ouvrage est caractérisée par une variation de température ΔT= ±10°C.

b) Le vent :
Les efforts engendrés sur les structures par le vent, sont fixés par (fascicule 61) on prend une
surcharge forfaitaire du vent répartie de 2 KN/m.

I-6-Généralité sur les ponts à câble :


Les structures les plus adaptées pour franchir de grandes portées sont les arcs et les
structures à câbles. Le câble est la forme la plus économique d'emploi de l'acier, matériau
résistant à la traction. Si, de manière simplifiée, on l'assimile à un fil sans raideur, il prend
automatiquement une figure d'équilibre funiculaire en traction puisqu'il se dérobe et se
déforme dès qu'il est Soumis à un effort de compression ou à un effort tranchant. Dans les
ponts à câbles, le tablier joue principalement le rôle d'un plancher plus ou moins souple,
transmettant les efforts qu'il reçoit à des structures d'appui par un système de câbles d'acier.
Les deux grandes familles de ponts à câbles sont les ponts suspendus et les ponts à haubans.

I-7- Matériaux à utiliser


a) beton
D’après B.A.E.L, le type de béton choisi est fonction de la destination et des sollicitations
prévisible de la structure porteuse ainsi des performances requise.
1) Béton B35
Ce béton sera utilisé pour la dalle du tablier

• Résistance caractéristique à la compression f c28 = 35 MPa

• Résistance moyenne à la traction f t 28 = 2,7 MPa

• Module sécant d’élasticité instantané Eij = 35 GPa

• Masse volumique p=25KN/m3

• Coefficient de dilatation thermique 12 x 1 0−6 /°C

8
• Coefficients partiels de sécurité
y b = 1.5 en situation durables

y b= 1.15 en situation accidentelle.

2) Béton B40
Ce béton sera utilisé pour les pylônes

• Résistance caractéristique à la compression f c28 = 40 MPa

• Résistance moyenne à la traction f t 28= 3 MPa

• Masse volumique p=25KN/m3

• Coefficient de dilatation thermique 12 x 1 0−6 /°C


• Coefficients partiels de sécurité
y b = 1.5 en situation durables

y b= 1.15 en situation accidentelle.

b).armatures passives
On utilise les aciers S 500 ayant les caractéristique suivant :

Limite d’élasticité :

• Valeur caractéristique : f e= 500 N/mm2

Valeur de calcule f s= 460 N/mm2

• Module d’élasticité : 210 KN/mm2

II-Données et Prédimensionnement
9
1-tablier
Le tablier (en ossature mixte) est constitué par une dalle mince, reposant sur 2
poutres principales longitudinales, entretoisées tous les 6m.

Figure 1 : coupe transversale de tablier

• Nombre de poutres :
N=la / d
la : la largeur de tablier égal11m ;
d : l’espacement on le fixe d=8 m ;
N=11/8=1.37
Donc N = 2 poutres

• Hauteur de poutre h:
L’élancement ou la hauteur économique de la poutre est de l /25

Donc h=24 /25=0.96 m .

A ce stade nous avons adopté une poutre à hauteur h=1.2 m

10
2-Géométrie de la poutre

Figure 2 : coupe transversale de la poutre

3-Calcul des charges :


Charge permanente :
 Les éléments porteurs :

S=(0.6 x 0.03)+(1.13 x 0.03)+(0.8 x 0.04)


S=0.084 m2
P=0.084 x 78.5 x 1=6.59 KN /ml
 Dalle :

SD=11 x 0.25=2.75 m2
PD=2.75 x 25 x 1=68.75 KN /ml
 Entretoise :
Un profilé de HEA600

S=226.5 cm2
P=0.02265 x 11 x 78.5=19.48 KN ;
On a chaque 6m une entretoise

11
Alors :

P=19.48 x (99 /600)=3.214 KN /ml


• Trottoirs :

S=0.4581m 2
P=0.4581 x 2 x 25 x 1=22.905 KN / m
 Les éléments non porteurs

 Couche de revêtement en béton bitumineux 8 cm

Prev=0.08 x 8 x 24=15.36 KN /ml


 Gard corps :

PGc=2 x 1=2 KN /ml


 Glissière de sécurité

PGs=2 x 0.6=1.2 KN /ml


 Donc : Gtotal=3.214+68.75+1.2+2+15.36+ 6.59+ 22.905

Gtotal=120.02 KN /ml
Les surcharges :
• Trafics :
qt=3 KN / m2
qt=3 x 8=24 KN /ml

4-Suspentes :
Le nombre des câbles est : ܰ N=29

Les câbles de Freyssinet de 37T15.

5-Câble porteur :
Le nombre des câbles : n=890.378

Des câbles Freyssinet de 15x91T15.

12

Vous aimerez peut-être aussi