Vous êtes sur la page 1sur 38

Introduction................................................................................................................................

Chapitre I: Fonctionnement d’une éolienne.........................................................................................7


I.1 Généralité de l’energie éolienne :..................................................................................................................7
I.1.1 Quelques dates importantes dans l’historique de l’énergie éolienne :....................................................7
I.2 Type d’éolienne :............................................................................................................................................9
I.2.1 Eolienne à axe horizontale :......................................................................................................................9
I.2.1.1 Principe de fonctionnement d’une éolienne à axe horizontale :.......................................................9
I.2.1.2 Composantes d’une éolienne à axe horizontale:...............................................................................9
I.2.2 Eolienne à axe verticale :.........................................................................................................................10
I.2.2.1 Eolienne à axe verticale de type Savonius :......................................................................................10
I.2.2.2 Principe de fonctionnement d’une éolienne Savonius :..................................................................11
I.2.2.3 Eolienne à axe verticale de type Darrieus :......................................................................................11
I.2.2.4 Principe de fonctionnement d’une éolienne Darrieus :...................................................................12
I.3 Etude théorique d’une éolienne :................................................................................................................12
I.3.1 Énergie cinétique....................................................................................................................................12
I.3.2 Énergie théoriquement récupérable.......................................................................................................12
I.3.3 Puissance récupérable.............................................................................................................................13
I.3.4 Loi de BETZ..............................................................................................................................................13
I.3.5 Coefficient de performance....................................................................................................................16
I.3.6 Puissance mécanique à l’entrée de la génératrice.................................................................................16
I.3.7 Vitesse angulaire :...................................................................................................................................16
I.3.8 Vitesse du vent créée par le déplacement de la pale.............................................................................16
I.3.9 Vitesse relative :......................................................................................................................................17
I.3.10 Vitesse spécifique :.................................................................................................................................17
I.3.11 Force de portance :.................................................................................................................................17
I.3.12 Force de traînée :....................................................................................................................................17
I.3.13 Couple mécanique produit par l'éolienne :............................................................................................18

Chapitre II: Stockage d’energie éolienne............................................................................................19


II.1 Généralité.....................................................................................................................................................19
II.1.1 Stockage sous forme d’énergie gravitaire (système hydraulique)..........................................................19

Page |
II.1.2 Stockage sous forme d’énergie de pression (air comprimé)..................................................................21
II.2 Stockage à petite échelle :...........................................................................................................................22
II.2.1 Stockage sous forme d’énergie électromagnétique :.............................................................................22
II.2.1.1 Stockage dans des inductances supraconductrices :......................................................................22
II.2.1.2 Stockage dans des super-condensateurs :......................................................................................23
II.2.2 Stockage sous forme d’hydrogène (Piles à combustible) :.....................................................................23
II.2.3 Stockage sous forme d’air comprimé :....................................................................................................24

Chapitre III: Exploitation de l’énergie éolienne..................................................................................26


III.1 Technologies et applications :......................................................................................................................26
III.1.1 Éolien terrestre :.....................................................................................................................................26
III.1.2 Éolien offshore :......................................................................................................................................26
III.2 Statistiques sur L'énergie éolienne :............................................................................................................27
III.3 Projets déjà réalisés au Maroc ou en cours de réalisation public ou privé:................................................28
III.3.1 Projet de 50 MW (El Koudia El Baida -Tétouan)....................................................................................29
III.3.2 Projet de 60 MW à Cap Sim (ESSAOUIRA) :...........................................................................................29
III.3.3 Projet de 32 MW de Lafarge (Usine de Ciments de Tétouan) :.............................................................29
III.3.4 Projet de 300 MW (Tarfaya) :.................................................................................................................29
III.4 Quelles sont les Applications possibles dans une ferme ?..........................................................................30
III.4.1 Production d’électricité :........................................................................................................................30
III.4.2 Pompage d’eau et d’air :........................................................................................................................30

Conclusion.................................................................................................................................31

Bibliographie.............................................................................................................................32

Page |
Table des figures

Figure 1: Principe de la conversion d’énergie...............................................................................................6

Figure 2: Composantes d'une éolienne..........................................................................................................7

Figure 3: Colonne d'air..................................................................................................................................9

Figure 4:Schéma théorique d'une éolienne..................................................................................................10

Figure 5: Evolution du rapport de la puissance en fonction du rapport des vitesses d'entrée et de sortie

d’une éolienne..............................................................................................................................................11

Figure 6: Variation de la puissance en fonction de la vitesse spécifique....................................................12

Figure 7: Système de stockage inertiel associé à l’énergie éolienne Stockage à grande échelle................15

Figure 8: Centrale hydraulique gravitaire - schéma du principe de fonctionnement dans le cas où il est

associé aux éoliennes et à la STEP..............................................................................................................17

Figure 9: Centrale du stockage d'air comprimé - schéma du principe d'une installation de stockage à air

comprimé associé à des éoliennes...............................................................................................................18

Figure 10: Coupe schématique et vue de super-condensateur.....................................................................19

Figure 11: Schéma montrant les principes de fonctionnement d'une pile à combustible (à et b), une pile

à combustible réelle (c)................................................................................................................................19

Figure 12: Production et utilisation d'hydrogène produit à partir d'énergies renouvelable.........................20

Figure 13 : Schéma d'un système de stockage à air comprimé....................................................................20

Figure 14: Schéma d'un système de stockage à air comprimé dans des tuyaux sous terrains associé à un

système hybride éolienne-diesel..................................................................................................................21

Figure 15: L’énergie éolienne dans le monde en 2013 [14]........................................................................24

Figure 16: Croissance des différentes énergies renouvelables dans la production d’électricité (ex:

France) entre 1997 et 2006..........................................................................................................................26


Page |
Page |
Remerciement 
Nous remercions en premier lieu Dieu tout puissant pour avoir nous accorder la puissance et la
volonté de terminer ce travail.
Nous tenons à remercier aussi toute l’équipe pédagogique de FSSM et en particulier tous les
professeurs du la filière de physique pour l’effort fourni pour réussir notre formation.
Nous tenons à remercier notre encadrant M.BOUKENDIL pour sa disponibilité, ces conseils et
surtout l’intérêt qu’il a donné à notre sujet.
Nous remerciements s’adressent aussi aux membres de jury pour avoir accepté de juger notre
travail.
Nous adressons également nos sincères remerciements aux membres de nos familles qui n’ont
jamais hésité à nous offrir le meilleur d’eux-mêmes et surtout nos parents qui ont supporté les frais de
nos études.
Enfin nous remercions tous nos camarades de la filière SMP.

Page |
Introduction

Le problème énergétique constitue un enjeu majeur dans le monde affecté par une forte
consommation des énergies. En outre, les énergies fossiles polluent l’environnement dont il importe de
préserver par la diminution de la production des gaz à effet de serre mais aussi, les pays sont fortement
marqués par un déficit énorme dans la production de l’énergie nécessaire pour permettre leur
développement. La nouvelle tendance mondiale voudrait que l’on investisse dans les énergies
renouvelables.
L'utilisation des énergies renouvelables telles que l'énergie solaire, l'énergie éolienne, l'énergie
hydraulique et géothermique constitue actuellement une alternative.
Comparées aux autre sources d’énergie (fossile et fissile) les sources d’énergies renouvelables
ont d’un point de vu global comme principal avantage d’être plus écologique, moins destructeurs
envers la planète et d’être plus également repartie au niveau global, et surtout de devenir complètement
gratuite une fois l’investissement initial est remboursé.
L'énergie éolienne constitue actuellement une des principales formes d'énergie renouvelable et
qui a suscité un grand intérêt durant les dernières décennies.
La filière éolienne est probablement la plus grande réussite parmi les technologies renouvelables,
puisque ses coûts sont devenus aujourd’hui compétitifs avec d’autres filières traditionnelles. Grâce aux
améliorations technologiques qui ont permis les réductions des coûts, cette filière occupe actuellement
une part de plus en plus importante dans le bilan énergétique de nombreux pays. Cette source d’énergie
a aussi l’avantage d’être écologiquement très propre puisqu’un parc d’aérogénérateurs n’émet ni
polluants ni gaz à effet de serre et qu’il ne génère pas de déchets et ne comporte que des risques
mineurs sur l’environnent.
Ainsi, dans ce projet de fin d'études, on s'intéresse à l’étude, de cette forme d'énergie de différents
côtés.
Ce manuscrit est structuré comme suit :
- Dans le premier chapitre et après avoir présenté des généralités sur l'énergie éolienne on
s'intéressera aux aspects théoriques de cette forme d’énergie.
- Le second chapitre est consacré aux méthodes de stockage de l’énergie éolienne.
- Le troisième chapitre est dédié à la présentation des principales exploitations de cette énergie.

Page |
- Enfin, ce mémoire sera terminé par une conclusion générale.

Page |
Chapitre I:  Généralités sur l’éolien et leur fonctionnement
I.1 Généralités de l’energie éolienne 
L’énergie éolienne est, parmi les énergies renouvelables, celle qui connaît la croissance la plus
rapide au monde. Elle est presque universellement reconnue comme une source d’énergie la plus
prometteuse pour produire de l’électricité propre à court et à moyen termes et elle contribue à la
préservation de l’environnement. L’utilisation de la force du vent pour suppléer l’énergie humaine ou
animale n’est pas nouvelle : Certains pays ont depuis le Moyen-Age largement fait usage de ce type
d’énergie par le biais de moulins à vent ou d’éoliennes dites américaines que ce soit pour moudre le
grain ou pomper l’eau. Les années 1970 à 2000 ont vu une importante évolution à la fois de leur
utilisation par le monde et de leur conception, bénéficiant des progrès technologiques et scientifiques
dans les domaines de l’aérodynamique, la structure, les matériaux, l’électronique, etc…

I.1.1 Quelques dates importantes dans l’historique de l’énergie éolienne 


 400 avant Jésus Christ : l’homme apprend à maitriser le vent .les chinois sont les
premiers à prendre la mer sur des radeaux de fortune ;

 VIIe siècle : utilisation en perse ( Iran actuel ) de roues à énergie éoliennes


rudimentaires composées d’une simple tour supportant des pales faites à partir de
roseaux attachés en paquets servant à l’irrigation des terres cultivées et pour écraser
du grain.

Figure 1: Moulin à vent.


 1700: Les turbines éoliennes font leur apparition au canada grâce aux colons qui les
utilisent pour moudre le grain. Fin 17e siècle les moulins à vent sont l’équivalent du
moteur électrique de l’Europe préindustrielle.
Page |
 1887-1888 : L’américain Charles F.Brush, construit la première éolienne
automatique haute de 18 mètres pesant 3,6 tonnes et alimentant une haute de
génératrice de 12 KW.

Figure 2: Première éolienne automatique.

 1920 : L’inventeur français Georges J.M. Darrieus développe le concept d’un rotor
à axe vertical : éolienne Darrieus.

Page |
Figure 3: Eolienne Darrieux de type parabolique.

 1924 : l’ingénieur finlandais Sigurd Savonius développe une éolienne constitue


schématiquement d’un minimum de deux demi cylindres légèrement désaxés.
L’éolienne Savonius a été breveté en 1929.

Figure 4: Eolienne Savonius cylindrique.

I.2 Type d’éolienne 


Il existe deux grands types d’éolienne à savoir :
 Eolienne à axe horizontale
 Eolienne à axe verticale 

I.2.1 Eolienne à axe horizontale 


Une éolienne à axe horizontal est une hélice perpendiculaire au vent, montée sur un mât.
La hauteur est généralement de 20 m pour les petites éoliennes, et supérieure au double de
Page |
la longueur d'une pale pour les modèles de grande envergure [CITATION VBi18 \l
1036 ].

I.2.1.1 Principe de fonctionnement d’une éolienne à axe horizontale 


Les éoliennes à axe horizontale permettent de convertir l’énergie du vent en énergie électrique.
Cette conversion se fait en deux étapes (figure 5) [ CITATION Eco19 \l 1036 ]:
- au niveau de la turbine, qui reçoit une partie de l’énergie cinétique du vent disponible pour la
convertir en énergie mécanique ;
- au niveau de la génératrice, qui reçoit l’énergie mécanique et la convertit en énergie électrique
qui est transmise ensuite au réseau électrique. Il doit donc y avoir conversion et transmission régulières
de l’énergie, concernant le stockage la seule possibilité de stockage étant inertielle au prix d’une
accélération de la turbine.

I.2.1.2 Composantes d’une éolienne à axe horizontale


Une éolienne à axe horizontale est constituée par plusieurs éléments liés entre eux.
Dans la figure ci-dessous, on présente les principales composantes d’une éolienne.

Figure 5: Composantes d'une éolienne.


1) Ailes ou pales d’une éolienne: ce sont les capteurs de l'énergie cinétique qui
transmettent l'énergie au rotor. Elles sont en fibres de verre et matériaux
composites. Leur profil est le fruit d'études aérodynamiques complexes.
Page |
2) Le moyeu : il est pourvu d'un système qui permet d'orienter les pales pour réguler
la vitesse de rotation.
3) L'arbre primaire (ou arbre lent) : il relie les pales au multiplicateur.
4) Le multiplicateur : il permet de réduire le couple et d'augmenter la vitesse. C'est
l'intermédiaire entre l'arbre primaire et l'arbre secondaire.
5) L'arbre secondaire : il amène l'énergie mécanique à la génératrice. Il est équipé
d'un frein à disque mécanique qui limite la vitesse de l'arbre en cas de vents
violents.
6) Le générateur électrique : il assure la production électrique. Sa puissance peut
atteindre jusqu'à 5 MW. Il peut-être une dynamo (produit du courant continu) ou un
alternateur (produit du courant alternatif). L'alternateur est le plus utilisé pour des
raisons de coût et de rendement.
7) La tour ou le mât d’éolienne: c'est un tube en acier, pilier de toute l'infrastructure.
Sa hauteur est importante : plus elle augmente, plus la vitesse du vent augmente
mais en même temps le coût de la structure augmente. En général, le mat a une
taille légèrement supérieure au diamètre des pales.
8) Le système d'orientation de la nacelle : c'est une couronne dentée équipée d'un
moteur qui permet d'orienter l'éolienne et de la verrouiller dans l'axe du vent grâce
à un frein.
9) Le système de refroidissement : il est à air, à eau ou à huile et destiné au
multiplicateur et à la génératrice.
10) Les outils de mesure du vent : girouette pour la direction et anémomètres pour la
vitesse. Les données sont transmises à l'unité de commande.
11) Le système de contrôle électronique : il gère le fonctionnement général de
l'éolienne et de son mécanisme d'orientation.

I.2.2 Eolienne à axe verticale :


Principalement utilisé en milieu urbain, elles captent le vent dans toutes les directions
contrairement aux éoliennes à axe horizontal qui doivent toujours se placer face au vent pour
fonctionner. Les deux technologies les plus connues des éoliennes à axe vertical sont les éoliennes
Darrieus et Savonius [ CITATION VBi18 \l 1036 ].

Page |
I.2.2.1 Eolienne à axe verticale de type Savonius :
Inventé par l’ingénieur finlandais Sigurd Savonius en 1924 et a été breveté en 1929. Le
fonctionnement est basé sur la pression du vent à l’intérieur de godets opposés et légèrement désaxés.

I.2.2.2 Principe de fonctionnement d’une éolienne Savonius :


Le vent s'engouffre dans l'un des demi-cylindres et le pousse. Les demi-cylindres n'étant pas
rattachés en un même point, mais légèrement désaxés, le vent continue sa course dans l'autre demi-
cylindre, qu'il pousse à son tour (figure 6) [ CITATION LeG08 \l 1036 ].

Figure 6: Eolienne Savonius.

I.2.2.3 Eolienne à axe verticale de type Darrieus :


L’éolienne Darrieus est un type d'éolienne à axe vertical dont la turbine se compose d'un certain
nombre de pales incurvées montées sur un arbre vertical rotatif ou un cadre. Ce concept d'éolienne a été
breveté par Georges Darrieus, ingénieur aéronautique français en 1931. Les rotors Darrieus utilisent la
portance des pales subies par un profil soumis à l’action d’un vent relatif [ CITATION LeG08 \l
1036 ]. Ils sont caractérisés par un faible couple de démarrage et une vitesse de rotation élevée donc
une grande puissance récupérable. Pour améliorer le couple de démarrage, on peut les associer avec le
rotor de type Savonius, ce qui en diminue les autres propriétés (légèreté, vitesse maximum, coût ...).
Malgré ces avantages, ces machines restent difficiles à maitriser.
On distingue plusieurs déclinaisons du rotor Darrieus :
- Simple rotor cylindrique avec deux profils disposés de part et d’autre de l’axe
- Le rotor parabolique : où les profils sont recourbés en troposkine (courbe que dessine un câble
fixé à ces extrémités à un axe que l’on fait tourner à une vitesse angulaire. constante.) et fixés au
sommet et à la base de l’axe vertical.

Page |
- Le rotor hélicoïdal : avec les pales de forme parabolique rattachées au sommet et à la base de
l’axe.
- Le rotor en H : avec des pales parallèles à l’axe et rattachées au sommet [ CITATION ABe10 \l
1036 ].
La plus grande éolienne de ce type au monde a fonctionné au Canada (au parc éolien le Nordais)
de 1983 à 1992. Elle avec une hauteur de 110 m et produisait 4MW avec un générateur au sol
[ CITATION LeG08 \l 1036 ].
Les éoliennes de type Darrieus ont une vitesse d’amorçage de 4 m/s.

Figure 7: Configuration des éoliennes Darrieus.


I.2.2.4 Principe de fonctionnement d’une éolienne Darrieus :
Dans les versions originales d'éolienne Darrieus, les pales sont disposées de telle sorte qu'elles
sont symétriques et sont disposées avec un angle de zéro par rapport à la structure. Cette disposition est
aussi efficace, quelle que soit la direction du vent. Lorsque le rotor Darrieus tourne, les pales vont vers
l'avant dans l'air avec une trajectoire circulaire. Les principes aérodynamiques qui font tourner le rotor
sont équivalentes à ceux des autogires et hélicoptères autorotation ; L'énergie provenant du couple et de
la vitesse de rotation peut être extrait et convertie en puissance électrique à l'aide d'un générateur
électrique [ CITATION ABe10 \l 1036 ].

I.3 Etude théorique d’une éolienne :

I.3.1 Énergie cinétique


Le vent est de l’air en mouvement, et comme tout corps en mouvement on peut lui associer
une énergie cinétique, elle est en fonction de la masse et de la vitesse du volume d'air[ CITATION
wik \l 1036 ]. Si on considère que la masse volumique de l'air (masse de l'air par unité de volume) est
constante, on peut dire que l'énergie fournie par le vent est fonction de sa vitesse :

Page |
1
Ec= m v 2
2
m : Masse du volume d’air en (kg)
v : Vitesse moyenne du vent en (m/s)
Ec : Énergie cinétique en joules

I.3.2 Énergie théoriquement récupérable


En considérant un dispositif de récupération de cette énergie de surface S et en faisant l'hypothèse
que la vitesse du vent est identique en chaque point de cette surface, le volume d'air qui traverse cette
surface en 1 seconde est égal àV s .
1 2 1 3 1 3
Puissance théoriquement récupérable : P= D m . v = ρ . V s . v = ρ . S . v
2 2 2
P : Puissance récupérable
Dm : Débit massique du volume d’air traversant la surface S en 1 seconde
(kg /s)
ρ  : Masse volumique de l’air (kg /m3)
v : Vitesse de l’air traversant le dispositif (m/s)
S : Surface de dispositif de récupération (m2)
Vs : Débit volumique d’air (m 3 /s )

I.3.3 Puissance récupérable


On considère une colonne d’air de longueurdl, de section S et de masse volumique ρanimée d’une
vitesse v conformément à la figure 3.

Figure 8: Colonne d'air.

L’énergie cinétique de cette colonne d’air est donc :

Page |
1
d Ec = d m v 2 avec d m =ρ S dl
2
dl
Or nous savons que dl=v dt car v=
dt
1 3
D 'où d Ec = ρ S v dt
2
On déduit ainsi l’expression de la puissance disponible :
P d Ec 1 3
d =¿ = ρS v ¿
dt 2

La puissance disponible maximale s’obtient lorsque l’énergie cinétique de rotation de l’air après
passage au niveau de l’éolienne est faible, c’est-à-dire pour une forte vitesse angulaire de rotation ω et
un faible couple sur l’arbre.

I.3.4 Loi de BETZ


En 1919 le physicien allemand Albert Betz (1885 - 1968) publia une étude sur les éoliennes. Il
s'agit de déterminer la puissance mécanique maximale que l'éolienne peut fournir pour entraîner un
alternateur ou toute autre charge. Albert Betz a réussi à démontrer que cette puissance maximale ne
dépend que de la masse volumique ρ de l'air, de la vitesse du vent v1 devant l'éolienne et de l'aire S de
la surface balayée par les pales. La forme des pales et leur nombre n'interviennent pas. Ce théorème
s'applique aussi aux hydroliennes, ρ devenant la masse volumique de l'eau et v1 la vitesse du courant
marin par rapport à l'hydrolienne.
Cette loi permet de calculer l'énergie maximale récupérable par une éolienne. On considère
l'éolienne schématisée sur la figure 4 où l'air se déplace de la droite vers la gauche avec v1 la vitesse de
vent à l'entrée et v 2 est la vitesse à la sortie. La vitesse moyenne est donnée par:

v1 + v 2
v moy=
2

Pendant un temps ∆ t, la masse ∆ m d'air traversant l'éolienne est égale à :

v 1+ v 2
Δm=ρ . S . v moy . Δt .¿ ρ . S . . Δt
2

avec S est la surface balayée par les pales de l'éolienne.

Page |
Figure 9:Schéma théorique d'une éolienne.

D'après le théorème de l'énergie cinétique :

Ec 2−E c1=∆ W é olienne

1
Ec = . ∆ m. v 2
2

1
Ec 2−E c1= . Δm .( ( v 2 )2−( v 1 )2)
2

On a v 2< v 1 donc cette énergie est négative (elle est transférée de l'air à l'éolienne)
[CITATION Ass96 \l 1036 ] .

En remplaçant ∆ m par l'expression trouvée précédemment, la relation devient:

ρ. S
∆ W é olienne = . ( v 1+ v 2 ) . (v 22−v 12 ).∆ t
4

Ainsi la puissance reçue par l'éolienne est donnée par:

−ΔW é olienne
Pé olienne =
Δt

ρ.S
Pé olienne = . ( v 1+ v 2 ) .( ( v1 )2 −( v 2 )2 )
4

Page |
Si l'éolienne n'était pas là, l'énergie cinétique de la masse d'air serait égale à :

1
Ec 0= . ρ. S .(v1 )3 . Δt
2

ce qui correspond à une puissance :


1
P0= . ρ. S .( v1 )3
2
Avec ρ : Masse volumique de l’air à la température ambiante.
Alors le calcul du rapport de Pé olienne / P0  donne :
P é olienne 1 v v
P0
=
2 v1 {( ) ( ) }
1+ 2 .(1− 2 ²)
v1

P éolienne v2
La courbe représentant l’évolution de en fonction de est donnée sur la figure 5.
P0 v1

Figure 10: Evolution du rapport de la puissance en fonction du rapport des vitesses d'entrée et
de sortie d’une éolienne.
Ainsi, la puissance d'une éolienne est donnée par :

8
Pé olienne ¿ ρ . S .( v 1)3
27

Elle dépend de la surface balayée par les pales et du cube de la vitesse d’entrée v1 [ CITATION
Con94 \l 1036 ].

Page |
I.3.5 Coefficient de performance
Le coefficient de performance indique l’efficacité avec laquelle l’éolienne convertit l’énergie
mécanique du vent en énergie électrique. Ce coefficient divers suivant les rotors des éoliennes et tient
compte de la limite de Betz. Pour cela, il sera toujours inférieur à ces limites.

Figure 11: Variation de la puissance en fonction de la vitesse


spécifique.

I.3.6 Puissance mécanique à l’entrée de la génératrice


C’est le produit de la puissance disponible par le coefficient de puissance de l’éolienne.
Pm =C p . P d
Pm : Puissance mécanique à l’entrée de la génératrice (en W)
Pd  : Puissance récupérable (en W)
C p: Coefficient de performance (sans unité)

I.3.7 Vitesse angulaire 


La vitesse angulaire 𝜔, aussi appelée fréquence angulaire ou pulsation, est une mesure de la
vitesse de rotation. C'est-à-dire un angle par seconde
ω=2 π . f
ω : vitesse angulaire (rad/s)
Page |
f : Fréquence de rotation du rotor (en s-1)

I.3.8 Vitesse du vent créée par le déplacement de la pale


n
U =ω . r=2 π . f . r =2 π . .r
60
Avec :
U :Vitesse du vent dû au déplacement de la pale ou vitesse tangentielle (en m/s)
ω : Vitesse angulaire du rotor (en rad/s)
r : Distance du point considéré à l'axe de rotation (en m)
f :Fréquence de rotation du rotor (en hertz = s-1 = tour/seconde)
n :Fréquence de rotation du rotor (en tour/min).

I.3.9 Vitesse relative 


Le vent vu par la pale est en fait une composition du vent réel et du vent créé par le déplacement
de la pale (qui varie sur toute la longueur de la pale proportionnellement au rayon), ce vent résultant est
appelé vent apparent ou vent relatif, la vitesse de ce vent résultant par rapport à la pale est supérieure à
la vitesse propre de la pale [ CITATION Eur18 \l 1036 ].
D’après le théorème de Pythagore, la vitesse relative au carré est donnée par la somme des carrés de la
vitesse du vent et la vitesse tangentielle de la pale.

Vitesse relative de la pale :


V r = √ V m2 + U 2
V r :Vitesse relative de la pale (m/s)
V m :Vitesse moyenne du vent (m/s)

I.3.10 Vitesse spécifique 


U ωR
λ= =
V V

λ :Vitesse spécifique (sans unité)


R :Longueur des pales ou rayon de la turbine (en m)

I.3.11 Force de portance 


La portance est perpendiculaire à la direction du vent.

Page |
1
F P= ρ Air . S . V r2 . C z
2
F p :Force de portance (en N)
C z :Coefficient de portance, il est déterminé en soufflerie et est propre pour chaque profil de pale.

I.3.12 Force de traînée


C’est une force qui agit sur la pale dans la même direction que le vent. Cette force tend à contrer
le mouvement d’avancement de la pale et doit donc être la plus faible possible. La traînée est calculée
de la façon suivante :
1
F t= ρ Air . S . V r2 .C x
2
F t :Force de trainée (en N)
C x : Coefficient de trainée

I.3.13 Couple mécanique produit par l'éolienne


P
C m=
ω
C m :Couple mécanique produit par l'éolienne (en N.m)
P :Puissance mécanique (en W)
ω :Fréquence de rotation du rotor (en rad/s)

Page |
Chapitre II: Stockage d’energie éolienne 
II.1 Généralité
Physiquement, l’électricité peut être stockée directement dans des condensateurs et dans des
inductances. Cependant, même avec les super-condensateurs ou avec les inductances
supraconductrices, les quantités d’énergie qu’il est possible de confiner avec ces composants sont
faibles. En outre, l’utilisation actuelle se fait principalement en courant alternatif et les condensateurs
se prêtent mal à un stockage direct sous cette forme.
Le stockage de l’électricité peut se faire d’une façon significative. Il faut d’abord la transformer
en une autre forme d’énergie stockable, puis effectuer la transformation inverse lorsqu’on désire
disposer à nouveau de l’électricité [16].

II.1.1 Stockage
sous forme
d’énergie
gravitaire
(système

Figure 12: Système de stockage inertiel associé à l’énergie éolienne


Stockage à grande échelle.

hydraulique)
Les systèmes hydrauliques gravitaires sont des centrales d’accumulation par pompage-turbinage,
technologie actuellement largement dominante dans les grandes puissances (quelques dizaines de GWh
ou centaines de MW).
Le travail W que produit une masse m qui descend d’une hauteur h est donné par la formule :
mgh
W=
3600
où g =9. 81 m /s^2, h (m), m(t : tonnes), W (KWh).

Page |
D’après cette formule, une masse de 1 tonne qui chute de 100 m produit un travail de 0.272 kWh.
On conçoit donc qu’il faut des masses énormes pour obtenir des puissances élevées, ne serait-ce que
pendant 1 heure. La prise en compte de telles masses n’est possible qu’à l’aide de barrages
hydrauliques de grande capacité énergétique et qui utilisent la force motrice de l’eau, source
renouvelable d’énergie très concentrée dont un intérêt primordial est qu’elle est quasi immédiatement
disponible.
Ce type de barrages collecte les eaux d’un bassin versant et accumule ainsi de l’énergie qui ne
sera transformée en électricité qu’en fonction des besoins instantanés du réseau. C’est ainsi que
certaines barrages fonctionnent essentiellement aux heures de pointe. On voit ainsi qu’une source
renouvelable joue un rôle considérable dans la gestion du réseau.
Si l’on veut stocker de l’énergie électrique, il faut utiliser des stations de transfert d’énergie par
pompage (STEP) qui permettent de pomper et turbiner cycliquement la même eau entre un bassin
supérieur et un bassin inférieur.
Leur principe généralement est bien connu : Lors des périodes où la demande d'électricité est très
élevée (heures de pointe, le plus souvent pendant la journée), l'eau s'écoule du bassin supérieur afin de
produire de l'électricité. Lorsque la demande est peu élevée (heures creuses, le plus souvent pendant la
nuit), l'installation d’accumulation par pompage utilise de l'électricité afin de faire remonter l'eau du
bassin inférieur vers le bassin supérieur pour le remplir à nouveau, puis on turbine pour produire de
l’électricité d’une valeur plus élevée aux heures de pointe.
Les retenues d’eau, haute et basse, peuvent être soit naturelles, soit artificielles. Pour le matériel
électromécanique, il peut y avoir deux conceptions différentes. Les groupes ternaires (dont la ligne
d’arbre comporte trois éléments : la turbine, l’alternateur-moteur et la pompe) et les groupes avec
pompes-turbines qui sont des machines réversibles capables d’assurer les deux fonctions de pompage et
turbinage. Les groupes ternaires sont plus chers et présentent l’inconvénient d’avoir une ligne d’arbre
très longue; par contre, ils ont des matériels adaptés à leur fonction, ce qui permet d’espérer de bons
rendements. Les groupes réversibles sont intermédiaires entre les pompes et les turbines [ CITATION
Eur18 \l 1036 ].
Le pompage et le turbinage ont leurs propres rendements de conversion. Le rendement global
d’un système hydraulique gravitaire vu du réseau électrique est d’environ 65% à 75% selon les
caractéristiques des équipements [ CITATION Eur18 \l 1036 ].

Page |
Figure 13: Centrale hydraulique gravitaire - schéma du principe de
fonctionnement dans le cas où il est associé aux éoliennes et à la STEP.
La contrainte majeure est reliée à la nécessité de sites au relief adapté; pour ça, la mise en œuvre
de cette technologie suppose bien entendu l’existence de retenues d’eau appropriées. Les STEP ne
peuvent pas être placées en aval dans le réseau au voisinage des centres de consommation et leur intérêt
économique ne peut être que le report d’énergie et les avantages cinétiques. Compte tenu du rendement
du cycle, il faut absorber 4 kWh pour en produire 3 kWh ; la STEP ne peut être utilisée pour le report
d’énergie que s’il existe un écart au moins 33% entre les coûts d’heures creuses et ceux d’heures de
pointe. Ce n’est qu’au-delà de ce seuil que commencent les gains.
Par ailleurs, les STEP sont capables, comme les centres hydrauliques, de modulations
extrêmement rapides; elles peuvent par exemple [12], palier le déclenchement d’une grosse unité
thermique. Leur installation dans les régions dépourvues d’hydraulique gravitaire permet ainsi
d’assurer des fonctions de modulation rapide (réglages primaire et secondaire ou réserve tertiaire).

II.1.2 Stockage sous forme d’énergie de pression (air comprimé)


Le stockage d’air comprimé (CAES compressed air energy storage) représente une technologie
déjà relativement avancé avec plusieurs réalisations de grande puissance. Une centrale de production
d’électricité avec une turbine à gaz classique utilise près de deux tiers de la puissance disponible sur
l’arbre pour la compression de l’air de combustion. Il apparaît donc possible, en séparant les processus
dans le temps, de se servir de l’électricité disponible durant les heures creuses (heures du stockage afin
de comprimer de l’air avec un turbocompresseur, puis de produire, pendant les heures de déstockage
(heures de pointe), une puissance trois fois plus importante pour la même consommation du

Page |
combustible en réchauffant l’air dans une chambre de combustion avant de le détendre dans la turbine.
La chaleur résiduelle de la fumée est récupérée et utilisée pour chauffer l’air (figure 14).
La construction de systèmes (CAES) nécessite de disposer d’une géologie favorable permettant
de disposer des grandes cavernes situées à grande profondeur et constituées de roche de très bonne
qualité ou de dépôts de sel adéquats (anciennes mines de sel par exemple). De même une cavité de
stockage de gaz naturel dont on n’aurait plus l’usage peut avantageusement être transformée en cavité
de stockage d’air comprimé.
La définition du rendement ici est particulière car l’air est réchauffé dans une chambre de
combustion grâce à un appoint de gaz naturel, avant d’être détendu dans la turbine. Pour restituer 1

Figure 14: Centrale du stockage d'air comprimé - schéma du principe d'une


installation de stockage à air comprimé associé à des éoliennes.
kWh au réseau, il faut absorber 0,7 à 0,8 kWh d’électricité pendant les heures creuses Pour améliorer le
rendement du système et pour des raisons économiques, il faut s’assurer que les fuites d’air
(autodécharge) soient les plus faibles possibles pour la compression de l’air et absorber 1,22 kWh de
gaz naturel durant la restitution (heures de pointe).

II.2 Stockage à petite échelle 

II.2.1 Stockage sous forme d’énergie électromagnétique 

II.2.1.1 Stockage dans des inductances supraconductrices 


Le stockage d’énergie dans une bobine supraconductrice est l’un de deux systèmes de stockage
direct de l’électricité, sous la forme d’un courant électrique continu circulant dans une bobine. Ce

Page |
courant augmente pendant la charge et décroît pendant la décharge et doit être converti pour être
exploitable sous forme de tension continue ou alternative.
Un des avantages de ce système de stockage est son très bon rendement instantané, voisin de 95%
pour un cycle de charge-décharge
Une station de stockage électromagnétique se compose principalement d’une grande bobine
supraconductrice connectée au réseau par des transformateurs et des convertisseurs alternatif-continu à
thyristors [17].

II.2.1.2 Stockage dans des super-condensateurs 


Le stockage d’énergie dans des super-condensateurs est l’un de deux systèmes de stockage direct
de l’électricité, sous la forme d’un champ électrique entre deux électrodes. À la différence des
dispositifs électrochimiques, il n’y a pas de réaction chimique ce qui accroît considérablement la
cyclabilité.

Figure 15: Coupe schématique et vue de super-condensateur.


Les super-condensateurs se caractérisent par une durée de vie à priori sans limite mais en pratique
de l’ordre de 8 à 10 ans, un rendement de l’ordre de 95% et une autodécharge de l’ordre de 5% par jour
qui nécessite tout de même une consommation rapide de l’énergie stockée.

II.2.2 Stockage sous forme d’hydrogène (Piles à combustible) 


Comme dans le cas des stockages à grande échelle, l’électricité peut servir à produire de
l’hydrogène par électrolyse de l’eau. Les piles à combustible sont ensuite un des moyens pour la
restituer.
Le système de stockage envisagé met en œuvre trois équipements : l’électrolyse qui consomme
de l’électricité d’heures creuses pour produire de l’hydrogène, la pile à combustible qui utilise cet
hydrogène et l’oxygène de l’air pour produire de l’électricité aux heures de pointe et un réservoir
tampon d’hydrogène pour assurer l’adéquation des ressources aux besoins.

Page |
Ces piles se différencient selon la nature de leur électrolyte et de là par le niveau de leur
température de fonctionnement, leur architecture et les domaines d'application dans lesquels chaque
type peut être utilisé. Par ailleurs, chaque pile a des exigences différentes en termes de combustibles.
La production d’hydrogène pourrait être avantageuse en présence de réseaux d’hydrogène, elle
permettrait de convertir des surplus d’électricité et de les injecter dans ces réseaux pour une utilisation
directe (transports par exemple).
Des systèmes ont été proposés qui conjuguent une éolienne alimentant des habitations en
électricité, fabricant de l'hydrogène par électrolyse quand la production est supérieure à la demande et
alimentant le village en électricité générée par une pile dans le cas inverse.
Le stockage de l’hydrogène est considéré difficile. Ils existent plusieurs modes de stockage tels
que : comprimé, liquéfié, hydrures métalliques, etc. pour des applications stationnaires, la solution la
plus simple actuellement est de faire appel à des réservoirs sous pression. L’hydrogène peut être stocké
dans des bouteilles de 10 L jusqu'à des réservoirs de 10000 m3.
Il est très important de signaler que l’association d’un électrolyseur et d’une pile à combustible
pour le stockage de l’énergie électrique a un rendement global très faible (au mieux 70% pour
l’électrolyseur et 50% pour la pile, 35% pour l’ensemble) ainsi que le coût d’investissement est encore
prohibitif et la durée de vie est insuffisante surtout dans le contexte des applications au réseau
électrique.

Page |
Figure 17: Production et utilisation d'hydrogène produit à partir
d'énergies renouvelable.
II.2.3 Stockage sous forme d’air comprimé 
Le stockage de l’énergie sous forme d’air comprimé peut se faire à haute pression dans un
réservoir (jusqu’à 300 bars avec des structures en fibres de carbone), via un compresseur électrique qui
peut se transformer en générateur lors de la détente (figure 18).

Figure 18 : Schéma d'un système de stockage à air


comprimé.

Par exemple, à 200 bars, l’énergie volumique de l’air comprimé est de 6 Wh/l. Un réservoir en
composite fretté sous 200 bars a une masse de 100 kg pour 140 litres. L’énergie stockée est donc
environ de 800 Wh, soit 8 Wh/kg [11].
Le rendement global de la chaîne est d’environ 50%, fonction de la puissance de recharge et de
décharge.
Une autre façon d'associer cette technologie de stockage à un système hybride éolien-diesel
permet de diminuer la consommation en carburant et remplacer le démarrage intermittent du groupe
électrogène. Elle consiste à utiliser le surplus de l’énergie éolienne pendant le processus de stockage.

Page |
La capacité de stockage d’un tel système pour des petites et moyennes applications (sites isolés)
est de l’ordre de 6 kW/min avec un rendement de 65% [ CITATION Con94 \l 1036 ].

Figure 19: Schéma d'un système de stockage à air comprimé dans des
tuyaux sous terrains associé à un système hybride éolienne-diesel.

Page |
Chapitre III: Exploitation de l’énergie éolienne

L’exploitation de l’énergie éolienne pour produire de l’électricité a eu des hauts et des bas. Les
causes de ces fluctuations sont diverses : guerres, crises d’autres types d’énergie, volonté de préserver
l’environnement, évolution de la technologie, changement de politique énergétique, etc.

III.1 Technologies et applications 


Les technologies d’exploitation de l’énergie éolienne vous sont présentées en détail ci-dessous :

III.1.1 Éolien terrestre 


De nos jours, les installations éoliennes terrestres sont souvent construites sur les côtes, ou à
proximité des côtes. Afin d’obtenir des rendements élevés, on a conçu des turbines placées sur de
hautes tours et munies de rotors balayant des surfaces importantes. Les lieux au sommet des montagnes
ou sur les plateaux sont particulièrement adaptés à l’exploitation de l’énergie éolienne.
Les capacités énergétiques éoliennes onshore se sont développées de façon fulgurante ces
dernières années. Cette tendance devrait probablement se poursuivre sur les marchés internationaux au
cours des prochaines années, en particulier grâce à la rentabilité croissante des installations éoliennes.
Au cours des dernières années, les perfectionnements techniques ont permis d’obtenir des gains
d’efficacité croissants au niveau des installations. Leur puissance et leur fiabilité s’en sont trouvées
nettement améliorées.
Deux technologies ont été développées pour convertir efficacement l’énergie éolienne en
électricité :
 installations avec engrenages.
 installations sans engrenages.
Les installations avec engrenages représentent le concept d’entraînement traditionnel : avec
vitesse de rotation variable, engrenages et alternateur à haute vitesse. On utilise également des
installations sans engrenages. Dans le cas de celles-ci, le rotor est placé directement sur l’arbre du
rotor.
L’avantage des installations terrestres par rapport à l’énergie éolienne offshore est en premier lieu
leur coût d’investissement, qui reste encore plus faible. De plus, avec les installations onshore, la
production d’électricité décentralisée s’effectue plus près des centres de consommation, ce qui

Page |
occasionne moins de dépenses pour la construction et l’exploitation du réseau et permet de réduire les
pertes en ligne.

III.1.2 Éolien offshore 


Dans le long terme, leur meilleur facteur d’utilisation, grâce à la vitesse du vent constamment
plus élevée en mer, permet aux parcs éoliens offshores de remplacer partiellement les centrales
électriques conventionnelles. Les rendements énergétiques attendus peuvent excéder de jusqu’à
100 pour cent ceux des installations terrestres.
Les installations offshores doivent toutefois être implantées, raccordées, installées, exploitées et
maintenues dans des zones parfois de grande profondeur. La pose des fondations ainsi que la
complexité du raccordement au réseau rendent l’installation d’un parc éolien offshore plus difficile
techniquement que celle d’un parc éolien onshore. Les périodes de construction dépendent également
beaucoup de la météo et sont généralement limitées à la période entre avril et novembre.

III.2 Statistiques sur L'énergie éolienne 


L'énergie éolienne dans le monde en 2013 est de l'ordre de 318.137 MW. La capacité mondiale
de production d''énergie éolienne a augmenté de 12,5% en 2013 et  de 10,3% en Europe pour atteindre
318.137 MW fin 2013 (soit +35.467 MW en 2013) et l'équivalent de 227 réacteurs nucléaires  (source
GWEC -conseil Mondial pour l’Energie Eolienne)
De 282 GW en 2013, la puissance éolienne installée dans le monde devrait être multipliée
par 3 pour atteindre 910 GW en 2025 et le marché mondial de l’éolien devrait, pour sa part, plus que
doubler au cours de cette période, passant de 21 à 47 milliards d’euros.        
En 2013, la région Europe – Moyen-Orient domine le marché éolien en détenant 40% du marché
mondial. Mais alors que la Chine investit des milliards d’euros dans l’énergie éolienne, plusieurs
gouvernements européens ont décidé de réduire les subventions accordées à l’électricité éolienne.  Ces
décisions pourraient ralentir le marché de l’éolien sur le Vieux Continent, qui ne devrait plus
représenter que 34% du marché mondial en 2030.
Le marché mondial de l’éolien marin, lui, va continuer sa croissance et pourrait être multiplié par
dix d’ici la fin de la décennie, passant de 5 gigawatts de puissance installée à 55 GW.

La répartition de la production de l'énergie éolienne dans le monde en 2013 et donner par le


diagramme de la figure 20.
Page |
Figure 20: Energie éolienne dans le monde en 2013 [14].

III.3 Projets déjà réalisés au Maroc ou en cours de réalisation public ou privé


Le potentiel estimé du Maroc pour l’énergie éolienne est de 25 000 MW. Le plus grand site entré
en service est celui de Tarfaya mené conjointement par Engie et Narva holding avec une capacité de
300MW. Le programme d’énergie éolienne, deuxième pilier du plan stratégique d’énergies

Page |
renouvelables, ambitionne d’atteindre une capacité de 2000 MW à l’horizon 2025. Les investissements
nécessaires sont évalués à 34.1 milliards de MAD (soit 3, 14 Milliards d’€) et doivent permettre de
faire une économie de 1.5 millions de tonnes en équivalent pétrole (tep)/an et de réduire les émissions
en CO2 de 5.6 millions de tonnes [7].

Figure 21: Evolution de la puissance installée au Maroc.

III.3.1 Projet de 50 MW (El Koudia El Baida -Tétouan)


- Puissance : 50 MW (84 Vestas 600 kW)
- Date production : 8/2000
- Production : 195 GWh/an (2005)
- Vitesses moyennes annuelles du vent à 40 mètres : 10 m/s

III.3.2 Projet de 60 MW à Cap Sim (ESSAOUIRA) 


- Puissance : 60 MW
- Aérogénérateurs : 71 Gamesa G52-850 kW
- Production estimée : 210 GWh/an
- Moyennes annuelles du vent (40 m) : 9,45 m/s
- Coût du Projet : 800 millions DH (72 Millions Euros)

III.3.3 Projet de 32 MW de Lafarge (Usine de Ciments de Tétouan)


- Puissance : 32 MW
- Aérogénérateurs : - 10 MW (12 * 850 kW en 09/2005)

Page |
- 10 MW (5 * 2MW en 09/2008)
- 12 MW (6 * 2 MW en 06/2009)
- Coût global du projet : 110 millions DH + 386 millions DH
- Production estimée : 38 GWh/an (2005) + 77 GWh/an (2009)

III.3.4 Projet de 300 MW (Tarfaya) 


Puissance : 300 MW
Coût global du projet : 5 milliards DH
Production estimée :

Page |
III.4 Quelles sont les Applications possibles dans une ferme ?
Dans une ferme l’énergie éolienne a 2 usages principaux soit la production d’électricité ou
l’activation d’une pompe :

III.4.1 Production d’électricité 


L’installation d’une éolienne dans une ferme permet de générer de l’électricité en autoproduction
par l’utilisation d’aérogénérateurs de petite et moyenne dimension et de génératrice diesel. Les
propriétés en région éloignée ou en recherche d’autonomie doivent se tourner vers un système hybride,
qui ajoute par exemple une cellule photovoltaïque à l’éolienne afin de stocker l’énergie dans des
batteries.
Figure 22: Croissance des différentes énergies renouvelables dans la production d’électricité
III.4.2 (ex: France) entre 1997 et 2006.

Pompage d’eau et d’air 


L’énergie mécanique du vent peut activer une pompe rotative ou alternative. L’éolienne de
pompage est composée d’un rotor, d’une tour et d’un socle et d’une pompe hydraulique. Elle peut
servir aussi à l’entrainement mécanique d’un compresseur d’air.
La capacité des éoliennes de pompage est limitée par le diamètre du rotor (mètres). Le débit
maximal est d’environ 200 litres à la minute, à partir d’une profondeur de 30 m.

III.4.2.1

Page |
Conclusion 

Page |
Bibliographie

[1] V. B. BOT, «Note de cours sur l’énergie éolienne dans cours d’énergie renouvelable
froid et climatisation 3,» E.N.S.E.T Douala, 2018, p. 15.
[2] «Eco infos energies renouvenables,» Janvier 2019. [En ligne]. Available:
https://www.les-energies-renouvelables.eu/conseils/eolienne/principe-fonctionnement-
eolienne/.
[3] L. Gourières(G), chez Livre énergie théorie conception et calcul pratique des
installations, EYROLLES éd., 2008, p. 300.
[4] A. Belguidoum, «Les aspects technologiques des éoliennes et leur utilisation dans la
production d’énergie dans les zones arides Mémoire présenté en vue d’obtention du diplôme
de Magister en génie mécanique université de Mohamed khider-Biskra,» 2010.
[5] «wiki eolienne,» [En ligne]. Available:
https://eolienne.f4jr.org/eolienne_etude_theorique.
[6] «Association canadienne de l’énergie éolienne (ACÉÉ),Wind Energy Basic
Information, document de référence publié avec l’appui de CANMET,» 1996.
[7] K. Conover, «Wind Energy Financial Due Diligence,» chez présenté au seminal ire
Opportunité s for Finance and Investment in Wind Energy, 1994.
[8] Eurobserv’ER, janvier 2018. [En ligne]. Available: www.energies –renouvelables .org .
[10 V. R. Gaetan.L, «Tpe de l'eolienne,» [En ligne]. Available: http://tpe-de-eolienne.e-
] monsite.com/.
[11 s. mouline, «energie eolienne au maroc,» 2015. [En ligne]. Available: http://base.d-p-
] h.info/fr/fiches/dph/fiche-dph-7431.html.
[12 B. Ibtissam, «LES DÉFIS ÉNERGÉTIQUES AU MAROC,» 17 08 2015.
]
[13 «connaissance des energies,» [En ligne]. Available:
] https://www.connaissancedesenergies.org/fiche-pedagogique/energie-eolienne?
fbclid=IwAR0cAO7XCURlqFlgfMaervze638wHHMGSZS43fD7HTs740xiFvHXejD1Qlw.
[14 «connaissances des energies,» [En ligne]. Available:
] https://www.connaissancedesenergies.org/fiche-pedagogique/energie-eolienne?
fbclid=IwAR0cAO7XCURlqFlgfMaervze638wHHMGSZS43fD7HTs740xiFvHXejD1Qlw.

Page |
Page |

Vous aimerez peut-être aussi