Vous êtes sur la page 1sur 5

Chapitre 2

Étude de mouvements particuliers

2.1 Mouvements rectilignes


Un mouvement est dit rectiligne si sa trajectoire est une droite :

∀t, M (t) ∈ (D). x

M
Le système de coordonnées le mieux adapté est le système cartésien. x
Il est ici réduit à un seul axe (Ox) confondu avec la trajectoire (D).
−−→ ux
Le vecteur position est alors : OM = x− →
u x.
• Le mouvement rectiligne est uniforme si la vitesse est constante : O
0

dx
v = = Constante = v0
dt
x = v0 t + x0 x’
dv
a = =0.
dt
• Le mouvement rectiligne est uniformément varié si l’accélration est constante :
d2 x
a = = Constante = a0
dt2
v = a0 t + v0
1
x = a0 t2 + v0 t + x0 .
2
- Le mouvement est dit accélré si la norme de la vitesse croı̂t. Les vecteurs accélération et vitesse
sont de même sens : −

a .−

v > 0.

- Le mouvement est dit retardé ou décéléré si la norme de la vitesse décroı̂t. Les vecteurs
accélération et vitesse sont de sens oppossé : −

a .−
→v < 0.

• Le mouvement rectiligne est dit sinusodal si l’équation du mouvement est de la forme


x = A cos(ωt − ϕ) .
x est appel élongation, A l’amplitude, ωt − ϕ la phase à l’instant t et ϕ est la phase initiale. On
a:
dx
= −Aω sin(ωt − ϕ)
dt
d2 x
= −Aω 2 cos(ωt − ϕ) = −ω 2 x .
dt2

Mécanique du Point Matériel - PHY 106 2020 - 2021


2.2. Mouvement circulaire d’un point 23

La relation
d2 x
= −ω 2 x (2.-8)
dt2
est caratristique d’un mouvement oscillatoire.

Réciproquement, si le mouvement d’un mobile obéit à l’équation (2.-8), alors le mouvement


du mobile est sinusoı̈dal.

Les trois grandeurs : élongation, vitesse, accélération prennent les mêmes valeurs lorsque la
phase augmente de 2π :

ω(t + T ) − ϕ = ωt − ϕ + 2π

soit

T = (2.-10)
ω
T est la période du mouvement.

2.2 Mouvement circulaire d’un point


y

Un mouvement est dit circulaire si le mobile M se déplace


sur un cercle ou une partie de cercle C(O, R). Le mouve- u
θ ur
ment s’effectue dans un plan et les coordonnées polaires
sont les mieux indiquées pour l’étude. Les vecteurs posi- M

tion, vitesse et accélération sont donnés par


uy
−−→ θ
−−→ dOM d− →ur
OM = R−

ur , −

v = =R = Rθ̇−

uθ , O u
x
x
dt dt

→ d−
→v
a = = −Rθ̇ 2 −

u r + Rθ̈−

uθ .
dt

On peut noter l’accélération sous la forme


 − → →

 a N = −Rθ̇ 2 u r est l’accélération normale ou radiale,


a =− →
aN +− →aT o et
 − →a T = Rθ̈−

u θ est l’accélération tangentielle ou orthoradiale.

Mécanique du Point Matériel - PHY 106 2020 - 2021


2.2. Mouvement circulaire d’un point 24

(T)

τ
Au lieu de travailler dans la base polaire (− →
u r, −

u θ ), on
peut faire l’étude dans la base de Frénet. M
Soit A un point pris comme origine des abscisses curvi- ν
lignes. Considérons un sens positif de rotation(voir figure
ci contre). Le mobile M est repéré par son abcisse curvi- θ A
d.
ligne S = AM
O

Le mouvement de M est défini si on connaı̂t la loi horaire


−→ −−→ N
S = S(t). Posons θ = (OA, OM , alors S = Rθ, θ = θ(t).

+
On appelle vitesse angulaire de M , la quantité

ω=
dt
On a
dS dθ
v = =R = Rω ,
dt dt


v = Rω −→
ut .

Considérons les vecteurs unitaires →



u t et −

u n de la base de Frénet en M . On a :


→ dv →
− v2 −
a = ut+ → un
dt R
soit

 →
− dv →


 a T = dt u t
 accélération tangentielle


a =−

aT +−

aN avec

 v2 →

 → −
aN = − u n accélération normale
R
• Le mouvement est circulaire et uniforme si −

a .−
→v = 0.

=⇒ (Rθ̇−

u θ ).(−Rθ̇ 2 −

u r + Rθ̈−

u θ ) = 0 = R2 θ̇ θ̈
dθ̇ 1 d(θ̇ 2 )
=⇒ θ̇ = =0
dt 2 dt

=⇒ θ̇ = = ω = Constante .
dt
On en déduit que


v = Rθ̇−

u θ = Rω −

uθ =⇒ ||−

v || = Rω = Constante

− 2−
→ 2−

a = −Rθ̇ u r = −Rω u r

L’analyse dans la base de Frénet du mouvement circulaire uniforme donne




v .−

a = 0 =⇒ −

a ⊥−

v =⇒ −

aT =0
v2 −
d’o −

v = Rω −

ut , −
→ aN = →
a =−
→ u n = Rω 2 −

un .
R

Mécanique du Point Matériel - PHY 106 2020 - 2021


2.3. Mouvement hélicoı̈dal 25

2.3 Mouvement hélicoı̈dal

Un mouvement est dit hélicoı̈dal si la trajectoire est une hélice dont le support est un cylindre de
révolution de rayon R. En choisissant Oz comme axe de révolution du cylindre, le point matériel
peut être répéré en coordonnées cartsiennes par :

 x = R cos θ(t) −→ −−→
y = R sin θ(t) o θ(t) = (Ox, Om) .

z = z(t)

Le mouvement hélicoı̈dal est la composition d’un mouvement circulaire dans un plan parallèle
à Oxy et d’un mouvement rectiligne suivant l’axe Oz. Pour simplifier, on peut exprimer la côte
z sous la forme
z = hθ(t).

− →
− →

Dans la base cylindrique ( u , u , u ), le vecteur position s’écrit :
ρ θ z

−−→ −−→ −−→


OM = Om + mM = R−

u ρ + hθ(t)−

u z.

Pas de l’hélice

• Le pas p de l’hélice est la distance séparant deux passages successifs du mobile sur une même
génératrice, c’est-à-dire :

p = zM2 − zM1 = h(θ(t2 ) − θ(t1 ))

o θ(t2 ) − θ(t1 ) correspond à un tour complet, donc 2π :

p = 2 πh,
p
•h= s’appelle pas réduit de l’hélice.

2.3.1 Vecteur vitesse

Faisons l’étude en coordonnes cylindriques. Le vecteur position est alors


−−→
OM = R−

u ρ + hθ −

uz .

La vitesse s’écrit


v = Rθ̇−

u θ + hθ̇ −

u z = θ̇(R−

u θ + h−

u z) .

Son module est


p
v = θ̇ R2 + h2
dS
Comme v = , on en dduit que
dt
p p
dS = R2 + h2 dθ =⇒ S(t) = θ(t) R2 + h2 + S(0) .

Montrons maintenant que le vecteur vitesse − →v fait un angle constant avec l’axe de l’hélice Oz.
La vitesse v est contenue dans le plan ( u θ , −

− →
− →
u z ).

Mécanique du Point Matériel - PHY 106 2020 - 2021


2.3. Mouvement hélicoı̈dal 26

Soit α = (−

u z, −

v ). On a :


v .−

uz hθ̇ −

v .−

uθ Rθ̇
cos α = = , sin α = =
v v v v
D’où
R
tan α = = Constante =⇒ α = Constante
h

2.3.2 Vecteur accélération

On a


v = Rθ̇−

u θ + hθ̇ −

uz ,


a = −Rθ̇ u ρ + θ̈(R−
2−
→ →u θ + h−

u z) .

Comme le vecteur unitaire tangent −



u t peut s’écrire


v 1


ut = =√ (R−→
u θ + h−

u z)
v R + h2
2

alors l’accélération s’écrit


p
a = −Rθ̇ 2 −

→ →
u ρ + θ̈ R2 + h2 −

ut .

Or dans la base de Frénet, on écrit


→ dv →
− v2 −
a = ut+ → un o Γ est le rayon de courbure .
dt Γ
Par identification on a :


→ v2
u n = −−

uρ et Rθ̇ 2 =
Γ
Soit
v2 h2
Γ= =R+ .
aθ̇ 2 R
On remarque que le rayon de courbure est constant au cours du mouvement.

• Dans le cas d’un mouvement hélicoı̈dal uniforme, (v = constante; θ̇ = ω = constante),


on a :

θ = ωt + θ(0)

L’accélération →

a se réduit à sa composante normale


a = −Rθ̇ 2 −

u ρ = Rω 2 −

un .

C’est un vecteur dirigé vers le centre du cylindre.

Exemples de mouvements hélicodaux

- Mouvement d’un point d’un objet que l’on visse ;

- Mouvement d’une particule charge soumise à l’action d’un champ magnétique uniforme.

Mécanique du Point Matériel - PHY 106 2020 - 2021

Vous aimerez peut-être aussi