Vous êtes sur la page 1sur 17

Dépt.

Mécanique et Mathématiques Appliquées Ensao - GC3

Test -1- Résistance des Matériaux

Pr. R. Kouddane

Exercice 1

On s’intéresse aux actions mécaniques générées par les sollicitations extérieurs sur le tablier d’un
pont haubans. Pour cette étude, le tablier est découpé en tronçons, puis chaque tronçon est
modélisé par une poutre rectiligne homogène, de longueur l, ayant une section droite rectan-


gulaire(largeur b, hauteur h). Le chargement consiste en une force ponctuelle F = Fx − →x + Fy −→y
appliquée au milieu de la poutre.

⃗y


→ ⃗y
⃗z Fy F b

A Fx B G h
⃗x ⃗z
C

l/2 l/2

1◦ ) Les torseurs des actions mécaniques extérieurs au niveau des liaisons s’écrivent :

 1   1 
 −
→ 1 − → −
→ 1 − →
 − Fx x − Fy y   
 − Fx x − Fy y 

2 2 2 2
◦ et

 −
→ 
 
 −
→ 

0 0
 −
→  x=0

→  x=l
 −Fx x   −Fy y 
◦ et
 −→   − → 
0 x=0
0 x=l
   1 
 −
→ 1 −
→   −

 −Fx x − Fy y   − Fy y  
2 2
◦ et

 −
→ 
 
 −
→ 

0 x=0
0 x=l
 −
→ −
→   −→ 
 −Fx x − Fy y   0 
◦ et
 −
→   −→ 
0 x=0 0 x=l

1
2◦ ) La forme des actions de cohésion en un point M d’abscisse x ∈ ]l/2, l] s’écrit :
 → 

 −Fy y 

 − → 
0 M
 1 
 −

 − Fy y  
2


 −
→ 

0
 −

M

 −Fy y 

 
−Fy (l − x) −

z
 M
 
− Fy −
 1 → 

 y 

2


 

 − Fy (l − x) −
 →
z 
1

2 M

3◦ ) La forme des actions de cohésion en un point M d’abscisse x ∈ ]0, l/2] s’écrit :


 
 Fx − →x 

 
−x Fy −
→z
 M 

 −
→ 1 −
→ 


 Fx x + 2 Fy y  


 

 − x Fy −
 → 
1
z 
 2  M
 Fx −→
x + Fy − →
y 

 
−x Fy −→z
 −
→ −
→ M
 xF x + F y y 

 −
→ 
0 M

4◦ ) La poutre est soumise aux sollicitations suivantes :

◦ traction (ou compression) uniquement


◦ flexion simple uniquement
◦ traction (ou compression) et flexion
◦ traction (ou compression), flexion simple et torsion

2
Dépt. Mécanique et Mathématiques Appliquées Ensao - GC3

Corrigé du Test -1- Résistance des Matériaux

Pr. R. Kouddane

Exercice 1

On s’intéresse aux actions mécaniques générées par les sollicitations extérieurs sur le tablier d’un
pont haubans. Pour cette étude, le tablier est découpé en tronçons, puis chaque tronçon est
modélisé par une poutre rectiligne homogène, de longueur l, ayant une section droite rectan-


gulaire(largeur b, hauteur h). Le chargement consiste en une force ponctuelle F = Fx − →x + Fy −→y
appliquée au milieu de la poutre.

⃗y


→ ⃗y
⃗z Fy F b

A Fx B G h
⃗x ⃗z
C

l/2 l/2

1◦ ) Les torseurs des actions mécaniques extérieurs au niveau des liaisons s’écrivent :

 1   1 
 −
→ 1 − → −
→ 1 − →
 − Fx x − Fy y   
 − Fx x − Fy y  
2 2 2 2
◦ et

 −
→ 
 
 −
→ 

0 0
 −
→  x=0

→  x=l
 −Fx x   −Fy y 
◦ et
 −→   − → 
0 x=0
0 x=l
   1 
 −
→ 1 −
→   −

 −Fx x − Fy y   − Fy y   
2 2
◦ et 3


 −
→ 
 
 −
→ 

0 x=0
0 x=l
 −
→ −
→   −
→ 
 −Fx x − Fy y   0 
◦ et
 −
→   −→ 
0 x=0 0 x=l

La bonne réponse est la 3. Il faut appliquer les équations du PFS, notamment le théorème du
moment en x = l/2.

3
2◦ ) La forme des actions de cohésion en un point M d’abscisse x ∈ ]l/2, l] s’écrit :
 → 

 −Fy y 

 − → 
0 M
 1 
 −

 − Fy y  
2


 −
→ 

0
 −

M

 −Fy y 

 
−Fy (l − x) −

z
 M
 
− Fy −
 1 → 

 y 
 
2
◦ 3


 

 − Fy (l − x) −
 →
z 
1

2 M

La bonne réponse est la 4. On l’obtient en isolant la partie droite de la poutre E2 . Le moment se


calcule avec le bras de levier (l − x). On peut verifier le résultat en isolant la partie de gauche E1 .

3◦ ) La forme des actions de cohésion en un point M d’abscisse x ∈ ]0, l/2] s’écrit :


 
 Fx − →
x 

 
−x Fy −
→z
 M 

 −
→ 1 −
→ 

 Fx x + 2 Fy y 
  
◦ 3


 

 − x Fy −
 → 
1
z 
 2  M


 Fx x + Fy y −


 
−x Fy −→z
 −
→ −
→ M
 Fx x + Fy y 

 −
→ 
0 M

La bonne réponse est la 2. En isolant la partie droite de la poutre E2 , le moment est la somme
de la contribution de l’action venant de x = l et de celle venant de l’action de x = l/2. On peut
verifier le résultat en isolant la partie de gauche E1 .

4◦ ) La poutre est soumise aux sollicitations suivantes :

◦ traction (ou compression) uniquement


◦ flexion simple uniquement

◦ traction (ou compression) et flexion 3

◦ traction (ou compression), flexion simple et torsion

4
Dépt. Mécanique et Mathématiques Appliquées Ensao - GC3

Test -2- Résistance des Matériaux

Pr. R. Kouddane

Exercice 1

Un élément d’arbre de machine AD en acier peut-être représenté par la figure ci-dessous. On




suppose que cet arbre est creux de diamètre intérieur d0 . En A il est soumis à une action A


de la partie de l’arbre située à gauche, en B à l’action B d’une butée à billes non représentée,


en C à l’action C longitudinale d’une vis de réducteur non représentée et en D il est soumis à


une action D de la partie de l’arbre située à droite.

1◦ ) Combien de coupures faut-il réaliser pour faire l’étude de cet arbre ? :

◦ 1
◦ 2
◦ 3
◦ 4

5
2◦ ) Le torseur des efforts intérieurs pour le tronçon ]0, l1 ] est :
 −→ 
 −7 000 x 
◦ {Tint } =
 −
→ 
0
 −
→  G
 7 000 x 
◦ {Tint } =
 −
→ 
0
 −
→ G
 10 000 x 
◦ {Tint } =
 −
→ 
0
 −
→ 
G
 −10 000 x 
◦ {Tint } =
 −
→ 
0 G

3◦ ) Le torseur des efforts intérieurs pour le tronçon ]l1 , l1 + l2 ] est :


 → 

 5 000 x 
◦ {Tint } =
 −
→ 
0
 −
→ G
 −5 000 x 
◦ {Tint } =
 −
→ 
0
 −
→  G
 3 000 x 
◦ {Tint } =
 −
→ 
0
 −
→ G
 −3 000 x 
◦ {Tint } =
 −
→ 
0 G

4◦ ) Le torseur des efforts intérieurs pour le tronçon ]l1 + l2 , l1 + l2 + l3 ] est :


 → 

 2 000 x 
◦ {Tint } =
 −
→ 
0
 −
→ G
 −5 000 x 
◦ {Tint } =
 −
→ 
0
 −
→  G
 7 000 x 
◦ {Tint } =
 −
→ 
0
 −
→ G
 −2 000 x 
◦ {Tint } =
 −
→ 
0 G

6
5◦ ) Déterminer les contraintes dans chaque partie de l’arbre. On notera σi la contrainte as-
sociée à la longueur li . L’application numérique se fera avec les valeurs suivantes : diamètre in-
térieur d0 = 6 mm, d1 = 6 mm, d2 = 14 mm, d3 = 12 mm, (diamètre di associé à la longueur li ).

◦ σ1 = 13.9 MPa , σ2 = 239 MPa , σ3 = 2.4 MPa


◦ σ1 = 139.3 MPa , σ2 = −23.9 MPa , σ3 = 23.6 MPa
◦ σ1 = −139.3 MPa , σ2 = −239 MPa , σ3 = −23.6 MPa
◦ σ1 = −13.9 MPa , σ2 = −239 MPa , σ3 = −2.4 MPa

6◦ ) On souhaite que l’arbre soit dimensionné avec les critère suivants : coefficient de sécurité
égal à 2. On considère les 4 nuances d’acier suivantes : C35 (Rp = 420 MPa), S185 (Rp =
185 MPa), S235 (Rp = 235 MPa), et E360 (Rp = 360 MPa). Quelles sont les nuances d’acier qui
valident le critère ?.

◦ Tous les matériaux valident le critère


◦ Les matériaux S235, E360 et C35 valident le critère
◦ Les matériaux E360 et C35 valident le critère
◦ Seul le matériaux C35 valide le critère

7
Dépt. Mécanique et Mathématiques Appliquées Ensao - GC3

Corrigé du Test -2- Résistance des Matériaux

Pr. R. Kouddane

Exercice 1

Un élément d’arbre de machine AD en acier peut-être représenté par la figure ci-dessous. On




suppose que cet arbre est creux de diamètre intérieur d0 . En A il est soumis à une action A


de la partie de l’arbre située à gauche, en B à l’action B d’une butée à billes non représentée,


en C à l’action C longitudinale d’une vis de réducteur non représentée et en D il est soumis à


une action D de la partie de l’arbre située à droite.

1◦ ) Combien de coupures faut-il réaliser pour faire l’étude de cet arbre ? :

◦ 1
◦ 2

◦ 3 3

◦ 4

Il y a 2 discontinuités dues aux chargements le long de la poutre.

8
2◦ ) Le torseur des efforts intérieurs pour le tronçon ]0, l1 ] est :
 → 

 −7 000 x 
◦ {Tint } =
 −
→ 
0
 −
→  G
 7 000 x  
◦ {Tint } = 3

 −
→ 
0
 −
→ G
 10 000 x 
◦ {Tint } =
 −
→ 
0
 −
→ 
G
 −10 000 x 
◦ {Tint } =
 −
→ 
0 G

La bonne réponse est la 2.

3◦ ) Le torseur des efforts intérieurs pour le tronçon ]l1 , l1 + l2 ] est :


 → 

 5 000 x 
◦ {Tint } =
 −
→ 
0
 −→ 
G
 −5 000 x 
◦ {Tint } =
 −
→ 
0
 → 

G
 3 000 x 
◦ {Tint } =
 −
→ 
0
 −→ 
G
 −3 000 x  
◦ {Tint } =  3
 −
→ 
0 G

 → 

 (2 000 − 5 000) x 
La bonne réponse est la 4. On peut écrire : {Tint } = {T(E→E2 ) } = . On
 −
→ 
0
 −
→  G
 (−7 000 + 10 000) x 
peut aussi écrire {Tint } = {T(E→E1 ) } = .
 −
→ 
0 G

9
4◦ ) Le torseur des efforts intérieurs pour le tronçon ]l1 + l2 , l1 + l2 + l3 ] est :
 → 

 2 000 x  
◦ {Tint } = 3

 −
→ 
0
 −
→ G
 −5 000 x 
◦ {Tint } =
 −
→ 
0
 −
→  G
 7 000 x 
◦ {Tint } =
 −
→ 
0
 −
→ G
 −2 000 x 
◦ {Tint } =
 −
→ 
0 G

La bonne réponse est la 1. Sur la dernière partie de la poutre on peut écrire : {Tint } = {T(E→E2 ) }.

5◦ ) Déterminer les contraintes dans chaque partie de l’arbre. On notera σi la contrainte


associée à la longueur li .

◦ σ1 = 13.9 MPa , σ2 = 239 MPa , σ3 = 2.4 MPa



◦ σ1 = 139.3 MPa , σ2 = −23.9 MPa , σ3 = 23.6 MPa 3

◦ σ1 = −139.3 MPa , σ2 = −239 MPa , σ3 = −23.6 MPa
◦ σ1 = −13.9 MPa , σ2 = −239 MPa , σ3 = −2.4 MPa

La contrainte se calcule directement dans les 3 sections à partir du rapport entre l’effort normal
4 Ni
et la surface de la section. La forme générale est : σi = .
π (d2i − d20 )

6◦ ) Quelles sont les nuances d’acier qui valident le critère ?.

◦ Tous les matériaux valident le critère


◦ Les matériaux S235, E360 et C35 valident le critère

◦ Les matériaux E360 et C35 valident le critère 3

◦ Seul le matériaux C35 valide le critère

Pour calculer le coefficient de sécurité on considère la plus grande contrainte normale (en valeur
absolue), soit σmax = 139.3 MPa. Les coefficients de sécurité valent 2.6 pour E360 et 3 pour
C35.

10
Dépt. Mécanique et Mathématiques Appliquées Ensao - GC3

Test -3- Résistance des Matériaux

Pr. R. Kouddane

Exercice 1

On se propose d’étudier une pale d’hélicoptère en rotation uniforme autour d’un axe fixe. On la
modélise par une poutre de section constante S et de longueur L encastrée. Les effets d’inertie


se traduisent par une charge répartie f = ρ S ω 2 (t + a)−

x où −
→x est la direction de la poutre, t
est l’abscisse d’un point courant de la poutre variant dans [0, L], ρ est la masse volumique de
la pale et ω la vitesse de rotation.

y(t) = ρ S ω 2 (t + a) ρ S ω 2 (l + a)

ρ S ω2 a

t
0 L

⃗y

⃗z
f ⃗(t) = ρ S ω 2 (t + a)

⃗x

1◦ ) Combien de coupures faut-il réaliser pour faire l’étude de cet arbre ? :

◦ 0
◦ 1
◦ 2
◦ 3

11
2◦ ) Le torseur des efforts intérieurs pour le tronçon ]0, l1 ] est :
 ∫ t=x 

 −
→ 
 t f (t) dt x 
◦ {Tint } = t=0

 

 −
→ 
0
 ∫ t=x  G
 

 f (t) dt −→
x 
◦ {Tint } = t=0

 

 −
→ 
0
 ∫ t=L 
G


 −
→ 
 f (t) dt x 

◦ {Tint } = − t=x

 

 −
→ 
0
 ∫ t=L  G
 

 f (t) dt −→x 

◦ {Tint } = t=x

 

 −
→ 
0 G

∫ t=L

3 ) La valeur de l’intégrale f (t) dt vaut :
t=x
( )
L2 − x2
◦ ρS ω 2
+ a (L − x)
2
( )
(L − x)2
◦ ρS ω 2
+ a (L − x)
2
◦ ρ S ω 2 (L − x + a)
◦ ρ S ω 2 (L − x + a x)

4◦ ) Déterminer l’expression de la contrainte σ dans la pale :


( 2 )
L − x2
◦ ρω 2
+ a (L − x)
2
( )
(L − x)2
◦ ρω 2
+ a (L − x)
2
◦ ρ ω 2 (L − x + a)
◦ ρ ω 2 (L − x + a x)

12
5◦ ) Déterminer la valeur de la contrainte maximale σmax dans la pale :
( 2 )
L aL
◦ ρω 2
+
4 2
( 2 )
L
◦ ρω 2
+ aL
2
( 2 )
L
◦ ρ S ω2 + aL
2
◦ ρ ω 2 (L2 + a L)

6◦ ) On souhaite choisir le matériau constitutif de la pale. Le critère retenu est que les
déformations restent élastiques. La vitesse de rotation de la pale est de 200 rad/s. La longueur
L = 3 m et la largeur a = 0.1 m. On a le choix entre les 3 matériaux suivants :
• Acier : ρ = 7 800 kg.m−3 et Rp = 450 MPa
• Titane : ρ = 4 500 kg.m−3 et Rp = 1 200 MPa
• Aluminium : ρ = 2 700 kg.m−3 et Rp = 270 MPa
Quel matériau permet de respecter le critère ?

◦ L’acier
◦ Le titane
◦ L’aluminium
◦ Aucun

7◦ ) Déterminer l’expression de l’allongement u(x) de la pale.


( )
ρ ω 2 L2 x x3 x2
◦ u(x) = − + a (L x − )
E 2 6 2
( 2 3
)
L x x x2
◦ u(x) = ρ ω E2
− + a (L x − )
2 6 2
2
( 2 2 2
)
ρω L x x
◦ u(x) = − + a (L − )
E 2 2 2
2
( 2 3
)
ρω L x x
◦ u(x) = − + a (L − x)
E 2 6

8◦ ) Déterminer la valeur de l’allongement en bout de pale u(x = L) pour une pale en titane
dont le module d’Young E = 115 GPa.

◦ u(L) = 14.8 m
◦ u(L) = 2.75 mm
◦ u(L) = 2.75 cm
◦ u(L) = 14.8 mm

13
Dépt. Mécanique et Mathématiques Appliquées Ensao - GC3

Corrigé du Test -3- Résistance des Matériaux

Pr. R. Kouddane

Exercice 1

On se propose d’étudier une pale d’hélicoptère en rotation uniforme autour d’un axe fixe. On la
modélise par une poutre de section constante S et de longueur L encastrée. Les effets d’inertie


se traduisent par une charge répartie f = ρ S ω 2 (t + a)−

x où −
→x est la direction de la poutre, t
est l’abscisse d’un point courant de la poutre variant dans [0, L], ρ est la masse volumique de
la pale et ω la vitesse de rotation.

y(t) = ρ S ω 2 (t + a) ρ S ω 2 (l + a)

ρ S ω2 a

t
0 L

⃗y

⃗z
f ⃗(t) = ρ S ω 2 (t + a)

⃗x

1◦ ) Combien de coupures faut-il réaliser pour faire l’étude de cet arbre ? :

◦ 0

◦ 1 3

◦ 2
◦ 3

Il n’y a pas de discontinuités dues aux chargements le long de la poutre.

14
2◦ ) Le torseur des efforts intérieurs pour le tronçon ]0, l1 ] est :
 ∫ t=x 

 −
→ 
 t f (t) dt x 
◦ {Tint } = t=0

 

 −
→ 
0
 ∫ t=x  G
 

 f (t) dt −→
x 
◦ {Tint } = t=0

 

 −
→ 
0
 ∫ t=L 
G


 −
→ 
 f (t) dt x 

◦ {Tint } = − t=x

 

 −
→ 
0
 ∫ t=L  G
 

 f (t) dt −→x 
 
◦ {Tint } = t=x 3


 

 −
→ 
0 G

La bonne réponse est la 4. On l’obtient en isolant la partie droite de la poutre E2 qui est soumise
à une charge répartie. 
Cette charge ne crée
∫ t=L  pas de moment. Il n’y a donc qu’une composante
 

 f (t) dt −

x 

en traction : {Tint } = t=x où t est la variable d’integration et x l’abscisse à

 

 −
→ 
0 G
laquelle est réalisée la coupe.
∫ t=L

3 ) La valeur de l’intégrale f (t) dt vaut :
t=x
( ) 
L2 − x2
◦ ρS ω 2
+ a (L − x) 3

2
( )
(L − x)2
◦ ρS ω 2
+ a (L − x)
2
◦ ρ S ω 2 (L − x + a)
◦ ρ S ω 2 (L − x + a x)

( )
t2
La bonne réponse est la 1. La primitive de f (t) dt est ρ S ω 2
+ a (L − x) qu’il faut évaluer
2
entre L et x. Les propositions 3 et 4 ne sont pas homogènes.
4◦ ) Déterminer l’expression de la contrainte σ dans la pale :
( 2 ) 
L − x2
◦ ρω 2
+ a (L − x) 3

2
( )
(L − x)2
◦ ρω 2
+ a (L − x)
2
◦ ρ ω 2 (L − x + a)
◦ ρ ω 2 (L − x + a x)

15
N
La contrainte vaut σ = où N désigne l’effort normal. La bonne réponse est la 1.
S
5◦ ) Déterminer la valeur de la contrainte maximale σmax dans la pale :
( 2 )
L aL
◦ ρω 2
+
4 2
( 2 ) 
L
◦ ρω 2
+ aL 3

2
( 2 )
L
◦ ρS ω 2
+ aL
2
◦ ρ ω 2 (L2 + a L)

La contrainte est maximale en x = 0. La bonne réponse est la 2


6◦ ) Quel matériau permet de respecter le critère ?.
◦ L’acier

◦ Le titane 3

◦ L’aluminium
◦ Aucun

( )
L2
La contrainte maximale est σmax = ρ ω 2
+ a L . Le critère est respecté si σmax ⩽ Rp . Seul
2
le titane permet de ne pas dépasser la limite élastique.
7◦ ) Déterminer l’expression de l’allongement u(x) de la pale.
( ) 
ρ ω 2 L 2 x x3 x2
◦ u(x) = − + a (L x − ) 3

E 2 6 2
( 2 3
)
L x x x2
◦ 2
u(x) = ρ ω E − + a (L x − )
2 6 2
2
( 2 2 2
)
ρω L x x
◦ u(x) = − + a (L − )
E 2 2 2
2
( 2 3
)
ρω L x x
◦ u(x) = − + a (L − x)
E 2 6

∫x
σ
On écrit que du = ϵ(t) dt. Or du = u(x) − u(0) et u(0) = 0. De plus, ϵ = . Au final, on
∫ x 02 ( 2 ) E
ρω L − t2
trouve u(x) = + a (L − t) dt. La bonne réponse est la 1.
0 E 2
8◦ ) Déterminer la valeur de l’allongement en bout de pale u(x = L) pour une pale en titane
dont le module d’Young E = 115 GPa.
◦ u(L) = 14.8 m
◦ u(L) = 2.75 mm
◦ u(L) = 2.75 cm

◦ u(L) = 14.8 mm 3


16
( )
ρ ω 2 L2 x x3 x2
On sait que u(x) = − + a (L x − ) . Il suffit de remplacer x par L et de faire
E 2 6 2
l’application numérique. Au final, la bonne réponse est la 4.

17