Vous êtes sur la page 1sur 106

PANORAMA DU MARCHÉ DU POLYURÉTHANE

ET ÉTAT DE L’ART DE SES TECHNIQUES


DE RECYCLAGE

Février 2014

Étude réalisée pour le compte de l’ADEME par Ilium

Contrat n° 1202C0079

Coordination technique : Claire Boujard - Nolwenn Foray - Jean-Charles Caudron –


Service Filières REP et Recyclage (SFRR) –
Direction Consommation Durable et Déchets – ADEME Angers

RAPPORT FINAL
Février 2014

REMERCIEMENTS

Nous remercions les acteurs du recyclage qui ont été consultés lors de cette étude et ceux qui ont participé à
l’atelier de travail. Cette étude est le fruit de leurs contributions.
Nous remercions particulièrement

Xavier Merveille ArcelorMittal


Eric Vernet BASF Polyuréthanes France
Nelly Michot BASF Polyuréthanes France
Thierry Juif Bouygues Recyclage
Frédéric Mozian Courbis Group
Samuel Tessier Courbis Group
Thierry poncet CTC
Gonzague Six Dow Chemical
Rémy Lanza ECOVAL
Yannick Gaillard EFISOL
Marianne Fleury Eco-Systèmes
Lionel Duperche Ferrari
Valérie Baudin Faurecia
Alexandre Puech Grupo Antolin
Christian Esbelin Hunstman Polyurethanes
Richard Papin Innortex
Benoit Liechty Isotrie
Werner Van Loon Isoprom
Paul Berthevas Mobius
Christian Geoffroy Paprec
Christine Duperray Platec
Jean Yves Fisselbrand POFI
Julien Larriu Polymer Insulation Products NV
Wim Gernaey Polymer Insulation Products NV
Pierre Vaillé Prefor
Pascale Gay Prorecyclage
Philippe Chair Recticel
Didier Coune Saint Gobain Performance Platics SA
Stephanie Roche Saint Gobain Placoplatre
Marie-Dominique Bogo SITA
Yves Pelissier SNAP
Christian Blanc Terecoval
Christele Assegond Université de Tours
Toni Gallone Valtex (consortium Renault – SNCF)

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou
ayants cause est illicite selon le Code de la propriété intellectuelle (art. L 122-4) et constitue une contrefaçon réprimée par le
Code pénal. Seules sont autorisées (art. 122-5) les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé de copiste
et non destinées à une utilisation collective, ainsi que les analyses et courtes citations justifiées par la caractère critique,
pédagogique ou d’information de l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, sous réserve, toutefois, du respect des
dispositions des articles L 122-10 à L 122-12 du même Code, relatives à la reproduction par reprographie.

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 2


Février 2014

SOMMAIRE

1 Résumé ........................................................................................................................................... 5
2 Objectifs de l’étude .......................................................................................................................... 6
3 Introduction au polyuréthane ........................................................................................................... 7
3.1 Historique................................................................................................................................. 7
3.2 Fabrication du polyuréthane .................................................................................................... 7
3.3 Propriétés du polyuréthane ..................................................................................................... 8
3.4 La chaine de valeur du marché du polyuréthane .................................................................. 10
4 Le marché du polyuréthane ........................................................................................................... 14
4.1 Le marché mondial du polyuréthane ..................................................................................... 14
4.2 Le marché européen du polyuréthane .................................................................................. 15
4.3 Le marché français ................................................................................................................ 16
4.4 Evolution du prix du polyuréthane et de ses matières premières ......................................... 17
4.5 Les principaux producteurs et formulateurs du marché de l’industrie des polyuréthanes .... 17
5 Les marchés applicatifs du polyuréthane ...................................................................................... 21
5.1 La construction ...................................................................................................................... 21
5.2 L’ameublement et la literie ..................................................................................................... 25
5.3 Les transports ........................................................................................................................ 27
5.4 La chaussure ......................................................................................................................... 29
5.5 L’électroménager ................................................................................................................... 31
6 Les gisements de polyuréthane..................................................................................................... 32
6.1 Les types de déchets de polyuréthane .................................................................................. 32
6.2 La construction ...................................................................................................................... 32
6.3 L’ameublement et la literie ..................................................................................................... 33
6.4 Les transports ........................................................................................................................ 34
6.5 La chaussure ......................................................................................................................... 34
6.6 L’électroménager ................................................................................................................... 35
6.7 Les chutes de production ...................................................................................................... 35
7 Etat des lieux du recyclage du polyuréthane ................................................................................. 37
7.1 Introduction sur le recyclage du polyuréthane ....................................................................... 37
7.2 La construction ...................................................................................................................... 37
7.3 L’ameublement et la literie ..................................................................................................... 38
7.4 Les transports ........................................................................................................................ 40
7.5 La chaussure ......................................................................................................................... 42
7.6 L’électroménager ................................................................................................................... 43
8 Description et analyse de l’état de l’art des techniques de recyclage ........................................... 45

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 3


Février 2014

8.1 Introduction aux technologies de recyclage du polyuréthane ............................................... 45


8.1.1 Le recyclage chimique ................................................................................................... 45
8.1.2 Le recyclage mécanique ................................................................................................ 46
8.1.3 Le recyclage en boucle fermée et ouverte .................................................................... 46
8.2 Méthodologie d’évaluation du potentiel des technologies de recyclage ............................... 47
8.3 Les technologies du recyclage chimique ............................................................................... 50
8.3.1 La glycolyse ................................................................................................................... 50
8.3.2 L’hydrolyse..................................................................................................................... 57
8.3.3 L’aminolyse .................................................................................................................... 60
8.3.4 Combinaison de technologies de recyclage chimique .................................................. 62
8.3.5 Les procédés de valorisation thermochimiques ............................................................ 64
8.4 Les technologies du recyclage mécanique ........................................................................... 70
8.4.1 L’agglomération ............................................................................................................. 70
8.4.2 Le broyage et pulvérisation ........................................................................................... 74
8.4.3 Le moulage par compression avec un liant ................................................................... 78
8.4.4 La pression adhésive ou collage de particules .............................................................. 82
8.5 Adéquation des technologies aux différents gisements ........................................................ 84
9 Les débouchés du polyuréthane recyclé ....................................................................................... 85
9.1 Introduction ............................................................................................................................ 85
9.2 Pas de débouchés dans la construction, l’électroménager et les chaussures ...................... 86
9.3 Débouchés dans l’ameublement et la literie .......................................................................... 86
9.4 Un faible débouché dans les transports ................................................................................ 86
9.5 Débouchés dans les sols pour les mousses de polyuréthane recyclées .............................. 87
9.6 Débouché comme liant pour les rails des trains.................................................................... 87
9.7 Débouché comme support de tuyaux de chauffage par le sol .............................................. 87
9.8 Autres débouchés .................................................................................................................. 87
9.9 Conclusion sur les débouchés envisageables au vu des produits recyclés obtenus............ 88
10 Bilan du potentiel des technologies de recyclage ......................................................................... 90
11 Bilan actuel du recyclage de PU (France 2011 : Gisements – Débouchés) ................................. 93
12 Conclusions et recommandations ................................................................................................. 95
Pour l’ameublement et la literie ..................................................................................................... 96
Pour les transports ........................................................................................................................ 97
Pour la technologie d’agglomération ............................................................................................. 97
Pour la valorisation par thermochimie ........................................................................................... 97
Recommandations principales ...................................................................................................... 98
13 Table des figures ........................................................................................................................... 99
14 Bibliographie ................................................................................................................................ 101

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 4


Février 2014

1 Résumé

L’objectif de cette étude est d’identifier l’état des technologies de recyclage du polyuréthane et le potentiel de
développement de ce recyclage en France.
La production mondiale de polyuréthane représente 17 565 kt en 2011. Le prix moyen du polyuréthane est de
3 €/kg, soit un marché mondial de 53 milliards d’euros en 2011. La production européenne pèse environ 20 %
de la production mondiale avec une production de 4 234 kt en 2011 et une croissance prévue de 3,1 % par an
pour atteindre 4 844 kt en 2015.
Le marché français du polyuréthane est de 326 kt en 2011. La production française de polyuréthane est
de 250 kt en 2011, dont 77 kt sont vendues et 173 kt sont produites en interne par les assembleurs de produits
finis.
Le marché du polyuréthane est segmenté en trois grandes familles techniques : les mousses souples, les
mousses rigides et les non-mousses. La répartition mousse souple, mousse rigide, et non-mousses de la
consommation française est de 144 kt, 130 kt et 52 kt respectivement. Les polyuréthanes sont principalement
utilisés dans cinq secteurs d’application à savoir : la construction 31 %, l’ameublement et la literie 28 %, les
transports 21 %, la chaussure 15 %, et l’électroménager 5 % (répartition de la consommation française en
2011).
Les non-mousses sont difficilement collectables et purifiables (revêtements de peintures, adhésifs, mastics et
colles pour lesquels il n’y a pas de technologie de recyclage). Les mousses de polyuréthane représentent deux
tiers du marché du polyuréthane et sont des produits intéressants pour le développement d’une filière de
recyclage du fait de leur accessibilité technique.
En 2011, le gisement potentiel collectable de polyuréthane en France est estimé à 210 kt notamment dans
l’ameublement et la literie (93 kt) l’automobile (70 kt) et l’électroménager (11 kt).
Les possibilités de recyclage du polyuréthane étaient jusqu'alors limitées de par son caractère
thermodurcissable. En effet, son recyclage nécessite de casser sa structure physique (recyclage mécanique) ou
sa structure moléculaire (recyclage chimique). Ces étapes de décomposition altèrent la qualité des produits
obtenus et quelle que soit la technologie de recyclage utilisée, le polyuréthane recyclé a des propriétés
de moindres qualités que le polyuréthane vierge :
- Le recyclage chimique permet d’obtenir des produits réincorporables en début de synthèse dans des
proportions limitées (de l’ordre de 20 %) mais reste trop cher par rapport aux matières premières
actuelles ;
- Le recyclage mécanique permet d’obtenir des matériaux dont les propriétés sont différentes de celles
des matériaux vierges pour un prix légèrement inférieur (de 10 à 20 %).

Bien qu’il existe des technologies capables de recycler le polyuréthane (notamment l’agglomération) les
gisements collectés et les débouchés actuels ne permettent pas d’écouler le gisement potentiel (3 kt de
débouchés actuels pour un gisement potentiel de 210 kt).
La filière du recyclage du polyuréthane souffre essentiellement :
- Pour les débouchés en ameublement et literie, d’une meilleure accessibilité aux gisements qui est en
train de se mettre en place ;
- D’un manque de débouché important du fait de la qualité moindre des produits recyclés. Un travail
amont pour identifier et faire émerger des marchés est indispensable pour mettre en place le recyclage
du polyuréthane.
1
Les débouchés accessibles pourraient alors représenter 30 à 80 kt (90 à 240 M€ en valeur ).

1
La valeur économique correspondante est obtenue avec la valeur moyenne de 3 €/kg du polyuréthane vierge.

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 5


Février 2014

2 Objectifs de l’étude

Les industries des matériaux se développent dans un contexte de ressources naturelles limitées et
d’optimisation économique de la production comme des usages des produits manufacturés. Ce levier
économique a motivé le développement de filières de recyclage historiques comme l’acier, le verre et le papier.

Depuis plus de 50 ans, parallèlement au développement de la pétrochimie, les plastiques et résines sont
devenus des matériaux utilisés de manière exponentielle atteignant une production mondiale de 265 000 kt en
2010.

Les technologies de valorisation et les


filières de recyclage se sont mises en
place pour certains plastiques
comme le polyéthylène, le
polypropylène ou le PET. Ces
plastiques sont des plastiques
« visibles » par les consommateurs car ils
sont majoritairement utilisés pour des
applications en emballage
(bouteilles, sacs en plastique, etc.).

Le polyuréthane (PU) est une résine issue de la pétrochimie principalement « invisible » du fait de ses usages
principaux où elle est cachée : mousses d’isolation des bâtiments et des réfrigérateurs, mousses des matelas et
des sièges automobiles, etc.

Une première étude, intitulée « Etude du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de
2
recyclage » a été publiée en juin 2003 par l’ADEME . Cette étude a permis de dresser un panorama des
principales applications du polyuréthane dans ses différents secteurs d’utilisation (ameublement, automobile,
construction, électroménager, chaussure…), et a mis en évidence un secteur dynamique au niveau Européen
(croissance de 2,2% estimée entre 2001 et 2006). La France jouait en 2003 un rôle relativement modeste (10 %
du marché européen), à l’exception du domaine des sièges automobiles, véritable leadership français.

Dans le domaine du recyclage, l’étude ADEME de 2003 a mis en évidence une activité technologique intense,
aussi bien pour le recyclage mécanique (micronisation et réintroduction en charge) que pour le recyclage
chimique (dépolymérisation), même si la pérennité économique des procédés à l’échelle industrielle restait
difficile à assurer, en particulier du fait de conditions contraignantes sur la pureté des flux entrants.

Depuis 2003, le paysage réglementaire et économique a fortement évolué : la mise en place des REP,
notamment pour les VHU et les DEEE, et récemment pour les déchets d’ameublement, a permis d’augmenter
et de fiabiliser les flux de déchets collectés contenant des fractions polyuréthane.

Dans ce contexte, l’ADEME met à jour ce panorama du marché du polyuréthane et de ses techniques de
recyclage, afin d’évaluer l’évolution de la situation et d’identifier les actions pertinentes à mettre en œuvre pour
développer le recyclage des déchets polyuréthane en France.

Le premier objectif de cette étude est donc de dresser un panorama du marché du polyuréthane (production,
marchés et applications, segmentation géographique, spécifications techniques…) ainsi que d’identifier les
acteurs majeurs de l’industrie des polyuréthanes (producteurs de polyol, d’isocyanates, formulateurs,
assembleurs).

2
http://www2.ademe.fr/servlet/getDoc?cid=96&m=3&id=25208&p1=02&p2=05&ref=17597

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 6


Février 2014

Le second objectif est d’établir un état de l’art des techniques de recyclage existantes (niveau de
développement, volumes pris en charge, débouchés visés…) et de poser clairement les problèmes rencontrés
par la profession, en particulier relativement aux conditions de pérennité pour les différentes filières de
traitement possibles.

Les recommandations identifient les paramètres sur lesquels une action publique est possible pour développer
le recyclage du polyuréthane, et proposent des orientations d’actions à court, moyen et long terme.

3 Introduction au polyuréthane

3.1 Historique

Le polyuréthane est un polymère inventé en Allemagne dans les années 30, suite à de nombreux efforts de
recherche pour le développement de matériaux présentant des similarités avec la fibre de polyamide (nylon),
découverte plus tôt mais protégée par des brevets américains. La polyvalence de ce nouveau polymère
organique et sa capacité à se substituer à des matériaux rares a alors stimulé le développement de
nombreuses applications.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les revêtements en polyuréthane ont été utilisés comme revêtements
pour protéger le métal, le bois et la maçonnerie. À la fin de la guerre, les revêtements en polyuréthane ont été
fabriqués et utilisés à l'échelle industrielle.

Vers le milieu des années 50, les polyuréthanes se retrouvaient dans les revêtements, les adhésifs, les
élastomères et les mousses rigides. Il a fallu attendre la fin des années 50 pour que le rembourrage avec des
mousses souples soit disponible dans le commerce. Le développement d'un polyol de polyéther à faible coût a
ouvert la porte aux mousses souples pour des applications dans le domaine de l’ameublement et de
l'automobile que nous connaissons aujourd'hui.

Les formulations, les additifs et les techniques de traitement continuent à se développer. Aujourd'hui, les
polyuréthanes peuvent se trouver dans presque tout ce que nous touchons : bureaux, chaises, voitures,
vêtements, chaussures, appareils, lits, ainsi que dans l'isolation dans nos murs et nos toitures.

3.2 Fabrication du polyuréthane

Les polyuréthanes commerciaux sont des polymères de structure - (O-R-O) - (CONH-R’-NH-CO) -, où R et R '
représentent des groupes organiques.

Le polyuréthane est produit en faisant réagir des diisocyanates avec des polyols (Figure 1), qui sont des
produits dérivés du pétrole. Une série d'additifs est également nécessaire pour produire des polyuréthanes de
bonne qualité. Les polyols HO-R-OH sont variés tels que le polypropylène glycol (PPG), le polytétraméthylène
glycol (PTMG), le polycaprolactone (PCL), le polybutylène adipate (PBA), des polyéthers ou polyesters. Les
diisocyanates OCN-R’-NCO sont le MDI (di-isocyanate de diphénylméthane) et le TDI (toluène di-isocyanate).

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 7


Février 2014

Figure 1 : Schéma réactionnel de la synthèse de polyuréthane –

La production sans eau produit des polyuréthanes non-mousses.

La production de mousse polyuréthane est réalisée par addition d'eau. L’utilisation de l'eau seule n’affecte pas
la qualité ou la durabilité du produit pour la plupart des applications. Des liquides organiques à bas point
d'ébullition ont été trouvés pour produire de meilleurs résultats, avec l'avantage supplémentaire (identifié lors de
l'élaboration des panneaux en mousse de polyuréthane rigide) d'améliorer les propriétés isolantes de la
mousse.

3.3 Propriétés du polyuréthane

Grâce au développement de la chimie organique des isocyanates et des polyols, de nombreux matériaux
peuvent être synthétisés. En conséquence, le terme "polyuréthane" représente plus une gamme de produits ou
un segment de l’industrie des matières plastiques plutôt qu’une résine polymère unique et bien définie, comme
par exemple le polypropylène ou le polyéthylène.

Le champ d'application des différents matériaux polyuréthanes est vaste. Une classification peut être faite en
fonction de la densité et de la dureté des matériaux, comme le montre la Figure 2.

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 8


Février 2014

3 3
Figure 2 : Propriétés d'une variété de polyuréthanes (densité 20-1300 kg/m )

Le marché du polyuréthane est segmenté en trois grandes familles techniques :

- les mousses souples,


- les mousses rigides,
- les non-mousses.
4
Les mousses à revêtement intégral sont plus denses car elles sont obtenues par injection moulée ce qui les
comprime et forme une peau sur une face des produits ainsi moulés (accoudoirs, volants de voiture…).

Figure 3 : Segmentation par type de polyuréthane et produits finis correspondants

Les non-mousses sont difficilement collectables et purifiables (revêtements de peintures, adhésifs et mastics,
colles pour lesquels il n’y a pas de technologie de recyclage). Les mousses de polyuréthane sont des produits
intéressants pour le développement d’une filière de recyclage du fait de leur accessibilité plus grande que les
non mousses. Par conséquent, ce rapport traite majoritairement des polyuréthanes mousses.

3
Weigand, E. “Properties and applications of recycled polyurethanes” in: “Recycling and recovery of plastics”
Branderup, J., Bittner, M., Menges, G., Micheali, W., Hanser, Münich (Germany) 1996, section 7.10
4
Integral skin foam

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 9


Février 2014

Les non-mousses contiennent cependant des élastomères intéressants pour le recyclage, les polyuréthanes
5
RIM obtenus par Réaction-Injection-Moulage. Le RIM en tant que matériau est un copolymère poly(uréthane-
urée) où les groupes urée sont majoritaires.

La différence entre les mousses souples et rigides dépend de la structure des cellules qui les composent,
celles-ci pouvant être « ouvertes » ou « fermées ».

Dans les mousses polyuréthanes rigides, seul un faible pourcentage des cellules est ouvert et les densités
3
sont généralement de 30-35 kg/m . L’agent gonflant contenu dans les cellules ne peut pas circuler d’une cellule
à l’autre et possède une très faible conductivité thermique. Ce sont donc des matériaux très isolants
thermiquement. Les principales applications des mousses polyuréthanes rigides sont les panneaux isolants
pour le bâtiment, les réfrigérateurs et les congélateurs.

Les mousses polyuréthane souples ont une structure cellulaire ouverte presque en totalité avec des densités
3
de 20-45 kg/m . Elles ne sont pas de bons isolants thermiques mais elles ont des propriétés d’isolation
acoustique. Ces matériaux se trouvent principalement dans les matelas, les fauteuils, les canapés et les sièges
de voitures.

La densité des mousses est spécifique à chaque application comme le montre la Figure 4.

(Kg/m3) 16 64 128

3 6
Figure 4 : Densités en kg/m des mousses souples de polyuréthane selon les applications (échelle log)

La thibaude est un non-tissé en feutre, en jute, ou en mousse polyuréthane souple utilisé sous forme de
plaques pour ces propriétés résilientes et acoustiques. On l’utilise par exemple sous les moquettes ou les
parquets.

3.4 La chaine de valeur du marché du polyuréthane

La chaîne de valeur du polyuréthane s’analyse selon trois types d’acteurs :

- Les chimistes qui produisent les matières premières (isocyanates et polyols) ;


- Les formulateurs qui produisent du polyuréthane avec les matières premières issues des chimistes ;
- Les assembleurs qui sont les industriels utilisateurs finaux qui consomment du polyuréthane déjà
formulé et l’intègrent dans leurs produits finis.

5
RIM fait référence au procédé de mise en forme et d’obtention de pièces : Réaction-Injection-Moulage.
6
BASF

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 10


Février 2014

Certains acteurs économiques peuvent être présents sur une ou plusieurs de ces activités. Les chimistes
peuvent formuler du polyuréthane et le vendre. Les assembleurs peuvent formuler eux-mêmes le polyuréthane
nécessaire à leurs propres besoins.

La consommation française de polyuréthane est la somme des quantités de polyuréthane présentes


dans les produits finis fabriqués ou importés en France.

Producteurs de Matières Formulateurs Producteurs Assembleurs Producteurs


Premières de Polyuréthanes de Produits Finis

Importations nettes de polyuréthane Importations (2 kt)

0 kt Production de MP captive et Formulation


Achat de Polyuréthane et
Production vendue
assemblage
(77 kt)

120 kt de TDI produits Achat de Matières Premières et


par PERSTORP Production totale Consommation de
formulation
soit 200 kt de (250 kt) polyuréthane
polyuréthane (326 kt)
Production des Matières
Premières & Importations
30 kt d’importation nettes
d’isocyanates (TDI, MDI)
soit 50 kt de Achat de Matières Premières et formulation captive
polyuréthane

Importations nettes de produits finis contenant du polyuréthane

Source : Ilium

Producteurs de Matières Formulateurs Producteurs Assembleurs Producteurs


Premières de Polyuréthanes de Produits Finis

Importations nettes de polyuréthane

Production de MP captive et Formulation


Achat de Polyuréthane et
BASF, BAYER, assemblage
PERSTORP
BOUYGUES,
Achat de Matières Premières et EIFFAGE, FAURECIA,
formulation FAYAT, PSA,
RENAULT, VINCI
ARCELORMITTAL, CAUVAL,
Production des Matières
COFEL, DAGARD, HILDING,
Premières & Importations KNAUF, RECTICEL, SEALY,
nettes SOPREMA

Achat de Matières Premières et formulation captive

Source : Ilium
ACTEURS

Figure 5: Volumes et illustration des acteurs dans la chaîne de valeur du polyuréthane


(données France 2011 en kt)

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 11


Février 2014

Les sites de production et de formulation du polyuréthane sont répartis sur le territoire avec une concentration
d’acteurs du Nord à l’Est de la France.

Source : Ilium

7
Figure 6 : Localisation des sites français de production de polyuréthane

7
Données Usine Nouvelle, traitement Ilium

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 12


Février 2014

Tableau 1 : Acteurs du marché du polyuréthane et de son recyclage en France

Producteur MP Formulateur Assembleur Recycleur


ARCELORMITTAL X
AUTOLIV ISODELTA X
BASF X (pas de site français) X
BAYER X (pas de site français) X
BOSTIK X
BOUYGUES X
CAUVAL X X X
COFEL X X
DAGARD X
EIFFAGE X
EMFI X
EXSTO X
FAURECIA X
FAYAT X
GROUPE COURBIS X
GRUPO ANTOLIN X
HILDING X X
HOZELOCK TRICOFLEX X
INNORTEX X
JOHNSON CONTROLS X
KNAUF X
PERSTORP X (site français) X
POLYFONT X
PSA X
RECTICEL X
RENAULT X
RIETER X
SAITEC X X
SEALY X X
SOPREMA X
SOTIRA AUTOMOTIVE X
TRAMICO X
TREVES X
VINCI X

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 13


Février 2014

4 Le marché du polyuréthane

4.1 Le marché mondial du polyuréthane

La production mondiale de polyuréthane représente 17 565 kt en 2011. La majeure partie de la production se


trouve en Asie. La production européenne pèse 24 % de la production mondiale.

Figure 7: Production de polyuréthane en 2011 par secteur géographique (kt)

De 2003 à 2011, la demande mondiale de polyuréthane a augmenté principalement du fait de l’émergence du


marché Asie-pacifique. L’industrie productrice de polyuréthane a migré vers les pays asiatiques pour profiter
des faibles coûts de fabrication.

La même tendance est prévue pour les années à venir. Ainsi, l’Asie devrait être amenée à produire 60 % du
8
polyuréthane mondial en 2016 .

Concernant les mousses de polyuréthane, le marché s’élève à 11 500 kt en 2011. Les mousses de
polyuréthane représentent deux tiers du marché mondial du polyuréthane. Portée par la Chine, l’Inde et Hong
Kong, la région Asie-Pacifique présente une croissance de 5 %/an de 2003 à 2011 pour le marché des
9
mousses de polyuréthane. Il s’agit de la croissance la plus rapide .

La demande pour les mousses polyuréthane est très dépendante des diverses applications finales en particulier
dans les secteurs de l'automobile, de l’ameublement et du bâtiment. La réduction des dépenses de
consommation, la baisse du nombre de chantiers, la baisse de la production automobile, et l'augmentation du
volume des meubles importés ont contribué à la baisse de la production de polyuréthane aux États-Unis, au
Canada et en Europe.

Cependant, le marché devrait enregistrer une croissance amorcée par le secteur du bâtiment en raison des
préoccupations accrues au sujet des économies d'énergie. En effet, les propriétés isolantes des polyuréthanes
en font un matériau de choix pour ce secteur d’application.

8
GBI
9
Industrial Aids Limited (IAL Consultants)

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 14


Février 2014

Le marché mondial des mousses polyuréthane devrait atteindre 14 000 kt en 2015 avec un taux de croissance
10
moyen de 4%/an .

4.2 Le marché européen du polyuréthane

11
L’industrie européenne du polyuréthane représente une production de 4 234 kt de polyuréthane en 2011.
Le marché de l'Europe occidentale est assez mature, et une croissance forte est prévue pour l'Europe de l'Est.

La production totale de la mousse de polyuréthane souple en 2011 dans la région Europe est estimée à plus
de 1 609 kt (dont 1 000 kt de blocs et 450 kt de mousse moulée).

La production totale européenne de mousse de polyuréthane rigide est de 1 270 kt, dont la majeure partie
sous la forme de panneaux et de planches mousse. La demande de polyuréthane pour l’isolation en Europe est
tirée par les objectifs européens de bâtiments à faible consommation énergétique.

Dans le segment des non-mousses, la production totale européenne de revêtements en polyuréthane était de
593 kt en 2011. Les élastomères en polyuréthane représentent une production de 381 kt. Les adhésifs
polyuréthanes sont disponibles pour un large éventail d'applications, et la production totale de colles à base de
polyuréthane était de 254 kt en 2011. Les liants de polyuréthane représentent un marché relativement petit,
caractérisé par une production européenne de 127 kt.

Figure 8 : Production européenne de polyuréthane en Europe (kt) en 2011

Depuis 2010, l'industrie des polyuréthanes s’est remise de l'impact de la récession mondiale. La production
totale de produits de polyuréthane est estimée à 4 234 kt en 2011 contre près de 3 962 kt en 2009 et 4 195 kt

10
Industrial Aids Limited (IAL Consultants) et entretiens
11
Europe occidentale et Europe de l’Est

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 15


Février 2014

12 13
en 2007 . D’après l’étude précédente de l’ADEME , en 2001, les estimations pour l’Europe portaient sur un
total de 2 944 kt de matériaux et produits à base de polyuréthanes.

Les prévisions pour le marché du polyuréthane annoncent une croissance de 3,1 % par an sur la zone Europe
12
pour atteindre un volume de production de l’ordre de 4 844 kt en 2015 .

4.3 Le marché français

La consommation globale de polyuréthane en France est estimée à 326 kt en 2011 et la production


14
française de polyuréthane est de 250 kt dont 77 kt vendue et 173 kt de production interne .

La répartition de la consommation française par type de polyuréthane en mousses rigides, mousses souples, et
non-mousses est de 130 kt, 144 kt et 52 kt respectivement.

16%

Mousses souples
Total : 44%
326 kt Mousses rigides
Non-mousses
40%

Figure 9 : Répartition de la consommation française de polyuréthane par type en 2011

En France, la consommation de mousses souples a diminué entre 2003 et 2011. Ce phénomène peut être
attribué aux difficultés du marché de l’automobile induites par la crise économique. De même la consommation
des mousses rigides a légèrement diminué entre 2003 et 2011.

Malgré la baisse de croissance passée du secteur du bâtiment, l’avenir du marché du polyuréthane devrait être
assuré grâce au polyuréthane rigide qui présente des caractéristiques d’isolation intéressantes pour répondre
aux objectifs de performance énergétique des bâtiments.

Les perspectives d’évolution du marché français du polyuréthane sont donc bonnes et les industriels misent sur
une croissance positive. Par exemple, Recticel a ouvert une nouvelle usine de production de polyuréthane
3
rigide à Bourges en 2013 (400 000 m /an, soit 14 kt/an).

12
Industrial Aids Limited (IAL Consultants)
13
ADEME 2003 Marché et état de l’art des techniques de recyclage des polyuréthanes
14
Données Eurostat et Ilium

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 16


Février 2014

4.4 Evolution du prix du polyuréthane et de ses matières premières

Le marché des matières premières du polyuréthane, qui se compose des polyols et des isocyanates, est assez
stable. Le prix des isocyanates a varié de 2,1 à 2,3 €/kg de 2010 à 2013. Le niveau de prix des polyols est de
l’ordre de 0,8 €/kg. Le prix moyen du polyuréthane est de 3 €/kg en 2012.

La hausse du prix du pétrole n’a pas eu d’impact significatif sur ces prix et a été absorbée par des gains de
productivité, des économies d’échelle et une réduction des niveaux de marge. L’évolution des prix des
isocyanates et des polyols est illustrée par la Figure 10.

15
Figure 10 : Evolution du prix des matières premières du polyuréthane en Europe

15
Figure 11: Evolution du prix du polyuréthane en Europe

4.5 Les principaux producteurs et formulateurs du marché de l’industrie des


polyuréthanes

15
Eurostat

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 17


Février 2014

Le marché amont du polyuréthane est constitué par les chimistes qui produisent les matières premières
(isocyanates et polyols) et formulent une partie de la production de polyuréthane. La filière de production de
polyuréthane est intégrée pour chacun de ces acteurs.

Chimistes Formulateurs
(Chiffre d'Affaire de
la division Polyuréthane)

•BASF •BASF (6,3 G€)


•Bayer •Bayer (6 G€)
•Dow •Dow (2 G€)
•Huntsman •Huntsman (3,5 G€)
•Yantai Wanhua •Yantai Wanhua (1,4 G€)

Le marché mondial du polyuréthane est structuré différemment par zone géographique :

- dominé en termes de capacité de production par quatre piliers occidentaux : BASF, Bayer, Dow,
Huntsman
- composé de nombreux acteurs en Asie dont le plus important est Yantai Wanhua.

Les cinq premiers acteurs du marché totalisent 19 milliards d’euros, soit 36% du marché global du
polyuréthane (53 milliards d’euros). Ces acteurs monopolisent la production chimique des matières
premières (diisocyanates et polyols) et formulent seulement une partie du polyuréthane. L’autre partie du
polyuréthane est formulée directement par des formulateurs ou des formulateurs-assembleurs qui en produisent
des pièces finies.
Amérique du nord
Amerique du sud

Europe

Asie

BASF 7% 22% 34% 37% 6

Bayer 11% 22% 28% 39% 6

Dow Chemical Company 20% 21% 22% 37% 2


Huntsman 27% 26% 37% 10% 4

Yantai Wanhua 15% 15% 15% 55% 7

Figure 12 : Répartition géographique du chiffre d’affaire des divisions polyuréthanes des chimistes leaders du
marché (en milliards d’euros, total de 19 milliards d’euros)

Les sites de production des chimistes leaders du marché du polyuréthane en Europe sont localisés, en
Allemagne, aux Pays-Bas, en Espagne et au Portugal.

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 18


Février 2014

BASF
Bayer
Dow Chemical Company
Huntsman
Yantai Wanhua

Figure 13 : Sites de production des chimistes leaders du marché du polyuréthane

 BASF : sa gamme de produits polyuréthane comprend des matières premières polyuréthanes (MDI,
TDI, polyols), des polyuréthanes thermoplastiques et des pièces à façon d'élastomères. La capacité de
production annuelle d’isocyanates était de 1 840 kt en 2011. En 2012, le chiffre d’affaire de BASF était
de 72,1 milliards d’euros. Les ventes réalisées par la division « Polyuréthane » ont été de 6,3 milliards
d’euros.

 Bayer : sa filiale Bayer Material Science constituée de 30 sites de production à travers le monde, offre
une large gamme de produits dans l'industrie du polyuréthane (mousses de polyuréthane rigides et
souples, élastomères de polyuréthane) et une base de production mondiale en MDI et TDI. En 2012, le
groupe Bayer a réalisé un chiffre d’affaire de 39,8 milliards d’euros. La Business Unit Polyuréthane a
réalisé un chiffre d’affaire de 6 milliards d’euros.

 Dow Chemical Company : société multinationale américaine dont l’activité liée aux polyuréthanes fait
partie de son service « Matériaux de performance ». Dow est le plus grand producteur de polyols
polyéther et l’un des producteurs les plus importants d’isocyanates aromatiques comme le MDI ou le
TDI. Dow fabrique également un large éventail de mousses rigides, semi-rigides et souples, d’adhésifs,
de mastics, de revêtements, d’élastomères et de liants. En 2012, Dow a réalisé un chiffre d’affaire de
42,6 milliards d’euros. La vente de polyuréthane y a contribué à hauteur de 2 milliards d’euros.

 Huntsman : La division Huntsman Polyurethanes du groupe Hunstman est un leader mondial dans les
polyuréthanes à base de MDI. Hunstman Polyurethanes fabrique et vend des produits chimiques

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 19


Février 2014

utilisés pour produire des mousses, des adhésifs, des revêtements, des mastics et des élastomères.
Huntsman Polyurethanes exploite 3 usines de production de MDI aux Etats-Unis, aux Pays-Bas et en
Chine et 17 installations de formulation en aval, qui sont stratégiquement situées à proximité des clients
présents dans le monde entier. La société a réalisé un chiffre d’affaire de plus de 8 milliards d’euros en
2012. Les ventes réalisées par la division Huntsman Polyurethanes représentaient 43 % de ce chiffre
d’affaire, soit environ 3,5 milliards d’euros.

 Yantai Wanhua : deuxième plus grand producteur d'isocyanates au monde et le plus grand en Asie-
Pacifique. Il est spécialisé dans la recherche, la production et la vente de MDI et de produits connexes
tels que le MDI modifié, la mousse de polyuréthane rigide et des polyuréthanes thermoplastiques. La
société dispose d'une capacité annuelle de production de 1 100 kt de MDI. Le chiffre d’affaire de la
filiale Yantai Wanhua Polyurethanes a été de 1,44 milliards d’euros en 2011.

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 20


Février 2014

5 Les marchés applicatifs du polyuréthane

Les polyuréthanes sont utilisés dans les secteurs d’application suivants :

- La construction : le polyuréthane est présent dans le secteur de la construction sous la forme de


mousse et de non-mousse. On retrouve le polyuréthane dans l’isolation, les peintures, les liants et
mastics.

- L’ameublement et la literie : le polyuréthane est présent sous forme de mousse souple que l’on
retrouve dans les matelas et rembourrages des sièges.

- Les transports : le polyuréthane dans ce secteur est utilisé sous toutes ses formes. De la mousse
rigide pour l’isolation phonique et thermique, des thermoplastiques pour les tableaux de bord et des
mousses souples pour les sièges.

- La chaussure : le polyuréthane est utilisé dans la fabrication de chaussures, principalement dans les
semelles sous forme de mousses et de colles.

- L’électroménager : le secteur de l’électroménager utilise du polyuréthane pour l’isolation thermique


des réfrigérateurs et congélateurs.

13%
24% Construction
Ameublement et literie
12%
4 034 kt Transports
Europe Chaussures
14% Electroménager
21%
Autre
16%

16
Figure 14 : Secteurs d'application de la production de polyuréthane en Europe (2011)

5.1 La construction

Ce secteur est l'une des principales applications pour le polyuréthane (24 % de la demande européenne). Le
marché du polyuréthane dans le bâtiment est séparé entre les applications mousse et non-mousse. Les
mousses sont utilisées comme isolant. L’isolation est l’application pour laquelle le polyuréthane est le plus
utilisé (65 % des applications du bâtiment).

16
BASF

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 21


Février 2014

35%
Mousse
102 kt
Non-mousse
65%

Figure 15 : Types de polyuréthane utilisés dans la construction en France (2011)

En 2011, la consommation française de polyuréthane du secteur de la construction était de 102 kt : 66 kt de


mousses rigides et 35 kt de non-mousses.

4500
3 911
4000
3500
3000
Monde
2500
1 870 Europe
2000
France
1500
1000
500 102
0

Figure 16 : Volumes de polyuréthane consommés dans le bâtiment en 2011 (kt)

Forme des produits en polyuréthane pour l’isolation des bâtiments

Figure 17 : Polyuréthane rigide en plaque ou en bloc pour l'isolation

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 22


Février 2014

Les plaques polyuréthanes et blocs de mousse sont les produits principaux pour l’isolation. Le polyuréthane
peut également être projeté directement sur son support. Ce système consiste à réaliser une couche de
polyuréthane en projetant du polyuréthane afin de réaliser une isolation sans joints ni recouvrements. Ce
nouveau mode d’isolation présente des avantages certains en termes de performances thermiques et de
17
ravoirage .

450 425
400
350
300
250 Monde
200 Europe
150
100 66
50
0

Figure 18 : Volumes de mousse de polyuréthane projeté en 2010 (kt)

Dans le cas du polyuréthane projeté, le marché représente un volume anecdotique en France. Néanmoins, le
marché européen consomme des volumes non négligeables. En Belgique, pionnier de l’isolation de
polyuréthane projeté, cette technologie domine le marché de l’isolation en polyuréthane.

Figure 19 : Projection de polyuréthane sur un chantier

Choix des produits d’isolation dans le bâtiment

Les principaux critères de sélection de produits pour des applications d'isolation sont : la conductivité thermique
(lambda), le rapport volume/prix, la résistance du matériau à la compression, au feu et à l’eau. Le polyuréthane
rigide a des caractéristiques très équilibrées, ce qui permet de répondre à la plupart des demandes des clients.
En effet, le polyuréthane est l'un des isolants thermiques les plus performants avec un lambda de 0,026 W/mK.

17
Le ravoirage est un ouvrage réalisé sur un support béton permettant d’atteindre la côte de niveau souhaitée
et, éventuellement, d’y loger les canalisations de plomberie, de chauffage et d’électricité.

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 23


Février 2014

Produit Valeur lambda (W/mK)


Mousse polyuréthane 0,026
Polystyrène 0,035
Laine de roche ou de verre 0,040
Mortier de polystyrène 0,100
Béton mousse 0,350
18
Tableau 2: Comparatif lambda

Répartition des polyuréthanes non-mousses dans le bâtiment

Les non mousses représentent un volume très disparate de 35 kt.


12

10

8
Volume (kt)

Figure 20: Volumes de polyuréthanes non-mousses consommés dans le bâtiment en France en 2011 (kt)

Acteurs

Formulateur Assembleur

• Arcelor Mittal • Bouygues


• BASF • Eiffage
• Dagard • Fayat
• Soprema (Efisol) • Vinci
• Knauf • ...
• Recticel
• Tramico

- Formulateurs : il s’agit de fabricants de polyuréthane rigide tels que des panneaux isolants.

18
Bouygues construction

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 24


Février 2014

o ArcelorMittal : fabricant européen de panneaux sandwich pour la construction dont le chiffre


d’affaires était de 64 millions d’euros en 2012.
o BASF : constituant le plus grand groupe chimique au monde, BASF propose des solutions pour
l’isolation du bâtiment tels que des panneaux sandwich et des systèmes de mousse projetée.
o Dagard : société spécialisée dans la fabrication de cloisons composites à base de mousse de
polyuréthane rigide dont le chiffre d’affaires était de 73 millions d’euros en 2011.
o Soprema : leader français dans la fabrication d’isolants à base de mousse polyuréthane et de
minéraux expansés (vermicule et perlite) pour le secteur du bâtiment. La société propose une
gamme de panneaux pour l’isolation des toitures, murs et sols. Le chiffre d’affaires du groupe
était de 1,5 milliard d’euros en 2012.
o Knauf : leader sur le marché de la construction, Knauf développe des panneaux en mousse
polyuréthane pour l’isolation thermique des toitures, des planchers et pour les rénovations
lourdes. Son chiffre d’affaires est de 5,5 milliards d’euros.
o Recticel : producteur mondial de mousses de polyuréthane. Parmi ses quatre activités, mousse
souple (41 %), literie (20 %), automobile (23 %) et isolation (16 %), c'est cette dernière qui
connaît la plus forte croissance. Recticel vient notamment d'ouvrir une nouvelle unité de
production, à Bourges, spécialisée dans les panneaux rigides d'isolation et opérée par sa filiale
française Recticel Insulation. Le chiffre d’affaires du groupe belge était de 1,32 milliard d’euros
en 2012.
o Tramico : acteur majeur dans la fabrication de mousses de polyuréthane en France, la société
se positionne comme expert sur deux secteurs du bâtiment : l’isolation acoustique (sous-
couches acoustiques minces) et l’étanchéité (mousses imprégnées, mousses de fonds de
joints). Tramico est une filiale de Vita, producteur mondial de polymères cellulaires et
industriels, de feuilles thermoplastiques et de non-tissés, avec un chiffre d’affaires global de 1,2
milliards d’euros.

- Assembleurs : les assembleurs dans le secteur du bâtiment sont les entreprises de construction telles
que :
o Bouygues
o Eiffage
o Fayat
o Vinci
o …

5.2 L’ameublement et la literie

Le secteur ameublement et literie constitue une part importante du marché du polyuréthane. En effet, le marché
19
de la mousse de confort est le plus grand débouché pour la mousse polyuréthane souple avec 93 kt et est
d'une taille similaire au segment de mousse rigide dans la construction. La mousse de polyuréthane souple est
un élément essentiel de la production de meubles et de matelas rembourrés.

Les fabricants de mousse, en partenariat avec les fournisseurs de matières premières, ont développé une
catégorie de mousse spéciale avec de hautes propriétés de confort et la durée de vie des mousses a été
allongée. Les applications de ces catégories de mousse de haute qualité ont conduit à prolonger la durée de vie
des meubles rembourrés et des matelas et, par conséquent, réduit la quantité de déchets post-consommation.
Pour améliorer les coûts, les producteurs de mousse ont optimisé les processus de fabrication avec un accent
particulier sur la réduction de l'utilisation de matières premières et la diminution de la production de déchets lors
de l'expansion. La technologie de fabrication disponible permet une réduction du taux de déchets de production

19
Estimation Ilium

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 25


Février 2014

en dessous de 1 %, par rapport à la moyenne européenne d’une usine de fabrication qui génère 3 % à 5 % de
déchets.

20
Tableau 3 : Type de mousse utilisée dans les produits issus de l’ameublement

21
Tableau 4 : Composants des produits issus de l'ameublement

22 23
La production française de polyuréthane dans l’ameublement s’élève à 50 kt L’étude antérieure de l’ADEME
a estimé qu’en 2001, la production en France dans le secteur du mobilier représentait 21 % du marché total des
plastiques, c’est-à-dire 45 kt. Le marché de la production de polyuréthane pour l’ameublement est donc en
légère croissance en France (1 %/an).

Total : 46% Sièges


54% 50 kt Literie

20
ADEME 2010 VALorisation de MOusses et bois-Panneaux de l’Ameublement et de Literie usagés
21
ADEME 2010 VALorisation de MOusses et bois-Panneaux de l’Ameublement et de Literie usagés
22
SNAP
23
ADEME 2003 Marché et état de l’art des techniques de recyclage des polyuréthanes

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 26


Février 2014

Figure 21: Volumes 2011 (kt) de polyuréthane produit en France dans l'ameublement

Acteurs

Formulateur et Démanteleur Recycleur


assembleur

•Cauval •Ecoval •Innortex


•Cofel •Recyc-matelas •Ecoval
•Hilding
•Recticel
•Sealy
•...

- Formulateurs et assembleurs : il s’agit des fabricants de meubles contenant de la mousse de


polyuréthane. Dans le secteur de l’ameublement, les formulateurs de polyuréthane peuvent être
assembleurs et fabriquer des matelas.
o Cauval Industries : numéro un français du meuble, présent sur le territoire français avec les
marques Dunlopillo, Simmons, Treca. Son chiffre d’affaires était de 427 millions d’euros en
2011.
o Cofel : groupe belge et espagnol, présent en France avec les marques Bultex, Epeda, Merinos
et Le Bed. Le groupe dispose de 5 sites de production pour fabriquer chaque année 1 million
de matelas. Son chiffre d’affaires est près de 250 millions d’euros en 2011.
o Hilding Anders : groupe suédois qui a réalisé un chiffre d’affaires de 89,4 millions d’euros en
France en 2010 avec les marques Wifor, Andre Renault ou Timbo.
o Recticel : producteur mondial de mousse de polyuréthane. Le secteur de la literie représente 20
% du chiffre d’affaire, soit 260 millions d’euros. Recticel fabrique et propose un large choix de
matelas, oreillers et coussins en mousse : mousse haute résilience, mousse à mémoire,
mousse antibactérienne, mousse à très haute perméabilité, etc.
o Sealy : premier fabricant mondial de literie réalise un chiffre d’affaire de 1,04 milliards d’euros.

5.3 Les transports

Les automobiles et autres moyens de transport tels que les autobus et les camions constituent l’un des
marchés les plus importants pour le polyuréthane. La production automobile de l’Union Européenne a atteint un
niveau de 16 millions de véhicules en 2010.

La teneur moyenne en plastique est de 120 à 150 kg par voiture. En moyenne, le polyuréthane représente 20 à
30 % des matières plastiques d’une voiture, selon la préférence du constructeur et la technologie de fabrication.

Différents types de polyuréthanes sont utilisés dans le secteur de l’automobile compte tenu des normes de
performance, de poids, de consommation de carburant, de confort et de résistance, d'isolation et d'absorption
acoustique. La variété des applications est tout aussi large ; le polyuréthane peut être présent dans des
éléments tels que les sièges, les volants, les parties d’isolation thermique ou sonore, les plafonds et les
tableaux de bord. Les types de polyuréthane utilisés vont de la mousse souple à faible densité à des mousses
rigides et des élastomères (Figure 22).

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 27


Février 2014

24
Figure 22: Utilisation typique de polyuréthane dans une automobile

La consommation des mousses de polyuréthane pour l’automobile en France est de 68 kt en 2011, ce qui
représente 2,8 % de la consommation mondiale correspondante (Figure 23). Au sein des mousses
25
polyuréthanes pour l’automobile, la part de mousse rigide est de 33 % et la part de mousse souple de 67 %.

3000
2403
2500
2000
1500
1000
401
500
68
0
Monde Europe France

Figure 23: Volumes de polyuréthane consommés dans l'automobile en 2011 (kt)

Acteurs

Formulateur Assembleur Démanteleur Recycleur

• Courbis group • PSA • Centres VHU • Pas d'acteur en


• Faurecia • Renault France
• Grupo Antolin •Toyota puis,
• Johnson Controls •...
• Broyeurs
• Rieter
• Saitec
•Trèves

24
BASF
25
Estimation Ilium d’après Renault

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 28


Février 2014

- Formulateurs : il s’agit d’équipementiers automobiles :


o Courbis Group : leader européen dans la conception et la fabrication de pièces industrielles à
haute valeur ajoutée en polyuréthane.
o Faurecia : sixième équipementier mondial. Faurecia possède plusieurs sites en France,
notamment dans l’Est (Autocoussin Bertrand Faure). Son chiffre d’affaire était de 17,4 milliards
en 2012.
o Grupo Antolin : société multinationale espagnole qui conçoit et fabrique des composants
automobiles intérieurs. Grupo Antolin possède plusieurs usines comme l’usine Iga (Henin
Beaumont) et Loire (Roche la Molière) en France qui fabriquent des pavillons automobiles en
mousse polyuréthane semi-rigide et des sièges en mousse souple. Son chiffre d’affaires était
de 2,67 milliards d’euros en 2012.
o Johnson Controls : société américaine spécialisée dans les équipements pour automobiles qui
fabrique des sièges, des pavillons, des tablettes et des pare soleil à base de polyuréthane. Le
chiffre d’affaires de l’unité de Strasbourg fabricant des mousses, ensuite intégrées dans les
sièges, repose-têtes et autres accessoires composites de l’habitacle du véhicule, était de 98
millions d’euros en 2011.
o Rieter : groupe suisse fabriquant des solutions d’insonorisation pour les véhicules automobiles.
Son chiffre d’affaires était de 864 millions d’euros en 2011.
o Trèves : leader européen dans la fabrication de composants automobiles. Il produit
essentiellement des sièges, des accoudoirs, des appuie-têtes, des portières, des isolants
thermiques et phoniques en combinant aussi bien mousse que semi-rigide et textile d’habillage.
Son chiffre d’affaires était de 637 millions d’euros en 2011.

- Assembleurs : il s’agit des constructeurs automobiles :


o PSA Peugeot Citroën
o Renault
o Toyota
o …

5.4 La chaussure

En 2011 la consommation de chaussures par les ménages français atteignait 370 millions de paires (hors
chaussures de sécurité à usage professionnel), soit une moyenne de plus de 5 paires de chaussures par an et
par habitant. 49 kt de polyuréthane ont ainsi été consommées en 2011 en France, ce qui représente 3,7 % de la
26
consommation mondiale pour cette application.

26
CTC groupe

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 29


Février 2014

1400 1330

1200

1000

Monde
800
Europe
600
France

400
231
200
49
0

Figure 24: Volumes de consommation de polyuréthane dans le secteur de la chaussure en 2011 (kt)

En 1995, la production française de semelles de chaussure en polyuréthane était de 8,5 kt avant d’être réduite
à 7,5 kt en 2002. Actuellement, ce chiffre a encore diminué jusqu’à 6,5 kt et est négligeable vis-à-vis de la
consommation française. La production de chaussures est principalement située en Asie. Au premier rang des
fournisseurs de chaussures en France, on retrouve la Chine, qui représente à elle seule 58 % des volumes.

Les données publiées par la FFC (Fédération Française de la Chaussure) permettent de chiffrer la
consommation de chaussures en France à partir des données suivantes :

- Production française : 24 millions de paires en 2011 (pour 26 en 2010 et 31 en 2008)


- Importations : 481 M paires en 2011 (pour 459 en 2010 et 409 en 2008)
- Exportations : 80 M paires en 2011 (pour 70 en 2010 et 64 en 2008).

La consommation 2011 est de 425 millions de paires (pour 376 millions en 2008) par rapport à une production
de 24 millions de paires. Il est à noter que cette consommation intègre des chaussures de sécurité et à usage
professionnel notamment. Les chaussures consommées par les ménages représentent environ 90 % de la
consommation totale.

La production française avec un chiffre d’affaires de 861 millions d’euros en 2011 (899 en 2010 et 960 en
2008), est assurée par 82 entreprises (90 en 2010 et 111 en 2008) représentant un effectif total de 5 760
27
personnes (6 301 en 2010 et 7 750 en 2008) .

Acteurs

Formulateur Assembleur

• BASF • Marchés de niche


• Bayer

27
Fédération Française de la Chaussure (FFC)

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 30


Février 2014

- Formulateur : il s’agit des fabricants de mousses pour des applications dans le secteur de la
chaussure.
o BASF : Depuis plus de quarante ans, BASF produit des systèmes de polyuréthane sur mesure
et des élastomères de polyuréthane thermoplastique tels que Elastopan® et Elastollan® pour la
fabrication de tous les types de semelles.
o Bayer : il fabrique les systèmes de polyuréthane entièrement formulés nécessaires pour
produire des chaussures de sport, de mode et de sécurité avec des composants en
polyuréthane.

- Assembleurs : Aujourd'hui ne subsistent en France que des productions de niches comme celles de
chaussures très techniques pour les athlètes, l'équitation, le bateau ou encore les petites séries
réalisées par des créateurs et la production de modèles de luxe.

5.5 L’électroménager

Le polyuréthane et le polystyrène sont les polymères dominants dans les réfrigérateurs et congélateurs. La
technologie actuelle de fabrication relie le boîtier en tôle à l'extérieur et la paroi interne en polystyrène avec de
la mousse polyuréthane rigide légère de haute à très haute efficacité thermique.

Une étude de l’agence allemande pour l’environnement a estimé la quantité moyenne de polyuréthane
28
contenue dans les appareils électroménagers (réfrigérateurs, congélateurs) à 5,1 kg .

La majorité des gros électroménagers froids achetés en France est issue de l’importation. La production de gros
électroménager froid en France est quasi nulle. En effet, la production est principalement située à l’étranger. En
France aucun fabricant d’électroménager n’a plus de 10% du marché. Le fabricant chinois Haier est le leader du
marché mondial des réfrigérateurs avec une part de marché mondiale de 6,3 % en 2010 selon Euromonitor.
29
La consommation française de polyuréthane pour l’électroménager est de 17 kt en 2011 . Entre 2001 et 2011,
la consommation annuelle de polyuréthane en France dans le secteur de l’électroménager est passée de 10 à
17 kt.

Acteurs

Formulateur et assembleur : ce sont les producteurs de mousses rigides pour l’isolation thermique
des appareils électroménagers ainsi que les acteurs assemblant tous les composants. Dans la plupart
des cas, un seul et même acteur prend en charge ces deux étapes. Il n’y a aucun site de production
significatif en France pour les réfrigérateurs et congélateurs. Les producteurs actuels sont des grands
groupes internationaux tels que Bosch, Electrolux, FagorBrandt, Haier, etc.

28
Günter Dehoust Dr. Doris Schüler, Study of the ozone depletion and global warming potentials associated
with fridge recycling operations that involve the manual stripping of polyurethane insulation foam, 2010 –
Conforme aux données 2012 d’Eco Systèmes (13 % x 45 kg soit 5,8 kg)
29
3,29 millions de réfrigérateurs et congélateurs vendus en 2011 selon le Groupement Interprofessionnel des
Fabricants d’Appareils d’Equipement Ménager (GIFAM)

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 31


Février 2014

6 Les gisements de polyuréthane

6.1 Les types de déchets de polyuréthane

Il existe deux types de déchets :

- Les déchets issus de la production. Ce type de déchet regroupe les chutes de mousse de
polyuréthane et les produits non conformes. Ce gisement représente 13 kt en France en 2011. (6.7 Les
chutes de production page 35)

- Les déchets en fin de vie issus des différentes utilisations du polyuréthane. Le volume global de
30
ces déchets est estimé à 198 kt . Ce type de déchets présente des contraintes de recyclage
importantes. Tout d’abord, le volume conséquent des mousses polyuréthane entraînent des
problématiques de collecte et de compactage. Ensuite, les mousses récupérées sont la plupart du
temps souillées, ou mêlées à des impuretés. Enfin, les polyuréthanes sont mélangés à d’autres
matériaux et une phase de séparation est indispensable.

En 2011, le gisement global collectable de polyuréthane en France est estimé à 210 kt dont :

- 154 kt de mousses souples ;


- 12 kt de chutes de production de mousses souples ;
- 44 kt de mousses rigides ;
- 1 kt de chutes de production de mousses rigides.

En dehors des chutes de production, tous les gisements de polyuréthane identifiés nécessitent des
opérations de démantèlement/pré-traitement.

6.2 La construction

Le volume global des déchets collectables issus du BTP est estimé à 254 000 kt : 65 % proviennent de la
31
démolition, 28 % de la réhabilitation et 7 % de la construction neuve . Les plastiques représentent 435 kt et les
polyuréthanes sont estimés à environ 10 kt de déchets de mousse rigide, c’est-à-dire 0,004 % de l’ensemble
des déchets produits par le bâtiment. Ces 10 kt de déchets de polyuréthane ne sont pas collectées
aujourd’hui.

Les produits en polyuréthane pour des applications du bâtiment ont une durée de vie d’environ 50 ans. Les
propriétés dues à leur ancienneté doivent être prises en compte. Par exemple, il faut pouvoir comprendre et
traiter des produits qui ne sont plus fabriqués et qui peuvent contenir certains additifs actuellement interdits.

De plus, les déchets de construction lèvent des problématiques de démantèlement et de logistique.

Les volumes de déchets de polyuréthane ne représentant que 0,004 % des déchets du BTP, il n’est donc pas
prioritaire de traiter le polyuréthane pour atteindre l’objectif de 70 % de valorisation fixé par la directive-cadre du
19 novembre 2008. Bien qu’il existe un réseau de démanteleurs et de collecteurs historiquement implanté, le
secteur souffre de l’absence d’acteurs revalorisant leurs déchets de polyuréthane. Actuellement, les
démolisseurs et les démanteleurs ne revalorisent pas le polyuréthane.

30
Estimation Ilium
31
SNAP

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 32


Février 2014

D’autre part, les non mousses représentent un volume d’application important dans le secteur de la
construction. Cependant, le polyuréthane non-mousse nécessite l’utilisation de technologies de recyclage
chimique qui sont difficiles à rentabiliser.

Dans le cas de chantiers de rénovation, il est recommandé de réemployer au maximum les panneaux rigides
d’isolation de polyuréthane en place. En effet, les propriétés thermiques ne sont pas altérées dans le temps.
Cependant les exigences thermiques augmentent et pourraient nécessiter un démantèlement des panneaux
actuels d’isolation.

En parallèle, l’accessibilité du gisement doit être améliorée en favorisant l’émergence de normes communes à
tous les acteurs du BTP afin que les panneaux de polyuréthane soient conçus, produits et posés dans une
logique de recyclage, c’est-à-dire conçus pour être facilement déposés et réemployables.

Le polyuréthane projeté ne peut être facilement déposé. Cependant, des déchets de pose peuvent être
récupérés. Les volumes issus des chutes sont de l’ordre de 6 % du polyuréthane projeté soit de l’ordre de 3 kt
en Europe en 2013. La mousse de polyuréthane étant directement fabriquée sur le chantier, ce gisement est
facilement accessible. Mais les problématiques soulevées sont de l’ordre de la mise en place d’une récolte de 2
3
m de déchets de granularité de 5 mm pour un chantier de 100 m². Des solutions de revalorisation de ces
déchets directement sur le chantier pourraient être explorées. Actuellement, en France, ces chutes de
polyuréthane projeté sont refusées par les incinérateurs à cause de leur faible granularité et envoyées à
l’enfouissement. Néanmoins, les réseaux des professionnels projeteurs de mousse font part de leur intérêt pour
la revalorisation de leurs chutes de polyuréthane d’autant plus que leur produit est positionné comme éco-
efficient et qu’ils font face à une demande de leurs clients pour favoriser les solutions de recyclage.

6.3 L’ameublement et la literie

32
En 2011, le gisement de polyuréthane collectable dans les meubles en fin de vie représente 93 kt .
L’ameublement et la literie produisent 2 200 kt de déchets. Le polyuréthane représente 4 % des déchets du
meuble.

Total : 47% Siège


53% 93 kt Literie

Figure 25: Volumes (kt) de mousses collectables issus du mobilier usagé en France en 2011

La filière du recyclage du polyuréthane dans l’ameublement est en train de se mettre en place à travers le
développement d’initiatives pilotes à petite échelle. Elle ne couvre pas encore l’ensemble du territoire français et
n’est capable de traiter qu’une partie des déchets collectés du secteur de l’ameublement : 4 à 5 kt seront
collectées et recyclées, soit 4 à 5 % du gisement de polyuréthane issu de l’ameublement et la literie.

32
Estimation Ilium d’après Innortex

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 33


Février 2014

Ces gisements soulèvent des problématiques d’hygiène, de collecte et de mélange à d’autres matériaux. Pour
l’instant, les seules mousses recyclées sont celles issues des matelas. Des actions pour améliorer le
recyclage du polyuréthane dans les autres secteurs comme les sièges ou les rembourrés doivent être
menées. La mise en place progressive des éco-organismes permettra de couvrir l’ensemble du territoire d’ici
2017.

6.4 Les transports

En France, on estime la production annuelle de véhicules hors d’usage (VHU) à 2 millions. Si l’on considère que
l’on retrouve environ 35 kg de polyuréthane dans les automobiles, le gisement de polyuréthane issu des
VHU est de l’ordre de 70 kt en 2011. La part de mousse souple de polyuréthane est de 47 kt et la mousse
33
rigide de 23 kt.

Ce gisement n’est actuellement pas recyclé. Quelques centaines de tonnes sont recyclées à l’étranger par
moulage par compression avec un liant.

Le gisement du secteur de l’automobile est très hétérogène en termes de type de polyuréthane : on retrouve
des mousses souples, des mousses rigides et des non mousses aux paramètres variant selon les constructeurs
et les applications. Le polyuréthane de l’automobile doit être isolé des autres matériaux avant d’être recyclé. La
plupart du temps cette problématique doit être résolue manuellement, rendant le procédé de recyclage
34
laborieux et coûteux.

6.5 La chaussure

Ces produits ont une durée de vie très variable, dépendant de leur utilisation mais aussi en grande partie des
35
effets de mode. Ils représentent en fin de vie un gisement potentiel de 240 kt . Sachant que l’on estime à 20 %
la part moyenne de polyuréthane contenue dans une chaussure, le gisement potentiel de polyuréthane est de
48 kt. Actuellement les chaussures usagées collectées selon l’éco-organisme ECO-TLC, représentent 6 à 7 %
des quantités collectables. Mais une grande majorité de ces produits en fin de vie est éliminée avec la collecte
des déchets ménagers, ou stockée par les ménages.

Réemploi

Lorsqu’elles sont collectées, les chaussures font l’objet d’une évaluation sur leur qualité et 70 % d’entre elles
sont remises sur le marché de l’occasion. On en collecte actuellement 6 à 7% correspondant à 3 kt de
polyuréthane, dont 2 kt en réemploi, et 1 kt au rebut.

Gisement restant pour le recyclage

Sur un gisement potentiel de 48 kt de polyuréthane, le maximum collectable pour le recyclage est de 14 kt


(correspondant à 30 %, après le tri où 70 % de la collecte passe en réemploi).

Le gisement pose des problèmes d’hygiène, de collecte et de séparation des mousses des autres matériaux de
même densité. La grande diversité de modèles et de matériaux utilisés dans la conception des chaussures rend

33
Faurecia et Renault
34
Etat des lieux de la valorisation des matériaux issus du traitement des Véhicules Hors d’Usage – ADEME
2008
35
État de l'art du tri, du recyclage et de la valorisation des chaussures à destination des ménages, Eco-TLC,
2012

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 34


Février 2014

leur recyclage difficile à mettre en œuvre. Il est estimé que jusqu’à 40 matériaux différents sont utilisés dans la
fabrication d’une chaussure.

La séparation de la mousse, de l’éthylène-acétate de vinyle et du cuir est la problématique principale. Ces


matériaux ont une densité comparable et leur séparation est très compliquée. En 2013, le taux de pureté des
mousses récupérées dans ce segment est de l’ordre de 50 %. A ce jour, il n'existe pas de technologie de
séparation du polyuréthane des autres matériaux de même densité développée ou en cours de développement.
Un procédé de séparation est en cours de recherche à Loughborough University en Angleterre. Un procédé de
séparation propre est indispensable à la récupération des mousses issues du segment de la chaussure.

De plus, un pré–tri sélectif permettant d’isoler les chaussures de sport contenant plus de mousse semble
indispensable. Il faut aussi encourager les initiatives spécifiques ne nécessitant pas la séparation des mousses
de polyuréthane des autres matériaux de même densité, à la manière de Nike « Reuse a shoe » ou « Replay
Sports ».

6.6 L’électroménager

Le volume collectable est de 17 kt, en première approche, par année de consommation de réfrigérateurs et
congélateurs.

249 kt de DEEE gros électroménager froid ont été déclarées collectées au Registre DEEE en 2011 (DEEE
36
ménagers et professionnels confondus) soit une hausse de 8 % par rapport à 2010 . Le volume collecté de
37
polyuréthane issu de ce secteur est estimé à 11,5 kt/an sous forme de polyuréthane rigide en 2011 .

Le flux de polyuréthane issu de ce secteur est imbriqué dans l’armature du matériel et nécessite un travail de
démantèlement.

6.7 Les chutes de production

Les déchets issus des chutes de production regroupent les chutes de mousse de polyuréthane et les produits
38
non conformes. Selon POFI, en Europe, chaque usine génère en moyenne 3 à 5 % de déchets pour une
production moyenne de 30 à 40 kt/an. En France, le gisement potentiel correspondant est de 13 kt/an. La
production française totale (vendue et interne) étant évaluée à 250 kt/an, le taux moyen de chutes est de 5 %.
Ce gisement moyen est essentiellement composé de mousses souples.

Revalorisables sous l’appellation Trim Foam dans le cas des mousses souples, les chutes de production des
mousses souples représentent un gisement de 12 kt en France en 2011, dont 9 kt de déchets de pose ou
39
de découpage et 3 kt de produits non conformes . Les formulateurs et formulateurs-assembleurs de mousse
souple dans le secteur de l’ameublement et la literie sont ceux générant le plus de chutes de coupe : entre 10 et
25 % de leur production, suivant qu'ils vendent des blocs bruts ou qu'ils les transforment en produits finis.

La part des chutes de production de polyuréthane rigide et de non-mousses est négligeable avec un volume
inférieur à 1 kt/an. Les producteurs de mousse rigide, comme dans la construction génèrent quantitativement
moins de chutes de production.

36
Déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE) - Données 2011- ADEME
37
Estimation Ilium et Eco Systèmes, correspondant à un taux de collecte de 67 %
38
Moyenne pour les mousses souples et les mousses rigides confondues
39
Répartition selon les entretiens avec les acteurs du secteur

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 35


Février 2014

La Figure 26 récapitule les gisements de chutes de production par secteur d’application et type de mousse
polyuréthane.

7 6,5
5,85
6
5
4
3
2 Mousse souple
1 0,6
0,3 0,075 Mousse rigide
0

Figure 26: Volumes des chutes de production par secteur d'application (kt) 2011

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 36


Février 2014

7 Etat des lieux du recyclage du polyuréthane

7.1 Introduction sur le recyclage du polyuréthane

En France, les déchets polyuréthane représentent 9 % des déchets plastiques et 0,07 % de la totalité des
déchets. Le polyuréthane ne constitue donc pas une part majeure des déchets mais il demeure important de
trouver une solution au recyclage et à la valorisation de ces déchets dans le cadre de l’objectif global de
réduction des quantités de déchets partant en incinération ou en stockage.

Le polyuréthane se retrouve dans les déchets issus des VHU et des équipements électriques et électroniques
(DEEE) qui font partie des filières encadrées réglementairement par le dispositif de responsabilité élargie du
producteur (REP) dont le principe découle de celui du pollueur-payeur. Les fabricants nationaux, les
importateurs de produits et les distributeurs pour les produits de leurs propres marques doivent prendre en
charge, notamment financièrement, la collecte puis le recyclage ou le traitement des déchets issus de ces
produits. Ils peuvent assumer leur responsabilité de manière individuelle ou collective, dans le cadre d’un éco-
organisme. Cependant, ces organisations tout comme les opérateurs de la collecte n’ont pas de solution
écologique et la majeure partie des déchets de polyuréthane sont dirigés vers des installations de stockage ou
des incinérateurs.

7.2 La construction

Les enjeux du recyclage

Dans le cadre du Grenelle Environnement, trois engagements concernant directement les déchets du bâtiment
ont été pris en vue d’accroître le recyclage de ces déchets :

- engagement n° 256 : rendre obligatoire les audits préalables aux chantiers de démolition de bâtiments
caractérisant les matériaux présents et explicitant les modes possibles de tri, recyclage et gestion des
déchets.
- engagement n° 257 : mise en place d’un instrument économique affecté pour encourager la prévention
de la production de déchets du BTP et leur recyclage.
- engagement n° 258 : rendre obligatoires et concertés les plans de gestion des déchets du BTP.

Par ailleurs, la directive-cadre sur les déchets du 19 novembre 2008 constitue le nouveau texte de référence de
la politique de gestion des déchets au sein de l’Union européenne. Elle fixe des objectifs de valorisation matière
que les États membres devront atteindre d’ici 2020, notamment concernant les déchets de construction et de
démolition qui devront être valorisés à 70 %. En 2010, la valorisation « matière » (recyclage) des déchets du
bâtiment est estimée à moins de 50 %.

Valorisation actuelle des déchets

Le polyuréthane ne représentant que 0,004 % des déchets du BTP, il n’est pas la préoccupation première des
acteurs du bâtiment. D’autres matériaux tels que le béton ou le ciment sont présents en quantités et en
tonnages beaucoup plus importants. Les acteurs préfèrent donc se concentrer sur l’optimisation de la
valorisation de ces déchets avant d’étudier la question pour le polyuréthane.

Les principaux intégrateurs de solution pour le bâtiment n’ont donc pas encore réfléchi à des solutions de
recyclage du polyuréthane. Néanmoins, ils concèdent qu’une réflexion autour des normes et des procédés de

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 37


Février 2014

recyclage entre tous les acteurs de la chaine de valeur est à lancer pour qu’elle puisse être en place au moment
où les acteurs en auront besoin.

Les déchets de polyuréthane peuvent être réutilisés en l’état lorsque les panneaux n’ont pas été collés à
d'autres matériaux tels que le plâtre, le béton ou le bitume. Dans la plupart des cas, cette option n'est pas
envisageable. En effet, lors de la démolition, le polyuréthane est mélangé avec d’autres déchets organiques et
lorsque la séparation est possible la mousse isolée contient des matériaux différents.

L’incinération est actuellement la solution de valorisation des déchets conseillée par l’industrie du
bâtiment.

Dans le cas de chantiers de rénovation, il est recommandé de ne pas démanteler le polyuréthane de l’isolation.
En effet, ses propriétés d’isolation ne sont pas altérées.

Les acteurs du recyclage

Formulateur Assembleur Démanteleur Recycleur

• Arcelor • Bouygues • Cardem • Pas


Mittal • Eiffage • Ferrari d'acteur en
• BASF • Fayat démolition France
• Dagard • Vinci • Paprec
• Soprema • ... Group
• Knauf • ...
• Recticel
• Tramico

- Démanteleurs : il s’agit d’entreprises spécialisées dans le démantèlement des sites de déconstruction.


On peut citer par exemple :
o Cardem : filiale d’Eurovia (groupe Vinci), Cardem est l’un des leaders européen de la
déconstruction. L’entreprise est spécialisée dans la démolition mécanique et à l’explosif, la
déconstruction, la dépose et le démantèlement industriel, la dépollution, le désamiantage, le
recyclage et la valorisation des matériaux et déchets.
o Ferrari démolition : entreprise spécialisée dans le démantèlement des sites et la déconstruction
en milieu urbain, Ferrari démolition ne récupère actuellement pas le polyuréthane car ce dernier
représente une partie négligeable des déchets de chantier. Son chiffre d’affaires est de 15
millions d’euros.
o Paprec Goup : Paprec Group est une entreprise de traitement des déchets, dont les déchets de
chantiers. Chaque année, 180 kt de déchets de chantiers sont traitées sur une nouvelle chaîne
de tri à Gennevilliers.

- Recycleurs : il n’y a actuellement aucun acteur en France s’occupant du recyclage des déchets de
polyuréthane issus du secteur du bâtiment.

7.3 L’ameublement et la literie

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 38


Février 2014

Les enjeux du recyclage

Le décret n°2012-22 relatif à la mise en œuvre du Grenelle de l’Environnement (Grenelle 1) du 6 janvier 2012
concernant la gestion des déchets d'ameublement contient plusieurs point spécifiques structurant cette filière :

- Des objectifs de réutilisation et de recyclage de 45 % pour les déchets d'ameublements ménagers et de


75 % pour les déchets d'ameublement professionnels en 2015 ont été introduits ;
- Les dispositions relatives à la contribution à la collecte et au traitement des déchets collectés par les
collectivités territoriales sont très précises et permettent une filière à la fois contributive et
opérationnelle :
o l'éco-organisme prend en charge les coûts de collecte séparée ;
o l'éco-organisme participe aux coûts d'enlèvement et de traitement des déchets collectés non
séparément par les collectivités territoriales sur la base d'un barème national incitant au respect
de la hiérarchie des traitements des déchets, plafonné à 5 €/tonne pour l'incinération sans
fourniture d'énergie à un tiers ou le stockage ;
- La reprise gratuite chez le détenteur professionnel est à la charge de l'éco-organisme, à partir d'un seuil
de déchets d'éléments d'ameublement de 2,4 tonnes et 20 m². Sinon, des points d’apport volontaire
sont à disposition des détenteurs ;
- L'information sur le coût de gestion des déchets sera portée sur la facture de vente de l'élément
d'ameublement jusqu'au 1er janvier 2016.

La mise en place de la filière REP ameublement depuis 203 devrait permettre le développement de nouvelles
capacités de démantèlement et de recyclage de la literie et des rembourrés par la massification des flux
collectés et l’organisation des filières de traitement en vue des objectifs cités.

Valorisation actuelle des déchets

Le démantèlement des matelas soulève les problématiques d’hygiène liées à l’aspect sanitaire (bactéries,
champignons). De plus, les unités industrielles appropriées de démantèlement et de recyclage des différents
matériaux font défaut sur le marché aujourd'hui.

La filière suivie par les déchets de polyuréthane reste principalement l’enfouissement et l’incinération
lorsque les équipements le permettent.

Les acteurs du recyclage

Formulateur et Démanteleur Recycleur


assembleur

•Cauval •Ecoval •Ecoval


•Cofel •Recyc-matelas •Innortex
•Hilding •Economie •...
•Recticel Sociale et
•Sealy Solidaire...
•...

- Démanteleurs : sociétés de démantèlement des meubles en fin de vie, telles que :


o Ecoval : usine localisée en Ardèche appartenant au groupe Cauval industrie. En juillet 2012,
l’usine Ecoval localisée à Flaviac (Ardèche) s’est lancée dans le recyclage de literie usagée.

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 39


Février 2014

Elle désinfecte puis découpe les matelas pour récupérer les ressorts et les autres matériaux
(mousse de polyuréthane, latex, bois, etc.).
o Recyc-matelas : société de déconstruction de matelas et sommiers usagers et de valorisation
des matériaux (coton, feutre, bois, métal, polyester, polyuréthane, etc.). Recyc-Matelas Europe
propose également d’assurer la totale traçabilité des matières revendues auprès de ses
partenaires. La société possède deux filiales en France : à Limay et à Mortagne-sur-Sèvre en
Vendée (ouverte en 2013). Recyc-Matelas Europe prévoit d’ouvrir 6 autres sites en France d’ici
fin 2014 et envisage de s’implanter également dans d’autres pays européens.
o Acteurs de l’économie sociale et solidaire

- Recycleurs : les sociétés suivantes sont en train de développer un pilote industriel autour de la filière
de recyclage des matelas en fin de vie :
o Ecoval : les matériaux récupérés des matelas usagés sont revalorisés et ensuite réinjectés
dans la production de nouveaux matelas. Actuellement, Ecoval peut traiter environ 150 000
matelas par an (soit 3 kt de polyuréthane) ; à terme, ce sera 470 000 matelas recyclés chaque
année (soit 9 kt de polyuréthane).
o Innortex : société permettant le recyclage des mousses et textiles issus principalement de
l'ameublement « post consommation » pour reconstituer des nappes, des rouleaux ou des
plaques de matériaux à dominante textile ou de mousse polyuréthane.

7.4 Les transports

Les enjeux du recyclage

La filière des Véhicules Hors d’Usage (VHU) a fait l’objet d’une directive européenne adoptée en 2000 et
transposée en droit français en 2003. La réglementation relative aux VHU figure à la section 9 du chapitre III du
titre IV du livre V de la partie réglementaire du Code de l’environnement. Cette section intègre les modifications
apportées à la réglementation française depuis 2003 et notamment en 2011 par le décret n°2011-153 du 4
février 2011.La directive 2000/53/CE relative aux véhicules hors d’usage précise qu’en 2015, les matières
constituant les véhicules hors d’usage devront faire l’objet en moyenne d’une réutilisation et d’un recyclage à
hauteur d’au moins 85 % en masse et en moyenne d’une réutilisation et d’une valorisation à hauteur d’au moins
95 % en masse par véhicule. Ces objectifs devraient encourager la valorisation des déchets de polyuréthane
issus des transports.

Les dispositions réglementaires transposant cette directive européenne visent à garantir un stockage et un
traitement des VHU dans de bonnes conditions environnementales, ainsi qu’une traçabilité de chaque véhicule
jusqu’à sa destruction finale. Pour ce faire, les VHU ne peuvent être remis par leur détenteur qu’à un centre
VHU agréé ou à un broyeur agréé.

En 2011, le taux de réutilisation et de recyclage des VHU était de 80,8 % et celui de réutilisation et de
er
valorisation de 84,8 %. Le respect des objectifs fixés au 1 janvier 2015 passera par une plus grande
valorisation de la partie non métallique des VHU (qui représente environ 25 % de la masse d’un VHU). Les
matières plastiques notamment, dont le polyuréthane, devront être mieux réutilisées, recyclés ou valorisés
autrement.

Valorisation actuelle des déchets

Le polyuréthane des VHU fait l’objet d’une réutilisation partielle lorsque les sièges des véhicules sont démontés
puis revendus sur le marché de la pièce de réutilisation. Cela reste cependant marginal. Les sièges avant et

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 40


Février 2014

arrière qui contiennent des mousses polyuréthanes souples représentent respectivement 0,6 % et 0,1 % en
nombre des pièces de réemploi démontées sur les véhicules (correspondant à 1 % et 0,2 % en masse).

A ce jour, aucun démontage de mousses polyuréthane en vue du recyclage n’est effectué chez les centres
VHU. Le principal facteur limitant est d’ordre économique. Les premières initiatives prises par les
équipementiers et les groupes d'intérêt ont montré que le démantèlement des coussins de siège ou de pièces
contenant du polyuréthane, telles que le tableau de bord, ne sont pas économiquement efficaces. A ce titre
l’ADEME a soutenu des programmes de R&D il y a quelques années ayant concerné les mousses PU/textiles,
notamment avec Rieter pour la fabrication d’insonorisants automobiles selon deux options : démontage et
broyage.

Des difficultés d’ordre technique sont également à prendre en compte.

- La majorité du polyuréthane rigide d’un VHU est difficilement accessible et il est sage de considérer
qu’aucun tonnage ne pourra être extrait des VHU chez les centres VHU à moyen terme.
- Pour ce qui concerne les mousses souples utilisées dans les sièges, des campagnes de tests sur la
démontabilité des VHU ont conclu à cette faisabilité technique. Pour ces mousses souples, le principal
écueil est d’ordre économique puisque le démontage, la collecte et le traitement représentent un coût
difficilement supportable par les centres VHU qui ne bénéficient aujourd’hui d’aucun soutien
économique de la part des constructeurs automobiles.

Une très grande partie du polyuréthane reste donc sur les carcasses de VHU qui sont envoyées ensuite aux
broyeurs agréés. Après broyage des carcasses de VHU, le polyuréthane se retrouve en très grande partie pour
ne pas dire en totalité dans les résidus de broyage légers, mélangé à d’autres matières (textiles, bois, fils de
cuivre, plastiques rigides, caoutchouc). Ces résidus font partiellement l‘objet d’une valorisation
énergétique mais l’essentiel est mis en décharge. En 2011, environ 10 % des résidus de broyage légers
ont fait l’objet d’une valorisation énergétique.

Figure 27: Compactage de mousses issus des sièges

Il existe des exemples particuliers dans lesquels certains acteurs automobiles ont pris des initiatives de
recyclage :

- Pebra (Allemagne) utilise les particules issues du recyclage de polyuréthane pour la fabrication de
capots de protection sur pièces du compartiment moteur ;
- Toyota recycle ses pare-chocs en polyuréthane en supports de batterie ;
- BMW décompose physiquement et réutilise certains des modules de tableau de bord dans d'autres
parties de la voiture.

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 41


Février 2014

L’option du démontage généralisé du polyuréthane semble difficile à mettre en œuvre. La progression de la


valorisation du polyuréthane passera vraisemblablement par la seule progression de la valorisation énergétique
des résidus de broyage légers, fraction dans laquelle il se concentre.

Les acteurs du recyclage

Formulateur Assembleur Démanteleur Recycleur

• Courbis group • PSA • Centres VHU • Pas d'acteur en


• Faurecia • Renault France
• Grupo Antolin •Toyota puis,
• Johnson Controls •...
• Broyeurs
• Rieter
• Saitec
• Trèves

- Centres VHU : il s’agit de centres s’occupant de la collecte, de la dépollution et du démantèlement


(partiel) des VHU. On en décompte près de 1 700 en France en 2010.

- Broyeurs : il s’agit de sites industriels de broyage de carcasses de VHU. On en dénombre une


cinquantaine appartenant pour une bonne partie aux trois groupes suivants : Derichebourg, Guy
Dauphin Environnement et Galloo.

- Recycleurs : en France, aucun acteur ne recycle le polyuréthane contrairement à l’étranger (BMW,


Pebra, Toyota).

7.5 La chaussure

Enjeux du recyclage

L’article L541-10-3 du code de l’environnement a mis en place une filière à responsabilité élargie du producteur
pour les produits textiles d’habillement, les chaussures et le linge de maison.
Les articles D543-214 à D543-224 du Code de l’environnement précisent notamment :
 Les modalités d’agrément par les pouvoirs publics des organismes chargés de mener à bien les
opérations requises pour favoriser la collecte et la valorisation matière des déchets concernés ;
 les principes de calcul et de modulation des barèmes de contribution des metteurs en marché ;
 La nature des objectifs réunis dans le cahier des charges d’agrément (collecte et traitement de 50 %
des quantités mises en marché, soutien financier au recyclage et à la communication relative à la
collecte sélective, travaux de recherche et développement, insertion de personnes en difficulté fixés à
ces organismes.

Valorisation actuelle des déchets

Au début des années 1990, le fabricant Nike a mis en place un programme de récupération des chaussures de
sport usagées nommé « Reuse a shoe ». Grâce à ses 300 points de collecte à travers le monde, et ses deux

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 42


Février 2014

usines de traitement de ces chaussures usagées (aux Etats-Unis et en Belgique), Nike recycle le polyuréthane
contenu dans la semelle intérieure en revêtements de terrain de sport. En effet, le polyuréthane est broyé pour
former un granulat appelé « Nike Grind mousse ». Ce type de granulat est utilisé pour la fabrication de
revêtement amortissant pour les terrains de basket en plein air et les courts de tennis, ainsi que des terrains de
« futsal ». Il sert également à fabriquer des sous-tapis de moquette « Step Ahead », grâce à un partenariat avec
l’entreprise Future Foam. Ainsi, de janvier à septembre 2011, près de 1,4 kt de granulat Nike Grind ont été
transformées en sous-tapis de moquette « Step Ahead », représentant une surface de plus de 5,6 millions de
mètres carrés.

Une initiative similaire a également été mise en place par la société ReplaySports, société irlandaise de
management environnemental dans le domaine du sport. La société travaille avec le distributeur d’articles de
sports « LifeStyle Sports », dans le cadre de l’opération « Trainer Scrappage Scheme ». En Irlande, LifeStyle
Sports organise des opérations de collecte de chaussures de sports usagées en échange de remises
commerciales, en partenariat avec les grandes marques de sport. ReplaySports récupère les chaussures ainsi
collectées. Celles présentant une qualité suffisante sont réutilisées (entre 70 et 75% des chaussures collectées)
tandis que les autres (entre 25 et 30 % des chaussures collectées) sont triées pour être recyclées.
ReplaySports procède ainsi à la séparation des différentes parties de la chaussure. Ces granulats sont ensuite
utilisés de la même façon que les différents Nike Grind, pour la fabrication de terrains de sports.

Les acteurs du recyclage

Formulateur Assembleur Démanteleur Recycleur

• BASF • Marchés •Opérateurs • Pas


• Bayer de niche de tri d'acteur en
France

- Opérateurs de tri :
o Environ 57 acteurs en France et à l’étranger en relation avec Eco TLC, éco-organisme créé
pour favoriser la récupération et valorisation des Textiles, du Linge de maison et des
Chaussures usagés des ménages. On peut citer par exemple Le Relais, Eco Textile…
Ils ne démantèlent pas : ils trient et pour l’instant ne valorisent que les chaussures en bon état
qui sont réutilisées (occasion).

- Recycleurs : il n’y a actuellement pas d’acteurs s’occupant du recyclage du polyuréthane issu de ce


secteur en France.

7.6 L’électroménager

Les enjeux du recyclage

La règlementation de l'Union Européenne concernant le secteur de l’électroménager est régie par la Directive
2002/95/CE relative à la limitation de l’utilisation de certaines substances dangereuses dans les équipements
électriques et électroniques et par la Directive 2002/96/CE relative aux déchets des équipements électriques et
électroniques (DEEE). Révisée en août 2012, cette dernière directive a augmenté les objectifs de collecte de la

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 43


Février 2014

moyenne des EEE mis sur le marché au cours des 3 années précédentes à 45% en 2016 et à 65 % en 2019, et
fixe un objectif de préparation en vue du réemploi et recyclage de 80% en 2018 pour le gros électroménager
froid.

Valorisation actuelle des déchets

D’après les éco-organismes, la part de polyuréthane dans le gros électroménager froid est de 13%. L’objectif de
recyclage de 80% ne peut donc pas être atteint sans tenir compte du polyuréthane.

Les mousses de polyuréthane contenant des gaz dangereux pour la couche d’ozone sont considérées comme
des déchets dangereux, et doivent donc être traitées. Cela concerne particulièrement les réfrigérateurs et les
congélateurs, classés comme déchets problématiques dans l'Union Européenne à partir de 2002, en raison de
chlorofluorocarbures (CFC, HCFC ou HFC) contenus dans les mousses rigides d'isolation en polyuréthane et
des huiles pour compresseurs. Les CFC sont interdits depuis 2000 au profit d’hydrocarbures tels que le
pentane.

Figure 17: Démantèlement d'un réfrigérateur

En France, le recyclage du polyuréthane issu du secteur de l’électroménager n’est pas bien développé. Par
exemple, il existe plusieurs entreprises telles que Terecoval (Ardèche) qui traitent les gros électroménagers
froids en fin de vie. Après la vidange des liquides, les réfrigérateurs et congélateurs sont désassemblés et
déchiquetés et les gaz sont collectés. Le matériau broyé est séparé en mousse polyuréthane, en d'autres
matières plastiques comme le polystyrène et en métaux tels que l'acier, l'aluminium et le cuivre. Le
polyuréthane est ainsi récupéré sous forme de briquettes de mousse mais la chaine s’arrête à ce stade. Aucun
organisme n’est en effet actuellement capable de recycler le polyuréthane récupéré. Le polyuréthane est
utilisé comme combustible solide de récupération : les briquettes de mousse sont mélangées avec du bois
et envoyées à la cimenterie comme combustible. Cependant, les cimentiers n’acceptent pas toutes les
mousses, notamment celles qui contiennent certains types d’additifs ou d’impuretés. Une grande partie est
alors enfouie.

Les acteurs du recyclage

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 44


Février 2014

Formulateur et Démanteleur et Recycleur


assembleur éco-organisme

• Pas d'acteur • Ecologic • Pas d'acteur


en France • Eco-systèmes en France
• ERP
• Terecoval
• ...

- Démanteleur et éco-organisme : il s’agit d’organismes et d’entreprises permettant la valorisation des


déchets électroménagers en fin de vie.
o 3 éco-organismes agréés par les pouvoirs publics. Ils assurent la mise en place sur tout le
territoire français d’un dispositif national pour collecter, dépolluer et recycler les DEEE
 Ecologic
 Eco-systèmes
 ERP
40
o 8 centres de traitement GEM Froid :
 AFM Recyclage Envie 2E
 Corepa
 Envie Haut de France Coolrec
 Frigopolis
 Purfer
 Remondis
 Terecoval (filiale du Groupe Comet depuis 2007)
 Veolia Triade Electronique

- Recycleurs : il n’y a actuellement aucun acteur en France qui recycle les déchets de polyuréthane
issus des mousses d’isolation rigides du secteur de l’électroménager.

8 Description et analyse de l’état de l’art des techniques de recyclage

8.1 Introduction aux technologies de recyclage du polyuréthane

Plusieurs techniques de recyclage du polyuréthane existent. On en distingue deux types :

- Le recyclage chimique qui regroupe la glycolyse, l’hydrolyse, l’aminolyse et les procédés


thermochimiques ;

- Le recyclage mécanique qui regroupe l’agglomération, le broyage et pulvérisation, le moulage par


compression et la pression adhésive.

8.1.1 Le recyclage chimique

40
Source : Eco-systèmes

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 45


Février 2014

Dans le cas du recyclage chimique, l’objectif est de retrouver les matières premières initiales, et notamment de
produire un polyol recyclé de haute qualité utilisable dans une nouvelle formulation d’un polyuréthane du même
type. Le cas de recyclage d’un polyol pour obtenir un polyuréthane d’un autre type est plus rare.

Les tentatives connues de produire un tel polyol recyclé ont été effectuées avec des matières premières
provenant de différents gisements. Historiquement, le premier fut l’automobile.
41
D’après B. Naber , quatre règles basiques sont à suivre pour recycler chimiquement un polyuréthane :

- Avoir un large flux de déchets : pour être efficace économiquement, la taille du gisement doit être de
l’ordre de 0,1 à 5 kt/an selon le procédé de recyclage et le gisement utilisé ;
- Le flux de déchet doit être continu. Pour qu’une usine de recyclage chimique soit rentable, il faut qu’elle
tourne en continu ;
- Le flux de déchet doit être chimiquement pur. Aujourd’hui, plus de 10 000 formulations de plastique et
additifs sont connues. Chaque formulation change la qualité du produit recyclé, ce qui empêche
l’universalité d’une solution de recyclage chimique ;
- Le flux de déchet doit être non contaminé. Le bois, le plastique, le métal ou le papier contenu dans les
déchets peuvent engendrer des réactions parasites et détériorer la qualité des polyols recyclés. Une
phase de purification coûte très cher.

En tenant compte de ces considérations techniques et économiques, nous allons étudier les gisements de
polyuréthane et leur intérêt à être recyclé chimiquement.

8.1.2 Le recyclage mécanique

Le recyclage mécanique regroupe les procédés de recyclage qui réutilisent le polyuréthane dans sa forme de
polymère sans le décomposer chimiquement. La mousse doit être réduite sous forme de poudre ou de copeaux
puis réutilisée en production généralement mélangée avec d’autres liants.

La première étape du recyclage mécanique consiste en la réduction et l’homogénéisation de la taille de la


mousse. La majeure partie des systèmes mécaniques nécessite un effet de cisaillement qui permet de casser la
structure de la mousse. Le recyclage mécanique réduit les déchets en particules de quelques millimètres
42
jusqu’à des poudres de particules de 50 μm .

Les systèmes courants, employés pour le recyclage de mousses de polyuréthane, sont les systèmes équipés
de cylindres ou de matrices. Pour les systèmes à cylindres le principe de fonctionnement se base sur deux
cylindres tournant à vitesses différentes. La différence de vitesse provoque un effet de cisaillement entre les
deux cylindres, permettant ainsi de rompre la mousse polyuréthane. Pour les systèmes à matrice, les flocons de
mousse sont pressés par les cylindres sur une matrice, qui entraine une réduction de la taille des particules. La
taille de la poudre est assez homogène car elle est triée dans des séparateurs.

La seconde étape du recyclage mécanique est la réutilisation du matériau sous forme de copeaux ou de
poudre. Il est souvent utilisé dans l’industrie du polyuréthane comme charge inerte ou comme diluant pour les
polyols servant à produire des nouvelles mousses polyuréthane.

8.1.3 Le recyclage en boucle fermée et ouverte

41
Recycling von Polyurethanen und Möglichkeiten bei den Elastomeren, Votrag Kunstoff-Zentrum Leipzig, 2005
42
Andreolli, Cairati, Aros, Berthevas et Villwock, 2000

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 46


Février 2014

On peut diviser le recyclage en deux catégories selon la qualité des produits issus des technologies de
recyclage :

- En boucle fermée. Le polyol ou le polyuréthane recyclé a les mêmes qualités que le vierge et peut être
utilisé dans la formulation du même produit. Les déchets de mousse de polyuréthane sont directement
recyclés sur la chaine de production. Dans le cas du recyclage chimique, réinjecter des polyols issus du
recyclage lors de la production de mousse de polyuréthane nécessite un polyol de qualité proche du
polyol vierge utilisé ;

- En boucle ouverte. Le polyol ou le polyuréthane recyclé est de qualité différente et doit être réutilisé
différemment. Une boucle externe peut être mise en place pour le recyclage chimique lorsque différents
producteurs formulent des produits similaires mais qu’aucun n’atteint la quantité de polyol nécessaire à
une rentabilité économique. Les polyols recyclés peuvent servir à la synthèse de nouveaux polymères
aux nouvelles propriétés tels que des liants, des mastics et des revêtements.

8.2 Méthodologie d’évaluation du potentiel des technologies de recyclage

Maturité Technologique
3

Débouchés 0 Maturité économique

Gisements

Afin de bien décrire le potentiel de chaque technologie, quatre critères ont été définis :

- La maturité technologique ;
- La maturité économique ;
- Les gisements de qualité nécessaire ;
- Les débouchés adaptés à la qualité des produits recyclés.

Ces critères sont évalués sur une échelle de 0 à 3 selon la méthodologie suivante.

- La maturité technologique :
Pour évaluer la maturité technologique, une échelle a été établie en fonction du niveau de
développement technologique de la technique étudiée.

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 47


Février 2014

Figure 28 : Echelle d’évaluation de la maturité technologique

- La maturité économique :
La maturité économique d’une technologie est évaluée en tenant compte de critères illustrant l’intérêt
économique de la technologie étudiée tels que :

o L’investissement nécessaire pour développer la technologie ;


o Les coûts de fonctionnement de la technologie ;
o Le prix du polyuréthane recyclé par rapport à un polyuréthane vierge ;
o Les perspectives d’évolution à moyen et long terme (horizon 2020-2030).

- Le gisement de qualité nécessaire :


La taille des gisements de mousses souples et rigides a été évaluée dans les chapitres précédents.
Dans cette partie le gisement adéquat est évalué en tenant compte des critères suivants :
o La taille du gisement pouvant être recyclé par la technologie étudiée, dépendant de la qualité
nécessaire de ce gisement ;
o L’accessibilité et la qualité de ce gisement.

- Les débouchés adaptés à la qualité des produits recyclés :


Les débouchés sont évalués selon la qualité des produits issus de la technologie avec les critères
suivants :
o Le nombre et la taille des potentiels débouchés ;
o Le potentiel de substitution du polyuréthane vierge par du recyclé.

Maturité Maturité
Gisements Débouchés
technologique économique
Niveau de Niveau de rentabilité Quantité/qualité/ Quantité/qualité des
développement économique et accessibilité des gisements débouchés et potentiel de
technologique perspective d’évolution disponibles substitution

Technologie non Part de gisement non


0 Recherche très amont rentable. Faible accessible et non adaptée à la Pas de débouchés
évolution à prévoir technologie

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 48


Février 2014

Technologie non Part de gisement peu Part des débouchés ou de


Stade recherche /
1 Validation en laboratoire
rentable. Forte évolution accessible et peu adaptée à la substitution du polyuréthane
à prévoir technologie faible

Part des débouchés ou de


Démonstrateur / Technologie rentable. Part de gisement accessible
2 Prototype Faible évolution à prévoir et adaptée à la technologie
substitution du polyuréthane
moyenne

Part de gisement fortement Part des débouchés ou de


Technologie prête pour Technologie rentable.
3 une commercialisation Forte évolution à prévoir
accessible et très adaptée à la substitution du polyuréthane
technologie élevée

Tableau 5 : Grille d’évaluation des technologies de recyclage du polyuréthane

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 49


Février 2014

8.3 Les technologies du recyclage chimique

8.3.1 La glycolyse

8.3.1.1 Description de la technologie

La glycolyse a été développée au début des années 1980 principalement en Italie, en Allemagne, en France et
aux Etats-Unis. L'objectif de cette technologie est de récupérer des polyols pour la production de nouveaux
matériaux en polyuréthane. Elle combine un mélange de déchets polyuréthane issus des chutes de production
et de post-consommation avec des diols à haute température, provoquant une réaction chimique qui crée de
nouveaux polyols, matière première utilisée pour faire des polyuréthanes. Ces polyols peuvent conserver les
propriétés et la fonctionnalité des polyols d'origine et peuvent être utilisés dans des applications multiples.

Fondamentalement, la glycolyse consiste à chauffer des fragments de polyuréthane pré-broyés à 180-220°C


avec des glycols à haut point d'ébullition contenant un catalyseur. Le diol est généralement du diéthylène glycol
avec une diéthanolamine comme co-réactif. Une température inférieure à 180°C donne une activité trop faible
du catalyseur, tandis qu’une température supérieure à 220°C donne des réactions secondaires indésirables
produisant des amines. Pour que la catalyse fonctionne, il est important que la formation d'amines aromatiques
soit évitée.

Des procédés conduisant à des polyols utilisables pour des applications polyuréthane variées ont été
développés. On distingue deux approches. Dans la première approche, un seul polyol est récupéré alors que
dans la deuxième des composants de polyols souples et rigides sont récupérés. Un exemple d'un processus où
un seul polyol est récupéré est le processus alcoolyse développé par Getzner Werkstoffe (Autriche).

Le procédé de double recouvrement des polyols a été développé par la société Huntsman ICI. Il s’agit du
processus Split-Phase Glycolyse (SPG), comme le montre la Figure 29.

Figure 29: Processus Split-Phase Glycolyse (SPG)

Dans le processus SPG, les fragments de mousses de polyuréthane, de préférence à base de MDI, sont mis à
réagir avec le diéthylène glycol pour obtenir deux phases de produits dans le réacteur. La couche du haut
contient le polyol souple et la couche du bas contient des composés dérivés de MDI qui sont convertis en un
polyol rigide à l'aide de l'oxyde de propène. Les polyols récupérés peuvent être utilisés pour produire de
nouvelles mousses polyuréthane rigides et souples. Les temps de réaction, à 200°C, sont de plusieurs heures.

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 50


Février 2014

D’autre part, des travaux réalisés à Taiwan ont optimisé les conditions opératoires pour la glycolyse des
polyuréthanes rigides à partir de déchets issus de réfrigérateurs et de congélateurs, pour produire des polyols
recyclés de haute qualité. Les polyols obtenus ont des points d’ébullition compris entre 245 et 260°C.
43
Des procédés viables de recyclage de RIM (produits moulés par injection réactive) ont aussi été conçus . On
trouve dans la structure des polyuréthanes RIM des enchaînements uréthane, urée et des blocs polyurée, ainsi
que des radicaux polyéthers aliphatiques à longue chaîne et des radicaux aromatiques. Si les uréthannes sont
glycolysés assez facilement, les urées sont moins réactives et les blocs polyurée encore moins. La composition
du milieu de solvolyse évolue donc avec le temps, d'autant plus qu'il se produit aussi des réactions d'hydrolyse.
Les différents constituants ne sont guère compatibles et, en règle générale, on obtient un milieu polyphasique.

Les amines aromatiques présentes sont bénéfiques si le polyol doit être utilisé pour faire un nouveau RIM. S'il
doit servir à la préparation d'une mousse rigide, elles doivent être éliminées par post-réaction. Ainsi, les polyols
recyclés issus de fragments de polyuréthanes RIM peuvent être utilisés pour remplacer jusqu'à 60 % des
polyols originaux dans de nouveaux polyuréthanes RIM.

8.3.1.2 Projets

8.3.1.2.1 Projets en cours

44
Getzner , une société autrichienne basée à Bludenz, leader dans le domaine des mousses denses et
élastomères de polyuréthane destinés à des applications d’absorption de vibrations, a étudié les différentes
manières de réutiliser les 10 % de rebuts de découpage résultant de leur production. Les approches de fusion
et moulage par compression ont été examinées, mais finalement, un investissement a été décidé en 1990 pour
un procédé de glycolyse. La matière première de recyclage (le glycol) est utilisée dans la fabrication de
nouveaux polyuréthanes. Cette méthode est pour Getzner la plus efficace et la plus économique. Le processus
de glycolyse dissout les chutes de polyuréthane pré-déchiquetées et triées. Getzner opère sous accord de
45
licence avec un procédé développé par Bayer .

Figure 30 : Procédé utilisé par Getzner

Le résultat obtenu est un polyol bien défini de glycolyse. Une tonne de chutes de polyuréthane engendre
approximativement 0,5 t de polyol de glycolyse. Un système de production approprié a été installé, toutefois

43
Bauer
44
Getzner CHEMIE GmbH, Herrenau 5, Postfach 159, A-6700 Bludenz Bürs Autriche
45
US6020386, 1er Février 2000, priorité DE4324156,

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 51


Février 2014

Getzner a dû adapter ses formulations pour pouvoir utiliser ces polyols issus de la glycolyse. Les premiers
essais sur ces nouveaux systèmes ont été réalisés en 1993.

En 2012, 41 tonnes de chutes de production ont été valorisées en utilisant cette méthode de recyclage
chimique en polyuréthane isocyanate aliphatique utilisé en applications extérieures (semelle élastomérique
sous rail). Il faut souligner un facteur clé de succès pour le déploiement de la technologie : les déchets doivent
être très homogènes et ont une valeur élevée.

8.3.1.2.2 Unités arrêtées à ce jour

46
Pebra , équipementier automobile de taille moyenne, opérant en Allemagne, a développé un système de
recyclage économique, sous la pression des quantités croissantes de pièces hors d’usage retournées et des
coûts croissants de mise en décharge.

Pebra a développé sa propre technologie, permettant l’obtention et l’utilisation économique de glycolysats à


partir du traitement par glycolyse de déchets de production, ces glycolysats étant ensuite réutilisés pour la
production de pièces de haute valeur, essentiellement les applications originelles.

De plus, le polyol de glycolyse ainsi obtenu peut être reformulé et employé encore dans le cycle normal de
production sans coûts supplémentaires.

L’unité de glycolyse est située à Sulzbach en Sarre. La capacité est de 70 à 110 kg de polyol recyclé par heure.
Le coût du polyol recyclé est inférieur au coût du polyol vierge.

Toutes les vérifications sur les propriétés mécaniques de pièces moulées en utilisant un pourcentage de 20 %
de polyols issues du recyclage chimique indiquent une performance identique à celles des pièces obtenues à
partir de l’utilisation de polyols vierges. Des systèmes contenant 90 % de polyols recyclés ont été testés,
toujours avec les mêmes proportions de fibre minérale. Les différentiels de viscosité impliquent une adaptation
en termes de température et de pression.

Toutefois, Pebra a été repris par le canadien Magna qui a décidé d’interrompre cette approche recyclage.

ICI avait démarré une installation pilote à Hoddesdon (Hertfordshire, Royaume-Uni) pour le recyclage chimique
du polyuréthane par glycolyse en phase séparée. Cette installation a été reprise par Huntsman (Everberg,
Belgique) associé à Du Vergier (Hoddesdon, Royaume-Uni) Le réacteur de cette usine pilote était conçu pour
traiter des lots 100 kg de granulats de polyuréthane en utilisant 150 kg de diéthylèneglycol. L’usine existe
toujours mais n’est plus opérationnelle car les conditions économiques qui fixaient la capacité minimale à 5
kt/an n’étaient pas remplies. En fonction des résultats et sur une période d’opération de trois ans, il était
éventuellement prévu une augmentation de capacité.

Cette unité devait traiter en particulier les mousses polyuréthanes flexibles émanant du procédé ICI
WATERLILLY® permettant la réalisation des matelas BULTEX®. ICI exportait aux Etats-Unis des mousses
recyclées par agglomération, et la décision d’investissement anticipait la chute des volumes de mousses
exportées de l’Europe vers les Etats-Unis. Historiquement, le marché des déchets de production a toujours été
fortement fluctuant. Il était à craindre que les niveaux de prix pour des mousses agglomérées diminuent. Les
quantités de matières disponibles proviennent des chutes de fabrication des mousses flexibles et pouvaient
provenir, à terme, des déchets post consommateur.

L’usine de glycolyse d’Efisol, pour traiter les déchets de production des panneaux d’isolation fabriqués a été
réorganisée suite à un problème de constance du polyol obtenu remarqué par Efisol. Des chutes de production
de blocs rigides étaient récupérées par cette unité de glycolyse. La ligne de glycolyse tournait avec une seule
équipe mais sa capacité était de 50 tonnes par jour. Lors du changement d’agent gonflant, Efisol a considéré
que le travail de développement à faire pour mettre au point les nouvelles formulations était trop conséquent.
En conséquence, Efisol a abandonné la glycolyse. Il semblait en effet économiquement plus rentable d’investir
46
Pebra GmbH, Altbach Allemagne

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 52


Février 2014

dans d’autres lignes de production produisant moins de déchets plutôt que de recycler les chutes de
polyuréthane.

En septembre 1997, une usine de glycolyse de polyuréthane a été mise en services chez Philip Environmental
Services à Detroit, Michigan utilisant la technologie de glycolyse développée par BASF. Ce procédé n'exige
aucune séparation quant aux produits obtenus et ne génère aucun sous-produit critique. L'usine était capable
de produire jusqu'à 5 kt de glycolysats par an. Cette unité de glycolyse est actuellement fermée car les
conditions économiques du procédé n’étaient pas remplies.

Aprithane et Regra ont essayé de mettre en place cette technologie pour le recyclage de mousses rigides.
Néanmoins, face aux difficultés économiques, cette méthode de recyclage a été abandonnée.

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 53


Février 2014

8.3.1.3 Fiche d’évaluation Maturité


Technologique
3

Débouchés 0 Maturité économique

Gisements

Figure 31 : Graphe d’évaluation de la glycolyse

8.3.1.3.1 Maturité technologique

La glycolyse est de loin la méthode chimique la plus largement utilisée pour le recyclage des polyuréthanes. La
glycolyse mono-phase est actuellement appliquée à l’échelle industrielle chez Getzner. Ce procédé de
recyclage répond aux spécifications commerciales. Cependant le procédé mono-phase manque de versatilité
pour ces usages, car le mélange de polyols résultant est utilisé dans la production de mousses rigides
uniquement.

La technique de SPG n’a été développée qu’au stade de pilote (Huntsman, Du Vergier), bien qu’elle permette
d’obtenir des polyols de haute qualité pour la production de mousses souples et rigides. Cette technique semble
plus intéressante que le procédé mono-phase pour lequel le produit recyclé a généralement des propriétés
différentes du polyol de départ.

8.3.1.3.2 Maturité économique

Cette technologie ne s’est avérée économiquement viable que pour des cas très spécifiques :

- Dans le cas de Getzner, les déchets utilisés sont très homogènes et ont une valeur élevée ; il s’agit de
polyuréthane isocyanate aliphatique utilisé en applications extérieures.
- Dans le cas de Pebra, le recyclage de déchets de production issus du secteur automobile pour produire
des pièces de haute valeur (essentiellement les applications originelles) permet d’obtenir un polyol
ayant un coût inférieur à celui du polyol vierge.
- Dans le cas des polyuréthanes RIM, la non-nécessité de l’étape préalable de nettoyage est un réel
avantage économique par rapport aux autres technologies de recyclage chimique.

Dans les autres cas, cette technique reste économiquement peu mature. Les investissements sont en effet
importants et peu d’entreprises ont à ce jour misé sur cette technologie présentant un risque financier élevé.
Malgré la volonté de nombreux acteurs de développer cette technique de recyclage, plusieurs échecs ont été
observés (Huntsman ICI, Du Vergier, Efisol, Philip Environmental Services).

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 54


Février 2014

D’après nos estimations, le coût de production des polyols recyclés à partir de polyuréthanes post-
47
consommation est de l’ordre de 0,60 €/kg . Pour obtenir le coût complet des polyols recyclés, il faut ajouter le
coût lié à la collecte et à la purification. Au final, le coût des polyols recyclés est légèrement inférieur voir égal
au prix de vente des polyols vierges qui est de 0,80 €/kg. La marge résiduelle est donc faible ou nulle si le
polyol recyclé se place au prix marché du polyol vierge.

Le procédé de recyclage chimique par glycolyse en phase séparée développé par Huntsman et Du Vergier s’est
avéré énergétiquement efficace. En effet, il permettait de sauvegarder 42 à 50 % de l’énergie originale exigée
pour la fabrication de matelas, selon les distances de transport considérées. Bien que la consommation
d'énergie due au transport soit clairement significative, elle est plus que compensée par la réduction d'énergie
due au recyclage des matières premières. Le recyclage par glycolyse pourrait donc présenter un avantage
économique, notamment avec l’augmentation du prix de l’énergie.

8.3.1.3.3 Gisements de qualité nécessaire

Le gisement actuellement traité se cantonne au gisement dit noble i.e. les chutes de production et les chutes de
pose de polyuréthane souple et rigide ainsi qu’au polyuréthane RIM. Pour la France ce gisement de qualité
nécessaire est de l’ordre de 12 kt pour les mousses.

Le gisement a priori est important car tous les types de mousse, aussi bien rigides que souples ainsi que les
RIM, peuvent être recyclés. La glycolyse est d’ailleurs la seule technique parmi les recyclages chimiques
adaptée au recyclage des polyuréthanes rigides et élastomères à l’échelle industrielle.

Néanmoins, la glycolyse est en pratique plutôt utilisée pour le recyclage de polyuréthane à valeur élevée
(homogènes) et plus particulièrement aux RIM issus du secteur automobile. A l’exception des RIM, les mousses
ne doivent pas contenir d’impuretés, ce qui réduit considérablement le gisement s’il n’y a pas de nettoyage au
préalable. Le bois, le plastique, le métal ou encore le papier contenu dans les déchets peuvent engendrer des
réactions parasites et détériorer la qualité des polyols recyclés.

Selon Pebra, la glycolyse est aussi particulièrement adaptée pour des producteurs de polyuréthane RIM parce
que les chutes de polyuréthane disponibles chez ces producteurs sont par essence d'une qualité uniforme. De
plus, il n’est pas nécessaire de nettoyer ou de décaper ces matériaux avant de les recycler. En effet, dans le
cadre de l’étude PRAVDA, conduite en Allemagne sur le recyclage chimique de pièces démontées, les essais
ont montré que de tels composants polyuréthane RIM (excepté pour des véhicules très endommagés) n’étaient
que légèrement souillés par de la poussière et de la saleté. Les contaminations inorganiques mineures se
comportent pendant la glycolyse comme des matériaux inertes. D’autre part, pendant le broyage, une partie
majeure de la saleté est éliminée. La saleté restante reste dans le glycolysat et agit comme charge. Ainsi
l’étape de nettoyage et de lavage est évitée, si bien que le bilan énergétique global est favorable. Le décapage
de la peinture n'est pas nécessaire non plus. En effet, un des avantages du concept de recyclage chimique de
pièces laquées réside dans le fait que les matériaux constituants, pièces et peintures, sont des polyuréthanes.
Pratiquement toutes les peintures de carrosserie sont aujourd'hui des enduits de polyuréthane, le substrat et la
peinture sont faits du même polymère. Les enduits basés sur les époxy ou les résines acryliques, employées
dans la réparation ou dans le secteur de bricolage, ne sont pas un facteur critique au regard des faibles
quantités. Jusqu'à présent ils ont joué seulement un rôle mineur. En raison de l'adhérence faible de la peinture,
ces revêtements s'écaillent pendant le broyage et peuvent être éliminés par tamisage, ainsi que la poussière.

8.3.1.3.4 Débouchés adaptés aux produits recyclés

La glycolyse permet d’obtenir des polyols pouvant être intégrés dans la production de mousses souples et
rigides.

Deux problèmes liés à la réutilisation de chutes de mousse sous forme de charge existent :

47
Estimation Ilium, le coût de production est estimé hors frais généraux et de structure

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 55


Février 2014

 premièrement, cela affecte les propriétés physiques de la mousse lorsque les taux de charge sont trop
élevés ;
 et deuxièmement, la charge affecte la viscosité de la formulation.

Par conséquent, seule une quantité limitée (approximativement 10 à 20 %) de charge peut être ajoutée. Seuls
les polyuréthanes RIM présentent un potentiel de substitution intéressant de 60 %.

Le procédé mono-phase utilisé à l’échelle industrielle permet de produire uniquement des mousses rigides.
Tandis que la technique de SPG présente l’avantage de pouvoir récupérer deux types de polyol de haute
qualité : l’un servant à la production de mousses rigides, l’autre à la production de mousses souples.

Les polyols recyclés sont en général utilisés pour les applications originelles, réintroduits directement dans les
chaînes de production. Le produit recyclé est de bonne qualité, il présente notamment une parfaite
homogénéité.

Une usine pilote dont le but était d’étudier la production de polyols à partir du recyclage de mousses
polyuréthane flexibles issues des sièges de voiture développée par BASF à Schwarzheide (Allemagne) a
montré que les polyols recyclés ne peuvent pas être utilisés pour fabriquer des sièges à nouveau car leur
qualité est trop différente. ICI, Bayer et Dow Chemical ont étudié de nouvelles applications constituant de
48
nouveaux débouchés pour les polyols générés mais sans résultats concluants.

8.3.1.3.5 Conclusion

La technique mono-phase est déjà prête au stade industriel mais n’est rentable que pour des applications bien
spécifiques : les gisements et les débouchés adéquats sont faibles.

La glycolyse est la technologie de recyclage chimique présentant le meilleur potentiel mais plusieurs freins
limitent son utilisation à l’échelle industrielle. Pour certains cas bien spécifiques, la glycolyse s’est avérée
économiquement viable : dans le cas du recyclage de déchets très homogènes ayant une valeur élevée et dans
le cas des polyuréthanes RIM issus du secteur automobile. La variante SPG est prometteuse économiquement
et en termes de débouchés mais elle reste moins développée que la mono phase.

Il peut être opportun de favoriser le développement de la SPG en soutenant la R&D en faveur de ce procédé. Il
faudrait également inciter la R&D dans les technologies de purification des déchets de polyuréthane afin d’en
réduire la complexité et le coût.

48
Survey of current projects for plastics recycling by chemolysis, Institute for prospective technological studies
European Commission joint research centre, L. Bontoux, March 1996

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 56


Février 2014

8.3.2 L’hydrolyse

8.3.2.1 Description de la technologie

Le processus d’hydrolyse fait réagir les polyuréthanes avec de l'eau. Les produits de cette réaction sont des
polyols et divers produits chimiques intermédiaires. La vapeur d’eau réduit la mousse polyuréthane en un
liquide à deux phases, permettant la réduction du volume d’un facteur 30. Ensuite, les liquides sont distillés en
séparant les polyols des autres produits. Les polyols récupérés servent à la production de nouvelles mousses
souples.

L’hydroglycolyse est une technique combinant l’hydrolyse et la glycolyse. Elle donne les mêmes produits que
l’hydrolyse mais facilite les conditions d’obtention. Le polyol obtenu peut être mélangé avec du polyol vierge (à
hauteur maximale de 20 %) dans les formulations des mousses.

8.3.2.2 Projets

Un certain nombre d’entreprises ont concentré leurs efforts sur le développement des procédés d'hydrolyse
jusqu'au stade d'installations pilotes.

En France, Renault en association avec Atofina (devenu Arkema en 2004) et l’école de Chimie de Montpellier,
ont développé un procédé de séparation des matériaux polymères issus de pièces en matière plastique
notamment de véhicules automobiles, constitués par des polymères thermoplastiques et au moins un polymère
thermodurcissable de mousse de polyuréthane, qui consiste dans une première étape à hydrolyser les déchets
en catalyse acide, puis à récupérer séparément les polymères thermoplastiques par densimétrie et dans une
49
seconde étape à décomposer la mousse de polyuréthane contenue dans l'hydrolysat. Toutefois il ne semble
pas que ce procédé soit utilisé. Des procédés de séparation mécanique tels que ceux développés par WIPAG,
recycleur du secteur automobile en Allemagne, sont beaucoup plus faciles à mettre en œuvre.

Après avoir mené plusieurs recherches sur les procédés d’hydrolyse, Bayer a mis en place une usine pilote à
Leverkusen en Allemagne. Elle a cependant été démantelée par la suite à cause des coûts d’investissement
50
trop élevés, rendant ce projet économiquement non viable .

D’autres compagnies ont mené des recherches sur différents procédés d’hydrolyse qui sont restées au stade de
laboratoire.

Fraunhofer a développé un procédé nécessitant une température supérieure à 230°C et un équipement haute
pression (entre 30 et 3 000 bar). On obtient un polyol et un dérivé poly-isocyanate qui est convertit en une
polyamine.

Le Laboratoire de Recherche de General Motors a également publié ses recherches sur l’hydrolyse du
polyuréthane datant pour la majorité des années 1970. Ces travaux traitent de l’hydrolyse à haute pression et à
haute température (entre 232°C et 316°C) de mousses de polyuréthane souple. Un procédé continu à la
température optimale (288°C) dans un réacteur vertical a été élaboré. Il permet d’obtenir un rendement de 60 à
80 % avec des durées de réaction entre 10 et 28 min. Le polyol obtenu peut être réutilisé dans une nouvelle
formulation de mousse souple.

49
brevet WO9626236, 30 Août 1996, priorité FR2731002
50
Institute for proscpective technological studies

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 57


Février 2014

8.3.2.3 Fiche d’évaluation

Maturité Technologique
3

Débouchés 0 Maturité économique

Gisements

Figure 32 : Graphe d’évaluation de l'hydrolyse

8.3.2.3.1 Maturité technologique

La technologie de l’hydrolyse n’est pas complètement technologiquement mature. Les procédés d’hydrolyse
n’ont été développés que jusqu’au stade d’installations pilotes. Cette technologie n’est pas utilisée actuellement
à l’échelle industrielle à cause de la difficulté de mise en œuvre.

Dans le cas de l’hydroglycolyse, la partie aromatique du polymère est transformée en amine et en un mélange
d’urées qui ne peuvent être directement utilisés, ce qui complique d’autant plus la mise en œuvre de ce
procédé. Pour cette raison, ce procédé n’est pas très répandu.

8.3.2.3.2 Maturité économique

Le procédé d’hydrolyse crée un mélange d’amines, d’urées et de polyols dont la séparation nécessite des coûts
de procédé trop élevés par rapport aux recyclages mécaniques. Les déchets à recycler doivent être purifiés
avant l’étape d’hydrolyse. Il existe donc des coûts supplémentaires à ajouter au coût de la réaction d’hydrolyse
en elle-même. Les coûts de développement et d’exploitation de cette technologie sont très élevés, la rendant
économiquement non viable si l’opération est à petite échelle.
51
Le coût de production de polyols recyclés par hydrolyse est estimé à 0,80 €/kg , soit égal au prix de vente des
polyols. En ajoutant le coût de la collecte et le coût de la purification, le coût complet des polyols recyclés est
actuellement nettement supérieur à celui des polyols vierges. Cette technologie n’est donc pas viable
économiquement si elle se place sur le même marché que les polyols vierges. Le recycleur devrait en effet
vendre à perte.

8.3.2.3.3 Gisements de qualité nécessaire

Tous les types de mousses peuvent être recyclés par cette technologie. Cependant, un nombre assez
conséquent de composés ne doivent pas se retrouver dans les mousses, ce qui réduit considérablement le
gisement de qualité nécessaire. Des produits indésirables sont alors obtenus, spécialement des diamines

51
Estimation Ilium sur la base des matières premières et des investissements principaux, le coût de production
est estimé hors frais généraux et de structure

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 58


Février 2014

aromatiques primaires qui sont non seulement des substances cancérogènes mais qui affectent également la
qualité du recyclage en augmentant la viscosité des polyols. L’eau est contenue à hauteur de 5 % pour les
mousses souples et de 0,5 % pour les mousses rigides en fin de vie. D’autre part, la présence d’une gamme
d’additifs et d’ignifuges rend ce procédé inapproprié au recyclage des produits en fin de vie.

Ainsi, seuls les déchets issus des chutes de production de mousses souples et rigides sont adaptés à ce type
de recyclage. Pour la France ce gisement de qualité nécessaire est de l’ordre de 12 kt pour les mousses.

8.3.2.3.4 Débouchés adaptés aux produits recyclés

Les débouchés sont intéressants car l’hydrolyse permet de produire des polyols d’excellente qualité pour être
utilisés dans les sièges ou les canapés en tant que mousse souple. Lorsque les polyols produits sont mélangés
à 5 % (jusqu’à un maximum de 20 %) avec de la matière vierge, une nouvelle mousse de polyuréthane souple
de très bonne qualité est obtenue.

Les polyols peuvent également être utilisés comme combustibles et les produits intermédiaires comme matière
première pour la production de polyuréthane.

8.3.2.3.5 Conclusion

L’hydrolyse est encore immature particulièrement d’un point de vue économique mais présente des cependant
des débouchés possibles. Même si les débouchés de l’hydrolyse sont intéressants, l’industrie ne mise plus sur
cette technologie contraignante à mettre en place et dont le gisement est limité pour des raisons de
contamination par des impuretés dans les déchets en fin de vie. Par conséquent, l’hydrolyse ne semble pas être
une technologie porteuse pour le recyclage du polyuréthane.

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 59


Février 2014

8.3.3 L’aminolyse

8.3.3.1 Description de la technologie

Les mousses de polyuréthane souples sont converties par aminolyse en polyols souples et rigides. Les déchets
3
de polyuréthane sont dissous (jusqu'à 1 m de mousse dans une solution de 1 litre) dans une solution KOH /
alcanolamine à 120°C. Les trois principaux produits de la première étape sont des polyols, des amines
aromatiques et des carbamates. Dans la seconde étape, de l’oxyde d'éthylène ou de l'oxyde de propène est
utilisé pour convertir les amines. Les polyols sont ensuite séparés. Les polyols obtenus peuvent être utilisés
dans la reformulation de nouveaux polyuréthanes par polymérisation avec l’isocyanate correspondant, et sont
adaptés à la fabrication de mousses rigides.

8.3.3.2 Projets

52
L’université de Padua a réalisé une étude sur l’aminolyse. Du toluène diamine est ajouté à une solution
d’éthylène glycol issu d’un composé d’uréthane. Le mélange équimolaire est mélangé à 190°C et dépolymérisé.
Cette méthode est cependant restée au stade de laboratoire.

Un procédé intéressant d’aminolyse basé sur la réaction du polyuréthane avec l’ammoniac sous conditions
53
supercritiques a été développé (Figure 33) . Cela favorise à la fois les réactions de dégradation et la séparation
des polyols produits. Deux polyuréthanes différents ont été utilisés en tant que matériaux de départ : un
élastomère solide contenant un polythertriol trifonctionnel et une mousse souple dans lequel le diol a été
remplacé par de l’eau. La réaction d’aminolyse a lieu à 139°C et à 140 atm pendant 120 min, avec un ratio en
poids polyuréthane / ammoniac de 1. Sous ses conditions, la conversion du polyuréthane est pratiquement
totale. La réaction d’aminolyse transforme le groupe CO en urée, les groupes esters et les dérivés d’acides
carboxyliques en amides, tandis que les groupes éther et hydroxy sont inertes vis-à-vis de l’ammoniac. Après
réaction, l’urée est séparée par extraction avec de l’eau tandis que le polyol subsiste en tant que résidu dans le
réacteur. Sous des conditions supercritiques, les polyols polyéthers sont séparés du mélange pendant que la
réaction d’aminolyse a lieu. Les diamines et les diols peuvent être séparés par distillation ou précipitation. La
phosgénation de l’amine permet d’obtenir le diisocyanate correspondant qui, réunit avec le polyol et le diol, peut
être utilisé dans la synthèse de polyuréthane recyclé.

Figure 33: Procédé d’aminolyse du polyuréthane par traitement avec de l’ammoniac sous conditions supercritiques

52
Institute for prospective technological studies
53
Feedstock Recycling of Plastic Wastes, José Aguado, David P. Serrano

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 60


Février 2014

8.3.3.3 Fiche d’évaluation

Maturité Technologique
3

Débouchés 0 Maturité économique

Gisements

Figure 34 : Graphe d’évaluation de l'aminolyse

8.3.3.3.1 Maturité technologique

Cette technologie n’a pas dépassé le stade de la recherche. Les industriels ne l’utilisent pas car elle n’est pas
assez technologiquement mature.

8.3.3.3.2 Maturité économique

Le coût de production de l’aminolyse est estimé à 0,90 €/kg, soit 0,10 €/kg au-dessus du prix de vente actuel
54
des polyols vierges . Ce qui rend sa commercialisation compliquée si le polyol recyclé se place sur le même
marché que le polyol vierge.

L’aminolyse n’est pour le moment absolument pas mature économiquement. Elle est en effet peu rentable et,
n’étant développée que jusqu’au stade de la recherche en laboratoire, les industriels devraient réaliser
d’importants investissements pour pouvoir la développer.

8.3.3.3.3 Gisements de qualité nécessaire

Les déchets de polyuréthane convenant bien à cette technologie sont principalement des mousses souples, ce
qui représente un gisement conséquent. Néanmoins, l’aminolyse ne s’applique que sur des mousses sans
impuretés ni additifs.

Le gisement pouvant être traité par cette technique se cantonne donc aux mousses souples dites nobles, c’est-
à-dire uniquement les chutes de production ou les chutes de pose, soit 12 kt de gisement adapté en France.

8.3.3.3.4 Débouchés adaptés aux produits recyclés

Le polyol obtenu peut être utilisé pour produire de nouvelles mousses de polyuréthane qui peuvent se
substituer aux mousses produites à partir de polyols vierges car elles ont les mêmes propriétés.

54
Estimation Ilium sur la base des matières premières et des investissements principaux, le coût de production
est estimé hors frais généraux et de structure

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 61


Février 2014

Théoriquement, l’aminolyse permet de produire des polyols pouvant servir à la production de mousses
polyuréthane souple et rigide. Mais en pratique, les polyols obtenus sont particulièrement bien adaptés pour la
production de mousses de polyuréthane souples uniquement.

8.3.3.3.5 Conclusion

Même si les débouchés de l’aminolyse sont intéressants, cette technologie n’est pas sortie du stade de
laboratoire. Le développement de la filière de recyclage du polyuréthane par aminolyse nécessiterait donc un
investissement important. Par conséquent, à court et moyen terme, l’aminolyse ne semble pas être une
technologie adaptée au recyclage du polyuréthane. Les recherches n’ont pas besoin d’être incitées compte tenu
des autres techniques ayant déjà démontré la viabilité technologique et économique.

8.3.4 Combinaison de technologies de recyclage chimique

Des procédés associant plusieurs technologies de recyclage ont été développés. Le plus connu est celui mis en
55
place par RAMPH Ecosystems . Cette société a construit à Pirmasens dans la Rhénanie-Palatinat une
installation visant la valorisation matière des déchets de polyuréthane semi-rigides et flexibles. Les déchets de
polyuréthane sous forme de mousses souples ou rigides et d’élastomères compacts (y compris revêtements)
peuvent être traités. Cette technique de valorisation matière des mousses polyuréthane semi-rigides et flexibles
56
a été développée par RAMPH en coopération avec l’institut FH de Aalen sur la base de trois approches
57
combinées : procédé chimique de glycolyse partielle, de polyolyse et d’acidolyse, appliquées pour la
première fois à l'échelle industrielle.

Figure 35 : Procédé utilisé par RAMPH Ecosystems

Les déchets sont fragmentés à des dimensions d'environ 5 cm et mis dans un réacteur sous pression
atmosphérique. Selon le type de déchets, des polyols, glycols ou acides carboxyliques, ainsi que des
catalyseurs et agents d’élimination d’amine sont ajoutés. Sous agitation continue, à des températures d'environ
200°C, une division des chaînes uréthannes a lieu. A l’issue de la réaction (durée environ 7 heures), le mélange
liquide issu des polyols ajoutés et des chaînes uréthannes de faible poids moléculaire est filtré. Les résidus se

55
Rampf Ecosystems GmbH & Co. KG, Im Wiesel 4, 66954 Pirmasens, Allemagne
56
http://www.wiw.fh-aalen.de/wiw-umfeld/umwelt/chemie.htm
57
Brevet DE19512778

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 62


Février 2014

composent exclusivement de substances étrangères qui pourront être éliminées par combustion sans
dommages. Les additifs habituels (antioxydants, stabilisants, stabilisateurs de moussage etc..) sont alors
ajoutés. Le recyclat polyol constitue le produit fini qui peut être utilisé seul ou en mélange avec des polyols
vierges en vue de fabriquer de nouveaux polyuréthanes. Etant donné que les polyuréthanes sont partiellement
décomposés en utilisant des composants de base de polyols, les anciennes propriétés du produit sont
préservées. Le produit obtenu a un nom de marque chez RAMPH, et il est désigné sous l’appellation
RECYPOL®. La mise en œuvre réussie du procédé novateur a montré qu’environ 97-99% des déchets
polyuréthane peuvent être recyclés par ce procédé.

Depuis avril 2012, RAMPH à Pirmasens, Metzeler Schaum à Memmingen, et Keil Anlagenbau à Hunteburg ont
travaillé en étroite collaboration avec Fraunhofer ICT à Pfinztal pour mettre en place une usine de haute
technologie qui offre une capacité de production d'environ 3,5 kt / an.

La technologie est non seulement appropriée pour des déchets spécifiques simples comme un polyuréthane ou
un mélange de polyuréthane mais fondamentalement adaptés à tous déchets de polyuréthane. Toutes les
nouvelles technologies ont été développées par une structure spécifique RAMPH Ecosystems et sont
transférables à d’autres branches d'activité comme le polyethyleneterephthalate (PET), le polycarbonate (PC),
le polyamide (PA, nylon) ou le polyester.

Les principaux avantages de ce projet novateur sont :

- La préservation des caractéristiques des polyols du polyuréthane de départ ;


- La facilité d'intégration dans le cycle de production ;
- L’ajout de la matière recyclée dans la formulation du nouveau produit sans diminution de la qualité ;
- Les réductions de coûts par rapport au polyol vierge.

Comme les autres procédés de recyclage chimique, cette technologie est plutôt adaptée aux chutes de
production et la validité économique sur des déchets post-consommation doit encore être démontrée.

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 63


Février 2014

8.3.5 Les procédés de valorisation thermochimiques

8.3.5.1 Description de la technologie

Les procédés thermochimiques sont plutôt des procédés de valorisation du polyuréthane que de recyclage au
sens strict. Ces technologies peuvent contribuer à valoriser une partie du gisement de polyuréthane disponible.
La valorisation thermochimique couvre une gamme de procédés chimiques permettant de décomposer les
matériaux organiques :

- en molécules énergétiques, hydrogène et hydrocarbures,


- en monomères (méthanol, etc.) qui peuvent être réutilisés dans des procédés chimiques ou
pétrochimiques dont l’objectif principal n’est pas la production de polyuréthane. Ces molécules ont une
plus faible valeur ajoutée que les matières premières reconstituées par recyclage chimique.

Les trois technologies principales sont la pyrolyse, la gazéification et l’hydrogénation (Figure 36).

58
Figure 36: Options de recyclage thermochimique pour les déchets de polyuréthane

8.3.5.1.1 Pyrolyse

La pyrolyse est une technique consistant à chauffer le polyuréthane en atmosphère inerte. Les molécules se
décomposent alors en hydrocarbures gazeux et liquides. Le produit obtenu peut ensuite être traité par une
gamme de procédés pétrochimiques pour obtenir une variété de produits différents (composés insaturés de
petite taille) qui pourront ensuite être utilisés pour la polymérisation radicalaire.

L’un des freins à l’utilisation de cette technique pour la valorisation des polyuréthanes est la production
d’oxydes d’azote lors de la combustion. Ces composés doivent être éliminés des gaz de combustion afin de ne
pas être émis dans l’atmosphère. La pyrolyse du polyuréthane RIM donne généralement (à une température
supérieure à 450°C) 5 à 25 % en poids de composé solide, 10 à 45 % de liquide et plus de 40 % de gaz. Le
composé liquide est une huile monophasique visqueuse de couleur rouge dont la viscosité augmente avec le
temps. Dans le but d’améliorer la quantité, la qualité et la commercialisation du liquide produit en particulier,
l'utilisation de charbon actif et de polyuréthane solide dans une étape de réaction de pyrolyse secondaire a été

58
Isopa

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 64


Février 2014

59
testée . Les premiers objectifs étaient d'atteindre un rendement de carbonisation maximum et d’obtenir un
produit liquide ayant une viscosité minimum. L’utilisation du charbon actif a donné une huile moins visqueuse
qui a ensuite été séparée en une fraction organique et en eau. L’utilisation du polyuréthane solide a donné un
meilleur rendement de carbonisation (jusqu'à 40 % en poids), un peu moins liquide, qui se sépare à nouveau en
huile + eau, et beaucoup moins de gaz. Un réacteur de pyrolyse à deux zones (Figure 37) a été suggéré, avec
du polyuréthane solide comme promoteur pour les réactions secondaires.

Figure 37: Réacteur de pyrolyse à deux zones

BP Chemicals a mis au point un procédé de pyrolyse pouvant être utilisé pour convertir des déchets plastiques
en produits pétrochimiques. Ce procédé a tout d’abord été testé à l'échelle du laboratoire, puis à échelle d’un
pilote continu (ayant une capacité 400 t/an) à Grangemouth au Royaume-Uni.

Ce procédé a un taux de conversion des déchets plastiques en produits pétrochimiques d'environ 80 %.


L’hydrocarbure obtenu est de haute qualité. La performance environnementale globale du procédé a été
évaluée par rapport à celle des options alternatives à la gestion des déchets plastiques. Les résultats
montrent que, concernant la consommation d'énergie en particulier, le processus de BP a une moins
bonne performance que le recyclage mécanique.

Les développements récents semblent aller vers une amélioration de l’efficacité énergétique, ce qui pourrait
modifier les résultats de la comparaison ci-dessus. La performance économique du processus dépend de
nombreux facteurs (taille des usines, stades de préparation, emplacement, etc.). D’après BP Chemicals, ce
procédé nécessite un investissement de 23 à 30 millions d’euros pour une usine ayant une capacité de 25 kt de
plastiques par an, soit 260 €/t, en Europe occidentale. Ces chiffres présentent une incertitude de ±30 % et ne
comprennent pas le coût lié à la collecte et la préparation.

60
Figure 38 : Organigramme du procédé de pyrolyse développé par BP

59
Methods for polyurethane and polyurethane composites, recycling and recovery: A review, Khalid Mahmood
Zia, Haq Nawaz Bhatti, Ijaz Ahmad Bhatti, 2007
60
Feedstock Recycling and P yrolysis of Waste P lastics: Converting Waste Plastics into Diesel and Other Fuels
Edited by J. Scheirs and W. Kaminsky 2006 John Wiley & Sons, Ltd ISBN: 0-470-02152-7

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 65


Février 2014

8.3.5.1.2 Gazéification

De tous les procédés de valorisation thermochimique, celui de la gazéification est l'un des plus intéressants
pour les matériaux en polyuréthane. Cette technique est un processus exothermique. Par un procédé en deux
étapes, un mélange de matières plastiques est chauffé, puis combiné avec de l'air ou de l'oxygène. Ce
processus produit de la chaleur, des cendres ainsi qu’un produit gazeux qui contient de grandes fractions de
gaz combustibles composées de monoxyde de carbone et un d’atome d'hydrogène. Le procédé utilisé a besoin
d'une charge d'alimentation de liquide pouvant être pompé, qui est obtenu par liquéfaction. La gazéification a
lieu sous atmosphère d’oxygène entre 1 200 et 1 500°C, sous une pression de 20 à 80 bar, avec un temps de
séjour de quelques secondes, et permet une conversion de 98 à 99 % en gaz. Le produit gazeux obtenu peut
être utilisé dans une large gamme de procédés de raffinage ainsi que dans la production de méthanol,
d'ammoniac, et oxo-alcools. Plus précisément, le monoxyde de carbone produit peut être utilisé pour
produire des isocyanates pour de nouveaux matériaux en polyuréthane, et l'hydrogène pour produire
d'autres matières premières du polyuréthane telles que le formaldéhyde et le polyéther.
61
Une étude d’ICI repris par Huntsman (Everberg, Belgique), Texaco et l'Université de Gand (Belgique) de 1996
a montré que les déchets de polyuréthane provenant de réfrigérateurs peuvent être gazéifiés, avec l'avantage
que le chlore (gaz toxique) est lié par l'ammoniac produit, pour former le chlorure d'ammonium.

D’autre part, la gazéification présente des avantages par rapport à l’incinération :

- la gazéification est moins polluante car le procédé se déroule en autoclave, aucun gaz toxique ni
métaux lourds dangereux n’est donc émis dans l'atmosphère. De plus, contrairement à l'incinération où
le soufre résultant de la réaction est converti en gaz SOx nocif, le processus de gazéification génère du
soufre uniquement sous forme de poudre qui peut être facilement collecté et vendu à l'industrie
chimique ;

- les usines de gazéification sont environ 50 % moins chères que les usines d'incinération et ont une
période d'amortissement plus courte. De plus, le besoin en énergie du procédé est considérablement
plus faible.

Des unités de gazéification industrielles, fonctionnant sur une gamme mixte de matières plastiques, sont
62
actuellement en service dans le monde entier. L’entreprise SVZ en Allemagne par exemple dispose d’un
procédé de gazéification à haute température (Figure 39).

Une quantité importante de déchets issus du secteur automobile et de l'électroménager est utilisée pour la
production de méthanol. Cette voie de valorisation chimique présente l’avantage d'accepter des gisements
issus de divers secteurs et différents types de polyuréthane. De plus, elle ne se cantonne pas uniquement à la
valorisation du polyuréthane : les plastiques, le bois ainsi que les boues d’épuration peuvent être gazéifiés.

61
Scheirs, J. “Polymer recycling” John Wiley & Sons, Chichester (1998) chapter 10
62
SVZ Schwarze Pumpe GmbH

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 66


Février 2014

63
Figure 39 : Représentation schématique de la gazéification SVZ

8.3.5.1.3 Hydrogénation

L'hydrogénation peut être considérée comme un compromis entre la pyrolyse et la gazéification. L'effet de la
chaleur et de la haute pression en hydrogène provoque la décomposition de la chaîne de polymère et permet
d’obtenir des produits gazeux et liquides. Ceux-ci peuvent être utilisés en tant que combustible (en partie utilisé
comme source d'énergie pour le procédé) et en matières premières chimiques.
64
L'usine de Veba Oel à Bottrop en Allemagne, actuellement fermée, a mis en place un procédé
d'hydrogénation capable de traiter 40 kt de déchets plastiques non triés (dont le polyuréthane) par an. Ce
procédé fonctionne à 150-300 bar et 470°C sous atmosphère d'hydrogène, ce qui donne un produit composé
65
de paraffine (60 %), de naphta (30 %), d’aromatiques (9 %) et d’oléfines (1%) . L'installation comprend une
unité de dépolymérisation avant l’étape d'hydrogénation. Dans cette unité, les déchets plastiques sont traités à
350-400ºC. Ces températures permettent de séparer le chlore présent dans certains types de plastique (PVC,
polyuréthanes issus de l’électroménager). Le produit dépolymérisé est lavé afin d'éliminer le chlore sous forme
de HCl. Ensuite, le produit est condensé, et les gaz sont introduits dans le premier réacteur où l'hydrogénation a
lieu à 400-450°C et à des pressions élevées (100 bars). Le résidu issu du procédé d'hydrogénation
(hydrocarbures lourds contaminés par des cendres, des métaux et des sels inertes) est habituellement mélangé
66
avec du charbon pour la production de coke. Enfin, le gaz obtenu est lavé afin d'éliminer l'H 2S et l’ammoniac.
Des difficultés techniques associées au traitement à haute température des polymères ont été rapportés.

63
Isopa
64
Veba Oel AG, Hafenstraße, 46242 Bottrop, Allemagne
65
Gómez, MR.; Gil, JR (1998). Los plásticos y el tratamiento de sus residuos. Universidad nacional de
educación a Distancia. Aula abierta. Madrid.
66
Wenning H.P. (1993): The VEBA OEL Technologies pyrolysis process. Journal of Analytical and Applied
Pyrolysis 25, pp. 301-310.

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 67


Février 2014

8.3.5.2 Fiche d’évaluation de la valorisation thermochimique du polyuréthane

8.3.5.2.1 Maturité technologique

La gazéification est la technologie la plus avancée des procédés thermochimiques. Plusieurs usines
fonctionnent actuellement à travers le monde et sont capables de valoriser le polyuréthane. On peut citer
notamment l’unité de SVZ en Allemagne qui utilise un procédé à haute température.
67
La pyrolyse a fait l’objet de plusieurs recherches. Par exemple, une étude menée par Rogaume et al. traite
de la pyrolyse de mousses polyuréthane de sièges automobiles. La pyrolyse a aujourd’hui atteint le stade
d’industrialisation avec la construction d’une usine pilote au Royaume-Unis par BP Chemicals permettant
l’exploitation d’une gamme de matières plastiques mixtes issues du secteur automobile.

L’hydrogénation est le procédé thermochimique le moins mature technologiquement. Il a été utilisé dans le
passé pour revaloriser les déchets de plastiques mélangés issus des emballages à l’usine de Veba Oel en
Allemagne. Cette usine est actuellement fermée à cause des difficultés de mise en œuvre technique de ce
procédé à haute température. Mais ce procédé reste toujours à l’essai pour les autres types de déchets.

8.3.5.2.2 Maturité économique

Plusieurs usines de gazéification sont actuellement en fonctionnement même si elles ne sont pas uniquement
dédiées à la valorisation des polyuréthanes. Le procédé de valorisation par gazéification semble donc
économiquement viable, à condition qu’il serve également au traitement d’autres types de déchets. La
gazéification est avantageuse par rapport à l’incinération d’un point de vue économique. Les
investissements nécessaires à la construction d’une usine de gazéification sont en effet moitié moins élevés et
cette technique est également moins consommatrice en énergie.

Aucune usine de pyrolyse de plusieurs dizaines de kt/an n’a encore vu le jour.

La thermochimie présente certains avantages. Les sous-produits obtenus par ces méthodes peuvent être
réutilisés et donc valorisés par d’autres industries que celle du polyuréthane. De plus, le prix du pétrole en
augmentation va favoriser l’émergence de ce type de réaction.

8.3.5.2.3 Gisements de qualité nécessaire pour la valorisation thermochimique

Tous les types de polyuréthanes (mousse rigide et souple, non-mousse), aussi bien les chutes de production
que les produits en fin de vie, peuvent être valorisés par voie thermochimique.

8.3.5.2.4 Débouchés de la valorisation thermochimique

Dans le cas de la gazéification, les débouchés sont intéressants dans la mesure où les produits obtenus
peuvent être utilisés dans une large gamme de procédés de raffinage ainsi que dans la production de méthanol,
d'ammoniac, d’oxo-alcools, d’isocyanates pour de nouveaux matériaux en polyuréthane, et d'autres matières
premières du polyuréthane comme le formaldéhyde et le polyéther.

La pyrolyse et l’hydrolyse offrent moins de débouchés potentiels. Les produits obtenus peuvent être utilisés
comme hydrocarbures mais également en matière première pour la polymérisation radicalaire.

67
Y. Rogaume, F. Jabouille, M. Auzanneau, J.C. Goudeau, in: Proceedings of the Fifth International
Conference on Technologies and combustion for a clean environment, vol. 1, Lisbon, Portugal, 1999, pp. 345–
351.

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 68


Février 2014

8.3.5.2.5 Conclusion

La valorisation thermochimique du polyuréthane regroupe différentes méthodes plus ou moins avancées. La


gazéification est la plus mature, la pyrolyse présente des perspectives d’évolution intéressantes et l’hydrolyse a
démontré des difficultés de mise en œuvre. La valorisation thermochimique est plus avantageuse que
l’incinération d’un point de vue économique et environnemental.

La valorisation par procédés thermochimiques est une option de valorisation pour les déchets de polyuréthanes
mélangés avec d’autres matériaux et qui ne peuvent être recyclés par voie chimique ou mécanique en raison de
considérations techniques ou économiques.

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 69


Février 2014

8.4 Les technologies du recyclage mécanique

8.4.1 L’agglomération

8.4.1.1 Description de la technologie


La mousse agglomérée (ou "rebond foam" en anglais) procède de trois étapes : le broyage, le mélange avec un
liant et le moulage.

Mélange avec
PU vierge Broyage Moulage Pu recyclé
un liant

Figure 40 : Procédé de l'agglomération

La fabrication de flocons de taille du centimètre par broyage est chose aisée. Des techniques matures sont
disponibles à cet effet. Les installations de ce type de recyclage permettent de réduire les chutes de
polyuréthane en flocons de différentes dimensions suivant les applications employées. Les flocons obtenus sont
ensuite triés selon leur granulométrie et mélangés à un liant puis introduits dans des moules cylindriques ou
rectangulaires. La compression plus ou moins importante de ces mélanges permet par variation de densité
d'obtenir des produits spécifiques et l'injection de vapeur permet de fixer chimiquement les flocons. Les blocs
obtenus sont alors transformés en plaques ou rouleaux.

Dans des applications particulières, les contaminants acceptables pour les mousses agglomérées sont les
textiles tissés et non tissés. Les contaminants rigides doivent être préalablement éliminés des mousses car les
équipements de broyage ne sont pas adaptés à ces types de matériaux.

La qualité du polyuréthane ré-aggloméré dépend de plusieurs facteurs tels que les types et qualités des
mousses utilisées au départ, la taille des particules et l'uniformité des morceaux de mousses déchiquetées, la
densité requise du produit final ou encore la qualité du liant.

Les caractéristiques typiques d’une mousse de polyuréthane agglomérée sont décrites dans le tableau suivant :

Propriétés d’une mousse agglomérée


3
Densité (kg/m ) 60 - 300
Résistance (kPa) 40 - 150
Allongement de rupture (%) 40 - 90
Déflexion à 10 % de compression 4 - 20
- à 25 % 5 - 50
- à 50 % 15 - 150
68
Tableau 6 : Propriétés d'une mousse agglomérée

8.4.1.2 Projets

68
Mobius Technology

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 70


Février 2014

En France, plusieurs projets de recyclage des mousses de polyuréthane ont vu le jour récemment.

« ValorMat » cible les matelas à l’initiative des sociétés Recyc-matelas, Innortex et Weave air. L’objectif de ce
projet est de développer un pilote industriel permettant de produire des matières premières de recyclage à partir
de matériaux type « textile et mousse de polyuréthane », ou des mousses polyuréthane seules, issus du
démantèlement des produits usagés du secteur de la literie. La capacité de ce pilote est de 4,5 kt/an de
matières premières de recyclage, ce qui représente 5 % du gisement annuel national.
69
Ecoval à Flaviac en Ardèche (groupe Cauval Industrie), utilise également ce procédé de d’agglomération sans
colle pour la fabrication de leur matériau « EcoGen » à base de mousses de polyuréthane / polyester
fragmentées. Leur gisement provient des déchetteries ou des distributeurs avec qui Ecoval a mis en place un
partenariat lui permettant de récupérer les matelas usagés gratuitement. Il s’agit donc principalement de
produits en fin de vie qui doivent subir une étape de désinfection permettant de détruire les bactéries et les
acariens. Les matelas sont ensuite démantelés pour pouvoir séparer les ressorts de la mousse et du textile. La
mousse de polyuréthane est alors récupérée pour être recyclée par le procédé d’agglomération. Le matériau
« EcoGen » obtenu est ensuite découpé aux dimensions souhaitées. Sa densité et ses caractéristiques
mécaniques sont intéressantes pour le secteur de l’ameublement et de la literie. Il sert en effet à la fabrication
de matelas 100 % recyclés mais aussi à celle de produits d’ameublement tels que les canapés convertibles.
Ecoval a déposé plusieurs brevets sur ces process de fabrication et a pour perspective de viser d’autres
secteurs comme le bâtiment (mousse d’isolation) ou l’automobile en tant que débouché pour ainsi réaliser un
recyclage en boucle ouverte.
70
La société Recticel est le premier acteur à avoir utilisé cette technologie en France afin de recycler ses chutes
de production. Il continue son activité de fabrication de mousses recyclées sur son unité de Mazeyrat d'allier en
Haute-Loire, premier site français en capacité de production de mousse polyuréthane, où il a investi un peu
moins de un million d’euros avec l'aide de LIFE et de l’ADEME dans une usine de fabrication de mousses
recyclées permettant de fabriquer des blocs rectangulaires et cylindriques, pour une capacité de l’ordre de 12
kt. L’unité de recyclage automatique de chutes de polyuréthane est installée sur l’usine depuis 1996. Elle utilise
la technologie développée par Grenier.

69
Ecoval
70
Recticel France

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 71


Février 2014

8.4.1.3 Fiche évaluation

Maturité Technologique
3

Débouchés 0 Maturité économique

Gisement

Figure 41 : Graphe d’évaluation de l'agglomération

8.4.1.3.1 Maturité technologique

L’agglomération est un procédé technologiquement mature. En effet, cette technique est actuellement en cours
de développement à l’échelle industrielle en France (Cauval). Il existe différents types d’agglomération
dépendant de la qualité de la mousse à recycler, du débit continu ou discontinu de l’opération et de la mise en
forme de l’article à produire. Les contaminants rigides contenus dans les mousses tels que les armatures de
sièges de voiture, les ressorts des matelas, doivent être préalablement séparés.

Dans le cas du procédé Innortex, l’épaisseur des mousses agglomérées est de 240 mm, ce qui restreint les
domaines d’application des mousses recyclées. La production de mousses plus épaisses fait partie de l’un des
axes de développement d’Innortex. Cet axe de développement correspond à un investissement de 3 millions
d’euros et 2 ou 3 ans de travail de recherche. Enfin, la maîtrise de la dureté du produit recyclé pourrait
permettre d’améliorer la performance du produit aggloméré. Actuellement, l’outillage existant permet de
moduler uniquement la densité de la mousse recyclée.

8.4.1.3.2 Maturité économique

La technologie d’agglomération est économiquement mature.

L’autre axe de développement consistant à développer une technologie permettant de maitriser la dureté de la
mousse agglomérée nécessiterait au moins 2 ans de travail et un investissement de 2 millions d’euros.

Innortex vend son polyuréthane recyclé à environ 3 €/kg, avec un positionnement de 10 à 20 % moins cher que
le prix d’un polyuréthane vierge de même qualité. L’augmentation du prix du pétrole pourrait entraîner
l’augmentation du prix du polyuréthane vierge. Le polyuréthane recyclé par agglomération présente donc un
réel atout économique.

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 72


Février 2014

Par ailleurs, le procédé d’agglomération sans colle utilisé par Innortex et Ecoval représente un véritable levier
71
économique suite à la récente réglementation d’émission des COV . Cette technique sans colle permettrait
donc de fabriquer des mousses polyuréthanes à faible émission en COV pouvant constituer un réel atout
compétitif. Les matériaux en polyuréthanes recyclés contenant des colles (moulage par compression avec un
liant, voir paragraphe 8.4.3) risquent quant à eux de voir leur vente diminuer.

8.4.1.3.3 Gisements de qualité nécessaire

Toutes les mousses de polyuréthane peuvent théoriquement être recyclées, soit de l’ordre de 200 kt.
Actuellement, en France, seules les mousses souples issues de produits en fin de vie provenant du secteur de
l’ameublement et de la literie (Innortex et Ecoval) ainsi que les mousses issues des chutes de production
(Recticel) sont recyclées par cette technique.

8.4.1.3.4 Débouchés adaptés aux produits recyclés

La relative grande densité de la mousse polyuréthane obtenue, son excellente résistance ainsi que sa capacité
à amortir les vibrations, rendent cette technologie apte à de nombreuses applications telles que :

- des applications actuelles du polyuréthane comme les matelas contenant du polyuréthane recyclé ;
- des applications spécifiques au polyuréthane ainsi recyclé comme les revêtements de sol, les tapis de
sport, les tapis d'amortissement anti-vibration, les emballages et les moquettes. La mousse recyclée est
souvent revendue aux Etats-Unis, grand consommateur de moquettes. Cependant, la filière de
l’exportation vers les Etats-Unis n’est pas stable, ce qui constitue un levier pour l’émergence d’une
filière française.

Des améliorations techniques permettraient d’améliorer le produit issu du recyclage pour augmenter le nombre
de débouchés.

8.4.1.3.5 Conclusion

La technologie de l’agglomération est mature économiquement et technologiquement. Elle permet de recycler


les polyuréthanes issus du secteur de l’ameublement et de la literie en matelas contenant du polyuréthane
recyclé, des revêtements de sol, tapis et moquettes. Elle reste à optimiser afin d’améliorer la qualité du produit
issu du recyclage et ainsi augmenter le nombre de débouchés. Au vu du nombre de projets qui ont été créés au
cours de ces dix dernières années, il est très probable que la filière de recyclage par la technologie
d’agglomération devienne l’une des voies de recyclage privilégiée du polyuréthane en France.

71
COV : Composé Organique Volatile. Ce sont des polluants précurseurs de l’ozone, et certains d’entre eux
er
sont considérés comme cancérogènes pour l’homme. Depuis le 1 Janvier 2012, les nouveaux produits de
construction et de décoration mis sur le marché doivent être munis d’une étiquette indiquant de manière simple
et lisible le niveau d’émission du produit en COV.

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 73


Février 2014

8.4.2 Le broyage et pulvérisation

8.4.2.1 Description de la technologie

Parfois appelé poudrage, le recyclage par broyage et pulvérisation récupère les déchets de coupes industrielles
ou les pièces en post-consommation et les broie pour produire une poudre fine. La poudre alors obtenue est
mélangée avec des matériaux vierges pour créer de la mousse de polyuréthane ou des pièces denses moulées
par injection. Le procédé suit trois étapes : le broyage, le mélange avec des polyols et la réaction chimique.

Mélange avec Réaction


PU vierge Broyage Pu recyclé
des polyols chimique

Figure 42 : Procédé de broyage et pulvérisation

Au début des années 1990 le broyage par fraisage à deux rouleaux a permis de donner de bons résultats pour
la mousse polyuréthane souple. Pour les mousses de polyuréthane rigides, les broyeurs à boulets peuvent
produire des tailles de particules jusqu’à 85 µm. Aujourd’hui, il est techniquement possible de produire des
mousses polyuréthane en poudre de 50 pm. Cette poudre peut être utilisée comme charge dans une nouvelle
mousse polyuréthane ou mélangée à un polyol à une concentration de 20 %. Cela maintient la viscosité du
mélange poudre/polyol à 20 Pa.s, limite à laquelle le mélange poudre/polyol change d’état.

Cette technique est particulièrement bien adaptée au polyuréthane par rapport à d'autres matériaux de
remplissage car la poudre de polyuréthane utilisée a une densité similaire à la nouvelle mousse qui est
produite.

8.4.2.2 Projets

72
Depuis 1997, Mobius Technology commercialise un procédé de recyclage du polyuréthane par
broyage/pulvérisation (Figure 43). Cela peut être fait sans aucune augmentation de la densité de la mousse.

Figure 43: Procédé de recyclage utilisé par Mobius Technology

Mobius fournit l'équipement et les processus nécessaires pour mettre à la disposition des fabricants de mousse
un système clé en main pour le recyclage des déchets de production sur site. L'installation utilise un broyeur à

72
Mobius développe des technologies de recyclage mousse polyuréthane (Suisse et USA)

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 74


Février 2014

deux cylindres non cryogénique (Figure 44). Les pièces de mousse sont d'abord broyées à une taille d'environ
10 mm, puis introduites dans une installation de broyage qui réduit la mousse de polyuréthane en poudre avec
une taille moyenne de 50 µm. Le polyuréthane en poudre est ensuite mélangé avec des polyols et utilisé pour la
fabrication de nouvelles mousses. Cette technologie permet de moduler la viscosité du mélange poudre/polyol.
Plus la poudre de polyuréthane est fine, plus la viscosité du mélange polyol/poudre est faible. Des installations
avec des sorties continues de 100 kg/h à 1 000 kg/h sont disponibles.

Le procédé peut être employé pour traiter des mousses contenant des contaminants de production tels que des
polyoléfines, du papier, des peaux de mousse. Les contaminants tels que le bois, le métal, ou le cuir, sont
retirés avant le broyage.

Figure 44: Installation développée par Mobius Technology

Mobius, en collaboration avec DOW, a mis en place une unité pilote de 40 kg/h dans le centre de
développement technique DOW Europe à Meyrin près de Genève. Cette unité quasiment industrielle fait la
preuve de la faisabilité industrielle et la fiabilité du procédé. Recticel a signé un accord avec Mobius pour mettre
en place la technologie dans leurs usines en Europe.

D’autres projets utilisant cette technologie n’ont pas pu arriver à terme. La société SALYP (Belgique) qui avait
73
signé un accord de licence exclusif avec le laboratoire national d’Argonne concernant un procédé, de
réutilisation de la partie mousse des résidus de broyage automobile, a fait faillite. Les caractéristiques de ce
gisement sont assez spécifiques, indépendamment du fait que les mousses recyclées sont réalisées avec des
copolymères polyols, styrène acrylonitrile. Les procédés de broyage automobile font que certains contaminants
ne peuvent être retirés facilement, générant des risques de contamination résiduelle pour le produit recyclé. Les
coûts de démontage et de logistique même pour des coussins compressés sont importants. Il faut de plus
s’assurer qu’il n’y a pas de composants métalliques dans le siège. La technologie développée par Mobius s’est
donc avérée coûteuse pour l’automobile à cause de l’extraction et du nettoyage des mousses issues des VHU
nécessaires avant l’étape du broyage.

8.4.2.3 Fiche d’évaluation

73
Recovery of Flexible Polyurethane Foam from Shredder Residue, by B.D. Jody and E.J. Daniels, Energy
Systems Division, Argonne National Laboratory, 9700 South Cass Avenue, Argonne, Illinois, June 1999, Work
sponsored by the U.S. Department of Energy, Assistant Secretary for Energy Efficiency and Renewable Energy,
Office of Industrial Technologies.

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 75


Février 2014

Maturité Technologique
3

Débouchés 0 Maturité économique

Gisement

Figure 45 : Graphe d’évaluation de la technologie de broyage et pulvérisation

8.4.2.3.1 Maturité technologique

La technologie de broyage et pulvérisation a fait l’objet de nombreuses recherches depuis 1999. Mobius
Technology détient actuellement le monopole de la commercialisation de ce procédé. En signant des accords
avec des grands groupes, Mobius a permis à cette technologie d’atteindre le stade d’industrialisation aux Etats-
Unis et en Europe (DOW, Recticel), démontrant ainsi la validité de la technologie dans des conditions
industrielles.

8.4.2.3.2 Maturité économique

La technologie de recyclage des chutes de production par broyage et pulvérisation appliquée directement sur la
chaîne de production permet de réaliser des économies de coûts de l'ordre de 2 % avec un taux de recyclage
de 7 à 10 % en poids. L’intérêt de cette technique est qu’elle peut permettre d’obtenir un gain en rendement si
la poudre est réinjectée directement dans la chaîne de production.

D’après Faurecia, le système de recyclage par un broyage des mousses polyuréthanes n’est pas
économiquement rentable pour les poudres ayant une taille inférieure à 100-125 µm.
74
POFI (Luxembourg), spécialiste des machines d'injection polyuréthane haute pression, estime qu’il devrait
investir 250 000 € et un an de développement dans cette technologie pour pouvoir l’appliquer sur sa chaîne de
production.

Le coût de traitement de la mousse de polyuréthane par la technologie développée par Mobius est d'environ
0,13 €/kg de polyuréthane recyclé. Il faut ajouter à ce coût le coût lié à la collecte et le coût de la purification
pour les déchets post-consommation. Le coût de production total reste tout de même inférieur au prix du
polyuréthane vierge.

8.4.2.3.3 Gisement de qualité nécessaire

Le gisement de qualité nécessaire correspond aux chutes de production de 12 kt en France, qui correspondent
à des chutes de mousses polyuréthanes souples.

74
POFI

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 76


Février 2014

Selon POFI, le marché de la technologie de broyage et pulvérisation directement sur le site de


production pourrait potentiellement concerner 600 usines de polyuréthane dans le monde.

La majorité est recyclée par découpe de flocons et agglomération par collage pour refaire des blocs. Le
débouché le plus simple serait de faire du recyclage matière court, c'est-à-dire de réintroduire ces déchets
propres au niveau de la production.

D’après Faurecia, le gisement collectable dans le secteur de l’automobile est de 0,3 à 0,4 kt/an de mousse
3 3
polyuréthane de densité comprise entre 20 kg/m et 90 kg/m .

Techniquement, toutes les mousses (rigides et souples) sont broyables et pulvérisables. Cependant, cette
technologie est actuellement utilisée principalement de façon industrielle pour les chutes de polyuréthane sur la
chaîne de production et non sur les produits en fin de vie à cause de la phase de décontamination dont le coût
est plus élevé que pour l’agglomération. En effet, le broyage de l’agglomération est centimétrique, alors que le
broyage de la pulvérisation est micrométrique.

8.4.2.3.4 Débouchés adaptés aux produits recyclés

Lorsque le procédé est appliqué directement sur la chaîne de production de mousses rigides ou souples, le
polyuréthane recyclé est réinjecté sur la chaîne pour produire le même type de mousse.

Dans le cas des déchets post-production, la viscosité du mélange polyol/poudre est un facteur qui limite la
quantité de mousse polyuréthane pouvant être recyclée par cette technologie. La limite de réincorporation est
de 15 % pour la mousse issue de polyols MDI et de 25 % pour la mousse TDI. Dans le secteur de l’automobile,
les polyuréthanes RIM recyclés peuvent être utilisés jusqu'à 10 % en poids pour des applications telles que des
volants, des conduits d’aération ou des tapis de sol.

8.4.2.3.5 Conclusion

La technologie de broyage et pulvérisation permet de réinjecter la poudre recyclée directement sur les sites de
production, ce qui permet d’éviter les problématiques économiques et de logistique liées au transport et à la
collecte. Systématiser les modules de broyage et pulvérisation sur les chaines de production de mousse souple
et rigide peut être un moyen rapide pour favoriser le recyclage du polyuréthane.

Théoriquement applicable à toutes les mousses, la technologie de broyage et pulvérisation n’est pas encore
assez développée pour permettre le recyclage des mousses en fin de vie. La viscosité du matériau recyclé
limite en effet les débouchés intéressants.

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 77


Février 2014

8.4.3 Le moulage par compression avec un liant

8.4.3.1 Description de la technologie

Ce processus de recyclage broie des pièces en polyuréthane RIM (moulé par injection réactive) et en
polyuréthane RIM renforcé par de fines particules. La poudre est moulée à pression et température
suffisamment élevées (180°C, 350 bar) ce qui génère les forces de cisaillement nécessaires afin de souder les
particules entre elles sans utiliser de liant supplémentaire. Le procédé suit deux étapes : le broyage et la
compression.

PU vierge Broyage Compression Pu recyclé

Figure 46 : Procédé du moulage par compression avec un liant

8.4.3.2 Projets

Dans l'industrie automobile en particulier, des résultats encourageants ont été obtenus avec la technologie de
moulage par compression. Les initiatives se sont concentrées sur deux secteurs : celui des déchets de
production provenant des découpes de pièces en polyuréthane et celui des polyuréthanes extraits sous toutes
formes des Véhicules Hors d’Usage (VHU).

Le procédé a été employé commercialement par BMW en Europe et par Chrysler aux Etats-Unis. Des pièces en
polyuréthane RIM et en polyuréthanes RIM renforcés ont été broyées afin de produire un matériau qui peut être
utilisé pour des applications non critiques au niveau de la qualité optique de surface. Les capots de protection
sur pièces du compartiment moteur pour des applications automobile (Pebra, Allemagne) en sont un bon
exemple.

Des applications dans le domaine de l’automobile, telles que les tablettes arrière, utilisent ces technologies de
production à partir de chutes de production provenant de pavillons. Il en va de même pour le cache roue de
secours, toujours dans le domaine automobile, produit par la société Greiner en Allemagne. Au Japon, les
gardes boue pour Toyota ont également été produits de cette manière, approchant les quantités annuelles de
120 tonnes de matériau recyclé.

En Allemagne, le moulage par compression avec un liant de granulés de polyuréthane RIM a débouché sur des
applications dans le domaine des systèmes de chauffage par le sol. Les panneaux de forme spécifique
permettent de fixer les tuyaux de chauffage. Ce système, mis sur le marché par la société Stramax Zürich
depuis une dizaine d’années, combine les fonctions de positionnement, d’isolation thermique et phonique et de
la capacité à supporter une charge.

Les panneaux de porte et les panneaux de tableau de bord peuvent être produits en utilisant environ 6 % de
polyuréthane RIM recyclé et 15 % de fibres de verre. Le polyuréthane recyclé peut aussi être utilisé comme
noyau (30 % de la masse) encadré par des renforts de fibre de verre et recouvert de résine de polyuréthane

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 78


Février 2014

vierge (figure 1). Ce procédé permet d’obtenir des produits avec une rigidité accrue pour une utilisation dans
les pièces automobiles.

Figure 47: Recyclage de fragments de polyuréthane comme noyau

Les produits recyclés peuvent être composés jusqu'à 100 % de matière recyclée. Les propriétés des matériaux
recyclés peuvent également être supérieures à celles des matériaux vierges. On peut en effet obtenir des
produits avec une rigidité accrue nécessaire dans les pièces automobiles par exemple.

Les résines de polyester dans le procédé de moulage par compression encadrant des polyuréthanes RIM
recyclés offrent une plus grande flexibilité. La bonne fluidité des polyuréthanes RIM permet ainsi la production
de produits ayant des formes complexes.

Des terrains de sport et des pistes d’athlétisme peuvent être également produits en utilisant du polyuréthane
issu de cette technique de recyclage souvent co-traité avec des copeaux de caoutchouc.

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 79


Février 2014

8.4.3.3 Fiche d’évaluation

Maturité Technologique
3

Débouchés 0 Maturité économique

Gisement

Figure 48 : Graphe d’évaluation du moulage par compression

8.4.3.3.1 Maturité technologique

Le moulage par compression est technologiquement mature dans le cas où le polyuréthane recyclé est utilisé
pour des applications non critiques au niveau de la qualité optique de surface. Cette technique est utilisée
industriellement par BMW, Chrysler, Greiner, Pebra et Toyota.

8.4.3.3.2 Maturité économique

Cette technique est économiquement mature pour des gisements et des débouchés bien spécifiques. Le
recyclage du polyuréthane RIM semble économiquement viable puisqu’il est employé commercialement par des
acteurs du secteur automobile.

Selon Faurecia, le principal frein à l’utilisation de cette technique est le coût très élevé de l’outillage. Le coût lié
75
au matériel représente en effet 65 % du coût de production qui est estimé à 0,76 €/kg .

8.4.3.3.3 Gisement de qualité nécessaire

Cette méthode constitue une des voies possibles de réutilisation pour les polyuréthanes moulés par injection
réactive (RIM) issus des déchets de production et des véhicules hors d’usage.

Cependant, les pièces en RIM peintes posent des problèmes techniques à cause de la présence d’impuretés.
La phase de décontamination (ou nettoyage) étant très chère, c’est pourquoi les industriels utilisant cette
technique pour le recyclage des pièces issues des véhicules hors d’usage sont peu nombreux.

Le gisement n’est donc pas très important (moins de 1 kt/an) puisqu’il concerne uniquement les pièces RIM
non polluées.

75
Estimation Ilium

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 80


Février 2014

8.4.3.3.4 Débouchés adaptés aux produits recyclés

Le principal débouché est le secteur de l’automobile avec des applications telles que des capots de protection
(Pebra), des caches roue de secours (Grenier), des gardes boue (Toyota), des panneaux de porte et des
panneaux de tableau de bord.

Le secteur du sport est également un débouché potentiel. Le polyuréthane recyclé peut en effet servir à la
fabrication de terrains de sport et de pistes d’athlétisme.

Les volumes de ces débouchés restent limités à quelques kt/an en Europe.

8.4.3.3.5 Conclusion

Le moulage par compression est mature technologiquement. La faible taille des gisements concernés et des
débouchés rend ce recyclage intéressant sur des marchés de niche, notamment pour des applications
spécifiques de l’automobile, mais aussi directement sur les sites de production. Le polyuréthane recyclé
présente un potentiel d’incorporation élevé. Ainsi, la construction d’une usine pilote de recyclage de
polyuréthane RIM pourrait être soutenue.

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 81


Février 2014

8.4.4 La pression adhésive ou collage de particules

8.4.4.1 Description de la technologie

La pression adhésive est un procédé dans lequel les pièces de polyuréthane utilisées sont découpées en
granulés et mélangées avec un liant puissant (une colle) puis mis sous forme de planches ou de corps moulés
à la chaleur et sous pression. Le procédé suit trois étapes : le broyage, le mélange avec un liant et la mise en
forme.

Mélange avec Mise en


PU vierge Broyage Pu recyclé
un liant forme

Figure 49 : Procédé de pression adhésive

Une variété de procédés de recyclage sur mesure existe. Par exemple, les mousses rigides peuvent être
recollées puis mises en forme à 100-200°C et à 30-200 bars en mélangeant des particules de l’ordre du
centimètre avec du MDI.

Cette technologie de pression adhésive permet d’utiliser une forte proportion de déchets dans le produit
recyclé : de 30 à 70 % en poids.

Ce type de recyclage peut être appliqué à la mousse souple ou rigide. L’élément clé de la technologie de
pression adhésive est un liant puissant, le polymère diisocyanate de diphénylméthane (PMDI), l'une des
principales matières premières du polyuréthane, appliqué à hauteur de 10 % en poids.

8.4.4.2 Projets

76
La société Platec Plattentechnik GmbH , à Elsterwerda en Allemagne utilise un procédé de recyclage par
pression adhésive pour produire des panneaux en mousse polyuréthane rigide de haute valeur ajoutée à
destination du secteur de la construction (Aquapur®, Phonoterm®), Le polyuréthane recyclé est livré par des
partenaires industriels sous forme de briquettes ou de granulats. Les pièces étrangères sont séparées de la
mousse de polyuréthane. Le matériau est finement broyé puis compacté avec de la colle Elastocoat®. Sous
l’application de la chaleur et de la pression, le matériau est comprimé en feuilles d’épaisseur variable qui sont
3
ensuite découpées et sciées selon la forme voulue. 4 000 à 5 000 m de déchets de polyuréthane sont ainsi
recyclés chaque année, soit moins de 0,5 kt/an.
77
Keel Produktions AG en Suisse produit des dalles de sol pour toitures plates à partir de caoutchouc (pneus) et
de polyuréthanes RIM issus du secteur automobile, recyclés par la technique de pression adhésive.

76
Platec Plattentechnik GmbH, Saathainer Str. 266 Elsterwerda, Allemagne
77
Keel Produktions AG, Bühlstr.72, 8583 Sulgen, Suisse

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 82


Février 2014

8.4.4.3 Fiche d’évaluation

Maturité Technologique
3

Débouchés 0 Maturité économique

Gisement

Figure 50 : Graphe d’évaluation de la pression adhésive

8.4.4.3.1 Maturité technologique

La pression adhésive est utilisée pour le recyclage des mousses souples à l’échelle industrielle en Allemagne
(Platec Plattentechnik GmbH) et en Suisse (Keel Produktions AG). Mais elle reste très peu utilisée en Europe.

8.4.4.3.2 Maturité économique

Le coût de production du polyuréthane recyclé par pression adhésive est estimé à 0,54 €/kg. Même si on ajoute
à ce coût les frais liés à la collecte et à la purification du polyuréthane en fin de vie, il restera inférieur au prix du
polyuréthane vierge.

Cette technologie est donc rentable mais la qualité du produit n’est pas celle du matériau vierge.

8.4.4.3.3 Gisement de qualité nécessaire

Le gisement adapté à cette technologie concerne les pièces de polyuréthane provenant de divers secteurs,
comme les pièces d'automobiles (RIM) et les réfrigérateurs (mousses rigides). Les polyuréthanes issus du
secteur du bâtiment ne peuvent servir de gisement à cause de la présence de produits ignifuges dans ces
mousses. Ces contraintes créent un gisement de qualité nécessaire assez faible.

8.4.4.3.4 Débouchés adaptés aux produits recyclés

Au-delà des débouchés précédemment cités, de nouveaux débouchés pourraient être envisagés. En effet, les
matériaux fabriqués à partir de déchets de polyuréthane rigide ont de bonnes propriétés mécaniques et de
résistance à l'humidité. Ainsi, le polyuréthane recyclé par la technologie de pression adhésive est
particulièrement bien adapté pour les applications suivantes :

- Pour le plancher par exemple dans les gymnases, qui a besoin d'avoir une certaine élasticité.
- Pour les meubles dans les cuisines et dans les bateaux, car ils sont pratiquement insensibles à l'eau.
- L'insonorisation dans la restauration de bâtiments anciens ou l'intérieur des voitures.

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 83


Février 2014

Pour des applications en ameublement et literie, l’utilisation de colles puissantes n’est pas recommandée au vu
de la volonté de diminuer les COV (Composé Organique Volatile) dans l’air intérieur.

8.4.4.3.5 Conclusion

La pression adhésive est une technologie mature. A ce jour, en France, aucune filière de recyclage ne s’articule
autour de cette méthode. La pression adhésive présente tout de même l’avantage d’être bien adaptée à la
fabrication de matériaux ayant d’excellentes propriétés mécaniques et de résistance à l’eau. C’est également
l’une des rares techniques adaptée au recyclage des mousses rigides issues du secteur de l’électroménager.
On pourrait développer un pilote de recyclage du polyuréthane issu de l’électroménager en boucle ouverte par
pression adhésive.

8.5 Adéquation des technologies aux différents gisements

Les secteurs de consommation du polyuréthane peuvent être plus ou moins pertinents pour servir de gisement
avec la qualité nécessaire selon les technologies. Le tableau suivant décrit le niveau d’adaptation d’un secteur
d’application à une technologie de recyclage.

Il y a quatre niveaux d’adaptabilité qui sont :

- Inadapté : l’expérience a montré que la technologie n’est pas capable de recycler les polyuréthanes
issus du secteur d’application correspondante ;

- Envisageable : ce niveau regroupe deux cas. Soit il a été montré à l’échelle du laboratoire ou du pilote
que la technologie peut être utilisée pour recycler les déchets issus du secteur d’application
correspondant. Soit il est théoriquement possible de réaliser ce type de recyclage mais l’expérience n’a
pas encore validé cette théorie ;

- Testé mais abandonné : ce niveau regroupe les technologies utilisant des gisements dont les projets
pilotes ou industriels qui ont été arrêtés ;

- Opérationnel : la technologie a déjà fait ses preuves à l’échelle industrielle pour le recyclage de
polyuréthanes issus du secteur correspondant.

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 84


Février 2014

Technologies de recyclage :

Glycolyse Légende
Inadapté
Hydrolyse
Envisageable
Aminolyse
Testé mais abandonné
Agglomération
Opérationnel
Broyage et pulvérisation

Moulage par compression Type de gisement


Pression adhésive Mousse rigide
Mousse souple

Valorisation thermochimique
Source : ILIUM
Figure 51 : Gisements de qualité nécessaire et adaptés par technologie de valorisation

9 Les débouchés du polyuréthane recyclé

9.1 Introduction

Le polyuréthane étant une résine thermodurcissable, c’est-à-dire ne pouvant pas être liquéfiée par la chaleur,
son recyclage nécessite de casser sa structure physique (recyclage mécanique) ou sa structure moléculaire
(recyclage chimique). Ces étapes de décompositions altèrent la qualité des produits obtenus et quelle que soit
la technologie de recyclage utilisée, le polyuréthane recyclé à des propriétés de moindres qualités que
le polyuréthane vierge :

- Le recyclage chimique permet d’obtenir des produits réincorporables en début de synthèse dans des
proportions limitées (de l’ordre de 20 %) mais reste trop cher par rapport aux matières premières
actuelles ;

- Le recyclage mécanique permet d’obtenir des matériaux dont les propriétés sont inférieures à celles
des matériaux vierges pour un prix légèrement inférieur (de 10 à 20 %) et nécessitent de développer
des débouchés différents des usages du polyuréthane vierge.

Dans cette partie, on regroupe les débouchés potentiels identifiés :

- Les usages actuels du polyuréthane vierge ;

- Des pistes de nouveaux débouchés au vu de la qualité des produits recyclés.

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 85


Février 2014

9.2 Pas de débouchés dans la construction, l’électroménager et les chaussures

Isolation thermique des bâtiments

La valeur ajouté d’un polyuréthane vierge ne se retrouve pas dans les propriétés d’un polyuréthane recyclé qui
est moins isolant. Ainsi, on ne peut pas réinjecter du polyuréthane recyclé en lieu et place de polyuréthane
vierge dans l'isolation.

En effet, la performance thermique étant le critère de choix pour le polyuréthane employé, le polyuréthane
recyclé doit avoir les mêmes performances d’isolation que le polyuréthane noble dans le cas d’une réutilisation
pour des applications d’isolation en polyuréthane rigide. Or les technologies de recyclage produisent des
produits de moindre qualité, inadaptés d’un point de vue technico-économique.

Néanmoins, ce polyuréthane « dégradé » pourrait être vendu comme un autre matériau isolant à moins forte
valeur ajouté. Par exemple, on pourrait envisager d’insérer une couche d'isolant polyuréthane recyclé entre
78
deux maisons mitoyennes. Cette application représente un volume de 1 kt par an .

Electroménager

Dans le cas du recyclage en boucle fermé, c’est-à-dire en panneaux d’isolation, le polyuréthane recyclé doit
présenter les mêmes propriétés isolantes que des polyuréthanes vierges, ce qui est n’est pas réalisable. De
plus, l’électroménager n’est pas un débouché prioritaire car la production est négligeable en France.

Chaussure

Au vu des propriétés dégradées du polyuréthane obtenu par recyclage mécanique l’utilisation pour des
semelles de chaussure ne peut pas être considérée comme un débouché au polyuréthane recyclé.

9.3 Débouchés dans l’ameublement et la literie

Le polyuréthane recyclé peut être utilisé pour la literie, les rembourrés ou les sièges.

Ainsi, Dunlopillo commercialise des âmes de matelas en mousse recyclée. Le marché français 2011 des
matelas en mousse de polyuréthane recyclé représente 150 000 matelas ce qui représente 3 kt de
79
polyuréthane recyclé .

Le débouché potentiel pourrait représenter un tiers de la consommation de ce segment soit environ


30 kt.

9.4 Un faible débouché dans les transports

Le secteur des transports présente un fort potentiel mais des débouchés très exigeants techniquement.

L’exigence du secteur de l’automobile fait que les propriétés des pièces doivent répondre à des normes très
strictes qui varient selon les constructeurs. Les performances des polyuréthanes recyclés doivent remplir des
cahiers des charges très précis et spécifiques à chaque constructeur et modèle.
80
La majorité des mousses souples recyclées peut être réutilisée dans l’appui-têtes des sièges automobiles .
Ainsi, on peut chiffrer à 3 kt le volume de polyuréthane souple recyclé utilisable dans les transports.

78
SNAP
79
Dunlopillo
80
Faurecia

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 86


Février 2014

Le polyuréthane rigide recyclé peut constituer les couches de protection sous-jacentes d’isolation d’une
81
automobile . D’autres applications telles que les tableaux de bord et les parechocs peuvent être conçus en
polyuréthane recyclé. Le volume correspondant de polyuréthane rigide recyclé utilisable dans les
transports de 12 kt.

Le débouché potentiel de polyuréthane souple et rigide dans les transports est donc d’environ 15 kt.

Le secteur de l’automobile est un secteur d’application extrêmement exigeant en termes de performances. La


plupart des polyuréthanes recyclés ne présentent pas les propriétés nécessaires pour être utilisés dans ce
secteur. Il est difficilement envisageable d’imaginer les transports comme un débouché plus large pour les
polyuréthanes recyclés.

9.5 Débouchés dans les sols pour les mousses de polyuréthane recyclées

Revêtement de terrain de sport

Une application à des polyuréthanes recyclés serait en couverture de terrains de sport. Ce qui représenterait un
82
potentiel débouché de 0,5 kt de polyuréthane

Sous tapis de moquette

Les sous tapis de moquette peuvent être un débouché au polyuréthane recyclé. Il faut 0,05 kt de polyuréthane
par million de mètres carrés de sous-tapis. En France, en 2011, le marché de la moquette était de 38 millions
de mètres carrés. Cette application représente 1,9 kt de polyuréthane.

9.6 Débouché comme liant pour les rails des trains

83
Selon POFI , un autre exemple serait d’utiliser des polyols recyclés afin de reformer un élastomère qui servirait
de liant pour les gravats sur les lignes de TGV. En effet, la SNCF a un budget de l’ordre de 500 millions d’euros
de maintenance des rails du TGV. Une part de ces frais est due au replacement des gravats qui sont déplacés
par les vibrations lors du passage du train. Ce type de liant est déjà développé par Bayer en Allemagne avec du
polyuréthane vierge DURFLEX®. Il pourrait être intéressant de développer un système de liant polyuréthane
recyclé en partenariat avec la SNCF. Ainsi, si l’on considère 31 900 km de rail de TGV en France et qu’en
3
première approximation il faudrait 0,2 m de liant par mètre de rail, on estime à plusieurs milliers de kt de liant
polyuréthane utilisable comme débouché à cette application.

9.7 Débouché comme support de tuyaux de chauffage par le sol

En Europe, en particulier en Allemagne, les particules de polyuréthane RIM sont réutilisées dans les tuyaux de
chauffage par le sol dans les bâtiments. Depuis 2010, les fabricants y ont vu un marché potentiel de 40 à 80
kt/an pour l'Europe occidentale. La technique utilisée est décrite dans la section précédente (8.3.1 La glycolyse
p.50). A noter que le gisement des polyuréthanes RIM de quelques kt est trop faible pour correspondre à cette
taille de marché.

9.8 Autres débouchés

81
Biomens
82
Estimation Ilium d’après INSEE et SMC2
83
Entretien POFI

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 87


Février 2014

Selon les propriétés que l’on peut attribuer aux polyuréthanes recyclés, de nouveaux débouchés peuvent
émerger.

Ainsi, les matériaux fabriqués à partir de déchets de polyuréthane rigide, recyclés par pression adhésive, ont de
bonnes propriétés mécaniques et de résistance à l'humidité adaptées pour les applications suivantes :

- le plancher par exemple dans les gymnases, qui a besoin d'avoir une certaine élasticité ;
- les meubles dans les cuisines et dans les bateaux, car ils sont pratiquement insensibles à l'eau ;
- l'insonorisation dans la restauration de bâtiments anciens ou l'intérieur des voitures.

On peut aussi citer des granulés absorbants issus du polyuréthane rigide pour l’absorption des huiles en
84
nettoyage industriel .

A titre d’exemple, on pourrait utiliser les propriétés structurelles des produits recyclés pour développer des
receveurs de douche en polyuréthane recyclé.

9.9 Conclusion sur les débouchés envisageables au vu des produits recyclés


obtenus

Les quantités de polyuréthane actuellement réincorporées représentent 3 kt/an dans la literie.

Les débouchés potentiels pourraient représenter de 30 à 80 kt/an, notamment :

- un potentiel à développer dans la literie et dans l’automobile, mais la qualité inférieure des produits
recyclés pour un prix équivalent freine le développement de ce débouché (environ 45 kt/an comme
décrit ci-dessus, soit 10 à 50 kt/an) ;

- moins de 13 kt/an constitués par les chutes de production ;

- dans le développement de nouveaux usages du polyuréthane recyclé qui sont actuellement des
marchés de niche (avec un potentiel estimé de 10 à 50 kt/an au vu du gisement potentiel de 210 kt/an)

Les exemples cités constituent des premières pistes à approfondir. La filière du recyclage du
polyuréthane souffre d’un manque de débouchés. Un travail amont pour imaginer et faire émerger des
marchés est indispensable pour assurer le développement du recyclage du polyuréthane.

Les débouchés envisageables dépendent de la qualité des produits obtenus qui varie selon la technologie de
recyclage utilisée. Le tableau suivant décrit le niveau d’adéquation des débouchés par technologie.

Les quatre niveaux d’adéquation sont :

- Inadapté : l’expérience a montré que la technologie de recyclage n’est pas capable ou n’est pas
destinée à produire des polyuréthanes en vue d’une application dans le débouché correspondant ;

- Envisageable : ce niveau regroupe deux cas. Soit il a été montré à l’échelle du laboratoire ou du pilote
que la technologie peut être utilisée pour recycler les déchets en matériaux pour le débouché
correspondant. Soit il est théoriquement possible de réaliser ce type de recyclage mais l’expérience n’a
pas encore validé cette théorie ;

84
Eco Systèmes fournit une entreprise allemande sur cette niche largement satisfaite avec 5 % du polyuréthane
rigide collecté (moins de 0,5 kt/an).

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 88


Février 2014

- Testé mais abandonné : ce niveau regroupe les technologies dont les projets pilotes ou industriels qui
ont été arrêtés ;

- Opérationnel : la technologie a déjà fait ses preuves à l’échelle industrielle pour le recyclage ou la
valorisation de polyuréthanes dans ce débouché.

Secteurs du Secteurs adaptés aux


polyuréthane vierge produits recyclés et
à développer

Technologies de recyclage :

Glycolyse

Hydrolyse

Aminolyse

Agglomération

Broyage et pulvérisation Légende


Inadapté
Moulage par compression
Envisageable
Pression adhésive
Testé mais abandonné
Opérationnel
Valorisation thermochimique
Source : ILIUM

Figure 52 : Adéquation des débouchés à la qualité des produits issus des technologies de valorisation

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 89


Février 2014

10 Bilan du potentiel des technologies de recyclage

Selon un premier axe d’analyse, chaque technologie de recyclage a été évaluée selon son potentiel
économique et technologique. La Figure 53 illustre le positionnement technico-économique de chaque
technologie.

Figure 53 : Maturité économique vs maturité technologique des technologies de recyclage

On distingue ainsi trois groupes de technologies :

- Le groupe « Technologies Stars » regroupe des technologies déjà commercialisées et rentables. Les
deux technologies se basent sur un procédé mécanique : l’agglomération et le broyage et pulvérisation.
L’investissement de départ est moins lourd, ce qui encourage les industriels à opter pour ce type de
technologie. Ces technologies sont les plus adaptées au recyclage du polyuréthane.

- Le groupe « Technologies Incertaines » regroupe les technologies matures technologiquement mais qui
nécessitent une optimisation pour en améliorer la rentabilité économique. Une attention particulière
sera portée à la pression adhésive, au moulage par compression et à la glycolyse qui sont les plus
abouties.

- Pour les technologies du groupe « Technologies à l’Arrêt », la difficulté de mise en œuvre ou les
verrous technologiques n’ont pas permis de dépasser le stade de la recherche pour l’aminolyse.
Concernant l’hydrolyse, le manque de rentabilité a été démontré lors d’essais pilotes. De ce fait, les
développements technologiques ont été interrompus.

Ainsi, les « Technologies Stars » d’agglomération, de broyage et pulvérisation sont actuellement les plus
appropriées au recyclage du polyuréthane. Mais les technologies de pression adhésive, de moulage par

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 90


Février 2014

compression et de glycolyse semblent prometteuses et nécessiteraient quelques améliorations afin de devenir


économiquement matures.

Selon un second axe d’analyse, les technologies de recyclage et de valorisation du polyuréthane ont été
évaluées selon les gisements qu’elles sont susceptibles de traiter et leurs débouchés potentiels. La Figure 54
positionne chaque technologie selon ces axes.

Figure 54 : Débouchés vs Gisements des technologies de recyclage et de valorisation du polyuréthane

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 91


Février 2014

On distingue ainsi quatre groupes de technologies :

- Les technologies du groupe A (débouchés et gisements importants) : la pression adhésive et


l’agglomération. Elles sont capables recycler des produits en fin de vie et les chutes de production afin
de produire des matériaux ayant des propriétés intéressantes pour plusieurs secteurs d’application.
L’agglomération vise par exemple le marché des sous-tapis de moquette aux Etats-Unis et des matelas
en France, la pression adhésive permet d’obtenir des polyuréthanes ayant d’excellentes propriétés
mécaniques et de résistance à l’humidité.

- Le groupe B (gisement important, faible débouché) regroupe les technologies de valorisation


thermochimiques : la gazéification, l’hydrogénation et la pyrolyse. Le point fort de ces trois
technologies est que tous les types de polyuréthane peuvent être valorisés. Les débouchés sont
cependant moins intéressants que ceux des technologies de recyclage proprement dites notamment
car on obtient principalement des hydrocarbures et non directement des polyuréthanes. Ces
technologies restent tout de même nettement plus avantageuses que l’incinération d’un point de vue
environnemental et financier.

- L’aminolyse fait partie du groupe C (débouché important, faible gisement). Seules les mousses
souples dites nobles peuvent être recyclées.

- Le groupe D (faible gisement, faible débouché) rassemble la glycolyse, le broyage et


pulvérisation, l’hydrolyse et le moulage par compression. Parmi ces technologies, certaines
présentent le potentiel de se placer sur des marchés de niche. La glycolyse et le moulage par
compression sont des techniques particulièrement bien adaptées au recyclage des polyuréthanes RIM
issus du secteur de l’automobile. Les autres technologies conviennent bien au recyclage en boucle
fermée des déchets de chutes de production.

A travers cette analyse, trois points peuvent être mis en évidence :

 Deux Technologies Stars sont adaptées et matures (économiquement et techniquement) pour pouvoir
être utilisées actuellement pour le recyclage du polyuréthane :
o L’agglomération convient à la fois aux produits post-consommation et aux chutes de
production ;
o La technique de broyage et pulvérisation peut être mise en place directement sur les sites de
production.

 Deux technologies sont prometteuses et mériteraient d’être développées :


o La pression adhésive permet de recycler les produits en fin de vie en matériaux ayant des
propriétés intéressantes (de rigidité et de résistance à l’eau) pour développer de nouveaux
débouchés ;
o La glycolyse est particulièrement bien adaptée au recyclage des RIM (petits volumes à haute
valeur ajoutée).

 La gazéification est une substitution intéressante à l’incinération à court terme.

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 92


Février 2014

11 Bilan actuel du recyclage de PU (France 2011 : Gisements – Débouchés)

En 2011, le gisement global collectable de polyuréthane en France est estimé à 210 kt, réparti selon le diagramme suivant :

12 kt

93 kt

154 kt

14 kt

47 kt

1 kt

23 kt
44 kt
11 kt

10 kt

Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 93


Février 2014

85
En 2011 en France, les débouchés potentiels de polyuréthane sont estimés de 30 à 80 kt/an en France, répartis selon le diagramme suivant :

Débouchés actuels Débouchés potentiels à développer

40 kt 3 kt 8 à 30 kt

3 kt

12 kt

40 kt

8 à 30 kt

1 kt

85
10 à 50 kt pour les débouchés ameublement et literie et transports, 13 kt pour les chutes de production, 10 à 50 kt pour les débouchés à explorer
Panorama du marché du polyuréthane et état de l’art de ses techniques de recyclage 94
12 Conclusions et recommandations

La filière du recyclage du polyuréthane souffre essentiellement :

1) Pour les débouchés des mousses souples en ameublement et literie, d’une meilleure
accessibilité aux gisements qui est en train de se mettre en place ;

2) D’un manque de débouché important du fait de la qualité moindre des produits recyclés. Un
travail amont pour identifier et faire émerger des débouchés est indispensable pour mettre en
place le recyclage du polyuréthane sur d’autres propriétés que l’isolation thermique : rôle
structurel, isolant acoustique, absorbant.

2)
Marchés du Gisement Gisement Technologies Produits Débouchés
PU vierge
PU potentiel mobilisé de recyclage recyclés à développer

Ameublement
et literie 1) Ameublement
Collecte à et literie
Mousses Mousses développer pour Mousses
flexibles flexibles 166 kt les mousses recyclées
Transports flexibles Acteurs +
Technologies
Gisement collecté Transports
Mousses Mousses Produits
rigides rigides 45 kt mais très peu de chimiques
Construction débouchés pour les
mousses rigides

Autres
débouchés
Chaussure
essentiellement
des niches

Electroménager

Enjeux actuels du développement


de la filière PU recyclé

Figure 55 : Enjeux des débouchés et de l’approvisionnement pour le développement du recyclage du


polyuréthane
Etat 2010 du recyclage du Polyuréthane en France
La faiblesse des débouchés et d’accessibilité au gisement contraint un faible recyclage

3 kt de réemploi
+ 3 kt de recyclé

Volume des débouchés


actuels PU recyclé Gisement de 210 kt

Gisement
Matières premières vierges : Collectable
Production de PU vierge max Valorisation
320 kt Consommation
+ production captive énergétique, 320 kt
de PU vierge
(isocyanates et polyols) stockage
+ import/export

Marché de 326 kt

Bien qu’il existe des technologies capables de recycler le polyuréthane, les débouchés actuels
ne permettent pas d’écouler le gisement annuel (3 kt de débouchés actuels pour un gisement
potentiel de 210 kt). L’absence de débouchés évidents (même produit, même qualité) freine le
développement du recyclage du polyuréthane.

Pour répondre à l’objectif de favoriser la mise en place d’une filière en considérant les débouchés
actuels, on peut émettre des recommandations par secteur d’application et par technologie.

Pour l’ameublement et la literie

Bien que le secteur de l’ameublement et de la literie soit le plus avancé en termes de recyclage du
polyuréthane, il peut être amélioré en termes d’accessibilité et d’incitativité à l’exploitation du
gisement.

L’ADEME a déjà soutenu des actions dans ce secteur d’application. Les problèmes d’hygiénisation et
de séparation des polyuréthanes issus des matelas sont couverts par des projets comme Valormat et
Ecoval. Les membres de ces consortiums travaillent aussi au développement de nouveaux produits et
débouchés. Néanmoins, la filière doit encore se structurer.

Il est recommandé d’accompagner ces acteurs vers un stade industriel et de favoriser l’émergence
d’un réseau national leur permettant de traiter l’ensemble des déchets issus de l’ameublement et des
literies sur le territoire français. Afin d’éviter les problèmes de collecte et les surcoûts de transport, ce
réseau devra être maillé de telle sorte qu’il soit à proximité des gisements disponibles.

Recommandations

 Poursuivre les appels à projets de développement pour accompagner la structuration de


la filière vers un stade industriel.
 Accompagner le maillage des territoires
Pour les débouchés, notamment dans le domaine des transports

Recommandations

 Financer une étude d’identification d’autres utilisations des produits de recyclage du


polyuréthane pour développer le recyclage en boucle ouverte.

Pour la technologie d’agglomération

L’agglomération est une technologie mature, utilisée à l’échelle industrielle et une filière de recyclage
est en train de s’organiser. Néanmoins, les performances des mousses de polyuréthane issues de
cette technologie peuvent encore être optimisées pour rivaliser avec les caractéristiques des
polyuréthanes vierges et d’autres gisements peuvent être exploités.

Il faudrait donc généraliser cette technologie aux mousses souples issues des transports et soutenir la
recherche pour améliorer les propriétés des mousses recyclées.

Recommandations

 Soutenir la R&D étudiant le recyclage des mousses souples issues des transports par
agglomération.
 Accompagner financièrement l’investissement d’unités de recyclage sur chaîne de
production par agglomération.

Pour la valorisation par thermochimie

La thermochimie a l’avantage d’être aussi bien adaptée aux mousses en fin de vie qu’aux chutes de
production et à tous les types de polyuréthane. Parmi les trois techniques de la thermochimie, la
gazéification est la technologie la plus avancée. La pyrolyse présente des perspectives d’évolution
intéressantes. L’hydrolyse a démontré des difficultés de mise en œuvre.

Ainsi, la thermochimie est une alternative intéressante à court terme en tant que technique de
substitution à l’incinération. Il est recommandé de se concentrer sur la technologie de gazéification du
polyuréthane.

Recommandations

 Financer les industriels souhaitant investir dans le procédé de gazéification.


Recommandations principales

Pour développer une filière du recyclage du polyuréthane il est recommandé de :

- Prioriser le traitement des mousses souples issus des secteurs de


l’ameublement et la literie et des transports. Continuer d’accompagner le
développement d’acteurs qui utilisent ces mousses souples recyclées pour faire des
sièges et des matelas. En effet, il s’agit du couple gisement et technologie
(l’agglomération) qui permet d’assurer le plus de débouchés potentiels.
86
(Enjeu : 10 à 50 kt, soit une valeur économique moyenne de 30 à 150 M€ )

- Aider financièrement l’installation d’unités de recyclage (agglomération ou


broyage et pulvérisation) directement sur les chaînes de production des plus
importants producteurs de mousse souple.
(Enjeu : 13 kt sans problème de collecte, soit une valeur économique de 39 M€)

- Identifier les caractéristiques techniques et fonctionnelles des produits issus du


recyclage (propriétés acoustiques, structurelles, absorption des huiles,
résistance à l’humidité), pour intégrer ces matériaux et accompagner leur
développement dans de nouveaux usages (liant pour rail de train, support de tuyaux
de chauffage par le sol, receveurs de douche, etc.)
(Enjeu : 10 à 50 kt, soit une valeur économique moyenne de 30 à 150 M€)

Potentiel 2016 du recyclage du Polyuréthane en France


Le développement des débouchés diminue l’importation de matières premières et les déchets
30 à 80 kt réutilisés
soit 90 à 240 millions d’euros

Gisement de 210 kt
Volume des débouchés
PU recyclé
(dans le marché actuel) Gisement
Collectable
Matières premières vierges : max
Production de PU vierge Consommation
280 kt Valorisation
+ production captive de PU vierge
énergétique, 240 kt
+ import/export
stockage

Marché de 326 kt

****

86
La valeur économique correspondante est obtenue avec la valeur moyenne de 3€/kg du
polyuréthane vierge. Pour les volumes potentiels voire 5.2, 7.3, 8.4.1 et 9.3
13 Table des figures

Figure 1 : Schéma réactionnel de la synthèse de polyuréthane – .......................................................... 8


3
Figure 2 : Propriétés d'une variété de polyuréthanes (densité 20-1300 kg/m ) ...................................... 9
Figure 3 : Segmentation par type de polyuréthane et produits finis correspondants .............................. 9
3
Figure 4 : Densités en kg/m des mousses souples de polyuréthane selon les applications (échelle
log) ......................................................................................................................................................... 10
Figure 5: Volumes et illustration des acteurs dans la chaîne de valeur du polyuréthane (données
France 2011 en kt) ................................................................................................................................ 11
Figure 6 : Localisation des sites français de production de polyuréthane ............................................ 12
Figure 7: Production de polyuréthane en 2011 par secteur géographique (kt) ..................................... 14
Figure 8 : Production européenne de polyuréthane en Europe (kt) en 2011 ........................................ 15
Figure 9 : Répartition de la consommation française de polyuréthane par type en 2011 ..................... 16
Figure 10 : Evolution du prix des matières premières du polyuréthane en Europe .............................. 17
15
Figure 11: Evolution du prix du polyuréthane en Europe ................................................................... 17
Figure 12 : Répartition géographique du chiffre d’affaire des divisions polyuréthanes des chimistes
leaders du marché (en milliards d’euros, total de 19 milliards d’euros) ................................................ 18
Figure 13 : Sites de production des chimistes leaders du marché du polyuréthane............................. 19
Figure 14 : Secteurs d'application de la production de polyuréthane en Europe (2011) ...................... 21
Figure 15 : Types de polyuréthane utilisés dans la construction en France (2011) .............................. 22
Figure 16 : Volumes de polyuréthane consommés dans le bâtiment en 2011 (kt) ............................... 22
Figure 17 : Polyuréthane rigide en plaque ou en bloc pour l'isolation ................................................... 22
Figure 18 : Volumes de mousse de polyuréthane projeté en 2010 (kt) ................................................ 23
Figure 19 : Projection de polyuréthane sur un chantier ........................................................................ 23
Figure 20: Volumes de polyuréthanes non-mousses consommés dans le bâtiment en France en 2011
(kt).......................................................................................................................................................... 24
Figure 21: Volumes 2011 (kt) de polyuréthane produit en France dans l'ameublement ...................... 27
Figure 22: Utilisation typique de polyuréthane dans une automobile.................................................... 28
Figure 23: Volumes de polyuréthane consommés dans l'automobile en 2011 (kt) .............................. 28
Figure 24: Volumes de consommation de polyuréthane dans le secteur de la chaussure en 2011 (kt)
............................................................................................................................................................... 30
Figure 25: Volumes (kt) de mousses collectables issus du mobilier usagé en France en 2011 .......... 33
Figure 26: Volumes des chutes de production par secteur d'application (kt) 2011............................... 36
Figure 27: Compactage de mousses issus des sièges ......................................................................... 41
Figure 28 : Echelle d’évaluation de la maturité technologique .............................................................. 48
Figure 29: Processus Split-Phase Glycolyse (SPG) ............................................................................. 50
Figure 30 : Procédé utilisé par Getzner ............................................................................................. 51
Figure 31 : Graphe d’évaluation de la glycolyse ................................................................................... 54
Figure 32 : Graphe d’évaluation de l'hydrolyse ..................................................................................... 58
Figure 33: Procédé d’aminolyse du polyuréthane par traitement avec de l’ammoniac sous conditions
supercritiques ........................................................................................................................................ 60
Figure 34 : Graphe d’évaluation de l'aminolyse .................................................................................... 61
Figure 35 : Procédé utilisé par RAMPH Ecosystems ............................................................................ 62
Figure 36: Options de recyclage thermochimique pour les déchets de polyuréthane .......................... 64
Figure 37: Réacteur de pyrolyse à deux zones ..................................................................................... 65
Figure 38 : Organigramme du procédé de pyrolyse développé par BP ................................................ 65
Figure 39 : Représentation schématique de la gazéification SVZ ........................................................ 67
Figure 40 : Procédé de l'agglomération ................................................................................................. 70
Figure 41 : Graphe d’évaluation de l'agglomération .............................................................................. 72
Figure 42 : Procédé de broyage et pulvérisation ................................................................................... 74
Figure 43: Procédé de recyclage utilisé par Mobius Technology .......................................................... 74
Figure 44: Installation développée par Mobius Technology .................................................................. 75
Figure 45 : Graphe d’évaluation de la technologie de broyage et pulvérisation ................................... 76
Figure 46 : Procédé du moulage par compression avec un liant .......................................................... 78
Figure 47: Recyclage de fragments de polyuréthane comme noyau .................................................... 79
Figure 48 : Graphe d’évaluation du moulage par compression ............................................................ 80
Figure 49 : Procédé de pression adhésive ............................................................................................ 82
Figure 50 : Graphe d’évaluation de la pression adhésive ..................................................................... 83
Figure 51 : Gisements de qualité nécessaire et adaptés par technologie de valorisation .................... 85
Figure 52 : Adéquation des débouchés à la qualité des produits issus des technologies de valorisation
............................................................................................................................................................... 89
Figure 53 : Maturité économique vs maturité technologique des technologies de recyclage ............... 90
Figure 54 : Débouchés vs Gisements des technologies de recyclage et de valorisation du
polyuréthane .......................................................................................................................................... 91
Figure 55 : Enjeux des débouchés et de l’approvisionnement pour le développement du recyclage du
polyuréthane .......................................................................................................................................... 95
14 Bibliographie

 ADEME. “Dimensionnement et Cadrage de Filières Pour La Gestion Des Mobiliers Ménagers


et Professionnels Usages”, 2010
 Aliaga Baquero, César, and Beatriz Ferreira Pozo. “Recycling Technologies Adapted to
Multilayer Packaging Materials.” Itene
 Alliance for the polyurethanes industry. http://www.polyurethane.org/recycling ground powder
in flexible foam” Mobius Technologies
 Andreolli, Stefano, Christian Cairati-Cannon Afros, Paul Berthevas, and Robert Villwock.
“Innovative Filler Injection System for Powdered Recycled Urethane” (2015).
http://thecannongroup.com/immaginigruppo/papers/Filler_Injection_PUR_Recycling_ut03.pdf
 APICCAPS. “World Fotwear Yearbook”, 2011
 Applications for Polyurethane Insulation : Today’s Solution for Tomorrow’s Needs, PU
Europe, September 2011
 Behrendt, G., and B. W. Naber. “The Chemical Recycling of Polyurethanes (review).” Journal
of the University of Chemical Technology and Metallurgy, 2009
 Bilbao, R., Mastral, J.F., Ceamanos, J., Aldea, M.E. “Kinetics of the thermal deconposition of
polyurethane foams in nitrogen and air atmospheres” J. Anal. Appl. Pyrol. 37 (1996) 69-82
 Bontoux, L., and D. Papameletiou. “Survey of Current Projects for Plastics Recycling by
Chemolysis.” Institute for propective technological studies, March 1996
 Branca, C., Di Blasi, C., Casu, A., Morone, V., Costa, C. “Reaction kinetics and
morphological changes of a rigid polyurethane foam during combustion” Thermochimica Acta
399 (2003) 127-137
 Braslaw, J., Gerlock, J. “Polyurethane waste recycling 2. Polyol recovery and purification”
Ind. Eng. Chem. Res. 23 (1984) 552-557
 Bremond, David. “Etat des lieux de la valorisation des matériaux issus du traitement des
véhicules hors d’usage”, ADEME, Septembre 2008
 Brocard, Pascal, Jean-Philippe Chereul, and Marc Durand. “Le Caoutchouc Industriel : La
Face Cachée Des Elastomères.” Sessi, mai 2003.
 Brunner, M., Mark, F.E., Kamprath, A. “Composition of old car seat foams”
ISOPA/EUROMOULDERS, Rapperswil (Austria) September 2000
 Buekens, Alfons G., Bernard De Caevel, and Mar De Vos. “Waste Plastics as a Source of
Petrochemical Base Materials”
 Campbell, G.A, Meluch, W.C. “Polyurethane foam recycling – superheated steam
hydrolysis”, Environm. Sci. & Technol. 10(2) (1976) 182-185
 Caudron, Jean-Charles. “Etude Du Marché Du Polyuréthane et Etat de L’art de Ses
Techniques de Recyclage” ADEME, Juin 2003
 Chao-Hsiung, Wu, Chang Ching-Yuan, Cheng Chien-Min, and Huang Hung-Chang.
“Glycolysis of Waste Flexible Polyurethane Foam”, Polymer Degradation and Stability, Juillet
2002
 China BDO-PTMEG-Spandex Industry Chain Report, 2009-2010, ResearInChina, May 2010
 Council directive1999/31/EC of 26 April 1999 on the Landfill of Waste
 Cullis, C.F., Hirschler, M.M. “The combustion of organic polymers”, Clarendon Press, Oxford
1981
 Dai, Z., Hatano, B., Kadokawa, J.-i., Tagaya, H. “Effect of diaminotoluene on the
decomposition of polyurethane foam waste in supercritical water” Polymer Degrad. Stab. 76
(2002) 179-184
 Dedecker, Kristof, Joris Deschaght, and Ravindra Kumar. “Sandwich Panels : Supporting
Growth with an Established and Proven Technology”, Hunstman Polyurethanes
 DeGaspari, John “What happens to polyurethane foam in a landfill” Mechanical Engineering
Magazine (ASME) June 1999
 Dehoust, Günter, and Doris Schüler. “Project Sponsor” (2010). http://social-
lca.info/oekodoc/1100/2009-130-en.pdf
 Directive 2000/53/EC of the European Parliament and of the Council on 18 September 2000
on End-of-Life Vehicles
 Directive 2000/76/EC of the European Parliament and of the Council on 4 December 2000
on the Incineration of Waste
 Elomaa, M. “Polymer burning” (in Finnish: Polymeerien palaminen), Helsinki University, Dept.
of Polymer Chemistry (1994) 107 p.
 English, Steven. “Dow Polyurethanes : Meeting Vital Needs for a Growing Region”, Avril
2011
 Feedstock Recycling, Isopa, Juin 2001.
 Filardo, G., Galia, A., Gambino, S., Silvestri, G., Poidomani, M. “Supercritical-fluid extraction
of chlorofluoroalkanes from rigid polyurethane foams”, J. of Supercritical Fluids, 9 (1996)
234-237
 Final Program Polyurethanes 2012 Technical Conference, Center for the Polyurethanes
Industry, American Chemistry Council, September 2012.
 Finnish legislation Nr 1187/2001 on equipment containing ozone layer depleting species or
certain fluorohydrocarbons and the maintenance and end-of-life processing of such
equipment, Helsinki, December 5, 2001
 Font, R., Fullana, A., Caballero, J.A., Candela, J., García, A. “Pyrolysis study of
polyurethane”, J. Anal. Appl. Pyrolysis 58-59 (2001) 63-77
 Garcia, R. “Product chain management to facilitate design for recycling of postconsumer
plastics – Case studies of polyurethane and acrylic use in vehicles”, IIIEE Communications
2000:2, Lund Unversity, Sweden (2000)
 Gerlock, J., Braslaw, J., Zinbo, M. “Polyurethane waste recycling 1. Glycolysis and
hydroglycolysis of water-blown foams” Ind. Eng. Chem. Res. 23 (1984) 545-552
 Graff, Gordon. “Polyurethane Recycling Gains as Regulatory and Cost Pressures Mount”,
Omnexus, September 2006.
 Green Public Procurement, Thermal Insulation Technical Background Report, European
Commission, DG Environment, Juin 2010
 Held, S., Hicks, D.A. , Hart, M. “Design for recycling – chemical recycling pilot plant for
flexible polyurethanes” Proceedings of R’99 Recovery Recycling Re-integration, Geneva
(Switzerland) Feb. 1999, A. Barrage, X. Edelmann (Eds.), EMPA, St. Gallen (Switzerland),
Vol. IV, 92 – 97
 Home Insulation : A Eport on the Call for Evidence Carried Out by the OFT, Office of Fair
Trading, Août 2012.
 Howard, G.T. “Biodegredation of polyurethane: a review”, Internat. Biodeterior. Biodegrad. 49
(2002) 245-252
 Hulme, A.J., Goodhead, T.C. “Cost effective reprocessing of polyurethane by hot
compression moulding” J. Mater. Proc. Technol. 139(1-3) (2003) 322-326
 IBISWorld. “Global Footwear Manufacturing: C1321-GL”, Mai 2010.
 ISOPA, “Best practice for recovering polyurethane rigid foam from construction and
demolition waste”, Position paper May 2001
 IVPU “Disposal and recycling of rigid PU foam construction waste” (in German: Beseitigung
und Recycling von PUR-Hartschaumbaustellenabfällen), Position paper July 5, 2002
 Jeffes, Mike. “European Chemicals Legislation Will Reach All Parts of the PU Industry”,
REACH, 2004
 Kanari, N., Pineau, J.-L., Shallari, S. "End-of-life vehicle recycling in the European Union”
JOM, 55(8) Aug. 2003 http://www.tms.org/pubs/journals/JOM/0308/Kanari-0308.html
 Kjeldsen, P., Jensen, M.H. ”Release of CFC-11 from disposal of polyurethane foam waste”
Environm. Sci. Technol. 25 (2001) 3055 – 3063
 Kjeldsen, P., Scheutz, C. “Short-and long-term releases of fluorocarbons from disposal of
polyurethane foam waste”, Environ. Sci. Technol. 37 (2003) 5071-5079
 Kok, V. “Range of possibilities to recover materials from end-of life vehicles”, presented at
Identiplast, Int. conf. on identification, sorting and separation of plastics”, Brussels (Belgium)
April 2001
 Kugler, Michael. “Recypol - Large-Scale Polyurethane Recycling”, Rampf, 2004
 L’ameublement En France, Indicateurs Économiques, Mobiscope 2011, UNIFA, 2011
 L’essentiel 2011 : Rapport D’activité, CSTB, 2012
 La Maison Passive, Recticel insulation
 Lattimer, R.P., Polce, M.J., Wesdemiotis, C. “MALDI-MS analysis of pyrolysis products from
a segmented polyurethane” J. Anal. Appl. Pyrol. 48 (1998) 1-15
 Lattimer, R.P., Williams, R.C. “Low-temperature pyrolysis products from a polyether - based
urethane” J. Anal. Appl. Pyrol. 63 (2002) 85-104
 Le Textile En Chiffres, Sessi, 2007
 Les Textiles 2001/2012, Union des Industries Textiles, 2013
 Letournel, Jérôme, and Régine Soares. “Les Fournisseurs de La Construction En Chiffres”,
INSEE, 2009
 Levin, B.C. “A summary of the NBS literature reviews on the chemical nature and toxicity of
the pyrolysis and combustion products from seven plastics” Fire and Materials, 2 (1987) 143-
157
 Lia, D.J., Lin, S.-P. “Phosphorus-containing polyurethanes based on bispehnol –s, prepared
by N-alkylation”, Eur. Polym. J. 32(12) (1996) 1377-1380
 Luedeka, Robert J. “United Nations Industrial Development Organization, Guidance
Document Dubmission: Flexible Polyurethane Foam Waste Management & Recycling.”
Polyurethane Foam Association, Mai 2012.
 Mahoney, L.R., Weiner, S.A., Ferris, F.C “Hydrolysis of polyurethane foam waste” Environm.
Sci. & Technol. 8(2) (1974) 135-139
 Marbach, Corinne, Régine Soarès, and Sylvie Biot. “Le Meuble En Chiffres”, Sessi, 2008.
 Mark, Frank E. “Polyurethane Energy Recovery and Feedstock Recycling Technology”
 Mark, Frank E., and Axel E. Kamprath. “End-of-life Vehicles Recovery and Recycling
Polyurethane Seat Cushion Recycling Options Analysis.” Product Environmental Design:
Part One-Recycling, Life Cycle Analysis and EcoDesign, Detroit, MI, USA, SAE International
(2004), http://www.ptnss.pl/sae-trial/Samples/2004%20sae%20tpss.pdf
 Modesti, M., Simioni, F., Munari, R., Baldoin, N. “Recycling of flexible polyurethane foams
with a low aromatic amine content” React. & Funct. Polym. 26 (1995) 157-165
 Monier, Véronique, Mathieu Hestin, and Ronan Kermorgant. “Etat de L’art Du Tri, Du
Recyclage et de La Valorisation Des Chaussures à Destination Des Ménages”, Eco TLC,
October 2012
 New forecasts for polypropylene, polystyrene and polyurethane, Gobi International May 20,
2002
 Parker, Philip M. “The 2011 Import and Export Market for Polyurethanes in Primary Forms in
Europe”, ICON Group Ltd., 2011
 Pittini, Alice, and Elsa Laïno. “Housing Europe Review 2012 : The Nuts and Bolts of
European Social Housing Systems”, CECODHAS Housing Europe’s Observatory, October
2011
 Plastic Waste Recycling and Greenhouse Gas Reduction (2012),
http://projekter.aau.dk/projekter/files/65242523/Hong_Ren_thesis.pdf
 Provided by Omnexus. Com Print Polyurethane Recycling Gains as Regulatory and Cost
Pressures Mount (2006), http://www.icpe.in/pdf/recycling_of_polyurethane_in_European.pdf.
 PU Industry in EMEA to Grow, European Coatings, Juillet 2010
 PUre Living Comfort : from the Roof to the Basement, BASF Polyurethanes GmbH, 2010
 Que Devient Un Réfrigérateur Usagé Confié à Eco-systèmes, Eco-systèmes
 Raimar, Jahn. “BASF’s Polyurethanes Division : Driving Efficiency, Confort and
Sustainability”, BASF, September 5, 2012
 Rapport Annuel 2011, Eco-systèmes, 2011
 Rasshofer, Werner. Recycling von Polyurethankunststoffen. Heidelberg Germany : Hüthig
Verlag, 1994
 Ravey, M, Pearce, E.M. “Flexible polyurethane foam I. Thermal decomposition of a poly-
ether-based, water-blown commercial type of flexible polyurethane foam” J. Appl. Polymer
Sci. 63 (1997) 47-74
 Ravey, M., Keidar, I., Weil, E.D., Pearce, E.M. “Flexible polyurethane foam II. Fire retardation
by tris(1,3-dichloro-2-propyl) phosphate Part A. Examination of the vapor phase (the flame)”
J. Appl. Polymer Sci. 68 (1998) 217-229
 Ravey, M., Keidar, I., Weil, E.D., Pearce, E.M. “Flexible polyurethane foam II. Fire retardation
by tris(1,3-dichloro-2-propyl) phosphate Part A. Examination of the vapor phase (the flame)”
J. Appl. Polymer Sci. 68 (1998) 217-229 retardation by tris(1,3-dichloro-2-propyl) phosphate
Part B. Examination of the condensed phase (the pyrolysis zone)” J. Appl. Polymer Sci. 68
(1998) 230-254
 Ravey, M., Pearce, E.M. “Flexible polyurethane foam III. Phosphoric acid as a flame
retardant” J. Appl. Polymer Sci. 74 (1999) 1317-1319
 Regulation (EC) 2037/2000 of the European Parliament and of the Council of 29 June 2000
on substances that deplete the ozone layer
 Ren, Hong. “Plastic Waste Recycling and Greenhouse Gas Reduction” (2012),
http://projekter.aau.dk/projekter/files/65242523/Hong_Ren_thesis.pdf
 Research at Elastogran : The Lemförde Ideas Factory, Kundenmagazin, 2003
 Rittmeyer, C., Kaese, P., Vehlow, J., Vilöhr, W. “Decomposition of organohalogen
compounds in municipal solid waste incineration plants. Part II: Co-combustion of CFC
containing polyurethane foams” Chemosphere 28(8) (1994) 1455-1465
 Rittmeyer, C., Vehlow, J. “Decomposition of organohalogen compounds in municipal solid
waste incineration plants. Part I: Chlorofluorocarbons” Chemosphere 26(12) (1993) 2129-
2138
 Rogaume, Y., Jabouille, F., Auzanneau, M., Goudeau, J.-C. “Thermal degradation and
incineration of polyurethane : parameters to reduce the NOx emissions” Proc. of the Fifth Int.
Conf. on Technologies and combustion for a clean environment, Lisbon, Portugal, July 1999
, Vol. 1, 345-351
 Sachchida, N. Singh. “Polyurethane Insulation for Buildings”, Huntsman, 2010
 Scheirs, J. “Polymer recycling” John Wiley & Sons, Chichester (1998) chapter 10
 Schingnitz, M., Gaudig, M., McVey, I.E. “Experience during erection and commissioning the
gasification plant Seal Sands, UK” 2001 Gasification Technologies Conference, San
Francisco (CA) 7-10 October 2001
 Schingnitz, M., Gaudig, M., McVey, I.E., Wood, K. “Gasifier to convert nitrogen waste
organics at Seal Sands, UK” 2000 Gasification Technologies Conference, San Francisco
(CA) 8-11 October 2000
 Situation Mondiale de La Chaussure En France : Bilan Économique 2011 2012, Fédération
Française de la Chaussure, 2012
 Socio-Economic Information on the European Polyurethanes Industry, Isopa, October 2003
 SPS Terraces at London’s New Aquatics Centre, BASF, 2012
 Stone, H., Villwock, R., Martel, B. “Recent technical advances in recycling of scrap
polyurethane foam as finely ground powder in flexible foam” Mobius Technologies, presented
at Polyurethanes Conference 2000, 7 p.
 Stone, Herman, Robert Villwock, and Bryan Martel. “Recent Technical Advances in
Recycling of Scrap Poluyurethane Foam as Finely Ground Powder in Flexible Foam”, In
Proceedings of the Polyurethanes Conference, 3–10, 2000
 Szycher, M. “Szycher’s Handbook of Polyurethanes”, CRC Press, Boca Raton (FL)-1999
 Takamoto, D.Y., Petrich, M.A. ”Effect of heterogeneous secondary pyrolysis reactions on the
thermal decomposition of polyurethane scrap” Ind. Eng. Chem. Res. 33 (1994) 3004-3009
 Talikka, P. “Recycling of polyurethanes containing harmful substances for ozone layer” (in
Finnish, Otsonikerrokselle haitallisia aineita sisältävien polyuretaanien kierrätys Suomessa)
diploma thesis, Häme polytechnic, Hämeenlinna (2002)
 The Economic Impact of Polyurethanes Industry in 2010, American Chemistry Council,
September 2012
 The macrogalleria – a cyberworld of polymer fun http://www.psrc.usm.edu/macrog/index.htm
 Thermal Insulation Materials Made of Rigid Polyurethane Foam (PUR/PIR). BING Federation
of European Rigid Polyurethane Foam Associations, October 2006
 Tohka, A., Zevenhoven, R. “Processing wastes and waste-derived fuels containing
brominated flame retardants”, Helsinki University of Technology, Energy Engineering and
Environmental Protection Publications, TKK-ENY-7 (2002), 62 p.
 Troitsch, J. “International plastics flammability handbook”, Hanser Publishers, Munich-1990
 TRONCONI, MICHELE. “THE TEXSTYLE WORLD”, Accessed October 2017,
2013http://www.sistemamodaitalia.com/public/Doc/volume3_noteinfondo.pdf
 Valormat : Recyclage Des Mousses En Polyurethane Issues Des Matelas Usagés et
Incorporation Des Matières Recyclées Dans Des Applications à Haute Valeur Ajoutée,
ADEME
 Venkatesan, G., Jin, G.-P., Chyu, M.-C., Zheng, J.-Z., Chu, T.-C. “Measurement of
thermophysical properties of polyurethane foam insulation during transient heating” Int. J.
Therm. Sci., 40 (2001) 133-144
 Waste Management and Polyurethane Insulation in the Context of Resource Efficiency, PU
Europe, 2013
 Weigand, E. “Properties and applications of recycled polyurethanes” in: “Recyclingand
recovery of plastics” Branderup, J., Bittner, M., Menges, G., Micheali, W., Hanser, Münich
(Germany) 1996, section 7.10
 Weigand, E., Stobbe, G. "Recycling polyurethanes: achievements in Europe“, Proceedings of
R’99 Recovery Recycling Re-integration, Geneva (Switzerland) Feb. 1999, A. Barrage, X.
Edelmann (Eds.), EMPA, St. Gallen (Switzerland), Vol I, 349-354
 Weigand, E., Wagner, J., Waltenberger, G. “Energy recovery from polyurethanes in industrial
power plants” (in German: Energetische Verwertung von Polyurethanen in
Industriekraftwerken) Abfall Journal 3 (1996) 40-45
 World Textile Fibers : Industry Study with Forecasts for 2012 & 2017, Freedonia, October
2008
 Wu, C.-H., Chang, C.-Y., Cheng, C.-M., Huang, H.-C. “Glycolysis of waste flexible
polyurethane foam” Polymer Degrad. Stab. 80 (2003) 103-111
 Wu, C.-H., Chang, C.-Y., Li, J.-K. “Glycolysis of rigid polyurethane from waste refrigerators”
Polymer Degrad. Stab. 75 (2002) 413-421
 Wu, Chao-Hsiung, Ching-Yuan Chang, Chien-Min Cheng, and Hung-Chang Huang.
“Glycolysis of Waste Flexible Polyurethane Foam.” Polymer Degradation and Stability 80, no.
1 (January 2003): 103–111. doi:10.1016/S0141-3910(02)00390-7
 Wu, J.-W., Sung, W.-F., Chu, H.-S. “Thermal conductivity of polyurethane foams” Int. J. of
Heat and Mass Transf. 42 (1999) 2211-2217
 Yang, Wenqing, Qingyin Dong, Shili Liu, Henghua Xie, Lili Liu, and Jinhui Li. “Recycling and
Disposal Methods for Polyurethane Foam Wastes.” Procedia Environmental Sciences 16
(January 2012): 167–175. doi:10.1016/j.proenv.2012.10.023
 Zevenhoven, R., Axelsen, E.P., Elomaa, M., Kilpinen, P., Hupa, M. “The behaviour of
nitrogen from polymers and plastics in waste-derived fuels during combustion”, in: Waste-to-
energy technology programme (in Finnish: Jätteiden energiakäyttöteknologiaohjelma) 1998-
2001, Final report, Finnish National Technology Agency Tekes report 14/2003, Helsinki
(2003) 104-109
 Zevenhoven, R., Axelsen, E.P., Elomaa, M., Liukkonen, V.-P., Kilpinen, P., Hupa, M.
“Nitrogen oxides from nitrogen-containing waste fuels at FBC conditions – # 2” Proc. 40th
IEA FBC meeting, Turku, Finland, May 2000
 Zevenhoven, R., Axelsen, E.P., Kilpinen, P., Hupa, M. “Nitrogen oxides from nitrogen-
containing waste fuels at FBC conditions – # 1” Proc. 39th IEA FBC meeting, Madrid, Spain,
Nov. 1999
 Zevenhoven, R., Kilpinen, P. “Control of pollutants in flue gases and fuel gases”, Picaset
(Espoo), 1st edition (2001), 3rd edition (2004) Chapter 9
 Zevenhoven, R., Saeed, L. “Automotove shredder residue (ASR) and compact disc (CD)
waste: options for recovery of materials and energy”. Helsinki University of Technology,
Energy Engineering and Environmental Protection Publications, TKKENY 14 (2002), 69 p.
 Zevenhoven, Ron. Treatment and Disposal of Polyurethane Wastes: Options for Recovery
and Recycling. Espoo: Helsinki University of Technology, 2004
 Zia, Khalid Mahmood, Haq Nawaz Bhatti, and Ijaz Ahmad Bhatti. “Methods for Polyurethane
and Polyurethane Composites, Recycling and Recovery: A Review.” Reactive and Functional
Polymers 67, no. 8 (August 2007): 675–692. doi:10.1016/j.reactfunctpolym.2007.05.004
L’ADEME EN BREF

L'Agence de l'Environnement et de la
Maîtrise de l'Energie (ADEME) participe à la
mise en œuvre des politiques publiques
dans les domaines de l'environnement, de
l'énergie et du développement durable. Afin
de leur permettre de progresser dans leur
démarche environnementale, l'agence met à
disposition des entreprises, des collectivités
locales, des pouvoirs publics et du grand
public, ses capacités d'expertise et de
conseil. Elle aide en outre au financement de
projets, de la recherche à la mise en œuvre
et ce, dans les domaines suivants : la
gestion des déchets, la préservation des
sols, l'efficacité énergétique et les énergies
renouvelables, la qualité de l'air et la lutte
contre le bruit.

L’ADEME est un établissement public sous


la tutelle conjointe du ministère de l'Ecologie,
du Développement durable et de l'Energie et
du ministère de l'Enseignement supérieur et
de la Recherche.

Vous aimerez peut-être aussi