Vous êtes sur la page 1sur 77

République Tunisienne

Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Université de Sfax
Institut Supérieur d’Administration des Affaires de Sfax

PROJET DE FIN D’ETUDES


Pour l’obtention du Diplôme de :

La licence Appliquée en gestion


« Gestion comptable »

Intitulé :

L’élaboration des états financiers et la


liasse fiscale :
Cas de la société XYZ

Elaboré par : Nahed BEN ZINA

Dirigé par : Mme. Kamilia KARRAY (Encadreur universitaire)

Mme. Ikram CHARFEDDINE (Encadreur professionnel)

Année Universitaire : 2019-2020


Dédicaces

Je remercie infiniment Dieu qui a donné un sens à ma vie et qui m’a aidée dans mon
travail.

Du profond de mon cœur, je dédie ce travail ...

À mes très chers parents, Ceux qui ont fait de moi ce que je suis aujourd’hui, ceux qui ont
toujours été là pour moi. Aucune dédicace ne saurait exprimer mon respect, mon amour
éternel et ma considération pour les sacrifices que vous avez consentis pour mon
instruction et mon bien-être.

Je vous remercie pour tout le soutien et l’amour que vous me portez depuis mon enfance et
j’espère que votre bénédiction m’accompagnera toujours.

Un grand merci à mes sœurs je leurs souhaite une vie pleine de bonheur et de succès et que
Dieu les protège.

À tous mes enseignants, amis, collègues et proches, je vous souhaite une excellente
continuation.

À toutes les personnes qui ont connu Nahed BENZINA.


Remerciements

J’ai l’honneur d’exprimer mes profonds respects et ma reconnaissance à tous ceux qui
m’ont aidée pour élaborer ce rapport en dépit de leur occupation.
Aux termes de ce projet de fin d’études, j’ai l’honneur d’exprimer ma profonde gratitude et
mes vifs remerciements à madame Kamilia KARRAY, pour son encadrement, son accueil,
son encouragement et son soutien continu.
Je la remercie pour la confiance qu’elle m’a accordée.
Je remercie également mon encadreur professionnel de stage Sonia AFFES, Pour ses
conseils et l'encouragement qu'elle m'a apporté durant toutes les étapes de la réalisation de
ce travail.
J’adresse aussi mes sincères remerciements à tous mes chers amis pour leurs supports et
pour les moments agréables et inoubliables qu’on a passés ensemble.
Enfin, je ne manquerai pas de remercier les honorables membres du jury qui ont accepté
d’évaluer mon projet.
Sommaire

Introduction générale ............................................................................................................... 1

Chapitre 1 :Présentation du lieu de stage et les tâches effectuées ....................................... 3

Section1 : Présentation du lieu de stage ................................................................................. 4


Section 2 : Les tâches effectuées au cours de la période de stage : ........................................ 9

Chapitre 2 : Élaboration des états financiers et la liasse fiscale : Aspect Théorique ....... 11

Section 1 : Elaboration des états financiers .......................................................................... 12


Section 2 : La Liasse fiscale ................................................................................................. 31

Chapitre 3 : Elaboration des états financiers et la liasse fiscale: cas de la société «XYZ »
.................................................................................................................................................. 38

Section 1. Présentation juridique de la société « XYZ » ...................................................... 39


Section 2. Les états financiers de la société « XYZ » .......................................................... 39

Conclusion générale ............................................................................................................... 54

Bibliographie........................................................................................................................... 55

Annexes ................................................................................................................................... 56
Liste des tableaux
Tableau 1: Les caractéristiques qualitatives des états financiers ............................................. 14
Tableau 2 : Plan de regroupement des comptes de l’état de résultat selon le modèle autorisé 22
Tableau 3 : secteur des banques et des établissements financiers ............................................ 33
Tableau 4: Secteur des assurances et des réassurances ............................................................ 33
Tableau 5: Secteur des OPCVM (Organismes de placement collectif des valeurs mobilières)
.................................................................................................................................................. 34
Tableau 6: les autres secteurs d’activités (Cas général) ........................................................... 34
Tableau 7: le format technique du fichier ................................................................................ 36
Tableau 8 : La présentation juridique de la société « XYZ » ................................................... 39
Liste des abréviations
DM : déclaration mensuelles
IR : l’impôt sur les revenus
IS : l’impôt sur les sociétés
R/S : retenus à la source
CNSS : caisse nationale de sécurité sociale
TVA : taxe sur la valeur ajoutée
TFP : taxe de formation professionnelle
NCT : norme comptable tunisien
PCGA : principe comptable générale admis
CCC : le cadre conceptuel de la comptabilité
NCG : norme comptable générale
Introduction générale

Introduction générale

Les états financiers sont d’une importance majeure pour les investisseurs, les dirigeants
de la société, l’administration fiscale et la globalité des utilisateurs de ces états quelques soit
internes ou externes. En effet, les états financiers est l’unique moyen de fournir des
informations sur la santé financière de l’entreprise, et la preuve du respect de la
réglementation en vigueur.

Selon la NCT 1, les états financiers se définissent comme étant « une représentation
financière structurée des événements affectant une entreprise et des transactions réalisées par
elle ».

Aux termes de l’article 18 de la loi comptable, les états financiers comportent le bilan,
l’état de résultat, le tableau de flux de trésorerie et les notes aux états financiers.

L’objectif des états financiers est de fournir une information sur la situation financière, la
performance et les flux de trésorerie d’une entreprise, information utile à une gamme variée
d’utilisateurs pour la prise de décisions économique.

L’élaboration des états financiers dépend de la bonne qualité de l’information comptable.


C’est pour cela, on va identifier l’importance de la qualité de l’information et ses
caractéristiques.

Par ailleurs, la fiscalité se présente par la nouvelle notion de la liasse fiscale (appelée
aussi déclaration fiscale des entreprises) correspond à la déclaration de résultat que
l’entreprise doit produire et transmettre à son service des impôts. Elle comporte une série de
déclarations et de documents annexes pour permettre à l’administration de déterminer le
résultat imposable de l'entreprise et le montant de son impôt à payer (impôt sur le revenu ou
impôt sur les sociétés).

Cela nous conduit de poser la problématique suivante :

Comment élaborer les états financiers d’une entreprise et quelle relation existe-t-elle
entre les données figurant aux états financiers et celles figurant dans la liasse fiscale ?

Donc, l’objectif de notre travail est de présenter d’une part la démarche de l’élaboration
des états financiers et d’autre part le passage du résultat comptable au résultat fiscal par la
liasse fiscale.

1
Introduction générale

Ce rapport sera structuré autour de trois chapitres : le premier chapitre sera réservé à la
présentation du lieu où j’ai effectué mon stage et les principales tâches effectuées pendant
cette période de stage. Le deuxième chapitre sera focalisé sur l’étude de l’élaboration des états
financiers dans son aspect théorique pour finir dans un dernier chapitre par l’étude d’un cas
pratique concernant la société « XYZ ».

2
Chapitre 1 : Présentation du lieu de stage et les tâches effectuées

Chapitre 1 : Présentation du lieu de stage et les


tâches effectuées

3
Chapitre 1 : Présentation du lieu de stage et les tâches effectuées

Dans le cadre du parcours de ma formation universitaire à l'Institut Supérieur


d’Administration des Affaires de Sfax, j'ai effectué un stage de trois mois allant du
01/02/2020 au 15/03/2020 et de 04/05/2020 au 20/06/2020 au sein d'un cabinet comptable.
Sise à Mahres.

Ce stage a été l’opportunité pour moi d’appréhender le rôle d’un comptable, de découvrir
les différentes astuces comptables et fiscales et de développer les acquis théoriques par des
connaissances pratiques.

Au-delà d’enrichir mes connaissances, ce stage m’a permis de comprendre dans quelle
mesure la vie professionnelle est différente de celle académique.

Ce stage a donc été une opportunité pour moi de percevoir comment un cabinet
comptable s’organise afin de mieux appliquer les règles comptables et fiscale, et respecter les
délais de déclaration pour protéger ses clients contre toutes pénalités ou autre types de
problèmes.

En vue de rendre compte de manière fidèle et analytique des quatorze semaines passées
au sein de cabinet « Sonia AFFES », il apparait logique de présenter à titre préalable le lieu de
stage et la société ayant fait l’élaboration des états financiers.

Enfin, je vais préciser les différentes missions et les tâches que j’ai effectué, et les
apports que j’ai pu en tirer.

Section1 : Présentation du lieu de stage

1-Description du cabinet « Sonia AFFES » :

Le « Cabinet Sonia AFFES » a été créé en 2004 et a capitalisé une grande expérience aux
services de ses clients. Elle est composée d’une équipe stable et formée régulièrement aux
nouveautés législatives et réglementaires. Cette équipe est particulièrement sensibilisée à
l’optimisation de la performance des entreprises.

Mme. Sonia AFFES, est inscrite à la Compagnie des Comptables de Tunisie.

La forme juridique est une Personne Physique

Le cabinet est localisé à Route du Port Mahres.

4
Chapitre 1 : Présentation du lieu de stage et les tâches effectuées

1.1 La clientèle :

Le cabinet se développer grâce à la bonne politique de communication et de relation


publique. De plus la compétence du personnel est un facteur positif, le cabinet utilise
régulièrement les Stagiaires qui sont une bonne alternative. Cependant nous pouvons effectuer
le travail par dossier et ce pour :

• Des personnes morales : les sociétés.

• Des personnes physiques : les commerçants, les professions libérales, les


industriels et les artisans.

1.2. Les services offerts par le cabinet :

Le cabinet a pour objet :

• La révision légale et contractuelle des comptes rentrant dans son champ


d’intervention ;

• Les travaux juridiques, comptables, fiscaux, et financiers ;

• L’organisation et la restructuration des établissements selon les techniques


modernes de gestion ;

L’assistance en matière de formation de personnel.

Le cabinet a une structure organisationnelle départementale jugée opportune pour


effectuer et réaliser des travaux au service de l’entreprise tunisienne.

Essentiellement, le travail peut être divisé en deux services :

• Assistance comptable et fiscale.

• Etude juridique et La Constitution juridique des sociétés

Le traitement du dossier se fait sous différents aspects :

• Comptable : la tenue de comptabilité

• Fiscal : la tenue des déclarations fiscaux (DM, IR, IS…)

• Juridique et social(CNSS).

5
Chapitre 1 : Présentation du lieu de stage et les tâches effectuées

1.3. Présentation des tâches attribuées :

1.3.1. Le processus de tenue de comptabilité

Le service de tenue de la comptabilité du cabinet auquel je me suis affectée est composé


de trois techniciens comptables dont chacune est responsable d’un ensemble de dossiers. Le
système comptable qui est par définition un système d’exploitation qui permet de saisir,
classer, enregistrer des données de base chiffrées et de fournir après traitement approprié un
ensemble d’informations conformes aux besoins des divers utilisateurs intéressés, est un
système centralisateur. Sachant que le cabinet utilise en matière des systèmes d’Informations
le logiciel comptable à savoir L’EMI qui facilite le bon déroulement des différentes tâches.

1.3.1.1. Comptabilité centralisatrice :

La comptabilité centralisatrice est composée en trois qui sont :

• L’établissement d’un journal général : coté et paraphé avec enregistrement de


toutes les opérations découlant des transactions de l’entreprise soit jour par jour,
soit sous forme de récapitulations mensuelles en cas de tenue de livres et journaux
auxiliaires.

• Les reports dans le grand livre général : coté et paraphé qui comporte des
individuels et collectifs permettant le suivi de ces comptes.

• L’établissement de la balance : parallèlement à la tenue de la comptabilité, le


comptable doit assurer une certaine assistance fiscale.

1.3.1.2. La comptabilité auxiliaire

Cette étape basée sur le reclassement des pièces justificatives (factures, reçues...)
chronologiquement dans les journaux auxiliaires (journal achats, journal des ventes, journal
banque, journal de caisse et journal des opérations divers).

1.3.1.3. La saisie

C’est l’étape qui consiste à transformer les opérations effectuées par les sociétés en
écritures comptables, en enregistrant les pièces comptables sur les journaux auxiliaires.

6
Chapitre 1 : Présentation du lieu de stage et les tâches effectuées

Cette étape est extrêmement facilitée par l’introduction de l’outil informatique et


l’utilisation de logiciel comptable efficace.

Chaque journal auxiliaire possède un numéro de série qui lui est propre et qui doit être
introduit dans le logiciel. Pour chaque écriture comptable est affecté un numéro respectant
l’ordre chronologique du classement. Ce dernier est à la fois inscrit sur la pièce qui a donné
lieu à cette écriture pour éviter la double comptabilisation.

1.3.1.4. Le rapprochement bancaire

Il s’agit de comparer les relevés fournis par la banque avec les mouvements du compte
banque dans notre comptabilité. Préparation des déclarations mensuelles d’impôts : ces
déclarations contiennent la retenue à la source, CSS, TVA, TFP, FOPROLOS, TCL, FODEC,
Le droit du timbre….

✓ Retenu à la source

L’article 52 du code de l’impôt sur le revenu des personnes physique et de l’impôt sur les
sociétés soumet les traitements, salaires, émoluments, indemnités et autres avantages s’y
rattachant ainsi que les pensions et rentes viagères à une retenue à la source obligatoire.

Cette retenue doit être opérée par :

- L’employeur ou le débiteur de la pension ou de la rente, établi ou domicilié en


Tunisie.

- Le salarié lui-même lorsque l’employeur n’est pas établi ou domicilié en Tunisie.

La retenue à la source est une avance prélevée sur impôt sur le revenu ou l’impôt sur les
sociétés pour les personnes qui sont imposables. Mais pour les personnes qui réalisant des
revenus exonérés ou non imposables, ne sont pas soumis à la retenue à la source(R/S).

✓ Taxe sur la Valeur Ajouté


ée (TVA)

La TVA est un impôt indirect institué par la loi n°88-61 du 02 juin 1988 portant
promulgation du code de la TVA, en remplacement des taxes sur le chiffre d’affaires. Cet
impôt frappe en général tous les biens et services consommés ou utilisés en Tunisie.

7
Chapitre 1 : Présentation du lieu de stage et les tâches effectuées

✓ FODEC

C’est une taxe professionnelle prévue par les articles 40 et 41 de la loi de finances pour la
gestion pour 1995, calculée au taux de 1% sur le chiffre d’affaires hors TVA, fait partie de
l’assiette de la TVA.

✓ Le droit de timbre

Le droit de timbre est un impôt applicable à certains actes ou écrits. Il constitue


également un mode de paiement du cout de certains documents fournis par les administrations
publiques.

Le droit de timbre fixé à 0.600 dinars s’applique aux factures et documents en tenant lieu
utilisés par les professions libérales ainsi que par les entrepreneurs de bâtiments et de travaux.

Le droit de timbre sur facture couvre selon une doctrine administrative extensive :

- Toutes les factures y compris les factures partielles ainsi que les factures d’avoir.

- Les factures globales établies par les commerçants détaillants soumis à la taxe sur la
valeur ajoutée et relatives aux ventes n’ayant pas fait l’objet de factures individuelles
et ce, en application de l’article 18 du code de la TVA, les notes d’honoraires établies
au niveau des professions libérales, les décomptes provisoires et mémoires établis par
les entreprises de bâtiments et de travaux.

1.3.2. La correspondance entre les méthodes pratiques dans l’univers de travail et les
connaissances théoriques acquises

Les connaissances théoriques acquises m’ont permis d’assurer la logique des méthodes
appliquées. En effet, je peux affirmer qu’il existe une relation strictement étroite entre
pratique et théorique.

Prenons les exemples suivants :

- Pour élaborer un bilan, on doit respecter les normes et les principes comptables, mais
il y a une certaine marge de liberté dans le choix des techniques et des procédures de
traitement.

- Pour réaliser une augmentation de capital, une dissolution ou une liquidation de


société, on doit se référer aux dispositions légales.

8
Chapitre 1 : Présentation du lieu de stage et les tâches effectuées

De plus en théorie, on essaye d’étudier tous les cas possibles sous formes d’hypothèses et
on admet des actes qui sont parfois difficilement réalisables. Par exemple, en théorie on
suppose que la comptabilité se tienne le jour au jour, alors qu’en pratique on se rend compte
qu’il n’est pas évident de tenir une comptabilité journalière.

Section 2 : Les tâches effectuées au cours de la période de stage :

Tout au long de ma période de stage, j’ai effectué plusieurs tâches sous contrôle du
personnel du cabinet ce qui m’a permis d’améliorer mes connaissances dans le domaine
comptable.

Parmi ces tâches, on peut citer :

- Classement des déclarations (mensuelles, annules, AP, CNSS…), des documents


comptables

- Saisie des dépenses de la Société « S » sur Excel

- Saisie des déclarations (mensuelles, IR, IS, CNSS) sur Excel

- Vérification en justif entre TVA comptabilisé et TVA déclarée

- Vérification entre CA comptabilisé et CAdéclarée

- Passation des écritures comptables dans le journal banque (versement espèce,


effet reçu, encaissement par chèque, retrait espèce, virement …)

- Passation des écritures dans le journal OD (opération divers) de la retenue à la


source sur achat

- Passation des écritures comptables dans le journal vente

- Passation des écritures comptables dans le journal achat

- Passation des écritures comptables dans le journal caisse

- Préparation des déclarations employeur

- Préparation des cahiers cotés et paraphés

9
Chapitre 1 : Présentation du lieu de stage et les tâches effectuées

Conclusion :

Le stage au sein d’un cabinet comptable présente une occasion très bénéfique afin de
découvrir le volet pratique de la profession d’un comptable. En effet, au cours de mon stage
j’ai effectué d’une part des écritures comptables pour déverses sociétés et j’ai élaboré d’autre
part plusieurs déclarations d’impôts ce qui m'a permis d'acquérir des nouvelles compétences.

Par ailleurs, le volet tenu comptable et assistance fiscale ne constituent pas à eux seuls les
seules fonctions du comptable.

La période de stage que j’ai passé au cabinet Sonia AFFES, m’a été profitable surtout
qu’un organisme est aussi important et sensible ne peut supporter les difficultés qui peuvent
dérouler que pour :

- Un travail bien réparti, précis et méthodique.

- Une organisation nette et une bonne coordination.

- Les relations humaines et les hautes qualités morales qui lient les membres du
personnel d’une part et les clients d’autre part.

- De distinguer entre l’aspect théorique et l’aspect pratique pour les travaux


effectués au sein d’un cabinet de comptabilité

- De voir de près le déroulement des travaux comptables, et de vivre la réalité


professionnelle

Enfin, je tiens à noter que je suis très fier, et je trouve qu’il est de mon devoir d’exprimer
à la fin de ce projet toute ma gratitude et tous mes remerciements à tous les membres du
cabinet.

10
Chapitre 2 : Elaboration des états financiers et la liasse fiscale : Aspect théorique

Chapitre 2 : Élaboration des états financiers et


la liasse fiscale : Aspect Théorique

11
Chapitre 2 : Elaboration des états financiers et la liasse fiscale : Aspect théorique

La fonction première de la comptabilité est de conduire à la présentation de documents


de synthèse appelés les états financiers, donc la comptabilité constitue un guide pour
l’élaboration de ces documents.

Les états financiers constituent le principal moyen de communication de l’information


financière aux différents utilisateurs qui sont les utilisateurs externes et internes.

A chaque fin d’exercice, il est nécessaire de procéder à des travaux d’inventaire pour
élaborer des documents de synthèse (Etats financiers) fiables.

Section 1 : Elaboration des états financiers

1. Généralité sur les états financiers :

A- Définition des états financiers et choix de modèle

1.1. Définition des états financiers

Aux termes de l’article 18 de la loi comptable, les états financiers comportent le bilan,
l’état de résultat, le tableau de flux de trésorerie et les notes aux états financiers.

Le paragraphe 7 de la première partie de la norme comptable générale définit les états


financiers comme étant :

Une représentation financière structurée des événements affectant une entreprise et des
transactions réalisées par elle.

1.2. Choix du modèle d’états financiers

Les (P.C.G.A.) en Tunisie comportent :

-Un modèle de bilan

-Deux modèles, au choix, d'états de résultat : l'état de résultat par destination dit aussi aux
coûts des ventes ou un état de résultat par nature ;

- Deux modèles d'états de flux de trésorerie : un modèle établi selon la méthode directe et
un modèle établi selon la méthode indirecte.

-Les notes aux états financiers comportant des notes systématiques et des notes
spécifiques en fonction de l'importance significative dans le contexte de l'entreprise

12
Chapitre 2 : Elaboration des états financiers et la liasse fiscale : Aspect théorique

Les entreprises peuvent, par conséquent, combiner librement leurs états financiers en
fonction des choix résultant de leurs politiques de communication financière.

- Les qualités juridiques des états financiers

Aux termes de l’article 19 de la loi comptable, les états financiers doivent présenter de
manière fidèle la situation financière réelle de l’entreprise, ses performances et tous
changements de sa situation financière et doivent refléter l’ensemble des opérations découlant
des transactions de l’entreprise et des effets des événements liés à son activité.

A cette qualité juridique d’une représentation fidèle applicable à l’ensemble des états
financiers, s’ajoutent deux autres qualités que doit se prononcer le commissaire aux comptes
dans les sociétés anonymes : il s’agit de la régularité et de la sincérité des états financiers.

-Le principe comptable de Régularité : rappelle que les comptes d’une société sont établis
par référence à des principes et règles comptables définis par les textes réglementaires et la
doctrine. Lorsque des options existent sur les modalités d'application des principes
comptables, ces options doivent être clairement explicitées dans l'annexe aux comptes et être
appliquées de manière constante d'un exercice à l'autre.

Dans le cas exceptionnel où l’application d’un principe comptable se révèle impropre à


donner une image fidèle, il y est dérogé. La justification et les conséquences de la dérogation
sont mentionnées dans l’annexe.

-Le principe comptable de sincérité : est l'application de bonne foi de ces règles et
principes comptables.

En effet, les règles et les procédures sont appliquées avec sincérité afin de traduire la
connaissance que les responsables de l’établissement des comptes ont de la réalité et de
l'importance relative des événements enregistrés.

Le principe comptable de Sincérité est essentiel. Il fait reposer sur les dirigeants de
l’entreprise, c'est-à-dire les personnes les mieux renseignées et donc les plus capables d’avoir
une vision globale de la situation de l’entreprise, la responsabilité de traduire la situation
économique réelle de l’entreprise de manière loyale

La notion d’importance significative indique que les états financiers ayant des
caractéristiques qualitatives que l’on va les mentionner dans le tableau suivant.

13
Chapitre 2 : Elaboration des états financiers et la liasse fiscale : Aspect théorique

Tableau 1: Les caractéristiques qualitatives des états financiers

Caractéristique Définition
Selon le cadre conceptuel du Tunisie l'intelligibilité
veut dire que l'information fournie par les états
Intelligibilité
financiers doit être compréhensible par les
utilisateurs
Les utilisateurs doivent être en mesure de comparer
les états financiers d’une entreprise dans le temps
Comparabilité
afin d’identifier les tendances de sa situation
financière et de sa performance
Une information doit être pertinente lorsqu'elle est
de nature à influencer les décisions économiques
Pertinence
des utilisateurs en les aidant à évaluer les
évènements passés, présents et futures ou en
confirmant ou corrigeant leurs évaluations
antérieurs
Une information fiable est une information fidèle,
neutre et vérifiable et n'inclue pas d'erreurs ou de
Fiabilité
biais. Le cadre conceptuel tunisien présente trois
critères pour qu'une information soit fiable : la
représentation fidèle, la neutralité parti et la
vérifiabilité.

2. Les différentes composantes des états financiers et leurs élaborations

A-Bilan :

1-Définition :

Le bilan est un document de synthèse qui expose à une date donnée, la situation
financière d’une entreprise en fournissant un résumé de l’ensemble de ses éléments d’actif, de
passif et des capitaux.

“Le bilan fournit l'information sur la situation financière de l'entreprise et


particulièrement sur les ressources économiques qu'elle contrôle ainsi que sur les obligations
et les effets des transactions, événements et circonstances susceptibles de modifier les
ressources et les obligations”

NB : Les passifs sont présentés dans le bilan dans l'ordre d'exigibilité croissante.

14
Chapitre 2 : Elaboration des états financiers et la liasse fiscale : Aspect théorique

2. Les éléments du bilan

Les éléments inclus dans le bilan sont les actifs, les passifs et les capitaux propres.

2.1. Définition et prise en compte de l'actif

L'actif est constitué par les ressources économiques obtenues ou contrôlées par
l'entreprise, à la suite d'événements ou de transactions passés, à même d'engendrer des
avantages économiques futurs au bénéfice de l'entreprise ayant un potentiel de générer
directement ou indirectement des flux positifs de liquidité ou d'équivalent de liquidité ou de
1
réduire la sortie de fonds .

NB : Les actifs sont présentés dans le bilan dans l'ordre de liquidité croissante.

2.2. Définition et prise en compte du passif

Le passif est constitué par les obligations actuelles de l'entreprise, résultant de


transactions ou d’événements passés, nécessitant probablement le sacrifice ou le transfert
futur à d'autres entités de ressources représentatives d'avantages économiques

NB : Les passifs sont présentés dans le bilan dans l'ordre d'exigibilité croissante.

2.3. Définition des capitaux propres

Les capitaux propres représentent l'intérêt résiduel dans les actifs de l'entité, après
déduction de tous ses passifs. Ils comportent les diverses catégories de capital, les surplus
2
d'apport, les réserves et équivalents et les résultats non répartis .

Les capitaux propres peuvent être représentés par l’égalité suivante :

Capitaux propres = actifs-passifs

3. Distinction entre poste et rubrique

- Un poste est une ligne chiffrée. Exemples :

Immobilisations incorporelles
Immobilisations corporelles
Immobilisations financière

1
Selon ccc§51
2
Selon ccc§55

15
Chapitre 2 : Elaboration des états financiers et la liasse fiscale : Aspect théorique

• Un poste peut correspondre à un compte principal, ou à un regroupement des


comptes, ou à une fraction des comptes.

• Une rubrique correspond à l'intitulé d'une grande catégorie des comptes annuels
non chiffrés ou totalisant les chiffres de plusieurs postes.

Rubrique du Bilan

Actifs Capitaux propres et passifs


Actifs non courants Capitaux propres
Actifs courants Passifs non courants
Passifs courants

Classement des éléments du bilan

Au niveau du bilan, nous remarquons une distinction entre un élément courant et élément
non courant (actifs et passifs).

Actifs non courants :

Sous le terme d'actifs non-courants on regroupe, les immobilisations corporelles, les


immobilisations incorporelles, les actifs opérationnels et financiers qui sont par nature détenus
pour une longue durée

Actifs courants :

Un actif doit être classé en tant qu'actif courant lorsque :

(a) l'entreprise s'attend à pouvoir réaliser l'actif, le vendre ou le consommer dans le cadre
du cycle d'exploitation normal de l’entreprise.

(b) l'actif est détenu essentiellement à des fins de transactions ou pour une durée courte et
l'entreprise s'attend à le réaliser dans les douze mois suivant la date de clôture de l’exercice.

(c) l'actif est de la trésorerie ou un équivalent de trésorerie dont l'utilisation n'est pas
soumise à restrictions.

Tous les autres actifs doivent être classés comme des actifs non courants.

16
Chapitre 2 : Elaboration des états financiers et la liasse fiscale : Aspect théorique

Passifs non courants :

Les passifs non courants sont ceux qui ne remplissent pas les critères ci-dessus
définissant les passifs courants. A cet effet, un passif est considéré comme non courant s’il
satisfait aux conditions suivantes :

-le passif assure le financement permanent de l’entreprise.

-l’échéance du passif intervient au-delà des douze mois suivants la date de clôture de
l’exercice (sauf s’il s’agit de dettes d’exploitation).

Passif courants

Un passif doit être classé en tant que passif courant lorsque :

(a) Il est attendu que le passif soit réglé dans le cadre du cycle d'exploitation normal de
l’entreprise.

(b) le passif doit être réglé dans les douze mois après la date de clôture de l'exercice.
Tous les autres passifs doivent être classés en tant que passifs non-courants. Les passifs
courants peuvent être classés d’une manière similaire à celle utilisée pour les actifs courants.
Certains passifs courants tels que les fournisseurs et les dettes liées au personnel et aux autres
coûts opérationnels font partie du besoin en fonds de roulement utilisé dans le cadre du cycle
d’exploitation normal de l’entreprise. Ces éléments opérationnels sont classés en tant que
passifs courants même s’ils doivent être réglés plus de douze mois après la date de clôture de
l’exercice.

Le passif circulant se calcule depuis un bilan comptable, avec les données figurant dans
la colonne de droite.

Passifs courants = Dettes fournisseurs + Dettes fiscales + Dettes sociales

4. Informations à présenter dans le corps de bilan

Dans le respect de l’importance significative et des prescriptions spécifiques édictées par


les normes comptables, les rubriques et postes suivants sont généralement présentés dans le
corps du bilan.

17
Chapitre 2 : Elaboration des états financiers et la liasse fiscale : Aspect théorique

Aux actifs :

Actifs non courants

Actifs immobilisés (ainsi que les amortissements et provisions y afférents)

Immobilisation incorporelle

Immobilisations corporelles

Immobilisation financières

Autre actifs non courants

Actifs courants

Stocks

Clients et comptes rattachés

Placements à court terme et autre actifs financiers

Autres actifs courants

Liquidités et équivalents de liquidités

Aux capitaux propres :

Capital social

Réserves

Autres capitaux propres

Résultats reportés

Résultat d l’exercice

Aux passifs

Passif non courants :

Emprunts

Autres passifs financiers non courants

Provisions

Passifs courants

Fournisseurs et comptes rattachés

18
Chapitre 2 : Elaboration des états financiers et la liasse fiscale : Aspect théorique

Autres passifs courants

Autres passifs financiers

Concours bancaires

Provisions pour risques et charges courants

Quand des informations plus détaillées sont présentées dans les notes aux états financiers,
elles sont reliées au bilan au moyen d’un système de référenciassions croisée.

B-L’état de résultat

1- Définition

“ L’état de résultat fournit des renseignements sur la performance de l’entreprise.


L’information sur la performance est utile pour évaluer la rentabilité de l’entreprise et sa
capacité à générer des flux de trésorerie à partir des ressources qu’elle contrôle. Elle est aussi
utile pour évaluer l’efficacité avec laquelle l’entreprise a utilisé ces ressources et sa capacité à
employer des ressources supplémentaires”
3
Une bonne présentation requiert :

-Que le résultat d'exploitation, les activités de placement, et des financements soit


divulgué.

-Que la destination, la nature et le montant des éléments, des revenus et des charges des
gains et des pertes pendant les activités ordinaires.

-Que les éléments non récurrents ou une habitude soient présentés séparément.

2- Les éléments de l’état de résultat :

Le résultat net est déterminé selon deux approches :

-La méthode de la variation des capitaux propres.

- La méthode des produits et des charges dite méthode analytique en ce qu’elle explique
les éléments contribuant à la formation de résultat.

3
SELON NCG §42

19
Chapitre 2 : Elaboration des états financiers et la liasse fiscale : Aspect théorique

2-1 Définition et prise en compte des revenus :

“Les revenus sont soit les rentrées de fonds ou autres augmentations de l'actif d'une
entreprise, soit le règlement des dettes de l'entreprise(soit les deux) résultant de la livraison ou
de fabrication de marchandises, de la prestation de services ou de la réalisation d'autres
4
opérations qui s'inscrivent dans le cadre des activités principales ou centrales de l'entreprise”

“Les revenus sont généralement pris en compte lorsqu'une augmentation d'avantages


économiques futurs, liée à une augmentation d'actif ou à une diminution de passif, s'est
5
produite et qu'elle peut être mesurée de façon raisonnable”

2-2 Définition et prise en compte des gains :

“ Les gains sont les accroissements des capitaux propres résultant de transactions
périphériques ou incidentes ainsi que de toutes autres transactions, événements et
circonstances affectant l'entreprise à l'exception de ceux résultant des revenus, ou des apports
6
des propriétaires sur capital” .

“Les gains sont pris en compte en général lors de leur réalisation et lorsque leur montant
peut-être déterminé avec un degré suffisant de certitude”

2-3 Définition et prise en compte des charges :

“Les charges sont soit les sorties de fonds ou autres formes d'utilisation des éléments
d'actif, soit la constitution de passifs (soit les deux), résultant de la livraison ou de la
fabrication de marchandises, de la prestation de services ou de la réalisation d'autres
7
opérations qui s'inscrivent dans le cadre des activités principales ou centrales de l'entreprise”

“Les charges sont prises en compte lorsqu'une diminution d'avantages économiques


futurs, liée à la diminution d'un actif ou à l'augmentation d'un passif, s'est produite et qu'elle
8
peut être mesurée de façon fiable”

4
SELON CCC§56
5
SELON CCC§57
6
SELON CCC§58
7
SELON CCC§60
8
SELON CCC§61

20
Chapitre 2 : Elaboration des états financiers et la liasse fiscale : Aspect théorique

2-4 Définitions et prise en compte des pertes :

“Les pertes sont des diminutions de capitaux propres résultant des transactions
périphériques ou incidentes ainsi que de toutes autres transactions et autres événements et
circonstances affectant l'entreprise à l'exception de ceux résultant des charges ou des
9
distributions aux propriétaires du capital ”

“Les pertes sont prises en compte dès qu'une diminution d'actif ou une augmentation de
passif est probable et que leur montant peut être déterminé avec un certain degré de
10
précision ”

3- Etat de résultat, présentation autorisée

✓ Présentation

“ La méthode ou autorisée consiste essentiellement à classer les produits et les charges en


fonction de leur nature. La présentation selon cette méthode est autorisée pour tenir compte de
la culture comptable en vigueur, des spécificités sectorielles et organisationnelles et de la
difficulté qu'auraient les petites et moyennes entreprises à appliquer la méthode de
11
référence”

Au cas où une entreprise utilise la méthode autorisée, elle est encouragée à publier dans
ses notes une répartition de ses charges par destination.

Cette opération vise à permettre aux entreprises de s'adapter à la présentation par


destination.

Quand la méthode autorisée est utilisée, une analyse détaillée doit être fournie dans l'état
de résultat sur les éléments suivants :

✓ Produits d'exploitation
• Ventes des marchandises et/ou ventes des produits fabriqués par l'entreprise.

• Autres produits d'exploitation.

9
SELON CCC§62
10
SELON CCC§63
11
SELON NCG §51

21
Chapitre 2 : Elaboration des états financiers et la liasse fiscale : Aspect théorique

✓ Charges d'exploitation

• Variation des stocks des produits finis et des en-cours.

• Matières premières et autres services et approvisionnements consommés.

• Charges de personnel.

• Dotations aux amortissements et aux provisions (non financières).

• Autres charges d'exploitations.

• Modèle de l’état de résultat (présentation autorisée)


La méthode utilisée consiste essentiellement à classer les produits et les charges en fonction
de leur nature ceci s’explique dans le tableau ci-dessous :

Tableau 2 : Plan de regroupement des comptes de l’état de résultat selon le modèle


autorisé
Intitulés Compte associés
Produit d’exploitation
73. Produits divers ordinaires (sauf 736)
AUTRES PRODUITS 74. Subvention d’exploitation et d’équilibre
D’EXPLOITATION 781. R.A.P (produits ordinaires)
79. Transferts de charges
PRODUCTION IMMOBILISÉE 72. Production immobilisée
CHARGES D’EXPLOITATION
VARIATION DES STOCKS DES (+ ou-) 713. Variation des stocks
PRODUITS FINIS ET DES ENCOURS En moins si le compte 713 a un SC : SF>SI
(stockage)
En plus si le compte 713 a un SD : SF<SI
(déstockage)
ACHAT DE MARCHANDISE 607. Achat de marchandises
CONSOMMÉS (-) 6097 RRR obtenus sur achat de
marchandises
(+ ou -) 6037. Variation des stocks de
marchandises (+ si SD ; -si SC)
ACHAT D’APPROVISIONNEMENT 601. Achat stockés de MP et fournitures
CONSOMMÉS liées
(-) 609. RRR obtenus sur achats de MP et
fournitures liées
(+ ou -) 6031. Variation des stocks de MP et
fournitures liées
602. Achat stockés – autres
approvisionnements
(-) 6092. RRR obtenus sur achats d'autres
approvisionnements
(+ ou -) 6032. Variation des stocks des autres

22
Chapitre 2 : Elaboration des états financiers et la liasse fiscale : Aspect théorique

approvisionnements
604. Achats d’études et de prestation de
services
605. Achats de matériels, équipement et
travaux
606. achat non stockés de matières et
fourniture
CHARGES DE PERSONNEL 64. Charges de personnel
DOTATIONS AUX AMORTISSEMENTS 681. Dotations aux amortissements et aux
ET AUX PROVISIONS provisions (charges ordinaires)

AUTRES CHARGES D’EXPLOITATION 61. Services extérieurs


(-) 619. RRR obtenus sur services extérieurs
62. Autres services extérieurs
(-) 629. RRR obtenus sur autres services
extérieurs
63. Charges divers ordinaires (sauf 636-
637)
66. Impôts, taxes et versement assimilés
En plus
CHARGES FINANCIÈRES NETTES 651. charges d’intérêts
(65+686) – (75 et 786) AUTRES QUE 654. escompte accordés
LIÉS AUX PLACEMENTS 655. pertes de change
686. Dotations aux amortissements et aux
provisions (charges financières) sauf 6866
En moins
753. Revenus des autres créances (clients)
755. Escomptes obtenus
756. Gains de changes
7856. Reprise sur provisions pour risques et
charges financières
En plus
PRODUITS DES PLACEMENTS 751. Produits de participation (dividendes)
752. Produits des autres immobilisations
financières
754. Revenus des valeurs mobilières de
placements
757. Produits nets sur cessions de valeurs
mobilières
7866. Reprise sur provisions pour dépréciation
des éléments financiers
En moins
653. Pertes sur créances liées à des
participations
656. Charges nettes sur cessions de valeurs
mobilières
6866. Dotations aux provisions pour
dépréciation des éléments financiers
(immobilisation financière, placements et
prêts courants)

23
Chapitre 2 : Elaboration des états financiers et la liasse fiscale : Aspect théorique

AUTRES GAINS ORDINAIRES 736. Produits nets sur cessions


d’immobilisation et autres gains sur
éléments non récurrents ou exceptionnels

AUTRES PERTES ORDINAIRES 636. Charges nets sur cessions


IMPÔT SUR LES BÉNÉFICES d’immobilisation et autres pertes sur éléments
non récurrents ou exceptionnels
637. Réduction de valeur
691. Impôt sur les bénéfices calculé sur
IMPÔT SUR LES BÉNÉFICES le résultat des activités ordinaires

ÉLÉMENTS EXTRA 77. Gains extraordinaires


ORDINAIRES (-) 67. Pertes extraordinaires
(GAINS / PERTES) (-) 697. Impôt sur les bénéfices calculés sur
les éléments extraordinaires

C- L’état de flux de trésorerie

1- Généralité sur l’état de flux de trésorerie

1-1- Définition de l’état de flux

Au niveau du paragraphe 81 du cadre conceptuel comptable “ l’état de flux de trésorerie


retrace l’évolution de la situation au cours d’un exercice comptable.

Il fournit des informations sur les activités d’exploitation, de financement et


d’investissement de l’entreprise, ainsi que sur les effets de ces activités sur la trésorerie”

✓Avantages de l’état de flux de trésorerie :

• L’état de flux de trésorerie présente plusieurs avantages :

1) Il permet de comprendre les causes de l'évolution de la trésorerie de l'entreprise,


élément majeur pour sa pérennité et de son aptitude à séduire les investisseurs à risque.

(2) Il permet aux utilisateurs d'apprécier :

- les modifications intervenues au niveau des capitaux propres de l'entreprise

- l'évolution de sa structure financière et de sa trésorerie (ce qui permet d'expliquer les


distorsions éventuelles entre le résultat net et l'évolution de la situation de trésorerie)

- sa capacité à dégager des liquidités et à verser un dividende

- sa capacité à faire face aux aléas du marché et de la conjoncture (flexibilité financière)

24
Chapitre 2 : Elaboration des états financiers et la liasse fiscale : Aspect théorique

- et à détecter les risques d'insolvabilité.

(3) Parce qu'il échappe à l'influence des choix de méthodes comptables (amortissements,
provisions, stocks, capitalisation ou non d'une dépense, inscription en régularisation, formule
d'évaluation des stocks, etc.), l'état de flux de trésorerie permet une mesure, plus objective que
celle obtenue du résultat comptable, de l'aptitude de l'entreprise à faire face à ses engagements
et une meilleure comparabilité entre les entreprises.

(4) Les flux de trésorerie constituent un paramètre d'évaluation de l'entreprise.

(5) En tant qu'état de synthèse, l'état de flux de trésorerie est un outil de contrôle de la
vraisemblance et de la cohérence globale des états financiers.

1-2- Modèles d'état de flux de trésorerie :

A l'instar des pratiques internationales, le système comptable tunisien retient deux


modèles d'état de flux de trésorerie qui reposent sur deux méthodes d'élaboration : la méthode
directe et la méthode indirecte.

Les deux méthodes d'élaboration de l'état de flux de trésorerie décomposent les flux de
trésorerie en trois soldes intermédiaires :

- les flux de trésorerie d'exploitation

- les flux de trésorerie d'investissement

- et les flux de trésorerie de financement

Les deux méthodes convergent sur la manière de détermination des flux de trésorerie
d'investissement et de financement mais divergent sur la manière de détermination des flux de
trésorerie d'exploitation. Mais que l'on utilise l'une ou l'autre méthode, on aboutit aux mêmes
soldes intermédiaires de flux de trésorerie et, bien entendu, à la même variation nette de
trésorerie de l'exercice

2-Règles d'élaboration de l'état de flux de trésorerie :

La norme comptable générale précise que la proposition de modèles à l'avantage


d'accroître la possibilité pour l'utilisateur de comparer les états financiers des différentes
entreprises et d'améliorer par conséquent leur intelligibilité.

Les modèles proposés offrent, néanmoins, des possibilités de flexibilité et reconnaissent à


l'entreprise le droit de procéder aux ajouts et/ou combinaisons de postes si elle juge que,

25
Chapitre 2 : Elaboration des états financiers et la liasse fiscale : Aspect théorique

compte tenu de ses spécificités, de tels ajouts et/ou combinaisons augmentent la pertinence
des informations pour les utilisateurs de ses états financiers.

A l'instar des autres états financiers, les formats proposés par la norme comptable
générale pour l'état de flux de trésorerie sont fournis à titre de modèles. Des rubriques et
postes supplémentaires doivent y être ajoutés dès qu'une norme le requiert ou quand un tel
ajout est nécessaire pour présenter fidèlement l'aspect que l'état financier concerné est censé
représenter.

2.1- Les flux de trésorerie liés aux activités d'investissement

Aux termes de la Norme Comptable Générale, les activités d'investissement portent sur
l'acquisition et la cession d'actifs à long terme et de tout autre investissement qui n'est pas
12
inclus dans les équivalents de liquidités

Les mouvements de trésorerie liés aux activités d'investissement comprennent par


exemple :

a) Les décaissements et les encaissements relatifs à l'acquisition et à la vente des titres de


participation (les flux liés aux instruments considérés comme des équivalents de liquidités
sont exclus de cette catégorie de flux

b) Les encaissements et décaissements découlant des ventes et des achats


d'immobilisations corporelles et incorporelles et d'autres actifs immobilisés.

2.2- Les flux de trésorerie liés aux activités de financement

Aux termes de la norme comptable générale, les activités de financement sont les
activités qui entraînent des changements quant à l'ampleur et à la composition des capitaux
propres et des capitaux empruntés par l'entreprise. Les mouvements de trésorerie liés aux
activités de financement comprennent par exemple :

a) Les flux liés à l'émission d'actions ou autres instruments de capitaux propres et au


rachat par l'entreprise de ses propres actions.

b) Les dividendes et les autres distributions aux actionnaires.

12
SELON NCG §62, alinéa 2

26
Chapitre 2 : Elaboration des états financiers et la liasse fiscale : Aspect théorique

c) Les flux liés à l'émission d'emprunts obligataires, d'emprunts hypothécaires, de billets


de trésorerie ou d'autres emprunts à court terme et à long terme et au remboursement des
montants empruntés

2.3- Les flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation

Les deux méthodes d'élaboration des flux de trésorerie ne diffèrent que sur la méthode de
détermination des flux d'exploitation :

A norme précise en principal et intérêts. Néanmoins, les intérêts sur emprunts peuvent
être, sur option de l'entreprise, présentés en flux d'exploitation. Le fait de dissocier entre
principal et intérêts pour le leasing semble être en contradiction avec le traitement préconisé
pour le remboursement des emprunts qui cumule principal et intérêts.

3- Construction de l'état de flux de trésorerie :

La construction de l'état de flux diffère selon que l'on retienne la méthode directe ou la
méthode.

3.1 -La méthode directe :

La construction de l'état de flux selon la méthode directe peut se faire à partir d'une
balance de mutation.

Pour construire l'état de flux, le comptable puisera ses chiffres dans le bilan, l'état de
résultat (ou la balance) et dans d'autres sources d'information comptable.

Les étapes à suivre sont les suivantes :

(1) Affectation du bilan d'ouverture de l'exercice aux différentes rubriques de flux de


trésorerie ou de non flux pour les comptes comptables non représentatifs de flux de trésorerie
(exemples : stocks, amortissements et provisions).

(2) Affectation de l'état de résultat ou des comptes de charges et de produits aux


différentes rubriques de flux de trésorerie ou de non flux tels que les comptes de dotations aux
amortissements et aux provisions ou la quote-part des subventions d'équipement reprise en
produits.

(3) Affectation du bilan de clôture selon les mêmes règles que le bilan d'ouverture.

27
Chapitre 2 : Elaboration des états financiers et la liasse fiscale : Aspect théorique

(4) La reconstitution des mouvements de TVA de l'exercice et des cessions


d'immobilisations et le rattachement de ses mouvements à leurs rubriques de trésorerie.

(5) Les différents ajustements et retraitements nécessaires au rétablissement des flux de


trésorerie par poste.

(6) La détermination de chaque flux de trésorerie de l'exercice selon la formule suivante :

Solde d'entrée

+ Flux de l'exercice TVA comprise

- solde final

= Encaissement ou décaissement de l'exercice

Cette méthode dégage les flux de trésorerie des investissements de l'exercice en nets
(acquisition - cession) ainsi que le solde net de la variation des emprunts (emprunt nouveau -
remboursement de l'exercice). Il convient de reconstituer à partir de ce solde et de séparer les
flux d'acquisition et de cession des immobilisations ou les flux d'emprunts nouveaux et le
montant des remboursements par exemple.

3.2- La méthode indirecte :

La méthode indirecte permet de construire l'état de flux à partir :

(1) d'une analyse des charges et produits pour procéder au retraitement de toutes les
écritures comptables sans incidence sur la trésorerie ou dont l'incidence est rattachée à une
autre rubrique que celle des activités d'exploitation.

(2) d'une balance de mutation à partir des bilans d'ouverture et de clôture de l'exercice
pour la reconstitution des flux liés à l'investissement et au financement

D -Les notes aux états financiers

1 -Définition

Les notes aux états financiers est un document de synthèse au même titre que le bilan,
l’état de résultat, l’état de flux de trésorerie. Sa tenue est donc obligatoire, comme l’est celle

des trois autres documents annuels.

28
Chapitre 2 : Elaboration des états financiers et la liasse fiscale : Aspect théorique

2 -Objectifs des notes aux états financiers

L'objectif de présentation fidèle conduit à compléter les informations chiffrées présentées


dans le corps du bilan, de l'état de résultat, de l'état de flux de trésorerie et des autres états de
synthèse éventuels par les notes aux états financiers qui font partie intégrante de ces états
financiers.
13
Les notes aux états financiers d'une entreprise doivent :

(1) informer sur les bases retenues pour l'élaboration des états financiers et sur les choix
particuliers de principes comptables adoptés afférents aux transactions et événements les plus
significatifs.

(2) divulguer et motiver les cas de non-respect des normes comptables tunisiennes dans
l'élaboration des états financiers.

(3) fournir des informations supplémentaires ne figurant pas dans le corps des états
financiers eux-mêmes et qui sont de nature à favoriser une présentation fidèle.

“Les notes aux états financiers comprennent les informations détaillant et analysant les
montants figurant dans le corps du bilan, de l'état de résultat et de l'état des flux de trésorerie
ainsi que des informations supplémentaires qui sont utiles aux utilisateurs tels que les
engagements et les passifs éventuels. Elles comprennent les informations dont les normes
comptables tunisiennes requièrent la publication et d'autres informations qui sont de nature à
14
favoriser la pertinence ”

3-Structure des notes aux états financiers :

“Les notes aux états financiers doivent être présentées d'une manière comparable d'un
exercice à l'autre. Chaque élément positionné dans le bilan, l'état de résultat et l'état de flux de
15
trésorerie doit faire l'objet d'une référenciation croisée avec les notes correspondantes” .

Les notes aux états financiers sont, en règle générale, présentées dans l'ordre suivant qui
permet aux utilisateurs de comprendre les états financiers et de les comparer avec ceux
16
d’autres entreprises :

13
NCG §69
14
NCG §70
15
SELON NCG§71ET NCG §39
16
SELON NCG§72

29
Chapitre 2 : Elaboration des états financiers et la liasse fiscale : Aspect théorique

(1) Note confirmant le respect des normes comptables tunisiennes ;

(2) Note sur les bases de mesure et les principes comptables pertinents appliqués

(3) Informations afférentes à des éléments figurant dans le corps des états financiers et
qui sont de nature à favoriser une présentation fidèle

(4) Note sur la variation des capitaux propres et le résultat par action :

Les notes doivent renseigner les utilisateurs des états financiers sur la variation des
17
capitaux propres et sur la détermination du résultat par action .

NB : Les renseignements sur la variation des capitaux propres doivent permettre de


réconcilier, pour chaque poste, les montants du début de la période avec les montants de
fin de période en indiquant l'origine de chaque mouvement.

L'entreprise peut aussi présenter l'état de variation des capitaux propres comme une
composante à part entière des états financiers et le résultat par action en bas de l'état de
résultat ou dans un état séparé.

(5) Soldes intermédiaires de gestion :

Pour les besoins d'agrégation à l'échelle sectorielle ou nationale, les entreprises publient
leurs soldes intermédiaires dans les notes aux états financiers conformément au modèle fourni
par la norme comptable générale.

(6) Présentation des charges selon leur nature dans la méthode de référence

Au cas où l'entreprise utilise la méthode de référence, elle doit obligatoirement fournir


18
l'information sur la nature des charges dans les notes aux états financiers

A l'inverse, lorsque l'entreprise présente ses résultats selon le modèle autorisé, elle est
encouragée à présenter un tableau de passage des charges par nature aux charges par
destination.

(7) autres informations portant sur :

Les éventualités, engagements et autres divulgations financières et des divulgations à


caractère non financier.

17
SELON NCG§83, alinéa 1
18
SELON NCG §45

30
Chapitre 2 : Elaboration des états financiers et la liasse fiscale : Aspect théorique

Section 2 : La Liasse fiscale

La liasse fiscale comprend les états financiers établis conformément au système


comptable des entreprises dans cette section, on va définir la liasse fiscale, mentionner ses
objectifs en plus présenter son aspect juridique, ses différents secteurs d’activité, la périodicité
de son dépôt, son procédure de transmission, en autre la description technique des fichiers à
transmettes et en fin on va déterminer les règles d’attribution des noms aux fichiers.

1. Définition de la liasse fiscale

La liasse fiscale (appelée aussi déclaration fiscale des entreprises) correspond à la


déclaration de résultat que l’entreprise doit produire et transmettre à son service des impôts.
Elle comporte une série de déclarations et de documents annexes pour permettre à
l’administration de déterminer le résultat imposable de l'entreprise et le montant de son impôt
à payer (impôt sur le revenu ou impôt sur les sociétés).

Ce service s’inscrit dans le cadre de la dématérialisation des procédures, de la facturation


des démarches aux contribuables et de l’incitation à l’accomplissement des obligations
fiscales.

La liasse fiscale permettra la constitution d’une base de données comptable et fiscale


fiable, génératrice de qualité et de productivité pour l’administration fiscale et éventuellement
pour toute structure concernée par l’information financière et économique.

La liasse fiscale est un ensemble de tableaux standardisées qui ont été établies
conformément aux exigences du système fiscal et du système comptable des entreprises. Le
formalisme XML a été utilisé pour la normalisation informatique de la liasse.

2. Objectifs de la liasse fiscale

La dématérialisation de la liasse fiscale contribuera entre autres à :

− Simplifier et faciliter les procédures administratives aux contribuables, en leur


permettant de développer les traitements informatiques adéquats pour la génération
automatique de l’ensemble des états financiers, à partir de leurs systèmes d’informations
comptables. Ces états peuvent, ensuite, être transmis à distance à l'administration fiscale

31
Chapitre 2 : Elaboration des états financiers et la liasse fiscale : Aspect théorique

− Doter l’administration fiscale d’une base de données comptable et fiscale fiable, qui
rendra possible le traitement et l’analyse automatique des données financières ainsi que le
calcul de certains ratios de gestion et de contrôle.

− Réduire le nombre de supports papiers manipulés et contribuer à l’optimisation de


l’archivage des documents.

3. Aspect juridique de la liasse fiscale

La liasse fiscale est obligatoire pour toutes les entreprises (sauf les auto-entrepreneurs) et
doit obligatoirement parvenir par une voie dématérialisée en 2017.

La liasse fiscale est obligatoire pour toutes les entreprises soumises à un régime réel
(simplifié ou normal) :

Quelle que soit leur statut juridique : entreprise individuelle ou société ;

Quelle que soit leur régime d’imposition : à l’impôt sur le revenu ou à l’impôt sur les
sociétés ;

Quelle que soit leur catégorie d’imposition : Bénéfices Industriels et Commerciaux


(BIC) ou Bénéfices Non Commerciaux (BNC).

Les auto-entrepreneurs et micro-entrepreneurs n’évoluent pas sous un régime du réel


d’imposition. Dans ce contexte, ils ne sont pas concernés par l’obligation de remplir une
liasse fiscale.

4. Secteur d’activité de la liasse fiscale

La liasse fiscale concerne les secteurs suivants :

Secteur des banques et des établissements financiers

Secteur des assurances et des réassurances

Secteur des OPCVM (Organismes de placement collectif des valeurs mobilières)

Les autres secteurs d’activités (Cas général)

32
Chapitre 2 : Elaboration des états financiers et la liasse fiscale : Aspect théorique

4.1 Des banques et des établissements financiers

Pour les banques et les établissements financiers :

Pour les banques et les établissements financiers on doit présenter les codes de chaque
document nécessaire à la liasse fiscale (F61)

Tableau 3 : secteur des banques et des établissements financiers

Code document : Libelle


F6101 Bilan actif passif
F6103 Etat de résultat
F6104 Etat de flux de trésorerie
F6105 Etat des engagements hors bilan
F6005 Tableau de détermination du résultat
fiscal à partir du résultat comptable
F6007 Faits marquants de l’exercice

4.2 Secteur des assurances et des réassurances

Pour le secteur des assurances et des réassurances on doit présenter les codes de chaque
document nécessaire à la liasse fiscale (F62).

Tableau 4: Secteur des assurances et des réassurances

Code document : Libelle


F6201 Bilan actif
F6202 Bilan capitaux propres et passif
F6205 Etat de résultat technique de l’assurance et/ou de la réassurance
non vie

F6206 Etat de résultat technique de l’assurance et/ou de la


réassurance vie

F6203 Etat de résultat


F6207 Tableau des engagements reçus et donnés

F6204 Etat de flux de trésorerie-méthode directe

F6205 Tableau de détermination du résultat fiscal a partir du résultat


comptable

F6207 Faits marquants de l’exercice

33
Chapitre 2 : Elaboration des états financiers et la liasse fiscale : Aspect théorique

4.3 Secteur des OPCVM (Organismes de placement collectif des valeurs mobilières)

Pour les OPCVM on doit présenter les codes de chaque document nécessaire à la liasse
fiscale (F63).

Tableau 5: Secteur des OPCVM (Organismes de placement collectif des valeurs


mobilières)

Code document : libelle


F6301 Bilan actif passif
F6303 Etat de résultat
F6304 Etat de variation de l’actif net
F6005 Tableau de détermination du résultat fiscal à partir du résultat
comptable

F6006 Notes, principes comptables appliqués


F6007 Faits marquants de l’exercice

4.4 Les autres secteurs d’activités (cas général)

Pour les autres secteurs d’activités réassurances on doit présenter les codes de chaque
document nécessaire à la liasse fiscale (F60)

Tableau 6: les autres secteurs d’activités (Cas général)

Code document Libelle


F6001 Bilan actif
F6002 Bilan passif
F6003 Etat de résultat
F6004 Etat de flux de trésorerie modèle de
référence ou modèle autorisé
F6005 Tableau de détermination du résultat fiscal à partir du
résultat comptable

F6006 Notes, principes comptables appliqués


F6007 Faits marquants de l’exercice

34
Chapitre 2 : Elaboration des états financiers et la liasse fiscale : Aspect théorique

5. Périodicité et échéancier de dépôt

La liasse fiscale doit être déposée dans le même délai que les déclarations de l’impôt sur
les sociétés ou de l’avance due par les sociétés de personnes et assimilées ou de l’impôt sur le
revenu des personnes physiques.

La liasse peut être provisoire ou définitive, initiale ou rectificative.

Si la liasse définitive a été déposée, le transfert d’une liasse provisoire n’est plus
possible.

6. Procédure de transmission

Le dépôt de la liasse fiscale nécessite que le contribuable soit un obligatoire ou par option
ou système de la télé déclaration et du télépaiement. Ledit dépôt s’effectue en accédant au site
de l’administration fiscale www.impots.finances.gov.tn,en choisissant .

La rubrique « service en ligne » puis le service « liasse fiscale », en utilisant un certificat


électronique et en saisissant le mot de passe de liquidation pour les entreprises ayant opté à
autre cas sachant que pour les entreprises ayant mandaté un professionnel pour télé décaler à
leur lieu et place, le dépôt doit être effectué par ce dernier.

7. Description technique des fichiers à transmettre

7.1 Le format

Le choix s’est porté sur « XML schémas » comme norme pour la formalisation de la
liasse fiscale. Ainsi, les fichiers à communiquer utiliseront le format XML (extensible
Markuplanguage). Ces fichiers doivent respecter la version XML 1.0 être encodés en UTF-8.

Le format des fichiers XML à transmettre est décrit au sein de fichiers « XML schéma »
(appelé aussi schéma XSD). Ces fichiers permettent de définir la structuration des documents
ainsi que les types et les formats des données. Les fichiers « XML schéma » sont également
utilisés pour vérifier la validité des fichiers. Les fichiers schéma XSD téléchargeables à partir
du site internet www.impots.finances.gov.tn,

Le présent cahier des charges ainsi que des exemples de fichiers XML peuvent y être
consultés.

35
Chapitre 2 : Elaboration des états financiers et la liasse fiscale : Aspect théorique

Chaque modèle de document composant la liasse sera matérialisé par un fichier XML,
qui doit être conforme à un schéma XML spécifique.

Tableau 7: le format technique du fichier

Code de document Fichiers schéma XSD correspondant


F6001 F6001_2015 .XSD
F6002 F6002_2015 .XSD
F6003 F6003_2015 .XSD
F6004 F6004_2015 .XSD
F6005 F6005_2015 .XSD
F6007 F6007_2015 .XSD
F6101 F6101_2015 .XSD
F6103 F6103_2015 .XSD
F6104 F6104_2015 .XSD
F6105 F6105_2015 .XSD
F6201 F6201_2015 .XSD
F6202 F6202_2015 .XSD
F6203 F6203_2015 .XSD
F6204 F6204_2015 .XSD
F6205 F6205_2015 .XSD
F6206 F6206_2015 .XSD
F6207 F6207_2015 .XSD
F6301 F6301_2015 .XSD
F6303 F6303_2015 .XSD
F6304 F6304_2015 .XSD
F6401 F6401_2015 .XSD
F6403 F6403_2015 .XSD
F6404 F6404_2015 .XSD

8. Règles d’attribution des noms aux fichiers

Chaque fichier doit être nommé selon le modèle : concaténation des éléments suivants :

• Code documents

• Matricule fiscale du déclarant (composé de 7 chiffres et une lettre clé)

• Exercice. Ces champs sont à séparer par le caractère (tiret), et l’extension du fichier
prend la valeur « .XML »

[Code formulaire] - [matricule fiscal] -[exercice].xml6


Exemple : pour le document « Bilan actif » de code « F6001 », déposé par un
contribuable dont le matricule fiscal est « 0008518M », et concernant l’exercice 2014, alors
les fichiers sera nommé comme suit : F6001-0008518M-2014.XML

36
Chapitre 2 : Elaboration des états financiers et la liasse fiscale : Aspect théorique

37
Chapitre 3 : Etude de cas pratique : La société XYZ

Chapitre 3 : Elaboration des états financiers et


la liasse fiscale:
fiscale cas de la société XYZ

38
Chapitre 3 : Etude de cas pratique : La société XYZ

Section 1. Présentation juridique de la société (XYZ)

Notre travail théorique est complété par un cas pratique étudié dans le cadre de notre
projet effectué dans le cabinet comptable de madame Sonia AFFES et traitant la question de
l’élaboration des états financiers et la liasse fiscale de la société XYZ

Tableau 8 : La présentation juridique de la société (XYZ)

Entête

Matricule fiscale 1258&&B/M/A


Nom et prénom ou raison sociale Société XYZ
Activité Vente des électro ménager
Adresse MAHRES
Exercice 2018/2019
Date début de l’exercice 01/01/2019
Date clôture de l’exercice 31/12/2019
Forme juridique Société à responsabilité limité
Siège social Mahres

Section 2. Les états financiers de la société <<XYZ>>

La loi n°96-112 du 30/12/96 instituant le nouveau système comptable des entreprises en


Tunisie a été pratiquée par l’entreprise. Nous déclarons la conformité de notre comptabilité
aux principes comptables généralement admis en Tunisie.

1. Bilan actif :

Le bilan de la société XYZ pour les années 2018-2019 présente les actifs du bilan.

Les actifs regroupent dans le code F6001 comportent les actifs non courants et les actifs
courants.

39
Chapitre 3 : Etude de cas pratique : La société XYZ

40
Chapitre 3 : Etude de cas pratique : La société XYZ

41
Chapitre 3 : Etude de cas pratique : La société XYZ

42
Chapitre 3 : Etude de cas pratique : La société XYZ

Les actifs non courants tels que les immobilisations incorporelles, corporelles et
financière sont extraites directement à partir de la balance générale et la même chose pour les
actifs courants.

2. Bilan passif

Le bilan de la société XYZ pour les années 2018-2019 présente les passifs du bilan

43
Chapitre 3 : Etude de cas pratique : La société XYZ

Les passifs sont regroupés dans le code F6002 suivent la même règle des actifs.

44
Chapitre 3 : Etude de cas pratique : La société XYZ

3. Etat de résultat

Etat de résultat de la société XYZ pour les années 2018-2019

45
Chapitre 3 : Etude de cas pratique : La société XYZ

46
Chapitre 3 : Etude de cas pratique : La société XYZ

Les rubriques de l’état de résultat sont regroupées dans le code F6003

47
Chapitre 3 : Etude de cas pratique : La société XYZ

4. Etat de flux de trésorerie

Etat de flux de trésorerie de la société XYZ pour les années 2018-2019

Les rubriques de l’état de flux sont regroupées dans le code F6004

Selon la liasse fiscale, dans l’exercice net chaque rubrique comporte le montant brut, la
somme des amortissements ce qui donne le montant net.

48
Chapitre 3 : Etude de cas pratique : La société XYZ

Par contre dans l’exercice n-1, il existe le montant net directement.

5. Résultat fiscal

La détermination du résultat fiscal de la société XYZ pour les années 2018-2019

49
Chapitre 3 : Etude de cas pratique : La société XYZ

50
Chapitre 3 : Etude de cas pratique : La société XYZ

51
Chapitre 3 : Etude de cas pratique : La société XYZ

Les rubriques de résultat fiscal se regroupent dans le code F6005

52
Chapitre 3 : Etude de cas pratique : La société XYZ

A partir de ce tableau, on peut tirer que la liasse fiscale a un avantage comme elle a un
inconvénient :

D’une part, elle est une représentation standardisée. Elle concerne tous les secteurs
d’activité. C’est-à-dire elle est liée à tous les domaines ayant les mêmes codes des documents
ce qui peut être considéré comme un avantage de la liasse fiscale.

D’autre part, elle est une représentation par ligne ce qui permet une lecture difficile des
états financiers au contraire de la règle de la comparabilité, on peut dire donc que c’est un
inconvénient de la liasse fiscale.

Conclusion

La comptabilité et la fiscalité sont deux disciplines autonomes qui partagent les mêmes
concepts mais répondant à des objectifs différents. La comptabilité permet de mesurer les
résultats de l’entreprise à travers le recensement des flux économiques. Son objectif est la
description de sa situation financière, l’état de son patrimoine ainsi que de ses performances.
Elle a pour but aussi de satisfaire les besoins des investisseurs à risque, les actionnaires et les
bailleurs de fonds. Alors que la fiscalité a pour but de déterminer les principes et règles
d’évaluation du bénéfice imposable et les modalités de taxation de celui-ci. C’est pour cela les
divergences au niveau des résultats, comptable et fiscal sont très concevables.

53
Conclusion générale

Conclusion générale

A l’issue de ma formation de Licence Appliquée en Gestion, j’ai effectué un stage de fin


d’études au sein d’un cabinet comptable de madame Sonia AFFES qui s’est étendu sur une
durée de quatorze semaines,01/02/2020 au 15/03/2020 et de 04/05/2020 au 20/06/2020.

Ce stage m’a permis de tester mes capacités d’analyse et de synthèse, et de faire une
comparaison entre application théorique et application pratique. A mon avis, je crois que tous
ces points paraissent clairs au niveau d’un cabinet de comptabilité, parce que j’étais devant
diverses applications qui se différent les unes des autres.

En effet, après ma rapide intégration au sein de l’équipe du cabinet, j’éprouve


aujourd’hui une certaine fierté pour avoir apporté une modeste contribution, en réalisant
plusieurs tâches. J’ai donc réussi à développer de nombreuses qualités, comme l’autonomie, la
rigueur et la confiance en soi, et à acquérir une maturité professionnelle et personnelle.

Aussi, cette expérience a été pour moi l’occasion de réaliser le gap « positif » existant
entre la formation théorique acquise tout au long de mon cursus universitaire, et le côté
pratique des choses, découvert au niveau de ce stage. En effet, grâce à cette brève immersion
dans le monde professionnel, j’ai pu voir que théorie et pratique se complètent mais la théorie
reste la base la plus solide pour la réussite de la comptabilité.

Pour conclure, je tiens à exprimer ma satisfaction d’avoir travaillé dans de bonnes


conditions matérielles et dans un environnement agréable.

54
Bibliographique

Bibliographie

lois

 L’article 18 de loi comptable

 L’article 19 de loi comptable

Norme :

 Norme comptable générale

 NCT 1, NCT14

 IAS1 : événement postérieurs à la date de clôture

Ouvrage :

 Raouf YAICH : Préparation et présentation des Etats financiers, les éditionsRaouf


YAICH 2000

Les sites web

 www.impot.finance.gov.tn

 www.procomptable.com

 www. L’expert comptable.com

Autres

 Mme Inès FEKHFEKH : « Cours élaboration des états financiers » , ISAAS 2019

 Système comptable des entreprises

55
Annexes

Annexes

56
Table de matière
Introduction générale ............................................................................................................... 1

Chapitre 1 :Présentation du lieu de stage et les tâches effectuées ....................................... 3

Section1 : Présentation du lieu de stage ................................................................................. 4


1-Description du cabinet « Sonia AFFES » : .................................................................... 4
1.1 La clientèle : .............................................................................................................. 5
1.2. Les services offerts par le cabinet : .......................................................................... 5
1.3. Présentation des tâches attribuées : .......................................................................... 6
1.3.1. Le processus de tenue de comptabilité .............................................................. 6
1.3.1.1. Comptabilité centralisatrice : ...................................................................... 6
1.3.1.2. La comptabilité auxiliaire ........................................................................... 6
1.3.1.3. La saisie ...................................................................................................... 6
1.3.1.4. Le rapprochement bancaire ......................................................................... 7
1.3.2. La correspondance entre les méthodes pratiques dans l’univers de travail et les
connaissances théoriques acquises .............................................................................. 8
Section 2 : Les tâches effectuées au cours de la période de stage : ........................................ 9
Conclusion : .......................................................................................................................... 10

Chapitre 2 : Élaboration des états financiers et la liasse fiscale : Aspect Théorique ....... 11

Section 1 : Elaboration des états financiers .......................................................................... 12


1. Généralité sur les états financiers : ............................................................................... 12
A- Définition des états financiers et choix de modèle .................................................. 12
1.1. Définition des états financiers ......................................................................... 12
1.2. Choix du modèle d’états financiers ................................................................. 12
2. Les différentes composantes des états financiers et leurs élaborations ........................ 14
A-Bilan : ........................................................................................................................ 14
1-Définition : ............................................................................................................. 14
2. Les éléments du bilan ............................................................................................ 15
2.1. Définition et prise en compte de l'actif ........................................................... 15
2.2. Définition et prise en compte du passif........................................................... 15
2.3. Définition des capitaux propres ...................................................................... 15
3. Distinction entre poste et rubrique......................................................................... 15
Rubrique du Bilan .................................................................................................. 16
4. Informations à présenter dans le corps de bilan .................................................... 17
B-L’état de résultat ........................................................................................................ 19
1- Définition .............................................................................................................. 19
2- Les éléments de l’état de résultat : ........................................................................ 19
2-1 Définition et prise en compte des revenus : ..................................................... 20
2-2Définition et prise en compte des gains : .......................................................... 20
2-3Définition et prise en compte des charges : ...................................................... 20
2-4Définitions et prise en compte des pertes : ....................................................... 21
3- Etat de résultat, présentation autorisée .................................................................. 21
C- L’état de flux de trésorerie ....................................................................................... 24
1- Généralité sur l’états de flux de trésorerie............................................................. 24
1-1- Définition de l’état de flux ............................................................................. 24
1-2- Modèles d'état de flux de trésorerie : ............................................................. 25
2-Règles d'élaboration de l'état de flux de trésorerie : ............................................... 25
2.1- Les flux de trésorerie liés aux activités d'investissement ............................... 26
2.2- Les flux de trésorerie liés aux activités de financement ................................. 26
2.3- Les flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation .................................... 27
3- Construction de l'état de flux de trésorerie : .......................................................... 27
3.1 -La méthode directe : ....................................................................................... 27
3.2- La méthode indirecte : .................................................................................... 28
D -Les notes aux états financiers ................................................................................... 28
1 -Définition .............................................................................................................. 28
2 -Objectifs des notes aux états financiers................................................................. 29
3-Structure des notes aux états financiers : ............................................................... 29
Section 2 : La Liasse fiscale ................................................................................................. 31
1. Définition de la liasse fiscale ........................................................................................ 31
2. Objectifs de la liasse fiscale .......................................................................................... 31
3. Aspect juridique de la liasse fiscale .............................................................................. 32
4. Secteur d’activité de la liasse fiscale............................................................................. 32
4.1 Des banques et des établissements financiers ......................................................... 33
4.2 Secteur des assurances et des réassurances ............................................................. 33
4.3 Secteur des OPCVM (Organismes de placement collectif des valeurs mobilières) 34
4.4 Les autres secteurs d’activités (cas général) ........................................................... 34
5. Périodicité et échéancier de dépôt ............................................................................. 35
6. Procédure de transmission ......................................................................................... 35
7. Description technique des fichiers à transmettre ....................................................... 35
7.1 Le format ................................................................................................................. 35
8. Règles d’attribution des noms aux fichiers ............................................................... 36

Chapitre 3 : Elaboration des états financiers et la liasse fiscale: cas de la société XYZ .. 38

Section 1. Présentation juridique de la société (XYZ) ......................................................... 39


Section 2. Les états financiers de la société <<XYZ>> ....................................................... 39
1. Bilan actif : ................................................................................................................ 39
2. Bilan passif ................................................................................................................ 43
3. Etat de résultat ........................................................................................................... 45
4. Etat de flux de trésorerie ........................................................................................... 48
5. Résultat fiscal ............................................................................................................ 49
Conclusion ............................................................................................................................ 53

Conclusion générale ............................................................................................................... 54

Bibliographie........................................................................................................................... 55

Annexes ................................................................................................................................... 56