Vous êtes sur la page 1sur 12

Le terme adsorption a été inventé pour la première fois en 1881 par un physicien allemand

nommé Heinrich Kayser. L'adsorption est souvent décrite comme un phénomène de surface
où les particules sont attachées à la couche supérieure du matériau. Il implique
normalement les molécules, les atomes ou même les ions d'un gaz, d'un liquide ou d'un
solide à l'état dissous qui est attaché à la surface.
L'adsorption est principalement une conséquence de l'énergie de surface. Généralement,
les particules de surface qui peuvent être partiellement exposées ont tendance à attirer
d'autres particules vers leur site. Il est intéressant de noter que l'adsorption est présente
dans de nombreux systèmes physiques, naturels, biologiques et chimiques et trouve son
utilisation dans de nombreuses applications industrielles.

Le but de ce travail est d’étudier la cinétique de l’adsorption de micropolluant bleu de


méthylène sur des charbons activés microporeux.

1
L’adsorption :
L'adsorption est un processus qui implique l'accumulation d'une substance dans des
espèces moléculaires à une concentration plus élevée à la surface. Si nous regardons
l'hydrogène, l'azote et l'oxygène, ces gaz s'adsorbent sur le charbon actif. En attendant,
nous devons noter que l'adsorption est différente de l'absorption. Les deux processus
impliquent des mécanismes totalement différents.
Pour le processus d'adsorption, deux composants sont nécessaires :
Adsorbat: substance déposée à la surface d'une autre substance. Par exemple, les
gaz H2, N2 et O2.
Adsorbant: Surface d'une substance sur laquelle adsorbé s'adsorbe. Par exemple,
charbon de bois, gel de silice, alumine.

Types d'adsorption :
Sur la base des forces d'interaction entre l'adsorbat et l'adsorbant, l'adsorption est de deux
types.
Adsorption physique:
Ce type d'adsorption est également connu sous le nom de physisorption. Cela est dû aux
faibles forces de Van der Waals entre l'adsorbat et l'adsorbant.
Par exemple, les gaz H2 et N2 s'adsorbent sur le charbon de bois de noix de coco.
Adsorption chimique:
Ce type d'adsorption est également connu sous le nom de chimisorption. Cela est dû à de
fortes forces chimiques de type liaison entre l'adsorbat et l'adsorbant. On peut prendre
l'exemple de la formation de nitrure de fer en surface lorsque le fer est chauffé dans du gaz
N2 à 623 K.
L'adsorption de gaz sur un solide est une réaction exothermique spontanée. La quantité de
chaleur libérée lorsqu'une unité de masse d'un gaz est adsorbée sur la surface est appelée
chaleur d'adsorption.
Applications de l'adsorption
1) Masques de pollution atmosphérique:

2
Ceux-ci se composent de gel de silice ou de poudre de charbon actif, lorsque la poussière
ou la fumée sont suspendues à travers eux, ces particules sont adsorbées à la surface de ces
matériaux.
2) Séparation des gaz rares par le procédé de flacon de Dewar:
Un mélange de gaz nobles de Ne, Ar, Kr est passé à travers le ballon de Dewar en présence
de charbon de bois de noix de coco chauffé. Les gels d'argon et de krypton sont adsorbés
en laissant Neon.
3) Purification de l'eau:
En ajoutant de la pierre d'alun à l'eau, les impuretés sont adsorbées sur l'alun et l'eau est
purifiée.
4) Élimination de l'humidité et de l'humidité:
L'humidité dans l'air est éliminée en plaçant du gel de silice sur lequel l'eau moléculaire est
adsorbée.
5) Chromatographie d'adsorption:
Il est utilisé pour séparer les pigments et les hormones.
6) Méthode d'échange d'ions:
Dans cette méthode d'élimination de la dureté de l'eau, les ions calcium et magnésium sont
adsorbés à la surface de la résine échangeuse d'ions
7) En métallurgie:
Dans le processus de flottation de la mousse de concentration du minerai, la particule est
adsorbée sur la mousse.

Comment l'adsorption a-t-elle lieu ?


Il s'agit d'un transfert d'une phase liquide contenant
l'adsorbat vers une phase solide avec rétention des
solutés à la surface du charbon actif appelé adsorbant.
L'adsorption peut être décomposée en quatre étapes:
Etape 1 Transfert de la particule Très rapide
Etape 2 Déplacement de l'eau liée jusqu'à être en
contact du charbon Rapide
Etape 3 Diffusion à l'intérieur du charbon sous l'influence
du gradient de concentration. Lente
Etape 4 Adsorption dans une micropore. Très rapide
3
Le niveau d'activité de l'adsorption est basé sur la concentration de la substance dans l'eau,
la température et la polarité de la substance. Une substance polaire (soluble dans l'eau) ne
peut pas ou est très mal supprimée par le charbon actif, alors qu'une substance non polaire
peut être totalement supprimée par le charbon actif. L'adsorption est moins efficace contre
les solvants polaires et les composés chlorés avec une faible charge moléculaire.
L'adsorption des composés ionisés est faible. Toute sorte de charbon a sa propre isotherme
d'adsorption.

Cinétique d’adsorption :
L’étude cinétique permet d’obtenir des informations sur les mécanismes d’adsorption, en
particulier sur les mécanismes de transfert et de diffusion pendant le processus
d’absorption.
La quantité d’adsorbat adsorbet par unité de masse d’absorbant, et calculée en utilisant la
formule suivante :
(𝐶0 − 𝐶𝑡) ∗ 𝑉
𝑞=
m
D’où :
C0 et Ct(mg/l) : Concentrations d’adsorbat à l’état initial à l’instant t(min).
V(l) : Volume de la solution.
m(mg) : masse de l’adsorbant.
Deux modeles ont était largement utilisé pour décrire d’adsorption :
ⅆ𝑞
*Le modèle cinétique du pseudo-premier-ordre est exprimé comme suit: = 𝐾(𝑞𝑒 − 𝑞𝑡)
ⅆ𝑡

L’intégration de cette équation Donne l’équation linière si-dessous :


Ln(qe-qt) = ln qe – K1 t
Avec qe et qt : Quantité d’adsorbat adsorbé sur 1g d'adsorbant (mg/g) à l’équilibre et au
temps t.
K1 : Constante de vitesse de Largergren pour un processus d’ordre 1 (𝑚𝑖𝑛−1 ).
*Le modèle cinétique du pseudo deuxième ordre et exprimer comme suit :
𝑑𝑞
= 𝐾2 (𝑞𝑒 − 𝑞𝑡 )2
𝑑𝑡
L’intégration de cette équation Donne l’équation linière si-dessous :
𝑡 1 𝑡
= +
𝑞 𝐾2 𝑞𝑒2 𝑞𝑒
4
𝐾2 : constante de vitesse de lagergren de la réaction d’ordre 2 (mg/g.min).

Matériels utilisés : Produits utilisés :


*Agitateurs magnétiques. *Charbon actif.
*Erlenmeyers. *Solution de bleu de méthylène.
*Balance analytique.
*Pipette pasteurisé.
*Barreau magnétique.
*Centrifugeuse.
*Spectroscopie UV-Visible .
*Entonnoir.
*Seringue.
*Spatule.
*Verre de montre.
*Éprouvettes graduées.

Roles des produits et matériels utilisés:


Matériels :
1. Spectrophotomètre : Est un instrument permettant de réaliser une mesure
spectrophotométrique. Un spectromètre, ou spectroscope, est un appareil qui permet
d’effectuer une mesure spectrométrique de l’absorbance d’une solution à une longueur
d’onde donnée ou sur une région donnée du spectre.
2. Balance analytique : conçue pour la mesure extrêmement précise de petits
échantillons.
3. centrifugeuse: est un appareil destiné à imprimer une accélération, grâce à un
mouvement de rotation, à un mélange liquide-solide par exemple, un colloïde). Le plus
souvent, le mélange est déposé dans un récipient perforé de multiples orifices, la taille de
ceux-ci étant suffisamment grande pour laisser passer le liquide et assez petite pour
5
empêcher le passage du solide. Ce type d’appareil peut aussi servir à séparer les mélanges
constitués de parties ayant une densité différente.
Produits :
1. Charbon actif : Est un matériau constitué essentiellement de matière carbonée à
structure poreuse. Est présente en générale une grande surface spécifique qui lui confère
un font pouvoir adsorbant.
2. Bleu de méthylène : Est un colorant souvent utilisé en biologie. Il peut servir à colorer des
bactéries pour les visualiser au microscope.

Mode opératoire :
1.Tous d’abord, on mesure dans la balance une masse de 0.1g de charbon actif (adsorbant)
dans un verre de montre, ensuit on verse cette quantité dans un erlenmeyer à l’aide d’un
entonnoir.
2.On ajoute 100 ml de bleu de méthylene de concentration initiale 30 mg/l .

Entonnoir

Balance Eprouvette

Fiole jaugé

Solution
Charbon BM
(30mg/l)
actif

*On place l’erlenmeyer dans un agitateur magnétique, et après chaque 10min on prélève
avec la seringue 5ml.

6
Erlenmeyer

Solution BM+ Charbon actif

Agitateur
Magnétique

puis on la met dans une centrifugeuse pour éliminer la partie solide et homogénéiser la
solution.

Ensuit, on mesure l’absorbance des solutions prélevés avec le spectrophotomètre.

7
3.On prépare 5 solution de bleu de méthylene à différents concentration connues (1 ; 2 ;
2.5 ; 5 ; 10 mg/l ) d’après une solution mère de 30 mg/l .

4. On fait le balayage de spectrophotométrie pour connaitre λ𝑚𝑎𝑥 = 660 nm.


On commence de mesurée l’absorbance par la solution moins concentrée , on doit agiter
bien les solutions avant de calculer l’absorbance.

8
1) Tableau 1 :
Concentratio(mg/l) 1 2 2.5 5 10
Absorbance 0.273 0.389 0.498 0.629 1.615

2) La courbe d’étalonnage : A=f(C)

La courbe d'étalonnage de l'absorbance en


fontion de la concentration.
1,8
1,6
1,4
1,2
Absorbance

1
0,8 y = 0,1585x
0,6 R² = 0,9838
0,4
0,2
0
0 2 4 6 8 10 12
Concentration (mg/l)

D’après la courbe d’étalonnage on aura une courbe droite qui passe par l’origine de forme Y= ax .

Y=0.1585 x et on a l’équation A=a.C Alors, A = 0.1585C


𝐴
Donc on peut calculer la concentration inconnu dans les erlenmeyers par cette relation : C =0.1585 .
0.273
AN : C = 0.158 = 1.72 mg/l

3) On calcule q (mg/g) :
(𝑪𝟎−𝑪𝒕)∗𝑽 (𝟑𝟎−𝟑.𝟑𝟐)×𝟏𝟎𝟎)
On a : 𝒒𝒕 = 𝐦
AN : 𝒒𝒕 = 𝟏𝟎−𝟑
= 26.68 mg/l.

4) Tableau 2 :
Temps d’agitation 10 20 30 40 50 60
(min)
Absorbance 0.075 0.002 0.024 0.009 0.01 0.01
Concentration(mg/l) 3.32 0.03 0.45 0.17 0.06 0.06
Quantité 𝒒𝒕 26.68 29.97 29.55 29.83 29.94 29.94

9
5)-Détermination le temps d’équilibre te et qe :
On a : te=60min et qe=29.94mg/g
*Détermine k1 et qe :
On trace la courbe ln(qe-qt) en fonction de tempe (t)
*Calcule ln(qe-qt) :
Pour t=10min on a qt=26.68mg/g et qe=29.94mg/g
Donc ln(29.94-26.68)=1.18
Pour t=20min on a qt=29.97mg/g et qe=29.94mg/g
Donc ln(29.94-29.97)=0
Pour t=30min on a qt=29.82mg/g et qe=29.94mg/g
Donc ln(29.94-29.55)=-0.94
T(min) 10 20 30 40 50 60

ln(qe-qt) 1.18 0 -0.94 -2.20 0 0

La courbe Ln(qe-qt) en fontion de temps (t)


1,5

0,5

0
Ln(qe-qt)

0 10 20 30 40 50 60 70
-0,5

-1

-1,5

-2

-2,5
y = -0,020x + 0,389
R² = 0,113 t(min)

La forme expérimentale : ln(qe-qt) =ax+b


l’équation linéaire théorique : ln(qe-qt) = lnqe-k1t
Par identification de l’equation linéaire et théorique on aura: b=ln qe , a= k1
détermination la pente k1 :
-a=-0.02 =- k1 alors : K1=0.02

10
détermination de qe :
on a : b= lnqe
donc : lnqe c’est le point d’intersection avec l’axe y
lnqe=b=0.389 Alors : qe=1.48mg/g
Détermine k2et qe :
On trace la courbe t/qe en fonction de tempe (t)
Calcul de t/qe :

T(min) 10 20 30 40 50 60
t/qe 0.3 0.6 1 1.3 1.6 2

La courbe t/qe en fontion de temps (t)


2,5
t/qe

1,5

0,5

0
0 10 20 30 40 50 60 70

t(min)
y = 0,033x - 0,046
R² = 0,997

La courbe est une droite qui ne passe pas par l’origine de forme y=ax+b
𝑡 1 𝑡
Par identification avec l’équation théorique linéaire = +
𝑞 𝐾2 𝑞𝑒2 𝑞𝑒

1
On trouve : a= = 0.033 Alors : qe=30.30 mg/g
𝑞𝑒
1
Et : b= = 0.046 Alors : K2=0.024 mg/g.min
𝐾2 𝑞𝑒2

11
On a trouve que l’absorption de BM obéit-elle au pseudo de second ordre car :
*qe(exp)=29.94mg/g proche de qe(calculé)=30.30mg/g
*R2d’ordre 2 > R2 d’odre 1

Conclusion :

Dans ce tp on a étudier la fixation de bleu de méthyléne sur le charbon actif pour déterminer l’absorbance et la
concentration .

D’après les résultats On a trouve que l’absorption de BM obéit-elle au pseudo de second ordre .

12

Vous aimerez peut-être aussi