Vous êtes sur la page 1sur 15

2019

GUIDE
METHODOLOGIQUE
POUR LE CONTROLE
DES C.E.S et C.E.T
En application des dispositions de
l'instruction Ministérielle
N 01/2018 du 19/12/2018

ORGANISME NATIONALE DE CONTROLE TECHNIQUE DE LA CONSRUCTION


DIRECTION DES TECHNIQUES ET METHODES
31/01/2019
PREAMBULE

Le présent Guide Méthodologique pour le contrôle des Corps d'Etat Secondaires C.E.S et Corps d'Etat
Techniques C.E.T, est établi pour les besoins de l'ingénieur contrôleur lors de l'exercice de sa mission, dans
le cadre de l'application des dispositions de l'Instruction Ministérielle N°01/2018 du 19/12/2018, destinée
aux promoteurs publics OPGI, ENPI, AADL, Directions de logement et des Equipements Publics, qui les instruit
d'étendre la mission traditionnelle de contrôle technique confiée au CTC, pour Inclure le contrôle de
conformité des Corps d'Etats Secondaires et Techniques, en raison des Anomalies et malfaçons apparentes
constatées dans la mise en œuvre des Corps d'Etat Secondaire et Techniques afin d'atteinte les objectifs de
sécurité, de service et de confort.

Sont cités à titre d'exemple:


- défauts de planéité et d'aplomb des murs de maçonnerie.
- Hourdage des joints.
- Mauvaise exécution des enduits et des revêtements, du Peinturage, et de pose des menuiseries,
- Malfaçons et disfonctionnement suite à la mise en œuvre des installations électriques, de gaz et de
plomberie sanitaire.

Aussi, en extension à la mission de contrôle qui porte sur la Solidité des ouvrages et des éléments
d'équipements indissociables dans le cadre de la Normalisation du Risque (Mission M1), les Missions de
contrôle des C.E.S et C.E.T pour les logements et équipements publics, s'amorcent, conformément au mode
opératoire arrêté par la Direction Générale du CTC.
A cet effet, et afin de formaliser ces aspects, la Direction Général du CTC à instruit l'élaboration du présent
guide méthodologique, lors de la réunion de coordination du 30/12/2018.

Ce Guide établi, pour servir l'ingénieur contrôleur, vient synthétiser à travers des Fiches Méthodologiques de
Contrôle, les points d'arrêts de contrôle et de vérification qui permettront à l'ingénieur du CTC, d'établir ses
propres repères pour atteindre et cibler les exigences réglementaires.

Le présent document est le fruit du travail collaboratif et diligent des Référents Techniques des cinq (05)
Directions Régionales, Est- Centre - Ouest - Sud-est et Sud-ouest,

La mise en application sur terrain, du présent Guide, par les Unités Opérationnelles, dont nous attendons le
retour, apportera certainement des améliorations pertinentes et opportunes.

L'étendu des missions de contrôle des C.E.S et C.E.T au logiciel Méthodologique RCTC suivra.

2/15
I- MODE OPERATOIRE:

1- Pour le contrôle des C.E.T le mode opératoire est déjà mis en place. Aussi cette mission de
contrôle doit s'effectuer conformément aux dispositions de l'Instruction Interne N1-25 du
08/08/2018 portant sur les missions :
i. M2: Electricité.
ii. M3: Plomberie/Sanitaires/Gaz.
iii. M4: Chauffage - Climatisation-Ventilation
Tout en assurant une couverture suffisante des chantiers contrôlés.

2- Pour le contrôle des C.E.S, le Présent Guide Méthodologique est Elaboré pour orienter l'ingénieur
contrôleur dans l'exécution de cette mission qui porte sur le contrôle de l'exécution des travaux
de Maçonneries, enduits, revêtement, peinture / vitrerie, et Menuiseries, et ce en se basant sur
les référentiels techniques et Normatifs en vigueurs.
De ce fait, les ingénieurs contrôleurs devront poursuivre leur visite de contrôle sur site, même à
l'issue de l'achèvement des travaux de Gros Œuvres objet de la Mission M1.
Le nombre et la fréquence des visites se verront systématiquement augmenter.

3- Pour le contrôle des lots liés à des produits dont le contrôle est astreint à la certification de ces
produits, un contrôle documentaire sera établi et portera sur la vérification de la qualité du
produit du produit - origine - marquage - performances...etc., vis à vis des exigences Normatives
spécifiées pour ces produits dans les cahiers de Prescription Techniques CCTP.

4- Le Contrôle de l'exécution doit se faire, par sondage des Unités de Contrôle, choisies et arrêtées
par l'ingénieur contrôleur lors de ses visite de contrôle inopinées, ou ciblées préalablement à
l'examen des documents de conception et d'exécution.
Pour se faire, il est important que l'élément contrôlé soit clairement identifiée, par des références
précises sur tout document portant acte d'information.

5- Lors de l’établissement de la recevabilité du dossier technique du projet, l’ingénieur contrôleur


doit réclamer, les documents suivants :
- le CCTP (Cahier des Clauses Techniques Particulières) et éventuellement le Cahier des Clauses
Techniques Générales Travaux (CCTG),
- Les détails d’exécution s'ils existent, ainsi que le plan d’assurance de qualité des travaux, avant
démarrage des travaux.

3/15
En cas d'absence de ces documents, les exigences des Documents Techniques Réglementaires
seront adoptées comme exigences minimales.

6- L’ingénieur contrôleur, doit exiger du maitre de l’œuvre le procès-verbal de réception de ces


ouvrages menuisés. Si la réception n’est pas effectuée, il doit le signaler dans le procès-verbal de
visite de chantier et doit informer le maitre de l’ouvrage par un compte rendu de contrôle
technique que les défauts de fabrication seront difficiles à réparer une fois la pose de ces
ouvrages est exécutée.

7- Toute non-conformité aux dispositions Réglementaires doit être reportée sur le procès-verbal de
visite de chantier et signalée au Maître de l'Ouvrage.

8- Les Fiches Guide de contrôle technique des travaux, ne se substituent pas au Procès Verbal de
Visite de Chantier. Elles constituent la minute de travail de l'ingénieur lors sa visite sur site, et
seront annexées au document d'information du logiciel RCTC Chantier.

9- Ces missions (Contrôle des C.E.S et C.E.T), ne se substituent aucunement aux missions
constitutives de la maitrise d'œuvre et de suivi en bâtiment.

II- TERMES ET DEFINITIONS:

- Les Corps d'Etat Secondaires C.E.S: couvrent l'ensemble des travaux réalisés à l'intérieur d'un bâtiment.
Ils concernent essentiellement les travaux de cloisonnements (Maçonnerie, en sus des lots inclus dans le
clos et couvert), plâtrerie, revêtements sols, revêtements muraux, peinture / Vitrerie, et par conséquent, ils
touchent particulièrement à la qualité de finition qui dépend en grande partie de:

 la qualification des entreprises de réalisation et de leurs sous traitant,


 la maitrise des missions propres aux Maîtrise d'œuvre et Bureaux d'études chargés du suivi de
l'exécution et des travaux.

- Les Corps Techniques C.E.T: Les installations électriques, de plomberie sanitaire et de gaz, de Chauffage-
climatisation-ventilation.

- Acte d'Information: Tout acte technique fait l'objet d'un acte d'information qui permet de matérialiser
l'Avis du Contrôleur.

4/15
III- REFERENTIELS REGLEMENTAIRES:
1- Instruction Ministérielle N° 01/2018 du 19/12/2018 portant obligation de contrôle
Technique des Corps d'Etat Secondaires et Techniques dans le cadre des projets de
réalisation de logements et d'équipements publics.

2- Documents Techniques Réglementaires de Conception - DTR C


N° INTITULE DOCUMENT REF DOC ANNEE

1- Règle de conception et de calcul des maçonneries C- 2.45 1996

2- Réglementation Thermique du bâtiment C-3.2/4 2016

3- Ventilation naturelle : locaux à usage d'habitation C3.31 2005


Conception et calcul des installations de gaz dans des
4- C- 4.2 2016
locaux à usage d’habitation
5- Conception et mise en œuvre des façades rideaux C- 6.1 2016

3- Documents techniques réglementaires d’Exécution - DTR E


N° INTITULE DOCUMENT REF DOC ANNEE

1. Travaux de maçonnerie de petits éléments E- 2.4 1997


Travaux d’isolation thermique et d’étanchéité des toitures
2. 2004
en tôles d’aciers nervurés E- 4.4
3. Travaux de menuiserie en bois E- 5.1 2004

4. Travaux de menuiserie métallique E- 5.2 1997

5. Travaux d’enduits pour bâtiments E- 6.1 1998

6. Travaux d’enduits intérieurs en plâtre E- 6.2.1 2004

7. Règles de mise en œuvre des revêtements de sol E- 6.3 1998

8. Travaux de peinture pour bâtiment E- 6.6 2009


Travaux d’exécution des plaques de parement en plâtre :
9. 2004
Ouvrages verticaux E- 6.2.3
10. Travaux d’exécution de vitrerie miroiterie E-7.1 2014

11. Travaux de plomberie sanitaire E- 8.1 2005


Travaux d'exécution des installations électriques des
12. 2009
bâtiments à usage d'habitation E- 10.1

5/15
IV- METHODOLOGIE DE CONTROLE TECHNIQUE DES CORPS D'ETAT SECONDAIRES:

IV-1: LES MACONNERIES DE REMPLISSAGE

1- Adaptation des caractéristiques déclarées aux caractéristiques nécessaires (Brique): Les matériaux de
base utilisés dans la même partie d’un ouvrage doivent être de même nature, homogènes et présenter une
résistance mécanique identique
Ils ne doivent pas présenter des défauts importants, tels que cassures ou épaufrures.

2- Type de mortier de montage: Il existe 02 types de mortier de montage


-Les mortiers de recettes : Dosés et mélangés sur chantier
-Les mortiers préférentiels : Fabriqués industriellement

3- Stockage de la brique: Les produits de terre cuite destinés à rester apparents doivent faire l’objet de
stockage soigné sur le chantier leur évitant le contact avec les sols humides et les mettant à l’abri des
souillures

4- Hourdage: Il existe deux types hourdage à joint épais ou montage à joints minces

5- Décalage des joints verticaux: Le décalage des joints verticaux de deux assises doit être au minimum égal
au tiers de la longueur de l’élément courant
6- Jointement: Le profil des joints des maçonneries extérieures apparentes doit permettre l’écoulement des
eaux de ruissellement. Les joints saillant ou profond dépassant 2 cm sont déconseillés

7- Jonctions entre mur:


- Parois de même nature : Angle-En Té et Jonction par pénétration partielles
- Parois de natures différentes : Liaison en Té

8- Longueur d’appui des Linteaux: La longueur d’appui sur la maçonnerie ne peut être inférieure à 20 cm

9- Appuis de baies en béton armé, en mortier ou éléments préfabriqués: Ces appuis doivent toujours
présenter une pente vers l’extérieur

10- Disposition pour le Maintien des cloisons de doublage (Agrafes ou Briques): Les attaches (Agrafes ou
briques) sont disposées tous les mètres dans chaque sens

11- Condition de mise en œuvre cloisons de distribution ep 5 et 10 cm ( Pose cloison sur semelle résiliente):
il est nécessaire de poser pour les cloisons ayant une épaisseur brute comprise entre 5 et 10 cm
sur semelle résiliente son épaisseur ne doit pas être inférieure à 1cm

12- Condition d’enduit des cloisons: Les cloisons en briques à une seule rangée verticale d’alvéoles peuvent
être enduites sur les deux faces (Enduit identique) ou sur une seule face ( Enduit doit alors être en plâtre).

6/15
13- Protection contre les remontées d’humidité: Il est impératif d’assurer une protection contre les
remontées d’eau par capillarité.
- Disposition pour Eviter la mise en compression des maçonneries de montage.
- La maçonnerie de remplissage ne devra être montée qu’avec un certain décalage avec la structure
le blocage en tête de ces parois étant lui également différé afin d’éviter leur mise en charge.

14- Vérification des Tolérances Locales (Dimensions d’ouvrages élémentaires): Planéité du mur (au cordon 10
m ; Règle 2.m ou règle 20 cm)
Deux niveaux de tolérances sont à considérer
- Premier Niveau : Cas de maçonnerie brute à enduire
- Deuxième Niveau : Cas de maçonnerie destinée à rester apparente ou enduite finie

IV-2: LES ENDUITS (Ciment - Chaux - Plâtre).

La méthodologie de contrôle technique des travaux qui suit, porte sur la mise en oeuvre des mortiers
d’enduits extérieurs et intérieurs à base de ciment, chaux hydraulique naturelle, chaux hydraulique
artificielle, chaux aérienne et de mélange plâtre-chaux aérienne, appliqués sur les supports nouveaux ou
anciens selon les dispositions du DTR E6.1.

Les domaines non visés par la présente méthodologie et fiches guides :


- L’application directe sur maçonnerie des enduits spéciaux prêts à l’emploi qui font en général l’objet
d’avis technique ;
- Aux enduits à fonctions particulières (enduits d’étanchéité, enduits de cuvelage), aux enduits de
ragréage ou de lissage et aux enduits en plâtre pur, qui font l’objet de documents techniques
spécifiques ;

Règles de base de mise en œuvre à retenir dans la phase d’exécution :

 Les différentes formulations relatives aux enduits doivent faire l’objet d’une étude préalable (Pour
chaque couche) conformément au DTR E6.1 (Tableaux de formulations) accompagné éventuellement,
des essais de convenances ;
 La préparation des supports est obligatoire suivant leur nature (Brique ; béton armé … etc.) [Chap.
03 - P11] ;
 Les enduits intérieurs doivent être exécutés avant les enduits extérieurs [Chap. 03 - P16] ;
 Les enduits intérieurs horizontaux doivent être exécutés avant les enduits intérieurs verticaux
[Chap. 03 - P11] ;
 Les couches d’enduits appliquées mécaniquement doivent contenir deux (02) couches : couche
d’adhérence et couche de finition [Chap. 04 - P18] ;
 Les couches d’enduits appliquées manuellement doivent contenir trois (03) couches : couche
d’accrochage, corps d’enduit ; couche de finition [Chap. 04 - P18-19-20] ;
 Respecter le délai d’application entre les couches suivant le type de couche et mode d’application
[Voir tableaux de formulation et mise en œuvre du DTR E6-1] ;

7/15
 Les reprises dans l’exécution des grandes surfaces doivent être évitées, moyennant les dispositions
adéquates (Ce point doit être traité sur le dossier d’exécution) [Chap. 04 - P18] ;
 Les enduits extérieurs doivent être appliqués par temps clément [Chap. 03 - P13] ;
 Les enduits prêts à l’emploi doivent faire l’objet d’un avis technique [Chap.04 - P21] ;

Points d'arrêt pour le contrôle des enduits sur support neuf :


Exigences de qualité [Chapitre 07 – P32] :
 L’aspect :
Un enduit fini doit présenter un état de surface régulier, de teinte uniforme, soigné. Il doit être exempt de
cloques, soufflures, fissures, et de traces de reprise. Les arêtes doivent être sans écornures, ni épaufrures.
La mise en place des joints doit avoir un aspect final décoratif. Les joints doivent être rectilignes.
Pour le cas des enduits à deux couches (Mécanique, l’uniformité d’aspect ne peut être garantie sans peinture
ou couche de finition.
 Planéité :
La tolérance de planéité mesurée par la flèche prise sous une règle de 02 m doit être au plus égale aux
valeurs suivantes :
 Enduit courant exécuté suivant la méthode dite « Au jeté » : 10 mm
 Enduit courant exécuté suivant la méthode dite « Entre nus et repères » : 05 mm
 Enduit décoratif : 2,50 mm
 Aplomb :
Cette spécification ne s’applique qu’aux enduits exécutés entre nus et repères. L’enduit appliqué dans ces
conditions sur des supports verticaux doit présenter une tolérance de verticalité de 15 mm par hauteur de
03 m.
 Adhérence :
Les enduits doivent adhérer au support. L’adhérence s’apprécie par des coups portés sur l’enduit à l’aide
d’un maillet, les coups ne doivent pas sonner le creux. En cas de doute persistant, la vérification est faite par
surface d’enduit d’au moins 50 m², en effectuant trois carottages traversant toute l’épaisseur de l’enduit en
des points choisis au hasard. Le taux d’adhérence est la moyenne arithmétique des taux d’adhérence
constatés en chacun des points ; ce taux d’adhérence ne devra pas être inférieur à 0,3 MPa.
 Imperméabilité :
Il s’agit d’une exigence essentielle pour les enduits extérieurs. Elle doit être assurée de manière uniforme
sur toute la façade, et particulièrement aux points singuliers. La teinte foncée, l’apparition de fissures, de
traces d’humidité ou de lessivage peuvent constituer des indices d’insuffisance de la perméabilité. En cas de
doute, la vérification est faite à l’essai dit de « la boite de perméabilité ».

Essai de contrôle [Chapitre 07 – P33] :


En cas de non-conformité aux exigences de qualités des enduits réceptionnés, on aura recours à des essais
de qualités des enduits réceptionnés, on aura recours à des essais de contrôle qui devront être menés par
un laboratoire agréé.

L'annexe II du DTR précise les Règles pratiques de mise en œuvre des enduits.

8/15
IV-3: LES REVETEMENTS

Le présent paragraphe définit La méthodologie de contrôle technique des travaux de mise en oeuvre des
Revêtements, durs et souples. Elle concerne les revêtements de sol scellés, plastiques et textiles selon le
DTR E 6.3, et les revêtements de murs intérieurs en carreaux céramiques et assimilés selon DTU 52.2 P1-1-1.
Les domaines non visés par la présente fiche guide :
- Travaux exécutés dans les locaux industriels ou à usage spéciaux qui devront faire l’objet de
prescriptions particulières dans les cahiers des charges ;
- La mise en œuvre des dalles de pierre agglomérées à base de liant résine pour les revêtements de
murs intérieurs ;

Lors du traitement du dossier des corps d’états secondaires (CES), l’ingénieur contrôleur doit vérifier selon
le DTR E6.3 (Chap 01, P09 et 10), les points suivants :
 La nature et la qualité du support sont déterminantes pour la durabilité et la stabilité des
revêtements ;
 Le choix et le type de revêtement et le mode de pose dépend de la nature du support ;
 Les revêtements complémentaires doivent être compatibles avec les revêtements de sol préconisés
en partie courante ;

Règles de base à retenir dans la phase d’exécution :


- Les fiches techniques des différents produits doivent être transmises pour les revêtements scellés
et les avis techniques pour les revêtements de sol en plastiques et en textiles ;
- Classement AMET, ce classement aide l’ingénieur contrôleur en caractérisant les exigences du local
qui sera revêtu ;
- Le principe du classement AMET est le suivant :
 Les locaux font l’objet d’un classement qui caractérise les contraintes que le revêtement va
subir en exploitation ;
 Les revêtements font l’objet d’essai qui permettent d’apprécier leur résistance et, par voie
de conséquence, leur compatibilité avec le local dans lequel ils sont posés ;
- Les quatre lettres AMET signifiant respectivement :
 A : Abrasion ou usure à la marche ;
 M : Actions mécaniques ;
 E : Comportement à l’eau ;
 T : Tenue aux agents chimiques ;

Points d'arrêt pour le contrôle des Revêtements selon disposition du DTR E 6.3 : ils doivent porter sur
la vérification :
1- des travaux préparatoires (état du chantier - état du support (partie courante et marche d'escalier
- seuils - degrés d'humidité) - .
2- du mode de pose du revêtement (par adhérence, par pose directe, par couche de désolidarisation,
types de joints).
3- Exécution des revêtements complémentaires (les plinthes – les seuils et les revêtements des
escaliers) : Se référer au
9/15
4- des Tolérances et exigences sur le revêtement fini (Planéité, Niveau, Alignement des joints)
5- Vérification des conditions de réception de l'ouvrage et d'entretien

Les revêtements de murs intérieurs en carreaux céramiques et assimilés : (DTU 52.2)


 Les carreaux seront soit, scellés directement sur le support à l’aide d’un mortier de ciment et que
l’épaisseur du mortier, après pose, ne doit pas excéder 1,5cm. Soit, collés à la colle spéciale sur un
enduit au mortier du ciment parfaitement dressés ;
 Avant la pose, les carreaux seront trempés dans l’eau propre puis ressuyés en évitant que cette
opération n’est lieu au soleil ou dans les courants d’air ;
 Préparer les surfaces de supports qui seront parfaitement nettoyées avant d’être arrosées et
recouvertes d’un gobetis de 5mm d’épaisseur minimale. Les carreaux seront posés, à joints larges ou
serrés suivant les prescriptions, au mortier appliqué sur une épaisseur de 10mm, minimum et ce sur
toutes la surface des carreaux ;
 Les joints seront remplis au coulis de ciment blanc, parfaitement nettoyés au moyen d’un éponge
humide avant séchage ;

Cas particuliers :
1. Etanchéité des sols par produits hydrocarbonés : (DTR E6.3 Annexe 01 P53 A 59)
La présente annexe s’applique aux travaux d’étanchéité sous carrelage en locaux intérieurs tels que
salles d’eau, grandes cuisines, plages de piscine, salles d’hydrothérapie, etc. Elle ne s’applique pas aux
chambres froides.

2. Prescriptions techniques d’exécution des enduits de lissage des sols intérieurs (DTR E6.3
Annexe 02 P61 A 63)
La présente annexe précise les conditions générales d'emploi et de mise en œuvre des produits de
lissage pour la préparation des supports en vue de la pose des revêtements de sol plastiques et
textiles.

IV-4: LES MENUISERIES:

Les malfaçons que présentent les ouvrages de menuiserie sur chantier ont pour origine la méconnaissance
des dispositions de mise en œuvre. L’infiltration des eaux engendre des désordres et l’infiltration de l’air
(Froid ou Chaud) engendre un surcout de consommation d’énergie.

Les ouvrages menuisés en bois, en métal, en aluminium, ou bien en PVC, sont souvent fabriqués (assemblés)
de manière industrielle. Ils ne peuvent être exempts d’irrégularités d’aspect et/ou de défauts provenant du
processus de traitement des surfaces que des opérations d’assemblage.

Ces ouvrages de menuiserie doivent être réceptionnés par le maitre de l’œuvre dès leur livraison, au plus
tard, avant leur mise en œuvre (ou pose). Lors de cette réception, la conformité aux cahiers des charges
sera vérifiée particulièrement la qualité et les dimensions de ces ouvrages.
que les défauts de fabrication seront difficiles à réparer une fois la pose de ces ouvrages est exécutée .

10/15
1- Menuiserie en Bois :
Les travaux de menuiserie en bois, conformes aux prescriptions du document technique règlementaire D.T.R
E - 5.1, sont prévus pour être adaptés à des ouvrages réalisés par d’autres corps d’état, conformément aux
prescriptions des D.T.R les concernant.

Les menuiseries intérieures comprennent :


-Les distributions, y compris les ossatures de cloisons menuisées.
-Les portes et blocs-portes.
-Les placards.
-Les façades de gaine technique.
-Les coffres de volets roulants.
-Les trappes de comble.
-Les plafonds et faux plafonds menuisés directement.
-Les revêtements et habillage.
-Les portes de cage.

Les menuiseries extérieures comprennent :


-Les fenêtres, portes- fenêtres, châssis fixes ou ouvrants.
-Les volets et persiennes.
-Les portes extérieures.
-Les revêtements et habillages extérieures.

Les essences des bois massifs, leur choix d’aspect, leur emploi, leurs qualités physiques et mécaniques
doivent répondre aux spécifications prévues par la norme NA 5384-1994 (Bois de menuiserie – Nature et
qualité). Les cahiers des charges précisent les essences à utiliser, notamment les qualités d’aspect et
l’humidité des bois.
Le taux d’humidité des bois, présente une incidence sur la stabilité aux déformations des ouvrages menuisés
après leur pose et une fois que la période de séchage soit consommée.

-L’humidité des bois des distributions et des ouvrages de menuiserie extérieure doit être comprise entre 13
et 18 %.
- L’humidité des bois des ouvrages de menuiserie intérieure doit être aussi voisine que possible de l’humidité
correspondant à l’équilibre hygroscopique que ces bois atteindront dans les locaux.

2.2- Menuiserie Métallique :


La menuiserie métallique concerne :
-Fenêtres,
-Portes Fenêtres vitrées ou non vitrées,
-Fenêtres en bande,
-Ensembles menuisés,
-Panneaux de façade insérés sur leurs quatre côtés quant à leur liaison avec le gros œuvre.
Ces ouvrages menuisés, sont réalisés par assemblage de profilés spéciaux.

11/15
2.3 - Menuiserie en PVC :
Les ouvrages de menuiserie en PVC sont des éléments non traditionnels et de ce fait non couverts par les
Documents Techniques Réglementaires (DTR). Aussi, ces éléments doivent faire l'objet du procédé d'Avis
Technique. Ils seront de ce fait contrôlé par rapport à un avis technique en cours de validité, délivré par un
par un organisme habilité.
Les travaux de pose sont contrôlés par rapport à un manuel de pose délivré par le fabricant, joint à l'Avis
Technique valide.
Il existe deux types de pose pour ce type d’ouvrages :
 Pose en applique ou bien pose à neuf : la pose se fait directement sur le mur en maçonnerie.
 Pose en rénovation : la pose se fait sur un précadre en bois.

2.4- Façades Rideaux :


Les Façades Rideaux conformes aux prescriptions du document technique règlementaire D.T.R E - 6.1, sont
des façades verticales et des façades dont l’inclinaison sur la verticale, tant vers l’extérieur que vers
l’intérieur, n’excède pas 15°.
La façade rideau, est une façade légère qui assure l’enveloppe (clos et couvert) d’un bâtiment sans
participer à sa stabilité.

Une façade rideau n’est pas un produit qui peut être fini sous tous ses aspects au sein d’une unité de
fabrication, mais il s’agit d’une série de composants et/ou de sous- ensembles préfabriqués qui ne forment
un produit fini qu’une fois assemblés sur le site.

On distingue la façade rideau de la façade semi-rideau et de la façade panneau en fonction de sa position vis-
à-vis du nez du plancher et des ouvrages verticaux de la structure :
-La façade rideau est fixée sur la face externe de l’ossature porteuse du bâtiment et file devant les nez du
plancher. Elle assure l’étanchéité à l’air et à l’eau sur toute sa surface.
-La façade semi-rideau se constitue de deux parois, une intérieure lourde et l’autre extérieure légère, et
n’existe que lorsque la structure du bâtiment comporte des allèges béton ou maçonnés. Elle est
alternativement constituée de bandes horizontales étanches et de remplissage vitrées ou opaques non
obligatoirement étanches situés devant les allèges.
-La façade panneau est utilisée pour remplir les vides laissés par l’ossature. Dans le mur rideau au
contraire, l’ossature est cachée derrière la paroi, elle n’intervient pas pour composer la façade.

Selon le remplissage, il existe trois types de façades rideaux :

- Façade rideau à vitrage extérieur collé (VEC),


- Façade rideau à vitrage extérieur parclosé (VEP),
- Façade rideau à vitrage extérieur attaché ou agrafé (VEA).

Les systèmes VEC et VEA sont des systèmes, non traditionnel, soumis à la Procédure d'Avis Techniques.
Avant le montage, l’ingénieur contrôleur doit vérifier la conformité des différents éléments constitutifs de la
façade par rapport aux documents de conception fournis par le maitre de l’ouvrage.

12/15
2.5- Vitrerie et Miroiterie :
Le Contrôle de mise en œuvre, des vitreries / miroiterie doit être conforme aux prescriptions du document
technique règlementaire D.T.R E - 7.1, qui concerne seulement les produits verriers (plans de base ou
transformés) placés dans des feuillures rigides pour cadres, fixes, ouvrants, ou coulissants.
-Les vitrages en façade concernés sont de hauteur Inférieure à 100m.
-Les vitrages en toiture concernés sont de hauteur Inférieure à 50m.
-Les dimensions des vitrages ne dépassent pas 3.20m de largeur ou 6m de longueur.
-Les vitrages concernés, sont ceux posés dans des châssis en bois, métalliques ou en matière synthétique.
-Les vitrages isolants doivent faire l’objet d’un Avis technique.

IV-5: PEINTURE / PLATRERIE

IV-5-1: PLATRERIE

Selon les dispositions du DTR E 6.2.1, la méthodologie de contrôle technique des travaux ci-dessous traite
des techniques de préparation et de mise en œuvre des enduits intérieurs à base de plâtre pour murs et
plafond, appliqués sur les supports, exécutés manuellement ou par projection mécanique.

Les domaines non visés par la présente fiche guide :


- les ouvrages spécialement étudiés en vue de la protection contre l’incendie
- les ouvrages assurent l’isolation thermique ou phonique.

Matériaux : Les plâtres utilisés dans les bâtiments sont des plâtres industriels. Ces plâtres doivent
présenter les caractéristiques spécifiques conformes aux normes en vigueurs

 Les caractéristiques principales des plâtres pour enduits sont :


 La durée de prise
 La dureté après séchage
 La finesse de mouture

On distingue principalement les catégories de plâtre suivantes :

 Plâtre de construction: Plâtre gros et Plâtre fin

 Plâtre pour enduit à haute dureté.

 Plâtre à projeter

Consistance des travaux objets des points d'alerte pour le contrôleur : Les travaux comprennent :

 Condition d’application des enduits. Se référer au DTR E6.2.1Chap3 paragraphes 1, 2,3 et4
 Exécution des enduits sur tout support Se référer au DTR E6.2.1chap4 paragraphes 3-1 et 3-2
 Caractéristique des enduits finis. Se référer au DTR E6.2.1 chap5 paragraphe 2 ,3 et4

13/15
IV-5-2: PEINTURE

Selon les dispositions du DTR E 6.6, la méthodologie de contrôle technique des travaux défini les conditions
techniques d’exécution des travaux neufs de peinture et vernis ou préparations assimilées pour bâtiments.
Ces travaux concernent aussi bien l’intérieur que l’extérieur des bâtiments et s’appliquent aux supports bien
définis.

Exécution des travaux de peinture: Les travaux préparatoires et de finition sont définis en fonction de la
nature du subjectile, de la qualité de surface de celui-ci et de l'état de finition recherché.

La surface des supports doit être propre et ne doit pas présenter de:

 Taches récentes
 Taches diverses, rouilles, huile ou graisses, etc

Diffèrent type de subjectile :

o Courant
o Bois et matériaux dérivé du bois
o Métaux et alliage

Consistance des travaux objets des points d'alerte pour le contrôleur : Les travaux comprennent :

 Condition générales sur les Travaux d’exécution de peinture Se référer au DTR E6.6Chap4 §1.1,
§2.1,§2.2,§3,§3-1,3-2,3-3 et 3-4
 Exécution des Travaux de peinture Se référer au DTR E6.6Chap5 §2 et §3
 Caractéristique de peinture Se référer au DTR E6.6 Chap6 §4.3, §4.4, §4.5, §4.6,4§.7 et §4.8

14/15
V- LISTE DES FICHES GUIDES POUR LE CONTROLE TECHNIQUES DES CES ET CET :

N° REF FICHE CATEGORIE INTITULE REFERENTIELS


01 1/2019 Fiche guide de Contrôle Maçonnerie de Remplissage D.T.R E2.4
02 2/2019 Fiche guide de Contrôle Enduits (Ciment - Chaux - Plâtre) D.T.R E 6.1
03 3/2019 Fiche guide de Contrôle Plâtrerie D.T.R E 6.2.1
04 4/2019 Fiche guide de Contrôle Peinture D.T.R E 6.6
05 D.T.R E 6-3
5/2019 Corps d'Etat Fiche guide de Contrôle Revêtements
D.T.U 52.2
Secondaire
06 6/2019 Fiche guide de Contrôle Menuiserie en Bois D.T.R E 5.1
C.E.S
07 7/2019 Fiche guide de Contrôle Menuiserie Métallique D.T.R E 5.2
08 Avis
8/2019 Fiche guide de Contrôle Menuiserie PVC
Technique
09 9/2019 Fiche guide de Contrôle des Façades Rideaux D.T.R C 6.1
10 10/2019 Fiche guide de Contrôle des Vitreries Miroiteries D.T.R E 7.1
11 11/2019 Fiche guide de Contrôle Electricité D.T.R E-10.1
12 11bis /2019 Fiche essais et vérification Electricité NFC 15-100
13 D.T.R E8.1
12/2019 Fiche guide de Contrôle Plomberie Sanitaire / Gaz
D.T.R C4.2
14 Corps d'Etat D.T.U 60.1
12bis/2019 Techniques Fiche essais et vérification Plomberie
D .T.U 24.1
13 C.E.T
Fiche guide de Contrôle Chauffage-Ventilation- D.T.R C3.2/4
13
Climatisation D.T.R C3.31
14 13bis/2019 Fiche essais et vérification Chauffage D.T.U 65
15 13ter/2019 Fiche essais et vérification Climatisation D.T.U 65

Les fiches guides de contrôle des C.E.S et C.E.T au nombre de quinze (15), sont présentées à l'Annexe I du
présent Guide.

15/15