Vous êtes sur la page 1sur 9

Le mortier est un matériau constitué d’un liant (ciment ou chaux), de sable et d’eau.

Contrairement au béton, le mortier ne contient pas de gravier. C’est un matériau


fréquemment Utilisé dans le monde de la construction, notamment comme enduit ou élément
de liaison.

Quel enduit pour quel support ?

 Le crépi :

Peu importe le support, le crépi s’adapte à toutes les surfaces. Toutefois, sachez qu’une
sous- couche peut être nécessaire sur les surfaces poreuses pour une meilleure adhérence.
La surface à revêtir doit être parfaitement propre et saine. Le crépi se pose en deux
couches. Sa durée de vie varie de 30 à 50 ans. 

 L’enduit traditionnel :

Composé d’un liant (chaux, ciment ou plâtre) et de sable, ce type d’enduit qui s’applique soit
manuellement soit à l’aide d’une machine permet de corriger les irrégularités d’une façade. Il
conviendra donc à un mur en pierres par exemple. L’enduit traditionnel s’applique en 3
couches et sa durée de vie est relativement longue (entre 50 et 100 ans). 

 L’enduit monocouche :

C’est un enduit « prêt à l’emploi ». Facile à poser, sachez qu’il ne convient qu’aux façades
lisses car il ne pourra pas corriger pas les irrégularités d’un mur. Appliqué en une seule
couche, sa durabilité est bonne (entre 30 et 50 ans).  

 L’enduit synthétique : 

Moins sensible à la saleté, il présente toutefois l’inconvénient de ne pas laisser respirer les
murs. L’enduit synthétique s’applique sur un support lisse recouvert au préalable d’une
couche de ciment. Sa durée de vie est d’environ 30 ans. 

 Le nouveau NF DTU 26.1 distingue désormais trois classes de supports, en fonction de la
cohésion de surface des éléments de maçonnerie :

Rt3 : éléments de résistance a l’arrachement élevée : blocs de béton de granulats courants ;


briques ; et blocs de terre cuite à cohésion élevée

Rt > 0.8 Mpa


Rt2 : éléments de résistance d’arrachement moyenne : les briques ( de terre cuite ; blocs de
béton de granulats légers

0.6 Mpa ⩽ Rt ⩽ 0.8 Mpa

Rt1 : éléments de résistance a l’arrachement réduite : blocs de béton cellulaire auto-clavé


avec masse volumique apparente supérieure ou égale à 400 kg/m³).

0.4 Mpa ⩽ Rt⩽ 0.6 Mpa

Ces trois classes se substituent aux deux classes A (support de cohésion supérieure ou
égale à 0,8 Mpa) et B (support de cohésion inférieure à 0,8 Mpa). Il reprend les
caractéristiques des mortiers performanciel définies dans la norme NF EN 998-1 : CS
(Résistance à la compression (CS I à CS IV)) ; W (Absorption d’eau par capillarité (W0 à
W2)), complétées par Re (Rétention d’eau).

La nouvelle certification, qui se substitue à la certification CSTBat, atteste la compatibilité de


l’enduit avec les supports en maçonnerie en certifiant la catégorie de l’enduit :

OC1 enduit applicable sur tous supports en maçonnerie Rt1, Rt2 ou Rt3 ƒ

OC2 enduit applicable sur supports en maçonnerie Rt2 et Rt3 ƒ

OC3 enduit applicable sur support en maçonnerie Rt3

Enduits extérieures :

Enduits sur maçonneries de résistance à l’arrachement réduite (Rt1) : blocs de béton


cellulaire La résistance à l’arrachement réduite (Rt1) des éléments de maçonneries (ex.
blocs de béton cellulaire) vis-à-vis de la compatibilité de l’enduit est définie en NF DTU 26.1
P1-2.

Les enduits sur blocs de béton cellulaire ou maçonnerie d’éléments de résistance à


l’arrachement réduite sont réalisés :

— avec un mortier d’enduit monocouche (OC1) ;

— ou, en multicouches avec des mortiers performanciel CS II ou CS I ou de recettes (cf.


dosages ci-dessous aux tableaux 9 et 10).

Enduits extérieurs sur maçonneries de résistance à l’arrachement élevée (Rt3) ou


moyenne (Rt2) : blocs de béton ou briques

La résistance à l’arrachement élevée (Rt3) ou moyenne (Rt2) des éléments de maçonneries


est définie dans la NF DTU 26.1 P1-2 (CGM).

Les enduits peuvent être réalisés, après application d’un gobetis si nécessaire :

— en deux couches appliquées manuellement ou mécaniquement ;

— en monocouche projeté mécaniquement ou manuellement.

Enduits sur béton :

Les enduits de dressement sur béton sont destinés, en tant que mortiers d'interposition, à
rattraper les irrégularités de surface des parois en béton et à assurer l'adhérence nécessaire
à la bonne tenue de l'enduit de finition.

L'enduit de dressement est réalisé en une couche avec un mortier performanciel (GP) CS III
ou CS IV ou un mortier de recette 1, constitué de liants hydrauliques avec ajout d’une résine
d’adjonction et/ou adjuvant définis dans la NF DTU 26.1 P1-2 (CGM).

Enduits en soubassement
Les prescriptions particulières aux murs de soubassement concernant l'obligation des
enduits sont définies dans NF DTU 20.1 P1-1.

Lorsqu'un enduit est prévu sur la face extérieure enterrée des murs de soubassement ou en
fondation, le mortier d’enduit doit avoir une résistance mécanique suffisante ≥ CS III et une
faible capillarité W2.

Ceci exclut les mortiers de recette à forte teneur en chaux.

Le mortier d’enduit peut être de recette ou performanciel.

Enduits sur lattis métallique

Cet article concerne l’exécution d’enduits qui ne sont pas adhérents à la paroi. Ils sont
appliqués sur un lattis métallique, fixé mécaniquement, qui constitue le support d’enduit en
ménageant une ventilation par lame d'air. Ils peuvent être appliqués avec des mortiers de
recette ou performanciels.

En travaux neufs, la conception générale du mur devra être conforme aux normes NF DTU
correspondantes, notamment en ce qui concerne :

— le comportement mécanique et hygrothermique du mur ;

— la protection éventuelle contre l'humidité des matériaux constituant la paroi.

Enduit au mortier de plâtre et chaux aérienne

13 La technique décrite ci-dessous vise essentiellement la rénovation des façades


anciennes montées et enduites avec du plâtre. L’exécution d’enduit à base de plâtre pur sur
maçonnerie extérieure neuve n’est pas admise

Produits d’amélioration d’adhérence :

PCI Emulsion :
Caractéristiques :
Adjuvant d’adhérence pour mortier pour l’amélioration des mortiers et enduits :
Comme liquide de gâchage pour la préparation d'enduits d'adhérence et adjuvant
d'amélioration pour mortiers et enduits
 Améliore l'adhérence, adhérence sûre entre le mortier frais et les supports à base de
ciment.
 Effet plastifiant, les mortiers et les enduits sont plus souples et plus faciles à mettre en
œuvre.
 Augmente la résistance à l'usure du mortier, moins d'abrasion, d'où une durée de vie plus
longue.
 Augmente la résistance du mortier à l'eau, à l'huile et aux solutions salines.
 Augmente la résistance à la traction par flexion, durcissement sans tension, même pour
de grandes surfaces.
 Durcissement sans fissures, réduit les tensions dans le mortier.

Domaines d'application :

 Pour l'intérieur et l'extérieur.


 Pour les murs et les sols.

Comme liquide de gâchage pour la préparation d'enduits d'adhérence
 Pour chapes collées, enduits et béton sur béton ancien.
 Comme crépi projeté avant la pose de carrelage en lit de mortier épais sur des
surfaces de béton, p. ex. dans des piscines.
Comme adjuvant d'amélioration pour mortiers et enduits
 Pour les mortiers d'apport de réparation de surfaces de béton et d'enduit
défectueuses.
 Pour les enduits sur le béton et la maçonnerie.
 Pour des mortiers fins de réparation et d'égalisation de surfaces de béton de
parement, lorsque la structure doit être conservée.

CE 78 UNIVERSELLE : colle-enduit pour joints de plaques de plâtre.

CE 78 - 8 heures - constitue un compro mis intéressant entre les CE 78 LENT et RAPIDE en


rassemblant en un produit les intérêts respectifs de ces deux enduits pour joints de plaques
de plâtre : temps de séchage rapide, possibilité d’application mécanique.

Existe en plusieurs temps d’emploi pour s’adapter à tous les chantiers : 1/2h, 1h, 2h,
4h,8/10h(universelle),24h. Sacs de 25Kg et aussi 5Kg pour le 1/2h, 1h, et 24h.
Norme COV : A+
CE78 LIGHT : colle-enduit allégée pour joint de plaque de plâtre.

Colle-enduit pour la réalisation des joints à bande entre les plaques de parement en plâtre.

Sa formulation « allégée » réduit le poids du sac tout en gardant un rendement identique à


un produit classique. Sac de 15Kg.
Norme COV : A+

Colle PUISSANCE 4 : COLLE POLYVALENTE

SPÉCIALEMENT FORMULÉE POUR LES CLOISONS HYDRO, COULEUR VERTE, POUR


CLOISONS HYDRO (CARREAUX ET PLAQUES DE PLÂTRE).
Sa formulation spéciale lui confère des propriétés de perméabilité à l’eau exceptionnelle pour
un enduit base plâtre. Sac de 25Kg.
Norme COV : A+

TOUPRET EC3

TOUPRET EC3 est un enduit colle en poudre pour assembler et coller les carreaux, les
bandes à joints. Il permet l'enduisage en charge et un ponçage facile. Il existe en sac de 20
kg.

Adhérence :

Les enduits doivent adhérer au support de maçonnerie sauf pour les enduits désolidarisés
selon l’article 10. L’enduit adhérent ne doit pas «sonner creux» au passage d’un outil dur sur
sa surface. Un son creux révèle une amorce de décollement (méthode d’évaluation non
destructive). L’adhérence de l’enduit est évaluée par le mode de rupture de l’essai en
traction.

Le principe de l’essai en traction est défini dans la norme NF EN 1015-12. Sur les
maçonneries résistantes, le mode de rupture est généralement cohésif dans l’épaisseur de
l’enduit et caractérise une bonne adhérence de l’enduit au support. Sur les supports ayant
une résistance à l’arrachement réduite (classe Rt3), la rupture d’adhérence peut se situer en
cohésion du support (rupture dans le support).

L’évolution des propriétés d’adhérence dépend de la nature de l’adhésion entre le mortier et


son support, mais également des conditions environnementales auxquelles l’ouvrage est
exposé. Les mortiers de façade sont intrinsèquement soumis au séchage. Ce phénomène
tend a priori à réduire la résistance du lien entre les matériaux par la limitation du
développement de l’adhésion et par la création de contraintes de traction et de
cisaillement. Ces dernières peuvent conduire à la fissuration voire à la désolidarisation du
mortier Le couplage entre hydratation et séchage, le dosage en éther de cellulose et la
rugosité du support sont les principaux paramètres étudiés.

Rebouchage : égalisation de trous, cavités, fissures, fentes, saignées ou rayures.

Mise en œuvre

 Rebouche jusqu’à 1 cm sans retrait. 

 Temps de séchage : 3 heures environ. 

 Température de mise en œuvre : de +5°C à +30°C. 

 Ne pas utiliser pour des applications extérieures.

Préparation du support :

Le support doit être dur, propre, sec et exempt de zones non adhérentes. Dans le cas
contraire, nettoyer par grattage puis dépoussiérer. Pour des trous supérieurs à 1 cm

Application :

 Remplir la cavité à l’aide d’un couteau de peintre.

 Lisser la surface à l’aide d’un couteau à enduire puis laisser sécher.

 Après 3 heures de séchage, passer si besoin une seconde couche ou égaliser au papier
de verre.

 Sec au toucher : 3 h.

 Délai de recouvrement : 24h.

 Ne pas utiliser pour des applications en extérieures.


 Températures de mise en œuvre : de +5°C à +30°C.

Qu’est ce que le gâchage ?

Une opération indissociable à la construction et à la rénovation, le gâchage consiste à


gâcher un matériau de construction comme le plâtre, le mortier ou encore le béton pour
obtenir un composant prêt à être appliqué sur une surface. Cette action peut être réalisée à
la main pour les petites œuvres. Mais actuellement, de nombreux équipements modernes
comme la bétonnière et le malaxeur mécanique permettent de gâcher une grande quantité
de mélange.

Le gâchage du béton

Le gâchage du béton est une action très utilisée dans de nombreux travaux de construction.

Durant cette opération, il suffit de délayer le mélange de sable, de graviers et de ciments.


Mais, il y a quelques proportions des matériaux à respecter pour obtenir un mélange au
dosage parfait. Celles-ci varient selon l’usage du béton, mais la formule conventionnelle
consiste à composer un volume de ciment, 2 volumes de sables, 3 volumes de graviers et ½
volume d’eau.

Le gâchage du mortier :

Le gâchage du mortier consiste à mélanger une certaine quantité d’eau, de sable, et de liant


tel que le ciment ou la chaux. Le dosage de préparation varie selon la quantité nécessaire et
l’utilisation du mortier. Pour le faire, il suffit de mélanger les matériaux à sec, d’ajouter
ensuite l’eau et de malaxer le mélange.

Le gâchage du plâtre :

Simple, mais précis, le gâchage du plâtre est une opération courante en matière de


Construction. C’est l’action de composition de quelques matériaux pour préparer du plâtre
destiné à revêtir les murs ou le plafond. Comme avec le béton et le mortier, le respect de
certaines proportions est indispensable lors du gâchage du plâtre. Sachez, en plus, que ce
n’est pas faisable de gâcher plus d’un kilogramme de plâtre en même temps. Suivez ces
étapes pour réussir cette opération :

 Prenez une auge propre et versez-y la quantité d’eau utile. Puis, ajoutez peu à peu le
plâtre là-dedans tout en mélangeant lentement le tout à l’aide d’une truelle;

 Après un temps de pose de quelques secondes, remuez bien la composition pour obtenir
un mélange homogène;
 Laissez quelques minutes le plâtre avant de l’utiliser.

Vous aimerez peut-être aussi